Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

L’innovation agricole

Bernard Bret

Texte intégral

1La notion d’innovation comporte une dimension géographique évidente puisqu’elle naît en un lieu et se répand à partir de ce point originel dans un espace dont l’organisation accélère, freine et canalise sa diffusion. Peut-être plus clairement qu’en d’autres domaines, le phénomène est illustré par le secteur agricole, ne serait-ce que par les changements dans l’utilisation du sol immédiatement perceptibles dans une activité dont l’implantation est zonale. Ces réactions aux impulsions de la modernité s’entendent elles aussi en termes de zone, restant entendu que le secteur, et avec lui son assise territoriale, l’espace agricole en tant que réalité physique, s’articulent avec l’armature urbaine et le réseau de communication.

2De fait, les premiers travaux théoriques menés sur la géographie de l’innovation ont concerné l’agriculture. On sait que HAGERSTRAND publia en 1952 une étude sur l’extension des surfaces en herbe dans le Sud de la Suède. Examinant les réactions des agriculteurs aux incitations financières accordées en faveur des pâturages, il a constaté des régularités assez convaincantes pour fonder une théorie de la diffusion spatiale de l’innovation. Si d’autres approches touchant les transferts de technologie ont éclairé les nouvelles localisations industrielles, le secteur agricole a été l’objet de nombreuses études dans la lignée de ces travaux pionniers. Le secteur offre, il est vrai, depuis plusieurs décennies le spectacle de transformations profondes.

3Mais, qu’est-ce finalement qu’une innovation ? Le mot doit être entendu dans l’acception la plus large. Les travaux de MENDRAS qui ont porté aussi bien sur la diffusion géographique d’une nouvelle production (les progrès du maïs hybride dans le Sud-Ouest français d’abord, puis le Bassin Parisien sont un “classique”) que sur les mutations sociologiques du monde rural en sont une illustration : l’innovation est le changement. C’est l’apparition d’un fait nouveau dans un système, qui modifie le système et l’amène à se restructurer sur un nouvel équilibre. Elle concerne parfois un objet matériel : un nouveau produit, une nouvelle machine. Elle peut consister dans une nouvelle organisation de la production, une nouvelle répartition des rôles entre les acteurs sociaux, une nouvelle pratique sociale. Ses dimensions sont ainsi multiples, techniques, économiques, sociales et culturelles, car aucun changement ne peut survenir dans une instance du système sans comporter des conséquences dans les autres champs de la réalité socio-économique.

4Parce qu’il contient l’idée de nouveauté, le mot “innovation” est souvent chargé d’une connotation positive qui l’assimile à un “progrès”, à un “mieux”. Il est clair que l’analyse doit se défaire d’un tel jugement de valeur a priori. Un changement ne va pas nécessairement dans le sens du progrès, restant entendu que la notion même de “progrès” appellerait bien des commentaires et fait référence à des critères qui ne réunissent pas l’unanimité des observateurs. Le Brésil illustre ainsi l’ambiguïté de la notion de “modernisation”. Moderniser les techniques agricoles, cela doit-il être considéré comme positif sans que, dans le même temps, les transformations corrélatives qui s’opèrent dans le champ social soient soumises à examen selon des critères qui ne relèvent pas de la seule perspective productiviste ? En fait, l’analyse de la diffusion de l’innovation technique débouche nécessairement sur celle de la logique sociale dans laquelle elle s’inscrit.

5Que peut apporter une contribution géographique dans ce débat ? Il s’agit de penser les croisements entre les choix des cultures et des techniques de production, l’évolution des structures agraires et des relations de travail et l’organisation de l’espace. Mieux comprendre la société en comprenant mieux l’espace, tel pourrait être en la matière l’objectif d’une géographie humaine entendue comme une géographie sociale.

Transformations de la carte agricole : mobilité des cultures et mobilité des hommes.

Nouvelles cultures et tradition pionnière

6Faut-il parier d’innovation pour un fait structurel observable depuis des décennies, et même depuis les origines du pays : l’extension de l’espace agricole ?

Tableau 1. Croissance de l’espace agricole et de l’espace cultivé de 1920 à 1985

Tableau 1. Croissance de l’espace agricole et de l’espace cultivé de 1920 à 1985

7Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la tradition pionnière qui a fait pendant des siècles la raison d’être du Brésil continue aujourd’hui. En soixante cinq ans, la surface agricole totale est passée de 175 à 375 millions d’hectares, et c’est dans les dernières décennies que l’extension a été la plus spectaculaire : en un quart de siècle, de 1960 à 1985, le gain de surface a été de 126 millions d’hectares, soit 4 fois la surface agricole utilisée de la France en 1990 ! L’existence de réserves foncières constitue une des originalités fortes de l’agriculture brésilienne et lui donne un avantage consistant sur les agricultures des espaces “pleins” de la vieille Europe. Certes, ce “plein” appellerait discussion. Relative, cette qualification dépend beaucoup des comparaisons que l’observateur peut établir avec les milieux qui lui sont familiers. Par ailleurs, la mise en jachère volontaire réalisée pour lutter contre la surproduction confère à l’espace agricole européen une plasticité qu’on ne lui connaissait plus. On admettra pourtant qu’il n’y a guère de comparaison possible entre, d’une part, les réserves foncières ainsi constituées pour des raisons de marché sur des surfaces modestes et, d’autre part, les immensités à mettre en valeur dans l’intérieur du Brésil.

