Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Troisième partie. Exemples régionaux de colonisation récente

A. Bassins fluviaux et deltas du Veracruz et du Tabasco

Texte intégral

1Drainage, récupération des fonds de vallées, défrichement et irrigation complémentaire sur les interfluves sont les deux axes de développement possible, et partiellement réalisé des bassins fluviaux (du Papaloapan, du Panuco) et des grands deltas (Chontalpa, delta de l"‘sumacinta). Une politique de colonisation moderne dans ce milieu naturel particulier dominé par le problème des inondations d’une part, du déficit hydrique saisonnier d’autre part, doit consacrer de gros investissements aux infrastructures hydrauliques. Dans le cas du bassin du Papaloapan, défrichements et construction de gros ouvrages, depuis trente ans, ont eu lieu à la périphérie de zones de colonisation plus ancienne ; on peut donc distinguer dans ce bassin une "frontière" d’un "arrière" qui bénéficie des travaux réalisés dans les zones de peuplement moins dense. En revanche dans le second cas étudié, celui de la Chontalpa, défrichement et aménagement hydraulique sont menés conjointement dans un même espace, déjà moyennement peuplé ; dans ce cas le réaménagement l’emporte sur la colonisation (dans l’acceptation étroite de ce terme.

1. LE PAPALOAPAN ET L’ISTHME DE TEHUANTEPEC=UNE "FRONTIERE"

2Le bassin de Papaloapan couvre 46 517 km2 répartis inégalement entre les États de Veracruz, Oaxaca et Puebla. Il englobe au nord la zone de Orizaba-Cordoba, à l’ouest la grande vallée intérieure du Oaxaca (à ne pas confondre avec la "Vallée de Oaxaca") depuis Tehuacan jusqu’à Ixtlan de Juarez, la sierra Madre de Oaxaca et une partie de la Mixtèque, à l’Est les contreforts des Tuxtlas ; nous n’avons retenu de cet espace que le Bas-Papaloapan, les terres chaudes, à l’exclusion de la ligne urbanisée du Nord ; mais nous y avons ajouté le pays des collines de l’Isthme de Tehuantepec et tout le Veracruz sud-oriental.

a) Le milieu naturel et les points d’ancrage du peuplement

3L’espace du Bas Papaloapan et de l’Isthme veracruzain est une bande de bas pays-vallées, terrasses, plaines et collines de moins de 200 mètres d’altitude - allongée du Nord-Ouest au Sud-Est, entre l’alignement de la Sierra Madre de Oaxaca et une côte répulsive formée successivement de cordons de dunes anciennes et modernes, du massif volcanique des Tuxtlas, du delta marécageux du rio Coatzacoalcos. Cette bande, ce trapèze Tierra Blanca-Alvarado-Coatzacoalcos-Jesus Carranza, s’étend sur 250 km de long, sur 60 à 150 de large.

4Les nuances régionales entre formes de relief, entre sols, entre régime et volume des précipitations, entre végétations naturelles, opposent une zone septentrionale et centrale à une auréole périphérique, un croissant dont les branches remontent vers le nord-ouest.

5Au nord et au centre, du rio Branco au rio Playa Vicente et à San Juan Evanaelista, les formes planes dominent : plaines de piémont (zone de Tierra Blanca), vallées et terrasses du Papaloapan, du rio Playa Vicente, plaine de confluence de San Juan Evangelista. Située en arrière d’une inflexion de la côte du Golfe, à l’abri du massif volcanique des Tuxtlas, ce "Sotavento" reçoit un volume de précipitations nettement inférieur à celui de Veracruz ou de l’Isthme = moins de 1500 mm par an. De même le régime des pluies y est très irrégulier, et la saison sèche bien marquée.

Répartition des pluies à Tuxtepec (limite de la zone)

Répartition des pluies à Tuxtepec (limite de la zone)

6Les pluies ne suffisent pour les cultures que de Juin à Octobre, sauf dans les vallées où la nappe phréatique est toujours proche du sol. Mais sur les terrasses, piémonis et interfluves une irrigation complémentaire est nécessaire, et permet alors d’obtenir de 2 à 3 récoltes par an.

7Les sols et la végétation varient en fonction des moindres nuances du relief et des précipitations. Les rios sont bordés de levées aux sols limoneux, les sols de vegas ; marécages, sols hydromorphes et savanes occupent les lits d’inondation ; des sols latéritiques à horizon induré apparaissent sur les piémonts que recouvrent des savanes arborées (le "brushland" de Winnie), des sols latéritiques moins évolués, sur le matériel plus grossier, assez perméables favorisent même l’expansion de chênaies (quercus oleoides) ; la belle forêt tropicale à Terminalia Amazonia ou à Bromisum, caractéristiques de la zone plus méridionale, de l’Isthme, ne forment qu’une frange sur les premiers alignements de petite montagne plus arrosée (zone du barrage Aleman et Tuxtlas).

8Dans la seconde zone, celle de l’Isthme, des Tuxtlas et du piémont des sierras de Juarez et Mixes, un paysage moutonné domine : collines d’Acayucan, de Jesus Carranza, petits plis anticlinaux et bas-plateaux calcaires disséqués de Valle Nacional, rebord des coulées volcaniques des Tuxtlas. Les vallées des rios Trinidad, La Lana, Uspanapa, Coatzacoalcos sont moins larges que celles du nord.

9Partout les précipitations sont supérieures à 2000 mm, et permettent le développement de la forêt tropicale : forêt ombrophile aux confins du Tabasco, forêt sempervirente partout ailleurs, sauf au cœur de l’Isthme, où la dégradation des précipitations, la présence de sols calcaires, font surgir la forêt tropicale décidue.

10Le Caoba, le Cedro, le Chicozapote étaient fréquents dans la forêt sempervirente naturelle ; les seuls espaces ouverts de cette zone se limitaient au delta marécageux du Coatzacoalcos.

11La zone septentrionale était finalement de pénétration plus facile que celle du sud ; forêt dégradée ou savanes n’opposaient que peu d’obstacles à l’occupation humaine. Seule la nature des sols et leur localisation étaient adverses : les meilleurs sols, le long des rios, sont soumis régulièrement à de vastes inondations, les sols indurés et les sols trop perméables des piémonts sont d’une fertilité médiocre et la saison sèche en exclut les cultures permanentes.

12Dans le sud, la forêt forme obstacle à l’occupation humaine, mais ses limites ont, semble-t-il, bien reculé : entre Tuxtepec et San Juan Evangelista des savanes se sont étendues dans des zones pourtant à l’abri des inondations, par progrès des exploitations d’élevage, puis des cultures itinérantes. Mais à long terme c’est la fragilité des sols forestiers, aggravée par le caractère pentu de la morphologie, qui est l’obstacle principal à une occupation dense.

13Après l’élimination des populations indigènes, ou leur reflux au moment de la colonisation, à la suite des épidémies, et des progrès du troupeau bovin, les espaces ouverts du Papaloapan ont été accaparés par quelques grandes estancias de ganado, tandis que des populations s’ancraient à la périphérie. Le massif des Tuxtlas, malgré ses pentes, mais grâce à des sols fertiles de roches volcaniques, a constitué un môle de peuplement indigène puis métis ; les sierras de Zongolica, de Juarez, Mixes ont formé une seconde ligne de peuplement indigène en altitude. Mais les plaines et collines de l’espace intermédiaire et de l’Isthme sont restées vides jusqu’à la moitié du XIXe siècle. Grandes propriétés d’élevage extensif, et forestiers remontant les fleuves Coatzacoalcos et Uspanapa pour chercher les bois précieux demandés par l’Europe occupaient ce territoire de façon très lâche.

b) La première vague de colonisation

14Les prémisses d’un démarrage d’une véritable colonisation pionnière, qui conquiert de nouvelles terres, peuple mais aussi spécule et emploie des techniques modernes, sont discernables dans le Papaloapan dès la décade 1860-1870. Les planteurs espagnols et cubains chassés par la révolte de 1868 s’établissent dans le Valle Nacional, la culture du coton se répand et fait du Veracruz le premier État mexicain pour cette production. Des entreprises agricoles spéculatives achètent des terres aux latifundistes pratiquant l’élevage.

  • 1 cf. Maurice de Périgny, "Les Etats-Unis du Mexique". Paris, 1911.

15Mais c’est dans la période porfirienne, de 1872 à 1910 que le changement s’accélère ; grâce à la pénétration du chemin de fer, à l’établissement d’une navigation fluviale à vapeur. Le chemin de fer de Mexico à Veracruz fonctionne en 1873, puis la bretelle vers le sud, par Tierra Blanca et Tuxtepec est construite ; le chemin de fer de l’isthme de Tehuantepec (cf. IIe partie. Les facteurs moteurs de la colonisation), dont la construction débute dès 1878, est achevé en 1894. Une compagnie de navigation fluviale fait des voyages réguliers entre Alvarado et Tuxtepec.1

  • 2 cf. Moisés Gonzalez Navarro. "La colonizacion en México 1877-1910" México, 1960. p. 24.

16Grâce aux nouvelles facilités de communications, grâce aux lois nationales de colonisation (sur les "terrenos baldios" en 1883), à des lois particulières de l’État de Veracruz (l’une d’entre elle en 1882 diminue de 5 pesos par famille de colons installée les impôts des hacendados, et leur accorde des primes2, deux types de spéculations transforment la physionomie et la structure agraire du Sotavento et de l’Isthme : des haciendas de plantation colonisent les bonnes terres des vegas ; de nouveaux latifundios accaparent les terres isthmiques en spéculant sur leur développement futur.

17Le premier type de colonisation provoque des migrations et un peuplement de la région du Bas Papaloapan mais la spéculation foncière de l’Isthme, si elle fait surgir de nouvelles propriétés, ne les peuple pas.

Les progrès de l’agriculture de plantation : les haciendas

  • 3 cf. "Los Zapotecos de Choapan. Oaxaca". J. de la Fuente. Anales del Instituto Nacional de Antropolo (...)

18Dans la seconde moitié du XIXe siècle s’amorce un mouvement de colonisation des terres chaudes du Papaloapan et de l’Isthme dans le cadre d’haciendas spéculatives. Plusieurs cycles de cultures de plantation se succèdent. À la suite de la crise de la production cotonnière nord-américaine, provoquée par la guerre de Sécession, des haciendas cotonnières se constituent dans les "bajos" de Tuxtepec et de Playa Vicente ; des maisons commerciales s’établissent à Tuxtepec même, et le coton descend le Papaloapan avant d’être embarqué à Tlacotalpan vers Veracruz et l’étranger.3

19À partir de 1875 un cycle du café et du tabac succède à celui du coton : partant de la zone de Cordoba, le café conquiert les Sierras, mais pénètre également dans les terres basses des partidos de Cosamaloapan et d’Acayucan ; les plantations de tabac se développent dans les Tuxtlas et surtout dans le Valle Nacional (Oaxaca). Enfin dans les années 1900 la canne à sucre est la grande culture de plantation du Sotavento ; haciendas et ingenios du sucre colonisent la zone du Papaloapan.

  • 4 cf. "Problemas Demograficos y Agrarios", p. 302. Moisés T. de la Peña. Problemas Agricolas e Indust (...)

20Ce développement d’un nouveau type d’hacienda semble le fait d’étrangers. Ce sont des espagnols et des cubains qui créent la majorité des fincas de tabac du Valle Nacional ; ce sont des américains qui achètent en 1906 des terres dans la zone de Loma Bonita (Oaxaca) et y introduisent la culture de l’ananas ; c’est la "Modelo Pla ntation Co" qui vers la même date installe une grande plantation d’héveas dans l’Isthme, au cœur de la selva4 ; ce sont enfin des compagnies françaises qui créent de grandes haciendas sucrières dans la zone de Tierra Blanca et près de Cosamaloapan.

