Versión clásicaVersión móvil

Documenter les violences

 | 
Camille Goirand
, 
Angélica Müller

Deuxième partie. Documenter le passé : quelles vérités pour quelles justices ?

Chapitre vi – La vérité des bourreaux. Les auditions des agents de la répression auprès de la Commission nationale de la vérité au Brésil

Maud Chirio y Mariana Joffily

Texto completo

  • 1 Cet article a bénéficié de financements du Centre national de la recherche (CNPq) du Brésil et de l (...)
  • 2 La périodisation officielle est en réalité plus large, de 1946 à 1988. Ce choix étonnant et critiqu (...)
  • 3 Dilma Rousseff, discours lors de la remise du rapport final de la CNV, 10 décembre 2014. Disponible (...)

1Le discours que la présidente Dilma Rousseff a prononcé le 10 décembre 2014, lorsqu’elle a reçu en mains propres le rapport de la Commission nationale de la vérité (CNV), énonçait pour la dernière fois les missions de l’organisme, à quelques semaines de son extinction1. À la différence de la Commission spéciale sur les morts et disparus politiques (CEMDP) créée en 1995 puis de la Commission d’amnistie de 2002, la CNV n’avait pas pour mission de proposer de réparations aux victimes des graves atteintes aux droits humains commises sous la dictature militaire, ou à leurs familles2. Elle ne visait pas non plus à en punir les responsables. En effet, le pouvoir exécutif n’a pas saisi cette occasion pour remettre en cause la loi d’amnistie qui, en août 1979, a suspendu les poursuites contre les opposants au régime mais a aussi empêché de futurs procès d’agents de l’État. Telles n’étaient pas les missions de la CNV qui a poursuivi trois objectifs, comme l’a expliqué la Présidente en décembre 2014 : « la recherche de la vérité factuelle, le respect de la mémoire historique et l’incitation, de ce fait, à la réconciliation du pays avec lui-même par le biais de l’information et de la connaissance3 ». Le premier terme de la phrase en est la clé de voûte : ce qui a légitimé l’existence de la Commission, c’était sa capacité à mettre à jour la « vérité » sur les crimes commis sous la dictature. Le discours est d’ailleurs intégralement construit autour de ce mot. « La vérité » y est décrite comme une entité définie et cohérente à laquelle Dilma Rousseff affirme « croire », à laquelle il est possible « d’accéder intégralement », qu’il est possible de « raconter », de « rencontrer ». La vérité est également un sésame que le Brésil mérite désormais d’entendre, dont la recherche « est une manière de construire la démocratie ». « La vérité nous libère tous de ce qui n’a pas été dit. La vérité produit de la conscience, de l’apprentissage, de la connaissance et du respect. La vérité signifie, plus que tout, l’opportunité de se rencontrer nous-mêmes […] ».

2Ce travail sur la « vérité » des crimes d’État commis sous la dictature, que la Commission a écrit presque sans historiens4, se fonde sur le recours à deux ensembles de sources : d’une part, les millions de documents déposés aux Archives nationales et rendus accessibles par la loi d’accès à l’information, promulguée le même jour que la création de la CNV5 ; d’autre part, les témoignages que la Commission était en droit de solliciter, dans le cadre d’auditions publiques ou privées. 1 121 personnes ont été entendues entre mai 2012 et octobre 2014. Parmi elles, 989 étaient des victimes ou des membres de leurs familles, dont la Commission a eu pour mission de recueillir les propos et l’expression de la souffrance6. Elles ont également été les principales destinataires du discours de vérité auquel a prétendu la CNV : « ceux qui méritaient la vérité », a ainsi indiqué la Présidente lors de la cérémonie de remise du rapport, « surtout, sont ceux qui ont perdu des proches, des parents, des amis, des compagnons et qui ont continué à souffrir comme s’ils mouraient de nouveau et toujours chaque jour7 ». Le récit établi par la Commission devait avoir, pour les victimes, une fonction réparatrice. En outre, la reconnaissance publique des erreurs passées devait permettre qu’elles ne se répètent pas (Nunca Mais – « Plus jamais ça ! ») et favoriser l’amélioration du système démocratique8. La reconstruction du commun­, soit la réconciliation, du latin re-conciliare, remettre ensemble, ne dépendait ainsi plus des capacités d’une société à l’oubli, comme c’était la logique de la loi d’amnistie de 1979, mais des possibilités de se souvenir.

  • 9 R. N. Kraft, « Témoignages de criminels : comment les commissions de vérités contribuent-elles au g (...)
  • 10 V. Salvi, à partir des réflexions de L. Arfuch, « Interrogações sobre o valor da palavra », Tempo e (...)

3Dans ce dispositif mémoriel, la place de la parole des 132 agents de l’État appelés à témoigner a été problématique. La CNV n’avait rien à leur offrir en échange de la véracité de leurs propos : à la différence d’autres commissions de vérité, comme celle d’Afrique du sud où « l’impression d’exactitude et d’intégrité » du témoignage permettait au criminel d’État d’obtenir une amnistie individuelle9, la Commission brésilienne a assumé le refus du « revanchisme » et donc de sanctions judiciaires à l’encontre des anciens bourreaux. Il était attendu de ces dizaines de policiers à la retraite et militaires de la réserve qu’ils contribuent volontairement et sincèrement à l’établissement de la vérité sur des crimes passés, auxquels ils avaient souvent personnellement collaboré : qu’ils se « confessent », s’installant par-là dans « l’espace éthique du véridique10 » et des signes de repentance. Or cet espoir s’est heurté à une réalité humaine : celle d’hommes qui condamnaient politiquement la commission et ses travaux et ont répugné à s’exprimer personnellement, pour des raisons morales, ou bien par crainte de représailles ou de l’ouverture ultérieure de procédures judiciaires.

  • 11 L’expression de la « valeur de la parole » est empruntée à Valentina Salvi (ibid.), qui s’interroge (...)

4Ce chapitre explore les modalités de cet affrontement ainsi que la valeur donnée à la parole du personnel répressif dans le cadre institutionnel de la commission11. Il s’agit donc non seulement d’analyser les propos des témoins, leurs stratégies rhétoriques et mémorielles, mais aussi l’espace que les membres de la CNV leur ont proposé : quel regard est-il possible de porter publiquement sur des récits du passé si discordants avec la vérité historique que la commission se proposait d’établir ?

Des visages et des noms

  • 12 Voir les transcriptions de 70 auditions, qui concernent 60 agents, sur les 132 entendus par la Comm (...)

5L’analyse porte ici sur les témoignages des 43 militaires brésiliens qui ont été transcrits ou dont les enregistrements vidéo ont pu être visionnés12. Leur sélection a été menée de façon à réduire un corpus considérable, mais aussi à cibler les forces armées, corporation dotée d’une mémoire collective particulièrement homogène, peu compatible avec le fait de collaborer avec la Commission.

