Version classiqueVersion mobile

Domingo Faustino Sarmiento

 | 
Paul Verdevoye

Deuxième partie. L’ordre social américain

Chapitre II. Du progrès et de la liberté de penser

Texte intégral

1L’homme dispose de plusieurs moyens pour continuer l’apprentissage de la vie, qu’il a commencé à l’école. Il peut écouter des conférences, prendre contact : avec les autres hommes, assister à des spectacles.

  • 808 De la educación popular, XI, 428.

2Sarmiento lui conseille aussi la lecture des journaux808.

I. — Du rôle et de l’utilité de la presse

  • 809 Nacional, 15 mai 1841.
  • 810 Ibid.
  • 811 La Crónica, 28 janv. 1849.

3Journaliste né, Sarmiento a vu dans la presse le véhicule par excellence de l’information. De là, selon lui, son utilité. « Le journal, écrit-il, est pour les peuples modernes, ce qu’était le forum pour les Romains809. » Le journal est « l’arme de la civilisation et du progrès »810. Il a, en effet, considéré le journal comme une tribune. Persuader, voilà le but. C’est le polémiste qui parle dans cette autre définition : « Le journaliste est un orateur qui envoie ses pensées chez ses abonnés pour les leur inculquer »811. Ne pouvant parler aux foules, il leur écrit.

  • 812 Mercurio, 4 juill. 1841.

4Certes, il sait que le peuple, dans sa grande majorité, est incapable de lire. Mais il faut surtout enseigner à ceux qui, sachant lire, restent néanmoins ignorants de ce qui se passe dans le monde, immobilisés dans la routine. Oui, c’est bien cela qu’il veut dire : « dans des pays aussi neufs que le nôtre, écrit-il, où l’instruction n’est pas généralement répandue…, il est nécessaire, plus qu’ailleurs, que les journaux circulent à profusion, pour dispenser des connaissances, éveiller l’esprit d’entreprise, communiquer des avis qui activent les transactions commerciales, applaudir le citoyen qui a bien mérité de la patrie, dénoncer à l’autorité les abus des employés, faire connaître les décrets et les lois qui doivent régir la conduite de chacun, transmettre les nouvelles du monde, contribuer à l’amélioration de la société, distraire utilement ou instruire l’individu »812.

  • 813 Mercurio, 28 avr. 1842.
  • 814 Progreso, 10 nov. 1842.
  • 815 Progreso, 30 août 1845.

5Quand il salue la publication de la revue Museo de Ambas Americas, il se réjouit du bien qu’elle fera à la société en la renseignant sur l’actualité mondiale813. Dans le programme du Progreso, il fait figurer tout ce qui peut servir à l’information : avis, annonces, littérature, biographies, nouvelles, etc814. On lui reproche même, dit-il, d’inoculer à la presse chilienne le virus du « feuilleton », rubrique sous laquelle le Mercurio a pris l’habitude de publier des romans étrangers ou des informations de toute sorte815.

  • 816 Mercurio, 28 avr. 1842, Progreso, 11 nov. 1842.

6Le journal joue donc un rôle civilisateur. En conséquence, les gens qui n’aident pas la presse, les souscripteurs qui se font tirer l’oreille pour prendre un abonnement sont, assure-t-il, non sans humour, de mauvais patriotes816.

  • 817 Mercurio, 4 juill. 1841.
  • 818 Mercurio, 3 mars 1841.
  • 819 Mercurio, 22 avr. 1841.
  • 820 Mercurio, 18 mai 1841. Dans cet article humoristique Sarmiento annonce la mort de la plupart de ce (...)

7Mesurant le libéralisme politique des Chiliens à leur zèle pour se procurer un journal, Sarmiento les trouve conservateurs. Les journaux se vendent mal. Il n’est donc pas étonnant qu’il y en ait si peu. En 1841, Sarmiento compte un journal dans un pays de plus d’un million d’habitants, alors que Boston, simple ville de la Confédération, possède 43 journaux817. Si, au lieu d’écrire « Chili » Sarmiento avait écrit « Valparaiso », sa comparaison eût été plus exacte. En effet, en 1841, il n’y avait à Valparaiso que le Mercurio ; mais, à Santiago, il y avait au moins El Araucano, si l’on omet des feuilles nées à la faveur des élections présidentielles et mortes avec elles : El Nacional, Guerra a la tiranía, le Veterano, la Justicia, El Arrayán, que, dans un récit burlesque, Sarmiento suppose voir parmi la foule qui assiste à l’enterrement de la Bolsa818 ; ou encore : El Bosquejo de la marcha de la República i de la influencia militar en su destino, El Tribuno, El Comilón819, El Duende, El Porvenir820.

8Abondance trompeuse qui n’arrive pas à cacher une pénurie réelle. D’ailleurs, Sarmiento ne songe qu’aux journaux d’information ; et, de la sorte, il n’y en avait que deux en 1841.

9Ce chiffre est éloquent. Il justifie pleinement le fait que Sarmiento, au début de sa carrière de journaliste, ait tant insisté sur l’utilité de la presse, son rôle et ses devoirs.

  • 821 Mercurio, 19 juill. 1842.
  • 822 Progreso, 9 mars 1843.
  • 823 Progreso, 10 mars 1843.

10Chaque fois qu’un nouveau journal paraît, il le salue fraternellement et lui souhaite longue vie. Cela même lorsque le journal en question lui cherche querelle. Ainsi le Semanario de Santiago, bien qu’il ait lancé, dans son prospectus, un dard empoisonné au Mercurio, est accueilli avec bienveillance par Sarmiento, qui attire l’attention de ses lecteurs sur l’utilité d’un tel périodique, rédigé entièrement par des Chiliens821. Au fond, Sarmiento écrit cela en se frottant les mains : il sait qu’il va avoir dans le Semanario un adversaire à combattre et la polémique est son fort. Mais il est sans rancune. Lorsque cet hebdomadaire passe de vie à trépas, il lui consacre un article nécrologique aimablement tourné822. Ailleurs, il vante l’importance de la Revista católica, qui, la première de ce genre en Amérique, se propose « de répandre ces notions générales qui doivent servir de règle pour favoriser les rapports entre les états catholiques et leur religion, provoquer la discussion sur des questions de droit canon, et étudier les matières que les curés de paroisse doivent connaître suffisamment pour remplir convenablement les devoirs de leur ministère »823. Comment Sarmiento n’applaudirait-il pas à ce programme d’enseignement ? Dans le domaine religieux, avec un tel programme, écrire est aussi informer. C’est bien ce qu’il demande à la presse.

  • 824 Progreso, 19 août 1844.
  • 825 Progreso, 20 mai 1845.

11Dès que paraît un journal technique, comme El Agricultor ou El Minero Nacional824, ou un journal provincial, comme El Copiapino, il le signale à l’attention de ses lecteurs825.

  • 826 Progreso, 17 déc. 1842.
  • 827 Progreso, 10 févr. 1843.
  • 828 Progreso, 2 avr. 1844.

12Sarmiento convie également à la lecture de certains journaux espagnols, comme la Colmena, qui a succédé à El Instructor, à Londres, et qui a l’avantage d’être rédigé pour toutes sortes de lecteurs826. Il recommande aussi à tous les Chiliens qui ont des idées modernes de souscrire au Correo de Ultramar, né en septembre 1842, à Paris, et dirigé par Granier de Cassagnac, revue « qui vient d’Europe pour défendre chez nous les intérêts de la civilisation et de l’industrie »827. Hélas, Sarmiento doit bientôt déchanter et se mordre les doigts d’avoir loué cette revue sur la seule foi de son prospectus. Le Correo de Ultramar n’a rien d’un périodique libéral. Cassagnac y veut montrer l’attachement des colonies espagnoles et françaises à leurs métropoles ; il s’y déclare partisan de l’esclavage et du trafic des nègres. « L’Amérique espagnole libre, conclut Sarmiento, déçu, s’était promis de la France, du cœur de la civilisation européenne, un journal qui satisfît ses besoins intellectuels, qui lui ouvrît le chemin du progrès, et lui donnât les connaissances et les idées pour préparer les institutions que son avenir réclame828. » Quelle déconvenue ! Par la même occasion, Sarmiento fait le procès d’El Observador de Ultramar, paraissant à Madrid, qui défend, comme le précédent, les « intérêts coloniaux ».

13De toute évidence ce genre de publication n’était pas fait pour aider l’Amérique à se libérer d’un système encore en vigueur à Cuba, à Puerto Rico, aux Moluques et dans les Philippines.

14L’information a ses inconvénients. Il faut être attentif à sa qualité. Sarmiento, à l’affût de tout ce qui est moderne et européen, s’est mis apparemment en contradiction avec ses principes, en recommandant El Correo de Ultramar. Heureusement, il s’en est aperçu à temps. Toute information n’est donc pas utile si elle n’est pas utilisable. Par suite, le caractère d’utilité de la presse ne consiste pas dans son rôle d’informatrice, mais dans le choix qu’elle sait faire d’informations susceptibles de concourir à l’amélioration de la société.

15C’est le journaliste qui doit sélectionner les informations et non le lecteur. Cela se passe bien ainsi, sans doute, dans la pratique. Mais Sarmiento exige du journaliste un idéal voisin de celui d’un instituteur qui enseignerait aux adultes à ne jamais perdre de vue le progrès et la dignité de l’homme.

16Dans ce cas, a-t-on le droit de tout dire ?

II. — De la liberté de la presse

  • 829 R. Donoso, Las ideas políticas en Chile, op. cit., 351.
  • 830 Ibid., 353.

17Lorsque Sarmiento arrive au Chili, c’est encore la loi du 11 décembre 1828 qui régit la presse, reconnue libre par la Constitution de la même année. Cette loi fixe les modalités pour obtenir la permission d’établir une imprimerie ; elle précise la responsabilité de l’imprimeur, définit les délits, prévoit des tribunaux et des jurés chargés de condamner ou d’absoudre les écrits accusés. D’après cette loi, les peines ne peuvent être que d’ordre pécuniaire. Seuls les écrits séditieux au troisième degré peuvent faire condamner leurs auteurs au bannissement et à l’emprisonnement pour une durée de quatre ans829. L’article 12 de la Constitution du 25 mai 1833 confirme la liberté de la presse sans censure préalable et adopte, pour juger les abus, le système prévu par la loi précédente830.

  • 831 Mercurio, 16 mars 1841.
  • 832 Mercurio, 3 avr. 1841.
  • 833 Ibid.

18C’est en raison de ce libéralisme que la presse satirique a prospéré sans être inquiétée outre mesure. Il fallut vraiment que la Guerra a la tiranía passât les bornes de la bienséance pour qu’on fît comparaître le rédacteur responsable devant un jury. Sarmiento a assisté au jugement. Il en donne un compte rendu burlesque dans un article du Mercurio831, tout en faisant la satire parodique du journal incriminé. Le journal est condamné à… continuer ; et Sarmiento lui prête cette exclamation : « On peut être convaincu qu’il n’y a pas de liberté de la presse au Chili ! ». C’est une façon détournée de dire qu’il y en a trop. Il dit plus directement ailleurs : « N’avons-nous pas vu 25 numéros d’un journal (Guerra a la tiranía) qui… ont donné 25 preuves irrécusables de l’esprit de liberté »832 ? N’y a-t-il pas de liberté de s’exprimer dans un pays où on laisse un journal lancer des bordées d’injures aux hommes publics, où on laisse les étudiants prendre le lecteur à témoin de leur différend avec le directeur d’un établissement et écrire qu’ils ne veulent pas « qu’on réduise la liberté de leurs études »833 ?

19Ce dernier exemple est typique. Il illustre l’opinion de Sarmiento à l’égard de la liberté de la presse, voire de la liberté tout court. La liberté ne doit jamais conduire au désordre. Elle permet sans doute de discuter l’ordre établi, mais à condition qu’on le discute en connaissance de cause.

  • 834 Nacional, 15 mai 1841.

20Après l’époque héroïque qui a suivi les luttes pour l’indépendance et qui a vu des écrivains de la poigne de Camilo Henríquez, la presse est devenue trop libre. Tant qu’il s’agissait de détruire l’esprit colonial, la liberté de la presse était bonne. Mais cette liberté a dégénéré en lutte de partis. « Il y avait en outre, déclare sagement Sarmiento, une certaine exagération utopique dans les principes que nous avions empruntés aux doctrines françaises du xviiie siècle, que seule une longue expérience pouvait corriger »834.

21Anarchie et utopie répugnent également à Sarmiento.

22Les circonstances ont changé. La presse, elle aussi, doit être éduquée.

  • 835 Ibid. Sarmiento présente cette phrase entre guillemets sans en citer l’auteur. Il l’a empruntée à (...)

23Bien entendu, il ne saurait y avoir de liberté civique sans liberté de la presse Mais : « La liberté d’écrire… est d’autant plus redoutable qu’elle est plus nouvelle ; un peuple qui n’a jamais entendu traiter devant lui les affaires de l’Etat croit le premier démagogue qui se présente ». C’est en reprenant ces mots de Tocqueville que Sarmiento définit sa position835.

  • 836 Ibid.

24Est-ce à dire que le journaliste ne devra jamais s’opposer au gouvernement ? Non. Mais il devra examiner les actes du gouvernement sans rancœur, sans passion, « sans déclamations exagérées », dans le seul but d’éclairer le peuple »836.

  • 837 Mercurio, 8 mars 1841.
  • 838 Ibid.

25Logiquement, à une certaine étape de son raisonnement, Sarmiento se heurte à un dilemme qu’il expose ainsi : « … sans une absolue liberté de la presse, il ne peut pas y avoir de liberté ni de progrès, et avec elle on peut à peine maintenir l’ordre public »837. Cette alternative ne se présente pas par hasard ni fugitivement à son esprit : Sarmiento consacre tout un article à en peser les termes. Toutefois, comme il a choisi le progrès, la conclusion s’impose : on ne peut pas arracher le mauvais grain, de crainte d’arracher aussi le bon. La révolution de 1789, en appliquant le principe de la liberté de la presse, enfanta un Marat qui, avec son Ami du peuple, mena le peuple à la Terreur, raisonne Sarmiento. La révolution de 1830 prouve que si l’on veut juguler cette liberté, elle apparaîtra plus virulente que jamais. Mais il faut que la presse conserve une certaine dignité, qu’elle ne se discrédite pas par des insultes, qu’elle gagne et garde son prestige pour le jour où elle devra lutter « contre les abus réels du pouvoir » ; qu’elle ne risque pas de compromettre la liberté qu’elle revendique838.

  • 839 Las ideas políticas en Chile, op. cit., 366.
  • 840 Crónica, 1er juill. 1849.

26Sarmiento reviendra plusieurs fois sur la question, surtout dans la Crónica, en 1849. Il y a eu du nouveau, à ce sujet, depuis 1841. En effet, le gouvernement, effrayé par les attaques dont la loi de 1828 ne le mettait pas à couvert, en promulgue une autre, le 16 septembre 1846 « fameuse, dit Ricardo Donoso, par son esprit réactionnaire »839. Cette loi est en vigueur quand Sarmiento revient de son voyage à l’étranger. A vrai dire, elle n’est pas appliquée. Sarmiento juge donc inopportune la motion de Lastarria qui demande sa dérogation840. En fait, semble-t-il, la liberté de la presse était si bien ancrée dans les mœurs qu’il n’y avait pas grand’chose à faire contre elle.

  • 841 Crónica, 19 août 1849.

27Sarmiento pose alors le problème en d’autres termes. D’une part, la société prend de plus en plus clairement conscience du fait que la faculté d’opiner est inhérente à l’homme et qu’aucune législation n’a prise sur elle. D’autre part, le gouvernement a pour fonction d’administrer ; la liberté de penser ne peut donc pas échapper à sa juridiction841.

  • 842 Ibid.

28« La loi sur la liberté de la presse est faite pour protéger l’ordre, l’autorité et la réputation », déclare Sarmiento. Mais chaque fois que les jurés se sont réunis pour juger un cas et essayer d’appliquer les pénalités prévues par la loi, on a pu constater que ces jugements publics n’avaient qu’un seul résultat assuré : ils permettaient au responsable de l’écrit en cause de mesurer son influence personnelle au nombre et aux réactions de ceux qui assistaient aux débats842.

29Une autre question, liée à la précédente, est aussi traitée en 1849, sur laquelle Sarmiento donne son avis : l’Etat doit-il subventionner la presse ?

  • 843 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 190.

30A l’époque, le seul journal qui pouvait vivre de ses revenus était le Mercurio. Il se vendait bien au Chili et à l’étranger. Les autres journaux, pour subsister, devaient obtenir une subvention du gouvernement, qui s’abonnait à un certain nombre d’exemplaires. En 1846, le Mercurio recevait du gouvernement 4 328 pesos : El Progreso en recevait 3 292 ; El Tiempo, El Alfa, 450 ; El Agricultor, 262. Le ministre Vial supprima la subvention au Mercurio et la donna au Comercio de Valparaiso. En 1849, année de l’article en question, seuls étaient subventionnés ce quotidien, El Progreso et El Alfa843.

