Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Quatrième partie : Les types de colonisation et leurs relations

B. Les rapports économiques et sociaux chez les colons

Texte intégral

1) SOCIETE PIONNIERE OU RESURGENCE DE LA SOCIETE TRADITIONNELLE

1La surimposition de formes diverses de colonisation, leur imbrication, constatée dans les paysages, témoignent d'une grande hétérogénéité de la société pionnière. D'ailleurs existe-t-il seulement une société pionnière ?

  • 17 P. Monbeig, dans sa thèse, souligne qu'à la tête du mouvement de colonisation, il y a le fazendeir (...)

2A la fin du XIXe siècle, et jusqu'à l'application des lois de Réforme Agraire, le grand propriétaire apparaît bien comme le leader d'une société pionnière dont la grande masse est formée de peones, d'aparceros (colonos), de travailleurs saisonniers. Les planteurs de café du Soconusco, les hacendados du henequen au Yucatan (la casta divina), les planteurs de tabac du Valle Nacional, ou de canne à sucre du Papaloapan ont été les dignes homologues du grand planteur brésilien de la période 1880-191017. Jusqu'en 1940, la spéculation régit entièrement le processus de colonisation, l'expansion des terres cultivées dépendant essentiellement des bénéfices attendus des cultures de plantation.

3En revanche, depuis l'application massive de la Réforme Agraire, depuis le début de l'explosion démographique, de nouvelles couches sociales sont intervenues, et les éjidatarios, les petits colons, les comuneros indigènes ont pris le relais du grand propriétaire dans le domaine agricole (il reste le maître encore de l'élevage pionnier). A la société pionnière dans son essence même (la spéculation) se sont mêlées des sociétés communautaires, économiquement marginales, plus intéressées par une production vivrière que par des cultures aventureuses. Ejidos, colonos, comuneros ont transporté avec eux les liens d'exploitation et de dépendance traditionnelle, et le corrmerçant, le transporteur sont devenus la nouvelle élite de la société de colonisation.

2) LES RELATIONS ENTRE DIFFERENTS TYPES DE COLONS, ENTRE COLONS ET AUTORITES

4Partout où plusieurs types de colons voisinent, et même souvent dans le cas de colons de même statut, des relations de dépendance s'établissent, des conflits surgissent. Les zones de colonisation sont une terre de prédilection de l'exploitation des producteurs par les intermédiaires de tout genre, et les "tierras calientes" sont renommées pour un climat de violence qui s'atténue dans toutes les autres campagnes mexicaines.

a) les relations de dépendance

5Si l'on met à part les relations de dépendance entre le travailleur agricole et son employeur, qui ont approché de près le modèle du servage, en ce qui concerne les baldios : des plantation yucatèques, les travailleurs forcés du Valle Nacional, ou les saisonniers chiapanèques, les relations de dépendance dans les zones de colonisation se créent, non pas en fonction de la possession de la terre, mais en fonction d'un contrôle exercé sur le crédit â l'agriculteur et sur la commercialisation de ses produits, ou de leur transformation.

61) Un facteur crucial dans la réussite du colon et dans la sauvegarde de son autonomie, c'est le crédit. Dans tous les cas d'échec de la colonisation dans le Papaloapan, sur le rio Candelaria, l'absence de crédit officiel, ou son arrêt trop rapide sont à l'origine d'une dépendance des colons par rapport à des "prestamistas" privés pratiquant des taux usuraires. En voici quelques exemples :

7Dans la colonie de Nuevo Ixcatlan, mêlant colonos et éjidatarios, Juan Ballesteros a observé le dépérissement du système de crédit officiel et ses conséquences. La Comision du Papaloapan commença par accorder des crédits pour des cultures qu'elle jugeait très rémunératrices : tabac, puis riz ; mais elle ne fournit pas l'assistance technique nécessaire aux colons, totalement étrangers à ces cultures, et en plus elle n'acheta pas régulièrement la production et ne régla les colons qu'avec beaucoup de retard. Le résultat fut que les productions, de basse qualité, furent accaparées à très bas prix par des commerçants, puis abandonnées par les colons, la Commission se refusant à poursuivre des crédits à fonds perdus (par sa faute).

8On a observé la même évolution et la même impéritie des autorités chargées de la colonisation, dans les éjidos du rio Candelaria (Campeche) : au moment des défrichements le choix de cultures spéculatives se posa ; les colons, originaires du Nord, penchaient pour le coton, les autorités agraires leur imposèrent le riz, qu'ils n'avaient jamais pratiqué ; les premiers cycles rizicoles furent des échecs, les crédits furent coupés, les groupes solidaires de crédit, groupant les éjidatarios, tombèrent en faillite. Les colons furent ainsi réduits à une agriculture médiocre, dominée par le maïs.

9Dans ces deux exemples ce sont des commerçants qui ont pris partiellement le relais des organismes publics, en accordant quelques prêts pour les semences ou le défrichement. Dans les colonies de la zone Los Naranjos (Papaloapan), l'évolution fut encore plus radicale : quand en 1957 le gouvernement diminua le budget de la Commission du Papaloapan, celle-ci suspendit ses opérations de crédit, et exigea même des colons qu'ils payassent terres et infrastructures réalisées, en trois ans ; faute de crédit officiel pour subsister pendant cette période, un grand nombre de colons durent émigrer, et ceux qui restèrent tombèrent dans la dépendance de quelques petits commerçants-usuriers.

102) Si les commerçants locaux acquièrent une si grande puissance économique et politique par l'octroi de crédits à leur clientèle, c'est qu'ils disposent de réserves financières accumulées dans la commercialisation et dans l'exploitation agricole ou d'élevage. Ces commerçants peuvent d'ailleurs n'être que des relais d'une chaîne d'exploitation, et dépendre eux-mêmes de commerçants plus puissants : dans le Papaloapan les maisons de gros de Cordoba avancent marchandises et argent aux petits commerçants de Carmen qui remontent le fleuve et approvisionnent les éjidos de colonisation, leur font crédit, et réalisent des bénéfices de l'ordre de 3-400 %. (cf. IIIe partie).

11Grâce à leurs disponibilités monétaires, les commerçants peuvent acheter ou louer de la terre et devenir colons à leur tour ; ou inversement un grand colon peut se transformer en commerçant.

12La majorité des colons, sans silos ou abris pour stocker leurs récoltes, particulièrement périssables en raison des pluies, doivent vendre au plus mauvais moment : quand les prix sont bas. En revanche, ils achètent semences et céréales dans la période de soudure, à des prix élevés. Dans les deux cas le commerçant est gagnant, surtout s'il profite de la position de faiblesse des campesinos pour pratiquer la "compra en verde" (achat à bas prix de la récolte future) ou la "compra por parejo" (achat de plusieurs qualités de tabac, par exemple, au prix de la qualité la plus basse). L'arme la plus forte du commerçant, c'est de pouvoir payer comptant, ou d'avancer de l'argent rapidement et sans paperasserie.

