Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lula et l’autre Brésil

 | 
Candido Mendes

La gauche et l′esprit de responsabilité

Texte intégral

UNE GAUCHE ENFIN AU POUVOIR : NI DÉFIGURATION, NI CASSURE

1L′un des grands mérites de la victoire du parti fut, parallèlement à la maîtrise inédite d′alliances venues de tous bords, d′assurer le maintien de toute la constellation de gauche du parti, y compris de ses franges les plus radicales. La transition prouve la capacité de Lula et de ses compagnons, de permettre jusqu′à présent au parti de garder toute cette myriade de factions et de sous-factions où, avant le désir de pouvoir, prédomine l′ascèse pour le conquérir, en toute « décontamination » de l′utopie. L′assembléisme foncier du PT - et c′est là que s′appuie sa force originale - permit l′établissement, à la limite toujours, des consensus possibles, en maintenant visibles les conflits, gardés à leur place critique, comme véritable « agora » prospective et future essentiellement polémique. En maintenant sous une même bannière les courants les plus divers, y compris les plus radicaux, le PT a su faire preuve d′une exceptionnelle ouverture.

2Il n′existe pas, dans le parti de Lula, et contrairement à ce que nous pouvons constater dans les partis de gauche reliés à la dogmatique des Partis Communistes, ce phénomène classique de l′exégèse toujours resserrée et hiératique, née d′une police épistémologique. Au contraire, on n′a jamais relevé dans le PT aucune déclinaison purificatrice de ce genre, ni ce type de hantise. Après l′élection, le collectivisme du parti fut mis, plus que jamais, à l′épreuve, au cours des tractations de la transition entre l′équipe du président sortant et celle du président élu. Cette pratique a d′ailleurs tranché avec la pratique habituelle de non communication en pareil cas.

3Le nouveau régime se dessina selon des décisions de groupes, sûrs de leur anonymat et de l′application disciplinée de leurs décisions. Quel fut le résultat de cette combinaison entre une volonté de changement rehaussée par la force de la victoire, et les limites du cadre international où elle venait s′insérer ?

4L′élection s′achevait sur une incroyable distance des voix, Lula ayant pratiquement obtenu le double des suffrages recueillis par Serra. Cette vague représentait donc bien plus qu′une simple alternance. Le PT décida d′adopter une position sans rupture avec les engagements pris par le régime Cardoso, ayant en vue l′extrême dépendance internationale de l′économie brésilienne. La première traduction de cet état d′esprit fut la constitution d′un gouvernement de centre-gauche, et d′une direction de la Banque Centrale parfaitement acceptable par le FMI. Cela suscita des cris et des accusations contre ce qui apparaissait comme une défiguration des principes du PT, dont la pureté avait été une cause essentielle de la victoire, et qui avait l′occasion de prendre des mesures plus audacieuses que celles de la simple acceptation de la force des choses. Mais, de fait, la fragilité de la conjoncture et le niveau de spéculation financière atteint ne permettaient nullement de risquer dès le départ l′échec de la nouvelle politique voulue par le pays. L′état de grâce qui suivit la victoire était significatif du caractère de l′option assumée. Il réclamait aussi une première lecture internationale de son message.

AU-DELÀ DU MARXISME ET DU « PAIN ET AMEN »

5Il faudrait, tout d′abord, insister sur le caractère inédit de l′accession du PT au pouvoir, qui est sans comparaison dans le monde contemporain. Il ne s′agit pas du Labour anglais, ni d′une formation de gauche pouvant être considére comme un simple aménagement du socialisme de toujours, dans un pays sous-développé.

6La réaction de Washington - pour autant que les virages en Amérique latine puissent capturer l′attention des États-Unis - ne dépassa pas les stéréotypes où on pré-classifie le message d′une élection selon des schémas tout faits. Les articles de fond de la grande presse américaine ne s′embarrassèrent pas de codes complexes : à la tête d′un gouvernement de gauche le vainqueur, naturellement marxiste, promettait nécessairement un avenir populiste au Brésil, après la période Cardoso. Un quiproquo s′est donc installé immédiatement, aussi somnambule que fatal.

7Être de gauche, au Brésil, n′implique pas un marxisme de fond, mais renvoie plutôt à toute cette nouvelle poussée de l′Église Catholique, de loin la force de proposition sociale la plus importante du pays, avec son option pour les plus démunis. On n′a pas encore mesuré toutes les conséquences du fait que le Brésil a été la terre d′élection, dans les années soixante-dix de l′épanouissement de Vatican II, à travers la CNBB, par l′intermédiaire d′un vrai réseau national créé par son secrétaire général, Dom Helder Camara. On n′a pas encore saisi toute l′envergure et la rapidité, à l′époque, de ce tournant macro-social, du dégagement du corps ecclésial d′une situation constitutive du vieil ordre établi lorsqu′il se lança dans le mouvement des communautés de base. C′est ce fait qui exigea, sur le plan temporel, l′urgence du changement social, puis passa aux mobilisations, aux actions affirmatives et à l′inspiration du message des partis politiques.

8Le frein infligé ensuite à la Théologie de la Libération, et aux demandes du développement n′empêcha pas l′effet original de cet immense engagement de prêtres et laïcs, qui ouvrirent à la gauche tout un autre versant que celui du marxisme. De même, à partir de cet enracinement confessionnel spécifique de la culture brésilienne, le PT ne pouvait pas être renvoyé à la simple filière des périphéries du socialisme d′Europe. Une souche massive du parti sortait directement de la pratique naissante de cette révolution inédite de l′Église, mue par la lecture des signes du temps et le choix d′options politiques qu′elle entérinait. Ce mouvement de promotion qui naît de cet engagement transformateur du chrétien introduit essentiellement une nouvelle conformation d′acteurs, de buts et de pratiques collectives. Celles-ci iront même jusqu′à réduire l′impact des résultats immédiats, à l′encontre précisément de toute politique d′assistance. Cette visée transformatrice recherche la modification des structures du statu quo, et doit, en même temps, trouver un remède pour la marginalité sociale courante, ce qui l′amènerait fatalement aux menus devoirs de la charité, bien distincts de l′anéantissement effectif de l′injustice collective. Et le PT surgit justement contre les populismes classiques d′Amérique latine, caractérisés par cette démagogie de bénéfices immédiats des masses, sans aucun changement réel de structure. C′est pourquoi les populismes classiques devinrent, rapidement, des dictatures, civiles autant que militaires, où la consolidation d′un régime se faisait à partir des satisfactions les plus primaires et immédiates d′un peuple, par des dons d′aliments ou de médicaments, et n′atteignaient pas l′organisation effective des services publics responsables des demandes sociales.

CONTRE TOUT POPULISME DISTRIBUTIF

9Dans des nations en proie à la marginalisation structurelle due à l′économie néo-libérale, le populisme soumet la relation gouverneur/gouverné au bon vouloir distributif des princes, contre la dépendance politique radicale des favorisés.

10Il se marque par l′absence totale de souci d′une transformation sociale de la collectivité, d′une autocritique de sa conduite, et surtout, d′une autoorganisation capable de mener à l′émergence d′un parti des destitués, à tous les niveaux de l′échelle sociale : l′Amérique latine vécut cela, durant presque un demi-siècle, lorsque la première explosion des élites classiques et des États de clientèle fit apparaître la masse - et son contrôle par des régimes dictatoriaux, les concessions de bénéfices et les politiques de spectacles. Le Vargas de l′État-Nouveau, au Brésil, ainsi que le premier gouvernement Peron, ou le régime Rojas-Pinilla en Colombie, rompirent avec les élites dominantes de tous temps, sans, en effet, permettre l′auto-organisation de l′autre côté, ni donner de la force à une véritable mobilité sociale du travail, rendue possible par l′industrialisation, ouvrant le chemin au dépassement d′une économie de richesses concentrées.

11Le PT, lui, franchit cet obstacle en faisant immédiatement face à l′opposition du populisme décadent, comme celui de Leonel Brizola, ou de ses nouveaux avatars provenant de l′évangélisme du « pain et amen » de l′ancien gouverneur Garotinho, à Rio de Janeiro. Aussi, le parti de Lula porte en lui-même, plus que les gageures, la dynamique de cette affirmation croissante. Par l′authenticité du premier ralliement politique, sortie des classes ouvrières naissantes des industries lourdes et de la porte des usines de l′ABC de São Paulo, une vrai force ouvrière fraya son chemin, gagna l′appareil de représentation des salariés et passa à la revendication politique. De plus en plus elle imposa, à l′extérieur, sa particularité.

12Lula se rapprocha, d′une part, des grands leaders de la différence, dans les périphéries, se liant, tout de suite, au mouvement contre l′apartheid en Afrique, et à la personnalité de Mandela ; ou, au Mexique, à l′apparition de Cárdenas en 93, comme possible casseur de l′hégémonie du PRI. Inévitablement, dans les antinomies d′une lutte ouvrière, la route du PT croiserait celle de Fidel Castro. Mais la parenté s′arrêterait dans l′emprise d′un même essor historique, toutes différences gardées entre deux propositions différentes de transformation collective. De même, les similitudes avec un gouvernement Chavez, au Venezuela, n′estompent pas la distinction entre le travail d′un syndicat fait parti, et disputant électoralement le pouvoir, et la provenance d′un leader militaire qui transforme le vote démocratique en plébiscitaire et se lance dans le remaniement des institutions.

LA DÉMOCRATIE SOCIALE EXILÉE DANS LES PÉRIPHÉRIES

13En termes effectifs de message et de contenu de son programme, Lula méritera les louanges enthousiastes de Lionel Jospin, au début de sa campagne électorale de 2002. En effet, la rencontre de Bordeaux, au mois de janvier de cette année, plaça Lula, par l′initiative de l′ancien Premier Ministre français, au cœur même de la prospective d′un avenir pour les périphéries au-delà du néo-libéralisme. Elle reliait, pour la première fois, le Premier Monde aux aspirations incarnées par le PT, comme jalon de la différence imposable à la mondialisation. Ce serait l′occasion canonique pour que Lula soit présenté comme dédoublement de la social-démocratie dans le tiers monde, en tant que gage d′un nouveau démarrage de l′idée socialiste faite pratique sociale. Le jeu serré des antithèses collectives le portait à incarner objectivement le pôle anti-inertiel du système établi.

14La défaite de Jospin en avril démolissait les chances les plus importantes en Europe d′une approche interventionniste de l′État et d′une priorité accordée au social dans l′avènement d′un autre versant de l′économie de la mondialisation. La victoire de Jospin, comme ce fut le cas - dans un mouvement beaucoup moins clair - pour Schröder en Allemagne, aurait pu montrer l′arrêt des logiques implicites des économie-axes de l′Union Européenne, rendues aux marchés-rois.

15Cette social-démocratie empirique s′est illustrée par la loi Aubry sur les trente-cinq heures, par le maintien des contrôles résiduels d′État, à Électricité de France ou à Air France.

16L′accolade de janvier 2002 resta fixée dans les mémoires, et le PT s′est retrouvé porteur des relais de cette démocratie sociale, veillant à la présence de l′État dans l′économie, et à la promotion de bien-être qui relèveraient du principe fondamental du dépassement de la providence libérale : assurer la justice collective, exactement, en traitant de façon inégale les inégaux. Indépendamment d′un PT, héritier de la promesse de dépassement du libéralisme mondialiste, Lula reçut en Argentine, lors de son premier voyage comme Président-élu, la consécration d′un leadership continental. La crise ostensible du modèle orthodoxe ne fit que redoubler à Buenos Aires, entre les ruines du système, l′élan d′une nation qui subit, jusqu′à l′épuisement, les gageures du populisme d′une premier Menem, et le plus rigide des réaménagements, sous l′incessante pression du FMI et des deux administrations Cavallo.

17Au-delà de toute rivalité dans le sud du continent, le succès extraordinaire du PT consacrait, à un niveau symbolique limite, une volonté d′antithèse dans les périphéries et, de ce fait, l′exigence d′affirmation collective des pays brisés par le néo-libéralisme. Arrivé, donc, au pouvoir, le PT vécut finalement l′expérience interne unique d′être le premier parti moderne du pays au pouvoir, capable en même temps de répondre à une expérience internationale fondatrice. Le Brésil a échappé ainsi aux conditionnements des élites dominantes classiques.

18Il sut accélérer ce passage par une prise de conscience effectivement mobilisatrice. Il put ainsi assurer les réformes institutionnelles réclamées pour le recentrement de l′économie et le renouveau effectif du développement. Cet effet-ressort réside dans des conditions spécifiques où l′éveil d′un inconscient collectif joue sa part. Seul le PT pouvait faire cela. Seul, il pouvait répondre aux attentes des pays périphériques en voie de transformation : le peuple, en tant que peuple, vaut mieux que l′élite en tant qu′élite quand il s′agit de changement.

19En quoi s′identifie-t-il à la pratique d′une social-démocratie qui ne veut justement pas se reconnaître comme modèle, mais comme expérience ? Ce qui importe, ce n′est pas de puiser dans le premier catéchisme du PT, celui de la phase des luttes encore remportées sur le plan rudimentaire de conflits sociaux. Il vaut mieux s′attacher à montrer jusqu′où, indépendamment des conditionnements de la mondialisation, il est possible de rechercher une nouvelle rationalité jouant sur l′économique et sur la relance attendue du développement. La promesse social-démocrate se gardait pour un futur éloigné, dans un régime qui se noyait, comme celui de Cardoso, à force de vouloir assurer les bases économiques de son départ vers un développement soutenu. Il n′a pas su vaincre l′enlisement continu dans la conjoncture.

LE PIÈCE DES SURVIES NÉOLIBÉRALES

20Dans un tel engrenage, l′orthodoxie du modèle économique néoliberal restait de rigueur. L′avenir s′accordait à la concurrence internationale la plus parfaite moyennant les progrès de la productivité définie par les marchés extérieurs. Le gouvernement Lula veut prendre les risques d′un court circuit dans ce processus, en créant une demande économique pour les nécessités sociales, et en acheminant la production vers l′intérieur, où la performance technologique permet un taux d′obsolescence et un maintien de l′emploi. C′est dans ce sens que l′on peut comprendre la notion de passage de la performance strictement financière à la performance économique prônée par le nouveau Président. Il s′agit de braver le risque de l′« obsolescence productive », de récupérer le pays dans son immense espace intérieur, en assurant le renforcement du travail, aux dépens du capital, et en plaçant les politiques sociales comme le propre nerf du changement.

21Cette alternance a lieu, cependant, en un temps historique très difficile si nous considérons ce que peut récolter un pays dépendant des apports internationaux fixés sur l′expectative inébranlable de leurs profits. Toute mise en oeuvre d′une nouvelle équation productive d′un pays sous-développé doit faire face à l′augmentation des exigences de liquidité immédiate, comme couverture du nouveau départ. La réorientation du PT ne dépasserait pas le face à face fondamentalement financier entre le centre et la périphérie de l′actuelle mondialisation économique. De cette tension résulte la mesure du risque-Brésil : tout se calcule non au regard des avantages internes d′un « mieux-être » social ou de sa perte, mais d′un retour sur investissement.

22L′extérieur mesure donc, au jour le jour, les chances d′une escapade à l′effort de Sisyphe face à la balance financière. Les taux d′intérêt se calculent à l′aune de la liberté prise par un pays vis-à-vis de l′orthodoxie. C′est à partir de ce 17,1 % de profits garantis à tout placement dans le pays, que la tractation des papiers en Bourse estime l′espace entre la santé et la survie du système brésilien. La crédibilité du Brésil balance entre les craintes qu′il inspire et les atouts qu′on lui reconnaît : son dynamisme, sa stabilité, ses possibilités d′épargne.

23Le mécanisme national d′allocation des recettes dont hérite le gouvernement Lula ne lui donne prise que sur 12 % du total du budget des comptes nationaux, étant donné les transferts obligatoires fixes de l′appareil d′État entre la dette interne et externe. C′est sur ce reste que nous pouvons poser le levier de la différence et la priorité sociale.

24En faisant immédiatement du combat contre la faim l′impératif absolu, en créant un secrétariat d′urgence pour s′en occuper, le nouveau gouvernement donne un signe d′éloignement des jeux accomplis de l′inertie. Il a pu ajouter, dans l′annonce du nouveau cap, des mesures liées au bien-être collectif concret, à travers la création d′un ministère d′Action Sociale et d′un portefeuille dédié à la gestion des problèmes des villes du pays et de ses mégapoles, qui absorbent aujourd′hui 48 % des 78 % de la population vivant en dehors des zones rurales. De telles priorités supposent la présence assumée de l′État dans la vie économique du pays. Il n′est pas question de « déprivatiser » des secteurs-clés déjà entre les mains des entrepreneurs, mais de revoir cette politique en laissant, pour commencer, tout le réseau d′énergie électrique au secteur public.

25La différence avec la pratique du régime Cardoso, résiderait dans la mise en œuvre des systèmes de régulation permettant la coexistence des acteurs publics, en l′occurrence l′Etat producteur de normes, et privés, ici les acquéreurs des anciens actifs publics, surtout dans le domaine de l′exploration pétrolière, des téléphones ou des télécommunications.

26Le système souffrait du manque d′une norme homogène pour la période suivant les privatisations. Cela manquait d′un cahier des charges clair pour les secteurs assumant un service public. Le devoir d′un gouvernement du PT est, pour tout ce qui concerne les « biens sociaux » - l′éducation, la santé, le logement - d′assurer des conditions d′accès continu et croissant. Il faut pour cela conjuguer les bienfaits du privé et du public en résistant aux pratiques de monopole et de contrôle indirect du marché.

MARQUER LA DIFFÉRENCE, MAINTENANT ET EN DOUCEUR

27La contradiction entre l′objectif social des activités publiques et l′appât du gain qui est la grande loi du capitalisme financier met le PT devant ses responsabilités historiques. Il y a une exigence abstraite de transparence face à cette zone grise. Le nouveau régime ménage l′idée d′un Lula « Paix et Amour ». Il veut susciter, plus qu′une trêve, un retournement effectif de l′image combattante du premier PT, marquée par les excès revendicatifs, compréhensibles lorsque le parti était une voix naissante des exclus dans l′expression du conflit sans fond entre les « deux Brésil ».

28Les débuts du nouveau régime seront marqués par la nécessité de rompre la lune de miel, l′émerveillement de la victoire rendue finalement possible après le 27 octobre, et d′assumer la masse des problèmes que le pays doit prendre en compte pour accommoder son rêve et le mettre à l′oeuvre. En fait, si l′on veut assurer son avènement, il faut prendre conscience que le présent immédiat est fait d′interdits. Toute la démarche de changement exige une longue bataille de réformes sur le plan institutionnel et économique, qui pourraient atteindre, de façon malthusienne, la vieille classe moyenne, souvent par la correction de certaines allocations. L′espoir renaissant peut se situer davantage sur le plan d′une vraie réforme urbaine et agraire, qui demeure le geste de réponse à l′attente immémoriale des démunis, aussi bien les Sans Terre, que les Sans Abri.

29Il ne s′agit pas davantage, dans la perspective réaliste qui est celle du PT de songer à rebrousser chemin en ce qui concerne l′actuelle insertion internationale du Brésil. En succédant au gouvernement Cardoso, il doit en assumer les engagements pour la survie même du pays. Toutes les anciennes bravades de déclaration d′un moratoire, de suspension abrupte des paiements de la dette extérieure, etc., vont tomber dans le folklore fatigué face à des créanciers immunisés contre tout plaidoyer. C′est la première question qui se pose au sujet de la conservation du prestige et de la confiance inouïe gagnée par Lula. Ne pas commencer par enfreindre la symbolique de ce pacte, s′obliger à son rappel quotidien, et tout cela, sans s′empêcher de prendre quelques mesures exemplaires au niveau du rachat social d′urgence. Ce sont très souvent des mesures de coûts réduits, comme le combat frontal contre la faim, qui maintiennent intacte la confiance politique de fond, une fois l′état de grâce passé.

30De plus, le registre des appuis à Lula peut s′élargir par une politique de mobilisation et de responsabilisation dans la grande tradition qui fit le succès du parti. La population peut accepter de nouveaux sacrifices et des retards éventuels sur ce qui a été promis, si cela apparaît comme une vraie rançon de l′espoir. L′adhésion provient du rapport entre les privations et les avantages qui en résulteront clairement.

31La vision de la fin du tunnel sera, de plus en plus, indispensable à ce parcours, encore fait de cendres et de souffrances, caractéristique du démarrage de tout programme d′un nouveau gouvernement. Mais dorénavant, la logique pétiste est conditionnée par la transparence de ses buts, et la visée décroissante des efforts que le parti demandera au peuple brésilien, même si cet échange est de longue haleine, et n′implique un solde positif final qu′après, peut-être, encore un sacrifice de génération. Le gain définitif de ce « plus-être » d′une population, meurtrie par l′exclusion sociale continuelle, lui réclame de garder les yeux bien ouverts vers la ville promise.

L′ATTENTE DU SILENCE ET LE JEÛNE DE L′ESPOIR

32L′acceptation d′un nouveau réalisme pour assumer le pouvoir débouchera nécessairement sur des difficultés : débordements à gauche, et demandes des exilés du régime comme les « Sans Terre », aujourd′hui munis d′une toute autre force pour s′opposer au pouvoir et aux institutions. La période des élections posa le problème du niveau des accords implicites avec les mouvements d′exclus, participant tout de même de la force du parti. Leur mouvement, leur silence, leur reprise de l′occupation des terres improductives constituent l′ombre menaçante du parti, l′enjeu des mécanismes d′intégration ou de repli démocratique, en fin d′instance.

33C′est ce phénomène qui occupe le coeur du système. L′enjeu de l′intégration effective de cette population immense de trente-cinq millions de personnes percevant moins que le salaire minimum, dont la moitié doivent chaque jour trouver la subsistance du lendemain. La force du PT est de reconnaître cet acteur social qui s′auto organise, qui le fait au-dedans et au-dehors de l′espace économique reconnu et, dans celui-ci, en harmonie avec les dynamismes profonds de la société, de ses institutions et de ses appareils.

34Le segment social qui accepta le leadership de Lula paria aussi sur la conquête du pouvoir selon l′ordre établi. Ce n′est pas pour d′autres raisons que l′histoire des exclus au Brésil ne présente pas la même fissure mortelle que celle de la Colombie ou du Pérou, à partir de l′option pour la violence, le sabordage, les guérillas, et l′anéantissement de tout ce qui serait présupposé coopérer avec le système. Il ne s′agirait, dans notre cas, que d′une brisure, d′une menace et de la hantise de la destruction du système dans toutes ses dimensions. C′est par le fait que nous ayons, au Brésil le PT, que nous ne subîmes pas le Sendero Luminoso et les Farc, comme les pays andins. Forcément, nous ne pourrons répondre aux attentes permanentes du Mouvement des Sans-Terre ; mais même s′ils prennent à nouveau les routes, ce ne sera pas selon un accord de manoeuvre tactique face au PT, mais suivant une modification radicale des revendications formulées en direction du nouveau du pouvoir.

35Il n′est plus question de supposer dans cette opposition, une stratégie malveillante mais effectivement la possibilité, toujours, d′une renégociation de ses demandes. Une trêve entre le nouveau gouvernement et le MST ne peut être que mouvante, en supposant la négociation continuelle et, au préalable, l′acceptation par Lula de la reprise de ces demandes, pour faire avancer toute la stratégie des actions affirmatives. Elles ne seront, cependant, que des alertes et des transgressions assumées visant, en fin de comptes, le retour à l′entente finale avec le gouvernement. L′« a priori » d′une reconnaissance de la légitimité foncière de la demande réduit les escalades et surtout, de toute façon, l′élément incontrôlable de sa montée. Des violences déchaînées par des gestes de protestation, par l′occupation de terres ou des bureaux de l′appareil de la réforme agraire, sont toujours possibles sur tout le territoire. Mais un niveau d′équilibre opérationnel se manifeste entre la bonne foi intrinsèque aux négociations et la possibilité permanente de reprise des tractations en bordure des conflits.

LE PARTI, LE SYNDICAT, LES « SANS TERRE »

36Le PT représente l′aboutissement de cette marche du pays de la marginalité sociale vers une auto-organisation, ainsi que l′accès aux institutions et aux partis, aux syndicats, des mouvements sociaux et de leurs actions de pression sociale. Les soutiens du nouveau pouvoir sont multiples. Le PT peut compter sur la Centrale Unifiée des Travailleurs. De même, les Sans Terre verront nécessairement le PT comme leur manu longa politique. Une majorité de leaders ouvriers se retrouvent sous le nom du parti de Lula ; les Sans Terre voient dans le Président l′interlocuteur nécessaire et toujours ouvert à leurs plaidoyers face à l′État brésilien.

37Par ailleurs, la victoire de Lula s′est appuyée politiquement sur le centre et socialement sur les clases moyennes. On a vu clairement pendant la période électorale que le parti n′était pas le reflet, sur le plan de la représentation nationale, du pays des exclus. Il est évident que toute la docilité du mouvement durant les élections a été lue par les conservateurs comme une simple trêve tactique. Il est aussi certain que ce ne sera pas dans l′ambiance d′une négociation isolée que le feu vert à une occupation de terres sera donné au début du gouvernement Lula. Le parti veut agir dans l′assurance des intérêts réels des secteurs qu′il défend.

38L′avantage des Sans Terre à partir du premier janvier 2003 est le grand espace d′interlocution qui leur est ouvert. Mais leurs revendications ne seront entendues que comme résonance d′une politique globale de lutte contre la marginalité collective. Il est bien clair, également, qu′il y a un décalage actuellement entre la pression du MST et le développement de la réforme agraire, proclamée comme prioritaire par le PT au pouvoir.

39Le dispositif-clé réside dans les mesures prises pour rendre expéditives les procédures d′accès des populations déracinées aux terres promises, accélérant ainsi le calendrier de la réforme déjà mise en marche par Cardoso. Nous butterons inévitablement sur des frictions naturelles au commencement du gouvernement. Le nouveau pouvoir puisera dans ses réserves de confiance nationale pour traiter l′impatience des Sans Terre tout en considérant, aussi, d′autres appels concernant la suppression de la marginalité sociale. C′est le cas du projet « zéro faim », qui permit à Lula, aux toutes premières heures de l′élection, d′exhiber le symbole essentiel du tournant, permettant une certaine union nationale.

40Le Président Cardoso, en quittant le pouvoir, dans ses déclarations avant le Sommet Ibéro-Américain de Saint-Domingue, répéta cependant que la faim « n′existait pas au Brésil ». Nous entrons ici dans le jeu des représentations.

FAIM-ZÉRO, DIALECTIQUE ET DÉMARRAGE

41Le gouvernement en place s′applique à dépasser la dictature de l′instant et à rechercher tous les gains que la société tirerait d′un modèle de développement durable. C′est pourquoi il fonde la réussite de ses politiques sociales sur une approche complète de l′utilité des investissements économiques : leur apport productif est mis en balance avec leur capacité à créer de l′emploi.

42En se concentrant sur la distribution directe d′aliments aux populations affaiblies, le gouvernement sortant ne résolut pas les problèmes structurels. Il ne fit pas appel à un noyau volontaire d′entreprises disposées à créer des associations de populations démunies et à leur offrir les conditions nécessaires pour créer eux-mêmes leurs propres ressources. Il ne leur permit pas l′accès à une économie de marché. On voit là l′effort de pointe néolibéral voulant parer au scandale « provisoire » des carences collectives.

43Le ton d′urgence de Lula, au contraire, ne nie pas le caractère d′assistance de tout programme de réduction des carences alimentaires par une aide apportée de la main à la bouche. Pour le PT nous ne sommes qu′au dernier degré de « nécessité sociale » dans la prise en charge des démunis. Le progrès représenté par des mesures de ce type doit être prolongé par l′existence d′un vrai marché alimentaire, pour toute les souches délaissées de la population n′ayant pas droit à des subsides. Cette organisation effective d′une économie tournée vers les dimensions intérieures du pays engendre à la fois un pouvoir général de consommation et l′application de la force du travail pour y répondre.

44Il s′agira par la suite de voir quel va être l′héritage du PT, lors de la relance d′un programme de gouvernement qui se dit en état de pénurie totale. Cette conquête social-démocrate peut-elle assumer le risque d′agrandir, dès le départ, la dette sociale du pays ? Quelles sont les ouvertures possibles pour de tels desseins, et quelles sont les données permettant de savoir la limite à laquelle doit se plier tout désir d′innovation, devant la camisole de force de la maille financière de la mondialisation ?

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540