Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Partie 3 | Le contenu des relations sino-centre-asiatiques 1992-2001

III. L’axe énergétique

Volltext

Introduction

  • 1954 Voir PENG, Zhaoyang, Challenges to China’s energy security, Adélaide, Australia, Chinese Economy Re (...)
  • 1955 Voir LIN, Xiannuan, China’s energy strategy: economic structure, technological choices, and energy (...)

1La politique étrangère menée par la République populaire de Chine à l’égard des républiques centre-asiatiques comporte une dimension énergétique qui a progressivement pris forme depuis l’indépendance de ces États. De manière générale, cette dimension énergétique des relations sino-centre-asiatiques fait partie d’une politique plus large, progressivement mise en œuvre par la Chine depuis la seconde moitié des années 1990, pour faire face à la croissance de sa consommation d’énergie. Pékin, qui a pris conscience des problèmes et des implications économiques1954 qu’entraîne cette croissance de sa consommation, a cherché des solutions pour tenter de l’atténuer1955. Certaines des voies qu’elle a explorées ont une dimension interne comme l’accent qu’elle a mis sur l’exploration et le développement de nouveaux champs pétroliers et gaziers situés sur son territoire national, alors que d’autres ont, au contraire, une dimension internationale comme par exemple la politique d’acquisition de concessions pétrolières à l’étranger lancées dans la seconde moitié des années 1990 ou la politique que la Chine a mis en œuvre à l’égard des États producteurs de pétrole du Moyen-Orient.

2Le développement d’une dimension énergétique dans ses relations avec les républiques centre-asiatiques s’inscrit également dans les voies explorées par la Chine. Il répond à une série de préoccupations qui touchent d’abord au domaine économique. Il s’agit pour Pékin de mettre en œuvre une complémentarité potentielle entre les économies des États d’Asie centrale qui disposent ou sont producteurs d’hydrocarbures ou d’hydroélectricité et l’économie chinoise qui est devenue une grande consommatrice de ces matières en raison de son essor économique. Le développement de liens dans le secteur de l’énergie permet également à Pékin d’établir des espaces de coopération supplémentaires en matière économique avec ses voisins centre-asiatiques alors que l’achat potentiel de productions énergétiques centre-asiatiques pourrait lui permettre d’étendre et de renforcer les relations économiques qu’elle entretient avec les républiques d’Asie centrale en accroissant le volume des échanges bilatéraux.

  • 1956 DORIAN, J., ABBASOVITCH, U., TONKOPY, M. S., JUMABEKOVICH, O., QIU, Daxiong, « Energy in central As (...)

3Outre ces facteurs qui concernent l’ensemble du pays, le fait que le développement de relations dans le domaine de l’énergie avec les républiques centre-asiatiques offre à la région autonome du Xinjiang des opportunités nouvelles de coopération avec ces républiques et des bénéfices économiques potentiels a également déterminé le choix des autorités chinoises1956.

  • 1957 On entend par sécurité énergétique « the availability of energy at all times in various forms, in s (...)
  • 1958 Voir la comparaison des prix des productions du Moyen-Orient et du Kazakhstan vers la Chine dans SO (...)
  • 1959 Selon Speed et al., chaque État importateur de pétrole dispose théoriquement de deux approches pour (...)

4Mais l’intérêt purement économique de la République populaire de Chine et de sa région autonome du Xinjiang pour les ressources énergétiques de l’Asie centrale ne permet pas de rendre entièrement compte du développement d’une dimension énergétique dans la politique étrangère chinoise à l’égard des nouveaux États centre-asiatiques. Une analyse des motivations de la République populaire révèle également des préoccupations stratégiques liées à sa sécurité énergétique1957 et aussi à sa sécurité au sens traditionnel de ce terme. Ces motivations apparaissent clairement dans le domaine de l’approvisionnement pétrolier. En effet, pour assurer son approvisionnement, la prise en compte dans ses calculs des seuls facteurs économiques devrait amener Pékin à privilégier les fournisseurs du Moyen-Orient. Les productions d’hydrocarbures de cette région sont en effet plus abondantes et moins chères à transporter en Chine que celles du Kazakhstan1958. L’intérêt de la Chine à l’égard de ses voisins dans le secteur des hydrocarbures ne peut dès lors s’expliquer sans l’intervention d’autres facteurs notamment des considérations liées à la sécurité énergétique et à la sécurité dans son sens traditionnel. Dans le domaine de la sécurité énergétique, l’établissement de relations avec les États d’Asie centrale producteurs d’hydrocarbures vise à assurer à la Chine un approvisionnement énergétique sûr, stable et diversifié pour alimenter son décollage économique. Mais le choix en faveur du Kazakhstan indique également que Pékin penche pour une approche « stratégique » du problème de la sécurité énergétique contrairement à la majeure partie des grandes économies du monde qui, depuis une vingtaine d’années, ont favorisé une approche basée sur le recours au marché international1959.

  • 1960 Cette expression signifie la « capacité de conserver l’initiative ». Kenneth Lie-berthal, cité dans (...)
  • 1961 Voir Idem, pp. 11-13 et pp. 43-44.

5Sur le plan de la sécurité prise dans son sens traditionnel, Pékin considère que sa dépendance énergétique croissante à l’égard du pétrole du Moyen-Orient crée une nouvelle vulnérabilité à laquelle elle doit désormais répondre. La remise en question du principe maoïste de l’indépendance en matière d’approvisionnement énergétique (zili gengsheng ou « self-reliance »)1960, principe sur lequel la Chine se fondait jusqu’au début des années 1990 inquiète les décideurs chinois. La mémoire des difficultés créées dans le secteur pétrolier du fait du départ des conseillers soviétiques au moment du schisme avec l’URSS à la fin des années 50, ainsi que l’utilisation par Pékin du pétrole comme outil de sa politique étrangère face au Japon dans les années 70 ont rendu les autorités chinoises sensibles au fait qu’une dépendance de la Chine en matière pétrolière pourrait être utilisée contre elle en l’exposant par exemple à des pressions étrangères indésirables1961. L’essor d’une dimension énergétique dans la politique étrangère chinoise à l’égard des pays d’Asie centrale riche en hydrocarbures répond donc à la volonté des dirigeants chinois de réduire la vulnérabilité stratégique de la Chine face à d’éventuelles pressions -notamment américaines mais aussi peut-être japonaises, qui pourraient être exercées sur elle.

  • 1962 GU Guanfu, « US Involvement in Central Asia and the Security of China », dans China Society for Str (...)
  • 1963 Voir XIA, Yishan, « My view on China’s Energy situation and Energy strategy », Renmin Ribao dans FB (...)

6Jusqu’à l’intervention des forces armées américaines en Afghanistan suite aux événements de septembre 2001 et à la pénétration stratégique des États-Unis au cœur de l’Asie centrale, cette dernière région était perçue par certains analystes chinois comme une zone dont la proximité géographique favorisait la Chine en matière d’exploitation des ressources énergétiques et où également, l’influence américaine était moins susceptible de s’exercer. Gu Guanfu constatait dans une étude publiée en 1998 que la Chine disposait en Asie centrale de conditions géographiques favorables par rapport à Washington en matière d’exploitation des ressources énergétiques et qu’en outre les États-Unis n’avaient qu’un contrôle limité sur cet espace géographique comparé au Moyen-Orient. Il notait ainsi que « compared with the Persian Gulf area where the United States could pursue its ‘gun-boat policy’ to ‘protect’ its energy sources, Central Asia and Caucasia don’t have such favorable conditions for the United States »1962. Plus récemment, à la veille des événements de septembre 2001, dans un texte consacré à la stratégie de la Chine dans le domaine de l’énergie, Xia Yishan soulignait encore le caractère « sûr » de l’Asie centrale pour la Chine. Il recommandait pour cette raison que la stratégie d’investissement chinois dans le domaine du gaz et du pétrole se concentre sur cette région ainsi que sur la Russie1963.

7Enfin, sur le plan régional, dans le domaine de la sécurité, les bénéfices en termes de stabilité politique, que l’essor de liens économiquement profitables dans le domaine énergétique avec les républiques centre-asiatiques pourrait offrir à la région automone du Xinjiang, constituent un facteur supplémentaire déterminant le développement d’une dimension énergétique dans la politique que Pékin mène à l’égard de ses voisins d’Asie centrale.

1. L’Ouzbékistan et le Tadjikistan

  • 1964 Par exemple XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 133-144. Il est intéressant de relev (...)

8Si l’intérêt de la Chine pour les ressources énergétiques de l’Asie centrale s’est manifesté très tôt, -les chercheurs chinois ont évoqué dès le début des années 1990 les richesses naturelles de cette région1964-, toutes les républiques centre-asiatiques ne sont cependant pas concernées au même degré par la dimension énergétique de la politique étrangère que la Chine a mis en œuvre en Asie centrale. L’attention de la Chine s’est naturellement portée sur les États d’Asie centrale riches en hydrocarbures. Ce sont donc le Turkménistan et surtout le Kazakhstan qui, en raison de leurs ressources pétrolières et gazières, sont prioritairement concernés par cette dimension de la politique étrangère de Pékin.

  • 1965 L’Ouzbékistan renfermait des réserves prouvées de gaz naturel estimées par BP à 1,87 billion (1012) (...)
  • 1966 An Energy Overview of the Republic of Uzbekistan », DOE Office of Fossil Energy, October 20, 2003 ((...)

9Étant moins bien pourvue que les deux précédents États, la République kirghize a pourtant suscité l’intérêt chinois dans le domaine de l’hydroélectricité mais de façon plus marginale. Si la dimension énergétique de la politique étrangère chinoise à l’égard de l’Asie centrale concerne donc principalement ces trois républiques, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan n’en sont cependant pas écartés a priori. La situation de ces deux pays est cependant assez différente. Étant donné sa position géographique qui en fait un état de transit potentiel pour d’éventuelles productions d’hydrocarbures originaires du Turkménistan en direction du marché chinois, l’Ouzbékistan n’est pas complètement absent des préoccupations de Pékin dans le domaine de l’énergie. Le rôle d’État de transit que ce pays pourrait jouer reste toutefois aujourd’hui à mettre au conditionnel. Il s’agit encore d’une simple possibilité. Aussi, la dimension énergétique dans la politique étrangère que la Chine mène à l’égard de ce pays est-elle marginale. On ne peut cependant pas exclure que l’Ouzbékistan, qui est riche notamment en gaz naturel1965, puisse faire dans l’avenir l’objet d’une attention particulière de la part de Pékin dans ce domaine bien précis. Cette évolution dépendra de l’essor de sa production, de la capacité de Tachkent à dégager des surplus disponibles pour l’exportation et de sa capacité à trouver des voies de désenclavement pour ses exportations vers le marché chinois1966. Elle pourrait également être liée à la réalisation du projet gazier envisagé entre le territoire du Turkménistan et celui de la Chine. L’Ouzbékistan pourrait alors jouer le rôle d’État de transit, voire se joindre à ce projet pour exporter une partie de sa production gazière en direction du territoire chinois.

  • 1967 Asian Development Bank, Technical Assistance to the Republic of Tajikistan For The Hydropower Devel (...)
  • 1968 PETROV, G., « Tajikistan’s hydropower resources », Central Asia and the Cauca-sus, n° 3 (21), 2003, (...)
  • 1969 « China intends to buy Tajik electricity », Asia-Plus news agency dans BBC Monitoring, August 29, 2 (...)

10Le Tadjikistan qui possède le second potentiel de l’espace CEI en matière d’hydroélectricité -évalué par la Banque asiatique de développement à 40 000 megawatts (MW)1967- après la Russie et 4 % du potentiel hydroélectrique mondial1968, n’a pas réellement fait l’objet de l’attention de Pékin dans ce domaine étant donné la guerre civile qui a sévi dans ce pays entre 1992 et 1997. La stabilisation de la situation politique à la suite des accords de 1997 pourrait permettre à terme l’essor d’une dimension énergétique dans la politique que Pékin mène à l’égard de cette république montagnarde d’Asie centrale. On ne peut pas exclure a priori la possibilité que des relations entre les deux États se développent dans le secteur de l’électricité. Des contacts ont d’ailleurs été établis en août 2001 à ce sujet entre des diplomates chinois et l’administration tadjike1969. La Chine pourrait être intéressée par l’importation d’électricité tadjike en direction de ses régions autonomes du Xinjiang et du Tibet. La partie tadjike, à la recherche de capitaux, a pour sa part proposé à Pékin de prendre part au développement de la première phase de la centrale hydroélectrique de Rogun située sur le fleuve Vakhsh à 135 km à l’est de Douchanbé. La mise en place de cette centrale d’une puissance de 3 600 MW pourrait en effet permettre au Tadjikistan d’envisager l’exportation d’une partie importante de cette nouvelle production d’électricité en direction du marché chinois.

  • 1970 ICG, « Central Asia: Water and Conflict », ICG Asia Report, n° 34, May 30, 2002, p. 23.
  • 1971 Dans Idem.
  • 1972 On notera cependant que le président tadjik et le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, se sont ent (...)

11Les travaux sur le barrage de Rogun dont le projet remonte à l’époque soviétique ont été interrompus en 1990. Une inondation a par ailleurs ravagé en 1993 les infrastructures déjà mises en place. La phase I du projet hydroélectrique nécessite selon les autorités tadjikes 450 millions de dollars. Le coût total des infrastructures de Rogun est estimé entre 700 millions et 1 milliard de dollars1970. La mise en place de cette infrastructure pose toutefois de sérieux problèmes, à commencer par celui de son financement. Elle soulève également d’épineuses questions politiques et stratégiques puisque la création du réservoir de Rogun permettrait au Tadjikistan, qui contrôle déjà 40 % du débit de l’Amou Darya grâce au réservoir de Nurek, de renforcer encore sa maîtrise sur ce fleuve. Douchanbé pourrait ainsi contrôler le débit de l’Amou Darya en direction de l’Ouzbékistan (notamment des provinces agricoles de Surkhandarya et de Kashkadarya), ce que Tachkent juge inacceptable1971. Cette dimension politique du projet invite bien évidemment Pékin à la prudence, car elle risquerait de détériorer ses relations avec l’Ouzbékistan. En l’état de l’information dont nous disposons, rien n’indique que la Chine a envisagé de participer à ce projet pendant la période étudiée1972.

2. L’hydroélectricité kirghize

  • 1973 Selon J. Dorian, 70 à 80 % de l’électricité de la région autnonome du Xinjiang sont produits grâce (...)

12Dès 1992, la Chine et la République kirghize ont exploré les possibilités d’une coopération dans le domaine de l’hydroélectricité. Le sud de la province chinoise du Xinjiang/Turkestan oriental est en effet déficitaire en matière d’approvisionnement électrique. Cette pénurie d’électricité est principalement due au développement économique de la région autonome mais aussi au phénomène de fluctuation saisonnière du niveau des fleuves alimentés par la fonte des neiges qui réduit également de manière saisonnière la capacité des centrales hydroélectriques de la région. L’existence de goulets d’étranglement dans le secteur des transports pour l’acheminement du charbon qui alimente une partie des centrales électriques du Xinjiang contribue également au phénomène de pénurie d’électricité1973.

  • 1974 Dans U.S. Department of Energy, « An Energy Overview of the Republic of Kyrgyzstan », s.d. (http:// (...)
  • 1975 « Power industry in Kyrgyzstan », AGOC, vol. 9, issue 2,January 29, 2004.

13En constraste avec cette situation au Xinjiang -en tout cas au début des années 90 car il semble que depuis la situation du secteur électrique se soit quelque peu améliorée dans la région autonome, la République kirghize tout comme le Tadjikistan voisin dispose de ressources électriques -surtout hydroélectriques- sous-exploitées. Les ressources hydroélectriques du pays, les troisièmes de l’espace CEI après la Russie et le Tadjikistan, ont été estimées par l’administration américaine à 163 milliards de kilowatt-heures (kWh) par an1974. Moins de 10 % de ce potentiel est aujourd’hui utilisé1975.

  • 1976 BEZANIS, L., « Sinkiang Delegation in Bishkek », OMRI Daily Digest, vol. 1, n° 136, 14 July l995, p (...)
  • 1977 Asian Development Bank, Regional Economic Cooperation in Central Asia, Asian Development Bank, Mani (...)

14Étant donné l’existence de cette complémentarité avec le Xinjiang, des discussions pour l’exportation éventuelle d’électricité depuis la République kirghize vers Kachgar, qui n’est située qu’à 165 km de la frontière, ont été entamées dès 1992. En 1995, la région autonome du Xinjiang a signé un autre accord avec la République kirghize pour la fourniture d’électricité en échange de pétrole1976. En juin 1998, une délégation officielle chinoise s’est rendue en République kirghize pour discuter avec le ministre kirghize compétent des possibilités de transmettre de l’électricité depuis le territoire kirghizs-tanais jusqu’en Chine. Cependant malgré ce déplacement mais aussi de nombreuses réunions bilatérales visant à négocier la conclusion d’un contrat d’exportation de longue durée dans le domaine de l’électricité, les deux pays ne sont pas parvenus à s’accorder sur le prix du kwh1977.

  • 1978 DORIAN, J. P., ABBASOVICH, T. U., TONKOPY, M. S., OBOZOV A. J., QIU DAXIONG, « Energy Investment An (...)
  • 1979 ADB, Regional Economic Cooperation in Central Asia, op. cit., pp. 181-189 et Asian Development Bank (...)

15Cette question du prix de l’électricité constitue selon la Banque asiatique de développement un des points de blocages principaux empêchant la conclusion d’un accord de longue durée ouvrant la porte à l’essor des exportations d’électricité kirghize en direction de la Chine. Une étude publiée dans OGJ remarque en outre qu’en raison de la dépendance de la production d’hydroélectricité à l’égard des conditions climatiques, les autorités centrales et locales chinoises pensent que l’approvisionnement en électricité du Xinjiang à partir de la République kirghize pourrait ne pas être sûr1978. Pour suppléer à ce problème, il faudrait selon les autorités du Xinjiang prévoir également la construction d’une centrale électrique alimentée au charbon située non loin de la frontière kirghize. Malgré les difficultés pour parvenir à un accord, différentes possibilités de coopération dans le domaine énergétique ont néanmoins été identifiées par les deux pays avec l’assistance de la Banque asiatique de développement1979.

  • 1980 Dans U.S. Department of Energy, « An Energy Overview of the Republic of Kyrgyzstan », op. cit.

Les principales centrales hydroélectriques kirghizes du fleuve Naryn1980

Les principales centrales hydroélectriques kirghizes du fleuve Naryn1980
  • 1981 Cette possibilité est discutée entre la République kirghize et la République de Chine depuis 1992. (...)
  • 1982 Il existe un projet datant de l’ère soviétique pour la mise en place de deux barrages liés à des ce (...)
  • 1983 La possibilité d’une extension de la ligne vers le Pakistan et l’Inde a été discutée entre la Répub (...)
  • 1984 Dans DORIAN, J., « Priority projects identified for subregional cooperation » dans Asian Developmen (...)

16La mise en place de lignes de transmission électrique à partir des centrales kirghizes existantes installées sur le fleuve Naryn (voir tableau ci-dessus) vers la région de Kachgar1981, la construction de nouvelles centrales hydroélectriques liées aux projets de barrages de Kambarata sur la Naryn1982 et enfin la mise en place d’une ligne de transmission à haute tension entre ces installations et le sud-ouest de la région autonome du Xinjiang avec possibilités d’extension vers le Pakistan et l’Inde ont ainsi été proposées1983. Ces projets ont été estimés à 3,4 milliards de dollars en 19991984.

  • 1985 ICG, « Central Asia: Water and Conflict », ICG, Asia Report, n° 34, May 30,2002, p. 18.
  • 1986 MCKINNEY, D.C., « Cooperative Management of Transboundary Water Resources in Central Asia » dans In (...)
  • 1987 « Power industry in Kyrgyzstan », op. cit.

17Cependant, jusqu’à la fin de la période étudiée, ces ambitieux projets ne se sont pas matérialisés. Des doutes ont été émis quant à la possibilité de leur mise en place, notamment en ce qui concerne les projets de centrales hydroélectriques de Kambarata, en raison des contraintes financières1985. La République kirghize ne peut en effet financer à elle seule des projets d’une telle envergure1986, aussi Bichkek cherche-t-elle des partenaires et poursuit-elle des discussions avec Pékin en vue d’une participation éventuelle de la République populaire à la construction de cette centrale de Kambarata1987. Rien n’a cependant encore été décidé dans ce domaine.

  • 1988 « Kyrgyzstan to increase electricity exports », Interfax, September 23, 2003.
  • 1989 Pour les développements post-11 septembre, PEYROUSE, Sébastien, « The Hydroelectric Sector in Centr (...)

