Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Histoire de l’Europe monétaire 1945-2005

 | 
Pierre Du Bois

III. La ruée vers l’or (1958-1969)

Volltext

  • 75 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. III, Avec le renouveau mai 1958-juillet 1962, Paris, 19 (...)

1La réussite du Marché commun dépend, dans l’immédiat, de l’évolution de la situation en France. Le retour du général de Gaulle dénoue la crise. Les mesures de redressement financier prises à Paris en décembre 1958 balisent la voie à de nouveaux développements. Les Communautaires peuvent pousser un soupir de soulagement. Le président de Gaulle déclare le 28 décembre 1958 : « [...] tout en remédiant au désordre fondamental, nous devons placer notre franc sur une base telle qu’il soit inébranlable. Nous le faisons donc, regrettant d’en abaisser le taux, mais tirant les conséquences de négligences prolongées. Du même coup, notre monnaie devient convertible au-dehors en toutes monnaies étrangères, en même temps et au même titre que plusieurs de nos partenaires européens le font pour leur livre, leur mark, leur florin, etc. »75 La liberté des changes est restaurée un peu partout en Europe occidentale. Tous les pays membres de l’UEP, à l’exception de la Grèce, de la Turquie et de l’Islande, rétablissent la convertibilité externe – limitée aux avoirs des non-résidents au sens de l’article VIII des statuts du FMI – des devises. Il devient clair que le président de la République n’a pas l’intention de modifier les traités de Paris et de Rome. Le 1er janvier 1959 a lieu la première baisse de tarifs. La Communauté est sur les rails.

2A l’UEP, qui est dissoute, succède l’Accord monétaire européen. Un fond doté de six cent millions de dollars est mis en place en vue de fournir des crédits à court terme à ses membres. La même unité de compte que celle de l’UEP est introduite.

3Les nouvelles mesures répondent aux objectifs de 1944. Bretton Woods n’est pas loin de trouver enfin ses marques. Durant presque dix ans, l’ordre monétaire répond plutôt bien aux attentes. La stabilité des taux de change élimine quasiment les risques de distorsion entre les Six. En outre, dix Etats – en réalité onze avec la Suisse – mettent à disposition du FMI des ressources destinées à aider les uns et les autres à surmonter des difficultés temporaires dans le cadre des Accords généraux d’emprunt. Ces onze Etats, qui deviendront le G10, sont l’Allemagne, la Belgique, le Canada, la France, les Etats-Unis, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.

  • 76 Hermann J. Abs, extrait traduit en français du Bulletin économique n° 4, 1959, de la Deutsche Bank, (...)

4L’ordre monétaire d’alors suffit au bonheur des Six. Le contexte économique de croissance soutenue et d’inflation modérée influence le climat ambiant. Et la stabilité qui caractérise momentanément les relations monétaires internationales ne rend pas nécessaires des mesures de concertation. Les Communautaires sont liés par les règles de Bretton Woods, en particulier par la fixité des taux de change qui les met à l’abri – théoriquement – de turbulences monétaires, exception faite des cas où, en raison d’un déséquilibre fondamental de la balance des paiements, le recours à une dévaluation est autorisé. L’Amérique, de facto, exerce tutelle et contrôle sur les liquidités internationales. Ce qui peut le mieux assurer l’identité monétaire entre les Six, déclare Hermann J. Abs, président de la Deutsche Bank, c’est « l’observation des principes de saine politique financière et monétaire qui sont inscrits dans le traité de Rome, peut-être avec une précision encore insuffisante. »76 II exclut de manière typique toute politique monétaire commune, tout fonds européen de réserve, toute institution centralisée.

5Pourquoi alors aller plus loin dans l’unification monétaire ? Les Six de la Communauté économique européenne (CEE) montrent au début un intérêt plus que distrait à des mesures d’intégration monétaire plus européanisées. Seule institution monétaire commune, le Comité monétaire assure un minimum de coopération au sein de la Communauté. Ses statuts, arrêtés par le Conseil des ministres le 18 mars 1958, limitent à l’extrême ses compétences. Examiner la situation monétaire et financière des Etats membres, prévoir « les difficultés susceptibles d’affecter les balances des paiements », étudier le régime général des Etats membres et adresser des avis au Conseil.

6Les premières perturbations de change ne mettent pas en cause la position des Communautaires. La dévaluation du franc en décembre 1958 prélude à sa convertibilité. Les réévaluations du mark allemand et du florin hollandais en mars 1961 passent sans trop de mal. Les difficultés que traverse l’Italie en 1963 éveillent à peine plus d’aspiration à une harmonisation des politiques monétaires. Les autres Six sont tout de même étonnés, sinon choqués, que l’Italie ait fait appel aux Etats-Unis plutôt qu’à l’Europe pour la sortir de l’ornière.

7Les remèdes aux turbulences empruntent encore le plus souvent aux méthodes classiques de rachats et de ventes de devises – au comptant ou à terme – d’élévation du taux d’intérêt, de contrôle des changes et de mise en place d’un double marché monétaire.

8Le système de Bretton Woods n’échappe cependant pas à toute interrogation. La détérioration continuelle de la balance américaine des paiements et la diminution constante des réserves d’or – malgré les efforts entrepris depuis 1959 par les administrations Eisenhower et Kennedy en vue de renforcer la position des Etats-Unis en matière de paiements – alimente les premiers doutes. L’insuffisance des ressources du FMI en suscite d’autres. Les innombrables études et articles qui paraissent là-dessus dès le début des années soixante reflètent les préoccupations du moment.

  • 77 Henry S. Reuss, The Critical Decade. An Economic Policy for America and the Free World, New York, 1 (...)
  • 78 Robert Triffin, “The international monetary system, in R. Triffin et alia, International Monetary (...)

9Dans l’immédiat, toute réforme du système est exclue.77 Dévaluation du dollar, revalorisation de l’or, passage au flottement sont écartés par Washington pour ne pas compromettre la position internationale de la monnaie américaine et introduire l’incertitude dans les affaires monétaires. Le résultat, c’est que les remboursements de dollars en or réduisent rapidement les réserves de Fort Knox. Cent millions de dollars en février 1965 contre quinze milliards neuf cent millions en décembre 1957. C’est le commencement de la fin de l’étalon de change or instauré en 1944.78

  • 79 Assemblée parlementaire européenne, Rapport fait au nom de la commission de la politique économique (...)