PLANCHE V

PLANCHE V

Photographie no 5
Le lac de barrage de Malpaso (Chiapas)
Les eaux du Grijalva recouvrent les versants boisés de l'ancienne vallée. Au premier plan, squelette d'une colline éventrée par les travaux : sols rouges tropicaux, profonds et rigoles d'érosion.

Photographie no 6
Chute de Hueyapan, bassin du Papaloapan, Veracruz
Fort débit et végétation verdoyante malgré la saison sèche ; vallée entaillée dans du matériel volcanique (massif des Tuxtlas).

PLANCHE VI

PLANCHE VI

Photographie no 7
Vieux pays totonaque (Veracruz)
Au fond, à gauche, tache blanche de la pyramide du Tajin ; à droite, cases camouflées sops les palmiers ; au premier plan, colonisation agricole sur les pentes, Les plantations de bananiers, mal soignées, escaladent les collines,

Photographie no 8
Ruines mayas de Palenque (Chiapas)
Sur les chaînons calcaires de la Sierra Nord de Chiapas, la forêt tropicale encercle et menace les temples restaurés.

PLANCHE VII

PLANCHE VII

Photographie no 9
Habitat semi-concentré des Llanuras de Sotavento (Veracruz)
Cabane de planches, toit de chaume ; parcelle close de barbelés et complantée de bananiers et flamboyants. Chevaux de selle inséparables du "jarocho".

Photographie no 10
Habitat initial dispersé dans la Chontalpa (Tabasco)
Hutte de carton goudronné et de palmes ; parcelle avec orangers et cocotiers, séparée de la route fédérale par un large fossé (pour le drainage) et par une clôture de barbelés (contre les divagations du bétail).

PLANCHE VIII

PLANCHE VIII

Photographie no 11
Dia de Plaza dans le Valle de Oaxaca Zaachila, vue générale du marché.
On remarquera la présence des camions, dont les propriétaires font le circuit des marchés de la région.

Photographie no 12
Nouvelles formes de commercialisation liées à la route Chontalpa (Tabasco)
Suppression des intermédiaires et recherche de l'acheteur de passage ; le campesino vend sa production fruitière le long de la route fédérale.

13J. Ballesteros rapporte ainsi que les commerçants de Nuevo Ixcatlan contrôlent également le pouvoir politique en manœuvrant leur clientèle lors des élections municipales.

14Ce contrôle, cette suprématie des commerçants est d'autant plus grande que les zones de colonisation sont plus lointaines, plus isolées ; en effet, les colons n'ont pas alors la possibilité de chercher un autre acheteur éventuel pour sa récolte : le commerçant a le monopole du transport, bateau à moteur sur le rio Candelaria, camion dans le municipe de Playa Vicente.

15Seules les colonies et éjidos établis sur les lignes de chemin de fer, comme ceux du Tabasco, du nord du Chiapas, du centre Veracruz, ou bien situés à proximité des villes peuvent vendre facilement à la CONASUPO (Comision Nacional de Subsistencias Populares), organisme public se chargeant de collecter et d'acheter certaines récoltes (surtout le maïs).

16La carte du réseau de collecte de la CONASUPO en 1966 montre que les zones du sud-est du Veracruz, de l'est du Tabasco, du Campeche oriental sont très mal désservies ; d'autre part, le producteur doit porter sa récolte jusqu'à la station, et attendre pour le règlement, alors que le commerçant, avec son camion, vient sur place et paie immédiatement. (cf. figure no 65).

173) un autre type de dépendance du colon est dû à la nécessité de transformer son produit avant la commercialisation véritable. Nous donnerons ici deux exemples, celui du beneficio de café et celui de l'ingenio sucrier.

  • 18 On retrouve ici l'opposition entre fazendeiro et sitiante décrite par M. Monbeig dans sa thèse.

18Alors que les grandes plantations, fincas, de café possèdent leurs propres installations de dépulpage, lavage, séchage (dans le Soconusco, malgré la Réforme Agraire, la plantation peut encore atteindre 300 hectares), les petits planteurs de café comme les indigènes de Veracruz (zone de Misantla), de la Sierra de Zongolica, de la Sierra Mixe, du Nord du Chiapas, n'ont ni les moyens financiers ni les moyens techniques d'assurer un bon "beneficio".18

19Incapables d'assurer une dessication efficace de la "cereza" de café, les petits planteurs des sierras doivent parcourir de longues distances pour livrer leur café aux "beneficios" privés. Ils perdent ainsi beaucoup, puisqu'ils doivent donner 240 kg de cerises pour obtenir 100 kg de grain sec.

20Pour lutter contre ce type d'exploitation, et relever les revenus des planteurs indigènes, l'Institut Mexicain du Café, l'Institut National Indigéniste et la Confédération Nationale Paysanne ont développé un programme pilote à partir de 1968. Les petits planteurs ne verront plus leur production diminuée par la fermentation due aux déplacements, à l'attente pour l'épulpage, et leurs revenus seront moins amputés par les coûts de transport : des unités mobiles de traitement du café doivent se rendre sur les lieux de production ; la première unité doit fonctionner à Huautla, dans la Sierra de Juarez.

21L'institut du Café et la C.N.C. ont d'autre part fait pression (par l'intermédiaire des cuatas d'achat) sur les "beneficios" privés pour les obliger à accorder des contrats avantageux pour la transformation du café des petits planteurs : 13 beneficios de la zone de Cordoba, 12 dans celle de Misantla, 8 dans le nord-Chiapas, 5 dans le Oaxaca ; ainsi les installations de Beneficios Mexicanos del Café transformeront le café des planteurs des sierras de Juarez, de Zacatepec, et Mixes, à Ixtepec (Oaxaca).

22L'intervention des organismes publics est croissante dans ce secteur, et il faut espérer que le changement de dépendance se traduira par une amélioration du sort des petits planteurs.