  • 844 Crónica, 8 juill. 1849, IX, 76.
  • 845 Ibid.

31D’après Sarmiento, le Chili est le seul pays qui, en 1849, subventionne la presse, du moins une partie de celle-ci844. Cette pratique avait sa raison d’être en 1842, déclare-t-il, quand il n’y avait qu’un seul journal à Valparaiso, avec seulement dix-huit souscripteurs. Le gouvernement, en subventionnant ce journal, lui permettait de paraître et, en même temps, prêchait d’exemple. Avec la création de nouveaux journaux, le moment est venu d’interrompre la tutelle de la presse, affirme Sarmiento qui, à ce propos, entame une discussion avec le Comercio de Valparaiso. Ce journal prétend, en effet, que les journaux qui n’ont pas l’appui officiel ont tendance à « courtiser le peuple ». N’oublions pas que le Comercio était subventionné, alors que la Crónica, journal de Sarmiento, ne l’était pas. S’étant défendu de cette attaque indirecte, qu’il juge irrecevable pour la Crónica, Sarmiento dit que la question de la subvention ne peut être résolue que de trois façons. Ou bien la subvention doit être donnée à tous les journaux sans exception ; ou bien seulement aux journaux officiels ; ou bien encore le gouvernement pourrait exercer une influence morale sur la presse en la subventionnant de telle sorte qu’elle n’ait pas à « courtiser le peuple ». Mais alors, elle devrait être confiée « à des écrivains d’une intégrité reconnue, qui auraient le courage de défendre les vrais intérêts du pays ». « Qu’il serait beau, ajoute-t-il, de voir une publication chargée de proposer les idées les moins acceptables pour le public, mais les plus nécessaires au bonheur et au progrès de la nation. Nous verrions alors un journal-prêtre (diario sacerdote) pourchasser nos vices, nos erreurs, nos préjugés et reprocher aux fonctionnaires, aux ministres et aux juges leurs maladresses et leurs injustices »845.

  • 846 O. R. Beltrán, op. cit., 80.

32Sarmiento qualifie cette idée d’absurde. Pourtant il fait remarquer qu’elle a été appliquée par le Censeur, journal officiel, dans les premiers temps de la révolution de Buenos Aires. Précisons qu’il s’agit du Censeur de 1815, qui fut dirigé, jusqu’en 1817, par Antonio Valdés et Fray Camilo Henriquez, successivement, et qui, effectivement, d’après son statut, devait examiner la conduite des fonctionnaires846.

33Aujourd’hui, pareille idée est utopique. « La tutelle ne peut s’exercer au nom de rien ni de personne », conclut Sarmiento.

34En somme, Sarmiento est en principe pour la liberté de la presse. Il reconnaît que le gouvernement est obligé de la réglementer, mais il n’admet aucune tutelle.

35Cette ambiguïté a deux causes essentielles. D’une part, pour Sarmiento, la presse est l’instrument du progrès de l’humanité dans l’ordre démocratique. Il voudrait donc qu’elle fût purifiée de tout ce qui risque de lui faire perdre sa dignité et de troubler cet ordre. D’autre part, il est lui-même un fauteur de troubles, puisqu’il ne cesse de clamer contre le gouvernement légal de son pays.

36Evidemment, la liberté de la presse ne vaut, comme toute liberté, que par l’usage que l’on en fait.

III. — De l’information et de la propagande en faveur du progrès

  • 847 X, 297.
  • 848 Mercurio, 15 avr. 1841.
  • 849 Progreso, 1er nov. 1844.
  • 850 Progreso, 25 août 1845.
  • 851 Progreso, 7 juin 1844.
  • 852 Mercurio, 19 juin 1842.
  • 853 Mercurio, 4 mai 1842.
  • 854 Mercurio, 5 mai 1842.
  • 855 Mercurio, 1er juin 1842.
  • 856 Mercurio, 13 sept. 1842.

37Des nouvelles diverses. — Sarmiento ne s’en est pas tenu à la discussion de principes. Une grande partie de son activité journalistique a consisté à informer purement et simplement. Il a même rédigé plus d’une fois la rubrique des faits divers. Ceux-ci ne sont nullement négligeables, car ce sont eux, d’après Sarmiento, qui attirent la majorité des lecteurs847. Il commente donc un incendie à Santiago848, ou bien, prenant pour modèle la rubrique des « on dit » dans les journaux français, il rapporte le cas épouvantable d’un homme qui a été enterré vivant dans la fosse commune849 ; ou bien le jugement du présumé assassin Peña et de sa fille, défendus par l’avocat Juan Bautista Alberdi850 ; ou bien encore, il se fait l’écho de la croyance aux pressentiments851 ; ou s’afflige comiquement en décrivant le fléau qui s’est abattu sur les poules, et les décime852. Ailleurs, il s’émerveille du grand nombre de mines que l’on trouve un peu partout dans les environs de Santiago853, ou raconte avec humour comment la mine de la Leona a été dépistée par un minéralogiste français854. Dans tel article, il annonce la découverte d’ossements fossiles855 ; dans tel autre, la création de la province de Valparaiso856.

  • 857 Progreso, 5 août 1843. Progreso, 20 août 1844.
  • 858 Progreso, 27 sept. 1844.
  • 859 Progreso, 21 oct. 1844.
  • 860 Progreso, 26 oct. 1844.

38Il renseigne le lecteur sur la publication de livres utiles : Historia física y política de Chile, de Claude Gay857, Investigaciones sobre el sistema colonial de los españoles, de Lastarria858, Principios de derecho de gentes, de Bello859, Lecciones de derecho politico, de Juan Donoso Cortés860.

  • 861 Mercurio, 1er août 1841.
  • 862 Progreso, 18 sept. 1845.
  • 863 Progreso, 20 mai 1844.
  • 864 Progreso, 25 juill. 1845.
  • 865 Progreso, 3 oct. 1845.

39Il donne fréquemment des informations historiques. On se rappelle son article du 12 février 1817 sur la victoire de Chacabuco. Autre part, il célèbre l’anniversaire du 9 juillet 1816, date de la déclaration de l’indépendance argentine861 ; ou bien l’anniversaire du 18 septembre 1810, date du soulèvement des Chiliens contre les Espagnols862. Ailleurs, il conseille à la jeunesse studieuse de lire un numéro de la Revue d’Edimbourg consacré aux études historiques en Europe863. Ou bien il analyse un ouvrage que Vicente Fidel López a présenté à la Faculté des Lettres de Santiago, Resultados jenerales con que los pueblos antiguos han contribuído a la civilización de la humanidad864 ; ou bien il donne un compte rendu d’un autre ouvrage présenté à la Faculté, Memoria sobre las primeras campañas de la guerra de la independencia de Chile, de Diego José Benavente865.

40La plupart du temps, il ne se contente pas d’informer ; il aime constater ou stimuler le progrès, qu’il s’agisse des tâches qui incombent à l’Etat, de l’industrie ou de la société, car le progrès de l’humanité doit être aussi bien matériel que moral. Le mieux-être et le bien-penser vont de pair. Il n’est pas question de faire de l’homme un jouisseur, mais non plus un ascète. Sarmiento n’a jamais songé à définir l’essence de l’homme. Il ne considère que l’homme agissant dans la société. Ce qu’il veut avant tout et seulement c’est que l’on améliore ses conditions de vie et qu’on fasse participer le plus grand nombre à cette amélioration.

  • 866 Mercurio, 16 nov. 1841 ; X, 120 (art. sans référence).
  • 867 Crónica, 6 mai 1849.

41Depuis les jours héroïques d’El Zonda, Sarmiento a pris l’habitude de malmener la municipalité quand elle ne fait pas son devoir. Ainsi, il se plaint continuellement du mauvais état des rues de Santiago et propose que l’on utilise le basalte de la colline Santa Lucia, qui domine la ville, pour les empierrer866. La municipalité n’ayant pas tenu compte de ses suggestions, il revient à la charge en 1849. A son avis, les rues sont trop étroites pour le trafic important de la ville : pourquoi ne supprimerait-on pas le ruisseau qui passe en leur milieu ? Il a lu quelque part que les rues de Londres et de Paris sont pavées et, tout en reconnaissant que l’on n’a pas encore trouvé le revêtement idéal, il demande à la municipalité de supprimer les gros cailloux sur lesquels les véhicules se disloquent867.

  • 868 F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 538.
  • 869 Progresso, 2 juill. 1844.

42En 1844, il déplore qu’il n’y ait pas encore d’abattoirs publics à Santiago. Valparaiso en possédait depuis 1843, mais la capitale n’en eut qu’à partir de 1845868. Les animaux de boucherie sont donc tués par des particuliers, n’importe où, et transportés, souillés de boue, à dos de cheval, sans aucune mesure d’hygiène. « Triste exemple de la force irrésistible de la routine » s’indigne Sarmiento869.

  • 870 Progreso, 27 nov. 1844.

43Les causes de mécontentement ne manquent pas. Inlassablement, il les dénonce et propose des remèdes. S’étant aperçu, par exemple, que l’on porte au marché des fruits verts, il prie la municipalité d’intervenir. Il a remarqué qu’il est permis de tuer le gibier en tout temps. Or les Chambres françaises viennent de réglementer la chasse. Pourquoi les Chiliens n’en feraient-ils pas autant ? La municipalité devrait nommer des inspecteurs chargés de surveiller le marché, d’examiner la qualité des aliments, de vérifier les poids et mesures, d’indiquer sur des pancartes les périodes pendant lesquelles la vente de tel fruit ou de tel animal est permise870.

  • 871 Crónica, 1er avr. 1849.

44La poste, dont le développement est considérable en Europe et aux Etats-Unis, laisse beaucoup à désirer en Amérique. Sarmiento lui consacre un long article circonstancié. En Argentine, l’Etat se réserve le droit de violer la correspondance. Au Chili, cet abus ne se produit pas, mais la poste reste tributaire du gouvernement, qui la considère comme sa chose et en soumet le fonctionnement à son bon plaisir. Ainsi, par exemple, tant que le courrier officiel n’est pas prêt, le gouvernement retient le messager. Le transport des lettres et des paquets est assuré au moyen d’une sacoche de cuir traditionnelle, d’une capacité insuffisante. Sarmiento souhaite que cette sacoche soit assez grande pour contenir la correspondance, et qu’on ne laisse pas celle-ci en souffrance faute de place dans le sac du postier ; que ce sac soit transporté en voiture et non pas par un homme à pied ou à cheval ; que l’on mette en usage le système des timbres ; que le gouvernement laisse toujours le courrier partir suivant un horaire fixé ; que les journaux soient transportés avec la même régularité que la correspondance871.

  • 872 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 82.

45Le ministre Irarrázaval reconnaissait que le système des postes était si mauvais que certains villages ne pouvaient correspondre ni avec Santiago ni avec les capitales des provinces qui les englobaient. D’après les statistiques de 1845, le courrier qui reliait Santiago à Valparaiso tous les jours mettait treize heures et demie à parcourir les quelque 180 kilomètres qui séparent les deux villes872.

  • 873 Progreso, 15 oct. 1844.
  • 874 Crónica, 23 sept. 1849. A vrai dire, si les routes n’étaient pas mieux entretenues, si elles n’éta (...)

46Sarmiento ne critique pas pour le plaisir. Lorsqu’il constate un progrès, il est heureux de le faire connaître à ses lecteurs. Le 15 octobre 1844, il félicite le Ministère de l’Intérieur d’avoir fait réparer la route entre Santiago et Valparaiso, dont il avait dit tant de mal deux ans auparavant873. Le 23 septembre 1849, il note que des efforts sérieux ont été faits pour améliorer la voirie874.

  • 875 Crónica, 23 sept. 1849.

47La loi sur l’abolition des passeports a été rejetée par le Sénat ; mais Sarmiento exprime son espoir de la voir aboutir. Il signale l’augmentation du nombre des bateaux et des marins, grâce à la loi qui permet aux étrangers domiciliés au Chili d’être propriétaires de bateaux nationaux, et aux possesseurs de bateaux à quille étrangère de faire nationaliser ceux-ci. Un pont a été apporté des Etats-Unis et monté sur le Maipo par des ouvriers yankees ; ce pont facilitera les communications entre la capitale et le sud du pays. Il y a plusieurs projets en cours : la construction d’une voie ferrée entre Santiago et Valparaiso (ce projet sera réalisé en 1853), d’un télégraphe reliant ces deux villes, de quais dans les principaux ports. On annonce l’arrivée imminente d’émigrants allemands. Un gouverneur sera bientôt nommé dans le détroit de Magellan, où l’on pense exploiter le charbon qui doit assurer la prospérité de la région, si l’on réussit à y attirer les étrangers875. Sarmiento informe ses lecteurs inlassablement.

  • 876 Mercurio, 22 janv. 1842 ; Mercurio, 4 avr. 1842. En 1848, le nombre des pièces de bois est de 414  (...)
  • 877 X, 272, art. sans référence.
  • 878 Crónica, 22 avr. 1849.
  • 879 F. A. Encina, op. cit., t. III, 516.
  • 880 Crónica, 4 févr. 1849.
  • 881 Carlos M. Rama, op. cit., 94.
  • 882 Id., 95.

48De l’industrie. — Il s’intéresse aux progrès industriels. Par exemple, il se documente sur la qualité et l’utilisation des bois chiliens, qui vont bientôt contribuer largement à la prospérité du pays876 ; ou bien sur l’industrie lainière qui vient d’être introduite au Chili par deux filateurs français877 ; ou bien il annonce les bons résultats obtenus par l’utilisation de moulins mécaniques878, qui, au nombre de 43 en 1851, ajoutés aux autres moulins de type ancien, allaient moudre assez de blé pour la consommation intérieure et même permettre l’exportation de la farine excédentaire879. Ailleurs, il essaie de faire comprendre aux lecteurs l’intérêt qu’il y aurait pour le pays à former de bons typographes, qui pourraient faire leur apprentissage à l’imprimerie Belin, installée depuis peu à Santiago par un des descendants de la famille d’imprimeurs du même nom880. Cette idée n’était pas lancée au hasard. Sarmiento, associé à son gendre Jules Belin, était bien placé pour parler de l’art typographique. Le projet prendra bientôt corps. En 1853, la première association de travailleurs chiliens fondée à Santiago sera la Sociedad Tipográfica, qui deviendra l’Union de los tipógrafos881. La Sociedad tipográfica Bonaerense ne sera fondée qu’en 1857882.

  • 883 Mercurio, 7 mars 1842.
  • 884 Ibid. Dans le Mercurio du 6 mars 1841, il explique le procédé Arnaud pour traiter les minerais d’a (...)

49Dans un autre article, désireux de renseigner le Chili sur tout ce qui a trait à l’industrie, il recopie la liste des brevets d’invention décernés par le gouvernement au cours de l’année 1842 et en commente quelques-uns : ceux qui permettront à leurs détenteurs de distiller la canne à sucre, d’introduire la fabrication du drap, de creuser des puits artésiens883. Il remarque que la moitié des brevets ont été accordés pour le traitement ou la fonte des métaux884.

  • 885 Mercurio, 1er mars 1842.
  • 886 Mercurio, 5 mai 1842.
  • 887 Mercurio, 26 mai 1842.

50Né dans une province minière, mineur lui-même pendant quelque temps, à Copiapó, en 1834, Sarmiento s’est toujours intéressé aux mines. Ce sujet revient souvent sous sa plume, car il considère que les mines sont appelées à exercer la plus grande influence sur la richesse du Chili885. Cet enthousiasme est dû pour beaucoup aux découvertes récentes de mines d’or et d’argent, que Sarmiento a racontées avec esprit, mêlant aux faits des légendes populaires, de telle sorte qu’un article comme celui qui est intitulé « Dios nos asista » est un véritable conte886. Néanmoins, il ne se contente pas de récits littéraires. Dans un article technique, il passe en revue les différents moyens dont on dispose pour traiter les sables aurifères, et décrit un nouveau procédé qui permet de séparer chimiquement l’or des impuretés dans la gangue qui le contient887.

  • 888 La production annuelle de l’or, qui était de 3.100 kg pendant les dix premières années du xixe siè (...)
  • 889 F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 497 à 512.

51Au moment où Sarmiento écrit cet article, en 1842, la producion de l’or est en baisse au Chili. Elle ne se relèvera plus888. Les gisements chiliens s’épuisent. En outre, en 1847, James Marshall découvre par hasard des pépites d’or en Californie. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Un an après la découverte, l’or californien avait attiré environ 80 000 hommes, parmi lesquels de nombreux Chiliens qui constituèrent à eux seuls une colonie de 20 000 âmes889. Ce chiffre est éloquent. On comprend que l’agriculture chilienne ait manqué de bras.

  • 890 Le tableau de la production annuelle d’argent au Chili donne : 8500 kg, de 1800 à 1820 ; 26.500 kg (...)

52En revanche, la production d’argent augmente régulièrement au Chili, du moins jusqu’à 1860890.

