Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Un mémoire pour mémoire

p. 15-17


Texte intégral

1Cassandre, lorsqu’elle est arrivée à l’IHEAL, était une étudiante un tout petit plus âgée que ses camarades de promotion, respirant d’emblée une grande maturité intellectuelle, prise dans de nombreuses activités parallèles à ses études et souvent militantes, toujours souriante et incroyablement motivée par sa recherche. Elle étudiait la manière dont la presse espagnole a perçu la révolution sandiniste de 1979. C’était un sujet passionnant en ce que de nombreux problèmes qui se posaient alors au Nicaragua étaient observés comme dans un miroir par l’Espagne alors en pleine transition. C’était au fond l’un de ces sujets sur les circulations des idées et des représentations entre Europe et Amérique latine, chers à nombre de chercheurs de l’IHEAL et du CREDA. À l’heure où il faut parfois prendre les étudiants par la main pour les emmener au bout de leur master, Cassandre était entièrement autonome dans sa manière de travailler et prenait au sérieux les enjeux de la recherche qu’elle avait entreprise comme l’aurait fait un chercheur aguerri, moins préoccupée qu’elle était par l’obtention d’un diplôme dans les meilleurs délais que par la compréhension la plus parfaite possible des dynamiques complexes qu’elle étudiait. En témoigne un très bref extrait de la correspondance que nous avons eue autour de son mémoire, révélateur du niveau d’exigence qu’elle se fixait toujours et du doute propre au chercheur qui l’habitait sans cesse :

Bonjour Monsieur, merci pour votre retour sur la première partie. Désolée pour les fautes d’orthographe, je savais qu’il en restait et j’ai un peu honte, mais je voulais savoir si j’étais dans la bonne voie. Vous me rassurez. D’accord aussi sur la page 34 : j’essaie toujours de garder de la distance dans l’écriture, mais je me sens effectivement plus proche du sandinisme que du franquisme ! Je vais faire attention à cela, vous avez raison, je ne m’étais pas toujours rendu compte que certains termes n’étaient pas assez neutres. Il faudrait aussi que je vous voie un de ces jours pour vous parler de ma seconde partie car, comme j’y mêle les concepts de guerre juste, de terrorisme ou de sécurité démocratique, j’ai peur quelques fois de ne pas bien maîtriser le truc, de partir dans tous les sens et de voir ce que je veux voir sans réellement être scientifique.

2Ce mémoire était presque terminé. Cassandre devait m’envoyer ce que je n’avais pas encore lu autour du 20 juillet, nous avions fixé la date de soutenance au vendredi 23 septembre et j’avais même contacté la collègue que je souhaitais inviter comme second membre du jury. Nous ne pouvions pas, il y a dix ans, laisser ce manuscrit en suspens et nous nous sommes engagés à le publier. Nous n’avions pas alors mesuré l’ampleur et surtout la douleur de reprendre un texte inachevé d’une auteure absente. À chaque fois que nous avons dû reformuler, ajouter une référence ou compléter une phrase, nous étions confrontés au gouffre du vide. Mélanie Trugeon, Marion Poissonnier, Irène Favier, Marie Morel et Mathilde Périvier puis enfin Evelyne Chotard et quelques autres ont repris ce manuscrit de grande qualité pour lui donner une forme définitive et le publier aux Éditions de l’IHEAL. Tout cela ne changera rien à l’absence définitive de Cassandre et Houria, à notre douleur à tous et à l’horreur qu’inspire la barbarie des hommes, mais c’est le meilleur hommage que puisse rendre la communauté scientifique de l’IHEAL et du CREDA à deux de ses membres les plus brillantes et les plus prometteuses.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.