Version classiqueVersion mobile

Intellectuels et philosophes dans l’Argentine péroniste

 | 
Lucía Ana Belloro

Deuxième partie. L’université, un espace de pouvoir et de savoir (1943-1952)

Introduction

Texte intégral

1Les initiatives pour réorganiser et coordonner sous l’égide de l’État le milieu intellectuel se développent en parallèle à de profondes transformations dans le milieu éducatif et universitaire. La création du ministère de l’Éducation et le secrétariat de la Culture qui lui est rattaché, d’où émanent les projets de la CNCI et la JNI, rendent compte de la volonté du gouvernement d’administrer les affaires culturelles et éducatives depuis une structure de l’État. Nous nous attarderons ici sur les projets politiques de l’université qui impactent la communauté universitaire, d’abord en 1943, puis sous le gouvernement de Juan Domingo Perón, pour faire ressortir les glissements qui s’y opèrent d’une période à l’autre. La fracture politique que l’on a constatée dans le milieu intellectuel se réplique plus particulièrement dans le milieu universitaire. Il s’agit alors d’évaluer l’impact de la politique du péronisme sur l’organisation de l’espace académique de la philosophie, et d’identifier les revendications professionnelles et les tensions politiques qui le traversent. Ainsi, nous suivrons le cas du Cles (Collège libre d’études supérieures), nous analyserons comment une initiative née de manière complémentaire à la formation universitaire se consolide en opposition au gouvernement et marque une séparation dans l’organisation de l’espace philosophique. En mettant la focale sur les études de philosophie à l’UBA, nous tenterons d’évaluer les conséquences de l’arrivée du péronisme dans les contenus et dans le parcours de formation philosophique.

© Éditions de l’IHEAL, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search