  • 891 F. A. Encina, op. cit., t. XI, 542.
  • 892 2.000 t par an dans les 35 premières années du xixe siècle ; 8.200, dans les 15 années suivantes ; (...)
  • 893 Progreso, 26 mai 1845.

53Le Chili avait l’habitude d’exporter des minerais de cuivre en Angleterre, où ils étaient traités. Grâce à Charles Lambert, qui introduisit au Chili, en 1831, les fours à réverbère, la production du cuivre passe, dans ce pays, de 4 500 000 kilogrammes, en 1831, à 5 000 000, en 1841891. En outre, on a commencé à extraire du charbon dans le sud du Chili et l’on songe à transporter une partie de ce charbon dans le nord pour traiter sur place le minerai de cuivre. De la sorte, le pays pourra se suffire à lui-même pour son industrie du cuivre en plein essor892. Sarmiento se fait l’écho de ce projet dans un article du Progreso893.

  • 894 Progreso, 19 août 1844.
  • 895 Progreso, 25 mai 1844, 27 mai 1844.

54A propos de la publication du journal El Minero Nacional, le journaliste insiste sur Futilité d’une société minière qui traiterait des questions techniques pour améliorer une exploitation de plus en plus active894. En veine de conseils techniques, il s’étonne que la province d’Atacama, qui vient d’être créée, riche en minerais de cuivre, ne soit pas encore rationnellement administrée, et propose plusieurs mesures à appliquer d’urgence : recensement des mineurs, création d’un corps officiel d’ingénieurs des mines, établissement d’un tribunal spécial, réparation des chemins et des routes entre les mines et le port, utilisation de caisses fermées pour le transport des minerais jusqu’aux fours, choix d’un emplacement au bord du fleuve pour les fours et les machines, de façon à permettre l’écoulement du métal avec le moins de frais possible, formation d’une banque, interdiction de cultiver des céréales dans les terres arables environnantes qui devront être transformées en pâturages pour les animaux de trait895.

55C’est dire que Sarmiento suit de près l’actualité minière.

  • 896 Dans ses articles du Progreso (20 et 21 juin, 19 déc. 1844), Sarmiento cite les ouvrages qu’il a c (...)

56Il est encore plus actif dans le domaine de l’industrie séricicole, en faveur de laquelle il fait une propagande presque ininterrompue pendant plusieurs années. C’est à peu près en 1844 que l’élevage du ver à soie, introduit récemment au Chili, commence à le passionner. Il voit dans l’industrie de la soie une source de revenus pour le pays et un moyen d’améliorer le sort de la classe pauvre par le travail des femmes et des enfants dans les magnaneries. Evoquant les succès obtenus en Espagne, en Angleterre, en France, il conclut que la culture du mûrier et l’élevage du ver à soie doivent prospérer au Chili, où le climat y est plus favorable que dans les pays européens896.

  • 897 On lit, dans le Diario de gastos : « 1846, 5 juin, retour de Senar (sic) chemin de fer ; 7 juin, a (...)

57Il a remarqué que les méthodes françaises donnaient le meilleur rendement. Aussi, quelque temps après son arrivée à Paris, il se rend dans les Bergeries de la forêt de Sénart pour y étudier la sériciculture sous la direction de Camille Beauvais897. C’est là qu’il fait la connaissance de Jules Belin, qui le rejoindra au Chili et sera avec lui un des plus ardents défenseurs de l’industrie de la soie. Sénart n’est pas bien loin de Grand-Bourg, où demeure San Martin, que Sarmiento va voir quelquefois.

  • 898 Crónica, 20 mai 1849.
  • 899 X, 268.

58A son retour au Chili, il publie, à l’imprimerie Jules Belin, son travail intitulé Sociedad sericícola americana, du nom d’une société créée le 3 novembre 1848 pour l’introduction de l’industrie de la soie dans le pays. Parmi les membres de cette société figurent Luis Sada, sériciculteur milanais, Victorino Lastarria, Domingo Faustino Sarmiento, Adolphe Perrot, sériciculteur français, Jules Belin, membre de la Société séricicole de Paris, etc898. La Société a également des membres correspondants en Argentine : Thomas Godoy Cruz, promoteur de la sériciculture à Mendoza, Soriano Sarmiento, parent de l’émigré, Manuel Guerrico, à Buenos Aires ; au Pérou : Juan José Sarratea ; en Bolivie : le général Ballivian à qui Sarmiento se plaint, dans une lettre du 15 avril 1849, de l’indifférence des gens à l’égard de cette industrie naissante899.

  • 900 Crónica, 6 mai 1849.

59Non content de rassembler une documentation abondante pour renseigner l’opinion publique, Sarmiento prend une part active aux expériences. Il se fait envoyer de Paris des plants de mûriers, des œufs de vers à soie de plusieurs espèces, des filets spéciaux pour les manipuler, des dévidoirs Locatelli, des cocons classés d’après leur poids. Apprenant l’existence, dans les bois de Tucumán, d’un ver à soie d’une espèce différente de celles connues en Europe, il demande aussitôt, par voie de presse, à celui qui a donné la nouvelle, de remettre un échantillon de ce ver à la Société, de fournir des détails et d’envoyer quelques cocons900.

  • 901 F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 533.

60Sarmiento peut croire pendant un certain temps que les efforts de la Société vont être couronnés de succès. En 1853, on plante 1 7 000 mûriers dans la Quinta Normal, sorte de jardin d’acclimatation dépendant du gouvernement, et on en commande 15 000 en Europe. Les vers produisent 42 livres de cocons de première classe, 20 de deuxième et 25 de troisième. Un si beau début est toutefois sans lendemain. Après quelques années de labeur assidu, l’industrie de la soie est abandonnée, car la population ne s’y intéresse pas901.

  • 902 Mercurio, 30 mai 1842.

61Décidé à porter la bonne parole dans tous les domaines, Sarmiento vante également les bienfaits de l’agriculture, destinée à satisfaire les besoins les plus urgents des classes laborieuses qui, avant tout, doivent, selon lui, pouvoir se nourrir, se vêtir et se chauffer. Si elle est florissante, raisonne-t-il pour intéresser les riches à la culture de la terre, le peuple sera mieux alimenté. Or l’expérience apprend qu’un peuple bien nourri travaille mieux qu’un peuple sous-alimenté. Par suite, une agriculture bien organisée doit améliorer le rendement industriel, donc la richesse et le bien-être des employeurs en même temps que la prospérité nationale902.

62Mais, en dépit d’un accroissement constant de la production agricole, entre 1848 et 1850, grâce au marché californien qui fit monter considérablement le prix du blé et des légumes exportés, Sarmiento parle peu de l’agriculture. Il est vrai que cet accroissement est bien moins important, semble-t-il, pendant la période considérée, que celui de l’industrie. Le fait n’est guère surprenant, puisque, nous l’avons vu, les travailleurs préfèrent les mines d’or de Californie aux terres de leur pays.

  • 903 Op. cit., t. I, deuxième volume, 160. Deuxième partie, chapitre XIX : « Ce qui fait pencher presqu (...)
  • 904 Op. cit., 227.

63C’est ainsi que se trouve vérifié un principe énoncé par Tocqueville : « La démocratie ne multiplie pas seulement le nombre des travailleurs ; elle porte les hommes à un travail plutôt qu’à un autre ; et, tandis qu’elle les dégoûte de l’agriculture, elle les dirige vers le commerce et l’industrie »903. Ce principe s’applique au Chili, un des premiers pays de l’Amérique de langue espagnole qui s’industrialise et se démocratise. Il est significatif qu’en 1851 la nation ait choisi pour la présider Manuel Montt, qui n’appartenait ni à l’armée, ni à l’aristocratie, mais à une famille dont le chef travaillait dans les mines. « C’est ainsi que Montt, écrit Agustín Venturino904, au lieu d’avoir été imposé par la politique, a été élu par l’effet d’une exigence sociale. »

64Or les progrès sociaux sont plus favorisés par la vie industrielle que par la vie agricole. C’est un fait. Sarmiento, pour qui la tâche essentielle est d’accélérer l’évolution sociale, a donc logiquement tendance à s’occuper surtout des activités qui facilitent cette évolution.

  • 905 Progreso, 19 août 1844.
  • 906 De la démocratie en Amérique, op. cit., deuxième volume, 146.
  • 907 Progreso, 20 mai 1845.

65Cette évolution aboutit, selon lui, à la liberté. Eh bien, justement : « Le premier élément de liberté pour les peuples modernes est l’industrie », déclare-t-il905, ce qui est une façon à lui d’interpréter cette constatation de Tocqueville : « Il y a un lien étroit et un rapport nécessaire entre ces deux choses : liberté et industrie »906. De plus, l’industrie, pense Sarmiento, éveille la capacité individuelle ; donc, partout où elle constitue le moyen d’existence du plus grand nombre d’hommes, elle exerce une influence bienfaisante907. Appliquant à la situation sociale du Chili les principes énoncés par Tocqueville, il la dépeint en clair-obscur, comme il aime le faire, opposant le Nord industriel, où règne le prolétaire, au Sud agricole, tyrannisé par le riche. Le passage est si caractéristique qu’il doit être reproduit intégralement :

  • 908 Progreso, 25 mai 1844.

Al Sud, el territorio labrable y con él la agricultura; y para la agricultura el inquilino, el hombre instrumento de trabajo, esclavo no por la ley, sino por los antecedentes y las condiciones que ha heredado al nacer. Al Norte, los minerales, y con ellos la industria, y para la industria el hombre libre por el trabajo personal; por la competencia de la industria y del capital que paga el trabajo. En el Sud, la tierra o la propiedad, el capital imponiendo la ley; y abusando de su influencia hasta hacer desesperar de todo progreso material o intelectual, para la gran mayoría de la población. Al Norte, la industria, el trabajo personal, dando también la ley y abusando hasta perjudicar el desenvolvimiento del capital; pero favoreciendo la condición social del individuo. En el Sud, en fin, la injusticia y la opresión del propietario; en el Norte, la injusticia y la opresión del proletario; he aquí los caracteres esenciales que se descubren en la organización de la propiedad908.

IV. — Du progrès social

  • 909 Mercurio, 13 août 1842 ; X, 11.

66Le progrès ne peut avoir lieu que si l’opinion est préparée à recevoir les bienfaits de la civilisation ; car, pense Sarmiento, « Si un principe libéral s’établit sans succès et succombe, les idées rétrogrades s’affirment de plus en plus et le remède inefficace aggrave la maladie »909.

67Il préconise donc des réformes ou des améliorations dont il se charge de prouver la nécessité. En fait, et il convient de le souligner, Sarmiento ne lance pas n’importe quelle idée. On peut même dire qu’il n’invente rien. Il ne prétend pas découvrir des principes, mais seulement les appliquer lorsque l’expérience en a révélé ailleurs l’efficacité. Très fréquemment, les mesures qu’il préconise viennent d’être adoptées officiellement, ou le seront bientôt.

  • 910 Mercurio, 26, 27, 28, 30 juill. 1841.
  • 911 Système pénitentiaire aux Etats-Unis et de son application en France, suivi d’un appendice sur les (...)

68Ainsi, dans une série d’articles de 1841, l’émigré argentin met à l’ordre du jour la question du régime pénitentiaire910. S’élevant contre la peine de mort, il estime que le délinquant doit être régénéré et non enfermé avec d’autres malfaiteurs, qui ne sauraient lui apprendre qu’à désespérer ou à devenir de plus en plus immoral. Il faut absolument abandonner les charrettes qui servent encore de prisons ambulantes. Elles ont un double inconvénient : elles donnent aux passants un spectacle désolant et elles manquent d’efficacité, car il est facile de s’en évader. On doit construire un établissement où l’on fera travailler les prisonniers et où l’on essayera de corriger leurs mauvais penchants, afin de rendre ces hommes aptes à la vie en société. Résumant les rapports de Gustave de Beaumont et d’Alexis de Tocqueville, et de Demetz911, il retient les deux systèmes qui lui paraissent les plus satisfaisants : celui qui est pratiqué à Sing Sing, où les prisonniers, enfermés la nuit dans des cellules individuelles, travaillent en silence le jour, dans des ateliers ; et celui de Philadelphie, où les condamnés sont seuls le jour et la nuit, mais travaillent dans leurs cellules.

69Or, le gouvernement de Portales, dix ans environ avant la publication de ces articles, avait prévu la construction de pénitenciers avec des écoles et des ateliers. Faute de fonds, le projet était resté dans des dossiers. En 1842, Manuel Montt, alors Ministre du Culte, de la Justice et de l’Education, présente un mémoire dans lequel il fait ressortir la nécessité de construire une prison dans chaque capitale de province. Après avoir étudié le système pénitentiaire aux Etats-Unis, dans un mémoire de 1843, il demande qu’on applique le même au Chili.

  • 912 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 79-80.

70Les efforts conjugués de Montt et de Sarmiento ont pour effet la promulgation de la loi du 19 juillet 1843, qui autorise la construction d’une prison panoptique contenant quatre cents cellules. En septembre 1847, on inaugure les soixante premières cellules de cet établissement912.

  • 913 Mercurio, 16 juill. 1842.
  • 914 Ibid.

71Sarmiento a moins de chance dans sa campagne en faveur de la création des caisses d’épargne. A son avis, la caisse d’épargne a un double intérêt : d’une part, elle permet au prolétaire « de sortir un jour de la condition misérable dans laquelle il vit perpétuellement et de le faire participer aux plaisirs d’un modeste avoir, qu’une conduite honnête et un certain talent pour le gérer, peuvent transformer en un début de fortune913 » ; d’autre part, s’il a l’espoir de sortir de la misère par l’épargne, le prolétaire sera plus heureux, il ne gaspillera pas le fruit de son travail en le risquant au jeu ou en s’adonnant à la boisson, il aspirera à s’émanciper de l’esclavage auquel il s’est résigné914. Voilà donc un moyen d’améliorer la condition du peuple.

  • 915 Op. cit., t. XII, 87.
  • 916 Crónica, 25 févr. 1849.

72Francisco Antonio Encina range la création des caisses d’épargne parmi les fantaisies de ce qu’il appelle la floración fantástica propre au gouvernement de Bulnes915. Le fait qu’une caisse d’épargne, ouverte le 14 août 1842 — les articles de Sarmiento sont du 16 juillet et du 13 août de la même année — ait fermé ses portes un an plus tard, donne raison à cet historien. Toutefois l’idée d’améliorer le sort du prolétaire, pour prématurée qu’elle soit, n’en reste pas moins à l’honneur de ceux qui l’ont conçue. Son échec prouve seulement un manque d’habitude, de la méfiance peut-être. Il révèle aussi l’insuffisance des salaires, comme le montre Sarmiento dans un autre article916.

  • 917 Mercurio, 9 juin 1842.
  • 918 Mercurio, 3 déc. 1841.
  • 919 Ibid.
  • 920 Mercurio, 9 juin 1842.
  • 921 Ibid.
  • 922 Ibid.

73Un des facteurs du progrès est l’association. Bien entendu, l’esprit d’association est « antérieur à toute constitution », il est même « inhérent à la nature sociale de l’homme917 ». Il est en outre indissolublement lié à la liberté, sans qu’on puisse dire s’il l’a engendrée, ou si celle-ci a fait naître celui-là918. En fait, les associations n’existent que dans les pays libres et, pense Sarmiento, elles sont particulièrement favorables au progrès. Aussi applaudit-il à la fondation de la Société Chilienne de Valparaiso919 et se félicite-t-il de l’existence, à Santiago, de la Société d’Agriculture, qui est en même temps une société de bienfaisance920. Ces associations ont des précédents dans les clubs anglais ou français, dans les sociétés créées pendant le gouvernement de Rivadavia, dont Sarmiento se garde bien d’oublier l’action. Mais il songe surtout aux associations qui pullulent aux Etats-Unis. C’est « dans ces associations spontanées, écrit-il, que l’on découvre l’activité civile d’un peuple et que l’on peut voir jusqu’à quel point l’idée de souveraineté populaire a pénétré en lui921 ». Il aura l’occasion de voir ces associations à l’œuvre ; mais, dans cet article, il suit Tocqueville, sans le mentionner, et traduit un paragraphe du chapitre intitulé « De l’usage que les Américains font de l’association dans la vie civile », appartenant à l’ouvrage qu’il connaît bien : De la démocratie en Amérique922.

74La pensée des deux hommes est si semblable sur ce point que la meilleure façon de résumer l’opinion de Sarmiento au sujet de l’association est de reprendre la conclusion de Tocqueville : « Pour que les hommes restent civilisés ou le deviennent, il faut que parmi eux l’art de s’associer se développe et se perfectionne dans le même rapport que l’égalité des conditions s’accroît ».

  • 923 « Para que los trabajos estadísticos sean útiles deben satisfacer necesidades sentidas de antemano (...)
  • 924 Mercurio, 25 déc. 1841.