23L'ingenio sucrier exerce un pouvoir encore plus grand sur le "canero". Qu'il soit public ou privé, les Ingenios des zones de colonisation, le long du Papaloapan, dans le sud du Tabasco, décident des superficies à cultiver en canne (une loi fédérale prévoit même dans le détail quelles aires doivent approvisionner un ingenio), établissent le calendrier de culture, font crédit à l'éjidatario ou au colon pour l'emploi d'engrais, d'insecticides et pour les travaux à réaliser, embauchent la main d'œuvre saisonnière pour la zafra, transportent la canne dans leur parc automobile, transforment la canne, vendent le sucre. Dans ce système, le colon, éjidatario ou privé, devient pratiquement un salarié de l'ingenio qui lui louerait en plus sa parcelle. Le plus bel exemple d'ingenio dans la région du Golfe, est celui de San Cristobal (municipe de Cosamaloapan, Verecruz), dont dépendent en 1970, 8 000 agriculteurs et 20 000 jornaleros pendant la zafra ; le rôle économique et également social de cet ingenio est tel que sa faillite, en 1970, a poussé le gouvernement fédéral à créer une entreprise d'Etat le prenant en charge. Le sort des caneros dépend désormais d'un ingenio public, ce qui n'est pas obligatoirement une garantie de bonne gestion, comme le démontre le cas de l'ingenio de Zacatepec dans le Morelos.

  • 19 M. Edel ; J. Ballesteros. "La colonizacion en la cuenca del Panaloapan, una evaluacion socio-econo (...)

244) l'intervention d'organismes publics est-elle en effet toujours profitable pour les agriculteurs qu'ils prétendent délivrer de l'exploitation d'intermédiaires privés ? On peut en douter, car dans les zones de colonisation le commerçant et le fonctionnaire sont souvent une même personne. Ignorance et esprit de lucre sont des qualités familières chez les petits responsables locaux : à Nuevo Ixcatlan, le conseiller agricole de la Commission du Papaloapan, chargé de lancer la culture du tabac, "se distinguis... por el trato despotico que dispensaba a los colonos, por haberles pedido un sobresueldo y exigido parte de la cosecha de tabaco".19 Dans les ejidos du rio Candelaria, les colons accusent l'ingénieur gérant le parc des machines de s'en être réservé l'usage. Le secrétaire général du Comité régional paysan de Ojitlan (Oaxaca) dénonçait en 1970, dans les pages d'Excelsior, les agissements qu'il prêtait au gérant du Banco de Credito Agricola de Tuxtepec : ce dernier, en tant que fonctionnaire d'une banque publique accordait des crédits aux indigènes chinantèques planteurs de tabac ; mais en tant que propriétaire d'une entreprise commerciale, il commercialisait leur production. Son entreprise se livrait alors au déclassage du tabac livré par les chinantëques : le "capa" à 3,75 pesos le kilo, le "morron" à 7,75 se transformaient ainsi en "tripa" S 6,75 ou même en "hojarasca" à 2 pesos. Ces procédés auraient fait perdre 500 000 pesos par an aux indigènes des 43 éjidos concernés. L'accusateur du banquier-commerçant concluait "pour le producteur il était plus rentable de travailler avec ces intermédiaires - (-des commerçants privés évincés par le spéculateur en Question)-, car bien qu’ils payaient des prix moins élevés par catégorie - (que les prix officiels)-, le producteur obtenait des bénéfices plus forts, le tabac n'étant pas déclassé ; de plus il recevait son argent immédiatement, alors qu’il faut attendre longtemps maintenant’. Si les indigènes protestaient, on confisquait leur tabac "inutilisable" ou bien encore le fonctionnaire bancaire refusait désormais d'accorder des crédits.

25Ces exemples ne sont pas isolés, ils ne sont pas l'exception ; la corruption, le caciquisme bureaucratique existent dans d'autres régions du Mexique rural, mais ils sont particulièrement virulents dans les zones de colonisation, où l'instabilité des exploitations, la fragilité des expériences agricoles, l'isolement, créent des conditions favorables â leur développement. Tous les efforts officiels ne subissent pourtant pas ces déviations.

265) si dans les exemples précédents les échecs économiques ou l'exploitation des colons était le fait de personnes chargées de l'amélioration de leurs conditions, la réussite économique et l'encadrement compétent ne sont pas non plus exempts de reproches.

27La Réforme Agraire créatrice de l'éjido, et le désir de contrôler politiquement les campagnes avaient déjà poussé au maintien d'un esprit de dépendance chez de nombreux paysans, d'une mentalité d'assistés attendant tout de l'Etat, des autorités, n'ayant pas confiance en leur effort à l'encontre de la mentalité des vrais pionniers. Ce nouveau style de dépendance apparaît dans toutes les expériences de colonisation intégrale où la complexité des ouvrages à réaliser amène les autorités à considérer les colons comme de simples employés. Un bon exemple en est fourni par la colonie-éjidale de Vichinchijol, municipe d'Ebano (San Luis Potosi), dans les confins de la Huastèque. Cette colonie groupant 2 067 hectares, et 71 familles, avait été laissée à elle-même, et 95 % de sa superficie était restée en friches. Mais en 1966, le Banco Nacional Agrario récemment créé voulut en faire une expérience pilote de colonisation intégrale et planifiée. Il consacra un investissement de l'ordre de 15 millions de pesos pour défricher la totalité de la zone, enlever les souches, niveler le terrain, creuser des canaux. Par pompage 1630 hectares furent irrigués ; tracteurs et machines agricoles furent introduits ; 400 têtes de bétail furent achetées et 17 km de chemin construits pour relier la colonie à la route de Tampico. La Banque se chargea de transformer l'habitat, d'introduire de nouvelles cultures (comme le sorgho pour le bétail). Economiquement l'entreprise fut une réussite et la colonie passa de l'exploitation agricole, traditionnelle, individuelle, à l'entreprise mixte (agriculture associant l'élevage), commerciale, collective. Cependant, les éjidatarios ne sont pas satisfaits, comme le rapporte le président du commissariat éjidal : "Nous reconnaissons que les programmes agricoles et d'élevage fonctionnent bien avec la direction technique de la banane et avec l’apport de notre travail ; mais nous ne sommes pas d’accord dans la mesure où l’on ne tient pas compte de nos opinions, où l'on ne nous informe pas à l’avance des plans à réaliser ; nous ne sommes pas non plus d'accord pour apparaître, pour un salaire quotidien de 17,5 pesos, comme les simples salariés d’une banque qui, certes, est en train de développer la production de la région, mais qui fonctionne comme une entreprise sur des terres que la Nation nous a données, et qui utilise les crédits officiels que nous devons rembourser en dix ans, avec un intérêt annuel de 10 %".

28Les colons demandent une information plus grande, une parcelle individuelle plus grande, du bon sens chez les techniciens trop audacieux (aux frais des paysans) : "Que el Banco Nacional Agropecuario sea... mas démocratico con los colonos”.

b) les conflits

29L'insécurité de la propriété foncière dans les zones de colonisation, l'accaparement des terres, la rivalité de groupes ethniques ou sociaux pour l'occupation des terres ouvertes à la colonisation engendrent des conflits et font revivre un climat de violence comparable à celui de l'Ouest américain au siècle dernier.

  • 20 Autonomie sans ressources, aisance sans liberté, c'est la seconde solution qui aura les suffrages (...)

