Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

Le traité de l'Élysée du 22 janvier 1963

II. Sens et portée du traité de l’Élysée

Texte intégral

La relève.
L’union franco-allemande risque d’être fragilisée au moment où Ludwig Erhard remplace Konrad Adenauer.
Caricature de Flora dans Die Zeit, 27 septembre 1963, p. 1.
© Paul Flora, Innsbruck-Hungerburg.

Le couple Charles de Gaulle et Konrad Adenauer (janvier-octobre 1963)

Un traité comportant plusieurs volets

1Trois volets différents caractérisent le traité de l’Élysée. D’abord, il s’agit d’un acte solennel de réconciliation entre le peuple français et le peuple allemand, « mettant fin à une rivalité séculaire ». Le président de Gaulle et le chancelier Adenauer l’affirment dignement par la déclaration commune du 22 janvier 1963, à laquelle le texte du traité fait référence. Le deuxième volet porte sur la coopération bilatérale en matières de politique étrangère, de défense et d’éducation, coopération explicitée dans les paragraphes du traité. Enfin, un troisième volet existe, bien qu’il n’apparaisse pas clairement dans le texte : la finalité sous-jacente d’une Europe qui s’émancipe peu à peu des États-Unis.

2La signification attribuée au traité de l’Élysée diverge sensiblement des deux côtés du Rhin. Tandis que les dirigeants français réclament la mise en œuvre des trois volets, le chancelier Adenauer souligne, dans ses déclarations publiques, avant tout le premier point. Il donne une interprétation légèrement distincte au deuxième volet et garde le silence sur le troisième. Quant aux successeurs d’Adenauer et à la grande majorité de la classe politique allemande, ils n’appuient, en 1963, que le premier point – la réconciliation.

3Sur la base de la réconciliation, le général de Gaulle souhaite créer une entente franco-allemande solide qui servira de moteur pour les entreprises de l’avenir. En effet, l’Allemagne est l’axe principal de sa politique européenne. Lors de la conférence de presse du 14 janvier 1963, de Gaulle témoigne de la profonde impression laissée en lui par son voyage en République fédérale en septembre 1962. Il se dit touché jusqu’au tréfonds de son âme par l’enthousiasme manifesté en faveur de l’amitié des deux pays et de leur action commune. Il déclare qu’à Bonn et à Paris, « nous pensons exactement de même » et que le rapprochement se poursuivra sans grande peine. Le 21 janvier, le général précise que la défense commune sera l’objet principal de l’accord à signer.

  • 1 AMAE, RFA 1602, Allocutions du 10 mai et du 12 juin 1963.

4Durant les débats allemands sur le préambule, le gouvernement français ne se prononce guère sur la signification du traité de l’Élysée. Puis, en mai et juin 1963, lorsque l’Assemblée nationale délibère de la ratification, Couve de Murville lance deux longs plaidoyers. Il présente la réconciliation intervenue et l’entente avec l’Allemagne comme un acte capital pour l’avenir de la France. Il souligne l’importance de la coopération en matière d’armement, imposée par la géographie elle-même. Faisant référence au discours de Winston Churchill à Zurich, en septembre 1946, le ministre français proclame qu’il ne peut y avoir de construction européenne sans fondement franco-allemand. La coopération privilégiée des deux pays, enchaîne Couve de Murville, sera le point de départ pour assurer l’équilibre face à la puissance soviétique, et pour former l’Europe comme partenaire faisant jeu égal avec l’Amérique. Mentionnant le fameux préambule allemand, le ministre avance que personne ne s’était fait des illusions quant aux divergences de vues, fort bien connues, entre Paris et Bonn1.

  • 2 A. PEYREFITTE, op. cit., t. I, p. 156, 11.7.62 ; t. II, p. 230, 19.6.63.

5Si tel est le cas, pourquoi le président de la République a-t-il déclaré, le 14 janvier, que Paris et Bonn pensaient exactement de même ? Il paraît très invraisemblable que de Gaulle ait été en proie à la naïveté. D’autant plus qu’il continue, encore après l’adoption du préambule allemand, à célébrer inconditionnellement le traité de l’Élysée – dans ses discours publics bien entendu. Ainsi appelle-t-il cet accord, le 14 juin 1963, « une des plus grandes actions de l’histoire de la France ». L’interprétation s’impose : le général fait comme si, selon l’expression rapportée par Alain Peyrefitte. Pour clarifier cette notion, citons l’exemple d’une allocution prononcée en juillet 1962 : à la fin de la visite officielle de Konrad Adenauer en France, de Gaulle a évoqué la « vague de témoignages admiratifs » qui avait déferlé vers le chancelier dans les rues françaises. En réalité, les rues avaient été désertes. Le général s’est expliqué à son porte-parole : « J’ai toujours fait comme si. Ça finit souvent par arriver. » Dans un premier temps, de Gaulle poursuit la même tactique avec le traité de l’Élysée2.

  • 3 Danielle BAHU-LEYSER, De Gaulle, les Français et l’Europe, Paris 1981, pp. 150-153, 211-213.

6Selon des sondages de janvier et juin 1963, l’opinion publique française approuve largement la politique allemande du général de Gaulle. 61 % de la population s’exprime de manière favorable et seulement 14 % défavorable à l’égard du traité franco-allemand. La presse française met en avant la dimension historique de la réconciliation et donne à l’événement un grand retentissement. En même temps, plusieurs journaux soulignent les divergences française et allemande vis-à-vis de la Grande-Bretagne et des États-Unis3.

  • 4 BA, NL Blankenhorn 158a. – Danielle BAHU-LEYSER, « L’opinion française et le traité franco-allemand (...)

7L’opposition politique en France critique surtout la conception bilatérale du traité, jugée contraire au caractère multilatéral de la Communauté. Lors des débats à l’Assemblée nationale, Maurice Faure (Rassemblement démocratique) compare la vision du général de Gaulle à celle prévalant au xixe siècle et dominée par l’idée d’un concert des nations. Cette vision constituant une marche en arrière selon Faure qui prône l’Europe de Robert Schuman. Par la voix de Guy Mollet, le parti socialiste SFIO dénonce le traité de l’Élysée comme un acte dangereux, susceptible de ressusciter les sentiments nationalistes en Allemagne et de mener la France vers l’isolement. Tout en souhaitant le rapprochement franco-allemand dans un contexte européen, Mollet ne croit pas que la voie suivie par le gouvernement y conduira. Pierre Pflimlin (MRP) se félicite de la réconciliation intervenue, mais souligne les divergences profondes entre Paris et Bonn. Il craint en outre l’affaiblissement de la Communauté et de la défense occidentale, uniquement garantie par un système d’intégration. Le parti communiste, enfin, soupçonne Bonn d’arrière-pensées nucléaires et critique l’absence complète de la RDA dans les dispositions du traité. En dehors du PCF, les partis mentionnés souhaitent établir un préambule français, sans toutefois pouvoir s’accorder sur son contenu. Cette idée ayant échoué, ils demandent l’ajournement de la ratification, ce qui est rejeté, le 13 juin, par un vote de 277 députés contre 183. Lors du scrutin final, le MRP vote en faveur de la ratification, le Rassemblement démocratique s’abstient, tandis que le parti SFIO et les communistes la rejettent4.

8Selon Konrad Adenauer, le traité de l’Élysée n’est que le début d’une ère nouvelle et la coopération franco-allemande doit être approfondie génération après génération. Ce qui compte pour lui est avant tout le long terme. Comme on l’a vu au chapitre précédent, le vieux chancelier accepte le préambule dans cette perspective. Pour que les successeurs d’Adenauer, quels qu’ils soient, ne puissent y porter atteinte, le traité doit être ratifié à l’unanimité.

  • 5 Cf. les comptes rendus des séances du Bundesrat (1.3.63) et du Bundestag (16.5.63). – U. LAPPENKÜPE (...)

9L’accord entre tous les partis allemands se fait grâce à l’élément de la réconciliation. Les adversaires d’Adenauer se sont d’abord regroupés sous le slogan « pour la réconciliation – contre le traité » mais ont dû reconnaître que, pour ne pas briser la réconciliation, il fallait avaler ce traité inopportun. Or, les socialistes Brandt et Wehner ainsi que Gerhard Schröder louent l’importance capitale de la réconciliation et le futur chancelier Erhard témoigne vivement de son adhésion à l’amitié franco-allemande5.

  • 6 LNC, t. IX, p. 348.
  • 7 AAPD 1963, Dok. 357, Gespräch Adenauer-de Gaulle, 22.9.63.

10Lors d’un toast prononcé à Bonn, le 4 juillet 1963, le général de Gaulle réplique que « l’amitié ne nous suffit pas » et qu’il faut maintenant passer à l’action commune6. Quant à cette coopération concrète, Konrad Adenauer la veut sans doute. Cependant, il n’y met pas les mêmes accents que Charles de Gaulle. Jamais le chancelier ne souligne l’importance particulière de la coopération militaire, sachant bien la dépendance allemande des États-Unis dans ce domaine. Contrairement au président français, Adenauer se montre soucieux d’impliquer le président Kennedy dans les projets franco-allemands pour ne pas donner l’impression d’un tête-à-tête trop exclusif7.

  • 8 AAPD 1963, Dok. 356, Gespräch Adenauer-de Gaulle, 21.9.63.

11En outre, si Adenauer voit dans l’accord franco-allemand la condition indispensable et la base de la construction européenne, cela ne remplace en rien, à ses yeux, le processus d’intégration déjà entamé. Par le passé, Adenauer avait montré de nombreuses fois son goût pour une Europe fédéraliste. Mais étant de nature pragmatique, il semble se contenter de ce qui est possible dans l’immédiat. Le général de Gaulle, en revanche, n’accorde aucun poids aux partenaires de la Communauté : « Il n’y a pas de réalité européenne en dehors de l’Allemagne et de la France. Les autres ne comptent pas, ils ne signifient rient8. » Cette formule gaullienne n’est toutefois difficilement praticable pour les Allemands, car le Bundestag n’appuierait pas de politique susceptible de mettre un terme aux bonnes relations avec l’Italie et les pays du Benelux.

  • 9 Peter SCHUNCK, « De Gaulle et les Allemands : révision d’un préjugé », in : Espoir, n° 120, nov. 19 (...)

12De plus, le vieux chancelier allemand ne partage sans doute pas les exigences fondamentales que le général de Gaulle formulera, vis-à-vis de Bonn, durant les années suivantes : acceptation définitive des frontières, bonne volonté vers l’Est et renoncement complet aux armes atomiques9. Bien que la volonté d’avancer ensemble domine, les divergences politiques entre les deux hommes restent donc sensibles.

  • 10 BA, NL Blankenhorn 158a, 24.6., 27.6.63.

13Au cours des derniers mois précédant le départ d’Adenauer de la chancellerie, le 15 octobre, de Gaulle pousse vigoureusement à la coopération. Si le futur chancelier n’est pas disposé à la mettre en œuvre, fait-il savoir aux Allemands, la France changera de politique, soit par un retrait sur l’Hexagone soit par une ouverture vers Moscou. Herbert Blankenhorn, ambassadeur allemand à Paris, prend cet avertissement très au sérieux. Il croit tout à fait plausible qu’une rupture puisse intervenir entre la RFA et la France, au vu de l’écart profond qui sépare leurs politiques étrangères10.

  • 11 AAPD 1963, Dok. 356, Gespräch Adenauer-de Gaulle, 21.9.63.

14Après la conclusion d’un accord militaire entre Bonn et Washington en août, de Gaulle renforce encore ses exhortations. Si l’Allemagne et la France ne font pas cause commune sur les plans militaire, politique et économique, elles seront forcément submergées, signale-t-il à Adenauer11.

  • 12 AMAE, RFA 1600, Note du 17.9.63 : application du traité franco-allemand.

15Malgré le préambule mal aimé et les obstacles à la coopération en matière de défense, l’évaluation française de l’attitude allemande n’est pas seulement négative. Les rencontres prévues par le traité ont lieu comme prévu, observe le Quai d’Orsay, et les rapports se resserrent, spécialement entre les deux ministères des Affaires étrangères. « Tout un ensemble de liens est en train de se former12. » Autre point positif : un accord a pu être signé, le 5 juillet, portant sur la création d’un Office franco-allemand pour la jeunesse, qui se révélera une grande réussite. Le général de Gaulle y a tenu particulièrement afin de garantir un rapprochement durable des deux pays.

  • 13 BA, NL Blankenhorn 162, 1.11.63.

16Du côté allemand, de nombreux diplomates ne croient plus en la coopération privilégiée entre Paris et Bonn. Mais la bonne humeur semble régner, même parmi les critiques de la politique gaullienne. Au moment où Ludwig Erhard remplace Adenauer, l’ambassadeur Blankenhorn constate qu’en dépit des divergences profondes, les relations franco-allemandes n’ont jamais été aussi bonnes13.

  • 14 AMAE, EM 19, Entretiens avec J. Kennedy (7.10.63), D. Rusk (8.10.63) et R. Butler (24.10.63).
  • 15 AMAE, EM 18, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 29.1.6.3.

17Outre les aspects déjà mentionnés, résumons quelques autres significations prêtées au traité de l’Élysée pendant les neuf premiers mois après sa signature. Vis-à-vis des Américains et des Britanniques, Couve de Murville fait valoir l’importance de rattacher la RFA à l’Ouest. Le plus grand danger pour l’Occident, explique le ministre, serait que l’Allemagne, en recherche de sa réunification, traite directement avec Moscou et opte pour la neutralité. Empêcher cela est l’objet même du traité franco-allemand, selon Couve de Murville14. Car une fois l’Allemagne neutralisée, l’équilibre face à la menace soviétique disparaîtrait, ou en termes plus dramatiques, l’Europe tout entière serait neutralisée et l’Occident perdu. Une autre visée du traité de l’Élysée, non moins crédible, est exprimée par le général de Gaulle auprès d’un Soviétique : pour le cas où l’Allemagne serait ressaisie, à l’avenir, par « sa passion guerrière », elle serait solidement rattachée à la France15.

18L’aspect soviétique est capital aussi pour Konrad Adenauer, à plusieurs égards. D’abord, le chancelier tient beaucoup à ce que la défense de la République fédérale soit appuyée par la France. Et il souhaite écarter la possibilité d’une entente franco-soviétique contre l’Allemagne, ou bien une coopération germano-russe dans le dos de la France. Devant le Bundestag, le 16 mai 1963, Adenauer énumère les nombreuses alliances conclues par Moscou depuis le xixe siècle et dirigées respectivement contre la France ou l’Allemagne. Grâce au traité de l’Élysée cette perspective est anéantie à tout jamais, indique le chancelier. Peut-être lui aussi, a-t-il appris à faire comme si.

  • 16 PAAA, B24/473, Pressekonf., 23.1.63. – BKAH, NL Adenauer III12, 10.9.63. – U. LAPPENKÜPER, Die dt.- (...)

19L’accord du 22 janvier 1963 signifie, selon Adenauer, que la France prend position en faveur de la réunification allemande. Sans quoi, l’amitié ne pourrait pas être véritable. Le chancelier attend également du traité une nouvelle impulsion européenne, et certainement une réhabilitation de l’Allemagne. Adenauer souhaite échapper aux ombres du Troisième Reich et présenter la RFA comme une nouvelle Allemagne, afin qu’elle puisse reprendre sa place parmi les pays européens16.

  • 17 J. LACOUTURE, Le souverain, op. cit., pp. 292-293.
  • 18 BA, NL Carstens 630, Handschriftliche Notiz, 7.6.63.

20De par sa forme, le traité de l’Élysée est conclu entre deux nations égales. Mais la réalité est différente. Les signatures du 22 janvier 1963 ne changent rien au fait que la France est une puissance nucléaire avec un droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU, tandis que l’Allemagne reste un pays divisé et militairement handicapé. Paris et Bonn en sont profondément conscients. Jean Lacouture, sans nier la sincérité profonde de la démarche française, décrit les arrière-pensées du général ainsi : nul moment n’est plus propice à signer un contrat que celui où l’on est en meilleure posture que le partenaire17 Konrad Adenauer, lui, pense que l’Allemagne ne pourra pas jouer de rôle de premier plan pendant longtemps encore, à cause de son passé nazi. Le chancelier accepte donc la fonction de partenaire junior de la France. Lors d’un tête-à-tête avec un secrétaire d’État allemand, en juin 1963, il lui confie : « La France et l’Allemagne doivent assumer le rôle dirigeant en Europe, l’Allemagne avec un certain écart18. » Cette modestie d’Adenauer, remise en question par Erhard et Schröder ensuite, constitue un facteur décisif de l’entente franco-allemande en 1963.

Quelques témoignages rétrospectifs

21On a déjà vu à quel point la politique pro-française du chancelier Adenauer a été désapprouvée à l’intérieur de son propre parti. « C’est une mauvaise politique étrangère, dirigée par un homme trop vieux pour saisir la situation complexe de la République fédérale », a noté l’ambassadeur Blankenhorn dans son journal, fin janvier 1963.

  • 19 BA, NL Blankenhorn 152, 28.1.63. – G. ZIEBURA, op. cit., pp. 163-171. – P. KIELMANSEGG, op. cit., p (...)

22Selon lui, les historiens de l’avenir s’en rendraient bien compte. Il est vrai qu’aujourd’hui quelques rares auteurs allemands arborent des opinions assez proches de celle que nous venons de citer. Selon Gilbert Ziebura par exemple, Adenauer s’était montré naïf en signant un traité superflu qui ne faisait que rejeter les autres partenaires de la RFA. Mais généralement, les universitaires allemands reconnaissent la valeur et l’impact profond du traité de l’Élysée, tout en insistant sur l’impossibilité du Zweibund (union à deux) imaginé à l’époque par de Gaulle. Peter Graf Kielmansegg souligne que les consultations institutionnalisées par le traité ont été à l’origine d’une prise de conscience de la responsabilité commune, ainsi que d’amitiés sincères et uniques entre des politiciens français et allemands. Ulrich Lappenküper suggère que Konrad Adenauer et Charles de Gaulle, cherchant à transformer le rêve de la réconciliation en réalité, avaient probablement dépassé la compréhension de leurs contemporains19.

  • 20 Discours du 10.9.86, cité in : R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., p. 299.
  • 21 Interview accordée à l’auteur. – PAAA, B2/127, Aufz. vom 9.4.63.

23En effet, quelques anciens critiques ont changé d’avis. Par exemple Helmut Schmidt a admis devant le Bundestag, en septembre 1986, ne pas avoir compris la véritable signification du traité en 1963. Il dit ne pas avoir saisi à quel point le général de Gaulle avait souhaité l’entente étroite entre la France et l’Allemagne, non seulement pour affirmer la direction française, mais surtout pour créer le noyau d’une Europe disposant d’elle-même. « À l’époque, nous ne l’avons pas compris de cette façon, ou en tout cas nous ne l’avons pas accepté, aucun d’entre nous20. » Si le discours de Schmidt a été influencé, en partie, par la situation politique de 1986, il dégage néanmoins un fait important : nombre de politiciens allemands soupçonnaient, en janvier 1963, que l’hégémonie française fût le but primordial recherché par Paris, et non la finalité d’une Europe indépendante. Hermann Kusterer, l’interprète d’Adenauer et de ses successeurs, atteste que pareille appréciation était en effet largement répandue à l’intérieur des deux grands partis allemands21.

  • 22 „Die Idee eines selbstbestimmten Europas verdanken wir de Gaulle.“ (Entretien avec l’auteur.)

24Un autre témoin de l’époque, Egon Bahr, approuve aujourd’hui sans équivoque : « Le traité de l’Élysée est quelque chose de magnifique. » Il confirme aussi, avec beaucoup de respect : « L’idée d’une Europe disposant d’elle-même, nous la devons à de Gaulle22. » Néanmoins, l’ancien conseiller intime de Willy Brandt ne regrette pas le préambule voté par le Bundestag, puisque la menace soviétique exigeait impérativement que l’Allemagne se rangeât, en cas de doute, aux côtés de Washington. Selon Egon Bahr, la déception du général de Gaulle était justifiée mais inévitable, la situation étant une constellation tragique, dans laquelle on avait raison de part et d’autre.

  • 23 Knut LINSEL, Charles de Gaulle und Deutschland, 1914-1969, Sigmaringen 1998, pp. 262-264.

25Le fort symbolisme du traité de l’Élysée était lié, du moins en partie, aux personnalités de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer. Selon une note allemande de juin 1962, aucun chef de gouvernement français, autre que l’ancien dirigeant de la France libre et adversaire tenace du Reich, ne pouvait sceller avec une telle irréversibilité la réconciliation franco-allemande. Lorsque le général de Gaulle s’est adressé, le 4 septembre 1962 à Bonn, au « grand peuple allemand », il a offert à l’âme allemande un cadeau que personne ne pourrait surclasser. « De Gaulle nous a rendu notre histoire », a commenté un journal allemand23.

  • 24 Interviews accordées à l’auteur.

26En France, la personnalité inébranlable du général de Gaulle jouait un rôle non moins décisif. Beaucoup de Français, hantés par des souvenirs de guerre, n’ont d’abord pas toléré le rapprochement avec l’Allemagne. « Pour eux », témoigne l’ancien haut fonctionnaire Bruno de Leusse, « Charles de Gaulle était le garant, inspirant la confiance que jamais la France ne devienne une province allemande. » Selon Christian d’Aumale, à l’époque ministre conseiller à l’ambassade française à Bonn, nombre de Français se sont ralliés à l’amitié franco-allemande parce que Charles de Gaulle s’y est investi. « Le jour où le général s’est prononcé pour la réconciliation franco-allemande, elle s’est faite. » Avant, avec Robert Schuman par exemple, la réconciliation n’existait que sur le plan des politiciens et des hauts fonctionnaires, se souvient l’ancien diplomate24.

  • 25 PAAA, B14/1224, Aufz. vom 29.4.66 : Deutschlandbild der Franzosen.

27Une étude sur l’image des Allemands, réalisée en 1965 à la demande du gouvernement fédéral, a en effet montré qu’il n’était plus bien vu en France, notamment grâce à l’influence des élites et du gouvernement gaullien, d’être hostile envers les Allemands25.

  • 26 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 233 (citation). – FCdG, AO, J. de Lipkowski, 15.11.93.

28À Bonn, le partenaire du général de Gaulle était celui qui avait imprégné la République fédérale naissante de sa personnalité. Lorsqu’il a signé, à l’âge de 87 ans, le traité de l’Élysée, Konrad Adenauer représentait presqu’un siècle d’histoire allemande. Les rencontres avec ce vieillard, « fripé comme un vieux cavalier mongol » et plein de sagacité, inspiraient le général de Gaulle qui se posait souvent des questions sur son propre âge26. Les contacts avec Adenauer, de 14 ans son aîné, avaient pour lui un aspect rassurant. En même temps, une certaine complicité d’âge s’installait entre ces deux hommes, notamment face à la jeune équipe du président Kennedy. Mais d’après le témoignage d’Hermann Kusterer, le contact entre Konrad Adenauer et Charles de Gaulle dépassait de loin les sympathies superficielles :

  • 27 Hermann KUSTERER, Le Général et le Chancelier, Paris 2001, p. 42.

Avec nul autre que de Gaulle, Adenauer n’a autant lutté. Chaque fois qu’ils se rencontraient, il y eut des étincelles, ce signe de tension entre deux grandes âmes, entre deux grands hommes. Je n’ai vécu nulle part ailleurs ce fluide prodigieusement chargé entre deux interlocuteurs et dans lequel je me trouvais immergé chaque fois que j’interprétais pour Adenauer et de Gaulle27.

  • 28 Ibidem (citation). – Pierre MAILLARD, De Gaulle et le problème allemand. Les leçons d’un grand dess (...)

29Le conseiller du général pour l’Allemagne, Pierre Maillard, dépeint également une amitié véritable et rare. De Gaulle et Adenauer avaient en commun leur sens de l’honneur et la fidélité aux principes, l’amour pour leur patrie respective, le courage, la ténacité. On peut sans doute y ajouter leur style autoritaire. Mais surtout, les deux hommes ont « libéré leur pays des griffes de la défaite, avec les mains vides », et cela les unissait28. De nombreux autres témoins confirment la complicité, le respect mutuel et même l’admiration réciproque entre Adenauer et de Gaulle, élément essentiel de la réconciliation franco-allemande et du traité de l’Élysée.

Erhard et de Gaulle : un tandem inégal (1963-1966)

D’abord l’espoir, puis la désillusion française

  • 29 T. OPPELLAND, op. cit., pp. 545-546.

30Le 16 octobre 1963, Ludwig Erhard est élu chancelier fédéral avec 279 voix des 483 députés. Le Cabinet reste presque inchangé, à part le fait que Kurt Schmücker remplace Erhard en tant que ministre de l’Économie et que le libéral Erich Mende se voit décerné le titre de vice-chancelier et de ministre des Affaires pan-allemandes. Depuis les élections législatives de 1961, le parti libéral FDP appartient à la coalition gouvernementale, mais n’exerce que peu d’influence sur la politique extérieure. En effet, le vice-chancelier Mende ne jouera pas de rôle majeur dans les relations franco-allemandes. Gerhard Schröder, ancien et nouveau ministre des Affaires étrangères, n’est pas sérieusement contesté, malgré une tentative d’opposition de la part d’Adenauer29. L’influence de Schröder et de l’Auswärtiges Ami s’affirme de façon considérable, une fois levée la tutelle de l’ancien chancelier.

  • 30 ACDP, NL Osterheld, Erh.l, Pressekonf., 22.11.63. – PAAA, B24/517, Bundestag, 9.1.64.
  • 31 AMAE, RFA 1600, Tél. de Margerie (Bonn), 10.1.64.

31Durant les premiers mois suivant son investiture, Ludwig Erhard semble fortifier la coopération étroite entre Paris et Bonn. Le premier voyage du chancelier à l’étranger le conduit en France, le 21 novembre. Comme Erhard le souligne à plusieurs reprises, ce geste traduit la réalité politique et la gratitude pour la réconciliation intervenue30. Le chancelier amorce ainsi une tradition suivie par tout nouveau chef d’État ou de gouvernement tant français qu’allemand, jusqu’à l’heure actuelle. À Paris et à Bonn, Erhard affirme sa ferme volonté de poursuivre sans faille l’œuvre d’Adenauer. Ludwig Erhard, de nature optimiste, croit que tout se passera bien. Devant le Bundestag, il déclare en janvier 1964 que l’amitié avec la France doit être l’élément moteur de la politique allemande. La diplomatie française en retire une impression très positive31.

  • 32 AAPD 1964, Dok. 486, Gespr. Erhard-Johnson, 28.12.63. – BA, NL Carstens 337, Aufz., 11.2.64.

32Pourtant, l’importance qu’Erhard attache au traité de l’Élysée doit être relativisée. Le chancelier se sent beaucoup plus proche, politiquement et personnellement, de Lyndon Johnson que de Charles de Gaulle. « Un ranch n’est pas un palais de l’Élysée » lâche Erhard fin décembre 1963, après son séjour au domicile du président américain, sans laisser de doute sur ses propres préférences. Le chancelier a confié à Johnson que la République fédérale et la France ne partagent pas de base commune sur les questions fondamentales. Faute de pouvoir modifier les conceptions gaulliennes, jugées « rigides et inflexibles », Bonn décide d’ignorer les divergences profondes avec la France, en particulier au sujet de l’OTAN32.

  • 33 A. MIERZEJEWSKI, op. cit., pp. 29-37, 166-174. – Ulrich LAPPENKÜPER, „Den Bau des europäischen Haus (...)

33Ludwig Erhard n’a pas d’affinité avec la France. Dès ses premières prises de position publiques après la Seconde Guerre mondiale, il a toujours critiqué le modèle français. Ce rejet n’est pas lié à des ressentiments personnels mais plutôt à sa philosophie économique. La planification étatique de l’économie française menace à son avis la liberté humaine, parce que derrière l’État – qui manque de connaissances pour planifier une économie dans sa complexité et ses diversités – il y a la police et l’armée. Une véritable démocratie est logiquement liée à une économie libre, et la dictature à une économie dirigée, selon Ludwig Erhard. Il craint en particulier que la France puisse infecter la République fédérale avec son dirigisme, ce qui engendrerait un accroissement des interventions gouvernementales avec, en fin de compte, le retour à la tyrannie. En revanche, Erhard perçoit les États-Unis et la Grande-Bretagne comme libre-échangistes et profondément démocratiques33.

34Il désapprouve également la division croissante de l’Ouest, alors que l’agressivité du bloc communiste, menaçant la RFA, exigerait un regroupement ferme derrière les États-Unis, leader du monde libre. En tant que ministre, Ludwig Erhard a sévèrement condamné le déchirement de l’Europe occidentale en deux camps économiques – la CEE et l’AELE – et l’affaiblissement qui à son avis en résultait. Sa critique initiale du traité de l’Élysée, manifestation d’une « petite Europe », reflète le même raisonnement.

  • 34 V. HENTSCHEL, op. cit., p. 613. – Cf. aussi : R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., p. 180.
  • 35 AMAE, AO 34, Interview du 10.11.89 avec François Puaux.

35Erhard n’a jamais saisi la signification historique et politique de l’amitié franco-allemande, écrit un biographe34. Lors d’une réunion de son parti, en novembre 1963, le chancelier avoue en effet ne pas comprendre pourquoi de Gaulle cherche un contact si étroit avec la RFA, et non avec les autres pays européens. Erhard estime que Paris cherche simplement à restaurer, par des alliances bilatérales, le système dépassé de l’avant-guerre. D’après le témoignage d’un haut fonctionnaire français de l’époque, Erhard n’a « strictement rien compris » au discours européen du général de Gaulle35.

36En 1963-1964, les circonstances ne sont pas favorables à un débat fructueux entre le nouveau chancelier allemand et le président français, dynamique et exigeant. Contrairement à Adenauer, Erhard a vite vieilli, ses énergies intellectuelles et physiques ont déjà baissé lorsqu’il accède à la chancellerie, à 66 ans. Il aurait même subi une crise cardiaque en 1960, dès lors il a besoin de vacances fréquentes. Il ne dispose pas non plus de l’environnement intellectuel qui l’avait stimulé autrefois. Toutes ces conditions freinent la réflexion du chancelier Erhard sur l’état des relations internationales et sur la politique extérieure de la RFA, domaines où il n’a accumulé que peu d’expériences jusqu’en 1963.

  • 36 Témoignage de H. Kusterer, lors d’un entretien avec l’auteur.

37En outre, ses relations personnelles avec de Gaulle ne sont pas aussi bonnes que le chancelier aimerait le faire croire au public. L’attitude du professeur d’économie envers le personnage déjà légendaire du général traduit un malaise. Erhard rejette le rôle de partenaire junior de la France et se voit comme premier ex aequo. Par ailleurs, il se sent inférieur à de Gaulle, sur les plans politique et intellectuel, ce qui le rend nerveux avant chaque rencontre36.

  • 37 Entretiens de l’auteur avec P. Maillard, C. d’Aumale et B. de Leusse.

38Du point de vue français, l’appartenance d’Erhard au gouvernement allemand depuis 1949 ainsi que son poids physique inspirent une certaine fiabilité. Mais sur le plan personnel, Charles de Gaulle a du mal à s’entendre avec Ludwig Erhard. Le fait que ce dernier envisage tout du point de vue économique, et qu’il n’essaie pas de voir au-delà, est pour de Gaulle un facteur plutôt irritant. La confiance non plus n’est pas la même qu’avec Adenauer. Erhard contourne les problèmes, il parle d’une façon moins franche et directe que son prédécesseur. Cela dit, les rapports personnels ne sont pas déterminants pour la vision politique du général de Gaulle37.

  • 38 AMAE, RFA 1662, Note du 3.2.64. – AMAE, Pactes 321, Tél. d’Aumale (Bonn), 28.1.64. – PAAA, B24/517, (...)

39Après la visite à Paris du chancelier, en novembre 1963, de Gaulle présume qu’Erhard ne se détachera pas de la donnée franco-allemande, solide. Mais bientôt l’impression française est quelque peu ternie : Bonn a le regard trop fixé sur Washington et la consultation franco-allemande se limite souvent à l’information. Par ailleurs, de Gaulle reconnaît la République populaire de Chine sans consulter les Allemands au préalable. Il leur fait seulement part de son intention, le 15 janvier 1964. Mis au pied du mur par le Bundestag, Gerhard Schröder déclare alors que la consultation prévue dans le traité n’a pas valeur d’obligation38.

  • 39 AMAE, EM 20, Lucet (Paris) aux ambassades, 17.2.64.

40Le sommet franco-allemand de février 1964, qui se tient « dans un esprit de confiance réciproque », fait sensiblement progresser la coopération bilatérale en matières économique et financière39. Fin mars, de Gaulle sonde les Allemands en vue d’une union monétaire, preuve de son désir de renforcer les relations avec Bonn, encore au printemps 1964.

  • 40 A. PEYREFITTE, op. cit, t. II, pp. 257-263. – AAPD 1964, Dok. 161.

41La situation s’envenime dès la mi-juin 1964. Ludwig Erhard, en visite à Washington, s’aligne complètement sur les positions américaines. Le chancelier souscrit au projet de force multilatérale MLF, poussé par les États-Unis à cette occasion ; il s’engage à ne pas reconnaître la Chine, et il promet de l’aide politique, économique et financière pour la guerre américaine au Vietnam. Le général de Gaulle en est sérieusement déçu. À son avis, les Allemands se mêlent fort inopportunément de l’Asie, ils font du traité de l’Élysée « une fumisterie » et ils souhaitent faire cadeau de l’Europe aux Américains40.

  • 41 AMAE, EM 22, Entretien du 3.7.64, 11 h. – AAPD 1964, Dok. 180.

42Lors des entretiens à Bonn, les 3 et 4 juillet 1964, de Gaulle incite les Allemands à s’investir dans une construction européenne sans se subordonner à la politique américaine. La France disposant désormais d’un armement atomique, le moment est venu de transformer les relations de l’Europe avec les États-Unis et de viser une alliance d’égal à égal, professe le général. Encore une fois évoque-t-il avec passion et espoir le traité signé en janvier 1963 : « Ce traité devra devenir le noyau, la base, le ferment d’une unité européenne, tant économique, que politique et militaire – ou bien il sera vide et vain41. » Mais son appel ne suscite aucun écho allemand. Apparemment, le général de Gaulle comprend à ce moment-là qu’il ne pourra pas réaliser ce qu’il avait espéré.

  • 42 AN, 539 AP6, Note D. de Vabres, 7.7.64. – FCdG, AO, M. Couve de Murville, 7.2.94.

43Charles de Gaulle quitte Bonn de mauvaise humeur. « Nous partons vierges », dit-il à son entourage. À partir de là, le ton français envers la République fédérale se durcit. Le 7 juillet, le président confie son verdict aux ministres : la France ne peut pas faire de politique commune avec l’Allemagne, au moins pour le moment, parce que le chancelier fédéral n’arrive pas à se résigner à une Europe européenne. Le général traite Ludwig Erhard de « pauvre type ». Afin d’éviter tout incident fâcheux, Georges Pompidou, normalement assez sceptique vis-à-vis de l’axe franco-allemand, appelle le porte-parole présidentiel à la prudence42.

44Mais le général de Gaulle n’entend pas en rester là. Lors de sa conférence de presse du 23 juillet, il s’en prend vivement au manque de solidarité effective entre l’Allemagne et la France, dans tous les domaines : défense, alliance atlantique, Europe de l’Est, Chine, Indochine, Afrique, Communauté européenne. Le traité de l’Élysée a apporté quelques « résultats de détail », et la coopération franco-allemande reste désirable, enchaîne de Gaulle, mais aucune ligne de conduite commune n’a émergé jusque-là. Il en impute la faute aux Allemands, incapables de reconnaître que l’Europe doit avoir sa propre politique, appuyée par les gouvernements des nations.

  • 43 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 263 (citation). – FNSP, CM8, Note du général, 2.11.64.

45Il ne s’agit pas, pour de Gaulle, de vouloir enterrer la coopération franco-allemande, mais plutôt de semer l’incertitude et d’exercer une pression sur les Allemands. L’amélioration des rapports avec l’Europe de l’Est et Moscou peut également entrer dans cette ligne de pensée, car de Gaulle juge utile d’avoir toujours « un moyen d’inquiéter son partenaire43 ».

46Notons que le chancelier fédéral est toujours le « partenaire » du général. En septembre et octobre 1964, de nombreuses tentatives françaises illustrent le fait que Paris recherche invariablement une coopération étroite avec Bonn, notamment sur le plan de la défense.

La rivalité des atlantistes et des gaullistes allemands

  • 44 Klaus HILDEBRAND, Von Erhard zur Grossen Koalition, 1963-1969, Stuttgart 1984, p. 106.

47Le désaccord entre Erhard et de Gaulle devenu apparent, l’antagonisme entre les atlantistes et les gaullistes s’accentue en République fédérale. Les deux camps s’opposent depuis la fin de l’ère Adenauer, mais dès juillet 1964 le conflit éclate ouvertement. Une guerre d’interviews est menée dans la presse pendant les mois suivants. Ensuite, la longue campagne pour les élections d’octobre 1965 exige, vis-à-vis de l’opinion publique, une conformité de vue au sein des partis. La querelle continue tout de même à l’intérieur du parti CDU/CSU jusqu’à la chute du chancelier Erhard. Durant cette période, de juillet 1964 jusqu’à l’automne 1966, chaque situation de crise revitalise les dissensions profondes entre gaullistes et atlantistes, les relations franco-allemandes restant bloquées44.

48La définition des deux concepts antagoniques ne peut pas se faire de manière précise. Les atlantistes donnent la priorité aux relations avec les États-Unis, tandis que les gaullistes souhaitent renforcer la coopération avec la France. À part cette attitude de base, les idées spécifiques et les arrière-pensées conduisant à l’un ou l’autre choix varient sensiblement. Un pêle-mêle d’éléments de politiques intérieure et extérieure y est lié, mais aussi les rapports amicaux des acteurs, leurs rivalités et ambitions personnelles.

  • 45 E. Gerstenmaier préside également le Bundestag. La CSU est le parti-frère de la CDU en Bavière.
  • 46 R. Barzel est alors président du groupe parlementaire CDU/CSU, J. Dufhues directeur de la CDU.

49Le camp atlantiste se range derrière le chancelier Erhard, le ministre de la Défense Kai-Uwe von Hassel et surtout derrière Gerhard Schröder, le véritable chef de file. Les gaullistes se groupent autour de Konrad Adenauer et Eugen Gerstenmaier, respectivement président et vice-président de la CDU, et les deux dirigeants de la CSU, Franz Josef Strauss et Karl von Guttenberg45. Heinrich Krone, qui préside le Conseil de la défense nationale, devient une sorte de porte-parole d’Adenauer au sein du Cabinet allemand. D’autres gaullistes éminents sont Rainer Barzel et Josef Dufhues46. Généralement, les protestants de l’Allemagne du Nord penchent vers l’atlantisme, les catholiques du Sud vers le camp gaulliste.

  • 47 Willy BRANDT, Begegnungen und Einskhten. Die Jahre 1960-1975, Hamburg 1976, pp. 141-142. –AMAE, RFA (...)

50Ce déchirement concerne surtout la classe politique de la CDU/CSU. La presque totalité des parlementaires libéraux se considère atlantiste et pour les sociaux-démocrates, l’opposition à de Gaulle fait partie intégrante de leur ligne politique jusqu’en 1966. La SPD ne manque aucune occasion pour s’en prendre au gouvernement français, note l’ambassadeur de Margerie en janvier 1965. Willy Brandt, candidat social-démocrate à la chancellerie en 1965, revendique pour lui-même une position nuancée entre gaullistes et atlantistes. Tout en soulignant l’importance des États-Unis pour la RFA, il reproche à son parti l’attitude intransigeante adoptée envers la France, et découvre des côtés remarquables à la pensée indépendante du général de Gaulle47.

  • 48 H.-P. SCHWARZ, Adenauer. Der Staatsmann, op. cit., p. 894.

51Du point de vue de la politique étrangère, le degré de confiance envers Washington peut servir de paramètre pour diviser les deux camps : ceux qui se méfient de la politique de détente américaine mettent en valeur les propos du général de Gaulle, critique notoire des États-Unis. Le camp atlantiste, dominant le Cabinet et la politique étrangère du gouvernement Erhard, ne doute nullement de la sécurité garantie par Washington et perçoit donc le général comme un adversaire. Pour la RFA, avancent les atlantistes, seules comptent la puissance américaine et la défense organisée par le commandement de l’OTAN. Afin de dissuader de façon crédible le potentiel soviétique, qui s’étend de Vladivostok à Weimar, il faut y opposer un système militaire allant de Berlin jusqu’à San Francisco, explique Schröder. Il n’y a pas d’alternative à cela, toute autre idée serait une illusion dangereuse. Dans le jargon du ministre allemand, la force nucléaire française n’est qu’un Sahara-Bombchen48 (une petite bombe du Sahara) n’offrant aucune protection : en cas de guerre, les Soviétiques pourraient facilement abattre ces missiles, la France étant dépourvue de la technologie la plus avancée.

  • 49 BA, Tb von Hassel, BW1/103, 12.1.65. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., pp. 182-183.

52Une association trop étroite avec Paris serait même nuisible à la sécurité de la RFA car la désintégration de l’OTAN se trouverait ainsi renforcée, raisonnent les atlantistes. Ils craignent aussi que Bonn ne perde de sa liberté d’action et ne devienne qu’un appendice de la France. L’Allemagne n’a pas signé le traité de l’Élysée pour adopter la politique française, affirme un Gerhard Schröder pugnace. Il se plaint que le général de Gaulle, « par un simple geste de la main », souhaite se débarrasser du préambule voté par le Bundestag49. La réunification future de l’Allemagne joue également un rôle important dans ce débat entre les différents camps : contrairement aux gaullistes allemands, les atlantistes pensent que de Gaulle ne la souhaiterait pas et que la politique américaine viserait en effet ce but.

  • 50 Entretien de l’auteur avec C. d’Aumale. – AMAE, AO 34, F. Puaux, 10.11.89.
  • 51 FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 132, Kissinger to Bator, 22.11.65.

53La diplomatie française acquiert peu à peu la conviction, par l’intermédiaire de nombreux interlocuteurs allemands, que Schröder est un « ennemi déterminé » de la France, personnellement responsable du mauvais climat régnant entre Paris et Bonn50. Les contacts entre Gerhard Schröder et Maurice Couve de Murville se déroulent souvent dans une atmosphère glaciale et peu constructive, les deux hommes étant fortement empreints d’idées de prestige. Même quelques Américains partagent les réserves françaises : lorsque Henry Kissinger esquisse en 1965, pour la Maison Blanche, un portrait psychologique de Schröder, il décrit cet homme imprégné d’un nationalisme très fort, ayant tendance à trahir ses alliés et cherchant à faire dominer l’Allemagne en Europe51.

  • 52 F. EIBL, op. cit., 346-349. – T. OPPELLAND, op. cit., pp. 634-638.
  • 53 Manfred STEINKÜHLER, Decdeutsch-französische Vertragvon 1963. Entstehung und politische Bedeutung i (...)

54Aujourd’hui, l’appréciation de la ligne politique menée par Gerhard Schröder varie selon les différents auteurs allemands. Les uns y voient le résultat d’un calcul froidement réfléchi, traduisant sa conviction que le général de Gaulle menaçait les fondements de la politique étrangère allemande52. D’autres avancent que Schröder, « provincial et présomptueux », dramatisait volontairement et parfois de façon incorrecte la politique française, rendant ainsi un mauvais service à son propre pays53.

  • 54 Anneliese POPPINGA, Meine Erinnerungen an Konrad Adenauer, Stuttgart 1970, pp. 106-107.

55Par ailleurs, les gaullistes allemands déplorent la dégradation des relations franco-allemandes et la réduction du traité au volet de la réconciliation. Afin de mesurer les possibilités virtuelles d’une coopération plus approfondie entre Bonn et Paris, il paraît intéressant d’évoquer les idées propres de quelques personnalités allemandes appelées gaullistes. À l’origine, le terme gaulliste est utilisé par les atlantistes dans le but de désavouer l’autre camp. Konrad Adenauer, comme d’autres, juge cette dénomination stupide et irresponsable, toutefois elle s’impose par la suite54.

  • 55 BKAH, NL Ad. III 30, Guttenberg an Adenauer, 13.6.64. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., (...)

56Selon la presse américaine, le parlementaire Karl von Guttenberg fait d’abord figure de dirigeant parmi les gaullistes allemands. La France et l’Allemagne doivent commencer à faire une politique commune sur la base du traité de l’Élysée, sans attendre que l’édifice européen soit achevé, préconise Guttenberg. Il partage l’idée du général de Gaulle que l’Europe ne peut pas abandonner indéfiniment à l’Amérique le soin d’assurer sa sécurité. Mais au contraire du président français, Guttenberg demande une Europe intégrée, dont l’autorité supranationale détiendrait la responsabilité nucléaire. Le gaulliste allemand ne souhaite pas, en outre, que l’Europe devienne une troisième force entre l’Amérique et l’Union soviétique. Enfin, Guttenberg se prononce fermement contre l’acceptation prématurée de la ligne Oder-Neisse. Les divergences avec la vision du général de Gaulle sont donc notables. Mais cela n’empêche pas, affirme Guttenberg, une coopération plus étroite avec la France. Il entend mieux utiliser le traité franco-allemand, « une de nos meilleures cartes » dit-il, afin d’exercer une certaine pression sur les États-Unis, et d’éviter aussi que Paris ne cherche un directoire à trois avec Washington et Londres55.

  • 56 Après avoir accusé la revue Der Spiegel d’avoir publié des informations confidentielles concernant (...)
  • 57 ACSP, NL Strauss, PV 5626, Brief an Erhard, 5.6.66 ; Fam. 1117, 1119, 1125.

57Franz Josef Strauss, évincé du gouvernement en décembre 1962 à la suite de l’affaire du Spiegel56, réussit ensuite à peser sur l’opinion publique et à bénéficier d’une popularité croissante. Probablement par des amis dévoués, l’ancien ministre de la Défense reçoit des informations confidentielles et même des rapports des services secrets (BND). Vers 1966, Strauss est sans doute devenu le chef du gaullisme allemand. Renommé pour sa verve oratoire, il attaque passionnément la ligne atlantiste du gouvernement et prône l’entente avec Paris. Sa motivation est nourrie en partie par sa rivalité directe avec Gerhard Schröder, dont il semble envier le poste57.

  • 58 AMAE, RFA 1377, Discours de F.J. Strauss à Düsseldorf, 17.2.65. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, (...)

58Strauss appuie explicitement l’idée française d’une Europe européenne, en particulier parce qu’elle comprend la perspective d’une réunification allemande. Le soutien moral et politique de la France lui paraît précieux dans la poursuite de cet objectif fondamental. Strauss se fait aussi l’avocat d’une coopération franco-allemande en matière de défense. Cependant, il demande fermement une intégration militaire, dans le cadre de l’OTAN ainsi que sur le plan européen, et désapprouve le refus du général de Gaulle à cet égard. La volonté de Strauss de satisfaire les revendications nucléaires de la RFA est notoire. Et certains Américains redoutent que Strauss ne recherche à tout prix un maximum d’influence58.

  • 59 FJM, AMK C 1/38/18, Entret. Monnet-Strauss, 19.5.67 (citation). – PRO, FCO 33/108, 13.12.67.

59Devenu ministre des Finances au sein du gouvernement Kiesinger, Franz Josef Strauss critique ouvertement la politique française, dès mai 1967. Par la suite, il affirme son désaccord avec le général de Gaulle sur quasiment toutes les questions internationales, y compris l’attitude à tenir envers Washington. Tandis que, en 1965, Strauss assigne à la France la place de primus inter pares, en 1967, il réclame pour les Allemands un rôle d’égal à égal : « Nous ne pouvons pas plus longtemps être le valet du général de Gaulle59. » Force est de constater qu’une coopération réelle entre la France et le chef des gaullistes allemands aurait été compliquée, même avant 1967.

  • 60 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 218, 12.11.64.

60Les autres gaullistes souhaitent resserrer les liens franco-allemands, mais restent assez prudents quant aux prises de position concrètes. Leurs actions se limitent principalement à la tentative d’infléchir la ligne de leur gouvernement et à cultiver les contacts avec les dirigeants français. Konrad Adenauer continue à rencontrer régulièrement Charles de Gaulle et à lui envoyer de nombreuses lettres. Bien que le général apprécie ce contact, il ne se fait pas d’illusion sur sa portée, Adenauer n’étant plus au gouvernement60. Heinrich Krone, Eugen Gerstenmaier et Rainer Barzel sont reçus personnellement par Charles de Gaulle, mais sans en retirer l’impression que celui-ci croie à une influence décisive des gaullistes allemands.

  • 61 BKAH, NL Adenauer III 52, Aufz., 10.3.65 ; II 46, Adenauer an de Gaulle, 5.4.65.

61Les élections au Bundestag à l’automne 1965 annoncent un dur combat entre CDU et SPD. Erhard risque de perdre la chancellerie face à Willy Brandt. Dans ce contexte, Adenauer se résigne à soutenir Erhard. L’hostilité des gaullistes allemands se concentre alors sur Gerhard Schröder. Il essaie systématiquement de détruire les relations franco-allemandes, note l’ancien chancelier en mars 1965. Dans une lettre au général de Gaulle, Adenauer rend Schröder responsable de la mésentente franco-allemande, et vante la bonne disposition du chancelier61.

  • 62 Martin SCHAAD, „Eine “gaullistische” Inszenierung : Zur Affäre um den Grafen Huyn“, in : Historisch (...)

62Des élections de septembre 1965 la CDU/CSU sort triomphante, contre toute attente. Elle gagne un million de voix par rapport aux élections de 1961. La carrière politique de Brandt, après cette défaite, semble toucher à sa fin. Lorsque Ludwig Erhard forme son gouvernement, à nouveau en coalition avec la FDP, la « fronde anti-Schröder » tente sa chance. Un fonctionnaire gaulliste à l’Auswärtiges Amt, le comte Hans Huyn, rend publique son indignation contre Schröder et déclenche une série d’accusations politiques et personnelles contre le ministre. Le camp gaulliste, et en particulier Strauss, Adenauer et Guttenberg, reprochent à Schröder des actions unilatérales sans en informer le chancelier, la répression virulente d’opinions divergentes, l’incompétence politique, la falsification de documents et un passé nazi. Le président de la REA, Heinrich Lübke, semble gagné à la cause de ne pas approuver la nomination de Schröder. Rainer Barzel est alors prévu comme nouveau ministre des Affaires étrangères mais refuse de prendre cette fonction. Schröder réussit à réfuter des accusations portées contre lui, notamment celle d’avoir agi dans le dos d’Erhard. Finalement, la tentative gaulliste échoue et Gerhard Schröder peut garder son portefeuille62.

  • 63 P. KIELMANSEGG, op. cit., p. 189.

63Avec le recul, l’affrontement des atlantistes et des gaullistes allemands, très virulent à l’époque, peut paraître aujourd’hui « artificiel63 », car ni les uns ni les autres ne souhaitaient mettre en question les Communautés européennes ou l’OTAN. Aucun dirigeant allemand n’entendait substituer la France au protecteur américain, irremplaçable, du moins à moyen terme. Les divergences entre atlantistes et gaullistes allemands – qui n’étaient pas des gaullistes dans le sens français – se réduisaient au degré de coopération souhaitable et possible avec la France. Ils différaient dans leur volonté d’utiliser ou non la coopération franco-allemande pour exercer une certaine pression sur Washington et pour imposer un début de liberté d’action européenne, mais ils étaient d’accord de maintenir les acquis germano-américains. En fin de compte, il s’agissait d’une question de confiance à accorder ou non au général de Gaulle, d’une question d’amitié, mais aussi d’une question de maîtrise de l’art politique. Sans doute, Erhard et Schröder auraient-ils pu mieux gérer la situation antinomique de la RFA.

  • 64 R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., p. 1. – P. KIELMANSEGG, op. cit., pp. 181-182.
  • 65 BA, B136/2092, Besuch des frz. Staatspräsidenten in Bonn, 11./12.6.65.

64Le fait que les hommes politiques allemands se soient définis mutuellement par leur attitude vis-à-vis du président français révèle un autre facteur caractéristique : durant toute la période de 1958 à 1969, Charles de Gaulle dominait les relations franco-allemandes et la politique européenne. Très souvent, Bonn ne faisait que réagir, de façon favorable ou alors hostile, aux nombreuses initiatives et aux discours surprenants du général de Gaulle64. Les politiciens allemands de tous bords lui prêtaient une attention extrême. Un fonctionnaire (atlantiste) de la chancellerie à Bonn déplorait en juin 1965 que la politique allemande fût « négativement et positivement trop fascinée par la politique extérieure active du général de Gaulle », et que Bonn se bornât principalement à « freiner » le dynamisme de la politique gaullienne65.

  • 66 A. MIERZEJEWSKI, op. cit., p. 210. – K. HILDEBRAND, op. cit., p. 34.

65Cette dominance française, due à la personnalité exceptionnelle de Charles de Gaulle, s’amplifiait encore par la paralysie croissante des deux gouvernements Erhard. Le chancelier, qui ne proposait aucune ligne claire, y avait quelque responsabilité. Il voulait organiser son Cabinet « comme un artiste » en donnant un maximum de libertés aux ministres, il lisait peu de comptes rendus et arrivait souvent mal préparé aux réunions66. L’administration fédérale, habituée au style patriarcal d’Adenauer, se trouvait alors submergée par les dissensions entre les chefs. Erhard, de plus en plus solitaire, ne disposait pas non plus d’un ferme soutien de la CDU, parti auquel il n’avait adhéré formellement qu’après sa nomination à la chancellerie, en avril 1963.

  • 67 PAAA, B24/630, Aufz. Duckwitz, 18.1.68.

66Le manque d’initiatives allemandes bien appuyées était aussi lié au fait qu’après la fin de l’ère Adenauer, la RFA parcourait une période de transition, de remise en question et de réflexion générale, ce qui compliquait la tâche d’élaborer un concept définitif du rôle de l’Allemagne en Europe67. Cette recherche de nouvelles voies trouvait ses premières expressions politiques durant les années de la Grande coalition, intervalle toutefois marqué par des compromis entre les deux grands partis plus que par des initiatives audacieuses. En revanche, avec l’arrivée de Willy Brandt à la chancellerie, en octobre 1969, l’Ost-politik allemande s’imposait et déployait une dynamique qui dépassait les Français, ceux-ci se voyant à leur tour dans une position de réaction vis-à-vis de Bonn.

67Durant la crise de la chaise vide de 1965-1966, l’attitude ferme de Schröder envers Paris semble entraîner des résultats favorables à l’Allemagne. Mais lorsque la France annonce, en mars 1966, sa sortie du commandement intégré de l’OTAN, l’intransigeance de Schröder à l’égard de Paris aliène bon nombre d’atlantistes. La fronde des gaullistes contre Schröder est ranimée, cette fois-ci avec la participation du jeune Helmut Kohl, président de la CDU en Rhénanie-Palatinat. Le chancelier Erhard a toujours soutenu Gerhard Schröder jusque-là. Le sort des deux hommes s’est comme amalgamé, Erhard dépendant aussi de son ministre à cause d’un manque d’expérience en politique étrangère. Selon un journaliste clairvoyant, « Erhard tient et tombera avec Schröder ». Mais en juin 1966, la pression pour ne pas laisser périr l’amitié avec la France prend le dessus : Erhard est alors forcé de s’opposer à Schröder et d’annoncer une politique plus amicale envers Paris.

  • 68 PAAA, B41/755, Aufz. 24.10., 7.11.66. – AAPD 1966, Dok. 333, 367. – R. MARCOWITZ, Option für Paris  (...)

68Ce changement n’est pas uniquement dû aux gaullistes en République fédérale. Il manifeste plutôt, au cours de l’année 1966, une prise de conscience d’une certaine dépendance allemande de la France. Divers éléments y contribuent. À la suite de la crise de la chaise vide, les deux pays recherchent sincèrement une entente pour réussir la Communauté. Le succès du voyage à Moscou du général de Gaulle impressionne les Allemands et les incite à repenser leur politique orientale, obsolète. Et surtout, une désillusion très nette leur ouvre les yeux sur l’attitude des États-Unis. Malgré la ligne purement atlantiste des dirigeants de la RFA, Washington s’est montré peu enclin à satisfaire leurs désirs militaires ou à s’occuper du problème allemand. Les atlantistes au sein de la CDU ainsi que les sociaux-démocrates en sont profondément déçus. À cela s’ajoute l’escalade de la guerre américaine au Vietnam, ressentie douloureusement par beaucoup d’Allemands. Enfin, l’incompréhension du président Johnson envers les difficultés financières allemandes précipite la chute de Ludwig Erhard68.

  • 69 Dieter ERNST, Der innerparteiliche Kanzlersturz (Ludwig Erhard 1963-1966), München 1996, p. 185. – (...)

69Le chancelier tombe surtout à cause de la situation intérieure. Lui, la personnification du miracle économique, n’arrive pas à expliquer au peuple les premiers ennuis conjoncturels de l’après-guerre. Et depuis le succès de la CDU aux élections législatives de 1965, Ludwig Erhard « a fait son devoir », le parti n’a plus besoin de lui. Plusieurs personnalités influentes, dont Adenauer et Strauss, veulent désormais se débarrasser d’Erhard le plus vite possible69. Parmi les ministres, l’indiscipline règne – le chancelier sollicite en vain une attitude plus loyale. Erhard a perdu non seulement le soutien de la CDU mais ses discours publics démontrent aussi un manque de compréhension pour l’évolution de la société. Les électeurs commencent à se détourner de lui. Fin octobre 1966, les libéraux sortent du gouvernement en prenant comme prétexte une augmentation des taxes proposée par Erhard. Ils se résignent à prendre leurs distances vis-à-vis du chancelier, si proche d’eux pourtant politiquement, pour ne pas vider la substance de leur parti. Erhard offre sa démission et quitte ses fonctions le 30 novembre 1966.

Une « cordiale virtualité »

  • 70 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 278 (citation). – AMAE., RFA 1605, Tél. Lucet, 21.1.65.
  • 71 LNC, t. X, pp. 169-170. – PAAA, B136/2092, Tischreden, 11.6.65.

70L’attitude du général de Gaulle vis-à-vis du traité de l’Élysée fléchit quelque peu en 1965 et 1966. Le sommet de janvier 1965 à Rambouillet apporte tout d’abord une embellie des relations : la « magie du traité » opère, Français et Allemands continuent à découvrir la force de leur lien70. Et au sommet de juin 1965, qui se tient à Bonn peu avant l’éclatement de la crise communautaire, Charles de Gaulle exprime sa vision par une parabole. Il compare la construction européenne à l’édification d’une magnifique cathédrale. Cette grande tâche laborieuse doit reposer sur les fondations solides de la réconciliation franco-allemande. Là-dessus s’érigent les piliers de la Communauté des Six, et, une fois achevée, la cathédrale sera ouverte à tous71. Mais le lendemain, de Gaulle constate que le chancelier allemand n’est pas à la hauteur de la situation et qu’il ne tient pas en main son gouvernement : « Erhard n’est pas un homme d’État. » La construction de la cathédrale sera donc retardée.

  • 72 DM, t. IV, p. 385. – Cf. AMAE, EM 26, Entretien de Gaulle-Alphand, 9.11.65

71Ainsi, au deuxième semestre 1965, les Allemands remarquent chez le général de Gaulle une évolution sensible. La politique mondiale de la France semble prendre la place primordiale qu’occupaient auparavant l’Europe et la coopération franco-allemande, devenue une « cordiale virtualité72 ». À la suite des élections allemandes de septembre 1965, le gouvernement français déclare se réjouir de pouvoir poursuivre les bonnes relations avec le chancelier Erhard. Mais en réalité, le général de Gaulle est outré par la conduite de la RFA, notamment par ses revendications nucléaires.

  • 73 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., pp. 334-335.
  • 74 AMAE, RFA 1608, Note Herly (Düsseldorf), 5.1.66.

72Le premier tour des élections présidentielles en France, le 5 décembre 1965, met le général de Gaulle en ballottage, avec seulement 44,6 % des voix remportées. Au deuxième tour il obtient 54,5 % des suffrages, son adversaire François Mitterrand 45,4 %. Toutefois, il semble que ce résultat, décevant pour de Gaulle, ne manifeste pas une désapprobation majeure de sa politique étrangère73. Du côté de Bonn, peu de commentaires officiels se sont élevés au cours des élections. Les ministres Schröder et von Hassel ont pourtant exprimé une certaine jubilation acerbe (Schadenfreude) à l’annonce des résultats du premier tour74. Fin décembre, bien sûr, le président Lübke et le chancelier Erhard adressent au général de Gaulle des télégrammes de félicitations. La constitution d’un nouveau gouvernement français, présenté en janvier 1966, n’influence guère les relations entre Paris et Bonn. Notons seulement que Michel Debré remplace Valéry Giscard d’Estaing en tant que ministre de l’Économie et des Finances.

  • 75 LNC, t. X, pp. 246-249.

73Par un exposé au Conseil des Affaires étrangères, communiqué ensuite aux hauts fonctionnaires, de Gaulle fait le point sur l’Allemagne, le 4 février 1966. La prétention allemande à l’arme nucléaire figure en sujet capital, rendant difficile toute politique commune. Néanmoins le traité de l’Élysée est « une bonne chose », puisqu’il a scellé la fin de l’hostilité et ouvert des contacts fréquents, résume le général75. Fin mai 1966, sur le champ de bataille de Verdun, de Gaulle évoque la coopération privilégiée que la France a voulue en concluant avec l’Allemagne ce traité, ajoutant que la France n’y a pas renoncé. Il montre aussi sa bonne volonté en envoyant, à l’aller et au retour de son voyage à Moscou, des messages d’amitié à Bonn.

  • 76 AMAE, RFA 1606, 4.8.65 ; RFA 1608, 18.3.66 ; RFA 1465, 8.8.66 et 21.10.66.

74Au fond, de Gaulle n’a pas changé d’opinion depuis juillet 1964. Dans sa conférence de presse du 28 octobre 1966, il reproche toujours à Bonn d’appliquer le préambule et non le traité franco-allemand mais, entre-temps, « les événements marchaient ailleurs ». Au Quai d’Orsay, les fonctionnaires reconnaissent bien sûr que le traité n’a pas rempli les espoirs du début. Mais leur bilan n’est pas très négatif : les procédures de consultation franco-allemande ont été appliquées sans cesse et même élargies à de nouveaux domaines, en particulier à ceux de la recherche scientifique et de la coopération industrielle76.

  • 77 PAAA, B150, Aufz., 1.4.66. – R. MARCOWITZ, « CDU/CSU, SPD », op. cit., p. 63.

75Si la coopération privilégiée n’a pas eu lieu comme le général de Gaulle l’avait souhaitée, il en porte aussi une partie de la responsabilité, mise à part toute divergence politique. Même des Allemands bien disposés à son égard ressentent son comportement comme brusque parfois. Enfin, les Allemands ne comprennent jamais si de Gaulle veut desserrer tout de suite les liens entre l’Europe et l’Amérique, ou bien à long terme, éventualité envisageable. Une explication plus claire de la vision gaullienne de l’Europe européenne aurait pu éviter des malentendus à cet égard77.

La coalition Kiesinger/Brandt et de Gaulle en quête de coopération (1966-1969)

  • 78 AMAE, EM 29, Entret. de Gaulle-Kiesinger, 13.1.67, 11 h 45. – AAPD 1967, Dok. 14.

76Charles de Gaulle voit d’un bon œil la formation d’un nouveau gouvernement allemand, le 1er décembre 1966. Il s’agit de la dite Grande coalition entre chrétiens- et sociaux-démocrates, avec le chancelier Kurt Georg Kiesinger (CDU) à la tête du gouvernement et Willy Brandt (SPD) comme ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier. Recevant d’abord ce dernier, puis, à la mi-janvier, une délégation complète à Paris, le général de Gaulle clarifie le point de vue français sur le traité de l’Élysée : c’est un traité de bonne volonté, de réconciliation. Mais afin de dépasser le stade des échanges de bons sentiments, les deux gouvernements doivent appliquer réellement le traité, exige de Gaulle. Et il pose sa question clé : « Où en êtes-vous vis-à-vis des Américains78 ? »

  • 79 PAAA, B2/132, Gespräch Bohle-Foccart, 5.1.67.
  • 80 ACDP, NL Kies. A292. – AMAE, EM 29. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 194-195.

77Quelques jours avant le sommet franco-allemand des 13 et 14 janvier 1967, l’entourage du général avait fait savoir aux Allemands que la France, ayant pleinement rempli ses engagements vis-à-vis du traité, n’était pas demandeuse quant à le faire revivre. Toute proposition allemande à cet égard serait examinée à Paris, à condition que d’autres amitiés conclues entre-temps ne s’en trouveraient pas compromises79. Mais les entretiens avec les nouveaux dirigeants allemands rassurent de Gaulle. Un changement capital a eu lieu à Bonn, dit-il. La RFA ne cherche plus la réunification par la force, mais par la détente avec l’Est. « Nous vous aiderons si vous le voulez, en particulier à Moscou », propose de Gaulle à Willy Brandt. Puisque Kiesinger se prononce contre des relations germano-américaines trop étroites et qu’il dit, en plus, accepter la grande conception française, de Gaulle se montre très satisfait. La France souhaite avec l’Allemagne des liens plus solides qu’avec tout autre pays, déclare le président français. Il enchaîne : le traité de l’Élysée, réapparaissant à la lumière, est désormais vivant80.

  • 81 Déclaration gouvernementale : AMAE, RFA 1608, 13.12.66.
  • 82 ACDP, NL Schröder 291 /1, Aufz. Carstens. 19.11.66. – BA, Bl 36/3042, Aufz. Osterheld, 28.12.66. – (...)
  • 83 Lors du vote du groupe parlementaire CDU/CSU, K. Kiesinger remporte 137 voix, G. Schröder 81 et R.  (...)
  • 84 FES, Dep. Bahr 441, Aufz. Bahr, Januar 1967.

78Pour Bonn la situation est moins nette. Certes, le gouvernement Kiesinger/Brandt cherche honnêtement une coopération franco-allemande « aussi étendue que possible81 ». Mais jusqu’à quel point est-ce possible ? La classe politique allemande s’est rendu compte, au cours de 1966, qu’il fallait améliorer les relations avec Paris. Toutefois, elle n’a pas pour autant épousé les idées gaulliennes. Même Kurt Kiesinger ne partage pas le dessein français concernant l’OTAN, l’influence américaine en Europe ou l’adhésion britannique au Marché commun82. Il a pourtant été choisi comme chancelier – contre Schröder qui s’était aussi porté candidat – dans une large mesure grâce à son attitude pro-française83. Prenant ses fonctions, Kiesinger ne voit pas dans les divergences existantes un obstacle à la coopération étroite avec Paris. Ou plutôt, il essaie de les dissimuler, pensant qu’il réussira à ébranler quelque peu l’attitude du général de Gaulle. Quant à la politique orientale, une heureuse concordance de vue et même une politique franco-allemande commune se dessinent d’abord. Mais dès janvier 1967, Willy Brandt prend soin de ne pas limiter ses ambitions à cet égard par le « corset » du traité de l’Élysée84. Sans doute les Allemands prennent-ils conscience que la France tente d’exercer un contrôle par ce moyen.

  • 85 Dirk KROEGEL, Einen Anfang finden. Kurt Georg Kiesinger in der Aussen- und Deutschlandpolitik der G (...)

79Lors de la visite officielle à Paris à la mi-janvier 1967, son premier voyage à l’étranger en tant que chancelier, Kiesinger cherche avant tout à faire bonne impression. Il veut consolider l’image de la Grande coalition, et il cherche à être reconnu par Charles de Gaulle, même si, ayant adhéré au parti nazi dans sa jeunesse, il affiche quelques doutes à cet égard. Enfin, le chancelier est soulagé d’être reçu de façon chaleureuse. L’avion de Gerhard Schröder, ministre de la Défense au sein du Cabinet Kiesinger, est d’ailleurs dirigé vers une aérogare lointaine afin qu’il ne soit pas présent à la cérémonie d’accueil officielle à Orly85.

  • 86 BA, B136/3042, Aufz. Osterheld, 28.12.66. – ACDP, NL Osterheld, Kies. 1, 6.1., 31.3.67.

80Par sa coopération avec Paris, le nouveau gouvernement allemand poursuit des objectifs majeurs : il s’agit de renforcer le poids politique et économique de la République fédérale, de s’approcher à long terme de la réunification, et de profiter des sympathies dont bénéficie la France dans le monde et notamment en Europe orientale86. Kiesinger souhaite également avancer en matière de construction européenne et empêcher une complicité trop étroite entre Paris et Moscou, perspective qui s’avérerait catastrophique pour lui. En juillet 1967, cette volonté politique de renforcer la coopération franco-allemande se manifeste par la création de comités mixtes et de groupes de travail économiques, industriels et techniques. Une Commission d’étude sur les problèmes de la sécurité européenne voit également le jour.

  • 87 Entretiens de l’auteur avec H. Kusterer et P. Messmer. – AMAE, EM 29, 15.12.66 ; EM 31, 12.7.67. – (...)

81Quant aux relations personnelles entre Charles de Gaulle et Kurt Kiesinger, elles sont plutôt bonnes. Leur première rencontre, en septembre 1962 à Ludwigsburg, s’est déjà déroulée sous de favorables auspices. Dès 1963, Kiesinger a habilement représenté son pays dans le cadre du traité de l’Élysée, sur le plan de l’Éducation. De Gaulle apprécie la courtoisie du chancelier et ses qualités oratoires. En juillet 1967, le général dit de Kiesinger qu’il est vraiment chancelier et qu’il a formé le meilleur gouvernement possible. Jamais de Gaulle ne mentionne, même dans l’intimité, le passé de Kiesinger, passé pourtant remis en question par quelques journalistes allemands. Au contraire de son prédécesseur, Kurt Kiesinger est hautement cultivé, mais aussi très vaniteux. Son entente avec de Gaulle se situe avant tout sur le plan intellectuel, leurs personnalités différant par ailleurs considérablement. Sans doute, ne règne pas entre eux la même confiance et intimité qu’entre de Gaulle et Adenauer87. Le chancelier Kiesinger, bien que parlant couramment le français, se sert régulièrement d’un interprète pour communiquer avec le président français. Cela répond à la règle générale.

  • 88 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 263. – AAPD 1967, Dok. 263, 267.

82De juillet 1967 à novembre 1968, les divergences de vue profondes entre Paris et Bonn se manifestent peu à peu et ne cessent de compliquer les relations. En août 1967, Kiesinger affirme publiquement ne pas partager les vues du gouvernement français envers les États-Unis. De Gaulle l’avait incité, quelques semaines auparavant, à ne pas accepter la domination américaine en Europe. Mais le chancelier fédéral, craignant la puissance militaire soviétique, juge l’approche française dangereuse88. La vraie pomme de discorde entre Paris et Bonn devient l’adhésion britannique au Marché commun : l’Allemagne la souhaite sincèrement, de Gaulle s’y oppose. En décembre 1967, on constate le désaccord ouvert. Dans ce contexte de politiques différentes, Kiesinger et Brandt entendent utiliser le traité de l’Élysée dans un but conciliateur. Une rupture avec la France étant impossible, ils décident d’éviter toute humeur anti-française et de se servir, au contraire, des contacts avec le général de Gaulle pour l’influencer positivement.

  • 89 BA, NL Guttenberg 154, 10.7.67. – PAAA, B150, 28.6.67, 8.1.68. – D. KROEGEL, op. cit., p. 79.

83Dans l’intimité, toutefois, même les Allemands d’orientation pro-française avouent leur désillusion. Le général de Gaulle attribue à la France un rôle que seule une Europe unie pourrait assumer, écrit par exemple Karl von Guttenberg, promu secrétaire d’État auprès du chancelier. Horst Osterheld se plaint du fait que le président français continue à ne pas informer Bonn avant ses conférences de presse, qui définissent pourtant les grandes lignes de sa politique. Et Kiesinger croit que le général se laisse trop souvent guider par ses sentiments. Selon les atlantistes, de Gaulle recherche seulement l’indépendance de la France, bloquant ainsi le développement de l’Europe et de l’Allemagne en particulier89.

  • 90 PRO, FCO 33/119, Roberts (Bonn) to Stewart (London), 10.4.68.
  • 91 LNC, t. XI, p. 194 (citation). – PAAA, B24/630, 29.3.68. – AMAE, RFA 1608, 22.11.67.

84Néanmoins, tout le monde, à Paris et à Bonn, considère utiles les consultations prévues par le traité de l’Élysée. Les relations avec la France paraissent alors moins conflictuelles aux Allemands. Même les Britanniques le reconnaissent : à long terme, l’application du traité sera dans l’intérêt de l’Europe, s’il contribue à créer « une Allemagne saine90 ». Le gouvernement français apprécie donc les efforts de Kurt Kiesinger et de Willy Brandt, visant à préserver les liens particuliers avec la France en dépit des divergences. Lors du sommet de la mi-février 1968 à Paris, de Gaulle insiste une fois de plus sur la solidarité franco-allemande, marquée au coin du bon sens et par la recherche de paix des deux pays. « Nous sommes donc assoiffés de paix », déclare le général91.

  • 92 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., pp. 240-243

85Par cette formule, de Gaulle fit probablement référence à un incident diplomatique intervenu dix jours auparavant. Selon la dépêche de Ravensburg du 3 février, Willy Brandt aurait déclaré le président français, lors d’un congrès social-démocrate à Ravensburg, « assoiffé de pouvoir ». Les jours suivants, les tourbillons diplomatiques et médiatiques avaient semblé remettre en cause la carrière de Brandt, et, des deux côtés du Rhin, on avait comparé le message en question à la dépêche d’Ems, qui a été en 1870 à l’origine de la guerre franco-allemande. Dans ses mémoires, Willy Brandt consacre plusieurs pages à cet incident, y assurant de son innocence92.

  • 93 AMAE, RFA 1609, Affaire Brandt, Note du 6.2.68.

86Résumons d’abord les faits. Le soir du 3 février 1968, le président de la RFA, Heinrich Lübke, accueille Monsieur et Madame de Gaulle à l’hôtel Beauharnais à Paris. Le bâtiment, ancienne ambassade d’Allemagne, est restitué à la RFA à cette occasion. Alors que le général de Gaulle et le président Lübke s’entretiennent dans un salon à l’écart, un messager apporte à Couve de Murville, également présent, un télégramme de l’agence de presse DPA. Elle attribue à Willy Brandt les propos suivants : « L’amitié franco-allemande profondément enracinée, surtout dans la jeunesse, finira par se montrer plus forte que les conceptions rigides et anti-européennes d’un chef d’État assoiffé de pouvoir. » Ensuite Brandt aurait recommandé, pour la prochaine rencontre à Paris, de ne pas montrer de « lâcheté devant l’ennemi93 ». Couve de Murville veut éviter le scandale et décide de ne pas informer le général tout de suite. Mais dans l’intervalle de quelques minutes, de nouveaux messages destinés aux Allemands arrivent et provoquent une agitation générale.

  • 94 AMAE, EM 33, Note du 5.2.68. – CADN, Bonn Amb. 178, 5.2.68. – François SEY-DOUX, Dans l’intimité fr (...)

87Lorsque de Gaulle prend connaissance de l’affaire en rentrant chez lui, il réduit le nombre de personnes de la délégation allemande invitées pour un déjeuner le lendemain. Cette « désinvitation » des ministres Wehner et Schmücker provoque ensuite des commentaires acerbes en République fédérale. Au cours du déjeuner du 4 février, le président Lübke parle d’un malentendu issu de l’inexpérience d’un journaliste et l’ambassadeur Klaiber donne lecture de plusieurs démentis, chacun un peu différent. « Cela fait beaucoup de démentis », marmonne le général qui ne désire plus en parler. Dans l’intimité, il s’exprime avec sévérité sur Brandt, indiquant qu’il n’y avait « aucun socialiste qui fût un homme d’État »94.

  • 95 FES, NL Brandt, PT 209, Interview AFP, 31.5.65. – AMAE, RFA 1606, 13.9.65. – FRUS 1964-68, vol. XII (...)

88Willy Brandt a-t-il pu prononcer les paroles infamantes ? La version finale du discours de Ravensburg, enregistrée par une radio locale et publiée ensuite, semble cohérente et intégrale. Le passage critique se lit comme suit : « La réconciliation franco-allemande est profondément enracinée dans les cœurs de nos deux peuples. C’est bien ainsi. Cela vaut particulièrement pour la jeune génération. J’espère que cet enracinement sera assez fort pour que même des gouvernements déraisonnables ne puissent plus y changer quoi que ce soit. » Déjà plusieurs fois, Brandt s’est exprimé de façon très similaire sans susciter de réactions équivoques95. L’expression « lâcheté devant l’ennemi » est rectifiée encore le soir du 3 février en « lâcheté devant l’ami », formule également courante chez le ministre allemand.

  • 96 AMAF, RFA 1609, Affaire Brandt. – AN, 539 AP9, 7.2.68. – PAAA, B24/630, 7.2.68. Der Spiegel, 12.2 (...)

89Il semble que le journaliste en question, apparemment un admirateur de Brandt, ait eu un accident de voiture en se rendant sur les lieux et, ne connaissant pas la sténographie, ait noté seulement des bribes de phrases pendant le discours. Il sera licencié par la suite. Enfin, l’agence de presse DPA, qui avait annoncé le décès de Nikita Khrouchtchev au printemps 1964, n’en est pas à susciter pour la première fois une crise diplomatique. La SPD soupçonne aussi la CDU de vouloir profiter de l’occasion pour rabaisser le leader social-démocrate, impression partagée par le gouvernement français. Le 7 février, Willy Brandt affirme devant le Bundestag n’avoir jamais prononcé de mots insultants envers le général et l’avoir toujours gardé en haute estime. Le même jour le gouvernement français fait savoir que l’affaire n’aura aucune suite, étant donné les mises au point précises effectuées96.

  • 97 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 9.2.68. – AMAE, RFA 1609, Affaire Brandt ; AO 34. (...)

90Cependant, quelques soupçons demeurent. La diplomatie française, renseignée par un journaliste allemand présent à Ravensburg, croit savoir que Brandt aurait bel et bien prononcé la phrase incriminée – non lors du discours officiel, mais autour de pots de bière, après le congrès. Du côté britannique on pense de même. Ce bruit court jusqu’à Bonn. Brandt explique alors qu’il a quitté Ravensburg tout de suite après son discours. Mais l’administration française prend mal cet incident, peut-être plus mal que le général de Gaulle lui-même. Les propos de Brandt dévoilent ses arrière-pensées et révèlent son désaccord avec la politique française, croit-on au Quai d’Orsay. De plus, les réactions allemandes tardives et contradictoires ont suscité des doutes quant aux capacités de Brandt pour régler adroitement une situation délicate. De son côté, Willy Brandt, homme sensible, se dit profondément blessé par la suspicion française à son égard97. Cette affaire peut contribuer à la méfiance régnant entre Brandt et Paris quelques mois plus tard, dans le contexte des événements en Tchécoslovaquie.

  • 98 PRO, FCO 33/108, Willy Brandt, 1968. – AMAF, RFA 1609, Entret. d’Aumale-Bahr, 5.2.68.
  • 99 Willy BRANDT, Mémoires, Paris 1990, p. 208.
  • 100 BA, NL Gutt. 90, 28.6.67. – Entretien de l’auteur avec H. Kusterer.

91Auparavant, les relations personnelles entre Willy Brandt et le général de Gaulle n’ont jamais été mauvaises. Depuis 1959, les deux hommes se sont rencontrés plusieurs fois. Bien que d’orientation politique différente, Brandt éprouve une grande admiration pour l’ancien chef de la France libre. La démarche gaullienne envers l’Est impressionne Brandt, qui croit lui aussi à la nécessité d’un processus évolutionniste de longue durée. Cette convergence d’idées au sujet de l’Europe orientale provoque du mécontentement chez d’autres sociaux-démocrates allemands, accusant Brandt, en 1967 et 1968, d’être un demi-gaulliste. Le ministre est tombé sous l’influence gaulliste, constate aussi le Foreign Office britannique98. Les mémoires de Brandt révèlent quelque ambiguïté vis-à-vis du général, par exemple dans la phrase : « Le général-président me posa des questions sur un ton amical et en même temps comme un chef d’état-major écoutant le rapport d’un subordonné99. » Ces réticences ne s’expriment pas toutefois lors des contacts directs de l’époque. Pour des raisons de coalition et pour satisfaire les demandes de Brandt, Kiesinger consent même à le faire participer plus souvent aux entretiens intimes avec le président français100.

  • 101 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 194 (cit.). – AMAE, F.M 30, Adenauer-de Gaulle, 20.2.67
  • 102 Entretien accordé à l’auteur par Pierre Messmer, le 25.9.03.

92Le général de Gaulle se dit heureux, en décembre 1966, de voir Willy Brandt aux Affaires étrangères, et il confie à un interlocuteur critique, un peu plus tard, que le ministre fait bonne impression. « M. Brandt est ambitieux, avec des vues politiques et des capacités101. » Néanmoins, d’après le témoignage de Pierre Messmer, le général de Gaulle n’a jamais eu de réelle confiance en Brandt : les deux hommes n’avaient pas la même idée des relations franco-allemandes, ils ne poursuivaient pas les mêmes buts, et, de l’entourage de Brandt, s’élevaient des soupçons concernant les contacts avec l’Est102.

93Les révoltes de mai/juin 1968 secouent la France et son gouvernement comme un tremblement de terre. Mais, les élections législatives des 23 et 30 juin 1968 infligent une défaite écrasante aux partis qui ont soutenus les grèves. Aux 34 communistes et 57 fédérés de la gauche s’opposent désormais 396 députés, dont 293 pour la seule Union pour la Défense de la République. Auparavant, depuis les élections à l’Assemblée nationale des 5 et 12 mars 1967, la position du gouvernement s’était trouvée fortement affaiblie, disposant d’une majorité d’une voix seulement.

  • 103 FCdG, AO, Témoignage de Jean de Lipkowski, 15.11.93.

94Le 10 juillet 1968, Maurice Couve de Murville remplace Georges Pompidou en tant que Premier ministre. Michel Debré, plus ouvert à l’Angleterre que son prédécesseur et moins orienté vers Bonn, devient ministre des Affaires étrangères. Charles de Gaulle reste président, mais il est « traumatisé » et « humilié » par la révolte imprévue de la jeunesse, il se sent « meurtri103 ». Dès lors, de Gaulle croit ne pas avoir compris les jeunes, l’avenir, et se pose constamment la question de sa légitimité. La veille du référendum du 27 avril 1969, auquel de Gaulle lie son destin, il confie à un proche : « Il faut que je parte. La jeunesse en a assez de moi. Ils ont crié “Dix ans c’est assez !”. Mais vous verrez, quand je serai parti, ma légende sera gigantesque. »

  • 104 AMAE, EM 34, Entret. de Gaulle-Kiesinger, 27.9.68. – AAPD 1968, Dok. 312.

95Le sommet franco-allemand de la fin septembre 1968 s’inscrit dans cette ligne de frustration. Fort mécontent de l’attitude de Bonn durant le Printemps de Prague, de Gaulle donne libre cours à son amertume et reproche aux Allemands de n’avoir jamais fait grand-chose, malgré le traité de 1963 et l’élan de Paris, pour rendre Français et Allemands solidaires dans leur existence, leurs sentiments et leurs activités104. Certes, la France a consommé la réconciliation avec l’Allemagne, devenue une réalité, mais il reste toujours aux deux pays, conclut de Gaulle, de faire une politique commune.

  • 105 AMAE, RFA 1654, Tél. Seydoux (Bonn), 12.9.68, citant W. Brandt.
  • 106 ACDP, NL Kies. A008-1, Infogesprâch, 5.12.68. – Cf. PAAA, B24/629, 4.3., 19.3.69

96En septembre 1968, les positions française et allemande « ne peuvent guère être plus éloignées » l’une de l’autre105. Mais la semonce du général de Gaulle met aussi en évidence sa volonté, persistante, de créer un couple franco-allemand solidaire. Sinon, il n’y insisterait pas autant. Kurt Kiesinger, d’abord submergé de reproches, résume ensuite avec une finesse d’esprit : pour de Gaulle, il n’y a que deux alternatives – être l’allié de l’Allemagne ou alors lui faire la guerre. Et sans doute, le général préfère-t-il la première solution106. Kiesinger croit comprendre, au cours de l’hiver 1968-1969, que les conceptions du général de Gaulle ne changeront jamais : coopérer avec la France veut dire, pour l’Allemagne, accepter entièrement la politique gaullienne et se résigner à un rôle de partenaire junior.

  • 107 AMAE, RFA 1609, 30.12.68 (citation). – ACDP, NL Osterheld, Kies.4, 31.10.68.

97En dépit du désaccord ouvert, encore aggravé par la crise monétaire de novembre 1968, le gouvernement allemand se rend compte du caractère irremplaçable des relations avec la France. Une rupture avec Paris est inconcevable : elle irait à l’encontre des principes régnant entre les peuples et aucun pays ne pourrait plus offrir à la République fédérale, devenue infidèle, une amitié sérieuse. Dans son message de fin d’année, Kurt Kiesinger lance à ses compatriotes un appel lourd de sens : « N’oublions pas que, dans le monde, souvent, on nous respecte et l’on a de la considération pour nous, mais on ne nous aime pas107. » L’amitié franco-allemande lui apparaît, malgré tout, comme un trésor très précieux.

  • 108 AMAE, AO 34. – PRO, FCO 33/535, M. Debré in Die Welt, 11.3.69.
  • 109 Entretien de l’auteur avec H. Kusterer. – Du même avis : P. MAILLARD, op. cit., p. 235.
  • 110 Entretien de l’auteur avec Egon Bahr. – Pour une analyse critique de cette affirmation, généralemen (...)

98En février 1969, Charles de Gaulle tente un rapprochement avec la Grande-Bretagne, épisode connu sous le nom de l’affaire Soames. Vite déçu par la perfide Albion, le général doit se rendre compte que ses rapports difficiles avec l’Allemagne sont en réalité les plus solides108. Et Bonn ne manifeste pas d’objection majeure à la perspective d’une éventuelle intimité franco-britannique. En duo avec la France, les Allemands ne se sentent pas à l’aise, les relations sont trop « fatigantes109 ». La même logique peut aussi s’appliquer à la position de Georges Pompidou, élu président français le 15 juin 1969. Afin de ne pas être seul avec les Allemands, qui s’engagent dans une politique orientale très active dès l’élection de Brandt à la chancellerie, fin septembre 1969, le président Pompidou préfère accepter l’adhésion de la Grande-Bretagne à la Communauté européenne. Telle est en tout cas l’impression de Willy Brandt110. Désormais, Georges Pompidou souhaite cultiver avec la République fédérale des « relations exemplaires » et non plus, comme le général de Gaulle, des « relations privilégiées ». La période intense de 1963 à 1969 débouche ainsi sur une double volonté, française et allemande, de sauvegarder les acquis du traité de l’Élysée, mais aussi d’abandonner un concept trop exclusif des rapports entre Paris et Bonn.

Notes

1 AMAE, RFA 1602, Allocutions du 10 mai et du 12 juin 1963.

2 A. PEYREFITTE, op. cit., t. I, p. 156, 11.7.62 ; t. II, p. 230, 19.6.63.

3 Danielle BAHU-LEYSER, De Gaulle, les Français et l’Europe, Paris 1981, pp. 150-153, 211-213.

4 BA, NL Blankenhorn 158a. – Danielle BAHU-LEYSER, « L’opinion française et le traité franco-allemand de 1963 », in : Études Gaulliennes, n° 23/24, juillet-décembre 1978, pp. 9-16.

5 Cf. les comptes rendus des séances du Bundesrat (1.3.63) et du Bundestag (16.5.63). – U. LAPPENKÜPER, Die dt.-frz. Beziehungen, op. cit., pp. 1800-1806.

6 LNC, t. IX, p. 348.

7 AAPD 1963, Dok. 357, Gespräch Adenauer-de Gaulle, 22.9.63.

8 AAPD 1963, Dok. 356, Gespräch Adenauer-de Gaulle, 21.9.63.

9 Peter SCHUNCK, « De Gaulle et les Allemands : révision d’un préjugé », in : Espoir, n° 120, nov. 1999, p. 60.

10 BA, NL Blankenhorn 158a, 24.6., 27.6.63.

11 AAPD 1963, Dok. 356, Gespräch Adenauer-de Gaulle, 21.9.63.

12 AMAE, RFA 1600, Note du 17.9.63 : application du traité franco-allemand.

13 BA, NL Blankenhorn 162, 1.11.63.

14 AMAE, EM 19, Entretiens avec J. Kennedy (7.10.63), D. Rusk (8.10.63) et R. Butler (24.10.63).

15 AMAE, EM 18, Entretien de Gaulle-Vinogradov, 29.1.6.3.

16 PAAA, B24/473, Pressekonf., 23.1.63. – BKAH, NL Adenauer III12, 10.9.63. – U. LAPPENKÜPER, Die dt.-frz. Beziehungen, op. cit., p. 1853. – H.-P. SCHWARZ, Adenauer. Der Staatsmann, op. cit., pp. 814-815.

17 J. LACOUTURE, Le souverain, op. cit., pp. 292-293.

18 BA, NL Carstens 630, Handschriftliche Notiz, 7.6.63.

19 BA, NL Blankenhorn 152, 28.1.63. – G. ZIEBURA, op. cit., pp. 163-171. – P. KIELMANSEGG, op. cit., p. 188. – U. LAPPENKÜPER, Die dt.-frz. Beziehungen, op. cit., p. 1855.

20 Discours du 10.9.86, cité in : R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., p. 299.

21 Interview accordée à l’auteur. – PAAA, B2/127, Aufz. vom 9.4.63.

22 „Die Idee eines selbstbestimmten Europas verdanken wir de Gaulle.“ (Entretien avec l’auteur.)

23 Knut LINSEL, Charles de Gaulle und Deutschland, 1914-1969, Sigmaringen 1998, pp. 262-264.

24 Interviews accordées à l’auteur.

25 PAAA, B14/1224, Aufz. vom 29.4.66 : Deutschlandbild der Franzosen.

26 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 233 (citation). – FCdG, AO, J. de Lipkowski, 15.11.93.

27 Hermann KUSTERER, Le Général et le Chancelier, Paris 2001, p. 42.

28 Ibidem (citation). – Pierre MAILLARD, De Gaulle et le problème allemand. Les leçons d’un grand dessein, Paris 2001, pp. 133-134.

29 T. OPPELLAND, op. cit., pp. 545-546.

30 ACDP, NL Osterheld, Erh.l, Pressekonf., 22.11.63. – PAAA, B24/517, Bundestag, 9.1.64.

31 AMAE, RFA 1600, Tél. de Margerie (Bonn), 10.1.64.

32 AAPD 1964, Dok. 486, Gespr. Erhard-Johnson, 28.12.63. – BA, NL Carstens 337, Aufz., 11.2.64.

33 A. MIERZEJEWSKI, op. cit., pp. 29-37, 166-174. – Ulrich LAPPENKÜPER, „Den Bau des europäischen Hauses vollenden. Die Europapolitik Ludwig Erhards 1963-1966”, in : Historisch-Politische Mitteilungen, Archiv für Christlich-Demokratische Politik, n° 7/2000, pp. 239-243.

34 V. HENTSCHEL, op. cit., p. 613. – Cf. aussi : R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., p. 180.

35 AMAE, AO 34, Interview du 10.11.89 avec François Puaux.

36 Témoignage de H. Kusterer, lors d’un entretien avec l’auteur.

37 Entretiens de l’auteur avec P. Maillard, C. d’Aumale et B. de Leusse.

38 AMAE, RFA 1662, Note du 3.2.64. – AMAE, Pactes 321, Tél. d’Aumale (Bonn), 28.1.64. – PAAA, B24/517, Bundestag, 22.1.64. – BA, NL Carstens 337, Aufz., 22.1.64.

39 AMAE, EM 20, Lucet (Paris) aux ambassades, 17.2.64.

40 A. PEYREFITTE, op. cit, t. II, pp. 257-263. – AAPD 1964, Dok. 161.

41 AMAE, EM 22, Entretien du 3.7.64, 11 h. – AAPD 1964, Dok. 180.

42 AN, 539 AP6, Note D. de Vabres, 7.7.64. – FCdG, AO, M. Couve de Murville, 7.2.94.

43 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 263 (citation). – FNSP, CM8, Note du général, 2.11.64.

44 Klaus HILDEBRAND, Von Erhard zur Grossen Koalition, 1963-1969, Stuttgart 1984, p. 106.

45 E. Gerstenmaier préside également le Bundestag. La CSU est le parti-frère de la CDU en Bavière.

46 R. Barzel est alors président du groupe parlementaire CDU/CSU, J. Dufhues directeur de la CDU.

47 Willy BRANDT, Begegnungen und Einskhten. Die Jahre 1960-1975, Hamburg 1976, pp. 141-142. –AMAE, RFA 1605, Tél., 3.1., 19.3.65.

48 H.-P. SCHWARZ, Adenauer. Der Staatsmann, op. cit., p. 894.

49 BA, Tb von Hassel, BW1/103, 12.1.65. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., pp. 182-183.

50 Entretien de l’auteur avec C. d’Aumale. – AMAE, AO 34, F. Puaux, 10.11.89.

51 FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 132, Kissinger to Bator, 22.11.65.

52 F. EIBL, op. cit., 346-349. – T. OPPELLAND, op. cit., pp. 634-638.

53 Manfred STEINKÜHLER, Decdeutsch-französische Vertragvon 1963. Entstehung und politische Bedeutung in den Jahren 1958 bis 1969, Berlin 2002, pp. 98-99 (cit.). – P. KIEL-MANSEGG, op. cit., p. 189.

54 Anneliese POPPINGA, Meine Erinnerungen an Konrad Adenauer, Stuttgart 1970, pp. 106-107.

55 BKAH, NL Ad. III 30, Guttenberg an Adenauer, 13.6.64. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., pp. 184-192. – AMAE, RFA 1604, Publications du baron von Guttenberg.

56 Après avoir accusé la revue Der Spiegel d’avoir publié des informations confidentielles concernant la défense nationale, FJ. Strauss fait arrêter, à tort, les chefs du journal.

57 ACSP, NL Strauss, PV 5626, Brief an Erhard, 5.6.66 ; Fam. 1117, 1119, 1125.

58 AMAE, RFA 1377, Discours de F.J. Strauss à Düsseldorf, 17.2.65. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., p. 186. – FRUS 1964-68, vol. XV, doc. 132.

59 FJM, AMK C 1/38/18, Entret. Monnet-Strauss, 19.5.67 (citation). – PRO, FCO 33/108, 13.12.67.

60 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 218, 12.11.64.

61 BKAH, NL Adenauer III 52, Aufz., 10.3.65 ; II 46, Adenauer an de Gaulle, 5.4.65.

62 Martin SCHAAD, „Eine “gaullistische” Inszenierung : Zur Affäre um den Grafen Huyn“, in : Historisch-Politische Mitteilungen, n° 8/2001, pp. 95-111. – AAPD 1965, Dok. 421. – ACDP, NL Schröder, 109/1.

63 P. KIELMANSEGG, op. cit., p. 189.

64 R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., p. 1. – P. KIELMANSEGG, op. cit., pp. 181-182.

65 BA, B136/2092, Besuch des frz. Staatspräsidenten in Bonn, 11./12.6.65.

66 A. MIERZEJEWSKI, op. cit., p. 210. – K. HILDEBRAND, op. cit., p. 34.

67 PAAA, B24/630, Aufz. Duckwitz, 18.1.68.

68 PAAA, B41/755, Aufz. 24.10., 7.11.66. – AAPD 1966, Dok. 333, 367. – R. MARCOWITZ, Option für Paris ?, op. cit., pp. 248-258. – H.-J. GR\BBE, op. cit., p. 519.

69 Dieter ERNST, Der innerparteiliche Kanzlersturz (Ludwig Erhard 1963-1966), München 1996, p. 185. – D. KOERFER, op. cit., p. 757.

70 A. PEYREFITTE, op. cit., t. II, p. 278 (citation). – AMAE., RFA 1605, Tél. Lucet, 21.1.65.

71 LNC, t. X, pp. 169-170. – PAAA, B136/2092, Tischreden, 11.6.65.

72 DM, t. IV, p. 385. – Cf. AMAE, EM 26, Entretien de Gaulle-Alphand, 9.11.65

73 M. VAÏSSE, La grandeur, op. cit., pp. 334-335.

74 AMAE, RFA 1608, Note Herly (Düsseldorf), 5.1.66.

75 LNC, t. X, pp. 246-249.

76 AMAE, RFA 1606, 4.8.65 ; RFA 1608, 18.3.66 ; RFA 1465, 8.8.66 et 21.10.66.

77 PAAA, B150, Aufz., 1.4.66. – R. MARCOWITZ, « CDU/CSU, SPD », op. cit., p. 63.

78 AMAE, EM 29, Entret. de Gaulle-Kiesinger, 13.1.67, 11 h 45. – AAPD 1967, Dok. 14.

79 PAAA, B2/132, Gespräch Bohle-Foccart, 5.1.67.

80 ACDP, NL Kies. A292. – AMAE, EM 29. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, pp. 194-195.

81 Déclaration gouvernementale : AMAE, RFA 1608, 13.12.66.

82 ACDP, NL Schröder 291 /1, Aufz. Carstens. 19.11.66. – BA, Bl 36/3042, Aufz. Osterheld, 28.12.66. – R. MARCOWITZ, Option fur Paris ?, op. cit., pp. 258-259.

83 Lors du vote du groupe parlementaire CDU/CSU, K. Kiesinger remporte 137 voix, G. Schröder 81 et R. Barzel 22. Ensuite, K. Kiesinger reçoit 340 des 472 voix au Bundestag.

84 FES, Dep. Bahr 441, Aufz. Bahr, Januar 1967.

85 Dirk KROEGEL, Einen Anfang finden. Kurt Georg Kiesinger in der Aussen- und Deutschlandpolitik der Grossen Koalition, München 1997, pp. 77-78.

86 BA, B136/3042, Aufz. Osterheld, 28.12.66. – ACDP, NL Osterheld, Kies. 1, 6.1., 31.3.67.

87 Entretiens de l’auteur avec H. Kusterer et P. Messmer. – AMAE, EM 29, 15.12.66 ; EM 31, 12.7.67. – A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 194.

88 FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 263. – AAPD 1967, Dok. 263, 267.

89 BA, NL Guttenberg 154, 10.7.67. – PAAA, B150, 28.6.67, 8.1.68. – D. KROEGEL, op. cit., p. 79.

90 PRO, FCO 33/119, Roberts (Bonn) to Stewart (London), 10.4.68.

91 LNC, t. XI, p. 194 (citation). – PAAA, B24/630, 29.3.68. – AMAE, RFA 1608, 22.11.67.

92 W. BRANDT, Erinnerungen, op. cit., pp. 240-243

93 AMAE, RFA 1609, Affaire Brandt, Note du 6.2.68.

94 AMAE, EM 33, Note du 5.2.68. – CADN, Bonn Amb. 178, 5.2.68. – François SEY-DOUX, Dans l’intimité franco-allemande : une mission diplomatique, Paris 1977, p. 105.

95 FES, NL Brandt, PT 209, Interview AFP, 31.5.65. – AMAE, RFA 1606, 13.9.65. – FRUS 1964-68, vol. XIII, doc. 244, 30.3.67.

96 AMAF, RFA 1609, Affaire Brandt. – AN, 539 AP9, 7.2.68. – PAAA, B24/630, 7.2.68. Der Spiegel, 12.2.68, p. 29 : Brandt-Rede. FFS, NL Brandt, PT 270, Bundestag, 7.2.68.

97 FES, NL Brandt, AM 10, Gespräch Thomas-d’Aumale, 9.2.68. – AMAE, RFA 1609, Affaire Brandt ; AO 34. – PAAA, B24/621, 14.2.68. – Hervé ALPHAND, L’Étonnement d’être. Journal 1939-1973, Paris 1977, p. 499.

98 PRO, FCO 33/108, Willy Brandt, 1968. – AMAF, RFA 1609, Entret. d’Aumale-Bahr, 5.2.68.

99 Willy BRANDT, Mémoires, Paris 1990, p. 208.

100 BA, NL Gutt. 90, 28.6.67. – Entretien de l’auteur avec H. Kusterer.

101 A. PEYREFITTE, op. cit., t. III, p. 194 (cit.). – AMAE, F.M 30, Adenauer-de Gaulle, 20.2.67

102 Entretien accordé à l’auteur par Pierre Messmer, le 25.9.03.

103 FCdG, AO, Témoignage de Jean de Lipkowski, 15.11.93.

104 AMAE, EM 34, Entret. de Gaulle-Kiesinger, 27.9.68. – AAPD 1968, Dok. 312.

105 AMAE, RFA 1654, Tél. Seydoux (Bonn), 12.9.68, citant W. Brandt.

106 ACDP, NL Kies. A008-1, Infogesprâch, 5.12.68. – Cf. PAAA, B24/629, 4.3., 19.3.69

107 AMAE, RFA 1609, 30.12.68 (citation). – ACDP, NL Osterheld, Kies.4, 31.10.68.

108 AMAE, AO 34. – PRO, FCO 33/535, M. Debré in Die Welt, 11.3.69.

109 Entretien de l’auteur avec H. Kusterer. – Du même avis : P. MAILLARD, op. cit., p. 235.

110 Entretien de l’auteur avec Egon Bahr. – Pour une analyse critique de cette affirmation, généralement admise, cf. : G.-H. SOUTOU, L’alliance incertaine, op. cit., pp. 311-320.

Table des illustrations

Crédits La relève.L’union franco-allemande risque d’être fragilisée au moment où Ludwig Erhard remplace Konrad Adenauer.Caricature de Flora dans Die Zeit, 27 septembre 1963, p. 1.© Paul Flora, Innsbruck-Hungerburg.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search