Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le marché commun latino-américain

 | 
Victor Alfonso Maldonado

Première partie. Avantages de l’intégration

Chapitre III. Les facteurs d’intégration en Amérique Latine

Texte intégral

1L’expérience de la construction de l’Europe et les problèmes posés par son élaboration ont constitué une source précieuse de renseignements dans laquelle les signataires du Traité de Montevideo ont largement puisé.

2La plupart des questions techniques posées par l’élaboration d’une Zone de libre-échange en Amérique Latine avaient déjà été discutées et résolues au cours de la longue période qui précéda l’établissement du Marché Commun Européen.

3En novembre 1958, sous l’influence de la CECA et la constitution de la CEE alors imminente en Europe, l’expression « Marché Commun » commença à être employée dans les sessions du Comité de Commerce de la CEPAL, ce terme se rapportant également aux perspectives d’intégration de l’Amérique Latine.

4Cependant, le secrétariat de la CEPAL montra beaucoup de prudence à se prononcer sur les possibilités de création en Amérique Latine d’un « Marché Commun » à l’européenne.

5Ainsi, le Directeur Général, M. Prebisch, mit en garde les délégations contre le danger d’adopter des « formules généreuses d’approximation économique » qui ont échoué pour avoir eu « la prétention de régir toutes les relations commerciales entre deux pays ou groupes de pays ».

6M. Prebisch se demandait s’il ne serait pas préférable d’étudier les possibilités d’accords plus limités, tels que « l’élection d’une série de produits des industries qui vont s’établir ou qui commencent à peine leur production, spécialement celles qui sont complexes et qui ont besoin de marchés élargis, et essayer d’établir certaines mesures de réciprocité sur la base de listes limitées ».

7Pour l’opinion de M. Prebisch, il convenait de refuser les formules plus générales et projeter le Marché Commun pour certains produits seulement, tout en acceptant en même temps, et la nécessité d’éliminer les restrictions de paiement qui affectaient l’échange inter-régional des produits traditionnels, et celle d’augmenter le commerce des matières premières. Avant tout, l’intégration de l’Amérique Latine demandait la recherche de « nouvelles formules ».

  • 1 P. Garcia Reynoso, « Trayectoria del Mercado Común Latinoamericano ». CEMLA, Mexico, 1960, p. 64 e (...)

8En fait, le Comité de Commerce considéra le problème dans son contexte latino-américain et non comme un cas n’intéressant que les pays du sud du continent ; dès le début des discussions, les projets d’intégration abandonnaient toute idée d’une union purement sectorielle1.

  • 2 ONU, Doc. E/CN. 12/550. New York, déc. 1960, p. 4.

9« L’enseignement le plus important qui se dégage de l’expérience européenne — affirme le Groupe Consulteur nommé conjointement par la CEPAL et l’OEA2 — c’est peut-être le fait qu’il est possible d’atteindre l’adaptation économique et sociale inhérente à la conversion d’un groupe de marchés nationaux isolés en une seule entité régionale, au prix d’une patiente négociation et de la mutuelle compréhension des objectifs à long terme de ces initiatives. »

10C’est ainsi qu’en mettant en pratique le Traité qui l’établit, la CECA dut empêcher que la libre-concurrence — but essentiel du pacte — n’originât de graves pressions sociales, comme conséquence de la mise en chômage de milliers d’ouvriers à la suite d’une modernisation des industries sidérurgiques et charbonnières. En France, par exemple, on dut fusionner quatre aciéries. En Belgique, il fallut réorganiser totalement un gisement de charbon et fermer certaines mines. En Italie, l’industrie sidérurgique se vit obligée de réduire l’excès de main-d’œuvre sans toucher pour autant au niveau général d’emploi du pays.

11Tous ces problèmes furent progressivement résolus avec succès grâce à ce qu’il avait été déterminé d’avance que le poids financier des mesures adoptées serait supporté par toute la Communauté.

12La désunion qui a existé jusqu’ici entre les pays de l’Amérique Latine peut apparaître, sous certains aspects, comme une « absurdité historique » ; nombre d’auteurs ont écrit que le conditionnement historico-social des pays latino-américains faciliterait l’intégration de leurs économies, le « poids du passé » n’étant pas aussi lourd pour eux que pour les Etats européens.

13M. F. Spaak pose clairement le problème en affirmant qu’en Europe, « les nations ont commencé leur processus industriel sous le poids du passé. La structure politique européenne du xixe siècle représentait pour beaucoup de monde le triomphe d’un idéal digne : la Nation Souveraine. Mais le xxe siècle introduit l’ère des continents, et une autre révolution douloureuse et radicale se fit nécessaire ».

14En Amérique Latine au contraire, loin d’évoquer d’anciennes luttes fratricides, ce poids du passé n’a d’autre signification que le rappel d’une appartenance à une seule patrie de destinée commune. Si l’idéal de l’a Etat-Souverain » est présent là aussi, une longue expérience de coopération panaméricaine a habitué les pays latino-américains à considérer en commun les problèmes qui concernent l’ensemble du continent. L’existence de cette conscience que nous n’hésiterons pas à qualifier de fraternelle est précisément ce qui permet aux facteurs d’union de l’emporter sur les causes de division.

15Le « nationalisme latino-américain » dans lequel certains croient discerner un obstacle à une intégration n’est pas un nationalisme individuel ou national ; il s’agit surtout là d’une réponse collective aux problèmes qui touchent l’ensemble de ces pays. Le nationalisme, notamment, est surtout canalisé contre l’a impérialisme yankee », accusé des maux qui affligent l’Amérique Latine, y compris de sa division actuelle...

16Par ailleurs, en ce qui concerne le problème purement économique, l’industrialisation est un fait trop récent pour que le « poids du passé » puisse constituer un réel obstacle ; plus qu’une Union économique, il s’agit de créer entre ces Etats une unité de développement en commun.

  • 3 Nous l’appellerons « ALALC » (Asociaciόn Latinoamericana de Libre Comercio) dans les pages qui sui (...)

17L’association Latino-Américaine de Libre-Echange3 n’est que le début d’une Union qui, espère-t-on, aura dans l’avenir une portée de plus en plus vaste.

  • 4 Les pays signataires du Traité de Montevideo sont : l’Argentine, le Brésil, le Chili, le Mexique, (...)

18Le Traité de Montevideo a été signé par sept Etats en février 1960 ; deux autres y ont adhéré en 1961 et le Venezuela en 19654. De plus on considère comme acquise la future adhésion des pays membres du Marché Commun Centro-Américain.

19Bien des espoirs sont dès lors permis à ceux qui rêvent de voir un jour l’Amérique Latine devenir une Patrie commune pour vingt peuples.

I. — LA PÉRIODE 1945-1955 ET L’ÉVOLUTION DES TERMES DE L’ÉCHANGE

20Les besoins de reconstruction des nations industrialisées firent des pays latino-américains des fournisseurs privilégiés de produits primaires, après la deuxième guerre mondiale.

21Leurs territoires n’ayant été la scène d’aucun front de combat et n’ayant par conséquent subi aucune destruction, ces peuples n’eurent pratiquement pas à affronter les détournements budgétaires des économies de guerre. L’Amérique Latine conserva pour ainsi dire intacte sa puissance productrice et, en outre, bénéficia largement tout au long de la guerre des achats massifs de produits par les belligérants.

22De ce fait, une relation favorable des termes de l’échange détermina, pendant la période de l’après-guerre qui va de 1945 à 1955, un processus de développement très rapide qui lui permit d’acquérir un taux de croissance moyen cumulatif du Produit National de l’ordre de 2,7 % par an.

23Ces résultats eurent pour conséquence une sensible amélioration du niveau de vie de ses habitants, mais les énormes inégalités pré-existantes dans la distribution du Revenu persistèrent, car les avantages de cette heureuse conjoncture se répartirent de manière fort irrégulière au sein des différentes couches de la population.

24De même, les Etats de l’Amérique Latine n’ont pas tous connu la même expansion économique. Les républiques de l’extrême sud du continent (l’Argentine, la Bolivie, le Chili, l’Uruguay et le Paraguay) acquirent un rythme de développement beaucoup plus lent que le reste des pays de la Zone. Ceci confirmait d’ailleurs une tendance qui se faisait déjà sentir avant le début de la deuxième guerre mondiale, et qui semblait déplacer le centre de gravitation de l’activité économique vers le Nord. En effet, l’ensemble des pays méridionaux qui, avant la grande dépression des années 30, fournissaient près de la moitié du Produit brut total de l’Amérique Latine, ne contribuent plus de nos jours à la formation de ce Produit que pour le tiers du chiffre total.

25Les taux de croissance les plus élevés ont été enregistrés par les pays les moins développés, ce qui a contribué en grande partie à réduire les différences du Produit par habitant existantes au lendemain de la guerre entre les divers pays.

26Globalement, de 1945 à 1955, le Produit brut par habitant s’est accru de 31 % malgré une augmentation du taux de la population de 26 % et un accroissement de la consommation individuelle de 40 %.

27De tels chiffres, bien que relativement modestes par rapport aux taux de croissance atteints par d’autres régions, représentaient l’élan qui permettrait aux pays d’Amérique Latine, et spécialement à ceux qui avaient déjà dépassé les premières étapes de leur industrialisation, de s’engager résolument dans un processus de croissance auto-entretenue.

28Bien des espoirs naquirent de cette période de haute conjoncture dont on pensa, ainsi qu’en témoignent de nombreux documents de l’époque, qu’elle serait génératrice d’un progrès économique ininterrompu à long terme.

29Mais les causes d’un pareil essor étaient par nature passagères : une fois satisfaits les énormes besoins de matières et de produits alimentaires non élaborés nécessaires à la reconstruction et à la subsistance des Economies effritées, cette période de développement intense devait également cesser.

30L’accélération primitivement acquise commença à voir son rythme ralentir à partir du jour où les pays industrialisés d’Europe et d’Asie retrouvèrent leurs niveaux d’avant-guerre qu’ils devaient bientôt dépasser. La relation des termes de l’échange, jusqu’alors nettement favorable aux pays exportateurs de produits primaires, subit un revirement, principalement dû au régime préférentiel dont jouissaient de nombreux Etats et colonies européens en Afrique et en Asie, et à la réindustrialisation des grands Etats d’Europe Occidentale qui, par leur accès au rang des puissances économiques, concurrençaient directement la production américaine sur les marchés extérieurs.

31Les prix à l’exportation de ces produits, profitant jusqu’en 1955 de la conjoncture très élevée des prix, favorisaient fortement les exportations de l’Amérique Latine, son développement économique étant étroitement dépendant de son commerce extérieur. Ceci peut aisément être observé dans le tableau n° 1. Mais, de 1951 à 1955, la relation des termes de l’échange subit une détérioration voisine du 6 %.

Tableau No 1. Indice des Prix. Base 1953 = 100

Tableau No 1. Indice des Prix. Base 1953 = 100

Source : Bulletin Mensuel de Statistique. ONU. Avril 1960.