  • 5 1 piastre = 1 peso = 5 francs-or de l’époque.
  • 6 cf. M. de Périgny. op. cité. et Pierre Arnaud. "L’émigration et le commerce français au Mexique" Pa (...)

21Les nouvelles haciendas recherchèrent des situations privilégiées en ce qui concerne les communications : elles s’établirent soit le long de grands rios navigables, soit à proximité des nouvelles voies ferrées qui pénètrent les terres chaudes après l’ouverture de la voie Mexico-Veracruz en 1872. La compagnie française "El Paraiso Novillero", fondée aux alentours de 1900 occupait une portion de la rive gauche du rio Papaloapan, entre Tuxtepec et Cosamaloapan. Son capital imposant de 1 400 000 piastres5 lui permit d’acquérir et d’installer dix kilomètres de voie ferrée reliant El Paraiso Novillero à la ligne de Cosamaloapan ; elle construisit une sucrerie produisant 4000 tonnes de sucre par an, et planta plus de 50 000 héveas. Cette compagnie produisait du sucre, du caoutchouc, du café et pratiquait l’élevage sur une grande échelle. Le sucre, ainsi que les bovins étaient exportés soit par la voie ferrée, soit par le Papaloapan, non seulement vers Mexico, mais également vers Cuba et même les États-Unis6.

22D’autres haciendas-plantations françaises s’établirent auprès des voies ferrées : "san Alejo" sur le chemin de fer Mexico-Veracruz, "El Carizal" sur la ligne Cordoba-Tierra Blanca ; d’autres encore sur les rives du rio Obispos, comme les exploitations "Los Angeles" et "Loma Bonita". (6) Outre les communications, le problème majeur rencontré par les nouvelles haciendas était celui de la main d’œuvre insuffisante ou totalement absente. En 1865, le ministre de Fomento déclarait que la zone du Papaloapan, aux si grandes possibilités sucrières, était déserte. : "actualmente esos fertiles terrenos estan incultos y cubiertos de malezas, sirviendo unicamente de abrigo a los malhechores" (cité par Moïses T. de la Pena, p. 134). Ce ministre soulignait l’abandon des plantations de canne à sucre de la région de Cordoba après la libération des esclaves !

23Les hacendados cherchèrent à attirer la main d’oeuvre nécessaire particulièrement déficitaire au moment de la zafra, en offrant des salaires élevés, susceptibles de provoquer des migrations. Dans les années 1880-1890 le salaire d’un peon dans les "bajos" de Veracruz était en moyenne de 0,5 à 1 peso, parfois même de 2 ou 3 pesos, alors que le peon ne gagnait que 20 centavos dans la sierra Zapotèque ou Mixe, que 18 centavos dans le Bajio. Ces salaires plus élevés furent un élément décisif pour susciter des migrations d’abord saisonnières, puis définitives. Au mouvement pionnier des haciendas correspond un mouvement pionnier de peones.

Saisonniers, hacienda-villages et communautés nouvelles

  • 7 grana = la cochenille.

24Quand le coton fut introduit dans les "bajos" de Playa Vicente, les zapotèques de la zone de Choapan commencèrent à fournir les jornaleros de la "pizca". Quand le café, le tabac, la canne à sucre prospérèrent, la migration s’amplifia. Les zapotèques de Choapan, les Mixes, les Chinantèques, les zapotèques de la Sierra descendaient vers l’Est attirés par les salaires. Dans la Mixtèque la migration saisonnière commença à la même époque, mais demeura de faible amplitude jusqu’à la ruine du marché de la grana7, grande ressource de la Mixteca Alta. À la fin du XIXe siècle les mixtèques des municipes les plus évolués migraient régulièrement pour la zafra.

25Peu à peu beaucoup de jornaleros ne retournèrent pas dans le Oaxaca et restèrent dans le Veracruz. Sur les terres des nouvelles haciendas, mais aussi sur des terres vierges ils établirent leurs milpas. En effet, la concentration de jornaleros entraîna une demande de maïs, et l’extension de cette culture, comme complément des cultures de plantation.

  • 8 cf. "Los Zapotecos de Choapan, Oaxaca". J. de la Fuente.

26Deux types de villages se répandirent alors : le village lié à l’hacienda, réunissant les peones acasillados, au cœur même de la zone de colonisation agricole. Ce type de village existait déjà auprès des haciendas d’élevage extensif. Les peones avaient le droit de cultiver pour leur compte une parcelle prise sur les terres de l’hacienda. Un autre type de village apparut également, sur les marges des zones de colonisation, reconstituant des communautés semblables aux communautés des zones d’émigration. Ainsi dans la zone de Choapan (Oaxaca) des villages comme ceux de Tepinapa, Jocotepec, Lalana essaimèrent des rancherias et des congrégaciones dans les "bajos" de Playa Vicente ; un village comme Santiago Yaveo fut la source de plusieurs colonies dans les “bajos" du rio de la Trinidad.8

La colonisation foncière : constitution de latifundios dans l’Isthme de Tehuantepec

27Les années 1883 et 1884 donnent le départ d’un mouvement de colonisation dans l’Isthme de Tehuantepec : la loi de 1883 donne aux "Companias Deslindadoras" toutes facilités pour s’approprier les terres réputées vacantes, et la voie ferrée unissant Puerto Mexico (Coatzacoalcos) à Salina Cruz est inaugurée en 1894. S’appuyant sur cette nouvelle voie ferrée, sur le rio Coatzacoalcos, et spéculant sur d’hypothétiques voies ferrées devant unir le Veracruz au Tabasco, plusieurs dizaines de compagnies constituent une écharpe de latifundios, de Puerto Mexico au voisinage de Juchitan.

28Parmi les nouveaux propriétaires on relève les noms du ministre le plus célèbre de Porfirio Diaz (José Yves Limantour), de l’associé du gouvernement mexicain dans la construction des ports de Coatzacoalcos et Salina Cruz : le sujet anglais Pearson, qui devient propriétaire de vastes terres sur le Golfe du Mexique. On trouve également des américains, déjà latifundistes dans le Nord, comme Hearst, ou propriétaires d’entreprises à Mexico, comme la maison Sanborn. Mais les compagnies et sociétés anonymes sont les plus nombreuses, américaines pour la plupart : la Rock Island Co, la Nebraska Co la St Paul Development, la New York Lumber Co...

29Les nouveaux latifundios sont d’emblée énormes : la Mexico International Land Co détient 32 500 hectares, la Mexico American Land Co 40 500, la J.E. Henry and Sons Company 90 000. Et le mouvement de concentration de la terre se poursuit : ainsi en 1908 la Real Estate Companv of Mexico achète 10 2305 hectares à un certain Alejandro de Gyves et 30 691 hectares à Sr Thomas H. Moorlich ; en 1908 elle achète 5 115 hectares à Leopoldo Gout ; cette compagnie poursuit ses achats jusqu’en 1927, et se retrouve à la tête de 152 195 hectares.

30Les compagnies latifundistes spéculaient sur le chemin de fer, et pensaient à l’exploitation forestière, à la création de plantations de café, d’hevéas, ...

31Mais la Révolution mexicaine, puis la crise économique mondiale, la décadence du chemin de fer de Tehuantepec après l’ouverture du canal de Panama, découragèrent les investissements étrangers dans l’Isthme, et les latifundios gelèrent jusqu’aux années 1950 de vastes territoires qui demeurèrent inexploités.

32Au total il y eut appropriation d’espaces vierges, mais non pas colonisation réelle.

c) La colonisation depuis 1920-1930

33Après la période des troubles révolutionnaires, et jusqu’en l947, la colonisation prend un second élan :

  • La Réforme Agraire, appliquée très tôt dans la région du Papaloapan, multiplie les éjidos qui transforment des terres en friches en zones cultivées ; puis la politique de création de nouveaux centres de peuplement éjidal crée une nouvelle auréole d’éjidos sur le pourtour forestier de la région, dans les pays de collines.

  • La grande propriété, qui se divise pour échapper à la répartition des terres, et introduit des techniques productives dans des secteurs autrefois très extensifs comme l’élevage donne naissance à une génération de moyennes exploitations.

  • L’amélioration du réseau ferré, la construction de routes permettent l’expansion de cultures de plantations exigeant une évacuation rapide vers le marché de consommation ou les lieux de transformation : canne à sucre, ananas.

  • Enfin les découvertes de champs pétrolifères dans le Tabasco et l’est de Veracruz réhabilitent la région de l’Isthme, affaiblie par l’échec du chemin de fer transisthmique de Tehuantepec.

34La conjonction de ces forces mobilisatrices de main d’œuvre transforme le Veracruz en État pionnier qui attire des migrants venus des hautes terres mais aussi du Golfe lui-même.

351. La Péforme Agraire dans le Papaloapan est en réalité une colonisation. En effet les grands propriétaires gardent le choix des terres qu’ils entendent conserver ; ils conservent le siège des exploitations et les meilleures terres ; d’ailleurs la loi leur permet de conserver jusqu’à 300 hectares de plantations et le jeu des lotissements factices entre parents, beaucoup plus. Dans la pratique les éjidos recoivent les marges des grandes propriétés, voire des friches et des pâtures. Ceci se traduit par l’extension des cultures vivrières, mais aussi des cultures spéculatives. En effet tous les ingenios, qui sont de propriété privée dans cette zone, ont une aire d’approvisionnement garantie par la loi, où les éjidatarios et petits exploitants privés doivent faire de la canne. Ainsi dans la zone de Cosamaloapan et de San Cristobal 74 éiidos furent constitués de 1921 à 1950, et leur population (ainsi que celle des moyennes propriétés subsistantes) passa de 45 000 personnes à 30 000 dans la même période. Ces éjidos et les propriétés privées issues du fractionnement des grands domaines, comme les terres libres abondaient le long du Papaloapan, ont préféré étendre les superficies cultivées en canne plutôt qu’accroître notablement les rendements. 27 000 hectares étaient cultivés en canne S sucre en 1953 dans la zone de San Cristobal, contre 1 500 hectares seulement au début du siècle (d’après nos évaluations), et les éjidatarios à cette date consacraient 19 000 hectares à la canne (soit près de la moitié de leurs labours).

36Dans les régions de collines et dans l’Isthme, qui ne présentaient pas les mêmes facilités de mise en valeur, les éjidos créés étaient du type marginal, "rusticos". Ce sont d’abord les éjidos des haciendas-villages et des peones acasillados, comme ceux qu’a visités Siemens dans les années 60 ; éjido de Corral Nuevo, près d’Acayucan, créé par des peones d’une hacienda expropriée après vingt-neuf ans de conflits (1927-1956) et où les cultures vivrières (1,5 hectares cultivés par exploitant) n’ont pu céder la place à la culture plus rémunératrice de la canne qu’après la régularisation définitive de la tenure de la terre, en 1956 :

37éjido de Cosoleacaque, près de Minatitlan, où une communauté Popolaque a récupéré des terres perdues sous le Porfiriat, et sème quelques 2 000 hectares de maïs et haricots (3 hectares par exploitant).

38Enfin ce sont les Nuevos Centros de Poblacion Ejidal, qui se sont multiplié dans la "frontière" (partie orientale des Tuxtlas, zoned d’Acayucan, de Playa Vicente et San Tuan Evangelista. Ces nouveaux éjidos correspondent soit à une colonisation par des immigrants (comme celui d’Abasolo del Valle près de Playa Vicente, dont les colons viennent de la région de Cordoba), soit à l’expansion des communautés déjà présentes avant la Réforme Agraire : celles du lac de Catemaco envoient ainsi des colonies défricher les versants du volcan San Martin. Le grand axe de développement de ce type d’éjidos est la nouvelle route partant de Las Choapas et plongeant vers le sud, parallèlement au rio Uspanapa le long duquel s’étaient établies des exploitations privées. Cf croquis ci-après.

