Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

Les visions de l'Europe

VI. Tentatives d’union politique européenne (1963-1966)

Texte intégral

L’Europe de mes Six.
Voilà la solution française.
D’après ce caricaturiste, dans l’Europe souhaitée par de Gaulle, les cinq partenaires adoptent servilement la vision française.
Dessin de Lap (Jacques Laplaine) dans Le Canard enchaîné, 7 juillet 1965.
© Martine Laplaine-Méric, La Gelle St-Gloud.

Ludwig Erhard, l’optimiste

  • 1 CADN, Bonn 179, Entretien de Gaulle-Erhard, 22.11.63. – BA, B136/2059, 22.11.63. – A. PEYREFITTE, o (...)

1Dès son accès à la chancellerie, Ludwig Erhard entend reprendre les négociations sur l’union politique des Six, enterrées depuis l’échec du plan Fouchet. Il s’en ouvre au général de Gaulle le 22 novembre 1963 et annonce ensuite aux médias qu’un nouvel élan sera donné à la co-opération politique européenne. Pour le président français ce n’est que du « bavardage » d’où rien ne pourra sortir, « inutile de rêver ». Pour qu’une véritable union politique des Six puisse voir le jour, selon Paris une volonté commune devrait d’abord se créer1.

2Ludwig Erhard se considère lui-même comme « le chancelier du peuple » qui écoute les simples citoyens. Or, l’opinion publique allemande accueille de façon enthousiaste toute démarche pour l’unification de l’Europe. Selon Paris, l’initiative d’Erhard se place uniquement dans une perspective électorale, car en novembre 1963, Bonn ne présente aucune idée concrète. Mais tant qu’il sera chancelier, Erhard ne cessera de remettre l’union politique européenne à l’ordre du jour et se distinguera dans ce domaine par une persévérance étonnante. Le général de Gaulle, constatant qu’Erhard est un homme qui « veut plaire », ne le prend d’abord pas au sérieux.

  • 2 AAPD 1964, Dok. 49, Gespräch de Gaulle-Erhard, 15.2.64. – Carine GERMOND, Les projets d’Union polit (...)
  • 3 AMAE, QIE 1956, Notes, 27.1., 23.6.64. – ACDP, NL Osterheld, Erh.l, Aufz., 15.5.64. – FRUS1964-68, (...)

3Après le compromis agricole des Six en décembre 1963, qualifié de succès à Paris et à Bonn, Ludwig Erhard voit le moment venu pour donner un contrepoids politique à l’organisation économique. La France, sans vouloir prendre elle-même l’initiative, encourage le chancelier à aller de l’avant et à soumettre son idée aux Italiens. Malgré ses doutes sur le succès de la démarche, de Gaulle affirme son accord de principe pour une réunion des six chefs d’État et de gouvernement. Mais la réaction de Rome, qui ne veut rien entreprendre avant les élections britanniques de l’automne 1964, fait aussitôt comprendre à Erhard qu’il devra réviser ses objectifs à la baisse2. La position italienne présente d’ailleurs une contradiction fondamentale, puisqu’elle stipule la participation de la Grande-Bretagne dans une Europe intégrée. Il faudrait donc convertir les Britanniques aux idées d’intégration, ce qui paraît irréalisable aux représentants italiens eux-mêmes. Les Pays-Bas sont ouvertement hostiles à toute consultation politique sans la participation de Londres. En Belgique et au Luxembourg, les idées d’Erhard ne suscitent guère d’enthousiasme non plus. Parmi les cinq partenaires de la Communauté, constate le Quai d’Orsay en juin 1964, seule la République fédérale – ou plutôt, seul le chancelier – manifeste l’intention d’avancer vers l’union politique. Les États-Unis observent ces discussions mais ne voient aucune nécessité d’intervenir, puisque la politique gaullienne ne réussit pas à prendre racine en Europe3.

  • 4 PAAA, B150, Gespräch Erhard-Jansen, 26.6.64.

4Un accord des Six faisant défaut, l’idée d’avancer à deux, sur le plan franco-allemand seulement, se fait jour dans l’esprit du chancelier4. Examinons donc les projets européens de Paris et de Bonn, afin d’évaluer leur compatibilité éventuelle.

  • 5 AMAE, EM22, Entretien de Gaulle-Adenauer, 3.7.64. – ACDP, NL Schröder 291/1, Gespräche, 3./4.7.64. (...)

