Version classiqueVersion mobile

La pandémie de Covid-19

 | 
Capucine Boidin
, 
Claudia Damasceno
, 
Marion Magnan
, 
et al.

I- Impacts continentaux et nationaux de la pandémie

Chapitre 1. Une approche comparative de la Covid-19 dans les amériques : un analyseur et un accélérateur1

Robert Boyer

Texte intégral

Introduction : un processus évolutif et diversifié

  • 1 Les analyses du présent article doivent beaucoup aux diverses contributions rassemblées sur le Blog (...)

1Les économistes ont analysé l’irruption du virus comme un simple choc transitoire, équivalent à une chute de productivité ou une perte de confiance dans les marchés financiers. Un an plus tard, la Covid-19 a en réalité généré un processus complexe, marqué par la course-poursuite entre, d’une part, sa propagation, ses mutations en autant de variants (anglais, sud-africain, brésilien, indien) et, de l’autre, les moyens non médicaux (fermetures d’entreprises et d’écoles, confinement, couvre-feu) et thérapeutiques (apprentissage du corps médical, recherche de traitements et de vaccins) déployés pour l’enrayer. La succession de vagues évoque une évolution cyclique au cours de laquelle alternent émergence, accélération, atteinte d’un plateau puis résorption plus ou moins complète, selon des séquences variées et selon les politiques suivies. C’est une invitation à revisiter les pandémies du passé et on y apprend, par exemple, que certaines ont pu durer deux décennies [Boyer, 2020].

2Or il n’existe pas de pandémie type par rapport à laquelle étalonner le présent épisode. Chacune a surpris les contemporains qui n’ont acquis les connaissances nécessaires qu’une fois la menace sanitaire surmontée. Ainsi les bons élèves, qui ont mieux contenu la première vague grâce au civisme des citoyens, apparaissent désarmés face à la troisième – l’Allemagne par exemple – car l’enjeu est alors l’approvisionnement en vaccins. À l’inverse, après une gestion désordonnée faute d’adhésion de la population, d’autres gouvernements montrent leur efficacité dans la commande puis la mise en œuvre d’une vaccination de masse, comme il est observé aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Israël et au Chili. De la même façon, qui avait prévu que la recherche sur la vaccination livrerait aussi vite ses fruits ? « La médecine est une science de l’incertain et un art de probabilité », écrivait le fondateur de la John Hopkins School of Medicine. C’est cette incertitude [Crémieux, 2009] qui explique la variété des stratégies adoptées par les gouvernements, ce dont le présent texte esquisse un premier panorama. Le virus a surpris l’Amérique du Nord et l’ensemble des sociétés latino-américaines, contrairement à l’Asie du Sud-Est et l’Afrique, foyers de zoonoses dans un passé récent. Face à une maladie nouvelle, les responsables, sanitaires et politiques, ont eu à improviser. Depuis mars 2020, par essais et erreurs, les gouvernements ont expérimenté différentes stratégies sans pour autant converger au printemps 2021 vers une meilleure pratique qui serait accessible à tous les pays, l’incertitude d’hier sur la transmission du virus se reportant aujourd’hui sur les vaccins : seront-ils durablement efficaces ? Pourront-ils stopper les mutations du virus ? La difficulté d’évaluation des pertes humaines [The Economist, 2021] souligne le caractère provisoire de tout effort visant à tirer des leçons de l’année écoulée. Une analyse comparative portant sur les Amériques permet néanmoins d’avancer un ensemble d’hypothèses et de les confronter à un début d’évidence empirique.

3Le virus s’est d’abord propagé en Europe et aux États-Unis au printemps 2020 [Financial Times, 2021a], sans doute du fait de l’intensité des flux internationaux de personnes liant la région Wuhan, probable foyer du virus [Keck, 2021]. Ce n’est que dans un second temps qu’il a touché l’Amérique latine qui atteint un premier pic de contamination à l’été 2020, probablement à la suite de flux indirects par l’intermédiaire des États-Unis et de l’Europe. Après une accalmie, la pandémie resurgit en Europe et aux États-Unis, et culmine en janvier 2021, mais seulement au printemps 2021 en Amérique latine. La diffusion est mondiale mais n’est pas synchronisée et livre des trajectoires contrastées : réduction de la mortalité aux États-Unis mais explosion au Brésil, surprenante modération en Afrique, brutale explosion en Inde après une remarquable réduction de la diffusion [Financial Times, 2021b]. La Covid-19 introduit une dimension spécifique, en termes de santé publique : comment chaque pays répond-il aux pandémies ?

4Le pronostic d’une crise sanitaire beaucoup plus grave dans les pays pauvres ou en développement que dans ceux de vieille industrialisation et dotés de systèmes de santé performants a été déjoué. La mortalité semble dépendre plus de la structure par âges de la population que du niveau de développement comme le suggère le cas africain. Au demeurant, une certaine prudence s’impose dans l’interprétation des statistiques : est-on sûr que les morts de la Covid-19 sont correctement enregistrés dans les pays mal équipés en matière de couverture sanitaire ?

