Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Cartes hors texte. Notice explicative et sources utilisées

Texte intégral

CARTE I - LE MILIEU NATUREL (I)

1Il s'agissait ici de retenir quelques données hypsométriques, géologiques, morphologiques, pour individualiser des régions naturelles à l'intérieur des Etats de Veracruz, Oaxaca, Tabasco, Chiapas, Campeche, Yucatan, Quintana Roo.

2a) Nous avons divisé le ''Tropique Humide" grâce à trois isohypses : celle des 200 mètres, qui sépare approximativement les bas-pays (plats ou bosselés) ou Bajos, des grands versants des sierras et retombées de plateaux ;

3celle des 800 mètres, limite supérieure des "tierras calientes" ;

4celle des 1 600 mètres enfin qui nous font délimiter, aux flancs des sierras, l'étage "tempéré-chaud", caractérisé par le développement de cultures tropicales comme celle du café ou de la canne à sucre.

5Ces données hypsométriques ont donc pour nous essentiellement une signification climatique (1)

6b) les caractéristiques géologiques des zones étudiées ont été ici très simplifiées. Il nous a semblé suffisant pour notre étude de localiser les grands ensembles de roches :

  1. métamorphiques et volcaniques

  2. sédimentaires à prépondérance calcaire (pour isoler les reliefs karstiques)

  3. sédimentaires et surtout alluviales.

7Les sources utilisées ont été : "la Carta Geologica de la Republica Mexicana" au 1/2 000 000, de 1960, élaborée par le "Comite de la Carta Geologica de Mexico" ; le chapître "Surface Configuration and Associated Geology of Middle America" écrit par R.C. West dans le "Handbook of Middle American Indians",

8c) Du point de vue morphologique, l'essentiel nous a paru de distinguer : les plateaux, des versants montagnards, en ce qui concerne les hautes terres ; les zones de collines, des deltas et vallées inondables, en ce qui concerne les terres basses (la plateforme karstifiée du Yucatan constitue une troisième catégorie de terres basses). Pour cartographier ces données morphologiques nous avons compilé : la carte au 1/500 000 déjà citée, ainsi que : "Landforms of Mexico" carte préparée par Erwin Raisz pour le "Geography Branch of the office of Naval Research", Cambridege, Mass, 2e ed. 1964.

9(1) Les tracés des trois isohypses sont des généralisations des courbes de la carte topographique au 1/500 000 : "Estados Unidos Mexicanos". Comision Intersecretarial coordora del levantamiento de la carta geografica. 1958.

CARTE II : LE MILIEU NATUREL (II)

10Ce croquis rassemble des données climatiques et pédagogiques susceptibles, d'expliquer partiellement la division en grandes zones de végétation naturelle (cf. carte "Le Milieu Naturel" III), d'expliquer également certaines orientations et localisations de la colonisation agricole.

11Nous avons rassemblé :

12a) des données thermiques ; il nous a paru préférable d'utiliser les isothermes des températures minimales du mois le plus froid (janvier), plutôt que des moyennes thermiques annuelles qui ne révèlent pas la fragilité saisonnière de certaines cultures tropicales aventurées en dehors de leur zone "climax".

13Nous avons utilisé ici l'ouvrage : "Isotermas Extremas e Indice de Aridez en la Republica Mexicana", de Consuelo Soto Mora y Ernesto Jauregui. UNAM, Instituto de Geografia, 1965.

14b) des données pluviométriques : trois isohyètes annuelles, celles de 1000, 1500, 2000 mm ; la première délimite approximativement le secteur forestier tropical humide, du domaine de la brousse à épineux ; la seconde délimite la zone où la forêt sempervirente est assurée de résister aux petites saisons sèches ; enfin, l'isohyète des 2000 mm fait apparaître assez nettement un croissant Est-Ouest qui groupe forêt ombrophile et zones de la "frontière" agricole dans le Veracruz, Tabasco et Chiapas.

15Pour tracer ces isohyètes, nous avons employé la carte très détaillée, au 1/2 000 000 : "Republica Mexicana. Precipitacion Media Anual en Milimitros, Periodo 1931-1960" Secretaria de Recursos Hidraulicos. Dirreccion de Hidrologia.

16c) des données pédologiques : il aurait été souhaitable de dresser une carte de la qualité agricole des sols, classés en fonction de leur richesse minérale et organique, en fonction de leur texture et de la pente du terrain. Ce travail a d'ailleurs été réalisé par la S.R.H., pour ses districts d'irrigation. Faute de données pour l'ensemble de la zone étudiée ici, nous nous sommes contentés de cartographier de grands groupes de sols (du groupe latéritique, hydromorphes, calcimorphes…), qui opposent entre elles de vastes régions : le Yucatan au Tabasco, les Altos aux Bajos des Chiapas... Nous avons reproduit la "Carta de Suelos de la Republica Mexicana", au 1/4 000 000, dressée par M. Macias Villada pour le compte de la S.R.H., en 1960. Nous avons toutefois modifié la nomenclature et la classification, en tenant compte des observations de Carmen Samano Pineda ("Los Suelos de México", UNAM. Anuario de Geografia, Ano V. 1965. p.60-125) et de Rayfred L. Stevens ("The Soils of Middle America and their Relation to Indian Peoples and Cultures". Handbook of Middle American Indians. Vol, I, p, 265-315, 1964).

CARTE III : LE MILIEU NATUREL (III)

17Cette carte réunit deux types d'information sur la Végétation du domaine tropical étudié. Nous avons d'abord adapté au 1/2 000 000 la "Carta de Aprovechamientos de Aguas y Suelos" réalisée par Jorge L. Tamayo, en 1958, pour la Secretaria de Recursos Hidraulicos. Cette carte localise des formes de végétation très (nous dirions trop) générales : forêt, formations buissonneuses, pâturages, marécages ; son plus grand intérêt est de localiser également les grandes masses de terres agricoles (tierra de labor de temporal et de riego) ; mais là encore elle demeure insuffisante, ne cartographiant pas les petites zones agricoles, ni les défrichements de certaines zones où la topographie agitée, où la couverture forestière rendent difficile toute identification, (tout particulièrement dans les sierras de Oaxaca).

18Nous avons complété ces premières informations en utilisant des ouvrages monographiques :

  1. "Vegetacion de la Peninsula Yucateca" par Faustino Miranda ("Los Recursos Naturales del Sureste y su Aprovechamiento", Instituto Mexiçano de Recursos Naturales Renovables. 1959), qui publie page 223 une carte de la végétation du Yucatan ; nous avons simplifié cette carte, réduit le nombre de catégories utilisées, et modifié légèrement la terminologie pour la mettre en accord avec une terminologie plus synthétique ;

  2. "The Tabasco Lowlands of Southeastern Mexico" by R.C. West, N.P. Psuty, B.G. Thom. Louisiana State University Press Coastal Studies Series Number 27, 1969, 193 p, Cette publication consacre un chapitre et une carte 5 la végétation du Tabasco ;

  3. "Vegetations Zones of Mexico". A.S. Leopold, "Ecology" 1950. 31 507 18. Article qui délimite de grands types de végétation forestière, qui sont repris dans "Wildlife of Mexico" 1959. University of California Press.

19Ces deux publications sont à la base des cartes de Winnie (Lower Papaloapan Basin, Land and People) et de Siemens (The Character and Recent Development of Agricultural Settlement in Southern Veracruz, Mexico) concernant la moitié sud du Veracruz.

CARTE IV : DENSITE DE POPULATION RURALE. 1960

20Une carte de densité de population totale, établie par municipe (cf. carte jointe) est de valeur très inégale pour étudier les phénomènes de colonisation agricole, D'abord la présence de villes liées à des activités industrielles, portuaires, peut hausser artificiellement la densité d'un municipe encore vierge du point de vue de l'exploitation agricole (c'est le cas de "El Carmen", dans le Campeche) ; mais surtout la grande variété des dimensions municipales (de 1 à 500 dans les Etats du Golfe) empêche de rassembler les municipes en zones de densités vraiment homogènes, Alors qu'un petit municipe "colle" à la réalité du peuplement, un grand municipe peut présenter deux types de peuplement (dense sur la côte, raréfié à l'intérieur, comme dans le cas de Coatzacoalcos-Minatitlan) qui disparaîtront en leur attribuant une densité moyenne.

21Nous avons décidé d'éliminer ces deux sources d'erreur en ne retenant que la population rurale (vivant dans des localités de moins de 15 000 habitants, selon la définition de Luis Unikel), et en descendant au-dessous du municipe.

22Le document de base, fournissant une localisation du peuplement précise, a été la carte par points au 1/1 000 000 établie par El Colegio de Geografia, Faculdad de Filosofias y Letras, UNAM, pour le compte de la Comision Nacional de los Salarios Minimos, en 1966. Nous avons appliqué sur cette carte un carroyage (carrés de 1 cm de côté, soit 100 km2 à cette échelle), compté le nombre de points par carré et calculé la densité de population pour chaque carré.

23Sept classes de densités de population rurale ont été différenciées : moins de 5 habitants/km2 (terres assimilables à des terres vierges), de 5 à 14,9 (zones d'élevage extensif, de colonisation en archipels), de 15 à 25 (ce qui correspond au niveau de peuplement lié 5 l'agriculture itinérante ; de 25 à 50, de 50 à 75, de 75 à 100, plus de 100 (niveaux de densité liés à l'agriculture traditionnelle permanente, aux plantations...).

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search