Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

La fabrication des pièces automobiles et la restructuration industrielle au Mexique

Francisco Zapata

Texte intégral

  • 1 Ce texte ne fait que présenter quelques résultats de la recherche que nous avons entreprise, Taeko (...)

1Cette communication a pour objet de présenter les résultats d’une enquête réalisée en 1989 auprès d’une douzaine d’entreprises fabriquant des pièces automobiles pour le marché des multinationales de l’assemblage (Ford, Chrysler, General Motors, Nissan et Volkswagen) et le marché international1. L’échantillon est constitué par des entreprises qui ne sont pas des “maquiladoras” en ce sens que ce sont des produits finis qu’ils intègrent directement au travail d’assemblage ou aux exportations. Liées aux multinationales, dont elles achètent la production ou qui les approvisionnent en technologie, ce sont, pour la plupart, des entreprises mexicaines avec une participation minoritaire de capital étranger. Engagées sur le chemin de l’exportation, tout en étant nationales, elles se sont restructurées pour pouvoir participer à la stratégie économique gouvernementale implantée graduellement depuis 1986. Telles sont les caractéristiques qui expliquent le choix de ce type d’entreprises.

2Il s’agissait dans cette recherche de :

  1. évaluer la politique de restructuration du gouvernement à partir de cas concrets ;
  2. connaître le contenu du processus d’internationalisation de l’industrie automobile au Mexique et la position relative de l’industrie de fabrication de pièces détachées dans cette stratégie ;
  3. apprécier les effets des décisions visant à restructurer le secteur de l’automobile et leur impact sur les entreprises de pièces détachées.
  4. enfin, analyser les conséquences de ces changements au niveau de l’entreprise elle-même, en termes d’organisation, formation, formes de rémunération et disposition des équipements.
  • 2 Les entreprises étudiées ont été choisies selon les critères suivants à partir desquels un classem (...)

3Nous avons travaillé par approximations successives. D’abord, à partir d’une analyse de la liste des industries fabriquant des pièces pour l’exportation (liste qui a été élaborée avec le Ministère du Commerce et du Développement Industriel, SECOFI), nous avons délimité le champs qui nous intéressait. Sur la base de ces données, présentées en fonction de la valeur de leurs exportations depuis 1982 (en dollars) et jusqu’en 1988, nous avons identifié les entreprises répondant à certains critères de sélection2. C’est ainsi que nous avons éliminé les succursales des multinationales et les entreprises temporairement liées à l’exportation ou celles dont le volume d’exportation était inférieur à une valeur moyenne d’un million de dollars, le seuil que nous avions fixé.

4Cette première approximation nous a montré et une augmentation systématique des exportations de ces entreprises depuis 1986 - dans un secteur en développement progressif depuis 1982 - et des changements dans leur composition, le nombre de moteurs exportés l’emportant sur les autres pièces, avec un taux de croissance moyenne de 8,7 % entre 1985 et 1988. En tout état de cause, le volume total des exportations a amorcé une courbe de croissance dès 1983-84, à la suite de la profonde dépression qui frappe le marché interne à partir de 1982 et ce dynamisme correspond aux souhaits du gouvernement mexicain qui cherche à mettre en oeuvre une politique de pénétration des marchés extérieurs. Entre 1984 et 1988, les exportations ont plus que doublé passant de 1,3 milliard de dollars à 3,2 milliards, et ceci dans un contexte de crise économique interne : la balance commerciale de ce secteur s’équilibre pour devenir générateur net de devises ; ainsi après avoir été très déficitaire, il est capable de produire plus d’un tiers de la balance commerciale totale du Mexique, ce qui est un résultat remarquable étant donné le volume de ses importations.

Balance commerciale du secteur automobile 1986-1988 (en millions de dollars)

Balance commerciale du secteur automobile 1986-1988 (en millions de dollars)

Source : Comercio Exterior, 1986, 1987 et 1988

5Après avoir fait cette analyse globale, nous nous sommes consacrés à l’étude des douze entreprises retenues sur la liste de SECOFI qui représentent 13 % de la valeur totale des exportations des pièces détachées en 1986, 20 % en 1987 et 22 % en 1988, et même davantage si l’on prend en compte les deux entreprises qui n’ont pas fourni de données précises sur la valeur de leurs exportations. Incluant les entreprises mexicaines les plus dynamiques du secteur, notre échantillon est très spécifique et définit un sous-ensemble fortement engagé dans l’exportation même s’il produit aussi pour le marché intérieur. Le lien avec les entreprises étrangères - la participation du capital étranger est toujours inférieur à 40 % - s’explique par les besoins en technologie, en ressources financières et surtout par un accès facilité au marché extérieur.

