Desktop versionMobile version

La mésentente apprivoisée

 | 
Benedikt Schoenborn

Remerciements

Full text

1Mes remerciements sincères vont aux personnes qui m’ont offert leur aide aux différents stades de ce travail. En particulier, j’assure de ma gratitude mes deux directeurs de thèse, Pierre Du Bois et Jean-Paul Bled, pour m’avoir suivi tout au long de mon parcours et m’avoir fait découvrir, par leurs propositions et corrections perspicaces, les finesses et la profondeur du sujet traité. Ce livre est l’aboutissement de ma thèse de doctorat, préparée à l’Institut universitaire de hautes études internationales à Genève, en cotutelle avec l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), et soutenue à Genève en décembre 2005.

2Je remercie Marie-Thérèse Bitsch et Bruno Arcidiacono d’avoir accepté de siéger au jury de thèse ainsi que Jacques Bariéty – qui avait su insuffler mon enthousiasme pour les relations franco-allemandes lors de mes études de maîtrise – d’avoir consenti à rédiger une préface.

3Dans l’impossibilité de citer leurs noms, bien trop nombreux, je témoigne une grande reconnaissance aux conservateurs d’archives, bibliothécaires et leurs collaborateurs, qui tous, m’ont soutenu avec compétence et clairvoyance durant mes recherches. Je sais estimer la valeur des multiples dérogations m’ayant été accordées – par des ministères et par des personnalités individuelles ou leurs familles. Je remercie vivement messieurs Valéry Giscard d’Estaing, Pierre Messmer, Egon Bahr, Pierre Maillard, Christian d’Aumale, Bruno de Leusse et Hermann Kusterer de m’avoir reçu et fait part de leurs souvenirs précieux. Leur intérêt et leur courtoisie m’ont profondément touché. Merci aussi à Rainer Barzel pour son extrême obligeance d’avoir répondu à mes questions par écrit.

4La présente publication a été rendue possible grâce au soutien de l’Institut universitaire de hautes études internationales à Genève, et notamment grâce à l’appui et les conseils avisés de Slobodan Djajic et d’Anne Stierlin, ce dont je leur sais gré. J’exprime également ma gratitude à Micheline Pessin qui a généreusement relu mes manuscrits, tout au long de la période de rédaction. Finalement, quelques amis et proches : Susanne Breuer, Dominique Kohli, Claudia Pfenninger, Jean-Christophe Roger, Peter Schild et Franz Schoenborn, m’ont stimulé par leurs encouragements chaleureux, qu’ils en soient très cordialement remerciés.

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search