32Jusqu’à la guerre de Corée, de nombreux pays bénéficièrent d’une amélioration de cette relation car, poussé par la contagion du danger de guerre, le monde fut pris de la fièvre des stocks dits « stratégiques », et la demande surpassa souvent l’offre mondiale.

33Donc, la hausse des termes de l’échange détermina la hausse du taux de croissance du produit, mais sa détérioration ultérieure entraîna, par la suite, son fléchissement.

34Pour la grande majorité des producteurs primaires, les bénéfices de cette époque disparaissent au bout d’une année ou deux. Et tandis qu’à partir de 1955 les prix qu’ils avaient à payer pour les produits finis des centres industriels enregistrent une hausse graduelle (entre 1951 et 1956, les prix à l’exportation des Etats-Unis augmentèrent de 8 % et ceux de la Grande-Bretagne de 14 %), les prix de leurs propres exportations tendent à demeurer stationnaires et même à décliner.

35L’Amérique Latine qui jusqu’en 1955 avait réussi à maintenir un taux constant du Produit de 2,7 % voit dans les trois années qui suivent ce taux se réduire à 1,1 %. C’est que cette croissance, entièrement due à une conjoncture spéciale des relations économiques internationales, avait été davantage orientée vers l’extérieur que vers l’intérieur. Celle-ci s’appuyait presque essentiellement sur l’augmentation du pouvoir d’achat alors qu’une politique de substitution d’importations aurait pu permettre de conserver les bénéfices de la période considérée.

36En effet, le rapport entre la valeur des importations et le produit national brut ne fut qu’à peine modifié.

37Il semble, d’après la tendance actuelle de la demande mondiale des produits traditionnels d’exportation de l’Amérique Latine, que l’expérience vécue à partir de 1945 pourrait difficilement se renouveler. Bien que les exportations continuent d’augmenter en volume — et l’on pense que cette tendance se maintiendra constante jusqu’en 1975, avec un taux d’augmentation annuel de 3 à 4 % — il paraît impossible que le rapport des prix arrive à dépasser le niveau qui avait été atteint pendant les meilleures années de la dernière période.

38A ceci vient s’ajouter de manière angoissante la formidable pression démographique dont le taux de croissance moyen se situe actuellement, pour l’ensemble de ces pays, aux environs de 2,5 % annuel ; il est d’ailleurs probable que dans les quinze années à venir, ce taux sera de 2,7 %.

39De 1955 à 1964, le déficit global des pays non industrialisés est allé en s’aggravant. A l’exception d’une brève reprise dans les prix des exportations, en 1957, occasionnée par la crise de Suez et qui améliora légèrement le rapport des termes de l’échange, la tendance à la baisse s’est maintenue constante.

40Mais la reprise de 1957 fut contrecarrée par la récession économique internationale de 1956-1957, suite de la politique de restriction monétaire pratiquée par les pays industrialisés pour combattre les pressions inflationnistes. Cette récession entraîna naturellement une nouvelle dégradation des termes de l’échange pour la plupart des producteurs primaires ; les prix des produits que ces pays importaient des centres industriels continuaient de monter tandis qu’ils assistaient à une diminution de la cote de leurs propres produits d’exportation.

41Bien que certains pays sous-développés aient réussi à améliorer leur position relative lors de la reprise de l’expansion en 1958, pour la plupart d’entre eux le renversement de la tendance économique ne s’accompagna pas d’un changement équivalent de la propension déclinante de leurs prix d’importation par rapport aux prix de leurs exportations.

42L’expérience des dernières années nous apprend que, dans les conditions modernes, la détérioration du rapport des termes de l’échange qui se produit au cours des phases de récession internationale est le plus souvent une détérioration « acquise », l’inversion de la tendance n’étant pas automatique lors de la reprise de l’expansion. Ceci explique que la situation des Etats d’Amérique Latine fut plus difficile en 1960 que pendant la phase la plus aiguë de la récession précédente.

43Le rapport annuel du GATT de 1967 signale que la valeur du commerce mondial portant sur les produits de base s’est accru de 6 % au cours de l’année 1966, et pour le commerce de produits manufacturés, cet accroissement a été de 12 %. En volume, ces pourcentages sont respectivement de 5 % et 12 %, ce qui nous montre que le prix des matériaux de base est resté stable alors que celui des produits manufacturés a augmenté de 2 % environ.

44A l’échelle mondiale, les recettes d’exportations des pays non industrialisés ont atteint, en 1965-66, 37,6 milliards de dollars (+ 6 %). Leurs dépenses d’exportation sont montées à 41,3 milliards (+ 8 %). Ce déficit commercial global de 3,7 milliards qui tient compte de l’excédent apparent de la balance commerciale des principaux exportateurs de pétrole — dont une partie est constituée par les bénéfices des sociétés — ne donne qu’une idée très approximative de la situation réelle du Tiers monde.

  • 5 GATT, « Le Commerce Mondial en 1966 ». Genève, 1967.

45Si l’on faisait abstraction de cet excédent apparent, le déficit global s’élèverait à 6,7 milliards de dollars (contre 6,0 milliards en 1960). S’agissant ici de chiffres cumulatifs qui s’ajoutent aux déséquilibres des années précédentes, ces déficits provoquent chaque année une nouvelle aggravation de la dette extérieure globale de l’ensemble de ces pays5.

46Ceci montre qu’il serait impossible de songer à acquérir un rythme convenable de développement si on cherche à l’axer sur l’évolution future du commerce extérieur.

47Les difficultés de l’accroissement des exportations de produits primaires ainsi que l’expérience des années précédentes ont suffisamment souligné les dangers que comporte l’étroite dépendance entre la croissance économique et les cours de la Bourse de New York ou de Londres. Songeons en outre que plusieurs des pays de l’Amérique Latine ont une économie à production unique, ce qui rend leur vulnérabilité extérieure hautement sensible.

48Le problème économique fondamental de l’Amérique Latine consisterait donc à atteindre un taux de croissance satisfaisant qui lui permette de déduire progressivement les différences de revenu avec les pays industrialisés. L’objectif le plus proche serait de retrouver et de maintenir constant jusqu’en 1975 le rythme de croissance du produit moyen par habitant à 2,7 % annuel, c’est-à-dire, celui auquel l’Amérique Latine était parvenue dans la période 1945-1955, et qui, depuis, a expérimenté une forte tendance à décliner.

49Il est évident que, puisque dans l’avenir les exportations auront une propension plus lente que le Produit à augmenter tandis que les importations suivront un mouvement contraire, c’est-à-dire qu’elles s’accroîtront avec une intensité grandissante, pour parvenir à leur objectif les pays latino-américains devront mener une politique de substitution d’importations.

50Donc, au départ du projet d’intégration économique de ce continent, on se trouve face à la nécessité absolue d’une rationalisation et d’une mécanisation des procédés agricoles car il convient de ne pas oublier que l’agriculture reste encore la base d’une importante partie des économies américaines. Cependant, il faudra surtout affronter et résoudre les problèmes posés par le pressant besoin d’intensifier le processus d’industrialisation amorcé.

  • 6 Le rapport qui existe en Amérique Latine entre la dimension du territoire et le degré de développe (...)

51L’accélération du processus de substitution d’importation se verrait ralentie et même parfois arrêtée par d’innombrables goulots d’étranglement et d’insurmontables difficultés de financement dans le cadre étroit et compartimenté des marchés nationaux latino-américains. D’autre part, les conditions qui permirent dans un récent passé à certains de ces pays de s’engager dans le processus de substitution qui devait aboutir à celle des importations de consommation courante (le Mexique, le Brésil, le Chili, et l’Argentine), étaient exceptionnelles et ont peu de chances de se présenter actuellement aux Etats qui abordent le seuil du développement6.

52Les pays à marché réduit qui commencent à peine leur « évolution industrielle » absordent maintenant 60 % des biens de consommation courante importés par l’Amérique Latine. Mais la substitution ne pourrait se faire qu’à des coûts trop élevés. D’ailleurs, même les nations dont le marché est plus étendu et la capacité industrielle plus grande se trouveraient, elles aussi, devant le même problème car leur niveau de développement les amènerait à substituer non plus des biens de consommation courante, mais des biens qui représentent des capitaux extrêmement importants ; en effet, à ce stade, l’installation d’usines n’est rentable qu’au prix de grandes économies d’échelle.

53Or, la dimension de telles industries modernes s’avèrerait excessive pour n’importe lequel de ces marchés nationaux. Certains sont favorablement conditionnés pour permettre le développement de secteurs déterminés de leur activité économique ; mais aucun de ces marchés n’est assez étendu pour tirer le plus grand parti des avantages de la production à grande échelle.

  • 7 P. Garcia Reynoso, « Cuadernos Americanos ». No 3, 1960.

54Le plus vaste d’entre eux a un pouvoir d’achat d’environ 13,200 millions de dollars par an7 (Pour avoir une idée de la grandeur de ce chiffre il suffit de mentionner que seul le marché de voitures aux Etats-Unis représente un pouvoir d’achat de 7,200 millions de dollars.

55Seuls trois pays de l’Amérique Latine dépassent ce chiffre par leur pouvoir d’achat total.

  • 8 CEPAL, Document E/CN. 12/C1/9. New York, 1959, p. 23.

56Le rapport de la première réunion du Groupe de Travail du Marché Régional Latino-américain constate : « En réalité, après la formation du Marché Commun d’Europe Occidentale et les efforts qui sont accomplis en ce sens par les pays Scandinaves, et le processus d’intégration dans lequel semblent s’être engagés les pays orientaux de ce continent, l’Amérique Latine constitue le seul grand ensemble de populations du monde qui, dans un énorme territoire abondamment fourni en ressources naturelles, soit en train de gaspiller cette immense potentialité de la technique moderne en raison de son défaut d’articulation économique »8.

57Il est bien vrai que jusqu’ici, plutôt que de s’aider et de se complémenter réciproquement, ces vingt républiques s’étaient engagées dans une farouche compétition pour démontrer une supériorité d’ailleurs fort relative.

58L’évidence de l’état stagnant du développement économique de l’Amérique Latine, l’exemple de la volonté européenne d’unifier son économie ainsi que la menace d’une association de leurs concurrents d’Afrique avec les nations intégrantes de la Communauté Economique Européenne apportèrent une prise de conscience de la nécessité d’établir une Zone Latino-américaine de libre-commerce, premier pas accompli vers une intégration économique.

59Nous verrons, dans ce chapitre, quels sont les avantages de l’existence d’un seul grand marché dans cette région du monde et quelles en sont les limites.

II. — LES FACTEURS DE L’INTÉGRATION

§ 1. — Caractéristiques générales

60L’intégration économique de l’Amérique Latine se présente comme un procédé destiné à accélérer la croissance économique de l’ensemble de cette Zone.

61Les caractéristiques générales de l’ensemble du continent latino-américain, et les points communs tels que les origines, la langue, et la personnalité semblent vouer les Etats qui le composent aux choix d’une même réponse aux problèmes posés par son développement. Ces facteurs ont considérablement facilité l’accord des partenaires sur le terrain de la création d’une Zone de libre-échange.