10Dans la Communauté, les lacunes du traité en matière monétaire ne passent pas inaperçues. A l’Assemblée parlementaire européenne, la commission de la politique économique à long terme, des questions financières et des investissements soulève les premières interrogations relatives aux insuffisances des dispositions sur la politique monétaire dans le traité de Rome. « L’unité économique de l’Europe doit être établie dans tous les domaines. La politique monétaire est l’un des plus importants. C’est pourquoi il est d’autant plus regrettable que les dispositions du traité qui la concernent soient très succinctes » note le rapporteur.79

  • 80 Jean Guyot, « Le Marché commun et les mouvements de capitaux intra-européens », in Les problèmes eu (...)
  • 81 Robert Triffin, « La monnaie et le Marché commun – Politiques nationales et intégration régionale » (...)

11La réalisation de l’union douanière amène d’autres réflexions sur un rapprochement des politiques économique et monétaire. Le banquier français Jean Guyot observe en 1959 que l’avenir du Marché commun dépend étroitement de l’harmonisation progressive de la politique financière et monétaire des pays européens, ajoutant qu’au bout de la route, « l’unité monétaire apparaîtra comme le couronnement indispensable de l’union économique européenne ».80 L’instauration du Marché commun, destiné à mettre en concurrence les économies des Six, la libéralisation des mouvements de capitaux, l’élaboration de la politique agricole commune (PAC), caractérisée, entre autres, par l’établissement de prix communs pour les principaux produits, n’impliquent-elles pas, à terme, une coordination entre les Communautaires de manière à empêcher ou, du moins, à contenir des distorsions préjudiciables aux bons rapports entre les Six ? Autrement dit, une communauté économique ne suppose-t-elle pas une certaine cohésion interne et des vues communes sur l’état de la balance des paiements, la définition de l’équilibre des finances publiques et l’inflation pour fonctionner ? L’économiste américain d’origine belge Robert Triffin observe : « Une véritable intégration suppose l’acceptation par les Etats membres de profondes renonciations à leur souveraineté nationale. »81 La Communauté en est loin. Mais la logique est dessinée.

  • 82 Les problèmes de l’Europe, n° 1, 1958.
  • 83 Considérations sur le développement de la coopération entre les six pays des Communautés européenne (...)

12Le thème de l’union monétaire tombe très tôt dans le domaine communautaire.82 En 1959, Pierre Wigny, ministre belge des affaires étrangères, suggère une coordination des politiques économique, monétaire et financière, un rapprochement des systèmes fiscaux et budgétaires et l’introduction d’une unité de compte européenne, tout en excluant une monnaie commune. « Une intégration économique et plus poussée requiert une contrepartie sur le plan monétaire et financier. A son tour, un début d’intégration monétaire permettrait de renforcer les avantages acquis sur le plan économique. »83

13En raison de l’interpénétration économique qu’entraîne l’entrée en vigueur du Marché commun, il apparaît nécessaire de s’accorder dans tous les domaines qui influencent l’équilibre de la balance des paiements. Seul comité à vocation économique qui ait été créé par le traité de Rome, le Comité monétaire prend l’habitude de se réunir régulièrement à partir de juin 1958. De son côté, la Commission met en place une Direction générale chargée des questions monétaires et financières. Des liens étroits sont établis entre les deux organes. En 1960, le Conseil, sur recommandation de la Commission, établit un Conseil de politique conjoncturelle.

  • 84 US News and World Report, 11 juillet 1960.

14La lutte contre l’inflation retient aussi l’attention. Elle intéresse directement les Six comme tels en vue d’éviter des disparités entre eux. Les Allemands en font plus particulièrement un article de dogme. « En fait, la valeur de la stabilité est de plus en plus appréciée » déclare Ludwig Erhard, ministre allemand de l’économie, à l’hebdomadaire américain US News and World Report.84

  • 85 Pascal Fontaine, Le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe de Jean Monnet, Lausanne, Centre d (...)

15Le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe que préside Jean Monnet recommande dès 1959 des mesures de coopération monétaire. Elles englobent la réalisation d’une politique financière et de crédit commune, la libération des mouvements de capitaux à l’intérieur de la Communauté en vue « d’aboutir à la création d’un véritable marché européen des capitaux », une coordination des politiques budgétaires et des politiques de crédit des Six destinées à éviter « un mouvement erratique de capitaux et de marchandises » et à « contribuer à une expansion économique d’ensemble dans la stabilité des prix ». Elles prévoient aussi la création d’un fonds européen de réserve concentrant « au moins en partie les réserves monétaires des Six ».85

  • 86 Voir Robert Triffin, “Die Währungsordnung des XX Jahrhunderts”, in Jacques Rueff et al., Inflation (...)
  • 87 Pierre Werner, Itinéraires luxembourgeois et européens. Evolution et souvenirs 1945-1985, t. II, Lu (...)
  • 88 Ibid., p. 118.

16Lié à Jean Monnet, l’économiste Robert Triffin se fait l’avocat inlassable d’un Fonds monétaire placé sous le contrôle des Six.86 Quant au ministre luxembourgeois Pierre Werner, il propose en 1960 de créer une monnaie de compte européenne sous le nom d’euror appelée non seulement à rendre comparables les charges et les contributions budgétaires mais aussi à assumer un rôle sur les marchés privés de manière à accoutumer progressivement l’opinion à une monnaie collective.87 En 1962, il revient à la charge avec un Institut monétaire communautaire appelé à mettre en œuvre et diriger la politique monétaire commune.88

  • 89 Emile van Lennep, In de wereldeconomie. Herinneringen van een internationale Nederlander, Leiden, S (...)
  • 90 Communauté économique européenne, Les instruments de la politique monétaire dans les pays de la Com (...)

17Informé par Jean Monnet de l’idée d’un Fonds de réserve européen, le Hollandais Emile van Lennep, président du Comité monétaire, réagit de manière « prudemment positive », comme il le raconte dans ses mémoires.89 Dans une étude consacrée aux instruments de la politique monétaire, le Comité monétaire et la Commission prennent position en faveur d’une politique monétaire commune dans des termes encore très retenus. Il est nécessaire, disent-ils, « de perfectionner les instruments et d’élaborer les modalités de leur application de façon à pouvoir atteindre l’objectif commun d’une politique monétaire coordonnée : une expansion compatible avec la stabilité interne et externe des monnaies ».90 Mais aller plus loin, c’est aller trop loin. Les Banques centrales ne sont pas prêtes, comme le relève Emile van Lennep, à remettre en cause le statu quo.

