Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Partie 3 | Le contenu des relations sino-centre-asiatiques 1992-2001

II. L’axe économique : vers de nouvelles « Routes de la soie » ?

Texte intégral

Introduction

  • 933 Voir « China's Basic Policy Towards Central Asia », Beijing Review, vol. 37, n°18,

1Dès le début de ses relations avec les nouvelles Républiques indépendantes d’Asie centrale, Pékin a mis l’accent sur les relations économiques bilatérales. Ce choix initial sera réitéré et amplifié à partir de principes généraux que le premier ministre chinois vient exposer dans deux discours prononcés respectivement à Tachkent et à Almaty à l’occasion de l’importante tournée diplomatique qu’il effectue en Asie centrale dans le courant du mois d’avril 1994. L’accent placé par Pékin sur l’essor des échanges économiques – qualifié de « premier objectif » de la politique chinoise à l’égard de l’Asie centrale par Li Peng lors de sa tournée de 1994933 – ne s’est pas démenti pendant toute la période qui nous préoccupe. Les relations économiques se sont en effet intensifiées au cours des années 90 avec les républiques centre-asiatiques, particulièrement avec le Kazakhstan qui est devenu le partenaire privilégié de la République populaire en Asie centrale et le second partenaire de la Chine dans l’espace CEI après la Russie, et dans une moindre mesure avec la République kirghize. Avec le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, les résultats obtenus par Pékin entre 1992 et 2001 sont plus mitigés pour différentes raisons qui tiennent à des facteurs particuliers à ces républiques.

  • 934 ZHAO, Suisheng, « China's periphery policy and changing security environment in the Asia-Pacific re (...)
  • 935 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 90. Egalement relevé (...)

2Avant d’examiner plus en détail le développement des relations économiques sino-centre-asiatiques entre 1992 et l’automne 2001, il nous faut nous arrêter un moment sur ce choix initial des autorités chinoises. La politique que la République populaire décide de mener à l’égard des nouvelles républiques d’Asie centrale à partir de l’année 1992 (c’est-à-dire au moment où elle reconnaît officiellement leur indépendance) s’inscrit comme nous l’avons vu dans la « politique périphérique » (zhoubian zhengce), que les autorités chinoises ont formulée à partir des années 80 et dont les objectifs, qui sont à la fois internationaux et internes, mêlent des préoccupations touchant aux domaines économique et de sécurité. Cette politique vise fondamentalement à établir des relations de « bon voisinage » avec les États adjacents au territoire chinois afin de garantir la sécurité de la Chine et de lui assurer un environnement régional stable. Outre la sécurité, Pékin cherche à travers sa « politique périphérique » à promouvoir la coopération économique et les échanges commerciaux avec les Etats voisins pour accélérer sa modernisation économique interne (waijiao fuwu yu guonei jingji jianshé)934. La politique de Pékin en faveur de l’établissement de liens économiques bilatéraux avec ses voisins centre-asiatiques mêle également à la fois des objectifs de politique étrangère et de politique interne. En favorisant l’essor des liens économiques, Pékin entend promouvoir la prospérité (fanrong) et la stabilité (wending) de l’Asie centrale afin d’assurer parallèlement la prospérité et la sécurité des régions du nord-ouest de la Chine. Comme le relève Xing Guangcheng, « la prospérité et la stabilité de la région nord-ouest de la Chine (...) est liée à la prospérité et à la stabilité de l’Asie centrale »935.

3L’essor des relations économiques permet également à la République populaire d’étendre ses relations avec les républiques centre-asiatiques au-delà des questions de sécurité, de compléter et de densifier ses relations naissantes avec ses voisins, de promouvoir puis d’accompagner et de renforcer ses objectifs politiques et de sécurité en offrant aux républiques centre-asiatiques une rétribution potentielle grâce à la possibilité de développer des aires de coopération mutuellement bénéfiques dans le domaine économique, et enfin de projeter son influence en Asie centrale.

  • 936 « Opening of Border Areas Changes National Pattern », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-CHI-92-137, Jul (...)

4Sur le plan interne, aux yeux des autorités chinoises, l’établissement de liens économiques avec ses voisins offre à la région autonome du Xinjiang la possibilité non seulement d’accélérer son développement économique et sa modernisation -une opportunité unique pour essayer de réduire l’écart qui s’est creusé entre les régions intérieures de la Chine et les zones côtières bénéficiant d’une politique préférentielle depuis le début des années 80, écart qui pourrait être dangereux pour l’unité et la stabilité de la Chine-, mais aussi de renforcer sa sécurité936.

  • 937 « Tomur Dawamat urges adherence to reform, opening », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-073, April 15 (...)
  • 938 Voir « More autonomy for Xinjiang to resist separatism », The Standard dans FBIS-CHI-92-063, April (...)
  • 939 Yusufu Aisha cité dans « Hong Kong paper on Beijing's Xinjiang policy », Lien Ho Pao dans FBIS-CHI- (...)

5Outre la promotion de la stabilité de l’Asie centrale, la croissance économique est en effet présentée par le pouvoir central comme par les autorités locales du Xinjiang937 comme un instrument destiné à renforcer la sécurité de la région autonome face au contexte politique interne, marqué par l’agitation des populations allogènes à la fin des années 80/début des années 90, et face également au contexte international caractérisé par la dissolution de l’URSS et la création d’Etats indépendants de l’autre côté de la frontière. Comme le relevait un article du Hong Kong Standard publié au mois d’avril 1992, les autorités centrales chinoises ont choisi de mettre l’accent sur le développement économique de la région autonome afin de réduire l’attrait du discours « séparatiste » auprès des populations allogènes et de leur offrir un dérivatif dans le contexte du démantèlement de l’URSS938. Pour paraphraser François de Neufchâteau (1750-1828), il s’agissait en quelque sorte pour Pékin de gagner l’adhésion des populations -notamment des Ouïgours- au régime par la prospérité en leur offrant des occasions de s’enrichir. Comme le résumait avec beaucoup d’optimisme en octobre 1995 le vice-président de la région autonome du Xinjiang, « once Xinjiang’s economy is up, the separatists activities will disappear »939. Le Xinjiang va ainsi être placé au cœur des relations économiques sino-centre-asiatiques et devenir l’acteur-pivot sur lequel Pékin va asseoir l’axe économique de sa politique extérieure à l’égard des républiques d’Asie centrale.

1. Le rôle pivot de la région autonome du Xinjiang

  • 940 Un argument retenu par exemple par GAO, Hongshan, « Zhongya guojia jingji fazhan tedian ji yu wo he (...)

6Les années 90 ont été le témoin d’une croissance substantielle des échanges entre la Chine -particulièrement la région autonome du Xinjiang et les républiques indépendantes d’Asie centrale. Cette croissance est le résultat de l’orientation politique en faveur d’une ouverture économique de la région autonome du Xinjiang sur ses voisins, ouverture que les autorités chinoises ont accélérée dès la fin de l’année 1991/début 1992. Cette politique était destinée à permettre à la région autonome du Xinjiang de tirer profit de ses atouts naturels par rapport à l’Asie centrale. Parmi ces derniers, on retiendra d’abord la contiguïté géographique de la région autonome avec cette région940. Le Xinjiang partage en effet une frontière commune de plus de 2800 km avec trois républiques centre-asiatiques (Tadjikistan, République kirghize et Kazakhstan) alors que la partie ouzbèque de la vallée du Ferghana est située à proximité et accessible via la République kirghize depuis par exemple la ville de Kachgar. Cette contiguïté géographique réduit les coûts de transport et de communication, facilite les contacts en tout genre entre hommes d’affaires ainsi que leur connaissance des marchés locaux.

  • 941 Cet argument est avancé dans Idem, également LIU, Qingjian, « Sino-Central Asian Trade and Economic (...)

7Outre cette proximité géographique, le Xinjiang bénéficie également d’avantages en raison des contacts historiques et culturels qui existent depuis fort longtemps avec les régions adjacentes de l’Asie centrale occidentale. Ces contacts ont laissé des traces profondes symbolisées par la présence au Xinjiang de groupes ethniques transfrontaliers comme les Kazakhs, les Kirghizes, les Tadjiks et les Ouzbeks ayant des liens ethniques, claniques, voire familiaux avec les populations vivant de l’autre côté de la frontière. La présence de ces populations constitue également un avantage économique non négligeable puisqu’elle facilite l’établissement de contacts commerciaux941. En outre, la proximité ethnoculturelle non seulement de ces groupes ethniques transfrontaliers mais également des Ouïgours avec les populations des républiques centre-asiatiques particulièrement avec les Ouzbeks- constitue un capital supplémentaire.

  • 942 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., pp. 120-122. Même idée d (...)
  • 943 Voir l'analyse de la complémentarité e n t r e les économies du Tadjikistan, de la République kirgh (...)
  • 944 LIU, Qingjian, « Sino-Central Asian Trade and Economic Relations : Progress, Problems and Prospects (...)

8Enfin, à l’échelle chinoise, on doit également retenir la complémentarité qui existe entre les économies des républiques centre-asiatiques et celle de la Chine, et dont le Xinjiang pourrait tirer profit. Cette complémentarité (hubuxing) souvent soulignée par les auteurs chinois942 est liée à l’existence en Asie centrale d’importantes ressources naturelles -notamment le pétrole, le gaz, l’uranium, les métaux ferreux et non-ferreux- dont la Chine est consommatrice. Pékin est par exemple un pays importateur de cuivre, de plomb et d’aluminium, des matières premières qui constituent des postes importants des exportations des républiques d’Asie centrale. Dans l’autre sens, on relèvera l’importance en Chine des secteurs de la transformation (textile, production agro-alimentaire), des industries légères et des produits de consommation, autant de domaines qui sont faiblement développés dans les nouvelles républiques centre-asiatiques943. En outre, de nombreuses grandes entreprises du nord-ouest de la Chine ont été développées dans les années 50 avec l’aide des Soviétiques, les républiques centre-asiatiques pourraient donc leur fournir une technologie et des équipements adaptés944.

  • 945 Voir BARNETT, Doak A., China's Far West. Four Decades of Change, op. cit., pp. 343-407 (passim).

9Dès 1992, les autorités centrales vont essayer de libérer les énergies au Xinjiang en accordant davantage d’autonomie sur le plan économique -ce que réclamaient les élites locales qui se plaignaient de l’inégalité de traitement par rapport aux provinces côtières de la Chine-, ainsi que des mesures préférentielles afin de stimuler le commerce. Un accent particulier est également mis sur l’amélioration et le développement des infrastructures de transports et de communications ainsi que sur le renforcement des points de passage transfrontaliers avec les voisins centre-asiatiques du Xinjiang afin de stimuler et de faciliter l’essor des échanges économiques. Ce choix opéré par les autorités s’appuie sur la longue durée historique puisque le Xinjiang/Turkestan oriental a toujours été en contact avec ses voisins occidentaux, sur la politique de réformes et de développement économique préconisée par Deng Xiaoping et appliquée, non sans certaines difficultés et résistances, dans la région autonome à partir de 1981 avec un impact substantiel sur l’économie locale945 et enfin sur la politique d’ouverture lancée au début des années 80 en direction de l’URSS, dont il constitue en quelque sorte le prolongement et l’accélération.

1.1. La réouverture du Xinjiang dans les années 80 : un prélude à l’essor du commerce sino-centre-asiatique

  • 946 ZHAO, Yueyao, Pivot or periphery ? Xinjiang's Regional Development and Chinese-Central Asian Relati (...)
  • 947 CHRISTOFFERSEN, G., « Xinjiang and the Great Islamic Circle : the Impact of Transnational Forces on (...)
  • 948 SHE, Duanzhi, « Xinjiang : réouverture de la Route de la soie », Beijing Information, n°45, Novembr (...)
  • 949 LIU, Qingjian, « Shiji zhitiaode Zhongguo yu Zhongya guojiade jingmao guanxi », Dong Ou Zhong Ya Ya (...)

10Après plus de deux décennies de rupture dues au conflit sino-soviétique946, le commerce frontalier puis inter-étatique entre l’URSS et la RPC a été rétabli à partir d’avril 1982947. Si les autorités chinoises ont principalement mis l’accent sur le rôle de la province du Heilongjiang dans ces échanges, le Xinjiang va aussi progressivement développer des relations économiques avec son voisin soviétique. Dès novembre 1983, avec l’accord du Conseil des affaires de l’État, la zone de Khorgos (Huoerguosi en chinois) - un poste frontière créé au xixe siècle pour le commerce frontalier entre la Russie et l’empire mandchou-, située dans la vallée du fleuve Ili au Xinjiang et frontalière de la République socialiste soviétique du Kazakhstan est ainsi réouverte à la circulation des marchandises provenant d’Union soviétique. Entre 1983 et 1993, ses infrastructures seront améliorées grâce à des investissements estimés à 35 millions de yuans (environ 4 millions de dollars)948. En 1990 est également mis en place entre Khorgos et la ville kazakhe de Panfilov, un programme de visite d’une journée destiné à attirer les « touristes » d’URSS. 50 000 personnes en profiteront durant cette année949.

11Cette formule va permettre le développement du « shuttle trade », le « commerce de navettes » ou « commerce de valise ». Il s’agit d’une forme de commerce conduit par de simples particuliers qui achètent des biens de consommation courante et les acheminent dans leurs bagages afin de les revendre sur les marchés locaux qui en sont dépourvus. Avant l’ouverture du port ferroviaire d’Alatou/Alashankou en 1991, Khorgos va devenir le plus important point de passage frontalier du Xinjiang.

  • 950 BARNETT, Doak A., China's Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 348.

12Au milieu des années 80, la modernisation et la construction de nouvelles infrastructures de transport destinées à faciliter les flux commerciaux aussi bien au sein de la région autonome du Xinjiang qu’avec les pays adjacents s’accélèrent. C’est ainsi que l’aéroport d’Urumqi/Ürümchi, mis en place avec l’aide des spécialistes soviétiques dans les années 50 et dont le terminal destiné aux passagers n’a été complété que dans les années 70, est agrandi au point de devenir l’aéroport le plus important de l’ouest de la Chine. Ses infrastructures aéroportuaires sont comparables à celles que l’on trouve dans l’est du pays, c’est-à-dire dans les zones les plus développées de la République populaire, ce qui nous donne une idée de l’importance que les autorités leur accordent950.

13Outre l’aéroport d’Urumqi, des travaux destinés à améliorer les transports au Xinjiang – notamment en reliant les centres urbains majeurs de la région autonome par des routes et en mettant en place la première section de l’axe ferroviaire en direction du sud Xinjiang (Nan Jiang) entre Turfân et Korla- et surtout à relier la région autonome au territoire soviétique sont également entrepris. Dans ce dernier cas, les autorités ont décidé de compléter la ligne de chemin de fer du nord Xinjiang (Bei Jiang) dont un tronçon avait déjà été mis en place entre la municipalité de Lanzhou, chef-lieu de la province du Gansu, et la ville de Wusu située à l’ouest d’Urumqi non loin des villes de Kuitun et Dushanzi. En 1954, l’URSS et la RPC avaient en effet signé un accord sur la mise en place d’une ligne de chemin de fer reliant leur territoire respectif via le Xinjiang. La section du côté soviétique entre Aktogay et Druzhba a été mise en place en 1960. Du côté chinois, la ligne du nord-Xinjiang a atteint Urumqi en 1963 et a été étendue jusqu’à Wusu. Mais la dégradation des relations sino-soviétiques a été à l’origine de l’arrêt des travaux sur cette ligne. Ils n’ont donc repris qu’en 1985. Cette ligne, une des quatre artères majeures de la République populaire, relie les parties orientale et occidentale de la Chine. C’est la seule ligne reliant le Xinjiang à l’intérieur du territoire chinois. Elle permet de désenclaver la ville d’Urumqi en direction du port maritime de Lianyungang dans la province du Jiang-su. Ce dernier est situé à 3671 km plus à l’est, sur la façade Pacifique de la République populaire. C’est l’un des huit ports les plus importants de Chine. En 1992, il avait une capacité de traitement de 17 millions de tonnes, passée à plus de 30 millions de tonnes en 2001951. Un tronçon supplémentaire sera donc posé en direction du col d’Alatou/Alashankou où est situé un point de passage frontalier avec la RSS du Kazakhstan, ouvrant ainsi la voie à une liaison ferroviaire directe Asie-centrale soviétique - Océan Pacifique à travers le territoire chinois. Cette artère ferroviaire majeure sera officiellement inaugurée en septembre 1990 puis ouverte au transport de fret à destination de la RSS du Kazakhstan en juillet 1991 et enfin au commerce international (c’est-à-dire au transit des marchandises venant d’Etats tiers) le 1er décembre 1992. Un train à double étage destiné à favoriser le tourisme est par la suite entré en fonction sur cette ligne en avril 1999952.

  • 953 Voir BARNETT, Doak A., China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 388.

14Selon les entretiens de Doak Barnett avec des représentants officiels de la région autonome du Xinjiang en 1988, l’objectif poursuivi par la construction de cette ligne en direction de l’URSS était d’accroître le commerce sino-soviétique mais aussi de permettre le développement à terme d’une liaison ferroviaire directe Chine-Europe destinée à stimuler les flux entre ces deux pôles économiques de l’Eurasie via le territoire de l’URSS953. Cet objectif de développement d’un « pont » ferroviaire reliant la Chine à l’Europe sera repris dans le cadre de la politique de Pékin à l’égard des nouvelles républiques centre-asiatiques.

  • 954 Voir Idem, p. 404.
  • 955 ZHAO, Yueyao, Pinot or periphery ? Xinjiang's Regional Development and Chinese-Central Asian Relati (...)

15En janvier 1986, la RPC et le gouvernement soviétique décident de réouvrir leur frontière dans la région du Xinjiang/Turkestan oriental et de rétablir le commerce frontalier et local traditionnel entre la région autonome du Xinjiang et les cinq Républiques socialistes soviétiques d’Asie centrale. Ces dernières sont autorisées par le pouvoir soviétique à commercer directement avec des pays étrangers dont la Chine. Du côté chinois également, les autorités adoptent des mesures. Doak Barnett signale ainsi que lors de son passage au Xinjiang en 1988, des officiels de la région autonome ont fait référence à un document « en neuf points » que Pékin aurait octroyé « récemment » à la région autonome, lui accordant des privilèges spéciaux en matière commerciale. Le gouvernement régional se serait ainsi vu autorisé à commercer directement avec des partenaires soviétiques, à engager des négociations commerciales avec des « étrangers » -c’est-à-dire à nouveau les Soviétiques- et à organiser des expositions commerciales à l’étranger954. Des contacts entre la région autonome chinoise du Xinjiang et les RSS d’Asie centrale sont établis à partir de 1988, aboutissant à la signature de plusieurs protocoles portant sur la coopération dans différents domaines comme le pétrole et le gaz, l’exploitation minière, la métallurgie, le textile, les technologies médicales, l’agriculture, l’élevage, la recherche sismologique, etc955.

  • 956 CHRISTOFFERSEN, G., « Xinjiang and the Great Islamic Circle : the Impact of Transnational Forces on (...)
  • 957 Idem, pp. 148-149.

16Au milieu de l’année 1989, le Xinjiang se voit accorder un statut prioritaire dans le Ville plan quinquennal chinois (1991-1995) et à l’été 1989, l’idée d’une « double ouverture » de la région autonome est évoquée par le gouverneur du Xinjiang956. Il s’agit en fait de renforcer l’ouverture et les liens économiques du Xinjiang à la fois avec les provinces intérieures de la Chine, afin de favoriser une meilleure intégration économique de la région autonome avec les provinces côtières qui sont les plus développées du pays, et avec le monde extérieur, c’est-à-dire non seulement avec l’URSS, mais aussi, au-delà, avec les États du Moyen-Orient. Cette seconde partie de l’idée de « double ouverture » -surtout la proposition d’une ouverture plus large du Xinjiang sur le monde extérieur, promue par les autorités régionales- n’a pas immédiatement recueilli l’accord des autorités centrales. Elle semble avoir été l’objet de discussions et de marchandages entre le pouvoir central de Pékin et les autorités provinciales au cours de l’année 1990. Un consensus se dégage finalement à l’automne et l’idée de « double ouverture » (liang xian, littéralement « deux lignes ») sera inscrite dans le texte final du Ville plan quinquennal957.

  • 958 Chiffres tirés de Idem, p. 142 et Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade 1991, The (...)
  • 959 Chiffres cités de « A Table of Total Volume for Xinjiang’s Frontier. Trade and Import and Export be (...)
  • 960 Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade 1991, op. cit., p. 413

17A la veille de l’indépendance formelle des républiques d’Asie centrale, l’idée d’une ouverture économique plus large du Xinjiang sur le monde extérieur semble d’ores et déjà acquise. Parallèlement, grâce à la politique de « porte ouverte », le commerce frontalier entre la région autonome et ses voisins a pris de l’ampleur. Il est ainsi passé en volume de 760 000 dollars américains en 1986 à 118,5 millions de dollars en 1989, avant de revenir à 71,30 millions en 1990 puis de rebondir à 94,36 millions de dollars en 1991958. Cette forme de commerce prend également de l’importance dans le commerce extérieur de la région autonome. Sa part passe ainsi de 0,27 % du total du commerce extérieur du Xinjiang en 1986 à 20,54 % du total des échanges de la région autonome qui ont atteint 459,33 millions de dollars en 1991959. Les principaux partenaires du Xinjiang sont à ce moment le Pakistan, la Mongolie extérieure et l’URSS. Cette dernière (les chiffres ne donnent malheureusement pas la ventilation par républiques fédérées) représente à elle seule 16,1 % des exportations de la région autonome et 54 % de ses importations960. C’est sur ces bases que Pékin va entreprendre à la fin de l’année 1991 de renforcer les relations économiques déjà existantes avec les républiques d’Asie centrale qui ont accédé à l’indépendance.

1.2. Le Xinjiang face à l’interdépendance des républiques d’Asie centrale : le choix stratégique en faveur de la poursuite et de l’approfondissement de l’ouverture économique

  • 961 ZHU, Ling, « New Sino-Soviet trade ties have big potential », China Daily dans FBIS-CHI-92-013, Jan (...)

18Alors que les Républiques soviétiques proclament leur indépendance – le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan et le Kirghizstan dès le 31 août 1991 alors que le Kazakhstan attendra jusqu’au 16 décembre de cette même année-, le pouvoir central chinois choisit de poursuivre et d’accélérer la politique d’ouverture économique du Xinjiang entamée au milieu des années 80. A la fin du mois de décembre 1991, Li Lanqing, alors ministre du Commerce extérieur de la République populaire de Chine, effectue une importante tournée diplomatique dans huit nouveaux pays indépendants de l’ex-URSS dont les cinq ex-Républiques soviétiques d’Asie centrale. Cette dernière a pour objectif d’établir officiellement les relations diplomatiques entre la République populaire et ses nouveaux États mais aussi de nouer des contacts afin de promouvoir la mise en place de relations constructives entre la Chine et ses nouveaux voisins, et enfin de signer des accords de coopération commerciale avec ces nouvelles républiques indépendantes961.

  • 962 « Attends border trade meeting », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-92-005, January (...)
  • 963 « Li Peng stresses unity », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-92-013, January21, 1992.
  • 964 « Jiang Zemin addresses nationalities meeting », Xinhua dans FBIS-CHI-92-010, January 15, 1992.
  • 965 « State council issues circular on Autonomy Law », Xinhua dans FBIS-CHI-92-013, January 21, 1992.

19Ce choix stratégique des autorités centrales qui s’appuie donc sur la politique déjà développée au cours des années 80 semble relayé par les autorités régionales du Xinjiang. Ces dernières organisent une conférence consacrée au commerce local et frontalier à la fin du mois de décembre 1991. Au cours de cette réunion, Song Hanliang, le secrétaire du comité du PCC de la région autonome, reprenant l’idée de « double ouverture », évoque la nécessité de travailler à l’essor des liens économiques entre l’est et l’ouest de la Chine mais aussi la nécessité de prendre en compte le commerce régional et frontalier dans les plans de développement du Xinjiang962. Au début du mois de janvier 1992, Jiang Zemin et Li Peng évoquent pour leur part lors d’une conférence de travail sur les nationalités -la première du genre-, réunie à l’initiative du Comité central du PCC et du Conseil des affaires de l’État, la nécessité pour les régions du pays habitées par les minorités nationales d’accroître leurs relations économiques avec les régions côtières du pays et d’exploiter leurs conditions favorables pour forger de nouveaux partenariats et ouvrir de nouveaux marchés963. Jiang Zemin déclare à cette occasion que ces regions devraient « expand the policy of opening up border land areas to the outside world in a planned and step-by-step manner »964. Le PCC semble donc à ce moment favoriser une ouverture économique « graduelle » des régions frontalières de la Chine sur le monde extérieur. Les autorités centrales laissent semble-t-il l’initiative aux autorités locales quant aux mesures concrètes à adopter pour atteindre cet objectif. C’est ce qui ressort en tout cas de la circulaire sur la loi d’autonomie régionale pour les minorités nationales adoptée par le Conseil des affaires de l’Etat au début du mois de janvier 1992965.

  • 966 Voir « Les discours de Deng Xiaoping dans le Sud », Perspectives chinoises, n°2, avril 1992, pp. 10 (...)
  • 967 Cette décision est intervenue avant le 14 février 1992 car Song Hanliang y fait référence sans four (...)
  • 968 « Song Hanliang on Xinjiang Economic : Restructuring », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBI (...)

20A la suite de sa tournée dans le sud de la Chine (nanxun) en janvier 1992, Deng Xiaoping infléchit cependant cette approche « graduelle » en faveur d’une accélération de la politique de réformes et d’ouverture économique à l’échelle du pays966. Dans ce cadre, les autorités centrales chinoises mettent l’accent sur l’ouverture économique des régions frontalières du nord-ouest, du nord-est et du sud-ouest de la Chine, c’est-à-dire des régions peuplées par des minorités ethniques. Au Xinjiang, les autorités régionales décident officiellement d’étendre la coopération économique et commerciale avec les républiques d’Asie centrale probablement dans le courant du mois de janvier ou au début février 1992967. Cette coopération avec les républiques centre-asiatiques est en effet considérée par les autorités régionales comme une composante essentielle de leur stratégie de développement économique pour la région. Song Hanliang déclare ainsi lors d’une conférence consacrée à la restructuration de l’économie locale organisée à Urumqi en mars 1992 que « we must (...) treat the opening of markets in Central Asia as another strategic focal point in Xinjiang’s economic development »968.

  • 969 « Song Hanliang inspects Xinjiang prefectures », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-9 (...)
  • 970 « Xinjiang's Song Hanliang on Deng's Works », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI- 93-249, December 30, 19 (...)
  • 971 « Xinjiang paper urges to crackdown on separatists », AFP dans /•B/S-CHI-92-068, April 8, 1992.
  • 972 Par exemple par wu Bangguo, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC (...)
  • 973 « Song Hanliang speaks at Xinjiang party plenum », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI-94-OOO, (...)
  • 974 « Song Hanliang speaks at Xinjiang Party Plenum », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI 1-94-00 (...)

21Pour stimuler les initiatives locales, il entreprend dès la fin du mois de janvier 1992/début du mois de février une tournée dans les préfectures frontalières de Kachgar et de Kizilsu. Il met l’accent sur la nécessité d’accélérer le développement du commerce frontalier mais rappelle parallèlement le souci de maintien de la sécurité qui doit accompagner cette ouverture sur le monde extérieur969. Les autorités sont en effet confrontées à un dilemme puisque l’ouverture sur le monde extérieur favorise certes l’essor économique mais introduit également des facteurs d’instabilité. L’ouverture des frontières sur le monde extérieur facilite en effet les contacts mais aussi la circulation de personnes, d’idées et d’influences non souhaitées par les autorités du Xinjiang qui craignent leurs répercussions pour la stabilité de la région autonome970. L’essor du séparatisme ethnique est ainsi désigné comme le principal facteur de risque. L’ouverture économique du Xinjiang va donc s’accompagner d’une préoccupation sécuritaire parallèle qui sera constante tout au long des années 90. Un article de presse publié au Xinjiang titrait ainsi en avril 1992 : les « deux mains doivent être solides ». Selon le commentateur, la réforme et l’ouverture économiques doivent être menées d’une main ferme ; l’autre main doit mener tout aussi fermement la lutte contre le « séparatisme »971. Selon un mot de Song Hanliang repris souvent par la suite972, il va donc s’agir pour les autorités du Xinjiang de « correctement gérer le rapport entre la stabilité et le développement »973. Dans ce rapport, c’est cependant la « stabilité » qui reste in fine la priorité des autorités locales974.

1.3. L’accélération de l’ouverture économique et l’adoption de mesures économiques préférentielles

  • 975 « Xinjiang stresses trade with nearby Countries », Xinhua dans FBIS-CHI-92-039, February 27, 1992.
  • 976 « Xinjiang achieves 'big' border tarde progress », Xinhua dans FBIS-CHI-92-174, September 8, 1992 e (...)
  • 977 WIEMER, C, « The Economy of Xinjiang », dans Xinjiang : China's Muslim Borderland, op. cit., p. 172

22Rapidement, les autorités régionales du Xinjiang adoptent une série de mesures destinées à tirer profit de l’accélération de l’ouverture économique décidée au début de l’année 1992 par Deng Xiaoping. Dès le mois de février 1992, elles décident de déléguer au niveau local davantage de pouvoir dans le domaine du management économique et du commerce extérieur et d’accorder des mesures préférentielles aux entreprises spécialisées dans le commerce local et frontalier et dans la coopération économique975. Les résultats sont rapides puisque les entreprises engagées dans le commerce frontalier passent de 5 en 1991 à 59 en septembre 1992 et à plus de 200 en décembre de cette année976. Elles seront 346 en 1996977.

  • 978 « 'Feature' on Xinjiang Promoting Border Trade », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-92-099, May 21 (...)

23Par ailleurs, les préfectures frontalières d’Ili, de Kachgar, de Tacheng ainsi que d’autres districts de la région autonome, préparent dès le début de l’année 1992 une série de plans concernant des projets locaux destinés à favoriser une ouverture économique plus large sur le monde extérieur. En mai 1992, selon Zhongguo Tongxun She, sur les trente-trois villes et districts frontaliers du Xinjiang, douze ont commencé à développer des relations commerciales avec les pays frontaliers978.

  • 979 Voir « Song Hanliang adresses trade meeting », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI-92-073, Apr (...)

24Au début de l’année 1992, les autorités régionales lancent également l’idée de mettre sur pied dès le mois de septembre de cette année une grande foire commerciale à Urumqi sur le modèle de celle organisé dans quelques grandes villes de l’est de la Chine comme Harbin, Shanghai et Canton, afin d’attirer les hommes d’affaires des États adjacents notamment d’Asie centrale mais aussi d’ailleurs979. La première foire d’Urumqi sera effectivement organisée en septembre 1992 et remportera un succès immédiat. Ce rendez-vous va devenir par la suite un événement incontournable pour les milieux économiques intéressés au commerce frontalier entre le Xinjiang et l’Asie centrale.

25Les autorités de la région autonome envisagent également la mise en place dans les villes frontalières de l’ouest du Xinjiang de marchés libres frontaliers, la création de zones de développement technologique (State-Level Hi-Tech and New Technology Development Zone selon la terminologie officielle chinoise) et enfin la mise en place de zones de développement économique et technologique (State-Level Economic and Technology Development Zones selon la terminologie officielle chinoise)980 sur le modèle de celles créées dans le sud de la Chine entre 1984 et 1988981. Une zone de développement technologique -la seule de la région autonome-jouissant de mesures préférentielles, notamment d’incitants fiscaux (taux réduit d’imposition, exemption fiscale, etc.), sera effectivement établie en 1992 à Urumqi (Urumqi New and Hi-tech Industry Development Zone)982. Cette zone, approuvée par l’Etat central, est située à une dizaine de kilomètres de l’aéroport international de la ville et couvre 18,75 km2. A la fin de l’année 2001, elle accueillera 848 entreprises.

  • 983 Voir « Tax Policies Concerning Foreign-funded Enterprises and Foreign Enterprises in National ETDZs (...)
  • 984 « Xinjiang establishes 3 economic development zones », Xinhua dans FBIS-CHI- 92-122, June 24, 1992.
  • 985 Voir « Song Hanliang reports on Party tasks for 1990's », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-061, Marc (...)
  • 986 Voir http://www.uda.gov.cn
  • 987 Yearbook of China's foreign economic relations and trade 2001, Beijing, China Foreign Economic Rela (...)

26Outre cette zone technologique, la région autonome va également procéder à la création de zones de développement économique et technologique. Ces dernières, qui sont destinées à promouvoir les exportations et à attirer les investissements – notamment les investissements étrangers — dans les secteurs de l’industrie de pointe et des industries orientées vers l’exportation, bénéficient également d’une politique préférentielle en matière fiscale983. Dans le cas du Xinjiang, alors que les autorités régionales mettent en place en 1992984 ce type de zones à Urumqi, Kuitun et Shihezi985, seule la première et la dernière seront approuvées par les autorités centrales. La zone d’Urumqi - la première de ce type dans la région autonome-, située à une dizaine de kilomètres de la capitale provinciale et couvrant environ 4,34 km2, n’est avalisée par le Conseil des affaires de l’Etat de la RPC que deux ans et demi plus tard, en août 1994986. Elle va développer des activités dans les secteurs de l’industrie chimique, du textile, de l’industrie légère, de la production de boissons -notamment du vin- et des produits alimentaires, des matériaux de construction, de l’ameublement, des appareils électriques et de produits médicaux. Elle va connaître un succès important puisqu’en 2001, 1456 entreprises y seront installées987.

27Après la mise en place de cette zone à Urumqi/Ürümchi, il faut ensuite attendre avril 2000 pour voir le Conseil des affaires de l’Etat approuver officiellement une seconde zone de ce type pour la région autonome. Il s’agit de la zone de développement économique et technologique de Shihezi. Cette dernière, mise en place dès décembre 1992 par les autorités du Xinjiang est placée sous l’autorité du Corps de Production et de Construction du Xinjiang (CPCX). Elle couvre une superficie de 5,3 km2 (qui pourrait être portée à 16,1 km2) et est principalement spécialisée dans l’industrie légère (transformation des produits alimentaires et alimentation, production de boissons, plastiques et produits chimiques, textiles, engrais spécialisés, matériaux de construction, etc.). A la fin 2001, 299 entreprises y étaient enregistrées988.

  • 989 « Kuytun Development Zone », (www.xjdcp.gov.cn/english/environment/k-Kuytun%20.htm)
  • 990 « Korla Economic and Technological Development Zone », (www.xjdcp.gov.cn/english/ environment/k-Kor (...)
  • 991 Cette zone approuvée au niveau provincial en 2002 était déjà en place en 1994. Voir SHE, Duanzhi, « (...)

28La zone de développement économique et technologique de Kuitun a pour sa part un statut hybride. Elle n’a en effet pas reçu l’approbation du Conseil des affaires de l’État. Elle couvre une superficie de 10,08 km2 et à la fin de l’année 2001, 443 entreprises y étaient enregistrées989. Outre ces trois premières zones mises en place dès juin 1992, les autorités de la région autonome approuveront par la suite d’autres zones « spéciales » installées semble-t-il à l’initiative de pouvoirs locaux dans les villes de Korla (Korla Economic and Technological Development Zone en juillet 2000990), Changji (Changji Economic and Technological Development Zone en septembre 2002991) et enfin Qing-shuihe (Qingshuihe Economie and Technological Development Zone).

  • 992 « Xinjiang Official Begins Trip to Central Asia », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI-92-032, (...)
  • 993 « Xinjiang government group visits Central Asia », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-104, May 29, 199 (...)

29En plus de l’adoption de ces mesures économiques préférentielles, les autorités régionales du Xinjiang nouent également rapidement des contacts directs avec leurs voisins centre-asiatiques, parfois à l’initiative de ces derniers. Ainsi, à l’invitation des autorités kirghizes, dès le mois de février 1992, une délégation dirigée par Li Donghui, le vice-président de la région autonome du Xinjiang, se rend au Kirghizstan voisin pour évaluer les possibilités de coopération économique bilatérale992. Cette expérience jugée positive se renouvelle rapidement. A la fin du mois de mai 1992, une nouvelle délégation économique composée de représentants de différentes préfectures de la région autonome du Xinjiang effectue ainsi une tournée exploratoire dans les quatre autres républiques d’Asie centrale afin de s’informer des potentialités des marchés locaux, des possibilités d’établir des coopérations bilatérales dans les domaines économique et technologique, du commerce frontalier et des sociétés à capital mixte993. Ces contacts bilatéraux vont se multiplier par la suite.

  • 994 Voir details dans « Xinjiang, Shaanxi move to obtain foreign funds », China Daily dans FBIS-CHI-92- (...)
  • 995 Yearbook of China's foreign economic relations and trade 2001, op. tit., p. 368.

30Parallèlement à ces initiatives régionales, au début du mois de juin 1992, le Conseil des affaires de l’Etat publie le document n° 61 qui octroie à la région autonome huit mesures préférentielles destinées à faciliter l’ouverture de la région autonome sur le reste du monde et à attirer les investisseurs tant nationaux qu’étrangers grâce principalement à des incitants fiscaux994. Les autorités centrales accordent également le statut de « villes frontalières ouvertes » aux municipalités de Yining/Ghulca, Bole/Börtala et Tacheng/Çöçek, situées en Dzoun-garie à la frontière avec le Kazakhstan et la Mongolie extérieure. Ces dernières sont appelées à devenir des « fenêtres » sur le monde extérieur pour le Xinjiang. Des zones de coopération économique frontalière tournées vers le Kazakhstan y sont rapidement créées. Il s’agit de la Border Economic Cooperation Zone (selon la terminologie officielle chinoise) de Yining, approuvée en juin 1992, de la Border Economic Cooperation Zone de Bole approuvée en décembre 1992 et enfin de la Border Economie Cooperation Zone de Tacheng, également approuvée en décembre 1992. En 2001, la zone de coopération économique frontalière de Yining comptera 98 entreprises, celle de Tacheng 49 et celle de Bole 29995. Enfin, Urumqi, capitale et « cœur » économique de la région autonome, se voit attribuer par le Conseil des affaires de l’État des conditions préférentielles analogues à celles des villes côtières de la Chine, fer de lance des réformes au début des années 1980.

31Dans la foulée de ces mesures accordées par le pouvoir central, en août 1992, les autorités régionales du Xinjiang adoptent des mesures économiques supplémentaires. Afin de stimuler l’initiative locale, les villes du Xinjiang mais aussi le puissant Corps de Production et de Construction du Xinjiang (CPCX) -déjà autorisé à exporter ses productions et à importer ses intrants depuis 1984- se voient octroyer l’autorisation d’approuver la formation de sociétés à capital mixte jusqu’à 30 millions de dollars, sans avoir à en référer aux autorités régionales, si ces sociétés ne requièrent pas l’aide de l’Etat ou de la région autonome pour soutenir leur construction ou leur management. La ville d’Urumqi et le CPXC sont également autorisés à approuver des projets économiques ou technologiques chinois dans les États asiatiques voisins. Ils pourront signer des contrats destinés à fournir de la main-d’œuvre à l’étranger jusqu’à 100 travailleurs.

  • 996 En 1978, les activités du Corps contribuaient à 19,9% du PIB de la région autonome du Xinjiang et e (...)
  • 997 Voir « Xinjiang urges military cadres to enter market », Xinjiang Ribao dans FBISCHI- 93-041, March (...)
  • 998 « Construction Corps develops foreign cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-92- 159, August 17, 1992.
  • 999 Voir « Xinjiang's Song Hanliang adresses production », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-93-004, January (...)

32Cette adoption de mesures supplémentaires touchant spécifiquement le CPXC dont le poids dans l’économie de la région autonome est toujours substantiel bien que déclinant996 est destinée d’abord à gagner puis ensuite à renforcer l’adhésion et le soutien des dirigeants du Corps à la politique de réformes économiques et d’ouverture sur l’extérieur du Xinjiang pour mieux en assurer la réussite. Plus tard, en février 1993, les autorités de la région autonome accorderont pour les mêmes raisons des mesures préférentielles aux entreprises créées par les militaires du district militaire du Xinjiang997. Le CPXC n’a pour sa part semble-t-il pas attendu cette nouvelle vague de mesures pour commencer à tirer profit des opportunités offertes par la politique d’ouverture. Selon un article de Xinhua d’août 1992, il a par exemple mis en place à ce moment en Ouzbékistan et au Kazakhstan une raffinerie d’huile de table, une tannerie, un magasin de vente en gros et une usine de vêtements998. Mais ses efforts sont encore loin d’être considérés comme suffisants comme le démontre le discours que Song Hanliang lui adresse en décembre 1992. Ce dernier appelle en effet les membres du CPXC à « émanciper leur esprit », à « changer de mentalité », à se saisir des opportunités offertes par les politiques préférentielles adoptées au Xinjiang et à participer plus activement à l’ouverture économique de la région autonome999.

33Outre le CPCX, les villes de Tacheng, Bole et Yining ainsi que d’autres villes au niveau des préfectures sont également autorisées à approuver des investissements pour des projets de coopération économique et technologique outre-mer jusqu’à 500 000 dollars. Elles pourront également conclure des contrats destinés à fournir de la main-d’œuvre à l’étranger jusqu’à 50 travailleurs.

  • 1000 Dans « Xinjiang adopts new policies for foreign trade », China Daily dans FBISCHI- 92-158, August 1 (...)
  • 1001 « Xinjiang autonomous region to boost tourism », Xinhua dans FBIS-CHI-94- 000, February 2, 1994.
  • 1002 « Xinjiang to further develop border trade », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0311, March 11, 1999.

34Le « tourisme » transfrontalier est également promu. Il s’agit d’attirer les résidents des régions voisines de Mongolie extérieure, du Kazakhstan et de la République kirghize intéressés par la possibilité de se livrer au « commerce de valise » dans les différents marchés des villes frontalières du Xinjiang1000 . Le « tourisme de shopping » va ainsi connaître un développement substantiel avec les pays frontaliers d’Asie centrale, notamment avec la République kirghize et le Kazakhstan. Un article de Xinhua note qu’entre le mois de juillet 1991 et le début de l’année 1994, le Xinjiang recevra 300 000 touristes originaires du Pakistan, de Mongolie extérieure et de la CEI1001. On peut penser que dans cette dernière catégorie entrent principalement des ressortissants des Républiques d’Asie centrale frontalières du Xinjiang. Ils seront 50 000 à visiter le Xinjiang en 1998 et leurs achats représenteront selon le président de la région autonome, 2/3 du volume du commerce frontalier de la région autonome1002.

  • 1003 « Faster Economic Development seen in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-92- 214, November 4, 1992.

35Entre janvier et novembre 1992, la région aura ainsi adopté officiellement une quarantaine de mesures destinées à promouvoir le commerce avec les pays frontaliers et au-delà, avec le reste de l’Eurasie, créé un comité pour le commerce extérieur placé sous l’autorité du gouverneur du Xinjiang et organisé la première foire d’Urumqi1003. A la fin de l’année 1992, les mesures préférentielles destinées à permettre au Xinjiang de devenir un partenaire économique privilégié des républiques centre-asiatiques sont donc en place.

1.4. Remarques sur les résistances à la politique d’ouverture du Xinjiang

  • 1004 « Chine : Une nouvelle 'grande muraille' pour protéger le Xinjiang », op. cit.
  • 1005 BARNETT, A. Doak, Chinas Far West Four Decades of Change, op. cit., pp. 402- 403.

36Le choix des autorités centrales et régionales en faveur d’une accélération des réformes économiques destinées à ouvrir davantage le Xinjiang sur l’extérieur et, parallèlement, à transformer l’économie planifiée en économie de marché s’est heurté dans la région autonome à certaines résistances au sein de l’appareil administratif local. La déclaration de Wang Enmao du début du mois de janvier 1992 selon laquelle la Chine devrait ériger une « grande muraille » pour protéger le Xinjiang1004 constitue ainsi un exemple de l’existence de résistances à l’ouverture de la région au sein de l’administration locale. En ce qui concerne les réformes économiques, Doak Barnett soulignait déjà en 1988 qu’étant donné le rôle important joué par l’Armée populaire de libération et le Corps de Production et de Construction du Xinjiang (CPCX) dans la région autonome, les résistances des « conservateurs » à ces réformes (surtout selon Barnett parmi les militaires et les dirigeants du CPCX) risquaient d’y être plus importantes qu’ailleurs en Chine1005. On notera que les entreprises d’États par exemple comptaient pour 86 % de la production industrielle de la région autonome en 1988 et que la part des entreprises privées au Xinjiang était négligeable. Dans ces conditions, l’adoption de la politique d’accélération des réformes semblait effectivement délicate.

  • 1006 June Teufel Dreyer dressait pour sa part dans u n e étude publiée en 2000 un bilan mitigé de la pol (...)
  • 1007 «Xinjiang corps to form world's largest enterprise group », Ming Pao dans FBIS-CHI- 98-241, August (...)
  • 1008 Dans « of Role Xinjiang Production, Construction Corps important : white paper », Xinhuanet, May 26 (...)

37Sans entrer dans le détail de l’examen de la mise en œuvre des réformes économiques au Xinjiang depuis 1992 -question qui demanderait une étude approfondie particulière1006-, nous pouvons cependant constater que dans le cas du CPCX, après une courte période d’hésitation – puisque malgré l’adoption de mesures préférentielles en sa faveur au cours de l’année 1992 les autorités régionales constataient en décembre de cette année la faiblesse de l’engagement du Corps en faveur de la politique de réformes et d’ouverture, ce dernier a modifié son attitude en tout cas en ce qui concerne l’ouverture économique du Xinjiang. On note que le Corps s’est toutefois plutôt adapté que véritablement transformé. Il n’empêche, au cours des années 90, il est devenu un des principaux bénéficiaires de l’ouverture économique de la région autonome. En 1998, le CPCX a acquis avec le soutien des autorités centrales chinoises le statut d’ « entreprise ». On parle plus volontiers désormais de Xinjiang Production and Construction Group. Regroupant près de 900 000 cadres et travailleurs et disposant d’un capital immobilisé de 70 milliards de yuans, le Corps s’est transformé, selon les mots de son vice-commissaire politique, Wang Guizhen, en « largest business group in China, if not the world »1007. Il s’agit de la plus importante entreprise d’Etat de la Chine. Officiellement, le Corps se composera en 2003 de 14 divisions (réclamation areas) (contre 11 en 1996), 174 fermes (contre 172 en 1996), 4 391 entreprises industrielles, commerciales et de construction (contre 725 en 1996) dont 7 sont quotées en bourse (Xintian International Economie and Technical Cooperation Co. Ltd, Xinjiang Tianye Co. Ltd, Xinnong Development, Xinjiang Yilite Industries Co. Ltd., Xinzhongji Industrial Co. Ltd, Baihuacun Co. Ltd, Xinjiang Tianhong Paper Co. Ltd)1008. En 2001, le total des importations et des exportations du CPCX a atteint 654 millions de dollars soit 36,82 % du total du commerce extérieur de la région autonome du Xinjiang cette année. Ses exportations représentaient 44,91 % du total des exportations de la région autonome du Xinjiang. Il a exporté des marchandises dans 75 pays mais son premier partenaire commercial est le Kazakhstan qui représente à lui seul 66,09 % du total des exportations du Corps et 76,72 % de ses importations en 2001. Le commerce frontalier représente pour sa part 76,91 % de l’ensemble du commerce du CPCX pour cette année.

  • 1009 « Xinjiang cadres urged to use Deng talk as guide », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI-92-13 (...)
  • 1010 « Hardline Xinjiang Leaders said 'blocking' reform », Hong Kong AFP dans FBIS-CHI-92-128, July 1, 1 (...)
  • 1011 Voir détails dans « Song Hanliang stresses economic work at plenum », Urumqi Xinjiang Television Ne (...)
  • 1012 « Xinjiang's Tomur Dawamat on regional trade talks », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI-92-1 (...)
  • 1013 « Song Hanliang speaks at Xinjiang party plenum », Urumqi Xinjiang Television dans FBIS-CHI-94-000, (...)
  • 1014 « Xinjiang editorial urges work for Party Congress », Xinjiang Ribao dans FBISCHI- 92-138, July 17, (...)
  • 1015 « Premier Li Peng Inspects Xinjiang 1-3 September », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-92-173, (...)
  • 1016 Voir sur l'immobilisme, l'apathie, l'obstruction pour conserver leurs privilèges, l'absence de coop (...)
  • 1017 China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Memorabilia of Urumqi Fair in 1998 (...)

38Si les réticences initiales au sein du CPCX ont donc été finalement surmontées, d’autres oppositions ont également pu être observées. La lecture de la presse chinoise révèle ainsi qu’en matière d’« ouverture », il faut aussi compter au Xinjiang non seulement avec la méfiance et la réserve voire la résistance de certains cadres1009 au nom de la primauté de la « stabilité »1010 mais surtout avec un certain immobilisme de l’administration locale. Dans un discours de février 1992, Song Hanliang note par exemple qu’il est nécessaire « to eliminate thinking that favors contentement and a go-slow approach »1011. La nécessité d’ « émanciper davantage les esprits » pour saisir les opportunités que l’ouverture économique et les réformes offrent au Xinjiang apparaît également souvent dans les discours durant cette année1012. Les blocages psychologiques y sont en effet nombreux. Ainsi, au début de l’année 1994, Song Hanliang dans une allocution devant le comité du PCC local déclarait que « to further promote Xinjiang’s reform and development, the most crucial thing is to emancipate our minds (...). In the minds of some of ours comrades, the problem of being socialist or capitalist has not been fundamentally solved. The old ideology of planned economy still restraints minds of some of ours comrades. The traditional oasis economy of seeking self-sufficiency has been firmly established in the minds of people. It has generated deep-rooted ideas of closed economy, self-satisfaction, and conservatism. When discussing reform, some comrades often stressed special conditions in the region and warned against taking big strides. They wanted to do things slowly and hoped to receive more special consideration. This kind of backward ideology has adversely influenced our work »1013. Les impulsions des autorités dirigeantes régionales elles-mêmes poussées par le pouvoir central -comme il semble que cela a été le cas lors de la tournée de Song Ping en juillet 19921014 puis de Li Peng qui visite notamment Yining et Khorgos en septembre 1992 et exprime à cette occasion son espoir de voir les cadres de la région autonome mettre en œuvre la ligne définie par Deng Xiaoping et transformer le Xinjiang en véritable « fenêtre » et en « base » pour l’ouverture économique de la Chine vers l’ouest1015- seront donc nécessaires pour bousculer l’apathie et l’immobilisme de certains cadres du Xinjiang afin de transformer la région autonome en partenaire privilégié des républiques centre-asiatiques1016. Lors d’une importante tournée d’inspection au Xinjiang en 1998, Jiang Zemin jugera encore nécessaire d’appeler les autorités régionales à accroître l’ouverture de la région autonome sur le monde, à actualiser davantage la coopération et les liens avec les provinces intérieures de la Chine mais aussi avec les pays étrangers, et à tirer profit de la mise en place du deuxième pont continental euro-asiatique1017.

1.5. Le renforcement des infrastructures de transport et des points de passage transfrontaliers avec l’Asie centrale

  • 1018 L'importance du développement des transports pour le Xinjiang a ainsi été soulignée par les autorit (...)

39Parallèlement à l’adoption au cours de l’année 1992 de mesures économiques préférentielles destinées à stimuler l’activité économique de la région autonome, le pouvoir central et les autorités du Xinjiang ont également mis l’accent sur le renforcement des infrastructures de transport -tant ferroviaires et routières qu’aériennes- et de communication -y compris les télécommunications- ainsi que sur le développement des points de passages avec les États voisins d’Asie centrale1018. Si ce choix a une dimension économique évidente, ses objectifs sont cependant plus complexes qu’il n’y paraît à première vue. Il faut donc s’arrêter un instant sur les motivations des autorités chinoises. Les objectifs de Pékin touchent en effet à la fois à la politique interne et internationale de la Chine et par certains de ses aspects, dépassent le cadre des relations sino-centrasiatiques.

  • 1019 Idem, p. 401.

40Sur le plan politique interne, l’accent mis sur le renforcement des infrastructures a, aux yeux du pouvoir chinois, à la fois un aspect économique et un aspect lié à la sécurité. D’un point de vue économique, le Xinjiang étant enclavé et très éloigné de la mer -de l’ordre de 4000 à 5000 km1019-ainsi que des grands marchés chinois, le renforcement des infrastructures est destiné de manière générale à mieux le relier au reste du pays. Il s’agit également de stimuler le développement du commerce et des échanges ainsi que la modernisation de la région autonome en facilitant les transports et les communications tant sur le plan in-tra-régional qu’inter-régional dans le cadre de la Chine. A y regarder de plus près, on observera également que le Corps de Construction et de Production du Xinjiang est un des principaux bénéficiaires de cette politique de mise en place d’infrastructures de transport et de communication. Une proportion importante des nouvelles infrastructures routières et ferroviaires qui vont ainsi être rénovées, modernisées ou mises en place après 1992 seront localisées ou traverseront des zones géographiques où la présence et les activités du Corps sont importantes. C’est par exemple le cas de l’autoroute Urumqi-Kuitun en partie financée par la Banque Mondiale ou encore, dans une moindre mesure, du chemin de fer du sud-Xinjiang (Nan Jiang) dont le tracé traverse le territoire des fermes d’Etat contrôlées par le Corps au sud Xinjiang. Bien entendu, les activités économiques de ce dernier en seront stimulées d’autant.

  • 1020 « PLA builds communications network in Northwest », Jiefangjun Bao dans FBIS-CHI-96-097, April 24, (...)
  • 1021 Voir « Article discusses defense transportation network », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-19 (...)
  • 1022 Voir « Expressway opens in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1103, November 3, 2000.

41Toujours d’un point de vue interne mais sur le plan de la sécurité cette fois, en contribuant au développement économique de la région autonome, la mise en place de nouvelles infrastructures de transport et de communication participe au renforcement de la sécurité du Xinjiang puisque comme nous l’avons signalé, aux yeux des autorités chinoises, le développement économique concourt à réduire l’attrait du séparatisme ethnique. L’accent mis sur le développement et le renforcement des infrastructures permet également d’affermir directement la sécurité de la région du Xinjiang en la reliant mieux au territoire national chinois et en la rendant plus facilement et plus rapidement accessible aux forces militaires et de sécurité chinoises en cas de troubles internes. Un article du Jiefangjun Bao de 1996 signale ainsi que « the expansion and reconstruction projects of the northwest railway line, based on the Euroasian continental bridge as the trunk, all met the Army’s requirements. The whole hub was equipped with military mobile platforms, and the combat-readiness schemes of serving urgent needs all were implemented »1020. Un autre article de Xinhua relève également que la mise en place du chemin de fer du sud-Xinjiang (Nan Jiang) fait partie des quelques 200 projets de défense réalisés dans le domaine des transports par la Chine au cours du IXe plan quinquennal. D’autres grandes lignes ferroviaires comme celles reliant Pékin à Kowloon ou Nanjing à Kunming ont la même vocation à la fois civile et militaire1021. L’ouverture de l’autoroute reliant Urumqi à la ville de Kuitun au nord Xinjiang -route financée en partie par un prêt de la Banque mondiale et destinée à faciliter le commerce notamment avec le Kazakhstan-, est également présentée dans un article de Xinhua comme répondant à la fois à des objectifs économiques (améliorer l’économie du Xinjiang) et de sécurité (maintenir la stabilité sociale de la région)1022.

  • 1023 Voir TOOPS, S., « The population landscape of Xinjiang/East Turkestan », op. cit., pp. 160 et 161.

42L’accent mis sur le développement et le renforcement des infrastructures permet également de renforcer la sécurité du Xinjiang de manière plus indirecte, en facilitant la circulation et la pénétration d’une immigration han depuis les provinces intérieures de la Chine vers cette région, y compris dans ses zones les plus densément peuplées par les minorités ethniques, et les moins accessibles. Cet objectif concerne particulièrement le sud Xinjiang qui est le lieu de résidence de la majorité de la population ouïgoure du Xinjiang. Stanley Toops remarque ainsi dans son étude consacrée aux évolutions de la population du Xinjiang au cours des cinquante dernières années que l’immigration et l’implantation de populations ethniquement chinoises (Han) se sont concentrées au centre et nord de la région autonome en suivant le tracé des lignes de chemins de fer le long d’un axe principal est-ouest s’étendant de Qumûl/Hami à Urumqi/Urümchi avec un prolongement à l’ouest dans les villes de Kuitun, Shihezi, Changji et Karamay et au sud à Korla1023. Si on s’appuie sur ce précédent historique, il est assez clair que la mise en place de nouvelles infrastructures de transport et de communication en direction du sud Xinjiang permettra non seulement de mieux arrimer cette zone à l’ensemble de la région autonome et au territoire chinois mais favorisera également la pénétration de population han jusque dans ses confins. Ce phénomène peut aujourd’hui être observé par exemple dans les villes de Kachgar ou de Khotan.

43Sur le plan international, dans le domaine de la sécurité, on remarquera que le renforcement et la mise en place au Xinjiang de nouvelles infrastructures de transport et de communication à vocation à la fois civile et militaire accroît également la capacité d’intervention et de projection de l’Armée populaire de libération (APL) au-delà des frontières de la Chine puisque la circulation, le transport et la concentration de troupes et de matériels aux frontières avec l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, la Mongolie extérieure, la Russie ou les républiques d’Asie centrale à partir du Xinjiang seront désormais plus aisés.

  • 1024 LIU, Qingjian, « Sino-Central Asian Trade and Economic Relations : Progress, Problems and Prospects (...)

44Dans le domaine économique, elles permettent de réduire le frein aux échanges que constitue pour le Xinjiang la faiblesse de ses infrastructures et multiplient les possibilités d’interactions non seulement avec les États frontaliers de la région autonome, mais aussi potentiellement avec le reste du continent euro-asiatique à travers le territoire des républiques d’Asie centrale. La mise en place de ces nouvelles infrastructures de transport et de communication est donc destinée à réduire ce goulet d’étranglement pour stimuler et faciliter les flux commerciaux frontaliers dans les deux sens entre le Xinjiang et ses voisins. En outre, elle permet d’envisager à terme un développement des flux commerciaux entre la Chine, le Moyen-Orient et l’Europe via l’Asie centrale1024. Elle offre également à la Chine la possibilité de répondre -et donc de tirer des profits en termes d’influence politique et économique- à un besoin essentiel des républiques centre-asiatiques indépendantes : la nécessité du désenclavement.

  • 1025 L'enclavement géographique produit une vulnérabilité politique et des coûts économiques très import (...)

45Pour les républiques d’Asie centrale qui sont des États enclavés, la chute du système soviétique a en effet fait apparaître pour la première fois, l’existence de coûts économiques mais aussi politiques liés à leur situation géographique particulière1025. Il est rapidement apparu que l’établissement d’infrastructures de transport les reliant à leurs voisins était primordial non seulement pour renforcer leur indépendance à l’égard de leur ancienne métropole russe vers qui l’ensemble des systèmes de transport était exclusivement orienté jusque-là, mais aussi pour ouvrir la voie au développement de leur économie et à l’établissement de relations commerciales diversifiées. La mise en place et le renforcement des infrastructures de transport dans la région autonome du Xinjiang offrent donc à Pékin la possibilité de répondre à ce besoin, en fournissant aux républiques centre-asiatiques des voies de désenclavement en direction du Pacifique, à travers son territoire, ou de l’Océan indien via le Pakistan auquel le Xinjiang est relié par la grand route du Karakorum (Karakorum Highway).

  • 1026 Dans « Second China-Kazakhstan Highway opens », Xinhua dans FBIS-CHI-92- 165, August 25, 1992.
  • 1027 « Vice-chairman on Border Tarde », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-CHI-92- 159, August 17, 1992.

46Dès 1992, en s’appuyant sur les réalisations des années 80 dans ce domaine, les autorités centrales et locales ont donc cherché à développer et à renforcer les infrastructures de transport et de communication -y compris les télécommunications- du Xinjiang et à multiplier les points de passage transfrontaliers avec les États voisins de la région autonome. Durant l’année 1992, les autorités du Xinjiang consacrent ainsi des fonds à l’amélioration des infrastructures routières autour des différents ports frontaliers existants. Cinq nouvelles routes -dont une grande route de 73 km entre le point de passage d’Alatou/Alashankou (les Portes de Dzoungarie) à la frontière sino-kazakhe et la ville de Bole, permettant une liaison par bus entre cette dernière ville et Almaty au Kazakhstan1026 et une autre entre Khorgos et Qingshuihe-, sont ainsi mises en place au cours de l’année 19921027.

  • 1028 « Work begins on upgrading Lanzhou-Urumqi Railway », Xinhua dans FBIS-CHI-China Daily dans FBIS-CHI (...)
  • 1029 La participation du pouvoir central dans les investissements en infrastructures réalisés au Xinjian (...)
  • 1030 « Xinjiang secretary gives CPPCC Report », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-95- 051-S, March 16, 1995.

47Les autorités provinciales ne sont pas les seules à investir dans les infrastructures. L’intervention des autorités centrales est en fait essentielle. En collaboration avec les autorités provinciales, les autorités centrales chinoises décident en 1992 de doubler l’axe ferroviaire stratégique reliant la municipalité de Lanzhou au Gansu à Urumqi sur 1622 km1028. Il s’agit de renforcer la capacité de transport de cette voie ferrée qui permet le désenclavement d’Urumqi en direction de la côte Pacifique de la Chine. Elle devrait passer, une fois les travaux achevés, de 11,5 millions de tonnes par an à 25 millions de tonnes. Ces travaux estimés à 700 millions de dollars seront complétés en juillet 19951029 et la ligne officiellement inaugurée le 15 septembre 1995 commencera à être utilisée à des fins commerciales1030.

  • 1031 Cette idée de faire du Xinjiang un point de passage pour les provinces de Chine vers l'Occident et (...)
  • 1032 « Xinjiang leaders on seizing opportunities », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-93- 070, April 14, 1993
  • 1033 « Improvements in Xinjiang's Infrastructure reported », Xinhua dans FBIS-CHI- 93-206, October 23, 1 (...)
  • 1034 « First train crosses Alatow pass from Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-92- 121, June 23, 1992.

48En 1993, l’accent mis sur l’essor des infrastructures de transport reçoit semble-t-il une nouvelle impulsion. En effet, Song Hanliang et Tomur Dawamat déclarent en avril 1993 que la priorité de la région autonome avant même l’extension du commerce frontalier doit être de mettre en place une route internationale dans les régions du nord-ouest de la Chine, de transformer le Xinjiang en route internationale notamment pour le commerce bilatéral Chine/Europe1031 et d’accroître au maximum le transport de marchandises et de passagers1032. Des travaux de réhabilitation entrepris sur le grand axe routier Lanzhou/Urumqi dès 1992 seront ainsi complétés en octobre 19931033. Les voies de communication entre le Xinjiang et les provinces intérieures de la Chine font rapidement l’objet d’améliorations non négligeables. Du côté des liens avec les États voisins et les républiques centre-asiatiques en particulier, nous avons déjà signalé que la ligne du nord Xinjiang en provenance de la municipalité de Lanzhou, chef-lieu de la province du Gansu, et en direction du Kazakhstan via le col d’Alatou a été complétée dès septembre 1990. Cette voie ferrée n’a cependant commencé à transporter du fret sur une base temporaire qu’en juillet 1991. A la suite d’un accord entre le ministère kazakh des transports et des communications et du ministère chinois des chemins de fer, le port frontalier de Dostyk/Druzhba au Kazakhstan est ouvert au trafic ferroviaire en septembre 1991. Le premier train de passagers entre Almaty au Kazakhstan et Urumqi via le port frontalier d’Alatou/Alashankou franchit la frontière chinoise le 22 juin 19921034.

  • 1035 LI, Xialing, « Alashankou j in yi bu kaifang kaifade zhanlüe silu he zhengce jianyi », Xinjiang Shi (...)
  • 1036 La ligne Druzhba/Aktogay, mise en place à l’époque soviétique en 1959 puis abandonnée pendant trent (...)

49Dès le mois d’août 1992, le gouvernement chinois s’accorde avec le gouvernement kazakh pour ouvrir le port d’Alatou au commerce des États tiers1035 mais le commerce international n’est véritablement lancé qu’en décembre 1992. Le port frontalier d’Alatou/Druzhba devient réellement à ce moment le point de pénétration en Asie centrale du « deuxième pont continental euro-asiatique » selon la terminologie chinoise -aussi dénommé « corridor nord du chemin de fer trans-asiatique »-, qui relie désormais potentiellement le port chinois de Lianyungang à Rotterdam aux Pays-Bas sur une distance de 10 900 km. Cette artère ferroviaire traverse d’est en ouest dix provinces chinoises -à savoir le Jiangsu, le Shandong, l’Anhui, le Henan, le Shanxi, le Shaanxi, le Gansu, le Ningxia, le Qinghai et enfin le Xinjiang (soit 4131 km en territoire chinois)- avant de pénétrer sur le territoire du Kazakhstan à Dostyk/Druzhba. Elle est ensuite connectée au principal réseau ferroviaire kazakh à Aktogay, une ville située à 304 km de Druzhba1036. A partir d’Aktogay, elle emprunte le réseau ferroviaire kazakh datant de l’époque soviétique pour gagner le territoire de la Russie puis continuer vers les Pays-Bas à travers l’Europe de l’Est. Par rapport au Transsibérien -qualifié de « premier pont continental euro-asiatique »-, ce « deuxième pont continental euro-asiatique » a l’avantage de réduire les distances de transport à parcourir entre la Chine et l’Europe. Cette ligne pourrait donc permettre de placer le Xinjiang non seulement au centre des relations sino-centre-asiatiques mais aussi au cœur de futurs flux sino-européens. C’est bien entendu pour cette raison que les autorités centrales chinoises et celles du Xinjiang ont porté un intérêt particulier à ce projet depuis la fin des années 80.

  • 1037 ZHURAVLEV, V., « Competitors want to deprive BAM of the title ’railroad of the century’ », Delovoi (...)

Distances des ports chinois et japonais du Pacifique à Istanbul1037

Distances des ports chinois et japonais du Pacifique à Istanbul1037
  • 1038 « Xinjiang speeds up railway construction », Xinhua dans FBIS-CHI-94-061, March 30, 1994.
  • 1039 JIANG, Shijie, « Nanjiang Railway : Road of Unity and Benefit (I) », People's Daily, December 7, 19 (...)
  • 1040 « South Xinjiang Railway Officially Opens », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1206, December 6, 1999.

50Outre la voie ferrée du nord Xinjiang (Bei Jiang), les autorités du Xinjiang se sont également intéressées au chemin de fer du sud Xinjiang (Nan Jiang) dont une section relie depuis 1984 la ville de Turfân à celle de Korla sur 476 km. La possibilité de lancer des travaux sur un nouveau tronçon destiné à joindre la ville de Korla à celle de Kachgar située à 969 km plus à l’ouest est ainsi évoquée dès 19931038. En décembre 1994, Jiang Zemin annonce que ce projet a été inscrit au IXe Plan quinquennal couvrant la période 1996-2000. Mais ce n’est qu’à l’occasion d’une tournée au Xinjiang en septembre 1995 que Zhu Rongji, alors vice-premier ministre, annonce l’intention des autorités centrales d’entreprendre la construction de cette ligne1039. Cette dernière sera considérée comme un projet étatique majeur du IXe Plan quinquennal couvrant la période 1996-20001040. La décision de lancer les travaux est prise le 5 juillet 1996 et ils débutent finalement en septembre.

  • 1041 Dans « Jiang Zemin inspects Xinjiang 5-9 July », Xinhua dans FBIS-CHI-98-194, July 13, 1998.
  • 1042 « Jiang Zemin inspects Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-98-191, July 10, 1998.
  • 1043 JIANG, Shijie, « Nanjiang Railway : Road of Unity and Benefit (I) », op. cit.

51Signe de l’importance accordée par les autorités centrales à la mise en place de cette infrastructure officiellement destinée à accélérer le développement économique de la région autonome, Li Peng se rend au Xinjiang pour poser la première pierre de la nouvelle voie ferrée qui sera principalement construite par le Corps de Production et de Construction du Xinjiang1041. Il fera à nouveau le déplacement au Xinjiang au cours de l’année 1998 pour inspecter personnellement l’état d’avancement des travaux, suivi par Jiang Zemin et Qian Qichen en juillet 19981042. La première section de ce tronçon, posée entre les villes de Korla et d’Âqsû, entre en fonction en décembre 1998, stimulant immédiatement selon le Quodien du Peuple l’activité économique dans cette région1043.

  • 1044 « Li Peng cuts Ribbon for South Xinjiang Railway », Xinhua dans FBIS-CHI- 1999-1206, December 6, 19 (...)
  • 1045 « Li Peng on Development of West PRC », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1206, December 6, 1999.

52La seconde, complétant la nouvelle voie du sud-Xinjiang reliant désormais le bassin de Turfân à Kachgar sur une longueur de 1446 km, est inauguré le 6 décembre 1999 par les plus hautes autorités du Xinjiang mais aussi par le ministre des chemins de fer et par Li Peng qui effectue un déplacement spécial à l’occasion de la cérémonie organisée à Kachgar1044. Le coût des travaux a atteint officiellement 6,3 milliards de yuans. La capacité de transport de cette nouvelle ligne est estimée à 10 millions de tonnes par an1045.

  • 1046 Voir Investment Environment Introduction of Xinjiang Production and Construction Group (http://chin (...)
  • 1047 « Commentator hails completion of Nanjiang Railway », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-1999-1210, Decembe (...)
  • 1048 ADB, The 2020 Project : Policy Support in the People's Republic of China., op. cit., p. 124.
  • 1049 « Commentator hails completion of Nanjiang Railway », op. cit.

53Sa mise en place répond à des objectifs complexes. Sur le plan interne, aux yeux des autorités, en stimulant l’activité économique du sud Xinjiang -y compris celles des fermes d’état contrôlées par le Corps de production et de construction du Xinjiang et installées sur le tracé de cette ligne1046- cette infrastructure contribue au renforcement de la sécurité de la région. Comme le relevait le Quotidien du Peuple, l’ouverture du chemin de fer du sud Xinjiang, en apportant la prospérité aux populations de la région « will further the unity of the people of various nationalities and strengthening of national defense on the borderland in contribution to the building of a united stable motherland »1047. Elle accroît également la sécurité du Xinjiang en renforçant l’ancrage du bassin du Tarim au reste de la région et en permettant l’acheminement rapide de troupes et de matériel en cas de besoin. Elle ouvre aussi la voie à une nouvelle pénétration des colons han dans le bassin du Tarim à forte concentration de population ouïgoure, pénétration facilitée par l’implantation de fermes du CPCX le long du tracé de cette voie ferrée. Cette infrastructure contribue enfin à réduire les disparités entre la région autonome et les provinces côtières de la Chine aussi bien dans le domaine économique qu’en matière d’infrastructures de transport ferroviaire1048. Le Quotidien du Peuple relevait ainsi qu’en 1998, la densité de voies ferrées était de 153 km pour 10 000 km2 dans l’est de la Chine, 107 km dans le centre et seulement 26 dans l’ouest du pays1049.

54Sur le plan international, la mise en place de cette ligne devrait stimuler les échanges économiques de la partie sud de la région autonome du Xinjiang avec ses voisins centre-asiatiques. Le projet d’une ligne ferroviaire depuis la ville de Kachgar en direction de la vallée du Ferghana (parties kirghize et ouzbèque), une des régions les plus densément peuplées de l’Asie centrale est en effet envisagé depuis 1996 par les autorités kirghizes et ouzbèques soutenues par Pékin. Deux axes ont été proposés.

55Le premier favorisé par la République kirghize prévoit la mise en place d’une ligne d’une longueur de 577 km à partir de Kachgar, terminus du chemin de fer du sud-Xinjiang. Depuis cette ville, la voie ferrée pourrait parcourir une soixantaine de kilomètres en territoire chinois avant de gagner le territoire kirghize par la passe de Torugart (située à une altitude de 3752 m). Elle traverserait ensuite la République kirghize sur 226 km peut-être jusqu’à la ville de Jalal-Abad située à la frontière avec l’Ouzbékistan. Pour les autorités kirghizes, il y a cependant deux possibilités à partir de Torugart. Selon la première, une ligne pourrait traverser le territoire kirghize en direction de Balykchi puis de Bichkek et ensuite en direction du réseau ferré du Kazakhstan avec qui elle serait connectée. L’autre possibilité consisterait à connecter la ligne arrivant à Jalal-Abad depuis Torugart à la ville d’Andijan dans la partie ouzbéque de la vallée du Ferghana où elle pourrait être reliée au réseau ferroviaire de ce pays. Pékin comme Tachkent favorisent semble-t-il une autre variante, plus courte d’environ 70-80 km, que la ligne vers le Ferghana ouzbèque proposée par Bichkek. La ligne pourrait entrer en territoire kirghize au port frontalier d’Irkeshtam plutôt que Torugart avant de gagner la ville kirghize de Och dans la vallée du Ferghana puis la ville ouzbèque d’Andijan où elle serait rattachée au réseau ferroviaire ouzbèque.

  • 1050 Le gouvernement kirghize voudrait utiliser la dynamique lancée autour de ce projet de ligne interna (...)
  • 1051 JIANG, Shijie, « Nanjiang Railway : Road of Unity and Benefit (I) », op. cit.

56Outre son intérêt interne majeur pour la République kirghize1050et pour la facilitation des échanges régionaux Xinjiang/République kirghize et Xinjiang/Ouzbékistan, cette ligne pourrait également constituer un nouvel axe de transport ouest-est pour le désenclavement des productions des deux républiques centre-asiatiques à destination des autres provinces de la Chine et de la région Asie-Pacifique. En effet, cette future ligne, reliée au chemin de fer du sud Xinjiang pourrait gagner aussi bien le nord de la région autonome chinoise via la ligne nord Xinjiang/sud Xinjiang entre Kachgar et Urumqi/Ürümchi (soit 850 km) que l’est de la région en direction de Turfân via Korla (chemin de fer du sud Xinjiang) avant de poursuivre en direction de l’intérieur de la Chine. Elle permettrait donc aux productions kirghizes et ouzbèques d’atteindre n’importe quelle province chinoise, de même que l’océan Pacifique au port de Lianyungang. Dans l’autre sens, la création de cette ligne pourrait également avoir des répercussions internationales importantes. Au-delà de ses objectifs régionaux, le chemin de fer du sud Xinjiang relié à la ligne Kachgar-Andijan pourrait, aux yeux de ses promoteurs chinois, contribuer à la création d’un corridor transcontinental de transport de marchandises supplémentaire entre la Chine et le Moyen-Orient mais aussi éventuellement entre la Chine et l’Europe. Il pourrait ainsi constituer une partie d’un futur troisième pont continental euro-asiatique. Le Quotidien du Peuple relevait en effet en décembre 1999 que « the construction of Nanjiang Railway has hastened the emergence of the China-Kirghizstan-Uzbekistan international railway, it is estimated that in the early 21st century, Nanjiang Railway will become a component of the third Eurasian continental bridge »1051.

  • 1052 L'extension Tezhen-Mashad via la ville frontalière turkmène de Sarakhs, lancée en mai 1992 a été in (...)
  • 1053 Voir SHIGERU, Otsuka, « Central Asia's Rail Network and the Eurasian Land Bridge », op. cit., p. 43
  • 1054 « Passage of 2d Euro-Asia Continental Bridge to Open 'Soon' », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1229, Déce (...)
  • 1055 GORSHKOV, T., BAGATURIA, G., « Traceca-Restoration of Silk Roads », op. cit., p. 54. Selon Pannell (...)
  • 1056 Idem, pp. 325-326.

