Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

Agriculture et réseau agro-alimentaire : Le rôle de la contractualisation

Angela Duarte Ferreira

Texte intégral

1Depuis plus de trente ans, l’agriculture brésilienne traverse un processus de modernisation intense mais extrêmement inégal en termes spatiaux, et hétérogène si l’on considère les divers produits agricoles. Ce processus a eu des conséquences importantes au niveau de la répartition démographique entre la campagne et la ville. Aujourd’hui, le Brésil est un pays urbain, car l’inflexion qui a commencé au milieu du siècle s’est confirmée.

2Cette modernisation agricole est bien plus d’ordre technologique que foncier et a modifié le type et l’organisation du travail au sein du processus de production : la distribution de la terre n’a pas été sensiblement altérée, les tendances à la concentration se sont maintenues bien que l’importance des exploitations moyennes ait changé dans certaines régions. Cette transformation technologique et du travail, ainsi que ces réaménagements fonciers, n’ont pas changé le visage historique de l’agriculture brésilienne, à savoir l’importance de ce que l’on appelle l’agriculture familiale. En 1980, celle-ci représentait encore 71,5 % des entreprises agricoles du pays (BERGAMASCO et KAGEYAMA, 1990).

3On ne peut pas non plus affirmer que cette transformation ait provoqué, dans les campagnes brésiliennes, la fin de la “ruralité”. La modernisation agricole est limitée et en outre, elle ne conduit pas nécessairement à un changement général du milieu rural ni de toutes les dimensions de la vie des agriculteurs. Les agriculteurs modernisés, dont le nombre est limité, n’ont pas changé leurs habitudes, leurs modèles de consommation en général, leurs types de sociabilité et leur identité sociale de façon aussi significative que leurs exploitations agricoles.

4Ce sont ces transformations, mêlées à ces caractères inchangés qui, dans la tradition théorique de la sociologie et de l’économie rurale brésiliennes, ont conduit à qualifier ce processus de modernisation conservatrice.

5En dépit de ces caractères inchangés, l’importance de la transformation ne peut être occultée. C’est de l’un des ces aspects spécifiques que ce texte traitera. Un aspect qui n’est pas ponctuel, mais plutôt général, si l’on considère ses conséquences actuelles et probables sur l’ensemble de l’agriculture brésilienne. Il s’agit du processus de contractualisation entre les agriculteurs et les agro-industries. Celui-ci a commencé au Brésil il y a une vingtaine d’années, consécutivement au processus de modernisation agricole. Il n’est ni la cause principale des changements que cette modernisation a entraîné, ni le résultat le plus évident, bien qu’il ait eu un rôle prépondérant dans la transformation de certains secteurs de production comme celui de l’aviculture, de l’élevage porcin et de la production de tabac. Son importance se mesure par ce qu’il représente pour l’articulation de l’agriculture et les réseaux agro-alimentaires et par ce qu’il signifie en termes de nouvelles demandes et d’exigences envers la production agricole et ses principaux acteurs sociaux : les agriculteurs.

6Des informations sur l’agriculture française sont utilisées dans cette analyse. Elles ont pour objectif de vérifier l’hypothèse d’une analyse transversale entre la France et le Brésil. Il ne s’agit pas de rechercher la “prochaine étape” du processus brésilien, mais plutôt d’identifier quelques ressemblances et différences entre les deux processus, afin de vérifier si les nouveaux outils théoriques créés pour comprendre l’agriculture et le rural, dans le cas des pays développés, peuvent être utiles, avec les adaptations nécessaires, à la compréhension du cas brésilien. Il s’agit donc d’un texte sur le Brésil et plus spécifiquement sur le sud du Brésil.

La fin de l’agriculture et la fin des agriculteurs

7Dès la deuxième décennie de ce siècle, une révolution s’est produite dans le domaine des technologies agricoles, notamment dans la création de nouvelles variétés de plantes et dans le contrôle de leur qualité par la manipulation des graines, le développement des engrais chimiques, le perfectionnement de la mécanisation agricole et l’amélioration des techniques de manipulation. Commencé aux Etats Unis qui exportent rapidement leur modèle de révolution verte vers d’autres pays, ce processus se développe en France à partir de l’après-guerre et au Brésil, au cours de la décennie suivante. Il se traduit par une croissance significative de la dépendance de l’agriculture envers l’industrie, en amont et en aval, et envers le secteur bancaire pour le financement de sa modernisation. Ce phénomène s’intensifie dans les années quatre-vingt grâce au développement de la connaissance génétique et de l’utilisation croissante de l’informatique dans le secteur des services et dans la gestion interne des unités de production.

8Les transformations de l’agriculture et son intégration croissante aux autres secteurs du réseau, ont entraîné la formulation de théories sur la fin de l’agriculture, consécutives à des affirmations prédisant la fin de la paysannerie tant dans la littérature française que brésilienne.

9A propos de la fin de l’agriculture, on peut citer l’étude de GOODMAN et alii (1990) dans laquelle les concepts d’appropriation et de substitution de l’agriculture par l’industrie ont été développés pour désigner les nouvelles relations entre les deux secteurs.

10Selon ces auteurs, la clé pour comprendre la spécificité de l’agriculture ne se trouve pas dans sa structure sociale ni dans la répartition différente des facteurs de production, mais dans le fait qu’elle oppose le processus industriel à un processus de production naturelle. Le processus historique de développement du capitalisme ne peut donc transformer directement l’agriculture en une branche de la production industrielle, comme ce fut le cas des différents secteurs de l’activité artisanale. L’industrialisation de l’agriculture a dû faire face aux limites structurelles du processus de production agricole, c’est-à-dire, le fait qu’il dépend de la nature en tant que processus de conversion biologique de l’énergie et qu’espace d’activités reposant sur la terre. Le progrès technologique, atteint au niveau industriel, s’est adapté à ces spécificités de la nature de la production agricole : des éléments ponctuels de ce processus de production ont été peu à peu maîtrisés par l’industrie. Les forces manuelles et animales ont été remplacées par la force mécanique, les engrais naturels par les engrais chimiques, ce qui transforme des différents aspects de la production agricole en secteurs spécifiques de l’activité industrielle. C’est ce “processus discontinu mais persistant d’élimination d’éléments discrets de la production agricole, leur transformation en activités industrielles et leur réincorporation dans l’agriculture sous la forme d’intrants” (GOODMAN et alii, 1990, page 1) que l’on appelle appropriation.

11Parallèlement, l’apparition de l’industrie alimentaire représenterait “un processus également discontinu mais permanent, pour arriver à la production industrielle d’aliments” (GOODMAN et alii, 1990, page 2), c’est ce que l’on appelle substitution. Dans ce processus, le produit agricole, au départ un intrant industriel, est de plus en plus remplacé par des composants non-agricoles. Cependant, la logique de la substitution a induit la création de secteurs diversifiés de fabrication d’aliments et de fibres synthétiques, et sa croissance historique serait irréversible, ce qui permet de penser que le résultat final de ce processus serait l’élimination du produit rural et, par voie de conséquence, de la base rurale de l’agriculture. Les impacts de l’appropriation sont différents : “… bien que l’appropriation transforme les activités rurales en activités industrielles et relâche donc les limites imposées par la nature, les capitaux constitués par cette dynamique conservent des liens symboliques avec le processus de production de base rurale. Ces liens caractérisent également les secteurs de transformation primaire. La substitution tend cependant à réduire le produit rural à un simple intrant industriel, ouvrant ainsi la voie à l’élimination du processus rural de production, soit par l’utilisation de matières premières non agricoles, soit par la création de substituts industriels des aliments et des fibres. Son paradigme est donné par l’industrie chimique et par le développement des synthétiques. La nature, que ce soit en tant que terre, espace ou reproduction biologique, ne représente plus un obstacle infranchissable à la transformation capitaliste du processus de production et de division sociale du travail. Les bio-technologies de pointe constituent l’avant-garde de cette tendance à la disparition de la différence entre agriculture et industrie” (GOODMAN et alii, 1990, pages 51-52).

12Cette distinction entre les deux processus de transformation est fondamentale pour comprendre les différentes formes et les différents moments des changements actuellement en cours. Ces processus permettent de qualifier la notion d’industrialisation de l’agriculture et montrent, également, comment la nature, en tant que catégorie d’analyse de l’agriculture et du rural, doit être relativisée dans les conditions actuelles de développement du réseau agro-alimentaire et dans ses tendances.

