Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

L'introuvable politique commune envers Moscou

X. Charles de Gaulle et l’Europe orientale : le problème allemand

Texte intégral

Unité de vue devant le microphone du Kremlin.
À Bonn, l’annonce du voyage en URSS du président de Gaulle suscite la crainte d’une alliance franco-soviétique contre l’Allemagne.
Caricature de Wolfgang Hicks dans Die Welt, 24 février 1966, p. 2.
© Haus der Geschichte, Bonn.
Souvent, les dessinateurs allemands représentent l’Allemagne par le « Michel », un jeune homme vaillant mais quelque peu innocent. En revanche, ce Michel n’apparaît jamais dans les caricatures françaises.

1Durant la période examinée, l’approche française du problème allemand – soit l’ensemble des questions liées à la division et à la réunification éventuelle de l’Allemagne – constitue le domaine réservé du président, peut-être plus que toute autre chose. Le Quai d’Orsay, les fonctionnaires et même les ministres ne sont pas censés se prononcer sur un sujet aussi fondamental, sinon à reproduire les pensées du général de Gaulle. Celui-ci tient d’ailleurs à faire distribuer, au ministère des Affaires étrangères, les comptes rendus de ses entretiens, mais il donne très rarement des indications supplémentaires sur sa vision à long terme des questions allemandes. Ainsi paraît-il cohérent d’utiliser les comptes rendus des entretiens, du général lui-même et de ses émissaires, comme base principale de notre analyse. Nous souhaitons montrer la position et l’évolution du général de Gaulle à l’égard de la réunification allemande, ainsi que certaines réactions de Bonn. En revanche, nous ne prétendons pas esquisser l’ensemble des relations franco-soviétiques ni les innombrables discussions, liées au thème de la réunification, qui ont lieu en République fédérale entre 1963 et 1969. Car durant cette période, la politique allemande ne dispose pas d’un concept intégral en vue de la réunification future. Lorsque Willy Brandt confie, en 1967, la tâche d’élaborer un tel plan à Egon Bahr, celui-ci se rend compte qu’il n’existe, dans les tiroirs de l’Auswärtiges Amt, littéralement aucun concept au sujet de la réunification. C’est donc seulement à partir de 1969 que la RFA poursuivra une politique active et bien définie à cet égard.

1963 : « Les perspectives qu’à Moscou, on puisse changer d’avis, nous ne les voyons pas »

2Du point de vue français, la crise de Cuba à l’automne 1962 représente un tournant dans les relations Est-Ouest. La confrontation directe entre les deux grandes puissances montre au général de Gaulle que ni les Américains et encore moins les Russes ne sont prêts à faire la guerre. Donc, une politique de détente envers l’URSS devient possible, et l’atmosphère commence dès lors à s’améliorer. Mais ce changement ne se manifeste pas tout de suite.

3Le 29 janvier 1963, Nikita Khrouchtchev fait transmettre au président français un mémorandum pour protester contre le caractère « brutalement militaire » du traité de l’Élysée. Moscou soupçonne que cet accord contienne des clauses secrètes, permettant à la République fédérale d’accéder aux armes atomiques.

  • 1 AMAE, EM 18, Notes soviétiques des 29.1. et 5.2.63.

4Une semaine plus tard, le 5 février, le ton monte encore. Dans une note particulièrement méprisante, le gouvernement soviétique accuse la France de se détacher des idéaux de la coalition anti-hitlérienne d’autrefois et de se ranger du côté des « revanchistes » allemands. Moscou appelle l’accord du 22 janvier 1963 un « traité de guerre » contre l’URSS. La France soutient désormais les Allemands de l’Ouest, selon la note soviétique, dans leurs aspirations à entreprendre une nouvelle marche vers l’Est, à rétablir les frontières du Reich et surtout à accéder à l’arme nucléaire. L’avertissement soviétique à « ceux qui s’apprêtent à allumer la fournaise de la guerre atomique » est explicite : ils y seront consumés. La note du 5 février critique également le fait que la réconciliation affichée entre Français et Allemands exclut les Allemands de l’Est, la République fédérale refusant toujours de reconnaître la RDA. En fait, le document réunit déjà tous les éléments des futures discussions franco-russes sur l’Allemagne, à la seule exception de son attachement aux États-Unis, lui-même remis en question par le traité de l’Élysée1.

  • 2 AMAE, EM 18, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 29.1.63.

5Le général de Gaulle, pour sa part, dit à l’ambassadeur soviétique ne pas pouvoir prendre au sérieux les craintes que la RFA inspire à la puissante URSS, qui devrait plutôt se féliciter de voir l’Allemagne pacifiée par ses liens étroits avec la France. Afin de réfuter les attaques russes contre le traité qu’il vient de signer, le général prend donc fermement position en faveur de la République fédérale2.

6Lorsque le parlement allemand ratifie le traité de l’Élysée, à la mi-mai 1963, le Kremlin lance une nouvelle attaque contre cette « entente militaire » franco-allemande, qui « sent considérablement la poudre et les hôpitaux de campagne ». Mais cette fois-ci, indiquent les services français, le ton de la note soviétique remise à Paris est nettement moins sévère que celle adressée à Bonn. Khrouchtchev a bien compris le sens du préambule allemand ajouté au traité, et, croyant l’axe Paris-Bonn devenu instable, il propose à la France un véritable renversement d’alliance. À part de nombreux reproches, le texte soviétique contient un passage qualifiant la France et l’URSS « d’alliés naturels » dont l’amitié pourrait unir l’Europe. Il apparaît clairement que Moscou cherche à diviser le couple franco-allemand.

  • 3 AMAE, RFA 1600, Notes soviétique (17.5.), polonaise (25.2.) et tchécoslovaques (14.2., 28.5.63).

7La Pologne et la Tchécoslovaquie adressent, elles aussi, des notes au gouvernement français pour protester contre l’accord du 22 janvier. Tout en utilisant un ton moins violent, ces notes suivent de près l’argumentation soviétique et dénoncent le traité de l’Élysée comme un obstacle au règlement de la question allemande3.

8Ces remontrances n’impressionnent pas le président de Gaulle. Il désapprouve, lors de sa conférence de presse du 29 juillet 1963, l’idéologie totalitaire du bloc soviétique et le joug du Kremlin auxquels sont soumis les pays de l’Est. Mais le général prévoit aussi le jour où une détente réelle et même une entente sincère changeront complètement les rapports entre l’Europe occidentale et orientale. Et ce jour-là, promet de Gaulle, la France fera des propositions constructives.

  • 4 DM, t. IV, p. 123 (29.7.63), p. 155 (31.12.63).
  • 5 AMAE, EM 19, Discours du ministre à Bruxelles, 16.12.63.

9L’appréciation française de la situation ne change guère pendant les mois suivants. Dans son allocution de fin d’année 1963, le président de Gaulle accuse les régimes totalitaires communistes de contraindre « des peuples enfermés », mais il exprime également son espoir de voir la situation se transformer4. Deux semaines auparavant, Maurice Couve de Murville a tenu un discours peu optimiste à l’OTAN. La détente, a dit le ministre, ne se fera pas sans que les Russes la veuillent : « Et les perspectives qu’à Moscou, on puisse changer d’avis, nous ne les voyons pas5. »

  • 6 AAPD 1963, Dok. 486, Gespräch Erhard-Johnson, 28.12.63.

10En cette fin d’année 1963, le chancelier Erhard se plaint de « l’attitude rigide » du général de Gaulle, qui exclut toutes les discussions avec les Soviétiques sur un possible modus vivendi6. Erhard se croit donc, à ce stade, beaucoup plus ouvert envers Moscou que la France.

1964 : « Le dégel d’une situation figée depuis vingt ans »

  • 7 AMAE, EM 20, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 3.1.64.

11L’année s’ouvre par une invitation officielle, transmise au président français, de se rendre en URSS. Le général de Gaulle réagit de façon réticente, il ne voit pas l’opportunité d’une telle visite7. Cependant, comme signe de bonne volonté et pour développer le contact, il envoie son ministre de l’Économie et des Finances en URSS.

  • 8 CADN, Bonn 216, Entretien Khrouchtchev-Giscard d’Estaing, 27.1.64.

12Khrouchtchev reçoit Valéry Giscard d’Estaing le 27 janvier, à Kiew. L’atmosphère franco-soviétique ne semble pas si mauvaise ; mais la question de l’Allemagne, que Khrouchtchev aborde longtemps, demeure un sujet de discorde. Selon le leader soviétique, « de Gaulle se trompe quand il fait la cour à l’Allemagne ». La République fédérale, essentiellement agressive, ne suivra pas la France mais les États-Unis et agrandira ainsi sa puissance, poursuit Khrouchtchev. Une solution du problème allemand lui paraît impossible, puisque « tout recommencera comme par le passé » dès que l’Allemagne sera réunifiée. En revanche, le premier secrétaire soviétique n’exprime aucune menace, il affirme plutôt sa volonté de maintenir le statu quo et l’équilibre entre l’Est et l’Ouest. Giscard d’Estaing, qui intervient pour expliquer la position française, ne semble pas pouvoir amorcer un vrai dialogue sur le sujet8.

  • 9 AMAE, EM 20, Entretien Couve de Murville-Naszkowski, 11.2.64.

13Le point de vue français apparaît plus clairement lors d’un entretien de Maurice Couve de Murville avec le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, le 11 février 1964 à Paris. Marian Naszkowski propose d’établir une zone dénucléarisée en Europe centrale, comprenant les deux États allemands, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et les pays du Benelux. Le ministre français lui répond alors très franchement : « Nous n’aimons pas les plans que vous nous soumettez de temps en temps, car ils tendent tous à la neutralisation de l’Allemagne9. »

14Le raisonnement français est le suivant. L’Allemagne ne veut et ne peut plus déclencher une guerre mondiale, les craintes polonaises ne correspondent plus à la réalité. Afin de contrebalancer l’URSS, la seule grande puissance militaire en Europe, la République fédérale doit rester dans le camp occidental. Une Allemagne neutralisée, par contre, tombera immanquablement sous l’influence de Moscou et mènera à une alliance germano-soviétique, dont souffriront à la fois la France et la Pologne. Au lieu de chercher la détente par une entente directe entre Moscou et Bonn, sous-entendue dans la proposition polonaise, Paris prône la détente par l’indépendance progressive des pays européens. Très clairement, l’approche française vise à encourager l’émancipation de la Pologne, démontrant que ses intérêts ne sont pas forcément équivalents à ceux de Moscou.

  • 10 AMAE, EM 20, Entretien du 2.3.64. N. Podgorny est membre du Présidium du Soviet Suprême de l’URSS.

15En mars 1964, lors de la visite à Paris de Nicolaï Podgorny, le général de Gaulle se félicite qu’une évolution se dessine en URSS, phénomène qui touche à la fois à l’idéologie et au régime10. On a l’impression, à nouveau, que de Gaulle fait comme si pour influencer son interlocuteur dans le sens souhaité. Mais Podgorny objecte froidement qu’aucune évolution n’est en cours dans le domaine de l’idéologie, qui restera inébranlable.

16Au milieu de l’année, deux événements spécifiques marquent, du point de vue français, une évolution palpable. Le 12 juin 1964, l’URSS signe un traité d’amitié avec la RDA. Cette démarche est significative puisqu’elle met fin à l’ultimatum de 1958 et la deuxième crise de Berlin. En novembre 1958, Khrouchtchev avait demandé aux Occidentaux d’évacuer Berlin, sinon l’URSS signerait un traité de paix séparé avec la RDA, lui transférant la responsabilité pour Berlin et ses voies d’accès. Ainsi, Walter Ulbricht aurait pu couper Berlin-Ouest de l’Occident. En signant un traité d’amitié – et non un traité de paix – avec la RDA, Khrouchtchev renonce dorénavant à cette menace. Le général de Gaulle estime fondamental ce changement de la politique soviétique.

  • 11 AMAE, AO 34, F. Puaux ; AO 30, É. Burin des Roziers ; EM 22, Entretien de Gaul-le-Maurer, 28.7.64.
  • 12 AMAE, EM 22, Tél. de Puaux (Paris) aux ambassades, 31.7.64.

17L’autre signe d’une évolution à l’Est est la visite à Paris d’une délégation roumaine, du 27 au 31 juillet 1964. Ion Gheorghe Maurer, président du Conseil roumain, surprend de Gaulle par son souhait de développer les contacts franco-roumains et par son discours très libre11. Ce début de rapports entre pays européens appartenant aux deux camps ouvre, selon le Quai d’Orsay, des « perspectives intéressantes de dégel d’une situation figée depuis vingt ans12 ». La porte vers l’Est semble s’ouvrir un petit peu.

18Maurer lui-même explique la nouvelle situation à l’intérieur du camp socialiste par la querelle entre Moscou et Pékin. À cause de cette rivalité, l’URSS serait contrainte de mieux respecter l’opinion des autres pays socialistes et de leur accorder plus de libertés. La visite officielle en France d’une délégation de douze personnalités roumaines ne manque pas d’éveiller partout un vif intérêt, et notamment un sentiment de jalousie en Pologne et en Yougoslavie.

  • 13 J. LÉviSQUE, op. cit., pp. 224-225.

19L’ouverture de Ion Maurer à la France et l’émancipation affichée de la Roumanie sont-elles sincères, ou bien font-elles partie d’une tactique russe ? Il est vrai que la délégation roumaine a passé dix jours à Moscou avant de se présenter à Paris, ce qui peut donner lieu à quelques soupçons. Cependant, fin avril 1964, Bucarest s’est publiquement désolidarisé de l’URSS sur plusieurs questions de politique étrangère, notamment par rapport à la Chine. Il semble même qu’en été 1964, Khrouchtchev essaie, en vain, de renverser la direction du parti communiste roumain13. En tout cas, le gouvernement français croit en la sincérité de la démarche de Ion Maurer.

  • 14 AMAE, EM 33, Entretien de Gaulle-Fock, 29.3.68. – M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., pp. 435-436.

20Les entretiens à Paris avec des représentants soviétiques, polonais et roumains, pendant la première moitié de 1964, correspondent aussi aux voyages que le général de Gaulle effectuera en Europe orientale par la suite : en URSS (1966), puissance dominante de l’Est, en Pologne (1967), pays traditionnellement lié à la France, et en Roumanie (1968), l’État oriental le plus indépendant. Le général de Gaulle explique lui-même que l’initiative roumaine de juillet 1964 est une raison importante pour sa visite ultérieure à Bucarest14.

  • 15 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 260-261, 7.7.64.

21Pendant que le Kremlin noue de nouveaux liens avec la RFA – Adjoubeï est à Bonn alors que Maurer se trouve à Paris – se développent simultanément les rapports entre la France et l’Europe orientale. Khrouchtchev fait des avances à la fois aux Allemands et aux Français, probablement dans le but de jouer sur les deux tableaux. Rappelons qu’en été 1964, les relations entre Paris et Bonn ne sont pas au beau fixe. Et sans doute, la déception du général à l’égard de la RFA l’incite à mener une politique plus orientée vers l’Est15.

  • 16 CADN, Bonn 216, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 18.6.64.

22Une semaine après avoir signé le traité d’amitié avec la RDA, Khrouchtchev propose à de Gaulle d’envisager un accord officiel sur les relations franco-soviétiques. Cette idée, à laquelle la France ne souscrit jamais, est désormais une sorte de leitmotiv de la politique russe. Il est clair que l’objet visé par un tel contrat ne peut être qu’une position commune contre l’Allemagne. Le général de Gaulle reste ferme également en ce qui concerne son refus de reconnaître la RDA, « construction purement artificielle16 ». Malgré cela, l’atmosphère franco-soviétique devient de plus en plus agréable.

  • 17 DM, t. IV, p. 227 (23.7.), p. 315 (22.11.64).

23Lors de ses allocutions publiques, le général de Gaulle évoque plusieurs fois l’évolution de l’Europe orientale, déclarant que le régime communiste aboutit à l’échec et que les peuples tendent à reprendre leur libre arbitre national17.

24Pourquoi la situation en Europe orientale est-elle si importante pour la solution du problème allemand ? Parce que, selon la vision prophétique du général de Gaulle, l’empire soviétique doit d’abord éclater pour que l’Allemagne puisse se réunifier.

  • 18 AMAE, URSS 1931, Projet du 5.1.65 : rapports franco-soviétiques.

25La chute de Khrouchtchev, le 14 octobre 1964, favorise la détente et ne freine en rien, observent les analystes français, les contacts entre la France et l’Europe de l’Est18. Le 30 octobre, Paris et Moscou signent un traité de commerce. Fin septembre déjà, l’ambassadeur Druto a transmis au président de Gaulle une invitation, encore secrète, de se rendre en Pologne. Les dirigeants polonais désirent rencontrer le général, jugeant qu’il y a « certains éléments objectifs » dans sa politique. Fin novembre, Couve de Murville reçoit ses homologues tchécoslovaque, yougoslave et bulgare, qui se montrent, l’un après l’autre, préoccupés par la RFA et ses aspirations nucléaires.

  • 19 AMAE, EM 23, Entretiens avec Druto (30.9.), Koça (25.11.), David (26.11.).

26L’entretien avec le ministre yougoslave se passe de façon analogue à celui, décrit plus haut, avec le polonais Naszkowski. Partisan de la démilitarisation de l’Allemagne, le visiteur yougoslave se heurte aux arguments de Couve de Murville qui qualifie de « sans avenir » une conception visant à neutraliser l’Allemagne. Le ministre tchécoslovaque – encore très stalinien – défend la thèse officielle de Moscou selon laquelle la RFA et la RDA devraient elles-mêmes régler leurs problèmes. Couve de Murville répond sèchement que cette idée se trouve en dehors de la réalité et que, une fois les armées soviétiques retirées de la RDA, « l’Allemagne sera réunifiée en cinq minutes »19.

  • 20 AMAE, EM 23, Entretien de Gaulle-Rusk, 14.12.64.

27En effet, les vrais décideurs du sort allemand se trouvent à Moscou. C’est sur cette base que de Gaulle développe sa politique. Lors d’un entretien avec Dean Rusk, le 14 décembre, il distingue trois moyens possibles pour parvenir à la réunification de l’Allemagne : une pression occidentale exercée sur l’URSS, un rapprochement germano-soviétique ou une évolution qui amènera l’Est à accepter la réunification sous certaines conditions. La première de ces possibilités n’ayant pas abouti, la deuxième n’étant « pas désirable », il ne reste que la troisième, la détente. De Gaulle souligne que la France n’est pas opposée à la réunification, « fait logique, humain et naturel », à condition que l’Allemagne accepte ses frontières actuelles et qu’elle ne disposera, sous aucune forme, de l’arme atomique. Rusk partage largement et de façon assez étonnante les vues françaises. Le ministre américain se dit complètement d’accord au sujet des frontières, il qualifie de « désastreux » un éventuel armement nucléaire allemand, et il appelle une division perpétuelle de l’Allemagne une source de danger20. Alors, tout est-il clair entre Paris et Washington ? Bien sûr que non. Mais le général de Gaulle et Dean Rusk préfèrent ne pas discuter la question épineuse des modalités concrètes à envisager. Et puis, l’avis allemand compte aussi dans cette affaire.

