Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Troisième partie. Exemples régionaux de colonisation récente

B. La plateforme calcaire du Yucatan : expériences de peuplement et de mise en valeur

Texte intégral

1. LES PLANS DE COLONISATION DANS L’ETAT DU YUCATAN

1Depuis une quinzaine d’années l’intérêt des autorités fédérales et des dirigeants successifs de l’État du Yucatan s’est porté sur la possibilité de coloniser certaines régions de cet Etat. Les projets étudiés, puis réalisés, ont pour but des déplacements de population et une mise en valeur nouvelle de terres jusque-là couvertes de forêts, ou bien utilisées de manière extensive par une agriculture vivrière pratiquant de longues jachères. Le fait fondamental est que ces actions de colonisation ne sont envisagées que depuis la crise économique et sociale de la zone du Henequen ; la colonisation est considérée comme une soupape de sécurité pour une pression de main d’œuvre sous-employée, et comme le moyen de créer de nouvelles richesses agricoles qui rééquilibreront l’économie yucatèque.

a) la crise du henequen

2Après la croissance considérable de la culture du henequen dans le nord-ouest du Yucatan, à l’époque porfirienne (cf. chapitre antérieur des flux et reflux de la colonisation), l’économie yucatèque reposa désormais sur la mono-exportation de cette fibre. Nous ne referons pas une étude de la zone du henequen qui n’a pas sa place ici, nous nous contenterons de rappeler les causes de la crise actuelle et d’en souligner les effets sur les mouvements de population.

3Les causes profondes de la crise du henequen ne sont pas apparues récemment ; dès avant la Révolution elles se sont manifestées. De 1906 à 1912, les acheteurs nord-américains de la fibre yucatèque réussirent une première fois à faire baisser les cours, en constituant un consortium ayant le monopole de l’achat : la International Harvester Company ; mais la première guerre mondiale accorda un sursis aux hacendados yucatèques, en favorisant une hausse momentanée des cours, et la production de henequen atteignit 200 000 tonnes en 1916. Entre les deux guerres, les facteurs de crise se renforcèrent : apparition de pays producteurs concurrents en Asie (Indes Néerlandaises) et en Afrique Orientale, crise économique mondiale, politique erronée des planteurs yucatèques, limitant leurs exportations en pensant faire monter les cours, alors qu’ils favorisaient ainsi le développement des exportations de leurs concurrents ; Réforme Agraire enfin, introduite massivement par le Président Cardenas en 1937 (les terres furent distribuées, mais les hacendados restèrent maîtres de la production par le biais du crédit et de leur réseau de défibreuses), qui n’améliora pas les conditions de production. La production s’effondra à moins de 100 000 tonnes.

4La deuxième guerre mondiale vint sauver le Yucatan du désastre qui le menaçait ; le Defense Supply Corporation acheta pratiquement toute la production de henequen pendant toute la durée de la guerre, et les cours continuèrent à monter jusqu’à l’apogée de la guerre de Corée. Depuis 1952 en revanche, c’est la chute : de 24,5 cents de dollar la livre en 1951, à 4,5 cents en 1968.

5Les autorités fédérales ont bien essayé de remédier à cette situation catastrophique en prenant en main l’industrialisation de la fibre (absorption de Cordemex en 1964), en contrôlant la production dont dépendent quelques 60 000 ejidatarios et leurs familles, grâce au Banco Agrario de Yucatan, en essayant de trouver de nouveaux débouchés au Mexique même (fabrication de tapis, de moquettes...), mais la production continue de stagner (133 000 tonnes en 1967), et le Banco Agrario de Yucatan perd environ 130 millions de pesos par an ! Ces pertes sont finalement à la charge du gouvernement fédéral, qui ne peut, pour des raisons politiques et sociales abandonner la masse des ejidatarios henequeneros, un simple retard au versement des antioipos provoquant une agitation ou menaçant de tourner à l’émeute, comme en 1969.

  • 1 L’essentiel des données chiffrées de ce paragraphe proviennent de la monographie "Yucatan" publiée (...)

6Face à la crise des cours extérieurs, à la faiblesse du marché interne, la solution technocratique serait une rationalisation de la production du secteur ejidal (70 % des plantations), mal cultivé, et une diminution draconienne de la main d’œuvre employée. Sur les 60 000 ejidatarios henequeneros, 30 000 ne seraient pas nécessaires à la production (six hectares pouvant être cultivés par un chef de famille, en assurant à cette dernière un niveau de vie satisfaisant, et 190 000 hectares étant actuellement cultivés). La crise du henequen fait donc ressortir la nécessité d’ouvrir de nouvelles terres à la culture pour absorber une partie au moins de la main d’œuvre excédentaire, (1’ejidatario ne travaillant que trois jours par semaine au maximum), et pour délivrer le Banco Agrario de Yucatan de salaires qui ont un caractère plus social qu’économique. La colonisation pourrait transformer l’ejidatario, tombé dans la condition de peon salarié de la banque officielle, en exploitant vraiment indépendant.1

b) les projets de colonisation

7La redistribution de la population dans l’État de Yucatan qui s’était amorcée dans la décade 1930-1940, période où la crise du henequen poussa plusieurs milliers de personnes à migrer spontanément soit vers Mérida, soit vers les municipes peu peuplés du sud et de l’est de l’État, s’est ralentie par la suite.

8Dans la période 1940-1950, la reprise momentanée des cours du henequen renverse le mouvement migratoire : ce sont les habitants de Valladolid, de la Sierrita Maya qui gagnent Mérida et les villes du henequen comme Motul, Uman (cf. carte des migrations au niveau municipal). Dans la période 1950-1960, enfin la zone du henequen émigre peu, les ejidatarios et leurs familles tenant à conserver les avantages de leur statut de salariés, et ce sont plutôt les paysans sans terre du sud de l’État qui migrent au Quintana Roo voisin, en ouvrant de nouvelles clairières de défrichement dans la forêt de la région de Felipe Carrillo Puerto.

  • 2 Fernando Camara Barbachano, "Colonizacion Interna de Yucatan". Instituto Yucateco de Antropologia e (...)

9Face à la saturation croissante de la zone du henequen, les autorités font étudier alors, à partir de 1968, les possibilités d’organiser des mouvements de population à partir de cette zone. Dans l’étude "Colonizacion interna de Yucatan"2, il est conseillé au gouvernement local d’évacuer (en réalité déporter) 3000 familles des municipes les plus densément peuplés (Mérida, Motul, Tixkokob) et des municipes comprenant le plus de membres des sociétés éjidales (Acanceh, Izamal et Maxcanu). Cinq cents familles seraient recrutées dans chacun de ces municipes et coloniseraient au total quelques 6000 hectares des "joyas" localisées au pied de la Sierrita Maya. Quatorze créations de colonies agricoles étaient proposées dans les municipes de Tekax, de Tzucacab et de Peto.

10Finalement, dix ans se sont écoulés avant la réalisation, sinon de ce projet, du moins d’une colonisation éjidale dans la même zone. Le 13 mai 1968 le journal officiel publiait les résolutions présidentielles créant 14 "Nuevos Centros de Poblacion Agricola", dont la liste était la suivante :

Tableau no 43

Municipe et localité

Superficie de la dotation éjidale

Nombre de familles dotées

municipe de Tekax

San Salvador

1 410 hectares

21

Santa Rita

2 190

34

Yalcoba Nuevo

2 730

40

Pocoboch Nuevo

2 730

45

Dzitnup

2 370

40

San Isidro Yaxché

1 710

26

San Diego Bna Vista

2 970

46

Nuevo Santa Cruz

2 250

35

municipe de Tzucacab

Santa Cruz

2 190

38

TOTAL

21 550 hectares

325 familles

11Si les nouveaux centres de peuplement occupent une superficie appréciable (il s’agit d’ailleurs de terres à défricher dans la forêt décidue yucatèque), les effectifs installés sont très faibles : 325 chefs de famille, peut-être 1600 personnes, on est loin des 6000 familles envisagées au départ.

12La politique de création de nouveaux centres de peuplement éjidal n’apparait pas capable de résoudre à l’intérieur même de l’Etat le problème de la redistribution de la population, qui devrait concerner 30 000 chefs de famille au moins, soit quelques 150 000 personnes. En effet, les réalisations et objectifs de cette politique depuis le début 1968 sont les suivants :

13en mai 1968, trente nouveaux centres de peuplement éjidal furent créés dans le Yucatan (municipes de Peto, Tekax, Tzucacab, Valladolid et Tizimin), ce qui attribuait 65 000 hectares à un millier de familles manquant de terres jusque-là.

14Cette même année, l’ingénieur Norberto Aguirre, chef du DAAyC, déclarait que l’on pouvait prévoir la création de 80 autres nouveaux centres de peuplement éjidal, qui recevraient 450 000 hectares dans le Sud et l’Est de l’État, et qui pourraient accueillir 10 000 campesinos demandeurs de terres (soit environ 50 000 personnes) Au total donc, selon les projets officiels, seul un tiers de l’excédent de population de la zone du henequen serait susceptible de migrer et de coloniser d’autres zones du Yucatan. Encore faudrait-il compter avec l’accroissement démographique prévisible des nouveaux centres que l’on installera et des besoins de terres existant hors de la zone du henequen, dans les régions traditionnellement productrices de bétail et de maïs, de Tekanto à Valladolid.

15La colonisation interne du Yucatan n’apparaît donc pas comme la solution finale du problème "henequenero" ; le glissement des populations yucatèques vers le Campeche et le Quintana Roo d’une part, l’émigration vers les grandes villes du Mexique Central et Septentrional d’autre part, semblent être les solutions les plus immédiates au manque d’emploi local actuel.

c) Colonisation et transformation des systèmes agricoles

1. les milieux naturels

16La zone du henequen apparaît difficilement reconvertible, la minceur des sols (de l’ordre de 10 cm) ou même leur absence totale et la faiblesse des précipitations (moins de 900 mm, et même moins de 600 mm dans la frange côtière) interdisent l’introduction de nouvelles cultures. En revanche, les parties orientales et méridionales du Yucatan offrent plus de possibilités de changement. Si les sols demeurent minces entre Tekanto et Valladolid, des précipitations de l'ordre de 1000-1200 mm, un micro-relief (dû à une karstification plus accentuée, conséquence d’une émersion plus ancienne que dans le Nord) multipliant les "cenotes" et les "aguadas", de grandes superficies de savanes enfin, sont des facteurs favorables au développement de l’élevage.

17Dans le sud de l’État, au voisinage du Campeche, l’accident tectonique et topographique de la Sierrita Maya (qui atteint 275 mètres d’altitude), et une émersion ancienne ont favorisé l’érosion et l’accumulation de sols plus profonds (série Kankab) non plus sur de toutes petites surfaces, mais sur des superficies unitaires pouvant atteindre 10 à 15 hectares. Les précipitations atteignent 1200 mm. Dans cette région où domine la forêt basse, ou bien les savanes dans les zones inondables, l’agriculture vivrière est présente depuis longtemps, de Muna à Peto, mais n’a pas défriché la totalité du territoire.

18Enfin tout le long des limites du Quintana Roo, s’étend une zone forestière (forêt tropicale decidue) où les sols noirs argileux (Kan-Kab) et sols de terra rossa (kan kab-tzekel), sous des précipitations de 1400 mm, pourraient être défrichés pour un usage agricole, ou mieux, pour l’élevage.

2. les programmes de développement de l’élevage

19Depuis la crise du henequen, des capitaux privés se sont tournés vers l’élevage, laissé jusque-là un peu à l’abandon. Alors que dans la zone du henequen il n’y a guère que 150 000 bovins de qualité médiocre, 650 000 têtes de gros bétail existeraient dans le reste de l’État en 1968, selon les éleveurs, soit un progrès considérable depuis 1960, où il y avait 450 000 bovins dans l’ensemble de l’État. Cette progression est due en grande partie à l’introduction de pâturages comme le "Guinée" et le "Panama", qui permettent d’élever dans l’Est une tête sur deux hectares, alors que le "monte" ne permettait de nourrir une tête de bétail qu’avec huit hectares au minimum. Ces progrès de l’élevage se sont faits dans le cadre des exploitations privées, surtout dans les municipes de Tizimin, Panaba, Dzilam Gonzalez et Valladolid, dans la zone la plus facile à défricher.

