Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Conclusion

Texte intégral

1Après avoir constaté que la colonisation avait eu un rôle de première importance dans la transformation de l'espace des "tierras calientes" du Golfe, en s'attaquant dans la dernière décennie aux derniers bastions de terres vierges, en introduisant dans le Tropique Humide la formule de l'aménagement régional intégral qui a si bien réussi dans les Nords arides ; après avoir mesuré la place croissante prise par la colonisation dans le processus de réforme agraire ; après avoir comparé le dynamisme des productions agricoles des terres chaudes à la plus lente progression des Etats centraux, deux questions doivent être encore posées quant à la valeur stratégique de la colonisation, au niveau national et au niveau régional.

1) COLONISATION PROPREMENT DITE ET AMENAGEMENT DES ZONES MAL EXPLOITEES DU TROPIQUE HUMIDE OFFRENT-ILS REELLEMENT UNE ISSUE A L'ACCROISSEMENT DE LA POPULATION ?

2a) Si nous nous plaçons dans une perspective nationale, nous devons d'abord comparer les 145 000 immigrants nets des Etats de colonisation du Golfe (Vepacruz, Tabasco, Campeche et aussi Quintana Roo) aux 757 000 immigrants nets du Grand Mexico et de ses villes satellites, dans la période 1950-1960. Dans le passé, le mouvement de descente des Hautes terres vers le Golfe est cinq fois plus faible que celui se dirigeant vers le Grand Mexico. D'ailleurs, en 1970, l'ensemble Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Quintana Roo, groupe seulement 11,8 % de la population mexicaine, contre 12,6 % en 1930.

3De 1960 à 1970, d'après nos premières estimations, alors que Veracruz, Tabasco, Campeche, Quintana Roo recevaient peut-être 180 000 - 200 000 immigrants nets, le seul Etat du Oaxaca perdait au moins 150 000 émigrants nets. On constate donc que le Golfe n'accueille qu'un courant migratoire correspondant à un surplus régional de population.

4b) Même à l'échelle régionale, la capacité d'accueil des terres de colonisation n'est pas extensible à l'infini. La baisse de la mortalité dans des régions tropicales jusque là moins touchées par l'explosion démographique que les Etats centraux, entraîne la survie de centaines de milliers d'enfants qui pèseront sur le marché du travail. De 1960 à 1970, le seul Etat de Veracruz a ainsi absorbé une croissance naturelle de l'ordre d'un million de personnes, et à ce même rythme devra encore en absorber un million et demi d'ici à 1980. Pour cet Etat les immigrants dans une décennie sont dix fois inférieurs en nombre à la seule croissance des autochtones.

5La colonisation doit donc être conçue comme une soupape à une pression locale. Mais dispose-t-elle d'une réserve de terres suffisante pour installer le surplus de population prévisible des zones du Golfe arrivées à saturation (comme la zone du henequen ou les sierras) ?

6Il faut 25 hectares par famille de cinq personnes dans le sud du Veracruz, 12 hectares dans la zone bonifiée et aménagée de la Chontalpa, de 4F à 65 hectares dans l'Est du Yucatan, une centaine d'hectares dans le Campeche central et oriental, 92 hectares dans le Quintana Roo.

7Les friches et terres nationales du Veracruz (au recensement de 1960) pourraient accueillir 200 000 personnes, le Quintana Roo 120 000, le Campeche un peu plus de 90 000, le Yucatan 50 000 (estimation dans le cas d'une colonisation éjidale). On est loin des deux millions de personnes supplémentaires attendues vers 1980.

8Peut-être qu'une intensification des systèmes de colonisation permettrait d'accueillir plus de monde à l'hectare ; un aménagement intégral semblable à celui de la Chontalpa, et toujours projeté (mais sans grandes réalisations) pour le bassin du Papaloapan, créerait certainement beaucoup plus d'emplois et favoriserait en plus une urbanisation facilitant l'absorption de la population. Mais cette grande politique d'aménagement est-elle réalisable du point de vue financier ? C'est là le deuxième point fondamental, la question du coût de la colonisation.

2) UNE COLONISATION MASSIVE EST-ELLE POSSIBLE DU POINT DE VUE BUDGETAIRE, RENTABLE DU POINT DE VUE ECONOMIQUE ?

9Selon une étude récente, la région du Golfe et du Yucatan comprendrait une superficie potentiellement irrigable de 2 700 000 hectares (38), à conquérir sur des terres vierges (Usumacinta, zone de Candelaria dans le Campeche) comme sur des terres en partie colonisées (Panuco, Papaloapan, Grijalva). Dans l'hypothèse d'un aménagement dans le cadre éjidal, ces terres pourraient employer de 270 000 à 135 000 exploitants, et faire vivre une population de 1,4 millions de personnes environ. La colonisation sous forme de grands périmètres irrigués serait donc susceptible d'accueillir la totalité de l'excédent de population de la prochaine décennie. Mais il faudrait d'abord ouvrir à l'irrigation 270 000 hectares par an, soit un rythme deux fois supérieur au maximum observé entre 1930 et 1970. ; est-ce techniquement possible, faut-il paralyser également tout projet d'irrigation situé à l'extérieur de la zone du Golfe ?

Tableau n° 60. IRRIGATION ET COLONISATION DU TROPIQUE HUMIDE SUPERFICIES IRRIGABLES

Tableau n° 60. IRRIGATION ET COLONISATION DU TROPIQUE HUMIDE SUPERFICIES IRRIGABLES

sources : Desarrollo Integral de Cuencas Hidrologicos. Regiones Por Deserrollar en Mexico. Ing. Cuauhtémoc Cardenas.
Exposé au Tercer Seminario Latinoamericano de Irrigacion. México, enero 1964. et "Caracteristicas de los Distritos de Riego". S.R.H. México, 1969.

  • 39 "Desarrollo Integral de Cuencas Hidrologicas". Ing. Cuauhtémos Cardenas. Tercer Seminario Latinoame (...)

10En second lieu, dans l'hypothèse d'un coût par hectare semblable à celui de la Chontalpa (11 300 pesos par hectare) la réalisation de cette colonisation moderne et massive reviendrait à 3 051 millions de pesos par an, soit deux fois plus que les investissements et dépenses du ministère de l'hydraulique en 196739.

11Il est donc à peu près certain que les grands aménagements dans les terres chaudes du Golfe seront étalés dans le temps (dans la Chontalpa, effort le plus spectaculaire en cours, 14 000 hectares seulement sont aménagés chaque année), donc que l'excédent de population de cette zone devra ou se contenter d'une colonisation plus précaire, ou migrer vers les villes de cette même région ou du reste du pays.

12Même s'il était possible de consacrer à la colonisation les lignes budgétaires nécessaires (avec l'aide de grands prêts du Bid), l'effort financier exigé ne serait-il pas trop coûteux par rapport à d'autres types d'investissements ? Le tableau comparatif du coût de la colonisation, ci-dessous, montre que plus la colonisation se confond avec un développement économique intégral, plus les investissements par bénéficiaire et par hectare colonisé sont élevés. Cet investissement public varie de 25 000 pesos dans la zone de colonisation dirigée, sans grosses infrastructures, de Nuevo Ixcatlan (Papaloapan) à 142 000 pesos dans la Chontalpa, pour installer un exploitant et sa famille. Or, le capital investi par travailleur industriel, était de 87 000 pesos en 1965 dans la zone Orizaba-Cordoba, 144 000 dans celle de Veracruz, 162 000 dans celle de Coatzacoalcos-Minatitlan (raffineries, pétrochimie). Une colonisation créant une agriculture moderne mais employant beaucoup de main d'oeuvre demande donc un investissement par exploitant égal ou supérieur à celui nécessaire pour créer un emploi industriel.

13Un tel effort d'investissement dans la colonisation est-il rentable du point de vue de la production ? Si Ton retient le cas de la Chontalpa, qui est un cas optimal (et encore largement hypothétique, productions et revenus étant évalués pour 1976), à un investissement de 142 000 pesos par famille correspond une production annuelle de 57 000 pesos par famille ; pour 144 000 pesos investis dans l'industrie et par travailleur à Veracruz, la production annuelle est de 106 000 pesos (de 141 000 pesos à Minatitlan) et ces derniers chiffres correspondent à des réalités de 1965, alors que ceux de la Chontalpa sont des estimations pour 1976. La rentabilité économique du capital industriel semble au moins double de celle prévue pour les projets pilotes de colonisation agricole. Du point de vue strictement économique on serait tenté de condamner la politique de colonisation pour "aventurisme", d'autant plus qu'il s'agit d'une entreprise déficitaire pour l'Etat (même dans le cas prospère de Nuevo Ixcatlan-Cihualtepec, la récupération des investissements par l'augmentation de la masse fiscale n'atteint que 80 % de l'investissement public, au bout de quinze ans).

14Il faut cependant nuancer cette condamnation "rentabiliste" de la colonisation agricole intégrale. Dans son cas on considère en effet toute une gamme d'investissements (en routes, énergie et même logements, voirie) qui ne sont pas pris en compte dans les investissements pour l'industrie ; c'est là l'avantage des industries dans les villes que de profiter d'infrastructures déjà existantes, ou de les faire payer pour une bonne part par les finances publiques locales, estatales ou fédérales. Mais il est vrai que la colonisation agricole, entreprise exigeant beaucoup d'espaces par nature, exige un réseau de communications et des investissements spéciaux (canaux, digues) très étendu.

15Un autre argument pour minimiser le coût de la colonisation, c'est son rôle dans le développement régional. Il est évident qu'un Plan comme celui de la Chontalpa, qui va multiplier par dix les productions et les besoins d'une zone voisine de Villahermosa, va entraîner un boom dans cette ville, et favoriser l'apparition de nouvelles activités, industrielles ou tertiaires. La colonisation dans le sud du Veracruz, en étendant les cultures de tabac, de canne à sucre, de riz, en accroissant le cheptel, entraîne l'apparition d'une industrie du complexe agricole, (papeterie et nouvel ingenio de Tuxtepec, conserveries de Loma Bonita, abattoirs et frigorifiques d'Acayucan) qui est un facteur fondamental du développement économique régional. Appuyés sur le pétrole et la pétrochimie d'une part, sur la production agricole et son industrie de transformation d'autre part, le sud du Veracruz, le Tabasco, l'ouest du Campeche peuvent devenir une zone développée du type de celles observées dans les terres irriguées du Pacifique nord-ouest. Le mouvement pionnier agricole doit accompagner le mouvement pionnier du pétrole. A cette condition se créeront dans la zone du Golfe les emplois secondaires et tertiaires qu'il faudrait sinon aller chercher à Mexico, Monterrey, Guadalajara.

16Les diverses Assemblées d'industrialisation qui se sont tenues depuis 1968 dans les Etats du Golfe, et le Chiapas, où autorités gouvernementales, producteurs agricoles, banquiers et industriels ont reconnu la nécessité de créer une industrie "rurale" (du complexe agricole) témoignant de la volonté de former, sur la base d'une agriculture moderne, une industrie régionale, étape vers la grande industrie. La Mexique tropical humide du Golfe apparaît en cela en avance sur les espaces intérieurs de pays comme le Pérou, la Bolivie, l'Equateur.

  • 40 La pression de la colonisation sur la masse budgétaire peut être beaucoup plus forte : les projets (...)

17Dernier élément à prendre en considération dans l'évaluation du coût de la colonisation, c'est sa fonction sociale et politique. Pour de nombreuses communautés indigènes la colonisation demeure la seule possibilité de progresser, les barrières culturelles et linguistiques ôtant à toute une génération d'indiens monolingues ou peu hispanisés l'espoir de s'intégrer â la civilisation urbaine. Pour des milliers de paysans sans terre la colonisation permet de concrétiser la rêve agrariste, la possession d'une parcelle. A moins de vouloir condamner tout un secteur de la population agricole à rester en marge du progrès national, l'Etat doit réaliser un minimum d'infrastructures, encadrer les colonisations spontanées en fournissant routes, écoles et crédit. Quant aux programmes de colonisation et de réaménagement plus ambitieux, l'essentiel semble de ne pas les interrompre, sous peine de perdre les investissements initiaux et de saper la confiance politique régionale et même internationale.40

18L'échec de projets comme celui de la Chontalpa serait particulièrement grave : du point de vue de la politique intérieure, car ce serait l'échec des thèses "desarrollistas" prenant le relais de la répartition des terres ; du point de vue de l'équilibre instable des finances publiques, car un échec découragerait sans doute une institution comme le BID de poursuivre une politique de prêts dont le Mexique a tant besoin. Enfin en ne lançant pas et en ne poursuivant pas de grands programmes de colonisation et de développement régional dans le Golfe, le déséquilibre entre Etats riches et Etats "de segunda" s'accroîtrait, source de mécontentements, de violence ou même de mauvaises élections comme ceux observés en 1968-69 dans le Yucatan.

Tableau no 61. LE COUT DE LA COLONISATION

Tableau no 61. LE COUT DE LA COLONISATION

(1) investissements calculés à partir des données fournies par J. Ballesteros ; M. Edel ; M. Nelson dans "La colonizacion del Papaloapan". C.I.A. 1970. Nous avons retenu le total des investissements (récupérables ou non) effectués de 1954 à 1967.
(2) colons et superficies colonisées ont été estimés par recoupement de diverses sources.
(a) investissements de la Comision del Papaloapan exclusivement, bénéficiaires et superficies directement concernés.
(b) investissement de la Comision, plus investissements privés, bénéficiaires et superficies concernées directement et indirectement (la colonisation spontanée postérieure est considérée comme un effet induit des investissements de la Comision).
(c) l'investissement comprend l'investissement public et l'apport des éjidatarios.
(d) il s'agit uniquement des plans de la "Première Etape".

Tableau no 62. LA RENTABILITE ECONOMIQUE DE LA COLONISATION (en millions de pesos)

Tableau no 62. LA RENTABILITE ECONOMIQUE DE LA COLONISATION (en millions de pesos)

(1) situation avant la colonisation et les investissements publics.
(2) situation après la colonisation.
(3) comparaison entre 1953 et 1967.
(4) période 1953-1967.
(5) comparaison entre 1954 et 1967.
(6) période 1954-1967.
(7) comparaison entre 1966 et les projections pour 1976.
(8) période 1966-1976 (première étape du Plan Chontalpa).
(9) récupération évaluée par la S.R.H. (25 % de l'investissement).

1941. "... Peu à peu, et de nos jours systématiquement, la colonisation spontanée, misérable, est relayée par la colonisation officielle, mais alors les échecs, au lieu d'être imputables à la seule malchance, à l'imprévoyance ou à la paresse des individus, prennent une résonnance politique grave et imprévisible."
O. Dollfus. "Colonisation et Développement Agricole du Piémont Amazonien du Pérou", op. cité.

Notes

39 "Desarrollo Integral de Cuencas Hidrologicas". Ing. Cuauhtémos Cardenas. Tercer Seminario Latinoamericano de Irriqacion. Mexico 1964.

40 La pression de la colonisation sur la masse budgétaire peut être beaucoup plus forte : les projets de 1964 de coloniser 600 000 hectares dans le Piémont "reviendraient à concentrer la moitié des investissements du Pérou... sur ce Piémont". O. Dollfus. "Colonisation et Développement Agricole du Piémont Amazonien du Pérou". Acta Geografica n° 57, 1965.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 60. IRRIGATION ET COLONISATION DU TROPIQUE HUMIDE SUPERFICIES IRRIGABLES
Légende sources : Desarrollo Integral de Cuencas Hidrologicos. Regiones Por Deserrollar en Mexico. Ing. Cuauhtémoc Cardenas.Exposé au Tercer Seminario Latinoamericano de Irrigacion. México, enero 1964. et "Caracteristicas de los Distritos de Riego". S.R.H. México, 1969.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau no 61. LE COUT DE LA COLONISATION
Légende (1) investissements calculés à partir des données fournies par J. Ballesteros ; M. Edel ; M. Nelson dans "La colonizacion del Papaloapan". C.I.A. 1970. Nous avons retenu le total des investissements (récupérables ou non) effectués de 1954 à 1967.(2) colons et superficies colonisées ont été estimés par recoupement de diverses sources.(a) investissements de la Comision del Papaloapan exclusivement, bénéficiaires et superficies directement concernés.(b) investissement de la Comision, plus investissements privés, bénéficiaires et superficies concernées directement et indirectement (la colonisation spontanée postérieure est considérée comme un effet induit des investissements de la Comision).(c) l'investissement comprend l'investissement public et l'apport des éjidatarios.(d) il s'agit uniquement des plans de la "Première Etape".
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau no 62. LA RENTABILITE ECONOMIQUE DE LA COLONISATION (en millions de pesos)
Légende (1) situation avant la colonisation et les investissements publics.(2) situation après la colonisation.(3) comparaison entre 1953 et 1967.(4) période 1953-1967.(5) comparaison entre 1954 et 1967.(6) période 1954-1967.(7) comparaison entre 1966 et les projections pour 1976.(8) période 1966-1976 (première étape du Plan Chontalpa).(9) récupération évaluée par la S.R.H. (25 % de l'investissement).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search