5La Covid-19 ressort comme un fait social total au sens où elle livre une radiographie complète des systèmes sanitaires et de leurs relations avec les régimes socioéconomiques. Elle invite à expliciter quelles sont les caractéristiques des sociétés américaines qui expliquent l’inégale intensité de la pandémie, puis à proposer une typologie des stratégies qu’ont adoptées les différents gouvernements. Ressortent les traits suivants : l’impréparation vis-à-vis de la récurrence des pandémies, les conséquences négatives sur la poursuite de l’activité économique, la difficile conciliation d’objectifs contradictoires, l’approfondissement de la dépendance vis-à-vis des transformations de l’économie mondiale et finalement la différenciation des trajectoires nationales tant dans les Amériques que dans les autres pôles de l’économie mondiale. Il est alors possible d’analyser plus précisément ce que révèle la pandémie des relations entre Amérique du Nord et Amérique latine. Les États-Unis sont largement autonomes en matière de stimulation de la croissance et d’institution d’une forme de solidarité. Au contraire, rares sont les gouvernements latino-américains qui jouissent d’un tel privilège du fait d’une croissance dépendante, pour l’essentiel, de la demande mondiale de ressources naturelles ou de produits agricoles, alors même que les demandes des citoyens se font pressantes. Les Amériques témoignent des obstacles qui existent dans la reconnaissance de la sécurité sanitaire en tant que Commun, mais aussi de sa nécessité si l’on entend éviter un fractionnement de l’économie mondiale.

Une approche comparative au sein des Amériques

6Dans un premier temps, il est essentiel de dresser la liste des facteurs qui déterminent l’ampleur de l’épidémie et des outils mobilisés pour la combattre.

Un processus complexe : la menace et les ripostes

7Interviennent ainsi le degré d’exposition à la Covid-19, la prise en compte ou non des leçons des précédentes épidémies en matière d’organisation de la santé publique et la précocité des décisions des pouvoirs publics. Ces facteurs interagissent avec les caractéristiques des sociétés en termes de densité des interactions sociales, d’acceptation de mesures de prévention par les populations, de production des biens de santé requis pour limiter la diffusion du virus comme des équipements permettant de traiter des cas graves, et plus généralement de la résilience du système de santé en réponse à un surcroît de demande de soins. Tels sont les facteurs qui interviennent lors de la première vague au printemps 2020. La deuxième intervient à l’automne 2020, et c’est la capacité à mettre en pratique, de façon précoce tant que le virus est peu prévalant, le mot d’ordre « tester, tracer, isoler » qui discrimine entre le succès et l’échec. La qualité de l’organisation du système de suivi de la pandémie devient la variable déterminante : il en va du civisme et de la discipline de la population, et/ou de son acceptation d’un contrôle via les techniques du numérique. Le troisième épisode du printemps 2021 met en évidence la course-poursuite entre les mutations du virus et leur découverte, et surtout la distribution de vaccins plus ou moins efficaces pour les pays les mieux lotis. Pour les autres, l’échec dans la tentative de réduire la diffusion du virus se traduit à nouveau par une saturation des lits de réanimation et parfois des possibilités de tests systématiques. Ainsi se superposent des évolutions contrastées, dont on peut donner quelques exemples (Figure 1, p. 30).

Figure 1. La chronique des facteurs explicatifs de la diffusion du virus

Figure 1. La chronique des facteurs explicatifs de la diffusion du virus

Source : Réalisation de Robert Boyer

8Aux États-Unis, une intense insertion dans les relations internationales fait de New York un foyer de diffusion du virus dont, au niveau fédéral, le danger est nié tout au long de l’année 2020. L’opposition entre gouvernement fédéral et les gouverneurs des États et des maires des grandes villes rend difficile l’adoption d’une stratégie efficace. L’absence de couverture universelle contribue à un taux de mortalité près de deux fois plus élevé pour les Afro-Américains et les Latinos. La priorité accordée à la limitation des pertes économiques et à la liberté individuelle a pour contrepartie des pertes humaines a priori surprenantes pour un pays qui dépense le plus pour la santé tant en coût par habitant qu’en proportion du PIB. C’est aussi la conséquence des comorbidités typiques du mode de vie étatsunien et d’une absence de stratégie de prévention. Le vigoureux financement d’une série de vaccins rencontre le succès et ouvre une perspective de contrôle de la pandémie.

9Le Mexique se caractérise par une étroite interdépendance à son puissant voisin du nord tant vis-à-vis des mouvements de personnes que du commerce et de l’investissement. Le pays a connu le H1-N1 mais n’a pas tiré beaucoup de leçons concernant la lutte contre les pandémies, phénomène général dans nombre de pays [Sansonetti, 2020]. L’importance du travail informel limite considérablement le freinage des contacts, et une couverture sanitaire segmentée et inégalitaire exclut les plus pauvres des soins hospitaliers. En outre, la limitation des pertes humaines n’est pas affichée comme une priorité et la menace que présente la Covid-19 est systématiquement sous-estimée. Au demeurant, le gouvernement dispose de peu de leviers à l’égard des États fédéraux pour imposer une politique cohérente. La vaccination progresse mais beaucoup plus lentement qu’aux États-Unis, et ce grâce à l’approvisionnement par la Chine.

10Le Brésil est moins dépendant des mouvements internationaux de population mais il pousse au paroxysme le déni de la virulence du virus au point d’apparaître comme le pays du « laisser-faire, laisser-passer » face à la pandémie. Des progrès avaient été enregistrés dans l’extension du système de santé, au point de constituer un modèle avant la pandémie, et pourtant il n’a pas les moyens d’accueillir tous les malades victimes du virus, tout particulièrement dans les régions les plus pauvres. Les inégalités qui avaient été réduites lors du boom des exportations de ressources naturelles et agricoles se manifestent par une mortalité différentielle. La pandémie s’accélère au printemps 2021 et la vaccination n’est pas assez rapide pour enrayer une catastrophe sanitaire. En effet, le pays a été le lieu de tests des vaccins étrangers car le vaccin national n’est pas encore disponible.

11Le Costa Rica vient utilement rappeler que l’Amérique latine présente une diversité d’expériences nationales et que le succès dans la maîtrise de la propagation du virus n’est pas une exclusivité des pays de l’Asie du Sud-Est. L’économie est largement ouverte au tourisme international, mais les responsables prennent rapidement des mesures de confinement dont le système politique permet l’application. De longue date, les gouvernements ont construit une couverture sociale à vocation universelle et investi dans le système de santé. L’explosion de la contamination est évitée, ce qui atténue l’importance que les autres gouvernements attribuent à un rapide déploiement de la vaccination.

12Cuba représente une configuration encore différente. Non seulement le blocus imposé par les États-Unis limite considérablement la transmission internationale du virus mais la priorité accordée à l’éducation et l’investissement dans la santé tranchent par rapport au reste du continent. Mode de vie quelque peu spartiate en termes de consommation privée mais large accès aux services publics, ces deux facteurs désignent un arbitrage original au sein du trilemme économie-santé-liberté. Une large autosuffisance, tout autant imposée que choisie, implique une recherche médicale empruntant des voies originales au point d’explorer la possibilité d’un vaccin cubain.

13Ainsi la pandémie vient-elle renforcer la coexistence de trajectoires nationales contrastées en termes d’options politiques, de spécialisation économique et de conception de la santé publique. Il en résulte des pertes humaines très inégales : il est faux d’affirmer qu’avec le temps elles vont converger au-delà des stratégies déployées par les gouvernements. Au printemps 2021, on observe une accélération de la pandémie au Brésil, au Paraguay et en Uruguay, un contrôle de la menace au Costa Rica et un exceptionnalisme de Cuba mais aussi du Nicaragua [Financial Times, 2021].

Amérique du Nord et du Sud : la variété des déterminants de l’ampleur de l’épidémie

14Qu’observe-t-on lorsque l’on applique ce cadre analytique aux principales économies des deux hémisphères (tableau 1, p. 34-35) ? D’abord que l’appartenance à un même traité de libre-échange ne détermine la convergence ni des politiques économiques ni des structures sociales et sanitaires. Ainsi, le Canada est loin d’avoir la même organisation de la couverture sociale et du système de santé que les États-Unis. De plus, le conflit entre le gouvernement et les entités régionales à propos de la gestion de la pandémie est plus ou moins aigu, tant les fédéralismes sont divers.

Tableau 1. La pandémie dans les Amériques : une analyse comparative

Tableau 1. La pandémie dans les Amériques : une analyse comparative

15Ensuite, le niveau de développement importe mais il n’est pas l’unique déterminant : une société très riche mais inégalitaire peut souffrir d’une pandémie plus grave que celle d’un pays frugal mais qui a investi dans la prévention. De même, il n’est pas suffisant de prendre des mesures précoces et drastiques pour vaincre le virus comme le montrent le Pérou et l’Argentine. En effet, la population peut se trouver dans l’incapacité d’appliquer les mesures de distanciation sociale, ne serait-ce que du fait de la prépondérance du travail informel et des conditions de logement. Enfin et surtout, il est problématique d’établir un lien direct entre régime socioéconomique, régime politique et aptitude à contrôler la pandémie. Les dégâts d’un « populisme sanitaire » transcendent les régimes et les continents.

Au-delà du mimétisme, des stratégies contrastées

16Au début de l’année 2020, tous les responsables furent pris par surprise et cédèrent souvent à la panique : face à un virus inconnu, comment décider alors que l’on ne saura qu’une fois la pandémie vaincue comment il aurait fallu la traiter ? Face à une telle incertitude, les enseignements de la théorie des choix rationnels est caduque : mieux vaut se tromper tous ensemble que d’avoir raison tout seul. Dans ces conditions, il apparaît logique de copier ses voisins et c’est la stratégie chinoise de confinement strict de la population qui sert de référence. Mais toutes les sociétés n’ont pas le pouvoir d’un parti-État pour imposer une telle restriction des libertés. Se sont déployées en conséquence au fil du temps au moins trois autres stratégies en réponse à des contextes nationaux particuliers (Figure 2, p. 36).

  • La poursuite de l’éradication du virus et son succès – tout au moins jusqu’au printemps 2021 – justifie le label « Zéro Covid ». On a précédemment explicité les configurations qui ont permis de surmonter la crise sanitaire. Il est faux d’avancer qu’elles ne sont accessibles qu’aux régimes autoritaires puisque Taïwan, la Nouvelle-Zélande et l’Australie sont autant de démocraties qui sont parvenues à mettre en œuvre cette ambitieuse stratégie. De même, la volonté d’éradiquer la circulation du virus n’est pas une exclusivité de l’Asie du Sud-Est, comme le suggère le cas de Cuba, pour lequel santé et éducation sont une priorité.

  • Limiter la propagation du coronavirus est la seconde option pour les gouvernements qui entendent concilier minimisation des pertes économiques liées à la réduction des interactions sociales et limitation des pertes humaines. Telle la position tant du Canada que du Paraguay, du Costa Rica et de l’Uruguay, et des pays scandinaves en Europe.

  • Ne pas saturer les hôpitaux devient l’objectif des gouvernements qui, par le passé, ont négligé la prévention et ont sous ou mal investi dans les soins hospitaliers intensifs. C’est à cette catégorie qu’appartiennent l’Argentine, la Colombie, le Chili, la Bolivie et l’Équateur, mais aussi la France en Europe. La question est posée pour la première vague mais elle se répète pour la deuxième du fait de l’impuissance du mot d’ordre « tester, tracer, isoler » à enrayer la progression du virus. Le caractère défensif de cette stratégie prolonge la crise sanitaire, démoralise les citoyens et inhibe les investissements des entreprises.

  • Privilégier l’économie et respecter les libertés publiques, conduisant à accepter une morbidité et mortalité élevée, est une position extrême qui a été observée par des gouvernements populistes en Amérique latine (Brésil et Mexique), mais aussi dans certains pays anglo-saxons tels les États-Unis de Donald Trump, le Royaume-Uni au début du mandat de Boris Johnson et même la Suède qui, un temps, imagina atteindre ainsi une immunité collective. Ces espoirs ont été déçus et la plupart des gouvernements se sont alors tournés vers une vaccination de masse.

Figure 2. Les différentes réponses à la pandémie : esquisse d’une taxonomie

Figure 2. Les différentes réponses à la pandémie : esquisse d’une taxonomie

Source : Réalisation de Robert Boyer

17On mesure la diversité et la complexité du cours de la pandémie. On est aux antipodes de l’exploration d’une trajectoire optimale vers laquelle tous les pays convergent finalement. En réalité, toute décision concernant un avenir incertain crée des irréversibilités qui ne peuvent être surmontées que par une innovation, en l’occurrence la rapide invention de vaccins efficaces.

Des conséquences très inégales en termes de mortalité

18On peut considérer le présent travail comme une tentative, à vrai dire assez héroïque, de mettre en perspective les remarquables analyses à chaud du Covid dans les Amériques, et ce grâce à une étude comparative qui cherche à relier une approche institutionnelle qualitative et une première analyse statistique. Les différences observées en matière de taux de mortalité cumulées sont si énormes qu’elles transcendent l’hétérogénéité des conventions statistiques propres à chaque pays.

19Premièrement, au sein même des pays qui n’avaient jusqu’à présent quasiment aucune mortalité, certains sont dépassés par une troisième vague. Tel est le cas de Cuba et du Venezuela. On retrouve la même opposition dans le second groupe de pays qui ont eu un objectif moins ambitieux, celui de freiner la propagation de la Covid-19. Le Costa Rica réussit alors que le Paraguay échoue au printemps 2021. Éviter la saturation des hôpitaux est nécessaire mais ce n’est pas une condition suffisante pour enrayer un virus aussi opportuniste. C’est pourtant la stratégie d’un grand nombre d’économies en Amérique latine. Contrairement à l’intuition, ce n’est pas en Amérique latine que la décision de faire passer l’économie avant la santé publique est la plus désastreuse : la mortalité demeure inférieure au Brésil et au Mexique par rapport à l’Italie [Financial Times, 2021a].

20Cette hiérarchie est datée au printemps 2021 car, depuis l’irruption de la Covid-19, se sont succédés les bons et les mauvais élèves. L’histoire des pandémies enseigne que la lutte contre le virus n’est pas une guerre de tranchée mais plutôt l’équivalent d’une guérilla toujours recommencée car rares sont les infections durablement éradiquées grâce à la vaccination et à l’hygiène publique. Il n’est pas encore temps de tirer les leçons définitives de cet épisode historique.

Quels enseignements généraux au-delà des spécificités régionales ?

21Considérons maintenant l’ensemble des pays pour lesquels on dispose de données statistiques à peu près homogènes concernant les stratégies de lutte contre le coronavirus [Miotti, 2021].

L’impréparation des systèmes de santé implique une réduction des libertés

22La faiblesse de l’investissement en santé publique implique le recours à une plus grande dureté des mesures de confinement, difficiles à respecter compte tenu du rôle déterminant du travail informel dans la survie des plus défavorisés (Figure 3). C’est ce que permet de vérifier la construction d’un indicateur caractérisant l’ampleur du système de santé que l’on confronte à un indice du degré de restriction de la mobilité imposée par les pouvoirs publics (Figure 4).

Figure 3. L’Amérique latine adopte des quarantaines plus dures faute de systèmes de santé développés

Figure 3. L’Amérique latine adopte des quarantaines plus dures faute de systèmes de santé développés

Source : Miotti, 2021

Figure 4. À l’exception de l’Uruguay, la dureté des mesures de lutte contre la Covid-19 pénalise particulièrement les économies de l’Amérique latine

Figure 4. À l’exception de l’Uruguay, la dureté des mesures de lutte contre la Covid-19 pénalise particulièrement les économies de l’Amérique latine

Source : Miotti, 2021

23La dispersion observée rappelle la myriade de médiations qui interviennent dans la relation entre un état du système de santé et une décision politico-administrative de lutte contre la pandémie. Néanmoins, il en ressort une corrélation négative, conforme à l’intuition et aux observations de la précédente section. Les pays latino-américains sont en moyenne plus touchés car la faiblesse du secteur de la santé oblige à des restrictions plus fortes, en conformité avec la relation générale observée au niveau mondial.

Des pertes de production liées à l’impréparation sanitaire

24À son tour, le degré de confinement est assez bien corrélé avec les pertes de production, donc de revenus, mesurées par l’écart entre le niveau de PIB en 2020 et celui prévu en 2019 pour cette même année. Au demeurant, la fragilité de la base fiscale, aggravée par la réduction du commerce mondial, ne permet pas un soutien suffisamment vigoureux du revenu des plus touchés par l’épidémie. Ce n’est pas le cas de l’Amérique du Nord car le gouvernement des États-Unis peut lancer de vastes plans de soutien aux revenus des citoyens en s’endettant dans leur propre monnaie, le dollar. C’est une différence majeure avec l’Amérique latine (Figure 4).

25Ainsi le coronavirus s’inscrit-il dans les analyses de longue période qui montrent la divergence du Nord et du Sud car niveau et mode de développement sont distincts. La Covid-19 marque clairement une accélération des tendances des deux dernières décennies.

Un trilemme méconnu explique la persistance de la crise sanitaire en Amérique latine

26En l’occurrence, l’absence de reconnaissance du triangle d’impossibilité (santé, économie, liberté) conduit à une perte de contrôle de l’épidémie, à une accentuation des inégalités sociales et régionales et à une absence de récupération de l’économie. Cet obstacle est présent dans toutes les configurations (Figure 5) :

  • Les gouvernements qui entendent éradiquer le virus doivent impérativement restreindre la liberté de mouvement, ce qui implique une congélation plus ou moins complète de l’économie. Paradoxalement, le rebond économique n’en est que plus vigoureux.

  • A contrario, les responsables qui ne transigent pas sur le respect des libertés laissent se propager le virus, dont la menace pèse lourdement sur la confiance et donc sur la consommation et l’investissement. Second paradoxe : la volonté de préserver l’activité économique allonge l’intensité et la durée de la pandémie, et finalement les pertes économiques. L’arrivée des vaccins change la donne et ouvre une nouvelle période.

Figure 5. Le trilemme santé, économie, liberté

Figure 5. Le trilemme santé, économie, liberté

Source : adaptation et actualisation d’Olivier Sibony, « Le trilemme du déconfinement, ou comment résoudre un problème insoluble », publié le 12 avril 2020 [consulté le 4 juin 2021]. Disponible sur : https://fr.linkedin.com/​pulse/​le-trilemme-du-d %C3 %A9confinement-ou-comment-r %C3 %A9soudre-un-probl %C3 %A8me-sibony

27Les gouvernements qui visent un subtil équilibre entre pertes humaines et pertes économiques ne sont pas assez énergiques car « évoluant le long d’un chemin de crête », ils perçoivent trop tard la reprise de la pandémie, de sorte qu’une troisième vague succède à la deuxième. Ce « stop and go sanitaire » se répète et sape la confiance en la capacité des responsables à rétablir sécurité sanitaire et prospérité économique.

28Ainsi la Covid-19 repose-t-elle la question de la place respective de l’économie et de la santé publique dans les objectifs que poursuivent les politiques, et des relations entre optimisation de court terme et conséquences sur la soutenabilité d’un régime socioéconomique. Beaucoup de responsables ont cherché à modérer la croissance des dépenses de santé, consacrées à la réparation plus qu’à la prévention. L’année marque une brutale prise de conscience : le sous-investissement en santé peut mettre en péril la vie d’une population et la possibilité même d’une économie fonctionnelle.

29Cette approche transaméricaine de la Covid-19 fait ressortir l’accentuation de notables différenciations Nord/Sud mais aussi au sein de l’Amérique latine : ni les taux de mortalité cumulés ni les chutes de l’activité économique ne convergent.

Une extrême dispersion des pertes économiques

30Depuis les années 2000, une majorité de macro-économistes s’étaient convaincus d’une représentation canonique : des chocs exogènes transitoires touchaient des économies régies par un principe de concurrence, éventuellement affectées de certaines rigidités. Qualitativement, ces chocs avaient les mêmes effets quelles que soient les économies. Non seulement la possibilité d’une pandémie n’était pas prise en considération, mais elle révèle que la variété des modes de développement n’était pas anticipée. Les pertes de production par rapport aux prévisions pré-Covid-19 s’échelonnent de 13 % en Colombie à 5,8 % au Brésil, de 8,7 % au Mexique et 8,5 % au Chili [Heyer & Timbeau, 2021, p. 3].

31Les divergences n’opposent pas les grandes régions de l’économie mondiale entre elles mais les pays appartenant à une même région. La différentiation est spectaculaire au sein de l’Union européenne puisqu’un traitement de la pandémie plus efficace au nord comparé à celui du sud accentue encore la polarisation qui trouve son origine dans l’adoption de l’euro. Il en est de même en Asie puisque la spectaculaire chute du PIB en Inde est contemporaine de la poursuite d’une (modeste) croissance à Taïwan. Finalement, l’hétérogénéité de l’Amérique latine n’est pas exceptionnelle puisqu’elle se retrouve aussi en Europe de l’Est.

32Ce péril commun est un analyseur de chaque société et jusqu’à présent un accélérateur des polarisations qui ont marquées les deux dernières décennies.

Un approfondissement des blocages des économies latino-américaines et des inégalités sociales aux États-Unis

33Toute grande crise – financière, économique, politique ou sanitaire – témoigne de la fragilité d’un ordre hérité du passé, et simultanément elle ouvre sur l’opportunité d’une rupture et de novations. Qu’en est-il pour les Amériques ?

La crise sanitaire cristallise et renforce les différentes sources d’inégalité et l’opposition entre États faibles et forts

34Quasiment tous les pays ont enregistré une nouvelle forme d’inégalité qui tient à l’accès à la santé, l’espérance de vie et la fragilité face aux risques de santé publique. Elle vient se cumuler avec toutes les autres sources observées de longue date : accès à l’éducation, type d’emploi, accès aux services publics, lieu d’habitation, sans oublier l’ethnicité ou la place des migrants dans les sociétés (Figure 6). Clairement, la divergence des espérances de vie aux États-Unis est historique puisque par exemple les blancs non diplômés ont vu leur espérance de vie se réduire au cours de la dernière décennie [Case et al., 2021]. En Amérique latine, la polarisation sociale conduit une inégalité systémique pesant sur les plus faibles. La dramatique flambée de la mortalité par Covid-19 les frappe durement [Deaton, 2020]. Nul ne peut nier cette injustice. Elle s’ajoute à celle liée aux inégalités de revenu et de patrimoine, exacerbées par la déréglementation, la financiarisation et l’internationalisation. L’enjeu n’est plus seulement celui d’une progressivité de la fiscalité mais d’une couverture sociale et de santé à vocation universelle.

Figure 6. La santé comme facteur de concentration des inégalités

Figure 6. La santé comme facteur de concentration des inégalités

Source : adaptation et actualisation d’Olivier Sibony, « Le trilemme du déconfinement, ou comment résoudre un problème insoluble », publié le 12 avril 2020 [consulté le 4 juin 2021]. Disponible sur : https://fr.linkedin.com/​pulse/​le-trilemme-du-d %C3 %A9confinement-ou-comment-r %C3 %A9soudre-un-probl %C3 %A8me-sibony

35De la même façon s’approfondit la séparation entre États forts capables de réagir à l’inattendu et les plus faibles dont l’impuissance suscite la colère des oubliés du partage des dividendes de l’internationalisation. Les premiers ont la capacité de s’endetter pour soutenir leur système de santé et compenser les pertes de revenus impliquées par les mesures de confinement (Europe et États-Unis), les seconds sont parfois contraints de poursuivre des politiques d’austérité, impliquées par leur insertion dans l’économie internationale (Mexique).

Un inégal dynamisme des régimes de croissance pèse sur les choix de santé publique

36Il est courant de considérer que la croissance tirée par l’investissement productif permet l’élévation du niveau de vie qui, à son tour, permet d’améliorer la santé. Mais la relation inverse prend tout son sens dans les sociétés riches : la santé, en réduisant la morbidité et en allongeant la vie active, permet de valoriser l’investissement dans l’éducation et la formation.

37Cet enchaînement vertueux s’observe par exemple en Asie. Du fait de rendements croissants dans l’industrie, la croissance de la productivité permet celle des salaires, ce qui facilite le développement d’une couverture sociale portant en particulier sur la santé. À l’opposé, la quasi-stagnation de la productivité, par exemple au Mexique, fait de la modestie des salaires un facteur de compétitivité. Sachant qu’il couvre à peine les besoins vitaux, il ne peut être le support d’une couverture sociale satisfaisante. Piètre dynamisme économique et rusticité des droits à la santé vont ainsi de pair. On comprend que la Chine, dont les salaires sont en forte croissance, puisse constituer pas à pas une couverture sociale alors que leur stagnation à long terme au Mexique conduit à octroyer des droits sociaux sans financement des services correspondants [ILO, 2021].

Une concentration de la recherche, y compris médicale, qui consolide la dépendance de l’Amérique latine

38La course aux vaccins rend manifeste une autre ligne de partage. D’un côté, un petit nombre d’économies concentrent la quasi-totalité de la recherche scientifique, technique et médicale, et se sont dotées des moyens d’assurer à terme la sécurité sanitaire sur leur territoire ; de l’autre, la majorité des pays qui doivent compter sur une solidarité internationale défaillante pour surmonter la pandémie (Figure 7).

Figure 7. Production scientifique Covid-19 par pays jusqu’au 4 juin 2020

Figure 7. Production scientifique Covid-19 par pays jusqu’au 4 juin 2020

Source : Maisonobe, 2020

Des institutions internationales incapables d’organiser la solidarité sanitaire en direction des sociétés les plus fragiles

39La pandémie met en évidence une autre forme de dépendance de l’Amérique latine : la production des connaissances scientifiques, et l’invention de vaccins et leur production est surtout au Nord, alors que le plus grand nombre de victimes est au Sud [IMF, 2021]. Certes les gouvernements ont pris conscience de ce déséquilibre, lourd de menace pour la stabilité de l’ordre mondial, et ils ont créé un fonds mondial pour financer l’achat de vaccins par les pays les moins riches. Pourtant, face au retard et à la pénurie de vaccins, le chacun pour soi ne cesse de resurgir, même au sein de l’Union européenne. Le retard finira par être comblé mais après combien de temps et de pertes humaines ?

Conclusion

40C’est avec prudence que sont soumises à la discussion les propositions tirées d’une année d’observation de la Covid-19. En premier lieu, la pandémie livre une radiographie saisissante de l’économie mondiale. Certains pays avaient tiré les leçons de précédentes épidémies et ils ont eu la capacité de répondre rapidement à la menace au point de réussir à éradiquer la première vague. Aux États-Unis, en dépit de l’ampleur des dépenses de santé, les minorités sont durement touchées, alors qu’en Amérique latine c’est la frugalité des dépenses sociales, y compris de santé, qui explique l’explosion de la mortalité. La dépendance de ce sous-continent par rapport à la demande mondiale implique une forte chute de l’activité économique qui tarit la possibilité de financement d’ambitieux plans de soutien au système de santé. Aux États-Unis, la nouvelle présidence opère un spectaculaire aggiornamento : la pleine reconnaissance du danger sanitaire a permis d’accélérer la vaccination et de soutenir le revenu grâce à de massifs plans de soutien puis de relance. Voilà qui creuse le fossé entre les deux hémisphères car aucun autre pays ne jouit du privilège que représente le dollar comme monnaie internationale.

41L’inégale intensité de la pandémie trouve son origine dans les caractéristiques de chaque société et son insertion dans les relations internationales. Un pays qui est faiblement intégré dans la mobilité internationale, dominé par des communautés rurales relativement isolées et qui a veillé à l’impératif de santé publique peut espérer limiter les pertes humaines, tels le Nicaragua et Cuba. À l’autre extrême, le Pérou, le Brésil et le Mexique enregistrent une mortalité très élevée car le virus se transmet par la mobilité internationale de l’élite et de la classe moyenne qui, de retour dans de grandes agglomérations, propage le virus dans les quartiers les plus pauvres marqués par la densité de l’habitat et l’informalité du travail ; autant de facteurs qui hypothèquent l’efficacité des mesures de confinement. Aux États-Unis, l’inégalité vient de la disparité des couvertures d’assurance santé et de la segmentation de l’emploi opposant les diplômés qui peuvent se protéger et pratiquer le télétravail et ceux dont le métier est contradictoire avec la distanciation physique. Les effets de la Covid-19 sont importants du fait des modes de vie des plus précaires, qui souffrent de pathologies chroniques, telles que l’hypertension, l’obésité, le diabète, les troubles cardio-vasculaires ; au point de justifier le terme de syndémie plutôt que de pandémie [Gaudillière et al., 2021].

42Les choix stratégiques de chaque gouvernement importent. Une typologie provisoire conduit à détecter au moins trois orientations. La poursuite de l’éradication du virus n’est pas l’exclusivité de la Chine et de son autoritarisme doublé d’une surveillance de tous les instants. En effet, Taïwan, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou la Corée du Sud, ou de rares pays latino-américains tels que le Nicaragua et Cuba, ont tenté, et jusqu’à présent réussi, l’objectif « Zéro Covid ». À un autre extrême, on trouve le déni du virus ou la sous-estimation de la gravité de la menace qu’il représente, et le primat donné à l’économie et/ou aux libertés publiques dans des pays aussi différents que les États-Unis de la présidence Trump, le Brésil de Bolsonaro ou encore le Mexique d’AMLO. Le Canada et la plupart des autres pays d’Amérique latine explorent une voie médiane consistant à éviter que la pandémie ne sature les capacités de systèmes de santé sous dimensionnés faute de ressources publiques suffisantes.

43La pandémie relance et renouvelle la question des inégalités sociales. La segmentation de la société en fonction du niveau d’éducation, du métier, du type de contrat de travail, du degré de couverture du risque santé, de l’habitat et du style de vie façonnent très largement l’exposition au virus et au risque de mortalité. Cette dépendance se décline différemment au Nord et au Sud du continent américain. Aux États-Unis, l’opposition est entre les bons emplois bien payés et ouvrant à une couverture sociale correcte et tous les autres plus précaires et mal payés, tant les salaires minimaux sont en retard depuis près d’un demi-siècle. Le Mexique se caractérise par des salaires concurrentiels, faibles et ajustables, une austérité budgétaire qui limite les dépenses de santé, une fiscalité minimaliste qui n’autorise aucune redistribution significative, sans oublier l’ampleur du travail informel. Pour sa part, le Brésil pointe les limites d’un programme de réduction des inégalités et d’amélioration de l’accès à la santé et à l’éducation car il se heurte à la fragilité structurelle d’un développement fondé sur l’exportation de ressources agricoles et naturelles, soumise aux hauts et bas de la croissance mondiale.

L’aptitude à surmonter les pandémies va-t-elle devenir un critère discriminant quant à la soutenabilité des modes de développement ?

44En effet, la course aux vaccins ouverte en 2021 marque sans doute une étape. Ainsi la recherche sur les biotechniques ouvre-t-elle de nouvelles perspectives aux pays ou aux multinationales capables de les maîtriser. C’est une nouvelle barrière au développement car le potentiel de chercheurs tend à se concentrer dans un petit nombre de lieux, très généralement dans les sociétés largement dotées en moyens financiers et compétences scientifiques. D’où une contradiction : les virus sont transnationaux mais les stratégies pour les contenir demeurent essentiellement nationales. Or la division internationale du travail a atteint un degré tel que le « chacun pour soi sanitaire » risque de bloquer durablement les ressorts de la prospérité.

45L’analyse de la position des Amériques au sein des relations internationales doit être actualisée à la lumière de la pandémie. La montée des capitalismes asiatiques avait déjà rendu difficile l’industrialisation de l’Amérique latine. Or la reprise économique rapide de la Chine post-Covid renforce encore les logiques extractivistes et rentières de l’Amérique latine car leurs spécialisations respectives sont complémentaires. Telle est cependant la faiblesse qui a fragilisé le financement d’une couverture sociale par des recettes soumises à la volatilité de la demande mondiale et du prix des ressources naturelles. Les États-Unis ne semblent plus considérer l’Amérique latine comme un enjeu stratégique dans les rivalités géopolitiques puisque, depuis la décennie 2010, elles portent sur la Chine. Ainsi les théories de la dépendance, étendues au domaine de la recherche et de la santé, expliquent-elles nombre des évolutions récentes.

46L’irruption de la Covid-19 opère donc une cristallisation des transformations silencieuses qui se sont accumulées depuis trois décennies : interdépendance croissante des économies nationales, ampleur des chaînes de valeur à l’échelle mondiale, montée en régime d’un capitalisme transnational fondé sur l’information ou concentration de la production de certains biens clés sur des territoires lointains, souvent la Chine et l’Inde. La pandémie vient conforter la montée en régime de l’Asie, révèle à nouveau les blocages de l’Amérique latine et adresse un défi aux États-Unis. Pourtant, sachant que les mauvais élèves dans la lutte contre la première vague sont devenus les pionniers dans le déploiement des vaccins lors de la suivante, la prudence s’impose quant aux leçons à tirer de la pandémie. L’avenir sera sans doute riche de surprises.

Bibliographie

Boyer Robert, Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie, Paris, La Découverte, 2020

Case Anne, Deaton Angus & Bury Laurent, Morts de désespoir. L’avenir du capitalisme, Paris, PUF, 2021

Crémieux Anne-Claude, Gouverner l’imprévisible. Pandémie grippale, SRAS, crises sanitaires, Cachan, Lavoisier, 2009

Deaton Angus, « We may not all be equal in the eyes of coronavirus », Financial Times, 5 avril 2020. [En ligne] https://www.ft.com/content/0c8bbe82-6dff-11ea-89df-41bea055720b [consulté le 26 mai 2021]

Financial Times, « Coronavirus tracked : see how your country compares », Financial Times, 2021a. [En ligne] https://ig.ft.com/coronavirus-chart/?areas=eur&areas=usa&areas=bra&areas=gbr&areas=ind&areas=hun&areasRegional=usny&areasRegional=usnj&areasRegional=usca&areasRegional=usnd&areasRegional=ussd&areasRegional=usmi&cumulative=0&logScale=0&per100K=1&startDate=2020-09-01&values=deaths [consulté le 11 avril 2021]

Financial Times, « Coronavirus tracker : the latest figures as countries fight the Covid-19 resurgence », Financial Times, 2021b. [En ligne] https://www.ft.com/content/a2901ce8-5eb7-4633-b89c-cbdf5b386938 [consulté le 11 avril 2021]

Gaudillière Jean-Paul, Izambert Caroline & Juvin Pierre-André, Pandémopolitique. Réinventer la santé en commun, Paris, La Découverte, 2021

Heyer Éric & Timbeau Xavier (dir.), « Perspectives économiques 2021-2022. Résumé des prévisions du 14 avril 2021 », OFCE Policy brief, n° 89, 2021. [En ligne] https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/pbrief/2021/OFCEpbrief89.pdf [consulté le 4 juin 2021]

ILO, Global Wage Report 2020-21 : Wages and minimum wages in the time of COVID-19, 2021, [En ligne] https://www.ilo.org/global/publications/books/WCMS_762534/lang--de/index.htm [consultaté le 26 août 2021)

IMF, World Economic Outlook, Managing Diverging Recoveries, 2021. [En ligne] https://www.imf.org/en/Publications/WEO/Issues/2021/03/23/world-economic-outlook-april-2021 [consulté le 26 août 2021]

Keck Frédéric, Les Sentinelles des pandémies. Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine, Paris, Seuil, 2021

Maisonobe Marion, « Where do Covid-19 researches come from ? », GeoScimo, 2020. [En ligne] http://geoscimo.univ-tlse2.fr/where-do-Covid-19-researches-come-from [consulté le 4 juin 2021]

Miotti Luis Egido, « La Covid-19 : crisis, mimetismo... y diferenciación, una comparación internacional », communication présentée lors du Colloque IdA-EULAC-AFD « Sociétés crises et santé publique en Europe, en Amérique latine et dans les Caraïbes », le 31 mai 2021

Sansonetti Philippe, 2020, « Covid-19 ou la chronique d’une émergence annoncée », France Culture, Conférence au Collège de France, 2020. [En ligne] https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/covid-19-ou-la-chronique-dune-emergence-annoncee [consulté le 26 mai 2021]

The Economist, « Our new model of the true toll from Covid-19 », The Economist, Londres, édition du 15 mai 2021, p. 7

Notes

1 Les analyses du présent article doivent beaucoup aux diverses contributions rassemblées sur le Blog COVIDAM : https://covidam.institutdesameriques.fr
L’auteur tient à remercier tout particulièrement François Bignon, Johanna Cilano, Vera Chiodi, Olivier Compagnon, Elisabeth Cunin, Thibaud Deguilhem, Nicolas Ellison, Samuel Jouault, Gilles Polian, Bernard Tallet, Frédéric Keck, François-Michel Le Tourneau, Gustavo Ludmer, Alexis Sierra, Jean-Baptiste Velut.

Table des illustrations

Titre Figure 1. La chronique des facteurs explicatifs de la diffusion du virus
Crédits Source : Réalisation de Robert Boyer
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-1.png
Fichier image/png, 371k
Titre Tableau 1. La pandémie dans les Amériques : une analyse comparative
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-2.png
Fichier image/png, 274k
Titre Figure 2. Les différentes réponses à la pandémie : esquisse d’une taxonomie
Crédits Source : Réalisation de Robert Boyer
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-3.png
Fichier image/png, 172k
Titre Figure 3. L’Amérique latine adopte des quarantaines plus dures faute de systèmes de santé développés
Crédits Source : Miotti, 2021
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 4. À l’exception de l’Uruguay, la dureté des mesures de lutte contre la Covid-19 pénalise particulièrement les économies de l’Amérique latine
Crédits Source : Miotti, 2021
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 5. Le trilemme santé, économie, liberté
Crédits Source : adaptation et actualisation d’Olivier Sibony, « Le trilemme du déconfinement, ou comment résoudre un problème insoluble », publié le 12 avril 2020 [consulté le 4 juin 2021]. Disponible sur : https://fr.linkedin.com/​pulse/​le-trilemme-du-d %C3 %A9confinement-ou-comment-r %C3 %A9soudre-un-probl %C3 %A8me-sibony
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-6.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 6. La santé comme facteur de concentration des inégalités
Crédits Source : adaptation et actualisation d’Olivier Sibony, « Le trilemme du déconfinement, ou comment résoudre un problème insoluble », publié le 12 avril 2020 [consulté le 4 juin 2021]. Disponible sur : https://fr.linkedin.com/​pulse/​le-trilemme-du-d %C3 %A9confinement-ou-comment-r %C3 %A9soudre-un-probl %C3 %A8me-sibony
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-7.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 7. Production scientifique Covid-19 par pays jusqu’au 4 juin 2020
Crédits Source : Maisonobe, 2020
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9897/img-8.png
Fichier image/png, 211k

Auteur

Robert Boyer a été directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS. Au titre de la théorie de la régulation, il a développé une analyse historique et comparative des transformations institutionnelles des capitalismes et de leur interdépendance au sein d’un régime international. Il a ainsi analysé les trajectoires des différents pays latino-américains et leur crises économiques et financières.
Il est notamment l’auteur de Économie politique des capitalismes (2015) et, plus récemment, Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie (2020).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search