301. Un premier type de conflit oppose les colons immigrants à une population autochtone invoquant un droit de propriété éminente sur des terres en réalité vacantes, ou bien se réclamant simplement de l'usage séculaire d'un territoire pouvant s'étendre sur des milliers de kilomètres carrés (cf. le cas des Lacandons, décrit ci-dessous). Ce type de conflit se produit actuellement dans les zones les plus reculées, aux confins du Veracruz et du Oaxaca, en Lacandonie (Chiapas), et a pour issue le succès des groupes numériquement les plus importants, les plus denses, représentant un degré de "civilisation" plus avancé.20

  • 21 El Dia, 13 de junio de 1969.

31Ainsi dans la zone des rios Jalcatepec, La Lana, Trinidad, dans les bajos de Playa Vicente (Veracruz) et dans le Piémont de la sierra Mixes (Oaxaca), la frange de colonisation des nouveaux éjidos et colonies "jarochos", qui remonte le long des rios, se heurte aux communautés indigènes descendues antérieurement des sierras méridionales. Les nouveaux centres de peuplement éjidal métis, forts de leurs titres de propriété concédés par l'Etat, sont en train de priver de toute possibilité d'expansion les communautés essaimées par des "métropoles" comme Santiago Yaveo, Lalana, Jocotepec, Mazatlan. (cf. carte "Axes de colonisation dans le Sud-Est du Veracruz". IIIe partie, ch. A). Une frange de colonisation métisse et récente entre en contact et en conflit avec les avant-postes des populations indigènes des Sierras.21

32Un cas plus fréquent dans le passé (avant la Réforme Agraire) était la spoliation des réserves communautaires par des latifundios. Les communautés indigènes possédaient en effet dans les Etats du Sud-Est des territoires beaucoup plus vastes que le terroir effectivement utilisé ; ces réserves de terres leur donnaient la possibilité, quand la population augmentait, d'y créer de nouvelles communautés dépendantes. Grâce aux lois de colonisation porfiriennes les latifundistes accaparèrent une bonne part de ces terres, qu'ils déclaraient "vacantes".

  • 22 El Dia, 7 septembre 1970.

33On peut encore observer des fossiles du Porfiriat dans l'Isthme de Tehuantepec, comme en témoigne le conflit très récent de Santa Maria Chimalapa (district de Juchitan, Oaxaca). nans les collines boisées de l'Isthme, un seul propriétaire avait installé deux haciendas sur les terres communales de Santa Maria Chimalapa, et accaparé ainsi 460 000 hectares. Cet énorme latifundio, comparable aux plus grands d'avant la Réforme Agraire, a survécu jusqu'en 1970 ! Après des dizaines d'années de démarches, alléguant des titres concédés par la Couronne Espagnole, la communauté indigène a obtenu en 1967 une résolution présidentielle lui restituant ces 460 000 hectares. Mais le latifundiste demanda alors l'amparo invoquant le fait que les comuneros, travaillant sur ses terres, n'étaient que des fermiers : "se pretends hacer apare cer tales tierras como comunales, de un supue sto pueblo de Sta Maria Chimalapa que no existe, y a que las personas que viven dentro de la hacienda son en realidad arrendatarios mios, cuyos contratos de arrendanriento se encuentran debidarrente legalizados".22 Mais après trois années de procédure, la Cour Suprême de Justice de la Nation a nié l'amparo "La Constitution accordant sa protection au véritable propriétaire, non pas au latifundiste".

34L'intrusion de colons arrive même dans certains cas extrêmes à menacer l'existence, la survie de la population autochtone, et ce qui arrive actuellement aux Lacandons mérite de s'y attarder. Il s'agit d'un cas exemplaire à deux titres : l'opposition colon-autochtone ne recouvre pas uniquement la rivalité pour la terre, mais aussi des types d'utilisation du sol radicalement opposés ; le colon agriculteur s'oppose à l'autochtone collecteur, chasseur, agriculteur nomade ; colons et autochtones appartiennent à des groupes indigènes ayant évolué différemment.

Les contacts colons-autochtones en Lacandonie

  • 23 Jacques Soustelle, "Les Quatre Soleils". Plon, 1967.

35Dans le vaste espace couvert par la Selva, entre les rios Lacantun, Usumacinta, et les confins de Palenque, quelques deux cents descendants des Mayas survivent encore : les Lacandons. Selon l'expression de Jacques Soustelle23, il s'agit là d'une "culture décadente", par rapport à la culture agricole maya d'origine. La cueillette, la chasse, la pêche ont pris une grande importance dans T "économie" de ces indigènes que Ton peut qualifier de semi-nomades.

36L’organisation de l’espace s'appuie chez eux, d'une part sur un réseau complexe de sentiers très étroits, laissant à peine le passage à un homme, taillés dans la selva, d'autre part sur des hameaux, groupant rarement plus de deux familles, et distants les uns des autres de plusieurs jours de marche ; les cases faites de branchages, sont camouflées dans de petites clairières.

37L'activité agricole de ces petits groupes marque à peine le paysage : quelques grands arbres sont abattus en janvier et février, et quand le sous-bois a séché, ils le brûlent au mois de mars, et commencent à semer à l'arrivée des pluies. Ce système classique de l'agriculture de "tumba y que ema" demeure très extensif. Les clairières défrichées ne sont cultivées que pendant deux années de suite. La première culture est le maïs, mais le tabac, le coton, la patate douce, le piment sont également présents (23).

38Les Lacandons peuvent être qualifiés de semi-nomades, dans la mesure où ils ne déplacent leurs hameaux, leurs "caribal", que lorsque les clairières de défrichement sont trop éloignées.

39Jusqu'à une époque récente, les seuls éléments de polarisation des groupes autonomes et minuscules de Lacandons, étaient de nature religieuse : de véritables pélerinages avaient lieu, vers les anciennes ruines maya, en particulier vers le site de Yaxchilan, dans une boucle du rio Usumacinta.

40Mais depuis le début de ce siècle les contacts se sont multipliés, avec les diverses sortes de colons qui ont commencé à pénétrer dans la selva.

Intrusion des colons, leur influence sur les Lacandons

41Les premiers intrus, avant la Révolution, ont été les monteros, chercheurs d'acajou ou de caoutchouc, puis les chicleros. Les contacts ont d'abord été désastreux pour les Lacandons ; les nouveaux venus, en introduisant des germes de nouvelles maladies, ont ébranlé le fragile équilibre démographique des autochtones, qui succombaient à un simple rhume. De plus, ces ladinos pillaient les pauvres milpas des Lacandons, ou les exploitaient en troquant du sel contre du tabac. Le chiclero devint ainsi le personnage du monde extérieur le plus haï. Mais les monterias tombèrent en décadence au moment de la Révolution, et les campanentos di icleros se retirèrent avant la deuxième guerre mondiale.

42Le nouveau type de colonisation qui apparaît en Lacandonie, quoique marginal, semble beaucoup plus menaçant pour la survivance des groupes lacandons. Ce sont désormais des agriculteurs, des Tzeltal, qui descendent les affluents de l'Usumacinta, à partir d'Ocosingo, d'Altamirano, de Yajalon, et pratiquent leur agriculture vivrière itinérante le long du haut Jataté ou du Tulija. Dès les années 40, de premiers groupes tzeltal, anciens "baldios" des fincas, libérés de leurs dettes, ou fuyant l'autorité du patron, ont défriché de vastes superficies au voisinage immédiat des lacandons. Le flot a grossi avec l'accroissement démographique et la pression croissante sur la terre dans les Altos et les sierras du Nord. Devant cette invasion les lacandons ont dû reculer ou ont disparu totalement.

43La pénétration de l'espace lacandon est aussi le fait de commerçants, en particulier dans le Nord, qui viennent acheter du tabac aux lacandons et aux nouveaux colons tzeltal, en exploitant ces deux groupes à leur mercie vu leur isolement ; les monteros réapparaissent le long de l'Usumacinta et ouvrent de nouveaux campements ; il faut citer aussi les archéologues, ethnologues, touristes, qui arrivent par avion à Bonampak ; les missionnaires nord-américains, qui s'installent avec bible et bagages pour convertir les indiens ; plus récemment enfin, ce sont les incursions de l'armée mexicaine à la recherche des guerrilleros guatémaltèques qui franchissent l'Usumacinta.

44Les groupes lacandons apparaissent de plus en plus désintégrés en particulier culturellement ; se proclamant protestants, ou bien vendant des flèches pour les touristes, amenés comme curiosités à Mexico, ils disparaissent en tant que fossiles vivants.

45Quant à une colonisation vraiment massive de leur territoire par des éléments extérieurs, elle dépend d'un effort d'infrastructure routière, qui n’est pas irréalisable, comme le montre l'exemple du Peten guatémaltèque voisin, où la route, issue de Belize, atteint déjà Tikal et le rio de la Pasion.

462. Un deuxième type de conflit, plus banal mais intéressant des populations beaucoup plus nombreuses que les Lacandons, oppose les éjidos aux propriétaires privés et aux particuliers. En simplifiant, ces conflits peuvent prendre deux formes principales : le litige au sujet de terres affectables, ou l'infiltration au sein de l'éjido d'éléments étrangers.

Les litiges au sujet des terres affectables

47Les terres affectables des zones de colonisation peuvent être soit des terres privées, soit des terres nationales. Dans le premier cas des conflits interminables opposent les candidats éjidatarios aux propriétaires privés ; ceux-ci se défendent généralement par la procédure d'amparo, qui paralyse, jusqu'à un jugement qui peut traîner pendant des années, toute possession de terres, même provisoires (celles qui relèvent des décisions agraires des gouverneurs). Des résolutions présidentielles de création d'éjidos sont ainsi bloquées.

48En 1969, plus de 1,5 millions d'hectares étaient "gelés" au Mexique par des procédures d'amparo, et la situation dans les Etats du Golfe et du Sud-Est s'établissait ainsi :

Tableau no 50. Superficies immobilisées par des Amparos

ETATS

NOMBRE D'AMPAROS

SURFACE IMMOBILISEE

CAMPECHE

2

200 hectares

CHIAPAS

29

216 859

OAXACA

22

128 123

TABASCO

6

1 976

VERACRUZ

76

81 191

YUCATAN

3

519

TOTAL

138

348 868 hectares

(source : information du DAAyC. Juin 1969)

49Ces conflits agraires ralentissent le processus de colonisation sur deux plans : celui du peuplement, ainsi 138 éjidos ne peuvent être créés ; celui de la production, les propriétaires dont les terres sont menacées ne se risquent pas à créer des plantations productives à long terme et exigeant des investissements et crédits qui demandent une certaine sécurité de récupération.

50En ce qui concerne les terres nationales, les droits juridiques des occupants y étant beaucoup plus flous, les conflits s'y font plus violents, la violence permettant une éviction facile du concurrent. Les chroniques agraires, les "courriers de la colonisation donnent sans cesse le détail de tels conflits, en voici deux exemples :

51Dans le municipe d'El Carmen (Campeche), c'est le village de colonisation "La Conquista Campesina" qui se heurte à des particuliers ; les colons ont occupé une ancienne propriété privée déclarée propriété fédérale en 1963. Depuis cette date ils ont défriché la forêt, nivelé et cultivé les terres. Pour légaliser leur occupation ils ont demandé une dotation éjidale, mais n'ont aucune nouvelle de la bonne marche de cette demande. Profitant de ce vide légal, des propriétaires privés, attirés par ces terres défrichées qui pourraient fournir des pâturages bon marché, cherchent à évincer les colons par des menaces. Une éviction n'est pas improbable, comme le montre l'exemple du Nouveau Centre de Peuplement Ejidal "Cuauhtémoc", dans le municipe d'Hidalgo (Chiapas) ; les colons ont obtenu une résolution présidentielle, en 1965, les dotant de terres nationales ; mais grâce à sa collusion avec les autorités municipales, un petit cacique local, se faisant passer pour propriétaire des dites terres nationales, a obtenu l'emprisonnement des dirigeants de l'éjido, pour "invasion de terres privées".

52L'infiltration d'éléments étrangers s'opère également dans l'éjido et dans les colonies de petits propriétaires. Ce processus est à rapprocher de l'infiltration d'éléments métis dans les communautés indigènes, observée au Mexique comme au Pérou à la fin du XIXe siècle. Les conséquences sont semblables dans les deux évolutions : un noyau de caciques se développe, accaparant une partie des terres et le pouvoir politique.

  • 24 cf. Frans Blom et Gertrude Duby, "Entre 1 os Indios Lacandones de México". America Indigena. vol.  (...)

53A Nuevo Ixcatlan, "al trasladar al nue vo centro a los pe que ños proprie tarios y campe sinos sin tie rras de Viejo Ixcatlan, se pensò que se podria organizar una socie dad can una e structura di fe rente ; pe ro re lativane nte en poco tiempo se formó un grupo con intern se s, intenciones y métodos se ne jante s : el acaparamiento de tierras, compulsión, etc. o se a una réplica de la situacion existente en el pueblo viejot".24 Dans cette colonie éjidale les commerçants, après l'échec d'un magasin de l'Institut National Indigéniste (qui ne vendait pas d'alcool, qui ne prêtait pas, qui n'achetait pas les récoltes), reprirent leur ascendant sur les colons ; certains d'entre eux commencèrent à acheter ou à louer des parcelles éjidales, à les convertir à l'élevage ; d'autres accaparèrent des lots "urbains" dans la localité. Cette infiltration dans la tenure de la terre est la conséquence de leur contrôle du crédit, du commerce de la production, étudié dans ce même chapitre (cf. a. les relations de dépendance).

54Le contrôle de certaines fonctions économiques stratégiques n'est pas le seul moyen de pénétrer et de dominer les éjidos et colonies ; la carrière politique, syndicale, la richesse d'hommes des villes sont aussi de bons tremplins pour une spéculation foncière pourrissant le mouvement de colonisation. Le municipe d'Acayucan, dans la "frontière" du sud veracruzain, a subi depuis vingt ans cette décomposition de la structure initiale des colonies.

Colonies agricoles et agriculteurs "nylon" dans le municipe d'Acayucan. V-C)
(Création des colonies.

  • 25 Juan Ballesteros. "La colonizacion del Papaloapan". p. 84.

55Un accord présidentiel de février 1947 (Président Miguel Aleman) confiait à la Commission du Papaloapan la création de colonies dans le municipe d'Acayucan dans les termes suivants : "La Comision de la Cuenca del Papaloapan est en train de planifier, tracer et construire les ouvrages nécessaires au développement intégral du "bassin. Résultat de ces activités, la Commission possède 12 099 hectares offrant de bonnes conditions de productivité agropécuaires" par leur climat, la composition de leurs sols, possédant des voies de communication adéquates, et certains même étant irrigués. Comme les besoins éjidaux en ce qui concerne ces terres sont intégralement satisfaits, la Commission, en l'exercice de ses fonctions, remettra la terre à des colons.25

56Au total 26 colonies existent maintenant dans le municipe d'Acayucan. La Commission du Papaloapan a fait venir des campesinos des zones arides du Nord, en particulier du Coahuila, dans les années 1950-1953. Les nouveaux colons avaient l'obligation d'exploiter personnellement les parcelles attribuées et devaient y résider. Chaque colon recevait un lot de 10 hectares à défricher, et devait le payer au prix de 550 pesos l'hectare, en dix annuités, après deux années d'exploitation devant permettre le démarrage de l'entreprise familiale. Sous la direction d'un ingénieur de la Commission la colonisation prit un bon départ,, grâce à une assistance technique et des crédits.

Corruption du système

57L'essor de la colonisation familiale fut brisé par l'enchaînement de ; facteurs adverses. Tout d'abord de nouveaux fonctionnaires responsables coupèrent les crédits, et réclamèrent des paiements anticipés des lots, ce qui mit en difficultés les colons, démunis de financement pour leurs productions, et incapables de payer les sommes demandées (un quart de la valeur des lots). Les colons dénoncent ce qu'ils appellent une manœuvre pour les obliger à émigrer des terres qu'ils ne peuvent plus cultiver ("la buena volundad no basta, porque esta sola no compra semilla, ni fertilizantes, ni mantiene aperos") pour permettre à des "acaparadores influyentes" de s'en emparer. Les colons menacés d'éviction ont porté plainte devant le Departamento Agrario en 1965 ; ils citent le cas de la colonie Michapan, de 1 456 hectares, où des lots retirés aux colons sont vendus 3 moins de 500 pesos l'hectare (pourtant défriché), maisons comprises (alors qu'on les faisait payer 500 pesos aux colons) à des hommes politiques et aux hommes de paille latifundistes.

58En 1966, le DAAyC leva un recensement des colons, en y comptant les nouveaux venus, qui, contrairement à la loi, possèdent plus d'un lot et ne résident pas dans la colonie.

59Parmi les colons "nylon" les véritables colons citent : deux ex-députés du Veracruz (dont un ex-dirigeant de la CNC), possédant respectivement 6 et 25 lots ; et deux propriétaires terriens de la ville de Tehuacan (Puebla), avec 20 et 12 lots respectivement. Un des principaux dirigeants de l'Union Nationale des éleveurs aurait également acquis des terres.

60Alberto Domingo, face à cette situation conclut : ganarán. los ricos o ganarán los campe sionos ? La tierra será de quien la trabaja ο de quien tiene dire ro y poder politico para acapararla" ?".

61Des hommes d'affaires, propriétaires absentéistes, leaders politiques, grands et petits caciques, sont à l'affût de failles dans l'organisation de la colonisation. Il leur était toutefois beaucoup plus facile de se constituer un patrimoine foncier dans le cadre de l'ancienne législation que dans celui de la colonisation éjidale ; l'accaparement de terres demeure cependant possible dans ce denier cas.

3. L'opposition entre éjidos et colonies privées

62Les variations de la politique officielle de colonisation donnant successivement la priorité aux colonies agricoles de petits propriétaires (présidence de M. Aleman), puis aux nouveaux centres de peuplement éjidal (à partir de A. Lopez Mateos) ont pour conséquence une grande insécurité de la tenure de la terre.

63Nous avons retenu un exemple de cette rivalité dans le municipe de Sayula, Etat de Veracruz.

64La colonie "General Leovigildo Garcia Garza" fut créée en 1952, sur des terres nationales administrées par Petroleos Mexicanos. En accord avec la loi de colonisation alors en vigueur, cinquante colons achetèrent 3 177 hectares, soit 63,5 hectares par colon. Mais en 1962 et en 1963 deux ejidos sollicitèrent respectivement 904 et 602 hectares appartenant légalement 3 la colonie, qui leur furent accordés par une résolution présidentielle. Puis le grignotage des terres de la colonie continua, au bénéfice d'éjidos voisins.

  • 26 Cité dans "La Tierra a quien la trabaia". Alberto Domingo. Politica 15-28 de febrero de 1967, p. 1 (...)

65Les autorités agraires selon les colons qui persistent à occuper leurs terres26, entendent achever le démantèlement de la colonie, en attribuant à l'ejido "Villa Alta" les 1100 hectares subsistants, sous prétexte de satisfaire 45 ejidatarios sans terre. Or, font remarquer les colons, seuls 20 % des terres de cet éjido sont effectivement cultivées et sur les 122 parcelles attribuées en 1936, 78 seulement sont occupées en 1966.

66On peut retenir de ce bref historique trois conclusions :

  1. Pour des raisons d'ordre politique, les autorités agraires à l'échelon local favorisent l'opposition colons-e jidatarios.
  2. L'insécurité de la tenure de la terre a poussé de nombreux colons à la quitter, par peur de chocs violents avec les ejidatarios.
  3. Il y a échec du peuplement, dans les deux systèmes de colonisation, puisqu'un tiers des éjidatarios a disparu également.

4. Les conflits entre éleveurs et agriculteurs

67Pour des paysans sans terre ou pour des minifundistes, il est tentant de considérer comme "colonisables" les exploitations d'élevage extensif qui occupent de vastes superficies dans la Huastèque, sur la côte nord du Veracruz, dans les plaines d'inondations du Papaloapan ; réciproquement, les éleveurs des zones où la forêt domine encore, dans l'Isthme, l'Ouest du Tabasco, l'Ouest du Campeche, convoitent les clairières de défrichement agricole pour les transformer en "potre ros".

68Parfois les objectifs respectifs des agriculteurs et des éleveurs sont atteints sans véritable conflit. Les colonies agricoles du bassin inférieur des rios Trinidad et Lalana ont occupé d'anciens latifundios d'élevage, dont le bétail fut détruit ou volé pendant les troubles de la période 1910-1920 ; le "matoral", puis la forêt reconquirent les prairies, mais elle est détruite à son tour par les colons depuis 1950. Sur les terres les plus défavorables des zones de colonisation : sommets des collines (région d'Acayucan), bas-versants (Isthme), terrasses du Quaternaire Ancien (Tabasco), reliefs calcaires du Campeche, l'utilisation agricole intensive des sols, pendant deux trois ans, tourne à la catastrophe : les rendements s'effondrent, la maleza reconquiert les sols érodés. L'éleveur achète alors ou loue les parcelles à des colons trop heureux de pouvoir monnayer une terre qui ne leurs rapporte plus rien.

69Mais là où l'éleveur occupe de bonnes terres, là où les éjidatarios les réclament, là surgit le conflit. Dans les municipes du nord du Veracruz, où la colonisation et le peuplement atteignent le stade de la maturité, les éleveurs résistent parfois violemment à la colonisation éjidale. Ainsi dans le municipe de Nautla, l'Union de Ganaderos de la Zona Central del Estado de Veracruz attaquait dans les années 60 le gouverneur de l'Etat, qui acceptait la création de nouveaux éjidos sur des terres d'élevage ; les éleveurs ne purent pas évincer les éjidatarios (comme ceux de l'éjido El Huanal), une résolution présidentielle reconnaissant formellement en 1966 les droits de ces derniers.

70Mais au cœur de la plus grande zone d'élevage du Golfe, dans la Huastèque, le groupe de pression des éleveurs a mieux résisté à la volonté de colonisation agricole et éjidale.

La résistance des éleveurs latifundistes de la Huastèque aux tentatives de colonisation agricole

71La lecture d'une carte de densité de population révèle une opposition frappante, dans le Nord du Veracruz, entre une zone fortement peuplée (avec des densités supérieures à 50 habitants au kilomètre carré), celles des collines de la Huastèque proprement dite, et la zone des municipes voisins du Tamaulitpas (Panuco, Ozuluama) où les densités s'effondrent (moins de 15 habitants au km2). Nous sommes en présence ici d'un sous-peuplement des plaines du rio Panuco et de la côte du Golfe, héritage d'une crise démographique ancienne et du système économique qui s'est implanté là par la suite.

72La crise démographique remonte au XVIe siècle, quand des invasions chichimèques repoussèrent vers le sud, de plus de cent kilomètres, le peuplement indigène agricole et sédentaire. Le "vide" ainsi créé se maintint pendant l'époque coloniale, de grands domaines d'élevage extensif s'étant approprié de cette zone. Malgré l'implantation de noyaux de peuplement liés à l'exploitation du pétrole, malgré la Réforme Agraire qui entraîna la division des grands latifundios, subsistent encore des "moyennes" propriétés d'élevage, de 1000 à 5000 hectares, qui immobilisent le processus de colonisation agricole dans des terres alluviales parcourues par tous les rios descendant de la Sierra Madre.

73Les lois agraires permettent aux éleveurs de conserver la superficie nécessaire à l'élevage de 500 têtes de gros bétail ; les indices d'agostadero étant fixés le plus souvent sans critère scientifique, des zones où un hectare aménagé pourrait nourrir une tête de gros bétail, sont cataloguées comme exigeant quatre, cinq hectares pour le faire. D'autre part, depuis le Président Cardenas, sont entrées en vigueur des "inafectatlidades ganaderas" qui, sous prétexte de maintenir et même développer la production de viande, font survivre, de manière tout à fait légale, certains des anciens latifundios.

74Pourtant les terres ainsi "gelées", occupées actuellement par des savanes arborées, sont fertiles et offrent peu de difficultés au défrichement. En outre, pendant la saison sèche, elles disposent d'un potentiel d'irrigation par gravité très important (avec le rio Panuco par exemple).

75Des péripéties récentes montrent que le principal obstacle à une utilisation du sol beaucoup plus intensive, et au peuplement plus dense qui s'en suivrait, est d'origine agraire et même tout simplement politique.

76A la fin de la présidence d'Adolfo Lopez Mateos, le gouvernement décida de créer un district d'irrigation de 150 000 hectares, le "distrito de rie go de Pujal", à cheval sur les Etats de Veracruz et de San Luis Potosi, en plein cœur des fiefs des éleveurs. Le groupe de pression de ces derniers, fort bien placé politiquement, obtint la dérogation du décret créant ce district d'irrigation. Leur principal argument fut que le District Fédéral perdrait son approvisionnement en viande, dont la Huastèque a pratiquement le monopole. Le district de riego, en morcelant les propriétés, en créant des exploitations de "colonos," et d'égidatarios" trop petites pour pratiquer un élevage sur une grande échelle, serait une création antiéconomique.

77Il est certain que ces éleveurs auraient raison si les entreprises de colonisation, même dans le cadre de districts d'irrigation, introduisaient un système agricole de minifundistes, ou même de petites entreprises familiales (éjidales ou privées) travaillant individuellement. Mais des projets pilotes implantés dans la même zone, prouvent qu'il existe une autre alternative que celle de la grande exploitation d'élevage, latifundiste, et de la petite exploitation agricole.

78Depuis 1966, les ministères de Recursos Hidraulicos, de Agricultura y Ganaderia, le Banco Nacional A--gropecuaric et le Departamento de Asuntos Agrarios y Colonizacion ont mis en place un projet de développement du secteur agricole et de l'élevage dans les ejidos de Vichinchijol, de Reforma (San Luis Potosi) et de Manlio Fabio Altamirano (Veracruz), qui forment un seul bloc territorial. Grâce à l'aide officielle pour la construction d'un système d'irrigation couvrant 14 000 hectares, pour le nivellement des terres, grâce aux crédits et à l'aide technique publiques, ces "éjidos" associent agriculture et élevage en pratiquant des cultures fourragères. La réussite est telle que tandis que les éleveurs latifundistes du voisinage emploient trois hectares pour nourrir une tête de gros bétail, les "ejidatarios" en élèvent trois sur la même surface.

79En extrapolant ces résultats à l'ensemble de la région, on pourrait affirmer que la colonisation de type ëjidal, loin d'ébranler la production animale, serait susceptible de la tripler, tout en y adjoignant une agriculture mobilisatrice de main d'oeuvre. Il faut cependant préciser que ce résultat ne peut être atteint que :

  1. si les organismes publics prennent en charge le financement et le gros oeuvre de la mise en valeur (irrigation par exemple) ;
  2. si les crédits et une assistance technique sont assurés sur le long terme, par la banque éjidale ou le Banco Agropecuario.
  3. si c'est un système d'éjidos collectifs qui est implanté ; en effet, dans le projet fonctionnant actuellement, les parcelles individuelles ont été rassemblées en grands blocs pour permettre l'emploi de machines agricoles ; pour rationaliser la distribution de l'eau pour l'irrigation et fournir de grandes surfaces au troupeau des "éjidos".

80La généralisation de la colonisation éjidale, appuyée sur l'agriculture et l'élevage intensifs, dans l'ensemble des basses terres de la Huastèque, suppose une volonté politique des autorités fédérales, pour persuader les éleveurs du bien fondé d'un nouveau type de réforme agraire qui amputerait leurs domaines, et un effort budgétaire qui est de l'ordre du possible, les infrastructures à réaliser n'étant pas sensiblement différentes de celles que Ton a choisi de localiser dans les périmètres d'irrigation du Sinaloa, par exemple.

  • 27 Lettre adressée au DAAyC et publiée dans "Revista Colonizacion" 2a Epoca. no 6. Mexico D.F., juill (...)

81Avec le haut fonctionnaire agraire Emilio Lopez Zamora, on peut même imaginer qu'une même politique "doit être appliquée dans les plaines côtières du Golfe du Mexique, dans les Etats de Tamaulipas, San Luis Potosi, Veracruz, Tabasco et Campeche, et sur la côte du Jalisco, du Nayarit et du sud du Sinaloa. En utilisant rationnellement le sol et l'eau, avec de simples digues (bordos) et ouvrages de protection contre les inondations, on ouvrira un large horizon aux "campesinos" demandant des "éjidos", et par la suite à la production "agropécuaire" nationale..."27

82L'établissement de relations de dépendance d'exploitation montre que le monde des colons n'échappe pas aux contraintes observées dans l'ensemble de la société agraire mexicaine. Bien au contraire, il semble que colonies, nouveaux centres de peuplement éjidal, sont des lieux privilégiés de conflits, de luttes d'influence. Ce jeu de facteurs internes d'altération, les blocages économiques nés de la rivalité entre groupes sociaux doivent être pris en compte comme des facteurs majeurs dans les échecs de la colonisation ; au moins autant que le milieu naturel, que la conjoncture des prix, que les infrastructures, importe pour le succès d'une colonie le surgissement de leaders honnêtes d'une organisation communautaire réduisant le rôle des intermédiaires.

Notes

17 P. Monbeig, dans sa thèse, souligne qu'à la tête du mouvement de colonisation, il y a le fazendeiro, qui a été et reste encore le type du pionnier pauliste, celui qui jette les fondements du peuplement rural. Les lotisseurs, les avocats ont pour leur part contribué â l'essor des villes pionnières. Entre ces deux types de leaders de la zone pionnière, il y a un point commun : le désir du gain rapide…"

18 On retrouve ici l'opposition entre fazendeiro et sitiante décrite par M. Monbeig dans sa thèse.

19 M. Edel ; J. Ballesteros. "La colonizacion en la cuenca del Panaloapan, una evaluacion socio-economica".
Documento preliminar p. 44. Centro de Investigaciones Agrarias, 1968.

20 Autonomie sans ressources, aisance sans liberté, c'est la seconde solution qui aura les suffrages des colons, dont les regrets seront tempérés par la réussite économique.

21 El Dia, 13 de junio de 1969.

22 El Dia, 7 septembre 1970.

23 Jacques Soustelle, "Les Quatre Soleils". Plon, 1967.

24 cf. Frans Blom et Gertrude Duby, "Entre 1 os Indios Lacandones de México". America Indigena. vol. IX no 2, abril de 1949.

25 Juan Ballesteros. "La colonizacion del Papaloapan". p. 84.

26 Cité dans "La Tierra a quien la trabaia". Alberto Domingo. Politica 15-28 de febrero de 1967, p. 16.

27 Lettre adressée au DAAyC et publiée dans "Revista Colonizacion" 2a Epoca. no 6. Mexico D.F., juillet 1968.

Table des illustrations

Titre PLANCHE V
Légende Photographie no 5Le lac de barrage de Malpaso (Chiapas)Les eaux du Grijalva recouvrent les versants boisés de l'ancienne vallée. Au premier plan, squelette d'une colline éventrée par les travaux : sols rouges tropicaux, profonds et rigoles d'érosion.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Photographie no 6Chute de Hueyapan, bassin du Papaloapan, VeracruzFort débit et végétation verdoyante malgré la saison sèche ; vallée entaillée dans du matériel volcanique (massif des Tuxtlas).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre PLANCHE VI
Légende Photographie no 7Vieux pays totonaque (Veracruz)Au fond, à gauche, tache blanche de la pyramide du Tajin ; à droite, cases camouflées sops les palmiers ; au premier plan, colonisation agricole sur les pentes, Les plantations de bananiers, mal soignées, escaladent les collines,
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Photographie no 8Ruines mayas de Palenque (Chiapas)Sur les chaînons calcaires de la Sierra Nord de Chiapas, la forêt tropicale encercle et menace les temples restaurés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre PLANCHE VII
Légende Photographie no 9Habitat semi-concentré des Llanuras de Sotavento (Veracruz)Cabane de planches, toit de chaume ; parcelle close de barbelés et complantée de bananiers et flamboyants. Chevaux de selle inséparables du "jarocho".
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photographie no 10Habitat initial dispersé dans la Chontalpa (Tabasco)Hutte de carton goudronné et de palmes ; parcelle avec orangers et cocotiers, séparée de la route fédérale par un large fossé (pour le drainage) et par une clôture de barbelés (contre les divagations du bétail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre PLANCHE VIII
Légende Photographie no 11Dia de Plaza dans le Valle de Oaxaca Zaachila, vue générale du marché.On remarquera la présence des camions, dont les propriétaires font le circuit des marchés de la région.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Photographie no 12Nouvelles formes de commercialisation liées à la route Chontalpa (Tabasco)Suppression des intermédiaires et recherche de l'acheteur de passage ; le campesino vend sa production fruitière le long de la route fédérale.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7437/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search