62Mais cette Zone a été conçue de manière très différente de celle qui lie les pays d’Europe. En effet, en Amérique Latine il s’agit avant tout de favoriser la croissance d’une région considérée dans son ensemble, comme une aire composée par la juxtaposition d’économies nationales sous-développées.

63L’intégration économique latino-américaine diffère des essais d’Union européens en ce que elle groupe des pays d’un niveau économique réduit, alors que ceux-ci englobent des économies où le nombre d’Etats hautement industrialisés est prédominant.

64Il convient de ne jamais perdre de vue cette notion pour avoir une meilleure intelligence des solutions adoptées dans la zone.

65A cela, il faut ajouter d’autres traits communs aux pays d’Amérique Latine, non économiques, mais qui permettent d’expliquer la compréhension mutuelle et la bonne volonté dont ils font souvent preuve entre eux : il s’agit de leurs caractéristiques historiques ainsi que de leurs particularités culturelles. Il semble que l’on puisse affirmer qu’à l’échelle continentale, aucune autre région du monde ne présente un tel degré d’homogénéité culturelle.

66Ethniquement, l’homme latino-américain est le produit de trois races différentes ; en dépit de cela, les circonstances historiques ont contribué à la formation d’une population dont le comportement socio-économique peut être considéré, pour les besoins de notre étude, comme étant assez homogène.

67Il va de soi, que cette affirmation est aisément contestable à la lumière d’autres disciplines qui ont trait à l’étude de l’homme et de sa vie en société.

§ 2. — Le problème démographique

68La population considérée sous l’aspect de sa croissance démographique, est un des facteurs primordiaux qui conditionneront à l’avenir le développement économique de l’Amérique Latine et, par conséquent, le bien-être de ses habitants.

69Pour une superficie de 20 millions de km2 équivalents à 47 % du continent américain, elle compte 230 millions d’habitants, c’est-à-dire, 52 % de la population totale du continent.

70Bien que l’Amérique soit peu peuplée si l’on prend en considération sa densité égale à 11,5 habitants par km2 (la moyenne mondiale étant d’environ 21), son taux moyen de croissance démographique est cependant trop élevé par rapport à celui de son expansion économique. Ce taux qui est de 2,9 % annuel, n’a pas varié au cours des dix dernières années tandis que le produit brut interne, lui, accusait une augmentation de seulement 2,1 %.

  • 9 « Boletin Estadístico » Union Panaméricana, Washington, Août 1965.

71Si l’on examine les taux de croissance démographique, pays par pays à travers la période 1955-1964, on constate que certains d’entre eux sont démesurément élevés : 3,6 % pour la République Dominicaine, 4,5 % pour Costa-Rica9.

72Les experts des Nations Unies ont calculé au moyen de ces chiffres qu’en 1975, la population de l’Amérique Latine serait de 316 millions d’habitants, et qu’en l’an 2000, elle s’élèverait à 592 millions. Dans les 15 années qui viennent le chiffre de sa population s’accroîtrait donc de 135 millions d’habitants...

73Toutefois, ces perspectives, apparemment très graves, ne posent pas d’aussi tragiques problèmes qu’en Afrique et en Asie. Les pays d’Amérique Latine sont très riches en ressources naturelles encore inexploitées ou insuffisamment exploitées ; la densité atteinte par ces populations est loin de l’optimum démographique, si l’on tient compte de cette grande puissance productrice susceptible d’être développée.

74Le problème, nous allons le voir, est très important et touche amplement aux modalités futures du développement économique.

75Cette région du monde est celle qui doit connaître la plus forte poussée démographique ; à en croire les diverses prospections qui ont été faites à ce propos, cette population sera en l’an 2000, 9,4 fois plus nombreuse qu’en 1900. Ce même rapport est de 4,8 pour l’Océanie, de 2,2 pour l’Europe et de 4 pour la totalité du Globe.

  • 10 Source : « The futur growth of world population ». ONU, 1958, p. 32.

76Voici le tableau dressé par les experts de l’ONU en fonction du taux très élevé des naissances et de la tendance à la baisse de la mortalité10.

Tableau No 2. Changements anticipés dans le taux théorique des naissances, mortalité et croissance naturelle

Tableau No 2. Changements anticipés dans le taux théorique des naissances, mortalité et croissance naturelle

77Le problème prend toute son acuité si l’on songe à ce que, dans les conditions actuelles, l’Amérique Latine est absolument incapable de faire face au financement de ces masses humaines. Il lui serait totalement impossible, sans un changement radical dans l’organisation de son économie présente, d’affronter l’investissement nécessaire à l’absorption de son excédent démographique.

  • 11 Alfred Sauvy « De Malthus à Mao-tsé-Toung ». Ed. Denoël, Paris 1958.

78En effet, on admet avec le Professeur A. Sauvy que pour maintenir au même point le niveau de vie existant dans un pays, un accroissement de la population exige des investissements « démographiques » qui oscillent entre 3 % et 5 % du Revenu National selon la densité de peuplement et le degré de développement du pays considéré11.

79Pour le moment, la solution est avant tout une question de capitaux car, dans les circonstances actuelles, du fait que les croyances religieuses (ou magico-religieuses, ce qui serait plus juste) sont profondément ancrées dans les masses, et de l’ignorance d’une large couche de la population, il ne serait guère possible d’appliquer une politique de limitation des naissances.

80Nous pourrions ouvrir ici une parenthèse car nous touchons du doigt un des points essentiels à résoudre pour améliorer le niveau de vie en Amérique Latine. En outre, malgré les efforts louables qui ont été faits pour l’enrayer, certains de ces pays comptent toujours parmi les régions du monde dont le niveau d’analphabétisme est le plus haut. L’étude et la résolution de ce problème concernent d’autres disciplines ; nous nous bornerons à le signaler.

81Le pourcentage moyen de la population active est, en Amérique Latine, d’environ 48 %. Ce chiffre correspond approximativement à 112 millions d’habitants. En supposant avec les calculs de la CEPAL que ce pourcentage se maintienne stable, il faudrait procéder à la création de 4 millions d’emplois nouveaux par an, dans les 15 années à venir.

82Par ailleurs, il est probable que les premiers efforts réalisés ne permettraient pas d’employer les nouvelles couches de la population ayant atteint l’âge de travailler, mais seulement d’absorber les individus capables soumis à un régime de chômage déguisé.

83Il faudrait s’attendre à une forte désertion des campagnes en faveur des villes, puis à l’embauche par priorité de tout le prolétariat qui vit misérablement autour des grandes agglomérations urbaines... Il est impossible de chiffrer à l’heure actuelle le nombre de chômeurs déguisés qui encombrent inutilement les statistiques de la population active. La quantité d’emplois à fournir s’en trouverait considérablement augmentée.

84Si l’on prend en considération que la création des emplois industriels revient en moyenne, dans les pays sous-développés, à 1,800 dollars par unité d’emploi, on imagine aisément la dimension des injections en capital dont l’Amérique aurait besoin pour assurer la croissance sans heurts de sa population. Il ne serait plus possible de compter uniquement sur les investissements étrangers et sur l’expansion des exportations traditionnelles qui, précisément, tendent à diminuer, ni même sur les programmes d’entraide économique tels que l’« Alliance pour le Progrès » proposé par le Président Kennedy, pour arriver à fournir les capitaux susceptibles de soutenir cet immense effort économique.

85La seule solution envisageable est l’engagement de l’Amérique Latine dans un courageux processus de développement économique, basé avant tout sur l’industrialisation rapide du continent. Celle-ci serait d’ailleurs irréalisable hors d’une Union et dans le cadre compartimenté de vingt marchés étroits qui jusqu’ici, se sont pratiquement limités à fournir à l’Europe et aux Etats-Unis les matériaux dont ils ont besoin pour l’épanouissement de leurs propres activités commerciales.

86La création d’un grand marché à l’échelle continentale est peut-être la seule voie valable offerte à l’Amérique Latine, pour l’arracher à la sombre destinée à laquelle l’évolution du monde actuel semble l’avoir vouée.

§ 3. — Le problème géographique

87L’espace cartographique de l’Amérique Latine, équivalant au double de la superficie de l’Europe, représente un important obstacle à l’élargissement des échanges réciproques entre les Etats qui la constituent. Cette immense région est traversée de Nord à Sud par de grands systèmes orographiques et fluviaux qui la parcourent sur toute la longueur.

88Peut-être faut-il voir là une des raisons qui font que le commerce de ces pays soit surtout orienté vers les nations du Globe plus industrialisées et qu’un grand éloignement économique et social persiste entre eux.

89La difficulté des communications inter-américaines et le faible intérêt présenté par les rapports commerciaux ont justifié jusqu’ici, un réseau routier et ferroviaire très insuffisant, construit en fonction des impératifs d’une dépendance économique et politique envers des puissances extérieures à la zone. Par ailleurs, l’état souvent précaire des finances publiques ainsi que l’égoïsme et la vision étroite des dirigeants ont eu une large part de responsabilité quant à l’insuffisance et au mauvais état des voies de communication.

90Pourtant certaines liaisons très importantes comme celle qui relie par route et par voie ferrée Santiago-Buenos Aires, se frayant un chemin à travers la Cordillère des Andes, constituent de véritables défis du génie de leurs constructeurs à la nature. La liaison Santiago-Buenos Aires par voie aérienne a été la scène d’une des pages les plus glorieuses et les plus meurtrières de l’histoire de l’aviation mondiale.

91Cependant, on constate que certains progrès ont été réalisés au cours des dix dernières années, les gouvernements intéressés ayant investi de forts pourcentages du budget national dans l’amélioration des voies de transport. La plus spectaculaire de ces entreprises a été sans aucun doute la construction de la route panaméricaine qui relie entre elles toutes les capitales et les villes les plus importantes du continent. Certains parcours de cette artère ne sont pas entièrement terminés, mais elle doit atteindre 29,157 km de longueur totale ce qui équivaut à 7,5 % du réseau routier de l’Amérique Latine (Voir Tableau n° 3, sur l’état comparatif des communications et transports).

92Tout ceci nous permet de mieux comprendre combien une Union est plus difficile à réaliser en Amérique Latine qu’en Europe. Ici, l’exiguïté du cadre constitue un atout de premier ordre pour mener à bien l’unification et l’effacement des frontières ; entre Etats Latino-américains, le moindre transport ou trafic international suppose le franchissement de distances considérables.

  • 12 M. René Maury, « L’intégration Européenne ». Op. cit., p. 153-155.

93Le noyau industriel de l’Europe des Six pourrait être inscrit dans une circonférence dont le rayon serait d’environ 1000 km, et le centre, la ville de Strasbourg. Ceci permet une réduction considérable du coût de transport du produit européen, cet avantage étant uniquement dû à la dimension des pays qui forment la CEE. En outre ces circonstances se doublent d’un autre facteur primordial : la densité et la qualité des réseaux de transport et des installations portuaires. Il n’est pas trop risqué d’affirmer que l’équipement routier et ferroviaire de l’Europe est « tout à la fois, le plus dense et le meilleur du monde »12.