  • 21 AMAE, EM 23, Entretien du 9.12.64. – AAPD 1964, Dok. 377.
  • 22 Nommée d’après W. Hallstein, alors secrétaire d’État à l’Auswärtiges Amt.

28La question se pose de savoir si la République fédérale est prête, après le brusque échec du plan Erhard, à suivre la voie de la détente. Couve de Murville encourage Gerhard Schröder à normaliser les relations avec les pays de l’Est et à éliminer de ce fait le rideau de fer, seule chance pour parvenir à la réunification21. Le ministre allemand se dit complètement d’accord, mais il soutient ensuite un point de vue opposé en se prononçant pour le maintien de la doctrine Hallstein22.

  • 23 PAAA, B38/1, Aufz., 25.5.65 : Hallstein-Doktrin. – Bonn justifie l’exception de l’URSS par sa respo (...)

29Cette doctrine, suivie dès les origines de la RFA et formulée officiellement en 1955, défend la thèse que la RFA est la seule représentante du peuple allemand jusqu’à des élections libres en Allemagne de l’Est. Afin d’exercer une certaine pression dans ce but, Bonn refuse d’avoir des relations diplomatiques avec les pays qui reconnaissent la RDA. Par conséquent, il n’y a pas d’échange d’ambassadeurs entre la République fédérale et les pays orientaux, à la seule exception de l’URSS. L’objectif de la doctrine Hallstein est d’isoler politiquement la RDA et de montrer que la division de l’Allemagne ne sera pas tenable à long terme23. Dès 1962, Gerhard Schröder amorce un assouplissement de la doctrine sur le plan économique. En 1963 et 1964, la RFA signe des traités commerciaux avec la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Des missions commerciales, dirigées par des diplomates ouest-allemands, sont alors établies dans ces pays.

  • 24 PAAA, B24/514, Aufz. Luedde-Neurath, 23.11. ; B24/525, Tel. Klaiber, 1.12.64. – AAPD 1964, Dok. 344

30Cependant, la doctrine Hallstein empêche toujours l’établissement officiel de relations diplomatiques et, de ce fait, freine l’évolution voulue par la France. En réalité, les Allemands ne s’aperçoivent guère que la politique orientale française s’est transformée. Les discours du général de Gaulle ne contiennent, selon les analystes allemands, rien de nouveau. Même les visiteurs venus à Paris de Yougoslavie, Tchécoslovaquie et Bulgarie ne suscitent que peu d’intérêt à Bonn24. En revanche, l’accord commercial franco-soviétique du 30 octobre suscite la méfiance chez quelques Allemands et notamment chez l’ancien chancelier Adenauer, qui craint un renversement des alliances.

  • 25 AMAE, EM 23, Wapler (Paris) aux ambassades, 21.12.64 ; AO 34.

31Le fait que Bonn et Paris divergent dans leur approche de l’Est se manifeste clairement au Conseil de l’Alliance atlantique, en décembre 1964. Les discussions en arrivent au point où Charles Lucet, directeur politique au Quai d’Orsay, demande à la délégation allemande de choisir entre la MLF et la réunification. Si on envisage la participation allemande au nucléaire, raisonne le Français, on bloque tout espoir d’arrangement avec les Soviétiques. Le Conseil de l’OTAN s’achève sur un coup d’éclat. Schröder, adhérent au projet de force multilatérale, fait distribuer un communiqué affirmant que Paris empêche l’ouverture de négociations, au sujet du problème allemand, avec les Soviétiques, tandis que Washington, Londres et Bonn y seraient favorables25.

  • 26 AAPD 1964, Dok. 400, Aufz. Krapf, 30.12.64.
  • 27 PAAA, B38/1, Runderlass Krapf, 1.6.65. – ACDP, NI. Ost, Erh.2, 8.1.65.

32Une note interne de l’Auswärtiges Amt révèle pourtant la vérité. On croit à Bonn qu’aucun des alliés, ni les États-Unis, ni la Grande-Bretagne ou la France, ne seront prêts à s’engager pour l’Allemagne auprès des Soviétiques26. Cette analyse faite, le gouvernement allemand continue toutefois à mettre l’accent sur la responsabilité des quatre puissances pour la réunification. Cette idée implique que la bonne volonté des alliés, et non l’initiative de Bonn, décide d’un progrès. Donc, jusqu’à la chute d’Erhard, la diplomatie allemande se borne à maintenir la réunification à l’ordre du jour27. Cela se traduit par des initiatives auprès des alliés et le refus de discuter des frontières définitives. Mais Bonn se dirige vers une impasse.

  • 28 PAAA, Bl/335, Aufz. Lahr, 2.1.65. – De 1963 à 1969, les échanges commerciaux entre la France et la (...)

33L’année 1964 se termine par un épisode révélateur. Le 31 décembre, l’ambassadeur Seydoux annonce que la France compte doubler son commerce avec la RDA en 196528. L’Auswärtiges Amt est consterné, mais ses protestations restent sans effet.

1965 : « Le problème allemand est, par excellence, le problème européen »

34Durant l’année 1965, Français et Soviétiques s’entretiennent plusieurs fois, au plus haut niveau, de la question allemande. Les contacts entre Paris et les autres capitales de l’Est sont relativement moins fréquents et moins substantiels.

  • 29 AMAE, EM 23, Entretien de Gaulle-Erhard, 19.1.65.

35Lors du sommet franco-allemand des 19 et 20 janvier 1965, le chancelier Erhard invite le général à prendre la direction en matière de réunification allemande, car le jugement français semble au chancelier « réaliste et seul prometteur29 ». Compte tenu de l’incident entre Gerhard Schröder et les représentants français en décembre, les propos du chancelier reflètent déjà la carence, croissante, d’une politique claire au sein du gouvernement allemand. On peut y voir aussi un début de nervosité par suite des ouvertures françaises vers l’Est. La réponse du général semble satisfaire Erhard : de Gaulle est d’accord pour mettre en avant la voie vers la réunification dans sa prochaine conférence de presse.

  • 30 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 277, Conseil du 13.1.65.
  • 31 Principe confirmé par François Puaux : AMAE, AO 34.

36Depuis plusieurs semaines déjà, le thème de réunification allemande figure au menu du général de Gaulle. Dans ce contexte, il a dit à ses ministres : « Il faut qu’ils admettent, les Allemands, qu’ils ont été vaincus, et que, quand on est vaincu, on paie30. » Cela veut dire, pour de Gaulle, admettre que les puissances victorieuses décident des frontières et de l’armement allemands. L’importance qu’Erhard attribue à la réunification donne maintenant une possibilité de jeu à Paris. Le soutien français à la réunification peut désormais servir d’appât pour amener la RFA à adopter la politique gaulliste, et tout d’abord la détente31.

  • 32 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 276.

37Les discussions internes montrent que le général, d’accord sur ce point avec Bonn, ne souhaite pas légitimer la RDA. Pourquoi de Gaulle veut-il reconnaître les gouvernements de Moscou et de Pékin mais non celui de Berlin-Est ? Parce que la révolution soviétique a été faite par les Russes et le gouvernement de la Chine par les Chinois, en l’occurrence le gouvernement de Berlin-Est a été fait par l’étranger et dépend complètement de Moscou – par conséquent, Ulbricht « n’existe pas32 ». C’est l’aspect national qui l’emporte. Le général persiste dans son raisonnement : puisque la France n’a commencé à établir des relations avec les pays orientaux qu’au moment où une certaine émancipation nationale se dessinait.

  • 33 DM, t. IV, p. 338.

38Dans sa conférence de presse du 4 février 1965, le général de Gaulle dresse un tableau magistral de la situation européenne et des obstacles à la paix. Au cœur des préoccupations résident l’Allemagne et sa division : « Le problème allemand est, par excellence, le problème européen33. » Afin d’établir une paix réelle en Europe, impossible tant que subsisteront les « anomalies » allemandes, de Gaulle énonce plusieurs conditions :

39Les peuples européens règlent et garantissent en commun la solution du problème allemand.

40La Russie et les pays de l’Est changent leur système totalitaire.

41L’organisation politique et militaire de l’Europe occidentale, comprenant la RFA, rend possible un nouvel équilibre du continent.

42Les frontières et l’armement de l’Allemagne sont réglés (c’est-à-dire que l’Allemagne renonce définitivement aux armes atomiques et accepte les frontières de 1945).

43L’Europe s’établit, de l’Atlantique à l’Oural, dans la concorde et dans la coopération.

44Les réactions allemandes aux points sensibles de cette prise de position française se manifestent au fur et à mesure. Le 10 février, la télévision allemande diffuse en direct un débat au Bundestag, consacré uniquement au discours du général. Selon le commentateur, cette conférence de presse est le plus beau cadeau d’anniversaire qu’a reçu le chancelier. Plus généralement, l’opinion publique en Allemagne éprouve de la gratitude envers le président français pour avoir souligné l’importance de la réunification.

  • 34 AMAE, RFA 1605, Entretien Seydoux-Brandt, 19.3.65 ; tél., 5.-16.2.65.

45Dans le débat politique qui suit le 4 février, les partis gouvernementaux (la CDU/CSU et la FDP) et l’opposition (la SPD) n’ouvrent toutefois pas de vrai dialogue. Ils exploitent le discours gaullien à des fins électorales. Ainsi, les sociaux-démocrates se montrent assez critiques pour limiter l’avantage que le gouvernement tire de cette prise de position française. Ils soulignent notamment les contradictions entre les gouvernements fédéral et français par rapport au rôle de l’Amérique et à l’égard des frontières. Fritz Erler, vice-président de la SPD, exprime sa déception de voir la politique française placer le problème allemand dans une perspective qui ne laisse aucun espoir de solution dans un avenir proche. Willy Brandt, candidat des socialistes pour la chancellerie, reste le plus modéré de son parti. Il dit même attacher beaucoup d’importance à la conférence de presse, expression de la grande pensée du général de Gaulle34.

46Les libéraux, partenaires juniors du gouvernement, marquent de la satisfaction, tout en se préoccupant un peu de l’accent mis sur l’entente européenne et non sur la responsabilité des quatre puissances. Mais, selon la FDP, ces deux politiques peuvent fort bien être menées de pair. Franz Josef Strauss, le leader de la CSU, affirme que sa politique rejoint en tout point celle de Paris. Il voit confirmée sa conviction que la diplomatie française, dont l’influence est plus importante, devrait représenter les intérêts vitaux de l’Allemagne en Europe orientale. Ludwig Erhard se félicite de l’intervention française en faveur de la réunification, signe du soutien international pour les efforts de Bonn.

  • 35 AMAE, RFA 1605, Tél. Seydoux (Bonn), 29.3.65 : le congrès de la CDU.

47Ceci se dit au cours de la semaine suivant la conférence de presse du 4 février. Fin mars, lors du congrès de la CDU à Düsseldorf, le chancelier s’exprime de façon assez différente : « Les idées du général de Gaulle sont réalistes à long terme, mais elles ne me suffisent pas. Je ne peux pas demander au peuple allemand d’attendre vingt ou trente ans le jour de sa réunion35. » Toutefois, ce délai correspondra exactement à la réalité.

  • 36 AAPD 1965, Dok. 60, Gespräch Erhard-McGhee, 8.2.65.

48Quant aux Américains, le chancelier essaie de les calmer en expliquant que de Gaulle n’entend nullement les écarter du problème allemand36. Début mai 1965, une dispute franco-américaine force toutefois les Allemands à prendre position. Il s’agit de préparer, sur l’initiative de Schröder, un communiqué des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France sur l’Allemagne. Selon la proposition française, la réunification allemande doit se faire « dans l’intérêt de tous les peuples européens », mais les États-Unis rejettent cette formule. Après des discussions orageuses, on trouve finalement un consensus pour l’expression « dans l’intérêt de tous les peuples d’Europe et d’autres peuples concernés ». Les Allemands, eux, manifestent de l’indignation contre l’attitude française et prennent parti pour Washington, jugeant l’appui américain primordial pour la réunification future.

  • 37 AAPD 1965, Dok. 198, Gespräch Erhard-McGhee, 5.5.65.
  • 38 AAPD 1965, Dok. 197. – R. MARCOWITZ, Option für Paris?, op. cit., p. 206.
  • 39 AAPD 1965, Dok. 206, Gespräch Schröder-Rusk, 13.5.65 ; Dok. 231

49Le chancelier Erhard craint aussi que, suivant la vision française, les pays de l’Est puissent bloquer la réunification, que Washington n’ait plus rien à dire et que l’Allemagne ne soit qu’un protectorat franco-russe37. En effet, après les désaccords au sujet du communiqué tripartite, le gouvernement allemand écarte complètement la vision du général de Gaulle. La RFA souhaite que seules les quatre puissances participent à la solution du problème allemand. Bonn regrette également que de Gaulle se déclare publiquement pour la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse et contre l’accès allemand au nucléaire38. Selon Schröder, les commentaires positifs après la conférence de presse du 4 février ont été une erreur. Le ministre parle maintenant du « danger d’européaniser » la question allemande par un consensus franco-soviétique39.

  • 40 AAPD 1965, Dok. 217, 246. – BA, NL Carstens 652, Aufz., 27.5.65.
  • 41 AMAE, RFA 1606, Tél. Seydoux (Bonn), 12.9.65.

50Fin mai, Schröder et Couve de Murville se heurtent sur la question de savoir si une réunification allemande serait pensable sans en discuter avec les pays voisins. En juin, la discussion se poursuit entre le général et le chancelier : de Gaulle ne conteste pas la responsabilité des quatre grands, mais souligne la dimension européenne du problème40. Un rapport de l’ambassadeur Seydoux, écrit en septembre 1965, illustre à quel point les politiciens allemands se méfient de la vision française : « On n’a pas oublié, à Bonn, la conférence du 4 février, mais on ne la mentionne que du bout des lèvres parce que la solution si juste qu’elle proposait pour le règlement de la question allemande s’accompagnerait, dans le domaine atomique et sur le plan territorial, de sacrifices dont l’idée même chagrine et effraye41. » Avec ces épisodes, les initiatives du gouvernement Erhard en faveur de la réunification disparaissent.

  • 42 AMAE, URSS 1931, Projet du 5.1.65 ; RFA 1612, Note du 11.1.65.

51Entre-temps, Paris discute du problème allemand avec Moscou. Fin avril 1965, le ministre soviétique des Affaires étrangères, Andreï Gromyko, est en visite à Paris. Déjà bien avant, le Kremlin a signalé sa volonté de discuter avec de Gaulle des questions touchant la sécurité européenne et l’Allemagne, fait qui n’est pas communiqué tel quel aux Allemands. En janvier 1965, le président de Gaulle a d’ailleurs accepté l’idée de se rendre en URSS. Notons que la diplomatie française n’est pas dupe vis-à-vis des arrière-pensées soviétiques. Le Quai d’Orsay croit que Moscou vise avant tout, par ses contacts avec la France, à affaiblir le camp occidental et à faire reconnaître la division de l’Allemagne42.

  • 43 AMAE, EM 24, Entretien de Gaulle-Gromyko, 27.4.65.

52En effet, lors du tête-à-tête de Gromyko et du général de Gaulle, chacun reste sur ses positions. Le ministre soviétique relève avec satisfaction l’entente franco-russe à l’égard des frontières et de l’armement de l’Allemagne. Mais sur la question de la réunification, l’avis des deux hommes diverge. Alors que pour de Gaulle, la division de l’Allemagne en deux États ne peut pas correspondre à une réalité durable, Gromyko affirme : « Nous ne sommes pas pour autant contre la réunification, mais nous croyons que c’est une affaire allemande qui doit être réglée par accord entre les deux États allemands. Bien plus : la condition indispensable de la réunification est le désarmement de ces deux États43. » Rappelons que Couve de Murville a dit de ces propos qu’ils étaient sans avenir (la neutralisation de l’Allemagne) et en dehors de la réalité (laisser les deux parties de l’Allemagne régler leur problème). Un accord franco-soviétique sur cette affaire paraît donc très loin.

  • 44 CAC, 20010086/24, Comité restreint, 27.4.65.
  • 45 DDF1963, Doc. 197, Entretien de Gaulle-de Margerie, 4.6.63.

53Lors de sa rencontre avec Gromyko, de Gaulle souligne par deux fois ne pas être pressé de réunifier l’Allemagne. Sans doute, le général ne croit-il pas encore réunies les circonstances nécessaires. Par ailleurs, l’attitude du gouvernement français envers la réunification allemande est empreinte d’une ambiguïté profonde, comme l’illustre un échange informel entre Georges Pompidou et Maurice Couve de Murville le soir du 27 avril 1965. Le Premier ministre, après avoir appris que les entretiens avec Gromyko se déroulent d’une façon très franche, pose alors cette question : « Ceci signifie que vous lui marquez, par exemple, que nous ne sommes pas pour la réunification de l’Allemagne44 ? » Bien que Couve de Murville contredise vivement que telle serait la position française, les paroles de Pompidou dévoilent une vérité. Peu après l’adoption du préambule allemand au traité de l’Élysée, en mai 1963, le général de Gaulle avait lui-même confié à l’ambassadeur de Margerie : « La réunification de l’Allemagne ? Vous pensez bien que je n’y tiens pas45. »

  • 46 AMAE, Statut de l’Ail. 68, Note pour le Premier ministre, 19.5.65 ; RFA 1696, Rapport de Margerie, (...)

54En 1965, deux études françaises sur les effets économiques d’une réunification allemande s’avèrent également de mauvais augure. La première, établie par Roland de Margerie, constate que même après la réunification, le niveau de vie dans l’ensemble allemand restera supérieur à celui de la France, et se développera ensuite rapidement en faveur de l’Allemagne. L’autre étude, issue des services du Premier ministre, prévient que la réunification pourrait faire éclater la Communauté des Six, cadre alors trop étroit, et entraîner le commerce allemand vers l’Est46. Heureusement pour la France, vu la position rigide des Soviétiques, il n’y a aucun danger d’une réunification dans un avenir proche.

  • 47 CADN, Bonn 216, Entretien de Gaulle-Zorine, 5.7.65. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 318.

55En avril 1965, Moscou remplace l’ambassadeur à Paris, Vinogradov, par Valerian Zorine, personnalité influente de la diplomatie soviétique. Après trois mois, Zorine s’impatiente déjà et exige une action franco-soviétique commune à l’égard de l’Allemagne. Mais le général de Gaulle n’est pas disposé à « bouleverser ce qui existe ». Il voit que le comportement de l’URSS a changé, mais il reste sur ses gardes47.

  • 48 DM, t. IV, p. 386. – AMAE, EM 24, Entretien Couve de Murville-Rusk, 18.2.65.

56Lors de sa conférence de presse du 9 septembre, de Gaulle dit attacher une grande importance au cours nouveau des relations avec l’URSS, et il annonce que les contacts français avec les autres pays de l’Est se multiplieront. Après les premières expériences de l’année précédente Paris constate que l’URSS n’élève aucune objection à l’encontre des rapports de ses satellites avec la France48. On peut donc aller de l’avant.

  • 49 Entretiens du 10.9.65 (FNSP, CM 9 ; AMAE, EM 25).
  • 50 BA, BW1/105, Tb von Hassel, 14.10.65.