  • 91 Bulletin de la Communauté économique européenne, décembre 1962, p. 67. Voir Parlement européen, Doc (...)
  • 92 Bulletin de la Communauté économique européenne, décembre 1962, p. 67.

18Dans le cadre institutionnel, le Parlement adopte en octobre 1962 une résolution – inspirée par le rapport de sa commission économique et financière que préside le député néerlandais van Campen – sur une « coordination des politiques monétaires dans le cadre de la Communauté économique européenne ».91 « Pour parvenir à une politique monétaire commune, recommande-t-il, il importe d’instituer progressivement une organisation fédérale des banques d’émission de la Communauté économique européenne avec une institution centrale chargée de la politique monétaire commune. »92

  • 93 « Mémorandum de la Commission sur le programme d’action de la Communauté pendant la deuxième étape  (...)
  • 94 « La monnaie européenne est-elle une utopie ou la réalité de demain ? », in Revue du Marché commun, (...)

19Répondant au Parlement, la Commission évoque, dans le « programme d’action de la Communauté pendant la deuxième étape », la préparation accélérée, au cours de la deuxième étape de la période de transition, d’une union monétaire et de son achèvement au cours de la troisième étape, sans que soit mise en cause la souveraineté des Etats. « Quant à la politique monétaire, elle est d’une importance vitale pour le marché commun. L’union économique implique, en effet, au moins après la période de transition, la fixité des taux de change des monnaies des Etats membres, sous réserve de variations dans des limites très étroites. »93 Dans l’intervalle, elle suggère d’entreprendre les premiers pas en direction d’une politique monétaire concertée. La Revue du Marché commun commente ainsi le document : « Les conditions paraissent donc réunies pour que les projets d’union monétaire, loin de représenter la poursuite d’une utopie, deviennent l’amorce d’une construction plus ambitieuse encore mais tout aussi réaliste que l’Union douanière et l’Union économique. »94

  • 95 Pierre Werner, conférence sur « L’union monétaire de la Communauté économique européenne » (1971), (...)
  • 96 Robert Marjolin, « Note », in ARM 25/1/15, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

20Dans l’ensemble, il faut bien le dire, l’écho de ces propositions est faible. Les spéculations sur l’avenir monétaire de l’Europe sombrent bientôt, pour citer le premier ministre luxembourgeois, dans les vicissitudes politiques et les controverses institutionnelles.95 Les nations ne sont pas mortes sous l’intégration. Le commissaire Marjolin observe en 1963 : « Le marché commun est un ensemble de règles pour la bonne gestion des intérêts nationaux. »96 La formule se passe de commentaires.

21En la matière, le débat reste ouvert. L’unification monétaire requiert-elle une uniformisation totale des niveaux nationaux des prix, des coûts, des salaires, de la productivité, des niveaux de vie ? Réclame-t-elle aussi une uniformisation des politiques budgétaires, économiques, fiscales et sociales des Etats membres ? Les ministères des finances et les banques centrales sont encore loin d’être acquis à un rapprochement substantiel et institutionnel. L’idée d’un Fonds de réserve européen continue de rencontrer doutes et résistances.

22Coordination monétaire, convergence des politiques économiques et harmonisation fiscale constituent la trame de possibles nouveaux développements. Elles reposent sur quelques convictions qui font leur chemin parmi les Européens. Premièrement, l’unification monétaire met l’Europe à l’abri de fluctuations qui nuisent au bon fonctionnement du marché intérieur, y compris celui des marchés agricoles. Deuxièmement, elle représente la seule possibilité de réaliser un ensemble assez vaste pour sortir de la tutelle du dollar. Troisièmement, elle est de nature à faire avancer la Communauté plus rapidement dans la voie de l’unité. Les arguments de base en faveur de l’union économique et monétaire sont sous toit.

23La réalisation de la politique agricole commune donne un coup d’accélération à la réflexion sur la mise au point d’instruments monétaires communs. L’établissement de prix uniques fixés en unités de compte européennes – équivalant à un dollar – implique la stabilisation des taux de change et donc le renoncement à des dévaluations ou à des réévaluations unilatérales susceptibles d’entraîner des perturbations dommageables. De là l’idée d’une double politique de cohésion, monétaire et économique, comportant, entre autres, l’harmonisation des politiques budgétaires et la concertation des politiques monétaires – et cela en vue d’endiguer autant que faire se peut les tensions inflationnistes dans la Communauté.

  • 97 Décisions du Conseil du 8 mai 1964.

24Mais, divisés entre eux, les Six ne suivent pas. Le 8 mai 1964, le Conseil se borne à établir trois comités : un comité de politique budgétaire, un comité sur la politique économique à moyen terme et un comité formé des gouverneurs des banques centrales.97 Il introduit aussi un système de consultation préliminaire en matière monétaire. En revanche, il s’oppose à des taux de change fixés de manière permanente ainsi qu’à la création d’une monnaie de réserve européenne.

  • 98 Ufficio stampa e informazione delle Comunità europee, Iniziativa 1964, Rome octobre 1964, p. 3.
  • 99 Bulletin de la Communauté économique européenne, 5-1965, p. 8. Voir aussi Le Monde, 25  mars 1965.
  • 100 Gilles Gozard, « Les incidences monétaires des accords agricoles du 15 décembre », in Revue du marc (...)
  • 101 Ibid., p. 178.

25La Commission reconnaît l’importance nouvelle de la coopération monétaire tout en mesurant les difficultés qu’elle soulève. En octobre 1964, elle mentionne expressis verbis l’enjeu de l’union monétaire dans une brochure destinée au grand public.98 Le vice-président de la Commission Marjolin s’en fait l’écho en mars 1965 dans une intervention devant le Parlement européen, où il recommande l’adoption de règles et de normes dans les domaines qui continuent de relever de la souveraineté nationale. « L’unité monétaire [...] est déjà une réalité, mais elle peut encore être remise en question. [...] Notre tâche consiste maintenant à rendre impossibles et inutiles des changements de parité internes qui ne sont aujourd’hui que difficiles et improbables. »99 Tandis que la Communauté entreprend d’unir ses prix agricoles, il importe d’assurer le « mouvement vers l’union monétaire ». Mais le commissaire européen évite toute proposition sacrilège, ne mentionnant ni monnaie unique, ni embryon de Banque centrale, ni Fonds européen de réserve. Un commentateur observe : « En tout état de cause, il apparaît clairement que l’adoption de prix agricoles communs fait de la conduite d’une politique monétaire tout à fait autonome d’un pays à l’intérieur de la Communauté une entreprise de plus en plus difficile et contestable. »100 Et d’ajouter : « Ceci revient à dire que les six pays sont entrés dans une Union monétaire de fait qui ne saurait être que le prélude à une union monétaire officiellement proclamée, précédant elle-même la naissance d’une monnaie européenne. »101

  • 102 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. IV, Pour l’effort 1962-1965, Paris, Plon, 1970, p. 332.
  • 103 Ibid., p. 334.
  • 104 Jean-Paul Palewski, « Le système monétaire actuel n’est pas étranger à l’inflation qui secoue l’Eur (...)

26Loin d’être assis sur des bases solides, l’ordre monétaire international commence à vaciller. Ses insuffisances deviennent criantes. L’émission sans limites de dollars et le maintien artificiel du prix de l’or dénaturent le système de Bretton Woods. Le temps du dollar shortage est fini. La situation est plutôt caractérisée par une accumulation de devises dans tous les pays du Marché commun. Dès 1964, la France, qui commence à convertir ses dollars en or, met en cause publiquement la conformité du système monétaire international aux réalités. Lors de sa conférence de presse du 4 février 1965, le général de Gaulle préconise une vaste réforme « dans l’intérêt du monde entier ». Il déclare : « [...] la convention qui attribue au dollar une valeur transcendante comme monnaie internationale ne repose plus sur sa base initiale, à savoir la possession par l’Amérique de la plus grande partie de l’or du monde [...] ».102 Condamnant l’étalon de change or, qui présente désormais trop d’inconvénients, il propose que le système soit changé. Et donc, tout à fait logiquement, il demande aux Six de s’entendre en vue d’« élaborer entre eux et faire valoir au dehors le système solide que recommande le bon sens et qui répond à la puissance renaissante de notre Ancien Continent. »103 Lors de la Conférence monétaire de Tokyo, la France recommande « la création d’une unité internationale de réserve monétaire reliée aux réserves d’or et soumise à des règles strictes destinées à en ajuster l’émission aux besoins réels nés de la croissance économique ».104

  • 105 Claude Bruclain, Le socialisme et l’Europe, Paris, Seuil, 1965, p. 113. Claude Bruclain cache un ce (...)

27Quelques réflexions font leur chemin dans les esprits. Et, parmi ces réflexions, l’idée qu’il existe une sorte de lien entre la stabilité monétaire et le fonctionnement du Marché commun. Dans Le socialisme et l’Europe, un essai publié en 1965 sous le nom collectif de Claude Bruclain, les auteurs observent : « Les dévaluations monétaires auxquelles la France a si souvent recouru par le passé deviennent impossibles dès lors que les échanges commerciaux intracommunautaires s’effectuent quasi librement et que des prix communs ont été fixés pour les principaux prix agricoles. »105 En juillet 1966, la Fédération de la gauche démocrate et socialiste publie à Paris un programme où figure une proposition de monnaie commune.

28L’escalade de la guerre au Vietnam et les coûts qu’elle engendre accentuent encore le déséquilibre de la balance américaine des paiements et l’accélération de l’inflation. L’encaisse or des Etats-Unis diminue à vue d’œil. De plus, la masse d’eurodollars qui submerge l’Europe désoriente les banques centrales qui ne savent comment y répondre.

29A Rome, en février 1967, le professeur Raymond Barre, vice-président de la Commission, recommande aux ministres des finances de la Communauté de renoncer à modifier les parités sans commun accord et à supprimer la marge de 0,75 % de fluctuation des parités des Six entre eux. Mais les Six ne font rien. Jelle Zijlstra, le ministre néerlandais des finances, est même opposé à toute entité monétaire européenne.

  • 106 E. van Lennep, op. cit., p. 152. Voir aussi Bureau d’information des Communautés européennes, « De (...)

30Les secousses monétaires qui ont lieu à partir de 1967 font apparaître plus clairement les défauts de la cuirasse. Atteinte de plein fouet par la spéculation en novembre 1967, la livre est dévaluée – et avec elle la couronne danoise, la livre irlandaise, la peseta espagnole et la couronne islandaise. Il est vrai que la Communauté réussit à conserver un minimum de cohésion malgré quelques hésitations initiales de Paris.106

  • 107 Le Monde, 29 novembre 1967.

31L’avenir du système monétaire international est de plus en plus en question. Quelle formule retenir pour faire face aux désordres monétaires ? Comme les Américains ne sont pas prêts à réformer le système, il revient aux Européens de prendre l’initiative. Le retour à l’or comme fondement du système monétaire international a peu d’adeptes. Le général de Gaulle fait mine de s’y rallier. Il n’est pas exclu, dit-il en novembre 1967 lors d’une conférence de presse, que les turbulences monétaires aboutissent « au rétablissement du système monétaire international fondé sur l’immuabilité, l’impartialité, l’universalité, qui sont les privilèges de l’or. »107

  • 108 Pierre Werner, Itinéraires luxembourgeois et européens. Evolutions et souvenirs 1945-1985, t. 2, op (...)
  • 109 Ibid., p. 121.

32L’Europe monétaire réunit plus de suffrages. Des économistes, des hommes politiques en défendent la cause. Et parmi ceux qui le font avec le plus de conviction, le premier ministre luxembourgeois Pierre Werner qui esquisse le 24 janvier 1968, à Sarrebruck, un programme d’action monétaire comportant la définition de l’unité de compte, une organisation du concours mutuel et un fonds de coopération mutuelle.108 Il défend la même approche devant une réunion des ministres des finances qui se tient à Rotterdam.109

33En mars 1968, le pool de l’or, instauré en 1960 par les Banques centrales, est dissous et le cours du métal jaune sur le marché libre cesse d’être régularisé. Le prix de l’or à trente-cinq dollars l’once est mis à mal. La plus grande incertitude règne sur l’avenir du système.

34En France, les événements de mai 1968 entraînent une crise de paiements qui accentue encore le malaise ambiant. Comment faire face sans prendre des mesures de sauvegarde – avec l’autorisation de Bruxelles – et instaurer le contrôle des changes sur le flux des capitaux des résidents ? Sous la secousse, le Marché commun est mis en cause. Paris rétablit momentanément des quotas sur certaines importations et des subventions aux exportations qui s’appliquent à tous les pays membres ou non de la Communauté.

35Au cours de l’été, le franc français et le mark allemand entrent dans les turbulences. En automne, des mesures de compensation sont prises aux frontières en vue d’endiguer les effets de la surévaluation du mark allemand. Elles vont entrer dans les mœurs communautaires devant la répétition des mouvements erratiques sous la forme des montants compensatoires monétaires (MCM) qui répondent surtout aux effets directs sur la politique agricole commune qu’entraînent les désordres monétaires.

  • 110 Lettre de Jean Monnet à Raymond Barre, 22 novembre 1968, AMK C 33/1/117, Fondation Jean Monnet pour (...)

36La situation critique de l’ordre monétaire international appelle une réponse des Communautaires. L’urgence de mesures communes tombe sous le sens. « La crise monétaire, écrit Jean Monnet à Raymond Barre, a mis en évidence l’insuffisance de la coopération pratiquée jusqu’à présent et la nécessité d’une institution monétaire européenne, comme le Fonds européen dont nous avons parlé au début de cette année. »110

  • 111 Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1968, t. 2, 1. Juli bis 31. Dezember 1 (...)

37La révision des parités est dans l’air. Il en est question à Bonn lors d’une conférence du G10 en novembre 1968. Mais rien n’est arrêté. Le président de Gaulle, sur le moment, décide de ne pas dévaluer le franc. Et l’Allemagne n’est pas prête à réévaluer le mark.111

38Des économistes recommandent de quitter le système des parités fixes et d’adopter celui des changes flexibles. D’autres économistes conseillent, au contraire, de renforcer la stabilité monétaire.

39En avance d’un an et demi sur le calendrier établi par le traité de Rome, la réalisation anticipée de l’union douanière à la date du 1er juillet 1968 ouvre de nouvelles perspectives à la Communauté. L’intégration économique des Etats membres appelle une relance des politiques communes dans toute une série de secteurs d’activité.

40La Commission – en la personne de son commissaire Raymond Barre – va dans ce sens. En février 1968, elle adresse aux ministres des finances des Six un mémorandum, où elle suggère des concertations avant tout changement de parité, l’élimination entre les monnaies des Etats membres des fluctuations journalières de change autour des parités et l’adoption de marges de fluctuations identiques à l’égard des pays tiers, ainsi que la mise en place dans le cadre de la Communauté d’un dispositif de concours mutuel et la définition d’une unité de compte européenne, qui serait utilisée dans tous les domaines de l’action communautaire requérant un dénominateur commun.

  • 112 Raymond Barre, « L’ordre monétaire européen », in Aussen-wirtschaft, mars 1969, p. 7.

41Mais, dans l’esprit de Barre, il est hors de question d’aller plus loin – ou d’aller trop loin. Ainsi exclut-il, à la différence d’autres économistes, toute introduction d’une monnaie européenne de réserve. A Bruxelles, en octobre 1968, il déclare : « Je ne crois pas personnellement qu’il y aurait intérêt à ce qu’aux anciennes monnaies de réserve vienne s’ajouter une nouvelle monnaie de réserve, qui soit une monnaie de réserve européenne. »112 C’est dans le cadre des institutions existantes qu’il invite les Européens à conjuguer leurs efforts et à exercer leur influence. En attendant, des mesures de convergence en matière économique et monétaire, comme le maintien des équilibres fondamentaux des économies, suffisent.

42Les ministres des Six le comprennent bien ainsi. En décembre 1968, ils reconnaissent la nécessité d’une convergence accrue des politiques économiques au sein de la Communauté et recommandent l’examen des « possibilités d’une intensification de la coopération monétaire ».

  • 113 Mémorandum de la Commission au Conseil sur la coordination des politiques économiques et la coopéra (...)
  • 114 Ibid., p. 13-14.

43En février 1969, la Commission de Bruxelles présente à son tour un plan – le premier plan Barre, qui tend à mieux assurer la concertation et le rapprochement des politiques économiques des Etats membres et, parallèlement, à amorcer une coopération monétaire en recourant à « un mécanisme communautaire ».113 Le plan vise à établir un mécanisme de soutien monétaire à court terme, assorti d’une aide financière à moyen terme, à soumettre les changements de parité à l’accord préalable des autres pays membres et à examiner la possibilité de supprimer complètement les marges de fluctuation entre monnaies européennes. Destiné à aider des Etats en difficulté, le mécanisme n’est pas une alternative aux structures internationales existantes. Le mémorandum est très clair là-dessus : « Le mécanisme de coopération monétaire communautaire ne se substitue pas aux mécanismes de la coopération monétaire internationale, mais, tel qu’il est conçu, il peut s’y insérer sans difficulté. »114 En mars 1969, Valéry Giscard d’Estaing déclare à L’Expansion : « Il faut se soumettre à la logique du processus et comprendre qu’il ne peut pas y avoir unification économique sans unification monétaire. »

  • 115 Karl Blessing, lettre à Kurt Birrenbach, 19 mars 1969, AMK C 11/1/92, Fondation Jean Monnet pour l’ (...)
  • 116 Ibid.

44Mais quelle unification monétaire ? Entre Européens, les points de vue restent très différents, sinon très divergents. L’harmonisation des politiques économique et financière est encore dans les limbes. Comment alors construire ensemble une unification qui mette la Communauté à l’abri des soubresauts des contingences monétaires en l’absence d’« unité de vue sur les objectifs dans les questions économiques essentielles », pour reprendre les termes de Karl Blessing, président de la Bundesbank ?115 Il est ainsi hors de question, en Allemagne, d’admettre à la longue un taux d’inflation, même modéré.116

  • 117 Bulletin des Communautés européennes, 9/10-1969, p. 110.

