Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le marché commun latino-américain

 | 
Victor Alfonso Maldonado

Première partie. Avantages de l’intégration

Introduction

Texte intégral

1Il apparaît à la lumière des conceptions modernes concernant les relations économiques internationales, que l’évolution logique des rapports entre les Etats tend vers une coopération économique et financière « institutionnalisée ».

2Depuis les accords issus de la Conférence de Bretton-Woods, bon nombre d’institutions ont été créées dont le but est d’approcher une libération des échanges de plus en plus poussée. Outre ces institutions d’ordre général, de vastes mouvements sont apparus avec un objectif commun : la constitution de systèmes économiques sur des bases plus larges que l’Etat National.

  • 1 J, E. Meade : « Problems of Economic Unions ». Allen & Unwin Ltd., London, 1953, Page 1.

3Si, d’après J. E. Meade, « le principe du nationalisme du xixe siècle fut porté à ses limites extrêmes, jusqu’au « reductio ad absurdum », avec la création par le Traité de Versailles d’une série de petits Etats en Europe »1 (notre époque est celle de l’abandon d’une partie des souverainetés propres à chaque Etat en vue d’aboutir à des complexes d’Economies Nationales plus ou moins intégrées.

4Après le Benelux et la CECA, l’Europe des Six a fait école : dans tous les continents, les pays partent à la recherche de leurs affinités géo-économiques qui leur permettraient de constituer, suivant une définition de Monsieur Salleron complétée par une autre de Monsieur Maurice Byé, des « unités d’impulsion économique, destinées à accroître, sur un espace déterminé, la compatibilité des plans d’un ensemble des centres de décisions destinés à former un seul système économique ».

5Les nationalismes cèdent le pas, sous des modalités différentes, aux projets d’union entre un nombre restreint de pays. Pour certains de ces groupes, comme celui constitué par la Communauté Economique Européenne (CEE), le but final de l’intégration serait, par l’élargissement des marchés, la consolidation d’un ensemble économique puissant, capable de faire un équilibre dans la lutte bipartite qui divise actuellement le monde. En même temps serait garantie la régularité de la croissance de chacun des Etats-membres, tout en assurant leur expansion.

6Pour d’autres groupes, les pays moins développés de l’Amérique Latine ou les nouvelles républiques africaines, la formation des grands ensembles pluriterritoriaux ne serait que le moyen d’accélérer leur développement, en rattrapant une partie du retard acquis par rapport aux économies les plus évoluées.

7Pour ces pays, il s’agit moins de former un marché commun que de profiter des économies d’échelle pour un développement commun.

8Les procédés d’intégration et les avantages et problèmes qui en découlent seront donc très différents selon le degré de développement et les buts poursuivis par les bénéficiaires des projets d’union économiques. Ce qui pour les uns serait un atout, pour les autres pourrait être un obstacle presque insurmontable.

9Et par-delà les problèmes purement économiques que les pays intégrationnistes auront à résoudre, aucun des projets d’union ne pourra aboutir en l’absence d’une volonté ferme et sincère de mettre en commun leurs efforts et leurs ressources, afin de créer une unité d’espace économique.

10Les avantages que présentent les grandes zones économiques ne sont plus à démontrer. Ces avantages se mesurent d’abord dans l’ordre quantitatif, le nombre et la diversité des ressources augmentant en général avec l’étendue d’un territoire donné. Mais ils seront surtout qualitatifs, les économies d’échelle permettant une meilleure utilisation des ressources et une spécialisation régionale plus poussée. En outre, la production de masse n’est seulement possible que dans le cadre d’une vaste zone économique.

11Dès lors, pour montrer l’intérêt d’un pays aux dimensions réduites à s’unir avec d’autres pays pour former un complexe opérationnel unique, il faudrait considérer d’une manière prospective les chances de développement que ce pays aurait en restant sous sa forme actuelle d’isolement. La question de l’étendue du marché comme facteur primordial d’expansion retrouverait alors toute son importance.

12Examinons une économie donnée sans prendre en considération ses liaisons avec le reste du monde, c’est-à-dire, prenons comme centre de notre étude introductive la nation entourée et limitée par ses frontières. Elle apparaît comme un ensemble de centres de décisions, couvrant l’aire d’un marché, à l’intérieur duquel il existe une mobilité de facteurs quasi parfaite. Les imperfections constatées ne tiennent qu’à des causes « accessoires », telles que les distances à parcourir et les coûts de transport pour les marchandises, ou les attaches souvent d’ordre purement psychologique qui s’opposent à la parfaite mobilité des travailleurs d’un endroit à l’autre.

13A l’intérieur de ses frontières, la nation se présente donc sous la forme d’un marché composé de « groupes de groupes », suivant la définition du Professeur F. Perroux, dans lequel les différents facteurs participant à la production ont une « parfaite mobilité relative ». Rien, en effet, ne s’oppose au déplacement de ces facteurs, sinon les obstacles d’ordre circonstanciel que, malgré leur importance et quitte à les examiner plus loin d’une manière attentive, nous rejetons pour le moment dans l’« environnement donné » de l’ensemble considéré.

14Certes, il y aurait de très sérieuses objections à opposer au fait de ne voir la nation que sous son seul aspect du marché qu’elle représente. Mais il est commode de faire cette simplification pour la facilité du raisonnement à suivre afin d’illustrer les avantages des économies d’échelle.

15Tout au long de cet ouvrage, la nation doit être prise comme unité d’étude, les groupements de ces unités constituant l’objet de nos recherches. Dès lors, si nous suivons l’évolution du terme « marché » à travers sa signification économique, il est plausible d’assimiler, en une première approximation, la notion de marché à celle de nation.

16Le marché, c’est d’abord un lieu de vente, et il commença par n’être que cela. A l’origine, il n’était qu’une réunion de marchands assemblés dans un même lieu pour vendre ou échanger des marchandises. L’habitude prise de le faire dans des sites géographiques privilégiés suffit pour donner une importance prépondérante à certaines « villes-carrefour », dont Venise est peut-être l’exemple le plus célèbre du Moyen Age.

17Celles-ci sont à l’origine des grandes Foires européennes qui jalonnent l’histoire des faits économiques jusqu’à l’éclosion de la Révolution Industrielle.

18Pendant toute cette période, le marché est orienté en grande partie vers le seul échange des denrées, la monnaie jouant alors véritablement le rôle d’un pur « voile monétaire ».

19Mais, par l’avènement du machinisme les conditions de la production se transforment radicalement. Les possibilités ouvertes par les nouveaux procédés de fabrication mécanique et la division du travail sont à l’origine des premières crises de surproduction. Le marché doit être orienté vers le consommateur qui devient dès lors « le client-roi » en direction duquel est axé tout l’appareil productif. Les pionniers de l’industrie en font un amer apprentissage. Les faillites spectaculaires se succèdent, jusqu’au jour où la production ne sera plus réglée par rapport à ses propres capacités, mais par rapport aux débouchés probables de la marchandise.

20Actuellement, la production est basée sur un certain pouvoir d’absorption des masses, que les producteurs essaient de déterminer à l’avance. Il ne suffit plus de produire en grande quantité et d’acheminer les produits vers le lieu de vente. Il faut avant tout se faire une idée aussi exacte que possible des moyens d’écoulement de la marchandise parmi un nombre déterminé de clients éventuels pour tel ou tel produit.

21Le concept même de marché s’élargit considérablement ; il signifie avant tout le nombre de consommateurs que l’on peut atteindre à l’intérieur d’un espace géographique bien délimité (mais toujours susceptible de s’élargir), avec un produit donné et dont les conditions de vente sont déterminées par le jeu même de ce marché.

22Du moment que l’on prend conscience de ce fait, toutes les considérations tendant à la détermination du prix du produit entrent en ligne de compte pour la définition du marché : dispersion des acheteurs, zone d’influence de la firme par rapport aux autres firmes concurrentes, obstacles géographiques, fiscaux, psychologiques, etc. Mais l’élément d’unité réside en l’existence, à l’intérieur d’une zone géographique, d’un nombre donné d’acheteurs disséminés dans cette zone, qui sont disposés à acheter un certain produit à un certain prix.

23Le problème principal auquel on doit faire face, c’est d’abord celui des procédés grâce auquels le chef d’entreprise pourra atteindre le plus grand nombre possible d’acheteurs. Ensuite, le moyen pour lui d’élargir chaque fois davantage son rayon d’action, de couvrir avec ses ventes le plus grand « marché » possible.

24Dans un régime de libre concurrence, la facilité d’accès au consommateur devient un problème essentiel, lequel est intimement lié à un autre problème, celui de la dimension optimale de l’entreprise.

25Malgré la théorie libérale qui préconisait, pour atteindre une spécialisation naturelle optimale, un régime d’échanges libres — avec tout ce que comporte le terme —, les facilités accordées au commerce international furent l’objet de multiples restrictions.

26Dès lors, l’existence d’une zone géographique dotée d’une certaine unité dans les conditions de l’échange reprit toute son importance, et c’est à l’intérieur des barrières posées au commerce international, c’est-à-dire, à l’intérieur de la nation, que nous trouvons le premier marché constitué répondant aux conditions d’unité dans l’échange.

27La théorie économique ne peut donc plus ignorer la question de la dimension du marché.

28Cette dimension doit être prise en considération comme l’un des éléments premiers de la structure d’une entreprise, et c’est en définitive de l’ensemble de ces entreprises que dépend la puissance industrielle de la nation et l’avenir de toute économie.

Notes

1 J, E. Meade : « Problems of Economic Unions ». Allen & Unwin Ltd., London, 1953, Page 1.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540