Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

Conclusion

Texte intégral

Le poids des ombres.
La caricature accentue les différences de taille entre deux couples franco-allemands : François Mitterrand et Helmut Kohl, qui jettent les ombres de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer, symbolisant par là les glissements d’influence intervenus à l’intérieur du tandem franco-allemand.
Dessin de Hachfeld dans Le Monde, 12 janvier 1996, p. 12.
© Rainer Hachfeld, Berlin.

1Lorsque Charles de Gaulle et Konrad Adenauer signent, le 22 janvier 1963, le traité de l’Élysée, cet acte provoque aussitôt l’apparition des forces qui vont désormais s’opposer à une coopération trop étroite entre la France et la République fédérale. Tout d’abord Washington intervient d’une façon violente. Dès le 21 janvier, le président Kennedy exige des Allemands qu’ils choisissent de coopérer soit avec la France soit avec les États-Unis et il exprime ensuite des menaces explicites : si Bonn devait opter pour Paris, l’Amérique pourrait retirer ses troupes de l’Europe et laisser la République fédérale très vulnérable face au péril soviétique. Les hommes qui vont prendre la succession politique de Konrad Adenauer – Ludwig Erhard et Gerhard Schröder – sont ainsi contraints à faire un choix capital, le 29 janvier 1963 à Bruxelles : leur décision est en faveur des Anglo-Américains et contre la France. En imposant ce choix aux futurs dirigeants allemands, les Américains portent une grande responsabilité dans l’échec relatif de la coopération franco-allemande durant les années à venir.

2Le préambule ajouté au traité de l’Élysée par le Bundestag est certes, dans sa forme, un résultat de la pression américaine, mais son contenu correspond à l’orientation d’une grande majorité de la classe politique allemande et parmi elle Erhard et Schröder. Les négociations sur le plan Fouchet avaient déjà montré le besoin allemand de joindre aux propositions françaises des phrases explicatives, affirmant l’intérêt vital de l’Alliance atlantique et des Communautés européennes. Et dès le 18 janvier 1963, les représentants des trois partis CDU/CSU, SPD et FDP avaient officiellement déclaré que l’accord franco-allemand à conclure devait renforcer l’unification européenne et la solidarité atlantique.

  • 1 BA, NL Carstens 630, Notiz, Gespräch Adenauer-Carstens, 7.6.63.

3Si le fameux préambule suscite une profonde amertume chez Charles de Gaulle, celui-ci n’est pas innocent des orages qui s’abattent sur Bonn après le 22 janvier 1963. En effet, le général entend pousser les Allemands à se « décoloniser » des États-Unis ; le ton de sa conférence de presse du 14 janvier donne au traité de l’Élysée un caractère anti-britannique et anti-américain, ce que Konrad Adenauer désapprouve vivement. Le vieux chancelier, bien qu’il s’engage de tout cœur pour une coopération étroite avec Paris et contre le préambule, affirme également, le 8 juin 1963 : « Nous assurer du soutien américain et britannique est une question de vie ou de mort. Par conséquent, sur des questions importantes, nous devons dévier de la politique suivie par la France1. » Tous les dirigeants allemands, Adenauer inclus, considèrent donc des relations très étroites avec le protecteur américain comme indispensable, du fait de la menace soviétique qui pèse constamment sur la RFA.

4Ludwig Erhard cependant, élu chancelier fédéral le 16 octobre 1963, dévie beaucoup plus de la politique française qu’Adenauer ne l’a souhaité. Sans l’avouer ouvertement, Erhard rejette les bases de la vision gaullienne : selon lui, une union franco-allemande trop serrée ne pourra conduire qu’à la subordination de la République fédérale, car le général recherche tout d’abord l’hégémonie de la France en mettant à genoux ses partenaires européens. Les liens étroits entre le chancelier Erhard et Washington s’expliquent donc non seulement par des considérations sécuritaires, mais aussi par la crainte allemande très manifeste d’une domination française. Les Américains, eux, ont calculé juste. Une fois le chancelier Adenauer parti, ont-ils estimé dès avril 1963, l’influence européenne du général de Gaulle sera réduite et son pouvoir limité à la France.

