Version classiqueVersion mobile

La région moyenne du Haut Rio Branco, Brésil

 | 
Yvonne Beigbeder

Chapitre deuxième. Le rebord montagneux et ses relations avec la plaine

Texte intégral

1Si la raideur et l’uniformité du bord du massif montagneux sont les caractères les plus frappants dans l’ensemble, une étude de détails fait apparaître des diversités dans les formes. Les premiers contreforts, le nombre et la silhouette des petits massifs précurseurs du grand ensemble montagneux sont très différents entre eux. La fracturation, les percées empruntées par les rivières sont plus ou moins fréquentes, le drainage appartient à divers cours d’eau.

2Aussi allons-nous diviser cette région en trois parties :

  • l’interfluve Surumu-Cotingo présente l’aspect le plus rectiligne. Toutes les rivières se dirigent vers le Surumu.

  • après la sortie du Cotingo, le rebord montagneux suit grossièrement la même direction que cette rivière, dessinant ainsi une courbe NNW-SSE.

  • à l’Est de Limão, il reprend une direction presque parallèle à la première et présente un front très disséqué.

I. L’interfluve Surumu-Cotingo

3Au Nord de Vila Pereira (aujourd’hui dénommée Surumu), la cordillère de Marari élève ses versants abrupts. Elle est en grande partie couverte de végétation, mais quelques zones rocheuses, dénudées, forment des courbes convexes marquées. Élevée et massive, elle s’abaisse graduellement vers l’Est (carte hors texte no 1).

4La partie la plus occidentale suivie presque parallèlement par le rio Miang, s’incurve après le confluent avec l’igarapé Chaparú, pour prendre une direction voisine de l’Ouest-Est. Des rivières extrêmement courtes dévalent les pentes de la montagne, et, se dirigeant vers l’Ouest, atteignent le Miang avant son confluent avec le Surumu. Même au début de la saison sèche, des orages suffisent à provoquer la naissance de torrents qui descendent en cascades le long des versants. Des crêtes NNE-SSW forment des avancées et la limite montagneuse est ainsi assouplie par quelques festons.

5L’igarapé Fundo et un de ses affluents sont les premiers à se diriger vers le Surumu après le confluent du rio Miang. Un rentrant très marqué, à bords rectilignes souligne leur sortie dans la plaine. Après l’igarapé Tracajá, près de la fazenda Niteroi, une avancée de taille modeste, mais nette, précède une brèche, sensiblement NNW-SSE, par laquelle passe l’igarapé Darura (fig. 4). Cette direction est parallèle à celle de ces deux rivières, séparées par une crête également NNW-SSE. Elle se retrouve encore aux sources de l’igarapé Novo Mundo, et domine dans la zone du Paracau. La rivière, ses affluents montagnards et les crêtes avoisinantes suivent cette direction.

6Il semble donc que les rivières aient profité de lignes de faiblesse NNW-SSE. Les rentrants seraient des fractures ou des failles, agrandies par l’érosion régressive et le recul des versants.

Fig. 4. — La Serra do Marari, près de la Fazenda União
Le relief devient ondulé au voisinage de la sortie de l’igarapé Darura.
A l’Ouest, au contraire, les versants ont des pentes très marquées. (Dessin d’après photographie.)

Photo. 1. — La Serra do Marari, à la sortie du rio Taxi
L’abaissement du relief est plus accentué encore que dans la ligure 4.

7Le bord du massif fait une nouvelle inflexion peu après la sortie du Paracau et prend la direction NNW-SSE. Bien que le relief soit moins marqué, la rivière forme une cascade pour rejoindre la partie plane.

8L’abaissement est encore plus net près du Taxi (photographie no 1). Les montagnes s’arrondissent, les contreforts sont couverts d’arbustes. Au sortir de la montagne, le cours d’eau emprunte une brèche, de direction NE-SW. Celle-ci est prolongée vers l’aval par une grande fracture ou faille, aussi nettement visible sur les photographies aériennes que sur le terrain. La direction NE-SW paraît alors devenir prédominante. On retrouve jusqu’à Primavera des crêtes et des fractures qui la suivent. La grande dépression montagnarde du Cotingo, ainsi que la gorge par laquelle il quitte le massif lui sont également parallèles.

9Quelques torrents, parfois soulignés par des bouquets d’arbres au pied des montagnes, forment une zone marécageuse que draine un affluent du Taxi. Des petits massifs précèdent la chaîne. Une crête NNE-SSW, compliquée de fractures provoque une forte avancée derrière laquelle s’est installée la fazenda Primavera, près du Cotingo.

  • 1 Toutes les mesures effectuées sur le terrain ont été rapportées au Nord géographique.

10Nous pouvons donc distinguer des directions principales de fractures et de failles : NNW-SSE, NW-SE et NE-SW1.

11Elles influencent à la fois la ligne générale du rebord montagneux et les anfractuosités qui le découpent. Nous les retrouverons dans le massif lui-même, où des failles et des fractures importantes, parallèles au limites du massif, sont visibles.

  • 2 Bibliographie no 57.

12Ces faits sont en faveur de la thèse de mouvements de blocs faillés2. La vigueur du contact, ainsi que l’allure de blocs basculés de certains sommets seraient des arguments complémentaires.

13Connue nous l’avons déjà signalé, ces premiers escarpements sont principalement constitués de granite. Cela a été vérifié dans la partie occidentale, près du rio Miang, dans la zone de la fazenda União et dans celle du Paracau. Quelques coupes précises ont été faites qui illustrent la succession des pentes et des types de sédiments qui caractérisent ce contact.

A. Les profils des versants et les types de sédiments

14Les alluvions récoltées sur la rive convexe d’un méandre que trace le Miang comprennent un fort pourcentage de graviers roulés. La courbe de probabilité, très étalée, est du même type que celles des terrasses que nous verrons dans d’autres parties du contact (fig. 15, échantillon n° G 4-3). Il s’agit donc d’une sédimentation fluviatile assez grossière pour des rivières de régions tropicales.

15L’igarapé Tracajá, au pied de la montagne, permet de voir la coupe suivante :

  • 3 Le terme de « surface chagrinée » est emprunté à M. Rougerie (Bibliographie no 53) pour désigner de (...)

16Le sable prélevé dans la rivière, bien qu’hétérogène, est mieux trié que les autres sédiments de cette zone de contact. La courbe granulométrique (fig. 7, échantillon G 2-2) est en effet plus redressée. Mais les grains ont l’aspect caractéristique commun à tous ces échantillons. Les quartz, nombreux, sont fréquemment oxydés, ont parfois des surfaces « chagrinées »3. Ils sont presque tous non-usés. Quelques-uns cependant ont des arêtes et des angles qui commencent à s’émousser, signe d’un début de transport.

***

17Le profil G1-2 (figure no 5) est celui d’un contrefort de la Serra do Marari, situé au Nord-Ouest de la fazenda União.

Fig. 5. — Un contrefort de lo Serra do Marari, situé au Nord-Ouest de la fazenda União
L’arrondissement des formes est typique des reliefs granitiques.
La direction des diaclases est tracée en accord avec l’orientation de la coupe.

18Il débute par un versant convexe, dénudé. Quelques blocs arrondis de granite restent accrochés, mais les sédiments fins sont rapidement entraînés. Des diaclases Est-Ouest facilitent la décomposition. Les phénomènes d’exfoliation sont très poussés. La pente est d’environ 12°. A 15 mètres au-dessus de la plaine se dessine un replat rocheux légèrement en pente (6°). Une végétation pauvre le recouvre, qui retient quelques sédiments grossiers. A 18 mètres, la végétation s’installe, cachant la roche. Une pente abrupte (23°) mais courte, précède un long versant de 14°, qui se termine par un replat envahi par les arbustes, recouvert d’un sédiment sablo-argileux qui comprend 52,2 % de particules supérieures à 0,060 millimètre. La fraction sableuse, fine dans l’ensemble (fig. no 6), très quartzeuse, montre des traces de pédogénèse avec une oxydation assez poussée. Les minéraux lourds, dont la proportion est faible (0,87 %) comprennent 98 % d’opaques. Ils se composent de zircon et d’épidote.

Fig. 6. — Courbe granulométrique de la fraction sableuse d’un échantillon prélevé à la superficie d’un replat (fig. 5)

19L’échantillon Gl-2, prélevé dans l’igarapé Darura, au pied de la montagne, contient également, outre du leucoxène, un fort pourcentage d’épidote. Beaucoup plus sableux puisque 76,5 % de ses particules sont supérieures à 0,060 millimètre, il est mal trié (fig. no 7). Les feldspaths y sont abondants. De plus, du granite décomposé affleure dans le lit même de la rivière, ce qui prouve que les transports sont réduits, que la météoration des roches est rapide et l’érosion fluviale peu marquée.

Fig. 7. — Courbes granulométriques des échantillons suivants prélevés :
GD-26, dans le rio Taxi.
G2-2, dans l’igarapé Tracajá.
G1-2, dans l’igarapé Darura.
G2-89 et G2-92, près de « la Maloca do Taxi », l’un dans une zone marécageuse, l’autre sur un replat (fig. 8). Ces courbes ne comprennent que la fraction sableuse.
G3-4, sur la rive droite du Surumu, non loin de la rivière.

  • 4 Annexe no 1, échantillon no G 1-6.
  • 5 Annexes nos 2-3, échantillon no G 1-8.

20A 90 mètres au-dessus de la zone plane, proches d’un granite porphyroïde4, des débris de croûte, mêlés à des fragments quartzeux, envahissent un replat peu important d’une quinzaine de mètres de longueur. Une forte pente (21°) marque l’apparition de la croûte en place. Elle est très compacte, rouge sombre, parcourue de veines limonitiques. Elle est typique d’une formation ferralitique puisque son rapport S/AF = 0,25. Sa partie supérieure est recouverte d’un vernis. La texture porphyroïde des granites avoisinants n’est peut-être pas étrangère à la formation de cette croûte, car ils offrent plus de prise à la décomposition.

***

  • 6 Annexe no 1, échantillon no G 2-94.

