Version classiqueVersion mobile

Les inflations sud-américaines

 | 
Denis Lambert

Titre I. Formation, propagation et atténuation de l'inflation de croissance

Formation, propagation et atténuation de l’inflation de croissance

Texte intégral

  • 20 R. Nurkse, Problems of Capital Formation. Oxford 1955, p. 145. « Les pressions inflationnistes son (...)

« Inflationary pressures are inherent in the process of investment, but the way to stop them is not to stop investment. »
Nurkse20

1L’évolution économique et monétaire de la plupart des économies sud-américaines, dans l’après-guerre, fournit un terrain d’analyse fructueux, pour l’étude des liaisons entre les phénomènes de croissance et les phénomènes inflationnistes. Avant de procéder à ces recherches, il convient de souligner le caractère exceptionnel des taux de croissance atteints dans ces dernières années et l’effort considérable d’investissement qui a été réalisé.

2La période qui a débuté avec la seconde guerre mondiale a été l’époque la plus prospère recensée à travers l’histoire économique de l’Amérique du Sud. La rapidité du développement économique est attestée à la fois par l’augmentation rapide de la production et du revenu et par le rythme élevé de la formation de capital.

Le taux de croissance de la production et du revenu

3Si l’on compare les taux de croissance de l’Amérique latine à ceux atteints dans d’autres pays, on constate que le développement a été exceptionnellement rapide.

  • 21 Cf. ci-dessous.
    Graphique 7, Évolution du rythme de croissance de l’Amérique latine 1925-1953.
  • 22 J. H. Adler, World Economic Growth, Retrospects and Prospects, R.E.S., August 1956, p. 273-285, ta (...)
  • 23 Adler, op. cit. L’auteur a calculé également un coefficient qui reflète à la fois la rapidité du t (...)

4La prospérité de l’Amérique du Sud s’est produite surtout au cours de la dernière décade21. Le produit global réel a augmenté de 5,4 % par an, au cours de la période 1945-1953, alors qu’aux États-Unis ce taux n’a été que de 3,3 % (1947-1954) ; mais il atteignait 5,8 % dans les pays membres de l’O.E.C.E. ; aux Indes enfin, la production nationale n’a augmenté que de 2,9 %par an22. En réalité le caractère exceptionnel de la croissance en Amérique du Sud est, en grande partie, due à l’effet favorable des termes de l’échange, dont il est tenu compte dans ce calcul. Le taux d’accroissement du produit réel n’a été que de 4,8 % lorsqu’on néglige les gains commerciaux réalisés grâce à l’amélioration des termes de l’échange23. Le taux d’accroissement du produit réel a donc été souvent inférieur à celui du revenu réel.

Graphique 7. — Amérique latine
Taux de croissance du produit brut, de la population, de la consommation et de l’investissement 1925-1753

  • 24 C.E.P.A.L., Analyses and Projections of Economic Development - I - An Introduction to the techniqu (...)

5L’ampleur des taux de croissance est d’autant plus remarquable en Amérique du Sud que l’augmentation de la population a été beaucoup plus forte dans la période récente qu’au début du siècle. On constate par exemple que le revenu national brut de l’ensemble des économies latino-américaines s’est accru, en moyenne, au cours des quinze dernières années (1935-1951), de 5,1 % par an, alors que la population augmentait de 2,2 %, aussi le revenu par tête a augmenté de 2,9 % par an24. Si l’on prend les périodes de croissance maxima du revenu moyen dans d’autres pays, aux premières étapes de leur industrialisation, on constate que les rythmes de croissance ont été rarement plus élevés. Ce taux a été de 2,15 % aux États-Unis, 2,32 % au Canada, 2,78 % en Allemagne et 3,66 % au Japon.

  • 25 Adler, op. cit., p. 274.
    J. R. Boudeville, Introduction aux Cahiers du Séminaire des Sciences écono (...)

6L’analyse de la croissance du revenu global du continent n’est pas entièrement significative en raison des disparités des taux de croissance des économies membres. Dans la période 1945-1953, par exemple, le taux annuel de croissance du produit global a été de 3,1 % et de 3,4 % en Argentine et au Chili, alors que la Colombie atteignait un taux de 7,5 % et le Brésil 7,7 %25. Ces calculs sont très probablement surestimés, car les données nationales et les études des organes spécialisés, en particulier celles de la C.E.P.A.L. révèlent des croissance plus modestes. Cependant, ces comparaisons ont été établies sur les mêmes bases et conservent donc une valeur relative.

  • 26 G. F. Loeb, Industrialisation and Balanced Growth, with special reference to Brazil, Groningen 195 (...)
  • 27 C.E.P.A.L., Analyses and projections of economic development II. The Economic Development of Brazi (...)

7On doit constater que l’écart entre le taux de croissance du revenu nominal et du revenu réel est très élevé en Amérique du Sud. Au Brésil, par exemple, le revenu national a augmenté de 14 fois, en valeur nominale, dans la période 1939-195426 et seulement de 1,5 fois en valeur réelle27. Mais bien que la croissance du revenu national ait été souvent en partie nominale en raison de la dépréciation monétaire, l’augmentation du produit et du revenu réel ont été beaucoup plus élevés que dans les périodes antérieures.

L’accroissement de la formation de capital

  • 28 Adler, op. cit. Le taux moyen rapporté par l’auteur est plus vraissemblable que ceux de la C.E.P.A (...)
  • 29 La position privilégiée de l’Amérique du Sud s’oppose en effet à la situation de la plupart des pa (...)

8Sauf au moment de la crise économique, le taux de formation du capital a toujours été élevé en Amérique du Sud, cependant le manque de capitaux continue de former un goulot d’étranglement qui ralentit les possibilités de croissance de la production. Depuis la guerre, le taux brut d’investissement dépasse28, pour l’ensemble de l’Amérique latine, 15 % du revenu national brut. Dans d’autres pays sous-développés, ce taux a rarement dépassé 10 % ; entre 1947 et 1953, il atteint 8,8 % en Malaisie, 9,2 % aux Indes29. En Europe le taux brut d’investissement a été en moyenne de 16,3 %, atteignant 27,6 % en Norvège, 16,4 % en France et 13,8 % en Grèce.

  • 30 C.E.P.A.L., Economie survey of Latin America 1954, p. 4.
    On remarque également que la productivité (...)
  • 31 C.E.P.A.L., Estudio economico de America latina 1955, p. 4.
    Tandis que le revenu par tête a augment (...)

9En 1952, le taux brut d’investissement dépassait 30 % au Venezuela, 17 % dans les économies caféières et 15 % dans les autres économies latino-américaines30. Il n’existe pas une corrélation absolue entre l’ampleur de l’accumulation de capital et la rapidité de la croissance de la production et du revenu. En Argentine, par exemple, le taux d’investissement atteint 20 % pendant les années 1945-1955, alors que la production et le revenu par tête n’ont augmenté que de 2 % par an31. L’explication de cette divergence des indices de croissance et de capitalisation réside dans les circonstances particulières de l’économie argentine, soumise au cours de cette période à une inflation intense, qui se rattache à des facteurs institutionnels. Dans le cas du Chili les deux types d’indices sont également faibles, et la stagnation relative de ce pays s’explique par des facteurs extérieurs. Dans les cas que nous étudions, au cours de ces développements, on remarque que les taux de croissance et les taux d’investissement sont également élevés.

  • 32 O.N.U., Measures for the development of underdevelopped areas, May 1951.

10Contrairement à l’opinion courante, les économies sud-américaines sont privilégiées, du point de vue de l’approvisionnement en capital, par rapport aux autres pays sous-développés. Certes il existe un écart considérable entre les taux bruts d’investissement (de l’ordre de 15 à 16 %) et les taux nets d’investissement (de l’ordre de 9 à 11 %). De même l’épargne domestique a rarement dépassé 10 % du revenu national. Cependant on ne saurait oublier que, pour les experts des Nations-Unies, un pays est sous-développé, lorsque le coefficient d’épargne est inférieur à 5 % du revenu national. En 1950, on avait calculé que, pour accroître le revenu par habitant, dans l’ensemble de l’Amérique latine, de 2 % par an, il faudrait réunir chaque année 2,5 milliards de dollars. Or l’épargne interne de ces pays ne pourrait pas excéder deux milliards de dollars, soit environ 12 % du revenu national du continent32. Cependant on constate que le revenu par tête a augmenté de presque 3 % par an entre 1935 et 1951.

  • 33 O.N.U., Concepts and definitions of capital formation 1951, ST/STAT/no 3.
    C.E.P.A.L., Economic Proj (...)

11Il est donc évident que l’Amérique latine a consacré une part très importante de ses ressources à la formation de capital, mais au prix d’un financement inflationniste. D’une part, il est certain que le recensement de l’épargne est aléatoire et risque de sous-estimer de nombreuses épargnes ; de même la comptabilisation des apports extérieurs de capitaux conduit à des erreurs souvent importantes33. D’autre part, il est incontestable que l’écart entre l’épargne disponible et les ressources consacrées à la formation de capital s’explique en grande partie par le recours à des procédés de financement de nature inflationniste.

12Et cependant on doit constater que dans les pays où l’effort d’investissement a été le plus soutenu, les tensions inflationnistes qui en ont résulté ont été relativement modérées. Les mécanismes de l’inflation de croissance se différencient à cet égard de ceux de l’inflation de sous-développement. En effet les conséquences inflationnistes de la formation de capital sont atténuées par le développement de mécanismes auto-correcteurs qui atténuent la force d’accélération du processus inflationniste.

Notes

20 R. Nurkse, Problems of Capital Formation. Oxford 1955, p. 145. « Les pressions inflationnistes sont inhérentes au processus de l’investissement, mais le moyen de les résorber n’est pas de cesser d’investir. »

21 Cf. ci-dessous.
Graphique 7, Évolution du rythme de croissance de l’Amérique latine 1925-1953.

22 J. H. Adler, World Economic Growth, Retrospects and Prospects, R.E.S., August 1956, p. 273-285, tableau I. d. 274.

23 Adler, op. cit. L’auteur a calculé également un coefficient qui reflète à la fois la rapidité du taux de croissance de la production et l’importance de la formation de capital. Le « Gross incremental capital output ratio » ou quotient du taux brut d’investissement par le taux de croissance du Produit national brut. Pour l’ensemble de l’Amérique du Sud, le taux brut d’accroissement de la productivité du capital a été de 3,1, tandis qu’il n’atteignait que 2,8 en Europe, mais dépassait 5 au Canada et aux États-Unis. Cet indice est cependant peu significatif, car il est trés élevé dans les pays à faible taux de croissance du produit : 5,3 en Argentine et 5,5 au Chili, et faible dans un pays comme le Brésil (2,2) où le taux de croissance est très fort par rapport au taux d’investissement.
H. Leibenstein, Economic Backwardness and economic growth, 1957, p. 176.

24 C.E.P.A.L., Analyses and Projections of Economic Development - I - An Introduction to the technique of programming, New York, 1955.

25 Adler, op. cit., p. 274.
J. R. Boudeville, Introduction aux Cahiers du Séminaire des Sciences économiques de la Faculté de Lyon, t. I, 1953-1954. On doit également remarquer que les taux de croissance du Revenu national au Brésil et en Colombie sont comparables à ceux calculés pour l’U.R.S.S. par Grossman et Bergson. Selon Bergson, le taux de croissance de la production russe entre 1928-1937 et 1948-1950 a été de 7 % par an, soit un doublement en dix ans.
H. d’Herouville, La croissance, Études et Conjonctures, novembre 1958 et P.E., nos 576 et 577.
D’après R. Goldsmith, le taux global de croissance du produit réel aurait atteint au Canada et aux États-Unis 5,9 % et 5,7 % par an et celui du produit par tête aurait dépassé 4 % dans les deux pays, entre 1938 et 1950.
En U.R.S.S., l’accroissement de la production industrielle prévu pour la période 1958-1965 est de 8,6 % par an, soit un doublement en un peu plus de huit ans, le taux de croissance de l’ensemble de la production sera nécessairement plus faible.

26 G. F. Loeb, Industrialisation and Balanced Growth, with special reference to Brazil, Groningen 1957, p. 73. The rate of development and the structural changes since 1939. En valeur courante, le Revenu national a augmenté de 35 milliards de cruzeiros, en 1939, à 441 milliards de cruzeiros en 1954.

27 C.E.P.A.L., Analyses and projections of economic development II. The Economic Development of Brazil, New-York 1956, p. 10. En prix constants 1952, le Revenu national brut a augmenté de 150 % passant de 179 milliards de cruzeiros en 1939 à 416 milliards de cruzeiros en 1954.
G. F. Loeb, op. cit. L’indice du produit réel et du revenu réel calculé par la Fondation Getulio Vargas, révèle une plus faible croissance : le produit réel ayant simplement doublé, soit une croissance annuelle de 4,4 % entre 1939 et 1955, mais le revenu réel, accru par les apports extérieurs aurait augmenté de 114 %, soit de 4,9 % par an, p. 78.

28 Adler, op. cit. Le taux moyen rapporté par l’auteur est plus vraissemblable que ceux de la C.E.P.A.L. (« Estudio economico 1955 »). Les coefficients d’investissement brut dépassent le plus souvent 20 % et seraient en moyenne de 17 % dans l’après guerre.

29 La position privilégiée de l’Amérique du Sud s’oppose en effet à la situation de la plupart des pays sous-développés où le rapport investissement/revenu est très faible.
Kuznets, Les différences internationales dans la formation du capital et son financement, E.A. 1953, p. 341-407.
Rosenstein - Rodan, Les besoins de capitaux dans les pays sous-développés, E. A., 1954, p. 77-87.

30 C.E.P.A.L., Economie survey of Latin America 1954, p. 4.
On remarque également que la productivité du capital était beaucoup plus élevée au Venezuela que dans le reste de l’Amérique latine. Cependant entre 1950 et 1954, le stock de capital a peu augmenté au Venezuela et la production par unité de capital a diminué de 0,80 à 0,61. Dans les économies caféières, au contraire (Brésil-Colombie) ce coefficient a augmenté de 0,42 à 0,45 tandis que dans le reste de l’Amérique latine, le coefficient diminuait de 0,45 à 0,41, principalement sous l’influence de la stagnation des économies minières.

31 C.E.P.A.L., Estudio economico de America latina 1955, p. 4.
Tandis que le revenu par tête a augmenté de 3,4 % en moyenne entre 1945 et 1955, au Chili ce taux est de 2 % et en Argentine de 1,7 %, alors qu’en Colombie, il atteint 4,5 % et au Venezuela 4 %.

32 O.N.U., Measures for the development of underdevelopped areas, May 1951.

33 O.N.U., Concepts and definitions of capital formation 1951, ST/STAT/no 3.
C.E.P.A.L., Economic Projections I, Méthods of programming, 1955, op. cit., p. 20-21.

Table des illustrations

Légende Graphique 7. — Amérique latineTaux de croissance du produit brut, de la population, de la consommation et de l’investissement 1925-1753
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/8134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search