8Parallèlement à cette extension géographique, se produit une intensification : la surface en culture (le reste est principalement consacré à l’élevage extensif et à la cueillette) a été multipliée par 8 depuis 1920.

9Cette croissance offre un exemple typique de la “diffusion par extension”, c’est-à-dire en tache d’huile.

10Dans le même temps que le phénomène s’intensifie dans le foyer émetteur, on pense ici principalement à l’État de Sao Paulo et à sa bordure Sud, il se diffuse autour, en l’occurrence ici le Centre-Ouest et, plus loin, l’Amazonie. Cette extension depuis Sao Paulo montre les rôles respectifs et complémentaires de l’effet de voisinage et de l’organisation territoriale. A partir du centre économique du pays qui fonctionne comme un émetteur parce qu’il contient les forces économiques dotées de la capacité d’investissement et du pouvoir de décision, les espaces les plus proches sont les premiers atteints par effet de contagion, si l’on s’autorise l’emploi du terme utilisé dans les études épidémiologiques. Mais, la contagion ne se réalise pas dans un espace homogène sur lequel la mécanique des fluides rendrait compte de la progression d’une onde de modernité. Au départ, l’émission est le produit d’un jeu d’acteurs parmi lesquels l’État tient un rôle moteur par sa politique en faveur de l’agro-exportation et le soutien qu’il accorde en conséquence aux initiatives privées visant à la croissance des productions cibles. Dans l’espace récepteur, la diffusion est canalisée par l’infrastructure de circulation qui réduit en temps et en coût les distances et rend accessibles des terres nouvelles.

Tableau 2. Évolution de la surface de l’espace agricole (1 000 ha)

Tableau 2. Évolution de la surface de l’espace agricole (1 000 ha)

Source : Anuário Estatístico do Brasil 1991
NB : en 1988, le Goias a été divisé en deux États : la partie Sud qui garde le nom de Goias (surface agricole = 29 864 000 ha en 1985) et la partie Nord qui a reçu le nom de Tocantins (surface agricole = 17 354 000 ha en 1985) et a été rattaché à la Région Nord.

11Imaginerait-on d’ailleurs une politique agro-exportatrice qui ne s’appuierait pas sur l’armature physique indispensable au transport des marchandises et, plus généralement, sur un réseau supportant les flux de capitaux et d’informations ? Les nœuds du réseau jouent un rôle efficace de relais dans la propagation du processus. Brasilia est dans ce cas ; outre la fonction de capitale politique qui est la sienne par définition, la ville est devenue un carrefour majeur de l’intérieur, grâce à qui s’articulent les différentes régions dans leurs relations avec la capitale économique qui continue à être Sao Paulo. La croissance économique qui avait été observée dès les années soixante le long de la route Belém-Brasilia, alors toute nouvelle, se renouvelle le long des axes routiers plus récemment ouverts dans le Centre-Ouest et la région Nord.

12Mais, l’espace récepteur est hétérogène. Il y a d’abord l’hétérogénéité physique, évidente, qui désigne certains lieux pour recevoir mieux que d’autres certaines innovations en fonction du relief, du climat, des sols, de la disponibilité en eau. Il y a aussi une hétérogénéité qui concerne les institutions, ce mot désignant aussi bien les exploitations agricoles elles-mêmes que les organismes chargés de les encadrer pour les fournitures, la commercialisation, le financement, le conseil. Cette hétérogénéité institutionnelle résulte de l’histoire. Elle s’exprime dans les réseaux qui quadrillent le territoire et dont on a vu qu’ils orientent le cheminement de l’innovation, la précision ici nécessaire étant qu’il ne s’agit pas seulement des réseaux d’infrastructures physiques, mais aussi des réseaux institutionnels et d’entreprises.

13S’il est dans la tradition brésilienne de connaître cette dilatation de l’espace agricole, les produits qui en marquent aujourd’hui les transformations les plus significatives illustrent, pris individuellement, les deux modes de diffusion classiquement distingués : la diffusion par extension et la diffusion par migration.

14Dans la première, à l’image de ce qui se vérifie pour l’espace agricole pris comme un tout, le phénomène gagne en intensité dans la région émettrice dans le même temps qu’il s’étend sur les espaces voisins. La géographie de la canne à sucre relève de ce type, comme celle des orangers.

Tableau 3. Évolution des surfaces récoltées en canne (1 000 ha) dans les principaux États producteurs

Tableau 3. Évolution des surfaces récoltées en canne (1 000 ha) dans les principaux États producteurs

