Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Partie 3 | Le contenu des relations sino-centre-asiatiques 1992-2001

I. L’axe politique

Texte intégral

1. Un choix en faveur d’une ouverture politique et économique sur l’Asie centrale

  • 353 Voir « Xinjiang CPC’s decision on speeding up reform », Urumqi Television Network dans FBIS-CHI-92- (...)
  • 354 Voir dans le cas des Tadjiks du Xinjiang, « Xinjiang’s Tadjik Nationality engages in Trade », Xinhu (...)
  • 355 Selon Xinhua, les cadres appartenant aux minorités représentent 47 % du total des cadres de la régi (...)
  • 356 Concernant ces mesures préférentielles et leurs limites voir Idem, pp. 86 et ss..
  • 357 Une chaîne de télévision en kazakh à destination de la minorité kazakhe du Xinjiang a par exemple é (...)

1Malgré l’appel de Wang Enmao à la construction d’une nouvelle « Grande muraille » pour protéger le Xinjiang, Pékin a opté pour une autre stratégie que le repli pour assurer la sécurité de la région autonome qui est sa priorité face à l’indépendance des républiques centre-asiatiques. Sur le plan interne, les autorités chinoises accentuent leur politique de contrôle et de répression mais elles adoptent parallèlement des mesures d’apaisement destinées à fournir des dérivatifs aux populations allogènes, notamment ouïgoures, et à les détourner du champ politique. Ces dernières sont basées sur l’accélération de l’ouverture économique de la région autonome qui favorise en partie les marchands ouïgours353 et offre des opportunités -médiatisées par Pékin- aux autres minorités ethniques présentes au Xinjiang354, sur le maintien de mesures préférentielles adoptées dans les années 80 à destination des minorités ethniques dans le domaine du planning familial, du recrutement des cadres355, de l’accès à l’éducation, etc.356 et sur de nouvelles initiatives à l’égard des groupes ethniques non ouïgours du Xinjiang357. Ces dernières mesures sont destinées à gagner la fidélité de ces minorités au régime et à éviter une alliance des minorités ethniques entre elles. Enfin, le pouvoir chinois a encouragé dans les années 1990 une nouvelle immigration de population han vers le Xinjiang afin de renforcer la présence physique chinoise et l’emprise du pouvoir sur la région.

2Parallèlement, sur le plan international, Pékin va décider de sécuriser son environnement régional en développant des contacts politiques de proximité et des liens économiques avec les nouvelles républiques centre-asiatiques. Ce choix constitue le prolongement international direct de sa politique interne. Il s’agit en effet de compléter son dispositif de contrôle interne par le développement d’une coopération politique avec les nouvelles républiques d’Asie centrale afin d’obtenir rapidement leur soutien dans la lutte contre le « séparatisme » ouïgour. Pékin entend limiter tout soutien logistique ou idéologique dont pourraient profiter d’éventuelles organisations ouïgoures dans ces nouveaux États. Il va donc chercher à mettre en place des relations politiques de proximité destinées à obtenir leur coopération. Dans le domaine économique, il s’agit également de développer des liens avec ces Républiques pour permettre l’essor de l’économie de la région autonome du Xinjiang et rendre effectives les mesures d’apaisement que Pékin propose. Au lieu de se fermer, la République populaire va donc décider de s’ouvrir sur ses voisins centre-asiatiques. Pour obtenir l’établissement d’un climat politique amical, Pékin va s’appuyer sur les « cinq principes de la coexistence pacifique ». Il va également s’attacher à rassurer ses voisins quant à leur sécurité et à régler par des compromis divers problèmes qui se posent avec eux au début des années 1990. Tout en travaillant à l’établissement progressif d’un climat de confiance politique, Pékin met également un accent particulier sur le développement et l’approfondissement des relations économiques bilatérales.

  • 358 Selon le directeur du bureau des affaires étrangères du Conseil des affaires de l’État, les objecti (...)
  • 359 Zhang Jian dans PACK. J., « China and Russia kick off new Great Game », Jonh-son’s Russia List, Jun (...)
  • 360 « Discusses issues with Li Peng » Xinhua dans FBIS-CHI-93-043, March 8, 1993.

3Ces choix ne sont pas fortuits. Ils prolongent d’une part la politique interne de la Chine au Xinjiang. Mais ils s’inscrivent également dans une stratégie plus vaste, la « politique périphérique » (zhoubian zhengce), aussi appelée « mulin zhengce » (politique de bon voisinage)358, que les autorités chinoises ont formulé à partir des années 80 et dont les objectifs mêlent des préoccupations touchant à la sécurité nationale et à la modernisation économique du pays. Cette « politique périphérique » vise en effet à établir des relations de « bon voisinage » avec les Etats adjacents au territoire chinois afin de garantir la sécurité de la Chine et de lui assurer un environnement régional stable. Ce dernier point est essentiel car Pékin a besoin de stabilité pour compléter sa modernisation économique interne qui est l’objectif prioritaire fixé pour la Chine par Deng Xiaoping à la fin des années 70. En matière de sécurité, Pékin cherche semble-t-il à assurer la stabilité à ses frontières et à affermir son assise asiatique afin d’empêcher qu’une « puissance » ne puisse tirer profit d’éventuels désaccords avec les nations limitrophes. Dans la vision de certains observateurs chinois comme Zhang Jian, l’éditeur de la revue Zhanlüe yu Guanli (Stratégie et Management, aujourd’hui disparue), les États voisins du territoire chinois devraient ainsi être au moins neutres et en tout cas ne pas être alliés aux États-Unis considérés comme le compétiteur stratégique de la Chine. Zhangian écrira ainsi en 2001, « le long des frontières terrestres de la Chine, tous les pays devraient être sous l’influence de la Chine. C’est essentiel à la sûreté de la Chine »359. Outre ces objectifs de sécurité, Pékin cherche également à travers sa « politique périphérique » à promouvoir la coopération économique et les échanges commerciaux avec les États voisins pour accélérer sa modernisation économique interne. Ces objectifs sont résumés par le premier ministre chinois au président du Soviet Suprême Tadjik, Imamoli Rakhmonov, alors en visite officielle en Chine en mars 1993. Li Peng déclare en effet que le gouvernement chinois « attache une grande importance à ses liens avec ses voisins pour maintenir la paix et la stabilité régionales, et en même temps, pour créer un environnement externe favorable à la construction économique de la Chine »360.

4Cette orientation en faveur de l’ouverture politique et économique de la Chine sur ces voisins centre-asiatiques va s’appuyer sur les relations déjà établies -principalement dans le domaine économique-avec les RSS d’Asie centrale au cours des années 80. Mais elle n’est cependant adoptée qu’une fois acquise la dissolution de l’URSS.

  • 361 Voir la réaction chinoise face à l’échec du coût d’état d’août 1991 dans « The situation facing Chi (...)
  • 362 Le Kirghizstan et l’Ouzbékistan se sont déclarés indépendants le 31 août 1991, le Tadjikistan, le 9 (...)

5En effet, face aux événements en Union soviétique, les autorités chinoises, inquiètes de la situation, ont fait preuve de la plus grande prudence361. Alors que certaines RSS d’Asie centrale ont déjà proclamé leur indépendance à la fin de l’été 199l362, Pékin, qui craint les turbulences politiques qui pourraient découler de la déliquescence de l’URSS, attendra pour les reconnaître et établir des relations diplomatiques avec elles que la Fédération de Russie ait elle-même déclaré son indépendance le 21 décembre 1991 à la suite de la dissolution officielle de l’URSS intervenue le 8 décembre 1991 avec la conclusion de l’accord de Minsk. Ce n’est qu’ensuite, très pragmatiquement, que la Chine décide de reconnaître puis d’établir des relations politiques avec les nouvelles républiques d’Asie centrale. On remarquera que la délégation chinoise venue signer le protocole d’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les nouvelles républiques d’Asie centrale au début du mois de janvier 1992 est dirigée par Li Lanqing, le ministre des relations économiques et du commerce de la RPC, et par Tian Zengpei, le vice-ministre chinois des affaires étrangères. Cette délégation symbolise les deux piliers sur lesquels Pékin va asseoir ses nouvelles relations avec les républiques centre-asiatiques : le pilier politique et le pilier économique.

  • 363 « Li Peng comments on sino-soviet relations » dans China Documents Annual 1991, From Crisis to Iner (...)
  • 364 XU, Kui, « Russia’s Relations with Central Asia and China, and the Question of Integration into the (...)

6Dans le domaine politique qui nous préoccupe ici, Pékin décide d’adopter une attitude pragmatique comme il l’a fait à l’égard de la Russie après l’échec du coup d’état d’août 1991. Li Peng déclare ainsi en septembre 1991 qu’« un changement de pouvoir dans un pays ou le changement de son système social ne devrait pas et ne peut pas affecter les liens de la Chine avec ce pays »363. Dans le cas des RSS d’Asie centrale, comme il s’agit de nouveaux États, Pékin va s’appuyer sur les cinq principes de la « coexistence pacifique » définis par Zhou Enlai en 1954. Il va donc insister sur le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, la non-agression mutuelle, la non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, l’égalité et les avantages réciproques et enfin la « coexistence pacifique ». Ces principes sont destinés à permettre l’établissement de relations normalisées mais aussi d’une certaine confiance entre les nouveaux partenaires. Ils permettent également à la Chine d’adopter une politique flexible et pragmatique à l’égard de ces nouveaux États puisque les différences idéologiques sont mises entre parenthèses -une pratique que Pékin vient juste de mettre en application avec les États d’Asie du sud-est au début des années 1990 et qu’il va reprendre officiellement dans ses relations avec la Fédération de Russie-. Xu Kui, l’ancien directeur de l’Institut d’études de l’URSS et de l’Europe de l’Est, écrira à ce propos que « la Chine et les États successeurs de l’Union Soviétique ont tous deux tiré des leçons profondes de l’histoire de leurs rapports précédents, et ont eu le bon sens de ne pas laisser l’idéologie influencer l’état de leurs relations. Dans les communiqués conjoints signés par la Russie, les pays d’Asie centrale, et la Chine, il a clairement été stipulé que le droit du peuple de chaque pays de choisir sa voie de développement devrait être respecté, et que les différences dans les idéologies et les systèmes sociaux ne devraient pas gêner le développement des relations normales d’État à État »364. Dès le départ, Pékin a donc cherché à établir une certaine confiance et à rassurer ses voisins sur ses intentions.

2. La reconnaissance diplomatique

  • 365 « Zhongguo Hasakesitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, January 5, 1992.
  • 366 « Zhongguo Wuzibiekesitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, January 5, 1992.
  • 367 « Zhongguo Tajikesitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, January 4, 1992.
  • 368 « Zhongguo Jierjisisitanjian jiao gong bao », Renmin Ribao, Janvier 5, 1992.
  • 369 « Zhongguo Tukumansitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, Janvier 6, 1992.

7Après avoir reconnu les nouvelles républiques d’Asie centrale le 27 décembre 1991, la République populaire établit rapidement des relations diplomatiques avec elles en prenant les cinq principes de la « coexistence pacifique » comme base de leurs relations bilatérales. Les cinq communiqués conjoints d’établissement des relations diplomatiques signés avec le Kazakhstan le 3 janvier 1992365, avec l’Ouzbékistan, le 3janvier 1992366, avec le Tadjikistan le 4janvier 1992367, avec le Kirghizstan le 5 janvier 1992368 et avec le Turkménistan le 6 janvier 1992369 contiennent ainsi une référence à ces principes. Ces derniers seront répétés dans les déclarations conjointes signées par la suite entre la Chine et ses voisins centre-asiatiques. Ils constituent la base des relations sino-centre-asiatiques. L’accréditation d’un ambassadeur dans ces différents pays se fera selon un rythme plutôt rapide mais différencié. C’est chose faite avec le Kazakhstan le 28 avril 1992. L’ambassade de Chine est ouverte officiellement le 30 septembre 1992 et le premier ambassadeur de Chine au Kazakhstan sera Zhang Deguang, le futur premier secrétaire de l’Organisation de coopération de Shanghai. Cependant, le Kazakhstan attendra pour sa part le 17 septembre 1993 avant d’ouvrir une ambassade à Pékin. La RPC accrédite également rapidement un ambassadeur en Ouzbékistan (le 11 mai 1992). L’ambassade de Chine ouvre ses portes à Tachkent dès le mois d’octobre 1992. Il faut attendre la fin août 1992 pour voir un ambassadeur chinois accrédité à Bichkek (25 août 1992) et Douchanbé (26 août) et le 8 septembre 1992 pour qu’il en soit de même à Achkhabad. On notera que le Tajikistan ne disposera pas d’ambassade à Pékin avant 1997.

8Outre la disposition touchant aux cinq principes de la coexistence pacifique, les communiqués conjoints d’établissement des relations diplomatiques comportent également une autre disposition commune, importante pour la Chine. Elle concerne la question de Taiwan à qui Pékin n’entend pas laisser l’occasion d’établir des relations avec ces nouveaux États. Les cinq républiques centre-asiatiques vont s’aligner sur la position de la République populaire. Elles y reconnaissent en effet le gouvernement de la République populaire de Chine comme le « seul gouvernement légitime de la Chine » et Taiwan comme une « partie inaliénable de la Chine » et « s’engagent à ne pas entretenir de relations officielles avec Taipeh ». Pékin a donc engrangé des bénéfices politiques immédiats sur ce point dans ses relations avec ses nouveaux voisins centre-asiatiques puisque aucun d’entre eux n’entretiendra de relations officielles avec Taipeh contrairement par exemple à la Lettonie. Ce pays a en effet autorisé Taiwan à ouvrir un consulat à Riga, aussi, Pékin qui avait reconnu l’indépendance de ce pays le 7 septembre 1991 et établi des relations diplomatiques le 12 septembre 1991 a-t-il fermé son ambassade en février 1992. Elle ne sera réouverte qu’en août 1994.

  • 370 Voir « China-Tajikistan statement », Xinhua dans FBIS-CHI-93-046, March 11, 1993 et « PRC-Tajikista (...)

9Par la suite, les républiques centre-asiatiques ne vont pas modifier leur position. Elles renouvelleront leurs engagements à l’égard de Pékin sur la question de Taiwan tout au long des années 1990 notamment dans les diverses déclarations conjointes signées avec la RPC. Ainsi par exemple, le Tadjikistan les réitère dans les déclarations conjointes sino-tadjikes du 11 mars 1993 puis du 16 septembre 1996 et enfin dans la déclaration conjointe sino-tadjike sur le développement des relations amicales et de bon voisinage et la coopération au xxie siècle de juillet 2000. Non seulement Douchanbé répète sa position sur Taiwan (reconnaissance du gouvernement de la République populaire de Chine comme le seul gouvernement légitime de la Chine et de Taiwan comme une partie inaliénable de la Chine. Engagement à ne pas entretenir de relations officielles avec Taipeh)370mais en 2000, il l’amplifie pour s’aligner sur la ligne officielle définie par Pékin. En effet, dans la Déclaration conjointe de juillet 2000, le Tadjikistan rejette l’affirmation selon laquelle les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan sont « des relations d’état à état ». Il déclare son opposition à n’importe quelle tentative de créer « deux Chine » ou « une Chine et un Taiwan » et s’oppose en outre à « l’indépendance de Taiwan » et à la participation de Taiwan à tous les organismes internationaux auxquels seuls les États souverains sont éligibles. Sur la question de Taiwan, la République populaire a donc réussi dès 1992 à engranger rapidement des bénéfices politiques sous forme d’un alignement des républiques centre-asiatiques sur sa position. Elle les a conservés depuis.

  • 371 Sur le différend frontalier sino-soviétique, devenu du fait de l’accession à l’indépendance du Tadj (...)

10A la lecture des communiqués conjoints, cette adhésion des républiques centre-asiatiques au principe d’une « seule Chine » semble avoir pour contrepartie une promesse de Pékin. La République populaire déclare en effet soutenir les efforts de ces nouveaux États pour « préserver » leur « indépendance nationale » et « développer leur économie ». Cette disposition apparaît dans les communiqués conjoints signés avec le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan. La formulation du communiqué conjoint sino-tadjik d’établissement des relations diplomatiques du 4janvier 1992 est cependant différente. Elle dispose seulement que les deux pays « promouveront l’élargissement et l’approfondissement des échanges politiques, économiques, scientifiques, techniques et culturels entre (eux) ». Ce communiqué comporte aussi une disposition originale selon laquelle les deux gouvernements s’engagent à régler à travers des négociations pacifiques (heping tanpan) les problèmes internationaux (guoji wenti) et les conflits régionaux (diqu chongtu). Une disposition similaire apparaîtra avec le Kirghizstan dans la déclaration du 16 mai 1992. La presse chinoise est muette quant à d’éventuelles questions visées par cette disposition. On peut cependant émettre l’hypothèse que dans le cas tadjik, c’est l’importante question frontalière des Pamirs qui était visée. Pékin a sans doute tenu à rassurer Douchanbé -comme il le fera pour Bichkek en mai 1992- en s’engageant à mener des négociations pacifiques sur cette épineuse question371.

11En ce qui concerne le soutien de Pékin à l’indépendance de ces cinq Républiques centre-asiatiques, il faut cependant ouvrir une parenthèse. On doit en effet remarquer que ce soutien de la Chine à l’existence internationale de ces États n’est pas seulement une contrepartie rhétorique destinée à les récompenser de leur adhésion au principe d’une « seule Chine ». Il correspond en réalité à un intérêt géopolitique fondamental de Pékin, moins souvent explicité.

  • 372 Voir XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 62 et XING, Guang (...)
  • 373 Les troupes soviétiques ont quitté la Mongolie extérieure à partir du début de l’année 1991.

12En effet, si la dissolution de l’URSS et la création parallèle de ces Républiques aux frontières de la Chine ont créé des défis inédits pour la sécurité du Xinjiang/Turkestan oriental, elles constituent aussi un gain très substantiel pour la sécurité de la République populaire en général. La transformation géopolitique la plus positive pour la Chine concerne le repli général de la puissance russe en Asie. Il s’agit d’un tournant historique dont on n’a sans doute pas encore mesuré complètement l’importance. Au phénomène d’expansion du territoire de la Russie qui prévalait depuis Ivan IV au détriment notamment des voisins asiatiques de Moscou, s’est substitué un phénomène de contraction territoriale qui n’est peut-être pas terminé aujourd’hui comme le montrent les troubles sporadiques au nord Caucase. La frontière entre Pékin et son voisin russe s’est réduite, ce qui constitue un gain en soi pour la Chine. Xing Guangcheng relève que le secteur occidental de la frontière sino-russe est devenu très court. La frontière principale entre la Chine et la Russie se situe désormais au nord-ouest du territoire chinois, ce qui constitue une structure géopolitique originale (xinde diyuan zhengzhi geju)372 et, il faut l’ajouter, particulièrement avantageuse pour la République populaire. Le secteur oriental de la frontière sino-russe s’étend en effet sur 4320 km alors que le secteur occidental de cette frontière a quasiment disparu, puisque la région autonome du Xinjiang et la Fédération de Russie ne partagent plus qu’une frontière commune d’environ 54 km imbriquée entre la République de Mongolie -qui a elle-même échappé à l’influence prédominante de la Russie373- et le Kazakhstan. La quasi disparition du secteur frontalier occidental constitue un gain de sécurité très substantiel pour la Chine. La vulnérabilité de Pékin le long de cette frontière occidentale en raison de la situation particulière de la région autonome du Xinjiang, ne pourra désormais plus être aussi facilement exploitée que par le passé, comme le fît la Russie tsariste ou l’Union soviétique. Au contraire, Pékin détient désormais un avantage important par rapport à la Fédération de Russie. La Chine est en effet moins vulnérable aux pressions potentielles de Moscou le long du secteur oriental de sa frontière. C’est au contraire la Russie qui est désormais plus vulnérable à d’éventuelles pressions chinoises en raison de la faiblesse démographique des régions adjacentes au territoire chinois, une faiblesse qui s’est renforcée au cours des années 1990 puisqu’on a assisté à des départs substantiels de populations vers l’intérieur des terres russes. Ce déséquilibre démographique ne peut être mieux illustré que par des chiffres. L’Extrême-Orient russe comptait ainsi lors du recensement de 1994, 7,657 millions d’habitants contre 87 millions d’habitants (recensement de 2000) pour les trois provinces chinoises frontalières de la Fédération de Russie à savoir le Heilongjiang, le Jilin et la Mongolie intérieure. Si on ajoute à ces trois provinces frontalières du nord-est chinois, la population de la province du Liaoning qui leur est immédiatement adjacente -soit 42,38 millions d’habitants selon le recensement de 2000-, c’est près de 130 millions d’individus qui vivent désormais du côté chinois de la frontière face à un espace extrême-oriental russe dépeuplé. Ce rétrécissement de la frontière constitue un gain très substantiel pour la sécurité de la Chine. Ce n’est pas le seul.

  • 374 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., pp. 62-63.
  • 375 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 210.

13L’accession à l’indépendance des républiques d’Asie centrale situées aux frontières nord-ouest de son territoire constitue un gain supplémentaire pour Pékin face à la Russie. Non seulement le territoire de la Chine est aujourd’hui contigli de petits États qui ne constituent plus une menace militaire pour Pékin contrairement à l’Union soviétique, mais en outre, comme le souligne Xing Guang-cheng, l’Asie centrale est devenue une « zone stratégique intermédiaire (zhanlüe zhongjian didai) » et une « zone de liaison (jiehebu) » entre le territoire chinois et le territoire russe. Désormais, tout comme la République mongole à laquelle cet auteur se réfère, l’Asie centrale sépare tout autant qu’elle relie le territoire de la Chine et celui de la Russie. Comme le souligne Xing, au cas où des forces ultra-nationalistes arriveraient au pouvoir en Russie, il existe désormais une « zone tampon » (huanchong diqu) et une « zone intermédiaire » (zhongjian didai) entre le nord-ouest de la Chine et le territoire russe374. En clair, aux yeux de Xing Guangcheng et de nombreux observateurs chinois, l’Asie centrale est devenue une sorte de « zone-tampon potentielle » entre la Chine et la Russie, qui pourra être activée si Moscou devient un jour hostile à Pékin. Par contre, si les relations entre les deux pays sont amicales, cette zone servira de « pont » entre eux. La transformation géopolitique consécutive à l’indépendance des républiques centre-asiatiques a donc été considérée par une partie des observateurs chinois comme très positive en comparaison de la situation qui régnait aux périodes impériale russe puis soviétique. Xing Guangcheng écrit ainsi en 1993 que ces observateurs considèrent que l’indépendance des républiques centre-asiatiques offre à la Chine « le meilleur environnement de sécurité et les meilleures opportunités (qu’elle a eu) depuis 100 ans » et que les influences négatives que cette transformation pourrait avoir sont secondaires par rapport à ce gain375.

  • 376 « Further reportage on Kyrgyzstan President’s visit. Communique expresses ’satisfaction’ », Xinhua (...)
  • 377 « Calls for more active Kyrgyzstan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.
  • 378 « Joint communique on Summit », Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.
  • 379 « Says tour no threat to Russian Ties », AFP dans FBIS-CHI-94-074, April 18, 1994 et « Comments on (...)
  • 380 « Economic cooperation guidelines », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

14Étant donné cette situation, dès 1992, la Chine a donc eu intérêt à soutenir ces nouveaux États et à les encourager à préserver leur « indépendance nationale » et surtout à « développer leur économie », condition nécessaire à leur stabilité et au maintien leur indépendance nationale. Elle va cependant poursuivre cet objectif -qui correspond à ses intérêts stratégiques- prudemment, en ménageant la Russie afin de ne pas créer de réactions hostiles. Ainsi par exemple, le communiqué sino-kirghize du 16 mai 1992 prend soin de préciser que l’établissement des relations diplomatiques entre la République de Chine et le Kirghizstan n’est dirigé « contre aucune tierce partie » et qu’il n’ « affecte aucune partie tierce »376. Une déclaration que le ministre chinois des affaires étrangères, Qian Qichen va répéter lors de sa visite à Bichkek en novembre 1992377. De même, la déclaration conjointe sino-turkmène du 21 novembre 1992 précise également que le dévéloppement de relations amicales et de la coopération entre les deux parties n’est dirigé contre aucune partie tierce et qu’il n’influence pas les engagements bilatéraux ou multilatéraux signés avec d’autres pays378. Cette dernière clause apparaît également dans la déclaration conjointe sino-kazakhe du 21 octobre 1993. A la veille de son départ pour une importante tournée en Asie centrale en avril 1994, le premier ministre chinois, Li Peng, prend également soin de déclarer que ces visites ne constituent pas une menace pour la Russie379. Dans un important discours prononcé à l’occasion de cette tournée devant le parlement ouzbèque à Tachkent le 19 avril 1994, il rappelle également que le développement de relations entre la Chine et les républiques centre-asiatiques n’est « tourné contre aucune puissance tierce ». De même, à la fin d’une nouvelle intervention cette fois devant un parterre d’hommes d’affaires kazakhs à Almaty, Li Peng déclare le 26 avril 1994 que la Chine « ne cherche pas de sphère d’influence politique ou économique en Asie centrale »380. Ces différentes assurances données à la Russie par la Chine s’accompagnent d’un rapprochement politique avec Moscou et de discussions multilatérales sur l’établissement de mesures de confiance et le désarmement qui aboutiront à la signature des traités de Shanghai sur le renforcement de la confiance dans le domaine militaire dans la région frontalière d’avril 1996 et de Moscou sur la réduction des armements d’avril 1997. Ces instruments séparés, mais qui forment un tout, vont consacrer le processus de rapprochement entamé depuis 1992 entre la Russie et la Chine.

  • 381 Voir la déclaration sino-kazakhe du 21 octobre 1993 dans « Joint statement on remations issued », X (...)

15Parallèlement à ce processus de rapprochement avec Moscou, Pékin a cherché à obtenir des garanties supplémentaires sur un plan bilatéral avec les nouvelles républiques centre-asiatiques. La « Déclaration commune sur l’établissement des relations amicales entre la République populaire de Chine et la République du Kazakhstan » signée en octobre 1993 contient ainsi une disposition importante allant dans ce sens. Elle stipule en effet qu’ « aucune partie ne participera à un alignement militaire ou politique contre l’autre partie, ni ne signera avec un pays tiers un traité ou des accords portant préjudices à la souveraineté ou aux intérêts de sécurité de l’autre partie. Aucun pays tiers ne sera autorisé à employer le territoire d’une partie pour nuire aux intérêts de souveraineté ou de sécurité de l’autre partie »381. Pékin reçoit donc des autorités kazakhes dès 1993 la promesse que le Kazakhstan ne participera pas à une alliance politique ou militaire tournée contre la Chine et que son territoire ne servira pas de base à d’éventuelles activités menées par une puissance tierce et menaçant la sécurité ou la souveraineté chinoise. Cette disposition bilatérale est destinée à écarter le risque de voir une puissance hostile à la Chine développer son influence sur le territoire kazakh adjacent aux frontières du Xinjiang. On doit cependant remarquer que Pékin n’a pas relevé de contradiction entre cette déclaration du Kazakhstan et son appartenance au traité de sécurité collective de la CEI -dit traité de Tachkent- signé en mai 1992. En l’état, ce dernier n’a pas été considéré par la Chine comme une alliance militaire contraire à ses intérêts ou la menaçant directement. Ce fait découle de l’état des relations sino-russes et aussi du rôle de garant de la stabilité régionale que Pékin reconnaît à ce moment à la Russie.

  • 382 « Sino-Uzbek statement on relations issued », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-210, October (...)
  • 383 XING, Guangcheng, « China and Central .Asia », dans Central Asian security : the new international (...)

16L’année suivante, les autorités chinoises obtiennent une promesse similaire des autorités ouzbèques382 sans relever non plus de contradiction entre cette promesse et le fait que Tachkent est également partie au traité de Tachkent et qu’il vient en outre d’adhérer depuis le 13 juillet 1994 au programme de Partenariat pour la Paix (PfP) de l’Otan. Cette proximité avec l’Otan à ce moment ne semble pas officiellement indisposer la Chine même si elle va être très attentive au développement de ces relations. Xing Guangcheng confirme ce fait dans un article de 2001. Il note que si la Chine « n’a pas explicitement exprimé son opposition à la participation des quatre Etats centre-asiatiques au programme de Partenariat pour la Paix de l’Otan. Néanmoins, elle observe étroitement comment l’influence de l’Otan augmente dans les États d’Asie centrale »383. Dans un autre article publié en 2002, il ajoute que si Pékin n’a pas clairement exprimé son opposition à cette adhésion au programme PfP de l’Otan des cinq républiques centre-asiatiques -le Tadjikistan a accédé au programme de Partenariat pour la Paix de l’Otan en février 2002, dans le sillage du déploiement militaire américain en Asie centrale suite aux événements du 11 septembre-, il s’est cependant inquiété de l’accélération de la pénétration de l’Alliance atlantique en Asie centrale. Il cite quatre motifs d’inquiétudes pour la Chine :

  • la pénétration de l’Otan en Asie centrale pourrait lancer une course aux armements ;

  • l’établissement d’une coopération militaire intime entre l’Otan et les républiques centre-asiatiques n’aidera pas à résoudre les tensions autour de l’Asie centrale (considérée comme un « point chaud » de la planète) ; au contraire, cela pourrait aggraver la confrontation militaire dans la région ;

  • les exercices organisés entre l’Otan et les républiques centre-asiatiques ne peuvent qu’inquiéter la Chine et susciter sa vigilance ;

    • 384 XING, Guangcheng, « Zhongguo yu Zhong Ya guojiade guanxi », Slavic Research Center Occasional Paper (...)

    un quelconque État-membre de l’Otan pourrait secrètement soutenir ou tolérer les activités des séparatistes du Xinjiang, créant une menace pour la stabilité et la sécurité de l’ouest de la Chine384.

  • 385 XING, Guangcheng, « China and Central Asia », dans Central Asian security : the new international c (...)

17En 1994 il est vrai, le niveau de coopération mis en place entre l’Ouzbékistan et l’Alliance atlantique ne pouvait être considéré comme une réelle menace pour la République populaire. En outre, la diversification des relations des républiques centre-asiatiques en matière de sécurité constitue également un élément positif pour Pékin puisqu’elle contribue à renforcer la stabilité de ces États tout en rendant non-exclusive l’influence russe en Asie centrale. Si la Chine reconnaît à la Russie un rôle prépondérant dans cette région, elle ne désire cependant pas que ce dernier soit exclusif. Xing Guangcheng écrit d’ailleurs à ce propos dans un texte de 2001 que « China is opposed to Russia considering the Central Asian states as a region of its own (...). Nevertheless, China expresses understanding of Russia’s strong role in the region and acknowledges that its military coopération with the Central Asian states is helpful for stability there »385.

  • 386 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July (...)
  • 387 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-185, September 20, 1 (...)
  • 388 « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov » Xinhua Domestic Service dan (...)

18Après le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, qui se sont engagés rapidement à l’égard de Pékin, la République kirghize et le Tadjikistan offriront des garanties similaires à la Chine mais après la conclusion du traité de Shanghai d’avril 1996. On les trouve dans la déclaration si-no-kirghize du 4 juillet 1996386 et dans la déclaration conjointe sino-tadjike du 16 septembre 1996387. Comme dans le cas de l’Ouzbékistan et du Kazakhstan, on relèvera que Pékin ne voit pas de contradiction entre ces déclarations et le fait que la République kirghize et le Tadjikistan sont membres du traité de Tachkent et qu’en outre, Bichkek adhère au programme de partenariat pour la Paix de l’Otan depuis le 1er juin 1994. En 2000, dans le cadre du Communiqué conjoint entre la République populaire de Chine et le Turkménistan du 6 juillet 2000, Pékin a également assuré Achkhabad de son soutien à sa politique de « neutralité » -le Turkménistan a en effet adopté un statut de « neutralité permanente » qui le maintient à l’écart de toute espèce d’arrangement avec ses voisins dans le domaine militaire. Sa participation au programme de PfP de l’Otan est ainsi minimale en raison de ce statut. Ce statut convient tout à fait à Pékin car il écarte le risque de voir le Turkménistan s’allier ou accueillir des troupes d’une puissance qui serait hostile à la Chine388.

  • 389 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 62.

19Au cours des années 90 et jusqu’en 2001, le climat de confiance qui s’est développé avec la Russie et les différentes promesses des gouvernements centre-asiatiques ont ainsi eu pour résultat de créer une immense zone périphérique de la Chine, depuis la Caspienne jusqu’aux frontières du Xinjiang, où Pékin pense s’être assuré qu’aucune influence hostile ne pourra s’exercer. L’importance que Pékin accorde à ce schéma pour sa sécurité se trouve confirmée par Xing Guangcheng dans son article de 1996. Ce dernier constate en effet que la Russie va garder un rôle dominant en Asie centrale car ce dernier correspond à des facteurs historiques et pratiques qui lient les Républiques nouvellement indépendantes à leur ancien colonisateur. La République populaire doit selon lui respecter le choix des républiques centre-asiatiques de continuer à entretenir des relations privilégiées avec la Russie mais à condition « que les forces militaires russes en Asie centrale ne constituent pas une menace pour la Chine »389. La Russie est considérée par Pékin comme le garant de la stabilité dans cette région. Cependant, la Chine qui ne s’oppose pas à ce que la Russie joue un rôle prépondérant en Asie centrale, ne désire pas que ce rôle soit exclusif. L’acceptation par Pékin du maintien d’une influence politique de la Russie dans cette région ne l’empêche pas d’y poursuivre ses intérêts propres, notamment dans le domaine économique. Selon Xing, le climat pacifique qui s’est instauré entre la Chine et la Russie après la disparition de l’URSS offre à Pékin des bénéfices dans le domaine des réformes et du développement économique. Il considère ainsi que l’indépendance des Républiques d’Asie centrale est une opportunité historique que la Chine doit saisir pour promouvoir le développement économique des régions du nord-ouest, pour développer le marché centre-asiatique et faire de cette région un partenaire économique. Si Pékin accepte un statu quo en Asie centrale en ce qui concerne l’influence politique de la Russie, elle exclut cependant le domaine économique. La Chine reconnaît aussi à Moscou un rôle prédominant dans cette région, à la condition expresse que les forces militaires russes qui y sont déployées n’y constituent pas une nouvelle menace militaire pour elle. Dans la seconde moitié des années 90, la Chine sera particulièrement attentive aux relations entre les États-Unis, l’Otan et les républiques centre-asiatiques pour la même raison.

3. L’établissement de contacts interpersonnels avec les élites politiques centre-asiatiques

  • 390 L’Ouzbékistan a une large population et une économie relativement développée, c’est pourquoi la Chi (...)

20En plus de l’établissement précoce de relations diplomatiques au début de l’année 1992, les autorités chinoises multiplient les rencontres et les contacts personnels avec les élites dirigeantes des nouvelles républiques centre-asiatiques afin de nouer des liens de proximité avec elles. Ces contacts interpersonnels sont considérés par la diplomatie chinoise comme particulièrement importants pour établir une relation de confiance et de proximité avec les régimes politiques des nouvelles républiques d’Asie centrale. Au cours de l’année 1992, le premier ministre kazakh se rend ainsi en février à Pékin. Il est suivi du président ouzbèque, Islam Karimov, qui fait le déplacement en Chine en mars. Le président kirghize, A. Akaev, effectue pour sa part une visite officielle dans la capitale chinoise en mai 1992 alors que son premier ministre se rend au Xinjiang en août. Au cours de ce même mois, le ministre kazakh des affaires étrangères se déplace également à Pékin. En novembre, c’est au tour du président turkmène de se rendre en Chine à la tête d’une importante délégation. Du côté chinois, Qian Qichen, le ministre des affaires étrangères, effectue en novembre 1992 une tournée officielle en Asie centrale. Elle le conduit d’abord à Tachkent que Pékin semble considérer à ce moment comme un partenaire potentiel important390, puis à Bichkek et enfin à Almaty. Il poursuivra ensuite sa tournée par une rencontre avec les dirigeants russes.

  • 391 D’après Zhongguo Waijiao Gailan 1992, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiao-bu Zhengce Yanjiushi, Beiji (...)

21A lire la presse chinoise, au cours de sa tournée, Qian Qichen met particulièrement l’accent sur l’essor des liens de coopération économique bilatéraux. En raison de la situation politique troublée au Tadjikistan, les contacts entre les dirigeants chinois et les élites de ce pays sont réduits au minimum en 1992. Ils ne sont pourtant pas inexistants. Le chef du Département de liaison internationale du Comité central du Parti communiste chinois rencontre ainsi en mars 1992 le président du PC tadjik et en septembre 1992, Qian Qichen s’entretient lors d’une réunion à l’ONU avec le ministre tadjik des affaires étrangères. Il faut cependant attendre le mois de mars 1993 pour voir le président du soviet suprême tadjik et futur président de la république, I. Rakhmonov, effectuer une visite officielle à Pékin391. A ce moment, l’ensemble des dirigeants des nouvelles Républiques, à l’exception notable de N. Nazarbaev, a donc fait le déplacement à Pékin et établi des contacts personnels avec les élites politiques chinoises, notamment Yang Shangkun, Jiang Zemin, Li Peng et Qian Qichen.

22Si les contacts se poursuivent en 1993 avec le Kazakhstan puisque le président du soviet suprême fait le déplacement en Chine cette année, le président Nazarbaev est cependant le dernier des chefs d’États d’Asie centrale à se rendre dans le pays. Ce fait n’est pas anodin pour juger de l’état des relations bilatérales sino-kazakhes au début des années 90. La première visite officielle de N. Nazarbaev en tant que président indépendant se déroulera en octobre 1993. On peut attribuer ce délai au fait qu’il avait déjà effectué une visite en République populaire en 1991. Cependant, il n’est pas exclu que certaines tensions avec Pékin l’aient amené à repousser une éventuelle visite. En effet, si les relations sino-centre-asiatiques semblent s’être établies sur des bases amicales -on ne compte plus les déclarations mutuelles d’amitié de la part des représentants des différentes Républiques et de la Chine à l’occasion des visites officielles de l’année 1992-, elles ne sont cependant pas exemptes de problèmes.

  • 392 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., pp. 181-197.
  • 393 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 63.
  • 394 « Déclaration de la Chine sur l’arrêt de ses essais nucléaires », Documents d’actualité internation (...)

23Xing Cuangcheng en relève ainsi un certain nombre sur lesquels il est intéressant de s’arrêter. Il s’agit selon lui de la question des armes nucléaires (hewu wenti)392, du problème militaire (jundui wenti), du problème frontalier (bianjie wenti) ainsi que du problème de négociation frontalière (bianjie tanpan wenti)393. Les questions frontalières et de négociations du contentieux frontalier sont en effet très importantes. Elles concernent les relations entre la Chine et le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan. Elles ont occupé les diplomaties de la Chine et de ses trois pays limitrophes tout au long des années 1990. Nous les examinerons plus loin dans une partie qui leur est exclusivement consacrée. La question militaire concerne également les trois républiques frontalières de la Chine. Elle est également essentielle car elle inquiétait les République centre-asiatiques. Mais la Chine et ses voisins ont décidé dès 1992 d’entrer en matière pour tenter d’établir entre eux un climat de détente et de confiance. Ce processus aboutira quatre ans plus tard à la signature du traité de Shanghai que nous examinons également plus loin. La question particulière des armes nucléaires identifiée par Xing Cuangcheng touche quant à elles aux seules relations bilatérales sino-kazakhes. Ce n’est cependant pas le seul problème rencontré par les deux États dans leurs relations au début des années 1990. Deux autres questions méritent d’être examinées car leur règlement va faciliter l’établissement de relations de proximité entre Pékin et Almaty. La première concerne les essais nucléaires chinois contre lesquels le Kazakhstan mais aussi la République kirghize vont protester sans succès jusqu’à ce que Pékin décide unilatéralement de leur interruption le 29juillet 1996394. La seconde est liée à une des menaces relevées par Xing Guangcheng dans son livre de 1993 lorsqu’il évoquait le courant de pensée « Grand Kazakh ». Il s’agit de la question de la minorité kazakhe vivant au Xinjiang. Dès la visite du premier ministre kazakh en Chine en février 1992, ces questions vont apparaître en filigrane.

4. Les armes nucléaires du Kazakhstan

  • 395 Détails des infrastructures de Semipalatinsk « Kazakhstan : Semipalatinsk Test Site », October 3, 2 (...)
  • 396 Par exemple DICKEY, C, « A lethal Game », Newsweek, February 3, 1992, p. 17.
  • 397 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 135-136.
  • 398 Voir les craintes kazakhes à l’égard de ces pays dans Idem, p. 136. Egalement le point de vue kazak (...)
  • 399 Cité dans XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 136.

24Au moment de la disparition de l’URSS, le Kazakhstan a hérité de la partie de l’arsenal nucléaire soviétique déployé sur son territoire. C’est ainsi qu’Almaty disposait au début de l’année 1992 de 104 ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) SS-18 à ogives multiples (chaque SS-18 pouvant transporter 10 ogives nucléaires) et 370 ALCM (missiles de croisière aéroportés), soit un total de 1410 têtes nucléaires. Outre cet arsenal nucléaire, le Kazakhstan héritait également d’une base aérienne et de bombardiers stratégiques ainsi que des infrastructures d’essais nucléaires de l’Union soviétique notamment les intallations du polygone d’essais de Semipalatinsk395. Cet héritage faisait ainsi de ce nouveau pays situé aux frontières de la Chine, la troisième ou quatrième puissance nucléaire du monde. Or rien n’indiquait que le Kazakhstan envisageait à ce moment de se débarrasser de ce legs encombrant. Les observateurs étaient pour leur part très prudents quant aux choix futurs d’Almaty étant donné ses craintes vis-à-vis de son environnement régional396. Face à cette situation, les autorités chinoises se sont semble-t-il inquiétées des déclarations de N. Nazarbaev de la fin de l’année 1991 et du début de l’année 1992 selon lesquelles le Kazakhstan avait le droit de « rejoindre le club nucléaire »397. Elles n’ont apparemment pas non plus apprécié les déclarations du président kazakh à un journaliste indien en février 1992, selon lequelles le Kazakhstan se sentait menacé par les Etats-Unis, la Chine, la Russie et d’autres États398. Dans ces conditions ajoutait N. Nazarbaev, « si ces Etats détruisent leurs armes nucléaires stratégiques, alors le Kazakhstan pourra suivre leur exemple »399. Autrement dit, le Kazakhstan n’acceptait de se débarrasser de ses armes nucléaires que si les autres pays en faisaient autant.

  • 400 « Kazakhstan Foreign Minister arrives in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-92-54, August 10, 1992 ; « (...)
  • 401 « Kazakh Foreign Minister interviewed on visit », Beijing Radio dans FBIS-CHI-92-160, August 16, 19 (...)

25Lors de la visite du premier ministre kazakh en février 1992, cette épineuse question n’a officiellement pas été abordée entre ce dernier et son homologue chinois. On peut cependant en douter, d’autant que la déclaration précitée de N. Nazarbaev concernant la menace chinoise a été publiée dans un journal indien quelques jours avant ce déplacement. Les autorités chinoises sont en tout cas restées très discrètes sur ce sujet. Le communiqué commun signé à l’issue de cette visite ne contient aucune disposition concernant les armes nucléaires du Kazakhstan. De même, lors de la visite du ministre kazakh des affaires étrangères en août 1992, cette question n’a pas fait l’objet de discussions officielles ni avec Qian Qichen ni avec Li Peng400. La presse est une nouvelle fois muette à son sujet et si on suit une interview accordée par le ministre kazakh à Radio Pékin, c’est surtout d’économie et de coopération dans le domaine économique et des transports qu’il a été question lors de cette visite401.

  • 402 « Hong Kong Journal Discusses Xinjiang Stability », Tangtai dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994.

26Pourtant, la question de l’arsenal nucléaire kazakh ne peut laisser indifférente la Chine. Certains auteurs chinois ont en effet exprimé des craintes pour la sécurité du pays en raison de la présence d’armes nucléaires au Kazakhstan. Le risque de voir ces armes tomber entre les mains de radicaux islamistes est ainsi mis en avant dans un article publié dans le magazine Tangtai de Hong Kong peu avant l’importante tournée de Li Peng en Asie centrale au printemps 1994. L’auteur, Zhang Zhirong, écrit en effet que « the Republic of Kazakhstan’s nuclear weapons also pose a threat to the security of northwest China. (...) Brezhnev once threatened to use the nuclear weapons there to perform a surgery on the bases in northwest China. It cannot but make people worry that once nuclear fall into hands of the fundamentalists, China’s national security will be threatened »402. On peut également penser que les autorités chinoises se sont inquiétées d’une autre éventualité -rapidement écartée mais pas impossible au début des années 90-, à savoir la possibilité d’une arrivée au pouvoir des nationalistes kazakhs qui auraient pu utiliser les armes nucléaires comme moyen de pression pour appuyer des revendications territoriales sur la partie du Xinjiang/Turkestan oriental habitée par une importante minorité kazakhe. Pékin a cependant observé la plus grande discrètion en ce qui concerne cette question, ce qui nous empêche d’approfondir cette hypothèse.

  • 403 Voir XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 190 et ss..
  • 404 Sur l’assistance américaine pour l’élimination des infrastructures militaires nucléaires dans l’esp (...)
  • 405 XING, Guangcheng, « China and Central Asia : Towards a New Relationship » dans ZHANG, Yongjin, AZIZ (...)

27Le règlement du problème des armes nucléaires du Kazakhstan va être pris en charge par les Occidentaux plutôt que par la Chine qui s’est sans aucun doute réjoui de cette initiative et de ne pas avoir à se charger seule de cette question épineuse. Ce sont les Occidentaux, Etats-Unis en tête, qui font pression sur le Kazakhstan dès le mois de mars 1992403. Encouragées et assistées à travers le programme « Cooperative Threat Reduction (CTR) » lancé par les sénateurs américains Sam Nunn et Richard Lugar dès le mois de novembre 1991, les autorités kazakhes vont progressivement accepter de renoncer aux armes nucléaires présentes sur leur territoire et consentir à leur transfert vers la Fédération de Russie404. Trois raisons expliquent cette attitude. Premièrement, les pressions exercées sur le Kazakhstan par les pays voisins qui lient aide économique et problème des armes nucléaires. Sur ce point, on peut remarquer que la Chine a offert à Almaty une voie de désenclavement vers le Pacifique pour ses marchandises en 1995, au moment où la majeure partie des armes nucléaires que ce pays détenait ont quitté son territoire. Deuxièmement, le fait que tant l’Ukraine que le Belarus ont accepté de rapatrier les armes nucléaires vers la Russie a encouragé Almaty à faire de même pour ne pas se retrouver isolé sur la scène internationale. Enfin, troisièmement, Almaty va recevoir des garanties de sécurité405.

  • 406 Le Traité START 1 qui prévoyait la réduction des forces stratégiques soviétiques et américaines a é (...)
  • 407 « Kazak Officials On Nuclear Weapons Withdrawal », Panorama, n° 9, April 1993, p. 6.

28Cette acceptation se fait cependant par étape, avec semble-t-il des phases d’hésitation. Le Kazakhstan accède au protocole de Lisbonne le 23 mai 1992. En vertu de ce document annexe au traité Start, le Kazkahstan, comme le Belarus et l’Ukraine, déclare assurer les obligations de l’ex-URSS liées à ce traité406. Almaty, comme Kiev et Minsk, s’engage également à adhérer au Traité de non-prolifération (TNP) en tant qu’Etat non nucléaire le plus rapidement possible. En juillet 1992, le parlement kazakh ratifie l’accord Start. Mais ensuite, le Kazakhstan semble hésiter au cours de l’année 1993. En avril 1993, Oumirserik T. Kasenov, directeur du Centre d’études stratégiques du Kazakhstan, déclare par exemple que le retrait total des armes nucléaires du Kazkahstan pourrait réduire l’intérêt de la Russie à maintenir un partenariat stratégique avec Almaty407. Il faut attendre le mois de décembre 1993 pour que le Kazakhstan ratifie le TNP et qu’il accepte de signer un accord-cadre sur le démantèlement des armes nucléaires avec les États-Unis.

  • 408 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-2002, October 21, 1993.
  • 409 Idem.
  • 410 « Tokayev on Priorities of Foreign Policy », Kazakstanskaya Pravda dans FBIS-SOV-94-211, October 22 (...)

29Dans l’intervalle, en octobre 1993, le président Nazarbaev s’est rendu en Chine. La « Déclaration commune sur l’établissement des relations amicales entre la République populaire de Chine et la République du Kazakhstan » contient une disposition importante concernant les armes nucléaires puisque le Kazakhstan y déclare qu’il « adhérera au traité de non-prolifération nucléaire en tant que pays non nucléaire », une position à propos de laquelle la Chine exprime son « approbation »408. De son côté, Pékin déclare qu’elle « would never be the first to use nuclear weapons nor use the threat of nuclear weapons against countries or regions which have no nuclear weapons »409. Outre cette dernière disposition, qui est interprétée comme une garantie de sécurité offerte à Almaty par la République populaire, dans la même déclaration, les deux parties réitèrent plus clairement leur engagement à régler pacifiquement leur différend. En clair, en échange de l’adhésion du Kazakhstan au TNP, Pékin rassure les autorités kazakhes et leur donne des garanties quant à la sécurité du Kazakhstan. Dans la même déclaration, la République populaire apaise également les craintes kazakhes sur un autre point : les éventuelles revendications territoriales chinoises. Pékin s’engage en effet à respecter la souveraineté et l’ « intégrité territoriale » du Kazakhstan. A partir de ce moment, selon K. Tokayev, la Chine « undertook treaty obligations not to use nuclear weapons against Kazakhstan, not to resort to force or the threat of force against it, and to respect its sovereignty and territorial intergrity »410.

  • 411 « Islamic fundamentalism, China threaten Almaty », Panorama dans FBIS-SOV-94-210, October 22, 1994. (...)
  • 412 « Paper on Border questions, expansionism », Ekspress dans FBIS-SOV-95-095, May 12, 1995.

30Ces garanties ne sont toutefois pasjugées suffisantes par tous les observateurs kazakhs. L’un d’entre eux soulignait en octobre 1994 que si Pékin avait bien abandonné ses revendications territoriales sur le territoire kazakh -le premier traité frontalier sino-kazakh est en effet signé en 1994-, la menace militaire chinoise n’a pas disparu puique la Chine dispose encore selon lui de « 400 000 hommes » massés au Xinjiang, à une courte distance d’Almaty411. Se référant à cette menace militaire que la Chine continuerait de faire peser sur le Kazakhstan, un autre auteur kazakh écrira encore en mai 1995 que les armes nucléaires présentes sur le territoire kazakh garantissent la sécurité du pays. Il s’inquiètera par ailleurs de leur retrait prochain412.

  • 413 « CSCE Security Guarantees welcomed for Kazakhstan », Itar-Tass dans FBIS-OV-94-236, December 7, 19 (...)
  • 414 « Kazakhstan ships out all nuclear arms », Xinhua dans FBIS-CHI-95-101, May 25, 1995 et « Kazakhsta (...)
  • 415 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 190 et ss.
  • 416 Voir « Security Assurance to Kazakhstan Pledged », Xinhua dans FBIS-CHI-95-026, Febuary 8, 1995.

31De son côté, le pouvoir kazakh va instrumentaliser semble-t-il la question nucléaire pour peser sur les négociations frontalières avec la Chine. C’est ce que semble en tout cas indiquer le parallélisme entre le début du transfert des SS-18 vers la Russie en mars 1994 ainsi que le retour des bombardiers stratégiques déployés au Kazakhstan sur le territoire de la Fédération de Russie en avril 1994 et l’obtention d’un compromis définitif sur un nombre important de secteurs frontaliers disputés entre les deux pays en mars 1994. Avant de compléter le transfert des armes nucléaires présentes sur son territoire, le Kazakhstan va également obtenir des garanties de sécurité des puissances nucléaires russe et occidentales -ce qui sera chose faite à l’occasion du sommet de l’OSCE à Budapest le 7 décembre 1994413- mais aussi de la Chine. Ce transfert ne sera achevé qu’en avril/mai 1995414. C’est-à-dire après que les autorités chinoises acceptent de réitérer sous forme écrite leur garantie de sécurité à l’égard du Kazakhstan. Ces garanties, plus précises que celles contenues dans la déclaration conjointe sino-kazakhe de 1993, sont inscrites dans un instrument international -comme Pékin l’a fait pour l’Ukraine en décembre 1994- publié le 8 février 1995415. La République populaire y déclare précisément qu’elle « n’utilisera pas » ou « ne menacera pas » d’utiliser des armes nucléaires contre le Kazakhstan416.

  • 417 « Kazakhstan confirms it is nuclear free », Omri Daily Digest, vol. 1, n° 101, May 25, 1995.

32Concernant d’éventuelles prétentions territoriales -liées à la question frontalière qui n’est pas complètement réglée en 1994- et sur lesquelles, selon le commentaire de K Tokayev, Pékin a déjà donné des garanties dans la déclaration d’octobre 1993, on remarque aussi que dans le même document, Pékin déclare à nouveau qu’elle respecte l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Kazakhstan. Le président Nazarbaev remerciera le lendemain la RPC pour ces garanties et le 25 avril 1995, l’ensemble des têtes nucléaires détenues par le Kazakhstan aura regagné le territoire de la Fédération de Russie, une information confirmée officiellement par le ministre kazakh des affaires étrangères un mois plus tard417. Le 31 mai 1995, une dernière charge nucléaire au plutonium, instable, sera détruite à l’explosif conventionnel sur le site de Semipalatinsk. Pékin ne pourra que se féliciter du règlement de cette question qui lève une difficulté des relations bilatérales sino-kazkahes et va faciliter leur essor subséquent.

5. Les difficultés liées aux essais nucléaires chinois au Xinjiang/Turkestan oriental

  • 418 FESBACH, M., FRIENDLY, A., Ecocide in the URSS : health and the nature under siege, New-York, Basic (...)
  • 419 Voir les retombées des essais nucléaires chinois dans YAMAMOTO, M., HOSHI, M., TAKADA, J., SAKAGUCH (...)
  • 420 Selon KHODJAMBERDIEV, I., « The Environmental Movement in Kyrgyzstan », Central Asia Monitor, n° 4, (...)

33En raison de la gestion catastrophique de l’environnement de l’Asie centrale par l’URSS418 ainsi que des conséquences désastreuses des nombreux essais nucléaires soviétiques réalisés sur le territoire du Kazakhstan, les opinions publiques kazakhe et kirghize sont très hostiles au début des années 90 aux essais nucléaires chinois réalisés sur le site du Lob Nor dans le sud-est de la région autonome du Xinjiang. Ces dernières s’inquiètent en effet de leurs conséquences sur l’environnement mais aussi de leurs retombées en termes de santé publique419. Certains dénoncent par exemple le fait que la Chine procède à ses essais en jouant sur l’orientation des vents de manière à ce que les retombées radioactives éventuelles touchent plutôt l’Asie centrale que son territoire alors que d’autres désignent les essais chinois comme responsables de désastres naturels -notamment les tremblements de terre de l’année 1992 au Kirghizstan420.

  • 421 Les 21 mai 1992 ; 25 septembre 1992 ; 5 octobre 1993 ; 10 juin 1994 ; 7 octobre 1994 ; 15 mai 1995  (...)
  • 422 Sur cette organisation SCHATZ, E. A. D., « Notes on the ’Dog that didn’t Bark’ : eco-internationali (...)

34La popularité de ce thème perturbe les relations entre Pékin et ses voisins kazakh et kirghize. En effet, face à la poursuite des essais chinois entre 1992 et 1996 -la République populaire procède à neuf essais nucléaires souterrains pendant cette période421- des manifestations de protestations vont se succéder aussi bien en République kirghize qu’au Kazakhstan. Dans ce dernier pays, le mouvement Nevada-Semipalatinsk créé par le poète Oljas Suleïmenov en 1989 est à la tête de la contestation422. Cette organisation, qui a joué un grand rôle dans la fermeture du site d’expérimentation soviétique de Semipalatinsk, est à la fin de l’année 1991 la plus importante et la plus influente du pays. Cet acteur important de la scène politique kazakhe met sur pied un comité « Lob Nor » afin de dénoncer les essais nucléaires chinois et leurs conséquences.

  • 423 HORSMAN, S., « Environmental security in Central Asia », RIIA Briefing Paper, n° 17, January 2001, (...)

35Pour la Chine, cette organisation pose deux problèmes : non seulement elle fait campagne contre ses essais nucléaires, ce qui ternit son image auprès de l’opinion publique kazakhe, mais en outre, à partir de 1993, son nouveau président est un Ouïgour du Kazakhstan423. Dans ces conditions, le risque pour Pékin est donc de voir Nevada-Semipalatinsk utiliser le thème anti-nucléaire très populaire dans l’opinion publique pour mobiliser au Kazakhstan des soutiens en faveur de la cause des Ouïgours du Xinjiang. Ce risque ne peut-être pris à la légère d’autant que les autorités kazakhes qui connaissent la force de cette organisation dans l’opinion publique et sont obligées d’en tenir compte dans leurs calculs de politique interne sont poussées à aborder cette question dans leurs relations avec Pékin. Elles vont d’abord le faire discrètement, en soulevant la question mais en s’abstenant de protester officiellement lors des essais nucléaires chinois. Dans un second temps, face à la pression politique interne, elles protesteront officiellement à l’occasion des différentes expérimentations menées par Pékin dans le Lob Nor.

  • 424 « Sides issue joint communique », Xinhua dans FBIS-CHI-92-041, March 2, 1992.
  • 425 « Text of joint Communique », Xinhua dans FBIS-CHI-92-051, March 16, 1992.

36Dès le mois de février 1992, à l’occasion de la visite à Pékin du premier ministre kazakh, les autorités du Kazakhstan ont essayé d’amener la République populaire à aborder la question des essais nucléaires. Bien que les médias chinois soient très discrets sur ce sujet, on peut cependant relever dans le communiqué conjoint signé à l’issue de cette visite une disposition qui laisse à penser que les deux parties l’ont abordé. La disposition n° 8 stipule en effet que les deux pays considèrent qu’il « est très important de régler les problèmes écologiques » et qu’elles vont « coopérer étroitement concernant cette question »424. Sous cette formulation générale, ce sont les essais nucléaires chinois qui sont en fait visés. On imagine en effet assez mal les autorités chinoises préoccupées par les questions environnementales dans leurs relations avec les républiques centre-asiatiques. Aucune disposition de cette nature n’apparaît ni dans la déclaration conjointe sino-kirghize du 16 mai 1992, ni dans la déclaration sino-turkmène du 21 novembre 1992. On trouve il est vrai une référence à l’environnement dans la déclaration commune sino-ouzbèque du 14 mars 1992. La disposition 8 stipule que « both sides will cooperate in efforts to protect the. environment and solve current and unforseen ecological problems (...) »425 . Mais cette dernière formulation vague -« problèmes actuels et inattendus »- laisse également planer le doute. On doit se souvenir que le territoire ouzbèque, notamment la vallée du Ferghana, est très proche de la Chine et on imagine sans peine que le gouvernement de Tachkent a pu s’inquiéter d’éventuelles retombées radioactives actuelles et inattendues des expérimentations nucléaires chinoises au Xinjiang sur son territoire. Face aux demandes kazakhes et peut-être ouzbèques en matière d’essais nucléaires, Pékin semble donc avoir choisi de faire un geste en acceptant que des dispositions générales touchant aux problèmes d’ « environnement » soient incluses dans les communiqués conjoints respectifs. Ces formulations restent cependant suffisamment générales et vagues pour ne pas attirer l’attention des observateurs sur ces difficultés dans les relations bilatérales sino-kazakhes et peut-être sino-ouzbèques.

  • 426 « Minister ’pleased’ with ties », Xinhua dans FBIS-CHI-92-227, November 24, 1992 et « Qian Qichen d (...)
  • 427 « Nuclear tests despite protest », ETIC Bulletin, vol. 3, n° 5, October 1993.
  • 428 Voir ETUE, The Consequences of Nuclear Tests in Eastern Turkestan, dans http://et.4t.com/nucleartes (...)

37Nous avons néanmoins confirmation que la question des essais nucléaires a bien été soulevée par les autorités kazakhes grâce à des propos de Qian Qichen, le ministre chinois des affaires étrangères, prononcés à l’issue de sa visite à Almaty en novembre 1992. Ce dernier déclare en effet à Xinhua qu’en ce qui concerne la question de la suspension des essais nucléaires, la Chine a proposé une interdiction complète et une destruction des armes nucléaires et qu’en outre, elle observe les intervalles les plus longs du monde en matière d’expérimentation426. Si cette déclaration confirme bien l’existence de ce problème entre le Kazakhstan et la Chine, elle montre également que Pékin n’entend pas modifier sa politique et suspendre son programme d’expérimentation. Du côté kazakh, sous la pression de l’opinion, les autorités ne vont pas se contenter de cette fin de non-recevoir. Nous avons vu que le président kazakh ne se rendra en Chine qu’en octobre 1993. Peu avant ce déplacement tardif par rapport aux autres chefs d’Etats centre-asiatiques, il participe en août 1993 à Almaty à une conférence organisée par Nevada-Semipalatinsk et consacrée à la problématique des essais nucléaires chinois. Les propos qu’il tient à cette occasion sont certes à destination de son opinion publique mais ils ne peuvent qu’indisposer Pékin. En effet, le président kazakh s’inquiète des conséquences environnementales des essais nucléaires chinois et appelle Pékin à arrêter immédiatement ses essais nucléaires au Lob Nor. En outre, il aurait également déclaré que les populations du Turkestan oriental continuent de souffrir des retombées de ces essais427. Cette déclaration n’a sans doute pas été très appréciée en Chine car il s’agit d’un thème mis en avant par les organisations nationalistes ouïgoures de la diaspora. L’Eastern Turkestan Union in Europe rapporte ainsi que plus de 200 000 personnes ont péri au Xinjiang/Turkestan oriental en raison des retombées des essais nucléaires chinois428.

