Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

L'introuvable politique commune envers Moscou

XI. Le Printemps de Prague et sa répression

Texte intégral

Sans titre.
L’invasion de la Tchécoslovaquie par les Soviétiques et leurs alliés, en août 1968, montre les limites de l’approche gaullienne, selon ce caricaturiste allemand.
Dessin de Wilhelm Hartung dans Die Welt, 11 septembre 1968, p. 2.
© Hanke Hartung, Hamburg-Bergedorf.

Un socialisme à visage humain

1Le 6 janvier 1968, Alexandre Dubček remplace Antonin Novotny à la tête du parti communiste tchécoslovaque. Ce changement ne suscite pas de réaction alarmante en URSS. Au contraire, Dubček arrive au pouvoir avec l’accord de Moscou. Le Kremlin a bien compris la nécessité de réformes en Tchécoslovaquie. Entre les mains de Novotny, apparatchik du type stalinien, l’économie tchécoslovaque n’arrivera jamais à sortir de la stagnation. Et pourtant, ce pays dispose de l’économie la plus avancée de tous les pays socialistes. Avec Dubček, communiste d’un style nouveau, les choses commencent à bouger à une vitesse étonnante, car il met en place toute une série de changements : l’économie est décentralisée et réorganisée, les entreprises regagnent leur autonomie ; des structures sociales et politiques déjà existantes reprennent leurs fonctions – par exemple le parlement en matière législative ; la nouvelle direction à Prague réaménage les relations entre Tchèques et Slovaques, atténue les restrictions de voyages à l’étranger et enfin, ce qui fera du bruit, supprime la censure.

2La population tchécoslovaque réagit d’abord sans enthousiasme et avec une sympathie attentiste à l’accession au pouvoir de ce Dubček inconnu, qui appartient néanmoins au Comité central du parti depuis 1958. Il deviendra très vite une sorte de héros. Dès que les réformes se dessinent en Tchécoslovaquie, cet homme discret et d’apparence un peu maladroite se voit porté par une vague de soutien et d’admiration. Jusqu’ici, beaucoup de Tchécoslovaques se sont méfiés de Moscou et de leur propre gouvernement, sans pour autant refuser les buts du socialisme. Mais en promettant un « socialisme à visage humain », Alexandre Dubček réussit à conquérir le cœur de ses compatriotes qui lui offrent des fleurs et manifestent leur joie avec des banderoles. La capitale devient alors le centre d’un mouvement incluant toutes les couches de la population ; dans les rues s’épanouit le Printemps de Prague.

  • 1 Milan HAUNER, The Prague Spring – 20 years after, in : Norman STONE el al. (dir.), Czechoslovakia: (...)

3Ce succès phénoménal trouve ses origines non seulement dans les nobles idéaux du nouveau gouvernement, mais aussi dans la volonté populaire de tourner la page sur les crimes judiciaires, particulièrement sanglants, des années 1950. Il y a un besoin brûlant de réhabiliter les milliers de victimes des débuts du socialisme, victimes complètement innocentes1. Avec Dubček et son équipe, il semble que l’on puisse enfin imaginer un socialisme sans police secrète et sans chambres de torture.

  • 2 Zdenek MLYNAR, Le froid vient de Moscou. Prague 1968, Paris 1981, p. 315.

4Suite à la disparition de la censure en mars et dans un climat de liberté totale ont lieu des manifestations et des discussions constantes sur l’avenir du pays. Toutes les voix peuvent se faire entendre, dont quelques-unes, de plus en plus puissantes, qui souhaitent dépasser le programme du nouveau dirigeant. En effet, Dubček n’envisage pas d’échapper au communisme ni de sortir du Pacte de Varsovie. Il a tiré les leçons de l’écrasement brutal de la révolution hongroise, en 1956, qui avait justement poursuivi ces buts. Le groupe autour de Dubček aspire plutôt à un modèle de socialisme qui soit séduisant pour toute l’Europe, y compris l’Europe occidentale. De fait, en cette année 1968, la simultanéité du Printemps de Prague et des événements de mai en France font surgir l’idée d’un vaste mouvement socialiste libertaire en Europe. Une idée que Brejnev ne partage pas du tout, comme il le dira plus tard : « Vous comptez sur les mouvements communistes en Europe occidentale, mais il y a déjà cinquante ans qu’ils ont perdu toute importance2 ! » Le gouvernement tchécoslovaque se voit donc pris entre deux feux : d’un côté l’opinion publique, enthousiaste, qui veut pousser les réformes plus loin, et, au-delà des frontières tchécoslovaques, des hommes inquiets et puissants qui exigent un freinage.

  • 3 John McGINN, “The Politics of Collective Inaction. Nato’s Response to the Prague Spring”, in : Jour (...)
  • 4 Karen DAWISHA, The Kremlin and the Prague Spring, London 1984, pp. 93-94.
  • 5 J. LÉVESQUE, op. cit, p. 252.

5Lors d’une réunion à Dresde le 23 mars 1968, les autres pays du Pacte de Varsovie mettent Dubček quasiment en accusation. L’Est-allemand Walter Ulbricht et le Polonais Wladislaw Gomulka se sentent menacés par les influences « anti-socialistes » émanant de Prague et l’URSS craint une contamination libératoire de son propre territoire, notamment en Ukraine3. Le 5 avril 1968, le parti communiste tchécoslovaque adopte un programme d’action, confirmant son propre rôle dirigeant et annonçant la complète liberté d’expression ainsi que des changements économiques profonds. Face au Printemps de Prague en plein épanouissement, les tensions montent à l’intérieur du bloc communiste. Début mai, la situation délicate tourne en crise ouverte et Moscou commence à envisager l’option d’une invasion militaire4. Lors d’une séance du Politbureau, le 6 mai, Leonid Brejnev condamne le programme d’action tchécoslovaque qui contient, selon lui, des germes de capitalisme. Mais pendant des semaines encore, les dirigeants soviétiques n’ont pas d’opinion ferme vis-à-vis d’une suppression éventuelle du Printemps de Prague, étant profondément divisés à ce sujet5. Brejnev lui-même, au centre des décisions, émet des signaux contradictoires tout au long de la crise et semble osciller en fonction des opinions autour de lui. En perte d’influence, Alexeï Kossyguine fait plutôt partie des non-interventionnistes.

6Pour témoigner de sa fidélité au Pacte de Varsovie, Dubček doit consentir à des manœuvres militaires sur son territoire. Le 30 mai, les armées communistes franchissent la frontière tchécoslovaque, la répétition générale d’une invasion éventuelle a commencé. Presqu’en même temps, une rencontre secrète a lieu entre Vasil Bil’ak, chef du parti communiste slovaque, et son homologue ukrainien, Petro Shelest. Bil’ak passe le message qu’à fin août et en septembre, les prosoviétiques perdront des positions importantes en Tchécoslovaquie. Ce message nourrit encore les craintes du Kremlin.

  • 6 Jan PAUER, Prag 1968 : Der Einmarsch des Warschauer Paktes. Hintergründe, Planung, Durchführung, Br (...)

7Malgré la présence des troupes étrangères, Alexandre Dubček continue sur la voie amorcée. Il ne croit pas que l’URSS envahira son pays. Le 27 juin, quelques intellectuels tchécoslovaques publient les 2 000 mots, un manifeste qui met en question le leadership du parti communiste et qui demande l’accélération des réformes. La réaction de Dubček étant indulgente, les rapports entre Prague et Moscou tournent définitivement au vinaigre. Désormais, le Kremlin penche en faveur de l’invasion militaire6.

  • 7 Erwin WEIT, Dans l’ombre de Gomulka, Paris 1971, pp. 245-262.

8Le 14 juillet, les dirigeants soviétiques, polonais, est-allemands, bulgares et hongrois, se rassemblent à Varsovie, afin de délibérer sur la question tchécoslovaque. Cette conférence, rapportée en détail par un interprète, montre bien les positions affichées7. Le représentant bulgare, Shivkoff, tient le discours le plus dur et demande « l’aide militaire » au peuple frère. Le polonais Gomulka, loin de ses propres idées réformatrices d’autrefois, est jaloux de la popularité de Dubček et veut combattre les « contre-révolutionnaires » tchécoslovaques. Complètement isolée pendant toute la conférence, la délégation hongroise n’arrive pas à faire entendre sa mise en garde contre les effets négatifs d’une éventuelle répression du Printemps de Prague. Au contraire, le porte-parole hongrois est interrompu et insulté par Walter Ulbricht. Celui-ci voit derrière le mouvement tchécoslovaque une conspiration américaine et ouest-allemande visant à renverser les pays socialistes. Brejnev, enfin, formule la phrase nommée plus tard la doctrine Brejnev : s’il faut défendre les conquêtes du socialisme, les dirigeants des pays frères ont le devoir d’apporter toute l’aide possible au peuple menacé. Cela comprend aussi « l’aide militaire ». Dubček et son équipe ne paraissent pas dignes de confiance et, d’après Brejnev, ils ont perdu le contrôle de la situation. À la fin de la conférence, les cinq pays signent un ultimatum qui sera envoyé à Dubček, lui demandant d’annuler immédiatement les réformes.

  • 8 Richard CRAMPTON, Eastern Europe in the 20th Century, London 1994, p. 335.

9Alexandre Dubček essaie d’apaiser les protestations, mais il tient son cap. Fin juillet, il rencontre Leonid Brejnev à Cierna, à la frontière tchécoslovaque. Les discussions, qui se déroulent dans une atmosphère de tension extrême, se poursuivent le 3 août à Bratislava en présence des autres dirigeants socialistes. À la fin, tous les participants de la conférence – Dubček inclus – signent une déclaration ambivalente8. Elle contient néanmoins l’idée de la doctrine Brejnev.

  • 9 CADN, Moscou 644, Tel. Wormser, 5.8.68. – M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit, p. 445.

10Après la rencontre de Bratislava, la crise entre Prague et Moscou semble s’apaiser, ce qui conduit à des soupçons immédiats : à l’Ouest et en Tchécoslovaquie même on se demande si Dubček a consenti à des garanties secrètes. Dans la presse soviétique les attaques contre la Tchécoslovaquie diminuent. Les troupes du Pacte de Varsovie ont désormais quitté le pays, mais ne restent pas loin de la frontière. Dans son désir de ne pas demeurer complètement isolée, la Tchécoslovaquie développe des relations plus intenses avec la Yougoslavie et la Roumanie. Leurs dirigeants, Tito et Ceausescu, se rendent respectivement à Prague le 9 et le 15 août et y sont accueillis de façon triomphale. L’amitié entre ces trois pays, considérés comme dissidents, inquiète d’autant plus Moscou qu’elle rappelle la Petite entente de l’entre-deux-guerres. L’idée d’une dérive du Pacte de Varsovie doit être insupportable au Kremlin9.

  • 10 V. FALIN, op. cit, pp. 372-373.
  • 11 Ibidem, p. 374, vs J. McGINN, op. cit., p. 135.

11À la mi-août, la presse soviétique redouble de tirades contre Prague et, le 17 août, le Politbureau décide d’envahir la Tchécoslovaquie. Un témoin raconte que ce verdict ne devient définitif que le soir même du 20 août10. Aujourd’hui encore, on ignore les circonstances exactes qui ont amené le Kremlin à opter pour l’invasion. On discute également l’origine de cet appel au secours que selon Moscou le peuple tchécoslovaque aurait lancé. De toute évidence, cet appel a pu être transmis aux Soviétiques par Vasil Bil’ak le 3 août à Bratislava. Mais un haut fonctionnaire soviétique, Valentin Falin, se vante de l’avoir inventé lui-même, en rédigeant le communiqué officiel quelques heures avant l’invasion11.

12Dans la nuit du 20 au 21 août 1968, environ 230 000 soldats – dont 170 000 Soviétiques, 40 000 Polonais et quelques milliers d’Est-Allemands, hongrois et bulgares – envahissent la Tchécoslovaquie. Ainsi se termine le mouvement tchèque qui visait à donner au socialisme un visage humain.

Le couple franco-allemand face au Printemps de Prague

  • 12 PAAA, B24/630, Aufz., 18.1.68 : Möglichkeiten der dl.-frz. Zusammenarbeit.

13Récapitulons la situation. Début 1968, Bonn et Paris partagent le même objectif à savoir une détente entre l’Ouest et l’Est. Mais l’entente franco-allemande ne va pas beaucoup plus loin. Au-delà des prises de position officielles et des discours publics, leur coopération réelle reste limitée. L’Auswärtiges Amt n’envisage pas la possibilité d’une collaboration méthodique avec la France en matière de détente. D’une part, parce que Bonn et Paris ne défendent pas les mêmes positions au sein du camp occidental et, d’autre part, parce que l’Allemagne est encore en train de chercher son rôle dans le futur dispositif européen12.

  • 13 ACDP, NL Kiesinger A288, Gespräch Wehner-Couve de Murville, 5.2.68.

14Bonn favorise et apprécie l’entente affichée avec Paris, mais n’est pas prêt à abandonner au général de Gaulle le rôle de porte-parole vis-à-vis de l’Est. Toutefois, c’est bien cela que le gouvernement français demande. Selon Paris, l’Allemagne est elle-même l’objet des discussions à mener avec l’Est et, dès lors, Bonn ne peut pas animer ces conversations. En fin de compte, ce processus répondrait à un intérêt supérieur et serait bénéfique pour l’Allemagne aussi13. La République fédérale devrait donc accepter de laisser à la France la tâche de parler avec l’Est.

  • 14 AMAE, RFA 1546, Note du 26.1.68.

15Outre cet arrière-plan politique, les relations économiques avec l’Est représentent une autre source de dissensions latentes au sein du couple franco-allemand. Dans leurs efforts pour intensifier les contacts avec l’Europe orientale, la France et la RFA se servent également de l’économie, des sciences et de la culture. Or, dans ces domaines, les deux pays se trouvent dans une situation concurrentielle. Grâce à la présence de la langue allemande, du fait de la RDA, à l’intérieur du bloc communiste et grâce à la puissance des exportations allemandes, la France risque de rester loin derrière l’Allemagne. Pour cette raison, le Quai d’Orsay constate avec une certaine inquiétude la volonté allemande de stimuler les échanges commerciaux avec l’Est14. Mais au lieu de transférer à Bruxelles les compétences d’une politique économique commune envers l’Est, Bonn et Paris préfèrent garder des contacts bilatéraux le plus longtemps possible, chacun espérant ainsi acquérir plus d’influence.

  • 15 AMAE, EM 33, Entretien Couve de Murville-Brandt, 15.2.68.