57Le 10 septembre, Couve de Murville et de Gaulle reçoivent une délégation polonaise. On parle encore longtemps de l’Allemagne, de ses frontières et de son armement. Les Français insistent sur l’importance d’éviter un pacte germano-soviétique, ainsi que sur la nécessité ultime de la réunification allemande. Les Polonais, eux, préfèrent maintenir la RDA, voisine moins menaçante qu’une Allemagne réunifiée. Apparemment signe d’une confiance croissante, les deux parties s’entendent sur l’importance de conversations plus fréquentes entre Allemands de l’Ouest et de l’Est49. Mais dès son retour à Varsovie, le Polonais Cyrankiewicz juge la vision française « irréaliste et illusoire50 ». Convaincre les Polonais s’annonce donc assez dur.

  • 51 Entretiens des 29.10.-1.11.65 (AMAE, EM 25 ; CADN, Bonn 216).

58Du 29 octobre au 1er novembre, Maurice Couve de Murville séjourne en URSS. Il discute, séparément, avec Brejnev, Kossyguine, Mikoyan et Gromyko. Une grande partie de ces entretiens concerne l’Allemagne. Couve de Murville rappelle les positions françaises et propose d’améliorer l’atmosphère entre l’Allemagne et ses voisins à l’Est. Les Soviétiques, impénétrables, ressortent leur discours connu. Gromyko reproche à Bonn de bloquer la détente par le maintien de la doctrine Halhtein. Kossyguine, pourtant le moins dogmatique des interlocuteurs, exige que le problème allemand soit résolu sans les États-Unis. Pour Brejnev, l’appartenance de la République fédérale à l’OTAN exclut toute idée de réunification. Il caractérise la RFA comme un pays agressif, empreint des mêmes forces qui ont conduit à la Seconde Guerre mondiale. En résumé, les Soviétiques se félicitent des propositions positives du général de Gaulle, mais concrètement, ils contredisent presque tous les points qu’il avance. Il semble aussi que Couve de Murville se trouve en position inférieure face aux hommes du Kremlin. Mikoyan remarque sèchement que la tâche du ministre se limite à accomplir les décisions du général51.

  • 52 AMAE, EM 26, Entretien du 12.11.65, à 11 h. – AAPD 1965, Dok. 413.

59Quelques jours après son retour de Moscou, Couve de Murville informe son homologue allemand des résultats de son voyage. C’est probablement le plus dur affrontement franco-allemand, du temps du chancelier Erhard, en matière de politique orientale. Les Soviétiques craignent, explique Couve de Murville, que l’Allemagne occidentale puisse chercher la réunification par la force, avec l’appui des Américains. Lorsque Schröder rétorque que ce n’est nullement le cas, Couve de Murville lui conseille d’en parler directement aux Soviétiques, afin de dissiper leur méfiance. Alors Schröder abandonne lui aussi le langage diplomatique, et critique ouvertement l’attitude française : elle affaiblit l’OTAN et les positions de base de la RFA. L’Allemagne discutera de ses frontières au moment d’un traité de paix, mais tout renoncement préalable aurait des effets négatifs. Concernant son statut militaire, la République fédérale n’a pas à répondre aux souhaits de l’ennemi, signale le ministre allemand. Enfin il réclame des droits égaux pour son pays52. Ce principe – qui est le credo de Schröder – ne correspond pas du tout aux idées françaises. Justement, de Gaulle a eu l’intention de faire comprendre aux Allemands, par la conférence de presse du 4 février, « qu’ils ont été vaincus, et que, quand on est vaincu, on paie. »

  • 53 AMAE, EM 26, Note du directeur politique, 12.11.65.

60Suite à cet accrochage franco-allemand, la fureur du général est terrible. Le jour même, le Quai d’Orsay note le verdict présidentiel : « Une alliance avec l’Allemagne est impensable, étant donné que nous n’avons pas les mêmes buts et les mêmes objectifs. L’Allemagne veut modifier ses frontières de l’Est et acquérir le contrôle des armes atomiques53. »

  • 54 SHAT, 10 T 242, Rapport annuel de l’Attaché des forces armées, 30.11.65

61Un général français à Bonn – l’attaché des forces armées – met le doigt sur la plaie. Tandis qu’en 1964, écrit-il, la réunification n’était qu’un objectif à long terme, la RFA semble désormais la chercher par le renforcement de son système militaire54. C’est-à-dire qu’on veut arriver à la réunification par la force et non par la détente.

  • 55 PAAA, B24/559, Instruktionen für die Handelsmission Bukarest, 3.3.65.
  • 56 BA, NL Carstens 639, Aufz., 27.1.66. Avec des annotations du chancelier.

62Durant l’année 1965, l’attitude de 1’Auswärtiges Amt à l’égard de la politique orientale française s’est durcie. En mars, on met encore l’accent sur les aspects positifs et on juge la détente du bloc communiste conforme aux intérêts allemands. En conséquence, les entretiens de diplomates français avec des dirigeants de l’Est semblent utiles pour atténuer l’atmosphère anti-allemande55. Quelques mois plus tard, la méfiance envers de Gaulle s’est répandue. À Bonn, on ne critique pas en premier lieu les contacts de Paris avec l’Est, en principe profitables, mais plutôt les effets secondaires de la politique gaullienne. Erhard et Schröder sont d’accord sur le fait que la RFA, si elle acceptait l’approche française du problème allemand, devrait desserrer les liens avec Washington. Mais ceci leur paraît dangereux56.

63En outre, le chancelier et le ministre désapprouvent la pression française en matière d’armement atomique et de frontières. Si la République fédérale se conformait à ces exigences françaises, Bonn serait soumis à Paris sans pouvoir influencer le dialogue avec Moscou.

  • 57 ACDP, NL Schröder 286/2, Frz. Ostpolitik, 25.11.65 ; NL Osterheld, Erh. 5, Notiz, März 1966.

64Par ailleurs, le gouvernement allemand croit que de Gaulle sous-estime le danger soviétique, qu’il surévalue ses propres possibilités et que sa politique est trop inconstante pour être fiable. Seuls les Américains semblent capables de faire éventuellement bouger les Soviétiques, qui ne se montrent nullement disposés, à ce moment-là, à reconsidérer les questions allemandes. Enfin, les hommes autour de Schröder soupçonnent les Français d’arrière-pensées visant à garder l’Allemagne dans l’impuissance57.

1966 : « Sortir le problème allemand de la contestation entre l’URSS et les États-Unis »

  • 58 LNC t. X, pp. 246-249. – AMAE, AO 34, Francois Puaux.

65Après sa réélection, en décembre 1965, et la fin de la crise communautaire, l’attitude du général de Gaulle envers la RFA ne s’adoucit pas. Le 4 février, il tient, au Conseil des Affaires étrangères, un discours sur l’Allemagne. Des copies de ce discours sont distribuées aux fonctionnaires du Quai d’Orsay, chose exceptionnelle et signe d’importance58. De Gaulle y constate que les Allemands ne prennent pas le chemin de la réunification, qui passe par la détente et le dialogue avec l’Est, mais au contraire se lancent « dans une prétention à l’armement nucléaire ».

66Ce discours contient aussi, par rapport à la conférence de presse tenue exactement un an auparavant, une différence importante mais à peine notée : la réunification doit se faire « par accord avec tous ceux qui ont vaincu l’Allemagne » (4 février 1966) et non plus par un accord entre « les peuples européens » (4 février 1965). Il est fort possible que de Gaulle utilise la formule, prononcée en public, de la participation de tous les Européens, pour encourager l’émancipation des pays orientaux. En effet, Paris souhaite que la Pologne et la Tchécoslovaquie participent à la solution du problème allemand en exprimant l’intérêt de leur pays, et non celui de Moscou. Notons aussi que selon le dessein du général de Gaulle les Américains feront partie des négociations.

  • 59 AMAE, EM 27.

67Les voyages de Maurice Couve de Murville en Roumanie, en Bulgarie et en Pologne, au printemps 1966, s’inscrivent dans la continuité de l’année précédente. Du point de vue français, l’élément le plus important des entretiens avec les dirigeants de l’Europe orientale et de l’URSS, est le fait qu’ils aient lieu. Les comptes rendus de ces conversations font aussi apparaître que chaque partie tente d’influencer l’autre, Paris en encourageant l’émancipation nationale, les dirigeants de l’Est en essayant de désolidariser la France du camp occidental59.

  • 60 AMAE, RFA 1574, Tél. Seydoux (Bonn), 17.6.66.
  • 61 FJM, AMK C 1/36/1, Interview avec François Schlosser, printemps 1966. – Cf. aussi : R. MARCOWITZ, O (...)

68L’événement majeur de l’année 1966 est la visite du général de Gaulle en URSS, du 20 juin au 1er juillet. Chez les Allemands, ce voyage fait apparaître un double sentiment de crainte et d’envie. Les milieux conservateurs de la CDU estiment que tout rapprochement entre Paris et Moscou se fera au détriment de Bonn. En conséquence, ils condamnent le geste spectaculaire du général de Gaulle60. À l’opposé, dans de nombreux cercles politiques de la SPD et de la FDP, on croit que la politique française se fonde sur des chances raisonnables d’évolution. Helmut Schmidt par exemple, alors porte-parole des sociaux-démocrates au Bundestag, considère la politique de rapprochement Est-Ouest prônée par de Gaulle comme « la seule voie possible vers la réunification allemande61 ». Les milieux d’affaires et l’industrie allemande, finalement, n’ont cessé de prêcher en faveur des contacts avec les marchés de l’Est, mais sans forcément passer par l’intermédiaire français.

  • 62 AAPD 1966, Dok. 179, Gespräch Schröder-Rusk, 5.6.66 ; Dok. 107.

69Peu de temps après le retrait français du commandement intégré de l’OTAN, le voyage du général de Gaulle suscite bien des soupçons à Bonn et à Washington. Dean Acheson, conseiller du président américain et spécialiste de l’OTAN, semble savoir ce que de Gaulle essaie de mettre sur pied : une alliance à trois (URSS, Grande-Bretagne, France) qui envisagerait une Allemagne unifiée et neutre, afin de rompre ses relations avec les États-Unis. Les propos du ministre Rusk illustrent de façon pointue la nervosité américaine avant le voyage du président français : « Nous n’avons pas mené deux guerres mondiales pour rien et ne permettrons pas que les questions européennes soient discutées sans les États-Unis »62.

  • 63 AAPD 1966, Dok. 156, 23.5.66. – En 1957 et encore en 1964, le ministre polonais des Affaires étrang (...)

70Officiellement, le chancelier Erhard se dit impassible devant la rencontre franco-soviétique. Mais à titre confidentiel, il révèle au Premier ministre anglais ses pensées intimes : selon lui, le général de Gaulle souhaiterait une Europe dans laquelle une Allemagne unifiée serait maîtrisée par le contrôle franco-soviétique. Les bases de ce projet ne pourraient être qu’une neutralisation de l’Allemagne selon le plan Rapacki63. Il est étonnant de constater à quel point le chancelier se trompe sur les plans du général de Gaulle, qui rejette catégoriquement l’idée d’une Allemagne neutre.

  • 64 AAPD 1966, Dok. 67, 184. – FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 148.
  • 65 LNC, t. X, p. 306, Lettre à Ludwig Erhard, 16.6.66.
  • 66 AAPD 1966, Dok. 187, Gespräch Schröder-Thompson, 10.6.66.

71Dès mars 1966, les Français essaient de calmer leurs alliés en disant que rien de dramatique ne se passera, que le voyage à Moscou n’apportera ni traité ni changement fondamental64. Le sommet franco-soviétique approchant, de Gaulle fait encore savoir au chancelier Erhard que « l’Allemagne n’a rien à redouter, bien au contraire65 ». À la même période, Schröder est parvenu à une conclusion similaire à celle du général de Gaulle, mais à partir d’autres réflexions. Le ministre estime qu’il n’y aurait pas d’arrangement franco-soviétique aux dépens des intérêts allemands parce que la France n’a pas de vrai pouvoir et que tout arrangement sans les États-Unis est impossible, même pour Moscou66.

  • 67 PAAA, B 150, Aufz. Steg, 31.5.66 ; B24/567, Tel. Klaiber, 10.6.66.

72Globalement, les services de l’Auswärtiges Amt considèrent le voyage imminent du président français comme un événement « plutôt positif », bien que présentant des dangers, à savoir un affaiblissement de l’OTAN et de l’influence américaine. L’ambassadeur allemand à Paris croit que de Gaulle souhaite sincèrement la réunification allemande. Pour s’assurer que l’Allemagne réunifiée ne fera pas perdre à la France son leadership, le général veut lui-même prendre les choses en main et imposer ses conditions. Étant donné l’écart entre les visions française et soviétique, Bonn n’attend pas d’énormes résultats de ce voyage67. Mais une incertitude demeure : avec de Gaulle, on ne peut jamais être sûr de ce qui se passera.

  • 68 AMAE, EM 27. – CADN, Bonn 216.
  • 69 AMAE, AO 34 (F. Puaux) et 30 (É. Burin des Roziers).

73Les 21, 22 et 29 juin ont lieu, à Moscou, les discussions entre Charles de Gaulle et les dirigeants soviétiques68. D’entrée, le président français demande si l’URSS est disposée à revenir sur les décisions prises à Yalta et à Potsdam en 1945. La réponse de Brejnev est claire : il ne voit aucune perspective de réunification allemande, position appuyée par Kossyguine et Gromyko. Le général réaffirme alors sa vision : réunification de l’Allemagne à long terme, à condition qu’elle respecte ses frontières actuelles et qu’elle ne possède pas d’armes nucléaires. Courageux, de Gaulle incite les Soviétiques à changer eux-mêmes de comportement, à prendre une attitude plus cordiale envers Bonn, et à « laisser une perspective » aux Allemands. Il propose de « sortir le problème allemand de la contestation entre l’URSS et les États-Unis et d’en faire ce qu’il doit être, c’est-à-dire un problème de bonne foi entre Européens ». Une fois écartée de cette rivalité, l’Allemagne aura la possibilité de changer ses ambitions militaires en ambitions économiques, ce dont l’Europe entière pourrait tirer profit. Selon les témoins français, les Soviétiques écoutent les propos du général avec une attention extrême et réagissent de façon sincère69. En effet, Brejnev dit vouloir méditer sur ces « pensées profondes » et en rediscuter plus tard.

74Mais, Brejnev propose aussitôt une réunion européenne sur la sécurité, sans participation américaine, et il essaie d’arracher au président français la reconnaissance de la RDA. Le 21, et à nouveau le 22 juin, de Gaulle refuse fermement. Quant à une conférence européenne, elle sera, pour le général, l’aboutissement et non le point de départ de la détente. Et surtout, les États-Unis devront participer au règlement du problème allemand. « L’Amérique a fait la guerre, elle a des droits en ce qui concerne l’Allemagne dans son ensemble ». De toute évidence, les craintes qui tourmentaient quelques dirigeants occidentaux, avant le voyage du général, ont été vaines.

75De Gaulle indique également que la réunification finale de l’Allemagne ne devrait nullement reconstituer un Reich centralisé mais aboutir à « une sorte de confédération ». Enfin, le général reprend l’argument que personne, ni à Paris, Washington ou Londres, ne souhaite un armement nucléaire de la République fédérale. Brejnev, fort sceptique, signale que Moscou prendra « n’importe quelle mesure » pour l’en empêcher. Soucieux d’orienter l’URSS vers la détente, de Gaulle rétorque que personne n’aurait rien à y gagner et qu’il considère l’Union soviétique comme « une grande puissance pacifique ».

  • 70 DM, t. V, p. 58, Allocution du 30.6.66.

76Le 29 juin – Brejnev, Kossyguine et Podgorny ont médité sur la question – on revient, de façon plus brève, sur le problème allemand. Brejnev annonce alors : « Nous ne pouvons pas abandonner la politique que nous suivons depuis vingt ans. » Il reparle de la politique agressive de Bonn et de la nécessité, tant qu’il y aura des troupes américaines en Europe, de maintenir deux États allemands. Le général de Gaulle, lui, évoque la fin de la guerre froide et se félicite de la détente européenne. Il reprend ce thème lors de son allocution à la télévision soviétique, à la fin du voyage, mentionnant aussi son fameux triptyque de détente, entente et coopération70. La déclaration commune, rendue publique le même jour, annonce que la France et l’URSS passent désormais de la détente à l’entente.

  • 71 Cité d’après : M. VAÏSSE, Lu grandeur, op. cit., p. 428.

77Comme prévu, rien de spectaculaire ne ressort des entretiens à Moscou. On rapporte même le commentaire, à ce propos, du général de Gaulle : « Ils ont mis leur disque, j’ai mis le mien71. » Les avis sont cependant partagés sur l’impact de cette visite.

  • 72 DGESS, t. IV, pp. 387-391.

78Les visiteurs français témoignent de l’accueil chaleureux et enthousiaste que la population russe a réservé au général de Gaulle. Le beau-fils de Kossyguine, Djermen Gvichiani, confirme également la sincérité soviétique et raconte que son beau-père parlait du général de Gaulle « avec respect et bienveillance72 ».

  • 73 T. WOLTON, op. cit., pp. 423-429. – A. SHEVCHENKO, op. cit., pp. 130-131. – G-H. SOUTOU, La guerre (...)

79Par ailleurs, l’écrivain Thierry Wolton fait valoir que les dirigeants soviétiques, jouant un double jeu, ont soigneusement canalisé l’accueil chaleureux et spontané de la population. Il est vrai que deux ministres français, Louis Joxe et Edgar Faure, avaient précédemment averti les Soviétiques que l’accueil réservé au général de Gaulle devait être triomphal. Wolton souligne aussi le « cynisme » qui sous-tendait l’attitude de l’URSS envers la France. Pour le prouver, il cite des fiches soviétiques, assez mordantes, sur les politiciens français. Un témoin soviétique, Arkady Shevchenko, affirme que de Gaulle impressionnait ses hôtes par son intellect et sa dignité, mais qu’il déployait en même temps une arrogance déplaisante. Ainsi, de Gaulle n’aurait montré, tout au long de son séjour en URSS, qu’un seul signe de vraie joie : au moment où il a reçu l’invitation de se rendre au centre spatial de Baïkonour. Le professeur Soutou ajoute que, du côté soviétique, on n’a jamais cessé de voir de Gaulle comme un ennemi73.

  • 74 CADN, Moscou 593, Note du 26.5.66. – FRUS 1964-68, vol. XII, doc. 60.
  • 75 Ph. DE GAULLE, op. cit., t. II, pp. 158-159.
  • 76 AN, 539 AP7, Conseil des ministres, 2.7.66. – AMAE, AO 30 ; EM 36, Entretien de Gaulle-Nixon, 31.3. (...)