  • 13 Em Tempo, no 17, 25 juin-2 juillet 1978 ; Em Tempo, no 54, 8-14 mars 1979 ; Em Tempo, no 64, 18-24 (...)
  • 14 M. Chirio & M. Joffily, « La répression en chair et en os : les listes d’agents de l’État accusés d (...)
  • 15 Archidiocèse de São Paulo, Brasil: nunca mais, Petrópolis, Vozes, 1985.

6En organisant ces auditions, la Commission de la vérité ne pénétrait pas sur un terrain entièrement vierge. En effet le Brésil s’est singularisé, dans le Cône sud, par la révélation précoce de l’identité de nombreux participants à la répression politique pendant la dictature – en particulier celle des tortionnaires. À la fin des années 1970, des prisonniers, avocats et militants de gauche ont organisé l’identification de centaines de policiers et militaires soupçonnés d’actes de torture, ainsi que de geôliers, médecins, financeurs, décideurs et militants d’extrême droite. Les informations résultaient de dénonciations individuelles et collectives de prisonniers, qui ont paru sous la forme de trois listes qui comptaient respectivement 233, 251 et 442 noms dans le journal alternatif Em Tempo entre juin 1978 et mai 197913. Quelques mois plus tard, un groupe d’avocats et de militants placés sous la tutelle de l’archevêché de São Paulo entreprit de copier clandestinement des dossiers de procédure de la Justice militaire, dont la consultation était autorisée pour quelques heures aux avocats défendant les prisonniers qui souhaitaient bénéficier de la loi d’amnistie de 1979. Les millions de documents reproduits et analysés permirent alors de dresser un tableau accablant de la répression politique sous la dictature : la structure de l’appareil d’État, les actes de torture et de barbarie, les listes des morts et disparus, des lieux d’exactions, ainsi que 444 présumés coupables14. L’ouvrage Brasil: nunca mais, publié en juin 1985, résume ce sombre portrait à l’attention du grand public. La liste des tortionnaires supposés n’y a cependant pas été reproduite : les auteurs ont refusé d’agir dans un esprit de vengeance et de contribuer à l’établissement d’un « Nuremberg brésilien »15.

  • 16 M. Chirio & M. Joffily, « La répression en chair et en os… », op. cit., p. 92.
  • 17 C. Fico, « Versões e controvérsias sobre 1964 e a ditadura militar », Revista Brasileira de Históri (...)

7À l’aube de la Nouvelle République, les noms et noms de guerre de 1 047 agents de l’État ont ainsi été rendus publics, dont 574 identifiables par leur nom complet16. Cette révélation a eu, cependant, peu d’effets concrets : dans les années 1990, l’amnistie et la focalisation du débat public sur d’autres thèmes tels que la Constitution, la crise économique, l’hyperinflation ou la corruption de la classe politique, ont éclipsé la mémoire des violences d’État, de ses responsables et de la dictature elle-même. Tout comme les politiques de justice transitionnelle alors mises en œuvre, telle la loi de 1995 et la création de la Commission spéciale sur les morts et disparus (CEMDP), les crimes du régime ont été considérés comme l’affaire des victimes et non de la société en général. Les associations d’anciens détenus et de militants des droits humains, telles Jamais plus la torture (Tortura Nunca Mais) ou la Commission des familles de morts et disparus politiques (CFMDP), ont été isolées politiquement et médiatiquement dans leurs campagnes de dénonciation. La commémoration des trente ans du coup d’État, en 1994, a d’ailleurs rencontré un intérêt public relativement limité17.

  • 18 Voir notamment dans la revue Veja : « Passado torturante », 27 novembre 1985 ; « A memória do porão (...)
  • 19 A. C. Fon, Tortura: a história da repressão política no Brasil, São Paulo, Global, 1979 ; A. Baffa, (...)
  • 20 Ce décret, prononcé quatre ans après le coup d’État, a permis la reprise de l’épuration de la class (...)
  • 21 R. Santos de Aquino, Um tempo para não esquecer 1964-1985, Rio de Janeiro, Coletivo/Achiamé, 2010.
  • 22 E. Loureiro Lemos, Justiça de Transição: Análise da Efetivação da Justiça Histórica e Criminal no B (...)
  • 23 « Anistia é “perdão em sentido maior” e não deve ser revisada, diz ministro do STF », Gazeta do Pov (...)

8De ce fait, les anciens agents de la répression ont bénéficié, de 1985 à la fin des années 1990, d’une faible visibilité publique. Les enquêtes de presse ont été très ponctuelles, puisque seule la revue Veja a consacré régulièrement des articles aux tortionnaires et à leurs agissements18 et les journalistes qui ont publié sur ces questions ont été rares19. Ce n’est qu’à partir du milieu des années 2000 que la violence répressive et, plus généralement, la période dictatoriale sont revenues sur le devant de la scène médiatique et universitaire. Les quarante ans du coup d’État en 2004 et de l’Acte institutionnel no 520 en 2008 ont été marqués par une grande effervescence publique et universitaire. En 2010, une liste de 1 061 noms d’agents de l’État accusés de participation à la répression, constituée par le militant Rubim Santos Leão de Aquino, a été publiée21 et reproduite sur le site internet argentin desaparecidos.org, ce qui lui a permis d’obtenir une audience considérable. La lutte mémorielle et politique s’est élargie à la même période : en 2006 a été fondé le collectif Soulèvement populaire de la jeunesse (Levante Popular da Juventude) qui organise des actes publics de dénonciation des responsables de la répression et inscrit des graffitis (escrachos) sur les murs de leurs domiciles. À partir de 2008, à l’initiative de familles de victimes et du Parquet fédéral, quelques procès et actions ont été intentés contre des tortionnaires notoires22. La même année, l’Ordre des avocats du Brésil (OAB) a déposé une requête de révision de la loi d’amnistie auprès du Tribunal suprême fédéral (STF), qui l’a rejetée en avril 2010 par sept voix contre deux. Cette décision, condamnée par la Cour interaméricaine des droits humains (CourIDH), a été réaffirmée par le président du STF Marco Aurélio Mello, au moment même où la Commission nationale de la vérité rendait son rapport final. « Nous devons nous rentrer dans la tête que l’amnistie c’est l’oubli, c’est tourner la page, le pardon au sens le plus élevé du terme, pour les deux côtés », a-t-il alors indiqué, contredisant l’esprit même du travail de mémoire promu par la Commission23.

Panorama des auditions

9Les auditions d’agents ont commencé en juin 2012, initialement sans présence du public. Les militaires ont d’abord refusé de comparaître : seuls des civils ont été entendus en 2012, à l’exception d’un ancien analyste du Détachement d’opérations et d’information (DOI) de São Paulo24, le sergent « repenti » Marival Chaves. Ces refus poussèrent la CNV à adopter les convocations à caractère obligatoire à partir de février 201325, comme le permet la loi de novembre 2011 (article 4, incise VIII). Dans le chapitre X de cet ouvrage, Carolina de Campos Melo montre comment le pouvoir de convocation de la CNV a été contesté par d’anciens militaires tortionnaires ou par leurs familles, qui n’ont pas hésité à engager des procédures judiciaires contre la CNV. Les refus de comparaître et des absences répétées ont provoqué à partir de cette date l’ouverture d’une enquête par la police fédérale26. Rapidement, la nature de ces témoignages et l’objectif de leur collecte ont été mis en débat. Certains membres de la Commission prônaient des audiences privées, voire secrètes, de façon à ce que la parole des agents s’exprime plus librement. L’accent était alors mis sur la possibilité d’obtenir des informations inédites, absentes des sources écrites, ce qui n’était envisageable que dans un rapport de confidentialité. Cette stratégie a été contestée par des représentants des associations de victimes, qui insistaient sur l’importance d’exposer publiquement ces agents, surtout les plus célèbres, et de les forcer à rendre compte de leurs actes27. Le débat a été tranché par la réalisation d’audiences privées et de quelques sessions publiques, tandis que la plupart des enregistrements vidéo ont été rendus disponibles sur internet28.

  • 29 À partir de septembre 2014, les auditions se sont éloignées de la logique thématique.

10La Commission a organisé les auditions selon quatre domaines d’investigation successifs : le DOI-Codi de São Paulo (février-mai 2013), la répression de la guérilla de l’Araguaia (avril 2013-mars 2014, ponctuellement jusqu’en juillet 2014), le DOI-Codi de Rio et le centre de torture clandestin de la « Maison de la mort » à Petrópolis (mars-août 2014), la répression menée par l’armée de l’air, particulièrement sur la base aérienne du Galeão, au nord de Rio de Janeiro (juillet-septembre 201429). Chaque campagne a été accompagnée de la consultation d’une documentation spécifique par les membres de la Commission : il s’agissait de se préparer aux entretiens, mais aussi de montrer aux témoins que leurs agissements étaient déjà documentés afin de forcer leur confession. C’est d’ailleurs ce qu’a indiqué le juriste Pedro Dallari au colonel aviateur Antônio Augusto Mendes de Matos lors de son audition, le 25 juillet 2014 :

  • 30 Audition du 25 juillet 2014. Sur l’utilité des « carnets militaires » pour l’établissement des preu (...)

« Une grande partie des questions que nous allons poser, colonel, nous en connaissons déjà les réponses parce que nous nous dédions à ce travail depuis un certain temps déjà et que nous avons aujourd’hui accès à des documents. Nous avons les carnets militaires (folhas de alterações), donc on a les informations […]. Ce qu’on demande c’est la collaboration des témoins pour confirmer et combler les lacunes30. »

11À de rares reprises, cette maîtrise de la documentation a permis de faire basculer les témoins et de les prendre au piège de leurs contradictions. Mais d’une manière générale, ils ont peu parlé ; et de moins en moins au fil des mois. Le dépôt de demandes d’habeas corpus auprès du juge afin de ne pas comparaître ainsi que le choix de garder le silence se sont faits plus fréquents, en partie à l’incitation des avocats de certains agents. Ceux qui n’ont pas utilisé cet outil juridique ont nié, le plus souvent, toute participation à la répression, refusé de répondre, dit ne pas se souvenir, ou n’avoir jamais eu connaissance des crimes commis. Au mieux, ils ont énoncé des généralités sur le fonctionnement et la structure des organes auxquels ils ont appartenu, se refusant à décrire des événements précis ou à citer des noms de camarades impliqués.

12Le profil et la nature de l’expérience répressive ont influencé les stratégies déclaratives des témoins. Plus le groupe était uniforme et soudé, en termes d’arme, de grades et d’interconnaissance, plus les propos de ses membres se sont révélés encadrés et moins ils ont accepté de collaborer. Ainsi la cohérence des propos a-t-elle été plus grande chez les anciens membres des DOI-Codi de São Paulo ou de Rio de Janeiro ou bien chez les parachutistes des forces spéciales, que parmi les militaires qui ont participé à la répression de la guérilla de l’Araguaia et qui étaient issus d’unités et de grades variés. L’appartenance à un groupe a été un facteur d’encadrement de la mémoire, mais aussi une ressource qui a rendu les témoins moins malléables lors des auditions. À l’inverse, les agents de grades inférieurs, souvent d’origine sociale plus basse, ont présenté des propos parfois plus imprévisibles, ce qui a permis aux enquêteurs de collecter des informations nouvelles. Cette moindre insertion dans un groupe de pairs a pu, d’ailleurs, être ressentie comme un abandon par le témoin, comme l’a exprimé amèrement Otávio Rainolfo da Silva, ancien chauffeur présumé au Centre de renseignements de l’armée de terre (CIE), à qui l’on demanda s’il avait été rémunéré pour ses services spéciaux :

  • 31 Audition du 28 juin 2013.

« Non, je n’ai rien reçu. C’est ça qu’on m’a laissé, aujourd’hui. L’armée m’a abandonné, j’ai demandé à l’armée. Aujourd’hui on ne peut plus rien faire. Dans le temps, celui qui commandait, c’était un général, aujourd’hui c’est Madame Dilma, qui était dans l’autre camp à l’époque. Alors : “Je peux faire quoi ? En quoi je peux t’aider ? On ne peut t’aider en rien31”. »

  • 32 15 des 43 témoignages de militaires étudiés ici ont été déposés en audience publique. Neuf de ces q (...)
  • 33 M. Godoy, A Casa da Vovó…, op. cit., p. 257.

13Deux militaires se sont distingués par leur choix délibéré de collaborer avec la Commission. Ils ont accepté de s’exprimer en audience publique, ce qui a été rare, surtout au début32. Le premier, précédemment cité, est le sergent Marival Chaves. Ancien membre du service d’analyse du DOI de São Paulo entre 1973 et 1981 puis du CIE de 1981 à 1984, cœur de la répression sous la dictature, il s’est positionné dès la dévolution du pouvoir aux civils comme un opposant de l’intérieur. Démissionnaire de l’armée au début de la Nouvelle République, il a témoigné en 1992 dans la revue Veja pour décrire et dénoncer les assassinats politiques, disparitions forcées et actes de torture commis sous la dictature. Ce n’est pas à proprement parler un repenti, car il prétend n’avoir lui-même participé à aucun acte condamnable, ce qu’ont contesté ses anciens collègues33. Auditionné à quatre reprises par la CNV, il s’est montré extrêmement disposé à collaborer, citant des noms de collègues et décrivant sans détour les graves crimes commis pendant les années de plomb. Il a été traité par ses interlocuteurs de la CNV comme un allié, voire avec sympathie.

  • 34 Audition du 25 mars 2014.

14L’autre militaire qui a accepté de parler est le colonel Paulo Malhães, ancien agent du CIE et de la Maison de la mort. Lui aussi a collaboré activement avec la Commission. Il a mentionné les actes de torture, les procédés pour faire disparaître les corps, l’existence de centres clandestins, et a confirmé les noms de collègues que lui ont soumis ses interlocuteurs. Il s’est uniquement refusé à donner de nouveaux noms : « Vous m’excusez si je ne dénonce pas quand ce n’est pas dans la question, d’accord ?34 », a-t-il avancé, niant avoir lui-même torturé des prisonniers durant l’essentiel de sa carrière. Cependant, à la différence de Marival Chaves, Malhães n’a rien renié et, de ce fait, son traitement a été considérablement moins cordial que celui réservé à son collègue de São Paulo. Au contraire, il a été traité avec une grande rudesse, en particulier par l’un des membres de la Commission, José Carlos Dias, qui l’a sans cesse interrompu et n’a pas hésité à le comparer à Hitler. L’audition de Malhães n’a pas été organisée de manière chronologique : ses interlocuteurs ne souhaitaient pas réaliser un « récit de vie » mais éclaircir des faits précis. Ils ont ainsi énuméré des noms de disparus et des crimes d’État, attendant du témoin confirmations et détails.

