Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l’Europe monétaire 1945-2005

 | 
Pierre Du Bois

VIII. Le métier des armes (2002-2005)

Texte intégral

  • 579 La Repubblica, 22 octobre 2002.

1La construction de l’UEM n’est pas complète. Alors que l’euro circule depuis le 1er janvier 2002, la coordination des politiques économiques de la zone euro continue de faire défaut. Devant les difficultés de la conjoncture, les appels à plus de concertation viennent de tout côté. En octobre 2002, le président de la Commission Romano Prodi invite ainsi, devant le Parlement européen, à la mise en place d’une « autorité forte » pour « la coordination des politiques économiques » à l’échelle européenne, qui pourrait être confiée à la Commission, « candidate naturelle pour exercer le rôle de guide ».579 Mais qui prête trop d’attention parmi les Quinze à la proposition du président de la Commission ? Les Etats membres entendent conserver la pleine maîtrise de leurs politiques économiques. Et donc ils ne sont pas prêts à céder à l’Union européenne de nouveaux pouvoirs. Les conventionnels qui élaborent le projet de traité constitutionnel évoquent bien la possibilité d’une coordination économique plus poussée mais ils renoncent finalement à toute mention même minimale d’une modification des principes qui règlent l’administration économique de l’Europe. Qui a raison ? Qui a tort ? Le débat n’est pas tranché.

  • 580 El Pais, 13 juillet 2002.
  • 581 Le Monde, 18 octobre 2002.

2Le pacte de stabilité divise les Européens depuis le début. Les plus réservés sont évidemment ceux qui ne le respectent pas. Même la Commission ne sait pas très bien où elle en est. L’idée de plus de flexibilité est lancée dès l’été 2002. El Pais, le quotidien madrilène, titre en juillet 2002 : « L’ECOFIN donne le premier pas pour appliquer de manière plus flexible le pacte de stabilité ».580 Dans les colonnes du Monde, le président Prodi – qui n’est pas à une contradiction près – traite le pacte de stabilité « d’instrument stupide, comme toutes les décisions qui sont rigides ».581 Enorme brouhaha. Interpellation devant le Parlement européen. Surprise des commissaires européens. Mais de son côté le commissaire Pedro Solbes entend rester le gardien attentif du pacte. L’affaire fait long feu.

3L’existence de quinze – et depuis le 1er mai 2004 de vingt-cinq – systèmes fiscaux différents continue d’hypothéquer les activités transfrontalières dans l’Union. La coordination des politiques fiscales que freine, sinon bloque, le vote à l’unanimité au Conseil des ministres, reste dans les limbes. L’harmonisation à très long terme de la fiscalité de l’épargne des non-résidents que le Conseil européen de Feira, en juin 2000, a décidée, ouvre à peine quelques lueurs à l’intégration des marchés financiers entre Européens. Lourde d’arrière-pensées et de clauses échappatoires, elle reflète l’ombre des intérêts particuliers qui conditionnent la construction européenne.

4A Francfort, la BCE résiste aux pressions. Il n’est pas question d’assouplir le loyer de l’argent pour répondre aux appels. Les engagements sont les engagements. La lutte contre l’inflation est prioritaire. Et si les Etats ont conclu un pacte de stabilité, qu’ils le respectent. Le président de la BCE Wim Duisenberg est même plutôt inquiet devant des dérapages budgétaires qui ouvrent la voie à des remontées d’inflation.

5Mais l’orthodoxie de la BCE et celle de la Commission ne font pas l’unanimité. Elles alimentent le débat, suscitent même des oppositions, alors que la croissance de la zone euro stagne. Les critiques viennent de tout côté. L’UEM ne cesse de baigner dans les doutes et les interrogations.

6L’euro a mauvaise réputation parmi les consommateurs qui sont, par nature, plus sensibles aux hausses qu’aux baisses de prix. Un peu partout, il est accusé d’être à l’origine d’une poussée d’inflation. L’opinion est convaincue que l’introduction de l’euro a entraîné des hausses qui dépassent – et de beaucoup – celles enregistrées par les instituts de statistiques qui établissent le niveau général des prix. C’est même l’intégrité de ces instituts qui est mise en cause par les mauvais coucheurs.

  • 582 Neue Zürcher Zeitung, 28 juillet 2004.
  • 583 Statistisches Bundesamt, Pressemitteilung, 27 juillet 2004.

7En vérité, des analyses plus pointues font apparaître dans certains cas des hausses excessives qui accréditent la rumeur. Les arrondis ne sont pas seuls en cause. Des abus ont lieu. En outre, la sous-évaluation de quelques monnaies avant l’introduction de l’euro a entraîné des prix en euros quelque peu plus élevés. Mais dans l’ensemble, l’inflation reste contenue. L’euro cher, le « teuro », comme l’appellent les Allemands, de « teuer », cher, dans la langue de Goethe, ne résiste pas à l’examen des faits. « L’euro n’est pas un teuro » titre la Neue Zürcher Zeitung en juillet 2004.582 La perception des consommateurs ne correspond pas au renchérissement réel.583 Quelques abus ne font pas la règle. Les rumeurs sont infondées.

  • 584 Le Monde, 16 juillet 2004.

8Est-ce le résultat de la politique menée par la Banque centrale européenne ? Il est clair que la lutte contre l’inflation, appuyée sur une politique très stricte des taux d’intérêt, influence le niveau des prix. Mais il n’est pas sûr qu’elle mette en cause la croissance, comme l’en accusent certains. « Il est tout de même frappant de constater la différence entre notre gestion et celle des Etats-Unis, sous l’éminente impulsion de M. Greenspan » déclare le président de la République française lors de son intervention télévisée du 14 juillet 2004.584 C’est oublier un peu vite le corset qui emprisonne le président de la Banque centrale européenne. Disons-le : la BCE fait un parfait bouc émissaire.

9De toute façon, le débat sur les taux est un peu théorique. Il n’est pas établi que les entreprises empruntent quand les taux d’intérêt sont bas. Le recours au crédit est plutôt dicté par des considérations, où les nécessités du moment ont leur part déterminante.

  • 585 Wall Street Journal, 7 novembre 2002.

10Mais peu importe ! La mission et la stratégie de la BCE ne font pas l’unanimité. D’une certaine façon, c’est devenu une constante de l’Europe monétaire. Il est vrai que les deux piliers, les deux critères plutôt techniques, dont tient compte la Banque centrale pour déterminer sa ligne de conduite, n’en facilitent pas la compréhension. Le premier concerne les indicateurs monétaires, comme l’agrégat M3, qui mesure la quantité de monnaie en circulation ; le deuxième englobe des variables comme le niveau d’activité, l’indice des prix, les salaires. Faut-il alors simplifier le système en vue d’en améliorer le fonctionnement et l’intelligibilité ? C’est une des questions qui alimentent les controverses. De toute façon, pour citer Jean-François Mercier, « l’euro n’est pas un élixir ».585 Et encore moins un élixir d’amour.

11L’élargissement de l’Euroland est un autre défi qui comporte des aléas. En septembre 2003, les Suédois rejettent la participation à l’euro – contre l’avis du gouvernement et des milieux économiques. 56,1 % contre 41,8 % et 2,1 % de bulletins blancs. Ce n’est pas outre mesure étonnant. L’attachement à la souveraineté, à la couronne, à l’Etat social n’est pas tout. L’Europe est aussi en cause. Les réserves envers l’Union européenne – envers l’UEM en particulier – sont de notoriété publique. Et le mauvais état des finances publiques en Allemagne, en France et en Italie sert en quelque sorte de repoussoir. Pourquoi rejoindre un club qui ne respecte pas ses propres règles, alors que la Suède mène une politique budgétaire exemplaire ?

  • 586 Le Temps, 27 novembre 2003.
  • 587 Libération, 5 novembre 2003.

12Très tôt, les règles du pacte de stabilité subissent des accrocs dans l’un ou l’autre membre – en France, en Allemagne, en Italie, au Portugal. Ce sont surtout les déficits publics qui éveillent l’alarme de Bruxelles. Les diminuer suppose une politique budgétaire plus restrictive. Comment l’obtenir en période de récession ? La réponse est plus politique qu’économique ou juridique. Sanctionner la France ou l’Allemagne ne va pas de soi. Dans les faits, c’est bien à un assouplissement du pacte que se rangent les Quinze. Mises en examen par la Commission, l’Allemagne et la France le prennent de très haut. Le pacte de stabilité prévoit un plafond de 3 %. Et l’Allemagne et la France dépassent ce plafond. Que faire ? La réponse est contenue dans le pacte : sanctionner les contrevenants. Mais cela n’est pas si simple. Sanctionner l’Irlande ne soulève pas des vagues. Mais sanctionner l’Allemagne et la France est une autre paire de manches. Et cette autre paire de manches tourne au désaveu de la Commission. L’Allemagne et la France font des efforts pour répondre aux objectifs du pacte. C’est suffisant, de leur point de vue, pour échapper au knout. Le 25 novembre 2003, le Conseil tranche. Contre l’avis de quatre Etats membres – l’Autriche, l’Espagne, la Finlande et les Pays-Bas – il suspend la procédure pour déficits excessifs lancée contre l’Allemagne et la France. Didier Reynders, le ministre belge des Finances, observe : « En Europe, il est évident que le poids économique et politique de certains Etats peut entraîner des traitements un peu particuliers. »586 C’est tout dire sans le dire. « Six ans après son adoption, le Pacte de stabilité n’est plus qu’un tigre de papier » note Libération en novembre 2003.587

  • 588 Jean-Claude Trichet, Testimony before the Committee on Economic and Monetary Affairs of the Europea (...)
  • 589 Die Welt, 2 décembre 2003.
  • 590 Le Monde, 26 novembre 2003.
  • 591 Financial Times, mai 2004.

13Le coup de force de Berlin et de Paris provoque des remous. Du côté de Bruxelles et de Francfort, les critiques fusent. Dans une déclaration, le président Prodi condamne sans équivoque l’attitude du Conseil. De son côté, la Banque centrale européenne n’est pas heureuse de la mesure et le fait savoir. Jean-Claude Trichet, qui a succédé à Wim Duisenberg en novembre 2003, met en garde contre toute réforme du pacte. Lors de sa première intervention devant la Commission du Parlement européen, il déclare que le Conseil des gouverneurs « regrette profondément la décision du Conseil ECOFIN de ne pas agir sur la base des recommandations de la Commission concernant la France et l’Allemagne. »588 L’avenir est hypothéqué. « Les perspectives d’un euro stable se sont assombries » commente le journal Die Welt.589 « La France et l’Allemagne font voler en éclat le pacte de stabilité » titre Le Monde.590 Les positions de l’Allemagne et de la France font des heureux ailleurs. L’Italie, qui n’est pas plus orthodoxe en ce qui concerne la conduite des ses finances, joint sa voix aux deux autres. Silvio Berlusconi invite à la révision du pacte de stabilité, en épinglant, au passage, la Commission, que préside son adversaire Romano Prodi. En mai 2004, le tir est groupé. Gordon Brown, Nicolas Sarkozy et Hans Eichel, ministres de l’économie ou/et des finances du Royaume-Uni, de France et d’Allemagne, dans un article commun que publie le Financial Times, recommandent un assouplissement des règles du jeu qu’ils jugent manifestement trop rigides.591 A Londres, le pacte de stabilité – faut-il s’en étonner ? – est appelé « le pacte de stupidité. » Rigide. Impraticable. Nocif à l’économie. Voilà quelques épithètes qu’utilisent à son propos ses détracteurs. C’est flatteur en diable.

  • 592 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 18 janvier 2005.

14Mais la BCE compte aussi ses défenseurs. Quelques banquiers centraux voient d’un mauvais œil le relâchement de la discipline. C’est l’ouverture de la boîte de Pandore – selon l’expression de Jürgen Stark, vice-président de la Bundesbank.592 La crédibilité de l’union monétaire repose sur le respect des critères retenus. Les réformer, c’est secouer les bases mêmes de l’entreprise.

15Il est clair que le pacte se retrouve devant une épreuve de force qui met en cause l’union entre les Européens. Il n’existe ni entente sur le pacte ni accord sur les politiques économiques. Devant les aléas de la conjoncture, la désunion montre les limites de l’intégration. Et les écarts de croissance entre les Douze compliquent encore la maîtrise du dossier. Malgré l’introduction de la monnaie unique, d’importantes différences continuent de caractériser les économies de l’eurozone. Et donc d’importantes divergences. Balances commerciales. Niveaux des prix. Comportements des consommateurs. Taux de chômage. Evolution de la productivité. Où est, là-dedans, l’unité de l’eurozone ?

  • 593 Neue Zürcher Zeitung, 4 décembre 2003.
  • 594 El Pais, 15 novembre 2004.

16Finalement, le 13 janvier 2004, la Commission décide d’attaquer le Conseil des ministres devant la Cour de justice. La mesure est diversement appréciée. Est-ce la bonne manière de faire pour ramener les Etats au respect des règles qu’ils ont arrêtées d’un commun accord ? Quelque soit la réponse, le débat sur le pacte de stabilité est lancé – ou relancé. Diverses propositions sont formulées. Maintien tel quel. Assouplissement. Voire suppression. Ce qui est hors de question, c’est de renforcer les compétences de la Commission en la matière. De toute façon, comme le note la Neue Zürcher Zeitung, les médecins ne sont pas unis sur la thérapie.593 Mais la voie qui se dessine est celle de l’adoucissement du pacte. « L’Union européenne envisage d’adoucir le pacte de stabilité pour les pays plus riches » titre El Pais en novembre 2004.594

  • 595 Financial Times, 16 novembre 2004.

17Reste le cas de la Grèce. En soi, il est dramatique. Les analyses de la Commission font ressortir un déficit constamment supérieur – et souvent de loin – aux normes du pacte. 3,9 en 2000, 4,3 en 2001, 3,8 en 2002, 5,1 en 2003, 6,1 en 2004, alors qu’Athènes fait état de chiffres sensiblement inférieurs. Mais le cas est aussi scandaleux. La Grèce, sous le socialiste Constantin Simitis, a faussé ses comptes publics, entre 1997 et 1999, pour entrer dans la zone euro et, depuis 2000, pour échapper aux foudres de la Commission. Les pires irrégularités statistiques depuis le lancement de l’euro. Cela ressort clairement de deux enquêtes, l’une menée par les autorités grecques, l’autre par l’Office européen des statistiques. Ni les dépenses militaires importantes ni les dépenses des entreprises publiques n’ont été comptabilisées par les autorités de l’époque. La situation est inédite. Pas de sanction prévue en pareil cas, mais un recours possible devant la Cour de justice et le risque éventuel de perdre des fonds de cohésion.595 Dans l’immédiat, les ministres de l’économie et des finances réunis à Bruxelles à la mi-novembre 2004 adoptent une position plutôt douce vis-à-vis d’Athènes.

  • 596 Bulletin quotidien Europe, 6 mai 2004.
  • 597 Le Monde, 8 mars 2005.

18A partir de mai 2004, dix nouveaux Etats membres sont concernés. Six d’entre eux sont dénoncés par la Commission. La République tchèque, Chypre, Malte, la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie. Les critères du pacte doivent être identiques pour tout le monde déclare à Bruxelles le commissaire européen Joaquin Almunia.596 De fait, aucun d’entre eux n’est en mesure de respecter les normes de Maastricht.597 L’Euroland n’est pas près de s’élargir : c’est seulement le 1er janvier 2007 que le premier des nouveaux adhérents – en l’occurrence la Slovénie – fera son entrée dans l’UEM.

19Les controverses sont étendues à la Banque centrale européenne. Sa politique, son indépendance, son pouvoir, son statut. Tout n’est pas clair. Quelques questions sont restées dans l’ombre. La politique de change, par exemple. Qui la conduit ? Le Conseil des ministres ? La Banque centrale européenne ? Dans les faits, la Banque a pris le dessus sur le Conseil. Cela ne laisse pas indifférent ceux qui lui contestent sa toute-puissance. Les critiques sont plus ou moins justifiées. L’institut d’émission européen répond aux dispositions de Maastricht. Ni plus, ni moins. En face d’elle, point de gouvernement européen – mais douze gouvernements nationaux. La situation n’est pas près de changer.

  • 598 Projet de Traité établissant une Constitution pour l’Europe, titre III, chapitre ii, Section 1 : la (...)
  • 599 El Pais, 12 juin 2004.

20Dans le projet de traité constitutionnel, les dispositions sur la coordination des politiques économiques de l’Europe sont limitées.598 Et si elles sont limitées, c’est dû au refus des Etats de modifier les règles du jeu. Ainsi l’Allemagne, la France, l’Italie, la Grèce et la Pologne s’opposent en juin 2004 au renforcement des pouvoirs de la Commission en ce qui concerne le contrôle des déficits publics.599 Est-ce si étonnant ? Somme toute, les cinq pays en question sont parmi ceux qui comptent les déficits budgétaires les plus élevés. La fiscalité continue de réclamer l’unanimité – sauf la TVA qui relève du domaine communautaire. Il en va de même du budget de l’Union européenne.

  • 600 Charles Wyplosz, « Les grandes monnaies flottent librement, et c’est très bien ainsi », in Le Temps(...)

21Après l’euro trop bas, voilà le temps de l’euro trop haut. Nouveaux doutes. Nouveaux débats. Les Européens ne savent comment réagir. Et donc ils ne réagissent pas. Dans l’immédiat, la BCE campe sur ses positions. Son président Jean-Claude Trichet repousse tout abaissement du taux. L’ennemi, ne cesse-t-il de dire, reste l’inflation. La politique monétaire européenne est de nouveau dans le collimateur. Axée sur la seule lutte contre la hausse des prix, elle est accusée de ne pas prendre en compte la croissance, alors même que la zone euro – et plus particulièrement l’Allemagne, la France, l’Italie – souffre d’anémie économique. Certains commentateurs évoquent une nouvelle crise monétaire. C’est sans doute aller trop loin. Les fluctuations du dollar résultent du régime du flottement qui a succédé, en 1973, à celui de la fixité des taux de change. Le marché dicte sa loi aux rapports de change. « Les grandes monnaies – en réalité le dollar et l’euro – flottent librement, et c’est très bien ainsi » commente l’économiste Charles Wyplosz en décembre 2004.600 Mais, comme le note Le Monde, l’existence de l’euro atténue les effets des jeux de yo-yo sur les Etats membres.

  • 601 Bulletin quotidien Europe, 21 janvier 2004.

22Mais la hausse de l’euro met en cause les exportations européennes. Et donc la reprise. Beaucoup dénoncent les « conséquences catastrophiques » qui résultent de la chute du dollar. Comment alors l’enrayer ? En janvier 2004, les ministres de l’économie et des finances de la zone euro font état de leur inquiétude devant les fluctuations qui caractérisent les relations entre le dollar et l’euro. « Dans les circonstances actuelles, nous insistons particulièrement sur la stabilité et nous sommes préoccupés par les mouvements excessifs des taux de change. »601 Comment alors répondre à la baisse du dollar ? Les moyens sont limités. Pas question d’intervenir sur les marchés faute d’un accord avec les Etats-Unis. Pas question de remettre en cause le flottement. Les Américains et les Européens sont divisés. Et les Européens sont divisés entre eux.

  • 602 La Repubblica, 15 novembre 2003.

23Faut-il alors renoncer à l’euro et réintroduire les monnaies nationales ? Le débat est ouvert en Italie, où il rencontre une résonance particulière. Silvio Berlusconi, qui n’aime pas l’euro, ne ménage pas ses critiques. Tout d’abord, il reproche à l’euro d’avoir provoqué la « chute de la demande privée ».602 Ensuite, il voit dans l’introduction de l’euro un facteur d’inflation. Enfin, il regrette la disparition d’un instrument monétaire qui, dans le passé récent, a permis à l’Italie de relancer ses exportations par des dévaluations de facto. Quelques-uns de ses alliés vont plus loin. Ils réclament purement et simplement le retour à la lire. En juin 2005, deux ministres de la Lega du Nord, Roberto Calderoli et Roberto Maroni, font scandale en remettant en cause l’euro, le premier demandant le retour à la lire, le second l’introduction d’un système de double circulation euro-lire. Cela n’a pas de sens, répondent leurs adversaires. Et cela n’a pas de sens. L’euro n’est pas la cause de tout ce qui va mal dans le « beau pays ».

  • 603 Bulletin quotidien Europe, 17 juin 2004.

24En Allemagne, les beaux principes n’ont plus cours devant la montée des déficits et l’aggravation de la situation économique. Comment enrayer les maux qui rongent le pays ? Le pacte de stabilité n’est plus en odeur de sainteté à Berlin. Le mot d’ordre est à sa refonte au nom de la croissance. Tant pis pour le pacte, si le prix à payer pour la reprise est le dérapage du budget. Voilà, en bref, la nouvelle position que défendent le chancelier Gerhard Schröder et le ministre Hans Eichel. En France, le point de vue est assez analogue. Les difficultés économiques, qu’illustre un taux de chômage très élevé, légitiment une révision. Quelques premières mesures sont évoquées. Soustraction de dépenses d’investissement en matière de recherche et d’innovation au calcul du déficit public. Prise en compte des dépenses liées au vieillissement de la population. Moindre pression sur les Etats peu endettés. Prise en compte de la contribution nette des Etats membres au budget européen. Adoption de pactes de stabilité nationaux.603 L’Allemagne et la France sont en flèche. Elles poussent en direction de la réforme du pacte. Chirac soutient Schröder qui soutient Chirac qui soutient Schröder. Tout cela est assez ironique. Les mêmes qui ont bataillé pour imposer le pacte le remettent en cause. Devant l’insuffisance de la croissance et la montée du chômage, les disciplines budgétaires prennent l’eau. L’augmentation des dépenses publiques en vue de répondre aux difficultés économiques rappelle la belle tenue du keynésianisme.

  • 604 Le Monde, 19 février 2005.

25Cela ne va pas sans autre. Les Etats attachés aux critères montent aux barricades. Les critères restent les critères. Et ils légitiment le déclenchement des procédures, quand ils sont violés. « 3 %, c’est 3 % » déclare en février 2005 le ministre autrichien des finances Karl-Heinz Grasser.604 Et les interventions des chefs d’Etat dans le débat accroissent encore leur irritation.

26Autre enjeu auquel les Douze sont confrontés, l’élargissement de la zone euro est encore entouré d’incertitude. Trois nouveaux Etats membres, l’Estonie, la Lituanie et la Slovénie sont entrés dans le mécanisme de change qui représente une étape préliminaire à toute adhésion. Les autres restent réservés. Les raisons sont diverses. Non-accomplissement des critères de Maastricht. Conservation d’une politique monétaire comme instrument de politique économique. Mais la porte n’est pas fermée. En janvier 2007, c’est la Slovénie qui passe à l’euro. En juin de la même année, Chypre et Malte, qui répondent aux critères, font part de leur intention d’entrer dans le club.

  • 605 Bulletin quotidien Europe, 1er juin 2006.

27L’union économique et monétaire est encore loin d’être achevée. C’est le volet économique qui reste bancal. L’absence de « gouvernance économique communautaire » pour reprendre l’expression du Belge Guy Verhofstadt continue de compromettre la cohésion de la zone euro.605 Mais voilà : le renforcement de l’Eurogroupe rencontre des résistances qui excluent toute avancée. Les Etats entendent conserver en la matière leur liberté et leur souveraineté. C’est ainsi que cohabitent de manière paradoxale une monnaie commune et des politiques économiques nationales qui varient d’un pays à l’autre.

Notes

579 La Repubblica, 22 octobre 2002.

580 El Pais, 13 juillet 2002.

581 Le Monde, 18 octobre 2002.

582 Neue Zürcher Zeitung, 28 juillet 2004.

583 Statistisches Bundesamt, Pressemitteilung, 27 juillet 2004.

584 Le Monde, 16 juillet 2004.

585 Wall Street Journal, 7 novembre 2002.

586 Le Temps, 27 novembre 2003.

587 Libération, 5 novembre 2003.

588 Jean-Claude Trichet, Testimony before the Committee on Economic and Monetary Affairs of the European Parliament, 1er décembre 2003. Voir aussi Börsen-Zeitung, 2 décembre 2003.

589 Die Welt, 2 décembre 2003.

590 Le Monde, 26 novembre 2003.

591 Financial Times, mai 2004.

592 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 18 janvier 2005.

593 Neue Zürcher Zeitung, 4 décembre 2003.

594 El Pais, 15 novembre 2004.

595 Financial Times, 16 novembre 2004.

596 Bulletin quotidien Europe, 6 mai 2004.

597 Le Monde, 8 mars 2005.

598 Projet de Traité établissant une Constitution pour l’Europe, titre III, chapitre ii, Section 1 : la politique économique.

599 El Pais, 12 juin 2004.

600 Charles Wyplosz, « Les grandes monnaies flottent librement, et c’est très bien ainsi », in Le Temps, 6 décembre 2004.

601 Bulletin quotidien Europe, 21 janvier 2004.

602 La Repubblica, 15 novembre 2003.

603 Bulletin quotidien Europe, 17 juin 2004.

604 Le Monde, 19 février 2005.

605 Bulletin quotidien Europe, 1er juin 2006.