13Il existe malgré tout des questions, déjà mentionnées par les auteurs, qui doivent être traitées à part pour que le caractère de cette substitution soit bien compris et relativisé. Ces questions, d’ordre socio-culturel, concernent des structures sociales, des représentations et des symboles sociaux mais sont intrinsèquement liées aux formes économico-politiques d’organisation et de transformation des activités productives. Elles peuvent se résumer en deux points : a) la valeur culturelle et symbolique des aliments et leur rôle réel et possible dans le maintien des formes “naturelles” de production alimentaire ; b) les structures sociales rurales, c’est-à-dire une configuration historique donnée des territoires de production agricole et le rôle de ses acteurs sociaux dans le maintien de ces formes de production.

14En ce qui concerne la consommation alimentaire de produits agricoles, il ne fait aucun doute que les habitudes alimentaires se transforment en fonction des progrès technologiques de l’industrie alimentaire, depuis la première élaboration industrielle jusqu’aux changements produits par les avancées technologiques dans le domaine de la séparation et de la conservation des aliments et aux innovations à niveau de l’irradiation, de la biophilisation et des biotechnologies (GOODMAN et alii, 1990). Ces progrès de la technique de production alimentaire permirent le changement des modèles alimentaires et répondirent en même temps aux exigences requises par les nouveaux styles de vie des sociétés industrielles et post-industrielles.

15Mais la caractéristique singulière du réseau alimentaire persiste. Bien que les consommateurs valorisent de plus en plus les aspects pratiques des nouveaux produits alimentaires industrialisés, il n’en reste pas moins que l’attachement à l’aliment traditionnel et naturel persiste. Ceci, contrairement aux autres types de marché. Les agro-industries doivent tenir ainsi constamment en compte ces deux références extrêmes de produits naturels et d’aliments adaptés aux nouveaux styles de vie contemporains.

16Dans ce sens, les transformations technologiques sont freinées par un phénomène d’ordre culturel qui n’a pas été éliminé des différentes sociétés humaines. S’alimenter est un acte qui répond à des besoins biologiques mais qui repose sur des valeurs non seulement nutritionnelles, mais également symboliques, et ces valeurs varient clans le temps et dans l’espace. En outre, même le développement massif de certains modèles alimentaires dans les sociétés contemporaines n’a pas fait disparaître l’attachement au naturel et éventuellement au national et au régional. De nouveaux modèles culturels d’une bonne alimentation ont été créés, de nouveaux réseaux de signification (BONIN et ROLIM, 1991) ont surgi pour orienter les choix des consommateurs. Les nouveaux consommateurs, notamment dans les pays développés, se révèlent actuellement instables, se défidélisent des marques, mais certains attachements persistent, bien que recréés, comme celui porté aux produits réellement ou symboliquement similaires aux produits ruraux naturels (cf. chapitre 5).

17Comme pour tout autre objet matériel, l’utilité ou la valeur de l’aliment n’est pas seulement une qualité propre mais aussi une signification de ses qualités objectives. Seul un changement radical de ces significations permettrait, au cas où ce degré technologique extrême de substitution serait déjà atteint, l’acceptation de produits alimentaires sans base rurale, entièrement produits industriellement. Ceci signifie que l’acceptation de tels produits ne résultera pas de la possibilité technique à les produire mais d’un changement socio-culturel significatif des consommateurs. Et comme les consommateurs sont “des individus qui opèrent à tous les niveaux de la vie sociale, autrement dit des acteurs dans l’exercice d’un des multiples éléments de leur insertion et action sociale” (cf. chapitre 5), un tel changement, s’il a lieu, ne pourra être que le résultat de transformations radicales des sociétés humaines.

18Il faut considérer, en second lieu, que les espaces de production agricole sont organisés selon des structures agraires spécifiques. Leurs traits sont le produit de la formation historique de chaque région ou nation et des options socio-politiques et sociales prises au cours de leur développement. Ils sont donc sujets aux changements, structurés par les relations de force entre les différents acteurs qui forment l’ensemble des secteurs de production alimentaire, y compris les Etats et les organismes supra-nationaux (CEE, GATT) et leurs politiques en général. Ces acteurs ont eu un poids plus ou moins grand dans le maintien de structures anciennes ou dans leur transformation, non seulement sous leurs aspects technologiques mais aussi dans la configuration des structures agraires de divers pays. Dans les cas du Brésil et de la France, la disproportion entre le nombre d’agriculteurs et les exigences de la seule production du secteur agricole est un fait couramment cité. Autrement dit, il y a plus d’agriculteurs qu’il n’en faut pour la production de biens agricoles destinés aux différentes formes de consommation. Avant d’analyser les grandes différences entre ces deux pays dans ce domaine, il est nécessaire de considérer cette transversalité pour comprendre le poids des structures sociales rurales dans le maintien de l’agriculture comme activité productive. Si ceci ne se traduit pas par l’élimination de la base rurale de la production alimentaire, il est évident que ce phénomène constitue un frein de plus, d’ordre non technologique, à la concrétisation historique de ce processus.

19Dans le cas de la France, des auteurs comme MENDRAS (1988) ont insisté, dès les années soixante, sur la fin des paysans et de la perspective d’une société française sans paysans.

20A la fin de la seconde guerre, la France était le pays le plus rural de tous les pays industrialisés : 45 % de la population vivait dans des communes rurales et un quart de la main d’œuvre travaillait dans l’agriculture. Au milieu des années quatre-vingt, seulement 6 % de la population active travaillait dans l’agriculture et la France s’éloignait totalement de sa base paysanne. Une partie significative des dirigeants de syndicats agricoles commencèrent à soutenir, à partir des années soixante, un processus de modernisation de l’activité et une intégration au secteur agro-industriel, conditions pour la croissance du secteur et le succès des agriculteurs les plus performants. Cette transformation a été accompagnée d’une urbanisation du mode de vie des agriculteurs qui subsistèrent après l’intense processus d’exode rural engagé au cours de ces années-là, non seulement au niveau de l’habitat et de la consommation de biens durables pour le confort du foyer, mais aussi au niveau de l’individualisation des membres de la famille : les fils et les épouses d’agriculteurs choisirent de plus en plus des professions étrangères à l’agriculture et l’agriculture à mi-temps prit des proportions importantes. Le réseau d’information dont ces agriculteurs disposent, leurs multiples organisations sociales (associations, syndicats, coopératives, etc.) ont fait des agriculteurs d’aujourd’hui un groupe social qui, dans son ensemble, ressemble beaucoup plus à des entrepreneurs ruraux qu’à des paysans. Par ailleurs, les agriculteurs acceptèrent une discussion sur les nouveaux rôles qu’ils pourraient exercer dans une société où l’abandon des territoires ruraux se traduit par un grave problème environnemental : le rôle des gardiens de la nature. D’autres fonctions qui se greffent à celle d’agriculteur se sont développées comme le tourisme rural, fonction viabilisée par un mouvement de redécouverte et de valorisation du rural par les citadins (MENDRAS, 1988).

21Mais ces changements, nettement perceptibles en France, ne changent rien au fait que les agriculteurs ont un poids politique supérieur à celui que leur confère leur nombre. Ceci en raison de leur influence au niveau local et d’une idéologie néo-rurale qui s’est fortement développée dans la société française. Cette idéologie considère la valorisation de l’espace rural et de la vie à la campagne comme contrepoids au mode de vie urbain. Par ailleurs, permet une nouvelle association symbolique entre les notions de paysan et de typiquement français, autrement dit comme exemple et synthèse des anciennes valeurs morales et culturelles sur lesquelles repose la constitution de la nation française. Cette idéologie constitue ainsi un lien important entre les agriculteurs et les citadins au cours des manifestations agricoles et suscite une sympathie et un soutien aux revendications paysannes. Le résultat de tout ceci est que l’Etat français hésite à adopter des politiques radicales qui signifiaient une réduction encore plus drastique du nombre d’agriculteurs. Réduction souhaitée par les techniciens dans le but d’augmenter la productivité et de solidifier les réaménagements agricoles de la Politique Agricole Commune (PAC).