  • 35 Cela a été le cas pendant l’audience de Carlos Alberto Brilhante Ustra, qui a introduit son témoign (...)

15Les techniques et climats d’interrogatoire ont été extrêmement divers. Certains enquêteurs ont entrepris de reconstituer l’intégralité de la trajectoire professionnelle du témoin et se sont intéressés, au-delà de l’établissement de faits précis, à la structure et à la logique de la machine répressive. D’autres ont confronté l’agent à des listes de victimes et n’attendaient de lui que ses souvenirs sur des événements précis, avec pour objectif assumé d’établir, et non de comprendre. Outre la personnalité des membres de la Commission et la conception qu’ils se faisaient de leur mission, le caractère public ou non de l’audition a influé sur la stratégie adoptée. En audience publique, il s’agissait moins de collecter des informations ou de produire des documents d’archive, que de faire œuvre de pédagogie collective. La crainte d’ouvrir une tribune aux anciens agents de la répression s’est alors renforcée35 : leur parole a été davantage encadrée et le récit de vie évité. Pour obtenir des confessions, les plus galonnés des commissionnaires, hommes d’âge mûr, souvent juristes, parfois anciens ministres, ont fait appel à leur autorité morale. D’autres, comme l’ancien membre des forces de l’ordre Guaracy Mingardi, ont utilisé des techniques d’interrogatoire de police, par exemple quand il s’est adressé à un ancien membre du DOI-Codi de São Paulo en mai 2013 :

  • 36 Audition de l’ex-sergent membre du DOI-Codi de São Paulo, Roberto Artoni, 23 mai 2013. Artoni a d’a (...)

« Parce que, tu vois, le cache-cache avec nous, ça n’a pas de sens… Que vous soyez cité par un ex-collègue, ça n’a pas de sens… Que vous protégiez d’ex-collègues, parce qu’ils parlent et ils rejettent la faute de certaines choses sur vous36. »

  • 37 Audition du 12 novembre 2013.

16Des enquêteurs plus jeunes ont joué, à l’inverse, de leur supposée méconnaissance de l’époque dictatoriale, associée à une apparente neutralité : c’est le cas de Mariana Barreiras et Leonardo Hidaka, jeunes juristes et militants des droits humains, en charge de l’essentiel des auditions sur la guérilla de l’Araguaia. Accueillant le colonel Idyno Sardenberg Filho, ancien parachutiste des forces spéciales, Mariana Barreiras a répondu à son : « Tu n’étais même pas née ! » par : « C’est pour ça que c’est bien, comme ça vous nous racontez, vu qu’on n’était pas là, qu’on n’a pas vécu cette époque37. » Selon les stratégies adoptées des deux côtés de la table d’interrogatoire, les interactions ont varié, allant des incitations prudentes et polies à éclaircir les faits et à présenter des récits de vie, jusqu’à de véritables réquisitoires, sans espoirs ni égards envers la parole des militaires. Ces interactions d’audition ont été fondamentales car elles ont positionné les témoignages des bourreaux dans le dispositif de la CNV : pourquoi ces individus ont-ils été convoqués, en réalité ? Qu’attendaient la Commission, les pouvoirs publics et les associations de victimes de leur audition : les contraindre à avouer, entendre leur version de l’histoire, les exposer à l’opinion ?

Silences et dénégations

  • 38 Il s’agit du Centre de renseignement de l’armée de terre (CIE), du Centre de renseignement et de sé (...)
  • 39 Audition du 31 octobre 2013.

17Pour répondre à ces questions, il faut d’abord éclaircir le silence de ces hommes. Il y a deux manières de justifier un silence : ne rien savoir ou refuser de parler. Parmi ceux qui ont dit ne pas pouvoir répondre, certains ont allégué l’oubli ou le grand âge, tandis qu’une majorité a prétendu n’avoir jamais eu connaissance des crimes commis. L’enjeu était de se présenter comme le plus éloigné possible des organes étiquetés « répression politique » et, en leur sein, des équipes les plus violentes, telles que les unités chargées des « recherches et arrestations », des interrogatoires ou des centres clandestins. Les anciens membres d’unités militaires classiques ont prétendu généralement que la « lutte contre la subversion » n’était pas leur affaire, et ils l’ont associée exclusivement aux organes ad hoc, comme les DOI-Codi et les services de renseignement des forces armées38. C’est le cas des vétérans des bataillons de police de l’armée de Rio de Janeiro et São Paulo, pourtant inféodés aux DOI-Codi locaux ou de la base aéronautique du Galeão. Les agents des unités « centrales » de la répression ont avancé des arguments relatifs à la compartimentation de l’information. Certains ont affirmé que leur faible grade les laissait dans l’ignorance : c’est le cas de l’ex-caporal Félix Freire Dias, l’un des tueurs les plus aguerris du CIE, qui s’est présenté comme un jeune soldat chargé de remplir des formulaires, pour qui la vie de caserne était : « Un, deux, un deux » et qui n’avait ni contact avec ses supérieurs, ni informations sur les affaires en cours39. D’autres ont indiqué être d’anciens agents des équipes d’analyse, qui ne procédaient ni aux arrestations ni aux interrogatoires, et n’avoir de ce fait rien de particulier à se reprocher. L’ancien sergent de l’équipe d’analyse du DOI de São Paulo, Índio Brasileiro Guerra Júnior, a d’ailleurs déclaré ne se sentir coupable de rien :

  • 40 Audition du 20 mars 2013.

« Je crois que notre service, là, est la seule chose qu’on puisse nous reprocher : “Bon… Tu as collaboré avec le régime d’exception”. C’est ça ? Mais, mon Dieu, s’il faut arrêter tous ceux qui ont collaboré avec le régime d’exception, vous allez devoir arrêter la moitié du Brésil !40 »

  • 41 Audition du 21 mars 2013.

18Depuis son bureau, Índio n’entendait ni coups ni cris, a-t-il affirmé ; et de toute façon il ne voulait pas en savoir trop : « On s’habituait à ne pas être curieux » a ainsi indiqué l’ex-caporal du DOI-Codi de São Paulo Silvio Giglioni, membre de la même équipe41. Le culte du secret, l’utilisation de noms de guerre, l’absence de commentaires sur les affaires en cours, l’isolement spatial des lieux les plus sensibles comme les cellules et les salles d’interrogatoires ont servi de prétexte aux témoins pour jouer les ignorants quant au sort des victimes, mais aussi quant à l’identité et aux responsabilités de leurs collègues.

