Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

Les visions de l'Europe

VIII. La place britannique dans l’Europe à construire (1967-1969)

Texte intégral

Sans titre.
Harold Wilson s’approche du continent dans un canot de débarquement. Charles de Gaulle, transformé en bunker, le prend en mire.
Dessin de F. Behrendt, 1967.
© Fritz Behrendt, Amstelveen.

La Grande-Bretagne pose sa candidature d’adhésion au Marché commun (1967)

L’initiative Britannique

  • 1 Hélène PLISSON, La Mésentente cordiale franco-britannique : la deuxième tentative d’adhésion britan (...)

1Le gouvernement travailliste de la Grande-Bretagne, en fonction depuis octobre 1964, se rapproche pendant deux ans de l’idée d’une candidature au Marché commun. En principe, le parti Labour prône cinq conditions à l’adhésion : sauvegarde du Commonwealth, politique étrangère indépendante, maintien des engagements envers l’AELE, droit de planifier l’économie, garanties à l’agriculture britannique. Ces conditions sont de facto inconciliables avec l’adhésion à la Communauté1. En outre, les travaillistes s’étaient résolument engagés contre l’Europe lorsque le parti conservateur était au pouvoir.

2Le Cabinet du Premier ministre Harold Wilson maintient son opposition à une nouvelle candidature jusqu’au début 1966, mais de façon de plus en plus hésitante. Le dynamisme et l’essor de la CEE dépassent largement ceux de l’AELE, et l’économie britannique se voit confrontée à toutes sortes de difficultés. Les contacts avec la Communauté se renforcent continuellement, tandis que les liens étroits avec le Commonwealth et les États-Unis ont tendance à se relâcher.

  • 2 David GOWLAND, Arthur TURNER, Reluciant Europeans. Britain and European Integration, 1945-1998, Har (...)

3Une crise de la livre sterling durant le deuxième semestre 1966 accentue l’impression que l’économie britannique pourrait être bénéficiaire d’une adhésion à la CEE. Du point de vue politique, un obstacle important semble levé : la supranationalité européenne, concept auquel Londres s’oppose, se trouve fortement entamée depuis la crise de la chaise vide. Tout en voulant maintenir les intérêts du Commonwealth britannique, Harold Wilson tranche finalement en faveur de la voie européenne. Les expériences gouvernementales et la perspective électorale contribuent à le faire changer d’avis2. Mais, au fond, c’est la prise de conscience du déclin britannique qui amène le gouvernement travailliste à reconsidérer son attitude.

  • 3 Philip BELL, France and Britain 1940-1994: The Long Separation, Essex 1997, p. 207, citant B. Donou (...)

4Dès novembre 1966, Wilson lie son prestige personnel directement à l’entrée de son pays au Marché commun, mais il paraît encore hésitant aux observateurs, oscillant au gré des circonstances. Un de ses collaborateurs intimes écrira plus tard que Harold Wilson était toujours « légèrement anti-européen » et se sentait beaucoup plus proche du Commonwealth3.

  • 4 H. PLISSON, op. cit., pp. 246-249.

5En revanche, le ministre britannique des Affaires étrangères, George Brown, est un « européen » convaincu. Pour lui, l’Angleterre fait partie intégrante de l’Europe, et il croit l’avenir de son pays étroitement lié à celui du continent. Chef du Foreign Office depuis août 1966 seulement, Brown entend modifier le style « empesé » de la diplomatie britannique. Il pense notamment que les fonctionnaires du Foreign Office, de par leurs ressentiments envers le général de Gaulle, ont compliqué sans nécessité les relations franco-britanniques. Mais la tendance de George Brown à passer outre aux objections de ses services, ainsi que son manque de considération pour la position du Premier ministre, vont créer des frictions importantes au sein du gouvernement britannique4.

  • 5 AMAE, EM 30, 24./25.1.67. – AAPD 1967, Dok. 55, Gespräch vom 15.2.67.

6À partir de la mi-janvier 1967, Wilson et Brown visitent les capitales du continent afin d’étudier les chances d’une nouvelle candidature à la CEE. À Paris, le Premier ministre britannique déclare que l’Angleterre souhaite adhérer au Marché commun et qu’elle acceptera le traité de Rome, à condition que des ajustements soient trouvés pour le financement du Marché commun agricole et pour le prix du sucre. La réunion se termine sans conclusion, de Gaulle émet des réserves, mais demande à pouvoir étudier la faisabilité du projet. À Bonn, Wilson exhorte Kurt Kiesinger à ouvrir le plus vite possible des négociations pour l’élargissement des Communautés. Le chancelier, embarrassé, réplique qu’il faudra gagner la France par des arguments et non par la pression5. Mais Londres veut jouer son va-tout. Une association entre le Marché commun et la Grande-Bretagne, idée proposée par de Gaulle, est refusée nettement par Wilson. Il considère que cette étape conviendrait à un pays sous-développé, mais serait insultante pour l’Angleterre.

  • 6 DM, t. V, p. 174.

7Le Cabinet britannique est toujours divisé sur la question de l’Europe, mais Harold Wilson pousse maintenant vigoureusement pour aller de l’avant. Dès le 14 avril 1967, George Brown annonce que son gouvernement posera prochainement une candidature formelle à la Communauté, et Wilson en informe de Gaulle directement. Le Premier ministre britannique doit cependant comprendre que la France s’opposera à une adhésion rapide. La rencontre avec Charles de Gaulle le 25 avril, à l’occasion des obsèques de Konrad Adenauer, ne laisse guère de doute à ce sujet. Ensuite, lors de la conférence de presse du 16 mai, le président français évoque la nécessité d’une « profonde transformation économique et politique » de la Grande-Bretagne pour qu’elle puisse, « un jour », se joindre au Marché commun6. Sans prononcer explicitement un veto, le général dessine clairement sa position.

  • 7 BA, NL Guttenberg 40, Informationsbrief Frisch, 14.4.67.
  • 8 FNSP, CM8, Wormser (Moscou) à Couve de Murville, 14.4.67. Spécialiste en la matière, l’ambassadeur (...)

8Selon un informateur de la chancellerie allemande, le comportement de certains Britanniques a contrarié de Gaulle. Ainsi, George Brown a déclaré que le résultat des élections en France (les 5 et 12 mars 1967) interdisait à de Gaulle de prononcer un veto contre la Grande-Bretagne. Le ministre, ivrogne, avait déjà embarrassé ses hôtes lors de la tournée européenne du début de l’année. D’autres parlementaires britanniques – parmi lesquels le frère de George Brown – se sont exprimés à l’occasion d’une réunion de l’UEO, en faveur d’une liquidation politique de Charles de Gaulle : selon eux, après la disparition de ce dernier, la France deviendrait une quantité négligeable et la Grande-Bretagne pourrait prendre naturellement la direction de l’Europe. De plus, selon des indications confidentielles, quelques fonctionnaires du Foreign Office jugent scandaleux que l’Allemagne, avec son passé non expié, ose poser des conditions à l’adhésion britannique aux Communautés européennes7. Il est évident que ces propos suscitent de l’amertume. Les journaux britanniques reflètent également une attitude anti-française. « Ce n’est plus de la hargne et de la jalousie, cela frise la haine », observe un ambassadeur8. En fait, quelques cercles britanniques font tout pour provoquer un veto français.

  • 9 Hugo YOUNG, This Blessed Plot. Britain and Europe from Churchill to Blair, Basing-stoke 1999, p. 19 (...)

9Quoi qu’il en soit, la question reste de savoir pourquoi Harold Wilson ne change pas d’avis. Après le 16 mai, il devait se rendre compte qu’il allait exposer son pays à l’humiliation d’un second veto. Il est vrai que retirer la candidature britannique, déposée le 11 mai à Bruxelles, était difficile – mais pas impossible. Doué en politique, le Premier ministre pouvait trouver une voie de sortie. Seulement, il ne le souhaitait pas. Au fond, Wilson agit contre sa propre nature : très sceptique vis-à-vis de l’Europe, il est cependant pris par la dynamique qu’il a lui-même créée. Et puis, il se trompe sur la situation. Il croit impossible qu’on puisse fermer la porte à la Grande-Bretagne et surestime la pression que l’Allemagne, l’Italie et les pays du Benelux voudront exercer sur le général. Selon les pensées intimes du Premier ministre, les Cinq feront plier la France. Harold Wilson sous-estime également la fermeté française. D’un entretien avec Charles de Gaulle, le 19 juin au Trianon, il se fait l’image d’un « vieil homme solitaire [...], attristé par un sens d’échec évident9 ». Après la rencontre, il estime que le général devra céder, au bout du compte, si la Grande-Bretagne continue à frapper à la porte fermement.

  • 10 PAAA, B20/1479, Gespräche mit Lord Chalfont, 5./6.9.67. – H. PLISSON, op. cit., p. 321 : selon les (...)

10Le 4 juillet, George Brown précise les conditions britanniques. Londres acceptera les traités, sous réserve de certains ajustements, et adoptera le tarif extérieur décidé lors du Kennedy Round. Dès le 10 juillet, le Conseil des ministres des Six débat des candidatures de la Grande-Bretagne, de l’Irlande, du Danemark et de la Norvège. La diplomatie anglaise s’efforce de démontrer que l’adhésion britannique est historiquement inévitable et qu’elle doit se faire rapidement, afin de garder l’appui de la population britannique. Effectivement, les sondages sont alors favorables à une adhésion10. La durée des négociations devrait être limitée à un an environ.

  • 11 Cité d’après : P. GERBET, La Construction de l’Europe, op. cit., p. 290.
  • 12 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 272, Bruce (London) to DepState, 25.10.67.

11Au sommet des Six à Rome, fin mai, la France a exigé que les membres de la Communauté étudient d’abord entre eux les conditions d’un élargissement éventuel. À cette fin, la Commission présente un rapport le 29 septembre. Il peut être interprété de deux façons. D’une part, ce document préconise l’ouverture immédiate de négociations avec les pays candidats, dont l’adhésion « ne serait pas de nature à modifier les objectifs fondamentaux, les caractéristiques propres et les méthodes des Communautés européennes11 ». D’autre part, le rapport demande à la Grande-Bretagne de stabiliser son économie, de résoudre ses problèmes avec sa balance des paiements et avec le rôle international de sa monnaie. La Commission montre ainsi la faiblesse de la position britannique. Au Conseil des ministres des Six, les 23 et 24 octobre, Couve de Murville s’oppose à ses cinq partenaires. Il juge inutile d’ouvrir des négociations avant que la Grande-Bretagne puisse assumer les obligations du Marché commun. Après cela, les Britanniques croient cependant toujours que leur analyse est la bonne : le général n’osera pas prononcer un plein veto puisqu’il craindrait l’opinion publique française et une crise de la Communauté12.

  • 13 DM, t. V, p. 243.

12En novembre, la situation de la livre Sterling s’aggrave et Londres doit dévaluer sa monnaie de 14,3 %. Auparavant, Paris avait recommandé cette mesure, mais maintenant de Gaulle y voit la preuve de l’incompatibilité des monnaies européennes avec la livre – devise de réserve du dollar. Lors d’une conférence de presse, le 27 novembre, de Gaulle enfonce le clou. Il énumère les facteurs qui séparent, à son avis, la Grande-Bretagne de l’Europe et exclut toute possibilité de négociation : « Mais, pour que les îles britanniques puissent réellement s’amarrer au continent, c’est encore d’une très vaste et très profonde mutation qu’il s’agit13 ».

  • 14 P. BELL, op. cit., pp. 206, 213. – AMAE, GB 265, Note du 1.12.67.

13En Angleterre, les réactions sont vives. L’opinion générale est que la France vient d’opposer un nouveau veto à la candidature britannique. La presse et les débats politiques traduisent un sentiment d’humiliation et d’amertume. L’opinion publique tend à se désintéresser d’une politique qui ne mène nulle part. Le refus français est moins dramatique et moins surprenant que celui de janvier 1963, mais pour beaucoup de Britanniques il est plus blessant. Le message condescendant – « revenez dès que vous pourrez faire mieux » – et le sentiment d’être ignoré par de Gaulle sont bien pires qu’une attaque frontale14.

  • 15 W. BRANDT, Begegnungen und Einsichten, op. cit., pp. 201-202 : “Willy, you must get us in, so we ca (...)

14Cependant, la bataille n’est pas terminée. Avant le Conseil des ministres des Six, à la mi-décembre, l’Angleterre essaie de mettre sur pied un front des Cinq contre la France. Londres va jusqu’à suggérer que de Gaulle serait gravement atteint d’artériosclérose. Selon George Brown, la France se résignerait à l’ouverture des négociations si elle subissait une forte pression. L’attitude de Bonn lui semble d’une importance capitale. Début décembre, Brown incite son homologue allemand : « Willy, vous devez nous faire entrer, pour que nous puissions prendre le leadership15. » Finalement, le Conseil des ministres, qui doit voter à l’unanimité pour l’élargissement des Communautés, constate le désaccord entre la France et les Cinq. L’ouverture de négociations avec Londres n’est alors pas possible, mais la question de l’élargissement reste sur l’agenda.

  • 16 AAPD 1967, Dok. 449, 28.12.67. – PRO, Prem 13/2645, Memo, 13.6.69.
  • 17 Anne DEIGHTON, The Second British Application for Membership of the EEC, in: W. LOTH, op. cit., pp. (...)

15Les Britanniques attribuent l’échec de leur candidature à l’attitude personnelle du général de Gaulle. Tant qu’il restera en fonction, la porte européenne demeurera fermée, estime le gouvernement anglais fin décembre. Lorsque Charles de Gaulle quitte l’Élysée, en avril 1969, le Foreign Office affirme que sa seule personne a été la cause de dix années de frustrations britanniques16. Par ailleurs, il est vrai qu’en 1967 Wilson veut forcer l’entrée de son pays dans la Communauté. Il tient peu compte des problèmes financiers et économiques, il insiste rigidement sur la formule « tout ou rien », tout de suite, sans passer par une étape d’association. Et, plus grave encore pour le développement futur, Wilson ne réussit pas à susciter l’enthousiasme pour l’Europe, ni au sein de son parti ni parmi la population britannique17.

Le raisonnement français

  • 18 Ces deux pays étant alors sous contrôle de Vichy, les décisions à leur égard incombaient aux dirige (...)