5La position du général de Gaulle est inébranlable. Les nations sont pour lui les seules réalités. La nation européenne ne prendra pas dix mais cent ans à naître, estime de Gaulle, et jusque-là seule une co-opération intergouvernementale sera possible. Selon lui, la supranationalité sert uniquement, pour les Américains, à dominer l’Europe, et, pour les Européens, à se décharger de leurs responsabilités. Afin d’amorcer une union politique, les pays européens doivent d’abord trouver une position commune envers la puissance qui détermine la situation mondiale, en l’occurrence les États-Unis. Sans l’unanimité européenne envers Washington, de Gaulle juge irréalisable la politique européenne tout court. En revanche, le général se montre convaincu que les Belges, les Hollandais et les Italiens seraient contraints de suivre – ou bien de quitter la Communauté – si Paris et Bonn adoptaient une attitude commune. La Grande-Bretagne, ne cherchant qu’à obstruer l’unification de l’Europe, devrait être exclue d’une union politique5.

  • 6 H. GROEBEN, op. cit., p. 347. – F. EIBL, op. cit., pp. 384-388. – Cf. les mémoires de l’auteur de c (...)

6Gerhard Schröder, lui aussi, entend garder un contrôle national sur la construction européenne. Selon le témoignage de Hans von der Groeben, membre allemand de la Commission européenne de 1958 à 1970, Schröder craint que l’Allemagne ne perde de sa liberté d’action par un renforcement politique des institutions de Bruxelles. Le ministre redoute notamment que la coopération étroite entre Bonn, Washington et Londres ne puisse être entamée. En janvier 1964, les services de Schröder établissent un plan en cinq étapes pour l’unification de l’Europe. Ce document interne reflète les pensées de Schröder, qui souhaite faire entrer, le plus tôt possible, la Grande-Bretagne dans la Communauté, et, bien sûr, conserver les intérêts allemands6.

  • 7 AAPD 1964, Dok. 22, Stufenplan zur europäischen Einigung, 23.1.63. – PAAA, B2 /127, Entwürfe zum St (...)

7Dans un premier temps, jusqu’à la fin de 1965 environ, le plan prévoit la fusion des exécutifs des trois Communautés, un renforcement du parlement européen et l’harmonisation des politiques économiques et financières des Six. Ensuite seront amorcées, au cours d’une deuxième période, les négociations pour une union politique dans le but de créer une politique étrangère, une défense et une politique culturelle communes. Selon le principe de l’unanimité, la Communauté sera élargie par des pays membres de l’AELE. La troisième étape verra l’élection directe du parlement européen et la mise en œuvre de l’union politique, fondée sur la coopération des gouvernements nationaux. Lors d’une quatrième phase seulement sera élaboré un traité de fédération européenne, qui devra se substituer aux structures économiques et devenir effectif au cinquième et dernier stade. L’Europe sera alors dirigée par un seul gouvernement7. La Commission ne joue pas de rôle vital dans ce plan. Jusqu’à l’accomplissement de la troisième étape, Schröder pourrait en principe s’accorder avec la France, bien que de Gaulle ne partage pas le but ultime d’une fédération – il parle toujours de confédération. Bref, le conflit entre Schröder et de Gaulle sur l’avenir de l’Europe ne découle pas tellement des questions relatives à la structure européenne mais plutôt d’une attitude profondément divergente envers le monde anglophone.

  • 8 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 29. George McGhee partage ce jugement.

8La vision européenne de Ludwig Erhard est plus difficile à cerner. Parce que, selon l’expression mordante d’Adenauer, il n’en a aucune8. En effet, la position du chancelier est ambiguë. Il souhaite renforcer le contrôle politique du Marché commun mais ne montre aucune sympathie pour les autorités de Bruxelles. D’ailleurs, il n’apprécie nullement la personnalité du président de la Commission, Walter Hallstein, pourtant allemand. Les critiques d’Erhard envers « la technocratie de Bruxelles » sont pleinement partagées par le général de Gaulle. Autre indice : les propositions du chancelier pour relancer l’union politique visent toujours un sommet des chefs d’État et de gouvernement. Ainsi, les Américains situent le chancelier plus proche de l’idée gaullienne d’une Europe des patries que d’une Europe intégrée. Notons, entre parenthèses, que de Gaulle lui-même n’utilise pas cette formule.

  • 9 ACDP, NL Ost, Erh. l, Aufz., 15.5.64. – AMAE, RFA 1603, Tél. du 10.1.64. – U. LAP-PENKÜPER, „Die Eu (...)
  • 10 CADN, Bonn 179, Entretien Pompidou-Erhard, 4.7.64. – AMAE, EM 22, de Gaulle-Erhard, 4.7.64.
  • 11 M. COUVE DE MURVILLE, op. cit., pp. 242, 262.

9En revanche, Ludwig Erhard souhaite créer une Europe faite de pays « libres et égaux » et n’a aucun goût pour la volonté française d’assumer une place dirigeante. L’égalité de l’Allemagne lui tient à cœur, mais aussi le statut des partenaires communautaires. Le chancelier rejette également l’idée que l’Europe s’émancipe de Washington pour devenir une « troisième force » mondiale9. Mais ses propres idées semblent fluctuer. Lors de la réunion franco-allemande de début juillet 1964, Erhard oscille entre l’idée d’une union politique qui dépasse le cadre des Six ou bien qui se limite au seul couple franco-allemand10. Généralement, les efforts d’Erhard pour l’union politique cherchent à inclure, le plus tôt possible, les pays de l’AELE et notamment la Grande-Bretagne. Cela correspond à la philosophie économique du chancelier allemand, considéré à Paris comme un « mondialiste » du commerce, pour qui l’Europe des Six représente un cadre bien trop modeste11.

  • 12 Matthias SCHULZ, „Integration durch eine europäische Atomstreitmacht ? Nuklearambitionen und die de (...)

10Le chancelier Erhard a toujours gardé le silence sur sa motivation personnelle dans la poursuite de l’union politique européenne. L’historien Matthias Schulz apporte un nouvel élément pour éclairer les arrière-pensées allemandes dans cette affaire. Selon Schulz, l’objectif prioritaire de Bonn était d’acquérir, par le moyen de l’union politique, une responsabilité nucléaire de la RFA. En effet, Maurice Couve de Murville avait déclaré en juin 1963 que la force nucléaire française pouvait éventuellement devenir une arme européenne dès qu’une autorité politique commune serait établie. Schulz fait également valoir que certains Américains avaient, vis-à-vis des Allemands, lié la mise sur pied de la MLF à l’avancement de l’intégration européenne. Dans cette logique – fausse, car Washington n’envisageait nullement une participation allemande au nucléaire – Jean Monnet avait esquissé en juillet 1963 un programme en vue d’une force nucléaire européenne, plan auquel Gerhard Schröder s’est référé un an plus tard. Comme première étape, Monnet prévoyait la réalisation de la MLF, sous la direction américaine mais avec une participation véritable des alliés européens. Après avoir appris le savoir-faire et la technologie nécessaires, les Européens devraient, dans une deuxième étape, prendre eux-mêmes la responsabilité de la MLF qui se transformerait ainsi en une force nucléaire de l’Europe occidentale. Pour que cette transition puisse se faire, il fallait d’abord créer une autorité politique européenne, élue par suffrage universel et dotée d’un président au pouvoir exécutif12.

  • 13 ACDP, NL Schröder 086/3, Sammlung von Notizen.

11Alors que ces révélations peuvent contribuer à mieux illustrer la démarche du chancelier Erhard, l’impact des arrière-pensées allemandes ne semble pas avoir été aussi global que le professeur Schulz le croit. Gerhard Schröder, adepte de la MLF et de l’accès allemand au nucléaire, se montrait toutefois assez réticent à l’égard du projet d’union politique. Ses notes personnelles prouvent également qu’il avait parfaitement compris, en janvier 1963 déjà, l’impossibilité de participer à la force nucléaire française13. Le chancelier Erhard s’en rend compte aussi, au plus tard en juillet 1964. Cela n’exclut pas qu’Erhard souhaitait, par le biais de l’union politique, accélérer la MLF en vue d’une participation allemande à la planification, voire même à la technologie nucléaires des États-Unis.

Reprise du plan Fouchet ?

  • 14 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 260.
  • 15 N, 5AGI, 248, Note Saint-Légier, 11.7.64.
  • 16 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 262, 7.7.64.
  • 17 PAAA, B2/131, 1.8.64 (citation) ; B24/514, Aufz. Jansen, 30.7.64.

12« L’Europe sera européenne ou ne sera pas », tel est le verdict du général après le sommet franco-allemand de juillet 196414. À son avis, les Allemands songent encore, consciemment ou inconsciemment, à créer une Europe américaine. Concernant l’union politique européenne, Paris regrette que l’Allemagne n’ait proposé aucun plan ni aucune idée nouvelle et qu’à Bonn règnent « incertitude et hésitation15 ». Alain Peyrefitte fait savoir aux journalistes que la question de l’union politique sera ajournée jusqu’à ce que la République fédérale y souscrive réellement. Probablement, cette interview est censée faire pression sur l’attitude allemande qui reste, pour le général de Gaulle, le facteur primordial : « Toute la question, c’est l’entente franco-allemande. Si elle réussit, l’Europe est faite16. » La conférence de presse à l’Élysée, le 23 juillet, peut être interprétée de la même façon. Dépeignant son point de vue sur l’échec du plan Fouchet, sur la nécessité de créer une Europe européenne, et sur les lacunes allemandes dans ce domaine, Charles de Gaulle veut pousser Bonn à repenser sa politique et à resserrer ses liens avec Paris. Cependant, il reste à savoir si cette tactique est la bonne. Même des ministres français pensent que les attaques verbales contre la République fédérale sèment plutôt la méfiance. Ils ont raison. Josef Jansen, directeur politique à l’Auswärtiges Amt et partisan d’une ligne pro-française, note que les propos du général, « psychologiquement faux », contribuent à éloigner l’Allemagne de la France17. La conviction affichée du président français, que Bonn n’aurait pas encore compris la bonne politique, paraît condescendante et repousse les Allemands.

  • 18 AAPD 1964, Dok. 178, Rundschreiben Carstens, 28.6.64 ; Dok. 198.

13Le chancelier Erhard abandonne désormais l’idée d’une union politique à deux, qui n’apporterait que des inconvénients : dépendance complète de Paris, perte de l’amitié des autres Occidentaux, mais aucun renforcement de l’Allemagne. Afin d’inclure, à terme, un grand nombre de pays européens, Erhard favorise plutôt une union politique avec le moins possible d’idées gaulliennes. Déjà en juin, Bonn a sondé les possibilités pour une reprise du plan Fouchet, peut-être en y associant des pays de l’AELE18.

  • 19 PAAA, Bl/335, Erhard an Schröder, 21.7.64 ; B2/127, Aufz. Carstens, 10.7.64. – F. EIBL, op. cit., p (...)

14Le 21 juillet, le chancelier demande à Gerhard Schröder d’élaborer une proposition pour une union politique des Six. Ce faisant, il tient sa promesse d’une initiative allemande et calme les gaullistes allemands, dont la pression est considérable. Durant le mois de juillet, Adenauer et Erhard se livrent un véritable duel dans la presse au sujet de l’union politique. Les propos de l’ancien chancelier, qui souhaite insérer l’Espagne et le Portugal, ne sont d’ailleurs pas de taille à impressionner de Gaulle. Officiellement, Bonn fait valoir que l’union politique et les rencontres régulières des dirigeants, comme le plan Fouchet les prévoyait, sont déjà effectives entre la France et l’Allemagne. Donc, il s’agit simplement d’élargir aux autres pays les dispositions du traité de l’Élysée19.

  • 20 PAAA, B2/127, Aufz. Schröder, 28.7.64 : EPU ; Aufz. Lahr, 5.11.64.

15Les services de Schröder présentent leur projet le 4 novembre 1964. Se fondant sur les principes du plan Fouchet, le document propose, pour les Six, l’établissement de conversations régulières entre les ministres des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Éducation20. Un élément communautaire serait introduit par la création d’une commission consultative nommée par les gouvernements (un « truc », selon Couve de Murville). Un premier accord, qui n’impliquerait pas ratification, devrait renforcer les compétences du Parlement européen et montrer le lien avec l’Alliance atlantique.

  • 21 AMAE, QIE 1956, Entretien du 24.10.64. – Cf. CADN, Bonn Amb. 179, Notes.
  • 22 M. SCHULZ, „Integration durch Atomstreitmacht ?“, op. cit., p. 305.

16Du côté français, on reste sceptique. Charles de Gaulle doute de la sincérité des partenaires européens et les suspecte de juste vouloir rejeter sur la France le refus de l’union politique. Couve de Murville rappelle à Karl Carstens, le 24 octobre, que tout projet d’union européenne sera condamné à l’échec sans un accord minimum sur les objectifs à atteindre. Lors du même entretien, Carstens se fait également le partisan d’une clause européenne à introduire dans l’accord portant sur la création de la MLF, clause qui permettrait aux Européens, à l’avenir, d’utiliser la MLF même sans l’accord des États-Unis. La réponse du ministre français a le mérite d’être franche : les Américains n’ont pas la moindre intention, dit-il, de confier un jour à l’Europe la libre disposition de la force multilatérale, tout autre interprétation « n’est qu’apparence et illusion21 ». Les comptes rendus, notes et télégrammes rédigés ensuite par le Quai d’Orsay n’établissent aucun lien entre les projets de MLF et d’union politique européenne, d’autant plus que Paris discerne correctement le caractère chimérique de la MLF. Mais Couve de Murville a probablement saisi qu’il peut y avoir, pour Carstens, une corrélation entre union politique et force multilatérale22. Cet élément s’insère dans la campagne française, durant l’automne 1964, contre la MLF et contribue éventuellement au scepticisme envers l’initiative allemande pour l’union politique.