5La diplomatie française voit d’abord d’un bon œil les interventions du chancelier Erhard qui affiche amitié et optimisme. Il semble notamment bien disposé à renforcer la coopération économique entre la France et la RFA, et, en février 1964, les deux gouvernements lancent des consultations régulières sur les questions conjoncturelles et financières. Dans l’esprit de Charles de Gaulle, le noyau franco-allemand devrait permettre à l’Europe d’acquérir une réelle capacité économique permettant de jouer un rôle autonome dans les relations internationales. Pendant ces premiers mois de 1964, le général s’engage passionnément pour faire aboutir en France le plan de stabilisation ; il souhaite également remédier au système monétaire international qui engendre une inflation trop forte du franc. Dans ce contexte, le général de Gaulle charge son ministre de l’Économie et des Finances d’une mission secrète : il propose aux Allemands de créer une monnaie commune. Pourtant, le chancelier Erhard n’entend pas entrer en discussion, repoussant à la fois cette initiative audacieuse et le partenaire français.

6Ce n’est pas la seule douche froide que Paris subit de la part de Bonn durant cette période. En visite à Washington, le 12 juin 1964, le chancelier allemand s’aligne complètement sur les positions américaines – par rapport à la Chine, le Vietnam, l’Europe. Ludwig Erhard et le président Johnson projettent aussi, à cette occasion, un calendrier pour s’engager sur la voie de la force nucléaire MLF qui risque de devenir une affaire bilatérale entre l’Allemagne et les États-Unis. Le 13 juin, l’ambassadeur allemand à Moscou invite Nikita Khrouchtchev à se rendre en RFA, fait que Ludwig Erhard essaie d’abord de dissimuler. Il a soigneusement caché son projet au général de Gaulle qui le constate avec surprise et regret.

7La réunion franco-allemande des 3 et 4 juillet 1964 se termine sur un éclat, car le plaidoyer fervent du général de Gaulle pour la création d’une Europe unie et fondée sur le couple franco-allemand ne suscite de la part du chancelier qu’un silence lourd. Même la perspective d’éventuelles consultations sur la force nucléaire française ne parvient pas à tenter le gouvernement allemand. Dorénavant, le général doit se rendre à l’évidence qu’Erhard ne partage pas la vision française et qu’il n’est nullement disposé à s’émanciper de Washington, même à moyen terme. Ainsi déçu, de Gaulle renforce ses contacts avec l’Europe orientale et notamment avec Moscou, moyen d’œuvrer pour la détente et aussi d’inquiéter le partenaire allemand.

8Le limogeage de Nikita Khrouchtchev, le 15 octobre 1964, met fin aux sérieux espoirs allemands d’établir un véritable dialogue entre Moscou et Bonn. Le leader soviétique avait signalé son intérêt à cet égard dès le mois de mars et plusieurs personnalités russes ont approché des représentants de la RFA, entre juillet et septembre 1964, suggérant que Khrouchtchev projetait un changement fondamental de sa politique allemande. Début septembre, l’annonce de sa visite à Bonn provoque non seulement des tourbillons en République fédérale, mais aussi des craintes au sein du bloc communiste et même à l’intérieur de l’URSS. Les pensées profondes du président de Gaulle sur cette affaire restent encore une énigme. Mais il est certain que le revirement de Bonn à une attitude intransigeante envers Moscou, à partir de 1965, agrandit l’écart entre la RFA et la France.

9Entre-temps, les gaullistes allemands s’inquiètent de la dégradation des rapports entre Paris et Bonn. Dans l’impossibilité de critiquer le chancelier durant l’année électorale 1965, ils vantent auprès des interlocuteurs français la bonne volonté de Ludwig Erhard et rendent Gerhard Schröder seul responsable des mauvaises relations. En effet, le chancelier Erhard s’engage de façon décisive à régler les questions agricoles dans un sens favorable à la France et il trouve, en janvier 1965, l’appui du général pour relancer l’union politique des Six. Les deux hommes envisagent à cette fin un sommet communautaire en automne, projet qui échoue le 12 juin à la suite d’une intervention ambiguë des services de Schröder. Du point de vue français, l’obstacle principal à l’union politique réside toutefois dans l’impossibilité de trouver une position commune envers la puissance qui domine la situation mondiale : les États-Unis. Sans l’unanimité européenne envers Washington, de Gaulle juge irréalisable la politique européenne tout court.

10L’origine de la crise de la chaise vide se trouve justement dans ce vacuum créé par l’incapacité des Six à s’accorder sur l’union politique. D’un point de vue franco-allemand, la crise communautaire manifeste différents effets. À Paris, elle fait prévaloir la vérité que la prospérité et le rayonnement de la France dépendent du bon fonctionnement du Marché commun et par conséquent de la coopération franco-allemande – malgré des méfiances de plus en plus évidentes à l’égard de Bonn. En République fédérale, les considérations économiques sont analogues, mais le comportement du gouvernement français à l’occasion de la crise impressionne de façon très négative l’opinion et la classe politique allemandes. Le général de Gaulle choisit délibérément de plonger ses partenaires dans l’angoisse, afin d’en tirer un profit politique. Cette attitude paraît très similaire à celle que le général distingue chez les Américains et qu’il critique sans cesse : elle consiste à imposer la loi du plus fort et à éviter le dialogue.

