Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Conclusion

Texte intégral

1Pour répondre aux nouveaux défis mais aussi saisir les opportunités offertes par la dissolution de l’URSS et la naissance de cinq nouveaux États en Asie centrale (Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizstan, Ouzbékistan et Turkménistan), la République populaire de Chine a choisi dès le début de l’année 1992 de mettre en place en direction de ces derniers, une politique étrangère destinée à promouvoir l’établissement et le développement de liens politiques et économiques de proximité. Ses objectifs étaient multiples. Pour les autorités chinoises, il s’agissait non seulement d’assurer puis de renforcer la sécurité nationale du pays -notamment la sécurité de la région autonome du Xinjiang, frontalière des nouvelles républiques centre-asiatiques, dont la stabilité risquait d’être directement menacée par d’éventuels désordres dans ces nouveaux États-, mais aussi de tirer les bénéfices stratégiques de la dissolution de l’URSS en participant à la stabilisation de ces États centre-asiatiques formant désormais une « zone intermédiaire » séparant le territoire de la République populaire de celui de la Fédération de Russie. Pékin entendait également tirer profit de ce nouveau contexte régional pour favoriser son développement économique, notamment celui de la partie du territoire chinois frontalier de l’Asie centrale, et pour étendre son influence politique et économique dans cet espace géographique voisin. En raison de ses caractéristiques historiques, ethnique et géostratégique, la situation de la région autonome du Xinjiang a déterminé les choix des autorités chinoises en matière de politique étrangère à l’égard des républiques de l’Asie centrale tout en jouant un rôle central dans cette politique.

2Cette orientation de la politique étrangère de Pékin en faveur de l’établissement de relations politiques et économiques de proximité avec les républiques d’Asie centrale n’est pas complètement originale. Elle s’inscrit dans la continuité à la fois de la « politique périphérique » (zhoubian zhengce) formulée au début des années 80 par la République populaire pour établir des relations de « bon voisinage »avec les États adjacents au territoire chinois afin de garantir sa sécurité mais aussi de faciliter sa modernisation économique, et de l’ouverture économique mise en œuvre par Pékin également dans la seconde moitié de cette décennie en direction de l’URSS et des républiques socialistes soviétiques d’Asie centrale. Même si les rapports bilatéraux n’ont pas toujours été exempts de difficultés, grâce à ce choix, la Chine a réussi à établir des relations politiques bilatérales normalisées avec ses voisins centre-asiatiques et à engranger un certain nombre de résultats positifs. Dès le début de l’année 1992, l’ensemble des républiques centre-asiatiques s’est ainsi aligné sur la position de la République populaire concernant la question de Taiwan. Ces États ont maintenu cette prise de position depuis ce moment. Dans le domaine fondamental de la sécurité, Pékin a rapidement obtenu des promesses officielles des républiques centre-asiatiques. Dans des déclarations politiques bilatérales, ces dernières se sont toutes engagées auprès de la Chine à ne participer à aucune alliance politique ou militaire tournée contre la République populaire. Pour approfondir leurs nouvelles relations politiques avec les républiques centre-asiatiques et étendre les domaines de coopération bilatérale, les autorités chinoises ont aussi multiplié les contacts interpersonnels et les échanges avec les élites dirigeantes des nouveaux États. Dès le début des années 1990, la Chine a commencé à promouvoir l’établissement de coopérations bilatérales avec ces derniers dans les domaines non-traditionnels de la sécurité (lutte contre le terrorisme, la criminalité et les trafics -dont le trafic des armes et de la drogue-).Mais elle a surtout essayé d’amener ces États à coopérer avec elle dans sa lutte contre le « séparatisme » des Ouïgours, le principal risque pesant sur sa sécurité nationale au Xinjiang. Bien que l’obtention de la coopération de ses voisins centre-asiatiques dans la lutte contre cette menace soit l’objectif principal de la politique étrangère de la République populaire à leur égard, ce n’est cependant qu’à partir de 1994 et de la tournée diplomatique du premier ministre chinois Li Peng en Asie centrale que Pékin obtient des résultats significatifs dans ce domaine. Les différentes républiques centre-asiatiques promettront ainsi à Pékin que leur territoire ne servira pas de bases arrières à d’éventuelles organisations ouïgoures du Xinjiang/Turkestan oriental. Ces garanties complètent et facilitent le contrôle que les autorités chinoises ne cessent par ailleurs de renforcer dans la région autonome du Xinjiang pendant les années 1990. Pékin coordonnera pendant cette période sa politique extérieure à l’égard des républiques d’Asie centrale avec sa politique interne de répression -basée principalement sur la coercition mais aussi sur l’apaisement notamment grâce à l’ouverture économique- des aspirations nationales ouïgoures.