  • 23 U. LAPPENKÜPER, Die Europapolitik Ludwig Erhards“, op. cit., p. 256.

17Chez les autres partenaires de la Communauté, la proposition allemande du 4 novembre 1964 ne suscite ni enthousiasme ni rejet ouvert. Les Néerlandais insistent sur la participation britannique à toute discussion sur l’union politique23. Les Italiens lancent leur propre projet, fin novembre, en vue d’harmoniser les politiques des Six avant de s’occuper des questions de procédure. S’inspirant d’une proposition préalable de Paul-Henri Spaak, le plan italien prévoit une période expérimentale de trois ans, avec des réunions régulières des chefs d’État ou de gouvernement, puis la conclusion d’un traité sur l’union politique. Paris se dit intéressé mais émet des réserves quant aux consultations prévues avec Londres. Bonn repousse le plan italien, entre autres pour l’absence d’une coopération de défense dans ce projet.

  • 24 C. GERMOND, op. cit, pp. 116-124.

18Afin de ne pas être tenus à l’écart, le parlement européen et la Commission de Bruxelles présentent également leurs initiatives. Mais visant une union politique largement intégrée dans les structures communautaires déjà existantes, ces propositions s’accordent difficilement avec la vision du général de Gaulle24.

  • 25 AAPD 1964, Dok. 347, Schröder an Erhard, 19.11.64.
  • 26 AMAE, QIE 1956, Télégramme de presse, 19.12.64.

19Fin 1964, se déroule aussi la dispute franco-allemande sur l’agriculture. L’union politique européenne apparaît alors comme une sorte de récompense si la RFA accepte la PAC. Dans l’esprit des Allemands, il est clair qu’une concession dans le domaine agricole, le « dernier grand atout » de la République fédérale, devra ouvrir la voie vers l’union politique européenne25. Erhard signale cet espoir dans une lettre au président français et lors d’une conférence de presse, le 15 décembre. La réponse venant de Paris est positive. La radio diffuse les propos de Maurice Couve de Murville, disant que la France se félicite de l’esprit communautaire enfin trouvé ; l’expérience de Bruxelles « témoigne du désir des Six de donner une nouvelle impulsion à la construction politique européenne26 ».

  • 27 AAPD 1965, Dok. 27. – AMAE, EM 23. – V . HENTSCHEL, op. cit., p. 560.

20Lors de la réunion franco-allemande des 19 et 20 janvier 1965, à Rambouillet, le général et le chancelier tombent d’accord sur les démarches à entreprendre pour réaliser cette union. Charles de Gaulle juge la proposition allemande satisfaisante, à part la « Commission des Sages » – la commission consultative. Il projette une réunion des six ministres des Affaires étrangères pour le mois de mai, et une réunion des chefs d’État et de gouvernement pour juillet. Le chancelier Erhard en est ravi, il pourra se prévaloir d’un succès spectaculaire avant les élections allemandes de l’automne. Toutefois, de Gaulle pose des conditions dans le domaine du Marché commun : les problèmes concernant le lait, la viande, le sucre, l’huile, et le règlement financier agricole, devront être résolus selon le calendrier établi27. Enthousiaste après la rencontre, le chancelier a tendance à passer sous silence ces conditions françaises.

  • 28 AMAE, EM 24, Entretien de Gaulle-Barzel, 8.2.65.
  • 29 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 69, McGhee (Bonn) to DepState, 15.1.65 ; doc. 72, Memo Tyler, 3.2.65  (...)

21Début 1965, les perspectives pour une reprise des conversations à Six se sont améliorées : l’Italie et les pays du Benelux ont abandonné l’exigence d’inclure les Anglais. En effet, le parti travailliste, peu passionné de l’Europe, a gagné les élections britanniques. Le ministre hollandais des Affaires étrangères, Joseph Luns, marque désormais son désir de ne pas apparaître anti-gaulliste, et le chancelier allemand fait preuve d’une attitude modeste par rapport à la supranationalité. Néanmoins, l’entente franco-allemande reste superficielle. Paris n’a pas renoncé à l’exigence que l’Europe fasse une politique différente de celle de l’Amérique, y compris dans les domaines de la politique extérieure et de la Défense28. Ludwig Erhard, avant sa rencontre avec de Gaulle, demande leur avis aux Américains qui qualifient de complètement inoffensif le projet du chancelier. Les États-Unis entendent intervenir dès qu’une coopération européenne de Défense se dessinera. Mais ils voient leurs propres intérêts bien sauvegardés par les Cinq, contre la France, et restent tranquilles29. Cela peut servir d’appui au postulat gaullien selon lequel les pays européens défendent les intérêts américains au lieu de s’occuper de l’Europe.