11Durant la période de l’automne 1965 jusqu’au printemps 1966 en particulier, Charles de Gaulle est épouvanté par les aspirations nucléaires des Allemands. Les dirigeants à Bonn craignent, il est vrai, que la RFA puisse devenir une nation de troisième ordre si elle n’obtient pas de responsabilité atomique. Par ailleurs, ils souhaitent pouvoir influencer l’utilisation des armes nucléaires américaines qui risquent d’annihiler l’Allemagne entière en cas de guerre. Pour de Gaulle, toute volonté allemande d’accéder au nucléaire est inacceptable et dangereuse ; il y voit la résurrection des anciennes ambitions allemandes et la cause d’une guerre éventuelle. Dans ces conditions, le général exclut la possibilité de mener une véritable politique franco-allemande ; cela n’empêche pas, selon lui, la coopération sur des sujets d’intérêt commun et les consultations régulières inscrites dans le traité de l’Élysée, jugées utiles.

12L’annonce de la sortie française du commandement de l’OTAN amène Gerhard Schröder à prendre une position très dure au sujet du futur statut des Forces françaises en Allemagne. Le ministre veut tenir tête à de Gaulle. Mais cette fois-ci, Schröder va trop loin. À Bonn, de nombreux politiciens craignent l’écroulement de ce qui a été construit entre les peuples français et allemand, et même des atlantistes convaincus blâment le gouvernement de repousser l’allié français. La situation risque de dégénérer au point que Washington intervient pour inciter Erhard à rétablir de meilleures relations avec Paris. Finalement, le 25 mai 1966, le chancelier bascule, forcé d’adopter une politique plus amicale envers de Gaulle.

13Durant le second semestre 1966, le gouvernement allemand doit se rendre à l’évidence qu’il doit fondamentalement réviser sa politique étrangère : la soumission inconditionnelle aux Américains est restée stérile, Bonn s’est aliéné les amis français, et l’opinion publique exige une attitude plus conciliante vis-à-vis du camp communiste. Le voyage du général de Gaulle à Moscou a sans doute contribué à ce que l’Auswärtiges Amt constate franchement l’échec de la politique orientale de l’Allemagne. Et même la SPD change d’orientation et prône désormais une politique moins alignée sur Washington.

14Avec l’élection du chancelier Kiesinger, le 1er décembre 1966, Charles de Gaulle voit le traité de l’Élysée revenu à la lumière ; le ministre Brandt instaure une politique d’ouverture vers l’Est – d’abord de pair avec la France. Certes, Kurt Kiesinger et Willy Brandt s’apprêtent à améliorer sensiblement l’atmosphère entre Paris et Bonn, mais sans pour autant épouser les idées françaises. Kiesinger croit dangereux de vouloir se détacher de Washington, car l’URSS dominera l’Europe occidentale dès que les Américains commenceront à se retirer. Il navigue plus habilement que son prédécesseur entre les positions de la France et des États-Unis, étant conscient que son pays a besoin de bonnes relations avec les deux. En effet, les Américains traitent avec plus de sérieux le point de vue allemand dès que Bonn se rapproche de Paris.

  • 2 AMAE, EM 29, Entretien de Gaulle-Kiesinger, 13.1.67. – AAPD 1967, Dok. 16.

15La candidature britannique au Marché commun, déposée le 11 mai 1967, crée pour le couple franco-allemand des frictions persistantes jusqu’en 1969. Le général de Gaulle avertit le chancelier allemand dès janvier 1967 : « Si nos partenaires de la Communauté voulaient à tout prix faire entrer à présent les Anglais, nous quitterions la Communauté2. » Désormais, Kiesinger va donc assumer le rôle de conciliateur entre Paris et les autres pays européens. Pour le général de Gaulle, le fait que le Royaume-Uni souhaite se tourner vers le Marché commun est en principe une bonne nouvelle, mais il entend poser des conditions pour son adhésion : Londres doit remplir des exigences économiques et financières, et doit surtout se libérer de ses engagements non européens ; de Gaulle veut la Grande-Bretagne « nue ». La majorité du gouvernement français partage les réserves du général à l’égard d’une adhésion britannique trop rapide et, en juin 1967 encore, la chancellerie à Bonn croit ces objections valables.