16Les capitales occidentales ne considèrent pas le remplacement d’Antonin Novotný par Alexandre Dubček, le 6 janvier 1968, comme un événement de grande importance. Lors de la réunion franco-allemande du 15 février, Willy Brandt et Maurice Couve de Murville constatent qu’il y a « peu de choses à dire » concernant les pays d’Europe orientale15. Ils ne mentionnent en fait la Tchécoslovaquie que dans le contexte de la mission commerciale allemande à Prague, en cours de réalisation depuis quelques mois déjà. Les deux ministres vont tarder, plus que Moscou, à prendre conscience des changements réels en Tchécoslovaquie. Pour le moment, on se félicite plutôt du succès obtenu avec la Yougoslavie qui a renoué, le 31 janvier, des relations diplomatiques avec la République fédérale.

  • 16 PAAA, B150, Deutsch-französische Konsultation, 13.3.68.

17Le 13 mars, quelques jours avant la conférence de Dresde, l’évolution de Prague devient pour la première fois le sujet d’une discussion franco-allemande. La Tchécoslovaquie cependant ne relève pas d’une priorité et figure seulement à la septième position de l’ordre du jour. Jacques de Beaumarchais et Hans Ruete, respectivement directeurs politiques au Quai d’Orsay et à l’Auswärtiges Amt, sont d’accord sur la nécessité de rester prudents. « En Occident, il faut éviter de pousser des hourras prématurément », dit de Beaumarchais16. Son homologue Ruete espère voir la politique tchécoslovaque à l’égard de la République fédérale s’améliorer, mais dans un avenir lointain. Pour le moment, Alexandre Dubček s’associe encore aux accusations rituelles que les membres du Pacte de Varsovie prononcent contre la RFA « revancharde et nazie », accusations que le gouvernement Kiesinger essaie de dissiper avec acharnement.

  • 17 AAPD 1968, Dok. 135. – AMAE, RFA 1654, Entretien du 22.4.68.

18Couve de Murville et Brandt se rencontrent à nouveau le 22 avril. Concernant la Tchécoslovaquie, ils tombent d’accord sur le fait d’user de la plus grande discrétion17. Jusqu’à la prochaine rencontre des ministres des Affaires étrangères le 20 juillet, on ne discute plus beaucoup de Prague. Et pour cause : la révolution des étudiants et les événements de mai 1968 paralysent la diplomatie française pendant des semaines, mettant presque fin à l’ère gaullienne. Il est pourtant intéressant d’examiner comment les gouvernements français et allemand évaluent, chacun à sa façon, le Printemps de Prague.

La France : « C’est beau, mais ils vont trop vite »

  • 18 AMAE, EM 33, Entretien Couve de Murville-Stewart, 26.4.68.

19L’attitude officielle de Paris à l’égard du Printemps de Prague est d’attendre et de voir si les autres pays du camp communiste approuvent la nouvelle politique tchécoslovaque. La diplomatie française affirme qu’il ne faut en rien encourager les dissensions au sein du bloc oriental, avis d’ailleurs entièrement partagé par les Britanniques18. Cette réticence française contraste nettement avec l’appel passionné à plus d’indépendance et à plus de liberté lancé aux Polonais par le général de Gaulle à peine quelques mois auparavant. Mais les changements en Tchécoslovaquie, s’ils se révèlent durables, correspondent sans doute à la vision gaullienne : l’érosion des dictatures communistes à l’intérieur des pays de l’Est rend possible une Europe allant de l’Atlantique à l’Oural.

  • 19 Entretien accordé à l’auteur par P. Messmer. – P. MESSMER, op. cit., p. 299.

20Le général de Gaulle, semble-t-il, voit d’abord le Printemps de Prague d’une façon trop optimiste. Lorsque fin avril Pierre Messmer revient d’une visite officielle en URSS et rapporte les propos du ministre soviétique de la Défense menaçant la liberté tchèque, de Gaulle ne croit pas que les Russes interviendront militairement. Et s’ils devaient le faire quand même, cela ne changerait rien à long terme, puisque le communisme ne pourra jamais étouffer le sentiment national, affirme le général19.

  • 20 DM, t. V, p. 279. – AMAE, EM 34, Entretien de Gaulle-Ceausescu, 14.5.68. – T. WOLTON, op. cit., p.  (...)

21Son voyage en Roumanie, du 14 au 18 mai 1968, reflète également son optimisme. De Gaulle s’envole vers Bucarest en dépit des troubles qui règnent en France. Le mouvement des étudiants, porté par une bonne partie de l’opinion publique, s’est déjà étendu de Nanterre à Paris et dans tout le pays. Malgré tout, la visite devient un grand succès populaire en Roumanie. De Gaulle parle de la nécessité de surmonter le partage de Yalta. Il dénonce les idéologies et les hégémonies qui ont empêché, depuis 1945, l’entente européenne. Dans ce contexte, il attribue à la Roumanie, la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Bulgarie un rôle capital, du fait que leur redressement national pourra rééquilibrer le continent. De Gaulle loue notamment la liberté d’action acquise désormais par la Roumanie20. C’est probablement ce point-ci qui fait toute la différence avec la Tchécoslovaquie, les Soviétiques n’ayant pas encore consenti à la voie de Dubček.

  • 21 DGESS, t. V, p. 479, Intervention de Lâszló Salgó.
  • 22 Sanda STOLOJAN, Avec de Gaulle en Roumanie, Paris 1991, pp. 59-60.

22Ainsi le général de Gaulle ne mentionne pas, durant ses entretiens avec les Roumains, le Printemps de Prague, du moins selon les comptes rendus. Il se permet cependant de s’adresser cordialement à l’ambassadeur tchèque à Bucarest, et d’exprimer même son souhait de rendre visite à Alexandre Dubček et au président Svoboda21. Et de Gaulle veut pousser Bucarest plus loin dans sa dissidence avec Moscou. Dans son allocution devant le Parlement roumain, le général supprime, à la demande de Ceausescu seulement, la mise en garde contre l’hégémonie soviétique22. Le comportement du président français ne correspond donc pas à la ligne officielle avancée par Couve de Murville trois semaines auparavant de n’encourager en rien les dissensions au sein du bloc communiste. Il convient également de noter qu’à Bucarest de Gaulle se prononce de nouveau pour un renforcement des liens entre Bonn et les pays de l’Est, dont la Tchécoslovaquie. Jusqu’ici, rien ne présage donc cet orage gaullien qui va frapper le chancelier allemand quatre mois plus tard.

  • 23 PAAA, B150, Tel. Klaiber, 28.6.68 : Abschiedsaudienz bei de Gaulle.

23Le 28 juin, de Gaulle parle à nouveau de Yalta auprès de l’ambassadeur allemand. Mais désormais, l’espoir et l’élan pour terminer le partage du monde, encore très sensibles dans ses discours tenus en Roumanie, ont complètement disparu. La frustration et l’amertume règnent. Charles de Gaulle déplore que les superpuissances soient décidées à maintenir leurs sphères d’influence ; la collusion de Moscou et Washington s’établirait à grande vitesse afin de pouvoir affronter ensemble leur ennemi commun, la Chine ; l’Alliance atlantique perdrait son sens ; tout ceci se passerait aux dépens de l’Europe qui a négligé les nombreux appels français pour une Europe indépendante. Le général désigne aussi les coupables de ces développements fâcheux, qui cimenteraient le statu quo en Europe : ce ne sont pas les Allemands, excusés par leur dépendance militaire des Américains, mais plutôt les Britanniques23.

24Notons que ce changement d’esprit chez de Gaulle se fait déjà deux mois avant l’invasion de la Tchécoslovaquie et qu’il ne s’en prend pas du tout à Bonn à cette occasion. Au contraire, il prononce des paroles chaleureuses au sujet de la coopération franco-allemande.

  • 24 J. LACOUTURE, Le souverain, op. cit., p. 664.

25Pourquoi ce pessimisme à présent ? L’affaire tchécoslovaque, dont l’aboutissement est encore incertain, n’est pas mentionnée dans ce contexte. Peut-être que la publication des 2 000 mots, la veille, a joué un rôle dans l’appréciation du général. Mais sans doute, les événements de mai ont un impact majeur sur de Gaulle. Lui qui était doté d’une personnalité normalement si ferme, s’est comporté, face aux révoltes de mai 1968, comme un vieillard « errant, hésitant, passant de la brutalité au désarroi, [...] désorienté, flottant24 ». Bien que le général ait retrouvé le contrôle, des expériences comme celle-là laissent des traces. La France, qu’il aime tant et qu’il croit incarner, a manifesté contre son règne en lui brisant le cœur.

  • 25 Ibidem, p. 547. Propos tenus à l'écrivain Jean-Marie Domenach.

26Cette sombre ambiance se poursuit. Selon un témoin, de Gaulle se prononce au début de juillet avec un mélange de perspicacité et de pessimisme sur le Printemps de Prague : « C’est beau. Mais ils vont trop vite, et trop loin. Les Russes vont intervenir. Alors, comme toujours, les Tchèques renonceront à se battre, et la nuit retombera sur Prague25. » Ici encore, le général ne fait aucune allusion à une co-responsabilité de Bonn concernant l’invasion ultérieure, ce sont plutôt les Tchèques eux-mêmes qui vont trop loin.

  • 26 AMAK, Tehee. 230, Tel. Wormser (Moscou), 17.5.68.

27Les ambassadeurs français à Prague et à Moscou tiennent leur gouvernement bien informé de l’affaire tchécoslovaque. Tandis que Roger Lalouette envoie des rapports détaillés et fréquents sur les événements de Prague, l’ambassadeur Wormser tente également, depuis Moscou, de dépeindre une perspective plus large. Le 17 mai, il analyse l’éventualité d’une invasion militaire et souligne que les Soviétiques, malgré leur malaise évident, ne s’y résoudraient qu’à contrecœur et en toute dernière extrémité. La Tchécoslovaquie n’occupant pas une place essentielle dans le dispositif soviétique, Wormser estime qu’il n’y aura pas d’action militaire26.

  • 27 AMAE, Tchee. 244, Note du 11.7.68.

28En juillet, son jugement se durcit. Il a connaissance d’une allocution de Leonid Brejnev du 3 juillet, où le leader soviétique déclare, en présence du hongrois Kadar, que les communistes ne peuvent rester et ne resteront jamais indifférents aux destinées de la construction du socialisme dans les autres pays. Olivier Wormser comprend bien que Moscou affirme ainsi son droit à l’ingérence. Il croit que désormais le respect du modèle soviétique est en cause. Un long rapport établi par la suite au Quai d’Orsay contient de sombres prévisions : en plus des libertés toujours croissantes en Tchécoslovaquie, les Soviétiques doivent s’inquiéter surtout du congrès extraordinaire du parti communiste tchécoslovaque, qui va élire un nouveau Comité central le 9 septembre. Vu le soutien populaire massif pour Dubček, les représentants prosoviétiques risquent alors de disparaître complètement27.

  • 28 CADN, Moscou 644, Tel. Wormser, 18.7.68.

29Après la publication de la lettre des Cinq à Dubček – « l’ultimatum de Varsovie » du 15 juillet – Wormser l’analyse avec finesse. Malgré sa brutalité et son caractère menaçant, ce document ne lui paraît pas rédigé pour justifier une intervention militaire déjà décidée28. L’ambassadeur insiste qu’à son avis le Kremlin n’a pas encore arrêté son choix à ce sujet.

L’Allemagne officielle : « Si Dubček reste, on discutera »

  • 29 ACDP, NL Kiesinger 008-1, Gespräch mit c. Sulzberger, 14.5.68.

30Kurt Kiesinger fait preuve, tout au long du Printemps de Prague, d’une attitude claire et sans ambiguïté. Selon lui, Bonn doit observer un maximum de prudence et ne doit surtout pas se mêler des affaires intérieures du voisin. Le chancelier est très conscient des conséquences dangereuses d’une immixtion allemande en Tchécoslovaquie. Il pense que Bismarck avait déjà très bien compris la relation entre l’Allemagne, Prague et Moscou : si la Bohème (i.e. la Tchécoslovaquie) était entre les mains de Moscou, les Russes prédomineraient ; mais, d’une Bohème qui deviendrait allemande, il résulterait une guerre sans pitié entre les Russes et les Allemands. Or, résume Kiesinger, une Tchécoslovaquie plus indépendante serait dans l’intérêt de Bonn, contrairement à une Tchécoslovaquie devenue allemande. Sinon, l’Allemagne ne pourrait jamais trouver de solution avec les Soviétiques pour sa réunification29.

  • 30 ACDP, NL Kies. 310, Gespräch Kiesinger-Schwelien, 26.1.76.

31Le chancelier appuie donc l’idée que rien ne soit fait qui puisse provoquer Moscou. Bien sûr, il a de la sympathie pour le mouvement d’Alexandre Dubček, mais il interdit tant à lui-même qu’à son gouvernement de la montrer. Kurt Kiesinger affirme aussi avoir tout essayé pour détourner le président de la banque centrale allemande, Karl Blessing, de son projet de voyage en Tchécoslovaquie30. Comme Blessing a déjà confirmé sa venue aux Tchèques, il y va quand même, les 11 et 12 juillet. Kiesinger reprochera plus tard à Brandt d’avoir encouragé ce voyage.

  • 31 AAPD 1968, Dok. 205, Gespräch Kiesinger-Rusk, 26.6.68 ; Dok. 206.

32Si la ligne de Kiesinger dans cette affaire apparaît clairement, il serait toutefois erroné de penser que le Printemps de Prague soit sa préoccupation première pendant ces mois. À fin juin par exemple, il discute avec le ministre américain des Affaires étrangères, puis avec l’ambassadeur français, sans même mentionner un mot sur la situation en Tchécoslovaquie31. Il trouve pourtant beaucoup de temps pour parler de Berlin, du Vietnam ou des relations franco-américaines, des sujets ne relevant d’aucune urgence.

  • 32 AAPD 1968, Dok. 146, Kolloquium in Heimerzheim, 2.5.68 ; Dok. 152, 202.

33Quant à Willy Brandt et son parti social-démocrate, leur rôle vis-à-vis du Printemps de Prague est plus controversé. Brandt penche certainement plus fort que le chancelier en faveur d’un engagement en Europe orientale. Mais le ministre semble décidé à rester prudent et à suivre la politique convenue avec Couve de Murville le 22 avril. Au début du mois de mai, toute l’élite de la politique allemande se retrouve à Heimerzheim pour discuter pendant deux jours de la politique extérieure, un événement unique en son genre. Brandt propose alors de ne prendre aucune initiative envers Prague, ni politique ni économique ; si le gouvernement de Dubček reste au pouvoir, on pourra discuter avec lui de l’annulation de l’accord de Munich de septembre 1938. Le règlement de ce contentieux germano-tchèque est surtout une question juridique liée au problème de nationalité des Sudètes émigrés en Allemagne. En ligne générale, le Printemps de Prague n’occupe qu’une place marginale dans le cadre du colloque de Heimerzheim32. Tandis que la presse allemande montre un intérêt croissant pour les développements en Tchécoslovaquie, le ministère de Brandt continue d’afficher son souci de ne pas compromettre ce mouvement par des initiatives hâtives.

  • 33 Cité d'après : K. HILDEBRAND, op. cit., p. 327.
  • 34 FES, Dep. Bahr 399, Bahr an Brandt (Dakar), 10,4,68.

34Toutefois, il y a auprès de Brandt un conseiller qui a pour tâche de penser tout ce qui est pensable : Egon Bahr, « un homme vraiment dangereux » d’après le chancelier Kiesinger33. En effet, Bahr inclut aussi la Tchécoslovaquie dans ses réflexions. Dans une lettre du 10 avril, il encourage Brandt à imposer sa propre politique, malgré la résistance de la CDU : ceci commencera par la signature du TNP et ira jusqu’à « l’acceptation, certainement nécessaire, d’une coopération économique à grande échelle avec la Tchécoslovaquie34 ».

  • 35 Selon une expression utilisée par Kiesinger (Sandkastenspiele).
  • 36 AAPD 1968, Dok. 134, Aufz. Bahr, 21.4.68.

35Voilà une idée qui exciterait certainement le chancelier Kiesinger et le général de Gaulle. De plus, ces propos sont à l’opposé de ce que Brandt dira trois semaines plus tard à Heimerzheim. N’est-ce donc là qu’une idée sans lendemain sortie du « bac à sable35 » de Bahr ? En tout cas, Egon Bahr rencontre un ancien ambassadeur tchèque à Prague, les 17 et 18 avril, pour discuter de l’annulation de l’accord de Munich. Rien n’incite à penser que l’envoyé allemand dépasse à cette occasion la ligne prudente de son gouvernement36. C’est plutôt le côté tchèque, initiateur de la rencontre, qui se dit intéressé à améliorer les rapports avec la République fédérale, notamment dans le domaine économique.

  • 37 AAPD 1968, Dok. 127, Thierfelder (Wien) ans Auswärtige Amt, 16.4.68.
  • 38 РАAА, B150, Tel. Sahm (Bonn), 8.5. ; Tel. Blomeyer (Wien), 8.5., 9.5.68.

36Déjà la veille, lors d’une conférence de l’ONU à Vienne le 16 avril, l’ambassadeur tchécoslovaque Smeïkal a approché un fonctionnaire ouest-allemand avec des propos similaires. Smeïkal souligne l’importance vitale qu’une aide économique occidentale représenterait pour son pays. Tout en se basant sur le socialisme et l’amitié avec Moscou, le gouvernement de Dubček demandera bientôt une aide économique à Bonn, indique Smeïkal37. Mais par la suite, la Tchécoslovaquie n’adresse à la RFA aucune demande en ce sens. Trois semaines plus tard, Smeïkal tient le même discours secret et l’ambassade allemande à Vienne, plutôt réservée, répond qu’elle attend toujours les propositions de Prague38. En même temps, l’Auswärtiges Amt considère avec beaucoup de réticence les avances d’autres émissaires tchécoslovaques non officiels, qui adoptent des attitudes semblables à celles de Smeïkal. D’ailleurs, un crédit occidental accordé à un pays de l’Est ne serait pas une nouveauté. La Pologne en a déjà bénéficié, sans que Moscou ait voulu ensuite l’envahir.

  • 39 PAAA, B150, Aufz., 22.5.68 : CSSR und ausländische Kredite.

37Au printemps 1968, la Tchécoslovaquie a en effet besoin de devises occidentales pour environ 500 millions de dollars. Avec cette somme, Prague pourrait effectuer les importations les plus urgentes, notamment pour garantir la production industrielle destinée à l’URSS. En quête d’un crédit, Dubček se tourne d’abord vers Brejnev, le 4 mai, et commence prudemment à sonder ensuite les possibilités dans les capitales occidentales, y compris Paris39. Lors de la visite en Tchécoslovaquie du président de la banque fédérale, Blessing, ces demandes de crédit se trouvent au centre des discussions. Mais les Tchèques ne veulent pas prendre de décision politique importante avant le congrès du 9 septembre qui promet d’inaugurer une situation plus libérale.

  • 40 PAAA, B150, Aufz. Pommerening, 15.7.68 (wirlsrhaflliches Vordringen).

38Si ce voyage controversé de Blessing n’aboutit pas à un arrangement financier germano-tchèque en juillet 1968, l’Auswärtiges Amt y voit tout de même un essai pour « gagner du terrain économique40 ». On s’approche ici de la notion de Drang nach Osten et des reproches français de septembre 1968. Constatons toutefois que le ministère de Brandt n’apprécie en rien la visite de Blessing en Tchécoslovaquie et celle, presqu’en même temps, des deux chefs du parti libéral allemand (FDP), Walter Scheel et Hans-Dietrich Genscher. Une poignée d’autres politiciens allemands s’est déjà rendue à Prague en mai et en juin 1968. Mais les simples touristes peuvent également inquiéter les Soviétiques. Un magazine moscovite parle de 50 000 touristes ouest-allemands, dont beaucoup de Sudètes, qui ont traversé la frontière tchèque à Pâques 1968.

L’absence de mise en garde française

  • 41 CADN, Bonn 178, Entretien du 20.7.68. – PAAA, B1/336, Aufz. Lahr, 21.8.68.

39Le 20 juillet, quelques jours après les visites de Scheel et de Blessing à Prague, Willy Brandt et Michel Debré s’entretiennent à Bruxelles. C’est Brandt qui commence à parler de ses préoccupations au sujet de la situation tchécoslovaque et du fait que l’attitude soviétique à l’égard de Bonn s’est durcie41. Debré, loin de critiquer les Allemands, met en lumière la contradiction dans la politique des Soviétiques qui essayent de concilier la détente avec le maintien de la discipline au sein du camp socialiste. Ensuite les deux hommes changent de sujet et discutent de la Grande-Bretagne. À la fin, ils se donnent rendez-vous pour début septembre à Paris.

  • 42 AN, 5AG1, 164, Entretien Debré-Kiesinger, 10.3.69.

40Étant donné la gravité des accusations que Debré portera contre les Allemands après la répression militaire du Printemps de Prague – il affirmera plusieurs fois leur responsabilité conjointe dans l’affaire – il convient de noter l’absence totale de mise en garde française à cet égard. Lorsqu’un Kiesinger indigné mettra Debré au pied du mur, quelques mois plus tard, le ministre français se défendra en disant qu’il avait communiqué ses inquiétudes sur la politique allemande lors de la visite de Brandt à Paris, début août 196842. Mais Brandt n’est venu à Paris que début septembre, donc après l’invasion. En août, il se trouve en vacances prolongées en Norvège. La communication de Michel Debré n’a donc pas eu lieu en temps utile.

41Le 22 juillet, les directeurs politiques Brunet et Lahr se réunissent. Ils discutent entre autres du cadre des relations commerciales avec l’Est. Il est difficilement imaginable que Brunet, qui se prononce pour une augmentation du commerce avec l’Est, prenne ici une position opposée à celle de son chef, Michel Debré.

  • 43 CADN, Moscou 644, Tél. Wormser, 23.7., 27.7.68.

42Entre-temps, l’ambassadeur français à Moscou tire le signal d’alarme : les Soviétiques ont déclaré que l’équilibre en Europe est en cause et que la non-intervention en Tchécoslovaquie porterait atteinte à la crédibilité des dirigeants de l’URSS43. Le 27 juillet, l’ambassadeur Wormser considère qu’une intervention soviétique lui paraît probable si Dubček ne fait pas de concessions sur l’essentiel.

  • 44 FRUS 1964-68, vol. XII, Katzenbach (Paris) to DepState, 29.7.68.

43Ce message de Moscou ne manque pas de faire son effet au Quai d’Orsay. Tout de suite, Debré parle de son inquiétude à l’ambassadeur américain Shriver : si Dubček continue sur la voie de la libéralisation, toute l’Europe de l’Est en sera influencée ; puisque les Soviétiques ne peuvent pas la permettre, ils interviendront militairement-ce sera tragique pour l’Europe mais personne ne pourra rien faire pour l’empêcher44. Deux choses sont à noter ici. D’abord, au sujet de l’invasion prévue par Wormser, Debré parle à l’ambassadeur américain et non à l’ambassadeur allemand, ce qui en dit long sur la différence de l’importance accordée à Bonn ou à Washington dans cette situation. Ensuite, le ministre français écarte la responsabilité allemande en disant que personne, à part Dubček, ne pourra influencer la décision de Moscou.

  • 45 M. DEBRÉ, op. cit., p. 257.

44Dans ses mémoires en revanche, Debré indique avoir prévu l’invasion pour deux raisons : à cause de l’orientation de Dubček vers le pluripartisme et à cause du « grand intérêt marqué par les financiers et les industriels de l’Allemagne de l’Ouest qui déferlent aussitôt en Tchécoslovaquie45 ». Cette deuxième raison ne sera d’ailleurs pas confirmée par l’ambassadeur français pourtant très bien informé, Olivier Wormser.

  • 46 Alain DE BOISSIEU, Pour servir le Général, 1946-1970, Paris 1982, p. 209.

45Selon un témoin, de Gaulle transmet au président de la Tchécoslovaquie, le général Svoboda, l’information sur la menace d’invasion. Ludvik Svoboda en parle ensuite à Dubček. Celui-ci répond que le général de Gaulle, « étant un officier capitaliste, ignore tout de la mentalité marxiste », et que les Soviétiques n’oseraient pas envahir la Tchécoslovaquie46.

  • 47 PAAA, B42/984, Aufz., 26.7. ; B1/353, Aufz., 23.7.68. – Hans-Peter SCHWARZ, „Die Regierung Kiesinge (...)

46De même que le Quai d’Orsay, l’Auswärtiges Amt remarque la montée de la tension entre Moscou et Prague durant la dernière décade de juillet. Les Allemands le ressentent directement par un renforcement d’accusations soviétiques contre la RFA. Mais si l’on constate à Bonn que l’option d’une intervention militaire en Tchécoslovaquie a gagné du poids, on pense tout de même qu’elle reste improbable. Les spécialistes allemands considèrent que les conséquences négatives d’une pareille action, surtout à l’intérieur du bloc communiste, seraient trop graves pour l’URSS. On croit aussi qu’une invasion soviétique ne serait approuvée que par l’Allemagne de l’Est, puisque la Pologne, la Bulgarie et la Hongrie ne soutiendraient pas en réalité l’utilisation de la force. De nouveau, le ministère de Brandt se prononce en faveur d’une grande prudence et déconseille notamment tout voyage officiel en Tchécoslovaquie47. Le chancelier continue à s’engager pour une attitude non provocatrice à l’égard de Moscou et annule, par exemple, des manœuvres de la Bundeswehr prévues dans la région avoisinant la Tchécoslovaquie.

  • 48 CADN, Moscou 644, Tél. Wormser, 5.8.68.
  • 49 AMAE, Tchéc. 244, Note du 12.8.68.

47Au début du mois d’août, la situation semble se calmer. Olivier Wormser écrit de Moscou que les Russes ont rétabli un certain contrôle et que la situation paraît moins défavorable pour Prague48. Le Quai d’Orsay parle de répit et estime que la période de grande tension entre Prague et Moscou s’est terminée le 3 août par la déclaration de Bratislava. Les analystes français attribuent à Dubček une habileté de calmer ses alliés, mais se demandent également si la libéralisation à l’intérieur de la Tchécoslovaquie atteindra un niveau qui poussera les Soviétiques à « aller jusqu’au bout49 ».

48Du reste, le gouvernement français maintient son attitude d’attente pour voir si l’expérience Dubček s’inscrira dans l’avenir. D’ici là des rencontres franco-tchèques au niveau du président français ou du Premier ministre ne paraissent pas opportunes. On envisage cependant une rencontre de Michel Debré avec son homologue tchécoslovaque, Jiří Hajek, qui pourrait s’arrêter à Paris lors de son voyage à New York. Détail piquant : Hajek planifiera en effet une escale pour le 19 août, mais à Francfort, pour rencontrer Egon Bahr.

  • 50 AMAE, RFA 1576, Note du 9.8.68.

49Quant aux rapports bilatéraux entre Bonn et Prague, l’administration française critique les voyages imprudents de Blessing et Scheel, mais attribue à Kiesinger et Brandt une grande discrétion, contrairement d’ailleurs aux Britanniques qui ont multiplié les contacts avec Prague. Le Quai d’Orsay note toutefois que les Allemands ont déjà pris des contacts qu’ils comptent développer dès que les circonstances le permettront50.

  • 51 AN, 539 AP9, Conseil des ministres, 13.8.68.

50Le 13 août, le gouvernement français discute de la situation en Tchécoslovaquie. Alors que le général de Gaulle souligne l’importance du mouvement national, Michel Debré se dit préoccupé de voir Prague se tourner vers l’Europe occidentale et notamment vers la RFA : « C’est ce qui est tout le problème51. » Encore, selon ce langage, ce sont les Tchèques qui se dirigent vers les Allemands et non l’inverse.

  • 52 CADN, Bonn 178, Entretien du 13.8. – PAAA, B150, Aufz., 13.8., 14.8.68.

51Le même jour, nouvelle rencontre entre les directeurs politiques de Beaumarchais et Ruete. Aucune dissension n’apparaît au sujet de la Tchécoslovaquie. Notons que le Français considère comme peu probable une nouvelle crise avec l’acuité de celle de juillet. Une communication du Quai d’Orsay, transmise à Bonn le lendemain, confirme cet examen plutôt optimiste de la situation tchécoslovaque52.

  • 53 M. DEBRÉ. op. cit., p. 257.

52On ne peut donc pas dire que Paris ait clairement prévu l’invasion. Dans ses mémoires, Michel Debré affirme avoir cru, à la mi-août, à un accord germano-soviétique comme seule explication de l’abstention militaire soviétique. De cette manière, un partage d’influence en Europe centrale entre Moscou et Bonn serait-il amorcé53. Il y a de quoi être surpris des divergences entre l’idée sombre du ministre et les propos optimistes tenus en même temps par son ministère. Quoi qu’il en soit, les positions prises par le général de Gaulle et Michel Debré traduiront incontestablement, après l’invasion, une méfiance profonde à l’égard de la République fédérale. Alors, d’où peut découler cette impression négative ?

Les secrets de Brandt

  • 54 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., pp. 220-221.