57En théorie, des marchandises pourraient être chargées dans le port chinois de Lianyungang, traverser une dizaine de provinces chinoises pour atteindre Kachgar et ensuite transiter par le territoire de la République kirghize pour atteindre la ville ouzbèque d’Andijan. Cette ligne, connectée au réseau ferroviaire existant permettrait de gagner Khoudjand (au Tadjikistan) puis Samarqand et Bukhârâ en Ouzbékistan et au-delà, Chardzhou, Merv et Tedzhen au Turkménistan. Depuis la ville turkmène de Tezhen, les marchandises pourraient emprunter la voie Sarakhs-Mashad1052 (300 km) ouverte en 1996 pour gagner le territoire de la République islamique d’Iran. A partir du territoire iranien, ces marchandises seraient alors dirigées soit vers le golfe Persique par la ligne Sirjan/Bandar-Abbas, soit vers le Caucase, soit enfin vers la frontière irano-turque à Kapicoi situé à 870 km à l’ouest de Téhéran via Tabriz. Depuis la frontière turque, elles atteindraient l’Europe, à condition que certaines liaisons soient complétées dans le réseau ferroviaire turc1053. A partir du Turkménistan, les marchandises provenant de Lianyungang pourraient également être acheminées jusqu’au port turkmène de Turkmenbashi via Achkhabad. Les marchandises seraient alors chargées sur un ferry pour être transportées vers le port azerbaïdjanais de Bakou et de là, gagner la Géorgie puis la mer Noire. Cette ligne formerait dès lors un troisième pont ferroviaire continental euro-asiatique ou un « corridor du sud » du « deuxième pont continental euro-asiatique » par opposition au « corridor du nord » qui relie théoriquement on s’en souvient Lianyungang à Rotterdam via Druzhba/Alatou et le territoire kazakh1054. Ce « corridor du sud » serait plus compétitif que le « corridor du nord » car il aurait l’avantage de réduire la distance entre Lianyungang et Rotterdam de 1100 km, produisant ainsi des gains en termes de temps et de coûts de transport1055. Il pourrait donc entrer en concurrence directe non seulement avec le Transsibérien -selon Pannell et Ma, il réduirait la distance Pacifique-Europe de 4000 km par rapport à cette ligne1056- mais aussi avec le « corridor du nord » empruntant le territoire kazakh.

58Dans ses conditions, en Asie centrale, le Kazakhstan pourrait voir se réduire le volume de marchandises chinoises transitant par son territoire à destination de ses voisins centre-asiatiques ou vers l’Europe et le Moyen-Orient alors qu’au contraire, la dépendance de la République kirghize et l’Ouzbékistan à l’égard du Kazakhstan pour le transit de-marchandises à destination de la Chine pourrait se réduire très fortement. En outre, si cette voie s’avère être économiquement viable -ce qui reste à déterminer pour des distances aussi importantes-, ces deux Républiques pourraient devenir des États de transit importants poulies marchandises chinoises à destination des marchés du Moyen-Orient voire de l’Europe. Dans ce schéma, Kachgar pourrait également devenir une nouvelle tête de pont pour la Chine en direction des marchés d’Asie centrale, de l’Asie occidentale, voire même de l’Europe.

  • 1057 « TA Project n° 32, Pre-feasabilily Study of a New Rail Link between the Ferghana Valley, Bishkek a (...)
  • 1058 Calla Wiemer donne des chiffres plus élevés de l’ordre de 3 à 5 milliards de dollars. La ligne sera (...)

59Afin de discuter de la réalisation de ce projet, depuis novembre 1997, une structure tripartite sino-ouzbéko-kirghize a été mise en place. Elle inclut une commission au niveau ministériel, un groupe de travail tripartite chargé des questions techniques, et des groupes de travail dans chaque pays. Plusieurs études préliminaires commanditées par le gouvernement kirghize ont été menées par « Transproekt » (Technical Institute-Almaty) pour définir la meilleure route sur son territoire pour la ligne Kachgar/Jalal-Abad. La route optimale, approuvée par le gouvernement kirghize en 2000 est la suivante : Jalal-Abad/vallée du fleuve Changet/vallée du fleuve Yassy/tunnel dans la chaîne du Ferghana/vallée du fleuve Arpa/vallée de Chatyrkul/tunnel vers la Chine dans la région de la passe de Torugart1057 . Le coût de ce projet est cependant très élevé. Il a été estimé à entre 950 millions et 1 milliard de dollars1058.

  • 1059 « Second NW China, Southern European Railway construction to begin soon », Xinhua dans FBIS-CHI-200 (...)
  • 1060 « Chinese Premier meets guests from Uzbekistan, Kyrgyzstan », Xinhua, June 13, 2001.
  • 1061 Dans « New Central Asian rail link planned for China, Uzbekistan », Itar-Tass dans ra/.S-CHI-2001-0 (...)
  • 1062 XIE, Ye, « Rail to link west China, central Asia », China Daily, September 7, 2001.
  • 1063 CARLSON, C, « Central Asia : Railroads play crucial role in developing Central Asian economy », RFE (...)
  • 1064 Voir Highway linking China, Kirgizstan, Uzbekistan expected to be in service in 2008 », People's Da (...)

60Diverses réunions des groupes de travail technique ont été organisées depuis 1997 pour examiner les difficultés de réalisation de ce projet. A l’hiver 2001, Xinhua annonçait que les trois partenaires étaient en train de discuter en coopération avec la Banque asiatique de développement de la mise au point du mécanisme de financement de cette ligne et que les travaux pourraient bientôt débuter1059. Quelques mois plus tard, en juin 2001, Zhu Rongji a rencontré les délégués kirghizes et ouzbéques qui participaient à la seconde réunion de ce China-Kyrgyzstan-Uzbekistan Railways Joint Working Committee qui s’est tenue à Pékin les 12 et 13 juin1060. Cette réunion au niveau ministériel a abouti au choix de l’itinéraire Kachgar-Torugart-Jalal-Abad qui était favorisé par Bichkek. Un accord supplémentaire destiné à régler la question de la répartition des frais de construction entre les partenaires devait cependant encore être signé1061. Au début du mois de septembre 2001, China Daily annonçait que les travaux pourraient débuter dans trois ans1062. Mais le financement de cette ligne est cependant loin d’être assuré. Ce problème est particulièrement sévère pour la République kirghize. Son coût, particulièrement élevé en raison de la nature montagneuse du terrain traversé, pourrait atteindre 3 à 4 millions de dollars par kilomètre soit un coût total pour la construction des 200 kilomètres de voies en territoire kirghize s’élevant à 600 voire 700 millions de dollars. Personne ne semblait prêt à avancer cette somme au gouvernement de la République1063. Une étude de faisabilité concernant cette ligne réalisée pour le compte de l’Union européenne relevait que ce chemin de fer risquait de ne voir le jour qu’en 2016. Malgré son intérêt, cette ligne semble donc être au mieux un projet à moyen terme. En tout cas, en 2007, les discussions autour de ce projet se poursuivaient entre les trois partenaires. Récemment, ils semblent avoir mis la priorité sur le développement d’une liaison routière de 937 km entre Kachgar et Tachkent1064.

  • 1065 PRC to build railway for West area development », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1203, December 3, 1999 (...)
  • 1066 ADB, The 2020 Project : Policy Support in the People's Republic of China, op. cit., p. 133.
  • 1067 Dans « Construction of the 1st electrified railway in Xinjiang kicks off », People's Daily, Novembe (...)

61Outre les chemins de fer du nord et du sud Xinjiang, les autorités du Xinjiang ont par ailleurs annoncé à la fin de l’année 1999 leur intention d’établir avec l’aide de l’état central une nouvelle voie ferrée au nord Xinjiang, entre Urumqi et Almaty via la ville de Yining et le port frontalier de Khorgos1065. Cette nouvelle ligne d’une longueur estimée à 296 km quitterait la voie Urumqi/Alatou dans le district de Jinghe (sud-ouest du bassin de Dzoungarie) pour se diriger vers Yining et gagner la frontière kazakhe à Khorgos avant de poursuivre vers Almaty. Ce nouveau tracé pourrait ainsi permettre une meilleure mise en valeur de la préfecture kazakhe d’Ili (au Xinjiang) et raccourcirait le trajet Urumqi/Almaty d’environ 350 km. Son coût a cependant été estimé à plus de 300 millions de dollars. Son financement pourrait être assuré par le pouvoir central chinois. Comme il s’agirait d’une nouvelle ligne, elle pourrait être construite selon le standard chinois d’écartement des voies, ce qui éviterait l’épineux problème du transbordement des marchandises que l’on rencontre à Alatou/Druzhba. Les gains en termes de temps et de prix pourraient ainsi être importants, ce qui en retour pourrait stimuler le commerce entre le Kazakhstan et la Chine1066. Les travaux sur cette ligne ont été lancé à la fin de l’année 2004 et ils pourraient se terminer en 20081067.

62En plus du domaine ferroviaire, dès 1992, les autorités régionales ont également mis l’accent sur le renforcement du réseau routier du Xinjiang. Elles se sont efforcées d’améliorer les infrastructures routières reliant les grands centres urbains régionaux entre eux et les liaisons intra-régionales. C’est ainsi que sera mise en place la « route du Taklamakan » (Taklamakan Highway ou Desert Highway), un axe routier de 562 km reliant les champs pétrolifères de Lunnan près de Lun-tai/Bügür (nord du bassin du Tarim) au district de Minfeng/Niya (sud du bassin du Tarim) à travers le désert du Taklamakan. Cette route, offrant un axe de transport nord-sud au centre du bassin du Tarim, a été financée par le pouvoir central. Elle est entrée en service en octobre 1995.

  • 1068 Voir « Xinjiang opens 10 highways to trading ports », Xinhua dans FBIS-CHI-93- 129, July 8, 1993 et (...)
  • 1069 « Bus service established with Kazakhstan »», Xinhua dans /MS-CHI-93-154, August 12, 1993 et « Xinj (...)

63Les autorités régionales ont également mis l’accent sur les routes permettant de relier les différents points de passages frontaliers et les villes proches et sur le développement et l’amélioration des liaisons routières avec les républiques voisines, notamment le Kazakhstan1068. Concernant ce dernier point, des travaux de réparation et de modernisation de l’axe routier entre la ville frontalière de Yining et Urumqi (700 km) sont mis au programme en octobre 1993. Ils sont destinés à permettre à terme une meilleure liaison entre deux centres urbains et économiques très importants sur le plan régional : la capitale kazakhe et la capitale régionale du Xinjiang. Une ligne régulière de bus reliant Yining à Almaty est par ailleurs entrée en service dès le mois d’août 19931069.

  • 1070 « Xinjiang government head reviews past 40 years », Xinjiang Ribao dans FBISCHI- 95-201, October 18 (...)
  • 1071 « Xinjiang live-year plan, long-term target », Xinjiang Ribao dans FBAS-CHI-96- 118, April 9, 1996.

64A la fin de l’année 1995, selon le Quotidien du Xinjiang (Xinjiang Ribao), la région autonome avec Urumqi comme centre dispose de 7 routes nationales et de 68 routes provinciales. Elles permettent d’atteindre le Qinhai et le Gansu à l’est, le Tibet au sud et l’Asie centrale et occidentale à l’ouest1070. Dans le cadre du IXe plan quinquennal (1996-2000), les autorités du Xinjiang mettent également l’accent sur la maintenance et le renforcement du réseau routier régional. Elles favorisent les axes nord-sud (comme la route Altaï-Urumqi ou la route Urumqi-Kachgar via Turfân et Âqsû) et est-ouest pour affermir les liaisons intra-provinciales, interprovinciales et enfin avec les voisins étrangers de la région autonome. Il est ainsi officiellement prévu que pendant cette période, 218 km d’autoroutes, 208 km de routes de première classe, 124 km de route de seconde classe et 745 km de routes générales seront construits1071. Les travaux entrepris avec l’assistance financière de la Banque mondiale à partir de la fin de mars 1995 pour renforcer l’axe routier intra-régional qui relie Turfân à Urumqi et Da Huangshan via Miquan et Fukang (un projet de 283 km estimé à 361 millions de dollars dont 150 millions financés par la Banque Mondiale) seront accélérés dans le cadre du IXe plan quinquennal (1996-2000).

  • 1072 « First World Bank-financed highway in Xinjiang opens », Xinhua dans FBISCHI- 98-232, August 20, 19 (...)
  • 1073 « Xinjiang Chairman delivers Government work report », Xinjiang Ribao dans FBIS-CH1-96-086, April 8 (...)
  • 1074 « Article views Xinjiang's economic progress », Liaowang dans fBZS-CHI-95-229, November 29, 1995 et (...)
  • 1075 « PRC contractors get bid details on Xinjiang's first expressway », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-C (...)
  • 1076 « First World Bank-financed highway in Xinjiang opens », op. cit.
  • 1077 « Expressway opens in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-l 103, November 3, 2000.

65Cet axe routier revêt une importance particulière d’un point de vue économique pour la région autonome puisque selon Xinhua, plus de 180 grandes et moyennes entreprises représentant 60 % de la production industrielle et agricole du Xinjiang et plus de 70 % de son PIB sont situées en 1998 le long de cette route1072. Les autorités du Xinjiang prévoient également la mise en place rapide de la route nationale n° 218 entre Qingshuihe près de la frontière kazakhe et la ville de Yining1073. Elles préparent en outre, en collaboration avec la Banque Mondiale, la reconstruction de l’axe routier est-ouest entre la ville d’Urumqi et celle de Kuitun via Changji, Shihezi et Shawan (route nationale n° 312)1074. Cette route reliée au réseau existant permet de gagner le territoire kazakh. Ce projet, qui couvre 267,4 km d’autoroutes, est estimé à plus de 4 milliards de yuans soit environ 658 millions de dollars dont 300 seront en fait financés par un prêt de la Banque mondiale1075. La route Turfân/Urumqi/Da Huangshan sera complété en août 19981076 et l’autoroute Kuitun/Urumqi en novembre 20001077.

  • 1078 « Xinjiang five-year plan, long-term target », op. cit.
  • 1079 « Port linking Alataw Pass, Druzhba opens », Xinhua dans FBIS-CHI-95-249, December 28, 1995.

66Outre ces deux axes routiers essentiels pour le développement économique du Xinjiang et les relations sino-centre-asiatiques -axes à propos desquels on peut cependant se poser la question de savoir si ils auraient vu le jour aussi rapidement sans l’intervention financière de la Banque mondiale-, le « projet à long terme 2010 » pour le Xinjiang adopté au début du mois d’avril 1996 prévoit également qu’à cette date, la région autonome devrait avoir mis en place deux nouvelles lignes ferroviaires : une ligne entre Jinghe et Khorgos via Yining et une autre entre Kuitun et Altaï. Une autoroute reliant la ville d’Urumqi à celle de Korla située au sud Xinjiang (mais majoritairement Han sur le plan de sa population) devrait également être construite1078. La mise en place de ces trois infrastructures de transport supplémentaires pourrait également faciliter les relations commerciales entre le Xinjiang et l’Asie centrale. En décembre 1996 est également ouverte une route reliant Alatou à Druzhba, transformant ainsi le port d’Alatou/Alashankou en port frontalier à la fois ferroviaire et routier1079.

  • 1080 « Talks held with Pakistan, CIS States on Transit », Xinhua dans FBIS-CHI-95- 045, March 7, 1995.
  • 1081 Dans « Trade accord signed with Pakistan, CIS States », Xinhua dans FBIS-CHI- 95-047, March 9, 1995
  • 1082 « Transport Minister on roads links with PRC, Pakistan », Bishkek Radio First Program network dans (...)

67Toujours dans le domaine routier, outre le renforcement des infrastructures physiques au Xinjiang, la Chine a cherché à développer des relations avec ses voisins dans le domaine du transit. C’est ainsi qu’en mars 1995, une conférence de trois jours est organisée à Islamabad entre la Chine, le Kazakhstan, la République kirghize et le Pakistan afin de finaliser un accord de transit routier entre les quatre pays. Ce dernier est destiné à faciliter le transport de marchandises et de passagers entre les territoires des quatre partenaires et à promouvoir le commerce quadripartite1080. Un accord quadrilatéral est signé le 9 mars 1995, ouvrant ainsi officiellement la voie au transport de marchandises et de passagers depuis Almaty jusqu’à Karachi sur 3700 km via le territoire de la République kirghize (Bichkek/Naryn/Passe de Torugart ou Och/Sary-Tash/Irkeshtam) puis la région autonome du Xinjiang et enfin le Pakistan par la grand route du Karakorum (Karakorum Highway) qui relie Kachgar à Gilgit au Pakistan via la Passe de Khunjerab1081. La signature de ce document permettait d’envisager dès 1995 le renforcement des échanges économiques régionaux entre l’Asie centrale et le Pakistan via le Xinjiang -la région autonome devenant dans ce schéma une zone de transit incontournable pour les échanges pakistano-centre-asiatiques-, et ouvrait aux deux républiques centre-asiatiques concernées par cet accord, de nouvelles perspectives de désenclavement vers la Chine et à travers le territoire chinois vers la région de l’Asie-Pacifique, mais aussi à travers le Xinjiang puis le Pakistan vers le sous-continent et l’océan Indien. Selon le ministre kirghize des transports, cet axe de transit devait être mis en service dès le mois de juillet 19951082. Mais malgré les perspectives intéressantes ouvertes par l’accord, sa mise en œuvre s’est heurtée à d’importants obstacles. Il est resté inappliqué jusqu’à aujourd’hui pour des raisons que nous examinons plus bas.

  • 1083 « Xinjiang makes economic construction 'Progress' », Xinhua dans FBIS-CHI 93-226, November 26, 1993 (...)
  • 1084 Dans « Serial Report on Xinjiang, Part I », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-95-187, September 27, 1995.
  • 1085 « Xinjiang government head reviews past 40 years », op. cit.
  • 1086 Chiffres cités dans « Xinjiang Party Secretary Economic Development, Separatism », Liaowang dans FB (...)
  • 1087 « Xinjiang Chairman delivers Government work report », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-086, April 8 (...)

68En plus des chemins de fer et des axes routiers, des travaux d’extension des infrastructures aéroportuaires régionales notamment à Urumqi et Yining ont également été programmés dès 1992/1993. A la fin de l’année 1993, si on en croit Xinhua, plus de 350 millions de dollars auront été investis dans la construction et l’agrandissement des douze aéroports régionaux (notamment à Tacheng, Altaï, Karamay et Kachgar)1083. 70 % d’entre eux pourront à la fin de l’année 1993 accueillir des grands et des moyens porteurs. En 1995, l’aéroport international d’Urumqi est considéré comme le quatrième aéroport de Chine1084. Le Xinjiang a ouvert à ce moment 40 routes aériennes internes et internationales et l’aéroport d’Urumqi est désormais relié à 24 villes chinoises et 5 villes étrangères ainsi qu’à 12 villes de la région autonome elle-même1085. En 2001, le Xinjiang disposera de 61 lignes aériennes dont 6 lignes internationales1086. Dans le cadre du IXe plan quinquennal (1996-2000), les autorités du Xinjiang prévoient également dans ce domaine la poursuite des travaux sur l’aéroport d’Urumqi, la reconstruction ou l’extension des aéroports de Kachgar, Ili et Altaï ainsi que de ceux de Hami et Korla1087.

  • 1088 « Article views Xinjiang's role as Western 'Passage' », op. cit. et « Xinjiang makes 'strides' in T (...)
  • 1089 « Autonomous regions progress in telecommunications », Xinhua dans FBIS-CHI- 93-190, October 4, 199 (...)
  • 1090 Détails « Article views Xinjiang's role as Western 'Passage' », op. cit.
  • 1091 « PRC : Xinjiang Chairman delivers Government work report », op. cit.

69Les autorités du Xinjiang mettent aussi un accent particulier sur le secteur des télécommunications1088. Les investissements dans ce domaine doublent ainsi entre 1992 et 1993 pour atteindre officiellement cette dernière année environ 76 millions de dollars1089. Les autorités ont prévu de développer le réseau de télécommunication du Xinjiang sur le plan intra-régional en reliant les grandes villes de la région entre elles. Sur le plan régional, la pose d’une liaison par fibre optique entre la ville de Xian, capitale de la province du Shaanxi, et Urumqi via Lanzhou a également été mis au programme par les autorités centrales en 1992. Les travaux qui ont débuté en 1993 sont été complétés en 1994. Au cours de l’année 1995, la ligne a été prolongée entre Urumqi et Yining. Enfin, sur le plan international, la première ligne de télécommunication par fibres optiques entre Shanghai et Francfort via le Xinjiang devait être complétée au cours de l’année 19941090. Dans le cadre du IXe plan quinquennal (1996-2000), les autorités du Xinjiang prévoient également la mise en place rapide des liaisons par fibres optiques au nord et au sud de la région autonome1091.

  • 1092 En 2001, les marchandises ayant transité par ce port ont été estimées à environ 6 millions de dolla (...)

70En plus des infrastructures de transport et de communication, la région autonome du Xinjiang a également mis l’accent sur la mise en place, la modernisation et le renforcement des points de passage transfrontaliers avec ses voisins. On se souviendra que dès août 1982, le point de passage de Khunjerab (région de Tashkorgan sur la grande route du Karakorum) situé à 290 km de Kachgar a été ouvert au commerce avec le Pakistan voisin. Pour des raisons climatiques, ce port ne fonctionne que sur une base temporaire, du 1er mai au 30 novembre1092. Avec la Mongolie extérieure voisine, la région autonome a également mis en place quatre points de passage terrestres. Ces derniers sont installés le long de la frontière sino-mongole à Lao Yemiao dans la Préfecture de Hami, à Ulastay dans la Préfecture autonome Hui de Changji, et enfin à Takshkent et à Hongshanzui situés dans la région de l’Altaï. Ce dernier port est par ailleurs fermé entre le 1 décembre et le 30 avril.

  • 1093 « Xinjiang speeds up infrastructure construction », Xinhua dans FBIS-CHI-92- 086, May 4, 1992.
  • 1094 SHEN, Zunjing, SONG, Zhenghou, « Xinjiang as a gateway to Central Asia Promoted », op. cit.
  • 1095 Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade, 1992-1993, op. cit., p. 401.
  • 1096 Chiffre cité dans China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Introduction to (...)

71En ce qui concerne particulièrement les républiques d’Asie centrale, la région autonome du Xinjiang a mis en place un certain nombre de points de passage entre 1984 et la fin des années 1990. On se souvient que le point de passage frontalier de Korgas (Huocheng/Qorghas)/ Khorgos côté kazakh déjà utilisé sous la dynastie mandchoue des Qing et situé dans la région autonome kazakhe d’Ili (district de Huocheng) à 96 km de la ville de Yining/Ghulca, 690 km d’Urumqi et 380 km d’Almaty a été réouvert dès 1984 pour le transit de marchandises vers la RSS du Kazakhstan et les autres républiques méridionales de l’URSS. En 1991, l’ouverture de ce port a été étendue aux citoyens des États tiers. Au cours de l’année 1992, des travaux de modernisation des infrastructures de Khorgos sont entrepris1093. Ces dernières feront l’objet d’améliorations constantes tout au long des années 1990. Au moment de l’indépendance des républiques d’Asie centrale, le port de Khorgos devient un point de passage très fréquenté car contrairement à d’autres ports frontaliers de la région autonome, ce port routier est ouvert toute l’année. Un marché frontalier y a été installé en août 19921094. Au cours de l’année 1992, 500 000 tonnes de marchandises transiteront par ce port selon les statistiques chinoises1095. En 2001, le transit de marchandises atteignait cependant un peu plus de la moitié du volume de 1992 avec seulement 277 034 tonnes1096.

  • 1097 « Port Linking Alataw Pass, Druzhba Opens », Xinhua dans EB/SCHI-95-249, December 28, 1995.
  • 1098 « Cargo Transport of Xinjiang's Largest Railway Port Up », Xinhuanet, June 26, 2003.

72Le port d’Alatou/Alashankou//Dostyk/Druzhba côté kazakh (la station de Druzhba se trouve à 20 km à l’ouest d’Alatou en territoire kazakh, dans l’oblast de Taldy-Kurgan) est localisé dans la passe d’Alatou -longue de 90 km et large de 20 km-, elle-même située dans la Préfecture autonome mongole de Bortala au nord-ouest du Xinjiang. Contrairement aux autres ports terrestres qui sont uniquement des ports routiers, Alatou/Dostyk est à la fois un port routier -en décembre 1995 a en effet été ouverte la liaison Alatou/Druzhba par route1097- et ferroviaire. Le port d’Alatou est le port ferroviaire le plus important de l’ouest chinois et aussi le point de passage le plus actif du Xinjiang. Comme le relevait Xinhua, entre 1991 et 2002, il aura ainsi vu transiter 28,7 millions de tonnes de marchandises soit 90 % de l’ensemble du transit des ports frontaliers du Xinjiang1098.

  • 1099 « Xinjiang opens border crossing with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CH1-95- 128, July 5, 1995.
  • 1100 « Xinjiang to open new port of entry on Kazakh Border », Xinhua dans FBISCHI- 97-252, September 9, (...)
  • 1101 « New Border Market » Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0614, June 14, 1999.

73Dès 1992, les autorités régionales envisagent également d’ouvrir des ports frontaliers terrestres supplémentaires avec le Kazakhstan indépendant. En juillet 1992, les gouvernements chinois et kazakh décident de réouvrir le port frontalier Jiminay situé dans la région de l’Altaï, dans la préfecture autonome kazakhe d’Ili (au Xinjiang) à 450 km d’Urumqi. Ils ont ainsi mis en place un port destiné à relier la passe de Jiminay à celle de Maykapchagay située du côté kazakh. Le port de Baktu qui s’étend sur 1 km2 est situé à 17 km de la ville chinoise de Tacheng, 477 km d’Urumqi et 800 m du port de Bachty installé du côté kazakh de la frontière. Il est entré en fonction en 1992/1993 et a été ouvert officiellement aux États tiers en 19951099. Le port de Dulata (Zhaosu)/passe de Kalzhat (Kelizate) côté kazakh, situé dans la préfecture d’Ili (territoire autonome Xibe du district de Qapqal) à 256 km d’Almaty a été ouvert conjointement par la Chine et le Kazakhstan pour faciliter les échanges entre la région frontalière chinoise de Yining et le Kazakhstan (région de Chundzha au nord-est d’Almaty). Si il a servi au commerce local et frontalier grâce à la mise en place de marchés pour les résidents frontaliers dès 1993, il n’est officiellement ouvert qu’en octobre 19971100. Ses infrastructures (routes, électricités) seront renforcées à partir de 19991101. La mise en place du port de Muzart/passe de Narynkol côté kazakh, situé dans la région de l’Ili, a également été ratifiée par les autorités centrales. Il n’est cependant pas entré en fonction avant la fin de la période qui nous occupe. Avec le Kazakhstan, le Xinjiang dispose aujourd’hui officiellement de 7 ports terrestres frontaliers. On notera cependant que le port de Habahe/passe de Aktübek//Alekseyevka (Alianxiefuka) côté kazakh, situé dans la région de l’Altaï n’est toujours pas entré en fonction même si un accord sino-kazakh conclu au mois d’août 1992 prévoyant son ouverture et le transit des personnes, des véhicules et des marchandises a bien été ratifié par les autorités centrales chinoises. Ce serait l’état dégradé des routes du côté kazakh qui aurait empêché son activation.

  • 1102 En raison des conditions climatiques, ce point de passage qui est aussi une passe de haute montagne (...)
  • 1103 T.E Gordon notait ainsi en 1876 que la passe de Torugart, « is the most used caravan route from the (...)
  • 1104 « Border trade increases with CIS countries », Beijing Radio Beijing dans FBIS-CHI- 92-097, May 19, (...)
  • 1105 Almanac of China's Foreign Economie Relations and Trade, 1992-1993, op. cit., p. 401.

74Outre le Kazakhstan, la région du Xinjiang possède également deux points de passage pour le commerce avec la République kirghize. Il s’agit des ports terrestres de Torugart et d’Irkeshtam. Torugart/Turugarte côté kirghize est un port routier praticable toute l’année1102. Ouvert depuis les années 80, ce point de passage frontalier situé dans une passe historiquement très empruntée1103, est localisé à 170 km de la ville de Artush/Artux dans la Préfecture autonome kirghize de Kizilsu (district de Wuqia)1104. En 1992, 97 000 tonnes de marchandises ont transité par ce port1105. Depuis, sa capacité annuelle de traitement de marchandises a augmenté et est passée à 150 000 tonnes. En 2001, le total des importations et des exportations ayant transité par Torugart a été estimé à 110 707 tonnes pour un montant évalué à 73,6 millions de dollars américains (total des importations, 90 336 tonnes pour un montant de 38,1 millions de dollars américains et total des exportations 20 341 tonnes représentant 35,5 millions de dollars).

75L’autre port terrestre en direction de la république kirghize est Irkeshtam. Il est également situé dans la Préfecture autonome kirghize de Kizilsu (district de Wuqia), à 253 km de la ville de Artush/Artux. Prévu dans le cadre du IXe plan quinquennal adopté en avril 1996, il a été ouvert sur une base temporaire à partir du mois de juillet 1997. En 2001, le total des importations et des exportations ayant transité par Irkeshtam a atteint 60 486 tonnes pour un montant estimé à 83 millions de dollars américains (total des importations, 30 634 tonnes pour un montant de 32,3 millions de dollars américains et total des exportations 29 852 tonnes représentant 50,6 millions de dollars américains).

  • 1106 « Xinjiang Five-Year Plan, Long-Term Target », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI- 96-118, April 9, 1996.
  • 1107 « China to Open Border Trade With Tajikistan », Xinhua, March 6, 2004.
  • 1108 « Xinjiang to open 20 ports of entry by 2000 », Xinhua dans FBIS-CHI-95-117, June 19, 1995.
  • 1109 Il s'agit des aéroports d'Urumqi et de Kachgar et des ports terrestres de Korgas, Alatou, Baktu, Ji (...)
  • 1110 Il s’agit de la zone de la gare de Urumqi Nian Zigou, désignée comme port de catégorie B en mai 199 (...)

76Enfin, la région autonome n’a disposé d’aucun port terrestre pour le commerce transfrontalier avec le Tadjikistan avant 2004. Une voie de transit en direction de ce pays a pourtant été prévue très tôt. Elle devait emprunter la passe de Karasu (point de passage de Kalasu) située à 236 km de Kachgar pour atteindre le territoire tadjik par la Passe de Kulma à travers la chaîne montagneuse des Pamirs et à partir de-là poursuivre vers Khorog puis Douchanbé, la capitale tadjike. La mise en place du port de Kalasu était déjà considéré comme un des objectifs du IXe plan quinquennal (1996-2000) pour le Xinjiang1106. Cet objectif n’a pourtant pas été atteint avant la mi-20041107 . Le IXe plan quinquennal fixait également comme objectif l’ouverture du port de Kanas (Kanasi) le long de la frontière russo-chinoise et du port de Tokmans (Tuokemansu) à la frontière sino-afghane. Aucun de ces deux points de passage n’a été mis en place. Alors que les autorités du Xinjiang prévoyaient en 1995 l’ouverture de 20 ports sur le monde extérieur pour l’année 20001108, les résultats obtenus sont en-dessous de ces prévisions. La région autonome dispose désormais de 16 ports de catégorie A (approuvés par le Conseil des affaires de l’État) soit deux ports aériens et 14 terrestres1109, et 11 ports de catégorie B (approuvés par le gouvernement du Xinjiang)1110 ouverts sur le monde extérieur auquel il faut désormais ajouter le point de passage de Karasu vers le Tadjikistan.

1.6. La foire commerciale d’Urumqi/Ürümchi

  • 1111 Dans China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Memorabilia of Urumqi Fair in (...)

77En plus de l’adoption de mesures économiques préférentielles et du renforcement des infrastructures de transport et de communication, les autorités du Xinjiang ont également décidé de mettre sur pied la foire d’Urumqi sur le modèle de la grande foire commerciale de Canton (Guangdong), la plus importante foire commerciale de Chine. L’idée de départ de la future foire semble avoir été lancée par le pouvoir central. Elle est en effet évoquée par le premier ministre de l’époque, Li Peng, à l’occasion de la foire du Guangdong en octobre 19911111. En décembre, le ministère de l’économie et du commerce extérieur (Moftec) approuve son organisation pour l’année 1992. Mais ce n’est toutefois qu’après le voyage de Deng Xiaoping dans le sud de la Chine que l’impulsion est réellement donnée. Rapidement, les autorités de la région autonome commencent à s’atteler à son organisation (son titre officiel sera d’abord la Urumqi Border and Local Fair Trade puis à partir de 1994 la Urumqi Foreign Economic and Trade Fair) avec pour objectif la promotion du commerce régional et frontalier et de la coopération technique et économique mais aussi des échanges avec l’intérieur de la Chine.

78La première foire d’Urumqi/Ürümchi est parrainée conjointement par les provinces du Xinjiang, du Ningxia, du Shaanxi, du Gansu et du Qinghai ainsi que par la ville de Xian et les fermes d’État du Xinjiang (en fait le Corps de construction et de production du Xinjiang) avant d’être placée sous la responsabilité de la seule région autonome du Xinjiang dès son édition de 1993. Ce projet reçoit l’appui de Li Peng en juin 1992 et aussi celui du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (Moftec). En août 1992, le gouvernement régional du Xinjiang adopte une série de mesures destinées à simplifier le séjour des participants étrangers à la foire et en septembre 1992, Li Peng en personne vient inaugurer la première foire commerciale d’Urumqi.

  • 1112 « Northwest China province opens border trade fair », Xinhua, September 2, 1992.
  • 1113 Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade, 1993-1994, The Editorial Board of the Alma (...)

79Elle réunit début septembre 1992, 668 compagnies rassemblant plus de 800 hommes d’affaires chinois (également de Hong Kong et Macao) et étrangers (originaires de la CEI, d’Europe de l’Est, de Mongolie, du Pakistan, d’Inde, d’Iran et d’Afghanistan, en tout 38 pays). Plus de 1000 projets sont proposés à la négociation dans les domaines de la construction de machine, de l’électronique, des textiles, de la pétrochimie, de l’industrie légère, des matériaux de construction, de la métallurgie, des produits alimentaires, de l’énergie, des communications et des télécommunications1112. Le volume total des affaires conclues lors de cette première édition de la foire atteint 1,865 milliard de dollars se décomposant en 683 millions pour les exportations, 685 millions pour les importations et 497 millions pour des contrats de coopération économique1113.

  • 1114 Dans China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Memorabilia of Urumqi Fair in (...)
  • 1115 Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade, 1994-1995, The Editorial Board of the Alma (...)

80Après cette première édition, l’année suivante, pour promouvoir une plus grande participation des hommes d’affaires originaires des pays voisins et de la CEI, la région autonome du Xinjiang envoie entre le mois de mars et le mois de juillet 1993 des délégations au Pakistan, en Russie, en Biélorussie, en Ukraine et au Kazakhstan. Environ 1861 hommes d’affaires étrangers originaires de 43 pays prennent part à l’édition 93 de la foire1114. Le volume total des affaires conclues atteint 2,003 milliards de dollars dont 598 millions pour les exportations, 478 millions pour les importations et 927 millions pour des contrats de coopération économique1115.

  • 1116 « Xinjiang rejuvenated by Silk Road Trade. Xinhua dans FBIS-CHI-94-175, September 9, 1994.
  • 1117 China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade lair online, « Memorabilia of Urumqi Fair in 1994 (...)
  • 1118 Almanac of China's Foreign Economic Relations und Trelde, 1995-1996, The Editorial Board of the Alm (...)
  • 1119 « Urumqi foreign trade fair closes 8 September » Xinhua dans FBIS-CHI-94T 75, September 9, 1994.
  • 1120 Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade, 1995-1996, op. cit., p. 971.

81Pour son édition 1994, les autorités régionales du Xinjiang décident d’élargir le domaine couvert par la foire en visant désormais non seulement le commerce local et frontalier mais au-delà, le marché international. Elles prennent également la décision d’améliorer et d’agrandir les infrastructures afin d’attirer davantage de participants. Un nouveau hall d’exposition entrera ainsi en fonction l’année suivante. De même, pour faire face aux besoins générés notamment par la foire d’Urumqi, les autorités du Xinjiang effectuent des travaux d’élargissement de l’aéroport de la ville et multiplient les liaisons aériennes vers l’étranger et l’intérieur de la Chine à partir de cette ville1116. En juin-juillet 1994, le comité pour le commerce extérieur de la région autonome organise une foire consacrée aux productions du Xinjiang au Kazakhstan, en République kirghize et en Ouzbékistan1117. Des contrats sont conclus à cette occasion pour un montant total de 59,99 millions de dollars1118. L’édition de 1994 connaît également le succès. Elle accueille 42 entreprises étrangères et 3056 hommes d’affaires étrangers provenant de 45 pays1119 et traite un volume d’affaires estimé à 1,8 milliard de dollars américains dont 722 millions de dollars d’exportations, 585 millions de dollars d’importations et 525 millions de dollars de projets de coopération économique et technique1120. Au regard de l’Asie centrale, le Kazakhstan et la République kirghize figurent en tête de liste des pays avec qui des contrats ont été conclus lors de la foire, suivi plus loin de l’Ouzbékistan.

  • 1121 Dans Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade, 1996-1997, The Editorial Board of the (...)
  • 1122 Dans China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Memorabilia
  • 1123 Almanac of China's Foreign Economic Relations and Trade, 1996-1997, op. cit., p. 487.
  • 1124 Ce dernier devait cependant démissionner quelques jours plus tard.
  • 1125 « Kyrgyz Prime Minister arrives in Urumqi », Xinhua dans /*ï}/.VCHI-97-244, September 1, 1997.

82En mai 1995 est à nouveau organisée au Kazakhstan et en République kirghize une foire consacrée aux productions du Xinjiang1121. Des contrats portant principalement sur des productions électriques, des produits de consommation ainsi que des textiles et des produits alimentaires sont conclus pour un montant total de 126 millions de dollars. Dès 1995, la foire d’Urumqi commence à être présentée comme l’une des principales foires régionales commerciales chinoises avec Canton, Shanghai ou Harbin1122. Son édition de 1995 traite cependant un volume d’affaires en recul par rapport à 1994 avec un montant estimé à 1,167 milliard de dollars dont 459 millions de dollars d’exportations, 490 millions de dollars d’importations et 218 millions de dollars de projets de coopération économique et technique1123. Ce ralentissement n’empêche pas les autorités régionales de travailler à l’amélioration des infrastructures de la foire dans les années suivantes. Ainsi, en 1997 sera établi sur l’internet le site « Urumqi Fair online » afin de promouvoir l’information sur les investissements et les opportunités d’affaires au Xinjiang ainsi que les contacts avec les milieux d’affaires internationaux. De nouvelles foires commerciales de promotion des produits du Xinjiang et de la nouvelle édition de la foire d’Urumqi sont également organisées dans le courant de l’année au Kazakhstan et au Turkménistan. Le premier ministre kirghize, Apas Jumagulov1124, accompagné d’une délégation regroupant des ministres et des vice-ministres en charge de l’industrie, du commerce, des communications, de l’énergie et d’autres secteurs, participe à la cérémonie d’inauguration de la foire d’Urumqi en septembre 1997 avant d’effectuer une visite de travail dans le sud de la région1125. Cette édition de la foire attire plus de 10 000 acheteurs provenant de 40 pays mais le volume d’affaires stagne à nouveau avec 1,184 milliard de dollars.

  • 1126 « China : Trade fair opens in Urumqi », Xinhua dans FBIS-CHI-98-244, September 1, 1998.
  • 1127 « China : Trade fair closes in Urumqi », Xinhua dans FBIS-CHI-98-251, Septembers , 1998.
  • 1128 Par exemple pour cette année le vice-ministre du ministère des ressources naturelles du Kazakhstan, (...)

83Lors de l’édition suivante, pour la première fois, des institutions étrangères vont également sponsoriser la foire d’Urumqi. C’est notamment le cas de la Chambre de commerce et d’industrie de la République kirghize. Pour préparer cette nouvelle édition, la région autonome met à nouveau sur pied des foires de promotion commerciale des produits du Xinjiang en République kirghize et au Kazakhstan. En juin, le bureau pour les relations économiques avec l’étranger du Xinjiang organise ainsi en République kazakhe une foire de promotion pour les productions du Xinjiang dans le domaine des matériaux de construction. Plus de 4000 hommes d’affaires provenant de 29 pays prendront part à l’édition 1998 de la foire d’Urumqi où plus de 90 projets d’investissements sont proposés1126. La progression du volume d’affaires est cependant lente. Les transactions avec les investisseurs étrangers n’atteignent qu’un montant proche de l’année précédente avec 1,29 milliard de dollars américains. Les hommes d’affaires centre-asiatiques sont néanmoins particulièrement présents. Selon Xinhua, les cinq plus importants investisseurs de cette édition de la foire ont été le Kazakhstan, Hong Kong, la Russie, la République de Corée et la République kirghize1127. On retiendra également, à côté d’autres officiels représentant les républiques d’Asie centrale, la participation du vice-président du Turkménistan à la cérémonie d’inauguration de la foire1128.

  • 1129 China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Memorabilia of Urnmqi Fair in 1999 (...)
  • 1130 Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, The Editorial Board of the Almanac of Chin (...)

84En 1999, le gouvernement de la région autonome du Xinjiang annonce un changement fondamental dans l’organisation de cet événement. Il décide de ne plus assurer le financement de l’organisation de la foire à partir de 2001. C’est désormais aux institutions commerciales qu’incombe le financement et la rentabilité. La même année, le nombre d’institutions étrangères participant à l’organisation de la foire passe de 4 à 7. Parmi ces dernières, on trouve pour l’édition 1999 des institutions centre-asiatiques notamment la Chambre de commerce et d’industrie du Kazakhstan ainsi que le Bureau pour le commerce extérieur d’Ouzbékistan1129. Une nouvelle fois, malgré une participation importante (plus de 13 000 clients originaires de plus de 40 pays), le volume d’affaires stagne avec 1,212 milliard de dollars soit un montant grosso modo équivalent à celui des années précédentes depuis 19951130.

  • 1131 China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Memorabilia of Urumqi Fair in 2000 (...)

85Pour essayer de dynamiser cette foire, l’année suivante, entre mai et juin 2000, les autorités du Xinjiang ont envoyé des missions d’information au Kazakhstan mais aussi au Japon, en Corée du sud, à Hong Kong et en Turquie. Il s’agissait non seulement de promouvoir l’édition 2000 de la foire d’Urumqi mais aussi de présenter la nouvelle politique de développement des régions occidentales de la Chine lancée en janvier 2000. La Chambre de commerce et d’industrie du Kazakhstan a à nouveau sponsorisé l’événement alors que le vice-premier ministre du Tadjikistan visitera la foire en septembre 20001131. Les résultats de cette nouvelle édition sont encourageants puisque le volume d’affaires traitées est en augmentation avec 1,582 milliard de dollars.

86Comme annoncé en 1999, en 2001, le gouvernement du Xinjiang a arrêté de subventionner la foire d’Urumqi désormais seule responsable financièrement de son organisation. Entre mai et juin 2001, une série de délégations officielles menées par des responsables de la région autonome a néanmoins entrepris, conformément à un scénario désormais bien rôdé, des tournées d’information consacrées à l’édition 2001. Elles les ont conduites en Russie, en Turquie, au Kazakhstan, au Japon, en Corée, en Allemagne et en enfin en Italie. Les résultats de cette année sont cependant mitigés puisque le volume d’affaires traitées est en recul par rapport à 2000 avec 1,33 milliard de dollars.

  • 1132 Voir la liste des pays avec lesquels un contrat de plus de 10 millions de dollars a été conclu à la (...)
  • 1133 « Xinjiang bridges China, Central Asia », People’s Daily, October 3, 2003.
  • 1134 « Xinjiang Becomes China’s Link to Central Asia », People’s Daily, October 2, 2003.

87Depuis sa création en 1992, la foire d’Urumqi malgré la stagnation du volume d’affaires entre 1995 et 2001 est néanmoins devenue non seulement la plus importante foire commerciale du nord-ouest de la Chine mais aussi un rendez-vous incontournable des acteurs du commerce sino-centre-asiatique1132. Son édition 2003 l’a démontré de manière éclatante. Selon le Quotidien du peuple, le volume d’affaires traité avec les pays étrangers a atteint cette année 2,15 milliards de dollars contre 1,5 milliard en 2002. Plus de 80 % des hommes d’affaires ayant participé à l’édition 2003 étaient originaires du Kazakhstan, du Tadjikistan et des autres républiques d’Asie centrale ainsi que de la partie asiatique de la Russie1133. Dressant le bilan des onze premières éditions de la foire, le Quotidien du peuple relevait en octobre 2003 que 60 % de l’ensemble des contrats conclus à l’occasion de ses différentes éditions ont été signés avec des hommes d’affaires centre-asiatiques1134. Ce chiffre nous donne une idée du rôle que cette foire joue désormais dans les relations économiques entre la Chine et l’Asie centrale.

  • 1135 China Urumqi Foreign Economic Relations and Trade fair online, « Transaction Commodity in 1992 to 2 (...)

Principaux produits échangés à la foire d’Urumqi/Ürümchi 1992-20011135

Principaux produits échangés à la foire d’Urumqi/Ürümchi 1992-20011135

1.7. Des discours de Tachkent et d’Almaty au programme d’ouverture de l’ouest de la Chine (Xibu Dakaifa)

  • 1136 « Le voyage du premier ministre ouvre une nouvelle ’route de la soie’ », Beijing Information, n° 19 (...)
  • 1137 De larges extraits de ce discours publié dans le Quotidien du Peuple ont été reproduits dans les tr (...)
  • 1138 « Text of Li Peng address in Uzbekistan », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-94-078, April 22, 1994.

88Dès 1992, la Chine a donc pragmatiquement promu les relations économiques bilatérales avec ses voisins centre-asiatiques en s’appuyant sur une politique de la porte ouverte au Xinjiang. Deux ans plus tard, en avril 1994, le premier ministre chinois de l’époque, Li Peng, entreprend une importante tournée diplomatique dans quatre républiques d’Asie centrale (l’exception étant le Tadjikistan). C’est la première visite d’un dignitaire chinois de ce rang dans ces pays. Cette tournée avait comme objectif, entre autres, de donner une nouvelle impulsion aux relations économiques entre la Chine et ses nouveaux voisins centre-asiatiques1136. Dans les importants discours qu’il prononce à l’occasion de sa tournée, Li Peng met l’accent sur les relations économiques. Ainsi, dans un discours clé prononcé à Tachkent devant le parlement ouzbèque le 19 avril 19941137, il souligne l’importance de la promotion de la coopération économique et du commerce dans la politique étrangère de la Chine à l’égard de ses voisins centre-asiatiques. Le second des quatre principes de base de la politique chinoise à l’égard de l’Asie centrale, résumé dans la formule « promotion de la coopération, de l’égalité, de l’avantage réciproque et recherche de la prospérité commune », lui est ainsi entièrement consacré. Li Peng dèclare à ce propos, « developing economic cooperation and trade occupies an important position in our relations. We have made a good start in this regard, but there is still a lot that we should, and can do. In developing economic cooperation with the Central Asian nations, China will strictly abide by the principle of equality and mutual benefit, and attach no political conditions to it. We would like to work with all the Central Asian countries to constantly improve the environment for cooperation, expand the scope of cooperation and upgrade the level of cooperation (... ) »1138.

  • 1139 « Economic cooperation guidelines », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

89A cette déclaration générale sur l’importance des liens économiques sino-centre-asiatiques, Li Peng ajoute une proposition en six points exposée devant un parterre d’hommes d’affaires kazakhs à Almaty le 26 avril 19941139. Le premier ministre chinois propose d’abord d’établir une coopération « basée sur l’égalité et les bénéfices mutuels, et conduite selon les lois économiques ». Les parties devront selon lui rechercher l’équilibre dans leurs relations. Il s’agit d’éviter la création de déficits commerciaux importants. Pékin cherche en fait à rassurer ses partenaires centre-asiatiques en leur montrant qu’il ne souhaite pas les rendre économiquement dépendants. Pour Li Peng, la coopération doit ensuite prendre des formes diversifiées. Il signale son accord de principe au souhait exprimé par certains dirigeants des républiques centre-asiatiques de voir les relations économiques s’étendent aux autres provinces de la Chine en plus de la région autonome du Xinjiang. Troisièmement, selon le premier ministre chinois, la coopération économique devrait se développer graduellement en tenant compte des réalités économiques et en utilisant pleinement les ressources locales. Quatrièmement, il met l’accent sur les infrastructures de transport et de communication avec pour objectif la création d’une nouvelle « route de la soie ». Il déclare ensuite que l’aide -modeste- accordée par Pékin aux républiques centre-asiatiques est un signe de l’amitié de la Chine pour ses États. Il précise enfin que la Chine souhaite développer une coopération multilatérale avec les républiques centre-asiatiques pour promouvoir le développement commun mais ne cherche pas de sphère d’influence économique en Asie centrale. Ce dernier point est bien entendu destiner à rassurer les républiques centre-asiatiques mais aussi le voisin russe quant aux intentions et aux objectifs chinois dans la région.

  • 1140 « Xinjiang to open wider to outside world », Xinhua dans FBIU-CHI-94-174, September 8, 1994.
  • 1141 « Xinjiang five-year plan, long-term target », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-118, April 9, 1996.

90A la suite de cette tournée, la région autonome du Xinjiang annonce en septembre 1994 qu’elle prépare de nouvelles mesures destinées à s’ouvrir encore davantage1140. Dans le cadre du IXe plan quinquennal (1996-2000) adopté en avril 1996, elle met l’accent sur l’accroissement de l’ouverture sur le monde extérieur (chapitre VIII) et le renforcement des liens avec les pays frontaliers1141. Il s’agit selon les termes du plan d’utiliser pleinement les avantages géographiques du Xinjiang en l’ouvrant davantage le long de la frontière et du pont ferroviaire continental euro-asiatique et en mettant l’accent sur l’utilisation des atouts des villes ouvertes, des zones de coopération économique frontalières, des zones de développement technologique et des zones de développement économique et technologique. En clair, il s’agit d’utiliser de manière plus effective les mesures préférentielles déjà attribuées ou adoptées au cours de l’année 1992. Ces dernières sont semble-t-il jugées suffisantes puisque aucune nouvelle mesure préférentielle n’est prise dans le cadre du nouveau plan.

91Selon le plan, la région autonome devrait également développer davantage son commerce extérieur mais aussi son commerce local et frontalier, consolider et développer les marchés au Japon, en Europe, aux États-Unis, et aussi en Asie centrale, en Asie occidentale et Asie du sud afin de diversifier ses marchés internationaux. L’Asie centrale fait donc partie avec d’autres régions des aires géographiques prioritaires pour le Xinjiang. Le plan considère que dans les zones frontalières, il faut ouvrir rapidement les villes principales du sud Xinjiang et en faire de nouveaux centres pour la coopération économique avec d’autres pays. Ce dernier objectif ouvre des perspectives intéressantes pour les républiques centre-asiatiques frontalières de cette région, à savoir la République kirghize et le Tadjikistan. Malheureusement, cet objectif sera très lent à se concrétiser par la suite, la politique mise en place favorisant davantage les villes du nord Xinjiang.

  • 1142 « Jiang Zemin inspects Xinjiang 5-9 July ». Xinhua dans FBIS-CHI-98-194, July 13, 1998.

92L’importance des relations économiques avec l’Asie centrale n’est cependant pas perdue de vue par le pouvoir. Ainsi, par exemple, lors d’une tournée d’inspection au Xinjiang en juillet 1998, Jiang Zemin appelle la région autonome à utiliser pleinement le pont ferroviaire continental euro-asiatique (situé au nord-Xinjiang) et à explorer les marchés en Asie centrale et en Asie occidentale pour transformer le Xinjiang en « poste avancé » pour l’ouverture de l’ouest de la Chine1142. Il faudra cependant attendre le début de l’année 2000, avec le lancement du « programme d’ouverture de l’ouest de la Chine », pour voir les autorités centrales et locales donner une impulsion supplémentaire à l’ouverture du Xinjiang grâce à l’adoption de nouvelles mesures économiques.

1.8. Le programme d’ouverture de l’ouest de la Chine (Xibu Dakaifa) : une nouvelle opportunité de développement pour les relations économiques entre le Xinjiang et les républiques d’Asie centrale ?

  • 1143 L’idée de développer les régions de l’ouest de la Chine n’est pas neuve. Dans les années 30-40 du x (...)
  • 1144 Ce programme n’a pas fait l’unanimité. Certains intellectuels ont émis des réserves. Voir HAN, Deqi (...)
  • 1145 « China Sets Major Tasks for Development of Western Areas », People’s Daily, March 5,2000 et « Zhu (...)
  • 1146 « Developing Western China Strategy to Raise Quality of life, Economist Says », People’s Daily, Oct (...)
  • 1147 La municipalité de Chongqing a été séparée administrativement de la province du Sichuan en mars 199 (...)
  • 1148 « China adopts preferential policies on West development », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1227, Decembe (...)

93Le lancement d’un « programme d’ouverture de l’ouest de la Chine » a été discuté au sein de l’élite dirigeante chinoise dans le courant de l’année 19991143 avant d’être annoncé officiellement en janvier 20001144 Ce programme a été conçu comme un processus graduel et de longue haleine1145. Selon le Quotidien du Peuple, il sera divisé en trois phases « The first phase, which will take 10 years, is to lay the emphasis on building infrastructure, improving the environment and readjusting traditional industries while developing new ones. The second phase, which will take two decades, is to narrow the disparity between east and west China. The third phase, taking another two decades, is working towards affluence »1146. En ce qui concerne son aire d’application, il ne concerne pas uniquement la région autonome du Xinjiang mais est destiné à un ensemble géographique plus vaste, l' « ouest » de la Chine. Il s’agit d’un espace défini par les autorités centrales comme comprenant dix entités provinciales : le Gansu, le Guizhou, le Ningxia, le Qin-ghai, le Shaanxi, le Sichuan, le Yunnan, le Tibet et le Xinjiang ainsi que la municipalité de Chongqing1147. A l’automne 2000, la Mongolie intérieure et le Guangxi ont été ajoutés par le pouvoir central à la définition de l' « ouest » portant ainsi le total d’entités provinciales concernées par le programme à douze1148. L’espace géographique visé couvre donc plus de 6 000 000 de km2 (soit un peu moins de 60 % de la superficie du territoire chinois) et intéresse plus de 350 millions de personnes en 2000 (soit moins d’un 1/3 de la population de la Chine).

  • 1149 National Bureau of Statistics People’s Repuplic of China, Communique on major figures of the 2000 p (...)

Les régions occidentales de la Chine en chiffres1149

Les régions occidentales de la Chine en chiffres1149
  • 1150 En termes de proportion des minorités nationales dans le total de la population de la province, le (...)
  • 1151 Dans le secteur routier par exemple, la densité de route dans l’est de la Chine est de 35,4 kilomèt (...)
  • 1152 Le secteur d’état est très hétéroclite et la nature des entreprises d’état varie fortement d’une pr (...)
  • 1153 GOODMAN, D.S.G., « The Politics of the West : Equality, Nation-Building and colonisation », op. cit (...)

94Malgré leur diversité, ces douze entités provinciales partagent un certain nombre de traits communs. Généralement, elles abritent des minorités nationales1150 et un certain nombre d’entre elles sont situées aux frontières de la Chine. C’est le cas du Xinjiang mais aussi du Tibet (frontalier de la Birmanie, de l’Inde, du Bhoutan et du Népal), du Yunnan (frontalier de la Birmanie, du Laos et du Vietnam), du Guangxi (frontalier du Vietnam), du Gansu (frontalier de la Mongolie extérieure) et de la Mongolie intérieure (frontalière de la Mongolie extérieure et de la Russie). En outre, elles sont généralement sous-équipées en termes d’infrastructures1151, le secteur étatique y est prédominant1152 et elles sont économiquement pauvres bien que souvent dotées de ressources naturelles non négligeables1153.

  • 1154 Hainan a été elevé au rang de « province » en avril 1988.
  • 1155 Chiffres tirés de http://www.china.org.cn/

95Le Xinjiang fait cependant figure d’exception sur certains points. La région autonome est ainsi moins pauvre que les autres provinces et régions autonomes concernées par ce programme. Si en 1999/2000, elle ne peut rivaliser avec les provinces côtières de la Chine en termes de revenu par habitant -à l’exception de la province insulaire de Hainan1154, la plus pauvre d’entre elles-, la région autonome du Xinjiang est cependant, grâce au développement économique qu’elle a connu après 1991, la mieux lotie de l’ouest de la Chine. En termes de revenu par habitant, elle occupe en effet la première place parmi les douze entités territoriales formant cet espace géographique avec une moyenne de 7 091 yuans en 2000 contre 5 350 yuans pour la Mongolie intérieure qui occupe la deuxième place dans le classement. Le Xinjiang se situe en fait à un niveau équivalent voir supérieur à celui de l’île de Hainan (6383 yuans en 1999)1155.

96Il est aussi mieux desservi en termes d’infrastructures. En effet, si en 1949, le Xinjiang ne comptait que quelques routes totalisant 3361 km, la situation s’est fortement améliorée depuis cette date. En 2001, il compte en effet officiellement 80 900 km de routes dont 428 km d’autoroutes, 230 km de routes de grade A et 5558 km de routes de grade B. Avec Urumqi pour centre, le réseau routier du Xinjiang dessert ainsi toutes les directions grâce à 7 routes nationales rejoignant à l’est le Gansu et le Qinghai, au sud le Tibet, et à l’ouest les pays de l’Asie centrale. 62 routes principales s’étendent à l’intérieur de la région autonome. A titre de comparaison, le Tibet d’une superficie certes moins étendue que le Xinjiang (1,22 million de km2 contre 1,66 million de km2 pour le Xinjiang) ne compte que 15 routes principales et 315 routes secondaires totalisant 22 000 km.

  • 1156 Cité dans « china Sets Major Tasks for Development of Western Areas », op. cit.
  • 1157 « Minister Says More Railways To Be Built in Western China » Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0218, Februa (...)
  • 1158 « China Sets Major Tasks for Development of Western Areas », op. cit. Voir également « Text of Econ (...)

97En ce qui concerne les objectifs généraux du programme d’ouverture de l’ouest de la Chine, Zhu Rongji les a définis dans son rapport de travail du gouvernement présenté le 5 mars 2000. Selon ses déclarations, cette campagne est destinée à « stimuler la demande interne, (à) favoriser une croissance économique nationale soutenue et (à) développer de manière coordonnée les différentes économies régionales pour atteindre une prospérité commune mais aussi pour renforcer l’unité nationale, sauvegarder la stabilité sociale et consolider la défense de la frontière »1156. Pour atteindre ces objectifs à la fois économique et politique, le pouvoir central a mis l’accent sur le développement des infrastructures physiques, en particulier les routes, les chemins de fer1157, les aéroports, les gazoducs mais aussi le réseau électrique, les télécommunications, la radio et les équipements de télévision. La priorité a aussi été donnée à la conservation et à l’exploitation raisonnable des ressources en eau, à l’amélioration de l’environnement (en favorisant notamment le reboisement) et à la création d’industries possédant des caractéristiques locales ou d’industries de haute technologie là où les conditions le permettent. L’éducation et particulièrement la promotion de la science et de la technologie ont également été mis en avant. Il s’agit ici d’améliorer la qualité globale de la main d’œuvre pour stimuler le développement économique1158.

  • 1159 GOODMAN, D.S.G., « The Politics of the West : Equality, Nation-Building and colonisation », op. cit (...)
  • 1160 LI, Rongxia, « Le projet de transmission de gaz ouest-est est en marche », Beijing Information, n°  (...)
  • 1161 Voir « China to Input Another 300 Bn Yuan for Western Development », People’s Daily, May 11,2001.

98Dans le cadre du programme de développement des régions occidentales, le pouvoir central chinois a officiellement approuvé au printemps 2000 dix projets majeurs dont six dans le domaine des infrastructures1159. Parmi ces dix projets, le Xinjiang est concerné par la construction d’un gazoduc de 4200 km destiné à relier le bassin du Tarim à la métropole de Shanghai1160. Un an plus tard, au printemps 2001, les autorités centrales ont annoncé le lancement de douze nouveaux projets totalisant un engagement supplémentaire de l’Etat central estimé à 300 milliards de yuans1161.

  • 1162 GOODMAN, D.S.G., « The Politics of the West : Equality, Nation-Building and colonisation », op. cit (...)
  • 1163 Voir ZHONG, Yan, « Le développement de l’ouest de la Chine », lieijing Information, n° 6/7, 15 févr (...)
  • 1164 « PRC to offer tax breaks to some foreign-funded ventures », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0125, Januar (...)

99Malgré les ambitions affichées, les investissements prévus par le pouvoir central dans le cadre de ce programme semblent cependant modestes vu la taille des populations et l’étendue des problèmes des régions concernées. Une analyse externe a avancé en 2001 le chiffre de 12 milliards de dollars d’investissements annuels1162. En l’absence d’engagement à grande échelle de l’État central, les autorités comptaient sur les investisseurs chinois et étrangers, et sur les crédits accordés par les organisations internationales pour financer ce programme1163. Elles ont donc cherché à créer les conditions nécessaires pour accroître les investissements privés à la fois internes et étrangers dans les régions concernées par le programme. Dès janvier 2000, les autorités centrales ont ainsi adopté une politique fiscale préférentielle destinée aux entreprises à capitaux étrangers installées dans l’ouest et aussi le centre de la Chine. Un taux d’imposition sur le revenu de 15 % pour une période de trois ans reconductibles leur a ainsi été accordé. Une réduction d’impôt supplémentaire est également prévue pour les entreprises exportatrices1164.

  • 1165 Voir le point III « Policies for improving the investment environment » de la circulaire du 20 octo (...)
  • 1166 Voir le point IV « Policies for opening up towards domestic and foreign investors » de la circulair (...)

100La circulaire du Conseil des affaires de l’État du 26 octobre 2000 contient aussi des dispositions générales destinées à créer un environnement favorable pour les investissements et à étendre les secteurs ouverts aux investisseurs étrangers. Concernant le premier point, il s’agit par exemple de simplifier le processus d’approbation pour les investissements étrangers directs et de renforcer la politique préférentielle en matière de taxation pour les entreprises qui investissent dans les régions concernées1165. Concernant le second point, la circulaire prévoit d’encourager les investisseurs étrangers à investir dans le développement des infrastructures et des ressources des régions occidentales, y compris dans l’agriculture, la conservation de l’eau, l’amélioration et la protection de l’environnement, le transport, l’énergie, les services et les services municipaux, le tourisme, et l’établissement de centres de recherches et de développement de technologie. Une plus grande proportion du secteur des services et du secteur commercial -notamment les télécommunications, les assurances, le tourisme, le secteur juridique, le transport routier et ferroviaire ainsi que les infrastructures urbaines- sera également ouverte aux investissements étrangers directs1166. Pour les autorités centrales, il s’agit donc fondamentalement de favoriser le développement du marché et d’attirer les entrepreneurs et les investisseurs plutôt que de s’y substituer.

  • 1167 « China sets major tasks for development of Western Areas », op. cit.
  • 1168 Voir détails GOODMAN, D.S.G., « The Politics of the West : Equality, Nation-Building and colonisati (...)
  • 1169 Ce phénomène a retenu l’attention de certains intellectuels chinois comme les économistes Hu Angang (...)

101En se basant sur l’analyse de différentes déclarations officielles tant au niveau national que provincial concernant cette campagne de développement de l’ouest, D. Goodman a montré qu’elle répond à des préoccupations économiques mais aussi politiques. Elle vise d’abord à accroître l’égalité entre provinces de la Chine ou du moins à réduire les inégalités constatées -y compris officiellement par le pouvoir chinois puisque Zhu Rongji reconnaît en mars 2000 que le revenu par habitant des régions de l’ouest de la Chine atteint à peine la moitié de celui des régions côtières et de l’est du pays1167- depuis le lancement des réformes économiques à la fin des années 701168. L’existence de ces inégalités interprovinciales croissantes constitue non seulement un problème économique mais aussi un problème politique. En effet, le creusement des écarts de développement pourrait avoir des répercussions graves sur la stabilité sociale et politique de la Chine, ce qui inquiète les élites au pouvoir1169.

  • 1170 « PRC Western Region Inspection Group Visits Xinjiang May-June », Xinhua Domestic Service dans FBIS (...)
  • 1171 PLAFKER, T., « China’s ’Go West’ drive seeks to funnel aid to poor region », The International Hera (...)

102Outre cette préoccupation, le programme de développement de l’ouest de la Chine constitue également un projet de renforcement de la nation. Dans le cas de provinces comme le Sichuan ou le Shaanxi, intégrées de longue date au territoire chinois, mais qui n’ont pas bénéficié des politiques économiques préférentielles accordées depuis 1979 aux régions côtières, cette campagne est surtout destinée à les rassurer quant à leur place et à leur rôle au sein de la nation chinoise. Dans les zones où l’autorité du pouvoir central chinois pourrait être contestée -notamment dans les régions habitées par les minorités ethniques importantes et singulièrement au Tibet et au Xinjiang-, le programme est destiné à renforcer le rôle de l’Etat central et à envoyer un message clair sur le maintien de l’intégrité territoriale de la Chine. Wang Zhaoguo, vice-président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC) en visite d’inspection au Xinjiang en mai/juin 2000 résume bien les objectifs politiques de la campagne mais aussi les différentes craintes qui ont poussé les autorités à la lancer. Il déclare en effet « accelerating Xinjiang’s development is of great significance to maintaining the Xinjiang region’s political and social stability, to promoting ethnic unity, to safeguarding Xinjiang’s security, and to consolidating border defense. When Xinjiang’s economy develops, society progresses, and all nationalities become prosperous together, it will further consolidate and develop socialist ethnic relations that are equal, united, and mutually helpful, and will also greatly strengthen the cohesiveness of the Chinese nation. Safeguarding the motherland’s unity and opposing ethnic splitting are Xinjiang’s long-term political tasks. The political conspiracy of using ethnic and religious issues to westernize and divide China is a consistent means used by Western hostile forces. We must take a clear-cut stand against ethnic splittism, unite and rely on cadres and people of all nationalities to the greatest extent, to the greatest extent isolate and strike according to law at an extremely small number of ethnic splittist elements, be on guard against and resist infiltration and sabotage by foreign hostile forces, and create, a fine environment of unity and stability for Xinjiang’s development and construction »1170. Lors d’une visite de dix jours au Xinjiang en avril 2001, le ministre chinois de la défense, Chi Haotian insistera aussi sur l’objectif de maintien de la « stabilité » et de « consolidation de la défense nationale » du programme de développement de l’ouest de la Chine1171.

  • 1172 « Article on Kosovo Crisis vs Tibet, Xinjiang », op. cit.

103Sur le plan chronologique, on se souviendra que la décision de lancer ce programme est intervenue à la suite de la campagne du Kosovo menée par l’Otan au printemps 1999 et qui a eu un grand retentissement en Chine. Afin d’éviter la mise en place d’un scénario du type Kosovo (rébellion interne puis formation des forces armées ou d’un gouvernement local qui internationalise le problème ethnique et enfin intervention étrangère) au Tibet ou au Xinjiang, certains auteurs chinois ont appelé dès le mois de mai/juin 1999 à prendre des mesures internes, -mesures dont on retrouve par la suite des échos dans la campagne-. Ai Yu écrivait ainsi dans Ta Kung Pao en juin 1999 que « (a)sfar as Xinjiang and Tibet are concerned, we should see to it that larger-scale economic links and cooperative relations will be established between these regions and the inland. As for specific measures, in Xinjiang we may transfer more local expenditures to the state financial department and give more special subsidies to the region as a way to make the prices of its resources products more competitive. We may also develop processing industries locally as appropriate »1172.

  • 1173 Chen Dongsheng cité dans GOODMAN, D.S.G., « The Politics of the West : Equality, Nation-Building an (...)
  • 1174 GOODMAN, D.S.G., « The Politics of the West : Equality, Nation-Building and colonisation », op. cit (...)
  • 1175 Détails dans Idem, pp. 37-40.

104Dans le cadre du lancement de la campagne, les autorités chinoises se sont également référées directement à la crise du Kosovo. Chen Dongsheng du bureau pour l’ouverture de l’ « Ouest » du Conseil des affaires de l’État déclare ainsi en février 2000 qu’un des points importants de la proposition d’ouverture de l’ « ouest » est de garantir « the inviolability of the borders and the political and social stability of those areas... We want to smash our ennemies who want to use poverty and the contradictions between races to create a Kosovo-style, crisis in Asia »1173. Enfin, ce programme contient également une troisième préoccupation liée à la construction nationale, et qui relève de la colonisation interne de la périphérie par le centre. D. Goodman relève en effet l’idée selon laquelle « the socio-economically challenged periphery is to be developed from and by the more advanced core. In the process, there is an expectation that inhabitants of the rest of China will move into the West; and that the non-Han peoples of the West will benefit from the civilising influences of Chinese society »1174. Cette dernière préoccupation comporte à la fois une dimension économique -il s’agit de favoriser l’essor du marché intérieur-, et une dimension liée à la sécurité. Dans ce dernier cas, il s’agit de maintenir la stabilité sociale en favorisant l’essor économique à travers l’installation d’industries dans ces provinces mais aussi en orientant les flux migratoires de populations flottantes vers ces régions1175. Aux yeux du pouvoir chinois, cette orientation des flux migratoires vers les zones habitées par les minorités nationales est également destiné à renforcer la sécurité de ces zones grâce à l’afflux de population han jugée plus sûre.

  • 1176 « RMRB on Bright Prospects’ of New Eurasian Continental Bridge », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-2000-0 (...)
  • 1177 Office of the Leading Croup for Western Region Development of the State Council, « Circular of the (...)
  • 1178 « Text of the Outline of PRC 10 th Five-Year Plan », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2001-031 (...)
  • 1179 « China’s Top Planner on Development of Western Region », People’s Daily, May 9, 2001.

105Si la vocation du programme de développement des régions occidentales de la Chine est donc aux yeux des autorités chinoises essentiellement interne, ces dernières lui ont cependant donné une dimension internationale à partir de l’été 2000 en mettant l’accent sur le renforcement des infrastructures de transport et de communication intra-chinoises et sur leur connection avec les lignes déjà existantes reliant la Chine à ses voisins, notamment aux républiques d’Asie centrale. Il s’agit pour Pékin de former un véritable réseau de transport interprovincial pour mieux relier les régions occidentales au reste du pays et de connecter ce réseau aux axes de transports principaux reliant le territoire chinois à ses voisins afin de stimuler l’activité économique locale et les échanges économiques. Dans cette perspective, le programme de développement de l’ouest s’appuyera notamment sur le pont continental euro-asiatique1176. Cette référence au rôle du pont continental euro-asiatique dans le programme de développement des régions occidentales de la Chine sera reprise dans la circulaire du Conseil des affaires de l’Etat du 26 octobre 20001177. De même, le chapitre VIII du 10e plan quinquennal présenté en mars 2001 prévoit le renforcement des infrastructures de transport locales en direction de points sélectionnés, eux-mêmes reliés à des lignes de-communication déjà existantes notamment au pont continental euro-asiatique afin de créer une véritable « ceinture économique » dans l’ouest de la Chine1178. Comme le souligne à nouveau en mai 2001, Zeng Peiyan, à l’époque ministre en charge de la commission nationale pour le plan du développement, outre les cours moyens et supérieurs du fleuve Yangtze et les ports maritimes du sud-ouest de la Chine, géographiquement, les projets de développement de l’ouest de la Chine se concentrent principalement sur la ceinture du pont continental euro-asiatique1179.

  • 1180 « China to build West into 2d ’Golden Belt’ for opening up », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0306, March (...)
  • 1181 Voir le point de vue des militaires dans « Balance development of military, national economies in G (...)
  • 1182 Voir HE, Lunzhi, WANG, Dequn, « Xibu Da kaifa yu jianli Zhong Ya ziyou maoyi-qu de gouxiang » Xinji (...)

106Ce programme, en mettant l’accent sur le renforcement des infrastructures, pourrait faciliter le commerce et avoir des répercussions non négligeables sur les relations économiques sino-centre-asiatiques. De l’avis de certains spécialistes chinois, sa mise en œuvre pourrait globalement favoriser la projection de l’influence économique de la Chine en Eurasie1180. La réalisation de ce programme n’est pas non plus sans conséquences internationales dans le domaine de la sécurité étant donné le fait que les infrastructures de transport mises en place dans le cadre de cette campagne ont une vocation à la fois civile et militaire1181. Enfin, certains auteurs chinois considèrent également que le programme de développement de l’ouest du pays constitue une étape vers la création d’une zone de libre échange qui pourrait regrouper à terme la Chine ou du moins le Xinjiang et les républiques d’Asie centrale1182.

  • 1183 « China to build West into 2d ’Golden Belt’ for opening up », op. cit.
  • 1184 « Urumqi to become trade center in Western China » Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0126, January 26, 2000
  • 1185 ZHONG, Yan, « Le développement de l’ouest de la Chine », Beijing Information, n° 6-7, Février 15, 2 (...)
  • 1186 « China to build two cross-border railways in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0304, March 4, (...)
  • 1187 Détails dans « PRC : Xinjiang to invest 70 billion yuan on 30 projects », Xinhua dans FBIS-CHI-2000 (...)

107Sur le plan régional, dès l’annonce du lancement de cette campagne, les autorités du Xinjiang se sont empressées de saisir les opportunités offertes par cette nouvelle ligne politique pour établir leur propre programme dont l’objectif est notamment d’améliorer les infrastructures régionales et de renforcer le rôle du Xinjiang comme point de passage vers les marchés d’Asie centrale. Comme le déclarait Abdulahat Abdurixit en mars 2000, l’objectif des autorités régionales est de transformer le Xinjiang « into an internationally commercial and trade center in West China, as well as a ’bridgehead’of opening up to the out-side world »1183. Dès janvier 2000, elles ont placé la ville d’Urumqi au centre de cette dynamique. Selon les déclarations des autorités régionales, cette dernière est officiellement destinée à devenir le centre de traitement principal pour les exportations de la Chine en direction de l’Asie centrale et pour les importations originaires de cette région pour les provinces intérieures du pays1184. Soucieuses de bénéficier pleinement des opportunités offertes par le lancement de la campagne, les autorités de la région autonome ont annoncé dès le mois de janvier 2000 leur intention d’investir, avec l’aide des autorités centrales, 70 milliards de yuans dans 30 projets clés touchant dix secteurs d’activités1185. Au début du mois de mars 2000 ce chiffre sera revu à la hausse. Le gouverneur du Xinjiang, Abdulahat Abdurixit, précisera à Xinhua que la région autonome a établi un plan de développement prévoyant un total d’investissements atteignant désormais 180 milliards de yuans1186. Les projets clés doivent officiellement être réalisés avant 2005. Ils concernent les domaines de la conservation de l’eau et la protection de l’environnement (notamment le fleuve Tarim), de l’énergie hydraulique, de l’agriculture, de l’énergie électrique, du charbon, du pétrole, et des infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires1187. Selon Abdulahat Abdurexit, les principaux projets routiers portent sur l’amélioration et la reconstruction de la route nationale n° 312 reliant la partie orientale du Xinjiang à sa partie occidentale, ainsi que la route nationale n° 314 qui traverse les secteurs méridionaux de la région autonome. Il est prévu de commencer rapidement les travaux de construction des routes de première catégorie reliant la région de Korla (la capitale de la préfecture autonome mongole de Bayingolin) à la route nationale n° 312 et la ville de Kuitun au lac de Sairam dans la préfecture de Bortala (Sayram Hu). Il s’agit donc essentiellement d’améliorer le réseau routier intra et interprovincial.

  • 1188 Dans « Xinjiang’s Abulahat on Developing China’s Western Region », op. cit.
  • 1189 Concernant ce projet de gazoduc entre le Xinjiang et Shanghai, voir, « PRC State council discusses (...)

108Concernant le domaine ferroviaire, la région autonome devrait accélérer la prolongation des lignes ferroviaires et former des réseaux ferroviaires à grande vitesse. Elle devrait également améliorer les lignes ferroviaires du sud-Xinjiang (Nanjiang) et commencer rapidement la construction d’une ligne ferroviaire reliant Jinghe à Yining et d’une ligne se prolongeant à l’ouest en direction de la République kirghize par l’intermédiaire des lignes ferroviaires sud-Xinjiang (Nanjiang). Dans le domaine des installations aéroportuaires, il s’agit d’étendre les infrastructures d’Urumqi et de Kachgar -ce dernier aéroport n’a été ouvert qu’en 1999- et de commencer l’expansion des aéroports de Khotan et de Karamay1188. Enfin, le secteur du transport de gaz fait également partie des priorités avec le gazoduc Xinjiang-Shanghai -le plus grand projet d’infrastructure envisagé en Chine après le barrage des Trois Gorges1189.

  • 1190 Selon les déclarations de Guo Minjie, l’ancien secrétaire du bureau des chemins de fer d’Urumqi, le (...)
  • 1191 « Wang Lequan addresses trade union meeting », Xinjiang Ribao dans FBIS-CH1-98-029, January 29, 199 (...)

109Certains de ces projets prévus par la région autonome intéressent particulièrement les relations économiques sino-centre-asiatiques puisqu’ils sont spécialement conçus pour améliorer les infrastructures de transport à destination de l’Asie centrale. C’est le cas de deux projets de construction de lignes de chemins de fer destinés à renforcer les communications -et donc à faciliter les échanges- avec les Républiques voisines. Il s’agit du projet de ligne ferroviaire entre le sud Xinjiang, la République kirghize et l’Ouzbékistan1190 et du projet de ligne ferroviaire destiné à relier le pont continental euro-asiatique depuis le district de Jinghe jusqu’à Khorgos à la frontière du Kazakhstan via la ville de Yining, un projet déjà évoqué en 19981191. Malgré les effets d’annonce, ces deux projets ne se matérialiseront cependant pas dans la période étudiée. En 2008, seule la ligne de 286 kilomètres entre Jinhe, Yining et Khorgos, dont les travaux ont débuté en 2004, est en voie d’achèvement.