80On peut opposer à ces arguments que le président français n’était nullement naïf quant aux arrière-pensées du Kremlin. Le général ainsi que ses services étaient parfaitement conscients que l’URSS voulait exploiter la position française pour ouvrir une brèche dans le front occidental74. Néanmoins, de Gaulle estimait utile d’entamer le dialogue avec Moscou, pour le bien de la France et de l’Europe. Le témoignage de Philippe de Gaulle paraît intéressant pour décrire l’état d’esprit de son père. Par prudence, le président français n’amenait à Moscou ni agenda, ni papiers civils, ni même le code nucléaire qu’il portait habituellement dans un médaillon autour du cou. Il connaissait bien les pratiques du Kremlin, où aucune porte ne fermait, en particulier la nuit75. Autre preuve que le général n’était pas dupe : même au zénith du rapprochement franco-soviétique, il exhortait ses ambassadeurs à ne « pas se confondre » et à garder un certain recul dans les discussions avec les Soviétiques. Les jugements qu’a porté le président français sur ses hôtes à Moscou ne semblent d’ailleurs pas moins durs que ceux du côté soviétique. Tandis que de Gaulle a qualifié Kossyguine d’homme habile, intelligent et travailleur, il a dit de Brejnev qu’il n’était « pas d’une très grande qualité »76.

  • 77 DGESS, t. V, p. 436, Communication de François Puaux.
  • 78 DGESS, t. IV, p. 397.

81Outre le climat de la rencontre, jugé primordial, les défenseurs de la politique gaullienne mettent en avant d’autres résultats. Par sa visite à Moscou, le général de Gaulle a pu faire passer son triptyque détente, entente et coopération, formule inscrite dans un communiqué du Pacte de Varsovie le mois suivant. Cela signifie que l’URSS acceptait désormais que la sécurité suivait la détente et non l’inverse – un changement de politique capital77. Les Français ont aussi arraché aux Soviétiques leur consentement pour que le problème allemand figure, en tant que sujet abordé, dans le communiqué final – preuve qu’il était possible de discuter avec Moscou de la réunification allemande. Dans ce contexte, l’historienne russe Zinaïda Bielooussova décrit le problème allemand comme « une plaie à peine cicatrisée, le point névralgique » de l’URSS. Selon Bielooussova, le bon sens du général de Gaulle à cet égard a positivement influencé les dirigeants soviétiques78.

  • 79 V. JAUVERT, op. cit., p. 158, citant un rapport de la CIA du 20.7.66.

82Cependant, la démarche française de détente se heurtait à des limites. Déjà en juillet 1966, Washington concluait que les Soviétiques ne faisaient aucun effort sérieux pour négocier avec de Gaulle sur les problèmes Est/Ouest majeurs, la France n’ayant « pas grand-chose à leur offrir79 ». La Maison Blanche disposait dès le 24 juin, par sa « source » secrète, d’un compte rendu de l’entretien du 21 juin entre de Gaulle, Brejnev et Kossyguine. Ce document a d’ailleurs soulagé les Américains, voyant que le général ne se trompait pas d’alliance. Mais l’analyse de Washington se révélait juste. Les Soviétiques jugeaient en effet l’importance de la France trop faible, et ils préféreraient, par la suite, discuter avec les États-Unis.

83Pendant la deuxième moitié de l’année 1966, Maurice Couve de Murville entreprend encore deux voyages en Europe orientale, à Prague et à Budapest (en juillet), puis en Yougoslavie (en septembre). Outre les relations bilatérales et les questions économiques, les discussions tournent de nouveau autour du problème allemand.

84Couve de Murville est rentré de Moscou avec la conviction que l’URSS empêcherait la réunification même si cette nouvelle Allemagne était communiste. Cette opinion, si surprenante qu’elle paraisse à première vue, exprime l’idée que le Kremlin souhaite, à cause des problèmes avec la Chine, une situation calme en Europe. Une Allemagne unifiée et communiste étant susceptible de causer des problèmes, Moscou préfère maintenir le statu quo. Du point de vue français, cette attitude peut très bien s’insérer dans le processus de détente.

  • 80 AMAE, EM 28, Entretien Couve de Murville-Peter, 28.7.66.

85Donc, lors de ses entretiens avec les dirigeants tchèques, hongrois et yougoslaves, Couve de Murville plaide vigoureusement la cause de la détente. Il décrit son propre travail ainsi : « Nous essayons de mettre un terme à la guerre froide. Depuis vingt ans, il s’est instauré tellement d’habitudes, il s’est créé tellement de routine, dans les pensées et dans les actes, que ce processus va être lent80. » En effet, Couve de Murville essaie de changer les manières de penser, et notamment à l’égard de l’Allemagne.

  • 81 AMAE, EM 28, Entretiens avec V. David (26.7.), J. Peter (28.7., 28.11.), M. Nikezitch et J. Tito (1 (...)

86De la part du ministre français, deux prises de position sont nouvelles. Pour la première fois, il souligne qu’un changement se profile dans l’attitude de Bonn envers l’Est. Et surtout, après que de Gaulle a fermement refusé, pendant son séjour en URSS, de reconnaître la RDA, Couve de Murville peut maintenant en parler de façon beaucoup plus souple. Dorénavant, il explique que la France préfère suivre les Allemands de l’Ouest au sujet de la RDA pour ne pas se brouiller avec eux. On peut aussi noter deux petits succès français : les Yougoslaves veulent participer à la solution du problème allemand, et les Hongrois attestent que la diplomatie française exerce une influence positive sur le « style » de Bonn81.

  • 82 AMAE, EM 28, Entretien Couve de Murville-Bachev, 13.10.66.

87À l’automne 1966, Paris imagine le dénouement des questions allemandes d’une façon qui semble se rapprocher de la vision soviétique. Selon Couve de Murville, les Américains auront des difficultés financières croissantes pour maintenir leurs troupes en RFA, et réduiront petit à petit leur présence militaire. L’URSS, par une sorte de contagion, fera de même en RDA82.

88Lors de son séjour à Moscou, de Gaulle a officiellement invité Brejnev, Podgorny et Kossyguine à venir en France. Le général attache maintenant une grande importance à cette visite et souhaite qu’elle ait lieu avant la fin de l’année. Lorsque l’ambassadeur soviétique annonce en effet la venue de Kossyguine pour le mois de décembre, de Gaulle s’en félicite mais n’insiste pas moins pour que Brejnev et Podgorny viennent aussi, ultérieurement. Kossyguine, qui retournera à Paris en juin et juillet 1967, sera toutefois le seul des trois à rendre visite à de Gaulle.

  • 83 AMAE, EM 29, Entretiens de Gaulle-Kossyguine, 1.12., 2.12., 8.12.66.

89Lorsque Alexeï Kossyguine arrive en France, le 1er décembre, le problème allemand se présente sous une perspective nouvelle : l’URSS et les États-Unis se sont mis d’accord, l’été précédent, sur le principe de la non-prolifération des armes atomiques – ce qui exclut l’accès de la RFA au nucléaire. Le général croit les circonstances favorables pour organiser, ensemble avec l’URSS, une politique « plus européenne », car l’Allemagne cherche désormais une nouvelle orientation et les États-Unis s’intéressent davantage à l’Asie qu’à l’Europe. Chez Kossyguine, une transformation importante se dessine. Tandis qu’il se prononce négativement sur le problème allemand, le 1er décembre, il déclare le lendemain accepter la vision française et être favorable au principe de la réunification à long terme. Les deux hommes tombent alors d’accord sur les conditions : les frontières actuelles, confédération et non un Reich (de Gaulle insiste), et pas de bombe atomique allemande. Kossyguine répète que l’URSS utiliserait la force pour l’empêcher, et dans ce cas, elle compterait sur le soutien français, « question principale » de la coopération franco-soviétique. Son consentement aux idées gaullistes devrait donc s’accompagner, selon Kossyguine, d’un pacte militaire franco-soviétique contre l’Allemagne. Le général de Gaulle, sans contredire, n’acquiesce pas. Il reprend ce point à la fin du séjour de Kossyguine : « Si l’Allemagne redevient menaçante, nous serons avec vous, comme je l’espère vous serez avec nous. » Ainsi, tout en se disant d’accord avec Moscou, de Gaulle évite un pacte que le Soviétique voulait officiel83.

  • 84 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 206, 5.12.66.

90Les entretiens avec Kossyguine démontrent que de Gaulle souhaite rapprocher l’URSS de la RFA et désarmer leur agressivité réciproque. Il a l’impression de mener le jeu et d’être suivi par Moscou84. Il se peut que le général surestime alors la bonne volonté des Russes.

  • 85 AAPD 1966, Dok. 122, 124. – ACDP, NL Osterheld, Erh. 5, Aufz., 6.4.66.

91Entre-temps, la désillusion s’est fait jour en RFA. Une note de paix que Bonn a adressée aux pays de l’Est, le 25 mars 1966, a suscité peu d’écho. Cette note proposait un échange de déclarations par lesquelles tous les partis renonceraient à l’emploi de la force pour le règlement de litiges. Puisque rien dans le texte allemand n’annonçait un changement sur la question essentielle des frontières, les efforts allemands pour nouer un dialogue avec Moscou ont échoué. Les invitations réitérées adressées à Kossyguine n’ont pas reçu de réponse positive et les visites non officielles à Moscou de Karl Carstens et de Gerhard Stoltenberg, ministre de la Recherche scientifique, n’ont pas permis d’ouvrir une véritable discussion85.

  • 86 PAAA, B2/143, Aufz. Carstens, 27.8.66; B38/77, Aufz., 1.9.66.
  • 87 PAAA, B2/152, Aufz. Lahr, 11.11.66. – AAPD 1966, Dok. 198.

92Durant l’été 1966, le gouvernement allemand doit se rendre à l’évidence : sa politique est de plus en plus rejetée par la population et notamment par les jeunes. Le manque de progrès en matière de réunification les amène à critiquer sévèrement l’attitude rigide et démodée de Bonn, jugée purement anticommuniste86. La timidité envers l’Europe orientale provoque un mécontentement croissant dans l’opinion, et on cherche le dialogue avec la RDA en dehors des sphères officielles. Les attaques contre la politique gouvernementale émanent de tous les partis. Même le porte-parole de la CDU/CSU au Bundestag, Rainer Barzel, prend publiquement le contre-pied de ses chefs et propose, pour un temps préparatoire, des commissions panallemandes. Afin de calmer les craintes soviétiques, Barzel suggère que les troupes soviétiques puissent rester sur le sol allemand même après la réunification. Il y a bien d’autres idées qui circulent, dont celle de Herbert Wehner, éminence grise de la SPD. Il se fait l’avocat d’une union économique des deux Allemagne87.

  • 88 AAPD 1966, Dok. 229, Gespräch de Gaulle-Erhard, 21.7.66. – H. OSTERHELD, Aussenpolitik unter L. Erh (...)
  • 89 ACDP, NL Schröder 291/1. – PAAA, B24/567.

93À l’occasion de la réunion franco-allemande des 21 et 22 juin, Ludwig Erhard exprime sa gratitude pour de Gaulle, notamment pour son refus, à Moscou, de reconnaître la RDA, et pour ses interventions en faveur de la réunification. Cela amène le chancelier à songer à une coopération plus étroite avec Paris voire même à une politique orientale commune88. Mais c’est seulement en octobre et novembre 1966 – trop tard pour le gouvernement Erhard/Schröder – que 1’Auswärtiges Amt établit une série de notes sur les possibilités d’une politique orientale franco-allemande89.

  • 90 PAAA, B38/80, Analyse der Rede Johnsons vom 7.10.66.

94Le 7 octobre, le président Johnson réoriente sa politique européenne. Il déclare notamment que la réunification allemande ne pourra se faire que par la détente, dans le contexte d’une Europe plus grande et prospère. Il n’y aura pas de voie plus directe. Donc, Washington considère la réunification de l’Allemagne comme l’effet et non plus comme la condition de la détente. Les analystes allemands, désillusionnés, constatent que l’attitude américaine s’approche de la conception du général de Gaulle, exposée le 4 février 1965. Toutefois, une différence demeure : les États-Unis parlent du cadre atlantique et de Gaulle du cadre européen dans lequel s’établira la détente90. Selon Paris, le discours de Johnson signifie que la détente devient respectable dans le monde.

  • 91 AAPD 1966, Dok. 333, 367, Aufz. Carstens, 17.10., 14.11.66.

95Karl Carstens, fonctionnaire à l’Auswärtiges Amt depuis 1954, constate le franc échec de la politique allemande du gouvernement Erhard. Le secrétaire d’État signale que les bases de cette politique datent des années 1950 et n’ont pas entraîné, malgré une application résolue, d’avancée vers la réunification. Les alliés s’essoufflent dans leur engagement pour la réunification, de même que la population en RFA et RDA. D’après l’étude de Carstens, la politique de Bonn ne s’accorde plus avec celle des alliés et entraîne des problèmes graves avec l’URSS et les pays d’Europe orientale91. Karl Carstens a raison : il est temps de passer l’éponge. Le général de Gaulle et son voyage à Moscou ont été des facteurs importants pour le faire comprendre à Bonn.

  • 92 BA, NI. Guttenberg 198, Regierungserklärung, 13.12.66.

96Le 13 décembre, Kurt Kiesinger change de ton dans sa déclaration gouvernementale. Le nouveau chancelier veut supprimer les tensions politiques, promouvoir la compréhension à l’égard de l’URSS et établir des relations diplomatiques avec les voisins à l’Est. Concernant les litiges frontaliers avec la Tchécoslovaquie, Kiesinger donne satisfaction à Prague en admettant que l’accord de Munich de 1937, conclu sous menace de violence, n’est plus valable. Le chancelier manifeste aussi sa sympathie pour Varsovie. Cependant, le gouvernement Kiesinger maintient son refus de reconnaître l’existence d’un deuxième État allemand92.

97La politique de la Grande coalition regroupe les idées des deux grands partis allemands jusque-là en opposition. Alors que Kurt Kiesinger est issu de la tradition chrétienne-démocrate des chanceliers précédents, le nouveau ministre des Affaires étrangères représente une pensée sociale-démocrate qui diffère de la CDU notamment au sujet de la réunification. Pour le temps de la Grande coalition, Brandt et Kiesinger décident de mener ensemble une politique de consensus. Cela étant, il paraît utile d’examiner l’approche de Brandt, architecte de la future Ostpolitik (politique orientale) allemande, ainsi que sa convergence éventuelle avec la vision gaullienne.

Les origines de la politique orientale de Willy Brandt

  • 93 Egon BAHR, „Ostpolitik et Unité allemande“, in : Allemagne d’aujourd’hui, n° 141, juillet 1997, p.  (...)

98Jusqu’à la fin des années 1950, les sociaux-démocrates allemands, avec Kurt Schumacher à leur tête, critiquent l’orientation jugée trop occidentale du chancelier Adenauer. Ils doutent fortement que l’engagement à l’Ouest soit le seul moyen d’obtenir la réunification. En 1961, beaucoup de sociaux-démocrates ressentent la construction du Mur de Berlin comme « une terrible défaite pour l’Occident93 ». Willy Brandt vit cette expérience de très près, en tant que maire de Berlin-Ouest. Après un échange de lettres avec le président Kennedy, Brandt comprend que Washington n’est pas disposé à faire la guerre pour abattre le Mur, et que la politique de force, poursuivie par l’Ouest, a échoué.

99Puisque l’Occident ne peut pas modifier la réalité du Mur, Brandt et ses conseillers ont un choix à faire : continuer, en vain, de protester, ou nouer, petit à petit, des contacts avec l’Est. Ils optent pour cette deuxième possibilité. Afin de diminuer le danger posé par les chars et les fusées soviétiques, Brandt passe outre à l’idéologie et choisit une approche pragmatique. D’abord, sa politique des petits pas vise à atténuer les problèmes humains et à rendre possible la visite de parents séparés par le Mur, par exemple à Noël. Pour obtenir ces laissez-passer il faut négocier avec l’administration de Berlin-Est, action courageuse à une époque où Bonn entrave tout contact avec le régime d’Ulbricht.

  • 94 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., pp. 243-244.

100Mais à vrai dire, les supérieurs de Brandt sont le président français, la reine d’Angleterre et le président américain, Berlin-Ouest ne faisant pas officiellement partie de la REA. Dans sa fonction de « bourgmestre régnant », Brandt a rencontré Charles de Gaulle dès 1959. On a déjà vu que leurs relations personnelles sont empreintes d’un certain respect mutuel. Brandt regrette profondément que le général décline les invitations répétées de se rendre à Berlin94. Mais le maire ne perd pas de vue la faiblesse française, comparée à la puissance des États-Unis. En effet, seul le président américain a les moyens militaires de garantir, par sa présence sur le sol berlinois, la protection de Berlin-Ouest contre l’URSS. La phrase célèbre Ich bin ein Berliner (« Je suis un Berlinois »), prononcée par Kennedy lors de sa visite à Berlin en juin 1963, entre dans l’histoire parce qu’elle contient justement la promesse de maintenir la ville dans l’Occident. Brandt reste marqué par ses expériences à Berlin et n’oublie jamais l’importance de rester en bons termes avec le protecteur américain. À cet égard, l’ouverture de Brandt vers l’Est se distingue de l’approche gaullienne, qui vise à diminuer l’influence des États-Unis.

  • 95 CADN, Bonn 179, Entretien de Gaulle-Brandt, 24.4.63. – PAAA, B150, 24.4.63.

101Lors d’une rencontre à Saint-Dizier le 24 avril 1963, de Gaulle et Brandt expriment des opinions divergentes sur Washington, mais voient d’une façon très similaire la situation de Berlin. Le maire propose de développer, par l’intermédiaire de la Croix-Rouge par exemple, les contacts avec les habitants de Berlin-Est. La « sympathie spontanée » du général de Gaulle pour cette démarche impressionne Willy Brandt. Il est à noter que le président français avait déjà encouragé, dans sa conférence de presse du 25 mars 1959, la multiplication de liens pratiques entre les deux parties séparées du peuple allemand. Brandt aborde aussi, en avril 1963, la possibilité de discussions directes avec les Soviétiques. Mais Paris n’y voit, à l’époque, aucune utilité95.

  • 96 Cf. les comptes rendus de ces entretiens : FES, Dep. Bahr 431B.

102Néanmoins, les hommes de Brandt s’engagent dans cette direction. Depuis avril 1962 déjà, le responsable de l’Information à Berlin-Ouest, Egon Bahr, est en contact régulier avec Victor Belezky, deuxième secrétaire de l’ambassade soviétique à Berlin-Est96. Les deux hommes ont planifié, pour le 17 janvier 1963, une rencontre de Brandt avec Khrouchtchev, mais le maire s’est désisté au dernier moment. Depuis, les conversations entre Bahr et Belezky touchent surtout aux questions berlinoises – les laissez-passer, les affaires culturelles et économiques – mais elles sont aussi des occasions d’échange général. En ce qui concerne le problème allemand, Belezky ne dévie pas de la position officielle du Kremlin.

  • 97 Discours de Willy Brandt et d’Egon Bahr à Tutzing, cités par Heinrich POTTHOFF, „Ostpolitik in Tutz (...)

103Le 15 juillet 1963, lors d’un congrès à Tutzing, Willy Brandt et Egon Bahr proclament les bases théoriques de leur politique future. Cet événement suit d’un mois la visite du président Kennedy, qui a soutenu Brandt avec ostentation. Il l’a notamment encouragé à développer les contacts avec les Allemands de l’Est, pour qu’ils conservent leur lien avec la communauté occidentale. Appuyé par Kennedy et de Gaulle dans son approche vers la RDA, Brandt décide d’aller de l’avant. Il déclare à Tutzing que la solution de la question allemande ne sera possible qu’avec l’URSS et non contre elle. Dans ce but, il s’agit de dégager l’Est et l’Ouest de la confrontation, et de contribuer à la transformation de l’autre partie. Puisque Moscou soutient fermement le régime d’Ulbricht, enchaîne Egon Bahr, il faut faire avec. La réunification ne sera pas un seul acte mais plutôt un processus, qui se fera « à doses homéopathiques ». Bahr propose le « changement par le rapprochement »97.