Source : Anuários Estatísticos do Brasil

15L’histoire ancienne et récente du café relève du second type : le centre diffuseur de l’innovation s’affaiblit au fur et à mesure que la diffusion se réalise. On sait que le cycle du café - 1850-1930 -a été caractérisé, du point de vue géographique, par une fuite en avant : partie de l’État de Rio de Janeiro, l’onde caféière a remonté d’aval en amont la vallée du Rio Paraíba do Sul jusqu’à atteindre l’État de Sao Paulo et gagner ensuite le plateau sédimentaire de l’Ouest, pour s’étendre jusqu’au Nord-Paraná…, à un moment où depuis longtemps le café avait laissé place à d’autres activités, notamment l’élevage, sur les sols épuisés des anciennes fazendas. Le Nord Paraná aux riches “terres violettes” issues de la décomposition des basaltes, autour des villes de Londrina et de Maringa, était ainsi devenu la première région caféière. En situation climatique limite pour cette culture, c’était aussi la région que menaçaient le plus directement les violents coups de froid appelés friagens : après les ravages provoqués par le gel dans les caféières paranaenses et paulistes, on a vu, à la fin des années soixante dix et au cours de la décennie quatre vingt, le café remonter vers le Nord et prospérer à l’abri des gelées dans le Minas Gerais, aujourd’hui principal État producteur, dans l’Espírito Santo et même à Bahia. Les terres naguère caféières portent, elles, du soja dans le Paraná et, à Sao Paulo, de la canne à sucre et des orangers.

16L’évolution des surfaces en soja fait penser que s’esquisse sur ce produit une diffusion par migration qui prend le relais d’une diffusion par extension. Après avoir beaucoup progressé dans le Sud en même temps que s’amorçait la croissance dans le Centre-Ouest et le Sud-est, le tassement des surfaces dans le Paraná, le Santa Catarina et le Rio Grande do Sul montre que la région commence à s’essouffler alors que la croissance se poursuit dans les régions d’accueil.

Tableau 4. Évolution des surfaces cueillies en orangers (1 000 ha) Principaux États producteurs

Tableau 4. Évolution des surfaces cueillies en orangers (1 000 ha) Principaux États producteurs

Source : Anuários Estatísticos do Brasil

Tableau 5. Évolution des surfaces récoltées en café (1 000 ha). Principaux États producteurs.

Tableau 5. Évolution des surfaces récoltées en café (1 000 ha). Principaux États producteurs.

source : Anuários Estatisticos do Brasil

Tableau 6. Évolution des surfaces cueillies en soja (1 000 ha). Principaux États producteurs.

Tableau 6. Évolution des surfaces cueillies en soja (1 000 ha). Principaux États producteurs.

Source : Anuários Estatísticos do Brasil

Les mouvements migratoires

17Les flux migratoires de population ont-ils leur place dans une réflexion consacrée à la diffusion de l’innovation agricole ? Ils constituent bien des changements dans l’organisation de l’espace, justiciables d’une analyse de diffusion et en partie expliqués par les mutations enregistrés dans le secteur agricole.

18Deux phénomènes doivent être mentionnés : la migration interrégionale et la migration ville-campagne. Elles ne sont évidemment pas indépendantes l’une de l’autre, de nombreux migrants d’origine rurale devenant citadins malgré eux à l’occasion de leur migration hors de leur région.

19On rappellera d’abord les soldes migratoires internes des cinq grandes régions géographiques brésiliennes dans la dernière période intercensitaire pour laquelle le calcul est possible, c’est-à-dire 1970-80. Les chiffres donnent une image grossière du phénomène car l’échelle occulte les mouvements de population à plus faible distance à l’intérieur de chacune des régions ici considérées. Ils autorisent pourtant des observations qui ont à voir avec les transformations du monde agricole. Certaines de ces situations ne surprennent pas. Elles traduisent les inégalités structurelles qui existent dans le territoire brésilien et confirment les tendances lourdes observables de longue date. Ainsi le Nordeste est-il toujours la terre répulsive qui fournit une main-d’œuvre excédentaire au Sud-est industriel et urbain et aux espaces nouveaux de l’Ouest. Le Nord et le Centre-Ouest sont, en effet, les deux autres régions attractives : se dessine là un territoire brésilien où s’articulent une région motrice, une périphérie qui joue le rôle de réservoir démographique et une autre périphérie où se trouve la réserve foncière progressivement incorporée à l’espace agricole par les fronts pionniers. Il s’agit là de faits essentiels, mais trop connus pour qu’il soit nécessaire d’insister sur cette organisation de l’espace brésilien en trois grands sous-systèmes de plus en plus intégrés dans un système national qui gagne en cohérence au fur et à mesure que l’innovation gagne les espaces périphériques. Plus récent est en revanche la place du Sud dans le dispositif. On sait que pendant longtemps, la région avait figuré parmi celles qui recevaient de la population ; le changement apparu dans le courant des années soixante dix, lorsque le Sud (Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul) a alimenté à son tour la marche pionnière vers l’Ouest, Mato Grosso do Sul et, plus loin, Rondônia…, sans parler ici des prolongements en territoire paraguayen où les Brasilguayos achètent des terres et intègrent l’espace économique du Paraguay à l’aire d’influence de Sao Paulo. Si la surcharge démographique explique ces mouvements, ce ne peut être que très partiellement. Le Sud n’a pas une démographie aussi dynamique que le Nordeste, encore qu’une étude à une échelle plus fine révélerait la pression du nombre dans les sous-régions qui fournissent les contingents principaux de départs. Force est donc de penser que l’effet d’expulsion résulte de la combinaison des faits démographiques avec la modernisation agricole.