  • 1192 « Xinjiang encouraging foreign investment by new preferential policies « , September 7, 2000 (www.m (...)
  • 1193 « Xinjiang Opens Mineral Resources to Foreign Investors », People’s Daily, September 25, 2000.

110Outre ces projets d’infrastructures, en août/septembre 2000, pour encourager les investissements étrangers directs, les autorités régionales ont également adopté des mesures préférentielles pour les entreprises à capitaux étrangers s’engageant dans le secteur de la production agricole (exemption de l’impôt agricole pendant cinq années) ; les entreprises à capitaux étrangers créées pour fonctionner pour 10 années ou plus (exemption de l’impôt local sur le revenu) ; les entreprises à capitaux étrangers qui investissent dans la construction d’infrastructures ou les services d’assistance sociale (droit d’utilisation de la terre par la méthode de l’attribution administrative) et les entreprises à capitaux étrangers créées pour fonctionner pour 20 années ou plus (exemption du loyer de la terre pendant cinq années)1192. Toujours dans le courant du mois de septembre 2000, elles ont également décidé d’étendre les secteurs ouverts aux investisseurs étrangers en permettant l’investissement dans le domaine jusque-là réservé de l’extraction minière, notamment dans neuf zones géographiques clés situées dans le bassin du Tarim, en Dzoungarie, dans les régions de Turfân, de Hami et d’Ili et dans les parties méridionales de chaînes montagneuses de l’Altaï, de l’Altun et des Tianshan1193.

  • 1194 « Xinjiang outlines development plans for 10th five-year plan », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0925, Se (...)
  • 1195 Détails de la nouvelle législation dans « Xinjiang Publishes Foreign Investment Regulation », Peopl (...)
  • 1196 « Xinjiang Becomes Attractive Investment Spot », People’s Daily, October 17, 2000.
  • 1197 « Xinjiang Province Reports Higher Foreign Trade Volume », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0326, March 26 (...)

111Au même moment, dans le cadre du 10e plan quinquennal (2001-2005), les autorités régionales ont officiellement annoncé leur intention d’investir 420 milliards de yuans soit environ 50,6 milliards de dollars américains. Environ 100 milliards de yuans sont destinés à 70 projets clés notamment dans le domaine des infrastructures, de l’environnement et de l’industrie. Au regard de l’Asie centrale, il est prévu que la région autonome rénovera certaines routes et en mettra en place de nouvelles afin de placer le Xinjiang au centre d’un réseau de transport routier reliant les provinces du Tibet, du Gansu et du Qinghai aux pays d’Asie centrale et occidentale1194. En octobre 2000, la région renforce également sa politique destinée à encourager les investissements étrangers en adoptant de nouvelles mesures préférentielles pour les entrepreneurs étrangers qui s’engagent dans la prospection, l’exploitation et le traitement des métaux non-ferreux, des métaux ferreux et des minerais non-métalliques1195. Grâce à cette série de mesures, selon le Quotidien du Peuple, au cours de l’année 2000, le Xinjiang a ainsi réussi à attirer les investissements de 50 entreprises originaires de diverses parties de la Chine pour un total de 12 milliards de yuans1196. D’après Xinhua, les investissements étrangers directs (IDE) seraient également en augmentation dans la région autonome. Pour l’année 2000, 58 projets ont ainsi été approuvés1197.

  • 1198 Chiffres tirés de China FDI, « Statistics on FDI by Province/Municipality for 2000/1999/1998 », May (...)
  • 1199 Sur les difficultés et les perspectives en matière d’investissements directs dans l’ouest de la Chi (...)
  • 1200 Dans Yearbook of China’s foreign economic relations and trade 2001, Beijing, China Foreign Economic (...)
  • 1201 Chiffres tires de Invest in China, « FDI Distribution by province and municipality »,July 8, 2003 e (...)

112Malgré l’enthousiasme de Xinhua, il faut cependant constater que si le nombre de projets approuvés est effectivement en hausse par rapport à 1999 -soit 58 projets en 2000 contre 52 projets approuvés en 1999-, le montant des IDE utilisés est pour sa part en diminution. On est en effet passé de 24 millions de dollars en 1999 à 19,43 millions de dollars en 2000 soit une baisse de 20 %1198. En outre, le total des IDE au Xinjiang reste insignifiant au regard de l’ensemble des IDE utilisés en Chine et qui ont atteint 40,715 milliards de dollars pour l’année 2000. Les IDE au Xinjiang ne représentent ainsi que 0,05 % du total des IDE en 2000. Il était évidemment encore trop tôt, un an après le lancement du programme, pour considérer l’impact de ces mesures en termes d’investissements étrangers au Xinjiang1199. La faiblesse des investissements étrangers s’est cependant confirmée par la suite. L’année 2001 ne verra pas d’accroissement spectaculaire des IDE au Xinjiang. Le nombre de projets approuvés, soit 53, ne couvre qu’un montant total d’IDE utilisés de 20,35 millions de dollars soit une petite progression de 5,82 % par rapport à l’année 20001200. En 2002, on assiste à une baisse des IDE. Le nombre de projets approuvés est passé à 65, mais le montant total d’IDE utilisé n’a atteint que 18,99 millions de dollars soit une baisse de 6,6 % par rapport à 2001. Ce montant ne représente que 0,04 % du total des IDE réalisés en Chine en 2002. On est loin d’assister à un véritable afflux d’IDE dans la région autonome à ce moment. Les IDE continueront semble-t-il à être faibles par la suite. En 2004, le Xinjiang ne recevra ainsi que 0,07 % du total des IDE réalisés en Chine cette année1201.

  • 1202 Voir details dans « The Preferential Provisions of Xinjiang Uygur Autonomous Region on the Encourag (...)

113Au cours de l’année 2001, d’autres mesures préférentielles (surtout des incitants fiscaux) ont été adoptées par la région autonome pour favoriser les investissements étrangers dans les secteurs prioritaires de l’agriculture, de la sylviculture et de la production animale ; des infrastructure urbaines et des équipements fondamentaux tels que l’énergie hydraulique, l’énergie et le transport ; de l’environnement ; de l’industrie légère, des produits alimentaires de haute valeur ajoutée ; de la technologie du traitement du coton, de la laine, de la soie et des toiles, de la production de fibre artificielle de haute qualité ; de l’industrie pétrochimique, des produits chimiques et des produits chimiques fins ; de l’exploitation et du traitement des métaux non ferreux et des minerais non-métalliques ; des nouveaux matériaux de construction ; des biotechnologies ; des technologies d’Internet, des technologies de l’information et des systèmes de télécommunications ; des technologie du traitement de la pollution et enfin du tourisme1202.

  • 1203 « China approves economic development zone in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0428, April 28, (...)
  • 1204 « PRC’s Xinjiang Launches State-Level Economic Zone », Xinhua dans FBIS CHI-2000-0619, June 19, 200 (...)
  • 1205 Voir le détail des mesures préférentielles pour les entreprises à investissements étrangers dans le (...)

114Outre ces différentes dispositions adoptées au niveau provincial, les autorités centrales ont également approuvé en avril 2000 la création de la zone de développement économique et technologique de Shihezi, la seconde de cette nature créée au Xinjiang après celle de Urumqi1203. Ce choix n’est pas fortuit. Située au nord Xinjiang, Shihezi est peuplée à plus de 90 % de Han et est placée sous l’administration directe du gouvernement de la région autonome. C’est une ville créée après 1949, un centre industriel important de la région autonome et surtout, elle fait Figure de « capitale » du Corps de construction et de développement du Xinjiang. La ville de Shihezi est devenue en 2004 la seconde ville du Xinjiang en termes de population après Urumqi. La zone de développement économique et technologique de Shihezi est pour sa part située à 150 km de la ville d’Urumqi. Elle couvre une superficie de 5,2 km2 et a été officiellement inaugurée en juin 20001204. Elle est destinée à se spécialiser dans les secteurs de l’industrie textile, de la biochimie, des produits chimiques et pharmaceutiques et dans le domaine de l’électronique. Comme dans le cas des autres zones de développement économique et technologique du pays, ratifiées par le Conseil des affaires de l’Etat (soit 54 avec Shihezi), les entreprises qui s’y installeront jouiront de mesures préférentielles non négligeables notamment en matière de réduction d’impôt1205.

115Une fois encore, il s’agit de favoriser l’investissement chinois et étranger et de dynamiser l’économie locale, surtout celle du nord Xinjiang qui reste prioritaire aux yeux des autorités centrales. C’est là que vit, on s’en souvient, la majorité des Han du Xinjiang. Par sa situation géographique, la zone de Shihezi est destinée à favoriser l’essor des relations avec les républiques d’Asie centrale, particulièrement avec le Kazakhstan proche. Cette zone est en effet traversée par la ligne ferroviaire euro-asiatique en direction du port frontalier d’Alatou/Druzhba et par la route Urumqi-Kuitun qui se prolonge vers le territoire kazakh via Jinghe et Khorgos. Le port frontalier d’Alatou/Druzhba n’est ainsi situé qu’à 330 km de la zone et le port frontalier de Khorgos qu’à environ 550 km.

  • 1206 « Special Article on Cooperation Among PRC, Russia, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Tajikistan », Ta Kung P (...)
  • 1207 China Foreign Ministry, « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia, Tajikistan in D (...)

116Outre cette mesure préférentielle en faveur de cette ville du nord Xinjiang liée au CPCX, lors de la réunion des pays membres du groupe de Shanghai à Douchanbé en juillet 2000, les autorités centrales chinoises ont également encouragé leurs partenaires russes et centre-asiatiques à participer au programme de développement des régions occidentales de la Chine1206. La déclaration finale adoptée à l’issue de ce sommet stipule que les parties soutiennent « the hope of the People’s Republic of China that Russia and all Central Asian countries may actively participate in the development of China’s western parts »1207 Cet appel lancé par Jiang Zemin ne semble cependant pas avoir été réellement entendu. En effet, les investissements directs des républiques centre-asiatiques au Xinjiang pour l’année 2000 et 2001 sont restés très marginaux.

  • 1208 Almanac of China’s foreign economic relations and trade, Beijing, Editorial Board of the Almanac of (...)

117Parmi les 58 projets approuvés par les autorités du Xinjiang en 2000, on ne comptait que trois projets centre-asiatiques : deux projets kazakhs d’un montant d’investissements annoncés de 160 000 dollars américains et un projet kirghize d’un montant d’investissements annoncés de 20 000 dollars américains sur un montant total d’IDE utilisé de 19,23 millions de dollars pour cette année. En 2001, sur les 53 projets approuvés par les autorités de la région autonome, on ne comptait que quatre projets centre-asiatiques, tous kazakhs, pour un montant d’investissements annoncés de 690 000 dollars sur un montant total IDE utilisé de 20,35 millions de dollars pour cette année1208. Cette faiblesse des investissements des républiques d’Asie centrale au Xinjiang, elle-même liée à la faiblesse de leur économie, n’empêche cependant pas que l’adoption des mesures dans le cadre de la campagne de développement des régions occidentales de la Chine pourrait permettre à la région autonome de renforcer le rôle d’intermédiaire privilégié des échanges économiques sino-centre-asiatiques qu’elle joue depuis le début des années 1990. Outre la stimulation de l’activité économique régionale, l’accent mis par les autorités locales sur le renforcement des infrastructures routières et ferroviaires en direction du Kazakhstan, de la République kirghize et de l’Ouzbékistan, s’il se matérialise, pourrait également faciliter et doper les échanges commerciaux à l’avenir. Une fois ces nouvelles capacités mises en place, elles réduiront en effet le goulet d’étranglement que constitue la faiblesse des infrastructures de transports pour les relations économiques sino-centre-asiatiques et offriront aux voisins centre-asiatiques du Xinjiang de nouvelles possibilités de désenclavement. En cas de réalisation de ces projets, les flux économiques entre la région autonome du Xinjiang et ses voisins d’Asie centrale pourraient donc s’accroître. De même, l’amélioration et le renforcement des infrastructures intra-chinoises pourraient permettre à terme l’essor de relations commerciales plus intenses entre les républiques centre-asiatiques et d’autres provinces chinoises situées plus à l’est.

1.9. Le Xinjuang/Turkestan oriental, au centre des relations sino-centre-asiatiques ?

118Les différentes mesures adoptées depuis 1992 en Chine, tant au niveau national que provincial, en faveur d’un renforcement de l’ouverture économique du Xinjiang ont produit des résultats tangibles pour la région autonome. Comme le montre le tableau I ci-dessous, grâce à la politique d’ouverture économique, entre 1992 et 2002, le volume du commerce extérieur du Xinjiang/Turkestan oriental a été multiplié par trois, ce qui correspond grosso modo à la progression du commerce extérieur de la Chine dans son ensemble pendant cette période. Dès 1992, le commerce local et frontalier occupe une place essentielle dans les échanges de la région autonome. Depuis le milieu des années 1990, alors que le volume de son commerce extérieur n’a, par ailleurs, pas cessé de croître, plus de 50 % de ses échanges se fait avec les pays frontaliers. Le Xinjiang est ainsi devenu la deuxième plus grande zone de commerce frontalier de Chine, après la province du Heilongjiang contiguë de la Fédération de Russie.

  • 1209 Compilé d’après Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, The Editorial Board of the (...)

I. Evolution du commerce extérieur du Xinjiang (1992-2001)1209. (en millions de US dollars)

I. Evolution du commerce extérieur du Xinjiang (1992-2001)1209. (en millions de US dollars)

119En dépit de problèmes et de limitations que nous examinerons plus bas, les relations économiques avec les voisins immédiats du Xinjiang ont connu un essor important depuis 1992. Les républiques centre-asiatiques frontalières de la région autonome occupent désormais une place privilégiée dans ses échanges commerciaux avec le monde extérieur. Le Kazakhstan est ainsi devenu son principal partenaire commercial. Comme le montre le tableau II ci-dessous, ce pays joue un rôle très important dans les exportations de la région autonome mais aussi, et surtout, dans ses importations.

  • 1210 Compilé d’après Idem.

II. La part du Kazakhstan dans les échanges du Xinjiang 1992-20021210

II. La part du Kazakhstan dans les échanges du Xinjiang 1992-20021210
  • 1211 Yearbook of China’s foreign economic relations and trade 2001, Beijing, China Foreign Economic Rela (...)

120En 2001, les importations du Xinjiang en provenance du Kazakhstan se sont élevées à 695,06 millions de dollars soit 63,02 % du total des importations de la région autonome. Pour cette année, le Kazakhstan est ainsi, et de loin, son premier fournisseur devant la Russie, les États-Unis et la République kirghize. Le Kazakhstan a également absorbé 31,21 % des exportations de la région autonome soit 208,66 millions de dollars, occupant la première place parmi les partenaires commerciaux du Xinjiang devant Hong Kong (64,76 millions de dollars), les États-Unis (59,03 millions de dollars), l’Italie (39,90 millions de dollars) et la Corée du sud (33,02 millions de dollars)1211.

121On remarquera que la nature des relations que le Xinjiang entretient avec son voisin kazakh a évolué au cours de la décennie écoulée. De marché pour ses produits, le Kazakhstan est progressivement devenu son principal fournisseur. En 2002, le Xinjiang a ainsi importé pour 923,58 millions de dollars de produits et de matières premières kazakhes contre 441,97 millions de dollars d’exportations vers le Kazakhstan. Alors qu’en 1992, le Xinjiang exportait davantage vers ce pays qu’il n’importait, en 2002, la région autonome connaît un déficit commercial dans ses relations avec le Kazakhstan avoisinant les 500 millions de dollars. Le déséquilibre de la balance commerciale en faveur du Kazakhstan s’est accentué ces dernières années.

122Outre le Kazakhstan, la République kirghize joue également un rôle non négligeable dans les échanges de la région autonome comme le montre également le tableau III ci-dessous.

  • 1212 Compilé d’après Idem.

III. La part de la République kirghize dans les échanges du Xinjiang 1992-20021212

III. La part de la République kirghize dans les échanges du Xinjiang 1992-20021212

123A elles deux, ces républiques centre-asiatiques représentent en 2002, 56,44 % du total du commerce extérieur de la région autonome du Xinjiang. A l’échelle de la Chine, le total du commerce bilatéral si-no-kazakh a atteint en 2002, 1,955 milliard de dollars. Le commerce bilatéral Xinjiang-Kazakhstan dont le volume s’élève à 1,365 milliard de dollars représente donc un peu moins de 70 % de l’ensemble des échanges sino-kazakhs. Dans le cas de la République kirghize, le commerce bilatéral sino-kirghize atteint pour sa part en 2002 un total de 220 millions de dollars. Les échanges entre le Xinjiang et la République kirghize se sont pour leur part élevés à 153,87 millions de dollars. Ils représentent donc un peu plus de 70 % du total des échanges sino-kirghizes. Au tournant du xxie siècle, la politique de la « porte ouverte » suivie par la Chine au Xinjiang a donc permis à la région autonome de se positionner comme l’acteur principal des échanges sino-centre-asiatiques.

2. Les relations économiques bilatérales sino-centre-asiatiques 1991-2001

2.1. Le Kazakhstan : partenaire principal de la Chine en Asie centrale

  • 1213 Dans NIQUET, V., « Le Xinjiang et les Républiques soviétiques d’Asie centrale », le Courrier des Pa (...)

124Les relations économiques sino-kazakhes n’ont pas débuté avec l’indépendance de cette république. Il existait déjà un certain nombre de liens tissés à la fin des années 1980 dans le sillage du rétablissement des relations commerciales entre la Chine et l’Union soviétique et de la réouverture économique concomitante de la région autonome du Xinjiang. En 1983, l’importante zone de Khorgos (Huoerguosi) située dans la vallée du fleuve Ili -frontalière de la République socialiste soviétique du Kazakhstan-, non loin de la ville de Yining/Guldja, le centre administratif de la préfecture kazakhe d’Ili au Xinjiang et aussi une des villes les plus importantes de la partie nord de la région autonome chinoise, a en effet été réouverte au commerce frontalier. Devenue rapidement le point de passage principal pour les échanges entre la RPC et la RSS du Kazakhstan, elle va se transformer après l’indépendance du Kazakhstan en port frontalier principal pour le transit du commerce entre les deux pays. En 1988, les gouvernements chinois et soviétique décident d’accorder davantage d’autonomie au niveau local, ce qui permet à la région autonome du Xinjiang d’accroître ses liens avec les cinq Républiques socialistes soviétiques d’Asie centrale, mais aussi avec deux régions frontalières et une préfecture1213.

  • 1214 Idem, p. 58.

125En septembre 1988 se tiennent ainsi des entretiens entre des représentants de la région autonome et de la République socialiste soviétique du Kazakhstan sur la coopération économique et technique et le commerce frontalier. Les discussions portent notamment sur la possibilité d’établir des sociétés à capital mixte pour le traitement des matières premières. Les projets de sociétés à capital mixte avec les Républiques socialistes soviétiques d’Asie centrale se multiplient à partir de ce moment. Cinquante-trois lettres d’intentions concernant la mise en place de ce type d’entreprise dans divers secteurs (bouteilles thermos, vêtements, jeux électroniques, usine de peinture, usine de phosphate) entre le Xinjiang et ses voisins centre-asiatiques sont ainsi signés en 19881214.

  • 1215 « Xinjiang border trade said increasing rapidly », Xinhua dans FBIS-CHI-92-010, January 15, 1992.
  • 1216 « Xinjiang, URSS Pursue Technical cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-89-058, March 28, 1989.
  • 1217 Cité dans dans zhao, Yueyao, Pivot or periphery? Xinjiang’s Regional Development and Chinese-Centra (...)

126Le commerce connaît également un essor substantiel. Selon Xinhua, au cours des années 80, les échanges entre le Xinjiang et l’URSS seront ainsi multipliés par 150, passant de 809 000 de dollars américains à 120 millions1215. En mars 1989, la République socialiste soviétique du Kazakhstan soumet aux autorités provinciales du Xinjiang une liste de 51 projets de coopération couvrant de nombreux domaines comme l’agriculture, l’élevage, la métallurgie, le pétrole, le secteur des mines etc1216. Le même mois, une ligne régulière de bus reliant la ville de Yining/Ghulca à celle de Panfilov au Kazakhstan via Khorgos -situé à 98 km de Yining et à 35 km de Panfilov- est ouverte. Cette dernière permet le transport de passagers et le développement du commerce frontalier. Quelques mois plus tard, en juillet 1989, des entretiens concernant les possibilités de coopération économique réunissent à Urumqi des officiels kazakhs et chinois. Un document concernant la coopération économique et technique entre les deux parties pour la période 1989-1995 est signé à l’issue de cette réunion. Il prévoyait le lancement de 25 projets majeurs dans les secteurs de l’électricité, des engrais chimiques, des communications, des machines-outils et de l’électronique ainsi que 53 projets mineurs1217. En 1990, d’autres accords bilatéraux sont signés concernant notamment les transports et les télécommunications et en septembre de cette année, la ligne de chemin de fer du nord Xinjiang (Beijiang) est enfin connectée au réseau ferroviaire kazakh via le point de passage d’Alatou/Alashankou//Dostyk/Druzhba ouvrant ainsi la voie au transit de marchandises entre le Kazakhstan et la Chine via l’axe de chemin de fer Pékin-Lanzhou-Urumqi-Almaty. Le transport de marchandises entre les deux pays par cette ligne ne débutera toutefois effectivement qu’en juillet 1991.

  • 1218 « Kazakh ambassador on visit », Xinhua dans FBIS-CHI-93-201, October 20, 1993.
  • 1219 « Agreement between Kazakh SSR and Xinjiang-Uigur Autonomous Region on Efficient Use of Railway Bor (...)
  • 1220 « Xinjiang border trade said increasing rapidly », Xinhua dans FBIS-CHI-92-010, January 15, 1992.
  • 1221 « Xinjiang ethnic groups build border trade », Xinhua dans FBIS-CHI-94T94, October 6, 1994.
  • 1222 « 1994 Xinjiang statistical communique », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-95-047, March 10, 1995.

127C’est également en juillet 1991 que N. Nazarbaev effectue une visite officielle en Chine. Il se rend à Shenzhen où il peut constater les progrès réalisés depuis l’adoption des réformes économiques-progrès qui d’ailleurs l’impressionneront beaucoup aux dires du premier ambassadeur kazakh en Chine1218-et aussi à Urumqi où il explore avec les autorités locales la possibilité d’étendre les relations commerciales bilatérales. Un accord concernant les principes de la coopération entre le Xinjiang et la RSS du Kazakhstan sera conclu à l’occasion de ce déplacement. Les parties s’accordent également en juillet 1991 sur l’utilisation comme point de passage transfrontalier pour le tourisme international d’Alatou/Alashankou//Dostyk/Druzhba1219. Le mois suivant, la préfecture kazakhe d’Ili au Xinjiang met en place un programme de « shopping » pour les touristes provenant d’URSS, singulièrement de la RSS du Kazakhstan voisin. Ce dernier rencontre un succès immédiat attirant des centaines de touristes par jour1220. Ils seront 156 000 à s’être rendu dans cette préfecture au cours de l’année 19931221. L’année suivante, en raison de la détérioration rapide de la situation économique en ex-URSS, les touristes venant de la CEI ne seront cependant plus que 48 400 pour l’ensemble du Xinjiang1222.

  • 1223 « ’High Level delegation arrives in Kazakhstan’ », Xinhua dans FBIS-CHI-92-003, January 6, 1992.
  • 1224 « Agree to commercial consulates », Xinhua dans FBIS-CHI-92-003, January 6, 1992.

128Le 22 décembre 1991, la Chine et le Kazakhstan désormais indépendant concluent un accord sur les relations économiques et commerciales. Cet accord définit les principes de base de leurs relations économiques. Au moment où le Kazakhstan devient un état indépendant, les bases des relations économiques bilatérales sont donc déjà posées. Pékin n’aura qu’à s’appuyer sur ces dernières pour lancer ses relations avec le nouvel État. C’est donc assez naturellement que dès le début de ses rapports avec la République kazakhe, Pékin met l’accent sur la poursuite et l’élargissement des relations économiques existantes avec Almaty. La délégation chinoise venue signer le protocole d’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays au début du mois de janvier 1992, dirigée par Li Lanqing, le ministre des relations économiques et du commerce de la RPC, et par Tian Zengpei, le vice-ministre des affaires étrangères de la République, s’entretient ainsi avec le ministre kazakh du commerce de la poursuite et du développement des relations économiques bilatérales sur base des accords déjà signés1223. Les deux parties conviennent de continuer à honorer toutes les obligations contenues dans les traités signés entre la Chine et l’URSS. Elles décident d’établir en outre une représentation économique et commerciale dans leur capitale respective afin de renforcer leur coopération dans ce domaine1224. A l’issue de cette visite de la délégation chinoise, deux documents importants concernant les relations commerciales bilatérales sont conclus : une déclaration résumant leurs entretiens sur le développement des relations économiques et une note sur l’installation mutuelle d’un bureau de représentation commerciale.

  • 1225 « Kazakh leader calls for increased cooperation », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-92-017, Ja (...)
  • 1226 Voir par exemple les déclarations du président du soviet suprême kazakh en avril 1993 à l’occasion (...)
  • 1227 Voir ses déclarations à Jiang Zemin le 19 octobre 1993 dans « Further on kazakh President’s visit » (...)
  • 1228 « China’s special economic zones said valuable to foreigner », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1111, Nove (...)
  • 1229 « More on briefing », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

129Outre le développement des relations commerciales bilatérales, les autorités kazakhes, à la recherche d’un modèle de transition économique, s’intéressent par ailleurs à l’expérience chinoise de développement. Le vice-président du comité économique de la Présidence kazakhe déclare en janvier 1992 à l’agence de presse officielle chinoise Xinhua que le Kazakhstan devrait « learn from Chinasyears of experience in reform and opening up to the outside world, such as establishing special economic zones, strenghtening production management, and introducing a responsability System in the countryside »1225. Cet intérêt des élites kazakhes pour le « modèle chinois » sera par la suite souvent évoqué dans les médias ou lors des rencontres officielles bilatérales avec des représentants chinois1226, y compris par Nursultan Nazarbaev à l’occasion de sa première visite en Chine en tant que président du Kazakhstan indépendant en octobre 19931227. Plus tard, l’ambassadeur kazakh en Chine déclarera en novembre 2000 que son pays s’est inspiré du modèle chinois de « zone économique spéciale » pour la mise en place de la zone économique spéciale d’Astana, la nouvelle capitale kazakhe1228. Le Kazakhstan n’est d’ailleurs pas le seul Etat issu de la dissolution de l’URSS à s’être intéressé au « modèle chinois » combinant réformes économiques et maintien du contrôle politique autoritaire. Tous les dirigeants centre-asiatiques exprimeront, à un moment ou à un autre, leur intérêt pour ce modèle. Par exemple, à la suite de sa tournée diplomatique d’avril 1994 dans quatre républiques d’Asie centrale, Li Peng déclarera à Xinhua à propos des entretiens qu’il a eu avec les dirigeants des quatre Républiques visitées que « I found that We had many common points. For example, when I discussed China’s continuous economic development as a result of its implementation of the policies of reform and opening up while maintening social and political stability, the leaders of the four countries expressed similar views, saying that maintaining domestic stability is of paramount importance to carrying out economic reform and to developping national economy »1229.

  • 1230 « Urumqi-Ala Pass Passenger Railway Launched », Xinhua dans FBIS-CHI-92-037, February 25, 1992.
  • 1231 « Rail service agreement signed with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-105, June 1, 1992.
  • 1232 « First train crosses Alatow Pass from Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-121, June 23, 1992.
  • 1233 « Second China-Kazakhstan highway opens », Xinhua dans FBIS-CHI-92-165, August 25, 1992.

130Pour renforcer les échanges frontaliers bilatéraux Xinjiang-Kazakhstan, parallèlement à l’adoption par les autorités régionales du Xinjiang de mesures préférentielles destinées à promouvoir le commerce, à l’ouverture de villes frontalières, à la mise en place de zones économiques spéciales et au renforcement des infrastructures de télécommunication, les infrastructures de transport entre le territoire de la région autonome et le Kazakhstan vont faire l’objet d’une attention particulière afin de les améliorer et les renforcer. En février 1992 est ainsi officiellement lancée la ligne ferroviaire pour le transport de passagers entre Urumqi et Alatou1230. Elle permettra, après la conclusion d’un accord sino-kazakh en juin 19921231, la mise en service d’une ligne internationale pour le transport de passagers entre Urumqi et Almaty1232. Cette voie ferrée sera complétée en août 1992, par l’ouverture d’une autoroute entre la ville de Bole et Almaty via Alatou pour le trafic passager1233.

  • 1234 « Xinjiang improves foreign investment environment », Xinhua dans FBIS-CHI-92-159, August 17, 1992.
  • 1235 Voir détails des réalisations routières dans « Article views Xinjiang’s role as Western ’Passage’ » (...)
  • 1236 « Xinjiang sees overall economic development », Xinhua dans FBIS-CHI-94-034, February 18, 1994 ; «  (...)

131Selon Xinhua, au cours de l’année 1992, la région autonome du Xinjiang décide d’accélérer la construction ou la rénovation/modernisation de quatre routes destinées à desservir les points de passage transfrontaliers de Khorgos, Alatou et Baktu avec le Kazakhstan et de Torugart avec la République kirghize1234. Elle va aussi mettre l’accent sur le renforcement et la modernisation des infrastructures routières intra-régionales dans le courant de l’année suivante1235. Toujours selon Xinhua, la région autonome du Xinjiang a ainsi lancé et complété en 1993 neuf projets de construction ou de reconstruction de routes (en tout 724,6 km de routes financées conjointement par le gouvernement central et les autorités locales)1236.

  • 1237 « Xinjiang to launch infrastructure, construction projects », Zhongguo xinwen she dans FBIS-CHI-96- (...)
  • 1238 « PRC invests in improving transport facilities in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-98-299, October (...)
  • 1239 « Kazakh ambassador on visit », Xinhua dans FBIS-CHI-93-201, October 20, 1993.
  • 1240 « Nonstop air route between Almaty, Beijing starts 5 September », Xinhua dans FBIS-CHI-94-174, Sept (...)

132Dans le domaine des liaisons aériennes, au début de l’année 1992 est mis en service un vol hebdomadaire entre Urumqi et Almaty. En juillet 1992, face à la demande croissante des usagers, cette ligne passe à deux avions par semaine. En octobre 1993, Xinhua rapporte également que les autorités du Xinjiang travaillent au projet de modernisation de l’aéroport d’Urumqi. Au printemps 1994, ils n’avaient cependant pas encore débuté. Selon Zhongguo Xinwen she, ils devaient se terminer à la fin de l’année 19961237. Mais d’importants travaux ont encore été réalisés dans l’aéroport d’Urumqi au cours de l’année 1998, parallèlement à une série de travaux de modernisation entrepris à l’aéroport de Kachgar. Une fois ces derniers terminés, il était prévu que deux lignes (Kachgar-Andijan et Kachgar-Och) soient ouvertes, ce qui n’était pas encore le cas au printemps 20041238. Une liaison aérienne Pékin-Almaty est aussi envisagée dès le mois d’août 1992. L’accord sino-kazakh sur l’ouverture de cette ligne ne sera en fait signé qu’en octobre 1993, à l’occasion de la première visite du président Nazarbaev en Chine1239 et la route aérienne sera ouverte en septembre 19941240.

  • 1241 « Protocol between Kazakhstan and China on Establishing System for Issue of Permits for Internation (...)
  • 1242 « Bus link between, Xinjiang, Kazakhstan opens », Xinhua dans FBIS-CHI-93-041, March 4, 1993.
  • 1243 « Urumqi to Alma-Ata Tourist train opens », Xinhua dans FBIS-CHI-93-064, April 6, 1993.
  • 1244 « Bus service established with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-93-154, August 12, 1993.
  • 1245 « Work begins on upgrading Lanzhou Urumqi Railway », Xinhua dans FBIS-CHl-93-116, June 18, 1993.
  • 1246 « Wu Bangguo at Ceremonv tor Lanzhou-Uruniqi », Xinhua dans FBIS-CHI-95-179, September 15, 1995.

133Dans le secteur du transport routier, en février 1993, les deux pays signent deux nouveaux accords destinés à faciliter le transport de marchandises1241. Le 1er mars 1993 est ouverte une ligne journalière de bus entre Urumqi et Almaty (1052 km)1242. Le 5 avril 1993, un train touristique hebdomadaire entre Urumqi et Almaty est également mis en service. Le voyage par cette ligne prend environ 33 heures pour 1359 km1243. En août, c’est une liaison directe par bus (deux bus par semaine) entre Yining et Almaty (485 km) qui est à son tour mise en route1244. En juin 1993 débutent également les travaux destinés à doubler les voies ferrées entre Urumqi et Lanzhou (1622 km) afin d’accroître les capacités de transport de marchandises entre l’intérieur de la Chine et la région autonome du Xinjiang1245. La ligne modernisée est entrée en fonction en juillet 1995 et la cérémonie d’inauguration officielle s’est déroulée en septembre 1995 en présence du vice-premier ministre chinois1246. A l’automne 1993, l’axe autoroutier Lanzhou-Urumqi est complété.

  • 1247 « Kazakhstan’s Nazarbaev urges closer cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-93-150, August 6, 199.3.
  • 1248 « Kazakhstan’s Nazarbaev hopes for ’Close relations’ », Xinhua dans FBIS-CHI-93-197, October 17, 19 (...)
  • 1249 « Kazakhstan president Nazarbaev discusses ties », Moscow Ostankino Television First Channel Networ (...)

134Si ces réalisations semblent impressionnantes, on notera cependant que les infrastructures de transport entre le territoire chinois et le Kazakhstan sont jugées insuffisantes par le président kazakh à la mi-1993. S’entretenant avec Tomur Dawamat en visite à Almaty en août 1993, N. Nazarbaev appelle au renforcement de la coopération bilatérale dans les secteurs des chemins de fer, des autoroutes et du transport aérien1247. Interrogé quelque mois plus tard par Xinhua à la veille de sa visite en Chine, le président kazakh déclare une nouvelle fois que la question du transport constitue sans doute l’obstacle principal à l’essor des relations bilatérales sino-kazakhes1248. Malgré le constat de la faiblesse relative des infrastructures de transports reliant les deux pays, il affiche néanmoins lors d’une interview accordée à la télévision russe en novembre 1993, sa satisfaction de voir son souhait d’atteindre l’intérieur de la Chine et la côte Pacifique par chemin de fer virtuellement réalisé1249.

  • 1250 « Tereshchenko leaves for Dalian », Xinhua dans FBIS-CHI-92-039, February 27, 1992.
  • 1251 « Yang Shangkun meets Tereshchenko », Xinhua dans FBIS-92-038, February 26, 1992.
  • 1252 « Kazakhstan’s Tereshchenko continues official visit », Xinhua dans FBIS-CHI-92-039, February 27, 1 (...)

135Outre l’accent mis sur le renforcement rapide des infrastructures de transports, les contacts bilatéraux sino-kazakhs au plus haut niveau se multiplient également dès le début de l’année 1992. Le premier ministre kazakh, Sergei Tereshchenko, effectue une importante visite officielle en Chine en février 1992. Il se rend à Pékin mais aussi à Dalian -un des plus grands ports en eau-libre du nord de la côte Pacifique de la Chine1250 - pour constater les résultats de la politique d’ouverture économique menée par Pékin, et enfin à Urumqi pour s’entretenir avec les autorités régionales du Xinjiang et les dirigeants des différentes préfectures de la région autonome des moyens de développer la coopération économique et le commerce frontalier. Il profitera de sa tournée dans la capitale régionale du Xinjiang pour visiter des entreprises locales. A Pékin, il rencontre les plus hautes autorités chinoises dont le premier ministre Li Peng, le président Yang Shangkun et le secrétaire général du PCC, Jiang Zemin. Lors de sa rencontre avec Yang Shangkun, ce dernier lui déclare que la Chine entend étendre ses relations commerciales avec le Kazakhstan en promouvant le développement des relations directes entre ce pays et le Xinjiang mais aussi avec d’autres régions, provinces et villes chinoises1251. Avec Jiang Zemin, il s’entretient de la politique de réformes et d’ouverture économique entreprise par la Chine et à laquelle il porte également un grand intérêt1252. Les officiels qui l’accompagnent auront également des discussions avec les différentes autorités chinoises responsables des domaines de l’aviation civile, des ports frontaliers terrestres -il s’agit de négocier l’ouverture de nouveaux points de passage transfrontaliers pour faciliter les échanges-, et des transports autoroutiers et ferroviaires.

  • 1253 Disposition 5 de la déclaration conjointe sino-kazakhe du 28 février 1992 dans « Sides issue joint (...)
  • 1254 Détails dans « Joint communique signed », Xinhua dans FBIS-CHI-92-039, February 27, 1992.
  • 1255 « Travel agreement signed », Xinhua dans FBIS-CHI-039, February 27, 1992.

136A l’issue de ce déplacement, les deux parties signent une série de documents dont une déclaration conjointe qui réitère leur volonté d’approfondir la coopération économique en tirant profit des avantages de la situation géographique des deux pays1253, et des accords touchant aux relations économiques bilatérales1254. Concernant le contenu de ces derniers, il s’agit notamment d’un accord destiné à faciliter les déplacements -notamment d’hommes d’affaires- entre les deux pays1255, d’un accord de gouvernement sur l’établissement d’un Comité inter gouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la Science et la technologie ainsi que d’un accord destiné à faciliter l’installation d’entrepreneurs chinois au Kazakhstan (dans le secteur de la vente de biens industriels légers) avec possibilité pour eux d’investir leurs profits dans l’économie kazakhe, et enfin d’un accord sur l’octroi d’un prêt chinois au Kazakhstan pour l’acquisition d’équipement et de marchandises.

  • 1256 « Xinjiang Traders Welcomed in CIS Muslim States », Xinhua dans FBIS-CHI-92-151, August 5, 1992.
  • 1257 « Xinjiang strengthens cooperation with CIS », Xinhua dans FBIS-CHI-92-154, August 10, 1992 et « Fa (...)
  • 1258 « Border Trade increases with CIS nations », Beijing Radio dans FBIS-CHI-92-097, May 19, 1992.
  • 1259 Dans « Vice Chaiman on Border Trade », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-CHI 92-159, August 17, 1992.

137Un mois après la visite du premier ministre kazakh, signe du décollage des relations commerciales bilatérales, est ouvert à Almaty « le Centre d’Industrie et de Commerce d’Urumqi » qui remporte immédiatement un vif succès auprès des consommateurs kazakhs s’il faut en croire le reportage de Xinhua1256. C’est le premier centre de cette nature jamais ouvert dans la région1257. Ce n’est cependant pas le seul signe de l’accélération des relations économiques entre le Kazakhstan et le Xinjiang. Selon un bulletin de la Radio de Pékin datant du mois de mai 1992, l’administration de la Préfecture mongole de Bortala au Xinjiang a envoyé 600 personnes au Kazakhstan pour remplir des contrats bilatéraux alors que des travailleurs agricoles de la région autonome participent à la production de légumes dans 14 kolkhozes de l’oblast kazakh de Taldy-Kurgan1258. La région autonome a également participé à la mise en place d’hôtels et de magasins à Almaty alors que dans l’autre sens, le Kazakhstan a pour sa part établi une société à capital mixte pour la fabrication de vêtements dans la région de Ili1259.

  • 1260 « Feature on Xinjiang Promoting border trade », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-92-099, May 21, (...)
  • 1261 « Xinjiang government group visits Central Asia », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-104, May 29, 199 (...)

138Selon un autre rapport des médias chinois daté de mai 1992, sur les 33 districts et villes du Xinjiang, 12 se sont lancés dans le commerce frontalier avec les pays voisins1260. A la fin du mois de mai 1992, une délégation composée de représentants de différentes préfectures de la région autonome du Xinjiang et dirigée par son vice-président Li Donghui, qui était également président de la commission régionale pour l’économie et le commerce, se rend d’ailleurs au Kazakhstan dans le cadre d’une tournée exploratoire dans quatre des nouvelles républiques d’Asie centrale. Il s’agit de s’informer des potentialités du marché, des possibilités d’établir des coopérations bilatérales dans les domaines économique et technologique, mais aussi dans celui du commerce frontalier. La délégation a également pour mission d’explorer les possibilités de création de sociétés à capital mixte1261.

  • 1262 Cet accord est entré en vigueur en août 1994.
  • 1263 Il s’agit du « Frontier Rail Agreement between the Ministry of Transport of the Republic of Kazakhs (...)
  • 1264 « New outlet links Xinjiang with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-95-113June 13, 1995.
  • 1265 « Xinjiang opens border crossing with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-95-128, July 5, 1995.
  • 1266 Chiffres cites dans « Baktu Port », China.org.cn, December 15, 2004.
  • 1267 Chiffres cites dans « Jimnay Port », China.org.cn, December 15, 2004.
  • 1268 « Xinjiang opens up further to outside world », Xinhua dans FBIS-CHI-92-147, July 30, 1992.

139En août 1992, à la faveur de la visite du ministre kazakh des affaires étrangères à Pékin, la Chine et le Kazakhstan signent des accords supplémentaires destinés à améliorer les échanges économiques, notamment un accord bilatéral sur l’encouragement et la protection réciproques des investissements1262, un accord sur le transport ferroviaire transfrontalier1263 et un accord sur l’ouverture de ports de commerce frontalier entre les deux pays. Outre Khorgos où se tient en août 1992 la première foire frontalière sino-kazakhe, deux points de passage supplémentaires sont ainsi désignés pour favoriser l’essor du commerce frontalier. Il s’agit de Baktu situé à 17 km de la ville de Tacheng dans la préfecture autonome kazakhe d’Ili (Xinjiang) et de Jiminay (dans le district de Jiminay, préfecture de l’Altaï) situé à 200 km de la ville d’Altaï, 760 km d’Urumqi et 60 km du district de Zaïsen (Zaysan) au Kazakhstan. Bien que le port transfrontalier de Baktu soit ouvert au tourisme et au commerce frontalier dès 1992/1993, les travaux de modernisation de ses infrastructures ne seront complètement terminés qu’en juin 19951264. Il sera officiellement inauguré le 4juillet 19951265 et sera aussi ouvert officiellement aux pays tiers. Ce poste de transit est désormais ouvert toute l’année sur l’extérieur. Sa capacité de transit pour les marchandises se situe autour de 200 000 tonnes par an. Celle de son trafic voyageurs est estimée à 100 000 personnes par an. En 2002, 17 200 voyageurs ont emprunté le poste de Baktu par route, et 80 000 tonnes de marchandises ont été importées ou exportées à travers lui1266. Quant à jiminay, il ne sera ouvert qu’en mars 1994. Sa capacité de transit pour les marchandises se situe autour de 100 000 tonnes par an alors que celle de son trafic voyageur est estimée à 50 000 personnes par année. En 2002 cependant seuls 5 000 passagers, 1 219 véhicules et 16 000 tonnes de marchandises sont passés par ce poste1267. Enfin, les autorités régionales du Xinjiang, après avoir conclu un accord avec le Kazakhstan et la République mongole, ont envisagé à l’été 1992 d’utiliser les fleuves Ili et Irtych pour le transport de marchandises1268. Mais en dépit de son évocation périodique dans la presse chinoise, cette possibilité ne s’est pas matérialisée par la suite.

  • 1269 Dans « Kazakh foreign minister interviewed on visit », Beijing Radio dans FBIS-CHI-92-160, August 1 (...)

140Malgré ces réalisations, le ministre kazakh des affaires étrangères interrogé sur les relations économiques bilatérales par la Radio de Pékin à l’occasion de sa visite en août 1992, tout en soulignant leur importance potentielle, constate néanmoins que davantage de dynamisme est nécessaire dans la coopération bilatérale. Selon lui, les aires de coopération économiques recouvrent de nombreux domaines qui sont encore trop peu valorisés. Il cite le secteur de l’industrie chimique -les phosphates de Djamboul pourraient ainsi être développés avec l’aide de la Chine et dans l’autre sens, les engrais kazakhs pourraient être davantage utilisés dans le secteur agricole chinois-, le secteur de l’industrie légère et de l’agro-alimentaire où le Kazakhstan pourrait tirer profit de l’expérience chinoise, les domaines de la biochimie, de la santé, de la pharmacopée traditionnelle et des produits pharmaceutiques et médicaux, de la métallurgie, de l’aéronautique spatial etc1269.

  • 1270 « China provides half of Kazakhstan’s imports », Xinhua dans FBIS-CHI-92-210, October 29, 1992.
  • 1271 « Kazakh Minister Seeks Economic Ties with China », Xinhua dans FBIS-CHI-93-082, April 30, 1993.

141Malgré ces potentialités ignorées jusque-là, les résultats obtenus depuis le début de cette année 1992 dans le domaine des échanges bilatéraux, sont tout de même substantiels. Xinhua rapporte ainsi en octobre 1992 que pour les neuf premiers mois de l’année 1992, la moitié des biens de consommation importés par le Kazakhstan sont originaires de Chine1270. Le bilan de l’année 1992 confirme ces chiffres. Selon le ministre kazakh des relations économiques extérieures, le volume total des échanges sino-kazakhs a atteint pour l’année 1992, 430 millions de dollars soit 22,1 % de l’ensemble du commerce kazakh représentant 15,4 % des exportations du Kazakhstan et 43,8 % de ses importations1271. Ces chiffres seront cependant revus à la baisse puisque pour 1992, selon les statistiques chinoises, le total des échanges sino-kazakhs aurait atteint 360 millions de dollars. Ce n’est qu’en 1993 que le commerce bilatéral atteint 434 millions de dollars.

  • 1272 DORONIN, G., « On Trust Principles », Kazakhstanskaya pravda, December 27, 2002.
  • 1273 « Xinhua interviews Kazakhstani Prime Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-93-091, May 13, 1993.
  • 1274 « Kazakhstan reports trade results with China », Xinhua dans FBIS-CHI-93-103, June 1, 1993.

142Les marchandises chinoises remplissent néanmoins à ce moment de l’histoire kazakhe un rôle important pour la population comme l’écrira plusieurs années plus tard le très officiel Kazakhstanskaya pravda. Selon ce journal en effet « Consumption goods of Chinese production with their acceptable, prices allowed to soften commodity hunger of Kazakhstani consumers. That time Kazakhstani authorities managed to focus attention on strategically important issues, like macroeconomic stabilization, having laid the task of population provision with first need goods on traders ’ shoulders »1272. Les résultats ne sont cependant pas à la hauteur des espérances des élites kazakhes. Selon le premier ministre interrogé par Xinhua en mai 1993, bien que vingt grandes entreprises kazakhes exportent désormais une quarantaine de produits industriels et de matériaux divers vers la Chine1273, les deux pays doivent continuer à étendre leur coopération notamment dans les secteurs de la métallurgie, de la chimie, du textile, de l’énergie et dans d’autres domaines afin de tirer profit du potentiel réel existant entre eux. Malgré ce large potentiel ignoré, au début de l’année 1993, la Chine est cependant devenue selon les médias kazakhs le premier partenaire commercial du pays1274.

  • 1275 « Foreign Minister Leaves for Central Asia, Russia », Xinhua dans FBIS-CHI-92-224, November 17, 199 (...)
  • 1276 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., pp. 107-108

143A la fin du mois de novembre 1992, Qian Qichen entreprend une tournée diplomatique en Russie et en Asie centrale. C’est la première tournée de cette nature réalisée par un ministre chinois des affaires étrangères depuis la chute de l’URSS. Elle le conduira à Tachkent, Bichkek, Almaty et Moscou. L’objectif de cette série de visites est de renforcer les relations déjà mises en place notamment dans le domaine économique. Il existe un potentiel économique important non encore exploité et qu’il faudrait tenter de mettre en œuvre. En outre, des problèmes comme ceux des transports devraient également être examinés1275. Dans la capitale kazakhe, il rencontre le ministre kazakh des affaires étrangères ainsi que le président Nazarbaev. A l’occasion de cette visite, le président kazakh lui fait part de son soutien à l’établissement de zones économiques spéciales aux frontières du Kazakhstan pour le commerce avec le Xinjiang1276.

  • 1277 « Xinjiang, Kazakhstan to establish development zone », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-CHI-93-147, A (...)
  • 1278 JIN, Xueqing, « Guanyu jianli Yili heliu yu Zhong Ha bianjing jingji hezuoqude chubu tantao », Xinj (...)
  • 1279 Idem, pp. 7 et ss.
  • 1280 « China and Kazakhstan to Build A Free Border Trade Zone », People’s Daily, February 26, 2004.

144Cette possibilité de création de zones économiques spéciales à la frontière sino-kazkahe sera également évoquée dans la presse chinoise à l’été 1993. Selon Zhongguo Xinwen She, après une année de travaux, un groupe ad hoc fondé au sein de la commission pour la science et la technologie de la région autonome du Xinjiang a en effet quasiment terminé une étude de faisabilité consacrée à la mise en place d’une telle zone conjointe située entre la vallée de l’Ili (Xinjiang) et le lac Balkhach (Kazakhstan)1277. Aucun projet de zone économique transfrontalière sino-kazakhe ne s’est cependant concrétisé au cours de la décennie suivante. L’intérêt pour ce type de projet ne s’est pourtant pas démenti. Ainsi, en 1995, l’ambassadeur kazakh en Chine aurait fait part aux autorités chinoises de l’espoir de son pays de voir se mettre en place une zone économique spéciale transfrontalière. Un auteur chinois propose pour sa part dans un article datant de 1999 la mise en place d’une zone de coopération économique transfrontalière sino-kazakhe dans la région du fleuve Ili1278. Deux zones très vastes sont envisagées : une zone de coopération économique entre le district de Khorgos et le district kazakh de Panfilov (dans l’oblast de Taldy Kurgan) soit une aire couvrant 10 000 km2 ou l’établissement d’une zone de coopération économique entre les districts chinois de Yili et de Bortala et le district kazakh de Taldy Kurgan couvrant environ 200 000 km21279. Un projet de zone économique spéciale transfrontalière beaucoup plus modeste couvrant 200 ha a à nouveau été envisagé entre la Chine et le Kazakhstan dans la région de Khorgos à partir de 20031280. Il a finalement été lancé en juin 2004.

  • 1281 Il s’agit cependant de projets de petite taille, dans « Qian Qichen continues visit to Kazakhstan » (...)
  • 1282 « Kazakh minister seeks economic ties with China », Xinhua dans FBIS-CHI-93-082, April 30, 1993. Le (...)
  • 1283 Chiffre cité dans « Li addresses Kazakh Entrepreneurs », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-0 (...)
  • 1284 Les autres partenaires principaux du Kazakhstan en termes de sociétés à capital mixte sont la Turqu (...)
  • 1285 Dans XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guoji aguanxi, op. cit., p. 133.

145Face à Qian Qichen, le président kazakh rappelle que depuis le début de l’année 1992 son pays a rapidement développé des liens économiques avec le Xinjiang puisque cinquante sociétés à capital mixte sino-kazakhes ont été établies1281. Alors qu’en juin, le Kazakhstan comptait 37 sociétés sino-kazakhes à capital mixte enregistrées, elles seront 77 en septembre 1992. En avril 1993, le ministre kazakh des relations économiques en visite en Chine donne le chiffre de 150 sociétés de ce type désormais enregistrées dans son pays1282. Li Peng, au moment de sa visite à Almaty, cite pour sa part le chiffre de 170 sociétés sino-kazakhes à capital mixte1283. Selon d’autres sources publiées en Chine, la présence des sociétés chinoises au Kazakhstan semble plus importante. Selon Bao Dengquan et He Lunzhi, au 1er avril 1994, sur les 1416 entreprises conjointes enregistrées au Kazakhstan, 336 auraient été formées avec la Chine1284. En termes de création de société à capital mixte, le Kazakhstan occupe dès ce moment, et de loin, la place la plus importante dans les relations sino-centre-asiatiques. Xing Guangcheng relève à ce propos que sur les 453 sociétés formées en Asie centrale entre la Chine et un partenaire local et opérant dans la région en 1994, 313 l’ont été avec le Kazakhstan contre 65 avec l’Ouzbékistan et 75 avec la République kirghize1285.

  • 1286 Country commercial Guide Kazakhstan, Fiscalyear 2003, U.S. & Foreign Commercial service and U.S. De (...)
  • 1287 Cité dans GILL, B., ORESMAN, M., China’s new journey to the West. China’s emergence in Central Asia (...)

146Malgré la précision de ces chiffres, une certaine incertitude règne autour du nombre total de sociétés à capital mixte installées sur le territoire kazakh. Selon les statistiques officielles kazakhes, au 1er avril 2001, sur les 2750 joint-ventures et compagnies étrangères opérant au Kazakhstan seules 174 étaient chinoises. Pékin arriverait ainsi en quatrième position derrière la Russie (538), la Turquie (359) et les États-Unis (199) en termes de joint-ventures et compagnies étrangères opérant sur le territoire kazakh1286. Bates Gill et Matthew Oresman rapportent dans une étude plus récente qu’il y avait en 2003 quelque 600 sociétés sino-kazakes à capitaux mixtes ainsi que plus de 20 sociétés chinoises accréditées au Kazakhstan1287.

  • 1288 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 107
  • 1289 Idem, p. 109
  • 1290 « Bank of China reportedly ’doing well’ in Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-062, March 31, 199 (...)

147En dépit du décollage des relations sino-kazakhes en 1992, le président Nazarbaev est également conscient que le potentiel d’échanges bilatéraux reste encore largement inexploité. C’est pour cette raison qu’il déclare à Qian Qichen qu’outre les relations bilatérales avec la région autonome du Xinjiang, le Kazakhstan souhaite étendre ses relations avec les autres provinces ou régions chinoises1288, un souhait qu’il réitèrera à Li Peng en octobre 19931289. A la suite de cette visite, en avril 1993, est inaugurée la branche d’Almaty de la Banque de Chine -la première banque étrangère autorisée à opérer au Kazakhstan selon Xinhua-, ouvrant ainsi un chapitre supplémentaire dans la coopération sino-kazakhe. Un an plus tard, le bilan de son activité n’est pas négligeable. Toujours selon Xinhua, elle aurait ainsi traité des affaires pour un montant estimé à 30 millions de dollars1290. On remarquera que la branche d’Almaty est jusqu’à présent la seule que la Banque de Chine ait installée en Asie centrale.

  • 1291 « Exchanges views with Jiang », Itar-Tass dans FBIS-CHI-93-200, October 19,1993.
  • 1292 « Interviewed on talks with Jiang », China Radio International dans FBIS-CHI-93-1993, October 22, 1 (...)
  • 1293 « Official on improving trade with Kazakhstan », China Daily dans FBIS-CHI-93-201, October 20, 1993
  • 1294 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 109
  • 1295 « Meets with Li Peng », Xinhua dans FBIS-CHI-93-201, October 20, 1993 et « Kazakhstan trade officia (...)

148En octobre 1993, le président Nazarbaev, accompagné de son ministre de l’économie et de son ministre des affaires étrangères, mais aussi d’un groupe d’hommes d’affaires, effectue sa première visite en Chine en tant que chef de l’État du Kazakhstan indépendant. Au cours de cet important déplacement qui marque une nouvelle étape dans les relations bilatérales sino-kazakhes, il rencontre les plus hautes autorités chinoises, notamment Li Peng et Jiang Zemin. N. Nazarbaev s’entretient avec ce dernier des perspectives de leurs relations économiques bilatérales. Les deux parties, après avoir constaté que les échanges économiques constituent un aspect majeur de leurs relations bilatérales, expriment leur volonté de renforcer leur coopération dans les secteurs vitaux de la métallurgie, de l’agriculture, de la chimie, des machines-outils et des transports1291. Le président kazakh évoque en outre à la radio chinoise le projet d’établissement d’une zone économique spéciale des deux côtés de la frontière sino-kazakhe -dans la région de Khorgos1292- alors que le ministre chinois du commerce et de la coopération économique déclare également à l’occasion d’une interview accordée à China Daily -sans préciser toutefois à quel secteur d’activité il fait allusion- que la Chine est prête à mettre en place d’importants projets avec le Kazakhstan. Selon les observateurs, c’est au secteur des ressources naturelles que le ministre chinois aurait fait allusion à ce moment1293. Le président Nazarbaev exprimera son espoir de voir les échanges bilatéraux ainsi que les investissements chinois au Kazakhstan s’accroîtrent rapidement1294, un espoir répété quelques mois plus tard par le représentant commercial du Kazakhstan en Chine1295. Ce dernier point concernant les investissements mérite d’être relevé car le président kazakh souligne en fait une faiblesse présente dans les relations bilatérales sino-kazakhes dès ce moment. En matière d’investissements, la présence de la Chine au Kazakhstan est -et va- en fait rester faible comparée à celles d’autres acteurs, notamment les pays occidentaux. On se souviendra ainsi qu’en avril 1993, la société américaine Chevron et la République du Kazakhstan ont signé un contrat de 20 milliards de dollars portant sur la formation d’une société à capital mixte destinée à exploiter le gisement pétrolifère de Tengiz (rive nord-est de la mer Caspienne).

  • 1296 « Interviewed on talks with Jiang », op. cit.

149Malgré les résultats obtenus depuis le début de l’année 1992, outre la faiblesse des investissements chinois, d’autres difficultés se sont également fait jour dans les relations économiques bilatérales sino-kazakhes. Si les autorités chinoises sont plutôt discrètes à ce sujet, le président kazakh n’a pas manqué de les mettre en lumière à l’occasion d’une interview accordée à Radio Chine international. Il soulève à cette occasion la question de la mauvaise qualité de certains produits chinois exportés vers son pays et vers la Russie en raison du système de troc (barter trade) en vigueur dans les relations bilatérales sino-kazakhes. Ce phénomène a selon lui porté atteinte à la réputation des produits fabriqués en Chine. Pour y mettre un terme, le Kazakhstan a adopté des mesures (notamment en appliquant des droits de douane) qui auraient selon lui déjà fortement réduit l’entrée de ce type de marchandises. Le président Nazarbaev évoque également cette question lors de ses entretiens avec Jiang Zemin et Li Peng qu’il trouve apparemment préoccupés par ce problème1296. Il rappelle également à l’occasion de cette interview son espoir de voir se développer des relations avec les régions centrale et orientale de la Chine. Sans qu’il le dise ouvertement, le président kazakh n’est sans doute pas satisfait du fait que les relations économiques sino-kazakhes restent cantonnées essentiellement au commerce frontalier entre le Xinjiang et le Kazakhstan. Cette région proche n’est en effet ni la plus dynamique ni la plus moderne de l’économie chinoise et on peut penser que l’essor de relations directes avec les provinces côtières de la Chine, beaucoup plus riches et développées et possédant un potentiel nettement plus importants que le Xinjiang en termes de marché mais aussi de capacités d’investissements serait très profitable à l’économie kazakhe et pourrait porter les relations économiques bilatérales à un niveau bien supérieur à celui atteint jusque-là.

  • 1297 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-202, October 21, 1993.

150A l’issue de cette visite du président kazakh sera publié la « Déclaration commune sur l’établissement des relations amicales entre la République populaire de Chine et la République du Kazakhstan ». Il s’agit d’un document important car il définit les principes de base (le président Nazarbaev parlera de « bases légales ») des relations sino-kazakhes après ce que l’on pourrait qualifier de période de transition où les deux États ont en quelque sorte géré les affaires courantes sur base des relations héritées de l’époque soviétique tout en commençant, il est vrai, à mettre en place de nouvelles aires de coopération. Entre le début de l’année 1992 et la visite du président Nazarbaev, ce n’est en effet pas moins de 23 accords bilatéraux qui ont été conclus par le Kazakhstan indépendant et son voisin chinois. La déclaration conjointe du 21 octobre 1993 ouvre néanmoins une nouvelle étape des relations bilatérales sino-kazakhes. Elle est surtout marquante sur le plan politique mais contient également des dispositions touchant à l’économie. Les deux parties y constatent en effet la complémentarité de leur structure économique. Elles s’engagent non seulement à créer dans leurs législations des conditions favorables à l’essor de la coopération bilatérale -spécialement en offrant une protection aux investissements et à la propriété-, mais aussi à encourager l’assistance et la coopération mutuelles entre leurs départements, leurs régions et leurs entreprises respectives. Elles s’accordent enfin pour coopérer économiquement dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture, de l’industrie légère, des biotechnologies, des transports, de l’énergie et enfin de la recherche spatiale1297.

151Pour tenter de concrétiser les déclarations d’intention contenues dans ce document, se tient à Pékin du 16 au 20 octobre 1993, parallèlement à la visite du président kazakh, la première réunion du Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la science et la technologie.

  • 1298 Voir le site de CCPIT(http://www.ccpil.org)
  • 1299 « Businessmen to accompagny Li Peng on Central Asia visit », Xinhua dans FBIS-CHI-94-073, April 15, (...)

152Quelques mois après le déplacement du président Nazarbaev, au printemps 1994, à la suite d’une mission exploratoire menée dans quatre des cinq républiques d’Asie centrale (à l’exception du Tadjikistan) par le CCPIT (le China Council for the Promotion of the International Trade1298), la plus importante institution pour la promotion du commerce extérieur en Chine, une importante délégation d’entrepreneurs composée des représentants de cinq entreprises chinoises majeures (la China National Construction Engineering Corporation, la China National Petroleum Corporation, la China Steel Industry Trade Group, la China National Textiles Products Import and Export Corporation, la China Electronics Import and Export Corporation), accompagne pour la première fois le premier ministre chinois de l’époque, Li Peng, à l’occasion de l’importante tournée diplomatique qu’il entreprend en Asie centrale et en Mongolie1299.

  • 1300 « Calls Countries Friendly Neighbors », Xinhua dans FBIS-CHI-94-074, April 18, 1994.
  • 1301 Face problème, les autorités kazakhes ont déjà officiellement manifesté leur mécontentement en juil (...)
  • 1302 « Li Peng affirms entrepreneurs’ role in Central Asia visit », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CH (...)
  • 1303 « Li Peng sums-up Central Asia tour at Almaty news conference », op. cit.

153Outre le premier ministre et des représentants de différents départements dont le ministère des affaires étrangères et du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (Moftec), la délégation officielle chinoise comporte également des personnalités importantes liées au Xinjiang comme Wang Lequan, vice-président à l’époque du gouvernement de la région autonome et aussi Ismail Amat, ancien président du gouvernement du Xinjiang (de 1972 à 1986), alors Conseiller d’Etat et ministre en charge de la commission d’Etat aux Nationalités1300. Cette délégation se rend à Almaty en avril 1994. Li Peng y rencontre à deux reprises le président kazakh avec qui il s’entretient notamment de la politique d’ouverture de la Chine, ainsi que le premier ministre kazakh et des représentants des différents départements gouvernementaux en charge des communications, de l’économie, du commerce et de l’énergie. Avec ces derniers, il s’entretient notamment de la question des transports entre les deux pays et des mesures nécessaires pour les améliorer. La question des moyens de renforcer la coopération bilatérale en matière économique et commerciale est également abordée à cette occasion. Au cours des entretiens, les deux parties constatent que malgré les résultats obtenus dans le domaine du commerce bilatéral, il existe d’importantes possibilités encore non-exploitées. Les problèmes apparus dans les relations économiques bilatérales seront également abordés. Concernant la question de la mauvaise qualité des marchandises chinoises exportées en Asie centrale et au Kazakhstan en particulier1301, -un phénomène totalement contraire à la politique chinoise selon Li Peng et qui serait selon lui principalement le fait d’entrepreneurs privés-, le premier ministre chinois déclare qu’une attention spéciale sera désormais accordée par les autorités chinoises aux marchandises pénétrant dans la région1302. Il se déclare prêt à coopérer sur ce point avec le Kazakhstan pour adopter les mesures nécessaires afin d’éliminer les effets négatifs de ce phénomène. Pour l’éviter, les grandes entreprises des deux pays devraient devenir le canal principal des échanges bilatéraux1303.

  • 1304 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 282
  • 1305 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 130.
  • 1306 LIU, Weiling, « Border Trade a boon for Xinjiang », Beijing Review, vol. 38, January 23-29, 1995, p (...)
  • 1307 « Xinjiang Government Work Report », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-051, February 1, 1997.
  • 1308 ZHANG, Ji, Kua shiji Zhongguode guoji huanjingyu duiwai zhanlüe, op. cit, p. 406

154Le traitement de ce problème s’imposait en effet. Les échanges si-no-kazakhs ont connu une importante contraction en 1994. Par rapport à l’année précédente, le volume d’échanges s’est réduit de 22,7 %1304. Si une partie de cette chute est attribuable au changement de la législation sur les droits de douane au Kazakhstan, à l’augmentation des prix des produits kazakhs et au fait que les échanges sont passés en partie cette année d’une forme de commerce basée sur le troc au commerce monétarisé, la baisse des exportations chinoises en direction de son voisin centre-asiatique peut pour partie être attribuée au mécontentement des consommateurs kazakhs face à la qualité déficiente de certains produits fabriqués en Chine. Selon Xing Guangcheng, après la visite de Li Peng au Kazakhstan, ce phénomène aurait été jugulé1305. Cette opinion est semble-t-il trop optimiste. Le phénomène a perduré plus longtemps. Dans un article de Beijing Review publié en janvier 1995, Li Donghui, le vice-président de la région autonome du Xinjiang déclarait qu’il était nécessaire d’éliminer les hommes d’affaires privés dont le commerce de marchandises contrefaites crée une mauvaise image1306. Le rapport de travail du gouvernement du Xinjiang du 1er février 1997 prévoyait encore comme objectif pour l’année 1997 « de mettre un terme à l’exportation des produits contrefaits ou de mauvaise qualité », ce qui montre que ce phénomène n’avait pas encore disparu à cette date1307. Un auteur chinois, Zhang Ji, le signale encore dans son livre publié en 1998 mais cependant sans préciser si il perdure toujours à ce moment ou si il s’agit d’un problème rencontré par le passé dans les relations sino-centre-asiatiques1308.

  • 1309 Voir détails dans « Economic cooperation guidelines », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994 (...)

155Au cours de ses entretiens avec ses hôtes kazakhs, Li Peng dévoile également les ambitions chinoises dans le domaine économique en Asie centrale. A l’occasion de la réception organisée en son honneur par les autorités kazakhes le 26 avril 1994, le premier ministre chinois s’adressant à son hôte kazakh l’invite en effet à bâtir une « nouvelle route de la Soie ». Pour créer les conditions nécessaires à l’essor de ce projet qui intéresse non seulement le Kazakhstan mais aussi l’ensemble des républiques centre-asiatiques, le premier ministre chinois expose à l’occasion d’une rencontre avec un parterre de plusieurs centaines d’entrepreneurs kazakhs, une proposition générale en six points destinée à renforcer la coopération économique entre la Chine et le Kazakhstan mais aussi entre la Chine et les autres républiques centre-asiatiques1309.

  • 1310 « Kazakhstan to promote cooperation with China », Xinhua dans FBIS-CHI-95-034, February 18, 1995.

156Pour résumer ses propos, il s’agit primo d’établir une coopération « basée sur l’égalité et les bénéfices mutuels, et conduite selon les lois économiques ». Les parties devront chercher à conserver un équilibre dans leurs relations. Il s’agit de maintenir l’équilibre de la balance commerciale et d’éviter la création de déficits importants dans les échanges bilatéraux. La coopération doit secondo être diversifiée. Il serait, selon Li Peng, souhaitable pour la Chine de voir le commerce existant passer du stade du troc (barter trade) au stade du commerce monétisé -un souhait d’ailleurs repris par le premier ministre kazakh à la veille de sa visite en Chine en février 19951310-, ce qui demande une amélioration du système de règlement bancaire. Pékin exprime son accord au souhait exprimé par les républiques centre-asiatiques de voir la coopération économique s’étendre aux différentes parties de la Chine en plus de la région autonome du Xinjiang. Nous avons vu que ce point important avait déjà été soulevé par le président kazakh dès l’année 1993.

157Tercio, la coopération économique devrait se développer graduellement (du « petit » au « grand », d’un « faible niveau » à un « niveau élevé ») à partir des conditions réelles, en utilisant pleinement les ressources locales. Les perspectives du marché devraient être pleinement prises en compte dès le début de la mise en place des sociétés à capital mixte. Grâce à des productions concurrentielles, ces dernières devraient avoir des retombées économiques substantielles. En clair, cela signifie qu’aux yeux des autorités chinoises, les projets de sociétés mixtes sino-centre-asiatiques doivent tenir compte des réalités économiques et être économiquement viables.

  • 1311 « Li Peng sums-up Central Asia tour at Almaty news conference », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April (...)
  • 1312 « Li Peng sums-up Central Asia tour at Almaty news conference », op. cit.
  • 1313 Voir « Chinese, CIS transport Ministers meeting opens », Xinhua dans FBIS-CHI-94-208, October 26, 1 (...)
  • 1314 « Agreement on Eurasian Railway signed », China Daily dans FBIS-CHI-94-210, October 31, 1994.

158Quarto, les infrastructures de transport et de communication doivent être graduellement améliorées, avec pour objectif de créer une nouvelle « route de la soie ». Les ministères chinois et kazakh des chemins de fer ont d’ailleurs eu des entretiens sur ce sujet et se sont officiellement entendus pour améliorer et renforcer le transport international ferroviaire afin de régler les problèmes de transit rencontrés jusque-là1311. Selon Li Peng, les deux parties doivent en outre chercher à assurer un trafic fluide à travers le « Pont continental euro-asiatique » afin d’apporter la prospérité aux populations des pays traversés. Le premier ministre chinois ajoutera dans une interview postérieure que la Chine compte inviter la Russie, la République kirghize, l’Ouzbékistan et le Turkménistan à discuter plus avant de la question de la fluidité des transports et de l’utilisation de cette « nouvelle route de la Soie »1312. Une rencontre préparatoire entre des experts des chemins de fer russe, chinois et des cinq républiques centre-asiatiques sera organisée à Urumqi dans le courant de l’été 1994 et les ministres des chemins de fer russe, chinois et des cinq républiques centre-asiatiques se réuniront à Pékin en octobre 19941313. A l’issue de cette conférence, les participants signeront un accord destiné notamment à coordonner leurs droits de transit et leur plan de transport1314.

  • 1315 « More on Briefing », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

159Quinto, la Chine souhaite développer une coopération multilatérale pour promouvoir le développement commun avec les républiques centre-asiatiques. Selon Li Peng, elle ne cherche cependant pas de sphères d’influence économique ou politique en Asie centrale. Ce dernier point est important. Il s’agit d’une déclaration destinée à rassurer non seulement les républiques centre-asiatiques quant aux objectifs de la Chine, mais aussi à calmer les appréhensions d’autres acteurs de la scène internationale, tout spécialement celles de la Russie qui pourrait s’émouvoir d’une pénétration importante de l’influence chinoise dans son arrière-cour. Pékin prend donc soin de rassurer Moscou à ce propos. Li Peng avait déjà fait une déclaration analogue la veille à l’occasion d’une interview à Xinhua. Interrogé sur les intentions de la Chine de combler le vide de pouvoir laissé par la désintégration de l’URSS, ce dernier avait en effet déclaré que « the newly independent countries born of the Soviet Union’s disintegration are all sovereign states ; there is no question of so-called ’vacuum’. However, I would like to take this opportunity to reiterate that China seeks no sphere of influence, politically or economically. (...) My present visit is meant to develop the friendship between China and various Central Asian countries, and is not directed against any other country »1315.

  • 1316 « Entrepreneurs accompanying Li sign contracts in Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April (...)
  • 1317 « Li Peng, Kazakhstan’s Nazarbayev issue communiques », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994

160Outre l’exposition officielle des principes de base qui doivent guider les relations économiques sino-centre-asiatiques, la visite de Li Peng au Kazakhstan produit également des résultats concrets dans le domaine des échanges. La délégation d’entrepreneurs chinois qui l’a accompagné signe à cette occasion une série de contrats et de lettres d’intentions -huit documents en tout-, avec des entreprises kazakhes. Les domaines de coopération touchent aux engrais chimiques, aux granules de fer, à la construction, aux matériaux de construction et à l’assemblage de téléviseurs1316. Enfin, dans le communiqué conjoint sino-kazakh publié à l’issue de la visite de Li Peng, les deux parties réitèrent leur volonté d’étendre le commerce bilatéral et la coopération économique et soulignent l’importance qu’il faut accorder à l’amélioration des infrastructures de transport et de communication1317.

  • 1318 Voir « Renmin Ribao hails Li Peng’s Five-Nation Tour », Xinhua dans FBIS-CHI-94-084, May 2, 1994 ; (...)

161A la suite de cette visite de Li Peng considérée par la presse de Pékin comme un succès important de la diplomatie chinoise et une nouvelle page des relations sino-centre-asiatiques1318, la région autonome du Xinjiang va également envoyer ses représentants au Kazakhstan, notamment pour promouvoir la foire d’Urumqi. En juin 1994, une délégation économique et commerciale dirigée par Li Donghui, le vice-président du gouvernement de la région autonome se rend donc dans la capitale kazakhe. Pendant cette visite, elle rencontre le ministre kazakh de la science et des nouvelles technologies ainsi que le ministre kazakh des communications. Les deux parties inaugureront à cette occasion une foire commerciale présentant les produits d’exportation du Xinjiang.

  • 1319 Voir IMF, Republic of Kazakhstan : Background Paper and Statistical Appendix, IMF Staff Country Rep (...)
  • 1320 « Large drop in trade with PRC », Panorama dans FBIS-SOV-94-194, October 1, 1994 et « Trade with Ka (...)
  • 1321 « Xinjiang border trade picks up in 1st quarter », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-95-094, May 16, 199 (...)
  • 1322 Idem
  • 1323 On notera que les produits chinois ne sont pas les seuls à connaître des problèmes. Au début de l’a (...)
  • 1324 « Tokayev on U.S., Canada visit, China Policy », Delovoy Mir dans FBIS-SOV-95-108, May 30, 1995.

162Malgré la multiplication des rencontres et les déclarations de bonnes intentions, les résultats du commerce sino-kazakh pour 1994 sont cependant décevants en raison notamment de la situation économique difficile du Kazakhstan cette année1319. En octobre 1994, le journal kazakh Panorama annonçait en effet que le commerce total du Kazakhstan avec la Chine était en baisse de 32,9 % pour les six premiers mois de l’année par rapport à 19931320. Selon les statistiques chinoises, il atteindra 335 millions de dollars pour toute l’année 1994 contre 434,37 millions l’année précédente alors que dans un même temps, le Kazakhstan doublera le volume de ses échanges avec le reste du monde. Les difficultés économiques du Kazakhstan n’expliquent donc pas complètement la chute importante des échanges si-no-kazakhs en 1994. D’autres problèmes y ont sans doute contribué. Un article du Quotidien du Xinjiang (Xinjiang Ribao) du 27 avril 1995 signale par exemple le problème de la perception (illégitime ?) d’importantes taxes et droits divers aux points de passage transfrontaliers. Ce problème serait devenu selon les termes de cet article « insupportable » pour les entreprises étrangères. Pour y remédier, le gouvernement régional aurait pris la décision de supprimer « 23 items involving unreasonable charges »1321. Un groupe de travail aurait été envoyé à Khorgos et dans les autres points de passage transfrontaliers pour enquêter sur ces pratiques et « critiquer » les unités qui n’appliqueraient pas cette décision des autorités régionales. En outre, pour relancer le commerce avec les républiques centre-asiatiques et le Kazakhstan en particulier, les autorités de la région autonome auraient divisé par deux les taxes sur le commerce de troc (barter trade) en introduisant un nouveau système de taxation. Cette mesure montre que le système de taxation précédent était excessif et a également contribué aux mauvais résultats de 1994. Enfin, si on en croit cet article, plusieurs centaines d’entreprises non-qualifiées ont été réorganisées pour tenter d’interrompre le flux de marchandises de mauvaise qualité destinées aux marchés d’Asie centrale1322. Ce problème de la mauvaise qualité des produits échangés a sans doute également concouru à la réduction des échanges sino-kazakhs en 19941323. K. Tokayev interrogé par la presse sur l’état des relations entre la Chine et le Kazakhstan déclarait en effet à propos de la diminution observée dans les échanges bilatéraux que « both countries have become more strin-gent regarding both the quality and the cost of the commodities »1324.