21Ces gros blocs arrondis, caractéristiques de la décomposition en boule du granite, sont plus nombreux encore si l’on monte le long du Paracau, vers la cascade. A une trentaine de mètres environ au-dessus de la zone plane, un conglomérat (direction des couches N 72° W, pendage 55° vers le Sud), forme une surface ondulée entre deux blocs de granite6. C’est une zone de faiblesse, à laquelle s’attaque l’érosion. Sa composition granulométrique n’est pas homogène : une couche graveleuse est séparée d’une partie plus grèseuse par une tranche vacuolaire. En certains points, il contient 58,5 % de silice colloïdale et 25,5 % d’alumine et de fer. Les quartz sont entièrement non-usés et sans doute s’agit-il d’une accumulation dans une fente, d’importance locale, consolidée par des hydroxydes.

Photo. 2. — La cascade du Paracáu et le cône alluvial que fa rivière a entaillé

22Une construction alluviale (photographie no 2) que la rivière a entaillée s’étend au bas de la cascade. Vient ensuite une zone marécageuse par laquelle, en saison humide, le Paracau alimente la lagoa de Tipiti. Au mois de janvier, celle-ci est complètement à sec. Il est à noter qu’elle est en partie entourée de petits reliefs rocheux qui la limitent.

23L’évolution des formes paraît donc devoir être retracée ainsi :

  1. Débouchant normalement de la montagne, la rivière a construit un cône alluvial, en pente très douce. Cette construction n’est pas un véritable cône de déjection, ce qui laisse à penser que le cours d’eau ne disposait pas du matériel nécessaire à la formation de ce dernier (absence de matériel très grossier, galets, etc.).

  2. Le massif s’est ensuite soulevé par un mouvement de bloc faille. D’où apparition de la cascade.

  3. A la suite d’une variation du niveau de base, la rivière a entaillé ses sédiments. Ce dernier phénomène s’observe dans toute la zone.

***

24Un autre profil (fig. no 8), levé sur les contreforts au NW de la Maloca do Taxi, se prolonge dans la partie plane sablonneuse.

25Plus précis que le précédent par l’emploi de la règle à éclimètre au lieu de la boussole Chaix, il est également caractéristique du rebord granitique et de ses formes convexes.

26Après une zone très marécageuse, surtout en saison des pluies, dans laquelle s’épandent des affluents du Paracau, la plaine s’élève en pente douce (3°) jusqu’à un replat.

27Comme il est normal, le sédiment G2-92, prélevé dans la partie marécageuse est plus fin que celui pris sur le replat (G2-89), puisque le premier comprend 62,7 % de particules supérieures à 0,060 mm et le second 77,9 %. Les courbes des fractions sableuses confirment cette différence. Celle du G2-89 est en outre presque semblable à la courbe du sable prélevé dans le Darura (fig. 7). L’aspect des quartz y est également le même, mais les feldspaths sont moins nombreux.

  • 7 Annexes nos 3 et 4.

28Les minéraux lourds de l’échantillon G2-89 ont le cortège classique des sédiments de cette zone. Il s’y ajoute cependant de l’andalousite, du grenat et, en faible proportion, de la tourmaline, de l’actinote et de la hornblende. Peut-être cette dernière provient-elle de la décomposition de filons de roches basiques. De plus, le n° G2-92 est presque dépourvu de fer et se compose principalement de silice7.

  • 8 Annexe no 1, échantillon no G 2-93.

29Au-dessus de cette petite terrasse sableuse, le granite apparaît, dans lequel, après une pente d’environ 12°, un replat rocheux a été creusé à 17-18 mètres au-dessus de la plaine, c’est-à-dire à la même altitude relative que celui que nous avons vu près du Darura. L’échantillon de granite prélevé au-dessus, à une altitude relative de 60 mètres a une texture cataclastique qui révèle une roche écrasée par des pressions orogéniques8. Des diaclases E-W ont un plongement de 70° vers le Sud.

***

30Au sortir de la montagne, le Taxi s’enfonce lui aussi dans un ancien cône alluvial, formé de cailloux semi-roulés de grande taille. Sa rive concave permet de voir une coupe sableuse, avec un lit de cailloux roulés, tandis que sa rive convexe est rocheuse. Le versant s’élève ensuite par paliers jusqu’à une centaine de mètres au-dessus de la plaine. On retrouve un replat rocheux à environ 20 mètres d’altitude relative, mais les graviers qui le recouvrent sont uniquement composés de quartz anguleux et de débris de concrétions.

  • 9 Ces altitudes ont été obtenues d’une manière concordante, par deux groupes différents, au baromètre

31Un deuxième replat est à environ 50 mètres au-dessus de la zone plane9.

  • 10 Annexe no 1, échantillon no GD 18.

32Il est intéressant de signaler que, tout au moins localement, les kératophyres forment la base du versant, et qu’un peu plus haut, on trouve une syénite alcaline à texture porphyrique10.

Fig. 8. — Contrefort de la Serra do Marari, au Nord-Ouest de la « Maloca do Taxi »
Le versant s’élève par une série de replats reliés par des pentes convexes.
La direction des diaclases est tracée en accord avec l’orientation de la coupe.

33Un sédiment sableux prélevé dans le Taxi, près de la Maloca, contient 3 % de graviers. Il est mal trié et son absence d’usure est remarquable puisque les feldspaths, nombreux, sont eux aussi anguleux. Cependant, le cortège de minéraux lourds s’enrichit d’hypersthène, alors que le zircon a disparu.

34Quelques traits généraux se dégagent donc :

  • les premiers contreforts sont, dans l’ensemble, constitués par une bande de granite ;

  • le knick est fortement marqué avec un angle de base important variant de 15 à 30° ;

  • la limite de ce rebord paraît être liée à des directions structurales qui se retrouvent dans le massif montagneux ;

  • un replat rocheux, à une altitude relative de 15-20 mètres se retrouve en plusieurs points ;

  • certaines constructions alluviales dans lesquelles les rivières sont actuellement enfoncées semblent antérieures à la surrection du massif ;

  • les sédiments sont composés de sable, parfois argileux, auxquels viennent s’ajouter quelques graviers dans les rivières les plus importantes. Hétérogènes, ils ont tous des courbes de probabilité très étalées qui dénoncent un mauvais classement. Le manque d’usure presque total des quartz, ainsi que l’abondance relative des feldspaths confirment un transport réduit. Le cortège de minéraux lourds a pour origine les roches avoisinantes : kératophyres, granites et peut-être quelques liions de roche basique dans la zone du Taxi.

35L’étude de la partie plane du contact va nous permettre de compléter ces observations, en particulier celles qui concernent la présence d’un pédiment.

B. La zone plane située au pied du rebord montagneux

a. Les affleurements rocheux

36Un fait est à souligner : les affleurements rocheux sont très nombreux dans toute la zone plane, jusqu’au Taxi. Λ l’Est de cette rivière, ils font place à une surface presque uniquement sablonneuse, très humide en saison des pluies. Ils continuent au contraire à l’ouest du Surumu. Il est évident que ce dernier, ainsi que ses affluents, possède une force érosive beaucoup plus considérable que les petits cours d’eau de la partie orientale. Ils ont pu ainsi dégager les affleurements recouverts de sédiments, alors que les torrents de l’Est ne pouvaient produire l’érosion nécessaire sur les seuils qui commandent leur niveau de base.

37Les affleurements rocheux les plus rapprochés de la montagne sont constitués par du granite. Ils se différencient nettement des kératophyres par leurs formes de décomposition. Au contraire, ceux-ci dominent lorsqu’on s’éloigne du front montagneux.

38Des affleurements orientés interrompent ainsi la surface plane (photographie no 3). Les roches volcaniques y sont extrêmement laminées et diaclasées (photographie no 4). Cette schistosité détermine des orientations très nettes dont l’ensemble dessine une courbe presque parallèle à la limite montagneuse (carte hors texte n° 1). On distingue les directions suivantes :

  • à l’Ouest, zone du Miang : NW-SE ;

  • zone du Surumu et plus à l’Est : WNW-ESE et W-E ;

  • après l’igarapé Tracajá : WSW-ENE et SW-NE.

39Il semble que les mouvements tectoniques qui ont provoqué la lamination de la roche puissent être mis en relation avec ceux de la surrection du massif. Les mesures faites sur le terrain ont confirmé ce que nous avions vu sur les photographies aériennes, mais il faudrait qu’elles soient multipliées pour donner une certitude. Cependant un fait vient à l’appui de cette thèse : avant son confluent avec le Cotingo, le Surumu fait un coude et prend également une direction grossièrement parallèle à celle du massif. On retrouve encore cette direction dans la serra Formosa qui borde la rive droite du Surumu. Cette direction structurale paraît par conséquent jouer un rôle prédominant dans la région.

Photo. 3. — Vue aérienne du confluent du rio Miang et du rio Surumu (photo 26 du vol. 4019-14)
C’est sur la rive concave du méandre que dessine le rio Surumu, au sud du confluent, qu’est installé actuellement le petit bourg de Surumu. On remarquera l’orientation des affleurements rocheux (voir également carte hors-texte no 2).

40Les alignements rocheux sont fréquemment interrompus par des fractures dont les directions sont variées : WSW-ENE ; NNW-SSE ; NS ; NW-SE ; NE-SW. Elles se recoupent parfois et forment alors des quadrillages irréguliers. De même que la schistosité, elles facilitent la décomposition de la roche. Au moindre orage, l’eau pénètre dans les anfractuosités, y est retenue, et intensifie l’action de la décomposition. Nous avons pu observer de véritables trous de dissolution, en particulier au sud de la fazenda União.

***

41On peut d’autre part distinguer deux niveaux dans ces roches arasées : un bas niveau à environ deux mètres au-dessus de la surface plane, un haut niveau à une vingtaine de mètres.

  • 11 L’analyse du Kératophyre qui forme cet affleurement se trouve dans l’annexe no 1 (no G 1-4).

42Ce second niveau est très visible de Vila Péreira d’où une ligne noire fait penser à une surface aplanie. Il est très développé dans la zone Sud de la fazenda União11. Certains reliefs limitant la lagoa Tipiti lui appartiennent.

Photo. 4. —-Affleurements de kératophyre au sud-est de la fazenda União
La roche est laminée et des trous de dissolution apparaissent parfois.
Des bouquets d’arbres arrondis (« caimbé ») sont dus à l’humidité du sol.

43Un levé effectué au niveau d’Abney, près d’un sous-affluent de l’igarapé Fundo, illustre sa présence (figure no 9). Après deux niveaux de terrasses emboîtées, le profil s’élève en pente douce (2 à 3°) jusqu’à une vingtaine de mètres.