18En raison de la faiblesse des infrastructures de transmission, les échanges sino-kirghizes dans le domaine de l’énergie sont donc restés modestes. Entre janvier et août 20031988, la République kirghize a exporté en Chine à peine 650 000 kw/h d’électricité sur un total d’exportation d’électricité estimé à 800 millions de kw/h (dont 421 millions de kw/h exportés vers le Kazakhstan ; 200,3 millions de kw/h vers l’Ouzbékistan et 173,9 millions de kw/h vers le Tadjikistan). Bien que ce secteur soit prometteur, la fourniture d’électricité en direction de la Chine reste encore aujourd’hui à concrétiser. Elle pourrait néanmoins constituer dans l’avenir un poste important des exportations kirghizes en direction du marché chinois. Si elle se matérialise, elle pourrait également créer un nouvel espace de coopération entre les deux pays et fournir à la Chine des opportunités d’investissements chez son voisin. Les exportations d’électricité kirghize en direction du Xinjiang pourraient également aider à l’essor des relations économiques régionales tout en contribuant au développement économique de la région autonome1989.

3. Le gaz turkmène

  • 1990 Ce pays détient des réserves prouvées de pétrole s’élevant fin 2002 à 100 Mt ou 500 millions de bar (...)
  • 1991 Les champs gaziers les plus importants du Turkménistan sont localisés dans la région de l’Amou Dary (...)
  • 1992 BP statistical review of world energy 2003, p. 20. Les experts russes donnent des chiffres des rése (...)
  • 1993 BP statistical review of world energy 2003, p. 22.
  • 1994 Dans « Turkmenistan lists ambitious plans for gas, oil development », OGJ, October 14, 2002.

19L’hydroélectricité kirghize n’est pas la seule ressource énergétique à avoir attiré l’attention des autorités chinoises. Pékin n’est pas non plus indifférent aux perspectives ouvertes par les richesses en hydrocarbures du Turkménistan. Si ce pays n’est pas dénué de ressources pétrolières1990, c’est cependant son gaz naturel qui a retenu l’attention chinoise. Dans ce domaine, le territoire turkmène1991 renferme en effet 5 % des réserves prouvées de gaz de l’ancien espace de l’URSS. En volume, il s’agit des secondes réserves de cet espace après celles de la Fédération de Russie. Selon la revue statistique publiée par BP, le sous-sol turkmène contient la quinzième réserve prouvée de gaz du monde avec 2,01 billions (1012) de m3 fin 2002 soit 1,3 % des réserves mondiales1992. La réserve d’Achkhabad se classe ainsi juste derrière celles de la Norvège et de la Malaisie qui disposent chacune de 1,4 % des réserves mondiales et juste avant celle de l’Ouzbékistan. Les réserves gazières du Turkménistan sont donc significatives même si elles sont difficilement comparables à celles de la Fédération de Russie qui dispose de 45,57 billions (1012) de m3 soit 30,5 % des réserves mondiales fin 2002. Alors qu’à la fin des années 80 la production gazière turkmène atteignait environ 80 milliards de m3 par an, elle s’est fortement contractée après l’indépendance du pays, pour atteindre son plancher en 1998 avec 12,4 milliards de m3. Elle a ensuite rebondi à partir de 1999 pour arriver à 49,9 milliards de m3 en 20021993. Comme le pays ne consomme qu’une fraction de sa production, soit 13,2 milliards de m3 en 2002, le Turkménistan dispose donc de surplus croissants disponibles pour l’exportation. Les exportations de gaz turkmène qui s’élevaient en 1992 à 51,8 milliards de m3 ont décliné à partir de 1993 pour atteindre leur plancher en 1998 avec 1,8 milliard de m3. Après cette date, elles ont progressivement repris pour atteindre 37,3 milliards de m3 en 2001. Pour l’avenir, le gouvernement turkmène envisage officiellement de les porter à 70 milliards de m3 en 2005 et 100 milliards de m3 en 20101994.

  • 1995 Voir « Turkmenistan President Meets with Li Peng », Xinhua dans FBIS-CHI-92-224, November 23, 1992.

20Face à ce potentiel gazier, la possibilité de construire un gazoduc destiné à relier les champs turkmènes aux marchés d’Asie de l’Est à travers l’Asie centrale puis le territoire chinois a été évoquée très tôt par des compagnies privées. Ainsi, dès 1992, la firme japonaise Mitsubishi Corporation a proposé la mise en place d’un gazoduc entre le Turkménistan et la Chine, en passant par l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, avec un prolongement possible vers le Japon depuis les côtes de la République populaire. Cette idée a ensuite été reprise et défendue par les autorités turkmènes. Dès novembre 1992, Saparmurat Niyazov a évoqué lors de sa visite en Chine la possibilité d’établir un gazoduc entre les champs gaziers du Turkménistan et le territoire chinois1995. Il s’agissait pour la partie turkmène de trouver une alternative au monopole russe sur les infrastructures de transport de gaz vers le marché international afin de réduire sa dépendance à l’égard de l’ancienne puissance coloniale et d’asseoir sa souveraineté nouvellement acquise. La Chine constituait aux yeux d’Achkhabad à la fois un marché et une voie de désenclavement possible pour sa production gazière.

  • 1996 « Businessmen to accompagny Li Peng on Central Asia visit », Xinhua dans FBIS-CHI-94-073, April 15, (...)
  • 1997 « Li Peng holds talks with Turkmenistan President », Xinhua dans FBIS-CHI-94-078, April 22, 1994.
  • 1998 « Li Peng signs business agreements with Turkmenistan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-078, April 22, 199 (...)

21Mais les pipelines sont plus faciles à imaginer qu’à mettre en place. Ce fait est encore plus vrai dans le domaine du gaz. Si Pékin n’a pas repoussé cette proposition, il est toutefois resté très prudent et a évité de s’engager directement dans cette voie. Ce n’est que deux ans plus tard, en avril 1994, à l’occasion du premier voyage officiel à Achkhabad de Li Peng, alors premier ministre, qu’une avancée a été réalisée sur ce dossier1996. Le premier ministre chinois qui était accompagné d’une importante délégation de représentants d’entreprises chinoises dont la China National Petroleum Corporation (CNPC), s’est entretenu avec le président Niyazov de la possibilité d’une coopération bilatérale dans le domaine gazier. Tout en faisant part de l’intérêt potentiel de la Chine pour le gaz turkmène, il a évoqué parallèlement la nécessité de mener au préalable une étude de faisabilité destinée à évaluer les coûts de la mise en place d’un tel gazoduc à longue distance entre le territoire turkmène et celui de la République populaire1997. Pour mettre en œuvre cette condition préalable, au cours de cette visite, une lettre d’intention a été signée entre la CNPC et le ministère turkmène du pétrole et du gaz afin de créer un comité d’experts chargé d’étudier la faisabilité de cette ligne1998.

  • 1999 « US, Japan, China sign agreement natural gas pipeline study », Xinhua, August 22, 1995.
  • 2000 « China launches massive gas pipeline campaign », OGJ, June 5, 2000.
  • 2001 « Li Peng Attends Signing of Turkmen Economy Accords », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25,1994.
  • 2002 DORIAN, J-, « Turkmenistan’s future in gas and oil hinges on certainty for export options », OGJ Oc (...)

22Plus d’une année plus tard, en août 1995, la CNPC a conclu à son tour un accord avec les compagnies Mitsubishi et Exxon-Mobil pour la réalisation d’une étude de faisabilité (étude de la capacité, des coûts, du financement, des marchés potentiels etc.) portant sur la construction d’un gazoduc à longue distance entre le champ géant de Dauletabad au Turkménistan et le territoire chinois1999. En 1996, cette étude était terminée. Elle prévoyait que cette ligne, d’une longueur de 4600 km, pourrait transporter 25 milliards de m3 par an de gaz turkmène jusqu’à la ville chinoise de Shanshan située dans le nord de la région autonome du Xinjiang2000. A partir de cette ville, le gazoduc serait connecté à de futures infrastructures chinoises de transport d’énergie en direction des centres de consommation chinois situés sur la côte Pacifique du pays. Le coût de ce projet s’étendant sur près de 8000 km s’il était prolongé jusqu’au Japon (6010 km de gazoduc terrestre et entre 880 et 1100 km de gazoduc sous-marin)2001 était estimé entre 11,8 et 22,6 milliards de dollars2002.

  • 2003 « China and Turkmenistan strengthen friendly relations », AGOC, vol. 3, Issue 25, October 27, 1998 (...)
  • 2004 Le Turkménistan est en effet déjà relié au Kazakhstan par le gazoduc Turkmen-bashi-Beyneu.
  • 2005 « Turkmenia and Kazakhstan looking towards China », AGOC, vol. 4, issue 9, May 11, 1999 et « Turkme (...)
  • 2006 NAZAR, N., MAGAUIN, E., PANNIER, B., « Presidents Agree On Gas And Oil Exports To China, Japan », R (...)

23Malgré l’importance des coûts à engager qui réduit considérablement la probabilité d’un développement de ce projet, sous l’impulsion turkmène, la question du gazoduc est néanmoins restée à l’agenda des discussions entre les deux parties au cours de leurs rencontres officielles suivantes. Le président Niyazov a abordé ce sujet avec les plus hautes autorités chinoises lors de sa visite d’État à Pékin en septembre 19982003. Parallèlement, au printemps 1999, les présidents turkmène et kazakh se sont rencontrés pour s’entretenir de problèmes d’intérêt commun -dont la question du possible transit du gazoduc turkmène en direction de la Chine à travers le territoire kazakh, sans passer par l’Ouzbékistan2004- et essayer d’élargir leur coopération dans ce domaine2005. Ils auraient décidé de coopérer pour orienter les exportations de gaz et de pétrole en direction de la Chine et du Japon. Le président Niyazov déclarait à l’issue de sa rencontre avec son homologue kazakh que « we agreed to commit ourselves to coopération with China. (...). To cooperate ivith China and japan in the 2ht century luill give a strong push to the development of the infrastructure in our région, because it will help develop transport links »2006. Mais malgré ces déclarations et en dépit de leur intérêt commun à voir se mettre en place des infrastructures de désenclavement pour leurs productions d’hydrocarbures vers le marché chinois, aucune réalisation concrète n’est ensuite sortie de ces entretiens.

  • 2007 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy n (...)
  • 2008 La décision de lancer la construction de la ligne entre le bassin du Tarim et Shanghai n’est pas un (...)
  • 2009 « Turkmenistan, China Discuss Gas Pipeline Project », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2000-0706, July 6, 20 (...)
  • 2010 « China, Turkmenistan to Expand Economic, Trade Cooperation », People’s Daily Online, July 6, 2000.
  • 2011 « Jiang Zemin, Turkmenistan President Agree on Economy, Trade Cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-2 (...)
  • 2012 Article 5 dans MFA PRC, Joint Statement between the People’s Republic of China and Turkmenistan, Ju (...)

24Malgré l’absence de réalisations sur ce dossier et les doutes de nombreux experts quant à la possibilité de sa mise en place étant donné les coûts liés à sa construction, le projet n’est pourtant pas complètement sorti de l’agenda des rencontres sino-turkmènes. Selon certains observateurs, la CNPC a continué à le promouvoir auprès des autorités chinoises car il constituait une justification supplémentaire à la mise en place d’une ligne intra-chinoise encouragée par cette compagnie2007. La décision prise par les autorités centrales à la fin du mois de février 2000 de lancer le projet de construction d’un gazoduc ouest-est entre la région autonome du Xinjiang et Shanghai, dans le cadre de leur nouveau programme destiné à réduire les disparités régionales entre les provinces côtières de l’est de la Chine et l’ouest du pays, a en tout cas relancé les discussions autour de la question du gazoduc entre Pékin et Achkhabad2008. Lors de sa visite d’État au Turkménistan à l’été 2000, le président Jiang Zemin s’est ainsi entretenu avec son homologue turkmène de la question de la coopération bilatérale dans le domaine gazier2009. Les deux parties se sont accordées sur l’importance particulière d’une coopération bilatérale mutuellement bénéfique dans le domaine de l’énergie2010. Elles ont décidé d’établir des commissions gouvernementales dont la tâche sera d’accélérer la mise en place du projet de gazoduc2011. La déclaration commune sino-turkmène, signée à l’issue de la visite du président chinois, contient également une disposition particulière le concernant. Les deux parties s’engagent à mener une étude de faisabilité concernant cette ligne, en tenant compte du project chinois de gazoduc entre la région autonome du Xinjiang et Shanghai2012.

  • 2013 « PetroChina makes another discovery in Tarim basin », AGOC, vol. 6, issue 23, December 6, 2001 et (...)

25La relance du projet de gazoduc sino-turkmène par les autorités chinoises à l’été 2000 s’inscrit donc dans le cadre de leur projet de construction du gazoduc intra-chinois. Dans le sillage de leur campagne de développement des régions occidentales du pays et après des découvertes importantes de champs gaziers dans le bassin du Tarim2013, les autorités chinoises ont décidé de lancer la construction de cette ligne ouest-est de 4167 km destinée à transporter, à travers neuf provinces, 12 milliards de m3 par an de gaz naturel (peut-être à terme 18 milliards de m3 par an). Elle reliera les bassins du Tarim dans le Xinjiang et de l’Ordos en Mongolie intérieure à la métropole de Shanghai, la nouvelle capitale économique du pays.

  • 2014 « China to concentrate on gas pipeline construction », AGOC, vol. 8, issue 23, November 27, 2003.
  • 2015 THOMSON, E., « Xi Qi Dong Shu: China’s West-East gas pipeline mega-project », EAI Background Brief, (...)
  • 2016 « China to rush exploration in the west to meet demand », AGOC, vol. 5, issue 17, September 15, 200 (...)
  • 2017 CRAY, L.A., WU, HONG, MA, Naxin, « Construction of major Chinese gas pipeline enters final phase in (...)
  • 2018 « West-east gas pipeline starts full operation », AGOC, vol. 9, issue 21, October 28, 2004.
  • 2019 BERNARD, George, « PetroChina to Boost West-East Gas Pipeline’s Capacity 42% », Dow Jones, Septembe (...)

26Pour se faire une idée de son importance, il faut se souvenir que le réseau de gazoduc en Chine s’étend à la fin de l’année 2001 sur seulement 14 000 km -à comparer avec les 2 millions de km pour les États-Unis, 520 000 km pour la Russie et 360 000 km pour l’Allemagne en 1999- et que sa capacité de transport total représente juste 32 milliards de m3 par an2014. La nouvelle ligne ouest-est accroîtra donc à elle seule la capacité de transport de gaz du pays de plus de 30 %. Elle est destiné à déservir au passage quinze villes importantes : Korla, Turfân, Shanshan et Hami au Xinjiang ; Liuyuan, Zhangye, Wuwei, Lanzhou, Dingxi, et Liquan au Gansu ; Zhengzhou et Xinyang au Henan ; Hefei en Anhui ; Nanjing et Changzhou au jiangsu, et enfin la métropole de Shanghai2015. Son coût a été évalué entre 8 et 14 milliards de dollars2016. Les travaux ont débuté en octobre 2001. La première phase (section orientale) qui consiste à mettre en place une ligne de 1516 km entre les champs gaziers de Changqing dans le bassin de l’Ordos (province du Shaanxi) et la ville de Shanghai devait être terminée à la fin de l’année 2003. La seconde phase (section occidentale) qui a débuté en mars/avril 2003 devait voir la mise en place d’une ligne de 2484 km entre les champs gaziers situés aux environs de Lunnan au Xinjiang et la ville de Jingbian où elle sera rattachée à la première ligne déjà mise en place vers Shanghai. Les travaux devaient se terminer à la fin de l’année 20042017. Ce n’est donc qu’une fois le gazoduc ouest-est mis en place que le projet avec le Turkménistan pourrait intervenir. L’ensemble de la ligne a commencé à fonctionner en novembre 20042018. En septembre 2006, elle avait transporté 10,2 milliards de m3 de gaz naturel depuis sa mise en route en 2004 et sa capacité de transport allait être portée à 17 milliards de m32019.

27Nous avons vu que certains observateurs pensent que l’idée du projet de gazoduc avec le Turkménistan a été utilisé par la CNPC pour promouvoir la réalisation préalable de la ligne intra-chinoise entre le Xinjiang et Shanghai. Le renouveau d’intérêt de la Chine pour le projet avec le Turkménistan est cependant postérieur au lancement du projet en mars 2000. Comment dès lors analyser cette relance ? Au moment où la décision de construire le gazoduc Xinjiang/Shanghai a été annoncée en début mars 2000, la question de son approvisionnement à long terme à partir des seuls champs gaziers du Tarim était discutée. En relançant le projet de gazoduc depuis le Turkménistan, Pékin aurait pris une sorte d’assurance destinée à garantir l’approvisionnement de sa ligne interne au cas où la production du Tarim se serait avérée insuffisante. Le gaz turkmène, transporté soit à travers l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, soit à travers le seul territoire kazakh, aurait ainsi été injecté dans cette infrastructure, lui garantissant un approvisionnement stable à long terme.

  • 2020 LIANG, Qiwen, « Prospects good for pipeline », China Daily, October 13, 2003. Une autre source rapp (...)
  • 2021 « Domestic Natural Gas Reserves Sufficient », China Daily, July 18, 2002.

28Mais malgré l’intérêt que la Chine a manifesté pour le gaz turkmène à l’été 2000, les perspectives de développement du gazoduc depuis le territoire du Turkménistan se sont quelque peu assombries par la suite. Selon China Daily, les réserves recouvrables de gaz naturel du Tarim atteignent en effet 390 milliards m3 à la fin 2002. Ces dernières sont donc suffisantes pour alimenter la ligne Xinjiang/Shanghai pendant 30 ans à une moyenne annuelle de 12 milliards m32020. Shi Xing-quan, le vice-président de PetroChina, la compagnie chinoise promotrice du projet entre le Tarim et Shanghai, a pour sa part déclaré dans une interview en 2002 que les réserves du bassin du Tarim couplées à celles d’autres bassins environnants étaient suffisantes pour alimenter le gazoduc ouest-est pendant les 45 ans durant lesquelles il sera opérationnel. Il a ajouté que « even if Tarim runs short, the domestic reserves, li-ke Changqing and Qaidam Basin, could be supplements »2021. La Chine semble donc disposer de réserves internes suffisantes pour alimenter cette ligne et n’aura peut-être pas besoin de recourir à des importations supplémentaires provenant du Turkménistan à court terme.

  • 2022 Le gaz joue un rôle très faible dans le bilan énergétique de la Chine. La moyenne mondiale d’utilis (...)

29A moyen terme, les perspectives de croissance du marché chinois dans le secteur du gaz sont cependant prometteuses. La République populaire est en effet appelée à accroître sa consommation de gaz naturel -très faible par rapport à la moyenne mondiale2022- pour alimenter son essor économique et améliorer les conditions de vie de sa population mais aussi pour des raisons environnementales (réductions des pluies acides, de la pollution atmosphérique dans ses villes, etc.). Dans ce dernier cas, il s’agira de remplacer le charbon, très polluant, notamment dans sa production d’électricité. La demande chinoise en gaz naturel pourrait ainsi être multipliée par huit entre 2000 et 2020 et passer de 25 milliards de m3 en 2000 à 200 milliards de m3 en 2020, soit un taux de croissance annuelle de plus de 10 %.

  • 2023 IEA, Developing China ’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 67.

Les projections de la demande future de gaz en Chine2023 (en milliards de m3 par an)

Les projections de la demande future de gaz en Chine2023 (en milliards de m3 par an)
  • 2024 Idem, p. 68.

30L’Agence internationale de l’énergie considère toutefois ces projections comme trop ambitieuses et présente des chiffres moins importants. Selon ses calculs, la demande chinoise en gaz naturel pourrait atteindre 61 milliards de m3 en 2010 et 109 milliards de m3 en 2020. Il existe toutefois de nombreux facteurs d’incertitude affectant le niveau de la demande en gaz naturel de la Chine. L’AIE cite ainsi la question essentielle du prix du gaz naturel, la compétitivité de ce dernier par rapport au charbon dans le secteur de la production d’électricité ou encore la capacité de la Chine de créer un réseau national de transport et de distribution pour le gaz2024. Dans ces conditions, la croissance de la demande chinoise sera-t-elle suffisamment importante pour permettre le développement d’un gazoduc sino-turkmène ?

  • 2025 PIETZ, d.; « China’s natural gas sector generating great expectations », OGJ, June 5, 2000.
  • 2026 L’évaluation des réserves chinoises de gaz est délicate. Les différentes sources se contredisent. V (...)
  • 2027 Idem, p. 75. Voir la répartition géographique de ses ressources dans Table 2.6 dans Idem, p. 75.
  • 2028 BP statistical review of world energy 2003, p. 20.
  • 2029 IEA., Developing China ’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 76.

31L’avenir est donc incertain. Si la consommation de gaz naturel en Chine est appelée à croître, pour assurer son approvisionnement, Pékin compte d’abord sur l’exploitation de ses propres ressources jusqu’ici sous-exploitées2025. Ces dernières sont toutefois difficiles à mesurer avec exactitude2026. Selon une évaluation nationale menée en 1994, le territoire chinois contiendrait 38 billions (1012) de m3 dont 78,6 % situés inshore et 21,4 % offshore. De ce total, 10,5 billion (1012) de m3 pourraient être recouverables2027. Les sources internationales offrent cependant des chiffres moins importants. Selon BP, les réserves prouvées de gaz en Chine atteindraient 1,51 billion (1012) de m3 à la fin de l’année 2002, soit l’équivalent de 1 % des réserves mondiales2028. OGJ les estime pour sa part à 1,367 billions (1012) de m3 au 1er janvier 2000. Shell à 1,6 billion (1012) de m3 à la fin 2000 et enfin Cedigaz à 1,515 billion (1012) de m3 au 1er janvier 20012029.