53Dans ses mémoires, Willy Brandt s’en prend vivement aux accusations portées contre la politique allemande vis-à-vis du Printemps de Prague. Brandt admet que le moment du voyage à Prague de Walter Scheel était mal choisi, tout en insistant sur l’insignifiance de cet événement pour les rapports entre Prague et Moscou. Willy Brandt défend avec ferveur l’attitude de son parti social-démocrate. Malgré sa grande sympathie, facile à comprendre, pour le mouvement de Dubček, la SPD se serait totalement abstenue d’encourager les sociaux-démocrates tchécoslovaques. Pour Brandt, les reproches contre lui et son parti sont dépourvus de sens, malintentionnés et construits artificiellement54. Mais une question intéressante subsiste dans l’air : en cas de succès de Dubček, qu’est-ce que Brandt envisageait de faire ? Ne préparait-il pas, tout au long du Printemps de Prague, un plan à cet égard ? Examinons les quelques indices dont on dispose, notamment les documents d’Egon Bahr et les papiers laissés par le ministre lui-même. Dans ce contexte, trois aspects se révèlent significatifs : les contacts secrets de Brandt avec Prague, ses idées d’une évolution des relations germano-soviétiques et les études de Bahr sur la sécurité européenne.

Les contacts avec Prague

  • 55 AMAE, Tchéc. 230, Tél. Boyer (Berlin), 17.7.68. – Michael SODARO, Moscow, Germany and the West from (...)

54Concernant des contacts secrets entre Willy Brandt et le gouvernement tchécoslovaque, plusieurs rumeurs circulent au printemps 1968. La presse allemande écrit par exemple, en juin, qu’une visite de Brandt serait la bienvenue à Prague. Peu de temps après, Jiří Hajek fait démentir la nouvelle d’une invitation. Le 17 juillet, le journal est-allemand Neues Deutschland publie une attaque féroce contre Bonn et accuse Brandt d’envoyer à Prague, pour ne pas faire trop de bruit, des personnes n’exerçant pas de fonctions gouvernementales55. Plus tard, le même journal écrit que Brandt aurait rencontré Hajek le 10 juin à Vienne, lors d’une conférence internationale.

  • 56 FES, NL Brandt, BMA, Mappe 3, Brief von Erhard Eppler, 17.5.68.
  • 57 AMAE, RFA 1576, Tél. Seydoux (Bonn), 25.6.68.

55Si on ne trouve pas mention de cette rencontre dans les documents, il reste tout de même la preuve de contacts secrets. Le 17 mai, le parlementaire Eppler rapporte à Brandt une conversation confidentielle avec un fonctionnaire de l’ambassade soviétique, qui se dit fortement contrarié par certains contacts secrets entre Prague et Bonn. Le Russe indique avoir été informé par le ministère tchécoslovaque des Affaires étrangères56. Le 25 juin, le directeur du Cabinet de Brandt fait part à l’ambassadeur Seydoux, avec une insouciance surprenante, que « Brandt entretenait officieusement des contacts suivis et satisfaisants avec le gouvernement tchèque57 ».

  • 58 D’autres indices renforcent l’impression que les dirigeants polonais ne sont pas, en été 1968, auss (...)
  • 59 FES, Dep. Bahr 390, Aktennotiz vom 30.7.68.

56Dans les papiers d’Egon Bahr, on trouve une note tout à fait étonnante datée du 30 juillet. Il s’agit d’un message destiné à Brandt et transmis par un émissaire tchécoslovaque : la situation en Pologne58ressemblerait de plus en plus à celle en Tchécoslovaquie ; Varsovie et Prague seraient prêts à nouer des relations diplomatiques avec Bonn, si la RFA consentait à plus d’indépendance pour Berlin ; en fait, la solution du problème de Berlin serait liée au sort de la Tchécoslovaquie. Le messager de Prague propose d’augmenter le pouvoir du sénat berlinois et de destituer le bourgmestre Schütz qui ne jouit pas d’une bonne image à Moscou. L’émissaire mentionne également des rencontres secrètes entre politiciens allemands et tchèques, la prochaine devant avoir lieu très bientôt à Karlovy Vary, afin de discuter de la façon d’éviter une invasion soviétique59. Malheureusement, le nom de l’expéditeur du message n’est pas révélé dans cette note, pas plus que l’identité de celui qui a accueilli le messager, sauf qu’il a déjà transmis un autre message à Brandt. En lisant ces propos, on peut se demander si le ministre ne fait que passer des vacances en Norvège.

  • 60 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 221, affirme que la rencontre a eu lieu.
  • 61 FES, Dep. Bahr 399, Bahr an Brandt, 19.8.68.

57À la mi-août, Egon Bahr reçoit une petite délégation tchécoslovaque venue délibérer au sujet de l’annulation du traité de Munich. Aucune autre information n’est disponible sur ces discussions ni sur la rencontre Bahr-Hajek planifiée au 19 août à Francfort60. Dans une lettre envoyée la veille de l’invasion, Bahr propose que Willy Brandt rende officiellement visite à Dubček. Un entretien de Brandt avec son « ami » – évidemment une personnalité proche de Dubček – pourrait clarifier les possibilités d’une telle rencontre61. Décidément, Bahr pense que le dirigeant tchécoslovaque va rester. Il pronostique qu’Alexandre Dubček sera élu « homme de l’année » en République fédérale. Si cela prouve que Brandt a entretenu des contacts secrets avec Prague, il est beaucoup moins évident que ceci ait influencé la décision de Moscou d’intervenir. D’autant plus que Brandt s’est soucié en même temps des relations avec les Soviétiques.

Les rapports avec Moscou

  • 62 AAPD 1968, Dok. 181, Aufz. Bahr, 7.6.68. – FES, Dep. Bahr 408, 14.6.68.
  • 63 FES, Dep. Bahr 437, Unterlagen für den 18.6.68.

58Fin mai 1968, le diplomate Victor Belezky approche Bahr pour lui proposer une rencontre entre Willy Brandt et Piotr Abrassimov, membre du Comité central soviétique et ambassadeur à Berlin-Est. Belezki signale que cette proposition vient de l’autorité la plus haute de Moscou et que la RDA n’en est pas informée62. Afin de préparer son ministre pour la rencontre, qui a lieu le 18 juin à Berlin-Est, Bahr note entre autres : « Comme on le sait, mon interlocuteur est de l’avis qu’un engagement soviétique n’aurait pas une grande valeur tant que la coalition actuelle subsiste. Plus tôt la SPD la quitterait, mieux ce serait pour la SPD63. »

  • 64 AAPD 1968, Dok. 200, Gespräch Brandt-Abrassimov, 18.6.68.

59Cette note laisse présager de la qualité de la rencontre avec Abrassimov. Elle se déroule dans une ambiance explicitement décontractée – avec sauna pris en commun et un coup de téléphone de la part de Brejnev – bien que les mots de l’ambassadeur n’aient rien d’amical. Abrassimov reproche à Brandt quasiment toute la politique de la Grande coalition. Le Russe attaque les positions de Bonn au sujet de Berlin, du non-recours à la force et des frontières ainsi que le refus de reconnaître la RDA et de renoncer à tout jamais aux armes nucléaires. Bref, les demandes soviétiques sont incompatibles avec la ligne politique définie par le chancelier Kiesinger. Willy Brandt ne pourrait les satisfaire qu’en sortant du gouvernement. Aucun indice, dans le compte rendu écrit par Brandt, ne donne lieu de penser qu’il ait envisagé quelque chose de ce genre. Bien au contraire, le ministre allemand manifeste de la résignation, ses efforts pour coopérer avec Moscou ne montrant aucun résultat64.

60Une seule fois on évoque la Tchécoslovaquie, en même temps que la Pologne et l’Ukraine, lorsque l’ambassadeur Abrassimov lance une tirade contre Kiesinger. Celui-ci chercherait, comme Hitler, à agrandir l’espace vital allemand à l’Est. Afin d’alléger le climat tendu, Brandt parle de Bismarck et de l’histoire allemande. L’ambassadeur soviétique dit alors : « L’avenir de l’Europe dépend des relations entre l’URSS et la RFA. Une fois ceci en ordre, les Anglais et les Français s’étonneront. » Ce n’est toutefois pas un nouveau Rapallo qui s’annonce. Piotr Abrassimov conclut en disant que la reprise des relations diplomatiques avec la Roumanie et la Yougoslavie ne posent pas de problème, mais que pour la normalisation complète des rapports avec l’Est, Bonn devra d’abord remplir les conditions.

  • 65 V. FALIN, op. cit., p. 372.

61Brandt a-t-il le choix, en ce moment, de satisfaire ou non les Soviétiques ? Sûrement ne l’a-t-il pas en tant que ministre – la situation sera différente lorsque Brandt accédera à la chancellerie. Un haut fonctionnaire soviétique affirme d’ailleurs dans ses mémoires, avec une certaine surprise, que jamais Moscou n’a réfléchi de façon sérieuse sur les idées, intéressantes, de la Grande coalition65.

  • 66 AMAE, RFA 1576, Tél. Seydoux (Bonn), 25.6.68.

62Mais l’histoire de la rencontre avec Abrassimov ne s’arrête pas là. Willy Brandt en informe les ambassadeurs français, anglais et américains dès le lendemain ; ensuite il reprend le sujet le 23 juin, lors d’un dîner à quatre avec ses homologues. Deux jours plus tard, Gerhard Ritzel, le directeur de Cabinet qui a accompagné Brandt chez Abrassimov, fournit quelques indications de plus à l’ambassadeur Seydoux : les perspectives d’une « véritable coopération germano-soviétique » auraient été évoquées et, « du côté allemand, on était allé jusqu’à citer le traité franco-allemand comme un exemple de réconciliation66 ». Cette révélation touche un point très sensible de Paris, d’autant plus qu’elle n’apparaît pas dans le compte rendu de Brandt. Probablement la crainte de Debré mentionnée plus haut – l’idée d’un accord germano-soviétique et l’amorce d’un partage d’influence entre Bonn et Moscou – a-t-elle trouvé son origine dans ces confidences mal mesurées de Ritzel.

  • 67 Entretien accordé à l’auteur par Egon Bahr, le 14 avril 2004 à Berlin.

63Aujourd’hui, en apprenant cet épisode, Egon Bahr prend un air profondément navré. L’information fournie par Gerhard Ritzel ne pouvait qu’alarmer les Français, reconnaît-il. Mais Ritzel a dû mal comprendre les faits, insiste Bahr vivement, car jamais Willy Brandt n’aurait pu envisager une réconciliation avec l’URSS comparable à celle inscrite dans le traité de l’Élysée. Un tel projet aurait été contraire à ses pensées. Plus tard également, Brandt a fermement exclu le terme « amitié » de tout accord germano-soviétique et jamais il n’a accepté de tutoyer un représentant du Kremlin67.

  • 68 AAPD 1968, Dok. 239, 243, 245, 252.

64En effet, les relations de Willy Brandt avec Moscou restent sobres durant l’été 1968. Les Soviétiques refusent aussi de discuter avec Bonn les événements tchécoslovaques. Le 1er août, Andreï Gromyko reçoit l’ambassadeur allemand à Moscou, Helmut Allardt. Bien que le ministre soviétique reprenne ses accusations contre Bonn, Brandt donne l’ordre de poursuivre le dialogue. Non qu’il croie à un grand résultat, mais parce qu’il ne veut pas laisser se rompre le fil de la conversation avec les Russes68. Donc, on ne peut reprocher à Brandt ni un accord secret avec Moscou, ni une volonté de faire sa politique orientale sans les Soviétiques. Tout simplement, il n’a pas le droit de satisfaire leurs désirs.

Les plans d’Egon Bahr

  • 69 Andreas VOGTMEIER, Egon Bahr und die deutsche Frage, Bonn 1996, p. 102.

65Les études d’Egon Bahr sur la sécurité européenne placent cette affaire dans un contexte d’idées novatrices. Avec une poignée de collaborateurs seulement, Bahr réfléchit sur les différentes possibilités de politique allemande. Ces études sont tellement secrètes que même le chancelier n’en est pas informé. C’est le cas aussi pour l’étude présentée par Bahr en juin 1968. Suite à une indiscrétion, Kiesinger apprendra son existence en 1973 par la presse69.

  • 70 AAPD 1968, Dok. 207, 27.6.68 : Konzeptionen der europäischen Sicherheit.

66Le 27 juin 1968, Bahr présente donc à Brandt trois différents modèles de politique. Un modèle A qui se fonde sur le système existant des blocs et qui vise la détente. Un modèle B qui regroupe les deux blocs chapeautés par une conférence de sécurité européenne institutionnalisée. Le modèle C enfin remplace l’OTAN et le Pacte de Varsovie par un nouveau système de sécurité européenne garantie par les superpuissances sans qu’elles en fassent partie. Egon Bahr conseille à son ministre de suivre d’abord le modèle A et d’éviter le modèle B qui cimenterait la division de l’Allemagne. Mais la meilleure solution, qui n’est pas encore praticable mais qu’il faudra adopter à long terme, est le modèle C. Une vaste zone dénucléarisée comprendrait la RFA, la RDA et au moins le Benelux, la Pologne et la Tchécoslovaquie. Les États-Unis et l’URSS devraient garantir la sécurité, tout en retirant leurs armes et leurs soldats des pays membres du nouveau système. La Grande-Bretagne et la France pourraient devenir membres ou garantes de la zone dénucléarisée. Sans permission du nouveau Conseil européen de sécurité siégeant à Berlin, aucune force extérieure n’aurait le droit d’intervenir dans cette zone. Le but visé est que la RDA, d’abord reconnue par Bonn, s’effondre de plus en plus, une fois les soldats soviétiques retirés70.

67Ce modèle à long terme ne correspond absolument pas aux idées du général de Gaulle. Une nouvelle Europe structurée autour de l’Allemagne, détachée de l’Ouest, n’est certes pas dans l’intérêt de la France. Egon Bahr prévoit d’ailleurs la réticence française à l’égard de ce modèle, puisque Paris n’aurait pas de rôle dirigeant sur le continent. En outre, Bahr reste ambigu quant à savoir si la France devrait renoncer aux armes nucléaires pour faire partie du système. Dans cette éventualité, quelle proposition immonde du point de vue du général de Gaulle ! Et si la France n’était que garante du nouvel ordre, elle resterait même en dehors du système censé devenir la base de la coopération politique européenne.

  • 71 FES, Dep. Bahr 399, Vermerk Bahr für Brandt, 11.6.68.
  • 72 AAPD 1968, Dok. 190, Ruete (Belgrad) ans Auswärtige Amt, 13.6.68.

68Il n’y a aucune preuve d’une conversation germano-tchèque au sujet de ces modèles. Toutefois un indice existe. Dans une note du 11 juin 1968 pour son chef, qui part le lendemain en Yougoslavie, Bahr écrit : Nous devrions viser « un point, où un système européen de sécurité remplace l’OTAN et le Pacte de Varsovie. La Yougoslavie est non-alignée. Pour nos réflexions dans ce contexte, il est très important de savoir si la Yougoslavie participerait à un système européen de sécurité71. » En effet, Brandt parle aux Yougoslaves de cette idée, bien que le compte rendu allemand reproduise seulement la réponse des hôtes. Les Yougoslaves manifestent de la réserve et ne jugent pas réaliste, pour le moment, l’idée d’une abolition des blocs militaires72.

  • 73 Reinhard SCHMOECKEL, Bruno KAISER, Die vergessene Regierung. Die grosse Koalition 1966 bis 1969 und (...)
  • 74 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 220.

69Si Willy Brandt en discute avec les Yougoslaves, n’en parle-t-il pas aussi aux Tchèques ? D’autant plus qu’à Prague des voix s’élèvent pour demander la même chose : l’abolition des blocs73. Comme on l’a vu, Brandt entretient des contacts officieux et secrets avec le gouvernement de Dubček. Il est donc difficilement imaginable que le sujet d’un nouveau système européen de sécurité, qui est évidemment inscrit à l’ordre du jour de Brandt, ne soit pas évoqué. Avec le petit groupe allemand autour de Bahr, les Yougoslaves et les Tchèques, déjà un bon nombre de gens seraient au courant de cette idée explosive. On ne peut plus alors exclure l’éventualité d’une fuite. Brandt explique sa dispute avec Michel Debré, suite à l’invasion du 21 août, par des « informations horripilantes » transmises par les services secrets français74. On peut donc supposer que Paris ne soit pas resté complètement dans l’ignorance.

  • 75 AAPD 1968, Dok. 256, Bahr an Brandt (Hamar), 19.8.68.

70Dans une lettre à Willy Brandt, datée du 19 août, Bahr montre bien qu’il n’envisage pas de laisser son document du 27 juin dans le tiroir : « Nous travaillons maintenant sur la zone dénucléarisée. Le document sera terminé pour le 10 septembre. » Avec ce programme complet, établi après un travail acharné de six mois, le gouvernement fédéral disposera d’une « arme politique d’un gros calibre », qui ne pourra être détruite75. Bahr indique que le nouveau programme politique pourrait entrer en vigueur à la fin de l’année. Jusque-là, il faudrait s’accorder avec la chancellerie et discuter ensuite, « au moins de façon informelle », avec les alliés les plus importants. Le lendemain, l’invasion de la Tchécoslovaquie par cinq pays du Pacte de Varsovie va couper court aux plans d’Egon Bahr.

L’attitude américaine

71Une seule nation occidentale dispose d’une puissance militaire lui permettant de faire face à l’Union soviétique : les États-Unis. En tout moment de crise avec Moscou, le comportement américain domine l’OTAN et forme le cadre de la politique des nations européennes. Il est donc indispensable de résumer la position de Washington dans cette affaire.

  • 76 L. JOHNSON, op. cit., p. 486.
  • 77 J. McGINN, op. cit., pp. 112, 136.

72Dans ses mémoires, Lyndon Johnson décrit l’attitude des États-Unis face au Printemps de Prague : « Nous pouvions seulement essayer d’éviter toute action qui pourrait enflammer davantage la situation76. » En effet, c’est le programme non seulement de Washington, mais de toute l’OTAN : surtout ne pas donner de prétexte à l’Union soviétique, attendre que les réformes tchécoslovaques s’enracinent et espérer qu’elles ne seront pas écrasées77.

73Pendant le printemps et l’été 1968, les réformes de Dubček sont loin d’occuper une place prépondérante dans l’agenda américain. D’autres sujets, la guerre du Vietnam surtout, dominent la politique des États-Unis. Début 1968, plus de 500 000 soldats américains se trouvent en Asie du Sud-Est. Le 31 mars 1968, Johnson déclare qu’il ne sera pas candidat pour les élections présidentielles de la fin de l’année. Il est frustré par la réaction de la population américaine à sa politique au Vietnam. À l’intérieur des États-Unis, les manifestations pacifistes ont déjà pris des proportions énormes.

  • 78 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 56, Memo, 21.3.68; doc. 57, Beam (Prague) to DepState, 25.3.68 ; doc. (...)

74Même au temps de Dubček la Tchécoslovaquie soutient le Vietnam du Nord par des aides militaires. Ceci, évidemment, pose un problème important pour les liens entre Washington et Prague. Malgré cela, le nouveau gouvernement tchécoslovaque souhaite améliorer ses relations avec les États-Unis, notamment dans les domaines économiques et financiers. Fin mars 1968, l’ambassadeur américain à Prague télégraphie que les réformes entreprises par Dubček sont dans l’intérêt américain et il conseille à Washington de les encourager78. Quant à l’attitude soviétique, il faudra attendre et voir.

  • 79 FRUS 1964-68. vol. XVII. doc. 60, Memo Rostow for Rusk, 10.5.68.
  • 80 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 61, McGhee (Bonn) to DepState, 10.5.68.

75Le 10 mai, alors que les manœuvres du Pacte de Varsovie viennent de commencer, le ministre américain des Affaires étrangères reçoit une note du sous-secrétaire d’État Eugene Rostow. Il avance les effets négatifs d’une invasion soviétique en Tchécoslovaquie et suggère de donner à l’URSS un signal d’alerte pour la repousser79. Il propose au président Johnson de rencontrer tout de suite l’ambassadeur soviétique et de se consulter ensuite avec Wilson, Kiesinger et de Gaulle. Mais Rostow prêche dans le désert. Ses chefs, dont le ministre Dean Rusk, ne partagent en rien son analyse et ses recommandations. La stratégie choisie est celle de ne rien faire. En même temps, l’ambassadeur américain à Bonn transmet la demande allemande de ne pas impliquer, pour le cas d’une action militaire en Tchécoslovaquie, les troupes américaines stationnées en RFA80. La demande est inutile, puisque les Américains n’ont pas du tout l’intention de réagir militairement.

  • 81 AAPD 1968, Dok. 159, Tel. Grewe, 14.5.68. -J. McGINN, op. cit., p. 127.

76Le Conseil de l’OTAN – en présence d’un représentant français – se réunit le 14 mai pour discuter de la Tchécoslovaquie mais se borne à spéculer sur les intentions soviétiques. On croit que Moscou n’interviendra pas tant que Dubček aura le contrôle de la situation. Les pays membres de l’OTAN ne se préparent pas pour une action militaire, étant convaincus que l’Ouest ne sera pas menacé81.

  • 82 PAAA, B150, Grewe (Brussel/Nato) ans AA, 16.7.68.

77Bien que les tensions entre Prague et Moscou augmentent en juillet, l’Occident pense toujours que l’URSS n’écrasera pas le Printemps de Prague et justifie son inaction par le souhait des dirigeants tchécoslovaques que l’OTAN se tienne tranquille. Le 11 juillet, l’ambassade américaine à Moscou rapporte qu’il n’y a aucune indication d’une invasion imminente. Le Foreign Office à Londres indique aussi, tout au long de la crise de juillet/août, qu’il ne croit guère à une intervention militaire de Moscou. Le 16 juillet, le Conseil de l’OTAN délibère de nouveau sur la situation tchécoslovaque. En conclusion, le secrétaire général Brosio souligne que l’OTAN ne pourra pas se mêler de cette affaire, même si le développement devenait « dramatique82 ». En revanche, Manlio Brosio conseille aux pays membres de l’OTAN de soutenir Dubček par des aides économiques, ce qui ne manque pas de piment.

  • 83 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 67, Memo Rostow to Rusk, 20.7.68.

78Eugene Rostow doit se sentir bien seul au ministère des Affaires étrangères à Washington, où personne d’autre ne semble se soucier des Tchèques. Pour Rostow, les réformes en Tchécoslovaquie sont les événements les plus importants en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans un document interne, adressé à Dean Rusk, Rostow critique violemment la politique américaine de n’intervenir dans aucun cas : « La Tchécoslovaquie se trouve certainement dans la sphère d’influence des Soviétiques. Mais ce fait ne peut pas justifier des meurtres en plein jour83. » Rostow juge ridicule toute hésitation américaine à consulter les alliés européens sur un sujet qui marquera l’avenir de l’Europe pour les années à venir. Pourtant la position américaine ne changera plus.

  • 84 PAAA, B150, Tel. Knappstein (Washington), 26.7.68. – FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 72, Lunch meetin (...)

79La politique de non-ingérence affichée par les États-Unis suscite quelques commentaires déçus. À l’ambassade tchèque à Washington, par exemple, on pense que l’attitude américaine aura l’effet d’encourager les forces interventionnistes en URSS. Il est fort possible que ce soit vraiment le cas. Mais la plupart des conseillers du président Johnson semblent penser que Dubček s’arrangera avec Brejnev et même Rostow ne juge pas probable une invasion militaire. La position américaine de respecter les sphères d’influence – position déjà connue dans les milieux diplomatiques – est rendue publique le 28 juillet84. Le journal New York Times publie alors une déclaration de Rusk disant que les États-Unis n’interviendront pas dans l’affaire tchécoslovaque.

  • 85 FRUS 1964-68, vol. XIV, doc. 282. Record of Cabinet Meeting, 29.7.68.

80Le président Johnson accorde à d’autres sujets la priorité politique dans ses relations avec Moscou, notamment à des conversations sur la réduction d’armes. L’éventualité d’une invasion soviétique en Tchécoslovaquie apparaît même sous l’angle d’une gêne dans les discussions que Johnson envisage avec Kossyguine, puisque les deux événements ne devraient pas avoir lieu durant la même période. Le ministre de Défense, Clark Clifford, rassure son président à ce sujet. Dans une, deux ou trois semaines, dit-il, l’affaire tchécoslovaque sera résolue. Sans aucune gêne, Clifford poursuit : la situation tchécoslovaque est tellement enflammée que les Soviétiques « inciseront cet abcès d’une manière ou d’une autre et je pense qu’il ne barrera plus la route85 ».

  • 86 Z. MLYNAR, op. cit., p. 315. – K. DAWISHA, op. cit., pp. 292-293.

81Dans ce contexte, le témoignage de Zdeněk Mlynář, un collaborateur proche d’Alexandre Dubček, ne paraît pas si irréaliste. Il rapporte des propos tenus par Brejnev en sa présence, quelques jours après l’invasion. Le dirigeant soviétique aurait demandé à Lyndon Johnson si le gouvernement américain reconnaissait encore pleinement les résultats de Yalta. Le 18 août, Johnson aurait donné pour réponse que cette reconnaissance valait sans réserve pour la Tchécoslovaquie et la Roumanie, mais qu’il fallait négocier pour la Yougoslavie. En tout cas, Moscou était bien informé, le 20 août, que Washington n’interviendrait pas86.

Après l’invasion : les réactions immédiates

  • 87 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 80, Meeting, 20.8.68; doc. 70, 22.7.68.

82La première personnalité occidentale à apprendre l’invasion est le président américain. Le soir du 20 août, exactement à l’heure à laquelle l’invasion commence, l’ambassadeur soviétique à Washington prend rendez-vous avec Lyndon Johnson. Anatoly Dobrynin lit alors le message officiel du Kremlin qui justifie l’invasion par la demande d’aide tchécoslovaque et par la menace contre les intérêts vitaux de l’Union soviétique et d’autres pays. Johnson répond qu’il doit d’abord discuter de la nouvelle situation avec ses conseillers mais qu’en principe rien n’a changé dans l’attitude des États-Unis depuis la dernière rencontre entre Dobrynin et Rusk. Lors de cet entretien du 22 juillet, Rusk avait souligné qu’une invasion en Tchécoslovaquie aurait « des effets très négatifs » sur les relations entre l’Amérique et l’URSS, surtout si Washington était présenté comme un bouc émissaire87. En fait, le bouc émissaire ne sera pas Washington mais Bonn.

  • 88 Anatoliy DOBRYNIN, In Confidence. Moscow’s Ambassador to America’s six Cold War Presidents, 1962-19 (...)

83Ce soir du 20 août, le président américain ne fait pas preuve d’une grande force de caractère. Il continue à s’entretenir avec l’ambassadeur Dobrynin, de façon très détendue et personnelle, notamment de ses petits-enfants et de vieilles chansons. Johnson veut aussi fixer, le soir même, un sommet soviéto-américain en URSS pour discuter du désarmement. Jusque-là, le Kremlin a refusé d’accéder au souhait d’un président qui devra quitter la Maison Blanche dans quelques mois. C’est seulement le 19 août que Dobrynin a finalement apporté la réponse positive. Donc, le soir du 20 août, l’ambassadeur soviétique rentre chez lui, surpris du calme de la réaction américaine à l’annonce de l’invasion en Tchécoslovaquie88.

  • 89 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 84, Notes of Cabinet Meeting, 22.8.68.

84Par la suite, Washington publie une déclaration condamnant l’action militaire du Pacte de Varsovie et les conseillers du président lui font annuler le sommet soviéto-américain, considéré inopportun pour le moment. Selon les propos de Dean Rusk l’offre soviétique, un jour avant l’invasion de la Tchécoslovaquie, revient à « jeter un poisson mort à la tête du président ». Pendant les jours suivant le 20 août, les dirigeants américains discutent encore quelques fois de la situation tchécoslovaque. Ils se disent désillusionnés, sinon trompés, sans toutefois laisser planer le doute qu’une intervention militaire de la part des États-Unis ne serait ni dans l’intérêt américain ni dans l’intérêt des Tchécoslovaques89. Lyndon Johnson met les Soviétiques en garde contre une action en Roumanie, mais dès le 10 septembre il annonce publiquement vouloir tourner la page. L’affaire tchèque est en effet vite oubliée.

  • 90 AMAE, Tchéc. 244, Notes des 21 et 24 août 1968.

85La nuit du 20 au 21 août, le président de Gaulle se trouve à Colombey-les-deux-Églises, dans sa propriété privée. En son absence, l’ambassadeur soviétique Zorine informe le secrétaire général de l’Élysée des derniers événements. Il est alors 1 h 30 du matin. Le Quai d’Orsay note d’ailleurs que l’invasion de la Tchécoslovaquie est « une surprise pour tout le monde90 ». Dès le lendemain à midi, de Gaulle, Couve de Murville et Debré, tous réunis à Colombey, dénoncent l’action militaire du gouvernement soviétique. On désigne les accords de Yalta, incompatibles avec le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, comme source de cette invasion brutale.

  • 91 A. DE BOISSIEU, op. cit., pp. 207-209.

86Le thème de Yalta, conférence à laquelle la France n’avait pas participé en 1945, devient le point central de la réaction française. Hervé Alphand le développe auprès de l’ambassadeur Zorine, le 24 août, comme aussi le général de Gaulle, dans sa conférence de presse du 9 septembre. Souvenons-nous que déjà deux mois plus tôt, à fin juin, de Gaulle s’était indigné : « c’est encore Yalta ». Pessimisme, intuition prophétique ou connaissance secrète des intentions soviétique et américaine ? Difficile à savoir. En tout cas, le reproche de « Yalta » ne vise pas seulement les envahisseurs mais aussi les États-Unis, coresponsables de la politique des blocs et aussi, dans cette optique, de l’invasion en Tchécoslovaquie. Alain de Boissieu, qui passe ses vacances chez de Gaulle, son beau-père, décrit que le général attend, le 21 août, pour savoir si les Tchèques se sont défendus militairement. Et puisque la réponse est non, l’ancien chef de la France libre remarque : « Que faire pour une nation qui ne veut pas se défendre91 ? »

  • 92 Réfléxion faite par : M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 448.

