Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Partie 4. La République populaire et l’Asie centrale : des relations sans nuages ?

Texte intégral

1. Le règlement de la question des frontières

China-USSR Border

China-USSR Border

China-USSR Border: Western Sector

China-USSR Border: Western Sector

Source: China Maps, Perry-Castañeda Library Map Collection, University of Texas Libraries (http://www.lib.utexas.edu/​maps/​china,html)

1Au moment de leur accession à l’indépendance, les républiques centre-asiatiques ont hérité d’une partie du contentieux territorial et frontalier qui a opposé pendant plus trente ans la République populaire de Chine à l’URSS. Contrairement au secteur oriental de la frontière qui a fait l’objet d’un accord entre Moscou et Pékin en 1991, la question du secteur occidental qui concerne les républiques d’Asie centrale n’était pas réglée au moment de la dissolution de l’Union soviétique. Il n’était donc pas exclu que Pékin et les jeunes républiques d’Asie centrale frontalières de la région autonome du Xinjiang -à savoir le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan- ne soient rapidement confrontés à d’importantes difficultés dans leurs relations en raison de ce problème. Dix ans plus tard, on constate néanmoins que d’importants progrès ont été réalisés concernant le règlement cette question. Nous allons donc examiner le problème du contentieux frontalier et territorial entre la Chine et les républiques d’Asie centrale depuis 1992 en commençant par rappeler l’origine et la nature de ce différend puis en en décrivant l’étendue. Nous examinerons ensuite le choix en faveur du règlement du contentieux frontalier et le processus de négociation avant de passer à l’examen de la résolution du contentieux avec le Kazakhstan, la République kirghize et enfin le Tadjikistan.

1.1. Origine et nature du différend2160

  • 2160 Le conflit territorial et frontalier entre l’URSS et la République populaire de Chine a fait l’obje (...)
  • 2161 Voir HAMMER, M., Deux moments décisifs de l’histoire de la Chine contemporaine, Genève, IUHEI, 2000 (...)
  • 2162 Cité dans GINSBURGS, G, « The End of Sino-Russian Territorial Disputes? », The Journal of East Asia (...)
  • 2163 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), Central Asi (...)
  • 2164 Sur ce concept de « traités inégaux » voir TZOU, B.N., China and International Law. The Boundary Di (...)
  • 2165 Voir le texte de éditorial cité dans AN, Tai Sung, The Sino-Soviet territorial dispute, Philadelphi (...)
  • 2166 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit.

2Dans le cadre des tensions politiques qui sont apparues entre la République populaire de Chine et l’Union soviétique dès la fin des années 50 et du début des années 60, Pékin a soulevé la question des territoires perdus par l’empire mandchou au xixe siècle et du tracé de la frontière sino-soviétique. Le contentieux territorial et frontalier entre les deux pays, latent dès la signature du traité de Moscou de 19502161, s’est rapidement manifesté -dès 1956 selon certaines les sources soviétiques2162- par des violations de la frontière qui ont pris une ampleur considérable à partir de 1960. La première confrontation tangible entre l’URSS et la Chine se déroule ainsi en juin puis en août de cette année dans la région de la passe de Buz-Aigyr (Tian Shan au Xinjiang) où pénètrent des éleveurs et des bergers venus du Xinjiang avec le soutien semble-t-il des autorités chinoises2163. Malgré la multiplication des incidents frontaliers en 1961 et 1962, le contentieux n’éclate publiquement qu’en 1963. Pékin, en réponse à des remarques de Khrouchtchev sur l’attitude de la République populaire à l’égard des territoires de Hong Kong et Macao, dénonce dans un éditorial du Quotidien du Peuple du 8 mars 1963 la validité de traités -notamment ceux d’Aigun (1858), de Pékin (1860) et d’Ili (1881) pour ce qui concerne la Russie-, qualifiés d’« inégaux »2164, par lesquels l’empire mandchou des Qing a cédé divers territoires à des puissances européennes et au Japon au xixe siècle2165. Cet éditorial choque et inquiète à Moscou car pour la première fois, le mode d’acquisition par la Russie de certains territoires prétendûment « chinois » situés en Sibérie, dans la province maritime et en Asie centrale est contesté officiellement par Pékin. Cette dénonciation des traités « inégaux » par la République populaire reste cependant prudente. L’éditorial ne va ainsi pas jusqu’à les déclarer « nuls et non-avenus ». Selon G. Ginsburgs, en publiant ce document, « the Chinese scenario manifestly envisaged businesslike bargaining sessions, a compromise settlement which would carry the signatures of the top leaders of the Soviet Union and the PRC in lieu of the names of representatives of the old order — in short, an official testimonial to the freely granted acquiescence of the PRC authorities to the contours of the ensuing Sino-Soviel frontier line rather than the previous odd situation where everyone simply assumed that the PRC’s hands were tied by dusty relics of distant past »2166.

  • 2167 Voir GINSBURGS, G., « The End of Sino-Russian Territorial Disputes? », op. cit., pp. 269-270.
  • 2168 Dans Border and Territorial Disputes, op. cit., p. 443. Lors de sa rencontre avec Kossyguine le 11 (...)
  • 2169 PI, Ying-Hsien, « China’s Boundary Issues with the former Soviet Union », Issues and Studies, vol. (...)
  • 2170 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit., p (...)
  • 2171 GARVER, J. W., « The Sino-Soviet territorial dispute in the Pamir Mountain Region », The China Quar (...)

3Les intentions chinoises sont cependant interprétées différement à Moscou. C’est l’idée selon laquelle Pékin entend en fait récupérer de vastes portions du territoire de l’URSS qui va prévaloir. A la suite de son éditorial, Pékin émet le 23 août 1963 une proposition en 6 points destinée à maintenir le statu quo à la frontière et à éviter les conflits2167. Des négociations débutent entre la République populaire et l’Union soviétique en février 1964. Elles vont durer jusqu’en août de cette année. A cette occasion, la Chine précise à propos des traités d’Aigun et de Pékin que malgré le fait qu’elle les considère comme « inégaux », elle entend néanmoins les prendre comme base pour déterminer le tracé complet de la frontière commune2168. Lors de la première rencontre de février 1964, selon Pékin, les représentants des deux pays se seraient opposés sur une série de zones. Ce sont ces zones qui vont former les « zones contestées » de la frontière sino-soviétique. Elles recouvrent notamment des territoires dans la région de l’Amour et de l’Oussouri et surtout pour ce qui concerne l’Asie centrale, 33 000 km2 dans la région des Pamirs (aujourd’hui au Tadjikistan)2169. G. Ginsburgs relève que diverses estimations ont été citées en ce qui concerne les revendications chinoises sur les Pamirs. Elles s’échelonnent entre 21 000 et 31 000 km2170. Garver écrivait pour sa part dans un article datant de 1981 qu’il existe trois revendications chinoises différentes sur les Pamirs. Les superficies revendiquées pourraient s’étendre entre 20 000 km2 (la revendication minimale) et 64 000 km2 (la revendication maximale)2171.

  • 2172 TZOU, B.N., China and International Law. The Boundary Disputes, op. cit., p. 129.
  • 2173 FRAVEL, T., « Closing windows on the Frontier: explaining China’s settlement of territorial dispute (...)
  • 2174 Dans Idem, et TZOU, B.N., China and International Law. The Boundary Disputes, op. cit., p. 80 et no (...)

4Jusque récemment, les chercheurs pensaient que les négociations de l’année 1964 n’avaient donné aucun résultat, les deux pays n’ayant pas les mêmes attentes concernant ce contentieux. Comme le remarquait B. Tzou, les Soviétiques niaient en effet qu’il existât un problème territorial entre les deux États2172. Cependant, de nouvelles sources publiées à la fin des années 1990 et du début des années 2000 et signalées par T. Fravel semblent montrer que la négociation de 1964 a en fait davantage progressé qu’on ne le pensait auparavant. Pékin et Moscou seraient parvenus à un accord préliminaire concernant le secteur oriental de leur frontière le long des fleuves Amour et Oussouri. Cet accord préliminaire serait quasiment identique à l’accord que signeront l’URSS et la Chine sur ce secteur en 19912173. Des discussions concernant le secteur occidental auraient également été entamées mais on ignore jusqu’où exactement elles ont été menées. Quoi qu’il en soit, les pourparlers sont ajournés en août 1964. Il était prévu qu’ils rependraient le 15 octobre suivant. Mais entretemps, des changements sont intervenus dans la direction du Parti communiste soviétique. Khrouchtchev est officiellement destitué le 15 octobre 1964. Aucune autre rencontre sino-soviétique consacrée à la question frontalière ne sera organisée avant 1969. Il semble que la suspicion des Soviétiques sur les intentions chinoises ont été alimentées par les déclarations du président Mao à une délégation japonaise en juillet 19642174. Cette méfiance et la destitution de Khrouchtchev expliqueraient l’ajournement des négociations.

  • 2175 Détails dans Border and Territorial Disputes, op. cit., p. 444.
  • 2176 YANG, Kuisong, « The Sino-Soviet Border Clash of 1969: From Zhenbao Island to Sino-American Rapproc (...)
  • 2177 Concernant l’incident du 2 mars dont on sait aujourd’hui-y compris du côté des historiens chinois- (...)
  • 2178 Voir Border and Territorial Disputes, op. cit., pp. 445-446.
  • 2179 GINSBURGS, G, « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit.,

5Après 1964, les incidents frontaliers se multiplient entre les deux pays mais de façon quasi « ritualisée » selon une expression de C. Os-termann. Les deux parties évitent en effet soigneusement tout dérapage. Avec la Révolution culturelle qui secoue la Chine, la situation se dégrade entre les deux pays2175. En janvier 1968 une nouvelle étape est franchie avec un incident provoquant des pertes humaines du côté chinois2176. Les incidents s’intensifient encore après l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Ils culminent une première fois lors d’affrontements militaires en mars 1969 autour de l’île de Damans-ki/Zhenbao (2 et 15 mars 1969)2177. A la suite de ces accrochages, les Soviétiques proposent le 29 mars la reprise de « consultations »2178, ce qui n’empêche pas la poursuite d’incidents, notamment le long de la frontière avec le Xinjiang2179.

  • 2180 « Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine. 24 mai 1969 », op. cit., pp. 4-1 (...)
  • 2181 Idem, p. 5.
  • 2182 Les territoires en question étaient situés au nord du fleuve Amour (Heilong) et au sud des Monts St (...)
  • 2183 Par ce traité, les territoires situés à l’est du fleuve Oussouri (Wusuli) et sous administration co (...)
  • 2184 Les territoires en question sont situés dans la région du lac Issyk Kul. Voir les articles pertinen (...)
  • 2185 Les territoires en question étaient situés à l’ouest du fleuve Khorgos (soit 3600 sq2 ou 9320 km2 s (...)
  • 2186 En vertu du traité d’Ili de 1881, des commissions frontalières devaient être nommées pour délimiter (...)

6En réponse à la proposition soviétique, le ministère chinois des affaires étrangères publie un texte le 24 mai 1969 dans lequel il précise sa position2180. Les précisions données à cette occasion nous intéressent particulièrement car elles laissent entrevoir l’étendue de revendications potentielles de la République populaire en Asie centrale. Pékin note d’abord qu’au début du xviiie siècle, « la frontière occidentale de la Chine (...) se trouvait (...) au lac Balkhach » (c’est-à-dire sur le territoire actuel du Kazakhstan)2181. Ce document donne ensuite une estimation du volume de territoires « arrachés » à la Chine en vertu des « traités inégaux ». Il cite ainsi le chiffre de 1 500 000 km2 de territoires chinois perdus au profit de la Russie tsariste après 1840. Il s’agit de 600 000 km2 de territoires perdus en vertu du traité d’Aigun (16 mai/13 juin 1858)2182, de 400 000 km2 en vertu du traité de Pékin (2/14 novembre 1860)2183, de 440 000 km2 en vertu du protocole de Chuguchak//Tarbagatai/Tacheng (25 septembre/7 octobre 1864)2184 et enfin de 70 000 km2 en vertu du traité d’Ili (signé à Saint-Pétersbourg le 12/24 février 1881)2185 et des protocoles relatifs à la délimitation de la frontière sino-russe qui l’ont suivi2186. Les trois derniers « traités inégaux » ainsi que les protocoles concernent des territoires situés en Asie centrale. Si on additionne les pertes territoriales de l’Empire des Qing dans cette région au profit de la Russie tsariste au moment de la conclusion de ces différents traités, on obtient selon Pékin un total de territoires « perdus » équivalent à 910 000 km2 soit environ 22 % de la superficie totale de l’Asie centrale telle que nous l’avons définie (c’est-à-dire des territoires actuels du Kazakhstan, de la République kirghize, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan).

  • 2187 « Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine. 24 mai 1969 », op. cit., p. 6.
  • 2188 Idem, p. 9.
  • 2189 Idem, p. 9.
  • 2190 Idem, p. 9.

7Outre ces superficies « arrachées » à la Chine par les « traités inégaux », selon ce document, la Russie aurait accaparé des territoires supplémentaires en franchissant la ligne frontière déterminée par ces mêmes traités. Ainsi, au regard de l’Asie centrale, la Russie tsariste aurait occupé en violation du « protocole relatif à la frontière sino-russe dans la région de Kachgar » signé en 1884, plus de 20 000 km2 de territoires chinois dans la région des Pamirs2187. Pékin déclare que ces territoires occupés en violation des dits traités doivent être restitués intégralement et inconditionnellement2188. Il réitère sa position par rapport aux « traités inégaux », qu’il se déclare prêt à « prendre (...) comme base pour délimiter l’alignement de l’ensemble de la frontière entre, les deux pays et résoudre tous les problèmes relatifs à la frontière »2189. La Chine estime qu’il faut régler l’ensemble du problème frontalier par voie de « négociations » et « signer sur un pied d’égalité un nouveau traité pour le substituer aux traités inégaux ». Elle refuse cependant de mener des « consultations » pour « préciser sur certains secteurs le tracé de la frontière soviéto-chinoise » comme l’URSS lui a proposé2190.

  • 2191 « Soviet note on border conflict with China », CDSP, vol. xxi, n° 24, July 9, 1969, pp. 9-13
  • 2192 Idem, pp. 19-11.
  • 2193 Selon gouvernement soviétique, des fortifications et des établissements russes sont déjà installés (...)
  • 2194 Idem, p. 11.
  • 2195 Idem, p12.
  • 2196 Idem, 13.

8Le gouvernement soviétique répond à son tour le 13 juin sous la forme d’une note de plusieurs pages2191. Après y avoir dénoncé la politique « prédatrice » et « colonialiste » des empereurs mandchous -dont Moscou rappelle qu’ils ne sont pas « Chinois »- en Dzoungarie et au Turkestan oriental, il réfute les allégations de Pékin à l’égard des territoires perdus en vertu des différents « traités inégaux »2192 et de la localisation de sa frontière occidentale le long du lac Balkhach2193. Concernant particulièrement la région des Pamirs, le pouvoir soviétique relève que le protocole de délimitation de la frontière du 22 mai 1884 cité par Pékin n’a aucun rapport avec cette question. Selon Moscou, « the demarcation in the Pamirs was accomplished by means of an exchange of notes in 1894; at this time, the two sides agreed ’not to go beyond the limits of the positions they now occupy ’ in the Pamirs along the Sarikol range. This line and no other exists up to the present »2194. Après avoir réfuté les divers arguments chinois, puis rappelé ses propositions de normalisation des relations entre les deux pays (février 1965 et mars 1966) et même accepté le point de vue du gouvernement de Pékin selon lequel « the necessary settlements can be achieved with respect to individual points on the border, proceeding from the principles of consultations on an equal basis, mutual understanding and mutual concessions »2195, le gouvernement soviétique propose une nouvelle fois à Pékin de reprendre les « consultations » interrompues en 1964 dans les « deux à trois mois »2196.

  • 2197 Voir GARVER.J.W., China’s Decision for Rapprochement with the United States, 1968-1971, Boulder Col (...)
  • 2198 Idem., pp. 35-37.
  • 2199 Voir détails dans Idem, pp. 37-38.
  • 2200 Idem, pp. 37-41. Les versions divergentes de cette rencontre dans Border and Territorial Disputes, (...)
  • 2201 Selon Yuan Jing-Dong, « the Chinese side proposed, and the Soviet side agreed, that ideological dif (...)
  • 2202 Voir « Document du Ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine réfutant l (...)
  • 2203 Idem, p. 8.

9Alors qu’aucun déblocage de la situation ne semble se dessiner, le 13 août 1969 –soit juste deux mois après la publication de la note soviétique du 13 juin et sa « proposition » de « consultation »-, éclate un nouvel incident militaire à la frontière de l’Asie centrale soviétique et du Xinjiang dans la région de la passe d’Alatou (les Portes de Dzoungarie)2197. C’est le plus sérieux incident frontalier depuis les affrontements de mars 1969 autour de l’île de Damanski/Zhenbao. On déplorera des pertes humaines des deux côtés. A la suite de ce dernier accrochage militaire, alors que selon Yang Kuisong, Pékin s’alarme et semble craindre l’éclatement d’un conflit avec l’URSS2198, un processus fragile de désescalade s’amorce à l’initiative du gouvernement nord-vietnamien2199. La rencontre, à l’aéroport de Pékin, du premier ministre chinois Zhou Enlai et du premier ministre de l’Union soviétique, Alexis Kossyguine, le 11 septembre 1969 désamorce en effet la montée de la tension entre les deux pays2200. Concernant le conflit frontalier, si une sorte de trêve s’installe autour de cette question, rien n’est cependant réglé entre eux2201. Le 7 octobre 1969, la République populaire accepte pourtant d’entamer des pourparlers sur la question frontalière et le 8, elle publie un nouveau document « réfutant la déclaration du gouvernement soviétique du 13 juin 1969 »2202. Dans ce document, Pékin répète sa position en faveur « d’une solution, par voie de négociations pacifiques, de l’ensemble du problème de frontière sino-soviétique » et propose « d’aboutir en premier lieu à un accord sur les mesures provisoires à prendre pour maintenir le statu quo à la frontière, éviter tout conflit armé et rompre le contact entre les forces armées des deux parties dans toutes les régions contestées à la frontière sino-soviétique »2203. Elle annonce également que les deux parties tiendront des négociations frontalières à Pékin. Les autorités chinoises passent ensuite en revue l’argumentation soviétique en s’inscrivant en faux contre les affirmations de la déclaration du 13juin 1969.

  • 2204 Idem, p. 10.
  • 2205 Idem, pp. 13-14.
  • 2206 Concernant ce point sur le plan du droit international voir GINSBURGS, G., « Recent history of the (...)

10Certaines précisions données par le gouvernement chinois à cette occasion à l’égard de territoires situés en Asie centrale ou de certaines populations de la région doivent une nouvelle fois retenir notre attention. Ainsi, concernant la question de la localisation de la frontière occidentale de la Chine avant la conclusion des « traités inégaux », Pékin réitère son affirmation selon laquelle elle était située sur la rive nord du lac Balkhach. Elle note ainsi que « (d)éjà avant l’ère de J.-C, la Chine des Han institua des organismes administratifs dans les vastes régions à l’est et au sud du lac Balkhach. (...) Au temps des Tsing, la frontière occidentale de la Chine se situait originellement au lac Balkhach, ce qui fut non seulement consigné dans un grand nombre de documents officiels de la Chine, mais aussi confirmé par biens des ouvrages et des cartes historiques, édités en Russie tsariste comme en Union soviétique. Par exemple, dans un de ses ouvrages, Babkov, représentant russe qui signa le Protocole de Tat-cheng sur la délimitation de la frontière sino-russe ’ en 1864, écrivait en termes explicites : La frontière chinoise passe par la rive nord du lac Balkhach (...). Avant le milieu du xixe siècle, les minorités nationales chinoises à l’est et au sud du lac Balkhach ne devinrent jamais sujettes de la Russie. En prétendant que les Kazakhs dans le Kazakhstan oriental et septentrional, près du lac Balkhach se soumirent au tsar pendant la première moitié du xviiie siècle, le gouvernement soviétique s’est trompé de lieu. A l’époque, ceux qui exprimèrent à un certain moment le désir de se soumettre au tsar, ce sont les tribus vivant dans le Kazakhstan occidental situé entre la mer Caspienne et la mer d’Aral, et dans le Kazakhstan septentrional, mais non les Kazakhs dans le Kazakhstan oriental, et moins encore s’agissait-il là des minorités nationales chinoises à l’est et au sud du lac Balkhach »2204. Selon ce document, des territoires situés au sud et à l’est du lac Balkhach sont donc considérés par la République populaire comme étant des territoires chinois avant la signature des « traités inégaux ». Si on se réfère à cette interprétation, une importante partie du territoire kazakh actuel était donc susceptible de devenir l’objet d’une revendication de Pékin. En outre, les populations kazakhes qui vivaient dans ces régions sont présentées comme des minorités nationales chinoises, ce qui, potentiellement, n’est pas non plus sans conséquence pour le Kazakhstan. En ce qui concerne la question des Pamirs, le document chinois précise, que le « ‘protocole relatif à la frontière sino-russe dans la région de Kachkar’ stipule clairement que, dans la région des Pamirs, à partir du pas d’Ouz-Bel, ’la frontière russe tourne vers le sud-ouest, et la frontière chinoise va droit au sud ’. C’est là la seule clause contenue dans le protocole, qui ait trait à la frontière sino-russe dans la région des Pamirs ». Il poursuit en signalant qu’ « en violation du protocole de frontière de 1884, l’impérialisme tsariste russe envoya en 1892 des forces armées dans la région des Pamirs occuper encore plus de 20 000 km2 de territoire chinois situés à l’ouest de la chaîne du Sarykol. En avril 1894, les parties chinoise et russe échangèrent des notes. Le gouvernement chinois accepta sous contrainte la proposition du gouvernement tsariste : Les deux parties gardent temporairement les positions de leurs troupes respectives, jusqu’à la solution définitive de la question des Pamirs. Cependant, il formula en même temps des réserves explicites à ce sujet, en déclarant : ’en adoptant la mesure susmentionnée, il n’entend point aliéner les droits que possède la Chine sur les territoires des Pamirs qui sont situés au-delà des positions occupées actuellement par tes troupes chinoises. Il croit devoir maintenir ces droits qui sont basés sur te Protocote de 1884 jusqu’à une entente satisfaisante’ »2205. Du point de vue chinois, la question du tracé de la frontière dans la zone des Pamirs située au sud de la passe d’Uz Bel reste donc entière puisque sa résolution doit être basée sur l’accord de 1884 qui n’en définit précisément aucune. Sur le plan territorial, l’objet du litige concerne donc au moins 20 000 km2 de territoires que Moscou se serait appropriés selon Pékin dans les Pamirs en violation du protocole de 1884 à partir de 1892. La République populaire fait également valoir par ce document que depuis 1894, elle n’a jamais acquiescé à 1’ « occupation » de ces territoires par la partie russe et qu’elle a donc en quelque sorte préservé ses droits sur ces territoires par ses protestations continues2206.

  • 2207 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Conclusion), Central (...)
  • 2208 Voir détails dans Idem.
  • 2209 Dans Borderand Territorial Disputes, op. cit., pp. 446-447.
  • 2210 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Conclusion), op. cit
  • 2211 Voir détails dans Border and Territorial Disputes, op. cit., pp. 448-449.
  • 2212 « Sur la zone contestée dans le massif du Pamir », Beijing information, vol. 24, n° 37, Septembre 1 (...)
  • 2213 Idem, p. 25.
  • 2214 Idem, p. 25.

11Conformément à l’accord passé lors de la rencontre Zhou-Kossyguine, les deux parties vont se réunir. Mais les négociations ne donnent pas les résultats escomptés et des blocages apparaissent rapidement2207. Entre octobre 1969 et avril 1978 se tiendront neuf rounds de discussions au niveau des vice-ministres des affaires étrangères. Alors que des incidents frontaliers mineurs sont signalés régulièrement2208, les entretiens n’aboutissent à aucun résultat2209 et sont finalement interrompus. G. Ginsburgs signale à la fin de l’automne 1979 une déclaration qui nous offre de nouvelles précisions sur l’ensemble du contentieux sino-soviétique le long de la frontière du Xin-jiang et de l’URSS. Selon les déclarations de Abdulla Rahmin, vice-directeur du bureau des affaires étrangères à Urumqi, « there were 20 areas varying in size from 390 to 11 600 square miles along the 1,990-milelong border between the Soviet Union and China’s Sinkiang Uighur Autonomous Region that were in dispute ». Selon Rahmin, les négociations pour déterminer la frontière dans cette zone sont cependant dans une « impasse » depuis 19642210. Alors que les relations sino-soviétiques se compliquent dans le sillage de l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, la signature du traité de frontière soviéto-afghan du 16juin 1981, qui met enjeu des territoires en dispute entre la Chine et l’URSS dans la région des Pamirs, est dénoncée par Pékin le 22 juillet2211. Le gouvernement chinois réagit en effet à la signature de ce traité pour éviter que son silence ne soit interprété par la suite comme un consentement (recours au principe de l’estoppel). La protestation chinoise est elle-même rejetée par l’Union soviétique le 11 août comme « étant dénuée de fondement », ce qui amène Pékin à réagir à nouveau. Le périodique Beijing information publie ainsi un article consacré à la « zone contestée dans le massif des Pamirs »2212. Ce dernier réitère et complète par des détails sur les négociations de 1894 entre le gouvernement des Qing et la Russie tsariste la position chinoise déjà énoncée dans la déclaration du 8 octobre 1969. Quelques précisions supplémentaires sur les Pamirs sont également intéressantes à relever. Ainsi, le texte note que « le massif du Pamir a toujours été un territoire chinois »2213 et qu’il a « appartenu à la Chine jusqu’en 1884, lorsque la Chine et la Russie ont signé le traité de Kachgar qui a permis à la Russie de découper une vaste étendue de territoire chinois dans le massif du Pamir (...) »2214.

  • 2215 Idem, p. 26.

12En ce qui concerne les Pamirs, si on résume donc la thèse chinoise telle qu’exprimée dans les différentes déclarations examinées, on doit considérer que cette zone est un territoire chinois depuis l’Antiquité voire des temps immémoriaux. La « Chine » aurait été amputée d’une partie importante de ce territoire par la signature du « traité inégal » de 1884. Ensuite, en 1892, en violation du traité de 1884 (qui ne définit pas de frontière au-delà de la passe d’Uz Bel), la Russie aurait occupé de nouveau plus de 20 000 km2 de territoire chinois à l’ouest de la chaîne Sarikol2215. Le gouvernement des Qing n’ayant pas acquiescé à cette occupation lors de l’échange de notes de 1894, le litige serait toujours pendant entre les deux États, en raison du fait que la Chine a protesté continuellement et donc préservé ses droits sur ces territoires. La revendication territoriale minimale de Pékin dans cette région porte donc au moins sur 20 000 km2 de territoires des Pamirs.

  • 2216 Selon un article du Far Eastern Economie Review de janvier 1983, une avancée aurait néanmoins été r (...)
  • 2217 Détails dans Border and Territorial Disputes, op. cit., pp. 449-450.
  • 2218 Sur ce secteur voir Idem, pp. 439-440.