44Cette surface rocheuse est à la même altitude relative que les replats rocheux signalés sur le rebord montagneux. Ceci confirme la présence de niveaux emboîtés dont la formation a dû être la suivante :

  • 12 Bibliographie no 24.

451° Au sortir de la montagne, les nappes fluviales ont arasé la roche et formé ainsi un pédiment (actuellement le niveau le plus élevé). La saison sèche devait alors être plus accentuée puisque selon M. Dresch, une des conditions primordiales pour la formation de ces reliefs est « l’alternance d’une saison sèche et d’une saison humide à pluies violentes, avec la concentration des précipitations au cours de quelques mois de l’année12.

Fig. 9. — Profil d’un affleurement rocheux aplani, près d’une sous-affluent de l’igarapé Fundo

46En même temps, favorisés par la grande dépression du Surumu, des dépôts importants s’effectuaient dans la « baixada ».

472° Par suite d’un abaissement du niveau de base, les rivières auraient repris leur creusement, et un second pédiment se serait formé à un niveau inférieur.

483° Puis, la « baixada » ou zone d’épandage prenant une grande extension, des sédiments auraient recouvert ce pédiment inférieur.

494° Enfin, à la période actuelle et sub-actuelle, un nouvel abaissement du niveau de base a provoqué l’enfoncement des rivières dans leurs sédiments. Ce phénomène est général à toute la zone. Il semble se produire ainsi un dégagement des anciens pédiments.

  • 13 Nous n’avons malheureusement pas de photographie de cette boule de granite. Mais le photographe de (...)

50Cette érosion est particulièrement frappante en certains points. Près de la fazenda Santa Fé, une énorme boule de granite, posée sur du granite arasé, apparaît comme un témoin13 (photographie no 5).

Photo. 5. — Boule de granite restée sur un affleurement rocheux (Cliché Salgado)
La végétation profite de la mince couche d’argile de décomposition et des arbustes s’installent.

51Actuellement, la partie plane se présente donc de la manière suivante :

  1. Des zones marécageuses s’étalent au pied des massifs. Elles deviennent sèches pendant l’été. La retenue des eaux semble être due à la présence des affleurements rocheux et de quelques petits reliefs, comme dans le cas de la lagoa Tipiti.

  2. Les zones d’épandage sont très localisées. La plus nette que nous ayons vue est au sud de la fazenda União, près du confluent du Paracau et du Taxi.

  3. Deux pédiments anciens sont emboîtés.

  4. Au Sud, près du Surumu, une grande dépression devient marécageuse pendant la saison des pluies. Les affleurements rocheux n’apparaissent plus.

  5. La pente générale est cependant trop faible pour que nous puissions parler de pédiment actuel.

b. Les coupes des rivières

52L’examen des échantillons prélevés dans cette région, notamment dans les coupes des rivières nous aidera à préciser certains détails.

53Il nous faut tout de suite distinguer deux types de sédiments, ceux du Surumu dont les matériaux peuvent provenir à la fois du massif sédimentaire septentrional et de la zone des kératophyres, et ceux des petites rivières dont les sources se trouvent uniquement dans ce dernier massif.

Photo. 6. — Le village de Surumu (cliché L. Salgado)
En octobre 1955, lorsque la photographie a été prise, la rivière était en crue à la suite d’orages.

54A Surumu (photographie n° 6), sur la rive gauche de la rivière du même nom, en novembre 1954, c’est-à-dire en début de saison sèche, mais après une période d’orages fréquents, la coupe suivante a été relevée :

55L’échantillon supérieur, plus rougeâtre, contient de nombreuses concrétions argileuses en voie de formation qui se dissocient quand on le tamise sous l’eau. Les grains de quartz sont sales et leur surface est parfois « chagrinée ». Ils sont légèrement oxydés.

  • 14 Bibliographie no 52.

56L’échantillon inférieur, presque blanc, est uniquement sableux. Sa courbe de probabilité dont la partie fine est très redressée, est très proche de celle d’un sédiment que nous verrons par la suite, pris dans le ravin du rio Maú. C’est un sable fin, beaucoup plus trié que ceux que nous avons vus précédemment (figure no 12). Deux lots apparaissent nettement, le plus grossier (2,180 mm à 0,360 mm) comprenant seulement 15 % des particules. La courbe semi-logarithmique, comparée aux courbes canoniques de M. Rivière fait apparaître un faciès de décantation peu accentué14 (figure no 10).

Fig. 10. — Courbe granulométrique (comparable aux courbes canoniques de M. Rivière) d’un sédiment prélevé sur la berge du rio Surumu

57La partie sableuse de l’échantillon supérieur est nettement plus fine et mieux triée.

58Mais c’est surtout la morphoscopie des grains, ainsi que l’importance du pourcentage de minéraux lourds qui permet de caractériser ces échantillons.

  • 15 Le terme de « lustré » est emprunté à M. Rougerie (Bibliographie no 53).

59En effet, aux grains non-usés classiques, et qui sont encore nombreux, viennent s’ajouter un pourcentage marqué de grains ronds, ovoïdes ou très émoussés dont la surface « lustrée »15 témoigne d’une reprise par l’eau d’un matériel éolien. Certains montrent encore un picotis accentué, d’autres ont au contraire presque atteint le stade d’émoussé-luisant. Ces grains portent souvent aussi des cupules de chocs. Ils sont fréquemment rosés, parfois blancs.

Fig. 11. — Courbe granulométrique, comparable aux courbes canoniques de M. Rivière. Échantillon no G3-14 prélevé dans le lit du rio Surumu

60Il y a donc juxtaposition de deux matériaux d’origine différente : un matériel frais, très peu usé, qui peut être fourni par les granites et les kératophyres ; un matériel ancien, repris, pour lequel il est normal de penser aux séries sédimentaires d’amont. Nous verrons si cette hypothèse se confirme dans l’étude de la zone montagneuse.

Fig. 12. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :
GD54-23 et 24, sur la berge du rio Surumu, à Surumu (fraction sableuse seulement).
CD 28 et 30, sur la berge du rio Surumu, à Marambaia (fraction sableuse seulement).
G3-14, dans le lit mineur du Surumu, à Surumu.

  • 16 Annexe no 4.

61Le pourcentage de minéraux lourds est très élevé : 5,30 % pour le no GD 54-23, dont seulement 79 % d’opaques. Mais le cortège est encore peu varié puisque l’épidote et le zircon en constituent la majeure partie16.

62Un échantillon (figure n° 12) prélevé en octobre 1955, sur le bord du lit mineur de la rivière, en face de Surumu, a une courbe presque identique à celle d’un autre sédiment pris dans les mêmes conditions mais plus en aval, près de Bomfim. Nous en verrons l’analyse au chapitre IV.

63La courbe de probabilité, très redressée, montre un bon triage et la courbe semi-logarithmique est hyperbolique (figure no 11). Ceci paraît normal, puisque le courant n’atteint guère, tout au moins en saison sèche, les bords du lit et que des dépôts peuvent alors se faire par décantation.

64Quelques échantillons prélevés sur la même rive, mais en dehors du lit mineur, sont peut-être le résultat d’un mélange de grains d’apports locaux et de sédiments d’inondation du Surumu (figure no 7, G3-4).

65Ils sont très hétérogènes tant au point de vue granulométrique que morphoscopique. Les grains mats « lustrés » y sont beaucoup plus rares et presque toujours cassés.

66Près de Marambaia, dans une grande boucle du Surumu, après son confluent avec une petite rivière, les échantillons suivants ont été prélevés. Il ne nous a pas été possible de descendre jusqu’au lit mineur de la rivière, car elle est enfoncée d’environ 5 mètres dans ses sédiments, et la berge est très abrupte. Il serait intéressant de voir quelle est la coupe complète, en fin de saison sèche :

GD-28

sable argileux gris clair. 50,6 % de particules supérieures à 0,060 mm

GD-29

concrétions argilo-ferrugineuses, rouges

GD 30

argile sableuse très compacte, blanchâtre, mouchetée. 20,7 % de particules supérieures à 0,060 mm

67La couleur gris clair de l’horizon supérieur est due à une faible quantité d’humus. Sans celui-ci, le sable argileux est jaune très pâle. A la base, des concrétions ferrugineuses sont en voie de formation.

68Sec et passé au mortier l’horizon inférieur (GD-30) est rose. Il est beaucoup plus limoneux puisque 20,1 % de ses particules sont inférieures à 0,0045 millimètre (figure no 13).

69Les courbes de probabilité des fractions sableuses de ces échantillons (figure no 12), très semblables, sont très proches de celle de l’horizon supérieur de la coupe de Surumu.

70Cette similitude se retrouve dans la morphoscopie où nous distinguons à nouveau les deux types de grains cités tout à l’heure. Cependant, les grains sont plus oxydés, surtout dans le no 28.

71La composition du cortège de minéraux lourds est légèrement différente de celle de Surumu, et elle n’est pas exactement la même pour les deux horizons. Le numéro 28 a toujours un fort pourcentage d’épidote (60 %), mais celui du zircon diminue alors que l’andalousite est plus fréquente (7,1 %). Dans le numéro 30, cette dernière est plus abondante encore (18,1 %), la tourmaline est en quantité appréciable (8,6 %) mais le zircon forme la majeure partie de l’échantillon alors que l’épidote devient rare (3,9 %) [Annexe no 4].

Fig. 13. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :
GD-25, dans un petit affluent du Surumu, à Marambaia.
GD-28 et 30, sur la berge du rio Surumu, près de Marambaia.
GD-27, sur la berge du rio Taxi, près de la « Maloca ».

72L’horizon intermédiaire (no 29), provient de l’accumulation des oxydes liée à des processus illuviaux. Sa présence est sans doute due à l’alternance de saison humide et sèche. Sa composition est typique d’une formation ferralitique (rapport S/AF : 0,5).

  • 17 Annexe no 3.

73L’horizon supérieur, ainsi que l’horizon inférieur sont au contraire beaucoup plus riches en silice17.

74Il en est de même pour l’argile sableuse prélevée sur la rive de l’igarapé qui se jette dans le Surumu Marambaia. C’est en outre un sédiment beaucoup plus fin et mieux trié que ceux du Surumu (figure no 13).

***

75Bien que le rio Taxi soit la plus grande rivière de l’interfluve Surumu-Cotingo, ses sources n’atteignent pas le contact des kératophyres et des grès.

76En aval de la Maloca, dans la zone plane, il entaille sur plus de cinq mètres ses sédiments qui se présentent du haut en bas de la manière suivante :

2,50 m

GD-27

sable argileux très jaune

0,75 m

GD-21

conglomérat crème avec parties oxydées proches d’une croûte

1,75 m

GD-16

argile très compacte, blanche

0,50 m

GD-20

conglomérat jaunâtre

77Le Taxi coule sur ce conglomérat. Un banc de galets apparaît dans le lit actuel.

78L’échantillon no 20 est un conglomérat friable avec un ciment d’argile et de limonite très abondant. Les graviers sont surtout constitués par des quartz émoussés. Une légère usure affecte également une partie du matériel sableux qui comprend des non-usés et des émoussés. Ceux-ci sont en général rouges, mais il n’est pas possible de voir s’ils ont subi une érosion éolienne ou aquatique.

79L’échantillon no 16 est beaucoup plus fin et homogène. C’est une argile très compacte, très dure, dont aucun élément ne porte de traces d’usure.

80Le no 21 est un conglomérat crème, dans lequel apparaissent des zones d’oxydation noirâtres et rougeâtres. Il est parfois vacuolaire. Les grains sont non-usés.

81Les éléments graveleux deviennent très rares dans l’échantillon no 27. Mais le matériel sableux a subi une usure plus marquée que dans les trois échantillons précédents. Quelques émoussés paraissent être mats, mais ce n’est pas assez net pour conclure à une influence éolienne. De plus la ressemblance de la courbe de probabilité des particules fines avec celle de l’horizon supérieur de Marambaia est très frappante (figure no 13).

82Cette coupe montre donc des sédiments très différents de ceux du Surumu. Aucune reprise de matériel ancien n’est visible et les transports semblent avoir été réduits. Cependant, l’horizon supérieur est constitué par un sédiment plus travaillé que les autres et aussi plus usé que celui prélevé en amont, dans le lit mineur de la rivière.

83On peut sans doute conclure ainsi :

  1. Une phase pluviale a permis le transport de matériel relativement grossier.

  2. Une période de calme continental a ensuite provoqué la consolidation d’un conglomérat de base.

  3. Puis s’est produite une décantation du matériel fin dans des eaux tranquilles ;

  4. Un nouveau dépôt de matériel plus grossier a précédé une période de saison sèche accentuée qui a permis la formation d’horizons ferrugineux.

  5. Un matériel sableux, légèrement plus usé que le reste, s’est déposé durant la période sub-actuelle et actuelle.

84La roche en place apparaît près de la fazenda Santa Fé, dans l’igarapé Machado, affluent de la rive gauche du Taxi, où un affleurement de granite provoque une petite cascade. Il est surmonté d’un conglomérat contenant des concrétions arrondies sur lequel est posé un sédiment sablo-argileux (68,5 % de particules supérieures à 0,060 mm). Les quartz sont non-usés dans l’ensemble, avec quelques émoussés.

***

85Quelques conclusions peuvent être tirées de l’étude de ces sédiments :

  1. Les rivières qui sont alimentées seulement par le massif de kératophyre, déposent un matétiel peu usé et très dispersé granulométriquement. Ceci est normal, en raison du peu de transport et de la violence de la rupture de pente qui provoque des dépôts brutaux.

  2. Le Surumu a sans doute un apport de matériel ancien repris aux séries sédimentaires qu’il dissèque en amont. Les courbes des échantillons prélevés dans les berges montrent une certaine dispersion, alors que celles des sédiments du lit mineur, sur le bord, sont caractéristiques de sables bien triés.

  3. L’alternance de sédiments grossiers et fins montre des variations dans la pluviosité. Les horizons de concentration des oxydes (croûtes, concrétions), qui se retrouvent dans plusieurs coupes, sont peut-être le résultat d’une phase de sécheresse plus accentuée que la période actuelle.

86Nous allons maintenant voir dans quelle mesure ces différents phénomènes se retrouvent dans les autres parties de la zone de contact.

II. Le « Boqueirão do Quixadá » et le rebord montagneux qui longe la rive gauche du Cotingo

87Les renseignements que nous possédons sur cette région sont plus succincts. En effet, nous l’avons traversée lors de la première expédition, mais dans le seul but d’atteindre la montagne. De plus, il nous a été impossible de nous procurer les photographies aériennes, car les autorités américaines les ont données par erreur de longitude à la Guyane britannique. Nous nous contenterons d’examiner les faits particuliers que nous avons pu observer, en commençant par l’étude du Cotingo lui-même.

A. Le Cotingo

88Après la Serra Patagé, le massif montagneux est interrompu par une faille ou une fracture NE-SW, qu’emprunte le Cotingo. Celui-ci change brusquement de direction après la cachoeira Morocai et forme des méandres encaissés dans lesquels la roche apparaît, la gorge s’élargit au fur et à mesure que l’on se rapproche de la partie plane. De grandes échancrures WNW-ESE, tant dans la Serra Patagé que dans la Serra Morocai, donnent naissance à de courts affluents. Lorsque le Cotingo atteint la zone plane, un peu au Nord de la fazenda Primavera, il passe par une large trouée de reliefs bas. Le « boqueirão do Quixadá » n’est donc pas un couloir étroit (photographie no 7, carte hors texte no 1).

  • 18 Bibliographie no 22, p. 83.

89Le Cotingo est du reste une rivière d’importance égale à celle du Surumu. Certains auteurs estiment même que son cours est plus large et son volume plus grand18. Des mesures systématiques n’ont pas encore été faites sur les deux rivières.

90Il est en tous cas certain que le Surumu et le Cotingo, et même le Maú, ont, à leur sortie du massif montagneux, des puissances érosives et de sédimentation à peu près égales.

91L’abaissement du relief est bien marqué à la sortie du Cotingo (figure no 14, photographie no 8) et, de plus, deux replats se distinguent au-dessus du cours actuel de la rivière.

92Nous n’avons pas d’échantillons de la roche qui constitue le rebord montagneux de cette région. Cependant, les amoncellements de blocs arrondis, très nombreux au pied du massif, ainsi que la desquamation poussée qui affecte l’affleurement vu dans le Cotingo, donnent au contact la même allure que la bande granitique de la zone Ouest.

***

93Entre Quixadá et la fazenda Primavera, un grand banc de galets est déjà visible au début de la saison sèche. Ils sont très roulés et leur grande variété pétrographique témoigne de la diversité des roches d’amont : basaltes, porphyres, jaspes rouges et vertes, roches éruptives et métamorphiques très dures, schistes métamorphiques quartzeux, également très durs.

94D’autre part, la rivière entaille ses sédiments et une ancienne terrasse borde ses rives, plus développée et plus nette à l’Est, dans la région de Quixadá, que sur la rive droite.

95Sur la rive gauche, en effet, en arrière du lit actuel de la rivière, existent de grandes excavations ou « vossorocas », avec des lits de cailloux roulés.

Photo. 7. — Le « Boqueirão » ou cluse de Quixadá
Un affleurement rocheux apparaît clans le rio Cotingo.

Photo. 8. — Le rio Cotingo après sa sortie du massif (cliché L. Salgado)
La rivière entaille ses sédiments. Au loin, la Serra do Marari.

Fig. 14. — Dessin à la chambre claire fait à Quixadá.
On peut remarquer l’alignement du contrefort montagneux, depuis la Serra do Marari jusqu’au
« Boqueirão » du Cotingo.

Fig. 15. — Courbe granulométrique (comparable aux courbes canoniques de M. Rivière)
Échantillon no GD54-17, prélevé sur la terrasse du rio Cotingo, à Quixadá

Fig. 16. — Courbe granulométrique (comparable aux courbes canoniques de M. Rivière)
Échantillon GD54-2, prélevé dans le rio Viruaquim.

Fig. 17. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :
GD54-2, dans le rio Viruaquim.
GD54-17, sur une terrasse du Cotingo à Quixadá.
G1-24, sur une terrasse de l’igarapé do Peixe, près de Normandia.
G4-3, sur la rive du rio Miang, près de Surumu.

96Près de Quixadá, le sol est recouvert d’un sédiment graveleux (88 % de graviers et 8,2 % de sable). Quelques-uns de ces graviers sont très roulés, les autres sont émoussés. Aucun n’est anguleux. Leur composition minéralogique est la suivante :

97Diamètre, 23 millimètres :

  • 1 grès micacé ;

  • 3 quartz.

98Diamètre, 16 millimètres :

  • 20 quartz ;

  • 1 arkose ;

  • 1 grauwacque ;

  • 1 schiste altéré ;

  • 3 grès feldspathiques altérés ;

  • 1 roche volcanique.

99Diamètre, 12 millimètres :

  • 20 quartz ;

  • 2 roches volcaniques ;

  • 1 grès.

100Diamètre, 8 millimètres :

  • 13 quartz ;

  • 1 grès ;

  • 2 concrétions ferrugineuses ;

  • 1 feldspath altéré ;

  • 2 roches éruptives très altérées.

101Les quartz dominent donc, comme il est fréquent dans les sédiments de cette région, mais une partie des autres roches ne peut provenir que du massif Nord.

102Les sables sont composés principalement de grains émoussés ou ronds mats repris par l’eau auxquels viennent s’ajouter des non-usés. Les grains éoliens, dont certains sont très lustrés sont plus nombreux que dans les sédiments actuels des grandes rivières. Quelques-uns sont cassés.

103La courbe de probabilité est très étalée, caractéristique d’un sédiment hétérogène, et la courbe semi-logarithmique a un faciès parabolique extrêmement poussé qui dénote un transport court. Ces courbes ont la même allure que celle du Viruaquim, à la sortie de la montagne (figures nos 15 et 17).

104Sur la rive droite du Cotingo, les sédiments sont beaucoup moins grossiers. Une grande levée de sable est suivie d’une dépression.

105Près de la fazenda Primavera, une « vossoroca » (excavation torrentielle) a une profondeur de 4,50 mètres. Un échantillon, prélevé à 1,50 mètre de la surface (GD 54-14), est composé d’une argile sableuse très dure (35,6 % de particules supérieures à 0,060 mm). Elle est jaune. La fraction sableuse, très fine puisqu’elle est comprise entre 0,250 et 0,040 millimètre est bien triée (figure n° 18). Les grains sont trop fins pour qu’un examen morphoscopique permette de tirer des conclusions certaines, mais il semble y avoir quelques émoussés mats très lustrés.