16Cependant, la réunion franco-allemande de la mi-juillet 1967 fait penser au chancelier Kiesinger que le président français est incapable d’entendre l’opinion publique européenne et qu’il fonde son jugement sur une vision rigide. Le 19 décembre 1967, lors de la conférence communautaire décisive, les Allemands réussissent à éviter un front commun des Cinq contre la France et font ainsi preuve de loyauté envers Paris. Mais au fond, Kiesinger et Brandt jugent la position française erronée. Le général de Gaulle, lui, apprécie la preuve d’amitié du côté allemand, tout en reprochant à Bonn de ne pas comprendre l’essentiel de la question, à savoir que la Grande-Bretagne devra relâcher ses liens étroits avec les États-Unis avant de devenir européenne.

17Durant l’année 1968, les rapports entre Willy Brandt et Paris se dégradent. D’abord en février sur le plan personnel, puisqu’une agence de presse allemande prête au ministre des propos insultants envers le général de Gaulle. Les remous diplomatiques qui en résultent agitent des impressions négatives des deux côtés du Rhin. Ensuite, durant le Printemps de Prague, la diplomatie française découvre que Brandt entretient clandestinement des contacts officieux avec le gouvernement tchécoslovaque. À la suite d’une confidence mal mesurée d’un collaborateur du ministre allemand, Paris soupçonne que Brandt puisse entamer une réconciliation germano-soviétique. En même temps, Egon Bahr établit pour son ministre un plan de l’Europe future dans lequel la France n’occuperait qu’une place marginale. Le secret extrême qui entoure les plans de Bahr et ses contacts réguliers avec l’Est entraîne à Paris une méfiance profonde. Notons aussi que même le chancelier Kiesinger n’est pas informé des initiatives d’Egon Bahr, ce qui augmente encore l’incertitude française quant aux objectifs allemands. Enfin, Willy Brandt n’attribue pas à la France le rôle réclamé par le général de Gaulle pour les contacts avec l’Est et l’amorce d’une politique orientale franco-allemande se brise en été 1968. Selon Maurice Couve de Murville, la vraie question a toujours été de savoir si les Allemands allaient lier leur politique à celle de la France dès que la situation leur permettrait d’avoir une véritable politique. Or l’expérience tchécoslovaque montre que non.

18La décision soviétique de réprimer brutalement le Printemps de Prague fait croire le chancelier allemand à l’échec de la vision gaullienne, car l’emprise de Moscou sur l’Europe orientale ne se modifiera jamais par de bonnes relations franco-soviétiques. Kiesinger perd aussi de sa confiance personnelle en de Gaulle après avoir subi des reproches sévères par le président français, fin septembre 1968.

19Lors de la crise monétaire internationale de novembre 1968, l’atmosphère crispée et différents malentendus empêchent une consultation franco-allemande sincère. Bonn refuse de réévaluer le mark et s’oppose ainsi aux exigences américaine, britannique et française. Paris, fort agacé de cette affaire, perçoit à Bonn une nouvelle arrogance. En revanche, pour la première fois depuis son existence, la République fédérale ose rejeter ouvertement des ordres américains ressentis comme injustes.

20Pendant les derniers mois de sa présidence, le général de Gaulle réexamine la situation internationale. Il se méfie du poids économique accru de la République fédérale et sans doute aussi du dialogue amorcé entre Bonn et Moscou. Le gouvernement français admet avoir surestimé les effets de la déstalinisation intervenue en Union soviétique. De Gaulle se rapproche des États-Unis et entrevoit désormais une responsabilité américaine à long terme : il souhaite que Washington se porte garant de l’arrangement européen qui permettra la réunification allemande. Le général sonde également les possibilités d’un accord avec les Britanniques, événement susceptible de changer la nature de l’organisation européenne – comme il l’a toujours souligné. Ainsi, de Gaulle évoque, le 4 février 1969 auprès de l’ambassadeur Soames, l’idée d’une large association économique européenne, avec un Conseil restreint, formé d’une association politique entre la France et la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie. En même temps, deux proches du général explorent une éventuelle coopération nucléaire entre Paris et Londres. Par ailleurs, les Britanniques refusent d’entrer en discussion avec de Gaulle, étant donné leur candidature au Marché commun et l’impossibilité de refaire toute la construction européenne en dehors des traités de Rome. Rudement déçu par les Britanniques, qui rendent publique l’initiative française très confidentielle, le général se retourne vers l’Allemagne. Mais on ne peut pas savoir toutes les conséquences qu’il aurait tirées de la nouvelle donne internationale, car il démissionne le 28 avril 1969 et se retire complètement de la vie politique.