  • 98 ACDP, Pressedok. 1964, de Gaulle : Die Welt, 16.5.64.

104Indéniablement, les approches de Willy Brandt et du général de Gaulle sont similaires. Mais pour l’instant, l’Allemand se concentre sur les relations avec Berlin-Est, tandis que le Français, à partir de 1964, se lance dans la détente avec toute l’Europe orientale. La SPD ne comprend guère la sympathie de Brandt pour la politique orientale du général de Gaulle. Dans un discours très remarqué, le 15 mai 1964 à New York, Brandt se félicite de l’audace du président français. Selon le maire, de Gaulle utilise habilement la marge créée par l’équilibre des superpuissances pour ouvrir les fronts entre l’Est et l’Ouest. Willy Brandt conclut par la phrase : « En tant qu’Allemand je me demande parfois : pourquoi est-il le seul à le faire98 ? »

105À l’automne 1964 et au début de l’année 1965, Brandt propose de multiplier l’échange de jeunes avec les pays de l’Est, et de renforcer la coopération économique. Moscou attaque impitoyablement ces idées, considérées comme un vaste programme de division du camp socialiste. Brandt a donc de la peine à étendre sa politique des petits pas au-delà de Berlin.

  • 99 FES, Dep. Bahr 441, Gespräch Bahr-Winckler, 25.5. ; Vermerk, 1.6.65.

106En juin 1965, le général de Gaulle souhaite à nouveau s’entretenir avec Willy Brandt, qui se porte alors candidat à la chancellerie. Au préalable, la diplomatie française lui fait savoir que Paris a bien observé sa politique orientale et y a trouvé des pensées parallèles à celles du général. Brandt, quant à lui, applaudit les démarches françaises en Europe orientale et estime que Bonn devrait suivre cet exemple dans un proche avenir99.

  • 100 CADN, Bonn 179. – PAAA, B24/627, Gespräche, 3.6.65.

107Selon les comptes rendus, l’entretien avec de Gaulle n’apporte toutefois rien de nouveau sur le problème allemand. Le général s’exprime avec scepticisme et ironie et développe ses idées connues sur les frontières et l’armement allemands, Brandt se montre réticent à concéder quoi que ce soit. Sans doute ne lui paraît-il pas opportun de le faire à ce moment, quelques mois avant les élections et en pleine crise du Marché commun. Face au visiteur berlinois, Couve de Murville affirme avoir eu des réserves au départ, mais voir désormais d’un bon œil la politique des petits pas100.

108En effet, Paris juge cette politique d’une façon positive, mais sans enthousiasme. Le gouvernement français constate qu’il y a, sur les questions essentielles, peu de différence entre Erhard et Brandt, ce dernier manquant lui aussi d’autorité. Enfin, Willy Brandt sort très déçu des élections de l’automne 1965. Mais suite à la chute du Cabinet Erhard/Schröder, il peut prendre la direction de l’Auswärtiges Amt un an plus tard, en décembre 1966.

  • 101 F. COSTIGLIOLA, Lyndon B. Johnson, Germany, op. cit., pp. 193-199.

109La Grande coalition élabore sa politique orientale sous l’influence des politiques américaine et française, Washington propageant désormais le bridge-building, la construction de ponts avec l’Europe de l’Est. L’administration américaine a inventé cette politique au printemps 1966, surtout pour englober et limiter les initiatives orientales de Paris et de Bonn. Ce concept du bridge-building ne vise d’ailleurs pas la réunification de l’Allemagne et ne trouve, par la suite, que peu d’écho à Moscou101.

  • 102 AMAE, EM 29, Dîner quadripartite, 14.12.66. – AAPD 1966, Dok. 399.

110En décembre 1966, les plans de Brandt à l’égard de l’Allemagne orientale sont bien accueillis par ses homologues français et américain, un peu moins par le ministre britannique. Le soutien de Couve de Murville va très loin, il se dit « d’accord à l’avance » avec tout ce que Brandt juge utile de faire dans ce domaine102.

  • 103 AMAE, EM 29, Entretien de Gaulle-Brandt, 15.12.66. – AAPD 1966, Dok. 398.

111Concernant les relations avec l’URSS et les autres pays orientaux, Brandt en discute directement avec de Gaulle, le 16 décembre. De bonne humeur, le général réaffirme son engagement sincère pour la détente entre l’Allemagne et l’Europe orientale : « Nous vous aiderons si vous le voulez, en particulier à Moscou. Nous avons déjà commencé103. » De Gaulle précise les éléments politiques qui ouvrent le chemin vers la réunification : reconnaissance des frontières, développement des rapports avec les « gens de la RDA », autonomie vis-à-vis des États-Unis. Le dernier point trouve sa place dans ce contexte parce que, selon le président français, l’hégémonie américaine « nous empêche d’être nous-mêmes et de nous entendre avec l’Est ».

112Brandt n’entre pas en discussion sur les États-Unis, sujet de désaccord avec les Français. En revanche, il rappelle lui-même le passé nazi de son pays et approuve la nécessité de changer la psychologie des pays orientaux envers l’Allemagne. Alors la politique suivra. Le contraste avec Schröder, qui ne s’intéressait qu’aux faits et non au climat, est frappant.

1967 : « Vous devriez encourager et non pas décourager les dispositions de l’Allemagne »

113Après la visite du général de Gaulle à Moscou, en juin 1966, les contacts entre la France et l’URSS se multiplient, notamment entre responsables du Commerce, de l’Information et de la Défense, et en 1967 de nombreux accords franco-soviétiques sont signés. Avec les autres pays de l’Europe orientale, la France échange plus de trente délégations pendant la seule année 1967. À la lumière des documents trouvés, les discussions de fond sur le problème allemand deviennent sensiblement moins nombreuses. Les entretiens avec les Soviétiques touchent le plus souvent aux problèmes du Moyen-Orient et à la guerre du Vietnam, la voie ayant été ouverte pour la question allemande.

114La politique orientale joue un rôle vedette dans la nouvelle entente Paris-Bonn, et on en discute souvent. Les 13 et 14 janvier 1967, de visite à Paris, Kurt Kiesinger déclare accepter la « grande conception » du général de Gaulle. Le chancelier renonce à la doctrine Halktein, dépassée, il souhaite créer une atmosphère de confiance avec l’Est et il promet de ne pas jouer les satellites contre l’URSS ; en ce qui concerne la réunification, le peuple allemand n’est pas impatient, il sait que seule une longue évolution pourra y conduire. Le général de Gaulle se réjouit de ces déclarations. En fait, elles correspondent exactement à son propre vocabulaire. Kiesinger a-t-il donc complètement épousé la politique orientale de la France ? Pas vraiment.

115Le chancelier accepte la formule détente, entente et coopération, « bien qu’il faille l’appliquer différemment en Allemagne », en raison de la division du pays. Aucun éclaircissement ne sera donné. Kiesinger signale aussi qu’il ne peut pas se prononcer officiellement sur la frontière Oder-Neisse dans le sens gaullien. Cela provoquerait un désastre, à cause de l’opposition des douze millions de réfugiés (un cinquième de la population ouest-allemande). Le général, qui a pris parti pour la reconnaissance officielle de la ligne Oder-Neisse depuis 1959, espérait que Kiesinger irait plus loin à cet égard.

  • 104 AMAE, EM 29, Entretien de Gaulle-Zorine, 23.1.67.

116Bien qu’il se veuille indulgent avec Kiesinger, de Gaulle n’est pas entièrement satisfait. Quelques jours plus tard, de Gaulle révèle à l’ambassadeur soviétique, avec une franchise étonnante, qu’il existe encore des arrière-pensées allemandes concernant l’armement nucléaire104. En fait, le chancelier a assuré que la RFA n’avait plus d’ambitions nucléaires, mais qu’elle hésitait à signer le traité de non-prolifération pour des questions de principe. Bonn préférerait, comme d’ailleurs la France, encadrer ce traité par un désarmement général qui inclurait les superpuissances. En présence du chancelier, le général de Gaulle n’a avancé aucune objection.

  • 105 ACDP, NL Ostcrheld, Kies.l, Aufz., 31.3.67.

117Les papiers de la chancellerie révèlent que pour l’avenir, Kiesinger ne compte céder aucune nouvelle concession à l’Est, sachant bien que cela exclut une amélioration profonde des relations germano-soviétiques. Le chancelier pense notamment que la reconnaissance de l’Oder-Neisse serait néfaste à la cause de la réunification. Selon la chancellerie allemande, l’aide française est capitale pour améliorer les dispositions de l’Europe orientale, mais elle contient aussi un danger : de Gaulle sous-estime la portée de l’idéologie dans la politique de Moscou – critique qui se révélera justifiée105.

  • 106 AMAE, EM 29, Tél. Wormser, 17.2.67 ; Entretien de Gaulle-Zorine, 23.1.67.

118En Europe de l’Est, la résonance à la nouvelle ligne de Bonn est très faible. L’ambassadeur soviétique à Paris n’y voit qu’un changement de tactique, la politique allemande restant agressive. Zorine critique notamment les ministres Strauss et Schröder qui se prononcent en faveur d’un accès allemand au nucléaire sans que le chancelier contredise, preuve de la duplicité de la RFA. Les Français prennent alors le contre-pied et assurent que l’état d’esprit à Bonn a profondément changé. Le général de Gaulle exhorte les Soviétiques à faire un effort, eux aussi, au lieu de laisser les Allemands « à la dérive ». Cependant, la diplomatie française constate que les propos de Moscou sur l’Allemagne restent durs et ne marquent pas de progrès dans le sens désiré106.

  • 107 AMAE, EM 30, Entretien de Gaulle-Rapacki, 27.1.67.

119Le 27 janvier, l’entretien du général de Gaulle avec le polonais Rapacki, qui se méfie de la « tactique nouvelle » de Bonn, suit d’abord un schéma analogue. Le président français se fait l’avocat des Allemands, même concernant l’Oder-Neisse : le temps passant, les réfugiés, problème principal pour la reconnaissance de la frontière, s’intégreront en Allemagne et le problème finira par s’arranger. De Gaulle souligne également qu’il poussera Bonn à donner les garanties nécessaires pour la réunification. Au fur et à mesure, Rapacki semble s’aligner sur la position française. Finalement il loue de Gaulle d’avoir su exprimer le point de vue polonais mieux que les Polonais eux-mêmes – ce qui est assez remarquable107.

  • 108 AMAE, EM 30, Entretien Couve de Murville-Brandt, 27.4.67.

120Willy Brandt ne reste pas ignorant de l’affaire. Lors d’une rencontre avec Couve de Murville, en avril, le ministre allemand exprime sa gratitude pour l’appui français. Les déclarations de Rapacki, dit Brandt, paraissent plus pondérées depuis sa visite à Paris. Il remercie également la France pour son aide au moment de la reprise des relations diplomatiques avec la Roumanie, en janvier 1967. Le ministre allemand sollicite le maintien de cette attitude française lors des contacts avec les représentants de l’Est : « Nous attendons simplement que vous disiez que nous sommes sérieux et que nous ne sommes pas à donner aux chiens108. » Willy Brandt a l’air enthousiaste. Il dit vouloir réunir le continent, ensemble avec la France, qui a « une certaine avance » sur l’Allemagne.

  • 109 AMAE, EM 30, Entretien de Gaulle-Humphrey, 7.4.67.

121C’est une période de lune de miel franco-allemande en matière de politique orientale. Pourtant, de Gaulle garde sa réserve. Questionné par le vice-président américain Humphrey, pour savoir si les dirigeants allemands sont réalistes à propos de la réunification, le général répond : le grand peuple allemand, brisé dans ses ambitions d’autrefois, se comporte actuellement de façon raisonnable, mais « il se peut qu’au fond de son âme il ne renonce à rien109 ». Notons aussi que les propos du général de Gaulle varient légèrement selon l’interlocuteur. Tandis qu’il dit aux dirigeants de l’Est que l’Allemagne réunifiée ne pourra être qu’une confédération, il admet auprès de l’Américain, de son propre gré, qu’en étape ultime cette confédération deviendra un seul État. Cette différence s’explique certainement par le but du président français de dédramatiser le problème allemand en Europe orientale.

  • 110 FES, Dep. Bahr 400, Thesen zur Osteuropapolitik, Mai 1967. En allemand : Annäherung, Verständigung (...)

122Egon Bahr, chef du groupe de planification à l’Auswärtiges Amt, élabore les perspectives d’une nouvelle politique allemande à l’Est. Bahr s’appuie désormais sur la formule rapprochement, entente et coopération110. La combinaison du slogan de Tutzing (changement par le rapprochement) et du triptyque gaullien manifeste de façon surprenante l’influence qu’exerce la politique française sur les pensées de Bahr et Brandt.

123En effet, la politique orientale allemande dépeinte par Egon Bahr s’inscrit dans une ligne de pensée très similaire à celle du général de Gaulle. Il faut d’abord passer par Moscou, puis englober ses satellites. La détente doit inclure la RDA, supprimer les craintes de l’Est et installer la confiance mutuelle. Bahr prévoit aussi que les échanges culturels et économiques ouvriront naturellement des possibilités de contacts politiques, à long terme, pourvu que les Allemands restent « patients et courtois ».

  • 111 FES, Dep. Bahr 441, Aufz., 11.1.67.

124Toutefois, ce programme se distingue de la vision gaullienne par un facteur important, celui du rôle français. Bahr constate que la France refuse à l’Allemagne un rôle médiateur dans les questions Est-Ouest. Le général de Gaulle poursuit une politique des mains libres et il ne souhaite pas que l’Allemagne restreigne cette liberté. Bahr en conclut que les possibilités d’actions communes à l’Est restent limitées. Donc, « la RFA doit faire elle-même les pas décisifs111 ». Selon la vision de Bahr, la France remplit un rôle d’aide à la politique orientale allemande, mais elle n’est pas un protagoniste central. En revanche le général de Gaulle, on l’a vu, croit mener le jeu et être le médiateur entre Moscou et Bonn.

  • 112 PAAA, B41/755, Brandt an Couve de Murville, 30.6.67.

125Malgré cette différence d’appréciation, Brandt souhaite coopérer avec la diplomatie française. Pour les rencontres franco-soviétiques à venir, il envoie à Couve de Murville un résumé des difficultés entre Bonn et Moscou, accompagné d’une lettre de remerciement pour l’aide française112.

  • 113 AMAE, EM 31, Entretien Pompidou-Kossyguine, 4.7.67.

126Début juillet, le Premier ministre Pompidou et une délégation française se rendent à Moscou. À cette occasion, Pompidou souligne les progrès de la détente, devenue contagieuse. Kossyguine est plein de louanges pour la politique française, « hautement appréciée » par le Kremlin. En même temps, le Soviétique propose une réunion des États européens pour discuter de leurs affaires, sans participation étrangère113.

127Le problème de cette initiative n’est pas seulement que Moscou veuille exclure Washington des discussions, mais aussi qu’y participent les représentants des deux Allemagne – ce qui implique une reconnaissance de la RDA. Bref, si on veut organiser une réunion européenne, on doit d’abord reconnaître le régime d’Ulbricht. Quelque peu déçu par cette intransigeance, le gouvernement français estime que les Russes n’apprécient pas à sa juste valeur l’esprit qui anime désormais les dirigeants de la République fédérale.

  • 114 AMAE, EM 31, Entretiens des 12./13.7.67. – AAPD 1967, Dok. 261, 263.

128Kurt Kiesinger exprime avant tout sa gratitude pour l’aide française. Mais lorsque le général de Gaulle l’incite à reconnaître la frontière Oder-Neisse, ce qui produirait un « effet énorme », le chancelier refuse. Une autre divergence se manifeste lorsque les deux hommes évoquent la menace émanant de l’URSS. Le général de Gaulle croit qu’elle ne représente plus un danger, tout au contraire de Kiesinger. Malgré cela, Français et Allemands se félicitent de la concordance très heureuse de leurs politiques orientales respectives114.

  • 115 FES, Dep. Bahr 316, NV-Vertrag, 12.1.67. – BA, NL Guttenberg 90, 5.5.67.
  • 116 AMAE, AO 34, Interview avec F. Puaux.

129Quant au traité de non-prolifération, le langage français est assez contradictoire. À Kossyguine, qui fait escale en France à l’aller et au retour d’un voyage à New York, de Gaulle dit souhaiter que la RFA signe ce traité. À Bonn, cependant, on pense que le général s’oppose à une signature allemande115. Cette position ambiguë du général de Gaulle ainsi que son refus de signer lui-même le TNP, correspondent à une réflexion tactique. Il s’agit d’avoir un moyen de pression sur les Soviétiques : si Moscou ne se comporte pas bien, Paris pourrait toujours inviter la République fédérale à s’associer à la force nucléaire française. Bien sûr, ceci n’est pas dit ouvertement et certainement pas aux Russes, mais au Quai d’Orsay, tout le monde est conscient de ces arrière-pensées du général de Gaulle116.

  • 117 AMAE, EM 32, Entretien franco-polonais, 7.9.67.

130Entre-temps, la France encourage Bonn à développer ses relations, politiques et économiques, avec les pays de l’Est. Mais cette démarche n’est pas bien accueillie en Europe orientale. Lors du voyage du général de Gaulle en Pologne, en septembre, le président du Conseil d’État polonais se plaint de l’expansionnisme allemand (Drang nach Osten) qui rappelle de mauvais souvenirs. De Gaulle calme tout de suite les esprits en insistant sur le fait que l’Allemagne a changé et qu’elle n’est plus une grande puissance. Le président Ochab, tout en restant méfiant à l’égard des Allemands, exprime sa conviction que « ce grand peuple travailleur se réunifiera tôt ou tard117 ». Cela représente certainement une victoire pour de Gaulle, dont la vision sur le problème allemand semble trouver un certain écho à Varsovie.

  • 118 PAAA, B2/132, General de Gaulies Reden in Polen.

131Wladislaw Gomulka, secrétaire du parti communiste polonais, reste toutefois « obsédé » par l’Allemagne et déçoit les Français par son attitude froide et crispée. L’appel passionné du général de Gaulle, souhaitant que la Pologne retrouve son rang et son caractère national, a peu d’effet chez ses hôtes. En revanche, la population polonaise manifeste un grand enthousiasme, notamment à Zabrze, ancienne ville allemande (Hindenburg). Le général tient lui-même à faire étape dans cette ville pour démontrer l’irréversibilité de la frontière Oder-Neisse. Devant un public délirant et chantant la Marseillaise, de Gaulle déclare que Zabrze est « la ville la plus polonaise de toutes les villes polonaises118 ».

  • 119 AMAE, EM 32, Entretien de Gaulle-Zorine, 4.10.67.

