Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

Les biotechnologies dans la croissance : une lecture des évolutions passées

Pascal Byé

Texte intégral

Nos remerciements vont à Maria Fonte pour sa collaboration dans la mise au point de la bibliographie et dans la conception de cette note et à Raúl Green pour son aide dans la relecture critique de cet essai. Les erreurs, insuffisances ou omissions sont, bien entendu, de la seule responsabilité de son auteur.

1Les très nombreuses études qui, depuis bientôt vingt ans tentent d’apprécier tantôt la capacité des biotechnologies à répondre aux grands problèmes posés par la croissance économique - crise énergétique ou alimentaire, problème d’accumulation de capital et de coûts de production, augmentation de la pollution et du gaspillage des ressources non-renouvelables… - tantôt leurs aptitudes à se substituer aux techniques actuelles confirment l’extrême diversité des méthodes utilisées et du même coup des résultats obtenus. Elles révèlent aussi les multiples facettes de ces techniques hybrides (Latour, 1991) qui trouvent encore aujourd’hui autant leurs origines dans les pratiques et les savoir-faire que dans les plus récents apports de la biologie moderne. Dans le domaine agro-alimentaire, elles témoignent malgré un incontestable retour à un pragmatisme prudent de la permanence d’une idéologie scientiste faite autant de linéarité -la progression de la connaissance scientifique conduit nécessairement à une remise en cause des technologies en vigueur- que de mimétisme analytique - ce qui s’est passé dans le domaine de l’informatique ou des composites se passera dans le domaine des biotechnologies, en général et des semences, en particulier.

2Les travaux consacrés à leur émergence et à leur diffusion se distinguent donc toujours par l’extrême hétérogénéité des inventaires, des périodes de référence ou des évaluations de marché. Ils semblent converger aujourd’hui sur le fait qu’il faut attendre de leurs applications davantage une évolution progressive des techniques existantes qu’une véritable révolution dans la façon de produire, de transformer ou de commercialiser les produits issus de la biosphère (Byé et Fonte 1992). C’est que, petit à petit, les spécialistes de la prévision technologique semblent mieux à même d’apprécier ce qui sépare la découverte de l’innovation au sens “schumpeterien” du terme, mieux distinguer la complémentarité de la substitution, mieux cerner les différences existantes entre techniques dominantes et techniques holistes, mieux prendre en compte en définitive les inerties et le poids du temps.

3L’importance initiale accordée aux prix relatifs et aux variables de marché pour illustrer l’échec relatif des biotechnologies a fait place à la reconnaissance de variables plus difficiles à percevoir mais tout aussi importantes pour juger de leur avenir : comme les conflits d’intérêt liés à l’adoption de technologies nouvelles, les résistances culturelles au changement, l’existence de véritables “verrous scientifiques” ou psychologiques, la formulation de normes de commercialisation.

4Le rôle joué par ces réalités sociologiques, politiques voire anthropologiques et temporelles efface progressivement celui attribué aux prouesses scientifiques ou aux performances économiques malgré les impressionnantes avancées de l’instrumentation dans les domaines du génie génétique, cellulaire ou moléculaire. De façon plus générale, l’importance des phénomènes d’inertie, d’accès à l’information, de la rigidité des structures productives existantes sont reconnus comme des facteurs explicatifs majeurs des changements techniques à venir.

5Cette observation revient à confirmer que le meilleur atout des biotechnologies : leur transversalité, est aussi leur principal handicap. Une adoption généralisée qui, toute chose égale par ailleurs, remettrait en cause l’ensemble des systèmes productifs existant, les organisations et les cultures, les réglementations et les systèmes de prix ne peut avoir lieu dans l’immédiat. Elle doit être précédée par une phase pré-paradigmatique comme le soulignent Joly et Zuscovitch (1990).

6L’adoption de ce nouveau paradigme ne peut être que précédé que par des phases où les acteurs de la vie économique et sociale l’adapte, l’ajuste, l’incorpore à leurs propres savoirs, objectifs ou comportements. Mais, les auteurs diffèrent moins entre eux par l’importance qu’ils accordent à ces différences de comportements que par le niveau d’analyse, de période de référence et, en définitive, de variables qu’ils prennent en considération pour expliquer le changement. Variables micro-économiques et périodes de référence, délibérément très courtes, réduisent pour les uns l’introduction d’une technique nouvelle à un problème d’optimisation, d’avantages comparatifs, de paris sur l’avenir issus de rationalités individuelles. L’analyse de l’innovation ne peut passer par contre pour les autres que par une approche globale, l’innovation étant avant tout une production sociale globale. Cette démarche fréquemment monolithique à l’origine s’enrichit par la suite des singularités des démarches façonnées non pas par le seul risque économique mais par le poids des cultures, la complexité des institutions ou des régies, en un mot par des changements faits beaucoup plus d’itérations que de linéarités, de routines et d’apprentissage que de ruptures ou d’innovations radicales.

7Avec du recul, c’est aux auteurs travaillant dans cette deuxième perspective qu’il faut attribuer l’essentiel des apports dans le domaine de la compréhension du phénomène d’innovation. On mettra avec eux l’accent dans cet article sur les relations étroites existant entre l’apparition d’une technique nouvelle et l’évolution de l’environnement socio-économique dans lequel elle s’insère. En prenant d’abord pour base les ouvrages et études consacrés à l’adoption réelle ou supposée des biotechnologies durant les vingt-cinq dernières années, on montrera d’abord comment le déplacement progressif du domaine d’analyse révèle celui des contraintes sociales qui s’exercent sur ce changement technique majeur (cf. Le déplacement du domaine d’analyse : l’intégration des variables explicatives).

8On montrera ensuite comment l’élargissement de ce domaine aux variables macroéconomiques et macrosociales permet de mieux percevoir les évolutions de ce changement technique majeur mais aussi comment la différenciation des rythmes ou des formes de la croissance économique en modifie le rôle et la portée (cf. L’ouverture du domaine d’analyse : diffusion et obstacles au développement des biotechnologies).

Le déplacement du domaine d’analyse : l’intégration des variables explicatives du changement technique

9Les études réalisées ces vingt dernières années - les premières d’entre elles sont réalisées aux États-Unis et en Europe au tout début des années quatre-vingt - ont progressivement intégré les grandes variables sociales et économiques responsables de la croissance économique pour expliquer les formes prises par la diffusion des biotechnologies. Axées à l’origine sur les seules performances technologiques, elles s’enrichissent de l’apport des analyses industrielles puis réglementaires.

10La lecture successive des principales conclusions illustrent bien les modalités concrètes de la formation sociale des techniques pour reprendre l’expression de J. Perrin (Perrin, 1988). Fondées généralement sur de véritables bilans des acquis en matière scientifique, les premiers rapports soulignent très tôt les enjeux géopolitiques attachés au renouvellement des techniques de la biosphère, tantôt en affirmant son importance immédiate pour asseoir de nouveaux leaderships internationaux en matière commerciale ou politique (OTA, 1981) - on évoque à nouveau quelques années après la Révolution Verte l’importance de l’arme alimentaire fondée sur la maîtrise de la “révolution du gène” (Georges, 1981 ; Mooney, 1979) tantôt pour montrer que les biotechnologies s’inscrivent dans une véritable continuité culturelle qu’il convient d’entretenir - les français soulignent, par exemple que l’héritage de Pasteur doit être entretenu en partant des acquis nationaux en microbiologie (Gros, Royer, Jacob, 1980) ; tantôt pour mettre en valeur le rôle stratégique de ces sciences nouvelles dans la valorisation des productions agro-alimentaires (Sorj et Wilkinson 1992).

11Ces déclarations souvent globalisantes et normatives n’ignorent pas la modification de l’environnement concurrentiel induite par l’irruption des technologies nouvelles. On en souligne cependant, à la fin des années soixante-dix, davantage les effets positifs : l’augmentation de la productivité, la diminution des coûts, une meilleure valorisation de la biomasse que les effets négatifs : le renforcement de certains oligopoles, l’obsolescence technique et morale provoquée par leur généralisation dans les systèmes productifs, les dangers liés à une manipulation incontrôlée des organismes vivants. La multiplication des rachats d’entreprises semencières par des firmes chimiques, alimentaires ou pharmaceutiques passe ainsi pour les prémisses d’une véritable remise en cause des techniques de sélection semencière utilisées jusqu’alors tandis que la création des premières unités de production de protéines d’origine unicellulaire sur support pétrolier est salué comme la création de véritables filières alternatives à la production alimentaire traditionnelle.

12En mettant l’accent sur les performances productives obtenues grâce à l’élargissement de la connaissance biologique, on minimise à l’origine les conflits que ce même élargissement peut faire naître. Au milieu des années quatre-vingt, les auteurs commencent, cependant, à mettre l’accent sur ce phénomène, d’une part, en montrant la non linéarité du transfert des connaissances de la science vers les applications industrielles, d’autre part, en faisant apparaître les tensions concurrentielles nées de leur usage marchand. L’accent est mis sur leur rôle dans les stratégies des grandes entreprises et plus généralement dans la restructuration et le réorientation des systèmes productifs. Les travaux consacrés à l’appropriation privée des connaissances nouvelles confirment l’importance de la sélection des techniques. A la fin des années quatre-vingt - et au fur et à mesure que s’affirment dans les sociétés industrielles de nouveaux courants politiques fondés sur le “greenisme” ou le “consumérisme” (Green et Yoxen, 1989) - les analyses mettent l’accent sur les relations existant entre les choix politiques et l’évolution des techniques.

13Sur une période de vingt ans, on enregistre en conséquence un déplacement sensible du domaine d’analyse, véritable reflet des étapes de la transformation des objets scientifiques en objets techniques ou pour reprendre une terminologie schumpetérienne de ce qui sépare une découverte ou une invention d’une innovation. La littérature spécialisée sur l’impact des biotechnologies passe alors d’un enthousiasme systématique à un constat plus réaliste, intégrant progressivement pour en apprécier les formes, les jeux des acteurs et les politiques de régulation.

Des bilans d’abord justifiés par des visions de politiques globales

14A la fin des années soixante-dix, les menaces apparues avec les embargos sur les approvisionnements internationaux de pétrole puis du soja favorisent l’émergence des réflexions sur l’autonomie énergétiques et protéiniques des Etats. C’est un cadre favorable au développement des biotechnologies. Elles semblent, en effet, être à même de résoudre en même temps le problème des pénuries -énergétiques ou alimentaires - en valorisant différemment la biomasse - et celui des excédents agricoles en leur ouvrant de nouveaux débouchés non-alimentaires. Le vocabulaire délibérément agressif et martial utilisé alors pour en décrire les possibilités - défi, enjeux, stratégies voire batailles ou guerres, termes utilisés pour décrire les conflits qui opposaient les grands producteurs mondiaux de semences (Levy et Grall 1985) - témoigne bien d’un a priori particulier : la technique, en général, les biotechnologies en particulier servent délibérément les politiques de conquête ou d’autonomie à condition de savoir allier les savoirs en vigueur dans l’alimentaire, la pharmacie ou la chimie à travers les pratiques de la fermentation ou de la bioconversion et les connaissances scientifiques acquises dans les génies génétique, cellulaire ou enzymatique.

15L’heure est à l’établissement de bilans destinés à évaluer les positions, les niveaux de performance ou de compétitivité respectifs. Il est aussi à la formulation de politiques publiques conçues pour renforcer les potentiels scientifiques nationaux. La progression de la connaissance scientifique semble, en effet, nécessaire au développement des techniques. L’Etat moderne se doit de favoriser le développement des sciences génériques pour améliorer celui des sciences appliquées. L’idée d’augmenter les transferts du secteur public : lieu de la création des connaissances non-finalisées vers le secteur privé : lieu d’utilisation de ces connaissances dans le domaine productif suppose cependant l’existence de partenaires industriels (Magnaval, 1992). Les bilans industriels nationaux viennent tout naturellement compléter les bilans scientifiques. Ils introduisent progressivement l’idée de la multiplicité et de la diversité des applications biotechnologiques par rapport à une relative unicité des principes de base qualifiés de génériques.

16Ces bilans sont à la base des politiques étatiques destinées à renforcer les transferts des connaissances des organismes de recherche vers l’industrie. Programmes et plans nationaux changent progressivement d’objectifs. Ils ont pour vocation de transformer l’abstraction en produits et en procédés nouveaux : c’est la demande sociale qui transforme, la découverte en un objet marchand perceptible au niveau économique. Les pouvoirs publics se doivent donc d’agir non seulement au niveau de l’élargissement de la connaissance mais surtout à celui de sa transformation en produits ou en procédés industriels. On oppose fréquemment les modèles science push adoptés en France ou dans l’Angleterre travailliste aux modèles technology pull mis en œuvre en particulier au Japon et en Allemagne. Les initiatives publiques dans le domaine du développement des biotechnologies illustrent ce souci croissant d’intervenir sur la demande sociale : en passant, par exemple en France au fil des années quatre-vingt, des politiques de soutien à la recherche publique à des politiques plus complexes mettant en œuvre de véritables partenariats public-privé tirés par les initiatives industrielles.

17Ces initiatives imposent implicitement une vision du développement de la technique faite moins de spontanéité que de volontarisme (OCDE, 1988). Les pouvoirs publics ont un rôle essentiel à jouer non seulement pour stimuler la découverte en finançant une recherche non finalisée mais aussi pour les adapter aux besoins industriels et sociaux. Ce rôle s’exerce par trois moyens : la création de réseaux technico-économiques (Callon, 1992), le financement de l’expérimentation et des phases de mise au point, la protection des inventeurs et des innovateurs. L’adoption de ces orientations est la reconnaissance explicite de la dimension économique de la découverte scientifique : la découverte n’est pas suffisante en soi pour créer un marché ; l’investissement de recherche ne représente que peu de chose par rapport aux investissements de développement ; la propension à innover est une fonction directe de la protection et de l’appropriation.

18Ainsi, après un première période ou la progression de la science est présentée comme un préalable à toute technologie nouvelle, la plupart des auteurs, portés sans doute par la philosophie entrepreneuriale ambiante, soulignent au contraire le rôle moteur des entreprises et du marché dans son développement. Cette évolution correspond à une double réalité : la remise en cause de la neutralité présupposée de la science : les biotechnologies sont avant tout un objet marchand ; la complexité des mécanismes de transferts : les relations recherche fondamentale-recherche appliquée varient en fonction des secteurs industriels et des marchés.

A la diversité des réalités industrielles

19A la fin de la décennie quatre-vingt, Junne (Junne, 1992) signale que l’essentiel de la recherche en biotechnologie, mesurée par l’importance des budgets qui y sont consacrés, est assuré par les grandes firmes internationales qu’elles soient pétrolières, pharmaceutiques, chimiques ou alimentaires. Bien des auteurs et des décideurs soulignent, cependant, le coût relativement faible de la Recherche proprement dite si on le compare aux coûts du Développement. C’est l’importance des investissements productifs et commerciaux en aval, nécessaires à la diffusion à grande échelle des nouvelles technologies, qui expliquerait, pour certains, cette oligopolisation effective de la recherche en biotechnologie. Pour d’autres, l’idée de taille critique - associée à l’importance des budgets affectés aux activités de recherche-développement, à celle du nombre de personnes impliquées dans ces activités ou aux ratios pourtant plus contestables chiffre d’affaires sur budget de R/D - justifie l’appropriation inéluctable des biotechnologies par un nombre de plus en plus restreint d’acteurs industriels.

20Il n’en a pas toujours été ainsi, au contraire. Le mythe de la petite entreprise innovante et dynamique directement issue de la recherche universitaire ou académique a en effet longtemps prévalu. Directement transposées de l’aventure informatique californienne, fortement soutenues par les sociétés de capital-risque, flexibles et imaginatives parce que de petite taille, ces start-industries devaient effectivement se développer au début des années quatre-vingt. Aux États-Unis (OTA, 1984) comme en Europe, ces entreprises sont présentées comme le fer de lance de la recherche industrielle. Et elles semblent l’être effectivement dans certains domaine particuliers de la génétique végétale ou de la pharmacie.

21Les start-up sont présentées comme des maillons intermédiaires favorables à la création et au transfert de technologies de rupture. Elles n’ont pas à gérer, en effet, un capital productif important. Elles ne sont pas entravées par des cultures d’entreprises stérilisantes. Elles peuvent donc innover tant sur le plan productif qu’organisationnel. Leurs petites dimensions les amènent non seulement à survivre mais plus encore à se multiplier en dépit de la concentration industrielle ambiante. Leur fonctionnement serait à l’image supposée des sociétés post-industrielles : flexible et adaptable à l’incertitude ambiante. La petite taille devait être un atout majeur pour l’innovation industrielle et le transfert de technologie. Elle devait favoriser aussi de nouvelles formes d’accords inter-industriels, de procédures de recherche et de financement.

22Après un engouement sans réserve, les limites de cette analyse sont apparues. Le véritable avenir de ces start-up semble, en effet, dépendre moins de leur capacité à atteindre une taille critique en matière industrielle que de leur capacité à asseoir une véritable crédibilité scientifique validée par la caution des sociétés de capital risque et leurs relations partenariales. Leur activité créatrice est, alors, fortement bridée par les relations qu’elles entretiennent avec la recherche publique ou les contrats qu’elles obtiennent dans les milieux industriels. Leur durée de vie est limitée et leur dynamique entrepreneuriale bornée par celle des grandes entreprises qui opèrent dans les même domaines productifs. Il existerait en permanence un courant de création-destruction des petites entreprises, mouvement dont la continuité repose, d’une part, sur la capacité de création de ces petites entreprises notamment grâce au soutien des sociétés de capital-risque, sur la capacité d’absorption, d’autre part, sur ces même petites sociétés par les grandes entreprises industrielles.

23La place de ces start-up entreprises est très différente selon les secteurs économiques concernés (OCDE, 1988 ; Raugel, 1990). On ne peut en effet transposer dans le domaine agro-alimentaire ce qui s’est réalisé à la fin des années soixante en Californie dans le domaine de l’informatique. Très ponctuel dans le domaine alimentaire où les produits où les procédés biotechnologiques doivent se substituer à des produits ou à des procédés existant, leur rôle peut être plus fondamental dans des domaines ou l’application des biotechnologies génère des besoins ou des marchés nouveaux : la pharmacie ou la création variétale, par exemple.

24Cette différenciation apparaît au-delà de la référence aux structures industrielles entre les innovations produit et les innovations procédés. Les secondes se diffusent d’autant plus facilement que leur adoption ne remet pas en cause les organisations productives existantes mais s’inscrivent dans les pratiques existantes, les premières d’autant plus aisément qu’elles s’inscrivent en dehors d’un système de prix régulés par la concurrence. Ainsi, les procédés issus du génie génétique ont-ils été d’autant plus facilement adoptés par l’industrie des semences (reproduction in vitro, clonage, culture de tissu…), l’industrie alimentaire (amélioration des procédés de fermentation ou de conservation, tests de qualité) ou chimique (adoption de procédés de dépollution ou de recyclage des déchets) que ces innovations améliorent, à moindre risque et à moindre coût, la compétitivité des industries concernées. Ainsi, les innovations les plus “révolutionnaires” doivent-elles vraisemblablement apparaître d’abord dans le domaine de la santé humaine et beaucoup moins dans celui de l’agroalimentaire où il existe des technologies qui ont déjà fait-preuve de leur efficacité. Elles apparaîtraient aussi partout où les Etats pressés par une opinion publique angoissée par le développement des grandes endémies - le Sida ou les maladies génétiques mais peut-être aussi par le lancinant problème de la pollution de l’air ou des eaux - se doivent de trouver des solutions scientifiques et techniques sans trop regarder dans l’immédiat les coûts que la mise en œuvre de telles solutions entrainent.

25Ainsi, les études de prospective technologique révèlent progressivement le rôle croissant joué par l’environnement social et stratégique dans le contenu et la forme des biotechnologies. Celles-ci seraient notamment de moins en moins un moyen de se démarquer de la concurrence comme on le pensait à l’origine qu’un moyen privilégié de répondre à de nouvelles normes de santé et de sécurité édictées par les Etats modernes ou de nouvelles dynamiques de marché.

Ouverture du domaine d’analyse : dynamique et obstacles au développement des biotechnologies

26Avec ce type de constat, on revient incontestablement dans les années quatre-vingt dix à un niveau d’analyse quelque peu négligé durant les années antérieures. Années durant lesquelles on s’était plutôt attaché à expliquer l’innovation par le dynamisme de quelques acteurs stratégiques : les scientifiques d’abord, les grandes ou les petites entreprises ensuite, que par l’apparition de trends longs liés à l’histoire et au cycle économique que par des phénomènes historiques liés à l’évolution des sociétés modernes. Ce sont ces approches qui semblent aujourd’hui connaître un regain d’intérêt chez les chercheurs en sciences sociales et chez les policy-makers clans la mesure où les uns comme les autres émettent de grandes réticences sur les travaux de prospective fondés sur l’extrapolation linéaire de tendances ou de variables isolées les unes des autres.

27Ces études insistent d’abord sur le fait que les biotechnologies ne constituent pas les seules alternatives techniques existantes en matière productive : Fanfani, Green, Zúñiga (1990) le confirment dans le cas de la transformation alimentaire en soulignant que le problème immédiat n’est pas seulement d’ajouter de la diversité à la diversité mais d’être déjà capable de gérer l’extrême hétérogénéité des variables régnant dans la production agro-alimentaire. Ils insistent de ce fait sur le rôle majeur joué par les techniques de gestion des marchandises et de l’information. Les innovations biotechnologiques n’auraient dans l’immédiat, dans ce domaine, qu’un développement modeste.

28Plus généralement, un nombre croissant d’analyse montre que les biotechnologies ne se développent pas sur un terrain libre de tous savoirs et de tous pouvoirs. Aussi, non seulement les biotechnologies progressent à petit pas mais elles progressent en n’exploitant qu’une partie de leur potentiel scientifique. C’est, comme on l’a déjà observé, cette capacité d’adaptation et non pas de substitution aux techniques existantes trop souvent mise en avant qui confèrent aux biotechnologies leur aspect révolutionnaire.

29Ces constatations conduisent à modifier la démarche d’analyse. Plutôt que d’anticiper comment les nouvelles technologies peuvent rendre obsolètes les organisations productives actuelles, on s’efforce plutôt de comprendre comment elles peuvent progressivement s’inscrire dans les façons de produire et d’échanger. Renforçant tantôt des positions acquises chez certains oligopoleurs, remettant tantôt en cause des courants commerciaux de matières premières, elles doivent répondre en priorité à des contraintes qui les dépassent. Contraintes techniques, bien sûr. Les biotechnologies doivent pour intégrer le “paquet” des techniques existantes restreindre leurs prétentions révolutionnaires, compléter et réduire les discontinuités techniques mais non pas se substituer d’emblée à des choix ou à des routines. C’est la condition même de leur développement. Contraintes économiques, ensuite. Les biotechnologies sont un objet et un instrument économique et sont soumises comme telles aux régies de la concurrence et aux dynamiques macro-économiques générales. Elles ne se diffusent pas sans que ne se manifestent des conflits d’intérêts. Elles ne se diffusent pas non plus dans des contextes hostiles à l’innovation mais elles se préparent, comme le montrent les historiens des cycles longs, au moment où se manifeste un certain ralentissement dans le rythme de croissance. Contraintes culturelles, enfin, qu’on ne peut réduire à de simples inerties. L’usage des biotechnologies doit être validé par les détenteurs actuels des savoirs, leurs performances par les producteurs, leurs produits par les consommateurs.

30Ces observations confirment le souci croissant des analystes du changement technique à ne pas isoler l’analyse de l’innovation de celle du contexte dans lequel elle se déroule. On insistera donc dans cette deuxième partie d’abord sur la façon dont les caractères des connaissances biologiques ont été modelés par les régimes de croissance. On insistera ensuite sur la présentation des obstacles qui semblent aujourd’hui freiner leur diffusion.

Biotechnologies et régimes de croissance

31Ce n’est pas, en effet, reconnait-on petit à petit, les seules performances supposées des outils biotechnologiques, leurs avantages comparatifs en termes de productivité ou de coûts de production qui les imposent comme outils majeurs pour sortir les Nations de la crise économique en se substituant aux façons de connaître, produire ou consommer mais plutôt leur capacité à venir les compléter, les perfectionner sans les remettre en cause brutalement. Cette substitution progressive n’est, cependant, pas linéaire. Elle est fortement liée aux poids des contraintes macroéconomiques ou macro-sociales qui transforment les sociétés fordistes de l’après-guerre en sociétés qualifiées par certains de sociétés “post-industrielles”. Les biotechnologies ont tantôt un rôle offensif - pour reprendre l’expression de J.M Yung quand il évoque l’innovation en milieu rural (Yung, 1992) - quand elles sont utilisées pour la conquête d’un nouveau marché, tantôt un rôle défensif quand elles sont mobilisées pour répondre à des contraintes nouvelles susceptibles de mettre en cause le fonctionnement des sociétés contemporaines.

32Ainsi, dans les années 70, le renchérissement brutal du prix de certaines grandes matières premières semble bien avoir été, en effet, un facteur favorable à l’émergence des biotechnologies mais il n’a pas été suffisant pour créer une société post-pétrolière fondée sur les énergies douces, le pétrole vert ou la biomasse. Le développement du plan proalcool brésilien s’est heurté, par exemple, aux résistances exprimées notamment dans les secteurs de la construction automobile et de la distribution pétrolière. La chimie de l’alcool ne s’est jamais vraiment imposée à la chimie pétrolière (Ruivenkampf, 1992). L’autonomie protéinique pourtant modeste de l’Europe, recherchée notamment depuis l’embargo sur le soja du début des années 70, ne tient encore qu’à la permanence d’un régime de prix fortement soutenu par les Etats.

33Mais, vingt ans plus tard, l’accent mis sur les problèmes de pollution, de lutte ou de prévention des grandes maladies ou d’agriculture durable pourrait leur ouvrir de nouveaux domaines d’application même si le pouvoir chimique demeure puissant dans tous les domaines, de l’alimentation à la santé, du textile aux nouveaux matériaux. Ceci confirme que l’existence de systèmes productifs polyvalents et flexibles - comme le sont les systèmes alimentaires, chimiques ou alimentaires - sont capables d’évolution endogène sans modification radicale de leur base de connaissance ou d’abandon de leur paradigme de référence.

34Le développement des biotechnologies doit bien être conduit en parallèle avec la compréhension des régimes de croissance (Mounier, 1992) dans la mesure où seules des variables exerçant leur effet à long terme : le renouvellement du capital productif, les évolutions démographiques, l’évolution des écosystèmes sous la contrainte de la domestication de la Nature ou celle des mentalités sous celle de l’urbanisation ou de l’industrialisation sont capables de modifier des trajectoires technologiques. En ce sens, la montée dans les sociétés modernes des valeurs sécuritaires, l’attention croissante accordée aux problèmes de pollution et de gestion de la Nature, l’apparition de grandes endémies ont plus de poids pour le développement des biotechnologies (Byé et Fonte, 1992) que leurs performances immédiates dans l’actuel environnement concurrentiel. Ce constat est aujourd’hui partagé par beaucoup de stratèges industriels qui réhabilitent l’importance de la recherche générique, c’est-à-dire la connaissance des mécanismes fondamentaux et non celles des effets immédiats ; policy-makers des univers privés et publics qui mettent l’accent sur la nécessaire coopération en terme de partenariats entre agents productifs et chercheurs en sciences sociales et prévisionnistes qui lient les révolutions scientifiques et techniques à des changements dans les orientations des sociétés modernes.

35Ces réflexions rejoignent celles qui conduisent en parallèle l’observation des régimes de croissance et celle des changements techniques (Boyer, 1989 ; Roobeck, 1990). Rapportées aux domaines de l’agriculture et de l’alimentation d’une part, à ceux des biotechnologies, de l’autre, elles conduisent certains auteurs (Junne, 1992 ; Gössen, 1992) à confirmer l’inflexion progressive de ces techniques en fonction de contraintes extérieures au monde de la science et de la technique. Les régimes de croissance “fordistes” en agriculture (Kenney, 1989) leur laisseraient une place réduite dans la mesure où la diversité des biotechnologies va à rencontre des objectifs de standardisation et d’homogénéisation des produits. Les régimes de croissance néo ou post fordistes soucieux de qualité et de flexibilité intégreraient petit à petit leur spécificité. Mais l’affirmation du paradigme biotechnologique dans les systèmes productifs relèverait à l’avenir d’une réorientation beaucoup plus radicale des fonctions remplies jusqu’alors par l’agriculture.

Les obstacles actuels à la diffusion des biotechnologies

36Ainsi, après des années d’un enthousiasme scientifique amplifié par les médias, c’est la prudence voire le scepticisme qui prévalent aujourd’hui dans le domaine des innovations biotechnologiques. Celles-ci seraient trop onéreuses à mettre en œuvre sur le plan industriel et réglementaire, trop difficiles à contrôler, trop en rupture par rapport aux habitudes de consommation. Ce scepticisme nourrit des travaux consacrés notamment aux problèmes d’appropriation et de normes et mettent l’accent sur les principaux obstacles qui s’opposent à leur diffusion à grande échelle. Ils introduisent d’importantes différenciations selon les marchés, les secteurs ou les acteurs. Le devenir des biotechnologies reposerait moins sur leur universalité que sur leur diversité.

37C’est donc paradoxalement au moment ou les techniques d’instrumentation biologique (repérage, séquençage et greffe par exemple) semblent ouvrir des perspectives souvent qualifiées de “foisonnantes” sur le plan scientifique que des obstacles majeurs semblent s’opposer à leur diffusion. Ils se manifestent dans trois domaines particuliers : celui de la production industrielle celui de la réglementation, celui de la consommation.

La production industrielle et l’innovation

38A l’opinion la plus commune qui prétend qu’une dimension minimale en termes de chiffre d’affaires, par exemple, est indispensable dans le monde industriel pour développer des activités de recherche-développement (Bush et alii 1989), s’oppose celle qui avance, au contraire que cette dimension est un véritable frein au processus innovateur. La taille de l’entreprise serait moins importante que sa position dans les systèmes productifs (Byé et Frey 1992), d’une part, l’engagement, d’autre part, de l’entreprise dans des activités productives régies par d’autres paradigmes technologiques freine volontairement - on parle alors de gel de l’innovation - ou involontairement ses capacités créatrices. Une firme de la distribution alimentaire bénéficiera de la sorte de l’ensemble des innovations techniques effectuées en son amont sans avoir nécessairement besoin d’investir directement dans la recherche développement. Une firme de la transformation alimentaire fortement engagée dans la mise en marché de produits conventionnels bien acceptés par les consommateurs ne prendra pas le risque d’introduire des produits ou des produits génétiquement modifiés encore mal acceptés par l’opinion publique. Elle aurait la capacité sur le plan technique de créer l’innovation mais elle en gèlera pour le moment la diffusion (Junne, 1992).

39Au-delà des explications issues de l’analyse du comportement des acteurs individuels pour expliquer la réticence quasiment générale à introduire des innovations radicales dans des processus productifs bien maîtrisés, on fait aussi appel à des variables qui relèvent de la macroéconomie. Ainsi, les réticences des milieux industriels à cet égard s’expriment au moment où se manifestent les plus grandes incertitudes quand à l’avenir des sociétés industrielles. Le ralentissement de la consommation et la baisse des revenus, le désengagement des Etats dans le financement de la société de bien-être ou le niveau élevé des taux d’intérêt avivent incontestablement la concurrence et pourrait être un facteur favorable à l’innovation. Mais, l’ambiance générale devant les menaces de déflation n’est guère favorable à la recomposition des systèmes productifs mettant en œuvre de nouvelles technologies. Aucun acteur économique ne souhaite être déstabilisé ou bousculé par l’apparition inopinée d’une nouvelle technologie. Peu d’entre eux semblent avoir les moyens ou l’intention de provoquer cette déstabilisation.

40Les analyses actuelles mettent donc en avant cette réserve à innover et en décrivent les modalités. Une attention particulière est consacrée à la signification des réseaux de veille technologique, des accords pour la RD et des partenariats, véritables réseaux d’alliances, qui dans cette période d’incertitude économique semblent être davantage destinés à diminuer les coûts et les risques qu’à créer de nouveaux paradigmes technologiques.

Protection des découvertes et appropriation de la Nature

41Appliquée à l’analyse de l’innovation, les principes de la théorie économique posent que tout innovateur doit pouvoir récupérer les investissements consentis dans le processus innovateur pour continuer à innover. La protection juridique du brevet apparaît alors comme le moyen d’inciter à innover, le manque de protection aurait l’effet inverse. Cet argument est souvent développé par les industries innovantes qui réclament un renforcement des régimes juridiques d’appropriation (Busch et alii 1990). Leurs adversaires soulignent à l’inverse les dangers à privatiser par le biais des brevets des patrimoines communs de l’humanité comme les patrimoines génétiques contenus dans les plantes, les semences ou plus généralement les biens issus de la Nature.

42Dosi montre bien les limites de la relation posée entre incitation à innover et innovation, en particulier dans des domaines comme l’agriculture où l’appropriation de la technique repose davantage sur son utilisation et sa reproduction empirique (1989) que dans son appropriation formelle. Pourtant les débats sur la brevetabilité du vivant occupent une place croissante dans les explications données sur la non diffusion des biotechnologies (Ducos et Joly, 1987) : le manque ou l’excès de protection, le prix des royalties payées aux innovateurs seraient autant de facteurs déterminants de la forme des trajectoires technologiques (Bifani, 1990).

43Cette observation générale, préparée dès les années quatre-vingt par les travaux de Berlan sur les hybrides de maïs (1987) ou de Mooney sur la réduction permanente de la gamme des espèces végétales exploitées (1979), débouche sur des débats plus récents : débat sur les droits imprescriptibles acquis par les utilisateurs paysans (Fonte entrevue de J. Esquinas-Salazar 1991) issus de leurs pratiques empiriques en faveur du maintien de la diversité des variétés, droits qui s’opposent à ceux qui naissent des travaux scientifiques sur la reconnaissance ou l’amélioration des caractères génétiques végétaux ; débat sur la prise en charge collective des coûts liés à la conservation de la diversité variétale, prise en charge qui s’oppose aux profits issus de l’exploitation privative de cette diversité. L’issue de ces débats est encore incertaine. La récente Conférence de Rio sur l’Environnement pourrait cependant réhabiliter l’idée que les manipulations sur le vivant font aussi partie d’un “paquet de techniques” particulièrement stratégiques car susceptibles de modifier le patrimoine génétique de l’humanité. Le devenir des biotechnologies en serait alors sensiblement affecté, l’éthique en conditionnerait l’évolution que les stratégies industrielles ou les avancées scientifiques.

Les réticences des consommateurs et le “greenisme”

44C’est bien ce problème, en effet, que semble poser la diffusion des biotechnologies dans le domaine de la consommation alimentaire. On avait un peu naïvement cru à l’origine que les performances des industries alimentaires dopées par les biotechnologies suffiraient en même temps à répondre aux problèmes des déficits nutritionnels, de même que celui des excédents en modifiant les modèles de consommation. Ou encore que l’offre dopée par l’innovation élargirait automatiquement la demande alimentaire. Il n’en a rien été.

45Deux mouvements d’opinion ont cristallisé dans le domaine des techniques du vivant l’opposition au changement. Ils exercent, comme le montrent aujourd’hui un nombre important d’analyse une influence considérable sur l’évolution des savoirs biologiques appliqués à la production (Green et Yoxen, 1989). La montée du consumérisme a révélé d’abord les effets de résistance et de routine au changement des régimes alimentaire. Wilkinson (1992) le montre bien quand il met en lumière l’attachement des consommateurs pour les produits traditionnels et leurs réticences à l’égard des organismes génétiquement modifiés. Junne (1992) rappelle très opportunément que ce risque de rejet par le consommateur de produits nouveaux considérés comme dangereux constitue un des éléments explicatif majeur de la lenteur de la diffusion des biotechnologies dans la sphère industrielle.

46La montée de cette idéologie de prudence trouve un écho tout particulier dans celle des courants écologiques. Les biotechnologies n’ont pas encore prouvé, semble-t-il, qu’elles sont plus capables de défendre la relation homme-Nature que de la menacer voire de la démanteler. Tait (1992) justifie dès lors par ce biais la substitution progressive dans le domaine de la santé publique des réglementations ex-post - les nouveaux produits ou procédés ne sont pas considérés comme dangereux tant qu’il n’a pas été prouvé qu’ils sont malsains - par des réglementations ex-ante qui posent le postulat inverse. Les variables culturelles - ici la modification du statut de l’alimentation - reprises par les opinions publiques et les réglementations semblent bien constituer aujourd’hui les variables clés de la transformation et de la diffusion des biotechnologies.

Conclusion

47On ne peut qu’être frappé à la lecture de cette recension, du parallélisme existant entre l’évolution de la pensée économique - voir entre l’attribution des prix Nobel en économie - et celle de l’analyse de ce changement technique particulier que sont les biotechnologies. Ainsi, les approches politiques des biotechnologies en honneur à la fin des années soixante-dix cèdent progressivement du terrain en faveur des approches techniques appliquées à des secteurs particuliers puis à des démarches encore très pointues, issues directement de la micro-économie et appliquées à l’analyse de la stratégie individuelle des agents. Le caractère de plus en plus limité des conclusions obtenues, le côté de plus en plus artificiel des modèles représentatifs des comportements entrepreneuriaux semblent justifier à nouveau l’élargissement du domaine d’analyse. Les variables macroéconomiques et macrosociales, le poids des routines et des acquis, la diversité des réactions et des comportements dans la création et la diffusion des techniques deviennent aujourd’hui les thèmes centraux de la prospective technologiques.

48Et même si les questions posées à l’égard des biotechnologies continuent de varier en fonction des pays - elles sont très différentes par exemple en Europe et aux Etats-Unis, dans les pays développés du Nord et les pays en voie de développement du Sud (Buttel et alii 1989) - et des disciplines - les approches économiques continuent de minorer encore le poids des cultures nationales ou la fusion des cultures scientifiques et techniciennes - l’accumulation des réflexions et des expériences sur ce thème semblent bien rejoindre celles faites plus généralement à propos de la dynamique de l’innovation et du changement technique.

49Celles qui semblent rapprocher les différentes analyses peuvent, à notre sens, être synthétisées de la manière suivante :

  • Les innovations qu’elles soient agro-alimentaires, chimiques ou même pharmaceutiques appartiennent de moins en moins à la tradition d’un secteur particulier mais implique de plus en plus des transferts de connaissances entre agents, entre activités, entre cultures : cultures scientifiques et techniciennes, par exemple. Rama le montre déjà très bien pour des innovations alimentaires pourtant beaucoup plus conventionnelles (Rama, 1992). Les modalités selon lesquelles s’effectuent ces transferts, préalables à l’adoption de références communes en matière de production ou d’usage, rythment l’apparition des innovations. Il n’y a donc pas de linéarité dans les relations qui unissent la science à la technique. L’innovation est le produit d’un système qui le façonne avant de l’adopter. Ainsi, comme le souligne Breure-Montagne (1992), l’innovation biotechnologique agro-alimentaire est fortement marquée par la dimension même du système agro-alimentaire qui l’abrite. Elle en conserve les caractères et l’irréversibilité (Callon 1992).

  • Il n’y a pas de convergence dans les comportements économiques et sociaux des agents concernés par les biotechnologies. Si les spécificités des domaines d’application tendent bien à terme à disparaître pour faire place à des techniques génériques ou transverses (Byé et Frey 92), cette disparition n’est pas automatique et continue. Elle est bien, par contre, le fruit des histoires particulières des activités ou des sociétés qui les mettent en œuvre. Comme l’ont montré Byé pour les produits sucrants ou Mounier (1984) pour les protéines, la substitution saccharose/isoglucoses ou celle des protéines végétales par les bioprotéines renvoient-elles à une connaissance approfondie des systèmes alimentaires, d’une part, pétrolier et chimique, de l’autre. Le changement technique s’effectue bien par saut, par étape, privilégiant certaines opérations productives, certains acteurs, certains facteurs de production au fur et à mesure que s’exercent sur eux des contraintes spécifiques, fruits des dynamiques sociales sur longue période.

  • Les variables sociales : les références, les habitudes culturelles, ou les réglementations, les variables économiques comme les prix ou les conditions de la concurrence exercent à tour de rôle une influence sur l’évolution des techniques. Aucune de ces variables prises isolément ne peut expliquer, cependant, un changement majeur dans la référence paradigmatiques en vigueur. Mais, leur impact conjugué, fruit d’une évolution majeure dans les régimes de croissance exercent une influence déterminante dans la transformation des techniques existantes. Ce phénomène a été peu analysé dans le domaine agroalimentaire.

50On fait l’hypothèse pour conclure que, s’il y a eu jusqu’à présent plus d’évolutions que de révolutions biotechnologiques, c’est que les impacts de ces variables, souvent extérieures à la sphère agro-alimentaire elle-même, se sont plus souvent annulés que cumulés. Les applications biotechnologiques sont plus souvent venues dès lors compléter les techniques en vigueur que les remettre en cause. On est donc loin des conclusions un peu hâtives et en définitive très ruralistes tirées de quelques exemples issus de l’application des biotechnologies dans le domaine semencier, conclusions qui consistent à extrapoler une révolution sociale d’une simple progression, fut-elle radicale, de l’instrumentation génétique.

51Ce qu’il faut reconnaître dans le domaine agro-alimentaire, c’est d’abord l’extrême inertie des trajectoires et des habitudes régnant dans les activités de la transformation ou de la distribution alimentaire. Ces caractères s’opposent encore massivement à un changement technique trop brutal. A l’avenir, seule une modification profonde des fonctions assurées jusqu’alors par l’agriculture peut entraîner un changement radical des techniques productives. Ainsi, la plus grande probabilité de voir les biotechnologies envahir la production agro-alimentaire dans son ensemble tient-elle plus à un modification du rôle de l’agriculture dans la croissance qu’à une nouvelle progression dans la maîtrise des techniques du vivant. La redéfinition du statut social de l’aliment, celle plus générale des relations qui pourraient unir à l’avenir après une phase où elles ont été quelque peu oubliées sous couvert d’efficience industrielle l’homme à la Nature, pourraient être le facteur le plus favorable à l’adoption de nouveaux paradigmes biologiques.

Bibliographie

Bibliographie

BERLAN (J.P.), 1987 - L’industrie des semences : économie et politique, Economie Rurale (158).

BIFANI (P.), 1990 - The new mercantilism and the international appropriation of technology in CNUCED, Technology, Trade policy and the Uruguay Round, New York, ONU, p. 145-186.

BREURE-MONTAGNE (M.L.), 1993 - Création et stratégies d’entreprises de biotechnologie dans le système alimentaire, Projet de thèse (5) ENSAM-Montpellier, (Document interne).

BOYER (R), 1990 - Les problématiques de la régulation face aux spécificités sectorielles, Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurales, (17), p.39-78.

BUSCH (L.), LACY (W.B.) et BURKHARDT (J.), 1991 - Plants, Power and Profit. Basil Blackwell. Oxford, Grande-Bretagne.

BUTTEL (F.), KENNEY (M.) et KLOPPENBURG (J.) Jr, 1989 - “From green revolution to biorevolution: some observations on the changing technological bases of economic transformation in the Third world.” Economic Development and Cultural Change, 34 (1) p.31-55.

BYE (P.), et FREY (J.P.), 1992 - Interdépendance partielle et sous-systèmes productifs : une application au complexe agro-industriel in Economie Appliquée, Tome XLV, (2), p. 129-149-

BYE (P.) et FONTE (M.), 1992 - Vers des techniques agricoles fondées sur la science in Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurales (24-25) 3° et 4° Trimestres p.93-114.

BYE (P.) et FONTE (M), 1991 - Technical change in Agriculture and New Functions for Rural Space in Western Europe, American Sociological Association, 36th Annual Meeting, Cincinnati, Ohio, USA.

BYE (P.) et MOUNIER (A), 1984 - Les futurs énergétiques et alimentaires des biotechnologies, Economies et Sociétés, Presses Universitaires de Grenoble.

CALLON (M), 1992 - Réseaux technico-économiques et irréversibilité in Les figures de l’irréversibilité, EHESS Paris p. 195-230.

DOSI (G), 1989 - Technical change and economic theory, Londres et New-York, Pinter.

DUCOS (C.) et JOLY (P.B.) 1987 - Innovations et concurrence : l’industrie des semences face aux biotechnologies. Thèse de Doctorat de Sciences Economiques, Université des Sciences Sociales de Toulouse.

FANFANI (R.), GREEN (R.) et ZUNIGA (M.), 1990 - Changement technique et restructuration de l’industrie agroalimentaire en Europe. Une réflexion théorique et méthodologique in Actes et Communications (7) INRA Paris p. 27-58.

FONTE (M.), 1991 - The global System for the conservation and utilization of Plant Genetic Ressources. An interview with José Esquinas Alcazar in La questione Agraria (44) p.49-66.

FORAY (D.) et ZUSCOVITCH (E.), 1988 - L’innovation entre la production et le système technique, p. 602-615, in Traité d’Economie industrielle, Economica, Paris.

GEORGES (S.), 1981 - Les stratèges de la faim (Etudes de Développement) Genève, Grovnauer p.365.

GOODMAN (D.), SORJ (B.) et WILKINSON (J.), 1987 - From farming to bio-technology, Oxford, Basil Blackwel.

GÖZEN (A.), 1992 - Technical demand in agriculture: Towards a strategy for plant biotechnology in Turkey. An introduction of the thesis project. IAM Montpellier France (miméo).

GROS (F.), JACOB (F.) et ROYER (P.), 1979 - Sciences de la vie et Société. La Documentation Française, Paris.

GREEN (K.) et YOXEN (E.), 1990 - The greening of European industry. What role for biotechnology? juin, Futures.

JUNNE (G), 1992 - Les grandes entreprises face à la révolution biotechnologique in Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurales (24-25) 3° et 4° Trimestres p. 143-160.

JOLY (P.B.) et ZUSCOVITCH (E.), 1990 - L’évolution technologique des biotechnologies est-elle prévisible ? INRA-IREPD, Grenoble- Strasbourg (miméo).

KENNEY (M.), CURRY (J) et GOE (R), 1988 - Contextualizing agriculture within Post-War US Society : Fordism as an integrative theory. Communication au Colloque International sur la théorie de la régulation, Barcelone, Espagne, Juin.

LATOUR (B.), 1991 - Nous n’avons jamais été modernes, Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

LEVY (R.) et GRALL (J.), 1985 - La guerre des semences Masson Editeur, Paris.

MAGNAVAL (R.), 1992 - Commentaires sur les communications présentées au séminaire de Rome : biotechnologies : révolution ou évolution in Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurales (24-25) 3° et 4° trimestres p. 192-194.

MOONEY (P.), 1979 - Semences de la terre : une richesse publique ou privée ? International Coalition for Development Action (ICDA) Ottawa, Canada.

MOUNIER (A.), 1992 - Les théories économiques de la croissance agricole, INRA Economica, Paris.

OFFICE of TECHNOLOGICAL ASSESMENT (OTA), 1984 - Commercial biotechnology: an international analysis, Congress of the United States, Washington D.C.

OTA, 1981 - Impacts of applied genetics. US Government Printing Office, Washington D.C.

OCDE, 1988 - Les accords de coopération technique entre firmes indépendantes, STI (Science Technologie Industrie), (4), Décembre, p. 56-132.

OCDE, 1985 - Biotechnologie et protection par brevet. Une analyse internationale Paris.

PERRIN (J.), 1988 - Comment naissent les techniques ? Editions Publisud, Paris.

RAMA (R.), 1992 - “Tecnología endógena, tecnología exógena”, in Rodríguez Zúñiga (M.) Ed. Tendencias del sistema agroalimentario en la perspectiva del Mercado Único Europeo, Madrid, Ed. Nerea - Ministerio de Agricultura.

RAUGEL (P.J.), 1990 - Un exemple d’intervention du capital-risque français : les sociétés spécialisées en biotechnologies et biologie, Banque Stratégie, (66), 15 Octobre, p. 37-40.

ROOBECK (A.J.M.), 1990 - “The Crisis in Fordism and the Rise of a New Technological Paradigm”. Futures, 19 April, p.129-154.

RUIVENKAMP (G), 1992 - “Can we avert an oil crisis?” in Ahmed I (Ed.) Biotechnology a hope or a threat? MacMillan Press, Londres.

SORJ (B.) et WILKINSON (J), 1992 - “The Strategies of Leading Firms in Agrofood” in Biotechnology, Agriculture and Food, OECD, Paris.

TAIT (J.), CHATAWAY (J) et JONES (S.), 1990 - The status of biotechnology based-innovations, Technology analysis and strategic management, 2 (3), p.293-305.

WILKINSON (J.), 1992 - S’adapter à la demande alimentaire in Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurales (24-25) 3° et 4° Trimestres p. 131-142.

YUNG (J.M.) et BOSC (P.M.), 1992 - Terrains et innovations in Le développement agricole au Sahel CIRAD Collection “Document Systèmes Agraires” (17) p. 177-266.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter