Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le marché commun latino-américain

 | 
Victor Alfonso Maldonado

Deuxième partie. Critiques et possibilités

Introduction

Texte intégral

1Le postulat de l’industrialisation comme la solution fondamentale aux problèmes posés par le développement économique et social des pays sous-développés, est accepté aujourd’hui comme un critère d’évidence par le tiers-monde.

2L’Amérique Latine a adopté cette position. Chaque pays s’est employé à mettre en œuvre ses ressources dans le but d’obtenir un degré d’industrialisation aussi élevé que possible. Les circonstances favorables de la conjoncture mondiale permirent l’établissement dans le Continent Latino-américain, d’industries manufacturières qui n’étaient que l’extension spontanée de la production primaire ou artisanale vers les industries de la consommation répondant le mieux aux conditions de la demande mondiale.

3Ce processus d’industrialisation s’est déroulé dans des conditions très onéreuses, à l’abri des tarifs élevés et des restrictions quantitatives qui ont eu pour effet de substituer la protection à l’insuffisance de productivité.

4Ainsi le secteur secondaire n’a pas accompli sa fonction dynamique d’absorption de la main-d’œuvre rendue disponible par la poussée démographique et la mécanisation des secteurs agricoles et artisanaux.

5D’innombrables goulots d’étranglement ont ralenti dans tous ces pays le rythme d’une expansion économique faite à l’intérieur d’un espace compartimenté, étroitement dépendant des impulsions extérieures. Les inconvénients de l’absence de spécialisation et de la division rationnelle du travail se sont fait sentir avec force.

6La compréhension des difficultés qu’entraîne un processus d’industrialisation, limité à la capacité d’absorption d’un marché à dimensions réduites, caractérise le mouvement idéologique qui, tendant à libéraliser le commerce en Amérique Latine, a abouti à la conception d’un plan d’ensemble institutionalisé.

7Tous les pays de l’Amérique Latine se trouvent engagés, à des stades divers d’évolution, dans les programmes de développement industriel. Pour certains d’entre eux la phase atteinte ne dépasse pas celle de la transformation élémentaire d’une matière première ou d’un produit agricole en un article répondant aux besoins de la demande étrangère d’exportation. Pour d’autres, les conditions requises pour le développement des industries de transformation les plus complexes sont remplies. La plupart des pays adhérents à l’ALALC possèdent une structure industrielle qui leur permet de subvenir à une grande partie de leur demande de biens de consommation et de biens intermédiaires.

  • 1 C’est ainsi que, bien que 96 % de la production de lingots d’acier — (environ 7 millions de tonnes (...)

8Bien que la dimension des marchés se soit révélée insuffisante pour permettre l’installation d’industries dont la productivité est étroitement associée au volume de la production, les pays latino-américains ont préféré payer le prix d’une industrialisation acquise à base de coûts unitaires très élevés, plutôt que de renoncer à cette caractéristique essentielle du développement économique1.

9L’instabilité des réserves de devises dans la période qui suit l’après-guerre, l’augmentation exagérée de la demande d’importation et l’insuffisance des flux de capitaux étrangers à long terme ont constitué, avec l’accroissement de la population active, les facteurs les plus importants dans l’accélération de l’effort d’industrialisation en Amérique Latine.

10La mise en valeur des ressources inexploitées et l’attitude nationaliste adoptée en cette matière, ont également favorisé l’expansion d’un processus de développement industriel que le libre jeu des forces du marché n’avait pas déterminé.

11Par définition, si dans un pays où l’infrastructure et la formation technique se trouvent encore dans un état déficient, le processus d’industrialisation doit être normalement ralenti par d’innombrables obstacles internes et doit affronter une concurrence écrasante de l’extérieur, ce processus se verra d’autant plus freiné que les difficultés de la balance des paiements seront chroniques.

12Ce sont ces mêmes difficultés qui provoquèrent la formation de systèmes de restrictions quantitatives, douanières et cambiaires, qui ne répondaient pas à un ensemble harmonieux, préalablement étudié et mis sur pied ; au contraire, ces mesures furent dictées par des éventualités et des contingences qui demandaient une solution urgente, sinon rationnelle.

13Des distorsions dans la structure des prix et des coûts internes s’ensuivirent ; s’ajoutant à celles-ci les restrictions opposées à l’offre étrangère, n’ont pu déterminer les changements de structures souhaités, ni le développement industriel adéquat et justifié par les conditions du marché interne.

14Cependant, et en dépit des erreurs et des tâtonnements, les progrès réalisés dans ce domaine ont été considérables, grâce à quoi l’Amérique Latine a été en mesure de libérer une grande partie des ressources monétaires destinées à l’importation des biens de consommation, pour les diriger vers l’achat de biens d’équipement et de matières premières essentielles.

15Dans les pays à plus grand développement relatif, la substitution des biens de consommation et produits intermédiaires a été presque intégralement réalisée.

16De ce fait, et en raison de la capacité de production installée ou en voie de l’être, ces pays ont pu faire face à l’augmentation de la demande de produits consommables.

17Mais, dans la plupart des cas, le pouvoir d’absorption du marché est si réduit que sa capacité s’avère insuffisante pour parvenir à une substitution d’importations de biens consommables. Il est fréquent de trouver dans certaines branches de la production, tantôt une saturation du marché, tantôt un excès de capacité disponible.

18L’extension de la production aux industries de base et de biens de capital durable, fera apparaître cette insuffisance de manière plus évidente.

19Néanmoins, en Amérique Latine, les conditions requises pour accomplir cette « révolution industrielle » semblent être réunies. D’une part, et comme suite au processus général de développement, la demande de biens de capital et de produits d’élaboration complexe augmente rapidement. D’autre part, plusieurs pays latino-américains comptent, à l’heure actuelle, avec une certaine expérience de production, et ont repris confiance en leurs propres capacités.

20La capitalisation privée et une politique gouvernementale consciente ont permis l’apparition d’un « esprit d’entrepreneur » qui n’existait pas il y a encore quelques années. Les ressources naturelles sont riches et variées. Enfin, de puissantes unités d’industrie lourde ont été installées récemment, et de nombreux projets sont à l’étude pour y créer des complexes industriels nouveaux.

21Nous avons vu que plusieurs ordres de raisons — étroitesse des marchés, considérations technologiques, déséquilibres des balances des paiements — s’opposent au progrès continu de l’industrialisation, même dans ces pays où la dimension géographique et humaine paraît déterminer une meilleure destinée économique.

22Le processus d’industrialisation ne pourra se poursuivre qu’à condition de passer de la dimension actuelle des marchés à une dimension plus élevée.

23Par-delà les problèmes de la complémentarité, de la division du travail et de la spécialisation internationale, il s’agit d’obtenir, par l’intégration progressive des économies, une nouvelle dimension permanente de l’espace économique.

24En dépit des difficultés et des critiques, malgré un passé riche en occasions perdues, le but poursuivi vaut l’enjeu.

25Seule une meilleure distribution des ressources dans un espace élargi, pourrait justifier économiquement des productions à grande échelle, à bas coûts unitaires, et l’emploi plus rationnel des opportunités de production et de consommation.

Notes

1 C’est ainsi que, bien que 96 % de la production de lingots d’acier — (environ 7 millions de tonnes) — soit le fait de sept pays, le Brésil et le Mexique (67 %), l’Argentine, le Chili, le Venezuela la Colombie, et le Pérou, quelques usines de petite capacité localisées en Uruguay, Panama, le Salvador, fournissent 4 % de la production totale.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540