392. Création d’une moyenne propriété privée agricole, et modernisation des exploitations d’élevage.

40En 1910 43 grandes haciendas et 549 ranchos représentaient la grande propriété dans le sud-est du Veracruz. En 1950 le nombre des moyennes et grandes exploitations privées (plus de 50 hectares) étaient de 3 056. Ces moyennes et grandes exploitations privées avaient quintuplé, et transformé les anciennes formes d’utilisation du sol.

  • 9 cf. José Attolini. "La ganaderia en la cuenca del Papaloapan". Investigacion Economica. tomo VIII, (...)
  • 10 en 1962, 15 % des exploitations d’élevage avaient plus de 500 has, 60 % de 50 à 500 has, 25 % moins (...)

41Le latifundio d’élevage, groupant plusieurs dizaines de milliers d’hectares, s’était déjà transformé dans les années 20 : l’introduction du bétail zébu, et celle de nouveaux pâturages (guinée sur les terrasses et piémonts, para sur les terres basses inondables), faite en 1923 dans la région d’Acavucan, gagna toute la zone et atteignit Tesechoacan, sur le Papaloapan, en 19399. Le coefficient "de agostadero était multiplié par ? ou 4 (2,5 têtes de bétail par hectare de para), ce qui permettait l’intensification de l’élevage. Sous la poussée de la Réforme Agraire les latifundios d’élevage se divisèrent, et la majorité des éleveurs ne possèdent que de 100 à 500 têtes de bétail (mais les propriétés de 1 000 à 3 000 hectares sont encore courantes10. Les éleveurs affectés par la Réforme Agraire n’ont pas tout perdu : ils louent les pâturages que les éjidatarios ne peuvent cultiver. Les propriétés d’élevage sont souvent dédoublées, et localisées alors l’une dans les terres inondables, l’autre dans les piémonts : il y a transhumance du bétail, qui se nourrit du para des terres basses pendant la saison sèche, et monte sur le Piémont en saison des pluies. Les éjidos, oui n’ont pas cet avantage, sont handicapés pour pratiquer l’élevage, et préfèrent louer leurs terres de pâture. Ceci est vrai pour le Bas-Papaloapan, mais ne l’est pas pour l’Isthme ou des éjidos de la région d’Acavucan utilisent en pâturages pour leur propre troupeau les savanes naturelles et les défrichements forestiers.

42L’autre type d’exploitation privée, c’est l’exploitation agricole : plantation de 300 hectares de canne à sucre le long du Papaloapan, exploitation de 100 hectares associant la plantation de bananiers à l’élevage laitier pour les villes, pseudo petites propriétés de 300 hectares regroupées sous un même administrateur en une hacienda de 1 300 hectares, pratiquant des cultures vivrières, la culture de la canne à sucre et l’élevage pour la viande, (cas observé car Siemens au nord d’Acavucan).

  • 11 cf. Siemens, op. cité.
  • 12 cf. J. Ballesteros. "La colonizacion en la Cuenca del Papaloapan". p. 39.

43Quant à la petite exploitation familiale (3 907 exploitations privées de 5 à 50 hectares en 1950) elle correspond à la colonisation individuelle ou à celle de colonies officielles, menée par des personnes disposant d’un petit capital (habitants des villes, immigrants métis du Oaxaca dans le cas de la colonie "Loma Bonita" près d’Acavucan11, ou militaires comme dans la colonie "Gomez Aleman" près de Nuevo Ixcatlan12.

44Ces petits exploitants pratiquent en général une agriculture assez rudimentaire quant aux techniques, (pas de mécanisation ni d’engrais chimiques ; mais emploi d’engrais verts et de rotation de cultures) mais diversifiée, avec un secteur pour la vente : les colons de la colonie "Independencia" (12) cultivent maïs pour leur consommation, et canne à sucre pour un ingenio qui fournit les crédits nécessaires ; la colonie "Las Conchas", sur le rio Coatzacoalcos (11) cultive du maïs, mais a planté des orangers et élève du bétail pour la viande et le lait, deux lignes de production entièrement destinées à la commercialisation.

45Le secteur minifundiste privé (exploitations de moins de 5 hectares), encore important en 1950 (42 % des exploitations privées) avec 4 982 minifundios, est en constante régression (3 500 en 1960, soit une diminution de 30 %). Siemens a observé que ce secteur était plus particulièrement concentré autour des agglomérations (ce serait un héritage des parcelles allouées aux peones des haciendas et des communautés autonomes) ; le minifundio correspond aussi aux parcelles des communautés indigènes descendues des sierras du Oaxaca. C’est là un secteur marginal du point de vue spatial (0,5 %) et du point de vue économique.

463. Le développement des plantations est étroitement lié au réseau ferré et routier. Les deux principaux axes de cette croissance sont la ligne et la route longeant le Panaloapan, de Tuxtepec à Tlacotalpan d’une part, la voie ferrée Tuxtepec-Loma Bonita-Villa Azueta-Rodriguez Clara d’autre part. (Cf. IIème partie : les facteurs moteurs).

47Le long du premier axe c’est la canne à sucre qui s’est étendue, sous 1’impulsion de l’ingenio géant de San Cristobal. L’ingenio contrôle le crédit, et organise son espace par l’intermédiaire de 14 zones d’intervention ; il fournit le matériel de levage (grues) et de transport à l’époque de la zafra, recrute les jornaleros nécessaires, encadre éjidatarios et propriétaires privés en leur fixant calendrier de culture, en leur fournissant machines et engrais. L’ingenio fonctionne comme une super exploitation régnant sur plus de 60 000 hectares et 8 000 producteurs.

48Le grand développement de la zone canière a eu lieu après la construction de la "Presa Aleman", qui a permis d’utiliser de nouvelles terres le long du Papaloapan. Oepuis 1950 la surface cultivée en canne est passée de 30 000 â 60 000 hectares ; mais la production de, 108 000 tonnes de sucre en 1953, de de 240 000 tonnes en 1967, s’effondra en 1970 à 150 000 tonnes seulement, la société d’exploitation étant au bord de la faillite (elle jugeait le prix du sucre, fixé par le gouvernement, au-dessous du prix de revient).

49L’ingenio et ses filiales, avec 750 millions de pesos de capital, 1 000 employés et techniciens, 1 000 ouvriers, est une entreorise "Dionnière" contrôlant 8 000 exploitants et employant 20 000 saisonniers pour la zafra. Son poids économique et social est tel que le gouvernement a décidé d’en faire une entreprise nationalisée, en juin 1970, pour éviter les troubles qu’aurait provoqués une faillite financière, et pour relancer la production.

50Dans le cas de Loma-Bonita, on voit se dérouler le même enchaînement de causes et d’effets : les plantations médiocres d’ananas, essayées dès 1806 par des américains, ranimées dans les années 40 par l’installation de petites conserveries, n’ont pu démarrer qu’après 1950 : une nouvelle route, la reconstruction de la voie ferrée, l’emploi de wagons réfrigérés permettent l’évacuation d’ananas frais ; les conserveries éjidales et privées concluent des contrats d’approvisionnement avec les marques américaines de conserves de fruit, et les conserveries locales prennent un nouvel élan. Dans cette zone du Oaxaca et du Veracruz les superficies récoltées en ananas sont ainsi passées de 549 hectares en 1925 à 2 200 en 1940, 4 900 en 1950 et près de 10 000 en 1970. Ce oui est remarquable c’est que la plupart des plantations appartiennent à des éjidos.

514. Les noyaux pionniers du pétrole ont enfin transformé le delta du rio Coatzacoalcos. Les gisements pétrolifères des confins du Tabasco (La Venta, Ixhuatlan) étaient connus avant la Révolution, mais n’ont été vraiment exploités qu’après la nationalisation des pétroles, en 1938. Depuis cette date un gros effort d’investissement a été réalisé, non seulement dans l’exploitation des gisements et la construction d’oléoducs, mais aussi dans le stockage et la pétrochimie. Une raffinerie a été installée à Minatitlan, un complexe industriel (Pajaritos) de la pétrochimie créé à Coatzacoalcos, grand port d’évacuation du pétrole et du soufre de l’Isthme. Ces deux noyaux urbains ont attiré une population d’immigrants (cf. 1ère partie, et 5ème partie : les villes pionnières), et le marché urbain ainsi développé a servi de catalyseur à la colonisation de ranchs d’élevage laitier entre Acayucan et Minatitlan.

52On peut constater les progrès de la colonisation en regardant deux documents :

a) un tableau comparatif de la structure agraire dans le sud du Veracruz, en 1950 et en 1960

Tableau no 32

1950

1960

variation

exploitations privées

11 945

18 301

+ 53,2 %

-de 5 hectares

4 982

3 500

-29,8 %

+ de 5 hectares

6 963

14 801

+ 112,5 %

no d’éjidos

572

635

+ 11 %

éjidatarios

-(°)

42 155

superficies privées

2 425 271 hect.

2 691 200 hect.

+ 10,8 %

- de 5 hectares

11 940

° 479

-20,6 %

+ de 5 hectares

2 413 331

2 681 721

+ 11,1 %

superficies éjidales

435 387

638 796

+ 46,7 %

(°) donnée non disponible.

53Ce tableau souligne le progrès des éjidos et du nombre d’exploitations familiales, moyennes et grandes. Dans le seul Bas-Papaloapan les superficies cultivables sont passées de 206 584 hectares en 1950 à 372 409 en 1960 (dans le même temps la superficie forestière diminuait de 138 000 hectares).

b) le croquis "axes de colonisation dans le S.E. du Veracruz"

  • 13 A. Siemens. "Recent spontaneous settlement in southern Veracruz, Mexico. The development of an unti (...)

54Ce croquis localise une zone de colonisation en cours de consolidation, correspondant au Sotavento et aux noyaux pionniers urbains du pétrole, constituée d’un archipel de zones de cultures, se développant le long des voies de communication et autour des villes ; sur le pourtour de cette zone fondamentale et ancienne de la colonisation se développe ce que Siemens appelle "an untidy frontier"13, C’est un croissant de terres appartenant â des colonies privées installées de 1946 à 1962, entre lesquelles se glissent éjidos et communautés indigènes.

55On retrouve dans cette localisation de la "frontière" agricole le croissant de collines et de forêts qui différenciait le sud du Veracruz du cœur du Sotavento, plus ouvert.

Tableau no 33. STRUCTURE AGRAIRE ET MISE EN VALEUR DANS UN MUNICIPE DΕ COLONISATION SEXAGENAIRE (Cosamaloapan) ET DANS UN MUNICIPE DE LA "FRONTIERE" (Playa Vicente) EN I960.