20Mais depuis 1967 il existe un programme officiel de développepent de l’élevage, dans le cadre des éjidos. Par décision du Président Diaz Ordaz, 500 000 hectares ont été réservés à l’application de ce plan, qui prévoit en particulier l’introduction de l’élevage bovin dans les ejidos indigènes limitrophes du Quintana Roo.

21L’Institut National Indigéniste a de son côté élaboré un plan de "réhabilitation" sociale et économique des 175 000 indigènes mayas vivant dans le sud et Test du Yucatan. Son objectif est d’élever le revenu familial à un minimum de 6000 pesos par an. Mais en réalité les réalisations de l’INI, même positives, demeurent modestes : la création du complexe Felipe Carrillo Puerto.

22En 1964 l’ingenio de Catmis, près de Peto, tomba en faillite et fut repris en main par la Nacional Financiera. Ce fut l’occasion pour l’INI d’intervenir en faveur des familles indigènes (160) qui dépendaient de l’ingenio. Les 2 750 hectares de l’ejido de Catamis furent convertis en une exploitation collective associant élevage et agriculture. Aux cinquante hectares de maïs nécessaires à l’alimentation familiale, on ajouta des cultures de haricot (50 hectares) et de sésame (50 hectares) destinées à la vente. Sur le reste des terres fut introduit un troupeau bovin (1 tête par famille), trente ruchers, une exploitation avicole, une petite porcherie. Au total, l’investissement réalisé (grâce aux crédits du Banco Agropecuario del Sureste) est de Tordre de 26 000 pesos par famille. Cette entreprise pilote sert d’exemple pour la transformation des communautés indigènes voisines que l’INI espère convertir à l’élevage. Au total il s’agit là de transformation du paysage, du type d’économie, mais non pas de colonisation au sens d’entreprise de peuplement.

3. le projet Santa Rosa

23L’unité agricole de Santa Rosa, à 19 km au sud-est de Peto fut créée en 1964 par la Secretaria de Agriculture y Ganaderia, le Banco de Crédito Agricole et le gouvernement de l’État de Yucatan.

  • 3 cf. Colette Gras. Thèse de 3ème cycle sur Mérida et sa région, version préliminaire.

243500 hectares furent défrichés, des puits furent perforés ; l’objectif consistait en une production massive de légumes et de fruits destinés au marché nord-américain. Les premières années on cultiva maïs et sorgho pour préparer les sols argileux, et en 1967 les récoltes concernèrent :3

cycle d’été

cycle d’hiver

1 180 hectares de maïs

200 hectares de sorgho

43 " de haricots et soja

150 " de tomates

10 " de tournesol

350 " de concombres

59 " de piments, aubergines

25Une entreprise mexicaine se chargea de la commercialisation de la production ("Frutas y Legumbres de Yucatan") et passa un contrat avec la "Champion Growers" de Palm Beach (Floride), s’engageant S approvisionner cette dernière pendant l’hiver, en expédiant fruits et légumes soit par Progreso, soit même par avion.

26Mais cette entreprise a connu finalement un échec économique : une première erreur fut le choix d’un système d’irrigation par inondation, qui entraîna la salinisation des terres ; ensuite les intermédiaires chargés des expéditions eurent une mauvaise gestion, affrétant des navires entiers pour de faibles volumes d’exportations ; enfin la Banque chargée de la gestion de l’entreprise agricole, pour évincer de la production des colons installés dans la zone même, pratiqua une surenchère des salaires, qui laissa les colons sans main d’œuvre pour la récolte et créa de fausses espérances pour un millier de jornaleros attirés dans un rayon de quelques 70 km. Enfin les ventes à l’étranger furent moins faciles que prévues et la Banque déversa sa production sur le marché interne yucatèque, ce qui entraîna un effondrement des prix et un mécontentement généralisé parmi les horticulteurs privés.

27La situation de cette entreprise est fortement compromise, alors que 30 millions de pesos y furent investis.

4. le "Plan Chac"

28Depuis 1962 la Secretaria de Recursos Hidraulicos et le gouvernement de l’État de Yucatan, avec la collaboration de la Secretaria de Agricultura y Ganaderia (pour l’assistance technique) ; du DAAyC (pour l’attribution de parcelles aux "ejidatarios") et de la Comision Federal de Electricidad (pour l’installation d’un réseau de distribution de l’énergie nécessaire au projet), ont réalisé le "Plan Chac", destiné à transformer totalement l’économie et le niveau de vie de communautés paysannes du sud de l’État. Ce plan peut être considéré comme un plan de colonisation, dans la mesure où l’un des objectifs principaux était la "sédentarisation" de l’agriculture itinérante pratiquée au pied de la Sierrita Maya, et un réaménagement total de ce territoire.

  • 4 Ponencia presentada por la Direccion de Pequeña Irrigacion al VII Congreso Internacional de Riego (...)

29Objectifs fondamentaux du Plan : "le Plan Chac est un projet dont l’objectif fondamental est d’élever le niveau de vie d’un noyau de population paysanne, en apportant les moyens nécessaires, et en premier lieu l’irrigation, pour éliminer les conditions aléatoires de l’agriculture de temporal".4

  • 5 id

30Des enquêtes préliminaires montrèrent en effet qu’il existait un écart considérable entre les revenus ruraux et les revenus urbains dans le Yucatan ; alors qu’un ouvrier qualifié de Mérida gagnait annuellement de 15 000 à 18 000 pesos, un salarié agricole pleinement employé pouvait attendre un gain de 4 600 pesos, et dans la zone méridionale l’agriculteur de temporal ne gagnait en moyenne qu’environ 3000 pesos. Le but du Plan Chac fut donc d’établir une agriculture permanente sur des parcelles irriguées de taille suffisante pour "produire des revenus suffisants, comparables à ceux d’un ouvrier qualifié, pour élever le niveau de vie familial".5

31La taille de la parcelle individuelle à attribuer fut ainsi fixée à trois hectares, devant rapporter un revenu net de 14 200 pesos annuels à chacun des 1667 "ejidatarios" bénéficiaires. Le projet initial comprit 5000 hectares.

32Le changement prévu de l’économie agricole traditionnelle reposait sur la plantation d’un million d’orangers (orange Valenciana) devant produire 174 000 tonnes d’oranges, quadruplant ainsi la production yucatèque. On prévoyait à plus long terme l’industrialisation de ces oranges (jus), des cultures maraîchères et un élevage familial d’appoint.

33Les réalisations : portèrent sur des superficies plus faibles que prévues : les 5000 hectares se réduisent à 4100, puis à 3147 hectares en 1969. Malgré ces réductions le coût global du projet se maintint à 45 millions de pesos, dont 12,5 apportés par la BID (Banque Interaméricaine de Développement), intéressée par tous les projets pilotes de petite irrigation.

34Les conditions de relief et des sols de la zone transformée déterminèrent les caractéristiques techniques du plan. La faible profondeur des sols, la perméabilité des roches, la succession de bosses et dépressions expliquent le morcellement des unités d’irrigation, éparpillées sur 70 km de long, entre Muna et Tzucacab, et divisées en 7 "zonas" :(cf. carte et tableau ci-dessous).

Tableau no 44. Unités d’irrigation du Plan Chac

unité d’irrigation

superficie

no de puits

Muna

297 hectares

4

Sacalum

714 "

7

Ticul

681 "

8

Dzan

675 "

9

Oxkutzcab-Yotholin

867 "

10

Akil

365 "

5

Tekax

477 "

7

total :

4 076

60

35La perméabilité des sols a fait préférer un système d’irrigation par puits profonds et aspersion à un système classique d’irrigation par canaux, et gravité, où les pertes en eau sont trop fortes.

  • 6 "El Dia" 6 novembre 1967.

36Les résultats du réaménagement de la structure agraire et du système agricole demeurèrent bien en deçà des ambitions du Plan. Seuls 3 147 hectares sont réellement irrigables, et encore, dans le cycle d’hiver 1967-68, les superficies irriguées furent de 775 hectares seulement. À cette époque cinq des cinquante puits perforés fonctionnaient normalement. La production d’oranges atteint 30 000 tonnes au lieu des 174 000 tonnes attendues. Deux cent cinquante mille orangers avaient été plantés, et non pas un million, et 60 % des arbres auraient péri faute d’irrigation. Les cultures de maïs occupaient les parcelles, non comme complément de la production arbustive, mais comme culture apportant les ressources principales. Enfin, fait le plus grave, si le chiffre des bénéficiaires du projet augmenta, atteignant 1896 "éjidatarios" au lieu de 1667, et intégrant 442 colons et petits propriétaires, les parcelles irrigables furent de 1,5 hectares pour les éjidatarios, de 0,6 hectares pour les colons, au lieu des trois hectares prévus. En 1967-68, la superficie irriguée était respectivement de 0,4 et 0,2 hectares pour ces deux types d’exploitants. Au lieu d’une exploitation familiale rentable, le Plan n’avait créé qu’une agriculture minifundiste permanente. "El Plan Chac fracaso", concluait le secrétaire général de la Liga de Comunidades Agrarias de Yucatan.6

37Les raisons de l’échec à court terme : dans l’immédiat l’échec est indéniable, même si de nouveaux investissements devaient en modifier plus tard les causes. L’échec semble dû fondamentalement à la surestimation du potentiel de changement des populations concernées, et à la sous-estimation de l’aide financière et "gestionnaire" à apporter.

38On avait ainsi prévu une coopération des futures usagers, qui devaient fournir des matériaux de construction locaux pour réaliser les ouvrages d’irrigation. On surestima l’apport des usagers, et tous les ouvrages programmés sur le papier ne purent être terminés. La distribution égalitaire et non pas sélective des parcelles entre les "campesinos" de chaque zone aboutit à un morcellement exagéré de la terre, à la création de "microfundios".

39Malgré la connaissance que l’on avait des faibles ressources des "compesinos", la Secretaria de Recursos Hidraulicos appliqua des cuotas d’irrigation atteignant 115 pesos pour 1000 m3 d’eau destinés à l’aspersion, et chargea l’éjidatario du fonctionnement des pompes, de la fourniture de l’énergie nécessaire.

40N’ayant pas de quoi payer, les "éjidatarios" et petits colons firent appel le moins possible à l’irrigation, laissant des puits inactifs, attendant toujours l’arrivée de la saison des pluies. Méfiants enfin quant au succès des plantations d’orangers, ils continuèrent à cultiver leur maïs.

41Le Plan Chac a besoin d’une "réhabilitation" ; elle pourrait consister dans un élargissement spatial des zones irriguées, pour donner à chaque exploitant une parcelle plus grande, et elle exige une assistance technique et un volume de crédits plus importants que dans le passé, pour convaincre les exploitants de se lancer dans des cultures arbustives ou maraîchères nouvelles pour eux. Un effort d’éducation communautaire, un effort financier, un effort technique, toutes choses coûteuses, sont nécessaires pour que le Plan redevienne une action pilote.

42Conséquence de l’échec présent, le Plan Chac a disparu pour se fondre dans le "Distrito de Riego 48, Estado de Yucatan", qui rassemble tous les exploitants disposant de terres irriguées dans le sud du Yucatan.

2. ASPECTS DE LA COLONISATION DANS L’INTERIEUR DU CAMPECHE

43L’État de Campeche forme avec le territoire de Quintana Roo une ceinture forestière peu peuplée autour de l’État de Yucatan. Jusqu’à la fin des années 50 deux pôles seulement avaient attiré et concentré la population. Tout d’abord Campeche, ancien port du Yucatan et la région Nord (Calkini, Hecelchakan, Tenabo) productrice de henequen comme le Yucatan voisin ; l’ensemble de ces municipes concentraient encore 72 % de la population de l’État en 1940. Le développement de la pêche à la crevette et de son industrialisation fit croître ensuite à partir de 1950 Ciudad del Carmen et l’île du même nom ; l’accumulation de capital né de cette activité et l’ouverture de la route côtière en 1957, propagèrent la mise en valeur de la côte sous forme de plantations de cocotiers, de canne à sucre et de rizières (Champoton). Entre 1950 et 1960 les superficies cultivées doublaient ainsi dans les municipes de Champoton et de Ciudad del Carmen. Malgré ces progrès ces deux municipes ne comptaient que 3600 exploitants agricoles en 1960, sur un total de 11 700 dans l’État.

44Sur 5.600 000 hectares, l’État de Campeche comptait encore 3.548 000 hectares de terres nationales en T960, soit un énorme potentiel colonisable (le quart des terres nationales du Mexique)J Nous avons voulu présenter dans ce chapitre quelle était l’utilisation du sol et son évolution dans l’intérieur du Campeche, non encore colonisé, en montrant successivement un exemple d’antagonisme entre l’exploitation agricole et l’exploitation forestière, puis une tentative de colonisation dirigée.

45Nous avons essayé enfin d’évaluer le potentiel d’accueil de l’État, pour des colons agricoles.

A. ECONOMIE FORESTIERE OU COLONISATION AGRICOLE : LE CAMPECHE CENTRAL

1) un vide humain

46La zone centre-Est du Campeche, entre Champoton, le Ouintana Roo et la frontière guatémaltèque, est l’une des zones les moins peuplées du Mexique tropical, la densité de population y descend à 0,5 habitant au kilomètre carré. Il s’agit d’une "frontière" dans tous les sens du terme : no-man’s land de l’Ancien et du Nouvel Empire maya, on n’y trouve que peu de ruines ou vestiges d’une occupation pré-coloniale ; zone hors de portée des pirates-forestiers des XVI e et XVIIe siècles, en raison de l’absence de réseau hydrographique organisé, "frontière" du sucre dont le peuplement fut ramené à la côte par la Guerre des Castes, ce Campeche central est toutefois exploité depuis le début du siècle, sans que le peuplement y ait démarré jusqu’à ces dernières années.

2) l’appropriation des terres

47Par sa situation marginale le Campeche central avait échappé largement à une appropriation traditionnelle (du type "encomienda" par exemple). Jusqu’à la fin du siècle dernier cette zone demeura donc vierge, la forêt tropicale à feuilles caduques occupant les parties hautes d’une table calcaire largement karstifiée dont les dépressions fermées étaient couvertes par des savanes inondables. Le karst n’était suffisamment évolué, pour permettre l’apparition de rios ayant accès à la mer, que plus au nord (rio Champoton) et plus au sud-ouest (rio Candelaria).

48L’occupation foncière du sol ne commença réellement qu’avec les lois de colonisation de 1883. La "Compania de Colonizacion y de deslinde de Terrenos Baldios en el Estado de Campeche" fit alors des travaux de levées topographiques sur 755 675 hectares, et en échange de l’arpentage réalisé, reçut 251 891 hectares en pleine propriété, ceci en 1892. Cette propriété dût pourtant être amputée de 27 196 hectares, quelques exploitations privées et quelques hameaux indigènes ayant été inclus dans la zone arpentée. Changeant plusieurs fois de propriétaires, ces terres aboutirent en 1925 entre les mains de "The Pennsylvania-Campeche Land and Lumber Company", compagnie civile aux actionnaires nord-américains. Nous sommes ici en présence d’un exemple typique des conséquences de la politique porfirienne de colonisation : la constitution de latifundios et leur appropriation par des étrangers.

3) l’exploitation forestière

49La mise en valeur du latifundio "Pennsylvania-Campeche" commença vers 1910, grâce à l’usage d’une voie ferrée à voie étroite installée par une autre grande compagnie, et reliant l’intérieur du Campeche à la côte : l’évacuation des bois précieux devenait possible. C’est d’ailleurs la progression du chemin de fer qui rythme les progrès de la colonisation forestière dans cette zone : 1940, arrivée du chemin de fer de Campeche, 1950 liaison des chemins de fer du Yucatan et de la ligne du Golfe (Veracruz-Tabasco-Chiapas). Toutefois des accidents dans la conjoncture économique brisent la courbe de croissance de l’exploitation forestière : entre les deux guerres mondiales, l’apparition massive des colorante, artificiels entraîne la ruine de l’exploitation des bois tinctoriaux ; les rails de la voie ferrée étroite sont levés et vendus et il ne reste plus qu’un mauvais chemin sur le terre-plein, insuffisant à l’époque pour les transports de bois, mais bien suffisant pour les "muladas" des "chicleros".

50C’est un américain résidant à Campeche qui organisa la recherche du "chicle", en 1916 ; la production atteignait alors une moyenne de 920 tonnes par an ; en 1926 la "Corporacion de la Laguna" lui succéda mais avec la crise économique mondiale la production baissa à 260 tonnes par an seulement ; depuis 1944 c’est un concessionnaire forestier mexicain qui est chargé de l’exploitation des "chicozapote" (Achras zapote), dispersés dans la forêt à raison de 8 à 10 par hectare (le rendement par arbre est de l’ordre de 1 à 5 kg). Mais l’apparition des gommes synthétiques ne favorise pas la production, inférieure à 200 tonnes aujourd’hui.

51L’exploitation des bois précieux ne commença réellement qu’avec l’arrivée du chemin de fer et avec l’utilisation de tracteurs chenillés. La coupe du bois se fait pendant la saison sèche, de décembre à mai, quand les pistes sont praticables. Deux exploitations forestières mexicaines ont une concession de la compagnie propriétaire, et peuvent débiter annuellement 6000 m3 de bois précieux et semi-précieux comme l’acajou et le cèdre rouge.

4) peuplement et colonisation agricole

52À part quelques dizaines d’indigènes, cultivant quelques hectares de maïs, et à part la venue saisonnière des "ohialeros", la zone était vide jusqu’au démarrage véritable de l’exploitation forestière vers 1940. Les nouveaux colons apparaissent avec la voie ferrée de Campeche, fournissent les entreprises forestières en main d’œuvre ; de nouveaux hameaux grandissent au bord du chemin de fer, comme 5 de Febrero, et surtout Pixoyal, siège des scieries. De ces hameaux partent des pistes, donnant accès aux recoins forestiers, de plus en plus éloignés, où il faut chercher les bois précieux. Au total, 1000 personnes vivent dans la zone étudiée vers 1960, sans compter les nombreux hameaux périphériques pratiquant l’agriculture itinérante.

53Même si cette population est faible, elle a changé notablement le paysage. Elle a en particulier accéléré la déforestation, d’abord en abattant les arbres de seconde qualité, pour approvisionner les trains en bois, puis dans les clairières ainsi créées, en semant l’éternel maïs, "vida del oristiano". Le système de "desmonte, quema, siembra" s’est étendu parallèlement à la voie ferrée, non pas en raison des progrès de la population, mais à cause de l’épuisement des sols ; après deux ans de culture une parcelle est abandonnée. Un processus de destruction de la forêt et de destruction des sols est en marche.

5) utilisation actuelle du sol

54Les 108 chefs de famille de Pixoyal "éjidatarios" possédaient 1100 hectares en 1955, mais ne produisaient que 100 tonnes de maïs par an, soit une récolte assurant â peine un niveau de subsistance. Quelques colons, une dizaine, avaient également acheté des terres à la compagnie latifundiste, et six agriculteurs produisaient à eux seuls 180 tonnes de maïs. Les rendements monétaires par hectare étaient misérables : moins de 300 pesos. La population vivait dans des conditions de logement, d’alimentation et de santé épouvantables : en saison des pluies plus de 30 % de la population souffrait de malaria, et la dysenterie atteignait tout le monde.

55Pour améliorer cette situation les "éjidatarios" demandaient l’attribution de 2200 hectares supplémentaires à prendre sur le latifundio forestier. Abandonnés à eux-mêmes, ces agriculteurs semblent donc condamnés à étendre toujours les superficies arrachées à la forêt, et entrent donc en conflit avec les entreprises exploitant cette forêt.

  • 7 Gordon B, Ross Cornett, op, cité.

56Au total, en 1955, l’utilisation du sol était la suivante7 :

terres cultivées

 : 500 hectares

pâturages

 : 14000 "

forêt

 : 250588 "

dont forêt basse

 : 110588 "

forêt

93000 "

forêt encore

vierge

 : 47000 "

57Pour évaluer le potentiel de cette zone pour une exploitation non forestière, le critère essentiel est celui des sols.

6) utilisation potentielle du sol

58Trois types de sols, toujours minces, peuvent être distingués. Le sol "migajon arenoso Chenche", sol noir de 10 à 30 centimètres d’épaisseur, se développe sous la forêt tropicale, c’est-à-dire sur les collines calcaires ; le drainage y est bon, mais la présence de pierres très nombreuses y rend difficile le travail agricole. D’ailleurs une fois défriché, et en raison des précipitations abondantes de la saison des pluies (plus de 200 mm mensuels de mai à octobre), l’humus est rapidement entraîné, et le sol devient de couleur café et d’une faible productivité. D’une manière générale ces sols, donc toutes les hauteurs, devraient être réservés à la forêt, ou à la rigueur aux pâturages. Cela restreint déjà singulièrement les perspectives de colonisation agricole du Campeche central et du Quintana Roo occidental, où ces sols prédominent.

59Le sol "arcillosa arenosa Ekclum" de couleur café-gris, qui atteint 35 cm, et parfois même près d’un mètre, on le trouve dans les dolines qui accidentent la zone étudiée, sous une végétation de savane ou de forêt basse. Sa fertilité est médiocre, son drainage franchement mauvais ; toutes conditions pour conseiller l’élevage plutôt que l’agriculture.

60Le sol "arcilla roja kancab" enfin, sol argileux jeune riche en oxydes de fer, pauvre en humus, occupe les bas de pentes, avec une végétation de pâturages naturels.

  • 8 Gordon B. Ross Cornett. op. cité.

61Le bilan pédologique est décevant : sur plus de 279 000 hectares, seuls 14 000 hectares paraissent utilisables par l’agriculture8, au bas des pentes, là où s’accumulent les dépôts arrachés aux collines. Mais ces bases de pente, dans une zone karstifiée, ne sont pas contigus : il s’agit de petites superficies de 1 à 10 hectares, très dispersées, ce qui rend très difficile l’introduction d’une agriculture moderne utilisant des machines.

62Les pâturages pourraient être étendus, en empiétant sur la forêt basse et les savanes de fonds de dolines : 56 000 hectares seraient utilisables pour l’élevage, soit un cheptel potentiel de Tordre de 20 à 28 000 têtes de gros bétail.

63Quant à la forêt, elle est très hétérogène. Là où le karst est le plus avancé, à l’Ouest et vers le Nord, la forêt basse, sans intérêt pour l’exploitation forestière, domine ; sur 110 000 hectares de cette forêt, un tiers est transformable en pâtures. La forêt de hautes futaies comprend enfin 93 000 hectares déjà en exploitation, et seulement 47 000 hectares encore vierges. C’est là le domaine le plus fragile, et pourtant le plus attaqué par l’agriculture, qui n’hésite pas à massacrer pour 2100 pesos de bois afin de produire 800 pesos de maïs pendant deux ans, sur un hectare. Elle devrait être réservée à une exploitation forestière rationnelle.)

64Au total on peut donc penser multiplier les terres cultivables par 28, et en maintenant le même rapport population/surface agricole, introduire quelques 27 500 colons, ou mieux quelques 5000 chefs de famille. La densité régionale serait alors voisine de 10 habitants au kilomètre carré, et encore, avec une population de très bas niveau de vie.

7) l’évolution récente

65Depuis 1967, la route goudronnée Champoton-Villahermosa coupe la partie orientale de cette zone forestière. En la parcourant, nous avons pu observer, après Escarcega, vers le Nord, la déformation en cours : le paysage habituel des abattis, des brûlis, des troncs calcinés, se répète sur quelques centaines de mètres de profondeur à partir de la route. Mais ce qui prédomine sur les terres déjà défrichées, ce n’est pas l’agriculture, mais l’élevage. Des ranchs parsèment le paysage, ouvert maintenant. Graminées et troupeaux de zébus ont été introduits.) Cette colonisation par les éleveurs semble être le fait de personnes de Campeche, mais aussi de Mérida. Les cultures ont progressé le long de la voie ferrée, et dans les fonds de dolines ou de vallées aux environs immédiats de Champoton, en liaison avec le développement des éjidos.

66Il existe actuellement dans le Campeche central, non pas un front de colonisation, mais deux bandes de défrichement appuyées sur la route et sur la voie ferrée (trois en comptant la bande côtière couverte de cocotiers). 0n peut s’attendre au défrichement d’une autre bande de forêt, le long de la route Escarcega-Chetumal, achevée Tannée dernière seulement. Dans tous les cas, sauf si une réglementation sévère de la part des autorités gouvernementales était appliquée, de larges portions de la forêt tropicale sont condamnées.’)

67De toute façon, les colonisations agricoles (marginale) et d’élevage (plus dynamique) n’apparaissent pas susceptibles de peupler véritablement un territoire dont les limitations sont inscrites dans les sols.

B. L’ECHEC DE LA COLONISATION DIRIGEE : LES EJIDOS DU RIO CANDELARIA

  • 9 En réalité le projet fut étudié avant 1963, et démarra avec l’arrivée de premiers colons dès la fin (...)

68Pour donner un nouveau départ à la colonisation éjidale, le Département Agraire, dans le cadre de la loi de 1963, décida de lancer plusieurs expériences pilotes, auxquelles on accorda une grande publicité, comme les expériences de Chapacao (Rio Panuco), de Las Choapas (Rio Tonala) dans le Veracruz et celle du Rio Candelaria dans le Campeche. C’est cette dernière entreprise de colonisation dirigée que nous examinons ici.9

69La colonisation le long du Rio Candelaria devait s’opérer dans des conditions totalement différentes de la colonisation spontanée observée dans le Campeche Central. Le projet était officiel et prévoyait :

  1. la création "ex nihilo" de colonies agricoles, et non la simple régularisation d’un état de fait par la création d’ejidos ;

  2. l’immigration à longue distance de communautés homogènes, constituées par des agriculteurs sans terre du Centre et du Nord du Mexique ;

  3. un effort d’encadrement à tous les stades de la colonisation : défrichement, lotissement, mise en culture, vente de la production. Le Departamento de Asuntos Agrarios y Colonizacion était le maître d’œuvre.

I. DESCRIPTION DU PROJET DU RIO CANDELARIA

1) Le choix de la zone à coloniser

70Les autorités agraires choisirent la zone du Rio Candelaria comme cadre de l’expérience de colonisation, dans le sud de l’État de Campeche, entre la Laguna de Los Terminos et la frontière guatémaltèque.

71Trois raisons semblent avoir déterminé ce choix :

  • la zone était vide, aucune implantation humaine antérieure ne compliquant l’établissement de colons ;

  • il s’agissait de peupler une marge frontalière au moment où les autorités guatémaltèques poussaient leurs propres expériences de colonisation agricole le long de l’Usumacinta et vers le haut cours du rio Candelaria ;

  • la pénétration de la zone ne demandait pas de gros investissements dans les moyens de communication ; le rio Candelaria, navigable pour des embarcations de cinquante tonnes, permettait des relations aisées avec Taxe ferroviaire du Sud-Est, qui le traverse à la station "Candelaria".

2) Un milieu naturel assez favorable

72Cette zone sud du Campeche offre des conditions naturelles intermédiaires entre celles du Campeche central et celles du Peten ou du nord-Chiapas. En bordure de la table calcaire du Yucatan, elle possède de meilleurs sols ; en effet la karstification y est très avancée, et un véritable réseau hydrographique s’y est développé, et des précipitations supérieures à 1500 mm par an permettent à la forêt tropicale humide et aux sols forestiers qui lui sont liés d’occuper toutes les élévations du terrain.

73La forêt est du type "subperennifolié" alliant les espèces sempervirentes (comme l’Achras Zapote) à des espèces caduques en saison sèche (d’octobre à mai les précipitations sont inférieures à 200 mm). Deux types de sols, correspondant à deux positions topographiques, peuvent être exploités par l’agriculture : des sols noirs développés sur la roche calcaire des pentes et des collines (tsek’el ak’alche), sous la végétation forestière, qui sont bien draînés ; et des sols de vega particulièrement fertiles, dans les dépressions et le long du rio, qu’enrichissent les limons et argiles déposés par les eaux fluviales au moment des inondations.

74La présence des sols de vega, lourds mais toujours humides permet l’installation d’une agriculture permanente, c’est là un facteur favorable que Ton ne trouve pas dans le Campeche central, où l’agriculture itinérante est la règle.

75Le cours du rio Candelaria, dont la largeur peut atteindre 200 mètres, des dépressions inondables, des savanes prolongeant celles du Tabasco et du Chiapas, contribuent à aérer le milieu forestier et à faciliter la pénétration humaine. Plus arrosée que le reste de l’État, moins chaude que le Peten, cette zone offre des conditions climatiques moins oppressantes pour l’homme que celles de la Lacandonie, et une pluviosité plus favorable à l’agriculture que celle de la région des Chenes. La morphologie plane qui prédomine, est également un avantage : l’émiettement du terroir utile caractéristique du karst yucatèque est évitable ici ; l’emploi de machines lourdes et de tracteurs est possible.

3) Le choix des colons

76Le Département Agraire chercha à recruter les futurs colons, 3900 personnes au total, femmes et enfants compris, dans des régions agricoles en crise. Sa propagande se dirigea en particulier vers la région de la Laguna, les États de Coahuila et Zacatecas, et secondairement vers le Bajio. Le choix de personnes de la Laguna fut sans doute un choix politique : cette région irriguée était en pleine crise économique et sociale, les surfaces irrigables diminuant et les sources extérieures de travail se raréfiant. En effet, le programme des Braceros, qui ouvrait la frontière nord-américaine aux travailleurs agricoles mexicains (de la Laguna en particulier), accueillait de moins en moins de monde, et cessa en 1964. La colonisation de terres chaudes devait permettre d’absorber certains des braceros et des jornaleros du Nord.

  • 10 Dans la Laguna la grande masse des agriculteurs vivent dans des petites villes (San pedro, Ciudad L (...)
  • 11 cf. Angel Bassols Batalla. Visite aux colonies du Rio Candelaria en 1964.

77Dès le départ, les autorités acceptèrent donc l’idée de faire coloniser des terres tropicales humides par des campesinos des régions arides du haut-plateau septentrional ; ceci supposait un effort d’adaptation des colons, habitués à un autre milieu naturel, à un mode de vie de type urbain10, et souvent familiarisés avec la civilisation nord-américaine. Au total, sur les 2810 personnes effectivement installées dans les colonies du Rio Candelaria, 60 % étaient originaires de la Laguna, 20 % du Zacatecas, 10 % environ du Bajio, 7 % des États de Hidalgo, México, San Luis Potosi, et 3 % seulement du Campeche même ou des municipes voisins, du Tabasco11

4) L’implantation des Nouveaux Centres de Peuplement Ejidal

78À l’exception de quelques rares petites exploitations d’ocupantes, le long du Rio Candelaria, la zone d’implantation considérée était vide. Le Département Agraire ne rencontra donc pas de difficultés pour faire occuper ces terres par des Nuevos Centros de Poblacion Ejidal (sept centres devaient être créés).

79L’appropriation des terres ne posa pas de problèmes ; il s’agissait de terres nationales, récupérées auparavant par décret présidentiel sur des latifundios forestiers comme celui de la Campeche Timber Co. Toutes ces conditions peuvent être considérées comme idéales, quand la majorité des projets de colonisation rencontrent l’obstacle d’une population autochtone, de titres de propriété litigieux, ce qui entraîne des formalités d’expropriation, d’indemnisation, et ralentit d’autant les processus de colonisation.

80Six nouveaux centres de peuplement éjidal furent créés et installés, en 1963 et 1964 : en remontant le cours du Rio Candelaria à partir de la station du chemin de fer, on rencontre successivement : Venustiano Carranza (à 7 km), Monclova (12 km plus loin), Estado de Mexico (52 km), Pedro Barranda (12 km), Miguel Hidalgo (13 km) et Nueva Coahuila (7 km). Les centres de colonisation sont étirés sur 103 km et étroitement liés aux rives du Rio.

81Le projet était de faire venir 3900 personnes, et de fait, 700 chefs de famille arrivèrent dans le courant de l’année 1963. Le Département Agraire leur payait le transport et leur accordait un salaire de 10 pesos par jour, plus 30 pesos par semaine pour la famille restée dans le lieu d’origine, ceci pendant la période d’installation.

82Les nouveaux colons se retrouvèrent dans un milieu totalement vierge, sans abris ni terres prêtes à être cultivées.

83Leur première tâche fut de défricher un millier d’hectares de forêt pour planter le premier maïs devant assurer leur subsistance, et d’élever des cases à toit de palmes devant les abriter jusqu’à la construction de maisons, d’écoles, de centres de santé, en dur.

5) La structure agraire et la mise en exploitation

84Le Département Agraire avait attribué environ 5000 hectares à chaque nouveau centre éjidal, mais leur exploitation restait individuelle, chaque colon recevant personnellement 20 hectares ; le surplus de terres devait former un fonds communautaire pour l’élevage ou l’exploitation forestière.

85Dans la réalité les lotissements et l’arpentage furent incomplets et la distribution systématique de titres parcellaires assurant la "posesion ejidal" de chaque parcelle n’eut pas lieu.

86Malgré cette incertitude quant aux limites parcellaires, le défrichement commença, grâce à du matériel lourd prêté par le DAAyC et grâce au travail volontaire des colons ; chaque exploitant reçut ainsi cinq hectares défrichés, en moyenne, soit un quart de sa parcelle. Les autorités offraient une prime de 100 pesos par hectare défriché, chiffre inférieur aux 250 pesos que les colons estimaient nécessaires. Ce dernier montant était d’ailleurs encore insuffisant pour implanter une agriculture permanente ; il aurait fallu non seulement défricher et préparer le terrain, mais aussi drainer les sols de vega et installer un système d’irrigation d’appoint pour la saison sèche sur les pentes et les élévations du terrain. Une telle préparation complète de la terre coûtait 1000 pesos par hectare, et ne fut réalisée que sur de petites surfaces du NCPE de Venustiano Carranza.

  • 12 Au moment de la visite de A. H. Siemens.

87Le défrichement fut incomplet, la préparation du sol rudimentaire, et seuls 2 à 3 hectares étaient cultivés, en moyenne, par exploitant, en 1965.12 La colonisation éjidale avait abouti à la création d’un minifundisme agricole, et la forêt n’avait pas été vaincue.

6) L’apport fédéral

88Le projet de colonisation incluait la remise d’un capital initial et une assistance financière et technique, fournie par le DAAyC, la Secretaria de Recursos Hidraulicos, la Secretaria de Salubridad y Asistencia.

89Le budget fédéral prenait en charge : le salaire des colons ejidatarios pendant la phase d’adaptation (10 pesos par jour), une prime d’installation de 625 pesos par famille, une prime de défrichement (100 pesos par hectare)./Chaque centre de colonisation reçut un camion, une barque ("lancha") â moteur, don de la reine des Pays-Bas, un tracteur, des charrues, du matériel de construction. Pour développer des activités secondaires, une petite centrale électrique diesel fut installée à Miguel Hidalgo ainsi qu’une scierie ; un moulin devait fournir tous les nouveaux centres en farine de maïs. La Secretaria de Recursos Hidraulicos installa six pompes et offrit des machines à coudre ; la Secretaria de Salubridad organisa un "centro de salud" dans chaque village, et un médecin s’établit en permanence à Nueva Coahuila.

90Enfin avec l’aide du Banco Nacional de Crédito Ejidal, une société coopérative de crédit et de vente fut fondée dans chaque centre, avec un capital initial de 10 000 pesos ; il était prévu que la CONASUPO se chargeait d’acheter la production agricole aux prix officiels, et introduisait des articles de consommation courante à bas prix.

91On doit cependant remarquer que tous ces moyens étaient accordés par l’intermédiaire d’autorités locales (de l’Etat) mal coordonnées, et que manquait une véritable assistance technique, d’agronomes non-administrateurs, tout particulièrement.

II. L’ECHEC DE L’EXPERIENCE DE COLONISATION

92Malgré l’effort de "cooperacion" des colons, malgré l’aide fédérale initiale, cette expérience de colonisation doit être considérée comme un échec.

1) Le semi-échec du peuplement

93Un des nouveaux centres de peuplement éjidal ne put être constitué et aucun des six installés ne rassemblait à la fin de 1964 la population initialement prévue (650 personnes environ). Sur les 3900 personnes attendues au total, 2810 seulement s’établirent. La population se répartissait ainsi :

NCPE. de Venustiano Carranza

 :

260 personnes

Miguel Hidalgo

 :

540 II

Pedro Barranda

 :

458 II

Estado de México

 :

525 II

Monclova

 :

600 II

Nueva Coahuila

 :

527 II

94Surpris par le changement de climat, par les difficultés du défrichement, par le manque d’infrastructures, 50 % des premiers colons étaient répartis et avaient été incomplètement remplacés.

95Les conséquences de ce déficit de population, d’hommes en âge de travailler surtout (la famille type comprend un seul homme adulte, sa femme et trois enfants), sont visibles dans le paysage créé par la colonisation. Il y a d’abord disproportion entre la population existante et la taille des "zonas urbanas" : la superficie impressionnante des "plazas" (20 000 m2 à Miguel Hidalgo), le réseau des chemins, les efforts d’embellissement (plantations d’arbres, murettes de ciment, statues), le centro de salud, l’école, correspondent plus au niveau de la bourgade qu’à celui du petit village. L’habitat concentré des éjidos exige des constructions et un entretien qui dépassent les ressources en argent ; et en main d’œuvre des nouvelles communautés. Le résultat, c’est la maleza qui envahit les chemins, les constructions qui se dégradent.

96Autre conséquence du sous-peuplement : sans machines en état de fonctionner, les colons sont en nombre insuffisant pour défricher et cultiver la totalité des terres qui leur ont été attribuées.

2) Une agriculture marginale

97Sur les cinq hectares défrichés en moyenne par colon, deux à trois seulement sont cultivés : la rapidité avec laquelle réapparaissent buissons et arbustes, le lessivage des sols forestiers mis à nu, expliquent cette réduction de la superficie agricole.

98Les sols forestiers des hauts de pente peuvent supporter des cultures avec un rendement moyen pendant trois ans ; il faut ensuite pratiquer une jachère de même durée et défricher à nouveau le "matorral" qui a surgi. L’agriculture n’a pu s’implanter de façon permanente qu’au long du rio, sur les sols de "vega" où l’obstacle de la végétation est moindre, et où les limons alluviaux reconstituent régulièrement la richesse des sols. Deux terroirs agricoles s’opposent donc : celui allongé le long du rio, et celui des collines, où l’agriculture est retournée au stade itinérant, les colons abandonnant leurs parcelles initiales pour s’enfoncer dans la forêt en y ouvrant des clairières par le système de la "voza".

99Dans les deux cas les cultures s’éloignent du centre de peuplement ; les parcelles se trouvent souvent à 5-7 kilomètres des villages, ce qui oblige les colons à faire de longs déplacements, particulièrement difficiles en saison des pluies. L’habitat concentré a ici un rôle négatif.

100Les colons cherchent en premier lieu à assurer leur alimentation, en cultivant maïs et haricot ; mais la taille réduite de leurs parcelles, leur outillage rudimentaire (coa, machete), ne leur permettent pas de consacrer une partie notable des terres à des cultures plus rémunératrices. Les autorités agraires avaient bien pensé implanter des cultures commerciales comme le riz, la tomate, les légumes, les oléagineux, mais le succès d’un tel programme exigeait l’octroi de crédits d’avio, un système de commercialisation, et surtout l’acquiescement des colons. Or, la plupart d’entre eux étaient habitués à une toute autre culture commerciale, le coton. Les autorités n’encouragèrent pas cette culture, qui demande de gros crédits, l’emploi d’insecticides, d’engrais, de machines. Il y eut bien quelques tentatives de culture du riz, d’arbres fruitiers, mais l’absence de drainage des bas-fonds, d’irrigation des hauteurs, de conseillers techniques, de persévérance dans l’octroi des crédits par le Banco Ejidal, découragèrent les colons qui estimèrent plus sûr de se consacrer au maïs. L’échec des cultures commerciales entraîna la banqueroute des coopératives de crédit, et la réduction des rentrées monétaires aux faibles excédents des cultures vivrières.

101L’agriculture des colons du Rio Candelaria ne peut donc être considérée comme pionnière, c’est une agriculture marginale suffisant à peine à la survie des populations implantées.

3) Gaspillage et exploitation

102Un processus cumulatif d’échec, de blocage de l’économie agricole, se mit en place. L’échec des premières cultures commerciales ramenait aux cultures vivrières, l’insolvabilité des sociétés de crédit, ôtait tout espoir d’un nouveau financement.

103L’échec initial des colons amenait les autorités fédérales, par souci de rentabilité immédiate à diminuer leur aide, ce qui diminuait encore les chances d’un renversement de la situation économique.

104Le premier résultat est que les colons n’ont pas amélioré leur niveau de vie par rapport à leur situation de braceros ou de jornaleros. Le revenu per-capita annuel est d’environ 1500 pesos en 1967. Avec ce faible revenu, et surtout avec de faibles disponibilités monétaires, les colons n’ont pas assez d’argent liquide pour faire fonctionner leur capital-machine et pour l’entretenir. Camions, tracteurs, scierie, pompes ont été réduits à l’état de ferrailles. Les colons ne peuvent même pas acheter l’essence nécessaire pour leurs barques motorisées. L’économie des Nouveaux Centres de Peuplement Ejidal est donc paralysée en amont de la production : endettement et insolvabilité ont conduit le Banco Ejidal à couper ses crédits, et le DAAyC à retirer le matériel lourd de défrichement ; aussi bien qu’en aval : sans camions et sans routes, sans barques motorisées fonctionnant, les colons sont isolés et dépendent entièrement d’intermédiaires pour l’écoulement de leurs produits.

105Deux grosses embarcations appartenant à des commerçants remontent le rio deux fois par semaine, vendant des articles de consommation courante, quatre fois plus cher qu’à Ciudad del Carmen, et achetant des produits agricoles à des prix inférieurs aux prix officiels. Si commerçants et prêteurs ont pu développer leurs activités, c’est à la suite de défaillances des organismes publics.

106La CONASUPO n’a pas créé de magasin populaire et n’achète pas les productions éjidales ; la corruption et les malversations règnent, selon les affirmations des colons, parmi les autorités locales. L’embarcation donnée par le DAAyC pour desservir les colonies aurait été accaparée par les dirigeants du Plan Nacional Agrario dans le Campeche ; le Banco Ejidal local a acheté à vil prix le riz et le bois des colons ; le délégué local du DAAyC aurait encaissé des frais d’entretien et de réparation des machines doubles des frais réels, avant d’utiliser ces machines pour son profit.

107Intermédiaires officiels et intermédiaires privés exploitent les colons et captent ainsi une bonne part des investissements réalisés.

4) Le bilan : coût du projet et avenir des colonies éjidales

  • 13 Pour porter un meilleur jugement il faudrait connaître ce qui revient dans l’investissement de 40 m (...)

108A la fin de l’année 1964, le Banco Nacional Hipotecario, le Banco de Obras Publicas et la Secretaria del Patrimonio Nacional firent évaluer les travaux, ouvrages, constructions réalisés dans les colonies du Rio Candelaria. L’évaluation fut de 41,6 millions de pesos, ce qui coïncide avec l’estimation de 40 millions faite par le haut fonctionnaire Victor Manzanilla Schaffer en 1965. Ce coût qui correspond uniquement à la phase d’implantation et de démarrage, s’élève à 64 000 pesos par colon, à plus de 20 000 pesos par hectare cultivé. C’est une dépense énorme, si on la compare non seulement aux résultats obtenus, mais aussi au coût théorique avancé par le gouvernement pour des projets similaires. En 1964, la Banque Interaméricaine de Développement avait été contactée par le gouvernement mexicain pour financer éventuellement la colonisation de terres du Golfe par 24 000 familles. Le financement nécessaire avait été évalué à 20 000 pesos seulement par le colon. Le projet du rio Candelaria aurait donc coûté plus du triple.13

109L’investissement fédéral, jugé insuffisant pourtant par les colons, aurait pu avoir un meilleur rendement. La grande faiblesse de cette tentative de colonisation dirigée semble être précisément un manque de direction ; on note l’absence d’une politique de crédit et l’absence d’encadrement administratif et technique honnête. Aucun effort persévérant n’eut lieu pour rechercher des productions rémunératrices ; en particulier furent ignorées les possibilités de l’élevage dans une zone où des savanes naturelles, des terres inondables ensemençables en pâturages naturels, sont abondantes.

110Le résultat de toute l’expérience est un gaspillage de moyens, et l’établissement d’un peu moins de 3000 personnes dans une situation matérielle médiocre. L’agriculture tend à devenir itinérante, ce qui menace l’équilibre forestier ; usure, commerce et corruption débilitent les nouveaux éjidos.

111Au total, les résultats de la colonisation dirigée ne sont pas, dans ce cas, différents des résultats de la colonisation spontanée observée dans le centre du Campeche.

C. BILAN DE LA COLONISATION RECENTE DANS LE CAMPECHE, SA CAPACITE D’ACCUEIL

  • 14 Déclaration de l’ingénieur Norberto Aguirre, chef du DAAyC, faite le 18 septembre 1970 lors d’une v (...)

112Dans la mesure où il est possible de confondre Réforme Agraire et Colonisation en ce qui concerne le Campeche, la colonisation éjidale a fortement progressé dans le sexennat qui vient de s’achever. Alors qu’en 1960 le recensement éjidal ne comptait que 10 467 ejidatarios possédant des terres, ce nombre a augmenté de 30 % environ sous le Président Diaz Ordaz. Pendant l’administration de ce dernier, 390 928 hectares ont été remis à 3 637 chefs de famille.14

113Parmi les zones de colonisation éjidale, l’une présente un aspect de colonisation stratégique, à la frontière même du Guatémala. Seize éjidos, sans compter ceux du rio Candelaria, ont été créés sur cette frontière, "para proteger esa parte de nuestro territorio", selon les paroles de N. Aguirre. La colonisation éjidale progresse également le long de la voie ferrée du Sud-Est, le statut d’éjidatario venant souvent régulariser une situation d’occupant de terres nationales ou de terres privées.

114En revanche, l’axe actuel de colonisation privée est situé au long de la route nouvellement ouverte, la route péninsulaire ; d’Escarcega au Tabasco, ainsi qu’au voisinage des pistes secondaires comme celle de Palizada ; là se développent les ranchs d’élevage, dans des terres alluviales assez bien drainées ; il ne s’agit pas d’un élevage improvisé et marginal, mais d’exploitations faisant de forts investissements en bêtes de qualité importées du Tabasco, en pâturages nouveaux comme le Guinée ou le Pangola, (ce qui fait passer la capacité d’accueil de 0,2 à 1 bovin par hectare). L’achat d’un petit ranch de 500 hectares représente un investissement foncier de 50 000 à 200 000 pesos au départ.

  • 15 cf. La Economia del Estado de Campeche. op. cité p. 26.

115L’acquisition de bêtes de race, la plantation de fourrages artificiels représentent un investissement encore plus fort. Aussi peut-on distinguer des éleveurs importants, disposant d’un capital accumulé dans le commerce (Mérida) ou dans la pêche à la crevette (Isla del Carmen, Campeche), qui peuvent transformer des superficies de Tordre de 100 hectares minimum, et des petits éleveurs qui pour l’instant ne peuvent aménager qu’une vingtaine d’hectares. Ces derniers sont inclus d’ailleurs dans un plan de développement de l’élevage, entré en action en 1967. Les fonds ont été accordés par l’Alliance pour le Progrès (40 millions de pesos au total) et sont administrés par le Banco Agropecuario, qui en 1968 a distribué 2 000 bovins, 75 reproducteurs et des crédits pour semer 20 hectares (par exploitant) en pâturages artificiels, à 100 petits éleveurs. La production de viande commence à être expédiée au District Fédéral ; le lait de la zone de Palizada peut désormais s’écouler par la nouvelle piste vers Emiliano Zapata, où il est acheté par une industrie laitière.15 (usine de lait condensé de la Nestlé).

116Le troupeau bovin du Campeche est ainsi passé de 84 482 têtes en 1960, à 150 060 en 1968. À condition de conquérir le marché du Mexique Central, donc de concurrencer d’autres régions tropicales plus proches, comme la Huastèque, l’élevage spéculatif a de vastes possibilités dans le Campeche.

117L’avenir de la colonisation agricole est-il aussi brillant ? En 1970 il reste environ 2 000 000 d’hectares de terres à donner à la colonisation éjidale. En s’en tenant à la dotation moyenne du sexennat qui s’achève, soit 107 hectares par ejidatario, on peut évaluer grossièrement à 18 700 chefs de famille (soit quelques 93 500 personnes) la capacité d’accueil de l’Etat.

118Le chef du DAAyC en conclut que "nos presenta la oportunidad de que otros hombres del campo del pais vengan a esta entidad a trabajar una parcela y a servir asi a la nacion".

119Le problème est de savoir si ces nouveaux immigrants éventuels auront le sort des colons du rio Candelaria, deviendront des agriculteurs marginaux, ou bien si au contraire ils pourront pratiquer une agriculture (peut-être même associée à l’élevage comme dans le Quintana Roo) pour la vente ; il n’est pas possible d’introduire dans l’intérieur de l’État des plantations de cocos qui ont si bien réussi sur la côte ; en revanche, des cultures comme le riz peuvent se développer dans les dépressions, au long des rios, comme on peut déjà l’observer autour de Champoton et d’Escarcega.

120Une fois de plus un encadrement de la colonisation, une aide financière et une assistance technique suivies sont indispensables si Ton veut développer en même temps que peupler, mais le choix des productions spéculatives est difficile.

3. MISE EN VALEUR ET COLONISATION DANS LE TERRITOIRE DE QUINTANA ROO

121Le Quintana Roo mérite une étude particulière dans la mesure où la faiblesse de la colonisation agricole passée (322 000 hectares seulement sur 4 108 000 hectares recensés en 1960), et encore plus la faiblesse de sa population (91 044 au recensement de 1970) donnent le caractère de "frontière" à l’ensemble de son territoire. Il est d’ailleurs significatif que c’est là le dernier (avec la Basse Californie du Sud) Territoire Fédéral dont dispose le Mexique.

122Malgré le dynamisme apparent que suggère sa croissance démographique impressionnante (+81,5 % de 1960 à 1970), la "frontière du Quintana Roo est en crise ; elle se trouve au passage critique d’une économie de type traditionnel et extensif à celui d’une utilisation plus intensive de ses ressources.

1) LA STAGNATION DE L’ECONOMIE TRADITIONNELLE

123Depuis sa reconquête sur les tribus maya autonomes, le Quintana Roo vit de ses forêts, qui produisaient encore en 1960 36 % de la valeur de sa production "agro-forestière" (43 % de celle des "ejidos") malgré une crise des activités de cueillette et une stagnation de la production de bois.

a) la crise du "Chicle"

124Le développement de la cueillette du Chicle commença véritablement en 1917 et provoqua un mouvement spéculatif reproduisant en miniature celui du henequen au Yucatan à la fin du XIXe siècle. "Chicleros", "arrieros", employés par des compagnies privées multiplièrent les campements dans l’intérieur du Quintana Roo, ouvrant des pistes muletières et poussant toujours plus profond dans la forêt.

125En 1970, ce sont environ 4 000 campesinos, regroupés en ejidos et en coopératives qui recueillent le Chicle, dont la commercialisation est assurée par le Banco Nacional de Comercio Exterior, la quasi-totalité de la "récolte" étant acquise par la société nord-américaine William Wrigley Jr Co.

  • 16 Moisés Gonzalez Navarro. "Efectos sociales de la crisis de 1929" Historia Mexicana. El Colegio de M (...)

126La production de Chicle connut une première crise pendant la crise économique mondiale : passée de 45 tonnes en 1917 à 2 308 tonnes en 192916, elle s’effondra à 302 tonnes en 1934 ; le prix du quintal s’abaissa de 50 pesos en 1930 à 17,50 pesos en 1932. Cette crise eut pour effet de ruiner définitivement le caciquisme indigène, celui du cacique Francisco May tout particulièrement, qui contrôlait l’exploitation du Chicozapote. Autre conséquence : l’anémie du territoire fut utilisée par l’oligarchie yucatèque qui obtint en 1931 le rattachement du territoire au Yucatan (une partie le fut au Campeche). Ce fut le Président Cardenas qui rétablit l’existence du Ouintana Roo en 1935.

127Après un nouveau boom pendant la deuxième guerre mondiale, la production du chicle est en crise endémique :

  • 17 "El Dia" 11 juin 1969. Déclaration du gérant des coopératives,

1281941 = 2264 tonnes, 1951 = 1016 tonnes, 1959 = 825 tonnes, 1966 = 628 tonnes. Depuis 1962, la Compagnie américaine, utilisant sa position de seul acheteur, n’a pas augmenté son prix d’achat ; d’autre part la concurrence des gommes synthétiques ôte tout avenir à la production de chicle ; il est en outre vraiment paradoxal que la consommation interne de chewing gum du Mexique soit entièrement pourvue par des produits synthétiques de qualité inférieure au produit naturel. Autre facteur de crise, la contrebande intense qui évacue la gomme vers le Honduras Britannique voisin : 200 tonnes s’évanouiraient ainsi chaque année, laissant un manque à gagner de un million de pesos par an, en impôts non perçus ; ceci contribue d’ailleurs à affaiblir les finances des coopératives "chicleras"17.

129Bien que cette exploitation demeure vitale pour les travailleurs la pratiquant (la production était voisine de 11 millions de pesos en 1966), elle est devenue très marginale comme facteur de développement du Quintana Roo.

b) la stagnation de l’exploitation forestière

130L’exploitation forestière proprement dite contribue actuellement à la production du Quintana Roo de manière comparable au Chicle = 10 641 000 pesos en 1966. Elle est localisée dans les zones les plus accessibles : dans le Nord du territoire, au long de la route de Valladolid-Puerto Juarez, et près du municipe de Tizimin ; dans le Sud, le long du rio Hondo qui fournit par flottage une sortie aisée aux troncs abattus. À part les scieries (comme celle de Santa Elena, celle de Bacalar), l’exploitation forestière ne crée pas d’occupation permanente : les campements des "monteras" se déplacent, avec leurs tentes, leurs tracteurs chenillés, à la recherche des bois précieux ; traçant des pistes rendues éphémères par la saison des pluies.

131La production, sensible aux crises mondiales (les bois sont exportés) tomba de 2 375 troncs à 169 seulement, de 1930 à 1932. Après une période de prospérité coïncidant avec la seconde guerre mondiale (44 304 m3 de bois précieux), elle retombe à 22 200 m3 en 1959 et à 15 576 m3 en 1966.

132L’exploitation forestière est d’ailleurs peu rationnelle : elle s’intéresse uniquement ou presque, aux bois précieux, abattant des secteurs entiers de forêt pour en extraire quelques troncs d’acajou ou de cèdre rouge. Les espèces courantes sont peu exploitées. Il existe en outre une opposition ruineuse pour le Quintana Roo entre l’exploitation forestière et l’agriculture. L’agriculture itinérante, particulièrement développée dans la zone de Felipe Carrillo Puerto, détruit chaque année, entre 40 000 et 60 000 hectares de forêt selon les estimations.

c) une colonisation agricole anarchique et marginale

133En 1960 le recensement agricole ne relevait que 5 323 exploitants agricoles pour une superficie totale de 4 108 000 hectares recensés. Ils se répartissaient ainsi :

888

propriétaires privés (dont 547 ayant moins de 5 hectares)

99

fermiers ou métayers

2

colons

762

occupants de terres nationales

3 568

ejidatarios disposant de terres

134La majeure partie des exploitants (81 %) doivent donc leurs terres aux politiques de colonisation officielle. Il faut d’ailleurs noter la disproportion entre la superficie disponible par ejidatario (46 hectares en 1960) et celle aux mains des exploitants "petits propriétaires" (1810 hectares chacun en moyenne). Exploitée individuellement la première superficie permet à peine la pratique de l’agriculture itinérante en raison de la nature du sol (le long de la route Valladolid-Felipe Carrillo Puerto, ouverte récemment, on observait bien que les "bosses" où la roche calcaire affleurait occupaient plus de la moitié de l’espace, les dépressions où s’accumulaient les sols rouges de décomposition du calcaire étant seules à fournir un support à l’agriculture) ; la seconde, elle, permet la pratique de l’élevage.

135L’agriculture pratiquée par les ejidatarios, les membres des communautés maya, les petits colons, repose sur la culture du maïs. Pourtant les rendements sont faibles : si la première année de culture sur des terres vierges permet d’obtenir 1,5 tonnes de maïs (ou de haricot), deux ans plus tard le rendement s’effondre à 500 kg. La culture de la canne à sucre, qui avait eu un certain développement avant la guerre des Castes, a pratiquement disparu. Les techniques modernes de culture qui rendent rentable l’exploitation cannière ne sont pas praticables en raison de l’émiettement des terroirs. De plus le Territoire ne dispose d’aucun ingenio, ce qui renchérirait trop les coûts de transport pour l’industrialisation de la canne éventuellement plantée.

136Les conditions varient légèrement pourtant dans le Territoire : c’est dans le Centre et le Nord que l’agriculture itinérante est pratiquée de manière "sauvage" ; dans le Sud où la karstification est plus avancée, les précipitations plus fortes, où des savanes naturelles occupent les dépressions, beaucoup plus larges que dans le Nord, l’agriculture est un peu plus diversifiée (de petites plantations familiales apparaissent le long du rio Hondo, arbres fruitiers, bananiers...) et surtout c’est là que se localise la zone d’élevage la plus importante, fournissant en lait la capitale du territoire.

137Les plantations de cocotiers, le long des côtes, et surtout dans les îles de Mujeres et de Cozumel, n’occupent pas, loin de là, toute la côte des Caraïbes, et sont régulièrement ravagées par les cyclones, comme le Janet, qui a abattu plus de 150 000 cocotiers en 1955. Il en reste en 1966 environ 350 000 produisant 3 600 tonnes de "cocos" par an.

138Les surfaces consacrées au maïs augmentèrent surtout entre 1945 et 1960, passant de 5 500 hectares à 23 845 hectares. Depuis, la croissance est plus lente (28 000 hectares en 1966) et la production, de 25 000 tonnes par an est à peine suffisante pour la consomnation de la population quintanaroense ; le déficit est total dans les autres productions (sucre, haricot, fruits).

139Le Quintana Roo demeure donc jusqu’à ces dernières années une "frontière" d’agriculteurs marginaux épuisant les sols, ses véritables activités pionnières (chicle, bois) étant en décadence depuis les années 50.

d) population indigène et isolement

140Parmi les facteurs d’échec ou de stagnation de la colonisation dans le Quintana Roo, deux apparaissent au premier plan : l’importance d’une population indigène se tenant 3 l’écart le plus possible des "uaahes", des blancs, selon leurs propres termes, et le cloisonnement de petits espaces colonisés au milieu d’un immense territoire sans véritables communications jusqu’à la fin de la décade 1950-1960

141En 1950, sur une population de 26 996 habitants, 8 300 étaient des indigènes vivant dans le cadre de communautés traditionnelles, sous la direction de caciques locaux. Leur technique agricole très extensive (roza) les oblige à s’éloigner chaque jour de 12 à 16 km de leur village, pour travailler S leur milpa ; les distances entre village et milpa peuvent même atteindre 30 km, mais alors le campesino reste toute la semaine dans le champ défriché, où il construit un abri provisoire.

142Jusqu’aux années 50 ces indigènes refusaient obstinément tout contact avec la "civilisation", représentée d’abord par le maître d’école, arrivé pendant la présidence de Cardenas, et ensuite par le commerçant yucatèque, essayant d’acheter quelques têtes de bétail (élevé à petite échelle dans le monte). Depuis 1950 environ, avec les progrès, des communications, la création de nuevos centros de población, l’immigration de colons venus du Yucatan ou du centre du Mexique, la population véritablement indigène est devenue très minoritaire, et ses contacts avec l’embryon urbain (Felipe Carrillo Puerto, Chetumal) ont augmenté.

143L’isolement géographique n’était d’ailleurs pas particulier aux communautés indigènes ; il y avait une série d’îlots de civilisation, au sens propre du terme : îles de Mujeres et de Cozumel, île de Chetumal entre la mer, le rio Hondo, la lagune de Bacalar, dont les liaisons étaient maritimes ; dans l’intérieur même du territoire, des îles de colonisation agricole ou forestière émergeaient 3 peine de la forêts La faiblesse du peuplement, la dispersion des communautés, rendaient la construction de routes impossible pour les autorités d’un Territoire sans cultures spéculatives capables de les financer. L’opposition avec le Yucatan est intéressante, où c’est la culture du henequen qui créa le réseau ferré le plus dense du Mexique. Sans une volonté politique à l’échelle nationale, les diverses parties du territoire étaient condamnées à l’isolement.

144Avant 1950, pour se rendre par terre de Chetumal au Yucatan, il fallait cinq jours pour gagner Felipe Carrillo Puerto (150 km) en empruntant autobus, barque et mule, puis trois jours’ pour arriver au terminus de la voie ferrée et de la route : Peto (110 km). Chetumal, comme Belize, était un bout du monde.