Tableau No 3. Etat comparatif des communications et transports en Amérique latine

Tableau No 3. Etat comparatif des communications et transports en Amérique latine

Source : ONU. Anuario de las Naciones Unidas. New York. 1964.
CEPAL. « Realizaciones y perspectivas en el proceso del mercado regional ». Mar del Plata. — mai 1963.

94Le relief même du sol européen facilite les communications dans toutes les directions. A l’exception de la chaîne alpine qui isole l’Italie et du barrage pyrénéen qui détache nettement la Péninsule Ibérique, aucun obstacle sérieux ne vient s’opposer à l’acheminement des marchandises.

95L’admirable disposition du système hydrographique de l’Europe permet, grâce à un réseau de canaux, l’utilisation en tous sens des voies de communication fluviales qui constituent la forme la plus économique de transport de matériaux lourds. Par ailleurs, la mer n’est jamais à plus de 600 km de n’importe quelle ville européenne.

96L’Amérique Latine, elle, ne possède aucun de ces atouts. La plus grande partie de son territoire se trouve située dans les zones tropicales et sub-tropicales où la nature oppose des barrières infranchissables à la civilisation. L’homme a engagé une lutte titanique contre cette nature exubérante à l’extrême, que ce soit dans les forêts impénétrables et souvent vierges de toute incursion humaine, qui menacent constamment d’envahir le terrain rendu propre à la culture agricole, ou dans le cours rapide des fleuves peu propices à la navigation. L’homme est encore loin d’en être le vainqueur.

97L’isolement des populations dû à l’insuffisance des moyens de transport, explique en partie les caractères rudimentaires et souvent primitifs des procédés agricoles ; la plupart des populations rurales vivent misérablement. On calcule qu’actuellement, sur les 20 millions de km carrés du continent, seuls 5 % sont aptes à l’agriculture.

98L’amélioration des procédés de culture dans les terres avoisinantes des régions tropicales pose des problèmes d’une telle ampleur, que, bien souvent, les experts économiques qui abordent allègrement une multitude de plans de développement industriel, reculent devant les difficultés du moindre des programmes de modernisation de l’agriculture.

99L’éloignement de ces immenses étendues par rapport aux centres industrialisés ainsi que les distances qui séparent ces centres entre eux, découragent bon nombre d’initiatives.

100Quito, capitale de l’Equateur, et Rio de Janeiro sont séparées par plus de 5000 km. Pour aller de Mexico à Buenos Aires, il faut parcourir approximativement 9000 km alors que 8.000 km séparent Moscou de Vladivostok.

101Si, par suite de l’unification régionale en projet, les échanges inter-américains s’intensifient, ils occasionneront de formidables investissements destinés à la construction de routes et de voies ferrées, à l’édification d’ouvrages d’art, à l’équipement portuaire, à l’aménagement des voies navigables, qui viendront s’ajouter aux coûts de transport déjà très importants. En outre, des masses considérables de capitaux devront être détournées pour l’entretien de l’ensemble du réseau.

102A l’issue d’une enquête sur le taux du prêt en vigueur en janvier 1955, on a constaté que le coût de transport du blé expédié de l’Argentine au Brésil s’élevait à 13 dollars la tonne, alors que le fret du blé en provenance des Etats-Unis ne revenait qu’à 8,38 dollars. Les Etats-Unis sont pourtant cinq fois plus éloignés que l’Argentine du lieu de destination de la marchandise. Pour d’autres produits, l’écart des coûts entre les importations en provenance des Etats-Unis et celles qui arrivent des Etats Latino-américains s’explique encore par la faiblesse du volume des échanges de ces derniers. Les lignes importantes concentrent un nombre relativement élevé de moyens de transport ; cependant, la disparité du tonnage entre pays latino-américains fait que, bien souvent, ces moyens de transport soient moins chargés que leur capacité réelle ne le permettrait. Ce problème s’ajoute donc à celui de la déficience des voies de transport.

103Des questions analogues se posent en ce qui concerne le rendement et le degré d’utilisation des installations portuaires ; il existe pourtant de nombreuses lignes maritimes régulières et directes entre les ports situés aux extrémités des routes côtières.

104Le but essentiel de l’intégration régionale étant le développement des échanges entre nations intégrées, les avantages des économies d’échelle se trouveront en partie annulés par les frais occasionnés par le dépassement du quantum géographique valable de l’espace économique. Une importante proportion des bénéfices acquis par suite de la création d’un grand marché devront être investis dans l’amélioration des voies de communication.

105Dans l’ALALC, les transports ne peuvent être que maritimes ; la physionomie géographique de la Zone qui rend pratiquement impossibles les transports terrestres a poussé les populations à se grouper dans les régions proches de la côte. Bien qu’encore insuffisants, les transports maritimes occupent une place considérable dans le commerce latino-américain. Par ailleurs, il est facile à ces flottes marchandes d’acquérir de nouvelles unités, l’offre mondiale en navires-cargos étant excédentaire.

106En 1961, la flotte marchande latino-américaine comptait 612 unités dont le tonnage atteignait 4,2 millions. Ces chiffres ne comprennent ni les bateaux navigant sous drapeau panaméen ou hondurien, ni les unités jaugeant moins de 1000 tonnes.

  • 13 O. Campos Salas, « Comercio Inter-latinoamericano e Integracion Regional ». Comercio Exterior, oct (...)

107Il est fort probable que l’augmentation de charge due à l’intensification du commerce inter-américain se traduise par un accroissement corrélatif des unités de flotte. Les possibilités et les avantages de la création d’une flotte commune latino-américaine est l’un des sujets sur lesquels il serait facile d’obtenir l’accord des parties intéréssées13.

108L’adhésion du Mexique au Traité de Montevideo a empêché la Zone de prendre un caractère sub-régional du type discriminatoire, ce qui était à craindre, mais sa situation hors de l’aire d’intégration aggrave le problème de l’acheminement réciproque des produits fabriqués vers le reste des pays co-échangistes.

109Tous les autres pays membres du Traité de Montevideo ont des frontières communes ; le Mexique, lui, est séparé de l’Amérique du Sud par l’Isthme Centroaméricain et c’est précisément dans cette région, exception faite du Salvador et de Costa-Rica, que les voies de communication laissent le plus à désirer.

110Mais d’un point de vue purement commercial, les ports mexicains sont plus proches de la plupart des ports du reste de l’Amérique Latine que ceux de l’Argentine, de l’Uruguay et du Brésil. Par exemple, le port de la Guaïra, au Venezuela, qui est apparemment voisin du port brésilien de Permambuco, est 320 milles plus proche de Veracruz (Mexique). Tous les ports de la côte nord de l’Amérique du Sud sont moins éloignés des ports mexicains que de Rio de Janeiro, de Buenos Aires et de Montevideo.

  • 14 O. Carapos Salas, « Comercio Exterior ». Mexico. Op. cit., p. 598.

111En outre, la distance par mer qui sépare le Mexique et l’Europe (Liverpool, le Havre, Hambourg — 6,402, 6,231 et 6,712 milles respectivement —) est sensiblement la même qu’entre le Mexique et Buenos Aires (6,377 milles) ; ceci fait perdre un peu de valeur aux arguments de ceux qui considèrent la position géographique du Mexique trop excentrique par rapport aux autres pays de l’ALALC, et qui pensent que sa participation effective dans un commerce accru avec le reste de l’Amérique Latine n’est qu’un projet romantique, sans trop d’importance réelle14.

112Le facteur géographique est donc un des éléments qui conditionnent et qui s’opposent à la réalisation effective de l’intégration latino-américaine.

113Pourtant, l’examen d’autres facteurs qui semblent la favoriser, doivent nous permettre d’envisager son accomplissement.

114Ainsi, le Comité Exécutif de l’ONU considère qu’il n’y a pas lieu de penser que le faible niveau des échanges résulte d’une sorte de loi économique naturelle. Aussi grands que puissent être les obstacles présentés par un développement insuffisant à une expansion du commerce inter-régional, il convient de ne pas les aggraver en maintenant un réseau de restrictions artificielles qui entravent le développement de ce commerce.

III. — LE FACTEUR ÉCONOMIQUE

115Le niveau d’évolution atteint par certains Etats d’Amérique Latine qui se situent économiquement au seuil de la croissance auto-entretenue et dont le développement constant pourrait, sous certaines conditions, bénéficier à l’ensemble du continent, éclaire d’un jour favorable les projets de constitution d’un groupement régional dans cette zone. La division de l’Amérique Latine s’oppose à l’expansion des industries naissantes alors que des économies d’échelle les favoriseraient par l’agrandissement des marchés.

116En premier lieu, une libération des échanges à travers les pays latino-américains rendrait possible, dans les régions où le développement industriel est parvenu à un stade avancé, une meilleure utilisation et une expansion des installations existantes ; d’autre part, cette opération serait moins coûteuse que la création d’unités nouvelles dans les autres pays du continent.

117L’amplification de ces usines jusqu’à ce qu’elles aient atteint un niveau qui leur facilite une exploitation plus rationnelle par l’adjonction de procédés modernes de fabrication, et le développement de l’infra-structure nécessaire à leur fonctionnement constitueraient probablement les premières conséquences d’une politique intégrationniste.

118La rationalisation des moyens industriels entraînerait une hausse de la productivité qui permettrait de faire face aux besoins de la demande globale des autres pays ; ceci bénéficierait considérablement à la production de biens de consommation dont l’élasticité est très forte par rapport aux prix. Jusqu’ici, la plupart de ces articles continuent d’être importés d’Europe et des USA et cela quand bien même ils sont fabriqués dans diverses régions de l’Amérique Latine.

119En outre, l’intégration économique faciliterait la réalisation d’un programme coordonné d’industrialisation et de transformation des matières premières qui, à l’heure actuelle, sont exportées car la dimension des marchés existants s’oppose à la rentabilité de leur élaboration. La substitution des importations de biens de consommation courante en provenance de l’étranger par des produits élaborés à l’intérieur de la Zone à partir de ces matières premières, permettrait d’augmenter les importations indispensables de biens de capital dont la fabrication locale ne peut être envisagée que dans un avenir encore lointain.

120C’est le cas, par exemple, des industries pétrochimiques dont les installations requièrent des investissements très importants en capitaux et dont le débit de production est supérieur à la capacité d’absorption des marchés actuels ; il en est de même pour les industries alimentaires, etc.

121Les pays de l’Amérique Latine qui sont, en général, largement pourvus en matières premières, pourraient bénéficier amplement des avantages de la spécialisation internationale, et, par là, s’efforcer de parvenir à un degré plus élevé de complémentarité de leurs économies. Un tel processus apporterait un accroissement des échanges commerciaux réciproques, ce qui constitue précisément l’un des buts essentiels de l’intégration en projet.

122Reste enfin la finalité même de la coopération inter-latino-américaine qui vise à améliorer, par le développement des économies, le niveau de vie de la population.

123L’industrialisation de ce continent, conçue comme le passage de la fabrication des biens de consommation à celle des biens de production, prime la plupart des problèmes économiques que nous allons examiner dans les pages qui suivront.

124L’actuelle situation socio-économique laisse peu d’illusions sur ce sujet ; mais, même si l’intégration ne constitue pas le « Deus ex machina » qui permettrait à l’Amérique Latine d’atteindre le stade de développement souhaité et si sa réalisation ne peut être envisagée qu’à long terme et — pourquoi pas ? — avec une forte dose d'optimisme, un marché unifié diminuerait de beaucoup l’importance des obstacles qui semblent rendre utopique toute tentative d’améliorer le sort de ce continent.

125L’infra-structure de base de l’Amérique Latine étant ce qu’elle est, et les progrès techniques très rapides, il est certain que la production des unités en projet dépasserait largement les capacités d’absorption des marchés actuels. Le grand public a tendance à confondre l’étendue d’un territoire, sa population et ses ressources potentielles avec l’étendue réelle du « marché » économique. C’est ce qui se produit — à tort — dans le cas du Mexique, de l’Argentine et du Brésil dont les dimensions peuvent laisser croire qu’ils sont en mesure de tenter la fabrication de n’importe quel type de biens de production.

126Les caractères structurels des économies latino-américaines, la disproportion entre le volume d’une unité productrice de biens de capital et celui de la demande intérieure, obligeront les grands centres industriels récemment implantés à fonctionner bien au-dessous de leur capacité réelle ; une répercussion se fera sentir sur le prix du produit fini.

127L’intégration des économies constituerait, par l’ouverture de marchés voisins dont les besoins en biens de production seraient similaires à ceux du pays producteur, un accès aux articles fabriqués par l’un ou l’autre des Etats intégrés ; leurs possibilités de produire ces biens dans des conditions concurrentielles favorables s’en trouveraient augmentées.

128Toutes ces considérations auxquelles vient s’ajouter la tendance au déséquilibre de la balance des paiements, ont amené les pays de l’Amérique Latine à rechercher dans l’intégration, et sous diverses formes, le moyen de franchir les obstacles qui s’opposent actuellement à leur développement et à l’accélération du processus de croissance économique.

§ 1. — Les données essentielles de l’Amérique Latine

129Les données disponibles pour l’Amérique Latine permettent d’observer que la conjoncture économique mondiale a été, une fois de plus, défavorable au développement de la Zone considérée dans son ensemble. Le taux d’accroissement du Produit continue à s’affaiblir de manière irréversible, sans qu’il ait été possible d’accélérer le taux de développement économique dont l’écart avec le coefficient d’expansion démographique s’élargit d’année en année. On peut affirmer que, dans les années à venir, l’Amérique Latine disposera d’une quantité de biens et d’aliments par tête d’habitant, inférieure à celle de 1955.

130Devant les résultats peu encourageants enregistrés par l’ensemble de l’activité économique générale, on est amené à se demander s’il n’existerait pas des facteurs persistants d’ordre structurel et institutionnel qui font pression dans le sens dépressif sur l’essor économique.

  • 15 ONU, « The Latin American Commun Market ». New York 51. 11. G. 4/ES.

131Nous avons vu que l’influence du rapport des termes de l’échange dans le progrès du taux de croissance du continent est prépondérante. En nous basant sur les renseignements divers publiés par la CEPAL, nous nous attacherons tout d’abord à expliquer de quelle manière il a été possible de maintenir le rythme accéléré de croissance de l’Amérique Latine jusqu’en 1955. Les circonstances particulières qui permirent de satisfaire aux besoins progressifs de capital exigés par un processus de développement, en constituent une des raisons essentielles15.

132Il résulte de l’examen du Tableau n° 4 qu’en Amérique Latine le taux moyen de croissance du Produit brut a été de 4,8 % annuel et celui du Produit par habitant de 2,0 %, sans qu’il ait fallu pour cela réduire la consommation.

133Au cours de toute cette période, la répartition du Produit entre la Consommation, l’Investissement, l’Exportation et l’Importation fut maintenue à une proportion assez stable. Le taux de formation brute intérieure du capital fixe fut, en moyenne, très élevé : de l’ordre de 17,2 % du Produit brut.

Tableau No 4. Amérique Latine : Produit Brut Interne, Population, Consommation, Investissement, Exportations et Importations. (Millions de Dollars 1950)

Tableau No 4. Amérique Latine : Produit Brut Interne, Population, Consommation, Investissement, Exportations et Importations. (Millions de Dollars 1950)

Source : ONU, CEPAL. Boletin Estadistico de América Latina. Vol. II, N° 2, New York, août 1965.

134Mais si l’on compare le rapport entre les exportations et le Produit National (17,9 %) et celui qui s’établit entre les exportations et le pourcentage de l’Investissement, on conclue qu’une grande partie de cet Investissement était due à la capacité exportatrice des pays latino-américains, composée essentiellement par des produits agricoles et du sous-sol. Le parallélisme entre le rythme de croissance des exportations et du Produit National brut est, par conséquent, très sensible.

135On observe en outre que, pendant la période donnée, les importations de services et de biens se maintiennent à une proportion constante par rapport au volume du Produit National d’environ 16,3 %. Ceci indique qu’alors l’Amérique Latine s’est servie de l’accroissement de ses ressources pour accélérer la substitution de ses importations par la création d’industries nouvelles.

136Si la demande de biens et de services à l’extérieur fut quantitativement la même par rapport au Produit, cependant, sa composition expérimenta une modification quant à la demande de biens de consommation courante et de matériaux de construction. C’est surtout sur ce chapitre que porta l’effort de substitution, car les pays les plus développés satisfaisaient presque intégralement à leurs besoins dans cette catégorie de biens.

137Pourtant, l’importation de biens de capital et de biens d’équipement ne subit presque pas de variations relatives, et se maintinrent constamment aux environs de 30 % du total des biens importés. Il n’y eut donc que très peu de substitutions d’importations sous cette rubrique car dans cette catégorie de biens, la Zone ne produit elle-même que 9 % de sa demande totale.

138Le taux de la formation brute de capital put se conserver invariable au cours de ces 10 dernières années essentiellement grâce aux investissements étrangers dont la participation brute au total était de l’ordre de 12 %, déduction faite des sorties de devises occasionnées par le transfert, à titre de paiement, d’intérêts et d’utilités.

139Sans que son influence ait été prépondérante, l’afflux de prêts et d’investissements eut, à partir de cette période, une importance plus considérable que dans l’avant-guerre. Dans les années 1956-1957, les entrées brutes de capitaux pour cause de prêts et d’investissements atteignirent 3927 millions de dollars équivalents à 19 % des importations de biens et de services, et à 13,5 % de la Formation brute du Capital fixe.

140La combinaison de ces trois facteurs : pouvoir d’achat des exportations, prêts et investissements étrangers, substitution d’importations, déterminèrent une conjoncture favorable à l’accélération du taux de croissance de l’Amérique Latine.

141A considérer ses effets, pays par pays, on constate que la participation des divers Etats et leur influence sur cette croissance sont, dans l’ensemble, très inégales. Mais le ralentissement du progrès qui depuis s’est produit dans la région considérée, doit amener à rechercher dans l’évolution de ces trois sources motrices, le retour à la période de haute conjoncture, seule capable de provoquer l’élévation du Produit à un taux satisfaisant.

142L’Amérique Latine se doit d’atteindre ce but afin de contrecarrer son expansion démographique et d’assurer aux générations futures un niveau de vie digne des aspirations humaines.

§ 2. — Evolution des exportations traditionnelles de l’Amérique Latine

143L’Amérique Latine pourra-t-elle renouveler l’expérience d’une croissance accélérée telle que celle qu’elle connut il y a quelques années ?

144En supposant que les facteurs qui la favorisèrent alors interviennent à nouveau, seront-ils assez puissants pour permettre de surmonter les obstacles qui s’opposent au développement de ce continent ?

145La réponse à ces questions dépend des décisions qui seront prises dans le présent, en se basant sur l’expérience des années antérieures ainsi que sur les anticipations relatives à l’action des facteurs déterminants du progrès économique, sur l’évolution desquels les politiques économiques sont inopérantes.

146La propension à importer est dépendante du pourcentage de couverture des importations par les exportations ; celles-ci, à leur tour, sont conditionnées par la demande étrangère de produits nationaux. On ne parviendra à une accélération du développement économique que dans la mesure où les sources extérieures d’approvisionnement permettront un taux d’accumulation du capital susceptible de favoriser les modifications nécessaires et souhaitables dans la composition des balances des paiements des Etats latino-américains.

147L’accumulation du capital dépend étroitement des exportations qui, en tant que facteur de développement, ont une grande valeur stratégique. Leurs variations répercutent directement sur l’activité économique générale, dont la sensibilité s’est encore accrue du fait de la récente évolution du rapport des termes de l’échange.

148En 1962, la participation de l’Amérique Latine à la production industrielle mondiale n’a été que de 3,9 % (la production des pays à économie planifiée non comprise), ses exportations représentant 7,1 % du total mondial.

149Il faut noter que près de la moitié de ses exportations a été constituée par le pétrole, le café et le sucre, et dans une proportion de 20 %, par des produits de base qui ne demandent qu’un faible degré d’élaboration (tableau n°5). Or, c’est précisément sur le marché de ces produits que de très fortes variations ont été enregistrées. L’entrée en scène de nouveaux pays concurrentiels a provoqué une surproduction mondiale. Mais une politique de stabilisation du prix des matières premières à l’échelle mondiale peut remédier aux déséquilibres des balances, causés par les fluctuations des cours de ces produits.

Tableau No 5. Composition du Commerce Extérieur Latino-Américain

Tableau No 5. Composition du Commerce Extérieur Latino-Américain

Source : ONU, CEPAL. Boletín Estadístico de América Latina. Vol. II, N° 2, New York, Août, 1965.

150Le problème qui se pose actuellement est de savoir si l’Amérique Latine peut compter sur une expansion de ses exportations pour continuer à assurer son développement économique.

151Quant à l’évolution enregistrée par les prix à l’exportation de matières premières, la relation défavorable des termes de l’échange fera sentir sans aucun doute ses effets sur les balances de paiements de la Zone. A moins que des causes imprévues rendent au continent sa position de fournisseur privilégié, le rapport des prix demeurera au niveau des années 1954 à 1956.

152Mais les études prospectives effectuées par la CEPAL prévoient plutôt une réduction sur les prix du café, du cacao, du coton, du cuivre et du pétrole. En ce qui concerne ces derniers produits, la structure internationale des prix se base sur les coûts de production de la Zone Caraïbe (Venezuela, notamment).

153Cependant, l’importance acquise par le Moyen-Orient dans l’approvisionnement international de pétrole et les coûts sensiblement plus bas de sa production, s’oppose au maintien de la structure actuelle des prix.