  • 1325 « Kazakh Deputy Prime Minister on Trip Results », Xinhua dans FBIS-CHI-95-038, February 25, 1995.
  • 1326 « Wu Yi holds talks with Kazakhstan Deputy Premier », Xinhua dans FBIS-CHI-95-036, February 22, 199 (...)

163Pour relancer le commerce bilatéral, le premier ministre kazakh effectue de son côté une visite de cinq jours en Chine en février 1995. Il y a des entretiens avec le ministre chinois du commerce et de la cooperation économique et aussi avec Li Peng avant de rencontrer les autorités régionales du Xinjiang à Urumqi. En accord avec ces dernières, il décide de multiplier les contacts et les visites de délégations officielles. Celles-ci seront désormais accompagnées par des représentants des grandes compagnies importatrices et exportatrices afin de multiplier les occasions de commercer1325. A Pékin, à l’occasion de sa rencontre avec Li Peng, le premier ministre kazakh exprime son espoir de voir les entreprises des deux pays renforcer leur coopération économique bilatérale, particulièrement dans les secteurs de la métallurgie, de l’industrie pétro-chimique, des télécommunications et de la construction d’engins lourds (tracteurs, excavateurs, bulldozers)1326. Li Peng appelle pour sa part à conjuguer les efforts pour permettre au chemin de fer -il s’agit de la ligne via Alatou/Druzhba-reliant les deux pays, de jouer pleinement son rôle de lien entre l’Asie et l’Europe.

  • 1327 « Foreign Trade Group visits Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-95-042, March 3, 1995.
  • 1328 « Chinese-Kazakh rail cooperation discussed », Kazakhslanskaya Pravda dans FBIS-SOV-96-028, January (...)

164On doit ici constater que cet axe ne fonctionne pas de manière optimale et qu’il ne répond pas encore aux attentes de ses initiateurs. Le volume de marchandises empruntant cette ligne demeure en effet très faible. C’est ce que révèle un article de Xinhua. Tout en se félicitant pourtant de l’accroissement du transport sur cette voie ferrée, ce dernier signale que pour l’ensemble du mois de janvier 1995, seuls 22 conteneurs ont été transportés (13 vers Almaty, 1 vers Tachkent et 8 vers la Corée)1327. Non seulement les quantités transportées restent peu importantes mais en outre, aucune des marchandises n’atteint en fait l’Europe. La raison de la faible utilisation de cette ligne réside en partie dans la vétusté des installations, notamment du côté kazakh. Selon un article de Kazakhstanskaya Pravda de janvier 1996, les infrastructures de Druzhba exigent une modernisation importante pour devenir vraiment efficaces. Or cette dernière n’a pas encore été entamée au début 19961328.

165Dans le domaine des transports, une avancée est néanmoins enregistrée en mars 1995. Un accord de transit routier entre la Chine, le Kazakstan, la République kirghize et le Pakistan est en effet finalisé à Islamabad. Il est destiné à faciliter le transit de marchandises et de passagers entre les territoires des partenaires et à promouvoir le commerce quadripartite. Il ouvre potentiellement la voie au transport de marchandises et de passagers depuis Almaty jusqu’à Karachi et à l’Océan Indien via le territoire de la République kirghize puis la région autonome du Xinjiang et enfin le Pakistan par la grand-route du Karakorum (Karakorum Highway). Malgré l’optimisme affiché lors de sa signature, cet accord restera pourtant lettre-morte jusqu’à la fin de la décennie 90 et au-delà.

  • 1329 « Kazakhstan to promote trade with Xinjiang », Xinhua dans fbis-chi-95-139, July 20, 1995.

166A la suite de la décision prise en février 1995 par les autorités du Xinjiang et le premier ministre kazakh de multiplier les contacts et les échanges de délégations officielles, et après l’inauguration officielle des nouvelles infrastructures du port transfrontalier de Baktu (près de Tacheng) destiné à faciliter les échanges sino-kazakhs, une délégation économique et commerciale de la région autonome de Xinjiang se rend à Almaty en juillet 1995. Pendant son séjour, elle participe à la nouvelle édition de la foire commerciale présentant les produits d’exportation du Xinjiang dans la capitale kazakhe1329. On peut également penser qu’elle s’entretiendra avec les autorités kazakhes du programme de la foire commerciale d’Urumqi à laquelle des hommes d’affaires kazakhs participent depuis sa première édition en septembre 1992. Elle aura également des entretiens bilatéraux consacrés au commerce avec le premier ministre kazakh. Le ministre kazakh des communications reçoit également les principaux membres de cette délégation.

  • 1330 « Kazakh president visits Shaanxi, meets governor », Shaanxi Ribao dans fbis-CHI-95-204, October 23 (...)
  • 1331 « Holds interview », Xinhua dans FBIS-CHI-95-176, September 12, 1995.
  • 1332 Le Kazakhstan possédait depuis son indépendance une loi sur les investissements étrangers. Cette de (...)
  • 1333 « Nazarbaev, Businessmen meet », Xinhua dans FBIS-CHI-95-176, September 12, 1995.
  • 1334 Idem

167Deux mois plus tard, le président kazakh se rend pour la deuxième fois en Chine, à Pékin et aussi dans la ville de Xian où il rencontre les autorités provinciales du Shaanxi1330. A la veille de son départ pour Pékin, il déclare à Xinhua que le Kazakhstan cherche à attirer les investissements des entreprises chinoises et qu’il est en train de créer les conditions nécessaires pour les rendre possibles1331. N. Nazarbaev soulève une nouvelle fois la question de la faiblesse des investissements chinois en République kazakhe. Pour tenter de pallier à ce problème, il se fait accompagner d’une importante délégation d’entrepreneurs kazakhs. Une rencontre réunissant plus de 100 industriels chinois et kazakhs est organisée à l’occasion de son déplacement. Devant ce parterre, le président Nazarbaev expose les nouvelles mesures législatives adoptées par la République kazakhe notamment les lois sur les investissements étrangers1332, les activités économiques et commerciales et les zones économiques. Ces dernières ont selon lui créé un environnement favorable aux investisseurs étrangers. Tous les secteurs économiques du Kazakhstan (à l’exception du domaine militaire) sont désormais ouverts aux investissements. En vertu des dispositions de la nouvelle législation, les investisseurs étrangers sont autorisés à établir des entreprises sous forme de compagnies détenues à 100 %, de sociétés à capital-mixte ou encore de sociétés quottées en bourse. Les autorités kazakhes ont en outre adopté des mesures préférentielles en matière de taxes, d’importations et d’exportations1333. Le président Nazarbaev, tout en constatant que le volume bilatéral d’échanges demeure encore faible -ce qui n’empêche pas la Chine d’être le partenaire principal du Kazakhstan dans la région Asie-Pacifique-, fera part à ses interlocuteurs de son espoir de voir les entreprises chinoises trouver des partenaires au Kazakhstan et investir dans les domaines de la production de biens de consommation, de l’électronique, des matériaux de construction, des biotechnologies, des appareils médicaux et de la métallurgie ainsi que dans le secteur pharmaceutique1334.

  • 1335 « Kazakh President Previews visit by Jiang Zemin », Xinhua dans FBIS-CHI-95-123, June 25, 1996.

168Malgré les mesures législatives adoptées par le législateur kazakh, les investisseurs chinois ne vont cependant pas se précipiter dans la république. En effet, dans une interview accordée neuf mois plus tard à Xinhua, à la veille de la visite de Jiang Zemin à Almaty, N. Nazarbaev soulèvera une nouvelle fois cette question en déclarant que pour la seule année 1995, le secteur kazakh des hydrocarbures a attiré environ 2 milliards de dollars d’investissements occidentaux et qu’il espère voir les grandes sociétés chinoises également investir dans son pays1335. Ce souhait ne recevra une réponse favorable qu’en juin 1997.

  • 1336 « Leaders sign accord », Xinhua dans FBIS-CHI-95-176, September 12, 1995.
  • 1337 Avant Lianyungang, un autre port chinois, le port de Qingdao dans la province du Shandong était dev (...)
  • 1338 « Leaders view bilateral ties », Xinhua dans FBIS-CHI-95-176, September 12, 1995.
  • 1339 « Roundup views sino-kazakhstan relations », Xinhua dans FBIS-CHI-96-130, June 3, 1996.

169Outre l’appel lancé aux investisseurs chinois, la visite du président Nazarbaev à Pékin produit d’autres résultats dans le domaine économique. Tout d’abord, la « déclaration commune sur le renforcement et l’approfondissement des relations amicales entre la Chine et le Kazakhstan » signée le 11 septembre 1995 par les autorités chinoises et kazakhes contient une disposition réaffirmant la volonté des deux parties de développer les échanges bilatéraux1336. Ensuite, au cours de ce déplacement est signé un accord portant sur le transit des marchandises kazakhes à destination des pays de l’aire géographique Asie-Pacifique à travers le port de Lianyungang sur la côte Pacifique de la Chine1337. Ce dernier élargit non seulement les possibilités de désenclavement des productions du Kazakhstan en ouvrant plus largement la région Asie-Pacifique à Almaty via le territoire chinois mais réduit également les distances de transport des marchandises kazakhes à destination du Pacifique1338. En effet, selon Xinhua, la distance entre le Kazakhstan et le port chinois de Lianyungang n’est que de 3500 km ce qui est beaucoup moins que les 8500 km nécessaires pour atteindre un port de l'Extrême-Orient russe à travers la Sibérie1339. La diminution des frais de transport liée à la réduction des distances pourrait donc permettre le développement du transit des marchandises kazakhes à destination des marchés de la région Asie-Pacifique par cette nouvelle voie.

  • 1340 « Sino-Kazakh Economic Committee ends meeting », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-95-224, Nove (...)
  • 1341 « Port linking Alataw Pass, Druzhba opens », Xinhua dans FBIS-CHI-95-249, December 28, 1995.

170Deux mois après cette visite du président kazakh se tiendront à Almaty les deuxièmes rencontres au sein du Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la science et la technologie1340. Les progrès de la coopération économique et commerciale sino-kazakhe au cours des deux années écoulées y ont passés en revue et les problèmes de mise en œuvre des accords de principes gouvernant les relations économiques bilatérales conclus entre les deux pays sont également examinés. Dans le sillage de cette réunion, le premier ministre kazakh rencontre le ministre-assistant chinois ainsi que la délégation chinoise pour s’entretenir des progrès des relations économiques bilatérales. La fin de l’année 1995 voit également s’ouvrir un nouveau point de passage routier pour le transit du commerce sino-kazakh, le port routier d’Alatou/Druzhba. Ce point de passage devient ainsi le premier port frontalier ouvert à la fois au transport routier et ferroviaire pour les échanges sino-kazakhs1341.

  • 1342 « Kazakh envoy praises growth in bilateral ties », Xinhua dans FBIS-CHI-96-078, April 20, 1996.
  • 1343 « Economic ties with Central Asian republics viewed », Xinhua dans FBIS-CHl-96-082, April 23, 1996.

171En avril 1996, dans le sillage de la réunion de Shanghai, l’ambassadeur kazakh en Chine souligne les bons résultats du commerce bilatéral pour l’année 1995 puisqu’il a selon lui progressé de 20 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 390 millions de dollars1342. On notera cependant que le commerce global du Kazakhstan a crû encore plus rapidement (environ 39 % de 1994 à 1995) et que selon les statistiques officielles la place des échanges sino-kazakhs dans le total du commerce kazakh s’est en fait réduite, passant de 5,14 % à 4,31 %. Selon Xinhua, ce commerce bilatéral transite désormais principalement par les ports frontaliers de Alatou/Druzhba et de Khorgos. Pékin exporte vers le Kazakhstan des textiles, des grains, des graines oléagineuses, des produits alimentaires, des machines et des outils agricoles alors que les principales exportations kazakhes en direction du marché chinois se composent d’engrais chimiques, de fer et d’acier roulé et de machines1343.

172En juin 1996, dans le cadre de la promotion de la foire d’Urumqi, une nouvelle délégation du Xinjiang visite le Kazakhstan où elle rencontre le ministre kazakh de l’industrie et du commerce et le vice-ministre des communications. Le vice-premier ministre kazakh aura également des entretiens avec elle. A la suite de cette délégation de la région autonome du Xinjiang, au début du mois de juillet 1996, Almaty accueille le président chinois qui a entrepris une tournée diplomatique dans six pays d’Europe et d’Asie centrale (Espagne, Norvège, Roumanie, Ouzbékistan, République kirghize et enfin Kazakhstan). Au cours de cette série de visites, la Chine signe avec ses partenaires 30 accords dont 18 avec les trois républiques d’Asie centrale. C’est la première fois que Jiang Zemin se rend au Kazakhstan aussi cette visite revêt-t-elle un caractère particulier. Étant donné l’importance accordée par la partie chinoise aux relations interpersonnelles entre chefs d’Etat, ce déplacement de Jiang Zemin au Kazakhstan marque donc une nouvelle étape des relations bilatérales entre les deux pays.

  • 1344 « Ministry issue statement on trade with PRC », Delovaya Nedelya dans FBIS-SOV-96-143, July 24, 199 (...)

173Dans le domaine économique, les deux parties signent à cette occasion un accord sur la coopération entre leurs banques centrales et un accord de coopération sur la qualité des marchandises et sur la certification mutuelle des marchandises d’importations et d’exportations. Ce dernier accord est destiné à réduire le problème de la mauvaise qualité des produits échangés, problème toujours pas réglé en 1995/1996, comme le révèle un article du journal kazakh Delovaya Nedelya. Ce dernier remarque en effet qu’au cours de l’année 1995, les importations au Kazakhstan de biens de consommation d’origine chinoise ont fortement baissé -du moins dans les statistiques officielles-du fait du problème de la mauvaise qualité de ces produits et aussi de l’essor de la contrebande1344. En raison de ce dernier phénomène, une partie importante des importations échappe néanmoins aux statistiques officielles, si bien qu’il est difficile de se prononcer sur le volume réel des importations de biens de consommation d’origine chinoise au Kazakhstan.

  • 1345 Dans SIEVERS, E. W., « Transboundary Jurisdiction and Watercourse Law : China, Kazakhstan, and the (...)
  • 1346 Voir détails dans « Ministry issue statement on trade with PRC », op. cit.
  • 1347 Idem.

174Sur le plan de la coopération économique bilatérale, l’article de Delovaya Nedelya nous informe également que le ministère kazakh de l’économie a proposé à son partenaire chinois de discuter de la possibilité de création de deux zones de libre-échange aux ports frontaliers de Khorgos et d’Alatou/Druzhba ainsi que de la question du financement de ces projets. Des consultations ont semble-t-il été ouvertes entre les deux partenaires concernant l’utilisation des fleuves Irtych et Ili -une possibilité déjà évoquée en 1992- pour le transport par bateau de marchandises à destination d’États tiers. Dans le cas du fleuve Ili, le Kazakhstan a offert à la Chine de relancer la navigation sur ce fleuve, ce que Pékin a refusé en 1996, arguant du manque d’eau (dont elle est par ailleurs en partie responsable) et de l’importance des investissements qu’il faudrait consentir pour réaliser ce projet1345. Certaines avancées ont été réalisées dans différents secteurs de l’économie kazakhe -notamment l’industrie chimique et l’industrie métallurgique-, sous forme de coopération avec des partenaires chinois ou de création de sociétés mixtes alors que dans le secteur de l’industrie légère, la question de la formation de sociétés sino-kazakhes à capital mixte doit encore faire l’objet de discussions avec la partie chinoise1346. Enfin, le secteur des hydrocarbures est également évoqué comme une des aires de coopération prometteuses pour les relations économiques sino-kazakhes. Selon ce journal, la possibilité d’exporter du pétrole et des produits pétroliers kazakhs à destination de la Chine devrait également être discutée avec la partie chinoise1347.

  • 1348 « ’Text’ of Sino-Kazakhstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July (...)

175La déclaration conjointe sino-kazakhe publiée à l’issue de la visite de Jiang Zemin montre que la coopération économique et le commerce sont une composante essentielle des relations bilatérales sino-kazakhes et qu’étant donné le potentiel économique très important existant entre les deux pays, ils s’engagent à étendre et à développer leurs relations économiques en tirant avantage de leur proximité géographique et leur complémentarité économique1348. Pour essayer de mettre en œuvre cette disposition, la visite de Jiang Zemin est suivie de la troisième réunion du Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la science et la technologie, réunie à Pékin en décembre 1996. Les deux parties s’entretiennent à nouveau des moyens d’approfondir la coopération économique bilatérale et d’accroître les échanges.

  • 1349 YAO, Qinghua, PAN, Guang, YU, Jianhua, DING, Peihua, « Zhongguo yu Zhongya guojia jingmao hezuode f (...)

176Ces derniers ont atteint pour l’année 1996 un nouveau record avec 539 millions de dollars. Leur caractère a cependant évolué depuis 1992 puisqu’à cette date, le Kazakhstan importait davantage de la Chine qu’il n’exportait, alors qu’en 1996, les exportations kazakhes en direction de la Chine dépassent largement les importations. A l’échelle de l’Asie centrale les échanges bilatéraux sino-kazakhs sont également très importants puisqu’ils représentent à eux seuls 59,3 % du total des échanges sino-centre-asiatiques. Comme le remarquent cependant Yao Qinhua, Pan Guang, Yu Jianhua et Ding Peihua dans un article de la revue Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, aussi bien à l’échelle de la Chine qu’à celle du Kazakhstan, ils ne représentent qu’une part très faible du commerce extérieur total des deux pays, moins d’1 % dans le cas de la Chine et moins de 5 % dans le cas du Kazakhstan1349.

  • 1350 Pour l’année 2003, le fret total traité à Druzhba a atteint 7,5 millions de tonnes. Le port frontal (...)
  • 1351 « Nazarbaev, PRC’s Jiang Zemin discuss economic cooperation », Interfax dans FBIS-SOV-97-039, Febru (...)

177La question du renforcement des échanges bilatéraux sera à nouveau abordée à l’occasion d’une rencontre personnelle entre Jiang Zemin et N. Nazarbaev qui séjourne en Chine en février 1997 pour raison médicale. Le président kazakh évoque avec son homologue chinois trois thèmes importants aux yeux du Kazakhstan. Il s’agit du problème du transit de marchandises via Alashankou/Druzhba et de la nécessité d’accélérer la mise en place d’une seconde voie ferrée depuis le territoire chinois en direction du territoire kazakh afin de mieux mettre en œuvre les possibilités du « pont ferroviaire euro-asiatique » et de renforcer la place du Kazakhstan comme état de transit pour le commerce entre la Chine et l’Europe ou le Moyen-Orient ; du problème de transport aérien -le Kazakhstan souhaitait obtenir davantage de couloirs aériens à travers le territoire chinois pour atteindre les pays de la région Asie-Pacifique-, et enfin, de la coopération bilatérale dans le domaine du pétrole et du gaz. Concernant Druzhba, le président kazakh informe son homologue chinois des travaux de rénovation et de modernisation des infrastructures en cours à ce point de passage frontalier grâce à un prêt japonais de 75 millions de dollars. La capacité de traitement du poste de Druzhba est selon le président Nazarbaev de 12 millions de tonnes de marchandises par an dans les deux sens. Or, en 1995, Druzhba a seulement traité 1,2 million de tonnes de frets, soit l/10e de sa capacité réelle. En 1996, il a atteint 2,5 millions de tonnes et pourrait atteindre 3,5 millions en 19971350. Pour utiliser pleinement les capacités existantes et tirer profit des rénovations en cours côté kazakh, il faudrait donc envisager la mise en place d’une seconde ligne de chemin de fer entre le territoire chinois et le Kazakhstan. Face à cette proposition, Jiang Zemin a déclaré avoir donné des instructions pour accélérer la mise en place de cette seconde ligne1351.

  • 1352 « Wu Bangguo meets kazakh delegation », Xinhua dans FBIS-CHI-97-174, June 23, 1997.
  • 1353 « Trans-continent Railway to Spur China’s International Trade Links », People’s Daily, March, 9, 20 (...)
  • 1354 Voir sur le projet kazakh, « New railway linking China, Europe to be built », People’s daily, March (...)

178C’est sans doute pour s’entretenir de cette possibilité qu’une délégation kazakhe, menée par le ministre des transports et des communications, se rend ensuite en Chine en juin 1997. Elle y rencontre le ministre chinois des chemins de fer ainsi que le vice-premier ministre de la République populaire et visite également le port de Lianyun gang avant de se rendre à Urumqi1352. Quatre ans plus tard cependant, en 2001, rien n’aura encore été entrepris dans ce sens. La ligne du sud Xinjiang (Nanjiang) entre Turfân et Kachgar, inaugurée en décembre 1999, n’est pas reliée au territoire kazakh et son prolongement éventuel concerne la République kirghize et l’Ouzbékistan et pas Astana. Le projet de voie ferrée entre Kachgar, Jalal-Abad et Andijan dans la vallée du Ferghana, discuté entre la Chine, la République kirghize et l’Ouzbékistan1353 entre par ailleurs en concurrence directe avec cette « branche nord » potentielle du « second pont ferroviaire euro-asiatique » -c’est à dire la ligne déjà existante reliant la Chine au Kazakhstan depuis Lianyungang via Lanzhou, Urumqi et Alashankou-Druzhba. C’est peut-être la perspective de mise en place de cette voie ferrée sino-kirghizo-ouzbèque qui poussera Astana à prendre l’initiative de lancer au printemps 2004 un nouveau projet de « pont ferroviaire euro-asiatique » à travers son territoire. Malgré l’absence de mise en place d’une seconde ligne vers le Kazakhstan depuis le Xinjiang, au printemps 2004, Astana a annoncé qu’elle envisageait de construire une nouvelle voie ferrée de plus de 3000 km sur son territoire pour assurer le transit des marchandises entre la Chine, le Moyen-Orient et l’Europe. La capacité annuelle de transport de cette nouvelle voie devrait être de 40 millions de tonnes. Son coût de construction a été estimé à 3,5 milliards de dollars. Ce projet de nouvelle ligne a été conçu pour répondre aux normes internationales en ce qui concerne l’écartement des rails, ce qui supprime un obstacle majeur au transit de marchandises depuis la Chine vers le Kazakshtan et au-delà, vers le Moyen-Orient et l’Europe. Ce projet pourrait à terme transformer le Kazakhstan en véritable pays de transit pour les échanges entre les pôles économiques chinois et européen. La capacité de transport prévue par le projet kazakh pourrait également amener Pékin à envisager la mise en place de cette « seconde ligne » discutée en février 1997. L’intérêt pour Pékin serait de tirer profit de cette nouvelle capacité de transport offerte par le Kazakhstan pour renforcer ses relations commerciales avec des pays comme l’Iran et la Lurquie mais aussi avec le pôle formé par l’Union européenne, son premier partenaire commercial1354.

  • 1355 « Nazarbaev views future cooperation with PRC », Kazakhstanskaya Pravda dans FBIS-SOV-97-041, Febru (...)
  • 1356 Voir infra sur les questions pétrolières.

179Lors de ses entretiens de février 1997 avec Jiang Zemin, le président Nazarbaev propose également de développer à grande échelle la coopération sino-kazakhe dans un secteur-clé de l’économie kazakhe : les hydrocarbures. Selon Kazakhstanskaya Pravda, le président Nazarbaev, après avoir rencontré les dirigeants de la China National Petroleum Corporation (CNPC) -la plus importante compagnie pétrolière chinoise-, qui opérait à petite échelle au Kazakhstan depuis l’automne 1995 et envisageait de participer aux offres lancées dans le cadre de la privatisation des facilités gazières et pétrolières de la République, a proposé lors de ses entretiens avec le président chinois que les deux pays coopèrent à la construction de gazoducs et d’oléoducs depuis le sud du Kazakhstan en direction du nord de la Chine1355. Pour examiner plus en détail cette question, le président kazakh a également proposé à son homologue chinois que le Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce soit désormais dirigé par les premiers ministres des deux pays. Les propositions kazakhes semblent avoir retenu toute l’attention de Pékin en raison des besoins croissants de l’économie chinoise en matière pétrolière depuis la seconde moitié des années 901356.

  • 1357 « Jiang holds talks with Nazarbaev », Xinhua dans FBIS-CHI-97-114, April 27, 1997.
  • 1358 Voir infra.
  • 1359 « Nazarbaev briefs media on need for oil export routes », Interfax dans FBIS-SOV-97-156, June 5, 19 (...)

180Jiang Zemin et N. Nazarbaev qui se retrouvent à Moscou en avril 1997 à l’occasion de la signature du « traité sur les principes guidant la réduction mutuelle de forces militaires et le renforcement de la confiance dans le domaine militaire le long de la zone frontalière » ont à nouveau des entretiens sur la question de la possibilité d’une coopération à grande échelle dans le secteur des hydrocarbures1357. Cette dernière va se matérialiser spectaculairement deux mois plus tard. A l’étonnement des observateurs internationaux, le 4 juin, Wu Yaowen, le vice-président de la China National Petroleum and Natural Gas Corporation et le directeur de l’Administration chargée des privatisations (un organe du ministère des finances kazakh) signent un contrat pour l’acquisition de 60 % des parts de la compagnie kazakhe Aktobemunaigaz qui détient les droits exclusifs d’exploitation de trois champs pétrolifères. Il s’agit du premier contrat de cette importance jamais signé par la Chine avec le Kazakhstan. Pour le décrocher, outre des contacts téléphoniques personnels entre Li Peng et le président Nazarbaev, la compagnie chinoise a semble-t-il offert des conditions exceptionnelles1358. La possibilité de mise en place d’un oléoduc entre le Kazakhstan et la Chine est évoquée par le président Nazarbaev dès le lendemain de la signature de ce contrat1359. Quelques mois plus tard, en août 1997, face aux majors pétrolières occidentales, la CNPC remporte une nouvelle offre lancée par les autorités kazakhes pour le développement de la structure pétrolifère de Uzen située dans la péninsule de Mangyshlak à l’ouest du pays et considérée à ce moment comme le second champ pétrolifère du Kazakhstan après celui de Tengiz. Parmi les conditions très avantageuses offertes par la compagnie chinoise figuraient les propositions de relier par oléoduc Uzen aux champs récemment acquis d’Aktyubinsk et surtout de mettre en place un oléoduc de désenclavement en direction du territoire iranien, une proposition avec laquelle aucune compagnie américaine et plus généralement occidentale ne pouvait rivaliser en raison de la politique de sanctions adoptée par Washington à l’encontre la République islamique. La possibilité de construire un oléoduc entre le Kazakhstan et la Chine a également été évoquée dans le sillage de l’obtention de ce contrat.

  • 1360 Selon les déclarations de l’ambassadeur kazakh en Chine, Kuanysh Sultanov dans « Kazakh envoy comme (...)
  • 1361 « Li Lanqing leaves for official visit to Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-97-267, September 24, (...)
  • 1362 « Li Peng arrives in Almaty », Xinhua dans FBIS-CHI-97-267, September 24, 1997 et « China to forge (...)
  • 1363 « Nazarbaev, China’s Li Peng sign ’deal of the Century’ », Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-267, Septembe (...)
  • 1364 Cette perspective a été présentée dans les médias comme faisant partie des accords conclus en septe (...)
  • 1365 Dans « Xinhua interviews Kazakhstan delegate to WPC », op. cit.

181Pour sceller officiellement ces accords portant sur un total d’investissement estimé à 9,5 milliards de dollars en 20 ans -soit le plus important investissement jamais réalisé par la Chine à l’étranger et aussi un investissement qui la plaçait à ce moment parmi les pays les plus importants pour le Kazakhstan en termes d’investissement après les Etats-Unis et la Turquie1360- tout en y apportant la caution du gouvernement chinois, une délégation officielle s’est rendue au Kazakhstan à la fin du mois de septembre 1997. Elle comprenait le vice-premier ministre chinois, Li Lanqing, ainsi que le ministre du commerce intérieur, le gouverneur de la banque de Chine et le vice-ministre des affaires étrangères1361. Signe de l’importance accordée par Pékin à l’essor de ce nouveau domaine de coopération bilatérale, Li Peng fait également le déplacement à Almaty pour s’entretenir avec le président kazkah et assister à la signature officielle des différents contrats1362. La signature de ce schéma pétrolier -qualifié de « contrat du siècle » dans les médias1363- et surtout l’éventualité de la construction d’un oléoduc de désenclavement pour les hydrocarbures kazakhs à destination du marché chinois1364 ouvraient en effet une nouvelle page des relations économiques bilatérales sino-kazakhes en transformant potentiellement le Kazakhstan en fournisseur pétrolier majeur de la Chine dont les importations d’hydrocarbures étaient en pleine croissance depuis 1993. Depuis cette année-là, Pékin est en effet devenu un pays importateur de pétrole et en 1996, les importations chinoises ont dépassé ses exportations. La perspective de la mise en place d’un oléoduc d’une capacité de transport estimée entre 20 et 25 millions de tonnes de pétrole par an (Mt/an)1365 permettait également d’envisager un accroissement très substantiel du volume des échanges économiques sino-kazakhs ainsi que l’essor concomitant de l’influence de la Chine sur l’économie de son voisin centre-asiatique.

  • 1366 « China, Kazakhstan to promote bilatéral cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-97-269, September 26, (...)
  • 1367 « Nazarbaev on expected growth in trade with China », Interfax dans FBIS-SOV-97-268, September 25, (...)

182Outre les accords pétroliers, un accord de coopération douanière et d’assistance mutuelle dans ce domaine a aussi été signé le 26 septembre 1997 lors du séjour de Li Lanqing à Almaty1366. Les visites conjointes de la délégation chinoise et de Li Peng ont également officiellement permis aux deux parties de s’entretenir de plusieurs autres projets communs à vocation économique, notamment de la mise en place d’une usine de montage de voitures au Kazakhstan, de l’extension des infrastructures de Alashankou/Druzhba pour le transit du commerce bilatéral, de l’utilisation commune des fleuves Ili et Irtych et enfin de l’ouverture potentielle de sept nouveaux points de passage routiers transfrontaliers1367.

  • 1368 « Sino-Kazakh oil field cooperation noted », Xinhua dans FBIS-CHI-97-283, October 10, 1997.
  • 1369 « PRC to build oil pipeline along ancient silk road », Xinhua dans FBIS-CHI-98-063, March 4, 1998.

183Les relations économiques bilatérales semblaient donc appelées à prendre un nouveau départ et à passer rapidement à un stade supérieur de coopération. Pour mettre en œuvre les accords conclus dans le domaine pétrolier, la Chine dépêche plusieurs spécialistes chinois du pétrole au Kazakhstan dès le début du mois d’octobre1368. Zhou Yongkang, le directeur général de la China National Petroleum et Natural Gas Corporation s’entretient également avec le vice-premier ministre kazakh de passage à Pékin de l’exécution de l’accord de coopération pétrolière récemment conclu entre la Chine et le Kazakhstan. En mars 1998, le patron du bureau administratif du pétrole du Xinjiang évoque pour sa part dans une interview accordée à Xinhua le projet d’oléoduc sino-kazakh. Selon lui, il doit être complété dans un délai de huit ans. Il estime son coût à 2,3 milliards de dollars et sa capacité de transport de pétrole à 25 Mt/an. La ligne venant du Kazakhstan devrait ensuite être reliée à une ligne intra-chinoise entre le bassin du Tarim et Lanzhou (province du Gansu) avant de poursuivre en deux embranchements : un vers la province du Henan et l’autre vers celle du Sichuan. Une section de cet oléoduc intra-chinois de 428 km reliant les villes de Korla et de Shanshan situées toutes deux au Xinjiang a par ailleurs déjà été posée en mai 1997. Enfin, la construction de l’extension de cette section depuis Shanshan en direction des villes de Luoyang au Henan et de Pengzhou au Sichuan serait en préparation1369.

  • 1370 « PRC trade delegation meets Kazakh deputy premier », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-98-106, (...)

184Au printemps 1998, les deux parties sont donc optimistes quant aux perspectives de mise en place d’un oléoduc en direction de la Chine depuis le territoire kazakh. Malgré « certaines imperfections et problèmes » (malheureusement non spécifiés) dans les relations bilatérales, c’est également l’optimisme qui semble régner lors de la quatrième réunion du Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la science et la technologie qui se tient à Almaty du 14 au 16 avril 19981370. Dans le sillage de la visite du premier ministre kazakh à Pékin une quinzaine de jours plus tard, Xinhua nous apprend que le commerce bilatéral sino-kazakh a désormais dépassé le demi-milliard de dollars au cours de l’année 1997 et qu’il pourrait atteindre le milliard de dollars en 2000. Il dépassera en fait cette somme dès 1999. La Chine renforce ainsi sa place de premier partenaire asiatique du Kazakhstan alors que la République kazakhe demeure le second partenaire en importance de l’espace CEI -après la Russie- de Pékin.

  • 1371 « Kazakhstan leader on economic cooperation with China », FBIS-CHI-98-128, May 8, 1998.
  • 1372 Dans « State commission urges more investment in Central Asia », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0525, Ma (...)
  • 1373 Cité dans DORONIN, G., « On Trust Principies », Kazakhstanskaya pravda, December 27, 2002.
  • 1374 La Chine prendra effectivement part à la construction de la nouvelle capitale kazakhe par l’intermé (...)
  • 1375 Dans « Roundup : cooperating with Kazakhstan expanding », Xinhua dans FBISCHI- 98-126, May 6,1998 e (...)

185Selon Xinhua, 375 entreprises (un autre article de Xinhua de mai 1998 cite le chiffre de 307 entreprises chinoises enregistrées à ce moment au Kazakhstan1371 ; on en comptera 350 en 1999 selon le conseiller économique de l’ambassade kazakhe en Chine1372) opèrent désormais sur le territoire kazakh -notamment dans le secteur de la production pétrolière, du traitement de produits agricoles, du travail du cuir et dans le secteur de la restauration-, contre 15 entreprises kazakhes installées dans la région autonome du Xinjiang. Ces dernières opèrent principalement dans le secteur du cuir, des matériaux de construction et de la réparation automobile. Le Kazakhstan serait également le quatrième investisseur en importance de la région autonome1373 alors que la Chine aurait pour sa part investi dans l’économie kazakhe un montant estimé à 320 millions de dollars. Des discussions sont également en cours à ce moment pour explorer la possibilité d’étendre la coopération dans le domaine de la construction (notamment la construction d’hôtels, d’immeubles d’habitation et de centres commerciaux dans la nouvelle capitale kazakhe d’Astana1374), des télécommunications, de la construction automobile (la Changchun Automobile Plant envisageait ainsi de mettre en place une société à capital mixte à Almaty) et enfin de l’industrie textile1375.

  • 1376 « Kazakh Premier to discuss oil cooperation during PRC visit », Itar-Tass dans FBIS-SOV-98-126, May (...)
  • 1377 « Kazakhstan leader on economic cooperation with China », FBIS-CHI-98-128, May 8, 1998.
  • 1378 « Kazakh, Prime Minister attends bilateral trade seminar », Xinhua dans FBIS-CHI-98-128, May 8, 199 (...)
  • 1379 En attendant la concrétisation de ce projet, la région autonome du Xinjiang a conclu un contrat ave (...)
  • 1380 « Kazakhstan leader on petroleum industry coopération », Xinhua dans FBIS-CHI-98-128, May 8, 1998.

186Lors de son déplacement de six jours à Pékin, dans la province du Jiangsu, à Shanghai et enfin au Xinjiang, le premier ministre kazakh aborde avec les diverses autorités chinoises -notamment le nouveau premier ministre (depuis mars 1998) Zhu Rongji, le président Jiang Zemin et Li Peng, désormais président du comité central de l’Assemblée populaire nationale-, la question de la coopération économique bilatérale en général et plus particulièrement les questions de mise en œuvre des accords pétroliers signés à l’automne 19971376. Sur le plan économique, les possibilités d’établir un bureau de la Banque du Kazakhstan en Chine ainsi qu’un projet d’implantation d’usine automobile à Almaty sont discutées entre les deux parties. Dans le domaine des transports, ces dernières décident d’accroître les volumes de fret transportés par le Pont ferroviaire euro-asiatique. L’ouverture d’une nouvelle liaison aérienne entre Urumqi et Ayaguz au Kazakhstan est également envisagée. Concernant le développement de nouvelles aires de coopération bilatérales, le premier ministre kazakh évoque avec les autorités chinoises la possibilité de développer en commun les fleuves frontaliers. Selon lui, le Kazakhstan pourrait également fournir de l’électricité et des engrais chimiques à l’ouest de la Chine1377. Afin de promouvoir les investissements chinois au Kazakhstan, un séminaire d’information sino-kazakh est organisé pour les entrepreneurs de la RPC. Au cours de cette réunion, le premier ministre kazakh déclare que le Kazakhstan va continuer à améliorer son environnement légal pour favoriser l’essor des investissements chinois dans les secteurs pétroliers et gaziers et dans celui de la production automobile1378. Dans le domaine pétrolier, les deux parties profitent de ce déplacement pour discuter la création d’une société de production d’équipements de forage pétrolier au Kazakhstan1379, société financée par des capitaux chinois. A l’issue des entretiens bilatéraux, selon les autorités kazakhes, le premier ministre Zhu Rongji se serait engagé à mettre en œuvre comme prévu les contrats signés à l’automne 1997. L’étude de faisabilité des oléoducs devait être terminée selon lui pour décembre 1998 et les oléoducs complétés en 2004. Le premier ministre kazakh déclare également que la chute des prix du pétrole observée depuis quelques mois à ce moment n’a aucun impact sur la coopération bilatérale sino-kazakhe et que seuls quelques aménagements mineurs doivent être réalisés pour s’adapter à la nouvelle conjoncture. Il ajoute également que les départements compétents des deux pays sont encore en train de négocier les détails du projet1380.

  • 1381 « Kazakh-China Oil Pipeline Project Questioned », Almaty Delovaya Nedelya dans FBIS-SOV-98-137, May (...)

187Malgré ces déclarations rassurantes, la question de la mise en place de l’oléoduc entre le territoire du Kazakhstan et la Chine est encore loin d’être réglée. Des voix sceptiques se font entendre dans la presse kazakhe à l’occasion de la visite du premier ministre en Chine, questionnant par exemple la viabilité économique du projet -il n’y aurait ainsi pas assez de pétrole pour approvisionner l’oléoduc et le rendre économiquement viable- et soulignant l’absence d’accord quant à la forme que devrait prendre la coopération sino-kazakhe en ce qui concerne l’oléoduc. Le Kazakhstan privilégie en effet l’établissement d’un consortium de compagnies kazakhes, cette dernière formule ayant l’avantage de permettre à Astana de contrôler le processus de construction de l’oléoduc et le transport du pétrole ainsi que les tarifs de transport, alors que la Chine favorise quant à elle la pleine propriété de l’oléoduc financé par elle. Dans ce cas, l’exploitation de l’oléoduc serait du ressort de la partie chinoise pendant 10 à 15 ans avant son transfert au Kazakhstan. Cette solution aurait l’avantage de garantir à la Chine le contrôle des coûts de transport qu’elle pourrait ainsi minorer1381. Malgré l’optimisme affiché par les deux parties à l’issue de la visite du premier ministre kazakh, les incertitudes concernant le projet d’oléoduc si-no-kazakh restaient donc nombreuses.

  • 1382 Voir « Renmin Ribao editorial hails Jiang’s Kazakhstan visit », Xinhua dans FBIS-CHI-98-186,July 5, (...)
  • 1383 Voir « Text of Jiang’s kazakh banquet toast », Xinhua dans FBIS-CHI-98-186, July 5, 1998.
  • 1384 Cité dans « Jiang Zemin, Kazakh President hold talks », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-98-18 (...)

188Cette question sera sans doute abordée entre les autorités kazakhes et chinoises à l’occasion de la visite du président Jiang Zemin dans le cadre de la réunion du groupe de Shanghai à Almaty. Rien ne transparaît pourtant de ses entretiens éventuels, ni dans la presse -l’article du Quotidien du Peuple vantant les réalisations de la visite de Jiang au Kazakhstan n’a pas un mot pour le secteur pétrolier1382- ni dans les différents discours officiels de Jiang Zemin, notamment lors de son intervention à l’occasion du banquet offert en son honneur par le président kazakh au soir du 4juillet 19981383. Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, la question de la coopération sino-kazakhe dans le domaine pétrolier ne fait l’objet d’aucun commentaire. Ce silence dans un domaine aussi important pour les deux pays constitue peut-être un signe des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des accords de l’automne 1997. Une petite phrase rapportée par Xinhua, prononcée semble-t-il par Jiang Zemin lors de sa rencontre avec le président Nazarbaev pourrait être interprétée comme un indice de ces difficultés. Le président chinois a en effet déclaré que « as both our nations are steadily marching toward a market economy, they must follow the law of the market in whatever they do and have to have theireyes on economic returns »1384. En faisant allusion au respect des lois du marché dans tous les secteurs des relations bilatérales sino-kazakhes, c’est peut-être-la question de la viabilité économique du projet d’oléoduc sino-kazakh que Jiang Zemin avait à l’esprit à ce moment...

  • 1385 « PRC products will received at trade fair in Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-98-293, October 20 (...)
  • 1386 « PRC’s New Products welcomed in Central Asia », Xinhua dans FBIS-CHI-99-1201, December 2, 1999.
  • 1387 Voir PASTOR, G. G, DAMJANOVIG, T., « The Russian Financial Crisis and its Consequences for Central (...)
  • 1388 « Border Trade thrives in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0423, April 23, 1999 ; « Xinjiang r (...)

189Ces incertitudes dans le domaine pétrolier n’empêchent cependant pas la poursuite des échanges économiques dans les autres secteurs d’activités. Des firmes chinoises participent ainsi sous l’égide d’une délégation du Conseil de la Chine pour la promotion du commerce international (CCPIT) à l’édition 98 de la foire internationale Asie-Pacifique organisée à Almaty en octobre 1998. La délégation chinoise s’entretient avec l’administration kazakhe de l’industrie et du commerce et avec le service de commerce de la Commission d’investissement du Kazakhstan. Malgré le faible volume d’affaires réalisé à cette occasion, les produits chinois sont bien reçus selon Xinhua1385. La fin de l’année 1998 voit également s’ouvrir à Almaty le Yalian China Commercial and Trade Center. Il s’agit du premier centre commercial chinois dans l’ancienne capitale kazakhe. Ce centre a été financé par le Urumqi Yalian Trade Co Ltd. avec l’approbation du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (Moftec). Son objectif est d’accroître la pénétration des produits chinois sur les marchés d’Asie centrale mais aussi de Russie1386. Malgré les turbulences rencontrées par l’économie kazakhe en raison de la crise financière russe de l’été 19981387, le commerce bilatéral sino-kazakh a poursuivi sa progression durant l’année 1998, atteignant 636 millions de dollars soit un accroissement de plus de 20 % par rapport à l’année précédente. Selon Xinhua, le Kazakhstan est devenu le premier partenaire commercial de la région autonome du Xinjiang pour le commerce frontalier alors que la Chine est cette année le second partenaire commercial en importance d’Astana1388.

  • 1389 « PRC developing transnational oil pipeline », Xinhua dans FBIS-C HI-1999-0520, May 20, 1999 et « C (...)
  • 1390 « Kazakhstan may reject China pipeline project », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0817, August 17, 1999

190En mai 1999 dans le contexte de la guerre au Kosovo, la presse chinoise, reprise par les médias internationaux, annonçait que Pékin était en train d’accélérer les travaux en vue de la mise en place de l’oléoduc sino-kazakh. Selon Wu Yaowen, le vice-president de la CNPC, « when completed in eight years, the pipeline is expected to transport 25 million tons of oil from Kazakhstan to China annually »1389. Les difficultés liées à la réalisation de l’oléoduc sino-kazakh allaient pourtant bientôt infirmer cet optimisme. Interfax annoncera en août 1999 que le Kazakhstan pourrait rejeter le projet1390.

  • 1391 Le port de Dulata, comme le port de Muzart, fonctionne seulement sur une base temporaire.
  • 1392 « Border market to be built in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0614, June 14, 1999.
  • 1393 « Kazakh Deputy Prime Minister Discusses Economic Ties », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0709, July 9, 1 (...)
  • 1394 « Shi Guangsheng meets Kazakh Deputy Prime Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0709, July 9, 1999
  • 1395 « Kazakh Deputy Prime Minister Meets Press in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0709, July 9, 19 (...)

191Ces blocages, principalement liés semble-t-il à la viabilité économique du projet d’oléoduc sino-kazakh, n’empêchent cependant pas la poursuite du rapprochement dans d’autres secteurs. En juin 1999, la presse chinoise annonce ainsi la mise en place dans le port de Dulata au Xinjiang d’un nouveau marché frontalier pour stimuler les échanges sino-kazakhs1391. Cette nouvelle infrastructure, créée grâce à des investissements réalisés par des entreprises de la région du Guangdong associées à des acteurs locaux, devait être opérationnelle dès l’année suivante1392. En juillet 1999, une importante délégation kazakhe constituée du vice-premier ministre et du ministre des affaires étrangères mais aussi de représentants du monde économique se rend pour six jours en Chine. L’objectif de cette nouvelle visite est de présenter aux autorités chinoises le plan de développement à long terme établi par les autorités d’Astana dans le domaine de la coopération économique et commerciale bilatérale. Selon le ministre kazakh des affaires étrangères, il se concentre sur la promotion de la coopération entre entités locales des deux pays, sur la mise en place de nouvelles sociétés à capital mixte et sur l’accroissement des échanges en matière de production et de technologies avancées dans des secteurs comme l’industrie, la construction mécanique, les transports, les télécommunications, l’agriculture, les textiles, la production de matériel médical et la production pharmaceutique1393. Pour favoriser l’essor des relations par l’établissement de contacts directs entre entreprises chinoises et kazakhes, une trentaine de sociétés kazakhes ont envoyé des représentants pour accompagner la délégation gouvernementale. Ils participent à un séminaire conjoint sino-kazakh réunissant près de 300 entrepreneurs des deux pays. La délégation kazakhe rencontre également le ministre chinois du commerce extérieur et de la coopération économique. A l’issue de cette rencontre, les deux parties signent un accord cadre concernant l’octroi d’un prêt préférentiel de la Chine au Kazakhstan. Selon le ministre kazakh des affaires étrangères, des potentialités commerciales importantes existent encore notamment dans les domaines de l’industrie électrique et du transport ferroviaire1394. Il aborde une nouvelle fois la question de la faiblesse des investissements de la Chine dans son pays en lançant un appel aux investisseurs. Il rappelle en effet devant la presse que le Kazakhstan accueille favorablement les investissements de la République populaire et est prêt à fournir aux investisseurs chinois toutes les conditions nécessaires à la réussite de leurs projets1395. Après Pékin, la délégation kazakhe va également à Shanghai et à Hong Kong où sont organisés des séminaires économiques et commerciaux conjoints dont l’objectif est d’attirer les investisseurs des deux métropoles chinoises.

  • 1396 « Jiang Zemin Hold Talks with Kazakhstan President », People’s Daily, November 24, 1999.
  • 1397 « Kazakhstan’s biggest bank opens office in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1124, November 24, (...)

192A la suite de cette visite, le président Nazarbaev se rend à son tour à Pékin en novembre 1999 à l’invitation de Jiang Zemin. Outre la capitale chinoise, il visitera également l’île de Hainan. Sur le plan économique, la Chine et le Kazakhstan s’entendent pour tenir des consultations sur un certain nombre de questions bilatérales importantes notamment les systèmes de gestion de la frontière et les transports. Les deux pays signent également un accord concernant l’octroi d’une assistance gratuite de la Chine au Kazakhstan ainsi qu’un accord de coopération bilatérale pour lutter contre la concurrence déloyale et les monopoles1396. Dans la foulée de la visite du président kazakh, la plus importante banque de dépôt du Kazakhstan, l’Halyk Bank of Kazakhstan, ouvre également ses premiers bureaux en Chine1397.

  • 1398 « China, Kazakhstan Sign Joint Statement », People’s Daily, November 24, 1999.

193La déclaration conjointe -Joint Statement by the People ’s Republic of China and the Republic of Kazakhstan on Continuing to Strenghten cooperation fully in the 21st Century- publiée à l’issue de la visite du président kazakh contient aussi des dispositions touchant au domaine économique. Les deux parties s’engagent à nouveau à renforcer leur coopération économique et commerciale. Cette même disposition stipule que les divers comités créés par les deux pays pour traiter de la coopération dans les domaines de l’économie, du commerce, de la technologie et des sciences doivent jouer un rôle plus actif. On remarquera que le Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la science et la technologie ne s’est plus réuni depuis 1996. Les deux parties semblent s’accorder ici pour réactiver et dynamiser les activités de ce comité. La déclaration conjointe stipule également que les deux pays s’accordent pour améliorer la coopération dans des secteurs de transport le long de la « route en soie » et enfin pour effectuer une évaluation du projet d’oléoduc entre Chine et Kazakhstan le plus tôt possible1398.

  • 1399 « Capacity of future Kazakhstan-China pipeline must be no less than 20 million tonnes », Interfax, (...)
  • 1400 Chiffres tirés de BP Statistical review of world energy 2003, p. 7.

194Cette dernière disposition offre une nouvelle fois un indice des difficultés rencontrées dans la concrétisation du projet d’oléoduc sino-kazakh. En effet, l’étude de faisabilité de ce projet, financée par la CNPC, a été complétée en septembre 1999 par la compagnie kazakhe KazTransOil mais les deux parties, désormais informées des données de l’équation, ne sont pas parvenues à s’accorder sur le lancement de la construction de ce projet pourtant présenté comme une nouvelle pièce essentielle des relations bilatérales. Selon une déclaration de mars 2000 de Wu Yaowen, le vice-président de la CNPC, l’oléoduc est économiquement non viable s’il ne transporte pas au moins 20 Mt de pétrole par an1399. Le problème est que l’ensemble de la production pétrolière kazakhe bien qu’en croissance depuis 1996 a atteint à peine 30,1 Mt pour l’année 1999 (elle sera de 47,2 Mt en 2002)1400. La question de la rentabilité économique du projet semble faire hésiter la compagnie pétrolière chinoise. A l’hiver 1999/2000, la logique économique semble jouer contre la construction de cette ligne.

  • 1401 « Kazakhstan to lay oil pipeline to Chinese border », Interfax, July 19, 2000 et « Kazakhstan to pr (...)
  • 1402 « Chinese Vice President visits Kazakhstan », RFE/RL Newsline, ]uly 31, 2000.
  • 1403 « China-Kazakhstan to begin oil pipeline construction in 2001 », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2000-0824, (...)

195Pour relancer le projet, au début du mois de juillet 2000, Astana met cependant en place un groupe de travail de cinq membres présidé par le ministre de l’énergie, de l’industrie et du commerce, Kanat Bozumbayev, chargé d’établir de nouvelles propositions pour la construction conjointe de l’oléoduc vers le territoire chinois1401. A la fin du mois de juillet, Hu Jintao en visite à Astana réaffirme pour sa part l’engagement de la Chine dans la mise en place de cette ligne1402. Cette déclaration est sans doute liée à l’annonce par la presse internationale de la découverte de la structure offshore de Kashagan située dans le secteur kazakh de la mer Caspienne quelques jours auparavant. Étant donné les perspectives de cette structure pétrolifère dont l’exploitation pourrait permettre dans l’avenir au Kazakhstan d’accroître très substantiellement sa production pétrolière, Pékin a très pragmatiquement relancé l’idée de l’oléoduc vers son territoire. A la suite de cette déclaration de Hu Jintao au président Nazarbaev, l’ambassadeur kazakh en Chine annonce pour sa part en août 2000 que les travaux sur cette ligne commenceront en 20011403. Il faudra cependant attendre l’automne 2004 pour qu’ils débutent.

  • 1404 « Kazakhstan, China seek to resolve oil Company dispute », RFE/RL Newsline, January 31, 2000.
  • 1405 « Kazakh oil sector employées call for annulment of Chinese Contract », RFE/RL Newsline, March 2, 2 (...)
  • 1406 « Chinese official vows to resolve oil Company dispute with Kazakhstan », RFE/RL Newsline, April 4, (...)
  • 1407 « Kazakhstan, China resolve oil refinery dispute », RFE/RL. Newsline, April 27, 2000.

196En plus des difficultés liées à réalisation finale du projet d’oléoduc sino-kazakh à ce moment, des tensions sont également apparues dans les relations bilatérales sino-kazakhes en raison de problèmes dans la gestion des acquisitions kazakhes de la CNPC. Contrairement semble-t-il à ses engagements, la compagnie chinoise a licencié en avril 1999 près de 2000 employés kazakhs de la société Aktobemunaigaz sans leur offrir ni compensation ni possibilité de reconversion, provoquant une montée de la tension sociale dans la région d’Aktobe. Pour tenter de trouver des solutions mutuellement acceptables, le premier ministre kazakh a eu des entretiens discrets sur ces questions avec le vice-premier ministre chinois à l’occasion du forum de Davos en janvier 20001404. En février 2000, les employés de la compagnie Aktobemunaigaz ont adressé à travers la presse locale une lettre ouverte au président kazakh pour demander qu’il annule purement et simplement le contrat de 1997 avec la CNPC. Ils y dénonçaient la politique de la compagnie chinoise à l’égard du personnel local et ses violations du code du travail kazakh1405. Au début du mois d’avril 2000, la question n’était toujours pas résolue mais selon Hu Yaobin, le vice-président de la CNPC, le conflit avec le personnel licencié allait prochainement trouver une solution1406. La presse annoncera à la fin de ce mois que le Kazakhstan et la Chine ont réglé les « malentendus » qui se sont élevés entre eux à ce propos1407.

  • 1408 « Kazakh Ambassador to PRC discusses trade » Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0327, March 27, 2000.

197Malgré la volonté d’entretenir des relations harmonieuses dans le domaine économique, les relations bilatérales sino-kazakhes, ne sont donc pas dénuées de tensions. Heureusement, ces dernières n’empêchent pas le développement des échanges dans d’autres secteurs d’activités. En 1999, le commerce bilatéral sino-kazakh a ainsi pour la première fois passé la barre du milliard de dollars. Les échanges bilatéraux ont atteint 1,138 milliard de dollars -soit une progression de près de 80 % par rapport à 1998-, les exportations chinoises atteignant 494 millions de dollars-soit une progression de 141,5 % par rapport à l’année précédente- et les importations 644 millions de dollars -soit une progression de 49,6 %1408-. Les échanges entre le Kazakhstan et la région autonome du Xinjiang représentent cependant 80 % de ce commerce. Les autres parties de la Chine, particulièrement les régions plus riches et plus développées du sud et de l’est du pays n’y participent guère. A la veille de l’an 2000, le commerce sino-kazakh conservait donc une dimension essentiellement régionale. Malgré les contacts nombreux entre les officiels des deux pays, ni Pékin ni Astana ne sont parvenus à attirer l’attention des régions les plus riches de la Chine sur le potentiel économique des relations sino-kazakhes.

  • 1409 « China to build west into 2d ’Golden Belt’ for opening up », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0306, March (...)
  • 1410 « PRC’s Xinjiang to speed construction of basic facilities », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0505, May 5 (...)

198La nouvelle politique de développement des régions occidentales de la Chine lancée par le pouvoir chinois au début de l’année 2000 ouvre toutefois de nouvelles possibilités non seulement de renforcement des liens déjà existants avec la région autonome du Xinjiang mais aussi d’interactions inédites avec d’autres provinces chinoises situées plus à l’est. Dans le cadre du lancement de ce programme, le ministère chinois des chemins de fer a annoncé en mars 2000 qu’il comptait investir dans les 15 prochaines années, environ 100 milliards de yuans pour le renforcement des lignes ferroviaires de cet espace géographique. Dans le domaine particulier des transports internationaux, la priorité a été donnée-en tout cas sur le plan de la rhétorique- à la construction de la voie ferrée Xinjiang-République kirghize-Ouzbékistan ainsi qu’aux lignes pan-asiatiques1409. Le renforcement de ces dernières concerne particulièrement le Kazakhstan relié à la Chine par le pont continental euro-asiatique sur lequel s’appuye officiellement le programme de développement de l’ouest de la Chine. Il pourrait faciliter le transport de marchandises entre la République centre-asiatique et son partenaire du Xinjiang mais aussi permettre l’accroissement des flux entre le Kazakhstan et d’autres provinces et villes chinoises importantes -comme Lanzhou au Gansu qui compte plus de 2 millions d’habitants- situées plus à l’est du Xinjiang, sur le tracé de cette ligne ferroviaire. Les autorités de la région autonome ont également prévu d’investir environ 23 milliards de yuans pour renforcer les infrastructures routières de la région au cours du Xe plan quinquennal (2001-2005)1410. Cet accent mis sur les infrastructures de transport pourrait permettre d’améliorer le problème des goulets d’étranglement dans le secteur des transports et donc stimuler in fine les échanges bilatéraux.

  • 1411 « Prime Minister says Kazakhstan looks forward to Zhu Rongji’s visit », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0 (...)
  • 1412 « China to transform Tianshan mountain area », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0515, May 15, 2000.

199En outre, dans le sillage du programme de développement des régions occidentales de la Chine, le Xinjiang a adopté une série de mesures préférentielles qui pourrait faciliter d’éventuels investissements de sociétés kazakhes dans la région. Ces dernières semblent par ailleurs intéressées par cette perspective si l’on en croit les déclarations de K. Tokayev lors d’une interview accordée à Xinhua en septembre 20011411 Les autorités régionales du Xinjiang ont également prévu de mettre l’accent sur le développement économique de la région située au nord des Tian Shan, notamment les villes de Jichang, Shihezi -où a été approuvée officiellement en avril 2000 la mise en place d’une zone de développement économique et technologique qui bénéficie de conditions très intéressantes-, Shawan et Usu, situées le long du corridor nord du pont ferroviaire euro-asiatique1412. Cette politique pourrait avoir des répercussions non négligeables sur le commerce bilatéral sino-kazakh en stimulant les possibilités d’échanges et d’investissements croisés entre le Kazakhstan et le Xinjiang.

200Sur le plan des rencontres bilatérales, en juin 2000, un conseiller du premier ministre du Kazakhstan, s’est rendu en Chine où il a eu des discussions avec les chefs de l’administration d’état pour l’industrie métallurgique et de la banque d’importation et d’exportation dela Chine. En octobre 2000 se tient également à Pékin la cinquième réunion du Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce, la science et la technologie. Dans le cadre de cette rencontre, le Conseiller d’État Wu Yi s’entretiendra avec le ministre kazakh des communications et des transports qui co-présidait la réunion du Comité, de la coopération commerciale économique entre les deux pays. A l’issue de l’année 2000, le bilan des échanges bilatéraux sino-kazakhs est plutôt positif puisqu’ils ont atteint 1,557 milliard de dollars, soit une nouvelle progression de 36,7 % par rapport à 1999. La proportion de la part du Xinjiang dans le commerce sino-kazakh est toutefois restée inchangée au cours de l’année 2000 avec 80 %, ce qui tend à montrer qu’un an après son lancement, le programme de développement de l’ouest ne semble donc pas encore avoir permis aux autres provinces chinoises situées plus à l’est du territoire de la région autonome d’établir des relations économiques directes avec le Kazakhstan.

  • 1413 SWANSTRÖM, N., « Chinese business interests in Central Asia : a quest for dominance », The Analyst, (...)
  • 1414 Voir les partenaires majeurs du Sichuan dans le domaine de l’importation et de l’exportation dans Y (...)

201Les premiers signes de l’intérêt de ces régions pour le développement des échanges avec la République centre-asiatique sont toutefois visibles au début de l’année 2001. Ainsi, en mai s’est tenue à Almaty la première réunion du Comité pour la coopération scientifique et technologique sino-kazakhe. Cette rencontre a examiné et approuvé 19 projets de coopération. Or, outre des délégués du Xinjiang, des représentants du Gansu et du Guizhou -deux entités provinciales concernées, on s’en souvient, par le programme de développement de l’ouest de la Chine-, y ont également pris part. Cet intérêt des provinces chinoises situées à l’est du Xinjiang pour le développement de relations avec Astana est partagé par la partie kazakhe. C’est ainsi qu’en août 2001, à l’invitation du gouvernement de la région d’Almaty, Li Dachang, le vice-gouverneur de la province du Sichuan qui est aussi le président du « Groupe dirigeant du Sichuan pour l’élargissement du marché des cinq républiques centre-asiatiques » se rend au Kazakhstan où il rencontre le premier ministre kazakh. Il signe à l’occasion de son déplacement un accord établissant un jumelage entre la province chinoise du Sichuan et l’oblast d’Almaty. Ce déplacement n’est pas anecdotique. Il illustre les nouvelles possibilités offertes aux relations économiques sino-kazakhes par le programme de développement de l’ouest de la Chine. On retiendra qu’entre l’année 2001 et l’année 2002, le commerce bilatéral Sichuan-Kazakhstan aurait ainsi été multiplié par treize1413. Le Kazakhstan n’est cependant pas devenu un partenaire majeur du Sichuan ni dans le domaine des exportations ni dans celui des importations1414. L’essor de liens économiques et commerciaux entre les provinces occidentales de la Chine et le Kazakhstan constitue néanmoins une perspective prometteuse pour l’avenir même si on doit bien garder à l’esprit que cette partie du territoire chinois n’est pas le plus dynamique sur le plan économique et que les potentialités des échanges sino-kazakhs ne seront pleinement actualisées que lorsque les provinces côtières de la Chine s’intéresseront au Kazakhstan.

  • 1415 Dans « Kazakh Charge d’affaires ad interim says Zhu Rongji’s visit will deepen bilateral coopératio (...)

202Les contacts entre la Chine et le Kazakhstan dans le domaine de la coopération économique se sont par ailleurs poursuivis au cours de l’année 2001. En juin 2001, s’est tenue à Urumqi la première réunion du sous-comité chargé des ports frontaliers du Comité intergouvernemental sino-kazakh sur la coopération économique et le commerce. En septembre 2001, Zhu Rongji est à Astana. A l’occasion de cette visite éclipsée par les événements du 11 septembre, il s’entretiendra avec les plus hautes autorités kazakhes des moyens d’accroître et d’approfondir davantage les relations économiques et commerciales bilatérales. La possibilité de développer les exportations gazières depuis le Kazakhstan vers la Chine grâce à une infrastructure reliée au futur gazoduc reliant le Xinjiang à Shanghai prévu dans le cadre du programme de développement des régions occidentales de la Chine est évoquée par un diplomate kazakh à l’occasion de cette visite1415. Le développement de ce nouveau domaine de coopération pourrait avoir des conséquences importantes pour les relations bilatérales sino-kazakhes en accroissant non seulement le volume d’échanges entre les deux parties mais aussi en transformant la nature de leur relation. La mise en place d’un gazoduc, couplée à la construction d’un oléoduc en direction du marché chinois, transformerait en effet le Kazakhstan en fournisseur important de Pékin dans le domaine stratégique de l’énergie. Les deux économies pourraient dès lors plus complètement mettre en œuvre leur complémentarité et atteindre un niveau supérieur de coopération, avec toutes les conséquences, notamment en termes d’influence politique potentielle, que cette situation entraîne.

203Toutefois, le déficit que Pékin enregistre déjà dans ses relations commerciales avec Astana pourrait s’accroître davantage. Si au début des années 1990, la Chine exportait plus vers le Kazakshtan qu’elle n’importait, cette tendance s’est rapidement renversée. En 2002, Pékin importe officiellement deux fois plus du Kazakhstan qu’elle n’exporte vers Astana. Le tableau ci-dessous nous donne une idée de l’évolution des produits échangés entre les deux pays. De manière générale, le Kazakhstan a consolidé sa position de fournisseur de matières premières pour le marché chinois, -un statut qui pourrait encore se renforcer dans l’avenir si les liens dans le domaine des hydrocarbures ou de l’uranium se développent-, alors que la Chine fournit à Astana principalement des biens de consommation dont une partie est par ailleurs réexportée vers la République kirghize et l’Ouzbékistan. Dans l’avenir, si les différents projets énergétiques se mettent en place, le pétrole et peut-être le gaz pourraient occuper une place de première importance dans les exportations kazakhes à destination de son voisin chinois.

204

  • 1416 Vnešnââ torgovlâ i sovmestnoe predprinimatel’stvo, Almaty 2001. Chiffres communiqués par C. Raballa (...)

Le commerce Kazakhstan-Chine par produit en 1995 et 19991416

Le commerce Kazakhstan-Chine par produit en 1995 et 19991416
  • 1417 Chinese General Administration of Customs citée dans Ministry of Foreign Af-fairs of the People’s R (...)

Les échanges sino-kazakhs 1992-2002
(en millions de dollars)
1417

Les échanges sino-kazakhs 1992-2002(en millions de dollars)1417

Fluctuations du volume du commerce sino-kazakh 1992-2002

Fluctuations du volume du commerce sino-kazakh 1992-2002
  • 1418 Chiffres tirés de IMF, Direction of Trade statistics, cités dans ELBORGH-WOYTEK, K. G, « f Openess (...)

Note 14181418

  • 1419 Relevé dans PARNALL. T., Report of the Independent Evaluation Mission, Silk Road Area Development P (...)

205Avant de commenter le tableau récapitulatif des échanges sino-kazakhs entre 1992 et 2002, on doit remarquer que les chiffres publiés par les douanes chinoises ne correspondent pas à ceux fournis par les autorités du Kazakhstan et repris dans l’entrée « Kazakhstan » du Direction of Trade Statistics Yearbook publié par le FMI. Ce problème de différences -parfois substantielles- entre les données chinoises et kazakhes a été relevé notamment par la mission d’évaluation dirigée par T. Parnall dans le cadre du « Silk Road Area Development Project (SRADP) » du Programme des Nations Unies pour le développement1419.

  • 1420 Voir IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, Washington, D.C., International Monetary Fund, 19 (...)
  • 1421 Chiffre cité dans GREEB, DJ., « Regional cooperation policies in Central Asia », Journal of Interna (...)

206Les causes de ces divergences dans les données statistiques sont nombreuses. De manière générale, comme le note le FMI, elles peuvent relever de la difficulté à faire correspondre exactement les exportations enregistrées f. à b (franco à bord) aux importations enregistrées c.a.f. (coût, assurance et fret) ; de l’existence d’un décalage entre le moment où les exportations sont enregistrées par un pays exportateur et celui où le pays importateur enregistre ce même flux dans ses importations ; des différences dans les méthodes d’enregistrement du commerce d’un pays à l’autre ; d’erreurs de compilation des données, etc1420. Dans le cas des relations sino-centre-asiatiques -particulièrement dans le cas des échanges sino-kazakhs et sino-kirghizes-, on peut semble-t-il ajouter une cause supplémentaire : l’existence du « Shuttle trade », le « commerce de navettes » ou « commerce de valise ». Cette forme de commerce, rentable sur le plan individuel en l’absence de concurrence, peut représenter une part substantielle des échanges entre pays. Il s’est fortement développé entre le Xinjiang et les républiques centre-asiatiques même si son volume est difficile à quantifier avec précision. Dans le cas des relations sino-kazakhes, la Banque asiatique de développement a ainsi estimé à 500 millions de dollars le montant du « commerce de valise » entre ces pays pour l’année 19991421.

  • 1422 BEKMAGAMBETOV, M„ NURGALIEVA, S., Study on the Capacity and Institution Building of Transit Corrido (...)

207Dans ce cas particulier, il semble que le « shuttle trade » échappe largement aux statistiques officielles du Kazakhstan en raison de la législation kazakhe en vigueur. En effet, selon les termes du décret n° 1712 de la République kazakhe du 31 décembre 1996-» On the Procedure of Cargo Transportation Performed by Natural Persons Across the Customs Borderline of the Republic of Kazakhstan »-, les marchandises transportées par des particuliers et dont le montant est inférieur à 2000 dollars ne sont pas soumis aux droits de douanes lors de leur entrée au Kazakhstan. Dans ces conditions, une partie substantielle des échanges n’apparaît donc pas dans les statistiques. Comme l’indiquaient M. Bekmagambetov et S. Nurgalieva pour l’année 2000, « mithin a 10-month period in 2000 about 107,000 individuals crossed the national border between China and Kazakhstan overland. (...) Even a simple calculation shows that within this period persons imported to Kazakhstan goods not covered by the customs statistics of Kazakhstan the equivalent of at least US $ 200 million »1422.

  • 1423 ROBERTS, S.S., « A ’Land of Borderlands’. Implications of Xinjiang’s Transborder Interactions », op (...)

208Étant donné cette législation kazakhe et ses conséquences, il semble donc que les statistiques chinoises reflètent plus exactement le volume d’échanges entre la Chine et le Kazakhstan que les statistiques d’Astana. C’est pourquoi nous les avons retenues. On se souviendra néanmoins qu’une partie du « commerce de valise » échappe cependant à toute statistique en raison notamment de l’existence de phénomènes de corruption à certains postes-frontières1423. Il convient donc de ne pas considérer non plus ces chiffres comme reflétant de manière absolue le volume des échanges bilatéraux sino-kazakhs.

  • 1424 « China, Kazakhstan set up business Council », Xinhua, May 19, 2004.

209Même en laissant de côté la question de l’importance exacte du « commerce de valise », entre 1992 et 2002 on constate une progression tout-à-fait significative des échanges sino-kazakhs malgré la période difficile traversée par l’économie de ce pays entre 1992 et 1998. En effet, après une récession économique très importante entre 1992 et 1995 accompagnée de taux d’inflation extrêmement élevés (plus de 2962,3 % pour l’année 1992 et encore 60,4 % en 1995), le Kazakhstan a connu une modeste reprise en 1996 et 1997 avant de rencontrer de nouvelles difficultés en 1998 en raison de la crise financière russe. Le Kazakhstan a renoué avec la croissance à partir de 1999 et surtout en 2000. Malgré cette situation économique troublée, le volume officiel des échanges sino-kazakhs a été multiplié par cinq en dix ans. Une nette accélération peut-être observée depuis l’année 1998 avec un tassement en 2001 et un rebond subséquent en 2002. La croissance des échanges bilatéraux sino-kazakhs s’est poursuivie par la suite puisqu’en 2003, ils ont atteint selon les douanes chinoises 3,3 milliards de dollars américains1424.

  • 1425 Selon ce modèle développé à partir des années 1960, l’intensité des échanges entre deux pays est fo (...)
  • 1426 Voir SELM, B. van, cité dans Idem, p. 484.
  • 1427 « Kazakhstan » dans IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, Washington, D.C., International Mo (...)

210Dans un livre publié en 1997, Bert van Selm avait estimé en recourant à une analyse économique basée sur le modèle de gravité -un modèle destiné à calculer le potentiel d’échanges entre deux pays1425-, que Pékin devrait capter environ 10,4 % du commerce kazakh1426 Si on prend en considération les statistiques chinoises, exception faite de l’année 2001 où les échanges sino-kazakhs n’ont représenté que 8,59 % du total du commerce extérieur du Kazakhstan, cette prévision s’est réalisée et a même été dépassée dès 1999. Selon les chiffres publiés par Pékin, en 2002, le commerce avec la Chine représente plus de 11 % du total du commerce extérieur du Kazakhstan. Si on prend pour référence les chiffres publiés dans le Direction of Trade Statistics Yearbook du FMI à l’entrée « Kazakhstan », les échanges bilatéraux sino-kazakhs représentent tout de même un peu plus de 8 % du total du commerce extérieur d’Astana, ce qui n’est pas négligeable1427.

211Le poids acquis par Pékin dans les échanges du Kazakhstan illustre le succès de sa politique d’ouverture économique. On peut cependant penser que le niveau atteint par les échanges économiques sino-kazakhs reste encore en-deçà des potentialités réelles existantes entre les deux pays notamment en raison des difficultés rencontrées par Pékin et Astana dans le développement des relations bilatérales dans le domaine clé des hydrocarbures. Ce n’est qu’avec la mise en place d’un oléoduc sino-kazakh, doublé peut-être dans l’avenir par un gazoduc reliant le territoire kazakh à la ligne mise en place par Pékin entre Luntan au Xinjiang et la métropole de Shanghai, que le potentiel de ce secteur pourra se déployer plus complètement et venir compléter les relations économiques importantes qui lient déjà les deux partenaires. La faiblesse des échanges entre le Kazakhstan et les régions situées à l’est du Xinjiang -singulièrement les provinces développées de la côte Pacifique de la République populaire-, doit également être relevée. L’importance des distances géographiques séparant le Kazakhstan des provinces côtières chinoises constitue sans doute un des facteurs principaux déterminant la faiblesse de ces contacts. Malgré la volonté affichée par les gouvernements des deux pays de voir d’autres provinces chinoises s’impliquer plus activement dans les relations commerciales bilatérales, le commerce « sino-kazakh » demeure encore largement constitué par les échanges entre la région autonome du Xinjiang et le Kazakhstan. En 2002, ces flux représentaient 70 % du total des échanges bilatéraux officiels entre la Chine et son voisin kazakh. Le commerce entre les deux pays reste donc essentiellement régional malgré plus de dix ans de relations.

212Malgré la place substantielle qu’occupe au tournant du millénaire la République populaire dans le commerce extérieur du Kazakhstan, son influence se heurte toutefois à la concurrence d’autres acteurs régionaux. Si on examine la distribution géographique des exportations et des importations du Kazakhstan en tenant compte des chiffres officiels kazakhs communiqués au FMI, on constate qu’en 2002, Pékin occupe la seconde place dans les exportations d’Astana derrière la Russie. L’ancienne métropole demeure toujours dans ce secteur le premier partenaire d’Astana. Dans le domaine des importations, Pékin n’arrive qu’en quatrième place, loin derrière Moscou.

  • 1428 IMF, Republic of Kazakhstan : Recent Economic Developments, Countrv Reports n° 98/84, September 23, (...)

Distribution géographique des exportations du Kazakhstan 1994-2002 selon le FMI1428. (en pourcentage)

Distribution géographique des exportations du Kazakhstan 1994-2002 selon le FMI1428. (en pourcentage)

213

  • 1429 Idem.

Distribution géographique des importations du Kazakhstan 1994-2002 selon le FMI1429. (en pourcentage)

Distribution géographique des importations du Kazakhstan 1994-2002 selon le FMI1429. (en pourcentage)

214Dix ans après l’indépendance du Kazakhstan, non seulement la Russie conserve sa première place en termes d’échanges avec Astana mais en outre, les Occidentaux jouent également un rôle notable dans le commerce extérieur kazakh. L’Union européenne prise dans son ensemble est en effet à ce moment le second partenaire commercial du Kazakhstan après la Russie. En dépit de l’avantage que constitue sa proximité géographique, l’influence de la Chine sur son voisin kazakh dans le domaine économique est donc loin d’être exclusive même si elle est devenue substantielle.

215Sur le plan régional, Astana occupe le second rang en importance pour la Chine dans l’espace CEI, après la Russie. A l’égard de l’Asie centrale, le commerce sino-kazakh représente la plus grande part des échanges de la République populaire avec cette région. Ainsi, en 2002, le volume total d’échanges entre la Chine et l’ensemble de l’Asie centrale s’est élevé à 2,388 milliards de dollars (1,444 milliards de dollars d’importations et 944 millions de dollars d’exportations, soit un déficit commercial pour la Chine de 500 millions de dollars). Le volume des seuls flux sino-kazakhs a atteint 1,950 milliard de dollars. En d’autres termes, cette année, le commerce sino-kazakh a représenté 81,65 % de total du commerce sino-centre-asiatiques.

216Pour conclure cette partie consacrée aux relations économiques si-no-kazakhes entre 1992 et 2001, on doit constater qu’à la veille des événements du 11 septembre, alors que le potentiel du commerce sino-kazakh reste encore en partie inexploité, la Chine est cependant devenue un des pôles économiques autour duquel gravite désormais le Kazakhstan, la plus importante économie d’Asie centrale. Pour l’avenir, le lancement au début de l’année 2000 du programme de développement des régions occidentales de la Chine -notamment l’accent mis sur le renforcement des infrastructures de transport qui pourrait faciliter à terme l’essor de flux entre le Kazakhstan et les provinces du centre puis de l’est de la Chine-, et également la perspective d’un essor des relations sino-kazakhes dans le domaine énergétique permettent d’envisager la possibilité d’une croissance substantielle du commerce entre les deux pays. Cette croissance des relations commerciales bilatérales pourrait permettre à l’avenir de compléter et de renforcer les liens politiques mis en place entre les deux pays depuis le début des années 1990. La capacité d’influence de la Chine au Kazakhstan s’en trouvera renforcée d’autant.

2.2. Les relations économiques sino-kirguizes

  • 1430 « Relations established with Kyrgyzstan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-003, January 6, 1992 et « Meets (...)
  • 1431 « Meets Kyrgyz President », op. cit.