13Au début des années 1980, la question de la frontière sino-soviétique reste entière alors que le climat politique entre les deux pays demeure peu propice aux négociations2216. Pour la Chine, une amélioration des relations avec l’URSS passe désormais par la levée de « trois obstacles » qu’elle définit en octobre 1982 (c’est-à-dire la présence des troupes soviétiques en Afghanistan, le soutien de l’URSS à l’occupation du Cambodge par les troupes vietnamiennes et enfin la menace militaire soviétique le long de la frontière chinoise). Malgré une série de rencontres dans les années 19802217, il faut attendre l’arrivée au pouvoir de M. Gorbachev pourvoir la question de la frontière progresser réellement. Gorbachev, nommé à la tête du PCUS en mars 1985, déclare le jour même de sa prise de fonction qu’il entend améliorer les relations de l’Union soviétique avec la République populaire. Ce n’est pourtant qu’après son fameux discours de Vladivostok, prononcé le 28 juillet 1986, que la situation entre les deux pays commence à se débloquer. En septembre 1986, Pékin et Moscou s’accordent sur une reprise des discussions concernant la question frontalière. Les entretiens débutent à Moscou en mars 1987, soit deux ans après l’arrivée au pouvoir de M. Gorbachev. Lors de cette première rencontre, les deux parties conviennent que ces derniers porteront sur l’ensemble de la frontière sino-soviétique -divisée en deux secteurs séparés par le territoire de la Mongolie extérieure- en commençant par le secteur oriental qui s’étire sur une distance de plus de 4000 km et couvre la frontière commune entre la Mandchourie et la Sibérie depuis le territoire de la Mongolie extérieure jusqu’à celui de la Corée du Nord2218.

  • 2219 Voir PI Ying-Hsien, « China’s Boundary Issues with the former Soviet Union », op. cit., pp. 69 et 7
  • 2220 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part i), op. cit., p (...)
  • 2221 KIREYEV, G., « Demarcation of the Border with China », International Affairs, vol. 45, n° 2, 1999, (...)
  • 2222 Détails dans Idem, pp. 102 et ss..
  • 2223 Idem, p. 101. La République populaire de Chine, la Russie et la Mongolie négocieront également l’em (...)
  • 2224 Dans XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Yaguojia guanxi, op. cit., p. 204.
  • 2225 Voir détails dans IWASHITA, Akihiro, A 4,000 Kilometer Journey Along the Sino-Russian Border, Slavi (...)
  • 2226 Voir MAXWELL, N., « How the Sino-Russian Boundary Conflict Was Finally Settled: From Nerchinsk 1689 (...)
  • 2227 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit., p (...)

14Le secteur occidental qui nous intéresse particulièrement car il s’étend sur plus de 3000 km, de la chaîne montagneuse de l’Altaï à l’Afghanistan, le long des territoires des futures républiques centre-asiatiques du Kazakhstan, du Kirghizstan et du Tadjikistan n’est pas concerné par cette rencontre ni par le second round d’entretiens qui se tient à Pékin en août 19872219. C’est à l’occasion de la troisième rencontre qui se réunit en octobre 1988 que les deux parties décident de mettre sur pied un groupe de travail conjoint pour examiner le secteur occidental de la frontière sino-soviétique. Pékin et Moscou s’accordent également à cette occasion pour mener une campagne topographique commune (par photographie aérienne) le long de ce secteur2220. Au printemps 1989, M. Gorbachev rencontre Deng Xiaoping à Pékin. A l’occasion de cette visite historique, les deux dirigeants conviennent d’intensifier la recherche de solutions mutuellement acceptables pour les problèmes non résolus à la fois dans le secteur oriental et dans le secteur occidental de la frontière. Lors de la quatrième rencontre qui se tient en octobre 1989, les deux parties approuveront les résultats de la campagne commune de relevés aériens du secteur occidental de la frontière. En raison de l’évolution de la situation politique en URSS, lors de la cinquième rencontre qui se réunit à Moscou en avril 1991, la délégation soviétique comprend des représentants kazakhs, kirghizes et tadjiks à côté de représentants de la Fédération de Russie. Le 15 mai 1991, Jiang Zemin et M. Gorbachev publient un communiqué conjoint dans lequel ils annoncent que les deux parties sont parvenues à un accord concernant le secteur oriental de leur frontière commune. Le traité portant sur la délimitation de ce secteur dont nous avons signalé qu’il serait similaire à un accord préliminaire atteint en 1964 est conclu le 16 mai 1991. Il sera ratifié par la Fédération de Russie le 13 février 1992 et par la République populaire le 25 février 1992. Il est entré en vigueur le 16 mars 1992. Seuls quelques problèmes dans la région de l’Amour -Bol’shoi Ussuriiskii et les îles Tarabarova près de Khabarovsk (30 km de frontière et un territoire de 350 km2) et de l’île Bol’shoi sur le fleuve Aigun (20 km de frontière et un territoire de 58 km2)- demeurent pendants entre les deux pays après la conclusion de ce traité2221. Une commission conjointe sino-russe formée en vertu du traité du 16 mai 1991 commencera ses travaux en 19922222. Outre le secteur oriental de la frontière sino-russe qui s’étend précisément sur 4195,22 km, la commission conjointe sino-russe sera également chargée de démarquer le secteur occidental de la frontière entre la Chine et la Fédération de Russie. Ce secteur frontalier situé dans la région de l’Altaï s’étend sur 54,57 km. La Fédération de Russie et la Chine signeront un traité sur la délimitation du secteur occidental de leur frontière commune le 3 septembre 1994. Ce dernier sera ratifié le 15 juillet 19952223 et les instruments de ratification échangés lors d’une cérémonie spéciale organisée à Pékin le 18 octobre 19952224. Les protocoles de démarcation des deux secteurs de la frontière sino-russe seront signés le 8 avril 1999 et en décembre 19992225. Le contentieux frontalier ne sera toutefois définitivement réglé qu’en juin 2005 à la suite de l’échange des instruments de ratification de l’accord supplémentaire portant sur les dernières zones contestées conclu à Pékin en octobre 20042226. Si la République populaire et l’URSS sont donc parvenues à un accord sur le secteur oriental de leur frontière en mai 1991, elles ne se s’étaient cependant pas encore entendues sur le tracé de son secteur occidental où demeuraient certains des problèmes territoriaux parmi les plus délicats à résoudre. De l’avis même des négociateurs soviétiques à la veille de la dissolution de l’URSS, certains problèmes particulièrement épineux devraient sans doute être laissés de côté, les deux parties n’étant pas prêtes à trancher ces questions2227. C’est de cette situation que vont donc hériter les nouvelles républiques centre-asiatiques.

1.2. Etendue du différend

  • 2228 Selon la version soviétique des entretiens entre Alexis Kossyguine et Zhou Enlai, ce dernier aurait (...)

15En accédant à l’indépendance le Kazakhstan, le Tadjikistan et le Kirghizstan ont donc hérité de ce contentieux frontalier et territorial avec Pékin. Si, profitant de l’effondrement de l’URSS, la République populaire décidait de demander la rétrocession des territoires perdus au moment de la signature du traité de Pékin, du protocole de Chu-guchak//Tarbagatai/Tacheng, du traité d’Ili et des protocoles relatifs à la délimitation de la frontière sino-russe consécutifs à la conclusion de ce dernier traité, ce n’est pas moins de 910 000 km2 de territoires des nouvelles républiques centre-asiatiques auxquels il faudrait encore ajouter les 20 000 km2 de territoires occupés par la Russie tsariste en violation du traité de 1884, qui auraient pu faire l’objet des revendications chinoises. En réalité, conformément aux déclarations de Zhou Enlai à Alexis Kossyguine, les autorités chinoises ne soulèvent pas la question des territoires « perdus » au moment de la signature des « traités inégaux »2228. H est évident qu’une revendication territoriale d’une telle ampleur aurait engendré de graves tensions entre Pékin et ses nouveaux voisins et empêché la mise en place de relations normalisées avec eux, ce qui aurait été contraire aux intérêts de sécurité de la Chine étant donné sa vulnérabilité dans un contexte international encore marqué par la repression du printemps de Pékin en 1989, l’effondrement des régimes communistes en Europe de l’Est puis la disparition de l’URSS elle-même.

  • 2229 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 63.
  • 2230 Dans XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 208-209.

16Les revendications de la République populaire à l’égard des républiques centre-asiatiques vont en fait porter sur un ensemble de zones d’une superficie beaucoup moins étendue, à l’exception de la question des Pamirs. Xing Guangcheng signale ainsi dans son ouvrage paru en 1993 qu’il existe entre la République populaire et ses voisins centre-asiatiques un problème frontalier (bianjie wenti)2229 portant sur dix-neuf zones en litige (zhengyiqu), représentant une superficie totale de 34 000 km2 de territoires. D’après cet auteur, onze zones sont ainsi en litige entre la République populaire et le Kazakhstan. Elles couvrent une superficie totale de 2235 km2. Avec la République kirghize, le contentieux porte sur cinq zones représentant une superficie totale de 3728 km2. Enfin, avec le Tadjikistan, trois zones représentant une superficie totale de 28 430 km2 sont en litige. Sur les 19 zones en litige, la République populaire en contrôle directement trois, soit une superficie totale de 270 km2. Il s’agit de deux zones contestées par le Kazakhstan soit une superficie totale de 70 km2 et d’une zone contestée par la République kirghize soit une superficie de 200 km2. La République kirghize en contrôle pour sa part directement une soit 230 km2 et le Tadjikistan également une soit 28 000 km2. Onze zones sont pénétrées à la fois par les deux parties (8 zones à la fois par le Kazakhstan et la RPC, 2 zones à la fois par la République kirghize et la RPC et enfin une zone à la fois par la RPC et le Tadjikistan). Trois zones sont évitées à la fois par les deux parties : une zone à la fois par le Kazakhstan et la RPC, une zone à la fois par la République kirghize et la RPC et enfin une zone à la fois par la RPC et le Tadjikistan. Concernant la taille des zones en litige, elle est très variable. La plus petite porte sur seulement 10 km2 alors que la plus importante, la zone des Pamirs, représente 28 000 km2 soit quasiment l/5e du territoire tadjik dont la superficie est de 143 100 km2230.

1.3. Le choix en faveur du règlement du contentieux frontalier et le processus de négociation

  • 2231 XING, Guangcheng, « China and Central Asia: Towards a New Relationship » dans ZHANG, Yongjin, AZIZI (...)
  • 2232 XING, Guangcheng, « Zhongguo vu Zhong Ya guojiade guanxi », Slavic Research Center Occasional Paper (...)
  • 2233 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 197.
  • 2234 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo: xinde guanxi », op. cit., p. 63.
  • 2235 Xing ne relève pas le fait que les positions de négociation des trois États centre-asiatiques face (...)
  • 2236 XING, Guangcheng, « China and Central Asia: Towards a New Relationship », op. cit., p. 46. Ainsi, e (...)
  • 2237 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 197 et XING, Guangche (...)

17Au lendemain de la dissolution de l’URSS, Pékin s’engage sur la voie du règlement du contentieux territorial et frontalier avec ses voisins centre-asiatiques. Selon Xing Guangcheng, les autorités chinoises ont réalisé qu’un règlement de ce contentieux allait contribuer « to the transparency of the borders in the region and thus to the regional peace and stability desired by both China and Central Asia states »2231. L’objectif de la Chine sera d’établir une « frontière claire » (toumingile bianjie)2232 avec les trois républiques centre-asiatiques afin d’éviter les conflits et de renforcer la stabilité régionale. Ce choix de Pékin s’est inscrit dans le cadre général de sa « politique périphérique » (zhoubian zhengce) que nous avons déjà évoqué. Mais pour régler le contentieux avec ses nouveaux voisins, il fallait d’abord négocier. Or, le processus de négociation entamé avec l’URSS a subi un changement important du fait de la dissolution de l’Union2233. Pékin s’est trouvé confronté au moment de l’indépendance des républiques centre-asiatiques à un problème de négociation frontalière (bianjie tanpan wenti)2234. Les partenaires se sont en effet multipliés. En Asie centrale, la République populaire est passé d’un processus de négociations impliquant un partenaire, l’URSS, à des négociations avec trois nouveaux partenaires : le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Comme le relève Xing Guangcheng, chacun de ces trois États a des exigences particulières, ce qui nécessite selon lui une dépense importante de temps et d’énergie pour coordonner l’ensemble de la négociation2235. En outre, à l’époque de l’URSS, les deux parties négociaient à la fois sur les secteurs orientaux et occidentaux de la frontière, ce qui permettait par exemple d’offrir des compensations à l’est pour une perte à l’ouest et facilitait donc le compromis2236. Cette situation n’est désormais plus possible. On peut également ajouter que des États nouvellement indépendants risquaient d’être particulièrement attachés à leur nouveau « territoire national » et donc d’être moins disposés à faire des concessions. Cependant selon Xing Guangcheng, le fait que les républiques centre-asiatiques se soient constituées en États indépendants a également produit des effets positifs sur le contentieux. Ainsi, contrairement aux relations avec la Russie et l’Union soviétique, entre la Chine et les trois républiques centre-asiatiques frontalières de son territoire, il n’y a pas de « fardeau de l’histoire » (lishi baofu), ce qui devrait selon lui faciliter la résolution du conflit frontalier2237.

  • 2238 Cité dans GINSBURGS, G., « Récent history of the territorial question in Central Asia » (Conclusion (...)
  • 2239 Deux comités réguliers chargés de la négociation des mesures de confiance et de la réduction des ar (...)
  • 2240 « Sides issue joint communique », op. cit.
  • 2241 « Communique expresses ‘satisfaction’« , Xinhua dans FBIS-CHI-92-096, May 18, 1992 et « China-Tadji (...)

18Dès février 1992, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Kirghizstan mais également la Russie annoncent leur accord de principe à la poursuite des discussions avec la Chine concernant le tracé de leurs frontières respectives2238. Ces dernières seront menées parallèlement au dialogue sur la réduction des forces militaires et sur l’établissement de mesures de confiance le long de la frontière qui réunit depuis 1989 l’Union soviétique (puis la Russie, le Kazakhstan, le Tadjikistan et la République kirghize) et la Chine et aboutira à la conclusion des accords de Shanghai (1996) et de Moscou (199 7)2239. Le Kazakhstan, le Kirghizstan et enfin le Tadjikistan s’accordent également avec Pékin pour reprendre les négociations concernant le problème frontalier sur la base à la fois des discussions entamées et des résultats déjà obtenus à l’époque soviétique et des traités existants concernant les frontières communes. Ces négociations, une fois relancées, devront suivre les principes du droit international et de l’égalité entre les parties afin d’atteindre un compromis mutuellement acceptable. On trouve ces dispositions dans le point 10 du communiqué conjoint si-no-kazakh du 28 février 19922240. Le communiqué conjoint sino-kirghize du 16 mai 1992 et la déclaration conjointe sino-tadjike du 11 mars 1993 contiennent des dispositions similaires2241.

  • 2242 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 209.

19Si les républiques d’Asie centrale nouvellement indépendantes s’accordent rapidement avec Pékin pour reprendre les discussions sur le problème frontalier en tenant compte des résultats déjà atteints pendant la période soviétique évitant ainsi d’avoir à reprendre toute la négociation depuis le départ, les relations bilatérales entre la Chine et ses nouveaux voisins en ce qui concerne ce contentieux ne sont pas exemptes de tensions. Les sources chinoises nous en offrent des exemples. Ainsi, dans son livre publié en 1993, Xing Guangcheng signale qu’après la dissolution de l’URSS, les autorités des trois républiques centre-asiatiques ont durci leur attitude à l’égard du contentieux territorial. Elles auraient selon lui répudié l’arrangement Kossyguine-Zhou Enlai conclu en 1969 au motif qu’il portait sur le secteur oriental de la frontière sino-soviétique et n’avait rien à voir avec le secteur occidental. Les trois Républiques auraient également aboli les « zones interdites » (jinqu) et encouragé les habitants à utiliser ces terres et à les mettre en valeur. Un chemin de fer (non localisé) en partie détruit aurait également été selon lui réinstallé pour permettre la mise en valeur des terres en friche2242. Malgré ces indices de tensions initiales, les discussions sur les questions frontalières vont donner des résultats avec le Kazakhstan puis avec la République kirghize. Le cas du contentieux avec le Tadjikistan sera pour sa part plus délicat à résoudre.

1.4. La résolution du contentieux frontalier avec le Kazakhstan et la république Kirghize

  • 2243 « Russia and Central Asian Republics Border Talks », Xinhua, April 15, 1993.
  • 2244 « Border Agreement Talks Held », Xinhua, August 8, 1993.
  • 2245 « Border Talks », Radio Moscow, February 15, 1994.
  • 2246 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-202, October 21, 1993.
  • 2247 La déclaration officielle du gouvernement chinois du 8 février 1995 stipule en effet que « China re (...)
  • 2248 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », Moscow Ostankino Television First Channel Networ (...)

20A Minsk, en juin 1992, le Kazakhstan, le Tadjikistan et la République kirghize se sont entendus avec la Fédération de Russie pour former un groupe commun (aussi appelé le groupe conjoint de la CEI) afin de négocier avec la partie chinoise (formule 4+1). Il s’agissait sans doute de profiter de l’expérience acquise par les négociateurs russes dans leurs discussions avec la Chine mais aussi de former un groupe plus puissant face à Pékin afin d’éviter un tête-à-tête où chaque Etat pris individuellement aurait été placé dans une position de faiblesse face au géant chinois. En octobre 1992, une délégation commune de représentants des républiques centre-asiatiques et de la Russie se rend à Pékin pour y rencontrer des responsables chinois. Ils viennent reconfirmer leur engagement à respecter les frontières définies dans l’accord sino-soviétique de mai 1991 et préparer la mise en œuvre de la série de négocations sur les conflits frontaliers restants. Le premier round des pourparlers frontaliers réunissant ce groupe commun et les négociateurs chinois se tient à Pékin le 15 avril 19932243. Il est suivi d’un second à Bichkek en août 19932244 puis d’un troisième à nouveau à Pékin en février 19942245. Dans l’intervalle, le président Nazarbaev effectue une visite officielle en Chine en octobre 1993. La « déclaration commune sur les relations amicales bilatérales » publiée à l’issue de sa visite comporte des dispositions concernant le contentieux territorial. Elle stipule en effet que les deux parties entendent développer des liens de coopération en accord avec les principes de respect mutuel de la souveraineté et de F « intégrité territoriale » de chacun2246. Cette disposition est interprétée par les autorités kazakhes comme une garantie donnée de la Chine concernant l’intégrité territoriale du Kazakhstan -une garantie qu’elle va cependant réitérer en février 19952247-. Le président Nazarbaev déclare en effet à la télévision russe le 10 novembre 1993, que les autorités kazakhes ont reçu des garanties complètes de la République populaire quant à l’absence de revendications territoriales de la Chine sur le Kazakhstan2248.

  • 2249 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans ÍB7S-CHI-93-202, October 21, 1993.
  • 2250 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », op. cit.

21Concernant le contentieux frontalier, la déclaration commune exprime également la volonté des deux parties de continuer à discuter des problèmes non-résolus dans ce domaine2249. Si d’après N. Nazarbaev, Pékin a donné des garanties quant à l’intégrité territoriale du Kazakhstan -ce qui rassure les autorités kazakhes en écartant le spectre d’éventuelles revendications territoriales chinoises liées aux territoires « perdus » au moment de la conclusion des traités inégaux, la simple lecture de cette déclaration ne laisse pas augurer de progrès significatifs dans les négociations sur le problème frontalier. Toutefois, dans la même interview du 10 novembre 1993, le président kazakh déclare que sur les 11 secteurs frontaliers en litige seuls deux n’ont pas encore fait l’objet d’un accord. Il annonce par ailleurs que pour les neuf secteurs à propos desquels les deux parties se sont entendues, un accord sera signé en 19942250.

  • 2251 Les négociations sino-mongoles ont duré environ deux mois, de l’automne 1962 au 26 décembre 1962. L (...)
  • 2252 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », op. cit.

22Les négociations sino-kazakhes ont donc progressé relativement rapidement. A titre de comparaison, on se souviendra cependant que les négociations frontalières entre la RPC et la Mongolie extérieure en 1962 n’ont duré que quelques mois avant la conclusion d’un accord définitif portant sur une frontière commune de 4673 km2251. On peut attribuer la relative rapidité des progrès réalisés -en tout cas par rapport aux deux autres républiques centre-asiatiques- à l’absence de difficultés liées au relief dans la zone frontalière séparant le Kazakhstan de son voisin chinois. Ce facteur, avancé par certains, a peut-être joué un rôle, mais il n’explique sans doute pas tout. Nous avons vu que le président kazakh a également fait des promesses à la Chine concernant les mouvements ouïgours à partir de 1992, plus précisément en 1993 et une nouvelle fois en avril 1994 et qu’en outre, dès 1993, le Kazakhstan offre des garanties à Pékin concernant sa sécurité en général en promettant de ne participer à aucune alliance politique ou militaire tournée contre la Chine et en s’engageant à ne pas autoriser que son territoire serve de base à d’éventuelles activités menées par une puissance tierce contre la sécurité ou la souveraineté de la Chine. On peut penser que ces prises de positions successives ont amené Pékin à adopter une attitude plus conciliante concernant le conflit frontalier. Le président Nazarbaev dans son interview de novembre 1993 nous offre également un autre élément. Il associe en effet dans ses propos la question des garanties territoriales offertes par Pékin et le désarmement nucléaire2252. En l’absence de détail sur les négociations, on ne peut qu’avancer des hypothèses. En donnant des garanties concernant l’intégrité territoriale du Kazakhstan et en accélérant peut-être la négociation sur la question du tracé de la frontière, Pékin a cherché à rassurer les autorités kazakhes pour les amener à transférer à la Russie les armes nucléaires dont elles ont hérité à la dissolution de l’URSS. La détention par le Kazakhstan d’armes nucléaires a en effet été présentée par des commentateurs chinois comme une menace potentielle pour la sécurité de la Chine. Outre la recherche d’une coopération accrue d’Astana dans la lutte contre les « séparatistes » ouïgours, Pékin pourrait donc avoir choisi de faire des concessions sur la question du contentieux territorial et frontalier pour amener le Kazakhstan à renoncer plus rapidement à ses armes nucléaires.

  • 2253 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 280
  • 2254 DIAMOND, J., « U.S., Britain Join Russia-Kazakhstan Negotiations », The Washington Times, March 20, (...)
  • 2255 Voir les déclarations de responsables chinois et du Renmin Ribao dans XING, Guangcheng, Zhongguo he (...)

23Le 21 mars 1994, un compromis définitif sur ces neuf secteurs a en tout cas été trouvé entre Pékin et Almaty2253, au moment où le Kazakhstan a commencé le transfert de certaines armes nucléaires vers la Russie -en mars 1994, 12 des 104 missiles balistiques intercontinentaux SS-18 (ICBM) dont il a hérité ont été envoyés en Russie, un transfert qui sera terminé en septembre 1996 ; les quarante derniers bombardiers stratégiques à long rayon d’action Bear-H (Tu-95 MS dans la nomenclature russe) regagneront également le territoire russe en avril 19942254-. Le 26 avril suivant, à l’occasion de la visite de Li Peng dans la capitale kazakhe, les deux parties signent officiellement un premier accord sur le tracé de la frontière, réglant ainsi une partie importante de leur différend frontalier puisque seules deux zones restent en litige à ce moment. La première est située dans la région des passes de Chogon-obo (Shagan-Oba) et de Baimurza et la seconde près de la rivière Sarychildy (Saryshilde). Le différend restant porte sur une superficie d’environ 1000 km2. Malgré l’absence d’accord sur ces deux zones, les deux parties soulignent néanmoins le caractère « historique » de la signature de cet accord présenté comme le symbole des liens croissants de bon voisinage entre les deux pays et comme un signe très positif pour le développement des relations économiques bilatérales2255.

  • 2256 Voir la description de la frontière (article 2) dans « Zhonghua Renmin Gon-gheguo he Hasakesitan Go (...)
  • 2257 « Agreement Signed », Itar-Tass, April 27, 1994.
  • 2258 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 284.
  • 2259 « President ratifies border agreement with China », Almaty Kazakh Television dans FBIS-SOV-95-117, (...)
  • 2260 « Holds interview », Xinhua dans FBZS-CHI-95-176, September 12, 1995.

24L’article deux de l’accord décrit le tracé de la frontière en détaillant la localisation de 69 points frontaliers entre les deux États2256. L’article 3 prévoit que les parties continueront à négocier le tracé de la frontière encore en litige entre le 15e et le 16e point frontalier (région de Tarbagataï) et entre le 48e et le 49e point frontalier (région d’Alatou). Les tripoints sino-kazakho-kirghize et sino-kazakho-russe seront par ailleurs déterminés à un autre moment (article 6). Selon Itar-Tass, cet accord n’affecte en outre pas les futures discussions entre la Chine et le groupe commun. D’après l’agence de presse russe, malgré la conclusion de cet accord, Almaty continue de participer aux réunions étant donné que les détails de la démarcation des 1700 km de frontière communes entre le Kazakhstan et la Chine n’ont pas encore été finalisés à ce moment2257. Les représentants kazakhs participent ainsi au round suivant de négociations qui réunit le groupe conjoint de la CEI et les représentants chinois à Almaty en avril/mai 19952258. L’accord frontalier sino-kazakh d’avril 1994 est ratifié par le président Nazarbaev le 16 juin 19952259. Il entrera en vigueur le 11 septembre 1995. Comme le rappelle le président Nazarbaev à la veille de sa visite en Chine en septembre 1995, le Kazakhstan est devenu la première des Républiques de l’ex-URSS à signer un traité frontalier avec la Chine2260.

  • 2261 « Zhongguo Hasakesitan lianhe shengming », Renmin Ribao, September 13,1995
  • 2262 « Exchange of Border Maps », Xinhua, January 12, 1996.
  • 2263 « Joint Declaration signed by Presidents », Xinhua, July 5, 1996.

25A l’issue de la visite du président kazakh à Pékin, les deux parties publient une « déclaration commune sur le renforcement et l’approfondissement des relations amicales entre la Chine et le Kazakhstan ». La disposition 4 alinéa 2 de ce document fait part de la volonté des deux partenaires de commencer aussitôt que possible les travaux de démarcation de la frontière et de continuer à discuter des problèmes frontaliers non encore résolus pour atteindre une solution mutuellement acceptable2261. Après la conclusion de ce premier accord, les discussions vont se poursuivre à un rythme soutenu. En janvier 1996, la Chine et ses quatre partenaires échangent des cartes topographiques décrivant les différentes sections de leurs frontières. Cet échange de cartes est le résultat de trois ans d’efforts et selon le ministère des affaires étrangères chinois, il permet de poser des bases solides pour les futures enquêtes sur la frontière et le travail de délimitation2262. A l’issue de la visite de Jiang Zemin à Astana en juillet 1996, le Kazakhstan et la République populaire publient une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent à mettre en œuvre l’accord de délimitation frontalière du 26 avril 1994 et réitèrent leur intention de commencer dans les plus brefs délais le travail de délimitation frontalière conformément aux dispositions de cet accord. Ils s’accordent par ailleurs pour poursuivre les négociations sur les problèmes frontaliers non encore résolus2263.

  • 2264 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 350.
  • 2265 « Demarcation Preparations Complete », Xinhua, August 5, 1996 et Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op.  (...)
  • 2266 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 352.
  • 2267 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., pp. 345 et 349.

26Un nouveau round de négociations entre le groupe commun de la CEI et la Chine se déroule à Bichkek entre le 8 et le 12 août 19962264. Un peu avant (29juillet-5 août), à l’issue de la première réunion de la commission de démarcation conjointe sino-kazakhe (Zhongguo he Hasakesitan lianhe kanjie weiyuanhui) organisée à Pékin, les deux parties se sont accordées sur une série de règles de travail concernant la délimitation de la frontière commune indiquant ainsi qu’elles sont prêtes à commencer les travaux de démarcation conformément au traité de 19942265. Une seconde réunion de la commission de démarcation conjointe sino-kazakhe sera organisée en novembre 1996 à Almaty. Les deux parties y décident que les travaux de démarcation devront avoir pris fin pour le début de l’année 1999 et qu’en 2001 l’ensemble de la frontière devra être démarqué2266. Lors des deux réunions suivantes du groupe commun de la CEI et des représentants chinois organisées successivement à Pékin puis Almaty entre le 20 et le 29 janvier puis le 8 au 15 septembre 1997, le Kazakhstan et la Chine vont s’accorder sur le texte d’un « accord supplémentaire » à l’accord de 19942267. Cet accord sera signé officiellement lors d’une visite de Li Peng à Almaty en septembre 1997.

  • 2268 « Kazakhstan starts work on demarcating border with China », Xinhua dans FBIS-CHI-97-199,July 18, 1 (...)
  • 2269 « China, Kazakhstan start to set up boundary markers », Xinhua dans FBIS-CHI-97-238, August 26, 199 (...)
  • 2270 « Presidents sign Border Agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-97-267, September 24, 1997.
  • 2271 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 275.
  • 2272 « Nazarbaev, China’s Li Peng sign ’deal of the century’« , Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-267, Septembe (...)

27Dans l’intervalle, la commission de démarcation conjointe sino-kazakhe se réunit pour la troisième fois à Pékin en avril 1997. Les deux parties s’entendent pour commencer les travaux préparatoires à la démarcation de la frontière sino-kazakhe le 1er juillet 19972268. Selon Xinhua, chacun des deux pays conduit les travaux de démarcation de façon indépendante et ces derniers ne peuvent être effectués que pendant la journée. Les deux pays poseront en tout 502 marqueurs frontaliers (254 du côté kazakh et 248 du côté chinois)2269. Peu après le lancement de ces travaux préparatoires de démarcation, Li Peng et N. Nazarbaev signent le 24 septembre 1997, l’accord frontalier supplémentaire complétant l’accord de 19942270. Il entrera en vigueur le 29 juin 19982271. Ce nouvel accord porte sur la délimitation d’une portion de la frontière sino-kazakhe s’étendant sur 11 km située dans la région du Mont Khân Tängri (7010 m) dans la chaîne montagneuse des Tian Shan, près de la zone d’intersection avec la frontière de la République kirghize. Le désaccord sur cette portion de frontière a semble-t-il été réglé au cours de la 10e réunion des délégations gouvernementales kazakhe, kirghize, tadjik, russe et chinoise qui s’est tenue à Almaty du 8 au 15 septembre 19972272.

  • 2273 « Spokesman announces bilateral border demarcation treaty », AFP dans FBIS-CHI-98-183, July 2, 1998
  • 2274 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 350.
  • 2275 « Confidence for compromise solution », Interfax dans FBIS-SOV-98-138, Mav 18, 1998.
  • 2276 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 275. et « China-CIS Draft Border Agreements », Itar-Tass (...)
  • 2277 « Kazakh, Chinese presidents starts talks in Almaty 4July », Itar-Tass dans FBIS-SOV-98-185, July 4 (...)

28A la suite de la signature de ces deux accords, il restait toujours deux zones en litige entre les deux États : une zone d’environ 680 km2 située dans la région des passes de Chogonobo et de Baimurza et une zone d’environ 380 km2 située près de la rivière Sarychildy2273. La frontière non-définie s’étendait quant à elle sur environ 120 km. Une première réunion d’experts au sein de la commission de démarcation conjointe sino-kazakhe se réunit à Almaty en octobre 1997 pour faire le point sur les progrès réalisés dans le processus de démarcation depuis son lancement et discuter des difficultés apparues et des moyens d’y remédier2274. En mai 1998, K. Tokayev se montrait optimiste quant à la possibilité pour le Kazakhstan et pour la Chine d’arriver rapidement à un compromis sur la question des deux dernières zones en litige entre les deux pays. Selon Interfax, Pékin pourrait ainsi recevoir 47 % des territoires en litige2275. Un Addendum à l’accord supplémentaire de 1997 va ainsi être négocié lors de la réunion du groupe conjoint de la CEI et de la Chine des 11-12 juin 1998 à Almaty. Le 30 juin, l’ambassadeur chinois au Kazakhstan et le vice ministre kazakh des affaires étrangères signent le texte de l’accord muni d’une carte attachée2276. Selon Itar-Tass, le président Jiang Zemin et son homologue kazakh s’entretiendront en outre en tête-à-tête pour mettre la dernière main à l’accord à l’occasion de la visite de travail du président chinois à Almaty dans le sillage de la réunion du groupe de Shanghai en juillet 19982277.

  • 2278 « China: Spokesman announces bilateral border demarcation treaty », AFP dans FB/SCHI-98-183, July 2 (...)
  • 2279 « Border Agreement Signed », RFE/RL. Nexusline, July 7, 1998.
  • 2280 K. Tokayev cité dans LEVINSSON, C, SVANBERG, I., « Kazakhstan-China border trade thrives after dema (...)
  • 2281 IWASHITA, Akihiro, « An Inquiry for New Thinking on the Border Dispute: Backgrounds of’historic suc (...)
  • 2282 Voir « NPC; approves Sino-Kazakhstan supplementary border agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-98-308, (...)

29Le second addendum au traité de 1994, définissant les souverainetés respectives des deux États sur les deux dernières zones en litige et établissant le tracé de la frontière, est ainsi officiellement signé le 4 juillet 199 82278. Selon le président Nazarbaev, cet accord résoud de manière « définitive et irrévocable » le contentieux territorial sur la frontière sino-kazakhe2279. Le ministre kazakh des affaires étrangères déclare pour sa part que ce traité est très favorable à son pays et lui offre en outre des garanties de sécurité supplémentaires2280. Dans les faits, le partage s’est fait semble-t-il selon le principe 50/50. Le Kazakhstan conserve en effet 56 % des derniers territoires en dispute alors que les 44 % restants seront transférés à la Chine (soit environ 415 km2 de territoire)2281 La totalité de la frontière est désormais stabilisée et formellement reconnue par Pékin dans trois instruments internationaux. Cette reconnaissance écarte définitivement le spectre d’éventuelles revendications de la Chine sur des territoires situés au Kazakhstan -on pense à la revendication chinoise sur les zones à l’ouest et au sud du lac Balkhach- et « perdus » à l’époque de la conclusion des différents « traités inégaux ». Au moment où le parlement chinois approuve le traité en novembre 1998, Zhu Rongji fera d’ailleurs écho à la déclaration du président kazakh, en signifiant également que l’accord résoud « complètement » le contentieux frontalier entre les eux pays2282.

  • 2283 « Solution of Chinese border issue examined », Baku Zerkalo dans FBIS-SOV-98-223, August 11, 1998.
  • 2284 « Russian report on Kazakh-Chinese relations condemned », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0505, May 5, (...)
  • 2285 « Kazakhstan said to have surrendered territory to China », Interfax dans FBIS-CHI-1999-0329, March (...)
  • 2286 « China-Kazakhstan agreement ratified », Interfax dans Ffi/SSOV-99-034, March 2, 1999.

30Du côté kazakh, bien qu’il ait été critiqué par l’opposition politique et semble-t-il la minorité russe du pays2283 (et aussi par la presse russe2284) au motif que le président Nazarbaev aurait cédé à la Chine une trop large part des territoires en dispute et qu’en outre ces derniers contenaient des matières premières -notamment du plomb et de l’or-2285, Vaddendum a néanmoins été ratifié par le parlement le 3 février 1999 puis par le sénat le 10 mars 1999 et enfin inscrit dans la loi par le président Nazarvaev le 29 mars 19992286. Le Kazakhstan devient ainsi le premier État d’Asie centrale frontalier de la Chine à avoir régler le problème de la frontière avec son voisin.

  • 2287 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., pp. 275-276.
  • 2288 « China, Kazakhstan, Kyryzstan Sign Border Agreement », RFE/RL Newsline, August 26, 1999.

31Concernant la démarcation de la frontière, les travaux se sont poursuivis. Une seconde réunion d’experts au sein de la commission de démarcation conjointe sino-kazakhe se réunit ainsi à Almaty du 31 août au 11 septembre 1998 pour examiner les résultats des travaux de démarcation de l’année 1998, discuter des problèmes rencontrés et s’accorder sur les règles de désignation géographique pour les cartes topographiques montrant la frontière2287. Elle sera suivie d’une réunion de la commission de démarcation (17 novembre-1er décembre 1998). Dans l’intervalle, se tient également à Pékin entre le 26 octobre et le 4 novembre 1998, le 131- round de négociations entre le groupe conjoint CEI et la Chine. Ces travaux vont aboutir à la conclusion de l’accord de fixation du tripoint frontalier sino-kazakho-kirghize situé dans la zone du Mont Khân Tângri qui sera signé entre le Kazakhstan, la République kirghize et la Chine le 26 août 19992288. Au cours de l’année 1999 se tiendront trois nouvelles réunions du groupe d’experts au sein de la commission de démarcation conjointe sino-kazakhe à Almaty (avril), Pékin (juillet) et Urumqi (septembre) et une nouvelle réunion de la commission de démarcation à Astana. Les présidents chinois et kazakh publient en novembre 1999 un communiqué conjoint concernant la résolution complète de tous les problèmes frontaliers. Le texte stipule que: « according to the provisions stated in the Sino-Kazakh Border Agreement signed on 26 April 1994 and the Si-no-Kazakh Border Supplementary Agreements signed on 24 September 1997 and 4 July 1998, all border issues between China and Kazakhstan have been resolved completely. This has a historical significance for bilateral relations and will help to promote the development of friendship and neighbourly relations between China and Kazakhstan and is also conducive to the safeguarding of peace and stability in the region.

32(...) the demarcation work of the entire Sino-Kazakh border has been completed as scheduled. Border lines between China and Kazakhstan have been clearly demarcated on the spot. The two sides will step up on the drafting of the relevant legal documents to end all border demarcations.

  • 2289 China-Kazakhstan, Text of Border Communique », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1123, November 23, 1999.
  • 2290 « China, Kazakhstan sign Joint Communique during Zhu Rongji Visit », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0914 (...)
  • 2291 « Kazakhstan, China sign border demarcation deal in Chinese capital », Interfax (Kazakhstan), May 1 (...)

33The two sides are willing to conduct consultations on issues related to border management systems, trans-border use of water resources, transportation, and entry ports, so as to create favourable conditions for strenthening mutual trust and friendly cooperation in the border regions »2289. Le comité conjoint sino-kazakh de démarcation de la frontière se réunira à nouveau en octobre 2000. Les deux parties examinent et acceptent à cette occasion les résultats de la démarcation effectuée sur le terrain. A l’automne 2001, l’ensemble de la procédure de démarcation de la frontière entre les deux pays n’était cependant pas encore totalement terminée2290. Le protocole final de démarcation de la frontière mettant un terme définitif au problème frontalier sino-kazakh est signé le 10 mai 2002 à Pékin. Selon K. Tokayev, « (i)t is the first time in history that Kazakhstan has attained a clear and legally-executed border with such a large state as China »2291. Au total, malgré la conclusion d’un premier accord de frontière dès 1994, il aura finalement fallu dix ans aux deux pays pour régler complètement leur contentieux frontalier et démarquer leur frontière commune.

  • 2292 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 49 et ss.. On retrouve encore des échos de cette (...)
  • 2293 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., pp. 271-272 et Zhongguo Waijiao Gai/an 1994, op. cit., p. 2 (...)
  • 2294 Idem, p. 293.
  • 2295 Idem, pp. 293-294.
  • 2296 « China, Kyrgyzstan to start drafting border treaty soon », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25, (...)

34Avec la République kirghize, les négociations frontalières ont progressé moins rapidement qu’avec le Kazakhstan. Il faut attendre 1996 pour qu’un premier accord frontalier soit conclu. Peut-être la lenteur des discussions résulte-t-elle d’une certaine méfiance du côté chinois. Il faut en effet se souvenir que le président kirghize, A. Akaev, un physicien, est le seul dirigeant des nouvelles Républiques centre-asiatiques à n’être pas issu directement de l’appareil dirigeant du parti communiste soviétique en place avant les indépendances. Aux débuts des années 90, de nombreux observateurs internationaux le considèrent comme un « démocrate ». De ce fait, le régime du Kirghizstan est perçu à Pékin comme proche des Occidentaux. Xing Guangcheng parle ainsi en 1993 des autorités de ce pays comme d’un gouvernement « occidentalisé » (xifanghua)2292. Cette situation va évoluer par la suite, facilitant le rapprochement avec la Chine. En ce qui concerne la question territoriale et frontalière, les représentants kirghizes participent néanmoins aux discussions entamées dans le cadre des différentes réunions du groupe commun CEI et de la République populaire dès 1993. Ils sont présents aux rencontres de février, juillet, octobre 1993 et février 19942293. A l’occasion de l’importante tournée de Li Peng en Asie centrale, Pékin et Bichkek s’entretiennent bilatéralement de la question frontalière. Selon le Zhongguo Waijiao gailan, Li Peng déclare aux autorités kirghizes que la République populaire n’a aucune revendication territoriale à l’égard de la République kirghize et que la partie chinoise est prête en n’importe quel lieu et à n’importe quel moment, dans le respect mutuel du principe de l’intégrité territoriale, à entamer des discussions avec la République kirghize pour résoudre rapidement le problème frontalier entre les deux pays2294. Le président Akaev déclare pour sa part que la République kirghize apprécie hautement les résultats atteints dans le cadre des négociations sino-soviétiques, attache une grande importance au règlement du contentieux frontalier avec la Chine et accepte d’accélérer le processus de négociations. Il suggère également que les deux parties commencent par formuler le texte d’un traité sur les secteurs de la frontière où elles se sont déjà entendues et poursuivent les discussions sur les secteurs encore en litige2295. Ces propositions sont reprises dans le communiqué conjoint publié à l’issue de ce déplacement du premier ministre chinois. Les deux parties y déclarent « évaluer positivement » les négociations frontalières menées entre la délégation chinoise et la délégation conjointe du Kazakhstan, de la République kirghize, de la Russie et du Tadjikistan et ajoutent qu’elles se sont accordées pour commencer à travailler rapidement à la rédaction d’un projet de traité frontalier et pour continuer à négocier en ce qui concerne les sections où un accord n’a pas encore pu être trouvé2296. En attendant la résolution du contentieux, les deux parties décident en outre de prendre des mesures pour maintenir le statu quo.

  • 2297 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. p. 295
  • 2298 « Cis-China Border Talks », SWB SUW/2048 G/2 [4] Tajik Radio, July 7, 1994.
  • 2299 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 297.
  • 2300 Idem, p. 297
  • 2301 Les dirigeants chinois et kirghize ne l’ont part que de leur espoir de voir la question frontalière (...)
  • 2302 Idem, p. 367.

35Les discussions dans le cadre des rencontres du groupe commun CEI et des représentants chinois vont donc se poursuivrent notamment en juillet et en novembre 19942297. A l’occasion de la réunion organisée en juillet 1994 à Bichkek, la presse annonce qu’il existe six secteurs en litige à la frontière entre la République kirghize et la Chine et qu’un compromis a pu être atteint pour deux d’entre eux2298. En fait, cinq zones font semble-t-il l’objet d’un contentieux entre les deux pays. Malgré cette annonce, les négociations vont se poursuivre en avril et en novembre 1995 sans qu’un accord ne soit atteint2299. Le vice-ministre kirghize des affaires étrangères se rendra également à Pékin dans l’intervalle -en juillet 1995-, pour discuter sur un plan bilatéral du problème frontalier entre les deux pays2300. Alors qu’en avril 1996 à l’occasion de la signature du traité de Shanghai, rien ne semble indiquer que des progrès ont été réalisés dans la question frontalière2301, un traité portant sur le tracé de la frontière sino-kirghize est pourtant signé le 4 juillet 1996. Peut-être un compromis est-il intervenu lors de la rencontre du groupe CEI et des représentants chinois qui se déroule entre le 27 juin et le 8 juillet 19962302. Les informations font défaut sur ce point. Quoi qu’il en soit, le traité du 4 juillet 1996 définit environ 900 km sur les 1011 km de frontières séparant les deux pays. La question de quatre des cinq zones en litige est ainsi réglée. Ce traité sera ratifié dans le courant de l’année 1998.

  • 2303 Xinhua dans SWB FE/2656, 2658, July 7, 1996.
  • 2304 « ‘Text’ of Sino-Kyrgyz Joint Statement », op. cit.
  • 2305 « China, Kyrgyzstan demarcation agreement », Asaba dans FBIS-SOV-98-301, October 28, 1998.
  • 2306 « Central Asia progress made », Interfax dans FIBS-SOV-99-028, January 28, 1999.
  • 2307 « Five country talks begin », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0621 June 21, 1999 et « Five country tal (...)

36Il est salué par la presse chinoise comme un « événement important » dans les relations bilatérales sino-kirghizes. Les deux gouvernements publient le lendemain de sa signature une déclaration commune dont l’article 14 se félicite de la conclusion de cet accord « historique », qualifié de « preuve des relations d’amitié et de bon voisinage » existant entre les deux pays. Les deux parties s’engagent également à poursuivre les négociations sur les secteurs de la frontière où un accord doit encore être atteint2303. Le groupe commun CEI et les représentants chinois se réuniront ainsi entre le 26 novembre et le 6 décembre 1996 puis entre le 20 et le 29 janvier et le 8 au 15 septembre 1997 sans qu’aucun progrès ne soit signalé. A l’occasion de la visite en Chine du président Akaev en avril 1998, les deux pays abordent une nouvelle fois la question frontalière2304. Ils réitèrent leur volonté de poursuivre les négociations sur les parties de la frontière encore en litige et font également part de leur intention de commencer le processus de démarcation pour les parties de la frontière à propos de laquelle ils se sont accordés. Selon la presse, les préparatifs des travaux de démarcation de la frontière décrite dans le traité de 1996 doivent débuter en octobre 19982305. Ils ne sont pourtant pas encore à l’ordre du jour en janvier 19992306. En juin 1999, Leonid Moiseyev, le président de la délégation conjointe de la CEI, déclare que la République kirghize est proche d’un accord complet avec la Chine sur la définition du tracé de la frontière commune. Seule une section reste selon lui encore en conflit2307. Il s’agit semble-t-il d’une zone en dispute dans la région difficile de la passe de Bedel.

  • 2308 « Chinese, Kyrgyzstan Presidents Sign Supplementary Border Agreement », People’s Daily, August 27, (...)
  • 2309 « China, Kazakhstan, Kyryzstan Sign Border Agreement », RHE/RL. Newsline, August 26, 1999.
  • 2310 SHAO, Zongwei, « Border accord signed », China Daily, August 27, 1999.
  • 2311 Cite dans « Kyrgyzstan, China resolved all border issues », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0826, Augu (...)
  • 2312 « Meeting of NPC Standing Committee Concludes », People’s Daily, April 30, 2000.

37Le 26 août 1999, dans le sillage du sommet de Bichkek qui réunit le groupe de Shanghai, les présidents chinois et kirghize signent un accord supplémentaire amendant l’accord de 1996 et réglant la question frontalière entre les deux États2308. Cet accord porte sur le partage de la dernière zone en litige. Bichkek conserve 70 % des 950 km2 de territoires disputés alors que les 30 % restants devront être transférés à la Chine. Le principe d’un partage 50/50 a semble-t-il également été suivi dans ce cas. Le détail de l’accord n’est cependant pas publié à ce moment, ce qui va alimenter de nombreuses spéculations avant de provoquer une véritable crise politique en République kirghize. Outre ce traité, on se souvient que l’accord de fixation du tri-point frontalier sino-kazakho-kirghize situé dans la zone du Mont Khân Tângri est également conclu entre le Kazakhstan, la République kirghize et la Chine le 26 août 19992309. Jiang Zemin déclare à l’occasion de la signature de l’accord supplémentaire sino-kirghize que ce dernier est un « événement significatif » dans l’histoire des relations bilatérales sino-kirghizes, « clearing up disputes along the border between the two countries, which extends to more than 1000 kilometres, benefits stability and peace in border areas »2310. Le président Akaev fait également part de sa satisfaction, voire de son enthousiasme en déclarant à un journaliste chinois que « relations between Kyrgyzstan and China are currently experiencing their best times for the past three centuries »2311. Cet accord sera ratifié par la République populaire de Chine, en avril 2000, en même temps que l’accord sur le point convergent des frontières entre la République populaire, le Kazakhstan et la République kirghize2312.

  • 2313 « Tajikistan, Kyrgyzstan, China agree borders », Itar-Tass dans FBIS-SOV-2000-0310, March 10, 2000.
  • 2314 « Kyrgyzstan, China begin border demarcation », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2001-0605, June 5, 2001.
  • 2315 « Kyrgyzstan, China begin border demarcation », RFE/RL Newsline, June 6, 2001.

38La signature de l’accord supplémentaire de 1999 semblait donc régler le différend territorial et frontalier sino-kirghize. Ce traité va cependant provoquer des remous sur la scène politique kirghize à partir du printemps 2001 au moment où le gouvernement va chercher à obtenir sa ratification. Dans l’intervalle, en mars et en mai 2000, à l’occasion des 15e et 16e rounds de discussions entre la Chine et le groupe commun, un accord définissant le tripoint frontalier sino-tad-jiko-kirghize est également conclu et finalisé. Le document, accompagné des cartes attachées, sera signé le 5 juillet 2000 lors du sommet du groupe de Shanghai à Douchanbé2313. En juin et en novembre 2000 se tiennent à Bichkek puis Pékin la 1e et 2e réunion du comité conjoint sino-kirghize de délimitation de la frontière. Au cours de ces rencontres, les deux parties s’entendent sur un calendrier des opérations de délimitation de la frontière et sur la localisation et la quantité de marqueurs frontaliers à ériger le long de leur frontière commune. Au début du mois de juin 2001, des experts chinois et kirghizes entament les travaux de démarcation sur le terrain des sections de la frontière sino-kirghize reprises dans l’accord de 1996 et qui couvrent 900 km sur les 1011 km de la frontière commune. Ils ont choisi de commencer par la passe de Torugart2314. Il est convenu que les experts des deux pays ne procéderont pas au marquage des sections couvertes par l’amendement de 1999 non encore ratifié par le parlement kirghize2315. Il est également prévu que les travaux de démarcation seront terminés en 2003.

  • 2316 En avril 2001, le gouvernement kirghize a été forcé de dénoncer un memorandum-qualifié de « secret  (...)
  • 2317 BULDAKOVA, E., « Conflicting views on land issue between Kyrgyzstan And China », CIMERA, Media Insi (...)
  • 2318 ICG, « Kyrgyzstan’s Political Crisis: An Exit Strategy », Asia Report, n° 37, Osh/ Brussels, August (...)

39La conclusion des deux traités et le lancement des travaux de démarcation de la frontière sino-kirghize couverte par l’accord de 1996 laisse à penser que le contentieux territorial et frontalier entre les deux pays est donc sur le point d’être réglé. Les événements prennent cependant soudain une toute autre tournure à la fin du printemps/début de l’été 2001 en raison de la fronde d’une partie des élites politiques kirghizes. Cette dernière mobilise l’opinion publique d’abord contre un mémorandum signé avec l’Ouzbékistan2316, puis contre les cessions territoriales prévues par les accords de 1996 et de 1999 avec Pékin et enfin contre la manière dont ce dernier accord de 1999 a été conclu. La question frontalière avec la Chine va être instrumentalisée par les opposants au président Akaev qui l’utilisent pour l’affaiblir2317. Elle est à l’origine d’une crise politique interne majeure en République kirghize. Cette dernière, lancée au printemps 2001, s’accentue à partir du début de l’année 20022318.

  • 2319 « Kyrgyzstan’s Border Riddle », The Analyst (Field Report), May 23, 2001.
  • 2320 GREBENSHCHIKOV, I., « A government plan to hand over chunks of Kyrgyz border territory to China has (...)
  • 2321 Cité dans « Media review, Kyrgyzstan », The Times of Central Asia, June 14, 2001.
  • 2322 GREBENSHCHIKOV, I., « A government plan to hand over chunks of Kyrgyz border territory to China has (...)
  • 2323 « Kyrgyz Parliament calls upon Conducting a Referendum on Territorial Concessions to China », Trans (...)

40Au printemps 2001, le président Akaev et son gouvernement sont mis sur la sellette, accusés par certains parlementaires d’avoir sacrifié des intérêts nationaux kirghizes ainsi que l’intégrité territoriale du pays afin de maintenir l’amitié de la Chine. A la mi-mai 2001, un groupe de députés envisage de lancer une procédure de mise en accusation du président Akaev pour avoir outrepassé son autorité en ne consultant pas le parlement, violant ainsi les dispositions de la constitution kirghize, et pour avoir violé la loi en signant un document qui mine selon eux l’intégrité territoriale du pays2319. A la fin du mois de mai 2001, le comité parlementaire de défense se réunit à huit-clos pour examiner la légalité du transfert à la Chine, en vertu du traité d’août 1999, d’une section de territoire disputée, estimée à 90 000 hectares et située au nord du territoire de la République kirghize à la jonction des districts d’Issyk-Kul et de Naryn, dans la zone de la passe de Bedel. Certains parlementaires présentent cette cession comme contraire à l’intérêt national kirghize. Azimbek Beknazarov dénonce le fait que les Chinois n’ont commencé à parler de « territoires contestés » qu’en 1994 alors qu’en décembre 1992, Pékin a reconnu selon lui le Kirghizstan « dans ses frontières existantes »2320. Les parties de territoires cédées par le président Akaev le seraient donc indûment puisqu’elles n’étaient pas en litige selon lui. Il fait également part de sa crainte de voir Pékin contrôler une partie des ressources en eau de la République. Selon ce parlementaire, si l’accord de 1999 est ratifié, la Chine contrôlera effectivement les ressources des rivières Sary-Jaz et Uzongu-Kuush. Avec la modification de la frontière, Pékin va également acquérir certains glaciers. Dès lors, selon Beknazarov, elle pourra décider si elle autorise la République kirghize à employer l’eau de ces fleuves -même si cette eau coule en direction de l’intérieur du territoire kirghize- et à construire des barrages pour produire de l’hydroélectricité2321. Un autre parlementaire, Ismail Isakov, déclare pour sa part qu’aucune preuve ne montre que les territoires cédés à Pékin ont jamais été contestés auparavant par la Chine. En dépit de ses demandes répétées de consultation des documents officiels qui confirmeraient le statut litigieux de ces territoires, aucun d’entre eux n’a été produit par les autorités. Pour lui, il n’en existe en fait aucun2322. Il signale en outre que la zone cédée à la Chine contient des ressources minérales importantes -notamment du tungstène- dont la République kirghize sera privée2323. Certains parlementaires craignent également que cette cession territoriale en faveur de la Chine ne puisse être invoquée par la suite comme précédent par d’autres États dans leur litige avec la République kirghize. Ils redoutent notamment l’utilisation que l’Ouzbékistan pourrait faire de ce précédent.

  • 2324 « Kyrgyz parliament to demand annulment of border agreement with China », RFE/RL Newsline, ]une 5, (...)
  • 2325 ZHAKYPOV, A., « Kyrgyzstan and China Tackle Border Issues », Transcaspian.ru, June 8, 2001.
  • 2326 « Kyrgyz Foreign Ministry Refutes Territorial Concessions to China », The Times of Central Asia, Ma (...)
  • 2327 Le ministre kirghize des affaires étrangères déclarera ainsi à RFE/RL, le 11 juin 2001 qu’en cas de (...)
  • 2328 « Kyrgyz Parliament calls on president to disavow border accord », RFE/RL Newsline, June 14, 2001.
  • 2329 « Kyrgyz Parliament clarifies position on Chinese Border accords », RFE/RL Newsline, June 15, 2001.

