Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

Économie de réseau et chaîne agro-alimentaire

Raúl H. Green e Roseli Rocha Dos Santos

Testo integrale

Les changements du système productif

1La décennie des années 80 a été marquée par de profondes transformations dans le système de production, circulation et consommation des biens des services dans les pays développés. Progressivement, si bien que pas toujours d’une façon systématique, les expériences vécues par l’Allemagne et le Japon dans la décennie précédente se sont progressivement généralisées vers d’autres pays développés de l’Europe et aux États-Unis.

2En même temps, trois grandes révolutions techniques ont été progressivement intégrées au niveau social : l’informatique dans les services : divers apports techniques qui ont facilité le développement de l’automation dans la production industrielle, et le génie génétique qui a permis la manipulation des produits vivants. Toutes ces connaissances se sont diffusées, avec une intensité différente selon les cas, mais avec une certaine homogénéité, à l’ensemble du système productif.

3De nouvelles formes organisationnelles, plus adaptées aux nouveaux outils techniques disponibles, ont été ainsi mises en marche. Ces nouvelles formes organisationnelles se sont diffusées tant à l’intérieur des unités productives que dans les rapports entre elles. Le système appelé flux tendu, par exemple, est caractérisé par le développement de nouveaux produits, réalisés avec des outils techniques différents et surtout, avec de nouvelles formes d’organisation. Ces transformations mettent en cause la valeur opératoire des concepts traditionnels tels que celui de la productivité, face à d’autres concepts nouveaux tels que la “flexibilité” et “compétitivité” (ALTER, 1986).

4Par l’intermédiaire d’un système complexe d’apprentissage, défini au niveau technologique par DOSI (1984) comme “apprendre en faisant” (learning by doing), les différents acteurs du monde de la production ont progressivement intégré les nouvelles formes techniques et organisationnelles. Les structures engendrées par ce processus ont obligé les acteurs à développer d’autres formes de rapports de production, en déplaçant les règles du jeu dominant précédemment. De cette façon, de nouveaux rapports inter-industriels orientés par un système plus solidaire, défini par des règles spécifiques, établies de façon contractuelle, commencent à se développer. Ceci oriente la recherche pour une logique productive plus partenariale.

5Ce processus du changement productif a été accompagné par l’émergence de nouvelles valeurs sociales, qui produisent des changements dans le comportement des consommateurs ainsi que dans le genre de produits consommés. Des valeurs telles que le respect de la qualité de l’environnement ont été progressivement intégrées au monde de la production, lequel ne peut pas risquer de contrarier la demande. L’importance prise par ces nouvelles valeurs est telle que les rapports offre - demande tendent à être l’un des éléments d’accumulation émergeants les plus importants, nettement différencié du modèle de consommation de masse caractéristique de la période fordiste. A cette image du consommateur de masse, il apparaît aujourd’hui un consommateur fortement individuel qui consomme aussi de façon différenciée, plus personnelle, tout en expérimentant de nouvelles valeurs socialement partagées, telle que le respect des grands équilibres écologiques. Ce processus, ouvre donc de nouveaux micro-marchés et oblige aussi à l’évolution des rapports entre les formes techniques de production et l’environnement où elles agissent.

6La façon de réfléchir sur le rôle des institutions tel que l’État change aussi. Au delà d’un État plus ou moins régulateur du monde de la production, une autre perception apparaît. Afin de répondre à ces nouvelles valeurs de la prédominance du “privé” sur le “public”, l’État essaye de se transformer en une grande entreprise, ayant l’esprit d’une “efficience privée”. Cette forme de réponse conduit certains auteurs à mettre en parallèle le nouvel “État Entrepreneur” aux formes antérieures de l’État Gendarme” ou de l’État Providence”. Tel le décrit DELMAS (1991), “La République se rêve vaste entreprise : pour se faire admettre, elle se présente comme l’ultime société de service : de la réalisation des grandes infrastructures aux prestations des fonctions d’intérêt général, le label entreprise devient indispensable à la crédibilité de l’État. La décentralisation qui s’observe dans les pays est le reflet de cette évolution. La proximité de l’usager/électeur/payeur permet de coller à ses demandes comme à toute clientèle et de lui remettre, implicitement, les décisions. L’État devient un commerce de proximité. ”

7A l’intérieur des tendances apparemment contradictoires telles que la consolidation des espaces politiques et économiques locaux, dans une période marquée par l’ouverture des économies et par l’élargissement des espaces de marché, les opérateurs industriels s’inclinent à suivre une tendance historique d’allongement du processus de production. On peut ainsi apercevoir la construction d’un système où la segmentation progressive de la production tend à externaliser des fonctions. Le progrès technique oblige d’une part à l’accomplissement de tâches chaque fois plus spécialisées, en même temps qu’il permet d’organiser d’une façon cohérente des rapports techniques complexes entre les différents acteurs productifs. Etant donné que les acteurs qui participent à la production sont chaque fois plus nombreux et que les problèmes de coordination et d’information deviennent plus complexes, il se produit une multiplication des fonctions tertiaires à l’intérieur des entreprises. Au niveau de l’espace on peut donc observer un rapport beaucoup plus étroit entre les entreprises de production de biens et services, géographiquement éloignées, liées par des systèmes sophistiqués de communication et par des formes d’organisation nouvelles (BATTIAU, 1989).

8Cette profonde mutation, qui module le nouveau profil social dominant des pays développés, peut être observée, d’une façon homogène, dans les différents secteurs de la production. Le secteur agro-alimentaire, avec les différentes étapes qui le composent depuis la production de la matière première jusqu’à la consommation finale, s’insère pleinement dans ce processus. Face à ce changement social, il parait nécessaire qu’on soit munis de nouveaux outils conceptuels, plus adaptés pour expliquer la nouvelle réalité (GREEN et ROCHA DOS SANTOS, 1991).

9Ici, il ne s’agit pas d’avoir une réflexion théorique sur le large processus de transformation productive contemporaine, que des auteurs comme AOKI (1984 et 1988), CORIAT (1990 et 1991), GAFFARD (1990), AMENDOLA (1984 et 1988) et d’autres ont déjà eu depuis quelques années. Notre objectif est de confronter la réalité du secteur agro-alimentaire aux expériences réalisées dans d’autres secteurs d’activité industrielle, surtout en Europe, ainsi que d’essayer d’appliquer des concepts méthodologiques émergeants dans l’économie industrielle en France et en Italie. Un premier élément qui ressort de la réflexion commune sur les secteurs industriels et le secteur agro-alimentaire en particulier, est l’importance de la connaissance de l’évolution de la demande, afin de comprendre l’évolution des différents secteurs de production.

Demande alimentaire et pilotage par l'aval

10Le marché alimentaire, contrairement à d’autres types de marché, est dominé par l’image traditionnelle que les consommateurs ont des aliments. De nombreuses études montrent que dans les pays développés les valeurs dominantes sont celles de la recherche de produits sains et frais. Plus les produits sont “naturels”, plus ils semblent être sains et frais. A côté de ces images, on valorise aussi le pragmatisme : la vitesse de coction, longue conservation, adaptabilité aux divers besoins, facilité d’accès, information, différentiation.

11Entre ces deux références extrêmes de “produits naturels” et “aliments adaptés” aux multiples besoins des consommateurs, le secteur alimentaire est caractérisé par deux tendances convergentes et interactives. Une tendance à la concentration et internationalisation de l’offre productive, alliée à la consolidation des formes de distribution plus concentrées qui appliquent de nouvelles techniques de gestion des ventes. Une adaptation permanente au marché, sans oublier la modernisation des techniques de production et de circulation des marchandises, complète les caractéristiques aujourd’hui dominantes.

12La diminution du nombre des opérateurs industriels et de la distribution s’est accompagnée d’une tendance à la multiplication des produits alimentaires offerts. Dans un pays européen, les références des produits alimentaires sont comptées par dizaines de mille. Une centrale d’achat d’un supermarché en France doit administrer entre 40.000 et 50.000 références de produits alimentaires en circulation nationale. Si on ajoute les références non alimentaires, la somme dépasse les 100.000. En Italie, où la grande distribution organisée ne s’est diffusée que depuis peu le nombre de références est nettement inférieur, mais en expansion accélérée. Au Brésil, le nombre de références produits tend à s’élargir avec le développement des super et hypermarchés. Malgré un nombre moindre de références par rapport aux pays développés, il gère une quantité croissante de produits, nécessaires au développement des grandes surfaces de ventes.

13Ce système présente des effets et des conditions différenciées selon le niveau de transformation industrielle. Ainsi, au niveau de la première ou de la seconde transformation, les économies d’échelle restent valables. Une caractéristique importante à retenir est l’élargissement du cycle de production. Les produits tendent à être produits par un plus grand niveau de transformation, dans un cycle productif élargi. C’est dans cet élargissement du cycle de transformation industrielle des matières premières que la valeur est ajoutée. Cette valeur ajoutée, fondée sur la différenciation progressive des produits conduit à une segmentation croissante produite par la diversification des marchés. La distance entre le producteur de matières premières et le consommateur de produits alimentaires transformés tend donc à s’élargir. Dans la mesure où le produit devient plus spécialisé, on lui ajoute une valeur service. Cette valeur service est appréciée par le consommateur qui est disposé à payer plus cher.

14Face à une offre diversifiée et substituable, les comportements des consommateurs varient. Dans la mesure où les options alimentaires sont chaque fois plus élargies, le consommateur abandonne sa fidélité caractéristique des marchés à offre plus limitée. On peut donc observer une augmentation de l’instabilité dans la consommation. D’autre part, la possibilité de substitution des matières premières s’ajoute à cette instabilité, en rendant plus complexe la tâche des producteurs. Pour arriver au produit final, qui est un mix, on peut se servir d’un nombre important de matières premières alternatives. L’instabilité du marché final tend donc à se transmettre directement à la production agricole, médiatisée par les stratégies des opérateurs industriels.

15Les opérateurs industriels, en élargissant leurs processus de production, apprennent aussi à utiliser les matières premières dans des gammes de produits non alimentaires, ce qui leur permet de mieux valoriser leur travail. Cela les conduit à fixer de nouvelles conditions de contrôle de qualité des produits agricoles. Afin d’assurer la qualité de leurs propres aliments - garantis par une marque - ainsi que des sous-produits, les industriels doivent aussi se préoccuper de la matière première à traiter. La qualité doit être non seulement d’ordre sanitaire, mais aussi de composition moléculaire, avec des délais précis et dotée d’une flexibilité productive capable d’accompagner les nouvelles formes organisationnelles que les industriels pratiquent. Cela signifie, comme on le démontrera par ailleurs, que le producteur agricole devient un élément de cette structure complexe qui fonctionne d’une façon cohérente, comme dans une véritable “ligne de production”. Ce fonctionnement, plus intégré, entre les agriculteurs et les industriels freine la tendance de substitution radicale de l’utilisation de certaines matières premières. La solidarité productive, au centre de la nouvelle forme de fonctionnement, exige une complémentarité flexible, qui peut obliger l’agriculteur à transformer sa production, mais en même temps elle lui assure un marché stable. Les rapports contractuels qui lient les producteurs de volaille aux industriels du secteur, sont un exemple paradigmatique de ce mode de fonctionnement.

16L’augmentation du nombre de références alimentaires disponibles, due à la diversification des produits, accentue l’importance de la fonction logistique des entreprises. Afin de donner une image rapide de la complexité de la logistique dans le secteur alimentaire, il est intéressant de rappeler que les opérations alimentaires quotidiennes des individus sont multiples. Elles se produisent dans des points de vente ou de consommation très divers. Si on ne compte que trois opérations alimentaires de base, en Europe communautaire, on peut compter plus de 1.000 millions d’opérations alimentaires quotidiennes, réalisées à partir d’une gamme de plusieurs centaines de milles de produits. Ce fait explique que le nombre de personnes occupées dans la circulation-distribution des produits alimentaires soit, en Europe, égal à l’ensemble de la population agricole (10 millions de personnes) et deux fois et demie plus important que le nombre de personnes occupées dans l’industrie alimentaire européenne (FANFANI et alii, 1991).

17La complexité de la gestion de la production, la circulation et la vente des produits alimentaires comptent aujourd’hui sur un outil technique d’importance majeure : l’informatique. L’ordinateur, progressivement introduit dans le secteur, permet une rationalisation particulièrement utile dans la gestion. Cela nous amène à travailler sur une image révélatrice : de la même façon dont on a connu dans le passé une véritable rupture du niveau de concentration des opérateurs industriels et des points de vente des aliments, les années à venir seront marquées par la rationalisation de la logistique alimentaire. Dans ce secteur, les entreprises pourront augmenter leurs bénéfices, en rationalisant profondément le système de circulation de leur production.

18Cela nous amène à conclure, en conséquence, sur la nécessité d’une discussion qui permette d’examiner en même temps le processus de production agricole et alimentaire et le processus de sa circulation et vente. Le concept d’économie de réseau, utilisé par divers auteurs d’économie industrielle en France et en Italie, semble être un bon articulatoire des rapports inter-industriels, il permet ainsi de valoriser de façon appropriée le rapport entre l’offre et la demande, dans un marché aussi complexe que le marché alimentaire.

Vers une conceptualisation de la notion d’entreprise réseau et d’économie de réseau

19Conformément à ce que l’on a déjà signalé, l’économie actuelle tend à être caractérisée par une nouvelle forme de rapports entre les divers acteurs productifs. Cette caractéristique, qui a donné lieu à de nombreux travaux sur ce qu’on appelle l’économie des conventions, s’est développée à partir de la notion de coûts de transaction développée par des auteurs tels que COASE (1937, 1972), RICHARDSON (1972) et WILLIAMSON (1975 et 1985). Selon ces auteurs, afin de rendre plus flexibles leurs rapports, les acteurs économiques tendent à établir entre eux une série de conventions. Celles-ci déterminent des formes de structuration de rapports client-fournisseur, afin de définir un rapport contractuel de qualité, sous l’empreinte d’une large gamme de possibilités. Ces possibilités devraient permettre une plus grande adaptation au comportement plus ou moins changeant de la demande. L’idée de convention est conceptualisée par FAVEREAU (1988) comme “l’organisation définie en tant qu’espace de transactions liées à une activité de production”. Le rapport contractuel part de l’idée que les entreprises évoluent dans la division et coordination des activités économiques et productives entre l’entreprise et le marché selon la perception de leurs coûts de transaction, concept défini par COASE (1937). Cette idée s’insère dans le principe nommé par SIMON (1984) de rationalité substantielle, sur lequel est structurée la théorie néoclassique.

20Le concept d’entreprise-réseau part donc de plusieurs présuppositions théoriques fondamentales. Le principe de la rationalité procédurale développée par SIMON, les apports des théoriciens des coûts de transaction (COASE, RICHARDSON et WILLIAMSON) ainsi que le principe de la contractualisation en tant que nouvelle forme pour établir des rapports inter-industriels. Il faut signaler aussi l’apport des théoriciens japonais, tels qu’OHNO (1989) et AOKI (1990), qui confèrent aux concepts cités une actualisation fortement marquée par l’expérience vécue dans leur pays, et suivie de près par les industriels d’Europe. La contribution de ces auteurs est fondamentale, étant donné que c’est au Japon où se sont structurées pour la première fois les entreprises-réseaux.

21L’espace économique déterminé par ces rapports contractuels, lie divers types d’agents de production de biens et services. De plus en plus, la production d’un bien tend à être la conséquence d’éléments intermédiaires apportés par les fournisseurs, ainsi que des sous-traitants. Ce processus, défini en tant qu’externalisation des fonctions de production signifie une nouvelle forme de rapport inter-industriel. Diverses études montrent que les entreprises fournisseuses possèdent des avantages sur le plan de la négociation par rapport aux entreprises sous-traitées. Ces dernières produisent une gamme de produits plus limitée, et n’ont pour interlocuteur qu’une seule entreprise. Par contre, les entreprises fournisseuses de biens intermédiaires possèdent une gamme de produits plus large et surtout, des clients plus nombreux (LE GLEAU et GAUCHENOT, 1987). Cela leur permet une plus grande capacité d’opérer et surtout de contrôler elles-mêmes et à long terme, le futur de leur entreprise.

22Les travaux du Conseil Economique et Social français définissent la sous-traitance en tant que “l’opération par laquelle une entreprise (donneur d’ordres) confie à une autre (preneur d’ordres) le soin d’exécuter pour elle et selon un certain cahier des charges préétabli une partie des actes de production ou de services dont elle conserve la responsabilité économique finale” (QUELENNEC, 1987). Dans le premier cas, elles peuvent être appelées design approved (innovation-production) et dans le deuxième design supplied (exécution). Cette logique distingue le système de l’entreprise sous-traitante de l’entreprise qui fournit (traded). Pour cette dernière le rapport s’établit au moment où l’entreprise acquiert un bien dans un marché plus ou moins libre. Dans le cas des rapports de sous-traitance, l’intervention des entreprises donneuses d’ordre (ordered) est déterminante. Celui qui demande, établit les formes de réalisation de la production et contrôle même le processus par lequel elle se développe. Il serait important d’ajouter à cette structure hiérarchisée les entreprises sous contrat au second et au troisième degré. Ces entreprises peuvent être très nombreuses et importantes, comme c’est le cas de l’industrie automobile française, où on peut compter 450 entreprises sous-traitées - liées aux entreprises d’assemblage, qui occupent environ 35.000 personnes : en même temps, il y a près de 350 entreprises d’approvisionnement d’équipements pour l’industrie automobile (qui occupent approximativement 75.000 personnes) : ainsi que 2.500 entreprises sous-traitées de deuxième degré (qui occupent 100.000 personnes). Au Japon, les chiffres sont encore plus importants : 4.000 entreprises sous-traitées de premier degré et plus de 36.000 de deuxième degré.

23DELMAS (1991) a construit, à partir de l’idée de solidarité entre les acteurs productifs, deux types de modèles de rapports interindustriels. Ces deux modèles, cohérents, tout en étant antagoniques, il les appelle modernisation et rationalisation. Le premier fonde sa compétitivité sur la technologie : le marché possède un rôle central afin d’assurer aux participants l’accès aux différentes ressources, dont la disponibilité a plus d’importance que l’origine. Ici, la réussite du système est démontrée par les résultats des plus efficients. Dans le deuxième modèle, l’accent est mis sur l’organisation interne et externe des acteurs du monde de la production. Les frontières entre les entreprises sont relatives et une interaction permanente les unit. Dans ce modèle, que nous appelons d’entreprise réseau, les résultats sont mesurés par la compétitivité de l’ensemble.

24Pour le secteur agricole, les contrats établis avec les agriculteurs montrent que l’entreprise donneuse d’ordres détermine et contrôle la forme de production par l’intermédiaire d’un cahier des charges. Ces producteurs agricoles sont soumis à un contrôle permanent de la part des entreprises, qui leur apportent aussi une assistance technique. Par contre, dans le cas des marchés agraires non soumis à des contrats, les rapports qui s’établissent sont plus proches de ceux des fournisseurs-clients. Si, dans le premier cas, la vente de la production était assurée, l’espace de liberté des producteurs est plus restreint que dans le cas des producteurs-fournisseurs. D’autre part, l’existence des producteurs qui ne sont pas sous-traités donne la flexibilité nécessaire à la production industrielle, toujours soumise à l’instabilité de la demande.

25Il convient, donc, de distinguer nettement les rapports fournisseur - client ou sous-traitance - entreprise donneuse d’ordres, des rapports établis dans le secteur coopératif traditionnel. Deux éléments les distinguent : d’abord, dans le secteur coopératif, il existe une solidarité entre producteurs agricoles et entreprise coopérative, où les agriculteurs, copropriétaires des équipements de transformation, peuvent recevoir des bénéfices plus ou moins importants selon les résultats de l’entreprise de transformation ou de commercialisation de leurs produits. Les rapports, ici, ont été construits pour assurer des débouchés aux agriculteurs. On peut donc dire, que ce sont les intérêts de l’amont qui dominent. En revanche, dans les rapports du type contrat privé, c’est l’aval, par l’intermédiaire de l’entreprise de transformation, qui domine et détermine un type d’organisation flexible afin de suivre le comportement de la demande finale.

26En partant des concepts déjà cités, nous définirons l’entreprise-réseau comme la structure organisationnelle synergique qui articule d’une manière contractuelle, à moyen terme, des rapports inter-entreprises, afin de répondre en forme conjointe, solidaire et flexible, sous la direction d’une entreprise donneuse d’ordres, à une demande finale ou intermédiaire volatile, dans un espace économique de rapports productifs de biens et services.

27Un élément central du concept d’entreprise-réseau est le rapport entre la notion d’organisation synergique et la demande finale ou intermédiaire.

28Un des objectifs fondamentaux qui est à la base des rapports contractuels, est la constitution d’une organisation la plus flexible possible, étant donné une demande erratique, difficile à contrôler. Face aux difficultés de maîtriser cette demande, les entreprises essaient d’établir en commun les règles de jeu déterminées par des contrats qui cherchent à éviter des coûts supplémentaires, comme les stocks. Les demandes intermédiaires au cours des diverses étapes de production devraient donc absorber les fluctuations de la demande finale, le plus efficacement possible.

29Ce fonctionnement organisationnel présuppose un temps de collaboration plus large qu’une simple opération d’approvisionnement. Il exige aussi la détermination d’un système structuré de fixation de prix. Cette collaboration est donc différente des contrats d’approvisionnement, comme de la notion des coûts de transaction développée par les auteurs COASE et WILLIAMSON. Pour eux, le coût de transaction est la décision d’un opérateur qui cherche, de façon indépendante, à optimiser ses coûts de production, tout en conservant, à l’intérieur de sa propre structure de capital, les tâches les plus rentables et en externalisant celles qui peuvent l’être à des coûts plus bas. Cette décision résulte de la réponse à la question : Est-il moins cher de produire ou d’acheter ? Le fonctionnement des entreprises-réseaux part de présupposés et d’objectifs différents. La question fondamentale de cette forme de fonctionnement est : comment répondre plus efficacement à la demande ? Avec cet objectif on passe de l’entreprise et de l’administration de ses coûts à l’ensemble des coûts des différents acteurs intégrés dans l’opération productive, où la propriété du capital n’est pas le seul déterminant. De cette façon, on tend à augmenter les temps de collaboration, ainsi que la formalisation des mécanismes de détermination des prix. C’est-à-dire, on évolue d’un système de forte concurrence des rapports inter-entreprises à un système de solidarité productive. La concurrence, qui reste toujours un élément central, se déplace vers des rapports inter-entreprises-réseaux. L’économie-réseau peut donc être définie en tant qu’espace productif où prédomine la concurrence entre des ensembles d’entreprises liés par contrat.

Concurrence et entreprise réseau

Concurrence et entreprise réseau

Temps de collaboration

30Ce déplacement théorique vers une démarche centrée sur une adaptation progressive et flexible à la demande, est l’élément central qui abandonne les mécanismes du fonctionnement productif fordiste et montre l’émergence d’une nouvelle logique productive. La logique fordiste était une logique centrée sur la recherche d’économies d’échelle sur les moyens de production. La logique post-fordiste ou toyotiste est centrée sur une réponse rapide, multiple, solidaire et adaptée à une demande hétérogène et fluctuante. La logique des échelles de production est donc substituée par d’autres mécanismes, qui cherchent à augmenter la productivité, mais hors de la mécanique pure des quantités produites. Les formes organisationnelles et techniques de production changent, en produisant une rupture avec le paradigme fordiste de production, et en même temps constituent les bases d’un nouveau paradigme productif, basé sur la solidarité entre les acteurs qui travaillent d’une façon intégrée, dans une même logique productive qui va de la demande vers l’offre.

31La prédisposition des différents acteurs à une collaboration plus étroite, ne signifie pas une diminution de la concurrence, étant donné les tendances des économies à s’ouvrir à la concurrence internationale. Malgré un fonctionnement relativement solidaire des acteurs ayant des intérêts en commun, la présence d’entreprises étrangères tend au maintient de la situation de concurrence. Celle-ci se produit à un autre niveau de production, mais de façon intense. Le nombre des acteurs se réduit, mais la concurrence existe parmi les opérateurs ayant une grande capacité individuelle. Ce phénomène est présent surtout en Europe, où la construction de l’espace économique commun ne s’est pas encore consolidé. L’apport de la théorie des conventions relativise ainsi le rôle du marché, au milieu d’un ensemble de démarches de coordination des activités (ROSE, 1990). Pourtant, cette relativisation n’empêche pas la permanence d’un système de concurrence intense, au moment de la définition des rapports contractuels ainsi qu’au cours des négociations périodiques de ces rapports. Les décisions qui autrefois n’étaient guidées que par le marché, sont perçues de plus en plus sous l’inspiration des théories de l’entreprise (COASE, SIMON) comme déterminées par les arbitrages internes des appareils productifs.

32Le développement des rapports contractuels inter-entreprises présente plusieurs avantages mais de nouveaux inconvénients face aux acteurs qui participent à cette stratégie organisationnelle. L’avantage principal consiste à offrir aux petites et moyennes entreprises des moyens supplémentaires pour améliorer la qualité des biens produits, et pour réduire les coûts par une optimisation des rapports avec leurs clients. Cela leur permet aussi d’obtenir des conditions avantageuses pour l’assistance technique. Quant à l’entreprise donneuse d’ordres, le contrat assure le flux des inputs productifs ainsi qu’une réduction du coût de connaissance de ses fournisseurs. Dans la mesure où le rapport contractuel se maintient, il s’établit parmi les acteurs, une sorte de rente de relation, ce qui peut signifier un avantage compétitif complémentaire. D’autre part, le maintien des rapports étroits, sous contrat, éloigne les différents acteurs de l’environnement concurrentiel où ils étaient entraînés à opérer : ce déplacement peut conduire à certaines rigidités, comme on peut l’observer au moment de la rupture du contrat (FENNETAU, 1990).

33Etant donné que l’axe d’articulation du rapport contractuel est déterminé par les rapports offre-demande, c’est dans les conditions d’efficacité de ces rapports que tendent à s’établir les nouvelles formes de compétition face à l’hétérogénéité et la fluctuation de la demande.

34Au moment où un groupe d’entreprises liées sous contrat à l’intérieur d’un système en réseau arrivent à répondre d’une façon concertée et flexible à la demande finale, on peut observer un fonctionnement appelé de flux tendu. Celui-ci est caractérisé par l’absence de stocks intermédiaires, ainsi que par une réponse chaque fois plus rapide à la demande. L’efficacité du fonctionnement du réseau peut être mesurée par cette capacité de réponse. Par exemple, la livraison clans une courte période de temps est indispensable dans le secteur alimentaire. Quelques entreprises de distribution exigent de leurs fournisseurs habituels, au cas de rupture de stock non prévue, de pouvoir procéder à des livraisons rapides. Les industries alimentaires disposent souvent d’un système de transport “d’appoint” pour la distribution, dans ces cas-là.

35Il est important d’observer que la compétitivité du réseau est une compétitivité de l’ensemble. C’est-à-dire que, pour que chacune des entreprises puisse obtenir un fonctionnement efficace, toutes les autres entreprises doivent aussi fonctionner de manière efficace. Le niveau global d’efficacité est donc déterminé par le point le plus bas de l’efficacité de l’ensemble. La structure finale des coûts est déterminée par la somme des valeurs ajoutées de l’ensemble, ainsi que par les conditions organisationnelles de toutes les activités réalisées dans le réseau productif.

36Ajouter de la valeur quand ce n’est pas nécessaire, à n’importe quelle étape intermédiaire, augmente le coût final et fait perdre de l’efficacité à l’ensemble du réseau de production. Plusieurs entreprises essaient pour cela de réduire au maximum cette valeur ajoutée non nécessaire, comme les contrôles de qualité mal faits ou des tâches superflues. Dans ce sens, l’entreprise Rhône-Poulenc, en considérant que “la valeur ajoutée inutile” réalisée par le groupe était de 20 %, a lancé un programme d’amélioration de la qualité en 1990, afin d’éviter ces inefficacités (ALLAOUA et GREEN, 1991).

37D’autre part, la réponse plus ou moins rapide à une demande est déterminée par l’efficacité du fonctionnement temporel de la totalité du réseau. Le retard dans l’approvisionnement d’un produit intermédiaire, en cas d’absence de stocks, se répercute forcément sur le temps de livraison du produit final. Donc, c’est par un contrôle efficace des temps de production que les stocks peuvent être sensiblement réduits sans produire d’inefficacités ou de pertes de marchés.

38Dans le secteur alimentaire, ce système de fonctionnement tend à se généraliser. La raison principale de cette tendance est dans les caractéristiques du secteur agro-alimentaire : d’une part, le grand nombre de produits alimentaire substituables (GREEN, 1989) : d’autre part, l’importance des taux de rotation pour le secteur, fortement augmentés par le développement des supermarchés, spécialisés eux-mêmes dans la gestion efficace des ce taux de rotation rapide.

39Les entreprises de distribution donnent à la rotation des marchandises une importante dimension financière. Celle-ci part de la gestion des paiements qui permet une rotation rapide des produits en même temps qu’un retard dans le paiement aux fournisseurs. En France, le commerce de détail fait payer les marchandises vendues dans un délai de 9 jours, tandis qu’il prend 62 jours en moyenne pour payer ses fournisseurs. C’est dans ce secteur où les écarts de paiement sont les plus importants dans l’économie française (WANIERES, 1991). Les avantages de trésorerie que cela produit permettent de financer une bonne partie des nouveaux points de vente. Dans les pays ayant des taux d’inflation élevés, tels que l’Argentine et le Brésil, ce système est implanté avec des avantages nets pour les distributeurs (GREEN et alii 1991). Cette situation avantageuse de la distribution face à ses fournisseurs illustre un véritable rapport de pouvoir, où les grands distributeurs dominent.

Entreprise réseau et rapports inter-industriels

40Le rapport solidaire et régulé contractuellement parmi des opérateurs juridiquement divers tend à relativiser la notion d’intérieur/extérieur des appareils productifs. En outre, dans cette forme de fonctionnement, on peut différencier la propriété des entreprises participantes à l’intérieur des économies de réseau de leur recherche de profits. Les intérêts productifs communs qui les unissent, font évoluer leurs rapports de façon différente de celle qui est sous-jacente à un rapport traditionnel client -fournisseur. La notion d’intérieur/extérieur définie juridiquement ou financièrement tend alors à être relativisée face à une solidarité d’intérêts productifs. Cela conduit à fixer les “limites”, les frontières des entreprises-réseaux, aux points où la diversité juridique et la diversité d’intérêts productifs tendent à s’identifier plus nettement.

41Selon l’activité productive intermédiaire qu’il développe, l’acteur se trouve plus ou moins intégré à une économie de réseau. Les acteurs sous-contractés, par exemple, sont plus intégrés à une économie de réseau que les fournisseurs. Ceux-ci participent à différents réseaux de production qui peuvent devenir concurrents.

42Assez fréquemment, on peut observer l’existence d’entreprises spécialisées qui, dans des secteurs comme la recherche, prêtent service à des entreprises concurrentes sur le marché. Cette collaboration, en amont de la production, peut être expliquée par un objectif de réduction des coûts ou de diminution des risques d’investissements, pour des tâches qui ne sont pas déterminantes dans le jeu complexe de la concurrence entre réseaux de production. L’apport de ces entreprises au capital partagé, est traité à l’intérieur de l’économie de réseau de manière différenciée, selon les cas. Ce système obtient une réduction des risques et des coûts, et en même temps, il améliore les rapports avec sa propre clientèle, sans trop changer les conditions de compétition marchande entre les divers réseaux productifs.

43L’industrie de la bière en Europe dispose, par exemple, d’une entreprise spécialisée dans la recherche de l’amélioration des semences d’orge, dont le capital est partagé par trois grands groupes de France, Hollande et Danemark, qui pourtant sont très concurrents sur le marché. Au Brésil, on constate un fait semblable, de partage de certains investissements, entre Brahma et Antarctica. Ces entreprises communes permettent d’améliorer la qualité des produits sans pour autant changer les formes de concurrence finale qui se produisent surtout au niveau de la publicité, du contrôle des marques ou des circuits de distribution.

44Dans le système complexe d’économie de réseaux, une des principales caractéristiques est la liaison étroite entre les entreprises de production de biens et de services. Dans le secteur alimentaire, cette coexistence est déterminante. Ici, le poids de la structure des services, tant internes qu’extérieurs, est très important. L’entreprise de production de poulets A Granja, située dans l’État du Paraná, en est un exemple intéressant. La valeur ajoutée par ses services internes et externes est plus grande que la valeur ajoutée dans la transformation industrielle proprement dite. Sa structure de coûts montre, en effet, que sur le coût final du produit, la partie de la valeur ajoutée industrielle est inférieure à celle des services administratifs, techniques ou de commercialisation.

Structure des coûts de production de l’entreprise brésilienne A GRANJA (production de viande de volailles)

Structure des coûts de production de l’entreprise brésilienne A GRANJA (production de viande de volailles)

45Le poids des coûts des services internes (assistance technique, administrative : 6 %) et externes (commercialisation et transport : 15 %) est presque le double de ceux de la transformation industrielle. La compétitivité de cette entreprise sera donc déterminée par une amélioration technique dans la transformation du produit, ainsi que sur une amélioration de ses structures des services internes et externes. Les coûts de services sont autant dépendants des outils informatiques plus performants que de l’organisation plus efficace de ses circuits commerciaux et de transport. Le perfectionnement des services permettrait une réduction des coûts et une amélioration de la compétitivité de l’entreprise.

Entreprise réseau et dynamique spatiale de la production

46De la même manière que la frontière juridique et financière parmi les divers acteurs tend à s’effacer à l’intérieur de l’entreprise-réseau, les différences entre la tâche de production des biens et services sont chaque fois plus difficiles à établir. Néanmoins elles arrivent à reconfigurer les paramètres fondamentaux du fonctionnement de la chaîne alimentaire. Ainsi, elles tendent à faire évoluer les rapports entre la production et circulation des biens et sa localisation physique. La fluidité des rapports interentreprises de prestation de services et d’approvisionnement des produits intermédiaires tend actuellement à établir un rapport spatial nouveau.

47MARSHALL (1920) entre autres importants économistes, montrait par la recherche des avantages comparatifs, une logique des investissements et de localisation des équipements industriels déterminée par des facteurs tels que le climat, les sols, les infrastructures des transports, la main d’œuvre disponible et autres variables. Les investissements tendaient à privilégier des régions mieux dotées que d’autres pour quelques types de production, conduisant à la formation du nommé District Industriel Marshallien (DIM).

48La révision de la notion de District Industriel Marshallien réalisée par des auteurs italiens comme BECATTINI (1989), tend à déplacer l’analyse des secteurs productifs au territoire, et parait s’appliquer de façon pertinente à quelques cas productifs de la zone de l’Italie du Nord-Est bien délimitée par BAGNASCO (1977). Pourtant, les réflexions qui essaient d’appliquer ce concept au secteur agro-alimentaire ne semblent pas, jusqu’à maintenant, aussi fructueuses.

49Pour le secteur agro-alimentaire, l’application du concept marshallien ou sa révision becattinienne présente quelques difficultés. S’il est évident que certaines productions telle que celle des poulets présente une tendance à la concentration régionale sur des zones comme Santa Catarina, le Veneto ou la Bretagne, tant au Brésil, qu’en Italie ou en France, cette concentration spatiale pourtant est réalisée sur des espaces très vastes, où la notion de district industriel parait peu opérationnelle.

50Aux difficultés de production des matières premières, ainsi que de leur transformation en produits alimentaires s’ajoute la tâche complexe de les faire circuler, de façon efficace, jusqu’au consommateur final, en tenant compte des caractéristiques du marché alimentaire : hétérogénéité et instabilité. On devrait donc toujours réfléchir à deux sortes de problèmes : ceux engendrés par la production et ceux engendrés par la circulation et la vente des produits alimentaires. Cela signifie qu’il faut aller au-delà des observations toujours très pertinentes de MARSHALL ainsi que de l’intéressante description du cas italien faite par BECATTINI et par d’autres spécialistes italiens.

51Pour réfléchir sur le rapport espace - relations inter-entreprises dans le secteur alimentaire, il faut tenir compte des transports ainsi que de l’articulation offre-demande.

52Le problème des transports est important pour les produits ayant des coûts unitaires bas et caractérisés par une grande circulation. Il faut distinguer ici deux types de transport. Celui de la production à la plate-forme de distribution et celui la plateforme de distribution au point de vente. Si on prend le cas des volailles en France, il est possible d’observer que le coût de transport de Vannes, en Bretagne (lieu de la production), à Paris (lieu de consommation), est beaucoup plus bas que le coût du transport entre la plate-forme de distribution à Paris et le point de vente parisien. Ainsi, le poids du coût du transport entre le lieu de production et le marché consommateur peut être difficilement utilisé en tant que facteur explicatif unique de la localisation. Au contraire, la gestion des rapports entre la plate-forme de distribution et les différents types de points de vente, constitue un élément important qui est à prendre en compte et devient l’une des principales cibles des experts de la logistique.

53Les rapports contractuels qui s’établissent entre les différentes entreprises de production de matières premières, de transformation et de prestation des divers services (commerciaux, transports, etc.) sont ceux qui iront délimiter l’espace réel de fonctionnement de ce système de production-circulation. Ce système a une double dimension. La première est celle qu’on pourrait appeler espace-localisation, où l’apport déjà signalé de MARSHALL fournit les moyens de compréhension nécessaires. L’autre dimension est celle qu’on pourrait appeler espace-circulation, qui doit être délimité par l’espace de marché couvert par la production en réseau. Cet espace-circulation tend donc à privilégier le développement d’une structure logistique composée par de systèmes complexes de transport et de plates-formes de fractionnement et de distribution des produits. Si la dimension production de biens est dominante dans l’espace-production, la dimension services domine dans l’espace-circulation. Un rapport efficient entre les deux permet un meilleur fonctionnement du rapport offre-demande et optimise la réduction des stocks et le contrôle des temps de production - circulation. C’est-à-dire, il est aussi important de produire plus vite que de livrer le produit au consommateur à l’endroit et au moment nécessaire.

Coûts du transport de volailles de Vannes à Paris (1986 - en francs par Kg.)

Coûts du transport de volailles de Vannes à Paris (1986 - en francs par Kg.)

Source : Logistique, comment maîtriser ses coûts, Management et technologies alimentaires, n° 6, septembre 1990

54Cet espace-circulation devient de plus en plus grand, étant donné l’ouverture des économies. Ici deux tendances peuvent aussi être observées. D’un côté, un processus de concentration des équipements de production surtout dans les secteurs de première et de deuxième transformation, afin de profiter des économies d’échelle favorisées par le développement des techniques. De l’autre, une expansion des circuits de distribution qui puissent faire circuler plus largement les produits dans un marché plus large aussi. Ces processus tendent à constituer des zones de production spécialisées, comme le cas déjà signalé des volailles, et rendent les circuits logistiques chaque fois plus importants. Ceux-ci doivent être de plus en plus larges et complexes pour couvrir un marché élargi et en même temps fonctionner plus efficacement dans un système de flux tendu, dominé par une demande finale instable. La production de jambon dans la région de Modène, en Italie, est, dans ce sens, exemplaire. La distance entre le lieu de production de la matière première et celui de sa transformation est très importante mais tous deux fonctionnent en grande synergie. Sur les 8 ou 9 millions de pièces de jambon produites dans la province de Modène, à peine 12 % utilisent la matière première locale, le reste étant importé de Hollande. Cette importation permet aux industries de produire à des prix compétitifs, impossibles à obtenir en utilisant la matière première locale (BRIGO, 1991).

55L’investissement dans la consolidation des circuits de commercialisation, réalisé par les divers acteurs productifs, montre la tendance à l’élargissement des frontières des réseaux de production-circulation. Pour arriver à couvrir efficacement un marché élargi, une entreprise doit investir, ou établir des contrats avec ses prestataires de services. C’est dans cette double stratégie qu’on doit chercher la limite réelle du réseau de production-circulation.

56Le système spatial de rapports contractuels de production et de circulation qui caractérisent les économies de réseau, doit être expliqué de façon dynamique à partir de l’aval de la production. D’autre part, il faut tenir compte de l’apport des produits ou des services intermédiaires dans la trame complexe des accords contractuels. A partir des rapports “producteurs agricoles/industriels” aux rapports “sous-traitants/entreprise donneuse d’ordres” ou “fournisseur/client”, aux rapports “producteurs/transporteurs” ou “transporteurs/plateformes de distribution”, une riche gamme des rapports doit être établie pour la production d’un bien, ainsi que pour le faire arriver à l’endroit et au moment nécessaires, au moindre coût. L’efficacité technique et organisationnelle de ce système des rapports déterminera la compétitivité de l’ensemble productif que nous appelons ici l’économie de réseau.

57Dans le cadre d’une économie de réseau, les rapports spatiaux semblent donc s’orienter d’une façon différente de ceux qui sont observés dans les travaux classiques sur le District Industriel Marshallien. On pourrait donc établir un rapport dans lequel la formalisation des rapports inter-industriels permettent une plus grande circulation spatiale des produits finaux et intermédiaires.

58Dans quelques secteurs agricoles, tel que la production de fruits ou de légumes, les coûts de circulation sont largement supérieurs aux coûts de production. C’est dans l’efficacité des formes organisationnelles de la circulation que les entreprises peuvent obtenir un avantage compétitif. Ainsi, par exemple, la plus grande efficacité obtenue au niveau de la production et de la commercialisation des légumes des pays du nord de l’Europe, surtout en Hollande et en Belgique permet de neutraliser certaines conditions climatiques qui autrefois étaient considérées comme les avantages compétitifs des pays du sud (RAMOS REAL, 1991).

Homogénéité sociale et fonctionnement en réseau

59Les changements connus pour le secteur alimentaire dans les pays développés et ceux en développement sont faciles à observer. Pourtant, il est important de noter que ces changements se produisent de manière différente, selon les situations.

60Les conditions de développement sont déjà très différentes, si on compare l’Europe avec les États-Unis ou le Japon. Ces différences existent dans les rapports inter-industriels, dans les différentes politiques agricoles, dans le rôle joué par la grande distribution. Cela s’explique soit par l’existence d’habitudes alimentaires diverses, soit par le besoin plus ou moins important de protection de l’agriculture, par des facteurs tels que la culture d’entreprise ou encore par les différents moyens d’intervention de l’État. Il suffit de rappeler la politique restrictive de l’Europe concernant la diffusion des produits biotechnologie, face à une politique plus souple des États-Unis.

61En Amérique Latine, le développement observé ces dernières années fait apparaître des tendances inspirées par les idées dominantes des pays développés et qui prennent des formes particulières. Si on compare l’Europe et l’Amérique Latine, il est possible d’observer certaines ressemblances par rapport à l’ouverture des économies. Ainsi, en Amérique Latine, on met fin, de façon radicale à la politique protectionniste traditionnelle. La forme drastique qu’a pris ce processus le différencie de celui de l’Europe, où l’ouverture a été plus graduelle, régulée et négociée.

62Deux facteurs distinguent nettement l’évolution des changements en Europe de celle de l’Amérique Latine : une homogénéité de la modernisation européenne contre une hétérogénéité latino-américaine : et, une solidarité régulée par les pouvoirs publics en Europe contre une concurrence non régulée en Amérique Latine.

Circulation et espace dans une économie de réseau

Circulation et espace dans une économie de réseau

Circulation spatiale de la production

63Le processus européen, depuis la construction du Marché Commun, a été orienté, de façon permanente, vers l’obtention d’un développement sans exclusions, où les divers acteurs sociaux peuvent trouver une réponse satisfaisante à leurs besoins. La Politique Agricole Commune, malgré ses divers avatars, illustre la poursuite de cet objectif. Cela est visible aussi dans l’homogénéité relative de l’ensemble du système de production, où l’intégration progressive des divers secteurs a été constamment cherchée. L’idée de base, la solidarité, a été régulée par les différents États et négociée au niveau communautaire : pour cela, divers instruments d’intervention publique, tant nationaux que communautaires, ont été mis en œuvre. Au-delà de l’efficacité qu’on peut attribuer à l’utilisation de ces instruments, il faut reconnaître que les objectifs énoncés ont été obtenus, en grande partie.

64L’Amérique Latine, par contre, se caractérise par l’hétérogénéité des structures sociales. Au Brésil, par exemple, à côté de quelques chaînes productives modernes, telle que la production de volailles - une des plus efficaces au niveau mondial - coexistent des structures de production alimentaire archaïques et inefficaces. Dans de nombreux secteurs productifs, on peut observer la coexistence de structures de production disparates, qui se reproduisent ou se développent suivant des logiques diverses, orientées vers des marchés de consommation peu intégrés, parfois sur les mêmes espaces urbains. Le développement des formes modernes de production ne remplit pas le rôle de locomotive d’un processus plus élargi de modernisation, étant donné l’existence de processus sociaux, qui approfondissent une polarisation sociale, surtout par le biais des politiques de revenus non égalitaires.

65Ceci est très important pour l’activité productive. Une structure sociale hétérogène implique, par exemple, qu’une entreprise moderne sur le plan technique et organisationnel doit opérer dans un pays sans infrastructure de transports ou de communications efficace. En général, dès que le produit sort du lieu de sa production, il doit circuler par des routes détériorées et, dès que l’entreprise doit communiquer avec sa clientèle, elle doit affronter des complications multiples. Pour résoudre ces inefficacités, les entreprises doivent assumer des coûts supplémentaires et développer des activités qui pouvaient être réalisées par d’autres acteurs, ce qui leur fait perdre de l’efficacité. La compétitivité globale de l’entreprise est donc réduite par l’hétérogénéité du processus de modernisation. Ceci est une grave entrave au processus d’externalisation des fonctions de production ou de services, étant donné les difficultés à trouver des entreprises capables d’assurer ces tâches, à des niveaux de qualité et de coûts tels qu’elles résultent nécessaires.

66Pour les entreprises multinationales, la modernisation qu’elles connaissent actuellement en Europe ne peut pas être développée en Amérique Latine. Cela les oblige à revoir leur logique productive. Elles doivent adopter des tâches qui ne leur sont pas propres, et qu’elles connaissent mal. Ce processus introduit progressivement une perte de compétitivité, ce qui explique parfois leur départ des pays en développement. Par conséquent, elles ont recours plutôt à l’exportation, à partir de leurs marchés d’origine, plutôt qu’aux investissements directs, comme on l’avait connu pendant la décennie des années soixante.

67Un autre élément peu favorable à l’action des entreprises multinationales est l’absence ou l’inefficacité de la régulation publique. Même si les grandes entreprises ont de grands moyens de pression et une grande capacité technologique et financière qui leur permet d’affronter la concurrence locale sans problèmes, elles sont habituées à travailler à opérer sur des marchés stables et prévisibles. Le pouvoir dont elles disposent, est déterminé précisément par leur capacité d’investissement. Etant donné que tous les investissements ont besoin d’une période d’amortissement, l’absence de prévision à longue échéance, sur des marchés peu stables, marqués par de fortes fluctuations des politiques publiques, les empêche d’obtenir une rentabilité appropriée. Les grandes entreprises craignent plus l’absence de règles de jeu stables qu’une réglementation plus ou moins exigeantes. Elles ont besoin d’un État qui régule efficacement les confrontations sociales nécessaires et qui joue son rôle de responsable du développement des grandes infrastructures sociales.

68Cependant, si le comportement des entreprises alimentaires est surtout déterminé par une “logique de la production industrielle”, il faut aussi considérer la présence en Amérique Latine d’autres types d’investisseurs. Ainsi, la grande distribution pense plutôt aux marges et volumes de vente avec des intérêts tout autres que ceux des multinationales alimentaires. Elles travaillent avec des logiques qui leur sont propres. Ainsi, si la compétitivité des entreprises alimentaires est déterminée par leur capacité à offrir des produits chaque fois plus adaptés, plus chers, la compétitivité des entreprises commerciales est déterminée par leur capacité de gestion de la diversité et de la diminution des coûts organisationnels. Elles sont aussi, à l’égal des entreprises manufacturières, des vecteurs de modernisation dans leurs formes techniques et organisationnelles.

69Sur les marchés ayant des niveaux de modernisation hétérogènes, basés sur des produits à faible valeur ajoutée, les coûts de commercialisation sont en général fortement élevés. L’aptitude des multinationales de la distribution à produire une plus grande efficacité commerciale leur permet d’intervenir sur ces marchés en obtenant d’importantes réductions de coûts, malgré les réductions de prix. Ces raisons expliquent pourquoi il y a, en même temps, une réduction relative de la présence des capitaux industriels, et des investissements croissants des acteurs commerciaux européens. Il faudrait ainsi voir la pénétration des capitaux de la grande distribution européenne au Brésil, comme un moyen d’introduction des formes organisationnelles modernes, qui peuvent faire évoluer en partie le fonctionnement de la chaîne alimentaire, malgré une situation de stagnation relative et de la diversité sociale du pays.

Bibliografia

Bibliographie

Allaoua, A. et Green, R.H. (1991) - Specialities et commodities chez Rhône-Poulenc. Le cas des souches aviaires, in Changement technique et restructuration de l’industrie agro-alimentaire en Europe, Paris, INRA-Actes et Communications, 7.

Alter, N. (1986) - Gagner en productivité organisationnelle, Paris, Projet, n° 201.

Amendola, M. et Gaffard, J-L. (1988) - La dynamique économique de l’Innovation, Paris, Economica.

Aoki, M. (1984) - The cooperative game theory of the firm, Oxford, Clarendon Press.

Aoki, M. (1988) - Information, incentives and bargaining in the Japanese economy, Cambridge University Press.

Aoki, M. (1990) - Towards an economic theory of the Japanese firm, Journal of Economic Literature, mars, vol. XXVI, 1.

Battiau, M. (1989) - L’allongement des processus de production, Futuribles, juillet-août.

Bagnasco, A. (1977) - Tre Italie. La problematica territoriale dello svilupo italiano, Bologna, Il Mulino.

Baudry, B. (1991) - Une analyse économique des contrats de partenariat industriel : L’apport de l’économie des coûts de transaction, Revue d’Economie Industrielle, 56.

Becattini, G. (1989) - Riflessioni sul distretto industriale marshalliano come concetto socio-economico, in Stato e Mercato, 25.

Boari, C. : Grandi, A. et Lorenzoni, G. (1989) - Le organizzazioni a rete : tre concetti di base, Economîa e Politica industriale, 64.

Brigo, L. : Fiorani. L et Gatti, S. (1991) - Un caso di distretto agro-industriale : l’attività di macellazione e transformazione di carne suina nella provincia di Modena, mimeo, Facoltà di Statistica - Università di Bologna.

Butera, F. (1990) - Il castelo e la rete. Impresa, organizzazioni e professioni nell’Europa degli anni’90, Milan, Franco Angeli.

Coase, R.H. (1937) - The nature of the firm, N.S., Economica.

Coase, R.H. (1972) - Industrial organisation: a proposal for research, in Fuchs, V.R. (ed) Policy issues and research opportunities in industrial organisation, New York, NBER.

Coriat, B. (1990) - L’atelier et le robot, Paris, Christian Bourgeois Editeur.

Coriat, B. (1991) - Penser à l’envers, Paris, Christian Bourgeois Editeur.

Delmas, Ph. (1991) - Le maître des horloges. Modernité de l’Action Publique, Paris, Editions Odile Jacob.

De Muro, P. (1991) - Sul concetto di filiera, Seminario Nuove strategie competitive e struttura dei mercati agro-alimentari, Bologna, mai.

Dosi, G. (1984) - Technical change and industrial transformation, London, MacMillan.

Enrietti, A. (1989) - De la petite entreprise au groupe, Revue Internationale PME, 2-3.

Fanfani, R. (a cura) (1989) - Il contoterzismo nell’agricoltura italiana, Il Mulino, Bologna.

Fanfani, R. : Green, R.H. : Rodríguez Zúñiga, M. et Wilkinson, J. (1991) -Changement technique et restructuration de l’industrie agro-alimentaire en Europe, une réflexion théorique-méthodologique, in Changement technique et restructuration de l’industrie agro-alimentaire en Europe, Paris, INRA-Actes et Communications, 7.

Favereau, O. (1988) - Organisation et marché, Paris, Revue Française d’Economie.

Fenneteau, H. (1990) - Mise en concurrence des fournisseurs ou partenariat ?, Revue Internationale PME, 2.

Gaffard, J-L. (1990) - Economie industrielle et de l’innovation, Paris, Dalloz.

Green, R.H. (1989) - Les déterminants de la restructuration des grands groupes agro-alimentaires au niveau mondial, Economie et Sociétés, n° 1.

Green, R.H. et Rocha dos Santos, R. (1991) - Uma reflexâo teorico-metodologica sobre o processo de restructuraçao do setor agroalimentar na America Latina, Curitiba, communication au séminaire “Innovaçôes tecnologicas e reestructuraçâo do sistema alimentar”, juin.

Green, R.H.; Gutman, G. et Rocha dos Santos, R. (1991) - Evolution de la grande distribution alimentaire urbaine en Argentine et au Brésil, séminaire Grandes Métropoles d’Afrique et d’Amérique latine, Université de Toulouse, 27-29 novembre.

Le Gléau, J-P. et Gauchenot, I. (1987) - Les établissements liés à de grandes firmes industrielles : pas seulement la sous-traitance, Paris, Economie et Statistiques, n° 199-200.

Marshall, A. (1920) - Principles of economics, Londres, MacMillan.

Müller, A. (1990) - Sous-traitance sous surveillance, Paris, L’Entreprise, novembre.

Ohno, T. (1989) - L’esprit Toyota, Paris, Mason.

Quelenec, M. (1987) - La sous-traitance industrielle gagne du terrain, Paris, Economie et Statistiques, n° 199-200.

Ramos Real, F. (1991) - Estrategias de la distribución alimentaria en la Europa de 1993: algunas consecuencias para el sector hortícola español, Salamanca, II Coloquio Hispano-Portugués de Estudios Rurales.

Richardson, G.B. (1972) - The organisation of industry, Economic journal, septembre.

Rodríguez Zúñiga, M. y Soria, R. (1991) - La articulación de las diferentes etapas del sistema agroalimentario: situación y perspectivas, in Changement technique et restructuration de l’industrie agro-alimentaire en Europe, Paris, INRA-Actes et Communications, 7.

Rodríguez Zúñiga, M. (1991) - Tendencias del sistema agroalimentario en la perspectiva del Mercado único Europeo, Ministerio de Agricultura y Editorial NEREA, Madrid.

Rose, J. (1990) - Des conventions aux formes institutionnelles : éléments pour un débat, Revue Française d’Economie, 3.

Rullani, E. (1989) - Economia delle reti: i linguaggi come mezzi di produzione, Economia e Politica industriale, 64.

Simon, H.A. (1959) - Theories of decision-making in economics and behavioral sciences, American Economic Review, n° 49.

Simon, H. A. (1984) - A behavioral model of rational choice, Quarterly Journal of Economics, n° 69.

Vaccà, S. y Zanfei, A. (1989) - L’impresa globale come “sistema aperto” a rapporti di cooperazione, Economia e Politica industriale, 64.

Wanières, A. (1991) - Le crédit interentreprises, Revue du Financier, janvier.

Williamson, O.E. (1975) - Markets and hierarchies: analysis and anti-trust implications, New York, The Free Press, MacMillan.

Williamson, O.E. (1985) - The economic institutions of capitalism: firms, market, relational contracting, New York, The Free Press, MacMillan.

Indice delle illustrazioni

Titolo Concurrence et entreprise réseau
Legenda Temps de collaboration
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/847/img-1.jpg
File image/, 100k
Titolo Structure des coûts de production de l’entreprise brésilienne A GRANJA (production de viande de volailles)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/847/img-2.jpg
File image/, 60k
Titolo Coûts du transport de volailles de Vannes à Paris (1986 - en francs par Kg.)
Legenda Source : Logistique, comment maîtriser ses coûts, Management et technologies alimentaires, n° 6, septembre 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/847/img-3.jpg
File image/, 140k
Titolo Circulation et espace dans une économie de réseau
Legenda Circulation spatiale de la production
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/847/img-4.jpg
File image/, 66k

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

leslibraires.framazon.fr