75On ne saurait oublier que Sarmiento a été un des premiers, dans le monde latino-américain, à considérer les travaux statistiques comme extrêmement utiles au progrès social923. Dans un article du 25 décembre 1841, il conseille de prendre modèle sur la France, qui, la première, a dressé des statistiques concernant les délits924. Or, en 1842, El Araucano publie des statistiques que le Ministère des Finances vient de présenter aux Chambres. Sarmiento s’empresse d’en féliciter les auteurs. D’après son commentaire, il s’agit de statistiques démographiques, comme d’ailleurs toutes celles qui se firent en Europe et aux Etats-Unis à la fin du xixe siècle et au début du xxe.

  • 925 Mercurio, 24 août 1842.

76Quatre détails l’ont frappé. D’abord, il constate avec plaisir le petit nombre de nègres. Quel que soit le libéralisme des blancs, dit-il, ils ont à l’égard des noirs une « aversion innée » et le Père Las Casas leur a rendu un bien piètre service en suggérant l’introduction d’esclaves nègres dans les colonies espagnoles925. Il remarque aussi que les prêtres sont très inégalement répartis dans les provinces et que l’on n’en trouve pas dans les régions déshéritées, où l’on a le plus grand besoin de leur secours spirituel et moral. Puis il s’étonne de ce qu’il y ait mille mendiants à Concepción. Finalement, il déplore que certaines villes n’aient pas un seul médecin.

77Il est clair que Sarmiento demande aux statistiques des renseignements qui font apparaître et précisent des faits sociaux et qui, par suite, facilitent la recherche des remèdes.

78Ce n’est pas suffisant. Puisque le gouvernement a donné le bon exemple, Sarmiento va abonder dans son sens en proposant que l’on essaye de déceler d’autres faits. Il suggère de mesurer la superficie des terrains vagues utilisables pour les travaux agricoles dans les provinces du Nord, le débit des fleuves. De la sorte, on pourrait savoir où attirer la population excédentaire dans telle province ou telle autre. Il faudrait établir la production annuelle de chaque mine et le nombre de travailleurs qu’elle emploie. Non seulement il convient de recommander aux curés de tenir le registre des mariages et des naissances, mais il faudrait aussi noter le nombre de commerçants, d’artisans de chaque province. Il y aurait intérêt à dresser la liste des vaccinés, des malades. On devrait signaler avec soin les zones de culture et d’élevage, ce qui permettrait d’améliorer l’industrie agricole. Bien entendu, et Sarmiento ne saurait oublier ce point capital, il est indispendable de connaître le nombre des écoles et celui des élèves, en distinguant les écoles de jeunes filles, les écoles privées, les écoles d’Etat ; il faudrait connaître le nombre et les titres des livres en circulation, le nombre des bibliothèques particulières.

  • 926 Mercurio, 25 août 1842.

79Sarmiento propose aussi de consigner les événements importants de la guerre pour l’indépendance, avec les lieux où se sont données les batailles, les coutumes indigènes, l’histoire de la fondation des villes. Finalement, il demande la création de la météorologie926.

80En somme, Sarmiento trace dans ses grandes lignes le programme de ce que sera la science statistique.

  • 927 C. M. Rama, op. cit., 92.

81Ses réflexions sont opportunes. Le Bureau des Statistiques (Oficina de Estadísticas) sera fondé le 17 septembre 1843, un an après que Sarmiento en eut montré l’utilité927.

  • 928 Voir note 913.

82Sarmiento ne s’est occupé qu’une fois du salaire. Or, le salaire est sans doute un des facteurs essentiels du bien-être pour le peuple, auquel le journaliste demande par ailleurs de savoir faire fructifier ses gains en plaçant ses économies à la caisse d’épargne928.

  • 929 Mercurio, 29 juill. 1842.
  • 930 Mercurio, 28 juill. 1842

83Sarmiento déclare une fois : « Nous avons toujours été et nous serons éternellement socialiste929 ». Pour lui, le socialisme est « le besoin de faire concourir la science, l’art et la politique à un seul but : améliorer le sort des peuples930 ».

  • 931 Crónica, 25 févr. 1849,
  • 932 Ibid.

84N’obéit-il pas aux mêmes principes, en 1842, quand il fait cette profession de foi, et en 1849, quand il demande au prolétaire de se contenter de ce qu’on lui donne ? Si, assurément. Mais Sarmiento accepte la loi de l’offre et de la demande telle qu’elle s’est imposée en Angleterre, en France, aux Etats-Unis. Il se contente donc de l’expliquer aux travailleurs, pour que ceux-ci « ne se croient pas attaqués dans leurs droits et ne nourrissent pas de haines sans fondement ni d’espoirs irréalisables931 ». Si les ouvriers se mettent en grève dans le but d’imposer un salaire que l’employeur ne veut pas ou ne peut pas leur donner, celui-ci maintiendra sa position et les travailleurs n’auront finalement qu’à s’incliner932. « Il y a vingt ans, affirme Sarmiento, que cette question est débattue dans les centres industriels, sans qu’on ait trouvé une solution ». Et il tranche, péremptoire : « Il ne peut pas y en avoir ». Il ajoute toutefois :

Si alguna solución encuentra la cuestión de la organización del trabajo será por el sistema propuesto por los socialistas, sistema que pide la reorganización de la sociedad misma; lo que si fuera realizable, necesitaría la sanción de la práctica, y ser admitida en la generalidad de las naciones para que tuviese aplicación entre nosotros».

  • 933 « Republicano en perspectiva i con la presciencia de la resurrección de la república en Francia »… (...)

85Qu’est-ce à dire ? Sarmiento ne se compte-t-il plus parmi les socialistes ? Ou bien quels sont ces socialistes d’un nouveau genre, dont le système n’a pas encore fait ses preuves ? Il est muet sur ce point. Peut-être songe-t-il aux partisans du système de Proudhon. Jamais, en effet, Sarmiento n’a pensé que « La propriété c’est le vol », ni qu’il faut restreindre l’autorité de l’Etat. A-t-il eu vent de la publication du Manifeste du communisme, en 1848 ? L’agitation du prolétariat, qui vient de se manifester par une révolution qu’il a prévue933, lui semble-t-elle indésirable au Chili ? Sarmiento évite de se prononcer et garde une réserve prudente : on verra bien si la nouvelle organisation du travail préconisée ailleurs réussit ; il sera temps alors de l’appliquer en Amérique.

86En 1847, Sarmiento admire la puissance industrielle des Etats-Unis. Or l’industrie est égoïste, assure-t-il ; elle ne connaît d’autre loi que celle de l’offre et de la demande. C’est un fait. D’ailleurs, cette loi permet la libre concurrence et, finalement, avantage le consommateur ; c’est donc le plus grand nombre qui en bénéficie. L’esprit démocratique est donc satisfait.

87Tel est le raisonnement de Sarmiento.

  • 934 Lettre à V. Alsina, V, 390.

88Ce raisonnement s’appuie sur une certaine notion du capital travail, que Sarmiento a formulée ainsi, quand il était aux Etats-Unis : « Un homme qui travaille acquerra infailliblement934 ».

  • 935 Viajes, V, 99.
  • 936 Viajes, V, 226.

89Toutefois, il sait parfaitement que ce théorème ne règle pas définitivement le sort du travailleur. « Les sociétés modernes tendent à l’égalité », constate-t-il. Avec un bel optimisme, il déclare même que les castes privilégiées et oisives n’existent plus. Après avoir dénombré les acquisitions du prolétariat : éducation publique, suffrage universel, il voit venir le moment où les peuples, qui se soulèvent aujourd’hui pour ne pas mourir de faim, demanderont aux parlements : « une part des avantages que leur sueur donne aux capitalistes935 ». Ailleurs, retenant ce qu’il y a de positif dans les idées de Fourier, il s’exalte à la pensée d’une collectivité où les enfants seraient élevés ensemble, où le travail et le capital seraient associés, où les vieillards et les femmes sans soutien seraient secourus, où chacun enfin aurait sa part de bonheur936.

90Mais, lorsque Sarmiento se retrouve au Chili, il pense que la situation locale ne permet pas encore de caresser ces chimères. Il demande donc au travailleur d’accepter la seule loi qui, pour le moment, puisse assurer la prospérité nationale.

V. — De l’immigration

  • 937 Angel Rosenblat, op. cit., t. I, 205.
  • 938 A. Venturino, op. cit., 228.
  • 939 J. Zenteno Barros, op. cit., 203.

91Cette prospérité nationale, liée au progrès social, cessera d’être un mythe lorsque des familles laborieuses, intelligemment choisies, accroîtront la population chilienne. Le recensement de 1843 donne au Chili une population de 1 083 801 habitants937. C’est peu pour un pays de plus de 700 000 kilomètres carrés. Les guerres pour l’indépendance ayant décimé les populations, O’Higgins avait préparé un plan de repeuplement qui ne fut pas réalisé938. Le 10 avril 1824, le gouvernement Errázuriz avait accordé des concessions aux immigrants disposés à établir quelque industrie dans le pays, ou à faire prospérer l’agriculture939.

  • 940 Art. du Mercurio non recueilli dans Obras.
  • 941 Mercurio, 22 nov. 1842.
  • 942 Progreso, 8 juill. 1844.

92Mais il ne semble pas que l’immigration ait fait des progrès sensibles, lorsque, en 1842, Sarmiento commence sa campagne en faveur de l’appel aux étrangers pour peupler les régions désertes. Le premier article de cette campagne, que, pratiquement, Sarmiento ne devait pas interrompre pendant la plus grande partie de sa vie, est sans doute celui du 11 mars 1842. Il y loue le Venezuela de ne pas opposer de barrières religieuses à l’immigration940. La même année, il recopie un projet d’émigration qu’un certain Andrés Dow soumet au gouvernement941. Ce projet n’aboutit pas. En 1844, Sarmiento attire l’attention sur des émigrés venus d’Australie942. Certains sont agriculteurs. Il faut tirer profit de leurs connaissances techniques, conseille-t-il, en demandant qu’on leur réserve des terrains dans les environs de Santiago, de sorte que l’on ait, près de la capitale, un centre agricole moderne.

93Il envisage la création d’un centre d’accueil des immigrants, où ceux-ci travailleraient pour le compte de l’Etat, en attendant qu’ils puissent s’établir quelque part. On doit aussi penser à réglementer l’immigration, à aplanir toutes les difficultés que peut rencontrer un nouveau venu dans un pays étranger. Heureusement, la législation du pays, très libérale, reconnaît aux étrangers les mêmes droits qu’aux Chiliens, pour commercer en gros et au détail, et pour tester. Ils ne peuvent pas jouir pendant quelque temps des droits civiques ; mais, en revanche, ils sont exemptés du service militaire. En outre, les législateurs préparent activement la légalisation des mariages entre dissidents, c’est-à-dire entre protestants. C’est à ce prix, pense Sarmiento, que le pays progressera, ce qu’il ne saurait faire sans introduire et acclimater l’industrie étrangère.

  • 943 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 83.

94La question du mariage des dissidents était particulièrement épineuse dans un pays catholique. Or, Sarmiento est formel sur ce point. Si l’on veut que les étrangers protestants s’établissent dans le pays et, par conséquent, concourent à sa prospérité, il faut leur permettre de se marier. La loi du 6 septembre 1844 tranche, en principe, la difficulté. Elle tolère « le culte privé et même purement domestique des étrangers qui ne sont pas catholiques, sauf toujours le respect dû à la religion d’Etat943 ». Elle exige des fiancés les mêmes formalités que pour le mariage catholique, mais la cérémonie religieuse est supprimée ; les futurs époux déclarent seulement leur désir de contracter mariage, devant un prêtre autorisé et deux témoins. Les enfants nés de cette union sont inscrits dans le registre des actes de naissance.

95Mais cette loi ne règle le mariage qu’entre dissidents et ne concerne pas le mariage mixte.

  • 944 Progreso, 12 nov., 2 déc. 1844.

96Sarmiento s’inquiète de cette lacune. Tout en admettant que cette loi favorise les intérêts de Valparaiso, où la population n’est pas uniquement catholique, il la trouve incomplète. Une autre doit, selon lui, rendre possible le mariage entre catholiques et protestants. C’est à l’absence d’une telle loi qu’il impute en grande partie le marché de femmes qui se fait dans ce port, où il y a un grand nombre de célibataires, d’étrangers protestants, qui n’ont pas le droit de contracter une union légitime avec les jeunes filles du pays944.

  • 945 IX, 321.

97Ce n’est pas en empêchant les immigrants protestants de se marier avec les jeunes filles catholiques que l’on réussira à les retenir945.

  • 946 Recuerdos del pasado, op. cit., 387.

98Cette question a préoccupé les émigrants eux-mêmes. Vicente Pérez Rosales raconte que les Allemands débarqués à Valdivia lui remirent un questionnaire. Parmi les questions posées, on lui demandait si les dissidents devaient abandonner leur religion, s’ils pouvaient se marier entre eux, si leurs enfants devaient être baptisés, comme le prescrit la religion catholique946.

  • 947 IX, 327.

99Sarmiento revient plusieurs fois sur cette question et demande que l’on abandonne des pratiques en vigueur en Espagne et en Italie, où il n’y a pas d’immigration947.

  • 948 Op. cit., 244.

100Agustino Venturino pense qu’en faisant appel à l’émigration allemande protestante, les éléments libéraux du gouvernement espéraient diminuer l’emprise de l’Eglise catholique948. Ce n’est pas impossible.

  • 949 R. Donoso, Las ideas politicas en Chile, op. cit., 308.

101Quoi qu’il en soit, Sarmiento n’obtient pas gain de cause. Les mariages mixtes restent proscrits. Ils ne seront admis que beaucoup plus tard, lorsque la loi du 16 janvier 1884 instaurera le mariage civil949.

  • 950 Progreso, 27 janv. 1845.
  • 951 Progreso, 29 janv. 1845.
  • 952 Progreso, 1er févr. 1845.

102Néanmoins, toute proportion gardée, le caractère libéral de la loi du 6 septembre 1844 n’est pas douteux. Il n’en ressort que mieux dans une suite d’articles où Sarmiento commente une loi votée au Nicaragua, qui interdit à un étranger, s’il n’obtient pas sa naturalisation, d’épouser une fille du pays, d’acquérir des biens-fonds, des terres, des mines, de vendre au détail. Si une jeune fille épouse un étranger non naturalisé, elle doit quitter le pays950. Sarmiento flétrit cette loi barbare qui ferme la porte à l’étranger, alors qu’il faut, à son avis, la lui ouvrir bien grande951. Il veut qu’on suive l’exemple des Etats-Unis, où le respect de la propriété et l’inviolabilité de la personne ont donné aux étrangers les garanties sans lesquelles aucun établissement n’est possible952.

  • 953 Ibid.

103Sa propagande en faveur de l’immigration lui sert à l’occasion à des fins politiques, dans sa lutte contre Rosas. En effet, le gouvernement de Buenos Aires est un des seuls qui ait applaudi à la loi du Nicaragua. Sa xénophobie est bien connue. Comme par hasard, exulte Sarmiento, les gouvernements qui protestent contre les étrangers, qui prétendent les exclure des industries, sont ceux qui veulent commettre des attentats sans témoins et qui s’enfoncent dans la barbarie, et vivent en marge du monde civilisé953.

  • 954 Crónica, 22 juill. 1849.

104Avant que Sarmiento quitte le sol chilien pour se rendre en Europe, le ministre Montt lui recommande de recueillir des renseignements sur les méthodes susceptibles de faciliter l’émigration954. Et c’est à Montt que le voyageur confie ses démarches en Allemagne, où il a rencontré Dieterice, auteur d’une étude sur l’émigration et chef du bureau des statistiques. Il a vu également Wappäus, professeur de géographie à l’Université de Goettingen, qui a consacré une étude à l’histoire des républiques sud-américaines et a écrit une brochure intitulée Emigration et colonisation allemande, destinée à détourner les Allemands des Etats-Unis et à les orienter vers l’Amérique du Sud.

  • 955 J. Zenteno Barros, op. cit., 204.
  • 956 Viajes, V, 328.

105Pendant ce temps-là, Montt travaille sérieusement, à Santiago, et fait voter la loi du 18 novembre 1845, par laquelle le gouvernement se propose de répartir 6 000 cuadras de terres aux Chiliens ou aux étrangers qui voudraient les cultiver955. La nationalité chilienne est accordée généreusement à tous les colons qui viendront s’établir dans le pays (art. 5). Montt fait part à Sarmiento de la promulgation de cette loi, alors que l’émigré est en Europe. Celui-ci répond à son ami le 5 juin 1847, et lui conseille de nommer un agent dans chaque centre d’émigration. Au lieu de donner les terres aux colons, il vaudrait mieux, à son avis, les leur laisser cultiver sans frais et leur réclamer par la suite partie ou totalité du prix de transport, leur faire payer leurs instruments de travail et toutes les fournitures, ainsi que le terrain et l’intérêt du capital que l’Etat a avancé. On ne peut pas dire que Sarmiento veuille avantager les émigrants au détriment du Chili ! Sa formule semble bien être : donnant donnant956. Qui le lui reprochera ?

106Sarmiento ne cesse de parler de l’immigration, dans laquelle il voit la panacée qui guérira le Chili de tous ses maux. Sa propagande se résume ainsi :

  • 957 Crónica, 28 janv. 1849.

Nuestros campos incultos no han de convertirse en ciudades florecientes, nuestros bosques primitivos no han de tornarse en materiales de construcción, sino por la introducción de hombres idóneos, auxiliados de todos los poderes de la maquinaria moderna que centuplican la fuerza humana; y a todo esto responde la palabra inmigración, el ejemplo de los Estados Unidos y la degradación de los Estados sud-americanos, que no han querido comprender esta verdad, o que no han podido mantenerse en diario contacto con la Europa, ni abrir sus puertas a los inmigrantes957.

  • 958 Crónica, 4 févr. 1849.
  • 959 Crónica, 11 févr. 1849.

107Comment accroître la population du pays, décupler sa richesse, augmenter le nombre des consommateurs, faire circuler une plus grande quantité d’argent, donner plus de valeur aux produits ? En favorisant l’immigration958. Sarmiento recopie des statistiques pour montrer l’augmentation de la population aux Etats-Unis, l’importance croissante du tonnage des bateaux, de l’industrie, du commerce, dans ce pays ; et il met en parallèle le faible accroissement de la population, la pauvreté commerciale, l’insuffisance des moyens de transport par terre et par mer, au Chili. Il ne dédaigne pas pour autant la vieille Europe et donne des chiffres qui prouvent également le progrès agricole de l’Angleterre et de la France. Ces chiffres sont destinés à faire rêver les Chiliens, à bien leur montrer ce que sont les travailleurs européens, qui font la prospérité de leurs pays, qui ont fait la richesse des Etats-Unis959.

  • 960 Crónica, 4 mars 1849.

108Ailleurs, il met dans deux colonnes les chiffres de population et de production d’un Etat de l’Union et d’une province équivalente du Chili, pour faire ressortir les différences. Pourtant, le Chili ne manque pas de travailleurs courageux. Mais ils sont en nombre insuffisant, ils n’ont pas le sens du commerce ; l’industrie ne se développe pas. A quoi peut-on s’attendre ? « A la misère pour le présent, à la décomposition et au néant pour l’avenir ». Le remède ? « Immigration, immigration »960.

  • 961 Crónica, 8 avr. 1849.

109Dans un autre article, il présente le docteur Wappäus qui, en Allemagne, a étudié la géographie du Chili et qui rend un immense service à ce pays en montrant aux Allemands les qualités du sol, la douceur du climat. Le professeur de l’Université de Goettingen ne ménage pas sa peine pour éclairer ses compatriotes. Ce zèle est désintéressé : le professeur ne cherche qu’à rendre service aux agriculteurs allemands qui ont pris l’habitude de se diriger vers les Etats-Unis et qui trouveraient, selon lui, de bonnes conditions de travail au Chili961. Wappaus est un homme de science. Il s’intéresse à l’émigration par pure philanthropie, parce qu’il pense que ses travaux peuvent être utiles à d’autres hommes.

  • 962 Crónica, 22 juill. 1849.
  • 963 Ibid.
  • 964 Ibid. Ce projet de loi n’a pas été recueilli par J. Zenteno Barros, op. cit.

110Tant d’efforts ne sont pas vains. Sarmiento suppose qu’il est temps de légiférer sur l’immigration au Chili, car « l’opinion est prête et la conscience du législateur formée »962. En outre, les émigrés allemands commencent à arriver, grâce aux activités conjuguées du professeur Wappäus, du colonel Philippi et d’amis résidant au Chili963. Montt profite de l’occasion pour présenter un projet de loi qui a pour but de donner au gouvernement l’initiative d’un système de colonisation dans le sud, en laissant le champ libre à l’action individuelle. Ce projet tient compte, en grande partie, des conseils que Sarmiento a donnés à son ami dans sa lettre du 5 juin 1847. En effet, comme le proposait Sarmiento, dans ce projet, les colons doivent acheter les terres et les payer, ainsi que les intérêts de la dette et les outils que l’Etat leur avancera, lorsqu’ils seront en mesure de le faire. Ainsi, suivant la remarque de Sarmiento, l’Etat fait fonction de capitaliste qui prête de l’argent investi dans une propriété rurale964.

  • 965 J. Zenteno Barros, op. cit., 541.
  • 966 J. Zenteno Barros, op. cit., 547. V. Pérez Rosales dit qu’il est arrivé au port de Corral le 12 fé (...)
  • 967 Recuerdos del pasado, op. cit., 374-392.

111Mais les mouvements sont mal coordonnés. Lorsque les Allemands arrivent, en juillet 1849, les endroits rapidement colonisables n’ont pas encore été déterminés, assure Sarmiento. C’est, en effet, seulement par décret du 20 juillet que Bulnes charge l’ingénieur Agustín Olavarrieta d’aller mesurer et estimer les terrains appartenant à l’Etat dans la province de Valdivia965. Et Vicente Pérez Rosales, l’auteur des célèbres Recuerdos del pasado, ne sera nommé agent de colonisation dans la même province que le 2 octobre 1850966. Lorsque les 85 passagers allemands (70 hommes, 10 femmes et 5 enfants) arrivèrent à Valdivia… il n’avait pas encore de terre à leur donner, avoue-t-il. Il n’en avait pas davantage, lorsque 102 nouveaux immigrants débarquèrent de la Susana, un peu après les premiers967.

  • 968 Crónica, 22 juill. 1849.

112Si le Président de la République a pris sous sa protection six familles allemandes, comme le dit Sarmiento968, pour les accueillir dans ses propriétés, c’est sans doute pour encourager les Chiliens à bien recevoir les émigrants, mais peut-être aussi pour faire oublier la mauvaise impression qu’avait dû produire sur l’esprit des arrivants le fait qu’on les eût appelés pour cultiver des terrains qui n’étaient encore ni mesurés, ni estimés, et dont, en tout cas, ils ne pouvaient pas prendre possession.

113Enfin, les premiers émigrants s’établissent tant bien que mal dans la province de Valdivia.

  • 969 J. Zenteno Barros, op. cit., 205.

114Le 9 janvier 1851, une autre loi complète celle du 18 novembre 1845969. Un courant migratoire s’établit régulièrement vers le Chili.

115La propagande a porté ses fruits.

  • 970 VII, 26.

116Dans sa propagande en faveur de l’immigration, Sarmiento pense également, bien entendu, aux bénéfices que l’Argentine pourrait en tirer. Mais le moment n’est guère choisi pour en parler. Rosas, qui avait facilité l’établissement d’une colonie irlandaise, empêche l’immigration après le soulèvement des Hacendados, en 1839. Elle ne reprendra qu’après sa chute. Dans Facundo, l’émigré argentin oppose la civilisation des colons allemands et écossais installés dans le sud de l’Argentine à la barbarie des paysans créoles970.

  • 971 C’est au livre de Roberto Schopflocher (op. cit.) que nous empruntons les indications sur l’histoi (...)

117En Argentine, l’idée de faire appel à l’immigration européenne remonte à 1810. Peu après la Révolution du 25 mai, la Primera Junta décide d’accueillir les Anglais, les Portugais et autres étrangers qui ne sont pas en guerre avec le pays971. Le 4 septembre 1812, le Triumvirat offre des terres à ceux qui veulent se consacrer à l’agriculture et promet aux étrangers l’égalité de droits avec les Argentins. Toutefois ces mesures ne semblent pas prendre forme avant le séjour de Rivadavia à Paris, où celui-ci entre en pourparlers avec la maison Hullet et compagnie, de Londres, qui lui propose un plan de colonisation agricole. Le gouverneur de la Province de Buenos Aires, Martín Rodríguez — qui améliore les communications, assure les frontières avec les territoires occupés par les Indiens, et constitue les noyaux de villes comme Tandil, Azul, Patagones, Rivadavia — peut alors, en 1822, parler de la nécessité de peupler le Sud avec des familles européennes. Toutefois, quand il écrit à la maison Hullet, il spécifie qu’il est prêt à recevoir et à protéger les immigrants de n’importe quel point d’Europe. La Commission d’immigration est créée le 13 avril 1824. La même année, l’Ecossais William Parish Robertson, qui réside en Argentine depuis dix ans, où il possède de vastes étendues, soumet à Rivadavia le projet de colonisation qu’il a conçu avec son frère John. Le 22 mai 1825, deux cent vingt Ecossais s’embarquent pour Buenos Aires, où ils arrivent le 8 août. On les installe dans le sud de la Province de Buenos Aires, sous des tentes. En 1824, arrivent aussi des Irlandais et des Allemands. Mais ce courant est interrompu par les événements politiques qui jettent le pays dans l’anarchie, puis dans la dictature. La guerre avec le Brésil ne permet pas au gouvernement de s’occuper des colons. En 1829, Lavalle, alors gouverneur de Buenos Aires, annule les contrats. Les colons sont dispersés. Certains s’établissent à Buenos Aires, d’autres restent dans la province ; le mouvement migratoire est paralysé pour de longues années.

118Toutefois, les émigrants continuent d’affluer dans le Río de la Plata. Ils vont à Montevideo. Quelques-uns se rendent plus ou moins clandestinement à Buenos Aires.

119En 1845, lorsqu’il écrit Civilisation et barbarie, Sarmiento prophétise :

  • 972 VII, 250.

El día… que un gobierno nuevo dirija a objetos de utilidad nacional los millones que hoy se gastan en hacer guerras desastrosas e inutiles y en pagar criminales, el día que por toda Europa se sepa que el horrible monstruo que hoy desola la República, y está gritando diariamente muerte a los extranjeros, ha desaparecido, ese día la inmigración industriosa de la Europa se dirijirá en masa al Río de la Plata; el nuevo gobierno se encargará de distribuirla por las provincias…972.

120L’avenir lui donnera raison. Le présent lui donne tort. Il n’est pas près de voir les cent mille immigrants qui déferleront annuellement, suivant ses prédictions, sur les rivages argentins.

121Aussi parle-t-il peu de son pays dans sa campagne pour l’immigration. Mais il ne l’oublie pas.

  • 973 Crónica, 24 juin, 1, 8 juill. 1849.

122Dans la Crónica, en 1849, au moment où sa propagande est extrêmement active, il traduit quelques articles parus dans des journaux londoniens, qui étudient la possibilité, pour des agriculteurs anglais, d’aller fonder des colonies en Argentine. Ces articles datent de 1825. En rappelant ce qu’était alors l’enthousiasme pour l’émigration dans le Río de la Plata, Sarmiento fait ressortir la différence qu’il y a entre hier et aujourd’hui, et montre ce que l’on pourrait entreprendre973.

  • 974 XIII, 93.
  • 975 XIII, 95.

123En 1850, considérant la chute de Rosas comme imminente, Sarmiento projette la réorganisation du pays, dans le livre qu’il intitule Arjirópolis. Un de ses rêves est que la République Argentine soit « la patrie de tous les hommes venus d’Europe974 ». Sa campagne au Chili ayant été couronnée de succès, il revient sur l’idée exprimée dans Facundo. Plus un pays accueillera d’Européens et plus il ressemblera à l’Europe. Il arrivera même un jour où ce pays sera plus riche, plus peuplé que le vieux continent. Les ambassades, qui ne servent à rien, estime Sarmiento, « devraient être transformées en bureaux publics où l’on recruterait des milliers d’émigrants laborieux975 ». On installerait ces bureaux à Bordeaux, au Havre, à Cadix, à Gênes, à Rotterdam, à Hambourg : « ils nous enverraient cent mille émigrants par an, qui, en une seule année, couvriraient les campagnes de moissons, et de villes le beau territoire d’Entre Ríos ».

124Sarmiento ne mentionne pas Entre Ríos au hasard. Le général Urquiza, gouverneur de cette province, entretient depuis plusieurs années des relations amicales avec les unitaires réfugiés à Montevideo ; et l’on pense qu’il va incessamment prendre position contre Rosas. Entre 1846 et 1849, sa province est devenue l’asile de plus d’un réfugié politique et l’on y voit un assez grand nombre d’Européens. En 1850, année d’Arjirópolis, il entre en négociations secrètes avec Corrientes, l’Uruguay et le Brésil.

  • 976 Sud-América, 1er avr. 1851.

125Le 1er avril 1851, lorsque Sarmiento fait encore allusion à une immigration qui trouverait dans l’Entre Ríos une terre qui lui permît de se développer976, la presse de Concepción del Uruguay a déjà appelé de ses vœux le général Urquiza pour qu’il organise le pays.

  • 977 Cf. titre complet dans notre Bibliographie : Emigración alemana ; XXIII, 152-177.

126La même année, l’imprimerie Julio Belín publie un livre sur l’émigration allemande dans le Río de la Plata, composé d’un mémoire écrit par Sarmiento quand il était en Allemagne, et de notes rédigées par le professeur Wappäus977. L’ensemble constitue une brochure destinée à renseigner les Allemands sur le climat, la géographie, les richesses inexploitées des provinces argentines. Pour allécher les émigrants en puissance, on ne manque pas de leur apprendre que les familles installées depuis longtemps dans ce pays de cocagne, y ont fait des fortunes colossales, et résident maintenant dans les grandes villes et possèdent des estancias magnifiques. Enfin, si l’on en croit la brochure, l’aisance est à la portée de ceux qui veulent aller la chercher à Buenos Aires.

  • 978 Campaña en el ejército grande aliado de Sud-América, XIV.

127A la fin de l’année 1851, au cours de la campagne militaire contre Rosas, Sarmiento, nommé officiellement par Urquiza rédacteur du communiqué, a l’occasion de parler d’immigration avec le capitaine Caternaut, qui appartient à la division expéditionnaire française. Enthousiasmé par les projets de Sarmiento, le capitaine décide, dès qu’il sera rentré en Alsace, de préparer une émigration de ses compatriotes978.

  • 979 R. Schopflocher, op. cit., 36.

128Quoi qu’il en soit, les projets d’immigration reprennent. Urquiza, dès 1849, avait introduit des Européens dans la province d’Entre Ríos. Devenu Président de la Confédération Argentine, il continue à favoriser l’immigration, si bien qu’en 1857, il y aura environ douze mille étrangers protégés par les autorités979.

129En Argentine, comme au Chili, donc, la cause de l’immigration européenne était gagnée.

VI. — Du progrès et de la religion

  • 980 Sarmiento, op. cit., 107-108.

130E. Martínez Estrada reproche à Sarmiento sa « timidité » à l’égard de l’Eglise catholique980.

131Certains catholiques voient en Sarmiento un libre-penseur qui a voulu saper les assises du catholicisme en Argentine et au Chili. Et alors, on l’accuse d’avoir appartenu à la franc-maçonnerie. Déjà les rosistes de l’époque du dictateur de Buenos Aires l’appelaient, dans les journaux officiels, le « logista » Sarmiento. Bien entendu, tous les adversaires du régime étaient des « logistas » aux yeux de Rosas. Chaque gouvernement a ses bêtes noires. En tout cas, ceux qui blâmaient Sarmiento, et ceux qui le blâment encore aujourd’hui, d’avoir appartenu à la franc-maçonnerie devraient, pour être logiques, couvrir du même reproche le Général Libérateur San Martin et bien d’autres.

  • 981 « No he pertenecido jamás ni pertenezco hoi a logia ninguna. Soi miembro de la Facultad de Humanid (...)
  • 982 Martín V. Lazcano, op. cit., t. II, 401.
  • 983 Discours du 29 sept. 1868, XXI, 253.

132Lorsque les hommes de Rosas traînent Sarmiento aux gémonies en le disant franc-maçon, ils commettent une erreur. Sarmiento est sincère et véridique lorsqu’il déclare, en 1849, qu’il n’a jamais appartenu à aucune loge981. Il a été initié à la franc-maçonnerie le 4 avril 1854, dans la loge Union Fraternal no 1, à Valparaiso. C’est seulement en 1856 qu’il obtient le titre d’Orateur fondateur de la Loge mère Union del Plata no 1, de Buenos Aires, à l’origine de l’Orient argentin982. Il faut encore préciser que, lorsqu’il devient franc-maçon, Sarmiento n’a nullement l’intention de se séparer de l’Eglise. Dans le discours prononcé à l’issue du banquet que les francs-maçons de Buenos Aires lui offrirent lorsqu’il fut nommé Président de la République, il dit catégoriquement : « Si la franc-maçonnerie a été instituée pour détruire le culte catholique, je déclare dès maintenant que je ne suis pas franc-maçon983 ».

  • 984 L’ouvrage de Martin V. Lazcano contient le discours que Sarmiento prononça le 29 septembre 1868 ; (...)

133Que Sarmiento ait traité le catholicisme officiel avec une certaine désinvolture, c’est indéniable ; qu’il ait opposé le christianisme au cléricalisme, c’est sûr. Dans le même discours, il soutient que, en dehors des questions de dogmes, les peuples et les gouvernements chrétiens peuvent avoir des opinions différentes de celles du Pape. Ainsi le Syllabus a condamné la souveraineté populaire et la liberté de penser ; mais le Pape, assure Sarmiento, se garderait bien d’excommunier les nations fondées sur cette liberté de penser, « de crainte de rester seul au monde avec son Syllabus à la main »984.

134Mais, au Chili, aucun des adversaires de Sarmiento ne s’est avisé de se fonder sur le fait que la presse rosiste l’ait traité de « logista » pour lui reprocher son libéralisme religieux.

  • 985 Vida de Sarmiento, op. cit., 98.

135M. Gálvez définit assez justement l’attitude de Sarmiento. « Il parle comme un catholique, écrit-il, bien qu’il soit intoxiqué par son désir de progrès matériel ». « Jamais il ne pense à Dieu, mais au progrès des sociétés »985.

136C’est bien cela. Ni philosophe, ni métaphysicien, Sarmiento ne prétend pas plus donner une explication de l’individu qu’il ne songe à définir Dieu ou les rapports de l’homme et de la divinité.

137De même qu’il étudie l’homme agissant au sein de la société, de même, il cherche à fixer les relations entre la religion et l’Etat, de sorte que celui-ci puisse assurer un progrès social.

138Ce n’est pas du matérialisme. Et si M. Gálvez a ajouté à la première partie de sa définition, faussée par l’adjectif « matériel », une deuxième dans laquelle il fait allusion au progrès des sociétés, c’est parce qu’il a pensé, semble-t-il, que cet adjectif n’était pas très juste. Certes, comme le remarque M. Gálvez, Sarmiento ne voit pas du tout « l’utilité de la prière, ni le bien que moines et religieuses font au monde en priant dans leurs couvents ». Ce genre d’utilité lui échappe. Mais il n’a jamais nié la nécessité de l’enseignement religieux.

139Sarmiento se situe dans la tradition du libéralisme religieux, qui remonte au moins, en Argentine, à l’époque de la Révolution. Remarquons toutefois que, dans la traduction du Contrat social, Moreno supprime tout ce qui lui semble contraire à la religion catholique. Néanmoins, un peu plus de dix ans après la publication du livre de Rousseau à Buenos Aires (1810), le gouvernement de Martín Rodríguez, avec Rivadavia, propose, en 1822, une réforme ecclésiastique qui supprime les privilèges de l’Eglise, limite le nombre des religieux à l’intérieur d’un couvent, interdit aux prêtres d’entrer à Buenos Aires ou d’en sortir sans autorisation spéciale. Cette Réforme, appuyée par plusieurs prélats, provoque la réaction du 19 mars 1823 ; on voit alors les « troupes de la foi » faire irruption dans la place de la Victoria aux cris de : Vive la religion ! Mort aux hérétiques ! Ce mouvement est durement réprimé. En 1825, le général Las Lieras, alors gouverneur, fait promulguer une loi déclarant la liberté des cultes. Cette loi permet aux nombreux Anglais protestants établis à Buenos Aires de pratiquer officiellement leur religion. Au fond, elle est dictée par un intérêt économique.

  • 986 Cf. p. 9 de notre étude.

140La même année, à San Juan, le gouverneur Del Carril fait approuver la fameuse Carta de mayo qui déclare, entre autres choses, que nul ne devra être inquiété dans l’exercice public de sa religion (art. 17)986.

  • 987 Doctor Gaspar Ferrer (op. cit., 55-64).

141Il faut dire qu’à la suite de la Révolution de mai, l’Argentine est restée coupée totalement du Saint-Siège pendant vingt ans, jusqu’au moment où le général Viamonte écrit au Pape pour lui demander de nommer un évêque. Du fait de cette situation anormale, il n’y avait pas eu d’évêque en Argentine pendant la période indiquée, le nombre des prêtres avait diminué, la discipline des ordres religieux et du clergé séculier s’était relâchée987.

142Avec Rosas, on revient à la situation d’avant la Réforme. La réaction est favorisée par l’arrivée, en 1836, de six Jésuites. Mais les Jésuites sont expulsés en 1841 : ils ne sont pas assez complaisants à l’égard du régime. La situation religieuse est confuse. Cette confusion est aggravée du fait que Rosas, despote mégalomane, exige que son portrait figure sur les autels de toutes les églises. Dans l’ensemble Rosas a une attitude hostile à l’égard de l’Eglise ; ou, si l’on préfère, il prétend substituer sa propre autorité à celle du Pape. En 1837, il déclare nuls tous les documents pontificaux reçus en Argentine après 1810, qui n’ont pas obtenu l’approbation du gouvernement. En 1847, il veut imposer au Saint-Père la nomination d’un coadjuteur de l’évêque de Buenos Aires. Pie IX rappelle au dictateur qu’il en a déjà nommé un ; mais Rosas l’avait empêché de gouverner son diocèse. En 1850, le Pape nomme un Délégué Apostolique, mais le gouvernement de Buenos Aires n’accepte pas les lettres de créance de ce prélat.

143Bref, les relations entre l’Etat et l’Eglise ne sont pas des plus cordiales en Argentine pendant la dictature rosiste.

144Or, dans la période précédente, Rivadavia, lui aussi, pour des raisons qui n’étaient pas celles de Rosas, avait fait ce qui était en son pouvoir pour limiter le pouvoir clérical.

145Il y a donc une sorte d’unité de vues des autorités de Buenos Aires, qui pensent que l’hégémonie de l’Eglise n’est plus de saison, et qui espèrent gouverner sans elle et lui imposer leurs directives.

  • 988 R. Donoso, Las ideas políticas en Chile, op. cit., 178.
  • 989 Ibid, 192.

146Au Chili, le libéralisme est dirigé au début par un prêtre, Camilo Henríquez, qui, le 13 mars 1823, dans un article du Mercurio de Chile, fait l’éloge de Voltaire, de Rousseau, de Montesquieu988. Fray Tadeo Silva attaque violemment Fray Camilo dans Les apôtres du diable. Néanmoins, le libéralisme religieux fait des progrès. Un détail donne une idée de la tolérance, au moins d’un secteur de la population : c’est la création, à Valparaiso, en 1837, d’un temple protestant, création officielle à laquelle assistèrent Joaquin Tocornal, ministre de l’Intérieur, et Egaña, ministre du Culte989.

  • 990 Ibid, 189.

147Beaucoup d’étrangers — Allemands, Anglais, citoyens des Etats-Unis — protestants pour la plupart, étaient établis au Chili, surtout à Valparaiso, depuis 1817. Leur présence devait créer à la longue des situations qui réclamaient impérieusement un assouplissement des mœurs religieuses. Déjà, en rédigeant la Constitution de 1828, Mora établissait le principe (art. 4), que nul ne devait être poursuivi ni inquiété pour ses opinions religieuses990. Pourtant, cet article disparut dans la Constitution de 1833. Quoi qu’il en soit, les idées libérales progressent considérablement à partir de la première période de la présidence de Bulnes, c’est-à-dire quand Sarmiento entre en lice.

  • 991 Ibid, 192-193.

148Toutefois, en 1845, il n’y a encore qu’un seul pasteur évangélique sur toute la côte chilienne. L’Eglise protestante n’est vraiment organisée qu’en 1847. Elle compte alors quatorze membres. Cette même année, le 1er septembre, le premier service de l’Eglise presbytérienne est célébré dans l’imprimerie du Mercurio991.

  • 992 Amunátegui, El progreso intelectual y politico de Chile, op. cit., 20-21.

149Les préjugés à l’égard des dissidents n’étaient pas tombés pour autant. Depuis 1819, grâce à un décret d’O’Higgins, ceux-ci pouvaient enterrer leurs morts dans un cimetière à eux, à Valparaiso. Mais, à Santiago, ce n’est qu’à partir de 1871 que les morts non catholiques purent être enterrés dans les cimetières publics. Jusqu’à cette année-là, les protestants du Chili durent inhumer les cadavres de leurs coréligionnaires dans la ville portuaire992.

***

150Comment Sarmiento entend-il régler les rapports entre l’Etat et l’Eglise ?

  • 993 Mercurio, 21 juill. 1842.
  • 994 Mercurio, 14 mars 1842.

151Selon lui, la vocation religieuse est rare en son temps et les prêtres font un métier au même titre que les avocats ou les médecins. Il y a vraiment peu d’hommes, affirme-t-il, qui, s’ils ont quelque fortune, l’abandonnent pour s’enfermer entre les murs d’un monastère ou devenir ministres du culte993. Dans ces conditions, le Venezuela a bien fait de supprimer les ordres monastiques et d’utiliser les sommes qui leur étaient allouées pour améliorer l’éducation, sans pour cela supprimer la religion, qu’il ne faut pas confondre avec des pratiques moyenageuses994.

  • 995 Mercurio, 21 juill. 1842.
  • 996 Mercurio, 13 août 1842.
  • 997 Progreso, 6 sept. 1844.

152L’enseignement donné dans les séminaires lui semble périmé995. Le prêtre a un beau rôle à jouer, mais il faut lui donner un enseignement pratique qui réponde aux besoins actuels996. Sarmiento revient plusieurs fois sur la mission sociale du prêtre et veut qu’il reçoive une bonne instruction ; son ignorance « peut avoir des conséquences fatales pour la communauté »997.

  • 998 Mercurio, 21 févr. 1842.
  • 999 Progreso, 9 sept. 1844.
  • 1000 Progreso, 16 févr. 1843.
  • 1001 Progreso, 1er avr. 1844.
  • 1002 Progreso, 26, 30 mars, 1er avr. 1844.

153Sarmiento reconnaît que les congrégations religieuses qui se consacrent à l’enseignement « ont trouvé le moyen de servir Dieu et la société en même temps »998. C’est à peu près une réflexion du même genre qu’il fait à l’égard de la Sociedad cristiana, constituée par des personnes respectables et des ecclésiastiques distingués, dans le but de venir en aide aux pauvres. Là le rôle du catholicisme lui paraît très beau, car il est utile999. Il se montre bienveillant à l’égard des religieuses françaises qui ont obtenu de bons résultats avec leurs élèves, mais il n’en cache pas moins sa préférence pour l’enseignement laïc. Beau joueur, il avoue que le public préfère les collèges religieux aux écoles de l’Etat, mais il pense que c’est une erreur1000. Rien n’est plus louable que de vouloir dissiper l’ignorance et former l’homme à l’ombre de la religion ; mais rien n’est plus dangereux aussi que de permettre à une minorité d’éduquer les enfants à sa manière, de modeler leur esprit « d’une certaine façon »1001. Dans les articles où il exprime cette opinion, on sent l’influence des idées de Quinet et de Michelet, qui venaient de publier Les Jésuites1002.

  • 1003 Mercurio, 21 juill. 1842.
  • 1004 Op. cit., 562.

154Ailleurs1003, Sarmiento se plaint du nombre excessif des religieux au Chili, où, suivant un mémoire du Ministère de l’Intérieur de 1842, il y avait, en 1841, 460 prêtres et 546 moines. Ce chiffre paraît exagéré à F. A. Encina, qui, pourtant, n’en indique pas d’autre1004.

  • 1005 Ibid.

155Quoi qu’il en soit, d’après cet historien, le clergé chilien semble être passé par une crise aiguë d’immoralité, surtout à partir du moment où Portales fit appel à des prêtres italiens et espagnols. Un bon nombre d’entre eux menaient dans les villages et les campagnes une vie peu édifiante. Mariano Egaña, homme profondément religieux, disait en 1839, scandalisé par leur manque de tenue, qu’il n’y avait rien de plus funeste pour la moralité publique que l’exemple de prêtres dépravés1005. Désirant donner aux évêques la possibilité de réorganiser leurs diocèses et d’améliorer le personnel, par un décret du 23 mai 1839, il révoqua une cédule royale de Charles IV, du 12 août 1725, qui déclarait les prêtres inamovibles. Mais les évêques préférèrent nommer les prêtres à titre temporaire.

156On comprend, dans ces conditions, que Sarmiento ait trouvé trop élevé le nombre de ces mauvais pasteurs.

157Il donne aussi son opinion au sujet du célibat des prêtres. Il est contre. On vient de réimprimer au Chili un Compendio de doctrinas ortodoxas, sobre la cuestión del matrimonio o celibato de los clérigos majores, par l’archevêque Mosquera, déjà publié à Bogota.

  • 1006 Progreso, 3 mai 1844.

158Puisque l’Eglise a admis parfois le mariage des prêtres, argumente Sarmiento, il ne s’agit là que d’une simple question de discipline qui n’affecte pas le fond de la doctrine. On sait que l’Eglise romaine autorise le mariage des maronites et des grecs-unis appartenant au clergé inférieur. En outre, dans des pays, comme l’Espagne ou le Chili, où les prêtres sont très nombreux, le célibat forcé empêche la population de s’accroître et, selon Sarmiento, « L’Etat, s’il ne veut pas se suicider, doit limiter le nombre des abstinents »1006.

159C’est clair. Sarmiento n’accepte pas que l’individu, quelle que soit la raison qu’il puisse avoir pour le faire, vive en marge de la société, dont la première loi naturelle est de croître et de multiplier.

160Cette façon de penser l’oppose au sénateur José Miguel Solar, archidiacre de la cathédrale de Santiago. Un sénatus-consulte de 1823 interdisait aux religieux de prononcer les vœux perpétuels avant l’âge de vingt-cinq ans. Cet ecclésiastique, arguant du fait qu’on permet à une jeune fille de douze ans et à un jeune homme de quatorze ans de se marier, demande que l’on modifie le sénatus-consulte.

161Sarmiento sursaute. « Le mariage est une institution divine… une nécessité universelle et non une exception comme la vie monacale. » Il est déraisonnable de vouloir les comparer ; il y a entre l’un et l’autre la même différence qu’entre la vie et la mort. Le sénateur estime que les jeunes gens, en se mariant, agissent avec passion, tandis que, pour professer, le novice choisit sans passion. Erreur, réplique Sarmiento. Le novice, qui a vécu dans l’horreur de tout ce qui est laïc et terrestre, et ne rêve que de l’au-delà, n’est pas moins passionné que le futur époux. Celui-ci, d’ailleurs, ne peut pas se lancer dans le mariage sans avoir entendu les observations de ses parents, sans s’être soumis aux formalités exigées par la loi, qui lui laissent tout le temps de se préparer à l’état qu’il désire embrasser.

  • 1007 Progreso, 12 sept. 1845.

162De son argumentation, nous retiendrons seulement cette phrase qui, du point de vue social, le seul qui intéresse Sarmiento, en résume l’ensemble : « Le mariage, en somme, s’effectue devant la loi, tandis que la profession se fait en dehors d’elle »1007.

  • 1008 Progreso, 10, 12, 15 avr. 1844.

163L’Etat, voilà ce qui compte avant tout. C’est lui qui doit tout régler pour le bien de la société. Voilà pourquoi Sarmiento veut que les prêtres touchent un traitement prélevé sur le trésor public. Il ne faut pas que le curé vive de la charité des uns et des autres et fasse payer ses services. Baptême, mariage, enterrement, tout doit être gratuit. Mais Sarmiento ne se laisse pas emporter par son esprit égalitaire au delà des limites que lui impose le sens des réalités. Il fait une concession à la vanité : ceux qui voudront célébrer des cérémonies en grande pompe paieront des droits1008.

164Si l’Etat paye des prêtres, ceux-ci accepteront de s’établir dans des régions déshéritées, qu’ils auraient fuies par crainte de la misère. Ils répartiront ainsi partout également les bienfaits de leur ministère, au lieu de s’entasser dans les grandes villes et de laisser sans secours les chrétiens disséminés dans les campagnes.

  • 1009 Progreso, 17 avr. 1844.

165Dans ces conditions, l’Eglise dépend en partie de l’Etat. C’est là un inconvénient, reconnaît Sarmiento. Mais l’expérience a montré en France que, malgré Lacordaire et Lamennais, qui préféraient une Eglise pauvre à une Eglise dépendante, le clergé accepta finalement de toucher une subvention1009.

166On reconnaît là le principe de la réforme appliquée par Rivadavia.

***

  • 1010 Progreso, 10 mars 1843.

167Une évolution de la société est en cours. Il est bien évident que notre civilisation est chrétienne, raisonne Sarmiento, mais il est non moins évident que l’on ne saurait admettre au xixe siècle ce qu’on acceptait au Moyen Age. Mieux encore : « Notre siècle, écrit-il, est éminemment chrétien… L’égalité des droits à laquelle nous aspirons, les sentiments de philanthropie qui dominent aujourd’hui, l’amour du bien-être pour tous, l’abolition de l’esclavage, les formes gouvernementales de notre époque, ne sont que les manifestations de la charité prêchée dans les Evangiles, de cette charité qui est la base du christianisme »1010.

168Voilà les principes de ce qu’on appellera plus tard le socialisme chrétien ou le christianisme social, tel qu’il s’était exprimé, à peu de choses près, dans les Paroles d’un Croyant ou dans le Livre du Peuple.

  • 1011 Op. cit., 16.

169René Rémond pense à juste titre que Lamennais « s’est montré plus… sensible au rôle social de l’Eglise qu’à sa mission surnaturelle, et davantage préoccupé du bonheur terrestre du genre humain et de son avenir naturel que du salut spirituel et du destin surnaturel des âmes »1011. On pourrait dire exactement la même chose de Sarmiento qui, lorsqu’il parle du christianisme, ne l’envisage que dans l’application que l’on en peut faire à la vie en société.

  • 1012 Progreso, 15 avr. 1844.

170Dans un autre article, après avoir flétri la barbarie des siècles dits chrétiens, Sarmiento dit encore : « Notre époque est… moins religieuse, si l’on veut, mais elle est plus morale et plus charitable1012 ». Il tient donc à cette idée.

  • 1013 Progreso, 10 mars 1843.
  • 1014 Progreso, 11 mars 1843.
  • 1015 Progresso, 3 sept. 1844.

171Malheureusement, le clergé ne marche pas avec son siècle1013. Sarmiento voudrait que le clergé connût l’histoire profane de l’ère moderne et sût en tirer des conséquences pour ne pas mériter les attaques qu’il a toujours suscitées1014. Il veut un clergé modernisé et utile. Il lui semble inadmissible, par exemple, que les Frères de la Merci continuent à quêter pour le rachat des captifs chrétiens, alors qu’il n’y en a plus, au lieu de faire appel à la générosité des fidèles pour la fondation d’une colonie dans le territoire de Magellan1015.

172Sarmiento aurait été un des plus ardents défenseurs des Pères missionnaires et des prêtres ouvriers.

  • 1016 Progreso, 4 avr. 1844.
  • 1017 Progreso, 15 mars 1843.

173Il se laisse occasionnellement émouvoir par les fastes de l’Eglise1016, mais il ne veut pas qu’une cérémonie religieuse puisse servir de prétexte à l’explosion du fanatisme. Aussi s’oppose-t-il au projet de rétablir les processions de la Semaine sainte avec tout l’appareil théâtral qu’elles avaient par le passé. A la pensée qu’on pourrait revoir les Juifs représentés sous des formes ridicules, il proteste au nom de la morale et du bon sens. Il est absurde d’entretenir de tels préjugés, qui sont anachroniques, puisque « les Juifs sont partout réhabilités et Rothschild est l’égal des souverains d’Europe »1017.

174Ces réflexions permettent de penser que ces processions, supprimées depuis l’Indépendance, avaient été en honneur à l’époque de la colonie. Certaines personnes étaient sans doute toutes disposées à faire renaître ces manifestations d’une haine ancestrale scellée par la routine. En tout cas, les couvents, si l’on en croit Sarmiento, possédaient des statues semblables à celles des pasos espagnols. Sarmiento demande qu’on les brûle le Samedi saint et « que ce soit les derniers Juifs que l’on brûle en ce monde ». Au lieu de perdre leur temps à organiser des processions, les hommes d’église feraient bien mieux de redoubler de zèle pour prêcher l’Evangile et édifier les hommes par leur dévouement.

  • 1018 Progreso, 23 août 1844.

175Sarmiento a toujours été partisan de la tolérance en matière de religion. Pour lui, toute croyance religieuse est exclusive1018, chaque croyant étant persuadé qu’il possède la vérité.

176Pourtant « il n’y a pas dans l’Evangile une seule maxime intolérante », dit-il. C’est ce qui ferait la supériorité du christianisme sur les autres religions si les chrétiens appliquaient les principes formulés par Jésus.

177Mais les peuples chrétiens ne l’ont pas entendu ainsi.

***

  • 1019 Progreso, 10 mars 1843.
  • 1020 Progreso, 28 déc. 1842.

178Les idées de Sarmiento l’opposent à la Revista católica, dont il a pourtant accueilli avec sympathie le prospectus1019. Créée pour combattre l’esprit libéral qui, depuis quelque temps, envahit la presse, cette revue est dirigée par Mgr. Rafael Valentin Valdivieso, archevêque de Santiago. Sarmiento a eu maille à partir avec lui à propos de la religieuse Zañartu, que le rédacteur du Progreso avait donnée pour exemple de jeune fille cloîtrée malgré elle1020.

179L’émigré a l’occasion de se mesurer avec cette revue au sujet du mariage mixte et du livre d’Aimé Martin, Education des mères de famille.

  • 1021 « La prensa este año a tratado cuestiones mui graves, libertad de Culto, matrimonios mistos, asta (...)

180Cette polémique, puisque polémique il y a, a le ton d’une discussion courtoise qui fait honneur aux deux adversaires. Chacun a son point de vue, argumente avec conviction et reste sur ses positions ; néanmoins Valdivieso raisonne sans imprécations et Sarmiento s’exprime avec fermeté, mais sans chercher le coup d’éclat, la raillerie brillante qui mette les rieurs de son côté. Il faut le dire, car ce n’est pas souvent que Sarmiento se montre calme et pondéré dans la polémique. Dans une lettre à son ami Posse, il constate que la Revista católica discute avec lui « avec la plus grande courtoisie », et il affirme qu’on le trouve lui-même de jour en jour plus sage et plus modéré1021.

181Les amateurs de morceaux de bravoure y perdent. Cette polémique avec la Revista católica n’est pas aussi imagée que la querelle au sujet du romantisme ou de l’orthographe.

182Sarmiento a en face de lui un prélat vertueux, qui ne s’emporte pas. Il comprend que la violence ne saurait lui être d’aucun secours.

183Et puis Sarmiento est catholique ; la dignité du prélat lui en impose malgré lui. Sa lutte, serrée, n’en est que plus courageuse.

184Le premier épisode en est la discussion à propos du mariage mixte. Tout Valparaiso parle du mariage d’une jeune fille, qui a épousé un protestant à bord d’un bateau de guerre anglais, parce que le prêtre qu’elle était allée voir avait exigé comme condition sine qua non, pour accomplir les formalités nécessaires, qu’elle fît élever ses enfants dans la religion catholique.

  • 1022 Revista católica, no 47, 1er déc. 1844.

185La Revista católica soutient le curé et rappelle que l’Eglise condamne les mariages mixtes, sauf dans des cas exceptionnels1022.

  • 1023 Cf. p. 292.

186On se rappelle que la loi du 6 septembre 1844 tenait compte des mariages entre dissidents, mais ne se souciait pas des mariages mixtes1023.

  • 1024 Progreso, 2 déc. 1844.
  • 1025 Ibid.

187Sarmiento ne peut tirer argument de la loi, puisque celle-ci n’existe pas. Toutefois il fait observer que l’absence de législation au sujet des mariages mixtes est à l’origine, selon lui, de la prostitution qui sévit à Valparaiso. Allant au bout de sa pensée, il n’hésite pas à demander si « l’on doit sacrifier la morale, la décence publique, au désir de conserver l’unité catholique »1024. Revenant sur la nécessité d’autoriser légalement le mariage entre protestants et catholiques, il raisonne ainsi : du moment que l’on a accepté le mariage entre dissidents, il y aura bientôt un grand nombre de Chiliens protestants. L’unité de croyance n’aura donc pas été maintenue. On ne voit pas pourquoi alors le gouvernement ne réglerait pas, dès maintenant, la question des mariages mixtes. La Bulle par laquelle Benoit XIV a prétendu conserver l’unité catholique se trouve sans effet. D’ailleurs, cette Bulle, argumente Sarmiento, « ne contient pas de dogme de foi invariable, mais seulement une disposition réglementaire, qui n’est pas appliquée dans tous les pays catholiques »1025.

188En somme, Sarmiento fait passer la religion après l’intérêt social du pays. Peu lui importe l’avenir du catholicisme.

  • 1026 Revista católica, no 48, 15 déc. 1844.
  • 1027 Revista católica, no 51, 11 janv. 1845.

189La Revista católica soutient que le conjoint catholique, une fois les feux de la passion éteints, éprouvera une souffrance intolérable quand il s’apercevra qu’il ne peut pas attirer l’autre « dans le sein de la seule et véritable Eglise », et l’imaginera privé de la félicité éternelle. Elle allègue aussi le danger de la contradiction dans la famille, où le plus cultivé peut entraîner l’autre dans l’erreur1026. Finalement, assure cette revue, les lois qui fixent la valeur du mariage sont immuables, la religion les protège. Et voici sa réplique directe à l’idée de Sarmiento, qui demandait à l’Etat de prononcer : « Si l’autorité, qui ne peut veiller que sur les intérêts terrestres, veut s’approprier un droit qui ne lui appartient pas pour altérer les liens avec lesquels Dieu a uni les cœurs, ses dispositions ne peuvent qu’attirer l’exécration sur leurs auteurs et le mépris des honnêtes gens »1027.

190La Revista católica interdit à l’Etat d’intervenir dans des questions qu’elle estime purement religieuses. Sarmiento veut, au contraire, que l’Etat règle une question qu’il n’envisage que d’un point de vue social. C’est le cas typique d’un dialogue de sourds.

  • 1028 Progreso, 3 déc. 1844.

191Ce dialogue reprend à propos du livre d’Aimé Martin, Education des mères de famille, que, dans un article du1er décembre 1844, la Revista católica accuse d’hérésie. Une fois de plus, Sarmiento fait bon marché de l’aspect catholique de la question. Est-il ou n’est-il pas nécessaire d’éduquer les femmes ? Voilà le point important. D’ailleurs, ce livre n’a pas été écrit pour les femmes, argumente Sarmiento non sans logique. Les femmes, dans l’état actuel de leur culture, sont incapables de le comprendre. En outre, elles sont faites pour croire. Aimé Martin a écrit pour les hommes habitués à penser, et leur a dit : éduquez les femmes et vous civiliserez le genre humain1028. C’est très exactement la thèse du livre, qui a pour sous-titre, rappelons-le : de la civilisation du genre humain par les femmes.

  • 1029 Progreso, 5 déc. 1844.

192La Revista católica reproche à Aimé Martin de citer l’Evangile pour ne prendre de celui-ci que ce qui convient à son argumentation. Sans doute, acquiesce Sarmiento. Mais, pourquoi a-t-on pris l’habitude de dire d’un écrivain qu’il est hypocrite quand il n’est pas d’accord avec les doctrines reçues ? Il n’ose pas dire très nettement qu’Aimé Martin n’a pas été le seul à interpréter les évangiles ; toutefois, il ne se fait pas faute d’affirmer que si l’auteur du livre incriminé a pu commettre des erreurs, il a dit aussi, en matière de religion, de grandes vérités1029.

193Lesquelles ? Cette fois, Sarmiento prétend battre la Revista católica sur son propre terrain en démontrant que les prétendues hérésies d’Aimé Martin n’existent pas. Celui-ci a écrit : « J’adopte toutes les communautés chrétiennes. Soyez catholiques, luthériens, presbytériens, anabaptistes, calvinistes, n’importe : fils du même Dieu, nous ne pouvons être ennemis ». Et la Revista católica interprète : ainsi, mystères, culte et foi sont indifférents et également agréables à la divinité, du moment que la morale est une. Erreur, d’après Sarmiento. Aimé Martin ne cherche pas à savoir si tel culte agrée plus à la divinité que tel autre ; il veut seulement dire que catholiques et protestants ont une morale commune, il n’y a pas de raison pour qu’ils se fassent la guerre. Voilà un principe dont on ne peut pas dire qu’il ne soit pas très chrétien, triomphe Sarmiento.

194La Revista católica condamne aussi ce principe d’Aimé Martin : « L’unité dans le dogme n’est qu’une ambition fatale aux progrès du genre humain ». Certes, renchérit Sarmiento. La preuve en est fournie par la Revista católica elle-même, qui demande si c’est le catholicisme qui a fait le mal en Suède, en Suisse, en Pologne, en Prusse, en Angleterre, où les catholiques ont été molestés. Non, ce n’est pas le catholicisme, répond Sarmiento : c’est la fatale ambition de conserver l’unité dans le dogme. L’actualité en fournit de nombreux exemples. Cette jeune fille catholique qui a épousé un protestant sur un navire anglais, tous ces dissidents de Valparaiso sont les victimes de l’intolérance catholique, tout comme ces Suédois, ces Suisses, ces Polonais, ces Anglais ont été les victimes de l’intolérance protestante.

195Bornons-nous à déclarer hérétiques les principes qui attaquent le dogme, et rien de plus, déclare Sarmiento, qui ajoute : « Nous soutenons qu’il est orthodoxe et très orthodoxe de croire que personne sur la terre n’a le droit d’empêcher un homme d’adorer Dieu selon sa conscience ».

196La Revista católica ne lui a pas demandé de quelle orthodoxie il voulait parler.

  • 1030 Revista católica, no 49, 21 déc. 1844.

197Mais son adversaire est surtout désireux de montrer le danger du livre d’Aimé Martin et de défendre l’unité du dogme catholique. Tout en blâmant la persécution religieuse, il se refuse à voir les avantages « que la tolérance des cultes différents apporterait à notre chère patrie »1030.

  • 1031 Progreso, 28 déc. 1844.
  • 1032 Revista católica, no 54, 15 févr. 1845.

198Puis la discussion change d’objet. La Revista católica a dit que le peuple n’était pas assez instruit pour comprendre le livre d’Aimé Martin. A qui la faute ?, demande Sarmiento. Au clergé, sans aucun doute, qui n’a pas cherché à instruire, mais à convaincre par la peur. Et maintenant, il lui faut rattraper le temps perdu. Mais il ne doit pas empêcher le peuple de lire des ouvrages susceptibles de former son intelligence. Il doit aussi bien l’autoriser à connaître Voltaire ou Montesquieu que les protestants Michelet, Guizot, Niebuhr, Herder1031. Le clergé ne mènera sa tâche à bien que s’il est tolérant. D’après Sarmiento, c’est dans les pays tolérants, comme la France, que les catholiques connaissent le mieux la religion. A cela la Revista católica réplique : dans les pays où règne la tolérance, on voit indifférence religieuse, athéisme, déisme, matérialisme ; ainsi « l’incrédulité est engendrée dans les denses ténèbres de la philosophie britannique…, disséminée dans presque tous les coins de France »1032. Sarmiento dit que l’Espagne n’a rien fait de sérieux pour inculquer des vérités religieuses au peuple. La Revista católica affirme qu’il lui serait facile de citer un catalogue d’œuvres espagnoles écrites en défense de la religion.

  • 1033 Recuerdos de provincia, III, 173.

199Les deux adversaires pourraient poursuivre la polémique interminablement. Ils sont irréductibles. Sarmiento a perdu la foi catholique depuis 1827, quand il a senti pénétrer en lui le premier doute à la suite des vociférations fanatiques de Pedro Ignacio de Castro Barros1033. Et l’archevêque Valdivieso n’est pas Lamennais ; il condamne les Paroles d’un Croyant, publiées dans El Amiga del pueblo.

  • 1034 Cf. Bibliographie.

200Les deux adversaires ne se trouvent d’accord que sur un point : l’utilité de l’enseignement religieux. Sarmiento a publié une traduction : La Vida de N. S. Jesucristo1034. Dans un article du 20 mars 1845, la Revista católica félicite le traducteur de son choix et recommande le livre aux pères de famille.

201Comme ce coup d’encensoir vient après la polémique, on voit que Valdivieso n’a pas gardé rancune à Sarmiento des propos peu catholiques qu’il a tenus dans El Progreso.

202En somme, Sarmiento n’est pas un libre-penseur. Dépourvu de ferveur religieuse, il a pourtant déclaré qu’il cesserait d’appartenir à la franc-maçonnerie si cette société secrète avait pour but de détruire le catholicisme. Pendant son séjour au Chili, il a traduit une version de la vie de Jésus, parfaitement conforme au dogme catholique.

203Ce dernier fait en dit long sur la religion de Sarmiento qui, en bref, préconise un retour aux évangiles, à l’enseignement du Christ, devenu, dans l’esprit de ses modèles préférés et dans le sien, le premier socialiste.

204Christianiser l’humanité, telle serait la formule. Car le christianisme comporte, selon Sarmiento, une doctrine qui lui est chère : la perfectibilité humaine. En outre, le christianisme est une morale. Mais l’Eglise catholique, surtout l’Eglise catholique espagnole, fait la place trop large à un fanatisme incompatible avec l’évolution sociale, avec l’idée chrétienne. La tolérance, estime Sarmiento, découle tout naturellement de la loi d’amour. Mais il ne raisonne pas dans l’abstrait. Dans leur intérêt les pays américains se doivent d’attirer les étrangers, particulièrement les plus industrieux : les Anglais et les Allemands. Or, ces étrangers sont pour la plupart des protestants. « Qui dit liberté de cultes, dit immigration européenne et peuplement », écrit Sarmiento dans Facundo. Il vient d’affirmer : « La liberté de cultes est en Amérique une question de politique et d’économie ». Il semble que la tolérance de Sarmiento soit inspirée par un intérêt bien matériel. En s’exprimant ainsi, c’est la future prospérité du pays qu’il envisage.

  • 1035 Crónica, 25 nov. 1849. Cet article vaut à son auteur une réplique de la Revista católica, à laquel (...)

205Mais tout n’est pas calcul dans son raisonnement. Beaucoup s’en faut. Sarmiento a été un grand lecteur de la Bible, qu’il commentait, dans son enfance, avec son oncle, le curé José de Oro. On peut voir là, semble-t-il, l’origine de sa sympathie à l’égard des protestants. A un certain moment de son existence, le protestantisme lui a paru plus près de l’esprit du Christ que le catholicisme encombré de superstitions, de ce fanatisme tapageur affiché par des hommes qui se souciaient peu du progrès qui était en train de se réaliser en Europe et surtout aux Etats-Unis. Le protestant lui apparut comme un chrétien plus évolué que le catholique. Plus pratique aussi. Selon Sarmiento, les missions protestantes ont mieux réussi que les missions catholiques. Le pasteur, qui s’établit avec sa famille dans la région à évangéliser, qui enseigne à lire dans la Bible, qui prend part à la vie active et qui, en un mot, prêche d’exemple pour montrer les bienfaits de la société moderne, est un meilleur instrument de la civilisation que le prêtre, dit-il1035.

206Et puis Sarmiento ne peut pas admettre qu’il n’y ait qu’une façon possible d’adorer Dieu. Aussi applaudit-il à la multitude de cultes qu’il trouve aux Etats-Unis, et qui constitue un vrai « chaos religieux ».

  • 1036 Viajes, V, 402-403.

207Lui qui a rejeté l’unité du dogme catholique, aspire à une unité de croyance établie par la force des choses et non par le fanatisme. Il voit venir « le jour prochain où les Etats-Unis présenteront au monde le spectacle d’un peuple catholique dévot sans forme religieuse apparente, philosophe mais chrétien ; exactement comme les Chinois ont fini par avoir une religion sans culte, dont le grand apôtre est Confucius. Il en résultera une grande élévation morale grâce à la disparition des sectes religieuses qui aujourd’hui divisent le monde »1036.

Notes

808 De la educación popular, XI, 428.

809 Nacional, 15 mai 1841.

810 Ibid.

811 La Crónica, 28 janv. 1849.

812 Mercurio, 4 juill. 1841.

813 Mercurio, 28 avr. 1842.

814 Progreso, 10 nov. 1842.

815 Progreso, 30 août 1845.

816 Mercurio, 28 avr. 1842, Progreso, 11 nov. 1842.

817 Mercurio, 4 juill. 1841.

818 Mercurio, 3 mars 1841.

819 Mercurio, 22 avr. 1841.

820 Mercurio, 18 mai 1841. Dans cet article humoristique Sarmiento annonce la mort de la plupart de ces feuilles politiques : El Duende, La Justicia, El Tribuno, El Comilón, El Veterano, El Porvenir, Guerra a la tiranía. Il suppose qu’elles ont succombé à une épidémie de choléra morbus.

821 Mercurio, 19 juill. 1842.

822 Progreso, 9 mars 1843.

823 Progreso, 10 mars 1843.

824 Progreso, 19 août 1844.

825 Progreso, 20 mai 1845.

826 Progreso, 17 déc. 1842.

827 Progreso, 10 févr. 1843.

828 Progreso, 2 avr. 1844.

829 R. Donoso, Las ideas políticas en Chile, op. cit., 351.

830 Ibid., 353.

831 Mercurio, 16 mars 1841.

832 Mercurio, 3 avr. 1841.

833 Ibid.

834 Nacional, 15 mai 1841.

835 Ibid. Sarmiento présente cette phrase entre guillemets sans en citer l’auteur. Il l’a empruntée à Tocqueville (op. cit., t. I, p. 188) et a remplacé le mot tribun par démagogue.

836 Ibid.

837 Mercurio, 8 mars 1841.

838 Ibid.

839 Las ideas políticas en Chile, op. cit., 366.

840 Crónica, 1er juill. 1849.

841 Crónica, 19 août 1849.

842 Ibid.

843 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 190.

844 Crónica, 8 juill. 1849, IX, 76.

845 Ibid.

846 O. R. Beltrán, op. cit., 80.

847 X, 297.

848 Mercurio, 15 avr. 1841.

849 Progreso, 1er nov. 1844.

850 Progreso, 25 août 1845.

851 Progreso, 7 juin 1844.

852 Mercurio, 19 juin 1842.

853 Mercurio, 4 mai 1842.

854 Mercurio, 5 mai 1842.

855 Mercurio, 1er juin 1842.

856 Mercurio, 13 sept. 1842.

857 Progreso, 5 août 1843. Progreso, 20 août 1844.

858 Progreso, 27 sept. 1844.

859 Progreso, 21 oct. 1844.

860 Progreso, 26 oct. 1844.

861 Mercurio, 1er août 1841.

862 Progreso, 18 sept. 1845.

863 Progreso, 20 mai 1844.

864 Progreso, 25 juill. 1845.

865 Progreso, 3 oct. 1845.

866 Mercurio, 16 nov. 1841 ; X, 120 (art. sans référence).

867 Crónica, 6 mai 1849.

868 F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 538.

869 Progresso, 2 juill. 1844.

870 Progreso, 27 nov. 1844.

871 Crónica, 1er avr. 1849.

872 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 82.

873 Progreso, 15 oct. 1844.

874 Crónica, 23 sept. 1849. A vrai dire, si les routes n’étaient pas mieux entretenues, si elles n’étaient pas plus nombreuses, la faute n’en revenait pas uniquement au gouvernement, qui, par la loi du 17 décembre 1842, avait créé le corps des ingénieurs des ponts et chaussées. Mais il ne suffisait pas d’avoir promulgué une loi, encore fallait-il trouver des volontaires, en l’occurrence des ingénieurs et des cantonniers pour tracer ces belles routes prévues par l’Etat (F. A. Encina, op. cit., t. XII, 81).

875 Crónica, 23 sept. 1849.

876 Mercurio, 22 janv. 1842 ; Mercurio, 4 avr. 1842. En 1848, le nombre des pièces de bois est de 414 225 et de 644 290 en 1849 (F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 515).

877 X, 272, art. sans référence.

878 Crónica, 22 avr. 1849.

879 F. A. Encina, op. cit., t. III, 516.

880 Crónica, 4 févr. 1849.

881 Carlos M. Rama, op. cit., 94.

882 Id., 95.

883 Mercurio, 7 mars 1842.

884 Ibid. Dans le Mercurio du 6 mars 1841, il explique le procédé Arnaud pour traiter les minerais d’argent.

885 Mercurio, 1er mars 1842.

886 Mercurio, 5 mai 1842.

887 Mercurio, 26 mai 1842.

888 La production annuelle de l’or, qui était de 3.100 kg pendant les dix premières années du xixe siècle, se répartit ainsi pour les années suivantes : 2.000 kg de 1810 à 1820 ; 1.200 kg de 1820 à 1840 ; 922 kg de 1840 à 1860 ; 650 kg de 1850 à 1860 (J. Ruiz Bourgeois, op. cit., 288).

889 F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 497 à 512.

890 Le tableau de la production annuelle d’argent au Chili donne : 8500 kg, de 1800 à 1820 ; 26.500 kg, de 1820 à 1840 ; 80.950 kg de 1841 à 1860 (J. Ruiz Bourgeois, op. cit., 288).

891 F. A. Encina, op. cit., t. XI, 542.

892 2.000 t par an dans les 35 premières années du xixe siècle ; 8.200, dans les 15 années suivantes ; 24.393, de 1851 à 1860 ; 43.880, de 1861 à 1880 (J. Ruiz Bourgeois, op. cit., 289).

893 Progreso, 26 mai 1845.

894 Progreso, 19 août 1844.

895 Progreso, 25 mai 1844, 27 mai 1844.

896 Dans ses articles du Progreso (20 et 21 juin, 19 déc. 1844), Sarmiento cite les ouvrages qu’il a consultés sur la matière.

897 On lit, dans le Diario de gastos : « 1846, 5 juin, retour de Senar (sic) chemin de fer ; 7 juin, au conducteur pour apporter mon sac de nuit jusque à la ferme de Sénart à la Magnangerie (sic) ; 19 juin, Omnibus et chemin de fer pour retourner à Sénart (dans la marge : « Mainville », en lisière de la forêt de Sénart) ; 28 juin, Donnée (sic) au (sic) femmes qui récoltent les feuilles de mûrier pour les vers à soie ; 18 juillet, Cour (sic) de Culture. »

898 Crónica, 20 mai 1849.

899 X, 268.

900 Crónica, 6 mai 1849.

901 F. A. Encina, op. cit., t. XIII, 533.

902 Mercurio, 30 mai 1842.

903 Op. cit., t. I, deuxième volume, 160. Deuxième partie, chapitre XIX : « Ce qui fait pencher presque tous les Américains vers les professions industrielles ».

904 Op. cit., 227.

905 Progreso, 19 août 1844.

906 De la démocratie en Amérique, op. cit., deuxième volume, 146.

907 Progreso, 20 mai 1845.

908 Progreso, 25 mai 1844.

909 Mercurio, 13 août 1842 ; X, 11.

910 Mercurio, 26, 27, 28, 30 juill. 1841.

911 Système pénitentiaire aux Etats-Unis et de son application en France, suivi d’un appendice sur les colonies et des notes statistiques, par MM. Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville, Paris, 1833. Demetz, Projet d’établissement d’une maison de refuge pour les prévenus acquittés, Paris, 1830. Rapports à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des Etats-Unis, Paris 1839.

912 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 79-80.

913 Mercurio, 16 juill. 1842.

914 Ibid.

915 Op. cit., t. XII, 87.

916 Crónica, 25 févr. 1849.

917 Mercurio, 9 juin 1842.

918 Mercurio, 3 déc. 1841.

919 Ibid.

920 Mercurio, 9 juin 1842.

921 Ibid.

922 Ibid.

923 « Para que los trabajos estadísticos sean útiles deben satisfacer necesidades sentidas de antemano y suministrar datos para la ciencia económica, para la legislación, la administración y en general para el progreso de las luces. » (Mercurio, 25 août 1842).

924 Mercurio, 25 déc. 1841.

925 Mercurio, 24 août 1842.

926 Mercurio, 25 août 1842.

927 C. M. Rama, op. cit., 92.

928 Voir note 913.

929 Mercurio, 29 juill. 1842.

930 Mercurio, 28 juill. 1842

931 Crónica, 25 févr. 1849,

932 Ibid.

933 « Republicano en perspectiva i con la presciencia de la resurrección de la república en Francia »… (Lettre à Valentin Alsina, datée du 12 nov. 1847 et reproduite à la suite des Viajes, V, 423).

934 Lettre à V. Alsina, V, 390.

935 Viajes, V, 99.

936 Viajes, V, 226.

937 Angel Rosenblat, op. cit., t. I, 205.

938 A. Venturino, op. cit., 228.

939 J. Zenteno Barros, op. cit., 203.

940 Art. du Mercurio non recueilli dans Obras.

941 Mercurio, 22 nov. 1842.

942 Progreso, 8 juill. 1844.

943 F. A. Encina, op. cit., t. XII, 83.

944 Progreso, 12 nov., 2 déc. 1844.

945 IX, 321.

946 Recuerdos del pasado, op. cit., 387.

947 IX, 327.

948 Op. cit., 244.

949 R. Donoso, Las ideas politicas en Chile, op. cit., 308.

950 Progreso, 27 janv. 1845.

951 Progreso, 29 janv. 1845.

952 Progreso, 1er févr. 1845.

953 Ibid.

954 Crónica, 22 juill. 1849.

955 J. Zenteno Barros, op. cit., 204.

956 Viajes, V, 328.

957 Crónica, 28 janv. 1849.

958 Crónica, 4 févr. 1849.

959 Crónica, 11 févr. 1849.

960 Crónica, 4 mars 1849.

961 Crónica, 8 avr. 1849.

962 Crónica, 22 juill. 1849.

963 Ibid.

964 Ibid. Ce projet de loi n’a pas été recueilli par J. Zenteno Barros, op. cit.

965 J. Zenteno Barros, op. cit., 541.

966 J. Zenteno Barros, op. cit., 547. V. Pérez Rosales dit qu’il est arrivé au port de Corral le 12 février 1850 (Recuerdos del pasado ; op. cit., 374). Ou bien il est parti avant la signature du décret, ou bien il se trompe. A moins que la référence donnée par J. Zenteno Barros soit fausse.

967 Recuerdos del pasado, op. cit., 374-392.

968 Crónica, 22 juill. 1849.

969 J. Zenteno Barros, op. cit., 205.

970 VII, 26.

971 C’est au livre de Roberto Schopflocher (op. cit.) que nous empruntons les indications sur l’histoire de l’immigration en Argentine.

972 VII, 250.

973 Crónica, 24 juin, 1, 8 juill. 1849.

974 XIII, 93.

975 XIII, 95.

976 Sud-América, 1er avr. 1851.

977 Cf. titre complet dans notre Bibliographie : Emigración alemana ; XXIII, 152-177.

978 Campaña en el ejército grande aliado de Sud-América, XIV.

979 R. Schopflocher, op. cit., 36.

980 Sarmiento, op. cit., 107-108.

981 « No he pertenecido jamás ni pertenezco hoi a logia ninguna. Soi miembro de la Facultad de Humanidades de la Universidad de Chile ; de la Sociedad Literaria de Profesores de la ensenanza primaria de Madrid ; del Instituto Histórico de Francia ; de la Sociedad de Agricultura i de Beneficencia de Chile ; de la Sociedad Sericícola Americana ; hé aquí las únicas corporaciones a que pertenezco. El que me atribuya estar ligado a otro jénero de lojias, me calumnia » (Crónica, 3 juin 1849).

982 Martín V. Lazcano, op. cit., t. II, 401.

983 Discours du 29 sept. 1868, XXI, 253.

984 L’ouvrage de Martin V. Lazcano contient le discours que Sarmiento prononça le 29 septembre 1868 ; le discours qu’il prononça en 1882, quand il fut élu Grand Maître de la Franc-Maçonnerie Argentine pour la période 1882-1885 ; une lettre de Sarmiento à José Roque Pérez au sujet de la « charité maçonnique », datée de Buenos Aires, 23 mars 1859.

985 Vida de Sarmiento, op. cit., 98.

986 Cf. p. 9 de notre étude.

987 Doctor Gaspar Ferrer (op. cit., 55-64).

988 R. Donoso, Las ideas políticas en Chile, op. cit., 178.

989 Ibid, 192.

990 Ibid, 189.

991 Ibid, 192-193.

992 Amunátegui, El progreso intelectual y politico de Chile, op. cit., 20-21.

993 Mercurio, 21 juill. 1842.

994 Mercurio, 14 mars 1842.

995 Mercurio, 21 juill. 1842.

996 Mercurio, 13 août 1842.

997 Progreso, 6 sept. 1844.

998 Mercurio, 21 févr. 1842.

999 Progreso, 9 sept. 1844.

1000 Progreso, 16 févr. 1843.

1001 Progreso, 1er avr. 1844.

1002 Progreso, 26, 30 mars, 1er avr. 1844.

1003 Mercurio, 21 juill. 1842.

1004 Op. cit., 562.

1005 Ibid.

1006 Progreso, 3 mai 1844.

1007 Progreso, 12 sept. 1845.

1008 Progreso, 10, 12, 15 avr. 1844.

1009 Progreso, 17 avr. 1844.

1010 Progreso, 10 mars 1843.

1011 Op. cit., 16.

1012 Progreso, 15 avr. 1844.

1013 Progreso, 10 mars 1843.

1014 Progreso, 11 mars 1843.

1015 Progresso, 3 sept. 1844.

1016 Progreso, 4 avr. 1844.

1017 Progreso, 15 mars 1843.

1018 Progreso, 23 août 1844.

1019 Progreso, 10 mars 1843.

1020 Progreso, 28 déc. 1842.

1021 « La prensa este año a tratado cuestiones mui graves, libertad de Culto, matrimonios mistos, asta la Revista Católica discute conmigo con la mayor cortesía. Dicen qe cada día gano mas en prudencia i moderacion, sin qe por eso dejen de cuando en cuando de descargarme los insultos mas brutales ».
Lettre à José Posse, San Felipe, 29 janv. 1845, publiée dans Epistolario entre Sarmiento y Posse (Cf. Bibliographie).

1022 Revista católica, no 47, 1er déc. 1844.

1023 Cf. p. 292.

1024 Progreso, 2 déc. 1844.

1025 Ibid.

1026 Revista católica, no 48, 15 déc. 1844.

1027 Revista católica, no 51, 11 janv. 1845.

1028 Progreso, 3 déc. 1844.

1029 Progreso, 5 déc. 1844.

1030 Revista católica, no 49, 21 déc. 1844.

1031 Progreso, 28 déc. 1844.

1032 Revista católica, no 54, 15 févr. 1845.

1033 Recuerdos de provincia, III, 173.

1034 Cf. Bibliographie.

1035 Crónica, 25 nov. 1849. Cet article vaut à son auteur une réplique de la Revista católica, à laquelle Sarmiento répond, dans la Tribuna du 1er février 1850, qu’il lui est impossible de s’entendre avec son interlocuteur, car ils ont des buts diamétralement opposés : l’un songe d’abord à sauver les âmes, l’autre, à instruire les hommes (IX, 245).

1036 Viajes, V, 402-403.

© Éditions de l’IHEAL, 1963

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search