  • 2030 Idem, p. 78.

32Sur le plan de la production, l’Institut de recherche en énergie de la Commission du Plan (State Development Planning Commission Energy Research Institute) estime que la Chine pourrait produire 83 milliards de m3 par an en 2010 et 110 milliards de m3 par an en 2020. Cet institut prévoit qu’elle devrait néanmoins importer 64 milliards de m3 de gaz naturel par an en 2015 alors que les sources internationales estiment ses besoins d’importation à 44 milliards de m3 de gaz naturel pour la même année2030. Dans ce cas de figure, il n’est donc pas exclu que le Turkménistan puisse jouer dans l’avenir un rôle dans l’approvisionnement de la Chine en gaz naturel. Cependant, l’option turkmène n’est qu’une option parmi toutes celles qui s’offrent à Pékin. Il ne s’agit peut-être pas non plus de l’option la plus attractive. Un gazoduc à partir du Turkménistan vers le marché chinois se heurte en effet à la concurrence d’autres projets impliquant des États voisins de la Chine.

  • 2031 Dans Idem, p. 208.

Les différents projets de gazoducs avec la Chine2031

Les différents projets de gazoducs avec la Chine2031
  • 2032 Voir XU, Xiaojie, « Sino-Russian Gas Connections and Impacts » dans Japanese Energy Security and Ch (...)
  • 2033 Asia Pacific Energy research centre, Natural Gas Pipeline Development In Northeast Asia, Tokyo, Apr (...)
  • 2034 IEA Developing China ’s Natural Gas Market. The. Energy Policy Challenges, op. cit., p. 79.

33Pékin dispose ainsi de plusieurs options avec la Russie, le détenteur des premières réserves de gaz naturel du monde. Parmi les différents projets proposés, l’Agence internationale de l’énergie considère que la construction d’un gazoduc à partir du complexe gazier russe de Ko-vykta situé à 350 km au nord-ouest d’Irkoutsk2032 en Sibérie orientale ou des champs gaziers de la région de Vilyush en République Sakha près de Yakoutsk2033 et peut-être même des structures gazières de Sa-kaline dans l’extrême-orient russe est moins improbable que la mise en place d’un gazoduc à partir des champs gaziers du Turkménistan. Elle estime ce dernier projet de gazoduc, de même qu’une proposition de la société russe Gazprom et de la CNPC de construire un gazoduc depuis Tomsk en Sibérie occidentale via l’Altaï vers Urumqi au Xinjiang puis vers Pékin, comme très hypothétiques2034.

  • 2035 La production gazière du Kazakhstan a fortement progressé. Elle est passée de 4,2 milliards de m3 p (...)
  • 2036 Asia Pacific Energy research centre, Natural Gas Pipeline Development In Northeast Asia, op. cit., (...)

34Outre ces projets gaziers avec son voisin russe, la Chine dispose également d’une option terrestre avec le Kazakhstan, pays incontournable pour le transit du gaz turkmène en direction du marché chinois2035. Pékin pourrait choisir d’importer en priorité du gaz kazakh, peut-être à partir du champ kazakh de Karachaganak qui contient 25 % des réserves gazières de ce pays. Cette option n’est pas complètement irréaliste, l’Asia-Pacific Energy Research Centre (APERC) basé au Japon a d’ailleurs inclus la mise en place d’un gazoduc d’une capacité de 32 milliards de m3 entre le Kazakhstan et Shanghai parmi les divers scénarios envisagés dans le cadre d’une étude publiée en 2000. Selon ce centre de recherche, si on compare les coûts de transport (qui comprennent l’investissement et les frais d’exploitation et de construction du gazoduc) des diverses options de gazoduc pour l’importation de gaz vers le marché chinois, la plus intéressante est cependant celle depuis le complexe gazier russe de Kovykta près d’Irkoutsk suivi de celle avec Sakhaline. Les projets au départ du Turkménistan et du Kazakhstan n’arrivent qu’ensuite2036.

  • 2037 IEA, Developing China’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 226.

35Concernant particulièrement cette option kazakhe, selon l’AIE, en 2002, il n’existait pas encore de plan pour une quelconque mise en place d’un gazoduc depuis ce pays jusqu’au territoire chinois2037. Les choses ont cependant évolué depuis cette date. En effet, le Kazakhstan et la Chine ont commencé à explorer la possibilité de mise en place d’un gazoduc entre l’ouest du territoire kazakh et la région autonome du Xinjiang. Cette ligne pourrait éventuellement être relié à un gazoduc provenant du Turkménistan via l’Ouzbékistan en amont et au gazoduc ouest-est lancé par la Chine depuis ses champs gaziers du bassin du Tarim vers Shanghai en aval.

  • 2038 « Kazakhstan and China negotiate gas pipeline constructions », AGOC, vol. 7, issue 14,July 12, 2002
  • 2039 « Kazakhstan-China gas pipeline study to be ready in 2004 », Interfax, October 10, 2003.

36En juin 2002, le vice-premier ministre kazakh a rencontré lors d’une visite de trois jours à Pékin, le président de la CNPC, Ma Fucai, pour s’entretenir des possibilités de mise en œuvre future du projet de gazoduc depuis le Turkménistan à travers l’Ouzbékistan et le Kazakhstan vers le Xinjiang et de l’éventualité de sa connection au gazoduc ouest-est vers Shanghai. Il a ensuite eu des entretiens avec le premier ministre chinois d’alors, Zhu Rongji, ainsi qu’avec le président de la Commission du Plan, le ministre des chemins de fer et enfin le président du comité d’État pour l’économie et le commerce. La partie chinoise a fait part au vice-premier ministre kazakh de son intérêt à poursuivre les échanges sur ce sujet2038. Une étude de faisabilité pour la mise en place du tronçon de tuyau entre le Kazakhstan et la Chine a été lancée en 2003. Il s’agit d’examiner les différentes options concernant la meilleure route pour ce projet. Selon Interfax, il en existe en fait trois. La première consiste à utiliser le gazoduc Ta-chkent-Almaty déjà en place. La seconde nécessite la mise en place d’une nouvelle ligne depuis l’ouest du Kazakhstan jusqu’à Almaty via les villes du sud du Kazakhstan (Kyzyl-Orda, Shymkent et enfin Almaty), en utilisant certains tronçons de gazoduc existants. Enfin, la troisième option demande la mise en place d’une nouvelle ligne depuis Petropavlovsk au nord du Kazakhstan jusqu’à Balkhach via Astana et Karaganda. La ligne traverserait le centre du Kazakhstan sur près de 2000 km. Les trois routes proposées seraient reliées à la frontière chinoise par le port terrestre de Dostyk-Alashankou2039.

  • 2040 Voir IEA, Developing China’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., pp. 241 et (...)

37Il n’est pas exclu que le Kazakhstan intègre un projet de gazoduc depuis le Turkménistan dans ses calculs, mais ses projets avec la Chine dans le domaine du gaz pourraient très bien entrer en concurrence directe avec celui à partir du Turkménistan. Le Kazakhstan a en effet intérêt à favoriser d’abord ses propres productions plutôt que celles de son voisin turkmène sur le marché chinois. Le désenclavement du gaz turkmène en direction du marché chinois sera d’autant plus problématique que le Kazakhstan, en tant que pays de transit détient des cartes importantes. Comme c’est le cas avec l’Azerbaïdjan depuis la découverte du champ géant offshore de Shah Deniz en 1999, un projet à partir du Turkménistan risque désormais de se retrouver entravé par la concurrence de la production gazière de son voisin. En outre, Pékin pourrait elle-même favoriser l’essor d’une coopération gazière tournée en priorité vers le Kazakhstan. La contiguïté géographique de ce pays avec le territoire chinois ainsi que l’absence de pays de transit entre le Kazakhstan et la Chine constituent autant de facteurs en faveur de l’option kazakhe. Enfin, outre la concurrence des projets russes et de futurs projets avec le Kazakhstan, le gaz turkmène doit également faire face à la concurrence du GNL (gaz naturel liquifié), qui peut être livré depuis la région Asie-Pacifique ou le Moyen-Orient, sur les importants marchés côtiers de la Chine2040. Pékin a d’ailleurs acheté son premier chargement de GNL sur le marché spot en mai 2007.

  • 2041 Les problèmes à résoudre lors de la mise en place d’un gazoduc transfrontalier dans Idem, pp. 231-2 (...)

38La question de la concurrence d’autres fournisseurs n’est par ailleurs pas le seul problème auquel l’option turkmène de gazoduc vers le territoire chinois se trouve confrontée. Le transit potentiel de cette ligne par les territoires ouzbéque et kazakh ou seulement par le territoire kazakh pose également une série de questions juridiques, économiques et politiques complexes qui ne seront sans doute pas aisées à résoudre étant donné l’état des relations bilatérales entre les différentes républiques concernées2041. Ensuite, pour pouvoir envisager la mise en place d’un gazoduc à longue distance entre le Turkménistan et la Chine, il faudra que la demande à l’extrémité ou le long de l’itinéraire de cette ligne soit suffisamment importante pour pouvoir absorber les quantités énormes de gaz transporté et qu’en outre, ces consommateurs soient prêts à payer un prix suffisant pour garantir un taux de rendement sur investissement qui soit acceptable pour les investisseurs. Le gazoduc ne sera pas viable si le marché n’est pas assez grand, si le volume de demande n’est pas assez haut, si les consommateurs ne sont pas en mesure de payer le gaz au prix du marché ou si le prix du gaz n’est pas compétitif par rapport à d’autres sources d’énergie.

  • 2042 THOMSON, E., « Xi Qi Dong Shu: China’s West-East gas pipeline mega-project », op. cit., p. 10.
  • 2043 MAI, Tian, « Cheaper gas prices in the pipeline », China Daily, September 18, 2003.
  • 2044 TRONER, A., « Asian Gas Prospects-1: Russian Far East natural gas searches for a home » , OGJ, Marc (...)

39On peut particulièrement s’interroger sur la compétitivité du gaz turkmène sur le marché chinois en termes de prix. Le prix moyen du gaz transporté par la ligne Xinjiang/Shanghai soit 1,29 yuan (0,156 US $) par m3 a déjà été jugé inacceptable par les consommateurs2042. Aussi, pour accroître la clientèle potentielle, le gouvernement chinois a été amené à réviser ce prix à la baisse. Le nouveau prix moyen du gaz a été fixé à 1,27 yuan (0,153 US $) par m32043. Les autorités comptent que l’accroissement de la clientèle fera encore baisser les prix et rendra ce gaz plus attractif. Si le gaz provenant du Xinjiang a déjà été considéré comme trop cher par les clients chinois potentiels, on peut sérieusement s’interroger sur celui des productions turkmènes. De l’avis des observateurs, les projets de gazoducs transfrontaliers envisagés vers la Chine, y compris ceux plus intéressants avec la Russie, ne devraient pas voir le jour à court terme2044.

  • 2045 « China to start buying gas from Turkmenistan next year », AGOC, vol. 5, issue 14,July 8, 2000.

40Nous avons vu que de nombreux facteurs limitent les possibilités de mise en œuvre de projets de gazoduc à longue distance entre le Turkménistan et la Chine. Toutefois, en entretenant des contacts réguliers avec les autorités turkmènes et en continuant à discuter de la question du gazoduc lors de rencontres bilatérales à haut niveau malgré l’absence de réalisation concrète, Pékin maintient ouverte cette option. La mise en place d’un gazoduc sino-turkmène reste une option possible. Elle offre à Pékin une carte supplémentaire dans ses négociations à propos des projets de gazoducs avec la Russie et constitue également une alternative aux projets d’exportation de gaz russe vers le territoire chinois au cas où ces derniers ne se matérialiseraient pas. Mais de l’aveu même de feu le président Niyazov, un tel gazoduc sino-turkmène ne pourrait cependant pas voir le jour avant la fin de la décennie 20002045.

4. Le pétrole kazakh

4.1. L’arrière-plan de l’intérêt de la Chine pour le pétrole kazakh

4.1.1. La croissance continue de la demande chinoise en pétrole

  • 2046 Pendant la période 1978-1997, la croissance économique moyenne de la Chine est officiellement estim (...)
  • 2047 THOMSON, E., « China’s growing dependence on oil imports », EAI Background Brief, n° 87, May 2001, (...)
  • 2048 Chiffre tiré de THOMSON, E., « China’s growing dependence on oil imports », op. cit., p. 1.
  • 2049 chiffre tiré dans Idem, p. 1.

41Depuis la mise en place de réformes à la fin de la décennie 70, la République populaire de Chine a connu une croissance économique importante, de l’ordre de 7 % par an entre 1978 et 19972046. Cet essor économique impressionnant a provoqué l’augmentation concomitante de sa consommation d’énergie. Son développement industriel, l’accroissement du niveau de vie de sa population ainsi que la multiplication des transports liée à l’essor économique, ont fortement accru la consommation de produits pétroliers. La part du pétrole dans le bilan énergétique chinois est passé de 16,6 % en 1990 à 25,8 % en 20012047 Entre 1990 et 2001, la consommation pétrolière de la Chine a augmenté en moyenne de 5,8 % par an2048. Parallèlement, la production pétrolière chinoise n’a progressé en moyenne que de 1,58 % par an pendant la même période2049. En raison de la stagnation de la production de ses principaux gisements pétrolifères (Daqing, Shengli, Liaohe) arrivés aujourd’hui à maturité, la consommation pétrolière de la Chine a dépassé ses capacités de production interne. Le tableau ci-dessous nous offre une idée précise de cette croissance rapide de la consommation par rapport à la production de pétrole en Chine.

  • 2050 Dans différentes éditions de la BP Statistical Review of World Energy.

Evolution de la production et de la consommation de pétrole en RPC depuis les réformes de Deng Xiaoping2050

Evolution de la production et de la consommation de pétrole en RPC depuis les réformes de Deng Xiaoping2050

4.1.2. Les limites de l’auto-suffisance

  • 2051 LI, Peng, « China’s Policy on Energy Resources », Beijing Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-97- (...)
  • 2052 Voir « Talimu - Zhongguo shiyou gongyede xiwang », Xinjiang Shehui Yu Jingji, n° 5, 1996, pp. 27-30
  • 2053 « Article Views Oil Industry Growth », Beijing Review dans FBIS-CHI-98-176, June 25, 1998.

42Face au phénomène d’accroissement rapide de sa consommation de pétrole et d’essoufflement de sa production pétrolière interne, la République populaire de Chine a été conduite à rechercher des solutions pour assurer son approvisionnement pétrolier. Toujours attachées au principe de l’auto-suffisance malgré les limites de ce dernier, les autorités ont mis l’accent sur l’accélération de la mise en valeur de leurs ressources pétrolières internes encore inexploitées. Li Peng, alors premier ministre, rappelait ainsi en 1997 que « (t)o solve the problem of insufficient oil and gas supply, first of ail, we must base ourselves on exploiting our own oil and gas resources »2051. Dans ce cadre, il résumait en un slogan la stratégie des autorités : « stabilizing the east, developing the west ». Il s’agissait de maintenir la production sur les sites pétroliers anciens existants et situés principalement dans l’est du pays, tout en accélérant l’exploration et la mise en exploitation de nouvelles réserves, notamment dans les régions prometteuses de l’ouest du territoire chinois. Pékin comptait sur l’exploration et le développement du bassin du Qaidam situé dans la province du Qinghai et des bassins du Tarim (560 000 km2)2052, de Dzoungarie (130 900 km2) et de Turfân-Hami/Qumûl (53 500 km2), tous trois situés dans la région autonome du Xinjiang2053.

  • 2054 Entre 1990 et 2001, 67 champs pétroliers et gaziers ont été découverts.
  • 2055 Des blocs ont été ouverts aux compagnies étrangères pour l’exploration. Le succès n’a pas été au re (...)
  • 2056 Voir sur les attentes chinoises à l’égard du Tarim : « Xinjiang becoming nation’s leading oil produ (...)
  • 2057 YATSKO, P., « China’s Tarim Basin is proving a big disappointment », FEER, September 1996, p. 69.
  • 2058 « CNPC claims oil discovery in northwest Tarim Basin », AGOC, vol. 8, issue 24, December 11, 2003.
  • 2059 « Oil output in junggar Basin to top 10 mm tons this year », AGOC, vol. 7, issue 17, September 5, 2 (...)

43Cependant, malgré les campagnes d’exploration menées par la CNPC2054 et l’ouverture du secteur de l’exploration de la région autonome aux compagnies pétrolières étrangères en février 19932055, cette dernière, présentée comme très prometteuse à la fin des années 80 et au début des années 1990, -les médias parlaient à son sujet d’une sorte de nouvelle « Arabie Saoudite »2056-, s’est pourtant révélée globalement décevante dans le domaine pétrolier malgré il est vrai des découvertes non négligeables (champs de Dzoungar Est, Tuha et Tarim)2057. En dépit des efforts, sur le plan de la production, le bassin du Tarim a atteint à peine 5,2 Mt de pétrole en 20032058 et le bassin de Dzoungarie 10 Mt2059. Nous avons vu qu’en 2007, la production pétrolière totale de la région du Xinjiang s’est élevée à 26,4 Mt de pétrole sur un total de 187,6 Mt pour l’ensemble du pays. Ce résultat est loin d’être négligeable. Mais il est néanmoins insuffisant face à la croissance des besoins chinois.

  • 2060 « Xinjiang strives to be top oil producer in China », People’s Daily Online, October 6, 2000.
  • 2061 Feature on PRC’s oil industry prospects », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-97-286, October 13 (...)

44Selon Han Xueqi, directeur de la Xinjiang Regional Development Planning Commission, la production pétrolière de l’ensemble de la région autonome pourrait atteindre annuellement 30 Mt de pétrole et 30 milliards de m3 de gaz en 20102060. On comparera cette déclaration datant de l’année 2000 avec celle de Zhou Yongkang, le président de la CNPC, reprise par Xinhua en 1997 ou avec celle de Li Peng, parue dans la revue de Hong Kong Liaowang également en octobre 1997, qui prévoient une production des régions de l’ouest de la Chine (Li Peng parle du seul Xinjiang) de 50 Mt en 20102061. Les estimations ont donc été revues à la baisse. Il est également apparu clairement dans l’intervalle que la production du Xinjiang ne serait pas suffisante pour combler le déficit pétrolier croissant de la Chine.

  • 2062 « China’s Offshore Revival: China expects offshore production to buttress overall output target », (...)
  • 2063 Chiffres tirés de « Worldwide production », OGJ, December 24, 2007, pp. 10-11.
  • 2064 Xia Yishan notait qu’en matière pétrolière, « domestic production is the fundamental solution » dan (...)

45Dans le cadre de la mise en valeur de ses ressources internes, outre son territoire terrestre, la Chine a également poursuivi avec l’aide de compagnies étrangères, la mise en valeur de ses ressources pétrolières offshore. A la fin octobre 2001, elle avait ainsi signé 148 accords avec 70 compagnies pétrolières et gazières originaires de 18 pays et régions2062. A la fin de cette année, avec l’assistance de ces compagnies, la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) chargée de l’exploration et de la production offshore de la Chine avait effectué plus de 400 forages d’exploration et découvert environ 100 structures gazières et pétrolifères. Ces campagnes d’exploration ont principalement été centrées sur le golfe de Bohai, la mer de Chine du Sud et de l’Est. Pékin est devenu de plus en plus dépendante de son secteur pétrolier offshore pour son approvisionnement étant donné la croissance de sa demande et les perspectives peu encourageantes d’accroissement de sa production pétrolière terrestre. Les autorités espéraient que le secteur offshore deviendrait rapidement la seconde source d’approvisionnement pétrolier interne de la Chine après le champ géant de Daqing. Leur objectif a été atteint puisque la production offshore a fourni en 2006, 574 608 barils/jour de pétrole (soit 15,59 % de la production totale de la Chine). La production pétrolière offshore occupe désormais la seconde place dans la production pétrolière nationale derrière le champ de Daqing avec 870 481 barils/jour mais devant celui de Shengli 549 813 barils/jour de pétrole2063. Malgré ces réalisations, il est toutefois apparu rapidement que la stratégie de maximalisation des ressources internes -même si certains auteurs chinois, toujours sensibles au principe de l’auto-suffisance, continuent à la considérer comme fondamentale2064-, ne permettrait pas à la Chine de couvrir son déficit en matière d’approvisionnement pétrolier. Pékin devait donc se résoudre à accroître ses importations.