87Pour le gouvernement français, il est évident que l’Ouest n’ira pas en guerre pour la Tchécoslovaquie. À Olivier Wormser, revenu de Moscou, de Gaulle aurait même dit : « C’est une querelle entre communistes, et après tout je m’en bats l’œil. » Ces propos sont tout à fait contradictoires avec la condamnation de la politique des blocs92. Mais personne ne semble s’en rendre compte à Paris. Sept pays, dont la France, présentent un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU pour sanctionner l’action soviétique. La résolution recueille dix voix contre deux (URSS et Hongrie) et trois abstentions (Inde, Pakistan, Algérie), mais évidemment elle se heurte au veto soviétique.

  • 93 Espoir, n° 90, mars 1993, p. 29, Interview avec M. Couve de Murville.
  • 94 CADN, Moscou 644, Entretien Alphand-Zorine, 26.8.68.

88La question de faire une guerre, seule riposte possible pour empêcher l’écrasement du mouvement de Dubček, ne se pose pas pour la France, ni pour l’Occident en général93. Couve de Murville constatera sèchement qu’aucune bourse occidentale n’a baissé après le coup de Prague, signe de la confiance qu’il n’y aura pas de guerre impliquant l’Ouest. Le 24 août, dans sa réponse officielle à Zorine, le gouvernement français exprime son désaccord et « les grandes préoccupations que lui inspire l’intervention soviétique ». Hervé Alphand, qui lit à Zorine cette communication, insiste sur la prétendue demande d’intervention de la part du gouvernement tchèque : « Qui donc a lancé cet appel94 ? » L’ambassadeur soviétique n’est pas en mesure de donner une réponse. Si l’atmosphère est glaciale pendant la rencontre du 24 août, Français et Russes discutent déjà du rétablissement d’un climat de détente, dix jours plus tard. Le 29 août, Michel Debré utilise même les mots « incident de parcours » en évoquant l’occupation de la Tchécoslovaquie, formule qui va fâcher considérablement les Allemands.

89Au contraire des États-Unis et de la France, la République fédérale ne sait rien de l’invasion pendant la nuit du 20 au 21 août. Ni Moscou, Washington ou Paris ne tiennent à informer les Allemands. Kurt Kiesinger apprend la nouvelle par une agence de presse, ce qui doit certainement le déconcerter. L’ambassade américaine à Bonn transmet cette information seulement à 8 h 30 le matin. La rencontre entre Johnson et Dobrynin ayant eu lieu la veille, de 20 h 15 à 20 h 45 (temps local de Washington), les Américains n’ont pas été très pressés d’en informer les Européens.

  • 95 AAPD 1968, Dok. 262, Gespräch Kiesinger-Cabot Lodge, 21.8.68.
  • 96 AAPD 1968. Dok. 263, Gespräch Kiesinger-Zarapkin, 21.8.68.

90Le matin du 21 août, le gouvernement fédéral publie une déclaration qui exprime le « regret de voir un peuple voisin soumis à l’oppression étrangère ». Un faible communiqué face à l’injustice évidente. Mais à midi, lorsque Kiesinger apprend de l’ambassadeur Cabot Lodge les réactions américaines – Rusk aurait seulement exprimé son « inquiétude profonde » – la déclaration allemande du matin paraît déjà trop forte95. Kurt Kiesinger doit se sentir très mal à l’aise quand il rencontre ensuite l’ambassadeur soviétique. Durant cet entretien de vingt minutes, le chancelier ne cesse de s’excuser. Bien entendu, celui qui s’excuse n’est pas l’ambassadeur Tsarapkine, représentant des envahisseurs, mais Kiesinger. Il s’excuse notamment pour les manifestants pacifistes devant l’ambassade soviétique. Il dit aussi que la RFA n’a rien fait de mal et il souhaite que les relations entre Bonn et Moscou ne se détériorent pas96.

  • 97 Helmut SCHMIDT, Menschen und Mächte II, Berlin 1990, p. 529.
  • 98 BA, NL Guttenberg 91, Erklärung Brandt, 21.8.68.

91À part le chancelier qui ne se dit pas trop surpris, personne à Bonn ne semble avoir prévu l’invasion de la Tchécoslovaquie. On retient son souffle et on regarde les événements. Certains pensent : « C’est ainsi que les guerres commencent97. » Willy Brandt, étonné et choqué, apprend la nouvelle sur un bateau devant la côte norvégienne. Il revient à Bonn en urgence et, depuis l’aéroport, présente ses excuses au peuple tchécoslovaque, puisque des Allemands – des soldats de la RDA – ont participé à l’écrasement du Printemps de Prague98. Il est touchant de voir combien Brandt se sent concerné par des actions commises sous un drapeau allemand. Plus tard, en décembre 1970, cette même attitude impressionnera le monde entier, lorsque Brandt se mettra à genoux devant le mémorial du ghetto à Varsovie et exprimera ainsi la culpabilité allemande envers les victimes polonaises du nazisme.

  • 99 FES, NL Brandt 283, Erklärung Brandt, 22.8.68.

92Après une séance avec son parti le 22 août, Brandt prononce une longue allocution sur la position sociale-démocrate. Il exprime son indignation face à la brutalité, au mensonge et à l’injustice des envahisseurs. En même temps. Brandt déclare fermement qu’il continuera sa politique de coopération avec l’Est. En outre, il se défend contre le reproche qui pourrait lui être fait d’avoir voulu arracher un pays au Pacte de Varsovie : la politique allemande vise au contraire à surmonter, un jour, la division de l’Europe en deux blocs99.

93En République fédérale, l’état d’esprit de la population est celui de la peur. Ici et là, les Allemands sont en train de faire des provisions. Selon les rumeurs qui courent, il y a trois cibles possibles pour une nouvelle agression soviétique : la Roumanie, la Yougoslavie et Berlin. Les attaques verbales des pays de l’Est contre la « menace allemande » s’intensifient de manière accrue, ce qui contribue à augmenter l’inquiétude allemande. Le 2 septembre, l’ambassadeur soviétique Tsarapkine remet au chancelier un document accusant la RFA de violer la sécurité des pays socialistes et de répéter le comportement des nazis. Cette polémique n’est pas nouvelle, mais dans les circonstances actuelles elle n’a certainement pas l’effet de calmer les esprits.

  • 100 V BOUKOVSKY, op. cit., pp. 309-310. citant un document du KGB.

94Au Kremlin, une évolution intéressante se dessine. Le 16 septembre, le Comité central décide de transmettre à la RDA des « documents d’archives sur le passé nazi » de Kurt Kiesinger100. L’intention de Moscou est claire : dès le moment venu, on se débarrasse du chancelier et on mise sur Brandt. C’est en effet ce qui se passera en 1969. Si on se souvient de la prudence de Kiesinger face au Printemps de Prague et de l’attitude plus audacieuse de Brandt, on comprend facilement que ce n’est pas la témérité allemande qui a poussé les Soviétiques à envahir la Tchécoslovaquie.

95Généralement, les réactions occidentales à l’égard de l’URSS sont très faibles. On prononce beaucoup de discours pour condamner l’action soviétique mais on continue à faire commerce avec Moscou. Puisque le Kremlin signale dès la mi-septembre qu’il n’y aura pas d’autre agression, les événements de Prague disparaissent de l’agenda occidental.

  • 101 Les services secrets ouest-allemands indiquent ce chiffre deux jours après l’invasion. – Nikita KHR (...)

96En Tchécoslovaquie la situation est triste. Au moment de l’attaque, le gouvernement tchèque a donné l’ordre de ne pas combattre les armées des envahisseurs. Ainsi, peu de sang est versé mais il semble qu’il y a quand même eu quelque 150 morts101. Plus tard, Dubček expliquera son attitude par son souci d’éviter un massacre inutile et par l’attitude pro-soviétique de la plupart des officiers. La population pratique la résistance passive, elle essaye de discuter avec les soldats envahisseurs. D’après Moscou, les conquêtes du socialisme sont sauvées. Alexandre Dubček et ses compagnons sont arrêtés. Le protocole de Moscou du 26 août entre le présidium du parti communiste tchécoslovaque et celui de l’URSS ressemble à une capitulation. On annule toutes les réformes, la censure revient, le Kremlin suspend les hommes non conformes et les troupes restent jusqu’à ce que la « menace contre le socialisme » soit écartée. Seul consentement soviétique, Moscou est d’accord de laisser, faute d’une alternative valable, les politiciens tchécoslovaques dans leur position, du moins pour le moment. Mais ils seront contrôlés de près et n’auront plus de liberté politique.

  • 102 Jörg HOENSCH, Geschichte der Tschechoslowakei, Stuttgart 1992, pp. 173-174.

97La population tchécoslovaque continue encore longtemps sa résistance passive, la ligne soviétique ne trouve aucun appui dans l’opinion publique. Il y a même, en octobre et en novembre 1968, quelques manifestations anti-soviétiques. Mais Dubček, remplacé par Gustav Husák à la tête du parti communiste, se retrouve isolé dans ses efforts de sauver quelques fruits de la libéralisation. Les hommes de Brejnev occupent les postes clés. La plupart des troupes du Pacte de Varsovie, à part les 80 000 soldats soviétiques qui y resteront, quittent la Tchécoslovaquie en novembre 1968102. Il ne reste plus rien des réformes.

Les événements de Prague et ses effets sur l’axe Paris-Bonn

La politique orientale

  • 103 BA, NL Guttenberg 198, Interview des Kanzlers im Südwestfunk, 25.8.68.
  • 104 DM, t. V, pp. 334-335, Conférence de presse du 9.9.68.

98À première vue, les analyses faites par le général de Gaulle et par le chancelier Kiesinger paraissent assez similaires. Pour Kiesinger, le Printemps de Prague a amorcé une nouvelle ère qui ne pourra être arrêtée indéfiniment par la force. L’invasion de la Tchécoslovaquie ne représente donc pas un argument contre une politique de détente à longue haleine103. Cette idée partage aussi le président de Gaulle. Selon lui, les événements « démontrent que notre politique, pour momentanément contrariée qu’elle paraisse, est conforme aux profondes réalités européennes et, par conséquent, qu’elle est bonne104 ». Aucune contradiction franco-allemande alors sur la nécessité de la détente, même si Paris la met en avant plus fermement que Bonn. Mais la question qui se pose est plutôt : qui sera la vedette de cette détente ?

  • 105 M. DEBRÉ, op. cit., p. 263.

99Tant du côté français que du côté allemand il règne une suspicion mutuelle sur un point fondamental, particulièrement palpable en été et en automne 1968. On se demande lequel des deux pays sera le meilleur interlocuteur pour l’URSS105. Rappelons l’exigence de Paris : Bonn devrait parler à l’Est seulement par la bouche française, au moins en ce qui concerne les affaires décisives. Bien entendu, ni Kiesinger ni Brandt n’ont envisagé de jouer le jeu français, sans l’avouer à voix haute. L’expérience tchèque a révélé des dissensions jusqu’alors cachées. Même si on laisse à part les plans révolutionnaires d’Egon Bahr, Paris s’est certainement rendu compte que la République fédérale ne passait pas par la France pour s’adresser à l’Est. Les confidences allemandes du 25 juin sur les contacts secrets de Brandt avec Prague et l’évocation, fautive, d’un projet de réconciliation germano-soviétique ont certainement jeté de l’huile sur le feu.

  • 106 AMAE, RFA 1654, Entretien Debré-Brandt, 7.9.68. – AAPD 1968, Dok. 286. – W. BRANDT, Erinnerungen, o (...)

100Après l’invasion du 21 août, Paris et Bonn s’affrontent ouvertement en matière de politique orientale. Les accusations françaises à l’adresse des Allemands sont rudes. Michel Debré tire la première salve, le 7 septembre, reprochant à Brandt l’expansion économique allemande contre laquelle se rebellaient les dirigeants soviétiques. Tandis que les procès-verbaux de cet entretien ne reproduisent qu’une version affaiblie de la dispute, les mémoires des deux ministres en disent long sur les émotions en jeu106.

  • 107 AMAE, EM 34, Entretiens des 27./28.9.68. – AAPD 1968, Dok. 312, 318.

101Il appartient toutefois au général d’enfoncer le clou. En visite à Bonn les 27 et 28 septembre, de Gaulle signale au chancelier que l’invasion de la Tchécoslovaquie n’aurait peut-être pas eu lieu si la République fédérale avait fait « une politique adaptée à ses moyens », en renonçant à l’idée d’Anschluss et de Drang narh Osten107. Plus que le reproche d’une politique maladroite, ces paroles visent à attribuer à l’Allemagne la volonté de dominer l’Europe orientale. Le chancelier doit être d’autant plus blessé que les expressions utilisées par de Gaulle rappellent le vocabulaire des nazis. Kurt Kiesinger réplique que la RFA n’a jamais encouragé les pays de l’Est à s’émanciper de Moscou, comme le général de Gaulle l’a fait en Pologne. Mais le chancelier allemand n’arrive pas à s’imposer auprès de son interlocuteur, qui continue à le gifler verbalement. Le président français demande aux Allemands de devenir très modestes à l’égard de l’Est et de renoncer, au sujet de la réunification, à toute « attitude de revanche et de vengeance ».

  • 108 Entretiens de l’auteur avec Pierre Messmer et Bruno de Leusse.
  • 109 ACDP, NL Kiesinger 310, Interviews, 26.9.71, 26.1.76.

102De toute évidence, Charles de Gaulle adresse ces critiques au chancelier en tant que chef du gouvernement, mais en réalité il vise les plans plus ambitieux de Brandt qui veut détacher sa politique orientale de la tutelle française. Des témoignages confirment le fait qu’en été 1968, les méfiances françaises concernent particulièrement Willy Brandt et son conseiller Egon Bahr qui entretient des contacts avec l’Est dans un secret extrême et sans aucun mandat officiel108. Kurt Kiesinger se prononce d’ailleurs, quelques années plus tard, d’une manière assez sévère sur le comportement de Brandt pendant le Printemps de Prague109.

  • 110 AMAE, EM, Entretiens Debré-Rusk (12.10.68) et de Gaulle-von Braun (l5.1.69).

103En tout cas, l’amorce d’une politique orientale commune, prônée dès décembre 1966 à Paris et à Bonn, se brise avec l’expérience tchécoslovaque. Le général de Gaulle se plaint qu’au moment décisif, l’Allemagne n’a pas su apporter le soutien nécessaire à la politique française de détente. Paris maintient le point de vue d’une différence fondamentale, en raison de la Seconde Guerre mondiale, si c’est la France ou la RFA qui traite avec l’Europe orientale110. On entend réserver ce rôle à la France.

  • 111 PAAA, B150, von Braun (Paris) ans Auswärtige Amt, 4.12.68.
  • 112 ACDP, NL Kies. 008-1, Infogespräch, 12. 12.68; NL. Osterh., Kies.5, 29.1.69.

104Michel Debré atténue ensuite sa mise en accusation de l’expansionnisme économique allemand. Dès octobre, le ministre se veut plus conciliant à cet égard et en décembre il semble nier les reproches exprimés en septembre111. Mais il ne cache pas sa satisfaction quant au fait qu’il n’y ait pas d’entente étroite, au moins à court terme, entre Moscou et Bonn (un Rapallo). Le chancelier Kiesinger note avec amertume que les Français ne l’informent plus des conversations du général de Gaulle avec les Soviétiques112. Bien que les Allemands manifestent à nouveau leur volonté de discuter avec Paris de la politique orientale, ils n’ont nullement l’intention de se soumettre au leadership français.

  • 113 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit, p. 447, citant Etienne Manac’h.

105Les proches du général de Gaulle rapportent unanimement que l’invasion du 21 août 1968 a été une déception profonde pour lui. Un ambassadeur commente même : « Les événements ont tué sa politique113. » Le général, qui rêve d’être au centre du dialogue Est-Ouest, découvre à la lumière du coup de Prague qu’il risque d’être marginalisé et que Moscou préfère dialoguer avec Washington et commercer avec Bonn.

  • 114 AAPD 1968, Dok. 324, Aufz. Bahr, 1.10.68.

106En octobre 1968, Kiesinger déclare devant le Bundestag que la politique orientale de la République fédérale passera tout d’abord par Moscou. Willy Brandt et le parti social-démocrate partagent cette attitude. On veut respecter la sphère d’influence soviétique. Egon Bahr note qu’il serait risqué pour la RFA de donner une priorité à la Tchécoslovaquie et aux autres pays de l’Est, puisque toutes les puissances – à part l’Allemagne – veulent garder le statu quo. Bahr conseille donc de donner la priorité aux rapports avec Moscou. Mais il dit que la politique allemande a toujours été orientée ainsi. Seulement, écrit le conseiller dans son analyse, les Soviétiques se sont rendus compte que l’influence politique de la RFA sur l’Europe orientale était plus grande que celle de la France114.

107Egon Bahr suggère en outre de signer le traité de non-prolifération, d’envisager la reconnaissance de la RDA et de prendre l’initiative dès que l’URSS sera prête. À partir du mois d’octobre, le gouvernement fédéral intensifie en effet ses efforts pour discuter avec les Soviétiques. Plusieurs entretiens entre ministres et ambassadeurs ont lieu avant la fin de l’année. Sans résultat spectaculaire toutefois. Le programme novateur sur lequel Bahr a travaillé jusqu’en août 1968 ne voit pas le jour. Des idées bouleversant la politique allemande resurgiront pourtant, mises en pratique cette fois, avec l’élection de Brandt à la chancellerie.

L’OTAN

  • 115 AAPD 1968, Dok. 277, Gespräch Kiesinger-Zarapkin, 2.9.68.

108La République fédérale, se sentant plus menacée que les autres pays occidentaux, se prononce pour un renforcement de l’OTAN dès le jour de l’invasion de la Tchécoslovaquie. Le 25 août, Kurt Kiesinger concrétise cette idée et propose de réunir tous les dirigeants des pays membres de l’Alliance atlantique afin d’insuffler une nouvelle vie à cette organisation devenue « fatiguée et molle ». Le chancelier tient surtout à faire une démonstration, à l’adresse des peuples occidentaux et des dirigeants soviétiques, de la fermeté de l’OTAN. Mais lorsqu’il reçoit l’ambassadeur soviétique, le 2 septembre, Kiesinger se veut défensif et mentionne l’OTAN comme une « nécessité désagréable115 ».

  • 116 AAPD 1968, Dok. 284, 286 : Aufz. Bahr, 6.9. ; Gespräch Brandt-Debré, 7.9.

109Entre-temps, Egon Bahr soumet à son ministre l’argumentation suivante : si tous les membres de l’Alliance s’engagent publiquement à ne pas sortir du pacte en 1969 (date où le traité de 1949 expire), l’OTAN se trouvera politiquement fortifiée ; l’alternative d’un resserrement des liens militaires entre Bonn et Paris n’impressionnera pas les Soviétiques, puisque les Français ne veulent pas partager leurs armes nucléaires ; finalement, une sorte de Communauté européenne de défense, à l’intérieur de l’OTAN, serait souhaitable et pourrait attirer, à l’avenir, même la France116. Aussitôt, le ministre essaie de mettre en pratique cette proposition et de gagner Michel Debré pour une décision en faveur de l’Alliance au-delà de 1969.

  • 117 AAPD 1968, Dok. 286, 313, Gespräche Brandt-Debré, 7.9., 27.9.68.

110Les réponses françaises sont très réservées. Vu la concertation bilatérale entre Washington et Moscou, Paris ne peut pas souhaiter un renforcement de l’Alliance. Debré craint que les effets positifs de la détente Est/Ouest soient ainsi perdus. De même, le ministre français estime inutiles des réunions de l’Alliance atlantique à haut niveau, puisque, comme toujours, on se bornera à des discussions stériles sans prendre de décision117.

  • 118 AAPD 1968, Dok. 316, Gespräch Kiesinger-Couve de Murville, 28.9.68.

111Confronté au scepticisme français, même l’enthousiasme du chancelier pour sa propre idée semble se perdre. Kurt Kiesinger prétend désormais qu’il aurait su à l’avance, en proposant une conférence de l’Alliance atlantique au sommet, que ce projet n’aboutirait pas. Son intention aurait été d’éviter un retrait des divisions américaines de l’Allemagne118. Dans les mois qui suivent, le chancelier allemand s’engage pour un renforcement silencieux de l’Alliance et en faveur d’un regroupement européen au sein de l’OTAN (European Caucus).

  • 119 AMAE, EM 34, Entretien de Gaulle-Shriver, 23.9.68.
  • 120 PAAA, B150, Tel. von Braun, 20.12.68. – F. BOZO, op. cit., pp. 199-202.
  • 121 FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 300, Rusk (Brussels) to DepState, 14.11.68.

112Pour l’essentiel, la position française à l’égard de l’OTAN reste inchangée. Le général de Gaulle fait l’analyse suivante : « Je constate, à l’occasion de l’affaire tchécoslovaque et peut-être des suites de celle-ci, qu’en réalité les États-Unis ne s’engagent pas à agir par des moyens nucléaires immédiatement sur la Russie si la frontière de l’Europe était violée119. » Le président français en déduit qu’on ne peut pas faire confiance aux États-Unis pour la défense de l’Europe. Paris maintient son opposition à toute formule d’intégration militaire, mais de Gaulle adapte sa politique à la nouvelle donne, et notamment à l’autonomie croissante de l’Allemagne. Les contacts franco-américains s’intensifient et des discussions sur une réforme de l’OTAN sont dans l’air. On songe de nouveau à un directoire à trois (Washington, Londres, Paris). Les Allemands découvrent ce projet, très désavantageux pour eux, mais ils s’inquiètent en vain. Le directoire ne se réalise pas120. Dean Rusk résume : si les États-Unis avaient accepté, en 1958 et puis en 1961, la proposition française d’un directoire à trois, les Américains auraient eu une relation merveilleuse avec la France, mais non avec le reste de l’Europe, principe qui joue toujours en 1968121.

  • 122 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 334, 337 : Memo, 4.11., Tel. Rusk, 16.11.68.

113Vers la fin de 1968, les Américains analysent l’invasion de la Tchécoslovaquie et ses effets sur l’Alliance atlantique. Ils concluent que l’invasion a surtout causé l’arrêt de la désintégration de l’OTAN. Les membres paraissent décidés à renouveler l’Alliance en 1969. Les Européens ont pris conscience de ce qu’ils doivent faire pour garder la protection américaine – c’est-à-dire ils sont prêts à verser à Washington, pour financer le stationnement des troupes, des sommes plus importantes qu’avant122. Ce dernier point concerne avant tout la République fédérale.

  • 123 Par exemple : ACDP, NL Kies. 310, Interview in Bild am Sonntag, 26.9.71.

114À la mi-novembre 1968, lorsque Dean Rusk participe au Conseil ministériel de l’OTAN à Bruxelles, il constate sur les questions clés une cohésion inattendue de tous les membres de l’Alliance, y compris de la France. L’invasion de la Tchécoslovaquie a donc quelque peu rapproché la France de l’OTAN, non comme effet d’une entente franco-allemande mais plutôt à cause de la dégradation des relations entre Paris et Bonn. Reste à savoir si les événements de l’été 1968 ont vraiment empêché la dissolution de l’OTAN dans un avenir proche. Le chancelier Kiesinger en tout cas semble le croire. À de nombreuses reprises, il cite ce propos : « Si les Russes n’avaient pas envahi Prague, l’Alliance atlantique n’aurait plus existé deux ans plus tard123. » Bien que Kiesinger attribue cette réflexion à un « ministre occidental », elle était probablement la sienne dès le début. Et sinon, elle l’est devenue par la suite.

La confiance franco-allemande

  • 124 R. LAHR. Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 499, 25.8.68.

115L’affaire tchécoslovaque remet sérieusement en cause la confiance entre Paris et Bonn. Les dégâts au niveau de l’amitié franco-allemande sont considérables et pas seulement momentanés. Paris met profondément en doute le rôle de l’Allemagne en Europe. À Bonn, on est choqué des réactions françaises après l’invasion du 21 août, d’autant plus que rien ne laissait prévoir les vifs reproches à l’adresse des Allemands. En effet, tout au long du Printemps de Prague, les discussions franco-allemandes s’étaient toutes passées dans une bonne atmosphère, sans aucune critique française de la politique orientale allemande. Pourtant, si Michel Debré a averti les Américains, à fin juillet, du grand risque d’une invasion en Tchécoslovaquie, il n’en a pas parlé aux Allemands. Après le calme relatif rétabli en août, le Quai d’Orsay et l’Auswärtiges Amt se sont tous les deux montrés très surpris le jour de l’attaque militaire. Les Allemands n’apprécient donc pas, par la suite, que Paris prétende avoir tout prévu124.

  • 125 AMAE, RFA 1609, Tél. Seydoux (Bonn), 3.9.68.
  • 126 AMAE, Tchéc. 244, Notes, 24.8.. 10.9.68. – CADN, Moscou 644, Tél. Wormser, 27.8., 6.9., 14.9.68.

116Les reproches français frappent le chancelier de façon complètement inattendue. Au début septembre encore, Kurt Kiesinger a de grands espoirs pour la réunion franco-allemande de la fin du mois, il attend aussi du gouvernement français une réplique aux accusations lancées par Moscou contre la politique allemande125. La réplique française est alors très différente de ce que le chancelier imaginait. Le décalage entre les propos tenus par de Gaulle et le ton des documents préparés au Quai d’Orsay est d’ailleurs frappant. Dans leurs notes, les fonctionnaires évoquent la solidarité inscrite dans le traité de l’Élysée et la communauté de destin qui pousse les Allemands vers la France. Nulle part on ne mentionne une éventuelle co-responsabilité allemande pour l’affaire tchécoslovaque126. La nouvelle méfiance envers la RFA vient donc surtout des chefs.

  • 127 M. COUVE DE MURVILLE, Une politique étrangère, op. cit., p. 265.

117Le sursaut du général de Gaulle en septembre 1968 a fait surgir des explications diverses : la rancœur française contre la puissance économique du voisin, la colère contre ceux qui dérangent le besoin français de repos, la frustration après la crise de mai, l’influence de la propagande soviétique, la résurrection des vieux démons antigermaniques, l’incapacité de comprendre les exigences allemandes. Mais fondamentalement, de Gaulle se rend compte que la République fédérale lui échappe, qu’elle s’éloigne davantage de la place prévue. Pour Paris, écrit Couve de Murville dans ses mémoires, la vraie question a toujours été de savoir si les Allemands, dans le tréfonds de leur inconscient, vont lier leur politique à la France, dès que les circonstances permettront une véritable politique allemande127. Or, l’été 1968 montre qu’ils ne le font pas.

  • 128 J. PAUER, op. cit., p. 383. – K. DAWISHA, op. cit., p. 6.
  • 129 R. CRAMPTON, op. cit., pp. 338-339. – M. SODARO, op. cit., p. 134.

118En revanche, l’idée que l’expansion économique allemande aurait déclenché l’invasion de la Tchécoslovaquie paraît excessive. L’armée rouge ne s’est pas mise en marche parce que Karl Blessing s’était rendu à Prague. Moscou a surtout vu les réformes d’Alexandre Dubček comme une menace au système communiste et aux intérêts sécuritaires du Pacte de Varsovie128. En ce qui concerne la République fédérale, le Kremlin semble vraiment craindre une expansion de l’influence allemande, non à cause d’un revanchisme mais plutôt comme effet d’un vide politique en Europe orientale. Les pays communistes pourraient, eux-mêmes, se tourner vers la RFA prospère129.

119Les idées et les contacts secrets de Brandt ne restent ici que partiellement éclairés, mais probablement leurs effets sont-ils plus grands à Paris qu’à Moscou. Quoi qu’il en soit, le programme politique d’Egon Bahr ne vise pas une direction que la France approuverait, malgré le moyen commun de la détente. Le but de Bahr est d’ouvrir une voie pour la réunification allemande et dans ce contexte, le traité de l’Élysée et les engagements envers Paris comptent peu. La réticence de la France gaulliste à l’égard de l’Ostpolitik du futur chancelier Brandt commence donc à se dessiner dès l’automne 1968.

120Les événements jettent aussi une ombre sur le fonctionnement de la Grande coalition en Allemagne. Non seulement Brandt ne discute pas, durant l’été 1968, de ses idées avec Paris, mais il les cache également au chancelier. Le ministre des Affaires étrangères se retrouve dans un dilemme : il désire changer les relations avec l’Est mais il se heurte aux limites imposées par Kiesinger. Cette ambivalence de la politique extérieure allemande renforce sans doute la méfiance française.

  • 130 FES, Dep. Bahr 399, Vecrmerk, 1.10.68.
  • 131 BA, NL Guttenberg 95, Koalitions-Gespräch, 1.10.68.
  • 132 AMAE, RFA 1609, Entretien Seydoux-Frank, 10.10.68.