  • 429 « Nuclear tests despite protest », op. cit.
  • 430 « Exchanges view with Jiang », Itar-Tass dans FBIS-CHI-93-200, October 19, 1993.
  • 431 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », Moscow Ostankino Television First Channel Networ (...)
  • 432 « Joint statement on relations issued », op. cit.

38Au début du mois d’octobre 1993, une importante manifestation de protestation anti-nucléaire est organisée devant l’ambassade chinoise d’Almaty429. Quelques jours plus tard, N. Nazarbaev se rend à Pékin. A l’occasion de ce déplacement, le président kazakh s’entretient avec Jiang Zemin de cette problématique. Selon la presse russe, les deux présidents s’accordent à ce moment sur la mise en place d’une commission d’experts chargée d’examiner les problè mes des sites d’essais nucléaires de Semipalatinsk et du Lob Nor et de vérifier que les essais chinois n’entraînent pas de retombées radioactives430. Cette information concernant un accord entre présidents sera confirmée par N. Nazarbaev lors d’une interview à la télévision russe en novembre 1993431. Toutefois, la déclaration conjointe sino-kazakhe du 21 octobre 1993 ne contient aucune disposition allant dans ce sens. Il n’y est pas question de création d’une telle commission. Les essais nucléaires font néanmoins indirectement l’objet d’une disposition dans ce document puisque la République populaire y déclare en effet qu’elle soutient « (the) holding at an early date for a treaty to completely ban nuclear testing »432. Bien entendu, dans l’intervalle, il n’est pas question que Pékin suspende ses essais nucléaires. En annonçant la mise en place d’une commission d’experts et en acceptant que les essais nucléaires fassent indirectement l’objet d’une disposition écrite dans la déclaration conjointe sino-kazakhe, la République populaire choisit d’adopter une attitude conciliante à l’égard de l’opinion kazakhe tout en ne cédant rien sur le fond. Elle permet également à N. Nazarbaev de ne pas rentrer bredouille à Almaty. Le président kazakh pourra utiliser ces vagues promesses chinoises pour apaiser son opinion sur ce sujet et renforcer son image politique. Cette concession chinoise est en fait destinée à préserver le rapprochement politique qui s’est concrétisé au moment de cette visite de N. Nazarbaev à Pékin. Ce dernier ne pouvait revenir de Chine sur un échec dans une question où l’opinion publique kazakhe était aussi mobilisée. Pékin a donc ménagé son interlocuteur par l’adoption d’une mesure médiatique et essentiellement cosmétique. Si cette visite du président Nazarbaev en octobre 1993 constitue une étape essentielle dans les relations bilatérales sino-kazakhes, puisque c’est à ce moment que Pékin offre les premières garanties de sécurité nucléaire au Kazakhstan, le président kazakh n’a cependant rien obtenu en ce qui concerne le fond de la question des essais nucléaires.

  • 433 RASHID, A., « Chinese challenge », FEER, May 12, 1994.
  • 434 Voir « More on briefing », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.
  • 435 « Foreign Ministry protest PRC Nuclear Test », Slovo Kyrgyzstana dans FBIS-SOV-94-212, October 21, (...)
  • 436 « Chinese envoy defends PRC’s nuclear testing », Aalam dans FBIS-SOV-95-019, January 12, 1995.

39Quelques mois plus tard, à l’occasion d’une importante tournée diplomatique qui marque une nouvelle étape des relations sino-centre-asiatiques (avril 1994), Li Peng est accueilli dans la capitale kazakhe par des manifestants anti-nucléaires de l’organisation Nevada-Semipalatinsk433. Interrogé sur la question de l’arrêt des essais nucléaires, il se contentera de déclarer que la Chine participe aux négociations de Genève concernant l’adoption d’un traité d’interdiction complète des essais nucléaires434. Le 17 juin 1994, malgré cette fois une interdiction officielle des autorités -ce qui montre par ailleurs que les liens sino-kazakhs ont commencé à se resserrer-, Nevada-Semipalatinsk organise à nouveau une manifestation devant l’ambassade de Chine. Cette dernière rassemble 3000 personnes, Kazakhs, Kirghizes et Ouïgours confondus. Le gouvernement kirghize proteste pour sa part auprès du représentant chinois le 21 octobre 1994 à la suite d’un nouvel essai nucléaire au Lob Nor. Le ministère kirghize des affaires étrangères s’inquiète officiellement à cette occasion des effets de ce nouveau test nucléaire chinois sur l’environnement et la santé des populations du Kirghizstan. Il demande également l’établissement d’une commission conjointe destinée à examiner les conséquences des expérimentations chinoises du Lob Nor. La Chine se contente une nouvelle fois de répondre qu’elle arrêtera ses tests une fois entré en vigueur le traité d’arrêt complet des essais nucléaires négocié à ce moment à Genève435. Un diplomate chinois interrogé par la presse kirghize sur la poursuite des essais nucléaires rejette pour sa part la faute sur les grandes puissances nucléaires qui, du fait de la poursuite de leurs essais, obligent en fait la Chine à faire de même436.

  • 437 « Uighurs protest Chinese nuclear testing », Kazakhstana Pravda dans FBIS-SOV-95-037, February 17, (...)
  • 438 « Parliament passes currency law ; protests PRC nuclear test », Bishkek Kyrgyz Radio First Program (...)
  • 439 MARTIN, K., « China and Central Asia : Between Seduction and Suspicion », RFE/RL Report, vol. 3, n° (...)
  • 440 PANNIER, B., « Kazakhstan’s anti-nuclear marchers stopped before Chinese border », Omri Daily Diges (...)
  • 441 « ...differences over nuclear issue », Omri Daily Digest, vol. 1., n° 175, September 14, 1995 et «  (...)
  • 442 « China and Kazakhstan to jointly monitor effects of nuclear tests », Omri Daily Digest, vol. 1., n (...)

40Malgré les frictions que cause cette politique dans ses relations avec ses voisins centre-asiatiques, Pékin n’a pas l’intention d’en changer. Aussi en Asie centrale, les manifestations se poursuivent-elles également. Le journal kazakh, Kazakhstana Pravda publie en février 1995, l’appel à l’arrêt des essais nucléaires lancé à Jiang Zemin par un « groupe de Ouïgours » vivant au Kazakhstan437. Lors du test du 15 mai 1995, le parlement kirghize élève une nouvelle protestation438. Une marche anti-nucléaire est organisée au Kazakhstan en août 1995 en direction de la frontière chinoise439. Les activistes anti-nucléaires seront arrêtés par les forces de sécurité kazakhes à quelques dizaines de kilomètres de la frontière440. A l’occasion des tests effectués par la Chine le 15 mai et le 17 août 1995, le ministère kazakh des affaires étrangères fait officiellement part de ses « sérieuses inquiétudes » à la Chine. Lors de sa visite à Pékin en septembre 1995, le président Nazarbaev aborde une nouvelle fois ce sujet avec Jiang Zemin441. Ces discussions aboutissent à l’annonce officielle de la mise en place de commissions destinées à examiner conjointement les effets des essais chinois au Xinjiang sur l’environnement kazakh. Une décision qui ressemble fort à celle prise par les présidents chinois et kazakh en octobre 1993 et qui est donc restée lettre-morte jusque-là. Pour le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, les essais nucléaires n’ont de toute façon aucun effet sur l’environnement kazakh442. On peut donc penser que l’annonce de cette mesure est à nouveau essentiellement cosmétique. Il s’agit de faire un nouveau geste pour apaiser les protestations de l’opinion publique kazakhe et permettre à N. Nazarbaev de ne pas rentrer les mains vides à Almaty. Sur le fond cependant, les intérêts nationaux de la Chine passent avant toute autre considération. Sa politique dans le domaine des essais nucléaires consiste seulement à essayer de gagner du temps et à atténuer les réactions hostiles à son choix de poursuivre des expérimentations, par l’adoption de mesures médiatisées, mais dénuées d’effets sur le terrain.

  • 443 « Scientists say no radiation from PRC nuclear tests », Kyrgyz Radio dans FBIS-SOV-96-027, February (...)
  • 444 « Ministry Statement Criticizes PRC Nuclear Test », Kyrgyz Radio dans FBIS-SOV-96-115, June 11, 199 (...)
  • 445 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131,July (...)

41Du côté kirghize, au début de l’année 1996, le gouvernement semble vouloir rassurer son opinion publique en informant la population, les représentants des mouvements écologistes et les scientifiques, de l’absence de retombées des essais nucléaires chinois sur le territoire de la République443. Cette attitude résulte du rapprochement progressif qui s’est opéré avec la Chine à l’occasion de la négociation du traité de Shanghai sur l’établissement de mesures de confiance dans la zone frontalière. Un compromis a en effet été atteint à la fin de l’année 1995, ce qui a considérablement amélioré le climat des relations entre les deux pays. Le ministère kirghize des affaires étrangères proteste néanmoins pour la forme à l’occasion du nouvel essai chinois du 8juin 1996444 alors que la déclaration conjointe du 4juillet 1996 signée à l’issue de la visite de Jiang Zemin à Bichkek contient deux dispositions générales qui ne font qu’indirectement référence aux essais nucléaires chinois. La disposition 13 de ce document stipule que « The two sides maintained that environmental protection is an important global issue, and decided to strengthen bilateral and multilateral cooperation in this area » et la disposition 19 que « The two sides will work hard for the total prohibition and complete destruction of weapons of mass killing »445.

  • 446 Ce traité sera ouvert à signature le 24 septembre 1996.
  • 447 PANNIER, B., « Kazakhstan unhappy with Chinese nuclear test », Omri Daily Digest, vol. 2., n° 113, (...)
  • 448 « Qian Qichen Almaty news conference », Xinhua dans FBIS-CHI-96-131, July 5, 1996. Les propos de Ji (...)

42Du côté kazakh, le ministre des affaires étrangères exprime également ses inquiétudes à l’occasion du nouvel essai chinois de juin 1996 et informe Pékin de son mécontentement étant donné le fait que la Chine a annoncé ses intentions d’adhérer au Traité d’interdiction complet des essais nucléaires (TICE ou sous son acronyme anglais CTBT)446 deux jours avant ce nouveau test447. Lors de sa visite à Almaty au début juillet 1996, Jiang Zemin explique la position de la Chine en matière d’essais nucléaires aux parlementaires kazakhs. Il annonce que Pékin a l’intention de suspendre ses essais nucléaires en septembre 1996 et aurait ajouté selon Qian Qichen que « China fully understands the concerns of Central asian nations over the possible adverse effects of nuclear testing. We have always adopted a serious attitude in tackling the issue. Long-term monitoring and analysis conducted by Chinese scientists on the environment around the nuclear testing site indicate that China’s nuclear testing did not cause adverse effects to the surroundings environment. This fact has also been proved by investigations conducted by scientists in Kazakhstan and Kyrgyzstan »448.

  • 449 « ’Text’ of Sino-Kazakhstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July (...)
  • 450 Voir la position officielle chinoise dans TANG, Hua, « Defending Highest Interests of State and Nat (...)

43Cette déclaration rassurante nous confirme qu’aucune commission conjointe d’experts n’a été mise en place pour examiner les effets des essais nucléaires chinois sur le Kazakhstan malgré les deux annonces précédentes puisque le président chinois ne l’évoque pas à cette occasion. La déclaration conjointe signée à l’issue de la visite de Jiang Zemin le 5 juillet 1996 contient néanmoins une disposition (§8) où les deux parties adoptent une position commune en faveur de l’adoption d’un accord d’interdiction complet des essais nucléaires449. Ce n’est finalement que le 29 juillet 1996 que Pékin annonce officiellement l’arrêt « temporaire », à compter du lendemain, de ses expérimentations nucléaires. Qian Qichen se rendra ensuite à New York au siège des Nations unies le 24 septembre pour signer le traité d’interdiction complète des essais nucléaires450. Si Pékin a signé ce traité à ce moment, elle ne l’a pas encore ratifié. Ce sera fait en 2004.

  • 451 PI, Ying-Hsien, « Zhong Gong yu Zhong Ya guanxi », Zhongguo dalu yanjiu, Taiwan, vol. 37, n° 9, sep (...)

44La question des essais nucléaires a en fait largement dépassé le cadre des relations bilatérales sino-centre-asiatiques. Elle s’est inscrite dans la stratégie chinoise à l’échelle planétaire. Dans ces conditions, les protestations venues d’Asie centrale n’ont guère pesé sur les décisions des autorités chinoises. Un auteur taiwanais a résumé leur attitude en quatre caractères « wei yu lihui », littéralement, elles n’y ont pas prêté attention/ou elles n’en ont pas tenu compte451. Cette conclusion n’est pas tout à fait exacte puisque nous avons vu que la Chine a donné quelques gages -certes cosmétiques- à ses voisins pour faciliter l’établissement de relations amicales avec eux et surtout permettre à leur dirigeant de « sauver la face » devant leur opinion publique. Mais sur le fond, il est par contre exact qu’elle n’a en fait rien cédé et a adopté une position conforme à ses stricts intérêts nationaux. La poursuite des expérimentations nucléaires chinoises jusqu’en 1996 a cependant eu une conséquence négative pour Pékin en termes d’image auprès de l’opinion centre-asiatique, puisqu’elle a contribué à entretenir des sentiments anti-chinois tant au Kazakhstan qu’au Kirghizstan.

6. La minorité kazakhe du Xinjiang

45Au regard du Kazakhstan, au début des années 1990, certains auteurs chinois ont exprimé, la crainte de l’essor, à la faveur de la dissolution de l’Union soviétique, d’un courant de pensée nationaliste kazakh dont l’objectif serait l’établissement d’un « Grand Kazakhstan ». Ce projet politique pourrait avoir des conséquences importantes non seulement sur l’intégrité territoriale de la Chine en cas de revendications visant à placer l’ensemble des territoires habités par des Kazakhs sous la houlette d’un pouvoir kazakh mais aussi sur la stabilité politique du Xinjiang en raison de l’existence dans cette région d’une importante minorité kazakhe.

  • 452 BARNETT, A. Doak, China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 373
  • 453 Sur ce personnage voir le chapitre « Chinese Turkestan » dans BARNETT, A. Doak, China on the eve of (...)
  • 454 Voir « Xinjiang ’Da Zujin’ yanjiu » dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang shi yanjiu, op. cit., pp. 2 (...)
  • 455 Voir LI, Danhui, « A Historical Examination of the origin of the 1962 I-Ta Incident supported by ma (...)

46Ces risques ne sont pas pris à la légère par les autorités chinoises. En effet, historiquement, le pouvoir communiste chinois a été confronté à un certain nombre de difficultés dans ses relations avec cette population, en grande partie nomade, du Xinjiang. Ainsi, l’attitude des Kazakhs au moment de l’établissement du contrôle du PCC sur le Xinjiang a été très variable. Au moment de la « libération pacifique » de la région en 1949, les autorités ont été confrontées à un large éventail de réactions allant de la coopération avec le nouveau pouvoir communiste à la résistance passive, voire à la fuite vers l’étranger -notamment en direction du Pakistan et dans une moindre mesure en Afghanistan- et dans certains cas à la résistance armée. A. Doak Barnett écrit ainsi qu’au moment de l’installation de pouvoir du PCC au Xinjiang, « the forces that resisted most fiercely were the Kazakhs led by Osman Bator, who fought hard for more than a year »452. Osman Bator sera finalement capturé au Qinghai et fusillé au Xinjiang par le pouvoir communiste chinois en avril 1951453. En 1962, dans le contexte de la détérioration rapide des relations sino-soviétiques, les régions d’Ili et de Tacheng/Tarbaghatai situées au nord Xinjiang, proches de la frontière kazakhe sont le théâtre d’un exode massif de populations en direction du territoire de l’URSS. Selon les statistiques officielles chinoises, 61 361 personnes -plus de 100 000 selon les Soviétiques-, surtout des Kazakhs et des Ouïgours, ont quitté la région d’Ili et de Tacheng pour passer en URSS. Les chercheurs occidentaux considèrent qu’il s’agit d’une conséquence du Grand Bond en Avant et de la famine qui l’a suivi. Les historiens chinois qui se réfèrent à ces événements sous le nom de l’incident Yi-Ta -c’est-à-dire l’incident des régions d’Ili et Tacheng/Tarbaghatai- contestent cette version. Selon eux, le bilan du Grand Bond en Avant est moins catastrophique au Xinjiang que dans d’autres régions de la Chine454. Ils attribuent le déclenchement de cet important exode de populations allogènes à l’influence de l’Union soviétique dans le contexte de la détérioration des rapports sino-soviétiques455. Ce mouvement de fuite des populations en avril/mai 1962 sera en outre suivi de manifestations et d’émeutes à Yining /Guldja le 29 mai 1962.

  • 456 KUZIO, T, « Nationalist riots in Kazakhstan », Central Asian Survey, vol. 7, n° 4, 1988, pp. 79-100
  • 457 AKINER, S., The Formation of Kazakh Identity. From Tribe to Nation-State, Former Soviet South Proje (...)
  • 458 BARNETT, Doak A., China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 359.

47La réouverture du Xinjiang sur le monde extérieur dans le courant des années 1980 a créé en outre un nouveau contexte puisque les Kazakhs de la région autonome ont pu rétablir des contacts avec les Kazakhs vivants en RSS du Kazakhstan. Les événements d’Almaty en 1986456 sont venus rappeler qu’il existait un nationalisme kazakh en gestation depuis les années 70457 et qu’en raison de l’ouverture des frontières avec le Xinjiang, les idées nationalistes pouvaient facilement gagner la région autonome. A. Doak Barnett signale ainsi qu’au cours de l’été 1988, un certain nombre de Kazakhs ont été arrêtés dans la région d’Ili pour avoir établi des organisations secrètes prônant, selon les sources chinoises, l’indépendance du Xinjiang et ayant des ramifications au Kazakhstan458.

  • 459 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 137.
  • 460 OLCOTT, M. Brill, The Kazakhs, Stanford California, Hoover Institution Press, 1995, 2d ed., pp. 137 (...)
  • 461 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 137. Les mouvements nationalistes les plus import (...)
  • 462 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 138.
  • 463 « Hong Kong journal Discusses Xinjiang Stability », op. cit.
  • 464 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 137-138.

48La possibilité d’un essor de l’influence d’un courant de pensée nationaliste kazakh sur les Kazakhs du Xinjiang n’est donc pas complètement hors de propos à ce moment. Le courant de pensée « Grand Kazakh » que Xing Guangcheng appelle également « Alashisme » (Alashi zhuyi)459 en référence au gouvernement anti-bolchévique « Alash Orda » qui dirigea le Kazakhstan entre novembre 1917 et la fin de 1919/début 1920 et affichait des idées panturques460 et dont il relève la présence à Almaty à travers plus de dix organisations461 ainsi que des journaux462, pourrait avoir une influence sur les Kazakhs du Xinjiang et aussi des revendications territoriales sur la Chine. Concernant ce point particulier, Zhang Zhirong écrivait dans un article publié en 1994 dans la revue Tangtai (Hong Kong), « Although the Sino-Kazakh border was already fixed in the Qing dynasty, most boundary tablets have collapsed or become blurred over the years. Kazakhstan has used this as an excuse to raise several territorial claims from China, but the Chinese Government has always suspected that those claims are attempts to swallow up the areas inhabited by the Kazakhs in Xinjiang »463. Selon Xing Guangcheng, une « République Grand Kazakh » (Da Hasakesitan gongheguo) pourrait regrouper, les territoires du Kazakhstan, du Kirghizstan, ainsi que les régions de l’Ili, de Tacheng et de l’Altaï situées au Xinjiang464.

  • 465 « Economics accords signed », AFP dans FBIS-CHI-92-038, February 26, 1992. Selon l’ETIC, le premier (...)
  • 466 « Sides issue joint communique », op. cit.
  • 467 « Hong Kong journal Discusses Xinjiang Stability », op. cit.

49Pour Pékin, l’existence d’une minorité kazakhe importante vivant au Xinjiang créait donc un risque pour la sécurité de la Chine et ce d’autant que des revendications potentielles d’un Kazakhstan nationaliste auraient pu s’appuyer sur un élément de puissance non négligeable : les armes nucléaires de l’URSS présentes sur le territoire kazakh et dont venait d’hériter Almaty. Aussi, dès la visite du premier ministre kazakh à Pékin à la fin du mois de février 1992, la question de l’importante minorité kazakhe vivant au Xinjiang est abordée avec les autorités chinoises. Le ministre kazakh précise à l’occasion de sa rencontre avec son homologue chinois que le Kazakhstan n’a cependant pris « aucune mesure spéciale pour persuader les Kazakhs de retourner au Kazakhstan »465. La déclaration conjointe du 28 février 1992 publiée à l’issue de cette visite ne contient aucune disposition concernant directement ce problème. On y trouve juste un article selon le quel les deux parties entendent « promouvoir les échanges culturels bilatéraux » et une autre disposition selon laquelle elles déclarent qu’il est « approprié que les villes des deux pays établissent graduellement des liens directs amicaux ». Ces deux passages pourraient être interprétés comme l’indice du fait que les autorités chinoises ont choisi de faciliter l’établissement d’un climat de détente sur cette question avec leurs interlocuteurs kazakhs en ne s’opposant pas aux échanges entre Kazakhs des deux côtés de la frontière466. La déclaration conjointe du 21 octobre 1993 signée à l’issue de la visite du président Nazarbaev à Pékin ne contient également aucune disposition concernant les Kazakhs du Xinjiang. Les autorités des deux pays se montrent discrètes sur ce sujet même si la possibilité pour les Kazakhs du Xinjiang d’immigrer vers le Kazakhstan est sans doute évoquée lors des rencontres entre les parties. La partie kazakhe est en effet intéressée par cette perspective. Zhang Zhirong écrit ainsi dans un article de 1994 que « last year, a delegation of Chinese scholars visited Kazakhstan. Several Kazakh writers talked lavishly about greater Kazakh nationalism to the Chinese scholars. They thought that Kazakhstan may abandon territorial claims from China, but the Chinese Government must let the Kazakhs living in Xinjiang return to their mother nation of Kazakhstan »467.

  • 468 Sur les Russes au Kazakhstan voir LARUEI.I.E M., PEYROUSE, S., Les Russes du Kazakhstan. Identités (...)
  • 469 Chiffres tirés de KAMALOV, A., « Uighur community in 1990s Central Asia. A decade of change », op.  (...)
  • 470 Idem

50Pour Almaty en effet, un retour des Kazakhs du Xinjiang au Kazakhstan ouvre la perspective d’une amélioration, en faveur des Kazakhs, du rapport de forces entre les différents groupes ethniques présents sur son territoire. Au moment de son indépendance, le Kazakhstan présentait en effet la particularité d’avoir hérité de la colonisation russe, puis de la période soviétique, d’une très importante population russe, installée principalement dans le nord et l’est du pays, dans des régions frontalières de la Russie et comptant parmi les plus développées et les plus industrialisées de la République468. Ainsi, selon le recensement de population de 1989, de 70 à 80 % de la population des sept régions du nord de la RSS du Kazakhstan (Akmolinsk, Karaganda, Kokcetau, Kustanaj, Nord-Est, Nord-Kazakhstan, Pavlodar) était russe. Les Russes vivant au Kazakhstan représentaient 37,1 % de la population totale du Kazakhstan avec 6 062 000 de personnes alors que les Kazakhs ethniques ne regroupaient que 40,1 % de population de la RSS du Kazakhstan, soit 6 496 900 de personnes sur les 16 199 100 que comptaient cette république encore soviétique.469 A partir de l’indépendance du Kazkahstan, les Russes ont cependant commencé à s’inquiéter pour leur avenir dans la nouvelle République et certains d’entre eux ont rapidement décidé de la quitter. Entre 1989 et 1999, 1 582 400 Russes, soit plus d’un quart de la population russe, ont ainsi émigré, suivis par 328 600 Ukrainiens, 593 500 Allemands, 71 700 Tatars de Crimée, 66 000 Biélorusses, 12 100 Polonais, etc.470

51Vu du côté des autorités kazakhes, le retour possible de plus d’un million de Kazakhs du Xinjiang couplé à l’émigration en cours de cette population russe ouvrait donc la perspective d’une amélioration substantielle du rapport ethnique en faveur des Kazakhs dans le pays. De plus, cette conjugaison de facteurs pouvait renforcer leur position non seulement sur le plan interne, mais aussi sur le plan externe face à la Russie et au danger d’un irrédentisme russe sur le nord du pays.

  • 471 « Xinjiang ethnic groups permitted to migrate », Chien Shao dans FBIS-CHI-96-180, August 1, 1996.
  • 472 Voir VOSKRESSENSKI, A. D., « Current concepts of Sino-Russian relations and frontier problems in Ru (...)
  • 473 Certains auteurs chinois présentent les Kazakhs comme une « nationalité/minorité » « chinoise » (zh (...)

52Les risques liés à l’idée « grand kazakh » ont semble-t-il été conjurés par un compromis sino-kazakh impliquant les populations kazakhes du Xinjiang. Ce compromis n’a pas été très médiatisé. On en trouve cependant l’esprit dans un article de la revue Chien Shao de Hong Kong publié en août 1996. Il semble qu’en échange de l’abandon de toute prétention territoriale kazakhe sur les zones où vivent les Kazakhs du Xinjiang, le régime chinois a autorisé ces derniers « à choisir librement leur lieu de résidence »471. En clair, Pékin autorisait l’émigration au Kazakhstan des Kazakhs vivant au Xinjiang. La terminologie doit être soulignée. Pékin a en effet refusé de parler de « mère-patrie » à propos des liens entre les Kazakhs vivant au Xinjiang et le Kazakhstan en raison du danger d’une telle terminologie qui remet en cause l’idéologie officielle du régime chinois selon laquelle la Chine est un « Etat multiethnique unifié »472. Parler de « mère-patrie » dans le cas des Kazakhs473 risquait d’ouvrir une brèche dans la vulgate officielle et aurait permis à d’autres groupes ethniques comme les Mongols, les Tadjiks, les Ouzbeks ou les Kirghizes de revendiquer le droit de regagner leur « mère-patrie », sans parler de la question beaucoup plus épineuse encore de la « mère-patrie » d’autres groupes ethniques comme les Tibétains ou les Ouïgours.

  • 474 « Xinjiang ethnic groups permitted to migrate », op. cit.
  • 475 « Qian Qichen Almaty news conference », Xinhua dans FBIS-CHI-96-131, July 5, 1996.

53Outre l’abandon par Almaty de ses prétentions sur les territoires chinois peuplés de Kazakhs, selon Chien Shao, Pékin a obtenu une autre concession de taille. La revue de Hong Kong note en effet que « Kazakhstan made a more crucial promise, that is, strictly prohibit Xinjiang’s ethnic separatists from carrying out separatists activities in Kazakhstan and provide no asylum for anyone wanted by the Chinese Government for their involvement in separatist movements inside Xinjiang »474. En échange de l’autorisation pour les Kazakhs du Xinjiang de s’installer au Kazakhstan avec leurs possessions, Pékin a donc écarté le danger de voir les autorités kazakhes revendiquer des territoires au Xinjiang et obtenu le soutien d’Almaty dans sa lutte contre le « séparatisme » des Ouïgours. Ce dernier point constitue un gain essentiel pour la sécurité de la région autonome. Bien que l’article de Chien Shao, ne précise pas le moment où ce compromis aurait été atteint, il est clair que l’année 1996 a marqué comme nous le verrons plus loin un tournant pour les organisations ouïgoures basées au Kazakhstan. Une déclaration de Qian Qichen de juillet 1996 indique également qu’à ce moment, les Kazakhs du Xinjiang sont officiellement autorisés à émigrer. Ce dernier déclare en effet à un journaliste que « like citizens of other nationalities in China, citizen of Kazakh nationality can enter and leave the country and emigrate to other countries, provided they comply with Chinese laws. Illegal migration is opposed by both the Chinese and the Kazakh Governments »475.

  • 476 « Fighting Poverty For A Better Future », Human Development Report Republic of Kazakhstan 2000, Com (...)
  • 477 U.S. Commute for refugees, « Kazakhstan » dans World Refugee Survey 2003 Country Report, http://www (...)
  • 478 SADOVSKAYA, Elena Y, « Chinese Migration to Kazakhstan : a Silk Road for Cooperation or a Thorny Ro (...)

54Ce compromis entre les deux pays n’a cependant pas permis au Kazakhstan de retirer les bénéfices qu’il en escomptait. Contrairement aux attentes initiales des autorités kazakhes, les Kazakhs du Xinjiang ne se sont pas précipités de l’autre côté de la frontière. Le Human Development Report Kazakhstan 2000 relève que les Kazakhs ethniques rapatriés de l’étranger (Mongolie, Iran, Afghanistan, etc.), qui se sont installés au Kazakhstan depuis l’indépendance du pays sous l’impulsion de la politique d’encouragement au retour mise en place par les autorités sont environ 360 000 à la fin des années 1990476. Le UNHCR note pour sa part que depuis l’indépendance, environ 215 000 Kazakhs ethniques ont regagné le Kazakhstan. La moitié d’entre eux a reçu la nationalité kazakhe alors que les autres restent apatrides477. Une étude récente donne enfin le chiffre de 481 400 Kazakhs qui auraient immigré au Kazakhstan entre 1991 et 2005. Elle précise qu’un quota a été fixé pour les Kazakhs du Xinjiang -il est passé de 500 familles en 1994 à 40 en 2001- mais il n’a en fait jamais été rempli478.

  • 479 BARNETT, Doak A., China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 359.
  • 480 Voir les remarques dans BENSON, L., SVANBERG, I., China’s Last Nomads. The History and Culture of C (...)
  • 481 Voir RANGAS, R., « Immigration limits in Kazakhstan », Omri Daily Digest, vol. 2, n° 84, April 29, (...)
  • 482 AKINER, S., The Formation of Kazakh Identity. From Tribe to Nation-State, op. cit., pp. 68-69.
  • 483 SMOLAYNINOVA, E., « Kazakstan : Returnee Hopes Shattered », op. cit.
  • 484 « Chinese Ambassador to Kazakhstan meets members of Kazakh Parliament », RFE/RL Kazakh News, Januar (...)

55Les facteurs que l’on peut évoquer pour expliquer le peu d’enthousiasme des Kazakhs du Xinjiang à émigrer vers le Kazakhstan sont multiples. On peut notamment citer l’état de l’économie kazakhe au début des années 90 par rapport aux opportunités offertes par l’économie chinoise. Si le professeur Doak Barnett qui visite le Xinjiang au mois d’avril 1988, relève à ce moment que les Kazakhs qu’il a pu voir comptent parmi les populations les plus pauvres de la région autonome479, cette observation ne reflète cependant pas tout-à-fait une réalité plus complexe480. Certains d’entre eux ont tiré profit de l’ouverture économique du Xinjiang. Ils ont sans doute jugé que d’un point de vue économique, la situation était plus prometteuse en Chine que dans leur « mère-patrie » et ce d’autant que l’assistance prévue par le gouvernement kazakh pour les candidats au retour a été rapidement plafonnée481. Les importantes différences culturelles, sociales et en matière d’éducation, qui existent entre les Kazakhs du Xinjiang et les Kazakhs du Kazakhstan qui ont vécu sous le régime communiste soviétique pourraient également expliquer en partie ce manque d’enthousiasme482. Plus récemment, certains observateurs ont également évoqué certaines entraves mises par Pékin pour freiner le départ des Kazakhs du Xinjiang jouissant de qualifications professionnelles et candidats à l’émigration483. Cette affirmation a toutefois été rejetée par l’ambassadeur chinois au Kazakhstan et par l’ambassadeur kazakh en Chine484. Quoi qu’il en soit, cette difficulté des relations bilatérales a donc fait l’objet d’un compromis qui a permis aux deux parties de développer leurs relations bilatérales.

7. La tournée de Li Peng d’avril 1994 et l’essor des relations sino-centre-asiatiques

  • 485 « Significance of 5-nation military agreement discussed », Guoji Zhanwang dans FBIS-CHI-96-182, May (...)

56La période entre 1992 et le printemps 1994 peut-être qualifiée de premier moment des relations sino-centre-asiatiques. Elle se caractérise par une prise de contact entre élites dirigeantes et une mise en place de relations diplomatiques bilatérales normales entre la Chine et ses voisins centre-asiatiques. Cette période est surtout marquée par un essor impressionnant des relations économiques entre la Chine et ses voisins, notamment les républiques frontalières, sur lesquelles Pékin a particulièrement insisté comme nous le verrons plus bas. La tournée du premier ministre chinois Li Peng en Asie centrale (Ouzbékistan, République kirghize, Kazakhstan, Turkménistan) en avril 1994, la première d’un chef de gouvernement de la RPC dans cette région, ouvre une nouvelle étape dans les relations sino-centre-asiatiques. Li Peng vient en effet exposer les principes de base de la coopération politique et économique que la République populaire entend développer avec ses voisins. Il prononce à cette occasion deux discours importants, l’un à Tachkent et l’autre à Almaty. Le discours de Tachkent énonce un certain nombre de principes politiques sur lesquels la République populaire entend asseoir sa coopération avec les républiques centre-asiatiques. Commentant les quatres principes énoncés par Li Peng, Dong Bainan note que « these fundamental principies are nothing more than a concrete expression ofthefwe principies of peaceful coexistence »485. Ces principes recoupent donc les cinq principes de la « coexistence pacifique » (c’est-à-dire le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, la non-agression mutuelle, la non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, l’égalité et les avantages réciproques et enfin la « coexistence pacifique ») sur lesquels les relations sino-centre-asiatiques s’appuyent déjà depuis 1992. Le discours d’Almaty est pour sa part consacré à l’exposé des principes de la coopération économique sino-centre-asiatique telle que Pékin la conçoit. Li Peng insistera sur le thème mobilisateur de l’établissement d’une nouvelle « route de la soie » moderne entre la Chine et ses partenaires centre-asiatiques. Nous n’abordons cependant ici que le volet politique.

  • 486 « Li Peng addresses Uzbekistan parliament », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-076, April 20 (...)

57Lors de son allocution de Tachkent, le premier ministre chinois résume la politique de base de la Chine à l’égard des républiques centre-asiatiques en quatre points486 :

1. Maintien des bonnes relations et de la coexistence pacifique

58Selon Li Peng, il s’agit pour la Chine de s’assurer un environnement international pacifique pour les besoins de son développement interne. Il déclare à cette occasion que la République populaire ne cherche aucune « sphère d’influence » dans le monde y compris en Asie centrale et que même lorsqu’elle sera plus développée et plus prospère, la Chine ne cherchera jamais l’hégémonie ou ne mènera de politique de puissance. Ce point expose en fait les objectifs de la politique périphérique : assurer la sécurité aux frontières de la Chine (un environnement pacifique) pour lui permettre de se consacrer à son développement économique. Par ces déclarations, le premier ministre chinois cherche également à rassurer ses voisins centre-asiatiques et les autres puissances régionales sur les objectifs actuels de la Chine -puisque Pékin ne cherche officiellement pas de « sphère d’influence » en Asie centrale- et sur ses objectifs futurs -car même plus tard, une fois développée et puissante, la Chine ne cherchera pas l’hégémonie.

2. Promotion de l’égalité et de la coopération mutuellement bénéfiques et recherche de la prospérité commune

59Li Peng place ici la coopération économique au cœur des relations sino-centre-asiatiques. Ces relations doivent être basées sur l’égalité et les bénéfices mutuels. Les relations économiques ne sont en outre attachées, dit-il, à aucune condition politique. Les objectifs de la Chine et de ses partenaires doivent être d’approfondir et d’étendre les relations déjà existantes dans le domaine économique. Il reviendra plus en détail sur la coopération économique dans son discours d’Almaty. Le maître-mot semble donc être ici le pragmatisme.

3. Respect du choix des peuples d’Asie centrale et non-interférence dans les affaires intérieures

60Li Peng déclare que la Chine respecte les différents choix posés par les États centre-asiatiques en matière de système social, de valeurs, de projets de développement. Les différences idéologiques sont donc écartées au profit du pragmatisme. Pékin proclame qu’il n’entend pas s’ingérer dans les affaires internes des États centre-asiatiques, ce qui constitue une nouvelle assurance pour leur sécurité.

4. Respect de l’indépendance et de la souveraineté et contribution à la stabilité régionale

61Li Peng insiste sur le maintien de la paix et de la stabilité en Asie centrale. C’est en effet un intérêt vital et un objectif majeur de la Chine puisqu’une déstabilisation de la région pourrait avoir des conséquences graves sur le Xinjiang. Il répète que Pékin soutient les efforts faits par les États centre-asiatiques pour sauvegarder leur indépendance et leur souveraineté et dans le même temps assure que le développement de relations avec les pays d’Asie centrale n’est tourné contre aucune puissance tierce. En clair, tout en rassurant une nouvelle fois ses voisins centre-asiatiques et la Russie, il adresse cependant un message clair à cette dernière en proclamant son intérêt pour une Asie centrale stable et indépendante. En d’autres termes, la dissolution de l’URSS est désormais un fait acquis, irréversible. L’indépendance des républiques centre-asiatiques est également un fait acquis et elle correspond à un intérêt vital de Pékin. En même temps, la Chine est intéressée au maintien de la stabilité de la région.

  • 487 « Praises Li Peng’s trip », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994 et « Renmi (...)
  • 488 « More on briefing », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

62Cette tournée de Li Peng est saluée par la presse chinoise comme un important succès diplomatique487. Outre l’exposé des principes de la politique chinoise et des succès pratiques -notamment la signature d’un important accord frontalier avec le Kazakhstan et la conclusion d’une vingtaine d’accords ou de déclarations d’intention dans le domaine économique-, la visite de Li Peng a également permis le renforcement de la confiance entre les partenaires et des échanges approfondis avec les élites dirigeantes des différentes Républiques sur des sujets touchant aux relations internationales et aux relations bilatérales. Malgré des différences idéologiques à première vue, ces échanges ont permis de dégager des points de convergence entre les partenaires. Dans une interview à Xinhua, Li Peng insiste ainsi sur le fait que les quatre dirigeants centre-asiatiques et lui-même partagent une vue identique sur l’importance du développement économique et du maintien parallèle et prioritaire de la stabilité politique interne488.

  • 489 Les auteurs chinois évoqueront plus tard le concept de « sécurité idéologique » en référence à cett (...)

63Le point important pour Li Peng est la convergence idéologique qu’il a noté entre les régimes en place en Asie centrale et la Chine. Tout comme Pékin, ces derniers insistent sur le maintien de la « stabilité politique interne », ce qui signifie en clair, qu’ils privilégient un modèle de régime politique autoritaire. Ce choix convient tout à fait à la Chine qui préfère ne pas voir s’installer à ses frontières des régimes politiques inspirés par la démocratie occidentale, un système considéré comme une menace idéologique pour le régime communiste chinois489. Ces propos tempèrent quelque peu l’idée selon laquelle la Chine, devenue pragmatique, serait indifférente à la nature des systèmes politiques. Dans le cas des pays voisins de son territoire, il apparaît qu’elle a tout de même des préférences...

  • 490 Chiffre cité dans FERDINAND, P., « The New Central Asia and China » dans The New States of Central (...)
  • 491 SADOVSKAYA, Elena Y, « Chinese Migration to Kazakhstan : a Silk Road for Cooperation or a Thorny Ro (...)
  • 492 « Russia, China ‘challenged’ sovereignty », Interfax dans FBIS-SOV-95-103, May 26, 1995.
  • 493 Cité dans O’NEILL, M., « Hopes fade for an Uighur Homeland », South China Morning Post, June 21, 19 (...)
  • 494 Chiffre cité dans CANAS, V., « NATO and Kazakshtan », Nato Parliamentary Assembly, 2005 Annual sess (...)
  • 495 « Russia, China ‘challenged’ sovereignty », op. cit.
  • 496 « More on briefing », op. cit.

64Outre ce point de convergence, le premier ministre chinois a eu des discussions importantes avec N. Nazarbaev. Pékin a peut-être donné alors des assurances au Kazakhstan sur la question de l’immigration chinoise (l’ « expansion silencieuse » comme on la nomme au Kazakhstan). Les Kazakhs se sont en effet inquiétés de l’accroisement de la population chinoise sur leur territoire depuis 1991. Certaines estimations ont en effet été avancées et les chiffres sont importants. Selon une étude de P. Ferdinand datant de 1994, depuis 1991, environ 300 à 350 000 chinois se seraient installés au Kazakhstan490. D’autres estimations, kazakes cette fois, donnent le chiffre de 130 000 à 150 000 citoyens chinois qui auraient utilisé le Kazakhstan comme pays de destination ou de transit entre 1993 et 1995491. Le ministre kazakh des affaires étrangères, K. Tokayev, se voulant rassurant, donne pour sa part un chiffre beaucoup moins élevé. Selon lui, le pays compte au début 1995, 20 000 chinois ethniques492. Toujours selon Tokayev, ils seraient 30 000 en 1999493. Les estimations non officielles continuent cependant de parler de 300 000 chinois présents au Kazakhstan -essentiellement des commerçants-494, sans qu’il soit possible de confirmer ce chiffre. Concernant cette question sensible de l’immigration chinoise au Kazakhstan, le ministre kazakh des affaires étrangères signale que Pékin et Almaty se sont entendus495. Il n’en dit malheureusement pas plus tant le sujet est délicat dans l’opinion kazakhe et entre les deux pays, mais on peut penser que les autorités chinoises ont offert de coopérer avec Almaty pour limiter l’afflux de chinois ethniques au Kazakhstan. On notera que Li Peng a obtenu un succès particulièrement apprécié concernant le Xinjiang à l’occasion de ses entretiens avec le président Nazarbaev puisque ce dernier a déclaré qu’il n’autoriserait pas les activités sur le territoire kazakh des éléments du « Turkestan oriental »496. Peut-être était-ce là une sorte de contrepartie ?

8. Le cœur de la politique étrangère chinoise à l’égard des républiques centre-asiatiques, la coopération sino-centrasiatique dans la lutte contre le séparatisme ouïgour 1992-2001

  • 497 « Interview with Isa Yusuf Alptekin », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 1, n° 3, Septem (...)

65Au début des années 1990, l’indépendance des républiques d’Asie centrale a créé de grands espoirs dans la population ouïgoure du Xinjiang et au sein des organisations ouïgoures de la diaspora. Tablant sur la proximité religieuse, ethnique et culturelle de la population ouïgoure du Xinjiang/Turkestan oriental avec les populations d’Asie centrale, elles pensaient pouvoir compter sur la sympathie, voire le soutien et l’assistance des républiques centre-asiatiques nouvellement indépendantes dans le cadre de leur opposition à Pékin. Isa Yusuf Alptekin (1901 Yangî Hisâr-1995 Istanbul), leader des organisations ouïgoures en exil jusqu’à sa mort en 1995, pensait que l’indépendance des républiques centre-asiatiques allait entraîner celle du Turkestan oriental et que, dans sa vision teintée de pan-turquisme, les deux régions pourraient s’unir. Il déclarait ainsi à l’automne 1991, « Uzbekistan and Kirghizstan have declared their independence now and I am sure the other three republics will soon follow suit. As a resuit, Western Turkestan will be a free, independent and democratic country in the near future. Eastern Turkestan will follow the same pattern. The final aim is independence for Eastern Turkestan. We can then be united with West Turkestan »497.

  • 498 « International Uygur Union Formed », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 2, March 1 (...)
  • 499 « Uighur Union Recognized », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 5, October 1992.
  • 500 « International Uighur Union Meeting », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 6, Decem (...)
  • 501 « New Uighur Party in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 5, October 1 (...)
  • 502 « Chinese bribes to Kyrgyzstan ? », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 5, October 1 (...)
  • 503 « Kyrgyzstan broadcasts in Uighur », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 5, October (...)
  • 504 « Uzbekistan : Uighur minority demands more political rights », IRIN, December 7, 2004.
  • 505 « Uighur language newspaper in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 2, (...)
  • 506 « New Uighur Faculty in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 3, August (...)

66Dans les premières années de l’indépendance des républiques centre-asiatiques, les communautés ouïgoures d’Asie centrale ont effectivement multiplié leurs activités en faveur de la cause ouïgoure sans rencontrer d’opposition de la part des gouvernements locaux. Cette période de tolérance s’est étendue grosso modo entre 1992 et 1994. La politique des régimes centre-asiatiques a cependant connu une importante inflexion dès la fin de l’année 1993 et plus encore en 1994, avec la tournée de Li Peng en Asie centrale. Avant cette visite, on peut relever la formation en janvier 1992 à Almaty, à la suite d’une réunion rassemblant 350 délégués ouïgours provenant des républiques d’Asie centrale, de l’ « Union internationale ouïgoure » (Uygur-larning Devletlerara Ittifaki) dont l’objectif est de promouvoir l’auto-détermination du Turkestan oriental498. Cette organisation, présidée par le Lieutenant-colonel à la retraite Kehriman Khojamberdiev, est officiellement enregistrée par le gouvernement kaz.akh à l’automne 1992499. Elle tiendra sa première réunion annuelle rassemblant 450 délégués originaires de l’ex-Urss mais aussi d’Europe et du Moyen-Orient à Almaty en décembre 1993500. En juin 1992 est également fondé au Kirghizstan un parti politique ouïgour : « Pour un Ouïgouris-tan Libre »501. Isa Yusuf Alptekin, figure de proue du nationalisme ouïgour, réfugié en Turquie après 1949 et président à ce moment de l’Union Est-Turkestanaise en Europe (ETUE), reçoit en septembre 1993 lors d’un dîner à Istanbul l’ambassadeur du Kirghizstan ainsi que d’autres diplomates des autres républiques centre-asiatiques pour les remercier des préoccupations de leur pays concernant les violations des droits de l’Homme au Xinjiang/Turkestan oriental502. La Radio Télévision officielle kirghize diffuse des programmes en langue ouïgoure pouvant être captés par les Ouïgours du Kirghizstan mais aussi par ceux du Xinjiang alors que le Kazakhstan et l’Ouzbékistan renforcent leurs programmes radio-télévisés en langue ouïgoure503. En Ouzbékistan cependant, contrairement au Kazakhstan et au Kirghizstan, les organisations politiques ouïgoures ne seront pas autorisées. Seules les activités culturelles sont ouvertes aux Ouïgours. C’est ainsi qu’il existe dans ce pays un Centre culturel ouïgour, disposant de branches locales504. Le 1er avril 1994 est également lancé en République kirghize un nouveau journal en langue ouïgoure et en alphabet arabe, intitulé Ittifak (Unity). Son rédacteur en chef, Kuran Abdullah, est un Ouïgour originaire du Xinjiang qui a émigré en 1949. Le premier numéro de ce journal contient des félicitations du président kirghize, Askar Akaev, pour le lancement de cette publication505. L’Université d’État du Kirghizstan annonce pour sa part l’ouverture d’un département d’étude de la langue ouïgoure pour l’année académique 1994-1995506.

  • 507 « Uigurs in the CIS give a warm welcome to Alptekin », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. (...)
  • 508 « Erkin Alptekin in Kazakhstan and Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° (...)
  • 509 Idem.
  • 510 « ETUE Official visits Central Asia », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 3, August (...)

67Des figures de proue de la diaspora ouïgoure établie en Europe peuvent se rendre en Asie centrale pour y nouer des contacts, rencontrer les leaders locaux et les communautés ouïgoures vivant dans les nouvelles républiques. En avril 1992, Erkin Alptekin, le fils d’Isa Yusuf Alptekin, effectue ainsi une tournée qui le mène au Kazakhstan, au Kirghizstan et en Ouzbékistan507. Il se rend à nouveau au Kazakhstan et au Kirghizstan en septembre 1994508. Il aura à cette occasion des discussions avec le président de l’ « Union internationale ouïgoure » ainsi qu’avec d’autres dirigeants de cette organisation. Un accord portant sur un développement de la coopération entre l’ETUE et l’Union internationale ouïgoure ainsi que sur la création d’un fond pour le Turkestan oriental et d’un Centre de coordination international pour le Turkestan oriental sera conclu à cette occasion509. Enver Can, à l’époque vice-président de l’Union Est-Turkestanaise en Europe, se rend également durant les mois de juin et juillet 1994 en Ouzbékistan, au Kazakhstan et en République kirghize pour y rencontrer les leaders ouïgours locaux, et s’entretenir avec eux des problèmes communs à la diaspora ouïgoure et coordonner leurs futures actions. A Bichkek, il s’adresse aux étudiants ouïgours de l’Université d’Etat kirghize510. En résumé, le climat politique en Asie centrale laisse une grande marge de manœuvre et une liberté d’action aux organisations ouïgoures de la diaspora, ce qui, bien entendu, ne peut qu’inquièter les autorités chinoises.

  • 511 Voir le texte de ce document dans Record of the Meeting of the Standing Committee of the Political (...)

68Pour assurer la sécurité du Xinjiang, Pékin compte sur ses mesures politiques internes mais pas seulement. Elle va également essayer d’obtenir rapidement la condamnation officielle du « séparatisme » par les républiques centre-asiatiques ainsi que leur coopération à la fois contre d’éventuelles activités « séparatistes » d’organisations ouïgoures du Xinjiang qui pourraient opérer depuis leur territoire, et contre les activités des organisations de la diaspora ouïgoure installées dans les républiques centre-asiatiques. En développant un climat de confiance avec ces nouveaux États et en leur offrant des possibilités de coopération dans le domaine économique, Pékin va tenter de les amener progressivement à condamner le « séparatisme », à interdire l’utilisation de leur territoire par d’éventuelles organisations séparatistes du Xinjiang pour mener des activités contre lui, et enfin à contrôler et à limiter les activités tournées contre lui des organisations des minorités ouïgoures vivant sur leur territoire. Cette lutte contre le « séparatisme » ouïgour, objectif fondamental de la politique étrangère chinoise apparaît clairement dans le document n° 7 adopté lors de la réunion du comité central du bureau politique du PCC le 19 mars 1996. Ce document résume la situation au Xinjiang et dresse le catalogue des mesures à adopter pour faire face au problème du « séparatisme » ouïgour dans la région autonome511. Ce dernier comprend à la fois des mesures politiques internes et des mesures de politique internationale, ce qui nous montre la coordination qui existe en Chine entre ces deux domaines que l’on tend souvent à séparer.

  • 512 Idem. Nous soulignons

69Concernant les républiques centre-asiatiques, le point 8 de ce document met en exergue la nécessité d’une action préventive à l’égard du Kazkahstan et du Kirghizstan (action qui a en fait été étendue par Pékin à l’ensemble de ses partenaires centre-asiatiques), afin d’empêcher que les Ouïgours ne trouvent un soutien dans ces pays. Il stipule, « (...) Limit the activities of outside ethnic separatist activities from many sides. Bear in mind the fact that Turkey, Kazakistan and Kyrgyzstan are the home-bases for the activities of outside separatists forces. Through diplomacy, urge these countries to limit and weaken the activities of separatist forces inside their border. Take full advantage of our political superiority to further develop the bilateral friendly cooperation with these countries. At the same time, always maintain pressure on them. Considering the ethnic separatism activities outside of the border, carry out all necessary dialog and struggle. Strengthen the investigation and study outside of the border. Collect the information on related development directions of events, and be especially vigilant against and prevent, by all means, the outside separatist forces from making the so-called ‘Eastern Turkistan’ problem international. Divide the outside separatist forces, win over most of them and alienate the remaining small number and fight against them. Establish homebases in the regions or cities with high Chinese and overseas Chinese populations. Develop several types of propaganda. Make broad and deep friends and limit the separatist activities to the highest degree »512. La stratégie développée par Pékin à partir 1992 est ici clairement exposée, le développement des relations bilatérales amicales avec les États centre-asiatiques particulièrement le Kazakhstan et la République kirghize (et en fait toutes les autres républiques malgré le fait que les Ouïgours y sont moins nombreux) va de pair avec une pression continue sur ces pays afin de les amener progressivement à restreindre au maximum la marge de manœuvre des organisations ouïgoures existantes sur leur territoire. La question du « séparatisme » va donc occuper une place centrale dans les relations bilatérales sino-centre-asiatiques.

Le Kazakhstan

  • 513 « Economic Accords Signed », AFP dans FBIS-CHI-92-038, February 26, 1992.

70Dans le cas du Kazakhstan, la coopération avec Pékin contre le « séparatisme » ouïgour ne va se développer que graduellement. Les autorités kazakhes se montrent en effet prudentes au début des années 90. Ce n’est que progressivement qu’elles font des concessions à Pékin en essayant à chaque pas d’en tirer un profit maximum. La « carte ouïgoure » leur sert en fait d’atout dans leurs négociations avec la Chine sur d’autres questions importantes pour elles. On l’a vu avec le compromis qui concerne l’émigration des Kazakhs du Xinjiang. Lors de la première visite en Chine en février 1992 du premier ministre du Kazakhstan indépendant, la question du séparatisme ouïgour n’est officiellement pas évoquée par les autorités chinoises. C’est ce qui transparait dans ses déclarations à la presse. Selon l’AFP, « Chinese officials had not expressed to him any fear that the breakup of the Soviet Union and the freeing of its four overwhelmingly Moslem Central Asian republics would lead to a surge in separatist sentiment in Xinjiang, which has a Moslem majority »513.

  • 514 « Sides issue joint communique », op. cit.

71Cependant, si la déclaration commune publiée à l’issue de cette visite ne contient pas de référence directe à la question du séparatisme, la disposition 7 de ce document précise toutefois que « the departments concerned of the China and Kazakhstan will cooperate in the struggle against international terrorist activities, organized crimes, drug traffic and smuggling and other criminal activities »514. Cette disposition, en évoquant de manière générale les activités terroristes, laisse planer un certain doute. On voit mal à quelle forme de « terrorisme international » la Chine pensait être confrontée à cette époque en dehors des activités attribuées aux mouvements nationalistes ouïgours. La probabilité que la question ouïgoure ait fait l’objet de discussions bilatérales est en fait très importante. La disposition 7 de la déclaration commune semble en tout cas l’indiquer. Le Kazakhstan indépendant a peut-être fait dès ce moment un premier pas dans le sens d’une coopération avec la République populaire contre d’éventuels mouvements ouïgours du Xinjiang qui pourraient s’être implantés au Kazakhstan.

  • 515 « Demonstration in Kazakhstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 3,June 1993.

72Pourtant, parallèlement, les autorités kazakhes restent tolérantes à l’égard des activités des organisations de sa propre minorité ouïgoure. Une importante manifestation de protestation contre la visite de Li Peng prévue à Almaty est autorisée en avril 1993. Environ 5000 personnes y prennent part le 28 avril 1993. Cette manifestation est relayée par la presse kazakhe515. La visite prévue du premier ministre chinois organisée dans le cadre d’une tournée plus large en Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizstan, Turkménistan) est cependant annulée sans que l’on connaisse les motifs de cette décision. Il ne sera donc pas confronté à ces manifestants. Li Peng ne se rendra à Almaty que l’année suivante.

  • 516 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 263 et p. 267.
  • 517 « Discusses international issues with Jiang », Xinhua dans FBIS-CHI-93-200, October 19, 1993.

73Une autre visite, plus discrète, doit cependant être mentionnée. Le procureur général de la République populaire de Chine se rend au Kazakhstan et également en Ouzbékistan à la fin du mois de juin et au début du mois de juillet 1993516. Il n’y a guère de détails sur cette visite mais elle semble s’inscrire dans le cadre de la coopération juridique et policière qui se met discrètement en place entre les nouveaux partenaires dans le domaine de la lutte contre la criminalité -y compris les « activités terroristes » stipulées dans la déclaration commune sino-kazakhe de février 1992-. On peut penser qu’à cette occasion, les autorités kazakhes compétentes et leur visiteur chinois ont abordé la question du « séparatisme ouïgour ». Une déclaration du président Nazarbaev lors de sa première visite en Chine en octobre 1993 semble l’indiquer. Selon Xinhua, ce dernier a en effet déclaré que « encouragement of national splits would never be allowed »517.

  • 518 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-202, October 21, 1993.

74Si la question ouïgoure a sans doute fait l’objet de discussions entre les autorités chinoises et le président kazakh, il faut cependant remarquer que l’importante « Déclaration commune sur l’établissement des relations amicales entre la République populaire de Chine et la République du Kazakhstan », signée à l’issue de la visite de N. Nazarbaev en octobre 1993, ne contient aucune référence directe à la question du séparatisme ou des activités séparatistes. Néanmoins, comme dans le cas de la disposition 7 de la déclaration commune de mars 1992, une de ses dispositions générales stipulant que les deux parties coopèreront « in the fight against international terrorism, organised crime, drug trafficking and smuggling »518 pourrait être interprétée comme étant tournée contre les mouvements ouïgours.

  • 519 « Praises Li Peng’s Trip », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.
  • 520 « More on Briefing », op. cit.
  • 521 « Holds talks with Kazakh leader », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.
  • 522 « Domestic version of talks », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

75Les choses vont se préciser l’année suivante à l’occasion de l’importante tournée effectuée par le premier ministre chinois dans quatre des cinq républiques d’Asie centrale (l’exception étant le Tadjikistan où la situation politique reste délicate). A l’issue de cette tournée, le vice-ministre chinois des affaires étrangères pourra se réjouir officiellement de l’identité de vue entre la Chine et ses voisins concernant le « séparatisme national ». Il déclare à propos des relations entre la Chine et les républiques centre-asiatiques visitées par le premier ministre que « both sides are anxious to maintain a lasting peace and stability in Central Asia region and oppose national splittism and other activities detrimental to regional stability »519. Dans le cas du Kazakhstan, le président Nazarbaev déclare lors de ses entretiens avec le premier ministre chinois qu’il s’oppose au « séparatisme national » et au pan-turquisme -s’il faut en croire les déclarations de Li Peng520- et qu’il n’autorisera jamais les « factions du mouvement du ’Turkestan oriental’ » à organiser sur le territoire kazakh des activités anti-chinoises susceptibles de mettre en péril les relations sino-kazakhes521. Li Peng, qui vient de signer avec le président Nazarbaev, un important accord frontalier portant sur la fixation de 1700 km de frontières communes sino-kazakhes, se félicitera de cette prise de position522.

  • 523 « Kazakhstan reportedly bans Xinjiang Movement », Lien Ho Pao dans FBIS-CHI-95-039, February 28, 19 (...)
  • 524 MARTIN, K., « China and Central Asia : Between Seduction and Suspicion », op. cit, p. 29.
  • 525 DAVE, B„ « Nazarbaev concludes China visit », OMRI Daily Digest, vol. 1, n° 179, September 14, 1995 (...)
  • 526 « Leaders sign accord », Xinhua dans FBIS-CHI-95-176, September 12, 1995 et « Zhongguo Hasakesitan (...)
  • 527 « Kazakhstani official comments on visit », Xinhua dans FBIS-CHI-95-180, September 18, 1995.

76En février 1995, quelques jours après que le Kazakhstan a une nouvelle fois reçu des assurances de Pékin concernant sa sécurité (la déclaration du 8 février 1995 par laquelle la Chine réitère son engagement à ne pas utiliser ou menacer d’utiliser des armes nucléaires contre le Kazakhstan), un article du journal de Hong Kong Lien Ho Pao, note que Pékin a fait cette déclaration après avoir reçu l’assurance d’Almaty qu’elle n’autorisera désormais plus les activités sur son territoire d’élements favorables à l’indépendance du Xinjiang523. Même s’il s’est montré réservé au départ524, le président N. Nazarbaev va donc clairement se prononcer sur le principe de l’interdiction des activités favorables à la cause ouïgoure sur le territoire kazakh, lors de son second voyage en Chine en septembre 1995525. La disposition 4 alinéa 2 de la « déclaration commune sur le renforcement et l’approfondissement des relations amicales entre la Chine et le Kazakhstan » stipule en effet que « in the field of political relations, both sides will (...) opposes national separatism in any form, and tolerate no organizations or forces to engage in such separatist activities against the other side »526. Le premier ministre kazakh commentant cette clause à la presse redira que les deux pays ont décidé de ne pas autoriser sur leur territoire les activités séparatistes tournées contre l’autre partie527.

  • 528 Dans RAMAN, B., « Continuing Unrest in Xinjiang », Sapra India, March 14, 1999.
  • 529 « Kazakhstan : Moscow embassy releases statement on Uygur unrest in China », Itar-Tass dans FBIS-SO (...)