217Comme dans le cas du Kazakhstan, les relations économiques bilatérales n’ont pas débuté au moment de l’indépendance de la République kirghize. Des contacts existaient entre le Xinjiang et la RSS kirghize depuis l’année 1988. En juin 1989, les autorités du Xinjiang avaient par exemple créé un joint-venture avec la RSS kirghize dans le domaine de la production agricole. Comme pour le Kazakhstan également, la délégation chinoise venue signer le protocole d’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays au début du mois de janvier 1992 est dirigée par le ministre des relations économiques et du commerce et le vice-ministre des affaires étrangères de la République populaire1430. Pragmatiquement, Pékin met donc dès l’origine l’accent sur le développement de liens économiques avec son voisin centre-asiatique. A l’issue de cette visite, les deux pays signent dans ce domaine un accord gouvernemental de coopération économique et commerciale et échangent également une note sur la mise en place d’un bureau de représentation commerciale dans leur capitale respective1431. Les bases des relations économiques bilatérales sont ainsi rapidement posées. Il restera à les concrétiser.

  • 1432 « Xinjiang Official Begins Trip to Central Asia », Urumqi Xinjiang Televisión Network dans FBIS-CHI (...)
  • 1433 « Xinjiang traders welcomed in CIS Muslim States », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CH1-92-151, A (...)

218Pour atteindre cet objectif, à l’invitation du gouvernement kirghize, une délégation dirigée par Li Donghui, vice-président de la région autonome du Xinjiang se rend à Bichkek dès la mi-février 1992. C’est la première tournée de cette nature dans les républiques centre-asiatiques nouvellement indépendantes pour les autorités de la région autonome du Xinjiang. Cette première expérience sera répétée dans les autres républiques en mai 1992. Son objectif est d’explorer les moyens d’accroître les échanges frontaliers entre la région autonome et son voisin kirghize. La délégation chinoise s’entretient avec des représentants kirghizes de divers sujets dont la réalisation des projets anciens déjà lancés avant l’indépendance de cette République (malheureusement non-spécifiés dans nos sources), de nouveaux projets bilatéraux, de la signature d’un accord économique pour l’année 1992 et enfin des moyens d’accroître les flux de marchandises à travers les ports frontaliers ouverts au commerce au Xinjiang, c’est-à-dire à ce moment le port de Torugart. Ce dernier est situé dans la préfecture autonome kirghize de Kizilsu au Xinjiang et frontalier du Kirghizstan1432. Selon un article de Xinhua, il semble que le président Akaev propose à l’occasion de cette visite la mise en place d’une coopération sous forme d’échanges de marchandises. Désirant importer des produits alimentaires, des biens de consommation courante ainsi que des lignes de production brassicole, il offre de fournir en échange de l’électricité et de métaux rares1433.

  • 1434 Déclaration de A. Akaev à Xinhua dans « Kyrgyz President expects Li Peng’s visit to promote ties », (...)
  • 1435 « Kyrgyz President to study Economie Reform », Beijing Central People’s Radio dans FBIS-CHI-92-092, (...)

219Une nouvelle étape dans les relations économiques bilatérales naissantes est franchie avec la visite officielle du président kirghize à Pékin en mai 1992. A. Akaev est accompagné à cette occasion par son premier ministre. Le président kirghize considère son déplacement en République populaire comme essentiel pour favoriser l’essor des relations bilatérales notamment dans le domaine économique. Il compte sur lui pour s’informer plus avant de l’expérience de la Chine dans le domaine des réformes économiques dont son pays pourrait s’inspirer, -comme il le dira plus tard, la Chine est en effet le « seul pays socialiste à avoir réussi ses réformes économiques »1434- particulièrement en ce qui concerne l’établissement et la gestion de zones économiques spéciales1435.

  • 1436 Dans « Akayev on realistic and fruitful talks », Xinhua dans FBIS-CHI-92-095, May 15, 1992.
  • 1437 State Committee of the Kyrgyz Republic for Foreign Investments and Economic Development, « Annual R (...)

220Pour étendre les relations économiques avec la Chine, le Soviet suprême de la RSS Kirghize a créé dès le 1er avril 1991, une zone économique spéciale proche de la frontière chinoise. Il s’agit de la « zone économique de Naryn » situé à 180 km de Torugart. Au moment de la visite du président Akaev, des experts chinois s’y occupent déjà de projets agricoles. Plus tard, des sociétés à capital mixte sino-kirghizes comme Port-Naryn Ltd. (télécommunication), Chabyt (boissons non-alcoolisées) , Kench (boissons non-alcoolisées) et Ayil Okmotu Moor (plastique) s’y implanteront également1436. En 2000, la zone compte un total de 54 entreprises enregistrées dont 19 actives. La Chine y joue un rôle important. Selon une étude datant du printemps 2000, elle est en effet le premier investisseur dans la zone de Naryn avec un total de 3,48 millions de dollars soit 60 % du total d’investissements étrangers directs (IDE) reçus par cette zone économique spéciale depuis sa création1437.

  • 1438 « Report views Akayev’s visit », Moscow Mayak Radio dans FBIS-CHI-92-094, May 12, 1992.
  • 1439 « Further on talks », Itar-Tass dans FBIS-CHI-92-094, May 14, 1992.

221En mai 1992, A. Akaev se rend donc à Pékin où il rencontre et établit des contacts personnels avec les plus hauts responsables politiques chinois dont Yang Shangkun, Li Peng, Qian Qichen et Jiang Zemin. Dans le domaine économique, il s’entretient aussi avec le ministre chinois du commerce et de la coopération économique, Li Lanqing, ainsi qu’avec Chen Jinhua, le ministre de la Commission d’État pour la restructuration économique1438. Après Pékin, il se rendra à Shenzhen pour visiter la zone économique spéciale qui y est établie et se faire une idée des progrès qui y ont été réalisés par la Chine depuis le lancement des réformes économiques. Li Peng déclare à l’occasion de sa rencontre avec A. Akaev que la République populaire attache de l’importance à l’essor des liens économiques et commerciaux avec la République kirghize. Son approche est cependant graduelle. Il s’agit selon le premier ministre chinois de commencer par renforcer le commerce frontalier déjà existant entre les deux pays avant de passer progressivement à un stade supérieur dans leurs relations économiques bilatérales1439.

222A l’issue de cette première visite du président kirghize, huit accords de coopération sont conclus entre les deux pays. Parmi ces conventions, on retiendra surtout dans le domaine économique la signature d’un accord bilatéral portant sur l’encouragement et la protection mutuelle des investissements. Il s’agit d’une convention importante, destinée à créer un climat favorable pour les investisseurs des deux pays et donc à poser les bases nécessaires à l’essor, à terme, de liens économiques bilatéraux plus intenses. En matière de protection et d’encouragement mutuels des investissements, la Chine devient ainsi le second pays -juste après la Turquie (le 28 avril 1992)-, à être lié avec le Kirghizstan indépendant par ce type de convention.

223Par rapport aux puissances régionales proches, l’action de Pékin a été dans ce domaine particulièrement rapide et pragmatique. A titre de comparaison, le Pakistan a seulement signé une convention similaire avec la République kirghize en août 1995, l’Iran en juillet 1996 et l’Inde en mai 1997. En 2000, la Fédération de Russie et la République kirghize n’étaient semble-t-il toujours pas liées par ce type d’accord. Quant aux Occidentaux, le premier pays à conclure un traité de cette nature avec Bichkek sera la France en juin 1994, suivi de la Grande-Bretagne en décembre de la même année puis des États-Unis en janvier 1995, de l’Allemagne en août 1997 et de la Suisse en janvier 1999. La conclusion de ce traité sino-kirghize constitue une étape importante pour le développement des relations économiques bilatérales. Il aurait cependant été utile de la compléter par la signature d’une convention destinée à éviter la double imposition entre les deux pays. Or, dans ce domaine, les choses vont traîner. Il faudra en effet attendre 1998 pour voir Pékin et Bichkek mettre au programme de leurs discussions bilatérales la conclusion d’un tel accord. En 2001, ils ne seront toujours pas entendus sur ce sujet.

  • 1440 Zhongguo Waijiao Gailan 1992, op. cit., p. 252
  • 1441 Voir « Government to provide economic aid to Estonia », Tallinn Radio dans FBIS-CHI-92-094, May 12, (...)
  • 1442 « Border trade increases with GIS Nations », Beijing Radio dans FBIS-CHI-92-097, May 19, 1992.
  • 1443 « Xinjiang’s border trade volume up 359% », Xinhua dans FBIS-CHI-92-252, December 31, 1992.
  • 1444 « 1994 Xinjiang Statistical Communique », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-95-047, March 10, 1995.

224Outre ce traité sur l’encouragement et la protection mutuelle des investissements, les deux partenaires signent également à l’occasion de la visite de A. Akaev un accord sur l’octroi d’un prêt préférentiel de la République populaire à la République kirghize. Ce dernier, portant sur 30 millions de yuans (environ 6 millions de dollars), est destiné à l’achat de marchandises en Chine1440. Malgré son intérêt pour la partie kirghize et les entreprises chinoises, l’octroi d’un tel prêt n’a cependant rien d’exceptionnel pour la diplomatie de Pékin. Il ne faut pas y attacher une signification politique particulière. En effet, la République populaire accorde au même moment, le même type de prêt, pour un montant identique, à la lointaine Estonie1441. Par ailleurs, Pékin et Bichkek signent également à cette occasion un accord dans le secteur du tourisme. Ce dernier permettra à 10 000 « touristes » kirghizes de se rendre au Xinjiang en 19921442. Ils viendront s’approvisionner en biens de consommation sur les marchés de la région autonome, une pratique qui prendra de l’ampleur au début des années 1990. Selon Xinhua, entre janvier et novembre 1992, ce n’est pas moins de 116 000 ’touristes’ originaires de la CEI qui se sont rendus au Xinjiang soit une croissance de 430 % par rapport à l’année précédente1443. Le nombre de ses acheteurs-touristes originaires de la CEI au Xinjiang chutera cependant fortement en 1994 avec seulement 48 400 entrées1444.

  • 1445 « Further reportage on Kyrgysstan President’s visit. Communique expresses ’satisfaction’ », Xinhua (...)

225Des discussions bilatérales dans le secteur du transport aérien seront aussi organisées à l’occasion de la visite du président Akaev. La déclaration conjointe publiée à l’issue du déplacement en Chine du président kirghize stipule finalement que les deux parties reconnaissent qu’il existe entre elles un vaste potentiel dans le domaine de la coopération économique et qu’elles favoriseront l’expansion des liens déjà existants1445.

  • 1446 « Premier leaves for home », Xinhua dans FBIS-CHI-92-152, August 6, 1992.

226Pour mettre en œuvre ce souhait, les deux parties vont multiplier les contacts. En août 1992, à l’invitation du gouvernement chinois, une délégation menée par le premier ministre kirghize se rend pour une visite de travail dans la région autonome du Xinjiang où elle est accueillie par Tomur Dawamat. Les entretiens portent sur les relations économiques bilatérales et sur les possibilités d’étendre la coopération dans les domaines de l’économie et du commerce, des transports, de l’énergie, de la gestion de l’eau et de l’aviation civile1446.

  • 1447 « Meets Kyrgyz President », Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.
  • 1448 Zhongguo Waijiao Gailan 1992, op. cit., p. 252
  • 1449 « Li Peng, Kyrgyzstan’s Premier hold talks in Bichkek », Xinhua dans FBIS-CHI 94-079, April 25, 199 (...)
  • 1450 State Committee of the Kyrgyz Republic for Foreign Investments and Economic Development, « Annual R (...)

227En novembre suivant, dans le cadre d’une tournée dans plusieurs républiques d’Asie centrale, Qian Qichen, le ministre chinois des affaires étrangères fait le déplacement à Bichkek. Il s’y entretient avec le président Akaev et le premier ministre kirghize des progrès réalisés dans le domaine économique depuis la visite du président kirghize à Pékin en mai de cette année, notamment de la création de sociétés à capital mixte sino-kirghizes1447. Au cours de l’année 1992, la région autonome du Xinjiang aurait ainsi investi 2,9 millions de dollars dans 13 sociétés à capital mixte avec la République kirghize et ce ne sont pas moins de 27 sociétés à capital mixte sino-kirghizes qui auraient été créées au cours de cette seule année1448. La mise en place de sociétés à capital mixte va se poursuivre par la suite. Leur nombre passe ainsi à 70 en 1994 -actives notamment dans le secteur du travail du cuir ou de la transformation des produits alimentaires1449-, à 93 en 1997, 141 en 1998 et 175 en 1999, soit 8,3 % des 2103 entreprises avec investissements étrangers actives en République kirghize à cette date1450.

  • 1451 « Meets Kyrgyz President », op. cit.
  • 1452 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 295.

228Au cours de sa visite, Qian Qichen déclare au président kirghize que l’essor des liens économiques et du commerce bilatéral est une des priorités de la politique de la Chine à l’égard de son pays. Selon lui, Pékin soutient par ailleurs l’essor de liens économiques et commerciaux entre les diverses régions et provinces chinoises et la République kirghize. De leur côté, les autorités kirghizes considèrent que pour renforcer les liens économiques entre les deux pays, il faut mettre la priorité sur la question des transports. Un point de vue partagé par Qian Qichen1451. Aucune décision dans ce secteur n’est cependant adoptée. A l’exception d’un accord intergouvernemental sur le transport routier signé le 11 avril 19941452 et de l’accord quadrilatéral de transit routier signé entre la Chine, le Kazakstan, la République kirghize et le Pakistan de mars 1995, peu de progrès seront réellement enregistrés dans ce domaine avant l’année 1997.

  • 1453 Voir « Uzbek President on planned Li Peng visit », Xinhua dans FBIS-CHI-93-078, April 26, 1993 et « (...)
  • 1454 « NPC officials meets Kyrgyz Supreme Soviet Head », Xinhua dans dans FBIS-CHI-93-099, May 25, 1993 (...)
  • 1455 « Kyrgyzstan supreme soviet group visits Guangdong », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-CHI-93-106, Jun (...)

229Le bilan de cette première année de relations bilatérales est cependant plutôt positif. Les échanges bilatéraux ont en effet atteint 35,48 millions de dollars. Pékin a importé des productions kirghizes pour environ 16 millions de dollars et exporté des marchandises vers cette République centre-asiatique pour 18,85 millions de dollars. Au printemps 1993, une visite de Li Peng prévue en Asie centrale -notamment en Ouzbékistan et en République kirghize1453- pour la fin du mois d’avril est annulée. La tournée du premier ministre chinois ne prendra place que l’année suivante. En mai 1993 cependant, à l’invitation de Qiao Shi, le président du Soviet suprême kirghize mène une délégation de vingt-cinq membres à Pékin. Cette dernière y rencontre non seulement Qiao Shi mais aussi Qian Qichen et Tomur Dawamat1454. Les entretiens porteront notamment sur le développement des liens économiques entre les deux pays. Pour permettre aux représentants kirghizes de se faire une idée des réussites chinoises en matière économique, la délégation kirghize visitera des entreprises des deux grandes métropoles de Shanghai et de Canton1455. Elle se fera également expliquer les grandes lignes de la politique chinoise en matière d’ouverture économique.

  • 1456 « NPC’s Tomur Dawamat meets Kyrgyzstan Premier », Xinhua dans FBIS-CHI-93-137, July 20, 1993.
  • 1457 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 272.
  • 1458 Idem, p. 272.

230Après ce déplacement, les contacts à haut niveau se poursuivent. Tomur Dawamat, dans le cadre d’une tournée en Asie centrale, séjourne ainsi six jours en République kirghize en juillet 1993. Il y rencontre le président du Soviet suprême kirghize, le premier ministre et le ministre kirghize des affaires étrangères1456. Ce dernier se rend le mois suivant à Pékin. Il y aura des entretiens avec des hauts responsables du ministère chinois du commerce et de la coopération économique. A la fin de 1993, la présence des entreprises chinoises en République kirghize s’est accentuée. On en trouve pas moins de 62. Il s’agit soit de sociétés à capital mixte soit de sociétés en pleine propriété1457. Les échanges ont également connu une forte progression puisque le montant total du commerce bilatéral sino-kirghize est passé à 102,42 millions de dollars (les exportations chinoises en direction de la République kirghize ont atteint environ 36,55 millions de dollars américains et ses importations 65,87 millions de dollars). La Chine est ainsi devenue le premier partenaire commercial de Bichkek pour cette année1458.

  • 1459 « Problems appear in PRC-Kyrgyzstan Trade », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-93-225, November 24, 1993

231Un article du Quotidien du Xinjiang datant d’octobre 1993 dresse cependant l’inventaire des difficultés rencontrées par certaines entreprises chinoises dans leurs relations avec leurs partenaires kirghizes. Il signale ainsi l’incapacité croissante de certains exportateurs kirghizes à remplir leurs obligations contractuelles, les problèmes de modifications unilatérales des contrats et le phénomène de ventes multiples d’une même marchandise. L’introduction par la République kirghize d’une nouvelle monnaie a également causé des pertes financières importantes à de nombreuses entreprises du Xinjiang qui détenaient encore des anciennes roubles désormais retirées de la circulation1459. Les relations économiques sino-kirghizes ne sont donc pas dénuées de problèmes et de frictions.

  • 1460 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 298.

232A l’occasion de la tournée diplomatique qu’il entreprend en Asie centrale et en Mongolie, le premier ministre Li Peng séjourne en République kirghize en avril 1994 en compagnie de représentants de différents départements dont le ministère des affaires étrangères et du ministère du Commerce extérieur et de la coopération économique (Moftec) ainsi que de délégués d’entreprises chinoises majeures. Il rencontre les plus hauts responsables kirghizes notamment le président, le premier ministre et le président du Soviet suprême de la République. Au cours de ces rencontres, le président Akaev redira son admiration pour le modèle de développement économique mis en œuvre par la Chine. Cet intérêt pour le « modèle chinois » en matière de développement économique n’est pas de pure forme. En janvier et en juin 1995, les autorités kirghizes enverront d’ailleurs en Chine une mission commune formée de représentants kazakhes et kirghizes pour enquêter sur la politique d’ouverture de la Chine et l’expérience des États d’Asie de l’Est en matière de réformes économiques1460.

  • 1461 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 293.

233A l’occasion de la visite de Li Peng, le président Akaev, après avoir rappelle que la Chine est un des partenaires économiques majeurs de son pays avec la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, fait part de son espoir de voir Pékin accroître ses investissements en République kirghize1461. En lançant aux entreprises chinoises cette invitation à investir davantage dans son pays, le président Akaev soulève un problème récurrent des relations bilatérales sino-kirghizes : la faiblesse des investissements chinois dans la République. Malgré le soutien officiel de Pékin aux investissements des entreprises chinoises en République kirghize, ce problème va perdurer tout au long de la décennie et au-delà.

  • 1462 « Li Peng, Kyrgyzstan’s Premier hold economic talks », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-079 (...)
  • 1463 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 293. La République kirghize et le Pakistan ont signé un (...)
  • 1464 « Li Peng, Kyrgyzstan’s Premier hold talks in Bichkek ». Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 199 (...)

234Outre cette question, le problème des transports, considéré par le premier ministre chinois comme un obstacle majeur à l’essor des relations économiques entre les deux pays, fait également l’objet de discussions entre les deux parties1462. Les officiels kirghizes expriment au cours des rencontres leurs espoirs concernant l’éventualité de mise en place d’une route internationale reliant la République au Pakistan via la Chine1463. Selon Li Peng, les travaux de construction/modernisation des portions de route situées côté chinois sont déjà en cours et devraient être terminés rapidement. Il espère pour sa part qu’il en sera de même côté kirghize. Le premier ministre kirghize, suggère pour sa part le développement de projets communs notamment dans les secteurs de l’extraction minière (étain et tungstène), de la fabrication de papier, de la production pharmaceutique et de l’hydro-électricité1464. Mais ces propositions n’ont semble-t-il pas produit de résultats immédiats.

  • 1465 « Li Peng, Kvrgyzstan’s Akayev view border dispute », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994.

235Au-delà de ces discussions et déclarations d’intentions, le déplacement de Li Peng à Bichkek, dont l’importance est qualifiée d’« historique pour la promotion des relations sino-kirghizes » par le président Akaev, produit des résultats plus concrets1465. Trois documents touchant au domaine économique sont ainsi signés. Il s’agit d’un accord sur l’octroi d’un prêt chinois à la République kirghize, d’un accord sur la coopération entre le Conseil de la Chine pour la promotion du commerce international (CCPIT) et la chambre de commerce et de l’industrie de la République kirghize et enfin d’un accord sur l’établissement d’un Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale. Cette dernière structure ne constitue cependant pas une originalité des relations sino-kirghizes. Bichkek a également mis en place des structures analogues avec des pays de l’espace CEI comme la Fédération de Russie, le Belarus, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan mais aussi avec des partenaires géographiquement plus éloignés comme le Japon, la Malaisie, l’Iran, la Bulgarie, la Mongolie extérieure, l’Autriche, l’Allemagne, l’Inde et la Turquie.

  • 1466 Cité dans « Li Peng, Businessmen Sign Accords in Kyrgyzstan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 2 (...)
  • 1467 « Beijing to forge closer ties », Xinhua dans FBIS-CHI-95-054, March 21, 1995. Voir également Zhong (...)
  • 1468 « Beijing issues communique on Li Peng visit to Kyrgyzstan », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI (...)

236Dans le sillage de ce déplacement, les délégués des entreprises chinoises accompagnant Li Peng signent aussi avec des partenaires kirghizes une série de documents : notamment un contrat portant sur l’achat de 30 000 tonnes de fertilisants chimiques (pour environ 2,25 millions de dollars) et trois lettres d’intention concernant des projets dans les secteurs des technologies et de l’exploitation des mines d’or et des métaux rares1466. Enfin, les deux parties publient des communiqués de presse convergents à l’issue de cette visite dans lesquels elles annoncent qu’elles se sont accordées pour développer davantage la coopération bilatérale économique et commerciale et les liens directs, y compris entre les zones frontalières, les provinces et régions et les villes. Il s’agit de promouvoir et d’étendre les possibilités de liens commerciaux au-delà de la seule région autonome du Xinjiang, un vœu qui malgré des réalisations -comme l’accord pour la promotion des échanges signé entre la ville de Pékin et celle de Bichkek en mars 19951467-va cependant s’avérer difficile à mettre en œuvre. Elles annoncent en outre qu’elles se sont accordées pour améliorer les infrastructures économiques et le cadre légal ainsi que pour créer des conditions plus favorables pour le développement d’une coopération économique et commerciale diversifiée1468.

  • 1469 « Economic des with Central Asian republics viewed », Xinhua dans FBIS-CHI-96-082, April 23, 1996.

237Si la presse chinoise se félicite de cette visite de Li Peng, on doit cependant bien constater que les résultats de ce déplacement dans le domaine économique ne sont pas très spectaculaires. Il s’agissait plutôt pour Pékin de poser des jalons pour l’avenir et de renforcer les contacts personnels entre hauts dirigeants des deux pays. Le volume d’échanges en 1994 a néanmoins continué de progresser atteignant 105 millions de dollars. La majeure partie de ce commerce a transité soit par le port frontalier de Torugart soit à travers le territoire kazakh par l’intermédiaire du « Pont continental euro-asiatique ». La Chine a exporté vers son voisin centre-asiatique principalement des produits industriels légers, des produits textiles, des produits alimentaires, des céréales et des machines agricoles et a importé surtout des engrais chimiques, des produits en cuir et de l’acier laminé1469. Pékin occupe désormais la place de premier partenaire hors CEI de la République.

  • 1470 « Trade accord signed with Pakistan, CIS states », Xinhua dans FBIS-CHI-95-047, March 9, 1995. Voir (...)
  • 1471 « Transport Minister on Road links with PRC, Pakistan », Bishkek Kyrgyz Radio First Program Network (...)

238Quelque temps après la visite de Li Peng, Pékin prend par ailleurs l’initiative de réunir les ministres des chemins de fer des républiques centre-asiatiques (y compris donc le ministre kirghize) et de la Russie en octobre 1994 pour aborder la question de la coopération en matière de transports ferroviaires. Ces discussions débouchent le 27 octobre 1994 sur un accord destiné à améliorer le transit des marchandises entre les partenaires. Ensuite, en mars 1995, une conférence de trois jours réunira à Islamabad, la Chine, le Kazakstan, la République kirghize et le Pakistan pour finaliser un accord de transit routier entre les quatre pays. Cet accord quadrilatéral destiné à stimuler les flux commerciaux entre les quatre pays sera signé le 9 mars 1995, ouvrant théoriquement la voie au transport de marchandises et de passagers depuis Almaty jusqu’à Karachi via le territoire de la République kirghize puis la région autonome du Xinjiang (Kachgar) et enfin le Pakistan par la grand-route du Karakorum1470. Le ministre kirghize des transports se félicite bien entendu de cet accord qui devrait ouvrir cette route de désenclavement au commerce de la République dès le mois de juillet 1995. Il signale en outre que les travaux du côté chinois sont d’ailleurs en cours avec la coopération de la République kirghize1471. Malgré l’enthousiasme de départ, cet accord restera pourtant lettre-morte jusqu’à la fin de la décennie et au-delà.

  • 1472 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 297.
  • 1473 Idem, p. 298.
  • 1474 BEZANIS, L., « Sinkiang delegation in Bishkek », Omri Daily Digest, vol. 1, n° 136, July 14, 1995.
  • 1475 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 298.
  • 1476 « Li, Kyrgyz officiais view border seulement », Xinhua dans FBIS-CHI-95-206, October 25, 1995.
  • 1477 « Kyrgyz Prime Minister Arrives in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI -95-204, October 23, 1995.
  • 1478 « Dzhumagulov comments on ties », Xinhua dans FBIS-CHI-95-206, October 25, 1995.
  • 1479 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 296.

239Pour répondre aux déclarations de Li Peng concernant l’approfondissement des relations entre la Chine -et particulièrement la région autonome du Xinjiang- et la République kirghize, des entretiens concernant la conclusion d’un traité bilatéral sur les ports frontaliers sont organisés à Urumqi en mai 1995 entre des représentants des ministères des affaires étrangères chinois et kirghize1472. Une délégation économique du Xinjiang se rend aussi dans la capitale kirghize où est organisée une foire de promotion des produits d’exportation de la région autonome en juillet 19951473. Elle y discutera la possibilité d’exportation de pétrole depuis le Xinjiang vers la République kirghize en échange de la fourniture d’électricité1474. En juin 1995 se tient également à Bichkek la première réunion du Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale mise en place à la suite de l’accord conclu lors de la visite de Li Peng en avril 19941475. Le premier ministre chinois se félicite de cette rencontre à l’occasion de la visite du premier ministre kirghize et exprime son souhait de voir ce mécanisme faciliter la coopération économique et commerciale entre les deux pays1476. Ce dernier se rend en effet en visite officielle en Chine à l’invitation de Li Peng en octobre 1995. Il est accompagné à cette occasion d’un groupe d’entrepreneurs kirghizes1477. La délégation séjourne à Pékin où elle rencontre des hauts responsables comme Li Peng et Jiang Zemin et aussi les milieux d’affaires chinois, et à Shanghai, où elle a des entretiens avec les autorités de la ville et visite la zone spéciale de Pudong ouverte par les autorités chinoises depuis juin 1990. Comme l’a déjà fait le président Akaev, le premier ministre kirghize exprime à l’occasion d’un séminaire organisé avec les représentants du monde économique chinois son espoir de voir davantage d’entrepreneurs investir dans son pays. Il leur expose la politique du gouvernement kirghize en matière d’investissements étrangers et ajoute que ce dernier envisage d’offrir des conditions préférentielles supplémentaires aux investisseurs étrangers1478. Des entretiens bilatéraux auront également lieu avec des représentants des ministères chinois en charge de l’économie, des transports, de l’aviation civile, de l’électricité1479.

  • 1480 « Kyrgyz Chinese sign agreement », Omri Daily Digest, vol. 1, n° 210, October 27, 1995.
  • 1481 « Kyrgyz Prime Minister Tours Shanghai », Xinhua dans FBIS-CHI-95-208, October 27, 1995.

240A l’issue de cette visite sera signé un accord sur la certification de la qualité des produits d’importation et d’exportation1480. Il s’agit de s’attaquer au problème récurrent de l’exportation de marchandises contrefaites ou de mauvaise qualité. Outre cet important accord destiné à améliorer les conditions des échanges bilatéraux, un mémorandum concernant le développement de la coopération économique et technologique entre la municipalité de Shanghaï et la République kirghize est conclu, étendant les possibilités d’échanges économiques au-delà de la seule région du Xinjiang1481.

  • 1482 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 122
  • 1483 « PRC, Kazakh, Kyrghyz envoys : no economic threat from PRC », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CH (...)
  • 1484 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 122

241Sur le plan des échanges économiques, le bilan de l’année 1995 est particulièrement impressionnant. Le nombre de sociétés chinoises actives en République kirghize a progressé. Selon Xing Guangcheng, elles sont désormais 1201482. Les échanges ont également connu une forte croissance. Comme le déclare l’ambassadeur kirghize à Xinhua, le commerce bilatéral sino-kirghize a atteint 231 millions de dollars, soit le double par rapport aux échanges de l’année 19941483. Les exportations chinoises se sont élevées à 107 millions de dollars américains et ses importations à 123 millions. Pékin a importé principalement de la laine brute, des produits en laine, des métaux ferreux et non-ferreux ainsi que des produits d’élevage. Il a exporté essentiellement des biens de consommation courante1484. En 1995, les échanges sino-kirghizes ont représentés plus de 25 % du volume total du commerce extérieur de la République kirghize, un record pour la décennie. A eux seuls, les flux entre la région autonome du Xinjiang et la République kirghize ont atteint 191 millions de dollars (99 millions de dollars d’exportations et 92 millions de dollars d’importations) soit 82 % du total des échanges sino-kirghizes. Autrement dit, les échanges commerciaux « sino-kirghizes » sont largement en 1995 des échanges régionaux qui concernent le Xinjiang et la République kirghize. Ce schéma va perdurer par la suite à la seule exception semble-t-il de l’année 2001.

  • 1485 « Akayev to boost Chinese-Kyrgyz links ». Bishkek Radio First Program Network dans FBIS-SOV-96-029, (...)
  • 1486 « Kyrgyzstan President Visits Shanghai Pudong New Area », Xinhua dans FBIS-CHI-96-082, April 26, 19 (...)
  • 1487 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 367.
  • 1488 « Kyrgyz foreign minister sees ’bright future’ in ties », Xinhua dans FBIS-CHI-96-086, April 30, 19 (...)

242Au début du mois de février 1996, le vice-ministre chinois des affaires étrangères et futur secrétaire de l'Organisation de coopération de Shanghai, Zhang Deguang se rend à Bichkek où il rencontre entre autres, le ministre kirghize de l’économie. Selon les médias kirghizes, l’objectif de cette visite est de stimuler les relations économiques entre les deux pays. La question de l’absence d’accord dans la sphère bancaire fait l’objet de discussions car elle constitue un obstacle important au commerce entre les deux partenaires1485. Deux mois plus tard, dans le cadre de son déplacement en Chine pour la cérémonie de signature du traité de Shanghai, le président Akaev visitera la ville de Shanghai et la zone économique de Pudong. Il y rencontre un panel d’hommes d’affaires de Shanghai avec qui il aura des discussions sur les possibilités de coopération économique entre la métropole chinoise et la République kirghize1486. Il s’agit pour la partie kirghize d’explorer de nouvelles voies afin d’étendre ses possibilités d’échanges avec son partenaire chinois. Jusqu’à présent, la région autonome du Xinjiang, dont deux délégations se rendront à Bichkek au début du mois de juin puis de novembre 1996, demeure en effet le principal partenaire chinois de la République1487. Jusque-là, la région autonome est également la seule province de Chine à envoyer régulièrement des missions à vocation économique en République kirghize. Ce n’est qu’en septembre 1997 que la métropole de Shanghai enverra pour la première fois à Bichkek une délégation pour explorer à son tour les possibilités de coopérations économiques et commerciales bilatérales. Malgré cette faiblesse des liens économiques entre la République kirghize et les autres provinces et régions chinoises, comme le relève le ministre kirghize des affaires étrangères, Bichkek est néanmoins le quatrième partenaire commercial de la Chine dans l’espace CEI après la Russie, l’Ukraine et le Kazakhstan, ce qui n’est pas négligeable1488.

  • 1489 LIU, S., « Kazakhstan’s offerts hailed », China Daily, July 5, 1996, p. 1.
  • 1490 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzstan Joint Declaration » Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July (...)

243A l’occasion de la visite de Jiang Zemin dans la capitale kirghize au début du mois de juin 1996, les deux pays signent un ensemble de documents destinés à consolider leurs relations économiques bilatérales. Les plus importants concernent le transport aérien civil, la collaboration dans le secteur bancaire et la coopération mutuelle entre les administrations douanières des deux pays. Elles échangent aussi une note sur un don gratuit de marchandises de la Chine à la République kirghize1489. Ces marchandises seront remises à Bichkek en juin 1997. Enfin, les deux parties signent le 4juillet 1996 une importante déclaration commune sur la fondation de l’amitié sino-kirghize. Ce document au contenu essentiellement politique contient cependant trois dispositions importantes relatives aux relations économiques bilatérales sur les vingt qu’il comporte. Il s’agit des dispositions 5, 6 et 7. Les deux parties s’y engagent à accroître et à développer leur coopération économique et commerciale bilatérale en utilisant pleinement les avantages uniques que constituent leur proximité géographique et la complémentarité de leur économie. Elles encouragent les investissements mutuels, s’engagent à les protéger, à s’accorder mutuellement la clause de la nation la plus favorisée, à favoriser et à développer la coopération entre leurs divers départements et entreprises, à encourager et à appuyer différentes formes de coopération économique et à créer des conditions financières, légales et autres, qui leurs sont favorables. Les deux parties déclarent également vouloir renforcer la coordination du Comité intergouvernemental sino-kirghize pour la coopération économique et commerciale et promouvoir le rôle des liens économiques entre les deux pays. Sur le plan des secteurs d’activités visés par l’objectif d’approfondissement de leur coopération économique bilatérale, Bichkek et Pékin déclarent qu’ils accorderont la priorité aux domaines de l’exploitation minière, de l’énergie, de l’électronique, du transport, des télécommunications, de l’industrie légère, de la transformation des produits alimentaires, de l’agriculture et de la construction. Parallèlement, ils décident de promouvoir de grands projets dans le domaine de la production. Les deux parties déclarent également partager de nombreux points de vue concernant la mise en œuvre des réformes économiques et décident qu’elles échangeront des expériences et l’information dans ce domaine. Elles s’entendent pour améliorer les infrastructures de transport et pour approfondir la coopération dans le domaine routier, ferroviaire et aérien. Elles faciliteront également l’utilisation mutuelle de leurs ports maritimes et aériens. Cette dernière disposition intéresse particulièrement la République kirghize -pays enclavé comme les autres républiques centre-asiatiques-, qui se voit ainsi offrir de nouvelles possibilités de désenclavement pour ses marchandises à travers le territoire chinois ainsi qu’un accès à l’Océan Pacifique. Les deux parties considèrent enfin que le développement des échanges et de la coopération entre les régions frontalières des deux pays favorisent le développement de leurs relations et s’engagent à renforcer l’appui des deux États à ce type d’échanges et de coopération1490.

  • 1491 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 366

244Cette déclaration d’intention ambitieuse va être suivie de quelques avancées notamment dans le domaine des transports. Ainsi, dès juillet 1996, des discussions réunissent en République kirghize des représentants du ministère de l’aviation civile chinoise et de la compagnie aérienne nationale kirghize. Un protocole d’accord est conclu entre les deux pays pour l’ouverture d’une liaison aérienne régulière entre Bichkek et Urumqi et entre Och et Urumqi. La ligne Bichkek-Urumqi sera effectivement ouverte en avril 19971491, facilitant les liaisons entre les deux pays et les contacts commerciaux entre le centre économique du Xinjiang et la capitale kirghize.

  • 1492 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 369

245Outre le transport aérien, dans le domaine ferroviaire, une délégation du ministère chinois des chemins de fer se rend en Ouzbékistan et en République kirghize en décembre 1996. Elle y rencontre ses homologues des deux pays et réalise une enquête de terrain destinée à évaluer la possibilité de réalisation de l’important projet de ligne ferroviaire transfrontalière Chine-République Kirghize-Ouzbékistan1492.

  • 1493 « PRC : Accord signed with Kyrgyzstan to open new frontier post », Xinhua dans FBIS-CHI-96-176, Sep (...)

246Par ailleurs, les négociations qui avaient débuté en juin 1995 concernant l’ouverture d’un nouveau point de passage à la frontière sino-kirghize aboutissent en août 1996 à un nouvel accord bilatéral. En septembre 1996 est ainsi signé à Bichkek un accord intergouvernemental sur l’ouverture et sur le régime de contrôle d’un nouveau port frontalier entre les deux pays1493. En offrant une nouvelle possibilité de transit pour les échanges dans les deux sens entre les deux pays, cet accord s’inscrit dans l’objectif de renforcement des échanges bilatéraux visé par la déclaration commune de juillet 1996.

247Cependant, comme le point de passage de Torugart (3752 m | déjà ouvert entre les deux pays, le nouveau port frontalier prévu par cet accord, c’est-à-dire le point de passage de Irkeshtam permettant de relier la préfecture autonome kirghize de Kizilsu au sud Xinjiang à la ville kirghize de Sary-Tash dans l’oblast de Och, est également situé en haute altitude (3530 m). Cette localisation subordonne son accessibilité pendant une partie de l’année aux aléas climatiques. La route entre le Xinjiang et les villes proches de la République kirghize (Sary-Tash et Och) via Irkeshtam est assez longue et pas toujours en bon état (notamment du côté kirghize), aussi l’ouverture de ce point de passage supplémentaire entre les deux pays, qui sera effective l’année suivante, si elle constitue bien une avancée, ne contribuera que partiellement à la réduction du problème de la faiblesse des infrastructures de transport entre les deux pays.

  • 1494 Voir ADB, The 2020 Project : Policy Support in the People’s Republic of China. Final Report and Pol (...)

248Une solution alternative, proposée par la Banque asiatique de développement1494, aurait été d’emprunter la passe de basse altitude de Muzart (Muzaerte) qui relie le Xinjiang au Kazakhstan par une route plus courte. Le poste de transit de Muzart est situé à 296 kilomètres de la ville chinoise de Yining. Le poste de transit correspondant au Kazakhstan est Narynkol, qui se trouve à 4 km du poste chinois et à 320 km d’Almaty. La passe de Muzart n’est cependant située qu’à 90 km de la frontière avec la République kirghize. En août 1992, les gouvernements de Chine et du Kazakhstan ont convenu d’ouvrir ce poste au transit des voyageurs, des véhicules et des marchandises des deux pays. En mars 1994, le Conseil des affaires d’État a approuvé la décision de l’ouvrir sur l’extérieur. Mais il n’avait toujours pas été ouvert officiellement à la fin de l’année 2004. En outre, cette solution nécessitait un accord de transit entre le Kazakhstan et la République kirghize ainsi que la mise en place d’une nouvelle route entre ces deux pays. Cette solution ne semble pas avoir été envisagée.

  • 1495 « Kyrgyzstan : Russian-Chinese cooperation on Kyrgyz Border », Bishkek Kyrgyz Radio First Program d (...)
  • 1496 Zhongguo Waijiao Gailan 1996. op. cit., p. 369

249Pour s’assurer du futur bon fonctionnement du point de passage d’Irkeshtam, une délégation de la police des frontières chinoises et du département de la sécurité publique de la RPC se rendra en République kirghize où elle aura des entretiens avec les autorités locales et aussi le commandant des troupes russes chargées de garder la frontière sino-kirghize1495. Outre la perspective de l’ouverture prochaine de ce nouveau point de passage transfrontalier, se tient également à Pékin en décembre 1996, la seconde réunion du Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale1496.

  • 1497 Idem.
  • 1498 « New port of entry opens on China-Kyrgyzstan Border », Xinhua dans FBIS-CHl-97-203, July 22, 1997.

250Malgré les objectifs ambitieux de la déclaration de juillet 1996, le bilan de l’année n’est pas très favorable aux échanges bilatéraux. Ces derniers ont été divisés par deux puisqu’ils ont chuté de 54,3 % par rapport à 19951497. Une quarantaine de sociétés chinoises opèrent effectivement en République kirghize. Mais si on examine de plus près les relations bilatérales, il faut bien constater que les investissements chinois dans le pays demeurent très modestes malgré plus de quatre ans de relations. Xinhua donne le chiffre de 4 millions de dollars d’investissements réalisés par le Xinjiang en République kirghize1498. Il s’agit du montant total des investissements réalisés depuis 1992, ce qui est très peu, même à l’échelle de la République kirghize.

  • 1499 « China : Kyrgyz President stresses relations with China », Xinhua dans FBIS-CHI-97-184,July 7, 199 (...)
  • 1500 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 366
  • 1501 Idem, p. 367.

251Malgré ces mauvais résultats de l’année 1996, les autorités kirghizes considèrent Pékin comme un partenaire stratégique majeur. Le président Akaev déclare ainsi en juillet 1997 que la prospérité de la République kirghize dépend largement de ses relations avec la Chine et propose de développer encore davantage les liens dans le domaine des transports -qui restent donc un obstacle majeur à l’essor des flux bilatéraux-, et de l’hydroélectricité, une des principales ressources de la République kirghize1499. Concernant les transports, une délégation menée par le ministre chinois des chemins de fer se rend à Bichkek en novembre 1997 afin de participer à la première réunion du groupe tripartite d’experts formé avec la République kirghize et l’Ouzbékistan pour examiner la question de la mise en place de la ligne de chemin de fer transfrontalière Xinjiang-République kirghize-Ouzbékistan. Au programme de la réunion figure la mise en place d’un groupe d’étude commun1500. Dans le domaine de l’hydroélectricité, une délégation du ministère chinois de l’irrigation fera également le déplacement en République kirghize en septembre 1997 afin d’explorer avec les autorités kirghizes les possibilités de coopération1501.

  • 1502 « New port of entry opens on China-Kyrgyzstan border », Xinhua dans FBIS-CHI-97-203, July 22, 1997.
  • 1503 « Prime Minister highly assesses relations with China », Interfax dans FBIS-SOV-97-203, July 22, 19 (...)
  • 1504 The Atlantic Council of the United States, « U.S. Policy Priorities in Central Asia : Views from th (...)
  • 1505 RACZKA, W., « Xinjiang and ils Central Asian borderlands », Central Asian Sur-vey, vol. 17, n° 3, 1 (...)

252Entretemps, le second port transfrontalier pour le commerce sino-kirghize est officiellement ouvert le 21 juillet 1997 sur une base temporaire1502. Ce dernier devrait aider à accélérer les échanges. Cependant, un certain nombre de difficultés vont réduire son efficacité. En effet, il a d’abord été décidé entre les parties que la première année de son entrée en fonction, le port d’Irkeshtam ne sera ouvert que 10 jours par mois. Seul le fret est autorisé à être transporté jusqu’à ce que la Chine ait mis en place ses infrastructures frontalières. La circulation se fait en outre dans le sens Chine/Asie centrale la matinée et dans le sens Asie-Centrale/Chine l’après-midi1503. Enfin, il est surveillé côté kirghize par les gardes-frontières russes, ce qui ne va pas sans poser problème. Le travail des gardes-frontières russes aux frontières de la République kirghize et de la Chine n’a pas toujours été très efficace en termes de fluidité comme l’ont constaté lors de leur passage à Torugart en 1998 les membres d’une délégation du Conseil atlantique1504. Certains observateurs pensent que pendant la période où ils ont été en service, les gardes-frontières russes ont fait de l’obstruction aux points de passages transfrontaliers sino-kirghizes, ce qui a gêné le développement du commerce, en raison de leur hostilité à l’égard de l’influence croissante de la Chine en Asie centrale. W. Raczka va un peu plus loin. Selon lui, le port d’Irkeshtam aurait pu être ouvert bien avant 1997 mais ce sont les autorités russes qui s’y seraient longtemps opposées1505. Quoi qu’il en soit, les gardes-frontières russes seront redéployés dans la région d’Omsk en octobre 1999 à la suite d’un accord intervenu avec le gouvernement kirghize en juillet de cette année.

  • 1506 « Uzbekistan : Road linking Uzbekistán, Kyrgyzstan, China opens », Tashkent Uzbekistán Television d (...)
  • 1507 « Poste de transit de Yearkeshtan (transport routier) », China.org.cn, December 21, 2004.
  • 1508 « Turgart Port », China.org.cn, December 15, 2004.

253Malgré ses limitations, grâce à l’inauguration du port d’Irkeshtam, les marchandises peuvent désormais circuler plus facilement dans les deux directions entre le sud de la République kirghize et le Xinjiang. Ce point de passage facilite également le transit de marchandises dans les deux sens entre le territoire ouzbèque, plus spécifiquement la partie ouzbèque de la vallée du Ferghana, et le bassin du Tarim via le territoire kirghize (via Och). Étant donné l’importance de ce nouveau point de passage pour les parties, de hauts responsables politiques des trois États (notamment les premiers ministres kirghizes et ouzbèque, le ministre kirghize des affaires étrangères, le ministre kirghize de la défense, le ministre chinois de la défense et le président de la région autonome du Xinjiang) ont d’ailleurs assisté à la cérémonie d’ouverture de cette nouvelle infrastructure1506. Pour donner un ordre de grandeur quant à son importance économique, on retiendra qu’en 2002, 8 071 passagers et 7 066 véhicules ont emprunté ce poste de transit alors que 76 000 tonnes de marchandises ont été importées ou exportées à travers lui1507. De son côté, le point de passage de Torugart a vu transiter la même année 26 000 passagers, 12 200 véhicules et 142 000 tonnes de marchandises1508.

  • 1509 « Prime Minister says visit to China was successful », Bishkek Kyrgyz Radio First Program Network d (...)

254Quelques mois plus tard, en septembre 1997, à l’invitation du gouvernement chinois, le premier ministre kirghize effectue à la tête d’une délégation comprenant des hauts responsables des ministères kirghizes de l’industrie, du commerce, des communications, de l’énergie et d’autres départements, une visite de travail au Xinjiang. A l’occasion de ce déplacement, cette délégation prend part à la 6e édition de la foire d’Urumqi. Elle visite la zone de développement économique et technologique d’Urumqi mais aussi la ville de Korla et d’autres villes de la région autonome. Elle aura des entretiens avec les représentants de la région autonome du Xinjiang concernant les possibilités de collaboration dans les secteurs du pétrole et du gaz mais aussi de l’or, de l’étain et de l’antimoine -un corps simple entrant dans la composition de nombreux alliages et de différentes préparations pharmaceutiques dont la République kirghize est bien fournie1509.

  • 1510 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 284.

255Malgré les avancées de l’année 1997 dans le domaine des transports, les échanges sino-kirghizes stagnent, atteignant à peine 106 millions de dollars soit une croissance de 1 % par rapport à 1996. Ces résultats décevants n’empêchent néanmoins pas les contacts bilatéraux de se poursuivre. En février 1998, le ministre des affaires étrangères de la République kirghize effectue à la tête d’une délégation gouvernementale kirghize un nouveau déplacement à Pékin. Il y rencontre Li Peng, Qian Qichen et aussi Wu Yi, le ministre du commerce et de la coopération économique. Des entretiens bilatéraux réuniront des représentants chinois et kirghizes des départements en charge des transports, des postes et télécommunications, du secteur métallurgique et enfin de l’agriculture et de l’irrigation1510. Outre Pékin, la délégation kirghize se rendra également dans la région autonome du Xinjiang.

  • 1511 « PRC, Uzbekistán, Kyrghyzstan sign transportation agreement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-C (...)

256Dans le domaine des transports, un nouveau développement est enregistré au début de l’aimée 1998. Les consultations organisées depuis 1996 entre les représentants chinois, kirghize et ouzbèque aboutissent en effet à la signature à Tachkent le 19 février 1998 d’un accord tripartite sur le transport routier international. Les trois parties décident d’ouvrir par priorité au trafic routier pour le transit des marchandises l’axe Kachgar-Irkeshtam-Och-Andijan-Tachkent. Au terme de cet accord, la mise en service de cet axe entre les trois pays doit débuter au mois d’octobre 19981511. Mais malgré l’intérêt évident de cet axe routier qui pourrait favoriser l’intégration commerciale régionale, son ouverture sera en fait repoussée jusqu’en 2001.

257En avril 1998 se tient à Bichkek la troisième réunion du Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale. La principale décision de cette rencontre est la fondation au sein du Comité intergouvernemental sino-kirghize du groupe de coordination économique entre la République kirghize et la région autonome du Xinjiang dont la première réunion est organisée à Bichkek en septembre 1998. Outre l’établissement de ce groupe de coordination, un nouvel accord de coopération économique bilatéral sino-kirghize ainsi qu’un accord-cadre sur l’octroi par Pékin d’un prêt à intérêt réduit d’un montant de 100 millions de yuans -soit environ 12 millions de dollars- à Bichkek sont également discutés à l’occasion de cette troisième réunion du Comité. On remarquera que ce prêt chinois à son voisin kirghize n’est pas exceptionnel. Le Turkménistan s’est vu octroier des facilités de crédit pour une somme équivalente en août 1998. Pékin ne fait donc pas preuve à l’égard de Bi-chkek d’un effort particulier dans ce domaine.

  • 1512 « Itar-Tass previews Kyrgyz President’s visit to China », Itar-Tass dans FBIS-SOV-98-116, April 26, (...)

258A la suite de cette réunion, le président Akaev effectue une nouvelle visite en Chine. Selon les déclarations du porte-parole du président kirghize, ce déplacement vise à faire passer l’accent principal des relations bilatérales sino-kirghizes du domaine politique au domaine économique et commercial1512. La signature d’une série de documents est prévue à cette occasion. Il s’agit notamment d’un accord intergouvernemental sur la coopération économique et commerciale et d’un accord sur l’octroi d’un prêt de la Chine destiné à financer la construction de cinq unités de fabrication de papier. Les deux parties doivent également s’entretenir de la possibilité de l’octroi par Pékin d’un prêt pour l’achat de marchandises d’une valeur de 5 millions de yuans. Des entretiens touchant aux domaines de l’hydroélectricité, de l’agriculture, des transports et enfin de la production et de la commercialisation de l’antimoine sont prévus. Le président Akaev doit également se rendre à l’occasion de son déplacement dans plusieurs villes portuaires de la côte chinoise afin d’y nouer des contacts personnels au niveau régional. Il s’agit d’essayer d’étendre les relations économiques bilatérales au-delà des liens déjà existants entre le Xinjiang à la République kirghize pour les porter à un niveau supérieur. Les autorités de Bichkek constatent en effet que les relations économiques sino-kirghizes restent en-deçà de leurs potentialités réelles.

  • 1513 « ’Text’ of Sino-Kyrgyz Joint Statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-98-119, April 29, (...)

259Lors de son séjour à Pékin, le président Akaev rencontre Li Peng, Jiang Zemin et Zhu Rongji devenu premier ministre. Il a des entretiens avec ce dernier concernant les relations économiques et commerciales bilatérales puis le président kirghize se rend au Shandong dans les villes portuaires de Yantai et Weihai, ouvertes depuis 1984 et fers de lance de la politique d’ouverture économique de la Chine. A l’issue de ces différentes rencontres, outre un accord de coopération économique et commerciale et l’accord-cadre sur l’octroi d’un prêt préférentiel de la Chine à la République kirghize, les deux parties signent une nouvelle déclaration conjointe portant sur le développement et l’approfondissement de la coopération amicale1513. Ce document contient une nouvelle fois un certain nombre de dispositions touchant au domaine économique. Certaines d’entre elles apparaissaient déjà dans la déclaration de 1996, ce qui montre que la coopération économique entre les deux parties n’a pas produit les résultats escomptés.

  • 1514 Voir Asian Development Bank. Second Workshop on Economic Cooperation in Central Asia : Challenges a (...)

260Dans ce nouveau document, Pékin et Bichkek déclarent qu’ils devraient rechercher un équilibre approximatif dans leurs importations et exportations afin d’assurer un développement de leurs relations commerciales mutuellement bénéfiques. Depuis 1996, la République kirghize connaît en effet un déséquilibre croissant dans ses échanges avec la Chine. Cette disposition nous montre que Bichkek s’inquiète de cette tendance et souhaiterait rééquilibrer ses échanges avec son voisin chinois. Pour atteindre cet objectif, les parties répètent qu’elles entendent tirer profit de leur proximité géographique et de la complémentarité de leur économie et ajoutent qu’elles encouragent leurs entreprises à établir des contacts directs, à augmenter leurs investissements sur le territoire de l’autre partie et à mettre en place diverses formes de coopération économique. Une nouvelle fois, elles s’accordent aussi pour renforcer le rôle du Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale en coordonnant leur coopération économique et commerciale et en développant des liens efficaces entre leurs organes bancaires, d’assurance et d’arbitrage afin de résoudre rapidement les problèmes pouvant naître dans cette coopération. Elles s’entendent également pour accorder la priorité au développement d’une coopération mutuellement bénéfique dans les domaines des ressources énergétiques, de l’exploitation minière, des métaux non ferreux, de l’industrie légère, des textiles, de l’électro-ménager et de l’agriculture. Pékin et Bichkek déclarent également qu’ils étudieront la possibilité d’approvisionner le Xinjiang en électricité kirghize. Il s’agit d’une possibilité évoquée très vite après l’indépendance de la République kirghize mais qui tarde à se concrétiser à grande échelle. La possibilité d’approvisionner un pays tiers par l’intermédiaire du territoire de la République populaire est également évoquée. On pense principalement au Pakistan ou à l’Inde. Des experts auprès de la Banque asiatique de développement ont ainsi envisagé la possibilité de construire des lignes de transmission d’électricité depuis le territoire kirghize en direction de l’Inde ou du Pakistan via le Xinjiang. Ce projet nécessite cependant la mise en place de deux nouvelles centrales hydroélectriques dans la région kirghize du fleuve Naryn ainsi que la construction d’une centrale électrique au Xinjiang dans la région de Kachgar afin d’assurer la continuité de l’approvisionnement électrique1514. Ce domaine de coopération est particulièrement important pour la République kirghize dont les potentialités dans le domaine hydroélectrique sont sous-exploitées.

261Les deux parties entendent par ailleurs encourager également la coopération dans le domaine de l’exploitation et de la commercialisation de l’antimoine. Selon la déclaration, les départements compétents des deux pays devraient avoir des entretiens à cet égard. Les deux parties reconnaissent également que de grandes perspectives pour la coopération bilatérale existent dans les domaines des textiles, de l’industrie légère et de l’industrie de transformation. Les entreprises spécialisées dans ces domaines sont officiellement encouragées à investir dans l’autre pays. Pékin et Bichkek soutiennent également que la coopération économique bilatérale peut être diversifiée, et prendre des formes variées comme le crédit-bail en matière d’équipements, de recherche commune et de renouvellement d’équipements, le transferts de technologie et la pénétration conjointe de marchés situés dans un État tiers. Dans le domaine des infrastructures, les deux parties conviennent une nouvelle fois d’améliorer et de développer les liens routiers, ferroviaires et aériens entre les deux nations et de mettre complètement en œuvre les accords de coopération déjà conclus dans ces secteurs. Cette dernière partie de phrase montre que la coopération mise en œuvre jusque-là dans le domaine des transports est également jugée insuffisante. Pour répondre à ce problème, une nouvelle ligne aérienne directe entre Pékin et Bichkek sera officiellement ouverte dès le 16 mai 1998. Avant sa mise en œuvre, pour se rendre à Pékin depuis Bichkek, il fallait transiter par Moscou. L’établissement de cette liaison directe Pékin-Bichkek constitue ainsi non seulement un symbole de la diversification des partenariats commerciaux de la République kirghize mais aussi de la croissance de l’influence de la Chine sur ce pays.

  • 1515 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 285

262Toujours dans le domaine des transports, la déclaration d’avril stipule également que les deux parties pensent qu’il est très important de construire une ligne ferroviaire entre la Chine, la République kirghize et l’Ouzbékistan. Cette disposition, si elle reconnaît certes la portée de cette ligne de chemin de fer, ne comporte cependant aucun engagement quant à l’étude de faisabilité ou à la mise en place de cette infrastructure. Des négociations sont en fait en cours entre les parties. Dans une lettre remise le 8 octobre 1998 suivant au ministère chinois des affaires étrangères par l’ambassadeur de la République kirghize en Chine, le ministre kirghize des affaires étrangères demandera à Pékin de soutenir la position kirghize et de privilégier la route nord Kachgar/Torugart/Jalal-Abad1515. Les discussions se poursuivront cependant entre les trois parties jusqu’en juin 2001. A cette date, la position kirghize l’emporte finalement sans pour autant que les travaux ne débutent sur le terrain.

263Outre la question de cette voie ferrée transnationale, dans la déclaration d’avril 1998, Pékin et Bichkek conviennent de manière plus précise de mener des efforts communs pour étendre la capacité de transport des ports frontaliers de transit. Les deux parties s’entendent pour améliorer rapidement les infrastructures et l’utilisation du port frontalier de Torugart en tenant compte des dispositions de l’accord sino-kirghize relatif aux ports frontaliers. Une fois encore, cette disposition révèle que la coopération bilatérale sino-kirghize dans ce domaine n’est pas jugée optimale.

  • 1516 Dans le cas de la préfecture de Kizilsu, les contacts bilatéraux établis à ce moment aboutiront par (...)
  • 1517 « Xinjiang-Kyrgyzstan working group meets », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-287, October 14, 1998.

264Pour mettre en œuvre cette déclaration d’avril 1998, les rencontres bilatérales entre représentants de divers ministères et entreprises nationales des deux pays vont à nouveau se succéder. Une délégation officielle chinoise dirigée par le directeur général de la Chinese National Electric Power Corporation se rend ainsi en juin 1998 en République kirghize afin de discuter avec le ministre kirghize compétent des possibilités de transmission d’électricité en direction du territoire chinois. La région autonome du Xinjiang organise pour sa part une foire économique et commerciale à Bichkek. En outre, la première réunion du groupe de coordination entre le Xinjiang et la République kirghize du comité intergouvernemental mixte sino-kirghize sur l’économie et le commerce se tient également à Bichkek en septembre 1998. La délégation chinoise, présidée par Yusufu Hashimu, le secrétaire général du gouvernement de la région autonome du Xinjiang comprenait non seulement des membres de divers départements de l’administration de la région autonome, mais aussi des représentants du Corps de production et de construction du Xinjiang, le plus important entrepreneur de la région autonome, ainsi que des préfectures de Kachgar et de Kizilsu, frontalières de la République kirghize et du Tadjikistan1516. La délégation kirghize était pour sa part présidée par le ministre de l’industrie et du commerce. Deux documents seront signés à l’issue de cette première rencontre1517.

  • 1518 « Kyrgyzstan President on PRC’s Regional Role », Xinhua dans FBIS-CHI-98-182, July 1, 1998.
  • 1519 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 286
  • 1520 « Pakistan, PRC, Kazakhstan, Kyrgyzstan sign trade accord », Xinhua dans dans FBIS-CHI-98-328, Nove (...)

265Toujours en septembre 1998, alors que les travaux de réhabilitation de la route Kachgar/Och progressent selon le président Akaev1518, à l’imitation du gouvernement chinois, le ministre kirghize des communications se rend à Urumqi pour participer aux discussions sur les modalités de mise en œuvre de l’accord de transport routier conclu par les gouvernements chinois, kirghize et ouzbèque et pour signer l’accord de mise en application de ses modalités1519. Après ces entretiens, il ira également à Pékin pour une visite de travail. Toujours dans le domaine des transports, en novembre 1998 est signée à Islamabad une convention quadripartite (Chine, Pakistan, Kazakhstan, République kirghize) sur le trafic en transit1520. Ce document devait entrer en vigeur au 1er mai 1999. En dépit des perspectives intéressantes de cet accord pour l’essor des échanges régionaux et le désenclavement des productions kazakhes et kirghizes, il va cependant rester lettre-morte.

  • 1521 « Xinjiang-Kyrgyzstan working group meets », op. cit.

266Malgré les bons résultats de l’année 1998, puisque le commerce bilatéral entre la Chine et la République kirghize a atteint 198 millions de dollars soit un accroissement de plus de 85 % par rapport à l’année précédente, l’extension des liens économiques sino-kirghizes à d’autres provinces et régions chinoises que la région autonome du Xinjiang, conformément aux vœux plusieurs fois exprimés par la partie kirghize et soutenue par Pékin, se matérialise difficilement. Selon un article du Quotidien du Xinjiang (Xinjiang Ribao) du mois d’octobre 1998, les échanges commerciaux entre le Xinjiang et la République kirghize représentent toujours à ce moment 80 % du total du commerce entre la Chine et son voisin centre-asiatique1521.

  • 1522 « Kyrgyz Foreign Minister in China », RFE/RL Newsline, May 26, 1999.
  • 1523 « Vice Premier Qian Qichen meets Kirghiztan’s counterpart », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0608, June 8 (...)

267Les deux pays continuent à échanger des délégations gouvernementales. En mai 1999, le ministre kirghize des affaires étrangères effectue ainsi une visite de travail à Pékin. Il y rencontre le vice-ministre chinois du commerce extérieur et de la coopération économique. A l’occasion de ce déplacement, il déclare à la presse que la Chine va devenir le principal partenaire économique de la République kirghize au xxie siècle, ce qui montre toute l’importance que Bichkek accorde désormais à ses relations économiques bilatérales avec Pékin1522. Ce nouveau déplacement d’un haut responsable gouvernemental kirghize en Chine est suivi d’une tournée entreprise par le vice-premier ministre chinois, Qian Qichen, accompagné du vice-ministre des affaires étrangères et du ministre assistant au commerce extérieur et à la coopération économique dans quatre des républiques d’Asie centrale dont la République kirghize en juin 1999. Cette délégation rencontre divers hauts responsables politiques kirghizes et s’entretient des relations économiques bilatérales avec le premier ministre kirghize. Ce dernier lui fait une nouvelle fois part de l’espoir de la partie kirghize de voir renforcer les infrastructures de transports reliant les deux pays. Lors du sommet du « Groupe de Shanghai » organisé à Bichkek en août suivant, le président Akaev reviendra d’ailleurs une nouvelle fois sur cette question en exposant dans le cadre de son idée de « diplomatie des routes de la soie », la nécessité d’un renforcement du réseau ferroviaire euro-asiatique afin de promouvoir les échanges entre les membres de ce forum régional. La question de la faiblesse chronique des investissements chinois en République kirghize semble également avoir été abordée entre les parties puisque Qian Qichen rappelle que son gouvernement encourage les investissements des entrepreneurs chinois dans le pays1523. A l’occasion de cette visite de juin 1999, un échange de notes concernant l’attribution par la Chine d’une aide gratuite à la République kirghize est signé, c’est apparemment le seul résultat concret de ce déplacement.

268Ce dernier est suivi à la fin décembre 1999 de la quatrième réunion du Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale qui se tient cette fois à Pékin. L’action de ce Comité conjoint à travers les quatre réunions qui se sont tenues depuis sa création n’est pas négligeable. Il a en effet permis aux deux parties de traiter de problèmes et de projets concrets relatifs à l’amélioration des liens économiques bilatéraux et des conditions nécessaires à leur essor. La conclusion d’un accord destiné à éviter la double imposition entre les deux pays y a ainsi été discutée à partir de 1998. Dans ce domaine cependant, contrairement à celui de l’encouragement et à la protection des investissements, les négociations traînent. A la mi-2000, aucun accord de ce type n’avait encore été conclu entre les deux pays alors que Bichkek est lié par ce type de convention avec le Canada depuis 1998 et avec la Fédération de Russie, la Turquie et l’Inde depuis 1999. La possibilité d’exporter de l’électricité kirghize à destination du Xinjiang a également à nouveau fait l’objet d’échanges de vue au sein de ce Comité. Une délégation de la société nationale kirghize d’électricité « Kyrgyzenergo » s’est d’ailleurs rendue en décembre 1998 à Urumqi pour négocier avec les autorités de la région autonome la question des tarifs et des volumes d’électricité que cette dernière pourrait éventuellement importer. Un protocole a été signé entre les parties selon lequel ces dernières conduiront des négociations sur les volumes d’approvisionnement et le prix du kW/heure de l’électricité exportée. Aucun consensus n’a cependant été atteint si bien qu’une véritable coopération entre la Chine et la République kirghize dans le secteur de l’électricité ne s’est pas développée malgré l’intérêt particulier que Bichkek attache à cette question étant donné son potentiel en matière d’hydroélectricité.

  • 1524 ELNINA, Viada, « Kyrgyzstan eliminates administrative barriers to attract investments », The Times (...)
  • 1525 « August 12, 2002. A New Route Osh-China through ’Irkeshtam’ Checkpoint Started », Sapra, (http://w (...)
  • 1526 ABD, « Country Strategy and Program 2004-2006, Kyrgyz Republic », October 2003, p. 24. La Banque as (...)

269Outre ces éventuelles exportations d’électricité kirghize à destination du Xinjiang, les transports ont aussi fait l’objet de discussions au sein du Comité. L’ouverture d’un axe Yining/Guldja-Khorgos-Bichkek pour le transport de marchandises et de personnes y a ainsi été abordée. Aucune solution n’a cependant pu être trouvée en raison du refus du Kazakhstan d’autoriser le transit de véhicules à moteur à travers son territoire. Outre la possibilité de mise en place de cet axe entre Yining et Bichkek, les liaisons Kachgar / Och et Artush/Ar-tux(Xinjiang)/Och pour le transport de passagers et de marchandises vers le sud de la République kirghize et éventuellement l’Ouzbékistan via le port frontalier d’Irkeshtam ont également été discutées à l’initiative semble-t-il de la partie kirghize. Après avoir été post-posées, ces liaisons se sont finalement matérialisées en août 2002. Il existe désormais des lignes régulières de bus reliant dans les deux sens Kachgar et Artush à Och1524, particulièrement utilisées semble-til par les hommes d’affaires venus de Chine1525. On retiendra cependant que la portion de route située en territoire kirghize et reliant Irkeshtam à Och via Sary-Tash est en mauvais état et nécessite des travaux de reconstruction et de réparation si l’on veut réellement accroître les flux entre le Xinjiang et le sud de la République kirghize et aussi l’Ouzbékistan. Concernant cette question, jusqu’en 2001, en l’état de nos informations, il ne semble pas que les autorités chinoises aient proposé d’aider à la réalisation ou de financer d’une quelconque manière les travaux sur cette route pourtant essentielle au commerce bilatéral. En 2003 cependant, Pékin a laissé entendre qu’elle envisageait de cofinancer la réalisation de ces travaux en s’associant à la Banque asiatique de développement dans le cadre du programme d’assistance de cette institution à la République kirghize pour la période 2004-20061526. Cette proposition constitue une évolution intéressante de la politique chinoise. Alors que Pékin s’est exclusivement concentré jusque-là sur l’amélioration de ses propres infrastructures, pour la première fois, elle pourrait s’engager au-delà de ses frontières. Cette prise de position pourrait être un signe d’une volonté nouvelle de s’engager plus activement sur la scène centre-asiatique.

  • 1527 II s’agissait de le faire passer du statut de port de 2eme catégorie dans la nomenclature administr (...)
  • 1528 Pendant des négociations qui se sont déroulées à Urumqi en mai 1999, les deux parties ont convenu q (...)
  • 1529 Ministry of External Trade and Industry, « Intergovernmental Kyrgyz-Chinese Commission on Trade and (...)

270Outre l’ouverture de cet axe Xinjiang-Och, d’autres questions comme le changement de statut du port frontalier de Torugart1527, l’accroissement du régime de travail du port transfrontalier d’Irkeshtam (la partie kirghize souhaitait accroître la période d’ouverture de ce port et passer d’une ouverture les 10 derniers jours de chaque mois à 20 jours d’ouverture par mois), la question de l’embarquement dans les bus kirghizes partant de Kachgar et d’Artush/Artux, le problème de la parité du mouvement des véhicules à moteur1528, la possibilité d’ouverture de bureau de représentation de l’inspection des douanes kirghizes à Urumqi et de points de contrôle douanier à Artush/Artux, les problèmes rencontrés dans le domaine de la standardisation des documents administratifs pour les marchandises, la mise en place d’un centre commercial pour les produits chinois dans la région de Och, ainsi que le projet de construction d’une usine à papier financée par la Chine dans la ville de Chui-Tokmok ont également été examinés au sein de ce Comité1529.

  • 1530 Passage of 2d Euro-Asia continental bridge to open ’soon’ », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1229, Decemb (...)
  • 1531 « China to build we st into 2d ’Golden Belt’ for opening up », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0306, Marc (...)
  • 1532 « PRC Minister on West China Railroad building plans », Xinhua Domestice Service dans FBIS-CHI-2000 (...)

271Sur le plan des échanges bilatéraux sino-kirghizes, le bilan de l’année 1999 est moins bon que l’année précédente, en raison surtout de la situation économique du pays liée à la crise russe de l’été 1998. Le volume total d’échanges est officiellement repassé à 135 millions de dollars soit une chute de 31,9 % par rapport à 1998. Les exportations chinoises ont atteint 103 millions de dollars et ses importations 32 millions de dollars aussi pour la quatrième année consécutive (depuis 1996), Bichkek connaît-elle un déficit commercial important dans ses relations avec Pékin et ce malgré la volonté affichée d’équilibrer les échanges bilatéraux. Une avancée significative pour l’avenir des échanges bilatéraux a néanmoins été réalisée en décembre 1999 avec l’inauguration de la seconde section de la ligne ferroviaire du Sud-Xinjiang (Nanjiang) reliant désormais le bassin de Turfân à Kachgar. Cette infrastructure ferroviaire a en effet relancé les espoirs kirghizes de mise en place d’un « second pont continental ferroviaire euro-asiatique » à travers son territoire en direction de l’Ouzbékistan. Elle laisse entrevoir pour l’avenir la possibilité d’un renforcement des échanges sur le plan régional et d’une augmentation du transit de marchandises entre la Chine et l’Asie centrale et au-delà peut-être, vers le Moyen-Orient et l’Europe1530. Sur le plan régional, on notera cependant que la dégradation des relations bilatérales auxquelles on a assisté au cours de l’année 1999 entre la République kirghize et l’Ouzbékistan est venue modérer ces perspectives optimistes. Néanmoins, dans le cadre du lancement du projet de développement des régions occidentales de la Chine, le ministère des chemins de fer chinois a annoncé en mars 2000 que dans les 15 prochaines années, il comptait investir environ 100 milliards de yuans pour le renforcement du réseau ferroviaire de cette zone. Dans le domaine particulier des transports internationaux, la priorité a officiellement été donnée à la construction de la voie ferrée Chine-République kirghize-Ouzbékistan ainsi qu’aux lignes pan-asiatiques1531. Selon le ministre chinois des chemins de fer, la construction de la voie ferrée entre la Chine, la République kirghize et l’Ouzbékistan était prévue au cours du Xe plan quinquennal couvrant la période 2001-20051532, ce qui ouvrait bien entendu des perspectives de désenclavement importantes pour les marchandises kirghizes à destination de son voisin ou des marchandises chinoises à destination de la République centre-asiatique. Nous avons vu que cette possibilité ne s’est malheureusement pas matérialisée.

  • 1533 « PRC’s Xinjiang to speed construction of basic facilities », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0505, May 5 (...)
  • 1534 « Chinese delegation visits Kyrgyzstan », RFE/RL Newsline, April 25, 2000.

272Dans le domaine des transports, l’amélioration du réseau routier du Xinjiang entre également dans le cadre du programme de développement des régions occidentales de la Chine. Les autorités du Xinjiang prévoient d’investir environ 23 milliards de yuans dans ce secteur au cours du Xe plan quinquennal1533. Cette amélioration du réseau routier du Xinjiang pourrait avoir pour conséquence de faciliter les flux entre la Chine et ses voisins frontaliers d’Asie centrale dont la République kirghize. Sur le plan des contacts bilatéraux, en mars 2000, Pékin et Bichkek ont signé un accord sur l’entrée de la Chine à l’OMC. Cette entrée du voisin chinois à l’OMC, organisation dont la République kirghize est également membre depuis décembre 1998, permettait d’envisager un accroissement du commerce bilatéral en raison de la baisse des barrières tarifaires et d’une protection accrûe contre les barrières non-tarifaires qui accompagnent l’adhésion à cette organisation. Par ailleurs, en avril 2000, une délégation chinoise dirigée par le vice-ministre du commerce et de la coopération économique s’est rendue en République kirghize pour s’entretenir des relations commerciales bilatérales avec le ministre kirghize de l’industrie et du commerce ainsi qu’avec le ministre des affaires étrangères. En marge de ces rencontres s’est tenu une réunion regroupant des entrepreneurs des deux pays. Au cours des échanges de vue : Pékin exprime par l’intermédiaire de son vice-ministre son intention d’allouer à Bichkek une aide financière régulière de 5 millions de yuans (environ 600 000 dollars) pour l’aider à mettre en œuvre ses réformes économiques1534. A la suite de cette déclaration, des discussions se tiennent en mai avec des représentants du ministère chinois de la défense et en juin, c’est une somme de 10 millions de yuans que Pékin décide finalement d’allouer à la République kirghize. Cette assistance « économique » chinoise est cependant essentiellement politique puisque les crédits alloués par Pékin servent à affermir la présence des autorités kirghizes dans une région troublée à l’occasion des opérations menées par les combattants infiltrés du mouvement islamique d’Ouzbékistan à l’été 1999 et à renforcer ses capacités militaires.

  • 1535 Chiffres Lonnes dans Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, The Editorial Board o (...)

273Sur le plan des échanges économiques bilatéraux, le bilan de l’année 2000 est meilleur que celui de l’année précédente sans encore atteindre les résultats record de 1995. Le commerce bilatéral a néanmoins atteint 177,61 millions de dollars soit un accroissement de 31,7 % par rapport à l’année précédente. Pékin a exporté 110,17 millions de dollars à destination de son voisin kirghize et importé pour 67,44 millions de dollars de productions originaires de ce pays. La Chine représente ainsi en 2000, 16,8 % du total des échanges de la République kirghize avec le monde extérieur. Une fois encore, Bichkek enregistre un déficit important dans ses relations commerciales bilatérales avec son voisin chinois malgré la volonté d’équilibre affichée dans la déclaration de 1998. Officiellement, le total du commerce entre le Xinjiang et la République kirghize a atteint 171,36 millions de dollars (104,37 millions de dollars d’exportations et 66,99 millions d’importations1535), c’est-à-dire la quasi-totalité du commerce sino-kirghize. Une fois encore, le souhait de voir les relations économiques bilatérales sino-kirghizes s’étendre au-delà des liens existants avec la seule région du Xinjiang ne s’est pas matérialisé. La région autonome chinoise demeure le partenaire chinois principal et quasi-exclusif de la République kirghize.

  • 1536 Yearbook of China’s foreign economic relations and trade 2001, Beijing, China Foreign Economic Rela (...)
  • 1537 Yearbook of China's foreign economic relations and trade 2002, Beijing, China Foreign Economic Rela (...)

