Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Cinquième partie. L’impact de la colonisation

B. La colonisation et l’accroissement de la production agricole

Texte intégral

1Pour mesurer l'impact de la colonisation sur la croissance de la production agricole, il faudrait réaliser une analyse à l'échelle municipale, en remontant au moins jusqu'à 1930. Il faudrait pouvoir également discerner ce qui est à attribuer à la Réforme Agraire dans les zones occupées, et à la colonisation dans les terres neuves, Vue l'échelle à laquelle nous avons travaillé, et le nombre de municipes à étudier (près de 500), vu l'insuffisance des statistiques agricoles dont nous avons pu disposer, il ne nous a pas été possible de mener cette étude. Nous indiquerons ici simplement quelques faits et évolutions à l'échelle des Etats ou de zones agricoles, et pour une période récente.

1. La croissance des superficies utilisables

2De 1930 à 1960, dans les Etats du Golfe (cf. fig. no 56) la superficie cultivable c'est-à-dire défrichée, et incorporée à un cycle de production agricole, augmente de 1 365 957 hectares, soit un accroissement de 47 %. Dans la même période les pâturages nouveaux s'élèvent à 2 146 478 hectares, soit 39 % d'augmentation. Cette croissance, ces défrichements ont été rendus possibles par la multiplication des exploitations agricoles. 149 697 en 1930, elles sont passées au nombre de 403 121 en 1960, soit une croissance de 16 %.

3Quelles exploitations ont fait avancer les défrichements ? Si l'on considère l'ensemble de la période, on est tenté à première vue d'attribuer le bénéfice des défrichements au secteur éjidal, qui multiplie par quatre ses surfaces cultivables. En réalité par le feu de la répartition des terres il y a eu transfert dans le secteur éjidal de terres défrichées du secteur privé, tout spécialement entre 1930 et 1940. D'ailleurs la chute des terres cultivables dans cette période correspond à la fois au progrès des friches sur des terres menacées par la Réforme Agraire, mais également à l'expansion de terrains incultes imaginaires chez les propriétaires désireux d'échapper à la répartition.

4L'évolution est beaucoup plus claire à partir de 1940 : le groupe des exploitations privées de plus de 5 hectares défriche un minimum de 1 169 000 hectares entre 1940 et 1960, alors que les éjidos, qui récupèrent pourtant encore des terres cultivables privées, ne progressent que de 470 000 hectares. L'évolution est semblable en ce qui concerne les pâturages. On peut ainsi tirer une première conclusion globale :

5la majeure partie des défrichements de la période récente sont le fait des exploitations privées, ce qui témoigne bien de leur dynamisme, certainement favorisé paradoxalement par la Réforme Agraire, qui reconnaît comme sienne la "petite propriété".

6Nous n'avons pu localiser les progrès des défrichements que pour la décennie 1950-1960 (cf. carte fig. no 80)

732 038

hectares sont défrichés dans le Veracruz

94 257

dans le Tabasco

44 078

dans le Yucatan

14 972

dans le Quintana Roo

en outre 260 954

hectares le sont dans le Chiapas et

603 906

dans le 0axaca)

Tableau no 54. ETAT DE OAXACA : VARIATION DE LA POPULATION URBAINE 1900 - 1960

Tableau no 54. ETAT DE OAXACA : VARIATION DE LA POPULATION URBAINE 1900 - 1960

Tableau no 55. BOURGS ET PETITES VILLES EN I960 : indicateurs démographiques et fonctionnels

Tableau no 55. BOURGS ET PETITES VILLES EN I960 : indicateurs démographiques et fonctionnels

(1) données du recensement de population. 1960.
(2) estimation à partir du recensement de population 1960.
(3) en 1966
(4) en 1963

Tableau no 56. EVOLUTION DES GRANDS GROUPES D'EXPLOITATIONS AGRICOLES DE 1930 à 1960 DANS LES ETATS DU "GOLFE" (Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Quintana Roo)

Tableau no 56. EVOLUTION DES GRANDS GROUPES D'EXPLOITATIONS AGRICOLES DE 1930 à 1960 DANS LES ETATS DU "GOLFE" (Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Quintana Roo)

7A l'échelle des zones économiques agricoles du département de statistiques, c'est la zone de l'Isthme, avec Juchitan (Oaxaca) et celle d'Hidalgotitlan (Veracruz) qui viennent en tête : 414 000 hectares y auraient été gagnés. Dans le Papaloapan les zones de Cosamaloapan et d'Acayucan gagnent 141 000 hectares. En revanche, les gains dans les zones pionnières du Campeche méridional et du Quintana Roo du nord sont médiocres : 37 000 hectares et 44 000 hectares respectivement.

8Les défrichements sont donc concentrés dans la frontière la plus active : celle du Veracruz sud-oriental et des lajos de Oaxaca.

2. Progrès des cultures et progrès de l'élevage

9Les zones effectivement cultivées (cf. carte fig. 81) ont une croissance moins spectaculaire et moins concentrée que les superficies défrichées. Le Veracruz gagne 346 000 hectares (+ 43 %), le Tabasco 63 000 (+ 46 %) ; le Yucatan en revanche intensifie son utilisation du sol sans grands défrichements et gagne 163 000 hectares de culture ; le Campeche 11 000 hectares (+ 43 %), le Chiapas 228 000 hectares (+ 58 %), le Oaxaca 113 000 hectares (+ 20 %),

10Les progrès des superficies cultivées sont finalement plus importants dans les zones où l'agriculture se modernise et intensifie sa production, comme dans celle de Martinez de la Torre, qui gagne 45 000 hectares de cultures, que dans les zones pionnières plus récentes, où les jachères sont plus longues et plus courantes, comme celle de Playa Vicente où les cultures ne progressent que de 22 000 hectares.

11De même le cheptel bovin augmente dans deux types de zones :

12celles de colonisation intensive et de peuplement dense comme la zone Martinez de la Torre-Vega de Alatorre (+ de 194 000 têtes entre 1950 et 1960), et celles d'élevage plus extensif, comme dans la zone de Playa Vicente (+ de 131 000 têtes) ou dans le sud du Tabasco-nord Chiapas (+ 182 000 têtes),

13Si l'on considère simultanément les progrès des défrichements et ceux du cheptel bovin, on constate néanmoins que les effets de la colonisation sont les plus forts dans les zones :

de Martinez de la Torre
du Papaloapan et de l'Isthme
du Tabasco oriental-Carmen

14et de zones périphériques dans le Yucatan.

15On constate ici un parallélisme parfait de ces progrès économiques, et des progrès de la population observés dans la Première partie.

16En revanche, les défrichements et l'augmentation du troupeau bovin sont particulièrement lents : dans la zone centrale du Veracruz (sierras-ligne Orizaba-Veracruz), dans l'intérieur du Oaxaca, les Altos de Chiapas, le nord du Campeche, le coeur du Yucatan consacré au henequen, c'est-à-dire dans les zones les plus anciennement peuplées. Si les Etats du Golfe et du Sud-Est progressent, c'est donc grâce à leurs terres chaudes où la colonisation est encore vivace.

3. Croissance comparée du secteur agricole dans le "Golfe" et les autres zones mexicaines

17Comment se comporte la zone du Golfe, centre de la colonisation du Tropique Humide, par rapport aux autres zones mexicaines, tout particulièrement par rapport à la zone pionnière du Pacifique Nord-Ouest ?

18D'après les calculs de Reed Hertford (cf. tableaux no57-58), pour la période 1940-1962, la zone du Golfe (Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Ouintana Roo) a eu un taux de croissance composé de la production agricole de 5,2 % par an, nettement supérieur au taux de croissance démographique qui est de l'ordre de 3,4 %. La région Golfo arrive donc du point de vue de la croissance à égalité avec la région Pacifique Sud (Guerrero, Oaxaca, et Chiapas), derrière la région pionnière du Pacifique Nord-Ouest, qui atteint le taux de croissance extrêmement élevé pour le secteur agricole de 9,2 % par an.

Tableau no 57. CROISSANCE DU SECTEUR AGRICOLE DANS LA ZONE "GOLFO" 1940-1962. Taux de croissance composés :

Production agricole

Superficie récoltée

Rendements

37 produits agricoles

5,2

3,5

1,7

cultures de subsistance

3,7

3,5-

0,1

cultures d'exportation

6,4

2,3

4,1

secteur ejidal

4,4

2,9

1,5

secteur privé

5,7

3,7

1,9

Tableau no 58. CROISSANCE COMPAREE DU SECTEUR AGRICOLE PAR GRANDES ZONES 1940 - 1962

Tableau no 58. CROISSANCE COMPAREE DU SECTEUR AGRICOLE PAR GRANDES ZONES 1940 - 1962

source : communication de Reed Hertford
"una evaluacion de mis primeras impresiones".
Seminario sobre la Participacion del sector agricola en el desarrollo economico de México. 1967.

19Alors que les zones de production traditionnelles du Centre et même celles du Nord progressent grâce à une intensification des cultures, grâce à des rendements croissants, la zone du Golfe progresse surtout grâce aux défrichements : sur 5,2 % de croissance, 3,5 % sont dûs aux défrichements, 1,7 % seulement aux rendements croissants. Donc la zone du Golfe a encore un avenir prometteur, puisqu'elle peut porter l'effort sur le rendement après avoir épuisé les terres à défricher.

20Autre fait encourageant, les produits commercialisables pour l'exportation, qui produisent de gros revenus et emploient beaucoup de main d'oeuvre, progressent plus rapidement que les cultures de subsistance : 6,4 % de croissance annuelle contre 3,7 %. La colonisation permet donc à la fois de nourrir sa population en augmentation croissante et d'augmenter les rentrées en devises du Mexique.

21C'est le secteur privé qui est à la tête du progrès de la production : son taux est de 5,7 %. contre 4,4 % au secteur éjidal ; là encore on constate que les deux secteurs sont plus dynamiques que leurs homologues dans les zones du Mexique central.

22Grâce à la colonisation le Tropique Humide du Golfe et les Etats du Pacifique Sud rattrapent ou dépassent les Etats Centraux dans le domaine des cultures vivrières comme des cultures d’exportation, (en revanche, les Etats Centraux, grâce à une industrialisation et une urbanisation plus poussée ont un niveau de développement économique global bien supérieur).

4. Importance relative des Etats du Golfe dans le domaine agricole

23Les Etats du Golfe et du Sud-Est, qui groupent 20 % de la population mexicaine en 1960, assurent 25 % de la production agricole nationale. Malgré Te poids mort de populations indigènes à la productivité médiocre, malgré les obstacles d'un milieu naturel difficile, ces Etats parviennent à occuper une place supérieure à leur capital humain.

24Le Veracruz assure à lui seul 39 % de la production de sucre mexicaine en 1967 (cf. tableau fig. 59), 35 % de la production de café "le ne ficiadd", 17 % du riz, 13 % du maïs. Il est significatif que le Veracruz soit devenu le premier producteur de maïs après le Jalisco : les terres chaudes ont détrôné la zone céréalière du Mexique Central, le grenier du Mexique n'est plus le Bajio ; voilà un résultat essentiel de la mise en valeur du Tropique Humide. Le Veracruz est même le premier Etat mexicain pour le cheptel bovin, avant le Chihuahua ou le Sonora.

25Stratégiquement, le Tropique Humide du Golfe et du Sud-Est a une place essentielle : avec le sucre et le café, il participe à l'acquisition des devises nécessaires au développement du Mexique.

Tableau no 59. IMPORTANCE RELATIVE DE LA PRODUCTION AGRICOLE, FORESTIERE ET ANIMALE DES ETATS DU GOLFE 1967

Tableau no 59. IMPORTANCE RELATIVE DE LA PRODUCTION AGRICOLE, FORESTIERE ET ANIMALE DES ETATS DU GOLFE 1967

(1) millions de pesos
(2) données de 1964. Direccion General de Estadisticas.
Les autres données sans date spécifiée correspondent à 1967.
Sources : Anuario Estadistico de los Estados Unidos Mexicanos. 1966-67. et IV Censos Agricola-Gandero y Ejidal. 1960.

Table des illustrations

Titre Tableau no 54. ETAT DE OAXACA : VARIATION DE LA POPULATION URBAINE 1900 - 1960
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau no 55. BOURGS ET PETITES VILLES EN I960 : indicateurs démographiques et fonctionnels
Légende (1) données du recensement de population. 1960.(2) estimation à partir du recensement de population 1960.(3) en 1966(4) en 1963
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau no 56. EVOLUTION DES GRANDS GROUPES D'EXPLOITATIONS AGRICOLES DE 1930 à 1960 DANS LES ETATS DU "GOLFE" (Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Quintana Roo)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Tableau no 58. CROISSANCE COMPAREE DU SECTEUR AGRICOLE PAR GRANDES ZONES 1940 - 1962
Légende source : communication de Reed Hertford"una evaluacion de mis primeras impresiones".Seminario sobre la Participacion del sector agricola en el desarrollo economico de México. 1967.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau no 59. IMPORTANCE RELATIVE DE LA PRODUCTION AGRICOLE, FORESTIERE ET ANIMALE DES ETATS DU GOLFE 1967
Légende (1) millions de pesos(2) données de 1964. Direccion General de Estadisticas.Les autres données sans date spécifiée correspondent à 1967.Sources : Anuario Estadistico de los Estados Unidos Mexicanos. 1966-67. et IV Censos Agricola-Gandero y Ejidal. 1960.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7449/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search