132Cette proclamation française suscite en RFA de vives protestations. Cela prouve, selon l’interprétation insidieuse de l’ambassadeur Zorine, que rien n’a changé en Allemagne. Il est notable que le général prend alors position pour Bonn. Ses discours en Pologne ont secoué les Allemands davantage par la forme que par le fond. Il demande au Soviétique « d’encourager et non pas de décourager les dispositions de l’Allemagne », mais Zorine reste impassible119. Au contraire, l’ambassadeur propose à nouveau la signature d’un pacte franco-soviétique contre l’Allemagne. Le général réagissant d’une façon moins diplomate que d’habitude, le Soviétique doit comprendre qu’il n’arrivera pas à ses fins.

  • 120 FES, NL Brandt, AM 259, Interview im Rundfunk (DFS), 15.9.67.
  • 121 PAAA, B2/132, Analyse von de Gaulies Staatsbesuch in Polen, 14.9.67.

133La déclaration du général de Gaulle à Zabrze, « interprétation particulière de l’histoire », surprend même Willy Brandt120. Mais le général a raison, c’est surtout la forme et non le fond de son attitude à l’égard des frontières, bien connue, qui a soulevé les réactions allemandes. Globalement, les services de l’Auswärtiges Ami voient dans la visite du général de Gaulle en Pologne une contribution à la paix et un bon service à la cause allemande121.

134De nombreux obstacles entravent désormais l’ouverture de Bonn envers l’Est. Après la reprise de relations diplomatiques entre Bonn et Bucarest, un réflexe de défense s’est emparé de Berlin-Est et de Moscou. Les partis communistes européens, lors de leur réunion à Karlovy Vary en avril 1967, ont décidé de mettre un terme aux tentatives de Willy Brandt. Les pays de l’Europe orientale n’établiront pas de relations diplomatiques avec la RFA tant que celle-ci ne changera pas radicalement de politique. Seule la Yougoslavie, se situant comme Bucarest en marge du bloc soviétique, suivra l’exemple roumain, en janvier 1968.

  • 122 AMAE, REA 1545, Note du 13.10.67 : la RFA et l’Europe de l’Est.

135Toujours en été 1967, la visite de Brandt à Bucarest et la signature d’un accord commercial avec la Tchécoslovaquie font pressentir une évolution favorable. Mais la pression est-allemande et soviétique étant trop forte, les Tchèques s’inclinent, et les déclarations pacifiques de Brandt à Bucarest restent pratiquement sans écho au-delà des frontières roumaines122. Les Hongrois et les Bulgares, qui semblaient d’abord prêts à améliorer les relations avec Bonn, restent sur leur réserve.

  • 123 ACDP, NL Kies. 001, Kiesinger an Brandt, 2.6.67. – AAPD 1967, Dok. 325.

136La RDA demeure l’interlocuteur le plus difficile. Les efforts de Bonn pour entamer un dialogue se heurtent à la rigidité croissante de Berlin-Est. À la mi-juin 1967, Kurt Kiesinger envoie une lettre au président du Conseil est-allemand, Willi Stoph, mais sans recevoir de réponse constructive. En même temps, Brandt cherche à établir un contact direct avec Moscou. Aux réticences soviétiques s’ajoutent alors les hésitations du chancelier. La CDU semble avoir peur de son propre courage : Kiesinger déconseille à son ministre, en juin, une rencontre avec l’ambassadeur soviétique Abrassimov123.

  • 124 FES, NL Brandt, AM 20, Vermerk Bahr für Brandt, 3.11.67.

137Lors d’une conférence de presse en novembre, le chancelier prend une position défavorable au dialogue germano-soviétique, jugeant l’attitude de Moscou trop rigide. Egon Bahr en est furieux : « Si nous refusons la discussion avec Moscou, la crédibilité de toute notre politique orientale est remise en question124. » Selon le conseiller de Brandt, il faut beaucoup de persévérance pour réussir. Les obstacles rencontrés lui semblent le résultat logique de la mise en marche de la politique orientale. Désormais, affirme Bahr, le freinage ne vient plus de la République fédérale mais de la RDA, trop faible, elle aussi, pour bloquer la détente.

  • 125 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 20.12.67.
  • 126 Wjatscheslaw KEWORKOW, Der geheime Kanal. Moskau, der KGB und die Bonner Ostpolitik, Berlin 1995, p (...)

138Alors que Brandt a quelque peine à défendre sa politique dans son pays, les alliés la soutiennent, du moins en apparence. Washington affirme que l’ouverture de l’Allemagne représente un pas significatif vers la détente et encourage Bonn à continuer sur cette voie. L’attitude française, d’abord très favorable, s’obscurcit fin 1967. Selon Paris, Bonn commet une erreur fatale en adoptant une politique incohérente à l’égard de l’URSS et de ses satellites125. Le gouvernement français craint que Bonn contourne Moscou et cherche l’entente avec les satellites seulement, reproche qui domine la littérature française jusqu’à aujourd’hui. Mais il se peut que cette impression trouve son origine dans la propagande soviétique, qui l’a délibérément créée, en 1967 et 1968, pour nuire à Bonn126.

  • 127 FES, Dep. Bahr 399, Aufz., 4.12.67 : Gesichtspunkte über Ostpolitik.
  • 128 AMAE, RFA 1545, Note pour le directeur d’Europe, 30.11.67.

139Dans les papiers de Bahr et de Brandt, nul indice ne confirme l’objectif de contourner Moscou. Les deux hommes sont au contraire très conscients du danger. Egon Bahr note par exemple, le 4 décembre : « il faut d’abord clarifier les questions fondamentales entre nous et l’URSS » avant que les discussions importantes avec les autres pays de l’Est puissent avoir lieu127. Cependant, les négociations avec l’URSS doivent se passer le plus secrètement possible afin d’aboutir, estime Bahr. Si secrètement, semble-t-il, qu’on ne désire pas en informer les alliés ni même le chancelier. Dès lors, le jugement du Quai d’Orsay sur la ligne politique de Brandt est sans doute biaisé. Un diplomate allemand informe le ministère français, sur un ton défaitiste, qu’un véritable dialogue entre Bonn et Moscou paraît impossible128. À cela s’ajoute la prise de position publique de Kiesinger contre des négociations germano-soviétiques. Le décalage entre Brandt et le chancelier devient alors considérable, sans que le ministre l’admette ouvertement. Dans ces conditions, il y a lieu de penser que Paris se fait une image inexacte des intentions de l’Auswärtiges Amt.

  • 129 AMAE, EM 31, Entretien Couve de Murville-Brandt, 12.7.67. – PAAA, B24/609, Tel. Klaiber, 27.11.67.

140En même temps, une certaine désillusion se fait jour à Paris. Dès l’été 1967, Couve de Murville signale que le mécanisme de la coopération franco-soviétique est lourd, les communiqués communs longs et difficiles à formuler. En novembre, le général de Gaulle manifeste sa déception à l’égard de Moscou, et quelques fonctionnaires du Quai d’Orsay admettent, dans l’intimité, que la France a de la peine à assumer le rôle de liaison entre l’Est et l’Ouest ; plutôt, les dirigeants orientaux utilisent Paris comme fenêtre vers l’Ouest, les destinations finales étant Bonn et Washington129.

  • 130 Maurice VAÏSSE (dir.), De Gaulle et la Russie, Paris 2006, pp. 161-162, 207-208 (communications de (...)

141L’URSS, pour sa part, joue un double jeu avec la France lors de la crise au Proche-Orient, en juin 1967, cherchant à instrumentaliser la diplomatie française au profit d’objectifs cachés. Bien que le Quai d’Orsay perçoive le calcul de Moscou, cette affaire jette néanmoins un doute sur la sincérité de l’URSS ainsi que sur l’influence française dans le monde oriental. Le voyage du général de Gaulle en Pologne suscite également des réticences. Malgré leur attitude plutôt favorable à cet événement, les Soviétiques n’apprécient pas l’accueil trop chaleureux réservé au général et le fait qu’il encourage les sentiments nationalistes des Polonais. Le Kremlin craint notamment que le mouvement antisoviétique en Pologne soit renforcé130. En 1967, les limites de l’entente franco-soviétique se dessinent donc assez clairement.

1968 : « L’URSS, tant qu’elle sera debout, n’acceptera jamais la réunion de l’Allemagne »

  • 131 AMAE, RFA 1546, Note du 18.4.68 ; EM 33, Entretiens du ministre avec Zorine (4.1.) et Brandt (15.2. (...)

142Pendant les premiers mois de l’année 1968, ni les Français ni les Allemands n’ont l’impression de pouvoir avancer avec les Soviétiques. Piotr Abrassimov, le puissant représentant de l’URSS à Berlin-Est, dénonce l’intention ouest-allemande « d’absorber pacifiquement » la RDA par une contamination intérieure. Zorine se plaint auprès des Français que Bonn tente de saper le statut de Berlin-Ouest et d’intégrer la ville dans la RFA. Willy Brandt, en visite à Paris, raconte que les discussions germano-soviétiques sur la renonciation à la force ne progressent pas. Concernant la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie et la Pologne cependant, le ministre allemand signale un renforcement des échanges culturels et économiques131. Maurice Couve de Murville encourage son homologue à persévérer, même si les discussions n’aboutissent pas rapidement à des résultats.

  • 132 PAAA, B150, Aufz., 15.11.68 : Deutschlandfrage.

143En RFA, la normalisation des rapports avec l’Allemagne orientale fait son chemin, bien qu’elle soit abordée avec précaution lors des déclarations publiques. Le changement s’annonce aussi par le vocabulaire. Au temps des chanceliers Adenauer et Erhard, on parlait de la zone (soviétique) ou de Mitteldeutschland (Allemagne centrale), ce qui impliquait l’existence d’une autre Allemagne plus à l’Est, au-delà de la frontière Oder-Neisse. Désormais on utilise les termes l’autre Allemagne ou même, très rarement, la RDA. Les alliés ont d’ailleurs pris l’habitude de désigner la RDA par le régime de Pankow, d’après le quartier berlinois qui accueille les bureaux d’Ulbricht. À partir du printemps 1968, la France hésite de plus en plus à utiliser les vieilles formules et exerce, aux niveaux subalternes, une pression sur Bonn afin de reconnaître la RDA comme un État132. Au Quai d’Orsay, on croit d’ailleurs que les dirigeants est-allemands ne pourront pas garder longtemps leur attitude rigide, d’autant plus que le Printemps de Prague les entraîne à repenser la situation.

  • 133 ACDP, NL Osterheld, Kies. 3, Aufz., 19.3.68 : Brandt zur Oder-Neisse-Linie.

144Les négociations avec Moscou sur le non-recours à la force ont été amorcées par le chancelier Erhard déjà, en accord avec les sociaux-démocrates. Le but de cette initiative était d’entrer en discussion avec l’Europe de l’Est et d’atténuer le problème des frontières. Dorénavant, la SPD souhaite aller plus loin. Lors d’un congrès du parti à Nuremberg, le 18 mars 1968, Brandt déclare qu’il faut « reconnaître ou respecter » la ligne Oder-Neisse133. Cette exigence découle du désir des sociaux-démocrates allemands de se réconcilier avec les Polonais. Une dispute de Brandt avec le chancelier, qui n’entend pas dépasser sa déclaration gouvernementale de 1966, en est une conséquence logique. Le ministre reste inébranlable et réaffirme sa position un mois plus tard. Il va ainsi à l’encontre de l’opinion de la CDU et de la majorité de la population ouest-allemande, qui refuse toujours la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse.

  • 134 FES, NL Brandt, AM 13, Brandt an Kiesinger, 15.7.68.

145L’écart entre Brandt et Kiesinger se manifeste aussi concernant le TNP, signé le 1er juillet 1968 par l’URSS, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le chancelier faisant obstacle à la signature allemande, Brandt lui envoie une lettre passionnée : « L’attitude du gouvernement fédéral à l’égard du traité de non-prolifération décide, à tort ou à raison, de la crédibilité de notre politique de détente. [...] Chaque semaine que nous attendons pour signer pèse lourdement sur nous134. » Mais Kiesinger, en tant que chef du gouvernement, maintient sa position au sujet des frontières comme à celui du nucléaire.

146En France, la question allemande ne focalise plus l’attention. Selon les documents trouvés, le général de Gaulle n’a que deux entretiens approfondis sur l’Allemagne durant la première moitié de l’année : avec le Hongrois Fock, fin mars à Paris, et avec le Roumain Ceausescu, au mois de mai à Bucarest. À la lumière de ces deux conversations, il apparaît que la réconciliation entre la RFA et la RDA prend désormais une place prépondérante dans l’esprit du général. Il n’hésite d’ailleurs pas, dans ce contexte, à appeler la RDA un État. Ce changement de langage n’échappe pas aux interlocuteurs.

  • 135 Robert FRANK « Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938 : problématiques (...)

147La décision soviétique d’intervenir militairement en Tchécoslovaquie, le 21 août, freine le mouvement de détente et marque aussi un net déclin de l’image de l’URSS en France, jusque-là plutôt favorable135. Le climat entre Paris et Moscou s’est déjà considérablement refroidi quelques mois auparavant, car de Gaulle avait violemment condamné le « communisme totalitaire », le 30 mai, alors que la France était en émoi.

  • 136 AMAE, EM, Note du 26.8.68 ; Entretien Debré-Winiewicz, 24.10.68.

148Après le 21 août 1968, pour un certain temps, la France ne manifeste plus la volonté de discuter du problème allemand avec les pays agresseurs : l’URSS, la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie et la RDA. Le général de Gaulle reste fidèle à l’idée que les satellites doivent s’émanciper de Moscou pour qu’un dialogue avec eux soit fructueux. Or, les événements de Prague ont montré que ce n’est pas le cas. Le gouvernement français annule, par exemple, une visite projetée de Wladislaw Gomulka et décide d’attendre que la Pologne soit capable de coopérer librement pour reprendre les discussions136.

  • 137 AMAE, Tchéc. 244, Entretien Debré-Zorine, 2.9.68 ; EM 35, Entretien Debré-Luns, 12.12.68 (citation)

149L’expérience tchécoslovaque fait aussi comprendre à la France que Moscou et Paris ne donnent pas la même signification au terme « détente ». Le gouvernement soviétique fait savoir qu’il maintient sa volonté de détente avec l’Ouest et ne souhaite nullement modifier cette politique. Cela paraît d’abord hypocrite aux Français, pour qui la détente a toujours été liée à l’allégement de la tutelle soviétique sur les satellites. Au fur et à mesure, Michel Debré se rend compte que les Russes souhaitent sincèrement continuer sur la voie de la détente, mais que, pour eux, « la détente suppose l’immobilisme du bloc soviétique »137.

  • 138 DM, t. V, pp. 332-335, Conférence de presse de 9.9.68.

150Lors d’une conférence de presse, de Gaulle confirme que la France continue à s’engager pour la détente, l’aspiration du peuple tchécoslovaque à la liberté ayant prouvé que la politique française était la bonne. Selon le général, il est trop tard pour que le communisme ou toute autre idéologie l’emporte sur le sentiment national138.

151À la suite du drame tchèque, le président français est profondément contrarié non seulement par Moscou mais aussi par Bonn. Lors de la réunion franco-allemande de fin septembre, le général reproche au chancelier Kiesinger d’avoir provoqué les Soviétiques par une politique dangereuse d’expansionnisme économique et d’être, de ce fait, coresponsable de l’invasion de la Tchécoslovaquie. Les efforts franco-allemands pour mener une politique orientale commune se brisent durant l’été 1968. Étant donné l’importance de ce fait et le manque d’études à ce sujet, le chapitre suivant se consacre à une analyse plus détaillée du Printemps de Prague, de sa répression et de ses effets sur le couple franco-allemand.

  • 139 AMAE, EM 35, Entretien de Gaulle-Zorine, 19.11.68.

152Face aux représentants soviétiques, le gouvernement français blâme plutôt le Kremlin d’avoir encouragé le militarisme allemand en invitant des troupes est-allemandes à participer à l’action militaire. Debré reproche aussi à Moscou de provoquer des « réactions fâcheuses » par des accusations violentes contre la RFA. En effet, dans le contexte de l’invasion de la Tchécoslovaquie, la propagande soviétique fait feu de tout bois pour accuser l’Allemagne de l’Ouest. Dans ce contexte, le général de Gaulle tient à rappeler à l’ambassadeur Zorine que cette fois-ci, ce n’est pas l’Allemagne mais l’URSS qui a été l’agresseur139.

  • 140 Michel DEBRÉ, Mémoires, t. IV, Gouverner autrement, 1962-1970, Paris 1993, pp. 260-261.

153Paris souhaite néanmoins rediscuter le problème allemand avec Moscou, dès que l’atmosphère paraîtra moins préoccupante. La France renoue assez vite, après des gestes soviétiques en faveur d’une reprise du dialogue. En janvier 1969, Michel Debré déclare à des diplomates soviétiques que l’aide mutuelle entre Français et Russes est une condition indispensable pour la paix européenne140. L’action militaire du 21 août n’y change rien.

154Mais désormais, l’échange sur le problème allemand se fait avec les Américains plutôt qu’avec les dirigeants de l’Est. Lors de la visite à Paris du sénateur Mansfield, le 19 novembre, de Gaulle se dit convaincu que « la Russie soviétique, tant qu’elle sera debout, n’acceptera jamais la réunion de l’Allemagne ». Puisque l’URSS ne peut pas se permettre, avec le danger émanant de la Chine, d’avoir une Allemagne puissante dans le dos, Moscou fera la guerre pour empêcher la réunification. En outre, une reconnaissance allemande de la frontière Oder-Neisse ne changerait pas, selon le général, l’opposition de la Pologne contre la réunification, l’Allemagne représentant la peur fondamentale des Polonais.

  • 141 AMAE, EM 35, Entretien de Gaulle-Mansfield, 19.11.68.
  • 142 AMAE, EM 35, Entretien Debré-Mansfield, 19.11.68.

155Désormais, le président français s’exprime de façon plus vague sur l’opportunité de la réunification allemande : « Nous souhaitons que celle-ci puisse avoir lieu un jour, mais un peu comme les juifs qui disaient : “l’an prochain à Jérusalem”141. » De Gaulle garde toutefois, pour l’avenir, son idée d’un arrangement général des États européens, « avec les États-Unis pour garantir la situation ». Ce dernier point est nouveau et indique une certaine réévaluation française de la situation. Quant à la reconnaissance de la RDA, de Gaulle estime qu’il faut laisser faire les Allemands de l’Ouest et de l’Est, qui finiront par se reconnaître mutuellement. À ce moment-là, la France et les États-Unis pourront le faire également. Debré précise les perspectives : si l’Allemagne prouve son esprit pacifique pendant vingt ou trente ans, et si une coopération assez large s’est établie entre l’Est et l’Ouest de l’Europe, on pourra imaginer un certain consentement à la réunification142.

1969 : « Des limites plus étroites que nous le pensions »

  • 143 AN, 5AG1, 164, Entretien Debré-Brandt, 10.3.69.

156Les derniers mois de la présidence du général de Gaulle n’apportent plus de nouvelle initiative par rapport au problème allemand. Michel Debré confie à Willy Brandt que les Français « réfléchissent et hésitent », et qu’ils ne discutent plus, depuis l’affaire tchèque, les questions européennes avec les Soviétiques143. Dans cet état de choses, les propos français de début 1969 servent à faire le point sur les années précédentes.

  • 144 AMAE, EM 37, Entretien Debré-Pavicevitch, 14.1.69.

157L’entretien du 14 janvier 1969 entre Debré et Pavicevitch, secrétaire d’État yougoslave, en est un bon exemple. Belgrade ayant dénoncé l’invasion de la Tchécoslovaquie, le ministre français parle très librement. Il admet que la France avait surestimé l’évolution intervenue chez les dirigeants soviétiques depuis la mort de Staline et que leur politique « comporte des limites plus étroites que nous le pensions144 ». Néanmoins, explique Michel Debré, Paris a jugé dangereux de couper les relations avec l’URSS, après le 21 août 1968, et de revenir à la confrontation des deux blocs, qui n’était pas dans l’intérêt européen. Surtout, la division de l’Allemagne exigeait la poursuite de la détente, car sinon, les Allemands pourraient chercher à résoudre leur problème par la force.

  • 145 PAAA, B150, Tel. von Braun (Paris), 31.1.69.

158En principe, l’approche française reste donc la même : il ne faut pas fermer toute possibilité de réunification, les Allemands doivent cependant reconnaître les frontières et signer le traité de non-prolifération, exigence désormais clairement communiqué à Bonn145. De plus, la RFA doit s’insérer dans des organisations européennes, ce qui renforcera les dirigeants allemands « bien orientés ».

  • 146 AMAE, EM 36, Entretien du 14.3.69. – AAPD 1969, Dok. 103.

159À la mi-mars 1969, de Gaulle se veut plus positif auprès du chancelier Kiesinger qu’en automne 1968. Si l’Allemagne remplit les conditions (frontières, armement), analyse le général, les Soviétiques accepteront peut-être une vie en commun du peuple allemand tout entier146. À long terme, bien entendu. Le chancelier déclare pratiquer, pour un avenir prévisible, une « politique réaliste » qui consiste à encourager les contacts pratiques entre les Allemands de l’Ouest et les populations de l’Est, et qui exclut un rapprochement éventuel des gouvernements de Bonn et de Moscou. Ces propos du chancelier ne reflètent pourtant pas ses pensées profondes. On va y revenir tout de suite.

  • 147 AMAK, EM 36, Entretiens de Gaulle-Nixon, 28.2., 31.3.69.

160Les dernières discussions du président de Gaulle sur l’Allemagne se déroulent avec Richard Nixon, d’abord le 28 février à Paris, puis le 31 mars à la Maison Blanche. Sans se faire explicite sur l’impossibilité de la réunification, le général signale que la détente sera la seule politique acceptable, vu que les Soviétiques ont perdu leur dynamisme et leur volonté de conquérir l’Ouest. Bien sûr, il faut mener cette politique de façon prudente, sans se précipiter dans les bras de Moscou. De Gaulle ajoute que la France n’a jamais consenti aux Soviétiques de concessions politiques, « même pas sur l’Allemagne, encore que nous eussions eu pas mal de raisons pour ce faire ». Enfin, il exige que l’Allemagne ne dispose jamais de l’arme atomique147. Nixon écoute avec respect les propos du vieux général, sans le contredire.

  • 148 AMAK, EM 37, Entretien Debré-Zorine, 30.4.69.

161Lorsque de Gaulle se retire de la vie politique, le 28 avril 1969, les dirigeants soviétiques lui adressent un message chaleureux qui affirme le rôle décisif qu’a joué le général pour le rapprochement et la compréhension de la France et de l’URSS148. Mais en réalité, les Américains et les Allemands sont devenus, pour le Kremlin, des interlocuteurs plus intéressants que les Français.

  • 149 ACDP, NL Osterheld, Kies.5, Aufz. Boss, 29.1.69.

162Revenons une dernière fois sur le point de vue allemand. D’après Kurt Kiesinger, l’expérience tchécoslovaque prouve que la politique gaullienne a échoué, car de bonnes relations entre Moscou et Paris n’affaibliront jamais l’emprise soviétique sur l’Europe orientale149. Cette réflexion faite, Kiesinger ne se contente pas d’attendre le dialogue entre les superpuissances, mais il engage, dès le début de l’année 1969, une discussion directe avec les Russes. Il rencontre l’ambassadeur soviétique à Bonn les 13, 22, 23 février et 1er mars. Ces discussions portent avant tout sur une session à Berlin du Bundestag, mais elles donnent au chancelier l’impression d’être sollicité par l’URSS. Pour la première fois il imagine que Moscou préfère dialoguer avec lui et non avec son ministre des Affaires étrangères. Il se trompe, puisque les Soviétiques miseront sur Brandt.

  • 150 D. KROEGEL, op. cit., p. 296.
  • 151 BA, NL Carstens 676, Aufz., 7.1.69. Avec des annotations du chancelier.

163En mars 1969, Kiesinger renforce la scission au sein de la Grande coalition par une rupture politique avec Herbert Wehner. Convaincu que Moscou cherche désormais le contact direct avec Bonn, le chancelier essaie d’imposer au parti social-démocrate un arrêt des relations, devenues superflues, avec Berlin-Est150. Une étude de Karl Carstens, secrétaire d’État à la chancellerie depuis 1968, semble servir de base à d’éventuelles négociations entre Kiesinger et les Soviétiques. Cette analyse conclut qu’il est préférable de maintenir les lignes principales de la politique allemande. Elle entraînera, tôt ou tard, un certain alignement de l’Europe orientale sur l’Ouest, le système occidental étant plus performant. Par contre, poursuit Carstens, la reconnaissance de la RDA, de la frontière Oder-Neisse et l’ouverture d’un dialogue sur un système européen de sécurité auront des conséquences essentiellement négatives pour la RFA. Certes, les relations avec quelques pays orientaux s’amélioreraient, mais la RDA et l’URSS ne changeraient pas, selon toute probabilité, leur attitude agressive à l’égard de Bonn. Les chances d’une réunification future seraient affaiblies et Berlin peut-être perdues, indique Carstens151.

  • 152 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 175.

164Willy Brandt ne partage pas ces pensées. Lui aussi reçoit l’ambassadeur Tsarapkine, au moins six fois dans la première moitié de l’année 1969. Brandt a également noué des contacts « en dehors de la routine » avec Andreï Gromyko et l’ambassadeur soviétique à Berlin-Est, Piotr Abrassimov152. Les avances soviétiques se font sur un arrière-plan tout à fait sérieux. Valentin Falin et Vladimir Semionov, le nouveau responsable des affaires allemandes au Kremlin et le ministre adjoint des Affaires étrangères, ont présenté au Politbureau, fin 1968, une étude de fond sur l’Allemagne. Cette analyse prévoit la possibilité d’un vrai changement de la politique ouest-allemande envers l’Europe orientale et l’URSS, à la suite des élections au Bundestag de fin septembre 1969.

  • 153 V. FALIN, op. cit., pp. 51-57. – G.-H. SOUTOU, La guerre de Cinquante Ans, op. cit., p. 491.

165En effet, les dirigeants soviétiques décident de favoriser une victoire de la SPD, malgré les inconvénients que cela poserait au régime très conservateur de la RDA. Durant la campagne électorale en République fédérale et surtout en été 1969, les actions du Kremlin visent à influencer la population allemande dans le sens d’un nouveau départ germano-russe. Puisque Brandt prêche l’ouverture vers l’Est et Kiesinger se durcit davantage à l’égard de l’URSS, la préférence de Moscou est évidente153.

  • 154 Robin EDMONDS, Soviet Foreign Policy. TheBrezhnev Years, Oxford 1983, pp. 66-67.

166Une autre initiative, officielle, marque également une évolution. Le 17 mars 1969, les pays d’Europe orientale relancent le projet d’une conférence de tous les pays européens pour discuter de la sécurité. La diplomatie soviétique avait déjà exprimé cette idée en 1954, le Polonais Rapacki l’a reprise en 1964 et les pays du Pacte de Varsovie l’ont adoptée en 1966 et 1967154. Mais l’appel de mars 1969 se fait sur un ton nouveau et renonce aux accusations antérieures contre les revanchards allemands et les impérialistes américains. Les buts de la réunion seraient de renforcer la paix européenne et de faire disparaître les blocs militaires.

  • 155 Egon BAHR, Zu meiner Zeit, München 1996, p. 228.

167Au Bundestag et puis à Washington, Willy Brandt se fait l’avocat d’une telle conférence européenne, tout en insistant sur la participation des États-Unis et du Canada. En fait, la proposition lancée par l’Europe orientale ressemble aux desseins esquissés par Egon Bahr. Dès 1965 il avait travaillé sur l’idée d’un système européen de sécurité qui devait remplacer l’OTAN et le Pacte de Varsovie155. Pour que la réunification allemande devienne possible, Bahr préconise deux éléments de base : d’une part, il s’agit de régler les relations bilatérales entre la RFA et l’Europe orientale ; d’autre part, une structure de sécurité européenne doit permettre aux voisins de ne plus avoir peur de l’Allemagne. Cette structure militaire européenne ne se réalisera jamais. En revanche, une première conférence sur la sécurité européenne (la CSCE) aura lieu à Helsinki, en 1973. Elle aboutira, en août 1975, à la signature de l’Acte final de la CSCE par trente-trois pays européens, les États-Unis et le Canada.

  • 156 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 145-146, 11.9.66.

168À la lumière des documents analysés, l’attitude du président de Gaulle envers la réunification allemande se caractérisait par une certaine ambiguïté. Le général a maintes fois souligné ne pas être pressé à cet égard, et il a admis devant ses ministres : la réunification de l’Allemagne n’est pas dans l’intérêt français et « cela nous arrange qu’elle soit coupée en deux156 ». Par ailleurs, il a décidé de subordonner ces considérations au but ultime de la paix européenne. Or, sans solution du problème allemand, il ne pouvait y avoir de paix véritable en Europe ; de toute évidence, le général de Gaulle en était sincèrement convaincu.

  • 157 PRO, FCO 33/119, Roberts to Gore-Booth, 29.1.68.

169Les comptes rendus de ses entretiens avec les dirigeants du bloc communiste font apparaître une politique claire et continue en faveur d’un rapprochement entre la République fédérale et les pays de l’Est. Au milieu des tourments de la Guerre froide, l’ancien héros de la lutte contre l’Allemagne nazie a également fait valoir son prestige personnel à cette fin, ce qui mérite le respect. Un document britannique de janvier 1968 confirme la persistance française. Contredisant les soupçons de Gerhard Schröder, le Foreign Office a attesté que de Gaulle poursuivait toujours la même politique allemande, quelle que soit la nationalité de son interlocuteur157.

170Les clauses que le président français émettait pour la réunification changeaient très peu. L’interdiction pour l’Allemagne d’avoir accès aux armes atomiques et la reconnaissance définitive des frontières de 1945 en étaient les principaux éléments. Auprès des pays de l’Est seulement, le général indiquait que l’Allemagne réunifiée ne pourrait pas devenir un Reich centralisé. Il semble qu’après l’affaire tchécoslovaque, de Gaulle ait ajouté un élément nouveau : désormais, Washington devrait garantir l’arrangement des États européens, dans le cadre duquel se ferait la réunification allemande. On a vu également que la France a commencé à infléchir, dès juillet 1966, son opposition à la reconnaissance de la RDA.

  • 158 J. LÉVESQUE, op. cit., p. 237.

171Les effets de la politique gaullienne sur les pays de l’Est et notamment sur Moscou restent difficiles à mesurer. On a mentionné quelques indices montrant que les paroles du général de Gaulle ont été entendues. Kossyguine, par exemple, a accepté en décembre 1966 le principe d’une réunification allemande à long terme. Ces prises de position des dirigeants communistes peuvent toutefois faire partie d’une tactique, visant à gagner la sympathie française. Le général était d’ailleurs parfaitement conscient que Moscou essayait de l’utiliser pour affaiblir l’Ouest. En même temps, le Kremlin avait un intérêt sincère à valoriser la politique française, qui diminuait le danger d’une offensive éventuelle de l’Europe occidentale contre l’Est158.

  • 159 DGESS, t. IV, p. 393, Communication de Z. BIELOOUSSOVA.

172Charles de Gaulle a certainement contribué à « briser le cercle vicieux de la confrontation idéologique et politique » et à sortir l’Europe de la polarité159. Ainsi, l’URSS a pu accepter d’entrer dans un processus de détente avec l’Europe occidentale.

  • 160 T. SCHWARTZ, No Harder Enterprise, op. cit., p. 65.

173On peut aussi croire que les discussions franco-soviétiques, qui tournaient régulièrement autour du problème allemand, ont eu l’effet d’accoutumer le Kremlin à en discuter librement, dans un climat détendu. Bien sûr, le danger allemand faisait partie de la propagande soviétique et devait unifier l’Europe de l’Est, comme Israël rassemblait les pays arabes. Mais les inquiétudes à l’égard de l’Allemagne, en URSS et encore plus en Pologne et en Tchécoslovaquie, semblaient en partie sincères. Francis Bator, conseiller du président Johnson, croyait, lui aussi, que la seule solution envisageable au problème allemand devait passer par une diminution graduelle de la peur devant l’Allemagne, en URSS et en Europe orientale160. De ce point de vue, il est possible que le travail de la France, comme première étape du dialogue, ait préparé l’ouverture soviétique à Kiesinger et à Brandt, début 1969.

  • 161 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 197.

174Mentionnons brièvement quelques limites de la politique française de détente. Le partage de l’Europe, issu de la Seconde Guerre mondiale, n’a pas été surmonté comme le général l’avait espéré. En outre, la France n’a pas pu jouer longtemps le rôle qu’elle revendiquait. En juillet 1966, de Gaulle a pu s’exclamer que, pour Moscou, « le contact avec l’Occident passe par la France161 ». Mais à peine une année plus tard, le contact passait par Washington. Les Français sentaient eux-mêmes les limites de l’entente avec l’URSS et les relations se sont alourdies dès 1967. L’appui du général aux sentiments nationalistes polonais et roumains, sa prise de position fortement anticommuniste en mai 1968, et la décision de Moscou d’envahir la Tchécoslovaquie ont contribué à une dégradation relative des rapports franco-soviétiques.

  • 162 CADN, Moscou 593, Note du 26.5.66 : la place de l’Allemagne.

175Enfin, il est généralement admis que de Gaulle avait sous-estimé le poids de l’idéologie. Le président français considérait ses interlocuteurs toujours comme représentants d’une nation, jamais comme dirigeants d’un parti communiste. Le général de Gaulle est allé en « Russie », non en Union soviétique, et il a appelé Brejnev « Monsieur le Président », ce qui a d’ailleurs déconcerté les Soviétiques. De même, les relations de la France avec les pays de l’Est dépendaient de leur émancipation de Moscou. La répression brutale du Printemps de Prague a montré les limites de cette approche, en tout cas dans l’immédiat. Mais la vision gaullienne ne reposait pas forcément sur l’idée que le communisme disparaisse. Un document de mai 1966 montre qu’on imaginait, à Paris, une évolution qui permettrait aux pays de l’Europe orientale de « retrouver leur visage national tout en maintenant certains traits d’une appartenance à l’idéologie marxiste162 ». Toutefois, Moscou imaginait la chose différemment.

176Les effets de la politique française sur Bonn sont normalement vus d’un œil critique. Nous défendons l’idée que l’impact s’est fait à long terme. Gerhard Schröder et Ludwig Erhard n’ont pas suivi le général, mais sous l’emprise de la détente ils ont dû reconnaître l’échec de leur politique à l’Est. Kurt Kiesinger était prêt à changer le climat, mais non les données. Une politique orientale réellement nouvelle est arrivée avec Willy Brandt, qui voulait faire des offres (Vorleistungen) aux Soviétiques pouvant aboutir ultérieurement. Il s’est heurté au chancelier et n’a pas su s’imposer du temps du gouvernement Kiesinger. La querelle entre SPD et CDU au sujet du traité de non-prolifération a failli faire éclater la Grande coalition.

177Finalement, les élections de septembre 1969 ont permis à la SPD de marquer, ensemble avec les libéraux, un petit avantage sur le parti de Kiesinger (CDU/CSU 46,1 %, SPD 42,7 %, FDP 5,8 %). Devenu chancelier, Brandt a aussitôt changé les bases de la politique allemande. Il a décidé de reconnaître la ligne Oder-Neisse et l’existence de facto de la RDA, il a également renoncé à tout armement atomique en signant le traité de non-prolifération. Ainsi, Willy Brandt a rempli toutes les conditions émises par la France – et Moscou, bien sûr. Dans la dynamique impressionnante de l’Ostpolitik, Bonn a conclu une série de traités, d’abord avec l’URSS, puis avec la Pologne, la Tchécoslovaquie et la RDA. Allant à l’encontre de la CDU, qui imaginait que la reconnaissance de la RDA mettait fin aux espoirs de réunification, Brandt n’a pourtant pas sacrifié ce but. Il a opéré selon la devise : « Pour changer le statu quo, il faut commencer par l’accepter. »

  • 163 François PUAUX, « La conception gaullienne de la détente », in : Espoir, n° 109/1996, p. 70.
  • 164 Entretien accordé à l’auteur.

178D’après l’image formulée par François Puaux, l’Ostpolitik de Brandt était la « fille » de la politique orientale du général de Gaulle163. Nous proposons de l’appeler plutôt la « cousine ». Il est vrai que l’orientation de Brandt s’est développée d’une façon parallèle à la politique gaullienne. Plusieurs indices ont montré l’influence directe du général de Gaulle sur la politique orientale de Brandt, influence d’ailleurs appréciée par celui-ci. Selon le témoignage d’Egon Bahr, la politique du général de Gaulle, et notamment son exigence de réunifier l’Allemagne à long terme, a sans doute posé un arrière-plan favorable à l’Ostpolitik164.

  • 165 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 431-432.
  • 166 Raymond GARTHOFF, Détente and Confrontation. American-Soviet Relations from Nixon to Reagan, Washin (...)

179Willy Brandt a également souligné l’influence exercée sur lui par les Américains et le plan Harmel165. En fait, le changement d’orientation en faveur de la détente européenne a eu lieu, à Washington, trois mois après la visite du général de Gaulle à Moscou. Et le plan Harmel, qui incluait le principe de la détente dans la philosophie de l’OTAN, date de la même période. Raymond Garthoff, spécialiste américain sur le sujet, confirme que l’initiative de détente européenne a été décisive pour l’attitude de Washington166.

180Si l’analyse montre donc les influences, directes et indirectes, du général de Gaulle sur Willy Brandt, cela ne veut pas dire pour autant que les origines de l’Ostpolitik se trouvent à Paris. Au contraire, Bahr et Brandt ont développé, dès 1961, une politique indépendante qui ne copiait pas celle de la France, mais qui avait son fondement dans les expériences vécues à Berlin – en particulier dans la prise de conscience que seul un dialogue avec l’Est pourrait faire disparaître le Mur.

181Soulignons aussi que Paris et Washington ont été très suspicieux des contacts que Brandt avait noués avec l’Est. Cela est vrai pour le temps de la Grande coalition et pour la période suivante. On a soupçonné des arrière-pensées importantes liées à l’Ostpolitik. On craignait notamment un pacte germano-soviétique, la neutralisation d’une Allemagne réunifiée, ou, à Washington, l’établissement d’un système de sécurité paneuropéen sans les États-Unis.

  • 167 P. MAILLARD, De Gaulle et le problème allemand, op. cit., p. 231.
  • 168 PAAA, B150, Aufz., 8.1.68 : Ziele der französischen Aussenpolitik.

182L’Ostpolitik de Brandt ne prévoyait pas pour la France le rôle qu’avait imaginé le général. Selon un témoin, de Gaulle a confié au chancelier Kiesinger en janvier 1967 : « Lorsque nous nous envolerons tous les deux pour Moscou, ce sera le grand jour167. » Mais les Allemands, tous, entendaient voler à Moscou sans compagnon français. Ni Schröder, Erhard, Kiesinger ou Brandt n’étaient disposés à attribuer au général le rôle de médiateur qu’il réclamait. Tandis que la France préférait mener le jeu en Europe orientale, Brandt jugeait indispensable de prendre en main sa propre politique orientale. En janvier 1968, l’Auszuärtiges Amt constatait, non sans raison : « Des relations privilégiées entre l’Allemagne et l’Union soviétique gêneraient ou menaceraient les objectifs de la France168. »

  • 169 A. PEYREFITTE, op. cit.. t. III, p. 206, 5.12.66.

183Le président de Gaulle voulait pousser l’Allemagne à se rapprocher de la Russie et désarmer leur agressivité réciproque169. Mais, hélas, il entendait éviter qu’ils se serrent amicalement la main. D’où la nécessité pour la France de rester entre les deux. Chose finalement impossible : Willy Brandt s’est envolé à Moscou sans Georges Pompidou.

Notes

1 AMAE, EM 18, Notes soviétiques des 29.1. et 5.2.63.

2 AMAE, EM 18, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 29.1.63.

3 AMAE, RFA 1600, Notes soviétique (17.5.), polonaise (25.2.) et tchécoslovaques (14.2., 28.5.63).

4 DM, t. IV, p. 123 (29.7.63), p. 155 (31.12.63).

5 AMAE, EM 19, Discours du ministre à Bruxelles, 16.12.63.

6 AAPD 1963, Dok. 486, Gespräch Erhard-Johnson, 28.12.63.

7 AMAE, EM 20, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 3.1.64.

8 CADN, Bonn 216, Entretien Khrouchtchev-Giscard d’Estaing, 27.1.64.

9 AMAE, EM 20, Entretien Couve de Murville-Naszkowski, 11.2.64.

10 AMAE, EM 20, Entretien du 2.3.64. N. Podgorny est membre du Présidium du Soviet Suprême de l’URSS.

11 AMAE, AO 34, F. Puaux ; AO 30, É. Burin des Roziers ; EM 22, Entretien de Gaul-le-Maurer, 28.7.64.

12 AMAE, EM 22, Tél. de Puaux (Paris) aux ambassades, 31.7.64.

13 J. LÉviSQUE, op. cit., pp. 224-225.

14 AMAE, EM 33, Entretien de Gaulle-Fock, 29.3.68. – M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., pp. 435-436.

15 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 260-261, 7.7.64.

16 CADN, Bonn 216, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 18.6.64.

17 DM, t. IV, p. 227 (23.7.), p. 315 (22.11.64).

18 AMAE, URSS 1931, Projet du 5.1.65 : rapports franco-soviétiques.

19 AMAE, EM 23, Entretiens avec Druto (30.9.), Koça (25.11.), David (26.11.).

20 AMAE, EM 23, Entretien de Gaulle-Rusk, 14.12.64.

21 AMAE, EM 23, Entretien du 9.12.64. – AAPD 1964, Dok. 377.

22 Nommée d’après W. Hallstein, alors secrétaire d’État à l’Auswärtiges Amt.

23 PAAA, B38/1, Aufz., 25.5.65 : Hallstein-Doktrin. – Bonn justifie l’exception de l’URSS par sa responsabilité dans la question allemande.

24 PAAA, B24/514, Aufz. Luedde-Neurath, 23.11. ; B24/525, Tel. Klaiber, 1.12.64. – AAPD 1964, Dok. 344.

25 AMAE, EM 23, Wapler (Paris) aux ambassades, 21.12.64 ; AO 34.

26 AAPD 1964, Dok. 400, Aufz. Krapf, 30.12.64.

27 PAAA, B38/1, Runderlass Krapf, 1.6.65. – ACDP, NI. Ost, Erh.2, 8.1.65.

28 PAAA, Bl/335, Aufz. Lahr, 2.1.65. – De 1963 à 1969, les échanges commerciaux entre la France et la RDA n’atteignent toutefois jamais un niveau important.

29 AMAE, EM 23, Entretien de Gaulle-Erhard, 19.1.65.

30 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 277, Conseil du 13.1.65.

31 Principe confirmé par François Puaux : AMAE, AO 34.

32 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 276.

33 DM, t. IV, p. 338.

34 AMAE, RFA 1605, Entretien Seydoux-Brandt, 19.3.65 ; tél., 5.-16.2.65.

35 AMAE, RFA 1605, Tél. Seydoux (Bonn), 29.3.65 : le congrès de la CDU.

36 AAPD 1965, Dok. 60, Gespräch Erhard-McGhee, 8.2.65.

37 AAPD 1965, Dok. 198, Gespräch Erhard-McGhee, 5.5.65.

38 AAPD 1965, Dok. 197. – R. MARCOWITZ, Option für Paris?, op. cit., p. 206.

39 AAPD 1965, Dok. 206, Gespräch Schröder-Rusk, 13.5.65 ; Dok. 231

40 AAPD 1965, Dok. 217, 246. – BA, NL Carstens 652, Aufz., 27.5.65.

41 AMAE, RFA 1606, Tél. Seydoux (Bonn), 12.9.65.

42 AMAE, URSS 1931, Projet du 5.1.65 ; RFA 1612, Note du 11.1.65.

43 AMAE, EM 24, Entretien de Gaulle-Gromyko, 27.4.65.

44 CAC, 20010086/24, Comité restreint, 27.4.65.

45 DDF1963, Doc. 197, Entretien de Gaulle-de Margerie, 4.6.63.

46 AMAE, Statut de l’Ail. 68, Note pour le Premier ministre, 19.5.65 ; RFA 1696, Rapport de Margerie, 31.1.65.

47 CADN, Bonn 216, Entretien de Gaulle-Zorine, 5.7.65. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 318.

48 DM, t. IV, p. 386. – AMAE, EM 24, Entretien Couve de Murville-Rusk, 18.2.65.

49 Entretiens du 10.9.65 (FNSP, CM 9 ; AMAE, EM 25).

50 BA, BW1/105, Tb von Hassel, 14.10.65.

51 Entretiens des 29.10.-1.11.65 (AMAE, EM 25 ; CADN, Bonn 216).

52 AMAE, EM 26, Entretien du 12.11.65, à 11 h. – AAPD 1965, Dok. 413.

53 AMAE, EM 26, Note du directeur politique, 12.11.65.

54 SHAT, 10 T 242, Rapport annuel de l’Attaché des forces armées, 30.11.65

55 PAAA, B24/559, Instruktionen für die Handelsmission Bukarest, 3.3.65.

56 BA, NL Carstens 639, Aufz., 27.1.66. Avec des annotations du chancelier.

57 ACDP, NL Schröder 286/2, Frz. Ostpolitik, 25.11.65 ; NL Osterheld, Erh. 5, Notiz, März 1966.

58 LNC t. X, pp. 246-249. – AMAE, AO 34, Francois Puaux.

59 AMAE, EM 27.

60 AMAE, RFA 1574, Tél. Seydoux (Bonn), 17.6.66.

61 FJM, AMK C 1/36/1, Interview avec François Schlosser, printemps 1966. – Cf. aussi : R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., pp. 254-256.

62 AAPD 1966, Dok. 179, Gespräch Schröder-Rusk, 5.6.66 ; Dok. 107.

63 AAPD 1966, Dok. 156, 23.5.66. – En 1957 et encore en 1964, le ministre polonais des Affaires étrangères, Adam Rapacki, a proposé de créer une zone dénucléarisée comprenant la Pologne, la Tchécoslovaquie et les deux Allemagne.

64 AAPD 1966, Dok. 67, 184. – FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 148.

65 LNC, t. X, p. 306, Lettre à Ludwig Erhard, 16.6.66.

66 AAPD 1966, Dok. 187, Gespräch Schröder-Thompson, 10.6.66.

67 PAAA, B 150, Aufz. Steg, 31.5.66 ; B24/567, Tel. Klaiber, 10.6.66.

68 AMAE, EM 27. – CADN, Bonn 216.

69 AMAE, AO 34 (F. Puaux) et 30 (É. Burin des Roziers).

70 DM, t. V, p. 58, Allocution du 30.6.66.

71 Cité d’après : M. VAÏSSE, Lu grandeur, op. cit., p. 428.

72 DGESS, t. IV, pp. 387-391.

73 T. WOLTON, op. cit., pp. 423-429. – A. SHEVCHENKO, op. cit., pp. 130-131. – G-H. SOUTOU, La guerre de Cinquante Ans, op. cit., p. 472.

74 CADN, Moscou 593, Note du 26.5.66. – FRUS 1964-68, vol. XII, doc. 60.

75 Ph. DE GAULLE, op. cit., t. II, pp. 158-159.

76 AN, 539 AP7, Conseil des ministres, 2.7.66. – AMAE, AO 30 ; EM 36, Entretien de Gaulle-Nixon, 31.3.69.

77 DGESS, t. V, p. 436, Communication de François Puaux.

78 DGESS, t. IV, p. 397.

79 V. JAUVERT, op. cit., p. 158, citant un rapport de la CIA du 20.7.66.

80 AMAE, EM 28, Entretien Couve de Murville-Peter, 28.7.66.

81 AMAE, EM 28, Entretiens avec V. David (26.7.), J. Peter (28.7., 28.11.), M. Nikezitch et J. Tito (12./13.9.66).

82 AMAE, EM 28, Entretien Couve de Murville-Bachev, 13.10.66.

83 AMAE, EM 29, Entretiens de Gaulle-Kossyguine, 1.12., 2.12., 8.12.66.

84 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 206, 5.12.66.

85 AAPD 1966, Dok. 122, 124. – ACDP, NL Osterheld, Erh. 5, Aufz., 6.4.66.

86 PAAA, B2/143, Aufz. Carstens, 27.8.66; B38/77, Aufz., 1.9.66.

87 PAAA, B2/152, Aufz. Lahr, 11.11.66. – AAPD 1966, Dok. 198.

88 AAPD 1966, Dok. 229, Gespräch de Gaulle-Erhard, 21.7.66. – H. OSTERHELD, Aussenpolitik unter L. Erhard, op. cit., p. 332.

89 ACDP, NL Schröder 291/1. – PAAA, B24/567.

90 PAAA, B38/80, Analyse der Rede Johnsons vom 7.10.66.

91 AAPD 1966, Dok. 333, 367, Aufz. Carstens, 17.10., 14.11.66.

92 BA, NI. Guttenberg 198, Regierungserklärung, 13.12.66.

93 Egon BAHR, „Ostpolitik et Unité allemande“, in : Allemagne d’aujourd’hui, n° 141, juillet 1997, p. 6.

94 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., pp. 243-244.

95 CADN, Bonn 179, Entretien de Gaulle-Brandt, 24.4.63. – PAAA, B150, 24.4.63.

96 Cf. les comptes rendus de ces entretiens : FES, Dep. Bahr 431B.

97 Discours de Willy Brandt et d’Egon Bahr à Tutzing, cités par Heinrich POTTHOFF, „Ostpolitik in Tutzing“, in : Frankfurter Hefte, n° 1-2, Januar 2001, pp. 44-47.

98 ACDP, Pressedok. 1964, de Gaulle : Die Welt, 16.5.64.

99 FES, Dep. Bahr 441, Gespräch Bahr-Winckler, 25.5. ; Vermerk, 1.6.65.

100 CADN, Bonn 179. – PAAA, B24/627, Gespräche, 3.6.65.

101 F. COSTIGLIOLA, Lyndon B. Johnson, Germany, op. cit., pp. 193-199.

102 AMAE, EM 29, Dîner quadripartite, 14.12.66. – AAPD 1966, Dok. 399.

103 AMAE, EM 29, Entretien de Gaulle-Brandt, 15.12.66. – AAPD 1966, Dok. 398.

104 AMAE, EM 29, Entretien de Gaulle-Zorine, 23.1.67.

105 ACDP, NL Ostcrheld, Kies.l, Aufz., 31.3.67.

106 AMAE, EM 29, Tél. Wormser, 17.2.67 ; Entretien de Gaulle-Zorine, 23.1.67.

107 AMAE, EM 30, Entretien de Gaulle-Rapacki, 27.1.67.

108 AMAE, EM 30, Entretien Couve de Murville-Brandt, 27.4.67.

109 AMAE, EM 30, Entretien de Gaulle-Humphrey, 7.4.67.

110 FES, Dep. Bahr 400, Thesen zur Osteuropapolitik, Mai 1967. En allemand : Annäherung, Verständigung und Zusammenarbeit.

111 FES, Dep. Bahr 441, Aufz., 11.1.67.

112 PAAA, B41/755, Brandt an Couve de Murville, 30.6.67.

113 AMAE, EM 31, Entretien Pompidou-Kossyguine, 4.7.67.

114 AMAE, EM 31, Entretiens des 12./13.7.67. – AAPD 1967, Dok. 261, 263.

115 FES, Dep. Bahr 316, NV-Vertrag, 12.1.67. – BA, NL Guttenberg 90, 5.5.67.

116 AMAE, AO 34, Interview avec F. Puaux.

117 AMAE, EM 32, Entretien franco-polonais, 7.9.67.

118 PAAA, B2/132, General de Gaulies Reden in Polen.

119 AMAE, EM 32, Entretien de Gaulle-Zorine, 4.10.67.

120 FES, NL Brandt, AM 259, Interview im Rundfunk (DFS), 15.9.67.

121 PAAA, B2/132, Analyse von de Gaulies Staatsbesuch in Polen, 14.9.67.

122 AMAE, REA 1545, Note du 13.10.67 : la RFA et l’Europe de l’Est.

123 ACDP, NL Kies. 001, Kiesinger an Brandt, 2.6.67. – AAPD 1967, Dok. 325.

124 FES, NL Brandt, AM 20, Vermerk Bahr für Brandt, 3.11.67.

125 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 20.12.67.

126 Wjatscheslaw KEWORKOW, Der geheime Kanal. Moskau, der KGB und die Bonner Ostpolitik, Berlin 1995, p. 41. W. Keworkow est un ancien agent secret soviétique.

127 FES, Dep. Bahr 399, Aufz., 4.12.67 : Gesichtspunkte über Ostpolitik.

128 AMAE, RFA 1545, Note pour le directeur d’Europe, 30.11.67.

129 AMAE, EM 31, Entretien Couve de Murville-Brandt, 12.7.67. – PAAA, B24/609, Tel. Klaiber, 27.11.67.

130 Maurice VAÏSSE (dir.), De Gaulle et la Russie, Paris 2006, pp. 161-162, 207-208 (communications de Maurice VAISSE et de Natalia VASSILIEVA).

131 AMAE, RFA 1546, Note du 18.4.68 ; EM 33, Entretiens du ministre avec Zorine (4.1.) et Brandt (15.2.68).

132 PAAA, B150, Aufz., 15.11.68 : Deutschlandfrage.

133 ACDP, NL Osterheld, Kies. 3, Aufz., 19.3.68 : Brandt zur Oder-Neisse-Linie.

134 FES, NL Brandt, AM 13, Brandt an Kiesinger, 15.7.68.

135 Robert FRANK « Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938 : problématiques et méthodes », in : Les Cahiers de l’IHTP, n° 28, juin 1994, p. 10.

136 AMAE, EM, Note du 26.8.68 ; Entretien Debré-Winiewicz, 24.10.68.

137 AMAE, Tchéc. 244, Entretien Debré-Zorine, 2.9.68 ; EM 35, Entretien Debré-Luns, 12.12.68 (citation).

138 DM, t. V, pp. 332-335, Conférence de presse de 9.9.68.

139 AMAE, EM 35, Entretien de Gaulle-Zorine, 19.11.68.

140 Michel DEBRÉ, Mémoires, t. IV, Gouverner autrement, 1962-1970, Paris 1993, pp. 260-261.

141 AMAE, EM 35, Entretien de Gaulle-Mansfield, 19.11.68.

142 AMAE, EM 35, Entretien Debré-Mansfield, 19.11.68.

143 AN, 5AG1, 164, Entretien Debré-Brandt, 10.3.69.

144 AMAE, EM 37, Entretien Debré-Pavicevitch, 14.1.69.

145 PAAA, B150, Tel. von Braun (Paris), 31.1.69.

146 AMAE, EM 36, Entretien du 14.3.69. – AAPD 1969, Dok. 103.

147 AMAK, EM 36, Entretiens de Gaulle-Nixon, 28.2., 31.3.69.

148 AMAK, EM 37, Entretien Debré-Zorine, 30.4.69.

149 ACDP, NL Osterheld, Kies.5, Aufz. Boss, 29.1.69.

150 D. KROEGEL, op. cit., p. 296.

151 BA, NL Carstens 676, Aufz., 7.1.69. Avec des annotations du chancelier.

152 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 175.

153 V. FALIN, op. cit., pp. 51-57. – G.-H. SOUTOU, La guerre de Cinquante Ans, op. cit., p. 491.

154 Robin EDMONDS, Soviet Foreign Policy. TheBrezhnev Years, Oxford 1983, pp. 66-67.

155 Egon BAHR, Zu meiner Zeit, München 1996, p. 228.

156 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 145-146, 11.9.66.

157 PRO, FCO 33/119, Roberts to Gore-Booth, 29.1.68.

158 J. LÉVESQUE, op. cit., p. 237.

159 DGESS, t. IV, p. 393, Communication de Z. BIELOOUSSOVA.

160 T. SCHWARTZ, No Harder Enterprise, op. cit., p. 65.

161 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 197.

162 CADN, Moscou 593, Note du 26.5.66 : la place de l’Allemagne.

163 François PUAUX, « La conception gaullienne de la détente », in : Espoir, n° 109/1996, p. 70.

164 Entretien accordé à l’auteur.

165 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., p. 431-432.

166 Raymond GARTHOFF, Détente and Confrontation. American-Soviet Relations from Nixon to Reagan, Washington 1994, p. 288.

167 P. MAILLARD, De Gaulle et le problème allemand, op. cit., p. 231.

168 PAAA, B150, Aufz., 8.1.68 : Ziele der französischen Aussenpolitik.

169 A. PEYREFITTE, op. cit.. t. III, p. 206, 5.12.66.

Table des illustrations

Légende Unité de vue devant le microphone du Kremlin.À Bonn, l’annonce du voyage en URSS du président de Gaulle suscite la crainte d’une alliance franco-soviétique contre l’Allemagne.Caricature de Wolfgang Hicks dans Die Welt, 24 février 1966, p. 2.© Haus der Geschichte, Bonn.Souvent, les dessinateurs allemands représentent l’Allemagne par le « Michel », un jeune homme vaillant mais quelque peu innocent. En revanche, ce Michel n’apparaît jamais dans les caricatures françaises.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search