  • 30 ACDP, NL Osterheld, Erh.2, Infogespräch mit G. Schröder, 12.12.64.

22À la lumière des documents, Gerhard Schröder ne partage pas l’engouement du chancelier pour l’union politique. L’initiative allemande ne sert qu’à « occuper la fantaisie » des adhérents à l’idée européenne, explique-t-il lors d’une discussion empreinte de spontanéité30. Vu les divergences substantielles, Schröder ne croit pas qu’un sommet des Six puisse aboutir à quelque chose d’utile. Pendant que de Gaulle et Erhard décident, à Rambouillet, de tenter une réunion des chefs d’État et de gouvernement, Schröder et Couve de Murville, au Quai d’Orsay, jugent nettement inopportun de procéder ainsi. Ensuite, le chancelier demande à Schröder de mettre en œuvre la décision prise, qui est allemande, après tout, mais ce dernier préfère que les Italiens en aient l’initiative. Finalement, le 11 mars, le ministre italien des Affaires étrangères, Amintore Fanfani, invite ses homologues à Venise, pour le 10 mai, afin de préparer un sommet sur l’union politique.

  • 31 ACDP, NL Osterheld, Erh.3, 16.3.65. – AMAE, Pactes 322, Tél. du 4.3.65.
  • 32 V. HENTSCHEL, op. cit., pp. 560-561.

23Mais fin mars, de Gaulle émet des réserves importantes : les Six doivent d’abord résoudre le problème du financement agricole (ce qu’il avait déjà dit à Rambouillet) et la réunion doit avoir un but précis et réalisable (ce qu’il n’avait pas dit). Aussitôt, Erhard téléphone à l’ambassade allemande à Paris pour faire savoir au général sa déception profonde. Après l’engagement pris à Rambouillet, le chancelier se sent dupé. Pourquoi le président français a-t-il durci sa position ? De Gaulle a compris, semble-t-il, que l’Italie et les pays du Benelux ne souhaitent pas voir la conférence aboutir, conclusion appuyée d’ailleurs par des fonctionnaires allemands31. Mais contrairement à Erhard, qui présume que toute action donne vie à l’idée européenne, de Gaulle croit qu’un nouvel échec de l’union politique pourrait être irrémédiable. Sur ce point, Schröder est d’accord avec Paris. Il n’est pas exclu que le ministre allemand ait volontairement laissé l’initiative aux Italiens pour torpiller le projet du chancelier32. Puisque, à Rambouillet, on est convenu d’une action concertée entre Paris et Bonn, il est difficile pour la France d’accepter maintenant l’invitation italienne. D’autant plus que l’hôte serait Fanfani, qui avait joué un rôle peu heureux lors du plan Fouchet, en 1962.

  • 33 AMAE, RFA 1605. – BKAH, NL Adenauer II/46.
  • 34 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 283, 28.4.65.

24Néanmoins, Erhard continue de se battre pour une conférence sur l’union politique. Début avril, lui et Adenauer écrivent des lettres personnelles à de Gaulle sur ce sujet33. Le général, refusant fermement de se rendre à Venise, n’exclut toutefois pas un sommet des chefs d’État et de gouvernement. Dans ce contexte, il propose d’avancer au mois de juin la prochaine rencontre franco-allemande, idée acceptée ensuite par le chancelier. De Gaulle est convaincu qu’un sommet des Six n’aboutirait à rien, mais il est prêt à renouveler des « gentillesses réciproques » avec Erhard34. En même temps, il pourra utiliser ce projet pour faire pression sur l’attitude allemande en matière agricole.

  • 35 CADN, Bonn 179, Entretiens. – AAPD 1965, Dok. 244, 248. – H. OSTERHELD, Aussenpolitik unter L. Erha (...)

25La rencontre franco-allemande des 11 et 12 juin, à Bonn, se déroule d’abord dans une bonne atmosphère. Le président de Gaulle se dit d’accord pour un sommet des Six en octobre ou en novembre, annoncé avant les élections allemandes – à condition que les affaires du Marché commun soient réglées fin juin. Le chancelier souhaite éviter un lien entre l’agriculture et la conférence au sommet, mais il acquiesce finalement. À la fin de la réunion, Rolf Lahr donne lecture d’un document, présenté comme un accord. Au sujet du règlement financier du Marché commun agricole – le point clé des problèmes à Bruxelles – ce document prévoit la prolongation du système actuel pendant un an. Lors des entretiens précédents, jamais une proposition pareille n’avait été faite. L’idée est d’ailleurs provocatrice envers la France, qui a toujours cherché un accord définitif pour les cinq ans à venir. Le chancelier lui-même est surpris, « furieux » d’après l’impression de la délégation française, témoin d’un désordre pitoyable à Bonn35.

  • 36 A. PEYREFITTE, op. cit., p. 286-287.

26Après le déjeuner, les deux parties discutent le document allemand, sans trouver un consensus. Le général de Gaulle remet en cause tout ce qui a été dit pendant ces deux jours. Vu la situation en matière agricole, dit-il avant de partir, les conditions pour un sommet des six chefs d’État et de gouvernement ne lui paraissent plus remplies. Contrariée, la délégation française quitte Bonn. Charles de Gaulle reconnaît que Schröder est à l’origine de cette affaire et il le soupçonne de saper son concurrent, Ludwig Erhard, pour devenir lui-même chancelier après les élections de septembre. En même temps, le président français déplore l’incapacité du chancelier qu’il qualifie de « ludion36 ». Schröder, en tout cas, empêche l’entente franco-allemande à ce moment-là. De Gaulle ne l’oubliera pas.

  • 37 AMAE, EM 26, Entretiens des 7./8.2.66. – AAPD 1966, Dok. 34, 36.
  • 38 PAAA, B150, Aufz., 24.3.66 : Europäische politische Zusammenarbeit.

27La crise de la chaise vide, de juillet 1965 à janvier 1966, bloque toute possibilité d’une conférence sur l’union politique européenne. Après la réunion des Six à Luxembourg, fin janvier 1966, le général et le chancelier souhaitent relancer le projet. Ils tombent d’accord pour que de Gaulle en parle lors de sa prochaine conférence de presse, et que Bonn reprenne ensuite l’initiative pour organiser un sommet des Six37. Le 21 février 1966, le président français déclare aux journalistes qu’il croit plus indiqué que jamais de mettre en pratique les rencontres politiques. Mais la sortie française de l’OTAN, tout de suite après, se révèle néfaste pour la tentative de réunir les Six. Les Pays-Bas, l’Italie et la Belgique se demandent de quoi on pourrait positivement parler, et surtout, ils s’opposent à doter le président français d’une légitimation européenne avant son voyage en URSS. Ils ne veulent pas donner l’impression que de Gaulle parle en leur nom à Moscou38.

28Finalement, le chancelier lui-même perd son enthousiasme. Si son initiative n’a pas abouti, il en a néanmoins tiré profit à l’intérieur, en calmant, pendant un certain temps, les gaullistes allemands.

  • 39 ACDP, NL Schröder 291/1, Aufz., 7.11.66.

29En résumé, l’attitude des autres pays et les querelles interallemandes mises à part, Bonn et Paris n’ont pas trouvé de position commune sur les points suivants : la France souhaitait commencer l’union politique par le couple franco-allemand, tandis que l’Allemagne préférait le cadre des Six, élargi le plus tôt possible par les pays de l’AELE. Bonn voulait amorcer l’union politique européenne sans avoir, dès le début, un but politique commun, ce que la France exigeait au contraire. Le général de Gaulle n’entendait pas dépasser les liens intergouvernementaux, et Erhard essayait d’introduire, prudemment, des éléments supranationaux. Mais finalement, la différence décisive était leur attitude divergente envers les États-Unis39. Il est possible que des arrière-pensées allemandes – visant l’accès au nucléaire par le moyen de l’union politique européenne – aient contribué à repousser les partenaires de la RFA. Le général de Gaulle, quant à lui, a constamment profité de l’idée d’union politique pour exercer de la pression sur les Allemands, sans qu’il se soit jamais investi véritablement pour faire aboutir le projet.

Notes

1 CADN, Bonn 179, Entretien de Gaulle-Erhard, 22.11.63. – BA, B136/2059, 22.11.63. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 215, 247.

2 AAPD 1964, Dok. 49, Gespräch de Gaulle-Erhard, 15.2.64. – Carine GERMOND, Les projets d’Union politique de l’année 1964, in : Wilfried LOTH (dir.), Crises and Compromises: The European Project 1963-1969, Bruxelles 2001, pp. 110-112.