21Le chancelier allemand applaudit, en mars 1969, à l’idée de noyau européen et d’une seconde zone plus large et purement économique. Il ne regrette ni le flirt du général avec Londres ni le rapprochement franco-américain. À maintes reprises Kurt Kiesinger s’est investi pour de bonnes relations entre Paris et Bonn, mais il se garde d’une coopération trop exclusive. Charles de Gaulle attend de l’Allemagne qu’elle adopte la politique décidée à Paris, conclut Kiesinger de façon désillusionnée.

22La période de 1963 à 1969 prend une signification différente en République fédérale et en France. Alors que le général de Gaulle jette les bases de la politique étrangère française pour de nombreuses années et même des décennies à venir, la RFA est à la recherche d’une nouvelle politique dès que l’ère Adenauer touche à sa fin. Comme on l’a vu, les années 1963-1969 sont empreintes d’une mésentente franco-allemande presque permanente mais efficacement apprivoisée, tout d’abord par le traité de l’Élysée. Le souci de Ludwig Erhard est d’imposer aux Français le respect du préambule, sans que le chancelier puisse envisager de rompre avec le traité lui-même. Personne n’osera plus remettre en question les acquis de ce pacte signé par le plus illustre des Français et le plus digne des Allemands. Dans ce sens, les sujets de désaccord franco-allemands changeront ensuite au fil des ans, et sans doute encore dans l’avenir, mais il est un fait qui ne changera pas : leur mésentente apprivoisée.

23La politique étrangère du président de Gaulle comporte une antinomie profonde à l’égard de l’Allemagne : il prône à la fois une coopération franco-allemande très étroite et l’indépendance nationale de la France. Jamais le général ne renonce au principe des mains libres, jamais il ne consulte les Allemands avant ses conférences de presse, jamais il ne donne de garantie formelle pour défendre la République fédérale en cas de guerre. De nombreux Allemands jugent les promesses gaulliennes trop floues pour confier à la France le destin de leur pays. Par ailleurs, nous l’avons décrit, la République fédérale est toujours déchirée entre l’amitié avec la France et la nécessité vitale de se faire protéger par les États-Unis.

24Nous avons posé la question de savoir s’il existe, durant la période étudiée, une volonté franco-allemande d’avancer ensemble vers la réunification allemande, en recherchant une politique commune vis-à-vis de l’Est. En effet, le président de Gaulle, d’une façon suivie et bien argumentée, s’engage auprès des dirigeants du camp communiste en faveur de la réunification à long terme. Mais en même temps, les sentiments du général de Gaulle à ce sujet sont empreints d’une profonde ambiguïté. Le chancelier Erhard, quant à lui, cache aux Français son idée originale et peu connue visant à « acheter » la réunification allemande en échange d’aides économiques massives pour l’URSS. Erhard en parle aux Américains et souhaite s’adresser directement à Nikita Khrouchtchev, mais il se méfie d’en discuter avec Paris. Le chancelier Kiesinger adopte une partie des conseils français et se montre plus chaleureux envers l’Est, en refusant toutefois de reconnaître la ligne Oder/Neisse.

25Les relations entre la vision gaulliste et l’Ostpolitik de Willy Brandt, qui s’annonce dès le temps de la Grande coalition, sont complexes ; leur parallélisme est toutefois évident. Selon de Gaulle, l’Allemagne doit renoncer à tout armement nucléaire et accepter les frontières de 1945, si elle veut prendre le chemin de la réunification. Brandt le fait dès qu’il accède à la chancellerie allemande en septembre 1969, et satisfait ainsi aux revendications formulées depuis longtemps par les Soviétiques. Le général de Gaulle réclame également que les peuples européens garantissent le statut de l’Allemagne réunifiée par un règlement contractuel. Rien ne fait penser que Brandt souhaite autre chose, sa génuflexion à Varsovie en décembre 1970 prouve en outre ses meilleures intentions à l’égard des voisins orientaux.

  • 3 DGESS, t. V, p. 425.
  • 4 Entretien de l’auteur avec Egon Bahr.