3Outre ces garanties quant aux activités d’éventuelles organisations ouïgoures du Xinjiang/Turkestan oriental sur le territoire des Républiques d’Asie centrale, la République populaire essaye également d’obtenir des régimes centre-asiatiques un contrôle plus strict des activités des organisations mises en place par leurs nationaux d’origine ouïgoure sur leur territoire. Cet objectif est cependant plus délicat à atteindre. Si les régimes centre-asiatiques sont rapidement amenés par Pékin à considérer la question du séparatisme ouïgour au Xinjiang comme une affaire interne à la Chine et à s’abstenir de toute ingérence dans cette question voire à coopérer avec les autorités chinoises, les États où vivent une importante minorité ouïgoure (Kazakhstan, République kirghize) ont cependant adopté une attitude plus réticente face aux demandes du pouvoir chinois concernant les activités sur leur territoire des organisations créées par leurs nationaux d’origine ouïgoure. Pour tirer profit des rétributions –notamment économiques- offertes par Pékin pour leur coopération et éviter de compromettre leurs relations avec leur puissant voisin, les gouvernements des républiques centre-asiatiques frontalières du Xinjiang ont néanmoins fixé des limites de plus en plus strictes aux activités de ces organisations sans cependant aller jusqu’à les interdire complètement pour éviter notamment la radicalisation des minorités ouïgoures vivant sur leur territoire et aussi peut-être pour conserver cette « carte ouïgoure » dans leurs négociations avec Pékin sur d’autres questions ou en cas de difficultés dans l’avenir.

4En plus de l’établissement et du renforcement d’une coopération contre le « séparatisme » des Ouïgours sur une base bilatérale, Pékin a promu également le développement de contacts bilatéraux dans le domaine militaire avec ses voisins centre-asiatiques. En raison sans doute de la présence d’armes nucléaires sur le territoire kazakh, le Kazakhstan est le premier pays d’Asie centrale avec qui Pékin établit ce type de relations. A partir de l’année 1995 des contacts sont également mis en place avec les deux autres Républiques frontalières du Xinjiang (la République kirghize et le Tadjikistan). Ce n’est ensuite que dans le nouveau contexte de l’après intervention de l’Otan au Kosovo que des relations dans ce domaine sont mises en place avec le Turkménistan et l’Ouzbékistan. Malgré l’établissement de ces contacts au cours des années 1990 et jusqu’à la veille des événements de l’automne 2001, les relations de la République populaire de Chine avec les républiques d’Asie centrale dans le domaine militaire resteront cependant secondaires comparées à celles qu’entretiennent ces pays avec d’autres acteurs régionaux, principalement la Russie.

5Toujours dans le domaine de la sécurité, Pékin négocie bilatéralement entre 1992 et 1997 l’établissement de mesures de confiance dans le domaine militaire dans la zone frontalière ainsi qu’une réduction mutuelle des forces armées avec le groupe commun formé par les nouveaux pays frontaliers de la région autonome du Xinjiang(Kazakhstan, République kirghize et Tadjikistan) et la Fédération de Russie. Ce processus va aboutir à la formation du « Groupe de Shanghai » à partir de 1996. Par ailleurs, la signature des traités bilatéraux de Shanghai d’avril 1996 et de Moscou d’avril 1997 -les trois républiques d’Asie centrale et la Fédération de Russie ne formant qu’une partie signataire- permet à la Chine de renforcer considérablement sa sécurité. Pour la première fois, ces instruments légaux instituent en effet la transparence et la prévisibilité dans le domaine des activités militaires, prévoient la réduction des forces militaires dans la zone frontalière et contiennent des déclarations sur les principes de non-agression et de non-utilisation de la force entre ces différents États. Ces traités sécurisent ainsi la frontière centre-asiatique de la Chine lui permettant de se concentrer prioritairement sur la défense de la façade Pacifique de son territoire, ce qui constitue un gain stratégique très substantiel. Ils rassurent également les voisins centre-asiatiques de la République populaire quant à ses intentions et consacrent la mise en place d’un climat de confiance favorable à un élargissement de la coopération entre la Chine et les trois républiques centre-asiatiques adjacentes à son territoire.

