Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Lexique

Texte intégral

ABARROTES

 : boutiques d'épicerie, petits bazars.

ACAPARADORES

 : commerçants acheteurs de produits agricoles, spéculant et cherchant à monopoliser achats et ventes.

AGOSTADERO

 : pâturages naturels, ou conquis par défrichements.

AGUADAS

 : (cf. cenote)

ALTIPLANO

 : Hauts-plateaux (Centre du Mexique).

ALTOS

 : hautes terres (Altos de Chiapas ...).

AMPARO

 : jugement d'habeas corpus, ou décision judiciaire interrompant provisoirement des poursuites (criminelles, civiles), ou déclarant inapplicables des décisions administratives jusqu'à plus ample information. Subterfu­ge légal utilisé par les propriétaires terriens pour paralyser l'action de réforme agraire.

AMPLIACION

 : dotation de terres supplémentaires accordée à un éjido (pour attribuer des terres par exemple aux nouvelles couches de la population).

ANTICIPOS

 : avances faites au producteur agricole (par un commerçant, une banque), sur sa récolte, qu'il promet de vendre au prêteur.

APARCERO

 : métayer.

ARRENDATARIO

 : fermier.

ARRIERRO

 : muletier. Intermédiaire essentiel entre campagnes et villes dans les zones d'accès difficile.

AVIO

 : crédit pour les travaux et achats (graines, engrais, insecticides, énergie) nécessaires à la production, dans un cycle agricole.

BAJOS (Altos)

 : basses terres au pied des sierras et hauts-plateaux (Bajos de Playa Vicente ...).

BALDIOS

 : terres qui n'avaient été attribuées ni par les autorités coloniales ("mercedadas"), ni vendues depuis l'Indépendance. Réputées sans proprié­taires, elles étaient considérées comme domaines de l'État.Dans le Yucatan  : tenancier indigène sans titres, sur les grands do­maines.

BARBAROS, BRAVOS

 : (Indios ...) Indiens insoumis (Chichimèques du Nord du Mexique pendant la Colonie), tribus mayas de l'actuel Quintana Roo dans la deuxième moi­tié du XIXe siècle.

BENEFICIO

 : (de café ...) installations artisanales ou industrielles pour le pre­mier traitement des produits récoltés : épulpage, séchage ...

BONANZA

 : période de prospérité, de vaches grasses ; gisement minéral très riche.

BORDO

 : Digue, levées artificielles le long d'un fleuve, ou bien au travers d'une vallée (pour former une retenue d'eau).

BOSQUE

 : Forêt.

BRACERO

 : Brassier ; ouvrier agricole migrant temporairement dans une zone au moment de la récolte ; travailleur agricole migrant temporairement aux Etats-Unis.

BRECHA

 : Piste, chemin de pénétration en terre battue, souvent impraticable en saison des pluies.

CABALLERIA

 : mesure agraire de superficie de la Colonie ; équivaut à environ 42 hectares.

CABEZERA (municipal)

 : chef-lieu du municipe.

CACIQUE

 : à l'origine, chef d'une communauté indienne ; dirigeant local assurant son emprise politique et économique grâce à ses "relations" et grâce à des mesures paternalistes ou aussi bien arbitraires.

CAMPESINO

 : travailleur dans l'agriculture.

CANERO

 : travailleur agricole de la canne à sucre (CANA DE AZUCAR).

CAOBA

 : acajou. (Swietenia macrophylla).

CARIBAL

 : campement, hameau temporaire des indiens lacandons.

CASTA DIVINA

 : oligarchie yucatèque des grands propriétaires, industriels et com­merçants.

CEDRO

 : arbre au bois précieux (cedrela mexicana).

CENOTE

 : ouverture béante typique du relief karstique du Yucatan ; au fond de ce véritable puits apparaît la nappe d'eau souterraine. (ex. : cenote sacré de Chichen Itza).

CENTRO DE SALUD

 : centre d'assistance médicale rurale.

CERRO

 : colline, butte ou piton montagneux.

CIENTIFICOS

 : nom donné aux dirigeants politiques et économiques de l'époque porfirienne, admirateurs des sociétés européennes et nord-américaine, et soucieux de faire entrer le Mexique dans l'ère du capitalisme moderne.

CIUDAD

 : statut politique le plus élevé que peut atteindre une localité ; ville.

COA

 : bâton à fouir ; (également Espegue, macana ...).

COLONIA

 : unité territoriale légale regroupant les terres de colons (colonos) privés ; également, lotissement urbain.

COLONO

 : colon achetant en toute propriété des terres colonisables vendues par des particuliers ou par l'État.

COMPRA EN VERDE

 : achat sur pied d'une récolte par un commerçant ; le producteur n'obtient qu'un bas prix, mais ses rentrées monétaires sont assurées.

COMUNIDAD INDIGENA

 : Communauté agraire indigène où la propriété de la terre est en principe collective.

COMUNERO

 : membre d'une communauté agraire.

CORREDOR

 : commerçant itinérant servant d'intermédiaire entre les producteurs et les grossistes, pour la commercialisation de produits comme le café, le maïs ...On parle également de COMISIONISTA, dans le cas de l'intermédiaire en­tre l'éleveur de bétail et l'acheteur.

COSTERA DEL GOLFO

 : route côtière du Golfe du Mexique, dans les Etats de Veracruz, Tabasco Campeche et Yucatan.

CHAC

 : Dieu de la pluie chez les Mayas ; nom du plan d'irrigation dans le Yucatan méridional,

CHAPOPOTE

 : nom indien du pétrole qui sourd naturellement.

CHICLE

 : gomme à mâcher, sève de l'arbre CHICOZAPOTE recueillie par des travailleurs, les CHICLEROS.

CHOZA

 : hutte, case.

DERECHOS A SALVO

 : (EJIDATARIO CON...) éjidataire qui, par manque de terres à distribuer, n'a reçu qu'une attestation confirmant sa capacité à recevoir des terres si les conditions le permettent dans l'avenir.

DESLINDADORAS (COMPANIAS)

 : compagnies privées autorisées par le gouvernement porfiriste à arpenter les terres de "BALDIOS", et recevant comme commission le tiers des terres bornées et arpentées.

DESMONTE

 : déboisement, défrichage.

DESPEPITADORA

 : installations égreneuses de coton, comprenant souvent une huilerie.

DOTACION

 : dotations de terres par l'Etat à un EJIDO.

EJIDATARIO

 : bénéficiaire d'une parcelle éjidale.

EJIDOS

 : à l'époque coloniale les EJIDOS sont la partie des terres d'une communauté indigène, de propriété commune, qui était : et pâtures demeurent d'usage commun destinée à satisfaire les besoins en pâturages et en bois de cette communauté.
l'EJIDO est une création des lois de Réforme Agraire ; ce mot désigne un ensemble de terres, y compris les terres cultivables, données en propriété par la Nation à un noyau de population agricole ; l'éjido, propriété collective, est inaliénable, insaisissable, non transmissible, imprescriptible et indivisible. Mais les terres cultivées sont divisées en parcelles individuelles (avec seulement un droit d'usage héréditaire), remises aux EJIDATARIOS. Seuls les bois

 : et pâtures demeurent d'usage commun.

ENCOMIENDA

 : droit de lever un tribut sur les populations indigènes d'un territoire donné ; le Vice-Roi accordait ce droit à l’ENCOMENDERO.

ENGANCHADOR

 : recruteur de travailleurs saisonniers pour les plantations ou les exploitations forestières.

ESTEROS

 : lagunes, étangs fréquents dans les basses terres du Golfe, tout particulièrement dans le Tabasco.

FANEGA

 : mesure pour les grains ; environ 132 kilos.

FERACIDAD

 : fertilité, fécondité extraordinaire souvent attribuée aux terres chaudes.

FINCA

 : Propriété, domaine de dimensions moyennes ; terme employé en particulier dans le Chiapas.

GANADO

 : bétail (GANADO VACUNO : cheptel bovin).

GANADERO

 : éleveur.

GRANA

 : cochenille.

HACIENDA

 : grand domaine rural (exploitation agricole ou d'élevage) dont le propriétaire est l'HACENDADO.

HENEQUEN

 : genre d'agave (sisal) dont on extrait les fibres pour tisser des sacs, tapis, cordes. Sa principale zone de plantation est le Yucatan

HERRADURAS (CAMINO DE)

 : piste mûletière, chemin non accessible aux charrois.

HULE

 : caoutchouc. Le collecteur de la sève de l'arbre producteur est le HULERO.

INAFECTABILIDAD

 : statut des propriétés échappant à la Réforme Agraire, soit en raison de leur faible taille, soit par des exemptions légales temporaires (concessions d'inafectabilite temporaire pour l'élevage).

INGENIO

 : sucrerie industrielle transformant la canne à sucre, (le moulin traditionnel mu par un animal est le TRAPICHE).

JORNAL

 : salaire agricole pour le travail à la journée.

JOYAS

 : dans le relief karstique yucatèque, dépressions où s'accumulent argiles, colluvions et humidité.

LABOR (TIERRA DE)

 : terres cultivables.

LADINO

 : le non-indien ; le métis ou même l'indien ayant adopté des us ou coutumes non indiennes (aladinazado).

LATIFUNDIO

 : très grand domaine, dont le propriétaire est le LATIFUNDISTA.

LOCALIDAD

 : lieu-dit ; plus petite communauté humaine ayant un statut administratif (utilisée surtout pour les recensements).

LOGWOOD

 : équivalent anglais du Palo de Tinte, plus connu en France comme Bois de Campêche ; bois utilisé pour ses qualités tinctoriales.

MACHETE

 : sabre d'abattis, l'outil à tout faire du campesino.

MALEZA

 : broussailles, végétation à défricher.

MARCHA AL MAR

 : la marche à la mer ; slogan, politique préconisée par Avila Camacho, consistant dans le peuplement et la mise en valeur des terres vierges côtières.

MATA

 : régime (ex. régime de bananes), également, plan, arbuste.

MILPA

 : parcelle cultivée en maïs par le petit cultivateur.

MISCELANEA

 : épicerie de village où l'on vend la plupart des produits usuels.

MINIFUNDIO

 : très petite exploitation (quelques hectares au plus).

MONTE

 : zone forestière (forêt de haute futaie ou MONTE ALTO, taillis ou MONTE BAJO), forêt. Elle est exploitée par les forestiers (MONTEROS), dans des chantiers forestiers (MONTERIAS).

MULADA

 : train de mules des ARRIEROS.

NORTES

 : vents du Nord humides et frais balayant le Golfe du Mexique, particulièrement fréquent en hiver dans le Veracruz.

NUEVO CENTRO DE

 : Ejido créé de toutes pièces, avec des éjidatarios immigrés, le

POBLACION EJIDAL

 : plus souvent dans des zones forestières ou semi-arides. Forme actuelle la plus répandue, de colonisation.

NYLON (AGRICULTORES)

 : personnes ayant déjà une activité non agricole, qui accaparent en outre des propriétés agricoles exploitées le plus souvent par des employés. Personnalités influentes, familles de révolutionnaires, politiciens et syndicalistes, avocats, commerçants, fournissent le gros de ces "agriculteurs".

OCUPANTES

 : occupants de terres nationales, sans titres.

PALO TINTE

 : bois de Campeche (Haematoxylon campechianum).

PAVIMENTADO

 : (Camino). route goudronnée.

PENCA

 : larges feuilles charnues, armées d'une épine, des agaves.

PEONES

 : travailleurs agricoles salariés des HACIENDAS,

PESO

 : monnaie légale mexicaine, valant 8 cents de dollar.

PIZCA

 : cueillette du coton, effectuée par les PIZCADORES.

PLATANO ROATAN

 : banane Gros Michel.

PLAZA (dia de)

 : marché le plus souvent hebdomadaire se tenant traditionnellement sur la place du village ou du bourg.

PORFIRIATO

 : porfiriat : époque, régime dominé par Porfirio Diaz du dernier tiers du XIXe siècle à la Révolution de 1911.

PRESA

 : barrage artificiel.

PUEBLO

 : village ou bourgade, ayant déjà une coloration urbaine.

RANCHERIA

 : hameau, village, groupe de RANCHOS, situés en-dessous du niveau du PUEBLO.

RANCHO

 : exploitation agricole moyenne (plus petite que l'HACIENDA), dont le chef est le RANCHERO.

REACOMODO

 : Réinstallation de communautés agraires sur de nouvelles terres(quand un lac de barrage les a privées de leurs terres, par exemple).

REFACCION (CREDITO DE)

 : crédit accordé à l'agriculteur ou à l'éleveur pour réaliser des investissements : machines, bétail, constructions.

RIEGO

 : irrigation. TERRENOS DE RIEGO : terres irrigables.

ROZA, TUMBA Y QUEMA

 : système de culture traditionnelle itinérante sur brûlis, consistant à ROZAR (essarter, défricher), TUMBAR (abattre les arbres) et à QUEMAR (brûler abattis et souches), avant de planter.
On appelle également ce système la MILPA QUE CAMINA.

SIERRA

 : chaîne de montagnes,

SOTAVENTO

 : zone sous-le vent du Veracruz,

TAREA (trabajar a)

 : travail agricole payé à la tâche,

TEMPORAL

 : culture non irriguée, faite en saison des pluies.

TERRACERIA (camino de)

 : chemin non empierré, semblable S la BRECHA,

TERRENOS NACIONALES

 : terres nationales, disponibles pour la colonisation agricole

TIANGUI

 : marché indigène en plein air, le plus souvent hebdomadaire.

TIERRAS CALIENTES

 : terres chaudes, situées en-dessous de 1090 mètres environ ; de 1000 4 1600 mètres, on trouve les TIERRAS DE BOCAS DE TIER RA CALIENTE, mi-chaudes, mi-tempérées, où l'on trouve encore caféier, bananier, canne à sucre.

VEGAS

 : levées fluviatiles eux sols limoneux,

VILLA

 : localité de statut administratif et politique intermédiaire entre le PUEBLO ET LA CIUDAD.

ZAFRA

 : récolte de la canne à sucre, qui mobilise les CANEROS, sous la direction des autorités de l'INGENIO.

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search