Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Partie 2 | La République populaire de Chine, le Xinjiang et l’indépendance des républiques d’Asie centrale : quels risques ?

Full text

1. Le « séparatisme » ouïgour : une menace identifiée dès les années 80

  • 191 Cite dans TOOPS, S., « Recent Uygur Leaders in Xinjiang », Central Asian Survey, vol. 11, n° 2, 199 (...)
  • 192 ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdao jiti yu Xinjiang kua shiji de fazhan », dans ZHU, Peim (...)
  • 193 ZHANG, Yumo, « The anti-separatism struggle and its historical lessons since the liberation of Xinj (...)
  • 194 Idem

1Avant même l’indépendance des républiques d’Asie centrale, le « séparatisme » ouïgour a été considéré a priori par les autorités chinoises comme le plus grand risque auquel la région autonome du Xinjiang est confrontée. Une déclaration de Tomur Dawamat, le président du gouvernement de cette région, datant du mois de mars 1990, désigne ainsi le « séparatisme national » comme la plus grande menace pesant sur la stabilité du Xinjiang191. Quelques mois plus tard, lors de sa première visite d’enquête dans la région autonome en juillet 1990, Jiang Zemin fait de la lutte contre le « séparatisme ethnique » (minzu fenli zhuyi) une priorité192. Cette décision des plus hautes autorités chinoises prend prétexte des développements observés dans la région depuis les années 80. Une étude chinoise interne consacrée à la lutte contre le séparatisme au Xinjiang signale que, « (s)ince the liberation of Xinjiang, the separatism activities of a small number of separatists who are, backed by foreign hostile forces, bent on sabotaging the ethnic unity and motherland’s integrity have never stopped »193. Selon ce document, entre mars 1951 et mai 1981, les autorités ont comptabilisé 19 cas de révoltes et d’émeutes et 194 cas d’activités qualifiées de « séparatistes contre-révolutionnaires »194. Si ces chiffres sont exacts, on doit constater que le sentiment national ouïgour a semble-t-il toujours été latent au Xinjiang, même si les autorités ont évité d’ébruiter ces incidents.

  • 195 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu » (Recherch (...)
  • 196 Idem.

2Cependant, du point de vue des autorités chinoises, avec l’adoption de la politique de réformes et d’ouverture économique de Deng Xiaoping et le rétablissement de contacts entre le Xinjiang et le monde extérieur dans le courant des années 80, ce risque s’est accru. Un document interne publié en 1994 par l’Académie des Sciences sociales du Xinjiang dresse un inventaire des manifestations du « séparatisme ethnique » observées et enregistrées par les autorités dans la région autonome entre le début des années 80 et le début des années 1990. Nous allons les examiner car elles éclairent la situation dans cette région juste avant la dissolution de l’URSS et mettent en lumière les craintes du pouvoir chinois face à la menace du « séparatisme ouïgour ». Les auteurs de cette étude -Li Ze, Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian- constatent tout d’abord que le « séparatisme ethnique » provenant de l’intérieur de la Chine mais aussi de l’extérieur (Guo nei wai minzu fenlie zhuyi) n’a jamais disparu depuis la « libération du Xinjiang »195. Selon eux, il s’est cependant renforcé depuis le début des années 1980. Pour nos auteurs, profitant des transformations du climat international mais aussi interne à la Chine, -ces transformations internes peuvent être caractérisées par l’ouverture économique et le rétablissement progressif de liens économiques et commerciaux avec l’URSS et particulièrement les RSS d’Asie centrale voisines du Xinjiang, et la libéralisation relative de la politique du PCC à l’égard des minorités ethniques comparées à la situation qui prévalait pendant la période de la Révolution culturelle-, les « séparatistes de l’intérieur et de l’extérieur » ont accru leur « collaboration » et leur « activités secrètes » visant à « séparer » la région autonome de la Chine, exposant ainsi le caractère « réactionnaire et dangereux du séparatisme ethnique » au Xinjiang196.

  • 197 Voir également BENSON, L., « Uygur Politicians of the 1940s : Mehmet Emin Bugra, Isa Yusuf Alptekin (...)
  • 198 BUGRA, Mehmet Emin, Sharqi Turkistan tarikhi, Çankaya, Ankara, Fatma Bugra, 1987, xxxii-661p.
  • 199 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit. (...)
  • 200 Voir RUDELSON, J. J., Oasis Identities., op. cit., pp. 143-165 ; TANRIDAGLI, G., « Le roman histori (...)

3Pour démontrer leur affirmation, Li Ze, Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian s’appuyent sur cinq « expressions » de ce « séparatisme ethnique » identifiées par les autorités et enregistreés au Xinjiang principalement dans les années 80 et en 1990. La première d’entre elle concerne la « falsification de l’histoire et la fabrication d’une opinion publique séparatiste » (waiqu, weizao lishi. Zhizao fenlie yulun). Outre le livre du leader nationaliste ouïgour mort en exil en Turquie en 1965 Muhanmode Yimin c’est-à-dire Mehmet Emin Bugra197 (1901-1965) intitulé « Dong Tujuesitan lishi » (de son titre original Sharqi Turkistan tarikhi c’est-à-dire l’Histoire du Turkestan oriental)198 publié à Srinagar au Cachemire en 1940 (en fait 1942) et qui circulerait sous le manteau, les auteurs de l’étude dénoncent également trois ouvrages de l’écrivain ouïgour contemporain Turgun Aimas. Il s’agit de « Weiwuerren » (Uygurlar/ Les Ouïgours), « Xiongnu Jianshi » (Histoire simplifiée des Xiongnu) et « Weiwuer gudai wenxue » (Littérature ancienne des Ouïgours) publiés au Xinjiang entre 1986 et 1989. Ces publications portent atteinte selon eux au marxisme-léninisme (dazhe Malie zhuyi qihao), elles falsifient l’histoire (waiqu duzhuan lishi), répandent l’idéalisme historique et le pan-turquisme (sanbu lishi weixin zhuyi he fantujue zhuyi), promeuvent le séparatisme (guchuifenlie zuguo tongyi) et portent atteinte à l’idée d’union des nationalités (pohuai minzu tuanjie de sixiang guandian)199. Les oeuvres de Turgun Aimas -qui s’inscrivent dans un travail d’ ’éveil’ de la conscience nationale ouïgoure entrepris par certains intellectuels ouïgours à travers la rédaction d’œuvres à caractère historique ou littéraire dans les années 80 à la faveur du contexte de libéralisation sous Deng Xiaoping200- ont effectivement provoqué une réaction vigoureuse de la part du pouvoir chinois. Ce dernier a fait interdire le livre « Uygurlar » (« Les Ouïgours ») publié à la Xinjiang Qingshaonian Chubanshe en 1989 avant de se livrer à une violente campagne de critiques à l’égard de son auteur, d’abord dans le cercle des spécialistes en 1990, puis sur la place publique en 1991.

  • 201 AWUTI, Tuohuti, « Xinjiang zigu yilai shi weida zuguo buke fengede yi bufen », Xinjiang shehui kexu (...)
  • 202 ZHOU, Weizhou, « Guanyu Weiwuerzu zuyuan wenti. Ping Tuergong Alemasi ’Weiwuerren’ de you guan bufe (...)

4On peut découvrir les prémisses de cette campagne dans la multiplication des articles consacrés au problème du « séparatisme » dans les divers numéro de la très officielle revue Xinjiang Shehui Kexue (Sciences sociales du Xinjiang) au cours de l’année 1990. Plusieurs d’entre eux dénoncent ainsi les « séparatistes ethniques » (shaoshu minzu fenlie zhuyi fenzi) qui utilisent ouvertement ou de manière dissimulées des articles ou des livres pour déformer les faits historiques (waiqu lishi shishi)201. Des articles des revues Xiyu yanjiu (Études des « Contrées d’Occident ») et Xinjiang Daxue Xuebao (Revue de l’Université du Xinjiang) datant de l’année 1991 sont plus explicites puisqu’ils se réfèrent directement aux publications de Turgun Almas qu’ils citent et dont ils critiquent et condamnent les thèses historiques202.

  • 203 Voir les mesures prises par les autorités à partir de 1992 pour contrer les thèses des livres de T. (...)
  • 204 MIAO, Pusheng, « Wei zhengque chanming Xinjiang Lishi er nuli », Xiyu Yanjiu, n° 3, 1995, pp. 15-21

5L’accent mis sur le contrôle du discours historique ne va pas se relâcher au Xinjiang après cette campagne de critiques203. Un article de Miao Pusheng de l’Institut de recherches historiques de l’Académie des sciences sociales du Xinjiang, publié en 1995 dans la revue Xiyu Yanjiu s’en fait l’écho. Cet auteur invite à « faire des efforts pour définir correctement l’histoire du Xinjiang » notamment pour protéger l’unité de la patrie (dui yu weihu zuguo tongyi) et renforcer l’unité des différentes minorités (zhengqiang ge minzu de tuanjie)204. Il rappelle dans son article les lignes directrices que doit suivre le discours historique officiel sur le Xinjiang en cinq mots d’ordre. Ces derniers constituent autant de guides que les historiens se doivent de respecter dans leur publication. Il s’agit dans leurs écrits de :

  1. Clarifier (le fait que) le Xinjiang est depuis les époques anciennes une partie inséparable du territoire de la Chine, (de) mettre en lumière la forme multinationale de notre État unifié et ses lois de développement ;

  2. Clarifier (le fait que) le Xinjiang est une zone habitée par de nombreuses nationalités, (clarifier le fait que) la population de chaque nationalité a apporté une contribution importante au processus d’exploitation, de construction et de protection du Xinjiang ;

  3. Clarifier les relations des nationalités entre elles et avec les nationalités voisines ;

  4. -Clarifier (le fait que) l’histoire et la culture de chaque nationalité du Xin-jiangest une composante importante de l’histoire et de la culture de la Chine ;

    • 205 Miao Pusheng précise que les historiens ne peuvent accepter de faire des héros de personnages qui s (...)
    • 206 Voir Idem, pp. 17-20.

    Mettre en lumière la contribution à la patrie des personnages historiques issus de chaque nationalité du Xinjiang205, donner un commentaire impartial et objectif206.

  • 207 FROISSART, C, « Au secours des Ouïgours », Libération, Septembre 21, 2004.
  • 208 Voir PAN, Zhiping, « Xitong yanjiu he zhengque chanming Xinjiang Lishi. Xuexi Jiang Zemin Zong Shuj (...)
  • 209 BOVINGDON, G., TURSUN, N.. « Contested Histories » dans China’s Muslim Borderland, op. cit., pp. 37 (...)
  • 210 Voir Office d’information du Conseil des Affaires d’État de la République populaire de Chine, L’his (...)
  • 211 Malgré le contrôle des autorités, des publications réussissent à échapper à la censure. C’est ainsi (...)
  • 212 DILLON, M., « Uyghur language and culture under threat in Xinjiang », The Analyst, August 18, 2002.

6Ces lignes directrices adressées aux historiens ne sont pas de pure forme. La version officielle de l’histoire est imposée sur le terrain. Un professeur d’histoire de Khotan expliquait ainsi en 2004 à une journaliste de Libération que « (l)a version officielle est que le Xinjiang est une partie inséparable de la Chine depuis la dynastie des Hans occidentaux, et je dois essentiellement insister sur la période préislamique ainsi que sur la ‘libération pacifique’par les communistes »207. Tout au long des années 90, les plus hautes autorités chinoises ont maintenu leur vigilance quant au contenu du discours historique consacré au Xinjiang. Selon Pan Zhiping, du Département Asie centrale de l’Académie des sciences sociales du Xinjiang, le président Jiang Zemin consacre en mai 1997 un long texte au problème de l’histoire du Xinjiang. Lors de sa visite d’inspection dans la région autonome en juillet 1998, il analyse et résume à nouveau cette question208. Les publications présentant une interprétation « politiquement correcte » de l’histoire de la région autonome vont ainsi se multiplier209 alors que les autorités chinoises éditent pour la première fois en mai 2003, un livre blanc destiné aux lecteurs étrangers et consacré notamment à l’histoire du Xinjiang210. Le contrôle et la suppression des versions hétérodoxes de l’histoire de la région autonome restent aujourd’hui encore une préoccupation permanente des autorités211 obsédées par le « séparatisme » et les risques de contagion (Taiwan, Tibet) qui pourraient in fine désagréger le pays. Des autodafés touchant notamment les livres de Turgun Aimas ont par exemple été organisés au sud Xinjiang au cours de l’année 2002212.

  • 213 Voir les extraits de textes « séparatistes » dans LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dong-sheng, LIU, Yongqia (...)
  • 214 Idem, p. 205.
  • 215 Voir les extraits de textes « séparatistes » dans Idem, pp. 205-206
  • 216 Idem, p. 206
  • 217 Idem, p. 206
  • 218 Idem, p. 206
  • 219 Idem, pp. 206-207

7A la suite de cette première expression du « séparatisme ethnique », nos auteurs dénoncent les attaques des « séparatistes » contre la politique du PCC au Xinjiang et la propagation de l’idée d’indépendance du Xinjiang (Xinjiang duli). Des textes séparatistes critiquent ainsi l’adoption par la Chine du système d’autonomie (ziyou zhidu), lui préférant le modèle soviétique basé sur un système de Républiques fédérées (lianbang gongheguo zhidu)213. Ils dénoncent également la faiblesse du nombre de cadres allogènes dans l’administration et le fait que le pouvoir soit concentré dans les mains des Han214. Outre ces thèmes, la littérature « séparatiste » stigmatise l’immigration han au Xinjiang215 ; l’exploitation des ressources naturelles de la région autonome216 ; l’application aux minorités nationales de la politique de planning familial217 ; les essais nucléaires menés par la Chine dans la région218 et enfin la politique du PCC dans le domaine religieux219. Ce sont les mêmes critiques dont vont se faire l’écho les organisations de la diaspora tout au long des années 1990.

8Pour nos auteurs, les « séparatistes » ne se contentent pas de critiquer la politique du PCC, ils suscitent également des troubles (Tiaoqi minzu maodun, xunxin shandong naosht). Ces derniers constituent la troisième expression du « séparatisme ethnique ». Ils rapportent ainsi une série d’événements qui se sont déroulés dans la région autonome du Xinjiang dans le courant des années 80 et qu’ils interprètent comme autant d’expression de ce phénomène. Nous allons brièvement les passer en revue.

  • 220 Idem, p. 207.
  • 221 Idem, pp. 207-208.
  • 222 Idem, p. 208.

9Selon Li Ze. Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian, en avril 1980, dans le district d’Aqsû, le décès d’un individu arrêté par la police a été instrumentalisé par des « voyoux allogènes » (shaoshu minzu huairen). Ils ont incité 400 à 500 personnes à protester, à proférer des slogans réactionnaires puis à attaquer des bâtiments administratifs ainsi que le bureau de police du district. Des cadres ont été passés à tabac. On a relevé 93 blessés graves220. Toujours selon cette étude, en janvier 1981, dans le district de Kargilik (Yecheng) dans la préfecture de Kachgar, un incendie dans une mosquée a été transformé en problème politique par des « contre-revolutionnaires allogènes » (shaoshu fangeming fenzi). Ces derniers ont accusé la police et l’administration d’être responsables de l’incendie et de vouloir s’attaquer à l’islam. 700 à 800 personnes ont manifesté et se sont attaqué aux bâtiments administratifs, aux bureaux de police du district et aux organes du parti et du gouvernement. Au plus fort des protestations, la foule a rassemblé 2000 personnes. On a relevé des slogans tels que « Vive la République islamique » (Yisilan gongheguo wansui), « A bas les collabos » (Dadao Minzu bailei, littéralement : « A bas les rénégats ethniques »). Des cadres du parti et du gouvernement, des policiers et même des militaires ont été passé à tabac. Les troubles ont duré quatre jours221. Toujours dans le courant de l’année 1981, s’est produit dans le district de Kachgar, 1’« incident du 30 octobre » (10.30 shijian). Selon nos auteurs, une simple rixe ayant opposé un jeune Ouïgour à un Han a été utilisée par des « voyoux allogènes » (shaoshu minzu huairen) pour inciter la foule à s’attaquer aux Han (fan Han, pai Han). Des slogans analogues à ceux de l’affaire précédente ont également été relevés. Des bâtiments officiels ont été attaqués, des magasins pillés. Au cours des débordements, plus de 631 Han ont été molestés. On a relevé 262 blessés légers, 97 blessés graves et deux morts222.

  • 223 Voir détails sur son administration dans McMILLEN, Donald H., « Xinjiang and Wang Enmao: New Direct (...)

10Quelle que soit leur étendue réelle, ces désordres de 1980/1981 ont inquiété le pouvoir chinois et suscité une réaction des autorités. Plusieurs haut dirigeants dont Deng Xiaoping lui-même ont effectué des tournées d’inspection au Xinjiang. La visite de ce dernier en août 1981, a préparé la destitution de Wang Feng, le secrétaire du parti communiste local et son remplacement à la fin de l’année 1981 par un des proches de Deng Xiaoping, Wang Enmao, l’ancien secrétaire du PCC du Xinjiang entre 1955-1969. Ce dernier qui connaît donc bien les « conditions spécifiques » du Xinjiang est considéré comme un pragmatique. Il va être chargé de remettre de l’ordre. Tout en privilégiant l’amélioration des conditions économiques régionales dans la droite ligne des choix de Deng Xiaoping, il va insister sur 1’« unité » des nationalités -et donc sur la lutte contre le « nationalisme local »- et sur la « stabilité » du Xinjiang223. C’est également sous son administration et avec son appui qu’en juin 1982 est réactivé le Corps de construction et de production du Xinjiang dont nous avons vu l’importance politico-militaire et économique dans la région. Wang Enmao restera à la tête de la région jusqu’en 1992, assurant ainsi la continuité de cette ligne politique.

  • 224 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit. (...)

11Des désordres continuent néanmoins d’être enregistrés au cours des années 80. Selon nos auteurs, en 1985, s’est déroulé à Urum-qi/Ürümchi, 1’« incident du 12 décembre » (12,12 shijian). Des « voyoux allogènes » (shaoshu minzu huairen) se sont opposés à la politique officielle de mutation régulière du président de la région autonome (shaozu huairen cuokou fandui Zhongyang dui zizhiqu renmin zheng-fu zhuxide zhengchang diaodong). Ils ont incité plus de 2000 étudiants Ouïgours de l’université et des 7 lycées à protester dans les rues d’Urumqi. Ces derniers ont proféré des slogans hostiles aux essais nucléaires au Xinjiang, à l’immigration des Han dans la région, à l’application de la politique de planification des naissances aux minorités ethniques, etc. Nos auteurs précisent que cette manisfestation a eu un écho très négatif pour la Chine à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. A Urumqi et dans d’autres parties du Xinjiang, sont apparus de nombreux slogans anti-Han et séparatistes comme « Dehors les Han » (Hanzuren gunchu Xinjiang), « Indépendance, liberté et souveraineté pour le Xinjiang » (Xinjiang yao duli, yao ziyou, yao zhuquan), « Vive le Xinjiang Indépendant » (Xinjiang duli wansui)224.

  • 225 Idem, p. 208.

12Ensuite, en 1988, à la suite de la découverte de graffiti insultant les Ouïgours dans les toilettes de l’université du Xinjiang s’est déroulé à Urumqi 1’« incident du 15 juin » (6. 15 shijian). Plus de 300 étudiants ont manifesté sur le campus criant des slogans tels que « Vive la Démocratie » (Minzhu wansui), « Vive la liberté » (Ziyou wansui), « Vive l’égalité des minorités » (Minzu pingdeng wansui), « Dehors les Han » (Ba Hanzuren gunchuqu), « Non au transfert de Han au Xinjiang » (Fandui ba Hanzuren qianru Xinjiang) etc.225.

  • 226 Voir détails dans KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, op. cit, pp. 188-189.
  • 227 Idem, p. 189.
  • 228 Voir BENSON, L., SVANBERG, I., Chinas Last Nomads. The History and Culture of China’s Kazaks, New Y (...)

13Les témoignages recueillis par T. Kostrzewa dans sa thèse de doctorat consacrée au nationalisme ouïgour recoupent les descriptions de nos auteurs chinois. Cet auteur signale cependant à Urumqi un incident supplémentaire à l’université du Xinjiang où des étudiants ouïgours ont accusé un professeur d’avoir co-rédigé une affiche dénonçant la ségrégation dont serait victimes les étudiants Han aux examens. En vertu d’une politique de discrimination positive à l’égard des minorités ethniques, ces derniers doivent en effet obtenir 100 points de plus que leurs homologues ouïgours pour réussir les examens d’entrée à l’université. Outre cet incident, Kostrzewa mentionne également en avril 1988, une manifestation importante rassemblant à Ili des milliers d’étudiants Kazakhs contre la publication d’un roman intitulé Distant White House, jugé insultant à l’égard des traditions et des habitudes de la minorité kazakhe226. Les autorités chinoises feront interdire le livre. Kostrzewa note que de nombreux jeunes Kazakhs auraient été arrêtés pour avoir tenter de constituer des sociétés secrètes avec des ramifications de l’autre côté de la frontière chinoise, au Kazakhstan. L’objectif était selon lui de promouvoir l’indépendance de la région de l’Ili où vivent de nombreux Kazakhs227. Cette dernière information est cependant sujet à caution. Nous n’en n’avons pas trouvé confirmation dans Benson et Svanberg pourtant bien informés228. Quant à nos auteurs chinois, ils ne signalent pas cet événement.

  • 229 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit. (...)

14Toujours selon l’étude de de Li Ze, Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian, le 15 mai 1989, Urumqi a été le théâtre de désordres à l’occasion d’une protestation de « contre-révolutionnaires » (fange-ming fenzi), dont certains venaient du Gansu, contre le livre « Xing Fengsu » (Les coutumes sexuelles). Plus de 1000 musulmans ainsi que des étudiants musulmans ont manifesté dans la rue avant de s’en prendre au siège du PCC de la région autonome. Ils ont affronté les forces de l’ordre. Quarante véhicules ont été brûlés et on a relevé 154 blessés dont 73 graves229.

  • 230 KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, op. cit., pp. 190-192.

15Cette protestation fait partie d’un mouvement beaucoup plus vaste qui a impliqué outre des Ouïgours, les autres populations de confession musulmane de Chine comme les Hui ou les Kazakhs et les Kirghizes contre ce livre jugé « insultant » pour l’islam. Il y a eu d’importantes manifestations -avec parfois des violences- à Pékin, Lanzhou, Xian, Xining, Kunming etc., le plus souvent à l’instigation des Hui. T. Kostrzewa prétend que c’est à Urumqi que la manifestation a été la plus violente230. Cette déclaration est loin d’être démontrée. Ce qui par contre est avéré c’est que des centaines d’émeutiers ont été arrêtés à cette occasion et que, contrairement à ce qui s’est passé ailleurs en Chine (par exemple à Lanzhou), ils ont été condamnés à de lourdes peines. A Pékin, il n’y a eu aucune répression de la part des autorités. Ce qui apparaît ici, c’est la différence de traitement fondamental entre les Hui, favorisés par le régime chinois, et les Turcophones -surtout les Ouïgours-, à l’égard desquels le pouvoir chinois est beaucoup plus nerveux.

  • 231 Elles sont passées de 11 en 1979 à 33 en 1989 et de 150 étudiants en 1979 à 722 étudiants en 1989. (...)
  • 232 Idem, p. 209.

16Enfin, selon l’étude de de Li Ze, Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian, en janvier 1990, le district de Kargilik (Yecheng) a été le théâtre de l’affaire des « Talebs » (Talipu). Conformément à la législation sur les activités religieuses adoptée par la région autonome du Xinjiang, les autorités ont décidé de supprimer les classes privées d’enseignement de la religion (Siren Jingwen xuexiao) qui avaient proliférés depuis 1979231 et de renvoyer les étudiants non originaires du district. A la suite de cette décision, plusieurs centaines d’étudiants ont manifesté en protestant ouvertement contre la politique religieuse du PCC232.

  • 233 Idem, pp. 209-210.
  • 234 Idem, p. 210.
  • 235 Hem, p. 210.

17Après avoir relaté ces divers incidents qui ont émaillé les années 80, nos auteurs dénoncent comme quatrième expression du « séparatisme ethnique » la création d’organisations contre-révolutionaires au Xinjiang. Selon eux, depuis la « libération du Xinjiang », on en aurait dénombré deux cents deux pour l’ensemble de la région autonome. Vingt d’entre elles seraient importantes en taille et en influence. La plus importante, le « Parti populaire révolutionnaire du Turkestan oriental » (Dong Tujuesitan renmin geming dang) a été fondé en 1968 avant d’être découvert par les autorités en janvier 197 0233. Centralisé au départ, il a ensuite établi plusieurs branches et des cellules, et rédigé des documents comme « Weiwueryade mingyun » (Le Destin de la Ouïgourie), « Dong Tujuesitan renmin geming dangzhangeheng » (Le statut du Parti populaire révolutionnaire du Turkestan oriental), « Dong Tujuesitan renmin geming dang zonggang » (Le programme général du Parti populaire révolutionnaire du Turkestan oriental)234. Il a également édité des revues comme « Huojubao » (Le Flambeau ou la Torche) « Juexing » (Réveil), « Dulibao » (Libération), « Tianshan you-ji » (Guérilla des Tianshan) ; des articles, des brochures, etc., en tout, selon les auteurs, une cinquantaine de types de publications destinées à propager l’idée de l’indépendance du Xinjiang et à attaquer la politique et les réalisations du PCC235.

  • 236 Idem, pp. 210-211.

18Pour les années 1980 en particulier, nos auteurs chinois exposent les activités de cinq « organisations séparatistes » (minzu fenlie zuzhi). En 1987, a ainsi été fondé dans le district de Kargilik (Yecheng) l’« Alliance démocratique des Tian Shan » (Tianshan minzhu Tongmeng) dont l’objectif était de rassembler les musulmans du sud et du nord des Tian Shan. En octobre 1988, dans le district de Aketao (Akto) un étudiant ouïgour de 17 ans a fondé avec onze camarades l’« Organisation pour l’indépendance du Turkestan oriental » (Dong Tujue duli zuzhi). En novembre 1988, toujours dans le district de Aketao (Akto) quinze étudiants ont fondé l’organisation « Etincelle » (Xinghuo) destinée à promouvoir l’indépendance du Xinjiang. En 1989, a été établie à Yining l’« Alliance Etincelle » (Xinghuo Lianmeng) formée de huit personnes. Cette organisation aurait établi des contacts avec d’autres organisations non stipulées à Turfân et Urumqi/Urùmchi. Enfin, le 5 avril 1990, dans le canton de Baren situé dans le district de Aketao (Akto), le « Parti islamique du Turkestan oriental » (Dong Tu-juesitan Yisilan dang/ Sharki Turkistan Islam Partisi), une organisation créée en juillet 1989 et dirigée par un certain Ding Yusupu (Yusuf Zey-din de son nom ouïgour), a organisé un « incident armé contre-révolutionnaire » particulièrement grave. Selon les auteurs de l’étude, six policiers auraient été abattus à l’occasion de cet incident236.

19Concernant l’état des forces politiques ouïgoures organisées au Xinjiang, étant donné l’indigence des sources disponibles et les difficultés d’accès et de vérification des informations, il est très malaisé de se faire une idée claire et précise de la situation. Si on suit nos auteurs chinois, on constate en tout cas que les « organisations » mentionnées sont de très petite taille, sans grande audience ni capacité d’action importante, à l’exception peut-être du « Parti populaire révolutionnaire du Turkestan oriental ». Ce dernier est selon eux de l’organisation politique ouïgoure la plus importante identifiée au Xinjiang jusqu’aux années 70. Un autre auteur, d’origine ouïgoure, Artoush Kumul, relève quant à lui l’existence de deux formations politiques ouïgoures actives dans la région dès les années 50 : le « Parti du peuple du Turkestan Oriental » (Sarki Turkistan Halk Partisi) -probablement celui désigné par nos auteurs chinois sous le nom de « Parti populaire révolutionnaire du Turkestan oriental »- et le « Parti de l’Islam du Turkestan Oriental » (Sarki Turkistan Islam Partisi), c’est-à-dire l’organisation qui a semble-t-il été impliquée dans les événements de Baren de 1990.

  • 237 KUMUL, A., « Le ’séparatisme’ ouïgour au xxè siècle : histoire et actualité », Ce-moti, n° 25, janv (...)
  • 238 CAO, Chang-Ching, « Fight for Eastern Turkestan », The Taipei Times, October 11, 1999.
  • 239 Sur le rôle de l’URSS: LI, Danhui, « A Historical Examination of the origin of the 1962 I-Ta Incide (...)
  • 240 CASTETS, R., « Le mal-être des Ouïghours du Xinjiang », Perspectives chinoises, n° 78, Juillet-août (...)

20Selon A. Kumul, le premier mouvement est à l’origine d’un plan de mutinerie des unités de cavalerie de l’armée nationale, basées à Ulunbay, déjoué en 1957 par une arrestation massive d’officiers indigènes. Il aurait ensuite organisé les principaux soulèvements dans la région autonome, notamment en 1962 quand des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des Ouïgours et des Kazakhs, ont quitté le Xinjiang pour se réfugier en Union soviétique. Cette dernière affirmation semble cependant en contradiction avec le programme de ce parti puisque selon K. Artoush, il serait anti-chinois et anti-communiste. Selon Artotoush Kumul, en 1969, ce parti comptait selon lui 78 sous-sections et était implanté dans 12 régions et 22 villes du Xin-jiang/Turkestan Oriental. Cette formation politique aurait subsisté par la suite, malgré les arrestations périodiques de ses dirigeants237 Elle aurait été entre 1960 et 1980 le plus important parti séparatiste pan-turc actif au Xinjiang/Turkestan. Selon Mehmet Riza Bekin, président -à l’époque- de l’ETNC (Eastern Turkestan National Centre), il aurait compté 60 000 membres et 178 branches au Xinjiang, des chiffres qui nous semblent excessifs238. Cette information est de toute façon invérifiable. Pour R. Castets, cette formation était d’obédience marxiste et elle a été soutenue par l’URSS dans le cadre du conflit sino-soviétique. Ce schéma semble crédible étant donné l’influence de l’Union soviétique au Xinjiang jusqu’en 1949 et au-delà, et le rôle qu’elle semble avoir joué dans les événements de 1962239. Ce parti aurait perdu son influence suite à l’arrestation de ses chefs dans les années 70240.

  • 241 Idem, p. 40.

21En ce qui concerne le « Parti de l’Islam du Turkestan Oriental » (Sarki Türkistan Islam Partisi), Artoush Kumul ne donne aucun chiffre quant à son audience réelle dans la population ouïgoure du Xinjiang. Il précise cependant que Zeydin Yussuf, le dirigeant du soulèvement de Baren en 1990 était le chef local de ce parti et que grâce au progrès des moyens de communication, l’ensemble de la population du Xinjiang a pu prendre connaissance du programme de ce parti. Une information très difficile à vérifier. R. Castet considère pour sa part que ce mouvement ne s’est fait connaître que lors des événements de Baren241. Sa création -si tant est que l’on puisse véritablement parler d’une formation politique importante- remonterait donc à la fin des années 80. En fait, les forces « séparatistes » organisées ne semblent donc guère importantes sur le plan numérique.

  • 242 Amnesty international, « Chine : Graves violations des droits humains dans la région autonome ouïgh (...)

22En dépit de leur faible ampleur, les incidents de Baren de 1990 auxquels nos auteurs chinois font référence, ont néanmoins eu un grand retentissement au Xinjiang. Ils ont semble-t-il éclaté à la suite de l’interdiction par les autorités de la construction d’une nouvelle mosquée/madrasa. Selon T. Kostrzewa, suite à cette interdiction, des discussions animées se sont déroulées et très vite, des plaintes contre la politique du PCC notamment dans le domaine du planning familial, des essais nucléaires, de l’immigration des Han au Xinjiang, de l’exploitation des ressources naturelles de la région et surtout contre sa politique à l’égard de l’islam se sont fait entendre. Des appels à la guerre sainte, mais aussi à l’instauration d’une « République du Turkestan oriental » et à l’établissement d’une « république islamique » semblent avoir été lancés par le clergé local. Deux cadres Han venus discuter auraient été tués par la foule. Une centaine de policiers venus aider les cadres à stopper la manifestation à la mosquée se seraient retrouvés encerclés par des milliers de fidèles. Craignant pour leur vie, ils auraient ouverts le feu, déclenchant un intense combat de rues qui se serait ensuite étendu aux campagnes environnantes. Plus de 1 000 militaires de l’APL ont été envoyés à Baren pour mettre un terme au « soulèvement ». Les combats auraient duré plusieurs jours dans les campagnes environnantes. Amnesty International relève dans un rapport d’enquête, que les autorités ont décrit « ces événements comme ’une révolte contre-révolutionnaire’ et ont déclaré que 22 personnes, dont sept membres des forces de sécurité, étaient décédés pendant les affrontements. Selon certaines sources non officielles, 50 manifestants seraient morts. Certains auraient été tués par les forces de sécurité alors qu’ils s’enfuyaient de la ville de Baren et ne représentaient aucune menace immédiate de violence »242.

  • 243 Sur cette question MILLWARD, James, « Violent separatism in Xinjiang: a critical assessment », Poli (...)

23Comme on peut le constater, il est très difficile de dresser un état des lieux précis des forces nationalistes ouïgoures présentes au Xinjiang/Turkestan oriental et de leur audience réelle dans les années 80. On constate en tout cas qu’il ne semble pas avoir existé de mouvement unifié chez les Ouïgours. Schématiquement, trois tendances semblent avoir coexisté au sein du nationalisme ouïgour : un nationalisme anti-communiste et anti-chinois, un nationalisme d’inspiration marxiste proche de l’URSS -une création de Moscou dans le cadre du conflit sino-soviétique et qui s’est progressivement éteint- et un nationalisme se réclamant de l’islam -peut-être influencé en partie par l’idéologie « jihadiste », mais cela reste matière à investigation-. Les informations concernant ces différents mouvements restent très lacunaires et il est donc difficile d’en tirer des conclusions fermes243.

  • 244 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit. (...)
  • 245 Né en 1914, Ziya Samadi a été éduqué en URSS. Entre 1950 et 1958, il occupe des positions important (...)
  • 246 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit. (...)

24Enfin, la cinquième manifestation du « séparatisme ethnique » examinée par l’étude de Li Ze, Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian, concerne les relations entre les « séparatistes ethniques » de l’intérieur de la Chine et les « forces contre-révolutionnaires internationales » (guowai fandong shili). Les auteurs examinent ce qu’ils nomment la « collusion » avec les forces étrangères (goujie guowai shili). Selon eux, depuis la libération du Xinjiang, les mouvements séparatistes ont toujours joui du soutien de forces contre-révolutionnaires étrangères. Ils se seraient appuyés les uns sur les autres, auraient infiltré le Xinjiang et y auraient mené des activités subversives. Ils seraient devenus la plus importante menace influençant la stabilité et le développement du Xinjiang244. Les auteurs identifient quatre « forces contre-révolutionnaires internationales » ayant chacune ses caractéristiques propres. Il s’agit du groupe de Aisha (c’est-à-dire Isa Yusuf Alptekin) (Aisha jituan) installé en Turquie ; des forces séparatistes de Ziya Saishiti (c’est-à-dire l’écrivain ouïgour Ziya Samadi245) installés en Asie centrale soviétique à la suite des événements de 1962 ; de forces islamiques internationales (guoji shang de mouxie, Yisilan jia shili) comme la World Islamic league (Rabitat al-alam al-Islami) (Yisilan shijie lianmeng) fondée en 1962 en Arabie Saoudite ; et enfin des forces contre-révolutionnaires internationales menées par les États-Unis (Meiguo wei shoude guoji fandong shili)246.

  • 247 Idem, p. 213.
  • 248 Idem, p. 213.

25Parmi ces quatre forces qui constituent autant de menaces pesant sur le Xinjiang selon Pékin, les forces séparatistes installées en Asie centrale soviétique nous intéressent particulièrement ici. L’étude de nos auteurs précise qu’entre les années 60 et les années 1980, l’URSS les a utilisées pour propager à grande échelle l’idée de « séparatisme » à travers des magazines et des revues -pendant ces 20 ans, plus de 7000 articles anti-chinois auraient ainsi été publiés dans ces revues et magazines selon nos auteurs-, mais aussi des discussions et des programmes radiodiffusés. Pendant vingt ans, deux stations radio situées à Almaty et à Tachkent ont largement diffusé des programmes antichinois selon eux247. Durant les dernières années avant la chute de l’URSS, ces forces auraient lancé une nouvelle tactique basée sur l’établissement de partis politiques (jianli zhengdang), sur le travail de propagande pour gagner les masses (zhengqu qun zhong), sur la recherche de l’appui de l’URSS (yikao Sulian) et sur l’accélération de l’internationalisation du problème du Turkestan oriental (jiasu Dong Tujuesitan wenti guojihua). Avec la disparition de l’URSS et l’accession à l’indépendance des républiques d’Asie centrale, nos auteurs constatent que les « séparatistes allogènes » du Xinjiang ont une occasion à saisir et brûlent de passer à l’action, ce qui accroît la possibilité de troubles248.

  • 249 D’après TARIMI, N. T., « China-Uzbek pact bad news for Uighurs », Asia Times, July 29, 2004 et KAMA (...)

26A l’initiative du pouvoir soviétique qui voyait dans le « nationalisme ouïgour » une carte à opposer à la République populaire dans le contexte du schisme sino-soviétique, des institutions culturelles ouïgoures ont effectivement été promues en RSS d’Ouzbékistan -notamment une station radio émettant en ouïgour en direction du Xinjiang, un groupe folklorique de musique et de danse ouïgoure et un département d’études ouïgoures à l’université d’État de Tachkent-, mais aussi et surtout dans la RSS du Kazakhstan. Dans cette dernière, de nombreuses institutions culturelles ouïgoures ont ainsi vu le jour. Les Ouïgours pouvaient suivre un cycle d’éducation secondaire complet en langue ouïgoure. Ils disposaient de médias en langue ouïgoure -cinq journaux, des magazines et des programmes de radio et de télévision en langue ouïgoure-, d’un théâtre ouïgour et de groupes de danse et de musique ouïgoures. Il existait également des départements ouïgours dans certaines institutions supérieures d’éducation ainsi qu’une maison d’édition ouïgoure, un département ouïgour à l’association des écrivains du Kazakhstan et au ministère de l’éducation. Un département spécial d’études ouïgoures a également été crée à l’académie des sciences du Kazakhstan. Ce dernier a été transformé en « Institut d’études ouïgoures » dans la dernière décennie de l’URSS. Ces institutions ont été très actives pendant la période soviétique. Elles ont également été mises en avant par la propagande soviétique. Les Ouïgours du Kazakhstan ont joué un rôle intellectuel et même politique éminent dans cette république. A. Kamalov signale ainsi une brochure datée de 1982 et présentant des informations sur 34 écrivains ouïgours actifs au Kazakhstan. Il mentionne par ailleurs la nomination de Ismail Yusupov, d’origine ouïgoure, comme premier secrétaire du Parti communiste du Kazakhstan entre 1962 et 1964249.

  • 250 TAO, Siju, « Oppose subversion and peaceful evolution: protect the stability of the overall situati (...)

27A la lecture de l’étude de Li Ze, Liu Tongqi, Li Dongsheng et Liu Yongqian, nous pouvons constater que malgré l’ampleur modeste des incidents ou des organisations que ce document décrit, les autorités chinoises se sont senties menacées dès avant l’indépendance des républiques d’Asie centrale par les risques de troubles au Xinjiang, symbolisés par la multiplication de ce qu’elles ont identifié comme des manifestations du « séparatisme » ouïgour. Le climat politique international marqué par le refroidissement des relations entre la République populaire et les pays occidentaux à la suite de l’écrasement du « Printemps de Pékin » en juin 1989, l’effondrement des régimes communistes en Europe de l’Est et la dégradation de la situation politique interne de l’URSS n’a fait que renforcer ce sentiment. Face à cette situation, les autorités chinoises ont fait de la préservation de l’ordre interne leur objectif principal. Comme l’écrira Tao Siju, le ministre chinois de la Sécurité publique, en décembre 1991, « chacun dans le pays, quelque soit son rang, soutient la ligne selon laquelle la ’stabilité passe avant tout’ »250.

  • 251 ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdao jiti yu Xinjiang kua shiji de fazhan », op. cit., p. 4 (...)
  • 252 ZHANG, Yumo, « The anti-separatism struggle and its historical lessons since the liberation of Xinj (...)
  • 253 Détails dans Idem.
  • 254 Voir le rôle de la Chine et le soutien discret qu’elle a apporté aux moudjahidins afghans, COOLEY, (...)

28Dans ce contexte, les incidents de Baren ont particulièrement inquiétés Pékin. Zhu Peimin écrit une décennie plus tard que ces événements « armés contre-révolutionnaires » ont secoué et étonné le Xinjiang et toute la Chine251. Zhang Yumo les qualifie d’« incident le plus sérieux mené par les séparatistes ethniques depuis la libération du Xinjiang »252. Il semble qu’à ce moment et pour la première fois depuis longtemps, Pékin s’est trouvé confrontée dans sa région autonome à une résistance armée face à son autorité. Cette dernière était organisée si on en croit l’étude de Zhang Yumo par un embryon de formation politique, le Parti islamique du Turkestan orientat253. Des slogans à caractère politique, favorables à la création d’une république islamique du Turkestan oriental indépendante, c’est-à-dire mêlant aspiration nationale pan-ouïgoure et islam, ont accompagné cette révolte. Les insurgés disposaient potentiellement d’une idéologie mobilisatrice, le « jihad », dont Pékin connaissait la puissance pour l’avoir utilisé contre l’URSS en Afghanistan254.

  • 255 ISRAELI, R., « A New Wave of Muslim Revivalism in Mainland China », Issues and Studies, vol. 33, n° (...)
  • 256 Les troupes de l’Armée populaire de Libération (APL) déployées au Xinjiang sont peu nombreuses. Pék (...)
  • 257 Un texte publié en 2000 par Zhu Peimin se fait l’écho de cette crainte qui a perduré en Chine. Il y (...)

29Une question reste aussi dans l’ombre. Les insurgés de Baren disposaient semble-t-il d’armes à feu et de grenades. D’où provenait cet équipement ? Certains auteurs ont avancé l’hypothèse d’un possible soutien extérieur -l’armement utilisé pourrait provenir selon eux des moudjahidins afghans255 ou de la RSS du Kirghizstan-. Bien qu’il soit délicat de se prononcer définitivement sur ce point, cette configuration particulière révolte interne et soutien externe constituait pour Pékin le pire des scénarios. L’URSS -communiste et athée comme la RPC- ne venait-elle pas d’essuyer une défaite militaire en Afghanistan face à une configuration semblable -moudjahidins afghans et soutien de puissances étrangères- ? L’idée du déclenchement d’une insurrection armée des Turcophones du Xinjiang/Turkestan oriental, peut-être menée par d’anciens combattants aguerris par le jihad afghan disposant d’une idéologie, de contacts et peut-être de soutiens à l’extérieur de la Chine, a alarmé les dirigeants chinois, d’autant que Pékin ne disposait que de forces militaires limitées au Xinjiang256 et qu’en outre, elle était en froid avec les Occidentaux à ce moment en raison des événements récents de Tian Anmen257.

  • 258 ZHANG, Yumo, « The anti-separatism struggle and its historical lessons since the liberation of Xinj (...)

30L’incident de Baren a sonné à Pékin comme un avertissement d’une situation beaucoup plus délicate à venir en raison de l’évolution de l’environnement international et interne à la Chine. Zhang Yumo note dans son étude interne que l’« émeute contre-révolutionnaire de Baren » n’a pas été un « accident » « (t)he constant battle between defending the state sovereignty and safeguarding ethnic unity versus splitting national integrity and trampling ethnic unity has existed for long time in Xinjiang, it is only becoming more grave and real as the international and domestic situations change »258. Cet incident a fait l’effet d’un électrochoc sur les autorités chinoises. Conscientes de la faiblesse de leurs moyens militaires au Xinjiang, elles ont décidé d’adopter une politique préventive destinée à étouffer dans l’œuf le sentiment national des Ouïgours, avant même qu’il ne se constitue réellement et ne puisse prendre une ampleur incontrôlable.

2. Les réactions des autorités chinoises : le choix du renforcement de la lutte contre le « séparatisme ethnique » et les activités « religieuses illégales »

  • 259 « Shi yijie san Zhong quan hui vu Xinjiang jubian » dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang shi yanjiu, (...)

31A la suite de l’incident de Baren, lors d’une tournée d’inspection effectuée par Jiang Zemin au Xinjiang en juillet 1990, le séparatisme ethnique (minzufenlie zhuyi) est désigné officiellement par les autorités comme le danger essentiel menaçant le Xinjiang (Xinjiang de zhuyao weixian laizi minzu fenlie zhuyi)259. Il devient à ce moment la cible privilégiée de la propagande officielle. Les appels à combattre le « séparatisme » se multiplient dans les déclarations des officiels. Ils n’ont pas cessé jusqu’à aujourd’hui.

  • 260 Cette dernière avait été supprimée au profit d’abord de l’alphabet cyrillique en 1956 puis de l’alp (...)
  • 261 « Xinjiang circles discuss freedom of religion », Xinhua dans FBIS-CHI-93-033, February 22, 1993.
  • 262 Selon une enquête réalisée en 1994-1996, il y avait 23 331 mosquées enregistrées au Xinjiang en 199 (...)
  • 263 « Xinjiang circles discuss freedom of religion », op. cit..
  • 264 II y aura 27 000 enregistrés dans la région autonome en 2001. L’ensemble de la Chine compte officie (...)
  • 265 Chiffres et informations tirés de AUBIN, F., « Chine » dans Islam. L’affirmation musulmane au xxème (...)

32Peu après, en septembre 1990, des mesures visant à rétablir un contrôle plus strict sur les activités religieuses au Xinjiang sont également adoptées. Cette politique infléchit la tendance précédente qui avait vu une certaine libéralisation en matière religieuse dans la région autonome. A partir de 1979/1980, les autorités chinoises avaient en effet à nouveau autorisé les coutumes islamiques en matière de mariage, de naissance et de circoncision et réintroduit au Xinjiang en 1981, l’écriture traditionnelle arabo-persane pour écrire la langue ouïgoure260. Le pèlerinage à la Mecque, interrompu en 1963, avait également été autorisé à reprendre via le Pakistan à partir de 1981. Entre 1980 et 1993, 9974 musulmans originaires du Xinjiang l’auront ainsi officiellement entrepris261. Les mosquées sont également autorisées à réouvrir dans la région autonome après 1979 et se multiplient. On en compte officiellement 14 000 en 1984 et 17 000 en 1989262. La version ouïgoure du magazine bi-mensuel officiel « Musulmans de Chine » est lancée à partir de 1983. Une traduction du Coran en langue ouïgoure par Maimaiti Sailai est également publiée au Xinjiang en 1987 alors qu’un Institut théologique islamique voit le jour à Urumqi en juin de la même année. Des imams seront désormais formés dans cette ville. Ils seront 37 en 1993263. Certains d’entre eux seront autorisés à compléter leur formation à l’étranger notamment à Islamabad et au Caire. En 1991, il y avait 34 étudiants venus de Chine à l’université égyptienne Al Azhar dont six Hui et le reste Ouïgours. Le grand nombre de Ouïgours par rapport aux Hui ne relève cependant pas d’un choix du pouvoir chinois mais du fait que les Ouïgours ont bénéficié de financement privés, alloués généralement par l’Arabie Saoudite ou par des membres de la famille étendue installés à l’étranger. Quant aux boursiers ouïgours envoyés directement par la Chine, Gladney a relevé que le choix des autorités chinoises s’est porté sur les candidats Ouïgours les moins religieux. Pour en revenir aux mesures adoptées en faveur de l’islam au Xinjiang, on peut encore ajouter que pour assurer la formation des mollahs de village, des écoles coraniques ont également été ouvertes. Pour l’ensemble du Xinjiang, on comptait 15 000 mollahs en 198 4264. La liberté de pratique dans tous les aspects de la vie traditionnelle islamique a ainsi été rétablie dans les années 80 au Xinjiang et les fêtes religieuses y sont à nouveau observées. Des bâtiments publics affichent une architecture islamique et la zakât est également autorisée265.

  • 266 TICOZZI, S., « L’islam en Chine hier et aujourd’hui », Eglises d’Asie, n° 163, Dossiers et document (...)
  • 267 Voir « Problems adapting Islam to Chinese socialist practice in Xinjiang province » dans Mac 1NN1S. (...)

33Suite à cette libéralisation en matière religieuse, le Xinjiang a connu un phénomène de revivalisme islamique important dans les années 80. Une enquête réalisée dans la région autonome par l’Académie chinoise des sciences sociales rapporte ainsi en 1991 que « (d)ans les années récentes, au sud de la région autonome du Xinjiang Uigur, l’audience et l’influence des religions ont régulièrement augmenté en plusieurs régions. Le sentiment religieux s’est de plus en plus renforcé dans les masses et on observe une véritable fièvre religieuse »266. Mais après l’incident de Baren, les autorités chinoises introduisent des mesures qui infléchissent fortement la politique de libéralisation dans le domaine religieux. Ce coup d’arrêt vise particulièrement les activités religieuses des Ouïgours. Il s’agit pour les autorités chinoises de contrôler et de limiter la réislamisation en cours chez les Ouïgours car cette dernière s’accompagne à leurs yeux d’un renforcement du nationalisme pan-ouïgour267. L’islam est en effet un marqueur identitaire pour les Ouïgours, un vecteur d’identité, et un instrument de distinction par rapport aux Han et aux valeurs véhiculées par le pouvoir chinois communiste, laïc et athée. Ce choix répressif de Pékin va se prolonger et se renforcer tout au long des années 1990.

  • 268 Voir Human Rights Watch/Asia, Freedom of religion in China, 1992, pp. 64-65.
  • 269 « Xinjiang : les restrictions à la liberté de culte, édictées par les autorités pour freiner le dév (...)
  • 270 Amnesty International, PRC - Secret violence : Human rights violations in Xinjiang, November 1992, (...)
  • 271 KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, op. cit., p. 195.
  • 272 « Xinjiang : le clergé musulman a subi une ’purge’ », Eglises d’Asie, n° 122, Decembre 1, 1991 et « (...)

34C’est ce qui ressort en tout cas de la politique qu’elles ont mis en œuvre. Les autorités adoptent en effet en septembre 1990 un règlement provisoire sur le contrôle des activités religieuses au Xinjiang et sur le contrôle du personnel religieux268. Ces textes mettent l’accent sur l’interdiction d’utilisation de la religion pour s’opposer au PCC ou au système socialiste, ou pour promouvoir le « séparatisme » ou chercher à nuire à l’« unité parmi les nationalités » (minzu tuanjie). Ils stipulent que le personnel religieux doit soutenir la direction du PCC et s’opposer au « séparatisme national ». Les religieux seront formés mais aussi enregistrés auprès d’une organisation religieuse « patriotique » reconnue et leur accréditation sera passée en revue sur une base annuelle. Elle pourra être annulée par le département local des affaires religieuses. Les règlements interdisent également l’enseignement de la religion et la distribution de matériel religieux en dehors des lieux officiellement enregistrés. Les écoles religieuses sont interdites et il est en outre stipulé que les jeunes en-dessous de 18 ans doivent être soustraits à toute influence religieuse. Au Xinjiang, les autorités vont ainsi en arriver à interdire à toutes les personnes âgées de moins de 18 ans ainsi qu’à tous les étudiants, enseignants, soldats et fonctionnaires la pratique de toute religion, voire la simple participation à une activité religieuse269. Dans le sillage de l’incident de Baren, un certain nombre de mosquées et d’autres lieux de culte ont été fermés (une cinquantaine dans la préfecture de Kachgar) alors que la construction de nouvelles mosquées a été arrêtée270. En outre, le clergé musulman est repris en main par le pouvoir chinois. Des milliers de membres du clergé de la région de Kachgar ont ainsi été contrôlés par les organes de sécurité afin de vérifier leurs liens éventuels avec le « nationalisme local » et des « organisations contre-révolutionnaires »271. A la fin de l’année 1991, les autorités du Xinjiang auront ainsi passé au crible 25 000 professionnels de la religion. Environ 10 % d’entre eux auraient été « purgés »272.

  • 273 Voir SPIEGEL, M., for Human Rights Watch, China: state control of religion, New York, Human Rights (...)
  • 274 DERON, F., « Pékin accentue sa répression contre les séparatistes ouïghours au Xinjiang », le Monde (...)

35Cette politique de reprise en main et de contrôle des activités religieuses qui vise particulièrement les Ouïgours au Xinjiang ne s’infléchit pas avec l’indépendance des républiques centre-asiatiques, bien au contraire273. Des campagnes de promotion de l’athéisme sont ainsi organisées tout au long des années 90. Par exemple, en décembre 1991, conformément à une directive de Jiang Zemin émise lors de sa visite d’enquête au Xinjiang en juillet 1990, les autorités de la région autonome ont publié et largement diffusé une brochure d’éducation sur l’athéisme. Une autre campagne en faveur de l’athéisme sera également lancée en direction des cadres du PCC au Xinjiang en 1997274.

  • 275 « Chine : selon un membre important du Politburo, une bonne gestion des affaires religieuses est vi (...)

36Le pouvoir chinois reste très vigilant sur la question religieuse car comme le déclare Li Ruihuan, membre du Politburo et du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) en janvier 1993, « une bonne gestion des problèmes religieux est vitale pour préserver la sécurité nationale » de la Chine et ce d’autant que, vu du côté chinois, dans certaines régions -comme le Tibet et le Xinjiang-, « les questions religieuses sont liées à des problèmes ethniques qui, en certains cas, sont eux-mêmes influencés par des facteurs internationaux »275.

  • 276 L’Association islamique de Chine se compose de musulmans laïcs, d’hommes politiques, de chercheurs (...)
  • 277 « Xinjiang to crack down on muslim separatists », AFP dans FBIS-CHI-92-055, March 20, 1992.
  • 278 « Qinghai : les forces de l’ordre écrasent une manifestation des musulmans de la minorité Hui en pr (...)

37Au début de l’année 1992, l’AFP citant le journal de la police du Xinjiang signale des opérations policières menées contre les activités religieuses « illégales ». Ces dernières sont de nature diverses. Il s’agit selon le journal chinois de coopération avec des forces hostiles étrangères pour « séparer » le Xinjiang de la Chine « sous le couvert de la religion », de fraudes, d’interférences dans les mariages, de constructions illégales de mosquées et de tentatives de forcer des jeunes à étudier le Coran. Outre ces opérations de police, des imams « patriotes », c’est-à-dire des imams formés à travers l’Association islamique de Chine contrôlée par le pouvoir chinois276, sont également envoyés dans les districts pour y effectuer un travail de propagande277. La politique de durcissement du pouvoir en matière notamment de construction de mosquée provoque des tensions avec les fidèles musulmans. L’incident le plus grave pendant cette période a cependant impliqué des Hui au Qinghai et pas des Ouïgours du Xinjiang. La grande mosquée de Dongguan située dans la ville de Xining a ainsi été prise d’assaut par les forces de sécurité chinoises le 7 octobre 1993278.

  • 279 Voir « Xinjiang religions affairs regulations », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-94-161, August 19, 19 (...)
  • 280 En 1996, si on en croit les chiffres publiés par le Bureau des affaires religieuses, plus de 4 000 (...)
  • 281 « Chine, Xinjiang : le clergé musulman et les mosquées sont placés sous surveillance accrue », Egli (...)

38En août 1994, les autorités du Xinjiang adoptent des nouvelles règles renforçant le contrôle des autorités sur l’administration des affaires religieuses279. Ces dernières entrent en vigueur le 1er octobre 1994. En 1995, parallèlement à l’annonce par le gouvernement chinois (21 mars 1995) de son soutien au pélerinage annuel des musulmans du Xinjiang à La Mecque280, les autorités provinciales, officiellement inquiètes du nombre croissant de mosquées et d’écoles coraniques non autorisées -ce qui démontre que la politique de contrôle de la Chine dans ce domaine se heurte à une résistance de la part de la population locale- et « souvent ouvertes avec des fonds reçus de l’étranger », accroissent la surveillance du clergé et des lieux de culte musulmans pour éliminer « les activités illégales et réactionnaires ». Ibrahim Rouzi, le directeur du bureau provincial des affaires religieuses, demande également l’établissement d’une liste des membres autorisés du clergé musulman et des lieux de culte enregistrés « afin de faciliter l’administration des mosquées ». Il a par ailleurs suggéré qu’un examen de contrôle soit imposé à tous les enseignants islamiques281.

  • 282 Voir détails dans Amnesty International, Gross Violations of Human Rights in the Xinjiang Uighur Au (...)
  • 283 ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdao jiti vu Xinjiang kua shiji de fazhan », op. cit., pp.  (...)
  • 284 « ’East Turkistan’ Terrorist Forces Cannot Get Away with Impunity », Xinhua, Janvier 21, 2002.
  • 285 « Xinjiang CPPCC vice chairman attacked by ’separatists’ », Ming Pao dans FBIS-CHI-96-104, May 29, (...)

39Ce contrôle renforcé sur le clergé a amené le pouvoir à remplacer voire à arrêter des imams qui se sont écartés de la ligne officielle. L’arrestation de l’un d’entre eux a provoqué une manifestation qui a dégénéré en affrontement avec les forces de l’ordre à Khotan en juillet 1995282. Des dizaines d’arrestations ont semble-t-il suivi cet incident. En janvier 1996, Pékin impose de nouvelles restrictions aux activités religieuses en forçant tous les lieux de culte à se faire enregistrer. Peu après, des troubles sont signalés entre le 10 février et 29 avril 1996 dans la région d’Âqsû (districts de Wensu, Xinhe, Shaya, Kûcha). Zhu Peimin ne donne pas de détails, mais parle de meurtres de cadres de base, de personnels religieux « patriotes » et de Han ainsi que des pillages et d’explosions283. Un article publié par Xinhua en janvier 2002 dans le cadre de la « campagne anti-terroriste » lancée dans le sillage des événements du 11 septembre, dresse la liste des crimes attribués aux « terroristes » du « Turkestan oriental ». On trouve pour cette période l’assassinat le 22 mars 1996 de Hakimsidiq Haji (Akenmu Sidike), vice-président de l’association islamique du district de Xinhe dans la préfecture d’Àqsû et de son assistant. Le même article relève également une tentative d’assassinat remontant au mois d’août 1993 contre Abliz Damolla membre du comité exécutif du PCC du district de Yecheng et imam de la grande mosquée284. Ce document ne reprend pas un autre fait, une tentative d’assassinat qui aurait été perpétrée sur Aronghanaji, vice-président de la CPPCC du Xinjiang, membre du comité de l’Association islamique de Chine et imam pro-gouvernemental de Kachgar en mai 199 6285. La politique de Pékin semble donc susciter des réactions d’hostilité visant essentiellement les membres du clergé musulman perçus comme proches des autorités chinoises. En l’absence de détails, on ne peut cependant pas non plus exclure le fait qu’il puisse aussi s’agir de simples affaires criminelles sans lien avec des actions ménes par des « séparatistes » ouïgours.

  • 286 Le texte du document n° 7, traduit par la diaspora ouïgoure stipule que « we have to bear in mind t (...)
  • 287 Cité dans « Shi yi jie san Zhong quan hui yu Xinjiang jubian » dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang (...)
  • 288 « PRC Launches ’Severe crackdown’ campaign », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-096, April 29, 1996 e (...)
  • 289 « Commentary on ethnic separatism, religious activities », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-100, May (...)

40Dans l’important document programmatique n° 7 adopté par les autorités centrales chinoises en mars 1996286, les activités religieuses « illégales » sont désormais stigmatisées aux côtés du « séparatisme ethnique » comme le danger essentiel (zhuyao weixian) menaçant la stabilité du Xinjiang287. Elles sont visées au même titre que les « activités séparatistes » dans le cadre de la campagne « Frapper fort » (Yan da) lancée au Xinjiang dès le 26 avril 1996 -le jour même de la signature du traité de Shanghai dont nous reparlerons-, et avant le lancement officiel de cette campagne au niveau national le 28 avril 1996288. Les autorités du Xinjiang considèrent officiellement que les activités « religieuses illégales » et le séparatisme sont liés. Un article éditorial du Quotidien du Xinjiang (Xinjiang Ribao) du 7 mai 1996 précise que « harsh reality shows that illegal religious activities is important in ethnie separatism for engaging in se-paratist and sabotaging activities (...). The experience of struggle tells us that without eradicating illegal religious organizations, it is impossible to wipe out ethnic separatist forces... »289.

  • 290 « Xinjiang meeting discusses stability, religion », Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-96-08 (...)
  • 291 Voir « Xinjiang governement to crack down on separatism, religion », AFP dans FBIS-CHI-97-027, Febr (...)
  • 292 ALLES, E., « L’enseignement confessionnel musulman en Chine », Perspectives chinoises, n° 74, novem (...)

41Les autorités du Xinjiang décident donc à l’occasion d’une conférence de travail réunie du 3 au 6 mai 1996 de renforcer une nouvelle fois leur contrôle sur les activités religieuses. Elles y discutent une série de mesures comme le renforcement de la présence du Parti jusqu’au niveau des villages, le rappel du fait que les cadres doivent être athées, l’interdiction des activités religeuses dans les écoles, la censure des livres pour éviter qu’ils ne véhiculent des doctrines religieuses, le contrôle accru sur les publications et les médias (cassettes audio etc.), l’accroissement du travail de propagande, le renforcement des organes de maintien de l’ordre, etc290. Des opérations sont lancées contre les mosquées et les écoles clandestines alors que des mollahs sont arrêtés et interrogés pour leurs liens supposés avec des « séparatistes armés »291. L’enseignement religieux est également interdit par les autorités à ce moment. Selon E. Allès, depuis 1996, une lente reprise s’est dessinée. Cependant, selon son enquête de terrain réalisée en 2002 au Xinjiang, un imam n’a le droit d’enseigner qu’à un ou deux élèves avec l’aval obligatoire du bureau des affaires religieuses des autorités locales. Dans d’autres provinces de Chine, la situation est très différente puisqu’il peut y avoir près d’une centaine d’étudiants dans les écoles de mosquée. Elle constate en outre que la règle qui impose d’avoir 18 ans révolus pour suivre des études religieuses est strictement appliquée au Xinjiang. Par ailleurs, contrairement au reste de la Chine, il n’est pas possible d’ouvrir légalement une école musulmane. Un seul institut coranique (jingxueyuan), géré et contrôlé par les autorités, est autorisé à Urumqi. On y dispense un enseignement religieux minimal en langue arabe292.

  • 293 Voir sur ces événements Amnesty International, Gross Violations of Human Rights in the Xinjiang Uig (...)
  • 294 « Xinjiang Uygur riot reportedly kills 10, injures over 100 », Ming Pao dans FBIS-CHI-97-027, Febua (...)
  • 295 Trois explosions ont eu lieu dans les bus n° 2, 10 et 44 à Urumqi. Elles auraient fait 9 morts et 6 (...)
  • 296 Amnesty international, China: 1997-No cause for complacency, March 3, 1998 (AI Index: ASA 17/07/98)
  • 297 Voir Human Rights Watch, Xinjiang, China’s Restive Northwest, Press Backgrounder, November 1, 2000.
  • 298 RAMAN B., « Continuing unrest in Xinjiang. An update », South Asia Analysis Group (SAPRA), March 14 (...)
  • 299 China: Religion in the Service of the State, Statement by Mickey Spiegel, U.S. Commission on Intern (...)

42Depuis le lancement de la campagne Yan Da de 1996, le contrôle renforcé sur les activités religieuses n’a pas baissé d’intensité. Suite aux incidents de Yining/Ghulca des 5 et 6 février 1997293 -ces derniers ont opposés des manifestants ouïgours aux forces de l’ordre chinoises et ont été, qualifié d’« émeute la plus importante au Xinjiang depuis 1949 » par la presse chinoise294-, et à l’explosion de trois bombes à Urumqi le 25 février 1997, jour des funérailles de Deng Xiaoping295, une campagne particulièrement sévère visant les « séparatistes » ouïgours et les activités religieuses clandestines a été lancée296. Dans la région d’Ili, la construction ou la rénovation de 133 mosquées a été interdite297. A la fin du mois de juin 1997, les autorités ont entrepris la démolition d’une trentaine de mosquées non autorisées et arrêté 40 personnes accusées d’organiser des classes religieuses illégales dans ces mosquées298. Des instructions adoptées en 1998 par le comité de parti communiste et le gouvernement de la région autonome du Xinjiang et concernant le personnel religieux demandent aux autorités locales d’établir un « dossier politique de vérification » pour s’assurer à tout moment de leur « conformité idéologique ». Les accréditations accordées sur une base annuelle sont désormais soumises à la fréquentation de « cours d’éducation patriotique ». Les imams qui déplaisent aux autorités continuent d’être sanctionnés. Human Rights Watch signale en 2000 le cas d’un imam exécuté pour avoir organisé des classes clandestines d’enseignement religieux pour de jeunes musulmans. En mai 2001, les médias ont également signalé que sept imams avaient été arrêtés et deux mosqués clandestines détruites à Urumqi. Enfin, dans les secteurs ruraux, les forces de sécurité conduisent des inspections périodiques pour s’assurer qu’aucune publication « illégale » ou « matériél religieux illégal » ne circule299.

  • 300 « Xinjiang : à l’occasion du ramadan, les autorités chinoises exercent de fortes pressions sur les (...)
  • 301 Congress Congressional-Executive Commission on China, Annual Report 2006, One Hundred Ninth, Second (...)
  • 302 Voir Congressional-Executive Commission on China, Annual Report 2003, One Hundred Eighth Congress, (...)
  • 303 Voir détails sur la situation dans la période post-11 septembre dans le rapports annuels de Commiss (...)

43Dans le sillage des événements du 11 septembre 2001, le contrôle des activités religieuses des Ouïgours s’est à nouveau accentué. Ainsi, en 2001, les autorités chinoises ont exercé de fortes pressions sur les populations musulmanes du Xinjiang à l’occasion du ramadan. Les écoles et les administrations publiques ont interdit à leurs élèves et à leurs salariés d’observer le jeûne. Les consignes demandant à ne pas jeûner durant les heures du jour remontent semble-t-il à l’année 2000 mais c’est à la suite des événements du 11 septembre, que des pressions ont été exercées pour les faire respecter. Dans les administrations, au début du mois de novembre 2001, les employées ouïgoures ont reçu pour consigne de ne pas porter le foulard. Le port de ce dernier est en effet qualifié de pratique « féodale »300. Selon le rapport 2003 de la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine (CECC), en 2002, contrairement aux Hui qui continuent de jouir d’un traitement différencié beaucoup plus favorable, le gouvernement de la région autonome du Xinjiang a une nouvelle fois accru le degré de surveillance des activités religieuses des Ouïgours. Par exemple, dans la préfecture d’Ili, les autorités ont renforcé leur surveillance sur les cérémonies religieuses musulmanes comme les mariages, les enterrements, les circoncisions, etc.. Les cérémonies religieuses sont en fait découragées. La construction de nouvelles mosquées dans les parties du Xinjiang où vivent les Ouïgours est limitée. Une délégation américaine en visite dans la région en 2005 a été informée que le gouvernement n’avait pas donné d’autorisation aux Ouïgours de construire de nouvelle mosquée depuis 1999301. Le gouvernement continue aussi à réglementer strictement l’éducation religieuse et la participation des jeunes ouïgours aux activités religieuses. Il a interdit l’entrée des mosquées aux Ouïgours âgés de moins de 18 ans -une interdiction qui ne concerne pas les Hui- et, selon le rapport 2006 de la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine (CECC), il semble également avoir étendu cette interdiction aux femmes, aux membres du PCC et aux employés du gouvernement, y compris les retraités. Les étudiants qui fréquentent la mosquée ou participent à d’autres activités religieuses peuvent être exclus de leur école. La participation des professeurs aux activités religieuses est découragée. Le gouvernement limite l’enseignement religieux et censure périodiquement des sermons donnés par des imams. Il surveille également étroitement leurs activités. Des sessions d’études politiques obligatoires pour les imams et le personnel religieux sont périodiquement organisées302. Dans la période post-11 septembre, Pékin n’a donc pas cessé de renforcer sa politique de contrôle et de surveillance à l’égard de l’islam au Xinjiang/Turkestan oriental. Il continue ainsi depuis plus d’une décennie à associer « activités religieuses » chez les Ouïgours et « séparatisme »303.

3. Les autres menaces identifiées par les auteurs chinois dans le sillage de l’indépendance des républiques centre-asiatiques

  • 304 Dans un article daté de 1992, un autre auteur chinois, spécialiste du pan-turquisme au Xinjiang, a (...)
  • 305 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, Hong Kong, Sanlian Press, 1993, p. 207.

44Outre le danger d’un renforcement du « séparatisme ouïgour », dans le sillage de l’indépendance des républiques d’Asie centrale, d’autres risques pour la Chine ont également été identifiés par les chercheurs et spécialistes chinois. Dans son livre Jueqi de Zhong Ya (L’éveil de l’Asie centrale), écrit dans le courant de l’année 1992 et publié en 1993, Xing Guangcheng, directeur et professeur au Département Asie centrale de l’Institut d’études de l’Europe de l’Est, de la Russie et de l’Asie centrale de l’Académie chinoise des sciences sociales, a analysé une série de risques inédits pesant sur la République populaire en raison de l’indépendance des républiques centre-asiatiques. Selon son analyse, face à cet événement, la Chine est confrontée à une nouvelle réalité marquée par l’influence idéologique du(e) (l’ethno)-nationalisme (minzu zhuyi)304 et des forces religieuses (zong-jiao shili) en Asie centrale305. Il relie ce facteur avec l’existence de minorités ethniques transfrontalières présente en Chine comme les Kazakhs, les Ouïgours et les Kirghizes.

  • 306 Idem, pp. 105-111.

45Il relève également comme nouvelle réalité à laquelle Pékin est confrontée, l’extension de l’influence de divers courant de pensée à commencer par le fondamentalisme islamique (Yisilan yuanjiaozhi zhuyi). Xing consacre ainsi une partie de son livre à l’islam et au « revivalisme » islamique en cours en Asie centrale à la fin des années 80/début des années 90. Il note au début de son commentaire que le changement le plus évident apporté à l’Asie centrale par « l’ouverture » (gongkaixing) pendant cette période est le développement rapide de la religion islamique. Il consacre des lignes intéressantes au Parti de la renaissance islamique (Yisilan fuxing dang) et aux partis politiques ouzbèques « Birlik » et « Erk » qu’il taxe d’extrémistes et chez qui il perçoit également une influence islamique. Selon lui, les « militants islamiques belliqueux » d’Asie centrale (Zhong Yade Yisilan haozhan fenzi) ont établi des contacts avec le fondamentalisme afghan (Afuhan Yisilan yuanjiaozhi zhuyï), et de nombreuses armes ont pénétré dans la vallée du Ferghana et en Ouzbékistan depuis le territoire afghan. Il remarque cependant que les gouvernements en place en Asie centrale ont réagi en recourant à deux moyens : ils utilisent l’islam pour activer/faire renaître le nationalisme et font le maximimum pour restreindre la pénétration du fondamentalisme islamique. Au-delà de ses analyses, le point important pour nous est évidemment l’intérêt de ce chercheur pour la renaissance de l’islam en Asie centrale, intérêt qui démontre une certaine inquiétude des analystes chinois par rapport à ce phénomène qui peut avoir de l’influence en Chine et particulièrement au Xinjiang306.

  • 307 Idem, p. 207.
  • 308 II se réfère ainsi à Liu Hin qu’il cite et dont il nous apprend qu’il a été influencé par les trava (...)
  • 309 Idem, pp. 100-105.
  • 310 LIU, Bin, « ZhongYade kuaguo minzu zhuyi -, op. cit.. pp. 85-90.
  • 311 Idem, p. 90.

46Xing Guangcheng s’intéresse également à la diffusion en Asie centrale du pan-turquisme (Jantujue zhuyi sichaode fanlan) et de l’idée pan-turque. Il signale dans son livre une rencontre, le 24janvier 1992, entre le président turc Türgüt Özal et le « militant séparatiste du Xinjiang » Isa Yusuf Alptekin et cite également les paroles du premier ministre turc, Sùleyman Demirel, selon lequel avec la dissolution de l’URSS, le monde turc s’étend désormais de l’« Adriatique à la Grande Muraille de Chine »307. Ailleurs dans son livre, il consacre comme il l’a fait pour le revivalisme islamique en Asie centrale, une partie de chapitre au phénomène pan-turc. Il révèle ainsi que les spécialistes chinois de l’Asie centrale ont particulièrement étudié ce phénomène, notamment les spécialistes basés au Xinjiang308. Ici également, l’intérêt que porte Xing à cette question démontre une certaine inquiètude des analystes chinois face au renouveau du sentiment pan-turc qui pourrait affecter la Chine non seulement au Xinjiang où vivent des allogènes turcophones, mais aussi, de manière plus large, sur un plan géopolitique en cas de formation d’une superstructure internationale à vocation pan-turque s’étendant depuis l’Adriatique jusqu’aux frontières chinoises309. Xing n’est d’ailleurs pas le seul à s’inquiéter310. Un autre auteur chinois, Liu Bin termine sa présentation du renouveau pan-turc en Asie centrale par un appel à la plus « haute vigilance » face à la pénétration de ce courant au Xinjiang311.

  • 312 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 207.
  • 313 ZHANG, Ji, Kua shiji Zhongguode guoji huanjing yu duiwai zhanlüe, Beijing, Zhong-gong zhongyang dan (...)

47Pour Xing Guangcheng, l’ethno-nationalisme, le fondamentalisme islamique et le pan-turquisme ne sont cependant pas les seuls courants de pensée dont la Chine a à craindre l’influence. Il évoque également dans son livre de 1993 l’émergence de ce qu’il appelle le « Grand Kazakhisme » (Da Hasakezhuyi), un courant de pensée présent au Kazakhstan dont l’objectif est de former avec les Kazakhs du Xinjiang un « Grand Kazakhstan »312. Une nouvelle fois, Xing n’est pas le seul analyste chinois à évoquer ce danger pour la Chine. Un autre auteur, Zhangji le reprendra également dans une livre publié en 1998. Selon ce dernier, au Kazakhstan, une poignée d’ultra-nationalistes (jiduan minzu zhuyi fenzi) appelle à la création d’un « grand Kazakhstan » qui regrouperait les Kazakhs du monde entier, y compris les Kazakhs vivant en Chine. Ce développement influence selon lui la sécurité et la stabilité du Xinjiang. C’est pourquoi, la Chine doit coopérer avec les gouvernements centre-asiatiques pour arrêter tous ces mouvements313.

  • 314 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 208.
  • 315 Pour F.-J. Besson, cette association était plus socio-politique que culturelle, mais elle a obtenu (...)
  • 316 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 208.

48Xing Guangcheng relève aussi dans son livre de 1993 l’important défi que constitue pour Pékin. 1’« Alliance transfrontalière ouïgoure » (‘Weiivuer taoguo lianmeng)314. Il soulève le problème particulier que pose à la République populaire l’existence d’une « diaspora ouïgoure » installée en dehors du Xinjiang, notamment en Asie centrale. Xing s’inquiète particulièrement de la création lors de la réunion d’Almaty des 25 et 26 janvier 1992 par 300 représentants d’organisations ouïgoures -comme l’Association ouïgoure (Weiwuer Xiehui), le Centre culturel ouïgour (Weiwuer wenhua zhongxin), le Comité du Turkestan oriental (Dong Tujuesitan weiyuanhui), l’Organisation de libération de l’Ouïgouristan (Weiwuersitan jiefang zuzhi) ou l’Organisation Patrie (Zuguo xiehui)-venus des cinq républiques d’Asie centrale, de 1’ « Union Internationale des Peuples Ouïgours » (Weiwuer kuaguo lian-meng) présidée par Kakhraman Khodzhaberdiyev315. Xing signale que l’« Union Internationale des Peuples Ouïgours » a rédigé un « proposition à l’attention des parlements et des présidents du Kazkahstan et de l’Asie centrale » demandant aux républiques centre-asiatiques de soutenir leur mouvement politique316. Cette organisation poursuit selon Xing des objectifs « séparatistes » et « subversifs » et constitue donc une menace importante pour la Chine.

  • 317 Voir XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, n° l, (...)
  • 318 YUAN, Chengzhang, Hua Xialong yu shijie. Kua shiji Zhongguode guoji huanjing, Beijing, Zhonggong zh (...)
  • 319 Voir XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 138-141.

49Dans un article postérieur datant de 1996, ce même auteur mentionne à côté de ceux déjà relevés précédemment deux courants idéologiques supplémentaires qui pourraient également poser problème à la Chine : le « Grand Ouzbékisme » (Da Wuzibiekezhuyi) et le « Grand Tadjikisme » (Da Tajikezhuyi)317. Une fois encore, Xing n’est pas le seul auteur chinois à se référer à ces deux courants de pensée. Dans un livre daté de 1998, Chengzhang Yuan, doyen de l’Institut de recherche de stratégie internationale de l’école de Parti communiste chinois (PCC), commentant la situation générale de l’Asie centrale signale également sans autre précision que le « Panturquisme », le « Grand Kazakhisme » (Da Hasakezhuyi), le « Grand Ouzbékisme » (Da Wuzibiekezhuyi) et le « Grand Tadjikisme » (Da Tajikezhuyi) relèvent la tête dans cette région318. Pour sa part, Xing ne donne malheureusement aucune précision au sujet de ces courants de pensée. Cependant, dans son livre datant de 1993, il a rappelé les ambitions régionales de l’Ouzbékistan dont les élites souhaitent « faire (de leur pays) le centre de l’Asie centrale ». Il relève les atouts ouzbéques : l’Ouzbékistan est l’Etat le plus important d’Asie centrale en termes de population et en outre sa population va continuer à croître ; sa superficie équivaut à celle de la France et il est riche en matières premières. Les Ouzbeks sont également le groupe ethnique le plus nombreux d’Asie centrale. Mais Xing s’interroge cependant sur ce « rêve de Grand Ouzbékistan ». Selon lui, dans de nombreux domaines, le Kazakhstan surpasse en fait l’Ouzbékistan319.

50Bien que Xing n’explicite pas en quoi le « Grand Ouzbékisme » pourrait constituer une menace pour la Chine, on peut penser qu’en termes géopolitiques, cette idée d’un « Grand Ouzbékistan » qui serait tout puissant en Asie centrale est contraire aux intérêts de la République populaire. Pékin préfère conserver une série de petits États faibles à ses frontières plutôt que d’être confronté à un voisin dont la puissance régionale pourrait n’être pas négligeable, surtout si elle est appuyée par des liens privilégiés avec une puissance importante du système international hostile à la Chine. En outre, la proximité ethnique existant entre Ouzbeks et Ouïgours pourrait offrir à Tachkent un levier efficace pour exercer des pressions sur la République populaire en cas de besoin. Comme dans le cas du Vietnam dans la péninsule indochinoise, on peut penser que Pékin chercherait sans doute à s’opposer à d’éventuelles vélléités hégémoniques de Tachkent en Asie centrale. Les limitations à ce projet éventuel sont de toute façon nombreuses. La Russie et les autres États centre-asiatiques et peut-être l’Iran désapprouvent en effet une telle ambition. En outre, l’enclavement ouzbèque, en pesant sur son développement économique, pourrait également limiter ses ambitions même si en Ouzbékistan, cet enclavement est en fait perçu comme une « centralité » puisque ce pays partage en fait une frontière avec tous ses voisins centre-asiatiques.

  • 320 Voir Idem, pp. 143-144.

51Concernant le « Grand Tadjikisme » (Da Tajikezhuyï), Xing fait également référence à ce courant de pensée dans son livre de 1993 Jueqi de Zhong Ya. Il y rappelle que si les Tadjiks du Tadjikistan se regroupaient avec les Tadjiks vivant au nord de l’Afghanistan et les Tadjiks d’Ouzbékistan, ils pourraient former un bloc persanophone capable de défier les Turcophones d’Asie centrale320. Xing ne donne pas de précisions quant à la position de la Chine face à une telle éventualité. On notera que l’idée « pan-iranienne » est de prime abord moins inquiétante que le « pan-turquisme » pour Pékin. Les persanophones sont en effet très peu nombreux au Xinjiang. Par contre d’un point de vue géopolitique, un ensemble basé sur une solidarité persanophone regroupant les Persanophones d’Asie centrale, d’Afghanistan et d’Iran pourrait constituer un sous-ensemble régional d’une puissance non négligeable.

  • 321 Voir BRIANT, Pierre, Histoire de l’empire perse : de Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996, 1247p.
  • 322 DJALILI, M.-R., « Un monde iranien aux multiples identités », Boèce, n° 3, Juin 2002, pp. 33-46.

52En effet, contrairement à une construction pan-turque discontinue d’un point de vue territorial, puisque les Turcophones d’Asie centrale sont séparés de ceux du Caucase et de la Turquie par la mer Caspienne et les territoires de la Russie ou de l’Iran, un ensemble persanophone aurait l’avantage de la continuité territoriale. Les territoires habités par les populations persanophones s’étendent en effet sans interruption du golfe Persique jusqu’aux frontières de la Chine. Une telle configuration pourrait en outre s’appuyer sur des précédents historiques dont le plus glorieux est l’Empire Achéménide qui s’est effectivement étendu sur l’ensemble de ces régions321, ce qui n’est pas le cas d’une construction pan-turque. Jamais l’empire Ottoman ne s’est ainsi étendu jusqu’en Asie centrale. Vu depuis Pékin, une telle construction « pan-iranienne » rassemblant une population de l’ordre de 90 à 100 millions d’individus pourrait peser sur le nord-ouest du territoire chinois. Le risque géopolitique pour la Chine serait de voir un tel ensemble coopérer avec une grande puissance du système international hostile à la République populaire. Bien entendu ici également, un grand nombre de difficultés s’opposent à la réalisation d’une telle ambition. On retiendra que les populations persanophones ne partagent pas la même version de l’islam puisque certaines sont sunnites et d’autres shi’îtes (duodécimain et septimanien) et qu’en outre la constitution d’un bloc « persanophone » ne serait sans doute du goût ni de la Turquie, ni de la Russie, ni de l’Ouzbékistan, ni du Pakistan et des Pachtounes afghans322.

  • 323 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, Harbin, Hei-longjiang Jiaoyu Chuba (...)

53Dans son autre livre publié également en 1996, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi (Les relations entre la Chine et les nouveaux États indépendants d’Asie centrale), Xing Guangcheng identifie à nouveau les menaces pesant sur la Chine suite à l’indépendance des républiques centre-asiatiques. Il reprend dans l’ordre le danger du « séparatisme » puis le fondamentalisme islamique (Yisilan yuanjiaozhi zhuyi) et le pan-turquisme (fantujue zhuyi sichaode fanla) qu’il appelle désormais les « deux pan » (shuang fan)323. Xing Guangcheng note qu’en ce qui concerne l’opposition au pan-islamisme radical, la Chine a des intérêts similaires à ceux de la Russie et des États occidentaux. Dans le cas du pan-turquisme, la Chine, la Russie et l’Iran devraient trouver un terrain d’entente. Mais le plus important selon lui est que la Chine et les républiques d’Asie centrale s’opposent ensemble à la diffusion incontrôlée des idées pan-islamiques et pan-turques.

  • 324 LIU, Qiyun, « 1997 nian Tajikesitande zhengzhi, jingji he waijiao xingshi » dans XU, Kui, Eluosi he (...)
  • 325 Voir SHI, Lan, « Xinjiang de diyuan zhenzhi » dans PAN, Zhiping, Minzu zijue hai-shi minzu fenlie. (...)

54On relèvera qu’une partie de cette analyse de Xing diffère de celle d’autres auteurs chinois qui considèrent que les États islamiques et les États-Unis ont soutenu l’opposition « islamiste » tadjike dans le cadre de la guerre civile qui a déchiré ce pays à partir de 1992. Selon un texte publié en 1999 par Liu Qiyun, professeur associé au Département Asie centrale de l’Institut d’études de l’Europe de l’Est, de la Russie et de l’Asie centrale de l’Académie chinoise des sciences sociales, pendant la guerre civile tadjike, les soutiens à Rakhmanov ont été la Russie, l’Ouzbékistan, le Kirghizstan, le Kazakhstan et d’autres États non-spécifiés alors que les soutiens à l’opposition islamique ont été les États islamiques et les États-Unis324. Plus tard dans la même veine, d’autres auteurs dénonceront les liens entre les taliban et les États-Unis. Une étude chinoise publiée en 1998 et consacrée à la géopolitique du Xinjiang relève ainsi que les taliban représentent une forme de l’islam proche de celle de l’Arabie Saoudite, avec laquelle les États-Unis peuvent s’entendre. Pour l’auteur de cette étude, les taliban constituent un danger pour la Chine du fait de leur proximité avec Washington325.

  • 326 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 169-197.
  • 327 Par exemple DONG, Fangxiao, « Zhongdong daguo zai Zhongya dejingzheng », Sulian dongou wenti, n° 4, (...)
  • 328 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 61.

55Outre, ces menaces, les chercheurs chinois s’intéressent également au rôle et à l’influence des acteurs régionaux et extra-régionaux sur la scène centre-asiatique. La perception des auteurs chinois par rapport aux acteurs et à leur importance en Asie centrale a évolué pendant la décennie 90 en fonction des développements sur le terrain et de la situation internationale. La Russie, en tant qu’ancienne métropole et acteur régional de poids, fait bien entendu l’objet d’une préoccupation constante pendant toute la période. Mais ce n’est pas le seul acteur pris en compte dans les analyses chinoises. Au tout début des années 90, les auteurs chinois -comme d’ailleurs de nombreux auteurs occidentaux- se sont aussi intéressés au rôle des pays musulmans en Asie centrale. Dans son premier livre, Jueqi de Zhong Ya, Xing Guangcheng examine le rôle et l’influence sur la scène centre-asiatique de pays comme le Pakistan, l’Arabie Saoudite, le Koweit et l’Égypte326. Son intérêt pour ces pays se réduit cependant considérablement par la suite. Comme Jueqi de Zhong Ya, son autre livre, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, continue de faire une large part à la Russie à qui il consacre un chapitre entier. Par contre, il n’évoque plus que rapidement le Pakistan et à peine l’Arabie Saoudite, le Koweit et l’Égypte. Ce désintérêt pour ces pays correspond au rôle limité qu’ilsjouent en Asie centrale aux yeux des chercheurs chinois. Par contre, comme d’autres auteurs chinois327 et occidentaux également, l’influence de l’Iran et de la Turquie retient davantage son attention dans les années 90. Il aborde la politique de ces deux pays en Asie centrale non seulement dans Jueqi de Zhong Ya datant de 1993 mais également dans son livre de 1996, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, et dans un article également publié cette année. Selon cette dernière publication, après l’indépendance des républiques centre-asiatiques, Ankara et Téhéran ont accrû leur influence politique, économique, culturelle et religieuse en Asie centrale. La Turquie utilise l’idée pan-turque et son influence économique pour établir une sphère d’influence turque (Tujue shiliquan) dans cette région328. Bien que Xing s’abstienne de commenter plus avant, on peut penser que les objectifs de cette politique ne sont pas tout à fait du gôut de la Chine. Il en est de même pour ceux de la politique de l’Iran. Selon Xing, Téhéran s’appuie quant à lui sur sa proximité géographique (diliyou-shi) et culturelle (la « culture islamique » selon lui) pour lancer une offensive diplomatique en direction des républiques centre-asiatiques. L’objectif de Téhéran est d’établir une sphère d’influence islamique regroupant l’Asie centrale et le Moyen-Orient. En outre, selon Xing, l’Iran et la Turquie sont à la fois en compétition et coopèrent sur la scène centre-asiatique. C’est ainsi sur proposition de ces deux pays que les républiques d’Asie centrale ont adhéré à l’Economic Cooperation Organisation (ECO) (Zhong Xi Ya Jingji hezuo zuzhi).

56Outre ces deux acteurs régionaux considérés comme importants et dont l’action retient donc particulièrement l’intérêt de la recherche chinoise, l’influence d’autres États est également examinée mais de manière plus marginale. Par exemple dans Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, Xing mentionne rapidement le rôle du Japon et de la Corée. L’Inde ne retient que très succintement son attention, ce qui montre qu’au début de la seconde moitié des années 1990, ce pays n’est pas vraiment considéré dans le milieu des spécialistes chinois de l’Asie centrale comme un acteur important sur la scène centre-asiatique. Si le rôle des pays d’Europe occidentale n’est pas négligé puisque Xing l’a par exemple abordé dans ses livres de 1993 et 1996, plus fondamentalement, c’est l’influence américaine et celle de l’Otan en Asie centrale qui vont de plus en plus retenir l’attention des analystes chinois dans la seconde moitié des années 1990.

  • 329 Idem, p. 61.
  • 330 Idem, p. 61.
  • 331 XING, Guangcheng, « China and Central Asia », dans Central Asian security: the new international co (...)
  • 332 Idem, p. 167.

57Dans son livre et son article de 1996, Xing Guangcheng examine ainsi l’influence des États-Unis. Selon lui, ces derniers s’opposent à l’extension de l’influence iranienne et à l’essor du fondamentalisme islamique (Yisilan yuanjiaozhi zhuyi) en Asie centrale pour des raisons stratégique et de sécurité. Xing relève que l’Asie centrale produit de l’uranium et qu’en outre, le Kazakhstan possède des armes nucléaires. Si une force fondamentaliste contrôlait cette région, la sécurité des États occidentaux serait gravement menacée selon lui. L’Asie centrale, le Moyen-Orient et l’Afrique du nord pourraient former une zone continue d’agitation islamique (Yisilan fengbaoqu)329. C’est une des raisons pour lesquelles les États-Unis soutiennent l’influence turque en Asie centrale. En effet, du point de vue occidental écrit-il, la Turquie est un État où l’Église et l’État sont séparés (zheng jiao finii de guojia), un pays qui met en œuvre l’économie de marché et un membre de l’Otan. Son influence grandissante en Asie centrale pourra limiter le fondamentalisme islamique de l’Iran. Outre ce facteur, les États-Unis sont également intéressés par le marché centre-asiatique. Enfin la position géographique particulière de l’Asie centrale joue également un rôle important pour Washington. Xing note en effet que si les États-Unis dominent l’Asie centrale, ils pourront influencer la structure stratégique des espaces voisins : au nord la Russie, au sud l’Iran et l’Afghanistan, à l’est, la Chine et à l’ouest le Caucase330. Cette influence potentielle des États-Unis sur la sécurité des zones voisines et particulièrement de la Chine à partir de l’Asie centrale va devenir après 1996, qui est l’année de la crise du détroit de Taiwan, et plus encore après le bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade en mai 1999 dans le cadre de la guerre du Kosovo, l’objet de l’attention des auteurs chinois. Dans un article postérieur datant de 2001, la position de Guangcheng Xing par rapport au rôle des États-Unis en Asie centrale a ainsi considérablement évolué. Il note que parmi les raisons de Washington de s’intéresser à l’Asie centrale figure désormais l’intention américaine de contenir les plans stratégiques de la Chine et d’exercer une influence sur le Xinjiang331. Il considère que la politique menée par Washington pour accroître son influence est en fait responsable de l’instabilité dans cette région332.

  • 333 YAN, Julu, « Meiguode Zhong Ya zhanlüe ji dui Zhongguo anquan huanjingde yingxiang », Xiandai Guoji (...)
  • 334 YAN, Julu, « Meiguode Zhong Ya zhanlüe ji dui Zhongguo anquan huanjingde yingxiang », op. cit., p.  (...)
  • 335 Deux auteurs chinois notaient « in Central Asia, the United States has made no secret of throwing m (...)
  • 336 LIN, Limin, « 21 shiji Zhongguo diyuan zhanlûe huanjing qianyi », Shijie jingji yu zhengzhi, n° 12, (...)

58Si on examine le discours chinois à partir de cette période (1999), on constate que les craintes de Pékin sont à la fois idéologiques et stratégiques333. Sur le plan idéologique, la Chine appréhende non seulement la diffusion du modèle démocratique occidental en Asie centrale mais aussi la propagation de la « théorie de la menace chinoise » (Zhongguo weixielun) dans cette zone, car cette dernière renforce la méfiance des nouvelles républiques à son égard et affaiblit son influence. Sur le plan stratégique, les auteurs chinois souligneront le danger d’une pénétration de l’OTAN en Asie centrale334 et dénonceront également l’utilisation du groupe de GUUAM (acronyme anglais pour Géorgie, Ouzbékistan, Ukraine, Azerbaïdjan et Moldavie) par Washington335. Concernant l’OTAN, un article de la revue Shijie jingji yu zhengzhi relève ainsi en 1999 que : « Tout porte à croire que l’OTAN a l’intention de s’étendre à l’Est et jusqu’en Asie centrale ; les relations stratégiques militaires entre les USA et certains pays d’Asie centrale ont déjà été clairement renforcées, ce qui constitue un danger latent important pour la sécurité de la frontière nord-est de la Chine »336.

  • 337 XING, Guangcheng, « China and Central Asia », dans Central Asian security: the new international co (...)

59Evoquant la présence américaine en Asie centrale et le rôle de l’OTAN dans la région, Xing Guangcheng sera en 2001 encore plus clair. Il note en effet : « China is opposed to any US scheme to build military bases in the Central Asian states, carry out joint military manœuvres there or use the Central Asian states as a tool to contain China because it considers this as endangering the safety of its own north-west regions. (...) Parts of the purpose of its military cooperation with Central Asian stales is to threaten China’s security. (...) China has not explicitly expressed opposition to the participation of the four Central Asian stales (Tajikistan is not a member) in the NATO Partnership for Peace (PfP) programme. Nonetheless, it is watching closely how NATO influence increases in the Central Asian states. NATO’s penetration in the region has brought an element of instability (...) China is a neighbour of the Central Asian states and does not wish to see NATO conduct military manœuvres there year after year near its border (...) »337.

  • 338 Voir ZHOU, Xiaohua, « Covert and Overt Russia-US Rivalry in Central Asia », Xinhua Domestic Service (...)
  • 339 Voir « PRC Reportedly Links CIA, Xinjiang Separatists to Bombing », Hong Kong Ming Pao dans FBIS-CH (...)
  • 340 Voir LAIRD, Thomas, Into Tibet: the CIA’s first atomic spy and his secret expedition to Lhasa, New (...)
  • 341 Voir CONBOY, Kenneth J., MORRISON, James, The CIA’s secret war in Tibet, University Press of Kansas (...)

60Les auteurs chinois vont aussi rattacher les activités de Washington et de l’OTAN en Asie centrale au problème du « séparatisme » au Xinjiang. On peut ainsi relever les craintes chinoises de voir les Américains -comme l’URSS avant eux- utiliser le sentiment séparatiste ouïgour pour affaiblir la Chine338. Dès 1997, certains milieux gouvernementaux chinois ont ouvertement attribué à la CIA un rôle important dans la déstabilisation de la région autonome du Xinjiang339. La mémoire historique a dû ici jouer un rôle chez ces décideurs chinois -parallèlement à une certaine paranoïa- puisque historiquement les services de renseignement américain par l’intermédiaire de Douglas MacKiernan340 étaient présents à Urumqi en 1949 et qu’ils ont par ailleurs aidé les Tibétains face Pékin dans les années 50 et au-delà341.

  • 342 Voir BECKER, J., « The Heart of Chinese Sovereignty », South China Morning Post, June 12, 1999.
  • 343 Certains auteurs chinois parlent de Neibu chongtu lun (La « théorie du conflit interne ») mise au p (...)
  • 344 AI, Yu, « Kosovo Crisis and Stability in China’s Tibet and Xinjiang », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-19 (...)

61Mais c’est l’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999 qui alarme particulièrement les autorités chinoises342. La crainte de voir les États-Unis utiliser des affrontements internes au Tibet ou au Xinjiang pour s’« immiscer [au nom des droits de l’Homme] dans les affaires intérieures chinoises » comme ils l’ont fait aux yeux des autorités chinoises lors du conflit au Kosovo apparaît ainsi sous la plume d’auteurs chinois343. L’un d’entre eux écrit à ce propos, « (o)nce the time is ripe, it will not be impossible for Xinjiang’s national separatists, assisted by domestic and international hostile forces, to counter the local and central governments and seek support from the international community, just as the Albanian separatists in Kosovo, Yugoslavia. At that time, we cannot rule out the possibility that the U.S.-led NATO military bloc will act against China in one way or another, including using military means, under the pretext of safeguarding the human rights of minority ethnic groups »344. Pour empêcher que les États-Unis ne puissent utiliser un jour cette stratégie contre la Chine, les autorités chinoises vont resserrer leurs liens avec leurs voisins centre-asiatiques à la fois sur les plans bilatéral et multilatéral à travers le « Groupe de Shanghai ».

4. La réaction des autorités chinoises à l’indépendance des républiques centre-asiatiques

  • 345 Repris dans la liste officielle des actes terroristes attribués aux « terroristes » du « Turkestan (...)
  • 346 « Xinjiang separatist organization’s extent examined », South China Sunday Morning Post dans FBIS-C (...)
  • 347 Cité dans CRAIG-HARRIS, L., « Xinjiang, Central Asia and the implications for China’s policy in the (...)

62Comme le montrent des déclarations de hauts responsables du Xinjiang au début de l’année 1992, l’indépendance des RSS d’Asie centrale avec qui Pékin entretient pourtant des contacts et des relations économiques depuis le milieu des années 80, a suscité l’inquiétude en Chine et ce d’autant que la période qui s’étend entre l’incident de Baren d’avril 1990 et le début de l’année 1992, n’est pas exempte de « troubles » dans la région autonome du Xinjiang. Ainsi, en février 1991, une explosion dans une salle de cinéma proche de la gare routière du district de Kûcha dans la préfecture d’Âqsû fait un mort et 13 blessés. Cette explosion est attribuée aux « séparatistes »345. Dans le courant de l’année 1991, des manifestations anti-communistes et nationalistes se seraient également déroulées dans plusieurs villes proches de la frontière de l’URSS notamment à Tacheng, Bole, Altaï et Âqsû. En septembre 1991, l’introduction en contrebande d’armes au Xinjiang depuis le Pakistan et l’Afghanistan est aussi signalée. A la suite de cet incident, le très conservateur général Wang Zhen, le « libérateur » du Xinjiang en 1949, lance un avertissement rappelant que toute tentative séparatiste sera écrasée. Par mesure de précaution, des troupes supplémentaires sont envoyées au Xinjiang en août 1991 pour faire face à la situation internationale, le pouvoir chinois étant conscient des limites de son appareil répressif. Selon la presse de Hong Kong, ces renforts n’empêchent d’ailleurs pas le déroulement de manifestations pro-indépendance réunissant plusieurs centaines d’activistes à Urumqi en octobre 1991346. Le président chinois Yang Shangkun se déplace en personne au Xinjiang en décembre 1991. Au cours de sa visite, il donne des directives pour rétablir l’ordre. Il déclare à cette occasion, « rassemblez les minorités sous la férule du Parti, renforcer la capacité de combat et attaquez à la base les racines de la division et de la rébellion ethniques »347.

  • 348 Repris dans la liste officielle des actes terroristes attribués aux « terroristes » du « Turkestan (...)
  • 349 « Xinjiang separatist organization’s extent examined », op. cit. Selon la presse chinoise, les orga (...)
  • 350 « Une nouvelle ’grande muraille’ pour protéger le Xinjiang », le Monde, Janvier 12, 1992.
  • 351 « Xinjiang chairman cites activities of ‘splittists’ », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBI (...)
  • 352 « Tomur Dawamat urges crackdown on separatism », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-92-053, March 1 (...)

63Le début de l’année 1992 est marqué par l’explosion de plusieurs bombes dans les bus n° 52 et n° 30 à Urumqi le 5 février. Le bilan est de trois 3 morts et 23 blessés348. Ces « attentats » qui ne sont pas revendiqués, sont attribués par les autorités aux « séparatistes »349. Face à cette « agitation » et au contexte international, Wang Enmao, le secrétaire du PCC du Xinjiang, déclare au début du mois de janvier 1992 que la Chine doit ériger une « grande muraille » pour protéger le Xinjiang des « agents » anti-communistes, des « forces bourgeoises libérales » et du « nationalisme séparatiste » qui disposent d’« agents infiltrés », d’une « cinquième colonne de forces hostiles »350. En mars 1992, Tomur Dawamat, le président du gouvernement de la région autonome du Xinjiang déclare pour sa part dans son rapport de travail devant le congrès national populaire régional que « la situation internationale a affecté et affecte toujours la stabilité de Xinjiang. Les forces hostiles, à la fois à l’intérieur du pays et à l’extérieur, ont intensifié leurs infiltrations, subversions et sabotages. Une poignée de séparatistes nationaux au Xinjiang, en collusion avec des séparatistes nationaux installés en dehors du Xinjiang, ont également intensifié leurs activités séparatistes et leurs sabotages »351. En raison de ce contexte international et de ses répercussions sur le Xinjiang, il demande quelques jours plus tard le renforcement des mesures destinées à lutter contre le séparatisme afin d’assurer la stabilité de la région autonome352. La première réaction des autorités chinoises face à l’indépendance des républiques centre-asiatiques est donc pour le moins marquée par l’inquiétude. Très vite cependant, elles vont réagir pour faire face à ce nouvel environnement.

Notes

191 Cite dans TOOPS, S., « Recent Uygur Leaders in Xinjiang », Central Asian Survey, vol. 11, n° 2, 1992, p. 91.

192 ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdao jiti yu Xinjiang kua shiji de fazhan », dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang shi yanjiu, op. cit, p. 407.

193 ZHANG, Yumo, « The anti-separatism struggle and its historical lessons since the liberation of Xinjiang » dans Pan-Turkism and Pan-Islamism Study, Chief editor of the book: Yang Faren, Assistant editor: Li Ze, Dong Sheng, Research group council: Fu Wen, Project Host: Kou Qingping, Group leader: Zhang Yumo, Material collection and organization: Liu Jianghai, Li Sha, August 1993, translated by Tuerdi Huji (http://www.taklamahan.org/uighur-l/archive/2_4_1.html).

194 Idem

195 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu » (Recherches sur le séparatisme parmi les allogènes du Xinjiang) dans Fanyisilanzhuyi, fantujuezhuyi yanjiu (Recherches sur le pan-islamisme et le pan-turquisme), Yang Faren (ed.), Urumqi, Xinjiang Social Science Press, 1994, p. 201.

196 Idem.

197 Voir également BENSON, L., « Uygur Politicians of the 1940s : Mehmet Emin Bugra, Isa Yusuf Alptekin and Mesut Sabri », Central Asian Survey, vol. 10, n° 4, pp. 87-114.

198 BUGRA, Mehmet Emin, Sharqi Turkistan tarikhi, Çankaya, Ankara, Fatma Bugra, 1987, xxxii-661p.

199 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit., p. 203.

200 Voir RUDELSON, J. J., Oasis Identities., op. cit., pp. 143-165 ; TANRIDAGLI, G., « Le roman historique, véhicule du nationalisme ouïgour », Cemoti, n° 25, janvier-juin 1998, pp. 115-137 et BOVINGDON, G„ TURSUN, N., « Contested Histories » dans China’s Muslim Borderland, op. cit., pp. 363 et ss.

201 AWUTI, Tuohuti, « Xinjiang zigu yilai shi weida zuguo buke fengede yi bufen », Xinjiang shehui kexue, n° 3, 1990, p. 1 ou AZEZI, Yusupu, « Zai Xinjiang guchui ’minzu zijue’ de shizhi shi gao minzu fenlie », Xinjiang shehui kexue, n° 3, 1990, p. 7.

202 ZHOU, Weizhou, « Guanyu Weiwuerzu zuyuan wenti. Ping Tuergong Alemasi ’Weiwuerren’ de you guan bufen », Xiyu Yanjiu, n° 2, 1991, pp. 15-28 ou OU, Bao, « ’Wei-wuerren’ de zuozhe weiz.ao lishi, guchui fenlie zhuyi sixiangde shizhi’ », Xinjiang Daxue Xuebao, vol. 19, n° 3, 1991, pp. 31-44.

203 Voir les mesures prises par les autorités à partir de 1992 pour contrer les thèses des livres de T. Aimas dans BOVINGDON, G., TURSUN, N., « Contested Histories » dans China’s Muslim Borderland, op. cit., pp. 367 et ss.

204 MIAO, Pusheng, « Wei zhengque chanming Xinjiang Lishi er nuli », Xiyu Yanjiu, n° 3, 1995, pp. 15-21.

205 Miao Pusheng précise que les historiens ne peuvent accepter de faire des héros de personnages qui s’opposent à l’unité de la patrie ou encouragent le séparatisme. Ils doivent continuer à critiquer directement le pan-turquisme et le pan-islamisme. Voir Idem, p. 20.

206 Voir Idem, pp. 17-20.

207 FROISSART, C, « Au secours des Ouïgours », Libération, Septembre 21, 2004.

208 Voir PAN, Zhiping, « Xitong yanjiu he zhengque chanming Xinjiang Lishi. Xuexi Jiang Zemin Zong Shuji guanyu Xinjiang lishi wenti dejianghua », Xiyu Yanjiu, n° 4, 1998, pp. 1-3.

209 BOVINGDON, G., TURSUN, N.. « Contested Histories » dans China’s Muslim Borderland, op. cit., pp. 371 et ss.

210 Voir Office d’information du Conseil des Affaires d’État de la République populaire de Chine, L’histoire et le développement du Xinjiang, Beijing, mai 2003, 67p.

211 Malgré le contrôle des autorités, des publications réussissent à échapper à la censure. C’est ainsi que le roman historique en trois volumes Ana Yurt (Mère-Patrie) de Zordun Sabir, disparu en 2000, a été publié au Xinjiang. Il a été censuré mais les autorités ne sont semble-t-il pas parvenues à en arrêter complètement la circulation.

212 DILLON, M., « Uyghur language and culture under threat in Xinjiang », The Analyst, August 18, 2002.

213 Voir les extraits de textes « séparatistes » dans LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dong-sheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliezhuyi yanjiu », op. cit., pp. 204-205.

214 Idem, p. 205.

215 Voir les extraits de textes « séparatistes » dans Idem, pp. 205-206

216 Idem, p. 206

217 Idem, p. 206

218 Idem, p. 206

219 Idem, pp. 206-207

220 Idem, p. 207.

221 Idem, pp. 207-208.

222 Idem, p. 208.

223 Voir détails sur son administration dans McMILLEN, Donald H., « Xinjiang and Wang Enmao: New Directions in Power, Policy and Integration? », The China Quarterly, n° 99, September 1984, pp. 569-593.

224 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit., p. 208.

225 Idem, p. 208.

226 Voir détails dans KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, op. cit, pp. 188-189.

227 Idem, p. 189.

228 Voir BENSON, L., SVANBERG, I., Chinas Last Nomads. The History and Culture of China’s Kazaks, New York, Armonk, London, M.E. Sharpe, 1998, ix-251p.

229 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit., p. 209.

230 KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, op. cit., pp. 190-192.

231 Elles sont passées de 11 en 1979 à 33 en 1989 et de 150 étudiants en 1979 à 722 étudiants en 1989. LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Min-zu fenliezhuyi yanjiu », op. cit., p. 209.

232 Idem, p. 209.

233 Idem, pp. 209-210.

234 Idem, p. 210.

235 Hem, p. 210.

236 Idem, pp. 210-211.

237 KUMUL, A., « Le ’séparatisme’ ouïgour au xxè siècle : histoire et actualité », Ce-moti, n° 25, janvier-juin 1998, pp. 85 et ss..

238 CAO, Chang-Ching, « Fight for Eastern Turkestan », The Taipei Times, October 11, 1999.

239 Sur le rôle de l’URSS: LI, Danhui, « A Historical Examination of the origin of the 1962 I-Ta Incident supported by materials from Archives in Xinjiang, China », Social Sciences in China, vol. xxii, n° 3, Autumn 2001, pp. 140-161.

240 CASTETS, R., « Le mal-être des Ouïghours du Xinjiang », Perspectives chinoises, n° 78, Juillet-août 2003, p. 39.

241 Idem, p. 40.

242 Amnesty international, « Chine : Graves violations des droits humains dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang », Avril 1, 1999. (Index AI : ASA 17/18/99). On comparera ce bilan avec celui donné par l’ETIC en 1993, et qui fait état de 1000 morts côté ouïgour et 600 policiers et militaires côté chinois dans « Baren Victims Remembered », Eastern Turkestan Information Bulletin, vol. 3, n° 2, April 1993.

243 Sur cette question MILLWARD, James, « Violent separatism in Xinjiang: a critical assessment », Policy Studies, n° 6, East-West Center, Washington, 2004, 41p.

244 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit., p. 211.

245 Né en 1914, Ziya Samadi a été éduqué en URSS. Entre 1950 et 1958, il occupe des positions importantes au Xinjiang (directeur régional de l’éducation, directeur de la culture, président de l’association des écrivains). En 1958, il est accusé de « nationalisme ethnique » et emprisonné pour deux ans. Il quitte le Xinjiang avec sa famille en 1961 et gagne le Kazakhstan voisin. Il est mort à Almaty en 2002. Son œuvre littéraire est très importante.

246 LI, Ze, LIU, Tongqi, LI, Dongsheng, LIU, Yongqian, « Xinjiang Minzu fenliez-huyi yanjiu », op. cit., pp. 211-214.

247 Idem, p. 213.

248 Idem, p. 213.

249 D’après TARIMI, N. T., « China-Uzbek pact bad news for Uighurs », Asia Times, July 29, 2004 et KAMALOV, A., « Uighur community in 1990s Central Asia. A decade of change », op. cit., pp. 151-154.

250 TAO, Siju, « Oppose subversion and peaceful evolution: protect the stability of the overall situation » dans China Documents Annual 1991, edited by Peter R. Moody, Academic International Press, America, 1995, p. 271.

251 ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdao jiti yu Xinjiang kua shiji de fazhan », op. cit., p. 407.

252 ZHANG, Yumo, « The anti-separatism struggle and its historical lessons since the liberation of Xinjiang » op. cit.

253 Détails dans Idem.

254 Voir le rôle de la Chine et le soutien discret qu’elle a apporté aux moudjahidins afghans, COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001. Contre l’URSS, une désastreuse alliance, Paris, Edition Autrement, Frontières, 2002, pp. 77-91.

255 ISRAELI, R., « A New Wave of Muslim Revivalism in Mainland China », Issues and Studies, vol. 33, n° 3, March 1997, p. 30.

256 Les troupes de l’Armée populaire de Libération (APL) déployées au Xinjiang sont peu nombreuses. Pékin dispose surtout de forces de police, très capables de faire face à des émeutes ou à une révolte localisée, mais qui pourraient être débordées en cas d’insurrection armée généralisée. C’est peut-être pour cette raison que l’incident de Baren a tant effrayé les autorités chinoises. Voir SHICHOR, Y., « The Great Wall of Steel: Military and strategy » dans Xinjiang: China’s Muslim Borderland, op. cit., pp. 122-126.

257 Un texte publié en 2000 par Zhu Peimin se fait l’écho de cette crainte qui a perduré en Chine. Il y constate que dans les années 90, les forces occidentales anti-chinoises ont soutenu les forces « séparatistes » au Xinjiang afin de créer de petits États dans les zones frontières de la Chine pour affaiblir la RPC. Voir ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdaojiti yu Xinjiang kua shiji de fazhan », op. cit., p. 410.

258 ZHANG, Yumo, « The anti-separatism struggle and its historical lessons since the liberation of Xinjiang », op. cit.

259 « Shi yijie san Zhong quan hui vu Xinjiang jubian » dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang shi yanjiu, op. cit., p. 388.

260 Cette dernière avait été supprimée au profit d’abord de l’alphabet cyrillique en 1956 puis de l’alphabet latin en 1958 pour isoler les musulmans de leur co-religionaires d’Asie centrale.

261 « Xinjiang circles discuss freedom of religion », Xinhua dans FBIS-CHI-93-033, February 22, 1993.

262 Selon une enquête réalisée en 1994-1996, il y avait 23 331 mosquées enregistrées au Xinjiang en 1996 sur les 34 014 que comptait la Chine à cette période. Cité dans MI, Shoujiang, YOU, Jia, Islam in China, translated by Min Chang, Beijing, China Intercontinental Press, 2004, p. 170.

263 « Xinjiang circles discuss freedom of religion », op. cit..

264 II y aura 27 000 enregistrés dans la région autonome en 2001. L’ensemble de la Chine compte officiellement 45 000 imams en 2002.

265 Chiffres et informations tirés de AUBIN, F., « Chine » dans Islam. L’affirmation musulmane au xxème siècle, Encyclopaedia Universalis, 4 ème édition, Paris, 1994, pp. 666-669; NEWBY, L., « The Pure True Religion in China », op. cit., p. 940; GLAD-NEY, D. G, « Transnational Islam and Uighur National Identity; Salman Rushdie, Si-no-Muslim Missile Deals, and the Trans-Eurasian Railway », Central Asian Survey, vol. 11, n° 3, 1992, pp. 5-6 et pp. 12-13 et « China Conducts Training Courses for Xinjiang Mosque Leaders » Xinhua news agency domestic service dans BBC Monitoring Service, January 12, 2002.

266 TICOZZI, S., « L’islam en Chine hier et aujourd’hui », Eglises d’Asie, n° 163, Dossiers et documents n° 8/93, Octobre, 16, 1993.

267 Voir « Problems adapting Islam to Chinese socialist practice in Xinjiang province » dans Mac 1NN1S. D.E., Religion in China Today. Policy and Practice, New York, Orbis Book, 1989, pp. 248 et ss.

268 Voir Human Rights Watch/Asia, Freedom of religion in China, 1992, pp. 64-65.

269 « Xinjiang : les restrictions à la liberté de culte, édictées par les autorités pour freiner le développement des communautés musulmanes, entravent également les activités de l’Église catholique », Eglises d’Asie, n° 382, Octobre 1, 2003.

270 Amnesty International, PRC - Secret violence : Human rights violations in Xinjiang, November 1992, (AI Index : ASA 17/50/92) et RYDEN, E., s.j., « La religion en Chine aujourd’hui », Eglises d’Asie, Dossiers et documents, n° 10, Supplément EDA n° 121, Novembre 16, 1991.

271 KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, op. cit., p. 195.

272 « Xinjiang : le clergé musulman a subi une ’purge’ », Eglises d’Asie, n° 122, Decembre 1, 1991 et « La bombe à retardement du Xinjiang », Eglises d’Asie, n° 131, Avril 16, 1992.

273 Voir SPIEGEL, M., for Human Rights Watch, China: state control of religion, New York, Human Rights Watch, 1997, vii-144p. et China: State Control of Religion, Update n° l, New York, Human Rights Watch, March 1998.

274 DERON, F., « Pékin accentue sa répression contre les séparatistes ouïghours au Xinjiang », le Monde, Août 28, 1997, p. 4.

275 « Chine : selon un membre important du Politburo, une bonne gestion des affaires religieuses est vitale pour la sécurité de l’État », Eglises d’Asie, n° 148, Fevrier 2, 1993.

276 L’Association islamique de Chine se compose de musulmans laïcs, d’hommes politiques, de chercheurs renommés et de religieux -des imams importants de chaque région et des chefs de confréries soufies-. Toutes les écoles religieuses (Qadim c’est-à-dire l’islam traditionnel, confréries soufies, Ikhwan, Salafiyya) doivent y être représentées. Mais elle est en fait dominée par le courant fondamentaliste Ikhwan. Les Hui y sont sur-représentés. L’AIC est dirigée par un président, plusieurs vice-présidents et un secrétaire. Elle coiffe des branches au niveau provincial mais aussi à des niveaux de plus en plus locaux. Elle a ainsi mis en place 422 branches au niveau des districts et des grandes villes. Elle intervient dans les affaires des communautés musulmanes à tous les niveaux, que ce soit lors du choix d’un imam qui doit recevoir son approbation, des cérémonies où l’un de ses représentants est présent, de la distribution de subventions, ou de la sélection des pèlerins, etc. Elle se charge également de la formation de « religieux patriotes » par l’intermédiaire de l’Institut islamique de Chine. Voir ALLES, E., CHE-RIF-CHEBBI, L., HALFON, H., « L’islam chinois, unité et fragmentation », Archives de sciences sociales des religions, n° 115, Juillet-Septembre 2001, pp. 20-22.

277 « Xinjiang to crack down on muslim separatists », AFP dans FBIS-CHI-92-055, March 20, 1992.

278 « Qinghai : les forces de l’ordre écrasent une manifestation des musulmans de la minorité Hui en prenant d’assaut la mosquée de Xining », Eglises d’Asie, n° 165, Novembre 16, 1993.

279 Voir « Xinjiang religions affairs regulations », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-94-161, August 19, 1994 et HRW, Devasting Blows. Religious repression of Uighurs in Xinjiang, vol. 17, n° 2(c), April 2005, pp. 28 et ss.

280 En 1996, si on en croit les chiffres publiés par le Bureau des affaires religieuses, plus de 4 000 musulmans chinois auront fait le pèlerinage de La Mecque (hajj). La plupart d’entre eux étaient semble-t-il Ouïgours. Cependant, plusieurs dizaines de fonctionnaires du Bureau des affaires religieuses les ont accompagnés pour les encadrer. Dans « Un nombre record de musulmans chinois vont faire le pèlerinage de La Mecque en 1996 », Eglises d’Asie, n° 216, Mars 1, 1996. La situation a cependant évolué par la suite. Selon les chiffres officiels chinois, 5 000 musulmans chinois ont encore entrepris le hajj en 1998. Mais dans les années suivantes, leur nombre a semble-t-il diminué. D’après l’Association islamique de la Chine, en 2001, seuls 2 000 musulmans chinois ont participé au hajj, accompagnés par des délégations officielles. On notera cependant qu’un grand nombre de musulmans échappent aux statistiques officielles en entreprenant le hajj à leur frais et en passant soit par le Pakistan soit par la Turquie. Ce nombre est délicat à estimer.

281 « Chine, Xinjiang : le clergé musulman et les mosquées sont placés sous surveillance accrue », Eglises d'Asie, n° 209, Novembre 16, 1995.

282 Voir détails dans Amnesty International, Gross Violations of Human Rights in the Xinjiang Uighur Autonomous Region, April 1999, 42p. (Ai-index: ÀSA 17/018/1999).

283 ZHU, Peimin, « Zhong Yang di san dai lingdao jiti vu Xinjiang kua shiji de fazhan », op. cit., pp. 407-408.

284 « ’East Turkistan’ Terrorist Forces Cannot Get Away with Impunity », Xinhua, Janvier 21, 2002.

285 « Xinjiang CPPCC vice chairman attacked by ’separatists’ », Ming Pao dans FBIS-CHI-96-104, May 29, 1996; « Separatism in Tibet and Xinjiang number one threat to China », IPS, July 10, 1996 et MACARTNEY, J., « China’s restive moslems chafe at Beijing », Reuters, October 26, 1997.

286 Le texte du document n° 7, traduit par la diaspora ouïgoure stipule que « we have to bear in mind that national separatism and illegal religious activity are the main threats to the stability of Xinjiang » dans Chinese Communist Party Central Committee Document (1996) n° 7 dans http://uyghuramerican.org

287 Cité dans « Shi yi jie san Zhong quan hui yu Xinjiang jubian » dans ZHU, Peimin, 20 Shiji Xinjiang shi yanjiu, op. cit., p. 388. Voir sur ce sujet « PRC: illicit religious activities adversely affect social stability », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-134, May, 7, 1996; « Xinjiang conference on separatism, religious activities », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-100, May 7, 1996; XIONG, Huiyin, « Yinxiang dangtian Xinjiang wen-dingde zhuyao weixian shi minzu fenlie zhuyi he feifa zongjiao huodong », Xinjiang Shehui YuJingji, n° 3, 1996, pp. 9-14 et LIU, Zhongkang, « Feifa zongjiao huodongji qi weihai », Xinjiang Shehui Yu Jingji, n° 5, 1996, pp. 66-69.

288 « PRC Launches ’Severe crackdown’ campaign », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-096, April 29, 1996 et « Renmin Ribao hails National Campaign against major crime », Xinhua dans FBIS-CHI-96-083, April 28, 1996.

289 « Commentary on ethnic separatism, religious activities », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-96-100, May 7, 1996.

290 « Xinjiang meeting discusses stability, religion », Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-96-089, May 6, 1996. Voir également la partie consacrée à la religion musulmane dans Amnesty International, Religious Repression in China, July 1996 (AI Index : ASA 17/69/96).

291 Voir « Xinjiang governement to crack down on separatism, religion », AFP dans FBIS-CHI-97-027, February 8, 1997 et « China said to arrest 21 in Koranic schools in Xinjiang », AFP dans FBIS-CHI-97-033, February 18, 1997.

292 ALLES, E., « L’enseignement confessionnel musulman en Chine », Perspectives chinoises, n° 74, novembre-décembre 2002, p. 21.

293 Voir sur ces événements Amnesty International, Gross Violations of Human Rights in the Xinjiang Uighur Autonomous Region, op., cit.

294 « Xinjiang Uygur riot reportedly kills 10, injures over 100 », Ming Pao dans FBIS-CHI-97-027, Febuary 12, 1997.

295 Trois explosions ont eu lieu dans les bus n° 2, 10 et 44 à Urumqi. Elles auraient fait 9 morts et 68 blessés. Voir « Police confirm arrests over Urumqi bom blasts », Hong Kong Standard dans FBIS-STOT-97-022-L, March 1er 1997 et « Further on Bomb Explosions in Xinjiang », AFP dansFBIS-TOT-97-22-L, February 26, 1997. Cette action a été revendiquée par le très bruyant Yusup Beg Mukhlisi (Yusufbek Mukhlisov) qui dirigeait le « Front national pour la libération du Turkestan Oriental » (Sarki Türkistan Sepeli Milli Birlik Inkilap) depuis le Kazakhstan. Dans « Government Says Xinjiang Bus Bombings Case Solved », CND-Global, March 7, 1997. Mais la RPC n’a pas considéré cette revendication comme crédible puisqu’elle ne l’a pas reprise dans sa liste officielle des actes terroristes attribués aux « terroristes » du « Turkestan oriental » publiée en janvier 2002. Huit personnes seront condamnées à mort pour ces faits et exécutés le 29 mai 1997 à Urumqi. La nouvelle de leur exécution a été publiée dans les journaux chinois en anglais, c’est-à-dire à destination des lecteurs étrangers afin de mettre en garde les organisations ouïgoures de la diaspora. Voir GOBLE, P., « Xinjiang and Central Asia », RFE/RL Newsline, vol. 1, n° 43, June 2, 1997.

296 Amnesty international, China: 1997-No cause for complacency, March 3, 1998 (AI Index: ASA 17/07/98).

297 Voir Human Rights Watch, Xinjiang, China’s Restive Northwest, Press Backgrounder, November 1, 2000.

298 RAMAN B., « Continuing unrest in Xinjiang. An update », South Asia Analysis Group (SAPRA), March 14, 1999.

299 China: Religion in the Service of the State, Statement by Mickey Spiegel, U.S. Commission on International Religious Freedom, March 16, 2000 et China: Human Rights Concerns in Xinjiang, HRW Backgrounder, October 2001.

300 « Xinjiang : à l’occasion du ramadan, les autorités chinoises exercent de fortes pressions sur les populations musulmanes, soupçonnées de nourrir des visées séparatistes », Eglises d’Asie, n° 342, Decembre 2001.

301 Congress Congressional-Executive Commission on China, Annual Report 2006, One Hundred Ninth, Second Session, September 20, 2006, U.S. Government Printing Office, Washington 2006, p. 90.

302 Voir Congressional-Executive Commission on China, Annual Report 2003, One Hundred Eighth Congress, First Session, October 2, 2003, U.S. Government Printing Office, Washington, 2003, pp. 31-33 et Amnesty international, China’s anti-terrorism legislation and repression in the Xinjiang Uighur autonomous region, March 2002, 24p. (AI Index : ASA 17/010/2002).

303 Voir détails sur la situation dans la période post-11 septembre dans le rapports annuels de Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine (http://www.cecc.gov/).

304 Dans un article daté de 1992, un autre auteur chinois, spécialiste du pan-turquisme au Xinjiang, a établi une typologie du nationalisme. Selon lui, il en existe deux types : un nationalisme à base religieuse et un nationalisme à base ethnique. La version à base religieuse se traduit en Asie centrale par le pan-islamisme, soutenu par des pays comme l’Arabie Saoudite et l’Iran alors que la version ethnique du nationalisme se traduit en Asie centrale par le pan-turquisme, soutenu par la Turquie et d’autres puissances occidentales. Voir LIU, Bin, « Zhong Yade kuaguo minzu zhuyi », Sulian dongou wenli, n° 2, 1992, pp. 85-90.

305 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, Hong Kong, Sanlian Press, 1993, p. 207.

306 Idem, pp. 105-111.

307 Idem, p. 207.

308 II se réfère ainsi à Liu Hin qu’il cite et dont il nous apprend qu’il a été influencé par les travaux de |. Landau. Voir LANDAU, J., Pan-Turkism. From Irredentism to Cooperation. 2nd revised ed., London, C. Hurst, 1995, 275p.. pour qui on peut distinguer entre un pan-turquisme politique et un pan-turquisme culturel.

309 Idem, pp. 100-105.

310 LIU, Bin, « ZhongYade kuaguo minzu zhuyi -, op. cit.. pp. 85-90.

311 Idem, p. 90.

312 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 207.

313 ZHANG, Ji, Kua shiji Zhongguode guoji huanjing yu duiwai zhanlüe, Beijing, Zhong-gong zhongyang dangjiao chubanshe, 1998, p. 406.

314 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 208.

315 Pour F.-J. Besson, cette association était plus socio-politique que culturelle, mais elle a obtenu sans difficulté son enregistrement auprès des autorités kazakhes, car elle devançait et contrait la formation d’un parti politique décidée lors d’une réunion entre chefs nationalistes ouïgours à la fin de 1991. Plus tard, cette organisation devra se réorganiser sur une base nationale en vertu d’une loi kazakhe adoptée en 1995. Dans BESSON, F.-J., « Les Ouïghours en Asie Centrale », La Lettre de l’Asie Centrale. n° 5. 1996.

316 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., p. 208.

317 Voir XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, n° l, 1996, p. 60.

318 YUAN, Chengzhang, Hua Xialong yu shijie. Kua shiji Zhongguode guoji huanjing, Beijing, Zhonggong zhongyang dangjiao chubanshe, 1998, p. 158.

319 Voir XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 138-141.

320 Voir Idem, pp. 143-144.

321 Voir BRIANT, Pierre, Histoire de l’empire perse : de Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996, 1247p.

322 DJALILI, M.-R., « Un monde iranien aux multiples identités », Boèce, n° 3, Juin 2002, pp. 33-46.

323 XING, Guangcheng, Zhongguo he xin dulide Zhong Ya guojia guanxi, Harbin, Hei-longjiang Jiaoyu Chubanshe, 1996, p. 101.

324 LIU, Qiyun, « 1997 nian Tajikesitande zhengzhi, jingji he waijiao xingshi » dans XU, Kui, Eluosi he Dong Ou Zhong Ya guojia nianjian 1997, Zhongguo Shihui kexue yuan, Dong Ou Zhong Ya Yanjiusuo, Editors, Zhang Sen, Beijing, Dangdai shijie chubanshe, 1999, p. 81.

325 Voir SHI, Lan, « Xinjiang de diyuan zhenzhi » dans PAN, Zhiping, Minzu zijue hai-shi minzu fenlie. Minzu he dangdai minzu fenlizhuyi, Wulumuqi, Xinjiang renmin chubanshe, 1999, pp. 365-366.

326 XING, Guangcheng, Jueqi de Zhong Ya, op. cit., pp. 169-197.

327 Par exemple DONG, Fangxiao, « Zhongdong daguo zai Zhongya dejingzheng », Sulian dongou wenti, n° 4, 1992, pp. 83-87 ou LIU, Xiaojun, « Zhong Ya guojia fazhan yu Tu Yi guanxide yuanvin ji keneng changsheng de houguo », Dong Ou Zhong Ya Yanjiu, n° 2, 1993, pp. 24-26.

328 XING, Guangcheng, « Zhongguo he Zhongya geguo : xinde guanxi », op. cit., p. 61.

329 Idem, p. 61.

330 Idem, p. 61.

331 XING, Guangcheng, « China and Central Asia », dans Central Asian security: the new international context, Roy Allison, Lena Jonson, editors, London, Royal Institute of International Affairs; Washington, D.C., Brookings Institution Press, 2001, p. 166. Washington utiliserait, Ankara en Asie centrale dans le même but. Idem, p. 165.

332 Idem, p. 167.

333 YAN, Julu, « Meiguode Zhong Ya zhanlüe ji dui Zhongguo anquan huanjingde yingxiang », Xiandai Guoji Guanxi, n° 12, 1999, pp. 22-24. Concernant les craintes chinoises dans le domaine idéologique voir le concept de « sécurité idéologique » dans « Jiefangjun Bao Stresses ’Ideological Security’ », Jiefangjun Bao dans FBIS-CHI-2001-0430, April 28, 2001.

334 YAN, Julu, « Meiguode Zhong Ya zhanlüe ji dui Zhongguo anquan huanjingde yingxiang », op. cit., p. 24.

335 Deux auteurs chinois notaient « in Central Asia, the United States has made no secret of throwing money and arms into the ’(Kuamu)’ [gu a mu] alliance with the aim of killing two birds with one stone » (les deux ‘oiseaux’ sont bien entendu la Russie et la Chine) dans SHAN, Min, LING, Ming, « Peripheral Factors Affecting China’s Security », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-2001-0202, February 2, 2001. Cette référence au groupe de Guuam nous montre que Pékin sera particulièrement attentive aux relations entre Washington et l’Ouzbékistan dans la seconde moitié des années 1990, même si cela transparaît très rarement dans les revues ouvertes chinoises.

336 LIN, Limin, « 21 shiji Zhongguo diyuan zhanlûe huanjing qianyi », Shijie jingji yu zhengzhi, n° 12, 1999, p. 56.

337 XING, Guangcheng, « China and Central Asia », dans Central Asian security: the new international context, op. cit., p. 167.

338 Voir ZHOU, Xiaohua, « Covert and Overt Russia-US Rivalry in Central Asia », Xinhua Domestic Service dans FBIS-CHI-99-004, January 4, 1999.

339 Voir « PRC Reportedly Links CIA, Xinjiang Separatists to Bombing », Hong Kong Ming Pao dans FBIS-CHI-97-223, August 11, 1997.

340 Voir LAIRD, Thomas, Into Tibet: the CIA’s first atomic spy and his secret expedition to Lhasa, New York, Grove Press, 2002, xviii-364p.

341 Voir CONBOY, Kenneth J., MORRISON, James, The CIA’s secret war in Tibet, University Press of Kansas, 2002, x-301p. et DUNHAM, Mikel, Buddha’s warriors: the story of the CIA-backed Tibetan freedom fighters, the Chinese invasion, and the ultimate fall of Tibet, New York, J.P. Tarcher, 2004, 433p.

342 Voir BECKER, J., « The Heart of Chinese Sovereignty », South China Morning Post, June 12, 1999.

343 Certains auteurs chinois parlent de Neibu chongtu lun (La « théorie du conflit interne ») mise au point par l’Otan et qui consisterait à utiliser un conflit interne pour intervenir militairement contre un pays au nom de la protection des droits de l’Homme (intervention d’humanité : rendao zhuyi ganyu). Voir GUO, Yan, « Kesuowo zhanz-heng dui minzu fenlie wenti de qishi », Xibei Daxue xuebao, vol. 30, n° 4, November 2000, pp. 105-110.

344 AI, Yu, « Kosovo Crisis and Stability in China’s Tibet and Xinjiang », Ta Kung Pao dans FBIS-CHI-1999-0624, June 2, 1999.

345 Repris dans la liste officielle des actes terroristes attribués aux « terroristes » du « Turkestan oriental » publiée en janvier 2002.

346 « Xinjiang separatist organization’s extent examined », South China Sunday Morning Post dans FBIS-CHI-92-036, February 24, 1992.

347 Cité dans CRAIG-HARRIS, L., « Xinjiang, Central Asia and the implications for China’s policy in the Islamic World », The China Quarterly, n° 133, March 1993, p. 118.

348 Repris dans la liste officielle des actes terroristes attribués aux « terroristes » du « Turkestan oriental » publiée en janvier 2002.

349 « Xinjiang separatist organization’s extent examined », op. cit. Selon la presse chinoise, les organisateurs des « attentats » appartenaient au « Parti de la réforme islamique », un mouvement « contre-révolutionnaire » visant à « l’indépendance du Xinjiang » qu’ils auraient créé en 1990 (sur le modèle du PRI en Asie centrale ?). Ces informations sont cependant à prendre avec prudence. Voir « Five executed for Urumqi bomb explosions », Xinjiang Ribao dans FBIS-CHI-95-114, June 14, 1995.

350 « Une nouvelle ’grande muraille’ pour protéger le Xinjiang », le Monde, Janvier 12, 1992.

351 « Xinjiang chairman cites activities of ‘splittists’ », Urumqi Xinjiang Television Network dans FBIS-CHI-92-046, March 9, 1992.

352 « Tomur Dawamat urges crackdown on separatism », Zhongguo Tongxun She dans FBIS-CHI-92-053, March 18, 1992 et « Official says Xinjiang situation ’Unstable’ », AFP dans FBIS-CHI-92-054, March 19, 1992.

© Graduate Institute Publications, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.