Tableau 7. Solde migratoire par Grandes Régions 1970-80

Tableau 7. Solde migratoire par Grandes Régions 1970-80

D’après : IBGE Censo Demográfico 1980

20On a donc des situations contrastées. L’innovation, dont on a vu qu’elle attirait la population sur les terres neuves et aussi le processus qui expulse la main-d’œuvre dans les terres plus anciennement occupées. La toile de fond est l’accroissement du nombre des personnes occupées dans l’agriculture, phénomène souvent méconnu parce que le poids statistique relatif du secteur primaire baisse dans l’emploi total, du fait de la croissance encore plus forte des secteurs secondaire et tertiaire : bien que le secteur primaire soit passé de plus de la moitié de la population active en 1960 à moins du tiers vingt ans plus tard, les valeurs absolues ont augmenté. Le “Censo Agropecuario” qui retient une définition plus large de la population occupée dans l’agriculture que ne le fait le “Censo Demográfico” car il englobe les aides familiales, donne les chiffres suivants :

Tableau 8. Personnes employées dans l’agriculture (1000) (au sens du Recensement Agricole)

Tableau 8. Personnes employées dans l’agriculture (1000) (au sens du Recensement Agricole)

Source : Anuário Estatístico 1991

21Cette croissance est-elle compatible avec les autres données que sont aujourd’hui pour l’agriculture brésilienne le refus de la réforme agraire, les substitutions des cultures par d’autres productions et les transformations des relations de travail ?

Innovations organisationnelles.

Rigidité et changement des structures agraires

22Parler de rigidité des structures agraires serait réducteur alors que la conquête des terres vierges de l’Ouest constitue une innovation importante du secteur. Mais, il est bien clair que ceci ne constitue en rien un exutoire à la pression démographique du Brésil de l’Est, malgré le thème ressassé à l’envie selon lequel “les hommes sans terre” mettraient en valeur “la terre sans hommes” : un tel transfert de population n’eut pris des dimensions significatives que si d’autres choix avaient été faits en matière de croissance agricole. Les structures agraires qui se mettent en place dans l’Ouest sont la projection de celles qui prévalent à l’Est, malgré quelques exceptions comme celle du Rondônia où les paysans moyens sont nombreux, non sans qu’existent là comme ailleurs des conflits fonciers “résolus” trop souvent dans la violence. Le terme de “rigidité” n’est donc pas inexact car ce qui se passe est une extension géographique du système existant et non pas la transformation de ce système. Or, non modifié dans le sens d’un accès plus facile à la terre, le système aggrave ses caractères négatifs sous la pression démographique, à quoi s’ajoutent les transformations des relations de travail. Plus de population dans un système rigide qui interdit l’accès du sol, cela signifie aggravation des inégalités pour beaucoup de petits paysans dont les exploitations rapetissent au fur et à mesure de la succession des générations.

23Cette situation contraint les minifondistes à mettre au point des stratégies de survie qui les intègrent dans les relations économiques modernes contrôlées par les catégories dominantes de la branche, grands propriétaires et entrepreneurs en agriculture. C’est la crise de l’agriculture paysanne tournée principalement vers la subsistance de l’unité familiale, sous l’effet de la généralisation de la logique du capital dans les relations de travail. Poussés par l’insuffisance de leurs surfaces à compléter leurs ressources par des emplois temporaires, les petits exploitants, qu’ils soient propriétaires, fermiers ou posseiros, fournissent avec leurs familles la main-d’œuvre dont les producteurs modernes ont besoin à certains moments du calendrier agricole. Il se produit donc des changements dans les relations de travail.

La constitution d’un marché du travail

24Cette innovation prend donc des formes diverses bien repérables dans les régions du Brésil où une culture nouvelle est venue bousculer les choses. Les nouvelles régions du café dans l’État de Bahia le montreront.

25On a vu comment les accidents climatiques survenus dans les régions traditionnellement caféières du Nord Paraná et de Sao Paulo, combinés avec les bonnes perspectives qu’offraient des productions de remplacement, avaient accéléré la remontée du café vers le Nord. Dans l’État de Bahia, la caféiculture s’est étendue dans la Chapada Diamantina et sur l’éperon que dessine ce relief en direction de l’Ouest autour de Vitoria da Conquista : le Planalto de Conquista offre un bon exemple des innovations techniques, foncières, économiques et sociales que la délocalisation du café provoque dans les espaces agricoles traditionnel. C’est bien, en effet, de région traditionnelle qu’il s’agit jusqu’au cours de la décennie soixante dix, de grands domaines voués à l’élevage extensif sur lesquels subsistaient les anciennes relations de travail et entre lesquels de petits paysans maintenaient une médiocre agriculture vivrière (haricot, maïs, manioc). L’introduction du café a bouleversé les choses et a montré la capacité de certaines couches sociales du lieu à saisir les opportunités économiques et à prendre une part active dans l’innovation agricole. En effet, à l’inverse de ce qui se passait dans la Chapada Diamantina voisine où de nombreuses terres sous-exploitées étaient rachetées à bas prix par les grandes compagnies caféières du Paraná désireuses d’y créer des plantations, sur le Planalto de Conquista, l’initiative est venue davantage de la bourgeoisie locale : commerçants (catégorie bien représentée à Vitoria de Conquista qui exerce depuis longtemps une fonction de ville-marché) et professions libérales. Ces membres des catégories sociales urbaines privilégiées se sont faits caféiculteurs et ont renforcé les liens tissés entre la ville et la campagne environnante. Ils ont acheté des terres aux propriétaires absentéistes et ont créé des fazendas destinées à porter les caféiers. Ces exploitations de taille moyenne (quelques dizaines d’hectares) sont confiées sur place à des gérants et n’emploient à titre permanent que quelques salariés. En revanche, la récolte requiert une main-d’œuvre nombreuse pendant plusieurs semaines. Les fazendas recrutent à cet effet plusieurs catégories de travailleurs, d’une part certains qui viennent de loin et qui restent sur place le temps de la safra, d’autre part les journaliers (les boias-frias) habitant Vitoria da Conquista, enfin de petits paysans qui complètent ainsi les revenus tirés d’une terre devenue trop petite.