  • 19 Annexe no 3, échantillon no GD54-15.

106On retrouve d’autre part les phénomènes de ferralitisation que nous avions déjà vus, puisque des concrétions, encore très friables, sont visibles à la surface, ainsi qu’à quelques centimètres de profondeur, dans des trous qui avaient été creusés. Il ne semble pas qu’elles aient pu subir de transport. Leur formation a dû avoir lieu sur place. L’horizon supérieur est relativement riche en silice19.

***

  • 20 Ces noms sont ceux donnés par la carte dressée lors de la démarcation des frontières. Nous ne savon (...)

107Au Sud de Quixadá, après une zone de débordement assez marécageuse, le Cotingo atteint à nouveau la roche en deux points : la cachoeira Panatsica-Melu et la cachoeira Tuarau Sarara20.

Fig. 18. – Courbe granulométrique de la fraction sableuse de l'échantillon GD54-14, prélevé dans une « vossoroca » près de la fazenda Primavera

108Plus en aval, à la fazenda São Jorge, la berge du Cotingo est très abrupte et laisse voir trois couches superposées de haut en bas :

109L’échantillon C1 contient des graviers de grande dimension. Certains sont très roulés, d’autres simplement émoussés. Un ciment d’argile légèrement oxydée permet une dissociation facile.

110L’échantillon C2 comprend 84 % de particules supérieures à 0,060 millimètre, mais il montre une diminution de la taille des éléments.

111Celle-ci est plus accentuée encore dans le n° C3, beaucoup plus lin et surtout beaucoup plus consolidé, que les deux échantillons précédents.

112Le matériel sableux semble être le même dans les trois sédiments et possède les mêmes types de grains que ceux de Quixadá. Il est relativement plus usé que les graviers.

113Il n’a pas été possible de faire la granulométrie exacte de l’échantillon supérieur. Mais les fractions sableuses des deux échantillons inférieurs sont très proches l’une de l’autre. Leurs courbes de probabilité ont la même allure que celle du sédiment (GD 54-23) pris à Surumu (figure no 19).

114Ces échantillons semblent d’autre part pouvoir être mis en rapport avec la moitié supérieure de la coupe du Taxi (conglomérat surmonté de sable). Cependant, si la succession est la même, le matériel est différent, ce qui est normal puisque le Cotingo a un cours plus développé en amont que le Taxi.

***

115En résumé, nous retrouvons le long du Cotingo, parfois plus marqués, les mêmes caractères que nous avions vus dans la zone occidentale :

  • replats rocheux ;

  • terrasse avec cailloux roulés (Quixadá) ;

  • succession de matériel grossier et fin ;

  • transport par la rivière d’un matériel ancien.

B. La partie plane entre Quixadá et la latitude de Limão

116Entre Quixadá et la fazenda São Jorge, la piste s’éloigne du Cotingo et passe par deux fazendas que nous n’avons pas réussi à placer exactement sur la carte : la fazenda Lembrança et la Casa Santa Luz. Les principaux faits observés durant ce parcours sont les suivants :

1171° Les sommets montagneux apparaissent sous deux aspects :

118a. De longues crêtes aplanies, qui font penser à une ancienne surface démantelée et disséquée (photographie no 9) ;

Fig. 19. — Courbes granulométriques des fractions sableuses des échantillons prélevés sur les bords du rio Cotingo

119b. Des contreforts ou des monts isolés, presque pyramidaux, recouverts d’arbustes et formés par l’accumulation de blocs résiduels arrondis. La décomposition des granites favorise la croissance d’une végétation relativement riche pour la région (photographie no 10).

Photo. 9. — Vue prise de la fazenda Lembrança
Noter l’aplanissement des sommets de la zone montagneuses.

Photo. 10. — Mont pyramidal (sur la piste allant de la fazenda Lembrança à Quixadá) Des arbustes recouvrent des affleurements granitiques. (cliché G.-R. de Lima)

1202° Des blocs de granite se dressent en boules au-dessus de la surface actuelle.

121D’autre part, un granite à gros cristaux, très décomposé affleure près de Lembrança, ainsi qu’un granite porphyroïde dans l’igarapé Grande.

  • 21 Bibliographie no 43.

122Près de la fazenda São Jorge, à l’Est, une caverne de 15 mètres de hauteur est creusée dans les granites de la Serra da Mina. La roche est extrêmement décomposée et parsemée d’alvéoles de dissolution. Elle a un aspect feuilleté qui est lié à la desquamation. Sans doute cette caverne est-elle due à une zone de faiblesse des granites, dont les fractures et les diaclases se sont élargies par météoration ; elle a été ensuite agrandie par un cours d’eau plus important que le ruissellement qui l’emprunte actuellement. Des formations de croûte de terre à salpêtre ont déjà été signalées par M. Avelino Inácio de Oliveira et attribuées à l’action des excréments de chauve-souris21.

1233° La partie plane s’élève en pente très douce jusqu’aux abords de la fazenda Lembrança, puis elle redescend. Il se produit donc un changement de direction de pente lorsqu’on s’approche du massif. Aucun cône de déjection n’apparaît au pied de la montagne, mais les éboulis sont très importants.

1244° Les dépressions fermées sont nombreuses. Elles avaient toutes de l’eau quand nous avons parcouru la zone, c’est-à-dire au début de la saison sèche de l’année 1954. Les petites rivières divaguent et débordent en nappes au moindre orage, alors que les cours d’eau importants sont encaissés dans la plaine. L’hydrographie n’apparaît donc pas normale, mais désorganisée. Entre les zones marécageuses, de grandes termitières se dressent au-dessus du sol (photographie no 11).

Photo. 11. — Termitières (cliché L. Salgado)

1255° Les berges de l’igarapé de Lembrança sont très argileuses (figure no 20, échantillons no GD 54-12 et 13). Des concrétions en voie de formation apparaissent dans l’horizon inférieur. Près de la Casa Santa Luz, le sol est recouvert de concrétions pisolitiques.

126Les sédiments prélevés sur les berges de l’igarapé Grande, où affleure le granite, se composent d’un sable fin, bien trié (figure n° 21). Les courbes de probabilité ont une pente très proche de celle des sédiments des lits mineurs des grandes rivières. Les courbes semi-logarithmiques montrent un début de faciès de décantation (figure no 22).

127Les quartz tout à fait non-usés, la richesse en feldspath et la présence de mica prouvent l'origine locale de ce sédiment. Les minéraux lourds se composent surtout de zircon (82 %), qu’accompagnent de l’épidote (13,5 %) et de la hornblende.

128Des concrétions apparaissent, plus nombreuses dans l’horizon inférieur. On en voit également dans une petite « vossoroca » située sur la rive gauche de l’igarapé.

***

Fig. 20. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :
GD54–12 et 13, sur la berge d’un igarapé qui coule près de la fazenda Lembrança.
GE54–10 et 11, sur la berge de l’igarapé do Peixe, près de Normandia.
J. A. 039326. 5

129Après la fazenda São Jorge, la piste contourne la dernière chaîne montagneuse pour atteindre la grande surface plane drainée par le Surumu, le Tacutu et le Mau. Un massif étroit et allongé, de direction N 80° E-S 80° W provoque un coude du Cotingo avant son confluent avec le Surumu. Dans la partie NE de cette chaîne, un replat très important se remarque sur les photographies aériennes. Un kératophyre à texture porphyrique, avec orientation des cristaux affleure au SW.

Fi. 21. — Courbes granulométriques des fractions sableuses des échantillons prélevés sur les berges de l’igarapé Grande

130Dans cet interfluve, la plaine commence donc dès le pied de la montagne, sans la zone de pédiments emboîtés observée près de Surumu.

131Aucune transition ne sépare la zone plane du massif, en dehors des éboulis abondants et le remblaiement atteint le pied du rebord montagneux. Aussi l’hydrographie a-t-elle des caractères locaux plus marques, avec une évolution indépendante des grandes rivieres. Elle est actuellement désorganisée, mais elle montre un régime de crues spasmodiques qui ont pu être autrefois plus importantes.

132Il semble d’autre part que les aplanissements des crêtes montagneuses qui forment les premières chaînes soient plus réguliers et plus amples.

133Enfin, localement, la forme triangulaire de certains petits monts apporte un élément nouveau dans le paysage. Ces reliefs, très typiques, sont sans doute liés à une extension plus grande des granites dont la décomposition en boules provoque une forte accumu ¬ lation de blocs résiduels.

Fig, 22. — Courbe granulométrique, comparable aux courbes canoniques de M. Rivière. Échantillon prélevé dans l’igarapé Grande

134Mais les sédiments ont le même caractère que ceux des petites rivières de l’interfluve Surumu-Cotingo, dénotant peut-être une origine encore plus locale, et un très faible transport. En dehors des zones marécageuses, le sol semble plus sec et les phénomènes de ferralitisation plus poussés.

III. Le rebord montagneux, de Limão à Normandie

  • 22 Bibliographie no 57.

135C’est certainement dans cette zone que le fractionnement du massif en plusieurs blocs est le plus net. Ceci est particulièrement visible sur les photographies aériennes. Une analyse détaillée des différents blocs et de leur décrochement a été faite pour l’ensemble de la région dans le rapport publié par l’Institut de Recherches sur l’Amazonie22. Aussi nous contenterons-nous de donner les faits principaux qui concernent la région plus limitée que nous étudions, complétés par quelques informations de détail. Nous insisterons particulièrement sur la région de Normandia qui a donné lieu à des études précises.

136A l’Est du Cotingo, puis du Surumu, le Sud de la Serra Branco forme une sorte de retrait. Une série de massifs plus ou moins importants trace une ligne discontinue dans laquelle prend place une large percée NE-SW, drainée par un affluent du rio Jauari.

137On peut ensuite différencier trois grands blocs, plus ou moins morcelés. Comme nous ne leur connaissons pas de noms, nous les désignerons par celui des rivières principales qui les drainent ou qui les limitent. Nous aurons ainsi, de l’Ouest à l’Est, le massif du Xumina, celui du Viruaquim et celui du Wanamará.

138Quatre cours d’eau sont les principaux collecteurs de l’interfluve Surumu-Maú. Le Jauari est un affluent du Surumu, alors que le Xumina et le Viruaquim atteignent le Tacutu, et le Wanamará, le Maú. Le cours du Viruaquim est cependant beaucoup plus long puisqu’il prend sa source plus au Nord, dans la Serra Uarungeaeng.

***

139Les deux igarapés formateurs du Jauari sortent de la partie occidentale du massif du Xumina par deux larges brèches, de directions WSW-ENE, puis WE. L’extrémité occidentale du massif prend alors l’allure d’un bastion. Sa limite forme ensuite une ligne dentelée WNW-ESE. Cette direction, que nous avions déjà rencontrée, joue un grand rôle dans toute cette zone. Elle influence des grandes fractures ou failles dans le massif et nous la retrouverons dans l’étude du Viruaquim et du Wanamará.

140Dans le lit du Jauari et de ses principaux affluents, se trouvent des galets. Ceux que nous avons récoltés dans un affluent de rive droite, sont des quartz assez roulés auxquels s’ajoute un quartzite.

141Les reliefs résiduels sont très nombreux, tant dans la partie occidentale que dans l’extrémité orientale, et l’on retrouve des inselbergs dans la plaine sédimentaire qui commence immédiatement au Sud.

142La roche affleure parfois dans le lit des rivières. Les échantillons prélevés soit à la sortie du massif, soit dans la Serra do Deserto, mont triangulaire situé un peu au Sud, entre le Jauari et le Xumina, montrent la présence de granites altérés, parfois cataclastiques, à éléments verts, dont les feldspaths sont en voie de kaolinisation, ainsi que de plusieurs filons de dolérite.

143Pour sortir de la montagne, l’igarapé Xumina emprunte successivement deux fractures ou failles qu’il a sans doute considérablement élargies. La première est parallèle au rebord du massif, la seconde est NE-SW. Le début de son cours est encaissé.

144Presque tous ses affluents montagnards viennent sur sa rive gauche. Ils se répandent en nappes au sortir de la montagne et forment ensuite un drainage anastomosé. Le Xumina n’est alors qu’une rivière modeste, facilement traversable même en camionnette, pendant la saison sèche. Les dépressions fermées sont nombreuses. Cette forme de drainage, très caractéristique, se retrouve avec moins d’ampleur, sur les bordures des autres massifs.

  • 23 Nom donné par la carte américaine à 1 : 1.000.000.

145Une grande dépression tectonique, WNW-ESE, sépare les massifs du Xumina et du Viruaquim. L’igarapé Coya23, puis le Viruaquim, y tracent de larges méandres bordés d’une forêt ciliaire. Avant sa confluence, le Viruaquim suit une fracture ou faille NE-SW. Cette direction prédomine dans le massif du Xumina. Elle influence même peut-être une partie de ses limites, notamment au Sud-Est où la densité des fractures et failles est impressionnante. Elle se retrouve également dans le massif du Viruaquim.

***

146La gorge par laquelle le Viruaquim débouche dans la zone plane suit cependant une direction légèrement différente : NNE-SSW.

  • 24 Autre rivière que le Jauari dont nous avons parlé précédemment.

147Sur la rive droite, le massif du Xumina dessine un large golfe dont la limite septentrionale s’aligne avec le rebord Sud du massif du Viruaquim, ce qui montre l'ampleur du décrochement. De nombreux torrents dévalent les pentes et nous ne retrouvons le même type de réseau hydrographique qu’à la sortie du Xumina. Des dépressions fermées, des méandres divagants et abandonnés séparent ou, en saison humide, unissent le Viruaquim et son affluent de rive droite, le Jauari24.

148Sur la rive gauche, un important massif résiduel, parallèle à celui du Viruaquim, interrompt l’écoulement des eaux. Une zone marécageuse en hiver, dans laquelle s’unissent les torrents des deux massifs, les séparent (figure no 23 et photographie no 12).

149L’échantillon récolté dans le Viruaquim, a montré un gros pourcentage de graviers (97 %), le reste étant sableux. Ils sont très peu usés ainsi que les grains de quartz.

Fig. 23. — Dessin schématique des pédiments et des « tesos » de la zone du Xumina et du Viruaquim

150La courbe de probabilité très étalée et le faciès parabolique de la courbe semi-logarithmique montrent que, malgré la différence de matériel, l’échantillon a subi le même type de dépôt que celui de Quixadá : transport relativement court, dépôt de vallée (figures nos 16 et 17).

Photo. 12. — Vues stéréoscopiques du rebord montagneux dans la région du rio Viruaquim (voir partie NE de la figure 23)
On notera la vigueur des versants, l’extension de la zone marécageuse au pied du massif et du mont qui le précède, ainsi que l’aspect haché de leur relief.

151La variété pétrographique n’est pas très grande. Sur 242 graviers comptés, nous avons trouvé : 229 quartz, 5 quartzites, 2 feldspaths, 3 roches volcaniques acides et 3 granites. Il faut cependant souligner la présence des quartzites que nous n’avions pas vus dans les autres zones et qui suggère que des roches métamorphiques, du type des séries généralement attribuées à l’Algonkien, affleurent en amont, comme on en connaît à l’aval.

152Le Wanamará suit une dépression tectonique parallèle à celle du Viruaquim. Il communique avec la zone de source du Bismark par un aplanissement qui semble être un col de pédiment.

153Le type de drainage de toute cette zone paraît donc caractériser des pédiments. Ces formations, peut-être en partie actuelles, sont sans doute plus nettes et plus développées dans cette région que dans l’interfluve Surumu-Cotingo. Mais leur extension est très limitée et leur importance extrêmement locale.

154D’autre part, la bordure de ces massifs continue à être constituée principalement par des granites, soit cataclastiques, soit porphyriques. Les affleurements sont parfois recouverts d’un vernis, ce qui semble prouver une action éolienne.

***

Photo. 13. — Aspect du contrefort montagneux dans la région de Normandia (vue tirée d’avion)

155L’igarapé do Peixe serpente au pied du massif. Sur sa rive droite, le petit village de Normandia. Noter l’uniformité de la zone plane, parsemée presque régulièrement d’arbustes arrondis. La végétation herbacée ne couvre pas complètement le sol.

Photo. 14. — Normandia (cliché L. Salgado)

Fig. 24. — Dessin fait à la chambre claire depuis le village de Normandia
Collines arrondies terminant le massif dans la région du Maú. Le relief est plus adouci que dans certains massifs de la région occidentale, mais les collines surgissent toujours brusquement au-dessus de la plaine sédimentaire

156Normandia est un village de quelques maisons, situé à l’extrémité orientale de notre zone d’étude, sur la rive gauche de l’igarapé do Peixe, affluent du Wanamará (photographies nos 13 et 14). On retrouve des similitudes d’altitudes dans les différents reliefs, mouvementés, que l’on voit au Nord, mais les premiers contreforts sont assez bas, avec des versants convexes (figure no 24). Ils sont en général granitiques. La roche est parfois très décomposée comme il est apparu sur le chemin de la Maloca Santa Cruz, le long de la Guyane anglaise. Dans certains affleurements, les micas sont chloritisés et les feldspaths en voie de kaolinisation. Cependant, des porphyres quartzifères apparaissent également.

  • 25 Annexe no 1, échantillon no G 1-28.

157Le profil que présente la figure n° 29 est celui du versant Sud d’un mont situé au NW de Normandia. On peut y remarquer un premier palier à 10-15 mètres d’altitude relative, puis un second, de forme beaucoup plus irrégulière, à 25 mètres environ. Après une pente de 10°, sur laquelle s’accumulent des éléments sablo-argileux, mélangés à des débris de roche, le relief devient beaucoup plus abrupt (26°). Des replats rocheux apparaissent à 165 et 180 mètres. L’échantillon prélevé à cette altitude a montré la présence d’un granite alcalin cataclastique25.

158La fraction sableuse de l’échantillon G1-26, pris sur le palier de 10-15 mètres est plus fine et mieux triée que celle du no 27, prélevé au-dessus. Cependant, dans l’ensemble, le no 27 comprend plus de particules fines (56 % de particules supérieures à 0,070 mm). Il est rougeâtre et provient sans doute de la décomposition des granites du versant. Le no 26 (76,5 % de particules supérieures à 0,060 mm) semble caractéristique des terrasses sableuses qui existent dans cette région (figure no 25).

159Les quartz de ces deux échantillons sont, comme dans les sédiments prélevés dans les petites rivières ou dans les sols de l’interfluve Surumu-Cotingo, très anguleux, oxydés, parfois « chagrinés ».

  • 26 Bibliographie no 37.

160Sur un massif situé au Nord de Normandia, la Serra Encantado, un filon de quartz laiteux d’une dizaine de mètres de large environ, est visible depuis le village. Sur place, il apparaît en creux. La roche encaissante est un granite alcalin rosé, mais, dans sa partie Sud, il est bordé d’un filon de roche verte métabasique. Celle-ci se décompose en boules et donne une argile rougeâtre. Ce contact prouve que la roche verte est postérieure aux granites et même aux quartz, ce qui concorde avec la date qu’on lui attribue en général26. Le quartz est très diaclasé et se débite en gros blocs et en cailloux anguleux.

161Les directions des diaclases relevées dans le granite sont les suivantes :

  • N 65° E pendage 72° SE

  • N 10° W pendage 90° SW

  • N 40° W pendage 80° SW

162Sur ce versant, affleure également un porphyre quartzifère cataclastique.

163L’igarapé do Peixe coule au pied de ce massif. Le profil transversal (figure no 26) montre l’enfoncement de la rivière dans une terrasse sableuse qui s’étend sur ses deux rives. On peut remarquer d’autre part l’ampleur du lit majeur.

Fig. 25. – Courbes granulométrique des fractions sableuses des échantillon suivant, prélevés :
G1-26 et 27, dans la zone plane et sur un contrefort montagneux près de Normandie (fig. 29).
G1-25, sur une terrasse de l'igarapé do Peixe (fig. 26).
CE-6 et 7, dans un puits, à Normandia.

Fig. 26. — Profil transversal de l’igarapé do Peixe (levé au graphotachéomètre)
Noter la dissymétrie du lit de la rivière.

  • 27 Annexe no 3.

164Cette terrasse a la même altitude relative que celle du profil précédent. Au-dessus, se trouve un dépôt de pente très hétérogène. Des morceaux d’argile sableuse durcie, ferralitique (rapport S/AF : 0,46)27 se mélangent à des débris grossiers et très argileux de quartz de filon ainsi qu’à des fragments de roche extrêmement décomposée. La courbe de probabilité de la fraction sableuse (figure n° 25, échantillon G1-25) est du même type que celle de l’argile de décomposition que nous avons vue précédemment (G1-27).

165La terrasse de graviers qui lui fait suite a au contraire un faciès granulométrique qui fait penser aux sédiments de Quixadá et du Viruaquim (figure no 17, échantillon n° G1-24).

166Cette petite rivière fait donc apparaître la même succession de sédiments grossiers et de sédiments fins que nous avions déjà observée dans des rivières plus importantes, ainsi que l’encaissement du cours actuel. Cet enfoncement s’accentue en arrivant près du Mau où la reprise de creusement est beaucoup plus marquée, comme dans le Cotingo et le Surumu. De plus, des dépôts de pente entraînés au-delà de la première terrasse mettent en relief les influences locales : fragmentation des filons de quartz, argile de décomposition de la roche.

167Sur la berge de la même rivière, un peu en aval, les échantillons suivants ont été récoltés, de haut en bas :

168Ces échantillons sont très fins puisqu’ils comprennent 6 % et 14,2 % de particules supérieures à 0,060 millimètre. Leurs courbes de probabilité, de formes très voisines, montrent qu’ils font partie du même type de dépôt (figure no 20). D’autre part, l’analyse thermique différentielle du no 11 prouve qu’il s’agit d’une kaolinite (figure no 27).

169Les sédiments sont plus sableux dans le village même de Normandia. La coupe suivante a été relevée dans un puits (de haut en bas) :

  • 28 Annexe no 3.

170Les courbes de probabilité des fractions sableuses (figure no 25) ont une grande similitude, bien que l’horizon inférieur soit plus fin (84 % et 64 % de particules supérieures à 0,060 mm). L’analyse chimique montre une forte proportion de silice (54,5 %), ce qui prouve une faible action de ferralitisation28.

171Le dernier horizon est strié de raies rougeâtres correspondant aux oscillations du niveau d’eau.

172Les quartz portent les traces d’oxydation communes à tous ces sédiments. Ils sont légèrement plus usés que ceux de l’igarapé do Peixe, avec quelques angles et quelques arêtes émoussés. On retrouve ce même type de grains à la surface du sol, près de la piste d’aviation.

Fig. 27. — Courbe d’analyse thermique différentielle de l’échantillon GE-11 prélevé sur les berges de l’igarapé do Peixe (horizon C).
Elle montre la présence certaine de kaolinite.

173Le rio Maú a une berge abrupte, formée de sédiments du même type que ceux que nous avons déjà vus dans le Surumu et le Cotingo. La coupe suivante a été relevée près de Normandia, de haut en bas :

174Ces deux horizons ne se différencient que par la couleur légèrement plus accentuée de la partie supérieure due à la présence d’humus. Les débris de racine y sont nombreux. On y voit également quelques concrétions.

175Les sédiments sont surtout sableux puisqu’ils comprennent une majorité de particules supérieures à 0,060 millimètre (78 et 76,2 %). Les courbes de probabilité des fractions sableuses (figure n° 28) ont une grande similitude avec celles du Surumu et du Cotingo, et le matériel quartzeux, vu en morphoscopie, est le même.

176Cependant, le cortège de minéraux lourds s’enrichit d’un très fort pourcentage d’hypersthène et d’une faible proportion de sillimanite. En outre, dans l’horizon supérieur, des carbonates, peut-être de néoformation, accompagnent des débris de coquilles.

Fig. 28. — Courbes granulométriques des fractions sableuses des échantillons prélevés sur les berges du rio Maú, près de Normandia.

Conclusions

177Quels sont donc en résumé les traits généraux qui se dégagent de cette analyse du contact montagneux ?

1781° Le massif est morcelé en plusieurs blocs séparés par de grandes dépressions, et un décrochement s’observe d’Est en Ouest sur plus d’un quart de degré de latitude. Dans la partie orientale, deux de ces brèches topographiques, parallèles, sont particulièrement développées. Ce fractionnement du relief se retrouve dans la zone montagneuse.

179De plus, de grandes failles ou fractures parallèles à la limite du massif, ainsi que la netteté de la rupture de pente marquant le début du versant, lui donnent l’allure d’un front disséqué de blocs failles.

1802° Quelques directions structurales prédominent :

  • NW-SE et NNW-SSE

  • NE-SW et NNE-SSW

  • W-E, WNW-ESE et WSW-ENE

1813° Les altitudes des premiers contreforts sont faibles, une centaine de mètres tout au plus. L’impression de reliefs énergiques qu’ils donnent vient de leur caractère d’inselbergs à knicks accentués. Ceci est confirmé par l’existence de deux pédiments anciens emboîtés dans l’interfluve Surumu-Cotingo.

182Cependant, les pédiments actuels ont une extension très limitée. Ils n’existent que dans la zone orientale et dépendent de rivières d’importance très locale. Tout se passe comme si les anciens pédiments avaient été recouverts de sédiments, puis exhumés en partie seulement. Une phase de sédimentation aurait envahi la zone plane, au détriment des pédiments. Actuellement, il existe une sorte de hiérarchie du système hydrographique, seules les petites rivières sont assez influencées par le climat pour produire une érosion en nappe à la sortie des montagnes ; les grandes rivières entaillent leurs sédiments. Cette ancienne phase de sédimentation paraît pouvoir se décomposer en plusieurs stades, puisque des sédiments de granulométrie différente se succèdent.

1834° Des étapes sont également marquées dans les reprises d’érosion qui apparaissent sous forme de replats rocheux et de terrasses à cailloux roulés. Nous verrons par la suite que les terrasses sont également fréquentes dans la zone montagneuse. Ceci pose évidemment la question des variations du niveau de base local. On ne peut pas oublier que le réseau hydrographique dépend de celui de l’Amazone et peut-être les deux problèmes sont-ils liés.

1845° Les premiers reliefs sont principalement constitués par du granite, tant dans la zone occidentale que dans la partie orientale. Cependant, dans la région du Surumu, des alignements de kératophyres arasés sont en avant du front de la Serra.

185Dans la région de Normandia, un affleurement de roche métabasique a été relevé.

186Des quartzites apparaissent dans les sédiments du Viruaquim. Peut-être proviennent-ils d’affleurements de la Série Rio Branco attribuée à l’Algonkien dans les massifs que draine cette rivière.

Fig. 29. — Contrefort montagneux près de Normandia
Malgré la présence du granite, le versant reste concave et la pente accentuée (profil levé au graphotachéomètre)
J. A. 039326. P. 80 bis

1876° Les sédiments sub-actuels et actuels montrent un matériel relativement fin. Cependant, à la sortie de la montagne, quelques rivières déchargent des graviers. Le Cotingo dépose même des galets au milieu de son lit. Les courbes de ces sédiments grossiers rappellent celles des terrasses, dénotant une grande hétérogénéité et un dépôt violent.

188Les sables que transportent les petites rivières sont souvent assez grossiers, et ont aussi un mauvais triage.

189Les sédiments des grandes rivières sont tout à fait différents. Ils sont plus fins et leurs courbes sont beaucoup plus redressées, surtout quand il s’agit d’échantillons prélevés dans le lit mineur. Nous verrons ces caractéristiques se préciser dans les études des dépôts de la zone plane.

190Le Surumu, le Cotingo et le Maú transportent d’autre part un matériel d’origine éolienne repris par l’eau. Ce type de grains est totalement absent des rivières qui drainent seulement le massif rhyolitique.

191Mais une différence apparaît dans les minéraux lourds du Surumu et du Maú. Le cortège de ce dernier s’enrichit d’un fort pourcentage d’hypersthène qui est peut-être lié à la présence de la roche métabasique que nous avons déjà signalée.

1927° Nous analyserons de façon plus détaillée la composition des sols dans l’étude de la zone plane. Mais trois faits semblent déjà se dégager :

  1. La présence d’argile kaolinique ;

  2. La formation d’un horizon d’accumulation des sesquioxydes sous forme nodulaire ;

  3. Des formations locales de croûtes ferralitiques proches de la roche ou sur la roche elle-même. Nous n’avons pas vu ce phénomène sur les kératophyres pauvres en biotite, mais sur les granites.

193Il s’agit maintenant de voir ce que nous apporte la zone montagneuse pour comprendre ces caractères.

Annexes

Annexe No 1. Quelques analyses typiques de lames minces effectuées par M. Evaristo SCORZA

N° G1-6. — Zone de la Fazenda União (Interfluve Surumu-Cotingo).

Granite phorphyroïde.

Texture granulaire, à tendance porphyrique.

Constitution minéralogique : microcline très abondant, oligoclase, quartz, biotite et quelques apatites.

Produits d’altération : chlorite, épidote, séricite, calcite et oxyde de fer.

N° G2-94. —Igarapé Paracau (Interfluve Surumu-Cotingo).

Granite.

Texture granulaire.

Constitution minéralogique : orthoclase avec microperthite, quartz, plagioclase acide, biotite et oxyde de fer.

N° G2-93. — Zone de la Maloca do Taxi (Interfluve Surumu-Cotingo).

Granite cataclastique.

Constitution minéralogique : orthoclase avec microperthite, quartz, plagioclase acide, biotite et oxyde de fer.

Quelques cristaux de feldspath sont tordus. Le quartz montre une extinction onduleuse très forte ainsi que des traces d’écrasement. Les imbrications entre les cristaux de quartz et de feldspath sont fréquentes, par suite de l’écrasement.

N° GD 18. — Zone de la Maloca do Taxi (Interfluve Surumu-Cotingo).

Syénite alcaline porphyrique.

Texture porphyrique.

Constitution minéralogique : albite, quartz, séricite, chlorite, apatite et oxyde de fer.

Les phénocristaux d’albite sont disséminés dans une pâte plus ou moins grossière (formée par les éléments constituant la roche).

N° G1-4. —Affleurements au Sud-Est de la Fazenda Uniâo (Interfluve Surumu-Cotingo).

Kératophyre.

Texture fluidale déformée.

Constitution minéralogique : albite, quartz, biotite chloritisée, séricite, oxyde de fer, leucoxène, apatite, zircon.

On observe l’étirement de certains cristaux, la fracturation d’autres et la formation de longs rubans de séricite.

N° G1-28. — Région de Normandia.

Granite alcalin, cataclastique.

Texture cataclastique.

Constitution minéralogique : microperthite, quartz, albite, myrmékite, biotite, séricite et oxyde de fer.

Le quartz montre une extinction onduleuse très forte. Les cristaux de feldspath sont fracturés.

Annexe N°2. Pourcentages des particules des sédiments supérieures à 0,060 mm

Annexe No 3. Analyses chimiques de sédiments

Berge du rio Surumu à Marambaia

GD-29

Concrétions

29,5 %

Contrefort montagneux près de la fazenda União

G1-8

Croûte

37,5 %

Pourcentages de silice quartzeuse dans les croûtes et les concrétions

Annexe No 4. Pourcentages des minéraux lourds dans les sédiments

Notes

1 Toutes les mesures effectuées sur le terrain ont été rapportées au Nord géographique.

2 Bibliographie no 57.

3 Le terme de « surface chagrinée » est emprunté à M. Rougerie (Bibliographie no 53) pour désigner des grains ayant subi des phénomènes d’altération superficielle dus à la pédogénèse tropicale.

4 Annexe no 1, échantillon no G 1-6.

5 Annexes nos 2-3, échantillon no G 1-8.

6 Annexe no 1, échantillon no G 2-94.

7 Annexes nos 3 et 4.

8 Annexe no 1, échantillon no G 2-93.

9 Ces altitudes ont été obtenues d’une manière concordante, par deux groupes différents, au baromètre.

10 Annexe no 1, échantillon no GD 18.

11 L’analyse du Kératophyre qui forme cet affleurement se trouve dans l’annexe no 1 (no G 1-4).

12 Bibliographie no 24.

13 Nous n’avons malheureusement pas de photographie de cette boule de granite. Mais le photographe de l’expédition a pris un cliché du même phénomène, sur la rive droite du Surumu.

14 Bibliographie no 52.

15 Le terme de « lustré » est emprunté à M. Rougerie (Bibliographie no 53).

16 Annexe no 4.

17 Annexe no 3.

18 Bibliographie no 22, p. 83.

19 Annexe no 3, échantillon no GD54-15.

20 Ces noms sont ceux donnés par la carte dressée lors de la démarcation des frontières. Nous ne savons pas si ces cascades sont encore désignées ainsi par les habitants, mais il est peu probable que des noms indiens, notés par les officiers qui ont l'ait les levés, aient subsisté.

21 Bibliographie no 43.

22 Bibliographie no 57.

23 Nom donné par la carte américaine à 1 : 1.000.000.

24 Autre rivière que le Jauari dont nous avons parlé précédemment.

25 Annexe no 1, échantillon no G 1-28.

26 Bibliographie no 37.

27 Annexe no 3.

28 Annexe no 3.

Table des illustrations

Légende Fig. 4. — La Serra do Marari, près de la Fazenda UniãoLe relief devient ondulé au voisinage de la sortie de l’igarapé Darura.A l’Ouest, au contraire, les versants ont des pentes très marquées. (Dessin d’après photographie.)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Photo. 1. — La Serra do Marari, à la sortie du rio TaxiL’abaissement du relief est plus accentué encore que dans la ligure 4.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 5. — Un contrefort de lo Serra do Marari, situé au Nord-Ouest de la fazenda UniãoL’arrondissement des formes est typique des reliefs granitiques.La direction des diaclases est tracée en accord avec l’orientation de la coupe.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 6. — Courbe granulométrique de la fraction sableuse d’un échantillon prélevé à la superficie d’un replat (fig. 5)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 7. — Courbes granulométriques des échantillons suivants prélevés :GD-26, dans le rio Taxi.G2-2, dans l’igarapé Tracajá.G1-2, dans l’igarapé Darura.G2-89 et G2-92, près de « la Maloca do Taxi », l’un dans une zone marécageuse, l’autre sur un replat (fig. 8). Ces courbes ne comprennent que la fraction sableuse.G3-4, sur la rive droite du Surumu, non loin de la rivière.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Photo. 2. — La cascade du Paracáu et le cône alluvial que fa rivière a entaillé
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 8. — Contrefort de la Serra do Marari, au Nord-Ouest de la « Maloca do Taxi »Le versant s’élève par une série de replats reliés par des pentes convexes.La direction des diaclases est tracée en accord avec l’orientation de la coupe.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Photo. 3. — Vue aérienne du confluent du rio Miang et du rio Surumu (photo 26 du vol. 4019-14)C’est sur la rive concave du méandre que dessine le rio Surumu, au sud du confluent, qu’est installé actuellement le petit bourg de Surumu. On remarquera l’orientation des affleurements rocheux (voir également carte hors-texte no 2).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Photo. 4. —-Affleurements de kératophyre au sud-est de la fazenda UniãoLa roche est laminée et des trous de dissolution apparaissent parfois.Des bouquets d’arbres arrondis (« caimbé ») sont dus à l’humidité du sol.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 9. — Profil d’un affleurement rocheux aplani, près d’une sous-affluent de l’igarapé Fundo
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Photo. 5. — Boule de granite restée sur un affleurement rocheux (Cliché Salgado)La végétation profite de la mince couche d’argile de décomposition et des arbustes s’installent.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Photo. 6. — Le village de Surumu (cliché L. Salgado)En octobre 1955, lorsque la photographie a été prise, la rivière était en crue à la suite d’orages.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 10. — Courbe granulométrique (comparable aux courbes canoniques de M. Rivière) d’un sédiment prélevé sur la berge du rio Surumu
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 11. — Courbe granulométrique, comparable aux courbes canoniques de M. Rivière. Échantillon no G3-14 prélevé dans le lit du rio Surumu
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 12. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :GD54-23 et 24, sur la berge du rio Surumu, à Surumu (fraction sableuse seulement).CD 28 et 30, sur la berge du rio Surumu, à Marambaia (fraction sableuse seulement).G3-14, dans le lit mineur du Surumu, à Surumu.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 13. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :GD-25, dans un petit affluent du Surumu, à Marambaia.GD-28 et 30, sur la berge du rio Surumu, près de Marambaia.GD-27, sur la berge du rio Taxi, près de la « Maloca ».
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Photo. 7. — Le « Boqueirão » ou cluse de QuixadáUn affleurement rocheux apparaît clans le rio Cotingo.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Photo. 8. — Le rio Cotingo après sa sortie du massif (cliché L. Salgado)La rivière entaille ses sédiments. Au loin, la Serra do Marari.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 14. — Dessin à la chambre claire fait à Quixadá.On peut remarquer l’alignement du contrefort montagneux, depuis la Serra do Marari jusqu’au « Boqueirão » du Cotingo.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 15. — Courbe granulométrique (comparable aux courbes canoniques de M. Rivière)Échantillon no GD54-17, prélevé sur la terrasse du rio Cotingo, à Quixadá
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 16. — Courbe granulométrique (comparable aux courbes canoniques de M. Rivière)Échantillon GD54-2, prélevé dans le rio Viruaquim.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 17. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :GD54-2, dans le rio Viruaquim.GD54-17, sur une terrasse du Cotingo à Quixadá.G1-24, sur une terrasse de l’igarapé do Peixe, près de Normandia.G4-3, sur la rive du rio Miang, près de Surumu.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 18. – Courbe granulométrique de la fraction sableuse de l'échantillon GD54-14, prélevé dans une « vossoroca » près de la fazenda Primavera
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 19. — Courbes granulométriques des fractions sableuses des échantillons prélevés sur les bords du rio Cotingo
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Photo. 9. — Vue prise de la fazenda LembrançaNoter l’aplanissement des sommets de la zone montagneuses.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Photo. 10. — Mont pyramidal (sur la piste allant de la fazenda Lembrança à Quixadá) Des arbustes recouvrent des affleurements granitiques. (cliché G.-R. de Lima)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Photo. 11. — Termitières (cliché L. Salgado)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 20. — Courbes granulométriques des échantillons suivants, prélevés :GD54–12 et 13, sur la berge d’un igarapé qui coule près de la fazenda Lembrança.GE54–10 et 11, sur la berge de l’igarapé do Peixe, près de Normandia.J. A. 039326. 5
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fi. 21. — Courbes granulométriques des fractions sableuses des échantillons prélevés sur les berges de l’igarapé Grande
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig, 22. — Courbe granulométrique, comparable aux courbes canoniques de M. Rivière. Échantillon prélevé dans l’igarapé Grande
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 23. — Dessin schématique des pédiments et des « tesos » de la zone du Xumina et du Viruaquim
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Photo. 12. — Vues stéréoscopiques du rebord montagneux dans la région du rio Viruaquim (voir partie NE de la figure 23)On notera la vigueur des versants, l’extension de la zone marécageuse au pied du massif et du mont qui le précède, ainsi que l’aspect haché de leur relief.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Photo. 13. — Aspect du contrefort montagneux dans la région de Normandia (vue tirée d’avion)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Photo. 14. — Normandia (cliché L. Salgado)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 24. — Dessin fait à la chambre claire depuis le village de NormandiaCollines arrondies terminant le massif dans la région du Maú. Le relief est plus adouci que dans certains massifs de la région occidentale, mais les collines surgissent toujours brusquement au-dessus de la plaine sédimentaire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 25. – Courbes granulométrique des fractions sableuses des échantillon suivant, prélevés :G1-26 et 27, dans la zone plane et sur un contrefort montagneux près de Normandie (fig. 29).G1-25, sur une terrasse de l'igarapé do Peixe (fig. 26).CE-6 et 7, dans un puits, à Normandia.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 26. — Profil transversal de l’igarapé do Peixe (levé au graphotachéomètre)Noter la dissymétrie du lit de la rivière.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 27. — Courbe d’analyse thermique différentielle de l’échantillon GE-11 prélevé sur les berges de l’igarapé do Peixe (horizon C).Elle montre la présence certaine de kaolinite.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 28. — Courbes granulométriques des fractions sableuses des échantillons prélevés sur les berges du rio Maú, près de Normandia.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 29. — Contrefort montagneux près de NormandiaMalgré la présence du granite, le versant reste concave et la pente accentuée (profil levé au graphotachéomètre)J. A. 039326. P. 80 bis
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Berge du rio Surumu à Marambaia
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7752/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search