4.1.3. La croissance continue des importations pétrolières

  • 2065 Le recours aux importations de produits pétroliers s’est imposé en Chine dès 1986. Cette année-là, (...)
  • 2066 chiffres cités dans IEA, Key World Energy Statistics, op. cit., p. 11.
  • 2067 « China’s oil consumption likely to reach 350 mln tons in 2007 », www.china-view.cn, July 2, 2007.
  • 2068 WU, Kang, FESHARAKI, Fereidun, « Managing Asia Pacific’s Energy Dependence on the Middle East: Is T (...)

46Alors que la Chine était précédemment auto-suffisante dans le domaine pétrolier et était même devenue un pays exportateur de pétrole dans les années 1980, sa situation s’est complètement inversée au début de la décennie suivante2065. La République populaire est passée du statut d’exportateur de pétrole à celui d’importateur net de produits pétroliers à partir de 1993 puis d’importateur net de pétrole brut à partir de 1996. Ses importations pétrolières n’ont cessé de croître depuis cette date. En 2001, elle a été amenée à importer 60 Mt de pétrole brut. Ce volume d’importation l’a placé cette année au neuvième rang des pays importateurs de pétrole brut de la planète2066. L’accroissement des importations s’est poursuivie par la suite à un rythme rapide. En 2006, Pékin a importé 139 Mt de pétrole brut soit 47 % de ses besoins2067. La Chine est désormais le troisième importateur pétrolier mondial derrière les États-Unis et le Japon. Progressivement, elle se rapproche du niveau de dépendance des États-Unis à l’égard des importations pétrolières -soit 54 % de leur consommation en 2001-, même si elle reste encore en deçà de celui des États de la région Asie-Pacifique dont les importations couvraient en 2001 en moyenne 62 % de leur consommation de pétrole et aussi de l’Union européenne dont les importations représentaient en 2000, 75 % de sa consommation pétrolière totale2068.

  • 2069 CHANG, F. K., « Chinese Energy and Asian Security », op. cit., p. 213.
  • 2070 Asia Pacific Energy Research Centre, APEC Energy Demand and Supply Outlook 2002, Asia Pacific Energ (...)
  • 2071 THOMSON, E., « China’s growing dependence on oil imports », op. cit., p. 5.

47Dans un avenir proche, les importations pétrolières chinoises sont appelées à continuer à augmenter. Selon l’OCDE, le taux annuel de croissance de l’économie chinoise pourrait atteindre en moyenne 5,6 % entre 1995 et 20202069. Cette croissance économique, notamment le développement du secteur des transports, devrait alimenter la demande chinoise en pétrole. L’Asia Pacific Energy Research Centre estime que dans les vingt prochaines années, la demande pétrolière de la Chine pourrait ainsi croître de 4,3 % par an2070. Le potentiel de croissance de la demande est d’autant plus important que comparée à la moyenne mondiale, la consommation pétrolière de la Chine par tête d’habitant demeure très faible. En 1999, la consommation chinoise moyenne par tête d’habitant pour le pétrole brut, l’essence et le kérosène représentait ainsi respectivement un quart, un cinquième et un dixième de la moyenne mondiale2071. Il est cependant difficile d’évaluer exactement le volume des besoins futurs de la Chine dans le domaine des importations pétrolières. Il dépend de nombreux facteurs comme le taux de croissance de l’économie chinoise, l’adoption éventuelle de mesures gouvernementales visant à réduire la demande pétrolière en jouant sur la conservation de l’énergie, l’adoption de mesures favorisant la substitution du pétrole par d’autres sources d’énergie, la promotion des transports publics, l’établissement de quotas d’importations etc.

  • 2072 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy n (...)

Diverses estimations de la demande chinoise de pétrole2072(en millions de tonnes)

Diverses estimations de la demande chinoise de pétrole2072 (en millions de tonnes)
  • 2073 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy n (...)

48Malgré les incertitudes de la prévision, différentes estimations ont été avancées dans des études spécialisées. Selon Andrews-Speed et al. qui en ont fait la synthèse, la plupart des spécialistes non-chinois chiffrent les besoins de la Chine en matière d’importation à environ 150 Mt de tonnes de pétrole par an en 2010 ce qui correspondra à 50 % de sa consommation pétrolière2073.

  • 2074 Voir le tableau 10 dans Idem, p. 32.
  • 2075 Chiffres cités dans « Half of China’s oil consumption will depend on imports within four years », o (...)
  • 2076 Dans ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s ene (...)

49Les estimations chinoises donnent des chiffres moins élevés puisqu’ils varient dans les études des auteurs chinois de 16-46 Mt à 130 Mt en 20102074. Une étude du ministère chinois des Communications les a cependant revus à la hausse. Elle prédit en effet que la Chine pourrait importer 100 Mt de pétrole brut en 2005 (mais nous avons vu qu’elle en a déjà importé 139 Mt en 2006 !), 150 Mt en 2010 et entre 250 et 300 Mt en 20202075. A plus long terme selon des études réalisées avant 2003, les besoins de la Chine en termes d’importation sont impressionnants. Andrews-Speed et al. citent le chiffre de plus de 250 Mt/an de pétrole en 2020 soit l’équivalent des importations actuelles du Japon2076.

  • 2077 Chiffre tiré de BP, BP statistical review of world energy 2003, p. 6.
  • 2078 IEA, World Energy Outlook, Paris, 2000, p. 199. L’APERC considère pour sa part que la dependence de (...)
  • 2079 « World Energy Outlook 2002 sees China set to be a strategic buyer on world energy markets, while e (...)

50Pour l’Agence internationale de l’énergie, la production pétrolière interne de la République populaire pourrait plafonner en 2020 à 2,6 millions de barils/jour (mb/j) contre 3,387 mb/j en 20022077 alors que parallèlement, sa demande pétrolière liée à la poursuite de sa croissance économique pourrait atteindre 11 mb/j. A cette date, Pékin pourrait donc être amené à importer environ 8 mb/j de pétrole pour couvrir ses besoins. Sa dépendance à l’égard des importations pétrolières passerait alors de 22 % en 1997 à 76 % en 20202078. En 2030, toujours selon l’AIE, les importations chinoises de pétrole pourraient atteindre en volume le niveau des importations des États-Unis (en 2002)2079. L’U.S. Energy information administration présente pour sa part des estimations un peu moins importantes que celles de l’Agence internationale de l’énergie.

  • 2080 EIA, Annual Energy Outlook 2003, www.eia.doe.gov/oiaf/aeo/aeotab__21.htm

Prévisions de la production et de la consommation de pétrole en Chine 2000-2025 selon PU.S. Energy information administration (en millions de barils/jour)2080

Prévisions de la production et de la consommation de pétrole en Chine 2000-2025 selon PU.S. Energy information administration (en millions de barils/jour)2080
  • 2081 « China to rely increasingly on international markets for its oil supply in 2020 », AGOC, vol. 6, i (...)

51Pour l’agence américaine, en 2020, le déficit pétrolier de la Chine pourrait atteindre 6,72 mb/j au lieu des 8 mb/j prédits par l’AIE pour la même année. Selon les projections américaines, la dépendance de la Chine à l’égard des importations pétrolières pourrait atteindre 73 % en 2025. Quel que soit le volume exact de ses besoins dans le domaine pétrolier, il est cependant clair que pour les satisfaire, Pékin devra accroître ses importations. Les autorités chinoises en sont d’ailleurs bien conscientes. Wang Wanbin, directeur de la Commission d’Etat pour le commerce et l’économie constatait ainsi en août 2001 que « (i)f we do not use saving methods or find a more economical substitute (for oil), China will have to rely on international markets for 50 % of ils oil supply in 2020 »2081. Cette date pourrait cependant être beaucoup plus rapprochée que celle que Wang Wanbin l’a prévu...

4.1.4. La nouvelle stratégie d’investissement dans le secteur pétrolier de l’outre-mer

  • 2082 En janvier 1997, China Oit, Gas & Petrochemicals constatait que le « Tarim lias failed to yield an (...)
  • 2083 LI, Peng « China’s Policy on Energy Resources », Beijing Xinhua Domestic Service dans FIBIS-CHI-97- (...)
  • 2084 Idem. Outre ce texte de 1997, Li Peng avait dès avril 1996 fait référence à la nécessité de compter (...)

52Alors que l’insuffisance des ressources propres de la Chine était devenue évidente2082, le premier ministre Li Peng, constatait officiellement dans un texte important publié au printemps 1997 que la Chine était désormais devenue un pays importateur de pétrole et que ces importations étaient appelées à croître dans l’avenir2083. Face à ce constat et pour répondre aux perspectives de croissance des importations, les autorités chinoises ont choisi de lancer en 1996/1997 une nouvelle stratégie dans le domaine pétrolier. Li Peng écrivait au printemps 1997 que « (w)hile striving to develop our own crude oil and natural gas resources, we have to use some foreign resources »2084. Par cette phrase, il confirmait parallèlement à la poursuite de la mise en valeur des ressources internes du pays, le lancement d’une politique d’investissement des compagnies pétrolières chinoises dans le secteur de l’exploration et de la production de l’outre-mer.

  • 2085 La question du degré d’autonomie des compagnies pétrolières chinoises par rapport au pouvoir ne se (...)
  • 2086 Voir SONG, LU, « Some ideas on expanded opening of China’s petroleum industry », Guanli Shijie dans (...)
  • 2087 STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit. pp. 19-20 et également pp. 51-52.
  • 2088 Dans XIA, Yishan, « My view on China’s Energy situation and Energy strategy », op. cit.

53Le choix de cette option manifeste la préférence des autorités chinoises pour une approche « stratégique » de la sécurité énergétique plutôt que pour une approche basée sur le marché. Le contrôle direct des ressources en hydrocarbures situées à l’étranger, par le biais de compagnies pétrolières sur lesquelles le gouvernement chinois exerce son contrôle2085 a été considéré par Pékin comme plus sûr que le recours au marché dominé par les majors occidentales. Un article publié à l’hiver 1997 dans la revue Guanli Shijie précisait que lorsque cette politique d’acquisition serait mise en œuvre, l’industrie pétrolière chinoise obtiendrait effectivement des ressources pétrolières internationales à travers des opérations internationales et la coopération internationale plutôt qu’à travers le marché international2086’. E. Strecker Downs signalait par ailleurs que pour certains membres du politbureau chinois, « the greater the. control Chinese oil companies have over overseas oil, the greater the security of supply »2087. Outre cet argument, l’investissement des compagnies chinoises dans le secteur pétrolier outre-mer était également destiné à améliorer la sécurité de la Chine en la protégeant contre les fluctuations des prix. Dans un article plus récent consacré à la stratégie pétrolière de la Chine, un auteur chinois relevait que les compagnies chinoises devaient également participer à la production à l’étranger pour réduire les coûts du pétrole et du gaz2088. Enfin, le choix d’autoriser l’investissement dans l’exploration et l’exploitation de champs pétrolifères situés outremer correspondait également à l’intérêt des compagnies pétrolières chinoises soucieuses de devenir des acteurs majeurs du secteur pétrolier international, d’acquérir de l’expérience et d’explorer les opportunités commerciales du marché international. Une ambition soutenue par les autorités chinoises.

  • 2089 SI, Liang, « China’s Petroleum Strategy », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-98-083, March 22, 199 (...)

54En lançant sa politique d’investissement dans le secteur de l’exploration et de la production outre-mer, Pékin s’est en tout cas fixé comme objectif d’acquérir « more than 50 million tons of oil from foreign countries and import through development, 50 billion cubic meters of natural gas by the year 2010 »2089. Si des acquisitions à petite échelle ont déjà été réalisées dès 1993 à titre expérimental, c’est cependant à partir de 1997 que cette nouvelle stratégie d’acquisition outre-mer a pris de l’ampleur. Cette année, la China National Petroleum Company (CNPC) a ainsi obtenu les droits d’exploitation de champs pétrolifères situés au Soudan, au Vénézuela, en Irak et surtout, pour ce qui concerne particulièrement cette étude, au Kazakhstan.

4.2. Le pétrole kazakh

4.2.1. La dépendance croissante à l’égard du Moyen-Orient et l’intérêt stratégique du pétrole kazakh

55L’augmentation de la consommation pétrolière de la Chine et son besoin croissant de recourir aux importations constituent l’arrière-plan de l’intérêt de Pékin pour le secteur pétrolier kazakh. Le développement de liens dans ce domaine s’inscrit également dans le cadre de la nouvelle stratégie chinoise d’acquisition pétrolière à l’étranger officiellement lancée par Li Peng en 1996/1997. Pékin a saisi l’occasion qui s’offrait à elle au Kazakhstan en raison de l’existence d’opportunités objectives dans le secteur pétrolier de ce pays. La majorité des ressources pétrolières mondiales sont en effet déjà contrôlées par les majors occidentales ou par les compagnies nationales des pays producteurs. Tard venues dans le secteur international de l’exploration et de la production pétrolière, les compagnies chinoises sont obligées, si elles veulent acquérir des champs pétrolifères à l’étranger, de s’intéresser aux champs :

  • 2090 C’est ce qui explique l’intérêt de la Chine pour le Soudan, la Libye, l’Iran ou l’Irak de Saddam Hu (...)

561. déjà exploités puis abandonnés ; 2. situés dans des zones marginales ou plus risquées en raison de troubles politiques ou sociaux ; 3. situés dans des pays délaissés par les compagnies occidentales car soumis à l’embargo américain2090 ; 4. situés dans de nouvelles zones récemment ouvertes à l’exploration et où il existe encore des opportunités.

  • 2091 Andrews-Speed et al. considèrent que les liens entre la Chine et le Kazakhstan dans le domaine pétr (...)
  • 2092 Les deux acquisitions consécutives de 1997 ont effectivement eu pour conséquence de transformer la (...)
  • 2093 La CNPC était également favorable aux acquisitions pétrolières au Kazakhstan en raison des bénéfice (...)

57Ce dernier cas correspond à la Russie et à l’espace caspien dont le Kazakhstan est un acteur majeur dans le domaine du pétrole. Mais le choix de la Chine en faveur du Kazakhstan n’a pas seulement été déterminé par l’existence d’opportunités dans le secteur pétrolier de ce pays. La possibilité de renforcer les liens politiques à travers la coopération dans le domaine de l’énergie2091, l’occasion de développer l’influence de la Chine au Kazakhstan en devenant un acteur important dans un secteur clé de l’économie kazakhe2092, l’opportunité d’accroître le volume des échanges économiques et donc le poids de la Chine dans le commerce kazakh et enfin la chance de créer un nouvel espace de coopération sino-kazakhe ont sans doute également poussé les autorités chinoises à favoriser l’implantation de leurs compagnies pétrolières dans le secteur pétrolier2093 de leur voisin centre-asiatique.

  • 2094 WU, Lei, « Zhong Dong shiyou yu woguo weilai shiyou gongqiu pingheng », Shijie jingji yu zhengzhi, (...)
  • 2095 Idem, p. 31. Les quantités de pétrole brut importées en Chine en provenance du Moyen-Orient se sont (...)

58Au-delà de ces motivations politico-économiques, les facteurs stratégiques ont, semble-t-il, également joué un rôle dans les calculs chinois. Le choix du Kazakhstan comme fournisseur de pétrole offre en effet à la Chine une série d’avantages stratégiques substantiels. Il lui permet de diversifier géographiquement ses sources d’approvisionnement pétrolier, ce qui accroît sa sécurité énergétique. En choisissant le Kazakhstan, la Chine cherche également réduire sa vulnérabilité liée à sa dépendance grandissante à l’égard des importations pétrolières du Moyen-Orient. Cette dépendance croissante à l’égard des importations moyen-orientales a en effet retenu l’attention des auteurs chinois. Wu Lei, de l’Université du Yunnan, l’a relevé dans un article publié en 1997 dans la revue Shijie jingji yu zhengzhr2094. Reprenant à son compte des estimations américaines, il notait qu’en 1994, environ 40 % des importations pétrolières chinoises provenaient du Moyen-Orient. Selon lui, en 1997, le pétrole moyen-oriental pourrait représenter environ 60 % des importations pétrolières chinoises avant de passer respectivement en 2000 et en 2005 à 77 % et 92 %2095... Dans ces conditions, une diversification de l’approvisionnement devenait impérative.

  • 2096 Dans XU, Xiaojie, « China and the Middle East: Cross-investment in the Energy Sector », Middle East (...)

Origines géographiques des importations chinoises de pétrole 1992-19992096(en millions de tonnes)

Origines géographiques des importations chinoises de pétrole 1992-19992096 (en millions de tonnes)
  • 2097 Idem

Les importations chinoises de pétrole en provenance du Moyen-Orient 1991-20012097 ? (en millions de tonnes)

Les importations chinoises de pétrole en provenance du Moyen-Orient 1991-20012097 ? (en millions de tonnes)
  • 2098 Pour faire face à ce risque, la Chine envisage depuis 1993 de mettre en place une réserve stratégiq (...)
  • 2099 Fundamental Philosophy of Japan’s Oil Policy, Agency for Natural Resources and Energy, Government o (...)
  • 2100 Ce danger pour l’économie chinoise est par exemple relevé dans l’article de Wu Lei déjà cité ou enc (...)

59Aux yeux des élites chinoises, cette dépendance à l’égard des importations pétrolières et des pays producteurs du Moyen-Orient en particulier, engendre des risques pour la sécurité du pays et accroît sa vulnérabilité. Alors que son auto-suffisance avait protégé la Chine lors des crises pétrolières des années 70 et 80, Pékin est désormais soumis aux mêmes menaces en termes de fluctuation des prix mais aussi de rupture physique de l’approvisionnement que les autres États du monde importateurs de pétrole2098. La Chine, comme ses voisins asiatiques (par exemple le Japon qui ne possède aucune ressource pétrolière et dépendait en 2001 du Moyen-Orient pour 88,4 % de son approvisionnement2099) pourrait être particulièrement exposée à des difficultés en cas d’interruption de son approvisionnement pétrolier due à des troubles politiques dans cette région2100. En diversifiant géographiquement ses approvisionnements au profit du Kazakhstan, Pékin cherchait donc à réduire cette menace et à renforcer sa sécurité.

  • 2101 Washington dispose d’une marine de guerre avec laquelle, celle de la Chine ne peut encore rivaliser (...)
  • 2102 Voir les différentes menaces que font peser les Etats-Unis sur la Chine d’après les articles d’aute (...)

60Cependant, les auteurs chinois vont au-delà de cette préoccupation partagée par l’ensemble des consommateurs d’hydrocarbures provenant du Moyen-Orient. Certains chercheurs ont en effet identifié des menaces additionnelles pesant sur la sécurité de la Chine du fait de sa dépendance pétrolière croissante à l’égard de cette région. Ils ont ainsi mis en garde contre la capacité des États-Unis à interférer dans les approvisionnements pétroliers chinois par le biais de leurs relations privilégiées avec les pays producteurs du Moyen-Orient et/ou de leur contrôle sur les routes maritimes d’exportations du pétrole2101. Certains ont aussi signalé l’incapacité de la marine chinoise à assurer la protection des voies de communications maritimes qui s’étendent entre le golfe Persique et les côtes de la Chine2102.

  • 2103 Wu, Lei, Zhong Dong shiyou yu woguo weilai shiyou gongqiu pingheng », op. cit, p. 33. Voir égalemen (...)
  • 2104 Il est intéressant de relever que ces auteurs considèrent que l’approvisionnement pétrolier de la C (...)
  • 2105 Voir YAO, Qinghua, PAN, Guang, YU, Jianhua, DING, Peihua, « Zhongguo yu Zhongya guojia jingmao hezu (...)

61Concernant la capacité de Washington à interférer dans l’approvisionnement pétrolier de la Chine, Wu Lei, relevait dans son article de 1997 qu’en cas de problèmes « les États-Unis pourraient utiliser leur contrôle sur le pétrole du Moyen-Orient et leur influence dans cette région pour contenir la Chine »2103. En ce qui concerne l’incapacité de Pékin à assurer la sécurité de ses approvisionnements pétroliers par voies maritimes, Yao Qinhua, Pan Guang, Yu Jianhua et Ding Peihua écrivaient en 1998 dans la revue Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, que « les importations chinoises de pétrole proviennent actuellement pour la majeure partie du Moyen-Orient. Pour des raisons techniques et financières notamment, la marine chinoise n’a, à court terme, pas les moyens de protéger les lignes de communications maritimes ; problème auquel s’ajoutent la question de Taiwan2104 et le différend portant sur les îles de la mer de Chine du Sud. Le transport du pétrole en provenance du Moyen-Orient par voie maritime peut donc aisément subir des perturbations voire être interrompu. C’est pourquoi la voie d’approvisionnement du pétrole moyen-oriental présente un risque considérable ». Face aux risques de perturbations ou d’interruptions de l’approvisionnement pétrolier de la Chine en raison de son incapacité à assurer la sécurité des voies de transports maritimes, ces auteurs constatent que « (d)ans ces circonstances, l’exploitation du pétrole et du gaz naturel de l’Asie centrale et de la Russie est comparativement moins risquée. Elle est réaliste et peut devenir à juste titre une composante importante de la stratégie énergétique de la Chine »2105.

  • 2106 Idem.

62La composante stratégique du choix de la Chine en faveur du Kazakhstan comme fournisseur de pétrole apparaît donc clairement dans ce texte puisque ces auteurs font le lien entre la dépendance pétrolière chinoise à l’égard du Moyen-Orient, la vulnérabilité de la République populaire en raison de la faiblesse de sa marine et le développement de projet pétrolier et gazier continentaux en Asie centrale et en Russie. Ils poursuivent d’ailleurs : « Le premier ministre Li Peng a obtenu lors de sa visite au Kazakhstan en septembre 1997 des progrès fulgurants dans ce domaine. Le Kazakhstan et la Chine, ont conclu des accords in-ter-gouvernementaux sur l’exploitation du pétrole et du gaz kazakhs et, simultanément, sur la mise en place d’un oléoduc entre le Kazakhstan et l’ouest de la Chine. En outre, la Chine et la Russie sont en train de se consulter sur des projets de coopération dans le domaine de l’exploitation du gaz et du pétrole de la Sibérie. La tâche la plus urgente pour la Chine est de promouvoir avec force la mise en œuvre d’oléoducs depuis les États d’Asie centrale en direction de l’est ; d’accroître le marché pour le pétrole et le gaz d’Asie centrale ; de s’emparer d’une place avantageuse dans la compétition pour les futures sources d’énergie centre-asiatiques (et de) s’assurer que l’Asie centrale devienne au xxie siècle la première base d’approvisionnement en ressources énergétiques de la Chine »2106.

  • 2107 Dans un autre article datant de 1998, Si Liang présente également l’Asie centrale et la Russie, not (...)

63Le Kazakhstan mais aussi l’Asie centrale en général et la Russie sont donc perçus par ces auteurs comme d’importantes sources d’approvisionnement pétroliers pour la Chine2107 mais aussi comme des sources d’approvisionnement plus sûres que le Moyen-Orient en raison du fait que le pétrole produit dans ces régions continentales ne devra pas emprunter les routes maritimes.

64Du point de vue de la sécurité de l’approvisionnement pétrolier, le Kazakhstan est particulièrement intéressant pour la Chine étant donné la contiguïté géographique de cet État avec le territoire chinois. Le pétrole produit au Kazakhstan et transporté par oléoduc jusqu’en Chine ne doit en effet pas traverser le territoire d’un État tiers, ce qui constitue un gain de sécurité important. Si un oléoduc est mis en place entre le territoire kazakh et celui de la Chine, cette infrastructure sera moins susceptible d’être soumise à des pressions ou à un blocus militaire que le pétrole transporté par voies maritimes, c’est du moins ce que semblent penser certains stratèges chinois.

  • 2108 CHRISTOFFERSEN, G., « Problems and Prospects for Northeast Asian Energy Cooperation », Prepared for (...)
  • 2109 « PRC: Experts call for Pan-Asian Continental Oil Bridge », Xinhua dans FBIS-CHI-96-117, June 16, 1 (...)
  • 2110 TROUSH, S., China’s Changing Oil Strategy and ils Foreign Policy Implications, Center for Northeast (...)

65Au-delà de ces arguments, on peut également penser que le choix du Kazakhstan s’est aussi inscrit dans le projet plus vaste d’établissement d’un « pont continental pétrolier Pan-asiatique » avancée par le Commission du Plan et le State Scientific Research Institute of Petroleum Exploration and Development en juin 19962108. Les promoteurs chinois de ce projet très ambitieux souhaitaient développer la coopération et l’interdépendance dans le domaine de l’énergie entre les acteurs régionaux d’Asie du Nord-Est (Chine, Russie, Japon, les Corée et peut-être Taiwan) et les producteurs d’hydrocarbures du Moyen-Orient et de l’Asie centrale à travers la mise en place d’un réseau d’oléoducs et de gazoducs continentaux2109. La mise en place de ce « pont énergétique » permettrait de renforcer la coopération politique entre les acteurs régionaux en Asie de l’Est en limitant les rivalités au profit de l’interdépendance. Dans le domaine économique également, ce schéma pourrait faciliter les investissements du Japon et de la Corée du Sud dans la mise en place des infrastructures ouest-est à travers le territoire chinois, ce qui intéresse particulièrement Pékin qui manque de capitaux, alors que les compagnies pétrolières chinoises pourraient développer les activités de raffinage du pétrole brut moyen-oriental ou centre-asiatique dans les régions côtières du pays et exporter des produits finis, -ce qui est économiquement avantageux- à destination des marchés coréen et japonais2110. Sur le plan de la sécurité énergétique, ce « pont continental » permettrait également d’assurer la diversification géographique et la stabilité de l’approvisionnement en hydrocarbures de la Chine et des autres participants à ce projet. La République populaire deviendrait le pays de transit principal, -avec toutes les conséquences économiques mais aussi en termes d’influence politique et stratégique qu’une telle situation entraîne-, pour les productions centre-asiatiques voire moyen-orientales à destination des importants marchés du Pacifique comme le Japon, la Corée du Sud ou même Taiwan. Une telle situation transformerait considérablement le paysage géopolitique de l’Asie de l’Est.

4.2.2. Les projets chinois au Kazakhstan

La pénétration de 1997

  • 2111 « China: National Petroleum Corp. Exploits overseas oil fields », Xinhua dans FBIS-CHI-97-196, July (...)
  • 2112 CHRISTOFFERSEN, G., « China’s Intentions for Russian and Central Asian Oil and Gas », op. cit., p.  (...)
  • 2113 « Chinese firm optimistic about kazakh oil pipeline tender », Almaty Stolichnoye Obozreniye dans FB (...)

66Si la pénétration effective des compagnies pétrolières chinoises soutenues et encouragées par leur gouvernement dans le secteur pétrolier kazakh s’est matérialisée en 1997, l’intérêt de Pékin pour le développement d’une coopération sino-kazakhe dans le domaine du pétrole s’est cependant manifesté un peu plus tôt. Lors de sa tournée d’avril 1994, Li Peng était en effet accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires dont le vice-président de l’époque de la compagnie pétrolière chinoise CNPC, Zhang Yongyi. La coopération sino-kazakhe dans le domaine pétrolier a été lancée à l’occasion de cette visite. En août 1995, une délégation kazakhe a rencontré des officiels de la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC), la compagnie pétrolière chinoise en charge du développement du secteur offshore chinois afin de discuter des possibilités d’une coopération commune dans le domaine de l’exploration de la mer Caspienne. La CNOOC a dépêché des experts comme conseillers techniques auprès du Kazakhstan2111. En septembre 1995, Pékin et Astana auraient signé un accord portant sur la mise en place d’un oléoduc entre le Kazakhstan et les côtes de la Chine2112. Au cours de l’année 1996, la compagnie chinoise CNODC (China National Oil Developing Corporation) se serait intéressée au champ pétrolifère de Uzen. Elle aurait fait une proposition au gouvernement kazakh en mai 1996 mais cette dernière serait restée sans réponse2113.

  • 2114 DAVIS, A., « The Big Oil Shock », Asiaweek, October 10, 1997.
  • 2115 « Chinese oil corporation signs deal with Kazakh oil company », Moscow Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-1 (...)
  • 2116 « CNPC wins auction for Kazakh oil field development », Xinhua dans FBIS-CHI-97-155, June 4, 1997.
  • 2117 « Kazakhstan and China sign energy sector ’contract of century’ », Interfax dans FBIS-SOV-97-276, O (...)
  • 2118 OTTAWAY, D. B„ MORGAN, D., « China pursues ambitious role in oil market », The Washington Post, Dec (...)

67C’est en 1997, après le lancement par Li Peng de la nouvelle politique d’acquisition de champs pétrolifères à l’étranger, que l’intérêt de Pékin pour le secteur pétrolier kazakh s’est ensuite spectaculairement matérialisé. A la surprise des observateurs occidentaux2114, la China National Petroleum Corporation (CNPC) a effectué cette année une percée inattendue dans le secteur pétrolier de son voisin au détriment de sociétés multinationales comme Texaco, Amoco, Petronas ou Unocal. En juin 1997, elle a ainsi acquis 60 % des parts de la compagnie kazakhe Aktobemunaigaz2115 qui détient les droits exclusifs d’exploitation des trois champs pétrolifères situés à Zhanazhol et à Kenkiyak (Zhanazhol, Kenkiyak I, and Kenkiyak II) au nord-ouest du Kazakhstan dans la région d’Aktyubinsk (Aktobe). Les réserves de ces champs ont été évaluées par Xinhua à 590 Mt de pétrole et 220 milliards de m3 de gaz2116 mais la partie kazakhe ne rapportait pour sa part que 130 Mt de réserves prouvées2117. Pour obtenir ce contrat, outre un lobbying intense mené par Li Peng auprès du président Nazarbaev, la compagnie chinoise a offert des conditions exceptionnelles2118. Elle s’est engagée à investir 4 milliards de dollars américains dans Aktobemunaigaz dans les 20 ans à venir, y compris 585 millions de dollars entre 1998 et 2003. Elle a en outre accepté de garantir les pensions et le logement des 5000 employés de la société, de reprendre à sa charge ses dettes évaluées à 71 millions de dollars, d’investir 10 millions de dollars dans des mesures de protection de l’environnement, et de payer des royalties au gouvernement du Kazakhstan.

  • 2119 RUSECKAS, L., « State of the Field Report: Energy and Politics in Central Asia and the Caucasus », (...)

68Mais la clé du succès de la CNPC a surtout résidé dans le fait qu’elle a accepté de payer d’avance une bonification de 320 millions de dollars au gouvernement kazakh et de conduire une étude de faisabilité sur la construction d’un oléoduc entre les champs la région d’Aktyubinsk et le territoire chinois. Ce dernier engagement laissait entrevoir au Kazakhstan la possibilité de voir se mettre en place un tuyau d’exportation en direction de la Chine pour sa production pétrolière, tuyau qui aurait la vertu d’offrir une voie nouvelle de désenclavement aux exportations pétrolières kazakhes et de réduire le monopole russe dans ce domaine. Il faut cependant rester prudent sur ce dernier point. Malgré la présentation qui en a été faite, y compris par les deux parties qui avaient chacune leurs propres raisons d’entretenir le flou -la partie chinoise pour remporter le contrat et la partie kazakhe pour renforcer la possibilité de voir cette infrastructure d’exportation pétrolière réellement mise en place-, l’accord entre la CNPC et la partie kazakhe ne prévoyait semble-t-il à ce stade que la réalisation d’une étude de faisabilité et non la construction de cette ligne. L. Ruseckas écrivait en 1998 que « although the pipeline agreement has been portrayed as a Chinese commitment to finance and build this pipeline (in many cases by the parties themselves), CNPC has infact committed on-ly to a feasibility study at this point »2119.

  • 2120 Ce dernier point est essentiel car la CNPC a offert à ce moment an Kazakhstan une opportunité de dé (...)

69Fin août 1997, en raison des conditions exceptionnelles qu’elle a à nouveau offertes à la partie kazakhe, la CNPC a remporté face à Amoco et à l’alliance Unocal/Petronas l’offre lancée par les autorités kazakhes pour le développement de la structure pétrolifère de Uzen. La compagnie chinoise aurait en effet proposé environ 30 % de plus que ses rivaux, payé d’avance une bonification de 52 millions de dollars en plus d’un investissement immédiat de 400 millions de dollars, accepté de verser 8 % de ses bénéfices nets au gouvernement kazakh à titre de redevance, assumé la dette de Uzen estimée à 6 millions de dollars, accepté d’investir 10 millions de dollars dans des programmes de formation pour les techniciens locaux dans le domaine pétrolier, ainsi que des services sociaux pour un total de 27 millions de dollars, offert de relier par oléoduc Uzen aux champs d’Aktyubinsk et enfin promis de mettre en place un oléoduc de désenclavement en direction de l’Iran2120.

  • 2121 « World Bank Supports Rehabilitation of Uzen Oil Field in Kazakstan », News Release, n° 96/62 ECA.
  • 2122 « Alma Ata casts its lot with Beijing », CDPSP, vol. xlix, n° 41, November 12, 1997, pp. 19-20.
  • 2123 « Li Peng, Kazakh President Sign Border Agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-97-267, September 24, 199 (...)

70Cette acquisition n’est pas négligeable. La structure de Uzen, située dans la péninsule de Mangyshlak à l’ouest du pays, était considérée à ce moment comme le second champ pétrolifère en importance du Kazakhstan après celui de Tengiz. Les réserves originales de ce champ étaient estimées à 1,1 milliard de tonnes dont 245 Mt soit 22 % avaient déjà été produites. Les réserves prouvées restantes étaient estimées en 1996 entre 85 et 100 Mt2121. D’autres estimations des réserves de cette structure varient entre 130 et 200 Mt de pétrole. Les accords, dont les dispositions permettaient à la CNPC d’exploiter les réserves de ces champs alors que la propriété de ces dernières restait acquise au gouvernement kazakh2122, ont officiellement été signés le 24 septembre 1997 durant un déplacement de Li Peng à Almaty spécialement organisé pour cette occasion2123. Cette caution politique apportée à la conclusion de ces accords pétroliers entre les deux pays démontre l’importance économique mais aussi politique qui y était attachée. Elle montre également le lien étroit qui unit les autorités chinoises à la CNPC.

  • 2124 Voir « Kazakhstan-Iran Pipeline », Interfax dans FBIS-SOV-98-023, January 29, 1998.
  • 2125 « Kazakhstan and China sign energy sector ’contract of century’ », op. cit. Les discussions pour la (...)
  • 2126 « Chinese dragon reaches Kazakhstan », CDPSP, vol. xlix, n° 39, October 29, 1997, pp. 19-20.

71En ce qui concerne la question des oléoducs, la ligne en direction de l’Iran devait être construite par la CNPC entre les champs de Uzen et la frontière turkmène (soit une distance de 250 km) dans un délai d’une année2124. Selon Akhmetzhan Yesimov, le premier ministre kazakh faisant fonction à l’époque, ce projet nécessitait la formation d’un consortium entre le Kazakhstan, la Chine, l’Iran et le Turkménistan2125. Cette ligne constituait en fait la branche kazakhe d’un projet d’oléoduc Kazakhstan-Turkménistan-Iran d’environ 800 à 1000 km2126. La seconde ligne vers la Chine était un projet beaucoup plus ambitieux encore. On se souvient que la CNPC s’était engagée en juin 1997 à mener une étude de faisabilité sur cette question. En septembre, il semble qu’une étape plus importante ait été franchie puisque c’est de la construction de ce projet qu’il semble désormais être question.

  • 2127 Voir les déclarations de Akhmetzhan Yesimov dans « Kazakhstan-China agreements include pipeline pro (...)
  • 2128 « Chinese compagny wins Kazak tender », RFE/RL Newsline, vol. 1, n° 46, Part I, 5 June, 1997.
  • 2129 DORIAN, J., « Priority projects identified for subregional cooperation » dans Asian Development Ban (...)
  • 2130 Voir « Kazakhstan and China sign energy sector ‘contract of century’ », op. cit.

72Présentée par les autorités kazakhes comme une alternative au projet Caspian Pipeline Consortium2127, l’oléoduc devait transporter directement le pétrole à travers le territoire du Kazakhstan vers le territoire chinois sur une distance d’environ 3000 km. Le montant du projet a été estimé à 3,5 milliards de dollars2128. Les experts occidentaux ont cependant estimé que son coût pourrait être plus élevé en raison de la nature du terrain à traverser et du diamètre du tube nécessaire pour rendre le projet rentable sur le plan économique. J. Dorian cite ainsi le chiffre de 4,5 milliards de dollars dans une étude présentée en 1999 à la Banque asiatique de développement2129. Selon Akhmetzhan Yesimov, les obligations pour la partie chinoise en ce qui concerne les délais de construction de cet oléoduc étaient très rigides. Il devait être mis en place dans les 60 mois mais un délai de deux ans et demi supplémentaire pouvait être accordé au cas où la construction serait retardée. L’accord ne mentionnait pas la date du début des travaux mais précisait que cet oléoduc devait être totalement opérationnel au 30 juin 20052130.

  • 2131 « Li Peng signing of US$ 9,5 billion oil, Gas deal », Interfax dans FBIS-SOV-97-267, September 24, (...)
  • 2132 WALKER, T., CORZINE, R, « China buys Dollars 4.3bn Kazakh oil stake », Financial Times, June 5, 199 (...)

73Selon une déclaration du président Nazarbaev, les investissements chinois au Kazakhstan (opérations d’extraction et de transport du pétrole) totalisaient donc 9,5 milliards de dollars se répartissant de la manière suivante : 4,38 milliards de dollars US pour la réhabilitation des champs pétrolifères de Uzen ; environ 1,1 milliard de dollars US pour la réhabilitation des champs d’Aktyubinsk (Aktobe) et 3,5 milliards de dollars US pour la construction de l’oléoduc en direction de la Chine2131. Cette opération constitue donc un des plus importants investissements jamais envisagés par la République populaire à l’étranger2132. A l’automne 1997, Pékin est ainsi soudain devenu un acteur substantiel de la scène pétrolière kazakhe.

La question des oléoducs

  • 2133 « Chinese oil giants are growing up fast », AGOC, vol. 8, issue 8, April 17, 2003.
  • 2134 Voir KATZMAN, K., « The Iran-Libya Sanctions Act (ILSA) », CRS Report for Congress, Congressional R (...)

74Si les opérations d’acquisitions de la CNPC de l’automne 1997 peuvent être considérées comme un succès pour la Chine, le problème de la matérialisation des oléoducs nécessaires au désenclavement vers le marché chinois des productions des champs nouvellement acquis par cette compagnie et prévus dans les accords de septembre 1997, s’est cependant rapidement posé. Nous avons vu que ces accords prévoyaient la mise en place de deux oléoducs, -une ligne vers la frontière turkmène où elle devait idéalement s’insérer dans un projet plus vaste d’oléoduc entre le Kazakhstan et l’Iran et une autre ligne vers la Chine-, depuis les champs pétrolifères nouvellement acquis par la CNPC. Dans le cas de la mise en place par la CNPC de l’oléoduc en direction du Turkménistan, aucun progrès concret n’a été réalisé. La compagnie chinoise a renoncé rapidement à ses opérations dans la structure de Uzen, abandonnant par la même occasion l’idée d’une ligne vers la frontière du Turkménistan2133. Quelles que soient ses raisons, on peut penser que l’opposition continue des États-Unis à tout projet d’oléoduc vers le territoire de la République islamique d’Iran constituait de toute façon un obstacle difficilement surmontable au désenclavement de sa production par l’Iran. Pour rappel, le président Clinton a signé en 1995 des Executive Orders qui interdisent aux compagnies américaines et à leurs filiales d’entretenir des relations commerciales avec l’Iran. En août 1996, les États-Unis ont également adopté l’Iran and Libya Sanctions Act (ILSA) qui impose des sanctions aux compagnies étrangères qui investiraient plus de 20 millions de dollars par an dans le secteur pétrolier ou gazier iranien. L’ILSA a été reconduit pour 5 ans en juillet 2001. Ces mesures empêchent les compagnies américaines de participer à la mise en place et au développement d’une voie potentielle de désenclavement pour les hydrocarbures caspiens à travers le territoire de l’Iran. Elles pèsent également sur l’activité des compagnies étrangères dans ce domaine car ces dernières encourent le risque de se voir imposer des sanctions par Washington2134.

  • 2135 « Study on Kazakh-Chinese Oil pipeline near completion », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0414, April 1 (...)
  • 2136 « Kazakhstan-China Oil Pipeline Described », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0719, July 19, 1999.

75En ce qui concerne le projet d’oléoduc sino-kazakh, l’étude de faisabilité financée par la compagnie chinoise a bien été lancée en juin 1998 et complétée en 1999 par la Kazakh national oil pipeline company (KazTransOil)2135. Trois tracés ont été envisagés. Une route du nord, d’une longueur de 2 800 km, pourrait relier Atyrau à Druzhba via Tas-kuduk, Kenkiyak, Kumkol, Karakoyin, Atasu et enfin Druzhba/Ala-shankou, port terrestre situé à la frontière de la région autonome chinoise du Xinjiang. Ce projet aurait l’avantage de pouvoir utiliser un oléoduc déjà existant d’une longueur de 670 km entre Kumkol, Karakoyin et Atasu et qui s’étend à proximité de voies de communications routières et ferroviaires. Une route centrale pourrait passer par Atyrau, Taskuduk, Zhanazhol, Kumkol, Karakoyin, Zhuantobe, Fur-manovka, Aksuyek, Bakanas, Mulaly, Aktogai et enfin Druzhba/Ala-shankou. Elle emprunterait l’oléoduc Kumkol-Karakoyin-Zhuantobe déjà en place sur 400 km. Du pétrole kazakh mais aussi russe pourrait ainsi être transporté vers la Chine par cette voie. Enfin, une route du sud pourrait relier Zhuantobe à Druzhba/Alashankou via Tchim-kent-Taraz-ShuAlmaty-Mulaly-Aktogai et enfin la frontière chinoise à Druzhba/Alashankou. L’oléoduc déjà en place entre Zhuantobe et Tchimkent (310 km) pourrait être utilisé mais le tronçon entre Tchimkent et Taraz traverse un terrain montagneux, rendant un oléoduc non seulement difficile à mettre en place mais aussi à entretenir2136.

  • 2137 FESHARAKI, Fereidun, « Energy and the Asian Security Nexus », Journal of International Affairs, vol (...)
  • 2138 Cet oléoduc de 476 km a été complété au printemps 1997 et est entré en activité en juillet 1997. Da (...)
  • 2139 Voir « PRC Developing Transnational Oil Pipeline », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0520, May 20, 1999 et (...)
  • 2140 LELYVELD, M., « Kazakhstan: Pipeline Projects to China Become Pipe Dreams », RFE/RL, July 8, 1999.
  • 2141 Voir « CNPC shelves China-Kazakhstan oil pipeline », OCJ, August 30, 1999 et QUAN, Lan, « Transnati (...)
  • 2142 « CNPC confident on Kazakhstan-China pipeline », AGOC, vol. 5, issue 8, May 12, 2000
  • 2143 « Chinese Vice Président urges progress on Kazakh oil pipeline », AFP dans FBIS-CHI-2000-0728, July (...)
  • 2144 « Construction of China-Kazakhstan pipeline to start next year », AGOC, vol. 5, issue 17, September (...)
  • 2145 « China ready to build pipeline for Kazakhstani oil », AGOC, vol. 6, issue 24, December 19, 2001.
  • 2146 « Oil extraction and oil consumption in China », AGOC, vol. 6, issue 11, June 18, 2001.

76Des doutes quant à la possibilité de construire une telle infrastructure trans-kazakhe ont cependant été rapidement émis par les experts internationaux. Ainsi, Fereidun Fesharaki écrivait ainsi à l’automne 1999 que « the proposed Chinese pipeline from Central Asia to China is not expected to become economically viable and is unlikely to materialize wi-thin the next 10 to 15 years »2137. En dépit de ses engagements, la partie chinoise s’est elle-même montrée hésitante. En mai 1999, la CNPC annonçait qu’elle allait accélérer la construction du pipeline entre le Kazakhstan et la Chine et que 500 km étaient en fait déjà installés sur le territoire chinois entre Korla (nord du bassin du Tarim) et Shan-shan (région de Turfân au Xinjiang)2138. De son côté Wu Yaowen, vice-président de la China National Petroleum Corp (CNPC) précisait que « when completed in eight years, the pipeline is expected to transport 25 million tons of oil from Kazakhstan to China annually »2139. Trois mois plus tard cependant, les perspectives de mise en place de cette infrastructure étaient nettement moins optimistes2140. Des revues spécialisées, comme OCJ et OGP, ont ainsi annoncé en août 1999 la décision de la CNPC de postposer le projet en raison de ses faibles retombées économiques, des volumes inadéquats de pétrole disponibles au Kazakhstan et de l’insuffisance des infrastructures de support au Xinjiang2141. Cependant, l’année suivante, tant du côté chinois que du côté kazakh, les parties se montraient à nouveau optimistes quant aux perspectives de construction de cette infrastructure. Ainsi, Wu Yaowen se déclarait à nouveau confiant quant à sa construction2142 alors qu’immédiatement après les annonces médiatisées par la presse internationale de la découverte de la structure offshore de Kashagan dans le secteur kazakh de la mer Caspienne, Hu Jintao, vice-président de la RPC à l’époque, demandait l’accélération de la construction de l’oléoduc vers la Chine2143. De son côté, l’ambassadeur du Kazakhstan en Chine, Kuanysh Sultanov, annonçait quelques semaines plus tard le début des travaux pour 20012144. En novembre 2001, Pékin indiquait une nouvelle fois être prête à commencer les travaux2145 mais en avril 2002, Zhang Chenwu, le représentant de la CNPC chargé du Kazakhstan, exprimait ses doutes quant à la possibilité d’une mise en œuvre de ce projet d’oléoduc. Enfin, le 10e plan quinquennal chinois qui couvre la période 2001-2005 ne mentionnait pas cet oléoduc, ce qui signifiait que les autorités chinoises ne semblaient pas prévoir sa réalisation au cours de cet exercice2146.

  • 2147 Idem.
  • 2148 « CNPC shelves China-Kazakhstan oil pipeline », op. cit.
  • 2149 Selon un diplomate occidental, le Kazakhstan et la Chine interprètent différemment les accords de 1 (...)
  • 2150 Idem.
  • 2151 U.S. EIA, Kazakhstan: Energy Market Privatization, January 2002 (www.eia.doe.gov/emeu/rahs/hazapriv (...)
  • 2152 « CNPC-Aktobemunaigaz reports on oil output », AGOC, vol. 6, issue 15, August 14, 2001.
  • 2153 U.S. Energy Information Administration, Kazakhstan: Energy Market Privatization, op. cit.

77Sur le fond, les motivations politiques et stratégiques des autorités chinoises en faveur de ce projet d’oléoduc avec le Kazakhstan se sont heurtées aux réalités économiques. Ce sont en effet essentiellement des facteurs économiques qui ont constitué les principaux obstacles à sa construction. Le problème majeur rencontré par la CNPC a été l’insuffisance de la production pétrolière sur les champs qu’elle a acquis à l’ouest du Kazakhstan pour justifier la mise en place d’une infrastructure aussi coûteuse que le projet d’oléoduc sino-kazakh. Selon l’étude de faisabilité, cette infrastructure de 3 milliards de dollars doit en effet transporter au moins 20 à 25 Mt de pétrole par an vers le marché chinois pour être rentable2147. Or, les productions pétrolières de la CNPC à partir des champs kazakhs étaient insuffisantes pour alimenter cette ligne. En 1999, les quantités de pétrole brut disponibles étaient estimées à moins de 7,6 Mt/an ou 152 000 b/j, c’est-à-dire bien en-dessous des 25 Mt/an ou 500,000 b/j nécessaires pour assurer la rentabilité de la ligne2148. Selon OGJ, c’est pour cette raison que la CNPC a postposé le projet d’oléoduc en août 1999. Ce problème fondamental n’a pas trouvé de solution immédiate, notamment en raison de la dispute que l’absence de réalisation sur le projet d’oléoduc a provoquée entre le Kazakhstan et la Chine. M. Lelyveld relevait ainsi en 2001 que la CNPC refusait de respecter des engagements qu’elle estimait ne pas avoir pris en ce qui concerne la mise en place de l’oléoduc2149 alors que la partie kazakhe, pour faire pression sur la partie chinoise, a entravé les opérations de la compagnie sur les champs de Uzen. En contrariant les activités de la compagnie chinoise pourtant nécessaires à l’accroissement de la production, le Kazakhstan aurait réduit d’autant les chances de rentabilité de la ligne vers la Chine2150. Bien que l’information à ce sujet soit ténue, il semble que cette obstruction a finalement provoqué le désengagement de la CNPC. Uzenmunaigaz, une filiale de la compagnie pétrolière nationale kazakhe Kazmunaigaz, s’occupe désormais du développement de cette structure2151. En 2001, la perspective d’alimenter un oléoduc à partir des seules productions de la CNPC à l’ouest du territoire kazakh semblait donc très éloignée. Cette année, la production de la société à capital mixte sino-kazakhe CNPC-Aktobemunaigaz s’élevait à environ 3 Mt2152. Elle a continué à croître après cette date, puisque la compagnie a produit 4,2 Mt en 2002 et annoncé 7 Mt pour 2004, ce qui restait toutefois insuffisant pour alimenter l’oléoduc. L’U.S. Energy Information administration ajoutait en 2002 que le Kazakhstan ne disposait de toute façon pas d’une quantité de pétrole aussi importante pour alimenter l’oléoduc vers la Chine pendant 10 ans. Ce facteur aurait également poussé la CNPC à postposer le projet2153.

  • 2154 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy n (...)
  • 2155 LELYVELD, M., « Kazakhstan: Pipeline Projects To China Become Pipe Dreams », op. cit.,
  • 2156 SOLIGO, R., JAFFE A., « China’s Growing Energy Dependence: The Costs and Policy Implications of Sup (...)
  • 2157 Dans ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The stratégic implications of China’s ene (...)

78Outre ce problème fondamental de l’alimentation de l’oléoduc, d’autres facteurs économiques ont également été avancés par les experts pour expliquer l’échec du projet d’oléoduc sino-kazakh à ce moment. Ainsi, le contexte international après septembre 1997 a été marqué par une baisse sensible du prix du pétrole. Cette baisse soudaine du prix du pétrole sur le marché international en 1997 a rendu peu attractifs tous les investissements en Asie centrale2154. Même lorsque le niveau du prix du pétrole s’est amélioré pour atteindre en juillet 1999 celui des prix en vigueur au moment de l’engagement de Pékin à mettre en place cette infrastructure en septembre 1997, le ministre kazakh de l’énergie, Mukhtar Ablyazov, a déclaré que la construction de l’oléoduc vers la Chine n’était pas envisageable en raison de la faiblesse des prix2155. A ce facteur, une étude de A. Jaffe et R. Soligo datant de 1999 ajoute l’importance des coûts de transport pour le pétrole kazakh vers le marché chinois par rapport au pétrole du Moyen-Orient. Un baril de pétrole transporté par tanker en Chine depuis le golfe Persique coûte en frais de transport 1 dollar américain. Dans le cas du pétrole kazakh, le coût du transport à travers un oléoduc d’une capacité de 1 mb/j (million de barils/jour) est estimé à 4,90 dollars américains par baril hors droit de passage2156. Le pétrole kazakh était donc peu compétitif, en tout cas dans les importantes aires de consommation côtières de la Chine, par rapport au pétrole du Moyen-Orient, ce qui n’incitait pas la CNPC à investir dans une infrastructure coûteuse. Andrews-Speed et al. ajoutent que la réorganisation du secteur pétrolier chinois en 1998 a également ouvert à la CNPC une série de nouvelles opportunités d’investissements plus lucratifs dans divers secteurs d’activités sur le territoire chinois comme le raffinage ou la vente et la distribution du gaz naturel. Ces opportunités ont réduit l’intérêt de la compagnie pour le projet kazakh et ce d’autant qu’elle semble s’être heurtée au Kazakhstan à des problèmes administratifs et fiscaux2157. Ces différents facteurs économiques expliquent donc en grande partie pourquoi l’oléoduc sino-kazakh n’a pas été mis en place jusqu’à la fin de la période qui nous préoccupe.

  • 2158 Dans Idem, p. 60.
  • 2159 Lors de la visite du président Nazarbaev à Pékin en mai 2004, un accord formel sur la mise en place (...)

79Aux contraintes économiques s’est aussi ajouté un facteur politique supplémentaire. Le retour de l’influence russe en Asie centrale sous l’impulsion du président Poutine aurait invité la Chine à réviser une option qui pouvait être interprétée comme hostile à Moscou2158. Pour toutes ces raisons, le projet d’oléoduc sino-kazakh bien que non officiellement abandonné par la Chine, a donc été mis en sommeil. Il ne sera réactivé qu’à partir de 2003 dans un tout autre contexte et sous une autre forme2159. A la vieille des événements du 11 septembre, les résultats obtenus dans le domaine pétrolier par la politique mise en œuvre par Pékin à l’égard du Kazakhstan n’ont donc pas été à la hauteur des ambitions qu’il affichait en 1997. En raison de l’échec du projet d’oléoduc prévu dans l’accord de 1997, le Kazakhstan est demeuré jusqu’au tournant du millénaire un fournisseur de pétrole très modeste pour la Chine.

Anmerkungen

1954 Voir PENG, Zhaoyang, Challenges to China’s energy security, Adélaide, Australia, Chinese Economy Research Unit, University of Adelaide, 1996, 47p.

1955 Voir LIN, Xiannuan, China’s energy strategy: economic structure, technological choices, and energy consumption, Westport, CT, Praeger, 1996, xvii-203p. et International Energy Agency, China’s Worldwide quest for energy security, OECD/IEA, 2000, 83p.

1956 DORIAN, J., ABBASOVITCH, U., TONKOPY, M. S., JUMABEKOVICH, O., QIU, Daxiong, « Energy in central Asia and northwest China: major trends and opportunities for regional cooperation », Energy Policy, vol. 27, 1999, pp. 281-297.

1957 On entend par sécurité énergétique « the availability of energy at all times in various forms, in sufficient quantities, and at a affordable prices ». Définition donnée dans AN-DREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R, The strategic implications of China’s energy needs, London, New York, Oxford University Press for The International Institute for Strategic Studies, 2002, p. 13. Le même auteur ajoute ailleurs que « The traditional view of energy security focused on the need for a ‘reliable supply of energy at a reasonable price’. ‘Reliability’ implied the risk of physical interruption and ‘reasonable price’ foresaw the likely negative macro-economic impact of a sudden and substantial rise in energy prices », cité dans ANDREWS-SPEED, P., « Energy Security in East Asia: a European View », Presented at the Symposium on Pacific Energy Cooperation 2003, 12-13 February 2003, Tokyo.

1958 Voir la comparaison des prix des productions du Moyen-Orient et du Kazakhstan vers la Chine dans SOLIGO, R., JAFFE A., « Chinas Growing Energy Dependence: The Costs and Policy Implications of Supply Alternatives », dans China and Long-range Asia Energy Security: An Analysis of the Political, Economic and Technogical Factors Shaping Asian Energy Markets, Prepared in conjunction with an energy study sponsored by the Center for International Political Economy and the James A. Baker III Institute for Public Policy, 1999 (http://www.bakerinstitute.org/Pubs/xoorkingpapers/claes/cpis/cpis.html).

1959 Selon Speed et al., chaque État importateur de pétrole dispose théoriquement de deux approches pour assurer la sécurité de son approvisionnement dans ce domaine : une approche liée au marché international et une approche « stratégique ». L’approche liée au marché « would rely on the national and international energy markets and would seek to reduce the risk of disruption by improving the efficiency of these markets ». Il s’agit par exemple de mettre l’accent sur la libéralisation du marché interne de l’énergie, de promouvoir l’investissement dans la mise en place de nouvelles capacités, d’améliorer les flux d’informations etc. L’approche « stratégique » tend plutôt à combiner des mesures économiques initiées par l’Etat avec des initiatives politiques. Selon Speed et al., « Economic measures would include direct government participation in both enhancing domestic energy production and in investing in overseas sources of energy. Political links with energy ex-porters would be of great importance ». Voir détails dans ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy needs, op. cit., pp. 18 et ss. (citations, p. 19). Les mesures adoptées en matière pétrolière sur le plan interne par les autorités chinoises et l’essor d’une dimension énergétique dans sa politique étrangère à l’égard des républiques centre-asiatiques relèvent plutôt de cette seconde option.

1960 Cette expression signifie la « capacité de conserver l’initiative ». Kenneth Lie-berthal, cité dans STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, Santa Monica, Rand Corparation, MR-1244-AF, 2000, p. 11.

1961 Voir Idem, pp. 11-13 et pp. 43-44.

1962 GU Guanfu, « US Involvement in Central Asia and the Security of China », dans China Society for Strategy and Management, Study Reports on International Situation 1997-1998, Beijing, Strategy and Management Press, 1998, p. 179.

1963 Voir XIA, Yishan, « My view on China’s Energy situation and Energy strategy », Renmin Ribao dans FBIS-SCHI-2001-0810, August 10, 2001.

1964 Par exemple XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 133-144. Il est intéressant de relever que certains auteurs chinois sans doute induits en erreur par les estimations américaines concernant les réserves de cet espace, ont surestimé l’importance du potentiel pétrolier et gazier de la Caspienne qui ne peut cependant en aucun cas être comparé à celui du golfe Persique. Ainsi, dans son article publié en 2000, Sun Zhuangzhi, Directeur adjoint du Département Asie centrale de l’Institut d’études de l’Europe de l’Ouest, de la Russie et de l’Asie centrale de l’Académie chinoise des sciences sociales écrit que « l ’Asie centrale où les ressources naturelles sont en grande partie non développées, particulièrement le pétrole et le gaz naturel de la mer Caspienne, est la zone qui possède les perspectives de développement des ressources énergétiques les plus intéressantes de toute la planète au xxie siècle ». Il poursuit plus loin se référant aux travaux de Xu Xiaojie dans son livre publié en 1998, Xin shiji deyouqi diyuan zhengzhi : Zhongguo mianlin dejiyuyu tiaoz-han (La géopolitique du gaz et du pétrole du nouveau siècle : opportunités et défis pour la Chine), que « certains chercheurs pensent que l’Asie centrale est située au cœur de la nouvelle géopolitique du gaz et du pétrole. Qui contrôle le pétrole et le gaz de l’Asie centrale, conserve l’initiative au sein de la structure stratégique planétaire », dans SUN, Zhuangzhi, « Zhong Ya wu guode diyuan zhanlue diwei », op. cit., pp. 64-65.

1965 L’Ouzbékistan renfermait des réserves prouvées de gaz naturel estimées par BP à 1,87 billion (1012) de m3 fin 2002 soit 1,2 % des réserves mondiales. Tachkent, qui était le 11e producteur de gaz du monde en 2002, a produit 53,8 milliards de m3 de gaz, soit davantage que son voisin turkmène dont la production s’élèvait à ce moment à 49,9 milliards de m3 de gaz. Cependant, à la différence de ce pays, l’Ouzbékistan consomme une grande partie de sa production nationale, ce qui ne lui laisse qu’un faible surplus pour l’exportation. En 2002, il a consommé 52,4 milliards de m3. Tachkent exporte essentiellement son surplus de gaz vers le Tadjikistan, la République kirghize et le Kazakhstan. Chiffres tirés de BP statistical review of world energy 2003, pp. 20 et 22.

1966 An Energy Overview of the Republic of Uzbekistan », DOE Office of Fossil Energy, October 20, 2003 (http://www.fe.doe.gov/international/uzbkover.html#Oil)

1967 Asian Development Bank, Technical Assistance to the Republic of Tajikistan For The Hydropower Development Strategy, Tar: Taj 35153, October 2002.

1968 PETROV, G., « Tajikistan’s hydropower resources », Central Asia and the Cauca-sus, n° 3 (21), 2003, pp. 153-161.

1969 « China intends to buy Tajik electricity », Asia-Plus news agency dans BBC Monitoring, August 29, 2001.

1970 ICG, « Central Asia: Water and Conflict », ICG Asia Report, n° 34, May 30, 2002, p. 23.

1971 Dans Idem.

1972 On notera cependant que le président tadjik et le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, se sont entretenus en novembre 2003 d’une possible participation de la Chine à la construction de la centrale hydroélectrique de Rogun. Dans « Russia, China, India stress good ties with Tajikistan », Biznes i Politika dans BBC Monitoring, January 5, 2004.

1973 Selon J. Dorian, 70 à 80 % de l’électricité de la région autnonome du Xinjiang sont produits grâce au charbon. Voir DORIAN, J., « Energy Resources in Central Asia » dans Asian Development Bank, Second Workshop on Economic Coopération in Central Asia: Challenges and Opportunities in Transportation, Manila, Asian Development Bank, 1999, p. 34. Ce chiffre semble cependant surestimé. Selon un rapport de la Banque asiatique de développement de décembre 1995 basé sur une mission d’enquête sur le terrain, en 1994, l’électricité produite au Xinjiang atteignait 220 GWh dont 200 GWh provenant de la production des centrales hydroélectriques de la région. Voir ADB, « Technical assistance for the Kyrgyz Republic and Xinjiang Uygur Autonomous Region power development study », TAR:STU 29233, December 1995, p. 1.

1974 Dans U.S. Department of Energy, « An Energy Overview of the Republic of Kyrgyzstan », s.d. (http://www.fe.doe.gov/international/kygover.html).

1975 « Power industry in Kyrgyzstan », AGOC, vol. 9, issue 2,January 29, 2004.

1976 BEZANIS, L., « Sinkiang Delegation in Bishkek », OMRI Daily Digest, vol. 1, n° 136, 14 July l995, p. 3.

1977 Asian Development Bank, Regional Economic Cooperation in Central Asia, Asian Development Bank, Manila, July 1998, p. 182. En décembre 1999, aucun contrat de longue durée n’avait encore été signé entre la République kirghize et la Chine dans le domaine de la fourniture d’électricité. Dans « Power to the People’s Republic », The Washington Times, December 6, 1999.

1978 DORIAN, J. P., ABBASOVICH, T. U., TONKOPY, M. S., OBOZOV A. J., QIU DAXIONG, « Energy Investment And Trade Opportunities Emerging In Central Asia, Northwest China », OGI, June 15, 1998. Même constatation dans MAGILL. J., « Economie coopération in Central Asia » dans Asian Development Bank, Second Workshop on Economie Cooperation in Central Asia: Challenges and Opportunities in Transportation, op. cit., p. 48.

1979 ADB, Regional Economic Cooperation in Central Asia, op. cit., pp. 181-189 et Asian Development Bank, « Kyrgyz Republic and Xinjiang Uygur Autonomous Region Power Development Study », Technical Assistance Reports, December 1995.

1980 Dans U.S. Department of Energy, « An Energy Overview of the Republic of Kyrgyzstan », op. cit.

1981 Cette possibilité est discutée entre la République kirghize et la République de Chine depuis 1992. Voir MAGILL, J., « Investment needs in the energy sector » dans Asian Development Bank, Second Workshop on Economie Coopération in Central Asia: Challenges and Opportunities in Transportation, op. cit., p. 57.

1982 Il existe un projet datant de l’ère soviétique pour la mise en place de deux barrages liés à des centrales hydro-électriques à Kambara, sur la Naryn, en amont du réservoir de Toktogul. Le projet de centrale hydro-électrique de Kambarata 2 a une capacité de 360 megawatts (MWe). Son coût est géneralement estimé à 240 millions de dollars. 30 % de ce projet a été complété à l’époque soviétique. Le projet de centrale hydro-électrique de Kambarata 1 a une capacité de 1,900 MWe . Son coût a été estimé à 1,7 milliards de dollars.

1983 La possibilité d’une extension de la ligne vers le Pakistan et l’Inde a été discutée entre la République kirghize et la Chine à l’occasion de la visite de A. Akaev à Pékin en juillet 1996. Dans Asian Development Bank, Regional Economic Cooperation in Central Asia, p. 185. Ce projet a été estimé à 1,5 milliard de dollars en 1999. Voir DORIAN, J., ABBASOVICH, U.T., TONKOPY, M. S., JUMABE.KOVICH, O. A., QIU, Daxiong, « Energy in Central Asia and northwest China: major trends and opportunities for régional cooperation » , op. cit., p. 292.

1984 Dans DORIAN, J., « Priority projects identified for subregional cooperation » dans Asian Development Bank, Second Workshop on Economie Coopération in Central Asia: Challenges and Opportunities in Transportation, op. cit., p. 62.

1985 ICG, « Central Asia: Water and Conflict », ICG, Asia Report, n° 34, May 30,2002, p. 18.

1986 MCKINNEY, D.C., « Cooperative Management of Transboundary Water Resources in Central Asia » dans In the Tracks of Tamerlane-Central Asia’s Path into the 21st Century, D. Burghart and T. Sabonis-Helf (eds.), National Défense University Press, 2003 (en ligne http://www.ce.utexas.edu/prof/mckinney/papers/aral/CentralAsiaWater-Mc-Kinney.pdf)

1987 « Power industry in Kyrgyzstan », op. cit.

1988 « Kyrgyzstan to increase electricity exports », Interfax, September 23, 2003.

1989 Pour les développements post-11 septembre, PEYROUSE, Sébastien, « The Hydroelectric Sector in Central Asia and the Growing Role of China », China and Eurasia Forum Quarterly, vol. 5, n° 2, 2007, pp. 131-148.

1990 Ce pays détient des réserves prouvées de pétrole s’élevant fin 2002 à 100 Mt ou 500 millions de barils (soit 8,3 ans de réserves en ratio production/consommation), ce qui représente 0,1 % de l’ensemble des réserves prouvées mondiales. BP statistical review of world energy 2003, p. 4. Avec l’indépendance, la production pétrolière turkmène avait fortement chuté, passant de 5,2 Mt par an en 1992 à 4,1 Mt par an en 1995. A partir de 1996, la tendance s’est toutefois inversée. On a assisté à une reprise progressive. Sa production a atteint 9 Mt en 2002. Cet accroissement permet à Achkhabad d’envisager l’exportation de son excédent pétrolier, puisque sa consommation atteint seulement 2,6 Mt en 2002. Idem, pp. 7-10. A l’avenir, le gouvernement turkmène envisage d’accroître sa production pétrolière afin de dégager d’importants surplus pour l’exportation.

1991 Les champs gaziers les plus importants du Turkménistan sont localisés dans la région de l’Amou Darya. Cependant, la moitié des réserves gazières du pays sont concentrées dans le champ de Dauletabad-Donmez situé à la frontière avec la République islamique d’Iran, non loin de la ville de Sarakhs.

1992 BP statistical review of world energy 2003, p. 20. Les experts russes donnent des chiffres des réserves de gaz du Turkménistan entre l0 et 14 billions (1012) de m3, ce qui situerait ce pays au troisième rang mondial. Dans VALENCIA, M., DORIAN, J., « Multilateral Cooperation in Northeast Asia’s Energy Sector: Possibilities and Problems » dans Energy and Security in Northeast Asia: Supply and Demand; Conflict and Cooperation, East-West Center, USA, Policy Paper n° 36, February 1998 (www.ciaonet.org/wps/shsO1/).

1993 BP statistical review of world energy 2003, p. 22.

1994 Dans « Turkmenistan lists ambitious plans for gas, oil development », OGJ, October 14, 2002.

1995 Voir « Turkmenistan President Meets with Li Peng », Xinhua dans FBIS-CHI-92-224, November 23, 1992.

1996 « Businessmen to accompagny Li Peng on Central Asia visit », Xinhua dans FBIS-CHI-94-073, April 15, 1994.

1997 « Li Peng holds talks with Turkmenistan President », Xinhua dans FBIS-CHI-94-078, April 22, 1994.

1998 « Li Peng signs business agreements with Turkmenistan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-078, April 22, 1994.

1999 « US, Japan, China sign agreement natural gas pipeline study », Xinhua, August 22, 1995.

2000 « China launches massive gas pipeline campaign », OGJ, June 5, 2000.

2001 « Li Peng Attends Signing of Turkmen Economy Accords », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25,1994.

2002 DORIAN, J-, « Turkmenistan’s future in gas and oil hinges on certainty for export options », OGJ October 7, 2002.

2003 « China and Turkmenistan strengthen friendly relations », AGOC, vol. 3, Issue 25, October 27, 1998 et « Turkmenistan calls on China to participate in energy development », AGOC, vol. 3, Issue 25, October 27, 1998.

2004 Le Turkménistan est en effet déjà relié au Kazakhstan par le gazoduc Turkmen-bashi-Beyneu.

2005 « Turkmenia and Kazakhstan looking towards China », AGOC, vol. 4, issue 9, May 11, 1999 et « Turkmen President supports plans to send Central Asian oil and gas to China », AGOC, vol. 4, issue 10, May 28, 1999.

2006 NAZAR, N., MAGAUIN, E., PANNIER, B., « Presidents Agree On Gas And Oil Exports To China, Japan », RFE/RL, April 12, 1999 et « Turkmen, Kazakh Gas Projects oriented towards China », Itar-Tass dans FIBIS-SOV-1999-0409, April 8, 1999.

2007 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 59.

2008 La décision de lancer la construction de la ligne entre le bassin du Tarim et Shanghai n’est pas uniquement motivée par des considérations économiques et énergétiques. Des facteurs politiques domestiques, liés à la stabilité de la région du Xinjiang, ainsi que des facteurs stratégiques sont également intervenus. La compagnie pétrolière impliquée (CNPC/PetroChina) a également favorisé ce projet pour recouper les investissements consentis dans l’exploration du bassin du Tarim. Voir détails dans Idem, pp. 53-57.

2009 « Turkmenistan, China Discuss Gas Pipeline Project », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2000-0706, July 6, 2000.

2010 « China, Turkmenistan to Expand Economic, Trade Cooperation », People’s Daily Online, July 6, 2000.

2011 « Jiang Zemin, Turkmenistan President Agree on Economy, Trade Cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0706, July 6, 2000.

2012 Article 5 dans MFA PRC, Joint Statement between the People’s Republic of China and Turkmenistan, July 2000 (www.fmprc.gov.cn/english).

2013 « PetroChina makes another discovery in Tarim basin », AGOC, vol. 6, issue 23, December 6, 2001 et « Sinopec discovers another giant gas field in Tarim Basin », AGOC, vol. 8, issue 2, January 24, 2003.

2014 « China to concentrate on gas pipeline construction », AGOC, vol. 8, issue 23, November 27, 2003.

2015 THOMSON, E., « Xi Qi Dong Shu: China’s West-East gas pipeline mega-project », EAI Background Brief, n° 149, March 2003, 12p.

2016 « China to rush exploration in the west to meet demand », AGOC, vol. 5, issue 17, September 15, 2000; « CNPC sees west-east gas pipeline ready by 2003 », AGOC, vol. 5, issue 17, September 15, 2000; « China’s modernization may be slowed down by oil shortage », AGOC, vol. 6, issue 15, August 14, 2001 et « Xinjiang able to supply gas to Shanghai for 30 years », Xinhua, September 24, 2001.

2017 CRAY, L.A., WU, HONG, MA, Naxin, « Construction of major Chinese gas pipeline enters final phase in 2003 », OGJ, March 17, 2003.

2018 « West-east gas pipeline starts full operation », AGOC, vol. 9, issue 21, October 28, 2004.

2019 BERNARD, George, « PetroChina to Boost West-East Gas Pipeline’s Capacity 42% », Dow Jones, September 1, 2006.

2020 LIANG, Qiwen, « Prospects good for pipeline », China Daily, October 13, 2003. Une autre source rapporte que les réserves prouvées du Tarim s’élevent à 400 Mt de pétrole et 644,8 milliards de m3 de gaz. « PetroChina says new oil, gas find in Tarim Basin », www.chinaoilweb.com, November 28, 2003.

2021 « Domestic Natural Gas Reserves Sufficient », China Daily, July 18, 2002.

2022 Le gaz joue un rôle très faible dans le bilan énergétique de la Chine. La moyenne mondiale d’utilisation du gaz tourne autour de 23 % en 2001 alors que la consommation de gaz de la Chine a à peine atteint 3 % de sa consommation totale d’énergie en 2003. A l’avenir, Pékin devrait accroître la proportion de gaz dans sa consommation d’énergie. A la fin de cette décennie, sa demande de gaz pourrait atteindre 70 milliards de m3 par an contre 30 milliards de m3 actuellement. Le déficit entre sa demande de gaz et sa production pourrait atteindre selon certains entre 46 et 73 milliards de m3 en 2010 et 60 et 111 milliards de m3 en 2020. Le recours aux importations s’imposera donc. Voir Prepared Statement of Amy Myers jaffe, dans Chinas Energy Needs and Strategies. Hearing Before The U.S.-China Economic and Security Review Commission, One Hundred Eighth Congress, First Session, October 30, 2003 et GIRDIS, D., « China’s Evolving Energy Markets. Market & Sector Transformation in China », September 2003 (www. uscc.gov/testimony/031030bios/ girdis. dean. chinareprint.pdf)

2023 IEA, Developing China ’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 67.

2024 Idem, p. 68.

2025 PIETZ, d.; « China’s natural gas sector generating great expectations », OGJ, June 5, 2000.

2026 L’évaluation des réserves chinoises de gaz est délicate. Les différentes sources se contredisent. Voir sur ce problème IEA, Developing China ’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 74 et ss.

2027 Idem, p. 75. Voir la répartition géographique de ses ressources dans Table 2.6 dans Idem, p. 75.

2028 BP statistical review of world energy 2003, p. 20.

2029 IEA., Developing China ’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 76.

2030 Idem, p. 78.

2031 Dans Idem, p. 208.

2032 Voir XU, Xiaojie, « Sino-Russian Gas Connections and Impacts » dans Japanese Energy Security and Changing Global Energy Markets: An Analysis of Northeast Asian Energy Cooperation and Japan’s Evolving Leadership Role in the Region, The Center for International Political Economy and The James A. Baker III Institute for Public Policy, Rice University, May 2000 (http://www.rice.edu/projects/baker/Pubs/workingpapers/jescgem/srgci7/srgci.html)

2033 Asia Pacific Energy research centre, Natural Gas Pipeline Development In Northeast Asia, Tokyo, April 2000, p. 53.

2034 IEA Developing China ’s Natural Gas Market. The. Energy Policy Challenges, op. cit., p. 79.

2035 La production gazière du Kazakhstan a fortement progressé. Elle est passée de 4,2 milliards de m3 par an en 1994, année plancher, à 12,3 milliards de m3 par an en 2002. Dans BP statistical review of world energy 2003, p. 22. A l’avenir, Astana prévoit qu’elle devrait atteindre 70 milliards de m3 par an en 2015. La capacité d’exportation gazière du Kazakhstan pourrait être de 40 à 45 milliards de m3 par an.

2036 Asia Pacific Energy research centre, Natural Gas Pipeline Development In Northeast Asia, op. cit., p. 121.

2037 IEA, Developing China’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., p. 226.

2038 « Kazakhstan and China negotiate gas pipeline constructions », AGOC, vol. 7, issue 14,July 12, 2002.

2039 « Kazakhstan-China gas pipeline study to be ready in 2004 », Interfax, October 10, 2003.

2040 Voir IEA, Developing China’s Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, op. cit., pp. 241 et ss.

2041 Les problèmes à résoudre lors de la mise en place d’un gazoduc transfrontalier dans Idem, pp. 231-238.

2042 THOMSON, E., « Xi Qi Dong Shu: China’s West-East gas pipeline mega-project », op. cit., p. 10.

2043 MAI, Tian, « Cheaper gas prices in the pipeline », China Daily, September 18, 2003.

2044 TRONER, A., « Asian Gas Prospects-1: Russian Far East natural gas searches for a home » , OGJ, March 5, 2001 et TRONER, A., « Asian Gas Conclusion: Economics underpin japan’s évaluation of Russian gas » , OGJ, March 12, 2001. Voir cependant « Russians, Chinese to develop eastern Siberia’s Chayandin gas field, construct pipeline to Xinjang » , OGJ March 5, 2001.

2045 « China to start buying gas from Turkmenistan next year », AGOC, vol. 5, issue 14,July 8, 2000.

2046 Pendant la période 1978-1997, la croissance économique moyenne de la Chine est officiellement estimée à 9 % par an. Mais, selon certaines études, la croissance économique chinoise aurait été surestimée. Elle serait en fait plus proche de 7 % par an, c’est pourquoi nous avons retenu ce chiffre. Voir RAWSKI, T. G., Measuring Chinas Récent GDP Growth: Where Do We Stand?, August 29, 2002, 13p. (www.pitt.edu/~tgrawski/). Voir contra CAI, Fang, WANG, Meiyan, « How Fast and How Far Can China’s GDP Grow? », China and World Economy, n° 5, 2002, pp. 9-15.

2047 THOMSON, E., « China’s growing dependence on oil imports », EAI Background Brief, n° 87, May 2001, p. 6 et U.S. EIA, China, Country Analysis Brief, July 2003 (www.eia.doe.gov/emeu/cabs/china.html#stats)

2048 Chiffre tiré de THOMSON, E., « China’s growing dependence on oil imports », op. cit., p. 1.

2049 chiffre tiré dans Idem, p. 1.

2050 Dans différentes éditions de la BP Statistical Review of World Energy.

2051 LI, Peng, « China’s Policy on Energy Resources », Beijing Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-97-196, July 15 1997.

2052 Voir « Talimu - Zhongguo shiyou gongyede xiwang », Xinjiang Shehui Yu Jingji, n° 5, 1996, pp. 27-30.

2053 « Article Views Oil Industry Growth », Beijing Review dans FBIS-CHI-98-176, June 25, 1998.

2054 Entre 1990 et 2001, 67 champs pétroliers et gaziers ont été découverts.

2055 Des blocs ont été ouverts aux compagnies étrangères pour l’exploration. Le succès n’a pas été au rendez-vous. « China accelerates shift in energy policy, restructuring of state petroleum firms », OGJ, January 10, 2000.

2056 Voir sur les attentes chinoises à l’égard du Tarim : « Xinjiang becoming nation’s leading oil producer », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-93-230, December 2, 1993.

2057 YATSKO, P., « China’s Tarim Basin is proving a big disappointment », FEER, September 1996, p. 69.

2058 « CNPC claims oil discovery in northwest Tarim Basin », AGOC, vol. 8, issue 24, December 11, 2003.

2059 « Oil output in junggar Basin to top 10 mm tons this year », AGOC, vol. 7, issue 17, September 5, 2002.

2060 « Xinjiang strives to be top oil producer in China », People’s Daily Online, October 6, 2000.

2061 Feature on PRC’s oil industry prospects », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-97-286, October 13, 1997 et « Li Peng on PRC oil industry development », Liaowang dans FBIS-CHI-97-303, October 30, 1997.

2062 « China’s Offshore Revival: China expects offshore production to buttress overall output target », OGJ, December 17, 2001.

2063 Chiffres tirés de « Worldwide production », OGJ, December 24, 2007, pp. 10-11.

2064 Xia Yishan notait qu’en matière pétrolière, « domestic production is the fundamental solution » dans XIA, Yishan, « My view on China’s Energy situation and Energy strategy », op. cit.

2065 Le recours aux importations de produits pétroliers s’est imposé en Chine dès 1986. Cette année-là, Pékin a importé 1,07 Mt. Dans CHRISTOFFERSEN, G., « China’s Intentions for Russian and Central Asian Oil and Gas », NBR Analysis, vol. 9, n° 2, 1998, p. 6.

2066 chiffres cités dans IEA, Key World Energy Statistics, op. cit., p. 11.

2067 « China’s oil consumption likely to reach 350 mln tons in 2007 », www.china-view.cn, July 2, 2007.

2068 WU, Kang, FESHARAKI, Fereidun, « Managing Asia Pacific’s Energy Dependence on the Middle East: Is There a Role for Central Asia? », Analysis from the East-West Center, n° 60, June 2002, p. 2.

2069 CHANG, F. K., « Chinese Energy and Asian Security », op. cit., p. 213.

2070 Asia Pacific Energy Research Centre, APEC Energy Demand and Supply Outlook 2002, Asia Pacific Energy Research Centre, Institute of Energy Economies, Japan, 2002, p. 153. (www.ieej.or.jp./aperc/).

2071 THOMSON, E., « China’s growing dependence on oil imports », op. cit., p. 5.

2072 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 25 et Asia Pacific Energy Research Centre, APEC Energy Demand and Supply Outlook 2002, op. cit., p. 57.

2073 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 31.

2074 Voir le tableau 10 dans Idem, p. 32.

2075 Chiffres cités dans « Half of China’s oil consumption will depend on imports within four years », op. cit.

2076 Dans ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 32.

2077 Chiffre tiré de BP, BP statistical review of world energy 2003, p. 6.

2078 IEA, World Energy Outlook, Paris, 2000, p. 199. L’APERC considère pour sa part que la dependence de la Chine à l’égard des importations pétrolières atteindra à cette date 69 %. Dans Asia Pacific Energy Research Centre, APEC Energy Demand and Supply Outlook 2002, op. cit., p. 153.

2079 « World Energy Outlook 2002 sees China set to be a strategic buyer on world energy markets, while enormous investment on energy infrastructure is needed », IEA/PRESS (02), Beijing, China, September 26, 2002.

2080 EIA, Annual Energy Outlook 2003, www.eia.doe.gov/oiaf/aeo/aeotab__21.htm

2081 « China to rely increasingly on international markets for its oil supply in 2020 », AGOC, vol. 6, issue 15, August 14, 2001.

2082 En janvier 1997, China Oit, Gas & Petrochemicals constatait que le « Tarim lias failed to yield an expected huge discovery » dans CHRISTOFFERSEN, G., « China’s Intentions for Russian and Central Asian Oil and Gas », op. cit., p. 14.

2083 LI, Peng « China’s Policy on Energy Resources », Beijing Xinhua Domestic Service dans FIBIS-CHI-97-196, July 15 1997.

2084 Idem. Outre ce texte de 1997, Li Peng avait dès avril 1996 fait référence à la nécessité de compter à la fois sur les ressources internes et étrangères, annonçant ainsi la nouvelle politique officielle.

2085 La question du degré d’autonomie des compagnies pétrolières chinoises par rapport au pouvoir ne se posait pas avant 1998, la China National Offshore Oil Corporation créée en 1982, la China National Petro-Chemical Corporation (Sinopec) créée en 1983 et la China National Petroleum Corporation (CNPC) créée en 1988 étant simplement des compagnies d’État, agissant sous l’autorité du pouvoir. Cependant, à partir de 1998, la situation est devenue plus complexe. Pékin a décidé de transformer la CNPC et Sinopec en compagnies verticalement intégrées en charge d’une zone géographique particulière du pays. C’est ainsi que la majeure partie des activités de la CNPC sont concentrées au nord et à l’ouest de la Chine alors que celles de Sinopec se concentrent dans le centre et le sud. La CNPC contrôle 70 % de la production domestique onshore et 30 % des activités de raffinage de la Chine alors que Sinopec contrôle 25 % de cette production et 65 % des activités de raffinage du pays. Cette réforme était destinée à rendre ces deux sociétés d’Etat plus efficaces et plus compétitives afin de pouvoir affronter le marché international mais aussi la concurrence des compagnies étrangères dans le cadre de l’entrée de la Chine à l’OMC. Cela signifiait que les compagnies pétrolières devaient désormais tenir compte dans leurs opérations et dans leur gestion des questions de rentabilité économique etc. sans que cela n’implique pourtant une autonomie de choix complète par rapport au pouvoir chinois auquel elles ont par ailleurs continué d’être liées. E. Streker Downs notait à ce propos en 2000 que malgré l’accroissement de l’autonomie de la compagnie, le PCC continuait à choisir la direction de la CNPC. Dans STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit., p. 14. A partir de 1999, la réforme a été accélérée avec la création par la CNPC, Sinopec et la CNOOC, de sociétés subsidiaires cotées en bourse. Mais le gouvernement chinois n’a pas complètement perdu son emprise sur ces sociétés pétrolières. L’US Energy Information Administration relevait ainsi à l’été 2003 que « the three largest Chinese oil and gas firms - Sinopec, CNPC, and CNOOC - ail have successfully carried out initial public offerings (IPOs) of stock between 2000 and 2002, bringing in billions of dollars in foreign capital. CNPC separated out most of its high quality assets into a subsidiary called PetroChina in early 2000, and carried out its IPO of a minority interest on both the Hong Kong and New York stock exchanges in April 2000. (...) Sinopec carried out its IPO in New York and Hong Kong in October 2000 (.....) Like the PetroChina IPO, only a minority stake of 15% was offered. (...) CNOOC held its IPO of a 27.5% stake in February 2001, after an earlier attempt in September 1999 was canceled. (...) Several aspects of these stock offerings were very atypical. First, they all involved only minority stakes. Second, they have not given the foreign investors a major voice in corporate governance. The Chinese government still holds majority stakes in all three firms, and the foreign investors have not received seats on their boards of directors » d’après US Energy Information Administration, China Country Analysis Brief, June 2003 (http://www.eia.doe.gov/emeu/cabs/chi-na.html). Le fait que le pouvoir chinois a maintenu son contrôle sur ces compagnies tout au long du processus de réformes qu’il a engagé à partir de 1998 invite donc à considérer qu’un acte posé par une compagnie pétrolière chinoise peut aussi être motivé par des intérêts politiques plutôt que par ses seuls intérêts commerciaux. Comme l’écrivait l’AIE, en 2000, « one can never be entirely sure whether a move by CNPC, SINOPEC or CNOOC - an investment in a foreign oil field, for example - has commercial motivations, policy impetus, or both », International Energy Agency, China’s Worldwide quest for energy security, op. cit., p. 46.

2086 Voir SONG, LU, « Some ideas on expanded opening of China’s petroleum industry », Guanli Shijie dans FBIS-CHI-98-189, July 8, 1998.

2087 STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit. pp. 19-20 et également pp. 51-52.

2088 Dans XIA, Yishan, « My view on China’s Energy situation and Energy strategy », op. cit.

2089 SI, Liang, « China’s Petroleum Strategy », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-98-083, March 22, 1998.

2090 C’est ce qui explique l’intérêt de la Chine pour le Soudan, la Libye, l’Iran ou l’Irak de Saddam Hussein. On notera cependant que des facteurs stratégiques ont aussi pu influencer le choix de la Chine.

2091 Andrews-Speed et al. considèrent que les liens entre la Chine et le Kazakhstan dans le domaine pétrolier ont été utilisés par les autorités chinoises comme un instrument destiné à encourager Astana à empêcher les organisations ouïgoures présentes sur son territoire de développer des activités politiques en direction du Xinjiang. En outre, ces auteurs considèrent que le renforcement des liens politiques, économiques et militaires des Occidentaux avec le Kazakhstan ont poussé la Chine à chercher à accroître ses relations avec ce pays. Voir ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANN-REUTHER, R., The stratégic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 59.

2092 Les deux acquisitions consécutives de 1997 ont effectivement eu pour conséquence de transformer la Chine en acteur important de la scène kazakhe dans le domaine de la production pétrolière. En 2003. la CNPC est ainsi le troisième producteur de pétrole du Kazakhstan. Dans « Kazakhstan sells stake in CNPC-Aktobemunaigas ». AGOC, vol. 8, issue 13, June 26, 2003.

2093 La CNPC était également favorable aux acquisitions pétrolières au Kazakhstan en raison des bénéfices économiques qu’elle comptait en retirer mais aussi en raison du fait que la mise en place de l’oléoduc depuis le territoire kazakh jusqu’en Chine pourrait lui permettre de rentabiliser ses champs pétroliers du Tarim où elle a investi beaucoup de capitaux.

2094 WU, Lei, « Zhong Dong shiyou yu woguo weilai shiyou gongqiu pingheng », Shijie jingji yu zhengzhi, n° 3, 1997, pp. 31-32.

2095 Idem, p. 31. Les quantités de pétrole brut importées en Chine en provenance du Moyen-Orient se sont accrues depuis le début de la décennie 1990. Parmi les pays du Moyen-Orient, le Yémen et Oman étaient les principaux fournisseurs de la Chine avant 1998. Mais, la part de l’Iran et de l’Arabie Saoudite dans les approvisionnements pétroliers chinois n’a cessé de croître depuis le milieu des années 1990. Malgré les efforts de diversification, environ la moitié des importations pétrolières chinoises provient de pays situés au Moyen-Orient. Cette proportion est moins importante que celle d’autres consommateurs de la zone Asie-Pacifique (Japon, Inde, Indonésie, Corée du Sud) dont 42 % à 90 % des importations proviennent du Moyen-Orient.

2096 Dans XU, Xiaojie, « China and the Middle East: Cross-investment in the Energy Sector », Middle East Policy Council Journal, vol. vii, n° 3, June 2000 (www.mepc.org/public_asp/jounal_vol7/0006_xu.asp)

2097 Idem

2098 Pour faire face à ce risque, la Chine envisage depuis 1993 de mettre en place une réserve stratégique de pétrole sur le modèle de la US Strategic Petroleum Reserve. Mais la concrétisation de ce projet n’a progressé que récemment.

2099 Fundamental Philosophy of Japan’s Oil Policy, Agency for Natural Resources and Energy, Government of Japan, (http://www.enecho.meti.go.jp/english/policy/oil/fundamental_view.html)

2100 Ce danger pour l’économie chinoise est par exemple relevé dans l’article de Wu Lei déjà cité ou encore dans celui de Xia Yishan précité.

2101 Washington dispose d’une marine de guerre avec laquelle, celle de la Chine ne peut encore rivaliser malgré les efforts qu’elle a entrepris depuis le début des années 1990.

2102 Voir les différentes menaces que font peser les Etats-Unis sur la Chine d’après les articles d’auteurs chinois cités dans STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit. pp. 44 et sv.

2103 Wu, Lei, Zhong Dong shiyou yu woguo weilai shiyou gongqiu pingheng », op. cit, p. 33. Voir également un article plus récent de cet auteur WU, Lei, « Will oil be the next conflict in Sino-US relations ? », AGOC, vol. 8, issue 13, June 23, 2003. Il faut toutefois noter pour ce qui concerne notre sujet que malgré le danger américain qu’il a relevé, Wu Lei n’envisage pas dans son article de 1997 le développement de relations avec l’Asie centrale dans le domaine pétrolier. La région de l’Asie centrale et le Kazakhstan en particulier ne sont pas mentionnés dans son article. La source principale d’approvisionnement pétrolier de la Chine est et restera le Moyen-Orient. Il insiste donc sur le développement de nouveaux liens politiques et économiques entre la Chine et les pays de cette région.

2104 Il est intéressant de relever que ces auteurs considèrent que l’approvisionnement pétrolier de la Chine pourrait être menacé dans le contexte de la question de Taiwan. On peut penser que nos auteurs ont en tête la capacité de la marine taiwanaise à perturber l’approvisionnement chinois en cas de conflit entre les deux rives du détroit. Mais les Etats-Unis sont également considérés ici comme une menace potentielle. En effet, on se souviendra qu’en 1996, au moment de l’élection présidentielle taiwanaise, Pékin a procédé à des manœuvres militaires ainsi qu’à des essais de missiles dans le détroit de Taiwan. Cette campagne d’intimidation a entraîné un renforcement temporaire de la marine américaine, puisque le président Clinton a envoyé deux porte-avions dans la région. Cette initiative américaine a démontré à Pékin à la fois le risque d’une intervention américaine en cas de crise entre la RPC et Taiwan et la capacité militaire de Washington à l’entreprendre. La référence de nos auteurs à la question de Taiwan doit être replacée dans ce contexte et c’est pour cette raison que nous pensons qu’ils se réfèrent, sans les citer, aux Etats-Unis.

2105 Voir YAO, Qinghua, PAN, Guang, YU, Jianhua, DING, Peihua, « Zhongguo yu Zhongya guojia jingmao hezuode fazhan he shenhua », op. cit., p. 81.

2106 Idem.

2107 Dans un autre article datant de 1998, Si Liang présente également l’Asie centrale et la Russie, notamment la Sibérie, comme des zones clés pour le développment des activités pétrolières de la Chine. Selon lui. Pékin souhaite développer ses activités pétrolières dans ces deux zones mais aussi en Ouzbékistan et au Turkménistan. Il s’agit de s’assurer dans cette région de 25 Mt de pétrole en 2010. Cette région se voit donc assigner un rôle très substantiel dans l’approvisionnement futur de la Chine puisque cet auteur prévoit qu’à cette date le pays devra importer 65 Mt de pétrole et que Pékin a fixé comme objectif à ses compagnies pétrolières de s’assurer à l’étranger un approvisionnement pétrolier de l’ordre de 50 Mt. L’Asie centrale et la Sibérie devraient donc couvrir 50 % de ces 50 Mt. Si ces deux aires géographiques jouent donc un rôle substantiel dans la stratégie pétrolière de la Chine, il ne s’agit cependant pas pour cet auteur d’un rôle exclusif. Il cite également comme autre fournisseur de la Chine, le Moyen-Orient (Soudan et Koweït), l’Asie du Sud et du Sud-est et enfin l’Amérique latine avec le Pérou et le Vénézuela. Voir SI, Liang, « China’s Petroleum Strategy », op. cit..

2108 CHRISTOFFERSEN, G., « Problems and Prospects for Northeast Asian Energy Cooperation », Prepared for presentation at IREX, March 23, 2000.

2109 « PRC: Experts call for Pan-Asian Continental Oil Bridge », Xinhua dans FBIS-CHI-96-117, June 16, 1996.

2110 TROUSH, S., China’s Changing Oil Strategy and ils Foreign Policy Implications, Center for Northeast Asian Policy Studies, Foreign Policy Studies, Washington DC, Brookings Institution, CNAPS Working Paper, Fall 1999 (www.brook.edu/fp/cnaps/papers/1999% 5Ftroush. htm)

2111 « China: National Petroleum Corp. Exploits overseas oil fields », Xinhua dans FBIS-CHI-97-196, July 15, 1997.

2112 CHRISTOFFERSEN, G., « China’s Intentions for Russian and Central Asian Oil and Gas », op. cit., p. 24.

2113 « Chinese firm optimistic about kazakh oil pipeline tender », Almaty Stolichnoye Obozreniye dans FBIS/SSOV-97-239, August 1997.

2114 DAVIS, A., « The Big Oil Shock », Asiaweek, October 10, 1997.

2115 « Chinese oil corporation signs deal with Kazakh oil company », Moscow Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-155, June 4, 1997. Les 40 % des parts restantes se répartissaient de la manière suivante : 30 % détenus par le gouvernement kazakh et 10 % détenus par les employés.

2116 « CNPC wins auction for Kazakh oil field development », Xinhua dans FBIS-CHI-97-155, June 4, 1997.

2117 « Kazakhstan and China sign energy sector ’contract of century’ », Interfax dans FBIS-SOV-97-276, October 3, 1997.

2118 OTTAWAY, D. B„ MORGAN, D., « China pursues ambitious role in oil market », The Washington Post, December 26, 1997.

2119 RUSECKAS, L., « State of the Field Report: Energy and Politics in Central Asia and the Caucasus », AccessAsia Review, vol. 1, n° 2, essay 2, July 1998, note 46 (http://204.201.190.101/products/aareview/Vol1/No2/essay1.html).

2120 Ce dernier point est essentiel car la CNPC a offert à ce moment an Kazakhstan une opportunité de désenclavement échappant à la Russie, opportunité que les autres sociétés pétrolières ne pouvaient offrir en raison des sanctions américaines à rencontre de la République islamique. Dans RASHID, A., SAYWELL, T., « Beijing gusher: China pays hugely to bag energy supplies abroad », FEER, February 26, 1998.

2121 « World Bank Supports Rehabilitation of Uzen Oil Field in Kazakstan », News Release, n° 96/62 ECA.

2122 « Alma Ata casts its lot with Beijing », CDPSP, vol. xlix, n° 41, November 12, 1997, pp. 19-20.

2123 « Li Peng, Kazakh President Sign Border Agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-97-267, September 24, 1997.

2124 Voir « Kazakhstan-Iran Pipeline », Interfax dans FBIS-SOV-98-023, January 29, 1998.

2125 « Kazakhstan and China sign energy sector ’contract of century’ », op. cit. Les discussions pour la formation d’une société à capital mixte avec le Kazakhstan pour l’exploitation de Uzen et la mise en place de l’oléoduc vers la frontière iranienne n’ont débuté qu’en novembre 1997 et un projet d’accord a été présenté aux autorités kaza-khes en décembre. Mais un certain nombre de problèmes, comme la répartition de l’autorité dans la société à capital mixte et la question des procédures de vote, n’étaient pas encore réglés au printemps 1998. Dans « China Petroleum Plans $ 286 million Investments in Kazakhstan for 1998 », Interfax dans FBIS-SOV-98-063, March 12, 1998.

2126 « Chinese dragon reaches Kazakhstan », CDPSP, vol. xlix, n° 39, October 29, 1997, pp. 19-20.

2127 Voir les déclarations de Akhmetzhan Yesimov dans « Kazakhstan-China agreements include pipeline projects », Interfax dans FBIS-SOV-97-268, September 25, 1997.

2128 « Chinese compagny wins Kazak tender », RFE/RL Newsline, vol. 1, n° 46, Part I, 5 June, 1997.

2129 DORIAN, J., « Priority projects identified for subregional cooperation » dans Asian Development Bank, Second Workshop on Economie Cooperation in Central Asia: Challenges and Opportunities in Transportation, op. cit., p. 62. Voir la carte du tracé proposé dans Idem, p. 64.

2130 Voir « Kazakhstan and China sign energy sector ‘contract of century’ », op. cit.

2131 « Li Peng signing of US$ 9,5 billion oil, Gas deal », Interfax dans FBIS-SOV-97-267, September 24, 1997.

2132 WALKER, T., CORZINE, R, « China buys Dollars 4.3bn Kazakh oil stake », Financial Times, June 5, 1997.

2133 « Chinese oil giants are growing up fast », AGOC, vol. 8, issue 8, April 17, 2003.

2134 Voir KATZMAN, K., « The Iran-Libya Sanctions Act (ILSA) », CRS Report for Congress, Congressional Research Service, The Library of Congress, July 31, 2003 (http://fpc.state.gov/documents/organization/23591.pdf.)

2135 « Study on Kazakh-Chinese Oil pipeline near completion », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0414, April 13, 1999 et « Kazakhstan-China oil pipeline feasibility study al-most ready », Interfax FIBIS-SOV-1999-0428, April 30, 1999.

2136 « Kazakhstan-China Oil Pipeline Described », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0719, July 19, 1999.

2137 FESHARAKI, Fereidun, « Energy and the Asian Security Nexus », Journal of International Affairs, vol. 53, n° l, Fall 1999, p. 94.

2138 Cet oléoduc de 476 km a été complété au printemps 1997 et est entré en activité en juillet 1997. Dans « Xinjiang Oil pipeline begins operations 15 July », Xinhua dans FBIS-CHI-97-196, July 15, 1997. Il a une capacité de transport de 10 Mt par an. Selon les autorités chinoises, cet oléoduc devait ensuite rejoindre Lanzhou puis poursuivre vers Luoyang au Henan (Chine centrale) et Pengzhou au Sichuan (sud-ouest de la Chine). Dans « China builds oil trunk line of 4200 km », AGOC, vol. 2, issue 19, July 14, 1997 et « China speeding up construction of oil pipeline to Kazakhstan », Xinhua, May 20, 1999.

2139 Voir « PRC Developing Transnational Oil Pipeline », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0520, May 20, 1999 et « $ 2.3bn West China-Kazakhstan pipeline on the fast track », Asia Times, May 25, 1999.

2140 LELYVELD, M., « Kazakhstan: Pipeline Projects to China Become Pipe Dreams », RFE/RL, July 8, 1999.

2141 Voir « CNPC shelves China-Kazakhstan oil pipeline », OCJ, August 30, 1999 et QUAN, Lan, « Transnational oil pipeline shelved », China Oil, Cas and Petrochemicals, vol. 7, n° 16, August 15, 1999, pp. 2-3.

2142 « CNPC confident on Kazakhstan-China pipeline », AGOC, vol. 5, issue 8, May 12, 2000

2143 « Chinese Vice Président urges progress on Kazakh oil pipeline », AFP dans FBIS-CHI-2000-0728, July 28, 2000 et « Chinese Vice President urges Kazakhstan oil pipeline project », AGOC, vol. 5, issue 15, Août 18, 2000.

2144 « Construction of China-Kazakhstan pipeline to start next year », AGOC, vol. 5, issue 17, September 15, 2000.

2145 « China ready to build pipeline for Kazakhstani oil », AGOC, vol. 6, issue 24, December 19, 2001.

2146 « Oil extraction and oil consumption in China », AGOC, vol. 6, issue 11, June 18, 2001.

2147 Idem.

2148 « CNPC shelves China-Kazakhstan oil pipeline », op. cit.

2149 Selon un diplomate occidental, le Kazakhstan et la Chine interprètent différemment les accords de 1997, « the Kazakhstanis viewed these as commitments. The Chinese viewed this as a mémorandum of understanding » cité dans LELYVELD, M., « Kazakhstan: oil pipeline to China a victim of diplomatic dispute », RFE/RI., September 19, 2001.

2150 Idem.

2151 U.S. EIA, Kazakhstan: Energy Market Privatization, January 2002 (www.eia.doe.gov/emeu/rahs/hazapriv.html). Uzenmunaigaz, était en 2001 le troisième producteur du Kazakhstan en importance avec 4,1 Mt ou 83 700 b/j. Dans « Kazakhstan reports on oil output and exports », AGOC, vol. 7, issue 3, February 6, 2002.

2152 « CNPC-Aktobemunaigaz reports on oil output », AGOC, vol. 6, issue 15, August 14, 2001.

2153 U.S. Energy Information Administration, Kazakhstan: Energy Market Privatization, op. cit.

2154 ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The strategic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 60.

2155 LELYVELD, M., « Kazakhstan: Pipeline Projects To China Become Pipe Dreams », op. cit.,

2156 SOLIGO, R., JAFFE A., « China’s Growing Energy Dependence: The Costs and Policy Implications of Supply Alternatives », op. cit..

2157 Dans ANDREWS-SPEED, C. P., LIAO, Xuanli, DANNREUTHER, R., The stratégic implications of China’s energy needs, op. cit., p. 60.

2158 Dans Idem, p. 60.

2159 Lors de la visite du président Nazarbaev à Pékin en mai 2004, un accord formel sur la mise en place du tronçon oriental d’oléoduc entre Atasu et Alashankou a été signé entre la China National Petroleum Corporation (CNPC) et la compagnie d’état kazakhe KazMunaiGaz. La construction s’est terminée à l’hiver 2005. Cet oléoduc, détenu à parité égale par la CNPC et KazMunaiGaz, s’étend sur 988 km. D’une capacité de transport de 10 Mt (qui pourrait être doublée dans le futur), il est totalement opérationnel depuis mai 2006. Du côté chinois, cette ligne est complétée par un oléoduc intra-chinois reliant le port frontalier d’Alashankou à la raffinerie de Dushanzi au Xinjiang (246 km). En plus du pétrole produit dans la région de Kumkol par PetroKazakhstan, une compagnie canadienne acquise par la CNPC en octobre 2005, cet oléoduc pourrait éventuellement transporter du pétrole russe vers le marché chinois. Voir pour les développements post-11 septembre: LIAO, XuanliJ., « A Silk Road for Oil: Sino-Kazakh Energy Diplomacy », Brown Journal of World Affairs, vol. xii, issue 2, Winter/Spring 2006, pp. 39-51.

Abbildungsverzeichnis

Titel Les principales centrales hydroélectriques kirghizes du fleuve Naryn1980
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 368k
Titel Les projections de la demande future de gaz en Chine2023 (en milliards de m3 par an)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 292k
Titel Les différents projets de gazoducs avec la Chine2031
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 796k
Titel Evolution de la production et de la consommation de pétrole en RPC depuis les réformes de Deng Xiaoping2050
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
Titel Diverses estimations de la demande chinoise de pétrole2072 (en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 464k
Titel Prévisions de la production et de la consommation de pétrole en Chine 2000-2025 selon PU.S. Energy information administration (en millions de barils/jour)2080
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 244k
Titel Origines géographiques des importations chinoises de pétrole 1992-19992096 (en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 408k
Titel Les importations chinoises de pétrole en provenance du Moyen-Orient 1991-20012097 ? (en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1061/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 342k

© Graduate Institute Publications, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.