45En juillet, le plan Barre est entériné par le Conseil des ministres. Mais des interrogations subsistent. Les délégations italienne et néerlandaise réservent leur position sur le système proposé jusqu’à ce que ses modalités de fonctionnement soient connues.117 Dans la Communauté, tout émane du Conseil des ministres. C’est dire qu’une percée en matière d’intégration monétaire est improbable. Dans tous les cas, les Six continuent de faire partie du bel ordre de Bretton Woods, qui leur impose des taux de change fixes, des définitions des monnaies nationales en termes d’or et de dollar et la convertibilité.

46De tout côté fusent des idées, des projets, des initiatives. L’enchaînement est assez rapide. Plan belge, assez proche du plan luxembourgeois, qui esquisse une union économique et monétaire. Projet allemand qui reprend l’idée, défendue par Jean Monnet et Robert Triffin, d’un fonds européen de réserve.

  • 118 Bulletin des Communautés européennes, 5-1970, p. 5.

47La Commission entre à sa manière dans le jeu en décidant de refuser au printemps 1969 de prolonger la période de transition – ce qui a entraîné d’après Jean Rey, le président de l’institution, un « choc psychologique ».118

48Dans les milieux européens, les secousses monétaires relancent les réflexions sur la coopération monétaire. Jean Monnet, président du Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe, revient sur la création d’un Fonds commun de réserve doté au départ d’un dixième des réserves monétaires de chaque pays membre mais destiné à atteindre par étapes la totalité des réserves confiées à la Banque européenne fédérale au sein d’une union monétaire de l’Europe. Il réussit à convaincre le chancelier Willy Brandt de soumettre le plan en question, qui doit beaucoup au professeur Triffin, au sommet de La Haye.

49Les remous reprennent en été 1969. En août, le franc est dévalué – sans concertation entre la France et ses partenaires – et, en septembre, le deutsche Mark soumis au flottement – une avant-première – avant d’être réévalué en octobre. Quant à la monnaie américaine, elle poursuit sa course incertaine, alors que les dollars déposés dans des banques européennes – les eurodollars – constituent un véritable marché international parallèle aux marchés nationaux de capitaux. Tout cela ne dit rien qui vaille. En juillet 1969, l’introduction des droits de tirage spéciaux (DTS) qui représentent un nouvel actif international – après des années de discussions – destiné à remédier à l’insuffisance des liquidités internationales ne change rien à l’affaire.

  • 119 Le Monde, 3 juillet 1969.
  • 120 Le Monde, 12 juillet 1969.
  • 121 Ibid.
  • 122 Le Monde 6/7 et 12 juillet 1969.

50Après la démission du général de Gaulle en avril 1969, son ancien premier ministre Georges Pompidou lui succède en juin. L’événement ouvre de nouvelles perspectives à l’Europe – et plus particulièrement à la relance de l’adhésion britannique. Le nouveau président n’est certainement pas le plus Européen des Européens. D’un naturel plutôt méfiant, il cultive une vision très interétatique de la Communauté. Mais il pèse très clairement le risque d’une Europe bloquée. Il entend réaliser le Marché commun définitif à l’échéance prévue.119 Le 10 juillet, lors de sa première conférence de presse, il déclare : « L’Europe n’est pas un couvent supposant une série de vœux que l’on prononcerait les uns après les autres, ce n’est pas non plus une chimère, cela doit être une réalité ».120 Et la réalité commande tout d’abord de terminer la période transitoire. C’est le premier objectif. Le deuxième objectif, c’est d’assurer l’approfondissement de la Communauté en vue d’aboutir « à une véritable Communauté, c’est-à-dire à un ensemble économique qui soit un tout, véritablement un tout ».121 Et le troisième objectif concerne l’élargissement. Le président Pompidou ne voit pas, dit-il, d’objections de principe à l’adhésion éventuelle de tel autre pays à la Communauté. C’est assez prometteur – à défaut de l’être trop. Et pour relancer l’Europe, quelle autre méthode que de réunir une conférence au sommet ? Annoncée à Paris au début de juillet, elle est évoquée par Pompidou lors de sa conférence de presse.122

  • 123 Bulletin des Communautés européennes, 1-1970, p. 17.

51Au début, le scepticisme règne encore parmi les partenaires de la France. Mais le travail de la diplomatie élimine les réserves. Le 15 septembre, le Conseil des ministres arrête le programme du sommet. Le 19 novembre, dans un aide-mémoire destiné à la Conférence, la Commission invite à compléter l’union douanière par la mise en place d’une union économique et monétaire au cours des prochaines années.123

  • 124 Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe, Rapport de M. Guido Carli, gouverneur de la Banque d’ (...)
  • 125 Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe, Déclaration commune, quinzième session, Bruxelles, 15 (...)
  • 126 Lettre de Pierre Werner à Jean Monnet, 29 juillet 1969, in AMK C 5/12/18, Fondation Jean Monnet pou (...)

52Le 16 juillet 1969, lors de la réunion du Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe, qu’anime Jean Monnet, l’Italien Guido Carli et le Belge Robert Triffin démontrent l’urgente nécessité de créer une véritable zone monétaire européenne indépendante de la zone monétaire américaine.124 La déclaration commune du Comité d’action plaide pour la réalisation de l’union économique et monétaire, jugée indispensable pour transformer à terme le Marché commun en un vaste et véritable marché intérieur comparable à celui des Etats-Unis.125 Pierre Werner, qui en a reçu copie, répond que la résolution « traduit largement ses propres idées notamment à propos de l’union économique et monétaire ».126 De leur côté, les gouvernements, échaudés par les turbulences monétaires répétées qui secouent la Communauté, commencent à échafauder des scénarios de coopération plus poussée.

  • 127 Raymond Barre, « Les bases de l’Union économique et monétaire », in Bulletin des Communautés europé (...)

53Tout cela sur la base d’un compromis entre les Six, et principalement entre la France et l’Allemagne, qui comporte une double convergence des politiques économiques et monétaires. Raymond Barre, vice-président de la Commission, observe : « Ces deux plans sont, à l’évidence, complémentaires : la solidarité monétaire et financière n’est acceptable que si chacun a son mot à dire sur ce que font ses partenaires. Inversement les contraintes qu’implique la coordination des politiques économiques ne sont tolérables que si elles sont compensées par la certitude, pour tout pays en difficulté, de trouver auprès de ses partenaires aide et soutien immédiats. »127

  • 128 Bulletin des Communautés européennes, 12-1969, p. 102.
  • 129 Ibid., p. 100.
  • 130 Josef Luns, conférence au European Luncheon Club, à Londres, 20 novembre 1969, AMK C 19/1/170, Fond (...)

54Le tabou de l’intégration monétaire disparaît. Le climat invite à des initiatives. L’Europe baigne encore dans la méfiance. Désillusions et inquiétudes dominent les réflexions sur la situation de la Communauté. Les comportements des Etats restent commandés par leurs structures, leurs orientations, leurs intérêts et leurs visions propres. La coordination des politiques économiques et monétaires est très théorique. Devant le Parlement européen, le ministre néerlandais des affaires étrangères Josef Luns évoque « les proportions inquiétantes » qu’a prises la crise dans laquelle se trouve l’Europe.128 Ce n’est pas seulement « l’acquis communautaire » qui est menacé. C’est tout le processus d’intégration. La dévaluation du franc et la réévaluation du deutsche Mark, qui secouent la Communauté, illustrent les limites de la cohésion communautaire. « Les manipulations monétaires en France et en Allemagne ont montré que l’hypothèse d’un développement parallèle des économies des Etats membres n’est pas vérifiée » constate le député allemand Lücker.129 La cohésion n’est pas acquise. Il est maintenant prouvé, déclare à Londres Josef Luns, que la consultation préalable « ne peut être assurée dans l’état actuel du Marché commun. »130

  • 131 Bulletin des Communautés européennes, 12-1969, pp. 100 et ss.
  • 132 Aide-mémoire de la Commission destiné à la Conférence, in Bulletin des Communautés européennes, 1-1 (...)
  • 133 Ibid., p. 17.

55L’important, c’est d’aller de l’avant pour sortir de la crise. Pour ce faire, il faut déjà se réunir. Rendez-vous est pris à La Haye d’abord aux 17 et 18 novembre 1969, puis aux 1er et 2 décembre. Le terrain est préparé, comme il se doit, par les experts, les diplomates et les ministres. Le 3 novembre, au cours d’une session extraordinaire, le Parlement européen définit les enjeux et positions en vue du sommet.131 La Commission n’est pas en reste. Le 1er octobre, dans un avis, elle met en avant la poursuite parallèle de l’élargissement et du renforcement de la Communauté. Et, en novembre, elle accouche d’un aide-mémoire qu’elle destine à la Conférence. Elle y fait part de ses constats et de ses attentes. En bref, ce qu’elle attend de la Conférence, après des années difficiles, c’est « un nouvel élan politique à la construction européenne ».132 En matière monétaire, elle invite à « compléter l’union douanière par la mise en place d’une union économique et monétaire au cours des prochaines années » sans en dire plus.133 Le triptyque constitué par l’achèvement, l’approfondissement et l’élargissement entre dans le langage courant des Communautaires.

56Le débat sur l’Europe monétaire va bon train. Toutes les divergences ne sont pas surmontées. L’incertitude accompagne la rencontre. Que va-t-il en résulter malgré les bonnes intentions affichées ? Les doutes surplombent l’enjeu.

  • 134 Bulletin des Communautés européennes, 2-1970, p. 35.

57A l’ordre du jour figurent, entre autres, le règlement financier de la politique agricole commune, la question de l’élargissement, les perspectives d’évolution de la Communauté. Des tensions subsistent le premier jour. Le président Pompidou demande : « Les troubles que les changements de parité monétaire ont provoqués dans le domaine des prix mettent-ils en danger l’avenir du marché commun agricole ? »134 « Dans l’affirmative, entendons-nous ou non progresser dans la coordination des politiques économiques et monétaires ? »

  • 135 « Communiqué final de la conférence (2 décembre 1969) », in Bulletin des Communautés européennes, 1 (...)
  • 136 Ibid., p. 16.
  • 137 Ibid., p. 16.

58Mais la bonne volonté prend le dessus le lendemain. En matière monétaire, les dirigeants des Six, qui vont plus loin que le plan Barre, préconisent des politiques monétaire et économique communes. « Au sein du Conseil [...], un plan par étapes sera élaboré au cours de l’année 1970 en vue de la création d’une union économique et monétaire. »135 Entre la priorité à la convergence des politiques économiques que défendent les Allemands et la priorité à l’unification monétaire que soutiennent les Français, ils tranchent selon leur habitude par un compromis qui additionne les deux positions. « Le développement de la coopération monétaire devrait s’appuyer sur l’harmonisation des politiques économiques ».136 Enfin, les Six sont convenus de faire examiner « la possibilité d’instituer un Fonds de réserve européen, auquel devrait aboutir une politique économique et monétaire commune ».137 C’est donner suite à la proposition du chancelier Brandt sans lui donner trop de consistance.

  • 138 Bulletin des Communautés européennes, 2-1970, p. 45.

59Après des années de tension, les résultats de La Haye détendent l’atmosphère. L’Italien Mariano Rumor, président du Conseil, déclare : « Il est urgent de mettre un terme à une période d’incertitude et de stagnation et de faire en sorte que les peuples de l’Europe démocratique se rendent compte qu’ils sont de nouveau maîtres de leur destin. »138 Les amertumes récentes ne sont pas effacées. Mais elles sont quelque peu adoucies. A défaut de trop d’espoir, c’est, en définitive, une période d’intense activité qu’ouvre la Conférence de La Haye.

Anmerkungen

75 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. III, Avec le renouveau mai 1958-juillet 1962, Paris, 1970, p. 67.

76 Hermann J. Abs, extrait traduit en français du Bulletin économique n° 4, 1959, de la Deutsche Bank, AMK C 11/1/1, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

77 Henry S. Reuss, The Critical Decade. An Economic Policy for America and the Free World, New York, 1964, pp. 74-75.

78 Robert Triffin, “The international monetary system, in R. Triffin et alia, International Monetary Problems, Londres, 1965, p. 2.

79 Assemblée parlementaire européenne, Rapport fait au nom de la commission de la politique économique à long terme, des questions financières et des investissements [...] par M. Ph. C. M. van Campen, rapporteur, décembre 1958, p. 28.

80 Jean Guyot, « Le Marché commun et les mouvements de capitaux intra-européens », in Les problèmes européens, 4-5, 1959, pp. 31-34.

81 Robert Triffin, « La monnaie et le Marché commun – Politiques nationales et intégration régionale », in Cahiers de l’Institut de science économique appliquée, n° 74, décembre 1958, p. 1.

82 Les problèmes de l’Europe, n° 1, 1958.

83 Considérations sur le développement de la coopération entre les six pays des Communautés européennes et sur leurs relations extérieures, octobre 1959, p. 12, AMK C 12/1/171, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

84 US News and World Report, 11 juillet 1960.

85 Pascal Fontaine, Le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe de Jean Monnet, Lausanne, Centre de recherches européennes, 1974, p. 92.

86 Voir Robert Triffin, “Die Währungsordnung des XX Jahrhunderts”, in Jacques Rueff et al., Inflation und Weltwährungsordnung, Erlenbach-Zurich et Stuttgart, 1965, pp. 165 et ss.

87 Pierre Werner, Itinéraires luxembourgeois et européens. Evolution et souvenirs 1945-1985, t. II, Luxembourg, Editions Saint-Paul, 1992, p. 30.

88 Ibid., p. 118.

89 Emile van Lennep, In de wereldeconomie. Herinneringen van een internationale Nederlander, Leiden, Stenfert Kroese, 1991, p. 100.

90 Communauté économique européenne, Les instruments de la politique monétaire dans les pays de la Communauté économique européenne, Bruxelles, 1962, p. 12.

91 Bulletin de la Communauté économique européenne, décembre 1962, p. 67. Voir Parlement européen, Documents de séance 1962-1963, 7 avril 1962, Document 17, Rapport fait au nom de la Commission économique et financière sur la coordination des politiques monétaires dans le cadre de la CEE.

92 Bulletin de la Communauté économique européenne, décembre 1962, p. 67.

93 « Mémorandum de la Commission sur le programme d’action de la Communauté pendant la deuxième étape », in Bulletin de la Communauté économique européenne, 12-1962, p. 9.

94 « La monnaie européenne est-elle une utopie ou la réalité de demain ? », in Revue du Marché commun, décembre 1962, p. 462.

95 Pierre Werner, conférence sur « L’union monétaire de la Communauté économique européenne » (1971), in AMK C 5/12/29, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

96 Robert Marjolin, « Note », in ARM 25/1/15, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

97 Décisions du Conseil du 8 mai 1964.

98 Ufficio stampa e informazione delle Comunità europee, Iniziativa 1964, Rome octobre 1964, p. 3.

99 Bulletin de la Communauté économique européenne, 5-1965, p. 8. Voir aussi Le Monde, 25  mars 1965.

100 Gilles Gozard, « Les incidences monétaires des accords agricoles du 15 décembre », in Revue du marché commun, avril 1965, p. 177.

101 Ibid., p. 178.

102 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. IV, Pour l’effort 1962-1965, Paris, Plon, 1970, p. 332.

103 Ibid., p. 334.

104 Jean-Paul Palewski, « Le système monétaire actuel n’est pas étranger à l’inflation qui secoue l’Europe », in L’intérêt européen, mai 1965.

105 Claude Bruclain, Le socialisme et l’Europe, Paris, Seuil, 1965, p. 113. Claude Bruclain cache un certain nombre de membres du Club Jean Moulin.

106 E. van Lennep, op. cit., p. 152. Voir aussi Bureau d’information des Communautés européennes, « De l’union douanière à l’union économique : l’étape du 1er juillet 1968 », Paris, mai 1968, p. 14.

107 Le Monde, 29 novembre 1967.

108 Pierre Werner, Itinéraires luxembourgeois et européens. Evolutions et souvenirs 1945-1985, t. 2, op. cit., p. 121.

109 Ibid., p. 121.

110 Lettre de Jean Monnet à Raymond Barre, 22 novembre 1968, AMK C 33/1/117, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

111 Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1968, t. 2, 1. Juli bis 31. Dezember 1968, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 1999, p. 1 533. Voir aussi François Seydoux, Dans l’intimité franco-allemande. Une mission diplomatique, Paris, Editions Albatros, 1977, p. 130.

112 Raymond Barre, « L’ordre monétaire européen », in Aussen-wirtschaft, mars 1969, p. 7.

113 Mémorandum de la Commission au Conseil sur la coordination des politiques économiques et la coopération monétaire au sein de la Communauté (Présenté le 12 février 1969), p. 13.

114 Ibid., p. 13-14.

115 Karl Blessing, lettre à Kurt Birrenbach, 19 mars 1969, AMK C 11/1/92, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

116 Ibid.

117 Bulletin des Communautés européennes, 9/10-1969, p. 110.

118 Bulletin des Communautés européennes, 5-1970, p. 5.

119 Le Monde, 3 juillet 1969.

120 Le Monde, 12 juillet 1969.

121 Ibid.

122 Le Monde 6/7 et 12 juillet 1969.

123 Bulletin des Communautés européennes, 1-1970, p. 17.

124 Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe, Rapport de M. Guido Carli, gouverneur de la Banque d’Italie, sur les problèmes de l’adhésion de la Grande-Bretagne au Marché commun en ce qui concerne les questions monétaires, Bruxelles, juillet 1969, ARM 32/1/60, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

125 Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe, Déclaration commune, quinzième session, Bruxelles, 15-16 juillet 1969, AMK 22/7/46, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

126 Lettre de Pierre Werner à Jean Monnet, 29 juillet 1969, in AMK C 5/12/18, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

127 Raymond Barre, « Les bases de l’Union économique et monétaire », in Bulletin des Communautés européennes, 3-1970, p. 5.

128 Bulletin des Communautés européennes, 12-1969, p. 102.

129 Ibid., p. 100.

130 Josef Luns, conférence au European Luncheon Club, à Londres, 20 novembre 1969, AMK C 19/1/170, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne.

131 Bulletin des Communautés européennes, 12-1969, pp. 100 et ss.

132 Aide-mémoire de la Commission destiné à la Conférence, in Bulletin des Communautés européennes, 1-1970, p. 17.

133 Ibid., p. 17.

134 Bulletin des Communautés européennes, 2-1970, p. 35.

135 « Communiqué final de la conférence (2 décembre 1969) », in Bulletin des Communautés européennes, 1-1970, p. 15.

136 Ibid., p. 16.

137 Ibid., p. 16.

138 Bulletin des Communautés européennes, 2-1970, p. 45.

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site