26Cet exemple illustre d’une façon éclairante le processus d’innovation : intensification, développement du salariat et d’un marché du travail, transformation foncière et hausse des prix du foncier, nouvelle articulation des petits paysans avec les exploitations innovantes, nouvelles relations ville-campagne. C’est ici, du point de vue technique, un processus d’intensification : des terres qui étaient nettement sous-utilisées par l’élevage extensif sont maintenant consacrées à la production végétale et fournissent davantage de valeur à l’hectare. Ce phénomène enregistre à l’échelle locale le phénomène général de l’extension des surfaces cultivées et de la migration des cultures.

27Mais c’est aussi l’occasion du développement du salariat et d’un véritable marché du travail. Bien entendu, celui-ci a existé précocement dans les parties du pays produisant de longue date les biens destinés à l’exportation ; par ailleurs, l’agriculture familiale fonctionnant principalement avec la main-d’œuvre familiale n’était pas inconnue, et n’a pas disparu. Ce qu’il faut noter cependant, ce sont les changements et leur propagation des régions les plus modernes à celles qui le sont moins. Dans une large partie du pays, le latifondio traditionnel, conservatoire technique et social, maintenait entre les propriétaires du sol et les travailleurs des relations qui ne relevaient pas du salariat : les travailleurs étaient pour beaucoup des moradores, c’est-à-dire qu’ils logeaient sur le domaine et recevaient l’usufruit de quelques parcelles en rémunération du travail accompli par eux sur les terres du propriétaire. On conçoit que de telles relations sociales n’allaient pas sans dépendance personnelle ni paternalisme.

28L’innovation a consisté en l’expulsion de cette main-d’œuvre résidente et en son remplacement par une main-d’œuvre salariée recrutée au jour le jour en tant que de besoin selon les différents moments du calendrier agricole, ces journaliers, bien connus sous le nom de boias-frias, étant encadrés par les quelques salariés permanents auxquels sont confiées les tâches requérant une certaine qualification. Il va de soi que ces travailleurs temporaires ne sont pas toujours embauchés selon les règles et que, s’ils ne sont pas déclarés, ils ne bénéficient pas des rémunérations et du minimum de protection sociale prévues par la loi. Cela ne change rien au fait qu’une relation de type salarial existe entre eux et le propriétaire : du travail contre de l’argent. Cela doit être compris dans le contexte de ce qui a été dit précédemment touchant l’intensification. Dans la mesure où faire produire davantage à la terre devenait possible, il a été intéressant de récupérer les parcelles autrefois laissées en usufruit aux moradores, et donc de les expulser pour les transformer en salariés temporaires.

29Sur le seul plan de la gestion de la force de travail, la substitution du salariat à des rapports sociaux de production devenus obsolètes était une des conditions pour que se propage dans les campagnes le modèle de “l’entreprise agricole”. La diffusion de ce modèle de relations de travail s’est opérée avec celle des cultures nouvelles et avec l’intensification. On aura constaté que parallèlement a eu lieu une valorisation foncière, le marché de la terre sanctionnant à la hausse les perspectives d’intensification. La concurrence pour l’usage du sol entre les grands propriétaires et leurs moradores s’en est trouvée aggravée et le processus d’expulsion accéléré.

30Ces transformations en entraînent d’autres dès lors que les salaires temporaires sont très insuffisants pour faire vivre les bénéficiaires et impliquent que ces derniers trouvent des ressources complémentaires. Plusieurs cas de figure existent. Comme on l’a vu plus haut, certains de ces salariés à temps partiel sont par ailleurs petits exploitants. On a alors une nouvelle articulation entre, d’une part, la grande entreprise agricole, terme adéquat pour désigner les domaines modernisés qui fonctionnent désormais selon la logique de la rentabilité du capital, et, d’autre part, l’agriculture paysanne dont la raison d’être demeure la subsistance de la famille. Insuffisante à entretenir le groupe, l’exploitation familiale oblige à recourir à d’autres sources de revenus. Il peut alors naître une complémentarité entre les partenaires. D’un côté, le petit paysan attaché à son exploitation sait ne pouvoir s’y maintenir qu’en devenant salarié une partie de l’année sur quelque grand domaine. De l’autre côté, l’entrepreneur agricole a besoin d’une main-d’œuvre temporaire et recrute volontiers des candidats à l’embauche peu exigeants en salaire, non seulement parce que le rapport des forces sur le marché du travail freine les revendications, mais aussi parce que ce salaire n’est qu’une partie de leurs revenus réels sur l’année. La modicité des sommes empêcherait qu’il en soit autrement. La complémentarité joue particulièrement bien lorsque les calendriers agricoles des productions destinées à la vente s’emboîtent dans ceux des cultures vivrières. La situation est alors un paradoxe apparent : une condition de viabilité de l’innovation est qu’elle ne fasse pas disparaître totalement des exploitations paysannes traditionnelles susceptibles de fournir aux entreprises innovantes la main d’œuvre temporaire dont elles ont besoin.

31Les citadins journaliers agricoles se trouvent eux aussi dans la nécessité de compléter les salaires obtenus dans l’agriculture. Ils s’insèrent dans les stratégies de survie que permet plus ou moins le cadre urbain. On les voit alterner leurs occupations entre la campagne et la ville selon que le calendrier agricole augmente ou réduit l’emploi, chercher un emploi dans le secteur informel urbain et le quitter si, par chance, une opportunité se présente d’une place dans le secteur formel, travailler dans une branche d’activité un temps et dans une autre ensuite, devenir travailleur autonome dans le micro-commerce entre deux périodes où ils sont salariés. Une telle précarité comporte, évidemment, des moments encore plus difficiles lorsque le chômage se fait explicite ; il est alors précieux de pouvoir compter sur la solidarité familiale, c’est-à-dire concrètement sur les membres du “ménage” (au sens d’unité de consommation que lui donne l’INSEE en France), qui travaillent dans la même incertitude et qui bénéficieront à leur tour de l’aide de leurs proches quand ils seront sans emploi. Ces stratégies de survie sont donc familiales. Elles induisent des relations ville-campagne d’un genre nouveau à travers l’unification du marché du travail et la forte dépendance de l’économie urbaine à l’égard de l’emploi agricole.

32Là encore, le repérage du phénomène incite à chercher dans quelles régions il est apparu et dans quelles autres il se propage. C’est une composante de la transformation de l’agriculture. Elle accompagne donc l’avancée de la frontière du capital qui bouscule les vieilles structures et transforme non seulement la façon de produire, mais aussi la façon de s’insérer dans l’économie globale et la façon de réduire les coûts en main-d’œuvre. C’est dans la région de Sao Paulo que la logique de la rentabilité financière s’est en premier imposée dans l’agriculture. L’innovation s’est ensuite propagée dans des régions de longue date branchées sur les marchés internationaux, mais dont la fonction exportatrice s’était longtemps accommodée d’archaïsmes sociaux. Symptomatiques de ces changements sont les conflits du travail qu’a connus la zone sucrière du Pernambouc : réclusion d’une certaine conscience ouvrière, non encore clairement dégagée des comportements antérieurs, témoigne des transformations sociologiques qui accompagnent les transformations économiques. Puis, l’innovation sociale a accompagné l’innovation technique dans les zones traditionnelles de l’intérieur. Enfin, dans l’Ouest, la frontière du capital se confond avec la frontière tout court : il ne s’agit pas là de transformer de vieilles structures agraires, mais d’incorporer à l’espace productif selon les normes optimales de rentabilité un nouvel espace agricole.

Innovations dans la consommation

33Partant de la croissance extensive de l’agriculture brésilienne qui se constate le plus directement dans l’espace géographique à travers l’augmentation des surfaces, on a donc été amené à étudier sa croissance intensive comme autre innovation en cours de diffusion. On voit aussi dans ce qui précède que cette innovation est autant organisationnelle que technique. L’usage de nouvelles techniques de production est, de fait, lié à de nouvelles organisations des structures de production et à de nouvelles pratiques sociales.

34Ces innovations ont des effets en chaîne sur les secteurs d’activité et sur les comportements des personnes. Leur diffusion spatiale traduit l’intégration croissante de l’agriculture dans ce qu’il est convenu d’appeler le “complexe agro-industriel”. On sait qu’aujourd’hui, l’agriculture moderne est un maillon d’une filière de production comportant de nombreuses activités d’amont (l’industrie des machines agricoles, la production des produits phytosanitaires et des engrais, les services de financement, pour n’en citer que quelques exemples) et d’aval (la commercialisation, la transformation industrielle des produits bruts, la distribution des produits finis). On sait aussi que cette intégration du secteur primaire dans un système qui le dépasse largement fut le canal privilégié par lequel la logique de la rentabilité du capital s’est imposée à l’agriculture. Au Brésil comme ailleurs, une des manifestations les plus explicites fut l’apparition et la rapide croissance de la grande distribution, moyen pour imposer aux producteurs des normes de quantité, de qualité et de standardisation impossibles à atteindre pour qui resterait à l’écart de l’intégration.

35Cette puissance de la grande distribution risque d’entraîner à son profit un transfert de valeur de l’agriculture. Il n’est pas excessif d’affirmer que c’est même sa raison d’être puisque le rapport des forces en présence lui permet de dicter ses conditions d’achat aux producteurs.

36Une autre interrogation se pose : l’innovation dans la distribution a-t-elle des conséquences heureuses ou malheureuses dans les usages alimentaires et dans les niveaux de nutrition, en particulier des classes populaires. Des recherches en cours sur le sujet apportent des éléments de réponse. On se limitera ici à formuler certaines questions. La première concerne la diffusion dans les différentes couches de la société et dans les différentes régions du pays des usages alimentaires induits par la grande distribution : y a-t-il uniformisation du goût ? On constate depuis quelques années le recul de certaines denrées qui faisaient partie des habitudes alimentaires au point qu’ils s’identifiaient avec les plats les plus typiques de la cuisine brésilienne. Il en est ainsi pour le haricot noir, le feijao, souvent remplacé de nos jours par les pâtes alimentaires… dans le pays de la feijoada. Et, dans ce pays qui a aussi de fortes traditions d’élevage bovin, la viande blanche des poulets élevés en batterie prend une place croissante sur la table du consommateur. La standardisation des processus de production va avec celle des produits et ne peut manquer d’entraîner une standardisation des goûts. Mais, est-ce là un problème bien différent de celui que connaissent presque tous les pays du monde où non seulement la grande distribution, mais aussi la restauration rapide érode chaque jour davantage les anciennes traditions de bouche.

37La question est culturelle. La diffusion de nouvelles normes de consommation alimentaire représente un des volets de la diffusion d’une culture dominante dont les autres véhicules sont les grands medias de l’information : boire un Coca-Cola en regardant une série télévisée américaine, voilà une attitude qui résume bien l’entremêlement de la culture matérielle et de la culture intellectuelle ou artistique dans ce qui fait au total le comportement des populations. Au demeurant, l’incitation à consommer tel ou tel bien alimentaire nouveau et la dévalorisation culturelle qui en résulte des productions locales, c’est aussi largement la télévision qui y pousse. Il y a donc là un thème de réflexion multiforme où la diffusion de l’information se combine à travers la publicité avec la diffusion de nouvelles valeurs comportementales, ces dernières étant elles-mêmes possibles parce que l’innovation technique a changé les produits disponibles.

38De telles remarques ne prennent vraiment leur sens que si elles sont confrontées à ce qu’est la société brésilienne, c’est-à-dire comme toute autre, mais plus que beaucoup d’autres, une hiérarchie de classes sociales distinctes notamment par leurs pouvoirs d’achat et leurs aspirations. Consommer les biens dont les spots publicitaires vous vantent quotidiennement la saveur peut ainsi être vécu par les milieux défavorisés comme un “mieux”, non seulement par goût mais aussi parce que c’est une façon d’entrer dans le monde de la consommation. Cet autre monde, celui des “riches”, dont on sait qu’il vous restera toujours étranger, est trop tentant pour que l’on se prive d’en connaître les rares produits accessibles. Inversement, le retour aux “produits du terroir” peut être le fait des classes sociales privilégiées qui recherchent le luxe d’une certaine authenticité et qui en ont les moyens financiers car entre le feijao qui se fait moins fréquent sur la table du pauvre et la feijoada qui orne la table du riche les jours de fête, il y a tout un monde !

39C’est alors que vient dans le raisonnement une question plus simple, mais au moins aussi importante, car plus vitale, plus “biologique” : indépendamment de l’aliénation culturelle dont les changements alimentaires peuvent être porteurs, ceux-ci entraînent-ils une amélioration ou une dégradation de la nutrition des classes populaires. On sait que l’allongement de la chaîne agroalimentaire introduit dans le prix final du bien une proportion significative de valeur non strictement alimentaire. Acheter un yaourt dans un hypermarché, c’est acheter aussi (surtout ?) un emballage, l’usage d’une chaîne du froid et d’une logistique de distribution, financer des campagnes publicitaires. Que reste-t-il finalement dans le prix total pour le produit à consommer ? La question peut se formuler en termes simples : pour une même somme d’argent, le consommateur achète-t-il plus ou moins de calories et de protéines à travers la grande distribution plutôt qu’à travers les circuits traditionnels ? Et même, en poussant plus loin la comparaison, le temps de travail consacré à gagner la somme dépensée aurait-il dans l’agriculture paysanne produit dans les biens vivriers plus ou moins de valeur nutritive ? Question certes difficile qui appelle des recherches de terrain détaillées et des réponses sans doute diverses selon les produits. S’agissant par exemple de la viande, la diffusion de l’élevage industriel des volailles qui a permis la hausse de la consommation de la viande blanche notée plus haut est certainement une bonne chose qui a fait baisser le prix et a permis à des consommateurs de revenu modeste d’acquérir des protéines animales. Si les pâtes alimentaires sont moins chères que le haricot, le bilan en termes de protéines serait déjà là moins évident. Qu’en est-il pour les autres produits et notamment pour les fruits et légumes frais qui n’ont pas la place souhaitable dans l’alimentation brésilienne et dont les producteurs sont pour la majorité de petits hortigranjeiros ?

40Finalement, étudier la diffusion de nouvelles façons de produire et de consommer des biens aussi indispensables que les biens alimentaires ne sauraient se séparer de la référence aux conséquences sociales que ces nouveaux usages comportent.

Conclusion

41La filière agro-alimentaire du Brésil contemporain apparaît donc cohérente avec la “modernisation conservatrice” que connaît ce pays, tendu dans un effort constant pour affirmer sa place parmi les grandes puissances agricoles du monde et lieu des inégalités sociales les plus tenaces.

42Mais, est-ce bien répondre à la question, et est-ce même la poser correctement ? Il a été dit au début de ces réflexions que l’innovation était souvent prise dans un sens positif, comme si toute nouveauté était porteuse d’un mieux. Ce qui choque, en effet, c’est que le progrès technique et la hausse de la production ne soient pas mis au service d’un mieux-être, que le modèle brésilien s’attache à la croissance plus qu’au développement. L’évolution sociale observée apparaît moins comme une marque de conservatisme que comme une modernisation de l’injustice. Ce qui frappe, en réalité, c’est que l’inégalité sociale renforcée a été choisie comme un canal privilégié de l’efficacité économique. Cela trouve ses racines dans une histoire tournée dès l’origine vers la conformation de l’appareil productif brésilien, et avec lui de la société et de l’espace, aux impératifs des marchés extérieurs. Dans ces conditions, refuser la réforme agraire n’est pas tant un “conservatisme” qu’un choix délibéré de moderniser autrement, en privilégiant l’efficacité supposée de l’entreprise grande ou moyenne intégrée dans le système agro-industriel. Cette relative rigidité des structures agraires, au demeurant bousculée à l’interne par la pression démographique qui morcelle et aboutit dans plusieurs régions à une “miniaturisation” des exploitations familiales, se combine ainsi avec l’innovation principale qu’est le rôle de la grande entreprise sur la frontière agricole. Quant à la frontière du capital, elle sépare les entreprises agricoles qui fonctionnent selon la logique de la rentabilité financière et celles qui gardent pour raison d’être la subsistance de l’unité familiale. Comme l’autre, c’est une frontière mobile car la logique du capital gagne de plus en plus et pénètre les structures “traditionnelles”.

43Ce processus de déstructuration/restructuration d’un système a des implications spatiales évidentes qu’il appartient à la géographie de décrypter : nouvelles localisations des productions et nouveaux réseaux des infrastructures, mouvements migratoires de population, différenciation croissante des espaces selon le stade et les modalités de leur insertion dans la modernité, nouvelles relations ville-campagne. Comme le dit SAINT-JULIEN (1985), la diffusion spatiale de l’innovation est “une composante essentielle de la structuration dynamique des espaces géographiques”. L’innovation modifie la structure spatiale : elle déstructure avec l’innovation pour restructurer ensuite au travers de la diffusion de l’innovation. Cela pose donc un problème majeur : la restructuration se fait-elle d’une façon homothétique qui, au terme du processus de diffusion, rend au système spatial ses caractéristiques structurelles initiales, ou d’une façon différenciée qui accentue et pérennise les déséquilibres. Pour bien rendre compte de ce que signifient ces changements dans la société brésilienne, resterait, une fois identifiées les différenciations socio-spatiales produites, à mesurer si ces différences sont des inégalités et, éventuellement, à apprécier quand ces inégalités deviennent des injustices. On retrouve là le problème de la diffusion géographique de la croissance économique dans le tissu social, c’est-à-dire finalement le problème du développement.

Bibliographie

Bibliographie

BAILLY, A et alii, (1984) - Les concepts de la géographie humaine, Paris, Masson, 204 p.

HAGERSTRAND, T, (1967) - Innovation diffusion as a spatial process, trad. de A. Pred., University of Chicago Press.

HAGGETT, P, (1973) - L’analyse spatiale en géographie humaine, trad. de H. Frechou, A. Colin, 390 p, Paris.

IBGE : Anuário Estatístico do Brasil, annuel.

MENDRAS, H. - La fin des paysans, Paris, A. Colin, 307 p.

RIVIERE D’ARC, H, (dir.), (1987) - Travail et modernisation dans quatre régions agricoles du Brésil, Ed de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, coll. Brasilia, 196 p.

SAINT-JULIEN, Th, (1985) - La diffusion spatiale des innovations. GIP RECLUS, coll. Reclus Modes d’emploi et Equipe PARIS, coll. Les Petits Parisiens, 1,40 p, tab. fig. Montpellier.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Croissance de l’espace agricole et de l’espace cultivé de 1920 à 1985
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 2. Évolution de la surface de l’espace agricole (1 000 ha)
Légende Source : Anuário Estatístico do Brasil 1991NB : en 1988, le Goias a été divisé en deux États : la partie Sud qui garde le nom de Goias (surface agricole = 29 864 000 ha en 1985) et la partie Nord qui a reçu le nom de Tocantins (surface agricole = 17 354 000 ha en 1985) et a été rattaché à la Région Nord.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Tableau 3. Évolution des surfaces récoltées en canne (1 000 ha) dans les principaux États producteurs
Légende Source : Anuários Estatísticos do Brasil
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 4. Évolution des surfaces cueillies en orangers (1 000 ha) Principaux États producteurs
Légende Source : Anuários Estatísticos do Brasil
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 5. Évolution des surfaces récoltées en café (1 000 ha). Principaux États producteurs.
Légende source : Anuários Estatisticos do Brasil
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 6. Évolution des surfaces cueillies en soja (1 000 ha). Principaux États producteurs.
Légende Source : Anuários Estatísticos do Brasil
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 7. Solde migratoire par Grandes Régions 1970-80
Légende D’après : IBGE Censo Demográfico 1980
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 8. Personnes employées dans l’agriculture (1000) (au sens du Recensement Agricole)
Légende Source : Anuário Estatístico 1991
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter