Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l’Europe monétaire 1945-2005

 | 
Pierre Du Bois

Introduction

A Alfonso Mattera

Texte intégral

« Eh bien,j'ai noté, messieurs, je crois, et je vais essayer de traiter le problème monétaire dans son ensemble et dans tous ses aspects. Je vous préviens tout de suite que je serai très long, très ennuyeux, mais je n'y peux rien, c'est le sujet. »
Georges Pompidou, « Entretiens et discours 1968-1974 », t. 2, Paris, Plon, 1975, p. 39.

1Je n’ai pas trop de mérites à me sentir européen. Les idées et les arguments ont, certes, contribué à forger mes convictions. Mais mon passé a donné à mon cheminement des directions pour ainsi dire évidentes. Je suis né en Suisse alémanique, à Herzogenbuchsee, en pleine campagne bernoise, d’un père né à Munich et d’une mère née à Anvers. Après la mort de mon père, survenue à Tanger, au Maroc, ma mère, pour des raisons compliquées, s’était installée à Lausanne, dans le canton de Vaud. Comme sa culture était flamande, elle m’a éduqué dans la culture flamande. Il faut bien le dire : Till Eulenspiegel occupe plus de place, dans ma mythologie intérieure, que Guillaume Tell ! Nos séjours en Belgique ont renforcé mes sentiments de complicité avec le « plat pays ». Comme j’entendais souvent le néerlandais autour de moi, j’ai appris au moins à le baragouiner. D’origine néerlandaise, ma mère avait vécu en Belgique, où, peu avant la Seconde Guerre mondiale, elle avait rencontré mon père, dont la propre mère était Bruxelloise. Lors d’un voyage aux Pays-Bas, quand j’étais encore tout enfant, nous avions traversé en voiture l’Alsace et la Lorraine, puis nous avions passé par les Ardennes, avant de gagner Rotterdam. Je me rappelle encore aujourd’hui les traces des combats et des bombardements, Strasbourg endommagée, Bastogne détruite de fond en comble, Rotterdam, qui renaissait à peine de destructions massives. Placé au carrefour des langues et des cultures, j’ai compris l’Europe avant d’être acquis à l’idée européenne.

2Puis, j’ai commencé à m’intéresser à l’Europe, plus précisément, à l’intégration européenne. Disons-le franchement : sans passion. A Namur, lors d’un séminaire sur l’Europe, auquel j’avais assisté en 1966, j’avais trouvé terriblement secs les exposés présentés par les représentants du Marché commun, comme on appelait alors la Communauté économique européenne. De l’économie, encore de l’économie. Et quelle économie ! Les prix communs des céréales n’avaient rien pour électriser l’assistance. Mais j’ai au moins compris que c’était la seule voie pour parvenir à plus d’unité compte tenu des circonstances. Pour le reste, j’ai souvent été horrifié par les scènes de famille qui ont continuellement pimenté la construction du continent.

3D’une façon ou d’une autre, j’ai toujours été en faveur de l’union monétaire. Il nous arrive à tous d’espérer en dépit de circonstances contraires. Je me souviens des complications qu’entraînaient les déplacements d’un pays à l’autre. Aller de Suisse aux Pays-Bas supposait disposer de francs suisses, de francs français, de francs belges et de florins néerlandais – et tout cela moyennant des commissions de change qui variaient d’un pays à l’autre ! C’était l’illustration de l’Europe diverse. Même la Belgique et les Pays-Bas, pourtant proches dans le cadre du Benelux, étaient séparés par deux monnaies. Imaginez les Etats-Unis divisés par cinquante monnaies différentes. Que seraient-ils devenus ? Aujourd’hui, entre treize pays, c’est fini. J’applaudis. Il est bon de ressentir de temps en temps une satisfaction d’ordre un peu utopique. Je l’ai ressentie au moment de l’introduction de l’euro.

4J’ai suivi, ausculté, interrogé la marche vers l’union économique et monétaire depuis les années 1980. Combien de méfiance, de doutes et d’interrogations ne l’ont-elles pas accompagnée ? En 1990, une excellente étudiante de l’Institut universitaire d’études européennes, à Genève, m’a fait un travail de séminaire sur l’intégration monétaire européenne, où elle concluait que l’union monétaire n’allait pas sans l’union politique. Combien nous en sommes encore loin aujourd’hui ! Mais au moins, l’euro existe.

5Dans cette question monétaire, tout se mêle : la politique, l’économique et le psychologique. Cela rend son traitement particulièrement difficile. Comment se frayer un chemin – pour paraphraser l’écrivain Augusto Roa Bastos – dans l’inexorable enchevêtrement des faits ? Les Européens ne sont pas montés dans le train de l’union par idéalisme. Exposés à la concurrence internationale, ils sont contraints à collaborer pour pouvoir résister au déclin. C’est leur intérêt commun qui est déterminant, alors que leur conscience de soi européenne reste élémentaire. Inéluctable alors, l’évolution vers l’Europe monétaire unie ? A tout le moins, elle n’est pas allée tout à fait d’elle-même.

6Au bout du compte, la monnaie unique est née. Et bien née. C’est le plus important. Tout le reste appartient au passé.

7Mais la réussite technique n’est pas tout. La perception compte aussi. L’euro souffre d’une crise de confiance. En Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas, ailleurs encore, l’euro a mauvaise réputation. Il passe pour avoir accéléré l’inflation et affaibli les capacités d’exportation des Européens face au dollar. Les croyances ont leur importance dans le destin des sociétés. Aujourd’hui, l’euro a perdu sa virginité. L’accueil, assez enthousiaste des débuts, a cédé la place à une certaine amertume ambiante. Tous les malheurs sont mis sur le compte de la monnaie unique. En Italie, en Allemagne, des voix se font même entendre pour demander le retour à la lire et au deutsche Mark. Dans quelques pays d’Europe centrale et orientale, l’euro est en train de perdre son attraction.

8Il est vrai que les réactions critiques sont renforcées par le climat économique plutôt maussade qui règne en Europe. Face aux défis qui viennent d’Amérique et d’Asie, l’Europe ne donne pas l’impression de maîtriser sa partie. Et les inquiétudes sur l’euro rejoignent celles qu’éveille la stagnation européenne. C’est une nouvelle version de l’« eurostagnation » – sans jeu de mots – des années 1970. Comment faire face aux formidables bouleversements qui déroutent le monde ? Il va sans dire que la réponse n’est pas simple. De toute façon, c’est d’abord à eux-mêmes que se heurtent les Européens. L’échec de la stratégie de Lisbonne, définie en l’an 2000 et destinée à doter l’Union européenne des moyens de l’avenir, illustre l’impasse des recettes retenues pour remettre les économies à flot. Charger l’euro de tous les maux ne rime à rien. Une monnaie est un moyen. Ce n’est pas une fin en soi. L’absence de la livre sterling de la zone euro complique encore la partie. C’est une belle tache sur l’habit. Faut-il s’en étonner ? Le Royaume uni est en Europe sans y être. Cela n’est pas près de changer.

9J’ai inauguré la monnaie unique à Venise en janvier 2002. Tout a marché comme sur des roulettes. En lieu et place des lires, j’ai retiré, à la Banca di Novara, des euros. La caissière était un peu affairée. Nous avons à peine échangé quelques mots. Derrière moi, des clients attendaient. L’ambiance était plutôt bon enfant. Quelques règles accompagnaient le lancement. Tout devait être libellé dans les deux monnaies. Les comptes n’étaient pas trop difficiles. Un euro contre approximativement deux mille lires. Le soir, au restaurant La Furatola, où nous avons dîné, j’ai réglé en euros. Sans autre. Le passage à la monnaie unique n’a pas entraîné de surfacturation.

10Les ronchonnements n’ont pas manqué. Les habitudes sont ce qu’elles sont. Une monnaie n’est pas seulement une monnaie. C’est un symbole, une culture, une histoire. Elle fait partie des traditions d’une société. La lire, malgré son discrédit, avait encore ses tifosi, ses supporters. De toute manière, continuer de calculer en monnaie nationale n’a rien d’étonnant. Durant combien de temps les Français n’ont-ils pas compté en anciens francs, alors que le nouveau franc existait depuis janvier 1960. J’ai eu plus de peine avec les pièces de monnaie. Trop nombreuses et, dans une certaine mesure, trop semblables. Sans lunettes – et même avec lunettes -j’ai commis des erreurs. Mais bon. J’ai fini par m’y faire. Autrement, je ne conserve pas de souvenirs particuliers de ces premières semaines de l’euro, sinon que, dans l’ensemble, tout s’est plutôt bien passé. L’entreprise, énorme, a été rondement et remarquablement menée. Les Cassandres, qui étaient nombreux, ont été démentis. L’introduction de l’euro a été, d’une certaine façon, une victoire sur l’euroscepticisme. Les autorités bancaires ont pu pousser des soupirs de soulagement. Sauf que – et cela explique en partie la rumeur ultérieure – des cas de tromperie et des arrondis en euros excessifs ont rapidement indisposé l’opinion publique. En Allemagne, l’euro est rapidement devenu le « teuro », l’euro cher, alors que l’indice de hausse des prix ne montre pas de dérapage particulier. C’est ainsi. Les rumeurs n’ont rien à faire avec la raison. Elles suivent leur propre logique.

11L’euro est ancré dans les textes et dans les réalités. Né de rien, il achève la construction économique de l’Europe. Le résultat est exceptionnel et mémorable. Une zone monétaire qui réunit treize Etats. Une monnaie unique, l’euro. Une Banque centrale européenne. Tout cela tient – presque – du miracle compte tenu des difficultés et des résistances que l’entreprise a rencontrées avant d’aboutir. En Europe, rien n’est jamais simple ni rapide. La construction avance plus à la vitesse d’un omnibus que d’un TGV. Mais elle avance. L’aventure n’est pas terminée. l’Euroland à treize est destiné à s’étendre, depuis que l’Union européenne s’est élargie à vingt-cinq en 2004 et à vingt-sept en 2007.

12L’atmosphère d’incertitude n’est pas encore résorbée. Alimentés par les fluctuations du marché, les doutes continuent de traverser l’horizon. Articles, émissions, déclarations ne cessent d’en rendre compte. Les Danois, en 2000, et les Suédois, en 2003, ont même rejeté l’adhésion de leur pays à l’Euroland. Que de lamentations sur l’euro faible ! Que de lamentations sur l’euro fort ! Les Américains pleurent-ils à tout bout de champ sur les hausses ou les baisses du dollar ? La sérénité d’âme fait encore défaut dans le jugement porté sur la monnaie unique. Les plus noirs pronostics continuent d’être brandis sur l’avenir de l’eurozone faute d’un desserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne et d’un assouplissement du pacte de stabilité que d’aucuns préfèrent appeler pacte de stupidité ou pacte de stagnation. De toute façon, il n’y pas de retour en arrière.

13L’histoire a été longue. Plus de trente ans. Conflictuelle. Economistes contre économistes. Experts contre experts. Hauts fonctionnaires contre hauts fonctionnaires. Hommes politiques contre hommes politiques. Et ainsi de suite. C’est homérique. Mémorable. Crises, campagnes d’intoxication, diffusion de rumeurs, déclarations assassines meublent le cheminement. Et bien sûr des tonnes de littérature sur l’enjeu monétaire.

14J’ai essayé de retracer l’histoire de l’intégration monétaire de l’Europe. Comme dit Virginia Woolf, la vérité nous vient sous différents déguisements. Ce sont ces déguisements qu’il convient de découvrir et de déshabiller. Trop de clichés, de lieux communs encombrent l’histoire de l’intégration européenne.

15Un livre est une somme de dettes. Je dois beaucoup à toutes celles et ceux qui, par leurs souvenirs et leurs réflexions, m’ont facilité la longue marche vers l’issue. La liste en est trop longue pour que je la détaille. Que tous mes étudiants sachent combien j’ai pu apprécier, au fil du temps, leurs propres recherches qui ont contribué à enrichir les miennes. Que soient enfin nommément remerciés en raison de leur concret soutien aux étapes de mon cheminement : M. Gilles Grin, à Lausanne, le professeur Alfonso Mattera, à Bruxelles, Mme Katrin Milzow, à Genève, Mme Françoise Nicod, à Lausanne, MM. Axel Roehm et Jean-André Tsimaratos, à Paris. Comment pourrais-je oublier celle qui, depuis mes premiers travaux, en est l’infatigable et, quelquefois, l’impitoyable correctrice, ma délicieuse compagne Inouchka ?