154Un examen rapide de la composition des balances commerciales latino-américaines permet d’apprécier leur étroite dépendance de l’élevage et d’un nombre réduit de produits agricoles. Le café qui représente 48,3 % du total des exportations agricoles de la Zone, intervient pour 53 % dans la composition du commerce extérieur du Salvador, pour 46 % dans le cas du Guatémala et pour 53 % dans celui du Brésil.

155Or, de 1956 à 1958, son prix a baissé de 16 % provoquant de très sérieux déséquilibres dans les pays à monoculture dominante. Dans la même période, le blé s’est déprécié de 8 %, le coton de 13,5 %, etc.

156A cette évolution des prix peu encourageante viennent s’ajouter des difficultés croissantes pour parvenir à augmenter le taux des exportations. Le progrès technique s’oppose une fois de plus à l’expansion des exportations traditionnelles des pays à production primaire.

157En effet, dans la structure actuelle du commerce, l’élasticité de la demande d’importations de produits élaborés par rapport au Revenu, expérimente une tendance constante à l’accroissement ; par contre, l’élasticité de la demande d’importations en provenance des pays peu développés vers les pays industrialisés, par rapport au Revenu, ne parvient pas à suivre cette tendance.

158Ainsi donc, bien qu’en Amérique Latine le développement soit conditionné par une hausse très marquée du coefficient d’importation de biens de capital, il y a peu de chances pour que l’augmentation du volume de ses exportations parvienne à assurer une couverture suffisante de ses importations.

159Plusieurs ordres de facteurs expliquent, dans la conjoncture présente, le bas coefficient d’élasticité de la demande de produits primaires.

160En matière économique notamment, on relève ceux qui suivent :

  1. La satisfaction de besoins alimentaires étant limitée par un certain niveau, la demande étrangère de produits agricoles tend à augmenter plus lentement que le Revenu National. Par ailleurs, l’expansion économique se traduit par une augmentation de la demande de produits industriels, dont seuls les pays développés, après avoir satisfait leur propre demande intérieure très poussée, seraient les fournisseurs.
  2. Les industries de biens de production et de consommation durable réduisent progressivement leur demande d’importation de produits primaires. En effet, le processus de fabrication de ces biens comprend une part de plus en plus réduite de matières premières.

161Les progrès de la technique ont profondément modifié la structure de la demande de matières premières et accentué le déséquilibre des rapports de prix ; trois facteurs dus à ce progrès méritent d’être signalés :

  1. La complexité des biens durables est croissante dans la production, du fait qu’ils ont atteint un degré extrêmement poussé de transformation. La quantité d’opérations nécessaires à son élaboration rend la valeur du produit final bien supérieure à celle de sa teneur en matières premières.
  2. Les efforts de la recherche industrielle scientifique tendent à diminuer la part des matières premières dans les procédés modernes de fabrication.
  3. L’utilisation de produits synthétiques, dans le domaine desquels on note de nombreuses découvertes récentes, oppose une concurrence très sérieuse aux exportations traditionnelles des producteurs primaires.

162Il convient de remarquer, enfin, la tendance des régions industrialisées à se libérer des apports de l’extérieur, en essayant de produire sur leur propre sol les articles indispensables à leur approvisionnement.

163C’est ainsi qu’aux Etats-Unis, dans les vingt dernières années, la consommation globale de 36 produits de base (pétrole non compris) s’est accrue de 35 %. Par contre les importations de ces mêmes articles n’ont enregistré qu’un accroissement de 17 %.

  • 16 ONU Conseil Economique et Social. « Caractères de l’évolution récente en Amérique Latine vers l’ét (...)

164La même évolution est observable en Europe où, pour une augmentation de la consommation de 35 %, celle des importations n’a été que de 9 %16.

  • 17 ONU, CEPAL, « The Latin American Commun Market ». Op. cit., p. 48.

165Compte tenu de ces facteurs, la CEPAL a effectué une étude prospective de l’évolution des exportations en Amérique Latine jusqu’en 1975. Pour ce faire, elle a observé le rythme de croissance du Produit brut et de la population des principaux exportateurs et importateurs d’un produit déterminé. Ensuite, elle a élaboré une étude appréciative des changements probables de la position relative de chacun des pays fournisseurs17.

166Les conclusions auxquelles on est parvenu ne sont guère encourageantes : il n’est plus question de maintenir la croissance du rythme des exportations de 5,4 % annuel que l’on avait atteint par le passé. La thèse la plus conservatrice suggère une croissance de 2,8 % par an, tandis que les perspectives les plus optimistes envisagent un rythme cumulatif de 3,9 % à ne pas dépasser.

167Un taux annuel de l’ordre de 3 % serait le plus vraisemblable ; cette augmentation des exportations serait à peine supérieure au taux prévisible de croissance démographique.

168Il est fort probable que les pays d’Amérique Latine doivent renoncer en partie à leur principale source de financement extérieur pour parvenir à élever les taux de croissance des Produits nationaux. Les politiques économiques actuelles essaieront d’agir sur la capacité d’importation de chaque pays, en faisant plutôt pression sur la quantité de biens importés que sur les prix ou la quantité des importations.

  • 18 Ce rapport permet de connaître la « capacité d’importation » d’un pays en considérant le volume d’ (...)

169Cette politique n’est toutefois concevable qu’à très long terme. La substitution des importations par des produits nationaux ne ferait, dans le court et le moyen terme, que détériorer le rapport des termes de l’échange du Revenu18. Ces buts ne pourront être atteints sans l’appui de sources importantes de financement intérieur et extérieur que nous examinerons en détail plus loin.

170Nous analyserons, pour commencer, l’importance de ces sources de finance ment dans la croissance économique de l’Amérique Latine, depuis la période de l’avant-guerre à nos jours.

§ 3. — Les prêts et les investissements étrangers

A. — Importance des capitaux étrangers en Amérique Latine

171Bien qu’en Amérique Latine la proportion de capitaux étrangers soit relativement modeste par rapport à l’ensemble de l’Investissement (à l’exception du Venezuela), sa valeur en termes absolus a suivi, à travers certaines fluctuations, une ligne légèrement ascendante.

  • 19 Ce chiffre se réfère à la période 1946-1960, selon les calculs élaborés par Evangelina Aguilera Sc (...)

172Même pendant les périodes de plus grande affluence, cette proportion n’a jamais dépassé 18 % du total des importations de biens et de services. La participation des capitaux étrangers dans la couverture ne peut donc être considérée comme primordiale, son montant étant en quelque sorte déterminé par le pouvoir d’achat des exportations19.

173La croissance limitée de la capacité d’importations d’un pays donné diminue la masse des investissements et des prêts extérieurs que ce pays peut contracter à l’étranger. En effet, le jeu combiné des amortissements et des intérêts tend à augmenter à un rythme plus que proportionnel, compensant au bout d’un délai assez court les rentrées de capitaux venus de l’extérieur. Les services du capital emprunté, spécialement en ce qui concerne les crédits à court et à moyen terme, constituent une charge très lourde pour la balance des paiements car ils réduisent d’autant la capacité de contracter de nouveaux crédits à l’étranger.

174Cette situation s’aggrave dans les périodes de récession au cours desquelles la rigidité des rémunérations du capital contraste avec la flexibilité des utilités et dividendes et dont la tendance à la baisse s’accentue.

175Le gonflement de la dette extérieure détermine un changement du signe de la balance des rémunérations des capitaux ; deux périodes se succèdent alors : l’une pendant laquelle le flux des rémunérations des capitaux n’excède pas le reflux des investissements nouveaux, l’autre au cours de laquelle le jeu des intérêts composés inverse la situation.

176Pour que les rentrées de capitaux puissent compenser les sorties de rémunérations, il faut une balance commerciale positive, au sens propre du mot.

177Théoriquement, le passage de l’état négatif à l’état positif pour une balance commerciale pourra se produire si :

  1. le taux d’accroissement des importations diminue, la productivité marginale se réduisant à mesure que sont satisfaits les premiers emplois très productifs ;
  2. la baisse des besoins d’importation détermine une réduction du taux d’accroissement des rentrées de capitaux ;
  3. les investissements réalisés au cours des années précédentes permettent une augmentation suffisante des exportations.

178Dans l’actuelle situation de l’Amérique Latine, il est probable que ces conditions ne pourront être satisfaites :

179a) L’expansion économique des pays latino-américains aura comme conséquence une hausse de la propension à importer ; de nombreux biens seront nécessaires à la poursuite de cette expansion.

180L’accroissement du Revenu National consécutif à l’apport extérieur est susceptible de provoquer, outre l’importation de biens de production indispensables aux nouvelles industries, une augmentation de la consommation capable de déterminer une hausse supplémentaire du niveau de l’importation globale.

181b) L’accroissement escompté des exportations présuppose l’existence d’une demande — dans les pays d’origine des capitaux — de produits provenant des pays latino-américains. Or, nous avons vu que le bas coefficient d’élasticité de la demande étrangère d’exportations traditionnelles interdit tout espoir de développement ultérieur du taux de ces exportations.

182Quant aux articles fabriqués grâce aux investissements de l’extérieur et destinés à remplacer les importations, ils ne seront pas en mesure de concurrencer leurs similaires, produits dans les pays prêteurs. La création de courants de trafic inter-régionaux ne permettra pas — fort vraisembablement — d’atteindre le volume requis pour contrecarrer le flux des importations.

183Si les exportations du pays débiteur ne suivent pas le rythme souhaité d’accroissement, le pays en question pourra disposer pendant les premières années, des devises nécessaires pour importer un volume de biens supérieur à celui de ses exportations.

184Mais du moment que la sortie de rémunérations n’est plus compensée par le reflux de capitaux nouveaux, il devra substituer ses importations, insuffisantes en quantité ou en réduire le volume pour couvrir le transfert d’intérêts.

185Par conséquent, pour considérer les possibilités de financement extérieur, il est très important de ne pas perdre de vue que le courant financier doit, tôt ou tard, passer de positif à négatif.

186Les dettes qu’un pays peut contracter à l’étranger sont conditionnées, d’un côté par le taux d’augmentation de ses exportations et de l’autre, par les conditions d’amortissement et de rénumération qui accompagent le prêt de capitaux.

187Il ne suffit donc pas d’accorder au pays débiteur des conditions libérales de rémunération des capitaux prêtés ; si celui-ci n’adopte pas des mesures visant à augmenter le volume des exportations ou permettant la substitution de ses importations, la libération des rémunérations créera finalement des difficultés tant au pays débiteur qu’au créditeur.

188L’expansion relativement lente des productions traditionnelles d’exportation empêchera l’Amérique Latine de conserver le rythme de croissance enregistré pendant les dernières années à moins qu’elle ne parvienne à accélérer son programme de substitution d’importations. Un ralentissement de son rythme de développement ou une augmentation de l’aide extérieur sous des conditions plus avantageuses n’atteindront pas l’effect attendu, sans la réalisation d’un effort accru pour procéder à cette substitution.

  • 20 V. chapitre supra : « Les avantages de la spécialisation ».