3 AMAE, QIE 1956, Notes, 27.1., 23.6.64. – ACDP, NL Osterheld, Erh.l, Aufz., 15.5.64. – FRUS1964-68, vol. XIII, doc. 2, 5.

4 PAAA, B150, Gespräch Erhard-Jansen, 26.6.64.

5 AMAE, EM22, Entretien de Gaulle-Adenauer, 3.7.64. – ACDP, NL Schröder 291/1, Gespräche, 3./4.7.64. – A. PEYREFITTE, op. cit., pp. 217, 247, 260-262.

6 H. GROEBEN, op. cit., p. 347. – F. EIBL, op. cit., pp. 384-388. – Cf. les mémoires de l’auteur de ce plan : H. MÜLLER-ROSCHACH, op. cit., pp. 146-149.

7 AAPD 1964, Dok. 22, Stufenplan zur europäischen Einigung, 23.1.63. – PAAA, B2 /127, Entwürfe zum Stufenplan, 12.-23.1.64.

8 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 29. George McGhee partage ce jugement.

9 ACDP, NL Ost, Erh. l, Aufz., 15.5.64. – AMAE, RFA 1603, Tél. du 10.1.64. – U. LAP-PENKÜPER, „Die Europapolitik Ludwig Erhards“, op. cit., pp. 248-249.

10 CADN, Bonn 179, Entretien Pompidou-Erhard, 4.7.64. – AMAE, EM 22, de Gaulle-Erhard, 4.7.64.

11 M. COUVE DE MURVILLE, op. cit., pp. 242, 262.

12 Matthias SCHULZ, „Integration durch eine europäische Atomstreitmacht ? Nuklearambitionen und die deutsche Europa-Initiative vom Herbst 1964“, in : Vierteljahre-shefte für Zeitgeschichte, n° 2/53, April 2005, pp. 275-313.

13 ACDP, NL Schröder 086/3, Sammlung von Notizen.

14 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 260.

15 N, 5AGI, 248, Note Saint-Légier, 11.7.64.

16 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 262, 7.7.64.

17 PAAA, B2/131, 1.8.64 (citation) ; B24/514, Aufz. Jansen, 30.7.64.

18 AAPD 1964, Dok. 178, Rundschreiben Carstens, 28.6.64 ; Dok. 198.

19 PAAA, Bl/335, Erhard an Schröder, 21.7.64 ; B2/127, Aufz. Carstens, 10.7.64. – F. EIBL, op. cit., p. 391.

20 PAAA, B2/127, Aufz. Schröder, 28.7.64 : EPU ; Aufz. Lahr, 5.11.64.

21 AMAE, QIE 1956, Entretien du 24.10.64. – Cf. CADN, Bonn Amb. 179, Notes.

22 M. SCHULZ, „Integration durch Atomstreitmacht ?“, op. cit., p. 305.

23 U. LAPPENKÜPER, Die Europapolitik Ludwig Erhards“, op. cit., p. 256.

24 C. GERMOND, op. cit, pp. 116-124.

25 AAPD 1964, Dok. 347, Schröder an Erhard, 19.11.64.

26 AMAE, QIE 1956, Télégramme de presse, 19.12.64.

27 AAPD 1965, Dok. 27. – AMAE, EM 23. – V . HENTSCHEL, op. cit., p. 560.

28 AMAE, EM 24, Entretien de Gaulle-Barzel, 8.2.65.

29 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 69, McGhee (Bonn) to DepState, 15.1.65 ; doc. 72, Memo Tyler, 3.2.65 : European Political Union.

30 ACDP, NL Osterheld, Erh.2, Infogespräch mit G. Schröder, 12.12.64.

31 ACDP, NL Osterheld, Erh.3, 16.3.65. – AMAE, Pactes 322, Tél. du 4.3.65.

32 V. HENTSCHEL, op. cit., pp. 560-561.

33 AMAE, RFA 1605. – BKAH, NL Adenauer II/46.

34 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 283, 28.4.65.

35 CADN, Bonn 179, Entretiens. – AAPD 1965, Dok. 244, 248. – H. OSTERHELD, Aussenpolitik unter L. Erhard, op. cit., pp. 204-207.

36 A. PEYREFITTE, op. cit., p. 286-287.

37 AMAE, EM 26, Entretiens des 7./8.2.66. – AAPD 1966, Dok. 34, 36.

38 PAAA, B150, Aufz., 24.3.66 : Europäische politische Zusammenarbeit.

39 ACDP, NL Schröder 291/1, Aufz., 7.11.66.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search