41Le 5 juin 2001, l’assemblée législative (la chambre basse du Parlement kirghize, le Jogorku Kenesh) commence à débattre de la possibilité d’annuler les accords de 1996 et 19992324. Certains députés progouvernementaux proposent d’attendre que l’assemblée obtienne du gouvernement les textes intégraux et les cartes attenantes à ces accords avant de prendre une décision. A. Beknazarov est pour sa part favorable à leur dénonciation immédiate. Selon ce dernier, au moment de la ratification du traité de 1996 en 1998, le ministre des affaires étrangères n’a en effet pas présenté la totalité du texte de l’accord au Parlement. Il s’est contenté de déclarer que la République kirghize n’avait pas concédé de territoire à la Chine, ce qui est inexact puisque la question de quatre zones litigieuses a été réglée par un partage dans ce traité2325. Pékin se serait ainsi vu attribuer environ 35 000 hectares de territoires. Le ministre kirghize des affaires étrangères, M. Imanaliev, rappelle pour sa part qu’après négociations avec la Chine, l’ensemble du territoire encore en litige (c’est-à-dire la gorge d’Uzengu-Kuush qui forme la partie occidentale de la passe de Bedel) a été divisée à l’avantage de la République kirghize puisque cette dernière contrôle en vertu du traité de 1999, 70 % de la superficie totale de cette zone contre 30 % pour la République populaire2326. Pour Imanaliev, l’attitude des parlementaires est irresponsable et pourrait avoir des conséquences négatives importantes pour la République kirghize. Selon lui, Pékin pourrait ne pas apprécier la remise en cause de ces accords et en profiter pour accroître ses prétentions2327. Malgré cette mise en garde, le 13 juin, l’assemblée législative exige l’arrêt de la démarcation de la frontière sino-kirghize entreprise au début du mois et vote une résolution en ce sens. Le gouvernement va l’ignorer. L’assemblée législative aurait également proposé que le président Akaev adopte un décret annulant le traité signé avec Jiang Zemin en 1996 et que les officiels responsables de la rédaction du traité de 1996 et de l’amendement de 1999 soient arrêtés2328. Le lendemain cependant, le service de presse de l’assemblée législative démentira ces deux derniers points2329.

  • 2330 « Parliament Resumes Discussion on Border Agreements with China », RFE/RL. Newsline, June 20, 2001.
  • 2331 « Parliament Continues Discussion on Border Agreements with China », RFE/RL Newsline, June 22, 2001
  • 2332 GREBENSHCHIKOV, I., « A government plan to hand over chunks of Kyrgyz border territory to China has (...)

42Entre les 19 et 22juin, l’assemblée législative se réunit une nouvelle fois pour examiner la question de la délimitation de la frontière sino-kirghize. Ni le premier ministre, ni les ministres invités à participer aux discussions ne se déplacent à cette occasion. Lors des débats, certains députés pro-gouvernementaux proposent de postposer la réunion jusqu’à ce que le gouvernement fournisse les textes intégraux et les cartes attenantes de ces accords. Au contraire, des députés kirghizes suggèrent une nouvelle fois de dénoncer les accords de 1996 et 19992330. Les attaques contre le ministre des affaires étrangères accusé d’avoir menti en 1998 en déclarant que la République kirghize n’avait pas cédé de territoire à la Chine sont réitérées et certains parlementaires demandent sa démission. Selon d’autres parlementaires, l’accord de 1996 n’a en fait pas été ratifié par le Parlement. Le gouvernement indique certes que le parlement précédent a ratifié cet accord en 1998, mais il ne présente aucun document prouvant cette ratification2331. Ismail Isakov propose pour sa part de soumettre la question de la cession territoriale à référendum. Le gouvernement kirghize se contente de rejeter ces différentes accusations en rappelant qu’il est parvenu à conserver la majeure partie des territoires contestés. Il fait également savoir qu’il n’a l’intention ni de revenir sur les accords frontaliers conclus avec la Chine, ni de froisser son puissant voisin2332.

  • 2333 « Akayev says demarcation of Kyrgyz-Chinese border is fair », Interfax, July 13, 2001.
  • 2334 Voir par exemple « Communique expresses satisfaction », Xinhua dans FBIS-CHI-92-096, May 18, 1992.

43Cette dispute entre le gouvernement et certains parlementaires d’opposition nous permet d’en apprendre davantage sur le climat des négociations frontalières avec Pékin. Ainsi, dans une intervention du début du mois de juillet 2001, le président Akaev confesse que ces négociations avec la Chine entre 1992 et 1996 ont été « ardues » -il dit selon Interfax « tense interstate negotiations »2333-. Le président kirghize n’aborde malheureusement pas le détail du processus de négociations si bien que l’on ignore où se situaient les blocages éventuels entre les deux parties. Peut-être le règlement du contentieux était-il rendu plus difficile par la localisation des cinq zones en litiges dans des régions géographiques complexes en raison de leur relief montagneux. L’expression utilisée par le président kirghize ne paraît cependant pas correspondre à ce problème. En effet, on ne comprend pas pourquoi il ne l’a pas évoqué si ce dernier a constitué le principal blocage dans les négociations et ce d’autant qu’une telle argumentation est tout-à-fait acceptable pour expliquer les difficultés et le délai relativement long des négociations qui ont mené à la conclusion de l’accord de délimitation frontalière de 1996. En fait, la déclaration du président Akaev nous amène plutôt à penser que non seulement les demandes de la Chine, mais aussi son attitude dans les négociations territoriales, n’ont pas été aussi conciliantes au départ que les protestations d’amitié émises dès 1992 à l’occasion des rencontres bilatérales avec les responsables kirghizes pourraient le laisser penser2334. On peut se risquer ici à quelques hypothèses pour expliquer cette position. Pékin a pu considérer que le contentieux frontalier était un instrument utile pour faire pression sur la République kirghize en cas de difficultés dans des domaines où ses intérêts étaient réellement en jeu, ou au contraire pour la récompenser si elle se montrait conciliante clans ces domaines. Pékin, incertaine au départ de l’orientation de la politique kirghize, a sans doute attendu de voir se dessiner plus nettement l’attitude des autorités de Bichkek à son égard avant de se montrer plus conciliant sur la question territoriale. Ces dernières ont pourtant donné dès 1993 des gages à la Chine en ce qui concerne d’éventuels mouvements ouïgours. Pékin les a peut-être jugés insuffisants.

  • 2335 « Kyrgyz head in live phone-in 12 July », Kyrgyz Radio first programme dans BBC. Monitoring, July 1 (...)

44En l’absence de certitude, on retiendra que les pourparlers sino-kirghizcs ont été plus lents que dans le cas du Kazakhstan alors que le tracé de la frontière entre les deux pays est plus court et que les zones en litige étaient moins nombreuses. On se souviendra également que le premier traité de délimitation frontalière sino-kirghize n’a été signé qu’après la conclusion du traité sur l’approfondissement des mesures de confiance militaire dans les régions frontalières d’avril 1996. Selon le président Akaev, sur le plan des revendications territoriales de la Chine, la République kirghize est parvenue à maintenir des territoires importants tels que les crêtes des monts Khân Tângri (la République kirghize conserve le contrôle de 80 % de cette montagne) et Pobedy, ainsi que le passage stratégique d’Irkeshtam. Pékin revendiquait également selon lui la totalité du bassin du fleuve Uzengu-Kuush. Les négociateurs kirghizes sont toutefois parvenus à un accord pour diviser ce dernier territoire en litige à l’avantage de la République kirghize. Selon le président kirghize, la Chine aurait eu une attitude très conciliante dans ces négociations2335. Cette dernière affirmation semble confirmée par la proportion de territoires qui est restée entre les mains de la République kirghize soit 70 %. On remarquera néanmoins que les négociations sur cette portion de territoire n’ont abouti qu’en 1999 soit trois ans après la signature du premier traité, ce qui reste tout de même assez lent pour une négociation entre États entretenant officiellement des relations amicales et de bon voisinage. Si il est difficile de tirer des conclusions définitives en l’absence d’informations détaillées sur les négociations frontalières, on constatera néanmoins de manière générale que le discours officiel de la Chine ne semble pas avoir totalement correspondu à son attitude réelle lors de ces négociations, en tout cas au moins jusqu’en 1996 et peut-être au-delà.

  • 2336 Voir « Kyrgyz head in live phone-in 12July », op. cit.
  • 2337 80 % des Kirghizes installes en Chine vivent dans la prefecture autonome kirghize de Kizilsu au Xin (...)
  • 2338 « Kyrgyz regional governor argues case for ceding territory to China », RFE/RL. Newsline, May 10, 2 (...)

45Pour en revenir à la déclaration de A. Akaev de juillet 2001, ce dernier y rejette les accusations des parlementaires et dénonce l’agitation autour du traité de 1999 qu’il considère comme une action planifiée de l’opposition destinée à nuire aux bonnes relations sino-kirghizes. Cette agitation est dangereuse selon lui car sans coopération avec la Chine, la République kirghize n’a « aucun futur », parce qu’elle « n’obtiendra aucun accès au monde extérieur »2336. Si on suit le président Akaev, l’enclavement de la République kirghize l’obligerait donc à se montrer accommodante à l’égard de Pékin. D’autres facteurs s’ajoutent à cette argumentation. Askar Salymbekov, le gouverneur de l’oblast de Naryn frontalier du Xinjiang, déclarera ainsi en mai 2002 qu’il faut ratifier l’accord de 1999 pour préserver les bonnes relations avec la Chine, qui deviendra selon lui « une puissance mondiale au xxiesiècle ». Il précisera également qu’un éventuel échec de la ratification risque de créer des problèmes à la minorité kirghize -qu’il estime à 150 000 personnes2337- vivant au Xinjiang2338. Puissance de la Chine, contrôle sur la minorité kirghize du Xinjiang et enclavement sont donc trois facteurs importants qui ont influencé, de leur aveu même, les autorités kirghizes dans leurs négociations avec Pékin.

  • 2339 « Kyrgyz public delegation returns from Chinese border », RFE/RL Newsline, August 10, 2001.

46Pour essayer d’apaiser les critiques de l’opposition, une mission de 13 membres est envoyée dans la zone cédée à la Chine par l’accord de 1999 par le comité public pour les questions frontalières sino-kirghizes en août 2001. Selon les résultats de son enquête, cette zone est principalement formée de terrains montagneux et rocailleux et non déterres arables2339. Ismail Isakov relève néanmoins que le secteur contesté contient plusieurs glaciers dont la cession va entraîner la perte de ressources en eau pour la République kirghize. Cette mission ne suffit pourtant pas à calmer l’opposition. Les escarmouches entre le gouvernement kirghize et les parlementaires contestataires vont se poursuivre dans le nouveau contexte politique post-11 septembre.

  • 2340 « Kyrgyz parliament unable to debate border concessions to China », RFE/RL Newsline, November 26, 2 (...)
  • 2341 « Kyrgyz Parliament Deputy Under Pressure », RFE/RL. Newsline, December 19, 2001.
  • 2342 KHAMIDOV, Alisher, « MP’s arrest focuses attention on executive-legislative struggle in Kyrgyzstan  (...)
  • 2343 ICG, « Kyrgyzstan’s Political Crisis: An Exit Strategy », Asia Report, n° 37, Osh/ Brussels, August (...)
  • 2344 JURAEV, E., « Aksy : a turning point, or a dot on a strait line down ? », The Analyst, April 24, 20 (...)
  • 2345 BLUA, A., « Government resigns following protests over march violence », RFE/RL, May 22, 2002.

47En novembre 2001, une séance de la chambre haute du parlement kirghize prévue pour débattre de la question des concessions territoriales à la Chine est annulée, le gouvernement n’ayant pas fourni le texte du traité, ce qui alimente la suspicion des parlementaires2340. Le gouvernement accroît également ses pressions sur les parlementaires, notamment sur A. Beknazarov. En décembre 2001, 17 députés écrivent au président Akaev pour lui demander de faire cesser les pressions sur ce député2341. Le pouvoir kirghize, pensant bénéficier de l’impunité en raison de son nouveau statut d’allié de Washington dans la guerre contre le terrorisme, choisit l’option répressive. Beknazarov est arrêté en janvier 2002 puis accusé d’abus de pouvoir-une accusation que beaucoup considèrent en République kirghize comme forgée de toute pièce2342- alors que le pouvoir accroît sa pression sur les médias, interdisant plusieurs quotidiens de l’opposition2343. Cette politique répressive ainsi que l’arrestation de A. Beknazarov déclenchent une vague de protestations qui tourne à la tragédie lors d’une manifestation organisée à Ak-Sui, dans la région de Djalalabad le 17 mars 2002. La police ouvre en effet le feu sur les manifestants tuant plusieurs personnes2344. A. Beknazarov est libéré le 19 mars et son procès reporté à plus tard pour essayer de calmer la tension devenue très vive après la fusillade d’Ak-Sui. Mais le refus du gouvernement de reconnaître sa responsabilité dans cet incident entraîne d’autres manifestations rassemblant un nombre croissant de participants. Le président kirghize décide de limoger une série de ministres, entraînant la démission à la fin du mois de mai 2002 de tout le gouvernement, alors que plusieurs milliers de manifestants réclament son départ2345. Les manifestations se poursuivent en juin 2002 et les remous politiques jusqu’à la fin 2002 avant que le président Akaev ne réussisse finalement à reprendre l’initiative au début de l’année 2003.

  • 2346 « Kyrgyz President asks parliament to ratify border agreement with China », RFE/RL Newsline, May 7, (...)
  • 2347 « Kyrgyzstan: Scores Arrested During Antigovernment Protest », RFE/RL., May 16, 2002.
  • 2348 Voir « protesting land transfer to China », RFE/RL, Kyrgyz News, May 12, 2002; PLENSEEV, D., « Kyrg (...)
  • 2349 Le même type de craintes se sont à nouveau exprimées à propos d’un projet touristique proposé par u (...)

48Dans l’intervalle, les autorités kirghizes ont finalement obtenu la ratification du traité d’août 1999 avec la Chine. Nous avons vu que ces dernières ont choisi de ne pas communiquer le contenu du texte de l’accord, alimentant toutes les spéculations. Le parlement kirghize n’en prendra finalement connaissance -et encore non accompagné des cartes géographiques ad hoc- qu’en mai 2002. Pour obtenir la ratification de ce document avant le sommet de F « Organisation de coopération de Shanghai » à Saint-Pétersbourg, le président Akaev doit intervenir à deux reprises auprès des deux chambres. Après une première intervention le 7 mai 20022346, il obtient le 10 mai la ratification -à la majorité simple (36 voix sur 60)- de l’accord par la chambre haute du parlement en même temps que la ratification de l’accord sur le tripoint frontalier entre la République kirghize, le Kazakhstan et République populaire de Chine et que la ratification de l’accord sur le tripoint frontalier entre la République kirghize, le Tadjikistan et la République populaire de Chine. Des protestations contre le gouvernement s’élèvent cependant immédiatement un peu partout dans le pays (notamment à Bichkek, Och, Djalalabad, Tash-Kumyr, Kochkor et dans d’autres régions). Des milliers de manifestants bloquent la route Bichkek/Och dès le 11 mai alors que la police procède pour sa part à des arrestations notamment à Bichkek2347. Les revendications exprimées par les manifestants ne touchent pas seulement la question frontalière et la ratification du traité de 19992348. Elles s’étendent bien au-delà de ce problème. La question frontalière est en fait passée au second plan d’une protestation politique plus large à l’encontre du régime Akaev depuis l’arrestation de Beknazarov en janvier 2002. On retiendra cependant que cette question a mobilisé une partie de l’opinion publique kirghize, révélant à la fois son mécontentement à l’égard du régime Akaev mais aussi sa sensibilité nationaliste et sa crainte à l’égard des intentions de la Chine et de ses ambitions territoriales supposées vis-à-vis de la République kirghize2349. Ce mouvement de protestation a mis en lumière l’hostilité d’une partie des Kirghizes à l’égard de la Chine, qui ne semble pas vraiment bénéficier d’une image particulièrement positive au sein au moins d’une partie de la population.

  • 2350 « Kyrgyzstani parliament stops ratification of an agreement with China », Prima News Agency, May 15 (...)
  • 2351 « Court admits an appeal over the border agreement ratification », RFE/RL Kyrgyz News, May 15,2002.
  • 2352 « Constitutional Court rejects appeal against border treaty with China », RFE/RL Newsline, May 23, (...)
  • 2353 « Akayev signs border agreement with China into effect », RFE/RL. Kyrgyz Newsline, May 28, 2002.
  • 2354 « Kyrgyz Parliament appeals to Chinese counterpart, constitutional », RFE/RL Newsline, June 10, 200 (...)
  • 2355 « Court postpones hearing on Sino-Kyrgyz border agreement », RFE/RL. Newsline, January 28, 2003.

49Pour en revenir à la question de la ratification, le 14 mai, la chambre haute échoue à deux reprises à ratifier l’accord de 19992350. Il faut une nouvelle visite du président Akaev pour obtenir un vote favorable. Le traité de 1999 est finalement ratifié le 17 mai 2002 mais à nouveau à la majorité simple. Alors que la chambre haute compte 45 députés, seuls 36 seront présents au moment du vote et parmi ces derniers, 21 voteront en faveur de la ratification du traité. L’opposition se saisit de la manière dont la ratification de ce traité a été obtenue pour relancer ses critiques. Selon les députés frondeurs, elle n’a en effet pas respecté les formes légales (un traité de délimitation de la frontière doit selon la Constitution kirghize être approuvé à la majorité des deux tiers) aussi décident-t-ils de porter l’affaire devant la cour constitutionnelle kirghize2351. Cette dernière refusera d’examiner ce recours2352. Le président Akaev signe le 28 mai 2002 une loi donnant effet à l’accord de 19992353. La cour constitutionnelle sera saisie une nouvelle fois à propos de cet accord par des députés kirghizes en juin 2002. En même temps, ils lancent également un appel à l’Assemblée nationale populaire chinoise pour qu’elle annule l’accord de 19992354. Aucune réponse ne vient cependant de la Chine. Quelques mois plus tard, en décembre 2002, onze députés saisiront à nouveau la cour constitutionnelle2355.

  • 2356 « Demarcation of Kyrgyz-Chinese border resumes », RFE/RL, Newsline, June 24, 2002.
  • 2357 Ce dernier a semble-t-il été signé le 22 septembre 2004. Dans « Kyrgyzstan and China welcome contin (...)
  • 2358 MFA, PRC, « China’s Territorial and Boundary Affairs », June 30, 2003 (www.fm-pre.gov.cn/eng/wjb/zz (...)
  • 2359 XING, Guangcheng, « Zhongguo vu Zhong Ya guojiade guanxi », op. cit., p. 21.

50Dans l’intervalle cependant, les travaux de démarcation de la frontière sino-kirghize, interrompus en juin 2001 ont repris en juin 20022356. Le site officiel du ministère chinois des affaires étrangères précisait en juin 2003 que les deux parties étaient en train de rédiger le protocole final de démarcation de la frontière2357 et que le marquage de la frontière sur le terrain était pratiquement terminé. Les travaux de réalisation des cartes frontalières étaient également bien avancés2358. Lors de la visite officielle du président Akaev en Chine les 23-25 juin 2002, les deux pays ont conclu un traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage confirmant la délimitation définitive de leur frontière commune. Pendant les soubresauts politiques de l’année 2002 en République kirghize, Pékin s’est fait très discrète sur la question frontalière sans doute pour éviter de placer le gouvernement kirghize dans une situation encore plus délicate. Les auteurs chinois spécialistes des relations sino-centre-asiatiques considèrent pour leur part que cette question est réglée. Dans un article publié en mai 2002, Xing Guangcheng écrivait concernant le problème frontalier entre la Chine et ses voisins d’Asie centrale que « la Chine a réglé ses problèmes de frontières avec le Kazakhstan et la République kirghize »2359. Au moment de la rédaction de son article, seule la frontière sino-tadjike était donc encore l’objet de discussions qualifiées de « compliquées » par cet auteur.

1.5. Le contentieux territorial et frontalier sino-tadjik

  • 2360 « Sur la zone contestée dans le massif du Pamir », op. cit., p. 25.
  • 2361 ZHU, Xingguang, « Ying E sifen Pamier yu Qing Zhengfu de lichang », Zhongguo Bianjiang Shidi Yanjiu (...)
  • 2362 Citations dans Idem, op. cit, p. 71 et p. 79.

51Le conflit frontalier et territorial le plus important entre la Chine et ses nouveaux voisins centre-asiatiques concerne la République du Tadjikistan qui partage avec la région du Xinjiang une frontière de plus de 400 km. Il se concentre dans la région des Pamirs que la République populaire considère officiellement comme une partie de son territoire depuis l’Antiquité. On se souvient que le Beijing Information déclarait en 1981 que « le massif du Pamir a toujours été un territoire chinois »2360. Durant la décennie 90, cette vision des choses n’a semble-t-il guère évolué auprès des auteurs chinois. On la retrouve ainsi dans un article publié dans la revue spécialisée Zhongguo Bian-jiang Shidi Yanjiu (Études historique et géographique de la frontière chinoise) en mars 20002361. Son auteur, Zhu Xingguang, professeur au département des sciences sociales à l’université de Ningbo, continue en effet à utiliser dans cet article des formules stéréotypées, parties intégrantes de la vulgate véhiculée en République populaire à propos des Pamirs. Il note ainsi « depuis des temps immémoriaux les Pamirs appartiennent au territoire de la Chine, depuis la dynastie des Han jusqu’à celle des Qing, les différents gouvernements de la Chine, qu’il s’agisse du gouvernement de la Chine unifiée ou des gouvernements locaux pendant la période où la Chine était divisée, y ont tous exercé une souveraineté effective » et plus loin « les Pamirs sont un territoire inséparable de la Chine, c’est un fait historique indéniable »2362.

  • 2363 Voir sur l’expédition de 747 STEIN, Mark Aurel, « A Chinese Expedition across the Pamirs and Hindu (...)

52Sur le plan historique, ces affirmations sont équivalentes aux distorsions que l’on peut observer dans le cas de la région du Xinjiang/Turkestan Oriental. Les auteurs chinois s’appuient sur quelques expéditions militaires menées par les Han et les Tang (comme les expéditions du général d’origine coréenne Gao Xianzhien 747 et 7492363) dans cette région pour affirmer que ce territoire est « chinois » depuis l’Antiquité. Or, entre les expéditions ponctuelles de Gao Xianzhi et la conquête du Turkestan oriental en 1759, il n’y a aucune présence et encore moins une « souveraineté » chinoise dans les Pa-mirs. Il faut attendre la période de la conquête mandchoue du Turkestan oriental au xviiie siècle pour voir un pouvoir basé en Chine, en l’occurrence les troupes mandchoues, pénétrer dans cette région. En 1759, une armée des Qing, à la poursuite des Khwâjas Afaqis est-turkestanais atteint ainsi les régions du Wakhan, de Shugnan sur la rive droite de l’Amou Daria, et même la capitale du Badakhshân. Les soldats mandchous établiront semble-t-il un fort sur les rives du lac Yeshil Kul et érigeront une stèle commémorative de la « conquête » récente de cette zone.

  • 2364 GRENARD, F., Le Turkestan et le Tibet. Étude ethnographique et sociologique, op. cit., p. 287 et p. (...)
  • 2365 GORDON, T. E., The roof of the world, op. cit., pp. 110 et ss.

53Mais cette présence des Qing est éphémère et les Pamirs repassent sous l’influence du khânat de Kokand que les Mandchous considèrent comme un État vassal. Le khân de Kokand a en effet reconnu nominalement la suzeraineté de l’empereur Qing en 1759 comme l’ont aussi fait le khân des Kazakhs en 1757, le Badakhshân en 1759 et le Baltistan en 1760 et aussi le Hunza et le Nagar (au nord du Pakistan actuel)2364. Dans les Pamirs orientaux, les Qing ont semble-t-il retenu un point d’appui dans la vallée du fleuve Ak Su et selon Garver, leur autorité s’étendait dans les années 1840 jusque dans la région du lac Zor Kul ou Sari-Qul/Sarikul (ou encore lac Victoria comme l’a baptisé le lieutenant John Wood en 1838) la source du fleuve Pamir qui forme la branche nord de l’Amou Darya. Selon TE. Gordon qui traverse ces régions en 1875, les Pamirs orientaux (région de Sarikol) sont dirigés par un chef héréditaire qui avait prêté « allégeance » à l’empereur Qing. Les révoltes au Xinjiang en 1864 mettent cependant fin à toute autorité des Qing sur l’ensemble du Turkestan oriental. Ya’qûb Bey, l’émir de Kachgarie qui a épousé une fille du Mir de Shugnan, n’étend pour sa part son autorité directe sur la région de Sarikol qu’à partir de 1868. Elle s’y maintient jusqu’à sa chute en 18772365.

54Entretemps, à l’issue d’une négociation qui s’est étendue de 1868 à 1873, les Anglais et les Russes se sont entendus pour établir une zone neutre entre eux afin d’éviter une confrontation. L’accord russo-britannique de 1873 prévoit que le fleuve Panj (le principal affluent de l’Amou Darya qui prend ce nom après la jonction du fleuve Pamir et du fleuve Wakhan) formera la limite de leur sphère d’influence respective. L’Afghanistan jusqu’à la région orientale du Badakhshân et au lac Zor Kul ou Sari-Qul/Sarikul entrent dans la sphère d’influence britannique. La question des petits États pamiris de Rushan et de Shugnan est cependant problématique. L’émir d’Afghanistan les considère comme tributaires -Ney Elias qui traverse la région en 1885 constatera que le Rushan payait tribut à la fois à Kokand, Bu-khârâ et Kachgar- mais géographiquement, ils sont en fait situés sur la rive droite de la Panj -une donnée géographique qui était ignorée au moment de la conclusion de l’accord de 1873-, ce qui les place en fait dans la sphère d’influence russe. Étant donné cette situation complexe, des difficultés vont surgir entre la Russie et la Grande-Bretagne à leur propos. En 1875-1876, l’empire russe annexe le khânat de Kokand sans que les Qing ne protestent.

55De leur côté, les Qing ont lancé des opérations de reconquête du Turkestan oriental, d’abord en Dzoungarie puis en Kachgarie. Dans le sillage de ces opérations militaires, une armée des Qing pénètre dans les Pamirs en 1879. On trouve des postes militaires dans les Pa-mirs orientaux au début des années 1880. Le voyageur russe A. Regel ne pourra par exemple pas visiter cette dernière région en 1882 en raison de difficultés entre les Mandchous et le Shugnan alors que des troupes mandchoues éconduiront un détachement russe dans la région de Rang Kul en 1883. Parallèlement aux activités des Qing dans les Pamirs orientaux, dans les Pamirs occidentaux, ce sont les Afghans qui effectuent des démonstrations de force dans les régions de Rushan, Shugnan et du Wakhan. Par la suite, les Afghans iront même jusqu’à exiger en mai 1892 le retrait des Qing de l’ensemble de la Kachgarie.

  • 2366 Voir la politique britannique à l’égard des Afghans et des Qing dans GARVER, J. W., « The Sino-Sovi (...)
  • 2367 Voir Idem, 110 et ss. et SHEEHY, Ann, « Russia and China in the Pamirs: 18th and 19th Centuries », (...)

56En 1884, l’empire russe et l’empire Qing signent le protocole de Novyi Margelan qui fixe la frontière de leurs possessions entre la passe de Bedel et la passe d’Uz Bel. Nous avons vu que la Russie laisse la question de la frontière au-delà de la passe d’Uz Bel ouverte afin de se ménager la possibilité de poursuivre une éventuelle progression vers l’Inde britannique. Dans le même temps, les Britanniques et les Russes se sont entendus pour lancer les travaux de démarcation de la frontière nord de l’Afghanistan. Ce sera chose faite en 1887, la frontière entre la Russie et l’Afghanistan suivra le cours de l’Amou Darya jusqu’au lac Zor Kul ou Sari-Qul/Sarikul (comme l’accord de 1873 l’avait prévu) mais au-delà, la « question des Pamirs » ne sera complètement résolue entre Londres et Saint-Pétersbourg qu’en octobre 1895. Les Pamirs vont rester aux mains de la Russie à l’exception de la région des Taghdumbash Pamirs qui fera l’objet d’un accord entre la Chine et l’Afghanistan. Au moins à partir de 1890, la Russie considère que les activités menées dans les Pamirs aussi bien par les Qing que par les Afghans -tous deux soutenus par les Britanniques qui ne souhaitent pas voir la Russie atteindre une frontière commune avec leur empire en Inde2366- constituent une atteinte à sa souveraineté. Elle va donc y accroître sa présence militaire en envoyant plusieurs expéditions. Une conférence réunie au sein du gouvernement russe à Saint-Pétersbourg en mars 1892 pour examiner la question des Pamirs, considère que la frontière entre l’empire Qing et la Russie depuis la passe de Uz Bel devrait suivre la chaîne des Sarikol car cette dernière sépare non seulement les possessions de la province de Kachgar de celles du khânat de Kokand mais également le bassin de l’Amou Darya de celui du Tarim. La Russie va donc s’employer à atteindre cette ligne en forçant les Qing à abandonner leur avant-poste d’AkTash en juin 1892. A partir de 1893, le chaîne des Sarikol devient donc la frontière de facto entre les empires russe et mandchou. Cette ligne fera l’objet du protocole de 1894 entre les deux Etats2367.

