Version classiqueVersion mobile

Histoire de l’Europe monétaire 1945-2005

 | 
Pierre Du Bois

IV. Bonjour tristesse (1969-1978)

Texte intégral

1Le 31 décembre 1969, c’est la fin de la période transitoire du Marché commun. Il reste à mettre en musique les résolutions de La Haye.

  • 139 Eric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974). Nouvelle édition, revue, augmentée, établie d’après les (...)

2Dans les faits, les Six ne sont pas unis sur la nature de l’union économique et monétaire. A Paris, il est hors de question de s’aventurer dans un projet trop intégrationniste. Coordination et concertation certes, mais sous la stricte supervision d’instances intergouvernementales. Le président Pompidou est là-dessus tout à fait clair.139

  • 140 Raymond Barre, « Perspectives de la construction européenne après La Haye », in Bulletin des Commun (...)

3Alors que l’interpénétration des économies continue son chemin, les politiques d’intervention restent essentiellement nationales. Quand des crises surviennent de l’extérieur, c’est le désarroi. « La conversion des esprits » – pour paraphraser Raymond Barre – n’est pas près de se réaliser. Les Six ne sont pas au bout de leurs différences et de leurs contradictions. Les intérêts nationaux l’emportent habituellement sur l’intérêt commun. Raymond Barre observe : « Nos six pays ont des structures différentes, des intérêts qui ne sont pas naturellement convergents, des priorités économiques et sociales qui ne sont pas identiques. »140 Les réunions européennes ressemblent encore trop souvent à des journées de dupes.

  • 141 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission au Conseil au sujet de l’éla (...)
  • 142 Ibid., p. 17.
  • 143 Ibid., p. 10.

4Conformément au mandat de La Haye, la Commission émet quelques premières propositions sur « l’élaboration d’un plan par étapes vers une union économique et monétaire » qu’elle soumet en mars 1970 au Conseil des ministres.141 C’est le second plan Barre. Quelques principes sont indiqués et trois étapes définies. Dans le domaine monétaire, le document reste dans le vague, tout en envisageant « un renforcement des Institutions de la Communauté en matière économique et financière ».142 Création d’un Conseil des gouverneurs des Banques centrales « en vue de la mise en place d’un Système européen de Banques centrales ». Constitution d’un Fonds européen de réserve. Elimination en deux étapes des marges de fluctuation des monnaies des pays membres et fixation irrévocable des parités. Possibilité d’un concours financier à moyen terme. Rien de plus. Nulle mention d’une banque centrale européenne et d’une monnaie unique – qui déplaisent à Raymond Barre et à d’autres de ses collègues. Quant à la date, « l’année 1978 » est retenue « à titre de première approximation ».143 Quelques autres projets accompagnent le mouvement. Plan belge du 27 janvier 1970. Plan allemand du 12 février. Plan luxembourgeois du 23 février. Tous invitent, bien entendu, à de nouvelles mesures.

5Qu’attendre du Conseil des ministres, sinon qu’il décide de constituer un comité d’experts chargé d’élaborer un projet ? C’est ce qu’il fait le 6 mars 1970 en en confiant la présidence au président du Conseil et ministre des finances luxembourgeois Pierre Werner, en vue d’« élaborer un rapport comportant une analyse des différentes suggestions et permettant de dégager les options fondamentales d’une réalisation par étapes de l’Union économique et monétaire de la Communauté ».

  • 144 Conseil-Commission des Communautés européennes, Rapport intérimaire concernant la réalisation par é (...)

6Dans un rapport intérimaire, qu’il adresse au Conseil en mai, le comité d’experts présente la trame de l’union économique et monétaire, telle qu’il la conçoit déjà. Quelques premières idées en ressortent, celles d’un renforcement des compétences communautaires, de la mise en œuvre d’une zone monétaire unie et d’un fonds de stabilisation des changes et de l’introduction au terme du processus d’une monnaie unique.144

  • 145 Rapport au Conseil et à la Commission concernant la réalisation par étapes de l’union économique et (...)
  • 146 Ibid.

7En octobre, le comité d’experts remet son rapport final.145 Le projet est ambitieux et ample. « Une union monétaire implique à l’intérieur la convertibilité totale et irréversible des monnaies, l’élimination des marges de fluctuation des taux de change, la fixation irrévocable des rapports de parité et la libération totale des mouvements de capitaux. Elle peut s’accompagner du maintien de signes monétaires nationaux, mais des considérations d’ordre psychologique et politique militent en faveur de l’acceptation d’une monnaie unique qui garantirait l’irréversibilité de l’entreprise. »146 Fruit d’un compromis entre monétaristes et économistes, entre Français et Allemands, le principe qui prévaut consiste dans la progression parallèle de la convergence des politiques économiques et de l’harmonisation monétaire.

8Reconnaissant la nécessité de la solidarité monétaire, le comité recommande la création d’une union économique et monétaire selon un plan en trois étapes, comportant la libération complète des mouvements de capitaux et l’instauration de la convertibilité totale des monnaies à des parités fixées de manière irrévocable. Seule la première étape, d’une durée de trois ans est détaillée. Elle prévoit l’instauration d’une politique monétaire, budgétaire et fiscale, ainsi que la libre circulation des capitaux.

  • 147 Ibid.
  • 148 Ibid., p. 27.

9Le projet inclut le transfert à des organismes communautaires de responsabilités et de compétences jusqu’ici assumées par des organismes nationaux. « Ces transferts de responsabilité et la création des institutions communautaires correspondantes représentent un processus de signification politique fondamentale qui entraîne le développement progressif de la coopération politique. »147 Il mentionne encore la création – entourée de précautions oratoires — d’un Fonds européen de coopération monétaire. Sans cacher les difficultés de la tâche, le rapport estime l’objectif accessible d’ici 1980. « L’union économique et monétaire est un objectif réalisable dans le courant de la présente décennie, dès lors que la volonté politique des Etats membres de réaliser cet objectif, exprimée solennellement à la Conférence de La Haye, est présente. »148

  • 149 Pierre Werner, L’Europe monétaire reconsidérée, Lausanne, 1977, p. 9. Voir aussi P. Werner, Itinéra (...)

10L’entreprise est complexe. Le rapport en rend compte. L’unification suppose toute une série de mesures qui relèvent de politiques monétaire et économique, voire budgétaire, fiscale et sociale. Pierre Werner, son président, note ceci : « J’étais fondamentalement convaincu qu’un tel marché commun à ambition d’union n’offrait pas de chances égales pour tous, si l’échange économique et financier se déroulait dans un espace monétaire incohérent et instable. »149 Autres propositions qui figurent dans le rapport, celles d’une monnaie unique en 1980 et d’un gouvernement économique européen. Quelques suggestions concernent la politique budgétaire, le financement des déficits, la fiscalité et les marchés financiers. Et surtout, ce qui compte, c’est la volonté politique. Sans elle, que peut-on espérer ? C’est là que la Communauté est attendue au contour.

  • 150 Commission des Communautés européennes, Communications et propositions de la Commission au Conseil (...)

11La Commission fait sienne l’essentiel du rapport tout en émettant un certain nombre de réserves et de critiques.150 En décembre, le Parlement européen donne un avis favorable aux propositions de la Commission.

  • 151 Bulletin des Communautés européennes, 4-1971, p. 27.
  • 152 Raymond Barre, « La construction de l’union économique et monétaire », in Bulletin des Communautés (...)

