Version classiqueVersion mobile

Intellectuels et philosophes dans l’Argentine péroniste

 | 
Lucía Ana Belloro

Première partie. L’espace intellectuel et l’arrivée du péronisme

Chapitre 1. L’organisation des intellectuels dans un contexte de polarisation politique

Texte intégral

  • 1 C. Ibarguren, La inquietud de esta hora: liberalismo, corporativismo, nacionalismo, Buenos Aires, L (...)

1« Une lutte formidable a commencé entre deux grands courants qui occupent aujourd’hui la scène politique mondiale : le communisme international matérialiste, et le fascisme, ou le corporatisme nationaliste et spiritualiste1. » Tous deux se confrontent, mais partagent un même objectif : mettre fin à la démocratie libérale. Au début des années 1930, le juriste, écrivain nationaliste et homme politique Carlos Ibarguren décrypte ainsi la conjoncture politique de son époque.

  • 2 Hipólito Yrigoyen est le premier président à être élu de manière démocratique par le vote universel (...)
  • 3 La « décennie infâme » est l’expression cristallisée par José Luis Torres en référence aux années 1 (...)

2À la crise morale résultant de l’échec de la démocratie libérale dans l’après-guerre, s’ajoute la crise économique de 1929. Au rythme de la montée des totalitarismes en Europe, d’autres choix à la démocratie libérale se font jour dans la vie politique argentine. En 1930, la crise économique et la fragilisation du gouvernement en place accélèrent une crise politique qui se scelle par le coup d’État de José Félix Uriburu, le 6 septembre 1930. Un régime militaire autoritaire de caractère corporatiste succède à l’expérience démocratique du gouvernement populaire d’Yrigoyen2. En 1932, avec l’appui du régime militaire, le général Agustín P. Justo accède au pouvoir et ouvre, sous façade démocratique, la « décennie infâme3 ».

  • 4 La fondation de la revue La Nueva República en 1927 par les frères Rodolfo et Julio Irazusta devien (...)
  • 5 Avec l’appui de l’Église sont créés en 1922, à Buenos Aires, les cours de culture catholique destin (...)

3Dans les années de l’entre-deux-guerres, prenant parti dans les conflits internationaux aussi bien que nationaux, les intellectuels argentins descendent de leur tour d’ivoire pour se positionner dans l’arène publique [Funes, 2006 ; Terán, 2008]. L’intellectuel est principalement l’écrivain : celui qui se sert de sa plume pour exprimer ses idées. Le romancier, l’avocat, le théologien ou le philosophe partagent ainsi cet espace intellectuel, encore assez peu organisé. Les revues culturelles jouent un rôle fondamental dans les débats et dans l’animation de cet espace. Dans les années 1920, la multiplication des nouvelles revues nous permet d’identifier les débats de la période et de tracer des lignes d’appartenance intellectuelle. À titre d’exemple, la revue Claridad, fondée en 1926 par Antonio Zamora, réunit l’intellectualité engagée à gauche contre le fascisme ; à l’opposé, La Nueva República4 (1927) des frères Irazusta regroupe des intellectuels nationalistes et catholiques qui donnent leur appui au coup d’État d’Uriburu, alors que la revue catholique Criterio (1928), liée au cours de culture catholique5 (1922) et aux cercles nationalistes catholiques, se présente comme un outil critique chrétien d’analyse des problèmes contemporains. La revue Sur, fondée par Victoria Ocampo en 1931, rassemble un large éventail d’auteurs sous une équanimité politique et se veut un point d’ancrage de l’intellectualité argentine libérale et démocrate. Celles-ci ne sont qu’une illustration et un mince exemple de l’éventail de publications et du positionnement des intellectuels. C’est au tournant des années 1930, dans un contexte de politisation croissante, que le milieu intellectuel argentin se dote de nouveaux espaces de sociabilité intellectuelle et de ses premières sociétés savantes, comme celle des écrivains.

4Et pourtant, c’est afin de dépasser les convictions politiques individuelles et de s’unir pour la défense des intérêts des écrivains qu’en 1928, Leopoldo Lugones encourage la création d’une société d’écrivains [Fiorucci, 2001]. Lugones, qui avait déjà énoncé son discours sur l’avènement de « l’heure de l’épée » (1924) comme un présage de l’arrivée d’Uriburu et avait laissé derrière lui sa jeunesse anarchiste et socialiste pour rejoindre le camp des nationalistes [López, 2004], propose un brassage d’intellectuels de tous bords.

5L’objectif de cette société est strictement professionnel : défendre les droits d’auteur, formuler une loi de propriété intellectuelle et organiser et diffuser l’activité intellectuelle argentine par la mise en place de congrès et de prix littéraires. En effet, le journaliste, le littéraire et l’essayiste peinent à faire reconnaître à part entière leur profession et leur travail ne leur permet pas de gagner leur vie. Dans un souci d’affirmer l’existence et l’importance de l’activité intellectuelle et la profession des écrivains, la Société argentine des écrivains (Sade) compte sur l’adhésion d’une centaine de membres de diverses appartenances idéologiques. Cette union dans un apolitisme fragile, mais nécessaire, vise à un effort commun pour la reconnaissance de leurs droits et la mise en valeur des productions [Fiorucci, 2001, 2011].