274Au début de l’année 2001, se tient à Bichkek la cinquième réunion du Comité intergouvernemental sino-kirghize sur la coopération économique et commerciale. En juin, se réunit pour la seconde fois le groupe de travail conjoint chargé d’examiner la question du chemin de fer Chine, République kirghize, Ouzbékistan. C’est à l’occasion de cette réunion que l’option kirghize est retenue. Dans le cadre de cette rencontre, le premier ministre Zhu Rongji s’entretient avec les principaux membres des délégations kirghizes et ouzbèque. En août 2001, avant sa visite à Almaty, Li Dachang, le vice-gouverneur de la province du Sichuan se rend à la tête d’une délégation en République kirghize afin d’y nouer des contacts personnels avec les autorités de ce pays. Comme dans le cas du Kazakhstan, cette visite illustre les nouvelles possibilités qui s’ouvrent aux relations économiques sino-kirghizes du fait du lancement du programme de développement des régions occidentales de la Chine. A la suite de cette visite, en août 2001, une délégation kirghize dirigée par le président de l’Assemblée des représentants de la République kirghize se rend en Chine. Elle y rencontre Li Peng, Qian Qichen, Tang Jiaxuan et aussi le ministre des chemins de fer chinois. Malgré la poursuite des rencontres bilatérales à haut niveau, le bilan de l’année 2001 sera finalement décevant. Le commerce bilatéral a baissé de 33,1 % pour atteindre 118,16 millions de dollars soit un total d’exportations chinoises à destination de la République kirghize atteignant 76,64 millions de dollars et un volume total d’importations de 42,22 millions de dollars. Malgré cette baisse du volume d’échanges, Pékin représente en 2001 plus de 12 % du commerce extérieur de la République kirghize. Cette dernière connaît une nouvelle fois un déficit dans ses relations avec la Chine. On notera cependant que si la région autonome du Xinjiang continue à être la destination quasi-exclusive des exportations kirghizes soit officiellement 44,10 millions de dollars représentant 3,81 % du total des importations de la région autonome en 20011536, les exportations chinoises en direction de la République kirghize semblent à ce moment au contraire s’être diversifiées et ne plus provenir quasi-exclusivement de la seule région du Xinjiang. Contrairement aux années précédentes, la République kirghize n’apparaît pas en 2001 parmi les plus importants marchés d’exportations du Xinjiang dans le Yearbook of China’s foreign economic relations and trade. Il fallait toutefois attendre pour voir si cette tendance allait se confirmer, ce qui signifierait que le commerce sino-kirghize commence à dépasser le simple cadre régional du Xinjiang (peut-être en raison de la politique de développement des régions occidentales de la Chine), pour entrer dans une nouvelle phase de développement. En 2002 toutefois, cette tendance ne s’est pas confirmée. Cette année, la République kirghize est la seconde destination pour les exportations du Xinjiang avec un total de 99,50 millions de dollars soit 7,60 % des exportations totales de la région autonome et la troisième destination pour ses importations avec 54,37 millions de dollars soit 3,93 % de ses importations totales1537. Au total, les échanges avec la région autonome du Xinjiang ont représenté 77,55 % du total des échanges sino-kirghizes en 2002 soit 201 millions de dollars. Comme dans le cas du Kazakhstan, dix ans après l’indépendance de la République kirghize, les échanges « sino-kirghizes » sont donc essentiellement constitués par les échanges régionaux avec le Xinjiang. En ce qui concerne l’estimation de l’importance prise par la Chine dans le commerce extérieur de la République kirghize, comme dans le cas du Kazakhstan, on doit d’abord se souvenir que les chiffres publiés par les douanes chinoises ne correspondent pas à ceux fournis par les autorités kirghizes. Le tableau 1. ci-dessous reprend les chiffres officiels du commerce sino-kirghize tel que publié par la République kirghize et repris par le FMI dans l’entrée « Kyrgyz Republic » du Direction of Trade Statistics Yearbook.

275

  • 1538 Chiffres tires de « Kyrgyz Republic » dans IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, Washington, (...)

1. Les échanges entre la République kirghize et la Chine 1992-2002 selon le FMI1538

1. Les échanges entre la République kirghize et la Chine 1992-2002 selon le FMI1538
  • 1539 Chiffres tires de « China, PR Mainland » dans IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, op. cit. (...)

276Ces chiffres diffèrent très sensiblement des ceux publiés par les douanes chinoises et également repris par le FMI dans l’entrée « China, PR Mainland » du Direction of Trade Statistics Yearbook. Le tableau 2 nous donne la synthèse1539.

  • 1540 Chinese General Administration of Customs citée dans MFA People’s Republic of China, China and Kirg (...)

2. Les échanges sino-kirghizes 1992-2002 selon les douanes chinoises
(en millions de dollars)
1540)

2. Les échanges sino-kirghizes 1992-2002 selon les douanes chinoises(en millions de dollars)1540)
  • 1541 Chiffres tirés de IMF, Direction of Trade statistics, cités dans ELBORGH-WOYTEK, K. G, « Of Opennes (...)

Note 15411541

  • 1542 Les différences entre les chiffres chinois et kirghizes sont particulièrement marquées dans le doma (...)
  • 1543 BLAXALL, M. O., « Economic and political implications of China’s growing economic power on Central (...)
  • 1544 CIA, World Factbook 2003 (http://wwxo.cia.gov/cia/publications/factbook)

277Le Direction of Trade Statistics Yearbook ne tranche pas la question de savoir quels sont les chiffres les plus proches de la réalité de terrain et se contente de rapporter ces chiffres contradictoires. Nous avons vu plus haut que les causes de ces divergences dans les données statistiques peuvent être nombreuses mais une fois encore, il semble que ce problème de différences dans les statistiques soit lié à l’existence d’un « commerce de valise » qui est également très développé entre la République kirghize et le Xinjiang. Comme dans le cas du commerce sino-kazakh, une partie importante de ce « commerce de valise » échappe aux statistiques officielles kirghizes1542 sans qu’il soit cependant possible d’en estimer très exactement le volume. M. Blaxall considère pour sa part sans plus de précision qu’à la fin des années 90, le « commerce de valise » entre la Chine d’une part et le Kazakhstan et la République kirghize d’autre part, a pu atteindre environ 1 milliards de dollars1543. Malgré l’incertitude quant au volume réel de ce type de commerce, on peut penser que comme dans le cas du commerce sino-kazakh, les statistiques chinoises donnent une idée plus exacte de la réalité des flux entre la Chine et son voisin kirghize. Il convient toutefois de garder à l’esprit que ces chiffres ne doivent pas être considérés comme absolus. A les considérer simplement, on peut néanmoins constater la progression tout-à-fait significative du volume d’échange sino-kirghize entre 1992 et 2002 puisque officiellement ce dernier a été multiplié par cinq entre ces deux dates, une proportion semblable à celle qu’a connue le commerce sino-kazakh. Bien entendu, le volume des échanges sino-kirghizes ne peut être comparé à celui des flux entre la Chine et le Kazakhstan dont ils ne représentent qu’une fraction. La taille de l’économie kirghize est en effet beaucoup moins importante que celle de son voisin kazakh (en 2002, le PIB kirghize atteindrait ainsi 13,88 milliards de dollars en PPA contre 120 milliards de dollars en PPA pour le PIB du Kazakhstan1544). Toutefois, en 2002, la République kirghize est néanmoins le quatrième partenaire économique en importance de Pékin dans l’espace CEI, cependant loin derrière la Russie et le Kazakhstan. Si on examine les échanges bilatéraux sino-kirghizes, on doit constater qu’ils ont connu des fluctuations parfois très importantes d’une année à l’autre comme nous le montre le tableau 3 ci-dessous. Le commerce bilatéral entre les deux pays semble beaucoup plus volatil que les échanges sino-kazakhs dont la progression a été quasi constante depuis 1992. En outre, si on se réfère aux chiffres publiés par les douanes chinoises, contrairement au Kazakhstan, la République kirghize connaît un déficit chronique dans ses relations économiques avec Pékin depuis 1996.

3. Fluctuations du volume du commerce sino-kirghize 1992-2002

3. Fluctuations du volume du commerce sino-kirghize 1992-2002

278En ce qui concerne les produits échangés entre les deux pays, la République kirghize fournit principalement des matières premières à la Chine alors que Pékin exporte des produits de consommation courante destinés à alimenter les marchés kirghizes ou à être réexportés, mais aussi des machines et des matières premières pour les entreprises installées en République kirghize -notamment certaines sociétés sino-kirghizes à capital mixte installées dans la zone économique de Naryn- qui ne trouvent pas à s’approvisionner sur le marché local kirghize.

  • 1545 Vne_nââ torgovlâ Kyrgyzskoî Respubliki, Bichkek, 2002. Source communiquée par G. Raballand.

Commerce République kirghize-Chine par produit en 19991545

Commerce République kirghize-Chine par produit en 19991545
  • 1546 Voir SELM, B. van, cite dans LOUGHLIN, P. H., PANNELL, C. W., « Growing Economic Links and Regional (...)

279Pour en venir à l’estimation du poids acquis par la Chine dans le commerce extérieur de la République kirghize, dans son livre publié en 1997, Bert van Selm avait estimé en appliquant une analyse économique basée sur le modèle de gravité que Pékin devrait capter environ 10 % du commerce de ce pays1546. Si l’on tient compte des chiffres rapportés par les douanes chinoises, on obtient des résultats tout-à-fait significatifs puisque dès 1992, cette prévision est dépassée et qu’elle s’est maintenue jusqu’à présent à l’exception des années 1996 et 1997. En 2002, les échanges avec la Chine auraient ainsi représenté plus de 18 % du commerce extérieur total de la République kirghize. Pékin, grâce à la politique d’ouverture du Xinjiang a donc réussi à capter une part substantielle des échanges kirghizes et à devenir un des principaux partenaires économiques de Bichkek.

280Si on s’en tient cependant aux chiffres publiés par le gouvernement kirghize et repris par le FMI, les performances de la Chine sur le terrain économique sont moins spectaculaires. Ainsi, en 2001, elle n’occupe que la 6eme place dans le domaine des exportations de la République kirghize derrière la Suisse, l’Allemagne, la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan et la 4eme place dans le domaine des importations derrière la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Les principaux partenaires commerciaux de la République kirghize demeurent ses voisins au sein de l’espace CEI, principalement la Russie, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan. En outre, si on s’appuie sur les statistiques kirghizes, l’Union européenne serait pour Bichkek un partenaire commercial plus important que la Chine. En effet, les exportations de la République kirghize à destination de l’Union européenne entre 1992 et 2002 s’élèvent à 907,22 millions de dollars contre 359,1 millions de dollars pour les exportations en direction de la Chine soit 2,5 fois plus en faveur du pôle européen. Pendant la même période, les importations en provenance de l’Union européenne auraient atteint 665,25 millions de dollars contre 339,01 millions de dollars en provenance de la Chine. Une fois encore, le pôle européen l’emporterait sur le pôle chinois. Malgré l’incertitude quant au poids précis de la Chine dans le commerce extérieur de la République kirghize en raison de l’incertitude pesant sur les données statistiques, on constate néanmoins qu’à la veille des événements de 2001, les relations économiques tissées entre Pékin et Bichkek, sont significatives. Même si elles sont contrebalancées par la présence d’autres acteurs régionaux ou extrarégionaux importants, les autorités kirghizes les considèrent en tout cas comme très importantes pour le développement du pays. L’influence de la République populaire sur son voisin centre-asiatique dans le domaine économique est incontestable même si elle n’est pas exclusive.

2.3. Le Tadjikistan : un partenaire économique à la traîne

  • 1547 « More on relations », Xinhua dans FBIS-CHI-92-003, January 6, 1992.
  • 1548 « Li Lanqing conveys greetings », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-92-003, January 6, 1992.

281Dès le début de ses relations avec le Tadjikistan, la République populaire a également mis l’accent sur les relations économiques. Comme dans le cas des autres républiques centre-asiatiques, la délégation chinoise venue signer le protocole d’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en janvier 1992 était dirigée par Li Lanqing, le ministre des relations économiques et du commerce de la RPC, et Tian Zengpei, le vice-ministre des affaires étrangères de la République. Au cours des rencontres qu’elle a eues avec les autorités tadjikes, la délégation chinoise a longuement discuté de cette question1547. Le 5 janvier 1992, Li Lanqing et son homologue tadjik signent un accord économique et de commerce. Le même jour, par un échange de notes, la République populaire et le Tadjikistan décident également d’établir des bureaux commerciaux dans chacun des deux pays1548. Les premières bases des relations commerciales entre le Tadjikistan indépendant et la Chine sont donc rapidement posées.

  • 1549 « Xinjiang government group visits Central Asia », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-104, May 29, 199 (...)
  • 1550 Voir « Tense Situation in Tajikistan », OMRI Daily Digest, n° 85, May 5, 1992 ; « State of Emergenc (...)

282Comme dans le cas du Kazakhstan, les autorités régionales du Xinjiang s’intéressent rapidement à cette autre république frontalière. Une délégation composée de représentants de différentes préfectures de la région autonome et dirigée par son vice-président devait ainsi se rendre à Douchanbé dans le cadre de sa tournée en Asie centrale en mai 1992. Il s’agissait de s’informer des potentialités du marché tadjik, des possibilités d’établir des coopérations bilatérales dans les domaines économique et technologique, mais aussi dans celui du commerce frontalier. La délégation avait également pour mission d’explorer les possibilités de création de sociétés à capital mixte entre le Tadjikistan et la région autonome du Xinjiang1549. Étant donné les manifestations qui ont secoué Douchanbé à partir de la fin du mois de mars 1992 pour culminer au cours du mois de mai, il n’est cependant pas certain que cette délégation a pu remplir sa mission1550. Le Waijiao Gailan, pourtant bien informé, n’en fait pas mention.

  • 1551 Zhongguo Waijiao Gailan 1992, op. cit., p. 250.
  • 1552 Idem, p. 250. Voir « ’Hundreds’ reported killed in fighting in Southern Tajikistan », OMRI Daily Di (...)

283Si la mission de mai a peut-être été annulée, par contre, en juillet 1992, une nouvelle délégation de la région autonome du Xinjiang s’est bien rendue dans la petite république montagnarde. Son président a invité les autorités tadjikes à participer à la foire commerciale qui allait se tenir pour la première fois à Urumqi en septembre 19921551. C’est ainsi qu’une délégation gouvernementale tadjike s’est effectivement rendue en septembre 1992 dans la capitale provinciale du Xinjiang pour participer à cet événement alors que la tension politique s’aggravait au Tadjikistan1552.

  • 1553 Voir BROWN, B., « La guerre civile au Tadjikistan » dans Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendan (...)
  • 1554 « Meets Yang Shangkun », Xinhua dans FBIS-CHI-93-043, March 8, 1993.
  • 1555 «Arrives in Shanghai », Shanghai People’s Radio Network dans FBIS-CHI-93-046, March 11, 1993.

284Malgré un début prometteur, étant donné la dégradation rapide de la situation politique intérieure tadjike où se déclenche la guerre civile -sa phase d’extrême violence se déroule entre la fin de l’année 1992 et janvier 19931553-, les relations sino-tadjikes dans le domaine économique vont être limitées. La guerre civile qui déchire la République centre-asiatique jusqu’en 1997 affecte gravement son économie qui était déjà la plus pauvre de l’Union soviétique. Outre ce nouvel appauvrissement, elle empêche également le pouvoir central de lancer les réformes nécessaires à la modernisation de l’économie tadjike et décourage les investissements dans ce pays. Alors que la guerre civile se transforme peu à peu en conflit de basse intensité au début de l’année 1993, le président du Soviet Suprême du Tadjikistan, Imamoli Rakhmanov fait le déplacement à Pékin au début du mois de mars de cette année. Il y établit des contacts personnels avec le président chinois, Yang Shangkun ainsi qu’avec le premier ministre Li Peng et le secrétaire général du PCC, Jiang Zemin1554. Il visite également Shanghai où il aura des entretiens avec des officiels de la ville notamment avec le maire, Huangju1555.

  • 1556 BROWN, B., « Tajik leadervisits Beijing », RFE/RLNewsline, n° 45, March 8,1993.
  • 1557 Cet accord est entré en vigueur en février 1994.
  • 1558 « Yang Shangkun meets Rakhmanov », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHl-93-044, March 9, 1993.
  • 1559 « Tajikistan : Prime Minister, PRC Ambassador discuss cooperation », Dushanbe Radio Tajikistan Netw (...)

285Au cours de cette première visite officielle, la conclusion de nombreux accords -dont un accord portant sur l’établissement de vol direct entre Douchanbé et Pékin-, était prévue1556. Lors de la rencontre d’Imamoli Rakhmanov avec Yang Shangkun, onze accords bilatéraux ont effectivement été signés. Dans le domaine économique, on retiendra la signature d’un accord portant sur l’exemption mutuelle de visas pour les voyages d’affaires, d’un accord de coopération dans le domaine touristique, d’un accord bilatéral sur l’encouragement et la protection réciproques des investissements1557 et enfin d’un accord sur un échange de marchandises1558. Concernant ce dernier, le ministre tadjik du commerce se rendra en juin 1993 en Chine pour le finaliser. Cependant, étant donné la situation au Tadjikistan, il semble que ce dernier n’ait pas pu être mis en œuvre. Le premier ministre tadjik et l’ambassadeur de Chine à Douchanbé auront en effet des discussions à ce sujet en janvier 19971559.

  • 1560 « Discusses issues with Li Peng », Xinhua dans FBIS-CHI-93-043, March 8, 1993 et « Jiang Zemin meet (...)
  • 1561 « Sino-Tajikistan Statement », op. cit.

286Au cours de sa visite du mois de mars, durant ses entretiens avec les autorités chinoises, I. Rakhmanov exprime l’espoir que la coopération sino-tadjike dans le domaine économique aidera au rétablissement de l’économie du Tadjikistan. Il déclare également que son pays pourrait s’inspirer de l’expérience chinoise de réformes et d’ouverture pour construire une « économie socialiste de marché », reprenant ainsi à son compte une expression apparue en Chine dans le cadre du XIVe congrès du PCC1560 . A l’issue de sa visite à Pékin, une déclaration commune établissant les principes de base des relations mutuelles sino-tadjikes est publiée le 11 mars 1993. Sur le plan économique, cette déclaration commune stipule que les deux pays considèrent « that to develop economic cooperation constitutes an important part of the bilateral relations. The two sides will enhance such cooperation on the basis of equality and mutual benefit, while encouraging new and varied means of cooperation commonly used in the world »1561.

  • 1562 Tomur Dawamat quittera cette fonction en décembre 1993 et sera remplacé à la tête de la région par (...)

287Pour asseoir les nouvelles relations sino-tadjikes, en juillet 1993, To-mur Dawamat, vice-président du Comité permanent du Congrès national populaire (NPC), mais aussi un des hommes forts de la région autonome du Xinjiang puisqu’il était encore à ce moment président du gouvernement de la région autonome1562, effectue dans le cadre d’une tournée en Asie centrale qui l’emmène également en Ouzbékistan, en République Kirghize et au Turkménistan, une visite de quatre jours au Tadjikistan.

  • 1563 Le premier parlement du Tadjikistan indépendant, désormais appelé Majlisi Oli, ne sera formé qu’en (...)
  • 1564 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 290. Voir également « Qiao Shi : being ’Good Neighbors’  (...)
  • 1565 « China provides long-term loan worth $ 50 Million », Dushanbe Radio Tajikistan Network dans FBIS-S (...)

288Si la tournée de Li Peng en Asie centrale au printemps 1994 ne prévoit pas de halte à Douchanbé, les contacts à haut niveau se poursuivent cependant, malgré la situation politique troublée, du pays avec la visite officielle d’une délégation tadjike comptant 18 membres à Pékin en juin 1994. Le chef de cette délégation, Abdumajid Dostiev qui était à ce moment vice-président du Soviet Suprême1563 du Tadjikistan, fait part à l’occasion de sa rencontre avec Qiao Shi, le président du Congrès national populaire (NPC), de son admiration pour les résultats obtenus par la Chine dans le domaine économique et déclare également que le Tadjikistan devrait s’inspirer de l’expérience chinoise1564. Une fois encore, on doit remarquer que le « modèle chinois » combinant croissance économique et absence de démocratisation politique semble faire recette auprès des élites centre-asiatiques, en l’occurrence ici, tadjikes. Dostiev ne rentrera pas les mains vides de son déplacement en Chine puisque Pékin accorde à Douchanbé un prêt à long terme portant sur 50 millions de dollars afin de mettre en place des petites unités de production notamment dans le secteur de la confiserie1565.

  • 1566 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., pp. 290-291.
  • 1567 « Ismail Amat, Tadjikistan’s Rakhmanov Meet », Xinhua dans FBIS-CHI-94-220, November 1.5, 1994.
  • 1568 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 292.
  • 1569 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 294.

289En novembre 1994, à l’invitation du gouvernement tadjik, une délégation chinoise menée cette fois par Ismaël Amat, ouïgour d’origine et ministre en charge des nationalités, mais aussi un des hommes-clés de la région autonome du Xinjiang, effectue une visite de courtoisie à Douchanbé. Il s’y entretient avec les autorités tadjikes -notamment le président, le premier ministre tadjik et le directeur du bureau de liaison pour le commerce extérieur du Tadjikistan-, de la politique chinoise à l’égard de ses voisins centre-asiatiques, politique récemment explicitée par Li Peng dans son discours de Tachkent prononcé à l’occasion de sa tournée en Asie centrale d’avril 1994. A l’occasion de sa visite, Ismaël Amat fait part aux autorités tadjikes de l’intérêt de la Chine à voir se développer les relations économiques entre les deux pays et aussi du soutien du gouvernement chinois à l’essor d’une coopération mutuellement bénéfique entre les entreprises et les industries chinoises et tadjikes. Il invite également les hommes d’affaires tadjiks à se rendre en Chine pour évaluer les opportunités du marché1566. Pendant cette visite, un nouvel accord concernant un prêt d’une valeur de 5,8 millions de dollars accordé par Pékin, est également signé1567. Malgré ces différentes visites et les pétitions de principe sur les échanges sino-tadjiks, après une forte croissance, l’année 1994 voit le volume du commerce bilatéral baisser très significativement. Les exportations de la Chine en direction de son voisin se réduisent ainsi de 89,5 % alors que les importations chutent de 57,4 %1568. Les échanges bilatéraux ne rebondiront que l’année suivante. Ils seront ainsi multipliés par 651 % comparé à l’année 19941569

  • 1570 Selon le site internet de ce groupe, les activités de Haiyu touchent à l’import/export de : « oil, (...)
  • 1571 « Xinjiang to hold trade fairs in Georgia, Tajikistan », Xinhua dans FBIS-CHI-96-112, June 9, 1996.

290La région autonome du Xinjiang qui joue un rôle central dans ces échanges sino-tadjiks, multiplie par ailleurs les initiatives en direction de son voisin centre-asiatique. Ainsi, en juin 1996, une délégation économique dirigée par le vice-président de la région, Li Donghui, se rend au Tadjikistan. Elle y rencontre le premier ministre. Les questions du renforcement et de l’extension de la coopération économique entre le Xinjiang et le Tadjikistan sont au programme des discussions. Un mois plus tard s’ouvre à Douchanbé une foire commerciale présentant les produits d’exportations de la région autonome chinoise (articles de consommation courante, matériel de bureau, électronique, vêtements, produits chimiques, produits alimentaires, machines, etc.) organisée conjointement par les autorités régionales du Xinjiang et par le Haiyu International Group1570 un groupe transnational d’entreprises basé au Xinjiang, approuvé par le Moftec et la SETC, dont les activités sont orientées vers le commerce international et frontalier avec les républiques d’Asie centrale. Symbole de l’importance de ces relations pour la petite république montagnarde, cette foire sera inaugurée par le président tadjik1571.

  • 1572 « Further on Li Peng meeting with Tajikistan President », Xinhua dans FBIS-CHI-96-182, September 17 (...)
  • 1573 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit., p. 359.
  • 1574 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », op. cit.

291En septembre 1996, I. Rakhmanov effectue une nouvelle visite en Chine. Il s’agit de son second voyage en République populaire pour cette année puisqu’il s’y était déjà rendu en avril pour signer le traité de Shanghai. Selon Xinhua, un des objectifs de ce nouveau déplacement est de permettre au président tadjik de s’informer de la politique de réformes et d’ouverture entreprise par la Chine notamment en matière de création de zones économiques spéciales1572. Pour se faire une idée de l’organisation de ces dernières dont le Tadjikistan cherche peut-être à s’inspirer à ce moment, le président tadjik effectue une tournée de trois jours dans l’île de Hainan à Haikou et Sanya. Au cours de cette visite en Chine, les deux États signent un accord intergouvernemental sur les relations économiques et commerciales ainsi qu’un accord d’assistance gratuite de la République populaire au Tadjikistan portant sur un montant de 5 millions de yuans1573. La déclaration conjointe sino-tadjike du 16 septembre 1996 contient également plusieurs dispositions touchant au domaine économique1574. Selon ces dernières, les deux parties s’engagent à étendre et à développer la coopération économique bilatérale, en priorité dans le secteur de l’énergie, de l’agriculture, des communications, de l’industrie textile et de la production de fertilisants.

292Malgré ces différents accords, les deux parties doivent cependant bien reconnaître que le niveau de leurs relations économiques reste très modeste au regard des possibilités de coopération. Ainsi, au moment où le président I. Rakhmanov effectue sa visite à Pékin, en raison sans doute de la situation troublée de son pays et contrairement au cas des deux autres républiques centre-asiatiques frontalières du territoire chinois, aucun port frontalier pour le transit des marchandises à destination du Tadjikistan n’a été installé par les autorités chinoises. Cette absence d’infrastructures physiques constitue un lourd handicap pour le décollage des relations commerciales sino-tadjikes. Les possibilités de coopérations économiques existent pourtant. C’est ce que souligne le porte-parole du président tadjik, Z. Saidov, à l’occasion de la visite d’I. Rakhmonov. Selon ses déclarations, Douchanbé est très intéressée par la constitution de sociétés à capital mixte avec la Chine. Il identifie les domaines de la production sucrière mais aussi du papier, du cuir et des ressources minérales comme secteurs possibles d’une coopération économique bilatérale souhaitable.

  • 1575 « Rakhmanov, Chinese President discuss furthering cooperation », Itar-Tass dans FBIS-SOV-96-182, Se (...)
  • 1576 Le district de Murghab est géographiquement isolé des centres économiques du pays. Khorog est situé (...)

293Pendant les discussions, les autorités tadjikes ont également informé Pékin de leur souhait de recevoir l’assistance de la Chine pour la mise en place d’un axe routier direct entre les deux pays1575. La République montagnarde est en effet très mal reliée à son voisin chinois. Pour des raisons de sécurité et aussi en raison du contentieux frontalier qui a divisé l’URSS et la RPC à propos de la région des Pamirs, pendant la période soviétique, aucune infrastructure de transports importante n’a été développée entre la République socialiste soviétique du Tadjikistan et le territoire chinois. Les grands axes routiers et les voies ferrées de la République étaient tous orientés en direction des voisins centre-asiatiques et de la Russie. La mise en place d’une liaison autoroutière directe entre le district frontalier tadjik de Murghab1576 situé dans la région du Haut-Badakhshân et la ville de Tashkorgan au sud-ouest Xinjiang via la passe de Kulma (4362 m) à travers la chaîne de Sarikol qui forme la frontière est de la chaîne des Pamirs, a donc été considérée comme idéale pour permettre l’essor du commerce frontalier avec le Xinjiang et le décollage des relations économiques bilatérales sino-tadjikes. En outre, une fois à Tashkorgan, cet axe pouvait être relié à la grand route du Karakorum et gagner le territoire pakistanais situé à 120 km de cette ville et, au de-là, les ports pakistanais de l’océan Indien, ouvrant la voie à l’essor d’un commerce entre le Pakistan et le Tadjikistan mais aussi au-delà, avec les États du Golfe via le territoire et les ports pakistanais.

  • 1577 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », op. cit.
  • 1578 Sur la géographie physique et les conditions économiques de cette zone qui est actuellement une des (...)
  • 1579 Je remercie Robert Middleton de l’Aga Khan Foundation pour ces informations (entretien privé en avr (...)

294La déclaration conjointe sino-tadjike du 16 septembre 1996 contient une disposition qui touche à cette question essentielle de mise en place d’infrastructures directes de transport entre les deux pays. Les deux parties y affichent leur volonté de prendre des mesures effectives pour développer et intensifier la coopération dans le domaine des communications, notamment en trouvant le moyen de faciliter le transport des passagers et du fret entre les deux pays1577. Malgré cette déclaration de principe, en raison d’abord de la guerre civile au Tadjikistan, puis après 1997 du fait d’autres difficultés, les choses ne vont guère progresser. Contrairement à ce que l’on pourrait penser en consultant superficiellement une carte géographique de la région, les conditions naturelles de la zone frontalière des deux pays, marquée par un relief particulièrement montagneux puisque la chaîne des Pamirs -le « Toit du Monde » (Bam-i Dunya)-, qui sépare le Xinjiang de la région autonome tadjike du Haut-Badakhshân1578 est une des plus hautes de la planète avec des sommets à plus de 7500 m, ne constitue pas en réalité un obstacle infranchissable. La zone frontalière sino-tadjike dans le district de Murghab et de la Passe de Kulma est en effet constituée par un plateau, très plat, situé en haute altitude. Il n’y a guère de difficultés liées au relief pour passer du Tadjikistan en Chine. Même en l’absence de routes, on peut franchir sans encombre cette région en utilisant simplement un 4x41579.

  • 1580 « Tajikistan : Rakhmanov signs decree on Chinese Border Trade, Highway », Dushanbe Radio Tajikistan (...)
  • 1581 « Tajik, Chinese Ministers sign border trade deal », Dushanbe Radio Tajikistan Network dans FBIS-SO (...)
  • 1582 « Turkey ready to help Tajikistan to help build highway to China », Dushanbe Radio Tajikistan Netwo (...)

295Malgré la relative facilité avec laquelle une infrastructure routière peut être établie dans cette zone, la mise en place d’une liaison directe entre les deux pays n’a progressé que très lentement. En février 1997, le président Rakhmanov prend la décision d’établir un port et une zone frontalière spéciale pour le commerce avec la Chine dans la région de Murghab. Il décide d’accélérer la mise en place d’une route en direction du Xinjiang. Il charge également le ministère tadjik de la sécurité, l’administration tadjike des douanes et les autorités régionales du Haut-Badakhshân de négocier avec la partie chinoise la question de l’ouverture d’un point de passage transfrontalier avec des procédures simplifiées ainsi que le choix du lieu d’installation de la zone commerciale, de l’établissement des procédures douanières, etc1580. En juillet de la même année, une délégation ministérielle tadjike dirigée par Ismat Eshmirzoyev se rend à la Passe de Kulma pour signer avec le président de la région de Kachgar un accord destiné à fixer le point de rencontre des sections de route à mettre en place aussi bien du côté tadjik que du côté chinois1581. Cette passe a été choisie comme voie de transit car elle est séparée du territoire chinois par seulement 32 km. En août, la République turque propose une aide technique et financière au Tadjikistan pour construire la route vers la Chine alors que la fondation Aga Khân et la Banque islamique de développement semblent prêtes à financer sa construction1582.

  • 1583 Tajikistan : Foreign Minister Nazarov Interviewed », Nezavisimoye Vovennoye Obozreniye dans FBIS-SO (...)
  • 1584 « Tajikistan, China sign Road-building agreement », Khovar dans FBIS-SOV-97-261, September 18, 1997

296Des entretiens se poursuivent entre la Chine et le Tadjikistan en septembre 1997. Le ministre tadjik des affaires étrangères déclare à un journal russe qu’un accord pour l’ouverture d’un corridor routier a été conclu avec la Chine et que ce dernier devrait permettre l’accès non seulement au territoire chinois mais aussi au territoire pakistanais1583. La partie chinoise communique pour sa part que les travaux doivent bientôt débuter de son côté de la frontière1584.

297Ce n’est pourtant qu’en août 1999 qu’est signé entre la République populaire et le Tadjikistan un accord intergouvernemental sur le transport routier de passagers et de fret. Il s’agit de l' « Agreement between the Government of the Republic of Tajikistan and the Government of the People’s Republic of China on international highway passenger and cargo service ». Cet accord sera ratifié le 23 octobre 1999. Il a été complété le 21 août 2001 par un protocole relatif à l’échange de permis de transport automobile entre le ministère des transports de la République tadjike et le ministère des communications de la République populaire. En 2003 cependant, ni l’accord ni le protocole n’étaient opérationnels, alors que les gouvernements du Tadjikistan et de la Chine ont pourtant adopté les procédures d’exécution de l’accord.

  • 1585 « China and Tajikistan signed Joint Statement », People’s Daily online edition, August 14, 1999.
  • 1586 UNDP, National Report, Republic of Tajikistan, Trends and Perspectives of Development of the Nation (...)

298Par ailleurs, la déclaration conjointe signée à l’issue de la rencontre entre le président Rakhmonov et Jiang Zemin d’août 1999 stipule également que les deux parties « acceptent de discuter de la possibilité de construire une grand route et les installations annexes pour relier Kulyab à Kulma »1585. Malgré ces avancées, l’entrée en fonction de la section routière entre Murghab et la Passe de Kulma avec une liaison en direction de Tashkorgan en territoire chinois et de la Karakorum Highway qui relie le Xinjiang au Pakistan par la Passe de Khunjerab ne sera complétée par un consortium dirigé par la compagnie turque Seyas qu’en fin 2002 grâce à un financement de la Banque islamique de développement1586. Cette route, aujourd’hui en place, n’est cependant pas empruntée avant la fin mai 2004 car la frontière avec la Chine n’est pas ouverte. Malgré l’absence de mouvements radicaux islamistes significatifs dans la région du Haut-Badakhshân, il semble que les autorités chinoises sont restées très prudentes et méfiantes à l’idée de cette liaison directe qui pourrait à leurs yeux permettre la circulation d’idées ou de militants islamistes en direction du Xinjiang. La question d’un possible transit de la drogue produite en Afghanistan à travers le territoire tadjik en direction du Xinjiang et de l’intérieur de la Chine n’est sans doute pas non plus étrangère aux réticences des autorités chinoises face à l’ouverture de cette route. Enfin, outre les divergences de vues entre les deux gouvernements concernant le conflit afghan, le fait que la question frontalière et territoriale n’était pas réglée entre les deux pays puisqu’un accord préliminaire n’a été atteint qu’en 1999 et qu’un accord supplémentaire sur les Pamirs ne sera signé qu’en 2002, a peut-être également constitué un obstacle à l’ouverture de la frontière sino-tadjike et à la mise en service de la route entre Murghab et la région autonome du Xinjiang.

  • 1587 « China to open border trade with Tajikistan », Xinhua, March 6, 2004.
  • 1588 « Shanghai Group Inaugurates Anti-Terrorist Center in Uzbek Capital, Pledges Stronger Fight against (...)
  • 1589 AKSAKALOV, S., « A New Silk Road? Tajikistan-China Border Crossing Opens », The Analyst, June 2, 20 (...)

299Ce nouvel axe routier sera finalement ouvert au transit de marchandises et de personnes en juin 2004, en même temps que le port frontalier de Kalasu1587. Cette ouverture tardive s’inscrit cependant dans le contexte post-11 septembre. On remarquera en outre qu’avant cette mise en service, Pékin a pris la précaution de régler la question frontalière avec le Tadjikistan en 2002 et de conclure avec ses partenaires de l'Organisation de Coopération de Shanghai un nouvel accord sur la coopération dans la lutte contre le trafic de la drogue, des substances psychotropes et des précurseurs1588. L’ouverture de cet axe routier ne garantit cependant pas à lui seul un essor rapide et significatif du commerce bilatéral sino-tadjik. Si on peut penser que la région du Badakhshân où se situe la zone de Murghab profitera sans doute de cette nouvelle infrastructure sur le plan des relations économiques, on doit toutefois remarquer qu’elle reste isolée de Douchanbé une partie importante de l’année en raison des chutes de neige, des glissements de terrain et des crues des rivières qui mettent souvent à mal les axes de communications. Un certain nombre de travaux devront semble-t-il encore être excé-cutés si les autorités tadjikes désirent relier efficacement la région de Murghab à Douchanbé et permettre ainsi à terme un essor plus considérable des flux commerciaux. Pour l’avenir, si l’ouverture d’un point de passage transfrontalier constitue une avancée permettant d’envisager un essor du commerce sino-tadjik, d’autres difficultés comme l’existence de procédures et des règlements douaniers rigides, une taxation excessive, l’absence de système bancaire approprié, des phénomènes de corruption, la criminalité organisée, etc, pourraient cependant en freiner le développement1589.

  • 1590 La route la plus courte passe par la République kirghize.
  • 1591 « Economic ties with Central Asia Republics viewed », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-082, (...)

300L’absence d’infrastructure de transport directe jusqu’en mai 2004 a en tout cas pesé sur l’essor des relations économiques bilatérales sino-tadjikes depuis 1992. Pour atteindre le territoire tadjik, les marchandises échangées entre les deux pays ont dû en effet emprunter le territoire1590 ou les territoires d’un État tiers ce qui, en augmentant significativement les délais de livraison mais aussi le prix des produits, a constitué in fine un frein au commerce. Entre 1993 et 1996, les marchandises provenant de Chine à destination du Tadjikistan ont semble-t-il été transportées principalement via le port d’Alatou au Kazakhstan1591. Elles devaient donc transiter par le territoire kazakh puis par celui de la République kirghize ou par l’Ouzbékistan avant d’atteindre finalement le Tadjikistan. Plus récemment, les marchandises chinoises à destination des marchés tadjiks empruntent beaucoup plus volontiers le port frontalier d’Ir-keshtam ouvert en 1997 à la frontière sino-kirghize. A partir de ce point de passage, on a ensuite théoriquement le choix entre la route vers Och puis le territoire ouzbèque et enfin le territoire tadjik ou, deuxième possibilité, la route depuis Irkeshtam vers Jirgatal en territoire tadjik via Sary-Tash où l’on croise la Pamir Highway. Les produits chinois que l’on trouve actuellement dans la région tadjike de Murghab ont pour leur part généralement emprunté la Pamir Highway entre Sary-Tash à la frontière tadjiko-kirghize et Murghab via Karakol.

  • 1592 Détails sur le processus de paix dans Politics of compromise. The Tajikistan peace process, edited (...)
  • 1593 IMF, « Republic of Tajikistan - Recent Economic Developments », IMF Staff Country Reports, n° 98/16 (...)
  • 1594 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 360.

301La conclusion à Moscou le 27 juin 1997 d’un accord général sur l’établissement de la paix entre le gouvernement tadjik et l’Opposition tadjike unie (UTO)1592, en permettant la stabilisation progressive de la situation politique interne du pays et en offrant l’occasion au pouvoir tadjik de s’atteler à la reconstruction de l’économie et à l’approfondissement des premières mesures de réformes économiques prises en 19961593 , inaugure une nouvelle période pour le pays et aussi, pour ce qui nous intéresse, une nouvelle étape des relations économiques sino-tadjikes. Dès la conclusion de cet accord de paix entre les factions belligérantes tadjikes, les contacts entre les autorités chinoises et l’ambassadeur tadjik à Pékin, Jamshed Karimov, se multiplient. La question de la coopération économique entre les deux pays est abordée lors de différentes rencontres organisées dans la capitale chinoise dans le courant du mois de juillet 19971594.

  • 1595 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 282.
  • 1596 « China to provide 100 million-dollar loan to Tajikistan », Xinhua dans FBIS-CHI-98-177, June 26, 1 (...)
  • 1597 « Tajikistan : China to build coton plant in Gissar District », Dushanbe Radio Tajikistan Network d (...)

302Les premiers résultats pratiques sont enregistrés l’année suivante dans le sillage de la stabilisation de la situation politique du Tadjikistan puisque des sociétés chinoises soutenues par les autorités de Pékin comme Zhongzhijie (Shanghai) et Zhongguo Dianxin décident d’investir dans le secteur tadjik des télécommunications1595. En plus de ces activités des entreprises chinoises, en juin 1998, le ministre assistant chinois au commerce extérieur et à la coopération économique se rend au Tadjikistan à l’invitation du gouvernement. Il y rencontre le premier ministre et le ministre tadjik de l’économie. Deux accords sont conclus à l’issue de cette rencontre. Ils portent sur l’attribution à Douchanbé par la République populaire d’une aide gratuite estimée à 600 000 US dollars et surtout sur l’octroi d’un prêt préférentiel d’une valeur de 100 millions de dollars1596 destiné notamment à la mise en place d’une usine pour le traitement du coton. Une importante société à capital mixte sino-tadjike baptisée Rishta, dont le projet remonte déjà à 1996 verra ainsi le jour dans la ville de Jisar1597. Cette société comptant environ 220 employés, spécialisée dans la production et la vente de filés de fibre de coton et de filés synthétiques, va étendre ses activités au secteur du tissu de coton, des textiles, des produits électriques, des produits industriels légers, des matériaux de construction, des produits alimentaires et de l’import/export.

  • 1598 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya op. cit., p. 86.
  • 1599 Haiyu n’est pas inconnue au Tadjikistan. Elle a conclu un accord de coopération avec l’administrati (...)
  • 1600 Voir détails sur cette importante société dans Nuclear Threat Initiative (NTI), Tajikistan : Vostoc (...)
  • 1601 Dans U.S. Department of Commerce, International Trade Administration, Economic Overview of Tajikist (...)

303Outre le secteur du coton, d’autres sociétés à capital mixte sino-tadjiks ont également été créées et opèrent dans les domaines du tabac, de l’aluminium et du plastique (Madaf-Changyu). Une autre richesse du Tadjikistan a également retenu l’attention des entreprises chinoises : l’uranium. Dès 1993, Xing Guangcheng signalait l’existence de cette richesse dans son livre L’éveil de l’Asie centrale1598 Certaines compagnies chinoises ont exploré les possibilités du secteur de la production d’uranium au Tadjikistan. Ainsi, en juillet 2000, le président de la compagnie chinoise Haiyu uranium corporation1599a déclaré au ministre tadjik de l’économie qu’en échange de 49 % des parts de l’entreprise tadjike et à condition que les autorités tadjikes garantissent que le crédit sera remboursé, sa société était prête à trouver des investisseurs pour relancer les activités de la société Vostokredmet (Vostochnyy Rare Metal Industrial Association)1600 anciennement Leninabad Mining and Chemical Combine, créée à l’époque soviétique à Chkalovsk dans la région de Khoudjand au nord du Tadjikistan pour exploiter et traiter les gisements d’uranium du Tadjikistan, de la République kirghize et de l’Ouzbékistan1601. Douchanbé a toutefois refusé cette offre.

  • 1602 « China to provide financial aid to Tajikistan », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-
  • 1603 Malgré le fait qu’un transport test entre le Pakistan à travers la Chine vers Almaty et Bichkek a é (...)
  • 1604 « Rakhmanov, Chinese official discuss economic ties », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0608, June 7, 1 (...)
  • 1605 « Tajikistan, China agree to open border to trade », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0607, June 7, 1999

304Dans le courant de l’été 1998, des contacts sont également noués entre les administrations des douanes tadjike et chinoise. Une délégation tadjike visite non seulement Pékin mais aussi Shanghai. Quelques mois plus tard, le déplacement du vice-premier ministre chinois, Qian Qichen, accompagné du vice-ministre des affaires étrangères et du ministre-assistant au commerce extérieur et à la coopération économique en juin 1999 marque une nouvelle étape des relations économiques bilatérales sino-tadjikes. Outre l’attribution à Douchanbé d’une nouvelle aide humanitaire chinoise estimée à 1,2 millions de dollars1602, la délégation chinoise informe officiellement les autorités tadjikes de l’acquiescement de Pékin à la participation du Tadjikistan à l’accord quadrilatéral pour l’utilisation de la Karakorum Highway conclu entre le Kazakhstan, la République kirghize, le Pakistan et la Chine. Cette dernière ouvre ainsi à Douchanbé la perspective de renforcer son commerce avec la Chine mais aussi de créer des liens commerciaux avec Islamabad et d’acheminer ses marchandises vers l’Océan Indien à travers les ports pakistanais1603. La possibilité de nouveaux investissements chinois (12,5 millions de dollars) dans le secteur textile1604 ainsi que la question de la mise en place d’une route directe reliant le territoire chinois au Tadjikistan par la Passe de Kulma, puis à l’Ouzbékistan via Kouliab, font également l’objet de discussion entre les deux parties. Lors de son séjour, Qian Qichen inaugure une nouvelle société à capital mixte sino-tadjike opérant dans le domaine du tabac. A l’issue de sa visite, les deux parties annoncent en outre qu’elles ont décidé d’ouvrir un point de passage provisoire afin de faciliter le commerce frontalier1605.

  • 1606 « Tajikistan, China sign border agreement », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0813, August 13, 1999.
  • 1607 Dans « China to launch new air flight to Tajikistan », Xinhua, May 9, 2004.
  • 1608 « Voir « PRC, Tajikistan sign joint statement », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0813, August 13, 1999.

305En août 1999, à l’occasion de l’importante visite du président tadjik en Chine, Itar-Tass précisait cependant qu’il n’existait entre les deux pays ni points de passage frontaliers, ni communication aérienne directe1606. Une liaison aérienne hebdomadaire Urumqi -Douchanbé ne verra finalement le jour qu’en mai 20041607. Aussi, la question de l’établissement d’une infrastructure routière entre les territoires tadjik et chinois a-t-elle été à nouveau abordée entre les deux parties. A l’issue de leurs rencontres bilatérales, elles se sont entendues pour continuer à discuter de la possibilité d’établir une route entre Kulyab et Kulma. Cette intention a été reprise dans la déclaration commune signée à l’issue du séjour du président tadjik dans la ville portuaire chinoise de Dalian1608. Dans le domaine du transport de marchandises et de passagers, plus pragmatiquement, la Chine et le Tadjikistan ont conclu à cette occasion un accord sur le transport automobile. Il s’agit de l' « International highway service agreement between the Government of RT and the Government of PRC » signé le 13 août 1999 et ratifié le 23 octobre 1999.

  • 1609 « Prime Minister received delegation of China » dans Review of Printed Material of Tajikistan - 14- (...)

306En avril 2000, une nouvelle délégation économique chinoise, dirigée par le vice-ministre du commerce extérieur et de la coopération économique s’est ensuite rendue au Tadjikistan. Les deux parties se sont entretenues à cette occasion des moyens d’accroître leur coopération économique et commerciale et ont souligné à cette occasion l’importance de la construction de la route entre Murghab et Tashkorgan pour les relations sino-tadjikes1609.

  • 1610 « Text of Sino-Tajik 4July Statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-0704, July 4, 20 (...)
  • 1611 Idem.

307Quelques mois plus tard, à l’issue de la première visite officielle au Tadjikistan du président chinois en juillet 2000, les deux parties ont à nouveau souligné, dans le point IV de la déclaration commune, l’importance de la coopération économique et du commerce dans leurs relations bilatérales1610. La lecture de cette disposition révèle que la situation des relations bilatérales dans le domaine économique n’est pas satisfaisante pour les partenaires. Ils y constatent qu’il existe un potentiel de coopération économique qui n’est pas réellement exploité et qu’en outre, la mise en œuvre des accords déjà signés laisse à désirer. Le paragraphe IV insiste sur l’adoption de mesures effectives pour mettre sérieusement en œuvre les accords conclus. De même, dans le domaine des transports, les parties sont insatisfaites puisque le même paragraphe de leur déclaration stipule également que « The two sides will further strengthen cooperation in road transportation, seriously implement the 13 August 1999 ’Agreement between the Governments of the PRC and the Republic of Tajikistan on Motor Transport’ and afford each other convenience for passenger and freight transport »1611. Malgré cette nouvelle déclaration d’intention, ce n’est qu’un an plus tard, à l’occasion de la visite du ministre tadjik des transports en Chine en août 2001, que les deux parties conclueront un document sur les règles d’exécution de l’accord du transport signé en 1999 ainsi qu’un accord bilatéral sur l’octroi de licences pour les véhicules automobiles.

  • 1612 La date de mise en place de ce comité n’est pas claire. Il existait semble-t-il en 1999 puisque le (...)
  • 1613 « Tajikistan, China to Expand Trade, Economic Cooperation », RFE/RL Newsline, April 10, 2001.

308Afin de mettre en œuvre de façon plus effective leur coopération économique, les deux États décident à l’issue de la première visite officielle au Tadjikistan du président chinois en juillet 2000 de renforcer le travail du Comité intergouvernemental chargé des questions économiques et du commerce1612. Quelques mois plus tard, en avril 2001, ils fonderont en outre une commission économique et commerciale mixte, co-présidée le ministre-assistant chinois au commerce extérieur et à la coopération et par le vice-ministre tadjik du commerce1613. Cette dernière, dont la mission est de promouvoir le commerce et la coopération économique, se réunira pour la première fois à Douchanbé en avril 2001. Dans l’intervalle, le Tadjikistan aura envoyé une délégation économique à la 9e foire d’Urumqi ouverte en septembre 2000.

  • 1614 Voir SELM, B„ cité dans LOUGHLIN, P. H., PANNELL, C. W., « Growing Economic Links and Regional Deve (...)
  • 1615 Chiffre tiré de IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, Washington, D.C., International Moneta (...)
  • 1616 U.S. Census Bureau, Trade (Imports, Exports and Trade Balance) with Tajikistan, Foreign Trade Stati (...)
  • 1617 IMF. Direction of Trade statistics Yearbook, Washington, D.C., International Monetary Fund, 2003, p (...)

309Si on tente de dresser le bilan des dix ans de relations sino-tadjikes, il apparaît que malgré un grand nombre d’accords conclus ainsi que de nombreuses visites, contacts et échanges de vues entre officiels de haut rang, les résultats obtenus par la Chine dans le domaine des échanges économiques avec son voisin tadjik restent très modestes. Dix ans après l’indépendance du Tadjikistan, le volume des échanges sino-tadjiks est quantitativement minime non seulement au regard des échanges de la Chine mais aussi au regard des échanges totaux du Tadjikistan avec le reste du monde. Contrairement aux prévisions de Bert van Selm1614 qui avait calculé en 1997 que la Chine pourrait capter environ 10,6 % du commerce de son voisin, le commerce sino-tadjik ne constitue en 2001 qu’une fraction, -soit 0,8 %-, du total des échanges du Tadjikistan avec le reste du monde, estimés cette année à 1,340 milliards de dollars1615. La diversification géographique du commerce tadjik ne concerne la Chine que dans une faible mesure malgré la proximité géographique des deux pays. A titre de comparaison, on notera que le volume total du commerce entre les Etats-Unis et le Tadjikistan s’est élevé en 2001 à 33,9 millions de dollars soit 2,52 % du total des échanges de Douchanbé1616 alors que le commerce bilatéral avec la Russie a atteint 234,11 millions de dollars soit 17,41 % du commerce total du Tadjikistan pour cette année1617. Les liens économiques entre Douchanbé et son ancienne métropole restent donc, 10 ans après l’indépendance de ce pays, particulièrement intenses.

  • 1618 Soit respectivement 61 %, 11 % et 12 % de ses exportations en 2001. Chiffres citesdans IMF, Republi (...)

310Malgré ses efforts, Pékin n’a pour sa part pas encore réussi à devenir un partenaire important de Douchanbé. Il est vrai que de manière générale, le Tadjikistan dispose de peu de productions à offrir à l’exportation. Ces exportations sont composées en grande majorité d’aluminium, de fibre de coton et d’électricité1618. La faiblesse de l’économie du pays, marquée par la guerre civile, la crise russe et enfin deux années de sécheresse en 2000 et 2001, couplée à l’absence d’infrastructures de transport reliant le pays à la région autonome du Xinjiang constituent autant d’obstacles à un véritable essor du commerce avec la République populaire de Chine.

  • 1619 Chinese General Administration of Customs citee dans Ministry of Foreign Affairs of the People's Re (...)

Les échanges sino-tadjiks 1992-2002. (en millions de dollars)16191619

Les échanges sino-tadjiks 1992-2002. (en millions de dollars)16191619
  • 1620 0 Chiffres tires de IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, cites dans ELBORGHWOYTEK, K. C, «  (...)

Note 16201620

311Le commerce entre les deux pays demeure également très volatil. Les fluctuations d’une année à l’autre peuvent être particulièrement importantes. A l’examen du tableau ci-dessous, le commerce sino-tadjik, paraît très erratique. On remarquera ainsi que si en 2002, le volume du commerce bilatéral est 4,5 fois supérieur à celui de 1992, il n’atteint cependant que 51 % de la meilleure année pour les échanges sino-tadjiks qui reste 1995.

Fluctuations du volume du commerce sino-tadjik 1992-2002

Fluctuations du volume du commerce sino-tadjik 1992-2002

2.4. L’Ouzbékistan : un axe économique en devenir ?

  • 1621 « Diplomatic ties with Uzbekistan established », Xinhua dans FBIS-CHI-92-003, January 3, 1992.
  • 1622 « Further on agreements », Xinhua dans FBIS-CHI-92-003, January 3, 1992.

312Avant l’indépendance de l’Ouzbékistan, des contacts avaient déjà été établis entre Tachkent et Pékin. Un accord sur la coopération économique, commerciale, scientifique, technique et culturelle avait été conclu entre la République socialiste soviétique d’Ouzbékistan et la région autonome du Xinjiang en novembre 1990. Comme dans le cas des autres républiques centre-asiatiques, dès le début de ses relations avec l’Ouzbékistan, la République populaire a aussi privilégié les liens économiques. La délégation chinoise venue signer le protocole d’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en janvier 1992 était également dirigée par le ministre des relations économiques et du commerce ainsi que par le vice-ministre des affaires étrangères de la République populaire. Au cours de cette visite, les deux parties ont conclu un accord intergouvernemental sur l’économie et le commerce et échangé une note sur l’établissement d’un bureau de représentation commerciale dans chacun des deux pays1621. L’ouverture de ces représentations économiques a été présentée par le président ouzbéque comme la « première étape pour la promotion des relations sino-ouzbèques »1622.

  • 1623 President of Uzbekistan arrives in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-92-049, March 12, 1992.
  • 1624 « Feted by Yang Shangkun », Xinhua dans FBIS-CHI-92-050, March 13, 1992.

313Deux mois plus tard, en mars 1992, Islam Karimov effectuait le premier voyage officiel d’un président d’un pays de la CEI en Chine1623. Durant sa visite de trois jours, le président ouzbèque a rencontré et établi des contacts personnels avec les plus hautes autorités chinoises, notamment Yang Shangkun, Li Peng et Jiang Zemin. Dans le domaine économique, des rencontres ont rassemblé la délégation ouzbéque et les ministres chinois des chemins de fer, de l’agriculture et du commerce. Lors des entretiens que le président Karimov a eus avec Yang Shangkun, ce dernier a souligné la complémentarité existante entre l’économie ouzbèque et l’économie chinoise et déclaré que les deux pays devraient donc tirer des bénéfices mutuels de leur coopération future. De son côté, Islam Karimov a déclaré admirer les résultats obtenus par la Chine en matière de développement économique. Selon ses déclarations, sa visite à Pékin avait d’ailleurs pour objectif d’en apprendre davantage sur l’expérience de la Chine en matière de réformes et d’ouverture économique sur le monde extérieur1624. Li Peng et Jiang Zemin résumeront à son intention lors de leurs entretiens les lignes directrices de la politique chinoise dans ce domaine. L’expérience de la Chine en matière de « transition » d’une économie planifiée vers une économie de marché semble avoir particulièrement intéressé le président Karimov au moment où l’Ouzbékistan accédait à l’indépendance.

  • 1625 Cet accord est entre en vigueur en avril 1994.
  • 1626 « Text of Joint Communique », op. cit.
  • 1627 Idem

314Plus concrètement, à l’occasion de cette visite, les deux parties ont conclu quatorze accords de coopération dans différents secteurs d’activités. Ils ont signé un traité bilatéral sur l’encouragement et la protection réciproques des investissements1625, un accord de prêt sous forme de marchandises de la Chine à l’Ouzbékistan, un protocole de coopération en matière de poste et de télécommunications, un accord de coopération bancaire, un accord de coopération dans le domaine agricole, un accord de coopération dans les domaines de la culture, de l’éducation, de la santé publique, du tourisme et du sport, et enfin un protocole concernant la coopération en matière de transports ferroviaires et maritimes1626. Ils ont par ailleurs également établi un comité intergouvernemental sur le commerce et la coopération économique. La déclaration commune sino-ouzbèque signée à l’issue de la visite du président Karimov à Pékin contient également des dispositions concernant les relations économiques entre les deux pays (les paragraphes 6 et 7)1627. Elles reflètent la volonté des deux parties de favoriser l’essor de leurs relations économiques bilatérales en adoptant les mesures nécessaires -notamment une protection juridique adéquate-, au développement du commerce et des investissements.

  • 1628 « Foreign Minister Qian Qichen interviewed on Uzbekistan Visit », Xinhua Domestic Service dans FBIS (...)
  • 1629 Chiffres cités dans YU, Hongjun, « Zhong Yazhu guo jingji gaigede muqian zhuangkuang he faz.han qia (...)

315A la mi-mars 1992, les premières bases des relations commerciales sino-ouzbèques sont donc posées. Un mois plus tard, en avril 1992, une délégation présidée par le vice-ministre ouzbèque du commerce et des relations économiques fait le déplacement en Chine. A l’occasion de cette visite, un accord avec la China National Cereals, Oils and Foodstuffs Import and Export Corporation (COFCO), une des plus importantes sociétés d’import/export de Chine, est conclu. De plus, la délégation ouzbèque signe également avec le vice-ministre du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (MOF-TEC), un mémorandum sur le commerce bilatéral entre les deux pays pour l’année 1992. A la fin de l’année 1992, ce dernier atteint selon l’administration des douanes chinoises un volume total estimé à 47,52 millions de dollars (33,89 millions de dollars d’exportations chinoises et 13,63 millions d’importations). A la fin de l’année 1992, Pékin et Tachkent ont également mis en place vingt sociétés à capital mixte1628. Selon d’autres sources, ce sont 40 sociétés sino-ouzbèques à capital mixte qui seront enregistrées en Ouzbékistan à la fin de l’année 1992. Leur nombre passera à 75 à la fin de l’année 19941629.

  • 1630 « Xinjiang government group visits Central Asia », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-104, May 29, 199 (...)
  • 1631 « Report views increasing border trade in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-92-105, June 1, 1992 et (...)
  • 1632 « Xinjiang traders welcomed in CIS Muslim States », Xinhua dans FBIS-CHI-92-151, August 5, 1992.
  • 1633 « Uzbek President on relations with Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-92-208, October 27, 1992.

316Rapidement, malgré l’absence de frontières communes, la région autonome du Xinjiang a aussi commencé à explorer les possibilités de développement des relations commerciales avec l’Ouzbékistan. Au cours de sa tournée en Asie centrale de mai 1992, une délégation du gouvernement de la région autonome, présidée par le vice-président Li Donghui, effectue une visite à Tachkent pour s’informer des possibilités de coopérations bilatérales1630. Les premiers résultats apparaissent rapidement. Selon les médias chinois, à la fin du mois de mai 1992, une compagnie du Xinjiang, la Xinjiang First electronics company fonde une société à capital mixte avec une entreprise de Tachkent pour la production de téléviseurs1631. Un autre article de Xinhua datant d’août 1992 se fait également l’écho de la création d’une usine de production de bouteille thermos pour le marché de la CEI entre la Xinjiang Thermos Botile Industriai Corporation, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan1632. Lors d’une rencontre avec une délégation du syndicat officiel chinois en octobre 1992, le président Karimov soulignera pour sa part que les relations avec le Xinjiang forment une partie importante du développement des relations sino-ouzbèques1633.

  • 1634 « Meets Uzbek President », Xinhua dans FBIS-CHI-92-224, November 19, 1992 et « Talks with counterpa (...)
  • 1635 « Foreign Minister Qian Qichen interviewed on Uzbekistan Visit », op. cit.
  • 1636 Idem.

317A l’occasion de la visite de Qian Qichen à Tachkent en novembre 1992, si les autorités ouzbéques se félicitent du bon départ des relations commerciales établies avec la Chine, elles appellent cependant à développer davantage les conditions favorables à l’essor de la coopération économique dans tous les domaines, notamment dans le secteur des transports1634. Bien que proche du territoire chinois à travers la vallée du Ferghana, l’Ouzbékistan ne possède pas de frontières communes avec la Chine. La question du transport entre les deux pays se pose donc avec acuité. La faiblesse des infrastructures de communication entre le territoire chinois et celui de l’Ouzbékistan a en effet été identifiée comme un des obstacles majeurs limitant l’essor des relations commerciales bilatérales. C’est ce que souligne d’ailleurs Qian Qichen lors de sa visite. Outre cette carence, le ministre chinois des affaires étrangères signale le problème du manque de protection juridique pour les investissements. Il déclare « we should create a favorable environment for investment, and enable such cooperation to develop smoothly in a healthy manner »1635. De manière générale, selon ses propres déclarations, l’objectif de sa visite de novembre 1992 est d’accélérer la mise en œuvre des accords conclus entre Tachkent et Pékin à l’occasion de la visite du président Karimov. Ces propos montrent donc que les relations bilatérales sino-ouzbèques dans le domaine économique ne sont pas exemptes de blocages1636.

  • 1637 « Uzbek President on planned Li Peng visit », Xinhua dans FBIS-CHI-93-078, April 26, 1993.
  • 1638 ZHAO, Yueyao, Pivot or periphery ? Xinjiang’s Regional Development and Chinese-Central Asian Relati (...)
  • 1639 « Trade official meets Saidqasymov », Xinhua dans FBIS-CHI-93-242, December 20, 1993 et « Rong Yire (...)

318En février 1993, une nouvelle délégation chinoise menée par le ministre chinois des communications se rend en Ouzbékistan. On peut penser que les discussions bilatérales ont porté sur l’épineuse question des transports sans toutefois qu’une solution immédiate ne se dessine puisque le président Karimov, interrogé par Xinhua sur les relations bilatérales sino-ouzbèques, appelle une nouvelle fois en avril 1993 à résoudre le problème des transports et des communications1637. A la fin de l’année 1993, il évoque également dans un discours consacré aux priorités économiques de son pays la nécessité d’accélérer la mise en place d’un axe routier transnational entre le territoire ouzbèque et la Chine via la République kirghize (route Tachkent-Andijan-Och-Irkeshtam-Kachgar)1638. Malgré cette difficulté, lors de sa visite à Pékin en décembre 1993, le ministre ouzbèque des affaires étrangères souligne pour sa part l’importance que son gouvernement attache aux relations économiques bilatérales avec la Chine. Pékin est en effet devenu un des partenaires commerciaux majeurs de Tachkent déclare-t-il. A l’occasion de sa visite, il aura par ailleurs des entretiens avec le vice-ministre chinois du Commerce et de la coopération économique ainsi qu’avec le vice-président chinois. Ce dernier invitera les entrepreneurs ouzbèques à investir en Chine1639.

  • 1640 Voir le site du CCPIT (http://www.ccpit.mg)
  • 1641 « Businessmen to accompagny Li Peng on Central Asia visit », Xinhua dans FBIS-CHI-94-073, April 15, (...)
  • 1642 « Calls Countries Friendly Neighbors », Xinhua dans FBIS-CHI-94-074, April 18, 1994.

319A la suite d’une mission exploratoire menée dans quatre des cinq républiques d’Asie centrale (à l’exception du Tadjikistan) par le CC-PIT (le China Council for the Promotion of the International Trade1640), la plus importante institution pour la promotion du commerce extérieur en Chine, une importante délégation d’entrepreneurs chinois accompagne pour la première fois le premier ministre chinois de l’époque, Li Peng, à l’occasion de l’importante tournée diplomatique qu’il entreprend en Asie centrale et en Mongolie en avril 19941641. Outre le premier ministre et des représentants de différents départements dont le ministère des affaires étrangères et du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (Mof-tec), la délégation officielle chinoise comporte également des personnalités importantes liées au Xinjiang comme Wang Lequan, vice-président à l’époque du gouvernement de la région autonome et aussi Ismaïl Amat, ancien président du gouvernement du Xinjiang (de 1972 à 1986), alors Conseiller d’Etat et ministre en charge de la commission d’État aux Nationalités1642.

  • 1643 Voir « Newsletter details Li Peng’s arrival in Tachkent », Xinhua dans FBIS-CHI 94-075, April 19, 1 (...)
  • 1644 « Li Peng, Uzbekistan President hold talks 19 april », Xinhua dans FBIS-CHI-94-076, April 20, 1994.

320Cette délégation dont la tournée a pour objectif principal d’accélérer et d’approfondir la coopération économique bilatérale sino-centre-asiatique séjourne en Ouzbékistan -le premier pays visité-, en avril 1994. Elle y reçoit un accueil très chaleureux, les autorités ouzbèques insistant particulièrement sur l’importance de cette visite de Li Peng1643. Ce dernier s’entretient avec le président Karimov des perspectives de la coopération économique sino-ouzbèque -qui n’en est à ce moment encore qu’à ses débuts selon les mots du premier ministre chinois-. Li Peng invite à nouveau les entrepreneurs ouzbèques à se rendre en Chine afin de nouer des contacts directs avec les entreprises chinoises1644.

  • 1645 « Beijing, Tashkent sign agreements on cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-94-076, April 20, 1994.

321Au cours de cette visite, un certain nombre de résultats sont engrangés dans le domaine économique. Pékin et Tachkent concluent une série d’accords. Ces derniers portent notamment sur l’octroi d’un prêt de la Chine à l’Ouzbékistan, sur le transport aérien civil, sur un don de matériel chinois à Tachkent et sur la mise en place de la coopération entre le CCPIT et le ministère ouzbèque des relations économiques extérieures. Des contrats et des lettres d’intentions sont également signés entre des membres de la délégation chinoise d’entrepreneurs accompagnant le premier ministre et des entreprises ouzbèques dans les secteurs de la construction, du pétrole, de la métallurgie, du textile, de la fabricadon de papier et de l’électronique. La Chine s’engage par ailleurs à acheter 20 000 tonnes de coton ouz-bèque en 1995 et 20 000 tonnes de velours de coton annuellement les années suivantes. Les deux parties s’accordent enfin pour former une société à capital mixte dans le secteur de la fabrication de papier ainsi qu’une ligne d’assemblage d’appareils électriques domestiques1645.

  • 1646 Voir FAS, « Chkalov Tashkent Industrial Aircraft Association », fas.org, August 24, 2000 (http://ww (...)
  • 1647 Dans « Li Peng Tours Aircraft Plant in Tashkent 20 Apr. », Xinhua dans FBIS-CHI-94-076, April 20, 1 (...)
  • 1648 « Military transport planes procured from Uzbekistan », Sankei Shimbun dans FBIS-CHI-95-037, Februa (...)
  • 1649 « Jiang Zemin visits aircraft factory in Uzbekistan 3 July », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI (...)
  • 1650 « China interested in buying Russian-Uzbek 11-76 transport aircraft », Uzland.na-rod.ru,July 27, 20 (...)

322Par ailleurs, Li Peng s’intéresse aussi aux productions du secteur aéronautique ouzbèque en visitant la Chkalov Tashkent Aircraft Production Company, une des plus importantes usines aéronautiques de l’espace CEI et la plus importante d’Asie centrale1646. A l’occasion de cette visite, on apprendra que l’Armée chinoise a acquis en 1993 sept exemplaires de l’Ilyushin 11-76 Candid produit par cette société1647. Ces avions ont été livrés en février 1994. Selon un article de Sankei Shimbun (Japon) publié en février 1995, l’Armée populaire de libération (APL) aurait également signé un contrat pour l’acquisition de 15 exemplaires de l’IL-76M (Candid-B), un avion militaire pouvant transporter jusqu’à 125 parachutistes1648. Cette acquisition lui a permis d’accroître ses capacités de déploiement et d’intervention rapide. Signe de l’intérêt persistant de Pékin pour ce secteur d’activité ouzbèque, lors de sa visite en juillet 1996, Jiang Zemin visitera également la Chkalov Tashkent Aircraft Production Company en compagnie du président Karimov. Il s’intéressera pour sa part au nouveau modèle IL-76MD1649. En 2000, Pékin fera à nouveau part de son intérêt pour l’acquisition de 20 IL-76 Candid supplémentaires1650.

  • 1651 LEE MYERS, S., « U.S. Seeks to Curb Israeli Arms Sales to China », The New York Times, November 11, (...)

323Outre l’importance de ce secteur de coopération pour les relations commerciales sino-ouzbèques, il faut également souligner que l’acquisition de tels appareils par Pékin a des retombées stratégiques importantes. En effet, 1T1-76 peut être modifié par l’installation de technologies israéliennes (le système Phalcon, un système de contrôle et de surveillance aéroporté) pour acquérir des capacités d’alerte avancée et de contrôle aérien de type Àwacs (Airborne early warning and control system) ce qui pourrait avoir des répercussions sur l’équilibre des forces dans le détroit de Taiwan. Pékin a d’ailleurs tenté d’exploiter cette possibilité en signant en 1996 un contrat dans ce sens avec Israël et la Russie. Mais l’idée de voir la Chine se doter d’une telle technologie a inquiété les administrations américaines successives. Sous la pression des États-Unis, Israël a finalement annulé ce contrat en juillet 20001651.

  • 1652 « News communique issued on Li Peng’s visit to Uzbekistan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-076, April 20, (...)
  • 1653 Idem

324Outre ces résultats, les entretiens entre Li Peng et I. Karimov semblent avoir été fructueux dans le domaine économique, en tout cas si on en croit le communiqué conjoint publié à l’issue de la visite de premier ministre chinois. Ce dernier stipule que les parties se sont accordées pour renforcer leur coopération économique et commerciale -y compris les liens directs entre les autorités locales des deux pays et entre leurs entreprises-, pour perfectionner les fondations légales et les infrastructures économiques et pour créer de meilleures conditions pour le développement de toutes les formes de coopération commerciale et économique1652. En outre, les deux parties s’accordent pour renforcer leur coopération en construisant une « route de la soie moderne ». Elles se consulteront sur la question de l’accroissement des liaisons aériennes, ferroviaires et routières afin d’élaborer des accords bilatéraux ou multilatéraux1653.

  • 1654 « Jiang Zemin, Karimov hold talks », Xinhua dans FBIS-CHI-94-205, October 24, 1994.
  • 1655 Voir « Chinese, CIS transport Ministers meeting opens », Xinhua dans FBIS-CHI-94-208, October 26, 1 (...)
  • 1656 « Li Peng meets Uzbekistan President Karimov », Xinhua dans FBIS-CHI-94-206, October 25, 1994.

325Malgré les résultats de la visite de Li Peng, à l’occasion d’un nouveau déplacement du président Karimov à Pékin et à Shanghai en octobre 1994, Jiang Zemin laisse entendre que les relations économiques sino-ouzbèques n’ont pas vraiment atteint le niveau que les autorités chinoises espèrent1654. A l’occasion de sa rencontre avec le président Karimov et dans le sillage de la réunion des ministres des chemins de fer et des transports de la Chine, de la Russie et des républiques centre-asiatiques qui devait se réunir à Pékin le 26 octobre 1994 à l’initiative de la Chine1655, Li Peng appellera pour sa part les pays d’Asie centrale à accroître leur effort pour faciliter la construction rapide d’un chemin de fer continental eurasiatique, rappelant ainsi l’obstacle persistant que constitue la faiblesse des infrastructures de transports pour l’essor des échanges sino-centre-asiatiques1656.

  • 1657 Voir texte de cette declaration dans « Sino-Uzbek Statement on Relations Issued », op. cit.
  • 1658 « Statement pledges cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-94-208, October 27, 1994.

326Deux documents importants sont cependant signés à l’occasion de la visite du président Karimov : le traité consulaire sino-ouzbèque et la déclaration sur les principes de base des relations mutuelles et sur le développement et la promotion de la coopération mutuellement bénéfique1657. Ce dernier document contient des dispositions générales (les paragraphes 7 et 8) concernant les relations économiques bilatérales qui correspondent aux orientations déjà prises au moment de la visite de Li Peng en avril. Il stipule ainsi que les deux parties encourageront et protégeront les investissements de l’autre partie sur leur territoire ainsi que différentes formes de coopération entre départements, localités et entreprises des deux pays. Le document précise également, -disposition plus nouvelle-, que les deux parties s’accorderont réciproquement la clause de la nation la plus favorisée. Dans le domaine des transports, les deux partenaires expriment leur volonté d’approfondir leur coopération notamment pour faciliter le transit de passagers et de marchandises à travers leur territoire respectif. Cette dernière partie de la disposition laisse à penser que la coopération dans ce domaine est jusque-là restée plutôt déficiente1658.

  • 1659 « Uzbek-Chinese Trade talks held in Tashkent », Tashkent Uzbekistan Television dans FBIS-SOV-95-112 (...)
  • 1660 « Hu Jintao begins visit to Uzbekistan 28 October. Meets Uzbek President », Xinhua dans FBIS-CHI-95 (...)

327En juin 1995 se tient à Tachkent la première réunion du comité intergouvernemental sino-ouzbèque sur le commerce et la coopération économique. Avant septembre 2001, ce comité se réunira en fait à trois reprises en juin 1995, décembre 1998 et octobre 1999. La délégation chinoise est dirigée par le ministre-assistant du Moftec, Liu Xiangdong. Elle est reçue par le cabinet ouzbèque des ministres et s’entretient également avec le vice-premier ministre ouzbèque. Ce dernier déclare à cette occasion vouloir développer les exportations ouzbèques à destination du marché chinois. Au cours des entretiens, la partie chinoise fait part de son intérêt pour certaines productions ouzbèques comme les fertilisants pour le coton, les métaux non-ferreux, la production aéronautique ouzbèque et les pièces détachées pour les avions, et d’autres produits industriels. A l’issue de cette première réunion, les deux parties conviennent de dresser une liste des productions où une coopération mutuellement bénéfique pourrait être mise en place1659. Quelques mois plus tard, en octobre 1995, Hu Jintao se rend en visite officielle en Ouzbékistan. Sur le plan économique, il aura des entretiens concernant la coopération bilatérale avec le ministre ouzbèque du commerce extérieur et aussi avec le ministre des finances1660.

  • 1661 Chiffre cité dans ZHAO, Yueyao, Pivot or periphery ? Xinjiang’s Régional Development and Chinese-Ce (...)
  • 1662 « Uzbekistan : Businessman : Red Tape strangles cooperation with China », Tashkent Radio Network da (...)
  • 1663 Idem

328Toute cette activité diplomatique et ces rencontres à haut niveau produisent quelques résultats concrets. A la fin de l’année 1995, on ne compte ainsi pas moins de 85 sociétés à capital mixte sino-ouzbèques mises en place en Ouzbékistan1661. Mais malgré l’importance de ce chiffre, il faut toutefois le relativiser quelque peu. Après examen, il semble en effet que certaines de ces sociétés à capital mixte ont eu une durée d’existence très courte. La radio de Tachkent donnait ainsi en 1997 l’exemple d’une société à capital mixte sino-ouz-bèque mise sur pied trois ans plus tôt dans la vallée du Ferghana pour produire de l’eau minérale. Cette dernière a fermé ses portes après seulement un mois d’existence en raison semble-t-il du bureaucratis-me et de l’absence totale de coopération de l’administration ouzbèque1662. Ce cas ne semble pas être isolé puisque le même reportage constatait que sur 73 entreprises conjointes mises en place dans la vallée du Ferghana en 1996, seules 38 étaient encore en activité un an plus tard1663. Malgré les déclarations officielles, le climat économique ouzbèque ne semble en fait guère avoir été propice à l’essor des relations commerciales, y compris avec le voisin chinois.

  • 1664 « Uzbekistan : President meets visiting Chinese President », Tashkent Uzbekistan Television dans FB (...)
  • 1665 Il s’agjt d’une aide humanitaire puisque le don de Pékin porte sur des instruments médicaux. Voir « (...)
  • 1666 « Four cooperation agreements signed with China », Interfax dans FBIS-SOV-96-131, July 3, 1996.
  • 1667 Voir les dispositions 11 et 12 de la déclaration commune dans « ’Text’ of PRC-Uzbekistan Joint Decl (...)

329En juillet 1996, le président Jiang Zemin se rend à son tour à Tachkent pour la première visite d’un chef d’État chinois dans cette république. A son arrivée, il met l’accent dans son discours sur l’importance des relations commerciales bilatérales et sur les possibilités encore non exploitées dans ce domaine entre les deux pays1664. Sur le plan des réalisations concrètes, le bilan de ce déplacement est mitigé. Un accord d’aide gratuite de la Chine à Tachkent est certes finalisé1665 et les deux parties signent également un accord destiné à éviter la double imposition et un accord de coopération en matière de transport ferroviaire1666. Mais la déclaration sino-ouzbèque signée à l’issue de cette visite ne contient que deux dispositions générales touchant au domaine économique -la première concerne la coopération économique et la seconde l’épineux domaine des transports1667-, ce qui montre que l’essentiel des discussions n’a pas porté sur ce volet -bien décevant- de leurs relations bilatérales.

  • 1668 « Akayev voices ’satisfaction’ with visit to Uzbekistan », Interfax dans FBIS-SOV-96-251, December (...)
  • 1669 « Text of Government Work Report Delivered by Li Peng at NPC », Beijing Central Television Program (...)
  • 1670 « Nanjiang Railway Line termed ’National Key Project’ », Xinhua dans FBIS-CHI-97-041, March 2, 1997 (...)
  • 1671 « Karimov answers journalists questions », Tashkent Pravda Vostoka dans FBIS-SOV-97-019, January 1, (...)

330Peu après cette visite du président chinois, la question de la faiblesse des infrastructures de transports, obstacle majeur à l’essor des relations économiques bilatérales comme l’a à nouveau souligné le porte-parole de Jiang Zemin lors de son déplacement à Tachkent, commence semble-t-il à retenir davantage l’attention des autorités ouzbèques. A l’occasion d’une visite officielle effectuée en décembre 1996 par le président Akaev à Tachkent, les deux pays s’entretiennent en effet du projet de chemin de fer prévu pour relier la ville d’Andi-jan située du côté ouzbèque de la vallée du Ferghana et le poste de transit Irkeshtam à la frontière chinoise via la ville de Och située dans la partie kirghize de la vallée du Ferghana1668. Cette voie devait ensuite être prolongée jusqu’à la ville de Kachgar au Xinjiang. Or le IXe plan quinquennal chinois (1996-2000) prévoit l’achèvement de la ligne du sud-Xinjiang (Nanjiang) par la construction d’une portion de chemin de fer d’une longueur de 976 km entre Korla et Kachgar via Âqsû. Ce projet classé parmi les « projets clés » par Li Peng en mars 19971669 est nécessaire pour achever la mise en place de la liaison Kachgar/Turfân -la ligne Korla/Turfân (495 km) étant déjà en place depuis 1984-. Une fois ce tronçon entre Kachgar et Korla achevé, via Turfân, la ville de Kachgar pourra ainsi être directement relié à Lanz-hou au Gansu et de là, à l’intérieur du territoire chinois. Ce projet chinois dont les travaux ont débuté en septembre 19961670 ouvre donc des perspectives très intéressantes en matière de désenclave-ment pour les deux républiques centre-asiatiques. Il était donc plus qu’intéressant pour Tachkent et Bichkek d’entrer en discussion à ce moment. Selon le président Karimov interrogé par la presse sur ce projet, Bichkek et Tachkent ont donc commencé à négocier à la fin de l’année 1996/début 1997 afin de trouver la meilleure route pour la construction de la ligne. Ces contacts étaient toutefois préliminaires car la question du Financement de cette liaison ferroviaire n’a pas été abordée lors des entretiens1671.

  • 1672 « Road linking Uzbekistan, Kyrgyzstan, China opens », Tashkent Uzbekistan Television dans FBIS-SOV- (...)

331Quelques mois plus tard, une avancée pour le commerce sino-ouz-bèque est enfin réalisée dans le domaine des transports. L’ouverture du port frontalier d’Irkeshtam à la frontière sino-kirghize en juillet 1997 offre en effet une route supplémentaire pour le transit de marchandises chinoises en direction du marché ouzbèque ou, dans l’autre sens, pour le transit de marchandises ouzbèques et kirghizes en direction du marché chinois. La présence côté ouzbèque du premier ministre, du vice-premier ministre et du président de l’administration de la région d’Andijan ainsi que du premier ministre kirghize aux côtés du président de la région autonome du Xinjiang lors de la cérémonie d’ouverture de ce port frontalier symbolise d’ailleurs l’importance tant nationale que locale de l’entrée en fonction de ce nouveau point de passage pour les trois partenaires1672.

  • 1673 « PRC, Uzbekistan, Kyrgyzstan sign transportation agreement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CH (...)
  • 1674 Voir « Uzbek leader calls for joint efforts to remove security threats to Central Asia », Uzbek Tel (...)
  • 1675 Speech by Mr. Kakhramon Sydiknazarov, Transport Minister of Uzbekistan,« The Silk Road to Mobility (...)

332Cette ouverture est complétée par la signature à Tachkent d’un accord intergouvernemental tripartite sur le transport automobile entre la Chine, l’Ouzbékistan et la République kirghize le 18 février 1998. Selon cet accord, un axe routier depuis Kachgar vers Irkeshtam puis à travers la vallée du Ferghana (parties kirghize puis ouzbèque) jusqu’à Tachkent devait être ouvert au trafic en octobre 19981673. Des travaux étaient cependant encore nécessaires tant du côté ouzbèque (tunnels de Rezak et de Kamchik, reconstruction de la section routière Tachkent-Andgren-Namangan) que du côté kirghize pour rendre la route véritablement opérationnelle. En septembre 1998, le vice-premier ministre ouzbèque, Rustam Rasulovich Yunusov se rendra à Urumqi, Xian et Pékin pour une visite de travail. Au cours de son séjour, il signe avec son homologue chinois et le ministre kirghize des transports et des communications, un accord portant sur les règles de mise en œuvre de l’accord intergouvernemental tripartite sur le transport par route. Du côté ouzbèque, les travaux seront retardés par le pouvoir pour des raisons de sécurité liées aux activités du Mouvement islamique d’Ouzbékistan à partir de l’année 1998. Ils seront néanmoins complétés et inaugurés en août 20001674. Les autorités ouzbèques décideront cependant de repousser l’ouverture officielle de cette section de route jusqu’en 20011675. Du côté chinois, les travaux sur la route entre Kachgar et Irkeshtam ont également été complétés. En fait sur le plan des infrastructures, c’est surtout en République kirghize que les efforts devaient encore être fournis -notamment sur le tronçon de route reliant Irkeshtam à Och- pour que cette route puisse devenir complètement opérationnelle. Les travaux dont le coût a été estimé entre 14 et 86 millions de dollars pourraient en fait ne se terminer qu’en 2008.

333La fin de l’année 1998 voit également se tenir à Pékin la seconde réunion du comité intergouvernemental sino-ouzbèque sur le commerce et la coopération économique. Elle sera présidée conjointement par le vice-ministre du Moftec, Zhang Xianghe, et par le vice-ministre ouzbèque des relations économiques et du commerce extérieur. En dépit de cette réunion et malgré la conclusion des accords tripartites dans le domaine des transports et le lancement des travaux sur la route entre la Chine et l’Ouzbékistan via la République kirghi-ze, la faiblesse des infrastructures continue de limiter les échanges commerciaux sino-ouzbèques. C’est en tout cas la raison qu’invoque le vice-premier ministre chinois, Qian Qichen lors de sa visite à Tach-kent en juin 1999 pour expliquer le faible volume d’échanges entre les deux partenaires.

  • 1676 « Chinese Vice Premier arrives in Uzbekistan », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0610, June 10, 1999 et (...)
  • 1677 Ce n’est qu’en avril 2002 qu’un accord sera conclu entre la China Xinjiang Airlines Company et la O (...)
  • 1678 « Qian Qichen, Uzbek Prime Minister meet in Tachkent », Xinhua Domestic Service dans FBIS-SOV-1999- (...)
  • 1679 « Uzbek president to arrive in Beijing for official visit », November 6-November 13, 1999 (www.uzla (...)

334Depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan, le volume total du commerce sino-ouzbèque a en effet à peine atteint un milliard de dollars. En outre, il était en régression depuis plusieurs années au moment de la visite du ministre chinois1676. Au cours des entretiens qu’il a avec le premier ministre ouzbèque, Otkir Sultanov, Qian Qichen souligne d’ailleurs une nouvelle fois l’utilité d’un renforcement de la coopération dans le domaine du transport. Tout en se félicitant de l’existence d’une liaison aérienne entre Tachkent et Pékin1677 ainsi que de la signature de l’accord routier tripartite, il insiste sur la nécessité d’établir le plus rapidement possible les liaisons routières et ferroviaires entre la Chine, la République kirghize et l’Ouzbékistan afin d’accroître les échanges1678. Le vice-premier ministre chinois déclare également que si son gouvernement encourage bien ses entreprises nationales à investir en Ouzbékistan, la partie ouzbèque devrait pour sa part créer les conditions nécessaires à l’amélioration du climat d’investissement afin d’attirer les investisseurs chinois potentiels. Il semble donc à l’examen de ces déclarations qu’aux yeux du vice-premier ministre chinois, la faiblesse de la présence des entreprises chinoises en Ouzbékistan, faiblesse qui explique également en partie la stagnation des échanges entre les deux partenaires, est liée en partie au climat peu propice aux investissements qui continue de régner dans ce pays. En 1999, on dénombrait en effet seulement une centaine de sociétés à capital mixte sino-ouzbèques actives en Ouzbékistan. Selon un officiel chinois basé à Tachkent, ce nombre était en outre en diminution1679.

  • 1680 « Agreement on Chinese credit to Uzbekistan signed in Beijing », November 6-November 13, 1999 (www. (...)

335Malgré ces difficultés, en octobre 1999 se tient dans la capitale ouz-bèke la troisième réunion du comité intergouvernemental sino-ouzbèque sur le commerce et la coopération économique. Immédiatement après cette réunion, le président Karimov effectue une visite officielle en Chine en novembre 1999. Lors de sa tournée, le président Karimov, qui s’entretient avec Jiang Zemin, Li Peng, Zhu Rongji et Shi Guangsheng, le ministre en charge du Moftec, ne peut que déplorer l’inadéquation du volume d’échanges bilatéraux avec le potentiel existant entre les deux pays. Pendant ses discussions avec le ministre chinois du commerce extérieur et un parterre d’hommes d’affaires chinois, le président ouzbèque manifeste néanmoins son espoir de voir se développer la coopération sino-ouzbèque dans plusieurs domaines. Il cite singulièrement la chimie, l’industrie légère et la construction aéronautique1680.

  • 1681 « China, Uzbekistan sign Joint Statement », People’s Daily, November 9, 1999.
  • 1682 « Li Peng on opening up Western China », People’s Daily, December 8, 1999.

336A l’issue de cette tournée du président Karimov, les deux parties signent un certain nombre d’accords portant notamment sur la protection de la propriété intellectuelle, sur l’octroi d’un prêt préférentiel chinois à l’Ouzbékistan pour une valeur d’environ 11 millions de dollars et sur la coopération dans le domaine du tourisme. Dans leur déclaration conjointe signée à l’issue de cette visite, en matière économique, les deux pays s’accordent également pour exploiter le potentiel existant dans le secteur des textiles, des appareils ménagers, des télécommunications, de l’agro-alimentaire et des produits agricoles. Il réitérent aussi leur volonté de favoriser l’investissement mutuel dans les secteurs d’intérêt commun. La déclaration conjointe précise en outre que la priorité doit être accordée à la coopération dans le domaine des transports, et que les deux parties devraient coordonner leurs procédures d’entrée et de sortie pour le transport des marchandises. Enfin, les deux parties considèrent qu’il est impératif d’accélérer les discussions techniques et économiques concernant l’établissement de la ligne de chemin de fer entre Kachgar et Andijan et de hâter les préparatifs pour la signature d’un accord multilatéral à son propos une fois que la ligne reliant les villes de Korla et de Kachgar au Xinjiang sera achevée1681. Cette dernière sera ouverte au trafic un mois après la visite du président ouzbèque, en décembre 19991682. Quant aux discussions concernant la ligne ferroviaire Kachgar-Andijan, elles vont se poursuivre pendant plus d’un an et demi avant qu’un accord sur le tracé de cette ligne ne soit trouvé en juin 2001. C’est finalement le tracé favorisé par la République kirgize entre Kachgar, Torugart et Jalal-Abad qui sera retenu.

  • 1683 Voir « China sells locomotives to Uzbekistan », Xinhuanet, November 20, 2003.
  • 1684 « China’s ZELV to deliver 12 locomotives to Uzbekistan », Interfax, April 29, 2002.
  • 1685 « Bilateral Uzbek-Chinese trade up », Narodnoye Slovo, May 9, 2002.

337A la suite de la réunion à Tachkent du comité intergouvernemental sino-ouzbèque sur le commerce et la coopération économique et de la tournée du président Karimov en Chine, les relations économiques bilatérales connaissent un nouvel élan. La Chine participe ainsi à la mise en place de projets dans les secteurs ouzbèques des hydrocarbures, de la fabrication de machines agricoles, du traitement de la soie, d’autres produits agricoles ainsi que dans le secteur des équipements collectifs publics. Plusieurs compagnies chinoises remportent des offres internationales lancées par le pouvoir ouzbèque. La Zhuzhou Electric Locomotive Factory basée dans le Hunan remporte ainsi en 2000, un contrat pour la livraison de douze locomotives électriques aux chemins de fer nationaux ouzbèques (Uzbekiston temir iullari)1683. Le montant du contrat financé par la Berd a été évalué à 39 millions de dollars1684. D’autres compagnies chinoises remportent également des contrats pour des travaux de modernisation à l’aéroport de Tachkent, et pour la reconstruction du système d’approvisionnement en eau de différentes régions de l’Ouzbékistan, notamment la région de la mer d’Aral1685.

  • 1686 « China, Uzbekistan sets up first joint venture in China », People’s Daily, August 4, 2000.

338Dans l’intervalle, les contacts entre administrations se poursuivent. En avril 2000, une délégation économique et commerciale chinoise fait un nouveau déplacement en Ouzbékistan où elle rencontre le premier ministre. Quelques mois après cette visite, en août 2000, la première société à capital mixte sino-ouzbèque opérant en Chine, le Uzbek Market Co Ltd, fruit de la coopération de six entreprises ouzbèques et de deux entreprises chinoises voit le jour à Shanghai1686. A l’occasion de l’inauguration de cette société à capital mixte, le vice-ministre du Moftec, Long Yongtu aura des entretiens sur la coopération économique et commerciale avec Akrom Muhidov du Bureau de coordination du gouvernement ouzbèque pour le commerce extérieur. Ce dernier fera spécialement le déplacement depuis Tachkent pour assister aux cérémonies. Il soulignera à nouveau l’intérêt de son pays pour une coopération renouvelée avec Pékin dans divers secteurs économiques notamment l’agro-alimentaire, l’industrie chimique, l’électronique, la mécanique, l’industrie légère, le secteur des machines-outils, l’aviation, les télécommunications et le tourisme.

  • 1687 « Major Uzbek tractor plant gets 12m-dollar Chinese credit », Pravda Vostoka, May 31, 2001.
  • 1688 XU ; XIAO, « Bank loan to support export to Uzbekistan », People’s Daily, November 11, 2001.
  • 1689 « China to finance new underground line in Uzbek capital », Novosti Nedeli, June 8, 2001 et « China (...)
  • 1690 « China to help Uzbek oil and gas firm upgrade 10 drilling rigs », Novosti Nedeli, November 16, 200 (...)
  • 1691 « China to give 32m dollars to construct sodium plant in Uzbekistan », Uzbek TV, July 16, 2002.
  • 1692 Dans « Chinese company to build soda plant in Uzbekistan », Interfax, December 11, 2003.

339Six mois plus tard, en mai 2001, le Gouverneur de la China Import and Export Bank se rend en Ouzbékistan pour s’entretenir avec les autorités ouzbèques de la possibilité d’accorder un prêt à Tachkent pour l’achat de tracteurs en Chine1687. C’est ainsi que la China Exim-bank accorde rapidement un important prêt de 12 millions de dollars à la Tashkent Tractor Plant pour l’achat à la Tianjin Machinery Import and Export Group Co. de 2500 tracteurs destinés au secteur agricole ouzbèque, ouvrant ainsi un nouveau secteur à la coopération bilatérale1688. A la vieille des événements du 11 septembre, la Chine est désormais active dans des secteurs importants de l’économie ouzbèque comme les transports1689, les hydrocarbures1690, la chimie1691 ou l’agro-alimentaire1692.

  • 1693 Concernant le « modèle ouzbèque » de transition voir POMFRET, R., « The Uzbek Model of Economic Dev (...)

340Malgré des progrès réalisés depuis 1992, le développement des relations économiques sino-ouzbèques a rencontré d’importantes difficultés qui ont limité le volume des échanges. La barrière physique au commerce que constitue la faiblesse persistante des infrastructures de transports entre les deux pays ainsi que les difficultés économiques rencontrées par l’Ouzbékistan dans certains secteurs clés, difficultés qui ont de manière générale limité ses possibilités d’exportation (par exemple la sécheresse qui a fortement réduit la production de coton en Ouzbékistan en 1999-2000) doivent d’abord être soulignées. A cela, il faut aussi ajouter les choix du pouvoir ouzbèque lui-même. En effet, à partir de la fin de l’année 1996, ce dernier a aussi choisi un modèle de « transition » économique graduel, visant l’auto-suffisance du pays notamment dans les domaines énergétique et alimentaire1693. Ce dernier a généralement freiné l’essor des échanges, y compris avec la Chine.

  • 1694 Sur cette politique voir ROSENBERG, C. B., ZEEUW, M. de, « Welfare Effects of Uzbekistan’s Foreign (...)
  • 1695 Voir sur ce problème ICG, « The Failure of Reform in Uzbekistan : Ways Forward for the Internationa (...)
  • 1696 BUKHARBAEVA, G., « Uzbekistan : Traders Protest Over Tax », IWPR’s Reporting Central Asia, n° 129, (...)
  • 1697 Il s’agit du décret n° 154 du cabinet des ministres du 6 Mai 2002 sur la régulation des biens impor (...)
  • 1698 Voir sur cette politique et ses raisons assez obscures dans ICG, « Uzbekistan’s Reform Program : Il (...)
  • 1699 ABDULLAEV, Bobomurod, « Shuttle traders curbed », IWPR’s Reporting Central Asia, n° 129, July 12, 2 (...)
  • 1700 BUKHARBAEVA, G., Sobirov K, « Uzbek Trade War Escalates », IWPR’s Reporting Central Asia, n° 179, J (...)
  • 1701 ICG, « The Failure of Reform in Uzbekistan : Ways Forward for the International Community », op. ci (...)

341Pour contrôler plus strictement aussi bien ses importations que ses exportations, le gouvernement ouzbèque a choisi d’établir un taux de change multiple pour sa monnaie nationale, le soum1694. Cette politique est restée d’application entre la fin de l’année 1996/début 1997 et le mois d’octobre 2003. Le soum a donc connu un taux de change multiple et n’était pas convertible, ce qui a affecté le commerce1695. Les autorités ouzbèques ont également tenté de limiter les importations de biens de consommation courante bon marché originaires de Chine (aussi d’Inde et de Turquie) afin de protéger les industries locales. Les mesures qu’elles ont adoptées ont limité les échanges même si le pouvoir central n’a pas vraiment réussi à empêcher le marché noir de prospérer à partir du Kazakhstan ou de la République kirghize. En mai 2002, à la consternation des marchands ouzbèques1696, le gouvernement a adopté une nouvelle réglementation1697 destinée à réduire le petit commerce et le « commerce de valise »1698. Ce dernier alimente les marchés ouzbèques en produits de consommation bon marché -les seuls que la population ouzbèque peut s’offrir et que l’Ouzbékistan est souvent incapable de produire-, importés de l’étranger, notamment de République populaire de Chine, par l’intermédiaire de la République kirghize et du Kazakhstan1699. Il a ainsi imposé d’importants droits de douanes sur les produits alimentaires et industriels (50 et 90 % de leur valeur) -ramené en septembre 2002 à 70 % pour les produits industriels et 40 % pour les produits alimentaires- avant de fermer les frontières du pays avec le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan pour empêcher physiquement les importations1700. Comme le relevait un rapport de l’International Crisis Group datant de 2004, les produits chinois importés en contrebande des marchés kazakhs (notamment de la ville kazakhe de Tchimkent très proche de la capitale ouzbèque) et kirghize (de Kara-Suu proche de Och) ont néanmoins continué à alimenter les bazars ouzbèques grâce à la corruption qui règne à de nombreux postes frontières de l’Ouzbékistan1701.

  • 1702 Chinese General Administration of Customs cite dans Ministry of Foreign Affairs of the People's Rep (...)

Les échanges sino-ouzbèques 1092-2002. (en millions de dollars)1702

Les échanges sino-ouzbèques 1092-2002. (en millions de dollars)1702
  • 1703 Chiffres tires de IMF, Direction of Trade statistics, cites dans ELBORGH-WOYTEK, K. C, « Of Openess (...)

Note 17031703

  • 1704 Chiffre tiré de ADB Key Indicators 2003, vol. 34, 2003, p. 159.

342Si on examine le tableau ci-dessus qui reprend les chiffres officiels des flux entre l’Ouzbékistan et la Chine selon les douanes chinoises, une première constation s’impose. Le commerce bilatéral sino-ouz-bèque est quantitativement faible non seulement au regard des échanges globaux de la Chine mais aussi au regard de ceux de l’Ouzbékistan. Vu de Pékin, les flux commerciaux sino-ouzbèques, évalués à 58,3 millions de dollars par l’administration chinoise en 2001, ne représentent qu’une part infime du volume total du commerce de la République populaire avec le reste du monde. Ce dernier est évalué à 509,65 milliards de dollars pour cette année1704. Vu de Tachkent également, en 2001, les échanges avec la Chine ne repésentaient que 1,35 % de l’ensemble du commerce extérieur du pays, ce qui est très faible.

  • 1705 Voir SELM, B. van, The economics of Soviet break-up, London, New York, Routled-ge, 1997, xii-161p. (...)
  • 1706 Chiffre tiré de IMF, Direction of Trade statistics, cités dans ELBORGH-WOYTEK, K. C, « Of Openess a (...)
  • 1707 U.S. Census Bureau, Trade (Imports, Exports and Trade Balance) with Uzbekistan, Foreign Trade Stati (...)

343Ces chiffres officiels ne représentent cependant qu’une partie de la réalité. Au cours des années 1990, une part des exportations chinoises en direction du Kazakhstan et de la République kirghize ont en effet été ré-exportées en direction de l’Ouzbékistan et il existe en outre, un « commerce de valise » entre la Chine et l’Ouzbékistan (via le Kazakhstan ou la République kirghize) dont l’importance quantitative est difficile à chiffrer avec précision, si bien que finalement, les liens économiques entre les deux pays sont certainement plus importants qu’il n’y paraît. Si on s’en tient aux chiffres officiels, dix ans après l’indépendance de l’Ouzbékistan, la Chine ne semble pas avoir réussi à attirer une partie importante du commerce de ce pays malgré les potentialités réelles. Dans son livre de 1997, Bert van Selm avait estimé en recourant à une analyse économique basée sur le modèle de gravité que Pékin devrait ainsi capter environ 5,4 % du commerce ouzbèque1705. On en est encore loin puisqu’en 2001, le commerce si-no-ouzbèque représente moins de 2 % du total des échanges de l’Ouzbékistan avec le reste du monde soit cette année 4,331 milliards de dollars1706. La prise en considération du « commerce de valise » pourrait bien entendu améliorer cette proportion. Cependant, à titre de comparaison, on notera qu’en 2001, le commerce bilatéral russo-ouzbèque a atteint 927,38 millions de dollars soit 21,41 % du commerce total de l’Ouzbékistan. Malgré son accession à l’indépendance, en matière économique, Tachkent est resté très liée à son ancienne métropole, dans une proportion que la Chine est encore loin de pouvoir concurrencer en 2001. La réorientation géographique des flux commerciaux de l’Ouzbékistan n’a en fait pas encore totalement profité à Pékin. Le pôle économique formé par l’Union européenne prise dans son ensemble semble également être devenu un partenaire commercial beaucoup plus important pour l’Ouzbékistan que son voisin chinois. Ainsi, selon les statistiques officielles ouzbèques, en 2000, les exportations de Tachkent à destination de l’Union européenne ont atteint 583 millions de dollars et ses importations originaires de l’Union, 619 millions de dollars soit un total d’échanges équivalent à 1,202 milliard de dollars ou 28,53 % du total du commerce de l’Ouzbékistan cette année. On notera également que le volume total du commerce entre les Etats-Unis et l’Ouzbékistan s’est élevé en 2001 à 198,4 millions de dollars -4,58 % du total des échanges de Tachkent cette année-, soit 6 fois moins que le commerce Union européenne/Ouzbékistan mais trois fois plus que les échanges bilatéraux sino-ouzbèques officiellement répertoriés pour la même année1707. Outre cette faiblesse des flux commerciaux entre Pékin et Tachkent, on constate également une grande volatilité des échanges sino-ouzbèques pendant la période considérée.

Fluctuations du volume du commerce sino-ouzbèque 1992-2002

Fluctuations du volume du commerce sino-ouzbèque 1992-2002
  • 1708 ADΒ Key Indicators 2003, op. cit., p. 346

344En dix ans, le volume du commerce bilatéral sino-ouzbèque a ainsi connu de fortes variations. Après une phase de progression quasi-constantejusqu’en 1997, il s’est ensuite fortement contracté, retombant même à un niveau inférieur à 1992 au cours de l’année 1999 avant de revenir pratiquement à son niveau de 1993 en 2001. Au cours de cette période, le statut de l’Ouzbékistan dans ses relations avec la Chine s’est également modifié. Contrairement au milieu des années 1990 où ce pays était devenu un fournisseur de la Chine, l’Ouzbékistan est en 2001 un marché pour les productions chinoises. Pékin connaît au début du nouveau millénaire un surplus commercial important dans ses échanges avec son voisin centre-asiatique. On doit néanmoins constater que si entre 1991 et 2001, Pékin a certes établi des liens commerciaux avec l’Ouzbékistan, ils demeurent de faible intensité. Malgré dix ans de relations bilatérales, la Chine n’est encore qu’un partenaire secondaire de Tachkent. Selon le « Key Indicators 2003 » publié par la Banque asiatique de développement, la République populaire ne figurait ainsi pas parmi les dix partenaires économiques principaux de l’Ouzbékistan. En matière d’exportations, ses dix partenaires par ordre d’importance sont la Russie, le Tadjikistan, l’Italie, l’Ukraine, la Corée du sud, l’Allemagne, la République kirghize, le Kazakhstan, la Pologne et la Turquie. En matière d’importations, ses partenaires principaux sont la Russie, la Corée du sud, l’Allemagne, les Etats-Unis, l’Ukraine, le Tadjikistan, la Turquie, le Kazakhstan, la France et enfin la République kirghize1708.

2.5. Le Turkménistan : des relations économiques de faible intensité

  • 1709 « Xinjiang, USSR Pursue Technical Cooperation », Xinhua dans FBIS-CHI-89-058, March 28, 1989 et « X (...)

345Comme dans le cas des autres républiques d’Asie centrale, les relations économiques sino-turkmènes n’ont pas débuté avec l’indépendance du pays. Il existait un certain nombre de liens économiques tisses à la fin des années 1980 dans le sillage de l’ouverture de la région autonome du Xinjiang sur l’URSS en 1983 puis plus spécifiquement sur les républiques socialistes soviétiques de l’Asie centrale à partir de janvier 1986. Ainsi, en 1988, la région autonome du Xinjiang et le Turkménistan avaient conclu un accord de coopération technique dans le domaine du pétrole et du gaz et en 1989, la région autonome du Xinjiang avait participé à une exposition commerciale à Achkhabad. A cette occasion, divers accords avaient été conclus dans les domaines du textile, du fer et de l’acier, de l’industrie légère, de la chimie, des machines-outils, des métaux non-ferreux et des télécommunications1709.

  • 1710 « Delegation departs for Home », Xinhua dans FBIS-CHI-92-004, January 7, 1992.
  • 1711 « Bank of China delegation in CIS », Xinhua, March 27, 1992.
  • 1712 « Xinjiang government group visits Central Asia », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-92-104, May 29, 199 (...)
  • 1713 Zhongguo Waijian Gailan 1992, op. cit., p. 254.

346Comme dans le cas des autres républiques centre-asiatiques nouvellement indépendantes, dès le début du mois de janvier 1992, Pékin a mis l’accent sur le développement des relations économiques avec le Turkménistan. La délégation chinoise venue signer le protocole d’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en janvier 1992 est ainsi dirigée par le ministre des relations économiques et du commerce et le vice-ministre des affaires étrangères de la République populaire. A l’issue de cette visite de deux jours, les deux États signent un accord économique et de commerce1710. Suite à la conclusion de cet accord, des missions chinoises se rendent au Turkménistan au cours de l’année 1992 pour explorer les possibilités de développement de liens économiques bilatéraux. Ainsi par exemple une délégation de la Bank of China, la principale institution financière de Chine qui s’occupe du commerce outre-mer a entrepris une tournée en CEI. Elle a visité le Kazakhstan, la République kirghi-ze, l’Ouzbékistan et le Turkménistan en mars 19921711. La région autonome du Xinjiang est également particulièrement active. En mai 1992, une délégation, présidée par son vice-président, effectue une tournée dans quatre des Républiques centre-rasiatiques, y compris le Turkménistan, pour s’informer sur les possibilités de développer la coopération bilatérale entre ces nouvelles républiques et le Xinjiang1712. Quelques mois plus tard, la région autonome envoie une nouvelle délégation à Achkhabad1713.

  • 1714 « Turkmenistan President Niyazov arrives in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-92-224 Novembre19. 1992 (...)
  • 1715 « Turkmenistan President arrives for Official visit. Visits Urumqi », Urumqi Xinjiang Television Ne (...)

347En novembre, le président Niyazov effectue à son tour son premier voyage officiel en Chine à l’invitation de président chinois de l’époque, Yang Shangkun. Il est accompagné à cette occasion d’une importante délégation comptant 70 officiels turkmènes -dont 10 ministres-, ce qui révèle, comme le déclare d’ailleurs le président Niyazov au cours de sa visite, l’importance que ce voyage revêt aux yeux des autorités du nouvel État1714. Avant d’arriver à Pékin où il va rencontrer Yang Shangkun et Li Peng, le président Niyazov effectue une visite à Urum-qi, la capitale du Xinjiang, où il s’entretient avec le nouveau vice-président de la région autonome, Wang Lequan. Cette visite est un indice du rôle central que les autorités chinoises entendent faire jouer à cette province dans ses relations avec les républiques d’Asie centrale nouvellement indépendantes. A l’occasion de sa rencontre avec le président turkmène, Wang Lequan met l’accent dans les discussions sur le développement de la coopération bilatérale en matière économique entre le Xinjiang et le Turkménistan. Le président Niyazov exprime pour sa part son espoir de voir s’ouvrir rapidement une liaison aérienne entre Urumqi, Kachgar et Achkhabad1715.

  • 1716 « Nine ’Important’ Accords signed with Turkmenistan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 19 (...)
  • 1717 « Turkmenistan President begins visits to Shanghai », Shanghai People’s Radio Network dans FBIS-CHI(...)
  • 1718 « Turkmenistan President meets with Jiang Zemin »·, Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.
  • 1719 S. Niyazov cité dans Idem. Egalement avant sa visite dans « Turkmenistan hopes to develop relations (...)
  • 1720 « Joint communique on Summit », op. cit.

348Poursuivant sa visite, le président turkmène rencontre Yang Shangkun à Pékin. Neuf accords sont signés entre les deux États. Certains sont destinés à faciliter les relations commerciales entre les deux pays. Il s’agit notamment d’un accord bilatéral sur l’encouragement et la protection réciproque des investissements (entré en vigueur en juin 1994) mais aussi d’accords sur l’aviation civile, l’exemption de visas pour les hommes d’affaires et aussi pour les groupes de touristes se rendant dans les deux pays1716. Outre Pékin, le président turkmène est également convié à visiter la métropole de Shanghai où il a des entretiens avec Jiang Zemin1717. Une fois encore, la coopération économique entre les deux pays est placée à l’ordre dujour des discussions. Jiang Zemin expose aussi au président turkmène les grandes lignes de la politique économique de réforme et d’ouverture récemment relancée et élargie par Deng Xiaoping après le bref intermède de 1989-1991, évoquant au passage la possibilité pour d’autres États « socialistes » de recourir au « marché » pour assurer leur développement économique1718. L’exposé des principes de cette « voie chinoise » de développement et de modernisation de l’économie, ainsi sans doute que sa visite de Shanghai, semblent avoir impressionné le nouveau président turkmène qui déclare à l’époque, si on en croit Xinhua, que son pays pourrait s’inspirer de l’expérience chinoise pour son développement économique1719. A l’issue de cette visite de cinq jours du président Niyazov, les deux parties déclarent dans leur communiqué commun qu’ils entendent développer leur coopération dans le domaine de l’économie et du commerce1720.

  • 1721 Zhongguo Waijiao Gailan 1992, op. cit., p. 254.
  • 1722 « Trans-Asia gas pipeline project discussed », Tass, December 11, 1992.

349En plus des neufs accords signés entre les deux pays à l’occasion de cette visite, le président turkmène aborde avec les autorités chinoises la possibilité d’un développement des relations bilatérales dans le domaine de l’énergie. Le projet de construction d’un gazoduc entre les champs gaziers du Turkménistan et la Chine avec prolongement possible vers le Japon fait l’objet de discussions entre les deux parties1721. A la suite de ces entretiens, une réunion rassemble à Achkhabad des représentants de la société d’Etat turkmène Turkmengaz, de la société japonaise Mitsubishi Corp. et de la Chinese National Petroleum Company en décembre 19921722. A la fin de l’année 1992, les bases des relations économiques sino-turkmènes sont donc jetées.

  • 1723 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 273.
  • 1724 « NPC’s Tomur Dawamat arrives in Turkmenistan », Xinhua dans FBIS-CHI-93-142, July27, 1993.
  • 1725 « Qiao Shi receives Turkmen Parlimentary Official », Xinhua dans FBIS-CHI-94-035, February 22, 1994 (...)
  • 1726 Hu Jintao Meets Turkmen Democratic Party Group », Xinhua dans FBIS-CHI-95-139, July 20, 1995.
  • 1727 « Turkmenistani President Hosts Welcoming Ceremony for PRC Jiang Zemin », Beijing Xinhua Hong Kong (...)
  • 1728 Voir la politique économique du Turkménistan dans KHALOVA, G.Ο., ORA-ZOV, M.V., « Economie reforms (...)
  • 1729 Voir sur les réformes économiques en Chine, LEMOINE, F., La nouvelle économie chinoise, Paris, La D (...)
  • 1730 En 1998, le secteur privé contribuait officiellement à 38 % du produit national brut chinois. Cepen (...)
  • 1731 World Bank, « Turkmenistan Country Brief 2003 », September 2003 (http://www.worldbank.org/countries(...)

350Mais ces dernières restent pourtant à consolider et à élargir. Plusieurs missions chinoises se succèdent à nouveau au Turkménistan au cours de l’année 1993 pour approfondir ces relations naissantes1723. Une délégation parlementaire chinoise, présidée par Tomur Dawamat, vice-président du Comité permanent du Congrès national populaire (NPC), mais aussi un des hommes forts de la région autonome du Xinjiang, effectue ainsi une visite de quatre jours à Achkhabad en juillet 19931724. Le président de l’Assemblée nationale turkmène, Sakhat Muradov, rendra la politesse à Pékin en février 1994 en effectuant à son tour une visite officielle de cinqjours en Chine. Au cours des entretiens qu’il a avec des responsables chinois dont Qiao Shi, qui présidait à cette époque le Comité permanent du Congrès national populaire (NPC), et à nouveau Tomur Dawamat, Sakhat Muradov rappelle l’intérêt du Turkménistan pour le développement des liens économiques avec la Chine et aussi l’intérêt pour son pays de l’expérience chinoise en matière de développement économique1725. D’autres officiels turkmènes en visite officielle en Chine, -tout comme l’Ouzbékistan au début des années 1990-, vanteront également par la suite ce « modèle chinois ». Ainsi, Onjik Musayev, le premier secrétaire du Parti démocratique du Turkménistan déclarera lors de sa rencontre avec Hu Jintao à Pékin en juillet 1995 que les pratiques chinoises dans le domaine économique inspirent le Turkménistan1726. Le président Turkmène dira pour sa part en 2000, à l’occasion de la visite officielle de Jiang Zemin à Achkhabad que le Turkménistan s’est inspiré de l’exemple chinois pour la conception de son plan « Dix ans de stabilité » adopté en 19911727. Malgré ces différentes déclarations, l’influence chinoise sur le Turkménistan en termes de modèle de développement économique est difficile à évaluer. En dépit de la rhétorique des officiels turkmènes à l’égard de Pékin, le président Niyazov a choisi une voie « gradualiste », qui consiste en un savant dosage de dirigisme et d’économie de marché, mais que certains observateurs considèrent comme une « non-réforme »1728. Au Turkménistan, l’Etat continue en tout cas àjouer le rôle principal dans le domaine économique alors que le « modèle chinois » -si tant est que l’on puisse parler de véritable « modèle »1729-, tend au contraire à mettre à profit le dynamisme du secteur privé et les mécanismes du marché. Un bon indicateur des différences entre les deux pays nous est donc fourni par la comparaison du rôlejoué par le secteur privé dans leur économie respective. Alors qu’en Chine, ce dernier occupe une place considérable toujours croissante1730, au Turkménistan, l’Etat continue àjouer le rôle principal dans l’économie. La Banque Mondiale constate ainsi que le secteur privé représente en 2003 à peine un quart de l’économie turkmène1731. On peut toutefois noter une similitude avec le modèle de développement adopté par la Chine dans le fait que le régime turkmène a privilégié la stabilité politique et répondu par la répression à toute forme de dissidence ouverte. Mais contrairement au cas de la Chine où les dirigeants ont été capables, à certains moments, de relancer les réformes, au Turkménistan au contraire, le président Niyazov est apparu plutôt comme un frein à leur mise en œuvre.

  • 1732 Voir le site du CCPIT (http://www.ccpit.org)
  • 1733 « Businessmen to accompagny Li Peng on Central Asia visit », Xinhua dans FBIS-CHI-94-073, April 15, (...)
  • 1734 « Calls Countries Friendly Neighbors », Xinhua dans FBIS-CHI-94-074, April 18, 1994.

351A la suite d’une mission exploratoire qualifiée de « positive », menée par le CCPIT (China Council for the Promotion of the International Trade1732) dans quatre des cinq républiques d’Asie centrale (l’exception étant le Tadjikistan alors en guerre civile larvée), une importante délégation d’entrepreneurs chinois accompagne Li Peng, le premier ministre chinois de l’époque, à Achkhabad, à l’occasion de l’importante tournée diplomatique qu’il entreprend en Asie centrale et en Mongolie en avril 19941733. Outre le premier ministre et des représentants de différents départements dont le ministère des affaires étrangères et du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (MOFTEC), la délégation officielle chinoise comporte également des personnalités importantes liées au Xinjiang comme Wang Lequan et Ismaïl Amat1734.

  • 1735 IMF, « Turkmenistan. Recent Economic Developments », IMF' Staff Country Reports, n° 98/81, Septembe (...)
  • 1736 « Li Peng Signs Business Agreements with Turkmenistan », Xinhua dans FBIS-CHI- 94-078, April 22, 19 (...)
  • 1737 « Officials, Turkmen Counterparts Discuss Ties », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994.

352Cette importante visite de trois jours (20-22 avril 1994) du premier ministre chinois à Achkhabad a produit un certain nombre de résultats tangibles dans le domaine économique. Un accord a ainsi été conclu entre la China National Textiles Import and Export Corporation et le ministère turkmène de l’Agriculture pour l’achat de 20 000 tonnes de coton. Pour se faire une idée de l’importance quantitative de cet accord, on se souviendra qu’en 1994, le Turkménistan a exporté pour toute l’année, 301 000 tonnes de coton1735. Des lettres d’intention concernant les domaines de la construction, des matériaux de construction, de l’exportation d’appareils électriques chinois ainsi que la mise en place d’unité de production de fer, d’acier et d’alumi-num ont également été signées1736. Les contacts entre les chambres de commerce des deux États ont été promus. A l’occasion de cette visite officielle, le premier ministre chinois Li Peng et le président turkmène ont à nouveau abordé la question du développement de relations entre les deux pays dans le domaine de l’énergie. Le vice-ministre chinois du commerce extérieur et de la coopération économique, Liu Shanzai, qui accompagnait Li Peng, a déclaré lors de cette visite que l’économie du Turkménistan était complémentaire de celle de la Chine dans le domaine du gaz et du pétrole mais aussi dans celui du coton1737.

  • 1738 « Press communique Issued on Li Peng’s Visit to Turkmenistan », Xinhua in dans FBIS-CHI-94-079, Apr (...)

353La possibilité de la mise en place d’un gazoduc entre les importants champs gaziers du Turkménistan et la République populaire avec prolongement vers le Japon a aussi été placée à l’ordre du jour des discussions. Dans son communiqué de presse final, Pékin annonçait que les deux parties « have exchanged views on building Turkmenistan-China-Japan natural gas pipelines, and expressed readiness to continue to study the issue seriously »1738. En termes diplomatiques, deux ans après les premières propositions du président turkmène, les autorités chinoises, certes officiellement intéressées, restaient cependant prudentes étant donné les incertitudes -notamment économiques- entourant ce projet.

  • 1739 « Li Peng signs business agreements with Turkmenistan », Xinhua dans FBIS-CHI-94-078, April 22, 199 (...)
  • 1740 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit., p. 302.
  • 1741 « Turkmenistan gets $ 4.5 million loan from China to repair oil wells » Interfax Oil Gas & Coal Rep (...)
  • 1742 « China to supply drilling units to Turkmenistan », AGOC, vol. 5, issue 8, May 12, 2000.
  • 1743 « Exxon, CNPC, Mitsubishi sign PSA with Turkmenistan », AGOC, vol. 4, issue 9, May 11, 1999.

354La visite de Li Peng produit toutefois le premier résultat tangible dans le domaine de la coopération énergétique puisqu’une lettre d’intention portant sur la réalisation d’une étude de faisabilité concernant le projet de gazoduc vers la Chine et le Japon a été signée entre la compagnie chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC) et le ministère turkmène du pétrole et du gaz1739. Aux termes de cet accord, une commission tripartite, incluant des experts turkmènes, chinois etjaponais a été formée pour examiner ce projet. Par la suite, les contacts bilatéraux entre la compagnie pétrolière chinoise et les autorités turkmènes vont se poursuivre. Ainsi, le vice-président de la CNPC, Zhang Hong, a rencontré le vice-ministre turkmène du pétrole et du gaz en juillet 19951740. La Chine, par l’intermédiaire de ses compagnies, s’implique aussi dans le secteur pétrolier turkmène qu’elle va aider à relancer. Une des sociétés subsidiaires de la CNPC, la China Petroleum Engineering Construction Corp. (CPECC), participe ainsi à la remise en état des puits pétroliers de Ko-tur-tepe, une structure pétrolifère majeure située dans l’ouest du Turkménistan dans le district de Cheleken. Au cours de l’année 1998 et au début de l’année 1999, 63 puits auraient ainsi été remis en état par cette société chinoise1741. Une autre société chinoise de Lanz.hou a pour sa part fourni de l’équipement de forage à Turkmenneft au printemps 20001742. Enfin, toujours dans le domaine des hydrocarbures, Exxon-Mobil, Mitsubishi et la China National Petroleum Corporation ont signé en avril 1999 avec le gouvernement turkmène un accord préliminaire pour l’exploration et l’exploitation en commun du bassin de l’Amou Daria situé au sud-est du Turkménistan1743. Ce dernier accord devait cependant encore être concrétisé.

  • 1744 « Li Peng Meets with Niyazov, Other Leading Turkmens », Xinhua dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994 (...)
  • 1745 « Qian Qichen meets Turkmenistan Official », Xinhua dans FBIS-CHI-95-054, March 21, 1995.

355Au cours de sa visite de 1994, le premier ministre chinois a également ouvert de nouvelles perspectives au Turkménistan en matière économique en déclarant que Pékin était prête à participer à la mise en place d’infrastructures de transports destinées à relier le territoire chinois aux républiques d’Asie centrale -dont le Turkménistan-, et au-delà à l’Europe. Selon Xinhua, Li Peng a déclaré au cours de sa visite que la Chine était prête à étendre sa coopération amicale avec le Turkménistan, en développant une véritable « route de la Soie moderne » reliant la Chine à l’Asie centrale par voies ferrées1744. En clair, le premier ministre chinois laissait entrevoir au Turkménistan la possibilité de développer la coopération bilatérale dans le domaine du transport, ouvrant par la même à la République turkmène de nouvelles perspectives de désenclavement pour l’avenir. Malgré l’intérêt d’une telle proposition pour Achkhabad dont l’enclavement constitue un problème majeur, on retiendra toutefois que les possibilités dans le domaine des transports entre la Chine et le Turkménistan sont subordonnées aux relations entre le Turkménistan et ses voisins centre-asiatiques ainsi qu’aux choix de ces derniers puisque Achkhabad ne possède pas de frontières communes avec le territoire chinois. La question du développement des infrastructures de transport et de communication entre les deux pays est toutefois restée à l’ordre dujour. Elle sera ainsi à nouveau abordée à l’occasion de la visite à Pékin du ministre turkmène des affaires étrangères, Chary Babayev, en mars 19951745.

  • 1746 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 369
  • 1747 « Jiang Zemin, Niyazov hold talks in Beijing », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-98-278, Octob (...)

356Après la visite de Li Peng en 1994, les contacts commerciaux établis entre les deux pays ont porté quelques fruits, notamment au regard du Xinjiang. En juin 1997, une foire commerciale a ainsi été organisée conjointement entre les autorités du Xinjiang et celles du Turkménistan à Achkhabad. Vingt-quatre compagnies de la région autonome chinoise représentant cinq secteurs d’activités (produits chimiques, industries légères, textile, produits alimentaires et machine-outils) y ont présenté plus de 1000 produits1746. Malgré l’optimisme affiché au début des années 1990 et la poursuite des contacts bilatéraux à haut niveau, le président chinois, Jiang Zemin, doit bien reconnaître lors de la seconde visite du président Niyazov en Chine en août 1998, que le volume d’échanges et la coopération économique entre la Chine et le Turkménistan sont restés très faibles1747. La faiblesse du niveau d’échanges entre les deux pays n’empêche pas le président Niyazov d’appeler une nouvelle fois au renforcement de la coopération dans le domaine du commerce, de la science et de la technologie et enfin de l’agriculture lors de ses différentes rencontres avec les dirigeants chinois (Jiang Zemin, Li Peng et Li Lanqing). Il négocie également avec ses homologues chinois l’attribution par la Chine de facilités de crédit au Turkménistan pour un montant de 12 millions de dollars.

  • 1748 Idem.
  • 1749 « Turkmenistan, China boost economic ties », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0604, June 4, 1999.
  • 1750 Idem.

357En matière économique, le bilan de ce second voyage du président turkmène en Chine semble donc positif puisque plusieurs accords bilatéraux sont conclus dont un accord établissant un Comité intergouvernemental sino-turkmène pour la coopération économique et le commerce, un accord sur le transport aérien civil et un accord de coopération dans le domaine du tourisme1748. Un an plus tard cependant, en juin 1999, le président turkmène et le vice-premier ministre chinois, Qian Qichen, en visite officielle à Achkhabad, doivent pourtant bien reconnaître que les relations commerciales entre les deux pays « ne sont pas ce qu’elles devraient être »1749. Malgré les divers accords conclus, les relations économiques bilatérales sont lentes à décoller. Certaines mesures pourtant adoptées tardent à être mises en œuvre. Ce n’est par exemple qu’à l’occasion de la visite de Qian Qichen à Achkhabad que les deux parties s’accordent sur la composition du Comité intergouvernemental sinoturkmène pour la coopération économique et le commerce dont l’acte de création a pourtant été signé l’année précédente. De même, selon Interfax, ce n’est qu’au cours de l’année 1999 que des vols réguliers reliant Pékin à Achkhabad ont débuté1750.

  • 1751 « Turkmenistan gets $ 4.5 million loan from China to repair oil wells », Interfax Oil Gas & Coal Re (...)
  • 1752 « Turkmen Oil industry gets $ 12 million boost from China », op. cit.

358Les résultats mitigés des multiples accords précédents liant les deux gouvernements n’empêchent pourtant pas le ministre-assistant chinois en charge du Commerce extérieur et de la Coopération économique (MOFTEC), He Xiaowei, d’avoir des entretiens sur la coopération commerciale bilatérale avec le ministre turkmène en charge du commerce et des relations économiques extérieures à l’occasion de la visite de Qian Qichen. He Xiaowei s’entretient avec les autorités turkmènes des conditions d’utilisation de facilités de crédit d’une valeur de 100 millions de yuans -soit 12 millions de dollars- offertes par Pékin et discutées au moment de la visite du président Niya-zov en Chine en août 1998. Selon la presse russe, ces facilités sont destinées à l’acquisition par Achkhabad d’équipements chinois pour son secteur pétrolier, particulièrement à l’achat d’équipements nécessaires à la remise en état des puits de pétrole du pays1751. C’est une division de la China National Petroleum Corporation (CNPC) qui fournira le matériel à la compagnie d’État turkmène, Turkmenneft. Le prêt est garanti par l’Eximbank chinoise. Selon l’agence Itar-Tass, c’est la troisième fois que Pékin accorde des facilités de crédit au Turkménistan par l’intermédiaire de l’Import and Export Bank of China. Les deux fois précédentes datent de 1994 et 1996 et ont représenté un montant de 80 millions de yuans1752. Achkhabad a utilisé ces crédits pour l’achat de médicaments et de biens de consommation. Enfin, dans le domaine des transports, à l’occasion de la visite de Qian Qichen, le Turkménistan a fait part de sa décision de devenir partie à l’accord sur le transport routier, signé le 18 février 1998, par la Chine, l’Ouzbékistan et la République kirghize.

359Les contacts à haut niveau se sont ensuite poursuivis au cours de l’année 2000 entre Achkhabad et Pékin. Les délégations chinoises se succèdent ainsi dans la capitale turkmène. En avril 2000, une délégation du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique (Moftec), présidée par le vice-ministre Zhang Xiang, rencontre le président Niyazov ainsi que le ministre turkmène en charge de l’industrie textile. Trois mois plus tard, enjuillet 2000, le président de la CNPC effectue un déplacement à Achkhabad pour s’entretenir de la coopération bilatérale dans le domaine des hydrocarbures. Il est donc sur place lorsqu’arrive le président chinois, Jiang Zemin.

  • 1753 ZENG, Hu, QIAN, Tong, « President Jiang Zemin Arrives inTurkmenistan to Start a State Visit to the (...)
  • 1754 Voir USCINCPAC, Jiang Zemin’s Five-Nation Tour, 12-27 April 2000, Virtual Information Center (VIC), (...)
  • 1755 « Le président chinois se rend en Amérique latine », Le Quotidien du Peuple, Avril 4, 2001.

360En juillet 2000, après avoir participé à la réunion du « Groupe de Shanghai » à Douchanbé au Tadjikistan, Jiang Zemin, accompagné d’une importante délégation, se rend au Turkménistan1753. Il s’agit de sa première visite officielle dans ce pays. Le nombre ainsi que la qualité des personnalités chinoises qui participent à cette délégation ne doivent cependant pas nous amener à tirer de conclusions hâtives. La visite officielle de Jiang Zemin au Turkménistan est certes significative de l’intérêt que Pékin porte à ce pays mais il ne faut cependant pas le surestimer. Il faut en effet se rappeler qu’une délégation de cette importance numérique n’est pas exceptionnelle pour un déplacement du président chinois, déplacement par ailleurs assez courant sous la présidence de Jiang Zemin. La délégation chinoise a une composition habituelle pour un déplacement du chef de l’Etat chinois. Elle est quasiment identique (vice-premier ministre, ministre en charge de la Commission du Développement et du Plan d’Etat, représentants du ministère des affaires étrangères, du ministère du commerce extérieur et de la coopération), à celles qui l’ont accompagné lors de sa tourné dite des « 5 Nations » (Israël, Autorité palestinienne, Egypte, Turquie, Grèce et Afrique du sud) en avril 20001754 et aussi lors de sa visite d’Etat au Chili, en Argentine, en Uruguay, à Cuba, au Vénézuéla et au Brésil en avril 20011755 . Le Turkménistan ne fait donc pas figure d’exception pour la diplomatie chinoise.

  • 1756 « Jiang’s Turkmenistan Visit to Deepen Bilateral Relations », People’s Daily Online, June 26, 2000.
  • 1757 « Turkmenistan, China discuss Gas pipeline project », Itar-Tass dans FBIS-SOV-2000-0706, July 6, 20 (...)

361Durant cette visite de trois jours, selon l’ambassadeur turkmène en Chine à cette époque, Amangeldy Rakhmanov, interviewé par le Quotidien du Peuple, en matière économique, les deux parties devaient s’entretenir de la coopération bilatérale dans les domaines des infrastructures, de l’énergie et de la sériciculture1756. La question du projet de gazoduc entre le Turkménistan et la Chine a aussi fait l’objet de discussions particulières au plus haut niveau puisque le président de la CNPC se trouvait à Achkhabad à ce moment en compagnie du président chinois. Le président turkmène a à cette occasion appelé ses partenaires chinois à « accélérer » les différentes études liées à ce projet1757. Malgré les manifestations de parfaite entente entre les deux pays, cette déclaration publique de S. Niyazov démontre un certain agacement du président turkmène à ce moment devant la lenteur de la mise en œuvre d’un projet inscrit à l’agenda des rencontres bilatérales sino-turkmènes depuis 1992.

  • 1758 « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov », Beijing Xinhua Domestic Se (...)

362A l’issue de la visite de Jiang Zemin, les deux parties ont signé une déclaration commune dont les paragraphes IV (volonté des deux parties de développer et d’étendre la coopération économique et commerciale), V (coopération dans le domaine de l’énergie, particulièrement la question du gazoduc) et VII (questions des transports) touchent aux relations économiques bilatérales1758. La disposition la plus intéressante est le cinquième alinéa. Il traite de la question du projet de gazoduc entre le Turkménistan et la Chine, question traitée de manière plus détaillée dans un accord particulier portant sur les « principes de base pour la compréhension mutuelle et la coopération dans le domaine du gaz et du pétrole entre la CNPC et le gouvernement du Turkménistan » signé entre Ma Fucai, le président de la CNPC et le gouvernement turkmène.

  • 1759 CALDER, Kent E., « Japan’s Energy Angst and the Caspian Great Game », NBR Analysis, vol. 12, n° 1, (...)
  • 1760 IEA, Developing China's Natural Gas Market. The Energy Policy Challenges, Paris, OECD/IEA, 2002, p. (...)

363Selon les dispositions de cet accord, la Chine s’engage à promouvoir la participation des compagnies chinoises dans la prospection, l’exploitation et la mise sur le marché des ressources gazières et pétrolières du Turkménistan. Les deux parties se sont également accordées pour mener une étude de faisabilité concernant le gazoduc entre la Chine et le Turkménistan en tenant cependant compte du nouveau projet de transport de gaz depuis le bassin du Tarim au Xinjiang jusqu’à Shanghai, projet formellement adopté par les autorités chinoises fin février 2000. On remarque qu’un éventuel prolongement vers le Japon du gazoduc n’est plus mentionné dans ce nouveau schéma. Selon l’Agence internationale de l’énergie, le gouvernement japonais lui-même intéressé au départ par ce schéma1759 a renoncé à l’idée de s’associer au projet de gazoduc depuis le Turkménistan étant donné sa non-viabilité sur le plan économique mais aussi en raison des risques liés à l’instabilité politique dans la région1760.

  • 1761 TENG, Yue, « China, Turkmenistan Write New Chapter in 'Silk Road Diplomacy' », Hong Kong Wen Wei Po (...)
  • 1762 « ZTS 'Special Article' on 'fruitful Results' of jiang's visit to Central Asia », Hong Kong Zhonggu (...)
  • 1763 Idem.

364Pékin a pour sa part choisi de relancer le projet à l’été 2000. Il s’agissait désormais d’étudier la faisabilité d’un gazoduc depuis les champs de production du Turkménistan jusqu’à la région du Xinjiang où cette future infrastructure pourrait être reliée à la ligne ouest-est intra-chinoise prévue entre Lunnan dans le bassin du Tarim et la métropole de Shanghai à plus de 4000 km. Si on en croît la presse de Hong Kong, le renouveau d’intérêt de la Chine pour ce projet avec le Turkménistan était lié à ce moment au fait que l’approvisionnement de son gazoduc ouest-est à partir des seuls champs gaziers du bassin du Tarim ne semblait pas assuré à long terme1761. Le gaz turkmène pouvait donc servir de source d’approvisionnement supplémentaire pour ce gazoduc à destination de Shanghai et renforcer ainsi sa viabilité1762. Interrogé par un journaliste sur le moment où le gaz turkmène pourrait être livré à la Chine, le président Niyazov répondait cependant prudemment que « We will be able to start cooperation on relevant projects at the end of 2001 or by early 2002 at the latest. As for the natural gas pipeline construction, it will take at least 10 years to complete. At present, the relevant departments of the two countries are studying the matter and I believe it will be made, the order of the day in the near future »1763. A l’issue de la visite de Jiang Zemin, le projet de gazoduc sino-turkmène était donc semble-t-il remis sur les rails mais dans une perspective à long terme. Pékin l’a en effet lié à la mise en place de gazoduc ouest-est entre le Xinjiang et les villes de sa côte Pacifique. Il a donc cherché à conserver ouverte pour le futur l’ « option turkmène » afin de pouvoir l’activer au moment qu’il jugera le plus opportun pour ses intérêts ou au contraire de la laisser en sommeil si ses besoins sont satisfaits par sa production interne.

  • 1764 « More on Jiang Reiterating Stance on ’New World Order’ in Talks With Niyazov », Beijing Xinhua Dom (...)
  • 1765 Idem.

365Enfin, lors de la visite du président Jiang Zemin à Achkhabad, un accord-cadre intitulé « Framework Agreement Between the PRC Government and the Turkmen Government for China to Provide Preferential Loans to Turkmenistan » a également été conclu1764. Il s’agit d’un accord portant sur l’attribution par la Chine au Turkménistan, d’un prêt préférentiel d’une valeur de 100 millions de yuans, prêt qui avait été discuté lors de la visite du président turkmène en 1998. Au cours de sa visite au Turkménistan, Jiang Zemin a rappelé l’intérêt de la Chine de voir la coopération économique avec les républiques centre-asiatiques s’étendre et s’approfondir. Il a déclaré que la Chine entendait élargir la coopération économique avec l’ensemble des républiques d’Asie centrale, encourager et protéger les investissements mutuels, accroître la qualité de la coopération économique et technologique, utiliser pleinement la supériorité respective des uns et des autres en matière de ressources et de marchés et enfin ouvrir de nouveaux canaux de coopération. Il a enfin appelé ses partenaires centre-asiatiques à accroître la coopération dans le domaine des transports et des communications afin de revivifier « la route de la Soie »1765. Après cette visite médiatisée du président chinois au Turkménistan, l’année 2001 a été plus terne. Elle a cependant vu la signature d’un accord cadre sur le développement de la coopération économique et commerciale entre la province chinoise du Sichuan et la province turkmène (Welayat) de Ahal (province dont Achkhabad est la capitale).

366Malgré la volonté officiellement affichée par Pékin de développer ses relations économiques avec Achkhabad et les efforts qu’il a déployés en ce sens depuis 1992, à la veille du 11 septembre 2001, le bilan des relations économiques sino-turkmènes est très mitigé. Le tableau ci-dessous nous donne une idée de la progression du volume d’échange entre les deux pays.

  • 1766 Chinese General Administration of Customs citée dans MFA People’s Republic of China, China and Turk (...)

Les échanges sino-turkmènes 1992-2002. (en millions de dollars)1766

Les échanges sino-turkmènes 1992-2002. (en millions de dollars)1766
  • 1767 Chiffres tires de ELBORGH-WOYTEK, K. C , « Of Openess and Distance  : Trade Developments in the Com (...)

Note 17671767

Fluctuations du volume du commerce sino-turkmène 1992-2002

Fluctuations du volume du commerce sino-turkmène 1992-2002
  • 1768 Chiffre tiré de ADB Key Indicators 2003, vol. 34, 2003, p. 159.
  • 1769 Voir SELM, B. van, The economics of Soviet break-up, London, New York, Routled-ge, 1997, xii-161p. (...)
  • 1770 Chiffre tiré de IMF, Direction of Trade statistics Yearbook, op. cit.

367En dix ans, le commerce bilatéral sino-turkmène a connu de nombreuses fluctuations même si il n’a commencé à progresser fortement en volume qu’après l’année 2000. Il est encore trop tôt pour savoir si cette progression va se poursuivre dans l’avenir. Comme dans le cas de l’Ouzbékistan, le Turkménistan est aujourd’hui davantage un marché pour les productions chinoises qu’un fournisseur de matières premières. Pékin jouit d’un surplus commercial important dans ses relations avec Achkhabad. On doit cependant constater que le commerce bilatéral est resté quantitativement très faible non seulement au regard des échanges globaux de la Chine mais aussi au regard de ceux du Turkménistan. Les échanges sino-turkmènes évalués à 32,71 millions de dollars par l’administration chinoise pour 2001 ne représentent qu’une part infime du volume total du commerce de la Chine -évalué à 509,65 milliards de dollars cette année1768- avec le reste du monde. Contrairement aux prévisions de Bert van Selm qui avait calculé en 1997 que Pékin pourrait capter 5,5 % du commerce total du Turkménistan1769, le commerce sino-turkmène ne constitue également qu’une fraction -soit 0,69 %- du total des échanges de ce pays estimés pour 2001 à 4,765 milliards de dollars1770.

  • 1771 Chiffre tiré de Idem.
  • 1772 U.S. Census Bureau. Trade (Imports, Exports and Trade Balanсe ) with Turkmenistan, Foreign Trade St (...)

368Entre 1991 et 2001, Pékin a certes mis en place des liens commerciaux avec Achkhabad. Mais la Chine reste encore un partenaire très secondaire du Turkménistan. Outre l’Ukraine qui entretient des relations très substantielles avec ce pays dans le domaine gazier, l’ancienne métropolejoue un rôle beaucoup plus important dans le commerce extérieur du Turkménistan que la Chine. En 2001, le total des échanges russo-turkmènes a atteint selon les statistiques du FMI, 550,2 millions de dollars sur un total d’échanges de 4,765 milliards de dollars soit 11,54 % du total des échanges du Turkménistan cette année1771. L’autre partenaire commercial important d’Achkhabad est l’Iran voisin. En 2001, les échanges turkméno-iraniens ont ainsi atteint 423 millions de dollars soit 8,87 % du total des échanges du Turkménistan cette année. Même les Etats-Unis font mieux que Pékin en matière d’échanges avec la République turkmène à ce moment. Ainsi, selon les statistiques américaines, en 2001, le total des échanges américano-turkmènes aurait atteint 331,1 millions de dollars soit presque dix fois plus que le commerce bilatéral sino-turkmène1772. A la veille des événements du 11 septembre, la réorientation géographique en cours des flux commerciaux du Turkménistan n’avait donc pas encore réellement profité à la Chine malgré les efforts déployés par Pékin depuis une dizaine d’années. Selon le « Key Indicators 2003 » publié par la Banque asiatique de développement, la République populaire ne figurait d’ailleurs pas parmi les dix partenaires économiques importants du Turkménistan. En matière d’exportations, les dix partenaires majeurs d’Achkhabad étaient en effet la Russie, l’Iran, l’Ukraine, l’Allemagne, la Turquie, l’Azerbaïdjan, la Suisse, l’Afghanistan, le Tadjikstan et le Kazakhstan. En matière d’importations, ses principaux partenaires étaient l’Ukraine, la Turquie, la Russie, les Etats-Unis, les Émirats Arabes Unis, l’Allemagne, l’Iran, la France, le Japon et l’Ouzbékistan.

3. Vers une coopération économique régionale multilatérale ?

369Comme nous venons de le voir, au cours des années 1990, les relations économiques sino-centre-asiatiques ont été largement développées sur une base bilatérale. Sur le plan économique, la référence au multilatéralisme n’apparaît que timidement dans le cadre du Groupe de Shanghai (République kirghize, Tadjikistan, Kazakhstan, Russie et Chine). Avant 2001, on peut toutefois relever quelques éléments allant dans le sens de l’établissement d’une coopération économique régionale multilatérale. Ils ne concernent pas le Turkménistan, qui n’est pas membre de ce groupe ni de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui lui succède en juin 2001, ni l’Ouzbékistan avant son adhésion à l’OCS en juin 2001.

370Le thème de la coopération économique apparaît pour la première fois comme une des préoccupations des membres du Groupe de Shanghai à la réunion d’Almaty en juillet 1998. C’est à ce moment que les États-membres fixent dans la déclaration finale de cette rencontre, les principes de base destinés à régir leurs relations dans ce domaine. Selon les dispositions de ce document, le développement d’une coopération économique entre les parties doit être basé sur l’égalité et les bénéfices mutuels. Il doit s’appuyer en outre sur les trois principes suivants :

  • -« Provide internationally-accepted trade terms to each other in order to expand their trade volumes;

  • Encourage and support various forms of economic and trade cooperation in local and border areas as well as cooperation between large enterprises and large companies of the five countries;

    • 1773 « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia and Tajikistan on the Almaty Meeting, Ju (...)

    Improve their respective investment environment so as to create conditions for boosting investment in the economic projects in their countries »1773.

371Il n’est pas question ici de mise en place d’une coopération économique régionale multilatérale institutionalisée. Ce document se contente de prendre note de la volonté des parties de promouvoir la coopération économique entre eux et de rappeler un certain nombre de principes généraux destinés à améliorer les conditions de développement du commerce bilatéral tel qu’il existe déjà entre les États-membres. Il encourage cependant la mise en place d’une coopération, sur le plan local ou dans des zones frontalières ainsi qu’entre grandes entreprises des cinq États-membres, qui pourrait prendre une forme multilatérale. La déclaration fournit également des informations sur les secteurs d’activités intéressant particulièrement les différentes parties et qui pourraient devenir des secteurs prioritaires de la coopération régionale. Il s’agit notamment de l’énergie et des transports.

372La déclaration stipule en effet que les parties conviennent qu’il est nécessaire d’intensifier et d’encourager la coopération à grande échelle et à long terme dans tous les domaines économiques, y compris la construction d’oléoducs et de gazoducs, les transports aériens, ferroviaires, routiers et par voies d’eau. La déclaration précise que les parties accorderont la priorité à l’amélioration et à l’utilisation des équipements de transport et aux pipelines existant entre eux ou menant à d’autres pays. Les projets, en cours ou futurs, envisagés entre les parties, doivent remplir des conditions de rentabilité, de fiabilité et de sûreté et doivent également tenir compte des intérêts nationaux et économiques des pays situés le long des itinéraires de ces projets. Ces projets sont ouverts aux États ou aux sociétés intéressés. Les parties attachent enfin de l’importance à la coopération dans le domaine de l’énergie, sur une base égale et mutuellement bénéfique y compris les études de faisabilité sur des projets destinés à fournir de l’électricité aux différentes parties et à permettre le transport d’électricité à travers leurs territoires. Il est donc question ici des secteurs d’activités prioritaires où les États-membres ou certains d’entre eux aimeraient voir se développer des formes de coopération.

  • 1774 « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia, Tajikistan on the Bishkek Meeting, Augu (...)

373Un an plus tard, lors de la réunion du « Groupe de Shanghai » qui se tient à Bichkek à la fin du mois d’août 1999, les choses n’ont guère progressé dans le domaine de la coopération économique régionale multilatérale. L’essentiel de la réunion est consacré aux questions de sécurité qui sont la préoccupation majeure du « Groupe de Shanghai ». C’est ce qui ressort de la déclaration finale adoptée le 25 août. La place occupée par les questions économiques y est très restreinte. La déclaration finale de Bichkek ne contient qu’une disposition sur douze traitants d’économie. Cette dernière disposition rappelle l’importance des liens bilatéraux entre les États-membres et contient aussi une déclaration d’intention concernant la possibilité de lancer la coopération économique sur un plan multilatéral (article 9)1774.

  • 1775 Voir la disposition 9 dans Idem.
  • 1776 « Discuss Security, Economic Cooperation », RFE/RL Newsline, August 26, 1999.

374Pour essayer de concrétiser cette déclaration d’intention, les États-membres du « Groupe de Shanghai » ont officiellement annoncé à l’occasion de cette réunion leur intention de mettre en place un groupe conjoint consultatif d’experts chargé de préparer des propositions pour une future réunion à haut niveau entre les États-membres1775. Il s’agissait selon RFE/RL de lancer un processus de consultations entre experts des cinq pays membres pour examiner les moyens d’étendre le commerce et les liens économiques1776. Malgré ces déclarations d’intention, les résultats concrets se feront toujours attendre un an plus tard.

  • 1777 MAMADSHOYEV, M. « The Shanghai G-5 Becomes the Shanghai Forum », Eurasia Insight, July 7, 2000.
  • 1778 Voir REN, Xin, « Fructueux sommet de Douchanbé », Beijing information, n° 29, Juillet 18, 2000.

375La réunion de Douchanbé de juin 2000 est à nouveau essentiellement consacrée aux questions de sécurité régionale1777. La déclaration finale adoptée à l’issue de cette rencontre reflète cette préoccupation puisqu’elle comporte en effet un grand nombre de dispositions touchant à ce domaine. L’économie n’est cependant pas absente des discussions. Selon Beijing information, lors du sommet de Douchanbé, Jiang Zemin a abordé cette question avec ses partenaires. Le troisième point d’une proposition en quatre points1778 formulée à l’occasion de cette rencontre concerne la promotion de la coopération économique et commerciale tant bilatérale que multilatérale. Jiang Zemin a appelé ses partenaires à créer les conditions nécessaires à la mise en place de ces différentes formes de coopération, mais aussi à faire jouer pleinement leurs avantages respectifs, à développer les investissements réciproques et à explorer de nouvelles voies de coopération économique et technique. Il a également encouragé ses partenaires à participer au nouveau programme de développement des régions occidentales de la Chine lancé au début de l’année 2000.

376Ces thèmes, ainsi qu’une proposition kazakhe déjà évoquée lors du sommet précédent, se retrouvent en écho dans la seule disposition de la déclaration des chefs d’États du « Groupe de Shanghai » adoptée à l’issue du sommet. La disposition XIV stipule en effet que:

377« XIV. The Sides, proceeding frот the principles of equality and mutually beneficial cooperation, will encourage in every way the development of trade and economic partnership in the framework of the Five, including questions of improving the investment climate and business activity in their countries, offering favorable conditions to the citizens and enterprises of the other countries of the Five for conducting normal economic activities and solving disputes in the process of their cooperation.

378The Sides consider that the implementation of Kazakhstan’s initiative on conducting a meeting of the heads of the governments of the five countries fully meets these goals, and support the setting up, when necessary, of joint expert groups by the corresponding departments of the five states for thoroughly carrying out preparatory work.

379The Sides support the interest of the People’s Republic of China in the active participation of Russia and the Central Asian countries in developing the western regions of China.

  • 1779 MFA Russian Federation, Text of the Dushanbe Declaration by the Heads of State of the Republic of K (...)

380The Sides consider that the effective use of the energy potentials of the countries of the Shanghai Five and the strengthening of regional cooperation in power engineering on the basis of mutual benefit are an important factor of ensuring stability and development in the region and will enable all the states of the Shanghai Five to reach а пеги level of multilateral cooperation »1779.

  • 1780 « Réunion des ministres des affaires étrangères de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de Russie (...)

381Outre cette disposition, le communiqué conjoint des ministres des affaires étrangères des États-membres du « Groupe de Shanghai », lui-même presque complètement consacré aux questions de sécurité, précise que la coopération économique entre les cinq États-membres est nécessaire non seulement en raison de la mondialisation économique mais aussi pour renforcer la sécurité et la stabilité régionales et pour accélérer le développement économique et social des États-membres. L’accent qui a été mis sur l’essor de la coopération économique régionale multilatérale, lors des discussions de la réunion du « Groupe de Shanghai » à Douchanbé comporte donc, d’après le communiqué conjoint des ministres des affaires étrangères des États-membres, une dimension sécuritaire non négligeable. Le développement des relations économiques est en effet envisagé comme un moyen de renforcer la stabilité et la sécurité de la région1780. Malgré ces quelques éléments, les avancées de la réunion de Douchanbé ne sont pas très spectaculaires.

  • 1781 Une première conférence sur le développement de la région de l’Altaï a été organisée en septembre 1 (...)
  • 1782 « PRC, Russia, Kazakhstan, Mongolia Sign Altaï Coopération Proposal » Xinhua Domestic Service dans (...)
  • 1783 SHULEMBAYEVA, Raushan, « A joint nature conservation project », Kazakhs-tanskaya Pravda dans BBC Mo (...)
  • 1784 BARABANOV, O., « Russia’s New Southern Border : Western Siberia-Central Asia. Greater Altai : a pro (...)

382En contraste avec cette absence de progrès significatifs en matière de coopération économique multilatérale au sein du « Groupe de Shanghai », on relèvera que la Chine a signé en juillet 2000 une proposition concrète de coopération régionale multilatérale, sur le modèle des Euro-régions, avec la Russie, le Kazakhstan et la Mongolie extérieure concernant le développement de la zone de l’Altaï-Sayan1781. Cette proposition stipule que les quatre pays conduiront une coopération scientifique, technologique et économique dans les domaines de l’élevage, de l’agriculture, de l’exploitation forestière, de l’industrie minière et du tourisme transnational1782. Cette proposition connaîtra au moins une réalisation concrète sur le plan multilatéral dans le domaine de la protection de l’environnement1783. Les liens dans le domaine économique se sont également développés entre les partenaires mais, en 2003, pas encore véritablement sur un plan multilatéral semble-t-il1784.

  • 1785 « Ta Kung Pao editorial hails establishment of Shanghai cooperation organization », Ta Kung Pao dan (...)
  • 1786 « Shanghai Cooperation Organisation Meeting in Kazakhstan », GazetaSNG, August 21, 2001.

383Au printemps 2001, l’idée de mettre en place une coopération économique multilatérale est discutée au sein du « Groupe de Shanghai ». Lors de la réunion des ministres des affaires étrangères des pays membres du Groupe à Moscou en avril 2001, la proposition d’organiser une rencontre spéciale des chefs de gouvernement consacrée à la question de la coopération économique et commerciale à long terme entre les États-membres est adoptée1785. Une réunion préparatoire se tiendra à Almaty en août 2001 pour discuter de ses modalités1786. Elle regroupe des représentants de divers ministères et agences des États-membres chargés du domaine économique. On trouve ainsi du côté chinois, le directeur du département européen du ministère du commerce extérieur et de la coopération économique ou du côté kazakh, des représentants du ministère de l’économie et du commerce, du ministère des finances, du ministère des transports et des communications, de l’agence chargée de la réglementation anti-monopole, de l’agence chargée du développement de la concurrence et du soutien aux petites entreprises du Kazakhstan, du ministère de l’intérieur...

  • 1787 Voir « Kazakh president discusses economic cooperation in Shanghai » Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0615(...)

384Entretemps, à l’occasion de la réunion de juin 2001 à laquelle l’Ouzbékistan participe en tant que nouveau membre de l’« Organisation de coopération de Shanghai », le président Nazarbaev évoque la possibilité pour les États-membres de cette nouvelle organisation de s’occuper davantage dans l’avenir des questions économiques, notamment de la question des transports et aussi de l’énergie1787.

  • 1788 « Declaration of Shanghai Cooperation Organization », People’s Daily, June 15, 2001 (http://english (...)
  • 1789 Voir les déclarations de Jiang Zemin à propos de la coopération économique dans « President Jiang u (...)
  • 1790 « Shanghai Cooperation Organization develops steadily » Xinhua, September 4, 2003.

385Dans le domaine économique, la déclaration de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) du 15 juin 2001 stipule dans sa disposition n° 9 que l’organisation favorisera le développement de la coopération bilatérale et multilatérale entre ses États-membres. Un processus de négociation concernant la facilitation du commerce et des investissements devrait également être lancé1788. A l’été 2001, si la sécurité reste la préoccupation centrale de la nouvelle organisation, la mise en place d’une coopération économique multilatérale dans le cadre de l’OCS semble désormais être envisagée par les parties, du moins sur le plan de l’intention1789. En contraste avec la lenteur des progrès enregistrés entre 1998 et 2001 dans le domaine de la coopération économique multilatérale, ce thème gagne une importance nouvelle après les événements de septembre 2001 dans un contexte stratégique marqué par la pénétration américaine en Asie centrale. Un regain d’activités touchant à la coopération économique peut être observé à partir de l’automne 2001. Ainsi, juste après les attentats du 11 septembre 2001, se tient la première rencontre des premiers ministres des Etats-membres de l’OCS à Almaty. Un mémorandum entre les gouvernements membres de l’OCS sur les objectifs de base, les orientations de la coopération économique régionale et le lancement d’un processus de facilitation du commerce et des investissements est adopté à cette occasion1790. Ce mémorandum appelle les États-membres à suivre la tendance contemporaine à la globalisation et à l’intégration économique régionale, à renforcer la coopération économique régionale dans le cadre de l’OCS, à accroître la puissance économique de la région et à augmenter ainsi sa place dans la structure politique et économique mondiale. Les six membres de l’OCS s’accordent également officiellement pour utiliser pleinement leurs avantages géographiques et leur complémentarité économique, en recherchant des aires de coopération économique communes et en adoptant des mesures concrètes pour développer la coopération régionale, y compris la coopération dans les zones frontalières. Un processus destiné à établir les conditions favorables à l’essor de la coopération économique entre États-membres de l’Organisation semble ainsi lancé.

  • 1791 XU, Tao, « Security Key for SCO », Beijing Information, vol. 47, n° 24, June 17, 2004, pp. 14-16.

386En mai 2002 est organisée à Shanghai la première réunion des ministres responsables du commerce extérieur et des relations économiques des pays membres de l’OCS. Ces derniers ont officiellement décidé à cette occasion d’ouvrir les négociations sur la facilitation du commerce et des investissements. Les ministres ont également signé le protocole du mémorandum de septembre 2001 sur les objectifs de base et l’orientation de la coopération économique régionale et le lancement du processus de facilitation du commerce et des investissements1791. Un premier forum de l’OCS concernant les investissements et le développement du secteur énergétique s’est ensuite tenu à Pékin en octobre 2002.

  • 1792 МFA Russian Federation, Declaration lry the Heads of the Member Stales of the Shanghai Cooperation (...)
  • 1793 Idem.
  • 1794 Idem. Voir également BLUA, A., « Central Asia : ’Shanghai Six’ Form Charter As International Organi (...)

387Entretemps, l’« Organisation de coopération de Shanghai » a adopté en juin 2002 à Saint-Péterbourg, une charte ainsi qu’une nouvelle déclaration conjointe. Ce dernier document considère que le développement d’un partenariat économique entre les membres constitue une « tâche particulièrement importante » de l’OCS1792. Le document stipule en outre que pour atteindre cet objectif, « the negotiation process will be intensified on the questions of creating favorable conditions for trade and investment and of elaborating a long-term Program of Multilateral Trade and Economic Cooperation in accordance with the Memorandum Between the Governments of the SCO Member States of September 14, 2001 »1793. Afin de commencer à mettre en pratique la coopération économique, des projets prioritaires dans les domaines des communications et des transports, de l’approvisionnement énergétique, de l’utilisation de l’eau, de l’extraction et du transport des ressources énergétiques ainsi que dans d’autres domaines d’intérêt mutuel devraient être identifiés dans un avenir proche selon la déclaration1794.

  • 1795 « Chinese President Urges SCO Economic Cooperation », People’s Daily, May 30, 2003.
  • 1796 « Chinese Premier proposes free trade zone within SCO », People’s Daily, September 23, 2003.

388Au-delà de la déclaration d’intention, la coopération économique multilatérale tarde cependant à se concrétiser dans des projets tangibles. En mai 2003, à l’occasion d’une nouvelle rencontre de l’OCS à Moscou, le président chinois Hu Jintao appelle ses partenaitres à mettre en œuvre la coopération économique afin de promouvoir la prospérité commune. Il propose de commencer par le secteur des transports en concluant et en mettant en œuvre rapidement un accord multilatéral sur le transport routier1795. Lors de la réunion des premiers ministres de l’OCS qui se tient en septembre 2003 à Pékin, le premier ministre chinois, Wen Jiabao, fait à son tour trois nouvelles propositions concernant les relations économiques multilatérales qu’il considère comme une aire de coopération « majeure » de l’OCS1796. Il propose ainsi de promouvoir « the facilitation of trade and investment in a bid to realize the smooth circulation of goods within the framework of the SCO as well as to reduce and eliminate non-tariff barriers like those in customs service, quarantine, standards and transportation.

389To set certain large projects on economic and technological cooperation and give priority to those in transportation, energy, telecommunication, agriculture, home appliances, light industry and textile.

  • 1797 Idem
  • 1798 MFA People’s Republic of China, « Shanghai Cooperation Organization », January 7, 2004 (www.fmprc.g (...)
  • 1799 « Shanghai Cooperation Moving Ahead », China Daily, September 25, 2003.

390To set a long-term objective for regional economic cooperation and gradually set up a free trade zone within the SCO »1797. La proposition chinoise d’établissement d’une zone de libre-échange sera reprise officiellement dans le programme à long terme pour le commerce et la coopération économique multilatérale (Compendium for Multilateral Economic and Trade Cooperation of SCO Members) adopté lors de cette réunion. Ce dernier accord-cadre décrit les orientations économiques de l’organisation jusqu’en 2020 et est destiné à lancer une coopération économique tous azimuts au sein de l’OCS1798. Selon China Daily, il confirme « the SCO’s preferential domains for economic cooperation - its main tasks at the present time - as well as its long-term strategic goals »1799.

  • 1800 ZHAO, Huasheng, « New Situation in Central Asia and Shanghai Cooperation Organization », Shanghai I (...)

391Tout semble indiquer, en tout cas sur le papier, que les membres de l’OCS -au moins certains d’entre eux, au premier rang desquels figure Pékin, le principal promoteur de cette idée-, souhaitent faire des relations économiques une des aires de coopération privilégiée de l’Organisation. Il s’agit pour certains observateurs d’une question liée à la viabilité future de l’OCS. Zhao Huasheng, le directeur du département des études russes et centre-asiatiques de l’Institut d’études internationales de Shanghai (SIIS) notait en effet dans un article publié en 2003 que si l’OCS entend se développer dans le nouveau contexte post-11-septembre elle doit désormais mettre l’économie au centre de ses préoccupations, avant même les questions de sécurité1800.

  • 1801 PANNIER, В., « Central Asia : Shanghai Five to admit Uzbekistan as new member », RFE/RL., June 14, (...)
  • 1802 Voir LI, Gang, LIU, Huaqin, « Proceeding Gradually. Study on Regional Economic Cooperation in the S (...)

392Il reste à voir si ce regain d’intérêt de l’OCS pour le domaine économique observé depuis l’automne 2001 ainsi que les avancées que nous avons décrites jusqu’en 2003 déboucheront sur la mise en place d’une véritable coopération économique multilatérale liant la Chine à ses voisins centre-asiatiques membres de cette organisation. Si le développement de la coopération économique multilatérale semble nécessaire pour assurer la viabilité de la nouvelle organisation, certains observateurs doutent néanmoins de la possibilité de trouver rapidement un terrain d’entente1801. On doit en effet constater que de nombreuses difficultés ont déjà été observées en matière économique entre la Chine et ses voisins centre-asiatiques sur le seul plan bilatéral. La situation sera encore plus complexe sur le plan multilatéral. L’établissement de ce type de coopération économique -et peut-être à terme d’une zone de libre-échange comme la partie chinoise l’a proposé- constitue en fait un objectif à long terme (pas avant 2015 selon certains experts chinois)1802.

4. L’axe économique : avancées et limites

393Malgré les avancées et les réalisations importantes depuis 1992, les relations économiques sino-centre-asiatiques ne sont pas exemptes de difficultés et de contraintes. On doit bien constater que le volume des échanges économiques sino-centre-asiatiques est encore quantitativement faible. Il représentait ainsi en 2002 moins de 0,5 % du total des échanges de la République populaire avec le reste du monde. A l’échelle de la Chine, les relations économiques avec les républiques centre-asiatiques sont donc marginales. Il en va cependant autrement sur le plan régional. Ces échanges ont en effet une importance considérable pour la région autonome du Xinjiang qui est le principal partenaire chinois des républiques d’Asie centrale avec qui elle réalise plus de la moitié de son commerce extérieur (plus de 55 % en 2002). Ce dernier et plus particulièrement les échanges avec le Kazakhstan forme l’essentiel du commerce de la République populaire avec l’Asie centrale (environ 80 % du total de ce commerce). On retiendra que dans cette relation, le Xinjiang connaît un déficit important, résultant de ses importations en provenance de la République kazakhe. Pour les pays d’Asie centrale, ces relations commerciales avec la Chine ne sont pas non plus négligeables -surtout pour le Kazakhstan et la République kirghize- puisque la Chine a réussi à réorienter une partie de leur commerce dans sa direction. Pour rappel, en 2002, le Kazakhstan a réalisé 11 % de son commerce extérieur avec la Chine et la République kirghize plus de 18 %. Dans le cas des trois autres républiques centre-asiatiques, les réalisations de la Chine sont moins impressionnantes puisqu’en 2001, les échanges bilatéraux n’ont représenté que 0,8 % du commerce extérieur du Tadjikistan, moins de 2 % du total des échanges de l’Ouzbékistan et une fraction -soit 0,69 %- des échanges du Turkménistan. Malgré l’importance régionale de ces échanges commerciaux, nous avons cependant vu que les relations sino-centre-asiatiques n’ont pas atteint leur plein potentiel sur le plan économique. Il nous faut nous arrêter sur les raisons de ce phénomène. Certaines sont liées à des caractéristiques communes à l’ensemble des républiques centre-asiatiques alors que d’autres dépendent de situations particulières.

4.1. Obstacle général, lié à la faiblesse des économies centre-asiatiques

  • 1803 Ainsi, en 1970, le revenu national produit par habitant dans les Républiques soviétiques d’Asie cen (...)
  • 1804 Voir LINN, J., « Central Asia : Ten Years of Transition. Talking Points for Central Asia Donors’ Co (...)

394Le principal facteur limitant le volume d’échanges économiques avec la Chine, commun à l’ensemble des républiques centre-asiatiques, est sans doute la faiblesse de ces économies confrontées depuis 1992 à un processus de transition très délicat. La faiblesse économique des républiques d’Asie centrale trouve ses racines à l’époque soviétique. Il faut en effet se souvenir que ces Républiques étaient déjà les plus pauvres de l’URSS1803. Leur indépendance soudaine et improvisée n’a pas contribué à améliorer cette situation. Bien au contraire, la désintégration de l’espace économique soviétique autrefois unifié les a plongées dans un marasme dont elles peinent à sortir. La dissolution de l’URSS et la création d’États indépendants ont entraîné la rupture des liens économiques entre les anciennes républiques socialistes de l’Union. Les républiques centre-asiatiques se sont trouvé confrontées à de nombreux problèmes comme l’interruption du commerce et du transit, la perte de l’accès à un approvisionnement sûr dans le domaine énergétique et dans le secteur de l’eau, la perte de main d’œuvre spécialisée liée à l’émigration des populations slaves, etc1804 alors que la rupture du lien avec le « centre » a tari les subventions directes dont elles étaient de grands bénéficiaires. Avec l’indépendance, les Républiques ont hérité d’une structure de production dont la logique ne correspond pas à celle d’une économie nationale.

  • 1805 Idem.
  • 1806 DE BROECK, M., KOSTIAL, K., « Output Decline in Transition : The Case of Kazakhstan », IMF Working (...)
  • 1807 PASTOR, G. С., DAMJANOVIC, T., « The Russian Financial Crisis and its Consequences for Central Asia (...)
  • 1808 ADB Asian development outlook 2000, Oxford University Press, 2000, p. 71.
  • 1809 ADB, Asian development outlook 2003, New York, Oxford Univeristy Press, 2003, p. 146 et ADB, Asian (...)
  • 1810 ADB, Asian development outlook 2003, op. cit., p. 150 et ADB, Asian development outlook 2003. Updat (...)
  • 1811 ADB, Asian development outlook 2003, op. cit., p. 153 et ADB, Asian development outlook 2003. Updat (...)
  • 1812 ADB, Asian development outlook 2000, op. cit., pp. 82 et ss., ADB, Asian development outlook 2003, (...)
  • 1813 ADB, Asian development outlook 2002, Hong Kong, Oxford, Oxford University Press, 2002, http://unvw. (...)
  • 1814 ADB, Asian development outlook 2003. Update, op. cit., p. 62.

395Comme dans les autres anciennes républiques de l’URSS, les premières années d’indépendance se sont soldées par une très importante contraction des économies locales. Ces dernières ont perdu de 20 à 60 % de leurs produits intérieurs bruts comparés au niveau de PIB de 1990. Il s’agit de pertes excédant de beaucoup les niveaux atteints pendant la Grande Dépression des années 30 selon J. Linn, le vice-président du département Europe/Asie centrale de la Banque mondiale1805. Au Kazakhstan par exemple, le Fond monétaire international a ainsi constaté une baisse de la production de 40 % entre 1991 et 19951806. La situation économique n’a commencé à s’améliorer qu’après le milieu des années 1990 avant que la crise russe de 1998 n’interrompe pour un temps les progrès1807. Rapidement cependant, le Kazakhstan a connu une légère reprise de sa croissance. Dès 1999, elle atteint 1,7 %1808. Ensuite, grâce notamment à la conjoncture pétrolière, ce pays connaît une croissance élevée de son produit intérieur brut. Elle s’élève ainsi à 9,8 % en 2000, 13,5 % en 2001, 9,5 % en 2002 et enfin 9,5 % en 20031809. En République kirghize, la croissance du produit intérieur brut a également repris progressivement depuis 1998 mais à un rythme insuffisant pour les besoins de son rattrapage économique. Elle a été de 2,1 % en 1998, 3,6 % en 1999, 5,4 % en 2000, 5,3 % en 2001, avant de se tasser en 2002 avec -0,5 % puis de rebondir en 2003 avec 5,2 %1810. Au Tadjikistan, avec la fin de la guerre civile, la croissance du PIB a repris en 1997. Poussée par le rétablissement de la production dans le secteur de l’aluminium, de l’électricité et de l’agriculture, elle a atteint 3,7 % en 1999 puis 8,3 % en 2000, 10,2 % en 2001, 9,1 % en 2002 et 6 % en 20031811. En Ouzbékistan, la croissance du PIB a également repris à partir de 1996. Avec le temps, elle a cependant eu tendance à se tasser. Elle a ainsi atteint 4,4 % en 1998, 4,4 % en 1999, 3 % en 2000, 4,5 % en 2001, 3,2 % en 2002 et 3,2 % en 20031812. Enfin, au Turkménistan, la croissance du PIB a atteint 16 % en 1999, 17,6 % en 2000 et 20,5 % en 20011813. Elle s’est ensuite tassée en 2002 avec 8,6 % avant de rebondir en 2003 avec 10 %1814. Ces différents chiffres de croissance ne doivent cependant pas masquer le fait que les républiques d’Asie centrale, à l’exception de l’Ouzbékistan, n’avaient toujours pas atteint en 2002 le niveau de leur PIB de 1989.

  • 1815 Dans UNECE, Economic Survey of Europe, n° 1, 2003, p. 224.

PIB réel en Asie centrale 1990-20021815. (Indices, 1989 =100)

PIB réel en Asie centrale 1990-20021815. (Indices, 1989 =100)
  • 1816 Un pays à revenu intermédiaire est selon le classement de la Banque mondiale, un pays dont le RNB p (...)
  • 1817 Un pays à faible revenu est selon le classement de la Banque mondiale, un pays dont le PNB par habi (...)
  • 1818 Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Rapport mondial sur le développment humai (...)
  • 1819 Ces différents chiffres sont tirés de Idem, pp. 278-280.

396Après dix ans de transition, à l’exception du Kazakhstan et du Turkménistan qui sont classés par la Banque mondiale dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire1816, les autres républiques centre-asiatiques appartiennent à la catégorie des pays à faible revenu1817. Les économies des républiques d’Asie centrale sont encore, dix ans après leur indépendance, de petite taille. Evalué en parité de pouvoir d’achat, le PIB des cinq républiques d’Asie centrale atteint un peu plus de 202 milliards de dollars en 2001, ce qui signifie que le poids de l’ensemble de la région est inférieur à celui de la seule Belgique (262,5 milliards de dollars en PPA en 2001)1818. Les économies centre-asiatiques ne peuvent donc être comparées ni à celles des puissances régionales qui les entourent ni à celles des grands pays asiatiques. Pour le contexte régional, on retiendra qu’évalué en parité de pouvoir d’achat, le PIB de la Russie s’élève en 2001 à 1027,9 milliards de dollars, celui de la République islamique d’Iran à 387,2 milliards de dollars, celui de la Turquie à 390,3 milliards de dollars, celui du Pakistan à 266,7 milliards de dollars, celui de l’Inde à 2930 milliards de dollars et enfin celui de la Chine à 5111,2 milliards de dollars. Replacé dans leur contexte asiatique, le poids de l’ensemble des républiques d’Asie centrale est également inférieur à celui de pays comme l’Indonésie, la Thaïlande, les Philippines ou la Malaisie, dont les PIB en 2001 sont respectivement évalués en PPA à 615,2 milliards de dollars, 391,7 milliards de dollars, 301,1 milliards de dollars et 208,3 milliards de dollars1819. L’état des économies des républiques d’Asie centrale a limité les possibilités de développement du commerce ainsi que le volume d’échanges potentiels avec Pékin. Il n’est donc pas étonnant que ce dernier ne soit quantitativement pas très important.

  • 1820 Idem, pp. 279-280.

Les paramètres économiques 20011820

Les paramètres économiques 20011820
  • 1821 BAO, Dengquan, HE, Lunzhi, « Zhongguo yu Zhong Ya wuguo jishu jingji he-zuo yanjiu : Xinjiang anli  (...)
  • 1822 Yearbook of China ’s foreign economic relations and trade 2002, Beijing, China Foreign Economic Rel (...)

397Outre la limitation des possibilités et du volume du commerce, la faiblesse générale des économies centre-asiatiques entraîne également des répercussions dans le domaine des investissements. La faible capacité d’investissements à l’étranger des républiques d’Asie centrale est un corollaire de leur faiblesse économique. Ce problème dans les relations économiques bilatérales a été souligné dès 1995 par les auteurs chinois comme Bao Dengquan et He Lunzhi dans un article de la revue Shijie jingji wenhui. Selon ces deux auteurs, les investissements originaires des cinq républiques d’Asie centrale à destination du Xinjiang étaient très peu nombreux1821. D’après le Yearbook of China’s Foreign Economic Relations 2002, le total des investissements provenant des cinq républiques d’Asie centrale utilisés en Chine entre 1992 et 2002 a à peine atteint 9 millions de dollars1822. Ce chiffre est extrêmement faible au regard des investissements directs étrangers reçus par la République populaire depuis cette date. Cette limitation de leur capacité d’investissement restreint les possibilités d’investissements croisés avec la Chine et affecte l’effectivité de mesures éventuelles de promotion des investissements que ces pays pourraient adopter sur le plan bilatéral ou régional.

398A cette faiblesse économique des Républiques centre-asiatiques, on peut ajouter que le choix opéré par les autorités centre-asiatiques en matière de « transition » économique a également influencé le niveau de leurs relations commerciales avec la Chine. Le Kazakhstan qui a adopté de manière générale une politique d’ouverture plutôt favorable aux échanges économiques est devenu le partenaire principal de la Chine en Asie centrale alors que les relations économiques sino-ouzbèques sont restées faibles contrairement à ce que l’on aurait pu penser étant donné l’importance démographique et aussi historique de ce pays en Asie centrale. Les choix du président Karimov en matière de « transition » économique (modèle de développement au-tocentré avec une substitution des importations, réglementation de l’économie et absence d’ouverture commerciale et du marché des changes) ont sans aucun doute limité l’intensité des relations bilatérales avec Pékin.

4.2. Autres obstacles

399En plus de la faiblesse générale des économies des républiques d’Asie centrale, il existe de nombreux autres facteurs limitant les relations commerciales sino-centre-asiatiques.

4.2.1. Obstacles liés à la géographie

  • 1823 Par exemple GREEN, D.J. « Regional cooperation policies in Central Asia ». op. cit., pp. 1151-1164.

400Sans tomber dans le déterminisme, il faut bien constater que la géographie physique n’est pas sans influence sur le développement du commerce sino-centre-asiatique. Ainsi le fait de ne pas partager de frontières communes avec la République populaire de Chine constitue au départ un handicap pour certaines des républiques étudiées. C’est le cas de l’Ouzbékistan ou du Turkménistan. L’acheminement des marchandises est en effet moins aisé puisque les productions provenant de ces Républiques et à destination du marché chinois ou au contraire destinées à leur marché en provenance de la Chine doivent transiter par le territoire d’au moins un État tiers. On retiendra que ce seul transit par le territoire d’un ou de plusieurs État tiers peut accroître les risques (problèmes de sécurité, corruption, etc.) et les coûts (délais aux frontières, droits de douanes, assurance, taxes, frais de transport), ce qui constitue autant d’entraves à l’essor du commerce. Ce handicap géographique peut, bien entendu, être en partie réduit par l’établissement d’une coopération efficace avec le ou les État(s) de transit. Malheureusement, au cours des années 1990, les relations entre les Etats centre-asiatiques ont parfois été tendues. L’absence de coopération entre anciennes républiques soviétiques a été relevée à de nombreuses reprises par les observateurs1823. Le handicap de départ que constitue l’absence de frontières communes a été exacerbée par le mauvais état des relations entre républiques d’Asie centrale. Additionnés, ces deux facteurs ont constitué un obstacle non négligeable à l’essor des relations entre la Chine et certains de ses voisins centre-asiatiques notamment l’Ouzbékistan et le Turkménistan.

401Dans l’autre sens, le fait qu’il existe une longue frontière commune entre le Kazakhstan et le nord du Xinjiang -c’est-à-dire la partie la plus développée sur le plan économique de cette région mais aussi la plus sûre pour le pouvoir chinois car une forte population han s’y concentre-, ainsi que des voies d’accès naturelles a contribué à faciliter le développement du commerce bilatéral. On remarquera cependant que l’existence d’une frontière commune importante (414 km) ainsi que de conditions naturelles relativement favorables entre la région de Tashkorgan au sud-ouest Xinjiang et l’oblast de Murghab n’ont pas suffi à faire décoller les échanges bilatéraux sino-tadjiks. La situation politique troublée du Tadjikistan au début des années 90 ainsi que des raisons de sécurité (trafic de la drogue et des armes et crainte d’une propagation de l’islamisme radical) ont semble-t-il largement ralenti l’essor de relations économiques bilatérales en limitant la mise en place des infrastructures de transports et en maintenant fermée la frontière commune.

  • 1824 « Report on development of Xinjiang’s border trade », Renmin Ribao dans FB1S-CHI-96-217, October 5, (...)

402D’autres raisons liées à la géographie physique de la région autonome du Xinjiang ont également contribué à limiter le décollage des relations économiques sino-centre-asiatiques. Comme le signalait ainsi un article du Quotidien du Peuple, la majorité des ports frontaliers mis en place par la région autonome du Xinjiang sont localisés dans des régions relativement isolées, ce qui ne facilite pas le commerce entre les habitants des deux côtés de la frontière. Ils ne peuvent pas, dans la majorité des cas, s’appuyer sur des villes proches, ce qui constitue une faiblesse intrinsèque1824. Cet isolement entraîne des conséquences économiques. Un article du Quotidien du Peuple datant de 1996, donne ainsi l’exemple de l’échec de la foire frontalière organisée à Alatou. Si cette dernière attire bien des clients venus de l’intérieur de la Chine pour échanger des produits, presque aucun Kazakh du Kazakhstan n’y participe à ce moment. La raison de cette absence réside dans le fait que le territoire kazakh adjacent à la région d’Alatou est peu peuplé et qu’il n’y a dès lors que très peu de clients kazakhs potentiels pour la foire organisée du côté chinois de la frontière. Outre l’isolement, les conditions climatiques parfois extrêmes de la région ralentissent le transit des marchandises et obligent également certains de ces points de passage à une ouverture saisonnière, ce qui limite bien entendu les possibilités de flux.

4.2.2. Barrières tarifaires

  • 1825 Selon le FMI, les taxes sur les importations en Chine s’élèvent en moyenne à 16,4 % contre 30 % en (...)

403Une étude récente réalisée par deux chercheurs chinois membres d’un institut lié au ministère du commerce (Mofcom) et consacrée aux relations économiques entre les pays membres de l’« Organisation de coopération Shanghai » (OCS) -dans le cas qui nous intéresse les échanges entre la Chine, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan-, met en lumière un certain nombre de barrières tarifaires qui constituent autant d’obstacles au développement du commerce sino-centre-asiatique. Li Gang et Liu Huaqin relèvent ainsi la question des droits de douanes. Ces derniers qui s’élèvent en moyenne à 11 % pour la Chine1825, 12 % pour le Kazakhstan, 5,2 % pour la République kirghize, 20 % pour l’Ouzbékistan et 10 % pour le Tadjikistan, entrent dans cette catégorie d’entraves aux échanges.

  • 1826 IMF, Republic of Tajikistan : Selected Issues and Statistical Appendix, Country Report, n° 03/5, Ja (...)
  • 1827 LI, Gang, LIU, Huaqin, « Proceeding Gradually. Study on Regional Economic Cooperation in the Shangh (...)
  • 1828 TOUBEAU, C., GELENINE, M., Fiche-Turkménistan, Mission économique de Bakou, Août 18, 2003.

404Mais la question des droits de douane doit cependant être interprétée avant de tirer des conclusions. Les importations de produits originaires du Kazakhstan en direction de la Chine proviennent en grande partie du commerce transfrontalier à petite échelle. Un grand nombre de ces produits jouirait de conditions spéciales mises en place par Pékin et qui ont pour résultat d’abaisser considérablement le taux de taxation et donc de faciliter les exportations kazakhes en direction de la République populaire. D’un autre côté, les exportations chinoises en direction du Kazakhstan, du Tadjikistan ou de l’Ouzbékistan sont majoritairement composées de produits (textiles, vêtements, produits industriels légers) soumis à des droits de douane plus élevés que la moyenne des droits de douane sur les importations. Ainsi, par exemple, dans le cas du Tadjikistan, Douchanbé maintient des droits de douanes s’élevant à 20-25 % sur les tissus de coton et sur les textiles1826. L’existence de ces tarifs constitue un frein important aux exportations chinoises en direction de ces marchés1827. Dans le cas du Turkménistan, de manière générale, Achkhabad contrôle les importations et les exportations. Selon une note de synthèse de la mission économique française de Bakou, des droits de 20 à 100 % sont imposés sur certains produits agro-alimentaires, certains produits chimiques, les pompes et les petits matériels électriques. Pour le reste, les importations ne sont pas soumises à droits de douane. Néanmoins, Achkhabad perçoit des droits d’accise sur les produits importés, supérieurs aux droits imposés pour la production locale qui peut en être totalement exonérée1828. Ces droits constituent bien entendu une barrière tarifaire importante aux échanges.

  • 1829 Voir ISLAMOVA, G., « Eurasian Economic Community : Purposes, Challenges and prospects », Central As (...)
  • 1830 Voir l’article 2 du traité établissant la Communauté Economique Eurasienne dans (http://www.mpa.eur (...)
  • 1831 Les différents accords signés entre les parties sont restés en grande partie lettre morte. Aucune v (...)
  • 1832 LI, Gang, LIU, Huaqin, « Proceeding Gradually. Study on Regional Economic Cooperation in the Shangh (...)

405En outre, la République kirghize, le Kazakhstan et le Tadjikistan sont membres avec la Russie et le Belarus de la Communauté Economique Eurasienne (Eurasian Economic Community/EEC1829) fondée le 10 octobre 2000 et dont l’objectif1830 est la formation d’un espace économique commun en renforçant tout d’abord l’union douanière existante entre les États membres1831. Comme le remarquent Li Gang et Liu Huaqing, l’existence de cette union douanière constitue une entrave au commerce de la Chine avec ces pays dans la mesure où les taxes à l’importation pratiquées par les États membres de cette union sont particulièrement dirigées contre les importations des pays non membres, Chine y compris1832. De l’avis des chercheurs chinois, la réduction de ces barrières tarifaires est malaisée à obtenir étant donné le fait que contrairement à la République kirghize qui est membre de l’ОМС depuis le 20 décembre 1998, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan ne sont pas membres de cette organisation et qu’il est dès lors difficile de leur demander d’abaisser leurs droits de douane conformément aux principes de libéralisation des échanges que l’OMC a fixés.

4.2.3. Barrières non-tarifaires

  • 1833 Cité dans SPECHLER, M., « Crouching Dragon, Hungry Tigers : China and Central Asia », Contemporary (...)
  • 1834 Voir ADB, « Barriers to Trade » dans http://www.adb.Org/Carec/trade.asp#Barriers
  • 1835 IMF Kyrgyz Republic : Selected issues and Statistical Appendix, Country Report, n° 03/53, March 7, (...)

406Outre les barrières tarifaires, il existe également une autre catégorie d’entraves aux échanges, la catégorie très large des barrières non tarifaires. Parmi ces obstacles, la Banque asiatique du développement cite par exemple le fait que la Chine continue à imposer des quotas d’importations sur de nombreux produits. Pour pouvoir les importer, il faut en outre obtenir une autorisation auprès des autorités du Xinjiang, ce qui constitue une entrave supplémentaire1833. Cette politique limite les échanges entre la région autonome du Xinjiang et les républiques d’Asie centrale1834. Pékin a ainsi imposé des restrictions quantitatives à l’importation de coton-fibre. Les importations hors quotas sont taxées à 54 %, ce qui restreint par exemple les échanges sino-kirghizes1835.

  • 1836 SPECHLER, M., « Crouching Dragon, Hungry Tigers : China and Central Asia », op. cit., p. 277.
  • 1837 LI, Gang, LIU, Huaqin, « Proceeding Gradually. Study on Regional Economic Cooperation in the Shangh (...)
  • 1838 Il y a délais importants pour l’obtention de visas pour les hommes d’affaires aussi bien vers la Ch (...)

407Dans le domaine des exportations, de manière générale, les délais pour la récupération de la taxe sur la valeur ajoutée seraient également très long au Xinjiang, ce qui constitue une nouvelle entrave au commerce sino-centre-asiatique1836. Dans la catégorie des barrières non tarifaires aux échanges, à l’issue d’une enquête basée sur des questionnaires auprès des autorités des pays membres de l’OCS, Li Gang et Liu Huaqin relèvent que « (t)he various existing barriers in areas of custom procedures, standard conformity, business mobility, and regulatory environment in members of the Shanghai Cooperation Organization are seriously hampering the expansion of trade among SCO members in the region »1837. Les barrières existantes dans le domaine des procédures douanières (par exemple les règles et les procédures douanières peuvent être complexes, peu claires et lentes), des standards de conformité (qui peuvent par exemple manquer de transparence) et de la mobilité des hommes d’affaires (l’obtention de visas d’affaire ou de certificat de résident temporaire peut ainsi poser problème, être particulièrement lente ou onéreuse1838) sont considérées comme particulièrement importantes dans le cas des pays membres de l’OCS.

  • 1839 Ministry of External Trade and Industry, Intergovernmental Kyrgyz-Chinese Commission on Trade and E (...)
  • 1840 IMF Kyrgyz Republic : Selected Issues and Statistical Appendix, op. cit., p. 28.

408A titre d’exemple, la République kirghize signale que l’accord entre Kyrgyzstandard et le State Bureau of Technical Surveillance of the PRC on Cooperation in the Area of Standardization, Metrology and Certification du 8 juillet 1996 n’est pas mis en oeuvre. Bi-chkek ajoute que « the format of joint certificate has not been developed yet. The goods imported from the PRC are not accompanied by certificates of compliance of a special format in most of the cases. No answer from the Chinese side is received in response to the recjuest for providing normative documents on 23 items of food and agricultural products, machinery building goods, light industry goods and consumer goods »1839. Autre exemple, dans le secteur du mercure, une production que la République kirghize exporte vers la Chine en quantité importante -Bichkek est le troisième producteur mondial de mercure derrière l’Espagne et la Chine-, Pékin impose l’obtention d’une licence d’importation. Or, il en a suspendu l’octroi en 2001, ce qui a bien entendu bloqué toute exportation de cette production kirghize vers son territoire1840.

  • 1841 ADB, « Central Asian Republics to strengthen customs cooperation », News Release, n° 013/02, Februa (...)
  • 1842 Il s’agit de « (i) Simplification and harmonization of customs documentation ;(ii) Development of b (...)
  • 1843 Regional Customs Cooperation Meeting, Common Action Plan, Endorsed by the Customs Cooperation Commi (...)

409Certaines améliorations pourraient être apportées à l’avenir dans le domaine des barrières non tarifaires afin de faciliter et accroître les échanges. Ainsi, face au problème de la complexité des formalités douanières, un « comité de coopération douanière » (Customs Cooperation Committee CCC) a été établi en janvier 2002 et approuvé en février 2002, à la suite de réunion préparatoire qui se sont tenues en août 20011841. Ce comité se compose des directeurs des services douaniers des cinq républiques d’Asie centrale mais aussi de la Chine, de l’Azerbaïdjan et de Mongolie. La première réunion de ce comité s’est tenue à Urumqi en août 2002. Tous les pays membres étaient représentés lors de cette rencontre qui a en outre accueilli des représentants de la Banque asiatique de développement et de l’Organisation mondiale des douanes. Un des objectifs principaux de cette réunion était d’essayer d’accroître la coopération dans le domaine des procédures douanières pour faciliter les échanges entre Etats membres pour la période 2002-2004. Un plan d’action commun se concentrant sur sept domaines1842 a ainsi été adopté1843.

  • 1844 BAO, Dengquan, HE, Lunzhi, « Zhongguo yu Zhong Ya wuguo jishu jingji he-zuo yanjiu : Xinjiang anli  (...)
  • 1845 Idem

410Du côté chinois, les auteurs citent par ailleurs un nombre important de problèmes dans les relations économiques sino-centre-asiatiques. Un article de la revue chinoise Shijie jingji wenhui publié en 1995 et consacré aux relations économiques sino-centre-asiatiques, particulièrement au cas du Xinjiang, constate ainsi qu’à la fin de l’année 1994, la plupart de la trentaine d’entreprises du Xinjiang opérant en Asie centrale est en déficit. Si les auteurs de l’étude attribuent une partie des raisons de cette situation aux erreurs des sociétés chinoises elles-mêmes, ils signalent cependant l’existence de problèmes importants en Asie centrale. Selon eux, dans les cinq Républiques, l’instabilité des politiques résultant de modifications unilatérales est importante, le système légal n’est pas parfait, les entreprises sont confrontées à des phénomènes importants de ruptures de contrats et de promesses, et la proportion d’engagements respectés est faible. Ils relèvent également l’existence de problèmes de dépréciation monétaire et de variation des prix des marchandises. En outre, le management chaotique du système financier, la pénurie de devises étrangères et les difficultés de transport des marchandises forment autant d’obstacles à l’essor du commerce1844. Ils signalent enfin la détérioration de l’environnement pour le commerce de marchandises à partir de 1993 et l’adoption par le Kazakhstan et les autres républiques d’Asie centrale en 1994, de politiques de restrictions du commerce de marchandises1845.

  • 1846 Même constat dans LIU, Qingjian, « Sino-Central Asian Trade and Economic Relations : Progress, Prob (...)
  • 1847 YAO, Qinghua, PAN, Guang, YU, Jianhua, DING, Peihua, « Zhongguo vu Zhon-gya guojia jingmao hezuode (...)
  • 1848 Idem, p. 79.
  • 1849 Signalé dans SINGH, Swaran, « Sino-Central Asian Ties : Problems and Prospects », Strategic Analysi (...)
  • 1850 Les autorités du Xinjiang ont officiellement accru le contrôle de qualité sur les produits exportés (...)
  • 1851 « Li Peng affirms entrepreneurs’ role in Central Asia visit », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CH (...)
  • 1852 Aussi YU, Kei. QIN. Peng,. Xinjiang yu Zhong Ya guojia maoyide xianzhuang, wen ti vu falu duice », (...)

411On peut raisonnablement penser que la situation a pu s’améliorer par la suite en partie. Pourtant, un article de la revue chinoise Dong Ou Zhong Ya Yanjiu datant de 1998 et consacré au développement et à l’approfondissement de la coopération économique et commerciale sino-centre-asiatique relève la persistance d’un nombre important de difficultés limitant les échanges commerciaux entre la Chine et ses voisins. Outre la faiblesse chronique des infrastructures de transports et de communication, les auteurs de cette étude soulignent le problème de la faible qualification des personnes engagées dans les relations commerciales sino-centre-asiatiques1846. Les deux côtés manquent selon eux de personnes qualifiées ou d’experts capables de s’occuper du commerce extérieur. Les acteurs ignorent souvent les régies de l’économie de marché et n’ont pas de connaissance de l’économie ou du commerce international1847. En raison des faiblesses du contrôle gouvernemental et du système juridique, les dispositions des contrats et les délais de livraison ne sont pas respectés. Les conventions sont modifiées unilatéralement, les phénomènes de rétention marchandises et d’appropriation des paiements sont également très répandus. Selon ces auteurs, cette situation serait plus sévère en Asie centrale qu’en Chine. Ils relèvent par ailleurs que l’environnement pour les investissements en Asie centrale n’est pas idéal, que le droit présente des failles et que le système juridique est incomplet1848. Ils soulignent également la mauvaise qualité des produits échangés tant de leur côté que de celui de leurs partenaires centre-asiatiques -problème grave au point d’avoir suscité certaines réactions anti-chinoises au Kazakhstan et en République kirghize1849, d’avoir fait l’objet de mesures spécifiques de contrôle de la part des autorités régionales du Xinjiang pour essayer de sauvegarder la réputation des marchandises chinoises sur les marchés d’Asie centrale1850, d’être soulevé par le président Nazarbaev lors de ses entretiens avec Jiang Zemin et Li Peng en octobre 1993, et d’être à nouveau évoqué par Li Peng pour apaiser ses interlocuteurs centre-asiatiques lors de sa tournée en Asie centrale en avril 19941851-. Le non-respect des engagements conclus et l’affaiblissement de la confiance entre partenaires qui résulte de cette situation, ainsi que la faiblesse de la gestion et du management du commerce transfrontalier et la déficience du cadre juridique en cas de différend commercial constituent enfin selon eux autant de facteurs limitant l’essor du commerce1852.

  • 1853 Voir LIU, Qingjian, « Sino-Central Asian Trade and Economic Relations : Progress, Problems and Pros (...)
  • 1854 ZHANG, Ji, Kua shiji Zhongguode guoji huanjing yu duiwai zhanlüe, op. cit., p. 406.
  • 1855 SPECHLER, M. « Crouching Dragon, Hungry Tigers : China and Central Asia », op. cit., p. 276.

412Liu Qinqjian relève pour sa part dans un texte de 1998 que les accords conclus entre la Chine et ses voisins centre-asiatiques dans le domaine économique ne sont mis en œuvre que de façon limitée1853. Un autre auteur chinois, Ji Zhang signale également dans un livre publié en 1998 que les banques chinoises et centre-asiatiques n’ont pas encore établi à ce moment de relations de service normal, ce qui constitue un obstacle au développement de relations commerciales à grande échelle1854. D’après des interviews réalisées à Pékin et Urum-qi par M. Spechler en 2003, il semble que la partie chinoise considère également qu’il y a encore trop peu de banques commerciales fiables en Asie centrale1855.

4.2.4. Problèmes liés aux transports

413La faiblesse des infrastructures de transport constitue un obstacle très important aux échanges sino-centre-asiatiques. Malgré l’accent particulier que la Chine a mis dans la décennie 90 sur le développement, le renforcement ou l’amélioration des infrastructures de la région autonome du Xinjiang et dans une moindre mesure en direction des républiques d’Asie centrale à partir de son territoire, il existe encore d’importantes barrières physiques et non physiques dans ce domaine. Concernant les barrières physiques, on relèvera ainsi que l’inexistence ou la faiblesse des infrastructures routières et ferroviaires limite non seulement les échanges commerciaux entre la Chine et certains de ses voisins centre-asiatiques mais aussi les occasions de contacts et donc les possibilités d’exploration des marchés et de mise en place de joint-ventures. Les réseaux de transport à l’intérieur des républiques d’Asie centrale sont par ailleurs eux-mêmes vétustes ou déficients. Ils ne sont pas non plus unifiés. Certaines parties du territoire de ces États sont ainsi difficilement accessibles. Le fait que le système de transport datant de l’époque soviétique était tourné exclusivement vers la métropole russe ne facilite pas non plus le transit vers d’autres régions pourtant proches. En raison de la configuration du système soviétique qui ne tenait pas compte de « frontières » au sein de l’URSS, le passage de marchandises nécessite souvent depuis l’indépendance des républiques centre-asiatiques le transit à travers plusieurs États, y compris pour gagner des parties du « territoire national » de ces nouvelles Républiques. Ces facteurs pèsent d’autant sur les dynamiques commerciales.

  • 1856 IMF ; Kyrgyz Republic : Selected Issues and Statistical Appendix, Country Report n° 03/53, March 7, (...)
  • 1857 Voir sur les difficultés rencontrées dans le secteur routier, le mode de transport principal en Rép (...)
  • 1858 SULAIMANOVA. A., « Overview of the Transport Sector in the Kyrgyz Republic », Bisnis, U.S. Departme (...)
  • 1859 Idem.

414Selon un rapport du Fonds monétaire international publié en 2003, les infrastructures de transport sont encore inadéquates pour assurer le décollage des échanges entre la République populaire et la République kirghize1856. Il n’existe aucune liaison ferroviaire entre les territoires chinois et kirghize. Les deux pays ne sont reliés que par deux axes routiers de transit : la route Kachgar/Torugart/Na-ryn/Bichkek et la route Kachgar / Irkeshtam (Passe de Karabel, 2931 m)/Sary-Tash/Och/Bichkek qui se prolonge vers le nord et le Kazakhstan via Kordai. Ces infrastructures ne sont pas en bon état en raison notamment du manque de maintenance en République kirghize1857 et devraient idéalement être améliorées pour assurer leur efficacité. La route entre Torugart et Bichkek demande des travaux de réhabilitation estimés en juin 2003 par l’administration américaine à 189 millions de dollars1858. Dans le second cas, si la section de route entre Bichkek et Och a fait l’objet d’une remise en état partielle à partir de 1997 grâce au financement de la Banque asiatique de développement, l’achèvement de ce tronçon restait encore une priorité en 2004. En outre, les travaux sur la section de route située entre Ir-keshtam et Och soit 262 km (qui se prolonge par ailleurs vers Andijan en Ouzbékistan, situé à 5 km de Och) n’étaient pas encore terminés en 2007. Cette section doit encore faire l’objet d’une réparation et d’une modernisation substantielle pour être véritablement effective et permettre l’essor du transport de marchandises par route entre le Xinjiang et les parties kirghize puis ouzbèque de la vallée du Ferghana1859. Ces deux routes connaissent en outre des problèmes d’enneigement en hiver qui peuvent les rendre impraticables.

  • 1860 A partir de Kurgan-Tioubé, la Asian Highway 7 rejoint Douchanbé puis Kofirni-gan, ville à partir de (...)

415Dans le cas du Tadjikistan, il faut souligner l’absence jusqu’à récemment de point de passage frontalier entre le Xinjiang et le territoire tadjik ainsi que l’absence d’axes ferroviaires et routiers directs. Il existe deux axes routiers est-ouest principaux traversant le Tadjikistan et reliant potentiellement ce pays à la Chine. Le premier nécessite le transit par le territoire de la République kirghize. Il relie la frontière ouzbèque (Toursanzade) à la frontière kirghize (Karamyk) via Douchanbé, Charm et Jirgatal (Asian Highway 65) puis se prolonge à travers le territoire de la République kirghize jusqu’à la frontière chinoise à Irkeshtam via Karamyk et Sary-Tash en empruntant une section de la route kirghize Irkeshtam/Och qui doit faire l’objet d’une réhabilitation importante comme nous venons de le voir. Ce transit obligatoire par le territoire kirghize pèse bien entendu sur le Tadjikistan. Le second axe routier, particulièrement intéressant pour l’essor du commerce sino-tadjik, puisqu’il emprunte uniquement le territoire tadjik sans avoir à traverser la République kirghize, débute à la frontière afghane (Nizhiniy Panj) en direction du nord, traverse Kur-gan-Tioubé, puis Douchanbé et oblique à l’est vers Kofirnigan puis le sud vers Kulyab où il longe à nouveau la frontière afghane vers l’est et Kulaikhum puis Khorog et Murghab avant d’atteindre la frontière chinoise à la Passe de Kulma (4362 m)1860. C’est la seule route directe reliant potentiellement le territoire tadjik à la région autonome du Xinjiang. A partir de la frontière chinoise, on peut ensuite gagner le Pakistan via la Karakorum Highway en passant par le poste de Khunje-rab (4655 m) en direction de Gilgit puis Islamabad et enfin les ports pakistanais de l’océan Indien.

  • 1861 BEKMAGAMBETOV, M., NURGALIEVA, S., Study on the Capacity and Institution Building of Transit Corrid (...)
  • 1862 « Bus line between China, Tajikistan to begin operation next month », Xinhua, May 24, 2004.

416On retiendra cependant tout d’abord que cette route est interrompue pendant la saison froide entre Douchanbé et Khorog au col de Haburabad (3270 m). Par ailleurs, nous avons vu que les travaux sur la section de 32 km Murghab-Passe de Kulma (frontière chinoise) n’ont été terminés qu’en 2001-2002. Une fois ces derniers réalisés, la route pourtant en place n’a pas fonctionné1861. La barrière physique a certes disparu depuis 2001/2002 mais d’autres facteurs sont entrés en jeu pour empêcher l’utilisation de cette infrastructure. Bien que les informations fassent défaut, il semble de l’avis de certains observateurs familiers de cette zone que des questions de sécurité (activité potentielle de mouvements radicaux islamistes, possibilité de trafic de la drogue), ont poussé Pékin à repousser l’ouverture d’un port frontalier pour le commerce avec le Tadjikistan jusqu’en mai/juin 2004. Cet élément ajouté à l’absence d’infrastructure directe entre les deux pays jusqu’en 2002 a bien entendu constitué un obstacle important au commerce sino-tadjik. La mise en place d’une ligne régulière de bus de 669 km entre Kachgar et Khorog, la capitale de la région autonome tadjike du Haut-Badakh-shân1862, couplée à l’ouverture annoncée en mai/juin 2004 de la route de Kulma en même temps que du poste frontalier de Kalasu pour le commerce sino-tadjik pourraient permettre à l’avenir un renforcement des relations commerciales bilatérales entre la région de Murghab et le sud Xinjiang.

  • 1863 KAMBIZ, Arman, « Implications of the new bus link between China and Tajikistan », Eurasia Insight, (...)

417On peut cependant penser que l’ouverture de cette route, qui insuffle un certain dynamisme dans la région, ne sera pas suffisante pour faire décoller substantiellement les échanges sino-tadjiks. Les problèmes liés aux transports demeurent en effet très importants au Tadjikistan. Le premier bus chinois venant de Kachgar est ainsi arrivé à Khorog le 27juin 2004, après 24 heures de route soit une moyenne horaire de 29 km/heure. Il a ensuite poursuivi sa route vers Douchanbé qu’il n’a atteint que deux jours plus tard. On s’attend en outre à la fermeture de la route entre octobre et mai en raison des conditions climatiques règnant dans la région. L’essor substantiel du commerce sino-tadjik à travers ce nouvel axe routier constitue donc au mieux une perspective à moyen terme1863.

  • 1864 Une étude réalisée pour le Kazakhstan dans le cadre du programme Silk Roadde l’UNDP constate ainsi (...)

418Avec le Kazakhstan, la situation en matière de transport est meilleure que celle des deux autres républiques frontalières de la Chine mais elle est cependant encore loin d’être idyllique. Il existe certes cinq points de passage transfrontalier entre le Xinjiang et le territoire ka-zakh mais dans le domaine routier, d’importantes barrières non physiques au transport subsistent encore à la frontière sino-kazakhe. On peut ainsi citer l’existence de délais, d’inspections ou de contrôles injustifiés, l’imposition sans motif de taxes importantes ou encore la limitation géographique à la circulation en territoire chinois faite aux transporteurs routiers kazakhs1864.

  • 1865 En 2001, les installations de Druzhba/Dostyk pouvaient traiter 300 conteneurs par jour. Grâce à des (...)
  • 1866 Voir « Renmin Ribao on Xinjiang Frontier Troops », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-92-153, August 7, 199 (...)
  • 1867 Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, 1992-1993, The Editorial Board of the Alma (...)
  • 1868 « Chinese, CIS transport ministers meeting opens », Xinhua dans FBIS-CHI-94-208, October 27, 1994.
  • 1869 « Poste de transit du Col Ala », China.org.cn, December 21, 2004.
  • 1870 « Port de Korgas », China.org.cn, December 21, 2004.

419Contrairement aux deux autres Républiques frontalières, les relations économiques sino-kazakhes bénéficient de l’existence d’une importante ligne ferroviaire, la voie ferrée qui relie la côte de la Chine au territoire kazakh via le nord Xinjiang puis la passe d’Alatou/Druzhba. Elle est en activité depuis le début des années 1990. En termes de capacité, Alatou/Dostyk1865 qui est à la fois un port routier et ferroviaire, est devenu le port principal du Xinjiang pour le transit du commerce en direction de l’Asie centrale même si les rigueurs climatiques -les vents violents sont très fréquents dans la région1866- rendent parfois l’utilisation de la route problématique. Au cours de l’année 1992, selon les statistiques chinoises, 720 000 tonnes de marchandises ont transité par ce port frontalier1867. Toujours selon les statistiques chinoises, entre décembre 1992 et octobre 1994, la ligne ferroviaire à travers Alatou a transporté 46 000 passagers1868. Par comparaison, en 2002, 81 000 voyageurs et 9 900 véhicules ont transité par route ou par voie ferrée par ce poste et 5,9 millions de tonnes de marchandises ont été importées ou exportées à travers lui1869. Le poste de Korgos, le second poste de transit en importance du Xinjiang, a pour sa part vu transiter 20 000 voyageurs et 29 000 véhicules et seulement 340 000 tonnes de marchandises en 20021870.

  • 1871 « China, CIS railroad ministers meet », Xinhua, October 28, 1994.
  • 1872 « Agreement on Eurasian Railway signed », China Daily dans FBIS-CHI-94-210, October 31, 1994.
  • 1873 ZHURAVLEV, V., « Competitors want to deprive BAM of the title ’railroad of the century’ », op. cit. (...)
  • 1874 « Alataw-Urumqi train route opens », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0419, April 20, 1999.
  • 1875 « Railway in PRC cuts international trasport fees », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0601, June 1, 1999.

420Malgré ces chiffres, les résultats ont été considérés comme très en-dessous des attentes pendant la période étudiée. Le manque de coordination et de coopération entre les différents acteurs, la vétusté du matériel, les différences dans les droits de transit des États traversés ainsi que l’absence de procédures douanières communes ont constitué les principaux obstacles à l’utilisation optimale de ce poste au début des années 1990. Pour tenter de remédier à ces problèmes, une réunion des ministres des chemins de fer et des transports de sept États (la Chine, la Russie et les cinq républiques d’Asie centrale) a été organisée en octobre 1994 à l’initiative de la Chine. Il s’agissait de discuter des possibilités d’amélioration de la coopération régionale en matière de transports ferroviaires pour faire revivre la « route de la Soie » et en créer une moderne selon les mots de Li Peng1871. A l’issue de troisjours de conférence, les participants sont parvenus à un accord en vue notamment de coordonner leurs droits de transit et leur plan de transport1872. Après cette réunion, les quantités de marchandises transportées ont progressivement augmenté. En 1996, selon la presse russe, 2 Mt de fret sont passées par Alatou/Druzhba en direction du territoire chinois (1,370 million de tonnes provenant du Kazakhstan, 0,516 million de tonnes provenant d’Ouzbékistan et seulement 95 000 tonnes originaires de Russie). Pékin a pour sa part fait transiter par cette voie 195 000 tonnes de fret (40 000 tonnes vers le Kazakhstan, 131 000 tonnes vers l’Ouzbékistan et le reste à destination du Turkménistan, de la république kirghize et de la Russie)1873. En avril 1999, un article de Xinhua indiquait qu’au cours des huit dernières années, 8 millions de tonnes de marchandises avaient transité par ce port1874. Pour accroître l’utilisation de cette voie ferrée à travers Alatou, la Compagnie de chemin de fer du nord Xinjiang a annoncé en juin 1999 qu’elle allait réduire ses tarifs de transport1875.

  • 1876 Chiffres du ministère kazakh du transport et des communications cités dans GUSSEVA, L., « Transit p (...)

Exportations et importations du Kazakhstan vers la Chine à travers Alatou/Druzhba 1992-20011876. (en milliers de tonnes)

Exportations et importations du Kazakhstan vers la Chine à travers Alatou/Druzhba 1992-20011876. (en milliers de tonnes)
  • 1877 « New Railway to Link China, Europe », Xinhua, March 19, 2004.
  • 1878 « Railroads-Sound Choice », Kazakhstanskaya pravda, April 10, 2004.
  • 1879 TANG, Wei, « Zhongguo xibu yu Zhong Ya diqu huowu yunshu falu shiwu », Xinjiang Daxue Xuebao, vol. (...)
  • 1880 XU, Shu, « The New Asia-Europe Land Bridge. Current situation and future prospects », Japan Railway (...)

421Comme le montre le tableau ci-dessus, basé sur les statistiques kazakhes, le volume de marchandises transitant par ce port, en progression constante depuis 1994 a connu une accélération importante après 1998. Le volume de marchandises transportées a ainsi doublé entre 1998 et 2001. En 2003, il a atteint 7,5 millions de tonnes1877 et 9,2 millions de tonnes en 20041878. On retiendra que malgré cette progression, les quantités de marchandises transportées par rail entre la Chine et le Kazakhstan demeurent de l’avis des observateurs chinois en-deçà des attentes initiales1879. De plus, contrairement aux espoirs initiaux, l’idée de création d’un « pont ferroviaire continental euro-asiatique » pour le commerce entre la Chine et l’Europe via le Kazakhstan ne s’est pas matérialisée jusqu’à présent. Alors que ce « corridor du nord » reliant potentiellement Lianyungang à Rotterdam à travers le Kazakhstan et la Russie puis le nord de l’Europe est ouvert depuis plus de 10 ans, le volume de marchandises transportées par cette ligne en direction de l’Europe reste marginal. Les marchandises transitant par ce « corridor » sont en fait destinées au Kazakhstan et dans une moindre mesure à l’Ouzbékistan et à la Russie. Ce « corridor » est donc principalement utilisé dans le cadre du commerce régional Chine/Kazakhstan. Il est donc difficile de parler à ce stade de voie de transit pour les marchandises chinoises à destination de l’Europe à travers le Kazakhstan1880.

  • 1881 SUN, Zhuangzhi, « Zhong Ya wu guode diyuan zhanlue diwei », Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, n° 4, 2000, p. (...)

422De nombreux problèmes limitent le rôle potentiel de cette ligne pour le commerce sino-européen, si bien que jusqu’à présent, elle n’a pas actualisé le potentiel que divers observateurs -notamment chinois-lui prêtent. Ainsi, dans un article de l’année 2000 consacré à la position géostratégique de l’Asie centrale, Sun Zhuangzhi, Directeur adjoint du Département Asie centrale de l’Institut d’études de l’Europe de l’Ouest, de la Russie et de l’Asie centrale de l’Académie chinoise des sciences sociales, soulignait l’importance de cette région comme « pont continental » (da lu qiao) entre l’Asie de l’Est et l’Europe. Selon lui, ce nouveau « pont continental » avait une très grande importance économique et stratégique. Sur le plan économique, il réduit les distances de transport de 1286 km au miminum et de 3545 km au maximum par rapport à l’ancien pont continental, c’est-à-dire au Transsibérien. Les frais de transport pour les marchandises empruntant ce nouveau pont pourraient être de 12 % moins élevés que pour celles empruntant le Transsibérien et 20 à 25 % moins chers que celles empruntant la voie maritime et terrestre. Le temps nécessaire au transport pourrait également être réduit par cette voie puisqu’on passerait de 56 jours par voie maritime à 11 ou 12jours1881. Malheureusement, en pratique, les perspectives du « pont continental » à travers l’Asie centrale vers l’Europe se sont jusqu’ici révélées moins idylliques que prévu. Pour Sun Zhuangzhi cependant, sur le plan stratégique, le nouveau pont continental, en évitant le territoire russe, accroît le sentiment de sécurité des États d’Asie de l’Est (y compris la Chine ?, ce que l’auteur ne dit pas clairement) et d’Asie centrale mais aussi de pays comme la Turquie. Ce facteur stratégique mérite en tout cas d’être retenu.

  • 1882 Voir BEILOCK, R., BONEVA, P., JOSTOVA, G., KOSTADINOVA, K., VASSILE-VA, D., « Road conditions, bord (...)
  • 1883 Selon Shu Xu, le transport d’une TEU par train revenait en 1997 à 3500 US $ contre 1200 US $ par ba (...)

423Parmi les problèmes, on retiendra particulièrement la question du coût. Le transport par chemin de fer a en effet un coût beaucoup plus élevé que le transport par bateau. D’après une étude réalisée en 1996, le transport continental est de manière générale deux fois plus onéreux au kilomètre que le transport maritime1882. Plus précisement dans le cas qui nous intéresse, Xu Shu relevait dans une étude publiée en 1997 que le prix du transport d’une TEU (Tweenty foot Equivalent Unit/Unité Equivalent vingt pieds) entre Lianyungang et Rotterdam par train était trois fois plus elevé que le transport du même volume de marchandises par bateau1883.

  • 1884 Idem, p. 32.
  • 1885 Voir NISSIN Corporation, « Transport to Mongolia and Central Asia via China », 2001 (http://www.nis (...)
  • 1886 Voir « Destroyed Lanzhou-Xinjiang railway line under repair », Xinhua dans FBIS-CHI-98-196, July 15 (...)
  • 1887 « Xinjiang militia reportedly guards railroads », Guofang dans FBIS-CHI-95-125, June 29, 1995.

424Par ailleurs, l’importance du facteur « temps » doit également être soulignée. Alors que la distance entre Lianyungang et Rotterdam par voie terrestre est de seulement 10 900 km contre 19 900 km par voie maritime et qu’en outre les trains sont normalement plus rapides que les bateaux, le facteur « temps » a joué en défaveur du « corridor du nord » du « deuxième pont continental euro-asiatique ». Xu Shu relèvait en effet en 1997 que le seul trajet depuis le port chinois de Lianyungangjusqu’à la frontière kazakhe à Alatou/Alashankou prenait déjà 18 jours. Selon son étude, alors que le transport par bateau entre les ports de Lianyungang et de Rotterdam prend 25 jours au total, le transport à travers le « corridor du nord » de marchandises non mises en conteneurs requiert 40 jours et le transport par la même voie de marchandises mises en conteneurs demande tout de même encore plus de 30 jours1884. En 2001, une société privée japonaise de transport donnait cependant des temps de transports plus rapides entre la Chine et l’Asie centrale soit 9 jours entre Lianyungang et Urumqi, 1 jour entre Urumqi et Alashankou et 3 jours entre Alashankou et Almaty1885. On notera cependant qu’il s’agit sans doute ici de vitesse maximale et qu’en outre, il subsiste des éléments d’incertitudes liés aux conditions climatiques des régions traversées. Ainsi, la ligne a été complètement interrompue en juillet et en août 1998 en raison de glissements de terrain et d’inondations, en avril 1999 en raison de chutes de neige et de vent violents et à nouveau en 2002 en raison de l’effondrement d’un pont près de Xian en juin de cette année1886. Ces différents incidents relativisent les progrès qui ont peut-être été réalisés dans la vitesse de circulation des trains ces dernières années. Il ne faut pas non plus oublier que les pertes de temps observées pour le transport par voie terrestre peuvent aussi être attribuées à d’autres facteurs. À titre d’exemple, un article du journal chinois Guofang publié en avril 1995 rapportait que pour l’année 1992 et les six premiers mois de 1993, le bureau des chemins de fer d’Urumqi avait enregistré 2987 affaires concernant des problèmes touchant aux chemins de fer allant du vol d’équipements ferroviaires à la destruction d’installations ferroviaires en passant par la mise en place de barrages et l’organisation de vols à mains armés dans les trains, si bien que la région autonome du Xinjiang a été finalement obligée de charger la milice de surveiller les voies ferrées1887.

  • 1888 AZOVSKIY, I., « Railroads in Central Asian countries : problems and prospects », Central Asia and t (...)
  • 1889 Idem.
  • 1890 En raison système soviétique, les entreprises fabriquant par exemple les composants pour les locoto (...)
  • 1891 GUSSEVA, L., « Transit potential of the Central Asian region’s transport complex : conditions and p (...)

425Une partie des infrastructures ferroviaires en place au Kazakhstan et ailleurs en Asie centrale en général est vétuste. Ainsi, au-delà de Druzhba/Dostyk, le réseau de chemin de fer kazakh n’est pas en très bon état. Le matériel ferroviaire date souvent des années 70 ce qui entraîne des problèmes d’usure. En Ouzbékistan, une étude datant de 1998 constatait ainsi que 40 % des voies ferrées et 40 % des locomotives du pays avaient besoin de réparations1888. Au Kazakhstan, en 1999, selon le ministre des transports et des communications, 68 % de la flotte de locomotives, 70 % des wagons de marchandises et 73 % des wagons de passagers étaient en mauvais état1889. Une partie importante du matériel de roulage centre-asiatique est immobilisé faute de maintenance, de pièces de rechanges1890, voire irréparable. Selon L. Gusseva, 90 % des infrastructures de transport des républiques centre-asiatiques devaient être réparées ou reconstruites1891. Ce délabrement généralisé des équipements ferroviaires (voies ferrées et matériels de transport) ralentit ainsi considérablement la vitesse de circulation des trains au Kazakhstan. A travers le territoire kazakh, elle atteint en 2003 à peine 40 km/h, ce qui est très insuffisant pour assurer un transit rapide vers le marché européen et devenir une alternative séduisante au transport maritime.

  • 1892 Lors d’une réunion rassemblant des experts des services de transport et des douanes du Belarus, d’A (...)
  • 1893 Depuis la publication de l’étude de Xu Shu, il semble cependant que la Chine et le Kazakhstan se so (...)
  • 1894 Dans SHIGERU, Otsuka, « Central Asia’s Rail Network and the Eurasian Land Bridge », op. cit., p. 48
  • 1895 Une station destinée à faciliter le changement de boggies fonctionne depuis avril 1998 à Alatou/Dru (...)
  • 1896 XU, Shu, « The New Asia-Europe Land Bridge. Current situation and future prospects », op. cit., p.  (...)

426A cela, il faut aussi ajouter le problème des délais lors du franchissement des frontières. Xu Shu signalait ainsi en 1997 que le passage de la frontière sino-kazakhe pouvait prendre jusqu’à 6 jours en raison d’inspections diverses et de formalités très bureaucratiques1892 mais aussi du fait de l’inadéquation des installations d’Alatou/Alashankou qui créait un encombrement important1893. Il faut en outre se souvenir que l’écartement des voies de chemins de fer est différent en Chine (1435 mm) et en Asie centrale et en Russie (1520 mm)1894. Le fret transporté depuis la Chine jusqu’en Europe par le « corridor nord » du « deuxième pont continental euro-asiatique » doit donc soit être arrêté à la frontière sino-kazakhe pour permettre le changement des boggies des wagons1895, opération qui se répétera une nouvelle fois à la frontière du Belarus et de la Pologne, soit être complètement transbordé également par deux fois aux mêmes frontières1896. Ce problème d’écartement des voies et ses conséquences pour le transport se pose dans les mêmes termes à la frontière entre le Turkménistan et la République islamique d’Iran.

  • 1897 Idem, p. 33.

427Les différents retards qui résultent des problèmes que nous avons évoqués et qui peuvent s’accumuler créent de l’incertitude. Les transporteurs ne peuvent pas être assurés que les marchandises seront livrées dans les délais impartis aussi sont-ils plutôt enclins à éviter l’utilisation de cette ligne. Enfin, le « corridor du nord » du « deuxième pont continental euro-asiatique » se heurte à la concurrence du chemin de fer Transsibérien. Selon Xu Shu, la Fédération de Russie qui craint de voir une large partie du transport du fret lui échapper a par exemple augmenté en 1997 les droits de transit pour les marchandises empruntant cette ligne et traversant son territoire1897. Ces différents éléments relativisent l’importance du Kazakhstan comme voie de transit entre la Chine et l’Europe et n’incitent pas non plus à l’optimisme quant au rôle qu’un « corridor du sud » reliant la Chine au Moyen Orient et à l’Europe via la République kirghize et l’Ouzbékistan pourrait jouer. A court terme, c’est surtout sur le plan régional qu’elle pourrait avoir des conséquences bénéfiques en réduisant les barrières physiques aux échanges entre la Chine (principalement le Xinjiang), la République kirghize et l’Ouzbékistan.

  • 1898 Cette route entre le Xinjiang et les régions du nord du Pakistan n’est ouverte au trafic qu’en été (...)
  • 1899 Voir détails et citations de A. Rashid dans RAMAN, В., « Continuing Unrest in Xinjiang. Update », S (...)
  • 1900 Concernant les relations sino-pakistanaises à propos des Ouïgours, voir SHI-CHOR, Y., « The Great W (...)

428Enfin, on constatera également que dans le domaine routier, certains accords n’ont pas non plus été mis en œuvre. C’est notamment le cas des accords bilatéreaux sino-tadjiks sur le transit routier signés en 1999 mais aussi de l’accord quadripartite entre la Chine, le Kazakhstan, la République kirghize et le Pakistan signé en mars 1995. A l’origine, il devait être mis en œuvre dès juillet 1995. Malgré l’optimisme initial et alors que la Chine a peu après signé un accord supplémentaire avec le Pakistan pour moderniser et améliorer la grand-route du Karakorum (Karakorum Highway)1898 afin de faciliter l’essor du commerce quadripartite avec les républiques centre-asiatiques, les autorités chinoises ont, semble-t-il, perdu leur intérêt pour la mise en œuvre de l’accord, notamment pour des raisons de sécurité. Il semble en effet que Pékin a craint que les nouvelles facilitités offertes au commerce ne profitent également à divers trafics -trafic de la drogue provenant d’Afghanistan et également trafic des armes légères- en direction de la région autonome du Xinjiang mais aussi à d’éventuels militants nationalistes ou radicaux islamistes ouïgours. Selon Pékin, ces derniers pourraient utiliser les nouvelles infrastructures et facilités entre le Pakistan, la Chine et l’Asie centrale pour circuler plus facilement, établir des contacts et trouver du soutien auprès de certains mouvements fondamentalistes islamiques pakistanais comme le Jamaat-e-Islami ou le Jamaat-e-Tablighi1899. On peut aussi penser que Pékin redoutait l’accroissement de la circulation de la propagande fondamentaliste dans la région autonome du Xinjiang ou le départ d’une nouvelle génération de jeunes Ouïgours vers les madrassas pakistanaises où ils pourraient être mis en contact avec l’idéologie islamiste radicale1900.

  • 1901 « Pakistan, PRC, Kazakhstan, Kyrgyzstan sign trade accord », Xinhua dans dans FBIS-CHI-98-328, Nove (...)
  • 1902 MOONIS, Ahmar, « Karakorum Highway’s role in Рак-Central Asian trade », The Dawn, September 25, 200 (...)
  • 1903 Voir « Relations with the Central Asian Republics » (http://embassyofpakistan.org/pbl.php)
  • 1904 « 200 permits for traffic-in-transit », The Daily Times, August 6, 2003.
  • 1905 Idem.
  • 1906 Environ 200 permis devaient être délivrés pour l’année 2004. Les parties se sont entendues sur la t (...)
  • 1907 Détails dans « China reaches agreement with 3 neighbors on transit transportation », Xinhua, April (...)

429L’accord de 1995 est en tout cas resté lettre-morte malgré la signature à Islamabad en novembre 1998, d’une nouvelle convention quadripartite sur le trafic de transit1901. Cette dernière, dont les règles de mise en œuvre entre les parties ont été finalisées et signées au niveau ministériel en novembre 1998, devait officiellement être d’application le 1er mai 1999. Cependant, comme le constatait deux ans plus tard un article du journal pakistanais The Dawn, « almost two years have passed since the signing of the Karachi-Almaty trade and transit route agreement and so far no progress has been achieved as far as the implementation process is concerned »1902. En 2003, selon les autorités pakistanaises, l’accord quadripartite attendait toujours sa mise en œuvre en raison d’une dispute avec le Kazakhstan sur le nombre de permis de transit routiers et les frais de transit1903. Un article du journal pakistanais Daily Times daté du mois d’août 2003 relève qu’une réunion d’experts des quatre pays signataires s’est tenue à Islamabad pour tenter de réduire « the various hurdles in transit traffic and agreed to waive the transit fees and toll charges for traffic-in-transit »1904. Le même article signale que les experts des quatre pays ont eu des entretiens pour tâcher de régler des problèmes essentiels, comme le nombre de permis routiers délivrés et les droits de transit, et faire des suggestions pour réduire les goulets d’étranglement qui ont bloqué l’exécution de l’accord quadrilatéral signé en mars 19951905. Les parties seraient finalement arrivées à un accord en avril 2004. Xinhua a annoncé que des vehicules de transport1906 originaires des quatre pays signataires (200 permis devraient être délivrés pour l’année 2004) seraient autorisés à franchir les territoires des différents partenaires à partir du 15 mai1907. Il aura donc fallu près de dix ans pour voir l’accord de 1995 être finalement mis en œuvre.

4.2.5. Difficultés rencontrées dans les ports frontaliers

  • 1908 « Report on Developement of Xinjiang’s border trade », Renmin Ribao dans FBIS-Chi-96-217, October 5 (...)

430La situation dans les ports frontaliers mis en place dans la région du Xinjiang pour le commerce avec les républiques d’Asie centrale est également loin d’être idyllique et leur gestion par les autorités locales loin d’être irréprochable. Les problèmes rencontrés au cours des années 1990 ont été nombreux. Un article d’une rare franchise du Quotidien du Peuple áu mois d’octobre 1996 dresse ainsi un état de lieu plutôt préoccupant des dysfonctionnements constatés aux différents points de passage. Outre le constat de problèmes récurrents d’infrastructures comme la faiblesse des communications téléphoniques, l’insuffisance de l’alimentation électrique ou le mauvais état des routes, il qualifie la gestion de ces ports frontaliers de « faible » et de « chaotique ». Il dénonce les problèmes liés à l’existence d’une multitude d’unités et d’organes opérant dans ces ports frontaliers et dont les compétences se chevauchent ainsi que la pratique de l’imposition arbitraire d’amendes et de droits divers, à tel point que selon lejournal de nombreux hommes d’affaires ont déserté les ports frontaliers et que le pouvoir a dû intervenir et fermer un certain nombre d’entre eux pour « rectification », y compris le port de Khorgos. Il relève ensuite l’existence d’un bureaucratisme excessif. Le transit d’un seul conteneur de marchandises nécessiterait ainsi l’obtention d’une vingtaine de documents dûment signés par les différentes administrations -chacune d’entre elle, essayant par ailleurs selon le Quotidien du Peuple de « traire la vache à lait »-. Le journal constate également qu’aucune coordination ou accord tacite n’existe entre les différents départements et que par ailleurs aucun d’entre eux ne tient compte des intérêts des autres. Profitant des failles du système, de nombreux produits de mauvaise qualité ou contrefaits ont envahi les ports frontaliers du Xinjiang, provoquant une véritable « crise de prestige » signale également le Quotidien du Peuple. A cela, il ajoute que les difficultés liées aux transports, aux communications et à la vie quotidienne résultant des conditions naturelles de la région se sont avérées extrêmement difficiles à surmonter1908.

  • 1909 Voir « Xinjiang Government Work Report », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-051, February 1, 1997.
  • 1910 « Abdurixit stresses tarde port development needs stability », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-176,(...)
  • 1911 « China : Xinjiang to Accelerate Development of Border Trade », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-322 (...)
  • 1912 Cité dans YAO, Qinghua, PAN, Guang, YU, Jianhua, DING, Peihua, « Zhongguo yu Zhongya guojia jingmao (...)
  • 1913 Idem.
  • 1914 Idem.
  • 1915 Idem.

431A la suite de ce constat, il semble que les autorités aient tenté de prendre des mesures pour essayer d’améliorer la situation. Le rapport de travail du gouvernement du Xinjiang du 1er février 1997 prévoit en effet comme objectif pour l’année 1997 « l’amélioration du fonctionnement des ports frontaliers (...), le renforcement de la gestion des ports frontaliers (... ) l’amélioration de l’ordre public et le règlement de la question de la collecte arbitraires des taxes, des amendes injustifiées et de la répartition arbitraire des dépenses des ports »1909. Un article du Quotidien du Xinjiang (Xinjiang Ribao) dejuin 1997 nous apprend également que le port de Baktu/Baketu expérimente à ce moment des opérations communes des divers départements et une collecte unifiée des taxes. Cette expérience destinée à remédier à une partie des problèmes signalés précédemment dans l’article du Quotidien du Peuple devait être étendue aux autres ports frontaliers du Xinjiang1910. Mais malgré la volonté affichée par les autorités, on peut cependant douter d’une amélioration rapide de la situation. Un article du Quotidien du Xinjiang publié en novembre 1997 nous apprend ainsi qu’une commission d’experts, envoyé à Alatou par le Conseil des affaires de l’État, a appelé à reconsidérer le rôle de ce port frontalier dont l’importance stratégique semble en fait avoir été négligée1911. Dans un article de la revue Dong Ou Zhong Ya Yanjiude la seconde moitié de l’année 1998, Yao Qinhua, Pan Guang, Yu Jianhua et Ding Peihua relèvent que l’organisation et la gestion des ports frontaliers présentent des « imperfections ». Ils signalent par exemple qu’au port frontalier de Torugart à la frontière sino-kirghize, les marchandises en provenance de la République kirghize doivent attendre une semaine pour pénétrer en territoire chinois1912. Outre ce phénomène de délai important à la frontière pour le transit de marchandises, ils mentionnent l’existence de phénomènes de perception répétitive des taxes et d’amendes injustifiées1913. Ils signalent que certains membres du personnel des ports frontaliers négligent leur travail, n’accomplissent pas leur tâches et sont corrompus1914. Selon les auteurs, les autorités des départements concernés n’ont par ailleurs pas mis en place de système de contrôle efficace1915.

  • 1916 Dans WIEMER, C, « The Economy of Xinjiang », op. cit., p. 186.
  • 1917 Ji Zhang note que la négligence de certains départements gouvernementaux a permis à des marchandise (...)
  • 1918 Cité dans YAO, Qinghua, PAN, Guang, YU, Jianhua, DING, Peihua, « Zhongguo yu Zhongya guojia jingmao (...)

432Outre cette série de constatations datant de l’année 1998, on remarquera également que le port frontalier « pilote » de Baktu/Baketu a été fermé unilatéralement par le gouvernement kazakh pendant presque toute l’année 1999 en raison de la corruption qui y régnait1916. Il n’a été réouvert au trafic qu’en décembre 1999. Concernant la qualité inférieure des marchandises chinoises exportées vers les républiques centre-asiatiques -une question récurrente au début des années 1990 mais encore signalée en 1998 comme nous l’avons vu1917-, Yao Qinhua, Pan Guang, Yu Jianhua et Ding Peihua signalent dans leur article la persistance de sérieux problèmes. Ils constatent ainsi l’existence de phénomènes de non-conformité de la qualité des marchandises exportées à celle prévue par le contrat, de livraison de marchandises de grade inférieur ou d’exportations de marchandises contrefaites vers les marchés centre-asiatiques. Ces phénomènes portent atteinte au prestige des produits chinois et entament selon eux les sentiments amicaux des républiques centre-asiatiques à l’égard de la Chine1918. Cet ensemble d’obstacles a sans aucun doute pesé sur l’essor du commerce sino-centre-asiatique dans des proportions cependant difficilement quantifiables.

4.2.6. Maintien d’une forme archaïque, de relation commerciale

  • 1919 « Xinjiang employs international convention in border trade », Xinhua dans FBIS-CHI-96-073, April 1 (...)
  • 1920 « China to Strengthen Trade Ties with Central Asia », People’s Daily, October 16, 2001.
  • 1921 XU, Kui, « Russia’s Relations with Central Asia and China, and the Question of Integration into the (...)
  • 1922 LIU, Qingjian, « Sino-Central Asian Trade and Economic Relations : Progress, Problems and Prospects (...)

433Le commerce sino-centre-asiatique était au départ basé exclusivement sur le système du troc (barter trade). En 1991-1992, ce système a permis un décollage des échanges mais dès 1993, il a toutefois commencé à montrer ses limites. Ce n’est qu’en 1994 que le Xinjiang a commencé à pratiquer le commerce monétisé avec ses partenaires centre-asiatiques. En 1995, seuls 35 % du commerce frontalier bilatéral était réglé en cash1919. La proportion s’est ensuite accrue au cours des années 90 mais une partie importante du commerce sino-centre-asiatique, qu’il s’agisse du commerce frontalier, local ou inter-étatique, a continué à être basée sur le système du troc. Le Quodien du Peuple relevait ainsi en 2001 que dans les relations économiques sino-centre-asiatiques, « (b)arter trade continues to be the main form of trade »1920. Le maintien de cette forme archaïque de relations commerciales déjà considérées par certains auteurs chinois en 19961921 comme un frein à l’essor du commerce entre Pékin et ses voisins centre-asiatiques a donc perduré jusqu’en 20011922.

4.2.7. Blocages psychologiques

  • 1923 Voir Xinjiang CPC’s decision on speeding up reform », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS- (...)
  • 1924 DREYER, J., « Ethnicity and economic development in Xinjiang », Inner Asia, vol. 2, n° 2, 2000, p.  (...)

434L’existence de blocages psychologiques en Chine face à l’économie de marché ne doit pas être sous-estimée. Les blocages psychologiques et les résistances devant l’accélération des réformes économiques et l’ouverture concomitante du Xinjiang ont ainsi été nombreux. La politique de réformes relancée à la suite du voyage dans le Sud de Deng Xiaoping s’est heurtée à un courant, qualifié de « gauchiste » dans la presse chinoise du début de l’année 1992, au sein de l’appareil politique local. Ce dernier condamnait ce qu’il considérait être un retour au « capitalisme », lui préférant une politique d’auto-suffisance économique du Xinjiang. Commentant la décision en dix points adoptée e