12Au cours de sa session des 8 et 9 février 1971, le Conseil des ministres examine le dossier et marque son accord sur un compromis qui noie en partie le projet. Réalisation par étapes d’une union économique et monétaire, notamment de sa première étape. Accroissement d’ici là de la coordination des politiques budgétaire, conjoncturelle et fiscale. Renforcement de la coopération monétaire entre les banques centrales. Mise en place d’un « mécanisme de concours financier à moyen terme ».151 C’est un minimum. Les échéances qui concernent les transferts de compétences sont reportées à 1973. La référence à la réalisation de l’union économique et monétaire – qui devient un leitmotiv – cache mal les hésitations et les résistances parmi les Six, en particulier en France et en Allemagne. La souveraineté monétaire, l’importance et la stabilité d’une monnaie nationale sur les marchés financiers internationaux méritent-elles d’être sacrifiées sur l’autel de l’intégration monétaire ? Ce n’est ni l’intérêt de Paris, ni l’intérêt de Bonn de confier le soin de décider la politique monétaire à d’autres banques centrales ou à une banque centrale européenne. Quant aux Néerlandais, ils font du renforcement des institutions communautaires, en particulier de la création d’un véritable exécutif européen, la condition de l’unification monétaire. Reste que « le Conseil a jeté les bases d’une organisation économique et monétaire de la Communauté » – pour citer Raymond Barre.152

13Acquiesçant aux conclusions du rapport Werner, le Conseil des ministres décide en mars 1971 la création d’une union économique et monétaire. Il invite les Banques centrales à réduire les marges de fluctuation entre les six monnaies, à coordonner leurs politiques monétaires et à adopter des positions communes dans les différentes instances internationales spécialisées. En outre, il convient de renforcer la coordination des politiques économiques à court terme et d’établir un mécanisme d’aide financière à moyen terme.

  • 153 Bulletin des Communautés européennes, 6-1971, p. 26.
  • 154 Franco Maria Malfatti, exposé devant le Parlement européen, 18 mai 1971, in Bulletin des Communauté (...)

14Les circonstances amènent l’échec du plan. Les tumultes monétaires internationaux reprennent au printemps 1971. En raison de nouvelles vagues spéculatives, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas ferment temporairement leurs marchés des changes le 5 mai 1971. Après avoir consulté les pays membres, la Commission propose de maintenir les parités monétaires entre les Six et d’élargir les marges de fluctuation envers le dollar. Alors que la France, qui craint les incidences des turbulences sur la politique agricole commune, soutient la mesure, l’Allemagne, qui voit dans la proposition de la Commission une mesure trop interventionniste, suggère que les différentes monnaies de la Communauté flottent parallèlement par rapport au dollar tout en conservant entre elles des marges très étroites de fluctuation. Le 9 mai, le Conseil autorise certains pays confrontés à une situation exceptionnelle à laisser fluctuer leur taux de change tout en confirmant que le système des taux de change flottants est incompatible avec le fonctionnement normal du Marché commun.153 Ce qui ressort de la crise de mai, c’est bien « la pénurie persistante de moyens d’action » à disposition de la Communauté devant les perturbations du système monétaire international.154

  • 155 Richard Nixon, Mémoires, Paris, Alain Stanké, 1978, p. 377.
  • 156 Le Monde, 17 août 1971.
  • 157 Ibid.
  • 158 Henry Kissinger, A la Maison blanche 1968-1973, t. 2, Paris, Fayard, 1979, p. 1 010.
  • 159 Margaret G. De Vries, The International Monetary Fund 1966-1971: The System under Stress, vol. 1 : (...)

15La crise rebondit en août 1971. La surévaluation du dollar, qui contribue au déficit énorme de la balance américaine des paiements, appelle des mesures draconiennes. D’après le président Nixon, la demande que Londres adresse dans la deuxième semaine d’août à Washington de convertir trois milliards de dollars en or précipite le processus.155 Le 15 août 1971, les Etats-Unis suspendent la convertibilité du dollar en or. Quelques mots suffisent à démolir le système. Le président Nixon déclare : « J’ai donné l’instruction à M. John Connally, secrétaire au trésor, de suspendre temporairement la convertibilité du dollar en or ou en autres instruments de réserve, sauf pour certains montants, et dans des conditions jugées être dans l’intérêt de la stabilité monétaire et dans les meilleurs intérêts des Etats-Unis. »156 L’ordre monétaire international est remis en cause. « Avec la pleine coopération du Fonds monétaire international et de ceux qui commercent avec nous, nous réclamerons les réformes nécessaires pour mettre sur pied de toute urgence un nouveau système monétaire international » ajoute encore le président Nixon.157 C’est un encouragement à de nouvelles parités en vue « d’amener, selon Henry Kissinger, les valeurs des différentes monnaies à un niveau plus conforme à leur pouvoir d’achat réel ».158 Le libre flottement des monnaies, dont le secrétaire américain au trésor John Connally se fait l’avocat, n’est pas encore à l’ordre du jour.159 Mais les fondements du système monétaire sont bien ébranlés. C’est la fin d’une tranche d’histoire – celle de l’étalon or-dollar.

  • 160 Le Monde, 21 août 1971.
  • 161 Albert Kervyn de Lettenhove, « L’Europe et le système monétaire international », in Max Kohnstamm e (...)

16Les Européens réagissent, comme il se doit, par le chacun pour soi malgré l’irritation commune que suscitent les mesures spectaculaires de Washington. A Bruxelles, le 19 août, le Conseil des ministres étale ses divisions. Le Monde titre : « Echec à Bruxelles. Les Six ont dû renoncer à définir une attitude commune face aux décisions monétaires américaines ».160 L’économiste belge Albert Kervyn de Lettenhove relève : « De mai à décembre 1971, chaque recommandation de la Commission est restée lettre morte, chaque réunion du Conseil des ministres s’est soldée par un échec. »161 Seul le Benelux réussit à préserver sa solidarité dans l’immédiat.

  • 162 Banque internationale pour la reconstruction et le développement, Société financière internationale (...)

17Quelle action conjointe mettre en route pour prévenir de plus grands malheurs ? Lors d’une réunion du Conseil, le Benelux propose un flottement commun de toutes les monnaies par rapport au dollar, tout en maintenant en l’état les fluctuations entre elles, alors que les autres pays membres se montrent réticents. Résultat de la mésentente : la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas introduisent leur propre système, l’Allemagne et l’Italie laissent flotter librement leurs monnaies et la France instaure un double marché des changes, qu’elle soumet à un strict contrôle (la France abrogera son double marché des changes le 21 mars 1974 ; l’Italie, qui l’avait introduit le 22 janvier 1973, prendra une mesure identique un jour plus tard). Ainsi, pour citer le ministre allemand Karl Schiller, « une vaste gamme d’expédients est appliquée sur les marchés des changes ».162 Cela montre les limites de la coopération entre les Six.

  • 163 « Résolution sur la situation économique et monétaire adoptée par le Parlement européen (22 septemb (...)

18Le 22 septembre 1971, le Parlement européen, « à son très vif regret », constate l’absence de réponse communautaire aux questions de politique économique et monétaire qui résultent des turbulences récentes et invite les institutions communautaires à réintroduire des parités fixes et à réduire les marges à l’intérieur de la Communauté et à faciliter la flexibilité vers l’extérieur.163

  • 164 Georges Pompidou, Entretiens et discours 1968-1972, Paris, Plon, 1975, t. 2, p. 46.

19La seule idée qui surnage – sans doute parce qu’elle ne mène pas très loin – est celle d’un Fonds européen de réserve. Le président Pompidou s’en fait l’écho lors de sa conférence de presse du 23 septembre 1971 : « Ce qu’il faut, c’est que, sous le contrôle des gouvernements et par l’intermédiaire du conseil des gouverneurs de banques centrales, on organise la défense en commun contre les afflux de capitaux flottants en même temps que la gestion concertée des réserves. »164

  • 165 Joseph Gold, Legal and Institutional Aspects of the International Monetary System. Selected Essays, (...)

20Combien de réunions de ministres des finances, dans le cadre de la Communauté ou dans celui du Croupe des Dix, formé par les pays les plus riches, n’aboutissent-elles pas à une impasse ? C’est le choc des irréconciliabilités. « Un changement fondamental a eu lieu, observe l’économiste Joseph Gold. Mais ni les Etats-Unis ni aucune autre autorité monétaire n’étaient prêts, à ce moment-là, à proposer une alternative au système monétaire international. »165

  • 166 Henry Kissinger, op. cit., p. 1 016.