EXPLOITATIONS MISE EN VALEUR

COSAMALOAPAN

PLAYA VICENTE

+ de 5 hectares

1. no d’exploitation

732

747

2. superficie totale

37. 151 hectares

163. 406 hectares

3. taille moyenne

120

218

4. superficie arable

35. 365

44. 240

5. % 4/2

41 %

27 %

6. superficie cultivée

13. 900 hectares

6. 037 hectares

7. % 6/2

16 %

4 %

3. pâturages

35. 691 hectares

27. 337 hectares

9. valeur du bétail

20,2 millions

12,2 millions

10. valeur des machines

18,2 millions

1 1,6 millions

11. production en pesos

26,3 millions

9 8,4 millions

12. culture no 1

10. 007 hectares (canne)

3. 737 hect. (maïs)

13. culture no 2

2. 125 hectares (maïs)

1. 053 hect. (riz)

- de 5 hectares

1. ………

30

2

2. ………

104 hectares

10 hectares

Éjidos

1. no d’éjidos

52

24

Ibis. no d’ejidatarios

2. 642

1. 419

2. ………

33. 016 hectares

17. 042 hectares

3. ………

15 hectares

12 hectares

4. ………

13. 039 hectares

3. F77 hectares

5. ………

47 %

50 %

6. ………

14. 791 hectares

5. 938 hectares

7. ………

33 %

34 %

3. ………

10. 962 hectares

3. 754 hectares

9. ………

11,3 millions

12,5 millions

10. ………

5,8 millions

0,8 millions

11. ………

24,9 millions

12,5 millions

12. ………

6. 665 hectares (canne)

3. 420 hect. (maïs)

13. ………

5. 337 hectares (maïs)

234 hect. (riz)

note : pour la culture no 2 on n’a pas retenu le haricot, qui complète traditionnellement la culture du maïs.
source : Recensement agricole et éjidal de 1960. Etat de Veracruz.

d) La planification de la mise en valeur : la commission du Papaloapan ou l’avortement de grands projets

56De 1920 à 1947 la colonisation dans la zone du Papaloapan s’était faite sous l’impulsion de pionniers (entreprises en sociétés, ou individus) et de demandeurs de terres dans le cadre de la Réforme Agraire. Les secteurs de colonisation moderne restaient étroits, il n’y avait pas de plan d’ensemble de peuplement et de développement.

57À partir de 1947 un organisme officiel est chargé d’un aménagement ambitieux du bassin du Papaloapan, fait un gros travail d’infrastructure, puis doit réduire son rôle faute de crédits, faute d’une priorité dans la politique d’investissements hydrauliques.

58Quelles ont été les réalisations de cet organisme, quel rôle a-t-il joué dans le mouvement de colonisation constaté dans le Veracruz et l’Oaxaca, quel serait le coût d’une relance de ses activités (et quel est le coût de l’absence de réalisations) ?

La création de la Comision del Papaloapan

59Les projets d’aménagement du bassin du Papaloapan sont nés de la conjonction de la grande idée de la "Marche à la Mer" du Président Camacho et des terribles inondations de 1944.

60En 1944 le Papaloapan et ses affluents sortent de leurs lits, inondent 470 000 hectares, submergent toutes les agglomérations entre Tuxtepec et Alvarado ; Tuxtepec est détruite à 75 %. Ces inondations sont provoquées par des pluies exceptionnelles s’abattant sur le haut bassin, et par l’envasement du cours mineur du Papaloapan et de son débouché dans la lagune d’Alvarado. C’est là la conséquence directe de la pression démographique dans les hautes terres de la Mixtèque et des sierras de Oaxaca, qui entraîne la surexploitation des versants par une agriculture prédatrice, et l’érosion des pentes.

  • 14 "El Papaloapan, obra del Presidente Aleman. 1947-1952". S.R.H. p. 35.

61Après une visite du Président Camacho un décret proclama : "El Ejecutivo Federal, despues de acudir al alivio de las necesidades inmediatas que son perceptibles en la region dormificada, considéra que se debe estudiar, planear y acometer la construcaion de obras que pongan a salvo las vidas y los intereses de los ribereños del Papaloapan, y sentar las bases para que toda la comarca se desarrolle con la potente economia que permiten vaticinarle las caracteristicas del clima, la feracidad de las tierras y la laboriosidad de los pobladores".14

62La Commission Exécutive du Papaloapan, dépendance autonome de la Secretaria de Recursos Hidraulicos, possédant son budget propre, son personnel, est créée en 1947. La même année le Président Aleman visitait les ouvrages de la T.V.A. nord-américaine. Le rapprochement était immédiat : l’aménagement du Papaloapan, nouvelle Tennessee Valley, serait l’œuvre spectaculaire du nouveau Président.

1.. Objectifs et infrastructures réalisées

63Le projet du Papaloapan avait sept objectifs :

  1. mener une campagne d’assainissement du bassin ;

  2. développer l’agriculture et l’élevage par le drainage et par l’irrigation d’appoint ;

  3. augmenter la production nationale d’énergie électrique ;

  4. contrôler les crues, éviter les inondations ;

  5. créer de nouveaux centres de peuplement et améliorer les conditions de vie de ceux existant déjà ;

  6. faire du Papaloapan un fleuve navigable comme il l’était (au début du siècle) avant son envasement ;

  7. ouvrir de nouvelles voies de communications.

64Par ses objectifs de développement, de peuplement, d’aménagement, ce projet constituait le premier essai d’introduire dans le Tropique Humide les méthodes qui avaient réussi dans le Nord-Ouest semi-aride et aride. L’ampleur de ses visées et son démarrage rapide ne sont probablement étrangers en outre à l’origine des Présidents Aleman et Ruiz Cortines, tous deux natifs du Veracruz.

65a. La campagne d’assainissement fut un succès ; la croisade contre le paludisme menée de 1947 à 1956 à grand renfort de D.D.T., la construction de systèmes d’eau potable pour lutter contre la propagation des maladies à virus et contre la dysentrie, les vaccinations massives contre la variole, le traitement et l’extirpation de l’oncocercoque changèrent l’état sanitaire de la région, surtout dans les localités les plus importantes, comme celles des rives du Papaloapan.

66b. Les projets de la Commission en ce qui concerne la construction de barrages régulateurs de crues, générateurs d’énergie et réservoirs pour l’irrigation, prévoyaient 2 barrages principaux : la Presa Aleman sur le rio Tonto, la Presa Cerro de Oro sur le rio Santo Domingo, et 10 ou 11 barrages secondaires (sur les rios 31anco, Grande, Caionos, Manso, Lalana, Trinidad) : l’alignement de vallées longitudinales coincées entre deux ondulations anticlinales du piémont de (la Sierra de Oaxaca devait se transformer en une succession de lacs de barrage, de Tlacotepec au nord à Juquila Mixes au sud. Mais la Commission n’a pu construire que deux de ces barrages, la Presa Aleman, d’une capacité de 3000 millions de m3, et sa centrale Temazcal, d’une puissance installée de 150 000 ΚW, et le petit barrage du Rio Blanco.

67c. La protection contre les inondations exigeait pourtant la construction des barrages sur le Santo Domingo, mais la Presa Cerro de Oro n’est toujours pas construite ; d’autre part les "bordos", les digues en aval des barrages, si elles ont été achevées sur la rive gauche du Papaloapan (113 km de digue routière de Tuxtepec à Buenavista), la plus développée du point agricole, restent incomplètes sur la rive gauche (50 km construits de Tuxtepec à Chacaltianguis) et surtout le long du rio Playa Vicente.

68Le projet initial, voulait mettre 570 000 hectares à l’abri des inondations ; ils ne le sont pas comme on l’a vu en 1969.

69d. Outre les 570 000 hectares à récupérer et à drainer, 220 000 hectares devaient être irrigués (dont 170 000 grâce à la Presa Aleman). En 1970 le district de riego du Rio Blanco avec 13 140 hectares irrigables (contre 30 000 prévus) et la zone de pompage du rio Tonto avec ses 2000 hectares représentent 6 % seulement des réalisations projetées.

70e. La construction d’une infrastructure routière fut la partie du plan dont les objectifs furent le mieux atteints.

71Alors qu’en 1947 en dehors des voies ferrées, il n’y avait pas de réseau routier digne de ce nom, la Commission lança trois axes principaux pour désenclaver le Bas Papaloapan, chaque axe se ramifiant latéralement en routes et chemins de pénétration ; c’est là certainement l’élément déterminant dans la croissance agricole et la reprise de colonisation spontanée constatées après 1950.

Tableau no 34. Les infrastructures routières dans le Bas-Papaloapan

Km

construits en 1962

construits en 1967

axe TINAJAS-ALEMAN-ACAYUCAN

235

155

toujours à construire le tronçon Acayucan-Isla

axe Alvarado-Tuxtepec

353

353

axe Tehuacan-Tuxtepec

270

205

liaison inachevée

routes et chemins de pénétration

1 363

total

2 031 km

72Dans l’ensemble, de l947 à 1960, la Commission du Papaloapan avait investi 926,8 millions de pesos, dont le quart pour la Presa Aleman, et seulement 73 millions pour la colonisation proprement dite. (Cf. tableau des investissements ci-après). Malgré ces investissements l’œuvre restait très inachevée.

2. La colonisation : une expérience marginale

73Outre l’irrigation de 220 000 hectares (ce qui aurait profité à 22 000 ou 11 000 exploitants selon la taille des parcelles attribuées), la Commission prévoyait l’ouverture d’un million d’hectares à la colonisation, grâce à son œuvre routière et hydraulique, dont 450 000 hectares jamais utilisés pouvant accueillir plus de 200 000 personnes.

74Mais la colonisation prise directement en charge par la Commission fut très marginale par rapport aux courants spontanés et à la colonisation éjidale :

753000 familles indigènes (11 300 personnes sur un total de 22 000) chassées par le lac de la Presa Aleman, furent réinstallées (reacomodo) sur des terres neuves, et 500 familles de colons (privés ou éjida tarios) immigrés d’autres régions du Veracruz (zone de Cordoba), du Oaxaca et même du Durango, reçurent de nouvelles terres vendues par la Commission. Au total une vingtaine de nouveaux centres de peuplement furent créés, dans les zones de Naranjos (entre Tierra Blanca et Ciudad Aleman), de la Joya (entre Tuxtepec et Playa Vicente) de Nuevo Ixcatlan et Cihualtepec (sur les rios La Lana et Trinidad), enfin de Michapan (au nord d’Acayucan). (cf. également IVe partie : les colonisations indigènes).

76La Commission gui dirigea ces expériences de 1950 à 1957, dut arrêter la majorité de ses opérations de crédit, par suite de ses difficultés budgétaires après l960, ce qui entraîna l’échec d’expériences de cultures spéculatives (tabac, riz...) dans la plupart des colonies, qui se retournèrent vers les cultures vivrières traditionnelles, et qui perdirent même une partie de leur population, découragée.

  • 15 cf. "La colonizacion en la cuenca del Papaloapan. Una evaluacion socio-économica", op. cité.

77En 1967, lors de la visite de J. Ballesteros, M. Edel et M. Nelson15 deux colonies étaient représentatives de l’issue de la colonisation : Resumidero et La Joya.

78Dans le cas de La Joya, les familles issues de la zone inondée par la Presa Aleman, 360 réparties en 7 éjidos sur 7 724 hectares, reçurent de mauvaises terres, de petits lots de 5-6 hectares. En 1961, 400 des 1.031 personnes installées émigrèrent et en 1967 30 % des colons avaient abandonné cette zone en raison de la médiocrité des rendements, de l’isolement, de l’abandon où les laissait la Commission. À Resumidero, où les conditions d’encadrement et de crédit furent tout aussi mauvaises et dans la colonie voisine d’Independencia, un noyau de colons a surmonté la crise en demandant des crédits à des par ticuliers et à un ingenio : Resumidero fait du riz, Independencia de la canne à sucre. La réussite de ce noyau de colons tient peut-être à leur statut primitif ; il s’agissait de petits commerçants ou de propriétaires (du Durango) disposant au départ d’un peu de capital et de l’expérience de l’effort individuel.

79L’effort de colonisation de la "Comision del Papaloapan" peut mieux être mesurée dans une zone précise de la "frontière", comme celle des rios Trinidad et Lalana. Dans cette zone le peuplement et le défrichement directement imputables à l’effort de la Commission représentent seulement la moitié du peuplement pionnier et 15 % des défrichements, liais l’effet, indirect, dû à la construction de 77 km de routes et de chemins par la Commission fut capital : ceci facilita l’installation d’éjidos et de propriétaires privés qui, à leur tour, construisirent des bretelles de raccordement au réseau existant.

Tableau no 35. ZONE DES RIOS TRINIDAD ET LALANA EVOLUTION DE LA COLONISATION 1953 - 1967

Tableau no 35. ZONE DES RIOS TRINIDAD ET LALANA EVOLUTION DE LA COLONISATION 1953 - 1967

(tableau établi à partir de diverses données de "la colonizacion en la Cuenca del Papaloapan)

80L’effet d’entraînement de l’ouverture de nouvelles terres par la Commission est certain ; il revient finalement moins cher pour les finances publiques de dépenser 100 000 pesos par kilomètre de chemin de pénétration et d’attirer huit nouvelles personnes dans la zone de la frontière, plutôt que de dépenser ces 100 000 pesos, et 48 000 pesos supplémentaires pour mal installer huit colons (famille comprise). Infrastructures routières créées par l’État et colonisation spontanée privée (individuelle ou communautaire) semblent le moyen le plus économique d’occuper les terres neuves de l’Isthme et du Papaloapan.

81La Commission a apparemment tiré cette conclusion, puisqu’elle ne prévoit pas dans ses plans postérieurs à 1960, des opérations de colonisation sous sa direction ; la seule exception concerne les futurs périmètres irrigués, qui ne peuvent être laissés à une colonisation spontanée et anarchique.

3. Les projets actuels, l’obstacle du financement

82Depuis les présidences de A. Lopez Mateos et G. Diaz Ordaz, le bassin du Papaloapan a perdu son statut privilégié dans les investissements dans le Tropique Humide ; les investissements annuels y sont tombés de 66 millions de pesos entre 1947 et 1960, à 22 millions entre 1961 et 1964, à 25 millions entre 1965 et 1967. Cette chute du budget de la Commission a paralysé les programmes hydrauliques, ralenti les constructions routières.

83En 1964, profitant du changement de Président, la Commission proposait un plan de six ans (1 964-1 970) insistant sur l’irrigation dans la zone de Tuxtepec-Loma Bonita, et de manière générale sur une intensification de la production dans les zones déjà colonisées plutôt que sur de nouvelles conquêtes de terres sans cesse plus périphériques. (cf. tableau des investissements). La colonisation tendait à se transformer en aménagement avec irrigation, semblable à celui poursuivi dans la Chontalpa (Tabasco). Grâce à l’intensification de la production, la parcelle irriguée d’un éjidatario devait porter des récoltes de deux à trois fois plus abondantes, et procurer un revenu de l’ordre de 3D ODD pesos par an (pour une parcelle de 10 hectares), soit 3,5 fois plus que le revenu initial. (cf. tableau du passage de l’agriculture traditionnelle à l’agriculture moderne, zone de Tuxtepec). Mais le nouveau gouvernement préféra consacrer ses investissements lourds à la Chontalpa.

84En 1970, un nouvel effort est fait auprès du candidat à la présidence, L. Echeverria : reprenant les plans initiaux (plan de 15 ans 1962-1976, plan de six ans 1964-1970), la Commission demande un investissement de 5 000 millions de pesos, pour régulariser définitivement les crues, installer une puissance hydroélectrique de 326 000 kW, drainer 207 000 hectares, irriguer 150 000 hectares.

85La décision qui n’a pas encore été prise, dépend des ressources du gouvernement (et des prêts internationaux) et d’une décision politique : accorder à une région des investissements aussi lourds, c’est en priver une autre ; ici intervient donc le poids relatif des régions dans les centres de décision de México. Toutefois un fait nouveau devrait paradoxalement favoriser le Papaloapan : les inondations de 1969 ont ravagé la rive gauche du Papaloapan, aux digues inachevées, détruit pour 7 millions de pesos de routes, endommagé les plantations de canne à sucre et d’ananas, fait fuir entre 35 000 et 40 000 personnes vers Alvarado. Des pluies moyennes de 2 300 mm tombées du 30 août au 15 septembre ont donné au Papaloapan un débit de 4 400 m3 par seconde ; la nécessité de construire les barrages et digues prévus dès 1947 a été ainsi démontrée.

CONCLUSION

86Depuis 1947-1950, que ce soit sous l’impulsion de la Commission du Papaloapan, sous celle des nouveaux éjidos, ou des exploitations privées, le sud du Veracruz est devenu la grande zone pionnière du Mexique tropical humide.

87La superficie récoltée dans cette zone a presque doublé de l950 à 1960, la valeur de la production a décuplé de 1947 à 1960, montrant l’intensification de l’économie agricole et de l’élevage. Bas-Papaloapan, Sotavento, Isthme ont gagné près de 50 000 agriculteurs, entre 1950 et 1960, soit environ 31 000 par le jeu de la croissance naturelle, et 13 000 nar immigration, ce qui représente au total une population agricole nouvelle (travailleur et sa famille) de l’ordre de 150 000 personnes. La colonisation est donc une réalité.

Tableau no 36. COUT ET PROFIT POUR L’EXPLOITANT, DU PASSAGE DE L’AGRICULTURE TRADITIONNELLE A L’AGRICULTURE MODERNE. ZONE DE TUXTEPEC.

Tableau no 36. COUT ET PROFIT POUR L’EXPLOITANT, DU PASSAGE DE L’AGRICULTURE TRADITIONNELLE A L’AGRICULTURE MODERNE. ZONE DE TUXTEPEC.

note = café, canne et ananas ne sont pas cultivés actuellement de manière traditionnelle, d’où les progrès moindres que l’on Drévoit pour les rendements.
source: "Programa de Desarrollo del Baio Papaloapan".

Tableau n° 37. IRRIGATION ET MODERNISATION AGRICOLE : TRANSFORMATION D’UNE PARCELLE DE 10 HECTARES CULTIVES ET DU NIVEAU DΕ VIE DE LA FAMILLE QUI EN VIT

Tableau n° 37. IRRIGATION ET MODERNISATION AGRICOLE : TRANSFORMATION D’UNE PARCELLE DE 10 HECTARES CULTIVES ET DU NIVEAU DΕ VIE DE LA FAMILLE QUI EN VIT

Bénéfices : avant modernisation, déficit de 1 673 pesos (°) après modernisation, bénéfice de 29 310 pesos
Source : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan".
(°) ce déficit apparent signifie que l’exploitant, en ne cultivant pas sa parcelle, mais en louant sa force de travail, aurait gagné 1673 pesos de plus qu’i1 n’en a gagné effectivement.
Le revenu type de la famille de six personnes, vivant exclusivement de cette parcelle de 10 hectares, augmenterait de près de 31 000 pesos, ce qui est énorme, quand on sait que les dépenses annuelles de cette famille (coût de la vie) sont à l’origine de 3400 pesos seulement.
La transformation des parcelles permettrait à la fois un progrès du niveau de vie, mais aussi des investissements, et également un accroissement des impôts et taxes collectés.

Tableau no 38. LES INVESTISSEMENTS DE LA "COMISION DEL PAPALOAPAN" 1947 - 19701) STRUCTURE DES INVESTISSEMENTS : 1947 - 1960

Études préliminaires

30,8 millions de pesos

Ouvrages d’hydraulique

333,3

dont Presa Aleman

210,4

Routes, communications

233,1

Développement agricole

35,9

Déplacement de population (reacomodo)

38,0

Autres "actions sociales" (électrification, lutte contre le paludisme)

70,5

Administration, équipements

123,7

TOTAL :

926,8

moyenne annuelle

66,2

Autres investissements publics dans le bassin : 600 millions.
Source : "Planificacion integral de la Cuenca del Papaloapan". p. 19.

2) INVESTISSEMENTS DE LA PERIODE 1961 - 1964

Total des investissements de la Commission :

90 millions

moyenne annuelle :

22,5

Autres investissements publics :

200 millions

Source : "Programa de desarrollo del Rajo Papaloapan". o. 137.

3) PLAN D’INVESTISSEMENT DE SIX ANS ET REALISATION PARTIELLE 1965-1370

Drainage, irrigation, projet Tuxtepec

335

moyenne annuelle

55,8

investissement annuel moyen réalisé de 1965 à 1967

25,2 (°)

Routes et chemins Tinajas-Acayucan

25

Eau potable, 53 localités

30

Développement agricole

34,9

Développement de l’élevage

39,1

Développement industriel

6,0

Administration, imprévus

53,5

TOTAL :

524

moyenne annuelle :

37,3

Sources : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan". p. 129
et (°): Anuario Estadistico de Los Estados Unidos Mexicanos 1966-1967, D. 410.

4) INVESTISSEMENTS NECESSAIRES POUR L’HYPOTHETIOUE "PROYECTO DE LA CUENCA DEL PAPALOAPAN" (1971 -... ?)

TOTAL :

5 000 millions de nesos

Source : projet présenté au candidat à la présidence par la S.R.H., le 27 janvier 1970,

Tableau no 39. L’IMPACT DE LA COLONISATION DANS LE BASSIN DU PAPALOAPAN : ACCROISSEMENT DE LA SUPERFICIE ET DE LA PRODUCTION AGRICOLES

Tableau no 39. L’IMPACT DE LA COLONISATION DANS LE BASSIN DU PAPALOAPAN : ACCROISSEMENT DE LA SUPERFICIE ET DE LA PRODUCTION AGRICOLES

Source : "Planificacion Integral de la cuenca del Papaloaoan" et pour les évaluations de la production () : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan".

CROISSANCE PAR SECTEURS DE LA PRODUCTION DU BASSIN DU PAPALOAPAN 1947 - 1960

CROISSANCE PAR SECTEURS DE LA PRODUCTION DU BASSIN DU PAPALOAPAN 1947 - 1960

Source : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan", p. 136.

2. LA COLONISATION D’UN DELTA : LA CHONTALPA

88L’expérience de colonisation officielle la plus massive, celle qui mobilise le plus de ressources financières et transforme le plus le paysage, a lieu paradoxalement dans une zone de peuplement très ancien où se sont succédés plusieurs cycles de cultures spéculatives : la Chontalpa.

a) La Chontalpa : région naturelle et historiaue

89La Chontalpa est une immense plaine alluviale de 8000 km2, formée parl’ancien delta du Rio Mezcalapa ; elle est limitée par le Rio Grijalva S l’Est, le Rio Tonala â l’Ouest, de la gunes et cordons littoraux au Nord, des terrasses pleistocènes au Sud. D’altitude très faible (de 1 à 20 mètres), ce delta est parcouru par de nombreux fleuves et tributaires qui forment un éventail s’ouvrant vers le Nord. Les sols de cette plaine deltaïque sont jeunes en particulier les sols des vegas, franges de dépôts alluviaux allongés le long des rios. Entre ces levées naturelles s’étendent des terres gorgées d’eau, tournant souvent aux marécages, les popales. Des crues exceptionnelles ont fait divaguer le Mezcalapa à plusieurs reprises, comme en témoigne un ancien lit, le Rio Seco. Quand le Mezcalapa franchit ses digues naturelles (en 1932 et en 1952 par exemple), les inondations ravagent la Chontalpa, détruisant cultures et troupeaux.

90Malgré les inondations, un climat de terres chaudes éprouvant, (la température moyenne annuelle est de 26°), (les précipitations dépassent. 200 mm, particulièrement concentrées de juin S janvier), la prolifération des maladies, en particulier chez les enfants (la mortalité infantile était encore de 61 % dans les années 60), les sols des vegas ont attiré très tôt une population d’indiens agriculteurs, qui fournissaient en cacao l’Empire Aztèque. Les épidémies (généralisées au Mexique en terres chaudes après la Conquête), mais aussi les raids de pirates installés sur la côte du Golfe dépeuplèrent la Chontalpa aux XVIIe et XVIIIe siècles ; le centre de gravité du peuplement dans le Tabasco se déplaca alors vers Villahermosa (San Juan Bautista) et la Sierra (les terrasses pleistocènes qui atteignent 70 mètres d’altitude !).

91Dès le début du XIXe siècle, le peuplement de la Chontalpa renrit, et les planteurs de cacao réoccuoèrent les rives du Rio Seco ; des villes furent fondées : Cardenas, Comalcalco, Huimanguillo ; puis la colonisation agricole s’étendit vers l’Ouest ; après la Révolution un nouveau mouvement pionnier fut déclanché par le "boom" de la banane ; les plantations de bananiers remplacèrent celles de cacao et avancèrent dans la forêt de 1920 à 1940.

92Mais après la grande crise bananière provoquée par des maladies du bananier, après le recul des plantations de cacao ruinées par les grandes inondations de 1952, l’agriculture de la Chontalpa retomba au niveau de l’agriculture vivrière traditionnelle. La richesse des sols alluviaux et les précipitations abondantes permirent toutefois le maintien d’une agriculture permanente, donc d’un paysage agraire beaucoup plus organisé que celui de la péninsule yucatèque, où domine l’agriculture itinérante. L’opposition est ici flagrante entre pays de delta et pays de karst.

93Zone assez peuplée pour la saison chaude (densité générale de 25 habitants au km2), et parfois proche localement du surpeuplement (densité supérieure à 100 au km2 dans le municipe de Comalcalco), la Chontalpa subissait une crise agricole ; le niveau de vie était très bas : moins de 100 pesos par an et par personne et les travailleurs agricoles devaient chercher de l’emploi dans les plantations de la Sierra, de la Côte, ou bien dans les campements pétroliers en plein développement dans l’Ouest du Tabasco.

94Pourtant les terres à défricher ne manquaient pas : sur les 300 000 hectares de la zone, 33 % avaient été défrichés, 34 % étaient couverts de savanes, de pâturages, de marais, et 43 % par la forêt. Les inondations d’une part, les faibles ressources des habitants d’autre part, paralysaient tout effort de mise en valeur.

b) Les facteurs de changement

95Trois facteurs ont valorisé la situation de la Chontalpa :

96a) le développement économique de l’État de Tabasco, dû aux progrès des plantations de cacao et de cocotiers, et aux recherches pétrolières, a fait apparaître un réseau urbain, dominé par Villahermosa, avec les petites villes de Huimanguillo, de Cardenas situées sur la marge occidentale de la Chontalpa,

97b) la politique nationale des communications, cherchant à relier la Péninsule Yucatèque au reste du pays, a entraîné la construction de la voie ferrée du Sud-Est (liaison achevée en 1950), qui passe immédiatement au sud de la Chontalpa, préférant les terrasses pleistocènes aux zones inondables ; en revanche la route du Golfe traverse cette dernière zone d’Ouest en Est, reliant Cardenas â Coatzacoalcos et à Villahermosa depuis 1960. Une autre route, Nord-Sud, relie la voie ferrée au port de Paraiso.

98La Chontalpa est donc très bien reliée au reste du Tabasco et au Veracruz depuis dix ans.

99c) enfin, la politique nationale de l’énergie a provoqué d’une part de nombreux forages pétroliers, la construction de petites usines de transformation du pétrole, ce qui anime tout l’Ouest du Tabasco et d’autre part le grand barrage de Malpaso a été construit sur le moyen Grijalva, de 1959 à 1964. La nouvelle centrale électrique, qui a coûté 1300 millions de pesos, est entrée en fonction en 1968 ; sa puissance installée de 720 000 kw doit fournir en électricité 17. États, dont le District Fédéral. Outre cette importance nationale, le barrage Raudales de Malpaso (ou Presa Netzahualcovotl) a un rôle capital pour la Chontalpa : il contrôle les crues du Grijalva-Mezcalapa et évite désormais des inondations catastrophiques.

c) Le plan Chontalpa

100Le gouvernement mexicain avait créé, dans le cadre de la Secretaria de Recursos Hidraulicos, une "Comision Ejecutiva del Grijalva", en 1951. Cette commission, identique à celle du Papaloapan, était chargée non seulement d’études d’hydraulique, d’aménagement du territoire mais aussi de la réalisation des projets. Ses objectifs fondamentaux étaient la construction de barrages et le contrôle des inondations dans le bassin du Rio Grijalva.

101En rapport avec la construction du barrage de Malpaso, un projet de réaménagement et de colonisation de la Chontalpa fut lancé. En 1962, la firme Italconsult fut chargée d’élaborer un plan pilote, le "Plan Limon", à l’instigation de la B.I.D. et du gouvernement mexicain, pour aménager 50 000 hectares de la Chontalpa.

102S’appuyant sur cette étude préliminaire, la Commission du Grijalva décida de réaliser un plan plus ambitieux, le Plan Chontalpa, dont les travaux commencèrent en 1966.

103Trois cent mille hectares devaient être mis en valeur (dont 272 000 hectares directement productifs). Le calendrier du Plan distinguait : une première étape (Primera Etapa), concernant 140 000 hectares, à réaliser de 1966 à 1976, et une seconde étape à réaliser ultérieurement sur 130 000 hectares, La première étape fut divisée à son tour en deux phases :

première phase

 : 75 000

hectares à aménager de 1966 à 1971

seconde phase

 : 65 000

hectares à aménager de 1971 à 1976

104Outre la construction d’infrastructures, le Plan comprenait un réaménagement des structures agraires, de la production agricole, de l’habitat, et une forte élévation du niveau de vie local. Il s’agissait donc d’un plan de développement intégral, unissant étroitement la colonisation d’espaces restés inutilisés au réaménagement de vieux terroirs déjà peuplés et mis en valeur.

d) Les nouvelles infrastructures

105Les infrastructures fondamentales concernaient le problème de l’eau. Contre les inondations, une digue de 32 kilomètre’ ; fut construite ; 2300 kilomètres de drains et de canaux d’irrigation furent également prévus : il faut lutter à la fois contre l’engorgement des terres basses, entre les vegas, et contre le manque d’eau dans les interfluves de mats à mai, période où l’on constate un déficit dans le bilan évaporation-précipitations, réserves du sol.

106À la fin de 1970, les ouvrages de drainage, le réseau de chemins praticables en toute saison quadrillaient déjà 80 000 hectares.

107Le Plan prévoyait également l’implantation d’un habitat concentré, ce qui facilitait la scolarisation, la lutte contre les maladies, l’électrification, ainsi que le travail en commun. Sur les 45 nouveaux villages prévus, devant rassembler une population jusque-là largement dispersée, 21 en 1970 étaient achevés ou en construction, et concentraient une population de 1600 familles.

108Le paysage de la Chontalpa est en complète évolution : d’énormes drains bordent la route du Golfe, la forêt disparaît sous les coups des défricheurs ; des villages de maisons en dur, avec sanitaires, électricité, eau courante, remplacent les "chozas" de palme ; des plantations et cultures en blocs homogènes et rectilignes succèdent aux multiples parcelles du passé, dispersées dans les jachères et les pâturages.

e) Le bouleversement de la structure agraire

109a) l’ancienne structure : Dans la région de la Chontalpa, la réforme agraire avait été appliquée avec vigueur. Le secteur éjidal rassemblait 46 % des exploitants et de la superficie à aménager. Le secteur de la propriété privée, qui réunissait anciens propriétaires et quelques nouveaux colons (2 colonies agricoles dans la zone de la première étape), était hétérogène, juxtaposant minifundistes et exploitants moyens. Le latifundio en revanche était éliminé.

110Mais un processus de concentration de la terre s’était développé, aussi bien dans le secteur éjidal. que dans le secteur privé. Il ne s’agissait pas de la constitution de latifundios de.milliers d’hectares, mais de grosses exploitations de 200 à 500 hectares. L’écart s’était ainsi creusé entre des "ejidatarios latifundistas" disposant de 300 hectares, et des éjidatarios disposant de moins d’un hectare, ou ayant même perdu leur parcelle.

Structure agraire initiale dans la zone de la première étape

Structure agraire initiale dans la zone de la première étape

(les superficies ont été estimées à quelques centaines d’hectares près, à partir de données de la Secretaria de Recursos Hidraulicos)

111Ce mouvement de la concentration de la terre était la conséquence de la décadence agricole de la Chontalpa. Avec la crise des plantations (cacao et banane), les petits exploitants ne cultivaient plus qu’une partie de leur parcelle, n’obtenaient que des rendements médiocres, s’endettaient ; les migrants saisonniers abandonnaient même l’usage de leurs terres. Ces exploitants étaient poussés à vendre ou à louer leurs parcelles à des petits propriétaires ou même à certains éjidatarios, plus entreprenants, plus riches ou plus influents, qui pratiquaient la seule spéculation rémunératrice : l’élevage, sur des superficies supérieures à 100 hectares.

112Les petits exploitants qui conservaient tout ou partie de leur parcelle se contentaient de cultiver 2 ou 3 hectares de maïs, quelques "matas" de cacao, de bananier, quelques caféiers ou cocotiers. Ils survivaient grâce à un petit élevage d’appoint, surtout des porcs.

113La Chontalpa se caractérisait donc par une exploitation très extensive et une appropriation presque complète du sol, puisqu’il ne restait plus que 1100 hectares de terres nationales,

114b) les changements de la structure agraire : Le projet de réaménagement de la Chontalpa entraîna un bouleversement total de la structure agraire. Dans la ligne de la politique agraire du gouvernement, il était inconcevable de réaliser des infrastructures qui auraient surtout profité aux plus grandes exploitations. La réalisation des travaux, l’introduction de nouvelles cultures, la volonté d’orienter production et commercialisation poussaient d’autre part à constituer des exploitations plus homogènes, à remembrer les parcelles de manière à créer de nouvelles parcelles économiquement viables. Le minifundio et la grande exploitation constituée illégalement devaient disparaître. La "Comision del Grijalva" changea les structures agraires â plusieurs niveaux.

1151. En premier lieu, ejidos, exploitations privées, colonies agricoles, seraient réunis dans 45 "unidades agropecuarias" de 3000 hectares chacune ; un damier régulier rem placerait l’enchevêtrement des divers types de propriétés. Chaque unité aurait en son centre un "centro de poblacion", un village rassemblant 200 exploitants en moyenne, c’est à dire les éjidatarios, mais aussi les colons et propriétaires privés ayant accepté le statut d’ejidatario.

  • 16 correspond ou doit correspondre, car le réaménagement foncier n’est pas terminé, l’attribution de t (...)

116La Comision del Grijalva expropria donc les ejidatarios et propriétaires privés possédant plus de 25 hectares, pour distribuer la superficie excédant cette surface, et également de nombreux petits exploitants pour remembrer les parcelles. Au total 105 000 hectares furent expropriés de 1963 à 1968, et la nouvelle structure agraire correspond16 au tableau suivant :

Tableau no 42. Nouvelle structure agraire. Zone de la 1ère étape

Exploitants

Nombre

Superficie

Superficie moyenne

ejidatarios

6 798

67 980 hectares

10 hectares

ex-minifundistes privés

2 547

25 470

10

petits propriétaires

1 799

45 150

25,3 "

TOTAL

11 144

138 600

12,4

117La Comision del Grijalva conserve 1100 hectares pour ses installations techniques et son centre de recherche agricole.

118Dans l’ensemble la superficie éjidale n’est guère modifiée et la parcelle moyenne diminue, mais on ne peut mettre sur le même plan les anciennes terres de temporal avec un terroir de riego complètement aménagé.

119En revanche, le nombre d’éjidatario a presque doublé ; contrairement â certaines prévisions, la superficie de la parcelle individuelle n’est donc plus de 15 hectares mais de 10 hectares seulement ; on a voulu en effet faire œuvre de colonisation en attirant de nouveaux exploitants.

120Les superficies expropriées furent réservées, par ordre de priorité :

  1. à la réinstallation d’éjidatarios dont les parcelles étaient complètement remembrées ou agrandies ;

  2. à l’établissement de nouveaux éjidatarios :

    • occupants sans titre de parcelles éjidales, depuis plus de deux ans ;

    • mères de famille exploitant une parcelle ;

    • fils d’éjidatarios de plus de 16 ans à la charge de leur père ;

    • petits propriétaires de moins de 10 hectares, voulant devenir éjidatarios ;

    • éjidatarios de la zone ayant leurs derechos a salvo ;

    • éjidatarios ayant leurs derechos a salvo, résidant hors de la zone.

121Au point de vue du peuplement, 3 000 nouvelles familles, venues de zones voisines, se sont installées (ou doivent s’installer) dans la zone de la première étape. Le Plan Chontalpa associe donc étroitement réaménagement rural, réforme agraire et colonisation. Mais cette colonisation intéresse essentiellement la population du Tabasco. Soixante-quinze pour cent des nouveaux exploitants étaient déjà sur place, c’est là un facteur de réussite pour le plan, dans la mesure où il n’y a ni dépaysement à vaincre, ni apprentissage d’un nouveau milieu naturel à faire.

1222. Au niveau de l’exploitation individuelle, la Comision del Grijalva a procédé à un remembrement de tous les lots qui se dispersaient autrefois au milieu des terres incultes

123(cf. plan parcellaire ci-après). Ainsi, dans l’une des premières unités agropécuaires aménagées, celle de Gregorio Mendez, on compte 272 parcelles rigoureusement égales, de 200 mètres sur 400, soit 8 hectares, alignées le long des drains et des chemins. L’enclavement est évité et l’éloignement du lieu d’habitation (le village nouveau) n’est jamais supérieur à 3,5 km. Environ deux hectares par éjidatario n’ont pas été parcelés, mais regroupés ensemble pour constituer une zone réservée à l’élevage, à l’Ouest de la nouvelle agglomération.

124c) Les résistances au changement ; elles se manifestent en deux temps. En 1966 et 1967 d’abord, les petits caciques locaux, les éjidatarios latifundistes, les grands exploitants privés, refusent les expropriations et le remembrement ; mobilisant leur clientèle de parents, de peones, de jornaleros, ils s’agitent et la violence surgit. Les autorités agraires doivent alors faire appel à l’armée, qui s’implante, rétablit Tordre et impose l’expropriation.

125De nouvelles difficultés ont surgi récemment au sujet de l’indemnisation des terres et plantations expropriées. La Comision del Grijalva prévoyait en effet des indemnités ; en novembre 1968, un tableau de la valeur des différentes terres et cultures fut établi officiellement, et signé par les organismes officiels intéressés et par le gouverneur du Tabasco. Mais les exploitants affectés accusent les autorités du Plan Chontalpa d’appliquer un tout autre barême d’indemnisation.

Barême officiel

Barême pratiqué

cacao

63 pesos par mata

9,75 pesos

pâturage "pangola"

3000 pesos par hectare

625 pesos

pâturage naturel

800 " "

100 "

bananiers "roatan"

10000 " "

1500 "

canne à sucre

3000 " "

1400 "

  • 17 cf. "Siempre". printemps 1970.

126Quelques 800 propriétaires et éjidatarios ont dénoncé ces pratiques en écrivant au Président de la République, à la S.R.H., au gouverneur du Tabasco. Ils jugent le nouveau barême irrégulier, bureaucratique, injuste, et affirment : "nous ne sommes pas contre le gouvernement, ni contre le Plan, mais nous voulons que l’on nous paie en temps voulu ce qui nous est dû.17

f) La transformation de l’agriculture

a. la conquête de nouvelles terres

127Le contrôle des inondations et un bon drainage permettent de récupérer tous les sols de vega le long des rios et arroyos : l’irrigation par canal, pompage et aspersion doit permettre une occupation continue des terrasses fluviales, des levées, des interfluves. Enfin, le parc de machines lourdes géré par la Comision del Grijalva défriche la forêt, encore très dense dans la partie ouest de la Chontalpa (cf. croquis de la végétation dans la Chontalpa).

128Le défrichement se fait en deux étapes, avec les efforts conjoints des exploitants et de la Commission. Tout d’abord, l’exploitant doit défricher par ses propres moyens le monte alto qui subsiste sur sa parcelle. Il reçoit pour cette tâche un crédit de 300 pesos par hectare, remboursable en vingt-cinq ans. Sur la parcelle défrichée, il doit planter du maïs et pratiquer une agriculture extensive jusqu’à ce que le sol soit préparé, et les grosses souches pourries. Alors la Commission fait intervenir son matériel lourd, et l’on passe de la culture individuelle extensive à une culture collective intensive.

b. L’intensification de la production agricole

129L’agriculture de la Chontalpa doit progresser également sur le plan des rendements, grâce à la conjonction de deux facteurs : l’irrigation, qui permettra de faire deux, voire trois récoltes par an sur la même terre, et l’emploi de techniques modernes (mécanisation, engrais, semences sélectionnées...). Les techniciens du Plan prévoient ainsi que les rendements augmenteront de la façon suivante :

maïs rendement passant de 1,2

à

2,5 tonnes par hectare

haricot 0,5

à

1,0

riz 1,2

à

2,0

bananes 10

à

20

canne à sucre 65

à

100

130Une rotation plus rapide des cultures, des rendements unitaires plus forts permettraient ainsi de quadrupler la production de maïs. De nouvelles cultures et plantations seraient également introduites : légumes, oléagineux (soja, sésame), sorgho, et même hévéas. En revanche, les plantations marginales de café et de cocotiers seraient éliminées.

131Cette intensification de l’agriculture dépend avant tout d’une assistance technique et d’un changement dans la gestion des exploitations.

c. L’organisation nouvelle de la production

132Dans chaque unité agropécuaire, la Commission a installé un directeur de cultures (un ingénieur agronome), aidé de deux techniciens et de six assistants ; ces derniers, issus d’une école agricole du Michoacan, reçoivent chacun une parcelle où ils doivent introduire de nouvelles cultures, de nouvelles techniques ; il s’agit de parcelles pilotes pour les autres exploitants.

133Sous l’autorité de ces experts, le parc de machines de la Commission travaille des blocs de parcelles, avec l’aide des exploitants qui sont payés soit à la journée (jornal) soit à la tâche (tarea). Ejidatarios et petits exploitants privés ne sont donc maîtres ni du choix des cultures, ni du calendrier agricole, ni de l’administration générale de la production. Ils ont été organisés peu à peu en groupes solidaires de 30 exploitants, qui reçoivent les crédits d’avio et de refaooion, et paient des cuotas pour l’utilisation des machines. Le Banco Agropecuario fournit 90 % des crédits, et le Banco Ejidal les 10 % restants (pour l’élevage). Ces deux banques contrôlent également, du moins en principe, la commercialisation de toute la production. Mais dans la pratique de nombreux éjidatarios préfèrent vendre directement à des camionneurs, même si le prix est inférieur de moitié au prix officiel, pour échapper aux contrôles et pour disposer d’argent liquide sans attendre les anticipos et les règlements différés des banques.

134L’encadrement gestionnaire est complété par un encadrement technique, qui comprend, outre l’agronome de chaque village, un Centro de Investigacion y Extension Agropecuaria de la Chontalpa ; ce centre a récupéré les terres nationales pour ses expérimentations ; c’est lui qui élabore les programmes agricoles et qui doit résoudre les problèmes techniques.

135L’orientation de la production agricole échappe largement aux exploitants ; ce sont les experts de la Commission qui s’en chargent ; à l’origine, ils pensaient introduire des cultures intensives : riz, légumes, fruits et surtout bananes, sur 55 000 hectares ; les exploitants auraient consacré 2/3 de leurs terres à l’agriculture, 1/3 à l’élevage. Mais ces proportions ont dû être inversées (ce qui suppose un réaménagement du parcellaire) donnant l’avantage â l’élevage. En effet, face aux mauvaises cotations internationales des fruits tropicaux, face à la saturation du marché américain, face aux difficultés de signer des contrats de longue durée avec les paysans européens (on pensait à l’Allemagne Fédérale), l’introduction massive de plantations parut trop aléatoire.

136La nouvelle orientation de la production vers l’élevage, nouvel exemple de révolution verte dans les tropiques, ne peut qu’accentuer le côté collectiviste de la colonisation. Deux tiers de la superficie des parcelles individuelles seront rassemblés en pâturages artificiels de qualité, et le troupeau de bovins ne pourra pas être géré par chaque exploitant, mais au minimum par chaque groupe solidaire.

137Une question surgit à ce propos : la Commission maintiendra-t-elle son contrôle sur la production, sur la gestion des exploitations, ou bien transmettra-t-elle ses pouvoirs aux groupes solidaires fonctionnant comme des coopératives de production ? De toute façon, des fonctions comme l’assistance technique et agronomique, comme la gestion du parc de machines, semblent exiger la présence d’un organisme central, sinon centralisateur. En outre, il paraît probable que la Commission continuera de surveiller la bonne marche du Plan, car les investissements réalisés sont considérables.

g) Les investissements nécessaires

138Le coût total de l’aménagement des 140 000 hectares de la Première étape a été évalué à 1587 millions de pesos, la Banque Interaméricaine de développement et le gouvernement fédéral assurant respectivement 42 % et 58 % du financement. Les dépenses, qui n’incluent pas le coût du barrage de Malpaso, se répartissent ainsi :

infrastructures, défrichement

1.367 millions

promotion sociale (centres de santé, encadrement technique)

156 millions

indemnisation des personnes expropriées

64 millions

13911 144 ejidatarios et petits exploitants privés devant être installés, le coût par exploitant s’élève à 142 000 pesos environ, soit sept fois plus que dans les projets de colonisation du Golfe où l’on ne réalise que peu d’infrastructures.

140La politique de colonisation et de développement agricole intégtral expérimentée dans la Chontalpa est une politique chère, sans commune mesure avec la politique de colonisation éjidale passée, où très souvent les autorités se contentaient de légaliser une colonisation spontanée.

141L’intervention de crédits étrangers est décisive pour la réussite du Plan Chontalpa. D’abord, ils diminuent l’effort immédiat du gouvernement fédéral, ils entraînent aussi une surveillance plus étroite de la bonne marche du projet ; un échec provoquerait sans doute des difficultés pour accéder aux ressources du BID, il faut donc réussir, d’autant plus qu’il s’agit, non pas de quelques ejidos perdus dans la forêt, mais d’une vaste région essentielle pour le développement du Tabasco.

142On relève comme signe du bon déroulement du Plan Chontalpa la faiblesse relative des dépassements budgétaires. Le coût de la première phase (1966-1970) était évalué à 775 millions de pesos, en 1970 il a été réévalué à 843 millions, soit un excès raisonnable de 9 %. En revanche, les délais de réalisation semblent moins bien respectés. Au début de 1970 il fallait encore investir 361,5 millions pour consolider la première phase et l’aménagement de ses 75 400 hectares ; le plan n’était donc réalisé qu’à 62 % après plus de trois ans de travaux.

h) Le rendement du projet

143Le financement du plan Chontalpa n’est pas réalisé â fonds perdus, La Fédération espère obtenir une récupération directe et indirecte de ses investissements. La Secretaria de Recursos Hidraulicos a calculé qu’elle récupérerait 25 % des investissements en 20-25 ans, grâce aux cuotas (d’eau, d’usage de machines...). Mais avant tout cette injection massive de capital étranger au Tabasco doit provoquer un grand progrès dans la production agricole.

144Le recensement agricole de 1960 relève une superficie de labor de 446 565 hectares, une superficie cultivée de 197 937 hectares, une production agricole de 225,1 millions de pesos.

145De 1960 à 1966, les superficies récoltées et la valeur de la production agricole ont progressé de 20 % et 30 % respectivement. La réalisation de la première étape (1966-1976) du Plan Chontalpa suppose : une augmentation de 20 % de la superficie de labor, mais surtout un doublement de la superficie cultivée et récoltée, ainsi que de la production agricole du Tabasco.

146La production agricole de la Chontalpa (zone de la première étape) passerait en effet de 70,2 mil-· lions de pesos en 1966, à 300 millions en 1970 et à 640,5 millions en 1976. Ceci représente une production excédentaire cumulée de 3 230 millions de pesos de 1966 â 1976, soit le double des investissements réalisés.

147Du point de vue de la création de richesses, les investissements seraient donc rentables pour l’économie nationale, l’investissement réalisé ayant un rendement annuel supérieur à 6 % (mais qui ne serait pas récupéré directement par la Fédération).

148La valeur de la production par exploitant passerait de 8700 à 54 400 pesos, le revenu familial moyen de 5000 à 25 000 pesos au minimum. L’augmentation du revenu, le nouvel habitat, la construction d’écoles, de centres de soins, l’électrification, l’eau potable, tous ces éléments doivent transformer profondément le niveau de vie de la population locale.

149Mais en outre le surplus annuel de production (570 millions) et l’accroissement du revenu familial (+ 20 000 pesos) auront un impact énorme sur l’économie régionale. La production agricole du Tabasco doublerait en dix ans uniquement grâce à la Chontalpa ; les petites villes comme Cardenas, la capitale régionale Villahermosa, devraient faire face à un accroissement des ventes de biens de production intermédiaires (engrais, énergie, outils, machines, véhicules) ainsi que des ventes de biens de consommation courante. Commerces, services (banques, services personnels) pourraient se développer, d’autant plus que le Chontalpa n’est pas la seule zone "pionnière", motrice, du Tabasco ; il faut compter avec le développement de la côte, reposant sur la pêche (Frontera) et les cocotiers, le développement de l’élevage dans l’Ouest et dans les municipes voisins du Chiapas, avec les zones pionnières du pétrole enfin, autour de Macuspana et autour de La Venta.

150La réussite du Plan Chontalpa pourrait servir d’argument au réaménagement d’autres deltas ou bassins hydrographiques, comme celui du Papaloapan ; il est déjà une expérience pilote pour la Banque Interaméricaine de Développement, qui teste dans le Tabasco les possibilités de développement agricole dans les Tropiques Humides d’Amérique Latine.

151La réussite du Plan semble dépendre, d’abord du respect du programme d’investissements, ensuite du démarrage de l’élevage, enfin de la mise en place de groupes solidaires acceptant une responsabilité collective.

152L’échec du Plan n’aurait du point de vue du peuplement que peu d’importance (on attend seulement 3000 familles nouvelles, soit 15 000 personnes environ, qui feraient passer la population de 45 000 à 60 000) ; l’échec serait au contraire désastreux pour l’État du Tabasco du point de vue économique ; cela condamnerait tout espoir de quitter la catégorie des populations et États marginaux.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE ET SOURCES

1) Le Papaloapan et l’Isthme de Tehuantepec

1. La Economie del Estado de Oaxaca.
Coleccion de Estudios Economicos Regionales.
Investigacion del sistema Bancos de Comercio. México, 1969, 82 p,

2. La Economia del Estado de Veracruz, id.

3. Programa de Desarrollo del Bajo Papaloapan.
Secretaria de Recursos Hidraulicos. Comision del Papaloapan, 1964,

4. "The Papaloapan Project: An Experiment in Tropical Development" Economic Geography. Winnie, W.W.

5. The Character and recent Development of Agricultural Settlement in Southern Veracruz Mexico.
A. Siemens.
The University of Wisconsin. Ph. O. 1964. Geography, 303 p.

6. Recent Spontaneous Settlement in Southern Veracruz, Mexico: The development of an untidy frontier.
A. Siemens.
Occasional Papers of the Canadian Association of Geographers B.C. Division. n
o 6, 1964.

7. The Papaloapan Project: Agricultural Development in the Mexican Tropics.
Poleman, Thomas T.
Standford University Press, Food Research Institute Study.
1964.

8. Los Mazatecos y el problema indigena en la cuenca del Papaloapan.
Villa Rojas, Alfonso.
Memorias del INI. México. Instituto Nacional Indigenista, vol. 111, 1953.

9. La Colonizacion del Papaloapan,
Juan Ballesteros, Matthew Edel., Michael Nelson,
Serie de Estudios Sobre Tenencia y Uso de la Tierre.
Centro de Investigaciones Agrarias. 1970. 148 p.

10. Observation directe des zones du Sotavento et de la partie veracruzaine de l’Isthme, en 1967 et 1968.
(zones de Hueyapan, des Tuxtlas, de Catemaco, d’Alvarado…).

11. Informations sur les inondations de 1969 parues dans les quotidiens, (El Dia, Excelsior).

2) La colonisation d’un delta : la Chontalpa

12. "La Economie del Estado de Tabasco".
Coleccion de Estudios Economicos Regionales,
Investigacion del sistema Bancos de Comercio. Mexico. 1969, 62 p.

13. "Plan de la Chontalpa".
S.R.H. Comision del Grijalva. 12 p. cartes.

14. "Dos Ejemplos Concretos de Colonizacion del Tropico Mexicano".
Angel Bassols Batalla.
El Dia. Testimonies y Documentos. 24-25 de Mayo de 1965.

15. "The Tabasco Lowlands of Southeastern Mexico".
R.C. West N.P. Psuty. B.G. Thom.
Louisiana State University Press. Coastal Studies Series number 27.
1969. 193 p.

16. "El uso del suelo en el desarrollo de las llanuras de Tabasco.
Mexico".
Robert C. West.
Union Geografica Internacional.
Conferencia Regional Latinoamericana, t. 2, p. 386-97.

17. "Sinopsis del informe sobre el proyecto piloto El Limon".
La Chontalpa. Tabasco.
Ingenieros Consultores. 1963.

18. Communiqués du DAAyC et de la S.R.H. à la presse.

19. Conférence de M. Nelson et conversation avec cet expert nord-américain.
Mexico. 1968.

20. Visite de la zone (Tabasco-Chontalpa), 1967-1968.

Notes

1 cf. Maurice de Périgny, "Les Etats-Unis du Mexique". Paris, 1911.

2 cf. Moisés Gonzalez Navarro. "La colonizacion en México 1877-1910" México, 1960. p. 24.

3 cf. "Los Zapotecos de Choapan. Oaxaca". J. de la Fuente. Anales del Instituto Nacional de Antropologia e Historia. Tomo II. 1941-1946. pp. 143-205.

4 cf. "Problemas Demograficos y Agrarios", p. 302. Moisés T. de la Peña. Problemas Agricolas e Industriales de México. No 3-4, vol. II, jul. sept. y oct.-dic. de 1950, p. 9-326,

5 1 piastre = 1 peso = 5 francs-or de l’époque.

6 cf. M. de Périgny. op. cité. et Pierre Arnaud. "L’émigration et le commerce français au Mexique" Paris. 1902. pp. 127-128.

7 grana = la cochenille.

8 cf. "Los Zapotecos de Choapan, Oaxaca". J. de la Fuente.

9 cf. José Attolini. "La ganaderia en la cuenca del Papaloapan". Investigacion Economica. tomo VIII, cuarto trimestre 1948, no 4, p. 375-417.

10 en 1962, 15 % des exploitations d’élevage avaient plus de 500 has, 60 % de 50 à 500 has, 25 % moins de 50 has.

11 cf. Siemens, op. cité.

12 cf. J. Ballesteros. "La colonizacion en la Cuenca del Papaloapan". p. 39.

13 A. Siemens. "Recent spontaneous settlement in southern Veracruz, Mexico. The development of an untidy frontier". Ocasional papers of the Canadian Association of Geographers. B.C. Division. 6.1964

14 "El Papaloapan, obra del Presidente Aleman. 1947-1952". S.R.H. p. 35.

15 cf. "La colonizacion en la cuenca del Papaloapan. Una evaluacion socio-économica", op. cité.

16 correspond ou doit correspondre, car le réaménagement foncier n’est pas terminé, l’attribution de titres de propriété ou de titres d’usufruit se faisant lentement.

17 cf. "Siempre". printemps 1970.

Table des illustrations

Titre Répartition des pluies à Tuxtepec (limite de la zone)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Tableau no 35. ZONE DES RIOS TRINIDAD ET LALANA EVOLUTION DE LA COLONISATION 1953 - 1967
Légende (tableau établi à partir de diverses données de "la colonizacion en la Cuenca del Papaloapan)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Tableau no 36. COUT ET PROFIT POUR L’EXPLOITANT, DU PASSAGE DE L’AGRICULTURE TRADITIONNELLE A L’AGRICULTURE MODERNE. ZONE DE TUXTEPEC.
Légende note = café, canne et ananas ne sont pas cultivés actuellement de manière traditionnelle, d’où les progrès moindres que l’on Drévoit pour les rendements.source: "Programa de Desarrollo del Baio Papaloapan".
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau n° 37. IRRIGATION ET MODERNISATION AGRICOLE : TRANSFORMATION D’UNE PARCELLE DE 10 HECTARES CULTIVES ET DU NIVEAU DΕ VIE DE LA FAMILLE QUI EN VIT
Légende Bénéfices : avant modernisation, déficit de 1 673 pesos (°) après modernisation, bénéfice de 29 310 pesosSource : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan".(°) ce déficit apparent signifie que l’exploitant, en ne cultivant pas sa parcelle, mais en louant sa force de travail, aurait gagné 1673 pesos de plus qu’i1 n’en a gagné effectivement.Le revenu type de la famille de six personnes, vivant exclusivement de cette parcelle de 10 hectares, augmenterait de près de 31 000 pesos, ce qui est énorme, quand on sait que les dépenses annuelles de cette famille (coût de la vie) sont à l’origine de 3400 pesos seulement.La transformation des parcelles permettrait à la fois un progrès du niveau de vie, mais aussi des investissements, et également un accroissement des impôts et taxes collectés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau no 39. L’IMPACT DE LA COLONISATION DANS LE BASSIN DU PAPALOAPAN : ACCROISSEMENT DE LA SUPERFICIE ET DE LA PRODUCTION AGRICOLES
Légende Source : "Planificacion Integral de la cuenca del Papaloaoan" et pour les évaluations de la production () : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan".
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre CROISSANCE PAR SECTEURS DE LA PRODUCTION DU BASSIN DU PAPALOAPAN 1947 - 1960
Légende Source : "Programa de desarrollo del Bajo Papaloapan", p. 136.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Structure agraire initiale dans la zone de la première étape
Légende (les superficies ont été estimées à quelques centaines d’hectares près, à partir de données de la Secretaria de Recursos Hidraulicos)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7425/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search