189Une analyse des conditions dans lesquelles cette transformation pourra être menée à bout20 parviendra seule à préciser dans quelle mesure l’Amérique Latine sera capable de maintenir à l’avenir un taux de croissance élevé, sans pour cela subir des changements trop violents de son équilibre économico-social.

190L’instabilité politique est l’une des causes fondamentales des écarts existants dans le volume des investissements directs. Ainsi, en 1958, un fléchissement de 65 % des entrées brutes de capitaux a été exclusivement dû à une diminution de 62 % des investissements directs, les autres sources de financement extérieur ayant progressé au cours de la même période dans des proportions variables.

191Cette contraction du volume des investissements privés fut provoquée par un changement de régime politique au Venezuela et à Cuba.

192Bien qu’il n’existe pas de chiffres précis sur le montant total des investissements extérieurs, ceux-ci ont passé — estime-t-on — de 6,000 millions en 1947 à 13,000 millions en 1960. On y constate la très nette progression des prêts privés et gouvernementaux ; ceci traduit une préférence pour ce genre d’opérations par rapport aux donations et même aux investissements directs (Tableau no 6).

193On constate un acheminement préférentiel vers le Venezuela dans la distribution géographique de l’ensemble des capitaux étrangers, ce qui explique que toute altération du volume des investissements directs dans ce pays a des répercussions sur l’ensemble des entrées de capitaux en Amérique Latine.

194Par exemple, une hausse des investissements dans les secteurs miniers et manufacturiers des autres Etats de la Zone, notamment au Brésil, au Chili et au Mexique, s’avéra insuffisante à neutraliser la tendance à la baisse observée au Venezuela.

  • 21 ONU, CEPAL : « El Financiamients Externo en América Latine ». New York, 1964, p. 234.

195Jusqu’en 1958, les deux tiers environ du total des investissements étrangers étaient exclusivement concentrés dans cinq pays : Venezuela, Brésil, Cuba, Mexique et Chili. Près de 70 % du total de ces investissements étaient constitués par des capitaux américains. Plus de 30 % des placements de capital privé des Etats-Unis vont à l’industrie pétrolière, et 12 % aux activités minières et sidérurgiques21.

196Les capitaux — américains au Mexique, britanniques en Argentine, au Brésil et à l’Uruguay — investis dans les transports (chemins de fer), ont été pour la plupart rapatriés à leur pays d’origine. Si la tendance à la nationalisation se manifeste dans les secteurs où les capitalistes étrangers placent de préférence leurs fonds, par exemple dans l’électricité, ceci mettra en danger la continuité des versements de capitaux à ce service.

Tableau No 6. — Amérique latine : Flux de capitaux étrangers. (Millions de dollars)

Tableau No 6. — Amérique latine : Flux de capitaux étrangers. (Millions de dollars)

Source : ONU, CEPAL : « El Financiamiento Externo de América Latina », New York, 1964.

197C’est à l’occasion de conflits qui surgirent entre l’Etat et les compagnies privées, propriétaires de la Compagnie Mexicaine d’Electricité, au sujet des prix du service et de l’extension des droits des capitalistes étrangers, que le Gouvernement mexicain a procédé à la nationalisation des entreprises privées de cette branche. Cette opération effectuée en 1960 s’est chiffrée environ à 125 millions de dollars, dont près de la moitié fut immédiatement payée en devises. Le règlement du reste de la dette doit être fait dans un délai de 15 ans.

198La nationalisation des services publics constitue en général une tactique politique dont le but est d’assurer la stabilité dans la distribution d’un de ces services. Mais, le danger d’une contagion ou d’une « fièvre des nationalisations » explique le retrait de nombreux capitaux étrangers de l’Amérique Latine.

199En résumé, dans les 15 dernières années les capitaux privés étrangers ont été dirigés de manière prédominante vers les industries minières et manufacturières ainsi que vers les activités subsidiaires, avec une sensible diminution des investissements dans les services publics et les transports.

B. — Les investissements directs

  • 22 M. Byé, « Relations Economiques Internationales ». Op. cit., p. 156 et ss.

200« L’investissement est dit « direct » s’il est effectué dans une firme contrôlée par l’épargnant ou le groupe d’épargnants, ou apporte le contrôle d’une telle firme »22.

201Le plus souvent, ce placement-investissement direct est fait par une firme dans une succursale ou filiale extérieure.

202L’investissement ainsi décrit se place « hors marché », les capitaux investis nés de l’auto-financement confondant l’épargnant et l’investisseur. Celui-ci diffère de l’investissement de portefeuille ou investissement de marché par plusieurs aspects qui le placent précisément en dehors des règles reconnues dans le marché :

  1. Il n’est pas concurrentiel.
  2. Le but poursuivi n’est pas l’obtention de la rentabilité maxima par rapport aux données actuelles d’un territoire. Au contraire, l’activité générale de la firme est basée sur la recherche d’une rentabilité cumulée sur des périodes plus ou moins longues, qui résulte de l’exploitation de plusieurs installations étendues sur divers territoires.
  3. Son financement ne pose pas le problème des transferts, l’entrée et la sortie étant liées aux mouvements de produits à l’intérieur de la firme23.

203En Amérique Latine, plus des deux tiers des investissements sont faits en forme « directe ». Malgré leur rôle moteur dans le progrès économique des pays bénéficiaires, ils se heurtent à divers obstacles de type fiscal et administratif ou à des limitations et prohibitions servant à protéger l’épargnant national dans certaines branches d’activité.

204C’est que ce genre de placement est souvent tenu pour un instrument de domination aux mains des pays évolués.

205Le rythme d’exploitation décidé peut amener la firme à faire un emploi inconsidéré et irrationnel des ressources du pays débiteur. Le placement direct effectué dans un pays ne figure, en somme, que comme l’une des unités de production d’un ensemble national.

206Les plans d’exploitation des grandes unités inter-territoriales peuvent ne pas correspondre à l’intérêt des pays consommateurs qui, eux, devraient disposer d’une production plus abondante, à meilleur marché, et dont l’acquisition ne constituerait pas une sortie de devises.

207Les échanges intérieurs à la firme se font d’une manière autonome. La création de « secteurs de financement clos » par le réinvestissement des bénéfices globaux et non en accord avec leur origine géographique, provoque souvent des mouvements centripètes de capitaux, allant d’un pays pauvre vers un pays riche. Leurs liaisons avec le marché contrôlé par la firme expose le pays qui reçoit ces investissements à ressentir plus intensément les effets des fluctuations cycliques.

208Le commerce de la firme est en partie intérieur ; l’entreprise se sert de son propre outillage et reçoit directement le produit fini, se servant de sa propre monnaie pour en effectuer le règlement. Le pays qui prête son territoire pour l’installation de filiales de la firme ne peut l’utiliser pour la programmation des projets de développement d’intérêt national.

209Ces entreprises font fréquemment une politique de pénétration du « type impérialiste », et l’histoire des pays latino-américains est riche en exemples d’immixtion de grandes compagnies dans leur vie politique intérieure.

  • 24 Richard Wright, « Bandoeng ». Calmann-Lévy.

210« Comment obtenir la coopération de l’Occident — se demande Richard Wright — et se défendre en même temps contre la volonté de domination des occidentaux ? »24 (Cette question occupe fort les esprits latino-américains qui comprennent que le rôle positif tenu dans le passé par les investissements doit se poursuivre à l’avenir, comme une solution aux inégalités de la croissance et une consolidation du progrès économique.

211Les principaux placements étrangers et investissements directs sont effectués par les firmes suivantes et dans ces secteurs :

  1. American Smelting, American Metal Company et Anaconda Copper Company, dans le secteur minier, les trois compagnies étant d’origine américaine.
  2. Standard Oil Company et Royal Dutch-Shell, dans les pétroles, la première étant d’origine américaine et la seconde à participation anglaise et hollandaise.
  3. American Sugar Refining Company, d’origine américaine, contrôlait la production du sucre.
  4. United Fruit Company, américaine, intimement liée à la vie politique de l’Amérique Centrale, elle contrôle la production bananière.
  5. Anderson Clayton Company, d’origine américaine, domine un grand secteur de la production cotonnière.
  6. L’industrie électrique est aux mains de deux firmes américaines, « General Electric » et « Westinghouse », et de la compagnie anglaise « British General Electric ».
  7. L’énergie électrique est fournie par l’a Electric Bond and Share » et la Compagnie « Sofina ».
  8. Une grande partie du transport aérien est contrôlée par la « Pan American World Airways » et les compagnies affiliées.
  9. Finalement, le transport maritime est contrôlé par cette même compagnie à travers ses connexions avec la « Grace Line » et la « United Fruit Company »25.

212Tous ces investissements ont été réalisés avant 1939. Leur influence a été tantôt positive, tantôt négative, dans le développement économique des zones d’implantation de ces firmes ; de même, l’interprétation de leur action a varié considérablement dans les divers Etats de l’Amérique Latine.

213On constate dans la période de l’après-guerre une tendance générale à favoriser les placements sous forme de prêts ; on les préfère alors aux investissements extérieurs directs. Les mesures qui cherchent à encourager les investissements à base de prêts caractérisent la politique commerciale de l’époque dans ce continent.

214Il est difficile de délimiter les conséquences de cette politique vis-à-vis de l’investissement privé, dont elle favorise la substitution progressive par des investissements sous forme de prêts. Cependant le fait qu’entre 1950 et 1964 les investissements directs des Etats-Unis n’aient augmenté en Amérique Latine que de 101 %, alors que leur accroissement au Canada a été de 286 %, de 596 % en Europe Occidentale, de 468 % en Afrique et de 453 % dans le reste du monde (Tableau n° 7), semble assez significatif.

215Il n’est pas nécessaire d’insister sur les considérations politiques qui conditionnent l’évolution des investissements directs américains ; on ne peut donc tirer de ces pourcentages des conclusions purement économiques.

Tableau No 7. Etats-Unis : valeur des investissements directs à l'étranger par zones sélectionnées

Tableau No 7. Etats-Unis : valeur des investissements directs à l'étranger par zones sélectionnées

Source : Département de Commerce des Etats-Unis : « Survey of Current Business ». Août, 1965. A) Provisoire.

216Les prêts mis à la disposition de l’Amérique Latine en 1963 par l’Export-Import Bank totalisèrent 238 millions de dollars. Sur ce chiffre, 77 millions ont été employés à corriger les déséquilibres des balances de paiements. Ceci permit aux pays de la Zone de neutraliser partiellement les effets dépressifs de la diminution de valeur des exportations. Le total cumulé de crédits autorisés par cette banque à l’Amérique Latine se chiffrait, en fin 1963, à 5.085 millions de dollars. Notons que pour la même période, l’Europe s’était vu assigner 4.408 millions.

217La BIRD et le Fonds de Développement ont eu une importance considérable dans le financement du développement économique de l’Amérique Latine. La première de ces institutions a destiné plus de 80 % des crédits accordés, à l’amélioration du secteur de l’énergie électrique, au Brésil, à la Colombie et au Mexique. Le restant a été investi dans l’aménagement de l’infrastructure portuaire et routière de certains pays de l’Amérique Centrale et du Sud.