21Tout arrangement limité n’est pas impensable. En décembre, aux Açores, les présidents Nixon et Pompidou négocient – bilatéralement – une issue à la crise monétaire. Hors de question d’introduire le flottement. C’est contraire à la position du président français. L’arrangement consiste dans une révision des parités qui fait la part entre les exigences des uns et des autres. L’Américain Henry Kissinger observe : « Ce qu’il y avait d’extraordinaire dans cette rencontre, c’était que les Etats-Unis et la France aient pris sur eux d’établir les taux de change pour chacune des plus importantes devises du monde. »166 Le résultat de la rencontre est apparemment plutôt positif.

22La conférence qui a lieu à Washington, au Smithsonian Institute, en décembre, clôt momentanément le contentieux. Les Six, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, le Canada, la Suède et le Japon parviennent à un accord sur une dévaluation de 8 % du dollar par rapport à l’or, sur une nouvelle grille des monnaies européennes par rapport au dollar et une nouvelle structure des changes entre les monnaies des principaux pays industrialisés occidentaux qui comporte le respect d’une marge élargie de fluctuation de 2,25 % de part et d’autre des parités ou des taux centraux. Cela signifie qu’à l’intérieur du tunnel monétaire, la fluctuation entre deux monnaies européennes peut atteindre 9 %, à condition qu’elles passent de leur minimum à leur maximum par rapport au dollar.

23C’est un moindre mal. De grandes incertitudes subsistent. Le cumul des fluctuations que l’accord rend possible risque de relancer les désordres monétaires. Loin de marcher vers un rétrécissement des marges de fluctuation, c’est plutôt vers une forme de flottement qu’évoluent les monnaies européennes malgré les réserves de Paris. De facto, le système instauré par les accords de Bretton Woods est révolu. Tout retour à la convertibilité du dollar en or est exclu. Reste un point essentiel : la primauté du dollar n’est pas mise en cause.

24Reste à revoir la situation à l’intérieur de la Communauté européenne. Dans le prolongement des décisions de Washington, les ministres des Six introduisent, le 7 mars 1972, le serpent monétaire européen en vue de circonscrire les fluctuations de change trop amples qui résultent des nouvelles marges. En substance, ils mettent en place un mécanisme qui vise à réduire de moitié la marge de fluctuation entre leurs monnaies prises deux à deux (le serpent), tout en conservant la marge de plus ou moins 2,25 % définie en décembre 1971 à Washington pour la parité de leurs monnaies par rapport au dollar (tunnel).

  • 167 Le Monde, 12 avril 1972.

25Réunis à Bâle, le 10 avril, les gouverneurs des banques centrales des Six entérinent la mesure.167 C’est en quelque sorte le « serpent dans le tunnel » – pour paraphraser les experts.

26C’est sans doute mieux que rien. Mais c’est loin d’être parfait. Deux questions vont se poser : comment maintenir les monnaies communautaires à l’intérieur du serpent et comment maintenir le serpent à l’intérieur du tunnel ?

  • 168 Bulletin des Communautés européennes, 10-1972, pp. 15 et ss.

27En septembre 1972, les ministres des finances décident la création du Fonds européen de coopération monétaire (FECOM) – avant le lancement de la deuxième étape de l’UEM – sans s’assurer du transfert du 10 % des réserves des banques centrales vers le fonds. Comment alors le faire fonctionner en l’absence de moyens suffisants pour intervenir sur les marchés ? En octobre, les chefs d’Etat ou de gouvernement réaffirment leur intention de réaliser d’une façon irréversible l’union économique et monétaire et de « prendre les mesures nécessaires pendant l’année 1973 pour permettre le passage à la deuxième étape de l’Union économique et monétaire au 1er janvier 1974 », redisent leur attachement à « des parités fixes mais ajustables entre leurs monnaies » et confirment la création du FECOM.168 D’une certaine façon, les jeux de la rhétorique font écran aux carences de la volonté commune d’aller plus loin dans la cohésion et le rapprochement.

28La trêve est de courte durée. Les turbulences ne tardent pas à reprendre. Le désordre monétaire tourne au chaos. Les Six – qui seront neuf à partir du 1er janvier 1973 – y font face dans la cacophonie. A peine entrés dans le serpent, la Grande-Bretagne, l’Irlande, le Danemark et la Norvège en sortent entre le 23 et le 27 juin, le Danemark y réentrant en octobre. La lire sort à son tour du système. Les Pays-Bas et la Norvège réévaluent leurs monnaies. Sous la pression des marchés, la France sort une première fois du serpent en janvier 1974. La Norvège et la Suède font de même. C’est la peau de chagrin. En janvier 1974, il ne reste que cinq rescapés : l’Allemagne, le Danemark et les trois du Benelux. Le serpent monétaire équivaut à une zone mark. Entre 1973 et 1976, douze changements de parité ne résolvent rien.

  • 169 Communication de la Commission au Conseil relative au bilan des progrès accomplis au cours de la pr (...)

29Au début de 1973, la Commission propose un système de flottement conjoint des monnaies européennes vis-à-vis du dollar ou, en d’autres termes, le maintien du serpent mais sa sortie du tunnel. Les progrès sont inexistants malgré le bilan en demi-teinte que tire la Commission.169

  • 170 La France y renonce le 9 janvier 1975.

30En février 1973, la tempête spéculative précipite la chute du système de Bretton Woods. Le scénario est connu. Fortes spéculations. Dévaluation du dollar. Interventions massives qui diminuent les réserves. Décrochage. Même les monnaies du Benelux, reliées entre elles par un accord qui prévoit des marges de fluctuation de 1,5 %, reviennent à l’écart maximum autorisé par le système communautaire, soit 2,25 %, afin d’alléger les pressions sur le franc belge. Face à l’afflux de dollars, la plupart des pays les plus industrialisés renoncent à soutenir la parité.170 A l’étalon de change or succède le système des taux de change flottants – libre ou dirigé. Outre le dollar, la livre sterling, la livre irlandaise, la lire italienne flottent librement sur le marché des changes.

  • 171 Le Monde, 11 mars 1973.

31Est-ce provisoire ? Dans l’immédiat, un retour au système des parités fixes n’est pas totalement écarté. Le 9 mars 1973, les ministres et gouverneurs des banques centrales des neuf pays de la CEE, des Etats-Unis, du Canada, du Japon, de la Suède et de la Suisse affirment « leur volonté d’assurer ensemble un système ordonné de relations de change ».171 Réuni sous l’égide du Fonds monétaire international, le Groupe des Vingt réfléchit à une formule renouvelée de « parités stables mais ajustables ». Les esprits ne sont pas encore totalement prêts à passer par-dessus bord les règles de 1944.

  • 172 Valéry Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, Paris, Compagnie 12, 1988.

32Mais moins d’une semaine plus tard, la crise met à bas l’ordre ancien. L’Allemagne, la France, les Pays-Bas, l’Union belgo-luxembourgeoise et le Danemark décident de faire flotter ensemble leurs monnaies. Helmut Schmidt, le ministre allemand de l’économie, déclare que c’est la fin de l’ère de Bretton Woods. Le système monétaire international vit désormais sans règles.172 La « démonétarisation » de l’or et la légalisation du flottement seront entérinées lors de la conférence du FMI à Kingston, Jamaïque, en janvier 1976.

33Le choc pétrolier, en automne 1973, anéantit tout espoir de redressement. Le quadruplement du prix du baril bouleverse l’économie mondiale. Récession, inflation, excès d’endettement dramatisent le mal européen. C’est le temps de la stagflation – pour utiliser un terme qui tombe alors dans le domaine public. Les Neuf naviguent dans la confusion. Les ressources de l’espoir sont limitées. A quoi peut rêver la Communauté, alors que l’intérêt national ne cesse de prévaloir sur toute autre considération ? Il ne se passe guère de semaines, sans que la conduite des Etats ne montre les limites de la construction européenne. L’extension et l’achèvement du marché intérieur sont encore loin du compte et les politiques communes à peine esquissées.