22Dans le cas brésilien, le rapide processus d’urbanisation qui a alimenté les théories les plus diverses sur “la marginalité et le gonflement urbains”, s’est traduit par une forte prééminence de la population urbaine : en 1985, elle représentait déjà 72 % de la population totale.

23Au niveau agricole, l’augmentation significative de la mécanisation rurale et de la consommation d’intrants industriels, notamment dans le sud et le sud-est du pays, sont des exemples des changements déjà signalés dans ce secteur.

24Par ailleurs, le mouvement historique de concentration foncière a continué, ce qui explique, parmi d’autres causes, l’exode rural des dernières décennies. La modification du travail en milieu rural a également contribué à ce processus, avec la libération d’une partie importante de la main d’œuvre permanente et l’augmentation de la main d’œuvre temporaire et saisonnière. Les effets sociaux qui en découlent sont bien connus, aussi bien sur les structures déficientes de l’emploi, de l’habitation et urbanisation des villes que sur la formation de nouveaux mouvements sociaux de lutte pour la terre.

25Une partie des agriculteurs s’est modernisée et s’est intégrée, à différents degrés, aux industries situées en aval et en amont du réseau agro-alimentaire. Si l’on considère les modes de vie, on remarque qu’il existe des agriculteurs dont l’habitat, les modes de consommation et d’insertion sociale sont peu différents de ceux des citadins et des agriculteurs des pays développés ayant le même niveau de revenus.

26Cependant, la grande majorité des établissements ruraux brésiliens restent encore en marge de la modernisation de leur système de production et du changement de leur mode de vie. Un des indicateurs disponibles concerne le groupe d’agriculteurs familiaux “purs” (qui n’ont recours qu’à la main d’œuvre familiale), qui représente 43,6 % des établissements ruraux du pays. Ce groupe détient 15,4 % des tracteurs et 13,3 % du total de la surface agricole et occupe 7,2 % de la main d’œuvre active dans l’agriculture (BERGAMASCO et KAGEYAMA, 1990).

27Mais dans ce groupe, seulement 3,3 % des établissements possèdent des tracteurs. Cette disparité se répète, à différents niveaux, dans les autres groupes d’agriculteurs (agriculteurs familiaux avec main d’œuvre temporaire, entreprises familiales et autres entreprises).

28Ces données permettent de noter l’extrême inégalité entre les différents types d’agriculteurs (au sein des groupes et entre les groupes) en ce qui concerne l’utilisation des machines agricoles. Ceci dit et considérant l’extrême disparité des revenus entre les agriculteurs avec la prédominance des plus pauvres et considérant aussi les difficultés croissantes d’absorption de la main d’œuvre par les activités urbaines, il est évident que le rural ne tend pas à disparaître en termes absolus : ni par la généralisation du processus d’industrialisation de l’agriculture, ni par la libération plus rapide de main d’œuvre du milieu rural, ni par l’urbanisation du mode de vie.

29L’expression politique des agriculteurs s’ajoute à leur poids social : leurs groupements syndicaux ou de soutien ne restent pas en marge des grands débats concernant les destins de l’agriculture brésilienne. Bien qu’ils ne fassent pas systématiquement valoir leurs intérêts dans la formulation de politiques les concernant, ils ont constitué un frein aux mesures gouvernementales qui pourraient entraîner la diminution de leur nombre.

30Ces réflexions visent à montrer qu’au niveau des structures sociales rurales et de leurs principaux acteurs, existent des éléments qui ne découlent pas d’une rationalité technique mais qui influent sur le maintien de la base rurale dans la production alimentaire. Ils représentent en même temps des freins au processus de transformation de ce qu’on appelle ruralité (ensemble d’activités productives, espace spécifique et mode de vie).

31Ces questions introduisent, dans la réflexion sur les buts actuels de l’agriculture, des variables issues de l’environnement socio-institutionnel où opère le réseau alimentaire. Revenant à la question plus spécifiquement technologique, il est évident que les impacts des biotechnologies modernes, de la micro-électronique et de la robotique pourront accélérer les mouvements d’appropriation-substitution de l’agriculture. Mais “la vision que l’on a des impacts probables des biotechnologies modernes reste encore peu claire” (VEIGA, 1990, pagel80). Les grandes corporations agro-alimentaires et certains gouvernements essaient évidemment de conquérir des espaces dans ce domaine, car d’éventuels retards peuvent être fatals à long terme. Cependant, actuellement et à moyen terme, leurs applications pratiques se sont révélées assez difficiles pour des questions de marché et d’ordre légal (GREEN, 1992 ; VEIGA, 1992).

32Quant aux conséquences futures de la bio-industrialisation, on a déjà imaginé que les bio-gérants remplaceraient les agriculteurs. Mais, “même avec toute la hardiesse des prévisions, on ne peut imaginer une production alimentaire indépendante des processus biologiques de reproduction et de croissance des végétaux et des animaux, bien que cette idée ne soit pas non plus absente des récents travaux des économistes agricoles (…). Evidemment, de telles spéculations sur la disparition de l’agriculture (et même de la base biologique de la production d’aliments) se situent bien au-delà de notre proche horizon. Elles n’en reflètent pas moins une des façons possibles de prévoir l’influence que les nouvelles technologies auront sur le futur du système alimentaire” (VEIGA, 1991, page 181).

33Cette perspective sur le futur de la production alimentaire a comme conséquence théorique possible “l’idée que les aliments du futur seront, par exemple, des protéines unicellulaires produites dans de grandes usines qui utiliseront des bactéries génétiquement manipulées. Des protéines indifférenciées pourront, par la suite, être reconstituées en d’innombrables configurations. Et cette bio-industrialisation donnerait suite à la logique fordiste de l’uniformisation de la production et de la consommation” (VEIGA, 1991, page 181).

34Même si l’on se limite à ce niveau de réflexion, le scénario que l’on peut imaginer peut être totalement différent. Il existe une tendance au recul de la production en masse et à une plus grande flexibilité et diversité des produits. Les nouvelles technologies ont permis et pourront garantir une plus grande diversité de production à des coûts semblables à ceux de la production en masse, répondant ainsi à la tendance de la demande dans les pays plus développés (VEIGA, 1991 ; et cf. chapitre 1). Dans ce cas, la production alimentaire, bien que profondément transformée et intégrée à l’ensemble du réseau agro-alimentaire, ne dispenserait pas la base rurale d’une production agricole, source de sa fidélité à la nature, élément d’homogénéisation des préférences alimentaires actuelles extrêmement hétérogènes, notamment dans les pays développés.

35Si l’agriculture persiste alors comme activité de base du réseau alimentaire, bien que non prépondérante dans la production de valeur et de pouvoir de décision dans les choix du réseau, il convient de chercher à analyser ses spécificités dans les nouvelles configurations du réseau. La question qui se pose alors est de comprendre les transformations en cours dans le secteur agro-alimentaire, sans sous-estimer les interactions existant entre les facteurs techniques et non-techniques. L’analyse de la contractualisation au sein de cette restructuration agro-industrielle peut aider à comprendre une telle interaction.

L’agriculture contractuelle dans le réseau alimentaire.

La production agricole au sein d’une économie de réseau

36L’analyse des transformations intervenues dans le système de production, de circulation et de consommation de biens et de services à partir des années 80 dans les pays développés, conduit de nombreux auteurs à souligner qu’une de leurs caractéristiques est l’établissement de relations inter-industrielles régies par des règles du jeu explicites et contractuelles. Le développement d’une économie contractuelle répondrait à de nouveaux paramètres productifs marqués par la flexibilité et par l’interaction adaptative, ou “solidarité”, entre les différents acteurs de la production. Ceci a été rendu possible par les progrès technologiques et organisationnels à différents niveaux, mais surtout par la diffusion et le perfectionnement des circuits d’information et de circulation assurés par l’informatique. Ces transformations répondent à des changements plus généraux des sociétés, y compris ceux liés aux modes de vie, de plus en plus caractérisés par l’individualisme et par la différenciation, plutôt que par les paramètres stricts d’une “société de masse” autrefois prépondérants (cf. chapitre 5).

37Ce processus a établi des relations contractuelles entre les différents acteurs de la production alimentaire, producteurs ruraux, agro-industries et réseaux de distribution, en passant par toute une gamme de services d’appui (comme les transports et les divers services logistiques), eux aussi contractualisés. Ce processus de contractualisation s’amplifie clans la mesure où le cycle de production d’aliments s’élargit. Les produits alimentaires tendent à être fabriqués avec un plus grand degré de transformation, dans un système productif plus large et complexe. La distance entre le producteur de matières premières et le consommateur tend à augmenter, au même temps, le nombre des opérateurs et des intermédiaires s’accroît.

38Cette distance ne signifie cependant pas l’autonomie des maillons du réseau agro-alimentaire. Au contraire, le synchronisme, via contrats, entre les différents acteurs de ces réseaux tend à être de plus en plus effectif. Dans le cas des relations entre agro-industries et agriculteurs, elle passe par la fixation de normes et de contrôles de qualité de la matière première, qualité qui concerne non seulement son état sanitaire mais également sa composition moléculaire. En outre, les quantités sont elles aussi réglementées, ce qui permet de prévoir les livraisons de matière première au secteur agro-industriel.

39Cette possibilité de fonctionnement intégré de l’agriculture et de l’industrie, à des degrés plus ou moins importants, sert de frein au phénomène de substitution radicale de certaines matières premières. Cette “solidarité productive”, fondement de nouveaux modes de fonctionnement, exige une complémentarité flexible qui oblige le producteur à transformer sa production, mais lui assure une certaine stabilité de marché

40Il ne s’agit pas d’une simple opération d’approvisionnement dans la mesure où elle joue un rôle dans la réorganisation du processus agricole lui-même. Une telle transformation peut faire du processus agricole un maillon d’un réseau, d’une “structure organisationnelle synergique qui articule contractuellement, à moyen terme, des relations inter-entreprises afin de répondre ensemble et solidairement, de façon flexible et sous la direction d’une entreprise donnant des ordres, à une demande finale ou intermédiaire instable dans un espace économique de relations productives de biens et services” (cf. chapitre 1). Pour que cette définition traduise de façon plus adéquate le rôle de l’agriculture dans ce réseau, il convient d’ajouter que ces relations se nouent également entre des entreprises et des établissements agricoles qui, en raison de leurs caractéristiques, ne peuvent être considérées comme des entreprises, au sens strict du terme. Il s’agit néanmoins de relations entre des acteurs productifs, indépendamment de leur statut social et juridique.

La contractualisation de l’agriculture : éléments pour une définition de son rôle économique

41Dans une vaste analyse bibliographique relative à l’agriculture contractuelle, CAÑADA (1988) montre que la contractualisation est une voie intermédiaire de coordination verticale de la production agricole dans le réseau agro-alimentaire, entre le marché ouvert et l’intégration par propriété. Cette dernière est définie comme la voie de coordination dans laquelle la même personne juridique est propriétaire de deux maillons de la chaîne. Il s’agit d’une forme de capitalisation directe où les agro-industries elles-mêmes investiraient dans le processus productif de leurs matières premières. Son faible développement dans les pays avancés s’expliquerait par le fait que la propriété de la terre et l’exploitation d’une force de travail agricole salariée présentent, du point de vue économique, un intérêt moindre pour les entreprises agro-industrielles que l’agriculture contractuelle. En optant pour la voie contractuelle et non pour l’intégration directe de la production agricole, les entreprises évitent les investissements en capital foncier et en installations et se dispensent de contracter, d’investir en formation et de contrôler la main d’œuvre nécessaire, les travaux et les charges importantes dans l’agriculture (FERREIRA et BRANDENBURG, 1991). Ils contractent des agriculteurs qui détiennent déjà un savoir, un métier solide, dont la réadaptation aux nouveaux paramètres de production est réalisable sans coûts excessifs pour les agro-industries (cf. chapitre 4).

42L’agriculture contractuelle serait l’une des voies possibles vers la coordination verticale du secteur agricole mais elle est la plus répandue. On peut dire “qu’il existe une relation contractuelle quand, lors de la commercialisation d’un produit, sont établies des conditions sur l’accord même d’achat et de vente, sur les caractéristiques du dit produit, sur les obligations futures se référant au flux de biens, de services et d’information entre les agents économiques qui interviennent dans cette relation” (SORIA et alii, 1988, cité par CAÑADA, 1988).

43La typologie établie par MIGHELL et JONES (1963, cité par CAÑADA, 1988) a été utilisée par presque tous les auteurs qui ont étudié l’agriculture contractuelle. Elle distingue les trois niveaux de transfert de fonctions productives et de gestion de l’agriculture vers l’agro-industrie :

  1. contrats d’achat et vente, où seules sont spécifiées les conditions de livraison et de prix, l’acquéreur n’exerçant pas de contrôle sur les techniques et les processus de production. Ils établissent dans ce cas certaines clauses sur la quantité et la qualité des produits ;

  2. contrats de transfert partiel. Dans ce cas, l’acheteur intervient directement dans les facteurs de production utilisés dans l’exploitation agricole et offre son assistance à l’agriculteur, par l’intermédiaire de ses services techniques. L’agriculteur conserve la propriété du produit, objet du contrat, jusqu’au moment de la livraison ;

  3. contrats de transfert plein. Ils incluent, outre les clauses de commercialisation et de production présentes dans les autres types de contrats, le transfert d’une partie importante ou de toutes les fonctions de gestion de l’entreprise, comme le risque et le contrôle des méthodes de production. C’est l’acquéreur qui détient la propriété des produits, l’agriculteur n’ayant qu’à fournir son travail et ses installations.

44Toujours selon l’analyse de CAÑADA, il existe, parmi les principaux avantages offerts aux agriculteurs par l’agriculture contractuelle, une évidente réduction du risque, tant au niveau des prix qu’à niveau de l’écoulement de la production. Cela a comme conséquence une stabilité des ventes mais pas forcément l’amélioration de leur situation socio-économique. La contractualisation entraînerait également une plus grande facilité d’accès au crédit et une incorporation plus rapide des innovations technologiques (outre une meilleure assistance technique et une formation des agriculteurs).

45Comme principaux inconvénients, on noterait la diminution de la capacité de gestion de l’entreprise par les agriculteurs et le fait que les contrats ne sont pas nécessairement reconduits, un inconvénient pour les agriculteurs qui ont effectué d’importants investissements en vue de la réalisation des activités contractuelles.

46CAÑADA montre que tous les auteurs s’accordent à signaler que la motivation première des entreprises agro-alimentaires réside dans le contrôle de l’approvisionnement en matières premières, en quantité, qualité et temps adéquats à leurs processus productifs, ainsi que la nécessité de contrôler les techniques de production agraire, surtout en ce qui concerne le type et la qualité des produits agricoles. GALIZZI (1985, cité par CAÑADA, 1988) note, comme effet positif, le fait que les entreprises peuvent mieux s’adapter aux conditions changeantes du marché par le biais des relations contractuelles. Ce fait a été souligné dans le chapitre 1.

47Comme on l’a déjà mentionné, les relations contractuelles pénètrent tout le réseau agro-alimentaire dans sa nouvelle dynamique. On a surtout essayé ici de comprendre les relations entre agro-industrie et agriculture, bien qu’il existe déjà des contrats directs entre producteurs agricoles et grands réseaux de distribution dans lesquels est appliqué l’essentiel des caractéristiques de la contractualisation.

48Cet ensemble de définitions représente une vision générique du processus et ne rend évidemment pas compte des spécificités empiriques possibles, même à un niveau spécifique de contractualisation. C’est une référence à vérifier et à compléter à partir de l’étude de cas concrets, ce qui se fera, de façon préliminaire, avec quelques exemples de contractualisation en France et au Brésil. Mais avant tout, il importe de faire une autre réflexion d’ordre général qui permette de comprendre la relation contractuelle comme une interaction sociale, comme partie d’un domaine plus large, où les contractants sont des acteurs sociaux immergés dans des relations de coopération et de conflit.

Agriculteurs et agro-industries : les acteurs sociaux et leurs stratégies

49Prenant l’agriculture contractualisée comme sujet de réflexion, il est important de partir des présupposés théorico-méthodologiques qui rendent compte de ce mouvement du réel, qui l’appréhendent dans sa complexité, soit, selon l’expression de Marx comme “synthèse de multiples déterminations”. Ce précepte méthodologique vise à montrer que, bien que partant d’une relation dont la dynamique la plus visible se situe au niveau économique, celle-ci est en réalité en même temps un ensemble de relations sociales, marquées par une certaine insertion culturelle de ces acteurs sociaux et agissant dans un milieu socio-politique qui explique une grande partie de ses traits.