2) LES FACTEURS DE RENOUVEAU. LA COLONISATION RELANCEE

145Depuis 1960 environ, l’isolement du Quintana Roo a été rompu, des facteurs politiques ont joué dans un sens favorable, la Réforme Agraire a vivifié la colonisation.

a) les nouvelles infrastructures et l’ouverture du territoire

146Les liaisons aériennes furent les premières, après la seconde guerre mondiale, à relier rapidement le Quintana Roo avec l’extérieur. Des avions monomoteurs reliaient Chetumal 3 Merida et Campeche, puis Cozumel à Merida et Chetumal.

147Il existe maintenant deux types de liaisons aériennes : des liaisons à grande distance, du type Mexico-Chetumal, ou même Miami-Cozumel, avec escales, reposant sur les déplacements de commerçants, hommes politiques et fonctionnaires, touristes enfin, et des liaisons par avionnettes qui remplacent les trains de mules, l’avion se posant dans une clairière de la forêt, pour ravitailler le campement forestier ou chiclero, et ramener le chicle.

148Les percées routières sont venues après l’avion, mais ont un impact économique sans commune mesure avec lui. La première piste tracée relia Chetumal, Felipe Carrillo Puerto et Peto. En 1963, lors de notre premier passage par cette voie, la route avait réellement un aspect pionnier : tranchées et abattis étaient tout frais, des clairières de défrichement commençaient à mordre la forêt, des autobus de troisième classe surchargés de passagers, d’animaux, de paquets, mettaient plus de douze heures pour parcourir le trajet de Chetumal à Merida (434 km), traversant villages mayas, campements forestiers et colonies nouvelles d’ejidatarios.

149Mais depuis 1967, la construction de véritables routes goudronnées, s’est accélérée : liaison Val 1 adolid-Puerto Juarez qui communiquait l’Isla Mujeres avec Mérida, ce qui donna une vigueur nouvelle au tourisme draîné par cette île des Caraïbes célèbre pour ses coraux et la couleur émeraude de ses eaux : liaison Peto-Chetumal (goudronnage de la piste) ; route Escarcega-Chetumal, 3 travers le Campeche Central, qui raccourcit de 500’kilomètres les voyages terrestres 3 Mexico, maintenant à 15 heures seulement de la capitale du Quintana Roo ; enfin, liaison Felipe Carrillo-Tulum-Puerto Juarez, qui vient d’être achevée, et longe la côte caraïbe riche en ruines mayas et plages inexploitées.

150Sur ces routes "troncales" des chemins de pénétration se branchent, en liaison avec la colonisation (cf. croquis).

151Toutes ces réalisations routières, qui précèdent la colonisation, sont dues à une volonté politique du gouvernement fédéral ; c’est une conséquence de la mystique de la "Marche à la Mer", dont la route côtière du golfe constitue la colonne vertébrale ; il s’agit aussi de réalisations décidées pour assurer la présence mexicaine au voisinage d’une colonie anglaise qui marche vers l’indépendance (Bélize possède déjà son autonomie), et le long de la frontière guatémaltèque du Peten, où le gouvernement de Guatemala fait avancer son propre réseau routier, qui atteint Tikal et le rio de la Pasión.

152La route doit permettre une mise en valeur complète du territoire, au point de vue agricole et touristique, en facilitant l’accès et le peuplement. Au total le gouvernement fédéral a dépensé ces dernières années 170 millions de pesos dans ces routes, soit 1800 pesos environ par habitant. Le gouvernement fédéral a construit près de 1 100 km de routes (y compris quelques tronçons au Yucatan et au Campeche).

  • 18 Ing. Ramon Lopez Pereza. "La incorporacion del Territorio de Quintana Roo a la red nacional de ferr (...)

153Les liaisons ferroviaires n’existent plus depuis l’abandon des Decauville construits au début du siècle. Le territoire de Quintana Roo retrouve une fois de plus celui de Basse Californie : ce sont les seuls au Mexique à ne pas être reliés au réseau ferré national. Il existe pourtant un Drojet de réseau de chemin de fer Chetumal-Peto, long de 325 km, et qui coûterait 142 millions de pesos, soit un investissement bien inférieur aux investissements routiers déjà réalisés. Parmi les avantages d’une telle réalisation on cite18 : la possibilité d’étendre plantations de canne à sucre (près de l’ingenio de Catmis), l’impact sur les cultures de fruits et légumes de Santa Rosa et du Plan Chac. À notre avis, il est trop lent pour les expéditions de fruits et légumes, et les conditions de sol : ne permettent pas l’extension de plantations de canne modernes.

154En revanche, la justification du chemin de fer trouve un argument beaucoup plus valable dans le développement potentiel d’une exploitation forestière rationnelle. Alors qu’actuellement ce sont les bois précieux qui sont exploités, le chemin de fer permettrait le transport vers des industries du bois de tous les bois courants non exploités. Le potentiel annuel exploitable serait de 3 200 000 m3 ; seuls les transports lourds par voie ferrée sont capables d’évacuer une telle production hypothétique, en l’absence de rivières navigables. Un tel projet suppose cependant un choix : le bois serait écoulé vers le nord (Progreso) ou vers le sud (ce qui suppose la création d’un véritable port) ; le transport serait-il rentable vers le nord ; la construction d’un port serait-elle rentable dans le sud ?

b) l’importance du facteur politique

  • 19 Cité dans "La Economia de Quintana Roo" Coleccion de estudios régionales. Sistema Bancos de Comerci (...)

155"La prospérité du Quintana Roo dépend de son gouverneur. Si celui-ci a une bonne situation politique, s’il peut obtenir un budget qui lui permette de réaliser des ouvrages et de répandre de l’argent parmi la population, le Territoire aura des années de "bonanza". S’il n’en est pas ainsi, il n’y aura qu’"assoupissement et faible prospérité".19

156Le Quintana Roo dépend de la Fédération, non seulement en ce qui concerne la création d’infrastructure mais aussi pour l’injection de revenus : 60 % environ des salaires reçus dans le Territoire sont versés par le gouvernement fédéral, directement (fonctionnaires) ou indirectement (travailleurs des chantiers routiers par exemple).

157Depuis 1966, le Quintana Roo a la chance d’avoir pour gouverneur (désigné par le Président), un politicien influent, "Revolucionario probado" qui a obtenu que le gouvernement fédéral mette en marche un plan de développement social et économique, comprenant en premier lieu la colonisation ("gobernar es poblar"), la réalisation d’un squelette de routes pour soutenir un territoire jusque-là invertébré, une planification du secteur agricole, une politique industrielle et touristique.

158Le budget du territoire s’est ainsi élevé de 27,5 millions en 1967 (dont 32,6 % destinés à ces réalisations). Alors que les rentrées fiscales n’étaient que de 4 millions avant l’arrivée du nouveau gouverneur, elles s’établissent autour de 17 millions en 1970, grâce à une rigueur plus grande.

c) l’orientation nouvelle de la colonisation

  • 20 Déclaration du Gouverneur Rojo Gomez, "El Dia", 15 août 1969.

159Disposant de moyens plus abondants, le gouverneur a également une politique de colonisation nouvelle : "L’intégration du territoire dépendra plus de la structure agropécuaire que de l’exploitation du bois ou du chicle. Nous avons prévu une redistribution de la population agricole, éjidale surtout, et nous allons corriger les erreurs de la colonisation"20.

160Constatant que des 5 millions d’hectares de forêts que possédait le Territoire, il n’en reste plus que 2,5 millions, ce qui est la conséquence d’une exploitation forestière anarchique et de la "milpa que camina", le gouverneur propose que toutes les concessions forestières accordées à des particuliers ou à des compagnies privées soient supprimées, et remplacées par une seule entreprise publique chargée de l’abattage et de l’industrialisation du bois.

161Deuxième innovation, un plan de développement de l’élevage. Malgré sa faible population, malgré l’extension de ses "terres vierges", le Quintana Roo ne possède qu’un troupeau bovin rachitique (malgré des progrès depuis 1960) :

1950

3 891 têtes

1960

7 237 "

1965

34 806 "

162La production animale est inférieure aux besoins locaux, et de la viande est importée du Yucatan. Pour remédier à cette situation, les autorités du Quintana Roo ont commencé à importer 3 000 vaches de bonne race pour la reproduction, et entendent reconvertir les zones forestières saccagées en pâturages.

163Le troisième volet de cette politique, c’est la réorganisation des ejidos en exploitations collectives. Pour éliminer l’agriculture itinérante, pour développer l’élevage, les autorités fédérales et locales ont créé un nouveau type d’ejido associant l’agriculture, l’élevage, l’exploitation forestière, où les ejidatarios travaillent en commun et emploient des techniques modernes. Parmi les ejidos pilotes on peut citer ceux de : Ucun, Ramonai, Allende, Alvaro Obreqon, Cacchoben, Chunhuhub, Xulha.

164Le centre ejidal d’Alvaro Obregon est le village pionnier le plus important ; 10 000 hectares y sont en voie de défrichement. Chaque ejidatario doit posséder à la fin du défrichement 8 à 10 hectares pour l’agriculture/Mais ici l’irrigation à partir de puits, l’emploi de machines agricoles (au lieu de la coa), l’introduction de soja, de sorgho (pour le grain et le fourrage) en plus du maïs, transforment totalement la physionomie classique de l’ejido quintanaroense, La construction d’un chemin a mis Alvaro Obregon à 45 minutes de Chetumal, alors qu’auparavant il fallait huit heures de barque ; la Comision Federal de Electricidad a tendu les lignes électriques, la Secretaria de Educacion Publica fait circuler des "unités culturelles" ambulantes ; le Département agraire paie les frais de transport des colons (qui viennent du Michoacan, de Basse Californie), un salaire quotidien de 10 pesos (ou l’équivalent en aliments), et les frais de défrichement (de l’ordre de 1 600 pesos à l’hectare, soit 16 millions de pesos pour l’ensemble de la zone éjidale).

165Pour que ces investissements publics soient rentables, l’organisation de la production, de la commercialisation, du crédit est indispensable, l’éjido-coopérative de production est une nécessité technique. Les parcelles éjidales doivent être regroupées pour une exploitation mécanisée, les pâturages et forêts sont livrées d’une part au troupeau éjidal, d’autre part au concessionnaire forestier. Des éjidos s’étaient déjà organisés en coopératives pour l’exploitation du chicle, dans les années 50, mais une nouvelle génération d’éjidos collectifs est apparue depuis trois ans. Ainsi en octobre 1968 le chef du DAAyC a remis à Felipe Carrillo Puerto, 89 500 hectares à 867 bénéficiaires. Chaque ejidatario reçut 103 hectares en moyenne, soit 10 hectares pour une agriculture irriguée, et au moins 50 hectares pour des prairies artificielles ; l’éjido collectif, dans ce cas, était à prédominance élevage, la surface remise permettant de faire vivre au minimum 50 bovins par éjidatario.

166La politique gouvernementale de colonisation du Quintana Roo a donc quatre grands objectifs :

  1. la création d’une agriculture permanente, irriguée ; une polyculture associant maïs, oléagineux, plantes fourragères, vergers ;

  2. l’association étroite de l’agriculture et de l’élevage, pour diversifier l’économie éjidale et occuper la totalité du territoire ;

  3. mettre fin à la destruction du milieu naturel, en rationalisant exploitation forestière et agricole ;

  4. créer un état d’esprit nouveau chez les colons-ejidatarios, les coopératives devant développer les responsabilités de chacun.

3) LE POTENTIEL COLONISABLE

  • 21 "Quintana Roo, un desconocido de la patria". "El Dia", 13, 14, 15 août 1969.

167Selon les données les plus récentes dont nous disposons (1969), les plans de colonisation du Quintana Roo estiment que sont exploitables21 :

200 000

hectares pour une agriculture moderne et productive ;

2 000 000

d’hectares pour l’élevage ;

500 000

hectares forestiers non encore exploités ;

1 800 000

hectares forestiers encore exploitables.

168Ce potentiel semble énorme, mais il faut tenir compte des délais nécessaires à une colonisation complète (investissements publics et déplacements de colons n’ont jamais été immédiats), et des grandes superficies de dotation individuelle, pour évaluer l’impact sur le peuplement, dans le court terme.