  • 2368 C’est a peu près la seule information que l’on peut glâner dans les publications de cet auteur, pou (...)
  • 2369 « China-Russia Borders Discussed », Mayak Radio dans SWBFE/1928 G/11, February 19, 1994.

57Malgré donc la persistance d’une vulgate considérant les Pamirs comme un territoire « immémorial » de la Chine, les autorités chinoises ont néanmoins adopté une position plus modérée à l’égard du Tadjikistan nouvellement indépendant. Selon Xing Guangcheng, la revendication territoriale de la Chine à l’égard de Douchanbé porte officiellement sur 28 000 km2 de territoire2368. Les discussions sur cette question sont entamées lors des rencontres entre le groupe commun de la CEI et les représentants de Pékin dès 1993. Mais la situation de guerre civile qui prévaut au Tadjikistan jusqu’en 1997, n’offre pas les conditions optimales aux deux parties pour négocier le règlement de ce différend. Aussi, aucun progrès n’est-il enregistré dans la première moitié des années 1990. Comme le déclarait en 1994 une radio russe, les négociations du Tadjikistan avec la Chine à propos de leur contentieux territorial et frontalier « (are) no easier than climbing the Pamir mountains, which are actually one of the stumbling-blocks in agreeing upon borders »2369.

  • 2370 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », op. cit..
  • 2371 Voir POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, Ardsley, N.Y., Transnational Publishers, 2002, p.  (...)
  • 2372 CHUNG, Chien-peng, « The PRC’s Changing Moral and Realist Perceptions Toward Territorial Disputes » (...)
  • 2373 Par exemple XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 197 ou XI (...)
  • 2374 « Zhonghua Renmin Gongheguo he Hasakesitan Gongheguo guanyu Zhong Ha Guojiede xieding », 26 avril 1 (...)

58A l’occasion de la seconde visite du président tadjik à Pékin en septembre 1996, les deux parties se sont néanmoins accordées sur le principe du règlement du contentieux frontalier qualifié de « legs de l’histoire ». La déclaration commune du 20 septembre 1996 stipule qu’elles prendront des mesures positives et spécifiques pour continuer à discuter des « boundary issues left over from history in order to find a mutually acceptable solution, based on the existing boundary treaty between the two countries, in keeping with generally acceptable principles of international laws, and under the spirit of consultation on equal footing, and mutual understanding and concession »2370. L’expression « left over by history » dans le texte de la déclaration conjointe a été analysée par certains auteurs comme une indication de l’intérêt déclinant de Pékin pour la question des Pamirs2371. On notera cependant que cette expression (en chinois lishiyiliu xialai de wenti) est utilisée par les auteurs chinois pour qualifier l’ensemble du différend frontalier sino-centre-asiatique -mais aussi le conflit territorial et frontalier sino-indien2372-, sans que l’on puisse y voir autre chose qu’une forme rhétorique2373. On la retrouve en outre dans l’article 1 du traité de délimitation de la frontière sino-kazakhe de 19942374.

59Plus concrètement, certaines prises de position des autorités tadjikes ont peut-être permis aux deux parties d’avancer dans leur négociation sur la question des Pamirs. Dans la déclaration commune du 20 septembre 1996, le président Rakhmonov donne en effet à Pékin de sérieuses garanties quant à sa sécurité non seulement face aux activités d’éventuels mouvements séparatistes ouïgours mais aussi face à de possibles tentatives d’utilisation du territoire tadjik par des puissances extérieures hostiles à la Chine. Douchanbé promet en effet dans ce document de s’opposer à toute forme de séparatisme et à décourager les activités séparatistes de toutes organisations ou de toutes forces à l’intérieur de son territoire. En outre, il s’engage également à ne participer à aucune alliance militaire et politique dirigée contre la Chine ; à ne signer aucun traité ou accord avec un pays tiers qui compromettrait la souveraineté nationale et les intérêts de sécurité de la Chine ; et à décourager les tentatives d’États tiers d’utiliser son territoire pour compromettre la souveraineté nationale et les intérêts de sécurité de Pékin. Après de telles promesses du président Rakhmanov, on pouvait s’attendre à voir le règlement de la question du contentieux territorial et frontalier dans les Pamirs progresser rapidement. Pékin, rassuré quant à l’attitude de Douchanbé à son égard, serait certainement amené à adopter une position conciliante concernant ce conflit. En l’absence de détails sur les négociations, si on suit simplement le déroulement des faits, cela ne semble pourtant pas avoir été le cas.

  • 2375 « China-Tajikistan border open to trade », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0607, June 8, 1999.

60Au début de l’année 1997, le président Rakhmanov décide de créer une zone économique spéciale dans la région de Murghab (qui fait partie du territoire contesté par Pékin) et d’accélérer la mise en place d’une route vers la Chine. Sans doute ce dernier compte-t-il sur le climat favorable établi avec Pékin en septembre 1996 pour voir rapidement ce projet se matérialiser. Or, malgré son enthousiasme et le changement de climat politique au Tadjikistan avec la fin officielle de la guerre civile (après des négociations débutées en décembre 1996, l’accord général sur l’établissement de la paix entre le gouvernement et l’Opposition tadjike unie a été conclu à Moscou le 27 juin 1997) qui devrait rassurer encore davantage le voisin chinois, ce projet ne progresse pas. Il faut attendre le mois de juin 1999 pour que Pékin et Douchanbé annoncent l’ouverture d’un point de passage frontalier temporaire, entre les deux pays pour le commerce bilatéral2375. Il faudra ensuite patienter jusqu’en 2004 -dans un tout autre contexte politique marqué par la pénétration stratégique américaine en Asie centrale- pour voir l’ouverture de la fameuse route entre la région de Murghab et Kachgar.

  • 2376 Voir « Tajik President opposes Pakistan’s entry into Shanghai Five », Interfax, January 5, 2001 et (...)

61Nous avons vu que les craintes de Pékin à l’égard d’éventuelles infiltrations de militants radicaux sur son territoire ou d’un développement du trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan via le territoire tadjik ont peut-être freiné sa mise en service. On peut également s’interroger sur l’évolution des relations sino-tadjikes dans le contexte de la montée en puissance des taliban soutenus par le Pakistan -un État politiquement très proche de Pékin-, à partir de 1996. Douchanbé a en effet constamment adopté des positions anti-taliban et ses relations avec le Pakistan se sont dégradées au fur et à mesure de la progression militaire du mouvement de mollah Omar vers le nord de l’Afghanistan et la frontière tadjike. Douchanbé s’opposera ainsi vigoureusement à la candidature pakistanaise à 1’ « Organisation de coopération de Shanghai » en raison du soutien d’Islamabad à ce mouvement2376. Peut-être cette hostilité entre le Tadjikistan et le Pakistan a-t-elle influencé les relations sino-tadjikes et ralenti les pourparlers sur le contentieux frontalier dans la région des Pamirs. En l’absence d’informations précises sur ce sujet, nous devrons nous contenter de ces hypothèses.

  • 2377 « PRC Tajikistan make progress on border issue », Xinhua dans FBIS-CHI-97-303, October 30, 1997.
  • 2378 « China-Tajikistan progress at border talks », Xinhua dans FB/S-CHI-97-303, October 30, 1997.
  • 2379 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 360.

62On doit en tout cas bien constater que malgré les dispositions de la déclaration commune de septembre 1996 très favorables à la Chine, les négociations frontalières ne progressent que lentement. A la fin du mois d’octobre 1997 pourtant, le ministre tadjike des affaires étrangères, Rahmatullaev, rencontre à Pékin le vice-ministre des affaires étrangères, Zhang Deguang2377. A l’issue de ces entrevues, les médias chinois indiquent que des progrès « tangibles » ont été réalisés entre les deux parties, sans cependant offrir de détails quant au contenu des discussions2378. Le Zhongguo Waijiao Gailan signale néanmoins que Pékin et Douchanbé se sont accordés sur deux zones en litige. Il s’agit des passes de Wuchibieli (Uch Bel 4225 m ?) et de Kalagake/Karasak (5217 m)2379. Il faut cependant attendre près de deux ans pourvoir ce compromis traduit dans un traité.

  • 2380 « Chinese, Tajik officials hold talks, 6 June », Itar-Tass dans FB7SSOV-1999-0606, June 6, 1999.
  • 2381 « PRC, Tajikistan sign joint statement  », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0813, August 13, 1999.

63Lors de la visite de Qian Qichen à Douchanbé en juin 1999, le vice-premier ministre tadjik, A. Turajonzoda annonce que les deux parties pourraient bientôt conclure un accord sur le statu quo et la démarcation de leurs frontières mutuelles2380. Un premier accord concernant la frontière est effectivement signé entre les deux pays le 13 août 1999 à l’occasion de la visite du président tadjik à Dalian en Chine. La déclaration conjointe publiée à l’issue de cette visite se félicite de sa conclusion et précise que les deux parties vont continuer à négocier concernant les problèmes non encore résolus2381.

  • 2382 Tadjikistan, China sign border agreement 13 august », Itar-Tass dans FBIS-GHI-1999-0813, August 13, (...)
  • 2383 POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, op. cit., p. 45.
  • 2384 « Tadjikistan, China sign border agreement », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0813, Augustl3, 1999.

64A y regarder de plus près, on ne peut que constater que les résultats obtenus sont plutôt minces. L’accord signé à Dalian porte en effet sur le tracé de la frontière dans les régions du fleuve Mar-kan He/Markansu proche de la frontière tajiko-kirghize et de la passe de Karazak2382. Selon N. Polat, le traité fixe 14 points frontaliers indiqués sur une carte jointe au traité (article 2)2383. Ces points frontaliers ne s’étendent cependant pas au-delà de la passe d’Uz Bel (4663 m). Autrement dit, les deux États ne sont parvenus à régler le contentieux territorial et frontalier que pour le tracé de leur frontière commune où il existait déjà un document fixant la frontière, à savoir le protocole de Novyi Margelan de 1884. Entre la passe d’Uz Bel et l’intersection des territoires afghan, tadjik et chinois, c’est-à-dire la région des Pamirs, le contentieux reste donc entier. A l’été 1999, rien n’a donc encore été réglé entre Pékin et Douchanbé en ce qui concerne le litige territorial pourtant sur cette région2384.

  • 2385 « Tajikistan, Kvrgyzstan, China agree borders », Itar-tass dans FBIS-SOV-2000-0310, March 10, 2000.
  • 2386 Voir § 3 dans « Text of Sino-Tadjik 4 July statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000- (...)

65Un compromis portant sur la fixation du tripoint frontalier sino-tadjiko-kirghize (région du mont Zarya Vostoka) est néanmoins atteint puis finalisé à l’occasion de deux réunions du groupe commun CEI et de la Chine en mars2385 et en mai 2000. Le traité entre les trois pays sera signé le 5 juillet 2000 lors de la réunion du « Groupe de Shanghai ». La veille, le 4juillet 2000, à l’occasion du déplacement de Jiang Zemin à Douchanbé, la République populaire et le Tadjikistan échangent les instruments de ratification du traité d’août 1999 qui entre formellement en vigueur à ce moment. Ils conviennent également lors de cette rencontre d’accélérer leurs pourparlers afin de régler le problème frontalier le plus rapidement possible sur base des traités existants tout en maintenant le statu quo dans l’intervalle des discussions2386. En juillet 2000, le règlement de la question des Pamirs n’a donc pas progressé. Moins de deux ans plus tard, le problème est pourtant réglé.

  • 2387 « Tajik leader signs agreements with China », Tajik Television first channel dans BBC Monitoring, M (...)
  • 2388 « China, Tajikistan Sign Joint Statement », Xinhua, May 17, 2002.
  • 2389 MFA, PRC, « China’s Territorial and Boundary Affairs », June 30, 2003 (www.fm-prc.gov.cn/eng/wjb/zz (...)
  • 2390 « Tajikistan: Government hands over land to China », RFE/RL,, May, 20, 2002 et « Tajiks agree to ce (...)

66Le 17 mai 2002, Pékin et Douchanbé ont en effet signé un « Accord complémentaire entre la République populaire de Chine et la République du Tadjikistan sur la frontière sino-tadjike » portant sur la région des Pamirs2387. La déclaration commune sino-tadjike publiée le même jour stipule que les deux parties « highly appreciate the agreement reached on border issues saying this signifies the comprehensive resolution of border issues between the two countries left over in history, which provides still wider prospects for the expansion of bilateral ties in the new century »2388. Selon le site officiel du ministère des affaires étrangères chinois, cet accord « symbolise la solution finale et complete de la question de la frontière sino-tadjike »2389. En vertu de cet accord, le Tadjikistan cède à la République populaire environ 1000 km2 de « zones montagneuses » (en fait semble-t-il également des zones de pâturage) situées dans l’est de la région de Murghab (zone du village de Rangkul), réglant ainsi le contentieux frontalier entre les deux pays. D’après le porte-parole de la présidence tadjike, Zafar Saidov, la zone cédée à la Chine est sans grande valeur pour le Tadjikistan2390. Cette cession constitue donc de l’avis des autorités tadjikes une concession mineure à Pékin. Si on la compare à la taille des revendications originelles de la Chine sur les Pamirs, elle n’en représente effectivement qu’une fraction, le Tadjikistan conservant plus de 95 % de la zone en litige. En outre, en contraste avec la lenteur relative des progrès réalisés dans les pour parlers entre les deux pays entre 1996 et 1999 sur la portion de frontière moins problématique qui s’étend depuis la frontière kirghize jusqu’à la passe d’Uz Bel, on retiendra également la rapidité avec laquelle les négociations sino-tadjikes ont abouti au règlement de la question des Pamirs. Nous ne possédons malheureusement aucun détail concernant ces dernières. On ignore ainsi leur calendrier précis, ce qui pose un problème d’interprétation de l’attitude chinoise. En effet, si les négociations ont rapidement progressé entre l’été 2000 et le 11 septembre 2001, on pourra y voir une application de la politique de « bon voisinage » mise officiellement en œuvre par Pékin à l’égard du Tadjikistan. Si au contraire, les progrès ont surtout été réalisés après le 11 septembre 2001, nos conclusions sur l’attitude de la Chine devront être différentes.

67Dans ce cas, c’est davantage une pression extérieure qu’une quelconque politique de « bon voisinage » qui aura poussé Pékin à régler la question territoriale et frontalière avec son voisin tadjik. En effet, si les progrès ont surtout été réalisés après le 11 septembre -mais il faut rester prudent en l’absence d’information-, on pourra difficilement s’empêcher de mettre en relation la rapidité du règlement du contentieux entre la Chine et le Tadjikistan sur les Pamirs et le changement de contexte politique en Asie centrale dans le sillage des événements du 11 septembre 2001. Ce dernier est en effet marqué par l’élimination du régime des taliban qui a peut-être levé un obstacle dans les relations sino-tadjikes et surtout par la pénétration des États-Unis dans la région. On peut alors avancer l’hypothèse que Pékin a peut-être adopté une attitude conciliante à l’égard du problème des Pamirs à la suite du 11 septembre pour éviter que ce contentieux ne puisse être mis à profit ou instrumentalisé par une autre puissance (on pense ici à l’influence de Washington et peut-être aussi à celle grandissante de New Delhi sur Douchanbé). On peut dans l’avenir espérer obtenir une information plus complète qui éclairera peut-être l’attitude de Pékin sur cette question entre 2000 et 2002. Quoi qu’il en soit, le contentieux territorial et frontalier sino-tadjik est à présent réglé dans la région des Pamirs. Il existe désormais un instrument international dont le Tadjikistan pourra se prévaloir dans l’avenir en cas de difficultés avec son voisin chinois. En ce qui concerne les travaux de démarcation de la frontière, ces derniers ont débuté en 2006 et devraient se terminer à la fin de l’année 2008. Le point final officiel au contentieux territorial et frontalier sino-tadjik sera donc inscrit prochainement avec la signature du protocole final de démarcation de la frontière entre les deux pays.

Conclusions

68Douze ans après l’indépendance des républiques d’Asie centrale, Pékin a donc défini une frontière claire avec ses trois voisins centre-asiatiques, éliminant ainsi définitivement le dernier reliquat du contentieux territorial et frontalier sino-soviétique ouvert il y a un demi-siècle et fixant pour la première fois de son histoire une frontière clairement délimitée dans cette légion. Malgré l’accent mis par les autorités chinoises sur la politique de « bon voisinage » à l’égard des nouvelles républiques d’Asie centrale, on remarquera que le rythme du règlement des différents contentieux frontaliers et territoriaux a été beaucoup plus lent avec ces derniers que lors de la vague d’accords frontaliers signés par la République populaire dans les années 60. A l’exception de la Birmanie, il fallut à l’époque, malgré les moyens techniques moins performants, de deux à trois ans à la Chine pour négocier puis régler ses contentieux territoriaux et frontaliers et démarquer sa frontière avec le Népal, la Mongolie extérieure, la Corée du Nord, le Pakistan et l’Afghanistan contre une dizaine d’années avec les États centre-asiatiques alors que les zones en litige, à partir du moment où Pékin avait abandonné ses revendications concernant les territoires « perdus » lors de la conclusion des « traités inégaux », ne revêtaient pas une importance stratégique particulière – à l’exception peut-être de la zone des Pamirs dont le contrôle aurait pu permettre à Pékin de maîtriser une partie des eaux de l’Amou Darya. La lenteur des réglements – puisque même avec le Kazakhstan, il faut attendre 2002 pour que le contentieux frontalier soit complètement résolu et la frontière démarquée – donne l’impression que Pékin a peut-être utilisé ces questions pour faire pression ou au contraire pour récompenser ses voisins en fonction de leur choix politique à son égard. Le lien que l’on peut établir entre la signature du traité de 1994 avec le Kazakhstan et la question des armes nucléaires kazakhes nous semble illustrer cette attitude. De même, la rapidité du règlement de la question des Pamirs avec le Tadjikistan entre l’été 2000 et mai 2002 pourrait s’expliquer par la pénétration américaine en Asie centrale et le souci de Pékin d’empêcher Washington d’instrumentaliser ce conflit à son profit. En l’absence d’informations détaillées sur les différents rounds de négociations, nous ne pouvons cependant pas tirer de conclusions définitives. On constatera néanmoins que le rythme de négociation ainsi que l’attitude de la Chine face à ses trois voisins centre-asiatiques a varié au cas par cas. Ainsi, si des progrès ont rapidement été enregistrés avec le Kazakhstan, avec la République kirghize, un premier accord n’est conclu qu’en 1996 à l’issue de négociations qualifiées d’« ardues » par le président Akaev. Ce n’est que pour l’accord de 1999 que Pékin semble avoir adopté une attitude plus conciliante selon les déclarations des autorités de Bichkek. Avec le Tadjikistan, les progrès réalisés entre 1996 et 1999 ne sont guère impressionnants puisqu’un compromis intervenu dès 1997 n’est traduit dans un traité que 2 ans plus tard. Ils contrastent avec la rapidité du règlement obtenu entre l’été 2000 et le printemps 2002 sur la zone des Pamirs. Ici, ce sont les concessions chinoises qui doivent être soulignées puisque Douchanbé conserve 95 % des territoires en litige. Rappelons que vu l’opacité qui entoure le processus de négociation et en l’état actuel de l’information, il est cependant difficile d’interpréter l’attitude chinoise dans ce dernier cas. Toutes ces négociations ont cependant un point commun. Aucun des conflits frontaliers n’a pu être réglé en une fois et par un seul traité. Deux interprétations sont ici possibles : soit Pékin a adopté une attitude pragmatique en réglant d’abord les questions sur lesquelles les deux parties étaient d’accord (mais dans le cas kirghize, il semble que ce soit le président Akaev qui ait suggéré cette solution) avant de négocier un compromis -chaque fois d’ailleurs à l’avantage des États centre-asiatiques, ce qui lui offrait, il faut le remarquer, un gain en termes de « moralité »- dans les secteurs encore en litige ; soit Pékin a divisé le contentieux pour conserver plus longtemps un moyen de pression sur ses voisins. Quoi qu’il en soit, il n’en demeure pas moins que la République populaire possède aujourd’hui des frontières claires et normalisées avec les trois républiques centre-asiatiques -avec le bémol que constitue jusqu’à présent la démarcation encore inachévée avec le Tadjikistan-. La fixation des différentes frontières a écarté le spectre d’éventuelles demandes irrédentistes de Pékin sur le territoire de ses voisins et renforcé leur sentiment de sécurité. Elle permet aujourd’hui à la Chine de jouir de relations normalisées avec les autorités des trois États qui lui sont frontaliers et ouvre la perspective d’une nouvelle étape de ses relations avec les républiques centre-asiatiques.

2. La question de l’Ili et de l’Irtych

  • 2391 Ce différend sino-kazakh est peu médiatisé. Les informations le concernant doivent être recherchées (...)
  • 2392 L’accord de frontière entre la Russie et la Chine le long du fleuve de Khorgos prévoit une utilisat (...)
  • 2393 Les ressources annuelles moyennes en eau des fleuves au Kazakhstan s’élèvent à 100,5 km3. Seulement (...)
  • 2394 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh (...)

69Malgré le développement des liens bilatéraux intenses depuis 1992, les relations entre la République populaire de Chine et le Kazakhstan ne sont cependant pas exemptes de frictions. Une des plus importantes, bien que peu médiatisée en-dehors de la région2391, a trait à la question de l’utilisation de l’eau des fleuves transfrontaliers. Il existe entre les deux pays pas moins de vingt-quatre fleuves de cette nature. Ces derniers, dont l’utilisation n’est pas réglémentée par un traité dans la grande majorité des cas2392, fournissent une part importante des ressources hydriques du Kazakhstan2393. Parmi ceux-ci, l’Ili et surtout l’Irtych ont retenu l’attention des médias et des observateurs à partir de la fin des années 1990 en raison de l’existence d’un différend à propos de l’utilisation des eaux de ces fleuves. Comme l’a révélé la presse kazakhe en octobre 19982394, la République populaire de Chine, située en amont de l’Ili et de l’Irtych, envisage d’exploiter davantage à l’intérieur de ses frontières les ressources en eau de ces fleuves pour les besoins du développement agricole et pétrolier du Xinjiang.

70Le problème le mieux connu concerne l’Irtych. Ce fleuve, affluent principal du fleuve sibérien Ob, prend sa source dans la chaîne montagneuse de l’Altaï en Mongolie avant de pénétrer en territoire chinois. Il s’écoule en Chine sous le nom de Ertix ou Kara-Irtych (l’Irtych Noir) sur 633 km en direction de l’ouest avant d’atteindre la frontière kazakhe. A la sortie du lac Zaïsen (Zaysan), il change de nom et devient l’Irtych, poursuit sa route vers le nord-est du Kazakhstan traversant les régions fortement industrialisées d’Ust-Kamenogorsk/Oskemen, de Semipalatinsk/Semei et de Pavlodar, avant de pénétrer en Fédération de Russie où il arrose les villes sibériennes d’Omsk et de Tobolsk. Il se jette ensuite dans le fleuve Ob, près de Khanty-Mansiysk en Sibérie occidentale. En tout, l’Irtych parcourt ainsi 4284 km dont 1700 km en territoire kazakh.

  • 2395 Idem, p. 12.
  • 2396 Idem, note 10.
  • 2397 Cité dans PANNIER B., MAGAUIN, E., « China discusses future of Irtysh River », Asia Times, June 5, (...)
  • 2398 Il existe une controverse entre responsables chinois et kazakhs quant au débit exact de l’Irtych. L (...)
  • 2399 Le canal Irtych-Karaganda a été construit entre 1962 et 1974 pour fournir de l’eau à la région de K (...)
  • 2400 SIEVERS, E.W., « Water, conflict and security in Central Asia », New York University Environmental (...)

71Dans les années 1990, la Chine a lancé la construction d’un canal de 22 m de large et de 300 km de long pour détourner de l’eau de l’Irtych vers le lac Ulungur (au Xinjiang). L’objectif de cette infrastructure est de capter une partie des eaux du fleuve pour ensuite l’acheminer en direction des champs pétrolifères de la zone de Karamay. Outre l’industrie pétrolière, ces prélèvements devraient également servir à l’industrie du nord Xinjiang et à l’irrigation de 140 000 ha de nouvelles terres agricoles. Les travaux de percement du canal Irtych-Karamay ont été complétés dans le courant de l’année 20012395. Les quantités d’eau que la Chine envisage de distraire de l’Irtych pour alimenter cette infrastructure ont fait l’objet d’informations contradictoires. Les estimations varient fortement dans la presse russe et kazakhe. Elles s’étendent sur une échelle allant de 10 à 50 % du débit du Kara Irtych2396. Selon un article du journal russe Ekonomicheskii Soyuz (19 avril 1999), dans un premier temps, la Chine envisage de prélever 485 millions de m3 d’eau par an sur les 9 milliards de m3 que compte le fleuve en moyenne2397. Une fois le canal pleinement opérationnel, le volume d’eau soustrait pourrait atteindre 1 voire 1,5 milliard de m3 d’eau soit plus de 10 % des ressources du fleuve selon le journal russe2398. Ce projet de canal et l’incertitude qui pèse quant aux volumes d’eau que Pékin entend extraire de l’Irtych ont suscité des craintes au Kazakhstan. Ces nouveaux prélèvements dans le fleuve Irtych dont le débit a déjà diminué au cours des dernières décennies, pourraient en effet avoir des conséquences importantes pour le pays. Ce programme chinois menacerait les plans des autorités kazakhes qui projettent d’employer davantage d’eau de l’Irtych pour alimenter et développer le nord du pays. La nouvelle capitale, Astana, reçoit une partie de son alimentation en eau du fleuve Ishim (le principal affluent de l’Irtych). L’eau nécessaire supplémentaire devait provenir du fleuve Nura par l’intermédiaire du canal Nura-Ishim, mais ce canal, très pollué -notamment par du mercure-, a dû être fermé. Un plan alternatif a donc été développé. Il prévoit de détourner une partie des eaux du canal Irtych-Karaganda2399 vers Astana alimenter la capitale. Mais ce plan semble d’ores et déjà être irréalisable2400. Selon les prévisions du gouvernement kazakh, la population dans cette zone géographique du Kazakhstan devrait en outre augmenter en raison du déplacement de la capitale kazakhe d’Almaty à Astana. Les prélèvements chinois accroîtraient donc la pression sur l’approvisionnement en eau de cette population.

  • 2401 PANNIER, B., « Where oil and water mix », Analysis current events, vol. 11, n° 7-8, September-Octob (...)
  • 2402 Dans BAKHYTJAN, Temirbolat, « Water Dispute Threatens Central Asian stability », Iwpr’s Reporting C (...)
  • 2403 Le gouvernement kazakh a accordé à la compagnie américaine AEC Energy Corporation une concession po (...)
  • 2404 L’Irtych est facilement navigeable entre avril et novembre.
  • 2405 « China starts building canal on border with Kazakhstan », Kazakh Television dans FBIS-SOV-1999-051 (...)
  • 2406 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh (...)
  • 2407 PANNIER B., MAGAUIN, E., « China discusses future of Irtysh River », op. cit..

72Outre l’alimentation de la nouvelle capitale kazakhe, le projet chinois pourrait également mettre en péril l’approvisionnement en eau potable de nombreux bourgs et villages mais aussi de grandes villes situées près d’Astana, comme Karaganda, Semipalatinsk et Pavlodar, dont les ressources proviennent en tout ou en majeure partie du fleuve Irtych2401. Selon le journal économique kazakh, Delovaya Nedelya, un prélèvement de 10 % des eaux de l’Irtych pourrait porter un coup très important aux industries de l’est du Kazakhstan, alimentées par le fleuve et aussi aux industries de la région d’Omsk en Russie. Une série d’entreprises industrielles pourraient être amenées à interrompre leur production2402. Le projet chinois pourrait également compromettre davantage l’alimentation des centrales hydroélectriques installées au nord du lac Zaïsen (Zaysan) (la centrale de Bukhtarmin), à Ust-Kamenogorsk/Oskemen et à Shulbinsk/Shulba notamment pendant les périodes de sécheresse2403. La navigation sur l’Irtych2404 -qui est un axe important de commerce et de transport vers la Russie- pourrait aussi être menacée en raison de la diminution du niveau de ses eaux consécutive aux prélèvements chinois2405. Les ports commerciaux installés sur ces rives rencontrent d’ores et déjà des difficultés2406. Comme le déclarait le gouvernement kazakh lors d’une conférence de l’OSCE à Prague, l’Irtych est la principale source en eau pour environ 4 millions de Kazakhstanais et constitue également une base vitale pour l’activité industrielle du Kazakhstan2407.

  • 2408 Voir l’état du fleuve dans HRKAL, Zbynek, GADALIA, Alain, RIGAUDIERE, Pierre, « Will the river Irty (...)
  • 2409 Certains observateurs pensent que ce lac pourrait connaître une catastrophe équivalente à celle de (...)

73Sur le plan environnemental, le projet chinois n’est pas non plus sans conséquences. Il pourrait ainsi mettre en danger l’équilibre de l’écosystème du fleuve déjà fragilisé par les pollutions causées tant du côté chinois que du côté kazakh (le fleuve charrie des métaux lourds, des produits pétroliers et des nitrates ; il a des teneurs en zinc, cuivre, mercure et phénols très supérieures à la normale et pourrait en outre être menacé par des pollutions radioactives provenant des essais soviétiques réalisés à Semipalatinsk)2408, mais aussi des écosystèmes du lac Zaïsen (Zaysan)2409 et du fleuve Ob en Russie. Les spécialistes du « Centre national kazakh pour l’écologie » ont ainsi relevé les impacts négatifs suivants :

  1. Le projet pourrait sérieusement nuire au contrôle des ressources en eau et à la qualité des eaux du fleuve ;

  2. La réduction du débit chinois diminuera automatiquement la quantité de l’eau alimentant le Zaïsen (Zaysan) et le réservoir de Buchtarminsk situé plus loin en aval. L’abaissement du niveau d’eau pourrait rompre l’équilibre naturel du lac et transformer ses rives en marécage provoquant la mort de nombreux poissons et la destruction des habitats de nombreuses espèces sauvages vivant dans ce secteur.

  3. L’écosystème du fleuve risque d’être transformé alors que ses capacités auto-nettoyantes seront réduites.

  4. La réduction des capacités auto-nettoyantes du fleuve et les décharges d’eau usagées dans le fleuve par les sources existantes de pollution dans les villes Ust-Kamenogorsk, Leninogorsk, Syrjanowsk et Semipalatinsk augmenteront le degré de pollution de l’Irtych, ce qui renforcera les problèmes déjà existants d’approvisionnement en eau douce des villes comme Ust-Kamenogorsk, Semipalatinsk, Pavlodar, Karaganda, Omsk etc.

    • 2410 Dans Idem,

    En outre, l’abaissement du niveau d’eau dans le fleuve Irtych pourrait renforcer l’aridité de la région et avoir d’autres impacts négatifs comme la diminution de l’humidité de sol, la réduction de la productivité agricole, l’accélération de la dégradation des sols et finalement la désertification du nord-est du Kazakhstan2410.

74On peut enfin ajouter sur le plan stratégique, qu’étant donné les importantes répercussions (en termes d’alimentation des populations en eau potable mais aussi en termes économiques) qu’un détournement substantiel des eaux de l’Irtych pourrait avoir sur le Kazakhstan et sur la Sibérie, la mise en place du canal Irtych/Karamay offre également à Pékin un formidable instrument de contrôle et de pression sur Astana et aussi sur une partie de la Sibérie arrosée par ce fleuve.

  • 2411 Selon E. Sievers, dans les années 1970, la Chine aurait déjà détourné une partie des eaux de l’Ili, (...)
  • 2412 Chiffre cité dans POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, op. cit., p. 149.
  • 2413 RAZUMOV, Yaroslav, « Kazakh public seeks support of Moscow to dispute with China », Kazakhstan Dail (...)
  • 2414 SIEVERS, E.W., « Water, conflict and security in Central Asia », New York Université Environmental (...)
  • 2415 Dans UNDP, Water resourc.es of Kazakhstan in the new millennium, op. cit., p. 41.
  • 2416 RAZUMOV, Yaroslav, « Kazakh public seeks support of Moscow to dispute with China », op. cit.
  • 2417 Voir BAKHYTJAN, Temirbolat, « Water Dispute Threatens Central Asian stability », op. cit..

75Les projets chinois concernant l’Ili sont moins précis que dans le cas de l’Irtych. Il s’agit cependant de prélever de nouvelles2411 quantités d’eau -jusqu’à réduire le débit du fleuve vers le Kazakhstan de 15 % selon certains2412-, ce qui pourrait également avoir des répercussions négatives importantes pour le Kazakhstan. Selon les médias kazakhs, le fleuve Ili alimente la centrale hydroélectrique de Kapchagai. Cette dernière produit l’énergie électrique la moins chère du Kazakhstan méridional. Une nouvelle baisse du niveau de l’Ili consécutive à des prélèvements supplémentaires de la Chine pourrait réduire la production hydroélectrique et faire monter les prix de l’électricité. Cet accroissement du prix de l’électricité frapperait à son tour sérieusement l’économie de la région. En outre, pour compenser les pertes de la production hydroélectrique, les centrales fonctionnant au charbon devront être sollicitées davantage. L’augmentation concomitante de la consommation de charbon devrait à son tour produire des conséquences négatives pour l’environnement (pollution atmosphérique, pluies acides) et la santé publique2413. L’Ili alimente également en eau douce le lac Balkhach (80 % de son approvisionnement provient de ce fleuve) dont une partie des eaux est saline. La mise en place pendant la période soviétique de la centrale de Kapchagai et du lac artificiel qui l’accompagne a déjà réduit le niveau d’eau du Balkach. Les diversions d’eau opérées par la Chine à partir des années 1960 pour les besoins de l’irrigation ont rendu le fleuve impraticable à la navigation transfrontalière et encore réduit les volumes d’eau de l’Ili pénétrant le lac Balkach2414. Une nouvelle diminution de l’apport annuel en eau douce pourrait accroître la salinité de ce lac avec toutes les conséquences de ce genre de phénonème pour l’écosystème local. Selon un rapport du bureau de l’UNDP au Kazakhstan, les apports réduits en eau et la salinisation du lac Balkhach pourrait ainsi entraîner « une tragédie environnementale comparable au désastre de la mer d’Aral »2415. Le lac Balkhach fournit également de l’eau aux populations environnantes. Il joue un rôle non négligeable dans l’économie kazakhe notamment dans les secteurs de l’agriculture (irrigation), de la pêche, de la métallurgie et de l’énergie. Tous ces secteurs pourraient donc être affectés à divers degré par d’éventuels projets chinois. Une baisse des eaux du lac Balkach aurait des effets sur la production agricole locale non seulement en réduisant l’eau disponible pour l’irrigation mais également en modifiant l’écosystème, qui deviendrait selon certains biologistes, plus propice à la reproduction des sauterelles, un problème majeur pour les agriculteurs locaux2416. En outre, le lac Balkhach joue un rôle essentiel dans l’équilibre climatique des régions sud-est et centrale du Kazakhstan, des changements dans son alimentation en eau pourraient avoir des répercussions climatiques importantes sur ces régions2417.

  • 2418 Selon ses propres déclarations, le premier ambassadeur kazakh à Pékin aurait présenté une propositi (...)
  • 2419 MUKHAMBERDIAROVA, A., « China’s Dangerous Thirst », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 48, April 19, (...)

76Face aux intentions de la Chine de capter davantage d’eau de l’Irtych et de l’Ili, la diplomatie kazakhe, soucieuse de ménager ses relations avec Pékin, est restée très discrète et très prudente. Selon le témoignage de son premier ambassadeur en Chine, Murat Auezov, elle aurait cependant tenté -sans succès-, de soulever la question des fleuves transfrontaliers auprès des autorités chinoises dès le début des années 19902418. En 1997, le Kazakhstan aurait également essayé d’intéresser la Russie au problème de l’Irtych en arguant du fait que ses intérêts étaient menacés par le projet chinois (notamment dans la région d’Omsk). Il s’agissait pour Astana de chercher un appui du côté de Moscou pour renforcer sa position défavorable dans les négociations qu’elle cherchait à ouvrir avec son voisin chinois. La Chine aurait informé le Kazakhstan à cette période que d’éventuelles « négociations » sur cette question ne pourraient être que bilatérales, ce qui bien entendu, renforçait la position de négociation chinoise2419.

  • 2420 « China-Kazakhstan Water Talks Proposed », RFE/RL Newsline, April 6, 1999.
  • 2421 « Water Talks », RFE/RL Newsline, April 6, 1999.
  • 2422 « Kazakhstan, China begin water conservancy talks 5 May », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0505, May 5 (...)
  • 2423 Dans PANNIER, B., « Where oil and water mix », op. cit., p. 3.
  • 2424 En octobre 2000, dans le cadre de la rencontre de la commission russo-kazakhe chargée des fleuves t (...)

77Ce n’est, semble-t-il, qu’une fois le problème des prélèvements chinois révélé dans la presse kazakhe et russe à partir de la fin de l’année 1998/début 1999 que les parties ont été amenées à entrer en discussion. Au début du mois d’avril 1999, le président Nazarbaev prend ainsi l’initiative de proposer à Pékin d’entamer des discussions sur le partage des eaux des fleuves Irtych et Ili2420. Le ministre kazakh des affaires étrangères rencontrera à la mi-avril l’ambassadeur chinois à Almaty2421 et à la fin de ce mois, la République populaire et le Kazakhstan s’accordent pour commencer à s’entretenir de cette question. Le 5 et 15 mai 1999, une première série de rencontres est organisée entre des fonctionnaires kazakhs et chinois à Pékin afin d’entamer des discussions sur l’épineux problème de l’utilisation des eaux des fleuves transfrontaliers et des eaux de l’Irtych en particulier2422. Le Kazakhstan a semble-t-il à nouveau essayé à cette occasion d’intéresser la Russie à ces rencontres mais Moscou s’est abstenue d’envoyer un représentant2423. En fait, les autorités russes -pas les médias ni les ONG russes qui ont dénoncé le projet chinois- se garderont de s’impliquer directement dans cette question2424.

  • 2425 « China starts building canal on border with Kazakhstan », op. cit.
  • 2426 Cité dans PANNIER, B., « Where oil and water mix », op. cit.
  • 2427 « Kazakhstan, PRC discuss PRC’s plans for border rivers », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0520, May 1 (...)
  • 2428 « Kazakh-Chinese water talks end », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0505, May 5, 1999.

78Lors de cette première rencontre, la partie kazakhe a semble-t-il préparé une proposition d’accord bilatéral sur l’utilisation et la conservation des fleuves transfrontaliers. Selon le représentant kazakh, Pékin se serait montré plutôt réservé par rapport à cette initiative. Malgré l’absence de réponse positive de la Chine, les diplomates kazakhs se sont néanmoins réjouis qu’elle ait accepté de commencer à négocier sur cette question2425. Il est vrai que le contexte international marqué par la guerre du Kosovo l’invitait à ne pas opposer une fin de non-recevoir au Kazakhstan. Le ministre kazakh des affaires étrangères, K. Tokayev, tout en soulignant que Pékin n’avait pas modifié ses plans, s’est pour sa part voulu rassurant. Commentant les perspectives d’utilisation des eaux de l’Irtych dont la chine venait de donner une estimation officielle (soit 1 milliard de m3/an pendant les 20 premières années du xxie siècle2426), il a déclaré que le plan chinois n’affectait pas l’économie du Kazakhstan mais qu’il fallait néanmoins poursuivre les négociations. Il a à nouveau laisser entendre que la Russie devait y être impliquée2427. A l’occasion de ces premiers pourparlers, Pékin aurait pour sa part déclaré qu’il n’avait pas de plan concernant d’éventuels prélèvements dans le fleuve Ili. Il a également déclaré « comprendre les préoccupations d’Astana » et s’est montré confiant quant à la possibilité de résoudre ce problème par l’adoption d’une solution acceptable pour les deux parties2428. Malgré ce langage diplomatique, rien n’était cependant réglé. Le fait que les deux parties se sont accordées pour continuer à discuter de cette question constitue la seule avancée de cette rencontre.

  • 2429 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh (...)
  • 2430 « Members of the Joint Kazakh-Chinese Commission on Ertis River gathered in Almaty », RFE/RL, Kazak (...)
  • 2431 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh (...)
  • 2432 Dans Idem, p. 11.
  • 2433 Voir « Razakh, Chinese experts discuss ways of tackling issue of transborder rivers », Interfax-Kaz (...)
  • 2434 Dans Idem, p. 12.

79Le second round de négociations s’est tenu à la fin du mois de novembre 1999 à Almaty. Lors de cette nouvelle réunion, les autorités kazakhes ont cherché à obtenir la signature d’un accord-cadre ainsi que la mise en place d’une autorité commune chargée de la gestion de l’Irtych. Aucun de ces deux objectifs n’a été atteint2429. Les experts des deux pays se sont uniquement mis d’accord pour la mise en place avant la fin de l’année d’un groupe conjoint sino-kazakh d’experts dont la mission sera de résoudre la question de l’utilisation des eaux de l’Irtych2430. Un troisième round de négociations est ensuite organisé à Pékin en juin 2000. Alors qu’à l’issue de cette réunion, il semblait que le Kazakhstan avait obtenu un engagement de la Chine concernant l’Irtych, qu’un accord-cadre concernant l’ensemble des fleuves transfrontaliers était en préparation et qu’en outre, Astana avait reçu des assurances concernant l’Ili, en octobre 2000, quelques mois avant un quatrième round de négociations prévu à Almaty, le ministre kazakh des affaires étrangères reconnaissait dans une interview qu’aucun accord contraignant n’existait avec la Chine2431. On ne parlait plus non plus semble-t-il de « négociations » mais de simples « consultations »2432. Lors de la réunion de mars 2001, aucun progrès n’a été annoncé2433. La Chine a par ailleurs refusé qu’une délégation d’experts kazakhs visite le canal où les travaux se poursuivaient2434.

  • 2435 En plus de ces quatre rounds de négociation, il semble que l’ambassadeur kazakh en Chine a rencontr (...)
  • 2436 FULLER, L., « Kazakhstan, China make progress in transborder river talks », RFE/RL, Newsline, June (...)
  • 2437 Selon E. Sievers, la presse pro-gouvernementale kazakhe a également pris en novembre 2000 un ton ca (...)
  • 2438 « China gives go-ahead to Kazakh transborder river survey », Kazakh Commercial TV dans BBC Monitori (...)
  • 2439 Voir les déclarations de Amanbek Ramazanov à son retour de Chine en juillet 2001 dans SIEVERS, E. W (...)
  • 2440 « Premier Zhu Holds Talks With Kazakhstanian PM », People’s Daily, September 13, 2001 et « Chinese (...)
  • 2441 « China, Kazakhstan Sign Joint Communique », People’s Daily, September 14, 2001.

80En juin 2001, la presse russe annonce cependant que les délégations des gouvernements kazakh et chinois ont pratiquement rédigé un accord-cadre sur l’utilisation conjointe des eaux de 23 fleuves transfrontaliers existant entre les deux pays, y compris l’Irtych et l’Ili. L’accord ne mentionne cependant pas de fleuves ou d’installations hydroélectriques particuliers et ne fixe pas non plus la quantité d’eau que chaque pays pourra employer pour l’irrigation et d’autres buts. Rien n’indique non plus si les experts ont atteint un consensus concernant les évaluations du débit annuel de l’Irtych (9 milliards de m3 pour le Kazakhstan contre 12 milliards de m3 selon les calculs chinois). Selon l’ambassadeur du Kazakhstan à Pékin, Kuanysh Sultanov2435, pour obtenir l’acquiescement de la Chine à cet accord-cadre, le Kazakhstan a été contraint de faire deux concessions à Pékin : il a dû céder 500 km2 supplémentaires de territoire à son voisin chinois et a également dû abandonner sa prétention d’associer la Russie à ses entretiens avec Pékin2436. A la mi-juin 2001, à la suite du sommet de 1’ « Organisation de coopération de Shanghai », des experts kazakhs sont autorisés par la Chine à effectuer une mission d’enquête dans le haut Irtych. Selon la télévision kazakhe, ces experts sont arrivés -très rapidement, il faut bien le constater, et en contradiction avec les informations publiées dans la presse officielle kazakhe quelques mois plus tôt2437- à la conclusion que les prélèvements d’eau envisagés par la Chine dans l’Irtych ne risquaient pas d’infliger des dommages réels à l’économie et à l’environnement kazakhs2438. Malgré les effets d’annonce des responsables kazakhs destinés à leur opinion publique2439, le Kazakhstan n’a obtenu aucune concession de Pékin sur cette question. La Chine n’a pas modifié ses intentions ni ses plans concernant l’Irtych. L’accord (un accord-cadre de 14 articles) sur la protection et l’utilisation des fleuves transfrontaliers est signé à l’occasion de la visite de Zhu Rongji à Astana le 12 septembre 2001. Il ne fait pas l’objet d’une attention particulière dans les médias chinois. Sa conclusion est mentionnée au passage, sans relief particulier, dans un article du Quotidien du Peuple ?2440. A l’issue de la visite de Zhu Rongji au Kazakhstan le 14 septembre 2001, les deux parties signalent dans leur communiqué commun qu’elles se sont entendues pour mettre sur pied un comité conjoint chargé des questions des fleuves transfrontaliers et qu’elles continueront leur « dialogue » et leur « coopération » pour l’utilisation des ressources des fleuves transfrontaliers2441.

  • 2442 Dans « Agreement between the Government of the Republic of Kazakhstan and the Government of the Peo (...)
  • 2443 PEYROUSE, S., « Flowing Downstream: The Sino-Kazakh Water Dispute », China Brief, vol. 7, Issue 10, (...)

81A l’examen, l’accord-cadre signé le 12 septembre entre les deux pays, apparaît comme un texte général. Dans ce document, ni l’Ili ni l’Irtych ne font l’objet de dispositions particulières. Sur le plan des réalisations, l’accord prévoit la création d’une Commission commune sino-kazakhe sur l’utilisation et la protection des fleuves transfrontaliers composée d’un représentant et de deux assistants qui se réunira tous les ans de façon alternée entre les territoires des deux Etats (articles 8, 9 et 10)2442. Cette commission sera chargée de discuter des problèmes liés à la mise en œuvre de l’accord, et aussi des problèmes liés à l’utilisation et à la protection des fleuves transfrontaliers. Cette dernière s’est effectivement réunie par la suite, en octobre 2003 à Pékin, octobre 2004 à Almaty et octobre 2005 à Shanghai, mais sans avancée spectaculaire. Sur le plan des réalisations, on retiendra qu’elle a rédigé à la fin de l’année 2006 un projet d’accord portant sur la diffusion d’informations par les deux parties sur la qualité de l’eau. Cette dernière devait encore être approuvée par Pékin2443.

  • 2444 L’article 5 stipule que « The Parties may cooperate in the following areas:
    - agreeing the existence
    (...)
  • 2445 Idem.
  • 2446 La notion de « raisonnable » en droit international : CORTEN, O., L’utilisation du ’raisonnable’ pa (...)
  • 2447 On comparera avec l' « Agreement between the government of the People’s Re-public of China and the (...)
  • 2448 Voir Idem.
  • 2449 Astana pourrait néanmoins opposer certaines limitations à Pékin en venu de la pratique et de la cou (...)

82Par ailleurs, l’article 5 de la convention définit des domaines de coopération éventuelle entre les deux pays2444 et un échange d’informations dans le domaine hydrologique est prévu à l’article 6. Mais les modalités pratiques de cette procédure d’échange d’informations doit cependant encore faire l’objet de discussions entre les parties puisque l’article 6 stipule qu’elles « conviendront et détermineront la teneur, la quantité, et tes périodes pour l’échange des données et de l’information »2445 Les autres articles de l’accord-cadre énoncent pour leur part des principes généraux qui s’appliquent à la gestion des fleuves transfrontaliers reliant les deux pays. L’article 2 dispose ainsi que les parties doivent adhérer aux principes d’équité et de « rationnalité » dans l’utilisation et la protection des fleuves transfrontaliers. L’article 4 stipule qu’ « aucune partie ne limitera l’autre partie dans l’utilisation et la protection raisonnables des ressources d’eau des fleuves transfrontaliers ». En vertu de cette disposition, le Kazakhstan ne peut ainsi s’opposer à une utilisation « raisonnable » des eaux de l’Irtych par la Chine. Cette notion de « raisonnable » laisse une marge de manœuvre importante à Pékin et ce d’autant qu’en cas de désaccord sur l’interprétation de la convention -par exemple sur le fait de savoir ce que recouvre exactement le terme « raisonnable » traduit en volume d’eau-, l’article 12 prévoit que « tes parties résoudront (leurs) désaccords par des consultations ». Il n’est pas question ici de renvoyer au droit international pour analyser le caractère « raisonnable » d’éventuels prélèvements chinois2446. En cas de difficultés sur l’interprétation ou l’application de la convention, l’accord-cadre prévoit uniquement le recours à des consultations. D’éventuelles négociations entre les deux pays seront donc conduites sur le terrain politique, plaçant automatiquement le Kazakhstan dans une position défavorable par rapport à son puissant voisin. Ce recours à la « consultation » ne semble cependant pas inhabituel à la pratique de la Chine. L’article 14 du traité sino-mongol sur l’utilisation et la protection des eaux transfrontalières conclu en avril 1994 prévoit ainsi également que les parties résoudront les problèmes éventuels liés à la mise en œuvre du traité à travers des « consultations amicales »2447. Néanmoins, les deux documents diffèrent sur un point essentiel. Le traité sino-mongol comporte un article 7 qui stipule que « The Two contracting parties will decide through consultation the annual consumption of the transboundary waters. They shall adopt effective measures to avoid activities on either side of the boundary that lead to the exceeding of the designated amount of annual water consumption »2448. Aucune disposition de cette nature ne se trouve dans le traité sino-kazakh. Le problème fondamental de la fixation des volumes annuels d’eau prélevés dans les fleuves transfrontaliers n’est pas abordé dans le traité. Si cette question a été examinée (ce qui reste encore à démontrer), elle n’a en tout cas pas fait l’objet d’un accord. Aucune disposition, fût-elle générale ne lui est consacrée. En dehors des principes généraux énoncés, les dispositions de l’accord-cadre n’offrent guère de protections2449 à Astana face au projet de la Chine concernant l’Irtych ou d’autres fleuves transfrontaliers.

  • 2450 Murat Auezov, le premier ambassadeur kazakh en Chine et un des chefs de file de l’opposition à N. N (...)
  • 2451 La question du détournement des eaux de l’Irtych est devenue un objet de controverse entre le prési (...)

83En contraste avec l’orientation générale de sa politique étrangère en faveur du développement de relations de « bon voisinage » avec ses voisins centre-asiatiques, dans le cas du projet de canal Irtych-Karamai, Pékin a imposé ses vues. Négligeant d’informer Astana -pourtant membre du « Groupe de Shanghai » qu’il a lui-même favorisé pour promouvoir la « coopération »-, d’un projet qui risquait d’avoir un impact important sur son territoire, Pékin a adopté une attitude tranchante voire intransigeante dans les négociations qu’il a menées avec le Kazakshtan. Il n’a ainsi commencé à discuter avec Astana que lorsque les travaux sur le canal étaient déjà bien avancés. Tout en rencontrant les responsables kazakhs, Pékin n’a a aucun moment ralenti ou suspendu son chantier. Au contraire, il a poursuivi les travaux et a finalement complété son infrastructure controversée, plaçant ainsi le Kazakhstan devant le fait accompli. Pour obtenir l’assentiment de la Chine à la conclusion d’un accord-cadre dont les dispositions très générales ignorent la question des volumes annuels des prélèvements d’eau dans les fleuves transfrontaliers et laissent en outre à Pékin une importante marge de manœuvre, le Kazakhstan a dû faire des concessions. Il a dû céder des territoires et abandonner l’idée d’impliquer la Russie dans les discussions avec la République populaire. Par cette dernière exigence, Pékin a isolé Astana en écartant une option qui aurait permis au Kazakhstan de renforcer sa position de négociation. Selon les déclarations de responsables kazakhs et malgré cinq rounds de négociations, il semble que le volume des prélèvements d’eau indiqués par la Chine en 1999 à l’occasion de la première rencontre bilatérale entre les réprésentants chinois et kazakhs n’a pas été modifié. Pékin n’a donc fait aucune concession au Kazakhstan, ni en ce qui concerne la mise en place du projet ni sur les quantités d’eau qu’il compte prélever dans l’Irtych. En dépit de sa rhétorique sur le « bon voisinage » et la « coopération », Pékin a en fait privilégié ses intérêts immédiats et imposé ses choix au Kazakhstan. Cette attitude indique que la Chine n’entend pas voir sa liberté d’action sur son territoire limitée par ses voisins, même si ses choix peuvent avoir des répercussions importantes sur eux. On est ici bien loin de l’esprit de « coopération » qui guide officiellement la politique étrangère de la Chine à l’égard des États périphériques. Une telle attitude n’est cependant pas sans conséquences. Elle est en fait contreproductive pour la Chine car elle contredit sa politique de bon voisinage lancée depuis le début des années 1990, remet en cause l’image de puissance « responsable » et « morale » que Pékin entend se donner, détériore son image dans l’opinion publique kazakhe et renforce les inquiétudes déjà existantes à l’égard de ses intentions en Asie centrale2450. Enfin, elle affaiblit un pouvoir kazakh pourtant favorable à l’essor des relations avec Pékin en fournissant une thématique facilement exploitable par l’opposition politique locale2451.

  • 2452 RAZUMOV, Yaroslav, « Kazakh public seeks support of Moscow to dispute with China », op. cit.
  • 2453 Ministry of Foreign Affairs of the Russian Federation, Opening Speech by Russian President Vladimir (...)
  • 2454 Pour les développements ultérieurs autour de cette question voir PEYROUSE, Sebastien, « Flowing Dow (...)

84La question de l’Irtych est déjà devenue un objet de controverse au Kazakhstan. Elle place le pouvoir kazakh dans une position délicate face à l’opposition politique. L’association nationaliste kazakhe Azat, pourtant très critique à l’égard de l’ancienne métropole, n’a pour sa part pas hésité à envoyer au début de l’année 2002 une lettre à Vladimir Poutine et à la Douma russe pour attirer leur attention sur l’attitude de la Chine dans la question de l’Irtych et demander la formation d’une commission tripartite pour négocier la résolution du différend2452. L’attitude chinoise pousse donc les forces politiques kazakhes, même celles qui sont a priori les plus hostiles à la Russie dans les bras de Moscou. Vladimir Poutine a pour sa part repris la proposition de commission tripartite à son compte en janvier 2004 à l’occasion d’une réunion bilatérale russo-kazakhe. Il a déclaré à cette occasion que « There is one more aspect which bears an economic and ecological character - the problem of rational utilization of the water resources of the Irtysh River. I think we might later discuss this theme even more thoroughly, but, in my opinion, this could be a good example of trilateral cooperation among Russia, Kazakhstan, and the People’s Republic of China. We are interested in preserving these water resources and utilizing them rationally »2453. La Russie pourrait donc finalement s’intéresser à cette question, renforçant -sans doute non sans compensation- la position de négociation kazakhe puisque les deux États auront un intérêt commun à voir la Chine détourner une quantité minimale d’eau de l’Irtych. La question des prélèvements chinois dans l’Irtych pourrait donc être relancée dans l’avenir, peut-être sur une base multilatérale cette fois. Elle pourrait également constituer un test intéressant quant à la viabilité de l’ « Organisation de coopération de Shanghai » et à sa capacité à résoudre des conflits opposant ses membres2454. Jusqu’à présent cependant, cette question ne semble pas avoir été abordée lors des différentes rencontres de l’organisation...

