Version classiqueVersion mobile

Itinéraire de Buenos-Aires à Lima

 | 
Alonso Carrió de la Vandera

Seconde partie

Chapitre XVIII. Opinion de l’inspecteur Carrio sur les « repartimientos » — Le corregidor et l’Indien — L’indolence de l’Indien. Opinion de l’auteur — Le nom de Concolorcorvo Vertus, particularités et coutumes de l’Indien. La langue espagnole et le quichua

Texte intégral

1Vous avez vu, Monsieur l’Inca, et vous pourrez voir quand vous voudrez, les deux principales tyrannies des Espagnols actuels à l’égard des indiens, ceux-ci retenant principalement l’attention des personnes compatissantes. Certains pensent qu’il ne manquerait point de commerçants ou de négociants en mules pour faire les repartimientos à des prix équitables, selon leur opinion ; par exemple, les mules vendues par les corregidors trente pesos par tête, les commerçants de Tucuman les distribueraient à vingt, et ainsi du reste. Je conviens que quelques hommes simples tomberaient dans la tentation de gagner cinq mille pesos de plus sur mille mules, mais ils enverraient au diable ce négoce, même s’ils devaient être payés dans l’espace de cinq ans, parce que, outre qu’ils perdraient au moins un autre voyage, ils dépenseraient le double pour leur entretien, le paiement de salaires aux valets et aux caciques, parce que la distribution de mille mules ne pourrait se faire en moins de trois ou quatre missions des Jésuites. Il y a une infinité d’autres inconvénients, qu’il serait fastidieux d’expliquer, et dont seuls viennent à bout les corregidors diligents, et encore, avec assez de difficulté.

  • 1 La chicha, qui s’obtient en laissant fermenter des grains de maïs tendres, préalablement mastiqués (...)

2Finalement, Monsieur l’Inca, j’irai jusqu’à vous assurer que ce sont les repartimientos tarifiés qui retiennent les Indiens sur leurs terres et dans leurs foyers. J’affirme aussi que, s’il était absolument interdit de fournir aux Indiens à crédit leurs vêtements, leur mule, et le fer pour leurs instruments de labour, ils seraient ruinés en dix ans et se laisseraient dévorer par les poux, par suite de leur caractère nonchalant, et incliné seulement à l’ivrognerie. Je suis fatigué d’entendre certaines personnes vanter une province, et la dire en repos, parce qu’elle a payé le repartimiento au bout de trois ans. C’est arrivé bien souvent avec les indiens de la sierra ; mais j’aimerais bien savoir à quoi cela avance ces villages dans les deux années suivantes. On croira peut-être que les indiens économisent quelque argent, ou acquièrent quelques paires de bœufs. On se trompe fort, si on le croit car, au lieu de profiter de cet avantage, résultat d’un redoublement de travail pendant les trois années antérieures, dû à l’activité du corregidor et de ses percepteurs, ils n’ont rien d’autre en tête que de s’énivrer, et, à cet effet, ils vendent leur mule ou leur vache, et, bien souvent, leurs instruments pour le travail des champs, se contentant seulement de semer un peu de maïs et quelques pommes de terre, qui leur procurent la nourriture et la boisson1, et d’assurer le tribut, pour que les caciques et les gouverneurs ne les ennuient pas et ne les mettent pas dans les obrajes, qu’ils détestent uniquement parce qu’on n’en peut sortir.

3C’est tout le contraire qui arrive, Monsieur l’Inca, quand les indiens doivent au corregidor. Alors, chaque village ressemble à un essaim d’abeilles, et même les femmes et les jeunes filles se rendent à l’église en filant la laine ou le coton pour que leurs maris tissent des étoffes. Tout le monde est en mouvement, et c’est ainsi que se voit l’abondance. Le gros laboureur trouve des ouvriers, et le maître d’un obraje le cardère et le roseau à un prix modéré, et ainsi du reste. Les indiens sont comme les mulets : l’excès de travail les anéantit, les paralyse, et l’excès de repos les rend à peu près bons à rien.

4Pour que l’indien conserve quelques biens, il faut le tenir dans un mouvement continuel, proportionné à ses forces ; c’est pourquoi je préfèrerais servir dans une province où les Indiens paieraient le dernier peso à mon prédécesseur le jour de mon entrée en fonction, que les trouver « au repos » comme on dit vulgairement, depuis un an ou deux, où j’estimerais qu’ils ont perdu leurs forces en s’accoutumant à l’oisiveté et aux vices qui s’ensuivent.