169D’ailleurs une partie des terres "colonisables" sont déjà appropriées par des particuliers et surtout des éjidos, et ne peuvent servir qu’à absorber les excédents démographiques prévisibles de ces éjidos, non à l’absorption de flux migratoires issus d’autres Etats,

Colonisation récente et colonisation prévisible

170Depuis six ans la colonisation éjidale a fait de gros progrès. En 1970, le bilan du sexannat du Président Diaz Ordaz est le suivant dans le Quintana Roo :

Tableau no 45

total existant

créations 1964-1970

noyaux de peuplement éjidal

166

66

superficies éjidales

2 045000 hectares

327 447 hectares

familles éjidales

12000

3 541

  • 22 "El. Dia", 10 septembre 1970,

171Selon les déclarations du chef du DAAyC22, il resterait encore 2 225 000 hectares susceptibles d’être affectés à la création de nouveaux centres de peuplement éjidal dans le Quintana Roo.

172En supposant que chaque chef de famille reçoive une dotation identique à celle accordée en moyenne pendant le sexennat 64-70, soit 92,4 hectares, ce sont 24 080 familles nouvelles que le Territoire pourrait accueillir, ou encore une population de 120 000 personnes environ.

173Si le potentiel colonisable du Quintana Roo semble lui permettre de multiplier par 2,3 sa population actuelle, et d’absorber des migrants originaires d’autres états, le nombre d’emplois ainsi créés, ce qui compte le plus, restera faible à l’échelle nationale (peut-être 50 000 emplois agricoles) par rapport aux effectifs sans terre (plus de 3 millions) ; d’autre part, du point de vue géographique, les densités de population susceptibles d’être atteintes seront de l’ordre de 6 habitants au kilomètre carré, ce qui demeure très faible et insuffisant pour assurer la rentabilité des routes et autres infrastructures prévues pour l’œuvre de colonisation.

174Sans ressources complémentaires (comme les industries du complexe agricole, le tourisme) il semble douteux qu’une colonisation agricole et animale (2 000 000 de bovins à long terme) diffuse soit suffisante pour soutenir le développement d’organismes urbains capables de capitaliser les richesses créées et d’offrir de nouvelles sources d’emploi.

Tourisme et colonisation

175Déjà développé dans les îles de Mujeres et de Cozumel, ainsi qu’à Chetumal, le tourisme va peut-être transformer la côte orientale du Quintana Roo, de Tulum à Puerto Juarez. La construction de la route Felipe Carrillo Puerto-Puerto Juarez a d’ailleurs été décidée dans ce but, la beauté des plages des Caraïbes et des ruines mayas devant attirer les touristes étrangers (américains) qui volent déjà directement des États-Unis à Cozumel. Mis en garde par l’accaparement de terres éjidales par des spéculateurs, dans l’île de Cozumel, le gouvernement fédéral a décidé en 1970 de déclarer "terres nationales" une frange de 2 km de large, au long de la route Tulum Puerto Juarez ; là seront créés des fonds légaux pour permettre urbanisation, création d’aires de loisir, construction d’hôtels... Un groupe de banquiers et hommes d’affaires (Anibal de Iturbide, Bruno Pag1iai et Manuel Barbechano Ponce) où l’on retrouve la fleur de la bourgeoisie yucatèque, s’apprête à investir dans la construction hôtelière, aggrandissant ainsi leur patrimoine de Cozumel et Isla Mujeres.

176De 1960 à 1967, le nombre d’hôtels est déjà passé de 4 à 26, mais la capacité d’accueil dans les hôtels capables de satisfaire la clientèle nord-américaine, est insuffisante ; toute une infrastructure est à créer, avec ports de plaisance, golfs, piscines et boîtes de nuit, si Ton veut multiplier les 20 000 touristes accueillis en 1968 (étrangers et nationaux).

177La colonisation touristique du littoral peut créer des emplois d’employés, serveurs, transporteurs, restaurateurs, sans compter les parasites du tourisme ; elle peut développer l’industrie de la construction, des commerces et services, accroître les besoins d’eau potable, d’énergie, de communications. Mais elle comporte deux risques : le premier, c’est que l’essentiel des dépenses touristiques soient drainées au dehors du Territoire (et même du pays) par des chaînes hôtelières, des transporteurs ayant leur siège ailleurs ; le second c’est que les nouveaux investissements et services publics ne profitent qu’à une minorité de la société quintanaroense, laissant à l’écart les ejidatarios des franges pionnières agricoles.

Tableau no 46. TABLEAU DE LA POPULATION ACTIVE ET DE L’ECONOMIE DU TERRITOIRE DE QUINTANA ROO en 1967
(cf. primera mesa redonda industrial agropecuaria de Quintana Roo. 1968)

Population totale

= environ 90 000

Population "urbaine"

= 29 % de la population totale

Population active

= 24 800

Secteur primaire

71,4 %

Secteur secondaire

9,2 %

Secteur tertiaire

19,4 % (dont employés publics 13,9 %)

Revenu annuel moyen par personne

= 4 600 pesos (moyenne nationale 6 000 pesos)

Produit brut du territoire

= 527,9 millions de pesos

Taux de croissance 1966-67

= 9,4 % (Mexique = 6,4 %)

Répartition du produit brut

Secteur primaire

= 34,8 %

Secteur secondaire

= 14,5 %

Secteur tertiaire

= 50,7 %

Ventes du Territoire dont

= 185,1 millions de pesos 53,3 exportations vers l’étranger (les produits alimentaires représentent 62 % de ce total et proviennent de Belize et de Panama : poulets, œufs, viande, beurre, jus de fruits)

Ventes au Yucatan et au Campeche

= 17,4 millions de pesos

Achats aux mêmes états

= 56 millions (farine, légumes, matériaux de construction, viande)

Achats des consommateurs dans le Territoire même

= 2,6 millions de pesos (1,6 % seulement des achats du territoire).

Ventes à l’ensemble du Mexique

= 112 millions de pesos (l’essentiel vient des zones libres qui importent des produits étrangers).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE ET SOURCES

B. LA PLATEFORME CALCAIRE DU YUCATAN

1) Les plans de colonisation dans l’Etat du Yucatan

1. "La Economia del Estado de Yucatan"
Coleccion de Estudios Economicos Regionales,
Investigacion del Sistema Banco de Comercio, Mexico, 1969, 72p.

2. "La Industrializacion en el Estado de Yucatan",
El Mercado de Valores. Ano XXVII n
o 29 enero de 1967, 48 p.

3. "La situacion henequenera en Yucatan"
Manuel Mesa Andraca,
Problemas Agricolas e Industriales de Mexico, n
o 2, vol, VII.
Mexico 1955. p. 281-315.

4. "Estudio Economico del Estado de Yucatan".
Gobierno del Estado,
Revista de la Universidad de Yucatan. Mérida, Marzo-abril de 1961. p. 34-50.

5. "Caracteristicas de los Distritos de Riego".
Tomo III. Zonas Centro, Golfo de Mexico y Sur.
Secretaria de Recursos Hidraulicos. Mexico. D.F. 1969. 162 p.

6. "El Plan Chac" (Obra de riego en una region subdesorrallada y de ecologia particular).
Secretaria de Recursos Hidraulicos.
Memorandum tecnico n
o 276. Mexico D.F. 1° de diciembre de 1969. 38 p.

7. Informations quotidiennes agraires et économiques de "El Dia".

2) Aspects de la colonisation dans l’intérieur du Campeche

Campeche Central

8. "La Economia del Estado de Campeche"
Coleccion de Estudios Economicos Regionales. Bancos de Comercio, 1969. 69 p.

9. "El uso del suelo en la region central de Campeche".
Gordon B. Ross Cornett.
Tesis Geografia. UNAM. 153 p.
Sociedad Mexicana de Geografia y Estadistica. Mexico D.F., 1958.

10. Nous avons également traversé cette zone en décembre 1967, et avril 1968, immédiatement après l’ouverture de la route transpéninsulaire, et observé directement la colonisation spontanée en cours.

Rio Candelaria

11. "Dos ejemplos Concretos de Colonizacion del Trôpico Mexicano".
Angel Bassols Batalla.
El Dia. Testimonios y Documentos. 24-25 mai 1965.

12. "New Agricultural Settlement Along Mexico’s Candelaria River. Implications of Commitment to Planning and the Ejido".
Alfred H. Siemens.
Inter-American Economic Affairs 20 (1), été 1966, pp. 23-39.

13. "El exito de Candelaria".
Brochure du Departamento de Asuntos Agrarios y Colonizacion.
1964.

14. Sucesos. 23 décembre 1967.

15. Nous sommes passés dans la zone de colonisation du Rio Candelaria en 1963 et en 1968. Nous avons pu noter alors l’importance de la voie ferrée comme axe de pénétration, et le rôle des stations comme celle de Candelaria, où se concentre l’activité commerciale.

Perspectives de la colonisation

Nous avons utilisé les données contenues dans un discours du chef du Département Agraire, fait à Campeche le 18 septembre 1970, ainsi que le recensement agricole et éjidal de 1960.

3) Mise en valeur et colonisation dans le Territoire de Quintana Roo

16. "Primera Mesa Redonda Industrial Agropecuaria de Quintana Roo". El Mercado de Valores. No 29, 15 de julio de 1968.

17. "La Economia del Territorio de Quintana Roo".
Coleccion de Estudios Regionales.
Investigacion del sistema Bancos de Comercio. México 1969. 48 p.

18. "Efectos Sociales de la crisis de 1929".
Moisés Gonzalez Navarro.
Historia Mexicana. El Colegio de Mexico. Vol. XIX n
o 4 (76).

19. "La incorporacion del Territorio de Quintana Roo a la red nacional de ferrocarriles".
Ing. Ramon Lopez Pereza.
Revista de la Universidad de Yucatan, marzo-abril de 1967. p. 21-26.

20. "Quintana Roo, un desconocido de la patria".
Abraham Garcia Ibarra.
El Dia. 13, 14, 15 août 1969.

21. "Geografia del Territorio de Quintana Roo".
Santiago Pacheco Cruz.
Sociedad Mexicana de Geografia y Estadistica, Mexico D.F. 1958. 310 p.

22. Interviews du Gouverneur Rojo Gomez, et annonces officielles du DAAyC parues dans "El Dia" et "Excelsior" de 1967 à 1970.

Notes

1 L’essentiel des données chiffrées de ce paragraphe proviennent de la monographie "Yucatan" publiée en 1969 par le Sistema Bancos de Comercio de Mexico.

2 Fernando Camara Barbachano, "Colonizacion Interna de Yucatan". Instituto Yucateco de Antropologia e Historia, Instituto Nacional de Antropologia e Historia, Mexico, 1953. 45 p.

3 cf. Colette Gras. Thèse de 3ème cycle sur Mérida et sa région, version préliminaire.

4 Ponencia presentada por la Direccion de Pequeña Irrigacion al VII Congreso Internacional de Riego y Drenaje, celebrado en México D.F, del 14 al 20 de abril de 1969".

5 id

6 "El Dia" 6 novembre 1967.

7 Gordon B, Ross Cornett, op, cité.

8 Gordon B. Ross Cornett. op. cité.

9 En réalité le projet fut étudié avant 1963, et démarra avec l’arrivée de premiers colons dès la fin 1962.

10 Dans la Laguna la grande masse des agriculteurs vivent dans des petites villes (San pedro, Ciudad Lerdo…),

11 cf. Angel Bassols Batalla. Visite aux colonies du Rio Candelaria en 1964.

12 Au moment de la visite de A. H. Siemens.

13 Pour porter un meilleur jugement il faudrait connaître ce qui revient dans l’investissement de 40 millions de pesos, à un apport du gouvernement fédéral et à un apport d’outils et d’économies personnelles.

14 Déclaration de l’ingénieur Norberto Aguirre, chef du DAAyC, faite le 18 septembre 1970 lors d’une visite dans le Campeche.

15 cf. La Economia del Estado de Campeche. op. cité p. 26.

16 Moisés Gonzalez Navarro. "Efectos sociales de la crisis de 1929" Historia Mexicana. El Colegio de Mexico. vol. XIX, no 4 (76) Abril-juino 1970.

17 "El Dia" 11 juin 1969. Déclaration du gérant des coopératives,

18 Ing. Ramon Lopez Pereza. "La incorporacion del Territorio de Quintana Roo a la red nacional de ferrocarriles" Revista de la Universidad de Yucatan. Marzo-abril 1967, p. 21-26.

19 Cité dans "La Economia de Quintana Roo" Coleccion de estudios régionales. Sistema Bancos de Comercio, Mexico 1969, p. 17.

20 Déclaration du Gouverneur Rojo Gomez, "El Dia", 15 août 1969.

21 "Quintana Roo, un desconocido de la patria". "El Dia", 13, 14, 15 août 1969.

22 "El. Dia", 10 septembre 1970,

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search