6Nous présenterons les résultats de notre enquête en distinguant les thèmes suivants : a) production ; b) exportations ; c) innovations technologiques ; d) changements à l’intérieur des entreprises ; e) rôle de la politique gouvernementale ; f) perspectives pour l’avenir

Production

7Depuis les années soixante, l’Etat mexicain, par une série de décrets (1962, 1969, 1977, 1983 et 1989) a imposé aux entreprises multinationales d’assemblage la production locale de pièces représentant 60 % des composants dans les voitures fabriquées au Mexique. De telles mesures expliquent la naissance, au cours des années soixante et même avant, des entreprises que nous avons étudiées dans la phase actuelle de leur développement ; créées en réponse à une politique, elles se sont donné la possibilité par la suite de redéfinir leurs propres stratégies. Elles se recyclent aujourd’hui pour s’intégrer à la nouvelle donne du développement du pays. En ce qui concerne leur dynamique actuelle, il est intéressant de constater que la Banque Nationale du Commerce Extérieur du Mexique, sur la base d’une étude commanditée à des consultants externes, est arrivée à la conclusion que ces entreprises sont à la fois compétitives et attractives du point de vue du marché international. C’est ainsi que dans l’ensemble, la croissance des ventes, parallèlement à une baisse prononcée sur le marché intérieur, a été spectaculaire entre 1982 et 1988, et cela en dépit de la crise qui, pendant cette période, a affecté l’économie du Mexique.

Exportations

8Comme nous l’avons noté plus haut, le volume des exportations des entreprises étudiées a connu une augmentation significative après 1986 : entre 1986 et 1988, leur valeur a doublé. Cette évolution peut s’expliquer par la dévaluation du peso qui s’est accentuée entre 1985 et 1987 mais comme elle s’est poursuivie après la stabilisation de la monnaie en 1988-89, on peut penser qu’il ne s’agit pas d’un processus temporaire mais que l’insertion dans le marché international semble correspondre à une étape nouvelle du processus de développement du pays. La question qui se pose alors concerne les conditions qui ont permis le passage de stratégies productives axées sur le marché intérieur à des stratégies orientées vers une demande externe, autrement dit, les conditions qui ont favorisé les exportations. Ce processus s’est amorcé avant l’éclatement de la crise de 1982. Bien qu’il se soit renforcé depuis et que des phénomènes conjoncturels comme la dévaluation l’aient stimulé, la plupart des dirigeants, comme le montrent les témoignages, cherchaient à s’engager de façon autonome sur le marché extérieur, tout en étant liés aux multinationales de l’assemblage des voitures.. Cette attitude reflétait partiellement certaines décisions de l’Etat, surtout le décret de 1977 qui obligeait les usines d’assemblage à augmenter les composants locaux des voitures assemblées au Mexique tout en les incitant à équilibrer leur balance commerciale par la voie des exportations. C’est pour relever ce défi que les entreprises de fabrication de pièces détachées ont établi des liens avec les marchés extérieur par l’intermédiaire des usines d’assemblage. En fait, la politique de restructuration, du moins dans le secteur de l’automobile, était déjà envisagée sous le sexennat de Lopez Portillo, ce qui a permis aux entreprises de faire face de façon relativement rapide à la stratégie des années quatre-vingt.

9L’augmentation des exportations est aussi le résultat de la dépression des marchés intérieurs provoquée par les mesures de stabilisation induites par le problème de l’endettement. Ne pouvant pas vendre leur production sur le marché interne, ces entreprises ont dû entrer sur le marché international et s’adapter à ses conditions de qualité (design, délais…) A cause de sa nouveauté, le chemin a été lentement parcouru si bien que les résultats ne sont sensibles que depuis récemment, à partir de 1986.

10Il y a enfin une troisième raison : la nécessité de faire face à leur propre dette externe. En effet, ce n’est pas seulement l’Etat mexicain qui s’est endetté, les entreprises privées aussi (citons en particulier le cas dramatique du Groupe Alfa et son appel au secours de 1982 le mettant dans une position de dépendance extrême vis-à-vis de l’Etat), dont celles qui fabriquent des pièces détachées pour l’automobile. Plusieurs d’entre elles avaient obtenu des crédits internationaux pour financer des programmes d’expansion or la crise de 1982 les a mises sur la touche comme l’Etat. C’est seulement parce que le gouvernement a constitué un fonds permettant d’étaler les paiement de leur dette (FICORCA) que ces entrepreneurs ont pu faire face aux échéances.

11Ainsi donc, la politique d’exportation s’explique par ces trois facteurs, entre autres, qui ne sont pas le résultat de la stratégie de restructuration industrielle comprise en termes de renouveau industriel ; elle a été élaborée plutôt pour faire face à des impératifs spécifiques. En outre, il faut aussi mentionner l’aide apportée par les partenaires étrangers à la mise en oeuvre de la stratégie de ces entreprises. En effet, en rapport avec les multinationales de l’assemblage, elles se sont progressivement intégrées à des circuits mondiaux, ce qui leur permettait d’accroître leur échelle de production de façon significative et d’avoir accès à des processus technologiques qu’elles ne possédaient pas auparavant.

12Les entreprises font une évaluation positive de cet état de fait dans la mesure où il leur a permis de faire des bénéfices, certes, mais aussi d’augmenter leur compétitivité, d’accumuler de l’expérience et d’acquérir la connaissance des règles du marché international. Pour les entrepreneurs, il ne s’agit pas de tirer de gros bénéfices à court terme de ces opérations d’exportation mais de pouvoir établir une stratégie à long terme et éventuellement de consolider leur position sur ce marché. En effet, de telles opérations ne sont pas toujours rentables restant en deçà des possibilités qui peuvent s’ouvrir dans le futur avec de la persévérance.

L’innovation technologique

13Une première constatation : les entreprises n’introduisent pas d’innovations spontanément mais bien sous la pression de leurs clients. Dans la mesure où une grande partie de ce secteur a été protégée pendant la période d’industrialisation substitutive, où les multinationales devaient acheter leur production sans tenir compte de la compétitivité, la transition vers un nouveau mode de fonctionnement n’est guère facile. L’imposition d’intégrer des composants produits localement créait un marché captif qui fonctionnait indépendamment des capacités de gestion des entreprises. Avec la disparition de ce parapluie protecteur, elles sont obligées de faire attention aux coûts de production, à la qualité des produits, au respect strict des délais, ce qui suppose l’élaboration d’une toute autre stratégie. Pour ce faire, avec l’appui des multinationales qui ont créé des critères d’acceptation, récompensant les fournisseurs par des notes (Quality de Ford, Sphere de General Motores et Pentastar de Chrysler) il leur a fallu contrôler la qualité de leurs produits par l’implantation de nouveaux systèmes : contrôle statistique du processus de production, machines vérificatrices, rayons X, robots, etc. En outre, des systèmes d’inspection fondés sur des manuels détaillés ont été mis en place ; le design des produits ainsi que le contrôle des flux dans les systèmes de production est fait par ordinateur. Par ailleurs, on cherche à établir des connections entre les fabriquants de pièces détachées et les consommateurs pour pouvoir coordonner les différents projets existants. Entre autres mesures destinées à soutenir l’effort de modernisation, il faut aussi mentionner l’ouverture de bureaux près des clients, aux Etats-Unis, au Japon ou en Europe et de dépôts où sont entreposés les produits avant expédition.

14La recherche-développement joue aussi un rôle important ; la plupart des entreprises ont créé des départements de recherche qui se spécialisent dans la détermination de méthodes visant l’augmentation de la productivité du travail et l’amélioration des systèmes de production. Trois entreprises appartenant à un même groupe industriel, possèdent un secteur recherche le plus performant de notre échantillon ; le groupe dispose d’un centre technologique qui prête des services aux entreprises qui le constituent en design, analyse, expérimentation et mise à l’épreuve des produits. Chacune d’elles a en outre des programmes spécifiques de recherche. C’est ainsi que des travailleurs ont participé à une recherche sur l’amélioration de la productivité par l’implantation de nouvelles technologies, leur contribution à l’effort collectif étant encouragée par l’octroi d’actions. L’appartenance à des groupes industriels est un facteur qui encourage la recherche de nouvelles méthodes de travail, il faut le souligner, car ils disposent et de ressources financières et d’une plus grande indépendance vis-à-vis des multinationales qui exercent leur toute-puissance en matière de recherche sur les petites et moyennes entreprises qui constituent la majorité de notre échantillon.