34Du côté communautaire, la mésentente exclut toute riposte unie. Les « épreuves de solidarité » tournent court. Les Etats-Unis ont beau jeu de souligner l’absence d’interlocuteur européen capable de discuter et de traiter. Le modèle monétaire européen – au sens mathématique du terme – recherché par Valéry Giscard d’Estaing, ministre français des finances, ne sort pas du brouillard.

35De fait, ne sachant trop comment empoigner la crise, les Neuf réagissent en ordre dispersé, alors que le bon fonctionnement du marché unique et de la politique agricole commune requiert le maintien de parités fixes. Cacophonie entre les Neuf. Cascade de dévaluations. Divergences de doctrine. La désunion monétaire l’emporte sur l’unité.

36Longtemps masquée par la croissance régulière des économies, les différences de structures et de comportements réapparaissent au grand jour sous le coup de la crise. Même le Marché commun est remis en cause. Des droits de douanes et des barrières techniques sont introduits par quelques Etats membres en vue d’assurer la défense de secteurs menacés.

  • 173 Bulletin des Communautés européennes, 2-1975, p. 7.

37Et l’Amérique, malgré ses difficultés, reste maîtresse du jeu. Le dollar continue d’assumer son rôle de monnaie internationale. Cela fait sa force durable en l’absence d’alternative crédible du côté européen. François-Xavier Ortoli, le président de la Commission, relève le 18 février 1975 au Parlement européen : « L’amitié, l’alliance, la reconnaissance de grands intérêts communs, n’empêchent pas de voir la réalité : celle d’une puissance propre des Etats-Unis qui leur confère un poids particulier dans leurs relations avec nous ; celle d’une volonté de régler les problèmes qui devant nos faiblesses ou nos hésitations prend volontiers, sans se cacher, l’allure d’un leadership. »173 Où est la défense des intérêts communs des Européens devant la stratégie américaine ?

  • 174 Robert A. Mundell, “The ‘New inflation’ and flexible exchange rates”, in Mario Monti (sld. de), The (...)

38La cause des parités fixes – relativisée par l’Allemagne dès 1969 – cède du terrain. Des thèses plus libérales influencent désormais la position américaine – celle de l’économiste Milton Friedman, de Chicago, qui voit dans la flexibilité des changes l’expression des forces du marché, et celle de Friedrich von Hayek, qui fait valoir les mérites de la concurrence entre monnaies et les inconvénients de politiques monétaires trop rigides. D’autres économistes continuent de considérer, à l’instar de l’Américain Robert Mundell, que « le régime de taux de change flexibles est le plus instable de tous les systèmes parce qu’il livre la politique monétaire en otage aux hommes politiques [...] ».174

39La coopération monétaire en Europe ne résiste pas aux mouvements spéculatifs qui balaient les marchés. Les objectifs intermédiaires décidés par les Six en 1971 ne sont pas atteints. La division entre zones monétaires mal coordonnées se perpétue. Réduit à quatre monnaies, le serpent a presque perdu sa raison d’être. L’Europe monétaire est scindée en deux : d’un côté les Etats qui ont rejoint le serpent, de l’autre ceux qui sont restés en dehors ou qui en sont sortis. Qui plus est, la cacophonie compromet l’unité des prix des produits agricoles et leur libre circulation. En vue d’annuler les effets des variations de change et de rétablir les conditions d’un marché unifié, les Neuf font ample usage des montants compensatoires.

40Il n’est nullement étonnant que dans un contexte aussi délétère, qui incline les Européens au pessimisme et au défaitisme, les progrès vers l’union économique et monétaire soient presque dérisoires. Il n’existe ni volonté politique ni intérêt commun communautaire ; il n’existe pas plus de solidarité qui lie les Etats. Comment alors défendre ensemble les parités fixées et ajustées ensemble ? Comment définir une politique commune de crédits pour faire face aux attaques spéculatives ?

  • 175 Le Nouvel Observateur, 9 juin 1975.
  • 176 Jan Tinbergen, « L’Occident condamné à appliquer des solutions socialistes », in Le Nouvel Observat (...)
  • 177 José-Alain Fralon, L’Europe, c’est fini, Paris, Calmann-Lévy, 1975.
  • 178 Voir Dixième rapport général sur l’activité des Communautés européennes en 1976, Bruxelles, Luxembo (...)

41Prévu pour 1974, le passage à la deuxième étape de l’UEM reste dans les tiroirs. Les tumultes monétaires infligent à l’union entre Européens de douloureuses désillusions. Tout l’édifice communautaire subit le contrecoup des mouvements erratiques des monnaies européennes entre elles. Les batailles qu’occasionne, dans le domaine agricole, la fixation des montants compensatoires aux frontières pour rééquilibrer les effets des variations de change illustrent les tensions ambiantes. Les difficultés économiques alimentent un climat délétère qui fait douter de l’avenir de l’Europe. La très forte poussée inflationniste met à mal les rapports entre les différentes économies nationales. En 1975, près de 30 % d’inflation en Angleterre, en France, en Italie et en Allemagne. La stagflation n’a jamais si bien mérité son nom. La Communauté semble à bout de course. « Le capitalisme peut-il, cette fois, s’en sortir ? » demande en juin 1975 l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur.175 Combien ne sont pas convaincus, à l’instar de l’économiste néerlandais Jan Tinbergen, que l’Occident est condamné à appliquer des solutions socialistes ?176 Voilà tout le discours sur la décadence qui repart de plus belle. L’Europe, c’est fini. C’est le titre que le journaliste José-Alain Fralon donne en 1975 à un essai, où il examine par le menu les impasses de la construction.177 Ce sont même les résultats acquis qui semblent mis en cause. Le strict respect des dispositions du traité n’est plus assuré. Les plaintes sur les cas d’infraction submergent la Commission.178

42En outre, la présence de la Grande-Bretagne accentue encore l’immobilisme. C’était déjà difficile avant les Anglais. C’est combien plus difficile après ! Les Britanniques sont entrés dans l’Europe à reculons – pour reprendre l’expression consacrée. Tous les projets de relance sont bloqués. Union économique et monétaire. Politique énergétique. Union politique. Et l’alignement de Londres sur Washington n’arrange rien à l’affaire.

  • 179 Bulletin des Communautés européennes, 9/74, pp. 22-24.
  • 180 Rapport de la Commission sur l’Union européenne, in Bulletin des Communautés européennes. Supplémen (...)
  • 181 Rapport Optica 1975 (rapport rédigé par un groupe d’experts indépendants constitué par la Commissio (...)
  • 182 Niels Thygesen, “The emerging European monetary system: precursors, first steps and policy options” (...)
  • 183 « Déclaration de M. Tindemans », in Bulletin des Communautés européennes, 12-1975, p. 6.

43La situation a de quoi préoccuper les esprits, même si elle ne les préoccupe pas trop. L’anarchie des changes met en cause le fonctionnement même du Marché commun. Et le Marché commun est le cœur de la construction européenne. Quelques propositions tracent le chemin de la relance. Résolution du Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe invitant au développement du FECOM en instrument d’action commune en 1973. Plan de flottement concerté de toutes les monnaies de la Communauté vis-à-vis du dollar formulé par le ministre français Jean-Pierre Fourcade en septembre 1974.179 Instauration « d’un pouvoir de décision centralisé » dans le domaine monétaire et, à cette fin, mise en place d’une banque centrale propre recommandée par la Commission en 1975.180 Création d’une monnaie parallèle européenne (MPE) préconisée par le rapport Optica 1975 en vue d’accélérer l’évolution vers l’unification monétaire européenne.181 Projet de consultation et de surveillance des politiques de taux de change dans le cadre d’une “target zone conçu par le ministre des finances des Pays-Bas Wim Duisenberg en juillet 1976.182 Et proposition de consolidation et d’extension du serpent et de renforcement du FECOM contenue dans le rapport que le premier ministre belge Leo Tindemans adresse au Conseil en décembre 1975.183

  • 184 Rapport du groupe de réflexion « Union économique et monétaire 1980 », Bruxelles, mars 1975, p. 1.
  • 185 Ibid., p. 1.
  • 186 Ibid.
  • 187 Le Monde, 14 février 1976. Propos tenus au terme des entretiens avec Helmut Schmidt les 12 et 13 fé (...)

44Ce qui apparaît à beaucoup d’Européens, c’est que les réalisations de la Communauté européenne ne sont pas à la hauteur des espérances. Faute d’institutions fortes, l’Europe reste hors du coup. Créée par la Commission au début de 1974, le groupe de réflexion « Union économique et monétaire 1980 » conclut à l’échec des efforts entrepris depuis 1969 en matière d’intégration monétaire. « Le serpent a éclaté et le rétrécissement des marges de fluctuation ne subsiste plus qu’entre les monnaies qui sont plus ou moins étroitement liées au Deutsche Mark ; le Fonds de coopération monétaire ne joue qu’un rôle mineur dans les affaires monétaires de l’Europe. »184 C’est même plutôt par un recul que se caractérise l’évolution depuis 1969 en raison des politiques économiques et monétaires strictement nationales « sans référence à l’ensemble » que mènent les Etats membres.185 Discordances et divergences entre les Six, puis les Neuf, ont profondément affecté « l’acquis communautaire », notamment la politique agricole commune et la libération des mouvements de capitaux. »186 Le président Valéry Giscard d’Estaing observe en février 1976 : « L’Europe est vacante, elle ne prend pas part au déroulement des événements. Le plus frappant, c’est que personne n’a l’air de croire qu’elle puisse y prendre part. »187 En bref, ces années passées ont été caractérisées par « une débandade générale » ! Quel constat ! Et quelle condamnation ! Sont imputées, outre les vicissitudes internationales, l’absence de volonté politique et la défaillance intellectuelle « qui a fait que l’on s’est engagé dans la voie de l’Union économique et monétaire sans avoir une idée précise de ce que l’on entreprenait. »

  • 188 Voir Le Nouvel Observateur, 17 mai 1975.
  • 189 Claude Delmas, « Tempêtes sur l’Europe », in Le monde moderne, printemps 1976, p. 23.

45Deuxième monnaie de réserve du monde, la livre sterling atteint le fond en 1975. Criblée de dettes, la Grande-Bretagne est presque en état de cessation de paiements.188 Les tempêtes qui se déchaînent sur la livre, la lire et le franc en février et en mars 1976 amènent la France à ressortir de nouveau du « serpent. » L’Europe apparaît de plus en plus en morceaux. Les « mouvements erratiques sur le marché monétaire » continuent d’échapper au contrôle des Européens malgré les incantations rituelles. Les Etats membres de la CEE, qui ne tirent pas les leçons des secousses auxquelles ils sont soumis depuis des années, se trouvent encore une fois confrontés au même choix : accepter l’idée que l’union monétaire restera partielle et limitée, comme elle l’est aujourd’hui ; ou faire le saut dans l’intégration, en modifiant et en renforçant considérablement les mécanismes du système de changes européen, ce qui implique par ailleurs une plus étroite coordination des politiques économiques nationales.189

46Au bout du compte, le peu d’unité qui reste entre Communautaires se fait autour de l’Allemagne, seule puissance qui dispose encore d’une balance des paiements excédentaire. Une zone mark à quatre ou cinq se met en place en raison des convergences particulières qui existent entre le deutsche Mark d’un côté, le franc belge, le florin néerlandais et la couronne danoise de l’autre. C’est tout ce qui reste de l’union monétaire entre les Communautaires.

  • 190 Bulletin des Communautés européennes, 3-1975, p. 33.
  • 191 Bulletin des Communautés européennes, 3-1975, p. 34.

47Néanmoins, les enjeux monétaires européens ne passent pas totalement à l’arrière-plan. Le 18 mars 1975, le Conseil tombe d’accord sur la définition d’une unité de compte européenne destinée à « exprimer des montants » dans la convention de Lomé qui lie la Communauté et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.190 Une mesure quelque peu annonciatrice de la suite. Un sujet de contentement – et un seul – est l’entrée en vigueur de l’unité de compte européenne en avril 1975. Sa valeur est égale à l’addition des neuf monnaies de la Communauté affectée chacune d’un certain coefficient qui tient compte à la fois de l’importance du produit intérieur brut (PIB) et du commerce extérieur de chacun des pays membres de la CEE. Elle est définie comme un panier de monnaies européennes, dont la valeur est égale à la somme des quantités fixes de chaque monnaie communautaire calculées en fonction de l’importance économique de chaque pays. François-Xavier Ortoli, le président de la Commission, commente : « Il ne s’agit certes que d’un premier pas dans la voie d’un progrès de la construction monétaire européenne. Mais c’est un pas, et c’est un progrès. »191

  • 192 Bulletin des Communautés européennes. Supplément 5/75, Rapport de la Commission sur l’Union europée (...)
  • 193 Ibid., p. 18.

48A Bruxelles, la Commission continue sans trop de succès à insister sur la nécessité de réaliser à terme – à quel terme ? – l’union monétaire de manière à poursuivre l’intégration économique et à assurer, comme elle dit, « la cohésion de l’Union vers l’extérieur. »192 Reprises en partie du Rapport Werner, les idées de base restent intangibles. Pouvoir de décision centralisé. Banque centrale propre ou système commun de banques centrales. Monnaie commune ou convertibilité des monnaies des Neuf « à des taux fixes et irréversibles ».193 L’idéal de l’union économique et monétaire n’est pas mort – du moins en théorie. Mais il n’est pas suivi de réalisation. La Commission en est tout à fait consciente.

  • 194 Leo Tindemans, L’Union européenne. Rapport au Conseil européen, Bruxelles, décembre 1975, p. 28.
  • 195 Ibid., p. 28.
  • 196 Ibid., pp. 31 et 33.
  • 197 Entretien de l’auteur avec Leo Tindemans, 9 février 1999.

49Car en réalité, les Neuf continuent d’être divisés sur tout. Conceptions. Intérêts. Politiques monétaires et économiques. Quelle solidarité attendre en pareilles circonstances, alors que « le caractère d’urgence » qu’évoque la Commission ne fait pas de doute ? Le premier ministre de Belgique Leo Tindemans s’en fait l’écho dans son rapport sur l’Union européenne adressé aux chefs d’Etat et de gouvernement des Neuf en décembre 1975. Malgré ses précautions de langage qui ne sont pas trop précautionneuses, il expose clairement le manque de consensus entre Européens au minimum dans deux domaines : d’abord en matière de politique économique et monétaire commune faute de « confiance réciproque suffisante, dit-il, pour transférer à des organes communs de gestion les compétences qu’il serait indispensable de leur conférer », ensuite sur la manière de conduire la politique économique et monétaire.194 « Dans l’état actuel des choses aucun progrès réel n’est en vue, dit-il. Cette situation ne peut se prolonger sans mettre en question la crédibilité de nos gouvernements lorsqu’ils affirment leur attachement à l’Union européenne. »195 Comment alors aller de l’avant ? Tindemans propose des formules réalistes, entre autres, une approche à deux vitesses, une consolidation du serpent et son extension « aux éléments clés de la politique économique et monétaire et le renforcement du Fonds européen de coopération monétaire qui doit devenir l’embryon d’une banque centrale européenne ».196 Mais aussi réalistes soient-elles, les formules de Tindemans sont encore trop audacieuses. Le climat n’est pas mûr. Les compliments du président Giscard d’Estaing n’excluent ni les réserves ni les réticences des chefs d’Etat et de gouvernement.197 Ainsi le Néerlandais Joop Den Uyl ne veut-il pas d’engagements qui bloquent la liberté d’action des Pays-Bas. Et, de fait, le rapport du premier ministre belge n’a pas plus de suite que d’autres rapports qui ont précédé.

  • 198 François-Xavier Ortoli, L’Europe au carrefour, Bruxelles, Fondation Paul-Henri Spaak, 1977, p. 34.

50Tandis que les économies de la CEE retrouvent lentement leur santé à partir de 1976, de nouveaux projets de coopération monétaire voient le jour. En avril 1976, le président de la Commission François-Xavier Ortoli présente lors d’un Conseil européen à Luxembourg un mémo de deux pages et demie sur l’urgence de nouveaux efforts dans le domaine monétaire. La discussion est plutôt positive. A défaut de décisions majeures, la convocation, longtemps différée, d’un Conseil des ministres en vue d’un débat sur les orientations budgétaires des Etats atteste la bonne volonté ambiante.198 De son côté, le ministre néerlandais des finances Wim Duisenberg, à l’initiative du président de la Banque centrale des Pays-Bas, Conrad Oort, soumet au Conseil un plan qui prévoit l’association progressive de pays non-membres du serpent à l’Allemagne et à ses partenaires monétaires.

  • 199 Henri Simonet, Quel sera le visage des Communautés européennes en 1980 ?, Bruxelles, Fondation Paul (...)

51L’échec du serpent est évident. Réduit à quatre monnaies, il a presque perdu son sens. « Ce serpent, déclare en 1977 le ministre belge des affaires étrangères, Henri Simonet, est en passe de devenir un orvet, et un orvet hypertrophique, représenté par la République Fédérale d’Allemagne, et avec de minuscules petits anneaux » que sont la Belgique et les Pays-Bas.199

  • 200 Roy Jenkins, European Diary 1977-1981, Londres, Collins, 1989, p. 135. Entretien avec Renato Ruggie (...)
  • 201 Roy Jenkins, op. cit., p. 152.

52Devant l’échec du serpent et le désappointement commun que suscite la politique de Washington, le président de la Commission Roy Jenkins reprend à son compte l’idée d’une union économique et monétaire revue et corrigée qu’il expose à ses plus proches collaborateurs au cours de l’été 1977.200 Par la suite, il s’en ouvre auprès du chancelier Helmut Schmidt et du président Valéry Giscard d’Estaing et en présente les grandes lignes devant le Conseil des ministres en octobre 1977.201

  • 202 Bulletin des Communautés européennes, 10-1977, p. 19.

53En novembre, la Commission adopte une « communication sur les perspectives d’union économique et monétaire » qui n’est guère explicite. Elle y recommande « une meilleure convergence, le retour à une plus grande cohésion des monnaies européennes ». La direction est indiquée mais le programme d’action – prudence oblige – sort à peine des sentiers battus. Pas question de changer de formule. « Le serpent demeure un élément essentiel de stabilisation au sein de la vaste zone d’échanges européenne. »202 La Commission prévoit dans un premier temps la réintégration de toutes les monnaies dans « un système communautaire de discipline et de solidarité. » Elle se propose également « d’étudier l’intérêt d’une monnaie parallèle qui étendrait l’usage de l’unité de compte européenne à d’autres domaines que les finances communautaires ».

  • 203 Entretien avec François-Xavier Ortoli, 28 novembre 1997.
  • 204 Pierre Werner, L’Europe monétaire reconsidérée, Lausanne, Centre de recherches européennes, 1977, p (...)

54La communication ne fait pas l’unanimité parmi les commissaires. Le Français François-Xavier Ortoli juge que les conditions générales d’une relance, en particulier l’achèvement du marché intérieur et les équilibres entre pays membres, ne sont pas encore réunies.203 De leur côté, l’économiste Robert Triffin et le ministre Pierre Werner se font les avocats d’une monnaie européenne parallèle.204

55Le Comité des gouverneurs des banques centrales est consulté. Le président de la Bundesbank Otmar Emminger, qui est très réticent, finit par se rallier à la proposition de la Commission à la condition qu’en cas de nécessité la politique monétaire nationale l’emporte sur celle du Système. C’est encore et toujours à la lutte contre l’inflation que les Allemands accordent la priorité.

  • 205 JOCE (229), Annexe : Débats du Parlement européen, du 12/4/78, p. 141, D-292.

56Il va de soi que les circonstances contribuent souvent à l’évolution des choses. La baisse du dollar au cours de l’hiver 1977-1978 ne manque pas d’alarmer les Européens, alors que l’économie sort à peine d’une situation calamiteuse. Elle entraîne notamment une demande accrue de deutsche Mark, déterminant ainsi son renchérissement. En avril 1978, au Parlement européen, le président de la Commission Roy Jenkins relève « qu’il n’est plus acceptable que les Etats-Unis jouissent encore du monopole et des avantages que leur procure la gestion de l’unique grande monnaie internationale, alors qu’ils se sont libérés des obligations que leur imposait le régime de Bretton Woods et que les dollars, tels des légions sans commandement central, continuent de dominer les transactions du monde entier. »205

  • 206 Bulletin des Communautés européennes. Supplément 1/79, Union européenne. Rapports annuels 1978, p.  (...)
  • 207 Roy Jenkins, op. cit., p. 198.
  • 208 Helmut Schmidt, Die Deutschen und ihre Nachbarn. Menschen und Mächteil, Berlin, 1990, p. 223.

57La « réflexion constructive » – pour citer la Commission prend une orientation plus concrète dès le début de 1978.206 Roy Jenkins commente : « Une fois que le SME entre dans la phase des discussions entre gouvernements, il devient essentiellement la création des Conseils européens. »207 Plutôt réticents jusqu’alors, le président Valéry Giscard d’Estaing et le chancelier Helmut Schmidt, contre l’avis de leurs experts, endossent l’idée d’un nouveau système destiné à garantir la stabilité monétaire en Europe fondé sur une European currency unit, une unité monétaire européenne (l’écu), dont la valeur serait fixée à partir d’un panier constitué de différentes monnaies nationales.208 Le 7 avril 1978, à Copenhague, Giscard et Schmidt réaffirment d’une même voix leur volonté de restaurer la stabilité perdue de la Communauté. L’affaire est rondement menée malgré les doutes et réserves qui l’entourent. La France et l’Allemagne sont au centre du jeu, le Royaume-Uni à l’écart.

  • 209 Bulletin des Communautés européennes, 6-1978.
  • 210 Henri Froment-Meurice, Vu du Quai. Mémoires 1945-1983, Paris, Fayard, 1998, p. 476.

58En juillet 1978, le Conseil européen de Brême examine un projet de « coopération monétaire plus étroite (par la création d’un système monétaire) aboutissant à une zone de stabilité en Europe ».209 Les résistances sont fortes, surtout celles du Royaume-Uni, les progrès limités. Mais le plan est retenu. C’est le plus important.210

59Dans les semaines qui suivent, l’élaboration du projet poursuit sa route. Rien n’est encore acquis. Le Royaume-Uni continue son obstruction. L’Italie ne sait pas trop bien quelle voie choisir. L’Irlande demande une contribution au titre de l’aide régionale de manière à assurer la transition entre le lien établi depuis longtemps avec la livre sterling et l’appartenance au Système monétaire européen (SME). Et la France soulève au dernier moment la question du démantèlement des montants compensatoires monétaires. Quant aux Banques centrales, elles renâclent devant un projet qui ne les rassure guère. En novembre 1978, devant les réserves de la Buba, le chancelier Schmidt se rend lui-même auprès de la Banque centrale pour y défendre le SME et n’hésite pas à brandir la menace d’une diminution de l’autonomie de la Buba pour obtenir son acquiescement.

  • 211 Giulio Andreotti, Diari 1976-1979, Milan, Rizzoli, 1981, p. 285.
  • 212 G. Andreotti, op. cit., p. 285.
  • 213 Bulletin des Communautés européennes, 12-1978, p. 10.
  • 214 Ralf Dahrendorf, « Politique, économie et politique économique : entre le désarroi et la facilité » (...)

60Le 4 décembre, à Bruxelles, le Conseil européen aborde « le système de Brême » comme l’appelle Giulio Andreotti, le président du Conseil italien.211 L’atmosphère est lourde et tendue. Quelques points délicats restent à traiter. Techniques. Economiques. Institutionnels. Quelle réunion européenne n’inclut-elle pas des discussions de marchands de tapis ? La Communauté est l’école du marchandage. Au bout du compte, les discussions achoppent sur les mesures parallèles. Le développement des fonds régionaux, auxquels tiennent les Italiens et les Irlandais, enflamme les discussions.212 Finalement, le Conseil européen entérine l’instauration d’un Système monétaire européen et en adopte les modalités de fonctionnement. « Nous sommes fermement résolus à assurer au SME une réussite durable en adoptant des politiques qui permettent de réaliser une meilleure stabilité à l’intérieur comme à l’extérieur tant pour les pays déficitaires que pour les pays excédentaires. »213 Essentielle au marché intérieur, la stabilité est le but premier à atteindre. D’une certaine façon, il se suffit à lui-même. Point n’est besoin de rêver à un « bloc monétaire ».214

  • 215 Bulletin des Communautés européennes, 12-1977, p. 26.

61Les « conclusions de la présidence » font tout de même référence à la réalisation de progrès dans la voie de l’union économique et monétaire, à l’attachement à l’objectif de l’UEM et au renforcement de la solidarité monétaire. Enfin, selon une terminologie qui cache des réserves, « il [le Conseil européen] a pris note avec satisfaction de la communication de la Commission sur les perspectives de l’UEM et l’a accueillie favorablement. »215

62La marge d’innovation est étroite. La culture de la souveraineté, l’utilisation de la monnaie dans le cadre de politiques macro-économiques, la dimension symbolique des monnaies limitent l’étendue de la démarche. Des oppositions attendues se manifestent dans les administrations directement concernées, les banques centrales et les milieux nationalistes.

63La recette est connue. Stabilité des monnaies européennes entre elles par l’introduction de taux de change fixes mais ajustables ; libre convertibilité des monnaies ; augmentation du volume de crédits disponibles dans le cadre des mécanismes communautaires ; amélioration de la coordination des politiques économiques nationales. Plus que dans le mécanisme de change, somme toute assez classique, et dans les mécanismes d’intervention des banques centrales en vue de secourir des monnaies en proie à des turbulences, l’innovation majeure consiste surtout dans la création de 1’« unité monétaire européenne » (l’écu) comme monnaie européenne – dont la valeur est déterminée par un « panier » des neuf monnaies de la Communauté, où la part de chaque monnaie est pondérée par le produit national brut (PNB) et le commerce extérieur du pays correspondant.

64Les Neuf attendent au moins trois résultats de leur initiative : la réduction des variations de change entre leurs monnaies, la protection de leurs économies contre les variations excessives du dollar et l’introduction de disciplines communes.

  • 216 Journal officiel des Communautés européennes. Débats du Parlement européen, n° 237, décembre 1978, (...)

65Le succès n’est pas total. C’est Roy Jenkins, le président de la Commission, qui le dit. Et il a sans doute raison. Les résultats ne sont pas à la hauteur des enjeux. Devant le Parlement européen, le président de la Commission commente : « Le succès a été limité, d’une part, par le fait que les neuf Etats membres ne participeront pas entièrement au système et, d’autre part, parce que même huit Etats membres ne sont pas parvenus à expliquer clairement leurs intentions au cours du Conseil européen lui-même. »216 Il faut se résigner. Dans la Communauté, le minimum équivaut souvent au maximum.

  • 217 G. Andreotti, op. cit., p. 289.
  • 218 Valéry Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, Paris, 1988, pp. 147-150 ; Guido Carli, “From the E (...)
  • 219 Karl Otto Pöhl, Le Système monétaire européen : un modèle pour un ordre monétaire international plu (...)

66Dans l’immédiat, trois Etats font bande à part. L’Italie et l’Irlande, qui ont demandé un délai de réflexion, et le Royaume-Uni qui ne se considère pas en mesure de participer au mécanisme prévu de taux de change et d’intervention. Mais l’Italie et l’Irlande ne tardent pas à faire savoir qu’elles comptent adhérer dès le début au SME.217 Au bout du compte, huit pays y entreront. C’est un premier pas symbolique qui compte dans l’édification d’une intégration monétaire plus complète.218 Le SME exprime d’une certaine façon la détermination des Européens à ne plus faire reposer l’avenir sur le seul étalon dollar laissé au libre cours du flottement. Karl Otto Pöhl, le président de la Bundesbank, déclare : « L’objectif final du SME, nous ne devons pas l’oublier, est de créer non seulement une zone externe et internationale de stabilité monétaire mais aussi une monnaie européenne émise et contrôlée par une banque centrale européenne. »219

67Comment alors faire face à la baisse de l’une ou l’autre monnaie ? C’est par des remèdes usuels – et usés – que les gouvernements continuent de répondre aux tumultes monétaires. Majoration du taux d’escompte. Intervention sur le marché des changes. Et réduction du déficit budgétaire.

68Le SME ne laisse pas indifférent. Sa nature suscite des commentaires et des jugements très contrastés. Initiative prématurée. Absence de coordination des politiques économiques nationales. Europe monétaire sous la domination de la Bundesbank. Voilà le spectre de la domination allemande rebrandi dans l’une ou l’autre capitale. Il est vrai que Bonn fait tout pour imposer des engagements stricts en matière de discipline budgétaire et ainsi renforcer la convergence. Cela n’enchante pas tous ses partenaires habitués à plus de laxisme en matière budgétaire et monétaire.

69Le 13 mars 1979, le SME entre en vigueur. Fixant des marges assez étroites de variation des changes intercommunautaires, il vise à la stabilisation des taux de change entre les monnaies des Neuf, de manière à favoriser les échanges entre partenaires et à lutter contre l’inflation. Concrètement, les Communautaires décident la fixation de taux de change autour d’un cours pivot rattaché à l’écu, tout en autorisant des modifications des taux-pivots en cas de tensions trop vives. L’établissement de taux de change fixes suppose un certain abandon de souveraineté au bénéfice du pays dont la monnaie est la plus forte, à savoir l’Allemagne.

70Quelques règles complémentaires accompagnent le système. Lorsqu’une monnaie atteint son cours limite par rapport à une autre, les banques d’émission des deux monnaies en question sont appelées à intervenir sur leur marché respectif en vue de maintenir ces monnaies à l’intérieur de leur marge de fluctuation autorisée. Pour le reste, le SME est fondé sur une décision politique du Conseil européen et non pas sur un acte juridique communautaire.

  • 220 Movimento Europeo, L’Unione economica e il problema de la moneta europea, Milan, 1978.

71Dans l’opinion publique, l’intérêt est limité. Articles et émissions consacrés aux questions monétaires sont plutôt rares. Seuls les fédéralistes européens et les milieux européanistes sont depuis longtemps acquis à l’union monétaire.220

Notes

139 Eric Roussel, Georges Pompidou (1911-1974). Nouvelle édition, revue, augmentée, établie d’après les archives du quinquennat (1969-1974), Paris, Jean-Claude Lattès, 1994, p. 341.

140 Raymond Barre, « Perspectives de la construction européenne après La Haye », in Bulletin des Communautés européennes, 2-1970, p. 12.

141 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission au Conseil au sujet de l’élaboration d’un plan par étapes vers une union économique et monétaire, Bruxelles, 4 mars 1970.

142 Ibid., p. 17.

143 Ibid., p. 10.

144 Conseil-Commission des Communautés européennes, Rapport intérimaire concernant la réalisation par étapes de l’union économique et monétaire. « Rapport Werner », in Bulletin des Communautés européennes, 7-1970. Supplément.

145 Rapport au Conseil et à la Commission concernant la réalisation par étapes de l’union économique et monétaire dans la Communauté, Luxembourg, 8 octobre 1970.

146 Ibid.

147 Ibid.

148 Ibid., p. 27.

149 Pierre Werner, L’Europe monétaire reconsidérée, Lausanne, 1977, p. 9. Voir aussi P. Werner, Itinéraires luxembourgeois et européens. Evolutions et souvenirs, t. II, op. cit., p. 124.

150 Commission des Communautés européennes, Communications et propositions de la Commission au Conseil relatives à l’institution par étapes de l’union économique et monétaire (présentées au Conseil le 30 octobre 1970), Bruxelles.

151 Bulletin des Communautés européennes, 4-1971, p. 27.

152 Raymond Barre, « La construction de l’union économique et monétaire », in Bulletin des Communautés européennes, 3-1971, p. 9.

153 Bulletin des Communautés européennes, 6-1971, p. 26.

154 Franco Maria Malfatti, exposé devant le Parlement européen, 18 mai 1971, in Bulletin des Communautés européennes, 6-1971, p. 11.

155 Richard Nixon, Mémoires, Paris, Alain Stanké, 1978, p. 377.

156 Le Monde, 17 août 1971.

157 Ibid.

158 Henry Kissinger, A la Maison blanche 1968-1973, t. 2, Paris, Fayard, 1979, p. 1 010.

159 Margaret G. De Vries, The International Monetary Fund 1966-1971: The System under Stress, vol. 1 : Narrative, Washington DC, International Monetary Fund, 1976, p. 545.

160 Le Monde, 21 août 1971.

161 Albert Kervyn de Lettenhove, « L’Europe et le système monétaire international », in Max Kohnstamm et Wolfgang Hager (éd.), L’Europe avec un grand E. Bilan et perspectives, Paris, 1973, p. 103.

162 Banque internationale pour la reconstruction et le développement, Société financière internationale, Association internationale du développement, Assemblées annuelles 1971 des conseils des gouverneurs. Compte rendu sommaire, Washington (DC), 27 septembre-ler octobre 1971, p. 4.

163 « Résolution sur la situation économique et monétaire adoptée par le Parlement européen (22 septembre 1971) », in Bulletin des Communautés européennes, 9/10-1971, p. 36.

164 Georges Pompidou, Entretiens et discours 1968-1972, Paris, Plon, 1975, t. 2, p. 46.

165 Joseph Gold, Legal and Institutional Aspects of the International Monetary System. Selected Essays, Washington (DC), International Monetary Fund, 1979, p. 95.

166 Henry Kissinger, op. cit., p. 1 016.

167 Le Monde, 12 avril 1972.

168 Bulletin des Communautés européennes, 10-1972, pp. 15 et ss.

169 Communication de la Commission au Conseil relative au bilan des progrès accomplis au cours de la première étape de l’Union économique et monétaire [...], in Bulletin des Communautés européennes. Supplément 5/73.

170 La France y renonce le 9 janvier 1975.

171 Le Monde, 11 mars 1973.

172 Valéry Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, Paris, Compagnie 12, 1988.

173 Bulletin des Communautés européennes, 2-1975, p. 7.

174 Robert A. Mundell, “The ‘New inflation’ and flexible exchange rates”, in Mario Monti (sld. de), The “New Inflation and Monetary Policy, Londres et Basingstoke, 1976, p. 145.

175 Le Nouvel Observateur, 9 juin 1975.

176 Jan Tinbergen, « L’Occident condamné à appliquer des solutions socialistes », in Le Nouvel Observateur.

177 José-Alain Fralon, L’Europe, c’est fini, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

178 Voir Dixième rapport général sur l’activité des Communautés européennes en 1976, Bruxelles, Luxembourg, février 1977, pp. 80 et ss.

179 Bulletin des Communautés européennes, 9/74, pp. 22-24.

180 Rapport de la Commission sur l’Union européenne, in Bulletin des Communautés européennes. Supplément 5/75, p. 18.

181 Rapport Optica 1975 (rapport rédigé par un groupe d’experts indépendants constitué par la Commission).

182 Niels Thygesen, “The emerging European monetary system: precursors, first steps and policy options”, in Bulletin de la Banque nationale de Belgique, avril 1979, p. 104-105.

183 « Déclaration de M. Tindemans », in Bulletin des Communautés européennes, 12-1975, p. 6.

184 Rapport du groupe de réflexion « Union économique et monétaire 1980 », Bruxelles, mars 1975, p. 1.

185 Ibid., p. 1.

186 Ibid.

187 Le Monde, 14 février 1976. Propos tenus au terme des entretiens avec Helmut Schmidt les 12 et 13 février 1976.

188 Voir Le Nouvel Observateur, 17 mai 1975.

189 Claude Delmas, « Tempêtes sur l’Europe », in Le monde moderne, printemps 1976, p. 23.

190 Bulletin des Communautés européennes, 3-1975, p. 33.

191 Bulletin des Communautés européennes, 3-1975, p. 34.

192 Bulletin des Communautés européennes. Supplément 5/75, Rapport de la Commission sur l’Union européenne, p. 17.

193 Ibid., p. 18.

194 Leo Tindemans, L’Union européenne. Rapport au Conseil européen, Bruxelles, décembre 1975, p. 28.

195 Ibid., p. 28.

196 Ibid., pp. 31 et 33.

197 Entretien de l’auteur avec Leo Tindemans, 9 février 1999.

198 François-Xavier Ortoli, L’Europe au carrefour, Bruxelles, Fondation Paul-Henri Spaak, 1977, p. 34.

199 Henri Simonet, Quel sera le visage des Communautés européennes en 1980 ?, Bruxelles, Fondation Paul-Henri Spaak, 1978, p. 18.

200 Roy Jenkins, European Diary 1977-1981, Londres, Collins, 1989, p. 135. Entretien avec Renato Ruggiero, 27 janvier 1998.

201 Roy Jenkins, op. cit., p. 152.

202 Bulletin des Communautés européennes, 10-1977, p. 19.

203 Entretien avec François-Xavier Ortoli, 28 novembre 1997.

204 Pierre Werner, L’Europe monétaire reconsidérée, Lausanne, Centre de recherches européennes, 1977, pp. 36 et ss.

205 JOCE (229), Annexe : Débats du Parlement européen, du 12/4/78, p. 141, D-292.

206 Bulletin des Communautés européennes. Supplément 1/79, Union européenne. Rapports annuels 1978, p. 12.

207 Roy Jenkins, op. cit., p. 198.

208 Helmut Schmidt, Die Deutschen und ihre Nachbarn. Menschen und Mächteil, Berlin, 1990, p. 223.

209 Bulletin des Communautés européennes, 6-1978.

210 Henri Froment-Meurice, Vu du Quai. Mémoires 1945-1983, Paris, Fayard, 1998, p. 476.

211 Giulio Andreotti, Diari 1976-1979, Milan, Rizzoli, 1981, p. 285.

212 G. Andreotti, op. cit., p. 285.

213 Bulletin des Communautés européennes, 12-1978, p. 10.

214 Ralf Dahrendorf, « Politique, économie et politique économique : entre le désarroi et la facilité », in R. Dahrendorf (éd.), La crise en Europe, Paris, 1982, p. 28.

215 Bulletin des Communautés européennes, 12-1977, p. 26.

216 Journal officiel des Communautés européennes. Débats du Parlement européen, n° 237, décembre 1978, p. 117.

217 G. Andreotti, op. cit., p. 289.

218 Valéry Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, Paris, 1988, pp. 147-150 ; Guido Carli, “From the European Payments Union to European Monetary System”, in Richard N. Cooper et al. (sld. de ), The International Monetary System under Flexible Exchange Rates. Global, Regional, and National. Essays in Honor of Robert Triffin, Cambridge (Mass.), 1982, p. 167.

219 Karl Otto Pöhl, Le Système monétaire européen : un modèle pour un ordre monétaire international plus stable ?, Bruxelles, Fondation Paul-Henri Spaak, 1987, p. 13.

220 Movimento Europeo, L’Unione economica e il problema de la moneta europea, Milan, 1978.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search