19Il existe une hiérarchie dans l’avouable. La dénégation la plus complète­ consiste à dire n’avoir jamais croisé de prisonniers ni touché à personne. Certains ont confessé avoir affronté et tué des opposants, mais seulement dans la rue, lors d’arrestations et de fusillades, c’est-à-dire en tant que « combattants ». Mais la torture, les viols ou l’occultation des cadavres dérogent trop frontalement aux valeurs dominantes pour être assumées publiquement. Les quelques militaires qui ont avoué avoir participé à des interrogatoires, comme le colonel parachutiste Idyno Sardenberg, ont juré l’avoir fait « proprement ». Si torture il y eut, ce que la majorité nie avec véhémence, elle a toujours été commise loin de soi :

  • 42 Les Départements de l’ordre politique et social (Dops) étaient des corps de polices civiles chargés (...)
  • 43 Audition du 9 septembre 2014.

« J’imagine qu’il peut y en avoir eu [de la torture]… Je serais un innocent de faire l’idiot face à vous. Ceux qui nous ont appris à travailler c’est la police militaire et civile. La civile c’était le Dops42 et, là, c’était à base de coups. Mais, là, à l’intérieur du DOI-Codi, je n’en ai jamais vu, je n’y ai jamais touché43. »

  • 44 Audition du 25 mars 2014.
  • 45 Audition du 15 avril 2013.

20Seul Paulo Malhães, qui a collaboré activement avec la Commission, a confessé des actes de torture en début de carrière, mais il a aussi indiqué avoir ensuite « évolué » : il a décrit ses sévices à la « Maison de la mort » comme des « conversation[s] normale[s] » accompagnées, tout au plus, de « torture psychologique », que lui-même définit comme « une situation dans laquelle un individu se sent acculé ou menacé44 ». Cette dénégation générale de la torture a un double visage. Il s’agit pour les témoins, tout d’abord, de renvoyer la CNV à son impuissance. Si la Commission n’était parvenue à faire avouer à personne la pratique de la torture de ses propres mains, alors que des milliers de témoignages et de documents prouvent qu’elle a été utilisée de manière systématique dans les prisons brésiliennes, quelle valeur accorder à ces témoignages ? Une expression résume ce mépris : celle des interrogatoires menés avec « de l’eau fraîche et un petit café » (« agua gelada e cafezinho »), utilisée par l’ex-caporal du DOI-Codi de São Paulo, Waldir José de Mello Barbosa45. Mais, de manière paradoxale, le refus d’avouer des actes de torture a aussi constitué une victoire idéologique et mémorielle pour la Commission et plus généralement pour les combattants des droits humains : la torture est inavouable parce qu’indéfendable et injustifiable. La nier contre toute évidence constitue une reconnaissance de l’illégalité et de l’illégitimité d’une partie de la répression, dénoncée à cor et à cri par l’écrasante majorité des témoins.

  • 46 Audition du 23 mai 2013.
  • 47 Audition du 10 mai 2013.
  • 48 Audition du 26 juin 2013.

21L’autre manière de justifier un silence est le refus de parler, qui lui aussi a ses règles, ses codes, ses motivations politiques et mémorielles. La première a été l’honneur et le refus de trahir les siens : « Je suis pas une balance » (« Não sou acaguete ») dit Roberto Artoni, ancien sergent du DOI-Codi de São Paulo puis du CIE46. Trahir ne passe pas seulement par la dénonciation des camarades, mais aussi par la simple collaboration avec la Commission, identifiée à l’ennemi : parler aurait alors signifié admettre la défaite, comme le dit le colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, ex-commandant du DOI-Codi de São Paulo de 1970 à 1974 : « Je vais de l’avant. Je ne me rendrai pas. J’ai lutté, lutté, lutté47. » Les quelques militaires qui ont accepté de parler ont été ostracisés au sein du groupe. Le sergent Marival Chaves est ainsi devenu la bête noire de ses anciens collègues du DOI-Codi de São Paulo. « Marival est mon ennemi personnel », a déclaré Roberto Artoni. « Il a trahi, il a raconté un tas de conneries », a avancé Dirceu Antônio. L’omerta et la crainte de représailles, de la part des familles de victimes ou d’anciens camarades, ont justifié par ailleurs le silence de certains. Otávio Rainolfo da Silva, ancien chauffeur au sein du CIE, a dit ainsi craindre pour la sécurité de sa famille48. Ces peurs ont grandi fortement après la mort suspecte du colonel Paulo Malhães, assassiné chez lui exactement un mois après avoir ouvertement collaboré avec la Commission, en séance publique.

La vérité en lutte

  • 49 Audition du 7 novembre 2013. C. A. B. Ustra, Rompendo o silêncio, Oban, DOI/Codi. 29 set. 70-23 jan (...)
  • 50 Audition du 7 novembre 2013.
  • 51 Audition du 12 novembre 2013.
  • 52 Audition du 13 novembre 2013.
  • 53 Audition du 12 novembre 2013.

22Certains des militaires les plus réticents à s’exprimer devant la Commission, comme l’ex-chef du DOI-Codi de São Paulo, le colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, ou l’ancien capitaine d’infanterie infiltré en Araguaia, Aluísio Madruga, sont pourtant les auteurs de récits et mémoires sur la dictature. Ils s’y sont vantés d’avoir brisé un « tabou » et « rompu le silence », selon le titre du premier livre de Ustra paru en 198749. Mais, lors des auditions, le contrôle moindre de leurs propos les exposait davantage et, surtout, ils ne considéraient pas la Commission comme un espace légitime pour recueillir leur parole. C’est d’ailleurs ce qu’a déclaré à demi-mot le colonel Madruga : selon lui, ses livres ont poursuivi l’« objectif » de révéler au peuple brésilien ce qui « s’est réellement passé au Brésil de cette période jusqu’à aujourd’hui avec toutes les activités des gauches50 ». Or, selon ce récit, la CNV, œuvre d’un gouvernement de gauche présidé par une ancienne guérillera, est un ennemi historique, défait hier et « revanchiste » aujourd’hui, mais certainement pas un interlocuteur attentif à sa propre version de l’histoire. « La Commission nationale de la vérité est une farce51 » a déclaré en audience le général Alvaro de Souza Pinheiro, ancien officier des forces spéciales qui a combattu en Araguaia. Hors de question de parler à la « Commission de la calomnie » a dit son camarade de régiment le colonel parachutiste Celso Seixas. Ses membres « inventent, veulent empoisonner le Brésilien » et attribuer davantage d’indemnisations des victimes de la violence d’État52. Même son de cloche chez Idyno Sardenberg : « Tout le monde a été torturé, tout le monde veut gagner des sous, c’est de l’emploi public, gagner des sous, c’est ça qui est une torture53. »

23Selon les militaires qui ont assumé leur refus de se « confesser », la CNV était engagée dans l’écriture d’une version partiale du passé : une histoire, une mémoire, une vérité qui n’appartiennent qu’à un seul camp – celui des vaincus d’hier, aujourd’hui vainqueurs de la guerre de la mémoire. Selon le sergent Roberto Artoni, lors d’une audition de mars 2013 :

  • 54 Audition du 25 mars 2013.

« Je témoigne ici comme si j’étais un ennemi de la société. […] J’ai gagné une guerre pour la société. J’ai gagné la guerre. Ce qui se passe, c’est que les gars qui ont perdu la guerre ont été plus actifs et sont sur le devant de la scène, voulant tout savoir54. »

  • 55 Audition du 25 mars 2014.
  • 56 Audition du 15 avril 2013.
  • 57 C. A. B. Ustra, A verdade sufocada…, op. cit. ; H. d’Aguiar, Ato 5: a verdade tem duas faces, Rio d (...)

24Le sentiment d’une défaite mémorielle consommée a été omniprésent : les médias, l’université, l’école diffusent un récit qui n’est pas le leur et que la CNV n’a fait qu’officialiser davantage. Les militaires auditionnés ont ainsi répété fréquemment que la Commission aurait dû avoir pour obligation d’écouter les « deux côtés » et les « deux vérités ». Des militaires ont protesté contre le traitement qu’ils ont reçu, très différent de celui réservé aux témoins qui ne faisaient pas partie du personnel répressif. Paulo Malhães a ainsi remarqué que « la vérité est en blanc et noir […]. Pour l’instant je vois une vérité seulement en blanc ou seulement en noir55 ». C’est aussi ce qu’a souligné le colonel Waldir José de Mello Barbosa : « Vous avez entendu les familles des soldats déchiquetés dans les attentats de 68 ? Vous avez entendu leurs parents ? Leurs familles56 ? » Cette accusation d’occulter leur « vérité » n’était pas une nouveauté : c’est le pilier de la rancœur mémorielle des militaires, qui explique l’omniprésence de ce mot dans leurs publications et mémoires : la « vérité suffoquée » d’Ustra, la « vérité » à « deux faces » d’Hernani d’Aguiar, la « grande vérité » de Madruga, parmi d’autres57. Le cœur de la version militaire de l’histoire est fondé sur l’existence d’une guerre interne, dans laquelle les guérilleros auraient usé d’une violence d’intensité égale et de cruauté supérieure à celles des forces de l’ordre. Cette version a été délibérément laissée de côté par les membres de la CNV.

Entre témoins et accusés, entre justification et déni

  • 58 Audition du 25 mars 2013.

25Pour ces ex-agents de la répression, l’audition n’a jamais été vécue comme une occasion de se libérer de leurs souvenirs mais comme l’exposition publique de leur culpabilité. Ils ont d’ailleurs été nombreux à indiquer qu’ils se sentaient dans la peau d’accusés d’un tribunal imaginaire. Le colonel Paulo Malhães, pourtant décidé à collaborer, a ainsi déclaré, en arrivant sur les lieux de l’audition : « je me trouve presque dans la condition d’accusé…58 ». La présence fréquente d’avocats, le refus de parler ou l’allégation de l’ignorance ou de l’oubli ont été autant de stratégies d’évitement menées par des individus qui se sont sentis mis en accusation. Lors des sessions publiques, l’organisation de l’espace, la présence de la presse, l’éventualité d’un conflit verbal avec des victimes ont contribué à ce que ces hommes se sentent acculés.

26Pourtant, la tentation d’utiliser l’espace de l’interrogatoire pour se justifier a parfois affleuré. Le colonel Ustra, par exemple, a oscillé entre le silence et la volonté d’utiliser l’audition comme une tribune. S’il a accepté une audition publique, c’est pour l’opportunité de déclamer un éditorial dans les premières minutes. On y retrouve les deux registres classiques de justification de la violence d’État. Légal et juridique, d’abord : « j’étais un militaire discipliné qui obéissait aux ordres, j’agissais dans les limites de la loi ». D’ailleurs, a-t-il précisé :

  • 59 Audition du colonel Carlos Brilhante Ustra, 10 mai 2013.

« La personne qui devrait être ici n’est pas le colonel Carlos Brilhante Ustra. Celle qui devrait être ici, c’est l’armée brésilienne. Ce n’est pas moi, Messieurs. C’est l’armée brésilienne qui a assumé, par ordre du président de la République, l’ordre de combattre le terrorisme. Je ne suis que l’un de ceux qui ont obéi aux ordres. Des ordres légaux. Aucun ordre illégal, je le dis au passage59. »

27Selon un registre de justification politique, le Colonel Ustra a mené une lutte vitale et légitime contre le terrorisme dont l’objectif était d’établir une dictature communiste dans le pays. En face, il n’y avait ni victimes ni résistants, mais des criminels, des guérilleros, des combattants. « Les guérilleros n’étaient pas des personnes normales », affirme le colonel Paulo Malhães :

  • 60 Audition du 25 mars 2014.

« C’étaient des personnes liées à la lutte armée. Ils n’ont pas été emprisonnés parce qu’ils jouaient aux billes ou au cerf-volant. Ils ont été emprisonnés parce qu’ils portaient des armes et qu’ils voulaient combattre­ […] Qu’est-ce qu’on pouvait faire ?60 »

28L’articulation entre ces deux registres aboutit à une absence systématique de sentiment de culpabilité. Le soldat Gerci Firmino da Silva, infiltré parmi la population de l’Araguaia alors qu’il n’était qu’un simple soldat, a ainsi expliqué :

  • 61 Audition du 26 avril 2013.

« T’es jeune, t’es bien armé, t’accomplis ta mission, t’es là parce que ton pays te convoque pour que tu le défendes d’une menace externe de guérilleros entraînés à l’étranger qui ne veulent pas la démocratie, ils veulent implanter un gouvernement dictatorial, tu vas dans le sens d’accomplir ta mission comme un policier descend dans la rue aujourd’hui ici. Et je crois… Et je ne m’en suis jamais voulu. Je crois que si j’étais convoqué aujourd’hui, j’irai de nouveau. Je n’ai pas la moindre impression d’avoir fait quelque chose de mal61. »

29Le déni cohabite ainsi avec l’absence de remords : ces hommes nient des crimes, particulièrement l’emploi de la torture, qu’ils n’ont de cesse de justifier, au passé et parfois au présent. L’ancien juge militaire Nelson Guimarães a déclaré, en ce sens :

  • 62 Le Bope est le Bataillon d’opérations policières spéciales de la Police militaire de Rio de Janeiro (...)
  • 63 Audition du 31 juillet 2014.

« La torture, comme vous le savez, il continue d’y en avoir au Brésil […] C’est une guerre en cours aussi aujourd’hui. Comment il fait, le policier du Bope62, quand il arrive dans un endroit comme ça ? Il demande : “Mon bon monsieur, s’il vous plaît, donnez-moi votre mitraillette”. Il faut se situer dans le concret63. »

  • 64 La CNV a pris, en outre, la décision polémique d’inclure dans son rapport final une liste de 376 re (...)
  • 65 Parallèlement aux travaux de la CNV, le Ministère public fédéral, partant de la thèse selon laquell (...)

