Version classiqueVersion mobile

La Pachamama en bases de données

 | 
Pierre Gautreau

Troisième partie. La dimension politique de l’information environnementale en quatre débats inachevés

Chapitre xi – La justice informationnelle, chantier ouvert

Texte intégral

1Le mouvement de la justice environnementale a fait l’objet de très nombreux travaux que je ne reprendrai pas ici. Le terme, flou, est passé de la sphère militante aux sphères académiques, pour décrire des situations d’inégales expositions aux risques environnementaux et d’accès aux aménités environnementales en fonction des contraintes résidentielles des individus, ces dernières dépendant in fine de critères tels que la couleur de peau ou le niveau socioéconomique. C’est grâce à des campagnes de cartographie et de recensements spatialisés que les premières mobilisations ont commencé aux États-Unis. Elles ont permis d’objectiver ces inégalités et de les articuler à la dénonciation de violation du droit fondamental à un environnement sain. Ce phénomène interroge depuis ses débuts la capacité de groupes non dominants à se signaler dans l’espace public par des manifestations. Il me semble important de poursuivre cette interrogation sur un plan informationnel et de se demander si les instruments contemporains d’information environnementale prennent en charge des visions alternatives de l’environnement. Le postulat est que plus un instrument réussit à accueillir une diversité de représentations, plus il tend à être juste. Le premier cas interrogera les initiatives volontaires de création d’information environnementale, en prenant l’exemple emblématique des luttes socioenvironnementales des dernières décennies contre les mines dans les Andes. Le second interrogera la capacité des instruments déjà vus au cours des chapitres précédents, pilotés par l’État, à se faire les représentants d’autres conceptions de la nature que celles des seuls pouvoirs publics.

Les promesses inabouties de la contre-information environnementale

  • 1 Le passage par des représentations non verbales du système socioécologique permet de découvrir des (...)

2À la fin du xxe siècle, se sont multipliées les formes de productions non étatiques d’information environnementale, sous des formats conventionnels, tels que les statistiques, les rapports et les cartes, mais dont les auteurs n’appartiennent ni à l’État, ni à des entreprises privées, ni à des corps professionnels dont c’est le métier. Bien que l’histoire de ce vaste mouvement n’ait été faite que par fragments, je pense qu’il relève de trois processus concomitants. D’un côté, les sciences sociales et l’aide au développement ont cherché à mieux comprendre les représentations des populations avec lesquelles elles travaillaient, dans le triple but d’objectiver les fonctionnements socioécologiques locaux1, d’impliquer ces groupes dans les actions de développement et de leur apprendre à communiquer avec les acteurs dominants de leur territoire. Cette vaste entreprise de traduction tente, sur le fond, de les acculturer à des représentations du monde occidental, urbain et lettré : ont alors fleuri cartes mentales, jeux de rôles, cartographie participative, modélisation d’accompagnement [Étienne, 2010]. Ces nouvelles formes de production d’information environnementale ont simultanément été utilisées par des groupes en conflit avec des acteurs dominants de leur territoire pour réaliser ce que la sociologie a désigné sous le terme de contre-expertise citoyenne. Dans ce second cas, la production d’information a pour objectif de contredire ou nuancer des discours dominants, dans le cadre d’une négociation sur la définition publique d’un problème environnemental et sur les voies possibles pour le résoudre. Les géographes et anthropologues ont participé à ce genre d’initiative et/ou en ont fait leur objet d’étude, sous le nom de contre-cartographie, counter-mapping en anglais. Le troisième processus à l’œuvre relève quant à lui des potentialités de la transition numérique saisies par des individus très divers, qui s’expriment sur Internet et par la carte, sans que cela relève forcément d’une démarche militante. Ces productions correspondent en partie à ce que Noucher [2017] nomme les petites cartes du Web.

3Il nous manque, et c’est regrettable, des travaux de synthèse sur ce qu’obtiennent ces contre-experts de leur mobilisation non conventionnelle d’information environnementale. La plupart des travaux que j’ai pu consulter portent en règle générale sur des cas précis qu’il est difficile de comparer. Souvent, les recherches détaillent avec force les modalités de construction de cette contre-information, sans aller plus loin dans ses effets sur la situation postérieure des habitants. Il est en effet bien plus facile de comprendre la première phase par entretien ou lecture de la documentation produite, que la deuxième, qui suppose une observation de longue haleine. Les positions des chercheurs oscillent entre un pessimisme radical et un espoir mesuré quant au potentiel politique de ces pratiques. À propos de la cartographie, la seconde position est celle de Harley [Harley, 2002, p. 79].

  • 2 Citation originale : « The social history of maps, unlike that of literature, art, or music appears (...)

« L’histoire sociale des cartes, contrairement à celle de la littérature, de l’art ou de la musique, semble avoir peu de modes d’expression véritablement populaires, alternatifs ou subversifs. Les cartes sont avant tout un langage de pouvoir, et non de contestation. Bien que nous soyons entrés dans l’ère de la communication de masse par les cartes, les moyens de production cartographique, qu’ils soient commerciaux ou officiels, sont encore largement contrôlés par les groupes dominants. En effet, la technologie informatique a accru cette concentration du pouvoir médiatique. La cartographie demeure un discours téléologique, qui réifie le pouvoir, renforce le statu quo et fige l’interaction sociale dans les limites des rapports existants.2 »

4Plus récemment, et sans doute mieux informé des récents développements numériques, Crampton [2009] pronostique au contraire de façon optimiste une expansion de ces contre-pratiques.

5Quelques cas sud-américains vont être présentés pour tenter de mesurer les formes contemporaines de contre-information environnementale dans les terrains étudiés. Bien que cette section soit développée sans esprit d’exhaustivité, les cas évoqués correspondent aux très rares initiatives de construction d’instruments d’information non étatiques que nous avons pu relever dans les programmes de recherche auxquels j’ai participé, ce qui est un premier signe de la difficulté de leur émergence. Ces cas utilisent tous la cartographie, mais il serait imprudent de les présenter d’emblée comme de la contre-cartographie : je les qualifierais plus simplement d’instruments militants d’information environnementale, qui cherchent à manifester des dimensions invisibilisées de processus environnementaux. Comme je le reprochais plus haut à certains travaux sur la contre-cartographie, je me limiterai ici à décrire les dispositifs, sans avoir eu les moyens d’en mesurer les effets politiques.

6Les années 1990-2000 sont dans les Andes une période de multiplication des projets miniers, qui donnent lieu à des tensions croissantes et parfois à des conflits ouverts [Bebbington, 2007a]. Des tentatives de fédérer à l’échelle du continent les résistances aux mines entraînent la création d’alliances transnationales de militants, souvent appuyées par des organisations européennes ou nord-américaines. Ce processus de « glocalisation » [Bebbington, 2007b] essaie de dépasser l’atomisation des oppositions, liée à la géographie des implantations minières : des vallées isolées, des sites en altitude, des populations rurales parfois non hispanophones. Très vite, l’idée que l’information va être un moyen au service de cet effort d’arracher les luttes à leur localisme va se traduire par une floraison d’initiatives d’observatoires des conflits [Rodríguez Carmona, Castro & Sánchez, 2013]. Selon les pays et les situations, ils ont comme fonctions additionnelles de jouer le rôle de mémoire des mouvements sociaux, de lieu d’articulation entre mouvements et ONG, de lanceurs d’alerte. Il ne s’agit en fait que d’une modalité parmi d’autres de tentatives de fédérations des oppositions au néolibéralisme qui s’installe durablement au cours des années 1990 sur le continent.

7Une première série d’instruments est créée par des coalitions de mouvements activistes spécialisés dans la dénonciation des violations des droits des populations du fait de l’essor d’activités minières. Le site Ocmal (Observatorio de conflictos mineros en América latina) est ainsi une plateforme fédérant une quarantaine de groupes militants latino-américains, qui recensent les implantations minières sur le continent, les localisent sur une carte interactive et tentent de documenter leurs financeurs, leurs effets et leurs évolutions. Ce site est une émanation de la coalition d’acteurs qui gravitent autour de l’Olca (Observatorio Latinoamericano de Conflictos Ambientales) depuis la seconde moitié des années 1990, une ONG chilienne qui référence tous les jours les articles de presse relatifs à ce qu’elle qualifie de conflits environnementaux. Des dispositifs similaires existent à l’échelle du globe, tels que le site d’Oilwatch qui fait état les conflits liés aux implantations minières ou celui de la Coalition for Human Rights in Development. Cette dernière liste des projets industriels ou d’extraction de ressources dans le monde. Elle a créé une interface dite « d’alerte précoce », dont le but est de prévenir des menaces que constituent des projets industriels, agricoles ou miniers encore non réalisés. Ces deux dispositifs formés par des mouvements sociaux et des ONG sont d’échelle internationale, mais s’organisent en interne par continent. Des groupes de chercheurs universitaires sont à l’origine d’un second type de sites, très proches dans leur forme, mais qui veulent se distinguer par leur adossement académique censé fournir des gages de rigueur. Le plus célèbre est l’Atlas of Environmental Justice, développé au sein de l’équipe du chercheur et militant espagnol Martínez-Alier à l’université de Barcelone. À l’université canadienne McGill, une équipe documente de façon plus ciblée les investissements miniers canadiens en Amérique latine.

8Les objectifs organisationnels de ces sites sont d’exprimer une expertise née de l’action quotidienne, de symboliser par la création de semis de points le réseau des luttes sur la carte et d’animer ce réseau en incitant ses membres à collaborer et à alimenter la base grâce à une interface dédiée. La présentation des objectifs de l’Atlas of Environmental Justice résume à la fois les espoirs et les contraintes de ce type d’initiatives, notamment de leur partie cartographique. Son comité de coordination désire dénoncer des injustices en donnant à voir des processus invisibilisés, non relayés par les médias dominants. Il cherche ainsi à redonner du pouvoir aux communautés affectées. Il souhaite reconstituer les chaînes de transformation de la matière, des lieux d’extraction aux consommateurs, afin d’objectiver les responsabilités et les flux. Il fait appel aux bonnes volontés ayant le temps et l’énergie de remplir les blancs de la carte afin de tenir à jour une base de données énorme, puisque mondiale.

9Il faut différencier ces instruments militants de ceux qui leur ressemblent pourtant formellement, à l’instar du site de la Fundación UNIR Bolivia, qui présente des cartes et référence des conflits. Cette ONG financée par les agences de coopérations de l’Union européenne, de Suède, d’Irlande et de Hollande, développe un suivi qu’elle veut objectif et neutre de tous les conflits du pays, à partir d’une veille quotidienne de la presse écrite et de la radio. À la différence des autres instruments, ce que cette ONG dénonce, c’est la conflictivité bolivienne en général, qu’elle associe à l’absence d’une culture de paix dans le pays. Son objectif n’est pas de désigner des responsables comme le font les autres plateformes, mais de vendre ses services pour la « résolution de conflits » entre diverses parties. Le mode de traitement de l’information consiste à mettre en base de données des processus complexes à partir de critères faussement objectifs : par « intensité » ou selon une typologie dont les catégories sont floues et susceptibles de se recouvrir – un même conflit peut correspondre à différentes catégories. Ce type d’instrument d’information sert donc à l’ONG à vendre une image d’experte en résolution de conflits, dans la lignée de ce qu’Acselrad [2004] dénonce comme des « techniques du consensus », qui visent à dépolitiser les conflits sociaux environnementaux.

10Une brève analyse des pratiques cartographiques au sein de ces instruments informationnels permet d’en souligner les limites quant au renforcement (empowerment) des mouvements qui les portent. Par bien des aspects, ils cherchent à mimer les instruments publics d’information, mais sans en avoir réellement les moyens : référencement de données, normalisation, changement d’échelle, croisement des sources. Le référencement est la pratique la plus efficace : la plateforme crée du sens en rassemblant des données dispersées, en général à échelle continentale et elle permet de montrer l’ampleur géographique des activités dénoncées. Les cartes par points sont utiles en ce qu’elles font sortir de leur particularisme local les conflits pour signaler des causes communes à une plus petite échelle. La normalisation de l’information est la deuxième pratique essentielle : pour que les usagers puissent explorer la base, les fiches sur chaque conflit sont codées selon différentes variables : début du conflit, type d’activité, type de population impliquée, etc. Or, critères et définitions sont pauvres et flous. Par exemple, la définition de conflit reste implicite et très large, et elle permet une inclusion de problèmes disparates liés aux activités minières. Il est fréquent de voir catégorisé comme conflit un projet minier qui n’a pas même commencé ou de voir mentionnés sur la carte des conflits éteints depuis plusieurs années. Les typologies sont souvent grossières et le codage prête à confusion. Parmi les projets présentés, seule une équipe permanente de l’Olca se concentre sur le recensement des nouvelles de presse sur les conflits environnementaux latino-américains, ce qui garantit une certaine cohérence à l’instrument. Conséquence de cette normalisation inaboutie, le changement d’échelle est très complexe : en absence de remplissage homogène des bases, il devient difficile d’en tirer des traits généraux à des échelles plus petites (nombre de mines fermées après conflit par pays, par exemple). Enfin, le croisement des sources n’est pas facilité sur les plateformes. Presque aucune couche de données géographiques n’est proposée pour superposer, par exemple, lieux d’extraction et réseau routier.

11Ainsi, dans ces instruments militants, la carte vaut plus comme expression d’une vigilance du réseau que comme document informatif rigoureux. Les usages faits de la cartographie sont peu innovants et les potentialités du Web à peine utilisées. Il y a peu de signes que le crowdsourcing proposé par les sites fonctionne et le remplissage des bases repose sur les épaules de quelques personnes seulement. C’est sur ce point que les modes d’organisation des structures qui portent ces initiatives constituent une limite claire à ces projets. Elles manquent de bras pour remplir de façon systématique et rigoureuse la base de données, d’où des fiches inégalement remplies, des processus inégalement qualifiés et une couverture géographique hétérogène de ceux-ci. Enfin, et c’est à mon avis le principal paradoxe de ces instruments par rapport à leurs objectifs, ils donnent des conflits environnementaux une représentation essentiellement locale. Le choix de les marquer par un point, puis d’y associer une fiche, ne permet qu’une documentation locale du conflit, mais pas une comparaison avec d’autres situations, ni une quelconque montée en généralité qui contribuerait, par exemple, à mieux comprendre un processus global de résistance au capitalisme minier.

12En somme, la transition numérique n’a pas contribué de façon décisive à l’empowerment militant, du moins dans le champ de l’information telle qu’elle est définie dans cet essai, c’est-à-dire ne prenant pas en compte les réseaux sociaux, dont l’importance actuelle pour les mobilisations est connue. L’exemple des observatoires des conflits miniers l’a montré, le principal frein est le manque de personnes formées et disponibles pour alimenter des systèmes qui, sans mise à jour régulière, sont vite périmés. Ce problème se retrouve systématiquement dans les consortiums faisant appel à plusieurs structures qui collaborent de façon épisodique, sans avoir les moyens de dédier des personnes à plein temps sur le projet. Le Réseau amazonien d’information socioenvironnementale géoréférencée (Raisig), présent sur Internet depuis 2007, publie des couches cartographiques formées par collage de couches thématiques de chacun des pays du bassin du fleuve, sans guère apporter plus en termes d’expertise sur cette information3. Dans le domaine de l’activisme, les systèmes d’information qui durent et présentent des produits cohérents sont en règle générale gérés par une seule structure, qui y dédie un ou deux emplois fixes sur la longue durée : c’est le cas de l’Olca pour le recensement d’articles ou encore de l’Instituto socioambiental (ISA) au Brésil, qui coordonne une base de données sur les aires protégées et une autre sur les terres indigènes4. Dans ce dernier cas, la qualité du système d’information tient à l’ancienneté du projet et au maintien d’un riche réseau de contacts locaux qui permet à l’ISA, depuis son siège de São Paulo, d’actualiser quotidiennement l’information de sa base. Dans d’autres cas, les contraintes au montage d’instruments d’information par les ONG ou mouvements sociaux tiennent à des facteurs externes à leur mode d’organisation. À l’issue du retentissant procès dit du bassin hydrographique Matanza-Riachuelo [Merlinksy, 2013] au sud-est de la ville de Buenos Aires, en 2011, un consortium d’ONG a mis en place un système d’information sur les polluants émis dans ce bassin. Celui-ci devait être alimenté par les déclarations des entreprises responsables elles-mêmes. En absence de leur collaboration, l’instrument a été déconnecté du Web quelques années après sa mise en ligne5.

Open data et systèmes d’information agroenvironnementaux renforcent-ils l’égalité informationnelle ?

13Les instruments étudiés jusqu’ici, comme le cadastre foncier, ont assis leur légitimité sur le fait qu’ils permettaient un traitement plus juste des questions environnementales grâce à leur couverture exhaustive du territoire pour les systèmes d’information agroenvironnementale (SIAE) ou tendant à l’exhaustivité pour l’open data environnementale (ODE). Ainsi, ces instruments sont censés permettre à la fois une responsabilisation individuelle mesurable et proportionnelle aux avoirs de chacun et une répartition plus équitable des efforts collectifs en faveur de la conservation, par exemple de restauration forestière. Ce caractère « juste » est revendiqué dans tous les SIAE, lesquels exonèrent les plus petits exploitants des obligations les plus importantes. C’est au Brésil un argument des lobbys de l’agriculture entrepreneuriale que de dire que l’agrobusiness se charge, proportionnellement aux plus petits exploitants, d’une plus grande surface de conservation. Ils montrent de cette façon une solidarité de façade avec ce secteur « faible » de l’agriculture du pays. Cette démarche, à mon sens, a eu pour but d’enrôler les petits exploitants dans les combats de longue haleine pour obtenir les lois détricotant les législations environnementales et de masquer le fait que si les grands exploitants sont ceux qui doivent le plus payer leur « dette » écologique, c’est parce que ce sont eux les responsables de l’essentiel des surfaces déboisées dans les pays de la région. Or, dire et rappeler publiquement que les « petits » ont été absous de leurs infractions, c’est les signaler comme coresponsables d’une crise dont ils ne sont que partiellement responsables.

  • 6 Dans leur immense majorité, ces habitants ruraux occupent depuis plusieurs décennies leurs terres, (...)

14S’il était besoin de le rappeler, ce ne sont pas les instruments en soi qui peuvent être facteurs d’injustice, mais bien leur application dans un contexte préexistant d’inégalités face à la régulation environnementale. Eloy et al. [2016, p. 19] montrent à ce propos comment, dans les cerrados brésiliens, l’application du nouveau Code forestier a été précédée de plusieurs décennies de focalisation de la police de l’environnement sur la répression des incendies pastoraux. Avec la mise en place du nouveau Code et du cadastre environnemental rural (CAR) qui en dépend, la localisation de responsables des mises à feu s’est trouvée facilitée, tandis que les grands propriétaires des hauts plateaux déboisaient légalement la majeure partie du paysage. C’est donc une ambiance judiciaire préalable qui a infléchi le CAR dans un sens très préjudiciable aux petits exploitants, dont les incendies n’ont pas d’effets majeurs en termes de déforestation. Les effets de la loi forestière argentine ont connu des développements proches dans les provinces (Salta, Formosa) où le droit de bénéficier des financements prévus par la loi a été refusé aux exploitants sans titre de propriété, eux qui représentent pourtant une part massive de l’ensemble des agriculteurs et éleveurs6. Malgré une décision du Conseil fédéral de l’environnement (Cofema) de 2014, qui autorise des exploitants sans titres à bénéficier collectivement de ces fonds, la fédération n’a pas le pouvoir d’obliger les provinces récalcitrantes à se plier à la nouvelle norme. Dans ce contexte, le SIAE instauré par la loi aboutit à une canalisation des financements vers les acteurs qui sont déjà les mieux dotés juridiquement et économiquement, et à renforcer les asymétries de pouvoir dans les espaces forestiers.

15Dans le cas de l’ODE, nous avons développé avec Matthieu Noucher une grille d’analyse de leurs effets en termes de justice spatiale et nous nous sommes intéressés à la couverture spatiale des infrastructures de données géographiques, ainsi qu’au degré de représentation des différents acteurs en présence dans les plateformes open data, ce que nous nommons la « polyvalence institutionnelle ». La couverture de l’information géographique interroge d’abord l’égalité de traitement spatial des citoyens par l’État, par exemple face au risque. Elle permet d’interroger les effets de l’incomplétude de l’information géographique sur un territoire donné en termes de capacité des pouvoirs publics à hiérarchiser ses actions de prévention et d’intervention postcrise. Elle offre aussi la possibilité d’analyser les conséquences de l’homogénéité/hétérogénéité des informations fournies par les pouvoirs publics sur la capacité des citoyens à comparer leur situation locale avec celles d’autres lieux, et à protester contre des situations d’inégal accès à des services ou d’inégale exposition à des nuisances. La polyvalence institutionnelle de l’information permet quant à elle d’interroger la capacité des plateformes à être utilisées par une gamme très large de groupes sociaux afin d’exprimer leur singularité spatiale, donc à constituer un instrument d’équité au service de l’expression de manières différentes de voir le monde. Cette dimension permet d’interroger en particulier les effets de standardisation de l’information sur la réduction ou au contraire la multiplication des modes de représentation de l’environnement qui peuvent être transmis avec elle.

Entretien par le feu des ressources fourragères du Cerrado au nord-est du Brésil

Entretien par le feu des ressources fourragères du Cerrado au nord-est du Brésil

Source : Ludivine Eloy, 2018.

16L’analyse de la couverture territoriale des données mises en partage dans les infrastructures nationales étudiées (figure 20) amène à questionner l’un des arguments récurrents de justification de la mise en œuvre de ces plateformes : celui de l’équitable traitement des territoires par les autorités publiques, qui se manifesterait par une couverture homogène, argument souvent avancé pour critiquer les initiatives des multinationales, comme Google Maps, qui concentrerait leurs efforts uniquement sur les zones à forts enjeux commerciaux [Gautreau & Noucher, 2016]. L’extraction des emprises des données géographiques indexées dans les infrastructures bolivienne, brésilienne et française permet de s’interroger sur ce que serait une couverture plus « juste » du territoire. Ainsi, la densité de données brutes (collection no 1) ou pour 1 000 km2 (collection no 2) met en évidence de forts contrastes : Altiplano/Oriente ou ouest/est en Bolivie (a) et au Brésil (b). Ramenés à mille habitants (collection no 3), les contrastes sont moins saisissants, mais permettent de souligner la déconnexion entre densité de population (collection no 4) et densité de données : le bassin amazonien de Bolivie – départements de Pando (d) et Beni (e) – et la frange sud-est de l’Amazonie brésilienne (g) sont mieux couverts que des aires urbaines importantes comme Cochabamba (f) en Bolivie ou les aires métropolitaines de Rio (h) et São Paulo (i) au Brésil.

17Ce petit exercice permet de souligner que l’inégale répartition de l’information et ses discontinuités spatiales demeurent au sein des IDG nationales. Elle tend même à se renforcer avec la montée en puissance des IDG. En effet, si à leur lancement ces plateformes se concentrent sur les grands référentiels cartographiques disposant d’une couverture exhaustive, leur montée en charge les conduit à démultiplier les partenariats divers (enrôlement) et à intégrer progressivement des productions cartographiques locales, renforçant un effet de patchwork. C’est là un autre effet paradoxal de ces plateformes de partage : plus les IDG gagnent en maturité, plus elles cherchent à tendre vers l’exhaustivité organisationnelle en nouant des partenariats avec l’ensemble des acteurs de la sphère publique et plus la couverture spatiale de leurs données apparaît hétérogène.

Figure 20. Différentes formes de représentation de la densité d’information géographique dans les Infrastructures de données géographiques bolivienne et brésilienne

Figure 20. Différentes formes de représentation de la densité d’information géographique dans les Infrastructures de données géographiques bolivienne et brésilienne

Ces cartes sont réalisées à partir de l’extraction (mars 2015) des emprises spatiales des métadonnées issues de deux IDG : GeoBolivia (Bolivie) et INDE (Brésil). La première collection de cartes présente la répartition des emprises sans pondération. Les collections no 2 et no 3 sont pondérées : le nombre d’emprises est calculé par unité administrative et pondéré par leur surface au sein de l’unité. La collection de cartes no 2 présente la densité d’emprises pour 1 000 km2 et la collection no 3 pour 1 000 habitants. La 4e collection rappelle, à titre informatif, la densité de population des deux pays étudiés.

Source : modifié d’après Gautreau & Noucher [2016].

18En ce qui concerne la polyvalence institutionnelle, l’étude des organismes associés aux données diffusées par les IDG nationales permet de souligner la faible diversité des contributeurs de ces plateformes (figure 21). La situation est marquée au Brésil, puisque les données proviennent à 93 % des services de l’État fédéral ou d’un État fédéré. Parmi celles-ci, 80 % relèvent de l’Institut brésilien de géographie et statistique, symbole d’une IDG nationale très centralisée et, à ce jour, fondée sur les seules données du pouvoir central. La Bolivie se distingue par une moindre proportion de données de niveau national (59 %), l’importance notable de celles de la coopération étrangère (25 %) et une participation des ONG, universités et institutions privées à hauteur de 7 %. Il est probable que cette situation corresponde moins à l’institutionnalisation de la participation d’acteurs diversifiés dans l’IDG actuelle qu’à l’héritage du « projectorat », évoqué au chapitre précédent. GeoBolivia a donc intégré cet héritage, sans que cela signifie qu’elle ait enrôlé ces acteurs extra-étatiques.

Figure 21. Part des différents types d’auteurs dans les Infrastructures de données géographiques bolivienne et brésilienne

Figure 21. Part des différents types d’auteurs dans les Infrastructures de données géographiques bolivienne et brésilienne

Source : Gautreau & Noucher, 2016.

* * *

19Si ce dernier chapitre évoquait la justice informationnelle comme un « chantier ouvert », ce n’est pas seulement pour souligner les (très) faibles avancées en la matière au regard du droit ou des revendications sociales. En effet, les débats dans l’espace public se cantonnent généralement à réclamer un accès plus important à des informations détenues par l’administration, tandis que les pratiques militantes visent à contourner cette rétention par la production d’information de substitution. À mon sens, la justice informationnelle a devant elle un immense champ de progression dans une autre direction, qui viserait à modifier en profondeur la nature de cette information, et non pas uniquement son accessibilité.

20En effet, un élément essentiel qui contribue aux effets inégalitaires des instruments d’information environnementale est l’absence de débat public sur les biais qu’ils induisent dans la lisibilisation de situations. Nous avions souligné cela avec Eduardo Vélez en 2011 et les effets ainsi produits à l’échelle des données cartographiques utilisées dans le mode de résolution du conflit autour du zonage sylvicole du Rio Grande do Sul : le caractère relativement grossier de la carte de référence utilisée pour la dernière version du zonage avait joué en faveur des entreprises sylvicoles, qui avaient imposé une mesure de la fragmentation paysagère comme principal critère de régulation. Le silence général sur ce point était d’autant plus surprenant que le conflit du zonage a opposé des acteurs très au fait des questions méthodologiques et techniques de cartographie environnementale.

21Dans des termes similaires, Lorenzo Langbehn [2015] décrit comment les méthodologies de dessin des zonages des lois forestières fédérales et provinciales argentines ne font l’objet d’aucune controverse, alors que le vote des lois lui-même a provoqué d’âpres conflits. Cette absence de débats peut s’expliquer pour les instruments dont les données ne sont pas accessibles à tout public, comme la loi 337 en Bolivie ou le décret d’usage des sols en Uruguay. Il est plus difficile de donner un sens à ces silences dans les deux cas précédents. Lorenzo Langbehn [2015] fait appel à la notion de « subpolitique » pour expliquer comment les corps techniques, aux manettes lors de la conception des lois, réussissent à poser un voile sur leurs traitements des données, ce qui éteint le débat public. Pour le zonage sylvicole du Rio Grande do Sul, ce silence serait plutôt dû à une fatigue des opposants aux entreprises sylvicoles, dans un conflit qui durait depuis cinq ans déjà et à un moment où ils ont préféré faire passer un zonage faible plutôt que revenir à la charge pour bloquer une nouvelle fois son adoption, avec le risque que celui-ci ne soit jamais adopté.

22Quoi qu’il en soit, c’est de toute évidence grâce à un décentrement sur la question du type d’information à produire, sur sa nature, plus que sur son abondance ou sa disponibilité, que progressera la justice informationnelle en matière environnementale.

Notes

1 Le passage par des représentations non verbales du système socioécologique permet de découvrir des processus cachés au chercheur/coopérant, soit parce qu’ils sont tellement évidents pour les habitants que ceux-ci oublient de les mentionner, soit parce que la nature des rapports sociaux interdit à certains de prendre ouvertement la parole.

2 Citation originale : « The social history of maps, unlike that of literature, art, or music appears to have few genuinely popular, alternative, or subversive modes of expression. Maps are preeminently a language of power, not of protest. Though we have entered the age of mass communication by maps, the means of cartographic production, wether commercial or official, is still largely controlled by dominant groups. Indeed, computer technology has increased this concentration of media power. Cartography remains a teleological discourse, reifying power, reinforcing status quo, and freezing social interaction within charted lines. »

3 [En ligne] https://www.amazoniasocioambiental.org

4 En 2018, l’ISA emploie huit personnes à plein temps sur ces deux projets. [En ligne] https://terrasindigenas.org.br/ ; https://uc.socioambiental.org/

5 [En ligne] http://quepasariachuelo.org.ar/ Le consortium était formé de l’ONG FARN, de la Fundación Metropolitana, Greenpeace, du CELS, de Asociación de Vecinos de La Boca, de la Fundación Ciudad, de Poder Ciudadano, de Asociación Ciudadana por los Derechos Humanos. Le montage informatique a été à la charge de GarageLab et les fonds provenaient des fondations Avina et Heinrich Böll Stiftung ainsi que de la Banque mondiale.

6 Dans leur immense majorité, ces habitants ruraux occupent depuis plusieurs décennies leurs terres, qu’ils ont généralement été seuls à exploiter, bien que les titres aient été possédés par des propriétaires souvent urbains et absents. Cette occupation pluri-décennale, qui leur donne théoriquement un droit d’occupant officiel leur permettant de ne pas être inquiétés, ne débouche cependant que rarement sur une clarification juridique définitive, même dans les provinces peu répressives (Santiago del Estero durant les dernières années).

Table des illustrations

Titre Entretien par le feu des ressources fourragères du Cerrado au nord-est du Brésil
Crédits Source : Ludivine Eloy, 2018.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 20. Différentes formes de représentation de la densité d’information géographique dans les Infrastructures de données géographiques bolivienne et brésilienne
Légende Ces cartes sont réalisées à partir de l’extraction (mars 2015) des emprises spatiales des métadonnées issues de deux IDG : GeoBolivia (Bolivie) et INDE (Brésil). La première collection de cartes présente la répartition des emprises sans pondération. Les collections no 2 et no 3 sont pondérées : le nombre d’emprises est calculé par unité administrative et pondéré par leur surface au sein de l’unité. La collection de cartes no 2 présente la densité d’emprises pour 1 000 km2 et la collection no 3 pour 1 000 habitants. La 4e collection rappelle, à titre informatif, la densité de population des deux pays étudiés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Figure 21. Part des différents types d’auteurs dans les Infrastructures de données géographiques bolivienne et brésilienne
Crédits Source : Gautreau & Noucher, 2016.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/9605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Éditions de l’IHEAL, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search