  • 6 En effet, en 1907, prenant comme modèle la Société des gens de lettres à Paris, l’écrivain Roberto (...)

6La Sade est l’une des premières6 tentatives des écrivains pour organiser les revendications professionnelles et articuler un milieu intellectuel fragmenté idéologiquement. Elle est pourtant doublée d’autres initiatives. En 1930, dans l’idée de réunir les écrivains est fondée, sous l’impulsion de Manuel Gálvez, l’antenne argentine du PEN-Club. Ce dernier, qui la présidera, se rappelle qu’il n’y avait :

  • 7 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria II: entre la novela y la historia, en el mundo de los ser (...)

« Rien de plus difficile dans cette ville que de réunir les écrivains. À ce moment-là, la rivalité, la jalousie et la haine augmentaient pour des raisons politiques. Ceux de gauche étaient nombreux et forts et nous, les non-gauchistes, étions très divisés. Mais j’avais des amis dans les deux camps, ce qui facilitait la tâche7. »

  • 8 Il n’est pas sans intérêt de remarquer les propos de correction et purification de la langue espagn (...)
  • 9 C. Ibarguren, La historia que he vivido, Buenos Aires, Dicto, 1977, p. 641.

7Par ailleurs, à la même période l’État commence à prendre en charge l’administration de la culture. Dans le but de bâtir une culture nationale et de veiller au bon usage de la langue8, l’Académie argentine des lettres est fondée en 1931 sous l’égide de l’État. À son premier président, Calixto Oyuela, succède Carlos Ibarguren, qui préside l’Académie entre 1935 et 1956. Au moment même où les écrivains se dotent d’une société qui se veut autonome, apolitique et à caractère professionnel, l’Académie argentine des lettres, où se réunissent des intellectuels nationalistes, a pour objectif de faire « que l’État contribue à accorder aux écrivains la signification sociale qui leur correspond », mais surtout de garantir « l’unité et l’expression de l’étude de la langue et des productions nationales afin de conserver et d’augmenter le trésor de la langue, de veiller à sa correction et à sa pureté ainsi qu’aux formes vivantes de notre culture »9. Insistant sur la bonne utilisation de la langue et l’octroi de prix nationaux, l’Académie argentine des lettres entend consolider l’espace culturel et intellectuel.

  • 10 Dont la Société d’auteurs théâtraux, la Société argentine d’écrivains, la Société de compositeurs d (...)

8De surcroît, la Commission nationale de la culture est fondée en 1933, afin d’élaborer un projet de politique culturelle au niveau national contribuant à la diffusion et à la promotion de la production culturelle argentine. Composée de représentants des diverses organisations culturelles, intellectuelles et universitaires10 ainsi que de deux membres de l’Assemblée nationale, elle cristallise l’initiative de l’État pour diriger et administrer la culture comme bastion pour consolider la nation.

9Dans les années 1930, les intellectuels nationalistes questionnent l’échec du projet libéral mené par les élites politiques et intellectuelles depuis le xixe siècle et investissent les nouvelles institutions intellectuelles et culturelles. Alors qu’ils revendiquent la nécessité de mettre la pensée au service de la nation, pour les intellectuels libéraux le maintien de l’autonomie intellectuelle et de ses instances d’organisation n’est pas négociable [Neiburg, 1998]. Arguant d’une intromission de la part de l’État dans un domaine d’activité qui est, par principe, autonome, aussi bien Ricardo Rojas qu’Alberto Gerchunoff vont, l’un après l’autre, refuser la présidence de l’Académie des lettres. Assez tôt, les confrontations politiques et les différents regards sur le rôle de l’écrivain et de l’intellectuel mettent à l’épreuve la possibilité de consolider une voix collective. Par ailleurs, le principe de l’apolitisme, qui était fondateur de la Sade et une condition nécessaire pour son bon fonctionnement, ne résiste pas longtemps. En 1936, avec la guerre civile espagnole en toile de fond, la Sade publie un manifeste en soutien des républicains qui brise définitivement le faible équilibre apolitique qui fédérait ses membres [Fiorucci, 2011].

  • 11 Le PEN-Club international est fondé en 1921 par l’écrivaine anglaise Catherine Amy Scott. L’antenne (...)
  • 12 Dans ce sens, on peut également noter que cette même année se tient à Buenos Aires la Conférence po (...)

10En 1936, dans le contexte de l’entre-deux-guerres alors qu’en Europe les confrontations politiques s’aiguisent, Buenos Aires devient un épicentre de la vie intellectuelle internationale. Encore sous la présidence d’Agustín P. Justo, la Sade y organise le premier congrès d’écrivains. À Buenos Aires se tient également le XIVe congrès international d’écrivains du PEN-Club11 et les Entretiens Europe-Amérique latine sont organisés sous la houlette de la Société des Nations et de la CNC au niveau local. Autant d’événements qui signalent le décentrement dans les années de l’entre-deux-guerres du phare intellectuel de l’Europe, ravagée par la guerre, vers l’Amérique latine ainsi que la volonté de faire de l’intellectualité un véhicule de la coopération culturelle et de construction de la paix12.

  • 13 En effet, au congrès du Pen-Club, Antonio Aíta, secrétaire du PEN-Club argentin, et Manuel Gálvez, (...)
  • 14 C. Ibarguren, La historia…, op. cit., p. 647.

11Ces rencontres de projection internationale mettent en évidence par leurs commissions d’organisation et leurs participants13 l’articulation de l’espace intellectuel argentin. Ainsi, la bonne entente des intellectuels libéraux démocrates et nationalistes argentins permet d’affirmer une voix collective dans l’espace public et international à « une heure critique pour l’humanité14 ».

12Or, ces événements révèlent aussi les dissidences dans l’espace intellectuel argentin. De fait, les intellectuels de gauche, réunis dans le groupe de Boedo et autour de publications comme Claridad, ne sont pas représentés dans ces rencontres. Antonio Zamora, l’écrivain andalou fondateur de cette revue, critique le PEN-Club, lui reprochant d’être une « association récréative » plutôt qu’une organisation d’hommes de pensée et d’action [Manzoni, 2007].

  • 15 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria…, op. cit., p. 561.

13En effet, sur fond de la guerre civile espagnole, 1936 est une année de bascule. Les positionnements politiques creusent une fissure dans l’espace intellectuel au fur et à mesure que le contexte belliqueux avance. À l’opposé du PEN-Club, où les intellectuels de gauche ne sont pas convoqués, le congrès de la Sade marque une autre tendance. Bien que l’invitation au congrès ait été ouverte à tous ses membres, l’écrivain nationaliste Manuel Gálvez signale que nombreux sont les écrivains nationalistes à ne pas participer. Ainsi, « Ricardo Rojas se limite à envoyer un mot d’adhésion et l’ancien président de la société, Leopoldo Lugones, ne manifeste aucune sympathie pour l’événement15 ». L’absence des intellectuels nationalistes parmi les participants à ce congrès incite Manuel Gálvez à dire que

  • 16 Ibid., p. 563.

« … l’institution était “contrôlée” par la gauche. Alors j’ai décidé de m’unir à d’autres collègues d’idées différentes, mais tous antigauchistes afin de prendre le pouvoir dans la société. L’objectif n’était pas difficile : la Sade avait à peine quelque trois cents membres dont la plupart n’étaient pas de gauche. En y faisant adhérer une centaine de collègues, on arriverait à remporter les élections de 193816. »

  • 17 Ibid.

14Malgré cette tentative de reprendre le contrôle de la société, l’emprise des écrivains nationalistes telle qu’elle était au moment de sa création se trouve en déclin. D’où les mots de Gálvez : « les rouges avaient gagné17 ». Les intellectuels nationalistes sont mis à la marge de la société et la cohabitation politique y est fragilisée. La Sade devient le bastion des écrivains libéraux et de la position explicitement antifasciste.

  • 18 La présidence d’Agustín P. Justo (1932-1938) est suivie par celle de Roberto M. Ortíz (1938-1942) q (...)
  • 19 Le coup d’État dirigé par le général Rawson contre le président Ramón Castillo est une révolte excl (...)

15Si la guerre civile espagnole était un moment charnière dans le positionnement politique public des intellectuels, la Seconde Guerre mondiale met définitivement en lumière les confrontations politiques qui animent l’espace intellectuel et battent leur plein au sein de la Sade. Le soutien des intellectuels libéraux et de gauche à la cause des républicains se prolonge par le soutien aux Alliés pendant la guerre. Les prises de position politique se font publiques et la prétention d’apolitisme qui sous-entendait la bonne entente entre les écrivains et les intellectuels est définitivement brisée. Ainsi, lors du troisième congrès d’écrivains tenu à Tucumán en 1941, la Sade publie un manifeste en faveur de la démocratie et de la lutte antifasciste au moment même où la revue Sur, qui rassemble jusqu’alors un large éventail d’auteurs, par décision de sa directrice Victoria Ocampo, dans cette même ligne refuse toute contribution des écrivains nationalistes [Fiorucci, 2011]. Tandis que les Alliés gagnent du terrain en Europe, ce qui permet d’imaginer un alignement pro-allié de l’Argentine et la fin de la neutralité de la guerre, un nouveau coup d’État bouleverse le pays. Face à une possible rupture de la neutralité et en défense d’une politique nationale opposée à la politique économique pro-britannique menée pendant les gouvernements des années 1930, le 4 juin 1943, un soulèvement d’officiers militaires met fin au gouvernement de Ramón Castillo18 et à la « décennie infâme ». La « Révolution de juin19 » installe un régime autoritaire de caractère nationaliste catholique et anticommuniste qui sera dénoncé par les intellectuels libéraux et de gauche comme l’avancée transatlantique du fascisme. La défense de la neutralité de l’Argentine à tout prix, la dissolution des partis politiques, la censure de la presse et de la radiophonie, la mise sous tutelle des universités et l’éducation catholique obligatoire dans les écoles [Halperín Donghi, 2003 ; Zanatta, 1999] sont quelques-unes des mesures qui impactent les intellectuels.

16Dans ce contexte de bouleversement politique, les intellectuels libéraux et démocrates réunis dans la Sade et représentés dans Sur dénoncent publiquement la politique du régime, s’affirmant en claire opposition au régime de juin, d’abord, puis contre le péronisme, lorsque celui-ci arrivera au pouvoir, comme nous le verrons par la suite.

17Ainsi, au tournant des années 1930, dans une politisation grandissante reflétée par la multiplicité des revues culturelles de l’époque, les intellectuels cherchent à se rassembler au sein d’institutions professionnelles et apolitiques pour faire valoir leur voix et leur travail. Cette initiative trouve pourtant rapidement ses limites. Le projet d’une société intellectuelle est doublé de la prise en charge par l’État des affaires culturelles. L’espace intellectuel s’organise avec de nouvelles institutions qui entrent dans un rapport de force dans un contexte de croissante politisation de la société et de l’activité intellectuelle. Les querelles sur fond de guerre entraînent une reconfiguration des appartenances intellectuelles et politiques. Ainsi, un premier enjeu émerge autour de l’autonomie du travail intellectuel, confrontant ceux qui prônent la liberté de la pratique intellectuelle et ses initiatives privées et ceux qui s’appuient sur les nouvelles institutions de l’État. La dénonciation de l’émergence d’une culture dirigée par l’État par le biais de ses nouvelles institutions s’approfondit dans les années suivantes. En effet, l’opposition amorcée entre les intellectuels nationalistes et les libéraux à cette époque se creuse lors de l’arrivée de Juan Domingo Perón sur la scène politique. Désormais, la séparation entre « péronistes » et « antipéronistes » est un clivage politique qui traverse tous les espaces de sociabilité intellectuelle. Malgré l’existence de zones de flottement, cette dichotomie semble articuler la société et notamment l’espace intellectuel, culturel et universitaire de la période qui s’ouvre.

Redessiner les lignes de partage : l’émergence du péronisme et une nouvelle organisation des intellectuels

18En effet, dans les rangs du GOU (Groupe d’officiers unis) qui a orchestré le coup d’État de 1943, se trouve Juan Domingo Perón. Nommé au secrétariat du Travail et de la Prévision en 1943, une série d’événements le catapulte au centre de la scène politique et en seulement quelques années le mènent finalement à la présidence du pays en 1946. Les voix discordantes se font entendre surtout dans les rangs des intellectuels.

19Le 17 octobre 1945 signe l’origine mythique du péronisme [Plotkin, 2007]. Ce jour-là, baptisée plus tard par le péronisme comme la journée de la loyauté, une manifestation populaire de travailleurs se dirige vers la place de Mai. María Rosa Oliver, cofondatrice avec Victoria Ocampo de la revue Sur, fait acte de l’étonnement que provoque cette journée, marquant le divorce entre les intellectuels et les masses sur le mouvement de masse dans lequel s’inscrit le péronisme :

  • 20 M. R. Oliver, Mi fe es el hombre, tiré de G. Korn (dir.), El peronismo clásico (1945-1955): descami (...)

« Je me demande de quel lointain faubourg arrivent ces hommes et ces femmes presque en haillons, portant la plupart d’entre eux des bandeaux qui leur serrent le front, comme s’il s’agissait d’un raid d’Indiens, presque tous échevelés. Il se peut que la journée grise et lourde ou un appel urgent ait empêché ces travailleurs de prendre leur temps pour sortir dans la rue bien habillés et coiffés, comme c’est leur habitude. Ou bien ils ont surgi d’endroits dont je ne connais pas l’existence20. »

  • 21 Cabecitas negras fait référence aux cheveux bruns et à l’origine métisse des secteurs populaires qu (...)

20Ce jour-là, les travailleurs, qui, d’un lointain faubourg, les cabecitas negras21 ou les descamisados (les sans-chemise), s’empressent de rejoindre le centre-ville de Buenos Aires, réclament la libération de Perón.

21Ayant participé au coup d’État militaire de 1943, Juan Domingo Perón avait pris ses fonctions dans un secrétariat du ministère de la Guerre dirigé par Edelmiro J. Farrell ; peu après, il avait été nommé au département du Travail, lieu mineur mais stratégique pour réorienter la politique ouvrière et syndicale, qu’il transforme rapidement en secrétariat. Les congés payés, le repos hebdomadaire et le statut du travailleur ouvrier agricole lui valent une forte adhésion des travailleurs. Bien qu’impératives pour éviter les conflits sociaux que le régime croyait imminents dans l’après-guerre [Plotkin, 2007 ; Rouquié, 2016], les politiques sociales visant à améliorer les conditions de travail, provoquent le désaccord au sein du régime. Pourtant, lorsqu’en janvier 1944, le régime est forcé de rompre les relations diplomatiques avec l’Axe entraînant, entre autres, la démission du président, le général Ramírez, les changements à l’intérieur du gouvernement permettent une rapide ascension de Perón : en conservant son poste au secrétariat du Travail, il devient ministre de la Guerre en mars 1944, puis, en 1945, il assume la vice-présidence.

22L’importance accordée aux masses ouvrières, de même que l’accumulation des postes et la déclaration, quoique tardive, de guerre à l’Axe (en mars 1945), ne font qu’aggraver les tensions qui aboutiront à sa destitution et son emprisonnement sur l’île Martín García.

  • 22 L’Union démocratique est une alliance électorale entre l’Union civique radicale, le Parti socialist (...)

23Par ailleurs, en plus des tensions internes au régime, lorsque les forces alliées triomphent en Europe, l’opposition au régime gagne les rues et réclame la normalisation du pays. En septembre 1945, elle réunit « pour la Constitution et la liberté » entre 65 000 et 500 000 personnes [Plotkin, 2007] dans une manifestation qui, de la place du Congrès à la place de France, avance dans la ville de Buenos Aires. Les secteurs libéraux défilent avec les communistes, les socialistes et les membres de la société rurale en faveur de la démocratie, réclamant des élections, et contre le « nazi-fascisme ». Cet arc hétérogène façonne le secteur de l’opposition au régime qui donnera son soutien à l’Union démocratique (UD) lors de la convocation aux élections22.

24Identifié comme le premier responsable de la situation de crise du régime et de sa délégitimation sociale, Perón est forcé de démissionner le 9 octobre 1945. Avant de quitter ses fonctions, il s’adresse au peuple l’encourageant à défendre l’œuvre sociale menée et signe des décrets augmentant les salaires et créant un salaire minimum [Rouquié, 2016]. Sa destitution et son emprisonnement ne font qu’accroître son importance sur la scène politique et sociale argentine.

25Pour défendre les acquis sociaux et appeler à la libération de Perón, la CGT (Confédération générale du travail) convoque une grève le 18 octobre. Or, un jour avant, les syndicats proches de Perón mobilisent les travailleurs lors d’une manifestation le 17 octobre 1945. Ainsi, une foule arrive sur la place de Mai mettant en évidence le déclin du régime et le pouvoir que Perón avait réussi à consolider autour de lui. La manifestation du 17 octobre 1945 est gravée comme l’entrée des masses travailleuses dans l’espace politique, alignées derrière la figure de Perón.

26Le régime ébranlé convoque la population à des élections en février 1946, qui sont remportées par le Parti travailliste et mènent Perón à la présidence du pays par voie électorale.

27L’arrivée du péronisme au pouvoir configure de nouvelles appartenances politiques et alignements intellectuels.

  • 23 A. Jauretche, Forja y la década infame, Buenos Aires, Coyoacán, 1962, p. 117-118.

28Concrètement, dans le bastion radical (UCR), le groupe Forja (Force d’orientation radicale de la jeune Argentine), né en 1935 en soutien à l’yrigoyenisme déchu, déclarant son appui aux « masses travailleuses qui organisent la défense de leurs conquêtes sociales23 », décide de se dissoudre, car les objectifs poursuivis se voient déjà réalisés dans le domaine politique depuis le 17 octobre. Arturo Jauretche, membre de Forja, sera l’un des premiers et principaux intellectuels du mouvement naissant. En revanche, au sein de la gauche, l’adhésion est limitée, se constituant plutôt comme une force d’opposition, même si une fraction du PC dirigée par Rodolfo Puiggrós rejoint le mouvement péroniste dans l’objectif de contribuer à la lutte anti-impérialiste [Altamirano, 2011]. Dans les secteurs nationalistes et catholiques, l’entrée des masses dans la culture politique ne fait pas consensus. Alors que des représentants du nationalisme catholique comme Julio Meinvielle ou Leonardo Castellani s’en méfient et rejettent les politiques sociales appliquées inspirées du socialisme [Caimari, 2010], car elles comporteraient la décadence des valeurs entraînant le renversement d’un ordre naturel, d’autres intellectuels représentants du monde catholique manifestent au contraire leur soutien. C’est le cas du prêtre Hernán Benítez, de l’ancien directeur de la Bibliothèque nationale, Gustavo Martínez Zuviría, de Leopoldo Marechal ou bien du fondateur du PEN-Club en Argentine, Manuel Gálvez et sa femme, Delfina Bunge, qui voyaient dans les masses qui suivent Perón une image de celles derrière le Christ en Palestine [ibid., p. 76].

29À l’opposé, en pleine campagne électorale, les intellectuels de gauche ainsi que les libéraux portent leur attention moins sur la question de l’irruption des masses que sur le caractère autoritaire et fascisant de Perón. Ils se positionnent explicitement dans une adhésion à l’Union démocratique :

  • 24 La Prensa, 1er février 1946.

« Les écrivains soussignés […] déclarent leur adhésion à la formule de l’Union démocratique, représentant le rassemblement des forces politiques qui affrontent le gouvernement de la dictature et son objectif de perpétuation indéfinie à travers son successeur. Et cela afin de sauvegarder le destin du pays par le rétablissement de la Constitution nationale et la restauration des principes de Mai qui garantissent un régime de liberté, de justice et de fraternité humaine sous lequel ils veulent continuer à vivre24. »

  • 25 Le Cles est créé en 1931, sous l’influence du Collège de France. Il avait la volonté de construire (...)

30Au même moment, le Collège libre d’études supérieures25 (Cles) où se réunissaient des intellectuels et professeurs de tout bord décide de s’aligner avec les forces d’opposition au péronisme et de rendre un banquet d’honneur aux membres et représentants de l’Union démocratique. Dans ce sens, la Sade exige de manière publique « le rétablissement des garanties constitutionnelles et l’ordre légal afin de bannir les régimes de la force et leurs idées contraires à la civilisation » [Fiorucci, 2011, p. 67].

31Ces exemples témoignent, comme le signalait Oscar Terán, du fait que « pendant le péronisme se répète dans le champ intellectuel, mais inversée, la polarisation qui domine dans le reste de la société (une minorité d’intellectuels adhère au mouvement alors qu’une majorité le rejette) » [Terán, 2008, p. 257].

32Les tensions entre les intellectuels et le péronisme ne se limitent pas à la période électorale. Lorsque Perón assume la présidence, un incident au sein de la Commission nationale de la culture (CNC) vient rendre manifeste ce clivage politique dans le milieu intellectuel. Tandis que la commission devait octroyer les prix aux ouvrages d’histoire, de philosophie et de littérature de l’année 1945, le nouveau président de la CNC, l’écrivain nationaliste et député péroniste à l’Assemblée, Ernesto Palacio, au moment de décerner les prix ignore l’avis du comité consultatif d’experts. En philosophie, par exemple, ce n’est pas León Dujovne, professeur à l’université de Buenos Aires congédié lors de la mise sous tutelle des universités en 1943, qui remporte le prix, mais le prélat et professeur de philosophie Octavio Derisi, pour son ouvrage Philosophie moderne et philosophie thomiste. Dénonçant une utilisation politique de cette distinction intellectuelle et manifestant leur désaccord face à une institution qui serait cooptée par les intérêts du gouvernement, les représentants de la Sade quittent la CNC.

33Leónidas Barletta, alors président de la Sade, dénonce de manière publique que, pour faire renaître la confiance dans la commission, aussi bien l’historien Ricardo Rojas que l’écrivain Alberto Palcos et le philosophe León Dujovne, présentés au concours, devaient être dédommagés par cette commission [Quattrocchi-Woisson, 1992].

34Par le biais de ce prix, la confrontation explicite et majoritaire des intellectuels contre le péronisme et contre une culture orientée par le gouvernement devient évidente.

  • 26 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria…, op. cit., p. 566.

35Au moment où les tensions entre sympathisants et opposants au péronisme sont à leur paroxysme, Manuel Gálvez dénonce la mise en place au sein de la Sade d’une commission d’enquête pour recenser les activités politiques de ses membres avec la possibilité d’exclure les écrivains nationalistes qui avaient donné leur soutien public à la candidature de Perón26. Élucubrations de Gálvez ou non, les débats au sein de la société deviennent épineux et la cohabitation sous le prétendu apolitisme échoue définitivement.

36Comme l’affirmait Oscar Terán, si les débats politiques ne font pas l’objet de la production intellectuelle de la période, ils tracent certainement les chemins par lesquels transite cette activité [Terán, 2008, p. 298]. À l’initiative de l’écrivain Arturo Cancela, les intellectuels qui avaient peu à peu été mis à la marge de la Sade créent une nouvelle société pour contrebalancer le poids et l’hégémonie des intellectuels antipéronistes [Fiorucci, 2001, 2011]. En 1947 naît finalement l’Association d’écrivains argentins (Adea). Les clivages politiques marquent des appartenances qui aboutissent finalement au dédoublement des sociétés intellectuelles d’écrivains.

  • 27 « Estatutos de la Asociación de Escritores Argentinos », Buenos Aires, 1947, dans G. Korn (dir.), E (...)
  • 28 Ibid.

37Dans leur statut, les membres de l’Adea réaffirment à l’instar de la Sade que l’apolitisme est une valeur fondamentale de l’activité intellectuelle, de même que l’objectif de défendre les travailleurs intellectuels et de contribuer à la diffusion de la culture argentine. Mais alors que l’identité de la Sade se veut une activité autonome, l’Adea s’établit comme une organisation syndicale qui « pourra s’affilier […] à l’organisation centrale du travail du pays27 » et met l’accent sur l’importance de « maintenir de manière permanente le contact avec les syndicats des travailleurs, afin de collaborer à la solution des problèmes concernant la culture populaire28 ». Au sein de celle-ci, l’ancien directeur de la Bibliothèque nationale et écrivain nationaliste et antisémite Martínez Zuviría côtoie l’écrivain ukrainien d’origine juive César Tiempo. Manuel Gálvez, Leopoldo Marechal, Juan Alfonso Carrizo, Guillermo House forment, entre autres, la part d’un éventail d’intellectuels hétérogène qui donne son appui au mouvement péroniste.

  • 29 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria…, op. cit., p. 570.

38Or, tandis que l’Adea comptait « plus de mille deux cents membres », comme le déclarait Gálvez montrant l’ampleur de l’association, « les auteurs des textes scolaires abondaient signalant par cela l’absence de qualité et d’originalité des productions de ses membres29 », la Sade, au contraire, conservant les plumes littéraires les plus reconnues en Argentine, gagne en légitimité et augmente son prestige dans l’espace intellectuel.

39Toujours est-il que le dédoublement des institutions d’écrivains devient un obstacle pour la construction d’une voix collective et la défense des droits et conditions du travailleur intellectuel. À ce propos, l’écrivain anarchiste et proche du PC, Elías Castelnuovo, reprend les besoins des écrivains dans une lettre adressée à Manuel Gálvez :

  • 30 Lettre de Castelnuovo à Gálvez, Buenos Aires, 3 mars 1947, reproduite dans G. Korn (dir.), El peron (...)

« Cela fait déjà quelque temps que je souhaite parler avec un écrivain de renom qui ne soit pas brouillé avec le gouvernement et qui ait quelqu’un de confiance au Parlement dans l’intérêt de faire voter une loi ou un statut en faveur des écrivains. Toutes les corporations ont été favorisées par le régime actuel sauf la nôtre. Nous nous faisons exploiter comme aux premiers jours de l’industrie éditoriale30… »

  • 31 Ministerio de Educación de la Nación, Junta Nacional de Intelectuales: antecedentes de su creación, (...)

40Cette lettre touche une préoccupation essentielle récurrente des intellectuels, celle de parvenir à vivre de leur métier, souci qui se trouvait à la base de la création d’une société d’écrivains : la nécessité de politiques de développement d’un marché éditorial ainsi que l’établissement des droits d’auteur qui les protègent. En effet, d’après les statistiques de 1946, parmi « 1 745 œuvres publiées, 1 436 [sont] étrangères et 309 argentines. Parmi ces dernières, les trois quarts ont été publiés aux frais de leurs auteurs alors que seuls 25 % l’ont été aux frais de l’éditeur31 ». Le marché éditorial est fermé et exclusif : non seulement les publications des auteurs étrangers sont prédominantes, mais l’édition et la publication des écrivains argentins dépendent de leur propre financement, faisant des élites économiques celles susceptibles d’atteindre une renommée dans le milieu intellectuel.

41Dans un espace intellectuel en voie d’institutionnalisation et fortement politisé, l’arrivée du péronisme scelle donc une fracture qui ne facilite pas la mise en commun des revendications des auteurs et des droits des activités intellectuelles. Le milieu intellectuel dans sa majorité voit dans le gouvernement de Perón un populisme anti-intellectualiste prêt à diriger et s’emparer de la production culturelle en sa faveur. Cette force d’opposition représente un défi pour le développement d’une politique culturelle par le gouvernement et montrera toute sa force à l’heure de la mise en place des réformes culturelles.

Notes

1 C. Ibarguren, La inquietud de esta hora: liberalismo, corporativismo, nacionalismo, Buenos Aires, La Facultad, 1934, p. 60.

2 Hipólito Yrigoyen est le premier président à être élu de manière démocratique par le vote universel en 1916 grâce à la loi Saenz Peña de 1912, qui stipule le vote secret, obligatoire et universel (masculin). Yrigoyen, avec une grande popularité, accomplit son premier mandat en 1922 et gagne encore une fois les élections en 1928. Son premier gouvernement marque l’entrée du peuple dans la vie politique et démocratique en Argentine.

3 La « décennie infâme » est l’expression cristallisée par José Luis Torres en référence aux années 1930 en Argentine où, après le coup d’État mené par José Félix Uriburu se sont succédé des gouvernements conservateurs accédant au pouvoir grâce à la fraude. Le coup d’État militaire du 4 juin 1943 mené par le Groupe d’officiers unis (GOU) met fin à cette période.

4 La fondation de la revue La Nueva República en 1927 par les frères Rodolfo et Julio Irazusta devient un point nodal pour regrouper les intellectuels nationalistes. L’initiative du révisionnisme de l’histoire « officielle », jugée libérale et trahissant les intérêts nationaux, se poursuit dans l’Institut de recherches historiques Juan Manuel de Rosas fondé également par les frères Irazusta en 1938.

5 Avec l’appui de l’Église sont créés en 1922, à Buenos Aires, les cours de culture catholique destinés à offrir des cours de philosophie, de théologie, d’histoire de l’Église et des saintes Écritures. Tomás Casares, César Pico et Atilio Dell’Oro Maini font partie des membres fondateurs. Ces cours cherchaient à combler les thématiques non abordées dans la formation universitaire publique et ils sont à la base de la fondation de l’Université catholique argentine.

6 En effet, en 1907, prenant comme modèle la Société des gens de lettres à Paris, l’écrivain Roberto Payró impulse la création d’une société d’écrivains qui aura une courte vie et marquera un antécédent de la Sade.

7 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria II: entre la novela y la historia, en el mundo de los seres reales, Buenos Aires, Taurus, 2003, p. 62.

8 Il n’est pas sans intérêt de remarquer les propos de correction et purification de la langue espagnole et la culture nationale dans une période où la culture nationale et la langue se verraient menacées par les migrations massives de l’entre-deux-guerres et par les récentes migrations internes des campagnes vers les villes, déclenchées doucement par l’industrialisation, par substitution d’importations.

9 C. Ibarguren, La historia que he vivido, Buenos Aires, Dicto, 1977, p. 641.

10 Dont la Société d’auteurs théâtraux, la Société argentine d’écrivains, la Société de compositeurs de musique, la Commission nationale des beaux-arts, l’Académie argentine des lettres, la Bibliothèque nationale, le Registre de la propriété intellectuelle, la Société scientifique argentine et le recteur de l’université de Buenos Aires.

11 Le PEN-Club international est fondé en 1921 par l’écrivaine anglaise Catherine Amy Scott. L’antenne argentine de ce club d’écrivains est instituée à Buenos Aires en 1930, Manuel Gálvez en est le président.

12 Dans ce sens, on peut également noter que cette même année se tient à Buenos Aires la Conférence pour le maintien de la paix à l’initiative de Roosevelt.

13 En effet, au congrès du Pen-Club, Antonio Aíta, secrétaire du PEN-Club argentin, et Manuel Gálvez, président de la rencontre, rejoignent Eduardo Mallea, Arturo Capdevilla et Enrique Banchs, entre autres, alors que Carlos Ibarguren préside les Entretiens avec Victoria Ocampo, directrice de la revue Sur, en tant que vice-présidente de la rencontre. Y participent, d’ailleurs, le nationaliste catholique Gustavo Martínez Zuviría, directeur de la Bibliothèque nationale, le poète du cercle de Sur Oliverio Girondo et Eduardo Mallea. Les intellectuels « libéraux » et les « nationalistes » pouvaient se réunir dans un même espace de discussion montrant à l’international la diversité des voix qui travaillaient ensemble pour le progrès de la culture nationale. Certes, en excluant au préalable d’autres groupes intellectuels plus engagés à gauche qui ont fait des réunions une cible d’attaque du milieu intellectuel [Manzoni, 2005].

14 C. Ibarguren, La historia…, op. cit., p. 647.

15 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria…, op. cit., p. 561.

16 Ibid., p. 563.

17 Ibid.

18 La présidence d’Agustín P. Justo (1932-1938) est suivie par celle de Roberto M. Ortíz (1938-1942) qui décède en cours de mandat. Ramón Castillo, le vice-président, assume alors la présidence du pays en 1942.

19 Le coup d’État dirigé par le général Rawson contre le président Ramón Castillo est une révolte exclusivement militaire, sans appui de la société civile. Avant même de prêter serment et assurer le gouvernement, Rawson, qui était pro-allié, est déplacé par une révolte interne et le général Ramírez, ancien ministre de la Guerre pendant le gouvernement de Castillo, lui succède. Ce début turbulent de la « Révolution de juin » est un indice du manque de cohésion idéologique dans le mouvement qui se fera encore plus évident lors de l’apparition publique de J. D. Perón [Galasso, 2012].

20 M. R. Oliver, Mi fe es el hombre, tiré de G. Korn (dir.), El peronismo clásico (1945-1955): descamisados, gorilas y contreras, Buenos Aires, Paradiso, 2007, p. 12.

21 Cabecitas negras fait référence aux cheveux bruns et à l’origine métisse des secteurs populaires qui soutiennent Perón. Elle joue comme contrepoint à l’idée dominante d’une population argentine homogène blanche issue de la migration européenne.

22 L’Union démocratique est une alliance électorale entre l’Union civique radicale, le Parti socialiste, le Parti communiste et le Parti démocrate progressiste qui affrontent aux élections de 1946 le Parti travailliste (réuni avec le Parti indépendant, l’Union civique radicale Junta renovadora), qui donne naissance au Parti péroniste après avoir emporté les élections.

23 A. Jauretche, Forja y la década infame, Buenos Aires, Coyoacán, 1962, p. 117-118.

24 La Prensa, 1er février 1946.

25 Le Cles est créé en 1931, sous l’influence du Collège de France. Il avait la volonté de construire un espace alternatif de formation supérieure. Dans les années du péronisme, il se convertira en refuge pour universitaires exclus des chaires. Cf. chapitre 2.

26 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria…, op. cit., p. 566.

27 « Estatutos de la Asociación de Escritores Argentinos », Buenos Aires, 1947, dans G. Korn (dir.), El peronismo clásico (1945-1955)…, op. cit., p. 179.

28 Ibid.

29 M. Gálvez, Recuerdos de mi vida literaria…, op. cit., p. 570.

30 Lettre de Castelnuovo à Gálvez, Buenos Aires, 3 mars 1947, reproduite dans G. Korn (dir.), El peronismo clásico (1945-1955)…, op. cit., p. 158.

31 Ministerio de Educación de la Nación, Junta Nacional de Intelectuales: antecedentes de su creación, Decretos y Reglamento Interno, Buenos Aires, 1949, p. 43.

© Éditions de l’IHEAL, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search