Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l’Europe monétaire 1945-2005

 | 
Pierre Du Bois

VI. Les conquérants (1991-1998)

Texte intégral

  • 288 Commission des Communautés européennes, De l’Acte unique à l’après Maastricht. Les moyens de nos am (...)

1Le scénario est en place. A Bruxelles, l’atmosphère est sereine. La construction continue sur sa lancée. Le SME donne satisfaction. Stabilité monétaire. Réintégration de la lire dans la bande étroite de fluctuation en janvier 1990. Entrée de la livre et de la peseta dans la bande large. Rapprochement et réduction des niveaux d’inflation. « En enregistrant ces nets progrès, le SME a aussi démontré sa capacité à s’adapter aux événements internationaux » observe la Commission en février 1992.288

2En juillet 1992, dans une « Déclaration commune pour l’Union économique et monétaire », cinquante-quatre éminents économistes de toute l’Europe, excluant toute alternative, apportent leur soutien à l’UEM.

  • 289 Le Monde, 29 décembre 1992.

3Quelques mois plus tard, patatras ! Les événements brisent la belle confiance. Les assauts de la spéculation ébranlent les monnaies. En juillet 1992, la Buba relève ses taux directeurs. En août, le Comité monétaire européen publie un communiqué « Un changement dans la structure présente des taux pivots ne constituerait pas une réponse appropriée aux tensions actuelles dans le SME ».289 A Bath, les 5 et 6 septembre, les ministres des finances des Douze ne savent trop comment répondre aux doutes ambiants. Anglais et Allemands se disputent comme chien et chat. Au centre des débats, la double question des taux d’intérêts très – trop ? – élevés de la Bundesbank et de la dévaluation de la livre. En septembre, c’est le premier couac. La peseta est dévaluée de 5 %. La livre sterling et la lire sont décrochées du SME. La disparité des économies européennes exclut-elle le maintien de parités stables ? C’est en tout cas la conclusion que tirent – sans doute un peu rapidement – nombre de commentateurs. La mort de la monnaie unique est annoncée.

4Ce qui ressort, c’est que les deux systèmes monétaires européens successifs, celui du serpent et celui du SME, n’ont jamais bien résisté aux tempêtes. Loin de constituer un îlot de stabilité dans la Communauté européenne, le premier système a fini sous forme de zone mark à cinq. Quant au SME, il fait la preuve de son insuffisance face aux vagues spéculatives et aux politiques désordonnées des Etats. C’est dire que si les crises monétaires font le bonheur des eurosceptiques, elles donnent aussi raison aux partisans de la monnaie unique.

  • 290 Rapport annuel du Comité des gouverneurs des banques centrales des Etats membres de la Communauté e (...)

5L’édifice de Maastricht est encore secoué par les débats mouvementés que déchaînent au Danemark et en France les référendums sur le traité. Rarement, l’Europe a suscité autant d’incompréhensions, de déchirements et de tensions. Le non des Danois en juin 1992 déclenche « une vague croissante de perturbations sur les marchés des changes de la Communauté ».290 Le oui très serré en France – 51,05 % lors du référendum du 20 septembre 1992 – alourdit encore le climat. Le retentissement est énorme dans toute l’Europe. La réussite du marché unique à la date butoir du 31 décembre 1992 efface à peine la mauvaise impression laissée par les turbulences de l’été et de l’automne 1992.

  • 291 Corriere della Sera, 30 juin 1993.
  • 292 Le Monde, 2 février 1993.
  • 293 Neue Zürcher Zeitung, 3-4 avril 1993.

6En même temps, la poussée d’inflation et l’accroissement de l’endettement et des déficits publics en Allemagne érodent la confiance dans le roc allemand. Il en résulte un vide momentané de la coopération monétaire. L’avenir de l’Europe monétaire paraît compromis.291 Prise par la spéculation, la livre irlandaise est dévaluée en janvier 1993. Le franc français est aux prises à de nouvelles attaques. Qui est derrière ? Des fonds anglo-saxons ? C’est presque certain. Raymond Barre, l’ancien premier ministre, n’hésite pas à incriminer « des cercles anglo-saxons », qui poussent à la rupture entre le franc et le mark.292 La Neue Zürcher Zeitung demande en avril 1993 : « Peut-on encore sauver le système monétaire européen ? »293

7De plus en plus, une double situation semble prévaloir, l’existence d’un noyau dur de monnaies stables – le franc français, le mark allemand, le florin – et un certain nombre de monnaies plus faibles, davantage soumises à des secousses. Que faire ? Réviser les critères de Maastricht ? Ralentir la marche vers l’intégration ? Arrêter tout ? C’est bien un “annus horribilis” que traverse la Communauté européenne. Les doutes sur la viabilité du SME dominent les réflexions. Combien d’économistes ne prédisent-ils pas la chute de la maison écu ? Une sorte de rage de condamnation semble même en habiter beaucoup.

8Les divergences entre les économies des Etats membres sont-elles appelées à conditionner l’entrée dans l’UEM ? Le taux de chômage représente, en particulier, un point d’interrogation. En février 1993, le président Delors déconseille à l’Espagne, touchée par un chômage très important, de rejoindre l’UEM, pour qu’elle n’ait pas à supporter les effets d’austérité qu’entraîne le respect des critères de Maastricht.

  • 294 Libération, 3 août 1993.
  • 295 Le Figaro, 2 août 1993.
  • 296 Corriere della Sera, 3 août 1993.
  • 297 Bulletin des Communautés européennes, 7/8-1993, p. 22.
  • 298 Financial Times, 10 août 1993.
  • 299 Financial Times, 3 août 1993.
  • 300 Karl Lamers, “Deutschlands aussenpolitische Verantwortung und seine Interessen”, document interne d (...)
  • 301 The Economist, 23 octobre 1993.
  • 302 Voir Stanley Hoffmann, “Goodbye to a united Europe?, in New York Review of Books, 27 mai 1993.

9La tempête spéculative de l’été 1993 accentue encore les doutes. En août, l’Europe est sous le choc. Libération titre « L’Europe flottante ».294 Le Figaro : « Les Douze sur une poudrière ».295 Le Corriere della Sera : « Le suicide de l’Europe ».296 Mal inspirée, la France va jusqu’à demander le retrait – provisoire ? – du mark du mécanisme de change. Et le Royaume-Uni relance l’idée d’un « hard écu », d’un écu dur. Pour répondre aux turbulences, l’Union élargit, le 2 août, les bandes du mécanisme de change du SME de 2,25 à 15 % autour des cours pivots bilatéraux, révisant ainsi la nature même du SME. Le communiqué rapporte : « Cette mesure de durée limitée répond à des mouvements spéculatifs exceptionnels tant par leur ampleur que par leur nature. »297 Le chancelier Kohl admet un éventuel décalage du calendrier de l’UEM d’un à deux ans.298 De son côté, le premier ministre Edouard Balladur fait part des mêmes interrogations sur le respect des délais de la troisième phase de l’UEM. Qui ne demande pas, à un moment ou à un autre, le report des échéances ? La liste est longue. Il va sans dire que le premier ministre britannique John Majorjuge le calendrier de Maastricht « totalement irréaliste ».299 Le député allemand Karl Lamers, de la CDU, observe en été 1993 : « Pour rendre possible au moins un noyau d’union monétaire, il faut avant tout que les deux positions allemande et française soient accordées. »300 Sont-elles seulement accordées ? Tout cela n’incline pas à l’optimisme. The Economist demande en octobre : « Est-ce que quelque chose peut être sauvé des ruines du Système monétaire européen ? »301 La crise semble prouver la non-viabilité des mécanismes communs, alors même qu’elle appelle une coordination renforcée des politiques monétaires. De toute façon, il n’est pas question de mettre en cause la libération des mouvements de capitaux pour enrayer les vagues spéculatives. Il va de soi que les marchés financiers n’ont ni toujours raison ni toujours tort. Le mal est ailleurs. Il est dans les disparités économiques trop marquées entre pays membres de l’Union et dans des politiques monétaires encore trop peu uniformisées. Il y a de quoi douter de l’avenir.302

  • 303 Commission des Communautés européennes, Rapport. Progrès réalisés en matière de convergence économi (...)
  • 304 Der Spiegel, 32/1993.
  • 305 Alan S. Milward, The European Rescue of the Nation-State, Londres, Routledge, 1994, p. 435.
  • 306 La Reppublica, 4 août 1993.

10C’est la jubilation du côté des adversaires de l’intégration monétaire. Les troubles prouveraient bien la non-viabilité des mécanismes communs. L’élargissement de la marge de fluctuation des taux de change adopté par la Communauté accroît de facto les risques de changes et accentue l’incertitude qui pèse sur les transactions libellées dans les monnaies des pays partenaires.303 L’Allemand Rüdiger Dornbusch, qui enseigne au MIT, déclare au Spiegel : « L’enterrement du SME a été le meilleur de ce qui s’est passé en Europe depuis longtemps. »304 L’historien britannique Alan S. Milward se demande s’il y aura une union monétaire européenne dans les dix ans à venir.305 L’économiste américain Paul Samuelson est catégorique : « Il n’y a ni place ni motif pour une union monétaire. Pas maintenant. »306 Ce sont là des déclarations parmi beaucoup d’autres.

11Mais on est un peu trop pressé de se réjouir. Le mal est limité. La France continue de mener une politique de strict alignement sur le mark qui exclut, de fait, tout usage des marges et donc tout écart préjudiciable au crédit du franc. Ceci contre l’avis de tout un courant qui dénonce la soumission trop forte aux exigences allemandes et le cadre trop contraignant du traité de Maastricht.

  • 307 Le Monde, 20 novembre 1994.

12Autre pierre d’achoppement, presque dérisoire, celle de la future dénomination de la monnaie européenne. Alors que la France tient à écu, vieille monnaie d’une vieille histoire, l’Allemagne ne s’y fait toujours pas. La raison ? C’est Hans Tietmeyer, le président de la Bundesbank, qui la donne en novembre 1994 à Francfort devant des banquiers : écu évoque trop un panier de monnaies qui n’a pas cessé de se dévaluer face au mark depuis dix ans.307

13En Allemagne, économistes, politiciens, commentateurs mettent en cause le bien-fondé de l’union monétaire. Ils ont tendance à penser que le sacrifice du mark n’en vaut pas la chandelle. Sans trop le dire, c’est bien l’affaiblissement de leur pays qu’ils redoutent, alors que les autres pays membres ont peu à perdre dans l’opération. Des critiques, beaucoup de critiques. De la méfiance, beaucoup de méfiance. Bien avant Maastricht, les Allemands ont émis des doutes. Ceux-ci persistent malgré les arrangements conclus. L’abandon du mark brouille l’avenir en quelque sorte. Ils voient le symbole de leur puissance disparaître. Cela n’a rien d’enthousiasmant ni de rassurant. L’Europe, c’est aussi la bataille des intérêts nationaux. Il faut se le rappeler pour comprendre les ressorts des attitudes.

  • 308 Bulletin des Communautés européennes, 10-1993, p. 8.

14A Bruxelles, en octobre 1993, le Conseil européen, lors d’une réunion extraordinaire, confirme et le calendrier et les critères de convergence. Et surtout il décide que l’Institut monétaire européen aura son siège à Francfort et que le baron Alexandre Lamfalussy en assumera la direction.308 Ce n’est pas de trop. Toute avancée a l’air d’être arrachée au forceps. Les enjeux communs sont continuellement court-circuités par la défense des intérêts nationaux. Donnés en pâture au public, les conflits entre les Quinze sont des secrets de polichinelle. Des questions de lieu et de personne dramatisent les empoignades.

15Le 1er janvier 1994 débute la deuxième phase de l’UEM. C’est sans préparation que l’Institut monétaire européen commence à fonctionner. Des incertitudes subsistent sur les fonctions effectives du dit Institut. Alors que la France plaide pour la mise en place d’une institution forte, l’Allemagne entend cantonner le rôle de l’Institut à la préparation de la phase III de l’union monétaire.

16De toute manière, l’avenir reste encore ouvert. Le règlement de questions fondamentales est repoussé à la troisième étape. La création de la Banque centrale, le lancement de la monnaie unique, les conditions de participation à l’union monétaire et la mise en œuvre d’une politique économique commune sont à peine abordés.

  • 309 Les Echos, 14 février 1994.

17Les doutes sur la faisabilité demeurent. Même la politique de la Bundesbank est entachée d’incertitudes. L’expansion de la masse monétaire dépasse la norme fixée et l’inflation reflue plus lentement que prévu. De là des propositions d’assouplissement des normes. En mai 1993, Philippe Maystadt, le ministre belge des finances, évoque une possible modification des critères de Maastricht en l’absence d’un redémarrage économique significatif. Devant les difficultés de l’heure – et d’abord celles que traverse son propre pays – le ministre grec des affaires étrangères Théodore Pangalos propose, en février 1994, la révision du calendrier de l’union monétaire.309 En octobre 1994, le baron Lamfalussy propose l’introduction en deux phases de la monnaie unique européenne de manière à surmonter certaines difficultés que comporte l’entrée en vigueur de l’UEM : tout d’abord l’adoption de taux de change fixes, puis l’introduction de la monnaie unique. En novembre 1994, le ministre italien des affaires étrangères Antonio Martino, plutôt eurosceptique, recommande l’introduction d’une monnaie unique sans critères de convergence ni stabilité des changes pour prévenir une nouvelle division de l’Europe.

  • 310 Commission des Communautés européennes, Rapport. Progrès réalisés en matière de convergence économi (...)

18La récession dissuade les Etats d’obéir totalement aux contraintes de Maastricht. Le déficit budgétaire est monté pour l’ensemble des Etats membres de 4,5 % en 1992 à 6,4 % en 1993. Seul le Luxembourg est resté en dessous du plafond de 3 % du déficit budgétaire. La Commission observe en décembre 1993 : « Les progrès réalisés en matière de convergence économique et monétaire au cours de la première phase, qui a commencé au 1er juillet 1990, ont été divers ; alors que l’évolution enregistrée sur le front de l’inflation est positive, il n’en va pas de même des finances publiques. »310

  • 311 L’Unitá, 7 janvier 1994.
  • 312 Emile Noël, « Perspectives de développement de l’Union européenne », exposé tenu à l’Académie de dr (...)

19En janvier 1994, le président de la Commission, Jacques Delors, conclut à la faillite de la première phase de l’UEM.311 La cohésion est loin de régner entre Européens. Dans l’Union européenne, seuls dix Etats membres font partie du SME. En avril 1994, aucun Etat membre ne satisfait aux cinq critères. Le désordre domine le marché des changes. La convergence des performances économiques entre les Douze, puis les Quinze, est encore embryonnaire. L’inflation moyenne est trop élevée, les disparités entre l’Europe du Sud, où les taux sont trop hauts, et le reste de l’Union européenne, sont considérables. En novembre 1994, dix Etats membres présentent des déficits publics excessifs. En France, en Italie, en Belgique, les déficits budgétaires et les dettes publiques ont à peine diminué depuis 1992. Même l’Allemagne ne remplit pas les conditions de Maastricht. Selon la Commission, les indicateurs de confiance ont atteint un palier. Emile Noël, secrétaire général honoraire de la Commission, observe : « Parler des perspectives de développement de l’Union européenne – dans le concret – n’est pas chose aisée aujourd’hui. La Communauté ou l’Union est en effet en crise, une crise latente, peu spectaculaire, mais qui n’a cessé de la miner depuis bientôt deux ans. »312 C’est bien un point critique de son évolution qu’atteint le processus d’intégration.

20Interrogations et doutes sont compréhensibles. L’aventure a de quoi susciter des insomnies. Beaucoup se demandent ce qui va se passer. Les points de repères sont inexistants – ou presque. L’union économique est affligée d’un flou dans la conception qui met en cause son crédit et sa réalisation. L’élargissement à quinze rend encore plus nécessaire une réforme institutionnelle.

21Pourquoi l’UEM ? Cette dernière repose sur quelques arguments qui forment une nouvelle vulgate. Amélioration du fonctionnement du marché unique. Plein achèvement de l’unification économique de l’Europe communautaire. Elimination des surcoûts dus aux transactions. Suppression du risque de change. Facilitation de la comparaison des prix et des bilans. Baisse des prix du fait de l’accroissement de la concurrence. Stimulation de l’emploi et de la croissance. En outre, la libre circulation des capitaux et l’achèvement du marché intérieur réclament plus de cohésion et de cohérence parmi les Douze.

22De fait, les raisons économiques, qui servent de justification à l’entreprise, en cachent de plus politiques. Pour l’essentiel domine la préoccupation, surtout du côté de Paris, alors que la réunification allemande vient d’avoir lieu, d’arrimer plus étroitement l’Allemagne à l’Europe et d’affaiblir sa force de frappe monétaire par la substitution de la monnaie unique au mark. C’est un peu trivial, pas très avouable mais parfaitement établi. Et puis, l’UEM, qui suppose l’abandon de la souveraineté monétaire par les Etats membres, ne rend-elle pas nécessaire, à plus ou moins long terme, l’union politique ? En comparaison, le souci de renforcer la puissance de l’Europe face à l’Amérique a peu pesé dans les considérations.

  • 313 Luxemburger Wort, 6 avril 1992.

23L’enjeu est disputé. L’UEM est loin de faire l’unanimité. Presque partout, des réserves sont exprimées, des inquiétudes manifestées. A la vulgate des partisans fait pendant celle des adversaires. Elle est tout aussi cousue d’arguments convenus répétés à satiété que l’autre. Qu’est-ce qui prouve le bien-fondé de l’UEM ? demandent les sceptiques. Quel apport à l’économie européenne ? Limitation de la flexibilité des économies nationales. Affaiblissement des démocraties européennes du fait des ajustements économiques très stricts qu’elle exige. En avril 1992, le Luxemburger Wort titre : « Aucune peur devant la monnaie européenne ».313 Aucune peur ? D’une certaine façon, l’insuffisante confiance dans la Communauté pèse sur le climat ambiant. En France, en Allemagne, elles prennent même plus de relief – pour ne pas parler de l’Angleterre et du Danemark, qui se sont mis d’eux-mêmes à Maastricht entre parenthèses. En France, c’est lors de la campagne référendaire de septembre 1992 que les salves prennent un tour plus venimeux. Les adversaires de Maastricht dénoncent à qui mieux-mieux l’UEM à laquelle ils prêtent tous les défauts. En Allemagne, la perspective du remplacement du deutsche Mark par l’écu nourrit des appréhensions dans tous les milieux. D’après des sondages, les trois-quarts des Allemands rejettent en 1992 l’abandon du mark.

  • 314 Le Figaro, 6 août 1992.

24Les critiques sont de tous ordres. Du point de vue politique, ce qui est surtout en question, c’est la perte de souveraineté nationale et la menace sur l’autorité de l’Etat qu’entraîne le transfert de pouvoirs à la Banque centrale européenne. En France comme ailleurs, c’est l’argument principal contre l’UEM. L’argument complémentaire tient dans l’instauration d’un véritable Etat fédéral européen qui naîtrait de l’union économique et monétaire contrairement à la volonté des peuples. Le député d’Epinal Philippe Séguin observe dans le Figaro : « Sous couvert de trouver une solution à la domination du mark, le véritable dessein de Maastricht est de lancer, avec l’abolition d’un attribut essentiel de notre souveraineté, un formidable levier pour l’Europe fédérale. »314 C’est une sorte d’antienne qui traverse tout le discours critique contre le nouveau traité.

  • 315 Alan Sked, « Réflexions d’un eurosceptique anglais », in Le Figaro, 3 août 1993.

25Du point de vue économique, les réserves sont encore plus nombreuses. Perte d’un instrument utile en cas de difficultés. Absence de mobilité de la main d’œuvre et de flexibilité des salaires en Europe pour faire face à des chocs asymétriques. Précipitation du processus. Ce qui en chiffonne plus d’un – en particulier du côté allemand – c’est la date retenue, celle du 1er janvier 1999, que le chancelier Kohl a acceptée au dernier moment sous la pression du président Mitterrand. De plus, le traité ne mentionne aucun transfert de paiement en vue de compenser les écarts de croissance entre pays membres. Là encore, les thèses extrêmes viennent d’Angleterre. Le florilège est souvent piquant. L’eurosceptique Alan Sked considère ainsi que le marché unique « n’a pas plus besoin d’une monnaie unique que l’humanité n’a besoin d’un sexe unique. »315

  • 316 Fédération bancaire de l’Union européenne, Enquête sur l’instauration de la monnaie unique : premiè (...)

26D’après la Fédération bancaire de l’Union européenne, le coût minimum de l’introduction de la monnaie unique rien que pour le secteur bancaire est de l’ordre de huit à dix milliards d’écus.316

  • 317 CDU/CSU Fraktion des deutschen Bundestages, Ueberlegungen zur europäischen Politik, 1er septembre 1 (...)

27Dans le débat, c’est de la nature de l’Europe à venir qu’il est question : Europe avançant au même rythme ? Europe à plusieurs vitesses ? En été 1994, la CDU allemande déchaîne les polémiques en formulant l’idée d’un noyau dur européen autour de l’Allemagne, de la France et du Benelux. « L’union monétaire est le noyau dur de l’union politique » déclare le document.317 Il convient donc d’en limiter l’accès aux Etats qui remplissent à la lettre les conditions de Maastricht. Concert de protestations du côté italien, espagnol, portugais, britannique. Le tumulte dure des mois. Même parmi les pays retenus, la tiédeur des réactions montre les réserves de fond. Qui veut, en France, d’une Europe politique dotée d’institutions fortes ? Le débat sur l’Europe n’arrête pas de buter sur des visions contradictoires de la construction européenne et sur la méfiance assez répandue envers la Commission et le Parlement européen.

28Les questions posées par la CDU ne manquent pas de pertinence. Depuis 1979, l’écu a perdu près de 40 % de sa valeur par rapport au deutsche Mark. Cela influence les attitudes. Hans Tietmeyer ne cesse de répéter l’attachement de la Buba aux critères de Maastricht, conditions sine qua non de son soutien à l’union monétaire. Ce n’est pas tout. Le président de la Buba mentionne encore deux autres conditions : que l’indépendance des banques centrales soient réalisée le plus tôt possible en vue d’apprendre comment fonctionne ce processus et l’adoption en 1996 de réformes institutionnelles qui assurent l’Union de pouvoirs réels pour limiter les déficits des pays membres.

29Les critères de Maastricht relèvent du bon sens. L’unification monétaire suppose une convergence préalable des normes de comportement. Poursuite régulière de la stabilité des changes, recherche systématique de l’équilibre budgétaire, lutte conséquente contre l’inflation représentent les conditions minimales d’une éventuelle participation à l’UEM. Autre condition que requiert l’unification monétaire, le renforcement et la reconnaissance de l’indépendance des instituts d’émission, de manière à limiter l’influence de la politique sur la stratégie monétaire et à instaurer un climat général de confiance. Aussi les positions contradictoires entre les Douze et, depuis janvier 1995, entre les Quinze annoncent-elles l’Europe à deux vitesses – dont le traité de Maastricht prévoit de toute façon la possibilité.

  • 318 Financial Times, 1er août 1994.

30Mais tant que les Européens restent unis, le projet n’est pas menacé. En août 1994, le Financial Times observe : « Ne sous-estimez jamais la peur de l’échec qui existe parmi les Européens et la tyrannie de la date butoir. »318 Les controverses menées dans le monde politique, en milieu académique, dans les médias, n’ont pas d’incidence sur l’avancement des travaux. Des ralliements ont lieu en cours de route. Les obstacles sont surmontés les uns après les autres.

31Les contraintes de Maastricht conditionnent le resserrement des disciplines. La dette publique commence à diminuer, l’inflation à baisser ; l’amélioration des finances publiques se dessine dans l’un ou l’autre pays membre.

  • 319 Nouvel Observateur, 26 septembre 1996.

32Bien sûr, tout le monde n’est pas convaincu. Des doutes sur le respect du calendrier ne cessent d’accompagner l’entreprise. Et le pacte de stabilité que demandent les Allemands pour assurer l’avenir de la monnaie européenne. Là encore, les discussions vont bon train. Les positions sont tranchées. La décision est reportée de Conseil en Conseil. Mais l’entente finit par prévaloir. C’est bien la vision allemande de l’UEM qui l’emporte. Pas de déficit budgétaire qui dépasse le 3 % du PIB, pas d’endettement qui se situe au-delà de 60 % du PIB – sauf circonstances exceptionnelles strictement définies. Les commentaires sont souvent acides. Pourquoi un pacte de stabilité plutôt qu’un pacte de croissance ? demande le Nouvel Observateur en septembre 1996.319

33La crédibilité de l’Union européenne interdit tout recul. De conseil en réunion, la même détermination imprègne déclarations et conclusions. Tous les signaux sont orientés dans la même direction.

34Devant l’amélioration de la situation monétaire, les Douze vont-ils revenir à des marges plus étroites ? En décembre 1994, ils tranchent par la négative en maintenant les marges de 15 % introduites en août 1993 auxquelles ils donnent un caractère définitif jusqu’au passage à la monnaie unique.

35La doctrine demeure celle de Maastricht. Le Luxembourgeois Jacques Santer, successeur de Jacques Delors à la présidence de la Commission, ne cesse de répéter la nécessité de la convergence et le respect strict des critères de Maastricht. A peine entré en fonction, le commissaire européen Yves-Thibault de Silguy ne dit rien d’autre.

  • 320 Le Monde, 20 janvier 1995.

36Le 17 janvier 1995, le président Mitterrand réaffirme, devant le Parlement européen, son attachement à l’introduction de la monnaie unique dès 1997 – conformément au calendrier prévu. Mais quel crédit accorder au président Mitterrand ? Alexandre Lamfalussy, à Bruxelles, déclare : « Il me semble peu probable que nous ayons suffisamment de pays pour former une monnaie unique en 1997. »320 Huit Etats membres sur quinze seront-ils prêts ? Cela paraît hautement improbable.

  • 321 Le Monde, 1er février 1995.

37De toute manière, les Allemands continuent de faire dépendre l’entrée dans l’UEM du respect strict des critères de convergence, comme le répète urbi et orbi Hans Tietmeyer, le président de la Bundesbank. Le 30 janvier 1995, il dit tout haut que « l’union monétaire en Europe telle qu’elle est prévue nécessite une communauté politique supérieure à celle décrite dans le traité de Maastricht. »321 C’est dire que l’union monétaire n’est pas seulement affaire de monnaie.

  • 322 Notices économiques UBS, mars 1995, p. 3.

38Tout cela montre le décalage entre les réalités et la poursuite, somme toute assez volontariste, de la construction de l’Europe monétaire. L’irréversibilité n’est pas remise en cause par les remous qui secouent l’Europe monétaire. La doctrine de base reste celle de Maastricht. L’Union de banques suisses commente en mars 1995 : « En dépit des critiques fréquentes dont elle fait l’objet, la monnaie unique européenne suscite de nouveau un intérêt accru ces derniers temps, notamment parce que les forces politiques, économiques et institutionnelles de l’UE n’ont pas faibli, même après la crise monétaire européenne. La réalisation d’une union monétaire composée d’un noyau dur en 1999 devient dès lors plus plausible. »322

  • 323 OEPR Bulletin, été 1994, p. 15.

39Mais la voie est-elle la bonne ? La question ne cesse d’être discutée. D’une manière générale, les économistes sont plutôt réservés sur l’UEM. Bon nombre d’entre eux insistent sur l’absence de mobilité de la main d’œuvre et de flexibilité des salaires en Europe et l’importance réduite des transferts entre Etats via le budget de l’Union européenne, alors qu’aux Etats-Unis c’est le contraire qui prévaut. A Stockholm en mai 1994, le professeur Paul De Grauwe, de l’Université de Louvain, est catégorique : la stratégie proposée par le traité de Maastricht ne peut en aucun cas conduire à l’union économique et monétaire.323

  • 324 Voir ainsi “Tietmeyer split with Brussels on Emu, in Financial Times, 15 juin 1995.
  • 325 Roland Vaubel, “The battle over the EMU, Economic Affairs 16, n° 3, p. 18.

40Les inquiétudes et les réserves continuent d’encombrer la route. L’Allemagne est au centre du malaise. Du côté des autorités d’abord. Le ministère des finances et la Bundesbank ne sont pas chauds. Hans Tietmeyer ne cache pas ses réserves devant l’aventure de l’euro et ses doutes à propos du scénario d’introduction de la monnaie commune proposé par la Commission.324 Dans les milieux politiques ensuite, où c’est en quelque sorte la force motrice du chancelier Kohl qui fera passer le train. La SPD, qui est dans l’opposition, émet des doutes sur l’entreprise. Propos très critiques d’Oskar Lafontaine à l’encontre de l’UEM. Position presque aussi critique de Gerhard Schröder, alors ministre président de Basse-Saxe. D’une certaine façon, la SPD, face à la CDU, essaie de se présenter comme le parti du mark. Enfin, dans l’opinion publique, la méfiance ne désarme pas. L’idée du report ne quitte pas la scène. C’est l’espoir à peine secret des Allemands. Intellectuels et universitaires ne montrent pas plus d’indulgence. Le plus critique d’entre eux, le professeur Ralf Dahrendorf, qui dénonce sans retenue la nocivité de la monnaie unique, argue dans une interview au Spiegel, en novembre 1995, que par le biais de la monnaie c’est en définitive à une guerre pour la suprématie nationale que se livrent les Etats. L’économiste allemand Roland Vaubel prophétise : « Tout gouvernement allemand qui, au début de 1998, accepterait d’entrer dans la troisième phase de l’UEM selon le calendrier envisagé actuellement commettrait un suicide politique. »325

41L’UEM n’est pas le seul enjeu du moment. L’élargissement de l’Union européenne en est un autre. L’ampleur des enjeux que sont l’unification monétaire et l’élargissement à 15 rend plus que jamais nécessaire un renforcement des institutions. Mais lesquelles ?

  • 326 Noel Malcolm, “The case against ‘Europe’, in Foreign Affairs, mars-avril 1995, p. 61.
  • 327 Timothy Carton Ash, « Ne pas se tromper d’urgence », in Le Monde, 27 mai 1995.

42Au Royaume-Uni, l’euroscepticisme trouve dans l’UEM de quoi alimenter ironie, sarcasme, accent apocalyptique. Le culte de la livre sterling, qui a fait la gloire de l’Empire, obnubile les attitudes. La salve est massive. Elle s’exprime par des arguments qui cachent mal les sentiments qui les sous-tendent et, parmi les sentiments, la peur d’une mise en cause de la livre, d’un déclin de la place financière de Londres et – ce n’est pas le plus honorable – l’anti-germanisme. Editorialiste du Daily Telegraph, Noel Malcolm commente dans la célèbre revue américaine Foreign Affairs : « Comme décrite dans le traité de Maastricht, l’idée est de créer un mark euro-allemand, dirigé par un organisme construit d’après le modèle de la Bundesbank et situé à Francfort. »326 C’est la répétition des accents anti-allemands exprimés par Londres lors de la réunification. Des intellectuels de renom n’hésitent pas devant les prévisions fracassantes. L’historien d’Oxford Timothy Garton Ash déclare dans Le Monde : « Le problème est qu’un tel projet est très vraisemblablement voué à l’échec. L’union monétaire elle-même pourrait bien, à l’évidence, capoter au premier ou au deuxième obstacle, parce que les économies mêmes qui composent son noyau ne sont pas assez proches pour résister aux tensions, et que l’opinion publique – en France comme en Allemagne – y est résolument opposée. »327

43En France, alors que frappe la récession, c’est la politique du franc fort qui alimente le débat. A quoi conduit-elle sinon à un arrimage au mark allemand et ce faisant, à un ralentissement des investissements, à une diminution de la croissance et, donc, à une montée du chômage, par suite de la surévaluation monétaire de la zone mark ? C’est souvent à la boîte de Pandore que l’UEM est comparée. Là aussi, l’attachement à la souveraineté monétaire motive la montée aux barricades. Nationalisme politique et nationalisme économique se liguent contre la monnaie unique. Ailleurs encore, le chœur des adversaires accompagne le processus. De fait, la construction monétaire n’est pas une partie qui se joue à fleurets mouchetés.

  • 328 Le Monde, 23 novembre 1996.
  • 329 Neue Zürcher Zeitung, 29 novembre 1995 ; Europe, 27/28 novembre 1995.

44De tout côté, des doutes sur la détermination des uns et des autres à tenir leurs engagements entourent la marche vers l’UEM. Doutes en France sur l’attitude des Allemands ; doutes en Allemagne sur la volonté des Français. En novembre 1996, Le Monde titre : « L’Allemagne s’inquiète de l’évolution du débat français sur l’Europe. »328 Que de propositions aussi en vue de réviser les conditions de Maastricht ! Les unes tendent à un assouplissement des critères de Maastricht – au point de provoquer quelques turbulences sur les marchés financiers à la fin 1995 – les autres à un renforcement des critères. A peine entré en fonction, le commissaire européen Neil Kinnock, qui considère le lancement de la troisième étape en 1999 comme non réaliste, recommande l’adjonction de quelques nouveaux critères, parmi lesquels l’emploi, les investissements et la productivité.329 Une autre manière de condamner l’entreprise.

  • 330 Bulletin quotidien Europe, 6/7 mars 1995.
  • 331 Ibid.

45La conjoncture monétaire subit encore quelques soubresauts. En mars 1995, les autorités des Quinze décident, « en dehors de toute situation de crise » comme le précise le commissaire de Silguy, la dévaluation des taux-pivots de la peseta espagnole – de 7 % – et de l’escudo portugais – de 3,5 %.330 Le commissaire de Silguy déclare que ces turbulences ne compromettent pas la réalisation de la monnaie unique. Commentant la nouvelle, le démocrate-chrétien allemand Karl von Wogau estime qu’une répartition du SME en trois catégories se dessine : un premier groupe, formé de l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas et la Belgique, caractérisé par des monnaies stables, un deuxième groupe réunissant la France, l’Irlande et le Danemark, doté de monnaies à moitié stables et un troisième groupe, dont font partie l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et le Royaume-Uni, qui doivent encore « faire leurs devoirs avant de se qualifier pour la monnaie unique. »331

46Le flottement de la livre britannique – en lieu et place d’un changement de parité – ajoute encore au désordre. Presque tous les observateurs sont d’accord là-dessus : la stabilité des changes vaut mieux que la flexibilité pour assurer le développement des échanges entre les Communautaires. Le vieux débat est réactualisé.

47En même temps, l’Union poursuit la construction de l’UEM sans trop d’hésitation. La volonté politique ne diminue pas. Forte conviction du chancelier Kohl qui, imperturbablement, réaffirme son credo européen. Conversion à l’euro du candidat à la présidence de la République Jacques Chirac, élu en 1995. Appuis apportés à l’entreprise par la plupart des chefs de gouvernement européens. Et ferme détermination de la Commission à aller de l’avant.

  • 332 Commission des Communautés européennes, Livre vert sur les modalités de passage à la monnaie unique(...)

48En mai 1995 sort le livre vert de la Commission sur l’UEM. Il commence par une déclaration : « Avant la fin de ce siècle, l’Europe aura une monnaie unique. Elle sera forte et stable. Ainsi l’ont voulu ses dirigeants et ses peuples, en signant puis en ratifiant le Traité sur l’Union européenne. »332 Il indique des choix et des recommandations élaborés de conserve avec les milieux intéressés et propose un scénario de passage à la monnaie unique en trois étapes intermédiaires entre le « big bang », où tout se fait dès le premier jour de la phase III, et une transition trop progressive. L’idée de base en est celle de masse critique. Première étape institutionnelle qui comporte l’instauration de la Banque centrale européenne et l’adoption des textes législatifs nécessaires d’une durée de six mois à un an ; deuxième étape, de nature monétaire et financière, qui prévoit le gel des parités, la mise en œuvre d’une politique monétaire unique en écus, ainsi que le basculement des marchés interbancaires et des systèmes de paiements transfrontaliers dans la monnaie unique, de manière à rendre irréversible le processus d’unification ; troisième étape consistant dans l’introduction, deux ou trois ans plus tard, de pièces de monnaie et de billets. Selon ses auteurs, l’avantage du scénario est d’assurer la crédibilité de la nouvelle monnaie européenne et le caractère irrévocable de l’UEM.

  • 333 Bulletin quotidien Europe, 20 juin 1995.

49Le 19 juin 1995, les ministres des finances de l’Union européenne tirent un trait sur la date de 1997. Trop rares sont les Etats qui remplissent les critères de convergence économique. Mais l’objectif n’est pas remis en cause.333 Tout au plus, la substitution de la monnaie unique aux anciennes devises dans le portefeuille des particuliers n’interviendrait-elle que deux ou trois ans plus tard.

  • 334 Bulletin de l’Union européenne, 6-1995, p. 13.

50En juin 1995, le Conseil européen de Cannes confirme la réalisation de l’union économique et monétaire d’ici le 1er janvier 1999 « au plus tard » et charge le Conseil des ministres de définir, de conserve avec la Commission et l’Institut monétaire européen, « un scénario de référence qui garantirait le plein respect du traité, condition de l’irréversibilité nécessaire à l’entrée en troisième phase ».334 Ainsi, du côté de la Commission, du Conseil des ministres et du Conseil européen, le cap sur 1999 est-il maintenu tel quel. En novembre, l’Institut monétaire européen sort à son tour son rapport sur « le passage à la monnaie unique », qui confirme les orientations de la Commission.

51Interrogées sur l’UEM, la plupart des banques de l’Union européenne se sont prononcées en faveur du scénario de la Commission. Longtemps opposée à l’idée d’une période de transition, la Bundesbank a fini par s’y rallier. A la fin août 1995, l’Association des banques allemandes fait savoir son intérêt à une mise en œuvre de la monnaie unique européenne et demande aux responsables de l’UE une décision rapide sur le nom de la monnaie européenne et sur le calendrier d’introduction des pièces et billets.

  • 335 Bulletin quotidien Europe, 28 juillet 1995.

52Dans les opinions publiques, les avis favorables à la monnaie unique semblent prédominer : 51 % de moyenne en juillet 1995, d’après l’institut de sondage Europinion. Ils sont majoritaires en Italie, en Belgique, au Luxembourg, en France, en Irlande, en Espagne, aux Pays-Bas, en Grèce et au Portugal, alors qu’en Suède, en Finlande, au Danemark, en Grande-Bretagne, en Autriche et en Allemagne, ils sont encore largement minoritaires.335

53En août 1995, l’Italie annonce son intention de rentrer dans le SME, après l’avoir quitté en septembre 1992, de manière à conserver la possibilité de participer à la monnaie unique dès le 1er janvier 1999, cela supposant une stabilité de la lire à l’intérieur des marges convenues durant trois ans. De son côté, la France poursuit, vaille que vaille, la politique du franc stable.

  • 336 Bernard Connolly, The Rotten Heart of Europe, Londres, 1995. Version française : La sale guerre de (...)
  • 337 Neue Zürcher Zeitung, 13 septembre 1995.
  • 338 Wallstreet Journal, 8 septembre 1995.

54Mais les opposants ne désarment pas. C’est surtout du côté britannique que les critiques continuent de pleuvoir. La moindre réserve porte déjà – c’est le point de vue du chancelier de l’Echiquier, Kenneth Clarke – sur l’instauration trop hâtive d’une monnaie unique qui saperait l’unité politique entre les Quinze. En septembre 1995, Bernard Connolly, un fonctionnaire de la Commission, publie un livre qui fait sensation et scandale. Son titre donne déjà le ton : The Rotten Heart of Europe, le cœur pourri de l’Europe. Il y décrit l’union monétaire comme une construction économique monstrueuse et la monnaie unique comme une escroquerie dangereuse.336 De son côté, le professeur Alan Walters, de la London School of Economics, n’arrête pas de réclamer le renoncement au plan de marche du traité de Maastricht en raison des nombreuses difficultés administratives, techniques et comptables que comportent l’unification monétaire et du risque de chaos qui peut en résulter. De fait, argumente-t-il, l’union monétaire existe déjà, elle est centrée autour du deutsche Mark et de la Bundesbank, qui exerce une influence déterminante sur bien des banques centrales de l’Union européenne. De là sa conviction que le processus de Maastricht débouchera sur un système de changes fixes sous la direction de la Bundesbank.337 Dans le Wall Street Journal, l’économiste David Roche, du bureau de conseil Independent Strategy, présente l’UEM comme « une folle chimère » sur la base d’arguments déjà connus : critères de convergence trop stricts, croissance européenne trop faible pour que la majorité des Etats de l’Union puissent se retrouver sous la même bannière de la monnaie unique.338 Faisant fi de toute objectivité, la City, The Economisa le Times, le Daily Telegraph, la droite conservatrice continuent de tirer à boulet rouge sur l’UEM. Ce n’est sans doute pas seulement l’attachement à la livre qui explique l’attitude mais aussi la peur d’un déclin de la place financière de Londres.

55Plus perversement, les eurosceptiques britanniques agitent, à côté des risques économiques, le spectre de conflits politiques, de nouvelles guerres et d’une domination allemande. Bernard Connolly, qui n’est pas à un excès près, va jusqu’à évoquer l’éventualité d’un conflit entre la France et l’Allemagne.

  • 339 L’Unitá, 4 février 1996.

56Doutes et critiques ne cessent d’accompagner la construction de l’Europe monétaire. Périodiquement, des crises de pessimisme, occasionnées par les secousses qui mettent à mal le SME et les empoignades homériques qui déchirent Conseils européens et Conseils des ministres, secouent la Communauté. Il faut sans doute y voir les inquiétudes légitimes que causent l’importance et la complexité de l’enjeu. Ainsi le journal italien l’Unitá titre-t-il en février 1996 : « L’Europe malade de scepticisme ».339 Cela n’est pas excessif. La lutte est mémorable. L’incertitude se présente sous les aspects les plus variés depuis le nombre de pays appelés à entrer dans la zone euro jusqu’au respect du calendrier. Les anges de mauvais augure sont nombreux. Les marchés, qui jouent sur les fluctuations, ne portent pas l’UEM dans leur cœur. Souvent très critiques vis-à-vis de l’euro, les médias allemands, britanniques, Scandinaves et américains contribuent à dramatiser l’ambiance. Et certaines administrations tentent plutôt de miner le terrain. C’est bien assez pour créer une atmosphère un peu trouble autour de l’entreprise. Malgré la claire détermination des Communautaires, sceptiques et adversaires distillent jusqu’à la dernière minute leurs réflexions vénéneuses sur l’introduction de la nouvelle monnaie.

  • 340 Commission européenne, Union économique et monétaire, Luxembourg, 1996, p. 15

57L’argument de l’écu/euro fort est servi urbi et orbi pour justifier la pertinence de la démarche communautaire. Dans une brochure officielle de la Commission destinée à informer le grand public figure la formule incantatoire suivante : « La monnaie unique sera l’une des plus fortes monnaies du monde ».340

58De toute façon, les dévaluations de la livre sterling, de la lire, de la couronne suédoise, de la peseta, qui ont secoué le SME depuis 1992, ont eu des conséquences limitées sur le marché unique. Les commerces de l’Allemagne, de la France, du Danemark, des pays du Benelux n’ont pas eu à souffrir, en termes globaux, du surcroît de concurrence à l’exception de quelques secteurs particuliers.

59Les marchés financiers finissent par reconnaître la nouvelle donne. Depuis 1995, le franc échappe aux tourmentes. Les quelques soubresauts qui entraînent les nouvelles dévaluations de la peseta et de l’escudo en mars 1995 ne touchent pas le noyau dur. C’est plutôt la crainte d’une monnaie unique surévaluée qui commence à tourmenter l’opinion. L’écu/euro fort en lieu et place du mark/franc forts pour ainsi dire.

60La cause de l’UEM est d’une certaine façon favorisée par le mauvais fonctionnement du système monétaire international. L’instauration d’un rempart face aux vicissitudes du dollar, en partie dues à l’endettement des Etats-Unis, à l’insuffisance de l’épargne et à la poursuite des déficits courants, paraît nécessaire. La révision du système monétaire est restée dans les limbes. Dominée par les Américains, la commission de Bretton Woods, qui a examiné en 1994 la réforme du SMI, n’a abouti à rien – ou presque. Trop de réserves et de résistances barrent la route, en particulier à Washington, à la réinvention d’un ordre mondial.

  • 341 Association pour l’Union monétaire de l’Europe, Preparing the transition to the single currency, Pa (...)

61Les milieux économiques poussent plutôt à la roue. L’Association pour l’Union monétaire de l’Europe et l’Association bancaire pour l’écu poursuivent leur campagne en faveur de l’union monétaire. Coup sur coup sortent en 1994 des brochures d’information.341

  • 342 Le « Pacte de stabilité » proposé par le ministre allemand des finances Theo Waigel, in Europe Docu (...)
  • 343 Le Monde, 12 novembre 1995, pp. 1-3.

62Ouvertes par le rapprochement des politiques économiques et monétaires au sein de l’Union, les perspectives sont plutôt bonnes. Mais elles restent soumises aux aléas que représentent les performances encore insuffisantes d’un certain nombre d’Etats membres. Comment faire alors pour rassurer les pays les plus réservés ? Devant le scepticisme qui règne en Allemagne, Theo Waigel, le ministre des finances, demande en septembre 1995 des « engagements supplémentaires » en vue de renforcer les critères prévus par le traité de Maastricht. En novembre 1995, l’Allemagne transmet aux ministres des finances des Quinze un mémorandum, où elle propose la conclusion d’un pacte de stabilité entre les pays qui entreront dans la troisième phase en vue d’assurer « une politique durable de stabilité budgétaire » après l’introduction de la monnaie unique.342 L’Allemagne suggère de ne pas dépasser dans les périodes ordinaires un déficit d’un pour-cent du PIB, de diminuer ou de maintenir durablement l’endettement en dessous de la barre des 60 % du PIB et propose en conséquence la mise en place d’un conseil de stabilité appelé à contrôler le respect des engagements.343

  • 344 Bulletin quotidien Europe, 13/14 novembre 1995.

63Les réactions sont mélangées. Du côté de la Commission, Jacques Santer et Yves-Thibaut de Silguy déclarent : « La Commission a accueilli avec intérêt la proposition de Pacte de stabilité faite par M. Waigel. Elle partage ses préoccupations quant à la nécessité de maintenir une convergence forte et durable au sein de l’union monétaire. La Commission a pris note que M. Waigel ne souhaite aucune modification du Traité de Maastricht ni aucune condition supplémentaire pour l’entrée dans l’Union économique et monétaire. »344 Dans la presse, quelques commentateurs prêtent au ministre allemand l’intention d’introduire de nouvelles conditions d’entrée dans la phase finale.

  • 345 La Repubblica, 12 avril 1995.
  • 346 L’Unitá, 1er octobre 1995.
  • 347 L’Espresso, 19 mars 1998.

64De toute façon, beaucoup d’Etats se sentent pris à contre-pied. La peur d’être recalé domine les esprits. Les critères de Maastricht obsèdent l’Europe. Tableau très éloquent que celui que publie le journal italien La Repubblica en avril 1995. Le titre tout d’abord : « Promus et rejetés à l’examen de Maastricht ». Toute la structure du tableau ensuite, qui fait apparaître très clairement le classement des bons et mauvais élèves. Ainsi quatre étoiles pour la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Luxembourg et aucune pour la Grèce, l’Espagne et le Portugal.345 L’Unitá titre en octobre 1995 : « Sur l’Italie, le cauchemar de la Série B ».346 Les Italiens tentent même de constituer un front méditerranéen pour contrer l’Allemagne. En septembre 1996, le président du Conseil Romano Prodi essaie sans succès de rallier à son jeu le premier ministre espagnol José Maria Aznar lors d’une rencontre à Valence. De toute façon, les Allemands se montrent intraitables. C’est aux conditions assez draconiennes posées par Bonn et Paris que la lire réintègre le SME en novembre 1996. Il ne fait pas de doute que la confiance envers l’Italie est loin de régner dans les sphères européennes. En Allemagne, les réserves sont exprimées à demi-mot. Il en va de même aux Pays-Bas par la voix du ministre des finances Gerrit Zalm. Le futur président de la Banque centrale européenne Wim Duisenberg, a, d’après l’hebdomadaire L’Espresso, une « réputation solide et démontrée d’anti-italien ».347

65Alors 1999 ou non ? La recherche de la stratégie optimale ne va pas sans difficultés. L’entreprise est en partie psychologique. C’est l’adhésion du plus grand nombre qui fera le succès de la future monnaie européenne. Il importe donc d’introduire une monnaie qui rassure et convainque – faute de provoquer le moment venu turbulences, spéculations et fuite des capitaux. Aux défenseurs de l’union économique et monétaire de démontrer contre la cohorte de ses détracteurs les mérites de la future monnaie européenne dans les délais impartis.

  • 348 Bulletin de l’Union européenne, 12-1995, pp. 11-12.
  • 349 El Pais, 16 décembre 1995.
  • 350 Bulletin quotidien Europe, 18/19 décembre 1995.

66En attendant, l’architecture de la troisième étape continue de prendre forme. Lors du Conseil européen de Madrid, en décembre 1995, la détermination de l’Union est confirmée par toute une série de décisions qui consolident la construction en cours, alors que la question d’un éventuel report n’est même pas évoquée. Fixation au 1er janvier 1999 du commencement de la troisième phase. Etablissement de la liste des pays élus au cours de l’année 1998. Confirmation du calendrier de Maastricht, en particulier de la double circulation des monnaies nationales et de la monnaie unique du 1er janvier au 1er juillet 2002 et de la substitution de la monnaie unique aux monnaies nationales à partir du 1er juillet 2002. Et désignation du nom de la future monnaie européenne.348 L’euro sort triomphant de la joute. Le journal madrilène El Pais titre : « L’euro, monnaie unique de l’UE, naît à Madrid ».349 Autre décision importante qui est prise par les Quinze, celle de ne pas limiter le respect des critères de Maastricht dans le temps et de soumettre les Etats membres à un contrôle constant. Voilà en quelque sorte une première réponse à l’invitation des Allemands. Cela n’est pas de trop pour répondre – selon le Bulletin quotidien Europe – au scepticisme, à la désinformation et à la « propagande sournoise qui attribue aux “critères de Maastricht” la responsabilité des mesures d’austérité ».350

  • 351 Der Spiegel, 41/1996.

67En août 1996, de nouvelles turbulences troublent le marché des changes. Attaques contre le franc. Baisse de la lire et de la peseta. Hausse des taux d’intérêt. Est-ce le prélude à une nouvelle crise ? Entre Européens, les controverses reprennent. A propos du laxisme des Banques centrales du Sud de l’Europe. A propos de l’immobilisme de la Bundesbank. A propos de la manipulation des politiques budgétaires. L’hebdomadaire Der Spiegel observe : « Avec des artifices douteux, les ministres des finances de l’Europe essaient de manipuler le nouvel endettement de leur pays. »351

  • 352 Note interne de la Commission, Bruxelles, 19 septembre 1996.

68Cela n’est pas totalement faux. Ni totalement juste. Un peu partout, des efforts sont entrepris en vue de ramener les dépassements à des proportions acceptables. La Commission observe : « Il y aura sans doute un nombre significatif d’Etats membres qui respecteront les conditions nécessaires pour participer à l’euro dès le 1er janvier 1999. »352 Un « large consensus » existe sur les objectifs du pacte, comme l’illustrent les réunions des ministres de l’économie et des finances. Et le soutien de la Commission au processus de convergence est continuellement concrétisé par des propositions de mesures qui répondent aux pressantes demandes des gouvernements. En outre, les rapports annuels sur la convergence dans l’Union européenne qu’élabore la Commission conformément à l’article 109 J du traité de Maastricht servent à faire le point sur la conduite des politiques menées par les Etats membres et à établir des recommandations à l’attention du Conseil.

  • 353 Conclusions du Conseil informel ECOFIN à Dublin le 21 septembre 1996.
  • 354 Neue Zürcher Zeitung, 15 novembre 1996.
  • 355 Bulletin de l’Union européenne, 12-1996, p. 10.
  • 356 Discours de M. Jacques Santer, président de la Commission européenne. Bilan de la présidence irland (...)

69En septembre 1996, le Conseil déclare : « Les ministres ont considéré à l’unanimité le Pacte de stabilité comme absolument nécessaire pour assurer la crédibilité de l’euro. »353 Le président Tietmeyer déclare à la Neue Zürcher Zeitung en novembre 1996 : « Nous sommes pour une union monétaire dure et contre une union monétaire douce. »354 Après d’âpres polémiques, qui mettent à jour les malentendus et les incompréhensions entre Européens, le Conseil européen, réuni à Dublin en décembre 1996, parvient à un accord sur le pacte de stabilité et de croissance qui enterre le contentieux.355 Il s’agit du fruit d’un compromis entre les thèses plutôt rigides de Bonn et les positions plus flexibles de Paris. Un nouveau président de l’Institut monétaire européen est nommé en la personne du Néerlandais Wim Duisenberg. En janvier 1997, devant le Parlement européen, le président de la Commission Jacques Santer déclare : « J’ai toujours dit que la monnaie unique se ferait. Et qu’elle se ferait dans les délais prévus. Le Conseil de Dublin a encore aplani la route qui nous y conduit. C’est un message très positif. »356

70De plus en plus, l’unification monétaire est considérée comme acquise. La longue marche vers un ordre monétaire européen bien serré autour de l’euro est en voie d’aboutissement. Ce n’est pas seulement l’Europe qui est concernée. L’euro concurrencera le dollar et le yen sur le marché international. C’est un défi mondial que les Européens se lancent à eux-mêmes.

71Au printemps 1997, la campagne électorale en France tourne en partie autour de l’euro. Le débat souvent n’a plus rien à faire avec la réalité. Ce sont des images toutes faites qui remplacent les réalités. Le franc contre la monnaie unique. La France contre l’Europe. Le protectionnisme contre le libre-échange – ou la mondialisation. C’est la faute aux critères de Maastricht si la France va mal. Partout les critères de Maastricht sont érigés en père fouettard.

  • 357 Conférence de presse de M. de Silguy. Présentation des prévisions d’automne 1997, Bruxelles, 23 oct (...)

72En juin 1997, le pacte de stabilité et de croissance est définitivement adopté par les chefs d’Etat ou de gouvernement réunis à Amsterdam. En octobre, le commissaire européen de Silguy déclare : « Les efforts de convergence économique commencent à porter leurs fruits. »357 Assainissement des finances publiques, maîtrise de l’inflation, diminution de la dette sont en bonne voie. Les prévisions sont plutôt prometteuses.

73Mais malgré les efforts consentis, l’hypothèse d’une Europe à deux vitesses n’est pas écartée. L’idée du noyau dur, lancée par la CDU en septembre 1994, continue d’alimenter les réflexions. Faute de cohésion suffisante entre les Etats concernés, l’existence même de l’UEM semble menacée.

  • 358 CEPR Bulletin, automne 1996, p. 3.
  • 359 Conférence de presse conjointe du président Santer et de M. de Silguy - verbatim, Note aux bureaux (...)

74Et puis se pose la question des distorsions entre les pays de la zone euro et les autres. Le CEPR Bulletin commente en automne 1996 : « La relation entre les “Ins” et “Outs” est d’une évidente importance pour la conduite de l’union monétaire et pour la conduite de la politique économique en Europe. ».358 Rien n’est encore très sûr en la matière. Forgé par le Conseil des ministres en avril 1996, le dispositif destiné, à partir de 1999, à stabiliser les taux de change entre les monnaies faisant partie de la zone euro et les autres n’exclut pas tout écart malencontreux. « Tout le monde sera le bienvenu à condition de remplir les critères » déclare le président Santer en octobre 1996.359

75D’autres questions restent pendantes. Celle de la politique fiscale, qu’aborde la Commission dans une communication en octobre 1997. L’enjeu est clair : il s’agit d’enrayer la concurrence dommageable. Le point a déjà été abordé dans le passé. Il comporte une interrogation plus fondamentale : comment réaliser la stabilité monétaire sans harmoniser les politiques fiscales ?

  • 360 Luca Paolazzi, Euro. La nuova moneta europea, Milan, 1997, p. 31.
  • 361 Neue Zürcher Zeitung, 25/26 janvier 1997.
  • 362 9 février 1998.
  • 363 Michael Stürmer, “Der Euro und seine momentanen Gefahren”, in Neue Zürcher Zeitung, 20 février 1998
  • 364 Cité par Ulrich Wickert, Comment peut-on être allemand, Paris, Seuil, 2000, p. 271.

76Le mieux n’est-il pas encore de reporter l’exercice à plus tard ? C’est du moins ce que demandent avec insistance beaucoup d’adversaires de l’UEM – à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne. Combien de déclarations, d’articles qui vont dans ce sens presque jusqu’à la dernière minute ! L’Italien Luca Paolazzi, du journal Il Sole 24 Ore, observe : « L’hypothèse du renvoi continue à exercer une certaine attraction et a gagné en approbations en Allemagne. ».360 Qu’on en juge. En faveur du report, le social-démocrate Gerhard Schröder, le chrétien-démocrate Kurt Biedenkopf et le chrétien-social bavarois Edmund Stoiber. Le professeur Manfred Neumann pose la question en janvier 1997 : « Est-ce que l’Union monétaire doit être imposée à tout prix ? »361 Le ban et l’arrière-ban des eurosceptiques continuent de dénoncer la malfaisance de l’entreprise. Les académiques, entre autres les professeurs Wim Kosters, de Bochum, Manfred J. M. Neumann, de Bonn, Renate Ohr, de Hohenheim, et Roland Vaubel, de Mannheim, font encore un show médiatique fort en publiant à leurs frais dans le Financial Times et la Frankfurter Allgemeine Zeitung en février 1998 une lettre, où ils critiquent sévèrement l’entreprise d’union : moment mal trouvé en raison de la situation de l’économie, réduction des déficits budgétaires insuffisante, pacte de stabilité inapte à garantir la discipline budgétaire et la stabilité des prix, risque d’un euro faible. Donc, en toute logique, ils demandent le « report ordonné » de l’euro.362 Evoquant en février 1998 « l’euro et ses dangers momentanés », le professeur Michael Stürmer déclare : « Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir si l’euro vient mais s’il tient. »363 Et d’énumérer toutes les incertitudes qui entourent son développement. Même Wolfgang Schäuble, le lieutenant du chancelier Kohl, fait part de son scepticisme. Décidément, la « monnaie Camembert », comme on appelle l’euro dans les couloirs de Bonn, n’a pas bonne presse. Ce cher symbole qu’est le mark attache encore les âmes. Une grande partie de l’opinion, qui ne jure que par lui, ne veut pas de la monnaie unique. C’est le philosophe Jürgen Habermas qui a inventé les termes de « nationalisme deutschemarkien » pour désigner le rayonnement de la monnaie allemande auprès des Allemands.364

  • 365 Emmanuel Todd, L’illusion économique. Essai sur la stagnation des sociétés développées, Paris, Gall (...)
  • 366 Jean-Jacques Rosa, L’erreur européenne, Paris, Grasset, 1998, p. 289.

77En France, la levée d’oppositions ne comporte ni les mêmes forces ni la même insistance durable. Mais elle compte ses courants et ses ténors. Antimaastrichtiens de longue date, « souverainistes » – comme les appellent depuis peu les médias – protectionnistes. C’est dans le cadre de certains cercles intellectuels que la mobilisation trouve des tons plus idéologiques. Le tir contre l’Europe de Bruxelles n’est jamais assez critique. Le procès d’intention puise dans l’habituel stock de clichés qui inspirent les commentaires sur l’Europe communautaire. Centralisme. Technocratie. Toute-puissance de la BCE. Absence de contrôle démocratique. Construction d’une Europe à deux vitesses constituée par les pays qui répondent aux conditions du traité et les « pays à dérogation. » Sacrifice de l’intérêt national. Ainsi des attaques au vitriol lancées contre l’UEM par l’économiste Gérard Lafay, par l’écrivain Régis Debray ou par le démographe Emmanuel Todd : « Le traité de Maastricht veut abolir des peuples et des nations par une fusion monétaire. »365 C’est clair comme de l’eau de roche. Dans L’erreur européenne, le professeur Jean-Jacques Rosa voit dans la création de la monnaie unique, l’euro, « la plus grave erreur économique commise par les gouvernements européens depuis les politiques déflationnistes qui ont transformé la crise boursière de 1929 en une décennie de dépression mondiale, tout au long des années 1930. »366 D’une certaine manière, choisir la monnaie unique et le très grand Etat, dont elle est l’antichambre, revient à renoncer à la prospérité. Et tous les sceptiques de balayer d’un revers de la main les arguments en faveur de l’euro.

  • 367 David Marsh, in W. T. Eijsbouts (sld. de), Bastard or Monster. Money, Territory and the Constitutio (...)
  • 368 Timothy Garton Ash, “Europe’s Endangered Liberal Order, in Foreign Affairs, mars-avril 1998, pp. 5 (...)

78En Angleterre, les mêmes réserves aboutissent aux mêmes propositions. Arrêt du processus. Ou, du moins, selon David Marsh, de la Flemings Bank, report constructif.367 Au printemps 1998, Timothy Carton Ash lance une dernière philippique contre l’union monétaire, où il fait flèche de tout bois pour dénoncer l’entreprise.368 C’est presque caricatural.

  • 369 International Herald Tribune, 10 avril 1997. Article signé par Thomas L. Friedman. Voir aussi Bryan (...)
  • 370 The Wallstreet Journal, 13 janvier 1998.
  • 371 Bulletin quotidien Europe, 4 septembre 1997.

79La salve est continue aux Etats-Unis. Les économistes libéraux américains Robert Solow, Milton Friedman, Lawrence Klein, Paul Samuelson, Paul Krugman, Martin Feldstein, Merton Miller considèrent que l’Europe paie cher – trop cher ? – la réalisation de la monnaie unique. Le Wall Street Journal, l’International Herald Tribune, Foreign Affairs répandent la même acidité. A la moindre alerte, le concert recommence. Il est assez tonitruant. « L’union monétaire européenne arrive, mais marchera-t-elle ? » titre l’International Herald Tribune en avril 1997.369 Même l’histoire est utilisée contre l’entreprise. Le Wall Street Journal titre en janvier 1998 : « Les unions monétaires passées suscitent des doutes sur l’UEM ».370 Les critiques et réserves masquent sans doute des inquiétudes. Et parmi ces inquiétudes, celle d’une redistribution des investissements futurs au bénéfice de l’Euroland et celle d’une moindre attraction du dollar. C’est ce son de cloche que quelques sénateurs et représentants américains font entendre haut et fort. L’éditeur de l’agence Europe Ferdinando Riccardi commente : « Jusqu’à la dernière minute, les adversaires de l’euro continueront à saisir toutes les occasions possibles pour semer le doute et la confusion. »371

80L’esprit de croisade inspire les eurosceptiques. Rien n’est bon dans l’Europe de Maastricht. A commencer par l’UEM. Et donc tout est à jeter. Le fait est que les critiques sont facilitées par l’écart entre les performances économiques et monétaires des Onze et les normes de Maastricht et par la perte de vitesse de l’Europe face aux Etats- Unis. En décembre 1997, seuls la Finlande, le Luxembourg et le Portugal remplissent tous les critères. L’impression prévaut que rares seront les Etats aptes à entrer dans la troisième phase.

  • 372 Le Monde, 24 février 1998.
  • 373 Voir Keith Richardson, Big Business and the European Agenda, Sussex European Institute, SEI Working (...)

81L’euro compte aussi ses partisans. Le professeur Jacques Généreux observe à l’encontre des thèses des détracteurs de la monnaie unique : « Elle va recréer une marge de manœuvre considérable pour les politiques budgétaires et sociales. »372 Les milieux industriels sont, dans l’ensemble, acquis à l’union monétaire, dans laquelle ils voient « un développement essentiel du marché unique »373. En novembre 1995, la European Round Table of Industrialists demande aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne « un ferme engagement à lancer l’Union monétaire le 1er janvier 1999 sans aucun affaiblissement des critères de Maastricht. »

  • 374 Yves-Thibault de Silguy, « Allocution d’introduction aux travaux », table ronde sur les aspects pra (...)

82De toute façon, le train est lancé. L’union économique et monétaire va de l’avant. Rien ne doit interrompre le processus en cours d’exécution. Et rien ne l’interrompt. Chaque nouvelle étape prend valeur de test. Yves-Thibault de Silguy déclare en mai 1997 : « La marche arrière n’est plus possible : elle serait beaucoup trop coûteuse et périlleuse. Il n’est donc plus temps de s’interroger sur la création de l’euro, ses conditions et son calendrier. »374

  • 375 Les Echos, 24 novembre 1997.

83Les progrès intervenus dans le processus de convergence depuis le début de la deuxième phase consolident l’entreprise. Des efforts, souvent lourds de sacrifices, ont été accomplis depuis 1992 pour répondre aux critères de Maastricht. Même l’Italie, longtemps incertaine en raison de sa dette et de son déficit publics, finit par réduire ses carences et « rompre avec les vieux démons ».375

84Tous les chiffres ne sont certes pas sûrs. Quelques résultats sont un peu forcés. Mais un minimum d’accommodement est admis. L’important réside non pas dans le respect absolu de tous les critères mais dans la commune orientation des politiques.

  • 376 Bulletin quotidien Europe, 25/26 novembre 1996.
  • 377 Commission européenne, Rapport général sur l’activité de l’Union européenne 1997, Bruxelles, Luxemb (...)

85Les rapports de la Commission sur les progrès réalisés en matière de convergence économique et monétaire en rendent clairement compte. Maintien de l’inflation à un niveau historiquement bas. Réduction progressive des déficits publics. Diminution du niveau moyen de la dette publique. Amélioration de la situation économique. Et retour à la stabilité des changes que confirme la rentrée, en novembre 1996, de la lire dans le SME.376 Le Rapport général sur l’activité de l’Union européenne de 1997 relève : « Dans un contexte caractérisé par le renforcement de la convergence nominale, par des taux d’intérêt et d’inflation exceptionnellement faibles et par la stabilité des taux de change, une amélioration générale de la situation des finances publiques a été observée, permettant d’envisager le passage à l’euro d’une majorité d’Etats membres dès 1999. »377 Ce qui importe, c’est que l’euro soit une monnaie crédible dès son lancement.

  • 378 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission. Aspects pratiques de l’intr (...)
  • 379 Yves-Thibault de Silguy, « Intervention à l’invitation de l’Instituto Superior de Economia », Lisbo (...)

86Les préparatifs de la troisième phase sont menés tambour battant.378 De tout côté sont lancées des initiatives. Le pacte de stabilité et de croissance, le nouveau SME, le statut juridique de l’euro sont sous toit en 1997. Les administrations nationales ne sont pas en reste. En février 1998, onze d’entre elles ont établi des plans nationaux ou des projets de loi de basculement. A l’initiative de la Commission, des recommandations sont adressées par le Conseil aux Etats membres qui n’ont pas encore mis fin à des situations de déficits publics excessifs. L’irréversibilité du « grand boum » est inscrite dans les faits. Le commissaire européen Yves-Thibault de Silguy relève à Lisbonne en janvier 1997 : « Il y a deux ans, rares étaient ceux qui croyaient à la possibilité de créer l’union économique et monétaire. Je me souviens de réunions, au début de l’année 1995, où mes interlocuteurs affichaient un sourire poli, voire amusé, quand je leur expliquais que l’euro verrait le jour le 1er janvier 1999, conformément au calendrier prévu par le traité de Maastricht. Et pourtant, les sceptiques et les europessimistes se sont une nouvelle fois trompés. »379 En dépit des difficultés, les progrès dans la convergence attestent les changements de conduite qui caractérisent la politique des Etats membres. C’est presque un saut qualitatif. L’euro arrive. La troisième étape est sur les rails. A l’automne 1997 démarrent un peu partout les campagnes d’information sur l’euro.

87Malgré les dernières incertitudes, c’est le nombre, somme toute important, de onze pays adhérents à l’euro qui paraît de plus en plus probable. En mars 1998, presque toutes les monnaies européennes sont proches de leurs cours pivots à l’exception de la livre irlandaise, qui est au-dessus. Quelques mesures d’assainissement monétaire éclaircissent la route. En vue d’assurer la stabilité des prix, le taux central de la livre irlandaise est réévalué de 3 %. La drachme grecque, qui est dévaluée de 13,8 %, est même en mesure de rejoindre le SME. La crise asiatique touche à peine les marchés financiers européens.

  • 380 Le Monde, 27 mars 1998.

88Les critères de Maastricht nécessitent des disciplines plutôt sévères. Dans l’ensemble, ils sont respectés par les Onze. A l’exception de la Grèce, le taux d’inflation est inférieur à 2 % dans tous les pays de l’Union. Les déficits budgétaires répondent de la même manière à l’objectif de 3 % du PIB. Quant aux taux d’intérêts à long terme, ils se situent en dessous du niveau maximum de 7,6 %. Qui plus est, presque tous les pays affichent une courbe descendante de l’endettement public. C’est bien une culture de la stabilité, pour citer le ministre allemand des finances Theo Waigel, qui se met en place.380

  • 381 Europe, 3 septembre 1997.
  • 382 Bulletin quotidien Europe, 4 septembre 1997.

89Il n’est pas question de retarder l’introduction de l’euro. En la matière, les Onze évitent toute fausse note – à une seule exception près, celle du ministre italien des affaires étrangères Lamberto Dini qui, en septembre 1997, évoque la possibilité de reporter d’une année l’entrée en vigueur de l’euro.381 L’affaire fait du bruit. De la part d’un ministre en fonction, la déclaration est un peu malvenue. Interrogé par la presse, le premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker observe : « Je ne comprends pas ce genre de déclarations spéculatives. Tous les jours, il y a une idée nouvelle sur l’euro ; je trouve que c’est déjà assez difficile de respecter ce qui a été décidé. »382

90Les batailles de dernière minute ne mènent à rien. L’appel de cent-cinquante-cinq économistes allemands qui paraît en février 1998 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitunget dans le Financial Timesreste sans effet. Le chancelier Kohl, les ministres Kinkel et Waigel, et Oskar Lafontaine, président de la SPD, excluent tout report.

91Le tournant n’a pas lieu sans émotion. L’abandon des monnaies nationales touche des cordes sensibles. Les peuples sont attachés à leurs monnaies. C’est un moment fort au Bundestag, à Bonn, que celui où les députés presque à l’unanimité, à l’exception d’une trentaine d’élus du PDS, votent en avril 1998 le passage à l’euro au 1er janvier 1999. Le chancelier Kohl déclare qu’il s’agit de l’une des décisions historiques les plus importantes du siècle.

  • 383 Le Monde, 3 février 1998.

92L’euroïsation de l’Europe suppose une avancée rapide vers l’Europe politique – pour renforcer la crédibilité et la légitimité de l’entreprise, assurer la cohésion de l’ensemble. Encore dans l’opposition en Allemagne pour quelques mois, Gerhard Schröder déclare au Monde en février 1998 : « Le lancement d’une Union monétaire nous contraint à faire le plus vite possible des progrès vers l’Union politique. » Et d’ajouter : « Sinon les difficultés seront trop grandes. »383 L’idée est claire. Mais la voie pour y parvenir plus obscure. Comment construire l’unité politique sans mettre en cause les souverainetés nationales ? Les Européens ne sont pas loin de la quadrature du cercle.

  • 384 Commission européenne, Rapport sur l’état de la convergence et recommandation associée en vue du pa (...)
  • 385 “Opinion of the Central Bank Council concerning convergence in the European Union in view of Stage (...)

93Le moment est venu d’adopter les dernières mesures avant de couper le fil. Le 25 mars 1998 tombe les recommandations de Bruxelles. La Commission estime que « la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Autriche, le Portugal et la Finlande remplissent les conditions nécessaires pour l’adoption d’une monnaie unique ».384 Il ne fait pas de doute que le respect des critères de convergence a été tempéré par des considérations politiques. Sinon l’Italie aurait-elle été retenue ? Le Danemark et le Royaume-Uni font état de leur droit de ne pas participer à l’UEM ; la Suède, qui n’a pas encore assuré à sa banque centrale l’indépendance requise, reste en dehors. Quant à la Grèce, elle ne remplit pas – et de loin – les critères de Maastricht. Le même 25 mars, l’Institut monétaire européen rend public son rapport sur l’état de la convergence en 1998. Tout en émettant des réserves – assez élimées – sur les finances de certains Etats membres, en particulier de la Belgique et de l’Italie, il approuve l’introduction de l’euro au 1er janvier 1999. Le 27 mars, c’est au tour de la Bundesbank de faire connaître sa position sur le lancement de la monnaie unique. Très critique, elle met en cause plus particulièrement l’Italie et la Belgique, qui sont loin de respecter leurs engagements.385

  • 386 Le Monde, 29 mars 1998.

94Mais qu’y faire ? Les combats d’arrière-garde de la Bundesbank ne mènent nulle part. Son patron, Hans Tietmeyer, le sait trop bien : « La sélection des participants (à la monnaie unique) reste en fin de compte une décision politique » déclare-t-il devant la presse.386

  • 387 The Economist, 11 avril 1998.

95La « terriblement grande aventure » – pour citer The Economist – ne souffre pas de retard.387 La lourde machine avance l’horaire. En avril, les ministres des finances des Quinze sont convenus de mettre en vigueur le pacte de stabilité et de croissance dès 1998 déjà – et non plus en 1999 comme prévu initialement.

  • 388 Pres/98/124, 1998-05-05, 2 088th Council meeting-Council of the European Union, meeting in the comp (...)
  • 389 Voir Europe 3 et 7 mai 1998.

96Le 3 mai 1998, le Conseil, réuni au niveau des chefs d’Etat ou de gouvernement – c’est une première – confirme à l’unanimité la liste des Onze établie en mars par la Commission. Ce qui retient le plus son attention, c’est la nomination du président de la future BCE. L’affaire empoisonne la réunion. Disons qu’elle n’honore pas le président Chirac qui concentre toutes ses forces pour imposer son candidat, le gouverneur de la Banque de France Jean-Claude Trichet. Au bout de longues heures de tractations difficiles, sinon ridicules, les Communautaires parviennent, selon l’usage, à un compromis qui sauve la situation – et l’honneur des uns et des autres. La solution retenue illustre l’imbroglio des attitudes. Le Néerlandais Wim Duisenberg est nommé pour huit ans.388 Mais, dans une déclaration personnelle qu’il lit devant le Conseil européen, il annonce qu’en raison de son âge, il n’a pas l’intention de couvrir tout son mandat. Un accord entre les Quinze désigne alors un Français pour assurer une période de huit ans. Et le président Chirac de mentionner Jean-Claude Trichet, gouverneur de la Banque de France, comme successeur du Néerlandais.389 Vive l’intérêt particulier dans la construction de l’Europe !

  • 390 Réunion des ministres de l’économie et des finances, des gouverneurs des Banques centrales, de la C (...)
  • 391 Profil, 11 mai 1998.

97En même temps, le Conseil des ministres des finances arrête les taux de conversions des devises nationales en euro, qui correspondent aux cours pivots bilatéraux en vigueur au sein du mécanisme de change européen (MCE). Le communiqué qui clôt la réunion observe : « Ces cours sont conformes aux données économiques fondamentales et sont compatibles avec une convergence durable entre les Etats membres qui participeront à la zone euro. »390 La travailliste britannique Pauline Green, députée au Parlement européen, commente : « Si l’euro vient, alors naît réellement l’Europe. »391

98Dans l’ensemble, les marchés financiers tiennent les taux déterminés et les déclarations des ministres des finances et des autorités monétaires européennes pour crédibles et confirment à leur manière l’Euroland comme « île de stabilité ».

  • 392 Le Monde, 5 mai 1998.

99Les réactions de clocher ne sont pas absentes. Le ministre français des affaires étrangères Hubert Védrine déclare au Monde : « La monnaie unique est une idée française dont les racines se trouvent dans les réflexions de Pierre Mendès France et de de Gaulle sur le système international. Plus tard, on peut parler d’une impulsion française constante. »392 Que cela ne corresponde pas exactement à la réalité importe peu. Ce qui compte, c’est l’effet d’attribution. Et le ministre Védrine ne manque pas de revendiquer la paternité du nouveau-né.

  • 393 DN : speech/98/145 : M. Jacques Santer, président de la Commission européenne, cérémonie d’inaugura (...)

100La Banque centrale européenne et le Système européen de banques centrales voient le jour le 1er juin 1998. Lors de l’inauguration des institutions, le 3 juin, le président Santer pose une question essentielle : « Il faut enfin prouver qu’une Banque centrale européenne à caractère fédéral peut fonctionner en l’absence d’un gouvernement fédéral. »393 C’est, d’une certaine façon, une première dans l’histoire qu’intronise l’Union européenne.

  • 394 Le Temps, 5 décembre 1998.

101Le cadre législatif continue d’être complété par tout un train de mesures qui sont prises au cours de l’été et de l’automne. Les rumeurs de report, qui reprennent, ne font plus recettes. Les attaques spéculatives disparaissent. Fondée sur la stabilité des prix, la marche irréversible vers l’euro rassure les milieux financiers. En Allemagne même, où l’attachement au mark revêt un caractère émotionnel, le climat évolue. En novembre, d’après un sondage IPSOS-AFP, 51 % des Allemands jugent de manière positive l’euro, contre 63 % des Français, 65 % des Espagnols et 71 % des Italiens.394

  • 395 Bulletin quotidien Europe, 31 octobre 1998.
  • 396 Neue Zürcher Zeitung, 21 décembre 1998.
  • 397 Infeuro. Lettre d’information de la Commission européenne, n° 10 (1998), p. 3.
  • 398 Commission des Communautés européennes, Programme de travail de la Commission pour 1999. Les priori (...)

102Des progrès restent encore à faire. Le cadre institutionnel laisse à désirer. Le contrôle politique est lacunaire. Lors d’une table ronde, le député européen José Barros Moura se demande en octobre 1998 comment rétablir « la primauté du politique dans une Union européenne qui a accompli de telles avancées dans le domaine monétaire. »395 Des incertitudes entourent aussi la valeur de l’euro. Fort ou faible ? La parité euro/dollar fait l’objet de toute sorte de pronostics. La question est posée à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne. Ainsi la Neue Zürcher Zeitung titre-t-elle en décembre 1998 : « Incertitude autour du caractère de l’euro. La monnaie commune sera-t-elle forte ou faible ? »396 L’accord sur la politique monétaire n’est pas total. Des voix demandent, en Allemagne et en Italie, un assouplissement du pacte de stabilité. A peine entré en fonction, le 28 octobre 1998, le ministre allemand des finances Oskar Lafontaine recommande des dépenses supplémentaires et la baisse des taux d’intérêts pour relancer l’activité économique. Et, à Rome, le nouveau premier ministre Massimo D’Alema récuse toute mise en œuvre « fondamentaliste » du pacte de stabilité. De son côté, Wim Duisenberg déclare : « La stabilité d’une monnaie découle de la confiance que lui témoigne la population. »397 Le discours de Bruxelles est clair. Le but, c’est une union économique et monétaire stable, fruit des efforts de convergence des Etats membres.398

  • 399 Bulletin quotidien Europe, 28/29 septembre 1998.

103Les crises financières qui frappent en 1998 l’Asie, la Russie, l’Amérique latine influencent la conjoncture dans tous les pays. Le commerce et les marchés financiers en subissent les effets. En Europe même, la diminution des exportations vers les marchés extérieurs ralentit un tant soit peu la croissance, alors que le marché monétaire conserve sa stabilité. Dans l’immédiat, c’est plutôt bon signe. En septembre 1998, lors d’une réunion informelle des onze ministres des finances, le commissaire de Silguy qualifie même l’euro de « pôle de stabilité ».399

  • 400 Süddeutsche Zeitung, 5 décembre 1998.

104Le 3 décembre 1998, les banques centrales européennes abaissent d’un commun accord leurs taux directeurs à 3 % – à la seule exception de l’Italie, où un taux de 3,5 % est retenu jusqu’à la fin décembre – en vue de consolider le passage à l’euro. Les Onze ont pris la mesure pour répondre à la décélération de la croissance. L’événement ne passe pas inaperçu. Les banques centrales de l’Euroland baissent d’un commun accord leur taux de référence. C’est une première. Et elle est révélatrice du climat de coopération. Qui plus est, les taux atteignent leur niveau le plus bas depuis 1970. En Espagne, ce taux est descendu à 3 %, alors qu’il dépassait les 9 % en novembre 1995. Wim Duisenberg, le président de la ВСЕ, décrit la mesure, qui facilite la transition en douceur vers l’euro, d’« unique et sensationnel ».400

  • 401 European Central Bank Bulletin, janvier 1999, p. 9.
  • 402 Journal officiel des Communautés européennes, L 359, 31 décembre 1998.

105Pour le reste, le calendrier est respecté à la lettre. Le 22 décembre 1998, l’annonce ses taux d’intérêt en vue d’asseoir sur des bases solides le démarrage de la troisième phase.401 Le 31 décembre, le Conseil arrête les taux de conversion fixes et irrévocables entre l’euro et les monnaies des Etats membres de la zone.402 Le dispositif de lancement est achevé. Un convertisseur est désormais disponible sur le site internet de la Commission.

  • 403 Mario Monti, “Come una guerra di liberazione, Corriere della Sera, 2 janvier 1999.
  • 404 Discours de M. Jacques Santer, président de la Commission européenne à l’occasion de l’introduction (...)
  • 405 Washington Post, 3 janvier 1999.

106Vient le 1er janvier 1999. La troisième phase de l’UEM démarre. C’est le couronnement de la construction économique européenne. L’euro, qui remplace l’écu, devient une monnaie à part entière. C’est désormais la ВСЕ qui met en œuvre et conduit la politique monétaire unique de l’Union. L’Europe est en train de changer de nature. La convergence est entrée dans les mœurs. Le commissaire européen Mario Monti compare l’événement à « une guerre de libération », « une guerre du peuple on pourrait presque dire ».403 Le président Jacques Santer déclare de son côté : « Si l’engagement n’a pas failli à travers toutes ces années, au cours desquelles nous avons été confrontés à des incertitudes, parfois même à des remises en cause, c’est que notre foi dans la qualité intrinsèque du projet ne s’est jamais démentie. »404 Dans le Washington Post, l’économiste américain Fred Bergsten observe : « Un réel rival engendrera une saine concurrence pour les Etats-Unis. »405 Le G7, en février, salue le lancement réussi de l’euro parmi les Onze. Un symbole d’union se met en place. « Touchez-moi : vous voyez que ce n’est pas un rêve » chante le poète Patrick de la Tour du Pin.

107L’Europe est-elle pour autant tout sourire ? L’euro ne suffit pas à faire le bonheur de tous. Il en faut beaucoup plus. Et c’est ce beaucoup plus qui interpelle aussi l’opinion. Trop d’enjeux divisent les Européens. Le financement de l’Union européenne. La réforme de la politique agricole commune et des fonds structurels. L’élargissement. La révision des traités. « L’euro triomphe, mais l’Europe dépérit, observe le député européen Jean-Louis Bourlanges dans Le Monde. Le découplage de l’économie et du politique est total. » Cela va sans dire : l’introduction de l’euro n’épuise pas l’avenir de l’Union.

Notes

288 Commission des Communautés européennes, De l’Acte unique à l’après Maastricht. Les moyens de nos ambitions, Bruxelles, le 11 février 1992, p. 10.

289 Le Monde, 29 décembre 1992.

290 Rapport annuel du Comité des gouverneurs des banques centrales des Etats membres de la Communauté européenne, 20 avril 1993, in Europe Documents, 21 avril 1993, p. 3.

291 Corriere della Sera, 30 juin 1993.

292 Le Monde, 2 février 1993.

293 Neue Zürcher Zeitung, 3-4 avril 1993.

294 Libération, 3 août 1993.

295 Le Figaro, 2 août 1993.

296 Corriere della Sera, 3 août 1993.

297 Bulletin des Communautés européennes, 7/8-1993, p. 22.

298 Financial Times, 10 août 1993.

299 Financial Times, 3 août 1993.

300 Karl Lamers, “Deutschlands aussenpolitische Verantwortung und seine Interessen”, document interne de la fraction CDU/CSU du Bundestag, 1993.

301 The Economist, 23 octobre 1993.

302 Voir Stanley Hoffmann, “Goodbye to a united Europe?, in New York Review of Books, 27 mai 1993.

303 Commission des Communautés européennes, Rapport. Progrès réalisés en matière de convergence économique et monétaire et progrès accomplis dans l’achèvement de la mise en œuvre de la législation communautaire relative au marché intérieur, Bruxelles, 8 décembre 1993, p. 61.

304 Der Spiegel, 32/1993.

305 Alan S. Milward, The European Rescue of the Nation-State, Londres, Routledge, 1994, p. 435.

306 La Reppublica, 4 août 1993.

307 Le Monde, 20 novembre 1994.

308 Bulletin des Communautés européennes, 10-1993, p. 8.

309 Les Echos, 14 février 1994.

310 Commission des Communautés européennes, Rapport. Progrès réalisés en matière de convergence économique et monétaire et progrès accomplis dans l’achèvement de la mise en œuvre de la législation communautaire relative au marché intérieur, Bruxelles, 8 décembre 1993, p. 1.

311 L’Unitá, 7 janvier 1994.

312 Emile Noël, « Perspectives de développement de l’Union européenne », exposé tenu à l’Académie de droit européen, à Florence, le 27 juin 1994.

313 Luxemburger Wort, 6 avril 1992.

314 Le Figaro, 6 août 1992.

315 Alan Sked, « Réflexions d’un eurosceptique anglais », in Le Figaro, 3 août 1993.

316 Fédération bancaire de l’Union européenne, Enquête sur l’instauration de la monnaie unique : première contribution sur les aspects pratiques, avril 1995, p. 5.

317 CDU/CSU Fraktion des deutschen Bundestages, Ueberlegungen zur europäischen Politik, 1er septembre 1994, p. 7.

318 Financial Times, 1er août 1994.

319 Nouvel Observateur, 26 septembre 1996.

320 Le Monde, 20 janvier 1995.

321 Le Monde, 1er février 1995.

322 Notices économiques UBS, mars 1995, p. 3.

323 OEPR Bulletin, été 1994, p. 15.

324 Voir ainsi “Tietmeyer split with Brussels on Emu, in Financial Times, 15 juin 1995.

325 Roland Vaubel, “The battle over the EMU, Economic Affairs 16, n° 3, p. 18.

326 Noel Malcolm, “The case against ‘Europe’, in Foreign Affairs, mars-avril 1995, p. 61.

327 Timothy Carton Ash, « Ne pas se tromper d’urgence », in Le Monde, 27 mai 1995.

328 Le Monde, 23 novembre 1996.

329 Neue Zürcher Zeitung, 29 novembre 1995 ; Europe, 27/28 novembre 1995.

330 Bulletin quotidien Europe, 6/7 mars 1995.

331 Ibid.

332 Commission des Communautés européennes, Livre vert sur les modalités de passage à la monnaie unique, Bruxelles, 31 mai 1995.

333 Bulletin quotidien Europe, 20 juin 1995.

334 Bulletin de l’Union européenne, 6-1995, p. 13.

335 Bulletin quotidien Europe, 28 juillet 1995.

336 Bernard Connolly, The Rotten Heart of Europe, Londres, 1995. Version française : La sale guerre de la monnaie européenne, Paris, 1996.

337 Neue Zürcher Zeitung, 13 septembre 1995.

338 Wallstreet Journal, 8 septembre 1995.

339 L’Unitá, 4 février 1996.

340 Commission européenne, Union économique et monétaire, Luxembourg, 1996, p. 15

341 Association pour l’Union monétaire de l’Europe, Preparing the transition to the single currency, Paris, mai 1994 ; Association bancaire pour l’écu, The Impact of the EMU on bank’s activities, Paris, juin 1994.

342 Le « Pacte de stabilité » proposé par le ministre allemand des finances Theo Waigel, in Europe Documents, 24 novembre 1995, p. 2.

343 Le Monde, 12 novembre 1995, pp. 1-3.

344 Bulletin quotidien Europe, 13/14 novembre 1995.

345 La Repubblica, 12 avril 1995.

346 L’Unitá, 1er octobre 1995.

347 L’Espresso, 19 mars 1998.

348 Bulletin de l’Union européenne, 12-1995, pp. 11-12.

349 El Pais, 16 décembre 1995.

350 Bulletin quotidien Europe, 18/19 décembre 1995.

351 Der Spiegel, 41/1996.

352 Note interne de la Commission, Bruxelles, 19 septembre 1996.

353 Conclusions du Conseil informel ECOFIN à Dublin le 21 septembre 1996.

354 Neue Zürcher Zeitung, 15 novembre 1996.

355 Bulletin de l’Union européenne, 12-1996, p. 10.

356 Discours de M. Jacques Santer, président de la Commission européenne. Bilan de la présidence irlandaise et du Conseil européen de Dublin, Parlement européen, Strasbourg, le 15 janvier 1997, p. 2.

357 Conférence de presse de M. de Silguy. Présentation des prévisions d’automne 1997, Bruxelles, 23 octobre 1997, p. 1.

358 CEPR Bulletin, automne 1996, p. 3.

359 Conférence de presse conjointe du président Santer et de M. de Silguy - verbatim, Note aux bureaux nationaux, Bruxelles, 16 octobre 1996.

360 Luca Paolazzi, Euro. La nuova moneta europea, Milan, 1997, p. 31.

361 Neue Zürcher Zeitung, 25/26 janvier 1997.

362 9 février 1998.

363 Michael Stürmer, “Der Euro und seine momentanen Gefahren”, in Neue Zürcher Zeitung, 20 février 1998.

364 Cité par Ulrich Wickert, Comment peut-on être allemand, Paris, Seuil, 2000, p. 271.

365 Emmanuel Todd, L’illusion économique. Essai sur la stagnation des sociétés développées, Paris, Gallimard, 1998, p. 210. Voir Gérard Lafay, L’euro contre l’Europe ? Guide du citoyen face à la monnaie unique, Paris, 1997.

366 Jean-Jacques Rosa, L’erreur européenne, Paris, Grasset, 1998, p. 289.

367 David Marsh, in W. T. Eijsbouts (sld. de), Bastard or Monster. Money, Territory and the Constitution of Europe, Amsterdam, G. K. van Hogendorp, Centre for European Constitutional Studies, 1998.

368 Timothy Garton Ash, “Europe’s Endangered Liberal Order, in Foreign Affairs, mars-avril 1998, pp. 51-65.

369 International Herald Tribune, 10 avril 1997. Article signé par Thomas L. Friedman. Voir aussi Bryan Beeham, “Why Kohl should accept postponement of monetary union, International Herald Tribune, 8 avril 1997.

370 The Wallstreet Journal, 13 janvier 1998.

371 Bulletin quotidien Europe, 4 septembre 1997.

372 Le Monde, 24 février 1998.

373 Voir Keith Richardson, Big Business and the European Agenda, Sussex European Institute, SEI Working Paper n° 35, septembre 2000, p. 10.

374 Yves-Thibault de Silguy, « Allocution d’introduction aux travaux », table ronde sur les aspects pratiques de l’introduction de l’euro, Bruxelles, 15 mai 1997.

375 Les Echos, 24 novembre 1997.

376 Bulletin quotidien Europe, 25/26 novembre 1996.

377 Commission européenne, Rapport général sur l’activité de l’Union européenne 1997, Bruxelles, Luxembourg, 1998, p. 38.

378 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission. Aspects pratiques de l’introduction de l’euro, Bruxelles, 1er octobre 1997.

379 Yves-Thibault de Silguy, « Intervention à l’invitation de l’Instituto Superior de Economia », Lisbonne, le 24 janvier 1997.

380 Le Monde, 27 mars 1998.

381 Europe, 3 septembre 1997.

382 Bulletin quotidien Europe, 4 septembre 1997.

383 Le Monde, 3 février 1998.

384 Commission européenne, Rapport sur l’état de la convergence et recommandation associée en vue du passage à la troisième phase de l’Union économique et monétaire, Bruxelles, 25 mars 1998, p. 34.

385 “Opinion of the Central Bank Council concerning convergence in the European Union in view of Stage Three of economic and monetary union, in Deutsche Bundesbank Monthly Report, avril 1998, p. 38.

386 Le Monde, 29 mars 1998.

387 The Economist, 11 avril 1998.

388 Pres/98/124, 1998-05-05, 2 088th Council meeting-Council of the European Union, meeting in the composition of Heads of State or Government-Brussels, 2/3 May 1998.

389 Voir Europe 3 et 7 mai 1998.

390 Réunion des ministres de l’économie et des finances, des gouverneurs des Banques centrales, de la Commission européenne et de l’Institut monétaire européen, communiqué commun, Bruxelles, 3 mai 1998.

391 Profil, 11 mai 1998.

392 Le Monde, 5 mai 1998.

393 DN : speech/98/145 : M. Jacques Santer, président de la Commission européenne, cérémonie d’inauguration du Système européen des banques centrales, Francfort, 30 juin 1998, p. 2.

394 Le Temps, 5 décembre 1998.

395 Bulletin quotidien Europe, 31 octobre 1998.

396 Neue Zürcher Zeitung, 21 décembre 1998.

397 Infeuro. Lettre d’information de la Commission européenne, n° 10 (1998), p. 3.

398 Commission des Communautés européennes, Programme de travail de la Commission pour 1999. Les priorités politiques, 28 novembre 1998, p. 1.

399 Bulletin quotidien Europe, 28/29 septembre 1998.

400 Süddeutsche Zeitung, 5 décembre 1998.

401 European Central Bank Bulletin, janvier 1999, p. 9.

402 Journal officiel des Communautés européennes, L 359, 31 décembre 1998.

403 Mario Monti, “Come una guerra di liberazione, Corriere della Sera, 2 janvier 1999.

404 Discours de M. Jacques Santer, président de la Commission européenne à l’occasion de l’introduction de l’euro, Bourse de Bruxelles, le 4 janvier 1999.

405 Washington Post, 3 janvier 1999.