121Au contraire de Willy Brandt, qui garde son sang-froid, le chancelier est anéanti, choqué et même « à plaindre » après les conversations franco-allemandes de fin septembre130. Kurt Kiesinger se croit confronté à la ruine de sa politique française, l’importance du pays voisin se réduisant désormais à un facteur tactique de la politique intérieure. La méfiance de Brandt se renforce également. Il se pose même la question de savoir s’il existe une collusion franco-soviétique pour empêcher l’élargissement du Marché commun131. Dans les milieux parlementaires allemands, la déception et l’inquiétude à l’égard de la France s’expriment ouvertement. On constate qu’en pleine crise la France n’a pas fait confiance à la RFA, et que, « tel un voleur qui peut encore voler, on la tient à l’œil132 ».

Notes

1 Milan HAUNER, The Prague Spring – 20 years after, in : Norman STONE el al. (dir.), Czechoslovakia: Crossroads and Crises, 1918-88, London 1989, p. 214.

2 Zdenek MLYNAR, Le froid vient de Moscou. Prague 1968, Paris 1981, p. 315.

3 John McGINN, “The Politics of Collective Inaction. Nato’s Response to the Prague Spring”, in : Journal of Cold War Studies, vol. 1, n° 3, fall 1999, pp. 115-116.

4 Karen DAWISHA, The Kremlin and the Prague Spring, London 1984, pp. 93-94.

5 J. LÉVESQUE, op. cit, p. 252.

6 Jan PAUER, Prag 1968 : Der Einmarsch des Warschauer Paktes. Hintergründe, Planung, Durchführung, Bremen 1995, pp. 105-107. – J. McGINN, op. cit, pp. 124-128.

7 Erwin WEIT, Dans l’ombre de Gomulka, Paris 1971, pp. 245-262.

8 Richard CRAMPTON, Eastern Europe in the 20th Century, London 1994, p. 335.

9 CADN, Moscou 644, Tel. Wormser, 5.8.68. – M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit, p. 445.

10 V. FALIN, op. cit, pp. 372-373.

11 Ibidem, p. 374, vs J. McGINN, op. cit., p. 135.

12 PAAA, B24/630, Aufz., 18.1.68 : Möglichkeiten der dl.-frz. Zusammenarbeit.

13 ACDP, NL Kiesinger A288, Gespräch Wehner-Couve de Murville, 5.2.68.

14 AMAE, RFA 1546, Note du 26.1.68.

15 AMAE, EM 33, Entretien Couve de Murville-Brandt, 15.2.68.

16 PAAA, B150, Deutsch-französische Konsultation, 13.3.68.

17 AAPD 1968, Dok. 135. – AMAE, RFA 1654, Entretien du 22.4.68.

18 AMAE, EM 33, Entretien Couve de Murville-Stewart, 26.4.68.

19 Entretien accordé à l’auteur par P. Messmer. – P. MESSMER, op. cit., p. 299.

20 DM, t. V, p. 279. – AMAE, EM 34, Entretien de Gaulle-Ceausescu, 14.5.68. – T. WOLTON, op. cit., p. 444.

21 DGESS, t. V, p. 479, Intervention de Lâszló Salgó.

22 Sanda STOLOJAN, Avec de Gaulle en Roumanie, Paris 1991, pp. 59-60.

23 PAAA, B150, Tel. Klaiber, 28.6.68 : Abschiedsaudienz bei de Gaulle.

24 J. LACOUTURE, Le souverain, op. cit., p. 664.

25 Ibidem, p. 547. Propos tenus à l'écrivain Jean-Marie Domenach.

26 AMAK, Tehee. 230, Tel. Wormser (Moscou), 17.5.68.

27 AMAE, Tchee. 244, Note du 11.7.68.

28 CADN, Moscou 644, Tel. Wormser, 18.7.68.

29 ACDP, NL Kiesinger 008-1, Gespräch mit c. Sulzberger, 14.5.68.

30 ACDP, NL Kies. 310, Gespräch Kiesinger-Schwelien, 26.1.76.

31 AAPD 1968, Dok. 205, Gespräch Kiesinger-Rusk, 26.6.68 ; Dok. 206.

32 AAPD 1968, Dok. 146, Kolloquium in Heimerzheim, 2.5.68 ; Dok. 152, 202.

33 Cité d'après : K. HILDEBRAND, op. cit., p. 327.

34 FES, Dep. Bahr 399, Bahr an Brandt (Dakar), 10,4,68.

35 Selon une expression utilisée par Kiesinger (Sandkastenspiele).

36 AAPD 1968, Dok. 134, Aufz. Bahr, 21.4.68.

37 AAPD 1968, Dok. 127, Thierfelder (Wien) ans Auswärtige Amt, 16.4.68.

38 РАAА, B150, Tel. Sahm (Bonn), 8.5. ; Tel. Blomeyer (Wien), 8.5., 9.5.68.

39 PAAA, B150, Aufz., 22.5.68 : CSSR und ausländische Kredite.

40 PAAA, B150, Aufz. Pommerening, 15.7.68 (wirlsrhaflliches Vordringen).

41 CADN, Bonn 178, Entretien du 20.7.68. – PAAA, B1/336, Aufz. Lahr, 21.8.68.

42 AN, 5AG1, 164, Entretien Debré-Kiesinger, 10.3.69.

43 CADN, Moscou 644, Tél. Wormser, 23.7., 27.7.68.

44 FRUS 1964-68, vol. XII, Katzenbach (Paris) to DepState, 29.7.68.

45 M. DEBRÉ, op. cit., p. 257.

46 Alain DE BOISSIEU, Pour servir le Général, 1946-1970, Paris 1982, p. 209.

47 PAAA, B42/984, Aufz., 26.7. ; B1/353, Aufz., 23.7.68. – Hans-Peter SCHWARZ, „Die Regierung Kiesinger und die Krise in der CSSR“, in : Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, n° 47/2, avril 1999, pp. 167-170.

48 CADN, Moscou 644, Tél. Wormser, 5.8.68.

49 AMAE, Tchéc. 244, Note du 12.8.68.

50 AMAE, RFA 1576, Note du 9.8.68.

51 AN, 539 AP9, Conseil des ministres, 13.8.68.

52 CADN, Bonn 178, Entretien du 13.8. – PAAA, B150, Aufz., 13.8., 14.8.68.

53 M. DEBRÉ. op. cit., p. 257.

54 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., pp. 220-221.

55 AMAE, Tchéc. 230, Tél. Boyer (Berlin), 17.7.68. – Michael SODARO, Moscow, Germany and the West from Khrushchtv to Corbachev, New York 1992, p. 118.

56 FES, NL Brandt, BMA, Mappe 3, Brief von Erhard Eppler, 17.5.68.

57 AMAE, RFA 1576, Tél. Seydoux (Bonn), 25.6.68.

58 D’autres indices renforcent l’impression que les dirigeants polonais ne sont pas, en été 1968, aussi hostile au mouvement tchèque que l’on croit généralement : FES, Dep. Bahr 80, 20.8.68 ; ACSP, NL Strauss, Fam. 1157, 23.8.68.

59 FES, Dep. Bahr 390, Aktennotiz vom 30.7.68.

60 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 221, affirme que la rencontre a eu lieu.

61 FES, Dep. Bahr 399, Bahr an Brandt, 19.8.68.

62 AAPD 1968, Dok. 181, Aufz. Bahr, 7.6.68. – FES, Dep. Bahr 408, 14.6.68.

63 FES, Dep. Bahr 437, Unterlagen für den 18.6.68.

64 AAPD 1968, Dok. 200, Gespräch Brandt-Abrassimov, 18.6.68.

65 V. FALIN, op. cit., p. 372.

66 AMAE, RFA 1576, Tél. Seydoux (Bonn), 25.6.68.

67 Entretien accordé à l’auteur par Egon Bahr, le 14 avril 2004 à Berlin.

68 AAPD 1968, Dok. 239, 243, 245, 252.

69 Andreas VOGTMEIER, Egon Bahr und die deutsche Frage, Bonn 1996, p. 102.

70 AAPD 1968, Dok. 207, 27.6.68 : Konzeptionen der europäischen Sicherheit.

71 FES, Dep. Bahr 399, Vermerk Bahr für Brandt, 11.6.68.

72 AAPD 1968, Dok. 190, Ruete (Belgrad) ans Auswärtige Amt, 13.6.68.

73 Reinhard SCHMOECKEL, Bruno KAISER, Die vergessene Regierung. Die grosse Koalition 1966 bis 1969 und ihre langfristigen Wirkungen, Bonn 1991, p. 197, citent un article paru le 14.5.68 dans Rude Pravo, le journal du parti communiste tchécoslovaque.

74 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 220.

75 AAPD 1968, Dok. 256, Bahr an Brandt (Hamar), 19.8.68.

76 L. JOHNSON, op. cit., p. 486.

77 J. McGINN, op. cit., pp. 112, 136.

78 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 56, Memo, 21.3.68; doc. 57, Beam (Prague) to DepState, 25.3.68 ; doc. 59, Rusk to Bonn Embassy, 27.4.68.

79 FRUS 1964-68. vol. XVII. doc. 60, Memo Rostow for Rusk, 10.5.68.

80 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 61, McGhee (Bonn) to DepState, 10.5.68.

81 AAPD 1968, Dok. 159, Tel. Grewe, 14.5.68. -J. McGINN, op. cit., p. 127.

82 PAAA, B150, Grewe (Brussel/Nato) ans AA, 16.7.68.

83 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 67, Memo Rostow to Rusk, 20.7.68.

84 PAAA, B150, Tel. Knappstein (Washington), 26.7.68. – FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 72, Lunch meeting, 24.7.68. – Warren COHEN, Dean Rusk, Totowa 1980, p. 302.

85 FRUS 1964-68, vol. XIV, doc. 282. Record of Cabinet Meeting, 29.7.68.

86 Z. MLYNAR, op. cit., p. 315. – K. DAWISHA, op. cit., pp. 292-293.

87 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 80, Meeting, 20.8.68; doc. 70, 22.7.68.

88 Anatoliy DOBRYNIN, In Confidence. Moscow’s Ambassador to America’s six Cold War Presidents, 1962-1986, New York 1995, pp. 179-181.

89 FRUS 1964-68, vol. XVII, doc. 84, Notes of Cabinet Meeting, 22.8.68.

90 AMAE, Tchéc. 244, Notes des 21 et 24 août 1968.

91 A. DE BOISSIEU, op. cit., pp. 207-209.

92 Réfléxion faite par : M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 448.

93 Espoir, n° 90, mars 1993, p. 29, Interview avec M. Couve de Murville.

94 CADN, Moscou 644, Entretien Alphand-Zorine, 26.8.68.

95 AAPD 1968, Dok. 262, Gespräch Kiesinger-Cabot Lodge, 21.8.68.

96 AAPD 1968. Dok. 263, Gespräch Kiesinger-Zarapkin, 21.8.68.

97 Helmut SCHMIDT, Menschen und Mächte II, Berlin 1990, p. 529.

98 BA, NL Guttenberg 91, Erklärung Brandt, 21.8.68.

99 FES, NL Brandt 283, Erklärung Brandt, 22.8.68.

100 V BOUKOVSKY, op. cit., pp. 309-310. citant un document du KGB.

101 Les services secrets ouest-allemands indiquent ce chiffre deux jours après l’invasion. – Nikita KHROUCHTCHEV, Mémoires inédits, Paris 1991, pp. 176-177, mentionne des cercueils renvoyés de Tchécoslovaquie en URSS.

102 Jörg HOENSCH, Geschichte der Tschechoslowakei, Stuttgart 1992, pp. 173-174.

103 BA, NL Guttenberg 198, Interview des Kanzlers im Südwestfunk, 25.8.68.

104 DM, t. V, pp. 334-335, Conférence de presse du 9.9.68.

105 M. DEBRÉ, op. cit., p. 263.

106 AMAE, RFA 1654, Entretien Debré-Brandt, 7.9.68. – AAPD 1968, Dok. 286. – W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 220. – M. DEBRÉ, op. cit., p. 260.

107 AMAE, EM 34, Entretiens des 27./28.9.68. – AAPD 1968, Dok. 312, 318.

108 Entretiens de l’auteur avec Pierre Messmer et Bruno de Leusse.

109 ACDP, NL Kiesinger 310, Interviews, 26.9.71, 26.1.76.

110 AMAE, EM, Entretiens Debré-Rusk (12.10.68) et de Gaulle-von Braun (l5.1.69).

111 PAAA, B150, von Braun (Paris) ans Auswärtige Amt, 4.12.68.

112 ACDP, NL Kies. 008-1, Infogespräch, 12. 12.68; NL. Osterh., Kies.5, 29.1.69.

113 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit, p. 447, citant Etienne Manac’h.

114 AAPD 1968, Dok. 324, Aufz. Bahr, 1.10.68.

115 AAPD 1968, Dok. 277, Gespräch Kiesinger-Zarapkin, 2.9.68.

116 AAPD 1968, Dok. 284, 286 : Aufz. Bahr, 6.9. ; Gespräch Brandt-Debré, 7.9.

117 AAPD 1968, Dok. 286, 313, Gespräche Brandt-Debré, 7.9., 27.9.68.

118 AAPD 1968, Dok. 316, Gespräch Kiesinger-Couve de Murville, 28.9.68.

119 AMAE, EM 34, Entretien de Gaulle-Shriver, 23.9.68.

120 PAAA, B150, Tel. von Braun, 20.12.68. – F. BOZO, op. cit., pp. 199-202.

121 FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 300, Rusk (Brussels) to DepState, 14.11.68.

122 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 334, 337 : Memo, 4.11., Tel. Rusk, 16.11.68.

123 Par exemple : ACDP, NL Kies. 310, Interview in Bild am Sonntag, 26.9.71.

124 R. LAHR. Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 499, 25.8.68.

125 AMAE, RFA 1609, Tél. Seydoux (Bonn), 3.9.68.

126 AMAE, Tchéc. 244, Notes, 24.8.. 10.9.68. – CADN, Moscou 644, Tél. Wormser, 27.8., 6.9., 14.9.68.

127 M. COUVE DE MURVILLE, Une politique étrangère, op. cit., p. 265.

128 J. PAUER, op. cit., p. 383. – K. DAWISHA, op. cit., p. 6.

129 R. CRAMPTON, op. cit., pp. 338-339. – M. SODARO, op. cit., p. 134.

130 FES, Dep. Bahr 399, Vecrmerk, 1.10.68.

131 BA, NL Guttenberg 95, Koalitions-Gespräch, 1.10.68.

132 AMAE, RFA 1609, Entretien Seydoux-Frank, 10.10.68.

Table des illustrations

Légende Sans titre.L’invasion de la Tchécoslovaquie par les Soviétiques et leurs alliés, en août 1968, montre les limites de l’approche gaullienne, selon ce caricaturiste allemand.Dessin de Wilhelm Hartung dans Die Welt, 11 septembre 1968, p. 2.© Hanke Hartung, Hamburg-Bergedorf.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search