26Cependant – et cela s’est annoncé dès 1968 – Willy Brandt ne mène pas son Ostpolitik sur la base du couple franco-allemand. Il discute, lui seul, avec les dirigeants soviétiques, sans se faire accompagner par le président Pompidou. Lors d’un colloque tenu en 1990, Maurice Couve de Murville dit rendre hommage aux mérites de l’Ostpolitik, tout en soulignant que Willy Brandt « n’est pas des amis de la France3 ». De toute évidence, Brandt croyait que l’Allemagne, et non la France, détenait les clés pour débloquer la situation en Europe centrale. Dans une certaine mesure, la visite du général de Gaulle en Pologne le lui a fait comprendre : la reconnaissance démonstrative de la frontière Oder/Neisse par le président français à cette occasion n’a provoqué aucune réaction internationale, tandis que le même acte, entrepris plus tard par le chancelier Brandt, a profondément changé la situation européenne4.

27En revanche, il nous paraît injustifié de reprocher à Brandt d’avoir « volé » la politique gaullienne – remarque parfois avancée du côté français. Willy Brandt et Egon Bahr ont plutôt développé dès 1961 leur propre politique orientale, conscients que seul un dialogue avec l’Est pourrait faire disparaître le Mur de Berlin. Et selon eux, c’est en effet l’écroulement de l’Union soviétique en 1991 qui a permis à l’Europe de s’émanciper des États-Unis sur le plan sécuritaire, alors que cela n’a pas été possible auparavant. Le général de Gaulle a néanmoins le mérite d’avoir préparé cette émancipation éventuelle, en empêchant que l’Europe ne passe de l’état de protectorat à celui de colonie américaine, comme l’affirme aujourd’hui Egon Bahr.

  • 5 DFI, A310, Hans Kepper über das Deutsch-Französische Jugendwerk, 4.5.71.

28La réconciliation des peuples français et allemand est chose faite – désormais il s’agit de gérer l’amitié, déclare en 1971 un observateur de l’Office franco-allemand de la jeunesse5. Jusque-là, environ deux millions de jeunes ont participé aux échanges organisés par cette institution, qui constate toutefois une baisse d’intérêt et d’échanges par la suite.

  • 6 Documents, n° 1/2001, p. 13, Sondage CSA-Arte-Libération.

29Quant aux dirigeants politiques, la froideur relative entre Willy Brandt et Georges Pompidou fait place, en 1974, au couple plus chaleureux Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt. Bien que ce dernier soit un Allemand du Nord, il s’oriente nettement vers Paris et s’accorde avec le président français avant chaque réunion internationale. Peu après son élection à la présidence en 1981, François Mitterrand s’engage lui aussi à poursuivre avec Helmut Kohl la tradition franco-allemande, ainsi acquise et confirmée par les socialistes français. Lorsqu’en janvier 2003 Jacques Chirac et Gerhard Schröder (SPD) célèbrent le 40e anniversaire du traité de l’Élysée, la coopération franco-allemande représente une force toujours décisive de la vie politique internationale. Un sondage révèle qu’au début du xxisiècle, 81 % des Français et 86 % des Allemands jugent de bonnes relations franco-allemandes essentielles ou importantes pour la construction de l’Europe.6

  • 7 Entretien accordé à l’auteur.

30Et Valéry Giscard d’Estaing donne en 2005 ce témoignage : « Je crois que l’entente franco-allemande est le plus grand accomplissement européen. Après toutes ces guerres du passé ! Les Français aujourd’hui s’entendent le mieux avec les Allemands, réellement. Par exemple lors des réunions internationales, nous nous asseyons toujours côte à côte, très naturellement7. »

Notes

1 BA, NL Carstens 630, Notiz, Gespräch Adenauer-Carstens, 7.6.63.

2 AMAE, EM 29, Entretien de Gaulle-Kiesinger, 13.1.67. – AAPD 1967, Dok. 16.

3 DGESS, t. V, p. 425.

4 Entretien de l’auteur avec Egon Bahr.

5 DFI, A310, Hans Kepper über das Deutsch-Französische Jugendwerk, 4.5.71.

6 Documents, n° 1/2001, p. 13, Sondage CSA-Arte-Libération.

7 Entretien accordé à l’auteur.

Table des illustrations

Légende Le poids des ombres.La caricature accentue les différences de taille entre deux couples franco-allemands : François Mitterrand et Helmut Kohl, qui jettent les ombres de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer, symbolisant par là les glissements d’influence intervenus à l’intérieur du tandem franco-allemand.Dessin de Hachfeld dans Le Monde, 12 janvier 1996, p. 12.© Rainer Hachfeld, Berlin.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search