16De l’avis des Britanniques, le veto français provient de préjugés irrationnels. Il est vrai que les souvenirs du général de Gaulle de son exil à Londres, durant la Seconde Guerre mondiale, sont ambigus. En tant que dirigeant autoproclamé de la France libre, il dépendait dans une large mesure du soutien logistique britannique, ce qu’il considérait comme humiliant. Les « Anglo-saxons », de leur côté, appréciaient peu le comportement indépendantiste de ce général français obstiné. Charles de Gaulle et Winston Churchill, deux hommes de fort caractère, se sont disputés à maintes reprises – par exemple en 1941, lorsque les forces britanniques intervenaient en Syrie et au Liban18. Et surtout, de Gaulle ne cessait de reprocher aux Anglais de trop s’incliner devant les directives américaines. L’expérience de la guerre n’a donc pas balayé, mais plutôt renforcé, un fond de méfiance envers la Grande-Bretagne, déjà existant chez de Gaulle avant 1940.

17En même temps, la Seconde Guerre mondiale a laissé chez le général de Gaulle un sentiment d’admiration et de gratitude pour la Grande-Bretagne. Il n’a jamais oublié que les Anglais l’avaient accueilli en 1940, et que la France devait à Churchill d’avoir été rangée, en 1945, parmi les grandes puissances.

  • 19 ACDP, NL Kiesinger, Gespräch Kiesinger-de Gaulle, 14.1.67.
  • 20 H. GROEBEN, op. cit., p. 353.

18En 1967, l’opposition française contre la candidature britannique a-t-elle vraiment son origine dans de vieilles rancunes ? De Gaulle lui-même affirme explicitement, auprès du chancelier Kiesinger, ne pas fonder sa position sur des sentiments anti-anglais19. Hans von der Groeben, dans ses mémoires, signale que l’expérience d’après 1973 a montré la pertinence de certaines critiques du général : l’entrée de la Grande-Bretagne a en effet soulevé des problèmes majeurs pour le développement de la Communauté20.

  • 21 AN, 539 AP8, 1.2., 3.5.67. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 266-272.

19D’après les sources à disposition, le général de Gaulle ne juge pas du tout négativement, début 1967, le fait que la Grande-Bretagne souhaite se tourner vers l’Europe. Dans l’intimité, il envisage même la demande anglaise avec sympathie. La question qui se pose est plutôt de savoir dans quelles conditions et quand l’adhésion britannique peut se faire. Or de Gaulle est nettement soutenu par de nombreux ministres, dont Maurice Couve de Murville et l’anglophile Michel Debré, dans la défense des intérêts de la France et de la Communauté contre une entrée précipitée de l’Angleterre. D’autres membres du Cabinet – Pierre Messmer, Louis Joxe, ministre de la Justice, et Edgar Faure, ministre de l’Agriculture – souhaitent par contre une adhésion rapide afin de renforcer l’indépendance européenne21.

  • 22 CAC, 19900639/75, Note sur l’adhésion britannique, 9.5.67.

20Les analyses du Quai d’Orsay montrent une opposition très nette à la candidature britannique. Le ministère français doute qu’une Communauté élargie puisse conserver son caractère européen ; l’harmonisation des politiques conjoncturelle et financière paraît inconcevable, et la PAC, difficilement établie, serait remise en cause par les Anglais. Une étude établie par le ministère de l’Economie et des Finances prédit « la paralysie probable des mécanismes de Bruxelles en cas d’adhésion prématurée » de la Grande-Bretagne22. Cela prouve très clairement que l’attitude française n’a pas pour origine les seules positions du président.

  • 23 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 272, 10.5.67.

21Pourtant, si les conseillers du général partagent ses réticences envers la candidature anglaise, ils se méfient aussi de la position que de Gaulle risque de prendre ensuite. C’est le style du général qui est en cause, l’attitude intransigeante qu’il a tendance à adopter en public. Alain Peyrefitte témoigne : « Le refus de 1963 a laissé des traces. Les ministres n’osent pas le dire, mais ils ne cachent pas en privé – presque tous – que le général a été alors trop brutal23. » Ils notent avec soulagement que de Gaulle écarte l’idée d’un veto lors de la conférence de presse du 16 mai. Bruno de Leusse, chef de Cabinet de Couve de Murville, explique cette donnée importante aux Allemands.

  • 24 H. PLISSON, op. cit., p. 332-337.

22En France, l’opinion publique est largement favorable à l’adhésion britannique au Marché commun (60 % contre 13 % d’opposants en mai 1967). Les milieux patronaux émettent des conditions très précises et prennent une attitude plutôt négative dans cette affaire, craignant la concurrence des pays candidats. Mais l’opposition du patronat n’est plus aussi ferme qu’en 1961, lors de la première candidature britannique, parce que l’industrie française a progressivement augmenté sa compétitivité. Quant aux partis politiques, l’UNR adopte la position du général, tandis que les Républicains indépendants, bien qu’ils fassent partie du gouvernement, souhaitent l’adhésion britannique pour équilibrer le poids excessif des États-Unis. François Mitterrand (Fédération de la Gauche) et Pierre Mendès France (Parti Socialiste Unifié) s’expriment en faveur de la Grande-Bretagne, en raison de son potentiel technologique, de sa tradition démocratique et de son orientation socialiste. Mais, dans l’ensemble, l’opposition politique est divisée sur la question24.

  • 25 AMAE, EM 31, Entretien de Gaulle-Kiesinger, 12.7.67.
  • 26 PRO, FCO 30/187, Galsworthy (Bonn) to Statham (London), 26.1.67.

23Charles de Gaulle, lui, affirme sans cesse que l’adhésion britannique modifierait profondément la nature des Communautés européennes : « Cela changerait les conditions selon lesquelles on s’est réuni à Six. Il faudrait recommencer et faire autre chose25. » Il le dit à ses ministres, à Wilson, à Kiesinger et lors des conférences de presse. Au fond, les Anglais ne le contredisent pas. Le fait que l’entrée de la Grande-Bretagne transformerait le caractère de la Communauté est même une « vérité évidente », signale l’ambassade britannique à Bonn26.

  • 27 AMAE, EM 30, Réunion franco-britannique, 25.1.67.
  • 28 CAC, 19900639/75, Note du 9.5.67.

24L’argumentation française touche à différents domaines, à commencer par l’aspect financier. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne étant les co-fondateurs de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, la monnaie britannique bénéficie d’une position privilégiée au sein du système international, ce qui entraîne des avantages particuliers au GATT comme à l’OECE. Lors de la création du Marché commun, puis lors des négociations d’adhésion en 1961-1962, la politique britannique visait à maintenir de nombreux privilèges, contestés par Paris. En 1967, la situation financière du Royaume-Uni pose toujours le même problème à la France, mais dans un contexte différent. Entre-temps, une étroite solidarité monétaire et une grande liberté de mouvement des capitaux s’est établie entre les Six. Michel Debré parle même d’une « doctrine des échanges financiers » créée entre les pays de la CEE27. Par ailleurs, la livre britannique continue à être rattachée, comme monnaie de réserve, au dollar américain structurellement malade. Concernant les réserves de change, la situation s’est inversée depuis 1955 : les Etats-Unis ne disposent plus que de 14,4 milliards de dollars de réserves en 1966 (21,7 milliards en 1955), tandis que les six pays de la CEE ont fait progresser leurs réserves de 6,5 milliards à 20,1 milliards de dollars pendant la même période28.

  • 29 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 271, 10.5.67.

25À l’occasion d’une discussion à l’Élysée, Christian Fouchet pose la question ainsi : « L’Europe des Six a-t-elle intérêt à absorber un pays doté d’une puissance financière telle qu’il drainera la substance du Marché commun29 ? » La Communauté risque en effet de prendre à sa charge le maintien du rôle de la livre dans le système monétaire international, système qui n’est, à la fin des années 1960, maintenu qu’artificiellement. Il s’écroulera enfin en août 1971. La solution proposée par le général de Gaulle est stricte : si la Grande-Bretagne veut adhérer au Marché commun, elle doit renoncer au statut de réserve de sa monnaie et commercer avec l’Europe – et non avec le Commonwealth.

  • 30 CAC, 19900639/75, Notes sur l’adhésion britannique, 20.4., 9.5.67.

26Concernant l’économie, les problèmes sont importants surtout si l’adhésion britannique se fait à court terme, soulignent les spécialistes français. L’entrée immédiate de la Grande-Bretagne, au lieu d’accélérer la construction européenne, paralyserait certainement les travaux en cours à Bruxelles et compromettrait le désarmement douanier final entre les Six, prévu pour le 1er juillet 1968. En outre, les pays membres de la CEE ont pu régler, dans un climat de franchise, leurs problèmes réciproques et arriver à une position commune, par exemple sur le tarif extérieur et les négociations du GATT. Paris doute que Londres soit psychologiquement prêt à se joindre à ce genre de travaux en commun. En revanche, les services français estiment que la candidature britannique est sincère, du point de vue économique. Le Royaume-Uni souhaite participer au développement prospère de la Communauté et mettre fin à son déclin commercial30.

  • 31 DM, t. V, pp. 169-173. – FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 253.

27Lors de la conférence de presse du 16 mai 1967, Charles de Gaulle se fait l’avocat passionné du Marché commun, « une sorte de prodige », bâti grâce à un inlassable effort de coopération des Six et représentant l’indépendance de l’Europe continentale. Par contre, l’entrée de nouveaux candidats, et surtout de la Grande-Bretagne, ferait « pratiquement table rase » des acquis et transformerait le Marché commun en une zone de libre-échange européenne, voire atlantique. Surpris, les Américains observent que le général de Gaulle tient, au sujet du Marché commun, un discours désormais très similaire à celui de Jean Monnet31.

28L’opinion publique allemande, habituée aux attaques du général contre la technocratie de Bruxelles, éprouve également quelque peine à comprendre la position française. Cependant, de Gaulle n’a pas changé d’avis. Il explique à Harold Wilson qu’en 1957 la création d’une zone de libre-échange européenne « aurait peut-être mieux valu » que la Communauté à Six. Mais puisque le Marché commun, réalisation pénible, a été établi, il faut le préserver. Cet entretien permet aussi à de Gaulle de dévoiler à Wilson le fond du problème :

  • 32 FNSP, CM 8, Entretien de Gaulle-Wilson, 19.6.67.

Pouvez-vous et voulez-vous maintenant entreprendre une politique réellement distincte de celle des Etats-Unis ? [...] En fait, vous introduirez, même si vous n’y tenez pas et si le gouvernement britannique n’y tient pas aujourd’hui, un élément dans l’ensemble favorable à l’affaire atlantique. [...] Donc, si vous entrez dans la Communauté, cela ne veut pas dire que la perspective atlantique soit écartée. Or nous ne sommes entrés dans la Communauté que pour l’empêcher32.

  • 33 PAAA, B150, Aufz., 8.1.68 : Ziele der französischen Aussenpolitik.

29Derrière les aspects financiers et économiques, souvent mis en avant, la préoccupation centrale du général de Gaulle reste donc l’indépendance européenne face aux États-Unis. Mentionnons encore quelques autres facteurs qui peuvent contribuer à l’attitude française. L’Auswärtiges Ami soupçonne de Gaulle de ne pas souhaiter l’adhésion britannique afin de réserver à la France le leadership de l’Europe occidentale33. Cette idée en soi ne peut être ni confirmée ni réfutée par les documents étudiés, mais elle se révélerait certainement juste dans le cas où Londres ne se détacherait pas de Washington. Ensuite, plane aussi une crainte sur l’avenir de la langue française. Si la Grande-Bretagne se joignait à la Communauté, la relance probable de la langue anglaise pourrait porter atteinte à l’importance de la culture française non seulement en Europe, mais dans le monde entier. Enfin, Paris fait preuve de peu de confiance envers Harold Wilson, qui adore le Commonwealth et qui a tendance à envisager la politique européenne un peu comme un « gadget » (gimmick). Le fait que les Américains soutiennent la candidature britannique contribue à la méfiance.

  • 34 FNSP, CM8, Tél. Wormser, 14.4.67. – Cf. M. VAÏSSE, op. cit., p. 600.
  • 35 H. PLISSON, op. cit., pp. 441-442, 466-469. – BA, NL Gutt. 90, 16.10.67.

30En ce qui concerne la décision française de ne pas permettre l’ouverture de négociations avec le Royaume-Uni, elle découle surtout de l’expérience de la première candidature britannique. Au lieu de se laisser entraîner dans d’interminables négociations, d’abord à Six et puis avec les Anglais, il vaut mieux « arrêter la chose dans l’œuf34 ». En octobre 1967, deux tendances semblent se dessiner à l’intérieur du gouvernement français : Georges Pompidou se prononce en faveur de discussions exploratoires sur l’adhésion britannique, tandis que d’autres, comme Michel Debré, s’y opposent. Debré est en principe favorable à la cause anglaise, mais il juge préférable d’envisager un accord provisoire avec Londres. Par cette voie, le ministre souhaite éviter que la France refuse brutalement la candidature britannique, et, par ailleurs, il craint que le Marché commun ne soit dénaturé par un élargissement précipité. Le général de Gaulle retient d’abord cette approche. Début novembre 1967, il relance son idée d’association pour préparer une adhésion britannique ultérieure, et le Quai d’Orsay effectue plusieurs études sur les possibilités d’association, peut-être nommée différemment. Cela peut servir de preuve de l’intérêt que Paris porte alors à une solution de compromis. Cependant, le gouvernement britannique ne veut pas de cette solution, ressentie comme une insulte, et qualifie de prétextes les raisons avancées par la France. Charles de Gaulle, quant à lui, pense que les dirigeants britanniques croient sincèrement pouvoir accepter les principes essentiels de la Communauté, mais qu’en vérité ils ne le peuvent pas35.

  • 36 AMAE, EM 29, Entretien du 13.1.67.- AAPD 1967, Dok. 16.
  • 37 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 4.10.67.

31Vis-à-vis des Allemands, le président de Gaulle exerce une forte pression dès la première rencontre avec le nouveau chancelier, en janvier 1967 : « Si nos partenaires de la Communauté voulaient à tout prix faire entrer à présent les Anglais, nous quitterions la Communauté36. » Kurt Kiesinger est donc averti. Désormais, il est condamné au rôle de conciliateur, qu’il va d’ailleurs assumer fort bien. Début octobre, Christian d’Aumale confie à Stephan Thomas, collaborateur intime de Willy Brandt, un avertissement très clair : si Brandt continue à s’engager pour une entrée rapide de la Grande-Bretagne, de Gaulle le verra comme un affront personnel et en tirera les conséquences37.

  • 38 Ibidem, Gespräche Thomas-d’Aumale, 31.10, 11.11.67.

32Le 31 octobre, Christian d’Aumale transmet à Stephan Thomas un autre message d’une tonalité très différente. Le diplomate français annonce alors que de Gaulle souhaite proclamer personnellement, pendant sa présidence, l’élargissement de la Communauté. Stephan Thomas restant sceptique, d’Aumale insiste : la décision du général est « irréversible », de Gaulle a compris l’importance du triangle Paris-Bonn-Londres pour l’avenir de l’Europe, et il fera lui-même entrer la Grande-Bretagne vers 1970. Cette affirmation est renouvelée deux semaines plus tard. Il s’agit maintenant, explique d’Aumale, de rester ferme vis-à-vis de Londres pour obtenir les changements politiques, économiques et financiers qui permettront l’entrée britannique dans la Communauté. L’interlocuteur allemand est désormais convaincu de la sincérité des propos transmis. Charles de Gaulle s’est rendu compte, écrit Thomas à Brandt, que l’adhésion de la Grande-Bretagne est inévitable et le général préfère accomplir l’acte historique lui-même38.

  • 39 AMAE, RFA 1553, Compte rendu de la réunion à Bruxelles, 20.12.67.
  • 40 Christian d’Aumale témoigne : « Au sujet de la Grande-Bretagne, l’expression du général de Gaulle é (...)

33Cette annonce tout à fait surprenante reflète-t-elle vraiment l’intention du président français ou n’est-elle qu’une ruse politique à l’adresse des Allemands ? La question doit rester ouverte. Mais il est possible que la communication de Christian d’Aumale reflète la vérité. Le ministre conseiller de l’ambassade française à Bonn est généralement bien informé. Si l’attitude de Paris, très ferme, vise vraiment l’entrée de la Grande-Bretagne à des conditions meilleures, cette politique s’insère bien dans le schéma gaullien. Lors de la chaise vide, par exemple, le général a déjà refusé le dialogue pour faire pression sur ses partenaires et pour en obtenir davantage de concessions. On peut donc accorder un certain crédit à l’idée que de Gaulle n’est pas, à l’automne 1967, aussi hostile à l’adhésion britannique que l’on croit. Si l’on regarde de près la conférence de presse du 27 novembre, aucun veto formel n’est prononcé. Lors du vote au Conseil des ministres des Six, le 19 décembre, Couve de Murville souligne qu’il n’oppose pas à la candidature britannique une réponse négative, « mais une réponse d’attente39 ». En tout cas, Charles de Gaulle souhaite que la Grande-Bretagne se libère de ses engagements non-européens. Il la veut « nue40 ».

  • 41 FES, NL Brandt, AM 10, 20.12.67: Gespräch Thomas-Puaux.

34En décembre 1967, François Puaux prédit que la France aura naturellement besoin de la Grande-Bretagne pour contrebalancer le poids allemand sur l’Europe. En conséquence, Paris ne s’opposera pas à l’acte historiquement nécessaire, dès que Londres sera prêt41. Et dès que le Marché commun sera solide et achevé, en 1970, faut-il ajouter.

  • 42 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 274, 20.12.67.

35Charles de Gaulle, quant à lui, se demande fin 1967 si les Britanniques « vont faire l’effort pour pouvoir présenter leur candidature42 ». Cette phrase traduit l’intransigeance du général sur les problèmes existants, mais aussi l’ouverture sur le principe de l’adhésion. La majorité des diplomates et des fonctionnaires français soutiennent personnellement la position gaullienne à l’égard de Londres, ce qui n’est pas toujours le cas dans d’autres domaines. Ce fait pèse aussi en faveur du bien-fondé de la position du général. En revanche, de nombreux conseillers et ministres auraient souhaité que de Gaulle ménage davantage la sensibilité britannique et qu’il s’exprime de façon plus souple en public, au lieu de clamer haut et fort les défaillances du Royaume-Uni. Il est possible que cette tactique eût été meilleure.

L’Allemagne conciliatrice

  • 43 CAC, 19900639/75, Circulaire n° 314 du 23.12.67.

36Les discussions des 18 et 19 décembre 1967 entre les Six, qui aboutissent à la constatation du désaccord entre la France et ses partenaires, se déroulent dans une atmosphère détendue. Il n’y a pas de sentiment de crise. Cela est largement dû à la délégation allemande, qui a veillé à éviter tout affrontement susceptible de donner l’impression d’un front contre la France. Paris le reconnaît sans réserve et se félicite de la bonne volonté de Bonn43. En effet, Kurt Kiesinger et Willy Brandt se sont engagés dans ce sens depuis des mois.

  • 44 AMAE, RFA 1553, Interview de W. Brandt, 19.10.67.

37Au mois de mai 1967, le chancelier fait savoir à la presse qu’il n’exercera pas de pression sur la France à l’égard de la candidature britannique. Londres en est déçu. Lors du sommet des Six à Rome, fin mai, Kiesinger rejette toute idée de discussion avec le Royaume-Uni sans l’approbation de la France. Avant d’admettre dans un immeuble un nouvel occupant, déclare le chancelier, ceux qui s’y trouvent déjà doivent se mettre d’accord. En octobre, il réaffirme sa position face à Harold Wilson, et Willy Brandt déclare à la radio qu’il « fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher une crise de la Communauté44 ». Au détriment des bons rapports avec la Grande-Bretagne, le gouvernement fédéral juge prioritaire de sauvegarder l’unité des Six.

  • 45 AAPD 1967, Dok. 373, Knoke (Den Haag) ans AA, 29.10.67.
  • 46 AMAE, RFA 1553, Interview télévisée avec le chancelier, 12.12.67.

38L’attitude modérée de Bonn envers Paris incite Joseph Luns à reprocher aux Allemands leur politique de conciliation qui ne fait, selon le ministre hollandais, que renforcer les exigences françaises45. Confronté à la question – soulevée par les médias pro-anglais – de savoir si un Marché commun serait concevable sans la France mais avec la Grande-Bretagne, Kurt Kiesinger rétorque : « Je crains qu’une CEE, une Europe sans la France ne soient quelque chose de monstrueux et de dangereux46. » Fin décembre, le gouvernement allemand souligne de nouveau son hostilité à des représailles éventuelles contre la France. L’idée – qui semble être dans l’air – de bloquer le développement du Marché commun, est vivement repoussée par Bonn. L’attitude conciliatrice de l’Allemagne vis-à-vis de la France est donc évidente. Mais quelles convictions se cachent derrière ces prises de position officielles ? Quel prix Kurt Kiesinger et Willy Brandt paient-ils pour leur engagement en faveur de la France ?

  • 47 AAPD 1967, Dok. 16, 55, 57.

39L’évolution du chancelier au cours de l’année 1967 doit retenir l’attention. D’abord, en janvier, il assure le général de Gaulle que l’Allemagne ne s’engagera pas, quoi qu’il advienne, en faveur de l’adhésion britannique si la France s’y oppose. Selon Kiesinger, la question n’est alors pas d’actualité. Un mois plus tard, le chancelier affirme cependant auprès de Wilson que l’Allemagne souhaite l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE47.

  • 48 PRO, FCO 30/186-188, Tel. Roberts, 23.1.67; Tel. Stark, 4.2.67 ; PM’s briefing, 7.2.67 ; Tel. Goodi (...)

40Les services britanniques peignent une image floue du chancelier : sa volonté de privilégier les liens avec Paris est évidente, mais en privé, son appui pour une candidature britannique semble très ferme. Au mois de mars, l’ambassade britannique à Bonn fait toutefois valoir que le chancelier envisage l’élargissement de la Communauté plutôt à long terme, les questions à clarifier étant nombreuses et compliquées. Un bulletin chrétien-démocrate signale aussi la déception du gouvernement allemand par rapport à Wilson, notamment son manque d’effort pour adapter son pays au Marché commun. D’autres éléments de politique générale contribuent également à une certaine froideur entre Bonn et Londres : les avances britanniques envers Moscou et l’Europe de l’Est, les divergences au sujet du traité de non-prolifération et la compensation des frais pour l’armée anglaise en Allemagne48.

  • 49 BA, NL Gutt. 90, Vermerk Guttenberg für den Kanzler, 23.4.67.
  • 50 ACDP, NL Osterheld, Kies.l, 6.5.67. – BA, NL Gutt. 154. 15.6.67.
  • 51 AMAE, QIE 2731, Note du 7.7.67 : l’Allemagne et la candidature anglaise.

41Lorsque la Grande-Bretagne dépose officiellement sa candidature à Bruxelles, en mai, l’Allemagne l’accueille positivement et réaffirme, comme en décembre 1966 déjà, sa politique de la porte ouverte. Néanmoins, l’attitude de la chancellerie allemande ne semble pas, à ce moment-là, s’opposer fondamentalement à celle de l’Élysée. Les conseillers de Kiesinger estiment que l’ouverture de négociations avec la Grande-Bretagne peut bloquer la construction européenne parmi les Six et « mettre en danger la politique étrangère allemande49 ». Il vaut donc mieux gagner du temps. Au contraire de l’Auswärtiges Amt, la chancellerie croit qu’il existe des problèmes très sérieux quant à l’adhésion britannique au Marché commun. Elle sera bénéfique pour l’Allemagne, écrit Horst Osterheld à l’attention de son chef, seulement si la Grande-Bretagne est prête à se plier aux règles de la Communauté et si la coopération franco-allemande est renforcée auparavant. Le chancelier adopte cette position et le fait savoir à l’ambassadeur Seydoux, le 15 juin50. En outre, la République fédérale émet, comme la France, des réserves importantes au sujet de la situation financière et économique de la Grande-Bretagne. Le Quai d’Orsay en déduit que Bonn préfère laisser à Paris le soin de trancher sur la candidature britannique, candidature difficile à refuser pour les Allemands51.

  • 52 AAPD 1967, Dok. 261, 263. – AMAE, EM 31.

42Les entretiens de Kurt Kiesinger avec Charles de Gaulle, les 12 et 13 juillet, reflètent encore une certaine similarité de vue. Il faut d’abord prendre le temps d’étudier très sérieusement les répercussions de l’entrée britannique dans la Communauté, avance le chancelier. Il prétend partager le point de vue français, mais ne pas pouvoir agir contre la volonté du Bundestag, de l’opinion publique et de l’industrie allemande, qui demandent tous très fermement l’adhésion de la Grande-Bretagne52.

  • 53 BA, NL Gutt. 198, Pressekonferenz, 21.7.67. – AAPD 1967, Dok. 267, 301. – FRUS 1964-68, vol. XIII, (...)

43La rencontre semble se terminer harmonieusement, mais, hélas, le chancelier et le général en retirent des impressions très différentes. Tandis que de Gaulle se réjouit des doutes profonds de Kiesinger envers la Grande-Bretagne, celui-ci se montre irrité par « l’entêtement » du général. Le chancelier s’en ouvre à Lyndon Johnson, pour lequel il ressent une confiance croissante. Non seulement Kiesinger dépeint l’entrée britannique comme inévitable, mais, contrairement à son avis exprimé à Paris, il s’en fait aussi personnellement l’avocat. En visite à Washington, le chancelier déclare publiquement ne pas partager les craintes françaises de voir la construction européenne compromise par l’adjonction de plusieurs États nouveaux53. Désormais, il affiche clairement sa position.

  • 54 AAPD 1967, Dok. 345, Gespräch Kiesinger-Monnet, 11.10.67.

44Des propos confidentiels tenus par le chancelier à l’automne 1967 traduisent son agacement face à l’attitude « rigide et inflexible » du général, incapable d’entendre l’opinion publique européenne54. Les effets dangereux de l’adhésion britannique, soulignés encore durant l’été, semblent oubliés. Paris en prend note à regret.

  • 55 FJM, AMK C 1/6/58, Entretien Brandt-Monnet, 24.1.67.

45Quant à Willy Brandt, son appui en faveur de l’élargissement de la Communauté est établi dès le début. Le parti social-démocrate fait de l’adhésion britannique sa principale plate-forme politique, ce qui amène Brandt à plaider de façon résolue la cause du Royaume-Uni. En même temps, il s’engage fermement pour les candidatures de l’Irlande, du Danemark et de la Norvège, n’oubliant pas ses liens très intimes avec les pays Scandinaves – Willy Brandt avait bénéficié de la nationalité norvégienne pendant la guerre. Le ministre fédéral fait valoir que l’Europe serait renforcée par l’élargissement, et que les difficultés ne seraient pas insolubles. Il prône des arrangements spéciaux pour les nouveaux membres, dans la mesure où les Six se les étaient eux-mêmes concédés mutuellement. Mais, au contraire d’autres sociaux-démocrates comme Helmut Schmidt, Brandt maintient une certaine prudence dans l’affaire britannique. Il est certainement attentif à ne pas perdre le soutien français pour sa politique d’ouverture à l’Est. De plus, Brandt a l’impression, après la réunion franco-allemande de janvier 1967, que Paris est favorable à l’adhésion britannique à terme, et que les objections françaises ne sont qu’un élément de la tactique du général55.

  • 56 FES, NL Brandt, PT 256, 10.7.67. – PAAA, B2/130, 7.12.67.

46La France n’est pas contre le principe de l’entrée anglaise dans la Communauté, signale Brandt en juillet, mais elle croit que le temps n’est pas venu. En revanche, il affirme ne pas partager cette conviction. L’ambassadeur Klaiber, qui souhaite éviter, début décembre, de nouvelles discussions sur ce sujet afin de ménager la France, reçoit une remontrance cinglante de la part de Brandt56. Le ministre entend discuter en toute courtoisie avec la France, mais il veut néanmoins exprimer très clairement sa divergence de vue.

  • 57 FES, Dep. Bahr 396, Aufz., 30.11.67 ; 441, Aufz., 11.11. 67.

47Les documents d’Egon Bahr permettent d’accentuer la politique suivie par son chef. Bahr reconnaît d’emblée que l’Allemagne ne possède aucun argument valable pour influencer la position française sur la question britannique. Après la conférence de presse du général, fin novembre, Bahr se montre convaincu que les objections économiques et financières ne représentent pas l’aspect décisif de la position française. Le facteur politique, essentiel d’après lui, ne pourra pas être modifié par l’aménagement des problèmes économiques57.

48Selon Bahr, l’attitude française est donc immuable. On peut toutefois se demander si le jugement catégorique du conseiller allemand est correct. Le général de Gaulle ne voit-il pas, plutôt, la situation économique et financière britannique comme une sorte d’épreuve face à laquelle la Grande-Bretagne doit rendre évidente sa volonté politique ? Cela semble bien être le cas. Le fait d’exclure cette perspective, du côté de Bonn, ne contribue certainement pas à une entente franco-allemande sur la question. Bahr propose à son ministre d’encourager l’orientation européenne de la Grande-Bretagne et de favoriser, sur tous les plans possibles, les contacts de l’Allemagne avec les pays de l’AELE. Ainsi se préparera naturellement l’élargissement de la Communauté. Néanmoins, Bahr souligne l’importance vitale de l’axe Paris-Bonn. Vu la situation géographique, stratégique et politique de l’Allemagne, écrit le conseiller de Brandt, une rupture avec la France ne peut pas être envisagée sérieusement.

  • 58 Sources : BA, NLGutt. 154, Aufz. Neef, 1.7.67. – PAAA, B2/130, Aufz. Lahr, 14.12., 18.12.67. – AAPD (...)

49Bien sûr, les objections françaises à l’élargissement rapide de la CEE sont aussi étudiées par les spécialistes allemands. Voici, en résumé, les répliques qu’ils y apportent58.

50L’élargissement changera le caractère du Marché commun. Cela est vrai. Les Six ont toutefois signé le traité de Rome, qui contient l’idée de l’élargissement. La question est donc de savoir si les objectifs fondamentaux et le fonctionnement des Communautés seront entamés. Le rapport de la Commission montre que ce n’est pas le cas.

51La livre Sterling constitue un danger financier. Le rôle international de la livre ne représente pas un obstacle majeur, tant que le Royaume-Uni accepte d’en porter la responsabilité à lui seul. La Grande-Bretagne fait preuve d’un esprit de coopération et s’engage pour la réforme du système monétaire international. Elle a également accepté, à long terme, l’idée d’une union monétaire européenne (sic !).

52L’adhésion britannique mettra en péril le fonctionnement du Marché commun. Il est important de veiller à ce que l’élargissement ne freine pas l’accomplissement du Marché commun et la fusion des trois exécutifs. Pour cette raison, les pays candidats ne doivent pas adhérer à la Communauté avant le 1er janvier 1970. L’encadrement communautaire amènera naturellement le Royaume-Uni à réorienter son économie vers l’Europe.

53La Grande-Bretagne est liée aux Etats-Unis par des rapports particuliers, qui l’empêchent de devenir véritablement européenne. Ces rapports particuliers existent en effet, et encore pour longtemps, surtout dans les domaines de la défense, des finances et de la politique mondiale. Les deux pays se rassemblent automatiquement en cas de conflit. Il est à prévoir que Washington utilise l’adhésion britannique pour exercer plus d’influence sur les affaires européennes. Cependant, une fois membre de la Communauté, Londres sera forcé de se détacher des Etats-Unis et ne pourra pas jouer le rôle de cheval de Troie américain que le général de Gaulle imagine.

  • 59 PAAA, B20/1479, Knappstein (Washington) ans AA, 29./30.6.67.

54À partir d’une analyse de situation semblable à celle faite à Paris, Bonn tire toutefois des conclusions divergentes. Les Allemands sont plus optimistes à l’égard de l’influence communautaire sur la Grande-Bretagne, et ils se soucient moins d’un renforcement de l’influence américaine. Ils se font également une idée différente de la bonne volonté de Londres. Par contre, Paris et Bonn sont en principe d’accord sur le fait que l’élargissement ne doit pas intervenir avant 1970. Il reste à noter que l’ambassadeur allemand à Washington, Walter Knappstein, avance une opinion contraire à celle soutenue par l’Auswärtiges Amt. Selon lui, les relations économiques entre le Royaume-Uni et l’Amérique resteront malgré tout très étroites. De plus, il estime que Londres ne pourra pas résoudre ses problèmes financiers sans l’aide massive de la Communauté59.

  • 60 PAAA, B2/130, Aufz., 11.1.67. – AMAE, RFA 1553, Article F. Berg, 18.9.67.

55L’industrie allemande fait peser tout son poids en faveur de l’élargissement. Puisque la zone de l’AELE absorbe 28 % des exportations allemandes, l’abolition des barrières douanières avec ces pays apportera à la République fédérale un grand bénéfice. L’adhésion de la seule Grande-Bretagne augmentera d’un tiers le pouvoir d’achat de la CEE et la croissance économique sera renforcée de façon spectaculaire, s’enthousiasme le porte-parole de l’industrie allemande, Fritz Berg. Enfin, l’avance technologique du Royaume-Uni permettra des projets industriels communautaires à grande échelle60.

  • 61 FJM, AMK C 1/38/13, Die Welt, 22.5.67 : Strauss kritisiert de Gaulle.
  • 62 FES, NL Brandt, AM 10, 20.12.67, Gespräch Thomas-d’Aumale.

56Les intérêts de l’industrie allemande, la conviction des politiciens à Bonn et l’opinion publique (72 % de favorables contre 9 % d’opposants) convergent donc vers le même résultat très net : un soutien passionné à l’adhésion britannique au Marché commun. Même l’influent ministre Franz Josef Strauss, qualifié de gaulliste, critique publiquement la « politique de jardinet » de la France et son attachement à un passé glorieux, qui l’empêchent d’écouter la voix des autres61. Par ailleurs, les Français ont l’impression que l’opinion allemande, devenue irrationnelle, s’est complètement fermée à leur position solidement argumentée62. Au sein de l’Auswärtiges Amt, vers la fin de l’année, plusieurs fonctionnaires soupçonnent la France de poursuivre un but purement égocentrique : la prépondérance française en Europe occidentale. Ainsi, il est évident que les relations franco-allemandes souffrent de la question britannique, malgré le fait que Bonn s’engage sincèrement dans son rôle de conciliateur. Certes, Bonn réussit à éviter un front commun des Cinq contre la France, mais Kurt Kiesinger et Willy Brandt croient la position française erronée. Les bons rapports avec le général de Gaulle, indispensables pour la politique allemande, deviennent alors un poids qui pèse lourdement.

La question britannique en suspens (1968)

Paris demande de la patience

  • 63 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 9.2.68.

57L’année 1968 ne promet d’abord aucun changement de la position française. Vis-à-vis de la République fédérale, le gouvernement français poursuit sa politique ambivalente. Il loue publiquement la « loyauté » et le « réalisme » allemands sur la question britannique, mais il attaque, par des voies confidentielles, l’impatience de Bonn. En vérité, le général est très préoccupé, explique Christian d’Aumale à Stephan Thomas, du fait que les Allemands ne comprennent pas la nécessité de rester ferme envers la Grande-Bretagne. Sinon, celle-ci ne suivra pas le processus nécessaire. Le diplomate français réaffirme que le président de Gaulle proclamera lui-même l’adhésion britannique, mais qu’il faudra encore un peu de patience : « Que signifie, après des siècles d’ingérence britannique sur le continent, une attente de deux ans pour que le Royaume-Uni puisse prendre, d’égal à égal, sa place parmi les peuples européens63 ? » Enfin, Christian d’Aumale annonce l’amélioration imminente des relations Paris-Washington, ce qui se révélera parfaitement juste.

  • 64 PRO, Prem 13/2107, Reilly (Paris) to FO, 22.2.68.
  • 65 U. LAPPENKÜPER, Diedt.-frz. Beziehungen, op. cit, p. 1771.

58Comme les Américains, les Britanniques disposent d’une « source » au Quai d’Orsay, qui leur communique des informations françaises secrètes64. Selon cet informateur, de Gaulle a encore transmis à Bonn, début février 1968, la menace de l’année précédente : si les Allemands décident de former un front des Cinq contre la France, cela signifiera la fin automatique et immédiate du Marché commun. Mentionnons aussi, dans ce contexte, que les services britanniques espionnent l’ambassade française à Londres depuis longtemps65.

  • 66 Cité d’après : M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 603.

59La réunion franco-allemande des 15 et 16 février – dix jours après l’affaire Brandt – se déroule dans une bonne atmosphère et aboutit à une déclaration commune sur la question britannique : « Les deux gouvernements souhaitent l’élargissement des Communautés à d’autres pays européens [...] dès lors qu’ils seraient en mesure [...] d’entrer effectivement [...], ou de se lier à elles sous une autre forme, par des arrangements purement commerciaux66. » Pour les Allemands, c’est un pas en avant puisque la France exprime son souhait d’accueillir de nouveaux membres. Du point de vue français, il s’agit d’encourager la Grande-Bretagne à s’orienter vers l’Europe. Mais Londres rejette l’idée d’arrangements économiques, et Paris refuse d’aller plus loin.

  • 67 H. ALPHAND, op. cit., p. 505.
  • 68 PAAA, B150, Gespräch de Gaulle-Klaiber, 28.6.68.

60Durant les mois suivants, les experts français et allemands élaborent un projet d’arrangement commercial. Ce document devrait être présenté aux Six à l’automne 1968, puis aux pays de l’AELE. Mais la crise de mai, remettant en question la position française dans le monde, change la donne pour Paris, d’autant plus que les Anglais « se vengent de l’arrogance de certains Français67 ». Fin juin, de Gaulle constate l’échec de son grand vœu : l’Europe européenne. Il en impute la responsabilité à la Grande-Bretagne, qui n’a pas su s’élever au-dessus du statut de « satellite américain68 ». Ce jugement paraît dicté par la frustration et l’amertume. Entre-temps, Michel Debré propose à Willy Brandt de procéder à une étude sur les points communautaires essentiels qui devraient rester en vigueur après un élargissement éventuel. Les Allemands réagissent avec peu d’enthousiasme.

  • 69 AMAE, EM 34, Entretien du 27.9.68, à 16 h 15. – AAPD 1968, Dok. 314.

61Lors de la réunion franco-allemande de fin septembre, le général de Gaulle reproche au chancelier Kiesinger de ne jamais avoir été solidaire avec Paris au sujet de Londres. Le fait que, depuis deux ans, les Britanniques freinent le développement de la Communauté sans faire d’effort eux-mêmes, sert de preuve de leur mauvaise volonté. De Gaulle paraît irrité et beaucoup plus rigide qu’en février 1968. Il conclut : « Si la Grande-Bretagne entre au Marché commun, le Marché commun sera terminé. C’est possible, on peut l’envisager, mais alors il faut l’admettre69. »

62Par la suite, de Gaulle ne dévie plus de sa position. Les propos échangés entre lui et l’ambassadeur britannique Soames, début février 1969, ne sont rien d’autre que l’application de cette pensée : on peut envisager de faire entrer la Grande-Bretagne dans l’Europe, mais alors il faut imaginer autre chose que le Marché commun.

Bonn reste loyal envers la France

63Tout au long de l’année 1968, la République fédérale doit résister à de nombreuses pressions qui cherchent à l’entraîner vers une coopération entre les Cinq et les pays candidats. La tactique de Londres vise à contourner l’opposition française et à renforcer les liens avec le continent dans des domaines qui ne sont pas couverts par le traité de Rome.

  • 70 PAAA, B150, Aufz. Frank, 4.1.68 ; Gespr. Kiesinger-Luciolli, 18.1.68.

64D’abord, en janvier, la Grande-Bretagne propose de renforcer la coopération technologique, industrielle et militaire entre elle et les Cinq. L’Allemagne refuse de souscrire à la conférence souhaitée, pour ne pas indisposer la France et pour sauver le bon fonctionnement du Marché commun. Bonn, tout comme Rome, n’est pas prêt à créer de nouvelles institutions dont Paris ne ferait pas partie. Les Allemands se méfient aussi d’un éventuel esprit de vengeance britannique à l’égard de la France70. Et l’industrie allemande, tout en s’engageant passionnément pour l’adhésion britannique, n’envisage nullement de mettre en danger la coopération avec la France.

  • 71 PRO, FCO 33/119, Conversation O’Neill-Blankenhorn, 11.1.68.

65Selon l’ambassadeur allemand à Londres, ni Kurt Kiesinger, ni Willy Brandt, Franz Josef Strauss ou Helmut Schmidt ne se lanceront sans la France dans quelque entreprise avec les Britanniques. L’ambassadeur Blankenborn regrette profondément « le sens d’obligation » de son gouvernement envers Paris. Passer outre aux mécanismes créés par le traité de l’Élysée lui semble « une illusion71 ». L’ambassadeur ne se trompe pas.

  • 72 ACDP, NL Kiesinger A289. – PRO, Prem 13/2107, 20.2., 22.2.68.

66Après la déclaration franco-allemande du 16 février, Kiesinger se voit fortement critiqué. Sa conduite à Paris est jugée « honteuse » par l’Italien Fanfani, et « misérable » par le Luxembourgeois Grégoire. D’après la presse anglaise, la politique du chancelier est faible, dépourvue de ligne claire et soumise à la France. En Allemagne, les commentaires ne sont guère plus favorables72.

  • 73 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 484, 10.3.68.
  • 74 ACDP, NL Kiesinger 008-1, Infogesprâch in Madrid, 29.10.68.

67Curieusement, un projet de compromis élaboré par les Italiens est accueilli de façon beaucoup plus positive, malgré ses analogies avec le communiqué franco-allemand. Comment est-ce possible ? Cela tient, selon Rolf Lahr, aux informations « stupides » et « fausses » divulguées après coup par le Quai d’Orsay. La diplomatie française a laissé entendre que Bonn se serait rallié à sa position, ce qui suscite une méfiance accrue partout en Europe73. Le co-auteur allemand du communiqué affirme que, pour cette raison, la proposition est discréditée, malgré la validité de son contenu. On soupçonne désormais que l’offre d’arrangements économiques avec la Communauté soit un cul-de-sac qui se substituera à l’adhésion complète. Selon Kurt Kiesinger, la Grande-Bretagne a toutefois commis une grosse erreur en réagissant négativement à la proposition franco-allemande du 16 février, qui était sincère et constructive74.

  • 75 ACSP, NL Strauss, Fam. 1156, Spaziergang mit K. Kiesinger, Frühling 1968.
  • 76 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 492, 26.5.68.

68Le chancelier se dit convaincu que la position française n’est pas, comme beaucoup l’imaginent, fondée sur des ressentiments bizarres, mais sur des considérations dont il est possible de débattre de façon objective. Il faut donc continuer à négocier pour trouver une voie. Mais la véritable conviction du chancelier reste difficile à saisir. Comme sur d’autres sujets, il semble adapter son opinion aux circonstances et se contenter de son rôle de médiateur. Ainsi affirme-t-il, lors d’un entretien confidentiel avec un journaliste, qu’il aurait trouvé depuis longtemps avec la France une solution aux questions européennes, s’il n’y avait pas des résistances intérieures en Allemagne75. Cependant, lors d’une discussion avec ses ministres et ses conseillers, le chancelier s’exprime, sans contrainte, d’une manière très différente. Il interrompt Rolf Lahr, qui reproche à de Gaulle de n’avoir aucune politique européenne, en s’exclamant : « Aucune ? Non – mais pas la même que nous76 ! »

  • 77 Lors d’un entretien accordé à l’auteur.

69L’explication la plus plausible sur l’attitude de Kiesinger dans l’affaire britannique est celle donnée par Hermann Kusterer77 : le chancelier se croit capable, en 1968 encore, de faire changer d’avis le général de Gaulle à l’égard de Londres. Sans doute, Kiesinger surestime-t-il la force de son propre discours.

  • 78 PRO, FCO 33/109, Memo Maitland, 6.9.68 : Czechoslovakia.
  • 79 PRO, FCO 33/109. – AAPD 1968, Dok. 311, 314, Dok. 317.

70En septembre, peu après le drame tchèque, les Britanniques saisissent l’occasion pour lancer une nouvelle offensive de charme en direction de Bonn. Ils cherchent à démontrer qu’ils sont des alliés plus avantageux pour l’Allemagne que la France. Ils veulent faire passer le message que « notre jugement est plus solide que celui des Français, que nous sommes plus imaginatifs et plus décidés au moment des crises, et que nous sommes, face aux Russes, plus efficaces pour défendre les intérêts allemands78 ». Le Foreign Office perçoit en République fédérale le sentiment croissant que la France n’est pas en mesure de donner aux Allemands ce dont ils ont besoin, notamment sur les plans de la sécurité et de la politique orientale. Afin d’amener Bonn à repenser ses relations avec Paris, Londres prépare son coup minutieusement. Après avoir abordé Willy Brandt, la diplomatie britannique remet au chancelier un message du Premier ministre Wilson, le 26 septembre, juste avant la visite du général de Gaulle. Cette lettre vise à dénoncer les « conceptions périmées » de la France et à provoquer une pression allemande sur Paris pour faire entrer la Grande-Bretagne dans le Marché commun. Mais le chancelier Kiesinger se montre réticent à l’avance britannique en disant qu’il ne veut pas rompre avec Paris. Cette attitude allemande prévaut également après la réunion des 27 et 28 septembre, malgré les mésententes avec le gouvernement français79.

  • 80 FES, NL Brandt, PT 287, Interview in der Welt am Sonntag, 6.10.68.

71Pour Willy Brandt, une Europe unie n’est concevable ni sans la France, ni sans la Grande-Bretagne. Mais le ministre allemand, impatient, souhaite unifier l’Europe plus vite que Paris : « Il y a des occasions qui ne reviennent pas80. » La chancellerie reste sur la défensive. Le mécontentement anglais y est jugé moins grave que la rupture avec la France, qui résulterait automatiquement d’une prise de position en faveur de Londres.

72En octobre, la République fédérale fait entendre que l’affaire britannique n’occupe plus, pour elle, le devant de la scène politique. En revanche, Bonn entend resserrer les liens avec Londres dans d’autres domaines, notamment en matière technologique. En Angleterre, les journaux déplorent « l’alignement » de Kiesinger sur de Gaulle.

73Le reproche du général – le manque d’une vraie solidarité franco-allemande face aux Britanniques – semble dur dans ces circonstances. Les Allemands se sont conduits de façon loyale envers la France. Ils ont toujours résisté aux demandes, accompagnées d’une pression considérable, de s’opposer à Paris. Mais, et c’est là le point crucial pour de Gaulle, Bonn ne partage pas l’opinion française envers Londres ni envers Washington. Il semble que, pour le général, les Allemands n’ont pas le droit d’avoir une autre opinion que la sienne.

  • 81 Propos rapportés par Egon Bahr, lors d’un entretien accordé à l’auteur.

74Par ailleurs, Willy Brandt confiera à un proche, beaucoup plus tard, que son jugement a évolué : les relations spéciales entre Londres et Washington perturbaient en effet le développement de l’Europe. Sur ce point, avoue Brandt, le général de Gaulle avait raison81.

Vers une Europe différente : l’affaire Soames

L’entretien du 4 février 1969

  • 82 PRO, FCO 30/414, Telegram 123, Soames (Paris) to FO, 5.2.69.

75Le 4 février, Charles de Gaulle reçoit l’ambassadeur britannique Christopher Soames. Avant le déjeuner, auquel assistent Madame de Gaulle et Lady Soames, les deux hommes s’entretiennent en tête-à-tête pendant trois quarts d’heure, sans traducteur ni secrétaire. Ils parlent de l’Europe. D’abord, le général s’exprime comme d’habitude : les pays européens – et notamment la Grande-Bretagne – avec leurs liens trop étroits avec l’Amérique, empêchent la création d’une Europe véritablement européenne. Christopher Soames rétorque que le général a tenu exactement les mêmes propos en décembre 1962 déjà, face au Premier ministre Macmillan. Mais depuis, bien des choses ont changé, le Royaume-Uni a évolué. Concernant la situation mondiale, enchaîne l’ambassadeur, Londres est en effet plus proche des Américains que des Soviétiques – tout comme Paris. Le problème des liens avec les États-Unis n’est donc pas une question de principe, mais plutôt de degré82. Alors, de Gaulle commence à parler plus librement, de l’avenir de l’OTAN et du Marché commun. Dans les semaines qui suivent, une polémique fabuleuse s’élèvera autour de ces propos et de leur signification. Il vaut donc la peine de bien les examiner.

  • 83 FNSP, CM9, Entretien du 4.2.69. Compte rendu daté du 7.2.69.
  • 84 Réflexion faite par M. VAïSSE, La grandeur, op. cit., p. 609.

76Deux comptes rendus existent. Celui provenant du général, d’une page et demie seulement, est assez sommaire83. Il retient le souhait français d’entamer des entretiens confidentiels avec le gouvernement britannique sur l’avenir de l’Europe. « Il s’agirait, en fait, pour chacun des deux gouvernements, de faire connaître ses vues sur ce que pourrait être une entente économique européenne [...] pour le cas où, dans l’avenir, le Marché commun lui-même s’effacerait pour faire place à un autre régime. » Quant aux problèmes politiques, le général de Gaulle suggère un échange de vues « au sujet d’une concertation organisée des États de l’Europe », sur la base d’une indépendance vis-à-vis de Washington. « [...] une telle indépendance comporterait un changement essentiel de la position de certains États européens, notamment de la Grande-Bretagne, quant à leurs liens avec les États-Unis et, en particulier, leur dépendance militaire dans l’OTAN ». Les idées exprimées ici ne sont pas neuves et concordent bien avec la vision du général. Le fait nouveau est qu’il désire en parler aux Britanniques84.

  • 85 PRO, FCO 30/416. Compte rendu daté du 5.2.69.
  • 86 PRO, FCO 30/414, 5.2.69. Telegram n° 123, 124, 125.

77L’autre compte rendu, établi sur six pages par Christopher Soames, est beaucoup plus détaillé85. On reviendra sur la question de la véracité de ce texte, qui n’est, en tout cas, pas en contradiction avec la version française. Les télégrammes envoyés par Soames au Foreign Office, le 5 février, contiennent également le rapport complet ainsi que des remarques personnelles de l’ambassadeur86. Voici donc les points sensibles décrits par Soames.

78Le premier concerne l’OTAN. L’ambassadeur demande au général si la Grande-Bretagne doit quitter cette organisation pour prouver son esprit européen. « Il [de Gaulle] répond que ce n’est pas cela qu’il cherche, mais dès qu’une Europe vraiment indépendante sera établie, on n’aura plus besoin de l’OTAN en tant que telle, avec sa dominance américaine et ses structures de commandement. » Même dans la version anglaise, les propos du général sur l’OTAN n’ont donc rien de particulièrement nouveau, sauf qu’il entend inclure les Britanniques dans sa vision. Sinon, c’est du gaullisme pur. La modification de l’alliance militaire est présentée comme un effet naturel de l’évolution européenne, souhaitée depuis longtemps par de Gaulle. Dans son esprit, l’Europe ne pourra jamais devenir indépendante sans une défense propre. Mais cette pensée doit forcément aboutir à une coopération nucléaire entre la France et la Grande-Bretagne, seule amorce possible d’une défense européenne. La suite montrera que c’est bien de cela qu’il s’agit.

  • 87 “His thought was that there should be a large European economic association, but with a small inner (...)

79Le second sujet du rapport Soames qui sera incriminé concerne l’avenir des Communautés européennes. Comme d’habitude, de Gaulle fait valoir que l’entrée des nouveaux candidats changera le caractère du Marché commun. Et, pour la première fois, le général explique comment on pourrait imaginer cette Communauté élargie. « Sa pensée est qu’il devrait y avoir une large association économique européenne, mais avec un Conseil restreint formé d’une association politique européenne entre la France et la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie87. » Charles de Gaulle dit souhaiter des conversations franco-britanniques, poursuit Soames dans son compte rendu, afin de rétablir de bonnes relations et de coopérer dans un sens européen. Le général demande que soit d’abord explorée, en secret, l’existence éventuelle d’une similarité de vues entre les deux pays. Si c’est le cas, et après que des entretiens sont décidés, ce fait sera rendu public.

Les origines de l’ouverture française

80Il est étonnant que le général de Gaulle donne la primeur de ses pensées à un représentant britannique, après tant d’années de brouille entre Paris et Londres. Comment est-ce possible ? Depuis mai 1968, la situation de la France s’est détériorée. L’affaiblissement de son économie, la remise en cause de la coopération franco-soviétique et la dégradation des rapports avec Bonn favorisent l’ouverture envers Londres. La peur que l’Allemagne, même divisée, domine économiquement la Communauté des Six est clairement palpable. La Grande-Bretagne apparaît alors comme un contrepoids à la puissance allemande ainsi qu’à l’idée de supranationalité, rejetée par Paris et Londres.

  • 88 BA, NL Gutt. 93, 17.1.69 (citation). – PAAA, B150, Aufz., 5.9., 16.12.68.

81Fin 1968, une autre affaire provoque « un choc » en France. L’Allemagne, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne annoncent la construction en commun de deux usines d’enrichissement d’uranium, projet préparé en secret dès l’été 196888. Ainsi, l’Allemagne aura accès à des technologies nucléaires hautement sensibles. Michel Debré signale à Christopher Soames que cette offre britannique aux Allemands se fait dans des conditions très inquiétantes. La France ne souhaite donc pas se rallier à ce projet, malgré l’invitation allemande de fin 1968.

  • 89 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 607. – H. PLISSON, op. cit., p. 691.

82Durant l’hiver 1968/69, l’atmosphère entre la France et l’Allemagne est mauvaise et leurs relations se trouvent dans un cul-de-sac. Selon le chancelier Kiesinger, la jeunesse allemande a abandonné ses rêves européens et elle en impute la faute à la France, qui bloque la route à la Grande-Bretagne. En France aussi, la jeunesse semble céder à la résignation, doutant de la capacité des politiciens en place à mettre en pratique leurs idées. L’impasse du Marché commun est évidente, le blocage britannique dominant toute discussion parmi les Six. Lorsque Michel Debré réunit les ambassadeurs français en poste dans les grandes capitales européennes, ils se prononcent tous en faveur de l’élargissement, à l’exception de l’ambassadeur à Rome, qui craint l’affaiblissement de la langue française en Europe89.

  • 90 AMAE, EM 35, Entretien Debré-Soames, 25.11.68.
  • 91 AMAE, AO 30, Interview avec Etienne Burin des Roziers.

83Fin 1968, Debré annonce qu’il faut réviser la conception européenne d’il y a dix ans, englobant l’Allemagne et excluant l’Angleterre. Le 25 novembre, le ministre approche l’ambassadeur Soames en vue d’entamer des conversations bilatérales entre Paris et Londres. Soames refuse, puisque son gouvernement préfère discuter les sujets européens de façon multilatérale, avec les Six réunis90. Mais Michel Debré ne cesse de s’engager pour résoudre le problème. Début 1969, il s’impose auprès du général. « De Gaulle s’est laissé convaincre par Debré qu’il n’était pas bien de faire la sourde oreille aux Britanniques91. »

  • 92 PAAA, B150, Vermerkvom 18.3.69.

84Une autre personnalité joue un rôle important dans cette affaire : Jean de Lipkowski, secrétaire d’État au Quai d’Orsay. « Il nous a fallu des semaines pour amener le général aux discussions avec Soames », révèle de Lipkowski à un fonctionnaire allemand92. Selon Christopher Soames, normalement très bien informé, le général blâmera en effet Michel Debré et Jean de Lipkowski de l’avoir mal guidé dans cette affaire. Notons que l’ambassadeur Soames tient à informer de Lipkowski, dès l’après-midi du 4 février, de sa discussion avec le général.

  • 93 BA, NL Gutt. 92, Gesprâch mit R. Coudenhove-Kalergi, 24.2.69.
  • 94 Lettre du 3.3.69, citée in : Fondation Charles de Gaulle, Richard Coudenhove-Kalergi – Charles de G (...)
  • 95 ACSP, NL Strauss, BMF 48, Briefe von R. Coudenhove-Kalergi, 13.2., 5.3.69.

85Dans ce contexte, l’amitié entre Jean de Lipkowski et le comte Coudenhove-Kalergi, président de l’Union paneuropéenne, peut éventuellement avoir son importance. Les deux hommes partagent les mêmes vues politiques, souligne le comte93. En janvier 1969, Coudenhove-Kalergi ne vise rien d’autre qu’une relance européenne par une sorte de plan Fouchel des quatre grands – la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie – seuls capables, selon lui, d’assurer l’avenir de l’Europe. Le comte soumet ses propositions directement à de Gaulle, qui en prend connaissance « avec un vif intérêt94 ». La notion d’un Conseil européen à quatre, évoquée par le général auprès de l’ambassadeur Soames, est-elle issue de l’influence de Jean de Lipkowski et de Richard Coudenhove-Kalergi ? Ce dernier en est convaincu, déjà avant l’éclatement de l’affaire Soames dans les journaux95.

86Pour Charles de Gaulle, la personnalité de l’ambassadeur britannique joue certainement un rôle aussi. Christopher Soames est le gendre de Winston Churchill, fait qui rappelle au général l’époque de la Seconde Guerre mondiale. De plus, Soames a accepté le poste d’ambassadeur à Paris pour accomplir une tâche précise : mettre fin à la tension entre la Grande-Bretagne et la France et rétablir leur entente cordiale. Dans ce but, il demande un entretien avec le général dès décembre 1968. C’est donc le Britannique qui prend l’initiative. À la mi-janvier, de Gaulle accepte, cordialement, de le recevoir. L’ambassadeur étant malade à ce moment-là, le rendez-vous est reporté au 4 février.

Évaluation de l’entretien de Gaulle-Soames

87Du côté français, personne ne semble avoir su en détail ce que de Gaulle voulait dire à l’ambassadeur Soames, ni, après, ce qui a été dit exactement. D’où la difficulté de vérifier le compte rendu britannique, soumis au secrétaire général de l’Élysée le 6 février. Bernard Tricot répond à Soames que le rapport fait par de Gaulle est moins exhaustif et qu’il faut attendre la vérification du compte rendu par le général.

  • 96 PRO, FCO 30/414, Conversation Chalfont-de Lipkowski, 6.2.69.
  • 97 PRO, Prem 13/3383, Conversation Healey-Messmer, 15.1.69.

88Le même jour, Jean de Lipkowski s’entretient au Luxembourg avec Lord Chalfont, ministre d’État au Foreign Office. De Lipkowski propose des conversations bilatérales au plus haut niveau, afin de discuter de la structure politique de l’Europe et de sa défense. Le temps est venu, avance de Lipkowski, d’une coopération nucléaire franco-britannique. Cela pourrait impliquer des échanges techniques et la création d’un groupe de planification nucléaire mixte. Du fait de leur armement nucléaire, la France et la Grande-Bretagne sont les seules puissances européennes qui comptent, affirme le secrétaire d’État français. Il termine en soulignant son influence sur le général, qui est en train de repenser complètement sa politique étrangère96. Chalfont évite de prendre position. Le 15 janvier déjà, Pierre Messmer a insisté, face à son homologue britannique, sur la nécessité de discuter des affaires nucléaires97. La démarche de Jean de Lipkowski est donc bien appuyée.

  • 98 PRO, FCO 30/414, Soames (Paris) to FO, 8.2.69 : Meeting with M. Debré.
  • 99 H. PLISSON, op. cit., pp. 584-587.

89Le 4 février, de Gaulle a proposé que Christopher Soames continue les discussions avec Michel Debré. Celui-ci, à peine rentré d’un voyage en Espagne, demande à voir l’ambassadeur britannique le samedi soir, 8 février. Soames est surpris que le ministre se hâte tellement pour « répéter pratiquement les propos du général98 ». Debré avance les points suivants : le gouvernement britannique doit répondre à la question de savoir s’il souhaite amorcer, aux sujets de la structure économique de l’Europe et de son organisation politique, des conversations bilatérales et confidentielles avec Paris ; la France se pose des questions sur l’utilité du Marché commun pour l’avenir ; ne pas prévenir les partenaires de la Communauté est capital, dans un premier temps ; le général de Gaulle souhaite discuter de ces affaires directement avec Harold Wilson ou le ministre des Affaires étrangères, Michael Stewart. Celui-ci a en effet remplacé George Brown au Foreign Office dès mars 1968. Bien que Stewart soit moins favorable à l’égard de Paris que son prédécesseur, le caractère plus effacé du nouveau ministre et sa bonne connaissance des dossiers simplifient plutôt le dialogue99.

  • 100 AMAE, AO 29, Interview du 30.9.87 avec M. Couve de Murville.

90Selon le rapport de Soames, la méfiance de Paris envers Bonn constitue un facteur décisif de l’ouverture française aux Britanniques. Le général a d’ailleurs téléphoné à Debré les 5 et 7 février pour lui faire part de l’entretien du 4 – le ministre français est donc bien informé. Cela confirme qu’un malentendu fondamental entre Christopher Soames et le gouvernement français est quasiment exclu. Mais cet épisode montre également à quel point de Gaulle croit la situation exceptionnelle et urgente. Maurice Couve de Murville se souvient que le général ne l’a jamais appelé par téléphone, sauf après la rencontre du 4 février 1969 : « De Gaulle n’avait pas l’air enchanté, il n’était pas fier de l’affaire100 ».

  • 101 PRO, FCO 30/414, Soames (Paris) to FO, 5.2.69, Telegram 125.

91Les Britanniques se demandent aussitôt si l’offre française est sincère. Soames lui-même a tendance à le croire, mais il n’en est pas sûr. Dès le 5 février, il soupçonne que de Gaulle vise à présenter le Royaume-Uni sous une mauvaise lumière pour faire pression sur les Cinq. En effet, le dilemme des Britanniques est important : peuvent-ils s’engager dans des discussions confidentielles, qui aboutiraient éventuellement au remplacement du Marché commun, et en même temps plaider la cause de leur candidature à la Communauté ? Par ailleurs, analyse l’ambassadeur Soames, plusieurs sources, dont André Malraux, confirment les préoccupations du général face à l’ascension allemande à un moment de faiblesse française, impression qui s’est confirmée le 4 février. Et de Gaulle a également avoué « une certaine peur vis-à-vis de la Russie101 ». Tout cela peut avoir réorienté sincèrement le général vers l’Ouest. Soames relève aussi la similitude de l’offre avec l’initiative française de novembre 1944. À cette date, de Gaulle avait proposé à Winston Churchill une entente franco-britannique à long terme.

  • 102 Ibidem, PM’s reaction on Ambassador’s talk with de Gaulle, 6.2.69.

92Harold Wilson lit les télégrammes de son ambassadeur à Paris, mais il se garde d’abord de prendre position. Il n’exclut pas l’éventualité de discuter cette affaire personnellement avec le président de Gaulle et donne ordre, à son égard : « Nous devons être prudents et ne pas le rejeter102. »

  • 103 PRO FCO 30/416, Memorandum analysing the French proposal, 7.2.69.

93Le lendemain, 7 février, le Foreign Office établit une longue étude sur la proposition française. Le résultat est assez surprenant, mais logique en soi. Selon le Foreign Office, la question n’est pas de savoir si de Gaulle est sincère ou non, car dans tous les cas, sa proposition est mauvaise pour les Britanniques. Il leur semble impossible de refaire toute la construction de l’Europe sans se fonder sur le traité de Rome. Les Cinq et les États-Unis ne le permettraient pas, ni dans le domaine de l’économie, ni, encore moins, dans celui de la défense. De plus, écrivent les services britanniques, de Gaulle est vieux, et renégocier une structure européenne nécessiterait des années. Si tel est vraiment le but, il est préférable pour la Grande-Bretagne de discuter non avec de Gaulle, mais avec son successeur, susceptible d’offrir de meilleures conditions. Par ailleurs, enchaîne l’analyse, tout intérêt pour la proposition du général risque de discréditer complètement la candidature britannique au Marché commun et de briser la confiance des Cinq et des Américains. Mieux vaut poursuivre la politique actuelle. Pour devancer une fuite éventuelle de la part des Français, Londres devrait se dépêcher d’informer les Cinq103.

  • 104 PRO, FCO 30/414, PM to FO, 7.2.69. – H. WILSON, op. cit., pp. 610-611.

94Cette analyse trouve un large appui. Le ministre britannique des Affaires étrangères, le ministre de la Défense puis le Premier ministre l’accueillent favorablement. Harold Wilson se dit « particulièrement content » de la suggestion d’entamer une discussion avec Kurt Kiesinger. Le fait que Wilson prétende, dans ses mémoires, avoir été poussé par le Foreign Office à s’ouvrir au chancelier est donc peu crédible104. Dès le 7 février, le Premier ministre entend éviter avant tout de tomber dans un piège. De nombreux Britanniques, et d’ailleurs Jean Monnet aussi, croient que la proposition de la France n’est qu’une ruse.

95L’idée française d’entretiens bilatéraux et secrets échoue donc pour diverses raisons. En premier lieu, la méfiance entre Paris et Londres est considérable et réciproque. Les Britanniques ont constamment essayé de créer, pendant plusieurs années, un front commun des Cinq contre la France. Délaisser les efforts multilatéraux avec les Six au profit de conversations bilatérales anglo-françaises doit leur paraître dangereux. Paris et Londres apprécient aussi très différemment la situation communautaire. Michel Debré réaffirme, le 8 février, que les mécanismes instaurés par le traité de Rome ne pourront plus fonctionner après l’élargissement, ce que les Britanniques contestent vivement. Enfin, en 1969, les anciennes mœurs de la diplomatie secrète sont périmées. Les Britanniques savent notamment qu’il y a une ou même plusieurs « sources » au Quai d’Orsay, qui transmettent des informations confidentielles aux ambassades étrangères. Toute idée de consultations secrètes est alors vouée à l’échec.

  • 105 PRO, FCO 30/414, Memo Hancock, 10.2.69 : Conversation with Soames.
  • 106 Ibidem, 418, 21.3.69. Auprès de C. Tickell, J. Le Theule cite de Gaulle.

96Christopher Soames est « très fâché » quand il apprend la ligne politique que Londres va adopter105. Informer Kiesinger tuera immédiatement l’offre française, s’exclame l’ambassadeur, qui exhorte son gouvernement à ne pas trahir la confiance du général de Gaulle. L’envoyé de Michael Stewart, dépêché à Paris le 10 février, doit rappeler à l’ambassadeur Soames son devoir de servir le gouvernement. Même si la proposition française est sincère, elle ne correspond pas aux intérêts britanniques et il faut assumer le risque de la tuer, apprend Soames. Il proteste d’abord, fait valoir que son compte rendu donne une forme trop dramatique aux propos du général et que Michel Debré lui semble beaucoup plus flexible sur l’avenir du Marché commun que le général de Gaulle. L’ambassadeur se voit même empêché d’informer Debré avant que Wilson parle à Kiesinger. De Gaulle perçoit correctement, quelques jours plus tard, le rôle qu’a joué l’ambassadeur : « Pauvre Soames, il a été bien roulé comme moi106. »

Le compte rendu secret devient public

  • 107 PRO, FCO 30/414, Stewart (London) to Embassies, 11.2.69.

97Une visite à Bonn du Premier ministre britannique est prévue depuis longtemps pour les 12 et 13 février. Le Foreign Office prépare soigneusement le rapport que fera Wilson de l’entretien de Gaulle-Soames. Le fait qu’il faille en avertir les Allemands est soutenu par plusieurs hauts fonctionnaires et ambassadeurs britanniques, qui échangent librement leurs idées par télégrammes. Tout le monde semble déjà bien renseigné sur cette affaire. Michael Stewart met au point les termes selon lesquels les différents gouvernements seront informés de la proposition française. Le 11 février, les ambassadeurs britanniques accrédités à La Haye, Luxembourg, Bruxelles, Rome, Bonn, Paris, Washington, ainsi que les représentants auprès des Communautés et de l’OTAN, reçoivent ces instructions, qui devront être exécutées sur ordre de Stewart107.

  • 108 Ibidem, Prime Minister (Bonn) to FCO Secretary, 12.2.69.

98Le Foreign Office conseille au Premier ministre de raconter « l’histoire complète » à Kurt Kiesinger, afin d’éviter qu’il reçoive une version différente de Paris. Avant de parler, Wilson devra tester l’atmosphère à Bonn. Arrivé là-bas, le Premier ministre télégraphie à Londres qu’il a décidé d’informer pleinement le chancelier. Wilson écrit : « Pour le cas où Kiesinger ne réagirait pas de la bonne façon, nous devons être libres de publier (A) la substance des propos du général de Gaulle envers Soames et (B) la réaction insatisfaisante de Kiesinger à cela108. » En effet, la Grande-Bretagne s’engage dans une bataille où tous les coups sont permis.

  • 109 AAPD 1969, Dok. 56. – PRO, FCO 30/414, Jackling (Bonn) to FO, 13.2.69.

99Pour informer les Allemands, Wilson ne choisit pas le tête-à-tête avec le chancelier, mais un entretien élargi auquel assiste une douzaine de personnes. Le Premier ministre dépeint la proposition française ainsi : de Gaulle souhaiterait, le plus vite possible, la disparition de l’OTAN et du Marché commun – ce qui est une exagération malveillante du rapport fait par Soames. La Grande-Bretagne, affirme Harold Wilson, s’oppose vivement à cette vision et souhaite, au contraire, renforcer les deux organisations mentionnées. Le Premier ministre enchaîne sur le fait que Paris envisage une entente politique des quatre grandes puissances européennes : la France, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie. Contre cela également, Wilson manifeste son veto109. Les Allemands écoutent sans rien dire.

100Puisque la réaction de Kiesinger est « de la bonne façon », l’affaire n’est pas encore publiée. Mais beaucoup de gens sont déjà avertis. Le soir du 12 février, Michael Stewart donne le feu vert aux ambassadeurs pour informer les gouvernements des Six, ainsi que les Américains. Deux jours plus tard, le ministre instruit, pour leur information personnelle, les ambassadeurs britanniques de nombreux pays du Commonwealth, de l’AELE et de l’OTAN. Il est inévitable que, tôt ou tard, l’information parviendra à la presse. La diplomatie anglaise en est pleinement consciente.

  • 110 AMAE, GB 266, Note du 27.2.69 : visite du diplomate néerlandais Hoytink.

101L’ambassadeur Soames, malgré ses bonnes intentions, n’est pas exempt de maladresses. Il a envoyé ses rapports hautement sensibles par la voie normale, au lieu d’en informer directement le ministre. Et une partie des télégrammes en question portent la mention « confidentiel » au lieu de « très secret ». Il semble également que Christopher Soames a informé son homologue hollandais à Paris avant même que Londres ne fasse une communication à La Haye110.

  • 111 PRO, FCO 30/414, 17./18.2.69. – AMAE, GB 266, Circulaire du 26.2.69.
  • 112 Témoignage de Joseph Luns : AMAE, GB 266, 27.2.69.

102Le 17 février, le quotidien français Les Echos aborde l’ambassade britannique pour avoir des informations sur une rencontre éventuelle du général avec Christopher Soames. Le lendemain, Les Echos écrit dans son éditorial que de Gaulle songerait à remplacer le Marché commun par une zone de libre-échange plus vaste, avec au centre un « directoire » composé de Paris, Bonn, Rome et Londres. Aucune mention n’est faite de Soames111. Mais apparaît pour la première fois le terme « directoire » qui sera largement repris par la suite. Ni le général ni l’ambassadeur ne l’ont jamais utilisé. Auprès des Hollandais, Soames s’est servi du terme, beaucoup moins offensif, de « cercle intérieur » (inner circle)112.

  • 113 PRO, FCO 30/415, Jackling (Bonn) to FO, 20.2.69.
  • 114 PRO, FCO 30/415, Memo, 21.2.69. La décision de publier l’entretien est signée par MM. Robinson, Han (...)

103Entre-temps, les ambassades britanniques réfléchissent sur la bonne manière de provoquer des fuites113. Le 21 février, Le Figaro et le Washington Post publient des articles à caractère sensationnel sur l’entretien du 4 février. Aussitôt, le gouvernement français diffuse un démenti, disant que le général de Gaulle n’a nullement changé d’orientation. Parallèlement, le Foreign Office prépare la publication du compte rendu intégral de l’entretien du général avec Christopher Soames. Un grand nombre de hautes personnalités appuient cette idée peu amicale envers la France. Il faut peser sur l’opinion publique avant la visite du président Nixon en Europe, raisonnent les Britanniques, et publier le plus tôt possible une version exacte de ce qui s’est passé114.

  • 115 B. LEDWIDGE, op. cit., p. 366.

104Ce que le Foreign Office décide de faire, le 21 février, est gravement incorrect. Remettre à la presse le compte rendu complet d’un entretien secret entre un chef d’Etat et un ambassadeur est « probablement sans précédent dans l’histoire de la Grande-Bretagne », observe le diplomate Bernard Ledwidge115. De plus, un commentaire ajouté par le service de presse du Foreign Office mentionne le terme « directoire » et donne aux propos du général de Gaulle un caractère anti-américain et anti-européen. Ce commentaire mentionne aussi qu’il s’agit d’un procès-verbal agréé par l’Élysée, ce que Paris dément aussitôt. Pendant une semaine, à partir du 22 février, l’affaire Soames fait un bruit colossal dans les journaux.

  • 116 AMAE, EM 36, Entret. Debré-Jenkins, 14.2.69. – AMAE, GB 266, Circulaire du 22.2.69. – LNC, t. xi, p (...)

105Du côté français, la déception face au comportement britannique est profonde. Le 14 février, Michel Debré reçoit le ministre britannique des Finances. Debré se dit « fort ennuyé » que Wilson ait transmis des propos secrets à Kiesinger. Néanmoins, le ministre français souhaite toujours des discussions substantielles avec Londres. Il propose, pour les 18 mois à venir, des actions concertées sur les plans économique et financier. Mais, dès le 22 février, la rupture est consommée. Debré dénonce la publication de l’entretien confidentiel, « sa déformation systématique et sa dramatisation » par le Royaume-Uni. De Gaulle note dans son carnet que les réelles intentions britanniques sont clairement apparues, et que tout rapprochement franco-britannique paraît désormais impossible116. Sinon, à part quelques blagues, le général s’abstient de commentaires sur l’affaire, même devant ses ministres.

  • 117 PAAA, B150, von Braun (Paris) ans aa, 21.2.69 : Gespräch mit C. Soames.

106Christopher Soames s’indigne de l’utilisation qui a été faite de son rapport, mais aussi des critiques françaises. Face à son homologue allemand, Soames avoue toutefois : « Vous savez, le général a beaucoup parlé et je l’ai compris à ma manière117. » Cela dit, l’ambassadeur britannique reste ferme sur un point essentiel : le général de Gaulle n’a pas laissé de doute, le 4 février, sur le fait qu’il souhaitait « abandonner » le Marché commun (to scrap it) et le remplacer par quelque chose de nouveau.

  • 118 PRO, FCO 30/416, 24.2.69. – PAAA, B150, Tel. von Braun, 27.3.69.

107Le 24 février, Michael Stewart écrit à Debré que la proposition française du 4 février est intéressante et qu’il souhaite ouvrir des entretiens bilatéraux là-dessus. Il semble que le gouvernement français ait songé à publier cette lettre, afin de montrer l’hypocrisie des Britanniques, mais il s’en est finalement abstenu118.

Le point de vue allemand

  • 119 H. KUSTERER, Le Général et le Chancelier, op. cit., p. 413.
  • 120 AAPD 1969, Dok. 56. – R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 509, 19.2.69. – H. WILSON, (...)

108Lorsque les politiciens allemands apprennent les propos prêtés à de Gaulle, ils réagissent de façons variées. Certains se montrent peu surpris et y voient l’aboutissement de pensées déjà souvent exprimées119. D’autres, comme Rolf Lahr, croient que le général a changé complètement de direction. Selon le témoignage de Harold Wilson, le chancelier Kiesinger est parmi ceux qui prennent l’affaire Soames très au sérieux, tandis que Brandt y reconnaît bien le langage gaullien familier. Les procès-verbaux allemands des entretiens du 12 février, durant lesquels Wilson annonce la nouvelle, reflètent quelque émotion. Kiesinger trouve positif que le général recherche le dialogue avec Londres, mais il se dit « frustré » du fait que Paris souhaite dissoudre l’OTAN et le Marché commun. Selon le journaliste Hugo Young, Kiesinger croit d’abord à une faute d’interprète et fait appeler Paris de toute urgence120.

  • 121 PAAA, B150, von Braun (Paris) an Duckwitz (Bonn), 18.2.69.

109Pendant les jours suivants, le gouvernement allemand prend garde à rester hors du conflit entre Londres et Paris. Par exemple, en ne concourant pas aux fuites vers la presse. Les documents britanniques traduisent un certain mécontentement de l’attitude modératrice de Kiesinger. Le 18 février, un message amène de nouvelles rumeurs à Bonn. Au sein du Conseil à quatre, proposé par de Gaulle, la France et la Grande-Bretagne seraient les voûtes principales, l’Allemagne et l’Italie n’occupant que des places inférieures121. Mais, à en juger selon les quelques documents allemands sur l’affaire Soames, l’écho à Bonn est particulièrement faible.

  • 122 AAPD 1969, Dok. 90, Aufz. Frank, 7.3.69 : Gespräch de Gaulle-Soames.

110Le 22 février, après la publication du fameux compte rendu, l’opinion publique allemande réagit d’abord négativement mais se calme assez vite. Le 24 février, le porte-parole du gouvernement déclare que l’affaire Soames n’est qu’une « tempête dans un verre d’eau ». La tempête passée, les services allemands notent que, une fois encore, de Gaulle a mis en cause les structures de l’OTAN et de la CEE et que, à nouveau, il n’a pas consulté Bonn comme le traité de l’Élysée l’exigeait122. Mais, généralement, les Allemands s’amusent plutôt de voir échouer si pathétiquement l’initiative du président français.

  • 123 P. MAILIARD, De Gaulle et le problème allemand, op. cit., p. 235.

111Le fond de l’affaire – Paris se détournant de Bonn pour Londres – ne semble pas inquiéter. Peut-être l’idée de sortir d’une époque de relations privilégiées avec la France, « parfois un peu lourdement vécues », correspond-elle aux désirs des Allemands, comme Pierre Maillard le fait remarquer123. Hermann Kusterer confirme cette interprétation. Puisque les reproches français de septembre 1968 avaient déjà détruit la confiance du chancelier, l’affaire Soames n’y parvient plus. Probablement, le fait que Kiesinger et Brandt ont désormais noué des contacts directs avec Moscou et que l’intermédiaire français a perdu de son importance joue aussi un rôle.

  • 124 AMAE, EM 36, Entretiens des 13 et 14.3.69. – AApD 1969, Dok. 99-103.

112La réunion franco-allemande de la mi-mars, précédée par une visite de Michel Debré à Bonn, se déroule donc dans une bonne atmosphère. Le général de Gaulle proclame ses opinions bien connues. Il souligne qu’il n’a jamais voulu briser l’OTAN et que les Britanniques ont essayé de diviser la Communauté par des mensonges. Dans ces conditions, toute idée d’arrangement entre l’Angleterre et la France est devenue impossible. Kiesinger demande des explications sur « l’idée nouvelle et intéressante » d’une coopération politique entre Paris, Londres, Bonn et Rome – sans toutefois recevoir de réponse. En revanche, les propos avancés par Maurice Couve de Murville sont assez spectaculaires. Pour élargir la coopération européenne, il imagine deux solutions possibles : changer le caractère de la Communauté ou maintenir le Marché commun et l’intégrer dans une zone de libre-échange avec les autres pays. La Communauté deviendrait ainsi un nouveau membre de l’AELE. Les Allemands se montrent très intéressés par cette idée124.

  • 125 PRO, Prem 13/3216, Jackling (Bonn) to FO, 20.3.69.
  • 126 ACDP, NL Kiesinger 008-1, Infogesprâche 17.3., 3.4., 17.4., 8.5.69.

113Rentré à Bonn, Kiesinger fait savoir aux Anglais que le général n’a pas, à son avis, changé d’avis sur l’Europe et la Grande-Bretagne125. Le chancelier souhaite garder des liens étroits à la fois avec Paris et Londres. Pendant les semaines et les mois qui suivent, Kurt Kiesinger se prononce souvent sur le concept d’un noyau européen, constitué autour d’une politique commune, et d’une seconde zone plus large, de qualité économique seulement126. Il n’est pas possible pour les membres de l’OTAN de suivre une politique commune avec des pays neutres comme la Suède, professe Kiesinger. La création de deux zones différentes lui paraît donc inévitable, à long terme. Le problème qui se pose est de savoir si la Grande-Bretagne sera admise dans le cercle politique ou non. Londres le demande, Paris le refuse.

  • 127 PRO, FCO 30/419/1, Tel. Edwards, 28.3.69: Conversation with Dr. Herbst.

114Quant à Willy Brandt, il est convalescent pendant plusieurs semaines au début de 1969. Harold Wilson lui rend visite chez lui, le 12 février. Le ministre allemand ne se prononce guère sur l’affaire Soames, il déplore plutôt le manque de progrès dans l’unification de l’Europe, qui ne peut se faire, souligne-t-il, qu’avec la France et la Grande-Bretagne. Selon le témoignage, fin mars, d’un fonctionnaire allemand, Brandt est toutefois convaincu que le général de Gaulle est en train de profondément reconsidérer sa politique extérieure127.

  • 128 PRO, FCO 30/418.

115Le 25 mars, Lord Chalfont note qu’il aurait été préférable, « d’après ce que nous savons aujourd’hui », de traiter différemment quelques aspects de l’affaire Soames. Il incite le Premier ministre à montrer plus de flexibilité envers la France et à réexaminer sa politique européenne. Lorsque Christopher Soames demande formellement si le Foreign Office souhaite un dialogue sincère avec la France, la réponse est une affirmation très nette. L’idée en arrière-plan est que le successeur du général, probablement un gaulliste, pourrait plus facilement ouvrir la porte à la Grande-Bretagne si le rapprochement était déjà amorcé avec de Gaulle. Selon son porte-parole, le général est lui-même soucieux de ne pas aggraver les relations difficiles avec Londres et de garder ouverte toute possibilité pour l’avenir128.

  • 129 AMAE, EM 37, Entretien Debré-Stewart, 11.4.69.

116Pourtant, chacun est conscient qu’il faudra du temps pour assainir la situation. Le 11 avril, Michael Stewart essaie d’ouvrir des conversations bilatérales avec la France. Michel Debré, personnellement blessé, lui répond : « Une offre sérieuse a été prise par vous comme une manœuvre et traitée comme telle » ; maintenant « le fil est cassé » et il faut laisser passer du temps avant de reprendre le dialogue. Harold Wilson considère, fin mars, qu’il n’a pas eu d’alternative pour agir. Mais ses mémoires laissent entendre qu’il n’est pas très fier de l’affaire Soames.129

  • 130 AMAE, AO, F. Puaux, E. Burin des Roziers. – PRO, FCO 30/418, Joël Le Theule, 21.3.69. – Bernard TRI (...)
  • 131 PAAA, B150, Sachs (Brüssel) ans AA, 20.3.69 : Gesprâch mit J.-M. Bœgner.
  • 132 AMAE, AO 34.

117Plusieurs témoins français croient que le général a été sincère avec Soames et qu’il lui a confié ses pensées intimes130. Jean-Marc Bœgner, ambassadeur français auprès de la CE, révèle à son homologue allemand qu’avant le 4 février le gouvernement français avait déjà effectué des sondages discrets sur une restructuration de la Communauté. Selon Bœgner, la supranationalité pose moins de problèmes à la France que l’excédent de poids des pays du Benelux, qui devraient être ramenés à leur importance politique réelle131. D’où l’idée d’un Conseil politique des quatre grands. François Puaux estime qu’à la fin, le général « a tout essayé », et qu’il se faisait des illusions sur les Anglais. « En réalité, c’étaient quand même les Allemands qui pouvaient le mieux comprendre de Gaulle, malgré leurs rapports difficiles, mais en même temps les plus solides132. »

Notes

1 Hélène PLISSON, La Mésentente cordiale franco-britannique : la deuxième tentative d’adhésion britannique au Marché commun à l’épreuve du veto français, octobre 1964-avril 1969, thèse, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 2004, pp. 785-791.

2 David GOWLAND, Arthur TURNER, Reluciant Europeans. Britain and European Integration, 1945-1998, Harlow 2000, pp. 153-167.

3 Philip BELL, France and Britain 1940-1994: The Long Separation, Essex 1997, p. 207, citant B. Donoughue.

4 H. PLISSON, op. cit., pp. 246-249.

5 AMAE, EM 30, 24./25.1.67. – AAPD 1967, Dok. 55, Gespräch vom 15.2.67.

6 DM, t. V, p. 174.

7 BA, NL Guttenberg 40, Informationsbrief Frisch, 14.4.67.

8 FNSP, CM8, Wormser (Moscou) à Couve de Murville, 14.4.67. Spécialiste en la matière, l’ambassadeur Wormser commente plusieurs journaux anglais.

9 Hugo YOUNG, This Blessed Plot. Britain and Europe from Churchill to Blair, Basing-stoke 1999, p. 196, citant une conversation entre Wilson et Brown. – Cf. Harold WILSON, The Labour Government 1964-1970. A personal record, London 1971, p. 406.

10 PAAA, B20/1479, Gespräche mit Lord Chalfont, 5./6.9.67. – H. PLISSON, op. cit., p. 321 : selon les sondages, 66 % des Anglais sont favorables à l’adhésion en 1966.

11 Cité d’après : P. GERBET, La Construction de l’Europe, op. cit., p. 290.

12 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 272, Bruce (London) to DepState, 25.10.67.

13 DM, t. V, p. 243.

14 P. BELL, op. cit., pp. 206, 213. – AMAE, GB 265, Note du 1.12.67.

15 W. BRANDT, Begegnungen und Einsichten, op. cit., pp. 201-202 : “Willy, you must get us in, so we can take the lead.”

16 AAPD 1967, Dok. 449, 28.12.67. – PRO, Prem 13/2645, Memo, 13.6.69.

17 Anne DEIGHTON, The Second British Application for Membership of the EEC, in: W. LOTH, op. cit., pp. 402-405.

18 Ces deux pays étant alors sous contrôle de Vichy, les décisions à leur égard incombaient aux dirigeants de la France libre, selon de Gaulle.

19 ACDP, NL Kiesinger, Gespräch Kiesinger-de Gaulle, 14.1.67.

20 H. GROEBEN, op. cit., p. 353.

21 AN, 539 AP8, 1.2., 3.5.67. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 266-272.

22 CAC, 19900639/75, Note sur l’adhésion britannique, 9.5.67.

23 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 272, 10.5.67.

24 H. PLISSON, op. cit., p. 332-337.

25 AMAE, EM 31, Entretien de Gaulle-Kiesinger, 12.7.67.

26 PRO, FCO 30/187, Galsworthy (Bonn) to Statham (London), 26.1.67.

27 AMAE, EM 30, Réunion franco-britannique, 25.1.67.

28 CAC, 19900639/75, Note du 9.5.67.

29 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 271, 10.5.67.

30 CAC, 19900639/75, Notes sur l’adhésion britannique, 20.4., 9.5.67.

31 DM, t. V, pp. 169-173. – FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 253.

32 FNSP, CM 8, Entretien de Gaulle-Wilson, 19.6.67.

33 PAAA, B150, Aufz., 8.1.68 : Ziele der französischen Aussenpolitik.

34 FNSP, CM8, Tél. Wormser, 14.4.67. – Cf. M. VAÏSSE, op. cit., p. 600.

35 H. PLISSON, op. cit., pp. 441-442, 466-469. – BA, NL Gutt. 90, 16.10.67.

36 AMAE, EM 29, Entretien du 13.1.67.- AAPD 1967, Dok. 16.

37 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 4.10.67.

38 Ibidem, Gespräche Thomas-d’Aumale, 31.10, 11.11.67.

39 AMAE, RFA 1553, Compte rendu de la réunion à Bruxelles, 20.12.67.

40 Christian d’Aumale témoigne : « Au sujet de la Grande-Bretagne, l’expression du général de Gaulle était : “Je la prendrai nue.” »

41 FES, NL Brandt, AM 10, 20.12.67: Gespräch Thomas-Puaux.

42 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 274, 20.12.67.

43 CAC, 19900639/75, Circulaire n° 314 du 23.12.67.

44 AMAE, RFA 1553, Interview de W. Brandt, 19.10.67.

45 AAPD 1967, Dok. 373, Knoke (Den Haag) ans AA, 29.10.67.

46 AMAE, RFA 1553, Interview télévisée avec le chancelier, 12.12.67.

47 AAPD 1967, Dok. 16, 55, 57.

48 PRO, FCO 30/186-188, Tel. Roberts, 23.1.67; Tel. Stark, 4.2.67 ; PM’s briefing, 7.2.67 ; Tel. Goodison, 13.3.67. – AMAE, RFA 1568, 3.3.67.

49 BA, NL Gutt. 90, Vermerk Guttenberg für den Kanzler, 23.4.67.

50 ACDP, NL Osterheld, Kies.l, 6.5.67. – BA, NL Gutt. 154. 15.6.67.

51 AMAE, QIE 2731, Note du 7.7.67 : l’Allemagne et la candidature anglaise.

52 AAPD 1967, Dok. 261, 263. – AMAE, EM 31.

53 BA, NL Gutt. 198, Pressekonferenz, 21.7.67. – AAPD 1967, Dok. 267, 301. – FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 263, Conversation Johnson-Kiesinger, 15.8.67.

54 AAPD 1967, Dok. 345, Gespräch Kiesinger-Monnet, 11.10.67.

55 FJM, AMK C 1/6/58, Entretien Brandt-Monnet, 24.1.67.

56 FES, NL Brandt, PT 256, 10.7.67. – PAAA, B2/130, 7.12.67.

57 FES, Dep. Bahr 396, Aufz., 30.11.67 ; 441, Aufz., 11.11. 67.

58 Sources : BA, NLGutt. 154, Aufz. Neef, 1.7.67. – PAAA, B2/130, Aufz. Lahr, 14.12., 18.12.67. – AAPD 1967, Dok. 366, Aufz. Lahr, 25.10.67 ; Dok. 409, Aufz. Frank, 29.11.67. – PAAA, B20/1479, Studien, 10.7., 14.7.67.

59 PAAA, B20/1479, Knappstein (Washington) ans AA, 29./30.6.67.

60 PAAA, B2/130, Aufz., 11.1.67. – AMAE, RFA 1553, Article F. Berg, 18.9.67.

61 FJM, AMK C 1/38/13, Die Welt, 22.5.67 : Strauss kritisiert de Gaulle.

62 FES, NL Brandt, AM 10, 20.12.67, Gespräch Thomas-d’Aumale.

63 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 9.2.68.

64 PRO, Prem 13/2107, Reilly (Paris) to FO, 22.2.68.

65 U. LAPPENKÜPER, Diedt.-frz. Beziehungen, op. cit, p. 1771.

66 Cité d’après : M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 603.

67 H. ALPHAND, op. cit., p. 505.

68 PAAA, B150, Gespräch de Gaulle-Klaiber, 28.6.68.

69 AMAE, EM 34, Entretien du 27.9.68, à 16 h 15. – AAPD 1968, Dok. 314.

70 PAAA, B150, Aufz. Frank, 4.1.68 ; Gespr. Kiesinger-Luciolli, 18.1.68.

71 PRO, FCO 33/119, Conversation O’Neill-Blankenhorn, 11.1.68.

72 ACDP, NL Kiesinger A289. – PRO, Prem 13/2107, 20.2., 22.2.68.

73 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 484, 10.3.68.

74 ACDP, NL Kiesinger 008-1, Infogesprâch in Madrid, 29.10.68.

75 ACSP, NL Strauss, Fam. 1156, Spaziergang mit K. Kiesinger, Frühling 1968.

76 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 492, 26.5.68.

77 Lors d’un entretien accordé à l’auteur.

78 PRO, FCO 33/109, Memo Maitland, 6.9.68 : Czechoslovakia.

79 PRO, FCO 33/109. – AAPD 1968, Dok. 311, 314, Dok. 317.

80 FES, NL Brandt, PT 287, Interview in der Welt am Sonntag, 6.10.68.

81 Propos rapportés par Egon Bahr, lors d’un entretien accordé à l’auteur.

82 PRO, FCO 30/414, Telegram 123, Soames (Paris) to FO, 5.2.69.

83 FNSP, CM9, Entretien du 4.2.69. Compte rendu daté du 7.2.69.

84 Réflexion faite par M. VAïSSE, La grandeur, op. cit., p. 609.

85 PRO, FCO 30/416. Compte rendu daté du 5.2.69.

86 PRO, FCO 30/414, 5.2.69. Telegram n° 123, 124, 125.

87 “His thought was that there should be a large European economic association, but with a small inner council of a European political association consisting of France and Britain, Germany and Italy.”

88 BA, NL Gutt. 93, 17.1.69 (citation). – PAAA, B150, Aufz., 5.9., 16.12.68.

89 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 607. – H. PLISSON, op. cit., p. 691.

90 AMAE, EM 35, Entretien Debré-Soames, 25.11.68.

91 AMAE, AO 30, Interview avec Etienne Burin des Roziers.

92 PAAA, B150, Vermerkvom 18.3.69.

93 BA, NL Gutt. 92, Gesprâch mit R. Coudenhove-Kalergi, 24.2.69.

94 Lettre du 3.3.69, citée in : Fondation Charles de Gaulle, Richard Coudenhove-Kalergi – Charles de Gaulle : actes du colloque organisé à Nancy, Paris 1999, p. 265.

95 ACSP, NL Strauss, BMF 48, Briefe von R. Coudenhove-Kalergi, 13.2., 5.3.69.

96 PRO, FCO 30/414, Conversation Chalfont-de Lipkowski, 6.2.69.

97 PRO, Prem 13/3383, Conversation Healey-Messmer, 15.1.69.

98 PRO, FCO 30/414, Soames (Paris) to FO, 8.2.69 : Meeting with M. Debré.

99 H. PLISSON, op. cit., pp. 584-587.

100 AMAE, AO 29, Interview du 30.9.87 avec M. Couve de Murville.

101 PRO, FCO 30/414, Soames (Paris) to FO, 5.2.69, Telegram 125.

102 Ibidem, PM’s reaction on Ambassador’s talk with de Gaulle, 6.2.69.

103 PRO FCO 30/416, Memorandum analysing the French proposal, 7.2.69.

104 PRO, FCO 30/414, PM to FO, 7.2.69. – H. WILSON, op. cit., pp. 610-611.

105 PRO, FCO 30/414, Memo Hancock, 10.2.69 : Conversation with Soames.

106 Ibidem, 418, 21.3.69. Auprès de C. Tickell, J. Le Theule cite de Gaulle.

107 PRO, FCO 30/414, Stewart (London) to Embassies, 11.2.69.

108 Ibidem, Prime Minister (Bonn) to FCO Secretary, 12.2.69.

109 AAPD 1969, Dok. 56. – PRO, FCO 30/414, Jackling (Bonn) to FO, 13.2.69.

110 AMAE, GB 266, Note du 27.2.69 : visite du diplomate néerlandais Hoytink.

111 PRO, FCO 30/414, 17./18.2.69. – AMAE, GB 266, Circulaire du 26.2.69.

112 Témoignage de Joseph Luns : AMAE, GB 266, 27.2.69.

113 PRO, FCO 30/415, Jackling (Bonn) to FO, 20.2.69.

114 PRO, FCO 30/415, Memo, 21.2.69. La décision de publier l’entretien est signée par MM. Robinson, Hancock, Greenhill, Chalfont et Haydon, d’autres en sont informés.

115 B. LEDWIDGE, op. cit., p. 366.

116 AMAE, EM 36, Entret. Debré-Jenkins, 14.2.69. – AMAE, GB 266, Circulaire du 22.2.69. – LNC, t. xi, p. 298.

117 PAAA, B150, von Braun (Paris) ans aa, 21.2.69 : Gespräch mit C. Soames.

118 PRO, FCO 30/416, 24.2.69. – PAAA, B150, Tel. von Braun, 27.3.69.

119 H. KUSTERER, Le Général et le Chancelier, op. cit., p. 413.

120 AAPD 1969, Dok. 56. – R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 509, 19.2.69. – H. WILSON, op. cit., p. 612. – H. YOUNG, op. cit., p. 205.

121 PAAA, B150, von Braun (Paris) an Duckwitz (Bonn), 18.2.69.

122 AAPD 1969, Dok. 90, Aufz. Frank, 7.3.69 : Gespräch de Gaulle-Soames.

123 P. MAILIARD, De Gaulle et le problème allemand, op. cit., p. 235.

124 AMAE, EM 36, Entretiens des 13 et 14.3.69. – AApD 1969, Dok. 99-103.

125 PRO, Prem 13/3216, Jackling (Bonn) to FO, 20.3.69.

126 ACDP, NL Kiesinger 008-1, Infogesprâche 17.3., 3.4., 17.4., 8.5.69.

127 PRO, FCO 30/419/1, Tel. Edwards, 28.3.69: Conversation with Dr. Herbst.

128 PRO, FCO 30/418.

129 AMAE, EM 37, Entretien Debré-Stewart, 11.4.69.

130 AMAE, AO, F. Puaux, E. Burin des Roziers. – PRO, FCO 30/418, Joël Le Theule, 21.3.69. – Bernard TRICOT, Mémoires, Paris 1994, pp. 327-328.

131 PAAA, B150, Sachs (Brüssel) ans AA, 20.3.69 : Gesprâch mit J.-M. Bœgner.

132 AMAE, AO 34.

Table des illustrations

Légende Sans titre.Harold Wilson s’approche du continent dans un canot de débarquement. Charles de Gaulle, transformé en bunker, le prend en mire.Dessin de F. Behrendt, 1967.© Fritz Behrendt, Amstelveen.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search