Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Occident de la Chine

 | 
Thierry Kellner

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre de cette étude, le terme « Asie centrale » désigne l’espace géographique formé par l (...)
  • 2 Expression de F. Aubin dans « Donneurs ou preneurs, quelques réflexions sur le jeu des transferts (...)
  • 3 SHAMBAUGH, D., « Introduction » dans Chinese Foreign Policy. Theory and Practice, edited by Thomas (...)
  • 4 Cependant BURLES, M., Chinese Policy toward Russia and the Central Asian Republics, Santa Monica, (...)
  • 5 Voir BERGHOLTZ, F. W., The partition of the steppe. The struggle of the Russians, Mandchus, and th (...)
  • 6 XING, Guangcheng, « Security Issues in China’s Relations with Central Asian States » dans ZHANG, Y (...)

1Depuis l’effondrement de l’Union soviétique et la fin de la « guerre froide », la politique étrangère de la République populaire de Chine a fait l’objet de nombreuses études. Aucune monographie ne s’est cependant interrogée sur les déterminants et le contenu de la politique de Pékin à l’égard des cinq nouvelles Républiques apparues en 1991 en « Asie centrale »1. Aux frontières occidentales de la Chine, cinq États -le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan- regroupant une population évaluée aujourd’hui à 60 millions d’individus ont pourtant surgi du jour au lendemain sur l’échiquier régional. L’émergence de ces Républiques, dont la population est majoritairement musulmane, constitue en elle-même un phénomène d’une ampleur exceptionnelle. Elle dépasse la simple reconnaissance par la communauté internationale de cinq nouveaux États n’ayant pas d’existence préalable sur le plan international. L’enjeu est de taille car il appelle une recomposition géopolitique complète d’un espace géographique dont l’importance dépasse largement les limites territoriales de ces cinq nouvelles Républiques. Face à l’ampleur des transformations en cours, la recherche contemporaine est longtemps demeurée tributaire d’une vision géographique issue de la guerre froide réduisant cette région à l’état d’ « hinterland amorphe »2. Régulièrement, dans les études spécialisées, les chaînes montagneuses des Pamirs et des Tian Shan ont isolé l’espace centre-asiatique du reste du continent asiatique en direction de l’Est et de la République populaire de Chine en particulier. Il faut bien constater la place marginale qu’occupe dans la littérature académique l’étude de la politique étrangère de Pékin à l’égard de cette région. D. Shambaugh, dans l’introduction d’un ouvrage collectif fondamental consacré à l’étude de la politique étrangère de la République populaire, avait pourtant observé dès 1994 que « events in the former Soviet Union, particularly the Central Asian republics will have no small impact on China (...) China ’s future role in Central Asia (...) will thus become a pressing issue for future research »3. Cette suggestion est restée largement ignorée de la recherche jusqu’au tournant du nouveau millénaire4. Or, la géographie, la longue durée historique mais aussi la situation politique complexe de la région autonome ouïgoure du Xinjiang située en République populaire invitent au contraire à se préoccuper de la politique étrangère mise en place progressivement par Pékin depuis 1991 à l’égard de ces nouveaux États. Face aux Républiques d’Asie centrale, la Chine se trouve en effet confrontée à une situation inédite. Les changements intervenus en 1991, loin de mettre simplement un terme à la période de la « guerre froide » et à la menace que l’Union soviétique faisait peser sur Pékin, renvoient bien plus loin dans l’histoire. Si l’effondrement de l’URSS a clôt l’expérience coloniale russe en Asie centrale, la situation de la Chine dans ce domaine est complétement différente. Aujourd’hui encore, la République populaire demeure dans sa composante spatiale, l’héritière de l’impérialisme de la dynastie mandchoue des Qing. L’émergence des républiques d’Asie centrale nous ramène donc au partage de l’espace centre-asiatique opéré au xviiie siècle entre Empire Russe et Empire Mandchou5. L’expansion territoriale entreprise par les Empereurs mandchous à cette époque a en effet conduit à l’annexion au domaine impérial chinois de la région actuelle du Xinjiang/Turkestan oriental, cette périphérie contestée pendant une bonne partie de l’histoire chinoise. Dans la longue durée historique, cette région qui a certes entretenu des relations commerciales et culturelles importantes avec la Chine -comme le Vietnam par exemple- a longtemps échappé au contrôle effectif du pouvoir impérial chinois. Pékin qui a repris à son compte l’héritage territorial de la période mandchoue doit aujourd’hui gérer ce legs de l’histoire qui place sous son autorité des populations turcophones (Ouïgours, Kazakhs, Kirghizes, Ouzbeks, Tatars) ou persanophones (principalement les Tadjiks), appartenant à l’espace turco-iranien, et dont les liens ethniques, historiques, culturels et religieux avec les peuples de 1’« Asie centrale » sont extrêmement puissants. L’indépendance des républiques d’Asie centrale accentue donc les problèmes liés à la gestion des « minorités nationales » auxquels la République populaire a été confrontée au Xinjiang/Turkestan oriental depuis sa fondation en 1949. L’indépendance de ces Républiques soulève également d’importantes questions liées à la sécurité de la République populaire tout en ramenant sur le devant de la scène le problème de l’héritage colonial chinois, héritage que nie Pékin pour qui l’unité entre les différents groupes ethniques de la Chine fait, au contraire, partie du dogme officiel. La contradiction entre cette nouvelle situation internationale et le contexte interne de la République populaire de Chine apparaît donc ici en pleine lumière. C’est sans doute pour cette raison qu’un observateur chinois notait en 1998 que « it is probably only naturai that in the last five years, China has put security concerns al the top of the agenda in its relations with Central Asian States »6. Face à ce nouvel environnement régional, porteur d’opportunités mais aussi de défis, quelles ont été les réactions de la République populaire ? Quelles stratégies a-t-elle développées pour y répondre ? Autrement dit, quels sont les axes de la politique étrangère que la Chine a mis en oeuvre en direction des nouvelles Républiques centre-asiatiques depuis 1991 ? Voilà un ensemble de questions auxquelles la présente étude va tenter de répondre. Cet ouvrage s’attache donc à décrire et à analyser la politique étrangère que Pékin a mise en œuvre à l’égard des républiques d’Asie centrale entre 1991 et septembre 2001, c’est-à-dire à en exposer et à en expliquer les déterminants, les objectifs, le cours et les variations. Notre étude porte sur une séquence temporelle qui s’étend de la fin de l’année 1991/début 1992, moment où les républiques d’Asie centrale ont accédé à l’indépendance jusqu’au 11 septembre 2001, date qui marque une rupture dans le sous-système régional centre-asiatique avec la pénétration stratégique des États-Unis. L’intervention américaine en Afghanistan consécutive aux attentats de New York et de Washington, a en effet bouleversé l’environnement régional de la Chine et clôt la période ouverte au moment de l’indépendance des Républiques. Étant donné les choix américains dans la région, une nouvelle étape de la politique étrangère chinoise à l’égard de l’Asie centrale s’est ouverte à ce moment. C’est pour cette raison que nous avons retenu les événements du 11 septembre 2001 comme limite à notre propos. La période que nous examinons est cependant d’autant plus intéressante qu’elle forme une unité -à présent rompue-, mais dont la connaissance est particulièrement utile car elle permet de dégager des points de comparaison pour l’examen subséquent des répercussions des attentats du 11 septembre sur l’orientation et le cours de la politique étrangère de la Chine à l’égard de l’Asie centrale. Il s’agit presque d’une décennie, située en outre à la charnière entre la fin de la période de la « Guerre froide » et le nouveau siècle qui s’est ouvert sur l’effondrement des tours jumelles du WTC de New York. Nous nous sommes cependant réservé la faculté de remonter si nécessaire aux années 1985/1986, date à laquelle les premiers contacts ont été rétablis entre la région autonome du Xinjiang et les Républiques soviétiques (à l’époque) d’Asie centrale. Les développements post-11 septembre ont également été pris en considération lorsqu’ils permettaient de mieux rendre compte ou de clore notre propos autour d’une problématique particulière.

Notes

1 Dans le cadre de cette étude, le terme « Asie centrale » désigne l’espace géographique formé par les territoires du Kazakhstan, du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan. Il est bordé au nord par la Russie, à l’est par la République de Chine, au sud par l’Iran et l’Afghanistan et à l’ouest par la mer Caspienne. La présentation de cet espace en tant qu’unité géographique repose en partie sur un choix arbitraire. L’utilisation de ce terme dans les médias et dans l’opinion publique recoupe toutefois l’étendue géographique que nous lui avons assignée.

2 Expression de F. Aubin dans « Donneurs ou preneurs, quelques réflexions sur le jeu des transferts culturels entre Chinois, Turcs et Mongols », dans L’Asie centrale et ses voisins. Remi Dor éd., Paris, Inalco, 1990, p. 165.

3 SHAMBAUGH, D., « Introduction » dans Chinese Foreign Policy. Theory and Practice, edited by Thomas W. Robinson and David Strambatigli, Clarendon Press, Oxford, 1994, p. 10.

4 Cependant BURLES, M., Chinese Policy toward Russia and the Central Asian Republics, Santa Monica, Rand, MR-1045-AF, 1999, 84p.

5 Voir BERGHOLTZ, F. W., The partition of the steppe. The struggle of the Russians, Mandchus, and the Zunghar Mongols for Empire in Central Asia, 1619-1758. A study in power politics, American University Studies, Series IX, History, vol. 109, Peter Lang Publishing, New York, 1993, vii-522p. et PERDUE, Peter C, China marches west : the Qing conquest of Central Eurasia, Cambridge, Mass., Belknap Press of Harvard University Press, 2005, xx-725p.

6 XING, Guangcheng, « Security Issues in China’s Relations with Central Asian States » dans ZHANG, Yongjin, AZIZIAN, R., Ethnic challenges beyond Borders. Chinese and Russian Perspectives of the Central Asian Conundrum, New York, St Martin Press, 1998, p. 203.

© Graduate Institute Publications, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.