Notes

2160 Le conflit territorial et frontalier entre l’URSS et la République populaire de Chine a fait l’objet de nombreuses recherches. Il n’est pas question ici de l’examiner dans le détail mais simplement d’en rappeler les grandes lignes car il constitue l’arrière-plan de la question des frontières sino-centre-asiatiques.

2161 Voir HAMMER, M., Deux moments décisifs de l’histoire de la Chine contemporaine, Genève, IUHEI, 2000, 56p. Pour les tensions latentes voir GINSBURGS, G, PINKELE, C. F., The Sino-Soviet territorial dispute, 1949-64, New York, Praeger, 1978, viii-145p. et les remarques dans Border and Territorial Disputes, 3rd Edition, revised and updated by John Allcock, Guy Arnold, Alan J. Day, D.S. Lewis, Lorimer Poultney, Roland Rance, D. J. Sagar, London, Longman Current Affairs, 1992, p. 442.

2162 Cité dans GINSBURGS, G, « The End of Sino-Russian Territorial Disputes? », The Journal of East Asian Affairs, vol 7, n° l, Winter/Spring 1993, p. 268. Un rapport soviétique aux dirigeants d’Allemagne de l’Est du 2 mars 1969 relève ainsi que depuis 1960, les autorités chinoises ont créé des tensions artificielles à la frontière sino-soviétique. Plusieurs centaines de violations auraient été enregistrées. Voir « Document n° l : Soviet Report to GDR leadership on 2 March 1969 Sino-Soviet Border Clash » dans OSTERMANN, C. F., « East German Documents on the Border Conflict, 1969 », CWIHP Bulletin, n° 6-7, Winter 95/96. La partie chinoise déclare pour sa part qu’outre le fait qu’en 1962 le gouvernement soviétique a incité 60 000 citoyens chinois des régions de Tacheng et Ili à s’enfuir en URSS, entre octobre 1964 et mars 1969 se sont déroulés 4189 incidents de frontières. Dans « Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine. 24 mai 1969 », Pékin information, n° 22, Juin 2, 1969, p. 7.

2163 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), Central Asia Monitor, n° 2, 1992.

2164 Sur ce concept de « traités inégaux » voir TZOU, B.N., China and International Law. The Boundary Disputes, New York, Wesport, London, Praeger, 1990, pp. 78 et ss.

2165 Voir le texte de éditorial cité dans AN, Tai Sung, The Sino-Soviet territorial dispute, Philadelphia, Westminster Press, 1973, p. 75.

2166 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit.

2167 Voir GINSBURGS, G., « The End of Sino-Russian Territorial Disputes? », op. cit., pp. 269-270.

2168 Dans Border and Territorial Disputes, op. cit., p. 443. Lors de sa rencontre avec Kossyguine le 11 septembre 1969, Zhou Enlai répètera à ce propos que « we mention those unequal treaties not for the purpose of abolishing them. Rather, we are willing to recognize these treaties, and we believe that China and the Soviet Union should consider and settle the border disputes on the basis of recognizing these treaties ». Zhou Enlai cité dans YANG, Kuisong, « The Sino-Soviet Border Clash of 1969: From Zhenbao Island to Sino-American Rapprochement », Cold War History, vol. l, n° l, August 2000, p. 38.

2169 PI, Ying-Hsien, « China’s Boundary Issues with the former Soviet Union », Issues and Studies, vol. 28, n° 7, July 1992, p. 68.

2170 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit., p. 36.

2171 GARVER, J. W., « The Sino-Soviet territorial dispute in the Pamir Mountain Region », The China Quarterly, n° 85, March 1981, pp. 116-117

2172 TZOU, B.N., China and International Law. The Boundary Disputes, op. cit., p. 129.

2173 FRAVEL, T., « Closing windows on the Frontier: explaining China’s settlement of territorial disputes », Annual Conference of the American Political Science Association, Boston, 29 August-2 September, 2002, p. 28.

2174 Dans Idem, et TZOU, B.N., China and International Law. The Boundary Disputes, op. cit., p. 80 et note 24.

2175 Détails dans Border and Territorial Disputes, op. cit., p. 444.

2176 YANG, Kuisong, « The Sino-Soviet Border Clash of 1969: From Zhenbao Island to Sino-American Rapprochement », op. cit., p. 24. et GOLDSTEIN, L.J., « Return to Zhenbao Island: Who started shooting and Why it matters », China Quarterly, Issue n° 168, December 2001, p. 987 et note 9.

2177 Concernant l’incident du 2 mars dont on sait aujourd’hui-y compris du côté des historiens chinois- qu’il a été déclenché par la Chine. La contre-attaque soviétique du 15 mars, a elle-même été prévue par Pékin qui a préparé un piège à cette occasion. Voir OSTERMANN, C. F., « East German Documents on the Border Conflict, 1969 », CWIHP Bulletin, n° 6-7, Winter 95/96, pp. 186-190; YANG, Kuisong, « The Sino-Soviet Border Clash of 1969: From Zhenbao Island to Sino-American Rapprochement », op. cit., pp. 21-52; GOLDSTEIN, L.J., « Return to Zhenbao Island: Who started shooting and Why it matters », op. cit., pp. 985-997.

2178 Voir Border and Territorial Disputes, op. cit., pp. 445-446.

2179 GINSBURGS, G, « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit.,

2180 « Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine. 24 mai 1969 », op. cit., pp. 4-10.

2181 Idem, p. 5.

2182 Les territoires en question étaient situés au nord du fleuve Amour (Heilong) et au sud des Monts Stanovoi (Monts Khingan). Les territoires situés à l’est du fleuve Oussouri (Wusuli) étaient placés sous administration commune de l’Empire Qing et de l’Empire russe. Voir les articles pertinents du traité d’Aigun (version russe et version chinoise) dans PRESCOTT, J. R. V, Map of mainland Asia by treaty, Carlton, Vic, Melbourne University Press, distributed in USA by International Scholarly Book Services, Beaverton, Or., 1975, pp. 51-54. Voir le contexte et les négociations du traité d’Aigun dans PAINE, S.CM., Imperial Rivais, China, Russia, and Their Disputed Frontier, London, M.E. Sharpe, New York, Armonk, 1996, pp. 49-78.

2183 Par ce traité, les territoires situés à l’est du fleuve Oussouri (Wusuli) et sous administration commune sont annexés par la Russie. Voir les articles pertinents du traité de Pékin (version russe et version chinoise) dans PRESCOTT, J. R. V, Map of mainland Asia by treaty, op. cit., pp. 54-57. Voir le contexte et les négociations du traité de Pékin dans PAINE, S.C.M., Imperial Rivals, China, Russia, and Their Disputed Frontier, op. cit., pp. 79-106.

2184 Les territoires en question sont situés dans la région du lac Issyk Kul. Voir les articles pertinents du protocole de Chuguchak/Tarbaghatai/Tacheng (version russe et version chinoise) dans PRESCOTT, J. R. V, Map of mainland Asia by treaty, op. cit., pp. 66-71. La mise en œuvre des dispositions du traité de Pékin concernant la partie occidentale de la frontière russo-mandchoue exigeait une enquête frontalière approfondie. Une commission a été constituée à cet effet en mai 1861. Les commissaires russes et chinois mettront trois ans pour conclure le protocole de Chuguchak. Voir les conditions de la fixation de la frontière dans le protocole de Chuguchak//Tarbaghatai/Tacheng dans PAINE, S.CM., Imperial Rivals, China, Russia, and Their Disputed Frontier, op. cit., pp. 90-91. Concernant les territoires que l’empire mandchou aurait « perdus » à l’occasion de la signature du protocole de Chuguchak/Tarbagatai/Tacheng et plus tard du traité d’Ili et des protocoles de délimitation frontalière, Prescott note avec pertinence que « the territory which China appeared to have conceded had been held only tenously in the past, and had on some occasions slipped beyong Chinese control » dans PRESCOTT.J. R. V., Map of mainland Asia by treaty, op. cit., p. 65.

2185 Les territoires en question étaient situés à l’ouest du fleuve Khorgos (soit 3600 sq2 ou 9320 km2 selon Prescott dans PRESCOTT.J. R. V, Map of mainland Asia by treaty, op. cit., p. 64) et à l’est du lac Zaïsen (Zaysan) soit 18 000 sq2 soit 46 618 km2 selon Paine dans PAINE, S.C.M., Impnial Rivals, China, Russia, and Their Disputed Frontier, op. cit., p. 161. Voir les articles pertinents du traité d’Ili dans PRESCOTT.J. R. V, Map of mainland Asia by treaty, op. cit., pp. 71-73. Voir le contexte particulier et les négociations du traité d’Ili (Saint-Pétersbourg) considéré comme une victoire diplomatique de l’empire des Qing sur la Russie dans PAINE, S.C.M., Imperial Rivals, China, Russia, and Their Disputed Frontier, op. cit., pp. 151-173 et HSU, I.C.Y., The lli Crisis. A Study of Si-no-Russian Diplomacy 1871-1881, Oxford, Clarendon Press, 1965, xiii-231p.

2186 En vertu du traité d’Ili de 1881, des commissions frontalières devaient être nommées pour délimiter et démarquer la frontière entre les deux empires. Ces commissions seront mises en place en 1882 et entameront leurs travaux rapidement. Cinq protocoles seront ainsi signés entre l’Empire mandchou et l’empire russe pour délimiter leur frontière commune depuis l’Altai jusqu’aux Pamirs entre 1882 et 1884. Il s’agit du protocole de Gulimtu (16 octobre 1882), du protocole de Kachgar (25 novembre 1882), du protocole de Sary-Ulan-Chibar (31 juillet 1883), du Protocole de Chuguchak (21 septembre 1883) et du protocole de Novyi Margelan (22 mai 1884). Voir le texte de ces protocoles dans PRESCOTT.J. R. V., Map of mainland Asia by treaty, pp. 73-8.3. On retiendra que l’article 3 du protocole de Novyi Margelan qui fixe la frontière entre la passe de Bedel et la passe d’Uz Bel (Kizil ]ik Dawan) -aujourd’hui la frontière sino-kirghize cl mu- partie de la frontière sino-tadjike- indique clairement que la passe d’Uz Bel (Kizil Jik Dawan, aujourd’hui au Tadjikistan) forme le ’point final de la frontière commune’ entre les deux empires. Comme le remarque Prescott, cela signifie que les 307 kilomètres de frontières sino-soviétiques situés au nord du tripoint afghano-sino-russe (ce dernier est formé par le pic Povalo Schveikovsky/Kokrash Kol selon les travaux de la commission anglo-russe de 1895, repris à l’article 1 du traité de frontière sino-afghan du 22 novembre 1963. Voir Idem, pp. 2.38 et 241 ) et au sud de la passe d’Uz Bel ne sont couverts par aucun traité international. Dans Idem, p. 65. Le fait que le traité de 1884 crée un no man ’s land englobant une partie importante des Pamirs pourrait en fait correspondre à l’objectif de la Russie à l’époque. Saint-Pétersbourg souhaitait éviter de délimiter une frontière dans cet espace géographique pour ne pas être bloquée dans son avance vers le sud et les possessions britanniques, son objectif étant d’établir une frontière commune avec elles. La Grande-Bretagne voulant pour sa part éviter cette situation, va plutôt favoriser la création d’une bande de territoire « neutre » entre ses possessions et celle de la Russie. Des troupes russes pénétrent plus avant dans les Pamirs à partir de 1891 et en 189.3 la chaîne des Sarikol devient la frontière defacto entre les possessions russes et les possessions des Qing. Dans GARVER, J. W., « The Sino-Soviet territorial dispute in the Pamir Mountain Region », op. cit., pp. 112 et ss..

2187 « Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine. 24 mai 1969 », op. cit., p. 6.

2188 Idem, p. 9.

2189 Idem, p. 9.

2190 Idem, p. 9.

2191 « Soviet note on border conflict with China », CDSP, vol. xxi, n° 24, July 9, 1969, pp. 9-13

2192 Idem, pp. 19-11.

2193 Selon gouvernement soviétique, des fortifications et des établissements russes sont déjà installés dans la région du haut Irtych au début du xviiie siècle. En outre, les clans kazakhs sont devenus citoyens russes en 1731 et 1740. Il poursuit, « at that time the Ching Empire of the Manchus was engaged in conquests in Central Asia, in the area of present-day Sinkiang, and in suppressing the resistance of the Oirats, Uigurs, Kazakhs and other nationalities living in the territory of Dzungaria and East Turkestan. Several hundred kilometers separated the western boundary of the areas seized by the Chings from Lake Balkhash. After the Manchus seized Dzungaria in 1758, they began to carry out sporadic predatory raids on the camps of the Kazakh and Kirgiz nomads. The. Ching Empire had no military or civil bodies of authority in Kazakhstan or in other parts of the present-day Soviet socialist republics of Central Asia, not to mention the fact that there was never any civilian Manchu or Chinese population there. Thus, historical facts testify that in the west the Chinese border extended no further than the provinces of Kansu and Szechwan, and certainly never went as far as Lake Balkhash », dans Idem, p. 11.

2194 Idem, p. 11.

2195 Idem, p12.

2196 Idem, 13.

2197 Voir GARVER.J.W., China’s Decision for Rapprochement with the United States, 1968-1971, Boulder Colorado, Westview Press, 1982, pp. 64 et ss. On sait aujourd’hui que ce sont les Soviétiques qui sont à l’origine de cet incident. Voir OSTERMANN, C. F., « East German Documents on the Border Conflict, 1969 », op. cit. et YANG, Kuisong, « The Sino-Soviet Border Clash of 1969: From Zhenbao Island to Sino-American Rapprochement », op. cit., p. 34.

2198 Idem., pp. 35-37.

2199 Voir détails dans Idem, pp. 37-38.

2200 Idem, pp. 37-41. Les versions divergentes de cette rencontre dans Border and Territorial Disputes, op. cit., p. 446.

2201 Selon Yuan Jing-Dong, « the Chinese side proposed, and the Soviet side agreed, that ideological differences should not be an obstacle to normal state-to-state relations; that the two sides should not go to war over border disputes; that negotiations on border issues should proceed under nonthreatening circumstances; and that the two sides should reach interim agreements on maintaining the border status quo (actual line of control), preventing military conflicts, and undertaking military disengagement from the border areas » cité dans YUAN, Jing-dong, « Sino-Russian Confidence Building Measures: A Preliminary Analysis », op. cit., p. 2.

2202 Voir « Document du Ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine réfutant la déclaration du gouvernement soviétique du 13 juin 1969 », Pékin information, n° 41, Octobre 13, 1969, pp. 8-14, 19.

2203 Idem, p. 8.

2204 Idem, p. 10.

2205 Idem, pp. 13-14.

2206 Concernant ce point sur le plan du droit international voir GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part II), Central Asia Monitor, n° 3, 1992.

2207 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Conclusion), Central Asia Monitor, n° 4, 1992.

2208 Voir détails dans Idem.

2209 Dans Borderand Territorial Disputes, op. cit., pp. 446-447.

2210 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Conclusion), op. cit.

2211 Voir détails dans Border and Territorial Disputes, op. cit., pp. 448-449.

2212 « Sur la zone contestée dans le massif du Pamir », Beijing information, vol. 24, n° 37, Septembre 14, 1981, pp. 25-27.

2213 Idem, p. 25.

2214 Idem, p. 25.

2215 Idem, p. 26.

2216 Selon un article du Far Eastern Economie Review de janvier 1983, une avancée aurait néanmoins été réalisée puisque la Chine aurait renoncé à ce moment à exiger de l’URSS qu’elle reconnaisse le caractère « inégal » des différents traités signés entre les Qing et l’empire russe dans la seconde moitié du xixe siècle. Cité dans BAKSHI. Jvotsna, « Russia-China Boundary Agreement: Relevance for India », Strategic Analysis, vol. xxiv, n° 10, January 2001.

2217 Détails dans Border and Territorial Disputes, op. cit., pp. 449-450.

2218 Sur ce secteur voir Idem, pp. 439-440.

2219 Voir PI Ying-Hsien, « China’s Boundary Issues with the former Soviet Union », op. cit., pp. 69 et 70

2220 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part i), op. cit., p. 31.

2221 KIREYEV, G., « Demarcation of the Border with China », International Affairs, vol. 45, n° 2, 1999, pp. 105-106.

2222 Détails dans Idem, pp. 102 et ss..

2223 Idem, p. 101. La République populaire de Chine, la Russie et la Mongolie négocieront également l’emplacement de leurs intersections frontalières. Un accord préliminaire est conclu le 27 janvier 1994. Il sera suivi d’une nouvelle négociation en octobre de cette année. L’accord fixant le tripoint frontalier sera conclu le 24 juin 1996. Dans « China - Mongolia - Russia Tripoints Agreed », Itar-Tass dans SWB SU/2648, June 24, 1996.

2224 Dans XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Yaguojia guanxi, op. cit., p. 204.

2225 Voir détails dans IWASHITA, Akihiro, A 4,000 Kilometer Journey Along the Sino-Russian Border, Slavic Eurasian Studies, n° 3, Slavic Research Center, Sapporo, 2004, 21 Op. Sur la persistance de difficultés mineures « mises sur le côté », voir BAKSHI, fyotsna, « Russia-China Boundary Agreement : Relevance for India », op. cit.. Finalement, les deux parties

2226 Voir MAXWELL, N., « How the Sino-Russian Boundary Conflict Was Finally Settled: From Nerchinsk 1689 to Vladivostok 2005 via Zhenbao Island 1969 » dans Eager Eyes Fixed on Eurasia, vol. 2, Russia and Its Eastern Edge, edited by Akihiro Iwashita, Slavic Eurasian Studies, n° 16-2, Slavic Research Center, Sapporo, 2007, pp. 47-73.

2227 GINSBURGS, G., « Recent history of the territorial question in Central Asia » (Part I), op. cit., pp. 31-32

2228 Selon la version soviétique des entretiens entre Alexis Kossyguine et Zhou Enlai, ce dernier aurait en effet déclaré que « ’China has no territorial pretensions toward the Soviet Union’ and—despite his assertions about the unequal nature of the treaties—recognizes that border which exists in accord with these treaties’ ». Cité dans OSTERMANN, C. F., « East German Documents on the Border Conflict, 1969 », op. cit.

2229 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 63.

2230 Dans XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 208-209.

2231 XING, Guangcheng, « China and Central Asia: Towards a New Relationship » dans ZHANG, Yongjin, AZIZIAN, R., Ethnie challenges beyond Borders. Chinese and Russian Perspectives of the Central Asian Conundrum, op. cit., 46.

2232 XING, Guangcheng, « Zhongguo vu Zhong Ya guojiade guanxi », Slavic Research Center Occasional Papers, Hokkaido University, n° 85, May 2002, p. 21

2233 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 197.

2234 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo: xinde guanxi », op. cit., p. 63.

2235 Xing ne relève pas le fait que les positions de négociation des trois États centre-asiatiques face à Pékin sont désormais beaucoup plus faibles que lorsque la Chine avait en face d’elle l’URSS.

2236 XING, Guangcheng, « China and Central Asia: Towards a New Relationship », op. cit., p. 46. Ainsi, en mars 1988, un officiel chinois aurait suggéré que Pékin pourrait abandonner ses revendications sur les Pamirs en échange du retour de l’île de l’Ours à la Chine. Dans BAKSHI, Jyotsna, « Russia-China Boundary Agreement: Relevance for India », op. cit..

2237 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 197 et XING, Guangcheng, « China and Central Asia: Towards a New Relationship », op. cit., pp. 34-35 et 46.

2238 Cité dans GINSBURGS, G., « Récent history of the territorial question in Central Asia » (Conclusion), op. cit.. A la suite de discussions en décembre 1991, Pékin et Moscou se sont accordés pour considérer la Fédération de Russie comme l’état-successeur de l’URSS. La Russie poursuivra ses relations avec la Chine et agira selon les principes de base des communiqués communs sino-soviétiques de 1989 et de 1991.

2239 Deux comités réguliers chargés de la négociation des mesures de confiance et de la réduction des armements d’un côté et de la délimitation frontalière de l’autre seront ainsi formés au cours de l’année 1993.

2240 « Sides issue joint communique », op. cit.

2241 « Communique expresses ‘satisfaction’« , Xinhua dans FBIS-CHI-92-096, May 18, 1992 et « China-Tadjikistan statement », op. cit..

2242 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 209.

2243 « Russia and Central Asian Republics Border Talks », Xinhua, April 15, 1993.

2244 « Border Agreement Talks Held », Xinhua, August 8, 1993.

2245 « Border Talks », Radio Moscow, February 15, 1994.

2246 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-202, October 21, 1993.

2247 La déclaration officielle du gouvernement chinois du 8 février 1995 stipule en effet que « China respects the independence, sovereignety and territorial integrity of Kazakhstan » dans « Security Assurance to Kazakhstan Pledged », Xinhua dans FBIS-CHI-95-026, Febuary 8, 1995.

2248 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », Moscow Ostankino Television First Channel Network dans FBIS-CHI-93-217, November 12, 1993.

2249 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans ÍB7S-CHI-93-202, October 21, 1993.

2250 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », op. cit.

2251 Les négociations sino-mongoles ont duré environ deux mois, de l’automne 1962 au 26 décembre 1962. Le traité de frontière est signé le 26 décembre 1962 et le protocole frontalier final détaillant la démarcation de la frontière sino-mongole sera signé le 30 juin 1964. Voir China-Mongolia Boundary, International Boundary Study, n° 173, United States Department of States, The Geographer Office of the Geographer Bureau of Intelligence and Research, August 14, 1984, 15p.

2252 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », op. cit.

2253 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 280

2254 DIAMOND, J., « U.S., Britain Join Russia-Kazakhstan Negotiations », The Washington Times, March 20, 1994 et « Last of Bear-H Bombers out of Kazakhstan », Arms Control Today, April 1994, p. 28.

2255 Voir les déclarations de responsables chinois et du Renmin Ribao dans XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Yaguojia guanxi, op. cit., pp. 203-204.

2256 Voir la description de la frontière (article 2) dans « Zhonghua Renmin Gon-gheguo he Hasakesitan Gongheguo guanyu Zhong Ha Guojiede xieding », 26 avril 1994 dans Zhonghua Renmin Gongheguo tiaoyueji, Zhonghua Renmin Gongheguo Wai-jiaobu bian, Beijing, Shijie zhishi chubanshi, 1994, pp. 288-308.

2257 « Agreement Signed », Itar-Tass, April 27, 1994.

2258 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 284.

2259 « President ratifies border agreement with China », Almaty Kazakh Television dans FBIS-SOV-95-117, June 16, 1995.

2260 « Holds interview », Xinhua dans FBZS-CHI-95-176, September 12, 1995.

2261 « Zhongguo Hasakesitan lianhe shengming », Renmin Ribao, September 13,1995

2262 « Exchange of Border Maps », Xinhua, January 12, 1996.

2263 « Joint Declaration signed by Presidents », Xinhua, July 5, 1996.

2264 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 350.

2265 « Demarcation Preparations Complete », Xinhua, August 5, 1996 et Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 350.

2266 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 352.

2267 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., pp. 345 et 349.

2268 « Kazakhstan starts work on demarcating border with China », Xinhua dans FBIS-CHI-97-199,July 18, 1997.

2269 « China, Kazakhstan start to set up boundary markers », Xinhua dans FBIS-CHI-97-238, August 26, 1997.

2270 « Presidents sign Border Agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-97-267, September 24, 1997.

2271 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 275.

2272 « Nazarbaev, China’s Li Peng sign ’deal of the century’« , Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-267, September 24, 1997.

2273 « Spokesman announces bilateral border demarcation treaty », AFP dans FBIS-CHI-98-183, July 2, 1998.

2274 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 350.

2275 « Confidence for compromise solution », Interfax dans FBIS-SOV-98-138, Mav 18, 1998.

2276 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 275. et « China-CIS Draft Border Agreements », Itar-Tass dans FB/SSOV-98-170, June 19, 1998.

2277 « Kazakh, Chinese presidents starts talks in Almaty 4July », Itar-Tass dans FBIS-SOV-98-185, July 4, 1998.

2278 « China: Spokesman announces bilateral border demarcation treaty », AFP dans FB/SCHI-98-183, July 2, 1998 et « China Ends Kazakh Border Dispute », BBC, July 4, 1998.

2279 « Border Agreement Signed », RFE/RL. Nexusline, July 7, 1998.

2280 K. Tokayev cité dans LEVINSSON, C, SVANBERG, I., « Kazakhstan-China border trade thrives after demarcation treaty », The Analyst, February 16, 2000.

2281 IWASHITA, Akihiro, « An Inquiry for New Thinking on the Border Dispute: Backgrounds of’historic success’ for the Sino-Russian Négociations », dans Siberia and the Russian Far East in the 21st Century: Partners in the ’Community of Asia’« , vol. 1, Crossroads in Northeast Asia, edited by Akihiro Iwashita, Slavic Eurasian Studies, n° 6-l, Slavic-Research Center, Sapporo, 2005, p. 107.

2282 Voir « NPC; approves Sino-Kazakhstan supplementary border agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-98-308, November 4, 1998 et Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 276.

2283 « Solution of Chinese border issue examined », Baku Zerkalo dans FBIS-SOV-98-223, August 11, 1998.

2284 « Russian report on Kazakh-Chinese relations condemned », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0505, May 5, 1999.

2285 « Kazakhstan said to have surrendered territory to China », Interfax dans FBIS-CHI-1999-0329, March 29, 1999.

2286 « China-Kazakhstan agreement ratified », Interfax dans Ffi/SSOV-99-034, March 2, 1999.

2287 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., pp. 275-276.

2288 « China, Kazakhstan, Kyryzstan Sign Border Agreement », RFE/RL Newsline, August 26, 1999.

2289 China-Kazakhstan, Text of Border Communique », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1123, November 23, 1999.

2290 « China, Kazakhstan sign Joint Communique during Zhu Rongji Visit », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0914, September 14, 2001.

2291 « Kazakhstan, China sign border demarcation deal in Chinese capital », Interfax (Kazakhstan), May 10, 2002.

2292 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 49 et ss.. On retrouve encore des échos de cette méfiance intiale de la Chine à l’égard des autorités de la République kirghize dans le livre de Xing Guangcheng publié en 1996. Il y souligne le fait que le Kirghizstan utilise la carte démocratique (minzhu dangzuoyi mingpai) et entretient des relations avec les Occidentaux mais aussi avec les Etats musulmans et particulièrement avec la Turquie, un pays proche des Occidentaux. Dans XING, Guangcheng, Zhongguo hexin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., pp. 49-52.

2293 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., pp. 271-272 et Zhongguo Waijiao Gai/an 1994, op. cit., p. 295

2294 Idem, p. 293.

2295 Idem, pp. 293-294.

2296 « China, Kyrgyzstan to start drafting border treaty soon », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994 et XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guo-jiaguanxi, op. cit., p. 202.

2297 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. p. 295

2298 « Cis-China Border Talks », SWB SUW/2048 G/2 [4] Tajik Radio, July 7, 1994.

2299 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 297.

2300 Idem, p. 297

2301 Les dirigeants chinois et kirghize ne l’ont part que de leur espoir de voir la question frontalière bientôt réglée et le Waijiao Cailan ne rend compte d’aucune avancée à ce moment. Voir Zhongguo Waijiao Cailan 1996, op. cit., p. 366.

2302 Idem, p. 367.

2303 Xinhua dans SWB FE/2656, 2658, July 7, 1996.

2304 « ‘Text’ of Sino-Kyrgyz Joint Statement », op. cit.

2305 « China, Kyrgyzstan demarcation agreement », Asaba dans FBIS-SOV-98-301, October 28, 1998.

2306 « Central Asia progress made », Interfax dans FIBS-SOV-99-028, January 28, 1999.

2307 « Five country talks begin », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0621 June 21, 1999 et « Five country talks ends », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0703, July 3, 1999.

2308 « Chinese, Kyrgyzstan Presidents Sign Supplementary Border Agreement », People’s Daily, August 27, 1999.

2309 « China, Kazakhstan, Kyryzstan Sign Border Agreement », RHE/RL. Newsline, August 26, 1999.

2310 SHAO, Zongwei, « Border accord signed », China Daily, August 27, 1999.

2311 Cite dans « Kyrgyzstan, China resolved all border issues », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0826, August 26, 1999 et « Kyrgyz President backs ‘single, indivisible China’ », Kabar dans FBIS -CHI-1999-0826, August 23, 1999.

2312 « Meeting of NPC Standing Committee Concludes », People’s Daily, April 30, 2000.

2313 « Tajikistan, Kyrgyzstan, China agree borders », Itar-Tass dans FBIS-SOV-2000-0310, March 10, 2000.

2314 « Kyrgyzstan, China begin border demarcation », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2001-0605, June 5, 2001.

2315 « Kyrgyzstan, China begin border demarcation », RFE/RL Newsline, June 6, 2001.

2316 En avril 2001, le gouvernement kirghize a été forcé de dénoncer un memorandum-qualifié de « secret » dans les médias kirghizes-, conclu en février 2001 avec l’Ouzbékistan. Voir ICG, « Central Asia: border disputes and conflict potential », Asia Report, n° 33, Osh/Brussels, April 4, 2002, pp. 13-17.

2317 BULDAKOVA, E., « Conflicting views on land issue between Kyrgyzstan And China », CIMERA, Media Insight Central Asia, n° 24, May 2002, pp. 1-2; KHAMIDOV, A., « Kyrgyzstan’s Unrest Linked to Clan Rivalries », Eurasia Insight, May 6, 2002 et KE-RIMBEKOVA, N., GALITSKIY, V, « On the state border between Kyrgyzstan and China », Central Asia and the Caucasus, n° 5 (17), 2002.

2318 ICG, « Kyrgyzstan’s Political Crisis: An Exit Strategy », Asia Report, n° 37, Osh/ Brussels, August 20, 2002, 32p.

2319 « Kyrgyzstan’s Border Riddle », The Analyst (Field Report), May 23, 2001.

2320 GREBENSHCHIKOV, I., « A government plan to hand over chunks of Kyrgyz border territory to China has angered parliamentary deputies », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 58, June 29, 2001. Voir les griefs dans BEKNAZAROV, A., « To safe our fatherland ! », Kyrgyzstan Daily Digest, June 13, 2001. On notera que le communiqué conjoint d’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays stipule simplement que la Chine et la République kirghize développeront leurs relations dans le respect du principe de la souveraineté et de l’intégrité territoriale. Il n’y est pas fait mention du tracé de la frontière. Voir « Zhongguo Jierjisisitan jianjiao gong bao », Renmin Ribao, January 5, 1992.

2321 Cité dans « Media review, Kyrgyzstan », The Times of Central Asia, June 14, 2001.

2322 GREBENSHCHIKOV, I., « A government plan to hand over chunks of Kyrgyz border territory to China has angered parliamentary deputies », op. cit.

2323 « Kyrgyz Parliament calls upon Conducting a Referendum on Territorial Concessions to China », Transcaspian project, June 22, 2001.

2324 « Kyrgyz parliament to demand annulment of border agreement with China », RFE/RL Newsline, ]une 5, 2001.

2325 ZHAKYPOV, A., « Kyrgyzstan and China Tackle Border Issues », Transcaspian.ru, June 8, 2001.

2326 « Kyrgyz Foreign Ministry Refutes Territorial Concessions to China », The Times of Central Asia, May 25, 2001.

2327 Le ministre kirghize des affaires étrangères déclarera ainsi à RFE/RL, le 11 juin 2001 qu’en cas de dénonciation des accords, « a conflict between Kyrgyzstan and China could happen and China can claim for more territories » cité dans « Parliament to Discuss Border Agreements with China », RFE/RL. Newsline, June 11, 2001.

2328 « Kyrgyz Parliament calls on president to disavow border accord », RFE/RL Newsline, June 14, 2001.

2329 « Kyrgyz Parliament clarifies position on Chinese Border accords », RFE/RL Newsline, June 15, 2001.

2330 « Parliament Resumes Discussion on Border Agreements with China », RFE/RL. Newsline, June 20, 2001.

2331 « Parliament Continues Discussion on Border Agreements with China », RFE/RL Newsline, June 22, 2001.

2332 GREBENSHCHIKOV, I., « A government plan to hand over chunks of Kyrgyz border territory to China has angered parliamentary deputies », op. cit..

2333 « Akayev says demarcation of Kyrgyz-Chinese border is fair », Interfax, July 13, 2001.

2334 Voir par exemple « Communique expresses satisfaction », Xinhua dans FBIS-CHI-92-096, May 18, 1992.

2335 « Kyrgyz head in live phone-in 12 July », Kyrgyz Radio first programme dans BBC. Monitoring, July 13, 2001 et « Akayev says demarcation of Kyrgyz-Chinese border is fair », Interfax, July 13, 2001. Le ministre kirghize des affaires étrangères déclarera pour sa part en mai 2002 qu’au début des négociations, la Chine entendait attribuer à la République kirghize seulement 4 % du territoire en dispute. Dans « Foreign Minister admits China wanted to take more territories », RFE/RL. Kyrgyz News, May 14, 2002.

2336 Voir « Kyrgyz head in live phone-in 12July », op. cit.

2337 80 % des Kirghizes installes en Chine vivent dans la prefecture autonome kirghize de Kizilsu au Xinjiang.

2338 « Kyrgyz regional governor argues case for ceding territory to China », RFE/RL. Newsline, May 10, 2002.

2339 « Kyrgyz public delegation returns from Chinese border », RFE/RL Newsline, August 10, 2001.

2340 « Kyrgyz parliament unable to debate border concessions to China », RFE/RL Newsline, November 26, 2001.

2341 « Kyrgyz Parliament Deputy Under Pressure », RFE/RL. Newsline, December 19, 2001.

2342 KHAMIDOV, Alisher, « MP’s arrest focuses attention on executive-legislative struggle in Kyrgyzstan », Eurasia Insight, January 9, 2002. Beknazarov sera parla suite finalement acquité par la cour de Toktogul le 28 juin 2002.

2343 ICG, « Kyrgyzstan’s Political Crisis: An Exit Strategy », Asia Report, n° 37, Osh/ Brussels, August 20, 2002, pp. 2 et ss. Ces interdictions seront levées à l’été 2002.

2344 JURAEV, E., « Aksy : a turning point, or a dot on a strait line down ? », The Analyst, April 24, 2002.

2345 BLUA, A., « Government resigns following protests over march violence », RFE/RL, May 22, 2002.

2346 « Kyrgyz President asks parliament to ratify border agreement with China », RFE/RL Newsline, May 7, 2002.

2347 « Kyrgyzstan: Scores Arrested During Antigovernment Protest », RFE/RL., May 16, 2002.

2348 Voir « protesting land transfer to China », RFE/RL, Kyrgyz News, May 12, 2002; PLENSEEV, D., « Kyrgyz border pact with China stirs tension in Bishkek », Eurasia Insight, May 17, 2002 et KHAMIDOV, A., « Protests continue despite government crackdown in Kyrgyzstan », Eurasia Insight, May 20, 2002.

2349 Le même type de craintes se sont à nouveau exprimées à propos d’un projet touristique proposé par une société chinoise dans la région du lac Issyk Koul. Voir les opinions dans ce sens dans JUMAGULOV, S., « Chinese whispers in Kyrgyzstan », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 309, August 20, 2004.

2350 « Kyrgyzstani parliament stops ratification of an agreement with China », Prima News Agency, May 15, 2002.

2351 « Court admits an appeal over the border agreement ratification », RFE/RL Kyrgyz News, May 15,2002.

2352 « Constitutional Court rejects appeal against border treaty with China », RFE/RL Newsline, May 23, 2002.

2353 « Akayev signs border agreement with China into effect », RFE/RL. Kyrgyz Newsline, May 28, 2002.

2354 « Kyrgyz Parliament appeals to Chinese counterpart, constitutional », RFE/RL Newsline, June 10, 2002.

2355 « Court postpones hearing on Sino-Kyrgyz border agreement », RFE/RL. Newsline, January 28, 2003.

2356 « Demarcation of Kyrgyz-Chinese border resumes », RFE/RL, Newsline, June 24, 2002.

2357 Ce dernier a semble-t-il été signé le 22 septembre 2004. Dans « Kyrgyzstan and China welcome continuing development of bilateral ties », Interfax, September 22, 2004.

2358 MFA, PRC, « China’s Territorial and Boundary Affairs », June 30, 2003 (www.fm-pre.gov.cn/eng/wjb/zzjg/lyjls/lyfl/2626/t22820.htm)

2359 XING, Guangcheng, « Zhongguo vu Zhong Ya guojiade guanxi », op. cit., p. 21.

2360 « Sur la zone contestée dans le massif du Pamir », op. cit., p. 25.

2361 ZHU, Xingguang, « Ying E sifen Pamier yu Qing Zhengfu de lichang », Zhongguo Bianjiang Shidi Yanjiu, vol. 10, n° l, Mars 2000, pp. 70-82

2362 Citations dans Idem, op. cit, p. 71 et p. 79.

2363 Voir sur l’expédition de 747 STEIN, Mark Aurel, « A Chinese Expedition across the Pamirs and Hindu Kush, A.D. 747 », Geographical Journal, vol. lix, 1922.

2364 GRENARD, F., Le Turkestan et le Tibet. Étude ethnographique et sociologique, op. cit., p. 287 et p. 297.

2365 GORDON, T. E., The roof of the world, op. cit., pp. 110 et ss.

2366 Voir la politique britannique à l’égard des Afghans et des Qing dans GARVER, J. W., « The Sino-Soviet territorial dispute in the Pamir Mountain Region », op. cit, pp. 113 et ss.

2367 Voir Idem, 110 et ss. et SHEEHY, Ann, « Russia and China in the Pamirs: 18th and 19th Centuries », Central Asian Review, vol xvi, n° l, 1968, pp. 4-14.

2368 C’est a peu près la seule information que l’on peut glâner dans les publications de cet auteur, pourtant spécialisé dans le domaine centre-asiatique, ce qui démontre la discrétion de la Chine sur cette question.

2369 « China-Russia Borders Discussed », Mayak Radio dans SWBFE/1928 G/11, February 19, 1994.

2370 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », op. cit..

2371 Voir POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, Ardsley, N.Y., Transnational Publishers, 2002, p. 44.

2372 CHUNG, Chien-peng, « The PRC’s Changing Moral and Realist Perceptions Toward Territorial Disputes », Issues and Studies, vol. 36, n° 5, September/October 2000, p. 190.

2373 Par exemple XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 197 ou XING, Guangcheng, « Zhongguo vu Zhong Ya geguode anquan he-zuo wenti », Shijie jingji yu zhengzhi, n° 9, 1998, p. 62.

2374 « Zhonghua Renmin Gongheguo he Hasakesitan Gongheguo guanyu Zhong Ha Guojiede xieding », 26 avril 1994 dans Zhonghua Renmin Gongheguo tiaoyueji, op. cit., p. 288.

2375 « China-Tajikistan border open to trade », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0607, June 8, 1999.

2376 Voir « Tajik President opposes Pakistan’s entry into Shanghai Five », Interfax, January 5, 2001 et DUBNOV, A., « Shanghai five to be transformed », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 54, June 1, 2001.

2377 « PRC Tajikistan make progress on border issue », Xinhua dans FBIS-CHI-97-303, October 30, 1997.

2378 « China-Tajikistan progress at border talks », Xinhua dans FB/S-CHI-97-303, October 30, 1997.

2379 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 360.

2380 « Chinese, Tajik officials hold talks, 6 June », Itar-Tass dans FB7SSOV-1999-0606, June 6, 1999.

2381 « PRC, Tajikistan sign joint statement  », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0813, August 13, 1999.

2382 Tadjikistan, China sign border agreement 13 august », Itar-Tass dans FBIS-GHI-1999-0813, August 13, 1999.

2383 POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, op. cit., p. 45.

2384 « Tadjikistan, China sign border agreement », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0813, Augustl3, 1999.

2385 « Tajikistan, Kvrgyzstan, China agree borders », Itar-tass dans FBIS-SOV-2000-0310, March 10, 2000.

2386 Voir § 3 dans « Text of Sino-Tadjik 4 July statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-074, July 4, 2000 ainsi que « China, Tajikistan to Seek Early Settlement of Border Issue », People’s daily, July 4, 2000.

2387 « Tajik leader signs agreements with China », Tajik Television first channel dans BBC Monitoring, May 18, 2002.

2388 « China, Tajikistan Sign Joint Statement », Xinhua, May 17, 2002.

2389 MFA, PRC, « China’s Territorial and Boundary Affairs », June 30, 2003 (www.fm-prc.gov.cn/eng/wjb/zzjg/tyjls/tyfl/2626/t22820. htm)

2390 « Tajikistan: Government hands over land to China », RFE/RL,, May, 20, 2002 et « Tajiks agree to cede border territory to China », Reuters, May 20, 2002. Voir cependant des critiques recentes dans « Concerns over Land Ceded to China », Iwpr, News Briefing Central Asia, March 26, 2007.

2391 Ce différend sino-kazakh est peu médiatisé. Les informations le concernant doivent être recherchées dans les journaux russe et kazakh, les autorités chinoises se montrent en effet extrêmement discrètes sur ce sujet.

2392 L’accord de frontière entre la Russie et la Chine le long du fleuve de Khorgos prévoit une utilisation commune à part égale de l’eau de ce fleuve entre les deux parties, mais protège les droits d’utilisation des canaux d’irrigations existants et d’un avant-poste chinois. Voir « Protocol between China and Russia for the delimitation of the frontier along the River Horgos, Signed at Kure on 12 June 1915 » dans Traités concernant l’utilisation des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation - Asie, FAO, Service Droit et développement, Étude Legislative, n° 55, Rome, 1994, p. 48. Selon le gouvernement kazakh, la coopération dans le domaine des fleuves transfrontaliers entre la Chine et le Kazaktshan (la RSS du Kazakshtan) a commencé en 1965 mais seule la gestion du Khorgos et du Sumbe a été formalisée par des accords appropriés avec la Chine. Dans UNDP, National Human Development Report 2003: Water as a Key Hu-man Development Factor, Almaty, 2003, p. 72.

2393 Les ressources annuelles moyennes en eau des fleuves au Kazakhstan s’élèvent à 100,5 km3. Seulement 56,5 km3 sont formés sur le territoire de la République. Les 44 km3 restants proviennent des pays limitrophes dont 18,9 km3 de la République populaire de Chine. Dans UNDP, Water resources of Kazakhstan in the new millennium, A series of UNDP publication in Kazakhstan, UNDPKAZ 07, Almaty 2004, p. 20.

2394 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », Texas International Law Journal, vol. 37, n° 1, Winter, 2002, p. 8.

2395 Idem, p. 12.

2396 Idem, note 10.

2397 Cité dans PANNIER B., MAGAUIN, E., « China discusses future of Irtysh River », Asia Times, June 5, 1999. Un rapport du bureau de l’UNDP au Kazakhstan reprend les chiffres de 1999 en signalant que la Chine envisage d’extraire annuellement entre 0,5 et 1 km3 d’eau de l’Irtych mais note que dans le futur, les volumes extraits pourraient atteindre 2 à 4 km3. Dans UNDP, Water resources of Kazakhstan in the new millennium, op. cit., p. 41.

2398 Il existe une controverse entre responsables chinois et kazakhs quant au débit exact de l’Irtych. La partie kazakhe cite le chiffre de 9 milliards de m3 par an. La partie chinoise estime pour sa part que le débit moyen de l’Irtych est de 12 milliards de m3 par an. A ses yeux, un prélèvement de 1 milliard de m3 représenter donc moins de 10 % du débit annuel du fleuve. En l’absence d’accord sur ce point, on ne perdra pas de vue le fait que la Chine a intérêt à surestimer le débit de l’Irtych pour maximaliser les quantités prélevées alors que le Kazakhstan a au contraire intérêt à sous-évaluer son débit pour réduire les quantités d’eau que Pékin pourraient utiliser.

2399 Le canal Irtych-Karaganda a été construit entre 1962 et 1974 pour fournir de l’eau à la région de Karaganda qui en manque cruellement. Sa longueur totale est de 458 km et sa capacité de 76 m3/s. FAO, Kazakhstan, Countries profile, Aquastat, 1998 (http://www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aquastat/countries/kazakhstan/index.stm)

2400 SIEVERS, E.W., « Water, conflict and security in Central Asia », New York University Environmental law journal, vol. 10, issue 3, 2001, p. 379.

2401 PANNIER, B., « Where oil and water mix », Analysis current events, vol. 11, n° 7-8, September-October 1999, p. 3.

2402 Dans BAKHYTJAN, Temirbolat, « Water Dispute Threatens Central Asian stability », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 4, May 25, 2000.

2403 Le gouvernement kazakh a accordé à la compagnie américaine AEC Energy Corporation une concession pour l’exploitation de ces deux dernières centrales hydroélectriques en juin 1999, soit à peu près un mois après le premier round de négociations sino-kazakh sur la question de l’utilisation de l’Irtych. Dans « Power station and heating centers of Eastern Kazakhstan to be run by American AEC Energy Corporation », RFE/RL Kazakh Report, June 21, 1999. Au cas où le projet de la Chine réduirait sensiblement le débit de l’Irtych, des intérêts américains pourraient désormais également être touchés.

2404 L’Irtych est facilement navigeable entre avril et novembre.

2405 « China starts building canal on border with Kazakhstan », Kazakh Television dans FBIS-SOV-1999-0517, May 17, 1999.

2406 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., p. 4.

2407 PANNIER B., MAGAUIN, E., « China discusses future of Irtysh River », op. cit..

2408 Voir l’état du fleuve dans HRKAL, Zbynek, GADALIA, Alain, RIGAUDIERE, Pierre, « Will the river Irtysh survive the year 2030? Impact of long-term unsuitable land use and water management of the upper stretch of the river catchment (North Kazakhstan) », Environmental Geology, vol. 50, n° 5, 2006, pp. 717-723.

2409 Certains observateurs pensent que ce lac pourrait connaître une catastrophe équivalente à celle de l’Aral en cas de prélèvements chinois. Voir SCHAFARENKO, S., « Black Irtysh river indangered by irrigation channel », Cultural and Ecological Association Belovodie, Ust-Kamenogorsk, Kazakh Republic, traduit par Alfred Olfert pour European Rivers Network, November 1999 (http://www.rivernet.org/ob/irtysh.htm).

2410 Dans Idem,

2411 Selon E. Sievers, dans les années 1970, la Chine aurait déjà détourné une partie des eaux de l’Ili, réduisant le débit annuel de ce fleuve de 17,8 km3 à 12,7 km3 dans SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law : China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., note 13.

2412 Chiffre cité dans POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, op. cit., p. 149.

2413 RAZUMOV, Yaroslav, « Kazakh public seeks support of Moscow to dispute with China », Kazakhstan Daily Digest, February 21, 2002.

2414 SIEVERS, E.W., « Water, conflict and security in Central Asia », New York Université Environmental law journal, vol. 10, issue 3, 2001, p. 379.

2415 Dans UNDP, Water resourc.es of Kazakhstan in the new millennium, op. cit., p. 41.

2416 RAZUMOV, Yaroslav, « Kazakh public seeks support of Moscow to dispute with China », op. cit.

2417 Voir BAKHYTJAN, Temirbolat, « Water Dispute Threatens Central Asian stability », op. cit..

2418 Selon ses propres déclarations, le premier ambassadeur kazakh à Pékin aurait présenté une proposition à la Chine concernant l’utilisation commune des fleuves frontaliers dès son entrée en fonction en 1992. A son départ en 1995, il n’avait reçu aucune réponse à cette proposition. M. AUEZOV cité dans SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., p. 7.

2419 MUKHAMBERDIAROVA, A., « China’s Dangerous Thirst », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 48, April 19, 2001.

2420 « China-Kazakhstan Water Talks Proposed », RFE/RL Newsline, April 6, 1999.

2421 « Water Talks », RFE/RL Newsline, April 6, 1999.

2422 « Kazakhstan, China begin water conservancy talks 5 May », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0505, May 5, 1999.

2423 Dans PANNIER, B., « Where oil and water mix », op. cit., p. 3.

2424 En octobre 2000, dans le cadre de la rencontre de la commission russo-kazakhe chargée des fleuves transfrontaliers, Moscou fera cependant part de son inquiétude à son partenaire kazakh concernant les projets chinois. Le ministre russe des ressources naturelles s’est ainsi déclaré très « préoccupé » par le problème d’éventuels prélèvements chinois. Cette déclaration était cependant destinée au seul partenaire kazakh. Voir POLAT, N., Boundary issues in Central Asia, op. cit., p. 150.

2425 « China starts building canal on border with Kazakhstan », op. cit.

2426 Cité dans PANNIER, B., « Where oil and water mix », op. cit.

2427 « Kazakhstan, PRC discuss PRC’s plans for border rivers », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0520, May 19, 1999.

2428 « Kazakh-Chinese water talks end », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0505, May 5, 1999.

2429 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., p. 10.

2430 « Members of the Joint Kazakh-Chinese Commission on Ertis River gathered in Almaty », RFE/RL, Kazakh Report, November 30, 1999.

2431 SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., p. 11.

2432 Dans Idem, p. 11.

2433 Voir « Razakh, Chinese experts discuss ways of tackling issue of transborder rivers », Interfax-Kazakhstan news agency dans BBC Monitoring, March 24, 2001.

2434 Dans Idem, p. 12.

2435 En plus de ces quatre rounds de négociation, il semble que l’ambassadeur kazakh en Chine a rencontré les autorités chinoises à onze reprises entre mai 1999 et avril 2001.

2436 FULLER, L., « Kazakhstan, China make progress in transborder river talks », RFE/RL, Newsline, June 12, 2001.

2437 Selon E. Sievers, la presse pro-gouvernementale kazakhe a également pris en novembre 2000 un ton catastrophiste en annonçant que la Chine comptait prélever 40 % du débit annuel de l’Irtych, que le Kazakhstan ne pouvait accepter un prélèvement de plus de 6 % du débit annuel de l’Irtych sous peine de voir certaines espèces animales complètement disparaître, que la Chine avait également des plans pour détourner des quantités importantes d’eau du fleuve Ili, ce qui risquait de transformer le lac Balkach en une nouvelle mer d’Aral, etc. Voir SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit, p. 11 et note 61 et 63.

2438 « China gives go-ahead to Kazakh transborder river survey », Kazakh Commercial TV dans BBC Monitoring, June 27, 2001.

2439 Voir les déclarations de Amanbek Ramazanov à son retour de Chine en juillet 2001 dans SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law : China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., pp. 12-13.

2440 « Premier Zhu Holds Talks With Kazakhstanian PM », People’s Daily, September 13, 2001 et « Chinese premier in Kazakhstan for talks, SCO summit », RFE/RL. Central Asia Report, vol. 1, n° 9, September 20, 2001.

2441 « China, Kazakhstan Sign Joint Communique », People’s Daily, September 14, 2001.

2442 Dans « Agreement between the Government of the Republic of Kazakhstan and the Government of the People’s Republic of China on Cooperation in the Use and Protection of Transboundary Rivers, Astana, September 12, 2001 » traduction non-officielle de E. Sievers dans International Water Law Research Institute (http://wrvxu.dun-dee.ac.uk/law/iwlri/Research_Documents_International.php)

2443 PEYROUSE, S., « Flowing Downstream: The Sino-Kazakh Water Dispute », China Brief, vol. 7, Issue 10, May 16, 2007.

2444 L’article 5 stipule que « The Parties may cooperate in the following areas:
- agreeing the existence and placement of posts for monitoring and measuring the volume and quality of waters;
- research into unified methods of monitoring, measuring, analysis, and assessment;
- conducting analyses of and staffing related thereto of data generated from hydrological monitoring and measuring at the posts agreed by the Parties;
- conducting possible joint research into the prevention of or mitigation of the consequences of flooding, freezing, and other natural disasters;
- studying trends related to future changes in the volume and quality of water in transboundary rivers; and
- when necessary, conducting joint research and sharing tessons learned in the use and protection of transboundary rivers ». Idem

2445 Idem.

2446 La notion de « raisonnable » en droit international : CORTEN, O., L’utilisation du ’raisonnable’ par le juge international : discours juridique, raison et contradictions, Bruxelles, Bruylant, Editions de l’ULB, 1997, 696p.

2447 On comparera avec l' « Agreement between the government of the People’s Re-public of China and the Government of Mongolia on the protection and the utilization of transboundary waters, Ulaanbaatar, April 29, 1994 », entré en vigueur le 16 janvier 1995. Texte du traité dans International Freshwater Treaties Database (http://orid.nacse.org/cgi-bin/qml)

2448 Voir Idem.

2449 Astana pourrait néanmoins opposer certaines limitations à Pékin en venu de la pratique et de la coutume internationale en matière d’utilisation des eaux des fleuves transfrontaliers.

2450 Murat Auezov, le premier ambassadeur kazakh en Chine et un des chefs de file de l’opposition à N. Nazarbaev déclarait ainsi en 2003 : « I know Chinese culture. We should not believe anything Chinese politicians say. As a historian, I’m telling you that 19th-century China, 20th-century China, and 21st-century China are three different Chinas. But what unites them is the desire to expand their territories ». Cité dans BLUA, A., « (Central Asia: Fears over China’s power », Asia Times, June 18, 2003.

2451 La question du détournement des eaux de l’Irtych est devenue un objet de controverse entre le président Nazarbaev et son administration et l’opposition politique dont M. Auezov (fondateur du mouvement Azamat) est une des figures de proue. L’opposition politique utilise cette question pour affaiblir le pouvoir du président kazakh. M. Auezov donne ainsi une image très négative de l’administration Nazarbaev et de sa gestion de ce problème. Il a selon E. Sievers réussi à mobiliser l’opinion publique autour de cette question. Voir SIEVERS, E. W., « Transboundary jurisdiction and Watercourse Law: China, Kazakhstan, and the Irtysh », op. cit., p. 7. Le gouvernement kazakh essaye de son côté de la minimiser car il entend conserver de bonnes relations avec Pékin tout en évitant de donner prise aux critiques de l’opposition. L’attitude de Pékin dans cette question offre des armes à l’opposition politique kazakhe et pourrait affaiblir le président Nazarbaev.

2452 RAZUMOV, Yaroslav, « Kazakh public seeks support of Moscow to dispute with China », op. cit.

2453 Ministry of Foreign Affairs of the Russian Federation, Opening Speech by Russian President Vladimir Putin at Russian-Kazakhstan Talks, Astana, January 9, 2004, Information and Press Department, Daily News Bulletin, January 12, 2004 (http://www.ln.mid.ru/bl.nsf/0/eaff7376a8a4bbc7c3256el19004b976c?OpenDocument)

2454 Pour les développements ultérieurs autour de cette question voir PEYROUSE, Sebastien, « Flowing Downstream : The Sino-Kazakh Water Dispute »,

Table des illustrations

Titre China-USSR Border
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre China-USSR Border: Western Sector
Légende Source: China Maps, Perry-Castañeda Library Map Collection, University of Texas Libraries (http://www.lib.utexas.edu/​maps/​china,html)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Graduate Institute Publications, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540