Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

L'économie et les finances

III. Les relations économiques

Texte intégral

La bataille de Bruxelles, vue par Tim.
Lors des négociations agricoles à Bruxelles, de Gaulle et Erhard défendent vigoureusement les intérêts de leur pays respectif.
Dessin de Tim (Louis Mitelberg) dans L’Express, 19 janvier 1963, p. 15. © Adagp, Paris 2007.

Échanges au sein du Marché commun

  • 1 Pierre GERBET, La Construction de l’Europe, Paris 1999, pp. 218-225. - BA, B2/179478, 6.3.69.

1La création du Marché commun entraîne une croissance économique prodigieuse. Dans les années 1960, le taux de croissance annuelle du PIB est de 5,1 % en moyenne pour les Six, plus élevé que celui des États-Unis (4,1 %) et que celui de la Grande-Bretagne (2,7 %). Entre 1958 et 1970, le commerce intracommunautaire est multiplié par six. Au total, entre 1960 et 1967, les exportations de la France augmentent de 66 % (de 6,9 à 11,4 milliards de dollars), et celles de la RFA de 90 % (de 11,4 à 21,7 milliards)1.

2Lors du Kennedy Round (1964-1967), les Six parlent d’une seule voix. La Communauté s’affirme également comme la première puissance commerciale du monde, devant les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne. En juillet 1967, la fusion des exécutifs des trois Communautés – CEE, CECA et Euratom – rend la coopération des Six encore plus efficace. On choisit le nom de Communauté européenne (CE) pour le nouvel organisme. La fusion ne pose d’ailleurs pas de difficultés économiques majeures, sinon administratives.

  • 2 CAEF, 1A 0046, Note MEF du 5.7.67 : coopération franco-allemande.

3Ce développement spectaculaire, qui se fait dans un contexte économique certes favorable, représente néanmoins un grand succès pour la coopération franco-allemande. En effet, la France et la République fédérale constituent la « colonne vertébrale » de l’action communautaire2.

4Durant les années 1960, l’essor européen repose sur deux piliers : la politique agricole commune (PAC) et la mise en place de l’union douanière, qui entraîne une baisse des tarifs à l’intérieur du marché commun industriel. Tandis que la PAC est sujette à d’incessantes controverses, l’union douanière soulève relativement peu de discussions entre Paris et Bonn.

La Politique Agricole Commune (PAC)

  • 3 Entretien accordé à l’auteur. – E. Bahr et G. d’Aumale confirment également ce deal.

5Le traité de Rome du 25 mars 1957 précise bien le processus des réductions tarifaires pour l’industrie, mais reste quasiment muet sur les mesures à prendre pour l’agriculture. Toutefois, en 1957 encore, les gouvernements français et allemand s’accordent sur un échange de grande portée : en acceptant la suppression des douanes, la France donne à la République fédérale un avantage considérable, argumente le président du Conseil Guy Mollet. Il demande que l’ouverture du marché français à l’industrie allemande soit compensée par un soutien financier à l’agriculture française. Lors d’une réunion des Six, Mollet pose la réalisation de la PAC comme condition pour que la France ratifie le traité de Rome. Les Allemands acceptent cet accord, explicite. Ils se souviennent, bien sûr, de la débâcle d’août 1954, lorsque l’Assemblée nationale avait refusé la ratification de la Communauté européenne de défense. Et selon le témoignage de Valéry Giscard d’Estaing, il est probable que la France aurait repoussé le traité de Rome s’il n’y avait pas eu ce deal sur l’agriculture3.

  • 4 DGESS, t. V, p. 182, Intervention de M. Couve de Murville. – DM, t. IV, p. 128. – E. PISANI, Le Gén (...)

6Dès son arrivée au pouvoir, le général de Gaulle prend la décision, très surprenante pour beaucoup, de se rallier à l’idée du Marché commun, visant l’objectif de sortir l’économie française de son protectionnisme traditionnel. De Gaulle a pris conscience que la CEE représente pour la France une nécessité économique. La perte des anciennes colonies favorise également la réorientation française vers le Marché commun. Pour le général, une politique agricole commune revêt un intérêt particulier. Elle est tout d’abord la contrepartie du troc mentionné. Mais l’agriculture est aussi une charge et un frein pour l’économie et l’ensemble de la société française, explique de Gaulle à Edgard Pisani, ministre de l’Agriculture. Il faut donc utiliser l’Europe pour alléger ce poids, moderniser l’agriculture française et ouvrir le Marché commun aux produits français. Enfin, dans l’esprit du général de Gaulle, l’Europe doit assurer son alimentation avec ses propres produits agricoles, et non ceux d’outre-mer4.

7Fin 1960, la Communauté s’accorde sur les principes de la PAC et, le 14 janvier 1962, après une séance-marathon de quatre semaines, les Six fixent la deuxième étape : ils prévoient des règlements spécifiques pour différentes productions agricoles et créent le Fonds européen d’orientation et de garantie agricole (FEOGA) pour soutenir les prix et améliorer les structures. Cet accord communautaire est pour la France un grand succès.

  • 5 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., pp. 173-175, 549-551. – Pierre GERBET, « La politique agricole co (...)
  • 6 Le Kennedy Round se déroule à Genève et dure du 4 mai 1964 au 15 mai 1967. Cette négociation au sei (...)
  • 7 PAAA, B2/128, Harkort (Brüssel) an Lahr (AA), 29.4.63.

8La troisième étape, prévue pour 1963 et 1964, est la fixation de prix communs. Jusque-là, chaque pays avait des prix différents. Mais, dans un marché commun, il faut bien arriver à fixer un prix unique par production, sinon la concurrence entre les membres de la Communauté serait complètement faussée. En janvier 1962, les Allemands ont subordonné leurs intérêts économiques à la volonté de faire avancer la construction européenne5. Toutefois, ils restent très réticents vis-à-vis de la PAC. L’enjeu pour la République fédérale, grande importatrice d’aliments agricoles, est considérable. Elle devra s’approvisionner désormais en produits français, italiens et hollandais, nettement plus chers que ceux du marché mondial. En outre, les agriculteurs allemands, travaillant dans des conditions défavorables et soutenus par des subventions massives, exercent une lourde pression contre la mise en œuvre de la PAC. Un autre élément joue également un rôle important dans les considérations des Allemands : ils planifient leurs actions, dès avril 1963, dans l’hypothèse que le général de Gaulle tente de bloquer le Kennedy Round6 qui s’ouvrira en mai 1964. Selon Bonn, le domaine agricole représentera alors le seul levier capable d’imposer des concessions à Paris. Tout cela explique l’intérêt allemand à retarder la mise en œuvre de la PAC7.

  • 8 PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 23.4., 18.5., 31.7., 7.12.63. – ERUS 1961-63, vol. XIII, doc. 64.

9La République fédérale doit également faire face, plus que les autres pays membres de la Communauté, à la pression de Washington. En effet, les États-Unis se montrent très soucieux de préserver les marchés européens pour vendre leurs produits agricoles, domaine-clé des exportations américaines. Très nettement, le gouvernement Kennedy préférerait que la PAC ne voie pas le jour. Lors de la dite Guerre du poulet, qui oppose en 1963 la CEE aux États-Unis, les mesures de rétorsion américaines visent particulièrement des produits allemands. Les relations germano-américaines pourraient sérieusement pâtir de cette affaire, menacent des diplomates américains à Bonn. Mais les Allemands entendent respecter le troc de 1957. En avril 1963, Rolf Lahr fait comprendre aux Américains que l’instauration d’un nouvel ordre agricole en Europe implique nécessairement un changement des données, et il repousse toutes possibilités de revenir à la situation antérieure. Le secrétaire d’État allemand n’étant pas du tout considéré comme un francophile, cela rend son attitude encore plus significative. Les Américains demandent alors la stagnation de la PAC. En même temps, ils exigent que l’agriculture soit incluse dans les négociations du Kennedy Round8.

10Dans cette situation, les Allemands tentent de synchroniser les deux négociations, en retardant celle de la PAC jusqu’à ce que celle du Kennedy Round débute. Cela permettra en même temps de « travailler » les partenaires de la Communauté, sauf la France, pour les influencer en faveur de l’Allemagne, et pour obtenir un règlement agricole plus avantageux.

  • 9 AAPD 1963, Dok. 152, 164. – PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 30.9.63.

11L’inclusion éventuelle de l’agriculture dans le Kennedy Round menace directement la France, incapable de faire face à la concurrence américaine. Dans cet état d’esprit, Paris fait pression sur Bonn pour que la mise en œuvre de la PAC soit accélérée et définie avant 1964, ce qui paraît aux Allemands irréaliste et contraire aux accords. Lors d’une réunion ministérielle à Bruxelles, le 10 mai 1963, les délégations allemande et française s’affrontent. D’abord déterminés à ne pas accélérer la PAC, les Allemands plient cependant face aux émissaires français menaçant de faire éclater le Kennedy Round prévu. Désormais, les futures négociations entre la CEE et les Etats-Unis sont explicitement liées à l’avancement de la PAC9.

  • 10 DM, t. IV, p. 129.
  • 11 CAC, 19880334/76, SGCI, 4.11., 13.12.63. – BA, NL Carstens 622, Aufz. Jansen, 23.12.63.

12Le 5 juillet 1963, lors du sommet franco-allemand, le général de Gaulle décrit la mise en place du Marché commun agricole, dans les délais prévus, comme l’épreuve du traité de l’Élysée et comme l’essentiel des consultations entre les deux pays. Fin juillet, à l’occasion d’une conférence de presse, de Gaulle hausse encore le ton. Faisant référence à l’ouverture du Kennedy Round, le général déclare : « [...] il faudra alors que le Marché commun soit debout, complet et assuré, ou bien qu’il disparaisse10. » Pourtant, à l’automne 1963, les experts agricoles français se croient confrontés à une délégation allemande qui exploite les divergences techniques pour tenter de remettre en cause des principes de base déjà décidés11. Par ailleurs, selon la presse allemande, Paris veut modifier à son avantage le rythme de formation du Marché commun.

  • 12 AMAE, RFA 1602, de Margerie (Bonn), 20.12.63. – PAAA, B150, Klaiber (Paris), 21.12.63.

13Peu avant la séance décisive à Bruxelles, les discussions franco-allemandes s’intensifient. Le 20 décembre 1963, Ludwig Erhard reçoit l’ambassadeur de Margerie. Le chancelier l’assure qu’il n’y a aucune mauvaise volonté de sa part, mais qu’il se trouve en face d’un problème extrêmement grave pour les agriculteurs allemands. Aussitôt, de Gaulle convoque l’ambassadeur Klaiber pour lui annoncer que la France trouve peu d’intérêt au Kennedy Round et que, si l’Allemagne ne souhaite pas la mise en œuvre de la PAC, le Marché commun reviendra à son statut de 196112. Klaiber avance alors l’idée d’un accord de principe avant la fin de l’année. De Gaulle y consent.

  • 13 Hans von der GROEBEN, Aufbaujahre der Europäischen Gemeinschaft. Das Ringen um den Gemeinsamen Mark (...)

14C’est ce qui se fait, le 23 décembre à Bruxelles. Les délégations approuvent les règlements pour les produits laitiers, la viande bovine et le riz, mais reportent la question centrale de la fixation du prix des céréales à l’année suivante. Du côté français, on signale une certaine souplesse vis-à-vis du Kennedy Round. L’agriculture y fera aussi l’objet de négociations, annoncent les Allemands un peu prématurément aux Américains13.

  • 14 Adrian SCHERTZ, Die Deutschlandpolitik Kennedys und Johnsons. Unterschiedliche Ansätze innerhalb de (...)

15Cependant, lors d’une conférence de presse fin janvier 1964, le général de Gaulle indique clairement le calendrier à suivre : d’abord fixer les prix agricoles communs, puis discuter avec Washington. Par conséquent, le Kennedy Round s’ouvre en mai 1964, à Genève, sans que l’agriculture fasse partie des négociations. Mais les Américains n’ont pas l’intention de limiter les discussions au seul domaine industriel. Aussi, dès mi-juillet, exercent-ils une forte pression sur Bonn, menaçant d’abandonner leur participation au Kennedy Round14. Comme sur le plan politique, le chancelier Erhard est pris entre deux feux pendant ce mois de juillet 1964. La France lui demande la création d’un marché vraiment européen, tandis que les Etats-Unis entendent ne pas renoncer aux liens économiques transatlantiques.

  • 15 CADN, Bonn 177, Entret. Wormser-Lahr, 6.10.64. – AAPD 1964, Dok. 273.

16La fixation du prix des céréales est un sujet hautement sensible par rapport aux élections parlementaires en RFA, qui doivent avoir lieu en septembre 1965. Un déplacement, même léger, des voix paysannes vers les sociaux-démocrates risque de faire échouer la CDU. Les élections municipales de fin septembre 1964 indiquent déjà une hausse très nette de la SPD. Dans ce contexte, les Américains relâchent la pression sur le domaine agricole. Erhard envisage donc de reporter la question du prix du blé jusqu’à fin 1965. Début octobre, Rolf Lahr le fait savoir aux Français en ajoutant, d’une façon imprudente, que l’attitude américaine est décisive pour Bonn. Paris en conclut que les Allemands décident selon le vœu des Etats-Unis et non selon les besoins de la Communauté15.

  • 16 PAAA, B2/150, Lahr (Bonn) an Klaiber (Paris), 17.10.64.
  • 17 AMAE, EM 22, Entret. de Gaulle-Gerstenmaier, 23.10.64. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 265-26 (...)

17Le général de Gaulle durcit alors considérablement sa position. Le 26 mai 1964 encore, lors de l’inauguration du canal de la Moselle, il faisait savoir à Rolf Lahr que la France pouvait bien attendre les élections allemandes de septembre 1965 pour la fixation du prix des céréales : « Je vous le dis, la France n’est pas pressée16. » Mais le 21 octobre, de Gaulle fait déclarer que la France cessera de participer à la Communauté si la PAC ne s’organise pas comme prévu ; alors, il n’y aura pas de Kennedy Round non plus. Pour le général, le conflit au GATT concerne uniquement la question de savoir si les produits agricoles d’origine française ou américaine domineront le Marché commun. Et Paris craint que la République fédérale ne fasse des concessions aux Américains, au détriment de l’Europe17.

  • 18 AAPD 1964, Dok. 307, Gespräch Erhard-McGhee, 3.11.64. – PAAA, B150, 27.10.64.
  • 19 Cité d’après : Le Monde, 7.11.64, p. 2. – Cf. : FNSP, C.M8, Note du 2.11.64.

18À Bonn, ce n’est pas la première fois que l’on entend ce genre de déclaration française. Les analystes allemands ne croient pas que de Gaulle envisage sérieusement de quitter la CEE, trop précieuse pour la France, mais pensent qu’il bloquera probablement le Kennedy Round. Ludwig Erhard parle d’un « bluff » de la part du général, dont les menaces sont comparables à de la « mousse18 ». Renseigné sur l’attitude allemande, qui donne à penser que tout s’arrangera, de Gaulle incite son gouvernement à accentuer le doute sur l’avenir de l’Europe. Le 3 novembre, devant l’Assemblée nationale, Couve de Murville critique vivement le développement de la CEE et, le 5 novembre, Georges Pompidou annonce à la presse : « Si la France [...] considère que le Marché commun est tué dans son âme et dans ses virtualités profondes, eh bien, il mourra de sa belle mort19. »

  • 20 LES, NL Erhard 12.22, 10.11.64. – BKAH, NLA denauer 11/106. – AAPD 1964, Dok. 318. – A. PEYREFITTE, (...)

19Désormais, Ludwig Erhard se voit attaqué de tous côtés. Non seulement ses adversaires politiques et les gaullistes de son propre parti – Adenauer en tête – font front contre lui, mais des amis du chancelier, dont Alfred Müller-Armack, lui reprochent également sa politique européenne et l’absence d’un concept persuasif. La crainte de voir l’Allemagne s’isoler de ses partenaires communautaires s’installe. Le 9 novembre, Konrad Adenauer porte un message conciliant à de Gaulle. Le chancelier Erhard est désormais d’accord pour fixer le prix du blé en décembre 1964, si la mise en vigueur en est retardée jusqu’en juillet 1967. De Gaulle y consent. Mais l’arrangement est tout de suite remis en question par une interview de Gerhard Schröder, publiée le même jour. Le ministre allemand y critique durement l’attitude de la France vis-à-vis de la PAC et de la force multilatérale, litige qui se déroule en parallèle. Alors, le gouvernement français ne sait plus qui croire20.

  • 21 AAPD 1964, Dok. 347. – Günter BUCHSTAB (dir.), Adenauer : „Stetigkeit in der Politik“. Die Protokol (...)

20Bonn choisit finalement la voie européenne. Même Schröder arrive à la conclusion qu’il serait plus profitable pour l’Allemagne de respecter les délais de la PAC. Pour lui, il s’agit maintenant de sauvegarder les négociations du Kennedy Round, d’éviter à l’Allemagne une impasse très probable et de reprendre un rôle dirigeant au sein de la CEE. Dans le dos de ses ministres, Erhard s’entend avec les paysans et leur concède une aide supplémentaire de 840 millions de DM pour 1965 et de 1,1 milliard de DM pour 1966. Désormais, l’opposition des paysans n’est plus à craindre. Le 27 novembre, le chancelier explique à son Cabinet pourquoi il entend accepter l’unification du prix du blé : parce qu’il ne veut pas entrer dans l’histoire comme le chancelier allemand qui a empêché la construction de l’Europe21.

  • 22 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 272-273. – Cf. LNC, t. X, pp. 107-108.
  • 23 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 413.

21Ainsi est décidé le 15 décembre un prix commun pour les céréales. L’étape accomplie est capitale, non seulement parce que le prix des céréales en détermine beaucoup d’autres, mais parce que le Marché commun agricole prend définitivement forme. De Gaulle résume : « Nous aurons une économie réellement commune22. » L’accord intervenu débloque en effet la PAC et ouvre à l’agriculture française le marché européen. De Gaulle félicite Ludwig Erhard de son engagement décisif et se réjouit de l’esprit communautaire trouvé. Le chancelier sera honoré, lors de sa prochaine visite à Paris, par l’invitation à séjourner au Château de Rambouillet. Les Allemands, à part les agriculteurs concernés, semblent partager la joie d’avoir franchi cette étape. En tout cas, le ministre allemand de l’Économie, Kurt Schmücker, s’exclame le soir du 15 décembre : « C’est le jour le plus beau de ma vie23 ! »

  • 24 CAC, 2000092/27, Note SGCI, 17.5.65.

22Dès le succès du 15 décembre 1964 se décèle dans les propos du général de Gaulle le conflit à venir. La France entend remettre la Commission européenne à sa place et marquer le fait que les responsabilités appartiennent aux États. Au cours des années précédentes, l’importance de la Commission a en effet augmenté constamment, grâce aussi à l’appui français pour la mise en œuvre de la PAC. En outre, la Commission est chargée de représenter la CEE vis-à-vis de pays tiers, par exemple lors des négociations du GATT. Un exécutif européen semble naître. Désormais, la France va s’y opposer résolument, la PAC étant fermement sur les rails24.

  • 25 CAC, 19880334/42, Note SGCI, 7.9.65. – P. GERBET, La Construction de l’Europe, op. cit., p. 221.

23La crise de la chaise vide qui s’ensuit est essentiellement politique et non économique. Les divergences sur le financement agricole ne sont qu’un prétexte, en France, pour « faire la grève », entre juillet 1965 et janvier 1966. Puisque de Gaulle évoque à nouveau, durant l’été 1965, la possibilité de rompre avec le Marché commun, l’administration française établit une appréciation générale de la politique agricole commune. Le bilan est nettement positif. Par les versements du FEOGA et la hausse des ventes françaises sur le Marché commun, la PAC apporte une croissance annuelle estimée à 1,224 milliard de francs du revenu national français. Cette somme joue un rôle notable dans l’évolution de la balance des paiements française, alors qu’en 1962 la balance commerciale agricole était encore déficitaire. La PAC protège désormais l’économie nationale de risques non négligeables, en obligeant les partenaires de la CEE à s’approvisionner sur le Marché commun et à financer les excédents français. Avec la réalisation de la PAC, le gouvernement a également pu pousser les agriculteurs français vers la modernisation. L’abandon éventuel de la PAC par la France imposerait une politique de planification rigide fondée sur des débouchés très limités, ainsi que des responsabilités accrues pour l’Etat, avec des risques graves de hausse des prix et des charges budgétaires largement alourdies25. Cette alternative n’est certainement pas très séduisante aux yeux du général. Renoncer au Marché commun, et par conséquent à la PAC, signifierait l’annulation des efforts fournis.

  • 26 CAC, 19880334/42, Note MEF, 3.8.66.

24Le bilan français de la PAC est un peu terni un an plus tard. La crise de la chaise vide a fait prendre conscience de réalités jusqu’alors voilées. D’abord, la politique agricole a pour conséquence de transférer les centres de décision à Bruxelles. L’unification des prix implique que les États perdent leur autonomie dans ce domaine. Et le rôle de la Commission sera encore amplifié une fois le marché unique achevé, puisqu’elle sera responsable de l’administration journalière de la PAC et des mécanismes d’intervention26.

  • 27 PAAA, B150, Aufz. Lahr, 23.10.65 ; B2/130, Stellungnahme Berg, 25.1.66.

25En Allemagne aussi, la période de la chaise vide déclenche des réflexions sur la rentabilité du Marché commun. Le spécialiste à l’Auswärtiges Amt, Rolf Lahr, regrette que Bonn doive verser annuellement deux milliards de DM au fonds agricole, sans savoir si le marché unique sera réalisé ou non. La RFA apparaît ainsi comme le financier de la Communauté. La compensation sur le plan industriel ne se fera, dans son intégralité, qu’à partir du moment où le marché unique sera réalisé. Mais pour la République fédérale, l’abandon de la CEE n’est pas envisageable. Les répercussions sur la croissance et la stabilité de l’économie allemande seraient trop graves27.

  • 28 Raymond BARRE, Memoire vivante. Entretien avec Jean-Michel Djian, Paris 2001, p. 85.

26Après la réunion de Luxembourg, fin janvier 1966, les négociations communautaires reprennent vite. Le 11 mai, les Six tombent d’accord sur les modalités du financement agricole pour la période transitoire. Malgré les turbulences et effets négatifs de la crise de la chaise vide, la France en particulier a prouvé qu’elle tient à l’existence du Marché commun. Le laisser péricliter n’est plus envisageable après tant de batailles, dit le général de Gaulle28.

  • 29 AMAE, EM 30, 28.4.67.

27La fin du Kennedy Round approchant, la République fédérale reprend le thème sensible de l’agriculture. « Nous devons faire un effort dans le domaine agricole », insiste Rolf Lahr auprès de Couve de Murville, en avril 196729. Tout le monde prévoit, pour les négociations finales de mai et juin, une confrontation économique très dure entre la CEE et les États-Unis. La République fédérale se retrouve dans une situation délicate. Le gouvernement Kiesinger/Brandt s’engage énergiquement à relancer l’amitié franco-allemande. Remettre en question la PAC s’avère alors impossible. Par ailleurs, Bonn craint depuis longtemps que le protectionnisme agricole porte préjudice à ses exportations de produits industriels dans les pays tiers, notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne, les pays Scandinaves et la Suisse.

  • 30 BA, B136/3042, Schiller, 9.1.67. – A. SCHERTZ, op. cit., pp. 319-320, 406-410.

28Washington pose en effet le problème principal pour la RFA. Depuis août 1965, les Américains abordent les négociations du GATT d’un point de vue politique. L’échec du Kennedy Round risquerait de fragmenter le Pacte atlantique de façon dangereuse. Il vaut donc mieux, selon Lyndon Johnson et ses conseillers, se contenter de résultats marginaux sur le plan agricole et viser plutôt des contreparties substantielles favorables à l’industrie américaine. Ces contreparties touchent en particulier la République fédérale. D’où le souhait allemand que la France fasse des concessions agricoles, et permette ainsi à Bonn d’obtenir des avantages industriels. Mais le gouvernement français reste ferme. Il refuse catégoriquement d’inclure l’agriculture dans les négociations du Kennedy Round30. Les Allemands, finalement, s’y rallient.

  • 31 AAPD 1967, Dok. 170. – G. LUNDESTAD, op. cit., p. 96. – M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 560.

29Après l’aboutissement du Kennedy Round, le 30 juin 1967, les Français se félicitent d’avoir su imposer leurs intérêts agricoles. Le résultat des négociations est meilleur qu’on ne pouvait l’espérer, résument aussi les spécialistes allemands. Dans l’attitude de Washington envers la CEE, la primauté de la politique sur l’économie joue sans doute un rôle essentiel. L’émergence éventuelle d’un bloc anti-américain en Europe occidentale, estime la Maison Blanche, serait beaucoup plus grave et plus coûteuse pour les États-Unis que certaines concessions économiques31.

  • 32 BA, B2/179478, Aufz., 6.3.69. – CAC, 19880334/42, Note SGCI, 11.3.68.
  • 33 DGESS, t. V, p. 178, Intervention d’Edgard Pisani.

30Fin juillet 1967, les Six approuvent de nouveaux règlements agricoles et, le 1er juillet 1968, la libre circulation des produits agricoles devient totale. Dressant un bilan, en mars 1969, les Allemands considèrent que la PAC est bénéfique pour leur agriculture, bien que les avantages retirés par les Français soient nettement plus importants32. Le gouvernement français se félicite de son insistance dans la réalisation de la PAC et y voit, malgré les nombreux affrontements avec Bonn, un modèle à succès pour les réalisations européennes futures. La PAC fonctionne bien, selon Edgard Pisani, jusqu’en 1972, mais elle connaît ensuite de sérieux problèmes. La surproduction agricole, qui n’a pas été prévue, pèse alors lourdement sur le budget de la Communauté. L’origine de cette complication se trouve probablement dans le fait que la politique agricole s’est formée sur un processus de marchandage entre les intérêts des différents gouvernements impliqués, et non selon un concept économique d’ensemble. De plus, des inconséquences apparaissent dans la politique économique d’un seul gouvernement. Les Allemands prêchent un libéralisme commercial vers l’extérieur et s’efforcent, dans le même temps, de protéger leurs agriculteurs. L’attitude française n’est pas exempte de contradictions non plus. Edgard Pisani doit aller de l’avant avec la PAC et « conquérir les marchés », tout en tenant compte de l’avertissement présidentiel de ne « pas trop bousculer le pot de fleurs33 ». Ainsi la France souhaite-t-elle construire une Communauté ayant des responsabilités agricoles, sans pour autant porter atteinte à la souveraineté nationale.

31Pour la période de 1963 à 1969, la PAC est néanmoins une réussite européenne. Elle se fonde en large partie sur le troc franco-allemand de 1957, jamais remis en question par la suite.

L’achevement de l’union douanière

32Les droits de douane à l’intérieur de la Communauté sont baissés à 90 % en janvier 1959, à 70 % début 1961 et à 50 % en juillet 1962, prenant ainsi une avance de trois ans sur le calendrier prévu par le traité de Rome. Sur l’insistance de la France, la hausse du tarif extérieur commun est également accélérée. Ce tarif, établi selon la moyenne arithmétique des droits originels des pays membres, se met en place progressivement. La CEE diminue ses droits de douane intérieurs de 10 % supplémentaires respectivement en 1963, 1965 et 1966. Au 1er juillet 1967, 15 % des droits de douane initiaux sont encore en place. Ils disparaissent complètement dès le 1er juillet 1968, date aussi de l’achèvement du Marché commun agricole. Les Six ont donc une avance de dix-huit mois sur le programme du traité de Rome.

  • 34 AMAE, EM 19, 21.11.63. – AN, 5AG1, 162, Pompidou-Gerstenmaier, 23.10.64.
  • 35 AAPD 1965, Dok. 201 ; 1969, Dok. 100.

33Les gouvernements français et allemand se contentent normalement de se féliciter du bon développement. Ainsi Ludwig Erhard rapporte au général, le 21 novembre 1963, que la coopération industrielle au sein de la Communauté se déroule sans difficulté. Lorsque Georges Pompidou aborde les problèmes du Kennedy Round avec un représentant allemand, en octobre 1964, le Premier ministre souhaite que la CEE constitue un ensemble cohérent en matière agricole, comme c’est déjà le cas sur le plan industriel34. En mai 1965, dans une interview critique envers les Allemands, Alain Peyrefitte admet que la coopération économique se déroule d’une façon positive. Lors de sa dernière rencontre avec le chancelier Kiesinger, en mars 1969, le général applaudit au succès économique de la Communauté35.

  • 36 CAEF, B17684, Note SGCI, 8.9.65.

34Les services français élaborent une analyse plus détaillée durant l’année de crise 1965. Ils décrivent alors l’industrie française comme vulnérable, à la fois par une infériorité technique et financière, par la taille des entreprises – jugées trop petites pour s’affirmer sur le marché mondial – et enfin par l’absence générale de filiales à l’étranger. Toutefois, appartenir à la CEE ne signifie pas automatiquement croissance équilibrée et développement compétitif, soulignent les analystes français. Des substituts aux droits de douane continuent d’exister à l’intérieur de la Communauté, qui a en outre tendance à abaisser trop rapidement les tarifs extérieurs et à rester trop passive vis-à-vis des groupes internationaux. Mais les études démontrent clairement que le Marché commun a stimulé l’industrie française. L’union douanière s’est aussi révélée un facteur incontestable de rénovation des structures et de rajeunissement des méthodes. Afin d’assurer l’avenir, l’interpénétration des entreprises françaises avec d’autres firmes occidentales paraît inéluctable. Une union économique en cours de création représente, pour l’industrie française, la possibilité de franchir cette étape sans se faire coloniser. En même temps, toutes les alternatives au Marché commun laissent prévoir des inconvénients majeurs36.

  • 37 PAAA, B150, Aufz. Lahr, 23.10.65 ; B2/130, 11.1.67
  • 38 A. SCHERTZ, op. cit., p. 320. – Le Kennedy Round aboutit en effet à une baisse de 35 à 40 % des dro (...)

35À la même période, les Allemands dressent également un premier bilan positif de la coopération industrielle, sans montrer d’enthousiasme. Jusqu’en 1965, résume Rolf Lahr, la croissance des exportations industrielles vers les partenaires de la CEE a été plus significative pour la France (+ 206 % entre 1958 et 1964) et pour l’Italie (+ 271 % pendant la même période) que pour l’Allemagne (+ 146 %). Surtout, Bonn souhaite atténuer davantage le fossé entre la CEE et l’AELE. Les exportations vers la zone de l’AELE constituent en effet 28 % du commerce extérieur allemand et apportent à la République fédérale des bénéfices annuels de 6 à 7 milliards de DM. Grâce à cela, les Allemands gardent une balance des paiements positive37. Dans une interview du 25 août 1965, actualisant son idée déjà ancienne, le chancelier Erhard s’exprime en faveur d’un accord commercial entre la CEE et l’AELE et pour la création d’une large zone de libre-échange en Europe occidentale. Les Américains, qui seraient les premiers à souffrir d’un tel bloc économique, incitent alors le chancelier à chercher des solutions plus modestes dans le cadre du GATT38.

  • 39 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 58, 15.2.67.
  • 40 AMAE, EM 36, Entretien de Gaulle-Kiesinger, 13.3.69. – ACDP, NL Kies. 008-1, Infogespräch, 17.3.69.

36Paris se montre très réticent vis-à-vis des idées libre-échangistes de Bonn. La France pèse de tout son poids pour établir un tarif commun extérieur, dans le but d’épargner à l’Europe la domination américaine. En mars 1968 encore, de Gaulle rejette l’idée d’un glissement vers une zone de libre-échange avec la Grande-Bretagne, considérée comme le cheval de Troie américain. Mais, en même temps, le général n’est pas à l’aise avec la notion de protectionnisme et souhaite relever des défis. D’où son exclamation : « Notre protectionnisme national d’autrefois cède la place à un protectionnisme du Marché commun. Ça ne va pas beaucoup mieux39. » Dans le contexte de l’affaire Soames, en février et mars 1969, le général de Gaulle évoque en effet la possibilité d’un système de libre-échange préférentiel pour toute l’Europe occidentale, la Grande-Bretagne incluse. Ce système devrait être plus souple que le GATT et prévoir quelques mesures spéciales pour l’agriculture. Kurt Kiesinger est enchanté de cette idée40. Intervient alors, fin avril 1969, la démission du président de Gaulle.

La coopération bilatérale

Essor commercial

37Dans le sillage du Marché commun, les échanges commerciaux entre la France et la République fédérale se développent de façon impressionnante, mais présentent un certain déséquilibre. Dès la mise en vigueur du traité de Rome, en janvier 1958, le commerce entre les deux pays s’intensifie. En 1962, les échanges ont déjà triplé. Lorsque Konrad Adenauer et Charles de Gaulle signent le traité de l’Élysée, l’Allemagne est le premier fournisseur et le premier client de l’économie française, la France étant alors le premier client de la RFA et son deuxième fournisseur, derrière les États-Unis.

  • 41 Sources : PAAA, B24/475. – CAEF, B55281. – CADN, Bonn Amb. 177.

Note 4141

  • 42 BA, B102/179477, Schiller, 22.7.68. – CAEF, B55281, Notes, 20.6.69, 20.5.70.

38L’essor est remarquable, des deux côtés du Rhin. De 1962 à 1969, la valeur des échanges triple encore. Dès 1968, la France devient également le premier fournisseur de l’Allemagne. La part des achats de la RFA en provenance de France s’est accrue de 9,3 % en 1960 à 13 % en 1969, tandis que la part des Etats-Unis a sensiblement diminué, de 13,1 % à 9,4 % dans la seule période de 1965 à 1969. Le volume des échanges commerciaux atteint un niveau tel que la conjoncture de la France ou de l’Allemagne se répercute aussitôt sur l’économie de l’autre nation. Ainsi, l’harmonisation des conjonctures représente l’un des principaux éléments des discussions franco-allemandes sur le plan économique. Les nombreuses rencontres entre les spécialistes des deux pays se déroulent d’ailleurs dans une atmosphère excellente, non influencée par les turbulences politiques, comme les Allemands le soulignent42.

  • 43 CAEF, B55281, Notes, 27.4.65, 20.6.69. - CADN, Bonn Amb. 177, 29.4.64.

39Tandis qu’en RFA le développement des échanges commerciaux est applaudi sans réserve, les Français décrivent un tableau brillant qui comporte « certaines ombres » dues au gros nuage de la balance commerciale française, chroniquement déficitaire. Ce déficit atteint 170 millions de DM en 1962 et s’approche du milliard de DM en 1963. Sur les causes de cet état de fait, les experts français sont d’accord : c’est avant tout une question de prix, plus compétitifs en République fédérale. En outre, les entrepreneurs français montrent peu de volonté à s’établir en Allemagne. Grâce au plan de stabilisation élaboré par le gouvernement français, la période 1964-1965 prend une importance particulière. Un ralentissement relatif de l’activité économique intérieure doit combattre l’inflation et préparer l’expansion économique dans des conditions plus saines. En effet, le déficit français dans la balance commerciale avec l’Allemagne disparaît en 196543.

  • 44 CAEF, B55281, Notes, 22.11.68, 20.6.69, 20.5.70.

40Le tournant décisif intervient en 1967. À la suite d’une récession en République fédérale, les exportations de la France vers l’Allemagne diminuent de 1,5 %. En revanche, grâce à un effort systématique de l’industrie allemande à l’exportation, les ventes allemandes sur le marché de l’Hexagone augmentent de 9 %. Les analystes français expliquent ce phénomène, avec quelque admiration, par le dynamisme, l’esprit d’initiative et l’intelligence commerciale des industriels allemands qui, au lieu de solliciter des subventions, rationalisent leur production et organisent leurs réseaux commerciaux à l’étranger. Lorsque la situation économique redevient normale, la RFA continue naturellement sur sa lancée. Elle accroît ses exportations vers la France de 21,8 % en 1968. Favorisé par la situation inflationniste du marché français, ce mouvement s’accélère en 196944.

41En résumé, la base industrielle du commerce extérieur français paraît trop faible pour atteindre le volume des exportations allemandes, le déficit français étant structurel. Entre 1963 et 1969, la France réussit donc une belle performance sur le marché allemand, mais la République fédérale possède une plus grande compétitivité sur le marché français.

Beaucoup de comités, peu de projets

  • 45 AAPD 1964, Dok. 50, 183. – AMAE, EM, 15.2., 3.7.64.

42La croissance impressionnante des échanges commerciaux ne garantit pas forcément la solidarité économique visée par le général de Gaulle. Il souhaite créer, en signant le traité de l’Élysée, un noyau dotant l’Europe d’une réelle capacité économique et lui permettant de jouer un rôle autonome dans les relations internationales. Cette entreprise s’annonce difficile. Des discussions interminables sur la PAC dominent d’abord les entretiens économiques entre Français et Allemands. Mais dès février 1964, la France manifeste sa volonté d’harmoniser les conjonctures. Les Allemands se montrent tout à fait disposés à les y aider. Les ministres élargissent alors leurs échanges aux questions de fiscalité et de crédits extérieurs. Ravi de voir la coopération économique et financière se développer sur le plan bilatéral, Georges Pompidou propose des rencontres plus fréquentes. Lors du sommet franco-allemand des 3 et 4 juillet 1964, sinon empreint de divergences profondes, de Gaulle se réjouit de l’esprit constructif régnant sur le plan économique. À cette occasion, le général évoque son espoir de voir émerger une politique économique commune à leurs deux pays45.

  • 46 AMAE, EM, 10.11.64, 20.1.65. – PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 26.1.65.

43En 1964 et 1965, de Gaulle, Pompidou, Erhard et Adenauer s’engagent en faveur d’une coopération entre le Patronat français et l’organisme équivalent en Allemagne, le Bundesverband der Deutschen Industrie (BDI). Dans ce contexte, le général de Gaulle regrette l’organisation insuffisante et la division des industriels français, qui rendent difficile une coopération à grande échelle46. Mais il se montre prêt à relever le défi. Il s’agit pour lui de contrecarrer la pénétration américaine dans la production européenne. L’intention française est clairement comprise par les Allemands.

  • 47 CADN, Bonn 177, Notes, 15.7.65, 4.7.66, 8.11.66, 29.5.67. – BA, B 102/179472, Berichte 1965, 1966.

44En juin 1965, les ministres respectifs tombent d’accord pour créer le Bureau franco-allemand de coopération industrielle, idée présentée, en pleine crise communautaire, à un public étonné. Tout au long de la période de la chaise vide, les Allemands s’efforcent de ne pas succomber aux contacts bilatéraux avec la France et, au contraire, de faire prévaloir la Communauté des Six. Dans ces circonstances, on ne s’étonnera pas que le nouveau bureau, qui se réunit pour la première fois en octobre 1965, ne corresponde pas aux espoirs des Français, qui se montrent déçus par la qualité des délégués allemands. Pendant l’année suivante, ce bureau continue à rassembler régulièrement des représentants de l’industrie et des gouvernements des deux pays, mais il se distingue surtout par sa discrétion. Le stade de la protection des intérêts propres est rarement dépassé lors des discussions, qui se tiennent toutefois sur un ton très aimable47.

  • 48 AAPD 1967, Dok. 19. – FES, Dep. Bahr, 11.1.67. – BA, B 136/3042, 21.12.66.

45Lorsque Kurt Kiesinger devient chancelier en décembre 1966, il demande à ses services d’élaborer des plans de relance de la coopération économique avec la France. Dès le 14 janvier 1967, les gouvernements des deux pays décident d’instituer un groupe de travail pour promouvoir la coopération technologique48. Le nouveau comité voit le jour le 11 avril 1967. Par ce moyen, les Allemands espèrent, eux aussi, créer la base d’une Europe plus indépendante vis-à-vis des États-Unis, mais ils préféreraient y inclure les Britanniques. Donc, les objectifs de Bonn et de Paris ne sont pas identiques au départ, ce qui complique la collaboration.

  • 49 BA, B136/3042, Schiller an Kiesinger, 17.2., 4.7.67.
  • 50 PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 22.8.67 (cit.). – CAEF, 1A 0046, Note, 10.7.67.

46À partir de février 1967, les contacts se multiplient entre les ministères français et allemand de l’Économie. Les deux côtés souhaitent intensifier la coopération. La France s’est beaucoup efforcée de moderniser son économie, mais elle ne peut s’affirmer sur le marché mondial qu’avec l’aide de partenaires, estime Karl Schiller, ministre allemand de l’Économie. Selon lui, la République fédérale est le partenaire économique naturel de la France, en dehors de toute considération politique. Schiller recommande au chancelier de renforcer la coopération avec la France. Afin d’éviter des frictions avec les industriels allemands, qui ne sont pas habitués à adopter des décrets gouvernementaux, la meilleure solution lui semble être la création de comités industriels mixtes49. Lors d’une réunion à la mi-juillet 1967 entre Schiller et son homologue français Michel Debré, les différences de vue éclatent au grand jour. Debré juge indispensable de créer un organisme unique et interministériel qui supervise et coordonne l’ensemble de la coopération économique. Aux yeux des Allemands, cela signifierait « une super-organisation sous la direction de M. Debré », incompatible avec l’indépendance des industriels50. Les Français, de leur côté, décèlent une crainte allemande à s’engager trop à fond dans les solutions bilatérales.

  • 51 AAPD 1968, Dok. 62. – CAEF, 1A 0046, Note, 10.4.68.

47En février 1968, Paris et Bonn s’accordent enfin sur les modalités, modestes, du nouveau Comité franco-allemand de coopération économique et industrielle. Il réunira des représentants de l’industrie, des banques et des administrations des deux pays. En 1968, une multitude de cellules franco-allemandes à caractère économique existent : des groupes de coopération fiscale, de coopération en matière de crédit, de prévision et de conjoncture, de normalisation industrielle, ainsi que des groupes de travail pour la recherche, l’énergie ou les brevets51. Mais tous ces comités ne démontrent ni efficacité ni courage.

  • 52 AMAE, EM 34, Entretien du 27.9.68, 16 h 15. – AAPD 1968, Dok. 312.

48En septembre 1968, de Gaulle reproche au gouvernement allemand un manque de solidarité économique avec la France depuis la signature du traité de l’Élysée : « Vous avez mené une politique économique d’expansion industrielle très rigoureuse, fort réussie et brillante, mais vous l’avez toujours fait pour vous et dans toutes les directions, notamment avec l’Amérique52. » Depuis la mise en route de la PAC, enchaîne Couve de Murville, Français et Allemands ont surtout servi leurs propres intérêts économiques. La discussion se termine par le vœu mutuel de relancer la solidarité économique des deux pays.

  • 53 AMAE, EM 36, Entretien du 13.3.69, 11 h 45. – AAPD 1969, Dok. 99.

49Mais l’entente souhaitée est ébranlée en novembre 1968, lorsque la RFA refuse de réévaluer le DM, malgré une situation de crise monétaire qui implique la France. Une fois que le dissentiment ainsi créé est dissipé et l’intermède de l’affaire Soames avorté, Kiesinger s’engage à lancer une nouvelle tentative de départ des relations économiques franco-allemandes, en mars 1969. De Gaulle se veut alors plus conciliant. La coopération économique entre la France et l’Allemagne est une réalité bien établie, déclare désormais le général53. Mais ensuite, les deux hommes passent en revue une longue liste de projets concrets où la coopération franco-allemande a échoué.

50Les difficultés auxquelles se sont heurtés les différents projets proviennent à la fois de systèmes économiques divergents, de décisions politiques et de méfiances mutuelles. Jouent également un rôle important, surtout du côté allemand, des considérations touchant à la compétitivité et à la rentabilité.

Divergence des systèmes économiques

  • 54 DGESS, t. V, pp. 169-171, Intervention de Sigismund von Braun.

51L’histoire de l’Allemagne, politique et économique, est fédérative. Du fait qu’il n’y ait pas eu d’État allemand pendant très longtemps et que le pays ait été déchiré ou divisé durant des siècles, des forces économiques s’y sont développées librement. Le Zollverein du xixe siècle – l’union douanière des différents Länder allemands – constitue bien une réalité fédérative et libérale. Ludwig Erhard s’inscrit dans cette tradition54. Sous son égide, l’économie ouest-allemande se redresse de façon stupéfiante après la Seconde Guerre mondiale. Erhard met en pratique les idées libérales de l’économie sociale de marché (Soziale Marktwirtschaft) et s’oppose explicitement au principe d’interventions étatiques. Afin de réduire les obstacles à l’épanouissement, Erhard réclame autant de liberté que possible pour l’économie. En République fédérale, tout signe de dirigisme économique ou financier est généralement mal vu. Dans l’esprit de beaucoup d’Allemands, les interventions étatiques sont responsables de l’inflation de 1923, censée avoir contribué à l’ascension ultérieure d’Adolf Hitler.

  • 55 A. PEYREFITTE. op. cit., t. II, pp. 376 (citation), 334, 375, 383.
  • 56 CAEF, 1A 0046, Lettre de F. Peugeot et F. Berg à M. Debré, 26.4.67.

52Tout est différent de l’autre côté du Rhin. « En France, il faut être l’État pour entreprendre de grandes choses en harmonisant les intérêts particuliers avec l’intérêt général », professe de Gaulle55. Selon lui, l’État doit donner l’impulsion aux entreprises et les grouper autour de projets ambitieux qui doivent servir d’entraînement pour des projets ultérieurs. Depuis Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), rien d’important ne s’est fait sans que l’État l’eût décidé – tel est l’avis du général de Gaulle. Ses présidences s’inscrivent bien dans la tradition du colbertisme. Georges Pompidou, qui se distingue par un esprit plus libéral, regrette parfois la volonté dirigiste de son chef. Les entrepreneurs français ne se plient d’ailleurs pas toujours aux demandes gouvernementales et exigent plus de liberté d’action afin de pouvoir chercher la solution la plus profitable – souvent américaine56. Mais le général garde les rênes en main.

  • 57 AMAE, RFA 1696, Note, de Margerie, 31.1.65. – BA, NL Gutt. 154, Brief von G. Stoltenberg, 3.7.67. – (...)

53Les différences d’approche entre Paris et Bonn se répercutent dans de nombreux domaines. Pour les sciences et la recherche, les gouvernements se trouvent devant la tâche presque insurmontable de coordonner des projets étatiques français et des initiatives privées allemandes. L’Auswärtiges Amt, d’abord prévue pour gérer ces affaires, se voit dépassée sur le plan des connaissances scientifiques et des contacts avec les chercheurs. Alors que le gouvernement français présente son Plan tous les cinq ans, rien de pareil n’existe en République fédérale. Et tandis que les informations économiques et financières convergent sur la rue de Rivoli à Paris, les personnalités décisives de la vie économique allemande s’éparpillent à Francfort, Düsseldorf, Mannheim, Cologne, Hambourg, Brême et Munich57. Cette dispersion complique excessivement la coopération économique avec la France. Par ailleurs, le général de Gaulle en semble assez satisfait, puisqu’il ne juge pas dans l’intérêt de la France que l’Allemagne redevienne un État centralisé comme le Reich.

  • 58 AN, 5AG1, 164, Entret. Debré-Kiesinger, 10.3.69. – CAEF, B55813, 6.2.69.

54La planification étatique et le « dirigisme » français suscitent de la méfiance non seulement chez Ludwig Erhard mais aussi chez beaucoup d’entrepreneurs allemands. Le Ve Plan par exemple, présenté en 1965, peut susciter en République fédérale l’impression que l’économie doit satisfaire la volonté de puissance de l’État français. Un engagement économique en France comporte alors plus de risques que l’établissement d’une coopération très facile avec des entreprises américaines. Cet état de la situation contribue au fait que, durant toute la période de 1963 à 1969, des accords de fusion entre sociétés française et allemande restent très peu nombreux et les investissements réciproques faibles. En 1969, le pourcentage d’entreprises françaises contrôlées juridiquement par des sociétés allemandes ne dépasse dans aucune branche économique les 4 %. Les investissements allemands, qui concernent surtout l’Alsace, la Lorraine et le Nord, n’atteignent même pas le montant investi par la Grande-Bretagne ou par le tandem Belgique/Luxembourg58. La France fait d’ailleurs comprendre au gouvernement allemand qu’elle n’apprécie pas les investissements dans la région frontalière.

  • 59 CAC, 20010086/24, Comité interministériel, 5.6.64. – AAPD 1964, Dok. 273.

55Les divergences des systèmes économiques se font régulièrement sentir. En 1964 par exemple, une tentative de coopération très étroite entre Air France et Lufthansa, dans un cadre communautaire, est largement compliquée par des avis contraires sur le principe de contrôles étatiques, auxquels les Allemands s’opposent59. Ce projet ambitieux d’une véritable Air Union ne se réalisera donc pas.

  • 60 Il s’agit d’un projet d’arrangement entre la CFP et le représentant de la Gelsenkirchener Bergwerke (...)
  • 61 AAPD 1969, Dok. 9, 35. – PAAA, BI/336, F. Ortoli à K. Schiller, 24.9.68.

56Entre mars 1968 et janvier 1969, les différences d’approche compliquent également un arrangement éventuel entre une firme allemande et la Compagnie Française des Pétroles (CFP)60. Alors que Paris y voit déjà la base d’une politique pétrolière commune, Bonn s’indigne de la pression française visant à faire aboutir le projet. En janvier 1969, un représentant du ministère allemand de l’Économie dénonce dans une interview la « diplomatie de canonnière » exercée par le gouvernement français. L’ambassadeur Seydoux interpelle alors Willy Brandt. Mais celui-ci ne voit aucune raison d’intervenir dans une affaire purement économique. Finalement, le marché se fait avec l’entreprise américaine MobilOil, à la grande déception de Paris61.

Approches politiques différentes

  • 62 PAAA, B24/556, Aufz. Steg, 28.4.65. – AAPD 1966, Dok. 36.

57Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui a annihilé son industrie, l’Allemagne occidentale s’oriente dans de nombreux domaines vers le modèle économique des États-Unis. Ne pouvant renouer avec le système mal vécu de Weimar, la RFA choisit la coopération étroite avec le protecteur américain. Cette démarche promet également le transfert de nouvelles technologies. Durant les années 1960, une coopération étroite avec les États-Unis paraît toujours indispensable aux Allemands, désireux de garder le contact avec des technologies les plus avancées et une organisation du travail la plus compétitive. C’est aussi la raison pour laquelle les entreprises allemandes embauchent de préférence des cadres qui ont appris à travailler dans des sociétés américaines. Au contraire, de nombreux Allemands jugent que la vision française n’est pas assez moderne, et qu’elle ne tient pas compte de l’interpénétration mondiale des économies62. Selon Ludwig Erhard notamment, les problèmes du monde peuvent être résolus par une économie mondiale libérée de tout protectionnisme : pourquoi se combattre mutuellement pour obtenir une part plus grande d’un petit cake, alors qu’il suffirait de faire en sorte que le gâteau ne cesse de croître pour pouvoir en donner un plus grand morceau à tout le monde.

  • 63 Entretiens de l’auteur avec P. Maillard, C. d’Aumale et B. de Leusse.
  • 64 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 375.

58Pour le général de Gaulle, l’économie recouvre une toute autre réalité. Il n’est pas un spécialiste dans ce domaine et ne prend pas de décisions en fonction de principes économiques. Dans son langage militaire de général, l’économie ne représente que « l’intendance » et seule sa dimension politique importe vraiment63. La prospérité économique et la stabilité financière de la France sont à ses yeux des éléments de la non-dépendance, des atouts qui permettent de « dire “zut” aux Anglais et aux Américains64 ». Pour les Allemands, l’économie n’est pas un moyen de se rendre indépendants. Leur pays dépend des États-Unis dans tous les cas.

  • 65 NTSC: National Television System Committee. SECAM : Séquentiel Couleurs à Mémoire. PAL : Phase Alte (...)
  • 66 AAPD 1965, Dok. 183, 184 ; 1966, Dok. 52 ; 1969, Dok. 83.

59L’exemple de la télévision en couleur illustre bien les différences d’approches française et allemande. En 1964, trois procédés de télévision rivalisent : le NTSC américain, le SECAM français et le PAL allemand, proche du système américain65. De Gaulle souhaite un mariage du SECAM avec le PAL, afin d’imposer à toute l’Europe le procédé franco-allemand et d’assurer une indépendance technologique face aux États-Unis. Mais Bonn entend respecter l’autonomie des organismes de télévision et ne veut pas considérer l’affaire sous un angle politique. Les spécialistes allemands avancent que le système PAL, développé par Telefunken, est moins cher et plus maniable que le SECAM66.

  • 67 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 388-394.

60Les procédés français et allemand entrent alors en concurrence directe. Et dès janvier 1965, de Gaulle vise la coopération avec la Russie. Une démonstration du SECAM a lieu à Moscou, au domicile de Brejnev. Les Soviétiques sont enchantés. Imposant sa décision au Quai d’Orsay, le général ne souhaite plus qu’un accord soit trouvé avec les Allemands, qui « se conduisent mal » à son avis. Le 22 mars 1965 est signé un accord franco-soviétique sur le développement commercial du SECAM, et des dispositions similaires sont annoncées pour la Pologne et la Tchécoslovaquie. Afin d’humilier les Allemands occidentaux dans leur « servilité américaine », de Gaulle espère que la RDA devra se plier aux ordres du Kremlin et adopter le SECAM67. Berlin-Est y souscrit en effet, en mars 1969, au grand désarroi de Bonn. L’Allemagne est alors coupée en deux, même pour le système de télévision.

Méfiances mutuelles

  • 68 AAPD 1966, Dok. 362. – CADN, Bonn 177, Réunion f-all., 26.10.65.

61Du côté allemand, la méfiance principale concerne le « dirigisme » français, déjà mentionné. En outre, les Allemands n’apprécient pas que le général de Gaulle poursuive des buts économiques nationaux et les identifie, en public, à l’intérêt européen68.

  • 69 AMAE, EM 36, Entretien de Gaulle-Nixon, 31.3.69, 10 h.
  • 70 CAEF, 1355813, Note, 18.1.65. – РАAА, B150, Aufz. Frank, 5.9., 16.12.68.

62Les méfiances françaises se manifestent clairement sur le plan atomique. Selon le général de Gaulle, il est dangereux d’accorder aux Allemands un accès au nucléaire. L’utilisation civile n’est pas exclue de cette crainte. « Quand on a l’uranium et quand on est l’Allemagne, l’on peut rapidement fabriquer des armes atomiques et créer une situation nouvelle dans notre pauvre Europe », signale de Gaulle69. Vu que les 40 à 50 % de la recherche scientifique en France sont orientés vers les domaines du militaire et du nucléaire, une grande partie de la science se construit ainsi dans un cadre bien protégé par la France. En conséquence, dès l’été 1968, les Allemands s’engagent secrètement avec les Britanniques et les Hollandais à construire deux usines d’enrichissement d’uranium, selon le système américain de l’ultracentrifugation70. De l’avis du gouvernement allemand, les Français n’ont jamais montré la volonté nécessaire à coopérer dans ce domaine sensible.

  • 71 Alain PRATE, Les batailles économiques du Général de Gaulle, Paris 1978, p. 166.

63Paris se préoccupe également d’une éventuelle domination économique de la République fédérale. Le potentiel économique allemand a toujours joué un rôle ambigu dans la pensée de Charles de Gaulle. D’une part, la coopération avec l’Allemagne doit constituer la base économique de l’Europe européenne et ouvrir la perspective de pouvoir se dégager de l’omnipotence américaine. D’autre part, la réussite économique de la RFA cause à de Gaulle des préoccupations constantes, en ce sens que la supériorité de l’Allemagne sur la France, par le passé, risque de resurgir71. Le général tient beaucoup à éviter tout nouveau déséquilibre au détriment de la France.

  • 72 A. РЕYRЕFIТТЕ, op. cit., t. III, pp. 65-66.
  • 73 AMAE, EM 36, Entretien du 13.3.69, 15 h. – AAPD 1969, Dok. 100.

64Puisque la France connaît, à partir de 1959, un essor économique très remarquable, un équilibre s’établit des deux côtés du Rhin. Néanmoins, un certain complexe d’infériorité économique vis-à-vis des Allemands persiste dans l’esprit des Français. Cela semble s’avérer non seulement chez les entrepreneurs mais aussi chez les dirigeants politiques. Par exemple, le général de Gaulle refuse de faire installer le réseau téléphonique français par l’entreprise Siemens, craignant de voir les Allemands « coloniser » la France72. Et, à la suite des événements de 1968 – qui font réapparaître un déséquilibre économique entre les deux pays – de Gaulle avoue à Kiesinger : « Nous craignons d’être submergés par l’économie allemande73. »

  • 74 AAPD 1967, Dok. 9 ; 1968, Dok. 316.

65Cependant, la volonté de coopération franco-allemande engendre aussi quelques projets économiques très réussis. Par exemple, en janvier 1967, Paris et Bonn décident de construire en commun, à Grenoble, un centre de recherche de la diffraction neutronique et du magnétisme74.

  • 75 BA, В 136/3042, 10.1.67 ; В 102/179476, 13.12.67.

66Fin 1964 est soulevée l’idée de construire un avion moyen-courrier d’environ 250 passagers. Ce projet appelé Airbus se concrétise le 26 septembre 1967, lorsque Français et Allemands signent un premier accord. Le gouvernement allemand décide de soutenir financièrement cette affaire, et Paris pense que l’Airbus se vendra avec bénéfice, contrairement au Concorde75. Les Anglais, spécialistes de moteurs, font d’abord partie du projet, mais se désistent en 1968. En mars 1969, de Gaulle et Kiesinger optent pour l’Airbus sans attendre les Britanniques. Cet avion est finalement un grand succès de la coopération, constructeurs français et allemands travaillant en étroite collaboration. Le premier vol d’essai a lieu en octobre 1972.

67Dans le domaine spatial, la coopération franco-allemande suscite une évolution plus favorable que de Gaulle ne le pensait. Les gouvernements de la France et de la RFA fusionnent d’abord, en 1967, leur programme de satellites commerciaux de télécommunication Saros et Olympia. Dès 1969, un consortium d’industriels français et allemands, avec l’entreprise Nord-Aviation à leur tête, développe le satellite Symphonie. Ce programme aboutit en 1975 et donnera naissance à la construction de la fusée européenne Ariane.

Notes

1 Pierre GERBET, La Construction de l’Europe, Paris 1999, pp. 218-225. - BA, B2/179478, 6.3.69.

2 CAEF, 1A 0046, Note MEF du 5.7.67 : coopération franco-allemande.

3 Entretien accordé à l’auteur. – E. Bahr et G. d’Aumale confirment également ce deal.

4 DGESS, t. V, p. 182, Intervention de M. Couve de Murville. – DM, t. IV, p. 128. – E. PISANI, Le Général indivis, op. cit., p. 64. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. 11, p. 266, 21.10.64.

5 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., pp. 173-175, 549-551. – Pierre GERBET, « La politique agricole commune », in : Espoir, 90, Paris, mars 1993, pp. 4-6.

6 Le Kennedy Round se déroule à Genève et dure du 4 mai 1964 au 15 mai 1967. Cette négociation au sein du GATT concerne 80 % du commerce mondial et implique 40 pays, bien que les protagonistes principaux en soient les États-Unis et la CEE. Ces pourparlers sont obligatoires, puisque les règles du GATT imposent aux États qui forment une union douanière d’accorder des compensations aux pays tiers.

7 PAAA, B2/128, Harkort (Brüssel) an Lahr (AA), 29.4.63.

8 PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 23.4., 18.5., 31.7., 7.12.63. – ERUS 1961-63, vol. XIII, doc. 64.

9 AAPD 1963, Dok. 152, 164. – PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 30.9.63.

10 DM, t. IV, p. 129.

11 CAC, 19880334/76, SGCI, 4.11., 13.12.63. – BA, NL Carstens 622, Aufz. Jansen, 23.12.63.

12 AMAE, RFA 1602, de Margerie (Bonn), 20.12.63. – PAAA, B150, Klaiber (Paris), 21.12.63.

13 Hans von der GROEBEN, Aufbaujahre der Europäischen Gemeinschaft. Das Ringen um den Gemeinsamen Markt und die Politische Union (1958-1966), Baden-Baden 1982, p. 224. – FRUS 1961-63, vol. XIII, doc. 89.

14 Adrian SCHERTZ, Die Deutschlandpolitik Kennedys und Johnsons. Unterschiedliche Ansätze innerhalb der amerikanischen Regierung, Köln 1992, pp. 247-248. – AAPD 1964, Dok. 307.

15 CADN, Bonn 177, Entret. Wormser-Lahr, 6.10.64. – AAPD 1964, Dok. 273.

16 PAAA, B2/150, Lahr (Bonn) an Klaiber (Paris), 17.10.64.

17 AMAE, EM 22, Entret. de Gaulle-Gerstenmaier, 23.10.64. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 265-266.

18 AAPD 1964, Dok. 307, Gespräch Erhard-McGhee, 3.11.64. – PAAA, B150, 27.10.64.

19 Cité d’après : Le Monde, 7.11.64, p. 2. – Cf. : FNSP, C.M8, Note du 2.11.64.

20 LES, NL Erhard 12.22, 10.11.64. – BKAH, NLA denauer 11/106. – AAPD 1964, Dok. 318. – A. PEYREFITTE, op. cit, t. II, p. 270.

21 AAPD 1964, Dok. 347. – Günter BUCHSTAB (dir.), Adenauer : „Stetigkeit in der Politik“. Die Protokolle des CDU-Bundesvorstandes 1961-1965, Düsseldorf 1998, pp. 739-741. – H. Groeben, op. cit., p. 236.

22 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 272-273. – Cf. LNC, t. X, pp. 107-108.

23 R. LAHR, Zeuge von Fall und Aufstieg, op. cit., p. 413.

24 CAC, 2000092/27, Note SGCI, 17.5.65.

25 CAC, 19880334/42, Note SGCI, 7.9.65. – P. GERBET, La Construction de l’Europe, op. cit., p. 221.

26 CAC, 19880334/42, Note MEF, 3.8.66.

27 PAAA, B150, Aufz. Lahr, 23.10.65 ; B2/130, Stellungnahme Berg, 25.1.66.

28 Raymond BARRE, Memoire vivante. Entretien avec Jean-Michel Djian, Paris 2001, p. 85.

29 AMAE, EM 30, 28.4.67.

30 BA, B136/3042, Schiller, 9.1.67. – A. SCHERTZ, op. cit., pp. 319-320, 406-410.

31 AAPD 1967, Dok. 170. – G. LUNDESTAD, op. cit., p. 96. – M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., p. 560.

32 BA, B2/179478, Aufz., 6.3.69. – CAC, 19880334/42, Note SGCI, 11.3.68.

33 DGESS, t. V, p. 178, Intervention d’Edgard Pisani.

34 AMAE, EM 19, 21.11.63. – AN, 5AG1, 162, Pompidou-Gerstenmaier, 23.10.64.

35 AAPD 1965, Dok. 201 ; 1969, Dok. 100.

36 CAEF, B17684, Note SGCI, 8.9.65.

37 PAAA, B150, Aufz. Lahr, 23.10.65 ; B2/130, 11.1.67

38 A. SCHERTZ, op. cit., p. 320. – Le Kennedy Round aboutit en effet à une baisse de 35 à 40 % des droits de douane sur les produits industriels. Le tarif extérieur de la CE sera ramené à 6,9 %, celui des États-Unis à 11,1 % en moyenne.

39 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 58, 15.2.67.

40 AMAE, EM 36, Entretien de Gaulle-Kiesinger, 13.3.69. – ACDP, NL Kies. 008-1, Infogespräch, 17.3.69.

41 Sources : PAAA, B24/475. – CAEF, B55281. – CADN, Bonn Amb. 177.

42 BA, B102/179477, Schiller, 22.7.68. – CAEF, B55281, Notes, 20.6.69, 20.5.70.

43 CAEF, B55281, Notes, 27.4.65, 20.6.69. - CADN, Bonn Amb. 177, 29.4.64.

44 CAEF, B55281, Notes, 22.11.68, 20.6.69, 20.5.70.

45 AAPD 1964, Dok. 50, 183. – AMAE, EM, 15.2., 3.7.64.

46 AMAE, EM, 10.11.64, 20.1.65. – PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 26.1.65.

47 CADN, Bonn 177, Notes, 15.7.65, 4.7.66, 8.11.66, 29.5.67. – BA, B 102/179472, Berichte 1965, 1966.

48 AAPD 1967, Dok. 19. – FES, Dep. Bahr, 11.1.67. – BA, B 136/3042, 21.12.66.

49 BA, B136/3042, Schiller an Kiesinger, 17.2., 4.7.67.

50 PAAA, B2/150, Aufz. Lahr, 22.8.67 (cit.). – CAEF, 1A 0046, Note, 10.7.67.

51 AAPD 1968, Dok. 62. – CAEF, 1A 0046, Note, 10.4.68.

52 AMAE, EM 34, Entretien du 27.9.68, 16 h 15. – AAPD 1968, Dok. 312.

53 AMAE, EM 36, Entretien du 13.3.69, 11 h 45. – AAPD 1969, Dok. 99.

54 DGESS, t. V, pp. 169-171, Intervention de Sigismund von Braun.

55 A. PEYREFITTE. op. cit., t. II, pp. 376 (citation), 334, 375, 383.

56 CAEF, 1A 0046, Lettre de F. Peugeot et F. Berg à M. Debré, 26.4.67.

57 AMAE, RFA 1696, Note, de Margerie, 31.1.65. – BA, NL Gutt. 154, Brief von G. Stoltenberg, 3.7.67. – AAPD 1966, Dok. 362, Aufz. Lahr, 7.11.66.

58 AN, 5AG1, 164, Entret. Debré-Kiesinger, 10.3.69. – CAEF, B55813, 6.2.69.

59 CAC, 20010086/24, Comité interministériel, 5.6.64. – AAPD 1964, Dok. 273.

60 Il s’agit d’un projet d’arrangement entre la CFP et le représentant de la Gelsenkirchener Bergwerke AG qui détient des droits pétroliers en Libye.

61 AAPD 1969, Dok. 9, 35. – PAAA, BI/336, F. Ortoli à K. Schiller, 24.9.68.

62 PAAA, B24/556, Aufz. Steg, 28.4.65. – AAPD 1966, Dok. 36.

63 Entretiens de l’auteur avec P. Maillard, C. d’Aumale et B. de Leusse.

64 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 375.

65 NTSC: National Television System Committee. SECAM : Séquentiel Couleurs à Mémoire. PAL : Phase Alternative Line.

66 AAPD 1965, Dok. 183, 184 ; 1966, Dok. 52 ; 1969, Dok. 83.

67 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, pp. 388-394.

68 AAPD 1966, Dok. 362. – CADN, Bonn 177, Réunion f-all., 26.10.65.

69 AMAE, EM 36, Entretien de Gaulle-Nixon, 31.3.69, 10 h.

70 CAEF, 1355813, Note, 18.1.65. – РАAА, B150, Aufz. Frank, 5.9., 16.12.68.

71 Alain PRATE, Les batailles économiques du Général de Gaulle, Paris 1978, p. 166.

72 A. РЕYRЕFIТТЕ, op. cit., t. III, pp. 65-66.

73 AMAE, EM 36, Entretien du 13.3.69, 15 h. – AAPD 1969, Dok. 100.

74 AAPD 1967, Dok. 9 ; 1968, Dok. 316.

75 BA, В 136/3042, 10.1.67 ; В 102/179476, 13.12.67.

Table des illustrations

Légende La bataille de Bruxelles, vue par Tim.Lors des négociations agricoles à Bruxelles, de Gaulle et Erhard défendent vigoureusement les intérêts de leur pays respectif.Dessin de Tim (Louis Mitelberg) dans L’Express, 19 janvier 1963, p. 15. © Adagp, Paris 2007.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Note 4141
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search