Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

Changement de l’environnement réglementaire dans l’industrie du blé au Brésil

Ana Maria Kirschner

Texte intégral

1Depuis les années 30, le Brésil s’est intégré à l’économie internationale à partir d’un modèle économique dominé par la logique de substitution d’importations. Cependant, pour le secteur agricole, la situation a été différente : là, une ouverture créée à partir des avantages concurrentiels. L’agriculture put ainsi se montrer particulièrement performante dans le développement spectaculaire des exportations de nombreux produits agricoles ou alimentaires : le café, produit traditionnel, plus tard le soja et plus récemment, des produits plus élaborés tels que le jus d’orange et la volaille d’élevage. Le niveau d’autosuffisance alimentaire du pays, compte tenu de la faible proportion de produits alimentaires importés consommés par sa population, était particulièrement élevé par rapport à l’ensemble de l’Amérique Latine. Le blé, depuis de très longues années, faisait figure d’exception dans cette situation. Jusqu’aux années 70, la consommation de cette céréale, introduite au Brésil par des immigrants d’origine européenne, était possible grâce à des importations, en provenance de l’Argentine et des États-Unis.

2Le changement dans les habitudes alimentaires entraîna une augmentation progressive de l’utilisation du blé. Cette augmentation a pu également être imputée, d’une part, à la subvention à la consommation de cette denrée, subvention qui, entre 1972 et 1986, fut très importante, et, d’autre part, au processus d’urbanisation. Au fur et à mesure que la demande s’accroissait, il apparut la nécessité de diminuer les dépenses en devises. Cette situation conduisit au choix d’une politique visant à l’autosuffisance en blé, politique qui fut, par conséquent, très protectionniste et qui privilégiait la culture nationale.

3En 1967 se met en place une nouvelle législation, très structurée, qui soumet l’ensemble de la filière blé à une sévère réglementation. L’État se situe en amont et en aval de l’industrie : il est l’unique acheteur de blé, donc, le seul fournisseur de la matière première aux industriels. C’est également l’État qui fixe les prix du grain et des farines, ainsi que le volume de la production. Cette situation se modifie radicalement en 1990, avec l’instauration d’une politique économique nouvelle, dominée par des principes de déréglementation de l’économie.

4Il nous semble intéressant d’analyser les modifications intervenues dans le secteur productif du blé, à partir du retrait de l’État, en 1990, car ce secteur présente des spécificités notables. Le blé présente un caractère universel d’intervention étatique, le cas brésilien nous met en face d’un cas limite : on y observe un changement d’acteurs économiques. De plus, ce cas soulève plusieurs questions importantes sur le rôle d’un État régulateur. Certaines de ces questions soulignent les effets du libre échange à différents niveaux : celui de la distribution - dans le contexte d’une demande réprimée - ainsi que celui de la relation entre la consommation et la forme d’intervention de l’État.

5Ce qui précède nous amène à nous interroger sur quelques points. Quel bilan peut-on faire de la période de l’intervention gouvernementale ? Comment réagissent les opérateurs industriels face à la nouvelle situation du marché ? Quels sont les principaux avantages et désavantages de la nouvelle situation ? Quel peut être l’avenir de la filière du blé dans le cadre d’une politique de déréglementation ? Pour donner quelques éléments de réponse, il nous semble nécessaire de commencer par signaler les principales caractéristiques du fonctionnement de la filière au cours de la période de l’intervention de l’État. Ceci afin de mieux expliquer l’évolution dans le comportement des divers acteurs, particulièrement au niveau de la transformation du blé.

La période 1967/ 1990

6Pendant les années 30, 40 et 50, l’État brésilien faisait face aux besoins sociaux d’approvisionnement de blé et à la nécessité de contrôler ses dépenses en devises. Le blé, comme d’autres produits achetés sur le marché mondial, a été l’objet d’une politique de substitution d’importation. Plusieurs lois ont été promulguées en ce sens. Cependant, le secteur du blé fonctionnait très mal : les crises dans l’approvisionnement étaient fréquentes et les fraudes constituaient la réponse des entrepreneurs à chaque nouvelle loi. Ces fraudes se multipliaient : l’agriculture brésilienne a inventé et développé une forme de céréale toute nouvelle et très recherchée –le “blé-papier”. A l’époque, le gouvernement possédait le monopole de l’achat du blé sur le marché international, et les moulins étaient obligés d’acheter la céréale brésilienne pour obtenir leur quota de blé importé. Les minotiers se mettaient d’accord avec des producteurs ou des distributeurs pour conclure un achat fictif du blé national, où - par un procédé sophistiqué de falsification des documents et de modification des emballages - le blé étranger était “naturalisé” brésilien (GOMES, 1990). Il faut remarquer que la qualité du produit brésilien était très mauvaise et son prix, en 1955, était de 150 % supérieur à celui du blé importé.

7L’intention du gouvernement était d’assainir le secteur. Par ailleurs, les entrepreneurs eux-mêmes sollicitaient l’intervention de l’État. En 1966, dans cette filière, les temps morts ont absorbé jusqu’à 76,4 % de la potentialité productive des installations. En 1966, on dénombrait 489 minoteries dont la capacité de production enregistrée au Service d’Expansion du Blé atteignait 10 368 173 tonnes/an, pour une consommation effective de 2 448 062 tonnes/an. (RAE, 1984). De plus, les moulins qui se conformaient aux lois subissaient une concurrence déloyale de la part de ceux qui ne les transgressaient pas (TARICCO, 1957).

8L’industrie a donc salué le Décret-Loi n° 210 (DL 210) qui, pour ce secteur, fixait des règles de fonctionnement destinées à l’assainir, tout en maintenant les objectifs d’autosuffisance et de modernisation de la filière. Quelques uns de ses aspects méritent d’être mis en relief :

  1. il a établi le monopole du gouvernement dans la commercialisation du blé en grain ;

  2. il a interdit l’installation de nouveaux moulins ;

  3. il a imposé l’examen de la capacité réelle de production des minoteries. A cette occasion, on a constaté une capacité de 8,8 tonnes/ an ; chiffre qui s’est révélé inférieur à celui enregistré au SET.