77Par cette promesse inscrite pour la première fois dans un document diplomatique, Almaty condamne donc toute forme de « séparatisme » et s’engage à interdire à toute force ou organisation de mener des activités tournées contre la Chine sur son territoire. Il s’agit d’une garantie substantielle offerte à Pékin que le territoire kazakh ne servira pas de base arrière à des séparatistes ouïgoures. Dans sa forme générale, cette promesse peut également être interprétée comme pouvant s’appliquer à d’éventuelles activités des organisations représentatives des Ouïgours du Kazakhstan qui seraient tournées contre la Chine. Après l’adoption de ce document, les agences kazakhes chargées de la sécurité vont semble-t-il accroître leur coopération avec leurs homologues chinoises et surveiller davantage les activités des organisations ouïgoures du Kazakhstan528. En octobre 1995, le bureau du procureur général du Kazakhstan déclare illégales les activités du « Front national pour la libération du Turkestan Oriental » (Sarki Türkistan Sepeli Milli Birlik Inkilap) dirigé par Yusup Beg Mukhlisi (Yusufbek Mukhlisov) (décédé en août 2004) et de l' « Organisation de libération de l’Ouïgouristan » (Uighur Azattlyq Tashlaqty) dirigée par Ashir Vahidi529. Il ordonne en outre la suspension de la publication des organes de presse respectifs de ces deux mouvements, « Voix du Turkestan oriental » (Sharki Turkestan avazi-Golos Vostochnogo Turkestana) et Uigurstan.

  • 530 Vitaliy Khlyupin cite dans « Uighur spokesman highlight complaints about treatment by Kazakhstan, C (...)

78En janvier 1996, Ashir Vahidi est attaqué et dévalisé à son domicile. Il est sévèrement battu par ses agresseurs. Selon les organisations ouïgoures, les autorités kazakhes ont essayé de classer cette affaire pour manque de preuves. Certains observateurs pensent que les services de sécurité chinois ne sont peut-être pas étrangers à cette agression. Un observateur russe a ainsi déclaré, « it is not to be ruled out that the attack on Vakhidi was organized by the Chinese special services, acting, if not in direct contact with the Kazakhstani special services, then doubtless with their knowledge »530.

  • 531 LISCIA, C, « Au Kazakhstan, la nostalgie des réfugiés », le Monde diplomatique, Septembre 1997, pp. (...)
  • 532 Idem.
  • 533 KAMALOV, A., « Uighur community in 1990s Central Asia. A decade of change », op. cit., p. 162.
  • 534 WORKING, R., « Fighting for independence in the shadow of a Goliath », The Japan Times, November 6, (...)
  • 535 Idem.
  • 536 NADYROV, Sh. M., « Uighurs of Kazakhstan. Socio-Economic Situation », Himalayan and Central Asian S (...)

79Quoi qu’il en soit, la situation générale des Ouïgours du Kazakhstan se détériore à partir du début de l’année 1996. L’Institut d’études ouïgoures créé à l’époque soviétique et basé à Almaty est supprimé en janvier 1996, officiellement pour des raisons économiques531. Il sera transformé en Centre d’études ouïgoures au sein de l’Institut d’études orientales. Dans un article publié en septembre 1997, Claude Liscia relève également que « le théâtre ouïgourne fonctionne plus depuis plusieurs années, faute de bâtiment (...) Ala télévision, l’émission en langue ouïgoure a été rayée du programme, et les deux quotidiens destinés à cette communauté ont été contraints de fusionner en un seul titre - hebdomadaire »532. Il semble cependant que ces informations doivent être quelque peu relativisées. En matière culturelle et d’éducation, les autorités kazakhes n’ont semble-t-il pas remis totalement en cause les acquis de la période soviétique pour la communauté ouïgoure. Des programmes en langue ouïgoure ont semble-t-il continué à être diffusés à la télévision kazakhe après 1996 puisqu’ils seront restreints en 1999533. Quant au « théâtre ouïgour » fondé en 1934 et qui regroupe environ 110 musiciens et acteurs, il a continué à être financé par les autorités kazakhes et à fonctionner malgré les difficultés. Mais il est vrai qu’il n’a toutefois plus été autorisé par les autorités chinoises à se produire en Chine à partir de 1996534. Enfin, il ne semble pas que les autorités kazakhes aient remis en cause la possibilité pour les jeunes Ouïgours de suivre un cycle d’éducation secondaire complet en langue ouïgoure. Selon un article paru dans le Japan Times en novembre 2001, environ 30 000 enfants ouïgours étaient en effet scolarisés à ce moment dans leur langue maternelle au Kazakhstan535. Un chercheur ouïgour précise également dans un article datant de 2003 que l’enseignement est donné en langue ouïgoure dans 64 écoles du Kazakhstan536.

  • 537 DAVE, B., « Kazakhstan warns Uighurs in China against secession », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 78 (...)
  • 538 THOENES, S., « Divided Uighurs short on hope and friends », Financial ’Times, May 25-26, 1996, p. 3
  • 539 KANGAS, R., « Nazarbaev to ignore uighur pleas while in China », Omri Daily Digest, vol. 2, n° 82, (...)
  • 540 BEZANIS, L., « China, Central Asians join forces », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 85, April 30, 199 (...)
  • 541 « Xinjiang’s targets splittists’ in anticrime drive », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-097, May 1, (...)
  • 542 «  PRC : Xinjiang launches ‘severe’ crackdown campaign », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-096, Apri (...)
  • 543 « Janabil article stresses unity, stability », FBIS-CHI-98-019, January 19, 1998.

80A la mi-avril 1996, dans le sillage du sommet de Shanghai qui voit la naissance du Groupe de Shanghai, le ministre kazakh des affaires étrangères, K Tokayev, adresse une mise en garde aux Ouïgours de Chine contre toute tentative de sécession ou d’utilisation du « facteur islamique »537 alors que plusieurs mouvements nationalistes ouïgours sont interdits par les autorités d’Almaty538. Malgré les appels de certaines figures ouïgoures du Kazakhstan à « ne pas sacrifier les Ouïgours aux Han » et la déclaration de N. Nazarbaev selon laquelle la question des minorités ne sera pas abordée à la réunion de Shanghai539 qui doit rassembler les représentants chinois, russe, kazakhe, kirghize et tadjik en avril 1996, l’agence Reuters rapporte que pendant ce sommet, la Chine est tombée d’accord avec le Kazakhstan, la République kirghize et d’« autres » partenaires non spécifiés pour lutter contre le séparatisme, le terrorisme et les activités fondamentalistes540. Cet accord de principe donne toute liberté à Pékin de lancer sur son territoire le jour même de la rencontre de Shanghai, une vaste opération anti-criminelle baptisée Yan da (Frapper fort) qui se traduit dans la région autonome du Xinjiang par des opérations de répression visant particulièrement les « activités séparatistes »541 et les « activités religieuses illégales »542. Comme le confirme un texte de janabil, le président du Comité Permanent de la Conférence Consultative Politique du Peuple chinois (CPPCC) de la région autonome du Xinjiang, publié en 1998, cette campagne a été préparée au Xinjiang à la suite d’instructions directes émanant du pouvoir central chinois et synthétisées dans le document n° 7 adopté lors de la réunion du comité central du bureau politique du PCC le 19 mars 1996543.

  • 544 « Xinjiang meeting discusses stability, religion », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CH (...)
  • 545 « Large scale troop movements reported in Xinjiang », FEER, June 13, 1996.
  • 546 Cité dans TOENES, S., « Divided Uighurs short on hope and friends », op. cit., p. 3.
  • 547 « Illegal Mosques, religious schools dismanteld in Tibet (sic.) », Urumqi Xinjiang Television Netwo (...)
  • 548 « Uygur rebels claim more attacks on forces in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-139, July 10, 1996.
  • 549 « Xinjiang to remove unwanted influences from colleges », Urumqi Xinjiang Television Network dans F (...)
  • 550 « Authorities call for harsh punishment of separatist cadres », AFP dans FBIS-CHI-96-104, May 27, 1 (...)
  • 551 « Xinjiang Party Secretary Economic Development, Separatism », Liaowangdans FBIS-CHI-2001-0710, Jun (...)
  • 552 « Xinjiang Party committee rebuilds grass-root organizations », Xinhua Domestic Service dans FBIS-C (...)
  • 553 « On need to strenghten Party’s ruling position in rural areas », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-2 (...)
  • 554 « On Safeguarding cadres against splittism », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-118, May 10, 1996.

81Après le lancement de cette campagne, les autorités du Xinjiang tiennent une réunion spécialement consacrée à la lutte contre le séparatisme entre le 3 et le 6 mai 1996544 alors que parallèlement, des mouvements de troupes importants sont signalés dans la région. Il s’agirait des plus importants depuis l’incident de Baren de 1990545. La répression est donc lancée avec l’accord tacite des voisins centre-asiatiques de Pékin. Comme le constate amèrement un membre de la minorité ouïgoure du Kazakhstan, Batur Arshidinov, qui dirige la Société des Patriotes du Turkestan oriental, « the Kazakhs sold us out to China. Nobody supports us »546. Des centaines de Ouïgours du Xinjiang vont être arrêtés dans le cadre de cette campagne. Des mosquées et des écoles religieuses illégales sont fermées par les autorités alors que des livres et des publications « séparatistes » ainsi que du « matériel religieux » illégal sont saisis547. Un parlementaire local d’origine ouïgoure, Aisha Awazi, est également arrêté dans le district d’Aqsû pour activités religieuses illégales en juin 1996. Il se serait apparement auto-proclamé imam en 1992 et est accusé d’avoir formé 120 activistes musulmans548. Pour le seul mois de mai 1996, Reuters cite le chiffre de 2773 personnes arrêtées (criminels de droit commun et séparatistes confondus), pour la plupart des Ouïgours. La campagne gagne jusqu’aux campus des collèges de la région autonome549. Elle touche également les cadres550. Les autorités du Xinjiang décident de renforcer une nouvelle fois le contrôle social jusque dans les confins de la région autonome en consolidant les organisations du PCC au niveau du village, avec une attention spéciale pour les villages reculés. Il est ainsi prévu que 20 000 cadres renforceront les organisations du parti au niveau des villages. En 2001, Wang Lequan signalera cependant qu’il y a en fait 5400 cadres de l’état travaillant au niveau des villages, ce qui montre les limites de cette politique annoncée en 1996551. Toujours dans la même veine, les autorités régionales vont envoyer des cadres pour un séjour de propagande de courte durée dans les villages du Xinjiang. Parallèlement, elles décident d’améliorer la qualité des cadres au niveau du village et du district552. En plus de ces mesures qui renforcent une politique allant dans le même sens, adoptée dès 1993553, les autorités régionales décident enfin d’accroître la formation et le nombre de cadres Han et de former également davantage de cadres des minorités ethniques fidèles au PCC afin de combattre le séparatisme ethnique554.

  • 555 « Commentary on anti-splittism work in Xinjiang », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-139, June 12, 19 (...)

82Indignés par les informations en provenance de Chine, des activistes de la communauté ouïgoure du Kazakhstan appartenant apparement au « Front national pour la libération du Turkestan Oriental » (qui est désormais « non enregistré auprès du ministère de la Justice du Kazakhstan ») lancent un appel à travers le journal Panorama aux gouvernements kazakh, kirghize, tadjik et russe pour dénoncer l’ampleur de la vague de répression qui touche le Xinjiang/Turkestan oriental et le blanc-seing donné à Pékin que constitue à leur yeux la signature du traité de Shanghai. Ce traité en lui-même ne parle pourtant à aucun moment de la question du séparatisme mais les autorités chinoises le mettent cependant en relation avec la lutte contre le séparatisme. Elles soulignent en effet qu’il a créé une situation internationale favorable qui facilite à son tour la lutte contre le séparatisme au Xinjiang. En fait, Pékin s’est assuré de l’absention voire de la coopération des pays liés par le traité de Shanghai avant d’intensifier sa répression555.

  • 556 « Foreign Ministry denies linkage of treaty, Xinjiang ’Purge’ », Panaroma dans FBIS-SOV-96-113, Jun (...)

83Pour sa part, le ministre kazakh des affaires étrangères répondant à l’interpellation des activistes de la communauté ouïgoure du Kazakhstan nie toute relation entre la conclusion de ce traité -qui n’a à ses yeux rien à voir avec la question du « séparatisme »556- et la campagne déclenchée en avril/mai 1996 par les autorités chinoises au Xinjiang. Il considère cette campagne comme une affaire purement interne à la Chine. Il rappelle également que le Kazakhstan s’est engagé dans les déclarations conjointes d’octobre 1993 et septembre 1995 à ne pas interférer dans les affaires intérieures chinoises et qu’il respecte l’intégrité territoriale de la Chine. Les autorités kazakhes s’abtiennent donc de toute action et même de tout commentaire critique à propos de cette campagne de répression.

  • 557 « Kazakhstani President on Jiang Zemin visit », Xinhua dans FBIS-CHI-96-117, June 14, 1996 et « Kaz (...)
  • 558 Voir FORNEY, M., « Uigur fire », FEER, February 27, 1997.

84Mieux encore que cette pure abstention -qui favorise déjà la partie la plus puissante, en l’occurrence le pouvoir chinois-, quelques jours avant la venue de Jiang Zemin à Almaty dans le cadre d’une tournée diplomatique entreprise en juillet 1996 dans six pays dont trois républiques centre-asiatiques (Ouzbékistan, République kirghize, Kazakhstan), le président Nazarbaev répète à Xinhua que le Kazakhstan soutient l’intégrité territoriale de la Chine, s’oppose à toute forme de séparatisme et n’encouragera jamais les activités séparatistes. Il ajoute toujours selon l’agence de presse officielle chinoise que le Kazakhstan soutient également « all the measures taken by the Chinese government in maintaining national unity ». Par ces déclarations, le président kazakh avalise donc la répression qui s’est abattue sur le Xinjiang à la fin du mois d’avril 1996557. Peu avant l’arrivée de Jiang Zemin, les dirigeants des organisations ouïgoures sont également mis en garde contre toute action qu’ils pourraient entreprendre contre le chef de l’Etat chinois. Selon le Far Eastern Economic Review, Ashir Vahidi aurait ainsi été prévenu par des officiels kazakhs qu’au moindre incident, il passerait 10 ans derrière les barreaux558.

  • 559 « ’Text’ of Sino-Kazakhstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July (...)
  • 560 « Xinjiang to Intensify ’Strike-Hard’ Struggle in Winter » Xinjiang Ribao, FBIS-CHI-96-236, Novembe (...)
  • 561 BROT, M., « L’armée chinoise en alerte maximale dans le Xinjiang », Journal de Genève, Mars 6, 1997
  • 562 Dans http://www.chinainformed.com/Archive/x9703/970326.html. Voir également sur cette déclaration P (...)

85L’alignement d’Almaty sur Pékin est complété par la déclaration commune signée à l’issue de cette visite du dirigeant chinois au Kazakhstan. La dispostion 4 de ce document stipule que les deux parties « reiterate that they are opposed to national separatism in any form and they will not permit any organizations and forces to engage in separatist activities in their respective territories against the other side »559. Almaty réitère donc son opposition à toute forme de séparatisme et promet à nouveau d’interdire les activités séparatistes menées par n’importe quelle organisation sur son territoire. Alors que la campagne Yan Da est relancée au Xinjiang à l’hiver 1996 et au printemps 1997560, au moment des événements de Yining/Guldja de février 1997, certains officiels kazakhs s’inquiètent des mesures draconiennes adoptées par la Chine au Xinjiang -dans la région autonome, l’APL est ainsi placée en alerte maximale561- tout en limitant leur critique face à cet événement562. Les médias kazakhs se sont également fait discrets. Même le quotidien en langue ouïgoure « Voix des Ouïgours » rend compte de l’incident de Yining/Guldja en termes vagues alors que la télévision publique kazakhe adopte un point de vue plutôt pro-chinois.

  • 563 Dans FORNEY, M., « Uigur fire », op. cit, pp. 17-21.
  • 564 Voir « Uygur rebels claim more attacks on forces in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-139, July 10, (...)
  • 565 NAUDET, J.-B., « Les réfugiés au Kazakhstan rêvent de lutte armée ‘contre un milliard de Chinois’ » (...)

86Contrairement à son voisin kirghize qui tolère un piquet de protestation devant l’ambassade de Chine à Bichkek, les autorités kazakhes « invitent » les organisations ouïgoures du Kazakhstan à tenir plutôt une conférence de presse. Cette dernière sera retransmise uniquement par les télévisions commerciales. Beksultan Sarsekov qui dirigeait à l’époque le Conseil de sécurité du Kazakhstan a pour sa part déclaré que les autorités chinoises « are resorting to harsh measures. We can as human beings feel and understand (the Uighurs) » tout en affirmant qu’il s’agissait d’une affaire « interne » à la Chine563. On constate ici que malgré son alignement sur la politique de Pékin, le pouvoir kazakh ménage un espace d’expression pour sa minorité ouïgoure. Le même type de politique sera suivie d’ailleurs également en République kirghize. Cet espace d’expression est strictement limité et contrôlé, mais il existe néanmoins. Il s’agit d’apaiser quelque peu les tensions et d’éviter que l’absence de canaux d’expression du mécontentement n’aboutisse à des dérives ou à une radicalisation de la minorité ouïgoure, numériquement importante dans le pays. C’est ainsi que l’on peut peut-être aussi expliquer le fait que le très bruyant Yusup Beg Mukhlisi (Yusufbek Mukhlisov) dirigeant à l’époque le « Front national pour la libération du Turkestan Oriental » (Sarki Türkistan Sepeli Milli Birlik Inkilap) basé au Kazakhstan a pu continuer à s’exprimer sans être inquiété malgré ses prises de positions radicales et publiques en faveur de la lutte armée au Xinjiang/Turkestan oriental564. Un autre facteur d’explication est sans doute l’innocuité de son organisation qui, selon les Ouïgours du Kazakhstan, ne représentait personne en dehors de lui-même. Malheureusement pour les Ouïgours, ce personnage décédé en août 2004 s’est beaucoup exprimé dans les médias aussi bien locaux qu’internationaux au milieu des années 90 en raison de ses propos outranciers. Ses déclarations tapageuses et ses affabulations, reprises sans véritable critique par la presse occidentale bien que démenties par des intellectiuels ouïgours565, ont sans doute coûté très cher aux populations ouïgoures du Xinjiang. Elles ont pu être instrumentalisées et ont contribué au renforcement de la répression chinoise. Les déclarations de Yusup Beg Mukhlisi ont également créé une image négative de la communauté ouïgoure au Kazakhstan et offert au pouvoir kazakh des prétextes pour adopter et renforcer les mesures répressives contre les Ouïgours du pays.

  • 566 BEZANIS, L„ « Bowing to Beijing over Xinjiang ? », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 36, February 20, 1 (...)
  • 567 « Jiang-Kazakh President talks on Xinjiang riots ’confirmed’ », South China Morning Post dans FBIS- (...)
  • 568 BEZANIS, L., « Nazarbaev’s timely trip to China », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 38, February 24, 1 (...)
  • 569 « Jiang Zemin vows to continue Deng’s Reforms », Xinhua dans FBIS-CHI-97-036, February 21, 1997.
  • 570 « Nazarbaev views future cooperation with PRC », Kazakhstanskaya Pravda dans FBIS-SOV-97-041, Febru (...)

87Parallèlement à cet espace de « tolérance » face à leur communauté ouïgoure, les autorités kazakhes rassurent Pékin en l’assurant de leur « opposition à toute forme de séparatisme »566. Ainsi, à l’occasion d’une visite privée très opportune en Chine, le président Nazarbaev s’empressera d’assurer Jiang Zemin de son soutien lors d’une rencontre en tête-à-tête567. Symboliquement, N. Nazarbaev sera à cette occasion le premier chef d’État étranger à se tenir aux côtés du président chinois après la disparition de Deng Xiaoping568. Le président kazakh offre donc à nouveau son soutien à Pékin en se déclarant opposé à toute forme de séparatisme national569, une position qu’il répètera dans la presse kazakhe avec quelques nuances à destination de son opinion publique. Il déclare à son retour de Chine à Kazakhstans-kaya Pravda que l’aspiration à l’auto-détermination des populations allogènes du Tibet, de Mongolie intérieure, du Xinjiang et du sud de la Chine sont « compréhensibles » mais que le Kazakhstan ne peut en aucune manière accueillir cette idée570. Bien qu’il se déclare favorable à la résolution pacifique de ces problèmes -une prise de position qui ne correspond pas à l’approche suivie par Pékin au Xinjiang puisque les autorités chinoises n’ont jamais offert de discuter avec une quelconque organisation ouïgoure, et qui est destinée uniquement à l’opinion publique kazakhe puisque le président Nazarbaev s’abstient de tels commentaires auprès des autorités chinoises-, il se retranche rapidement derrière le principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures de la Chine.

  • 571 PANNIER, b., « Uighur protest at Chinese embassy in Kazakhstan », Omri Daily Digest, vol. 3, n° 56, (...)
  • 572 « China, Russia : Text of Qian Moscow Press Conference » Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-080, April 25, (...)
  • 573 Voir « 50 Uighur demonstrators arrested in Almaty », AFP dans FBIS-SOV-97-118, April 28, 1997 et «  (...)
  • 574 « Court sentences 32 ethnic Chinese (sic.) for unlawful rally », Interfax dans FBIS-SOV-97-119, Apr (...)

88En mars 1997, une manifestation de protestation de très faible ampleur -une trentaine de personnes- organisée par les Ouïgours devant l’ambassade de Chine à Almaty se déroule sans intervention de la police571. Il s’agit d’une nouvelle illustration du maintien par les autorités kazakhes d’un espace minimal d’expression pour la minorité ouïgoure du pays. Cependant même cette faible ouverture déplaît à Pékin. Lors d’une nouvelle rencontre avec Jiang Zemin à l’occasion de la signature du traité de Moscou le 25 avril 1997, le président kazakh, tout comme son homologue kirghize, répète explicitement qu’il n’autorisera « jamais les séparatistes » du Xinjiang à mener leurs activités sur le territoire de son pays572. Cette déclaration au moment où les républiques centre-asiatiques signent avec la Chine cet instrument essentiel pour leur sécurité constitue un nouveau signe inquiétant pour les Ouïgours établis au Kazakhstan. Elle est d’ailleurs suivie quelques jours plus tard d’une mesure concrète à leur encontre. Des protestataires ouïgours (entre 30 et 50 selon les différentes agences de presse) sont arrêtés à Almaty pour avoir participés à une manifestation devant l’ambassade de Chine contre l’exécution de trois Ouïgours accusés d’avoir pris part aux événements de Yining de février 1997. Selon l’ AFP, la manifestation non autorisée par le pouvoir kazakh a été rapidement dispersée573. Les Ouïgours arrêtés sont condamnés par la cour du district d’Almaty à des peines comprises entre 2 et 7jours de prison574. Même si ces peines sont très légères, il s’agit néanmoins d’un avertissement clair lancé à la communauté ouïgoure du Kazakhstan. Il lui faudra désormais éviter les manifestations hostiles à la Chine, même de faible ampleur, au moins devant les bâtiments de l’ambassade de la RPC. Il s’agit d’empêcher que ces manifestations soient visibles par les diplomates chinois pour éviter les protestations diplomatiques immédiates de Pékin.

  • 575 « Uyghur demonstration in Almaty », RFE/RL Newsline, August 1, 1997.
  • 576 « Chi Haotian urges Xinjiang troops to keep high alert », Xinhua dans FBIS-CHI-97-175, June 24, 199 (...)
  • 577 « ’Exterminate’ separatism says Xinjiang official », AFP dans FBIS-CHI-97-183, July 2, 1997.
  • 578 « Xinjiang leaders stress continued crakdown on separatism » Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-232, A (...)
  • 579 « AFP reports call to crush Xinjiang’s Muslim Separatists », AFP dans FBIS-CHI-97-234, August 22, 1 (...)
  • 580 « NPC official urges no compromise in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-97-252, Septembre 9, 1997.
  • 581 « Xinjiang secretary rejects leniency for ‘Terrorists’ », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-97-260 (...)

89Une autre manifestation est organisée en août 1997 par l’association des Ouïgours du Kazakhstan contre l’exécution publique à Yining le 21 juillet 1997 de neuf Ouïgours accusés d’avoir participé aux événements de février dans cette ville. Cette dernière est rapidement détournée de l’ambassade de Chine vers un parc voisin sans cependant que les participants -environ une cinquantaine- ne soient inquiétés par la police575. Dans l’intervalle de ces deux manifestations, le ministre chinois de la défense, Chi Haotian, accompagné d’une importante délégation militaire, visite à la fois le Kazakhstan et la République kirghize afin de renforcer les contacts militaires bilatéraux. Dans les deux pays, il reçoit de nouvelles assurances concernant le séparatisme. Au retour de ces visites, il effectue une tournée d’inspection au Xinjiang576. On notera que quelquesjours plus tard, le président du Congrès populaire du Xinjiang appelle dans le Quotidien du Xinjiang à « exterminer » le séparatisme577alors qu’en août 1997, les autorités de la région autonome prescrivent une nouvelle fois la poursuite de la campagne Yan Da578. Les délégués à la cinquième assemblée de la très officielle Association islamique du Xinjiang souligneront pour leur part que les « séparatistes » doivent être « isolés et éradiqués comme des rats dans la rue »579. Assuré du soutien de ses voisins, Pékin peut donc maintenir voire accentuer sa ligne répressive au Xinjiang contre toute manifestation du nationalisme ouïgour. Comme le déclare Tomur Dawamat, l’ancien secrétaire du PCC du Xinjiang et vice-président à ce moment du Congrès national populaire (le parlement chinois) en septembre 1997, face aux « séparatistes » et aux « activistes religieux » au Xinjiang, « there is not even the slightest room for compromise »580, un mot repris quelques jours plus tard par Wang Lequan, se crétaire du comité du PCC du Xinjiang, et un protégé de Hu Jintao parachuté au Xinjiang en 1991581.

  • 582 « Xinjiang secretary addresses discipline » Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-068, March 4, 1997.
  • 583 « Kazakh Uighurs appeal for help for Chinese Uighurs », Almaty Delovaya Nedelya dans FBIS-SOV-98-02 (...)

90Il est cependant intéressant de relever que l’ensemble des cadres du PCC du Xinjiang ne soutient cependant pas la ligne repressive. Nous en avons trouvé l’indice discret dans une intervention de Wang Lequan devant la commission régionale d’inspection de la discipline. Wang Lequan rappelle à l’ordre lors de cette réunion les « camarades » qui critiquent l’orientation des autorités centrales, qui ne comprennent pas que le « danger principal menaçant le Xinjiang est le séparatisme ethnique et les activités religieuses illégales », émettent des « objections » et vont jusqu’à commettre « les erreurs du libéralisme politique »582. Au Kazakhstan, la proximité du pouvoir kazakh avec la République populaire et son mutisme à l’égard du traitement chinois de la question ouïgoure ne font pas non plus l’unanimité dans le pays. Ils font l’objet de critiques de la part de certains mouvements de l’opposition politique kazakhe, notamment de la part d’Azamat (Citoyens) co-présidé à ce moment par Murat Auezov, l’ancien ambassadeur du Kazakhstan en Chine entre décembre 1992 et juin 1995. En janvier 1998, ce dernier appellera les autorités kazakhes à se préoccuper du sort des Ouïgours du Xinjiang et à exprimer ouvertement cette préoccupation583. Il n’est cependant guère entendu. Le président Nazarbaev continue à privilégier la coopération avec Pékin dans ce domaine et va accroître sa coopération en matière de lutte contre le « séparatisme ethnique » tant sur le plan bilatéral que multilatéral.

  • 584 ETIC, « Three Uyghur political asylum seekers deported from Kazakstan to China », WUNN, February 12 (...)
  • 585 ETIC, « Chinese court sentences three Uighurs to death », WUNN, April 19, 2001 et Amnesty Internati (...)

91Sur le plan bilatéral le Kazakhstan coopère semble-t-il plus étroitement avec Pékin dans la lutte contre le « séparatisme ouïgour » depuis la fin de l’année 1998. Ainsi, en février 1999, trois Ouïgours originaires du Xinjiang qui avaient été arrêtés à la frontière kazakhe en août 1998 et demandaient l’asile politique sont reconduits à la frontière chinoise. Officiellement accusés par Pékin de participation à des activités « séparatistes » -à savoir les événements de Yining de février 1997-, ils risquent la peine de mort en Chine. Malgré les protestations des organisations de la diaspora ouïgoure, des organisations de défense des droits de l’Homme comme Amnesty International, de la communauté ouïgoure du Kazakhstan et des organisations kazakhes de protection des droits de l’Homme584, ils sont rapatriés vers le Xinjiang. Ils seront condamnés à mort en juillet 1999 en compagnie d’autres Ouïgours de la région autonome585. Le message des autorités kazakhes est donc clair. Le Kazakhstan ne servira pas de refuge aux Ouïgours du Xinjiang cherchant à échapper aux autorités chinoises.

  • 586 Cite dans « Uighur spokesman highlight complaints about treatment by Kazakhstan, China », op. cit.
  • 587 « China, Kazakhstan vow to fight separatists », BBC News, November 24, 1999.
  • 588 « China - Kazakhstan, agreement reached », BBC Online, November 24, 1999.
  • 589 Voir CARRY, Galiya, « Ethnic Chinese in Kazakhstan », World, June 29, 2001.

92Outre ces cas de déportations qui concernent des Ouïgours originaires de la région autonome du Xinjiang, Astana semble également avoir resserré au cours de l’année 1999 le niveau de surveillance policière autour de sa propre minorité ouïgoure. Au cours de cette année, outre la réduction des émissions télévisées en langue ouïgoure, la parution de Yeni hayat (Nouvelle Vie), supplément en alphabet arabe du journal ouïgour « Voix du Turkestan oriental » déjà suspendu, est annoncée. Astana va également promouvoir de manière croissante une image négative des Ouïgours auprès de son opinion publique. La « recrudescence des tendances séparatistes » au sein de la communauté ouïgoure est ainsi citée par le président du comité de sécurité nationale du Kazakhstan à l’occasion de la présentation au Sénat kazakh d’un projet de loi destiné à combattre le terrorisme. Comme le remarque unjournaliste, cette déclaration du ministre révèle donc que ce projet de loi vise en partie d’éventuelles activités de la communauté ouïgoure installée au Kazakhstan586. Le 24 novembre 1999, au lendemain de la publication d’un communiqué conjoint sino-kazakhe sur la résolution complète de leur contentieux frontalier, le Kazakhstan s’engage à renforcer sa coopération avec la République populaire de Chine dans le domaine de la sécurité587. Les deux pays s’accordent ainsi à nouveau pour combattre le « séparatisme » et le « fondamentalisme religieux » le long de leur frontière commune et pour coordonner leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme, la contrebande d’armes, l’immigration illégale et le trafic de la drogue588. On remarque ici que le Kazakhstan maintient sa vigilance à l’égard de l’immigration chinoise589. Cette menace latente reste une des préoccupations majeures d’Astana, malgré le compromis passé avec Pékin sur ce problème en lors de la tournée de Li Peng en 1994.

  • 590 « Kazakh police kill four Uighur activists », RFE/RL Newsline, September 29, 2000 et « Members of U (...)
  • 591 « Uighur spokesman highlight complaints about treatment by Kazakhstan, China », op. cit.
  • 592 « Kazakhstan’s Uighur minority abjurs separatism », RFE/RL, October 16, 2000. Un autre exemple de c (...)
  • 593 Voir ETIC « The sad truth » WUNN, August 31, 2001.
  • 594 D’après OKA, Natsuko, « Transnationalism as a Threat to state Security ? Case studies on Uighurs an (...)

93En septembre 2000, les forces spéciales kazakhes abattent quatre personnes dont semble-t-il des Ouïgours au cours d’une fusillade à Almaty. Ces individus sont présentés par les autorités comme des « terroristes » appartenant à l’« Organisation de libération de l’Ouïgouristan » (Uighur Azattlyq Tashlaqty). Elles les accusent d’être à l’origine du meurtre d’un policier kazakh et aussi de l’assassinat en République kirghize de deux hommes d’affaires chinois et d’un représentant de la communauté ouïgoure590. Mais cette version officielle est douteuse. L’appartenance de ces individus -dont l’origine ethnique reste peu claire- à l’ « Organisation de libération de l’Ouïgouristan » dont les prises de positions sont modérées n’est pas crédible. Ces hommes appartenaient plus vraisemblalement à un groupe criminel n’ayant aucune coloration politique particulière591. La présentation qui a été faite de cet incident dans les médias officiels kazakhs relève donc de la manipulation. Cette dernière était sans doute destinée à renforcer l’image négative des Ouïgours auprès de l’opinion kazakhe et à contenter Pékin en lui montrant qu’Astana est activement engagée dans la lutte contre les mouvements séparatistes ouïgours. Pour Farkhad Hasanov, président de la « Société pour la culture ouïgoure du Kazakhstan », les conséquences de cette rhétorique assimilant les Ouïgours au terrorisme et au séparatisme sont très préjudiciables à l’image des Ouïgours vivant dans la République592. L’ETIC condamnera également cette présentation et ses conséquences sur l’opinion publique kazakhe593. Il n’empêche, la police kazakhe se livre à cette occasion à des perquisitions à grande échelle dans les quartiers ouïgours où elle arrête pour interrogatoire de nombreux résidents. Il semblerait également que des Ouïgours qui travaillaient dans le secteur étatique kazakh aient perdu leur emploi à la suite de cet événement594.

  • 595 « Dilbirim Samsakova. Killed in Kazakhstan », Uighur Affairs Survey, vol. 1, n° l, septembre 2001, (...)
  • 596 « Uighur threat to Central Asia, China linked to Bin Laden », RFE/RL., June 4, 2001.

94Au printemps 2001, une nouvelle étape est semble-t-il franchie dans l’intimidation de la communauté ouïgoure du Kazakhstan. Dilbirim Samsakova, membre du Comité central du Congrès national du Turkestan oriental (Uighuristan) et présidente du Fonds de charité Nazugum, est en effet abattue dans des conditions non élucidées. Pour la communauté ouïgoure, cet assassinat était « politiquement motivé »595. A la fin du printemps 2001, une étape supplémentaire est encore franchie dans la diabolisation des Ouïgours. Certains journaux russes vont rattacher les activités des organisations ouïgoures à Oussama Ben Laden596, une rhétorique que Pékin reprendra à son compte et diffusera largement après les événements du 11 septembre 2001.

  • 597 « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia and Tajikistan on the Almaty Meeting,Jul (...)

95Par ailleurs, sur le plan multilatéral cette fois, le Kazakhstan participe également aux travaux du « Groupe de Shanghai » devenu, à partir de juin 2001, l’« Organisation de coopération de Shanghai » 5Shanghai hezuo zuzhi en chinois et Sanchajskaja organizacija sotrudnicestva en russe). Ce forum a placé dès 1998 la lutte contre le « séparatisme ethnique » au cœur de son programme. La déclaration finale du sommet d’Almaty contient en effet une dispostion générale où les parties condamnent toutes « formes de séparatisme » et où elles s’engagent par ailleurs à interdire toute utilisation de leur territoire aux activités « minant la souveraineté nationale, la sécurité et l’ordre social » des autres pays membres597. Cette condamnation du séparatisme ethnique par les autorités kazakhes dans le cadre du « groupe de Shanghai » sera répétée par la suite dans les déclarations finales publiées à l’issue des sommets de Bichkek (1999), Douchanbé (2000) et Shanghai (2001) puis dans la période post-11 septembre et prendra des formes plus concrètes dans le cadre de la coopération mise en place dans le domaine de la sécurité publique au travers de la création du « Groupe de Bichkek » en décembre 1999. C’est à ce moment là que se sont réunis pour la première fois les représentants des services de sécurité des différents États membres du « Groupe de Shanghai ». Cette rencontre débouche sur la signature d’un « mémorandum sur la coopération et l’interaction » entre services de sécurité et d’un document créant le « groupe de Bichkek ». Ce dernier va lancer la coopération dans le domaine de la sécurité publique. Le « groupe de Bichkek » tiendra ensuite plusieurs réunions (à Moscou en 2000, à Bichkek en 2001 avec pour la première fois la participation de l’Ouzbékistan, puis à Astana en 2002).

  • 598 Voir KALIEV, A., « Almaty fears Uighur Militants », Ipwr’s Reporting Central Asia, n° 29, November (...)
  • 599 Discussions avec des représentants des organisations ouïgoures du Kazakhstan et du Kirghizstan à Br (...)

96A la veille des événements de septembre 2001, la République populaire de Chine a donc progressivement réussi à amener des autorités kazakhes plutôt réticentes au début des années 90 à coopérer activement avec elle contre les Ouïgours du Xinjiang. Pour les Ouïgours installés au Kazakhstan, la situation est également devenue plus délicate. L’image de la communauté ouïgoure s’est dégradée en raison des pressions de Pékin sur les autorités kazakhes et de sa rhétorique qui assimile les Ouïgours au « séparatisme » et au « terrorisme » et qui a été reprise par Astana comme nous l’avons vu598. Selon les témoignages de Ouïgours de la région, la Chine a répandu l’idée que les Ouïgours ont des vélléités séparatistes au Kazkahstan ou au Kirghizstan, une accusation certes rejetée avec force par les organisations locales ouïgoures599, mais qui a contribué à inquiéter les décideurs centre-asiatiques. Sous l’influence de la Chine, le climat de tolérance du début des années 1990 a cédé la place à un contrôle beaucoup plus strict des Ouïgours au Kazakhstan. Dans ce pays, les activités politiques des organisations ouïgoures sont découragées. On remarquera néanmoins que les autorités kazakhes n’ont pas totalement interdit l’ensemble des activités de sa minorité ouïgoure notamment dans le domaine culturel et éducatif. Même dans le domaine politique, des espaces d’expression ont semble-t-il subsisté. Ainsi, dans la période post-11 septembre, Kakharman Kozhamberdi a pu former en septembre 2002, le « Parti populaire du Ouïgouristan ». Il est cependant vrai qu’il n’a pu obtenir son enregistrement auprès des autorités kazakhes. Même s’il a considérablement renforcé son contrôle, entretient des relations de proximité avec Pékin et coopère avec la Chine contre les Ouïgours du Xinjiang, Astana a néanmoins cherché à ménager un espace d’expression minimal pour sa minorité ouïgoure afin d’éviter sa radicalisation politique. On peut également penser qu’il conserve cette « carte ouïgoure » comme une assurance au cas où les relations avec la Chine viendraient à se détériorer. En 2001, pour Pékin cependant, l’essentiel est acquis dans ses relations avec Astana puisque la sécurité de sa frontière et l’isolement de « ses » Ouïgours sont assurés du côté du Kazakhstan.

La République kirghize

  • 600 « Qian Qichen meets with Kyrgyz Foreign Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-93-167, August 31, 1993. L (...)
  • 601 « Kyrgyz-PRC security bodies reach agreement on cooperation », Itar-Tass dans FBIS-SOV-96-219, Nove (...)

97Suivant l’exemple de son voisin kazakh, le Kirghizstan a semble-t-il donné des assurances à Pékin en ce qui concerne le séparatisme des Ouïgours du Xinjiang tout en continuant à tolérer certaines activités des organisations de sa minorité ouïgoure. Un premier gage est ainsi donné à Pékin en août 1993 à l’occasion d’un déplacement dans la capitale chinoise du ministre kirghize des affaires étrangères. Selon la presse chinoise, ce dernier aurait exprimé l’opposition de son gouvernement à « toute forme de séparatisme » et à toute activité hostile à la Chine sur le territoire kirghize600. Son homologue chinois, Qian Qichen, ne manque pas de se féliciter de cette prise de position. Quelques mois plus tard, en novembre 1993, le ministre kirghize de l’intérieur se rend en Chine. Il y rencontre le sécrétaire général du Conseil des affaires de l’État, Luo Gan, ainsi que le ministre chinois de la Sécurité publique, Tao Siju, avec qui il aura des entretiens. A la suite de cette rencontre, un accord de coopération entre le ministère chinois de la sécurité et le ministère kirghize de l’intérieur est conclu. Bien que les informations sur la nature et l’étendue de cet accord fassent défaut, on peut penser, vu les déclarations précédentes du ministre kirghize des affaires étrangères, qu’il a pu concerner d’éventuelles activités de Ouïgours du Xinjiang en République kirghize, voire des activités des organisations des Ouïgours du Kirghizstan. Cet accord ne portait en tout cas pas sur d’éventuels problèmes de contrebande (drogue et armes à feu) entre les deux pays car un accord visant ce problème particulier sera conclu entre le ministre kirghize de l’intérieur et Tao Siju à l’occasion de sa visite à Pékin en novembre 1996601.

  • 602 A. Akaev cité dans Zhongguo Waijiao Gailan 1994, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiu (...)
  • 603 « Beijing issues communique on Li Peng visit to Kyrgyzstan », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI (...)
  • 604 NISSMAN D., « The Kyrgyz, the Uighurs, and Xinjiang », PRISM, vol. 1, Issue 18, September 1, 1995.

98Quelques mois après la conclusion de cet accord, selon le très officiel Zhongguo Waijiao Gailan 1994, à l’occasion de la visite de Li Peng à Bichkek dans le cadre de sa tournée en Asie centrale et en Mongolie d’avril 1994, le président A. Akaev aurait réitéré lors d’entretiens avec le premier ministre chinois l’opposition de la République kirghize à « toute forme de séparatisme ethnique »602. Cette prise de position n’apparaît cependant pas dans les communiqués publiés à l’issue de cette visite et n’est pas non plus mentionnée dans la presse de l’époque603. On peut penser que les autorités kirghizes entendaient rester discrètes sur cette prise de position en faveur de Pékin, peut-être pour ménager les susceptibilités des Ouïgours vivant sur leur territoire et qui bénéficiaient jusque-là d’un traitement plutôt favorable. Il existait par exemple de programmes en langue ouïgoure à la télévision kirghize et une section littérature ouïgoure à l’Union des écrivains de la République kirghize604. Peut-être les autorités kirghizes ont-elles également cultivé une certaine ambiguïté afin de conserver cette carte « ouïgoure » face à leur voisin chinois en cas de difficultés. A ce moment en effet, les problèmes frontaliers entre les deux pays ne sont pas réglés.

  • 605 Il s’agit du « Kyrgyzstan Uighur Unity », du « Comité Lob Nor » et de la « Uighuristan Freedom Orga (...)
  • 606 Cette association est la première organisation fondée par une minorité ethnique au Kirghizstan à av (...)

99En décembre 1994 cependant, on constate une évolution de la politique du pouvoir kirghize à l’égard des Ouïgours vivant sur le territoire de la République. En effet, deux des trois plus importantes organisations ouïgoures605 présentes en République kirghize -l’Association des Ouïgours du Kirghizstan « Ittipak » (Unité) fondée en 1990606 et dirigée par N. Kenjiev et « Uighuristan Freedom Organization »- dont les dirigeants ont semble-t-il refusé de se faire enregistrer auprès du ministère de la Justice, reçoivent un avertissement du procureur de la République kirghize. Le journal kirghize Asaba commentant cet événement relève que ces organisations, en proposant la sécession du Xinjiang et la création d’un État indépendant, ont mené des activités illégales au regard non seulement des lois kirghizes mais aussi des normes du droit international. C’est sur cette base note l’article que le procureur général leur a adressé un avertissement.

  • 607 « Uighur activists warned against secessionist agitation », Asaba dans FBIS-SOV-95-006, January 6, (...)
  • 608 « Kyrgyz warn Uighur Organization », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 5-6, Decemb (...)

100Plutôt que les réticences face à la procédure d’enregistrement imposée par les autorités, ce sont donc les activités mêmes de ces organisations et leurs objectifs « séparatistes » qui ont été sanctionnés par Bichkek. Il s’agit donc d’un véritable avertissement lancé aux organisations ouïgoures par le pouvoir kirghize de cesser des activités qui risquent selon Asaba de ternir les relations amicales établies entre la République kirghize et la Chine. Le journal termine en relevant qu’en cas de poursuite de ces activités, les dirigeants de ces organisations pourraient être astreints devant les tribunaux607. Au final, il semble, selon les informations publiées par l’Etic, que seule la « Uighuristan Freedom Organization » se soit vu refuser l’enregistrement officiel par le procureur du Kirghizstan au motif qu’il s’agirait d’une organisation cherchant à détacher le Turkestan oriental de la Chine608. Ce refus des autorités kirghizes semble donc avoir été directement motivé par le caractère « séparatiste » de cette organisation ouïgoure.

  • 609 Dans « Demonstration in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 4, October (...)

101Selon les informations publiées dans le bulletin de l’Etic, ces événements ont pris place après une série de manifestations anti-chinoises en République kirghize notamment en septembre 1994, manifestations à l’occasion desquelles la République populaire de Chine a protesté officiellement par l’intermédiaire de son ambassadeur auprès des autorités kirghizes. Les Ouïgours de la République kirghize ont en effet protesté devant l’ambassade chinoise à Bichkek le 27 septembre 1994 contre les violations des droits de l’Homme, les détentions arbitraires et les essais nucléaires au Xinjiang. L’ambassadeur chinois a officiellement protesté auprès des autorités kirghizes. Selon le bulletin d’information publié par l’Etic, ce dernier aurait écrit dans sa note de protestation que certaines forces au Kirghizstan « are harboring subversive aims against China (...) this kind of this kind of subversive activity on the soil of Kyrgyzstan will harm the warm friendship between Bishkek and Beijing »609. La décision des autorités kirghizes aurait donc été prise selon l’Etic sous la pression de ces protestations officielles du représentant de Pékin. L’hiver 1994, il semble en tout cas que la tolérance des autorités kirghizes à l’égard des activités des organisations des Ouïgours du Kirghizstan a régressé face à l’intérêt qui commandait de tenir compte des relations avec le voisin chinois.

  • 610 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shij (...)
  • 611 Dans « Li, Kyrgyz officials view border settlement », Xinhua dans FBIS-CHI-95-206, October 25, 1995

102Quelques mois plus tard, selon Zhongguo Waijiao Gailan 1995, à l’occasion de sa visite à Pékin en septembre 1995, le premier ministre kirghize a déclaré que la République kirghize s’opposait de manière constante à toute forme d’ultra-nationalisme ethnique et qu’elle allait adopter des mesures supplémentaires pour empêcher sur son territoire les actions de toutes organisations séparatistes visant la Chine610. La presse reprendra cette fois à l’occasion de la visite du premier ministre kirghize l’information selon laquelle le gouvernement de la République kirghize s’oppose à « toute forme de séparatisme national » et qu’il « s’oppose à toutes activités destinées à promouvoir l’éclatement de la Chine sur (son) territoire »611.

  • 612 Selon un article du journal Vecherni Bishkek, cette association enregistrée en République kirghize (...)
  • 613 DAVE, B., « Temporary Ban on Uighur Society in Kyrgyzstan », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 70, Apri (...)

103La fin de l’année 1995 est aussi marquée par les premiers contacts militaires directs sino-kirghizes avec la visite du commandant du district militaire du Xinjiang à Bichkek où il s’entretient avec le ministre kirghize de la défense. Ce dernier effectue ensuite une tournée en Chine. Le ministre de la défense y aura des entretiens avec Chi Haotian, le vice-président de la Commission militaire centrale, qui est un proche de Deng Xiaoping, et aussi avec Xiong Guangkai, l’adjoint au chef d’état-major de l’Armée populaire de Libération et surtout le chef des services de renseignement de l’armée chinoise. On imagine difficilement que la question du séparatisme ouïgour n’ait pas été abordée à cette occasion. L’attitude des autorités kirghizes à l’égard des organisations ouïgoures du Kirghizstan se durcit d’ailleurs peu après. En mars 1996, le ministère de la Justice la République kirghize interdit ainsi pendant trois mois les activités de l’association ouïgoure Ittipak (Unité)612 -interdiction de mener des campagnes dans la presse et les médias, d’organiser des réunions, des manifestations ou d’autres activités de masse en République kirghize- ainsi que la publication de son journal baptisé également « Ittipak » (en russe et en ouïgour) au motif que cette association, par ses critiques de la politique chinoise à l’égard des Ouïgours du Xinjiang, a violé le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures, reconnu dans divers documents conclus entre la République kirghize et la République populaire de Chine, notamment la déclaration du 16 mai 1992613.

  • 614 ETIC « Uyghurs in Kirgizstan decide not to involve in politics or crippled democracy in Kirgizstan  (...)
  • 615 Ce dernier sera assassiné en mars 2000, officiellement par des « séparatistes » ouïgours. Ittipak e (...)
  • 616 PANNIER, B., IDINOV, N., « Uyghur congress held in Kyrgyzstan », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 19, (...)
  • 617 EMMETT, E., « The Trial of Nations », February 3, 1999 (http://www.uyghuramerican.org).

104Peu après, le Kirghizstan signe le traité de Shanghai avec la Chine alors que Pékin lance le même jour sa campagne Yan Da au Xinjiang. Au Kirghizstan, Ittipak est néanmoins autorisé à reprendre ses activités en juin 1996. Mais, prudente, lors d’une réunion à Bichkek en novembre 1996, l’association décide officiellement de ne plus s’impliquer dans les questions politiques et de limiter ses activités à la sphère culturelle et éducative614. Lors d’un congrès tenu à Bichkek en janvier 1997, son président, N. Kenjiev est remplacé par Nigmat Baiza-kov615. Le congrès approuvera la mise en place d’un fonds destiné aux étudiants ouïgours au Kirghizstan. Il envisage également l’ouverture d’une libraire spécialisée dans la littérature ouïgoure à Bichkek616. Selon un article de E. Emmett publié en 1999 la nouvelle direction de Ittipak va néanmoins poursuivre la publication du journal « Voix de la Vérité » qui continue à défendre l’idée d’un Etat ouïgour indépendant617.

  • 618 ETIC, « A protest by the Uyghur community in Kirgizstan to visiting Chinese President Jiang Zemin » (...)
  • 619 LIU, S., « Kazakhstan’s efforts hailed », China Daily, vol. 16, n° 4857, July 5, 1996, p. 1.
  • 620 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzs tan Joint Declaration », op. cit..

105A l’occasion du déplacement de Jiang Zemin à Bichkek en juillet 1996, les organisations ouïgoures de la République kirghize envisagent d’organiser une importante manifestation contre cette visite. Cette démonstration est annulée à la demande expresse des autorités kirghizes. Un piquet installé devant l’ambassade de Chine à Bichkek par les organisations ouïgoures pour remettre une lettre de protestation au représentant chinois est dispersé en douceur par la police après que les autorités kirghizes aient accepté de jouer les intermédiaires et de faire passer ce document à Jiang Zemin618. Cette attitude pragmatique des autorités, adoptée pour éviter les débordements lors de la visite de leur invité chinois, n’empêche pas le président Akaev de déclarer à nouveau lors de sa rencontre avec Jiang Zemin, qu’il est fermement opposé au séparatisme ethnique619. Cette déclaration trouve cette fois sa traduction dans un document diplomatique. La disposition 17 du document conjoint publié le 4 juillet 1996 à l’issue de la visite du président chinois, parallèle à celle que l’on trouve dans la déclaration sino-ouzbèke publiée la veille, stipule en effet que les deux parties se déclarent « against any form of ethnic separatism and instigation of contradictions between states, ethnic groups, and religions ; and they will not permit any organizations and forces to engage in separatist activities in their respective countries against the other side »620.

  • 621 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shij (...)
  • 622 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shij (...)
  • 623 Idem, p. 283

106Pour la première fois, les autorités kirghizes condamnent non seulement le « séparatisme » dans un document diplomatique bilatéral signé avec la Chine mais elles s’engagent en outre à interdire à toute organisation ou force de mener des activités séparatistes tournées contre la Chine sur son territoire. Dans sa forme générale, cette promesse s’applique également aux activités potentielles des organisations ouïgoures de la République kirghize. Il s’agit d’une garantie substantielle offerte à Pékin que le territoire kirghize ne servira pas de base arrière ou de tremplin à d’éventuelles organisations séparatistes ouïgoures originaires soit du Xinjiang soit de la République kirghize elle-même. Pour compléter en quelque sorte ces promesses politiques, la République kirghize et la Chine ont également conclu lors de cette visite du président chinois, un traité d’assistancejudiciaire en matière civile et criminelle, traité dont les instruments de ratification sont échangés en août 1997 et qui entre en vigeur le 26 septembre 1997621 Cet accord sera bientôt complété par la signature à l’occasion d’une visite de A. Akaev à Pékin en avril 1998, d’un traité d’extradition (Zhong Hua renmin gongheguo he Jierjisisitan yindu tiaoyue, 27 avril 1998) -ratifié dès le 4 novembre 1998 par la RPC622- entre la République populaire de Chine et la République kirghize623 fournissant ainsi un arsenal juridique permettant potentiellement aux deux pays de coopérer contre d’éventuels mouvements ouïgours tout en respectant des formes légales.

  • 624 BEZANIS, L., « Reactions to events on Chinese border with Kazakhstan », OMRI Daily Digest, vol. 3, (...)
  • 625 La tolérance de Bichkek est cependant très relative. En 1997, le chanteur ouïgour Sultan Kurash (19 (...)
  • 626 « Qian says muslim neighbors not to aid separatists », AFP dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997 et (...)

107A la suite des événements de Yining de février 1997, un piquet de protestation est une nouvelle fois organisé par les Ouïgours devant l’ambassade de Chine à Bichkek sans que la police intervienne624. Pékin proteste auprès des autorités kirghizes en indiquant que cette manifestation est une « ingérence dans ses affaires internes », une manière de rappeler à Bichkek ses engagements. Malgré cette tolérance625, lors d’une rencontre avec Jiang Zemin à l’occasion de la signature du traité de Moscou le 25 avril 1997, le président kirghize, tout comme son homologue kazakh, répète néanmoins son opposition aux activités des « séparatistes » sur le territoire de la République626.

  • 627 « Newspaper defends article on Human Rights of Uighur People », Res Publica dans FBIS-SOV-97-116, A (...)

108Pourtant, comme dans le cas du Kazakhstan, la position du gouvernement kirghize à l’égard de la question ouïgoure ne fait pas l’unanimité dans le pays. Aidées par un climat relativement plus libre en République kirghize qu’ailleurs en Asie centrale, des voix dissidentes se font entendre ici et là pour critiquer la politique chinoise à l’égard des Ouïgours du Xinjiang. Ainsi, le journal Res Publica publie-t-il en avril 1997 un article signé par Tursun Islam, un des représentants influents de la communauté ouïgoure de la République kirghize, intitulé « la question ouïgoure n’est pas seulement une affaire interne à la Chine ». Cet article vaut au journal une lettre de protestation du gouvernement chinois transmise par l’intermédiaire du ministère kirghize des affaires étrangères. Une manière de mettre la pression sur sa direction. Cette protestation officielle ne musèle pourtant pas Res Publica qui y répondra dans un nouvel article627.

  • 628 « Kyrgyz President meets PRC defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-97-169, June 18, 1997.
  • 629 « Chinese Defense minister in Kyrgyzstan », RFE/RL Newsline, June 19, 1997.

109Ces critiques de certains médias et de voix dissidentes n’empêchent pas les contacts bilatéraux sino-kirghizes de s’intensifier. A l’occasion d’une visite du ministre chinois de la défense, Chi Haotian, le président Akaev réitère ses prises de positions contre le « séparatisme », qu’il qualife de « mal majeur de l’humanité ». Il déclare également que la République kirghize « sera toujours à côté de la Chine dans la lutte contre le séparatisme national »628. Enfin, le porte-parole du ministère kirghize de la défense déclare également, au grand dam des organisations ouïgoures, que les positions de la République kirghize et de la République populaire de Chine « contre le séparatisme et le radicalisme islamique sont identiques »629, une prise de position similaire à celle du Kazakhstan. Symbole de la nouvelle proximité politique entre la Chine et le régime kirghize, le 16 juin 1997, il est officiellement annoncé que l’avenue Lénine située à Bichkek sera rebaptisée avenue Deng Xiaoping.

  • 630 « Uighur separatist exiles see end to Central Asia help », AFP dans FBIS-CHI-97-169,June 18, 1997.

110Du côté des minorités ouïgoures d’Asie centrale, les dirigeants des organisations tant au Kazakhstan qu’en République kirghize ne se font d’ailleurs plus beaucoup d’illusions. Yusup Beg Mukhlisi déclare ainsi à la suite de la visite de Chi Haotian au Kazakhstan et en République kirghize, que « we are not counting anymore on Kyrgyzstan and Kazakhstan to help us in the fight for the independence of Xinjiang ». Kakhraman Khodzhaberdiyev (Kozhamberdi), le président de l’Association des Peuples ouïgours, une organisation légalement enregistrée au Kazakhstan, exprime pour sa part son désappointement et sa déception face aux déclarations des gouvernements kazakh et kirghize pendant la visite du ministre chinois de la défense630.

  • 631 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 283
  • 632 « Jiang meets Kyrgyz President Akayev », Xinhua dans FBIS-CHI-98-184, July 3, 1998.
  • 633 Voir « Jiang Zemin on curbing separatist activities », Ming Pao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, (...)
  • 634 « Xinjiang exhibits pictures, artifacts of separatists », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-243, Augu (...)

111Lors de la visite du président Akaev en Chine en avril 1998, Jiang Zemin le remerciera de ses prises de positions contre le séparatisme631. Quelques mois plus tard, à l’occasion de la réunion à Almaty du Groupe de Shanghai en juillet 1998, les deux présidents s’accordent selon Xinhua sur le fait qu’ils devraient prendre des mesures conjointes sévères pour combattre les activités séparatistes, spécialement les « criminels menant des attaques terroristes » et pour maintenir la paix et la stabilité dans les zones frontalières entre les deux pays632. Cette déclaration est suivie du côté chinois d’une importante tournée d’inspection effectuée au Xinjiang par le président chinois au retour de la réunion d’Almaty. Au cours de cette visite, Jiang Zemin insiste particulièrement sur la nécessité de poursuivre une lutte sans concession contre le séparatisme ethnique633. A la suite de cette visite, une série de mesures destinées à renforcer cette lutte contre le « séparatisme » va être adoptée. Ainsi par exemple, une exposition dénonçant les activités des « séparatistes » est organisée au sud Xin-jiang, notamment dans la région de Khotan. Plus de 200 000 personnes la visiteront634. La tournée de jiang Zemin sera suivie pour les tournées d’inspection d’autres hauts responsables chinois notamment Qiao Shi puis Tian Jiyun qui répèteront les mêmes mots d’ordre. Pékin continue donc à coordonner sa politique répressive au Xinjiang avec sa politique extérieure à l’égard de ses voisins centre-asiatiques dont il cherche continuellement à recevoir le soutien.

  • 635 Un argument qui a été entendu en tout cas au Kazakhstan puisqu’un représentant du ministère kazakh (...)
  • 636 « Chi Haotian holds talks with Kvrgyzstan defense minsiter », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI (...)

112En mars 2000, Chi Haotian rencontre ainsi une nouvelle fois le ministre kirghize de la défense. Au cours de leur entretien, le thème du séparatisme est à nouveau abordé. Le ministre chinois déclare à cette occasion que les activités des « séparatistes » constituent à la fois une menace pour la sécurité de la Chine et pour celle de la République kirghize et que les deux pays ont donc intérêt à les combattre. Le ministre chinois utilise en fait l’argument selon lequel les organisations ouïgoures auraient des revendications « séparatistes » sur le territoire kirghize, une allégation que la Chine diffuse également dans ses relations avec le Kazakhstan afin d’inquiéter les pouvoirs locaux et de les amener à coopérer plus intensivement avec elle635. Le ministre kirghize déclare pour sa part que la République kirghize n’autorisera jamais les « forces séparatistes » à mener des activités visant à l’éclatement de la Chine sur son territoire et ajoute que les départements compétents des deux pays devraient accroître la coordination et prendre des mesures pour s’attaquer conjointement aux activités des séparatistes nationaux, des extrémistes religieux et des terroristes internationaux636. On le voit, Pékin peut désormais compter sur le soutien de son voisin kirghize et ce d’autant que Bichkek participe comme le Kazakhstan aux travaux du « Groupe de Shanghai » dont la vocation principale aux yeux de Pékin est de renforcer la coopération multilatérale contre le « séparatisme ».

  • 637 « The sad true », Eastern Turkistan Information Center, August 31, 2001 et PEU-CH, J.-C, « Central (...)
  • 638 GREBENSHCHIKOV, I., « Kyrgyzstan Exploits Uighur Minority », IWPR’s Reporting Central Asia, n° 49, (...)
  • 639 Discussions avec des représentants des Ouïgours du Kazakhstan et du Kirghizstan à Bruxelles, octobr (...)
  • 640 Dans O’NEILL, M., « Hopes fade for an Uighur Homeland », South China Morning Post, June 21, 1999.
  • 641 « Uyghur Students in Pakistan Face Deportation », Eastern Turhistan Information Center, May 25, 199 (...)
  • 642 « USCR Condemns China’s Execution of Uyghur, Refugee Whom Nepal 1 lad Forcibly Returned », Washingt (...)
  • 643 TOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, World Uyghur Youth Congress, October 23, 2003.
  • 644 Amnesty International, « People’s Republic of China : Xinjiang Uighur Autonomous Region, Appeal for (...)
  • 645 « Three Uyghur Political Asylum Seekers Deported from Kazakstan to China », East Turkistan Informat (...)
  • 646 « Kazakhstan Reveals Uyghur Extraditions », RFE/RL, November 16, 2004.
  • 647 « U.N. says Kazakhstan might have secretly deported Chinese asylum seeker », Associated Press, Dece (...)

