Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

L'économie et les finances

IV. Éléments de la coopération financière

Texte intégral

L’Allemagne proclame l’empire du mark.
L’aigle impérial – Kurt Kiesinger composé de billets de 100 marks – tient dans ses griffes le slogan « l’or avec nous » (Gold mit uns), qui rappelle la devise de l’armée allemande (Gott mit uns). Étant donné la faiblesse du franc français, la force du mark revêt dès l’automne 1968 une apparence menaçante pour Paris.
Caricature de Tim (Louis Mitelberg) dans L’Express, 19 mai 1969, p. 19.

© Adagp, Paris 2007.

La proposition secrète d’union monétaire

  • 1 L’accord de Bretton Woods fixe le prix de l’or à 35 dollars par once.

1Pendant les années 1960, les monnaies française et allemande font partie du système monétaire international créé en 1944 par l’accord de Bretton Woods assurant des taux de change fixes entre les principales devises. Le dollar américain, directement convertible en or, constitue la parité de base pour toutes les autres monnaies1. Les pays membres du système s’engagent à garder leur monnaie dans une marge de +/-1 % de la parité définie avec le dollar ou momentanément de +/-2 %. Cela veut dire que si le franc baisse de 2 % et que le mark est revalorisé de 2 %, la marge de fluctuation entre les deux monnaies peut s’élever jusqu’à 4 % à court terme. Jugeant cet écart trop large, dix-sept pays européens, dont les Six de la Communauté, décident de le réduire à 3 % en décembre 1958. Ce chiffre indiquera la fluctuation maximale entre les monnaies française et allemande par la suite.

  • 2 Emanuel APEL, European Monetary Integralion 1958-2002, London 1998, pp. 24-29. 
  • 3 Articles 103 et 104 du traité instituant la CEE, Rome, 25 mars 1957
  • 4 AAPD 1964, Dok. 109 ; 1965, Dok. 23, Fussnote 41.

2Au sein de la Communauté, la dévaluation du franc français en 1958 et la réévaluation du DM et du florin en 1961, opérations autorisées par l’accord de Bretton Woods, créent un certain équilibre monétaire2. Le traité de Rome stipule que les États-membres considèrent leur politique de conjoncture comme une question d’intérêt commun, qu’ils assurent l’équilibre de leur balance des paiements et qu’ils maintiennent la confiance dans leur monnaie nationale3. Afin de faciliter la réalisation de ces objectifs, plusieurs comités communautaires sont créés. La mise en œuvre progressive de la PAC, qui implique des prix fixes pour les produits alimentaires, nécessite également une coopération financière très étroite entre les Six. Du point de vue économique, l’échange des marchandises, la mobilité du capital et de la main-d’œuvre se font idéalement dans une zone monétaire unique. Dès qu’une coopération économique aspire à des plans ambitieux, la diversité des monnaies représente forcément un obstacle. Inspirée par cette pensée, la Commission européenne annonce en septembre 1964 des études sur les possibilités d’union monétaire comme pierre finale de l’édification de l’union économique4.

3De nouveaux documents prouvent qu’en mars 1964 le gouvernement français propose aux Allemands d’établir une union monétaire beaucoup plus rapidement. Il s’agit d’une initiative secrète ou plutôt du lancement d’un ballon d’essai, dont très peu de gens sont informés.

  • 5 DM, t. IV, p. 205, Allocution télévisée, 16.4.64.
  • 6 AAPD 1964, Dok. 47, 50.

4Durant cette période, Charles de Gaulle s’investit corps et âme contre l’inflation qui risque de condamner la France à « un effondrement monétaire, économique et social, marqué par les pires secousses5 ». Le général présente le Plan de stabilisation comme nécessité absolue si la France veut continuer à faire partie du Marché commun. À la mi-février 1964, le sommet franco-allemand montre une volonté appuyée de part et d’autre de développer la coopération financière6. Les Allemands sont d’ailleurs surpris par la quantité de questions françaises concernant leur structure économique.

  • 7 Entretien accordé à l’auteur, le 16.3.05 à Paris.

5Le système monétaire de l’époque, engendrant un taux d’inflation trop fort, préoccupe le général de Gaulle. Il cherche à éviter le décrochage périodique des monnaies et les dévaluations/réévaluations qui en résultent. En effet, dans un système de parités fixes, chaque ajustement monétaire demande des décisions gouvernementales. Valéry Giscard d’Estaing se souvient : « Pour le général de Gaulle, c’était très désagréable et humiliant de devoir dévaluer la monnaie ou de demander aux Allemands de réévaluer la leur. Il voulait que cela finisse7. » Étant donné la réalité déjà existante du Marché commun, l’idée apparaît, chez de Gaulle et Giscard d’Estaing, d’essayer une monnaie commune. Aucun projet détaillé n’est élaboré. « Mais de Gaulle voulait qu’on avance », témoigne Valéry Giscard d’Estaing, « et il m’a dit de proposer aux Allemands la monnaie commune. »

6Le 23 mars 1964, Valéry Giscard d’Estaing est en visite à Bonn. Le ministre français de l’Économie et des Finances s’est fait accompagner par Olivier Wormser du Quai d’Orsay. Les deux hommes se réunissent avec Kurt Schmücker, ministre allemand de l’Économie, assisté de son secrétaire. La rencontre dure deux heures et s’ouvre sur le thème de la conjoncture monétaire. Au cours de la discussion, le ministre français souligne les embarras causés par le système monétaire actuel. Kurt Schmücker propose alors de contraindre les Six, par un accord mutuel, à une « bonne conduite monétaire ». D’après le compte rendu allemand la suite de la conversation se déroule de la façon suivante.

  • 8 „De Gaulle hat mir ausdrücklich gesagt, dass er eine einheitliche EWG-Währung für erforderlich hält (...)

Giscard d’Estaing : « C’est trop peu ! Nous n’en avons pas encore discuté au sein du Cabinet, mais de Gaulle m’a dit que sans monnaie commune des pays membres de la CEE, des développements dangereux comme nous les vivons actuellement ne pourront être ni évités ni maîtrisés. Nous avons besoin d’une monnaie communautaire unique. »
Schmücker : « Ou bien on peut maintenir les monnaies de façon nominale et soumettre la politique monétaire des pays membres à une discipline rigoureuse, par des règles contractuelles. Cela donnera le même effet. »
Giscard d’Estaing : « Pourquoi choisir un système qui fonctionne seulement tant que chacun joue le jeu ? »
Schmücker : « Simplement, je cherche une méthode susceptible d’aboutir, sans que la France soit forcée de renoncer à ses droits de souveraineté. Une monnaie communautaire unique serait quelque chose de supranational. Jusqu’à présent, la France s’est prononcée contre toute institution supranationale. »
Giscard d’Estaing : « De Gaulle m’a dit explicitement qu’il juge nécessaire une monnaie commune de la CEE8. Il voit qu’aucune autre solution ne reste. Tant qu’un État continue à pousser l’autre à l’inflation, les socialistes seront les seuls à en bénéficier. »

Schmücker : « Que ferons-nous, si les quatre autres ne participent pas ? Créer une union monétaire représente un avancement politique décisif. Dès que l’union monétaire existera, des conséquences politiques en découleront tout naturellement. Les essais d’Erhard de promouvoir l’union politique n’ont pas trouvé chez tous les gouvernements l’écho espéré. Donc, nous devons nous attendre à ce que la proposition soit accueillie de façon sceptique. Ou bien pensez-vous que la France et l’Allemagne doivent se lancer en avant ? »

  • 9 LES, NL Erhard 12.23, K. Schmücker an L. Erhard, 24.3.64 : Gespräch mit V. Giscard d’Estaing.

Giscard d’Estaing : « Un accord France-Allemagne ne devra être considéré que si les autres ne participent pas. Dans ce cas, l’accord doit prévoir la possibilité, juridique et réelle, d’une adhésion à tout moment pour les autres9. »

  • 10 Entretien accordé à l’auteur.

7Valéry Giscard d’Estaing atteste aujourd’hui de l’authenticité de ce compte rendu. L’idée française de l’époque est bien d’abandonner le franc et le mark et de créer une nouvelle monnaie. Quant à la notion de supranationalité, elle touche tout d’abord, d’un point de vue gaullien, aux domaines militaire et diplomatique. « Pour le général de Gaulle, le supranational monétaire était un peu technique, il n’en voyait pas les conséquences10. »

8La suite montre que Kurt Schmücker prend la proposition française très au sérieux. Aussitôt, il adresse un courrier confidentiel au chancelier Erhard parti en vacances. Cette lettre contient le compte rendu cité. Le ministre conseille aussi à Ludwig Erhard de recevoir Valéry Giscard d’Estaing pour approfondir cette idée française extrêmement importante. On ne trouve aucune trace de la réaction du chancelier, mis à part le fait qu’il conserve soigneusement la lettre de Schmücker.

  • 11 AAPD 1964, Dok. 109, Aufz., 24.4.64 : Deutsch-französische Währungsunion.
  • 12 AAPD 1964, Dok. 85, Aufz. Lahr, 6.4.64 : Bemerkungen zum Gedanken einer dt.- frz. Währungsunion.

9Deux spécialistes de l’Auswärtiges Amt évaluent ensuite la proposition française. Il s’agit du secrétaire d’État Rolf Lahr et de Karl Gemünd, directeur de la section de politique commerciale. Les deux études divergent dans leur structure mais arrivent à des conclusions presque identiques. Les difficultés liées à l’inflation, qui sont primordiales dans la pensée du général de Gaulle, ne tiennent pas une place centrale dans ces considérations. Selon Gemünd, une entente franco-allemande sur la stabilité monétaire, la conjoncture, le taux de croissance et la politique de crédit, semble possible11. Rolf Lahr est plus sceptique à cet égard. Il fait notamment valoir que la force de frappe risque de peser lourdement sur les budgets français futurs. Lahr constate aussi – dix mois avant la fameuse conférence de presse du général – qu’il serait complètement irréaliste, si telle était l’idée française, de revenir sur l’étalon-or comme base d’une union monétaire12.

  • 13 Fondée en 1930 et installée à Bâle, la BRI sert de forum pour la coopération monétaire internationa (...)
  • 14 AAPD 1964, Dok. 85, Fussnote 14.