  4. il a établi des critères pour l’approvisionnement en blé des industries : le pays a été divisé en huit zones de consommation. Chaque semestre, le Département du Blé faisait une estimation des besoins en céréales dans chacune d’entre elles et distribuait le grain en fonction de la capacité de production de chaque moulin, telle qu’elle avait été enregistrée à la Surintendance Nationale de l’Approvisionnement (SUNAB) en 1967, à la suite de la “preuve physique” ;

  5. le gouvernement gardait dans les silos des minoteries un stock régulateur de blé qui restait sa propriété et vendait chaque semaine, aux moulins, les quotas qui leur étaient alloués. Ces derniers pouvaient les refuser, ou bien solliciter des quotas supplémentaires, selon la variation de la demande ;

  6. le prix du blé livré aux moulins était le même pour toutes les industries ; de même le prix des farines produites était unifié pour l’ensemble du pays ;

  7. last, but not least, les opérations de vente, de permutation et de transfert des quotas entre les moulins, interdites en 1958, ont été à nouveau permises, sous réserve d’une autorisation de la SUNAB.

9En résumé, le Décret-Loi n° 210 permettait à l’État de fixer l’offre et de contrôler la demande des farines, tout en fixant, pour certains points de détail, des limites à l’activité de production.

10Cette législation a eu beaucoup d’opposants. Juste après sa mise en application, certains moulins - plus précisément, le “Moinho Pacífico” de Santos - dont les quotas ont été réduits d’un tiers à l’occasion de la “preuve physique” ont intenté une action juridique contre l’État, refusant l’application du DL 210. Quatre grands moulins - Matarazzo, Fontana et Salmidei - ont, sous le leadership du Groupe Bunge & Born obtenu l’adhésion de plus de 40 petits moulins du sud du pays pour faire un procès de litis-consorti. Le groupement ainsi constitué a gagné sa cause plaidée devant le Supremo Tribunal Federal. Cette victoire a contribué à assurer un certain leadership au Groupe Bunge & Born.

11Il faut souligner que le DL 210 a provoqué des réactions contradictoires parmi les segments de l’ensemble blé. Elles ont été négatives chez les coopératives de producteurs de blé, qui se sont beaucoup développées au cours de ces 23 années, et ont accumulé suffisamment de réserves pour installer des moulins, ce qu’elles avaient toujours souhaité. Les fabricants de pâtes lui ont été hostiles pour d’autres raisons : il s’agit d’un segment composé surtout de groupes multinationaux et qui connaît bien la situation du marché international. Ces usines étaient opposées au manque de concurrence pour des moindres prix, ainsi qu’à l’absence du choix dans les types et les qualités des farines. La branche des moulins de maïs a également manifesté son indignation à l’égard de l’interdiction d’installer des moulins à blé.

12Un bref bilan de cette période de forte réglementation étatique, nous permet de dire que l’approvisionnement du marché n’a plus connu de crises et que, finalement, les fraudes ont été supprimées. Une concentration s’est produite dans le segment de l’industrie du traitement du blé : 339 moulins en 1968 et 180, vingt ans après. La production est très fortement concentrée : 3 groupes détiennent plus de 40 % du marché. Le problème de la sous-production dans le secteur de l’industrie du blé n’a pas été résolu : en 1992, il disposait d’une capacité de production supérieure à 14 000 000 tonnes/ an, tandis que la consommation nationale a été estimée à 5 200 000 tonnes. Cet aspect sera développé plus en détail dans la conclusion.

13Cette loi a effacé les différences entre les entrepreneurs de l’industrie du blé. Dans la période qui sépare les années 1967 et 1990, il était exceptionnel de rencontrer des opinions divergentes. Etant donné la quasi-absence de concurrence et aussi parce que pendant cette période toutes les cartes étaient entre les mains de l’État, ces industriels ont adopté un comportement d’acteurs politiques et économiques défenseurs de leurs intérêts communs.

14Il faut souligner que cette efficacité et la bonne acceptation de la législation est due à deux raisons. Tout d’abord, ses critères étaient absolument explicites, connus de tous les acteurs concernés, et ses principes étaient appliqués à tous les moulins, sans exception. De plus, les techniciens qui s’occupaient de la filière étaient particulièrement compétents et sérieux.

15Cette législation restera en vigueur jusqu’en 1990, année où le gouvernement Collor révoque le Décret-loi 210 par la Loi n° 8096. Celle-ci stipule que l’État sera écarté des activités relatives à l’ensemble de la filière du blé.

16On souligne que le passage d’une très forte réglementation à l’absence de directives de l’État a été effectué sous une forme drastique et qu’il n’y a pas eu de véritables négociations entre les différentes parties intéressées.

17Aujourd’hui, l’industrie du blé travaille dans un environnement nouveau, auquel elle essaie de s’adapter. D’un côté, le système qui se met progressivement en place a donné lieu à un fort accroissement de la concurrence entre les moulins ; d’un autre côté, il a développé des rapports solidaires entre les moulins eux-mêmes, ainsi qu’entre ces derniers, leurs fournisseurs et leurs clients. Ces changements ne sont pas encore consolidés, mais on peut déceler certaines tendances dans le comportement de ces acteurs qu’il nous paraît intéressant à signaler.

L’ouverture d’une période de changements rapides

18Les propriétaires des minoteries ne s’attendaient pas à ce subit retrait de l’État. Ils comptaient sur un délai plus long, selon le vote du Congrès National à la Proposition de Conversion de la Medida Provisória n° 248. Mais l’exécutif a exercé son droit de veto, et a promulgué la loi n° 8096, dont l’application devrait être immédiate. Malgré cela, le système des quotas a perduré jusqu’à fin juin 1990 et le prix de la farine a été fixé par le gouvernement jusqu’à la fin de cette même année.

19Etant donné que l’État centralisait beaucoup d’activités en ce qui concerne la production et l’achat du blé de même que la production et la commercialisation de la farine, son retrait a fait subir à l’environnement économique des minoteries des transformations importantes, puisque l’un des acteurs a cessé d’être présent. Des fonctions auparavant exercées par le gouvernement ont été assumées soit par les industries elles-mêmes, soit par les coopératives, et également par des partenaires économiques nouvellement entrés dans le secteur, tels que des négociants en céréales et des transporteurs.

20Les moulins se sont trouvés confrontés à une compétition dans laquelle, il leur a fallu, d’une part, compter avec l’entrée sur le marché de nouveaux concurrents et, d’autre part, faire face à la nécessité d’établir des relations tant avec les fournisseurs qu’avec les clients qui possédaient un sérieux pouvoir de négociation. Un facteur non négligeable dont il fallait également tenir compte était une forte recrudescence de la rivalité entre les concurrents.

21Après la rupture de 1990, le processus a évolué très rapidement, afin de répondre à ces nouveaux défis au moindre coût. En ce qui concerne le rapport de l’industrie avec son environnement concurrentiel, on peut distinguer deux périodes majeures. La première, qui alla de septembre 1990 à juin 1991, fut une période de rapports inter-industriels plutôt solidaires, qui se sont manifestés par trois faits importants. Le premier concerne le déchargement du blé : les moulins qui possédaient des installations portuaires qui permettaient de décharger le blé arrivant à bord des navires les ont mises à la disposition d’autres entreprises. Un deuxième élément à mettre en valeur concerne les prêts de véhicules de transport : certains moulins se sont trouvés dans la nécessité de trouver d’urgence des camions pour la manutention et l’acheminement du blé se trouvant à quai au port de Rio de Janeiro ; leurs confrères qui en possédaient leur ont permis de les utiliser. Finalement, un autre grave problème se posant dans cette période concernait l’importation du blé : quelques firmes se sont organisées pour effectuer un achat groupé de cette denrée sur le marché international. Cette procédure comportait des avantages pour tous, car il était plus intéressant d’importer une quantité suffisante pour affréter un navire entier, minimisant ainsi, le coût du transport.

22A partir de la deuxième moitié de l’année 1991, la compétition inter-industrielle s’est durcie. Les entreprises ont cherché à se tailler une part plus large sur le marché et, surtout à partir du début de 1992, une guerre des prix a été déclenchée. Plusieurs stratégies ont été déployées : réductions de prix, avantages accordés pour le délai de paiement - concession d’autant plus importante que le taux d’inflation de l’époque approchait de 1 % par jour.

23C’est à cette période que les moulins se mirent à faire de la publicité et à offrir d’importants cadeaux à certains clients. On cherche ainsi à s’aligner sur la logique d’un marché régit dans son fonctionnement par les rapports entre acteurs privés.

Effacement du rôle de l’État et nouvelles formes de fonctionnement

24Certains de ces rapports de solidarité inter-industrielle, amorcés sous une forme encore embryonnaire entre septembre 1990 et juin 1991, se sont renforcés pendant la période de forte concurrence. Cette évolution se perçoit dans des activités où la disparition de l’État rend la situation des acteurs productifs particulièrement difficile.

25En effet, parmi les minoteries, s’est formé un mouvement visant à effectuer des importations de blé groupées. Un groupe de moulins a construit une société dont l’activité était l’organisation de l’importation. Cette structure présentait plusieurs avantages : le volume plus important des achats pouvait fournir aux associés la possibilité de négocier le prix de la céréale ; le coût du transport devenait plus avantageux pour tous ; de plus, les participants pouvaient s’appuyer sur la connaissance des spécialistes en ce domaine. Les fonctionnaires de l’ancien Département du Blé parmi les plus qualifiés ont été embauchés par les groupes les plus importants. La grande expérience de ces professionnels a permis aux adhérents d’obtenir, par rapport à leurs concurrents, des avantages non négligeables.

26Finalement, les moulins situés à l’intérieur du pays, éloignés des ports, pouvaient être sûrs que le blé qui leur était destiné serait déchargé.

27A plusieurs reprises, ont circulé des échanges d’informations sur la qualité du blé brésilien. Cela a permis à certains moulins d’être assurés de la qualité de la matière première achetée, celle du blé brésilien étant très inégale : la céréale produite au nord-ouest du Paraná, où le sol est pauvre en aluminium toxique, est supérieure à celle récoltée à Rio Grande do Sul. Pour la production de blé, ces deux états sont les plus importants. En 1967, le Rio Grande do Sul fournissait près de 90 % de la production domestique, mais actuellement c’est le Paraná qui a une position de leadership dans ce domaine.

28Des connaissances sérieuses utiles pour l’achat du blé n’étaient pas à la portée des minoteries ; de plus, les industries n’étaient pas habituées à prêter attention aux distinctions entre différentes variétés de grain.

29Une autre évolution assez remarquable dans l’ensemble de la filière, en particulier dans le cas des minoteries, est une connaissance plus approfondie de la demande. C’est à partir de l’identification des besoins des boulangeries, des fabriques de pâtes, des biscuiteries, que les moulins ont envisagé d’établir des relations plus étroites avec les coopératives de production de blé.

30En même temps, de nouveaux partenaires économiques entrent en scène, afin d’occuper le vide laissé par l’État : c’est le cas notamment des firmes de commerce national ou international de céréales. D’autres acteurs qui prennent une importance nouvelle sont des compagnies de transport - en particulier celles qui aménagent leur camions à l’usage du transport de la céréale, soit au départ des régions productrices, soit à partir des ports d’arrivée. Pour ce qui est de ces derniers, il faut signaler le cas de l’un deux d’Angra dos Reis (Rio de Janeiro) qui a été remis en activité et équipé par un minotier de Minas Gérais, afin de pouvoir accueillir des navires chargés de blé. Il vend ses services à d’autres moulins qui sous-traitent, par ailleurs, ceux d’une importante entreprise de transport routier.

Nouvelle articulation entre les producteurs de blé et l’industrie ?

31Pendant la période de l’intervention de l’État, les rapports entre les coopératives agricoles et les moulins étaient plutôt tendus. Ils se sont dégradés, devenant franchement hostiles en 1991, lorsque la récolte de blé n’a pas été achetée par les minoteries. Cette situation a été la conséquence du niveau du prix pratiqué par le gouvernement pour la vente de cette céréale aux industries. Il était, en effet, inférieur au “prix de garantie” payé à cette même époque à l’agriculteur.

32Etant donné que les articulations entre les diverses étapes de la filière étaient auparavant organisées par l’État, il existait chez les agriculteurs, comme chez les industriels, une méconnaissance de leurs domaines de travail respectifs. Ceci n’aidait en rien à l’amélioration de leurs rapports. Les agriculteurs n’étaient pas au courant des pressions subies par les moulins de la part de leurs clients pour ce qui est de la qualité de la farine. Les minotiers, de leur côté, ignoraient les problèmes - même les plus banaux-que les producteurs devaient affronter. Par exemple, ces derniers ne savaient pas pourquoi les moulins refusaient d’acheter le blé juste après sa récolte : la raison en était que les grains devraient être très secs, car le blé récemment récolté s’écrase, au lieu d’être moulu. Avant sa mouture, le blé doit être lavé, pour être traité légèrement humide. Il s’agit d’une exigence technique et commerciale : le blé humide acquiert un “gain d’humidité”, ce qui signifie que le poids du grain augmente.

33Par ailleurs, la majorité des propriétaires de minoteries n’étaient pas au courant de l’effort et du temps nécessaires pour la mise au point d’une variété de grain adéquate pour les différents sols et climats.

34Bref, les producteurs de blé et les exploitants des minoteries ne trouvaient pas de langage commun. En 1991, dans le but de combler cette lacune, les deux principaux groupes minotiers ont, pendant un an, financé une recherche en vue d’établir une typologie des différentes variétés de blé. L’année suivante, cette étude a été subventionnée par l’Association Brésilienne de l’Industrie du Blé (ABITRIGO), afin de rendre ses résultats disponibles pour l’ensemble des entreprises.

35Outre son mérite technique, cette recherche a beaucoup contribué au rapprochement des deux partenaires : l’agriculture et l’industrie. A l’heure actuelle, les producteurs essaient de répondre à la demande faite par les clients des minotiers. Par exemple, l’État a beaucoup stimulé la plantation d’une variété appelée BR 23, qui atteint une bonne productivité et se montre très résistante aux parasites et aux maladies. Or la farine produite par ce type de blé ne convient pas à l’utilisation en boulangerie : la teneur en gluten est faible, malgré sa belle couleur très blanche. Les producteurs ont pu savoir que les industries ne désiraient pas acheter ce type de grain. Par contre, les industriels ont été informés du fait qu’il fallait trouver des solutions pour écouler la récolte. En effet, la presque totalité du blé semé au Rio Grande do Sul était de cette variété et il fallait un certain délai pour changer cet état de chose. C’est longtemps à l’avance que doit se préparer cette reconversion, car l’obtention d’une quantité suffisante de semences d’une nouvelle variété exige un travail de plusieurs années.

36Des techniciens ont conseillé les industriels sur le bon usage qu’ils pouvaient faire du BR 23 : soit pour la boulangerie en le mélangeant à d’autres variétés, ce qui garantissait au pain la couleur blanche très appréciée des consommateurs brésiliens ; soit pour la fabrication des biscuits, des gâteaux, voire des pâtes.

37L’évolution actuelle des rapports, change ainsi radicalement la situation constatée au cours de la période précédente. Pendant que l’État contrôlait l’ensemble de la filière, fixant des quotas, des prix, sans se soucier de distinguer les différences entre les types de qualité du blé, ni de la variété des types de farine, la production était exclusivement orientée vers l’augmentation de la productivité. Dès que le marché fut déréglementé, il s’est produit une évolution des rapports entre fournisseurs et clients : les besoins de l’aval -surtout ceux des boulangeries et usines de pâtes - qui fixent des contraintes de qualité, arrivent à modifier jusqu’au comportement des agriculteurs.

Vers une nouvelle forme de fonctionnement de la filière

38Pendant l’année 1991, des échanges de données relatives à la qualité du blé brésilien, ont circulé entre les minotiers. Mais ces informations étaient épisodiques, ponctuelles, basées sur des rapports personnels - fréquemment amicaux - entre les chefs d’entreprise.

39La recherche mentionnée ci-dessus a revêtu une grande importance pour le développement des rapports de solidarité interindustriels et ceux établis entre les industries et d’autres segments du secteur. En 1991, les deux groupes les plus puissants de l’industrie du blé - Moinhos Santista et le Groupe Macêdo -ont subventionné l’établissement du “Tableau de Classification du Blé National”, dont l’objectif était la classification des différents types de blé brésilien et l’amélioration progressive de la qualité moyenne du produit. Lorsque les résultats de ce travail furent disponibles et approuvés, ces deux groupes ont proposé à l’Association Brésilienne de l’Industrie du Blé (ABITRIGO) qu’elle prenne à sa charge la poursuite de cette recherche pour l’année 1992, “afin que les résultats soient à la disposition de toute l’industrie de transformation de blé” (RAE, 1992). On doit souligner que c’est la première fois qu’à l’initiative des moulins, plusieurs acteurs de la filière ont travaillé ensemble, aussi bien en ce qui concerne la qualité que pour ce qui concerne la demande. Dans cette opération, on doit signaler la participation d’organismes appartenant à différents secteurs, tels que l’EMBRAPA, le Centre de Recherche Agricole de l’État de Paraná, ainsi que l’Organisation des Coopératives de l’État de Paraná (OCEPAR), et des groupes industriels privés, tels que les Groupes Santista et J. Macêdo.

40De plus, ce travail s’est révélé fructueux dans le domaine de la recherche sur la qualité du blé ; il a également profité aux producteurs, aux coopératives et aux minoteries. RAE porte au crédit de cette recherche la création d’une Commission Spéciale pour la Classification. Cette dernière devait intervenir à l’intérieur du champ d’activités de la Chambre Sectorielle du Blé, organisme dépendant du Ministère de l’Agriculture. Les critères établis à la suite de cette recherche sont dominés par une exigence de qualité du blé destiné aux boulangeries.

41L’ABITRIGO a beaucoup insisté pour que les résultats de cette étude soient divulgués et expliqués, en particulier aux départements techniques des coopératives, ainsi qu’aux associations d’ingénieurs agronomes. Ceci dans le but de “promouvoir la formation d’un langage commun à l’intérieur du marché” (ABITRIGO, 1992).

42Un autre exemple illustre la consolidation des rapports interindustriels nouveaux, davantage centrés sur l’initiative privée et en même temps, plus solidaires : il s’agit de l’importation du blé. Comme il a déjà été souligné, il est plus intéressant pour les moulins d’effectuer des achats groupés. Le blé est cher et il faut le payer comptant. De plus, l’importation comporte, pour les minotiers, des risques : un système de logistique rigoureux est indispensable pour que la matière première soit livrée dans les délais prévus – les industries ne peuvent pas se permettre une rupture du stock de blé. Il faut que les navires transportant cette céréale soient, dès leur arrivée au port, déchargés, car les coûts des surestaries peut monter jusqu’à des sommes très élevées. Doit également être pris en compte le risque lié à la valeur de la monnaie, surtout dans un pays très instable au niveau politique, où chaque rumeur liée à une mesure touchant à l’économie se répercute sur le taux de change.

43Immédiatement après le retrait de l’État, deux grands groupes, possédant chacun plusieurs importantes minoteries, ont essayé d’obtenir que d’autres moulins se joignent à eux afin de réaliser ensemble l’opération d’achats groupés. Cette initiative n’a pas abouti. Par contre, six moulins ont créé une société d’importation pour la gestion de laquelle ils se sont assuré la collaboration d’un ancien fonctionnaire du département du blé, très compétent en matière de logistique du transport maritime et des ports. Parmi six moulins de ce groupe, deux possèdent des installations portuaires situées dans l’État de Espírito Santo et celui de Rio de Janeiro. La création de cette société a été une réussite, car, d’une part, ses résultats furent largement bénéficiaires et, d’autre part, cette organisation a éliminé les problèmes liés au déchargement du blé destiné aux moulins situés à l’intérieur du pays et éloignés des ports.

44La déréglementation de la filière tend ainsi à créer une dynamique nouvelle qui doit probablement s’orienter, dans les prochaines années, vers une plus grande concentration des minoteries. En effet, pour certaines activités, la tendance au groupement s’est renforcée, notamment en ce qui concerne l’achat de la matière première. En même temps, on constate l’instauration d’un type de rapport clients-fournisseurs qui tend également à intégrer des entreprises de prestations de services. Cette nouvelle situation n’exclut pas de graves difficultés pour un certain nombre d’autres opérateurs, confrontés à des situations difficiles, dans un marché qui s’est trop brutalement modifié. Les rapports, plus solidaires d’un certain côté, sont devenus plus concurrentiels de l’autre.

45A la suite du retrait de l’État, la plupart des moulins ont adopté une stratégie d’augmentation de leur participation dans le marché : une guerre des prix très dure s’est installée. Cette concurrence est, d’une part, très ouverte - quand elle ne porte que sur le calcul des prix. Elle peut aussi prendre une forme plus voilée : un délai de paiement qui peut aller jusqu’à trois semaines, ainsi que des tarifs différenciés selon la quantité achetée.

46La situation actuelle du marché est très difficile et l’ABITRIGO en est consciente. Elle a organisé des séminaires où l’on essayait de montrer que cette pratique était, à long terme, nuisible à l’ensemble du secteur. L’exemple des États-Unis est très souvent rappelé : dans ce pays, les marges bénéficiaires ont fortement baissé et dans certains cas, se sont révélées négatives. L’ABITRIGO a fait deux propositions : diminuer les coûts et freiner la production, voire la diminuer d’environ 10 %. La seconde suggestion n’a pas été prise en considération par l’ensemble des moulins en tant que stratégie de groupe. Certaines unités ont réduit leur production pour des raisons qui leur étaient propres : dans le cas, par exemple, où leurs concurrents s’étaient montrés plus agressifs et ne leur ont laissé aucune possibilité d’écouler leur production sur le marché. D’autres ont adopté un comportement plus prudent - diminuer la production, mais s’assurer un débouché pour celle-ci, sans aller jusqu’à accorder trop d’avantages aux clients. La stratégie de conquête des marchés a été particulièrement menée par des minoteries qui ont fait de gros investissements pour moderniser leurs installations de production, ou par celles qui ont construit de nouvelles unités.

47Fixer à leurs clients des délais de paiement plus favorables est le mécanisme de fidélisation le plus répandu. Il est d’autant plus efficace qu’il s’exerce dans une conjoncture inflationniste : un paiement effectué après trois semaines, ou plus, sans prélèvement d’intérêts équivaut à une ristourne considérable, puisque l’inflation oscille autour de 30 % par mois.

48La lutte des prix revêt un caractère occulte, mais elle s’est bien installée. Dans la région du syndicat de Rio (Espírito Santo, Minas Gerais, Brasília, Mato Grosso do Sul), elle est plus acharnée pour la farine en emballage d’un kilo - il s’agit d’un affrontement entre deux rivaux historiques : le groupe Santista et le groupe J. Macêdo.

49Bref, ce qui se passe actuellement n’est pas du tout bénéfique pour les industries : leurs marges de profit baissent de plus en plus et elles opèrent un transfert de valeur ajoutée à leurs clients, mécanisme décrit par Porter (1986).

50Si ce fonctionnement du marché perdure, il aboutira, à moyen terme, sur une nouvelle concentration de ce secteur industriel et, très probablement, sur une cartellisation du marché. Le nombre d’acteurs se réduira, mais les opérateurs posséderont une grande capacité de production individuelle (GREEN et ROCHA dos SANTOS, 1991).

Le problème de la qualité du blé

51A partir de la recherche sur la classification du blé, on a pu vérifier que la demande privilégiait la farine panifiable. Les régions productrices de blés convenant davantage aux boulangeries ont vendu leur production très rapidement, assurant ainsi aux agriculteurs la trésorerie dont ils avaient besoin. La commercialisation de la variété BR 23 s’est avérée plus difficile. Il faut souligner que jusqu’à la fin de l’année 1992, la différenciation entre les prix des divers types de blé n’était pas encore établie.

52Cette évolution s’est produite au moment où la demande des farines tendait vers une diversification. Actuellement, la demande favorise la farine boulangère (blanche et riche en gluten). Les usines de pâtes veulent de la farine produite à partir du blé durum, mais les installations des minoteries brésiliennes ne possèdent pas de machines pour la fabriquer. Cependant, on a constaté qu’il existe un autre type de blé - dur - plus approprié que le blé tendre à la fabrication des pâtes.

53Au Brésil, la consommation de dérivés de blé qui avait été fort homogène, tend à devenir hétérogène. On peut penser que le marché brésilien se conformera au modèle de celui des pays développés, qui est très spécialisé. En France, la revue Filière Farine (1993), signalait l’utilisation de sept types de farine, destinés à des usages divers.

54Dans les pays développés, la production des farines est plutôt différenciée, alors que sa base sociale est, en termes économiques, assez homogène. Par contre, au Brésil, la production, moins différenciée, repose sur une base sociale très hétérogène. GREEN et ROCHA dos SANTOS soulignent que dans ce pays, coexistent des structures de production très modernes et d’autres, plutôt archaïques et peu efficaces. La modernisation de la production et la tendance à une demande diversifiée ne sont pas diffusées d’une manière équilibrée. En ce qui concerne l’agroalimentaire, et le blé en particulier, on peut penser qu’au Brésil on évoluera progressivement vers un marché un peu plus différencié. Il intégrerait une partie des marchés où domineraient des produits très spécialisés - plus chers - et un autre segment à l’intérieur duquel figureraient des produits plus populaires et meilleur marché. Il faut remarquer que cette segmentation du marché ne fait qu’exprimer la structure sociale brésilienne, où la concentration des revenus est très accentuée.

55Ceci nous mène à nous interroger sur les critères d’évaluation de la qualité d’un produit. Dans le cas du blé, on a vu qu’une farine bonne pour la fabrication des pâtes ne l’est pas pour l’utilisation en boulangerie. Donc, “la qualité d’un produit alimentaire est directement liée à l’attente des consommateurs” (ROCHA dos SANTOS, 1991) ou à celle des clients intermédiaires, tels que les fabricants de pâtes ou les boulangeries, industrielles ou artisanales.

56Selon RAE (1993), l’une des conséquences les plus importantes du retrait de l’État du secteur du blé a été l’ouverture du débat sur la qualité. L’État mettait l’accent sur la productivité de la filière, sans s’occuper de différencier les qualités de blé et celles des farines, tandis que l’exigence du marché s’est tournée vers une plus grande adéquation de la qualité du blé à celle de la farine.

Le développement de la sous-traitance

57Depuis quelques mois, on observe que certaines fonctions assumées auparavant par le personnel des minoteries sont de plus en plus exercées à l’extérieur de celles-ci. Il s’agit, en particulier de celles touchant à l’administration, à la comptabilité, aux services juridiques ou au transport de la matière première ou du produit fini. Au lieu d’employer un personnel spécialisé dans l’exécution de certaines tâches, les entreprises s’adressent à l’extérieur : la logique sous-jacente est la diminution des coûts fixes. On dépense moins, tout en ayant accès à des services de meilleure qualité. Dans le cadre d’une guerre des prix, cette politique permet aux entreprises de reprendre haleine et de se maintenir sur le marché.

58Plus récemment, on a pu constater que les transports du blé et de la farine sont, en général, sous-traités. Cette procédure revient moins chère à l’entreprise et lui offre la possibilité de mieux répondre aux besoins des consommateurs, tout en libérant ses propres services techniques de cette tâche délicate.

59Dans le cas des deux produits transportés –le blé et la farine- la sous-traitance est presque entièrement organisée par les moulins eux-mêmes : le délai doit être rigoureusement respecté et les entreprises avec lesquelles on sous-traite doivent se montrer responsables et honnêtes. Le fret du blé est payé par les moulins, celui de la farine par ses acheteurs. Souvent c’est le moulin qui se charge de la gestion du transport : il s’agit là d’un service supplémentaire que les minotiers offrent à leurs clients. Les transporteurs ne sont donc pas choisis au hasard. Au contraire, on passe par des rapports contractuels (dans le cas du transport du blé) ; le système fonctionne en tant qu’entreprise-réseau. L’objectif est d’être à la fois bien servi et de bien servir les clients. Quand cette procédure se déroule correctement, d’une façon très régulière et s’installe durablement, le moulin peut adopter la méthode just in time, fort avantageuse dans la conjoncture d’un taux d’inflation élevé.

60A l’heure actuelle, le principal souci des minotiers concerne la réduction des coûts ; c’est le principe “il coûte moins cher d’acheter que de produire” qui guide les choix. Petit à petit, dans cette logique s’insère la préoccupation de la qualité, comme c’est le cas du transport des farines. Privilégier la qualité est la politique que les moulins ont adoptée pour répondre plus efficacement et de façon plus satisfaisante aux besoins des clients.

L’impact sur l’évolution des équipements techniques

61Au Brésil, l’ensemble de l’appareil de production des minoteries est structuré de façon tout à fait hétérogène : des moulins très modernes dont l’activité est contrôlée par ordinateur côtoient ceux de faible capacité de production qui emploient des méthodes de fabrication et de gestion dépassées ; ceci est davantage fréquent dans le sud du pays.

62Les investissements industriels dans les équipements suivent une ligne productiviste. Dans ce choix, les chefs d’entreprise sont guidés par le souci de l’amélioration de la productivité. Un des exemples est l’adoption d’une technique permettant de contrôler la température de l’eau qui mouille le grain avant la mouture ; un autre est celui de l’installation de cylindres plus perfectionnés permettant un meilleur rendement du grain, c’est-à-dire, une quantité plus élevée de farine extraite.

63Les entreprises les plus riches se sont modernisées avant le retrait de l’État : elles ont augmenté leur capacité de production et la mise en place de nouvelles machines leur permet une productivité accrue. Mais il s’agit là de cas isolés qui, du fait de leur puissance, ont modifié le fonctionnement de l’ensemble du secteur. Ils ne peuvent, par conséquent, pas être généralisés pour l’ensemble du secteur.

64Ce qui s’est répandu, par contre, c’est la construction de silos. L’augmentation de la capacité de stockage du grain est devenue une contrainte pour les moulins, puisque le blé n’était pas livré chaque semaine, comme c’était le cas à l’époque où la commercialisation était à la charge de l’État. Actuellement, les industries doivent trouver un équilibre entre les besoins de la production -la disponibilité de matières premières - et leurs capacités financières. Cela signifie qu’il leur faut faire un choix : soit stocker au minimum une quantité de blé suffisante pour la production d’un mois ou bien l’acheter au fur et à mesure.

65Dans le cas du secteur du blé, il semble que les entrepreneurs, en général, n’ont pas cherché à recourir aux technologies les plus avancées. Ils se sont contentés des perfectionnements qui se révélaient inévitables, car leur préoccupation était d’augmenter l’efficacité. Le résultat est que les techniques d’organisation ont été celles qui se sont, en priorité, développées. Il semble que c’est plutôt une rationalisation dans l’ensemble des activités de production qui a été constatée.

Une préoccupation accrue du suivi de la demande

66La qualité du blé utilisé est déterminante pour la qualité du pain et des pâtes. Jusqu’en 1990, les moulins ne pouvaient pas être rendus responsables de la mauvaise qualité de la farine, puisque c’est l’État qui leur imposait le blé qu’ils devaient moudre. Actuellement, les industries répercutent les réclamations de leurs clients aux coopératives et celles-ci se retournent contre les producteurs de blé et de semences. Dans le cas de cette céréale, s’impose ici une analyse allant “de la fourchette à la fourche” (GREEN et allii, 1992).

67Pour la classification du blé, le choix de cette méthode d’analyse se justifie par le fait que les moulins sont disposés à subventionner la recherche, en y consacrant des sommes non négligeables. Ceci s’explique par le début d’un processus commandé par l’aval. C’est pourquoi certains groupes de minoteries - parmi les plus puissants financièrement - ont récemment importé des équipements très coûteux dans le seul but de contrôler la qualité de leur production.

68Dans le même ordre d’idées, c’est la demande qui, partiellement, a motivé l’attention que la plupart des moulins prêtent au compte-rendu de leurs départements d’achats. Il ne suffit pas d’acheter la matière première à bon prix. Il faut que l’acheteur connaisse les possibilités offertes par les différents types de blé ainsi que les meilleures utilisations de ceux-ci. C’est celui qui détient l’information la plus complète qui peut profiter des occasions favorables pour effectuer ses achats à meilleur prix. Jusqu’à la deuxième moitié de l’année 1992, la Compagnie Nationale de l’Approvisionnement (CONAB) a organisé des ventes aux enchères du blé de la récolte de 1990, réputée comme ayant été de très mauvaise qualité. En fait, on constate que son problème était plutôt la diversité des variétés qui la composaient. Celles-ci étaient peu ou mal délimitées par type. Cet état de choses empêchait les industries de négocier cette céréale, puisque le marché demandait plus de précisions au niveau de la qualité de cette matière première.

69En 1992, l’ABITRIGO a publié des commentaires sur la mauvaise qualité du blé de la variété BR 23. La presse du Paraná - importante région productrice - les a publiés. Les producteurs de blé et de semences ont vivement réagi, mais les observations de l’ABITRIGO ont eu le mérite d’attirer leur attention sur une exigence accrue au niveau de la qualité.

70Une analyse intégrée du secteur du blé nous permet de connaître l’articulation des différents acteurs économiques, et aussi d’évaluer le poids de chacun dans l’ensemble de la filière. Actuellement, la concurrence acharnée entre les moulins a poussé ceux-ci à favoriser leurs clients. Les industries renoncent à une part de leur valeur ajoutée, en la rétrocédant à l’ensemble des acheteurs (les artisans boulangers et boulangeries industrielles, les grands distributeurs, les grandes surfaces, ainsi que les usines de pâtes) sous la forme d’une baisse de prix.

71Jusqu’ici, on n’a analysé que la demande formulée par la clientèle directe - celle des industries de transformation. Cependant, on ne doit pas oublier que le Brésil est un pays de plus de 150 millions d’habitants, dont “une partie importante … n’accède que marginalement au marché des aliments” (MAIMON, 1988). La situation de sous-nutrition d’une partie importante de la population, ainsi que les difficultés dans lesquelles se trouve actuellement le pays, rendent difficile l’action des industriels et des artisans qui doivent évoluer en fonction de la demande. C’est ce qu’explique en bonne partie la différence constatée entre l’évolution de la filière au Brésil et celle des pays développés. Ceci dit, si la situation économique s’améliore, certaines questions soulevées actuellement - telles que les nouveaux rapports interindustriels ou une recherche accrue de la qualité - trouveront des réponses qui permettront une évolution comparable à celle constatée dans les pays les plus avancés.

72Il faut rappeler que la consommation des dérivés du blé a sensiblement baissé après le désengagement de l’État : de 7,4 millions de tonnes en 1991, elle est passée à 6,5 millions de tonnes l’année suivante. Pire encore, cette baisse s’est produite dans un contexte de demande réprimée pour ces produits. Au début des années 80, le gouvernement estimait la consommation à 10 millions de tonnes pour 1985, alors que des études réalisées en 1986, prévoyaient pour l’année 1990, une consommation de 8,7 millions de tonnes, soit de 21 % supérieure à la réalité (COUTINHO, 1990). Mauvaises estimations ? Non, les estimations avaient, pour leur calcul, pris en compte les montants des subventions à la consommation du blé entre 1972 et 1988 que le gouvernement avait accordées aux producteurs brésiliens. Le désengagement radical de l’État produisit ainsi une évolution qui n’est pas facile à maîtriser et à laquelle les opérateurs privés sont incapables de répondre. La logique micro-économique des acteurs s’articule difficilement avec les contraintes macro-économiques, comme celles que le pays connaît actuellement.

73On ne doit pas faire l’impasse sur la potentialité du marché brésilien de dérivés du blé. La mise en place d’une dynamique sociale plus favorable aux plus bas revenus peut conduire à une relance rapide de la demande, en particulier à celle des produits alimentaires de base.

Conclusion

74Parmi les conséquences du DL 210, l’une des plus importantes a été la concentration industrielle opérée par le gouvernement. La loi 8096 entraînera une nouvelle concentration, suivie d’une probable cartellisation. Cette dernière étant provoquée justement par la disparition quasi totale d’une réglementation publique.

75La déréglementation a donné lieu à une nouvelle configuration du secteur du blé. Un processus de rationalisation de la production s’est installé : l’ensemble du secteur tend à s’articuler différemment, suivant un système qui se rapproche d’un fonctionnement en réseau, où c’est l’aval qui - par le truchement de l’entreprise de transformation - domine et détermine un nouveau type d’organisation. Cela afin de se conformer au comportement de la demande finale tel qu’il est défini dans le Chapitre 1. Cette constatation paraît être confirmée par le fait que la principale modification qui a découlé du retrait de l’État est la recherche de la qualité : préoccupation qui se manifeste par un suivi accru des besoins de l’utilisateur final.

76Selon Porter, la rentabilité d’un secteur dépend de sa structure. Dans le cas analysé, le retrait de l’État n’est pas l’unique facteur responsable des changements. Pendant les années 80, les minoteries ont commencé à investir massivement dans l’augmentation de leurs capacités de production. La stratégie adoptée par d’importants groupes de moulins fait de plus en plus baisser la rentabilité industrielle. Ces minoteries n’ont pas choisi une politique de maintien de leurs profits, mais celle d’une augmentation agressive de leur capacité de production. C’est le changement de sa structure qui a freiné l’entrée dans ce secteur de nouveaux concurrents, à commencer par les coopératives de producteurs de blé. Ces dernières se montrent très réticentes à installer des moulins - ce qu’elles souhaitaient fortement pendant la période du DL 210.

77A l’heure actuelle, la caractéristique dominante du secteur est l’expansion du volume produit. Les industries du blé sont en pleine compétition, compétition caractérisée par la course aux investissements ; dans cette lutte il n’y a pas des gagnants (DEL-MAS, 1991). A propos de la guerre des prix, Porter souligne que : “Si la manœuvre est imitée par les principaux concurrents, la structure du secteur est anéantie et toutes les firmes voient leur sort se dégrader. Ces “destructeurs” de secteurs sont souvent ou des firmes de second plan qui ont des problèmes sérieux et qui cherchent désespérément des solutions, ou encore des concurrents “stupides” qui ne connaissent pas leurs coûts ou qui se font une image peu réaliste de l’avenir” (PORTER, 1986). Ce commentaire nous semble parfaitement adapté au cas brésilien.

78Si on intègre dans cette analyse celle de la situation de la production - que ce soit en amont ou en aval - on peut distinguer l’articulation entre les différents acteurs économiques, ainsi que le poids de chacun d’entre eux. Cette analyse nous a permis de constater que les minotiers transfèrent une partie de leur propre valeur ajoutée au bénéfice de leurs clients - tout particulièrement aux boulangeries.

79Si des innovations organisationnelles introduites par les moulins leur ont permis un certain type de modernisation, on ne doit pas oublier que le retrait de l’État a contribué à un retour vers une forme de gestion dépassée, où les industries se sont trouvées dans l’obligation d’investir massivement dans la construction de silos. Malgré une contradiction apparente, la prise en charge par l’État de la fourniture du blé aux minotiers permettait à ces derniers de gérer leurs stocks par la méthode just in time, ce qui est actuellement plus difficile et plus coûteux pour ces industriels.

80Il est important de souligner qu’une politique libérale, qui cherchait sa légitimation par les bénéfices obtenus grâce à une modernisation industrielle du secteur du blé, a fortement contribué à l’augmentation de la capacité oisive des industries.

81On ne peut pas oublier que le Brésil présente une très forte concentration de revenus et que l’hétérogénéité sociale est frappante. C’est dans le secteur de la production que les inégalités sociales sont particulièrement évidentes. Cela signifie que la production doit obligatoirement être diversifiée, car la demande est, elle-même, fortement différenciée. A moyen terme, existeront, d’une part, un segment du marché prêt à consommer des produits de haut de gamme et, d’autre part, un segment demandeur d’une farine de qualité plus ordinaire. C’est précisément la disparité du tissu social brésilien qui permettra à la plupart des moulins de se maintenir sur le marché.

82On se demande si, à long terme, le Brésil ne suivra pas le modèle américain où, comme corollaire à la guerre des prix, le taux de rentabilité des minoteries est devenu très faible, voire négatif. Même dans le contexte de leur surinvestissement, les industries ont réussi à s’adapter au jour le jour aux fluctuations du marché. Elles pourront adopter des stratégies différentes : soit diminuer leurs coûts de production, soit poursuivre la politique de la différenciation, en offrant des produits de haut de gamme, soit encore, choisir de concentrer leur production en visant une cible très restreinte dans le marché.

Bibliographie

Bibliographie

ABITRIGO, 1992 - Acte de la Réunion, 3 et 4 décembre.

COUTINHO (F.), 1990 - A industria moageira no Brasil, o Decreto-Lei 210 e suas repercussôes, S.P.

COUTINHO (F.), 1990 - Notas sobre a sistemática da comercializaçâo do trigo, Brasilia.

DELMAS (P.), 1991 - Le maître des horloges. Modernité de l’action publique, Paris, Ed. Odile Jacob, Chapitre IV : La duré nécessité de durer.

GOMES (E.), 1990 - A. questâo trigo, Curitiba.

GREEN (R.), et ROCHA dos SANTOS (R.), 1991 - Uma reflexâo teórico-metodológica sobre o processo de reestruturaçâo do setor agroalimentar na América Latina. Seminário de Inovaçôes Tecnológicas e Reestruturaçâo do Sistema Alimentar. Curitiba, 24 à 26 juin.

GREEN (R.) et ROCHA dos SANTOS (R.), 1991 - Economía de red y restructuración del sector agroalimentario, communication au Seminario Cambio Técnico y Restructuración del Sector Agroalimentario, Consejo Superior de Investigaciones de España. Madrid. 9-11 décembre.

GREEN (R.), GUTMAN (G.) et ROCHA dos SANTOS (R.), 1992 - Argentine, Brésil : la distribution des produits alimentaires, Problèmes de l’Amérique Latine n° 6 juillet-septembre.

MAIMON (D.), 1988 - Politiques d’approvisionnement au Brésil (1967-86)), Paris, Thèse de Doctorat, Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales.

PORTER (M.), 1986 - L’avantage concurrentiel, Paris, Inter-Editions.

RAE (R.P.), 1984 - O Decreto-Lei n° 210 e a Industria de Moagem de Trigo, Fortaleza, Associaçâo dos Moinhos de Trigo do Norte e do Nordeste do Brasil.

RAE (R.P.), 1987 - Trigo: o modelo brasileiro, Fortaleza.

RAE (R.P.), 1992 - Lettre adressée au Syndicat de l’Industrie du Blé des États de Rio de Janeiro, Minas Gerais, Espirito Santo, Goiás et Mato Grosso do Sul.

ROCHA dos SANTOS (R.), 1992 - O trigo no Brasil: estrategias e estruturas sociais. Curitiba, Tese para concurso para Professor Titular, Departamento de Ciências Sociais, Universidade Federal do Paraná.

TARICCO (I.F.), 1957 - Alguns aspectos da indústria moageira. Situação de nossos moinhos, S.P.

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter