Version classiqueVersion mobile

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

Préface

Jacques Bariéty

Texte intégral

1Voici un livre très neuf. On pouvait penser que tout était déjà connu et avait été dit sur les relations franco-allemandes de 1963 à 1969, ces années si denses qui vont de la signature du pacte de coopération entre les deux États, signé à l’Élysée le 22 janvier 1963, et la démission du général de Gaulle le 28 avril 1969. Benedikt Schoenborn nous détrompe : il y avait encore beaucoup à trouver et à dire.

2Son livre est neuf, d’abord par le regard nouveau et original qu’il apporte sur ce grand sujet. L’auteur n’est ni allemand ni français ; il est suisse, ce qui dans une affaire d’une telle importance et où les difficultés et les reproches réciproques, exprimés ou sous-entendus, ne manquèrent pas – l’amitié franco-allemande ne fut pas un long fleuve tranquille – facilite l’indépendance d’esprit et de jugement. Mais, parfaitement bilingue, il a d’abord maîtrisé tout ce qui a été publié sur le sujet dans l’une et l’autre des deux langues. J’ose dire qu’il a acquis de la sorte un regard « binoculaire », ce qui fait bénéficier la vue qu’il a des choses et les réflexions qu’il en tire de la perception de relief.

3Il importe aussi de savoir que le livre est issu d’une thèse de doctorat d’histoire préparée et soutenue sous co-tutelle de l’Université de Paris-IV Sorbonne, où il a acquis une maîtrise d’histoire et un Diplôme d’Études Approfondies, et de l’Institut Universitaire de Hautes Études Internationales de Genève, dont l’ouverture internationale et l’excellence sont connues de tous. Respectant les rigoureuses exigences scientifiques d’une thèse de doctorat, l’auteur a exploité, en France et en Allemagne, toutes les archives disponibles, publiques et privées, et toute la littérature des Mémoires, dont il a complété la lecture par des entretiens avec des acteurs et de grands témoins des événements, toujours vivants, et par des incursions dans les archives britanniques et américaines. La richesse de son enquête explique la maîtrise du sujet, et aussi la mise à jour de révélations et de précisions nouvelles. Et tout cela est présenté dans une langue claire et vivante qui se lit avec aisance et un intérêt soutenu.

4La mésentente apprivoisée ? Le titre que Benedikt Schoenborn a donné à son livre exprime bien sa pensée et résume le bilan qu’il tire de l’étude de ces six années. À peine les signatures du traité de l’Élysée étaient-elles sèches que la mésentente apparut sur la portée de celui-ci ; elle éclata en mai 1963 avec le vote par le Bundestag du fameux « préambule » qui dénaturait le traité ; puis, au long des années, les motifs de désaccord ne manquèrent pas ; le « couple franco-allemand » tant vanté fut souvent un ménage à trois, les États-Unis, et parfois la Grande-Bretagne, intervenant en troisième partenaire. Les raisons ? Divergences entre les visions bipolaire et multipolaire du monde ; Europe « européenne » ou Europe « atlantique » ; Europe protégée ou largement ouverte au libre-échange ; possession et règles d’emploi des armements nucléaires ; nature de la détente et des relations avec l’Est ; et, à ne pas sous-estimer, le penchant naturel à l’entente ou à la mésentente personnelle entre les hommes d’État responsables, le général de Gaulle et les chanceliers allemands successifs, Adenauer, Erhard et Kiesinger, et leurs principaux ministres.

5L’étude se situe en effet au niveau des États, donc des hommes d’État et des appareils dont ils disposent. Ce choix est judicieux pour la période du fait de la forte personnalité de De Gaulle, de sa conviction que ce sont les États qui font l’histoire et de la continuité de son action. On apprend ainsi que le général n’a pas désespéré d’une coopération bilatérale privilégiée avec l’Allemagne dès le vote du préambule, ni dès l’arrivée d’Erhard à la Chancellerie. De Gaulle a même proposé en mars 1964 une union monétaire aux Allemands, ce que Valéry Giscard d’Estaing a confirmé à l’auteur. Erhard, lui, pensait encore en 1965 à une grande zone européenne de libre-échange. Ce sont finalement les efforts du Chancelier pour obtenir une participation allemande dans la décision d’emploi éventuel des armes nucléaires américaines en Europe qui ont gravement contrarié le général ; et, bien sûr les maladresses de Schröder n’ont pas arrangé les choses. Le climat s’améliora à l’arrivée à la Chancellerie en décembre 1966 de Kiesinger, plus habile, et de Gaulle apprécia d’abord la volonté de détente à l’Est du nouveau ministre des Affaires étrangères, Willy Brandt, avant que là aussi, en 1968, les relations à nouveau ne se détériorent.

6Comment donc la mésentente fut-elle apprivoisée, car quand même, et malgré tout, il n’y eut pas rupture, ni même menace grave de rupture ? Benedikt Schoenborn en voit comme raison fondamentale et pour ainsi dire contraignante la croissance économique remarquable et le prodigieux accroissement des échanges dans la « petite Europe » des Six, notamment entre l’Allemagne et la France, menant à une sorte de symbiose économique franco-allemande de fait ; tout ne fut pas parfait, sans doute, dans la coopération franco-allemande, mais elle fut très réelle, bénéficia aux deux pays, devint irréversible et les États en étaient conscients.

7Et le traité était là ; même quelque peu dénaturé, il était appliqué, les rencontres périodiques entre responsables de divers niveaux des gouvernements et des administrations se tinrent comme prévu, même en période de tension, comme si, de l’un et l’autre côtés, on continuait à espérer dans l’avenir et se refusait à mettre en péril ce qui avait déjà été acquis. Sans doute ce qui avait été le projet gaullien d’une Europe assez forte, grâce à sa base franco-allemande, pour s’imposer comme partenaire reconnu par les deux superpuissances dans les affaires du monde, ne se réalisa pas, mais du moins la relation en profondeur entre les peuples allemand et français s’était définitivement confirmée dans le cours nouveau dont elle ne devait plus se départir.

8Pour finir, mentionnons quelques-unes des révélations qu’apporte le livre. Kennedy a mis le gouvernement allemand en demeure, dès avant la signature du traité de l’Élysée, de choisir entre Paris et Washington, menaçant de retirer les troupes américaines d’Europe si Bonn allait trop loin dans son entente avec Paris. Jean Monnet n’a pas joué le rôle décisif que l’on a dit dans la décision allemande de coiffer le traité d’un préambule ; l’idée en était venue dès les lendemains de la signature du traité à des hommes politiques allemands dont le « francophile » Carlo Schmid. Erhard a pensé dès son arrivée à la Chancellerie à « acheter » la réunification de l’Allemagne par des aides économiques à l’Est, ce dont il n’a jamais parlé aux Français et qui préfigurait, dès 1963, ce que Kohl réussira en 1990. De Gaulle, en aparté avec des collaborateurs de confiance, disait que la réunification allemande était dans la nature des choses, mais qu’il n’était pas pressé de la voir se réaliser. Pendant le « printemps de Prague », Brandt entretint des relations confidentielles avec le gouvernement tchèque, et, dès 1968, Egon Bahr, son conseiller de confiance, prépara la création d’une zone démilitarisée en Europe centrale et eut des contacts secrets avec Moscou ; il est vraisemblable que de Gaulle l’apprit, ce qui aide à comprendre son raidissement à l’égard de Brandt et à faire douter, dès lors, de la possibilité de compatibilité entre les « politiques à l’Est » de la République fédérale et de la France.

9On ne saurait enfin manquer de mentionner l’intérêt du dernier chapitre, très original, Présence du passé.

10Le livre de Benedikt Schoenborn retiendra l’attention des historiens et mérite celle de quiconque s’intéresse à un passé récent qui a préparé notre présent.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search