30Si les militaires ont choisi dans leur majorité de garder le silence, tous n’ont pas renoncé à mener la guerre de la mémoire et à donner du sens à leur trajectoire de vie, y compris à ces crimes qu’ils refusent d’avouer. Ce sens passe par la référence au devoir militaire, à l’exigence de l’obéissance hiérarchique, au respect de codes d’honneur, ainsi qu’à la légitimité politique et idéologique de leur combat. Cependant la CNV n’a pas offert d’espace pour ce discours : elle n’avait pas pour mission de recueillir la mémoire des anciens agents de la répression, mais d’utiliser leurs propos dans le but d’établir des faits. De ce fait, leur parole devait être encadrée afin de limiter les revendications et reconstructions de l’image de soi. Puisque les témoins se refusaient à toute confession et que leurs justifications n’étaient pas audibles par la CNV, restaient le silence et la punition symbolique. En effet, les auditions ont représenté une humiliation considérable pour ces militaires. Autrefois source de leur toute-puissance, l’État a mis en scène leur faute morale et livré leurs noms à la vindicte publique64. Cette exposition a créé un sentiment d’insécurité tant médiatique et personnel que judiciaire65, puisque, jusqu’au coup d’État de 2016, est demeurée l’hypothèse que la loi d’amnistie soit finalement abrogée. À cette date, les auditions ont pu être vues comme une victoire politique et mémorielle. Quelques années plus tard, la politisation ultra-conservatrice des militaires d’active ainsi que la réhabilitation, depuis la présidence de la République, d’un discours d’exaltation de la dictature et de la répression, mènent à réviser de telles interprétations. La CNV et sa tentative d’identifier et d’exposer les perpétrateurs, dans un contexte de crise démocratique, ont probablement créé de graves ressentiments qui ont nourri la constitution d’une base militaire à l’ascension bolsonariste.

Notas

1 Cet article a bénéficié de financements du Centre national de la recherche (CNPq) du Brésil et de la Fondation pour le soutien à la recherche et à l’innovation de l’État de Santa Catarina/université de l’État de Santa Catarina (Fapesc/Udesc). Une version antérieure de cet article a été publiée dans Rubrica Contemporanea (Barcelone), vol. 5, no 9, 2016, p. 11-33.

2 La périodisation officielle est en réalité plus large, de 1946 à 1988. Ce choix étonnant et critiqué par les organisations de défense des droits humains, qui souhaitaient cibler l’après-1964, a été effectué pour tempérer les résistances des opposants à la création de la CNV. V. Toledo, « Perto de aprovação, Comissão da verdade ainda enfrenta má-vontade », Rede Brasil Atual, 15 septembre 2011.

3 Dilma Rousseff, discours lors de la remise du rapport final de la CNV, 10 décembre 2014. Disponible sur : http://www.biblioteca.presidencia.gov.br/presidencia/ex-presidentes/dilma-rousseff/discursos/discursos-da-presidenta/discurso-da-presidenta-da-republica-dilma-rousseff-durante-entrega-do-relatorio-final-da-comissao-nacional-da-verdade-brasilia-df

4 Si quelques historiens ont piloté ou participé à des groupes de travail, seuls des juristes et une psychanalyste, engagés de longue date dans la défense des droits humains, ont été membres permanents de la CNV. Sur les historiens et la Commission nationale de la vérité, voir C. Silveira Bauer, Como será o passado? História, historiadores e a Comissão Nacional da Verdade, São Paulo, Paco, 2017.

5 Loi no 12.527, 18 novembre 2011.

6 Governo do Brasil, http://www.brasil.gov.br/governo/2014/12/relatorio-final-apurou-fatos-ao-longo-de-1-121-depoimentos.

7 Dilma Rousseff, discours du 10 décembre 2014, op. cit.

8 E. Jelín, « Memoria y democracia. Una relación incierta », Política. Revista de Ciencia Política, vol. 51, no 2, 2013, p. 129-144.

9 R. N. Kraft, « Témoignages de criminels : comment les commissions de vérités contribuent-elles au genre ? », Témoigner. Entre histoire et mémoire, no 172, 2009, p. 173-192.

10 V. Salvi, à partir des réflexions de L. Arfuch, « Interrogações sobre o valor da palavra », Tempo e argumento, vol. 2, no 1, 2010, p. 75.

11 L’expression de la « valeur de la parole » est empruntée à Valentina Salvi (ibid.), qui s’interroge sur l’exploitation scientifique de propos de criminels d’État.

12 Voir les transcriptions de 70 auditions, qui concernent 60 agents, sur les 132 entendus par la Commission. Disponible sur : http://cnv.memoriasreveladas.gov.br/todos-volume-1/650-agentes-p%C3%BAblicos.html

13 Em Tempo, no 17, 25 juin-2 juillet 1978 ; Em Tempo, no 54, 8-14 mars 1979 ; Em Tempo, no 64, 18-24 mai 1979.

14 M. Chirio & M. Joffily, « La répression en chair et en os : les listes d’agents de l’État accusés d’actes de torture sous la dictature militaire brésilienne », Brésil(s). Sciences humaines et sociales, dossier « Le coup d’État militaire 50 ans après », Paris, 2014, no 5, p. 77-103.

15 Archidiocèse de São Paulo, Brasil: nunca mais, Petrópolis, Vozes, 1985.

16 M. Chirio & M. Joffily, « La répression en chair et en os… », op. cit., p. 92.

17 C. Fico, « Versões e controvérsias sobre 1964 e a ditadura militar », Revista Brasileira de História, vol. 24, no 47), 2004, p. 29-60.

18 Voir notamment dans la revue Veja : « Passado torturante », 27 novembre 1985 ; « A memória do porão », 3 septembre 1986 ; « O algoz sai da sombra », 8 avril 1992 ; « Palavra de cachorro », 11 novembre 1992 ; « A lei da barbárie », 18 novembre 1992 ; « Torturei uns trinta », 9 décembre 1998.

19 A. C. Fon, Tortura: a história da repressão política no Brasil, São Paulo, Global, 1979 ; A. Baffa, Nos porões do SNI. O retrato do monstro de cabeça oca, Rio de Janeiro, Objetiva, 1989.

20 Ce décret, prononcé quatre ans après le coup d’État, a permis la reprise de l’épuration de la classe politique un temps suspendue, fermé le Congrès et inauguré un net durcissement de la répression policière.

21 R. Santos de Aquino, Um tempo para não esquecer 1964-1985, Rio de Janeiro, Coletivo/Achiamé, 2010.

22 E. Loureiro Lemos, Justiça de Transição: Análise da Efetivação da Justiça Histórica e Criminal no Brasil, São Paulo, D’Placido, 2014. Des travaux du Parquet est issu le rapport suivant : Brasil. Ministério Público Federal. Crimes da ditadura militar, Brasília, MPF, 2017.

23 « Anistia é “perdão em sentido maior” e não deve ser revisada, diz ministro do STF », Gazeta do Povo, 10 décembre 2014. Disponible sur : http://www.gazetadopovo.com.br/vida-publica/anistia-e-perdao-em-sentido-maior-e-nao-deve-ser-revisada-diz-ministro-do-stf-eh8jbh4r4pu2ia8riv07m41n2.

24 Les Détachements d’opérations et d’information (dont l’acronyme, DOI, signifie « fait souffrir » en portugais) et leurs organismes de tutelle les Centres d’opérations de défense interne (Codi) étaient des organes de répression politique fondés par le pouvoir militaire à partir de 1970 dans plusieurs États fédérés. Comprenant des policiers, des militaires et des gendarmes, ils étaient placés sous le contrôle local de l’armée de terre et connus conjointement comme DOI-Codi. À ce sujet voir M. Joffily, No centro da engrenagem. Os Interrogatórios na Operação Bandeirante e no DOI de São Paulo (1969-1975), São Paulo, Edusp, 2012 et M. Godoy, A Casa da Vovó: Uma biografia do DOI-Codi (1969-1991), o centro de sequestro, tortura e morte da ditadura militar, São Paulo, Alameda, 2015.

25 http://www.cnv.gov.br/index.php/outros-destaques/262-cnv-convoca-ustra-e-marival-chaves-para-depoimento-publico

26 Comissão Nacional da Verdade, Relatório Final, vol. 4, p. 925 (à propos de Rubens Paim Sampaio).

27 R. Otávio, « Comissão da Verdade reafirma necessidade de depoimentos sigilosos », Carta Maior, 15 septembre 2012.

28 Sur la plateforme Youtube de la CNV : https://www.youtube.com/user/comissaodaverdade/videos.

29 À partir de septembre 2014, les auditions se sont éloignées de la logique thématique.

30 Audition du 25 juillet 2014. Sur l’utilité des « carnets militaires » pour l’établissement des preuves relatives aux violations des droits humains, voir le chapitre de Vivien Ishaq dans cet ouvrage (chapitre I).

31 Audition du 28 juin 2013.

32 15 des 43 témoignages de militaires étudiés ici ont été déposés en audience publique. Neuf de ces quinze séances ont eu lieu après juillet 2014.

33 M. Godoy, A Casa da Vovó…, op. cit., p. 257.

34 Audition du 25 mars 2014.

35 Cela a été le cas pendant l’audience de Carlos Alberto Brilhante Ustra, qui a introduit son témoignage par la lecture d’un manifeste. R. Arruda, « Comissão não soube enfrentar Ustra, dizem militantes », O Estado de São Paulo, 14 mai 2013. Disponible sur : http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,comissao-nao-soube-enfrentar-ustra-dizem-militantes,1031637.

36 Audition de l’ex-sergent membre du DOI-Codi de São Paulo, Roberto Artoni, 23 mai 2013. Artoni a d’ailleurs protesté de manière véhémente, se disant « interrogé comme un marginal ».

37 Audition du 12 novembre 2013.

38 Il s’agit du Centre de renseignement de l’armée de terre (CIE), du Centre de renseignement et de sécurité de l’aéronautique (Cisa) et du Centre de renseignement de la marine de guerre (Cenimar), largement impliqués dans la répression politique. Voir C. Fico, Como eles agiam: os subterrâneos da ditadura militar. Espionagem e polícia política, Rio de Janeiro, Record, 2001.

39 Audition du 31 octobre 2013.

40 Audition du 20 mars 2013.

41 Audition du 21 mars 2013.

42 Les Départements de l’ordre politique et social (Dops) étaient des corps de polices civiles chargés de la surveillance et de la répression de la « subversion » politique, dans la majorité des États fédérés, depuis les années 1920 et 1930. Voir P. de Souza, Autópsia do medo: vida e morte do delegado Sérgio Paranhos Fleury, São Paulo, Globo, 2000.

43 Audition du 9 septembre 2014.

44 Audition du 25 mars 2014.

45 Audition du 15 avril 2013.

46 Audition du 23 mai 2013.

47 Audition du 10 mai 2013.

48 Audition du 26 juin 2013.

49 Audition du 7 novembre 2013. C. A. B. Ustra, Rompendo o silêncio, Oban, DOI/Codi. 29 set. 70-23 jan. 74, Brasília, Editerra, 1987, et A verdade sufocada: a história que a esquerda não quer que o Brasil conheça, Brasília, Ser, 2006 ; A. Madruga de Moura e Souza, Documentário. Desfazendo mitos da luta armada, Brasília, Livraria Brasil, 2006 et Guerrilha do Araguaia. Revanchismo: a grande verdade, Brasília, Livraria Brasil, 2002.

50 Audition du 7 novembre 2013.

51 Audition du 12 novembre 2013.

52 Audition du 13 novembre 2013.

53 Audition du 12 novembre 2013.

54 Audition du 25 mars 2013.

55 Audition du 25 mars 2014.

56 Audition du 15 avril 2013.

57 C. A. B. Ustra, A verdade sufocada…, op. cit. ; H. d’Aguiar, Ato 5: a verdade tem duas faces, Rio de Janeiro, Razão Cultural, 1999 ; A. Madruga de Moura e Souza, Guerrilha do Araguaia…, op. cit.

58 Audition du 25 mars 2013.

59 Audition du colonel Carlos Brilhante Ustra, 10 mai 2013.

60 Audition du 25 mars 2014.

61 Audition du 26 avril 2013.

62 Le Bope est le Bataillon d’opérations policières spéciales de la Police militaire de Rio de Janeiro, célèbre pour l’emploi de la force et l’assassinat de suspects d’extraction sociale modeste.

63 Audition du 31 juillet 2014.

64 La CNV a pris, en outre, la décision polémique d’inclure dans son rapport final une liste de 376 responsables de violations graves des droits humains, des auteurs directs aux donneurs d’ordres. 377 noms apparaissent mais l’un (José Ney Fernandes Antunes) a été indiqué deux fois, par erreur.

65 Parallèlement aux travaux de la CNV, le Ministère public fédéral, partant de la thèse selon laquelle certaines catégories de crimes sont permanentes et imprescriptibles, a engagé plusieurs actions judiciaires contre d’anciens agents de la répression. M. Leitão, « Procuradoria prepara novas ações contra os agentes da ditadura », Folha de São Paulo, 19 mars 2013.

Autores

Maud Chirio est ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée et docteure en histoire. Elle est maîtresse de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de l’histoire de la dictature militaire brésilienne, plus particulièrement des forces armées et de l’appareil répressif. Elle est notamment l’auteure de A política nos quartéis (Zahar, 2012), également publié aux PUR (La Politique en uniforme, 2016) et aux Presses universitaires de Pittsburgh (Politics in Uniform, 2018).

Mariana Joffily est professeure d’histoire à l’université de l’État de Santa Catarina au Brésil. Elle a fait une maîtrise et un DEA à l’université Paris IV – Sorbonne puis un doctorat à l’université de São Paulo au Brésil, et un post-doctorat à l’université de Brown aux États-Unis. Lauréate du Conseil national de la recherche du Brésil (CNPq), elle a publié No centro da engrenagem. Os interrogatórios na Operação Bandeirante e no DOI de São Paulo (Arquivo Nacional/Edusp, 2013).

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search