113De l’avis des organisations ouïgoures de la diaspora, au cours des années 1990, les républiques d’Asie centrale ont accru, sous l’influence et les incitations constantes de la Chine, les pressions sur les minorités ouïgoures présentes sur leur territoire637. En République kirghize, les Ouïgours n’ont aucun représentant au parlement ni dans les institutions politiques importantes du pays638. Les témoignages des Ouïgours tant au Kazakhstan qu’au Kirghizstan font état d’un renforcement de la surveillance des gouvernements centre-asiatiques à leur égard depuis 1996, c’est-à-dire au moment de la première rencontre du « Groupe de Shanghai »639. A partir de 1998, la coopération entre le Kazakhstan et la République kirghize d’un côté et Pékin de l’autre aurait franchi une étape supplémentaire avec le rapatriement forcé de demandeurs d’asile ouïgours originaires du Xinjiang et présents sur leur territoire. Auparavant, les réfugiées ouïgours étaient semble-t-il autorisés à se rendre dans un État tiers640. On notera que Pékin a également mis en place cette forme de coopération avec le Pakistan641 et avec le Népal642 afin de compléter le « cordon sanitaire » qu’il a progressivement construit autour des Ouïgours du Xinjiang. Selon une lettre adressée au Haut Commissariat pour les Réfugiés (UNHCR) par le président du World Uyghur Youth Congress en octobre 2003, Mohamed Tohti, le Kazakhstan et la République kirghize ont ainsi extradé un certain nombre de personnes d’origine ouïgoure à la demande de Pékin643. Pour le Kazakhstan, on connaît grâce à Amnesty International plusieurs cas, notamment deux mollahs originaires de Kachgar. Ces derniers ont été rapatriées depuis le territoire kazakh vers la Chine fin août-début septembre 1998 et placés en détention à Kachgar. Les autorités chinoises leur reprochent leurs activités religieuses illégales. Selon Amnesty international, « both Yasim Kari and Abla Karim had reportedly failed to comply with the authorities’ requirement that religious leaders should publicly acknowledge in the mosque the ’merits’ of the government policies »644. En février 1999, Astana a également extradé trois demandeurs d’asile ouïgours réfugiés au Kazakhstan à la suite des événements de Yining/Ghulca de février 1997645. Ces trois individus auraient été exécutés deux mois après leur retour en Chine. Selon le World Uyghur Youth Congress, le gouvernement kazakh aurait ainsi extradé soit ouvertement, soit dans des conditions plus troubles, plus de vingt Ouïgours vers la République populaire. De leur côté, les autorités kazakhes ont officiellement reconnu en 2004 avoir extradé 14 Ouïgours vers la République populaire ou la République kirghize entre 1998 et 2004646. Cette pratique a semble-t-il perduré647.

  • 648 Amnesty International, « Fear of Torture and Execution/Forcible return », ASA 17/029/2000,June 21, (...)
  • 649 TOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, op. cit.. Voir également « Uighurs deported to (...)
  • 650 XOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, op. cit.
  • 651 « Prosecutors of China and Kyrghyzstan swear eternal friendship », ETIC, January 29, 2001

114Pour la République kirghize, à côté de cas répertoriés par les organisations de protection des droits de l’Homme, comme celui de Jelil Turdi, un Ouïgour originaire de Artush/Artux, extradé vers la Chine en avril 2000648, Bichkek aurait selon le World Uyghur Youth Congress également extradé vers le territoire chinois plusieurs Ouïgours en 2001 et en 2002649. Il existerait selon cette organisation, un accord secret entre la Chine et la République kirghize pour renvoyer les demandeurs d’asile ouïgours en Chine650. Concernant ce dernier point, dans un article publié en janvier 2001, l’Eastern Turkistan Information Center se réfère plutôt à un accord de coopération judiciaire conclu pour trois ans renouvelable entre la Chine et la République kirghize aux termes duquel les deux parties conviennent d’échanger des informations, de conduire des interrogatoires en commun et d’extrader les criminels présents sur leur territoire651.

  • 652 Ces individus étaient accusés d’avoir perpétré un attentat dans un minibus à Och le 30 mai 1998 et (...)
  • 653 Voir GREBENSHCHIKOV, I., « Kvrgyzstan Exploits Uighur Minority », op. cit..
  • 654 « Who is stirring up the myth of Uighur terrorism’ », Res Publika web site, May 27, 2003 (en russe) (...)

115Outre cette coopération contre les Ouïgours du Xinjiang qui cherchent refuge en République kirghize, les organisations ouïgoures considèrent également que les pressions chinoises sur Bichkek ne sont pas étrangères à l’organisation de procès contre des individus d’origine ouïgoure devant des juridictions de la République kirghize. Cette affirmation est bien évidemment très difficile à démontrer. Les organisations ouïgoures citent le cas de la condamnation à mort pour « actes terroristes »652 par la cour de la ville kirghize de Och en mars 2001 de Askar Tohti (Ouïgour et citoyen chinois), Ahmed Gynan (Ouïgour et citoyen turc) et Bahramjan Aliev (Ouïgour et citoyen chinois) ainsi que la condamnation dans la même affaire d’Ali Mahsum à 25 ans de prison (Ouïgour et citoyen chinois)653 après un premier procès qui les avait pourtant innocentés. Dans ce cas, les organisations ouïgoures ne sont pas les seules à considérer les accusations des autorités kirghizes comme totalement infondées. Dans un article de mai 2003 publié dans le journal kirghize Res Publica, l’organisation kirghize de protection des droits de l’Homme « Coalition for Democracy and Civil Society » déclare à propos de ce procès que « lawyers and human rights activists consider the case to be a complete fabrication ». Elle constate également qu’un des accusés ne s’est par ailleurs jamais rendu à Och654.

  • 655 Selon Venera Jumataeva, le bureau du Procureur général d’Ouzbékistan a présenté Otabek Akhadov comm (...)
  • 656 « Ethnic Uighur leader in Kyrgyzstan shot dead », Reuters, March 29, 2000.
  • 657 Outre le meurtre de Nigmat Bazakov, les quatre hommes présentés comme des membres du SAT (Shark Aza (...)
  • 658 TOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, op. cit.. Voir sur ce procès « Uighurs on Tria (...)
  • 659 Les mensuels « Ittipak » et « Vizhdan Avazi » ont un tirage très resteint, respectivement 1000 et 5 (...)
  • 660 JUMATAEVA, V., « kytgyz Trial Angers Uigurs », op. cit.. Voir aussi « While Kyrgyzstan keeps anothe (...)
  • 661 « Sentences against Ethnic Uyghurs are appealed », RFE/RL Kyrgyz News, April 6, 2002.
  • 662 « Who is stirring up the myth of ’Uighur terrorism’ », op. cit.

116De même, les organisations ouïgoures dénoncent le procès intenté en août 2001 contre quatre Ouïgours (deux Ouïgours originaires de Chine, un Ouïgour d’Ouzbékistan655 et un Ouïgour de Turquie) accusés du meurtre de Nigmat Bazakov, le président de l’organisation ouïgoure Ittipak656, à Bichkek en mars 2000 ainsi que d’autres crimes657. Selon l’accusation, les quatre hommes auraient abattu Nigmat Bazakov parce qu’il refusait de soutenir leur organisation séparatiste, version que conteste la communauté ouïgoure658. Selon le reportage réalisé par la journaliste V. Jumataeva, la correspondante de Radio Free Europe/Radio Liberty à Bichkek, très peu de Ouïgours vivant en République kirghize sont toutefois convaincus de la version officielle. Muzaffar Kurbanov, l’éditeur d’un journal en langue ouïgoure publié à Bichkek, « Vizhdan Avazi » (La Voix de la Conscience), une des deux publications ouïgoures avec Ittipak659, déclarait ainsi à la journaliste « Kasarji has been in jail since 1998. How could he have masterminded the killing ?(...) Incidentally, Nigmat Bazakov was Kasarji’s public defender in the 1998 trial. No, I don’t think Kasarji killed Bazakov. The real reason is that the Kyrgyz authorities are after us. The press portrays Uigurs as some kind of new Chechens. XUAR (Xinjiang) natives are accused of cooperating with all manner of terrorists and militants, such as the Uzbek IMU whose guerrillas have raided southern Kyrgyzstan twice »660. En décembre 2001, la Cour du district de Sverdlov à Bichkek a condamné à mort un des accusés. Les autres ont été condamnés respectivement à 25 ans 17 et 16 ans de prison661. Dans le même article déjà cité de Res Publica, l’organisation « Coalition for Democracy and Civil Society » remarque qu’un des accusés purgeait une peine de prison depuis 1998 au moment de l’assassinat de Nigmat Bazakov ! Ce fait jette évidemment un éclairage particulier sur l’accusation662, mais éclaire l’intensité de la coopération qui s’est mise en place entre Pékin et Bichkek pour lutter contre le « séparatisme ouïgour ».

  • 663 Eastern Turkestan Information Center, A special report on violations of human rights of Uighurs in (...)
  • 664 « Dilbirim Samsakova. Killed in Kazakhstan », op. cit., p. 5 et « Prominent Uyghur Chairwoman in Ka (...)

117Outre ces phénomènes d’extraditions forcées et de procès truqués, les organisations ouïgoures pensent également que les républiques d’Asie centrale ferment les yeux sur certaines opérations clandestines visant des dirigeants Ouïgours, menées par les services de sécurité chinois sur leur territoire. Pour le Kazakhstan, les organisations ouïgoures citent comme exemple de la politique d’intimidation menée par Pékin, le cas de Ashir Vahidi, le président de l’ « Organisation de libération de l’Ouïgouristan » décédé en janvier 1998, après avoir été victime d’une attaque perpétrée par des « inconnus » à son domicile deux ans plus tôt et qui l’avait laissé grièvement blessé. Elles rapportent également le cas de Abdushukur Tevpiq, un représentant du journal ouïgour « Uchkun » publié par l’East Turkistan Information Center, assassiné en 1999 à Almaty663 et enfin le cas de Dilbirim Samsakova, membre du Comité central du Congrés national du Turkestan oriental (Uighuristan) et présidente du Fonds de charité Nazugum, abattue au Kazakhstan en mai 2001664. Elles citent également le cas de Nigmat Bazakov, président de l’organisation ouïgoure Ittipak dont nous avons déjà parlé. Il est évidemment très difficile de se prononcer sur l’implication d’agents chinois dans ces événements étant donné qu’il s’agit peut-être d’opérations « spéciales » menées par les services de sécurité de la République populaire. De même, certaines rumeurs attribuent, sans toutefois avancer de preuve, la cause de l’incendie qui a ravagé en février 2002 le marché Tour-bazaar à Bichkek -marché très fréquenté par de nombreux commerçants Ouïgours originaires du Xinjiang/Turkestan oriental-, à une opération d’intimidation menée par la Chine. Elle aurait en effet visé ce marché car les activités commerciales étaient suspectées de servir également au financement des activités « séparatistes ».

118Si on peut penser que les cas du Kazakhstan et du Kirghizstan sont particuliers étant donné la présence d’une diaspora ouïgoure nombreuse sur leur territoire, on doit cependant constater qu’ailleurs en Asie centrale, où les communautés ouïgoures sont pourtant moins nombreuses, la République populaire a également cherché à obtenir dans ses relations bilatérales le soutien des gouvernements en place dans la lutte contre le « séparatisme ouïgour ».

Le Tadjikistan

  • 665 « China-Tajikistan statement », op. cit..

119Les Ouïgours vivant au Tadjikistan sont très peu nombreux. Cela n’a pourtant pas empêché Pékin de poursuivre la même politique à l’égard de Douchanbé qu’à l’égard d’Astana ou Bichkek. En effet, avec le Tadjikistan, la Chine a également cherché à sécuriser sa frontière en évitant que ce pays montagneux, frontalier du Xinjiang, ne puisse servir de base arrière à d’éventuelles organisations séparatistes ouïgoures. Ici également, Pékin a obtenu la coopération de son voisin. Les dirigeants tadjiks se sont en effet engagés à interdire la possibilité de développement sur leur territoire d’activités qui seraient contraires à la sécurité de la Chine. Dès la visite d’I. Rakhmanov en mars 1993, Pékin semble déjà avoir obtenu la promesse d’une assistance de Douchanbé contre d’éventuels mouvements ouïgours qui pourraient s’être implantés sur le territoire tadjik. La déclaration conjointe publiée à l’issue de ce déplacement ne contient certes pas de référence directe à la question du séparatisme. Mais comme dans le cas de la déclaration commune sino-kazakhe, ce document contient une disposition qui précise que « both sides will cooperate with each other in the struggle against organized crimes, international terrorism, traffic in narcotics, smuggling and other crimes »665. Cet article, en évoquant de manière générale le terrorisme international, laisse plâner le doute. On voit mal ici également à quelle forme de « terrorisme international » la Chine pensait être confrontée à cette époque en dehors des activités attribuées aux mouvements ouïgours. On remarquera également que la coopération dans le domaine de la contrebande peut également être utilisée pour combattre des activités qui auraient pu bénéficier à d’éventuelles organisations ouïgoures implantées au Xinjiang (notammment contre-bande d’armes).

  • 666 Voir la disposition 2§1 « relations politiques » de la déclaration conjointe du 20 septembre 1996 « (...)

120Après la signature du traité de Shanghai en avril 1996, la Chine obtient à l’occasion de la visite du président Rakhmanov à Pékin en septembre de cette année, la condamnation officielle du « séparatisme » et la promesse que le territoire tadjik ne sera pas utilisé pour mener des activités séparatistes tournées contre la Chine. Le Tadjikistan promet d’accroître sa coopération avec Pékin pour lutter contre le « terrorisme, le crime organisé, le trafic de la drogue et d’autres activités criminelles »666.

  • 667 « China and Tajikistan signed Joint Statement », People’s Daily online, August 14, 1999.
  • 668 « Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et le Tadjikistan sur le développeme (...)

121Avec la fin de la guerre civile en 1997, la mise en place d’un gouvernement de réconciliation nationale au Tadjikistan n’a pas modifié la position du pouvoir tadjik à ce sujet. En effet, une disposition de la déclaration conjointe sino-tadjike du 13 août 1999 publiée à l’issue de la visite en Chine du président Rakhmanov qui vient de signer avec Pékin le premier traité frontalier sino-tajik stipule que « (T)he two state their opposition to any form of national splittism, religious extremism, or international terrorism and prohibit any organization and force from carrying out separatist activities within their boundaries against the other »667. Un an plus tard, la disposition VI de la déclaration conjointe sino-tadjike de juillet 2000 réitère à nouveau que « (t)he Two Parties maintain that national separatism, international terrorism and religious extremism pose a serious threat to regional security and stability. The Two Parties are resolved to further strengthen their coordination within the bilateral or multilateral framework to jointly combat these activities and maintain regional peace and stability »668. Non seulement le séparatisme est condamné à deux reprises par les autorités tadjikes, mais on voit que ces dernières s’engagent de plus à accroître leur coopération tant sur le plan bilatéral que multilatéral avec Pékin. A l’occasion de la visite de Jiang Zemin à Douchanbé en juillet 2000, les deux pays signent de plus un traité de coopération judiciaire.

  • 669 « RMRB on Jiang’s visit to Tajikistan », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-2000-0705, July 5, 2000.

122Sur le plan multilatéral, on se souviendra que comme les autres États membres du « groupe de Shanghai », le Tadjikistan a continuellement réitéré sa condamnation du « séparatisme » à l’occasion des différents sommets de ce groupe. Il participe également aux travaux du « Groupe de Bichkek » qui réunit depuis 1999 les chefs des agences de sécurité des États membres du « Groupe de Shanghai ». La coopération sino-tadjike dans ce domaine est officiellementjugée très satisfaisante par Pékin. Un article du Quotidien du Peuple publié en 2000 vante ainsi la coopération bilatérale établie avec le Tadjikistan dans la lutte contre le séparatisme. Le jounal officiel relève que Douchanbé est « a true and reliable friend of China. On the question of combating national separationism, Tajikistan sticks to its stand of not allowing anyone to make use of its territory to engage in the activities of splitting its friendly neighbor »669. Pour le Tadjikistan, la coopération dans le domaine de la lutte contre le séparatisme avec Pékin est évidemment facilitée par l’absence d’une diaspora ouïgoure importante sur son territoire. Contrairement aux gouvernements du Kazakhstan ou de la République kirghize, il ne doit pas tenir compte des retombées de ses choix sur une minorité numériquement importante qui pourrait se radicaliser. Il peut donc plus pleinement coopérer avec la République populaire contre les « séparatistes » ouïgours du Xinjiang, ce qui lui a sans doute valu cet éloge de l’organe officiel chinois.

L’Ouzbékistan et le Turkménistan

  • 670 « Foreign Minister Qian Qichen interviewed on Uzbekistan Visit », Xinhua Domestic Service dans FBIS (...)
  • 671 « Qian Qichen meets Saidqasymov », Xinhua dans FBIS-CHI-93-242, December 20, 1993 ; « Trade officia (...)

123Dans le cas de l’Ouzbékistan, la question du séparatisme ouïgour n’est officiellement pas à l’ordre des discussions lors des rencontres bilatérales en 1992 et en 1993. Ainsi, à l’occasion de la visite du président Karimov à Pékin en mars 1992, elle ne paraît pas avoir été abordée, en tout cas officiellement. La presse est muette à son sujet et la déclaration conjointe du 14 mars 1992 ne contient aucune disposition y ayant trait directement ou indirectement. De même, à l’occasion de la visite de Qian Qichen à Tachkent en novembre 1992, nous n’avons pu relever aucune allusion directe à cette question. Tout au plus le ministre chinois des affaires étrangères déclare-t-il lors d’une interview à Xinhua que l’Ouzbékistan et la Chine partagent une vision identique sur la manière d’assurer la paix et la stabilité régionale, ce qui pourrait laisser entendre que le sujet a tout de même été abordé dans leurs discussions670. Mais à nouveau, à l’occasion de la visite du vice premier ministre et ministre des affaires étrangères ouzbèque à Pékin et de sa rencontre avec Qian Qichen en décembre 1993, aucune mention de cette question n’apparaît dans la presse. L’accent est surtout mis sur la coopération économique entre les deux partenaires671.

  • 672 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 267.

124Pourtant, on peut relever dès 1993 l’indice d’un début de coopération sino-ouzbèque dans le domaine de la lutte contre le séparatisme ouïgour. En effet, le procureur général de la République populaire de Chine a effectué une visite en Ouzbékistan à la fin du mois de juin et au début du mois de juillet 1993672. Nous n’avons pu recueillir aucune précision concernant cette visite mais peut-être s’inscrit-elle comme dans le cas du Kazakhstan dans le cadre d’une coopération bilatérale dans le domaine de la lutte contre la criminalité -y compris sans doute les « activités terroristes »-. On peut penser qu’à cette occasion, les autorités ouzbèques compétentes et leur visiteur chinois ont abordé la question du « séparatisme ouïgour ».

  • 673 « Procurator general receives Uzbek counterpart », Xinhua dans FBIS-CHI-94-114, June 14, 1994.
  • 674 « Jiang Zemin, Karimov hold talks », Xinhua dans FBIS-CHI-94-205, October 24, 1994.
  • 675 « Sino-Uzbek statement on relations issued », op. cit.
  • 676 BEZANIS, L., « Chinese Politburo member in Uzbekistan », OMRI Daily Digest, vol. 1, n° 214, Novembe (...)

125Enjuin 1994, le procureur général d’Ouzbékistan rend une visite à son homologue chinois673. Quelques mois plus tard, à l’occasion du déplacement du président Karimov à Pékin en octobre 1994, Jiang Zemin se félicitera des positions du gouvernement ouzbèque condamnant le séparatisme674. A l’issue de cette visite, le 27 octobre 1994, les deux parties signent une déclaration conjointe sur les principes de base présidant à leurs relations bilatérales. Le point 13 de ce document stipule que les deux parties « will conduct cooperation in the fight against international terrorism, organized crimes, drug trafficking, smuggling, and other criminal activities »675. Cette disposition offre à la Chine la possibilité de développer avec Tachkent la coopération dans le domaine de la lutte contre d’éventuelles activités « terroristes » ou « criminelles » d’organisations ouïgoures potentiellement installées sur le sol ouzbèque. Lors d’une visite officielle effectuée par Hu Jin-tao en octobre 1995, le président ouzbèque, Islam Karimov, déclare pour sa part être opposé à toute forme de séparatisme en Chine676.

  • 677 KANGAS, R., « Chinese President ends visit to Uzbekistan », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 129,July3 (...)
  • 678 « ’Text’ of PRC-Uzbekistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-130, July (...)

126La question du séparatisme sera à nouveau évoquée entre Jiang Zemin et Islam Karimov lors de leur rencontre à Tachkent à l’occasion de la tournée diplomatique du président chinois dans six pays au début du mois de juillet 1996. Le président Karimov réitère à cette occasion sa position précédente, ce dont le remercie officiellement Jiang Zemin677. Mais cette fois, cette prise de position est inscrite dans la déclaration commune sino-ouzbèque publiée à l’issue de la visite du président chinois. Le quatrième paragraphe de cette dispostion stipule en effet que les deux parties se déclarent « against national separatism of any form, that they do not permit any organization or force to engage in separatist activities in their respective countries against the other side ; and that they are against inciting contradictions between countries, ethnic groups, and religions »678. Par cette disposition, Tachkent condamne non seulement toute forme de « séparatisme » mais s’engage en outre par une promesse inscrite dans un document diplomatique, à interdire à toute force ou organisation de mener des activités tournées contre la Chine sur son territoire. Il s’agit d’une garantie substantielle offerte à Pékin que le territoire ouzbèque ne servira pas de base arrière à d’éventuelles organisations séparatistes ouïgoures.

  • 679 « PRC, Uzbekistan judicial assistance accord approved », Xinhua dans FBIS-CHI-98-119, April 29, 199 (...)
  • 680 « Uzbekistan, China ratify extradition treaty », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0830, August 30, 2000.
  • 681 « China, Uzbekistan Sign Joint Statement », People’s Daily, November 9, 1999.

127Dans les années qui suivent, cette garantie « politique » des autorités ouzbèques à l’égard de la Chine se double de l’essor d’une coopération judiciaire entre les deux pays. En décembre 1997, la Chine et l’Ouzbékistan signent ainsi un accord d’assistance judiciaire dans les domaines civil et criminel. Cet accord est approuvé par la Chine en avril 1998679. En novembre 1999, à l’occasion de la visite à Pékin du président Karimov, les deux pays complètent ce dispositif par un traité d’extradition. Ce dernier sera approuvé par le parlement ouzbèque en février 2000 et par le parlement chinois en juillet 2000 et les instruments de ratification échangés le 30 août 2000. Le traité entre en vigueur le 29 septembre 2000680. La déclaration commune sino-ouzbèque signée à l’issue de la visite du président Karimov à Pékin stipule également que les deux parties « reaffirmed opposition to any forms of ethnic separatism, religions extremism, and international terrorism, as well as separatist activities and extremisl acts largeting each other by any organization or force in either country »681.

  • 682 « China signs anti-terrorist agreement with Uzbekistan », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1011, October 1 (...)
  • 683 « China’s Li Peng meets Uzbekistan interior Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1016, October 16, (...)

128Outre cette déclaration et l’accord d’extradition, à la suite du consensus sur le renforcement de la coopération sino-ouzbèque atteint lors des discussions entre Jiang Zemin et I. Karimov en marge du sommet du « Groupe de Shanghai » à Douchanbé en juillet 2000, un accord supplémentaire destiné à lutter contre le « terrorisme » et les crimes transfrontaliers est signé entre le procureur général de la RPC et son homologue ouzbèque en visite à Pékin en octobre 2000682. Quelques jours plus tard, Li Peng s’entretiendra avec le ministre ouzbèque de l’intérieur également en visite dans la capitale chinoise. Le représentant ouzbèque déclare a cette occasion que conforménent au consensus atteint lors de la visite du président Karimov à Pékin en novembre 1999, les départements chinois et ouzbèque chargés de la sécurité vont accroître leur coopération pour assurer la « sécurité et la stabilité » des deux pays683.

  • 684 Voir SAIDAZIMOVA, Gulnoza, « Central asia : Uyghurs hit by autocratic states’ cooperation with Beij (...)

129En 2001, l’Ouzbékistan devient également membre de la nouvelle « Organisation de coopération de Shanghai ». La coopération en matière de lutte contre le séparatisme ouïgour entre Pékin et Tachkent était donc bien lancée à la veille des événements du 11 septembre 2001. Elle s’est poursuivie dans la période post-11 septembre. Sur le plan multilatéral, l’Ouzbékistan participe aux travaux de l’Organisation de coopération de Shanghai qui vise particulièrement le « séparatisme ». En outre, sur le plan bilatéral, comme le Kazakhstan et le Kirghizstan, Tachkent a extradé au moins un Ouïgour en direction de la Chine. Huseyincal Celil, un imam ouïgour du Xinjiang naturalisé canadien, qui avait fui le Xin-jiang après avoir tenté dans les années 90 de former un parti politique et qui contribuait depuis occasionnellement avec Radio Free Asia, a ainsi été arrêté lors d’un voyage en Ouzbékistan en mars 2006 puis déporté en août en Chine par les autorités ouzbèques. Les autorités chinoises ont refusé tout accès à ce détenu aux diplomates canadiens. Celil a finalement été condamné à la prison à perpétuité pour activités terroristes, ce qui a tendu les relations entre Pékin et Ottawa684.

  • 685 « Chinese Premier in Turkmenistan », RFE/RJ. Newsline, April 22, 1994.
  • 686 « Jiang Zemin on curbing separatist activities »>, Ming Pao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998
  • 687 Voir « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov » Xinhua Domestic Servic (...)

130Dans le cas du Turkménistan qui possède une petite communauté ouïgoure installée dans la région Bairam-Ali, la République populaire a également obtenu le soutien des autorités. Lors de la visite de Li Peng en avril 1994, selon RFE/RL, le président Niyazov aurait apporté son soutien à la politique chinoise de lutte contre le séparatisme ouïgour685. Il semble que le centre culturel ouïgour qui existait à Bairam-Ali a été rapidement fermé. Le président turkmène, en visite en Chine en septembre 1998 réitére ses positions lors des entretiens qu’il a avec le président chinois686. De même, la déclaration sino-turk-mène du 6juillet 2000 signée à l’occasion de la visite de Jiang Zemin dans ce pays contient une disposition dans laquelle le gouvernement turmène s’engage à « prendre des mesures pratiques et à renforcer la coopération pour lutter efficacement contre le séparatisme ethnique, le terrorisme, et l’extrémisme religieux, aussi bien que des ventes et trafic illégaux d’armes, de narcotiques, et les matériaux anesthésiques, l’immigration illégale, et d’autres activités criminelles. Par conséquent, les deux côtés ne permettront à aucune organisation et force de s’engager sur leur territoire dans des formes d’activités minant la souveraineté, la sécurité et la stabilité de l’autre »687. Avec Achkhabad également, Pékin a donc obtenu la promesse que le territoire turkmène ne serait pas utilisé pour organiser des activités « séparatistes » tournées contre la Chine. En outre, les deux pays se sont engagés à coopérer activement contre les « séparatistes ».

En guise de bilan

131Comme nous avons pu le constater, la décennie écoulée a donc révélé une réalité différente de celle que les populaitons ouïgoures avaient imaginée au moment de l’indépendance des républiques centre-asiatiques. A la veille des événements de septembre 2001, Pékin a réussi à obtenir la coopération effective de ses voisins dans sa lutte contre le « séparatisme » ouïgour, établissant une sorte de cordon sanitaire autour du Xinjiang. Dressant en 2001 le bilan des dix années écoulées depuis l’indépendance de ces républiques, le Centre d’information du Turkestan oriental (Etic) écrivait avec dépit, « (w)hen ten years ago when these states gained independence Uyghurs all over the world were happy and inspired by this. But today you would not observe such thing are more. The reason for this is that Uyghur expected positive things to be realized. But achieved nothing but grief. We expected that ’as our Turkic brothers practicing the same religion will not only support our independence claims but will help us too’. Alas, those expectations did not realized ! We witnessed nothing but betrayal. We grieved and our hearts are in pain »688.

9. Le traité de Shanghai

Processus de négociation

  • 689 Voir details dans KIREEV, G., « Srategic Partnership and a Stable Border », Far Eastern Affairs, (...)
  • 690 Idem, p. 12.

132Comme les pourparlers concernant le règlement des questions frontalières qui sont conduits parallèlement par Pékin et les républiques centre-asiatiques frontalières de son territoire et la Russie, les négociations qui vont mener à la signature du traité de Shanghai sur le renforcement de la confiance dans le domaine militaire dans la région frontalière d’avril 1996 remontent en fait à l’époque soviétique. Après la visite de Gorbatchev à Pékin en mai 1989, des pourparlers portant à la fois sur la réduction des armements et l’établissement de mesures de confiance dans le domaine militaire le long de la frontière sino-soviétique ont en effet débuté entre représentants soviétiques et chinois en novembre 1989. Ils aboutissent à la signature le 24 avril 1990, à l’occasion de la visite de Li Peng à Moscou, d’un « accord intergouvernemental sur les principes guidant la réduction mutuelle des forces militaires dans la zone frontalière sino-soviétique »689. Après la dissolution de l’URSS, cet accord servira de base aux négociations ménées entre la Chine et le groupe commun formé par la Russie, le Kazakhstan, le Tadjikistan et le Kirghizstan. Il va en effet être convenu à ce moment entre la Russie, le Kazkahstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan de former une délégation gouvernementale commune pour négocier avec Pékin (formule 4+1). Ce sera chose faite en septembre 1992. Mais, comme le précise le négociateur russe, G. Kireev, les négociations avec la Chine restent bilatérales, avec un côté représenté par quatre États690. Cette structure particulière se reflètera dans le texte des traités conclus subséquement.

  • 691 YUAN, Jing-dong, « Sino-Russian Confidence Building Measures : A Preliminary Analysis », Centre of (...)
  • 692 Idem, p. 10.

133En décembre 1992, une nouvelle étape s’ouvre avec la visite de Boris Eltsine à Pékin. La Russie et la Chine signent à cette occasion un Protocole d’accord sur les principes de base pour la réduction mutuelle de forces armées et le renforcement de. la confiance dans la région de frontière. Les deux parties y affirment leur volonté de ramener les forces armées le long de leur frontière à un niveau correspondant à des relations amicales entre États voisins et à conclure entre elles et avec le Kazakhstan, le Tadjikistan et la République kirghize un traité pour la réduction mutuelle de forces armées et le renforcement de la confiance le long de la frontière691. Dès 1991, l’objectif des négociations est d’obtenir l’établissement de mesures de confiance dans une zone s’étendant sur 100 km de part et d’autre de la frontière commune. Lors du 8e round de discussions, les parties conviennent qu’il serait également souhaitable que les armes offensives soient retirées au-delà d’une zone s’étendant à 200 km de part et d’autre de la frontière commune. Il semble que la Chine souhaitait initialement un retrait des forces de 300 km de la frontière mais cette position était difficilement acceptable pour la Russie : elle impliquait le retrait des forces russes au-delà de la ligne stratégique du Transsibérien dans de nombreux secteurs692.

  • 693 « Consensus reach in Border disarmement talks », Xinhua dans FBIS-CHI-95-180, September 18, 1995 et (...)
  • 694 « Profound significance seen in 5-Nation Military Accord », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-96-084, April (...)

134Au départ du processus de négociation, les parties pensaient conclure à la fois sur l’adoption de mesures de confiance dans le domaine militaire et sur la réduction des forces militaires. Cependant, en raison de difficultés rencontrées dans ce dernier domaine, elles prendront la décision à la fin de l’année 1994 de scinder ces deux questions. Entre 1992 et 1995, dix rounds de négociations sont nécessaires pour discuter et détailler les mesures de confiance que les parties entendent mettre en œuvre dans le domaine militaire le long de leur frontière. C’est seulement à l’occasion du 17e round de discussions qui se déroule à Moscou du 1 au 18 septembre 1995 que le texte du futur traité de Shanghai est finalisé693. Selon les commentateurs chinois, cet accord aurait dû être signé dès 1995 mais le président russe Boris Eltsine, souffrant, n’a pu faire le déplacement en Chine. C’est pourquoi sa signature officielle a été postposée jusqu’au 26 avril 1996694.

  • 695 « Border disarmament agreement signed with 4 CIS countries », Xinhua dans FBIS-CHI-96-250, December (...)

135Parallèlement, les parties poursuivent les négociations pour fixer un niveau mutuellement acceptable de forces militaires dans le secteur frontalier. Le compromis est atteint lors du 22e round de discussions qui se tient à Pékin entre le 11 et le 27 décembre 1996 et le texte du futur traité de Moscou arrêté à la fin février 1997695. Cet instrument, bien qu’il soit séparé, complète donc le traité de Shanghai. Il sera signé le 24 avril 1997.

  • 696 « Déclaration commune sur un partenariat stratégique en matière de sécurité, Pékin le 25 avril 1996 (...)

136La signature de ces deux traités couronne le rapprochement progressif qui s’est opéré entre la Russie et la Chine depuis 1992. Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Fédération de Russie et la République populaire de Chine le 27 décembre 1991, les relations sino-russes sont en effet officiellement passées du statut de « relations de bon voisinage et mutuellement bénéfiques » en décembre 1992 à un « partenariat constructif » en septembre 1994 puis, à la veille de la signature du traité de Shanghai à un « partenariat stratégique de confiance et d’égalité orienté vers le xxie siècle ». La signature du traité de Shanghai le 26 avril 1996 est en effet précédé de la signature d’une déclaration de « partenariat stratégique » entre les deux pays696. Par rapport à l’Asie centrale, la signature de ces deux traités constitue également une étape importante dans le développement des relations entre la Chine et ses voisins centre-asiatiques.

Contenu

  • 697 YUAN, Jing-dong, « Sino-Russian Confidence Building Measures : A Preliminary Analysis », op. cit. p (...)

137Le traité de Shanghai se constitue de 16 articles. Il est conclu entre le groupe formé par la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan d’une part (aussi appelé la « Partie unifiée ») et la Chine d’autre part (Préambule). Il s’agit donc fondamentalement d’un traité bilatéral (formule 4+1) -les républiques centre-asiatiques étant dans ce schéma placé sous l’aile de la Russie en tant que « partenaires juniors » pour profiter de l’expérience de Moscou dans ce domaine- mais regroupant plusieurs parties (duo guo shuang bian selon la terminologie chinoise)697. Ce traité à la structure originale est conclu pour une durée indéterminée (article 15) et peut-être dénoncé par une partie -c’est-à-dire la Chine ou la « Partie unifiée »-, moyennant une notification de 6 mois au moins à l’avance. Au sein de la « Partie unifiée », chaque État peut également se retirer moyennant une notification de six mois au moins à l’avance. Le traité reste cependant en vigueur tant qu’il reste au moins un État de la « Partie unifiée » qui ne s’est pas retiré et la partie chinoise. Ces dispositions visent donc à permettre aux États de la « Partie unifiée » de conserver leur liberté d’action sans remettre en cause l’ensemble de l’instrument.

138Son préambule contient une disposition essentielle puisque les parties y confirment leur engagement réciproque à ne pas recourir à la force et à s’abstenir de rechercher une supériorité militaire unilatérale. L’article 1 du traité contient une autre disposition centrale. Il s’agit d’une garantie de non-agression mutuelle, doublée d’un engagement à assurer la paix et la stabilité dans la zone frontalière. Il stipule en effet que les « forces armées stationnées dans la région frontalière ne seront utilisées ni pour attaquer une autre Partie ni pour mener des activités militaires (...) qui pourraient menacer une autre Partie et porter atteinte à la tranquillité et à la stabilité dans la région frontalière ». Cette disposition ne concerne cependant que les forces militaires et les troupes frontalières situées des deux côtés de la frontière entre la Chine et ses voisins, pas l’ensemble des armées de ces pays.

  • 698 Ces informations restent cependant confidentielles et ne peuvent être publiées, divulgées ou transm (...)
  • 699 Ainsi par exemple, dans la zone s’étendant sur 100 km de part et d’autre de la frontière sino-kazak (...)

139En ce qui concerne son domaine d’application géographique, le traité s’applique dans une zone de 100 km située de part et d’autre de la frontière (article 4). Pour assurer la transparence et la prévisibilité dans le domaine des activités militaires et renforcer la confiance entre les partenaires, l’article 2 du traité définit une série de mesures : échanges d’informations sur les effectifs déployés, sur la quantité des principaux types d’armes et de matériel militaire située dans une zone de 100 km localisée de part et d’autre de la frontière698, échanges d’informations lors des déplacement et des exercices militaires et lors des déploiements temporaires dans la zone de 100 km située de part et d’autre de la frontière ; prohibition des exercices militaires tournés contre l’autre partie ; limitation de l’ampleur, du cadre géographique et du nombre des exercices militaires699 ; échanges d’observateurs lors des exercices militaires ; prévention de toute activité militaire dangereuse ; possibilité de demandes d’explications en cas de situations confuses ; renforcement des contacts amicaux entre les membres des forces armées et des unités de gardes-frontières. Ces différentes mesures sont ensuite détaillées dans les articles suivants de la convention (article 3 à 11).

140L’article 14 stipule enfin que le présent accord ne porte pas atteinte aux obligations prises antérieurement par les parties et qu’en outre, il n’est pas dirigé contre des États tiers ou leurs intérêts. Cet accord n’est donc pas une alliance militaire comme le souligneront les commentateurs chinois.

Objectifs de l’accord

  • 700 « Jiang meets Kazakh, Kyrgyz, Tajik Presidents », Xinhua dans FBIS-CHI-96-083, April 26, 1996.
  • 701 BERNSTEIN, R., MUNRO, R., The coming conflict with China, 1st ed., New York, A.A. Knopf, Distribute (...)
  • 702 Voir « Kazakhstan : Structure, Status, Prospects of Kazakh Armed Forces Detailed », Nezavisimoye Vo (...)
  • 703 LUKIN, A., Perceptions of China Threat in Russia and Russian-Chinese Relations, Presented at the In (...)
  • 704 Voir sur cet argument du traité de Shanghai comme réfutation de la « théorie de la menace chinoise  (...)

141Ce traité vise d’abord à réduire la tension entre les parties et à renforcer leur sécurité puisqu’il leur offre une garantie de non-agression et de non-utilisation de la force, et limite en outre la taille des exercices militaires dans une zone de 100 km située de part et d’autre de la frontière. Il est également destiné à renforcer le climat de confiance entre elles en établissant une transparence dans les activités militaires grâce à l’échange d’informations, et en favorisant la prévisibilité -par la mise en place d’un mécanisme de notification préalable des exercices militaires-, ce qui réduit, voire écarte, le risque d’attaque militaire surprise. Comme le souligne Jiang Zemin au moment de la signature du traité de Shanghai, ce dernier doit contribuer à accroître la paix et la stabilité dans les zones frontalières, à renforcer la confiance mutuelle entre la Chine et ses quatre voisins et à stimuler le développement de relations amicales et de bon voisinage700. Au regard de l’Asie centrale, ce traité est destiné à rassurer les républiques voisines de la Chine quant aux intentions de Pékin. Cet accord est ainsi présenté par les auteurs chinois comme une réfutation puissante de la « théorie de la menace chinoise » qui serait selon eux en vogue notamment aux États-Unis701. Cette dernière est considérée en Chine comme un moyen utilisé contre elle pour inquiéter ses voisins et ralentir son développement. Cette crainte existe en effet en Asie centrale face à la Chine. Les Kazakhs y sont ainsi très sensibles. Selon les médias, en cas de conflit, l’armée kazakhe pourrait ainsi être défaite par les troupes chinoises en quelques jours, avant même que le pays n’ait le temps d’effectuer sa mobilisation702. En Russie, la théorie de la « menace chinoise » a une histoire plus longue qu’aux États-Unis puisqu’elle apparaît au xixe siècle. Au début des années 1990, elle a été particulièrement populaire dans les élites politiques des provinces russes frontalières de la Chine au moment de la « crise de l’immigration » chinoise703. Grâce à la conclusion de l’accord de Shanghai, Pékin tranquillise donc les États limitrophes sur le plan militaire et démontre qu’elle est capable de trouver des solutions pacifiques aux problèmes frontaliers. Selon les auteurs chinois, au lieu d’être une menace pour les pays adjacents, la Chine jouerait au contraire un rôle constructif en préservant la paix et la stabilité dans sa périphérie704.

  • 705 « Significance of 5-nation military agreement discussed », Guoji Zhanwang dans FBIS-CHI-96-182, May (...)
  • 706 « PRC scholars praise Five-Nation agreement », Jiefang Ribao dans FBIS-CHI-96-145, April 27, 1996.
  • 707 « Significance of 5-nation military agreement discussed », op. cit.
  • 708 « PRC scholars praise Five-Nation agreement », Jiefang Ribao dans FBIS-CHI-96-145, April 27, 1996

142Pour les commentateurs chinois, le traité de Shanghai assure également aux nouvelles républiques centre-asiatiques un environnement régional stable, ce qui leur permet de se consacrer à la question essentielle de leur développement économique705. En renforçant la stabilité de la région et en rassurant ses voisins quant à leur sécurité, Pékin étend également ouvrir une nouvelle étape dans ses relations avec eux. Le climat de confiance instauré par le traité de Shanghai doit faciliter le développement et l’approfondissement des relations sino-centre-asiatiques. Vu de Chine, le traité de Shanghai doit également transformer les 7000 km de frontières qu’elle partage avec la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan en zone de paix. Il s’agit d’assurer la sécurité des régions frontalières nord et occidentales du pays, notamment le Xinjiang, afin de permettre à la Chine de se concentrer sur la défense de sa façade maritime. Un auteur chinois, Dong Bainan, directeur du département européen du Shanghai International Studies Institute, considère également que l’accord de Shanghai est « tremendously significant for checking national separatism »706. Il développe cet argument dans un article postérieur publié dans la revue Guoji Zhanwang. Il y considère ainsi que ce traité affaiblit les activités des séparatistes nationaux en Asie centrale. Selon lui, « with the end of the Cold War, Western nations including the United States have been maneuvring in Central Asia (...). Central Asia is the meeting place for all sorts of ideologies, cultures, and religions and home to over 100 large and small nationalities, with some scattered among several nations, so the situation is complicated. Islamic fundamentalism is on the rise, and the forces of nationalist separatism are also ready to make trouble. China, Russia, Kazakhstan, Kygyzstan, and Tajikistan have a common interest in halting Islamic fundamentalism and national separatism since it is a major mission for each of the five nations to protect its own political stability and oppose national separatism. In this sense, the conclusion of the five-nation agreement will certainly play a key role in checking and cracking down on naitonal separatist activities »707. Au-delà de cet objectif, Pan Guang ajoute également que cet accord permet de promouvoir la coopération économique sino-euro-péenne à travers le « pont continental euro-asiatique », en contribuant à la stabilisation de l’Asie centrale708.

  • 709 « Leaders cite ‘historical significance’ of 5-Nation Accord », Xinhua dans FBIS-CHI-082, April 26, (...)
  • 710 « Editorial hails 5-nation military agreement », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-96-083, April 26, 1996.

143La signature officielle du traité de Shanghai est considérée en Chine comme un succès diplomatique majeur. Il est d’ailleurs qualifié d’« historique » par ses signataires709 et c’est effectivement le premier de ce genre de la zone Asie-Pacifique. Les commentateurs chinois insisteront particulièrement sur son originalité. Il constitue ainsi selon eux une nouvelle approche de la sécurité multilatérale, non plus basée sur la mise en place de blocs et d’alliances mais sur une réduction de l’activité militaire, sur l’accroissement de la confiance et sur le développement des relations de bon-voisinage710. L’accord démontre également selon eux que la Chine est une importante puissance régionale et un facteur de stabilité et de paix dans la zone Asie-Pacifique. Les autorités chinoises vont s’appuyer sur le climat établi par la signature de cet instrument pour accélérer leur rapprochement avec leurs voisins centre-asiatiques. La tournée que Jiang Zemin entreprend en effet peu après en Asie centrale constitue de ce point de vue une nouvelle étape dans le développement des relations bilatérales sino-centre-asiatiques.

10. La tournée diplomatique de Jiang Zemin de juillet 1996

  • 711 « Uzbekistan : President meets visiting Chinese President », Tashkent Uzbekistan Television dans FB (...)

144La signature médiatisée du traité de Shanghai en avril 1996 est suivie d’une tournée de Jiang Zemin en Asie centrale au début du mois de juillet 1996. Elle le conduit d’abord en Ouzbékistan à l’invitation de I. Karimov puis en République kirghize et enfin au Kazakhstan avant qu’il ne prolonge son voyage vers l’Europe. Cette visite couronne à la fois le rapprochement sino-centre-asiatique, puisqu’il s’agit de la première tournée d’un chef de l’État chinois dans cette région, et ouvre une nouvelle étape des relations bilatérales. Selon la presse de Pékin, l’objectif de ce déplacement est de favoriser le développement de la coopération économique et du commerce ainsi que de promouvoir le renforcement des liens bilatéraux. En Ouzbékistan, premier pays visité et Etat non partie au traité de Shanghai, les discussions entre Jiang et Karimov portent officiellement sur la coopération économique, technique et scientifique et sur les moyens de la renforcer. A l’occasion de sa visite, Jiang Zemin qualifie d’ « intérêt vital » pour les deux pays les relations sino-ouzbèques, ce qui démontre l’importance que Pékin attache à ses relations avec Tachkent711. Des sujets politiques sont aussi abordés entre les deux dirigeants comme le montre la déclaration conjointe qu’il signe à l’issue de cette visite.

  • 712 Voir la déclaration de l’ambassadeur ouzbèque en Chine, A. Alimov dans « Ambassador : success expec (...)

145Si le traité de Shanghai a certes renforcé les relations de proximité entre la Chine et les Républiques qui lui sont frontalières, Pékin entend parallèlement poursuivre et approfondir ses relations et sa coopération avec l’Ouzbékistan, considéré comme un acteur majeur de la scène centre-asiatique en raison de son poids démographique, de ses ambitions et de sa centralité géographique. Du point de vue chinois, Tachkent ne doit pas être isolé. Pékin cherche en effet à s’assurer de sa coopération pour renforcer la sécurité de sa région autonome du Xinjiang et souhaite éviter que l’Ouzbékistan ne soit tenté de briser son éventuel isolement sur la scène centre-asiatique en se rapprochant de puissances extra-régionales (notamment des Occidentaux). La partie ouzbèque semble également très intéressée par le développement de relations de proximité avec Pékin dont elle considère le rôle pour le maintien de la paix et de la stabilité en Asie centrale comme essentiel712. D’un point de vue géopolitique, aux yeux de Tachkent qui a des ambitions régionales, les liens avec Pékin permettent également de contre-balancer l’influence de la Russie, ce qui n’est pas négligeable. A l’occasion de sa visite, Jiang Zemin réitèrera pour sa part son soutien à l’indépendance, à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ouzbékistan, un objectif qui correspond aux intérêts stratégiques de la Chine.

146Dans son ensemble, la tournée de Jiang Zemin semble avoir été fructueuse puisque selon Qian Qichen, la Chine a conclu à cette occasion 18 accords bilatéraux avec les trois républiques centre-asiatiques visitées. Cette tournée nous intéresse particulièrement car le président chinois signe à cette occasion une déclaration conjointe à l’issue de chacune de ces visites. Or, un examen comparé de ces trois documents -déclaration conjointe sino-ouzbèque du 3 juillet 1996, déclaration sino-kirghize du 4juillet 1996 et déclaration conjointe si-no-kazakhe du 5 juillet 1996- nous permet de dégager les centres d’intérêts bilatéraux entre la Chine et ses voisins ainsi que le « noyau dur » des préoccupations de Pékin à l’égard de l’ensemble de la région. On peut en effet considérer que les dispositions communes à ces trois documents forment en quelque sorte le « noyau dur » des intérêts chinois en Asie centrale. Des dispositions qui apparaissent à ce moment pour l’une ou plusieurs des Républiques et que l’on retrouve ensuite dans des documents antérieurs signés avec d’autres États d’Asie centrale peuvent également être considérées comme une partie intégrante de ce « noyau dur ». La différence dans ce cas peut sans doute être attribuée au rythme du développement des relations bilatérales qui n’a pas suivi la même courbe pour tout les voisins centre-asiatiques de la Chine. Par contre, les dispositions particulières que l’on ne retrouve pas ailleurs dans les déclarations avec d’autres Républiques constituent autant de particularités des relations bilatérales entre la Chine et son voisin centre-asiatique. Elles peuvent être attribuées dans certains cas à l’initiative de la république centre-asiatique concernée, ou encore à certaines spécificités des relations bilatérales, soit enfin à l’accent particulier qu’elles ont pris (par exemple, un accent plus prononcé sur la coopération économique comme c’est le cas avec la République kirghize).

147Un premier examen de ces trois documents révèle tout d’abord une différence dans leur longueur. Les déclarations sino-ouzbèque et sino-kazake comportent ainsi 14 articles contre 20 pour la déclaration sino-kirghize. Ce fait n’est pas anodin. En effet, cette différence résulte du fait que les contacts politiques bilatéraux sino-kirghizes ont été moins soutenus que les contacts sino-kazakhs ou sino-ouzbèques au début des années 90. Ce fait nous éclaire parallèlement sur l’état des relations bilatérales entre Pékin et Bichkek pendant cette période. Si on recense les déclarations conjointes signées entre Pékin et Bichkek entre 1992-1996, on ne peut en relever que deux signées au début de l’année 1992 : le communiqué conjoint sino-kirghize sur l’établissement des relations diplomatiques du 5 janvier 1992 et le communiqué conjoint sino-kirghize du 16 mai 1992. Par comparaison, pendant la même période, le Kazakhstan et la République populaire ont signé le communiqué conjoint sino-kazakh sur l’établissement des relations diplomatiques du 3 janvier 1992, le communiqué conjoint sino-kazakh du 26 février 1992, la déclaration conjointe sino-kazakhe du 18 octobre 1993 et la déclaration conjointe sino-kazakhe du 11 septembre 1995. Avec l’Ouzbékistan, Pékin a signé le communiqué conjoint sino-ouzbèque sur l’établissement des relations diplomatiques du 2 janvier 1992, le communiqué conjoint sino-ouzbèque du 13 mars 1992 et la déclaration sino-ouzbèque du 24 octobre 1994 sur les principes de bases gouvernant les relations mutuelles et le développement et l’approfondissement de l’amitié sur base égale et mutuellement bénéfique et de la coopération entre les deux pays. Aussi, la déclaration sino-kirghize de juillet 1996 va-t-elle comporter certaines dispositions supplémentaires que l’on retrouve déjà dans les documents bilatéraux antérieures sino-kazakhes ou sino-ouzbèques et que l’on peut, dans ces conditions, également considérer comme composantes du « noyau dur » des préoccupations de Pékin à l’égard de l’Asie centrale.

Garanties de sécurité

148C’est à notre avis le cas de la disposition 2 de la déclaration sino-kirghize. Cette dernière précise en effet que les deux parties « will not participate in any military or political alliance ; will not conclude any treaty or agreement with a third country aimed at the other party ; will not allow its territory to he used for engaging in any activities aimed at endangering the sovereignty, security, and public order of the other country ». Par cette disposition, la République kirghize déclare qu’elle ne participera à aucune alliance politique ou militaire tournée contre la Chine et que son territoire ne servira pas de base à d’éventuelles activités menées par une puissance tierce et menaçant la sécurité ou la souveraineté chinoise. On se souvient que Pékin a obtenu plus tôt des promesses similaires du Kazakhstan (dans la « déclaration commune sur l’établissement des relations amicales entre la République populaire de Chine et la République du Kazakhstan » du 21 octobre 1993) et de l’Ouzbékistan (dans la déclaration conjointe sino-ouzbèque du 24 octobre 1994). Il va également l’obtenir du Tadjikistan en septembre 1996. La présence d’une telle disposition dans la déclaration sino-kirghize de juillet 1996 et dans la déclaration sino-tadjike de septembre 1996 montre l’importance que Pékin attache à l’Asie centrale pour sa sécurité et celle de sa région du Xinjiang en particulier. Il souhaite que cette région soit préservée de toute influence extérieure hostile qui pourrait menacer sa sécurité et n’entend pas voir une autre puissance remplir le vide de puissance en Asie centrale. Les autorités chinoises ont d’ailleurs relevé à de nombreuses reprises qu’il n’y a en Asie centrale aucun « vide de puissance » à remplir puisqu’il existe dans cette région des États indépendants.

Contacts militaires

a.) La République kirghize

  • 713 « Text of Defense White Paper », Xinhua dans FBIS-CHI-98-208, July 27, 1998.

149Une autre disposition doit également être relevée : la disposition 8 de la déclaration sino-kirghize de juillet 1996. Cette dernière est consacrée à la mise en place d’échanges militaires entre les deux pays. Elle stipule que que les deux parties encourageront « the military departments of the two countries to establish and develop ties and conduct military exchanges in accordance with general international practice, so as to strengthen mutual trust and cooperation in the military field. Both sides are willing to conduct cooperation in military technology on the basis of equality and mutual benefit ». C’est la première fois que l’établissement de contacts militaires bilatéraux est officiellement évoqué dans un document diplomatique sino-kirghize. Il ne figurait en effet pas dans la déclaration commune sino-kirghize du 16 mai 1992. Il est vrai qu’à l’époque, l’armée kirghize était inexistante. On notera cependant immédiatement que les contacts militaires que Pékin cherche à établir avec Bichkek à ce moment ne sont pas exceptionnels et qu’il faut s’abstenir de conclure trop vite à leur importance. Comme le relève le livre blanc sur la défense, publié en 1998, les contacts militaires avec l’extérieur sont une composante de la diplomatie globale de la République populaire. Ainsi, en 1996 et 1997, la Chine a envoyé 100 délégations militaires à l’étranger et pendant la même période, elle a elle-même reçu la visite de 130 délégations militaires étrangères713. Si on ne doit pas lui accorder une importance excessive, il n’en demeure pas moins que l’établissement d’échanges dans le domaine militaire à ce moment avec la République kirghize reflète un progrès des relations bilatérales.

  • 714 Zhongguo Waijiao Gailan, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhi (...)
  • 715 « Chi Haotian receives Kyrgyz Defense Minister », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-95-224, Nov (...)

150Si ces contacts militaires sino-kirghizes sont officiellement établis en 1996, ils ont cependant débuté un peu plus tôt. En effet, en juillet/août 1995, Bichkek accueille une délégation militaire menée par Yan Chonghou, le commandant du district militaire du Xinjiang (Xinjiang junqu). Cette dernière aura des entretiens avec le ministre kirghize de la défense714. Le fait que cette première visite concerne une délégation militaire venue du Xinjiang est symptomatique de l’accent mis par Pékin sur la sécurité de la région autonome dans ses relations avec les républiques centre-asiatiques et particulièrement avec les républiques dont le territoire lui est adjacent. Ce premier échange est suivi d’une visite du ministre kirghize de la défense en Chine en novembre 1995 à l’invitation de Chi Haotian. Myrzakan Subanov séjourne à Pékin mais aussi Nanjing, Shanghai et enfin à Urumqi. Il rencontre Chi Haotian, le vice-président de la Commission militaire centrale et ministre de la défense (un proche de Deng Xiaoping) mais aussi le lieutenant-général Xiong Guangkai qui est l’adjoint au chef d’état-major de l’Armée populaire de Libération et le chef des services de renseignement de l’armée chinoise715.

  • 716 « Government to broaden military cooperation with China », Interfax dans FBIS-SOV-97-167, June 16, (...)
  • 717 Voir « Akaev : Russia, China, Uzbekistan, Kazakhstan to partners », Interfax dans FBIS-SOV-97-183, (...)
  • 718 « Kyrgyz President meets PRC defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-9V-169, June 18, 1997 et « Ky (...)
  • 719 « Chinese Defense Minister visits Kyrgyzstan », Xinhua dans FBIS-CHI-97-167, June 16, 1997.

151Malgré les contacts qui se multiplient fin 1995, ce n’est donc qu’en juillet 1996 que la référence aux échanges militaires bilatéraux apparaît officiellement. Ils vont se poursuivre après cette date. Ainsi, en juin 1997, dans le cadre d’une tournée dans quatre pays de la CEI (Kazakhstan, Kirghizstan, Ukraine et Belarus), le ministre chinois de la défense, Chi Haotian, à la tête d’une importante délégation militaire comprenant notamment les commandants de districts militaires importants (Shenyang, Nanjing, Xinjiang) fait le déplacement à Bichkek afin d’étendre la coopération et de discuter de la mise en œuvre du traité sur la réduction des forces militaires signé à Moscou en avril 1997. Il aura des entretiens avec Myrzakan Sultanov sur ce sujet et aussi semble-t-il sur les développements de la situation en Afghanistan716. Le ministre kirghize déclare à l’occasion de ces entretiens que la République kirghize prévoit d’étendre sa coopération militaire avec la Chine et que le développement des relations avec Pékin est « une des priorités de la politique étrangère kirghize », une position que le président Akaev développe également quelques jours plus tard devant des journalistes717. Il se félicite également de la conclusion du traité de Shanghai et de Moscou qui ont posé selon lui de « solides fondations » pour le développement des relations bilatérales sino-kirghizes. Cette déclaration ainsi que les prises de position du président Akaev sur l’importance des relations avec la Chine démontrent que ces deux instruments ont rempli les objectifs que Pékin leur a fixé. Ils ont en effet rassurés les autorités kirghizes sur les intentions de la Chine et instauré un climat de confiance entre Pékin et Bichkek. Ce dernier va permettre aux relations bilatérales entre les deux pays de s’élargir. Chi Haotian déclare pour sa part que la Chine se félicite de ses relations avec la Répulique kirghize et qu’elle apprécie la position de Bichkek -réaffirmée lors de ses rencontres avec le premier ministre A. Dzhumagulov et le président Akaev718-, dans les questions de Taiwan, du Tibet et du séparatisme. A l’occasion de ces entretiens, le ministre chinois de la défense rassure une nouvelle fois ses hôtes kirghizes en rappelant que la Chine poursuit une politique militaire défensive, qu’elle ne cherche aucune hégémonie, ne se joindra à aucun bloc militaire et n’établira aucune base militaire outre-mer. Le ministre chinois de la défense écarte également comme infondée la « théorie de la menace chinoise »719. Cette dernière déclaration montre que Pékin s’inquiète de sa diffusion et qu’un des objectifs de sa politique à l’égard de ses voisins centre-asiatiques consiste justement à la dissiper par le renforcement des échanges bilatéraux de hauts responsables mais aussi par la multiplication des contacts militaires.

  • 720 Zhongguo Waijiao Gailan, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhi (...)
  • 721 « Kyrgyz, Chinese Officials Discuss Border Cooperation », World Uyghur Network News, n° 67, Novembe (...)
  • 722 « Xinjiang military heads visit Central Eurasian Countries », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-320, (...)

152A la suite de cette visite du ministre chinois de la défense, en novembre 1997, dans le cadre d’une tournée dans les trois républiques d’Asie centrale frontalières de la Chine, une nouvelle délégation militaire menée par le vice-commandant du district militaire du Xinjiang, Kurban Artigil (Kuerban Aixiding) visitera Bichkek afin de discuter de la coopération frontalière sino-kirghize, des résultats obtenus depuis 1996 dans ce domaine et des difficultés rencontrées dans l’administration de la frontière720. La délégation s’entretient à cette occasion avec le vice-premier ministre kirghize, ainsi qu’avec le commandant en chef des garde-frontières russes721. Selon le Xinjiang Ribao, Kurban Artigil, rappelle à cette occasion le point de vue de la Chine concernant le séparatisme. D’après ce journal chinois, il aurait reçu le soutien des représentants des trois Etats que la délégation a successivement visités. Les officiels kirghizes -comme leurs homologues kazakhs et tadjiks- ont apporté leur soutien complet à la position chinoise sur cette question et ont ajouté qu’ils allaient adopter des mesures strictes pour s’opposer au séparatisme et empêcher que celui-ci ne gagne un point d’appui dans leur territoire722. Les contacts militaires sino-kirghizes revêtent donc également un aspect politique important puisqu’à travers eux, Pékin cherche à obtenir le soutien continu de Bichkek dans sa lutte contre le « séparatisme » ouïgour.

153La Chine met également un accent particulier dans ses contacts militaires sur la question de la surveillance de la frontière en raison de son importance pour la lutte contre le séparatisme. C’est la raison pour laquelle des représentants du district militaire du Xinjiang font régulièrement le déplacement en République kirghize ou reçoivent des délégations venues de ce pays. On notera toutefois que malgré le développement de ces contacts et de ces échanges, dans le domaine purement militaire (formation des cadres, fourniture d’armements, etc.) la coopération sino-kirghize est marginale. Elle va d’ailleurs le rester jusqu’en 2001. Comme pour les deux autres républiques centre-asiatiques frontalières de la Chine, c’est l’ancienne puissance coloniale russe qui joue tout au long des années 1990 le rôle principal dans ce domaine.

  • 723 Voir TURSUNOV, B., PIKULINA, M., Severe lessons of Batken, Conflict Studies Research Centre, Royal (...)
  • 724 « Chinese delegation visits Kyrgyzstan », RFE/RL Newsline, April 25, 2000.
  • 725 Chiffré tiré du SIPRI Yearbook 2002 (via internet http://first.sipri.org/).
  • 726 « Kyrgyz border guards get Chinese aid, more in the pipeline », Kabar news agency dans BBC, June 1, (...)
  • 727 « China provides equipment for Kyrgyzstan’s Armed Forces », RFE/RI, Newsline, January 9, 2001.
  • 728 Chiffres cites dans MCDERMOTT, R.N., Kazakhstan’s Armed Forces : Reform or Decay ?, Conflict Studie (...)

154Cependant au printemps 2000, dans le contexte de l’après guerre du Kosovo et des difficultés rencontrées par la partie kirghize confrontée aux infiltrations des militants du mouvement islamique d’Ouzbékistan dans le district de Batken (province de Och) pendant l’été 1999723, Pékin franchit une étape supplémentaire dans ses relations avec Bichkek en offrant une assistance financière aux autorités kirghizes. En effet, à l’occasion de la visite en République kirghize en avril 2000 d’une délégation économique chinoise menée par Zhang Xiang, le vice-ministre du commerce et de la coopération économique, Pékin exprime son intention d’allouer à Bichkek une aide financière régulière de 5 millions de yuans (environ 600 000 dollars) pour l’aider à mettre en œuvre ses « réformes économiques »724. A la suite de cette déclaration, des discussions se tiennent en mai et en juin 2000 avec des représentants du ministère chinois de la défense. Pékin décide finalement d’allouer à la République kirghize 10 millions de yuans soit environ 1,2 millions de dollars représentant un peu moins de 5 % du budget militaire kirghize en 2000 (soit 24,6 millions de dollars725), ce qui n’est pas négligeable. Les autorités kirghizes utiliseront une première tranche de cette assistance chinoise pour construire des logements aux nouveaux détachements de gardes-frontières récemment installés dans la région de Batken, théâtre des troubles de l’été 1999726. En janvier 2001, une délégation militaire chinoise remettra également des équipements militaires à la République kirghize pour un montant estimé à 5 millions de yuan (uniformes, bottes, etc. -mais pas d’armements-, de quoi équiper environ la moitié de l’armée kirghize qui compte 12 500 hommes)727. Vu depuis Bichkek, cette assistance est donc loin d’être négligeable. A titre de comparaison, on se souviendra que l’assistance militaire américaine à la République kirghize s’est élevée à 1,55 millions de dollars en 1999 et à 1 million de dollars en 2000728. L’assistance accordée par Pékin est donc comparable et même un peu supérieure pour l’année 2000 à l’aide octroyée à Bichkek par les Américains. L’objectif de cette assistance est de permettre à la République kirghize de mieux assurer le contrôle de ses frontières contre les infiltrations des militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan peut-être également lié au trafic de la drogue, ce qui correspond aux intérêts de la Chine qui est d’assurer la sécurité de la région autonome du Xinjiang.

  • 729 « Fact Sheet : U.S. Border Security Assistance Programs in Kyrgyzstan », U.S. Department of State O (...)

155Cependant, en accordant cette assistance à ce moment, Pékin poursuit également un second objectif, politique cette fois. En effet, la déclaration d’intention de Zhang Xiang est intervenue quelques jours après la tournée de M. Albright en Asie centrale (elle visite le Kirghizstan, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan) au cours de laquelle les Etats-Unis ont annoncé leur intention d’aider l’Ouzbékistan et la République kirghize à renforcer la sécurité de leurs frontières face aux activités terroristes et au trafic de la drogue. Washington a promis une assistance financière évaluée officiellement à environ 3 millions de dollars par pays729. Ce programme d’assistance annoncé par l’administration américaine est cependant jugé insuffisant par les dirigeants des républiques d’Asie centrale et interprété comme le signe d’un « désintérêt américain » à l’égard de leurs inquiétudes dans le domaine essentiel de la sécurité. Pékin utilise donc très pragmatiquement cette incapacité de Washington à rassurer les dirigeants centre-asiatiques, pour capitaliser leurs inquiétudes à son profit. En octroyant une assistance à la République kirghize, Pékin entend donc montrer à Bichkek toute l’utilité qu’il peut tirer de ses relations avec la Chine pour assurer sa sécurité et l’amener à privilégier une coopération régionale dans ce domaine, notamment avec la République populaire, plutôt qu’avec les Etats-Unis. L’objectif de la Chine est donc in fine de limiter l’influence américaine dans la république montagnarde et au delà en Asie centrale. En décidant d’aider la république kirghize, Pékin envoie également un signal à destination des autres républiques centre-asiatiques en leur montrant qu’il existe des possibilités de coopération régionale dans le domaine de la sécurité encore inutilisées, et au moins aussi substantielles que l’assistance proposée par Washington. Ce message s’adresse plus particulièrement à l’Ouzbékistan qui est l’Etat centre-asiatique le plus proche politiquement des Etats-Unis à ce moment et le plus réticent à l’égard de l’essor de contacts militaires avec la Chine. Nous verrons plus bas comment ce dernier y a répondu. Il nous faut cependant au préalable voir ce qu’il en est des contacts militaires entre la Chine et deux autres voisins centre-asiatiques frontaliers de son territoire.

b.) Le Kazakhstan

  • 730 Cette dernière stipule que « the two sides will make efforts to establish contacts and develop ties (...)
  • 731 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 284.

156Contrairement à la déclaration sino-kirghize, le déclaration sino-kazakhe du 5 juillet 1996 ne contient aucune disposition allant dans le sens d’une mise en place de contacts et d’échanges dans le domaine militaire. Cette disposition est en fait devenue inutile car ce domaine de coopération existe déjà entre les deux pays. En effet, on trouve la première référence à l’établissement de contacts militaires dans la déclaration conjointe sino-kazakhe du 21 octobre 1993730. Cet intérêt précoce est sans doute lié au fait que le Kazakhstan détenait des armes nucléaires. Des contacts sont en tout cas effectivement établis au début de l’année 1994, lorsque le ministre chinois de la défense, Chi Haotian, invite son homologue kazakh à se rendre en Chine pour une visite amicale officielle. Ce dernier effectue le déplacement à Pékin en janvier 1994. Il s’agit de la première visite d’un ministre de la défense du Kazakhstan comme nous le confirme le Waijiao Gailan 1994731. Outre Chi Haotian, le ministre kazakh rencontre également Zhang Zhen, un vétéran proche de Deng Xiaoping, et surtout un des plus hauts responsables à ce moment de l’APL, puisqu’il est vice-président de la Commission militaire centrale. A l’issue de ce déplacement, les deux parties expriment leur intention de renforcer leurs échanges militaires.

  • 732 « Defense Minister Receives Chinese Military Delegation », Almaty Kazakh Radio First Program Networ (...)
  • 733 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit, p. 288.
  • 734 « Comparaison leaders sign accord », Xinhua dans FBIS-CHI-95-177, September 13, 1995.

157C’est ainsi qu’en mars de l’année 1995, Cao Gangchuan, le chef d’état-major de l’APL se rend à Almaty. Il rencontre le ministre de la défense Saghadat Nurmaghambetov, le président du comité de sécurité nationale kazakh, Tolegen Zhukeyev, et d’autres personnalités. Il visitera des entreprises du secteur de la défense, des centres d’entraînements militaires ainsi que des unités des forces armées kazakhes732. Sa visite est suivie de celle d’une délégation militaire du Xinjiang menée par Yan Chonghou, le commandant du district militaire du Xinjiang (Xinjiang junqu) en juillet 1995733. Cette délégation s’est également rendue au Kirghizstan comme nous l’avons vu. Ce n’est cependant qu’à l’occasion de la visite du président kazakh, N. Nazarbaev à Pékin en septembre 1995 que les contacts militaires bilatéraux sont officialisés dans la « déclaration commune sur le renforcement et l’approfondissement des relations amicales entre la Chine et le Kazakhstan ». Cette dernière stipule officiellement que les liens entre les ministère de la défense des deux pays devront être établis et développés734. Elle ajoute que la coopération militaire technique devrait également être accentuée sur base des bénéfices mutuels et en prenant en considération les engagements internationaux des deux partenaires. Pékin a donc développé des contacts informels dans le domaine militaire avec le Kazakhstan avant d’officialiser une situation qui existait déjà. Il s’agit d’un exemple d’une pratique courante semble-t-il de la diplomatie chinoise.

  • 735 « Beijing hopes to develop military ties with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-96-092, May 9, 199 (...)
  • 736 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shij (...)

158Les contacts entre les deux pays se poursuivent ensuite régulièrement. Une délégation militaire menée par Fu Quanyou, le chef de l’État-major général de l’Armée populaire de Libération (APL) fait ainsi le déplacement au Kazakhstan en mai 1996 à l’invitation du ministre kazakh de la défense. Elle y rencontre le ministre kazakh des affaires étrangères, le premier ministre, le président du Sénat, ainsi que le conseiller du président Nazarbaev en matière de sécurité, et les dirigeants des comités de défense de la République kazakhe. De nombreux sujets sont abordés notamment la mise en œuvre du traité de Shanghai récemment signé. Les deux ministres de la défense signent également à cette occasion un mémorandum portant sur la coopération militaire bilatérale735. A l’invitation du ministre chinois de la défense, le conseiller du président kazakh pour les affaires militaires et ancien ministre de la défense, Saghadat Nurmaghambetov se rend en Chine en visite privée en octobre 1996. Le conseiller du président Nazarbaev y rencontre Chi Haotian et Fu Quanyou736.

  • 737 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit.
  • 738 « Xinjiang military chief meets Kazakhstani Defense Minister », Urumqi Television Network dans FBIS(...)
  • 739 « Officials refuse comment on defense Minister’s Removal », Interfax dans FBIS-SOV-96-212, October (...)
  • 740 « Kazakh Defense Minister answers Xinhua question on ties », Xinhua dans FBIS-CHI-96-223, November (...)

159Quelques jours après son départ, c’est au tour du nouveau ministre kazakh de la défense de se rendre en Chine pour une visite amicale, également à l’invitation de Chi Haotian. Il séjourne à Urumqi, Pékin, Shenzhen et Shanghai, rencontre Li Peng et s’entretient notamment avec Chi Haotian737. Il s’entretiendra également avec les autorités militaires du district militaire de Lanzhou738. Le ministre kazakh de la défense est cependant écarté de ce poste quelques jours après son retour dans son pays. Selon la presse, il n’y a aucun lien entre cette mise à l’écart et les résultats de ses visites en Chine739. Pour la partie chinoise qui considère les liens inter-personnels entre hauts dirigeants comme essentiels, cela signife cependant que des contacts doivent être renoués avec le nouveau ministre de la défense kazakh, Muktar Altynbayev. Ce dernier déclare pour sa part lors de sa première conférence de presse que le Kazakhstan continuera à développer ses relations avec son voisin chinois, ce qui nous montre l’importance politique prise par la Chine dans la politique du Kazakhstan740.

  • 741 « Chi Haotian departs on Four-Nation trip 30 May », Xinhua dans FBIS-CHI-97-150, May 30, 1997.
  • 742 « Kazakhstan, China to further bilateral ties », Xinhua dans FBIS-CHI-97-164, June 13, 1997.
  • 743 « Chinese Defense minister in Kazakhstan », RFE/RL Newsline, June 12, 1997.
  • 744 KENZHETAYEV, M., « Military and Technical Cooperation of Kazakhstan : Prospects and Structure//Russ (...)

160L’année 1997 sera riche en rencontres de responsables militaires puisque en juin, dans le cadre de sa tournée dans quatre pays de la CEI (Kazakhstan, Kirghizstan, Ukraine et Belarus), le ministre chinois de la défense, Chi Haotian, fait le déplacement à Almaty741. Il s’entretient non seulement avec le nouveau ministre kazakh de la défense (Muktar Altynbayev depuis octobre 1996) mais aussi avec le président Nazarbaev et le premier ministre, A. Kazhegeldin. Lors de ces conversations, la question du « séparatisme » est abordée entre les parties. Le président kazakh réitère son attachement à l’unité et à l’intégrité de la Chine et son opposition à toute activité attentatoire à la souveraineté chinoise742. Une fois encore, ce sont les « séparatistes » Ouïgours qui sont visés par ces propos du chef de l’État kazakh. Ce dernier déclare également à nouveau que le Kazakhstan va accroître sa coopération militaire avec la Chine. Du côté chinois, Chi Haotian annonce que la République populaire va offrir des bateaux à Almaty pour renforcer les capacités de surveillance de la Caspienne et qu’elle va assurer la formation linguistique de quelques officiers kazakhs afin de faciliter les contacts militaires futurs entre les deux pays743. On constate donc que la coopération militaire sino-kazakhe prend tout de même des formes concrètes puisque Pékin coopère apparemment à l’accroissement des capacités navales kazakhes dans la Caspienne, une coopération qui doit être apprécié par la partie kazakhe vu l’importance de cet espace dans l’exploitation pétrolière, et partant, l’économie du pays. Elle demeure néanmoins à un niveau très modeste comparée aux relations qu’Almaty entretient avec la Russie, son partenaire privilégié dans le domaine militaire744.

  • 745 « SCO Launches Joint Exercise », China Daily, August 7, 2003.

161En matière militaire, on doit aussi constater que les relations sino-kazakhes sont également moins développées que celles établies entre le Kazakhstan et les Occidentaux dans le cadre du programme de Partenariat pour la Paix de l’Otan. La confirmation de ce fait est apportée en septembre 1997, lorsque se déroule au Kazakhstan le premier exercice destiné à améliorer l’interopérabilité entre le bataillon centre-asiatique (le Centrasbat créé en 1996 entre le Kirghizstan, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan) et les unités du standard Otan, un type d’exercice qui va par ailleurs se répéter par la suite. Cinq cents militaires américains venus directement de Fort Bragg (Caroline du Nord) participent à cet exercice qui réunit environ 1400 hommes aux côtés de militaires kazakhs mais aussi kirghizes, ouzbèques, russes, turcs, lettons et géorgiens. Du côté chinois, aucun exercice de cette nature ne se tient avant les événements de septembre 2001. Il faudra attendre août 2003 pour qu’un exercice commun réunisse dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghai des troupes kazakhes et des troupes chinoises (ainsi que des troupes kirghizes, tadjikes et russes)745.

  • 746 « Chi Haotian holds talks with Kazakhstan Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-97-277, October 4, 1997  (...)
  • 747 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 353.
  • 748 « Kazakh Defense Minister Viists Xinjiang », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-301, October 28, 1997.

162Même si ils sont de faible intensité, les contacts militaires sino-kazakhs n’en sont cependant pas moins réguliers. Ainsi, en octobre 1997, le ministre kazakh de la défense, Muktar Altynbayev fait le déplacement à Pékin où il a des entretiens avec Chi Haotian, Fu Quanyou, Xiong Guangkai et Li Peng746. Outre Pékin, il se rendra également à Shanghai, Shenzhen et Urumqi. La nature des discussions entre les deux parties reste vague dans la presse mais on ne peut s’empêcher de remarquer que cette visite intervient quelques jours après la tenue au Kazakhstan, du premier exercice militaire conjoint avec les troupes américaines. Ce sujet aura sans doute fait l’objet de discussions entre le ministre kazakh et ses hôtes chinois qui sont très attentifs à ces développements et désirent sans doute être informés et rassurés quant à la nature et à l’étendue de la coopération militaire entre leur voisin et les Etats-Unis et l’Otan. A l’occasion de cette visite, les deux parties signent d’ailleurs un accord portant sur la tenue d’une réunion annuelle entre leur ministère de la défense respectif afin d’organiser officiellement des contacts réguliers.747 Accompagné de Luo Bin, le directeur du bureau des affaires étrangères du ministère chinois de la défense, le ministre kazakh de la défense, Mukhtar Altynbayev, se rendra également à Urumqi où il rencontre les autorités du district militaire du Xinjiang748.

  • 749 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 353.

163Quelques jours plus tard, dans le cadre d’une tournée dans les trois républiques d’Asie centrale frontalière de la Chine, et à l’invitation du président du comité kazakh de protection des frontières, le Général Buzubaev, le vice-commandant du district militaire du Xinjiang, Kurban Artigil (Kuerban Aixiding) mène une délégation militaire au Kazakhstan pour aborder la question de la coopération frontalière et de ses résultats depuis 1996. La délégation chinoise rencontre à cette occasion le vice-ministre kazakh de la défense749. Comme dans le cas kirghize, si on en croit la presse chinoise, elle recevra le soutien des officiels kazakhs concernant sa politique de lutte contre « séparatisme ».

164Ce que l’on doit retenir de ces échanges militaires sino-kazakhs pour cette période, comme dans le cas kirghize, c’est leur caractère politique -la coopération purement militaire reste en effet limitée même si Pékin achète des productions kazakhes en matière d’armements- et l’accent particulier qui est mis lors des différentes rencontres entre officiels sur la lutte contre le « séparatisme ». On remarquera que des représentants du district militaire du Xinjiang font régulièrement le déplacement au Kazakhstan ou reçoivent des officiels kazakhs. Comme dans le cas des relations sino-kirghizes, Pékin met en effet un accent particulier dans ses échanges militaires avec Almaty sur la question de la surveillance de la frontière en raison de son importance dans la lutte contre le séparatisme ouïgour.

  • 750 Voir pour l’année 1998 : « Fu Quanyou meets with Kazakh military official in Beijing », Xinhua dans (...)
  • 751 Chiffré tiré du SH’lil Yearbook 2002 (via internet http://first.sipri.org/).
  • 752 « China to Give Aid to Kazakh Armed Forces », Interfax, May 2, 2000.
  • 753 « China to Allocate Aid to Kazakhstan’s Armed Forces », RFE/RL Newsline, May 3, 2000.

165Dans ce domaine, à l’hiver 1997, la coopération sino-kazakhe est bien établie. Elle va se renforcer par la suite dans le cadre des travaux du « Groupe de Shanghai » puis dans la période post-11 septembre, à travers ceux l’Organisation de coopération de Shanghai. Alors que les contacts militaires se sont poursuivis depuis 1998750, comme dans le cas de la République kirghize, dans le contexte post-guerre du Kosovo et à la suite de la tournée de M. Albright en avril 2000, Pékin va également offrir au Kazakhstan une assistance militaire d’un montant de 11 millions de yuan soit 1,3 millions de dollars équivalent à un peu moins de 1 % du budget militaire kazakh en 2000 (soit 144 millions de dollars)751. L’accord entre Pékin et Almaty sur ce point est conclu à l’issue de la visite du ministre kazakh de la défense, Tokpakbayev à Pékin en avril 2000752. Le ministre chinois de la défense Chi Haotian, déclare que la Chine et le Kazakhstan envisagent de renforcer leur coopération dans la lutte contre le séparatisme national, le terrorisme international et l’extrémisme religieux753.

166Au-delà de son aspect purement militaire qui est secondaire -Pékin n’entend pas se substituer à la Russie qui reste le partenaire principal du Kazakhstan dans ce domaine-, cette assistance poursuit essentiellement un objectif politique. Pékin souhaite montrer aux dirigeants kazakhs que pour assurer la sécurité du pays face aux menaces existantes (séparatisme, terrorisme international et radicalisme islamique), l’assistance américaine n’est pas indispensable puisque la Chine peut offrir au moins autant de garanties que Washington. L’idée de Pékin est d’amener Astana à privilégier ses liens avec elle ou en tout cas avec les puissances régionales plutôt qu’avec les Etats-Unis. L’objectif étant in fine pour Pékin de limiter au maximum l’influence américaine sur ce pays. En outre, une fois encore, l’assistance offerte à Astana envoie un signal en direction de Tachkent.

c.) Le Tadjikistan

  • 754 « Defense Minister Chi Haotian, Tadjikistan counterpart meet », Xinhua dans FBIS-CHI-96-181, Septem (...)
  • 755 « Rakhmanov, Chinese President Discuss Furthering cooperation », Itar-Tass dans FBIS-SOV-96-182, Se (...)
  • 756 « Tajiks to use PRC loan to fight Rebels », Voice of free Tajikistan dans FBIS-SOV-96-183, Septembe (...)
  • 757 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-185, September 20, 1 (...)

167En ce qui concerne le Tadjikistan -placé, il faut le rappeler sous la tutelle militaire russe depuis le début des années 1990 en raison de la guerre civile dans ce pays-, les contacts militaires directs avec la Chine ne se mettent officiellement en place que tardivement. Ils s’établissent en effet lors d’une visite de cinq jours effectuée par le président Rakhmanov à Pékin en septembre 1996. Ce dernier est accompagné à cette occasion du ministre tadjik de la défense, Sherali Khayrul-loyev754. Le ministre tadjik aura des entretiens avec son homologue chinois, Chi Haotian. Un accord militaire est passé entre Pékin et Douchanbé. Il porte officiellement sur une assistance militaire et technique755. Il s’agirait cependant selon l’opposition tadjike de fourniture d’armements et d’équipements militaires chinois au gouvernement de Rakhmanov, une information non confirmée. L’accord est en tout cas dénoncé par l’opposition tadjike756. La référence officielle à une coopération dans le domaine militaire apparaît en tout cas pour la première fois dans la déclaration conjointe sino-tadjike signée à l’issue de cette visite le 20 septembre 1996. Les deux parties s’engagent à « promouvoir l’établissement et le développement de liens entre leurs ministères de la défense respectif afin d’accroître la confiance mutuelle et la coopération dans le domaine militaire »757.

  • 758 « Chinese General meets Tajikistan Defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-98-012, January 12, 199 (...)
  • 759 « PRC, Tajik Defense Ministers hold talks in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-98-009, January 9, 199 (...)

168Après cette entrée en matière, dans le cadre de sa tournée en Asie centrale, la délégation militaire chinoise menée par le vice-commandant du district militaire du Xinjiang, Kurban Artigil (Kuerban Aixiding) visitera également Douchanbé où elle s’entretiendra avec le président du comité de défense, le ministre de la défense et le secrétaire du comité de sécurité du Tadjikistan. Si on en croit la presse chinoise, la délégation militaire venue du Xinjiang recevra à ce moment le soutien des officiels tadjiks concernant la politique de lutte contre « séparatisme » mise en place par Pékin. Rapidement après cette visite, en janvier 1998, le ministre tadjik de la défense Sherali Khayrulloyev se rend à nouveau dans la capitale chinoise à l’invitation du ministre chinois de la défense. Il y aura des entretiens avec ce dernier mais aussi avec Fu Quanyou -à qui il expliquera le processus de mise en place des forces armées tadjikes après la signature de l’accord de paix inter-tadjik du 27 juin 1997-, Wu Quanxu, chef adjoint de l’Ftat-major de l’APL et Rong Yiren, le vice-président chinois758. Sherali Khayrulloyev déclare à l’occasion de ce déplacement que le Tadjikistan est prêt à coopérer pleinement avec la Chine dans le domaine de la formation militaire et de la logistique. Il n’est donc pas question dans ces relations que la Chine se substitue à la Russie dans le domaine militaire. Pour sa part, Chi Haotian déclare que la coopération entre les forces armées des deux pays constitue un aspect important des liens existants entre eux759.

169Comme dans le cas des deux autres Républiques frontalières de la Chine, la coopération militaire sino-tadjike revêt également un aspect politique très important puisque par la multiplication des contacts, Pékin cherche à obtenir le soutien continu de Douchanbé dans sa politique de lutte contre le séparatisme au Xinjiang. Comme le Tadjikistan partage une frontière commune avec cette région, Pékin met également l’accent dans ses contacts militaires sur la coopération en matière de surveillance de la frontière. Dans le cas du Tadjikistan, cette coopération est d’autant plus importante pour la Chine qu’outre les activités éventuelles des séparatistes ouïgours, Pékin s’inquiète également des possibilités de trafic d’armes et de la drogue provenant d’Afghanistan et transitant par le Tadjikistan à destination du Xinjiang. Les contacts avec les militaires et les responsables des organes tadjiks de sécurité sont donc essentiels pour limiter ces trafics en direction du Xinjiang et assurer la sécurité de la région autonome.

  • 760 « Text of Sino-Tadjik 4 July Statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-0704, July 4, (...)
  • 761 « China to provide technical assistance to Tajik military », RFE/RL Newsline, July 14, 2000.
  • 762 Chiffré tiré du SIPRI Yearbook 2002 (via internet http://first.sipri.org/).

170Dans le contexte post-guerre du Kosovo, Pékin annonce à l’été 2000, qu’il accordera une assistance militaire au Tadjikistan. Cette annonce intervient également après la tournée de M. Albright en Asie centrale mais elle est plus tardive que dans les cas kazakh et kirghize puisqu’elle n’est formulée qu’en juillet 2000, c’est-à-dire après la tenue du sommet du « Groupe de Shanghai » à Douchanbé et une rencontre entre Jiang Zemin et I. Rakhmanov. A la suite de cette dernière, les deux pays signent une déclaration conjointe dont la disposition 5 précise que les deux parties souhaitent étendre la « coopération entre leurs départements militaires »760. Comme ce n’est qu’après cette réunion qu’une délégation militaire chinoise visite la capitale tadjike on peut penser que ce déplacement consitute une matérialisation de cette déclaration d’intention. Sherali Khayrulloyev, le ministre tadjik de la défense, annonce en tout cas que Pékin a décidé d’accorder une assistance militaire au Tadjikistan pour un montant estimé à 5 millions de yuan (environ 600-700 000 dollars)761 soit environ 5 % du budget militaire tadjik qui s’élève en 2000 à 11,9 millions de dollars762. On doit evidemment s’interroger sur les raisons de ce retard dans la décision de Pékin. La décision chinoise d’attribuer une assistance financière dans le domaine militaire au Tadjikistan s’inscrit dans la même logique que pour la République kirghize et le Kazakhstan même si l’influence américaine sur Douchanbé est minimale. Le Tadjikistan ne participe en effet pas à ce moment au programmme de Partenariat pour la Paix de l’Otan. Le fait que la visite de la délégation militaire chinoise dans la capitale tadjike se soit déroulée après le sommet de Shanghai et la rencontre bilatérale Rakhmanov-Jiang nous incite cependant à penser que la décision de Pékin d’attribuer une aide au Tadjikistan n’a été prise qu’à ce moment.

  • 763 « Tajikistan, Uzbekistan Sign ’Eternal Friendship’ Treaty », RFE/RL Newsline, June 16, 2000.
  • 764 « La Chine, les taliban et le Xinjiang », Diploweb.com, 20 novembre 2001, 3p. http://www.diploweb.c (...)
  • 765 Voir la position tadjike dans STIRRS, J., « Mixed messages : The contrasting recations of Tajikista (...)
  • 766 « Tajik and Chinese presidents outline results of their meeting », Tajik Radio first programme dans (...)
  • 767 Voir BAKSHI, JYOTSNA, « Shanghai Co-operation Organisation (SCO) Before and After September 11 », S (...)
  • 768 « FM Spokesman on Pakistan’s Intented membership in ’Shanghai Five’ », People’s Daily, January 5, 2 (...)

171Pourquoi cette différence de traitement dans le cas tadjik ? On ne peut ici qu’émettre une série d’hypothèses : 1.) Étant donné l’absence de relation de proximité entre Douchanbé et Washington, Pékin a pu considérer au départ que cette assistance à Douchanbé était inutile ; 2.) Étant donné la plus grande proximité militaire entre Douchanbé et Moscou, Pékin a peut-être voulu consulter la partie russe avant de s’engager sur cette voie ; 3.) Pékin n’a pas voulu indisposer un État en froid avec le Tadjikistan et dont elle cherche à se rapprocher à ce moment. Le cas de l’Ouzbékistan vient immédiatement à l’esprit. Mais les relations entre Tachkent et Douchanbé semblent être plutôt positives au printemps 2000. Malgré les tensions sous-jacentes dans leur relation, les deux pays signent à ce moment un traité d’« amitié éternelle » le 14juin 2000763 4.) Les relations sino-tadjikes ne sont pas exemptes de difficultés à ce moment. Malgré l’unité de vue affiché par les deux pays (voir la disposition n° 9 de la déclaration sino-tadjike du 4 juillet 2000), il existe un non-dit dans les relations sino-tadjikes en ce qui concerne le conflit afghan. En effet, alors qu’il considérait au départ les taliban comme une menace, Pékin a modifié sa position pour adopter une attitude plus pragmatique à leur égard à partir de la fin de l’année 1998, après que les relations entre les Etats-Unis et les taliban se sont dégradées764. Au contraire, le Tadjikistan a continuellement soutenu l’Alliance du Nord de Shah Massoud opposée à ces derniers765. Ce sont peut-être ces différences de vue dans les relations bilatérales sino-tadjikes qui ont amené Pékin à n’attribuer une aide à Douchanbé que plus tardivement. Il est en tout cas certain que Jiang Zemin et I. Rakhmanov se sont entetenus du problème afghan lors de leur rencontre de juillet 2000. Ce fait nous est confirmé par une interview du président tadjik dans laquelle il déclare que « While discussing regional problems, we touched on the Afghan problem. On the whole, we have a common view on this issue. We want peace and stability in Afghanistan and are confident that there is no military solution to the Afghan crisis. That is why there is no alternative to talks »766. Malgré les divergences de vues sous-jacentes entre la République populaire et le Tadjikistan sur la question afghane, on peut penser qu’une inégalité de traitement par rapport au Kazakhstan et à la République kirghize, signataires comme le Tadjikistan du traité de Shanghai et de Moscou, était inacceptable politiquement alors que le sommet du « Groupe de Shanghai » venait de se tenir à Douchanbé et que la solidarité entre États membres de l’organisation y était officiellement affichée. C’est sans doute pour cette raison que Pékin s’est décidé finalement à accorder également une aide à Douchanbé. On remarquera que les divergences de vue sino-tadjikes ont perduré. Lorsque le Pakistan a annoncé son intention d’adhérer au « Groupe de Shanghai » le 3 janvier 2001, les réactions de la Chine et du Tadjikistan ont en effet été très différentes. La Chine a officiellement accueilli cette requête pakistanaise avec prudence, se contentant de déclarer qu’elle avait pris note de l’intérêt du Pakistan pour le « Groupe de Shanghai ». Cependant, derrière cette façade officielle, il semble que Pékin a mené un lobbying intense auprès de ses partenaires pour les amener à accepter cette idée767. Par contre, le Tadjikistan a pour sa part opposé un refus catégorique à l’idée de voir le Pakistan devenir membre du « Groupe de Shanghai »768. Quoi qu’il en soit, l’annonce de cette assistance militaire au Tadjikistan n’a pas modifié le fait que dans le domaine militaire, plus encore que dans le cas des deux autres républiques centre-asiatiques, la Russie est restée le partenaire privilégié du Tadjikistan.

d.) Turkménistan et Ouzbékistan

  • 769 « Turkmenistan expresses interest in defense cooperation with China », RFE/RL Newsline, September 1 (...)

172Si Pékin promeut l’établissement de contacts militaires avec ses voisins centre-asiatiques, on constate que ces derniers ont d’abord concerné les pays dont la Chine est frontalière. L’Ouzbékistan et le Turkménistan ne possèdant pas de frontières communes avec son territoire, Pékin n’a développé que tardivement des liens militaires avec ces deux pays dont aucun n’est signataire des accords de Shanghai et de Moscou. La République populaire décide néanmoins de mettre en place des contacts militaires avec le Turkménistan à la fin des années 1990 dans le contexte de la guerre du Kosovo. Quelques semaines après le bombardement de son ambassade à Belgrade en mai 1999, le ministre chinois des affaires étrangères se rend en effet au Turkménistan où il s’entretient avec le président Niyazov. Trois mois plus tard, la coopération militaire sino-turkmène est établie à l’occasion de la visite à Pékin du ministre turkmène de la défense, Batyr Sardzhayev, en septembre 1999. Outre la capitale chinoise, ce dernier se rendra à Hangzhou, Shanghai et Dalian. Lors de son séjour, il rencontre Zhu Rongji, le premier ministre chinois, Chi Haotian, le vice-président de la Commission militaire centrale (CMC), conseiller d’Etat et ministre de la défense et Fu Quanyou, le chef de l’État-major général de l’Armée populaire de Libération (APL). Les parties discutent des possibilités de coopération dans le domaine de la formation du personnel et de la maintenance des équipements militaires. Le ministre turkmène inspectera plusieurs garnisons chinoises, une académie militaire et une base des forces aériennes chinoises769.

  • 770 « Turkmen Deputy Cabinet Chairman Meets Chinese Military Delegation », Xinhua Domestic Service dans (...)
  • 771 « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov » Xinhua Domestic Service dan (...)

173Ces premiers contacts semblent avoir été satisfaisants pour les parties puisque l’année suivante, en juillet 2000, une délégation menée par Li Qianyuan, le commandant de la région militaire de Lanzhou qui chapeaute le district militaire du Shaanxi, le district militaire du Gansu, le district militaire du Qinghai, le district militaire du Ningxia et enfin le district militaire du Xinjiang, effectue dans le cadre d’une tournée en Asie centrale (Kazakhstan, République kirghize, Tadjikistan et Turkménistan) une visite à Achkhabad. Le ministre turkmène de la défense, Batyr Sardzhayev, qui reçoit la délégation militaire déclare à cette occasion que la Chine est un « partenaire stratégique » du Turkménistan770. Cette déclaration rhétorique, très excessive, s’explique sans doute par le climat politique qui s’est instauré entre les deux pays à la suite de la visite du président Jiang Zemin à Achkhabad au début du mois de juillet 2000. Pendant ce déplacement, le président chinois a en effet évoqué avec son homologue turkmène les possibilités de relancer la coopération dans le domaine gazier, un secteur vital pour l’économie turkmène. Cette mise en place éventuelle d’une coopération énergétique entre les deux pays est bien entendu très appréciée par Achkhabad puisqu’elle ouvre la perspective d’un nouveau marché et la possibilité d’une réduction du monopole russe sur les exportations gazières du pays. Avec le Turkménistan également, Pékin essaye de resserrer ces liens dans le contexte post-guerre du Kosovo. On retiendra qu’en matière militaire, le statut de neutralité adopté par le Turkménistan limite les possibilités de coopération sino-turkmènes. Malgré l’existence d’échanges en matière militaire, ce domaine de coopération n’est pas mentionné dans la déclaration commune signée à l’issue de la visite de Jiang Zemin à Achkhabad en juillet 2000771.

  • 772 PIKULINA, M., Uzbekistan in the mirror of military security : a historical preface to present event (...)

174Avec l’Ouzbékistan, aucune disposition concernant le domaine militaire n’apparaît dans la déclaration conjointe sino-ouzbèque du 3 juillet 1996. Pour Pékin, ce pays est certes moins prioritaire que ses trois partenaires centre-asiatiques signataires du traité de Shanghai en raison du fait qu’il n’est pas frontalier de la région du Xinjiang même si son territoire est proche de cette dernière à travers la vallée du Ferghana. Cependant, la Chine n’est pas indifférente aux choix de Tachkent car l’Ouzbékistan possède les forces militaires les plus importantes d’Asie centrale et est le seul État proche de la région autonome du Xinjiang avec qui elle n’a pas établi de relations militaires. Pour sa part, pendant longtemps, Tachkent ne semble pas avoir désiré établir de contact dans ce domaine avec son voisin chinois. L’Ouzbékistan a dans un premier temps choisi de privilégier ses relations avec la Russie au début des années 90 puis, à partir de 1994 a parallèlement adhéré au programme de Partenariat pour la Paix de l’Otan et développé des relations de proximité notamment avec la Turquie et l’Allemagne dont il a adopté le modèle d’organisation militaire772.

  • 773 CORNELL, S., « Geopolitics and strategic alignments in the Caucasus and Central Asia », Perceptions (...)

175Progressivement, Tachkent a pris ses distances par rapport à Moscou et s’est rapproché des Occidentaux, une tendance que Pékin a suivi avec attention. Au cours de l’année 1998, Tachkent et Washington ont établi des liens bilatéraux dans le domaine de la sécurité. Au début de l’année 1999, le régime ouzbèque décide de ne pas renouveler le traité de sécurité collective de la CEI773 et se joint aux États du groupe dit de GUAM (acronyme de Géorgie, Ukraine, Azerbaïdjan et Moldavie) -qui devient par la même occasion GUUAM grâce à l’adjonction de l’Ouzbékistan- à l’occasion des célébrations du 50e anniversaire du traité de Washington (Otan). Il s’agit d’un signe fort envoié par Tachkent aux Occidentaux et qui ouvre la perspective d’un nouvel approfondissement des relations américano-ouzbèques.

  • 774 « Zhu Rongji Meets Uzbek President 10 November », Xinhua Domestic Service FBIS-CHI-1999-1114, Novem (...)
  • 775 « Wahhabism in Uzbekistan-Harbinger of Religious Destabilization », The Analyst, February 14, 1999.

176Pour éviter la matérialisation de cette possibilité, la Chine décide de réagir et de courtiser son voisin ouzbèque. Qian Qichen se rend ainsi à Tachkent en juin 1999. Il invite le président Karimov à se rendre à Pékin. En novembre 1999, le président ouzbèque est reçu avec beaucoup de fastes dans la capitale chinoise. Il aura à cette occasion des entretiens avec les plus hauts responsables chinois dont jiang Zemin, Zhu Rongi et Li Peng774. Toutefois, si la déclaration conjointe signée le 9 novembre 1999 à l’issue de cette visite contient bien une disposition dans laquelle les parties réaffirment leur opposition au séparatisme, à l’extrémisme religieux et au terrorisme international -une dispostion qui prend en considération les priorités des deux parties puisque le président ouzbèque a été victime d’un attentat attribué aux « wahhabites » en février 1999775 et que l’Ouzbékistan est confronté depuis l’été 1999 aux activités des militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan-, les relations militaires ne sont pas évoquées.

  • 776 « PLA’s Cao receives Uzbekistan Deputy Defense Minister », Xinhua dans FBIS CHI-2000-0414, April 14 (...)

177Les premiers contacts dans le domaine militaire ne sont noués qu’au printemps 2000 juste avant la venue de M. Albright à Tachkent. A l’invitation du ministre chinois de la défense, une délégation ouzbèque conduite par le vice-ministre de la défense se rend à Pékin en avril 2000. Elle y séjournera une semaine. Elle rencontre à cette occasion Cao Gangchuan, le directeur du département général de l’armement de l’APL et Kui Fulin de l’État-major général de l’APL. Selon les mots de Cao, cette visite de la délégation ouzbèque pose des bases solides pour les échanges amicaux futurs entre les deux armées776.

  • 777 « Chinese, Uzbekistan Military Officials Hold Talks », People’s Daily, April 11, 2000.
  • 778 « Uzbek President rejects U.S. criticism over Human Rights », RFE/RL Newsline, April 19, 2000.

178Nous disposons de peu d’informations concernant cette visite. Cependant, selon le Quotidien du Peuple la délégation ouzbèque est venue explorer les possibilités de coopération avec la Chine dans la lutte contre l’extrémisme religieux, le terrorisme international, le trafic de la drogue et la contrebande. On note que le « séparatisme » n’est pas cité. Ce sont les inquiétudes ouzbèques face à l’essor des activités du Mouvement islamique d’Ouzbékistan qui semblent avoir poussé Tachkent à envisager un rapprochement avec Pékin777. Cette visite précède en outre de quelques jours le déplacement de M. Albright en Ouzbékistan. Peut-être Tachkent a-t-il également cherché à envoyer un signal à l’administration Clinton pour lui montrer que l’Ouzbékistan avait la possibilité de choisir de se rapprocher de Pékin pour assurer sa sécurité si Washingon ne s’engageait pas davantage à ses côtés dans ce domaine. Nous avons vu que la visite de M. Albright a déçu les gouvernements centre-asiatiques sur ce point. Non seulement l’ampleur du programme d’assistance (Central Asian Border Security Initiative ou Casi de son acronyme anglais) qu’elle annonce n’est pas jugé suffisant par Tachkent mais en outre, la secrétaire d’État américaine critique la politique économique du régime ouzbèque ainsi que son bilan en matière de protection des droits de l’Homme, des critiques réfutées par I. Karimov778.

  • 779 PANNIER, B., « Uzbekistan renews old relations >», RFE/RL, May 26, 2000 et « Putin in Uzbekistan : (...)
  • 780 « Uzbek president at Shanghai Five summit urges joint security efforts », Uzbek Television dans BBC (...)
  • 781 « Uzbek president at Shanghai Five summit urges joint security efforts », Uzbek Television dans BBC (...)
  • 782 « Jiang Zemin welcomes Uzbekistan involvement in ’Shanghai 5’ process », Xinhua dans FBIS-CHI-2000- (...)

179Ce n’est donc pas tout à fait un hasard si ce dernier décide de participer pour la première fois en tant qu’observateur au sommet du « Groupe de Shanghai » qui se tient à Douchanbé en juillet 2000. Après une rencontre entre le président Karimov et V. Poutine à Tachkent779, les autorités ouzbèques annoncent leur décision en mai 2000780. Lors de ce sommet, le président Karimov déclare que la présence de la Russie et la Chine à la réunion garantit la « paix et la stabilité de la région »781 alors que le président chinois salue la participation ouzbèque au sommet de Douchanbé en déclarant qu’elle est d’une « importance majeure pour la promotion de la coopération régionale »782. Pékin ne peut-être que satisfait de la participation de l’Ouzbékistan aux travaux de ce « Groupe » et de son rapprochement avec la Chine auquel il travaillait depuis l’été 1999. Non seulement l’influence de Washington sur Tachkent s’en trouve amoindrie, ce qui constitue un gain essentiel du point de vue des décideurs chinois, mais en outre, le Groupe de Shanghai se rééquilibre dans un sens favorable à la Chine puisque l’Ouzbékistan est moins proche de la Russie que les autres républiques centre-asiatiques. Les autorités chinoises ont donc très pragmatiquement su utiliser l’occasion que leurs offraient les craintes ouzbèques en matière de sécurité, la faiblesse voire l’absence d’engagement américain dans ce domaine, et aussi sans doute les réticences de I. Karimov par rapport à la Russie pour accroître leur coopération avec Tachkent.

  • 783 ( President jiang meets Uzbek President Karimov » Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0705, July 5, 2000.
  • 784 « Chinese, Uzbekistani Defense Ministers hold talks », People’s Daily, August 24, 2000.
  • 785 « PRC FM Spokesman Condemns ‘Bandit’ Invasion, Terrorism in Central Asia », Xinhua dans FBIS-CHI-20 (...)

180Lors du sommet de Douchanbé, le président Karimov et Jiang Zemin atteignent un large consensus concernant les relations sino-ouzbèques783. A cette occasion, les deux parties s’entendent pour étendre leurs liens dans le domaine militaire784 mais aussi leur coopération dans la lutte contre le séparatisme, le terrorisme et le radicalisme islamique. Le 25 août 2000, le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinoises condamne ainsi sévèrement les opérations menées par le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) en territoire kirghize et en territoire ouzbèque785.

  • 786 « Further on PRC Hu jintao’s Meeting With Uzbek Defense Minister », Xinhua Domestic Service dans FB (...)
  • 787 « PRC Vice President Hu Jintao Discusses Cooperation With Uzbek Defense Minister », Xinhua dans FBI (...)
  • 788 « Uzbekistan, China sign military cooperation accord », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2000-0829, August 2 (...)
  • 789 « Uzbekistan, China sign military cooperation accord », Uzland.com, August 26-September 2, 2000.
  • 790 Le Joint Statement of the People’s Republic of China and the Republic of Uzbekistan on Developing a (...)

181Parallèlement, entre les 23 et 27 août 2000, à l’invitation du général Chi Haotian, le ministre de la défense ouzbèque se rend à Pékin. Il y rencontre non seulement Chi Haotian mais également, Kui Fulin (chef-adjoint de l’État-major de l’APL) et Hu Jintao786. Comme le rapporte Xinhua, à cette occasion, les deux hommes discutent du « renforcement de la coopération bilatérale dans tous les domaines, y compris la lutte conjointe contre le séparatisme national, le terrorisme international, l’extrémisme religieux et d’autres crimes transfrontaliers »787. L’Ouzbékistan et la Chine signent également un accord de coopération militaire et de coopération dans le domaine des techniques militaires dont le président Karimov se félicite car selon lui, « (t)hat agreement gives us a lot of chances. Primarily, it gives the legal basis for the bilateral relations. From now on Uzbekistan can count on the military assistance of China in the repulsion of an aggression which is being planned at the international centers on territory of Afghanistan and other South Asian countries »788. En signe de bonne volonté, Pékin octroie à Tachkent une assistance militaire peu importante d’un point de vue financier (365 000 US$) -il s’agissait semble-t-il de fusils de précision et de gilets pare-balles utiles dans la lutte contre le MIO- mais très appréciée par le pouvoir ouzbèque aux prises avec les militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Le président Karimov déclare d’ailleurs à cette occasion que « that assistance is not large, but we value the very fact of China’s sympathy and intention to help us (...) Uzbekistan is not simply satisfied with the move of China. It is very grateful to China and personally Jiang Zemin »789. A l’été 2000, les relations sino-ouzbèques ont donc pris un départ très prometteur. Cet élan semblera cependant remis en question au moment des événements du 11 septembre 2001790.

Taiwan et le séparatisme

  • 791 Disposition 3 de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 16 de la déclaration conjointe sino-kirghi (...)

182Outre l’intérêt de Pékin pour l’établissement de relations militaires bilatérales, un certain nombre d’autres dispositions communes aux trois déclarations de l’été 1996 nous permettent de dégager d’autres éléments de ce « noyau dur » des préoccupations chinoises à l’égard de l’Asie centrale. Les trois documents contiennent ainsi une disposition où les républiques centre-asiatiques réitèrent leurs engagements concernant la question de Taiwan791. La préoccupation politique de Pékin à l’égard de Taiwan reste en effet constante dans ses relations avec ses voisins depuis 1992.

  • 792 Disposition 4 de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 17 de la déclaration conjointe sino-kirghi (...)
  • 793 Point 5 de la déclaration commune : « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyr-gyzstan, Russia and (...)
  • 794 Point 5 et 6 de la déclaration de Bichkek : « Bichkek Statement », Xinhua Domestic Service dans FBI (...)
  • 795 « Réunion des ministres des affaires étrangères de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de Russie (...)
  • 796 Point 8 de la déclaration de Shanghai : « ’Text’ of Shanghai Cooperation Organization Declaration I (...)

183Une autre disposition commune aux trois déclarations concerne cette fois la sécurité. Il s’agit d’une nouvelle disposition condamnant le « séparatisme ». Cette dernière stipule que les deux parties déclarent que « they were against national separatism of any form, that they do not permit any organization or force to engage in separatist activities in their respective countries against the other side ; and that they are against inciting contradictions between countries, ethnic groups, and religions »792. Outre le Kazakhstan, la République kirghize et l’Ouzbékistan, Pékin va également signer une déclaration qui contient une disposition similaire avec le Tadjikistan le 16 septembre 1996. Ces dispositions confirment que la question du « séparatisme » reste « la » préoccupation majeure de la Chine dans ses relations avec ses voisins centre-asiatiques. Non seulement cette question est abordée dans l’ensemble des déclarations communes que nous avons examinées, mais, en outre, elle fera par la suite l’objet d’une attention constante de la Chine tant sur le plan bilatéral que multilatéral dans le cadre des déclarations communes adoptées par le « Groupe de Shanghai » à partir de 1998. On trouve ainsi une référence à la lutte commune contre le « séparatisme » dans les déclarations conjointes adoptées dans le cadre du « Groupe de Shanghai » à l’issue des sommets d’Almaty (1998)793, de Bishkek (1999)794, de Douchanbé (2000)795 et de Shanghai (2001)796. La même préoccupation restera au centre des activités de l' « Organisation de coopération de Shanghai » à partir de 2001. On peut donc constater qu’à partir de l’année 1995 dans le cas du Kazakhstan puisque la déclaration conjointe sino-kazakhe du 11 septembre 1995 contient une disposition allant dans ce sens et de l’année 1996 pour trois autres républiques, Pékin a officiellement acquis le soutien des États d’Asie centrale dans sa lutte contre les mouvements séparatistes du Xinjiang.

La lutte contre le terrorisme, la criminalité et les trafics

  • 797 Disposition de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 11 de la déclaration conjointe sino-kirghize (...)
  • 798 « Sides issue joint communique », op. cit.,
  • 799 « Communique expresses ‘satisfaction’ », op. cit.
  • 800 « Joint statement on relations issued », op. cit.

184Outre la question de Taiwan et la question du « séparatisme ouïgour », les déclarations conjointes de juillet 1996 contiennent également un article commun consacré à la coopération en matière de lutte contre le terrorisme international, le crime organisé, le trafic de la drogue, la contrebande et d’autres activités criminelles. Cette disposition précise que les deux parties coopéreront « in fighting international terrorism, organized crime, drug trafficking, smuggling, and other criminal activities »797. Des dispositions similaires apparaissent dès l’année 1992 dans la déclaration conjointe sino-kazakhe du 28 février798, sino-kirghize du 16 mai 1992799, sino-tadjike du 11 mars 1993 et à nouveau la déclaration conjointe sino-kazakhe du 21 octobre 1993800. Pékin met donc également en avant dans ses relations avec ses voisins centre-asiatiques les domaines non-traditionnels de la sécurité. Son intérêt est double. Tout d’abord, on notera que les domaines de coopération évoqués peuvent être mis à profit pour lutter contre des activités menées par d’éventuels « séparatistes » ouïgours. Si le souci d’empêcher le trafic des armes concerne la prévention de la criminalité organisée, il entre également dans le cadre de la lutte contre le « séparatisme ». La lutte contre « terrorisme international » peut également être instrumentalisée pour combattre d’éventuelles organisations « séparatistes » ouïgoures comme on a pu le constater clairement après le 11 septembre 2001. La rapidité avec laquelle la Chine a mis en avant ces domaines de coopération dans ses relations avec l’Asie centrale, à un moment (dès 1992) où les menaces invoquées n’avaient pas l’ampleur qu’elles ont pu acquérir par la suite -notamment le trafic de la drogue qui ne s’est développé à travers l’Asie centrale que progressivement-, plaide en faveur d’une telle interprétation. Le narcotrafic peut en effet être utilisé pour financer des activités politiques ou militaires. Les exemples sont nombreux et au début des années 90, on pouvait constater que ce schéma avait fait ses preuves en Afghanistan contre l’URSS. Par la suite, c’est peut-être également ce type de schéma que le Mouvement islamique d’Ouzbékistan a utilisé pour financer ses activités. Il n’est donc pas exclu que les dispositions contre le narcotrafic apparaissent aussi rapidement dans les déclarations conjointes sino-centre-asiatiques en partie du moins parce que Pékin a voulu empêcher par avance que d’éventuelles organisations séparatistes ouïgoures ne puissent utiliser les possibilités offertes par ce trafic lucratif pour financer leurs activités.

  • 801 Un article publié en 1996 dans la revue à grand tirage « la Chine au Présent » consacré à la lutte (...)
  • 802 Pendant le huitième plan quinquennal (1991-1995) une série de lois et règlements locaux a ainsi été (...)
  • 803 Information Office of the State Council of the Peoples Republic of China, Narcotics Control in Chin (...)
  • 804 « Sino-Russian Cooperation Agreements Signed », Xinhua dans FBIS-CHI-96-081, April 25, 1996.
  • 805 Avec ce dernier pays, la coopération s’est intensifiée continuellemrnt. Voir ZHANC, Lijun, « Two Co (...)

185Outre la possibilité d’instrumentaliser ces thèmes pour lutter contre le « séparatisme » ouïgour, ces domaines fournissent également des aires de coopération utiles pour asseoir et approfondir les relations sino-centre-asiatiques. C’est peut-être également cette raison qui explique la rapidité avec laquelle Pékin a cherché à les mettre en valeur. La criminalité -particulièrement le trafic des armes et de la drogue- est effectivement devenue rapidement une source d’inquiétude en Asie centrale notamment dans le contexte de la guerre civile tadjike. Du côté chinois, Pékin s’en est donc officiellement inquiété dès 1992 comme le montre les dispositions que nous venons d’évoquer. Mais en matière de trafic illicite de stupéfiants en tout cas, c’est surtout le « Triangle d’Or » qui retient toute son attention801. Si la région autonome du Xinjiang a adopté des mesures destinées à combattre le trafic de la drogue dès 1991802, la coopération dans ce domaine avec les républiques centre-asiatiques ne paraît cependant pas s’être matérialisée rapidement. Sur le plan bilatéral, on note la réaffirmation systématique dans les documents conjoints publiés à l’issue des différentes rencontres diplomatiques de l’engagement de la Chine à accroître la coopération dans la lutte contre le narcotrafic mais les mesures concrètes semblent avoir tardé à être mises en place. Pékin n’a par ailleurs conclu d’accord spécifique de coopération dans ce domaine qu’avec le seul Tadjikistan et seulement en août 1999803. Elle n’est liée par le même type d’instrument ni avec le Kazakhstan, ni avec la République kirghize. En contraste, elle a conclu des accords bilatéraux de coopération judicaire destinés à lutter contre le trafic illicite de la drogue avec la Russie804 mais aussi avec le Pakistan805 dès 1996.

  • 806 « China and Tajikistan signed Joint Statement », People’s Daily online edition, August 14, 1999.
  • 807 Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et le Tadjikistan sur le développement (...)

186A la suite de la signature de l’accord sino-tajik contre le narcotrafic du 19 août 1999, la déclaration commune publiée à l’issue de la visite du président Rakhmonov à Pékin stipule que les deux parties s’accordent « to increase cooperation to crack down on organized crime and weapons trafficking and agree to continue the fight against the illegal planting or production of drugs and trafficking in drugs, it says, and will cooperate globally and regionally and they believe that the document signed by the two countries is conducive to this »806. L’année suivante, elles vont réitérer leur volonté de mettre en œuvre l’accord de 1999. Cette préoccupation apparaît ainsi à nouveau dans la Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et le Tadjikistan sur le développement de leurs relations amicales et de bon voisinage et la coopération au xxie siècle (juillet 2000). La disposition n° 7 de cette déclaration commune stipule en effet que les deux parties s’engagent à mettre en œuvre l’accord du 13 août 1999 et à prendre des mesures effectives pour lutter contre la criminalité transfrontalière comme le trafic illégal des armes et de la drogue807. On constate ainsi qu’une année après la conclusion de ce traité, les mesures effectives ont à nouveau tardé à être mises en place.

  • 808 « PRC Official Expresses Concern About Narcotics Trafficking in Central Asia », Xinhua dans FBIS-CH (...)
  • 809 Cité dans BERNIKER, M., « China feels sting of unwanted Afghan export », Asia Times, October 10, 20 (...)
  • 810 Voir sur la consommation d’héroïne au Xinjiang, DAUGHTER, J., « Public health and social pathologie (...)
  • 811 Voir TOWNSEND, J., « China and Afghan opiates. Assessing the risk », op. cit., pp. 36 et ss.

187Une coopération effective dans ce domaine avec Douchanbé paraît cependant utile car le Tadjikistan est une des routes majeures de pénétration de la drogue afghane vers l’Asie centrale808. Pour se faire une idée de l’importance du narcotrafic entre l’Afghanistan et le Tadjikistan, on se souviendra qu’en 2003, les gardes-frontières russes et tadjiks ont annoncé avoir intercepté 16 tonnes d’héroïne au cours des cinq années précédentes809. Comparé à cette quantité, il semble que jusque récemment, la Chine a en fait été relativement épargnée par le trafic d’héroïne en provenance d’Afghanistan. Il n’est cependant pas inexistant. L’héroïne est apparue au Xinjiang en 1994. Il s’agissait au départ d’héroïne birmane. Le Triangle d’Or et particulièrement la Birmanie reste aujourd’hui le principal fournisseur du Xinjiang et de la Chine en matière d’héroïne. Selon les autorités chinoises, environ 20 % de l’héroïne que l’on trouve dans la région autonome du Xinjiang proviendrait d’Afghanistan810. Depuis ce pays, plusieurs routes permettent théoriquement d’atteindre le territoire chinois. La drogue peut ainsi transiter directement du territoire afghan au sud Xinjiang. Il existe en effet 76 km de frontières communes entre la région afghane du corridor du Wakhan et le sud-ouest du bassin du Tarim (région de Tashkorgan) ainsi qu’une importante passe, la passe de Wakhjir (4927 m). Cependant, cette dernière est difficile d’accès depuis le territoire afghan en raison de la faiblesse des infrastructures. Elle est aussi impraticable plusieurs mois par an et difficile le reste du temps. D’après une étude récente, il ne semble pas que cette voie soit très empruntée par les trafiquants, d’autant que d’autres possibilités plus simples sont ouvertes811. La production afghane peut également transiter par le territoire du Pakistan puis gagner le Xinjiang par la grand route du Karakorum (Karakorum Highway) qui relie Gilgit à Kachgar via la passe de Khunjerab (4655 m) ou par des chemins détournés. Il existe en effet d’autres passes que celle de Khunjerab et qui permettent également d’atteindre le bassin du Tarim depuis le territoire pakistanais comme la passe de Mingtaka (4709 m) ou la passe de Kilik (4827 m). Pourtant, il ne semble pas non plus que les trafiquants utilisent particulièrement ces voies.

  • 812 Voir les itinéraires dans Dictionnaire géopolitique des drogues, sous la direction de Alain Labrous (...)
  • 813 LABROUSSE, Alain, Afghanistan. Opium de guerre, opium de paix, op. cit., p. 231.

188En fait, les routes les plus simples -et les plus empruntées par les narcotrafiquants- pour atteindre le Xinjiang depuis l’Afghanistan passent par l’Asie centrale. La drogue afghane peut en effet transiter soit par le Tadjikistan et gagner directement le Xinjiang -il y a 414 km de frontières communes et le terrain n’est pas forcément difficile à franchir depuis ce pays-, ou encore prolonger sa route vers la République kirghize puis franchir ensuite la frontière vers le Xinjiang ou enfin continuer jusqu’au Kazakhstan et finalement gagner la région autonome812. En raison de l’importance reconnue du Tadjikistan dans le transit de la drogue afghane vers des marchés proches (Asie centrale, Russie, Europe surtout Europe de l’Est, Inde) -en Asie centrale, le Tadjikistan reste selon A. Labrousse la route privilégiée par les trafiquants813- la préoccupation à l’égard du trafic de la drogue dans les relations bilatérales sino-tadjikes est donc progressivement devenue plus importante.

  • 814 « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia and Tajikistan on the Almaty Meeting, Ju (...)
  • 815 « Shanghai Group Inaugurates Anti-Terrorist Center in Uzbek Capital, Pledges Stronger Fight against (...)

189Sur le plan multilatéral, dès 1998, dans le cadre de la réunion du « Groupe de Shanghai » à Almaty, les présidents de la République populaire, du Kazakhstan, de la République kirghize, de Russie et du Tadjikistan ont signé une déclaration commune qui contient une disposition faisant de la lutte contre ce trafic une de leurs priorités814. Les déclarations conjointes, adoptées lors des rencontres successives des membres de ce groupe en 1999, 2000 et 2001 réaffirment leur volonté commune de lutter contre ce fléau. Ce sujet est également abordé dès 1999 dans le cadre du « Groupe de Bichkek » qui réunit les chefs des agences de sécurité des Etats membres du « Groupe de Shanghai » mais ce n’est finalement, qu’en 2004, que les membres de l’Organisation de coopération de Shanghai ont conclu un traité sur la coopération dans la lutte contre le trafic de la drogue, des substances psychotropes et des précurseurs, donnant à leur coopération dans ce domaine une forme juridique plus contraignante que de simples déclarations politiques815.

  • 816 Voir DIAMOND, T., « The Six-Plus-Two Group unveils anti-trafficking action plan for Afghanistan », (...)
  • 817 « China Takes Active Part in International Anti-Drug Cooperation », People’s Daily, August, 18, 200 (...)
  • 818 « Afghanistan, Six Neighbors Ink Accord on Anti-Drugs Fight », AFP, April 3, 2004.

190Outre les travaux du « Groupe de Shanghai » puis de l’Organisation de coopération de Shanghai, la Chine a également participé avec ses voisins centre-asiatiques à la lutte anti-drogue dans le cadre du « groupe 6+2 » qui comprend, en plus de la Chine, l’Iran, le Pakistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, les États-Unis et la Russie816. Une coopération destinée à accroître le partage de l’information et la coordination des activités de lutte contre le trafic de stupéfiants notamment en Asie centrale s’est ainsi mise en place817. Elle a semble-t-il permis d’établir des contacts mis à profit par la suite. C’est ainsi que la coopération multilatérale dans le domaine de la lutte contre le narcotrafic entre Pékin et ses voisins centre-asiatiques a été amplifiée par la signature à Berlin d’un accord en huit points liant l’ensemble des États bordant l’Afghanistan818. La Chine et ses partenaires se sont engagés à accroître les contrôles dans la zone de la frontière afghane ; à examiner la possibilité d’opérations coordonnées ; à améliorer le cadre légal pour mieux lutter contre le trafic ; à échanger des informations ; à travailler à perturber les chaînes d’approvisionnements ; à favoriser le commerce et enfin à essayer de réduire la demande locale. La lutte contre le trafic de la drogue semble désormais constituer un domaine de coopération important pour la Chine et ses partenaires centre-asiatiques.

Autres dispositions communes

  • 819 Disposition 5 de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 3 de la déclaration conjointe sino-kirghiz (...)

191Pour poursuivre l’examen des trois déclarations conjointes du mois de juillet 1996. On notera qu’elles contiennent également une disposition commune dans laquelle les deux parties déclarent leur volonté de se consulter et de coopérer dans le cadre des Nations unies et des organisations internationales819. Les trois déclarations contiennent aussi des dispositions importantes relatives au domaine économique. Elles touchent néanmoins à des domaines de coopération différenciés en fonction de l’intérêt des partenaires de la Chine. La place de l’économie dans les dispositions de ces différentes déclarations constitue un indice de l’importance que Pékin attribue à ce domaine de coopération dans ses relations avec les républiques centre-asiatiques. La déclaration sino-kirghize comporte ainsi trois dispositions (5, 6, 7) touchant à l’économie et aux transports ; la déclaration sino-ouzbèque en comporte également trois (10, 11, 12) et la déclaration sino-kazakhe une (5).

Dispositions communes à deux parties

  • 820 Disposition 9.

192Si on examine les dispositions qui ne sont communes qu’à deux déclarations conjointes, il faut remarquer une disposition qui concerne à la fois les relations sino-kirghize et sino-kazakhe : les parties se félicitent en effet mutuellement de la conclusion du traité de Shanghai et s’engagent à conclure le plus rapidement possible un accord sur la réduction mutuelle des armements. Les parties s’engagent donc à poursuivre les négociations pour atteindre un compromis sur la réduction des armements dans la zone frontalière et ainsi compléter les dispositions du traité de Shanghai. Cette disposition est évidemment absente de la déclaration sino-ouzbèque puisque Tachkent n’est pas partie au traité de Shanghai. Tachkent considère néanmoins positivement les efforts entrepris par la Chine pour développer la confiance et les relations de bon voisinage avec ses voisins centre-asiatiques. Il se félicite également de la signature du traité de Shanghai et de la contribution de cet instrument à la paix et à la stabilité de la région820.

193Outre cette disposition concernant le traité de Shanghai, on notera encore que les déclarations sino-kazakhe et sino-kirghize contiennent chacune des dispositions formulées différemment mais concernant en fait la question des essais nucléaires chinois. Cette préoccupation est absente de la déclaration sino-ouzbèque, réflétant la plus grande sensibilité de ces deux républiques à ce problème. La disposition 13 de la déclaration sino-kirghize souligne en effet que « environmental protection is an important global issue, and decided to strengthen bilateral and multilateral cooperation in this area ». On peut également lire plus loin dans la disposition 19 que « The two sides will work hard for the total prohibition and complete destruction of weapons of mass killing ». Si le côté « désarmement » intéresse particulièrement la Chine, c’est davantage le côté fin des essais nucléaires que ce désarmement implique qui intéresse la République kirghize. La déclaration sino-kazakhe contient une déclaration plus directe puisque cette dernière stipule que « The two sides call for a complete ban and elimination of all weapons of mass destruction including nuclear weapons, and for the conclusion of the Comprehensive Nuclear Test Ban treaty as soon as possible. (...) ». La dernière partie intéresse évidemment particulièrement le Kazakhstan car elle implique la fin des essais nucléaires chinois.

Disposition unique : quelques spécificités des relations bilatérales

  • 821 A l’occasion de cette tournée, les présidents chinois et kirghize viennent de signer un accord fron (...)

194Enfin, chacune des déclarations conjointes contient des dispositions particulières qui ne se retrouvent pas dans les déclarations signées avec les deux autres républiques visitées par le président chinois en 1996. Il s’agit donc de particularités des relations bilatérales sur lesquelles il convient de s’arrêter un instant. Ainsi, une disposition de la déclaration sino-kazakhe du 5 juillet 1996 signale le soutien Pékin à l’initiative du président kazakh concernant le développement d’un dialogue multilatéral dans la zone Asie Pacifique (disposition 10). La déclaration sino-kirghize contient pour sa part une disposition consacrée à la poursuite des négociations bilatérales sur les problèmes frontaliers encore en suspend (disposition 14)821. Enfin, la déclaration sino-ouzbèque contient des dispositions particulières intéressantes.

195Le domaine le plus significatif concerne la coopération politique. En effet, dans ce dernier document, les deux parties constatent qu’elles partagent des vues identiques sur de nombreux problèmes régionaux et internationaux. En conséquence, elles déclarent qu’elles poursuivront leurs consultations et approfondiront leur coopération dans les affaires internationales et coordonneront leur position dans les questions urgentes (pressing issues) des relations internationales (dispostion 6). Cette proximité politique sino-ouzbèque officiellement reconnue est intéressante à relever d’autant que cette déclaration d’intention est mise en pratique dans la déclaration conjointe elle-même puisque les deux pays adoptent une position commune au regard de la situation afghane. Si on se réfère à la disposition générale n° 7 contenue dans la déclaration commune et qui peut s’appliquer à cette question, selon Tachkent et Pékin, le conflit afghan devrait être résolu pacifiquement. En s’appuyant sur l’esprit des résolutions des Nations unies, les deux parties appellent également tous les pays à prendre les mesures nécessaires -y compris l’arrêt des livraisons d’armes- pour accélérer le processus de paix. On doit cependant relever que cette préoccupation à laquelle souscrit Pékin à l’égard de la situation afghane semble en fait intéresser davantage l’Ouzbékistan. En effet, Jiang Zemin va visiter deux autres républiques centre-asiatiques et signer deux déclarations conjointes dans les jours suivants sa visite ouzbèque sans qu’aucune référence ne soit faite à la situation de l’Afghanistan. Si le problème afghan faisait partie de ses priorités à ce moment, on peut penser que Pékin aurait fait figurer une disposition le concernant dans ces documents. Or, il n’en est rien.

  • 822 Pourtant, cette question a au moins été abordée par Pékin avec Bichkek en février 1996. En effet, s (...)
  • 823 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », op. cit.
  • 824 « Opposition radio notes secrecy over military deal with PRC », Voice of Free Tajikistan dans FBIS-(...)

196Un autre type de remarque peut être fait à propos du conflit tadjik, également mentionné dans la déclaration conjointe sino-ouzbèque. Cette dernière stipule en effet que les deux parties « paid close attention to the situation in Tajikistan, and sincerely urged all relevant parties to attach utmost importance to the interests of the country and the people, proceed from the, overall importance of safeguarding regional peace and stability, and settle their disputes peacefully through political negotiations so that national reconciliation and national stability can be attained at an early date ». Cette disposition en faveur d’une résolution rapide du conflit tadjik par le biais de négociations politiques pacifiques semble également avoir été introduite à l’initiative de l’Ouzbékistan. Aucune disposition de la Déclaration sino-kirghize du 4 juillet 1996822 ou de la Déclaration conjointe sino-kazakhe du 5 juillet 1996 ne mentionne en effet ce conflit. Plus intéressant, quelques mois après la signature du communiqué conjoint sino-ouzbèque, à l’issue de la visite du président Ra-khomonov à Pékin en septembre 1996, le Tadjikistan et la Chine vont également signer une déclaration conjointe823. Ce dernier document ne contient aucune disposition consacrée au processus de négociation de paix entre les factions politiques tadjikes. En outre, selon une radio clandestine de l’opposition tadjike, Pékin et Douchanbé ont conclu à cette occasion un accord militaire secret. Interrogé sur le contenu de ce dernier, le ministre tadjik de la défense répondra que cette matière est « top secrète » et ne peut être « déclassifiée »824. L’opposition pense qu’il s’agissait d’un accord portant sur des livraisons d’armes, de munitions et d’équipements militaires divers pouvant être utilisées contre elle. L’attitude de Pékin semble donc contradictoire. D’un côté il déclare soutenir la résolution rapide du conflit tadjik par le biais de négociations politiques pacifiques lorsqu’il a pour interlocuteur l’Ouzbékistan mais de l’autre, elle s’abstient d’évoquer cette question avec le Kazakhstan et le Kirghizstan et oublie à nouveau d’évoquer la question des négociations de paix avec le gouvernement tadjik. Au contraire, il assiste ce dernier, probablement par des livraisons d’armes. On peut en conclure que Pékin a souscrit dans la déclaration sino-ouzbèke à une disposition qu’il ne soutenait pas réellement. La question tadjike ne fait donc pas partie des « vues identiques sur de nombreux problèmes régionaux et internationaux » évoqués par la déclaration conjointe sino-ouzbèque.

  • 825 Par exemple « Roundup on ‘Civil War’ in Tajikistan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-208, October 27, 1992 (...)
  • 826 En ce qui concerne les troubles du Tadjikistan (dongluan), un auteur chinois critique dans un artic (...)
  • 827 « Spokesman voices ’concern’ over Tajik violence », AFP dans FBIS-CHI-92-126, June 30, 1992.
  • 828 POUJOL, G, « Quelques réflexions sur l’implication russe dans le conflit tadjik : 1992-1993 », dans (...)

197La position de Pékin dans ce dernier conflit est par ailleurs délicate à déterminer. Nous avons peu d’informations à ce sujet. Pendant la guerre civile tadjike, dont la phase de combats intenses se déroule de mai à décembre 1992, la presse chinoise est très discrète sur cette question. Nous n’avons pu relever que quelques articles qui ne donnent que des informations générales sur le conflit825 et n’abordent guère la position de la Chine826. L’AFP cite les déclarations du porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères qui déclare à la fin du mois de juin 1992 que la Chine est « concerned about the armed conflict occuring (dans ce pays) », et « hoped that the parties concerned will exercice restraint and stop the bloodletting conflict and that they will resolve their disputes through peaceful consultations »827. On peut déduire de ces simples déclarations que la situation tadjike n’a pas laissé Pékin indifférent mais qu’il a officiellement adopté une attitude de neutralité puisqu’il a appelé toutes les parties à résoudre leurs conflits par des moyens pacifiques. On notera cependant que cette attitude favorisait en fait la partie la plus puissante au conflit, c’est-à-dire en l’occurrence les « Kulabîs », alliés aux « Khojandîs », l’ancienne élite politique de l’époque soviétique originaire de la province de Sogd anciennement Léninabad, d’inspiration néo-soviétique, qui jouissaient du soutien de la Russie et de l’Ouzbékistan828.

  • 829 « Jiang Zemin meets Tajikistan Chairman Rakhmanov », Xinhua dans FBIS-CHI-93-044, March 9, 1993.
  • 830 La Chine est ainsi à peine citée dans Politics of compromise. The Tajikistan peace process, edited (...)
  • 831 « Further on peace accord between warring tajik parties », Xinhua dans FBIS-CHI-97-103, May 28, 199 (...)
  • 832 « Xinhua : Tajik Government, opposition sign peace accord », Xinhua dans FBIS-CHI-97-103, May 28, 1 (...)
  • 833 Security Council Extends Mandate of Mission of Observers in Tajikistan Until 15 November, Press Rel (...)
  • 834 Voir « China and Tajikistan Joint Statement », People’s Daily online edition, August 14, 1999 et l’ (...)

198Cette attitude officielle de neutralité n’a peut-être pas non plus tout à fait correspondu à la réalité du terrain. En effet, lors d’une visite de I. Rakhmanov à Pékin en mars 1993, ce dernier remerciera la Chine pour son soutien « moral » et son « assistance à un moment où le Tadjikistan était en grande difficulté ». On peut déduire de cette petite phrase qu’outre son soutien moral, Pékin a peut-être également soutenu le pouvoir tadjik plus « matériellement ». La nature de cette assistance ne peut malheureusement être précisée davantage en l’absence d’informations à ce sujet. Pékin a entretenu des relations avec le gouvernement officiel tadjik et à partir de 1993, en tout cas, a fourni une assistance humanitaire au Tadjikistan829. Au moment des négociations de paix inter-tadjikes, la Chine a eu un rôle effacé par rapport à d’autres acteurs régionaux comme la Russie ou l’Iran. Comme New Delhi, Pékin est simplement tenue informé de la progression des négociations par l’équipe de négociateurs des Nations unies830. Il ne fait pas partie du groupe d’observateurs qui signe avec les parties tadjikes le protocole sur les garanties de mise en œuvre de l’accord général sur l’établissement de la paix et de la concorde nationale, et n’est pas non plus sollicité par les parties tadjikes comme garant moral et politique pour la mise en œuvre stricte et complète de l’accord général contrairement à l’Iran, la Russie, le Pakistan, l’Afghanistan, le Turkménistan, le Kazakhstan, la République kirghize et l’Ouzbékistan831. L’agence de presse officielle chinoise, Xinhua, se contente d’ailleurs simplement de rapporter l’information de la signature de l’accord de paix sans qu’aucun commentaire n’apparaisse832. Une fois l’accord du 27 juin 1997 conclu, la République populaire l’a accepté comme un fait accompli et officiellement soutenu en votant par exemple la résolution 1167 du conseil de sécurité de l’ONU sur l’extension du mandat de l’UNMOT833. Cette position pragmatique est conforme à son intérêt le plus immédiat qui était d’assurer une stabilisation politique du Tadjikistan. Elle réitérera ce soutien officiel lors des rencontres diplomatiques bilatérales qu’elle aura avec les représentants tadjiks834 mais on peut penser que l’idée d’un gouvernement de coalition dans lequel siège des membres du Parti de la Renaissance islamique n’avait sans doute pas sa préférence.

11. L’accord de Moscou

199Nous avons vu qu’après la signature du traité de Shanghai en avril 1996, la Chine et le groupe commun formé par la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan ont continué à négocier pour compléter le traité de Shanghai en fixant un niveau mutuellement acceptable de forces militaires dans leur secteur frontalier. Un compromis est intervenu en décembre 1996. En février 1997, le texte final du traité est arrêté entre les parties.

  • 835 « Article on Sino-Russian Partnership », Beijing Review dans FBIS-CHI-97-092, May 11, 1997.
  • 836 « Déclaration commune sur un monde multipolaire et l’instauration d’un nouvel ordre international e (...)

200Parallèlement à ces discussions, la Russie et la Chine ont également poursuivi leur rapprochement bilatéral835. Comme dans le cas du traité de Shanghai, la conclusion du traité de Moscou est ainsi précédée de la signature d’un document diplomatique commun sino-russe -la « déclaration commune sur un monde multipolaire et l’instauration d’un nouvel ordre international entre les deux pays »- qui consacre ce nouvel approfondissement de leurs relations bilatérales836. Ensuite, le 24 avril 1997, la République populaire de Chine d’un côté, la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan de l’autre, signent à Moscou l’accord sur la réduction mutuelle des forces armées dans la zone frontalière. Comme le traité de Shanghai, le traité de Moscou est essentiellement bilatéral puisqu’il comprend deux parties, l’une d’entre-elle étant composée de plusieurs États (formule 4 + 1). Cet instrument, bien que distinct du traité de Shanghai, complète le régime créé par ce dernier.

Contenu837

  • 837 Voir « Five-Party Arms Reduction Agreement », April 24, 1997 (www.ibru.dur.ac.uk/cgi-bin/data.pl) e (...)
  • 838 « Spokesman on 5-nation border disarmament agreement », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-114, April 24, (...)

201En ce qui concerne son contenu, selon Shen Guofang, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, les parties ont convenu de ramener leurs forces militaires le long des zones frontalières à un niveau minimum, proportionné à celui de relations amicales et de bon voisinage, les rendant par nature défensives. Elles s’engagent à s’abstenir d’utiliser la force ou de menacer d’utiliser la force contre l’autre partie et à chercher une supériorité militaire unilatérale. Elles déclarent que les forces militaires déployées par les deux parties dans les zones frontalières « ne s’attaqueront pas »838. Les parties s’engagent non seulement à réduire mais aussi à limiter le personnel employé dans les forces terrestres, l’armée de l’air et les forces aériennes de défense, ainsi que la qualité des catégories principales des armes déployées dans une zone géographique de 100 km située des deux côtés de la frontière et décrite dans l’accord (zone géographique d’application du traité). Les parties ont signé en effet quatre protocoles relatifs « à la portée géographique applicable » de l’accord. Il existe au sein de cette zone géographique des secteurs sensibles faisant l’objet de dispositions particulières. Dans le secteur oriental de la frontière entre la Russie et la Chine, du côté russe, ce sont par exemple la région sensible de Khabarovsk et celle de Vladivostok.

202Les troupes devront être réduites dans les 24 mois de l’entrée en vigueur de l’accord. Ce dernier prévoit que la réduction des troupes se fera en congédiant des formations militaires entières, en réduisant la taille du personnel des formations militaires ou par le déplacement des formations militaires de la zone géographique définie par l’accord. La réduction des armements et des équipements militaires doit être effectuée en détruisant, en démantelant, en convertissant en matériels à but civil, en employant en tant que cibles au sol ou aériennes, en reclassifiant dans le materiel de formation, ou en enlevant partiellement le matériel. A l’expiration de cette période de réduction, le niveau maximum du personnel des forces terrestres, des forces aériennes et des forces aériennes de défense des parties restant dans la zone d’application géographique définie par l’accord ne pourra dépasser 130 400 hommes, y compris 115 400 dans les forces terrestres, 14 100 dans les armées de l’air et 900 dans l’aviation de défense aérienne. Le niveau du personnel maximum pour le secteur oriental ne devra pas excéder 119 400 hommes. Dans le secteur occidental couvrant la partie occidentale de la frontière entre la Russie et la Chine, ainsi que les frontières entre la Chine et le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan, le niveau du personnel maximum n’excèdera pas 11 000 hommes. De la date de l’entrée en vigueur de l’accord, le nombre maximum du personnel des unités de garde-frontières (border units) pour chaque partie dans la zone géographique d’application du traité ne peut pas excéder 55 000 hommes, y compris 38 500 pour le secteur oriental et 16 500 pour le secteur occidental.

203En ce qui concerne la réduction des équipements militaires, les niveaux maximums des armements et de l’équipement militaire restants pour chaque partie dans la zone géographique d’application du traité inclus les armements et l’équipement militaire situés dans des unités de combat aussi bien que dans les stocks. A l’expiration de la période de réduction, les niveaux maximum restants pour chaque partie dans la zone géographique d’application du traité ne devraient pas excéder 3 900 chars de combat, 5 890 véhicules blindés de combat, 4 540 systèmes d’artillerie, 96 lanceurs tactiques de fusée, 290 avions de combat et 434 hélicoptères de combat.

  • 839 Dans KIREEV, G., « Srategic Partnership and a Stable Border », op. cit., p. 13.
  • 840 Idem, p. 13.

204On remarque que l’accord ne couvre donc pas la composante stratégique des forces armées, les missiles stratégiques, la marine, l’aviation à long rayon d’action et les unités de missiles de défense aérienne. Selon le négociateur russe, les niveaux de troupes et d’équipements à conserver des deux côtés de la frontière ont été calculés pour correspondre à un niveau suffisant pour assurer la sécurité nationale de la Russie, du Kazakhstan, de la République kirghize et du Tadjikistan d’un côté et de la Chine de l’autre côté839. En outre, il n’y a pas de retrait des troupes de 100 km, ni de « zone démilitarisée » entre les deux parties840.

  • 841 La première inspection test sera conduite entre la Russie d’un côté et la Chine de l’autre dans le (...)

205Afin de renforcer la confiance mutuelle et d’assurer le contrôle de l’exécution de l’accord, le traité prévoit également que les parties échangent des informations sur les formations de troupe, le nombre du personnel employé dans ces formations et la quantité des types principaux d’armements et d’équipements militaires déployés dans la zone géographique d’application du traité. Cette information échangée est confidentielle. En outre, chaque partie a le droit de conduire des inspections dans la zone géographique d’application du traité et l’autre partie a l’obligation de l’accepter à l’exception des secteurs sensibles indiqués dans le traité841.

206Un « groupe conjoint de contrôle » dirige l’exécution de l’accord. Il s’est réuni pour la première fois à Pékin le 12 novembre 1999, puis de nombreuses fois par la suite. Il a ainsi tenu sa quinzième réunion en novembre 2006. Une réunion de ce « groupe conjoint de contrôle » dans la capitale chinoise a par exemple enregistré en novembre 2001 la réduction de l’équipement militaire effectuée par la Russie conformément au traité de Moscou. Par ailleurs, le traité précise qu’il n’affecte pas les engagements précédemment pris par les parties envers d’autres États et qu’il n’est pas dirigé contre les États tiers ou leurs intérêts. Chaque partie peut terminer l’accord en notifiant à l’autre partie son intention au moins six mois avant la date de l’expiration de l’accord qui a été fixée au 31 décembre 2020. En l’absence d’une telle notification, la durée de l’accord est automatiquement prolongée pendant une période de cinq ans renouvelable. Comme dans le traité de Shanghai, chaque État appartenant à la « partie unifiée » peut se retirer de l’accord en informant l’autre partie et les autres États de la partie commune de sa décision. Après un tel avis, les parties conduiront des négociations sur les niveaux maximums des forces armées et des forces de garde-frontières (border units) dans la zone frontalière.

Objectifs

  • 842 « Spokesman on 5-nation border disarmament agreement », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-114, April 24, (...)
  • 843 « Official views Jian Zemin, CIS border agreement », Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-079, April 23, 1997

207Sur le plan régional, Shen Guofeng, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, déclare que l’objectif du nouveau traité est de préserver la paix, la tranquillité et la stabilité le long de la frontière entre la Chine et ses quatre voisins842. Un diplomate russe relèvera que le traité signé à Moscou doit hisser les relations entre la Chine et ses partenaires à un « nouveau niveau de confiance et de compréhension mutuelle dans le domaine le plus sensible, le domaine militaire ». Selon ses promoteurs, cet instrument est en effet destiné à établir un régime « absolument neuf de transparence dans la sphère militaire ». Chacune des deux parties connaissant les forces de l’autre, ce traité doit contribuer à réduire considérablement la suspicion entre les parties dans la sphère militaire et donc à accroître parallèlement le climat de confiance mutuelle. Sur le plan politique, selon Jiang Zemin, le traité consolide les relations de bon voisinage et l’amitié entre la Chine et ses quatre voisins. Il garantit également la tranquillité et la stabilité dans la zone frontalière843. La mise en œuvre de cet accord complétant les dispositions déjà adoptées entre les parties dans le traité de Shanghai doit assurer un haut degré de confiance entre les parties dans le domaine militaire, une transparence réciproque et une prévisibilité des activités militaires.

  • 844 Cette idée sera officiellement reprise dans le livre blanc sur la défense nationale de la Chine de (...)
  • 845 « Renmin Ribao commentary on Border Pact with CIS », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-97-099, April 25, 1 (...)
  • 846 « Central Asian leaders hail border accord with China », Interfax dans FBIS-SOV-97-114, April 24, 1 (...)
  • 847 « Text of Qian Moscow Press Conference », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-080, April 25, 1997.

208Outre son intérêt régional, ce traité revêt également un rôle plus large qui dépasse les seules relations sino-centre-asiatiques et sur lequel la presse chinoise insiste particulièrement. Selon les médias de Pékin, ce traité reflète en effet un « nouveau concept de sécurité »844basé sur la confiance mutuelle, le dialogue, la consultation, la minimalisation de la présence et des activités militaires dans les zones frontalières et l’établissement de relations d’amitié et de bon voisinage845. Ce « nouveau concept de sécurité » qui s’accorde avec l’esprit des cinq principes de la coexistence pacifique est un « modèle de sécurité différent de la mentalité de la guerre froide » selon Jiang Zemin846. Il s’agit donc dans l’esprit des dirigeants chinois d’une sorte de contre modèle aux alliances militaires mises en place par les Etats-Unis. Il est pour Pékin conforme aux tendances et aux besoins de la situation internationale en pleine mutation après la guerre froide. En référence à une question sur l’expansion de l’Otan vers l’Est, Qian Qichen précisera néanmoins que le traité de Moscou n’est pas une « alliance » et qu’il n’est pas tourné contre aucune « tierce partie »847.

  • 848 « Xinhua reports Kyrgyz reaction to border agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997

209Quelle que soit par ailleurs sa valeur réelle comme « modèle de sécurité » original, les différentes déclarations officielles que l’on peut relever dans la presse juste avant ou après la signature de cet accord semblent confirmer en tout cas que le système mis en place par les traités de Shanghai et de Moscou a rassuré les voisins centre-asiatiques de la Chine quant à ses intentions. Un représentant kazakh en visite à Pékin à la veille de la signature du traité de Moscou constate ainsi qu’il n’y a aucun « obstacle politique » au développement des relations de coopération sino-kazakhes. Pour le président Nazarbaev, il n’y a pas de problèmes entre les deux pays. Ils devraient désormais accroître leur coopération économique et commerciale. Pour le président tadjik, cet accord forme un « pont symbolique » entre les cinq pays signataires alors que le chef du département des affaires asiatiques du ministère kirghize des affaires étrangères déclare pour sa part que le traité réduit les possibilités de confrontation militaire848. Avec la signature du traité de Moscou qui constitue une sorte de sommet du processus de rapprochement sino-russe lancé depuis 1992, Pékin a donc réussi à la fois à sécuriser ses frontières occidentales et à rassurer ses voisins, ce qui va lui permettre d’approfondir ses relations bilatérales avec eux mais aussi de pouvoir mieux se concentrer sur sa façade Pacifique.

  • 849 « Qian says Muslim neighbors not to aid separatists », AFP dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997 ; « (...)

210Profitant de ce climat et des rencontres avec les différents présidents des républiques centre-asiatiques réunis à Moscou pour la signature de cet accord, Jiang Zemin va une nouvelle fois obtenir des assurances des chefs d’Etats centre-asiatiques concernant le problème du « séparatisme ». Selon Qian Qichen, le président chinois soulève ainsi cette question avec ses homologues kirghize et kazakh qui lui réitèrent explicitement la promesse qu’ils n’autoriseront jamais les « séparatistes » du Xinjiang à mener leurs activités dans leur pays849.

12. Du « Groupe de Shanghai » à l’ « Organisation de coopération de Shanghai » (OCS)

  • 850 Ces deplacements sont principalement consacres a la cooperation economique. Voir « Itar-Tass Previe (...)
  • 851 La visite de S. Niyazov est placée sous le signe de l’économie. Jiang Zemin discutera cependant de (...)
  • 852 « Kazakh Envoy Comments on Almaty Summit », Beijing Review dans FBIS-CHI-98-219, August 7, 1998.

211Tout en cultivant ses liens bilatéraux avec l’ensemble des États centre-asiatiques sur les bases qu’il a posées depuis 1992 -le ministre des affaires étrangères kirghizes se rend ainsi à Pékin en février 1998 et le président Akaev en avril850 alors que le président turkmène S. Niyazov effectue sa seconde visite en Chine en août/septembre 1998851-, Pékin va utiliser la dynamique particulière mise en place avec ses partenaires signataires des traités de Shanghai et Moscou dans le cadre du « Groupe de Shanghai », pour affermir ses liens politiques avec eux et renforcer sa sécurité. Ce choix n’a semble-t-il pas été vraiment planifié. Il s’est dessiné en raison des circonstances internationales. Selon le témoignage de l’ambassadeur kazakh en Chine, K. Sultanov, à l’origine, il semble que ce soit le président Nazarbaev qui a eu l’idée de poursuivre ces rencontres afin d’entretenir les contacts entre partenaires signataires des accords de Shanghai et de Moscou et de discuter de problèmes d’intérêts communs, notamment du développement de la coopération économique à laquelle il était particulièrement attaché852.

  • 853 FRAZIER, M. W., « China-India Relations Since Pokhran Ii : assessing sources of conflict and cooper (...)
  • 854 « Friendship dealt with an hour », CDPSP, vol. 50, n° 27, August 5, 1998.

212Le sommet qui se tient à Almaty en juillet 1998 a ainsi pour simple ambition de traiter de la mise en œuvre des traités de Shanghai et de Moscou. Mais comme le signale l’ambassadeur kazakh en Chine, ce type de rencontre permet également aux chefs d’Etat de discuter d’un grand nombre de sujets liés à l’actualité ou de sujets d’intérêt commun, y compris de sujets controversés. Selon lui, ce type de sommet facilite en effet la résolution de ce dernier type de problème. Dans le cadre du sommet d’Almaty, les discussions entre les participants aboutissent à une prise de position commune touchant divers sujets. Les parties soutiennent une proposition kazakhe d’organiser une conférence sur l’interaction et l’établissement de mesures de confiance en Asie et une proposition du président I. Karimov de faire de l’Asie centrale une zone dénucléarisée. Elles s’inquiètent des tensions en Afghanistan et soutiennent le rôle des Nations unies dans le règlement de ce conflit. Enfin, elles condamnent les essais nucléaires de l’Inde et du Pakistan. Concernant ce dernier point, les parties expriment dans la déclaration commune publiée à l’issue du sommet d’Almaty leur « grave inquiétude face à la tension croissante en Asie du sud à la suite des essais nucléaires dans la région », une position modérée qui correspond à l’attitude adoptée par la Chine à la suite des essais indiens de mai 1998853. Malgré tout, le résultat de cette réunion n’est pas réellement spectaculaire. Comme le remarque la presse russe, malgré la rhétorique sur l’importance de cette rencontre, l’absence du président russe à ce sommet l’a transformé en simple formalité et le document adopté est « vide »854.

213A la lecture de la déclaration finale adoptée à l’issue de la rencontre d’Almaty, il ressort que c’est surtout la coopération économique qui a retenu l’attention des différents États. Cet intérêt contraste avec les documents adoptés lors des sommets du Groupe de Shanghai suivants où la sécurité va devenir le sujet principal des discussions. Le contexte international explique ce changement de priorités. La montée en puissance des taliban sur la scène afghane et le développement puis l’extension des opérations du mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) entre 1999 et 2001 en Ouzbékistan mais aussi en République kirghize, inquiètent les républiques centre-asiatiques. Du côté chinois, la guerre du Kosovo a éveillé des craintes à Pékin. Le bombardement accidentel de l’ambassade de Chine à Belgrade en mai 1999 les a renforcées. Ce dernier a été perçu comme une sorte d’avertissement lancé par les États-Unis à la République populaire.

  • 855 « Ivanov : Shanghai Five Summit Essential for Russia », Interfax dans FBIS-CHI-1999-0823, August 23 (...)
  • 856 « Duma Deputy : Russia-PRC anti-Nato axis ’Unrealistic’ », Moscow NTV dans FBIS-CHI-1999-0824, Augu (...)

214A partir de la fin mai 1999, Pékin va lancer une offensive diplomatique en direction des républiques centre-asiatiques pour renforcer ses relations avec ses voisins. Outre les rapports bilatéraux, l’instrument privilégié de cette ligne politique va être le Groupe de Shanghai car Pékin y trouve un allié supplémentaire pour contrer l’influence américaine et promouvoir « un monde multipolaire », la Russie855. Les différentes déclarations adoptées lors des sommets de Shanghai contiennent en effet dès 1998 une référence à la « multipolarité » qui s’oppose dans l’esprit des autorités russes et chinoises à l’ « unipolarité » américaine. On sera toutefois attentif au fait que le « Groupe de Shanghai » évite systématiquement d’apparaître comme étant opposé directement aux États-Unis puisque les déclarations finales des différents sommets répètent que le Groupe n’est pas une « alliance » et qu’il n’est pas tourné contre un État tiers. Une alliance Russie-Chine tournée contre Washington et l’Otan apparaît d’ailleurs irréaliste aux experts russes856. Étant donné le contexte en Asie centrale, le thème de la sécurité va fournir un terrain idéal à Pékin pour renforcer ses liens avec ses voisins centre-asiatiques avec pour objectifs de sécuriser davantage cet espace et d’y réduire au maximum l’influence américaine. Il va donc dominer les discussions entre les parties lors des sommets de Bichkek (1999), Douchanbé (2000) et Shanghai (2001).

De la lutte contre la criminalité internationale à la lutte contre le « Trois fléaux » (le séparatisme, le terrorisme et l’extrémisme religieux)

215Par rapport aux traités de Shanghai et de Moscou qui n’envisageaient la sécurité que sous son angle militaire, la réunion d’Almaty a étendu la coopération entre les parties en matière de sécurité aux domaines non militaires, domaines déjà promus par Pékin dans ses relations bilatérales avec ses voisins centre-asiatiques. En effet, la déclaration finale du sommet d’Almaty contient une disposition où les parties déclarent qu’elles prendront des mesures pour lutter contre le terrorisme international, le crime organisé, le trafic d’armes et le trafic de drogue et d’autres crimes transnationaux. En outre, elles s’engagent à interdire l’utilisation de leur territoire pour des activités visant à saper la souveraineté nationale, la sécurité ou l’ordre social de n’importe lequel des cinq pays. Les parties condamnent enfin comme « inacceptable » toute forme de « séparatisme national », d’« exclusion ethnique » et d’« extrémisme religieux ».

216Cette dernière déclaration, qui correspond à la ligne suivie par la Chine dans ses relations avec les États centre-asiatiques depuis le début des années 90, est avant tout politique et de portée générale. Les parties ne s’entendent pour prendre des mesures concrètes que dans le cas du terrorisme international, du crime organisé, du trafic d’armes et du trafic de drogue et d’autres crimes transnationaux. La coopération envisagée concrètement semble ne concerner que la sécurité publique. Pour Pékin, ce niveau de coopération est jugé suffisant. Avec l’assurance que leurs voisins centre-asiatiques interdiront les activités tournées contre la Chine à partir de leur territoire, les autorités chinoises ont parallèlement les mains libres pour poursuivre au Xinjiang la ligne politique repressive définie depuis le début des années 1990.

  • 857 « Editorial Hails Jiang’s Xinjiang Speech », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-247, 4 September 1998.
  • 858 « Jiang on curbing separatists activities », Ming Pao dans FB/VvCHI-98-245, September 2, 1998.
  • 859 « Qiao Shi inspects Xiniang », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998.
  • 860 « Xinjiang convenes meeting on security in Foreign Affairs », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-245, (...)
  • 861 Le ministère chinois des affaires étrangères proteste contre la mise en place d’une section ouïgour (...)
  • 862 Voir YE, Xiaowen, « Conscientiously carry out the religious work in the new period—studying comrade (...)
  • 863 BAI, Wen , « At All-Xinjiang Training Class for Clerical Personnel, Abudukadeer Naisierding Undersc (...)
  • 864 LUNG, Hua, « High Levels of Central Authority Concerned at the Splittist Activities of Xinjiang », (...)

217Ainsi, au retour du sommet d’Almaty où il vient de recevoir le soutien politique collectif de ses partenaires russe et centre-asiatiques, Jiang Zemin effectue une nouvelle tournée d’inspection dans la région autonome. Au cours de cette dernière, il prononce un discours où la nécessité de la « stabilité » est une fois encore mise en avant parallèlement à l’ouverture économique, une ligne définie depuis 1992857. Jiang Zemin, appelle une nouvelle fois « à ne pas être vague et à ne faire aucune concession » dans la lutte contre le séparatisme858. Une ligne répétée peu après par Qiao Shi également en visite d’inspection au Xinjiang à la fin août 1998859. Les réunions consacrées à l’« étude » de cette orientation vont se succéder à l’automne 1998860. Le contrôle sur la population ouïgoure est maintenu, voire accru861. Jiang Zemin a ainsi rappelé la ligne en matière de lutte contre les activités religieuses illégales862 alors que le personnel religieux musulman patriotique est mobilisé pour « combattre le séparatisme »863. Comme le relève à ce moment un journal de Hong Kong, « according to the sources in Beijing, the central authorities dealt with the splittist activities of Xinjiang by adopting a measure involving both inside and outside of Xinjiang. As far as outside of Xinjiang is concerned, China has attempted to establish friendly relations with the countries bordering Xinjiang, so as to urge them not to support the splittist activities of Xinjiang. The recent visit of Jiang Zemin to the central Asia countries aimed to establish friendly relationship with central Asia countries and thus sever the link between the Xinjiang splittists and foreign forces. Inside Xinjiang, the central authority adopted a very strict policy. Once splittist activity is uncovered, it is strictly oppressed. In addition, the government began employing many Uygur ethnics, so as to achieve the aim of ’using Uygur people to subjugate their own race’ »864.

  • 865 AI, Yu, « Kosovo Crisis and Stability in China’s Tibet and Xinjiang », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-19 (...)
  • 866 « On ’Hegemonistic Interference’ », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-1999-0802, July 2, 1999.

218Le conflit du Kosovo va cependant avoir une résonance particulière à Pékin. Dans le sillage des opérations de l’OTAN contre la Serbie, certains auteurs chinois évoquent ainsi un scénario du type Kosovo -c’est-à-dire une rébellion interne puis la formation des forces armées ou d’un gouvernement local qui internationalise le problème ethnique et favorise in fine l’intervention étrangère-, à propos du Tibet ou du Xinjiang. Ainsi, peut-on lire dans un article de Ta KungPao publié en juin 1999, « The ‘Kosovo Liberation Army’ formed by Albanian separatists, began making public appearances in February 1998. It carried out large-scale clashes with the police, triggering the Kosovo crisis. In the meantime, Western countries headed by the United States stepped up their involvement in Kosovo, thus speeding up the internationalization of the issue. In Russia, the Chechen issue also stemmed from the formation of an illegal government and illegal armed forces in that region. In the days to come, the development of the ethnic issues in Tibet and Xinjiang may follow the same pattern, that is : internal rebellion —formation of illegal armed forces or an illegal government internationalization of the ethnic issue — involvement of foreign forces. Some people outside our country have already compared the Tibet and Xinjiang issues to that of Kosovo and made the nonsense talk ’Tibet, China’s Kosovo ’. We should resolutely smash the separatists’ attempt of enlisting the help of foreign forces to divide our nation. It is imperative to take the most drastic measures in a timely manner to crush the national separatist activities in the bud »865. Interviewé par le même journal en juillet 1999, le professeur Shi Yin-hong de la Renmin University, déclare pour sa part, « I feel that hege-monists (les États-Unis) could possibly intervene in China’s affairs on the following issues : Taiwan issue, the Tibet and Xinjiang issues, the South China Sea islands issue (...). As for the Tibet and Xinjiang issues, we may assume it is not totally impossible that, in the future, a situation could arise where a large-scale separatist armed rebellion breaks out ; should that occur, the Chinese Government would absolutely quash the rebellion in order to maintain the nation’s unification (...), and this would touch off an extremely strong anti-China wave in the world. Under such circonstances, the hegemonists might possibly launch a military intervention ». Pour conjurer ce risque d’interventionnisme américain dans les affaires chinoises, il préconise notamment de « (...) under the condition of not sacrificing China’s critical, important interests, try to win over, stregthen and improve international relations with other countries (...), we must firmly oppose splittism and kill any type of splittism before it grows »866.

  • 867 Voir l’analyse de la politique américaine par les auteurs chinois dans « Article analyzing US Globa (...)

219Cette stratégie de rapprochement avec les États étrangers et d’élimination de la menace « séparatiste » avant même qu’elle ne puisse croître, constitue un résumé de l’esprit de la politique que Pékin a mis en œuvre à l’égard de l’Asie centrale et du nationalisme ouïgour au Xinjiang. Face à la possibilité de voir les Occidentaux, surtout les États-Unis867, tirer un jour profit du « séparatisme » ouïgour pour intervenir militairement contre la Chine -un défi beaucoup plus sérieux pour les stratèges chinois que le seul essor du sentiment national ouïgour-, les autorités chinoises répondent par l’adoption de nouvelles mesures politiques internes et une relance de leurs activités diplomatiques tournées vers les républiques d’Asie centrale avec pour objectif de sécuriser au maximum leur environnement régional.

  • 868 « Xinjiang stages ‘Largest’ Military Review », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-199 (...)
  • 869 « Xinjiang dispatches agents to fight independence », Sing Tao Jih Pao dans FBIS-CHI-2000-0621, Jun (...)
  • 870 « Xinjiang regulation on Party Discipline in Anti-separatism efforts », Xinjiang Ribao dans FBIS-CH (...)
  • 871 « Xinjiang cracks down on separatists », Sing Tao Jih Pao dans FBIS-CHI-2001-0118, January 18, 2001 (...)
  • 872 « Xinjiang strike hard enters full attacks phase », UIA, August 18, 2001.
  • 873 MAC LEOD, C, « PLA War Games in rebellious region-Xinjiang », News World Communications, August 3, (...)
  • 874 « Text of White Paper on Minorities Policy », Xinhua dans FBIS-CHM 999-0927, September 27, 1999.
  • 875 « Full Text of PRC Human Rights Paper », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0217, February 17, 2000.

220Sur le plan interne, les plus importantes manœuvres militaires jamais réalisées au Xinjiang sont ainsi organisées en juillet 1999868. Les autorités de cette région adoptent également de nouvelles mesures de contrôle. Par exemple, elles créent un service chargé d’enquêter dans la population de la région autonome sur les activités d’éventuels mouvements nationalistes ouïgours869. En mai 2001, elles adoptent une nouvelle législation disciplinaire applicable aux cadres qui enfeindraient la discipline du Parti dans la lutte contre le séparatisme. En clair, il s’agit de punir les cadres qui critiquent son bien-fondé ou refusent de suivre la ligne répressive suivie par le pouvoir870. Les autorités du Xinjiang relancent par ailleurs en février 2001 la campagne « Frapper Fort »871. Cette dernière va se poursuivre jusqu’à l’été872 et se doubler d’un nouvel exercice militaire à grande échelle rassemblant au Xinjiang environ 50 000 hommes pendant presqu’un mois en août 2001873. Parallèlement, Pékin publie un livre blanc très diffusé sur sa politique à l’égard des minorités ethniques en septembre 1999874et un autre sur les droits de l’Homme en République populaire en février 2000875. Enfin, le pouvoir chinois annoncera également le lancement du programme de développement économique des régions occidentales de la Chine (Xibu daikaifa) dont va bénéficier le Xinjiang.

  • 876 « China to provide financial aid to Tajikistan », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0605, 6 June 1999 ; (...)

221A l’égard de ses voisins centre-asiatiques, la Chine réagit rapidement au contexte de la guerre du Kosovo. La chronologie est impressionnante. L’ambassade de République populaire de Chine à Belgrade est bombardée accidentellement par les forces de l’Otan le 10 mai. Le 27, le ministre chinois des affaires étrangères effectue une tournée en Asie centrale. Il passera dix jours au Turkménistan, au Tadjikistan, en République kirghize et en Ouzbékistan. Il ne vient pas les mains vides. Au cours de sa visite au Tadjikistan, il annonce ainsi une assistance humanitaire gratuite de 1,2 millions de dollars, donne son accord pour que le Tadjikistan se joigne au traité de transit routier signé entre le Pakistan, le Kazakhstan, la République kirghize et la Chine, annonce l’ouverture prochaine d’un point de passage frontalier pour le commerce sino-tadjik et évoque la signature d’un accord portant sur la démarcation frontalière entre les deux pays et le statu quo à la frontière876. Le premier accord de frontière sino-tadjik sera signé peu après, en août 1999, à l’occasion de la venue en Chine du président Rakhmanov. A la suite de son déplacement au Tadjikistan, dans une interview accordée à Xinhua et au Quotidien du Peuple, Qian Qichen remerciera Douchanbé pour sa position claire contre le « séparatisme ».

  • 877 « China to step up economic ties », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0604, June 4, 1999.
  • 878 « Jiang continues Central Asian Tour with stop in Turkmenistan », Eurasia Insight, July 6, 2000 et (...)

222Au Turkménistan, selon Interfax, à l’occasion de la visite de Qian Qichen, la Chine a fait de « nombreuses propositions » dans le domaine économique et accordé une assistance gratuite à Achkhabad877. Peu après les premiers contacts militaires sino-turkmènes sont établis (août/septembre 1999). Les « propositions chinoises » dans le domaine économique seront à nouveau mises en avant l’année suivante, en juillet 2000, à l’occasion de la première visite à Achkhabad du président chinois. Les discussions avec son homologue turkmène porteront sur la mise en place d’un gazoduc entre le Turkménistan et la Chine -un projet évoqué entre les deux pays depuis 1992- et sur la participation des sociétés pétrolières chinoises au développement du secteur turkmène des hydrocarbures878.

  • 879 SHAO, Zongwei, « Border accord signed », China Daily, August 27, 1999.
  • 880 « Qian Qichen Meets Kirghizstan’s Counterpart », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0608, 08June 1999.
  • 881 « Chinese Vice Premier arrives in Uzbekistan », Interfax, FBIS-SOV-1999-0610, June 10, 1999.
  • 882 « Qian Qichen, Uzbek Prime Minister meet in Tachkent », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999- (...)

223A l’occasion de ce déplacement en République kirghize, les deux parties se mettent d’accord en matière de transport et d’ouverture de ports frontaliers et dans le sillage du sommet de Bichkek, un second accord réglant le différend frontalier restant sera signé avec la République kirghize879. Le vice-premier ministre kirghize, Silayev déclare à l’occasion de la visite de Qian Qichen que « no conflicts or problems would hinder their cooperation »880. Enfin, en Ouzbékistan, l’objectif de la visite de Qian Qichen est de « porter les relations économiques entre les deux pays à un nouveau niveau »881. Il répète au premier ministre ouzbéque que la Chine attache une grande importance au développement de ses relations économiques avec l’Ouzbékistan et qu’il espère que les deux pays exploreront de nouvelles formes et sphères de coopération882. Il insistera également sur le développement de la « Route de la Soie » pour faire avancer les relations bilatérales sino-ouzbèques. Il annonce enfin que le président Karimov effectuera une visite en Chine à la fin de l’année pour signer de nouveaux accords de coopération. Pékin essaye en fait clairement d’obtenir un rapprochement avec Tachkent. Celui-ci ne va toutefois se matérialiser qu’au printemps 2000 comme nous l’avons signalé plus haut.

  • 883 « Kazakhstan Hopes To Further Develop Relations With PRC », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0706, July 7, (...)
  • 884 « Proposed Kazakhstan-China Oil Pipeline Described », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0719, July 19, 19 (...)
  • 885 « Kazakh, PRC officials meet to promote military ties », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0723, July 23, 1 (...)
  • 886 « Sino-Kazakh Joint Statement on Relations », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-1223, Nove (...)
  • 887 Idem. Cette diposition sera critiquée par la presse russe qui se demande qu’elle type de « séparati (...)
  • 888 « China, Kazakhstan resolve ’all border isues’ », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1123, November 23, 1999

224Cette tournée de Qian Qichen nous montre l’activité diplomatique importante de la Chine suite au conflit du Kosovo et permet également de constater qu’elle utilise les relations économiques bilatérales pour amener ses voisins à se rapprocher de ses positions. Nous en avons confirmation avec le Kazakhstan que Qian Qichen n’a pas visité. Quelques jours après cette tournée du ministre chinois des affaires étrangères, le vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères kazakh, K. Tokayev se rend également à Pékin pour une visite de neuf jours. Les discussions portent sur l’essor des relations économiques bilatérales entre les deux pays et le renforcement des liens politiques entre eux883. Parallèlement à cette visite, le patron de KazTransOil, la société pétrolière nationale kazakhe fait également le déplacement en Chine. La mise en place d’un oléoduc sino-kazakh est opportunément évoquée884. Le général chinois Yuan Shoufang, vice-directeur du Département politique général de l’APL se rendra également à Almaty le 23 juillet pour y rencontrer le ministre de la défense kazakh885. Enfin, pour couronner cette série d’échanges sino-kazakhs, en novembre 1999, le président Nazarbaev se rend à Pékin. Il y signe avec Jiang Zemin une déclaration conjointe où la coopération économique est particulièrement mise en avant886. Une disposition prévoit en outre que les deux parties « are willing to adopt practical measures and to strengthen cooperation in cracking down on ethnic separatism, religious extremism, terrorism, and illegal arms trafficking, drug smuggling, illegal immigration, and other illegal activities ; and they will actively participate in implementing the accords reached by the heads of state of China, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Russia, and Tajikistan in the Bishkek Declaration of 25 August 1999 »887. Le Kazakhstan et la Chine publient à cette occasion un communiqué commun annonçant la résolution de l’ensemble de leur contentieux frontalier888.

  • 889 Voir « Text of Jiang Zemin speech in Bishkek », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-0825, Au (...)

225Outre la relance des relations bilatérales et l’accent mis par Pékin sur les relations économiques, l’occasion se présente également à l’été 1999 d’utiliser les liens de sécurité pour renforcer la coopération entre les États membres du sein du « Groupe de Shanghai ». Les activités du Mouvement islamique d’Ouzbékistan inquiètent les républiques d’Asie centrale et vont permettre à la Chine d’obtenir davantage de garanties de ses partenaires centre-asiatiques dans la lutte contre le « séparatisme » ouïgour. Lors de la réunion de Bichkek d’août 1999, Jiang Zemin propose dans son discours prononcé devant les autres chefs d’Etats participants à la réunion, de poursuivre la lutte contre les facteurs de déstabilisation régionale que sont selon lui -on notera l’ordre adopté pour les menaces décrites et qui est liée aux activités du Mouvement islamique d’Ouzbékistan- « l’extrémisme religieux, le séparatisme national, le terrorisme interne et d’autres activités criminelles transfrontalières »889. Si le président chinois place l’extrémisme religieux en tête des menaces qu’il cite, c’est parce que ce dernier est considéré comme le risque principal pour ses partenaires, inquiets de la montée en puissance des taliban en Afghanistan et des activités des militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Pour la Chine, le point essentiel est d’essayer d’obtenir de ses partenaires une coopération plus effective qu’un simple soutien politique dans la lutte contre le « séparatisme » ouïgour.

  • 890 « Leaders agree to fight separatism », China Daily, August 26, 1999.
  • 891 Idem.
  • 892 « Kyrgyzstan sees important role for Russia, China in Central Asia », Kabar news agency dans BBC Mo (...)
  • 893 « Shanghai five vow to fight terrorism jointly », Xinhua, April 22, 2000.

226La proposition de Jiang Zemin est adoptée mais avec des variantes qui montrent qu’il y a des résistances de la part de certaines républiques centre-asiatiques. Le président Nazarbaev déclare qu’il s’inquiète « du crime organisé, du trafic de la drogue et de l’extrémisme religieux »890, des questions qui menacent selon lui la sécurité régionale, il ne cite ni le terrorisme international ni, plus important pour Pékin, le séparatisme, tout en déclarant que son pays soutiendra la Chine et la Russie dans leurs efforts contre le séparatisme ethnique et l’extrémisme. Le président tadjik déclare pour sa part que son pays n’autorisera pas les activités sur son territoire qui menacent la sécurité des autres pays891. Peut-être y a-t-il des réticences dans ces divers propos. La déclaration finale adoptée à la fin du sommet de Bichkek reflète en tout cas une certaine ambiguïté. Elle stipule en effet que « All of the parties pointed out the great significance of effectively striking at international terrorism, illegal trafficking of drug and narcotics, weapons smuggling, and illegal migration and cross-national crimes in various forms, and of containing nationalistic splittism and religious extremism. To this end, departments in charge of the five nations will take measures to carry out practical cooperation, including holding consultations and drawing up a relevant joint operation plan between 1999 and the year 2000 ». Outre le fait que l’immigration illégale apparaît pour la première fois comme un domaine de coopération commun -sans doute une contrepartie demandée par certains pays frontaliers de la Chine qui craignent l’immigration chinoise-, les parties s’engagent à prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre une coopération pratique destinée à lutter contre le terrorisme international, le narcotrafic, la contrebande d’armes, et d’autres formes de criminalité transfrontalières, ouvrant ainsi la possibilité d’une coopération policière multilatérale. Cette dernière va se concrétiser peu après par la mise en place du « Groupe de Bichkek » en décembre 1999. La première réunion organisée se tient les 1 et 2 décembre 1999 dans la capitale kirghize. Les parties y adoptent un « mémorandum sur la coopération et l’interaction » entre leurs agences de sécurité publique. Selon un article de l’agence de presse kirghize Khabar de l’été 2000, ce groupe a pour tâche de faciliter la coopération entre agences de sécurité publique et services de renseignement et de développer des mesures communes pour lutter contre le terrorisme international mais aussi l’extrémisme religieux, le séparatisme et le crime organisé892. Une étape supplémentaire a donc été franchie entre l’hiver 1999 et l’été 2000 puisque l’extrémisme religieux et le séparatisme entrent tous deux dans le domaine d’activité du « Groupe de Bichkek ». Ce n’était semble-t-il pas vraiment l’intention originelle de toutes les parties puisque la déclaration de Bichkek disposait simplement qu’elles entendaient contenir (et non pas « lutter contre ») le « séparatisme national » et « l’extrémisme religieux », ce qui ne semblait pas impliquer une coopération multilatérale effective dans ce domaine. En fait, en avril 2000, les chefs des départements de la sécurité et de la police des cinq pays membres du « Groupe de Shanghai » se sont engagés à développer en commun une stratégie pour combattre le « terrorisme »893. On remarquera que cette réunion a lieu après la visite de M. Albright, visite qui a déçu les chefs d’Etats en Asie centrale comme nous l’avons déjà signalé.

  • 894 SHAO, Zongwei, « Interference worries leaders », China Daily, August 25, 1999 et SHAO, Zongwei, « R (...)

227La déclaration de Bichkek contient également d’autres dispositions qui montrent que la Chine s’inquiétait de la possibilité de voir un jour utilisé contre elle un scénario de type Kosovo. Ainsi, tout en rappelant leur volonté de lutter contre le séparatisme, dans ce document, les parties déclarent en effet que « they are faithful to the principle of respecting human rights stipulated in the UN Charter and other international documents, pointing out that, in implementing the principle, a sovereign country’s characteristics must be taken into consideration. Human rights must not be used as a pretext for interfering in other countries’ internal affairs ». Cette disposition signifie que les parties rejettent l’interprétation « occidentale » en matière de protection des droits de l’Homme puisque « in implementing the principle, a sovereign country’s characteristics must be taken into consideration » et qu’elles condamnent en outre les interventions humanitaires, c’est-à-dire le type d’intervention dont relevaient les opérations de l’Otan au Kosovo. Les parties rappellent par ailleurs dans la déclaration de Bichkek la nécessité du respect de la souveraineté de chacun, de l’intégrité territoriale et de la non interférence dans les affaires intérieures, appellent au renforcement du rôle du Conseil de Sécurité des Nations unies « as a basic mechanism for maintaining world peace and security and for settling current international and regional issues through a peaceful means » et s’opposent à l’utilisation de la force dans les relations internationales sans l’approbation du Conseil de sécurité des Nations unies. Il s’agit d’autant de critiques à l’égard de l’attitude de l’Otan dans l’opération du Kosovo. Jiang Zemin et N. Nazarbaev exprimeront ainsi en commun « their concerns over the new trend of interfering in other countries’ internal affairs under the pretext of ‘protecting human rights’ », une pratique que Jiang Zemin baptise le « néo-interventionnisme »894.

  • 895 « Regular meeting mechanism set up for FMs from ’Shanghai five’ nations », People’s Daily online, J (...)
  • 896 People’s Republic of China, Foreign Ministry, Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Rus (...)

228A la suite de ce sommet, Pékin va en outre essayer de gagner l’Ouzbékistan à ses vues. Comme nous l’avons signalé plus haut, le président Karimov fait en effet le déplacement à Pékin en novembre 1999. Ce voyage n’est cependant pas aussi fructueux que les autorités chinoises ne l’avaient espéré. Il faudra attendre le printemps 2000 pour voir les deux pays se rapprocher. L’Ouzbékistan participe ainsi pour la première fois en tant qu’observateur à la réunion du « Groupe de Shanghai » qui se tient malgré certaines craintes des États membres à Douchanbé en juillet 2000. Le sommet de Douchanbé sera précédé d’une réunion des directeurs des départements de la sécurité des États membres (Groupe de Bichkek) mais aussi d’une première réunion des ministres de la défense des cinq États membres (en mars 2000) et enfin d’une première réunion des ministres des affaires étrangères (juillet 2000). Au cours de cette dernière, les ministres des affaires étrangères décident de se réunir au moins une fois par an, alternativement dans chacun des cinq pays membres895. Lors du sommet de Douchanbé, les parties vont réitérer et approfondir une nouvelle fois leur engagement à combattre le séparatisme comme le montre la disposition V de la déclaration finale adoptée à l’issue du sommet896.

229Cette nouvelle disposition a changé l’ordre des priorités : le « séparatisme national » est passé en tête des préoccupations devant le terrorisme international et l’extrémisme religieux. Les priorités de Pékin et aussi de Moscou (en Tchétchénie) sont devenues les priorités du « Groupe de Shanghai ». Des mesures de coopération nouvelles sont également énoncées puisque les parties conviennent que pour atteindre leur objectif de lutte contre les différents facteurs de déstabilisation régionale, elles devraient formuler le plus tôt possible des traités multilatéraux adéquats, tenir des réunions entre leurs agences de sécurité, les gardes-frontières, les douanes, les responsables de la sécurité et organiser des exercices anti-terroristes et anti-émeutes dans le cadre du « Groupe de Shanghai ». La déclaration prévoit également la mise en place d’un centre régional de lutte anti-terroriste à Bichkek. A l’été 2001, la mise en œuvre de ce dernier projet n’aura cependant pas progressé.

  • 897 Voir les dispositions IV et XVII dans Idem.
  • 898 « ZTS special article on Fuitful Results of Jiang visit to Central Asia », Zhongguo Tongxun She dan (...)
  • 899 Voir « Declaration on the establishment of the Shanghai Cooperation Organization », Shanghai, June (...)

230En plus de ces dispositions, pour accroître la coopération multilatérale dans les domaines politique et de sécurité, la déclaration de Douchanbé contient des articles concacrés à la mise en place des réunions périodiques des ministres de la défense (déjà prévu dans la déclaration de Bichkek) et des ministres des affaires étrangères des États membres897. En outre, un « conseil des coordinateurs nationaux » pour l’action conjointe dans le cadre du « Groupe de Shanghai » devrait également être constitué. Il fonctionnera d’après un règlement intérieur qu’il aura élaboré et adopté. Il préparera les réunions entre chefs d’État et mettra en œuvre les plans de coopération multilatérale dans divers domaines898. L’institutionnalisation progressive du « Groupe de Shanghai » est donc en route. Elle sera couronnée l’année suivante avec la création officielle de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS)899.

  • 900 Voir les dispositions VI et VII de la déclaration de Douchanbé.

231Une nouvelle fois à Douchanbé, les parties condamnent les interventions d’humanité (le ‘néo-interventionnisme’ comme l’a baptisé Jiang Zemin) et réaffirment le rôle central du Conseil de Sécurité des Nations unies900. La déclaration contient une autre disposition tournée contre la politique américaine avec l’affirmation commune des Etats membres du « Groupe de Shanghai » de l’importance du « traité sur la limitation des systèmes de défense antimissiles » dit traité ABM (Anti Ballistic Missile) de mai 1972 interdisant l’établissement d’un système de défense nationale de missile (c’est le projet américain de bouclier antimissile qui est en fait visé) et la condamnation du projet de défense antimissiles régionale (TMD Theatre Missile Defense) à Taiwan.

  • 901 Sur ce point CHEN, Yali, « TMD issue detrimental to Sino-US relations », China Daily, January 27, 1 (...)

232L’idée de mettre en place une défense antimissile nationale (NMD, National Missile Defense) aux États-Unis remonte au début des années 1990 alors que celle de développer une défense antimissiles régionale en Asie du nord-est a été proposé par Washington au Japon et à la Corée du sud pour la première fois en 1992. Cette dernière idée n’a cependant réellement gagné du terrain qu’à la suite de l’essai d’un missile Taepodong 1 réalisé par la Corée du Nord au large du Japon en août 1998. C’est après cette date que le Japon décide d’allouer des fonds pour la recherche concernant le développement d’une défense antimissiles régionale (TMD). La possibilité pour Taiwan de participer au développement d’une défense antimissiles régionale (TMD) avec les États-Unis a commencé à circuler en 1995. En 1997, le Congrès américain a proposé le vote d’une résolution sur les systèmes de défense antimissiles régionaux (TMD) comprenant une disposition sur la coopération américano-taiwanaise dans ce domaine. Elle sera adoptée par la Chambre des Représentants en novembre 1997. Au début de l’année 1999, la Chine met en garde Washington contre toute inclusion de Taiwan dans un système de défense antimissiles régional (TMD)901.

  • 902 Position chinoise sur ces questions dans « China’s Opposition to US Missile Defense Programs », Mon (...)
  • 903 En ce qui concerne les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), la Chine dispose à ce moment (...)
  • 904 XIANG, Lanxin, « Washington’s Misguided China Policy », Survival, vol. 43, n° 3, Autumn 2001, p. 15

233La prise de position commune du « Groupe de Shanghai » a en fait été initiée par la Chine et correspond aux options officielles et aux intérêts de Pékin902. En effet, le projet de mise en place d’une défense antimissiles nationale par les Etats-Unis est contraire aux intérêts stratégiques chinois et met en danger, du point de vue chinois, la sécurité du pays. La dissuasion minimale exercée par les forces nucléaires chinoises étant réduite à néant par ce dispositif en raison du faible nombre de missiles dont elle dispose903, la Chine pourrait en effet se trouver placée sous la menace d’une sorte de « permanent gunboat diplomacy station » américaine selon une expression de L. Xiang904.

  • 905 MAY, G., « China’s Opposition to TMD is More About Politics Than Missiles » Foresight magazine (Tok (...)

234Quant à la possibilité de mise en place d’une défense antimissiles régionale (TMD) englobant Taiwan, outre le fait que Pékin considère qu’il s’agit d’une ingérence dans ses affaires intérieures, cette dernière risque de limiter les options des autorités chinoises face à Taipeh en réduisant les possibilités d’intimidation de la République populaire sur Taiwan (en procédant par exemple à des essais de missiles au large des côtes taiwanaises comme ce fut le cas en 1995 et 1996). Elle risque en outre selon les autorités chinoises de renforcer le sentiment de sécurité des « forces indépendantistes taiwanaises ». Sur le fond cependant, Pékin s’est opposé à cette possibilité pour des raisons plus politiques que militaires, la mise en place d’une défense antimissiles régionale (TMD) étendue à Taiwan étant en effet probablement incapable de contrer une attaque massive de missiles lancée par la République populaire contre l’île. Pékin considère cependant que ce projet est destiné à contrer son influence dans la région Asie-Pacifique. Ce dernier aurait en effet pour conséquences de renforcer l’interaction militaire américano-japonaise et d’associer Taiwan à l’alliance militaire liant le Japon aux États-Unis905. Ce schéma est contraire aux ambitions régionales de la Chine.

235Pékin a donc utilisé le cadre multilatéral du « Groupe de Shanghai » pour promouvoir ses intérêts stratégiques et renforcer sa position face aux États-Unis en amenant ses partenaires russe et centre-asiatiques à soutenir ses options. On retiendra que les prises de position de son partenaire russe au sein de ce forum sur la NMD et la TMD n’ont pas été identiques à celles de Pékin avant la rencontre de Douchanbé et qu’elles ont en outre varié dans le temps. En effet, les intérêts de la Russie ne recoupent pas exactement ceux de la République populaire. Étant donné l’arsenal nucléaire dont il dispose, Moscou est moins inquiet pour sa sécurité que Pékin par rapport au projet américain de défense antimissiles nationale (NMD). Cependant, il préfèrerait que Washington ne s’engage pas dans cette voie aussi a-t-il laissé la porte ouverte à la mise en place d’une défense antimissiles régionale (TMD) qui pourrait constituer une alternative au développement d’une NMD. Toutefois, les positions russes ont évolué pour se rapprocher de celles de la Chine. Les cinq partenaires du « Groupe de Shanghai » adoptent ainsi officiellement une position commune à l’issue du sommet de l’été 2000. La disposition VIII de la déclaration de Douchanbé stipule que le traité ABM doit « être sauvegardé sans réserve et strictement respecté » et qu’il constitue la « pierre angulaire du maintien de la stabilité stratégique ». Concernant la question de la mise en place d’une TMD englobant Taiwan, la déclaration de Douchanbé stipule que le déploiement d’un tel système dans la région Asie-Pacifique « minera la stabilité et la sécurité de la région et conduira à une escalade de la course aux armements. Les parties soutiennent la position de la Chine contre les plans de n’importe quel pays pour incorporer Taiwan au système de défense antimissile régionale (TMD) ».

  • 906 Le texte complet de cette déclaration conjointe dans FM PRC, « Joint Statement by the Presidents of (...)
  • 907 Voir § 12 du « Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération, Moscou 16 juillet 2001 », Docum (...)
  • 908 YU, Bin, « Crouching missiles, Hidden Alliances », Comparative connection, vol. 3, n° l, April 2001

236Quelques jours après ce sommet du Groupe de Shanghai, à l’issue d’une visite de travail de V. Poutine à Pékin consacrée aux questions de la NMD et de la TMD, la Russie affirmera officiellement son opposition au projet américain de défense antimissiles nationale (NMD) mais aussi son opposition à l’incorporation de Taiwan dans un système de défense antimissiles régionale dans un communiqué conjoint sino-russe906. Ayant donc obtenu en juillet 2000 du président Poutine un alignement officiel sur ses positions, Pékin qui craignait un possible nouveau revirement russe a, par la suite, cherché à approfondir ses relations avec Moscou en promouvant à partir de décembre 2000 la conclusion d’un traité global liant les deux pays907. Il s’agissait entre autre semble-t-il de rendre plus difficile la conclusion d’un accord sur la défense antimissiles entre Moscou et Washington908.

  • 909 BOESE, W., « NMD Gaining Ground in Europe ; Russia Pushes Alternative », Arms Control Today, March (...)
  • 910 YU, Bin, « Treaties Scrapped, Treaties Signed », Comparative connection, vol. 3, n° 2, July 2001.
  • 911 BOESE, W., « Russia Sends Conflicting Messages on Missile Defenses », Arms Control Today, October 2 (...)
  • 912 BOESE, W., « U.S. Outlines Plans for Missile Defense Talks With China », Arms Control Today, Octobe (...)
  • 913 Le président Bush annonce l’intention de Washington de se retirer de ce traité le 13 décembre 2001 (...)

237Les craintes de Pékin n’étaient pas totalement infondées. Malgré ses prises de position lors du sommet de Douchanbé puis dans la déclaration conjointe sino-russe de juillet 2000, le président Poutine a en effet réactivé en février 2001 sa proposition d’une défense antimissiles régionale associant les États-Unis, la Russie et l’Europe. Le pouvoir russe a présenté une proposition concrète au secrétaire général de l’Otan. Cependant, pour ne pas s’aliéner Pékin, cette dernière laissait semble-t-il entier le traité ABM909. Moscou a également continué à discuter avec Washington pendant le printemps et l’été 2001, n’écartant pas a priori la possibilité d’amendements au traité ABM négociés entre les deux pays. Parallèlement, le président Poutine rappellera à l’administration américaine lors de sa rencontre avec le président Bush en Slovénie en juillet 2001 que les intérêts de la Chine ne doivent pas être ignorés910. La Russie a semble-t-il cherché une solution susceptible de n’aliéner ni la Chine ni les États-Unis. Le nouveau contexte politique post-11 septembre bouleversera une nouvelle fois la donne dans ce domaine puisque en dépit de l’absence d’accord sur le traité ABM entre Washington et Moscou malgré plusieurs rencontres bilatérales Poutine/Bush (en octobre à Shanghai et en novembre à Crawford au Texas)911, le président russe se résignera finalement assez facilement -à la surprise et au grand dam de Pékin toujours fermement opposé au projet américain de défense antimissiles nationale912-, à l’annonce de la décision de l’administration américaine le 13 décembre 2001 de se retirer du traité ABM dans un délai de six mois913.

238Au moment du sommet du « Groupe de. Shanghai » à Douchanbé l’été 2000, on ne peut cependant que constater que Pékin avait réussi à amener la Russie mais aussi les républiques centre-asiatiques qui ne partagent pas réellement ses préoccupations dans ce domaine -on ne voit guère en effet quels intérêts ont le Tadjikistan, la République kirghize ou le Kazakhstan à s’opposer au développement d’une TMD englobant Taiwan- à adopter une position commune correspondant à ses intérêts et à ses choix. Cette coordination des positions des différents membres du « Groupe de Shanghai » a ainsi constitué un succès diplomatique -certes éphémère au regard de la suite des événements, mais rien ne le laissait présager- non négligeable pour Pékin.

  • 914 Voir les dispositions XV et XVI de la déclaration finale.

239Enfin dernière nouveauté du sommet de Douchanbé de l’été 2000, la déclaration de Douchanbé élargit les domaines de coopération entre les États membres du « Groupe » à l’environnement et à la culture914. Cette tendance à l’extension des domaines de coopération va s’amplifier l’année suivante puisque la déclaration de Shanghai stipule que la coopération de la nouvelle organisation couvre les domaines politique, économique et commercial, technique et culturel, éducatif, le secteur de l’énergie, les transports, l’environnement et d’autres secteurs (non-spécifiés). On remarquera que le secteur militaire est absent de ces nouveaux domaines de coopération. Les États membres, malgré leur rapprochement, ne souhaitent en effet pas transformer l’OCS en alliance militaire. La déclaration de Shanghai de juillet 2001 rappellera à ce propos que l’organisation n’est pas une alliance (c’est un partenariat) et qu’elle n’est dirigée contre aucun autre État ou région et adhère en outre au principe de l’ouverture (article 7).

240Parallèlement à leur rappel systématique du caractère multipolaire du système international post-guerre froide, chacun des deux promoteurs de l’organisation, à savoir la Russie et la Chine, veut éviter une confrontation directe avec Washington dont il a besoin pour la modernisation et le développement (et dans le cas russe pour le redressement) de son économie même si pour des raisons de sécurité et de puissance tous deux entendent cependant limiter l’influence américaine en Asie centrale. C’est pour réduire cette influence que Pékin et Moscou, tout en entretenant des liens bilatéraux importants avec Washington, tentent de coordonner leurs positions dans le cadre du « Groupe de Shanghai » puis de l’OCS.

  • 915 « Uzbek head warns Shanghai forum must not turn into bloc », Uzbek Television First Channel, June 1 (...)

241L’admission de l’Ouzbékistan au sein de la nouvelle structure à l’été 2001 jette cependant un doute sur sa cohésion. En effet, le président ouzbèque qui ne partage pas les inquiètudes sino-russes à l’égard de l’influence américaine en Asie centrale rappellera dans l’avion qui le ramène de la réunion de Shanghai que pour ce qui le concerne, l’OCS ne doit se transformer ni en bloc militaire (la Russie et la Chine sont également d’accord sur ce point) ni en bloc politique915. Cette dernière objection s’oppose en tout cas en partie aux objectifs recherchés tant par Moscou que par Pékin. Bien qu’officiellement l’Ouzbékistan a été bien accueilli par les autres membres centre-asiatiques du « Groupe de Shanghai », les problèmes existants dans les relations entre Tachkent et ses voisins centre-asiatiques -comme le minage unilatéral des frontières avec le Kirghizstan et le Tadjikistan ; l’accusation lancée à l’égard du Tadjikistan d’abriter des terroristes, etc.- laissent à penser que cette nouvelle présence n’a pas forcément été très appréciée de tous les membres. Dès le départ, la nouvelle organisation n’est donc pas exempte de contradictions.

  • 916 par exemple GILL, B., « Shanghai five : an attempt to counter US influence in Asia ? », Newsweek Ko (...)
  • 917 « Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération, Moscou 16 juillet 2001 », Documents d’actual (...)

242Par ailleurs, malgré les précautions rhétoriques prises par ses promotteurs, à l’été 2001 le « Groupe de Shanghai » devenu Organisation de Coopération de Shanghai est apparu clairement aux yeux de nombreux observateurs comme une tentative de Moscou et de Pékin d’établir une sorte de condominium sur l’Asie centrale pour contrebalancer l’influence de Washington dans cette région916. L’OCS est en effet la seule organisation de sécurité régionale à laquelle les Etats-Unis n’appartiennent pas. Cette perception a été renforcée par la signature à Moscou le 16 juillet 2001 du traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération sino-russe, le premier traité de cette nature conclu entre les deux pays depuis 1950917.

  • 918 « China Signs Anti-Terrorist Agreement With Uzbekistan », Xinhua dans FBISCHI-2000-1011, October 11 (...)
  • 919 « PRC. States councilor Luo Gan meets with Kyrgyzstan Interior Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-200 (...)
  • 920 «  ang Jiaxuan addresses Shanghai five foreign ministers’ meeting », China Daily, April 29, 2001.
  • 921 « SCO Defense Ministers stress military cooperation », Xinhua, June 15, 2001.
  • 922 « Shanghai cooperation organization Defense Ministers Issue joint communiqué », Xinhua Domestic Ser (...)

243Après la réunion de Douchanbé, nous avons vu que l’été 2000 est également marqué par le rapprochement sino-ouzbèque et la mise en place d’une coopération plus intense entre les deux pays. Un traité d’extradition signé en novembre 1999 à l’occasion de la visite du président Karimov à Pékin entre ainsi en vigueur à la fin du mois de septembre 2000. En octobre, Tachkent signe avec Pékin un nouvel accord de coopération destiné à combattre « le nombre croissant d’activités terroristes internationales et de crimes transfrontaliers »918 et quelques jours plus tard, Li Peng rencontre le ministre de l’intérieur ouzbèque à Pékin. Selon ce dernier, en raison du consensus atteint lors des discussions entre Jiang Zemin et I. Karimov dans le sillage du sommet de Douchanbé, la coopération entre les départements chargés de la sécurité des deux pays devrait être renforcée. En mars 2001, ce sera au tour du ministre de l’intérieur kirghize de faire le déplacement en Chine. Il rencontre le conseiller d’Etat Luo Gan ainsi que le ministre chinois de la sécurité publique. Ils s’entretiendront de la coopération bilatérale contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme religieux919. Dans le sillage du sommet de Shanghai, les ministres des affaires étrangères des pays membres du groupe (l’Ouzbékistan ne participe pas à cette réunion) se réunissent à Moscou en avril 2001920 et les ministres de la défense des États membres du Groupe le 14 juin 2001921. Ces derniers signent un document commun dans lequel ils déclarent leur intention de poursuivre la coopération entre les forces armées des différents pays dans la lutte contre le « terrorisme », le « séparatisme » et l' « extrémisme » et réitèrent les positions déjà exprimées en 2000 contre le projet américain de bouclier anti-missiles en soutenant le maintien du traité ABM et en s’opposant au déploiement d’un TMD à Taiwan922. Malgré cette prise de position commune, Jiang Zemin et V. Poutine prendront soin de déclarer qu’ils cherchent à établir des relations constructives avec Washington (la Russie continue d’ailleurs de discuter bilatéralement du traité ABM avec l’administration américaine). Une fois encore, aucun des deux partenaires ne souhaite s’aliéner ouvertement les États-Unis.

  • 923 « Six Member States of Shanghai Cooperation Organization decide to battle three Evil Forces », Ta k (...)
  • 924 « Shining Example for Good-Neighborly Friendship)—Warm Congratulations on Establishment of Shanghai (...)
  • 925 « Wen Wei Po’s views on 6th ‘Shanghai Five’ summit, national separatism », Wen Wei Po dans FBIS-CHI (...)
  • 926 « Uzbekistan joins Shanghai five », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0614, June 14, 2001.
  • 927 Voir le texte de la convention sur www.sectsco.org/news_detail.asp?id=93&LanguageID=2

244Enfin, lors du sommet de Shanghai en 2001, le renforcement de la coopération contre ce que la presse chinoise appelle désormais les « trois fléaux »923, à savoir le terrorisme, le séparatisme et le l’extrémisme religieux, de même que la lutte contre le trafic de la drogue et l’immigration illégale font à nouveau l’objet de discussions924. Pékin et ses cinq partenaires -l’Ouzbékistan ayant été admis à cette réunion avec l’appui de la Chine925 comme membre co-fondateur926- au sein de la future « Organisation de Coopération de Shanghai » (OCS) qui sera officiellement établie le 15 octobre 2001 franchissent par ailleurs une étape supplémentaire dans la lutte contre les « trois fléaux » en concluant le 14juin 2001 un instrument ayant force légale : la « Convention de Shanghai sur la lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme »927. Ce traité comprenant 21 articles instaure en effet un régime de coopération approfondie entre les six partenaires en matière de prévention, d’identification et de répression, d’assistance mutuelle, d’échange d’informations et d’expériences dans le cadre de la lutte contre les « trois fléaux ». Son article 1 § 1 définit ainsi ce qu’il faut entendre par « terrorisme », « séparatisme » et « extrémisme ». Son article 2 dispose ensuite que les pays signataires coopéreront dans les domaines de la prévention, de l’identification et de la suppression des actes visés à l’article 1 §1. Selon l’article 2§2, dans leurs relations mutuelles, les parties doivent considérer que les actes visés à l’article 1§1 sont des « offenses passibles d’extradition ». Il s’agit donc également de faciliter les procédures juridiques d’extradition entre États signataires. Selon l’article 3, les parties devront également prendre les mesures nécessaires y compris dans leur législation nationale pour s’assurer qu’en aucune circonstance, des actes couverts par l’article 1 § 1 de la convention ne puissent être sujets à un acquittement sur base de considérations politique, philosophique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ou d’autres considérations similaires et qu’ils seront punis proportionnellement à leur gravité. Selon l’article 5 de l’accord, sur base du consentement mutuel, les parties peuvent aussi tenir des consultations, des échanges de vues et coordonner leurs positions sur les questions de lutte contre les actes visés à l’article 1 § 1 de la convention, y compris au sein des organismes et des forums internationaux. Cette disposition ouvre ainsi la porte à l’adoption de positions communes des parties en matière de lutte antiterroriste au sein des instances internationales. Par ailleurs, les parties doivent également désigner dans les 60 jours après la ratification de la convention les « autorités centrales compétentes » pour la mise en œuvre de l’accord et communiquer cette information à l’Etat dépositaire (la Chine) (article 4).

245Selon l’article 6 de la convention, ces « autorités centrales compétentes » coopéreront et s’entraideront dans les domaines suivants :

  1. l’échange d’informations ;

    • 928 La convention ne donne aucune précision concernant la nature de ces opérations. On doit par ailleur (...)

    l’exécution des demandes au sujet des actions opérationnelles de recherche928 ;

  2. le développement et l’exécution des mesures convenues pour empêcher, identifier et supprimer les actes visés à l’article 1§1 de la convention, de même que l’information réciproque sur les résultats de ces exécutions ;

  3. l’exécution des mesures visant à empêcher, identifier et supprimer sur leur territoire les actes visés à l’article 1 § 1 de la convention et tournés contre les autres parties (à la convention) ;

  4. l’exécution des mesures visant à empêcher, identifier et supprimer le financement, les approvisionnements en armes et munitions ou toutes autres formes d’aide à toute personne et/ou organisation dont l’objectif est de commettre des actes visés à l’article 1§1 de la convention ;

  5. l’exécution des mesures visant à empêcher, identifier, supprimer, interdire ou mettre un terme aux activités destinées à former des individus pour commettre des actes visés à l’article 1 § 1 de la convention ;

  6. l’échange d’actes juridiques et d’information au sujet de l’exécution pratique des diverses mesures prévues par la convention ;

  7. l’échange d’expérience dans les domaines de la prévention, de l’identification ou de la suppression des actes visés à l’article 1 § 1 de la convention ;

  8. diverses formes de formation, de recyclage ou d’amélioration de la formation de leurs experts ;

  9. la conclusion, sur la base du consentement mutuel des parties, d’accords sur d’autres formes de coopération, y compris si nécessaire, l’assistance pratique à la suppression des actes visés à l’article 1 § 1 de la convention ou à l’atténuation de leurs conséquences. De tels accords seront formalisés dans des protocoles appropriés qui feront partie intégrale de la convention.

246L’article 7 définit ensuite les domaines où les « autorités centrales compétentes » échangeront des informations d’intérêts mutuels. Un très large spectre de domaines pourra ainsi faire l’objet d’échanges d’informations entre les six partenaires. Il touche à la planification ou à l’exécution d’actes visés à l’article 1§1 de même qu’aux tentatives identifiées et supprimées de commettre de tels actes ; aux préparatifs en vue de commettre des actes visés à l’article 1 § 1 contre des chefs d’Etat ou d’autres hommes d’Etat, le personnel des missions diplomatiques, les services consulaires et les organisations internationales, aussi bien que contre d’autres personnes sous la protection internationale et les participants aux visites gouvernementales, aux événements politiques internationaux et gouvernementaux, sportifs et à d’autres événements ; les organisations, groupes et individus préparant et/ou commettant des actes visés à l’article 1§1 de la convention ou participant autrement à ces actes, y compris leurs buts, objectifs, liens et toutes autres informations ; la fabrication, la fourniture, le stockage, le transfert, les mouvements, la vente ou l’utilisation illicites de substances toxiques, de poisons, d’explosifs, de matériaux radioactifs, d’armes, de dispositifs d’explosif, des armes à feu, des munitions, des armes nucléaires, chimiques, biologiques ou d’autres armes de destruction massive, aussi bien que les matériaux et l’équipement qui peuvent être utilisés pour leur production, pour commettre des actes visés à l’article 1§1 de la convention ; les sources de financement identifiées ou suspectées des actes indiqués à l’article 1 § 1 de la convention ; les formes, méthodes et moyens utilisés pour commettre les actes visés par l’article 1§1 de la convention. Les articles 8 et 9 définissent quant à eux des procédures pratiques pour que la coopération entre les autorités compétentes soit rapide et effective.

  • 929 Cité dans « Unveiling the Terrorist Nature of ‘East Tujue’ Elements », People’s Daily Online, Novem (...)
  • 930 « Shanghai five mulls expansion in search of regional stability », Eurasia Insight, June 14, 2001.
  • 931 Voir China’s Congress Ratifies Anti-Terror Treaties », Reuters, October 28, 2001. La Russie ne l’a (...)

247Selon un article du journal de l’armée chinoise Jiefangjun Bao, la conclusion de cette convention constitue une importante avancée puisqu’au lieu de signer des déclarations politiques du type de celle de Douchanbé en 2000, la nouvelle convention possède un caractère juridique929. Cette déclaration du journal chinois nous montre aussi que la coopération recherchée entre les membres du « Groupe de Shanghai » n’a pas été aussi satisfaisante que Pékin ne l’avait espéré. Les priorités des divers États ne se récoupaient en effet pas. En outre, jusqu’à l’été 2001, les mesures adoptées par les membres de ce forum pour lutter contre les menaces désignées par ce groupe ont été largement unilatérales. Il ne semble pas y avoir eu de véritable coordination des Etats membres entre eux. Le cas le plus symptomatique concerne la décision unilatérale de l’Ouzbékistan de miner ses frontières avec la République kirghize et le Tadjikistan pour faire face aux infiltrations des militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Tachkent n’a ainsi pas pris la peine de consulter ses voisins930. La nouvelle convention adoptée dans le sillage du sommet de Shanghai était ainsi destinée à imposer davantage d’obligations aux parties. Dans cette convention, le terme de « terrorisme » est placé en première position avant celui de « séparatisme ». Il s’agissait semble-t-il de mettre l’accent sur le caractère « criminel » et non pas « politique » du problème. La convention a été ratifiée par la Chine avec une extrême rapidité en octobre 2001 dans le sillage de l’intervention américaine en Afghanistan931.

  • 932 « Shanghai spirit. New banner of International cooperation », People’s Daily, June 16, 2001 ; « Peo (...)

248En Chine, à l’été 2001, la création de l' « Organisation de Coopération de Shanghai » (OCS) est considérée comme une grande réussite diplomatique. Il s’agit en effet de la première organisation internationale directement inspirée par Pékin. Le sommet de Shanghai est ainsi unanimement salué par la presse chinoise qui se félicite de l' « esprit de Shanghai » -qualifié de « précieux trésor » par Jiang Zemin et caractérisé par la confiance mutuelle, l’égalité, le principe de consultation, le respect de la diversité des civilisations- qui règne selon elle entre la Chine et ses partenaires932. En quelques années, utilisant très pragmatiquement les occasions offertes par le contexte international, Pékin a donc réussi à faire passer son programme en faisant de la lutte contre les « trois fléaux » un des leitmotivs de la nouvelle organisation régionale fondée à l’été 2001. Il restait cependant encore à cette dernière à démontrer son efficacité. Malgré tout, par ses efforts au sein du « Groupe de Shanghai » et sur le plan bilatéral avec ses partenaires centre-asiatiques, Pékin pensait avoir sécurisé son arrière-cour au Xinjiang et également limité, avec l’assistance de la Russie, l’influence américaine en Asie centrale. La suite des événements après le 11 septembre 2001 allait pourtant démontrer que ce calcul n’était pas complètement exact. Vu depuis Pékin, en pénétrant militairement en Asie centrale dans le sillage de sa campagne contre les taliban, Washington a en effet réintroduit de l’incertitude dans cette zone. La rapidité avec laquelle les républiques centre-asiatiques mais aussi la Russie se sont alignées sur la politique américaine démontrera non seulement les limites de l’influence de Pékin sur ses voisins centre-asiatiques et l’ambiguïté de leurs relations mais aussi celles du partenariat sino-russe et enfin la fragilité des assises de l’« Organisation de coopération de Shanghai ». C’est une partie au moins de sa stratégie que Pékin va être obligée de revoir dans la période post-11 septembre.

Notes

353 Voir « Xinjiang CPC’s decision on speeding up reform », Urumqi Television Network dans FBIS-CHI-92-056, March 23, 1992. Des observateurs bien informés pensaient au début des années 1990 que les Ouïgours pourraient devenir des « intermédiaires » importants entre la Chine et l’Asie centrale pour le commerce. Cette prédiction s’est avérée en partie exacte mais dans la seconde moitié des années 90, leur rôle est passé au second plan. Un des exemples de cette réussite de certains marchands ouïgours à la fin des années 80/début des années 1990 est l’extraordinaire ascension sociale de la femme d’affaire ouïgoure Rebiya Khadeer, d’abord vantée comme un modèle de réussite dans la presse chinoise, elle a ensuite été arrêtée et emprisonnée au Xinjiang en 1999 puis condamnée en mars 2000 à huit ans de prison pour avoir « divulgué des secrets d’Etats », en l’occurence des articles de la presse locale du Xinjiang. Rebiya Khadeer a finalement été libérée en mars 2005 et s’est exilée aux États-Unis. Elle est devenue présidente du Congrès mondial ouïgour et de l’Association ouïgoure américaine (American Uyghur Association).

354 Voir dans le cas des Tadjiks du Xinjiang, « Xinjiang’s Tadjik Nationality engages in Trade », Xinhua dans FBIS-CHI-94-035, February 22, 1994 et dans celui des Kazakhs du Xinjiang « Kazakh herdsmen take up tourism services in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-94-160, August 24, 1994.

355 Selon Xinhua, les cadres appartenant aux minorités représentent 47 % du total des cadres de la région autonome du Xinjiang en 1995. Sur les neufs présidents et vice-présidents de la région autonome, 5 appartiennent aux minorités ethniques. Dans les départements du gouvernement, au niveau provincial, les cadres appartenant aux minorités ethniques représentent 67 % de l’ensemble des cadres et au niveau du district, 83 % des chefs de districts sont membres des minorités ethniques du Xinjiang. « Minority officals more prominent in Xinjiang », Xinhua dans FBIS-CHI-95-206, October 25, 1995. L’importance du nombre de cadres issus des minorités ethniques ne signifie pas que le pouvoir de décision leur appartient. Voir SAUTMAN, B., « Preferential Policies for Ethnic Minorities in China : The Case of Xinjiang », Nationalism and Ethnic Politics, vol. 4, n° l/2, Spring/Summer 1998, p. 96.

356 Concernant ces mesures préférentielles et leurs limites voir Idem, pp. 86 et ss..

357 Une chaîne de télévision en kazakh à destination de la minorité kazakhe du Xinjiang a par exemple été lancée en mars 1994. La promotion de cadres féminins appartenant aux minorités nationales est également encouragée.

358 Selon le directeur du bureau des affaires étrangères du Conseil des affaires de l’État, les objectifs de la politique périphérique sont les suivants : « actively develop friendly relations with the surrounding countries, preserve regional peace and stability, and promote regional economic cooperation ». Cité dans ZHAO, Suisheng, « China’s periphery policy and changing security environment in the Asia-Pacific region », (http://www.ciaonet.org/wps/evm01/zhs01.pdf.).

359 Zhang Jian dans PACK. J., « China and Russia kick off new Great Game », Jonh-son’s Russia List, June 15, 2001.

360 « Discusses issues with Li Peng » Xinhua dans FBIS-CHI-93-043, March 8, 1993.

361 Voir la réaction chinoise face à l’échec du coût d’état d’août 1991 dans « The situation facing China and China’s Strategic choices following the Soviet Coup », dans China Documents Annual 1991, From Crisis to Inertia, edited by Peter R. Moody, Academic International Press, America, 1995, pp. 320-331 et GAO, Di, « Problems posed by the Soviet Situation, 30 august 1991 », dans Idem, pp. 312-318.

362 Le Kirghizstan et l’Ouzbékistan se sont déclarés indépendants le 31 août 1991, le Tadjikistan, le 9 septembre et le Turkménistan le 27 octobre. Le Kazakhstan le fera le 16 décembre 1991.

363 « Li Peng comments on sino-soviet relations » dans China Documents Annual 1991, From Crisis to Inertia, edited by Peter R. Moody, Academic International Press, America, 1995, p. 319.

364 XU, Kui, « Russia’s Relations with Central Asia and China, and the Question of Integration into the Asian Economy », January 31, 1996 (http://www.irex.org/pubs/scholarpapers/kuipaper.asp)

365 « Zhongguo Hasakesitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, January 5, 1992.

366 « Zhongguo Wuzibiekesitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, January 5, 1992.

367 « Zhongguo Tajikesitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, January 4, 1992.

368 « Zhongguo Jierjisisitanjian jiao gong bao », Renmin Ribao, Janvier 5, 1992.

369 « Zhongguo Tukumansitan jian jiao gong bao », Renmin Ribao, Janvier 6, 1992.

370 Voir « China-Tajikistan statement », Xinhua dans FBIS-CHI-93-046, March 11, 1993 et « PRC-Tajikistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-185, September 20, 1996.

371 Sur le différend frontalier sino-soviétique, devenu du fait de l’accession à l’indépendance du Tadjikistan un conflit sino-tadjik, voir infra

372 Voir XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 62 et XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 99.

373 Les troupes soviétiques ont quitté la Mongolie extérieure à partir du début de l’année 1991.

374 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., pp. 62-63.

375 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 210.

376 « Further reportage on Kyrgyzstan President’s visit. Communique expresses ’satisfaction’ », Xinhua dans FBIS-CHI-92-096, May 18, 1992.

377 « Calls for more active Kyrgyzstan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.

378 « Joint communique on Summit », Xinhua dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.

379 « Says tour no threat to Russian Ties », AFP dans FBIS-CHI-94-074, April 18, 1994 et « Comments on Li Peng’s Central Asia visit », Xinhua dans FBIS-CHI-94-077, April 21, 1994.

380 « Economic cooperation guidelines », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

381 Voir la déclaration sino-kazakhe du 21 octobre 1993 dans « Joint statement on remations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-202, October 21, 1993.

382 « Sino-Uzbek statement on relations issued », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-210, October 27, 1994.

383 XING, Guangcheng, « China and Central .Asia », dans Central Asian security : the new international context, op. cit., p. 167.

384 XING, Guangcheng, « Zhongguo yu Zhong Ya guojiade guanxi », Slavic Research Center Occasional Papers, Hokkaido University, n° 85, May 2002, p. 24.

385 XING, Guangcheng, « China and Central Asia », dans Central Asian security : the new international context, op. cit., p. 166.

386 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July 4, 1996.

387 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-185, September 20, 1996.

388 « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov » Xinhua Domestic Service dansFBIS-CHI-2000-0706, July 6, 2000.

389 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 62.

390 L’Ouzbékistan a une large population et une économie relativement développée, c’est pourquoi la Chine attache une grande importance à ses relations avec ce pays. Voir « Interviewed on Uzbekistan visit », Xinhua domestic service dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992. En contraste, les relations ne semblent pas être aussi proches avec le Kirghizstan à ce moment. Bichkek a choisi pendant cette période de se tourner par priorité vers les Occidentaux avec qui la RPC vient à peine en 1992 de renouer après une période de refroidissement consécutive à la répression du Printemps de Pékin.

391 D’après Zhongguo Waijiao Gailan 1992, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiao-bu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1993, pp. 238-255. et Zhongguo Waijiao Gailan 1993, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1994, p. 263.

392 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., pp. 181-197.

393 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 63.

394 « Déclaration de la Chine sur l’arrêt de ses essais nucléaires », Documents d’actualité internationale, n° 19, 1er octobre 1996, p. 774.

395 Détails des infrastructures de Semipalatinsk « Kazakhstan : Semipalatinsk Test Site », October 3, 2001 (http://nti.org/db/nisprofs/kazakst/xveafacil/semipala.htm). Ces infrastructures seront détruites entre 1997 et 2000, la dernière en juillet 2000, grâce à une coopération entre le Kazakhstan et les États-Unis. Voir « Kazakhstan : Semipalatinsk Test Site Developments », October 23, 2003 (http://nti.org/db/nisprofs/kazaksl/wea-facil/semidev.htm).

396 Par exemple DICKEY, C, « A lethal Game », Newsweek, February 3, 1992, p. 17.

397 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 135-136.

398 Voir les craintes kazakhes à l’égard de ces pays dans Idem, p. 136. Egalement le point de vue kazakh dans KASENOV, « Hasakesitande duiwai zhengce he guojia an-quan zhanlüe », Xiandai Guoji Guanxi, n° 3, 1992, pp. 4-7.

399 Cité dans XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 136.

400 « Kazakhstan Foreign Minister arrives in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-92-54, August 10, 1992 ; « Holds talks with Qian Qichen », Xinhua dans FBIS-CHI-92-154, August 10, 1992 ; « Meets Li Peng », Xinhua dans FBIS-CHI-92-154, August 10, 1992 ; « Departs for Home », Xinhua dans FBIS-CHI-92-154, August 10, 1992.

401 « Kazakh Foreign Minister interviewed on visit », Beijing Radio dans FBIS-CHI-92-160, August 16, 1992.

402 « Hong Kong Journal Discusses Xinjiang Stability », Tangtai dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994.

403 Voir XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 190 et ss..

404 Sur l’assistance américaine pour l’élimination des infrastructures militaires nucléaires dans l’espace ex-soviétique voir Dismantling the Cold War : U.S. and NIS perspectives on the Nunn-Lugar Cooperative Threat Reduction Program, John M. Shields and William C. Potter editors, Cambridge, Mass., MIT Press, 1997, xx-426p.

405 XING, Guangcheng, « China and Central Asia : Towards a New Relationship » dans ZHANG, Yongjin, AZIZIAN, R., Ethnic challenges beyond Borders. Chinese and Russian Perspectives of the Central Asian Conundrum, New York, St Martin Press, 1998, p. 155.

406 Le Traité START 1 qui prévoyait la réduction des forces stratégiques soviétiques et américaines a été signé le 31 juillet 1991.

407 « Kazak Officials On Nuclear Weapons Withdrawal », Panorama, n° 9, April 1993, p. 6.

408 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-2002, October 21, 1993.

409 Idem.

410 « Tokayev on Priorities of Foreign Policy », Kazakstanskaya Pravda dans FBIS-SOV-94-211, October 22, 1994.

411 « Islamic fundamentalism, China threaten Almaty », Panorama dans FBIS-SOV-94-210, October 22, 1994. Ce chiffre est très surestimé. En réalité, les forces de l’APL sont beaucoup moins nombreuses.

412 « Paper on Border questions, expansionism », Ekspress dans FBIS-SOV-95-095, May 12, 1995.

413 « CSCE Security Guarantees welcomed for Kazakhstan », Itar-Tass dans FBIS-OV-94-236, December 7, 1994 et « Nazarbaev’s New Year Address », Almaty Kazakhstan Television dans FBIS-SOV-95-001, December 31, 1994.

414 « Kazakhstan ships out all nuclear arms », Xinhua dans FBIS-CHI-95-101, May 25, 1995 et « Kazakhstan : Nuclear Weapons Overview », November 2002 (http://nti.org/db/nisprofs/kazakst/weapons/nuclearw.htm).

415 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, op. cit., p. 190 et ss.

416 Voir « Security Assurance to Kazakhstan Pledged », Xinhua dans FBIS-CHI-95-026, Febuary 8, 1995.

417 « Kazakhstan confirms it is nuclear free », Omri Daily Digest, vol. 1, n° 101, May 25, 1995.

418 FESBACH, M., FRIENDLY, A., Ecocide in the URSS : health and the nature under siege, New-York, Basic Books, 1992, xvii-367p.

419 Voir les retombées des essais nucléaires chinois dans YAMAMOTO, M., HOSHI, M., TAKADA, J., SAKAGUCHI, A., APSALIKOV, K. N., GUSEV, B. I., « Current levels and distribution of 137Cs and Pu isotopes in soil on the Kazakhstan territory of the Kazakhstan-Chinese border : Semipalatinsk and Lob Nor nuclear test sites detonation », Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, vol. 261, n° 3, 2004, pp. 533-545.

420 Selon KHODJAMBERDIEV, I., « The Environmental Movement in Kyrgyzstan », Central Asia Monitor, n° 4, 1995, p. 15 et SEGAL, G., « Deconstructing foreign relations » dans China Deconstructs. Politics, Trade and Regionalism, Edited by David S. G. Goodman and Gerald Segal, London and New-York, Routledge, 1994, p. 341.

421 Les 21 mai 1992 ; 25 septembre 1992 ; 5 octobre 1993 ; 10 juin 1994 ; 7 octobre 1994 ; 15 mai 1995 ; 17 août 1995 ; 8juin 1996 et enfin 29juillet 1996.

422 Sur cette organisation SCHATZ, E. A. D., « Notes on the ’Dog that didn’t Bark’ : eco-internationalism in late Soviet Kazakstan », Ethnic and Racial Studies, vol. 22, n° l, January 1999, pp. 136-161.

423 HORSMAN, S., « Environmental security in Central Asia », RIIA Briefing Paper, n° 17, January 2001, p. 4.

424 « Sides issue joint communique », Xinhua dans FBIS-CHI-92-041, March 2, 1992.

425 « Text of joint Communique », Xinhua dans FBIS-CHI-92-051, March 16, 1992.

426 « Minister ’pleased’ with ties », Xinhua dans FBIS-CHI-92-227, November 24, 1992 et « Qian Qichen discusses Kazakh border talks », Xinhua dans FBIS-CHI-92-228, November 25, 1992.

427 « Nuclear tests despite protest », ETIC Bulletin, vol. 3, n° 5, October 1993.

428 Voir ETUE, The Consequences of Nuclear Tests in Eastern Turkestan, dans http://et.4t.com/nucleartests.html

429 « Nuclear tests despite protest », op. cit.

430 « Exchanges view with Jiang », Itar-Tass dans FBIS-CHI-93-200, October 19, 1993.

431 « Kazakhstan président Nazarbaev discusses ties », Moscow Ostankino Television First Channel Network dans FBIS-CHI-93-217, November 12, 1993.

432 « Joint statement on relations issued », op. cit.

433 RASHID, A., « Chinese challenge », FEER, May 12, 1994.

434 Voir « More on briefing », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

435 « Foreign Ministry protest PRC Nuclear Test », Slovo Kyrgyzstana dans FBIS-SOV-94-212, October 21, 1994. La position officielle de la Chine dans « Spokesman confirms test », Xinhua dans FBIS-CHI-95-093, May 15, 1995.

436 « Chinese envoy defends PRC’s nuclear testing », Aalam dans FBIS-SOV-95-019, January 12, 1995.

437 « Uighurs protest Chinese nuclear testing », Kazakhstana Pravda dans FBIS-SOV-95-037, February 17, 1995.

438 « Parliament passes currency law ; protests PRC nuclear test », Bishkek Kyrgyz Radio First Program dans FBIS-SOV-95-098, May 19, 1995.

439 MARTIN, K., « China and Central Asia : Between Seduction and Suspicion », RFE/RL Report, vol. 3, n° 25, June 24, 1994, p. 33.

440 PANNIER, B., « Kazakhstan’s anti-nuclear marchers stopped before Chinese border », Omri Daily Digest, vol. 1., n° 153, August 8, 1995.

441 « ...differences over nuclear issue », Omri Daily Digest, vol. 1., n° 175, September 14, 1995 et « Holds news conference », Kyodo dans FBIS-CHI-95-177, September 13, 1995.

442 « China and Kazakhstan to jointly monitor effects of nuclear tests », Omri Daily Digest, vol. 1., n° 182, September 19, 1995.

443 « Scientists say no radiation from PRC nuclear tests », Kyrgyz Radio dans FBIS-SOV-96-027, February 7, 1996.

444 « Ministry Statement Criticizes PRC Nuclear Test », Kyrgyz Radio dans FBIS-SOV-96-115, June 11, 1996.

445 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131,July 4, 1996.

446 Ce traité sera ouvert à signature le 24 septembre 1996.

447 PANNIER, B., « Kazakhstan unhappy with Chinese nuclear test », Omri Daily Digest, vol. 2., n° 113, June 11, 1996 et « Foreign Ministry expresses ’deep concerns’ on PRC Nuke test », Itar-Tass dans FBIS-SOV-96-113, June 10, 1996.

448 « Qian Qichen Almaty news conference », Xinhua dans FBIS-CHI-96-131, July 5, 1996. Les propos de Jiang Zemin publiés dans Xinhua (service interne) sont cependant différents. Il n’y a aucune référence à d’éventuelles retombées des essais nucléaires et à leur surveillance par des scientifiques chinois. Ces propos ont-ils été supprimés pour le public chinois ? Voir « Jiang Zemin addresses Kazakhstan Parliament », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-132, July 5, 1996.

449 « ’Text’ of Sino-Kazakhstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July 5, 1996.

450 Voir la position officielle chinoise dans TANG, Hua, « Defending Highest Interests of State and Nation—Before and After China’s Temporary Suspension of Nuclear Tests », Liaowang, FBIS-CHI-96-206, October 7, 1996.

451 PI, Ying-Hsien, « Zhong Gong yu Zhong Ya guanxi », Zhongguo dalu yanjiu, Taiwan, vol. 37, n° 9, septembre 1994, p. 10

452 BARNETT, A. Doak, China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 373

453 Sur ce personnage voir le chapitre « Chinese Turkestan » dans BARNETT, A. Doak, China on the eve of Communist takeover, New York, Praeger, 1963, 371p. et BENSON, L., « Osman Batur : The Kazak’s golden legend » dans The Kazaks of China : essays on an ethnic minority, edited by Linda Benson and Ingvar Svanberg, Uppsala, Ubsaliensis S. Academiae, Stockholm Distributor, Almqvist & Wiksell International, 1988, pp. 141-188.

454 Voir « Xinjiang ’Da Zujin’ yanjiu » dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang shi yanjiu, op. cit., pp. 279-291.

455 Voir LI, Danhui, « A Historical Examination of the origin of the 1962 I-Ta Incident supported by materials from Archives in Xinjiang, China », Social Sciences in China, vol. xxii, n° 3, Autumn 2001, pp. 140-161.

456 KUZIO, T, « Nationalist riots in Kazakhstan », Central Asian Survey, vol. 7, n° 4, 1988, pp. 79-100.

457 AKINER, S., The Formation of Kazakh Identity. From Tribe to Nation-State, Former Soviet South Project, The Royal Institute of International Affairs, 1995, pp. 53-55.

458 BARNETT, Doak A., China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 359.

459 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 137.

460 OLCOTT, M. Brill, The Kazakhs, Stanford California, Hoover Institution Press, 1995, 2d ed., pp. 137 et ss.

461 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 137. Les mouvements nationalistes les plus importants au Kazakhstan, au début des années 1990, étaient Azat (Liberté), le Parti Republicain, Zheltoksan et enfin Alash. Dans OLCOTT, M. Brill, The Kazakhs, op. cit., p. 279.

462 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 138.

463 « Hong Kong journal Discusses Xinjiang Stability », op. cit.

464 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 137-138.

465 « Economics accords signed », AFP dans FBIS-CHI-92-038, February 26, 1992. Selon l’ETIC, le premier ministre kazakh aurait au contraire lancé un appel aux Kazakhs ethniques de Chine afin qu’ils rentrent au Kazakhstan. Voir Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 2, March 1992, p. 5.

466 « Sides issue joint communique », op. cit.

467 « Hong Kong journal Discusses Xinjiang Stability », op. cit.

468 Sur les Russes au Kazakhstan voir LARUEI.I.E M., PEYROUSE, S., Les Russes du Kazakhstan. Identités nationales et nouveaux États dans l’espace post-soviétique, Paris, Maisonneuve & Larose - Ifeac, 2004, 354p.

469 Chiffres tirés de KAMALOV, A., « Uighur community in 1990s Central Asia. A decade of change », op. cit., p. 158 (tableau 8.4).

470 Idem

471 « Xinjiang ethnic groups permitted to migrate », Chien Shao dans FBIS-CHI-96-180, August 1, 1996.

472 Voir VOSKRESSENSKI, A. D., « Current concepts of Sino-Russian relations and frontier problems in Russia and China », Central Asian Survey, vol. 13, n° 3, 1994, p. 366.

473 Certains auteurs chinois présentent les Kazakhs comme une « nationalité/minorité » « chinoise » (zhonghua minzu) « transnationale » (kuajing). Qi Qingshun notait ainsi dans un article de la revue Xiyu Yanjiu publié en 1999 que la « nationalité/minorité kazakhe est un des membres importants de la grande famille chinoise, et c’est également la plus importante minorité transnationale de la Chine contemporaine », dans QI, Qingshun, « On forming of Kazakh as transnational nationality », Xiyu Yanjiu, n° l, 1999, pp. 81-90.

474 « Xinjiang ethnic groups permitted to migrate », op. cit.

475 « Qian Qichen Almaty news conference », Xinhua dans FBIS-CHI-96-131, July 5, 1996.

476 « Fighting Poverty For A Better Future », Human Development Report Republic of Kazakhstan 2000, Commissioned by the United Nations Development Programme, Almaty, 2001, p. 6.

477 U.S. Commute for refugees, « Kazakhstan » dans World Refugee Survey 2003 Country Report, http://www.refugees.org/world/countryrpt/scasia/2003/kazakhstan.cfm

478 SADOVSKAYA, Elena Y, « Chinese Migration to Kazakhstan : a Silk Road for Cooperation or a Thorny Road of Prejudice ? », China and Eurasia Forum Quarterly, vol. 5, n° 4, 2007, p. 158.

479 BARNETT, Doak A., China’s Far West. Four Decades of Change, op. cit., p. 359.

480 Voir les remarques dans BENSON, L., SVANBERG, I., China’s Last Nomads. The History and Culture of China’s Kazaks, op. cit., pp. 121 etss.

481 Voir RANGAS, R., « Immigration limits in Kazakhstan », Omri Daily Digest, vol. 2, n° 84, April 29, 1996 et SMOLAYNINOVA, E., « Kazakstan : Returnee Hopes Shattered », IWPR’S Reporting Central Asia, n° 170, December 19, 2002.

482 AKINER, S., The Formation of Kazakh Identity. From Tribe to Nation-State, op. cit., pp. 68-69.

483 SMOLAYNINOVA, E., « Kazakstan : Returnee Hopes Shattered », op. cit.

484 « Chinese Ambassador to Kazakhstan meets members of Kazakh Parliament », RFE/RL Kazakh News, January 24, 2002.

485 « Significance of 5-nation military agreement discussed », Guoji Zhanwang dans FBIS-CHI-96-182, May 8, 1996.

486 « Li Peng addresses Uzbekistan parliament », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-076, April 20, 1994.

487 « Praises Li Peng’s trip », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994 et « Renmin Ribao hails Li Peng’s five-nation tour », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-084, May 2, 1994.

488 « More on briefing », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

489 Les auteurs chinois évoqueront plus tard le concept de « sécurité idéologique » en référence à cette menace.

490 Chiffre cité dans FERDINAND, P., « The New Central Asia and China » dans The New States of Central Asia and Their Neighbours, Edited by Peter Ferdinand, The Royal Institute of International Affairs, Council on Foreign Relations Press, New York, 1994, p. 103.

491 SADOVSKAYA, Elena Y, « Chinese Migration to Kazakhstan : a Silk Road for Cooperation or a Thorny Road of Prejudice ? », op. cit., p. 151.

492 « Russia, China ‘challenged’ sovereignty », Interfax dans FBIS-SOV-95-103, May 26, 1995.

493 Cité dans O’NEILL, M., « Hopes fade for an Uighur Homeland », South China Morning Post, June 21, 1999.

494 Chiffre cité dans CANAS, V., « NATO and Kazakshtan », Nato Parliamentary Assembly, 2005 Annual sessions, Committee Reports, (http://www.nato-pa.int/Default.asp?SHORTCUT=678)

495 « Russia, China ‘challenged’ sovereignty », op. cit.

496 « More on briefing », op. cit.

497 « Interview with Isa Yusuf Alptekin », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 1, n° 3, September 1991.

498 « International Uygur Union Formed », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 2, March 1992.

499 « Uighur Union Recognized », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 5, October 1992.

500 « International Uighur Union Meeting », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 6, December 1993.

501 « New Uighur Party in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 5, October 1992.

502 « Chinese bribes to Kyrgyzstan ? », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 5, October 1993.

503 « Kyrgyzstan broadcasts in Uighur », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 5, October 1993.

504 « Uzbekistan : Uighur minority demands more political rights », IRIN, December 7, 2004.

505 « Uighur language newspaper in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 2, June 1994.

506 « New Uighur Faculty in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 3, August 1994.

507 « Uigurs in the CIS give a warm welcome to Alptekin », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 2, n° 3, Juin 1992.

508 « Erkin Alptekin in Kazakhstan and Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 4, October 1994.

509 Idem.

510 « ETUE Official visits Central Asia », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 3, August 1994.

511 Voir le texte de ce document dans Record of the Meeting of the Standing Committee of the Political Bureau of the Chinese Communist Party concerning the maintenance of Stability in Xinjiang. Chinese Communist Party Central Committee Document (1996) n° 7 (http://uyghuramerican.org/Documents/no7.html)

512 Idem. Nous soulignons

513 « Economic Accords Signed », AFP dans FBIS-CHI-92-038, February 26, 1992.

514 « Sides issue joint communique », op. cit.

515 « Demonstration in Kazakhstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 3,June 1993.

516 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 263 et p. 267.

517 « Discusses international issues with Jiang », Xinhua dans FBIS-CHI-93-200, October 19, 1993.

518 « Joint statement on relations issued », Xinhua dans FBIS-CHI-93-202, October 21, 1993.

519 « Praises Li Peng’s Trip », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

520 « More on Briefing », op. cit.

521 « Holds talks with Kazakh leader », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

522 « Domestic version of talks », Xinhua dans FBIS-CHI-94-082, April 28, 1994.

523 « Kazakhstan reportedly bans Xinjiang Movement », Lien Ho Pao dans FBIS-CHI-95-039, February 28, 1995.

524 MARTIN, K., « China and Central Asia : Between Seduction and Suspicion », op. cit, p. 29.

525 DAVE, B„ « Nazarbaev concludes China visit », OMRI Daily Digest, vol. 1, n° 179, September 14, 1995, p. 2.

526 « Leaders sign accord », Xinhua dans FBIS-CHI-95-176, September 12, 1995 et « Zhongguo Hasakesitan lianhe shengming », Renmin Ribao, September 13, 1995.

527 « Kazakhstani official comments on visit », Xinhua dans FBIS-CHI-95-180, September 18, 1995.

528 Dans RAMAN, B., « Continuing Unrest in Xinjiang », Sapra India, March 14, 1999.

529 « Kazakhstan : Moscow embassy releases statement on Uygur unrest in China », Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-127, May 7, 1997.

530 Vitaliy Khlyupin cite dans « Uighur spokesman highlight complaints about treatment by Kazakhstan, China », Almaty Agentstvo Politicheskikh Issledovaniy dans FBIS-CHI-2001-0621, June 18, 2001.

531 LISCIA, C, « Au Kazakhstan, la nostalgie des réfugiés », le Monde diplomatique, Septembre 1997, pp. 10-11.

532 Idem.

533 KAMALOV, A., « Uighur community in 1990s Central Asia. A decade of change », op. cit., p. 162.

534 WORKING, R., « Fighting for independence in the shadow of a Goliath », The Japan Times, November 6, 2001.

535 Idem.

536 NADYROV, Sh. M., « Uighurs of Kazakhstan. Socio-Economic Situation », Himalayan and Central Asian Studies, vol. 7, n° 2, April-June 2003, p. 92.

537 DAVE, B., « Kazakhstan warns Uighurs in China against secession », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 78, April 19, 1996.

538 THOENES, S., « Divided Uighurs short on hope and friends », Financial ’Times, May 25-26, 1996, p. 3.

539 KANGAS, R., « Nazarbaev to ignore uighur pleas while in China », Omri Daily Digest, vol. 2, n° 82, April 25, 1996.

540 BEZANIS, L., « China, Central Asians join forces », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 85, April 30, 1996.

541 « Xinjiang’s targets splittists’ in anticrime drive », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-097, May 1, 1996.

542 «  PRC : Xinjiang launches ‘severe’ crackdown campaign », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-096, April 29, 1996 ; « PRC : Xinjiang targets ‘splittists’ in anticrime drive », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-097, May 1, 1996 ; « Authorities attack politicized Islam in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-102, May 23, 1996 et « Anti-crime campaign used to pressure separatists, Says Activist », China News Digest, June 5, 1996.

543 « Janabil article stresses unity, stability », FBIS-CHI-98-019, January 19, 1998.

544 « Xinjiang meeting discusses stability, religion », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-96-089, May 6, 1996 et « Xinjiang schism worries Beijing », The Herald Tribune, May 13, 1996.

545 « Large scale troop movements reported in Xinjiang », FEER, June 13, 1996.

546 Cité dans TOENES, S., « Divided Uighurs short on hope and friends », op. cit., p. 3.

547 « Illegal Mosques, religious schools dismanteld in Tibet (sic.) », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-96-113, June 7, 1996.

548 « Uygur rebels claim more attacks on forces in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-139, July 10, 1996.

549 « Xinjiang to remove unwanted influences from colleges », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-96-107, June 1, 1996 et « China cracks down on campus Muslim separatists », Reuters, June 3, 1996.

550 « Authorities call for harsh punishment of separatist cadres », AFP dans FBIS-CHI-96-104, May 27, 1996.

551 « Xinjiang Party Secretary Economic Development, Separatism », Liaowangdans FBIS-CHI-2001-0710, June 25, 2001 ; DILLON, M., « Chinese cadres attempt to win hearts and minds in Xinjiang », The Analyst, April 25, 2001.

552 « Xinjiang Party committee rebuilds grass-root organizations », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-111 June 2, 1996 et « Strenghten grass-roots organizations to combat separatism », Xinjiang Ribao dans FB/.S-CHI-96-205, July 2, 1996.

553 « On need to strenghten Party’s ruling position in rural areas », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-252, September 27, 1996.

554 « On Safeguarding cadres against splittism », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-118, May 10, 1996.

555 « Commentary on anti-splittism work in Xinjiang », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-139, June 12, 1996 ; « Xinjiang TV commentary on certain victory over splittists », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CH1-96-118, June 12, 1996 et « PRC Pact with Russia said to thwart ’Moslem separatists’ », AFP dans FBIS-CHI-96-117, June 17, 1996.

556 « Foreign Ministry denies linkage of treaty, Xinjiang ’Purge’ », Panaroma dans FBIS-SOV-96-113, June 7, 1996.

557 « Kazakhstani President on Jiang Zemin visit », Xinhua dans FBIS-CHI-96-117, June 14, 1996 et « Kazakh President Previews visit by Jiang Zemin », Xinhua dans FBIS-CHI-96-123, June 25, 1996.

558 Voir FORNEY, M., « Uigur fire », FEER, February 27, 1997.

559 « ’Text’ of Sino-Kazakhstan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-131, July 5, 1996.

560 « Xinjiang to Intensify ’Strike-Hard’ Struggle in Winter » Xinjiang Ribao, FBIS-CHI-96-236, November 25, 1996 et « Xinjiang Launches Spring ‘Strike-Hard’ Campaign », Xinjiang Ribao FBIS-CHI-97-062, March 18, 1997.

561 BROT, M., « L’armée chinoise en alerte maximale dans le Xinjiang », Journal de Genève, Mars 6, 1997.

562 Dans http://www.chinainformed.com/Archive/x9703/970326.html. Voir également sur cette déclaration PANNIER, B., « The security of Kazakhstan’s border », Omri Daily Digest, vol. 3, n° 60, March 26, 1997.

563 Dans FORNEY, M., « Uigur fire », op. cit, pp. 17-21.

564 Voir « Uygur rebels claim more attacks on forces in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-139, July 10, 1996 ; « Rebels claims spate of railway attacks in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-151, August 3, 1996, « Security Police Deny Deaths of 450 soldiers in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-137, July 16, 1996 ; « Opposition claims 57 000 people arrested in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-242, December 15, 1996 ; « AFP Reports Further on clashes in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-96-107, May 31, 1996 ; BRANSTEN, J., « Kazakhstan : Exiled Uighurs Step Up Fight Against Beijing », RFE/RL., October 14, 1997.

565 NAUDET, J.-B., « Les réfugiés au Kazakhstan rêvent de lutte armée ‘contre un milliard de Chinois’ », le Monde, Août 28, 1997.

566 BEZANIS, L„ « Bowing to Beijing over Xinjiang ? », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 36, February 20, 1997.

567 « Jiang-Kazakh President talks on Xinjiang riots ’confirmed’ », South China Morning Post dans FBIS-CHI-97-034, February 20, 1997.

568 BEZANIS, L., « Nazarbaev’s timely trip to China », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 38, February 24, 1997.

569 « Jiang Zemin vows to continue Deng’s Reforms », Xinhua dans FBIS-CHI-97-036, February 21, 1997.

570 « Nazarbaev views future cooperation with PRC », Kazakhstanskaya Pravda dans FBIS-SOV-97-041, February 25, 1997.

571 PANNIER, b., « Uighur protest at Chinese embassy in Kazakhstan », Omri Daily Digest, vol. 3, n° 56, March 20, 1997.

572 « China, Russia : Text of Qian Moscow Press Conference » Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-080, April 25, 1997.

573 Voir « 50 Uighur demonstrators arrested in Almaty », AFP dans FBIS-SOV-97-118, April 28, 1997 et « Rally protests execution of Uyghurs in China », Interfax dans FBIS-SOV-97-118, April 28, 1997.

574 « Court sentences 32 ethnic Chinese (sic.) for unlawful rally », Interfax dans FBIS-SOV-97-119, April 29, 1997.

575 « Uyghur demonstration in Almaty », RFE/RL Newsline, August 1, 1997.

576 « Chi Haotian urges Xinjiang troops to keep high alert », Xinhua dans FBIS-CHI-97-175, June 24, 1997 et « Chi Haotian inspects military units in Xinjiang », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-97-175, June 24, 1997.

577 « ’Exterminate’ separatism says Xinjiang official », AFP dans FBIS-CHI-97-183, July 2, 1997.

578 « Xinjiang leaders stress continued crakdown on separatism » Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-232, August 20, 1997.

579 « AFP reports call to crush Xinjiang’s Muslim Separatists », AFP dans FBIS-CHI-97-234, August 22, 1997 et « PRC official on punishing splittists », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-323, November 19, 1997.

580 « NPC official urges no compromise in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-97-252, Septembre 9, 1997.

581 « Xinjiang secretary rejects leniency for ‘Terrorists’ », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-97-260, September 17, 1997.

582 « Xinjiang secretary addresses discipline » Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-068, March 4, 1997.

583 « Kazakh Uighurs appeal for help for Chinese Uighurs », Almaty Delovaya Nedelya dans FBIS-SOV-98-021, January 21, 1998.

584 ETIC, « Three Uyghur political asylum seekers deported from Kazakstan to China », WUNN, February 12, 1999 et ETIC, « Kasakistan Government deport political refugees to China », WUNN, June 15, 1999.

585 ETIC, « Chinese court sentences three Uighurs to death », WUNN, April 19, 2001 et Amnesty International, Torture/Health concern/Unfair trial/Fear of execution People’s Republic of China (PRC), AI Index : ASA 17/28/99, 12 August 1999.

586 Cite dans « Uighur spokesman highlight complaints about treatment by Kazakhstan, China », op. cit.

587 « China, Kazakhstan vow to fight separatists », BBC News, November 24, 1999.

588 « China - Kazakhstan, agreement reached », BBC Online, November 24, 1999.

589 Voir CARRY, Galiya, « Ethnic Chinese in Kazakhstan », World, June 29, 2001.

590 « Kazakh police kill four Uighur activists », RFE/RL Newsline, September 29, 2000 et « Members of Uyghur separatist group killed in Almaty during fighting with police », RFE/RL Kazakh Report, October 13, 2000.

591 « Uighur spokesman highlight complaints about treatment by Kazakhstan, China », op. cit.

592 « Kazakhstan’s Uighur minority abjurs separatism », RFE/RL, October 16, 2000. Un autre exemple de cette association des Ouïgours avec le séparatisme sera à nouveau dénoncé par le même représentant ouïgour quatre ans plus tard à l’occasion de la parution dans Kazakhstanshaya pravda, d’un article rédigé par Aliya Akhmetova et intitulé « Kazaks face a hidden threat ». Cette fois cependant, cette rhétorique est condamnée par le ministre de l’intérieur kazakh. Kazakhstanshaya pravda après avoir soutenu sa journaliste fait paraître un communiqué très intéressant dans lequel il affiche une position en faveur de l’indépendance du Turkestan oriental pour des raisons stratégiques. On peut y lire que « This paper has repeatedly expressed support for the national liberation movement of Uighurs of Eastern Turkmenistan (sic) (...)We continue to believe that an independent Uighur state serving as a buffer zone for Kazakstan in the east would be very beneficial for our country ». Cité dans BUKHARBAEVA, G., « Newspaper Slur Angers Uighurs », Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 259, January 23, 2004.

593 Voir ETIC « The sad truth » WUNN, August 31, 2001.

594 D’après OKA, Natsuko, « Transnationalism as a Threat to state Security ? Case studies on Uighurs and Uzbeks in Kazakhstan », op. cit., p. 367.

595 « Dilbirim Samsakova. Killed in Kazakhstan », Uighur Affairs Survey, vol. 1, n° l, septembre 2001, p. 5

596 « Uighur threat to Central Asia, China linked to Bin Laden », RFE/RL., June 4, 2001.

597 « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia and Tajikistan on the Almaty Meeting,July 3, 1998 », Xinhua dans FBIS-CHI-98-184, July 3, 1998.

598 Voir KALIEV, A., « Almaty fears Uighur Militants », Ipwr’s Reporting Central Asia, n° 29, November 10, 2000 et CHEBOTAREV, A., « Representatives of the Uighur Diaspora in Kazakhstan are Troubled by the Attitudes of the Official Agencies Toward Their Problems », Almaty Agentstvo Politicheskikh Issledovaniy dans FBIS-CHI-2001-0621, June 18, 2001. Discussions avec des représentants des organisations ouïgoures du Kazakhstan et du Kirghizstan à Bruxelles, octobre 2001. A l’été 2001, un journal russe a également établi un lien entre les revendications des Ouïgours sur le Xinjiang et Ben Laden, qualifiant le mouvement national ouïgour de menace non seulement pour la Chine mais aussi pour l’ensemble de l’Asie centrale, la Russie et même l’Occident. Voir
« Uighur national separatist movement may threaten not only China »,
Transcapian Project, June 26, 2001.

599 Discussions avec des représentants des organisations ouïgoures du Kazakhstan et du Kirghizstan à Bruxelles, octobre 2001.

600 « Qian Qichen meets with Kyrgyz Foreign Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-93-167, August 31, 1993. Le Zhongguo Waijiao Gailan 1993 mentionne seulement que les deux parties ont exprimé leur opposition à « tout mouvement séparatiste ethnique » dans Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 271.

601 « Kyrgyz-PRC security bodies reach agreement on cooperation », Itar-Tass dans FBIS-SOV-96-219, November 11, 1996 et « Kyrgyzstan, China agree to fight smuggling », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 219, November 12, 1996.

602 A. Akaev cité dans Zhongguo Waijiao Gailan 1994, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1995, p. 294.

603 « Beijing issues communique on Li Peng visit to Kyrgyzstan », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-94-079, April 25, 1994.

604 NISSMAN D., « The Kyrgyz, the Uighurs, and Xinjiang », PRISM, vol. 1, Issue 18, September 1, 1995.

605 Il s’agit du « Kyrgyzstan Uighur Unity », du « Comité Lob Nor » et de la « Uighuristan Freedom Organization ».

606 Cette association est la première organisation fondée par une minorité ethnique au Kirghizstan à avoir été enregistrée dans le pays.

607 « Uighur activists warned against secessionist agitation », Asaba dans FBIS-SOV-95-006, January 6, 1995.

608 « Kyrgyz warn Uighur Organization », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 5-6, December 1994.

609 Dans « Demonstration in Kyrgyzstan », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 4, n° 4, October 1994.

610 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1996, p. 295 ; également « Jiang Zemin meets Dzhumagalov », Xinhua dans FBIS-CHI-95-208, October 27, 1995.

611 Dans « Li, Kyrgyz officials view border settlement », Xinhua dans FBIS-CHI-95-206, October 25, 1995.

612 Selon un article du journal Vecherni Bishkek, cette association enregistrée en République kirghize et rassemblant de très nombreux Ouïgours du Kirghizstan disposait en 2000 de branches locales dans toutes les régions de la République. Voir « A new Chairman of Republic Uighur Society ’Ittipak’ has been chosen », Vecherni Bishkek, July 3, 2000 (http://www.eurasianet.org). Elle est restée active dans la période post-11 septembre.

613 DAVE, B., « Temporary Ban on Uighur Society in Kyrgyzstan », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 70, April 9, 1996, p. 3 et ET1C, « Uyghur Society Tttipak’ in Kirgizstan suspended for three months », WUNN, July 12, 1996.

614 ETIC « Uyghurs in Kirgizstan decide not to involve in politics or crippled democracy in Kirgizstan », WUNN, November 11, 1996.

615 Ce dernier sera assassiné en mars 2000, officiellement par des « séparatistes » ouïgours. Ittipak est désormais dirigée par Rozmuhamet Abdulbakiev.

616 PANNIER, B., IDINOV, N., « Uyghur congress held in Kyrgyzstan », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 19, January 28, 1997.

617 EMMETT, E., « The Trial of Nations », February 3, 1999 (http://www.uyghuramerican.org).

618 ETIC, « A protest by the Uyghur community in Kirgizstan to visiting Chinese President Jiang Zemin », WUNN, July 7, 1996.

619 LIU, S., « Kazakhstan’s efforts hailed », China Daily, vol. 16, n° 4857, July 5, 1996, p. 1.

620 « ’Text’ of Sino-Kyrgyzs tan Joint Declaration », op. cit..

621 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1998, p. 365

622 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1999, p. 285

623 Idem, p. 283

624 BEZANIS, L., « Reactions to events on Chinese border with Kazakhstan », OMRI Daily Digest, vol. 3, n° 33, February 17, 1997.

625 La tolérance de Bichkek est cependant très relative. En 1997, le chanteur ouïgour Sultan Kurash (1959-2006), originaire du Xinjiang et considéré par les autorités chinoises comme un agitateur depuis 1993 a ainsi été arrêté en République kirghize. En séjour dans ce pays après sa fuite du Xinjiang en 1996, il espérait semble-t-il faire passer en contrebande 10 000 cassettes de ses chansons au Xinjiang. Il a été arrêté par la police kirghize et jeté en prison sans explication. Il y est resté neuf mois avant d’être relaché -également sans explication- et de se voir intimer l’ordre de quitter le territoire kirghize. Pris en main par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, il a vécu en Suède. Pour Kurash, ce sont les pressions de la Chine qui sont responsables de son emprisonnement puis de son expulsion. Voir HOH, Erling, « Sultan’s Song », FEER, September 30, 2004. Sa musique est par ailleurs interdite en Chine.

626 « Qian says muslim neighbors not to aid separatists », AFP dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997 et « Jiang Zemin meets with Kyrgyz President » dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997.

627 « Newspaper defends article on Human Rights of Uighur People », Res Publica dans FBIS-SOV-97-116, April 26, 1997.

628 « Kyrgyz President meets PRC defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-97-169, June 18, 1997.

629 « Chinese Defense minister in Kyrgyzstan », RFE/RL Newsline, June 19, 1997.

630 « Uighur separatist exiles see end to Central Asia help », AFP dans FBIS-CHI-97-169,June 18, 1997.

631 Zhongguo Waijiao Gailan 1998, op. cit., p. 283

632 « Jiang meets Kyrgyz President Akayev », Xinhua dans FBIS-CHI-98-184, July 3, 1998.

633 Voir « Jiang Zemin on curbing separatist activities », Ming Pao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998.

634 « Xinjiang exhibits pictures, artifacts of separatists », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-243, August 31, 1998.

635 Un argument qui a été entendu en tout cas au Kazakhstan puisqu’un représentant du ministère kazakh des affaires étrangères l’invoque en novembre 2000, KALIEV, A., « Almaty fears Uighur militants », Iwpr’s Reprting Central Asia, n° 29, November 10, 2000.

636 « Chi Haotian holds talks with Kvrgyzstan defense minsiter », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-039, March 29, 2000.

637 « The sad true », Eastern Turkistan Information Center, August 31, 2001 et PEU-CH, J.-C, « Central Asia : Uighurs say States yield to Chinese pressure », RFE/RL, March 29, 2001.

638 GREBENSHCHIKOV, I., « Kyrgyzstan Exploits Uighur Minority », IWPR’s Reporting Central Asia, n° 49, April 27, 2001.

639 Discussions avec des représentants des Ouïgours du Kazakhstan et du Kirghizstan à Bruxelles, octobre 2001.

640 Dans O’NEILL, M., « Hopes fade for an Uighur Homeland », South China Morning Post, June 21, 1999.

641 « Uyghur Students in Pakistan Face Deportation », Eastern Turhistan Information Center, May 25, 1997 et ANWAR, Y., Lettre à l’Ambassade du Pakistan concernant la question des étudiants ouïgours au Pakistan, Eastern Turkistan National Freedom Center, 2 juin 1997. Courrier électronique, 1p. et KHAN, I., « Chinese muslim to be deported from Pakistan », The Dawn, June 10, 2001.

642 « USCR Condemns China’s Execution of Uyghur, Refugee Whom Nepal 1 lad Forcibly Returned », Washington, D.C., October 27, 2003.(http://www.refugees.org/news/press_releases/2003/102703.cfm)

643 TOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, World Uyghur Youth Congress, October 23, 2003.

644 Amnesty International, « People’s Republic of China : Xinjiang Uighur Autonomous Region, Appeal for Uighurs arbitrarily detained », AI Index : ASA 17/002/1999, January 1, 1999.

645 « Three Uyghur Political Asylum Seekers Deported from Kazakstan to China », East Turkistan Information Center, February 12, 1999.

646 « Kazakhstan Reveals Uyghur Extraditions », RFE/RL, November 16, 2004.

647 « U.N. says Kazakhstan might have secretly deported Chinese asylum seeker », Associated Press, December 1, 2006.

648 Amnesty International, « Fear of Torture and Execution/Forcible return », ASA 17/029/2000,June 21, 2000.

649 TOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, op. cit.. Voir également « Uighurs deported to China face persecution », Irin, July 7, 2004.

650 XOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, op. cit.

651 « Prosecutors of China and Kyrghyzstan swear eternal friendship », ETIC, January 29, 2001

652 Ces individus étaient accusés d’avoir perpétré un attentat dans un minibus à Och le 30 mai 1998 et le 1er juin 1998 dans une maison privée de Och. Dans « Lawyers of ethnic Uighurs appeal against the death sentences », RFE/RL Kyrgyz News, March 23, 2001.

653 Voir GREBENSHCHIKOV, I., « Kvrgyzstan Exploits Uighur Minority », op. cit..

654 « Who is stirring up the myth of Uighur terrorism’ », Res Publika web site, May 27, 2003 (en russe), traduction anglaise (http://coranet.radiralptirty.org/pressreview/print_250.php ?func =detail&par=5997).

655 Selon Venera Jumataeva, le bureau du Procureur général d’Ouzbékistan a présenté Otabek Akhadov comme un membre du Mouvement islamique d’Ouzbékistan, le MIO. JUMATAEVA, V, « Kyrgyz Trial Angers Uigurs », IWPR’s Reporting Central Asia, n° 68, September 6, 2001.

656 « Ethnic Uighur leader in Kyrgyzstan shot dead », Reuters, March 29, 2000.

657 Outre le meurtre de Nigmat Bazakov, les quatre hommes présentés comme des membres du SAT (Shark Azatlyk Tashkilaty, ce qui signifie « Organisation pour la Libération de l’Orient », un groupe séparatiste ouïgour de tendance islamiste qui aurait été créé selon Venera Jumataeva au Xinjiang au début des années 1990) sont accusés d’avoir perpétré une attaque terroriste contre une délégation chinoise en visite à Bichkek le 25 mai 2000 (un officiel chinois abattu et quatre blessés) ainsi que du kidnapping d’un homme d’affaire chinois à Och, de possession illégale d’armes à feu, de faux, et d’autres délits mineures. Dans JUMATAEVA, V., « Kyrgyz Trial Angers Uigurs », op. cit..

658 TOHTI, M., Letter to the High Commissioner of UNHCR, op. cit.. Voir sur ce procès « Uighurs on Trial in Kyrgyzstan », RFE/RL Newsline, August 17, 2001 et USAEVA, N.. « Trial focuses attention on possible Uighur repression », RFE/RL, August 31, 2001.

659 Les mensuels « Ittipak » et « Vizhdan Avazi » ont un tirage très resteint, respectivement 1000 et 500 exemplaires. Dans GREBENSHCHIKOV, I., « Kyrgyzstan Exploits Uighur Minority », op. cit.

660 JUMATAEVA, V., « kytgyz Trial Angers Uigurs », op. cit.. Voir aussi « While Kyrgyzstan keeps another Uyghur in jail », RFE/RL Newsline, February 17, 1999.

661 « Sentences against Ethnic Uyghurs are appealed », RFE/RL Kyrgyz News, April 6, 2002.

662 « Who is stirring up the myth of ’Uighur terrorism’ », op. cit.

663 Eastern Turkestan Information Center, A special report on violations of human rights of Uighurs in East Turkistan by the Chinese authorities, September 10, 2000.

664 « Dilbirim Samsakova. Killed in Kazakhstan », op. cit., p. 5 et « Prominent Uyghur Chairwoman in Kazakhstan murdered in Cold blood », UIA, June 10, 2001.

665 « China-Tajikistan statement », op. cit..

666 Voir la disposition 2§1 « relations politiques » de la déclaration conjointe du 20 septembre 1996 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-185, September 20, 1996.

667 « China and Tajikistan signed Joint Statement », People’s Daily online, August 14, 1999.

668 « Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et le Tadjikistan sur le développement de leurs relations amicales et de bon voisinage et la coopération au xxie siècle », Juillet 2000.

669 « RMRB on Jiang’s visit to Tajikistan », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-2000-0705, July 5, 2000.

670 « Foreign Minister Qian Qichen interviewed on Uzbekistan Visit », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-92-226, November 23, 1992.

671 « Qian Qichen meets Saidqasymov », Xinhua dans FBIS-CHI-93-242, December 20, 1993 ; « Trade officials meets Saidqasymov », FBIS-CHI-93-242, December 20, 1993 et « Saidqasymov meets scholars », FBIS-CHI-93-242, December 20, 1993.

672 Zhongguo Waijiao Gailan 1993, op. cit., p. 267.

673 « Procurator general receives Uzbek counterpart », Xinhua dans FBIS-CHI-94-114, June 14, 1994.

674 « Jiang Zemin, Karimov hold talks », Xinhua dans FBIS-CHI-94-205, October 24, 1994.

675 « Sino-Uzbek statement on relations issued », op. cit.

676 BEZANIS, L., « Chinese Politburo member in Uzbekistan », OMRI Daily Digest, vol. 1, n° 214, November 2, 1995 et « Meets Uzbek President », Xinhua dans FBIS-CHI-95-211, November 1, 1995.

677 KANGAS, R., « Chinese President ends visit to Uzbekistan », OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 129,July3, 1996.

678 « ’Text’ of PRC-Uzbekistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-130, July 3, 1996.

679 « PRC, Uzbekistan judicial assistance accord approved », Xinhua dans FBIS-CHI-98-119, April 29, 1998. Les débats entourant l’approbation de cet accord ont duré quatre jours et ont été houleux selon la presse chinoise. Cette dernière reste malheureusement muette sur les raisons de ces difficultés. Dans « NPC session ends after ’heated’ discussion », Xinhua dans FBIS-CHI-98-119, April 28, 1998.

680 « Uzbekistan, China ratify extradition treaty », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0830, August 30, 2000.

681 « China, Uzbekistan Sign Joint Statement », People’s Daily, November 9, 1999.

682 « China signs anti-terrorist agreement with Uzbekistan », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1011, October 11, 2000.

683 « China’s Li Peng meets Uzbekistan interior Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-1016, October 16, 2000.

684 Voir SAIDAZIMOVA, Gulnoza, « Central asia : Uyghurs hit by autocratic states’ cooperation with Beijing », RFE/RJ., April 29, 2006 et le site http://huseyincelil.com.

685 « Chinese Premier in Turkmenistan », RFE/RJ. Newsline, April 22, 1994.

686 « Jiang Zemin on curbing separatist activities »>, Ming Pao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998.

687 Voir « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov » Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-0706, July 6, 2000.

688 ETIC, « The sad truth », WUNN Newsletter, August 31, 2001 (http://www.uygur.org/wunn21/2001_08_31.htm)

689 Voir details dans KIREEV, G., « Srategic Partnership and a Stable Border », Far Eastern Affairs, n° 4, 1997, p. 11.

690 Idem, p. 12.

691 YUAN, Jing-dong, « Sino-Russian Confidence Building Measures : A Preliminary Analysis », Centre of International Relations, University of British Columbia, Working Paper, n° 20,January 1998, p. 8.

692 Idem, p. 10.

693 « Consensus reach in Border disarmement talks », Xinhua dans FBIS-CHI-95-180, September 18, 1995 et « Important progress in CIS Border talks noted », Xinhua Domestic service dans FBIS-CHI-95-181, September 19, 1995.

694 « Profound significance seen in 5-Nation Military Accord », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-96-084, April 29, 1996.

695 « Border disarmament agreement signed with 4 CIS countries », Xinhua dans FBIS-CHI-96-250, December 27, 1996 et « Border talks with PRC begin », Kyrgyz Radio First Program Network dans FBIS-SOV-97-041, February 28, 1997.

696 « Déclaration commune sur un partenariat stratégique en matière de sécurité, Pékin le 25 avril 1996 », Documents d’actualités intrenationales, n° 13, 1er juillet 1996, pp. 512-514. Sur ce sujet FENG, Yujun, « Reflections on Sino-Russian Strategic Partenrship », Contemporary International Relations, vol. 8, n° 8, August 1998, pp. 1-10.

697 YUAN, Jing-dong, « Sino-Russian Confidence Building Measures : A Preliminary Analysis », op. cit. p. 12.

698 Ces informations restent cependant confidentielles et ne peuvent être publiées, divulgées ou transmises à des tiers (art. 3§3). Il est donc malaisé de savoir si la mise en œuvre de ce traité a donné satisfaction à ses signataires et où se situent d’éventuels problèmes.

699 Ainsi par exemple, dans la zone s’étendant sur 100 km de part et d’autre de la frontière sino-kazakhe, sino-kirghize et sino-tadjike, les exercices militaires ne peuvent mobiliser plus de 4000 hommes et 50 chars. (art. 4 § 2)

700 « Jiang meets Kazakh, Kyrgyz, Tajik Presidents », Xinhua dans FBIS-CHI-96-083, April 26, 1996.

701 BERNSTEIN, R., MUNRO, R., The coming conflict with China, 1st ed., New York, A.A. Knopf, Distributed by Random House, 1997, 245p.

702 Voir « Kazakhstan : Structure, Status, Prospects of Kazakh Armed Forces Detailed », Nezavisimoye Voyennoye Obozreniye dans FBIS-SOV-97-150-S, July 4, 1997. Dans ces conditions, la prévisibilité est essentielle pour établir la confiance entre les partenaires.

703 LUKIN, A., Perceptions of China Threat in Russia and Russian-Chinese Relations, Presented at the International Conference : China Threat Perceptions from Different Continents, January 11-12 2001, 12p. (www.brook.edu/dybdocroot/fp/cnaps/papers/2001_lukin.htm)

704 Voir sur cet argument du traité de Shanghai comme réfutation de la « théorie de la menace chinoise » : « PRC official on China, Russia, Central Asia Military Pact », Xinhua dans FBIS-CHI-96-072, April 11, 1996 ; Pan Guang et Li Wen cités dans « PRC scholars praise Five-Nation agreement », Jiefang Ribao dans FBIS-CHI-96-145, April 27, 1996 et « Article refutes ‘China Threat Theory’ Part 3 »,Jiefangjun Bao dans FBIS-CHI-96-133, June 27, 1996.

705 « Significance of 5-nation military agreement discussed », Guoji Zhanwang dans FBIS-CHI-96-182, May 8, 1996.

706 « PRC scholars praise Five-Nation agreement », Jiefang Ribao dans FBIS-CHI-96-145, April 27, 1996.

707 « Significance of 5-nation military agreement discussed », op. cit.

708 « PRC scholars praise Five-Nation agreement », Jiefang Ribao dans FBIS-CHI-96-145, April 27, 1996

709 « Leaders cite ‘historical significance’ of 5-Nation Accord », Xinhua dans FBIS-CHI-082, April 26, 1996.

710 « Editorial hails 5-nation military agreement », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-96-083, April 26, 1996.

711 « Uzbekistan : President meets visiting Chinese President », Tashkent Uzbekistan Television dans FBIS-SOV-96-129, July 2, 1996.

712 Voir la déclaration de l’ambassadeur ouzbèque en Chine, A. Alimov dans « Ambassador : success expected for Jiang Zemin Uzbekistan visit », Xinhua dans FBIS-CHI-96-127 July 1, 1996.

713 « Text of Defense White Paper », Xinhua dans FBIS-CHI-98-208, July 27, 1998.

714 Zhongguo Waijiao Gailan, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1996, p. 299.

715 « Chi Haotian receives Kyrgyz Defense Minister », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-95-224, November 21, 1995.

716 « Government to broaden military cooperation with China », Interfax dans FBIS-SOV-97-167, June 16, 1997.

717 Voir « Akaev : Russia, China, Uzbekistan, Kazakhstan to partners », Interfax dans FBIS-SOV-97-183, July 2, 1997 ; « Kyrgyz President stresses relations with China », Xinhua dans FBIS-CHI-97-184, July 3, 1997.

718 « Kyrgyz President meets PRC defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-9V-169, June 18, 1997 et « Kyrgyz Prime Minister, PRC Defense Minister hold talks », FBIS-SOV-97-169, June 18, 1997.

719 « Chinese Defense Minister visits Kyrgyzstan », Xinhua dans FBIS-CHI-97-167, June 16, 1997.

720 Zhongguo Waijiao Gailan, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zhengce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1998, p. 367.

721 « Kyrgyz, Chinese Officials Discuss Border Cooperation », World Uyghur Network News, n° 67, November 3, 1997.

722 « Xinjiang military heads visit Central Eurasian Countries », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-320, November 16, 1997.

723 Voir TURSUNOV, B., PIKULINA, M., Severe lessons of Batken, Conflict Studies Research Centre, Royal Military Academy Sandhurst, November 1999, 12p.

724 « Chinese delegation visits Kyrgyzstan », RFE/RL Newsline, April 25, 2000.

725 Chiffré tiré du SIPRI Yearbook 2002 (via internet http://first.sipri.org/).

726 « Kyrgyz border guards get Chinese aid, more in the pipeline », Kabar news agency dans BBC, June 1, 2000.

727 « China provides equipment for Kyrgyzstan’s Armed Forces », RFE/RI, Newsline, January 9, 2001.

728 Chiffres cites dans MCDERMOTT, R.N., Kazakhstan’s Armed Forces : Reform or Decay ?, Conflict Studies Research Centre, Royal Military Academy Sandhurst, August 11, 2003, p. 11.

729 « Fact Sheet : U.S. Border Security Assistance Programs in Kyrgyzstan », U.S. Department of State Office of the Spokesman, Bishkek, Kyrgyzstan, April 17, 2000 et « U.S. Border Security Assistance Programs in Uzbekistan » Department of State, Office of the Spokesman, (Tashkent, Uzbekistan) April 18, 2000.

730 Cette dernière stipule que « the two sides will make efforts to establish contacts and develop ties between military departements » dans « Joint statement on relations issued », op. cit.

731 Zhongguo Waijiao Gailan 1994, op. cit., p. 284.

732 « Defense Minister Receives Chinese Military Delegation », Almaty Kazakh Radio First Program Network dans FBIS-SOV-95-052, March 16, 1995.

733 Zhongguo Waijiao Gailan 1995, op. cit, p. 288.

734 « Comparaison leaders sign accord », Xinhua dans FBIS-CHI-95-177, September 13, 1995.

735 « Beijing hopes to develop military ties with Kazakhstan », Xinhua dans FBIS-CHI-96-092, May 9, 1996 ; « Foreign Minister Tokayev meets Chinese Army Chief », Kazakh Television First Program dans FBIS-SOV-96-092, May 9, 1996 et « Defense minister meets with Chinese Army Chief on Staff », Kazakh Television First Program dans FBIS-SOV-96-093, May 11, 1996.

736 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, Zhongguo Renmin Gongheguo Waijiaobu Zheng-ce Yanjiushi, Beijing, Shijie zhishi chubanshe, 1997, p. 354. et « Defense Minister Chi Haotian meets Kazakh Visitors », Xinhua dans FBIS-CHI-96-204, October 18, 1996.

737 Zhongguo Waijiao Gailan 1996, op. cit.

738 « Xinjiang military chief meets Kazakhstani Defense Minister », Urumqi Television Network dans FBIS-CHI-96-208, October 23, 1996.

739 « Officials refuse comment on defense Minister’s Removal », Interfax dans FBIS-SOV-96-212, October 31, 1996.

740 « Kazakh Defense Minister answers Xinhua question on ties », Xinhua dans FBIS-CHI-96-223, November 15, 1996.

741 « Chi Haotian departs on Four-Nation trip 30 May », Xinhua dans FBIS-CHI-97-150, May 30, 1997.

742 « Kazakhstan, China to further bilateral ties », Xinhua dans FBIS-CHI-97-164, June 13, 1997.

743 « Chinese Defense minister in Kazakhstan », RFE/RL Newsline, June 12, 1997.

744 KENZHETAYEV, M., « Military and Technical Cooperation of Kazakhstan : Prospects and Structure//Russian-Kazakhstan Military and Technical Cooperation : Structure and Perceptive », Export of Arms, n° 5, September/October 1998, (www.armscontrol.ru/atmtc/kazakhstan/article_mtc_kazakhstan.htm)

745 « SCO Launches Joint Exercise », China Daily, August 7, 2003.

746 « Chi Haotian holds talks with Kazakhstan Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-97-277, October 4, 1997 ; « General Fu Quanyou meets Kazakh Defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-97-278, October 5, 1997 et « Li Peng, Kazakh Defense Minister Review Ties », Xinhua dans FBIS-CHI-97-278, October 5, 1997.

747 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 353.

748 « Kazakh Defense Minister Viists Xinjiang », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-97-301, October 28, 1997.

749 Zhongguo Waijiao Gailan 1997, op. cit., p. 353.

750 Voir pour l’année 1998 : « Fu Quanyou meets with Kazakh military official in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-98-168, June 17, 1998 ; « Chinese. Kazakh military leaders met in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-98-169, June 18, 1998 ; « Chinese General meets with Kazakh visitors », Xinhua dans FBIS-CHI-98-l70, June 19, 1998.

751 Chiffré tiré du SH’lil Yearbook 2002 (via internet http://first.sipri.org/).

752 « China to Give Aid to Kazakh Armed Forces », Interfax, May 2, 2000.

753 « China to Allocate Aid to Kazakhstan’s Armed Forces », RFE/RL Newsline, May 3, 2000.

754 « Defense Minister Chi Haotian, Tadjikistan counterpart meet », Xinhua dans FBIS-CHI-96-181, September 17, 1996.

755 « Rakhmanov, Chinese President Discuss Furthering cooperation », Itar-Tass dans FBIS-SOV-96-182, September 17, 1996.

756 « Tajiks to use PRC loan to fight Rebels », Voice of free Tajikistan dans FBIS-SOV-96-183, September 18, 1996.

757 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-96-185, September 20, 1996.

758 « Chinese General meets Tajikistan Defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-98-012, January 12, 1998 et « Rong Yiren meets Tajikistan Defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-98-015, January 15, 1998.

759 « PRC, Tajik Defense Ministers hold talks in Beijing », Xinhua dans FBIS-CHI-98-009, January 9, 1998.

760 « Text of Sino-Tadjik 4 July Statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-0704, July 4, 2000.

761 « China to provide technical assistance to Tajik military », RFE/RL Newsline, July 14, 2000.

762 Chiffré tiré du SIPRI Yearbook 2002 (via internet http://first.sipri.org/).

763 « Tajikistan, Uzbekistan Sign ’Eternal Friendship’ Treaty », RFE/RL Newsline, June 16, 2000.

764 « La Chine, les taliban et le Xinjiang », Diploweb.com, 20 novembre 2001, 3p. http://www.diploweb.com/p5kell1.htm

765 Voir la position tadjike dans STIRRS, J., « Mixed messages : The contrasting recations of Tajikistan, Uzbekistan and Turkmenistan to the war in Afghanistan », Central Asia Monitor, n° 2, 2000, p. 1 et ss. Pékin a dû se faire prier par Moscou et Washington de voter au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution imposant de nouvelles sanctions aux taliban en novembre 2000. Elle semble avoir fait la sourde oreille aux demandes de Moscou d’aider l’Alliance du Nord dirigée par A. Shah Massoud. « China urged to spurn Taliban », FEER, November 30, 2000.

766 « Tajik and Chinese presidents outline results of their meeting », Tajik Radio first programme dans BBC Monitoring, July 4, 2000.

767 Voir BAKSHI, JYOTSNA, « Shanghai Co-operation Organisation (SCO) Before and After September 11 », Strategic Analysis, vol. 26 n° 2, April-June 2002, pp. 265-276.

768 « FM Spokesman on Pakistan’s Intented membership in ’Shanghai Five’ », People’s Daily, January 5, 2001 ; « Pakistan wants tojoin Shanghai-5 », The News dans FBIS-CHI-2001-0104, January 4, 2001 ; « Tajik President opposes Pakistan’s entry into Shanghai Five », Interfax, January 5, 2001 et PANNIER, B., « Most Shanghai Forum Countries Welcome Membership Request », BFE/RL, January 11, 2001.

769 « Turkmenistan expresses interest in defense cooperation with China », RFE/RL Newsline, September 13, 1999 et « China bids for influence in Central Asia », Asia Times, September 18, 1999.

770 « Turkmen Deputy Cabinet Chairman Meets Chinese Military Delegation », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-0720, July 20, 2000.

771 « ’Text’ of PRC-Turkmenistan Joint Statement Signed by Jiang, Niyazov » Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2000-0706, July 6, 2000.

772 PIKULINA, M., Uzbekistan in the mirror of military security : a historical preface to present events, Conflict Studies Research Centre, Royal Military Academy Sandhurst, November 1999, 13p.

773 CORNELL, S., « Geopolitics and strategic alignments in the Caucasus and Central Asia », Perceptions, June-August 1999, p. 107.

774 « Zhu Rongji Meets Uzbek President 10 November », Xinhua Domestic Service FBIS-CHI-1999-1114, November 10, 1999.

775 « Wahhabism in Uzbekistan-Harbinger of Religious Destabilization », The Analyst, February 14, 1999.

776 « PLA’s Cao receives Uzbekistan Deputy Defense Minister », Xinhua dans FBIS CHI-2000-0414, April 14, 2000.

777 « Chinese, Uzbekistan Military Officials Hold Talks », People’s Daily, April 11, 2000.

778 « Uzbek President rejects U.S. criticism over Human Rights », RFE/RL Newsline, April 19, 2000.

779 PANNIER, B., « Uzbekistan renews old relations >», RFE/RL, May 26, 2000 et « Putin in Uzbekistan : back to elder brother-junior brother », Jamestown Fondation Monitor, vol. 6, issue 101, May 23, 2000.

780 « Uzbek president at Shanghai Five summit urges joint security efforts », Uzbek Television dans BBC Monitoring, July 6, 2000.

781 « Uzbek president at Shanghai Five summit urges joint security efforts », Uzbek Television dans BBC Monitoring, July 6, 2000.

782 « Jiang Zemin welcomes Uzbekistan involvement in ’Shanghai 5’ process », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0705, July 5, 2000.

783 ( President jiang meets Uzbek President Karimov » Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0705, July 5, 2000.

784 « Chinese, Uzbekistani Defense Ministers hold talks », People’s Daily, August 24, 2000.

785 « PRC FM Spokesman Condemns ‘Bandit’ Invasion, Terrorism in Central Asia », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0825, August 25, 2000.

786 « Further on PRC Hu jintao’s Meeting With Uzbek Defense Minister », Xinhua Domestic Service dans FBIS-СНI-2000-0825, August 25, 2000.

787 « PRC Vice President Hu Jintao Discusses Cooperation With Uzbek Defense Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0825, August 25, 2000.

788 « Uzbekistan, China sign military cooperation accord », Itar-Tass dans FBIS-CHI-2000-0829, August 29, 2000.

789 « Uzbekistan, China sign military cooperation accord », Uzland.com, August 26-September 2, 2000.

790 Le Joint Statement of the People’s Republic of China and the Republic of Uzbekistan on Developing and Deepening Further the Friendly Cooperative Partner Relationship Between the Two Countries, June 15, 2004 ne contient ainsi aucune disposition concernant le domaine militaire.

791 Disposition 3 de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 16 de la déclaration conjointe sino-kirghize et 6 de la déclaration conjointe sino-kazakhe.

792 Disposition 4 de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 17 de la déclaration conjointe sino-kirghize et 4 de la déclaration conjointe sino-kazakhe. La déclaration sino-kazakhe contient la même disposition mais elle est en deux parties, la partie sur le séparatisme est au paragraphe 4 et la suite au paragraphe 11.

793 Point 5 de la déclaration commune : « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyr-gyzstan, Russia and Tajikistan on the Almaty Meeting, July 3, 1998 », Xinhua dans FBIS-CHI-98-184,July 3, 1998.

794 Point 5 et 6 de la déclaration de Bichkek : « Bichkek Statement », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-0826, August 25, 1999.

795 « Réunion des ministres des affaires étrangères de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de Russie et du Tadjikistan, Communiqué conjoint », Documents d’actualité internationale, n° 18, 15 septembre 2000, p. 767.

796 Point 8 de la déclaration de Shanghai : « ’Text’ of Shanghai Cooperation Organization Declaration Issued in Shanghai », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2001-0615, June 15, 2001.

797 Disposition de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 11 de la déclaration conjointe sino-kirghize et 12 de la déclaration conjointe sino-kazakhe.

798 « Sides issue joint communique », op. cit.,

799 « Communique expresses ‘satisfaction’ », op. cit.

800 « Joint statement on relations issued », op. cit.

801 Un article publié en 1996 dans la revue à grand tirage « la Chine au Présent » consacré à la lutte contre la drogue en Chine ne mentionne ainsi ni l’Afghanistan, ni le Xinjiang. Voir LI, J., « La lutte contre la drogue en Chine », La Chine au présent, n° 2, février 1996, pp. 12-15. Pourtant, à cette période, la production afghane connaît une croissance importante depuis plus de cinq ans. Un document officiel chinois publié en 2000 et consacré au trafic de la drogue ne mentionne à nouveau ni l’Afghanistan ni le Xinjiang. Cette absence contraste avec les nombreuses informations que l’on trouve dans ce document sur la Birmanie. Voir Information Office of the State Council of the Peoples Republic of China, Narcotics Control in China, Beijing, June 2000 (www.fmprc.gov.cn/english/). La menace en provenance du « Croissant d’or » et particulièrement de l’Afghanistan est donc moins importante pour Pékin que celle émanant du Triangle d’Or. Voir également les opérations menées par les autorités chinoises contre le trafic de la drogue entre 1991 et 1995 dans « PRC : Article Views Continuing War on Drugs », Beijing Review, FBIS-CHI-96-173, September 8, 1996.

802 Pendant le huitième plan quinquennal (1991-1995) une série de lois et règlements locaux a ainsi été adoptée pour faire face aux nouvelles menaces liées au crime au Xinjiang. La région a ainsi établi un comité anti-drogue en avril 1991. Des bureaux anti-drogues ont été mis en place dans 14 préfectures et villes et dans 41 districts. En outre, la région a promulgué une série de règlements sur la lutte contre la drogue, l’interdiction du trafic de la drogue et le sevrage forcé. En 1996, il existait ainsi 13 centres de sevrage forcés au Xinjiang. Voir « Northwest Region ’To Tighten Up Laws’ Against Drugs », Xinhua dans FBIS-CHI-96-056, March 6, 1996 et « PRC : Xinjiang CPC Meeting Discusses Anti-Drug Work », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-96-118, June 5, 1996.

803 Information Office of the State Council of the Peoples Republic of China, Narcotics Control in China, Beijing, op. cit.

804 « Sino-Russian Cooperation Agreements Signed », Xinhua dans FBIS-CHI-96-081, April 25, 1996.

805 Avec ce dernier pays, la coopération s’est intensifiée continuellemrnt. Voir ZHANC, Lijun, « Two Countries, One Problem », Beijing Review, vol. 47, n° 34, August 26, 2004, pp. 10-12.

806 « China and Tajikistan signed Joint Statement », People’s Daily online edition, August 14, 1999.

807 Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et le Tadjikistan sur le développement de leurs relations amicales et de bon voisinage et la coopération au xxie siècle (juillet 2000) ».

808 « PRC Official Expresses Concern About Narcotics Trafficking in Central Asia », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0719, July 19, 2000.

809 Cité dans BERNIKER, M., « China feels sting of unwanted Afghan export », Asia Times, October 10, 2003.

810 Voir sur la consommation d’héroïne au Xinjiang, DAUGHTER, J., « Public health and social pathologies in Xinjiang » dans Xinjiang : China’s Muslim Borderland, Edited by S. Frederick Starr, London, M.E. Sharpe, New York, Armonk, 2004, pp. 288 et ss. et TOWNSEND, J., « China and Afghan opiates. Assessing the risk », Silk Road Papers, Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program, June 2005, 77p.. Parallèlement à la consommation d’héroïne, le sida s’est également propagé dans la région autonome à partir de 1995/1996. Voir SEYTOFF, A.A., « Aids Epidemic among Xinjiang’s Uyghurs », The Analyst, July 5, 2000. En 2005, les autorités sanitaires chinoises estimaient qu’environ 60 000 personnes étaient porteuses du virus du sida au Xinjiang. Dans « International Program on AIDS Prevention Launched in Xinjiang », Xinhua, November 4, 2005.

811 Voir TOWNSEND, J., « China and Afghan opiates. Assessing the risk », op. cit., pp. 36 et ss.

812 Voir les itinéraires dans Dictionnaire géopolitique des drogues, sous la direction de Alain Labrousse, Bruxelles, ed. De Boeck, 2003, 745p.

813 LABROUSSE, Alain, Afghanistan. Opium de guerre, opium de paix, op. cit., p. 231.

814 « Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia and Tajikistan on the Almaty Meeting, July 3, 1998 », Xinhua dans FBIS-CHI-98-184, July 3, 1998.

815 « Shanghai Group Inaugurates Anti-Terrorist Center in Uzbek Capital, Pledges Stronger Fight against Drug Trafficking », Kazakhstan News Bulletin, vol. 1, n° 28, June 18, 2004.

816 Voir DIAMOND, T., « The Six-Plus-Two Group unveils anti-trafficking action plan for Afghanistan », Eurasia Insight, September 15, 2000. Ce groupe a constitué un forum de discussions entre États voisins de l’Afghanistan au moment de la guerre civile afghane. Son objectif était d’amener les différentes factions en conflit en Afghanistan à entamer des négociations de paix.

817 « China Takes Active Part in International Anti-Drug Cooperation », People’s Daily, August, 18, 2001.

818 « Afghanistan, Six Neighbors Ink Accord on Anti-Drugs Fight », AFP, April 3, 2004.

819 Disposition 5 de la déclaration conjointe sino-ouzbèque, 3 de la déclaration conjointe sino-kirghize et 14 de la déclaration conjointe sino-kazakhe.

820 Disposition 9.

821 A l’occasion de cette tournée, les présidents chinois et kirghize viennent de signer un accord frontalier réglant une partie importante du différent frontalier sino-kirghize. Certaines zones restent cependant en litige. Voir infra.

822 Pourtant, cette question a au moins été abordée par Pékin avec Bichkek en février 1996. En effet, selon les médias kirghizes, la Chine et la République kirghize ont exprimé leur intérêt pour la stabilisation de ce pays et se déclaraient prêtes à ce moment à jouer un rôle actif dans le processus de négociations de paix. Voir « Kyrgyztsan : Akaev to boost Chinese-Kyrgyz links », Kyrgyz Radio First Program Network dans FBIS-SOV-96-029, February 9, 1996.

823 « PRC-Tajikistan Joint Declaration », op. cit.

824 « Opposition radio notes secrecy over military deal with PRC », Voice of Free Tajikistan dans FBIS-SOV-96-185, September 22, 1996.

825 Par exemple « Roundup on ‘Civil War’ in Tajikistan », Xinhua dans FBIS-CHI-92-208, October 27, 1992 ou « Tajik rebels warned on ‘Military provocations’ », Xinhua dans FBIS-CHI-93-147, August 3, 1993.

826 En ce qui concerne les troubles du Tadjikistan (dongluan), un auteur chinois critique dans un article publié en 1997 le rôle des pays islamiques et particulièrement de l’Iran qui aurait aider selon lui à la constitution d’une opposition islamique par son assistance, ses financement etc. Voir HUANG, Lingyu, « Tajikesitan de Yisilanjiao », Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, n° 1, 1997, p. 59. Même argument dans DENG, Hao, « Difang zhuyi vu Tajikesitan chongtu », Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, n° 6, 1999, p. 36. Ce dernier insiste cependant sur le rôle essentiel du localisme dans le conflit tadjik -ce qui est tout à fait pertinent- et souligne également le soutien du gouvernement afghan de Rabbani à l’opposition tadjike.

827 « Spokesman voices ’concern’ over Tajik violence », AFP dans FBIS-CHI-92-126, June 30, 1992.

828 POUJOL, G, « Quelques réflexions sur l’implication russe dans le conflit tadjik : 1992-1993 », dans Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance, sous la direction de Mo-hammad-Reza Djalili et Frédéric Grare, Genève, Publications de l’TUHEI, 1995, pp. 109-119.

829 « Jiang Zemin meets Tajikistan Chairman Rakhmanov », Xinhua dans FBIS-CHI-93-044, March 9, 1993.

830 La Chine est ainsi à peine citée dans Politics of compromise. The Tajikistan peace process, edited by Kamoulin Abdullaev and Catherine Barnes, Accord, International Review of Peace Initiatives, n° 10, March 2001 qui décrit pourtant en détail le processus de négociations qui a mené à l’accord inter-tadjik de 1997.

831 « Further on peace accord between warring tajik parties », Xinhua dans FBIS-CHI-97-103, May 28, 1997.

832 « Xinhua : Tajik Government, opposition sign peace accord », Xinhua dans FBIS-CHI-97-103, May 28, 1997.

833 Security Council Extends Mandate of Mission of Observers in Tajikistan Until 15 November, Press Release, SC/6515 14 May 1998.

834 Voir « China and Tajikistan Joint Statement », People’s Daily online edition, August 14, 1999 et l’alinéa VIII dans la Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et le Tadjikistan sur le développement de leurs relations amicales et de bon voisinage et la coopération au xxie siècle (juillet 2000).

835 « Article on Sino-Russian Partnership », Beijing Review dans FBIS-CHI-97-092, May 11, 1997.

836 « Déclaration commune sur un monde multipolaire et l’instauration d’un nouvel ordre international entre les deux pays », Documents d’actualités intrenationales, n° 14, 15 juillet 1997, pp. 479-480.

837 Voir « Five-Party Arms Reduction Agreement », April 24, 1997 (www.ibru.dur.ac.uk/cgi-bin/data.pl) et GOLDBLAT, J., « Confidence Building Measures in Asia », 2nd Pugwash Workshop on South Asian Security in collaboration with GIPRI, Geneva, Switzerland, 16-18 May 2003.

838 « Spokesman on 5-nation border disarmament agreement », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997.

839 Dans KIREEV, G., « Srategic Partnership and a Stable Border », op. cit., p. 13.

840 Idem, p. 13.

841 La première inspection test sera conduite entre la Russie d’un côté et la Chine de l’autre dans le territoire de Primoriye du 11 au 16 octobre 1999. Une autre inspection en territoire chinoise a été réalisée en 2000.

842 « Spokesman on 5-nation border disarmament agreement », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997.

843 « Official views Jian Zemin, CIS border agreement », Itar-Tass dans FBIS-SOV-97-079, April 23, 1997.

844 Cette idée sera officiellement reprise dans le livre blanc sur la défense nationale de la Chine de juillet 1998. Voir « Text of Defense White Paper », Xinhua dans FBIS-CHI-98-208, July 27, 1998. Pour une analyse de ce concept voir FINKELSTEIN, D. M., « China’s ‘New Concept of Security’ - Retrospective & Prospects », Paper Prepared for the National Defense University Conference The Evolving Role of the People’s Liberation Army in Chinese Politics, Fort Lesley J. McNair, Washington DC, 30-31 October 2001.

845 « Renmin Ribao commentary on Border Pact with CIS », Renmin Ribao dans FBIS-CHI-97-099, April 25, 1997.

846 « Central Asian leaders hail border accord with China », Interfax dans FBIS-SOV-97-114, April 24, 1997.

847 « Text of Qian Moscow Press Conference », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-97-080, April 25, 1997.

848 « Xinhua reports Kyrgyz reaction to border agreement », Xinhua dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997.

849 « Qian says Muslim neighbors not to aid separatists », AFP dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997 ; « Jiang Zemin holds talks with Nazarbaev », Xinhua dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997 et « Jiang Zemin meets with Kyrgyz President », Xinhua dans FBIS-CHI-97-114, April 24, 1997.

850 Ces deplacements sont principalement consacres a la cooperation economique. Voir « Itar-Tass Previews Kyrgyz Presidents's visit to China », Itar-Tass dans FBIS-SOV-98-116, April 26, 1998 et le texte de la declaration commune sino-kirghize du 27 avril 1998 qui comporte de nombreuses dispositions touchant a ce domaine.

851 La visite de S. Niyazov est placée sous le signe de l’économie. Jiang Zemin discutera cependant de la question du séparatisme ouïgour avec son homologue turkmène. Ce dernier s’aligne une nouvelle fois sur la position de Pékin. Voir « Jiang Zemin on curbing separatist activities », Ming Pao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998.

852 « Kazakh Envoy Comments on Almaty Summit », Beijing Review dans FBIS-CHI-98-219, August 7, 1998.

853 FRAZIER, M. W., « China-India Relations Since Pokhran Ii : assessing sources of conflict and cooperation », Access Asia Review, vol. 3, n° 2, July 2000.

854 « Friendship dealt with an hour », CDPSP, vol. 50, n° 27, August 5, 1998.

855 « Ivanov : Shanghai Five Summit Essential for Russia », Interfax dans FBIS-CHI-1999-0823, August 23, 1999.

856 « Duma Deputy : Russia-PRC anti-Nato axis ’Unrealistic’ », Moscow NTV dans FBIS-CHI-1999-0824, August 24, 1999.

857 « Editorial Hails Jiang’s Xinjiang Speech », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-247, 4 September 1998.

858 « Jiang on curbing separatists activities », Ming Pao dans FB/VvCHI-98-245, September 2, 1998.

859 « Qiao Shi inspects Xiniang », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998.

860 « Xinjiang convenes meeting on security in Foreign Affairs », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-245, September 2, 1998 ; « Wang Lequan addresses Party plenary session », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-246, September 3, 1998 et « Xinjiang Party head on ’People’s war’ on separatists », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-274, October 1, 1998 ; « Xinjiang official on opposing separatism », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-98-291, October 18, 1998.

861 Le ministère chinois des affaires étrangères proteste contre la mise en place d’une section ouïgoure de la Radio Free Asia. Cette radio installée aux Etats-Unis a commencé à emettre en langue ouïgoure en direction de la population du Xinjiang en décembre 1998. Les émissions quotidiennes d’une demi-heure fournissent informations et commentaires échappant à la censure de Pékin et contribuent ainsi à l’ouverture des Ouïgours sur le monde. Voir « Spokesman blasts Radio Free Asia’s Boadcasts to Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-99-005, January 9, 1999.

862 Voir YE, Xiaowen, « Conscientiously carry out the religious work in the new period—studying comrade Jiang Zemin’s expositions on the religious affairs », Qiushi dans FBIS-CHI-1999-0524, May 1, 1999.

863 BAI, Wen , « At All-Xinjiang Training Class for Clerical Personnel, Abudukadeer Naisierding Underscores Importance to Strengthen Ethnic Unity and Fight National Separatists », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-1999-0604, May 19, 1999.

864 LUNG, Hua, « High Levels of Central Authority Concerned at the Splittist Activities of Xinjiang », Hsin Pao dans FBIS-CHI-98-196, July 15, 1998.

865 AI, Yu, « Kosovo Crisis and Stability in China’s Tibet and Xinjiang », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-1999-0624, June 2, 1999. Pour une comparaison de la situation du Xinjiang avec celle du Kosovo voir LAWRENCE, S. V., « Where Beijing Fears Kosovo », FEER, September 7, 2000.

866 « On ’Hegemonistic Interference’ », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-1999-0802, July 2, 1999.

867 Voir l’analyse de la politique américaine par les auteurs chinois dans « Article analyzing US Global Strategy », Xiandai Guoji Guanxi dans FBIS-CHI-1999-0815, July 20, 1999.

868 « Xinjiang stages ‘Largest’ Military Review », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-1999-0712, July 9, 1999.

869 « Xinjiang dispatches agents to fight independence », Sing Tao Jih Pao dans FBIS-CHI-2000-0621, June 21, 2000.

870 « Xinjiang regulation on Party Discipline in Anti-separatism efforts », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-2001-0529, May 8, 2001.

871 « Xinjiang cracks down on separatists », Sing Tao Jih Pao dans FBIS-CHI-2001-0118, January 18, 2001 ; « Xinjiang steps up cracking down on Separatists », Zhongguo Xinwen She dans FBIS-CHI-2001-0411, April 11, 2001 et ETIC, « Chinese regime unleashes state terror against East Turkestan », WUNN, n° 120, April 30, 2001.

872 « Xinjiang strike hard enters full attacks phase », UIA, August 18, 2001.

873 MAC LEOD, C, « PLA War Games in rebellious region-Xinjiang », News World Communications, August 3, 2001 ; MC GREGOR, R., « Chinese Military Parade in Muslim Region », The Financial Times, August 15, 2001 ; POMFRET, J., « China flexes muscles at ethnic separatists », The Washington Post, August 19, 2001 et AHRARI, E., « China’s war games send message to Islamic group », South China Morning Post, August 23, 2001.

874 « Text of White Paper on Minorities Policy », Xinhua dans FBIS-CHM 999-0927, September 27, 1999.

875 « Full Text of PRC Human Rights Paper », Xinhua dans FBIS-CHI-2000-0217, February 17, 2000.

876 « China to provide financial aid to Tajikistan », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0605, 6 June 1999 ; « Chinese, Tajik officials hold talks 6 June », Itar-Tass dans FBIS-SOV-1999-0606, June 6, 1999 ; « Tajikistan, China agree to open border to trade », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0607, June 7, 1999 et « Qian Qichen Tajikistan Leader Hold Talks in Dushanbe », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-0608, June 6, 1999.

877 « China to step up economic ties », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0604, June 4, 1999.

878 « Jiang continues Central Asian Tour with stop in Turkmenistan », Eurasia Insight, July 6, 2000 et HU, Qihua, « Nations to jointly explore oil », China Daily, July 7, 2000.

879 SHAO, Zongwei, « Border accord signed », China Daily, August 27, 1999.

880 « Qian Qichen Meets Kirghizstan’s Counterpart », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0608, 08June 1999.

881 « Chinese Vice Premier arrives in Uzbekistan », Interfax, FBIS-SOV-1999-0610, June 10, 1999.

882 « Qian Qichen, Uzbek Prime Minister meet in Tachkent », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-061 l, June 11, 1999.

883 « Kazakhstan Hopes To Further Develop Relations With PRC », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0706, July 7, 1999 ; « China, Kazakhstan Agree To Strengthen Political Ties », Itar-Tass dans FBIS-CHI-1999-0710, July 10, 1999 et « Qian Qichen meets Kazakh Deputy Prime Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0710, July 10, 1999.

884 « Proposed Kazakhstan-China Oil Pipeline Described », Interfax dans FBIS-SOV-1999-0719, July 19, 1999.

885 « Kazakh, PRC officials meet to promote military ties », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-0723, July 23, 1999.

886 « Sino-Kazakh Joint Statement on Relations », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-1223, November 23, 1999.

887 Idem. Cette diposition sera critiquée par la presse russe qui se demande qu’elle type de « séparatistes » la Chine pourrait-elle aider le Kazakhstan à combattre si ce n’est la minorité russe présente dans ce pays. Voir « Diplomatic breakthrought in East », CDPSP, vol. 51, n° 47, 1999, pp. 24-25.

888 « China, Kazakhstan resolve ’all border isues’ », Xinhua dans FBIS-CHI-1999-1123, November 23, 1999.

889 Voir « Text of Jiang Zemin speech in Bishkek », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-1999-0825, August 25, 1999.

890 « Leaders agree to fight separatism », China Daily, August 26, 1999.

891 Idem.

892 « Kyrgyzstan sees important role for Russia, China in Central Asia », Kabar news agency dans BBC Monitoring, July 19, 2000.

893 « Shanghai five vow to fight terrorism jointly », Xinhua, April 22, 2000.

894 SHAO, Zongwei, « Interference worries leaders », China Daily, August 25, 1999 et SHAO, Zongwei, « Regional security vital », China Daily, August 26, 1999.

895 « Regular meeting mechanism set up for FMs from ’Shanghai five’ nations », People’s Daily online, July 5, 2000. Voir le « Réunion des ministres des affaires étrangères de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de Russie et du Tadjikistan. Communiqué conjoint (Douchanbé, 4 juillet 2000) », Documents d’actualités intrenationales, n° 18, 15 septembre 2000, pp. 766-767.

896 People’s Republic of China, Foreign Ministry, Joint Statement of Kazakhstan, China, Kyrgyzstan, Russia, Tajikistan in Dushanbejuly 5, 2000 (http://www.fmprc.gov.cn/eng/)

897 Voir les dispositions IV et XVII dans Idem.

898 « ZTS special article on Fuitful Results of Jiang visit to Central Asia », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-2000-0709, July 9, 2000.

899 Voir « Declaration on the establishment of the Shanghai Cooperation Organization », Shanghai, June 15, 2001 (http://missions.itu.int/~kazaks/eng/sco/sco02.htm).

900 Voir les dispositions VI et VII de la déclaration de Douchanbé.

901 Sur ce point CHEN, Yali, « TMD issue detrimental to Sino-US relations », China Daily, January 27, 1999.

902 Position chinoise sur ces questions dans « China’s Opposition to US Missile Defense Programs », Monterey Institute for International Studies, 2000 (http://cns.miis.edu/research/china/chinamd.htm).

903 En ce qui concerne les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), la Chine dispose à ce moment de moins de 25 missiles Dongfeng 5 d’une portée de 13000 km (entre 15 et 20 Dongfeng 5 selon IISS, The Military Balance 1999-2000, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 186).

904 XIANG, Lanxin, « Washington’s Misguided China Policy », Survival, vol. 43, n° 3, Autumn 2001, p. 15.

905 MAY, G., « China’s Opposition to TMD is More About Politics Than Missiles » Foresight magazine (Tokyo), February 2000 et WANG, Qun, « TMD and US-China-Japan Cooperation », Ministry of Foreign Affairs, Missile Defense Initiative Special Report, September 28, 2000 (http://www.nju.edu/glohalbeat/asia/napsnet092H00.html)

906 Le texte complet de cette déclaration conjointe dans FM PRC, « Joint Statement by the Presidents of the People’s Republic of China and the Russian Federation on Anti-Missile Defense », Beijing, July 18, 2000 (http ://www.fas.org/spp/starwars/program/news00/bmd-000718a.htm)

907 Voir § 12 du « Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération, Moscou 16 juillet 2001 », Documents d’actualité internationale, n° 18, septembre 15, 2001, p. 738. Cette disposition couvre notamment la préservation du traité ABM.

908 YU, Bin, « Crouching missiles, Hidden Alliances », Comparative connection, vol. 3, n° l, April 2001.

909 BOESE, W., « NMD Gaining Ground in Europe ; Russia Pushes Alternative », Arms Control Today, March 2001.

910 YU, Bin, « Treaties Scrapped, Treaties Signed », Comparative connection, vol. 3, n° 2, July 2001.

911 BOESE, W., « Russia Sends Conflicting Messages on Missile Defenses », Arms Control Today, October 2001 et « No Bush-Putin Agreement on ABM Treaty, Missile Defenses », Arms Control Today, December 2001.

912 BOESE, W., « U.S. Outlines Plans for Missile Defense Talks With China », Arms Control Today, October 2001 et YU, Bin, « Moscow and Beijing Adapt to a Different Pax Americana », Comparative connection, vol. 3, n° 4, January 2002.

913 Le président Bush annonce l’intention de Washington de se retirer de ce traité le 13 décembre 2001 et les États-Unis se retireront formellement du traité ABM en juin 2002.

914 Voir les dispositions XV et XVI de la déclaration finale.

915 « Uzbek head warns Shanghai forum must not turn into bloc », Uzbek Television First Channel, June 16, 2001.

916 par exemple GILL, B., « Shanghai five : an attempt to counter US influence in Asia ? », Newsweek Korea, May 2001 ; HIGGINS, A., « Bloc including China, Russia challenges U.S. in Central Asia », The Wallstreet Journal, June 18, 2001 ; MARQUAND, R., « Central Asians Group to counterweight US », The Christian Science Monitor, June 18, 2001 ; BLAGOV, S., « China, Russia raise Central asia stakes », Asia Times, June 20, 2001, etc..

917 « Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération, Moscou 16 juillet 2001 », Documents d’actualité internationale, n° 18, septembre 15, 2001, pp. 737-739.

918 « China Signs Anti-Terrorist Agreement With Uzbekistan », Xinhua dans FBISCHI-2000-1011, October 11, 2000.

919 « PRC. States councilor Luo Gan meets with Kyrgyzstan Interior Minister », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0323, March 23, 2001.

920 «  ang Jiaxuan addresses Shanghai five foreign ministers’ meeting », China Daily, April 29, 2001.

921 « SCO Defense Ministers stress military cooperation », Xinhua, June 15, 2001.

922 « Shanghai cooperation organization Defense Ministers Issue joint communiqué », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-2001-0615, June 15, 2001 et « PRC Vice FM says SCO leaders united in opposition to US missile shield », AFP dans FB1S-CHI-2001-0615, June 15, 2001.

923 « Six Member States of Shanghai Cooperation Organization decide to battle three Evil Forces », Ta kung Pao dans FBIS-CHI-2001-0615, June 15, 2001.

924 « Shining Example for Good-Neighborly Friendship)—Warm Congratulations on Establishment of Shanghai Cooperation Organization », Xinhua Domestic Service dans FBISCHI-2001-0615, June 15, 2001.

925 « Wen Wei Po’s views on 6th ‘Shanghai Five’ summit, national separatism », Wen Wei Po dans FBIS-CHI-2001-0613, June 13, 2001.

926 « Uzbekistan joins Shanghai five », Xinhua dans FBIS-CHI-2001-0614, June 14, 2001.

927 Voir le texte de la convention sur www.sectsco.org/news_detail.asp?id=93&LanguageID=2

928 La convention ne donne aucune précision concernant la nature de ces opérations. On doit par ailleurs relever que les informations concernant ces opérations sont secrètes et ne peuvent être dévoilées au titre même de la convention (article 11 §4).

929 Cité dans « Unveiling the Terrorist Nature of ‘East Tujue’ Elements », People’s Daily Online, November 16, 2001.

930 « Shanghai five mulls expansion in search of regional stability », Eurasia Insight, June 14, 2001.

931 Voir China’s Congress Ratifies Anti-Terror Treaties », Reuters, October 28, 2001. La Russie ne l’a ratifiée qu’en janvier 2003. Elle a été adoptée par la Duma le 20 décembre 2002 et approuvée par le Conseil de la Fédération de Russie le 27 décembre 2002 avant d’être ratifiée sous forme de loi par le président Poutine le 10 janvier 2003.

932 « Shanghai spirit. New banner of International cooperation », People’s Daily, June 16, 2001 ; « People’s Daily Editorial hails SCO founding », People’s Daily, June 16, 2001 et SUN, Shangwu, GAO, Jinan, « SCO promotes regional peaces », China Daily, June 16, 2001.

© Graduate Institute Publications, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.