6Après la signature de ces deux importants traités, les activités du« Groupe de Shanghai » vont être relancées avec une nouvelle vigueur par la Chine dans le contexte de la guerre du Kosovo. Les raisons invoquées par les Occidentaux pour intervenir contre la Serbie ont en effet particulièrement inquiété les observateurs chinois. Pékin va donc utiliser la dynamique créée au sein du « Groupe de Shanghai »et le climat de confiance -baptisé « esprit de Shanghai »- établi avec ses voisins centre-asiatiques et la Fédération de Russie pour relancer et approfondir ses relations politiques et de sécurité -mais pas dans le domaine militaire afin de ne pas provoquer de réactions hostiles des États-Unis dont Pékin a besoin pour sa modernisation économique avec ses partenaires afin de protéger ses intérêts nationaux –essentiellement sa sécurité- face au nouveau contexte international post-guerre du Kosovo.

7Entre 1999 et 2001, trois rencontres du « Groupe de Shanghai » (Kazakhstan, République kirghize, Tadjikistan et Fédération de Russie ;auxquels s’adjoint l’Ouzbékistan en 2001) aboutissent à l’adoption de différentes déclarations politiques où les membres de ce forum prennent des positions communes conformes aux options et aux intérêts de la République populaire non seulement dans la question de Taiwan ou du séparatisme ouïgour mais aussi face à certaines orientations de la politique de l’administration américaine considérées par le pouvoir chinois comme contraires aux intérêts de la Chine. A la fin des années 1990, Pékin a donc réussi à acquérir une influence politique suffisante sur ses voisins pour amener ses partenaires au sein du « Groupe de Shanghai » à appuyer non seulement ses options de politique interne concernant la lutte contre le « séparatisme » ouïgour mais aussi certaines de ses options de politique étrangère face notamment aux États-Unis, limitant d’autant -certes en coopération avec la Russie- l’influence potentielle de Washington en Asie centrale. Une étape supplémentaire est franchie à l’été 2001 avec l’institutionnalisation du « Groupe de Shanghai » qui se transforme en organisation internationale régionale, l’Organisation de coopération de Shanghai et avec la signature d’un instrument juridique destiné à accroître la lutte contre le séparatisme ouïgour : la « convention de Shanghai pour la lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme ». Ce dernier document possède un caractère juridique qui renforce les obligations des partenaires centre-asiatiques de Pékin. La transformation du« Groupe de Shanghai » en première organisation internationale régionale directement inspirée par Pékin et dominée par le condominium sino-russe symbolise pour sa part les réalisations remarquables de la diplomatie chinoise depuis 1992. A la veille des événements du 11 septembre, Pékin s’est donc imposé comme un acteur majeur sur la scène centre-asiatique. Ce rétablissement de l’influence de la Chine en Asie centrale après une éclipse de plus d’un siècle et demi constitue une transformation géopolitique fondamentale de cette région. Grâce à la création de l'Organisation de coopération de Shanghai, Pékin dispose pour l’avenir d’un instrument multilatéral susceptible d’être mis en œuvre pour protéger ses intérêts internes mais aussi en Asie centrale -notamment ses intérêts de sécurité- et pour contrebalancer et limiter l’influence éventuelle d’autres puissances (notamment les États-Unis mais aussi la Russie) dans cette région.

8Outre cette dimension politique et de sécurité, la politique étrangère mise en œuvre par la Chine en direction des républiques centre asiatiques a également revêtu une dimension économique très importante. Dès l’établissement des relations diplomatiques bilatérales avec ses nouveaux voisins en janvier 1992, Pékin a mis l’accent sur l’extension et le renforcement des relations bilatérales économiques et commerciales. Ce choix qui s’est appuyé sur le précédent qu’à constituer le rétablissement des liens commerciaux sino-soviétiques dès le milieu des années 80 est conforme à ses intérêts économiques. Il poursuit d’autres objectifs puisqu’il est en outre destiné à favoriser la stabilité de l’Asie centrale et la sécurité de la région autonome du Xinjiang à travers la prospérité. Les objectifs de Pékin sont donc à la fois internationaux et internes. Le développement de relations économiques et commerciales a par ailleurs accompagné, étayé et complété l’essor des relations politiques de la République populaire avec les républiques centre-asiatiques. Il lui a permis de projeter pacifiquement son influence en Asie centrale tout en offrant en outre à la région autonome du Xinjiang la possibilité d’accélérer sa modernisation économique et de consolider sa sécurité. Les autorités centrales chinoises ont accordé à cette région des mesures économiques préférentielles importantes complétant d’autres mesures déjà adoptées au niveau provincial. Ces dernières lui ont permis de mettre en valeur les avantages (proximité géographique, complémentarité économique, proximité ethnique, linguistique et culturelle des populations, etc.) dont elle dispose dans ses relations avec les républiques centre-asiatiques. Pour faciliter et dynamiser les flux commerciaux intra-chinois et transnationaux avec l’Asie centrale, offrir aux nouvelles républiques des voies de désenclavement dont elles ont un impérieux besoin, mais aussi sans doute pour mieux arrimer la région autonome au territoire de la République populaire, les autorités centrales et provinciales ont aussi mis l’accent sur la modernisation et le renforcement des infrastructures de transport (tant ferroviaires que routières et aériennes) et de communication du Xinjiang. Elles ont multiplié les points de passage transfrontaliers avec les républiques d’Asie centrale adjacentes du Xinjiang et institué à Urumqi une importante foire commerciale.

9Tout au long des années 1990, les autorités chinoises ont maintenu l’accent placé sur les relations économiques et commerciales. Au début de l’année 2000, dans le contexte post-guerre du Kosovo, Pékin a en outre lancé un « programme d’ouverture de l’ouest de la Chine » (xibu da kaifa) destiné notamment à stimuler davantage l’économie des régions de l’ouest chinois, y compris celle du Xinjiang. Les autorités centrales et locales ont ainsi essayer de donner une impulsion supplémentaire à l’ouverture économique de la région autonome grâce à l’adoption de nouvelles mesures préférentielles. A l’occasion du sommet du « Groupe de Shanghai » à Douchanbé, Pékin a par ailleurs invité ses partenaires russes et centre-asiatiques à participer à ce programme et à saisir cette opportunité de multiplier et d’amplifier les échanges économiques et commerciaux avec les régions de l’ouest de la Chine. Pour certains spécialistes chinois, la mise en œuvre du « programme d’ouverture de l’ouest » devrait favoriser la projection de l’influence économique de la Chine en Eurasie. Ses effets restaient toutefois encore mitigés à l’automne 2001.

10Outre les relations bilatérales, la République populaire a également tenté de mettre en avant le thème de la coopération économique multilatérale dans le cadre du Groupe de Shanghai. Cette préoccupation est ainsi apparue pour la première fois à l’occasion de la réunion d’Almaty en juillet 1998. Étant donné le contexte en Asie centrale marqué par la montée en puissance des taliban en Afghanistan et les opérations du Mouvement islamique d’Ouzbékistan en République kirghize et en Ouzbékistan, les questions de sécurité ont cependant dominé les sommets suivants du « Groupe », reléguant la question de la coopération économique multilatérale au second plan des préoccupations des États-membres de ce forum. Elle ne disparaîtra cependant pas complètement de l’agenda du Groupe de Shanghai. Mais malgré des déclarations d’intention, les résultats concrets se feront encore attendre à l’automne 2001.

11En libérant les énergies au Xinjiang, les différentes mesures économiques adoptées tant au niveau national que provincial en 1992puis à partir du début de l’année 2000 ont produit des résultats non négligeables. Le volume du commerce extérieur du Xinjiang a ainsi été multiplié par trois. En dépit de limitations et de problèmes sérieux, au tournant du xxie siècle, la politique de la « double ouverture » économique -c’est-à-dire une ouverture à la fois sur les pays frontaliers et sur les provinces de l’intérieur du territoire chinois- suivie depuis 1992 par les autorités chinoises a permis à la région autonome du Xinjiang de se positionner comme l’acteur principal des échanges sino-centre-asiatiques. Cette région concentre en 2001 plus des deux tiers des échanges commerciaux réalisés entre la République populaire et ses voisins d’Asie centrale. Les succès obtenus par la Chine dans le domaine économique sont surtout significatifs à l’égard du Kazakhstan et de la République kirghize. Avec le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, ils sont nettement plus mitigés. Différentes raisons tenant à des facteurs particuliers à ces Républiques expliquent cette faiblesse des échanges. A l’automne 2001, malgré presque dix ans de relations, les relations économiques sino-centre-asiatiques n’ont donc pas encore atteint leur plein potentiel. Elles constituent néanmoins une base solide à partir de laquelle la Chine pourra dans l’avenir progressivement renforcer et approfondir son influence en Asie centrale.

12Enfin, la politique étrangère menée par la République populaire de Chine à l’égard des républiques centre-asiatiques a également revêtu une dimension énergétique. Le développement de cette dimension particulière répond à une série de préoccupations qui touchent à la fois au domaine économique, à la sécurité énergétique de la Chine et à sa sécurité au sens plus traditionnel. Pékin s’est intéressé rapidement aux réserves d’hydrocarbures de l’Asie centrale, notamment au gaz turkmène et au pétrole kazakh. Dans le cas turkmène, un projet de gazoduc entre ce pays et la Chine a été évoqué dès 1992. Des discussions ont eu lieu tout au long des années 1990 sans que le projet ne se matérialise. Malgré cette absence de résultats concrets entre 1992 et 2001, le projet de gazoduc sino-turkmène n’est pas sorti de l’agenda des discussions bilatérales entre les deux pays. Pékin a maintenu cette option ouverte afin de préserver l’avenir. Face au phénomène d’accroissement de sa consommation pétrolière et à l’essoufflement de sa production interne, la République populaire de Chine a également été amenée à rechercher des solutions pour assurer son approvisionnement pétrolier. A partir du milieu des années 1990, une nouvelle stratégie d’acquisition de champs pétrolifères outremer par les compagnies nationales chinoises a été encouragée par les autorités centrales. Le développement de liens dans le domaine pétrolier avec le Kazakhstan s’est inscrit dans le cadre de cette nouvelle stratégie. En 1997, Pékin a saisi l’occasion qui s’offrait à lui dans ce pays en raison de l’existence d’opportunités objectives dans le secteur pétrolier. Mais son choix n’a pas seulement été déterminé par ce facteur. La possibilité de renforcer les liens politiques à travers la coopération dans le domaine de l’énergie, de créer un nouvel espace de coopération sino-kazakhe et d’accroître le volume des échanges économique sa également déterminé le choix des autorités chinoises. Au-delà de ces motivations politico-économiques, les facteurs stratégiques ont également joué un rôle dans les calculs chinois –notamment la contiguïté géographique du Kazakhstan et la possibilité de mise en place d’un oléoduc terrestre depuis ce pays vers le territoire chinois-. La China National Petroleum Corporation (CNPC) a ainsi acquis deux champs pétrolifères importants et ouvert des discussions avec le Kazakhstan pour la mise en place de deux oléoducs de désenclavement. Les perspectives paraissaient donc prometteuses mais en 2001, le bilan restait cependant mitigé. Le problème de la matérialisation des oléoducs nécessaires au désenclavement vers le marché chinois des productions des champs nouvellement acquis par la CNPC et prévus dans les accords de septembre 1997 est resté entier. Pour la période qui nous préoccupe ici, les résultats obtenus dans le domaine pétrolier par la politique mise en œuvre par Pékin à l’égard du Kazakhstan n’ont pas été à la hauteur des ambitions affichées en1997. En 2001, le Kazakhstan restait un fournisseur pétrolier très modeste de la Chine. Mais l’éventualité d’une mise en place d’un oléoduc sino-kazakh est restée ouverte. Elle a d’ailleurs commencé à se matérialiser dans la période post-11 septembre. Elle offre des perspectives inédites d’approfondissement des relations économiques et politiques bilatérales entre les deux pays. A l’avenir, une telle ligne, une fois complétée entre la mer Caspienne et le Xinjiang, pourrait transformer le Kazakhstan en un fournisseurs de pétrole ajours de la Chine et la Chine en l’un des principaux clients du Kazakhstan, avec toutes les conséquences en termes politique, économique et géopolitique que crée ce type de relations.

13La politique étrangère mise en œuvre par la Chine en direction des nouvelles républiques d’Asie centrale à partir de 1992 a donc produit des résultats très significatifs. Alors qu’au début des années 1990, les observateurs négligeaient le rôle de la République populaire de Chine sur la scène centre-asiatique, en 2001, le poids acquis par Pékin en Asie centrale ne peut plus être ignoré. Le renforcement des infrastructures de transport en direction de l’Asie centrale observé pendant les années 1990, la place prise désormais par la Chine dans les échanges du Kazakhstan et de la République kirghize ou encore la mise en place de l’ « Organisation de coopération de Shanghai » créée à l’initiative de Pékin en constituent autant d’illustrations éclatantes. Au cours de la décennie 1992-2001, grâce à sa « politique périphérique » et à son choix en faveur de l’ouverture économique, mais aussi grâce à son attitude souple et pragmatique, à sa flexibilité, à sa capacité à s’adapter rapidement aux changements et à saisir les occasions offertes, la Chine s’est donc progressivement imposée comme un acteur politique et économique de premier plan en Asie centrale, même si certaines questions restent ouvertes comme le montre le problème de l’Irtych. Malgré des échecs entre 1992 et 2001 et même si les événements du 11 septembre 2001 l’ont freinée temporairement, la montée en puissance de la République populaire dans cet espace géographique constitue une tendance lourde avec laquelle les autres acteurs du système international doivent désormais compter.

© Graduate Institute Publications, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540