Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Troisième partie. Exemples régionaux de colonisation récente

Exemples régionaux de colonisation récente

Texte intégral

1Le jeu subtil des facteurs moteurs de la colonisation et des obstacles qu’elle rencontre provoque des décalages entre cycles de colonisation, entre les formes que cette dernière prend, d’une région à une autre. Même pour une période récente et relativement courte, comme celle de 1920-1930 à nos jours, il n’y a pas de synchronisme des mouvements de colonisation observés dans le Quintana Roo et le Veracruz, dans le Yucatan et le Chiapas. Une grosse vague de colons fait faire un bond en avant aux défrichements dans le Veracruz dès la période 1920-1940, alors que l’avancée du front des agriculteurs yucatèques vers le Quintana Roo ne prend un grand essor qu’à partir des années 50 ; les grands programmes de développement intégral sont appliqués au Veracruz dès 1947, au Tabasco après 1960.

2Pour mieux saisir la naissance et les progrès de la colonisation, pour mieux mesurer les investissements qu’elle demande, il nous a paru nécessaire de l’étudier dans un cadre régional plus précis que le "Tropique Humide".

3Pour le choix des régions à étudier nous avons été guidés par la grande articulation des milieux naturels, par l’opposition fondamentale entre pays des fleuves, où l’agriculture et l’élevage modernes peuvent se développer et atteindre les niveaux de technique et de productivité du Nord-Ouest mexicain, mais exigent de lourds investissements en hydraulique, et les pays de la plateforme calcaire du Yucatan, beaucoup moins doués pour l’agriculture intensive et sans grand avenir pionnier.

4A l’intérieur de ces deux grands ensembles nous avons pris des exemples de dimensions différentes : bassin hydrographique du Papaloapan et delta de la Chontalpa, Territoire du Quintana Roo et petites zones du Campeche et du Yucatan. Ces différences d’échelles sont essentielles pour saisir toutes les nuances de la colonisation agricole, depuis l’expérience isolée portant sur des centaines d’individus, quelques milliers d’hectares, jusqu’au projet mobilisant des dizaines de milliers de personnes, aménageant des centaines de milliers d’hectares.

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search