218La finalité du Fonds est de financer des projets dont la justification économique est solide et dont la réalisation ne peut être menée à bien par les autres institutions financières internationales. Cet organisme est, par conséquent des plus utiles. L’intérêt des crédits qu’il accorde n’est pas élevé, et ceux-ci sont amortissables à long terme. Ce terme peut être porté à 40 ans, avec un intérêt de 3,5 %.

219Pourtant, malgré tous ces avantages le Fonds de Développement n’a eu jusqu’ici qu’une participation relative dans le financement des projets de développement. On lui a reproché d’être trop lent à étudier les projets qui lui sont présentés et qui sont toujours basés sur le critère d’intérêt économique pour l’évolution du pays requérant. Cet examen prolongé froisse parfois la susceptibilité des Etats qui ont recours à lui car ils croient voir là un « droit de regard » du Fonds sur leur politique économique intérieure.

220Pour terminer, il convient de citer les transferts sans contrepartie effectués par les Etats-Unis à l’égard de divers pays, sous forme de donations ou à titre de programmes d’aide militaire et technique, qui viennent s’ajouter aux différents crédits concédés par les institutions gouvernementales américaines. Selon certaines estimations approximatives, leur taux s’élèverait à 140 millions de dollars pour 1963.

§ 4. — Attitude des pays de l’A. L. A. L. G. envers les investissements étrangers

221Les déclarations officielles reconnaissent ouvertement que les pays de l’ALALC ont actuellement grand besoin du financement extérieur et assignent au capital étranger une fonction importante dans leur processus de développement économique.

222Mais si ces affirmations correspondent d’une manière presque unanime à toutes les politiques officielles des pays latino-américains, l’opinion publique, elle, se partage dans des proportions variables, entre un sentiment nationaliste d’aversion contre l’investisseur étranger et une franche approbation de l’apport extérieur. Les préjugés latents au sein de la population contre « l’impérialisme yankee » font que la majorité, souvent mal informée, tend à pencher contre les entreprises étrangères.

223Dans les cercles industriels, on appréhende l’élargissement des marchés qui doit suivre la création d’une Zone de Libre-Echange. L’accroissement des conditions concurrentielles — estime-t-on — serait préjudiciable aux industries nationales car elles seraient soumises à une concurrence trop forte par les nouvelles installations étrangères, plus modernes et qui les dépasseraient largement par leur degré de capitalisation et leurs ressources techniques.

224Les politiques officielles sont d’ailleurs loin d’être homogènes ; de tous ces Etats, c’est le Pérou qui possède la plus simple réglementation quant à l’autorisation des entrées de capitaux. Le Chili, par contre, impose la soumission à de nombreuses dispositions administratives qui permettent de déterminer l’intérêt économique de chaque investissement étranger. L’Argentine et le Brésil occupent une position intermédiaire, et accordent des facilités aux placements étrangers, sans perdre de vue toutefois les intérêts des industries nationales établies. Chacun des autres pays use de systèmes plus ou moins personnels, plus souvent favorables à l’importation qu’à la sélection des capitaux.

  • 26 Discours du Ministre des Finances Mexicain, Monsieur Antonio Ortiz Mena, devant la XXVe Convention (...)

225Le Mexique garde une position particulière : il ne fait pas de distinctions juridiques entre capitaux d’une origine ou d’une autre ; il assigne aux entreprises étrangères un caractère nettement complémentaire et de soutien des industries installées, ainsi que de renfort des projets de développement. Le capital nouveau étranger doit ce contribuer à l’accroissement du Revenu national, et surtout à l’augmentation de la production dans les secteurs déficitaires. Il ne doit pas, en outre, concurrencer avantageusement les entreprises mexicaines existantes, déplacer le capital national ni empêcher son développement futur »26.

226Le capital étranger doit favoriser l’intégration ; le développement industriel doit permettre une réduction de la dépendance du pays sur le plan de la production et de l’importation des produits manufacturés.

227La contribution du capital étranger privé ne doit être encouragée dans les industries considérées de base, qu’après avoir obtenu son acceptation de participer en tant que minoritaire dans les entreprises mixtes.

  • 27 CEPAL, Les investissements privés étrangers dans l’ALALC, New York, 1960, p. 4.

228En général, l’attitude des secteurs commerciaux internes des pays de l’ALALC peut se résumer comme suit27 :

  1. favorable dans le cas des industries nouvelles et de base ;
  2. d’opposition dans les secteurs concurrentiels ;
  3. préférentielle envers les entreprises dans lesquelles capital national et étranger sont mélangés, par rapport aux entreprises totalement étrangères.

229Le régime d’entreprises à caractère mixte est une conséquence naturelle du processus de développement qui se déroule en Amérique Latine ; tout semble indiquer que la politique et les facteurs économiques contribueront, à l’avenir, à augmenter la fréquence de ce type d’organisation. La préférence des Gouvernements pour la mise en mains de nationaux des industries de base, prend peu à peu la forme d’une politique établie.

230A l’avenir, l’acceptation des capitalistes étrangers de participer dans les industries créées à l’aide d’investissements nationaux facilitera dans une grande mesure les problèmes du financement étranger dans le développement des pays de l’ALALC.

231La politique sélective de participation des investissements étrangers doit être assez souple pour ne pas constituer un frein au flux du financement extérieur indispensable à l’expansion économique des pays latino-américains.

232L’abandon d’une partie de sa souveraineté qu’implique pour tout pays un projet d’intégration économique entraînera l’affaiblissement des sentiments nationalistes qui ont toujours constitué l’un des obstacles essentiels aux mouvements de capitaux à l’intérieur de l’Amérique Latine.

Notes

1 P. Garcia Reynoso, « Trayectoria del Mercado Común Latinoamericano ». CEMLA, Mexico, 1960, p. 64 et ss.

2 ONU, Doc. E/CN. 12/550. New York, déc. 1960, p. 4.

3 Nous l’appellerons « ALALC » (Asociaciόn Latinoamericana de Libre Comercio) dans les pages qui suivent, selon la coutume établie par les écrits qui s’y réfèrent.

4 Les pays signataires du Traité de Montevideo sont : l’Argentine, le Brésil, le Chili, le Mexique, le Paraguay, le Pérou et l’Uruguay ; la Colombie et l’Equateur y ont adhéré en 1961, le Venezuela en 1965 et la Bolivie en 1966.

5 GATT, « Le Commerce Mondial en 1966 ». Genève, 1967.

6 Le rapport qui existe en Amérique Latine entre la dimension du territoire et le degré de développement est frappant. Les pays que l’on a mentionnés sont très étendus. Cependant, il existe une importante exception : l’Uruguay, qui tout en étant une des plus petites républiques du continent, est une de celles qui ont le plus élevé revenu par tête d’habitant. Son niveau de vie, le caractère de ses habitants et surtout ses institutions hautement démocratiques font que ses visiteurs se plaisent à la nommer « la Suisse de l’Amérique ».

7 P. Garcia Reynoso, « Cuadernos Americanos ». No 3, 1960.

8 CEPAL, Document E/CN. 12/C1/9. New York, 1959, p. 23.

9 « Boletin Estadístico » Union Panaméricana, Washington, Août 1965.

10 Source : « The futur growth of world population ». ONU, 1958, p. 32.

11 Alfred Sauvy « De Malthus à Mao-tsé-Toung ». Ed. Denoël, Paris 1958.

12 M. René Maury, « L’intégration Européenne ». Op. cit., p. 153-155.

13 O. Campos Salas, « Comercio Inter-latinoamericano e Integracion Regional ». Comercio Exterior, oct. 1954, p. 594.

14 O. Carapos Salas, « Comercio Exterior ». Mexico. Op. cit., p. 598.

15 ONU, « The Latin American Commun Market ». New York 51. 11. G. 4/ES.

16 ONU Conseil Economique et Social. « Caractères de l’évolution récente en Amérique Latine vers l’établissement d’un Marché Commun », 1960.

17 ONU, CEPAL, « The Latin American Commun Market ». Op. cit., p. 48.

18 Ce rapport permet de connaître la « capacité d’importation » d’un pays en considérant le volume d’importation qu’il peut acquérir grâce à ses exportations (ou à ses revenus courants, selon le cas). Exprimé en indices, ce rapport est égal « au produit des termes d’échanges nets entre produits par l’indice des quantités exportées : (Px/Pm) Qx ».
M. Byé, « Relations Economiques Internationales ». Op. cit., p. 100.

19 Ce chiffre se réfère à la période 1946-1960, selon les calculs élaborés par Evangelina Aguilera Sch., « Structure Economique des Pays de l’ALALC » Mexico, 1964, p. 13. (ouvrage non publié).

20 V. chapitre supra : « Les avantages de la spécialisation ».

21 ONU, CEPAL : « El Financiamients Externo en América Latine ». New York, 1964, p. 234.

22 M. Byé, « Relations Economiques Internationales ». Op. cit., p. 156 et ss.

23 M. Byé, « Relations Economiques Internationales ». Op. cit., p. 156.

24 Richard Wright, « Bandoeng ». Calmann-Lévy.

25 Prof. José L. Cecena : « El Capitalismo Monopolisa y la Economia Mexicana ». Cuadernos Americanos, Mexico, 1963, p. 147 et 207.

26 Discours du Ministre des Finances Mexicain, Monsieur Antonio Ortiz Mena, devant la XXVe Convention Nationale de Banque, ce Comercio Exterior ». Mexico, mai 1959, p. 247.

27 CEPAL, Les investissements privés étrangers dans l’ALALC, New York, 1960, p. 4.

Table des illustrations

Titre Tableau No 1. Indice des Prix. Base 1953 = 100
Légende Source : Bulletin Mensuel de Statistique. ONU. Avril 1960.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau No 2. Changements anticipés dans le taux théorique des naissances, mortalité et croissance naturelle
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Tableau No 3. Etat comparatif des communications et transports en Amérique latine
Légende Source : ONU. Anuario de las Naciones Unidas. New York. 1964.CEPAL. « Realizaciones y perspectivas en el proceso del mercado regional ». Mar del Plata. — mai 1963.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau No 4. Amérique Latine : Produit Brut Interne, Population, Consommation, Investissement, Exportations et Importations. (Millions de Dollars 1950)
Légende Source : ONU, CEPAL. Boletin Estadistico de América Latina. Vol. II, N° 2, New York, août 1965.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau No 5. Composition du Commerce Extérieur Latino-Américain
Légende Source : ONU, CEPAL. Boletín Estadístico de América Latina. Vol. II, N° 2, New York, Août, 1965.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau No 6. — Amérique latine : Flux de capitaux étrangers. (Millions de dollars)
Légende Source : ONU, CEPAL : « El Financiamiento Externo de América Latina », New York, 1964.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Tableau No 7. Etats-Unis : valeur des investissements directs à l'étranger par zones sélectionnées
Légende Source : Département de Commerce des Etats-Unis : « Survey of Current Business ». Août, 1965. A) Provisoire.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7602/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540