Changement à l’intérieur des entreprises

15L’orientation vers l’exportation a un impact sur l’emploi, les conditions de travail et l’organisation générale des entreprises. L’emploi a ainsi augmenté de 20 à 30 %, avec des variations en fonction des entreprises. La question de l’emploi est d’importance car une politique d’exportation exige une stabilité plus grande de la force de travail qu’une industrialisation de substitution d’importations, ce qui n’est pas toujours compris par les échelons supérieurs, qui raisonnent comme si le coût de la main d’oeuvre pouvait être un facteur variable comme le soulignent les responsables directs de la production alors que, pour eux, il faut que l’ensemble de l’usine soit concerné par les nouveaux défis et donc que les travailleurs sentent qu’ils font partie de l’entreprise dans ses bons et mauvais moments. But impossible à atteindre s’ils ont mis à la porte en période de baisse de la demande. Or il est arrivé plus d’une fois que des consignes de licenciement soit donnés alors qu’il fallait chercher des moyens de garder la main d’oeuvre pour éviter la perte d’un capital difficilement accumulé. Autrement dit, le nouveau cadre de référence exige de nouvelles politiques de gestion de la main d’oeuvre qui devient une variable clé si l’on veut satisfaire aux impératifs de qualité, de prix et de délais. La variable travail ne peut plus être conjoncturelle mais bien être considérée comme un coût fixe aussi important que le capital en machines et en équipement. L’augmentation de la productivité est fonction de la stabilité de la force de travail et de son adhésion à l’effort collectif.

16En ce qui concerne les conditions de travail, la plupart de ces entreprises travaillent les trois huit, sept jours par semaine, ce qui peut paraître surprenant dans la mesure où le procès de production dans ce secteur n’est pas continu. Par ailleurs, l’effort de formation s’est intensifié tant au niveau des cadres et des ingénieurs qu’au niveau des travailleurs : on les envoie à l’étranger apprendre des techniques de pointe, au Japon, aux Etats-Unis ou en Europe parfois aussi à des universités techniques au Mexique même (Monterrey) pour suivre des cours de spécialisation. Quelques entreprises ont implanté des formes s’inspirant des cercles de qualité où les travailleurs participent à la mise en place de systèmes visant à l’augmentation de la productivité. Ainsi, à différents points de vue, une entreprise qui exporte doit reformuler ses modes traditionnels de fonctionnement.

17Enfin, l’organisation générale elle-même subit des changements. Les responsables de la commercialisation de la production, les vendeurs, acquièrent de nouvelles responsabilités car ils doivent travailler en liaison étroite avec les responsables de la production afin que la chaîne dans son ensemble réponde aux demandes des clients. Mais en amont aussi, les fournisseurs doivent être intégrés au flux productif. Tout cela représente bien un défi pour qui, jusqu’à présent, n’avait pas eu à se préoccuper de coordonner de façon si précise tout le processus de production, de commercialisation et d’approvisionnement. Ceci provoque la disparition de niveaux hiérarchiques multiples, l’assouplissemnt des rapports entre les postes dans l’organigramme ainsi que de nouvelles responsabilités concernant, par exemple, le contrôle de la qualité.

Le rôle de la politique gouvernementale

18La croissance des exportations des entreprises fabriquant des pièces détachées pour le secteur automobile, est aussi le résultat de la promulgation de diverses mesures allant dans ce sens. Il faut ajouter, toutefois, qu’elles ne sont pas récentes mais qu’elles ont été mises en place depuis une vingtaine d’années. D’une certaine façon, on peut dire que le secteur de l’automobile a joué un rôle important dans la mise en oeuvre d’une politique industrielle qui a eu de fortes ramifications dans le reste de l’économie. Depuis déjà longtemps c’est un secteur qui a été à la base du développement industriel et qui continue à le promouvoir comme nous venons de le constater.

19Certes, les dirigeants des entreprises enquêtées ne sont pas tous unanimes en ce qui concerne les bénéfices de cette intervention gouvernementale qui, malgré tout, était aussi l’expression d’un souci de contrôle. Néanmoins, il est clair que ces décrets ont permis de coordonner toute une série de politiques partielles qui débouchent actuellement sur un panorama dont la cohérence est un élément du succès de la politique d’exportation. La liaison établie entre les importations et les exportations constitue une base pour le développement du secteur qui éliminera les risques que comporterait un usage excessif par le secteur automobile de devises produites dans d’autres champs de l’économie.

20Il est évident que c’est la politique concernant le niveau de la monnaie par rapport au dollar qui affecte le plus directement ce secteur de l’industrie. Elle est l’élément clé de la marge de manoeuvre dont il dispose pour agir sur sa balance des paiements, variable fondamentale du point de vue des possibilités d’investissements, et constitue la grille de lecture des autres politiques axées plus spécifiquement sur son développement.

Perspectives pour l’avenir

21Trois questions se posent : d’abord, les entreprises perçoivent-elles qu’elles pourrait être amenées à faire face à une demande accrue du marché ? C’est la question de la capacité de production et de sa flexibilité. Ensuite, des possibilités de changement dans les marchés peuvent-elles intervenir ? et c’est la question de la prédominance américaine dans les exportations actuelles. Enfin, comment les entreprises voient-elles l’avenir du secteur dans son ensemble à la lumière des dispositions contenues dans le dernier décret émis par le gouvernement en décembre 1989 ?

22En ce qui concerne la capacité de production, les entreprises déclarent avoir des surplus inutilisés et celles qui n’en ont pas pensent qu’elles pourraient augmenter leur capacité de production dans un délai relativement bref. En outre, quelques entreprises sont en train de réaliser des plans d’expansion qui commenceront à produire des résultats vers le milieu des années quatre-vingt dix. L’avenir semble donc prometteur.

23La prédominance du marché américain et l’exclusivité des rapports de ces entreprises avec les multinationales de l’assemblage ne semblent pas être en voie d’être mises en question, étant donné les transformation que connaît l’industrie automobile aux Etats-Unis. Cela favorise l’approfondissement des rapports qu’entretiennent avec elle les entrepreneurs mexicains. Enfin, les discussions autour d’un éventuel traité de libre commerce entre le Mexique et les Etats-Unis peuvent être utiles aux plans d’expansion en cours dans la mesure où les entreprises mexicaines et les multinationales américaines pensent établir des relations de collaboration à long terme. Il faut noter aussi que certains entrepreneurs évoquent la possibilité d’une spécialisation dans certains produits dont l’échelle de production n’est pas suffisamment grande pour intéresser les multinationales, ce qui peut ouvrir la porte à des investissements dans le secteur de fabrication de pièces détachées dont l’échelle de production est relativement courte.

24L’avenir proche ouvert par le décret de décembre 1989 dépend de la capacité des entreprises mexicaines à augmenter leur compétitivité sur le plan international, ce qui est fonction de deux facteurs : l’obtention d’un équilibre entre leur insertion indépendante dans le marché international et leurs liens avec les multinationales d’une part et, d’autre part, la mise en œuvre de stratégies en direction du marché intérieur qui, à la suite de l’ouverture progressive du commerce extérieur, pourra représenter aussi un important défi pour le futur. En général, les entreprises que nous avons enquêtées considèrent être à la hauteur de ce défi.

Conclusions

25Voici quelques conclusions d’ordre général sur les changements intervenus au Mexique, élaborées à partir de cette analyse. Il faut d’abord souligner le caractère dynamique de la restructuration mexicaine. La transition entre l’industrialisation par substitution des importations et celle qui se base sur des liens avec le marché international suppose la prise en compte de toute une série de variables qui ne se comportent pas nécessairement d’une façon synchronisée. L’ouverture commerciale n’explique pas tout. Il existe aussi des phénomènes qui sont liés à l’organisation des entreprises, à la rénovation des rapports entre les entrepreneurs et l’Etat, ce dernier aspect étant particulièrement significatif dans le cas mexicain où de tels rapports ont un poids historique. En effet, s’ils ne subissent pas de changement, le processus de restructuration sera partiel : il faut que les entrepreneurs, contrairement à leurs habitudes, définissent leur stratégies en toute indépendance par rapport à l’Etat. Cela dit, le secteur de fabrication des pièces détachées pour l’industrie de l’automobile devra consolider sa compétitivité internationale et pour son insertion dans le marché mondial des multinationales de l’assemblage et pour la définition de son rôle sur le marché intérieur.

26Mais ce n’est pas seulement au niveau macroéconomique que l’on doit apprécier l’évolution de ce secteur. Il faut aussi mentionner des aspects spécifiques situés à l’échelle de l’entreprise : le niveau des prix, la qualité des produits et le respect des délais. Ainsi, l’alignement des prix sur ceux du marché international implique un sacrifice des marges bénéficiaires et même parfois leur élimination au moins dans les débuts. Comment ces entreprises peuvent-elles survivre dans ces conditions ? Grâce à leur appartenance à des groupes industriels qui peuvent les aider à dépasser les premiers chocs de la pénétration dans le marché international. Pour ce qui est de la qualité, la position des entreprises est un peu plus confortable car son niveau dépend de politiques implantées à l’intérieur des ateliers, des sections productives, des appareils de contrôle de la production. Il dépend aussi de la formation donnée aux travailleurs et aux techniciens pour qu’ils sachent maîtriser les techniques statistiques ou les machines à tester les produits et éviter ainsi défauts et erreurs. Par ailleurs, pour accomplir les objectifs et respecter les délais, on peut avoir recours à un cycle de travail supplémentaire ou à des mesures l’intensifiant. Tout ceci peut contribuer à satisfaire les exigences d’un nouveau marché.

27La capacité gestionnaire de l’entreprise dans son ensemble est aussi un facteur important dans la conception d’une nouvelle stratégie compétitive au niveau global. C’est, en fait, à ce niveau que se nouent les liens entre organisation, technologie et fonctionnement économique. Des enquêtes réalisées, on peut déduire qu’une conception restreinte de la compétitivité est insuffisante pour atteindre les objectifs définis. Ainsi, on ne peut avoir une image correcte du processus si on limite la question aux prix de revient, à la formation ou aux délais. L’élaboration d’une nouvelle stratégie compétitive signifie la création d’une vision globale de l’entreprise capable d’intégrer tous les aspects.

28Il n’est pas question de généraliser à tous les secteurs de l’économie l’évolution de ce cas particulier. En effet, les entreprises étudiées ont depuis longtemps des liens avec les multinationales ou avec des compagnies qui leur vendent leur technologie, ce qui favorise leur entrée sur le marché international. En outre, ces entreprises ont été capables de faire face à diverses crises économiques (en 1977, 1982 et en 1985-86) et elles ont survécu, contrairement à l’industrie du textile, à la sidérurgie, ou à la manufacture légère en général, qui sont des secteurs plus spécifiquement liés au marché intérieur. Ainsi donc, les entreprises de fabrication des pièces détachées sont en bonne position pour réussir leurs objectifs d’exportation. Leur expérience est certes particulière mais par les résultats obtenus pendant la dernière décennie, elle représente un exemple important pour le processus actuel de restructuration industrielle au Mexique même si elle ne peut pas être généralisée au reste de l’économie.

Notes

1 Ce texte ne fait que présenter quelques résultats de la recherche que nous avons entreprise, Taeko Hoshino et moi-même en 1989 avec la collaboration de Linda Hanono qui ont été publiés en détail dans : Industrial Restructuring in Mexico. The case of autoparts.- Tokyo, Institute of Developing Economies (IDE), 1990.

2 Les entreprises étudiées ont été choisies selon les critères suivants à partir desquels un classement a été élaboré :

  • exportations supérieures à un million de dollars en 1987 et 1988 ;
  • pourcentage de croissance annuelle ;
  • valeur de la balance commerciale des exportations des pièces détachées et des exportations totales de chaque entreprise ;
  • qualification obtenue dans la liste ALTEX, constituée par l’ensemble des entreprises qui jouissent de certains privilèges comme résultat de leur dynamisme à l’exportation.

Chacun de ces critères a été pondéré pour donner une valeur finale qui a été corrigée en fonction du caractère de la propriété de l’entreprise (nationale, étrangère) et du fait que certaines entreprises appartenaient aux mêmes groupes industriels.

Table des illustrations

Titre Balance commerciale du secteur automobile 1986-1988 (en millions de dollars)
Légende Source : Comercio Exterior, 1986, 1987 et 1988
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540