5L’Inspecteur était sur le point d’en finir avec un sujet sur lequel je vis bien qu’il parlait avec répugnance et dégoût ; mais, je le suppliai très instamment de me tirer d’embarras au sujet de certaines accusations, que se font les Espagnols les uns aux autres, de tyranniser les Indiens en leur ôtant leurs biens et en se servant d’eux avec plus de rigueur que s’il s’agissait d’esclaves ; « Parlons net, Monsieur l’Inca ; combien de questions de ce genre allez-vous me poser ? » « Plus de deux cents, lui dis-je. » « Eh bien, allez-vous en à la prison, où vous trouverez assez d’oisifs de tout poil, et vous y entendrez une grande variété d’opinions ; adoptez celle qu’il vous plaira. » « On n’est pas si oisif en prison, lui répliquai-je, on n’y a même pas le temps de se gratter et de tuer ses poux. » « Vous ne respectez pas la vérité, me dit-il, car la plupart mangent leurs poux, s’ils sont indiens ou métis. Les Espagnols, las de tuer ces animaux désagréables, les enferment dans un chalumeau, et, lorsque quelqu’un ou quelqu’une passe près des grilles sans leur faire l’aumône, ils lui lancent, d’un seul souffle, deux cents poux sur le dos, qui, en moins d’une minute, en passant par le cou, se répandent sur tout le corps, faisant des ravages intolérables, parce qu’ils passent, affamés, d’un pâturage stérile à l’abondance. Mais, pour abréger, je voudrais savoir votre opinion sincère sur ces tyrannies et extorsions. Parlez en Espagnol, et n’oubliez pas le scepticisme général des Indiens. »

6« Doucement, Seigneur don Alonso, expliquez-moi ce que signifie « scepticisme. » « Ce mot, me dit-il, signifie : doute universel de toutes choses. Les Indiens doutent de tout. Je vais m’expliquer à l’aide de deux exemples bien différents, le premier, pour prouver leur peu de foi, et le second, leur peu d’aptitudes ou leur excès de malice. »

  • 2 Conciérteme estas medidas, refrain, devenu proverbial, d’une letrilla de Quevedo !

7On demande à un Indien instruit dans la religion : Si Jésus-Christ se trouve réellement, vraiment, dans l’hostie consacrée. Il répond : cela pourrait bien être. Si on lui demande si on lui a volé mille moutons, alors qu’il n’en a jamais eu aucun, il répond : cela pourrait bien être. « Faites cadrer ces mesures »2, Monsieur Concolorcorvo, et répondez à la première question que je vous ai posée. « Je confesse, Monsieur, lui dis-je, que les Indiens, en général, ne possèdent rien qui puisse faire envie aux Espagnols, car tous leurs biens se réduisent, et encore, pour le plus à l’aise, à une paire de bœufs, une charrue, un petit rancho qui renferme sa maigre récolte de maïs et de pommes de terre et tous ses meubles, qui ne valent pas quatre pesos ; quelques-uns d’entre eux nourrissent la mule que leur distribue le corregidor pour les aider dans leurs allées et venues. Les indiens ordinaires et nonchalants qui peuplent la plus grande partie de ces provinces, ne possèdent pas le quart de ces modestes biens, fruits de l’application et du travail. Leur maison se réduit à une chaumière couverte de la paille qu’on nomme ychou, avec une porte par où on passe avec peine à croupetons, et les meubles à l’avenant. Si on les jetait à la rue, il n’y aurait qu’un autre indien, habitué à une plus grande misère pour les ramasser ; d’où je conclus, que les Espagnols de ce siècle, » « et de tous les siècles, » dit l’Inspecteur « n’ont pas eu l’occasion et, je pense, ne l’auront point à l’avenir, de voler les indiens ; et ceux-ci ne pensant, en général, qu’à leur fainéantise et à leurs beuveries, suivies d’autres débauches, j’affirme que mes compatriotes ne sont pas volés par les Espagnols, mais au contraire volent ceux-ci ».

8« Voilà une fort bonne critique », dit l’Inspecteur, mais il me fit remarquer qu’au temps de leurs monarques et caciques, les Indiens étaient dans une situation pire, car ces princes et seigneurs les avaient réduits à une servitude très pénible, en effet ils travaillaient à force de bras la terre pour leurs maigres aliments, et ne connaissaient d’autre viande que celles des lamas, des vigognes et des alpacas, dont ils tissaient la laine pour leurs vêtements. Les Espagnols n’ôtèrent à ces misérables que leurs abominations, ou, du moins, les réduisirent, et introduisirent l’usage utile des bêtes à cornes, des chevaux et des mules, des brebis, des outils pour travailler les champs et les mines, ainsi que des filets et des hameçons pour tirer profit des savoureux produits des rivières et des rivages de la mer, sans compter une infinité d’appareils et d’instruments pour travailler avec moins de peine.

  • 3 Serment humoristiquement loyaliste qui fait allusion à la guerre de succession, par laquelle les B (...)
  • 4 Réminiscence de Don Quichotte (1. I où le héros choisit le nom de son cheval).

9« A quelle nation, lui demandai-je, comparez-vous les Indiens pour les traits de leur visage, comme pour leur couleur, et leurs coutumes ? » « A eux-mêmes, répondit l’Inspecteur. J’ai parcouru presque toute la Nouvelle-Espagne et tout ce royaume du Pérou, et je n’ai pas trouvé plus de différence que celle que l’on trouve entre les œufs des poules. Quand on a vu un indien, on peut estimer qu’on les a vus tous, et je n’ai remarqué, dans les portraits de vos aïeux, les Incas, et en vous-même et en d’autres que l’on dit descendre de maison royale, que plus de laideur, et une certaine ressemblance entre vos visages et ceux des Maures par le nez et la bouche, bien que ceux-ci soient de couleur grisâtre et vous, aile de corbeau. » « C’est peut-être pour cette raison qu’on m’a surnommé « de couleur corbeau ». » « Oui, Monsieur », me dit-il ; « Eh bien, je jure, par la bataille d’Almansa et par la paix de Nimègue3, de perpétuer ce nom dans ma maison, comme mes aïeux l’on fait de « Charles » qui n’est pas si « sonore ni significatif. »4

  • 5 Encore une réminiscence du Quichotte (I). Ce nom est une déformation de Emir Almumenin (commandeur (...)

10« De couleur corbeau... Voilà un mot ronflant, et capable d’étourdir une armée nombreuse et de rivaliser avec celui de « Manco-Capac » qui m’a toujours autant frappé que « Miramamolin de Marruecos5. »

11« Faites-moi le plaisir, Don Alonso, de me dire quelque chose sur les vertus, les qualités et les caractéristiques des Indiens. » « Vous pouvez savoir tout cela mieux que moi, Monsieur l’Indien, en faisant votre portrait intérieur et en décrivant vos inclinations ; mais sans vouloir vous faire pâlir, puisque de rougeur il n’est pas question, je disais que les indiens sont fort suspects, sous le rapport de la Foi et de l’Espérance, et totalement dépourvus de Charité, même à l’égard de leurs parents, de leurs femmes et de leurs enfants. Les femelles sont vindicatives au plus haut degré, et cela va même jusqu’à l’inhumanité ; mais nous les avons vues, d’un autre côté, faire face à des hommes en armes pour défendre leurs bienfaiteurs, et plus que tout, leurs compères. Dans les églises et les processions publiques, elles manifestent beaucoup de compassion par leurs larmes et leurs sanglots, de sorte que, dans ces actes extérieurs, elles se différencient des hommes autant que le sensible de l’insensible ; cependant, les uns comme les autres observent dans le temple beaucoup de silence, de sérieux et de circonspection, les hommes et les femmes formant deux travées distinctes, avec un large intervalle entre les deux, pour laisser ceux qui entrent s’installer comme ils le désirent, à l’endroit réservé à leur sexe, car il n’y a que les petits enfants qu’on laisse se glisser parmi les femmes. Tout le monde assiste ponctuellement à la messe les jours de fête. On la célèbre d’ordinaire à onze heures, mais on commence à sonner les cloches à huit heures pour donner le temps de s’y préparer à ceux qui habitent loin, car, à dix heures précises, les hommes doivent se trouver dans le cimetière, groupés par ayllus et les femmes à l’intérieur de l’église ; il y a, pour les uns et les autres, deux catéchiseurs indiens qui leur répètent tout le catéchisme et au moment d’entrer dans l’église, on fait l’appel général : celui qui, sans motif grave, ne s’est pas présenté, reçoit une punition appropriée, les femmes, sur le haut du corps jusqu’à la taille, et les hommes, sur le bas du corps, des mains du premier indien venu. Celui-ci, même s’il tombe sur la mère qui l’a enfanté, sur sa femme ou sur ses enfants, exécute le châtiment sans charité ni différence.

12Je m’en vais terminer ce paragraphe par une anecdote qui prouvera l’exactitude des Indiens. Un corregidor avait donné l’ordre à ses agents de donner cent coups de fouet à un sien esclave nègre. Ils l’attachèrent solidement au pilori, et, après lui avoir appliqué 80 coups, il s’éleva un doute sur le point de savoir si on lui en avait appliqué 85 ou 86. Le nègre affirmait sous serment qu’il en avait compté 86. Les Indiens furent d’avis qu’ils ne lui en avaient appliqué que 85 et, pour décharger leur conscience, ils se remirent à compter de nouveau. Le nègre parlait d’annulation et suppliait les Indiens de tenir compte des 85 dont ils étaient sûrs ; mais ceux-ci n’entendirent point ses plaintes et lui appliquèrent les 100 coups en plus des 85. Voilà bien une preuve de leur grande charité à l’égard du prochain.

13Les enfants des deux sexes se rendent au point du jour dans la cour de la maison du curé ou de son vicaire ; on leur fait réciter le catéchisme fort exactement tous les jours et les plus grands le répètent avec ponctualité. Je ne crois pas qu’il y ait de nation au monde où l’on enseigne le catéchisme et les actes extérieurs de la religion avec plus de fermeté que dans les Amériques espagnoles, du moins dans les agglomérations, car, dans les estancias de gros aussi bien que de petit bétail, les bergers sont obligés de vivre dans la solitude à de grandes distances, de même que quelques pauvres laboureurs qui tirent parti de quelques lopins de terre moins stériles à flanc de coteau ou dans une gorge. Ceux-là manquent de cette pâture spirituelle et bien souvent meurent comme des bêtes, sans qu’il y ait faute de leurs pasteurs, car leurs pères ou leurs compagnons ne les préviennent pas à temps, soit par ignorance, soit par négligence. Ce mal est presque sans remède dans la « sierra » à cause de la nature et de la situation des terres. Ces pauvres gens qui se voient obligés de vivre dans les solitudes, sans autre commerce que celui des bêtes, sont forcément plus grossiers, car, outre qu’ils n’ont pas de rapport avec ceux qui parlent espagnol, ils entendent à peine les signes et tâchent de se cacher de tous les Espagnols ou métis qui ne leur parlent pas dans leur langue et les tiennent pour des barbares, comme nous faisons d’eux. C’est ainsi que s’est exprimé Ovide du fond de son exil du Pont, confessant qu’il était barbare en ce pays-là parce que personne ne le comprenait : « Barbarus hic ego sum quia non intelligor ulli. »

14« Il semble, don Alonso, que dans le paragraphe précédent vous avez fait l’éloge de Messieurs les Curés. » « Il est vrai, Monsieur l’Inca, que la plupart s’acquittent de leurs obligations en la matière, mais, pour que vous soyez bien persuadé que je ne les flatte pas et que je ne les qualifie pas d’hommes parfaits en tout point, je m’en vais faire leur procès, avec tout le respect dû à leur haute dignité, sur un point suffisamment délicat en morale et en politique. Il est constant que les Indiens conservent quelques idolâtries de leur tradition et que celle-ci se maintient au moyen de leur langage dans des contes et des chansons comme cela s’est passé dans le monde entier. Des curés parfaitement méritants se recrutent d’ordinaire parmi des hommes savants dans la Sainte Ecriture, mais, comme, en général, ils ignorent la langue des Indiens, ils demandent comme assistants des interprètes, qui n’ont été ordonnés qu’à titre de truchement, comme on dit vulgairement, sans autre base qu’une grossière latinité, quelques définitions d’un ou deux cas de morale et ce que leur dicte la raison naturelle. Les curés expliquent mal l’Evangile aux Indiens, parce qu’ils ne comprennent pas bien leur langue, et les assistants parce qu’ils ne comprennent pas l’Evangile, ni même le sens littéral du latin. »

15« J’ai moi-même observé cela, dis-je à l’Inspecteur, dans un village où tous les Indiens disaient dans le Notre Père : Seigneur, que ta volonté soit faite dans le ciel comme sur la terre. Don Miguel Sierralta et sa femme, qui sont les meilleurs interprètes de la ville de Huancavelica, m’ont assuré avoir entendu dans un seul sermon que certain curé prêcha aux Indiens de son village plus de vingt hérésies et erreurs crasses. Beaucoup d’autres m’ont répété la même chose. »

16« Le préjudice qui s’ensuit en politique est de grande importance, parce que, grâce aux chansons et aux contes, ils conservent bien des idolâtries et des grandeurs imaginaires de leurs aïeux ; le résultat c’est qu’ils détestent les Espagnols, qu’ils considèrent comme des tyrans et l’unique cause de leur misère ; c’est pourquoi ils ne se font pas scrupule de voler tout ce qu’ils peuvent, et, en cas de mutinerie, où ordinairement ils se réunissent à 50 contre un, ils font des ravages lamentables chez les Espagnols, tout cela aggravé par l’imprudence de quelques nigauds de vicaires et par les caissiers des « corregidors ».

17Pour ces raisons, et pour beaucoup d’autres que je passe sous silence, dit l’Inspecteur, il faudrait faire les plus grands efforts pour qu’ils oublient leur langage naturel. Messieurs les curés peuvent seuls venir à bout d’une telle entreprise, et très facilement : il leur suffirait de faire enseigner le catéchisme aux jeunes gens des deux sexes en espagnol ; ils l’apprendraient sans répugnance, la langue leur étant indifférente. En prenant cette mesure, sans aucune peine, tous les enfants, à dix ans, parleraient l’espagnol. On pourrait, en outre, leur parler toujours dans cette langue, et qu’ils répondent de même, et on se moquerait de leurs solécismes, comme nous le faisons pour le jargon de nos enfants, et des autres.

18Les Indiens, à la très faible exception de ceux qui vivent à l’écart, comprennent l’espagnol, et le parlent. Pendant le temps que j’ai été corregidor, j’ai observé que, quand l’interprète me traduisait les paroles d’un indien, si celui-ci était d’accord, il me disait : « Ao, Monsieur », ce qui revient au même que « oui » Monsieur, et, quand il baissaient beaucoup la tête, c’était signe qu’ils se trouvaient très satisfaits ; mais quand, par malice ou ignorance, l’interprète disait quelque chose de contraire à leur opinion, sans attendre la fin, ils disaient : « manan » et, en même temps, ils renforçaient le mot en agitant la tête de droite à gauche, comme nous le faisons.

19Qu’on n’aille pas penser que ces démonstrations venaient de quelques indiens à demi instruits. Je proteste que je les ai observées chez le plus barbare, dans différentes provinces et chez différents peuples, ce qui prouve bien que presque tous comprennent la langue castillane. Les alcaldes, gouverneurs, caciques, contremaîtres de mines et autres agents de l’autorité, qui, dans une province comprenant vingt cinq bourgs, ne sont pas moins de deux cents individus, et plus de mille qui ont été alcaldes et conseillers municipaux, s’expliquent tous assez bien dans notre langue ; mais, le plus amusant, c’est que, lorsque les gens du peuple s’énivrent, et cela arrive non point un jour sur deux, mais tous les jours, ils parlent l’espagnol dans leurs réunions et conciliabules, merveille comparable à celle du temps des gentils, quand les gens qui entraient dans la caverne de Trophonius, en sortaient, grâce aux vapeurs sacrées, prophètes et devins ; peut-être la même chose se produit-elle, et sans « peut-être », car il arrive vraiment que les vapeurs de Bacchus aient pour effet d’infuser le don des langues.

  • 6 Au lieu de lluvia (pluie) et llover (pleuvoir).

20Personne ne peut douter que les indiens soient beaucoup plus habiles que les nègres pour toutes les œuvres de l’esprit. Presque tous les ans, il entre dans le royaume plus de cinq cents nègres non dégrossis, au langage âpre et rude, et, à l’exception de quelques barbares, ou, pour mieux dire, de quelques pauvres d’esprit, tous nous comprennent et se font comprendre suffisamment en espagnol dans l’espace d’un an, et leurs enfants, rien que par leurs rapports avec leurs maîtres, parlent le castillan comme les gens de chez nous. Les nègres n’ont pas d’interprètes et cela ne fut jamais nécessaire. Les Espagnols en eurent besoin dans les débuts de la conquête, pour traiter avec les indiens, et s’informer de leurs intentions et de leurs desseins. Ensuite, ils n’eurent pas l’occasion, à cause des guerres civiles, d’enseigner l’espagnol à leurs enfants, et comme ceux-ci étaient à la charge de leur mère ou de leur nourrice indienne, les petits métis se mirent à parler leur langue à elles, qui se répandit avec succès par toute la sierra, car, bien qu’on ait établi des écoles pour l’espagnol et le latin, il leur est toujours resté un goût de terroir, comme à vous, à qui je n’ai pu faire sortir de la cervelle la prononciation et l’orthographe de llovia et lluver6 et ainsi de suite. « Cela n’est guère étonnant, seigneur don Alonso, car je suis indien pur sang. »

21« Laissons à la mère qui vous a mis au monde le soin de déclarer le « pur sang ». Cela n’a rien à voir dans l’affaire, car vous avez été élevé hors de chez vous, de la même façon que le reste des espagnols du commun, dans la sierra, et vous avez toujours été au service de l’Europe, et vous ne lisez pas d’autres livres que ceux écrits en castillan ; eh bien, vous avez beau voir écrit, de vos yeux, lluvia et llover, vous dites toujours au rebours, sans nous donner d’argument fondé sur la raison naturelle, parce que, si vous la suiviez, vous diriez llovia d’après llover et lluver d’après lluvia. »

22A Chuquisaca, Potosi et Oruro, les femmes même parlent fort bien l’espagnol dans les conversations publiques et dans les salons très fréquentés. A La Paz, elles parlent parfaitement l’espagnol avec les hommes, dans les conversations privées, mais, dans leurs salons, on n’entend que l'aymara, qui ressemble beaucoup à la langue des Maures, en ce que la gorge y travaille beaucoup.

23Chez vous, au Cuzco, ville policée, on parle la langue quichua, qui est la plus douce de toutes celles du royaume ; mais les dames les plus nobles, qui parlent fort bien l’espagnol, manifestent leur passion pour leur premier langage, qu’elles apprirent de leurs mères, de leurs nourrices ou de leurs domestiques, car, dans leurs salons, même si elles y voient des barbares (dans le sens que donnent à ce mot les Romains) elles parlent entre elles la langue Quichua avec tant de vivacité que les plus purs « créoles » ont peine à la percevoir. Les Espagnoles du commun sont les plus excusables dans ce manquement aux égards et à la politesse, non seulement par leur naissance et leur éducation, mais aussi parce qu’elles ont honte de s’exprimer en espagnol, qu’elles savent mal, car elles craignent de s’exposer aux risées de mauvais plaisants, qui sont si nombreux de par le monde.

24Certaine dame espagnole, belle et bien vêtue, était à son balcon, une rose à la main, et un diseur de compliments, venant à la voir, voulut la flatter avec l’adage espagnol que voici :

La rose sait bien
quelle main la tient,

25A quoi la dame répondit, fort satisfaite :

Qui rose, qui pas rose,
qui ne t’a point coûté ton argent.

  • 7 Le quichua.

26Dans les autres provinces, des pentes du Cuzco jusqu’à Lima, en passant par Angara, Jauja et Huarochiri, la langue générale7 est un peu corrompue, mais ils s’entendent bien les uns les autres.

Notes

1 La chicha, qui s’obtient en laissant fermenter des grains de maïs tendres, préalablement mastiqués et mélangés de salive.

2 Conciérteme estas medidas, refrain, devenu proverbial, d’une letrilla de Quevedo !

3 Serment humoristiquement loyaliste qui fait allusion à la guerre de succession, par laquelle les Bourbons ont intronisé leur dynastie en Espagne.

4 Réminiscence de Don Quichotte (1. I où le héros choisit le nom de son cheval).

5 Encore une réminiscence du Quichotte (I). Ce nom est une déformation de Emir Almumenin (commandeur des croyants) ; Marruecos (Marrakech) était la capitale des Almohades marocains.

6 Au lieu de lluvia (pluie) et llover (pleuvoir).

7 Le quichua.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search