10Mais pour les deux analystes allemands, les vrais problèmes concernent le plan politique et non celui monétaire. En premier lieu, il reste à savoir si la question de la perte de souveraineté nationale entraînée par une union monétaire serait acceptable pour Paris. La même question se pose pour Bonn. Ensuite, cette décision nécessitera une grande similarité des buts politiques, difficile à réaliser selon Lahr et Gemünd. La France, traditionnellement protectionniste, s’oriente vers le continent européen, tandis que la République fédérale cherche à renforcer sa position sur le marché mondial. L’Allemagne soutient la position du dollar et Paris souhaite émanciper l’Europe vis-à-vis de la monnaie américaine. Par exemple, les Français demandent que la politique monétaire européenne soit coordonnée par la Banque des règlements internationaux (BRI) et non par le Fonds monétaire international (FMI)13. Au contraire du FMI, les Américains ne dominent pas la BRI. Généralement, la République fédérale vise le partenariat transatlantique, option qui n’est pas partagée par la France, jugée plutôt anti-américaine. Enfin, un accord monétaire franco-allemand créerait des obstacles substantiels à l’intérieur de la Communauté des Six, envers la Grande-Bretagne et les États-Unis. Rolf Lahr estime que les effets psychologiques seraient encore plus dramatiques qu’après la signature du traité de l’Élysée. La division économique de l’Europe serait alors irrévocable et les Britanniques à tout jamais exclus de la CEE. Notons encore qu’en janvier 1963 le président de la banque centrale allemande, Karl Blessing, s’est vigoureusement dressé contre toute idée prématurée d’une union monétaire14. Il paraît certain que son avis ne se soit pas radicalement transformé en quatorze mois seulement.

  • 15 Propos de Valéry Giscard d’Estaing (entretien accordé à l’auteur).

11La proposition française ne provoque aucune suite. Le chancelier Erhard n’entre pas en discussion et relègue l’idée d’union monétaire aux oubliettes. Voyant le peu d’empressement allemand, le général de Gaulle cherche d’autres moyens pour remédier à la situation monétaire. Il reprend alors le thème de l’étalon-or15.

  • 16 Horst OSTERHELD, Aussenpolitik unter Bundeskanzler Ludwig Erhard, 1963-1966. Ein dokumentarischer B (...)

12Deux ans plus tard, en avril 1966, Kurt Schmücker regrette que la République fédérale ait décliné l’offre française du printemps 1964. Lors d’une séance du Cabinet allemand, le ministre de l’Économie souligne le rôle défavorable que ce rejet a joué de manière décisive dans le développement ultérieur des relations entre la France et l’Allemagne. Au lieu d’un rapprochement mutuel grâce à l’union monétaire, leur éloignement résulte de ce refus allemand, signale Schmücker16. Aujourd’hui, Valéry Giscard d’Estaing le confirme : « L’idée française était audacieuse, difficile et elle aurait entraîné des conséquences, fortes. »

De Gaulle préfère l’or au dollar

  • 17 DM, t. IV, pp. 330-334.

13Le 4 février 1965, lors d’une conférence de presse, Charles de Gaulle attaque directement la position du dollar américain comme base du système monétaire international17. Les conditions qui ont suscité en 1944 le système de Bretton Woods ont changé, explique le général. Entre-temps, l’Europe a recouvré sa substance et les États-Unis ne disposent plus, comme au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de la plus grande partie de l’or du monde. Par conséquent, le dollar a perdu sa légitimation comme monnaie internationale. Et surtout, enchaîne de Gaulle, les Américains profitent de la position privilégiée de leur monnaie pour « s’endetter gratuitement vis-à-vis de l’étranger ». Les États-Unis paient avec des dollars qui ne sont plus convertibles en or, donc avec de la monnaie fictive. L’Amérique exporte ainsi son inflation au détriment des autres pays. Enfin le général de Gaulle propose comme solution « la restauration de l’étalon-or ».

  • 18 David CALLEO, De Gaulle and the Monetary System, in : Robert O. PAXTON, Nicholas WAHL (dir.), De Ga (...)

14Selon le professeur américain David Calleo, spécialiste en la matière, l’analyse du système exposée par de Gaulle est correcte. Seulement, la France manque de force pour imposer son point de vue. Les États-Unis par contre défendent une position fausse, mais réussissent à la faire prédominer. L’inflation américaine est structurelle et étroitement liée au régime fiscal introduit par l’administration Kennedy (1961-1963), indique Calleo. Tout au long de la décennie, la Maison Blanche encourage l’inflation, qui stimule l’emploi et les exportations. Par nature, l’inflation est difficile à stabiliser et tend à s’accélérer. Mettre fin à ce processus devient de plus en plus coûteux. Normalement, pareille évolution est freinée par le fait que la monnaie concernée perde de sa valeur réelle et doive être dévaluée ou contrôlée autrement. Puisque le système de Bretton Woods ne prévoit pas de dévaluation du dollar, ce frein n’existe pas et l’inflation américaine est en effet exportée dans le monde18.

  • 19 AMAE, AO 30. – Cf. les notes préparées pour le général : FNSP, CM8.

15Bien sûr, Charles de Gaulle s’appuie sur les études de spécialistes français. Le secrétaire général de l’Élysée, Étienne Burin des Roziers, témoigne que le général « ne savait pas grand chose au début », mais en étudiant les nombreux articles relatifs au problème monétaire, « de Gaulle comprenait vite et il en a fait quelque chose de tout à fait personnel19 ». Jacques Rueff, conseiller présidentiel, critiquait depuis fort longtemps les structures de Bretton Woods, jugées incompatibles avec la stabilité monétaire. L’écroulement du système en 1971 lui donnera raison.

  • 20 D. CALLEO, De Gaulle and the Monetary System, op. cit., pp. 249-255. – DGESS, t. IV, pp. 151-153, I (...)

16Cependant, l’alternative favorisée par Rueff, le retour à l’étalon-or, n’est pas réalisable. L’étalon-or avait fonctionné avant la Première Guerre mondiale dans un monde pluraliste où régnait un certain équilibre des pouvoirs. La notion de balance, souvent utilisée comme terme-clé par Rueff et de Gaulle, suggère en soi une pondération entre différentes nations. En outre, le système imaginé par Rueff dépend de la volonté des classes dirigeantes de préserver la stabilité monétaire dans leurs pays respectifs. La prédominance américaine, l’interpénétration monétaire très étroite des pays capitalistes et la faiblesse relative de l’Europe rendent impossible en 1965 l’actualisation de cette vision20.

17Le ministre français de l’Économie et des Finances de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing, témoigne également de son opposition à l’idée d’un retour à l’étalon-or. « Il n’y a pas de relation entre l’extraction d’or minier et les besoins d’un système monétaire moderne », explique-t-il. L’or peut être un étalon de mesure, mais il ne fournit pas les liquidités nécessaires et qui font défaut au rigide système de Bretton Woods.

  • 21 Lors d’une réunion du FMI à Tokyo, le 9.9.64, V. Giscard d’Estaing avait déjà fait cette propositio (...)
  • 22 Témoignage de Valéry Giscard d’Estaing (entretien avec l’auteur).

18Pour la première fois, Valéry Giscard d’Estaing révèle aujourd’hui son expérience de la conférence de presse du 4 février 1965. Peu avant cette date, le général de Gaulle le convoque à l’Élysée. Comme d’habitude, ce dernier prépare minutieusement sa conférence, rédigeant ses déclarations et les apprenant ensuite par cœur. Le général a donc écrit un texte sur le système monétaire et le lit à haute voix à Valéry Giscard d’Estaing pour lui demander ensuite son avis. Lorsque de Gaulle propose le retour à l’étalon-or, le ministre rétorque : « Actuellement, il y a une réflexion mondiale à ce sujet. L’étalon-or est un système datant d’avant la Première Guerre mondiale et n’est pas adapté aux besoins actuels. Si vous le proposez, vous donnerez l’impression d’être en retard sur l’évolution. On confondra vos propos, on dira qu’ils ne sont pas très importants. » De Gaulle demande alors ce qu’il peut proposer. Giscard d’Estaing rédige ensuite, avec la plume du général, une nouvelle version. Elle dépeint le retour à un système fondé sur l’or comme valeur de référence, complété par un dispositif international de crédits21. Charles de Gaulle accepte aussitôt ce nouveau texte. Lors de la conférence de presse, comme prévu, un journaliste pose une question sur le système monétaire. Le général de Gaulle récite la réponse préparée et développe son analyse. Puis il déclare vouloir changer le système. Valéry Giscard d’Estaing, parmi l’auditoire, observe : « Je vois qu’à ce moment-là, il perd le fil de son texte. Il ne se souvient plus du mien. » Les finances n’étant pas un sujet familier pour le général de Gaulle, sa mémoire l’abandonne. Il reprend alors l’ancien texte et propose ainsi le retour à l’étalon-or22.

  • 23 CAEF, B59503, Note, 16.2.65 ; B55814, Tél. d’Aumale (Bonn), 9.2.65.
  • 24 AAPD 1965, Dok. 60, Fussnote 26.

19Des troubles considérables en résultent. En République fédérale, les politiciens et l’opinion publique sont d’abord absorbés par le thème de la réunification allemande, sujet traité lors de la même conférence de presse à l’Élysée. Néanmoins, les idées françaises d’ordre monétaire trouvent dans les milieux économiques allemands une résonance remarquable. Les premiers commentaires sont empreints de réserve, mais après quelques jours, la presse allemande publie des articles, signés parfois d’économistes reconnus, qui insistent sur le fonctionnement défectueux et les dangers du système de Bretton Woods. Dans ce sens, la critique française trouve « un accueil compréhensif et souvent sympathique » chez beaucoup d’Allemands informés23. Face à un diplomate français, Karl Blessing se félicite que le général de Gaulle ait proclamé certaines vérités que les Allemands ne peuvent pas se permettre d’exprimer. Le président de la Bundesbank partage donc l’analyse française, mais il s’abstient de se prononcer sur l’idée de l’étalon-or. Hermann Abs, président de la Deutsche Bank, désapprouve publiquement la politique monétaire de Washington. Il se demande si la République fédérale ne devrait pas suivre l’exemple français en réclamant la conversion en or d’une partie de ses avoirs en dollars24. Le but de cette mesure serait de faire réfléchir les Américains en particulier au sujet de leurs pratiques d’investissement. À Paris, on ne s’attend d’ailleurs pas à ce que Bonn aille directement à l’encontre des vues américaines.

  • 25 AAPD 1965, Dok. 60 (cit.), Dok. 64. – G. BUCHSTAB, op. cit., pp. 821-822.

20Sans se prononcer explicitement, le gouvernement fédéral indique à la presse qu’il est favorable à une réforme du système monétaire, mais qu’il juge impraticable un retour pur et simple à l’étalon-or. L’ambassadeur allemand à Washington informe directement le président Johnson que les déclarations françaises du 4 février n’ont pas été précédées par une consultation avec la RFA. Et Ludwig Erhard, économiste, souligne auprès de l’ambassadeur McGhee ne pas pouvoir accepter le point de vue français. L’amélioration du système monétaire est nécessaire, avoue le chancelier, mais elle doit se faire en respectant la solidarité ; en aucun cas la République fédérale ne suivra « l’action unilatérale » du général de Gaulle. Lors d’une entrevue avec le comité exécutif de son parti, Erhard reprend les mêmes propos et s’investit en faveur de l’amitié germano-américaine25.

  • 26 CAEF, B59503, Notes, 12.3., 10.4.65.
  • 27 BA, B 126/23764, Aufz., 3.6.65.

21En mars et avril 1965, l’attitude allemande se confirme. Les autorités officielles, dont Kurt Schmücker, avancent la nécessité d’une réforme monétaire mais restent assez vagues. Les milieux économiques et financiers applaudissent généralement les critiques contre le financement du déficit américain par l’émission de dollars sans contrepartie or. Lors d’un discours à Stuttgart, le 10 avril, Karl Blessing se dit préoccupé par le phénomène de l’inflation importée26. En revanche, il prend position contre le retour à l’étalon-or et favorise une procédure évolutive pour renforcer la discipline internationale. En RFA, personne ne semble vraiment comprendre ce que la France propose exactement quand elle évoque l’étalon-or. L’administration allemande note, début juin, qu’il règne une grande confusion à cet égard27. Paris essaie de calmer les esprits, en disant que de Gaulle n’entend pas, en réalité, revenir au système d’étalon-or et qu’il s’agit là seulement d’une expression. L’affaire de l’étalon-or ne figure d’ailleurs jamais à l’ordre du jour des réunions communautaires et franco-allemandes de cette période. La question reste controversée, jusqu’à aujourd’hui : de Gaulle a-t-il vraiment souhaité le retour à l’étalon-or ?

22L’explication qu’en donne Valéry Giscard d’Estaing, surprenante et simple, est parfaitement cohérente.

  • 28 Le Groupe des Dix réunit la France, la RFA, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne (...)
  • 29 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 491, 14.5.68.

23En juillet 1965, l’administration française constate qu’il existe, entre les Six, une entente pour confier à un groupe restreint, par exemple au Groupe des Dix28, l’étude de nouvelles modalités monétaires, mais que le désaccord reste entier sur le rôle de l’or. Par la suite, les fonctionnaires de Bonn tendent à ridiculiser la vision « dépassée » d’un système monétaire régi par l’étalon-or. En effet, cette proposition a fortement réduit la crédibilité des réflexions françaises sur le système monétaire mondial. D’autre part, constate Rolf Lahr, Bonn ne peut pas se permettre d’adopter le point de vue de la France. Les Américains détestent toute critique à l’encontre de leur politique monétaire – si de Gaulle, froid et lucide, passe outre, Washington « ne le pardonnerait jamais » aux Allemands29.

  • 30 Le Monde, 6.4.68, p. 20. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 286-287.

24Le gouvernement français continue à afficher que l’or, et non plus le dollar appuyé sur l’or, doit constituer le fondement du système qui prendra la relève de celui de Bretton Woods. Dans ce contexte de Gaulle se prononce, le 20 mars 1968, en faveur d’une restauration du Fonds monétaire international comme autorité impartiale. Quelques jours plus tard, Michel Debré fait savoir aux journalistes que la France ne préconise nullement un simple retour à l’étalon-or, mais plutôt la création d’un standard monétaire qui fixe la convertibilité des monnaies nationales sur la base de l’or30.

25Pendant ces premiers mois de 1968, les États-Unis sont presque forcés de dévaluer le dollar. Leur balance des paiements est de plus en plus déficitaire – ce qu’on attribue généralement à la guerre du Vietnam – et le dollar devient l’objet d’une vaste spéculation. Mais la pression américaine sur les alliés, et les problèmes européens dès le mois de mai permettent de « sauver » une dernière fois le système de Bretton Woods pour trois années supplémentaires.

Les investissements américains

  • 31 CAEF, B0062164, Réunion à Baden-Baden, 25./26.3.63.
  • 32 DGESS, t. IV, pp. 149-150, Communication d’André DE LATTRE. – Le Monde, 20.1.63, p. 16 : Chrysler p (...)

26Un autre domaine où le général de Gaulle défie les États-Unis, du moins pendant un certain temps, concerne celui des investissements. Jusqu’en 1962, la France accueille très volontiers les investisseurs américains leur offrant même des avantages financiers. Dès 1963, alors que les relations politiques entre Washington et Paris se durcissent, l’orientation française devient restrictive. Fin mars 1963, Valéry Giscard d’Estaing met ses homologues de la Communauté en garde contre la stratégie américaine, qui « fausse le jeu normal de la concurrence dans des secteurs déterminés31 ». Par leur puissance financière, explique le ministre, les groupes américains visent à conquérir des secteurs clés de l’économie française, en particulier ceux de l’industrie automobile et de l’alimentation. Le problème n’est donc pas, du point de vue français, le volume global des investissements, mais la menace du contrôle américain sur des branches économiques sensibles. Par exemple l’achat de Simca Automobiles par Chrysler à la mi-janvier 1963, trois jours avant la signature du traité de l’Élysée, surprend et irrite le président de Gaulle32.

  • 33 PAAA, B2/151, Aufz. Lahr, 11.9.63 : US-Investitionen.
  • 34 CAEF, B0062164, Note du 9.6.64. – CADN, Bonn Amb. 179, Rapport de Lipkowski, déc. 1964.

27L’intervention de Giscard d’Estaing suscite peu d’écho parmi les Six. Les Allemands et les Néerlandais notamment s’opposent à l’idée d’étudier en profondeur la question. En septembre 1963, Rolf Lahr note que la République fédérale ne regrette nullement les investissements américains, éléments de renfort de l’économie. Les États-Unis n’exercent pas, selon lui, de contrôle excessif sur les entreprises allemandes. Pour Lahr, le danger réside plutôt dans le fait que les investissements rendent déficitaire la balance des paiements américaine, ce qui peut entraîner des pressions politiques sur Bonn et l’obligation de s’approvisionner aux États-Unis33. En outre, la RFA risque de se placer dans une dépendance croissante vis-à-vis du dollar. Mais en fin de compte, les avantages prennent nettement le dessus pour les Allemands. Le Quai d’Orsay observe en décembre 1964 que la République fédérale ne manifeste aucune inquiétude devant la hausse des investissements américains en Europe34. L’hostilité à un contrôle communautaire est d’ailleurs commune à tous les partis allemands. Elle correspond à la doctrine économique de la RFA, qui prône la liberté des investisseurs.

  • 35 Alfred GROSSER, Les Occidentaux. Les pays d’Europe et les États-Unis depuis la Guerre. 1944-1977, P (...)
  • 36 Les chiffres absolus varient selon la manière de recenser.

28La croissance économique du Marché commun, plus haute qu’aux États-Unis, donne aux firmes américaines des garanties de rentabilité de leurs capitaux. Par l’investissement direct dans des entreprises européennes le handicap du tarif extérieur commun peut être évité. Le phénomène de l’implantation américaine en Europe devient bien réel. Entre 1957 et 1963, pour le territoire de la CEE, les investissements directs américains augmentent de 1,7 à 4,5 milliards de dollars. Le chiffre dépasse les 10 milliards en 196935. Comparé au montant total des investissements directs des États-Unis à l’étranger, les Six reçoivent 6,6 % en 1957, mais 11 % en 1963 et 14,4 % en 1969. Toutefois, la part de la France dans ces investissements n’est pas particulièrement élevée et diminue encore de 1963 à 1966, tandis que la part de la RFA s’accroît de manière significative36. Les investissements américains en France ne dépassent jamais les 0,5 % du revenu national français.

  • 37 CSP, NL Strauss, Fam.1162, Aufz., 1968. – CAEF, B62166, 27.3.67.

29L’évolution se fait aussi dans le sens inverse. En 1967, l’Europe entière investit presque autant de dollars aux États-Unis (20,2 milliards) que les Américains en Europe (22,6 milliards). Mais 79 % des investissements américains sont alors des investissements directs, tandis que les investissements européens, surtout des achats d’actions, ne mettent pas en question le contrôle américain des firmes37.

30D’une certaine façon, les Américains savent mieux utiliser les facilités que le Marché commun offre aux entreprises. Entre 1957 et 1966, le nombre de filiales américaines dans l’Europe des Six passe de 1200 à 4000. Déconcerté, le général de Gaulle apprend de ses ministres que les entrepreneurs américains réussissent mieux en Europe que les Européens.

  • 38 Richard F. KUISEL, The American economic challenge : de Gaulle and the French, in : R. PAXTON, op.  (...)
  • 39 A. PRATE, op. cit., p. 215. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 54, 107. – M. VAÏSSE, op. cit., (...)

31En France, la lutte contre la colonisation par le capital américain est largement popularisée. Elle réunit différents sentiments : la volonté d’affirmer l’indépendance française, la peur d’un capitalisme américain dépourvu d’éthique, ainsi que la crainte d’un déclin économique par la perte de secteurs dynamiques38. Ironiquement, le mécontentement français atteint son apogée en 1967, tandis que de Gaulle, qui a sans doute nourri l’indignation du peuple, consent à une politique plus libérale déjà début 1966. L’arrivée de Michel Debré au ministère de l’Économie et des Finances y joue un rôle important. Le nouveau ministre adopte une attitude plus favorable aux investissements étrangers que son prédécesseur. La politique sélective, cherchant à protéger certains secteurs, s’est révélée difficile à pratiquer et a montré des conséquences négatives. L’afflux financier, industriel et technologique manque à la France, ses concurrents en profitent. Le gouvernement français souhaite toujours repousser les prises de commandement étrangères. Mais à partir de janvier 1966, il entend y arriver non plus par une restriction des investissements, mais par un regroupement interne qui devra mettre les entreprises françaises à l’abri des manœuvres américaines39.

  • 40 AAPD 1965, Dok. 60, 64. – G. BUCHSTAB, op. cit., p. 822, 9.2.65.

32Bonn pratique une politique similaire. La RFA réussit à faire échapper ses firmes principales à l’emprise américaine, sans pour autant renoncer à l’importation des techniques de pointe. Cependant, dès février 1965, quelques soucis vis-à-vis des investissements américains se font entendre en Allemagne aussi. Le président de la Deutsche Bank propose alors de créer une institution pour étudier ce domaine critique. Même Ludwig Erhard attire l’attention de l’ambassadeur McGhee sur des pratiques plutôt douteuses de certaines firmes américaines qui visent à conquérir agressivement des marchés spécifiques. Le chancelier mentionne des cas où de petites et moyennes entreprises allemandes ont été achetées par des Américains pour le double de la valeur réelle. Erhard veut éviter que le libre marché soit ainsi faussé, mais il ne songe nullement à limiter les investissements40. Le problème se résoudra tout naturellement, explique-t-il, dès que la coopération au sein de la CEE fera surgir des entreprises européennes plus puissantes.

  • 41 AMAE, EM 26, Entretien du 12.11.65, 11 h. – AAPD 1965, Dok. 413.
  • 42 AMAE, RFA 1560, Note Winckler, 10.6.64 (cit.). – CAEF, B59503, 7.7.65 ; B55280, 8.1.69.

33La question des investissements fait rarement l’objet de discussions franco-allemandes au plus haut niveau. En novembre 1965 face à son homologue, Couve de Murville qualifie de « difficile et parfois irritante » la manière allemande de gérer les investissements américains41. Mais il ajoute aussitôt que ce problème n’entre pas dans les grandes lignes de la politique et ne peut être traité qu’au jour le jour. Cela n’empêche pas les Français d’observer attentivement l’implantation américaine en RFA, qui se fait surtout dans les secteurs des produits pétroliers et de la construction de machines et de véhicules. En 1964, la participation étrangère à l’économie allemande est de l’ordre de 10 % – 11 milliards sur 120 à 140 milliards de DM – dont 34 % sont américains. Entre 1962 et 1968, les États-Unis et les pays européens dans leur ensemble investissent en RFA à peu près le même montant, soit 8 milliards de DM, mais l’augmentation des investissements américains est sensiblement plus rapide. Notons encore que Berlin, par son statut spécial, reçoit annuellement quelque 300 ou 400 millions de DM de « fonds de deuxième génération du plan Marshall »42.

34Une lettre de Franz Josef Strauss, adressée au chancelier Erhard, permet de mettre au point l’attitude du gouvernement allemand en août 1966. Selon Strauss, les Américains prennent systématiquement possession de certains domaines de l’économie européenne, à savoir les industries des automobiles, du pétrole, de la chimie et de l’électrotechnique. Il craint qu’à long terme l’Europe devienne un satellite économique des États-Unis. Analysant cette lettre, Ludwig Erhard, Kurt Schmücker et Rolf Lahr arrivent tous à la même conclusion : Strauss exagère les problèmes, le développement actuel est au contraire bénéfique pour l’Allemagne, à la fois sur les plans économique et politique. Lahr voit les investissements américains dans le sens d’une manifestation de confiance en l’avenir de l’Allemagne. La participation étrangère a atteint la limite dans quelques secteurs,

  • 43 ACSP, NL Strauss, PV 5627, Brief an Erhard, 5.7.66. – LES, NL Erhard 12/24, Brief an Strauss, 17.8. (...)

35avoue-t-il, mais le Kennedy Round baissera le tarif extérieur commun et contribuera à désamorcer le problème. Dans sa réponse à Strauss, le chancelier fait surtout valoir les effets inévitables des deux guerres mondiales, la réalité de l’avance technologique des États-Unis et la nécessité de renforcer la compétitivité européenne. Se détacher des Américains, écrit Erhard, ne ferait qu’aggraver l’écart et irait à rencontre des principes économiques allemands43.

  • 44 AMAE, RFA 1560, Tel. Winckler (Berlin), 2.6.66 : Conference de L. Clay.

36Malgré le fait que Strauss devient ministre des Finances, en décembre 1966, la question des investissements américains ne donne pas lieu à une action franco-allemande concertée par la suite. Le Kennedy Round aboutit en juin 1967, la France a changé d’optique et la lettre de Strauss avait peut-être comme but principal de critiquer l’orientation atlantiste du chancelier. En outre, il serait très difficile pour la RFA de s’opposer ouvertement aux Américains. Le général Clay met la situation au point, lors d’une visite à Berlin : « Les États-Unis ont lutté pour rendre la liberté aux Allemands. Ils sont décidés à la défendre mais, parmi les libertés, figure celle d’investir des capitaux44. »

37Dans la logique des positions française et allemande, une coopération européenne plus étroite devrait porter remède au problème des investissements étrangers. Cependant, des obstacles se présentent des deux côtés. La République fédérale, bien que favorisant la supranationalité politique, s’oppose à toute planification qui pourrait entamer l’économie de marché. La France souhaite créer une industrie européenne, mais sans céder un pouce de sa souveraineté nationale. Des actions de grande envergure restent alors impossibles.

  • 45 AMAE, EM 30, Réunion franco-brit., 25.1.67, 16 h 15.
  • 46 CAEF, B55813, Notes MEF, 5./8.10.67. – A. PRATE, op. cit., p. 164.

38Par rapport à l’harmonisation des politiques financières, les pays membres du Marché commun réussissent néanmoins à bien s’organiser. En janvier 1967, Michel Debré constate qu’une très étroite solidarité monétaire s’est établie entre les Six. Il se félicite du fait que la Communauté construit peu à peu une doctrine des échanges financiers à l’intérieur du système international45. Du côté franco-allemand, la coordination d’objectifs souvent différents pose un défi particulier. Par exemple en 1966, la République fédérale accepte sans hésiter une récession afin de sauvegarder la stabilité des prix, attitude qu’on ne partage pas à Paris. Ensuite, en 1967, les deux ministres des Finances décident de renforcer la coopération et de multiplier les consultations conjoncturelles et budgétaires46.

  • 47 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 251, 254. – Frank COSTIGI.IOLA, France and the United States : The Co (...)
  • 48 A. PRATE, op. cit., pp. 222-227. – Cf. M. VAÏSSE, op. cit., pp. 403-407.

39Les États-Unis ressentent également cette coopération financière étroite des Six. En mai 1967, le ministre américain des Finances, Henry Fowler, se plaint de l’attitude européenne auprès du président Johnson. Le général de Gaulle essaie d’éradiquer les Américains de l’Europe par des moyens monétaires, soupçonne Fowler, et la Communauté se laisse influencer par lui47. En effet, les Six semblent avoir trouvé une position commune, en avril 1967, quant à la création d’un nouveau système monétaire fondé sur l’or et le crédit international. Soumis ensuite à une forte pression anglo-saxonne, les cinq partenaires de la France interprètent de plus en plus librement le compromis trouvé et en mars 1968, lors d’une réunion du Groupe des Dix à Stockholm, l’accord se brise. Dans ce contexte, Alain Prate se souvient d’une « chance perdue de l’Europe monétaire48 ».

  • 49 PAAA, B150, Aufz. von Braun, 17.12.68.

40En réaction aux tourmentes de mai et juin 1968, qui ébranlent la situation économique française, Jean Monnet élabore un programme européen ambitieux. Afin de remédier aux problèmes du moment, Monnet propose que le Conseil des ministres décide, à l’unanimité, d’agir sur le plan communautaire en temps de crises monétaires. Ces mesures seraient prises ensuite par des votes de majorité qualifiée. Comme disposition durable, Monnet prévoit une organisation monétaire européenne, créée par les Six, la Grande-Bretagne et les autres pays candidats au Marché commun. Cette organisation trancherait à la majorité qualifiée et instituerait un fonds européen de réserve, auquel chaque pays verserait un pourcentage convenable de ses réserves monétaires. Une véritable banque centrale européenne verrait ainsi le jour. Valéry Giscard d’Estaing, ancien ministre sans portefeuille, avance d’ailleurs des idées similaires. Il propose que les Six versent 20 % de leurs réserves dans un fonds monétaire de la Communauté comme base d’une future monnaie commune49.

  • 50 FJM, AMK C l / 6 / 111 . – PAAA, B2/181, Aufz. Lahr, 19.7.68 ; B150, 15.7.68.

41Lors d’une réunion strictement confidentielle, le 9 juillet 1968 à Bonn, Jean Monnet révèle son plan au gouvernement allemand qui, selon lui, est le seul à pouvoir faire cette proposition. Monnet imagine que les problèmes actuels inciteront la France à accepter à la fois l’introduction de la Grande-Bretagne en Europe et le principe de la majorité qualifiée pour les questions monétaires. Les Allemands restent sceptiques. Néanmoins, ils étudient bien la question. Ils ressortent les études de printemps 1964, au sujet de l’union monétaire. Aux yeux des experts allemands, les conclusions d’antan sont toujours valables : le degré d’intégration atteint dans la CEE n’est pas encore suffisant pour transférer la compétence de décision en matière monétaire, d’autant plus que la Grande-Bretagne est censée y participer50. Au contraire de Jean Monnet, Rolf Lahr pense que la situation française ne représente pas un argument en faveur, mais très nettement en défaveur d’une union monétaire, qu’elle soit franco-allemande ou communautaire.

  • 51 FJM, AMKC 1/6/111, W. Brandt à J. Monnet, 17.9.68.

42Le 17 septembre, Willy Brandt donne finalement une réponse négative à Jean Monnet : « Il semble invraisemblable que le gouvernement français soit actuellement disposé à renoncer à ses objections de principe contre une participation de la Grande-Bretagne comme membre de plein droit à l’intégration européenne, et à ses objections également de principe contre des décisions au vote majoritaire. La situation économique française ne paraît pas assez sérieuse pour obliger le gouvernement à renoncer à ses positions51. » En outre, écrit Brandt, la CEE doit d’abord unifier davantage les politiques de commerce extérieur, des revenus et des budgets, ainsi que les politiques agricole, industrielle et conjoncturelle. Selon le ministre allemand, un pays touché par une crise doit justement renforcer sa discipline afin d’être prêt, à l’avenir, à conclure une union monétaire avec ses partenaires.

  • 52 BA, B102/179477, Aufz. zur Währungspolitik, 24.9.68.

43Kurt Kiesinger semble plus ouvert à cet égard. Lors de la réunion des 27 et 28 septembre 1968, il souhaite s’entretenir avec les Français des perspectives communautaires d’une union économique et monétaire. À cette fin, la chancellerie allemande prépare un papier sur les prochaines étapes à atteindre : d’abord intensifier la politique conjoncturelle commune, basée sur la croissance et la stabilité ; ensuite harmoniser la politique monétaire par l’introduction de règles nouvelles, contraignant les pays membres à mener une politique monétaire commune52. Ainsi sera ouvert le chemin vers l’union monétaire. Mais la réunion franco-allemande de fin septembre tournant mal, ni Kiesinger ni Schiller n’évoquent le projet.

  • 53 CAEF, B55814, Tél. de F. Seydoux (Bonn), 11.10.68.

44Après cette rencontre, le chancelier « est au bout de son français53 ». Son espoir de pouvoir construire l’Europe de concert avec la France a vécu, rapporte l’ambassadeur Seydoux à la mi-octobre. Nul doute que ce climat de méfiance latente ait contribué à dramatiser les malentendus franco-allemands du mois de novembre.

La crise monétaire internationale de novembre 1968

45En 1968 le système de Bretton Woods bat de l’aile. Afin de rétablir momentanément leur position, le dollar et la livre sterling recourent à l’aide d’autres monnaies. Dans ce contexte global très fragile intervient en France la crise de mai et juin 1968. Tandis qu’on surestime généralement les pertes de production résultant de la paralysie de l’économie – elles ne dépassent pas 1,5 % de la production intérieure annuelle – les responsables français sous-estiment par ailleurs les effets de la crise sur la conjoncture et la monnaie.

  • 54 DM, t. V, p. 314, Allocution télévisée, 29.6.68.
  • 55 A. PRATE, op. cit., pp. 252-259. – PAAA, B24/621, 17.6.68.

46Le 29 juin, Charles de Gaulle plaide en faveur de contrôles rigoureux pour empêcher l’inflation et la chute de la monnaie. Il annonce que « cette politique sera rude54 ». Mais le contraire se fait. Un vaste mouvement d’opinion exige la fuite en avant, jugeant nécessaire l’expansion économique pour aider les entreprises. L’importante augmentation des salaires issue de la crise pose en effet de gros problèmes aux entrepreneurs. La Banque de France adopte une ligne expansionniste et offre des crédits avantageux, ce qui favorise la reprise de l’économie mais renforce l’inflation. La demande de crédits augmente alors de façon spectaculaire et peu contrôlée. Entre mai et novembre 1968, la Banque de France crée une masse monétaire nouvelle de 23 milliards de francs. La centralisation des statistiques étant lente et les chiffres sensibles n’étant disponibles qu’au début du mois de novembre, l’étendue du problème n’apparaît que très tardivement. L’opinion publique discute la question d’une dévaluation du franc dès le mois de juin. Le gouvernement français souhaite pourtant éviter cette « opération malaisée »55.

  • 56 CDP, NL Kies., A307, Aufz. Kaiser. – K. HILDEBRAND, op. cit., p. 320.

47En République fédérale par contre, le mark est plus fort que jamais. L’économie allemande, toujours solide et florissante, attire des capitaux du monde entier. En juillet 1968, un groupe d’experts conseille au chancelier Kiesinger de réévaluer le DM. Un débat s’ouvre parmi les économistes et dès l’été 1968 le public allemand attend une réévaluation56. Dans ce contexte une fuite de capitaux a lieu, en grande partie de la France vers la RFA. La perte de devises françaises est de 1 433 millions de dollars en juin, de 426 millions en juillet, de 475 millions en août, de 520 millions en septembre et de 291 millions en octobre, soit de 3 145 millions de dollars au total.

48En novembre, la situation empire. La Bundesbank gagne 750 millions de dollars dans la seule première semaine de novembre, alors que la Banque de France en perd 300. Des rumeurs portant sur une réévaluation du DM déchaînent cette nouvelle vague de spéculation. Le change de francs en marks peut en effet apporter des gains faciles en cas de réévaluation. En outre, le marché presque inépuisable des eurodollars fournit la meilleure base possible pour les spéculants. Le montant des eurodollars – c’est-à-dire la masse des dollars détenus par des non-résidents américains – s’élève alors à environ 40 milliards de dollars qui échappent à toute autorité nationale ou internationale.

  • 57 AAPD 1968, Dok. 396, Gespräch Kiesinger-Seydoux, 29.11.68.

49Le 8 novembre, Michel Debré parle au général de Gaulle de ses préoccupations monétaires. Il faut faire une démarche auprès de l’Allemagne, insiste-t-il, tout en étant conscient qu’une réévaluation du DM ne suffira pas à remédier au problème français. Lors du sommet franco-allemand de fin septembre, de Gaulle a encore préféré ne pas aborder ce thème. Selon Kiesinger, le général avait simplement été trop fier pour exposer ses problèmes57.

  • 58 F. SFADOUX, Dans l’intimité franco-allemande, op. cit., p. 128-129.
  • 59 BA, B 126/51752.

50Le 9 novembre, Couve de Murville envoie un message urgent au chancelier fédéral. L’ambassadeur Seydoux reçoit l’ordre de remettre ce document personnellement. Le contenu de ce message ne correspond toutefois pas à ce que François Seydoux écrit dans ses mémoires, à savoir qu’une des personnalités allemandes les plus qualifiées doit se rendre à Paris pour discuter de la situation monétaire58. C’est Willy Brandt qui évoque cette idée deux jours plus tard. Le message français demande plutôt au chancelier de réévaluer le mark tout de suite, ou bien d’affirmer, sans équivoque et de manière convaincante, qu’il exclut cette mesure pour le présent et l’avenir59. La lettre laisse peu de doute quant au fait que Paris préfère très nettement la première solution.

51Or, la remise de ce document se révèle difficile. Kurt Kiesinger, malade, s’est absenté de Bonn. Le chancelier a aussi vécu, lors du congrès chrétien-démocrate du 7 novembre, un moment particulièrement humiliant : les congressistes ont en effet surtout applaudi ses concurrents, Ludwig Erhard et Rainer Barzel, et une Berlinoise a publiquement giflé le chancelier en signe de protestation pour son passé du temps du national-socialisme. L’ambassadeur Seydoux demande en vain d’être reçu par Kiesinger. Paris donne alors l’ordre de remettre le message à Brandt, ce que l’ambassadeur fait le jour même. Lorsque Kiesinger l’apprend, il est blessé que la France préfère discuter avec Brandt, son concurrent aux élections de l’année suivante.

  • 60 PAAA, B150, Gespräch Osterheld-Seydoux, 17.12.68. – ACDP, NL Kies., A312, Aufz. des BKA, 16.12.87. (...)

52Les malentendus se poursuivent. Kiesinger attend la visite de Seydoux qui se croit rejeté, d’autant plus que Brandt ne réagit pas tout de suite. La compétition entre les ministres des Finances (F.J. Strauss, CSU) et de l’Economie (K. Schiller, SPD) complique le choix portant sur l’émissaire à envoyer en France. De plus, les Allemands ne semblent pas comprendre l’urgence que l’affaire prend pour le gouvernement français, qui attend une réponse pour le 11 ou le 12 novembre. Lorsqu’un envoyé allemand arrive enfin à Paris, le 14 novembre, ses hôtes sont profondément indignés de ne recevoir qu’un secrétaire d’État, Johann Schöllhorn, et en plus si tardivement. La veille déjà, le gouvernement français avait décidé de limiter les crédits pour freiner les spéculations. Selon les analystes allemands, cette mesure entraîne cependant un effet inverse et contribue encore à la tourmente générale. En Conseil des ministres, de Gaulle déclare le 13 novembre que le fait de dévaluer le franc serait « la pire absurdité », ce que les journaux rapportent ensuite60. Alain Prate, présent à la réunion en question, affirme toutefois que le général s’est exprimé contre une dévaluation isolée du franc et non contre une révision concertée des monnaies.

  • 61 PAAA, B150, Aufz. vom 15.11.68. – AAPD 1968, Dok. 381, 389, 396.

53Johann Schöllhorn rentre de Paris avec des impressions négatives. Il décrit l’atmosphère de son entretien avec François Ortoli, ministre français de l’Économie et des Finances, comme glaciale. Selon le rapport de Schöllhorn, Ortoli a imputé aux Allemands la faute de tous les problèmes monétaires. La France exige de Bonn une décision « encore ce week-end » ou bien la convocation immédiate d’une réunion des six ministres des Finances. En même temps, Ortoli accepte l’offre allemande d’un crédit de 500 millions de DM. Schöllhorn ajoute oralement que Paris demande une réévaluation du DM de l’ordre de 10 %61. Lorsqu’il entend le récit de son secrétaire d’État, Karl Schiller se tient sur la défensive et déclare qu’il ne prendra « aucune action par contrainte ».

  • 62 Otmar EMMINGER, D-Mark, Dollar, Währungskrisen. Erinnerungen eines ehemaligen Bundesbankpräsidenten(...)
  • 63 AAPD 1968, Dok. 386, Fussnote 9. – AMAE, RFA 1610, Stern, 29.1.69.

54Mais la situation est urgente. Dans la seule journée du 15 novembre, la Bundesbank gagne 850 millions de dollars, en provenance surtout de France et d’Angleterre. Le 17 novembre a lieu la réunion mensuelle des gouverneurs de banque centrale à Bâle. D’après les mémoires d’Otmar Emminger, alors vice-président de la Bundesbank, cette réunion aboutit à un accord : le gouverneur de la Banque de France, Jacques Brunet, accepte une dévaluation de 5 % du franc si la RFA réévalue le mark de 5 %62. Les banquiers allemands soutiennent vivement cet arrangement. Mais le 19 novembre, lors de la séance décisive à Bonn, ils n’arrivent pas à s’imposer. Les ministres Strauss et Schiller s’opposent catégoriquement à une réévaluation du DM et Kiesinger s’aligne sur cette décision. Selon des confidences faites au magazine allemand Stern, le chancelier a d’abord soutenu la proposition de la Bundesbank mais s’est ensuite heurté à Strauss, qui aurait déclaré : « Pour faire une réévaluation il faudrait d’abord me tuer. » Karl Schiller défend la même position : « En tant que professeur, oui, en tant que politicien, non. » L’article du Slern paraît crédible, d’autant plus que le président de la Bundesbank, Karl Blessing, en confirme la teneur63.

  • 64 BA, B 126/51752, 19.11. ; Gespräch von Braun-Couve de Murville, 20.11.68.

55En tant que substitut d’une réévaluation, le Cabinet allemand décide d’élever une taxe de 4 % à l’exportation et d’introduire des remboursements de 4 % aux importations. Par une conversation téléphonique du 19 novembre, Karl Schiller informe François Ortoli de ces mesures. Le même jour, Kurt Kiesinger adresse un message à Maurice Couve de Murville. Le chancelier y mentionne la démarche française du 9 novembre, l’entretien du 17 novembre intervenue à Bâle et la conversation téléphonique du 19 novembre, sans prendre lui-même position64. Dans sa réponse, le Premier ministre français remercie tout en insistant sur le fait que le problème fondamental persiste.

  • 65 O. EMMINGER, op. cit, pp. 141-144. – CAEF, B59504, Note du 6.11.68.

56Auprès des journalistes, les ministres Strauss et Schiller, mais aussi les banquiers Blessing et Abs se sont toujours prononcés contre une éventuelle réévaluation du mark. Depuis fin août pourtant, les banquiers allemands se sont engagés en vérité pour la réévaluation. La vraie position des dirigeants allemands est restée difficile à décerner jusqu’à la mi-novembre. L’ambassade française à Bonn note le 6 novembre encore, que Franz Josef Strauss n’aurait pas d’objection au changement de parité du DM65. Le choc est grand à Paris lorsqu’on apprend le refus.

  • 66 AMAE, RFA 1521, Interview de M. Schiller dans le Spiegel, 25.11.68.
  • 67 ACDP, NL Kies., A307, Aufz. Kaiser. – AMAE, RFA 5121, Tel. du 26.11.68.

57Finalement, pourquoi les ministres Strauss et Schiller s’opposent-ils à la réévaluation ? « Nous n’avons réellement pas mérité cela », est la première raison évoquée par Schiller66. Sans doute l’origine de la crise n’est pas à chercher en République fédérale, où l’économie fonctionne de façon exemplaire, mais elle vient plutôt de la faiblesse du dollar, de la livre et du franc. Or, il paraît injuste à Schiller de punir l’Allemagne pour une faute commise par d’autres. En plus, il croit simplement qu’une réévaluation du mark ne changerait rien au problème. Le ministre est sensible aussi à l’hostilité primaire de l’opinion allemande à toute manipulation monétaire, aux fâcheux souvenirs laissés par la réévaluation de 1961 et aux craintes de voir monter l’extrême droite en cas de faiblesse gouvernementale67. Franz Josef Strauss représente surtout les intérêts de l’industrie et de l’agriculture. Il semble aussi que les deux ministres, Schiller et Strauss, surestiment de façon exagérée les effets d’une réévaluation.

  • 68 PAAA, B150, Aufz. vom 18.11.68 ; AAPD 1968, Dok. 381, 386.
  • 69 PAAA, B150, Aufz. vom 18.11.68 ; AAPD 1968, Dok. 381, 386.

58Les experts de l’Auswärtiges Amt ne participent pas aux réunions décisives. Mais eux aussi se montrent sceptique quant à l’opportunité d’une réévaluation68. Finalement, Bonn ressent fortement la pression exercée par la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, ce qui a pu jouer un rôle majeur pour provoquer le refus allemand. Les relations monétaires entre la RFA et Washington sont déjà tendues depuis le mois de septembre. Plus massivement que dans le passé, les Américains exigent une pleine compensation des frais de leurs troupes en Allemagne, alors que Bonn hésite à prendre cet engagement69.

  • 70 FRUS 1964-68, vol. VIII, doc. 208, 209. – AAPD 1968, Dok. 383.
  • 71 PAAA, B150, Dt-amerik. Gespr, 19.11.68. – PRO, FCO 59/455, Bonn Conference.

59Alarmé par l’évolution monétaire de la mi-novembre, le président Johnson dépêche à Bonn Henry Fowler, ministre américain des Finances. Celui-ci demande au gouvernement allemand, le 18 novembre, d’éviter à tout prix une action unilatérale de la France et de chercher une solution multilatérale70. Les Américains craignent qu’une dévaluation excessive du franc ne cause un effondrement du système international. Le porte-parole des Allemands est alors Karl Schiller. Il se prononce en faveur d’une réunion urgente du Groupe des Dix mais il rejette la réévaluation du mark, action qui seule ne résoudra pas le problème. Schiller propose plutôt de reconstruire l’ensemble des parités monétaires, y compris celle du dollar. Les Américains s’y opposent très fermement. Ils sont d’ailleurs en contact étroit avec les Britanniques. Le matin du 19 novembre le gouvernement allemand décide les mesures déjà mentionnées plus haut. L’après-midi, les délégations allemande et américaine s’affrontent à nouveau. Fowler insiste sur la réévaluation du DM, qui devrait atteindre au moins 10 % selon lui, ce que Schiller refuse strictement71. On décide de convoquer le Groupe des Dix pour le lendemain et de fermer les bourses jusqu’à la fin de cette réunion. Il se trouve que l’Allemagne préside actuellement le Groupe des Dix. La séance aura donc lieu à Bonn, du 20 au 22 novembre, et Karl Schiller la présidera. Une coïncidence qui ne manque pas de piquant.

  • 72 AAPD 1968, Dok. 385, Blankenborn (London) an Brandt, 20.11.68, 3 h.
  • 73 PRO, FCO 59/455, Prime Minister to US President, 19.11.68.

60Le soir du 19 novembre, avant même l’ouverture de la conférence, le porte-parole du gouvernement allemand déclare à la télévision que le mark ne sera pas réévalué et que l’équilibre monétaire sera rétabli par d’autres mesures. À minuit, le Premier ministre britannique reçoit l’ambassadeur allemand Blankenhorn pour dénoncer la politique « irresponsable et inacceptable » de Bonn72. Le franc doit être dévalué, le mark réévalué et les autres parités maintenues, exige Harold Wilson. Au cas où la Grande-Bretagne était forcée de laisser flotter sa monnaie, elle « réexaminerait ses responsabilités militaires ». Autrement dit, Wilson menace de retirer les troupes britanniques de l’Allemagne. Il redoute l’écroulement du système monétaire international et la réévaluation du mark lui apparaît comme la seule solution satisfaisante73. Ainsi instruit, le chancelier de l’Echiquier se précipite à Bonn.

  • 74 PRO, ECO 59/455, Bonn Conf. (cit.). – O. EMMINGER, op. cit., p. 146. – Hans- Dieter LUCAS, Europa v (...)
  • 75 F. SEYDOUX, Dans l’intimité franco-allemande, op. cit., p. 130.
  • 76 AAPD 1968, Dok. 389, Fussnote 11.

61La réunion des Dix se déroule dans une atmosphère épouvantable. Jamais une conférence monétaire n’a été plus désagréable, disent de nombreux participants. Karl Schiller, « bavard et indiscret », préside avec peu de finesse tandis que l’assurance excessive de Strauss indigne les hôtes74. François Seydoux écrit dans ses mémoires : « Les Germains bombaient le torse ; ils se libéraient de l’amertume accumulée pendant des années. On nous traita sans miséricorde75. » Les Anglais détectent des sentiments anti-britanniques et anti-américains chez l’ensemble des Allemands, provoqués par la pression qu’ils subissent. Mais Schiller n’entend pas changer d’avis : le DM ne sera pas réévalué. Quelques participants de la conférence sont exaspérés : « Nous n’avons pas traversé l’Atlantique pour écouter les déclarations de Monsieur Schiller et de Monsieur Strauss sans pouvoir rien y changer76 » Le chancelier Kiesinger avoue, en rétrospective, que son gouvernement a fait une erreur formidable en ouvrant la conférence avec un programme allemand déjà fixé.

  • 77 AAPD 1968, Dok. 389, Aufz. Berger, 25.11.68 : Analyse der Bonner Konferenz.
  • 78 AMAE, EM 35, Note H. Alphand, 21.1 1.68. – Propos de Christopher Soames.

62La conférence dure du 20 au 22 novembre et réunit quelque soixante personnalités : ministres, gouverneurs de banques centrales, représentants de la Commission européenne et d’organisations internationales (OCDE, FMI, BRI). Une multitude de journalistes traîne dans les couloirs. Dans ce cadre, les discussions et les nombreuses sous-réunions tournent d’abord autour de la réévaluation éventuelle du mark. Selon les Britanniques et les Américains, c’est le mark qui pose le problème central et non le franc français77. François Ortoli se range clairement du côté des Américains et des Britanniques lors des débats. Les anciens alliés se réunissent de nouveau face à l’Allemagne, remarque un ambassadeur78. Les Hollandais, les Belges et les Canadiens renforcent cette phalange contre le mark. Malgré cette pression extraordinairement dure, les Allemands tiennent leur position.

63Durant la deuxième journée, l’attention – et tout d’abord celle de l’Américain Fowler – se tourne vers le franc. On espère que sa dévaluation incitera les Allemands à bouger. François Ortoli souhaite consulter son gouvernement et la séance est interrompue pendant trois heures. À la reprise, il n’est plus question que du taux de dévaluation du franc. À la fin de la conférence, les participants ainsi que les journaux français tiennent pour acquis que le franc sera dévalué. Ortoli a finalement accepté une diminution de la parité de 11,11 %.

  • 79 R. BARRE, op. cit., pp. 97-99 (citation). – A. PRATE, op. cit., pp. 269-273.

64Mais avant de décider une éventuelle dévaluation, le général de Gaulle écoute les spécialistes. Il ne se laisse pas contraindre par les événements. Le soir du 22 novembre, le secrétaire de l’Élysée téléphone au commissaire Raymond Barre à Bruxelles pour savoir si le prêt de 2,9 milliards de dollars, consenti à la France lors de la conférence de Bonn, est conditionné par la dévaluation du franc. Barre fait aussitôt appel à Hubert Ansiaux, qui préside le Comité des gouverneurs des banques centrales. « Pas du tout », répond le banquier belge, « nous ne souhaitons pas la dévaluation du franc, nous demandons simplement des mesures économiques satisfaisantes pour rétablir la confiance79. » Cet exemple montre bien l’écart entre les banquiers – allemands compris – et les ministres ayant prédominé la conférence des Dix. Barre rapporte ce fait important à Paris et ajoute qu’il ne croit pas nécessaire de dévaluer. Seulement, la politique agricole commune en serait compromise et les adversaires de la France se réjouiraient de l’humiliation infligée au général. L’avis de Raymond Barre impressionne de Gaulle.

  • 80 F. SEYDOUX, Dans l’intimité franco-allemande, op. cit., p. 131 (citation). – J. LA-COUTURE, De Gaul (...)

65Pendant la matinée du 23 novembre, le président de la République reçoit Roger Gloetze, artisan du redressement de 1958, ainsi qu’Alain Prate et Jean-Marcel Jeanneney, ministre d’État. Tous ces hommes déconseillent au général de dévaluer : les conditions de 1958 ne sont pas remplies, l’occasion est psychologiquement mal choisie et la relance de l’inflation serait inévitable. En conséquence, quelques mois seulement après les événements de mai, les salariés n’accepteraient pas de voir annihilés les avantages si durement acquis. Jeanneney propose de remplacer la dévaluation par un transfert sur la TVA, déductible à l’exportation, de l’impôt sur les salaires. Cette mesure est similaire à celle adoptée par les Allemands, mais elle est plus radicale puisqu’elle affecte les prix intérieurs et pas seulement les produits importés ou exportés. L’après-midi, le Conseil des ministres approuve cette initiative ambitieuse et le soir le gouvernement français annonce que la parité du franc sera maintenue. « Une bombe n’eût pas fait plus de bruit », écrit un témoin80. Le lendemain, 24 novembre, le général de Gaulle s’explique à la télévision.

  • 81 AMAE, RFA 1521, Tél. Lucet (Washington), 25.11.68.
  • 82 PRO, Prem 13/2055 : “If we, the Americans and the Germans play our cards right and stick together o (...)

66Lyndon Johnson accueille favorablement la décision française et envoie une lettre de soutien à Paris81. Les experts britanniques craignent surtout une nouvelle spéculation contre la livre et restent prudents. Michael Palliser, secrétaire personnel du Premier ministre Wilson, suggère au soir du 23 novembre : « Si nous-mêmes, les Américains et les Allemands, jouons bien nos cartes et faisons cause commune, cette fois-ci, nous pouvons probablement faire tomber le général de Gaulle82. » Cependant, les relations entre Washington et Paris sont devenues plus cordiales et Bonn n’entend pas s’opposer à la France.

  • 83 PAAA, B24/621, Aufz. Limbourg, 29.11.68. – AMAE, RFA 1521, Note du 25.11.68.

67Dans les milieux politiques et les journaux allemands, l’annonce du maintien de la parité du franc suscite, à part quelques exceptions, des commentaires modérés et plutôt compréhensifs. On attribue la décision du général surtout à des motifs de politique intérieure. En même temps, l’opinion publique célèbre le résultat de la conférence des Dix de façon débordante. « Maintenant les Allemands sont le numéro un en Europe » annonce le quotidien Bild le 23 novembre, en gros caractères83. Selon la tendance générale des commentaires, la France se trouve ramenée à la position qui correspond au véritable rapport de force entre elle et la République fédérale.

  • 84 CAEF, B55814, W. Brandt im Südwestflink, 25.11.68. – ACDP, NI. Ost., Kies. 4.
  • 85 ACDP, NI. Kies., A009, Aufz. Kiesinger : Gespräch mit K. Schiller, 4.12.68.
  • 86 ACSP, NL Strauss 1160, Notizen 11 /68. – H.-D. LUCAS, op. cit., p. 382.

68Willy Brandt essaie d’apaiser ses compatriotes. « Il serait stupide et dangereux de faire preuve d’arrogance à l’égard de nos voisins et partenaires, auxquels nous sommes liés par une destinée commune », déclare-t-il le 25 novembre84. Depuis le Bundestag et par une longue interview, Kurt Kiesinger prêche également la modestie. Selon lui, rien ne peut nuire plus à la République fédérale que l’impression d’un désir de puissance. Mais Kiesinger a lui-même commis une erreur en proclamant, le 22 novembre, qu’il n’y aura pas de réévaluation du mark tant qu’il sera chancelier. Deux semaines plus tard, il regrette et relativise ces propos face à Karl Schiller qui à son tour avoue que la réévaluation aurait été la meilleure mesure85. Les réactions internationales, dénonçant « l’arrogance allemande », ont des répercussions à Bonn. On critique autant l’étroitesse de vue des ministres Schiller et Strauss que la passivité de Kiesinger et de Brandt dans un moment crucial86.

  • 87 ACDP, NL Kiesinger, A008-1, Infogesprâch, 23.1.69.

69Le chancelier, quant à lui, est mécontent de ses propres ministres et du gouvernement français. L’ambassadeur Seydoux a mal préparé les entretiens, estime Kiesinger, François Ortoli n’a pas été à la hauteur de sa tâche, Couve de Murville est resté « muet comme une carpe », l’émissaire Schöllhorn a été accueilli de façon peu amicale et le général de Gaulle a exprimé ses problèmes beaucoup trop tard87. Le chancelier conclut : dès que l’Allemagne prospère, les Français sortent les ciseaux pour la découper.

  • 88 AMAE, RFA 1610, Entretien de Gaulle-von Braun, 15.1.69.
  • 89 AAPD 1969, Dok. 101, 13.3.69.

70Charles de Gaulle est « fort agacé » contre Bonn et « mal impressionné88 » après la conférence des Dix. Quel est exactement le motif de cette irritation ? Certes, lire dans les journaux que la puissance allemande dépasse celle de la France a dû horrifier de Gaulle. Mais si le succès économique de la RFA peut causer des craintes, il n’est pas en soi un sujet de critique. Lors de nombreux entretiens, François Seydoux reproche aux dirigeants allemands leur manque de consultation avec Paris – et non leur décision de maintenir la parité du mark. Couve de Murville explique plus tard à Kiesinger que les déclarations contradictoires des responsables allemands ont été le vrai problème89. Il semble bien que cet élément soit central pour Paris. Le Premier ministre français observe également que l’Allemagne a agi selon ses intérêts nationaux. Mais, venant de sa bouche, cela peut être un compliment.

  • 90 PAAA, B 150, Gespräch mit J. de Lipkowski, 25.11. ; Beurteilung, 28.11.68.

71Jean de Lipkowski, secrétaire d’État et proche du général, apprend à un diplomate allemand, le 25 novembre, que de Gaulle éprouve du respect pour l’attitude des ministres Strauss et Schiller. Selon de Lipkowski le général s’est indigné lors du Conseil des ministres du 20 novembre de voir l’Allemagne punie par une réévaluation, alors qu’elle aurait dû être récompensée pour son bon travail. L’ambassade allemande à Paris croit ces remarques bien fondées : de Gaulle essaie de calmer la presse française, très critique envers la RFA, et il ne s’est pas prononcé négativement sur les Allemands lors de son allocution du 24 novembre90.

  • 91 A. PRATE, op. cit., p. 269.

72Alain Prate reproche à Bonn d’avoir pris des décisions, avec force déclarations publiques, sans se soucier des répercussions sur les autres pays91. Cela rappelle pourtant le comportement de Charles de Gaulle à d’autres occasions. Finalement, c’est la première fois, lors de la crise monétaire de novembre 1968, que la RFA s’oppose directement aux États-Unis. Il se peut que le respect du général pour cette attitude soit sincère.

73Après la conférence des Dix à Bonn et la décision française du 23 novembre, tout le monde comprend que les parités seront maintenues. Les spéculations cessent et la situation monétaire internationale se détend. Dix milliards de dollars refluent de République fédérale, une partie vers la France. Du 1er janvier au 31 décembre 1968, les réserves françaises en or et en devises ont baissé de 6,1 à 4,2 milliards de dollars, mais elles restent importantes.

  • 92 PAAA, B150, Aufz. vom 3.3.69.
  • 93 CAEF, B12547, Note du 19.12.68 ; 1A91, Note d’avril 1969.

74Les événements de novembre 1968 ont sans doute refroidi le climat franco-allemand. Toutefois, cela n’a pas remis en question la coopération monétaire. Les Allemands assument une large part des soutiens attribués à la France. Ils concluent aussi que les deux pays doivent agir de pair afin d’éviter de nouvelles crises monétaires92. L’attitude allemande assumée en novembre n’est pas, selon les experts français, un obstacle majeur à la coopération monétaire, d’autant plus que la réforme du système paraît toujours urgente. Avec le recul de quelques mois, les analystes imputent la détérioration spectaculaire de la situation monétaire française à un ensemble de déficiences internes et non pas à l’Allemagne93.

  • 94 AMAE, RFA 1521, Note du 4.12.68.
  • 95 PAAA, B150, Vertrauliches Gespräch von Braun-Rueff, 17.12.68.

75Dès décembre 1968, plusieurs personnalités françaises avancent leurs idées de réforme. Enfin, Bonn communique à Paris le projet d’union monétaire européenne, proposé à nouveau par Jean Monnet. Les événements ont montré qu’il faut créer une vraie solidarité monétaire, juge désormais Willy Brandt94. Le 17 décembre, Jacques Rueff révèle à l’ambassadeur allemand en France un autre plan : doubler le prix de l’or et ensuite fixer une majoration des monnaies principales vis-à-vis de l’or, de l’ordre de 15 % pour la livre, de 10 % pour le franc, de 5 % pour le dollar et de 0 % pour le mark. Rueff entend rétablir de cette manière les vraies valeurs et faciliter les échanges monétaires95.

  • 96 ACDP, NL Kies., A290, Gespräch vom 5.2.69. – BA, B 126/36437, Aufz., 6.2.69.

76Valéry Giscard d’Estaing, le 8 décembre à Versailles, propose la création d’une unité monétaire théorique pour les transactions à l’intérieur de la Communauté. Combinée avec la mise en commun d’une partie des réserves des Six, cette unité devrait servir de base pour la solidarité européenne et ensuite pour l’union monétaire. Lors d’une visite à Bonn en février 1969, Giscard d’Estaing s’en entretient avec Kurt Kiesinger et lui conseille de créer un groupe d’experts. Ce comité serait chargé de trouver des remèdes aux disparités entre le franc et le mark ainsi que d’étudier les mécanismes monétaires entre les Six. De toute évidence, l’ancien ministre n’agit pas en tant qu’envoyé du général de Gaulle96.

  • 97 BA, B 126/36437, Strauss an Hermann, 14.2.69.

77Le 12 février 1969, Raymond Barre présente, avec l’accord de la Commission, un plan de stabilité monétaire européen visant à renforcer la coordination des politiques économiques et à instituer, à court terme, un soutien monétaire mutuel. À long terme, la perspective du plan Barre est celle de l’union économique et monétaire. Les gouvernements restent encore réticents. Paris ne manifeste pas beaucoup d’enthousiasme pour la proposition de Raymond Barre, tandis que Bonn ne croit pas le moment venu pour l’union monétaire européenne. Elle n’est pas le bon moyen pour surmonter les divergences économiques entre les Six, écrit Strauss en février 1969, et de la proclamer n’éveillerait que de faux espoirs97. En effet, la République fédérale n’entend pas s’engager avec des pays inflationnistes, en l’occurrence la France. Avec l’annonce du référendum par Charles de Gaulle en février 1969, la confiance en la monnaie française, durement rétablie, disparaît de nouveau. Et les spéculations reprennent de plus belle après la démission du général fin avril.

  • 98 R. BARRE, op. cit., p. 101-103.

78Le 8 août 1969, sous la présidence de Georges Pompidou, la France dévalue sa monnaie de 12,5 %. Trois jours après l’élection de Brandt à la chancellerie, le 21 octobre 1969, la RFA réévalue le mark de 9,3 %. Les deux actions ne se font pas de façon concertée98. Mais au sommet de La Haye, en décembre 1969, Pompidou et Brandt tombent d’accord d’agir de pair et les Six se donnent pour objectif d’établir une union économique et monétaire dans un délai de dix ans.

Notes

1 L’accord de Bretton Woods fixe le prix de l’or à 35 dollars par once.

2 Emanuel APEL, European Monetary Integralion 1958-2002, London 1998, pp. 24-29. 

3 Articles 103 et 104 du traité instituant la CEE, Rome, 25 mars 1957

4 AAPD 1964, Dok. 109 ; 1965, Dok. 23, Fussnote 41.

5 DM, t. IV, p. 205, Allocution télévisée, 16.4.64.

6 AAPD 1964, Dok. 47, 50.

7 Entretien accordé à l’auteur, le 16.3.05 à Paris.

8 „De Gaulle hat mir ausdrücklich gesagt, dass er eine einheitliche EWG-Währung für erforderlich hält.“

9 LES, NL Erhard 12.23, K. Schmücker an L. Erhard, 24.3.64 : Gespräch mit V. Giscard d’Estaing.

10 Entretien accordé à l’auteur.

11 AAPD 1964, Dok. 109, Aufz., 24.4.64 : Deutsch-französische Währungsunion.

12 AAPD 1964, Dok. 85, Aufz. Lahr, 6.4.64 : Bemerkungen zum Gedanken einer dt.- frz. Währungsunion.

13 Fondée en 1930 et installée à Bâle, la BRI sert de forum pour la coopération monétaire internationale.

14 AAPD 1964, Dok. 85, Fussnote 14.

15 Propos de Valéry Giscard d’Estaing (entretien accordé à l’auteur).

16 Horst OSTERHELD, Aussenpolitik unter Bundeskanzler Ludwig Erhard, 1963-1966. Ein dokumentarischer Bericht aus dem Kanzleramt, Düsseldorf 1992, pp. 311-312, 6.4.66.

17 DM, t. IV, pp. 330-334.

18 David CALLEO, De Gaulle and the Monetary System, in : Robert O. PAXTON, Nicholas WAHL (dir.), De Gaulle and the United States. A Centennial Reappraisal, Oxford 1994, pp. 253-254. – Idem, “Inflation and American Power”, in : Foreign Affairs, vol. 59/4, Spring 1981, pp. 782-785.

19 AMAE, AO 30. – Cf. les notes préparées pour le général : FNSP, CM8.

20 D. CALLEO, De Gaulle and the Monetary System, op. cit., pp. 249-255. – DGESS, t. IV, pp. 151-153, Intervention d’Alain Prate.

21 Lors d’une réunion du FMI à Tokyo, le 9.9.64, V. Giscard d’Estaing avait déjà fait cette proposition (CAC, 20010086/13).

22 Témoignage de Valéry Giscard d’Estaing (entretien avec l’auteur).

23 CAEF, B59503, Note, 16.2.65 ; B55814, Tél. d’Aumale (Bonn), 9.2.65.

24 AAPD 1965, Dok. 60, Fussnote 26.

25 AAPD 1965, Dok. 60 (cit.), Dok. 64. – G. BUCHSTAB, op. cit., pp. 821-822.

26 CAEF, B59503, Notes, 12.3., 10.4.65.

27 BA, B 126/23764, Aufz., 3.6.65.

28 Le Groupe des Dix réunit la France, la RFA, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, la Suède, les États-Unis, le Canada et le Japon.

29 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 491, 14.5.68.

30 Le Monde, 6.4.68, p. 20. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 286-287.

31 CAEF, B0062164, Réunion à Baden-Baden, 25./26.3.63.

32 DGESS, t. IV, pp. 149-150, Communication d’André DE LATTRE. – Le Monde, 20.1.63, p. 16 : Chrysler prend le contrôle de Simca.

33 PAAA, B2/151, Aufz. Lahr, 11.9.63 : US-Investitionen.

34 CAEF, B0062164, Note du 9.6.64. – CADN, Bonn Amb. 179, Rapport de Lipkowski, déc. 1964.

35 Alfred GROSSER, Les Occidentaux. Les pays d’Europe et les États-Unis depuis la Guerre. 1944-1977, Paris 1978, p. 284.

36 Les chiffres absolus varient selon la manière de recenser.

37 CSP, NL Strauss, Fam.1162, Aufz., 1968. – CAEF, B62166, 27.3.67.

38 Richard F. KUISEL, The American economic challenge : de Gaulle and the French, in : R. PAXTON, op. cit., p. 199.

39 A. PRATE, op. cit., p. 215. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 54, 107. – M. VAÏSSE, op. cit., p. 400.

40 AAPD 1965, Dok. 60, 64. – G. BUCHSTAB, op. cit., p. 822, 9.2.65.

41 AMAE, EM 26, Entretien du 12.11.65, 11 h. – AAPD 1965, Dok. 413.

42 AMAE, RFA 1560, Note Winckler, 10.6.64 (cit.). – CAEF, B59503, 7.7.65 ; B55280, 8.1.69.

43 ACSP, NL Strauss, PV 5627, Brief an Erhard, 5.7.66. – LES, NL Erhard 12/24, Brief an Strauss, 17.8.66. – PAAA, B2/151, Aufz., 8.8., 25.8.66.

44 AMAE, RFA 1560, Tel. Winckler (Berlin), 2.6.66 : Conference de L. Clay.

45 AMAE, EM 30, Réunion franco-brit., 25.1.67, 16 h 15.

46 CAEF, B55813, Notes MEF, 5./8.10.67. – A. PRATE, op. cit., p. 164.

47 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 251, 254. – Frank COSTIGI.IOLA, France and the United States : The Cold Alliance since World War II, Boston 1992, pp. 153-154.

48 A. PRATE, op. cit., pp. 222-227. – Cf. M. VAÏSSE, op. cit., pp. 403-407.

49 PAAA, B150, Aufz. von Braun, 17.12.68.

50 FJM, AMK C l / 6 / 111 . – PAAA, B2/181, Aufz. Lahr, 19.7.68 ; B150, 15.7.68.

51 FJM, AMKC 1/6/111, W. Brandt à J. Monnet, 17.9.68.

52 BA, B102/179477, Aufz. zur Währungspolitik, 24.9.68.

53 CAEF, B55814, Tél. de F. Seydoux (Bonn), 11.10.68.

54 DM, t. V, p. 314, Allocution télévisée, 29.6.68.

55 A. PRATE, op. cit., pp. 252-259. – PAAA, B24/621, 17.6.68.

56 CDP, NL Kies., A307, Aufz. Kaiser. – K. HILDEBRAND, op. cit., p. 320.

57 AAPD 1968, Dok. 396, Gespräch Kiesinger-Seydoux, 29.11.68.

58 F. SFADOUX, Dans l’intimité franco-allemande, op. cit., p. 128-129.

59 BA, B 126/51752.

60 PAAA, B150, Gespräch Osterheld-Seydoux, 17.12.68. – ACDP, NL Kies., A312, Aufz. des BKA, 16.12.87. – AAPD 1968, Dok. 396. – A. PRATE, op. cit., p. 267.

61 PAAA, B150, Aufz. vom 15.11.68. – AAPD 1968, Dok. 381, 389, 396.

62 Otmar EMMINGER, D-Mark, Dollar, Währungskrisen. Erinnerungen eines ehemaligen Bundesbankpräsidenten, Stuttgart 1986, p. 142. – K. Blessing le confirme : AAPD 1968, Dok. 386, Fussnote 9.

63 AAPD 1968, Dok. 386, Fussnote 9. – AMAE, RFA 1610, Stern, 29.1.69.

64 BA, B 126/51752, 19.11. ; Gespräch von Braun-Couve de Murville, 20.11.68.

65 O. EMMINGER, op. cit, pp. 141-144. – CAEF, B59504, Note du 6.11.68.

66 AMAE, RFA 1521, Interview de M. Schiller dans le Spiegel, 25.11.68.

67 ACDP, NL Kies., A307, Aufz. Kaiser. – AMAE, RFA 5121, Tel. du 26.11.68.

68 PAAA, B150, Aufz. vom 18.11.68 ; AAPD 1968, Dok. 381, 386.

69 PAAA, B150, Aufz. vom 18.11.68 ; AAPD 1968, Dok. 381, 386.

70 FRUS 1964-68, vol. VIII, doc. 208, 209. – AAPD 1968, Dok. 383.

71 PAAA, B150, Dt-amerik. Gespr, 19.11.68. – PRO, FCO 59/455, Bonn Conference.

72 AAPD 1968, Dok. 385, Blankenborn (London) an Brandt, 20.11.68, 3 h.

73 PRO, FCO 59/455, Prime Minister to US President, 19.11.68.

74 PRO, ECO 59/455, Bonn Conf. (cit.). – O. EMMINGER, op. cit., p. 146. – Hans- Dieter LUCAS, Europa vom Atlantik bis zum Ural ?, Bonn 1992, p. 382.

75 F. SEYDOUX, Dans l’intimité franco-allemande, op. cit., p. 130.

76 AAPD 1968, Dok. 389, Fussnote 11.

77 AAPD 1968, Dok. 389, Aufz. Berger, 25.11.68 : Analyse der Bonner Konferenz.

78 AMAE, EM 35, Note H. Alphand, 21.1 1.68. – Propos de Christopher Soames.

79 R. BARRE, op. cit., pp. 97-99 (citation). – A. PRATE, op. cit., pp. 269-273.

80 F. SEYDOUX, Dans l’intimité franco-allemande, op. cit., p. 131 (citation). – J. LA-COUTURE, De Gaulle ou l’éternel défi, op. cit., pp. 461-462, J.-M. Jeanneney.

81 AMAE, RFA 1521, Tél. Lucet (Washington), 25.11.68.

82 PRO, Prem 13/2055 : “If we, the Americans and the Germans play our cards right and stick together on this one we can probably sink General de Gaulle.”

83 PAAA, B24/621, Aufz. Limbourg, 29.11.68. – AMAE, RFA 1521, Note du 25.11.68.

84 CAEF, B55814, W. Brandt im Südwestflink, 25.11.68. – ACDP, NI. Ost., Kies. 4.

85 ACDP, NI. Kies., A009, Aufz. Kiesinger : Gespräch mit K. Schiller, 4.12.68.

86 ACSP, NL Strauss 1160, Notizen 11 /68. – H.-D. LUCAS, op. cit., p. 382.

87 ACDP, NL Kiesinger, A008-1, Infogesprâch, 23.1.69.

88 AMAE, RFA 1610, Entretien de Gaulle-von Braun, 15.1.69.

89 AAPD 1969, Dok. 101, 13.3.69.

90 PAAA, B 150, Gespräch mit J. de Lipkowski, 25.11. ; Beurteilung, 28.11.68.

91 A. PRATE, op. cit., p. 269.

92 PAAA, B150, Aufz. vom 3.3.69.

93 CAEF, B12547, Note du 19.12.68 ; 1A91, Note d’avril 1969.

94 AMAE, RFA 1521, Note du 4.12.68.

95 PAAA, B150, Vertrauliches Gespräch von Braun-Rueff, 17.12.68.

96 ACDP, NL Kies., A290, Gespräch vom 5.2.69. – BA, B 126/36437, Aufz., 6.2.69.

97 BA, B 126/36437, Strauss an Hermann, 14.2.69.

98 R. BARRE, op. cit., p. 101-103.

Table des illustrations

Légende L’Allemagne proclame l’empire du mark.L’aigle impérial – Kurt Kiesinger composé de billets de 100 marks – tient dans ses griffes le slogan « l’or avec nous » (Gold mit uns), qui rappelle la devise de l’armée allemande (Gott mit uns). Étant donné la faiblesse du franc français, la force du mark revêt dès l’automne 1968 une apparence menaçante pour Paris.Caricature de Tim (Louis Mitelberg) dans L’Express, 19 mai 1969, p. 19.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search