50D’autre part, considérer les différents aspects déterminants de cette relation, tout en préservant son caractère d’interaction, signifie partir d’un présupposé théorico-méthodologique qui valorise le rôle actif des acteurs en niant, cependant, l’individualisme radical. Les acteurs sociaux ne sont ni le reflet du fonctionnement ou des contradictions de la société (ou des systèmes sociaux au niveau micro ou méso-social), ni la somme des intérêts et des désirs individuels, autrement dit le social n’est pas un ordre et l’acteur n’est pas un joueur à la recherche de gains ou de pertes moindres (TOURAINE, 1988).

51Dans cette perspective, les individus, dans leurs multiples interactions, sont des acteurs sociaux parce qu’ils partagent et reproduisent un ordre social concret donné et ils sont, en même temps, capables de produire de l’historicité (TOURAINE, 1988). Cette importance portée à l’analyse des systèmes d’action qui produisent et transforment la vie sociale à différents niveaux, ne doit pas supposer l’horizontalité de ce processus d’interaction.

52Au contraire, les relations de domination et de conflit marquent l’interaction entre les différents acteurs (acteurs individuels ou collectifs) et se traduisent par différentes stratégies de confrontation et/ou d’accommodation.

53Dans le cas étudié, les agriculteurs et les agro-industries, par le biais de la relation contractuelle, mettent en œuvre un processus d’interaction qui n’est pas fermé sur lui-même mais qui dépend au contraire des interactions entre les autres maillons de la chaîne d’une part et des conjonctures économico-sociales plus générales d’autre part. On entend ici les différentes politiques agricoles, les conditions du marché national et international des biens produits par ce contrat et même la propre dynamique du marché du travail urbain, qui peut être un élément régulateur de la durée du contrat et de la permanence dans le milieu rural. Un tel processus dépend aussi d’autres éléments socio-économiques comme la nature et la taille de l’exploitation agricole contractualisée, les caractéristiques du territoire où se développe la contractualisation, comme, par exemple, la localisation des unités de production, l’infrastructure routière et de stockage local.

54Des éléments socio-culturels, comme la perception que les agriculteurs ont de leur rôle professionnel et de celui des agro-industries, de leurs trajectoires de vie et de leurs espoirs de reproduction et d’ascension sociale, composent et se synthétisent dans un contrat de production ainsi que dans tous leurs actes économiques. Dans ce sens, il n’est pas fortuit de constater qu’être contractant n’est qu’une des multiples insertions sociales de cet acteur social. Cela permet de comprendre que l’agriculteur, en établissant ses relations contractuelles, construit son historicité. Il définit quelques paramètres de sa propre trajectoire de vie, produit une nouvelle catégorie sociale d’agriculteurs avec des éléments d’identité et de différence par rapport aux autres. Il engendre aussi une partie de la dynamique du réseau économique avec lequel il s’associe car ses actions peuvent intervenir dans les destins de cette dynamique.

55En ce qui concerne l’intervention possible des agriculteurs sur la dynamique du réseau agro-alimentaire, il convient de signaler comment le système d’actions entre les acteurs présuppose aussi bien l’horizontalité que la hiérarchie de telles interactions. Les relations de domination se situent au cœur de la vie sociale en général et se répètent dans les différents niveaux intermédiaires et micro-sociaux de leur réalisation. La relation contractuelle, pour la plupart des auteurs, est une relation de hiérarchies, dans laquelle le pouvoir de “donner des ordres” se situe à différents niveaux entre les maillons du réseau agro-alimentaire. La solidarité économique supposée dans le système contractuel est parallèle aux relations de conflit, de négociation, de domination. Dans ce contexte, les producteurs agricoles restent relativement désavantagés lorsqu’ils sont opposés aux agro-industries ou aux grands réseaux de distribution. Ceux-ci ont un rôle toujours croissant dans la production et la consommation de produits agricoles, non seulement parce qu’ils en garantissent l’achat mais également parce qu’ils y ajoutent des services et leur confère des symboles actuellement recherchés par les consommateurs. En outre, les capitaux agro-industriels et du grand commerce sont très concentrés et leur action concertée, en ce qui concerne l’achat de matières premières, réduit la marge de manœuvre des agriculteurs.

56Cependant, c’est justement cette possibilité d’interférer sur le système qui explique comment les agriculteurs, en constituant des groupes de négociation et de pression, ont réussi à intervenir dans le processus de contractualisation, aussi bien en ce qui concerne l’établissement de normes acceptables de qualification de leurs produits et de leurs prix, que l’intégration d’innovations technologiques ou la réalisation d’investissements d’une autre nature. La création de coopératives de transformation a été une stratégie, signalée par plusieurs auteurs, (voir par exemple CAÑADA, 1988 ; BODIGUEL et alii, 1971) en vue d’opposer à la logique strictement économique des entreprises, un modèle d’agro-industrie plus contrôlable par les agriculteurs. A la demande de qualité et de flexibilité des agro-industries, les agriculteurs ont répondu en demandant le crédit moins cher, les prix plus compensateurs ou même en refusant d’alourdir leur endettement pour transformer leur production en termes qualitatifs. Ces revendications sont formulées en raison de leurs besoins socio-culturels d’une façon plus générale et de leurs attentes quant au rôle de la contractualisation. Au cours de ces luttes, les stratégies agro-industrielles elles-mêmes peuvent changer, occasionnant de nouveaux ajustements à moyen terme. Ainsi, les agriculteurs, perçus comme acteurs sociaux, construisent en partie une historicité plus large que leur propre histoire, mais étroitement liée à celle-ci.

La production contractualisée de viandes dans le sud du Brésil

57La contractualisation de l’agriculture au Brésil, sous ses traits les plus typiques, autrement dit qui dépasse le simple approvisionnement des industries en matières premières, avec différents niveaux d’interférence de ces dernières dans la production, s’est surtout développée à partir de la fin des années soixante. Elle s’est concentrée surtout dans le sud du pays.

58Dans le cas de la production contractualisée de viandes, c’est dans les secteurs avicole et porcin que la contractualisation s’est développée de façon la plus significative, notamment dans les Etats du sud (en termes de nombre de contrats), car élevage et abattage y sont concentrés. Le tableau n° 1 illustre cette concentration.

59La production avicole est, depuis l’installation de l’aviculture dite hors-sol, presque totalement intégrée (cf. tableau n° 2).

60Il s’agit, dans ce cas, de la forme la plus poussée de contractualisation, le cas 3 selon la typologie présentée par MIGHELL et JONES (1963). Tout le processus technique est contrôlé par l’industrie, de l’approvisionnement en poussins d’un jour, rations, vaccins et médicaments, aux autres spécifications techniques). Le producteur cède ses installations, dont le projet est fourni ou supervisé par l’industrie, et fournit la main d’œuvre. Le producteur n’est pas propriétaire du produit : il le reçoit, le garde et le soigne pendant la période de croissance.

  • 1 Abattage avec SIF- Service d’Inspection Fédérale, qui atteste la qualité sanitaire des viandes.

Tableau 1. Brésil- Participation de la région sud dans la production nationale des viandes-19901

Tableau 1. Brésil- Participation de la région sud dans la production nationale des viandes-19901

Source : SEAB/DERAL-PR ; CEPA-SC ; Inst. Riograndense de Carnes-RS -Elaboration : DESER., cité par Dalla Costa (Dalla Costa : 1990)

Tableau 2. Brésil Etablissements avicoles et aviculteurs intégrés dans la région sud

Tableau 2. Brésil Etablissements avicoles et aviculteurs intégrés dans la région sud

Source : Estimation DESER-1990, cité par Denardi :(Denardi : 1990)

61C’est l’intégration aux agro-industries qui a permis la transformation de l’activité et non la modernisation de l’agriculture qui a induit le processus d’intégration, d’après le modèle qui s’est mondialement généralisé à partir des avancées technologiques dans le domaine du contrôle du cycle de production et de la qualité des volailles.

62Selon ce modèle, les agro-industries possèdent souvent des fermes de reproduction de volailles, des couveuses, des usines de ration alimentaire, des abattoirs, transférant seulement aux producteurs l’étape de l’élevage (RIZZI et LIBARDI, 1989). Dans le cas du sud du pays, les principales industries qui se sont engagées dans cette activité sur une grande échelle, avaient déjà atteint, au moment le plus intense du développement de l’intégration, un niveau technologique et d’organisation de l’entreprise relativement important, regroupant déjà abattoir et transformation industrielle.

63Les entreprises privées dominent largement dans le domaine de l’intégration avicole, malgré la présence de coopératives.

64Il s’agit d’une activité où prédominent les agriculteurs familiaux mais aussi les agriculteurs à temps partiel, pour lesquels l’agriculture est une activité complémentaire à une profession urbaine. Cette activité étant développée selon le système hors-sol, elle est associée à des cultures ou à la production porcine. Elle est alors conçue comme une stratégie de diversification de la production sur de petites surfaces.

65Le caractère complémentaire des revenus et la mise à profit d’un temps de travail disponible sont soulignés par les agro-industries mais cela n’est vrai qu’en partie, selon une étude réalisée dans le sud du Brésil (RIZZI et LIBARDI, 1989), cette activité requiert un travail intensif quotidien de deux hommes pendant huit heures. En outre, ces activités sont peu complémentaires car les rations alimentaires sont fournies par les industries, exception faite de la possibilité d’employer et de vendre des engrais organiques provenant de d’élevage.

66L’intégration avicole a lieu quand le secteur agro-industriel pouvait mieux contrôler le flux de matières premières, en termes de prix et de qualité. La garantie d’un marché et la possibilité d’un revenu complémentaire sont des atouts pour l’agriculteur, mais ils n’excluent cependant pas le risque d’appauvrissement et son exclusion de l’activité. Line telle exclusion est évitée au maximum car elle implique la non utilisation des bâtiments et des équipements acquis spécifiquement pour l’aviculture et non réaménageables, sans grandes dépenses, en vue d’autres activités.

67La tendance est donc à la restriction du nombre d’agriculteurs contractualisés car la rentabilité d’échelle est importante, ce qui tend à limiter l’entrée ou voire le maintien des participants qui opèrent à de plus petites échelles.

68Le rôle des agriculteurs dans le processus d’intégration est peu actif à cause de la fragilité des structures organisationnelles dont ils disposent pour faire face aux agro-industries. Il existe pourtant, dans le mouvement syndical, des expériences d’organisation bien réelles, regroupant les producteurs avicoles selon leurs revendications spécifiques.

69Au Brésil, la contractualisation dans le domaine de la production porcine présente des différences. Elle pourrait être classée dans le second type selon la typologie citée.

70L’élevage porcin traditionnel existait déjà au moment de l’expansion des frontières agricoles au Brésil, notamment dans le sud du pays. Il représentait un important produit commercial pour les petits établissements agricoles. Ceci était dû en premier lieu au fait que même dans des régions mal desservies par les transports, les porcs pouvaient être conduits en troupeaux jusqu’au lieu de commercialisation (FERREIRA, 1984). En outre, une structure artisanale d’abattage et de traitement de la viande était disséminée dans toutes les petites villes de province, ce qui facilitait la vente du produit.

71C’est sous cet élan donné par les établissements agro-industriels déjà organisés sous forme d’entreprise que l’élevage porcin hors-sol commence à se développer au cours des années soixante-dix. Le mouvement d’intégration agro-industrielle de l’élevage porcin rencontre donc un secteur commercialement développé et un savoir important des agriculteurs dans cette activité, bien qu’il s’agisse fréquemment d’un système peu différent du système traditionnel. Cela explique le fait que la contractualisation de l’élevage porcin n’ait pas éliminé la présence de producteurs autonomes, grands et moyens, qui pratiquent actuellement une activité très développée techniquement.

72Le schéma de contractualisation était à l’origine celui du cycle complet (naisseurs-engraisseurs) et domine encore aujourd’hui. Le producteur est propriétaire de son bétail et se charge de toutes les phases de l’élevage, depuis la reproduction, la croissance initiale jusqu’à l’engraissement. L’agro-industrie se charge de la fourniture des reproducteurs, ou éventuellement du contrôle de qualité des reproducteurs achetés ailleurs, de l’assistance technique, de l’approvisionnement en rations alimentaires -qui peuvent être composées d’un concentré industriel et de maïs du propre producteur- et en médicaments. Elle reçoit en exclusivité le lot de porcs pour l’abattage : le contrat prévoit la fidélité commerciale envers une seule agro-industrie par produit contractualisé. On note même une tendance à la concentration des autres produits de l’établissement avec la même industrie (contrat concernant les volailles, la commercialisation du maïs, du soja, etc.).

73La différence entre la période initiale de l’élevage porcin hors-sol et le “cycle complet” actuel réside dans le fait qu’auparavant, les agro-industries avalisaient la construction des installations destinées à l’élevage. C’était une période où le crédit rural était disponible et relativement bon marché. L’agriculteur qui voudra débuter aujourd’hui dans cette activité devra avoir recours isolément au système bancaire. Cette situation peut varier en fonction de l’intérêt des agro-industries dans l’augmentation du nombre de contractualisations. Dans de nouvelles régions de production où sont implantés des abattoirs qui manquent de matières premières, elles peuvent faciliter ce financement. Dans des régions de production déjà confirmée, cela est pratiquement impossible car la politique des agro-industries vise alors à favoriser le développement de ses participants “modèles” et non à augmenter le nombre de contrats. Même dans ces nouvelles régions, on remarque cette indisponibilité du crédit et l’adoption d’une stratégie qui fixe au minimum les exigences quant à la qualité des installations, un changement d’attitude radical par rapport à la période initiale de l’activité quand le crédit bancaire était facilement accessible et bon marché.

74Actuellement, l’élevage porcin dans le sud du Brésil commence à présenter quelques particularités qui existent dans certains pays développés (SORIA et alii, 1990 ; BODIGUEL et alii, 1971) : la spécialisation entre les naisseurs et les engraisseurs, les premiers se chargeant de la reproduction et de l’élevage initial des porcelets, les seconds de l’engraissement.

75Les ressemblances entre le second type d’agriculteur et l’aviculteur sont évidentes : les producteurs ne sont plus propriétaires de leurs produits. La différence réside dans le fait qu’il leur reste encore une certaine marge de manœuvre en ce qui concerne la ration qui peut être composée de son propre maïs ou de maïs acheté sur place, ce qui, dans certains cas, peut être déterminant dans sa marge de bénéfice. L’élevage porcin hors-sol est donc, sous toutes ses formes, une activité plus complémentaire aux autres activités de l’établissement que l’activité avicole.

76Bien que cette spécialisation soit en expansion, on note une réaction des associations d’éleveurs et des groupements syndicaux à ce schéma car ils y voient un instrument de transformation de l’élevage porcin en une branche d’activité totalement intégrée, avec une perte d’autonomie du producteur. Cette réaction retarde son implantation par les agro-industries ou par les groupements des producteurs.

77Le secteur coopératif a un poids plus important dans la contractualisation de l’élevage porcin que dans l’aviculture, où il est cependant minoritaire. Il adopte le même type de contrat que les entreprises privées. Ce n’est que récemment, par le biais de quelques centrales coopératives, qu’a commencé la transformation industrielle à plus grande échelle.

78Le syndicalisme des travailleurs ruraux, qui au Brésil regroupe les petits producteurs familiaux, doit l’une de ses évolutions à l’intégration de l’élevage porcin : la création de syndicats par type d’activité, qui regroupe les éleveurs porcins et qui a été à la tête des négociations et des affrontements avec les agro-industries. C’est cette combativité qui a incité le secteur agroindustriel à envisager, du moins en tant qu’argument, la substitution des relations contractuelles par le développement d’un élevage porcin propre (intégration verticale par propriété). Les difficultés de coût et de main d’œuvre et le risque de perdre la flexibilité induite par la contractualisation, montrent que l’évocation d’un élevage par les agro-industries est plus un instrument politique de pression et de négociation qu’un projet réel (BRANDENBURG et FERREIRA, 1991).

79La garantie d’écouler la production est un avantage de la contractualisation reconnu par tous, mais les manques à gagner inhérents à l’obligation de vente au co-contractant sont évidents. Il existe en effet des éleveurs porcins non contractualisés, fortement soutenus par les associations de producteurs, qui vendent à des prix plus intéressants. Ce sont eux qui approvisionnent les petites agro-industries. Quand les plus grandes manquent de matières premières, ils jouent le rôle de producteurs “poumons” en assurant la continuité de leurs activités. Ils fournissent la matière première nécessaire, à des prix supérieurs à ceux qui sont payés aux contractualisés des agro-industries.

80Dans ces conditions, les agriculteurs perçoivent la contractualisation comme la stratégie à adopter en cas de fonds de roulement insuffisant pour s’établir à leur propre compte. Ceux qui parviennent à capitaliser ont tendance à délaisser la contractualisation. Les producteurs les plus pauvres ne parviennent pas à entrer dans le système de contractualisation. Des conditions minimums d’investissements et d’échelle de production sont exigées par les agro-industries et par les groupements de producteurs.

81L’élevage porcin contractualisé concerne presqu’exclusivement des agriculteurs familiaux. Les exploitations agricoles familiales satisfont aux exigences des plus grandes agro-industries du pays : discipline au travail et soins portés au produit. Par ailleurs, elles produisent à moindre coût parce qu’elles utilisent surtout la main d’œuvre familiale, “non rémunérée” (BRANDENBURG et FERREIRA, 1991).

82On remarque une tendance à la différenciation entre les éleveurs porcins : pour garantir les marges bénéficiaires, il leur faut investir davantage et augmenter la production. On constate aussi une difficulté croissante pour entrer dans l’activité via contrat, sauf dans les régions nouvelles où les agro-industries ne se sont pas encore garanti sur un approvisionnement en matières premières. Ceux qui n’investissent plus ou n’augmentent pas leur troupeau continuent leur activité sans faire de bénéfices, comme dans le cas de l’aviculture, afin de ne pas perdre leurs investissements et de pouvoir profiter ultérieurement de meilleures conjonctures.

83Il faut signaler que, dans la majorité des cas, le contrat n’est pas écrit ou formalisé par un document spécifique. Ainsi, les différentes opérations (achat de rations, de médicaments, prestations de services, vente, etc.) sont enregistrées sur des bordereaux et passent également par un “code verbal d’obligations et devoirs” entre les deux contractants.

84L’étude du cas de la Bretagne, région qui concentre 40 % de la production de volailles du pays et plus de 50 % de la viande de porc pour charcuterie (GUYOMARD, 1989) permet de noter quelques ressemblances et différences entre la contractualisation de l’aviculture et de l’élevage porcin au Brésil et en France.

85L’aviculture tout d’abord, puis l’élevage porcin, se développèrent sous la forme hors-sol à partir de la décennie soixante, dans le cadre d’un processus plus général de modernisation de l’agriculture française, peu avant le développement du même phénomène au Brésil. C’est à partir des nouvelles possibilités offertes par une agriculture moderne et face à une structure foncière de petits établissements que s’est développé ce type de production : “l’exploitant agricole breton a été contraint en fait d’ajouter à sa ferme une ferme “horizontale” de superficie insuffisante, une ferme “verticale” (hors-sol destinée à lui assurer un complément de revenu” (GUYOMARD, 1989, page 31).

86L’agriculture se modernisait déjà avant la contractualisation, mais l’activité avicole “industrielle” a été lancée par un secteur industriel encore semi-artisanal (contrairement au cas brésilien), lié au commerce de rations alimentaires pour volailles (CANEVET, 1989). C’est seulement après que les abattoirs industriels furent créés et que débuta une production avicole intégrée aux coopératives. Dans le cas de l’élevage porcin, les premiers abattoirs étaient également artisanaux et n’eurent pas un rôle significatif dans le développement de l’activité. Ce rôle revint aux coopératives qui s’introduisirent tout d’abord dans l’aviculture au cours des années soixante, afin de s’opposer à l’essor des entreprises privées, selon l’orientation syndicale des agriculteurs de l’époque, “conserver un pouvoir paysan, contre l’intégration capitaliste” (CANEVET, 1989). Dans le cas des volailles, leur intervention, à l’apogée d’une crise de surproduction, les conduisit à adopter le schéma d’intégration utilisé par les entreprises privées, seule façon de survivre à la crise (BODIGUEL et alii, 1971). Le modèle d’intégration totale fut adopté par les coopératives, comme dans le secteur privé, avec toutes les exigences de qualité et de contrôle des prix et avec une sélection sévère des associés.

87Dans l’élevage porcin, la contractualisation, commencée plus tard, n’a cependant pas été totale. Pendant les premières années, la commercialisation a été laissée à la guise des éleveurs en raison de leur réaction contre le modèle de l’intégration avicole dans lequel ils refusaient la perte d’autonomie (BODIGUEL et alii, 1972).

88La contractualisation dans l’élevage porcin a essentiellement avancé d’une manière non formalisée, à travers l’action des coopératives sur ses adhérents, et a fini par inclure l’obligation de vente, de façon informelle ici aussi. Le rôle des groupements de producteurs fut prépondérant. Il a largement dépassé les entreprises agro-industrielles et leur a très souvent racheté des abattoirs. Ils ont organisé la production et mené les transformations nécessaires pour la rentabiliser, même si cela a entraîné l’exclusion d’un nombre important d’agriculteurs, exclusion toujours en cours. Parallèlement, ils ont réussi, après de nombreux conflits et négociations avec les abattoirs, à créer des organisations interprofessionnelles qui garantissent des standards de classification du produit et de pesage qui ont amélioré les marges de bénéfice des producteurs plus performants.

89Actuellement, dans les deux secteurs, les coopératives s’associent de plus en plus à des capitaux privés dans une politique qu’ils appellent de réalisme économique, en vue notamment d’augmenter la transformation industrielle locale de leurs produits.

90Le schéma prépondérant d’intégration avicole est cependant le même que celui en vigueur au Brésil. Dans le cas de l’élevage porcin, la spécialisation entre naisseurs et engraisseurs a tendance à disparaître, au contraire du cas brésilien où elle est en progression, bien que très peu disséminée. Les résultats socio-économiques sont similaires pour les producteurs : régularité dans l’écoulement de la production, complément de revenu, mais également diminution du nombre de producteurs, contraints par la nécessité croissante d’investissements.

Le contrat entre agriculteurs et agro-industries : conclusions

91L’agriculture a connu, au cours des dernières décennies, un profond processus de transformation avec l’adoption d’innovations technologiques et organisationnelles, aussi bien au niveau du secteur agricole stricto sensu qu’au niveau du réseau agro-alimentaire avec lequel elle s’articule. Au cours de ces changements, l’industrie s’est approprié ou a substitué des éléments de la production agricole et sa dynamique s’insère de plus en plus à la logique du réseau agro-alimentaire pris comme un tout.

92Ces changements ont suscité l’élaboration de théories prévoyant la fin du rural et de l’agriculture en raison de l’intensification des possibilités technologiques que laissait présager notamment l’avancée des biotechnologies. On a essayé ici de remettre en question cette conception sur les conséquences du processus de substitution “à tout prix” de l’agriculture par l’industrie dans la production alimentaire, en incorporant à l’analyse des facteurs d’ordre socio-culturel, en soulignant que le fait de s’alimenter n’est pas une simple restitution de nutriments dans l’organisme. C’est un acte culturel à travers lequel les composants matériels de l’alimentation sont également consommés en tant que symboles, avec leurs significations culturelles. Cela signifie un frein à la substitution radicale de la production agricole car les consommateurs, en dépit de leur extrême hétérogénéité actuelle, ont tous en commun la préférence pour des aliments proches, réellement ou symboliquement, des aliments naturels. On a montré aussi que les structures sociales rurales, bien qu’elles aient subi de profondes modifications, conservent certaines de leurs caractéristiques générales, non seulement à cause de critères d’efficacité économique mais également en raison du poids social et politique des agriculteurs. Dans le cas du Brésil, ces structures n’ont pas été modernisées d’une façon générale et la ruralité, en tant qu’ensemble différencié d’espace, des modes de production et de modes de vie, en est la réalité la plus visible. Dans le cas français, il s’est opéré une intensification et une généralisation de la modernisation et de l’urbanisation significative des modes de vie des agriculteurs. Malgré cela, le poids politique de leurs organisations professionnelles et le poids idéologique d’un néo-ruralisme très répandu dans la société française a influencé le maintien de structures sociales qui, du point de vie strictement productif, auraient pu être encore plus limitées.

93Ces freins à la substitution de la production agricole n’empêchent pas que l’agriculture soit de plus en plus intégrée au réseau agro-alimentaire, compris comme une structure organisationnelle synergétique qui articule de façon contractuelle (soit à travers de contrats formels, soit à travers une articulation économique et social moins formalisée) et à court terme les relations entre les acteurs productifs. Ceci se fait sous la direction d’une entreprise qui donne les ordres, dans le but de répondre conjointement et solidairement, de manière flexible, à une demande finale relativement volatile. La contractualisation entre l’agriculture et les agro-industries est l’une des formes de coordination des composants du réseau agro-alimentaire qui exige de la production agricole une complémentarité souple face aux besoins plus généraux de la production alimentaire, mais qui lui garantit en même temps une certaine stabilité du marché : en permettant cette “solidarité” économique, le contrat sert aussi de frein à la substitution radicale des matières premières par l’industrie.

94La contractualisation est une forme de coordination plus répandue que l’intégration par propriété de la terre et des moyens de production agricole, clans laquelle les agro-industries produisent directement la matière première qu’elles utilisent. Elle ne concerne cependant pas l’ensemble de la production agricole car elle se limite, au Brésil et en France comme dans les autres pays industrialisés développés, à quelques produits : viandes, légumes, produits laitiers, fruits. Les travaux réalisés sur ce sujet considèrent qu’il existe une tendance au développement de cette forme d’articulation entre agriculture et industrie, vu les conditions actuelles du marché alimentaire international.

95La relation contractuelle comprend un accord d’achat et de vente de produits mais aussi, à différents degrés, des spécifications sur les caractéristiques souhaitables du dit produit et des obligations plus générales concernant le flux de biens, de services et d’informations entre les contractants. Les acteurs de cette relation sont généralement les agriculteurs d’une part, les agro-industries de l’autre (entreprises ou coopératives) ou, plus rarement, les entreprises liées à la grande distribution. Les niveaux d’interférence sur le processus de production et de gestion agricole sont déterminants dans la distinction entre les types de contrat existant, selon le produit et la région où a lieu la contractualisation. L’analyse de l’intégration de l’aviculture et de celle de l’élevage porcin dans le sud du Brésil permet de mettre en évidence que c’est dans le premier cas que le type de contrat est le plus complet (le produit même n’appartient pas à l’agriculteur) alors que dans le second, le contrat prévoit un contrôle moins strict de la production, même si l’on note une tendance vers la spécialisation qui entraînera une restriction plus importante de l’autonomie des producteurs.

96Dans le cas des élevages hors-sol contractualisés, le caractère complémentaire de la production ou des revenus avec les autres activités de l’agriculteur permet la conjugaison des cultures, modernisées ou non, avec une activité d’élevage. Ceci est important pour ne pas considérer la relation contractuelle comme une relation totalisante : elle est l’objet d’une interaction avec d’autres éléments de la vie économique et sociale des agriculteurs prise dans son ensemble.

97S’il est vrai que la contractualisation garantit des marchés plus stables, il ne s’agit pas nécessairement d’un moyen de reproduction ou d’ascension sociale des agriculteurs car on tend, de plus en plus, à sélectionner les plus performants et les plus disponibles en vue d’un processus continu d’investissements qui vise l’augmentation de l’échelle de production et de la productivité.

98Quant aux agro-industries, les contrats leur assurent une plus grande souplesse que des investissements directs destinés à la production de matières premières. Mais les caractéristiques de la production agricole relativisent cette souplesse si on les compare aux relations contractuelles inter-industries. Des aspects plus généraux du territoire où les agro-industries agissent, comme les structures agraires, le type et le rôle des coopératives, le niveau d’insertion des producteurs dans des organisations syndicales et leur combativité, influencent la relation contractuelle. Ces aspects peuvent interférer sur le prix des produits et sur les degrés de flexibilité qu’une telle relation offre au réseau alimentaire pris dans son ensemble.

99La contractualisation représente par conséquent un degré de solidarité important entre les acteurs qui composent ce réseau, ce qui n’exclut toutefois ni les hiérarchies ni les conflits d’intérêt. Leurs luttes et leurs formes de négociation jouent également un rôle important dans la dynamique des relations intra-réseau et dans la tendance même de développement des relations contractuelles agriculture-industrie.

Bibliographie

Bibliographie

BERGAMASCO (S.M.P.) e KAGEYAMA (A.), 1989/1990 - A estrutura da produção no campo em 1980, São Paulo, Perspectivas 12/13: p.55-72.

BODIGUEL (M.), JOLLIVET (M.) e MAINIÉ (P.), 1971 - Structures Agraires et Diffusion de l’Economie Contractuelle en Agriculture, vol.4 (Synthèse et Conclusion), Paris, CNRS, GRS de l’Université de Paris -X.

BONIN (A.A.) e ROLIM (M.C.), 1991- Hábitos alimentares, tradição e inovação. Anais do Seminário Inovações Tecnológicas e Reestruturação do Sistema Alimentar, Curitiba, GEAS/CAPES-COFECUB.

BRANDENBURG (A.) e FERREIRA (A.D.), 1991 - Agricultura familiar contratualizada às agroindústrias no Paraná. Anais do Seminário Inovações Tecnológicas e Reestruturaçao do Sistema de Alimentar, Curitiba, GEAS/CAPES-COFECUB.

CAÑADA (J.S.), 1988 - Agricultura contractual y coordinación vertical en el sector agrario: áreas de investigación y análisis bibliográficos, Madrid, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación.

CANEVET (C), 1989 - La révolution agro-alimentaire en Bretagne, in : Réalités Industrielles, n° spécial déc. 1989, Paris.

DALLA COSTA (A.J.), 1990 - A situação do complexo de carnes no sul do Brasil. Curitiba. DESER.

DENARDI (R.A.), 1990 - Anotações sobre o perfil da agroindústria no Brasil. Curitiba. DESER (mimeo).

FERREIRA (A.D.), 1984 - Agricultura capitalista e campesinato no norte do Paraná. Curitiba, tese de mestrado.

GALIZZI (G), 1985 - Economia contrattuale e accordi inter-professional in agri-coltura, in : Annali della Facoltadi Agraria (Universitâ Cattolica de Milano), vol. 33, n° 2.

GOODMAN (D.), SORJ (B.) e WILKINSON (J.), 1990 - Da lavoura às biotecnologias. Rio de Janeiro, Editora Campus.

GREEN (R.), 1992 - Innovations techniques, environnement et dynamique spatiale dans l’agro-alimentaire. Paris, INRA.

GUYOMARD (P.), 1989 - Forces et faiblesses de l’agriculture bretonne, in : Réalités Industrielles, n° spécial déc. 1989, Paris.

MENDRAS (H.), 1988 - La Seconde Révolution Française (1965-1984). Paris, Éditions Gallimard.

MIGHELL (R.L.) e JONES (L.A.), 1963 - Vertical coordination in agriculture. Washington D.C, U.S. Department of Agriculture (Agricultural Economic Report n° 19).

SORIA (R.), RODRIGUEZ-ZUÑIGA (M.) et LANGREO (A.), 1988 - La agricultura contractual: el sector lácteo asturiano. in : Revista de Estudios Agro-Sociales, n° 144.

TOURAINE (A.), 1984 - Le retour de l’acteur. Paris, Fayard.

VEIGA (J.E), 1991 - O desenvolvimento agrícola: uma visão histórica. São Paulo, HUCITEC/Edit ; da USP.

Notes de fin

1 Abattage avec SIF- Service d’Inspection Fédérale, qui atteste la qualité sanitaire des viandes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Brésil- Participation de la région sud dans la production nationale des viandes-19901
Légende Source : SEAB/DERAL-PR ; CEPA-SC ; Inst. Riograndense de Carnes-RS -Elaboration : DESER., cité par Dalla Costa (Dalla Costa : 1990)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2. Brésil Etablissements avicoles et aviculteurs intégrés dans la région sud
Légende Source : Estimation DESER-1990, cité par Denardi :(Denardi : 1990)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter